Archives SFH

Vous trouverez dans cette catégorie les articles faisant références à des photos, articles de journeaux ou autres, vidéos, extraits des années et décennies précédentes et concernant tous les sujets traités sur ce blog. Ces archives sont à titre consultatif et informatif uniquement, toute commercialisation est prohibée.

Chasseurs d'OVNIs (UFO Hunters) - Saison 1

Chasseurs d'OVNIs (UFO Hunters) - Saison 1 - MAJ FIN Saison 1

 

Ufo hunters saison1

Il s`agit d`une série d`enquêtes sur les OVNIS et Phénomènes connexes, mené à partir des investigations du site NY-SPI... "New York Strange Phenomena Investigators".

NY-SPI a été fondé en 2006 et est basé à Manhattan. Il est composé d`un groupe restreint de professionnels formés uniquement avec des décennies d`expérience dans le domaine ufologie sur le terrain. L`équipe emploie diverses méthodes scientifiques pour disséquer et examiner les phénomènes physiques, statistiques et psychologiques associés à ces phénomènes. Avec cas d'examens bien établis et des protocoles de recherche en place, ces enquêteurs sont équipés pour reconstituer les détails des observations d`OVNI possible ou «enlèvements» et de déterminer leur validité et leur crédibilité. Chaque cas est poursuivi et traité comme un nouveau mystère. 

Titre Original : UFO Hunters

Année 1ère diffusion : 2008

Origine de la série : Etats-Unis (USA) Genre : Téléréalité, documentaire, Paranormal, Ufologie

Nombre de Saisons : 3 - Saison 1 en [VF] 13 épisodes. Saison 2 en [VF] 13 épisodes. Saison 3 en [VF] 13 épisodes.

Nombre d'épisodes total série : 39 épisodes de 42 minutes

Bill Birnes, Ted Ackworth et Pat Uskert enquêtent sur des objets volants non identifiés qui ont été aperçus aux quatre coins des États-Unis. Ils tentent de séparer le vrai du faux à l'aide de témoignages, d'expériences scientifiques et de documents gouvernementaux. Les événements les plus récents bénéficient parfois d'une abondance de preuves audio ou vidéo, tandis qu'une affaire datant de 1897 oblige l'équipe à creuser dans un puits condamné depuis longtemps. En outre, le trio pose un nouveau regard sur l'affaire Roswell, examine les dossiers d'un enquêteur célèbre, et se rend au Royaume-Uni, où il semble que le ciel soit rempli de phénomènes inexpliqués.

Ufohunters

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x01 - Les ovnis avant Roswell

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x02 - Objets immergés non identifiés

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x03 - Les enlèvements

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) S01x04 Écrasement et récupération d'un ovni

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) S01x05 Les militaires contre les ovnis

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x06 - Les policiers et les ovnis

Lire la suite

Série : Les OVNIs envahissent l'Europe

Série : Les OVNIs envahissent l'Europe

 

hessdalen-ufo-spectre.jpg

 

ovnissicile.jpg

Un couple d'objets brillants non identifiés ont été photographiés récemment (08/2010) dans le ciel Lipari (photo), à l'endroit où ces jours il y avait un fort tremblement de terre. Juste une coïncidence ?

Dans la mini-série de 7 épisodes de National Geographic ChannelLes OVNIs envahissent l'Europe ". Les histoires d'ovnis sont généralement associées aux déserts poussiéreux des États-Unis. Mais le ciel européen possède aussi son lot d'histoires étranges et déroutantes, cette série révèle les faits les plus troublants du vieux continent. 

Durant l'apogée de la Guerre Froide, un pilote américain disparait en mission, alors qu'il devait intercepter une cible non-identifiée au-dessus de la mer du Nord. Lorsque son avion est découvert, le cockpit est bien fermé pourtant son corps n'est pas retrouvé à l'intérieur.

En 2004, dans un petit village sur une île de Sicile, une série d'évènements inexpliqués a lieu. Un pécheur aperçoit une lumière rouge qui vole au-dessus de l'eau, des témoignages concernant des OVNIs sont signalés... Ce n'est que le début d'étranges et inquiétants phénomènes dans les alentours du village de Canneto di Caronia. (YH : phénomènes toujours inexpliqués et l'une des premières fois où des scientifiques et autorités admettent un possible lien avec des objets en forme de sphères rouges sortant de la mer...)

Enfin, un pilote est ridiculisé après avoir affirmé entrevoir un OVNI lors d'un entrainement...

 

Rencontres suspectes - Les Ovnis envahissent l'Europe épisode n°1

En 1979, un Ecossais est tombé nez à nez avec un ovni avant de perdre connaissance et de retrouver ses jambes striées de coupures profondes à son réveil. Dans les années 1980, les habitants de la vallée norvégienne de Hessdalen ont vu des lueurs inexpliquées. Enfin, en 1977, un jeune pilote portugais a expérimenté un face-à-face troublant en plein vol. Voir ces articles : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/phenomenes-lumineux-d-hessdalen-rien-de-resolu.html  + http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-hessdalen-un-mystere-scientifique.html

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 7

Ancient Aliens Saison 7 en français

 

Ancient aliens 1

Ancient Aliens ou Alien Theory est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Saison 4

Saison 5

Saison 6

Ancientaliensserie

 

S07E01 Passerelle céleste - HD Alien Theory - Ancient aliens (FR)

Une porte ouvrant vers d’autres dimensions, une grotte qui serait la porte des enfers… Est-il possible que des portes donnant sur d’autres univers existent vraiment sur Terre ?
Ces fameuses « portes aux étoiles » représentent-elles le lien avec des civilisations extraterrestres ?

 

 

S07E02 USA : United States of Aliens - HD Alien Theory - Ancient aliens

Des sculptures étranges, des apparitions mystérieuses et des phénomènes inexpliqués… Les livres d’Histoire nous dévoilent-ils toute la vérité sur le passé de l’Amérique ? Les légendes mystérieuses et les vestiges retrouvés aux quatre coins du pays sont-ils la preuve que le continent américain possède des origines extraterrestres ?

 

 

S07E03 Les enfants des étoiles - HD Alien Theory - Ancient aliens

Ils possèdent une intelligence surhumaine, des facultés époustouflantes et de mystérieux pouvoirs. Sur chaque continent, le don de certains enfants semble indiquer qu’ils viennent des étoiles…

 

Lire la suite

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi

Le mystère des têtes préhistoriques gravées dans la pierre : Marcahuasi, Pérou

+ Le Stonehenge Tropical au Brésil

 

Marcahuasi01 02

 

Ce n'est pas la première fois que des chercheurs, réels scientifiques ou simples amateurs, soupçonnent les Anciens d'avoir eu les capacités et connaissances nécessaires pour graver, tailler et façonner la pierre, non seulement sur quelques mètres, mais bien aussi sur des dizaines de mètres. Et en vérité, même si la science officielle préfère parler de "mimétisme de la nature et de coïncidences de formes", il se trouve de plus en plus d'endroits et de découvertes, surtout dans des lieux isolés et peu vus jusqu'à présent - comme la jungle amazonienne ou les falaises des iles orcades par exemple, ou encore récemment au Canada ou en Roumanie - où il assez probable que des peuples préhistoriques, partageant un même savoir, ont laissé sur des falaises de pierre leur empreinte ou leurs dieux... il ne peut plus s'agir de coïncidences tant le nombre a augmenté ces dernières années, voir les liens en bas... Voici encore un autre endroit sacré qui semble regorger d'une ou plusieurs étranges énergies magnétiques et spirituelles :

" Nos découvertes ont été faites comme ceci : En observant les rochers de près là où des milliers de personnes ont vécu, mais qui ne les voyaient pas telles qu'elles étaient réellement parce qu'ils manquaient de foi dans le monde magique et dans les œuvres d'art laissées par un ancêtre qui a créé l'humanité actuelle et en respectant ce monde qui a produit ces œuvres d'art incomparables, mais n'a laissé aucune signature.
 
Le travail artistique était lié au rythme de la vie, comme les battements du coeur, ou la respiration, ou de marcher sur cette terre. Ce fut un travail de magie.

L'humanité a oublié tout cela et envisage de se rendre sur la lune comme étant beaucoup plus important. Il ne peut pas expliquer l'apparition de ces hommes de génie qui brisent toutes les barrières pour arriver à des résultats surprenants sans les chercher pour eux-mêmes, et sans écouter les voix dogmatiques - qui tentent de réduire à des mots ce qui n'a pas de nom.

Nous démontrons dans ce livre que les gravures et les sculptures dans la roche naturelle, pouvant être vues à partir d'un point de vue ou une certaine direction, et dans des conditions d'éclairage spécial, donnent du crédit à un style qui ne peut être exprimé que par des hommes de foi profonde panthéiste. La technique de ces sculpteurs n'a pas été répétée dans l'histoire ultérieure.

Ces œuvres se trouvent dans différents endroits sur terre, très espacées les unes des autres, répétant les mêmes symboles, et avec une chose en commun : ils se retrouvent autour des montagnes sacrées, des temples de l'humanité perdue, de sorte qu'ils ne seront pas oubliés et qu'ils peut servir une fois de plus pour purifier et sauver l'humanité ".

 

Marcahuasi01 01Monument of Humanity


 
Ce sont les mots de Daniel Ruzo, trouvés dans l'introduction de son livre, "Marcahuasi L'histoire d'une découverte fantastique", d'abord publié en langue espagnole en 1974. Ruzo (1900 - 1993) était certainement l'un des pères du New-Âge :

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 6

Ancient Aliens Saison 6

 

Ancient aliens 1

Ancient Aliens ou Alien Theory est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Saison 4

Saison 5

Attention : les vidéos comportant dans leur titre un numéro et une saison ne respectent pas obligatoirement l'ordre original de la série : ce site se base lui sur le bon ordre approuvé par les producteurs originaux, qui correspond bien au site et aux résumés de O-Pied-du-Sphinx (bon boulot à signaler).

Ancientaliensserie

 

Ancient Aliens - Alien Theory - S06E01 - Les mystères du Chiffre 3 HD (FR)

S06E01 - Titre original : « The Power of Three » - La Vénération pour le nombre trois remonte à des milliers d'années, et peut encore être trouvée aujourd'hui dans l'art, l'architecture, la science, la littérature et la religion. Qu'est-ce que ce nombre qui continue de fasciner l'humanité ? Ce motif récurrent pourrait-il contenir un message profond ? Les anciens Égyptiens croyaient que la conception des trois pyramides de Gizeh venait des dieux. Diverses cultures à travers le monde ont adoré des êtres divins qui ont régné comme omniscient en triades. Isaac Newton a recherché les secrets de l'univers dans une ancienne tablette qui décrivait la puissance du nombre trois. Même le code de notre ADN est écrit dans un modèle de trois. La combinaison de tous les trios et trinité intégrés à travers le monde mythique et religieux pourraient suggérer que le pouvoir des trois permet en quelque sorte à l'humanité de se connecter avec le divin ou comme certains voudraient le croire, avec les forces extraterrestres? Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

 

Ancient Aliens - Alien Theory - S06E02 - Les Cranes de Cristal HD (FR)

S06E02 - Titre original : « The Crystal Skulls » - Reliques lumineuses en forme de crânes humains. Objets d'un autre monde censés maîtriser les secrets de l'univers. Est-ce que les crânes de cristal font partie d'un canular ? Ou possèdent-ils plutôt une grande puissance qui peut-être même d'un autre monde ? Les Crânes de Cristal sont parmi les d'objets antiques les plus controversés. Même s'il y a eu littéralement des centaines de crânes de cristal trouvés partout dans le monde, d'après la légende, il y en a seulement treize qui sont censées détenir un pouvoir mystique impressionnant dont les secrets seront révélés quand les crânes seront réunis pour former une grille mondiale. Cette soi-disant « réunion des crânes» pourrait-elle éveiller la connaissance sacrée des dieux? Connaissances qui ont été cachées à l'humanité depuis des milliers d'années? Et si oui, les crânes en cristal vont révéler la vérité sur notre passé extraterrestre, ou nous offrir un aperçu de notre avenir ? Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Ancient Aliens - Alien theory - S06E03 - La Connexion Anunnaki HD (FR)

Lire la suite

Le mystère mexicain est aussi à Hueyátlaco

Le mystère mexicain est aussi à Hueyátlaco - 2012 - MAJ 07-2015 - MAJ 10-2018

 

Hueyatlaco mexique

artifacts-mexique.jpg

Hueyatlaco est un site archéologique à Valsequillo, au Mexique. Plusieurs potentielles localités pré-Clovis ont été trouvées dans les années 1960 autour du bord du réservoir Valsequillo, au Mexique. L'une de ces localités est le site de Hueyatlaco. Ce site a été fouillé par Cynthia Irwin-Williams en 1962, 1964 et 1966.

Lors de l'une de ses premières excavations, Virginia Steen-McIntyre écrit : " Hueyátlaco est un site dangereux. Parler simplement publiquement des preuves géologiques de son grand âge suffit à mettre en péril sa carrière professionnelle. Trois de nos géologues peuvent en témoigner. Son existence même est blasphématoire car il remet en question un dogme fondamental du darwinisme, la philosophie dominante (ou de la religion, si vous voulez) du monde scientifique occidentale depuis les 150 dernières années. Ce dogme statue que, sur une longue période de temps, les membres de la famille humaine sont généralement devenus de plus en plus intelligents. Le site Hueyátlaco est donc « impossible », car à la mi-Pléistocène, les humains n'étaient pas assez intelligents pour faire tout ce que les éléments de preuve impliquent. En outre, il n'y a pas de " stock " au Nouveau Monde d'anthropoïdes à partir duquel ils auraient pu évoluer... :

mastodon.jpg


Le site archéologique de Hueyatlaco est situé sur la péninsule Tetela, le long de la rive nord du réservoir Valsequillo dans l'État de Puebla, au Mexique, à environ 100 km au sud-est de Mexico et 10 km au sud de la ville de Puebla.

