Maya Mexique - redécouverte de souterrains rituels intacts

Maya Mexique - redécouverte de souterrains rituels intacts

 

Chichenitza grottesmexique1 600photo KARLA ORTEGA

 

Si on suit les publications du Smithsonian Magazine, puis du National Geographic et beaucoup de sites scientifiques, les archéologues ont (re)découvert une grotte souterraine au Mexique remplie d’objets façonnés intacts de la culture maya. En effet, après sa découverte initiale par des agriculteurs en 1966, le système de grottes Balamku a été visité par l'archéologue Víctor Segovia Pinto, qui a rédigé un rapide rapport notant la présence d'une quantité considérable de matériel archéologique, détaillant 155 objets à l’intérieur de la grotte. Mais au lieu de fouiller le site, Ségovia a alors ordonné aux fermiers de sceller l’entrée, et tous les enregistrements de la découverte de la grotte semblaient disparaître...

Les raisons pour lesquelles Ségovia (décédé en 1995) décida de sceller une découverte aussi phénoménale sont inconnues. Cela est toujours débattu, peut-être comptait-il revenir et qu'il n'a jamais pu. Ce faisant, il a par inadvertance (ou par choix, préservant une "capsule temporelle" intacte ?) donné aux chercheurs une «seconde chance» sans précédent de répondre à certaines des questions les plus difficiles qui continuent de susciter la controverse parmi les mayanistes, telles que le niveau de contact et d'influence échangés entre les différentes cultures mésoaméricaines. ce qui se passait dans le monde maya avant la chute de Chichén Itzá...

El castillo temple de kukulkan mexiqueVue nord-ouest du El Castillo (temple de Kukulkan). 

 

L'Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique (INAH) a annoncé et confirmé de son côté que les chambres souterraines contiendraient plus de 150 artefacts de la Terminal Classic Maya (800-1000 après JC) dans leurs contextes d'origineLa découverte a été faite sur un site majeur des ruines mayas appelé Chichén Itzá, dans la péninsule mexicaine du Yucatan. Cet impressionnant complexe de bâtiments, de temples et de palais en ruines comprend la célèbre pyramide à gradins appelée El Castillo, un temple dédié à la divinité du serpent maya, Kukulcan. Le temple se trouve au centre d'un vaste site archéologique, l'une des villes les plus importantes de la région. Chichén Itzá, après un début d'existence aux alentours de 250, s'est imposé vers 600 après JC et est devenu une puissance économique régionale majeure, dominant ses voisins jusqu'à son abandon pour des raisons inconnues au 13ème siècle, peut-être une fuite devant l'invasion du souverain voisin, Mayapan...

Balamku est resté scellé pendant plus de 50 ans, jusqu'à sa réouverture en 2018 par Guillermo de Anda, archéologue aquatique, enquêteur de l'INAH, et son équipe d'enquêteurs du projet Great Maya Aquifer, alors qu'ils cherchaient la nappe phréatique située sous Chichén Itzá. En fait, ils ont découvert la grotte uniquement parce qu'ils avaient sollicité l'aide de Luis Un, qui, alors qu'il était encore adolescent. avait été avec les agriculteurs quand ils étaient tombés sur Balamku...

 

Chichenitza grottesmexique1photo KARLA ORTEGA

 

De Anda se rappelle avoir passé des heures sur le ventre à travers les tunnels étroits de Balamku avant que son phare éclaire quelque chose d'inattendu: une cascade d'offrandes laissées par les anciens habitants de Chichén Itzá, si parfaitement préservées et si intactes que des stalagmites s'étaient formées autour des brûleurs d'encens, vases, assiettes décorées et autres objets dans la caverne :

Le Great Maya Aquifer Project explore actuellement l’énorme système de grottes situé sous la péninsule du Yucatan, qui, avec ses 215 km de long, forme la plus longue grotte inondée jamais découverte sur Terre.

Dans le cadre de ce projet, l'archéologue subaquatique Guillermo de Anda et d'autres membres de l'équipe du projet de l'aquifère de la Great Maya ont ouvert une nouvelle zone du réseau de grottes et ont découvert qu'elle était remplie d'anciens artefacts mayas.

