Ecosse : nouvelles suppositions sur les pierres vitrifiées

Ecosse : nouvelles suppositions sur les pierres vitrifiées

 

Hill fort vitrification mini

 

Une équipe de bénévoles et d'archéologues de la Forestry Enterprise Scotland et de la Stirling University ont étudié quelle sources de chaleur possibles seraient assez chaudes pour faire entrer en fusion les pierres des forteresses de l'âge du fer. Leur rapport vient de paraître dans The Scotsman.

Au cours des années, un certain nombre d'expériences ont été menées au Dun Deardail à Glen Nevis pour établir comment des températures assez chaudes pour se faire fusionner les pierres ensemble, dans un processus appelé vitrification, ont été possible au fort, qui a servi de citadelle Picte (les Pictes (Hommes peints) étant possiblement les descendants des Caledonii mentionnés par les Romains). Dun Deardail, qui a été créé (d'après des datations C14 indirectes, à côté du site) autour de 500 avant JC et a servi d'abord de fort celtique (Caledonii ?) et de citadelle des Pictes ensuite, est l'un des (au moins) 60 autres sites vitrifiés en Ecosse...

 

Hill fort vitrification

Exemple de vitrification. Crédit : (jp.morteveille, via Wikimedia Commons)

De telles pierres «fondues» et vitrifiées ont été trouvées à Dun Deardail, Tap O'Noth et Ord HillMatt Ritchie de la Forestry Enterprise Scotland a déclaré que les tests avaient montré que la pierre vitrifiée était probablement produite lorsque de grandes superstructures en bois, comme des murs de remparts couverts, ont pris feu et chauffé la citadelle de pierre en dessous "comme un four".

Massivebrassarmlets caledonniDe massifs bracelets de bras en bronze attribués au peuple celte Caledonii, Ecosse

 

" Bien sûr, le mystère de pourquoi les forts ont été brûlés reste non résolu. Était-ce accidentel ou intentionnel ? Était-ce un acte de destruction, par un ennemi victorieux, ou un acte de cérémonie, peut-être à la mort d'un roi vénéré ? Nous ne le saurons peut-être jamais ", a-t-il dit. Des essais au carbone 14 effectués sur une tourbière voisine, qui contenait une épaisse couche de suie, suggèrent que le site a probablement été construit (? - ou a plutôt subit un incendie vu la suie !) vers 500 avant JC. Le Hillfort est dominé par le mont Ben Nevis et offre une vue à couper le souffle sur la vallée environnante. D'autres forts vitrifiés comprennent Tap O 'North dans l'Aberdeenshire et Ord Hill près d'Inverness.

 

Menhir picte aberlemno ecosse

Pierre attribuée aux Pictes à Aberlemno, Ecosse, on note le symbole du Serpent (ou dragon).

Hiltonofcadboll picte ecosseHilton of cadboll attribuée aux Pictes, Ecosse - de nombreux symboles, y compris celtes...

Pierres pictes dans mur moyenage ecosseDes pierres attribuées aux Pictes insérées dans un mur du Moyen-Age écossais


Matt Ritchie a déclaré que des essais avaient montré que des blocs de pierre fondue s'étaient formés dans des conditions anaérobiques sans oxygène et probablement causés par une "chaleur énorme venant d'en haut". Il a dit qu'il était possible que dans la structure en feu ait déjà entreposé du grain. Il a ajouté: " C'est vraiment excitant - non seulement nous pouvons avoir une meilleure compréhension de la façon dont la vitrification s'est produite, mais nous pouvons également visualiser ces forts de colline comme des citadelles, avec des murs de remparts couverts de plusieurs mètres (de bois) ".

 

Tap onorth vitrified fort scotlandTap O' North: Vitrified Fort, Scotland.



Les vestiges d'autres forts vitrifiés se trouvent le long de la Great Glen Way, Dun Deardail fournissant un site défensif - et probablement un symbole de statut - à ses occupants d'élite. Le nom du fort de colline pourrait être lié à l'ancien mythe irlandais, Deirdre des Douleurs, croit-on. La fille du chef qui a été dite si belle que les rois, les seigneurs et les guerriers se sont battus et sont morts pour essayer de gagner sa main pour un mariage...