Dans les années 1960, des outils de pierre sophistiqués rivalisant avec les meilleurs travaux de Cro-Magnon en Europe ont été découverts par le professeur Juan Camacho Armenta et Cynthia Irwin-Williams à Hueyatlaco, près de Valsequillo.

cynthia-irwin-williams.jpg

 Dr. Cynthia Irwin-Williams

Après les fouilles des années 1960, le site est devenu célèbre en raison des analyses des géochronologistes qui indiquent que l'habitation humaine au Hueyatlaco est datée à 250.000 années avant le présent !

Des excavations contenant des outils humains à Valsequillo, au Mexique, ont été datés à environ 250.000 ans avant le présent, par datation des matériaux volcaniques par fission-track et datation par uranium d'un bassin de chameau. Le dilemme posé par ces dates est clairement indiqué dans la citation suivante tirée des conclusions de l'article en question.

juanarmenta.jpg

Professor Juan Armenta Camacho

« Les preuves présentées ici indiquent généralement que le site est Hueyatlaco a environ 250.000 ans d'âge. Nous qui avons travaillé sur les aspects géologiques de la région Valsequillo sommes douloureusement conscients qu'un si grand âge pose un dilemme archéologique. Si la datation géologique est correcte, ces outils en pierre sophistiqués ont été utilisés à Valsequillo longtemps avant que des outils analogues aient été développés en Europe et en Asie. Ainsi, notre collègue, Cynthia Irwin-Williams, a critiqué les méthodes de datation que nous avons utilisés, et elle veut que nous soulignons que l'âge de 250.000 ans est pratiquement impossible. "
(Steen-McIntyre, Virginia, et al; “Geologic Evidence for Age of Deposits at Hueyatlaco Archeological Site, Valsequillo, Mexico,” Quaternary Research, 16:1, 1981.)

virginia-steen-mcintyre.jpg

Credit: mcremo.com

Ces résultats controversés sont d'un ordre de grandeur de trop par rapport au consensus scientifique sur l'habitation humaine du Nouveau Monde (qui replace généralement l'expansion de la migration humaine vers le Nouveau Monde entre 13.000 à 16.000 ans avant maintenant). Les résultats de Hueyatlaco ont pour la plupart été désavoués par la communauté scientifique, et nous n'en avons vu que quelques discussions occasionnelles dans la littérature...

Selon Steen-McIntyre " nous avons des preuves pour deux crânes humains primitifs. Le crâne Dorenberg a été prélevé dans la région il y a 100 ans (Reichelt, 1899 (1900)). Les cavités intérieures ont été remplis avec une diatomite qui contient la même suite de datation-Sangamon d'ensembles de taxons qui se produit avec les artefacts associés à Hueyátlaco (VanLandingham 2000, 2002b, c, 2003). Il a été exposé dans un musée de Leipzig depuis de nombreuses années, et a été détruit pendant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes à la recherche d'une photo ou d'un dessin de celui-ci.

La deuxième crâne, le crâne Ostrander, est connu pour avoir été illégalement déterré à Hueyátlaco dans le courant de la fin des années 60 ou début des années 70 et récemment a été remis à une tribu amérindienne pour réinhumation. Aucune tentative n'a été faite pour le dater ! "

ostrander-skull.jpg

Ostrander skull to the rignt, allegedly from the Hueyatlaco Site. On the left a modern skull - Credit:  Austin Whittall patagoniamonsters.blogspot.com

Cynthia Irwin-Williams a dirigé l'équipe qui a fouillé le site en 1962. La fouille est souvent associée à Virginia Steen-McIntyre en raison de ses efforts continus pour faire connaître ses conclusions et ses opinions. Cependant, le site a effectivement été découvert par Juan Camacho Armenta et Irwin-WilliamsSteen-McIntyre a rejoint l'équipe en 1966 en tant qu'étudiante diplômée, à la demande du géologue Hal Malde, du projet. L'excavation a été associée à l'US Geological Survey.

La région, environ 75 miles au SE de Mexico, était connue pour son abondance en fossiles d'animaux, et Irwin-Williams a décrit Hueyatlaco comme un « site d'abattage » où les animaux ont été chassés et massacrés.

artifacts-mexique.jpg

 

D'autres outils, plus bruts, ont été trouvés à l'emplacement d'un site archéologique voisin de El Horno. Pour ces deux sites archéologiques, l'analyse géologique des couches stratigraphiques ne font aucun doute, ces artefacts datent tous d'environ 250 000 ans. Les géologues ont utilisé quatre méthodes pour dater ces artefacts aussi anciens : par analyse de l'uranium, par la voie de la fission, par la chronostratigraphie sur l'hydration tephra et par analyse de la désagrégation minérale.

Les excavations ont été conduites par l'intermédiaire des protocoles standard, y compris sécuriser les sites pour empêcher une violation ou des perturbations accidentelles. Pendant l'excavation, les investigateurs ont découvert de nombreux outils en pierre. Les outils se sont étendus d'instruments relativement primitifs liés à un plus petit site associé, jusqu'à des articles plus sophistiqués tels que des grattoirs et des lames à deux tranchants découverts au site principal d'excavation. La diversité des outils faits à partir de matériaux non-locaux a suggéré que la région ait été employée par des groupes multiples sur une période considérable.

slide07.jpg

 

En 1967, Jose L. Lorenzo de l'Instituto Nacional de Antropología e Historia a dénoncé que des instruments avaient été ajoutés au site par les travailleurs locaux de façon à rendre difficile ou impossible de déterminer quels objets façonnés avaient été découverts in situ et ce qui avaient été ajoutés. Irwin-Williams se défend que les réclamations de Lorenzo étaient malveillantes et sans mérites. En outre, en 1969, Irwin-Williams a cité les déclarations d'appuis de trois archéologues et anthropologues importants (Richard MacNeish, Hannah Marie Wormington et Frederick A. Peterson) qui chacun avaient visité le site indépendamment et avaient certifié à l'intégrité des excavations et à la professionnalisme de la méthodologie du groupe.

Mi-1969, Szabo, Malde et Irwin-Williams ont édité leur premier document au sujet de la datation du site d'excavation. Les outils en pierre ont été découverts in situ dans une strate qui contient également des restes animaux. La datation au carbone radioactif des restes d'animaux a produit un âge de plus de 35.000 ans avant maintenant. La datation à l'uranium a produit un âge de 260.000 ans avant maintenant avec ± 60.000 ans.
Le site avait été enterré par la cendre de La Malinche. Le réservoir, qui se trouve 100 kilomètres au sud-est de Mexico et au sud de la ville de Puebla est entouré par quatre des volcans les plus célèbres du Mexique : Tláloc, Iztaccíhuatl, Popocatepetl, et La Malinche, qui est montrée ci-dessous.

800px-matlalcueitl.jpg


Les auteurs ont admis qu'ils n'ont eu aucune explication définitive pour les résultats anormaux. Cependant, Malde a suggéré que les strates d'outils en question aient été probablement érodées par un antique lit de rivière, de ce fait combinant des strates plus anciennes et plus nouvelles et compliquant la datation.

En 1973, Steen-MacIntyre, Malde et Roald Fryxell retournent à Hueyatalco pour réexaminer les strates géographiques et pour déterminer plus exactement un âge pour les strates d'outils. Ils pouvaient éliminer l'hypothèse de l'érosion "streambed" de Malde. D'ailleurs, l'équipe a entrepris une analyse approfondie de cendres volcaniques et de ponces du site original d'excavation et de la région environnante. En suivant la méthode de datation par voie de fission de zircon, le geochimiste C.W. Naeser a daté des échantillons de cendres des strates des outils de Hueyatlaco à 370.000 +/- 240.000 ans avant maintenant...

elhorno-mexique1.jpg

La confirmation d'un âge anormalement éloigné pour une habitation humaine du site de Hueyatlaco a amené une tension entre Irwin-Williams et les autres membres de l'équipe. Malde et Fryxell ont annoncé les résultats à une conférence à la Geological Society of America, admettant qu'ils ne pourraient pas expliquer les résultats anormaux. Irwin-Williams a répondu en décrivant leur annonce comme « irresponsable ». Etant donné la marge d'erreur substantielle pour les résultats par la voie de la fission, et la alors trop nouvelle méthode de datation à l'uranium, Irwin-Williams a affirmé que Hueyatlaco n'avait pas été exactement daté à sa satisfaction.

el-homo.jpg


Extrait de lettre à Marie Wormington de Dr. Cynthia Irwin-Williams [vers 1969] :

« … En attendant, j'ai récemment reçu une lettre de Hal, avec quelques dates en uranium (complètement folles) sur le matériel de Valsequillo. Je ne vois pas comment il peut les prendre au sérieux puisqu'elles sont en conflit avec l'archéologie, avec ses propres corrélations géologiques, et avec un couple de datations au C14. Cependant, Dieu nous aide, il veut publier immédiatement ! Je joins une copie de la lettre et de ma réponse à Hal. Inutile de dire que n'importe quelle contrainte que vous pouvez exercer sur lui serait considérablement appréciée. Tout ce que nous devons faire en ce moment est de mettre de la substance dans la publication et chaque préhistorien honorable dans le pays roulera dans les bas-côtés. »

Le 30 mars 1981, Steen-McIntyre a écrit à Estella Leopold, le rédacteur adjoint de Quaternary Research : « Le problème que je vois est beaucoup plus grand que Hueyatlaco. Il concerne la manipulation de la pensée scientifique par la suppression « des données énigmatiques, « les données qui contestent le mode actuel de la pensée. Hueyatlaco fait certainement cela ! N'étant pas un anthropologue, je n'ai pas réalisé la pleine importance de nos datations à l'époque de 1973, ni comment profondément tissée dans notre pensée la théorie actuelle de l'évolution humaine était devenue. Notre travail chez Hueyatlaco a été rejeté par la plupart des archéologues parce qu'il contredit cette théorie, période. » Par la suite, Quaternary Research (1981) a édité un article par Virginia Steen-McIntyre, Roald Fryxell et Harold E. Malde. Il a confirmé un âge de 250.000 ans pour le site de Hueyatlaco. Cynthia Irwin-Williams (1981) s'est opposée à ces résultats dans une lettre répondant à ces auteurs. Ses objections étaient point pour point répondus dans une contre- lettre de Malde et de Steen-McIntyre (1981).

 

elhorno-mexique.jpg

Le cas de Virginia Steen-McIntyre ouvre une fenêtre rare dans les processus sociaux réels de la suppression de données en paleoanthropologie, des processus qui impliquent un grand échange de chocs et de conflits. Généralement cependant, ceci continue dans les coulisses, et le public ne voit seulement que les journaux et les livres soigneusement édités de fin d'enquête qui sont passés par les censeurs.

L'étape de Sangamonian, également connue sous le nom du Sangamon interglaciaire, est le nom employé par les géologues spécialistes du quaternaire pour indiquer la dernière période interglaciaire en Amérique du Nord il y a de 125,000 à 75,000 ans, une période de 0,05 million d'années. L'étape de Sangamonian précède l'étape de Wisconsinan (le Wisconsin) et suit l'étape d'Illinoian en Amérique du Nord.

slide01.jpg

Credit: Chris Hardaker http://valsequillo.earthmeasure.com/

En 2003-2004 fut lancé " El Proyecto Arqueológico Hueyatlaco ". C'est une initiative binationale entre spécialistes des mêmes disciplines : géologie volcanique, paléontologie et archéologie, de l'Instituto Nacional de Antropología e Historia" du Mexique (INAH), ainsi que l'Université autonome de Mexico et l'université du Texas (États-Unis). Le directeur Joaquín Arroyo Cabrales, du Laboratoire d'Archéozoologie de l'INAH et membre du projet de Hueyatlaco est venu faire une visite d'inspection sur le site en mai 2004.

Les datations de nouvelles empreintes et artéfacts ainsi que des restes d'animaux, données par les équipes du "Projet archéologique de Hueyatlaco" tournent autour de 40.000 ans. Cette date est confirmée par l'équipe de l'Université John Moores de Liverpool.

Le biologiste Oscar Polaco, sous-directeur des laboratoires d'analyses au service de l'Institut National Anthropologie et d'Histoire de Mexico (INAH) rappelle que " les sites de la Cuenca del Valsequillo furent depuis longtemps une aire archéologique où l'on découvre les empreintes les plus anciennes avec celles d' El Cedral dans l'État de San Luis Potosil'île del spiritu santo et en Baja California, toutes datées de 35.000 ans à 40.000 ans. Le site de Valsequillo se situe, tout comme le site de Pedra Furada au brésil ou encore celui de Calexico aux États-Unisdans la fourchette de dates du peuplement de l'Amérique entre 50.000 ans et 300.000 ans ".

Le Centre de Géochronologie de l'Université de Californie à Berkeley, a daté les sédiments du volcan à un million trois cent mille ans. Les empreintes humaines dateraient-elles de cette époque ? L'équipe scientifique de l'Université John Moores de Liverpool, dit que si cela se révèle exact, il ne s'agirait point de l'Homo Sapiens. Cette date leur semble peu probable, ou alors un hominidé antérieur à l'Homo Sapiens.

valesequillo.jpg

 

Ces derniers temps, le site de Hueyatlaco a été réexaminé par le Dr. Sam VanLandingham employant la méthodologie de datation par diatomée pour confirmer ou infirmer les dates anormalement anciennes assignées par Malde, Steen-McIntyre et Fryxell :

Des objets façonnés importants ont été trouvés in situ (c.-à-d., non déposés) dans des dépôts lacustres dans la région de Valsequillo. Ces dépôts contiennent beaucoup de diatomées qui indiquent un âge correspondant au Sangamonian interglaciaire sensu lato (80.000 à CA 220,000 ans avant le présent). Deux des quatre échantillons dans cette étude sont associés au crâne de Dorenberg ou aux unités stratigraphiques qui contiennent les outils bifaces. Les autres deux échantillons sont des dépôts diatomés qui sont également Sangamonian et stratigraphiquement au-dessus des unités d'objet façonné. Ces quatre échantillons diatomés ont rapporté 30 taxa éteints et 143 extant de diatomée.