 

Balamku fresque de la structure iBalamku fresque de la structure I - Photo par Arian Zwegers CC BY 2.0

 

Se rappelant le moment où il est entré dans la grotte de Balamku (ou "dieu Jaguar"), de Anda a déclaré: « Je ne pouvais pas parler, j'ai commencé à pleurer. J'ai analysé les restes humains dans le Cenote sacré de [Chichén Itzá], mais rien ne se compare à la sensation que j'ai eue d'entrer, seul, pour la première fois dans cette grotte », selon National Geographic. Il a ajouté: " Vous sentez presque la présence des Mayas qui ont déposé ces choses là-bas. "

Pour accéder uniquement à la première des sept chambres d'offrande rituelles identifiées jusqu'à présent à Balamku, les archéologues doivent ramper à plat ventre sur des centaines de mètres de passages tortueux. Dans le rapport original sur la grotte (récemment découvert par l'archéologue et enquêteur du GAM, James Brady, de la California State University, Los Angeles), Ségovie a identifié 155 artefacts, certains portant les visages du dieu de la pluie toltèque, Tláloc, et d'autres portant les marques de l'arbre sacré de ceiba, une représentation puissante de l'univers maya. En comparaison, la grotte voisine de Balankanché, site rituel mis au jour en 1959, ne contient que 70 objets.

 

Balamku mexique2Balamku, Campeche, Mexique. Photo par HJPD CC BY 3.0

 

« Balamku semble être la « mère » de Balankanché », déclare de Anda. « Je ne veux pas dire que la quantité est plus importante que l'information, mais quand vous voyez qu'il y a beaucoup, beaucoup d'offres dans une grotte qui est aussi beaucoup plus difficile d'accès, cela nous dit quelque chose

Lors de la fouille de Balankanché en 1959, les grottes étaient toujours cartographiées à la main dans l'obscurité et les artefacts étaient systématiquement retirés de leurs sites, nettoyés puis remis en place. Parmi tous les brûleurs d’encens trouvés chez Balankanché qui étaient remplis de matériaux qui auraient pu fournir des preuves définitives relatives à la chronologie du site, par exemple, un seul a été analysé...

 

Balamku mexique1Vue d'une ancienne frise maya dans les ruines de Balamku, Mexique

 

L’emplacement de la grotte, la difficulté de la voie d’accès et le nombre d’objets trouvés suggèrent qu’il s’agissait d’un site sacré extrêmement important. Les archéologues ont décidé de laisser les objets en place, dans le respect de la culture et des coutumes locales. On sait que les cavernes souterraines et les cenotes (gouffres) occupaient une place particulière dans la culture maya, représentant des ouvertures sur le monde souterrain. Pour cette raison, ils étaient attribués comme des espaces sacrés et jouent de nos jours un rôle crucial dans la compréhension de la culture et de la vision du monde de cette importante civilisation.

 

Balamku mexique3Vue de la pyramide maya en ruine dans l'enceinte archéologique de Balamku dans la réserve de la biosphère de Calakmul, Campeche, Mexique

 

En plus d'examiner les objets eux-mêmes, les archéologues espèrent utiliser des technologies de pointe pour analyser les matériaux présents dans les offrandes et autour de celles-ci, ce qui pourrait donner une idée de ce qui s'est réellement passé dans ces rituels rupestres. Malheureusement, le principe de nettoyer les pièces archéologiques pour les exposer, et encore de nos jours, ne tient pas compte des dernières techniques permettant d'analyser plus précisément les sédiments et matières organiques ou non enveloppant les artefacts...

 

 

Comme le commente de Anda, cette découverte représente une opportunité importante pour les archéologues. «Balamku peut nous dire non seulement le moment de l'effondrement de Chichén Itzá, mais aussi probablement le moment de son commencement. Nous avons maintenant un contexte scellé, avec une grande quantité d'informations, y compris de la matière organique utilisable, que nous pouvons utiliser pour comprendre le développement de Chichén Itzá. ”

Chichenitza grottesmexique2Un autre endroit où des artefacts en céramique et en jade ont été regroupés, notamment des statuettes en jade en bas à droite. photo KARLA ORTEGA

 

 

Sources : 

http://www.thehistoryblog.com/archives/54473

https://www.nationalgeographic.com/culture/2019/03/maya-ritual-balamku-cave-stuns-archaeologists/

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 14-03-2019

 

archéologie interviews échange lire mystère Mexique antiquité

Ajouter un commentaire