Graphicalabstract papyrus1 1

Egypte : des milliers de papyrus bientôt traduits ?

Egypte : des milliers de papyrus bientôt traduits ?

 

Graphicalabstract papyrus1 1Crédit Helmholtz-Zentrum Berlin

 

Pendant plus d'un siècle, de nombreuses caisses en métal et cartons ont été entreposés au musée égyptien et à la collection de papyrus de Berlin. Tous ont été mis au jour par Otto Rubensohn de 1906 à 1908 dans une île appelée Elephantine sur le Nil au sud de Egypte, près de la ville d'AssouanQuatre-vingt pour cent des textes sur les papyrus dans ces contenants n’ont pas encore été étudiés, ce qui est difficilement réalisable avec les méthodes classiques. Il y a des milliers d'années, les Égyptiens roulaient ou pliaient avec soin lettres, contrats et amulettes de très petite taille, de manière à occuper le moins de place possible. Pour les lire, les papyrus devraient être dépliés avec autant de soin.

" Aujourd'hui, cependant, une grande partie de ces papyrus ont considérablement vieilli, de sorte que les textes de valeur peuvent facilement s'effriter si nous essayons de les déplier ou de les dérouler ".

Les chercheurs ont étudié un petit morceau de papyrus mis au jour sur l'île d'Éléphantine sur le Nil il y a un peu plus de 100 ans. L’équipe a utilisé les méthodes Serval, y compris les techniques non destructives, à BESSY II. La première chose qui attire l'attention d'un archéologue sur le petit morceau de papyrus de l'île Éléphantine sur le Nil est une tache apparemment vierge. Des chercheurs du musée égyptien, des universités berlinoises et du Helmholtz-Zentrum Berlin utilisent maintenant le rayonnement synchrotron de BESSY II pour en révéler le secret. Cela ouvre grand la porte à l'analyse de la collection de papyrus géants de Berlin et de bien d'autres.

Le physicien du Helmholtz-Zentrum BerlinHeinz-Eberhard Mahnke, savait, après de nombreuses années de recherche, analyser le papyrus fragile sans le détruire: projeter un faisceau de rayons X sur le spécimen provoque l’excitation des atomes dans le papyrus et renvoie les rayons X, un peu comme un écho. Comme les éléments respectifs présentent un comportement de fluorescence X différent, les chercheurs peuvent distinguer les atomes de l’échantillon par l’énergie du rayonnement qu’ils renvoient. Les scientifiques ont donc depuis longtemps mis au point des équipements de laboratoire utilisant cette fluorescence X pour analyser des échantillons sensibles sans les détruire.

Les érudits de l'Égypte ancienne écrivaient généralement avec une encre de suie noire faite de morceaux de bois ou d'os carbonisés et composée principalement de carbone élémentaire. " À certaines fins, cependant, les anciens Égyptiens utilisaient également des encres colorées contenant des éléments tels que le fer, le cuivre, le mercure ou le plomb ", explique Heinz-Eberhard Mahnke. Si les anciens scribes égyptiens avaient utilisé une telle "encre métallique" pour inscrire la partie qui apparaît maintenant vierge sur le papyrus Éléphantine, la fluorescence X devrait permettre de révéler les traces de ces métaux. En effet, en utilisant les équipements de leur laboratoire, les chercheurs ont pu détecter la présence de plomb dans le patch vierge du papyrus :

En fait, ils ont même réussi à discerner des caractères, bien qu’avec une image floue. Pour capturer une image beaucoup plus nette, ils l'ont étudiée avec la radiographie aux rayons X à BESSY II, où le rayonnement synchrotron illumine l'échantillon de nombreux photons aux rayons X de haute cohérence. Grâce à la "radiographie de bord d'absorption" de la station BAMline de BESSY II, ils ont pu augmenter la luminosité de cette technique pour l'échantillon étudié et ainsi mieux distinguer les caractères écrits sur le papyrus dans la structure de l'ancien papier. Jusqu'ici, il n'a pas été possible de traduire les caractères, mais il est concevable qu'ils parlent une divinité.