Les âges des quatre échantillons correspondent à d'autres échantillons diatomés (dont certains sont associés aux objets façonnés) provenant des localités voisines de Valsequillo. Un âge post-Sangamonian pour ces échantillons de quatre diatomées est escompté par la présence des Navicula bronislaae et N. dorenbergi, qui ont des gammes stratigraphiques courtes et sont connus seulement pour le Sangamonian (ou de ses équivalents), et par 13 diatomées qui évidemment ont connu de longues gammes et extinctions stratigraphiques avant la fin du Sangamonian.
Un âge pas plus ancien que Sangamonian pour les objets façonnés et leurs dépôts diatomés enclavés est indiqué par la présence de deux diatomées (Epithemia zebra var. undulata and Navicula creguti) connues seulement au Sangamonian (ou égal en âge) ou plus jeunes et par une diatomée étandue, la Cymbella cistula var. gibbosa (C. gibbosa), qui a sa première occurrence dans le Sangamonian.

La biostratigraphie de diatomée présentée ci-dessus établit un âge minimum (Sangamonian) et un âge maximum (Illinoian) pour les objets façonnés (bifaciaux) les plus jeunes du site archéologique de Hueyatlaco dans les unités B, C, et E, Puebla, Mexique.

VanLandingham a employé la biostratigraphie de diatomée en déterminant un minimum (Sangamonian = 80.000  à 220, 000 années. avant le Présent) et un maximum (Illinoian = 220,000 à 430,000 années avant le Présent) pour les objets façonnés de Hueyatlaco, Puebla, Mexique. Nova Hedwigia (février 2009), Beiheft 135, P. 15-36.

Citation de l'abrégé : La biostratigraphie de diatomée présentée ci-dessus établit un minimum (Sangamonian) et un âge maximum (Illinoian) pour les objets façonnés (bifaciaux) les plus jeunes du site archéologique de Hueyatlaco dans les unités B, C, et E, Puebla, Mexique. L'un des 13 échantillons dans cette étude est issu d'une position dans l'âge de Sangamonian qui est stratigraphiquement plus haute que les objets façonnés. L'âge minimum de cet échantillon (à partir de l'unité B) est démontré par 6 taxas qui se sont éteints à la fin du Sangamonian, et son âge maximum (aussi Sangamonian) est dénoté par 3 taxa avec les premières occurrences le plus tôt connues dans le Sangamonian. Les diatomées des autres 12 échantillons ont un âge minimum de Sangamonian. Trois des 13 échantillons sont dans l'unité I et aucun objet façonné de Hueyatlaco n'est connu au-dessous de cette unité.

slide09.jpg

 

Sources : Chris Hardaker - http://beforeitsnews.com/beyond-science/2012/10/hueyatlaco-250000-year-old-settlement-in-mexico-found-under-volcanic-ash-2439498.html?currentSplittedPage=0

The First American: The Suppressed Story of the People Who Discovered the New World (New Page Books, 2007)
http://www.amazon.com/First-American-Suppressed-People-Discovered/dp/1564149420
http://www.earthmeasure.com/first-american.html

http://gordonwagner.wordpress.com/2010/10/23/250000-year-old-mastodon-hunter-from-puebla/

http://www.bibliotecapleyades.net/ciencia/esp_ciencia_life18.htm

http://csfa.tamu.edu/research.php

http://valsequillo.earthmeasure.com/

^ Irwin-Williams, C., et al., Comments on the Associations of Archaeological Materials and Extinct Fauna in the Valsequillo Region Puebla Mexico, American Antiquity, Volume 34, Number 1, Pages 82-83, Jan 1969

^ Szabo, B.J., Malde, H.E., and Irwin-Williams, C., Dilemma Posed By Uranium-Series Dates On Archaeologically Significant Bones From Valsequillo Puebla Mexico, Earth and Planetary Science Letters, Volume 6, Pages 237-244, Jul 1969

^ Gonzalez, Silvia; Huddart, David; and Bennett Matthew. (2006) Valsequillo Pleistocene archaeology and dating : ongoing controversy in Central Mexico . World Archaeology, 2006, vol. 38, no4, pp. 611-627.

^ a b Irwin-Williams, C., et al., Comments on the Associations of Archaeological Materials and Extinct Fauna in the Valsequillo Region Puebla Mexico, American Antiquity, Volume 34, Number 1, Pages 82-83, Jan 1969

^ Irwin-Williams, Cynthia. (1978) Summary of Archeological Evidence from the Valsequillo Region, Puebla, Mexico. In Cultural Continuity in Mesoamerica, David L. Browman, ed. The Hague: Mouton Publishers.

^ a b c d e f g h Webb, Mark Owen and Suzanne Clark. (1999). “Anatomy of an Anomaly .” Disputatio, 6.

^ Szabo, B.J., Malde, H.E., and Irwin-Williams, C., Dilemma Posed By Uranium-Series Dates On Archaeologically Significant Bones From Valsequillo Puebla Mexico, Earth and Planetary Science Letters, Volume 6, Pages 237-244, Jul 1969

^ Steen-McIntyre, V., R. Fyxell and H. Malde. (1981) Geologic Evidence for Age Deposits at Hueyatlaco Archaeological Site Valsequillo Mexico, Quaternary Research, Number 16, Pages 1-17, 1981

^ http://www.xmission.com/~tlacy/mom.txt

^ VanLandingham, S.L., Corroboration of Sangamonian Age of Artifacts From the Valsequillo Region Puebla Mexico By Means of Diatom Biostratigraphy, Micropaleontology, Volume 50, Number 4, Pages 313-342, 2004

^ VanLandingham, S.L., Diatom Evidence For Autocthonous Artifact Deposition In the Valsequillo Region Puebla Mexico During Sangamonian (sensu lato = 80,0000 to ca. 220,000 yr BP and Illinoian (220,000 to 430,000 yr BP)), Journal of Paleolimnology, Volume 36, Number 1, Pages 101-116, Jul 2006

http://ancientstuff.maxforum.org/2012/09/09/evidence-for-modern-humans-in-americas-250000-year/

http://valsequillo.earthmeasure.com/Val3/content/Slide07_large.html

http://patagoniamonsters.blogspot.com/2011/01/ostrander-skull-supposedly-erectus.htm

Wikipedia - YouTube

 

MAJ 2015 et 2018 :

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 5

Ancient Aliens Saison 5 - Up 10-2018

 

Ancient aliens 1

 

Ancient Aliens ou Alien Theory est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Saison 4

Ancientaliensserie

 

Alien Theory S05E01 Les Pyramides, Structures de Mystères - VF

Alien Theory S05E01 Les Pyramides, Structures de Mystères - VF

- Pendant des milliers d'années, les pyramides ont été les plus grandes structures sur Terre. Les plus connus ont été construits en Égypte et en Amérique centrale, mais d'autres ont été trouvés partout dans le monde, notamment en Chine, en Afrique et en Indonésie. Mais dans quel but, à quoi servent-ils? Les chercheurs observent les étranges similitudes entre toutes les pyramides, ainsi que leurs positions géographiques, stratégiques et connexions spirituelles qui existent entre ces mystérieuses structures monumentales. - Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

Alien Theory S05E02 - Étranges Dissimulations

Alien Theory S05E02 - Étranges Dissimulations - VF

 

 En 1980, trois jeunes militaires ont été envoyés dans une forêt au Royaume-Uni pour enquêter sur d'étranges lumières. Ils auraient rencontré un vaisseau d'origine inconnue. Lorsque l'un des hommes l'a touché, il affirme avoir reçu par télépathie, une longue séquence de code binaire, qu’il a ensuite écrit et traduit. Les militaires leur ont ordonné de ne jamais parler de l'incident. Pourquoi est-ce ces rencontres d'OVNIs continues à être gardé secret? Qu'est-ce que ça pourrait nous révéler sur notre lointain passé ? - Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

 

Alien Theory S05E03 - L'Énergie Originelle - VF :

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 4

Ancient Aliens Saison 4 - MAJ

 

Ancient aliens 1

Ancient Aliens ou Alien Theory est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Ancientaliensserie

 

Ancient Aliens S04E01 - The Mayan Conspiracy HD FR

Ancient Aliens S0401 - La Conspiration Maya HD FR
- La civilisation maya a dominé l'Amérique Centrale pendant presque 2000 ans, mais au cours du 9e siècle, les grandes villes mayas ont été abandonnées, et les Mayas ont disparu. Qu'est-ce qui a pu arriver à cette culture avancée? Les Mayas pourraient-elles avoir laissé des indices quant à la façon dont ils ont surpassé les autres cultures dans la science, les mathématiques, la dimension temporelle et le plus important, l'astronomie? Ces dernières années, des hiéroglyphes ont été décodés qui prouvent que les Mayas pouvaient prévoir exactement les variations de l'axe terrestre tous les 26.000 ans. Le plus étonnant, est leur croyance que cette connaissance leur a été amenée par des êtres de l'au-delà, qui serait descendu du ciel. Se pourrait-il que les anciens Mayas puissent avoir conspiré réellement avec les visiteurs extraterrestres ? Traduction du synopsis original par : O-Pied-du-Sphinx

 

Ancient Aliens S04E02 - The Doomsday Prophecies HD FR

Ancient Aliens S04E02 - Les prophéties du jugement dernier HD FR

La fin du calendrier maya à Compte Long, le 21 décembre 2012, annonce-t-il de grands changements pour l'humanité ? Le retour de Bolon Yokte - un dieu mystérieux extraterrestre associé à la création et à la guerre ? Ou, comme certains le suggèrent, le calendrier de «fin» signifie la "fin des temps" en raison d'un alignement galactique rare déclenchant une série d'événements catastrophiques qui menacent l'existence même de la vie sur Terre ? Ou, plus positivement, faire pointer vers un nouveau départ marqué par la révélation des véritables origines de l'humanité céleste ?

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 3

Ancient Aliens Saison 3

 

Ancient aliens 1

Ancient Aliens est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Saison 2

Ancientaliensserie

 

Ancient Aliens S03E01 - Aliens and the Old West HD FR

Saison 03 - Episode 01 : Les extraterrestres et le Far West HD FR
D'anciens théoriciens, croient avoir été visité sur terre par des aliens depuis des milliers d'années. Si oui, pourrait-on trouver des preuves dans les histoires du Far West d'Amérique ? Au Texas, un cimetière local prétend détenir le corps d'un alien dont le vaisseau s'écrasa en 1897. En Utah, un pétroglyphe représentant des êtres étranges portant ce qui ressemble à une combinaisons spatiales. En Californie du sud, les éleveurs du 19ème siècle ont rapporté avoir vu une créature d'un autre monde émergent d'Elizabeth Lake. Et même à Tombstone, en Arizona, la maison de Wyatt Earp et le site de la fusillade à l'OK Corral, les cowboys ont affirmé avoir tiré sur un géant, d'oiseaux métalliques serait-ce des contes de feu de camp tout simplement ? Ou bien les cowboys et les peuples natifs de l'ouest américain sont entrés en contact avec des êtres extraterrestres provenant d'un autre monde ?

 

Ancient Aliens S03E02 - Aliens and Monsters HD FR

Saison 03 - Episode 02 : Extraterrestres et monstres HD FR
Cet épisode examine des Saintes Écritures hindoues qui décrivent une créature appelée le Garuda qui a fait tremblé la terre quand il a atterri. Aussi bien théorisé que sont les légendes de créatures humanoïdes, comme le Centaure, le Minotaure et la Méduse, peuvent-ils avoir rencontré des extra-terrestres créés par l'expérimentation d'hybrides d'animal/humain ?

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 2

Ancient Aliens Saison 2

 

Ancient aliens 1

Ancient Aliens est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Saison 1

Ancientaliensserie

 

Ancient Aliens S02E01 - Mysterious Places HD FR

Saison 02 - Episode 01 : Endroits Mystérieux HD FR


Des lieux mystérieux ont peut-être été trouvés autour de la Terre, inexplicablement, les OVNIs sont souvent situés à proximité de ces zones mystiques. Des avions et des navires disparaissent sans raison dans le tristement célèbre Triangle des Bermudes. Étranges anomalies magnétiques dans la zone du Mexique, un silence qui non seulement dévie des missiles de leur route, mais semblent atteindre des météorites dans le ciel. Une porte ancienne gravée sur un mur, un rocher abrupt au Pérou de Puerta de Marka Hayu où il serait dit être un portail vers d'autres mondes. Le plateau Markawasi est rempli de formations rocheuses bizarres qui auraient été laissées par une ancienne civilisation avancée. Quels liens doit-on faire avec tout cela et d'autres "points chauds" ? Est-il possible que les anciens extraterrestres connaissaient aussi ces lieux mystérieux ?

 

Ancient Aliens S02E02 - Gods and Aliens HD FR

Saison 02 - Episode 02 : Dieux et Extraterrestres HD FR


Mythes et légendes ont longtemps été considérés comme des histoires fantastiques qui décrivent des dieux tout puissants, des géants et des monstres mutants redoutables. Mais pourquoi tant de cultures différentes, séparées par de vastes distances, racontent les mêmes histoires ? Est-il possible que les mythes et légendes aient été un témoignages d'anciens astronautes vraiment descendus vers la terre ? Les textes anciens sont remplis d'histoires de dieux en interaction avec les humains, leur offrant sagesse et technologie. Est-il possible que les demi-dieux de la mythologie aient été les descendants d'extraterrestres et même de l'homme ? Si oui, ont-ils fournis le chaînon manquant qui a accéléré l'évolution humaine, l'avancement de notre civilisation et ont fait de nous qui nous sommes aujourd'hui ?

Lire la suite

Ancient Aliens Saison 1

Ancient Aliens Saison 1

 

Ancient aliens 1

 

12 saisons en VF ou VO sous-titrées en français sur 13 saisons vont être disponibles ici à raison de une saison tous les deux jours, à partir de ce jour. Elles y resteront, donc vous aurez tout le temps de les visualiser, si le sujet vous intéresse bien sûr... 

Ancient Aliens est une série documentaire télévisée américaine exposant la théorie des anciens astronautes en examinant des textes vieux de plusieurs siècles, des hiéroglyphes, des ruines et des légendes qui sont présentés comme étant la preuve d’un contact entre l’être humain et des êtres venus d’autres planètes dans le passé. La série expose comment ce contact aurait pu avoir joué un rôle dans la culture humaine et son développement.