 

Wales hillforts pennycloddiau

Pays de Galles : les remparts du Fort Penycloddiau hillfort in Wales’ Clwydian Range (700 Av JC ?) sont les plus grands de cette région, et ne sont bien visibles que du ciel maintenant. Crédit : (Royal Commission on the Ancient and Historical Monuments of Wales)

Au-dessous de la chaîne de Clwydian, le Vale of Clwyd (prononcer KLOO-id) s'étend comme une pointe de patchwork vert et jaune, les limites des terres agricoles marquées par des lignes bien rangées d'arbres. Ce paysage bucolique dément le fait que des événements dramatiques aient eu lieu ici il y a 2800 ansÀ cette époque, les gens passaient de l'âge du bronze à l'âge du fer et, dans des circonstances encore peu claires, construisaient une série d'enceintes gigantesques appelées hillforts, dont les origines et les buts ultimes sont, pour l'instant, perdus dans le temps. Les archéologues fouillent actuellement les collines de la chaîne de Clwydian pour comprendre à la fois leur construction et les conditions qui ont convaincu les gens de se rassembler et de mettre en commun leur travail pour ériger ces prouesses monumentales du génie civil préhistorique.

Situés sur des sommets d'élévations variables et de tailles très différentes, les hillforts présentent des fossés profonds et des remparts en terre et en pierre qui étaient probablement surmontés de palissades en bois. La taille des sites a attiré l'attention des archéologues depuis le XIXe siècle. Une grande partie de ce que nous savons sur les collines des îles britanniques provient de fouilles dans le sud de l'Angleterre où de nombreux archéologues pensent que la majorité des sites ont été construits entre 700 et 500 avant JC.

" Le Pays de Galles a toujours été considéré comme la périphérie. Mais les Clwydians ont l'une des densités les plus denses de hillforts en Grande-Bretagne ", explique l'archéologue Rachel Pope de l'Université de Liverpool. " Quand nous parlons de comprendre l'âge du fer du début, Il est logique d'essayer de comprendre ce que les gens faisaient ici pendant cette période ". En fait, Pope soupçonne que certains hillforts du nord du Pays de Galles pourraient même être antérieurs à ceux du sud de l'Angleterre. Elle fait partie de plusieurs archéologues qui se concentrent sur la chaîne de Clwydian, et son équipe est actuellement en train de creuser sur l'énorme colline de Penycloddiau (pen-a-KLAW-thee-eye). C'est le plus grand site de ce genre au pays de Galles, qui s'étend sur près de 60 acres. Selon un calcul, 10 400 arbres auraient été abattus lors de sa construction initiale.

Un autre groupe, dirigé par les archéologues de l'Université d'Oxford, Gary Lock et John Pouncett, creuse depuis cinq ans sur un site voisin, le Moel-y-Gaer de cinq acres, BodfariLock souligne que la recherche de preuves dans la chaîne de Clwydian est difficile parce que le même sol acide qui permet aux arbustes en fleurs comme la bruyère de prospérer rend également la préservation des os et des artefacts extrêmement rare. " Vous ne vous impliquez pas dans l'âge du fer gallois si vous voulez des réponses claires ", explique Lock. Selon lui, la difficulté réside dans le fait que les habitants du nord du pays de Galles, à l'âge du fer, ont mystérieusement abandonné l'utilisation de la poterie, moyen privilégié par l'archéologue classique pour étudier le changement culturel à travers le temps...

Des structures similaires ont été trouvées en France, en Allemagne, au Pays de Galles et en Irlande.

 

Sources : https://www.scotsman.com/lifestyle/archaeologists-solve-ancient-mystery-of-melted-iron-age-fort-1-4732710

https://www.archaeology.org/issues/196-1511/letter-from/3760-letter-from-wales-iron-age-hillforts

 

Mur vitrifie sainte suzanne mayenne franceMur vitrifie à Sainte Suzanne en Mayenne, France

 

Notes : Dans cet intéressant ancien rapport français (1908) sur les vitrifications trouvées (entre autres) dans la Creuse, en France, l'auteur théorise sur l'utilisation de "four" ou "forges" sur ou le long de certains remparts pour expliquer leur vitrification partielle ou non, au sommet ou même à l'intérieur... et affirme que les vitrifications se sont produites sur une très large période de temps, de l'âge du bronze au début du Haut Moyen-âge... : " Cependant, dans le Burgwall à vitrification de Fergitz, Ober-Uckersee (Allemagne), M. Ed. Krause n trouvé (Veriz. d. Berl. Ant/zrop. Ges.,- 1902, P. 272) des sépulturcs slaves à l'intérieur du rempart, dans des conditions qui prouvaient l'antériorité de celui-ci, et le faisaient remonter au delà du premier millénaire avant J.-C. Par contre, Bulliot mentionne que les premières fouilles de d'Aboville, au Beuvray, rapportèrent; avec des Poteries grossières, plus ou moins calcinées ou même vitrifiées, des scories de fer, et de grandes quantités de clous. Au Puy Grasset, près d'Argentat, Ernest Rupin note qu'avec les vitrifications fut exhumée de la ferraille " :

Vitrificationsdans lacreuse 1908Vitrifications dans la creuse 1908 (1.8 Mo)

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 13-05-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange lire mystère légendes antiquité

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.