 

Graphicalabstract papyrusUne équipe de chercheurs a examiné un papyrus ancien avec une supposée tache vide. À l'aide de plusieurs méthodes, ils ont découvert quels caractères se trouvaient autrefois à cet endroit et quelle encre a été utilisée. A team of researchers examined an ancient papyrus with a supposed empty spot. With the help of several methods, they discovered which signs once stood in this place and which ink was used. Crédit Helmholtz-Zentrum Berlin

 

L'analyse effectuée à BESSY II n'a pas permis d'identifier le type d'encre au plomb que les anciens scribes utilisaient pour écrire ces caractères sur le papyrus. Ce n’est qu’en utilisant un "spectromètre infrarouge à transformation de Fourier" que les scientifiques du laboratoire de recherche Rathgen de Berlin ont pu finalement identifier la substance en tant que carboxylate de plomb, qui est en fait incolore. Mais pourquoi l'ancien scribe aurait-il voulu écrire sur le papyrus avec ce genre "d'encre invisible" ?

" Nous pensons que les caractères ont peut-être été écrits à l'origine en minium brillant (mine rouge) ou peut-être en galène noire (mine de plomb) ", explique Heinz-Eberhard Mahnke, résumant les délibérations des chercheurs.

Si ces encres sont exposées au soleil trop longtemps, l'énergie de la lumière peut déclencher des réactions chimiques qui altèrent les couleurs. Même de nombreux colorants modernes s'estompent de la même manière avec le temps, au soleil. Il est donc facilement concevable que, durant les milliers d’années, le minium rouge vif ou la galène noire jais se transforment en carboxylate de plomb invisible, ce qui n'a fait que mystifier les chercheurs en tant qu’espace visiblement vide sur le fragment de papyrus.

Avec leur enquête, le Dr Tobias Arlt de la Technische Universität Berlin, le Prof. Dr. Heinz-Eberhard Mahnke et leurs collègues ont ouvert grand la porte aux futures études pour déchiffrer des textes, même sur des papyrus finement pliés ou roulés du Musée égyptien, sans avoir à dépliez-les et risquez de détruire les trouvailles précieusesLes chercheurs ont notamment mis au point une nouvelle technique permettant d'ouvrir virtuellement les précieux papyrus sur l'ordinateur sans jamais les toucher.

Le projet Elephantine, financé par le Conseil européen de la recherche (ERC) et dirigé par la professeure Verena Lepper (Stiftung Preußischer Kulturbesitz-Staatliche Museen zu Berlin), est donc sur le point d'étudier de nombreux autres trésors cachés de la collection de papyrus à Berlin et dans d’autres parties du monde, et ainsi en apprendre davantage sur l’Égypte ancienne...

 

Sources : Helmholtz-Zentrum Berlin pour Materialien und Energie. "'Encre invisible' sur un papyrus du Nil ancien révélé par de multiples méthodes." ScienceDaily, 16 août 2019. https://www.sciencedaily.com/releases/2019/08/190816092420.htm

Références:

  1. Heinz-Eberhard Mahnke, Tobias Arlt, Daniel Baum, Hans-Christian Hege, Félix Herter, Norbert Lindow, Ingo Manke, Tzulia Siopi, Eve Menei, Marc Etienne et Verena Lepper. Déroulement virtuel des papyri pliés . Journal du patrimoine culturel , 2019; DOI: 10.1016 / j.culher.2019.07.007
  2. Tobias Arlt, Heinz-Eberhard Mahnke, Tzulia Siopi, Eve Menei, Cristina Aibéo, Regine-Ricarda Pausewein, Ina Reiche, Ingo Manke, Verena Lepper. Radiographie sensible à la limite d'absorption et tomographie de papyrus égyptiens . Journal du patrimoine culturel , 2019; DOI: 10.1016 / j.culher.2019.04.007

 

Autres liens sur l'Egypte et ses papyrus :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/toujours-pas-de-nouvelles-du-papyrus-en-copte.html - un article et une info oubliée importants...

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-bible-millenaire-redecouverte-a-ankara.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/recentes-decouvertes-historiques.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/pages/l-egypte-et-ses-mysteres.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 20-08-2019

 

 

moyen-orient archéologie interviews échange lire mystère légendes antiquité

Ajouter un commentaire