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l’archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l’a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d’Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux.

Erich von Däniken est d’ailleurs l’auteur de cette série, présentant dans le pilote sa théorie sur les extraterrestres. Il pense que des êtres venus d’un autre monde et ayant un niveau de civilisation avancé sont venus sur terre rencontrer les humains primitifs pour leur donner la connaissance du système solaire, les concepts de l’ingénierie et des mathématiques et ce qui est devenu le fondement des religions et cultures de l’humanité. Erich von Däniken prétend que des monuments anciens comme les lignes de Nazca, les pyramides de Gizeh et les statues Moaï de l’île de Pâques, attestent cette théorie.

La série dispose de 13 saisons pour l’instant. Même si c'est une théorie très discutée et discutable depuis de longues années, les dernières découvertes et remises en question réelles de données pourtant "sûres" dans le passé, accompagnées par de réelles preuves de modifications historiques influencées par la franc-maçonnerie et religions également, nous obligent à revoir mêmes d'anciennes données écartées à l'époque pour de faux motifs... la beauté des paysages et les intrigues de l'Histoire sont des piments supplémentaires à ces reportages. Mais ne pas oublier qu'il s'agit de théories, même si le nombre de données est impressionnant...

Ancientaliensserie

Ancient Aliens S01E00 - Chariots Gods and Beyond 1/2 (VOSTFR)

Pilote de la série : "Chariots, Gods & Beyond" -
(Diffusé le 8 Mars 2009) - Ce documentaire est basé sur les recherches du célèbre auteur Erich von Däniken, qui a émit l'hypothèse selon laquelle des Extraterrestres nous auraient rendu visite dans le passé et nous auraient donné des connaissances sur l'Univers, le système solaire, les concepts d'ingénierie et de mathématiques et devint la base des religions et les cultures comme en témoignent les monuments antiques, tels que les lignes de Nazca, les Pyramides de Gizeh et les statues Moai de l'île de Pâques.

Ancient Aliens S01E00 - Chariots Gods and Beyond 2/2 (VOSTFR)

Lire la suite

Des pharaons chinois dans leurs pyramides

Des pharaons chinois dans leurs pyramides - update 2018

pyramid-chine7.jpg

Complément de cet article, pour en savoir plus... : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-trouvailles-qui-genent.html

Au centre du monde selon ses habitants, il y a les pyramides chinoises. Dans la plaine de Quin Chuan, province du Shen Si, près de la ville de Xsian au sud-ouest de Pékin. On en connaît aujourd’hui plusieurs centaines, dont la hauteur varie de vingt à cent mètres. Certaines sont des pyramides plus ou moins tronquées, comme celles de Teotihuacan et possèdent les mêmes quatre degrés. Leurs arêtes de pente ont à peu près le même angle. D’autres possèdent des arêtes lisses et un sommet pointu semblables à celles de Gizeh. Mais beaucoup sont massives et rustiques, avec une prédominance de quatre ou cinq degrés, et une vaste terrasse au sommet comme à Tucume au Pérou.

A croire que toutes les influences se sont succédées ici...

Au delà de ce descriptif succinct, on n’en sait pas beaucoup plus. Si ce n’est que certaines sont mentionnées par des auteurs chinois du sixième siècle avant notre ère comme étant déjà les tombeaux millénaires d’anciens rois légendaires dont les hommes ont perdu depuis longtemps la mémoire.
Plus tard, entre le premier et le quatrième siècle de notre ère, lors de l’introduction du bouddhisme en Chine, on trouve dans des correspondances et des récits de voyageurs, de lettrés et de moines, des allusions à ces majestueux temples et mausolées que plus personne n’honore, même si les traditions populaires en attribuent l’origine à des entités fantasmagoriques.

A la même époque, des commerçants de l’empire de Kushan (Nord de l’Inde) s’installent en Chine où ils découvrent, étonnés, des peuples qui leur ressemblent. Bien qu’ils paraissent installés là depuis longtemps, leurs rites, leur art et leur écriture ont été peu influencés par la culture chinoise. Ce serait même plutôt l’inverse. Et les grands tumulus funéraires font partie de leurs traditions.

Des découvertes oubliées ou occultées ?

Pour les occidentaux, ces pyramides ont été signalées par des commerçants australiens dans les années 1900. Souvent recouvertes par la végétation, elles étaient difficiles à identifier. Mais c’était aussi le cas en Mésoamérique de la quasi-totalité des ruines amérindiennes avant qu’elles soient dégagées de leur gangue végétale.

Cependant, en Chine, au lieu de libérer les vestiges, les autorités chinoises encouragent les paysans à y planter des arbres. Comme si on essayait de les camoufler en vulgaires accidents de terrain, futurs tertres naturels d’ici à quelques dizaines d’années. Étrange comportement... Auquel concourent certains historiens conformistes de nos contrées qui ont décrété, une fois pour toutes et parfois sans même être allés se rendre compte sur place, que c’étaient des tumulus relativement récents, et rien d’autre !

Redécouvertes en 1945 par un pilote américain, et photographiées de façon à ne laisser planer aucun doute sur leur géométrie et leur caractère artificiel, aucune étude archéologique ne put être entreprise pendant la période du maoïsme et de l’immédiat post-maoïsme.
Avec la réouverture de ce pays au monde à partir de 1994, quelques archéologues occidentaux furent autorisés à avoir des contacts avec leurs homologues chinois et à s’approcher des pyramides.
Mais les spécialistes locaux ne se montrèrent guère coopératifs ni enthousiastes et les visites, courtes, furent très superficielles, faute de l’autorisation d’entreprendre des fouilles.

autel-petit.jpg

Une approche civilisationnelle globale

Certes, la plupart de ces pyramides sont faites d’un composite naturel d’adobe et de pierres.
Mais cela s’inscrit dans une logique structuraliste universelle que l’on retrouve sur tous les continents : d’abord des collines modifiées, plus ou moins sculptées. Puis des collines artificielles, prélude à des terrils sacrés. Enfin des constructions massives censées commémorer des événements majeurs, établir des passerelles avec l’invisible, ou honorer les dieux par l’entremise de quelques grands personnages.

Structures de l’esprit donc, cherchant à s’élever vers le ciel. Et structures matérielles reposant sur les matériaux de construction locaux, mis en oeuvre par une technologie simple. Près de l’entrée obturée de certaines de ces pyramides, on remarque des ruines qui pourraient être celles de temples ou de mausolées ? Comme en Égypte et en Amérique...

Une de ces pyramides ne ressemble pas tout à fait aux autres. Elle semble entièrement construite en pierres au lieu d’être faite d’adobe ou d’un mélange de pierres et de terre comme à Caral. Située plus au nord dans la vallée de Qumrân Lin, elle mesure cent soixante mètres de haut et paraît isolée (pour comparaison la pyramide de Kheops atteint deux cent trente mètres)

Impressionnante dans son énormité, elle est un bel exemple de pyramide à degrés à la fois simple et achevée. On l’appelle la pyramide blanche du fait de son revêtement.
Des fouilles devaient y être entreprises. Si elle l’ont été, les Chinois sont restés très discrets sur le sujet. Invitant les étrangers trop curieux à parler d’autre chose. Avec cette exquise civilité qu’on connait aux Chinois pour éluder les questions embarrassantes.
La présence de concentrations militaires et d’une base spatiale à proximité sont-elles l’unique cause de ce mutisme ?

mummyx-large.jpg

La présence de momies intrigue

Les momies chinoises ont remarquablement résisté au temps.
Il ne faut pas les confondre avec les corps momifiés naturellement par le climat aride, retrouvés dans la région du bassin de Tarim à l’ouest de la Chine. Même si l’existence d’une civilisation complexe de type proto-indoeuropéen, il y a six à sept mille ans dans cette partie du monde impose une remise en cause du Dogme, cela ne semble avoir eu aucune incidence sur une invention typiquement chinoise, et beaucoup plus tardive, de l’art de la momification.

Nous avons là de vraies momies, qui ont subi un traitement délibéré post mortem. Certaines ont l’air d’avoir été enterrées la veille de leur exhumation... Pourtant, elles ont entre trois et quatre mille ans. Et sont donc contemporaines des pharaons !

Les corps vidés de leurs organes ont été enveloppés dans des bandelettes de soie très serrées, en faisant jusqu’à vingt fois le tour. Puis les momies furent placées dans un premier cercueil étanche, rempli d’un liquide contenant des acides dilués et du sulfure de mercure. La composition en a été altérée au fil du temps et il est impossible d’analyser avec certitude la totalité des composants.
Ensuite, ce premier cercueil était placé dans un second, lui-même dans un troisième. Pour les très grands personnages, cela pouvait aller jusqu’à cinq. Le caveau était enfin rendu totalement étanche en étant recouvert de plusieurs tonnes de charbon avant d’être scellé sous une épaisse couche d’argile.

Un télescopage de cultures

Si certaines de ces momies sont de type mongoloïde, d’autres s’avèrent proches des critères anthropologiques propres aux Indoeuropéens. Certes, l’Académie prétend toujours définir les  Indoeuropéens uniquement par les ramifications linguistiques. Mais aujourd’hui, la science a bousculé cette frileuse attitude en dâtant les artéfacts et en amplifiant les ADN fossiles afin de les analyser. Confirmant la surprise des premiers archéologues. « Elles ont des cheveux clairs et le nez pointu ! » précisaient avec une touchante candeur les découvreurs des années 1900.

Cela ne semble pas ravir particulièrement les officiels chinois... Surtout, certains de ces corps ont été trouvés dans des tombes creusées au cœur de la Chine, en plein Shen Si, rarement dans les pyramides, plus souvent dans des mausolées extrêmement proches.
Cela pourrait expliquer le peu d’empressement des autorités à y mener des fouilles. Et aussi la volonté inavouée des responsables chinois de masquer ce pan de leur histoire en recouvrant d’arbres des monuments destinés à passer aux yeux des générations futures pour de simples accidents de terrain.

mommie-chine.jpg

Nous sommes confrontés là à la pire des réactions concernant la connaissance du passé.
Celle d’un nationalisme chatouilleux et d’un ethnocentrisme schizophrénique, qui refusent d’admettre qu’en des temps très reculés, leur terre a pu être occupée par d’autres peuples. Quant à l’idée que leur civilisation ne soit pas une création exclusive d’ancêtres de leur race, elle les révulse ! Attitude d’autant plus absurde que la plupart des civilisations connues s’avèrent avoir été des agrégats de multiples cultures.

Découverte : Les Aryens en chine il y a 9000 ans

En juillet 1996, deux étudiants qui pataugeaient dans la rivière Columbia, à Kennewick dans l'Etat de Washington, trébuchèrent sur les restes du squelette d'un Européen mâle d'âge adulte. Tout d'abord les anthropologues supposèrent qu'il s'agissait d'un pionnier mort à la fin du 19ème siècle. Mais la datation au radiocarbone montra que le squelette était âgé d'environ 9300 ans. En fait, «l'Homme de Kennewick» est la dernière d'une série de découvertes d'anciens squelettes, qui tendent à confirmer la théorie que quelques-uns des premiers habitants de l'Amérique du Nord étaient des Européens, qui émigrèrent à partir du continent eurasiatique par un pont de terre à travers la Mer de Bering vers la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 12 000 ans. Le Docteur Robert Bonnischen, directeur du Centre pour l'Etude des Premiers Américains, à l'Université de l'Etat de l'Oregon, pense que «l'Homme de Kennewick» jette le doute sur l'exactitude du terme «Paléo-Indien», qui est habituellement utilisé pour décrire cette période de la préhistoire américaine. «Peut-être que certains de ces types étaient précisément des Paléo-Américains», admet-il.

kennewick-man.jpg

Bien sûr, de tels faits posent un problème majeur à la version «politiquement correcte» de l'histoire, qui encourage l'idée selon laquelle les Américains Blancs ont honteusement volé leur pays aux Indiens. Il n'est donc pas surprenant qu'on aie tenté de dissimuler au public les faits concernant «l'Homme de Kennewick». Encouragés par le gouvernement Clinton, les Indiens Américains ont réclamé le squelette, invoquant une loi fédérale de 1990 qui assure la protection de leurs sites funéraires. Leur intention déclarée était de l'enterrer immédiatement dans un endroit secret, et d'empêcher ainsi de futurs examens scientifiques et des tests ADN. Cependant, huit anthropologues américains, clamant que les Indiens et le gouvernement fédéral craignent les implications de la découverte, ont entamé une action juridique en octobre 1996, pour empêcher tout enterrement secret du squelette. - et ils ont gagné dans les années 2000...

En fait, «l'Homme de Kennewick» est un élément nouveau et important, qui s'ajoute à un ensemble d'indications qui suggèrent que pendant la période du Haut-Paléolithique, entre -- 10 000 et -- 35 000 environ, les bancs Indoeuropéens-- c'est-à-dire des hommes semblables aux Européens modernes -- ne vivaient pas seulement en Europe, mais aussi dans une zone s'étendant de l'Asie du nord jusqu'au Pacifique. En Sibérie et dans d'autres régions orientales ils furent finalement refoulés et absorbés par des peuples mongoloïdes, bien que des poches isolées de gènes européens aient survécu jusqu'à nos jours en Asie du nord. Le peuple métissé des Aïnous au Japon en est un exemple.

homme-de-kennewick.gif

La crédibilité de cette théorie a été spectaculairement renforcée dans les dernières années par la découverte remarquable de plus d'une centaine de corps d'Européens naturellement momifiés, vieux de 2400 à 4000 ans, dans la région du bassin du Tarim [70 km à l'ouest de l'ancien lac du Lop Nor, NDT], en Chine de l'ouest. Étonnamment bien préservées par le climat aride de la région, ces momies témoignent de l'existence d'un peuple de type nordique, avec une culture avancée, splendidement habillé avec des tuniques, des pantalons, des bottes, des bas, et des chapeaux. Dans une grande tombe, les corps de trois femmes et d'un homme furent découverts. L'homme, âgé d'environ 55 ans à sa mort, était d'une taille d'au moins 1m80 et avait des cheveux châtain clair qui étaient en train de blanchir. L'une des femmes les mieux préservées était d'une taille de 1m80, avec des cheveux châtain clair tressés en nattes. [Illustrations ; ci-dessus : le Sinkiang (Tuskestan chinois), plus grande province de Chine, où se trouve le site du bassin du Tarim. Ci-dessous : un Européen de grande taille, aux cheveux clairs, enterré il y a 3000 ans en Chine de l'ouest. Les corps momifiés de douzaines de ses congénères ont été découverts dans la même région.]

momie-europeenchine.jpg

Parmi les objets découverts avec les corps se trouvaient des manteaux de fourrure, des gants de cuir, et un miroir décoré, alors que les femmes avaient des sacs contenant des petits couteaux et des herbes, probablement à usage médicinal. A Cherchen, dans le sud du désert de Takla Makan, on découvrit le corps momifié d'un enfant, probablement âgé de guère plus de trois mois à sa mort, enveloppé dans de la laine brune, et les yeux recouverts de petites pierres plates. A côté de sa tête il y avait une coupe à boire faite dans une corne de bovidé, ainsi qu'un «biberon» fait d'une mamelle de brebis, qui avait été coupée et cousue pour pouvoir contenir du lait. Une momie mâle portait même les traces d'une opération chirurgicale sur son cou, les incisions ayant été recousues avec du crin de cheval.

