L'origine des Incas dévoilée par la génétique ?

L'origine des Incas dévoilée par la génétique ?

 

Maukallacta2

La génétique des héritiers modernes des Incas jette une nouvelle lumière sur leurs origines et leurs lignages. La première étude sur les familles d'ascendance documentée de la noblesse Inca montre au moins deux groupes patrilinéaires et leurs origines liées au lac Titicaca et à la région du sud de Cusco. 

UNIVERSITÉ DE SAN MARTIN DE PORRES - Une équipe multinationale sud-américaine du Pérou, du Brésil et de la Bolivie dirigée par l'  Université de San Martin de Porres  à Lima, au Pérou, a publié la première étude génétique sur les descendants modernes des lignées impériales incas dans la revue  Molecular Génétique et génomique. Ce travail soutenu par des fonds du projet Genographic (Geno 2.0), montre de nouvelles perspectives sur les origines et les lignées Inca... :

 

Temples de maukallacta perou

Ruines des temples de Mauka llacta dans le district de Paccarictambo à environ 50 km au sud de Cusco, construits par les Incas en l'honneur de leurs ancêtres. Une des origines intermédiaires probables de la lignée inca dans le voyage vers Cusco. Crédits : Ricardo Fujita

Le peuple Inca est arrivé dans la vallée de Cuzco (entre les 11ème et 12ème siècle après J.-C) et en quelques siècles seulement, ils ont construit le Tawantinsuyu, le plus grand empire des Amériques. Le Tawantinsuyu était l'apogée culturel de 6000 ans de civilisations des Andes centrales (les civilisations locales ayant précédé les Incas sur les lieux), chevauchant les pays modernes du Pérou, de la Bolivie, de l'Équateur, du sud de la Colombie et du nord de l'Argentine et du Chili. En contraste avec la richesse des preuves archéologiques et culturelles, l'histoire pré-colombienne des Andes s'évanouit avec le temps en s'entremêlant avec les mythes, en raison du manque de systèmes d'écriture avant l'arrivée des chroniqueurs européens. On sait très peu de choses sur les origines des incas et certaines informations génétiques pourraient aider à reconstruire une partie de leur histoire. Malheureusement, les momies et les restes corporels des empereurs incas, vénérés comme des dieux, ont été brûlés et/ou enterrés dans des endroits inconnus, en raison de la persécution religieuse et politique par les conquistadors et les inquisiteurs chrétiens, donc il ne reste aucun matériel direct pour étudier leur ADN. " Pour l'instant, seule l'analyse génétique des familles modernes de descendance inca pourrait fournir quelques indices sur leurs ancêtres ", remarque le généticien Jose Sandoval, premier auteur, travaillant à l'Université de San Martin de Porres à Lima, au Pérou.

 

MaukallactaMauka llacta

Il y avait deux mythes fondamentaux pour l'origine des Incas avant qu'ils ne s'établissent dans la vallée de Cuzco pour construire leur capitale. L'un est que Manco Capac et Mama Ocllo, considérés comme des enfants du dieu Soleil et des parents fondateurs de la civilisation, venaient du lac Titicaca à environ 500 km au sud de la frontière entre le nord de la Bolivie et le sud du Pérou, plus ou moins de la région où l'Empire Tiwanaku a existé quelques siècles auparavant. Le deuxième mythe raconte que quatre frères Ayar, avec des pouvoirs divins, sont sortis de grottes à l'intérieur d'une colline dans la région de Paccarictambo, à 50 km au sud de Cusco et un seul, Manco, est arrivé dans la vallée de Cusco. Concernant la succession des souverains (entre 12 et 14 empereurs), la plupart des chroniqueurs ne mentionnent qu'un seul patrimoine patrilinéaire, Cependant, d'autres auteurs pensent que c'était une sélection complexe de compétences militaires et administratives qui n'élisaient pas nécessairement le fils d'un précédent Inca. " Un cluster patrilinéaire unique serait attendu dans le premier cas. Dans le second cas, deux ou plusieurs patrilinéaires seront évidents ", explique le généticien Ricardo Fujita, auteur principal, également à l'Université de San Martin de Porres.

L'équipe de recherche comprenait l'historien Ronald Elward, qui a étudié la documentation de douze familles nobles incas et l'a suivi de l'époque conquistadore jusqu'à leurs descendants contemporains. " La plupart d'entre eux vivent encore dans les villes de San Sebastian et San Jeronimo, Cuzco, Pérou, à l'heure actuelle, ils sont probablement le groupe le plus homogène de la lignée inca ", explique Elward.