En fait, plusieurs momies de type européen avaient déjà été découvertes dans la région du bassin du Tarim au début de ce siècle, l'une d'entre elles ressemblant à une femme celte, et une autre à un vagabond bohémien. Toutes étaient habillées de beaux vêtements, incluant un chapeau avec des plumes, ayant une ressemblance frappante avec les coiffures alpines encore portées de nos jours dans les Alpes. Mais ces premières découvertes, vieilles d'environ 2000 ans, furent rejetées comme étant des corps d'Européens isolés qui s'étaient égarés dans cette région, et elles furent ainsi considérées comme n'ayant pas de signification culturelle ou historique.

En effet, les spécialistes modernes, en accord avec la mode de l'Histoire «politiquement correcte», ont eu tendance à nier les preuves de tout contact ou échange précoce entre la Chine et l'Ouest pendant cette période, considérant le développement de la civilisation chinoise comme une affaire essentiellement intérieure, coupée de toute influence extérieure. Plus encore, toute diffusion de peuples ou de culture était supposée avoir eu lieu de l'est vers l'ouest, les Européens ayant été civilisés par les Chinois. L'éminent spécialiste de la Préhistoire Gordon Childe, par exemple, résuma en 1958 la Préhistoire européenne comme étant l'histoire de «l'irradiation de la barbarie européenne par la civilisation orientale». (1)

Mais les dernières momies découvertes dans le bassin du Tarim sont trop nombreuses, trop anciennes, et trop riches d'enseignement, pour pouvoir être rejetées de cette manière. [Cependant, ces découvertes n'ont été connues du grand public qu'à partir du milieu des années 90, alors que les premières momies ont été découvertes à partir de 1978-1980, NDT.] Et, plus important, elles ont aidé à rouvrir le débat à propos du rôle que les Européens ont pu jouer dans les origines de la civilisation en Chine, quelques archéologues recommençant à arguer que les Européens pourraient bien avoir été à l'origine de l'introduction en Chine d'éléments de base tels que la roue et les premiers objets en métal. Cela renforce sérieusement les théories qui furent proposées au début du siècle, mais qui furent ultérieurement enterrées sous une avalanche de pensée «politiquement correcte». En 1912 par exemple, un universitaire réputé de Cambridge, A.C. Haddon, nota dans The Wanderings of Peoples la possibilité que l'élément civilisateur de la vieille civilisation chinoise aurait pu être introduit par la migration d'un peuple plus cultivé venant de l'ouest.

A présent, selon le Dr Han Kangsin, un anthropologue de l'Institut d'Archéologie de Pékin, l'existence des squelettes et des momies souligne clairement le fait que les premiers habitants de la région du bassin du Tarim étaient des Blancs, apparentés aux Cro-Magnons de l'Europe paléolithique. Cette théorie est soutenue par le Dr Victor Mair, spécialiste des anciennes langues et cultures asiatiques à l'Université de Pennsylvanie, qui encouragea la principale expédition qui découvrit les momies. Il est devenu le principal avocat de la théorie selon laquelle des groupes importants d'Européens étaient présents dans le bassin du Tarim longtemps avant les actuels habitants de la région, suggérant que les peuples turcophones n'arrivèrent pas dans cette région avant le 8ème siècle av. JC environ. Ultérieurement, pense-t-il, les nouveaux venus chassèrent les Européens, encore que le principal groupe ethnique de la région aujourd'hui, les Ouïgours, compte parmi ses membres des individus avec des cheveux et un teint inhabituellement clairs.

En réalité, la preuve de l'existence d'un peuple indo-européen, à présent disparu, qui vivait en Asie centrale, existe depuis longtemps. Les membres de ce peuple sont connus sous le nom de Tokhariens, et sont décrits plus précisément sous le nom de Arsi, qui est apparenté au sanscrit Arya et au vieux-persan Ariya, signifiant Aryen : «ce qui est noble et digne». Leur langue, qui présente des similarités avec les branches celtiques et germaniques du tronc commun indo-européen, est conservée dans des manuscrits datés entre le 6ème et le 8ème siècles après JC, et de solides preuves de son existence peuvent être trouvées aussi loin qu'au 3ème siècle.

En dépit du fait que des manuscrits tokhariens ont été trouvés seulement pour la période la plus récente, les linguistes ont occasionnellement identifié des mots tokhariens dans des manuscrits écrits en gandhari prakrit, une langue vernaculaire du nord-ouest de l'Inde qui était utilisée comme langue administrative dans une grande partie du bassin du Tarim du 3ème au 5ème siècle après JC. Les Tokhariens étaient aussi connus antérieurement sous le nom de Yue-zhi (ou Ru-zhi), qui sont cités dans des textes chinois datés du 5ème siècle après JC, dans les limites d'ancienneté définies par la datation des momies du bassin du Tarim.

chine-momies-taklamakan1.jpg

Les Tokhariens sont représentés de manière frappante sur des peintures murales à Kizil et Kumtura (non loin de la ville chinoise de Ku-Che, dans les montagnes du Tien Shan au nord du bassin du Tarim) comme des Européens d'allure fière, de grande taille, avec des cheveux roux ou blond-roux, nettement divisés au milieu, des longs nez, des yeux bleus ou verts, des visages allongés. Les Yue-zhi du premier siècle avant JC sont aussi décrits dans des statues peintes à Khalchayan (à l'ouest de la rivière Surkhan, dans l'ancienne Bactriane). Eux aussi sont dépeints comme des Européens avec des longs nez, des visages fins, des cheveux blonds, la peau rose, et des yeux bleus clairs. On sait par des sources historiques que pendant le 2ème siècle av. JC, les «grands Yue-zhi» se déplacèrent du nord-ouest de la Chine jusqu'à Ferghana et la Bactriane, qui se trouve sur le flanc le plus éloigné du Pamir. A partir de là ils partirent au sud à travers l'Hindou Kouch vers l'Afghanistan et la partie nord du subcontinent indien, où ils fondèrent le puissant empire Kushan. Ce dernier, en retour, étendit à nouveau son pouvoir jusqu'au bassin du Tarim, et avec lui se répandit le Bouddhisme, qui atteignit finalement la Chine.

«Les nouvelles découvertes obligent à un réexamen des vieux livres chinois qui décrivent des individus historiques ou légendaires, de grande taille, avec des yeux bleus ou verts, de longs nez, de grandes barbes, et des cheveux roux ou blonds. Les spécialistes ont traditionnellement raillé ces récits, mais il semble maintenant qu'ils pourraient se révéler exacts.» (Victor Mair)

Une hypothèse qui rencontre une faveur croissante est que la migration de ces Indo-Européens commença avec leur invention du chariot à roues. Travaillant avec des archéologues russes, le Dr David W. Anthony, anthropologue au Hartwick College à New York, a découvert des débris de roues de chariots dans des tumulus funéraires vieux de 5000 ans, dans les steppes de la Russie du sud et du Kazakhstan. Cette série d'investigations a un rapport direct avec la question des momies européennes en Chine, parce que des roues en disque, formées de trois pièces, similaires à celles qui ont été découvertes en Asie de l'ouest et en Europe, datées du 3ème et du 2ème millénaire av. JC, ont été découvertes dans le désert de Gobi, au nord-ouest du bassin du Tarim. De même, des roues à rayon datant du début du 2ème millénaire av. JC ont été mises à jour dans un autre site non loin de là.

La plupart des chercheurs acceptent à présent la thèse selon laquelle le lieu de naissance des véhicules tirés par des chevaux et l'utilisation des chevaux comme montures se trouvait dans les steppes d'Ukraine, plutôt qu'en Chine ou au Proche-Orient. Comme le Dr Anthony et ses collègues l'ont montré par leur étude au microscope des dents de chevaux, des chevaux étaient déjà harnachés en Ukraine il y a 6000 ans. De même, des chars de bois avec des roues à rayons ont été datées d'environ 2000 ans av. JC, dans la même région. En comparaison, les chars n'apparaissent en Chine qu'environ 800 ans plus tard. Des chevaux enterrés rituellement, similaires à ceux de l'ancienne Ukraine, ont aussi été mis à jour dans le bassin du Tarim, ainsi que des débris de roues de véhicules faites par l'assemblage de trois planches de bois polies et parallèles. Des véhicules avec des roues à peu près identiques ont été découverts dans les plaines d'Ukraine et datées de 3000 ans av. JC.

Un grand nombre d'objets découverts dans les tombes des momies du bassin du Tarim ont fourni des preuves importantes de la domestication du cheval. Cela inclut un mors en bois et des rênes en cuir, une cravache consistant en une seule lanière de cuir attachée à un manche de bois, un morceau de bois avec des lanières de cuir, et une selle de cuir rembourrée, parfaitement réalisée. Cela semble confirmer que les momies appartenaient à une culture nomade de cavaliers, qui se répandit à partir des plaines de l'Europe de l'est. Cela renforce aussi la conviction grandissante des archéologues, que l'extension de la langue, de la culture, et du stock génétique indo-européens est peut-être liée à l'extension graduelle des techniques de domestication du cheval et des véhicules tirés par des chevaux, depuis leur région d'origine en Europe, il y a 6000 ans. (YH : voir beaucoup plus si on regarde certaines peintures datées de cro-magnon ou plus ancien encore, trouvées dans des grottes en France et en Indonésie (encore) ! - juste des réflexions et des liens probables (trop de coïncidences encore !)).

Ces découvertes ont des conséquences extrêmement importantes pour la compréhension des origines de la civilisation chinoise, puisqu'on a maintenant démontré que le char fut connu en Chine seulement vers le milieu du second millénaire av. JC, à peu près à l'époque du développement de la métallurgie du bronze et de l'écriture. Par conséquent, ces faits suggèrent que les chariots et les chars furent introduits en Chine à partir de l'ouest par les Indo-Européens. Cela démontre aussi que la pénétration européenne en Chine ne commença pas avec l'ouverture de la Route de la Soie, que les livres d'histoire datent habituellement du 2ème siècle av. JC, mais au moins 2000 ans plus tôt, au tournant du Néolithique et de l'Age de Bronze, lorsque la totalité de l'Eurasie fut reliée culturellement et technologiquement par les migrants européens.

Des vagues migratoires s'étendant sur une période d'au moins 7000 ans (de -- 8000 à -- 1000) emmenèrent les Aryens depuis leur habitat d'origine du nord de la Mer Noire jusqu'en Europe de l'ouest, en Inde du nord, en Chine de l'ouest, et en Amérique du nord (par le détroit de Bering).

map-migration.gif

En fait, en 1951 l'archéologue allemand Robert Heine-Geldern était déjà parvenu à montrer une série de similarités entre les techniques de la métallurgie en Europe et en Chine, vers 800 av. JC. Sa démonstration incluait de l'équipement pour les chevaux, des épées à deux tranchants, des haches et des pointes de lances, dont il situait l'origine dans les centres métallurgiques du Halstatt et du Caucase. Arguant qu'une «migration reliante» s'était déroulée depuis l'Europe à travers l'Asie, il suggéra que l'émergence de la culture des Dong en Chine du sud pourrait s'expliquer par des influences venant directement d'Europe, pendant les 9ème et 8ème siècles av. JC. (2)

Deux ans plus tard, l'archéologue russe bien connu S.I. Rudenko nota l'existence de momies ayant une apparence européenne dans les tombes royales de Pazyryk dans les monts de l'Altaï, datées des 5ème et 4ème siècles av. JC. Cette démonstration fut ultérieurement appuyée par John Haskins de l'Université de Pittsburgh, qui suggéra que les Yueh-zhi (un ancien nom chinois pour désigner les Tokhariens) de la région de Pazyryk dans l'Altaï, pourraient avoir été apparentés aux Celtes de l'Europe continentale.

Précisément, les momies du bassin du Tarim ont fourni de nouvelles preuves qui appuient la thèse de Heine-Geldern. Quelques-uns des objets trouvés avec les momies suggèrent fortement un lien avec la «période des haches à douille», caractérisée par ses haches de bronze à douille (ayant un manche de bois creux inséré du côté opposé à la lame) et d'autres objets en bronze, tels que des couteaux avec des manches en forme d'animaux. La «période des haches à douille», qui est datée d'environ -- 1800 à -- 1000, s'est étendue sur toute l'Europe et cadre bien avec certains aspects de la culture du cheval et du char, qui met l'accent sur la chasse, avec l'utilisation de différentes sortes d'arcs.

Ainsi une nouvelle crédibilité a été donnée à des théories précédemment ignorées et ridiculisées, à propos des origines et du développement de la civilisation en Chine. A la lumière de ces nouvelles découvertes, Edwin Pulleyblank de l'Université de la Colombie Britannique argua récemment que l'influence européenne pourrait avoir été un facteur important pour l'unification des états chinois et l'établissement du premier empire chinois centralisé, par Chinchi Huangti en l'an 221 av. JC. Il souligne l'arrivée de l'extérieur, à la lisière de la steppe chinoise, de la technique militaire des archers montés, mentionnés explicitement pour la première fois dans les sources chinoises en l'an 307 av. JC. A l'ouest, les archers montés apparaissent avec les Scythes, étroitement apparentés aux Celtes, qui sont mentionnés pour la première fois dans les sources moyen-orientales vers l'an 800 av. JC et dont le mode de vie est décrit en détail par l'historien grec Hérodote. Ironiquement, ce fut la technique des archers montés, typique du nomadisme classique, qui domina la steppe européenne et qui rendit possible l'émergence des grands empires de la steppe des Singnou, des Turcs et des Mongols qui plus tard terrorisèrent l'Europe.

Pulleyblank suggère précisément que la technologie européenne fut copiée par les Chinois et retournée contre ses inventeurs. En effet, une analogie frappante avec l'extension de l'utilisation des archers montés aux frontières de la Chine peut être vue dans la manière dont la découverte des chevaux par les Indiens du Mexique, du fait des Espagnols, et de leur utilisation guerrière, a transformé les Grandes Plaines d'Amérique du nord au 19ème siècle. Cette théorie de l'imitation [des techniques européennes] par les peuples mongoloïdes est aussi appuyée par la présence de nombreux mots d'origine indo-européenne dans les strates les plus archaïques des langues apparentées au chinois. Cela inclut des mots comme «cheval », «traces», «charrette», «roue », et «vache», et cela aussi suggère que ce furent les Européens qui apportèrent tout cela en Chine.

Les échantillons de textiles, datés de la fin du second millénaire av. JC, découverts dans les tombes du bassin du Tarim, fournissent aussi la preuve de la diffusion de la technique sophistiquée des Européens jusqu'en Chine. L'un des fragments était une pièce de tissu en laine avec un dessin à carreaux, nécessitant l'utilisation d'un fuseau à tisser qui n'a jamais été associé auparavant avec la Chine ou l'est de l'Asie à une date aussi reculée. Irene Good, spécialiste de l'archéologie du textile à l'Université de Pennsylvanie, a confirmé que le dessin des carreaux était virtuellement identique, sur les plans stylistique et technique, aux pièces de textiles découvertes en Autriche et en Allemagne sur des sites datant d'une période un peu plus tardive.

urumchi-frag1-tarim.jpg

Le Dr Elizabeth J.W. Barber, linguiste et archéologue à l'Occidental College de Los Angeles, et auteur de Prehistoric Textiles (Princeton University Press, 1991), confirme que les Chinois n'utilisèrent pas et ne connurent même pas le fuseau à tisser, mais en eurent connaissance par l'influence de l'ouest, et seulement après la période des Han. Il est significatif qu'il y ait de nombreuses ressemblances entre les momies du bassin du Tarim et «l'Homme des glaces» [le fameux « Ötzi», NDT], vieux de 5000 ans, découvert en 1991 dans les Alpes autrichiennes. Cela inclut le type et le style des vêtements, les objets personnels, le symbolisme religieux solaire, et les tatouages magiques ou décoratifs, ainsi que le type racial distinctif.

Ces découvertes semblent par conséquent confirmer de plus en plus l'existence d'une culture celtique s'étendant à travers l'Eurasie, il y a au moins 4000 ans. Comme l'a souligné James Opie, universitaire spécialiste des instruments en bronze et des motifs décoratifs sur les anciens textiles, il est hautement significatif que les entrelacs celtiques, les svastikas, et les motifs à thème animalier, aient été découverts depuis l'Europe, à travers l'Iran, jusqu'à la Chine. La religion des Celtes archaïques -- ainsi que celle des Scythes -- était une religion solaire, et les svastikas à trois ou quatre branches utilisées comme symboles solaires sont des éléments omniprésents dans l'art celtique. De même, les Européens du bassin du Tarim montrent un net penchant pour les spirales solaires, les tatouant sur leurs visages et les gravant sur les brides de leurs chevaux. Cela en soi suggère qu'il s'agissait de Nordiques, qui furent et qui ont toujours été des adorateurs du Soleil et du Ciel, et plus généralement de la Nature. Comme l'a dit le Dr Michael Puett, historien des civilisations d'Asie de l'est à l'Université de Harvard, les momies du bassin du Tarim révèlent clairement un processus de diffusion culturelle depuis l'Europe, vers l'extérieur.

Tout cela renforce la thèse du pionnier de l'archéologie, Colin Renfrew, qui contesta l'idée précédemment admise que la culture préhistorique commença au Proche-Orient ou en Asie centrale, et fut «diffusée» seulement plus tard vers l'Europe «barbare». Ces nouvelles découvertes confirment que les préalables culturels à la civilisation sont beaucoup, beaucoup plus anciens en Europe qu'on le croyait, et suggèrent que loin que l'Europe ait été civilisée depuis l'extérieur, ce fut plutôt le reste du monde, incluant l'Asie, qui fut civilisé par les colons européens. (3)

1. V. Gordon Childe, Antiquity, 32 (1958), 70

2. J. P. Mallory, In Search of the Indo-Europeans (Londres 1989), 59.

3. Colin Renfrew, Before Civilization (New York 1974).

Sources : http://lemondeintemporel.blogs.lalibre.be/

Les pyramides Chinoises :

Lire la suite

Des trouvailles qui genent

Des trouvailles qui gênent - update 02-2015

 

chine-momies-taklamakan1.jpg

Désert de Takla Makan, Chine

Ils ont beau dire et voter des lois, ce sont les actes qui comptent et restent : voici deux exemples (parmi tant d'autres), comme quoi aussi bien la Science Officielle que des Etats, "démocratiques ou non" n'en tiennent absolument pas compte quand des découvertes archéologiques (par exemple) contrarient à la fois des perceptions établies (et encouragées) par les pouvoirs (locaux ou non) et peuvent exacerber des tensions ethniques, politiques ou même de territoires. Ces deux exemples sont flagrants mais cela fait 10 ans qu'ils ont été prouvés, sans beaucoup de progrès concernant la sauvegarde et études de ce patrimoine de l'Humanité, qui est d'ailleurs en train de disparaître totalement dans l'un de ces deux cas...

Le premier cas concerne l'Etat de Nouvelle-Zélande et notamment sa fameuse "forêt de Waipoua" où résident les quelques survivants des forêts primordiales, les rares arbres Kaoris massacrés pour leur résine, et des découvertes archéologiques étranges dans la région. Le deuxième se penchera sur les difficultés des ethnies d'origines non sino-asiatiques présentes depuis des millénaires en Chine, et les découvertes archéologiques de plus en plus nombreuses prouvant leur forte implication dans la création même de ce qu'est devenue la Chine...

Avant même de citer des écrits du journaliste indépendant Will Hart ou des chercheurs Michael A. Crema et Richard L. Thompson, je vais vous montrer quelques images de ce qui a été trouvé il y a plusieurs années dans la forêt, en notant déjà que les quelques études ont permis d'établir qu'il s'agirait d'une culture antérieure aux Maoris (ce qui pose problème bien sûr).

ancient-stone-settlements-waipoua-forest.jpg

" La forêt de Waipoua en Nouvelle Zélande devint un site controversé parce qu'une fouille archéologique avait révélé l'existence d'une culture non polynésienne qui aurait précédé celle des Maoris ; ce qui dérangeait la tribu concernée. Ils furent informés avant le grand public du résultat des fouilles et s'en plaignirent au gouvernement. Selon Mark Doutré, (maintenant diplômé d'histoire et d'archéologie de Nouvelle-Zélande), la conséquence fut "un document d'archives officiel indiquant clairement l'intention des départements gouvernementaux néo-zélandais de soustraire l'information archéologique à l'examen public pendant 75 ans". Le public eut vent de cette affaire, mais le gouvernement nia son existence. Pourtant des documents officiels révèlent que le site fut mis sous embargo. Il est préoccupé et dit que des artefacts prouvant qu'une culture ancienne avait précédé les Maoris sont absents des musées. Il demande ce que sont devenus plusieurs vestiges anormauxOù sont les anciens échantillons de cheveux indo-européens (ondulés bruns-roux), trouvés dans un abri rocheux près de Watakere, qui furent exposés au Aukland War Memorial Museum pendant plusieurs années ? Où est le grand squelette trouvé près de MitimatiCeci n'est malheureusement pas le seul incident de ce type.

waipoua-forest-stone-city.jpg

L'ethnocentrisme est devenu un facteur de la conspiration visant à occulter la véritable histoire de l'humanité. L'auteur Graham Hancock a subi des attaques de la part de divers groupes ethniques pour avoir révélé des découvertes similaires. Le problème pour les chercheurs qui ont le souci d'établir la véritable histoire de l'humanité est que les motivations des nationalistes, ou groupes ethniques, qui prétendent avoir été les premiers occupants d'un lieu coïncident souvent avec celles des évolutionnistes culturels. Les archéologues sont prompts à se faire complices de la suppression de cette sorte de découvertes inhabituelles. Une des raisons qui poussent les égyptologues à dissimuler la date de construction de la grande pyramide est une question de fierté nationale."

http://www.scribd.com/doc/18429759/httpwwwneotrouvecom-Archeologie-Censuree

Notons que les interventions de Will Hart ont évidemment été très critiquées à l'époque (2001 à 2003), par des archéologues disant au contraire que l'archéologie mondiale commençait enfin à exister, mais surtout sur la participation des Pierres d'Ica à l'article, qui ne peuvent être admises par ces derniers (malgré des preuves de pierres trouvées ailleurs), puisque encore fabriquées de nos jours par les locaux... Malheureusement, cette polémique a effacé les autres problèmes mentionnés et pourtant bien existants, tels les deux exemples cités plus hauts, et dont on a bien des traces physiques encore découvertes récemment... Et si l'Etat chinois s'est avéré un peu plus respectueux (et c'est aussi dans les traditions asiatiques) envers ses ancêtres ou premiers occupants, on ne peut pas vraiment en dire la même chose du côté des colons européens ou polynésiens de la Nouvelle-Zélande : les rares ruines d'une antique peuplade inconnue sont toujours en train de disparaître dans l'indifférence... :

Lire la suite

La mystérieuse Chine du néolithique

La mystérieuse Chine du néolithique - découvertes étonnantes

 

chine-6000ans.jpg

 

Nous savions que les hommes du néolithique étaient déjà passés maîtres dans le travail de la pierre au niveau du gros oeuvre : mines profondes et taillages, creusages de la pierre en témoignent largement. Mais les découvertes chinoises amplifient cette maîtrise bien au-delà de nos propres capacités actuelles et remettent encore plus en question le dogme actuel selon lequel les hommes ont évolué très lentement, voir à reculon, qu'ils étaient proche de l'animal etc... Au contraire, tout indique nous avons à faire à une société bien organisée, répartie en communautés "spécialisées" qui sont interdépendantes les une des autres (je dis bien interdépendantes : il s'agit d'une société communautaire dirigée par un conseil des sages issu de chacune des communautés (des fabriquants de sel (ex trouvé récemment en Bulgarie, des éleveurs de divers bétails, des pêcheurs, des chasseurs, des cueilleurs, des mineurs, des tailleurs, etc...) qui ne procèdent pas par " échanges " (troc) ou " ventes " (commerce) mais par une organisation de services : les fabriquants des matériaux amènent ce qui a été demandé par le Conseil pour subvenir aux besoins prévisibles de toute la communauté (même très étendue), les chasseurs, pêcheurs, etc dans des marchés ou des entrepôts pour permettre à la population (qui est la même bien sûr) de récupérer les ressources et denrées individuelles prévues par elles-mêmes.

Nul besoin de troc ou d'échanges (sauf exceptionnels), de monnaie, dans une société où la communauté passe avant l'individualisme : la production est ajustée en permanence à la demande ou en fonction des ressources évidemment (comme de nos jours d'ailleurs) et tout le monde participe volontiers à cet ensemble pour bénéficier du travail de chacun : le seul échange entre humains est un échange de volonté, de force ou d'intelligence pour accomplir une tâche commune ou individuelle, et dans le même but de la communauté (et par cela celui de la famille). La création individuelle est exacerbée car le temps réservé aux travaux pour la communauté sont souvent ponctuels, saisonniers et de plus, le nombre d'humains croissant libère du temps mathématiquement pour répartir les tâches (ce que le monde moderne s'obstine obscurément à refuser !) : pendant les saisons mortes ou leurs loisirs, ils vont apprendre le métier d'autres corporations pour aider, vont chasser, explorer les terres inconnues et inventer, faire de l'art...

shimao-ruines.jpg

 

La plupart des découvertes archéologiques vont dans ce sens : il y a eu une longue période pendant laquelle une civilisation humaine a su regrouper toutes les inventions essentielles à son épanouissement, qui s'est étendue (ou son savoir et technologie) dans le monde entier sur quelques milliers d'années et a imposé un savoir sur la pierre que l'on retrouve partout sur Terre. Des découvertes chimiques sur certaines pierres et poteries très anciennes laisseraient entendre que ces très anciennes sociétés avaient trouvé un moyen chimique (un alliage végétal ?) pour rendre malléable certains types de pierres normalement très dures : un " amollissement local ou même total " permet effectivement des transports ou ajustement "au millimètre" constatés partout sur ces constructions gigantesques. L'intelligence et avancée technique des très anciens contredisent à l'évidence la théorie linéaire de l'évolution humaine toujours acclamée par la communauté scientifique.Les mystères de la Chine ancienne confirment bien évidemment cet ensemble de peuples répartis sur toute la planète, qui sait très bien naviguer et qui procèdent tous d'une culture pratiquement identique, seulement modifiée par les conditions locales (souvent climatiques) et les adaptations nécessaires. Le symbolisme est très utilisé (exactement comme de nos jours les logos des entreprises par exemple) et compris du monde entier comme un langage : on retrouve ces mêmes symboles partout dans le monde, sur une fourchette de quelques milliers d'années) :

Lire la suite

Un dinosaure intelligent ?

Un dinosaure intelligent ?