Les marqueurs du chromosome Y et de l'ADN mitochondrial ont été utilisés pour l'analyse génétique de ces familles et comparés à une base de données de 2400 individus autochtones du Pérou, de Bolivie, d'Équateur et du Brésil. " Les résultats montrent des origines patrilinéaires distinctes de deux individus fondateurs qui ont vécu entre 1000 et 1500 apr. J.-C., une période entre le déclin des anciens empires contemporains de Tiwanaku (sud) et de Wari (nord) et la naissance de l'empire inca quelques siècles plus tard " dit le généticien Fabricio Santos de l'Universidad Federal de Minas Gerais à Belo Horizonte, Brésil. Le premier haplotype patrilinéaire nommé AWKI-1 (awki signifie prince héritier en langue quechua) se trouve dans les familles putatives descendant des 2 incas précédents, Yahuar Huacac et Viracocha. Le même modèle des descendants incas a également été trouvé chez les individus vivant au sud de Cusco, principalement dans les Aymaras du Pérou et de la Bolivie. Le deuxième haplotype patrilinéaire nommé AWKI-2 a été trouvé chez un descendant d'un Inca plus récent, Huayna Capac, père des deux frères (Huascar et Atahualpa) qui menaient une guerre fraternelle sur l'empire à l'arrivée des conquistadors. "AWKI-2 est également trouvé dans des douzaines d'individus de différents endroits dans les Andes et parfois en Amazonie, ce qui suggère une expansion de la population", explique le Dr Santos.

 

Lake titicaca grandeLac Titicaca

 

" Outre Saint-Sébastien et San Jeronimo, la plupart des localités d'AWKI-1, AWKI-2 étaient au sud de Cuzco, y compris le bassin du lac Titicaca et le Paccarictambo voisin, en accord avec les deux mythes fondamentaux des Incas ", explique Ricardo Fujita :  " probablement deux photos (histoires) à des moments temporels différents du même voyage ayant comme destination finale Cuzco ", ajoute Fujita. « Il est également remarquable que, dans ces familles contemporaines de la noblesse Inca, il y ait une continuité depuis l'époque précolombienne ", déclare Ronald Elward. L'analyse de leur ADN mitochondrial suggère un marqueur matrilinéaire très varié dont les homologues se retrouvent partout dans les Andes, reflétant un flux génétique élevé. " Cela reflète probablement les alliances politiques par des mariages arrangés entre la noblesse de Cuzco et les filles des seigneurs des royaumes et des chefferies dans tout l'empire ", déclare José Sandoval.

 

Maukallacta2Mauka llacta

 

Ce travail est la suite de plusieurs études réalisées par l'équipe pour reconstruire l'histoire sud-américaine par la génétique et également financée par une subvention antérieure du projet Genographic (Geno 1.0) menée en Amérique du Sud par Fabricio Santos. Deux ouvrages publiés comprenaient les racines antiques uniques des Uros, des gens des îles flottantes du lac Titicaca  et des  Quechwa-Lamistas en Amazonie péruvienne. Les Uros modernes sont des gens parlant Aymara, que certains ont supposé être des gens de l'ethnie Aymara qui ont profité du tourisme en vivant sur les îles flottantes. Cependant, l'équipe a montré qu'il s'agissait de personnes génétiquement isolées qui avaient perdu leur langue originale, en passant à la langue aymara, plus largement utilisée. D'autre part les Quechwa-Lamista sont des peuples amazoniens qui parlent la langue andine quechua et ils étaient présumés descendants des chancas andins, anciens ennemis des Incas, qui avaient été chassés par eux vers l'Amazonie. L'ADN a montré qu'ils sont en réalité des descendants de peuples amazoniens linguistiquement différents qui ont été rassemblés par des missions catholiques et ont appris la langue Quechua (apprise par les missionnaires des Andes) pour une meilleure évangélisation...

" Dans certains cas, la génétique nous montre quelque chose de différent de l'histoire officielle. Ce qui n'est pas écrit ou mal écrit dans les documents historiques peut être révélé par ce qui est écrit dans notre ADN. ". Conclut Ricardo Fujita. " Cette étude n'est que la pointe de l'iceberg en essayant de résoudre une partie de plusieurs énigmes de l'une des civilisations les plus remarquables. L'ADN des restes corporels d'un monarque Inca ou d'un descendant direct qui vivait au début de la colonisation espagnole pourrait donner plus de certitude sur la lignée des Incas, et notre équipe attend ça avec impatience ", déclare Jose Sandoval.

Source de l'article :  Communiqué de presse de l' UNIVERSITÉ DE SAN MARTIN DE PORRES

 

Yves Herbo : notons qu'une troisième hypothèse fondatrice des Incas existe, non reliée aux mythes mais plus "archéologique", suite aux traces d'une civilisation inconnue sortant d'Amazonie, celle de la naissance du peuple inca dans ces régions amazoniennes et de leur expansion vers le lac Titicaca puis Cuzco... Comme on voit dans cette étude génétique, les deux mythes fondateurs semblent pouvoir avoir une certaine réalité (succession de chefs durant la durée du voyage qui a pu être plus long que supposé entre l'Amazonie et Cuzco via Titicaca (700 km env.), ou Titicaca et Cuzco (500 km) et Paccarictambo et Cuzco (50 km seulement)...

Yves Herbo Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.fr/, 08-04-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie échange auteur lire mystère légendes Moyen-Age

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.