 

troodon1.jpg

Des troodons

 

On l'a découvert dans les films "Jurassic Park" : le vélociraptor à l'époque était considéré comme le plus intelligent de tous les dinosaures ayant existé, et les films le montrent... tel qu'on l'imaginait à l'époque des films. La réalité a fait que les vélociraptors ne ressemblaient finalement pas du tout à ceux des films, puisqu'ils étaient entièrement recouverts de plumes et plus petits que ceux des films (bien que certaines variétés trouvé en Utah et Montana entre autres soient plus grandes que celle des films !), mais aussi qu'ils se sont à priori éteints avant la date estimée des dinosaures : les vélociraptors ont vécu de -80 à -70 millions d'années avant maintenant, alors que c'est cinq millions d'années plus tard environ que les gros dinosaures semblent avoir disparu. Ils sont à l'heure actuelle considérés comme faisant probablement partie des principaux ancêtres de nos oiseaux actuels. Ce sujet ne remet pas d'ailleurs la théorie de l'évolution de Darwin en cause fondamentalement mais font se poser plutôt des questions sur le terme "évolution" : une adaptation comme celle subie (à priori) par les dinosaures et les "mutant" en petits oiseaux semble plutôt être une régression pour certains plutôt qu'une évolution... sauf si on considère la perte de certains gros avantages de prédateur contre le fait de pouvoir voler par exemple soit considérable comme une "évolution positive" et non "négative"... c'est un peu comme l'être humain (ou l'Homo Sapiens qui semble bien être le tout dernier représentant d'une race plus diversifiée auparavant) en fait : peut-on vraiment considérer qu'il a évolué et évolue toujours, alors qu'il est prouvé que sa capacité cervicale, son cerveau, diminue de plus en plus au fur et à mesure du temps, et qu'il semble perdre de plus en plus sa protection naturelle contre les éléments (dont le Soleil) en perdant sa pilosité notamment ?

velociraptor-dinoguy2.jpgVelociraptor mongoliensis

 

En fait, les films et les archéologues de l'époque ont un peu mélangé les genres et les âges : découvert dès 1854, l'un des premiers dinosaures à avoir été retrouvé en Amérique du Nord, le Troodon correspond beaucoup plus au petit prédateur intelligent des films de par son apparence... et intelligence. Et il aurait survécu, lui, au moins jusqu'à la fin des dates présumées d'extinction de dinosaures, entre -75 et -65 millions d'années avant maintenant.

Quelques faits sur les dinosaures Troodon, aussi appelés sténonychosaure pour leur dernière version trouvée au Canada :

Les Troodon avaient un cerveau plus gros que la plupart des dinosaures

La caractéristique la plus notable du Troodon était son exceptionnellement grand cerveau, qui était beaucoup plus grand, proportionnellement, au reste de son corps, par rapport à la matière cérébrale de dinosaures de taille comparable. Selon une analyse, les Troodon avaient un «quotient d'encéphalisation" à plusieurs niveaux, donc qu’ils disposaient d’une capacité d’analyse de l’environnement exceptionnelle, surpassant celle de toutes les autres espèces de l’époque et leur permettant d’être dominants malgré leur taille réduite... et pourraient éventuellement avoir évolués au niveau humain de l'intelligence.

En 1982, le paléontologue canadien Dale Russell a spéculé ce qui serait arrivé si Troodon avait réussi à survivre à l'extinction K / T, il y a 65 millions d'années. Dans son histoire «contrefactuelle», le Troodon a évolué sur deux jambes, un reptile intelligent à grande cerveau avec de grands yeux, des pouces opposables partiellement et trois doigts à chaque main !

" Contrairement à la version de l’évolution selon laquelle le moteur serait le progrès continu et linéaire, comme l’ont fort bien expliqué Stephen Jay Gould et David Raup, entre autres, seule la malchance a éliminé les dinosaures et leurs semblables. Et pourtant, ils dominaient depuis plus de 100 MA le monde vivant. On a même postulé que le sténonychosaure, découvert au Canada en 1967, possédait des facultés étonnantes et que son cerveau était anormalement développé. D’autres petits dinosaures bipèdes carnivores évoluaient d’une manière très favorable vers l’intelligence.

troodondinosauroid.gif" B. Werber : « Parmi la foule des dinosaures divers qui peuplaient la Terre il y a soixante-cinq millions d’années, une espèce particulière marchait sur deux pattes, possédait notre taille et un cerveau occupant pratiquement autant de place que le nôtre : le sténonychosaure."

Alors que notre ancêtre (mammifère) ne ressemblait qu’à une musaraigne, les sténonychosaures étaient vraiment des animaux très évolués. Ces bipèdes aux allures de kangourou à peau de lézard avaient des yeux en forme de soucoupes capables de voir devant et derrière (avouons de ce gadget nous manque). Grâce à une sensibilité oculaire extraordinaire, ils pouvaient chasser même à la tombée de la nuit. Ils possédaient des griffes rétractables comme les chats, de longs doigts et de longs orteils aux capacités de préhension étonnantes. Ils pouvaient par exemple saisir un caillou et le jeter.

Les professeurs canadiens Dale Russel et R. Seguin (Ottawa), qui ont étudié les sténonychosaures, pensent qu’ils disposaient d’une capacité d’analyse de l’environnement exceptionnelle, surpassant celle de toutes les autres espèces de l’époque et leur permettant d’être dominants malgré leur taille réduite.

Un squelette de Sténonychosaure, trouvé dans l’Alberta (Canada) en 1967, confirme que ces reptiles avaient des zones d’activité cérébrale très différentes des autres dinosaures. Comme nous, ils avaient le cervelet et le bulbe rachidien anormalement développés. Ils pouvaient comprendre, réfléchir, mettre au point une stratégie de chasse, même en groupe.

stenonychosaurus-by-sitar.jpg

Bien sûr, par son allure générale, le sténonychosaure ressemblait davantage à un kangourou .. mais, selon Russel et Seguin, si les dinosaures n’avaient pas disparu, ce serait probablement cet animal qui aurait développé la vie sociale et la technologie…

A un petit accident écologique près, ce reptile aurait très bien pu conduire des voitures, bâtir des gratte-ciel et inventer la télévision. Et nous, malheureux primates retardataires, n’aurions plus eu de place que dans les zoos, les laboratoires et les cirques ».

C’est le dinosaure le plus « cérébralisé » de tous. Sa boîte crânienne, comparée à la taille de son corps, est la plus grande jamais découverte.

Son cerveau était plus grand que celui d’un émeu. Après avoir comparé la taille de son cerveau à celle d’un mammifère moderne, les scientifiques pensent que Stenonychosaurus était aussi intelligent qu’un opossum. Et il pouvait encore évoluer...

Le sténonychosaure (Stenonychosaurus) a été nommé par C.M. Sternberg en 1932 d’après un pied, un fragment de main et quelques vertèbres caudales du Crétacé supérieur d’Alberta. Un détail anatomique intéressant consiste en une énorme griffe sur le deuxième orteil, caractéristique des déinonychosaures. Sternberg classifia à l’origine le sténonychosaure parmi les coeluridés, une famille de théropodes. Plus tard (en 1951), il spécula que puisque le sténonychosaure avait un pied fortement  non usuel et que le Troödon avait des dents tout aussi inhabituelles, ils devaient être apparentés. À l’époque, aucun spécimen comparable n’était disponible pour tester la validité de l’idée.

Un squelette de sténonychosaure plus complet a été décrit par Dale Russell en 1969, squelette qui forma la fondation scientifique de sa célèbre sculpture grandeur nature de sténonychosaure et de son descendent humanoïde fictif, le "dinosoroïde". Le sténonychosaure devint un théropode bien connu dans les années 1980, quand les pieds et la boîte crânienne ont été décrits en détail - l’animal est même parfois considéré comme étant le "dinosaure le plus intelligent". P.J. Currie, dans sa révision des troodontidés connue en 1987, a reclassé Stenonychosaurus inequalis comme étant synonyme de Troodon formosus. Cette synonymie a largement été adoptée par les autres paléontologistes et c’est ainsi que tous les spécimens connus sous le nom de Stenonychosaurus sont maintenant désignés sous le nom de Troodon dans la littérature scientifique récente. Parmi les autres genres transférés dans le genre Troodon, on trouve Pectinodon, Polyodontosaurus. Avec Stenonychosaurus, tous ces noms peuvent fort bien désigner autant de genres valides que ne former qu’un seul et même animal. Des recherches plus approfondies pourront faire la lumière sur la question.

Ils ont des caractères crâniens très développés : de grandes orbites, permettant une vison diurne et nocturne, avec une vision dirigée presque à 360 ° au vu de la position de ces dernières. De plus, il dispose d’un rapport volume crânien sur volume total impressionnant, un des plus important parmi les dinosaures, ce qui en fait un dinosaure capable d’intelligence poussée. De plus, tout comme ce qui caractérise les Hommes des autre Hominidés, le Sténonichosaure possédait une organisation du cerveau différente, et que l’on pourrait justement comparer à celle de l’Homme par certains côtés.

En outre, la forme de sa caisse de résonance et des os de son cou laisse à penser que si l’évolution s’était poursuivie, il aurait été possible de voir émerger un proto-langage chez ces animaux, bien qu’on soit presque sûr qu’ils aient été capables de communiquer.

Ainsi, ces dinosaures seraient devenus l’espèce dominante si un banal accident astronomique n’était pas survenu il y 65 M d’années...

A lire : "L’encyclopédie du savoir relatif et absolu" de Bernard Weber

voir ici

Sources : http://www.matierevolution.org/spip.php?article2007

La théorie du "dinosoroïde" est une vraie théorie scientifique, qui possède bien sûr comme toute théorie ses défenseurs et ses détracteurs. Surtout sur la mention d'une convergeance d'une adaptation intelligente qui mènerait à ce que la majorité des genres tendent à l'anthropomorphisme, c'est à dire à posséder une tête, des bras et des jambes (ou une tête et 4 pattes au stade précédent). Cette théorie est pourtant démontrée en partie, et à plusieurs niveaux si on compare l'apparence très proche des requins et des raies par exemple, alors que ce sont deux genres totalement différents.

L'autre question qui me vient évidemment à l'esprit étant donné mes connaissances historiques est sur l'implication prouvée du genre reptilien dans la mythologie et histoire humaine. Pourrait-il y avoir un rapport entre ce possible dinosoroïde qui aurait évolué intelligemment s'il n'avait (toujours mystérieusement car même l'impact météorique et le volcanisme attesté n'expliquent pas la totale disparition de ces petits dinosaures par exemple, alors que leurs petites proies mammifères survivaient tout aussi mystérieusement...). Ah, il n'aurait finalement pas disparu, le dinosaure : il se serait rapidement adapté et muté en oiseaux de différentes tailles (thèse officielle)... mais et si les plus intelligents d'entre eux ne s'étaient pas transformés en oiseaux, justement ? Et si ils avaient finalement créé les bases d'une première civilisation (peut-être sous-terraine vu l'environnement de l'époque, avec les capacités d'adaptations de reptiles facilités) qui a fini par rejoindre la mémoire des premiers humains (je pourrai même ajouter directement ici que la théorie des Anunakis ayant créé la race humaine pour l'utiliser pourrait y avoir en fait cette origine bien "terrestre" !)... De Satan le serpent jusqu'au symbole médical (le caducé), notre symbolique est remplie de liens avec la race reptilienne, nous avons même dans notre propre cerveau une partie dénommée reptilienne, la "couche" la plus ancienne du cerveau humain. En fait, comme on sait maintenant que les oiseaux descendent très probablement des dinosaures reptiliens, c'est bien la grande majorité de la symbolique humaine (avec ses aigles et autres faucons) qui se rapporte bien au genre reptilien d'origine.

Allons plus loin, car si certains dinosaures auraient évolué en autre chose que des oiseaux (ce qui est parfaitement possible scientifiquement : il y a des divergeances et des nouveaux "bourgeons"), en aurait-on retrouvé la trace sans vraiment l'identifier (et oui, il existe encore de nombreux fossiles non identifiés) ?

dinosoroide ou l'évolution des dinosaures

" Dinosauroide est le terme scientifique utilisé pour désigner l'objet d'une hypothèse proposée par plusieurs scientifiques, basée sur une évolution des dinosaures troodontidés qui ne se seraient pas éteints. Cette hypothèse correspond à l'adaptation progressive des dinosaures à une forme anthropomorphique, une forme de reptilien.

En 1982, les scientifiques Dale Russell et R. Séguin ont publié un article détaillant la reconstruction complète de Stenonychosaurus, (une espèce désormais assignée au genre Troodon), basée sur un squelette découvert en Alberta en 1967.

Avec l'étude du Troodon, les chercheurs ont entrepris la tâche d'imaginer une évolution possible de l'animal, si elle n'était pas éteinte. L'idée de base avait une entrée très intéressante, à savoir que le dinosaure Troodon est l'un des plus intelligents de son temps et qu'il avait un gros cerveau par rapport à la taille du corps.

Comme ces petits dinosaures étaient légers et d'actifs chasseurs de proies comme les lézards et les petits mammifères primitifs, avec une vue stéréoscopique, capable d'attaquer même avec un faible nombre d'heures de lumière, les caractéristiques du "dinosauroide" ont été posées en prenant le Troodon et son évolution à long terme. Ainsi, le "dinosauroide" serait un dinosaure à la capacité d'un grand intellectuel, qui lui permettrait de compenser sa faible vitesse avec de simples outils de décision et de développement qui lui permettrait des tactiques de fuites ou poursuites de leurs prédateurs et leurs proies d'une manière plus efficace.

Ceci n'est qu'une hypothese, mais sommes nous sûrs qu'un dinosaure de type dinosauroide n'ait jamais existé ? Un tel squelette pourrait attendre quelque part ? Une hypothese absurde ? "

http://paranormal-esotemyst.forumactif.com/t617-dinosoroide-ou-l-evolution-des-dinosaures

Même du côté des dinosaures : ont-ils vraiment tous disparus à la même époque ? Certains n'auraient-ils pas survécus jusqu'à ce que l'Homme s'en souvienne finalement dans ses légendes et histoires ? Cela semble être le cas si on se réfère au nombre de traces de plus en plus nombreuses de part le monde...

Voir ici : http://www.ldi5.com/paleo/dinos.php

Bon, c'est une très vieille idée un peu dépassé l'anthropomorphisme (plus limité éventuellement aux mammifères) et l'intelligence du poulpe par exemple démontre le peu de cas dont fait la nature des théories humaines sur l'évolution... il n'empêche que d'affirmer que tous les dinosaures survivants se sont obligatoirement transformés en oiseaux n'est pas très scientifique non plus, c'est pourtant ce qui est retenu officiellement aujourd'hui... 


Réflexion faite, si ce dinosauroïde a existé (et existe toujours, caché, selon certains - cherchez sur internet et vous verrez !), et qu'il a "récupéré" finalement un squelette relativement proche de l'être humain (ou il a fabriqué l'être humain toujours selon certaines théories), l'a-t-on trouvé finalement et assimilé à un ancêtre de l'être humain, ou fait-il partie des fossiles mal identifiés ou même rejetés par la science officielle ?

Et si on cherche, on trouve (entre autres nombreux sites) :

" Crânes peu ordinaires cherchent anthropologue non conformiste !!! "

evolution-9a19c.jpg

" PARTIE 1

Les théories officielles de l’évolution de l’homme sont remises en cause par de nombreuses découvertes. Ces nouveaux éléments mettent à terre tout l’édifice des théories paléontologiques. L’image d’Épinal donnée au public concernant la Préhistoire consiste à dire que l’homme descend du singe (fig 1). Pourtant quand on se penche un peu plus près sur la préhistoire, les choses ne sont pas aussi simples. Il est admis, par exemple, que l’homme de Néanderthal et l’homme de Cro-Magnon deux races intelligentes et génétiquement différentes vécurent à la même époque, il y a 30 à 70 000 ans. Le Néanderthal s’est éteint alors que le Cro-Magon a continué sa route et donné, par évolution, l’homme moderne que nous connaissons. Cette approche de la préhistoire est plus riche et plus pertinente que l’idée d’évolution uniforme. S’il y a eu à une certaine époque, deux races intelligentes sur la planète, pourquoi ne pas imaginer trois, quatre, cinq races terrestres intelligentes à une même époque ?

Etranges découvertes

Il y a beaucoup de découvertes de crânes très troublantes.

Dans le Bassin du Zambèze fut retrouvé un crâne moderne fossilisé qui aurait vraisemblablement plusieurs centaines de milliers d’années (fig. 2). Il s’agirait d’un crâne plus moderne que le Néanderthal mais antérieur au Néanderthal. Un fait qui bouscule toutes les chronologies établies.

Dans les années 30, proche de Chihuahua au Mexique, fut découvert dans une grotte un crâne très étrange (fig. 3). Le volume de ce crâne est de 1 400 cc pour un petit squelette, il fut nommé « StarChild » littéralement l’enfant des étoiles. Ce crâne a une symétrie parfaite et un volume harmonieux ce qui exclut d’emblée, l’idée de malformation issue d’une pathologie crânienne. La structure osseuse s’est avérée être deux fois plus résistante et deux fois plus légère qu’un crâne d’homo sapiens sapiens.

Une organisation sans but lucratif nommée « StarChild project » remit le crâne à un laboratoire britannique, où il subit une analyse détaillée de son ADN. Cette étude conclut qu’il s’agit d’un être humain sans autre commentaire. Seules 3 photos attestant de l’existence de ce crâne circulent aujourd’hui sur internet.

En 1880, plusieurs crânes humains avec des protubérances telles des cornes osseuses ont été découverts dans un monticule de Sayre, dans le comté de Bradford en Pennsylvanie. Excepté les excroissances osseuses situées sur le front, les hommes à qui ces squelettes ont appartenu étaient anatomiquement normaux. On a estimé que les corps avaient été enterrés sur ces lieux vers 1 200 avant J.-C. La découverte est due au Dr G.-P. Donehoo historien, deux professeurs de « The American Investigating Museum », et de W.-K. Morehead de l’Académie Phillips, Andover, Massachusetts. Les crânes de cette exceptionnelle découverte ont été envoyés à l’American Investigating Museum of Philadelphia. Ils auraient été volés dans le musée même, disparaissant à tout jamais comme la plupart des artefacts qui remettent en cause les théories officielles de l’anthropologie (fig. 4). "

Les crânes de Robert Connolly

Les crânes ont été photographiés par Robert Connolly au cours de son voyage autour du monde, alors qu’il recueillait des informations au sujet des civilisations anciennes. La découverte de ces crânes de formes inhabituelles fut pour ainsi dire un résultat inattendu de son travail. En 1995, Robert Connolly a publié ses photographies sur un CD-Rom intitulé The Search For Ancient Wisdom (À la recherche de la sagesse ancienne), Cambrix, 1-800-992-8781.

Étant donné le peu de renseignements au sujet de ces crânes, il est difficile de déterminer leur âge, leur rapport avec d’autres hominidés ainsi que leur emplacement d’origine dans une chronologie. Certains crânes sont si différents de ceux que nous connaissons qu’ils pourraient appartenir à une toute autre espèce qui présenterait une lointaine ressemblance avec le genre humain.

Connolly distingue quatre groupes de crânes en fonction de leur forme :

  • le type J « Jack-o-lantern » (nom donné à la citrouille utilisée pour les lanternes d’Halloween ;
  • le type M : nom donné à cause de la forme de ce crâne très particulier ;
  • le type pré-moderne crâne oblong considéré comme plus ancien par Connolly ;
  • le type C « tête en forme de cône ».

 

fig2-5-5e07b.jpg

LE TYPE J

Le type de crâne appelé « J », en forme de lanterne, pose plusieurs problèmes. C’est un équivalent du type moderne sous tous les rapports, avec plusieurs éléments hors de proportion. Le moins significatif est la taille des orbites qui sont environ 15 % plus grandes que chez les populations modernes. Le plus important est l’énormité de la voûte crânienne. La capacité de la boîte crânienne varie entre 2 600 cm3 et 3 200 cm3. L’âge de ce spécimen est inconnu et, jusqu’à présent, pas d’autre spécimen de ce genre n’a été retrouvé.

LE TYPE M

fig6-3c06c.jpg

Le crâne appelé « M » est encore plus bizarre que le précédent. Il est incomplet au niveau de la partie inférieure de la zone faciale. D’après les restes de la partie faciale, on constate que ses caractéristiques ne varient pas par rapport à un crâne humain classique. Cependant, il possède la voûte crânienne la plus grande de tous les spécimens connus de Connolly. Les deux « lobes » en saillie sont également anormaux. La capacité crânienne peut être estimée de façon quasi certaine à plus de 3 000 cm3.

Les types « J » et « M » sont proches de l’impossibilité biologique. Selon Connolly, la seule manière d’expliquer leur grosseur est d’émettre l’hypothèse que la néoténie (la capacité de l’espèce à prolonger la période de croissance avant d’arriver à maturité) des deux groupes s’est étendue au-delà de celle du type de l’homme moderne. Cela peut également signifier que la durée de vie moyenne de ces spécimens a été beaucoup plus longue. Les suppositions selon lesquelles il s’agirait de simples déformations ou de cas pathologiques peuvent difficilement se justifier. Parmi la population humaine actuelle, on rencontre de temps en temps des crânes présentant des anomalies de croissance où des formes anormales, mais ces malformations restent dans les valeurs de l’espèce de référence.

Selon les textes médicaux, le crâne le plus grand avait une capacité de 1 980 cm3, mais il était de forme normale. Il ne faut pas oublier que toute croissance pathologique du crâne (fig. 7) a presque toujours des conséquences fatales pour l’individu, et ce, au tout début de son développement. La nature est très impitoyable à cet égard. Tous les spécimens présentés ici étaient des individus d’âge mûr.

La capacité de la voûte crânienne (et par conséquent la masse du cerveau) n’est pas nécessairement liée à l’intelligence. L’individu avec le plus grand crâne humain connu, était un homme retardé.

Mystère des crânes pré-modernes et coniques

TYPE C

Quand les images de ces crânes furent présentées en 1996, la majorité des gens a supposé être en présence de cas de « têtes bandées », une mode connue pour être pratiquée dans l’ancienne Nubie, en Égypte et dans d’autres cultures. Le problème posé par cette théorie est que ces crânes, bien qu’allongés et pourvus d’un front aplati et incliné vers l’arrière, ont la même capacité qu’un crâne humain classique ; la seule différence étant la forme obtenue après déformation frontale et latérale. Par ailleurs, on ne rencontre pas de crânes en forme de cône parmi les crânes bandés courants.

fig7-a23cf.jpg

Robert Cornolly pense de manière assez catégorique qu’il n’est pas en présence de cas isolés de pathologies crâniennes (fig 7).

PARTIE 2

Connolly analyse ses découvertes en ces termes :

« La partie frontale des crânes pré-modernes (fig. 2) semble appartenir à un individu de la famille dite de pré-Néanderthal, mais la mâchoire inférieure, bien que plus robuste que le type dit de l’homme moderne, possède une forme et des caractéristiques modernes.

La forme de la boîte crânienne ne possède aucune similitude avec les types Erectus et Néanderthal ni avec le type de l’homme moderne. Certaines caractéristiques mineures du Néanderthal sont présentes telle que l’arête occipitale en bas, à l’arrière du crâne et le bas aplati de la boîte crânienne, d’autres caractéristiques font plus penser à l’Homo Erectus. Cependant, l’angle au bas de la boîte crânienne est peu commun. On doit exclure la possibilité d’un individu déformé. La solution semble être que le crâne appartient à un représentant d’un type pré-moderne humain inconnu ou à un type humanoïde. En le comparant à un crâne humain moderne, on voit bien que la capacité de la boîte crânienne est comprise dans les mêmes valeurs. Ceci n’est pas surprenant étant donné que les derniers hommes de Néanderthal et les premiers hommes modernes (Cro-Magnon) avaient une boîte crânienne plus grande (tous les deux en gros 1 600 cm3 à 1 750 cm3) que l’homme de l’époque moderne (environ 1 450 cm3).

La réduction de la capacité de la boîte crânienne (d’ailleurs soudaine, les boîtes crâniennes des spécimens datant d’environ 10 500 avant J.-C. sont plus petites) est une question mystérieuse. Autre mystère, on a également du mal à expliquer comment un représentant du type dit de l’homme pré-moderne se trouve sur le continent sud-américain. Selon l’anthropologie orthodoxe, ce crâne n’existe pas, purement et simplement, car cela ne se peut pas. Les textes établissent la plus vieille date d’apparition d’humains, en Amérique du Nord, à 35 000 avant J.-C. et à beaucoup plus tard pour l’Amérique du Sud, selon les hypothèses de la théorie de la diffusion. Les seuls types d’humains dont on admet la présence sur le continent ont une anatomie moderne. Il existe d’autres sources qui placent tous types de genres humains dans les deux Amériques à des dates beaucoup plus anciennes d’après de nombreuses découvertes, mais officiellement, on s’en tient à ces données. »

Trois spécimens de TYPE C

Robert Connolly a découvert trois crânes de type C (fig. 1 plus bas) dans la région de Paracas au Pérou. Le type dit « en forme de cône » est très inhabituel quant à la forme de la boîte crânienne. Le fait d’en avoir trouvé trois exclut l’éventualité d’une déformation accidentelle. Il ne fait aucun doute qu’ils sont étroitement liés et il se peut qu’ils représentent une branche tout à fait distincte du genre humain, voire une espèce totalement différente.

Toutes les proportions générales des trois crânes sont harmonieuses. La grandeur de la voûte crânienne est manifeste, on peut estimer le volume entre 2 200 et 2 500 cm3.

Des représentants modernes des crânes de Connolly

Robert Connolly considère que les crânes de Type C et pré-modernes, sont de type humanoïde inconnu. Ce n’est pas tout à fait exact. En ce qui concerne ces deux types, une comparaison est possible avec des êtres en chair et en os qui vécurent sur notre planète (fig. 3). Le type C est comparable à une statue du Louvre représentant un « dieu ». Quant au type pré-moderne il s’apparente aux statues égyptiennes représentant Nefertiti, Akhenaton, leurs six filles, le roi Tut et d’autres statues encore (fig. 4). Il ne peut s’agir d’une déformation liée à une pathologie crânienne. Plusieurs générations présentent rigoureusement les mêmes caractéristiques. Il ne s’agit pas non plus d’un effet de style de sculpture marquant la lignée de pharaon, les crânes en témoignent. D’autre part, les grandes coiffes de l’Égypte de la 18e dynastie couvrent bien de grands crânes qui ont peu de chose en commun avec le crâne dit de « l’homme moderne ».

Akhenaton un humain ?

 

fig-1-5-partie-2-1984a.jpg

 

La statue d’Akhenaton au Musée du Caire (fig. 5) est très instructive. Elle révèle un crâne énorme sous la coiffe de pharaon. Akhenaton a un cou long et très fin ainsi que de grandes oreilles. Comparé au standard symbolisé par l’homme de Vitruve (intégré sur la photo en bas à droite), aucune proportion dite humaine ne correspond. La taille est très haute, le ventre est volumineux, les bras et jambes sont très minces, biceps, triceps, mollets sont maigres sans aucun rapport avec la musculature d’un homme ordinaire. La chose la plus frappante est la largeur des hanches, aussi larges que les épaules. Cette physionomie si particulière se retrouve pour Nerfertiti, ses filles, le roi Tut, il s’agit donc bien d’une race qui diffère génétiquement de l’homme moderne. On ne peut parler ici d’une simple malformation. Nous avons à faire à une répartition harmonieuse de proportions qui ne sont pas comparables au standard humain moderne. Nous affirmons donc que pendant la 18e Dynastie égyptienne, et très certainement à d’autres époques, une race différente de l’homme dirigeait l’Égypte. Parler de Pharaon comme d’un Dieu n’être pas pur hasard. Se retrouver face à un être de ce type devait être impressionnant, suscitant peur et respect.

Si, comme le dit Connolly des crânes qu’il nomme pré-moderne furent retrouvés au Pérou et au Tibet, c’est que la race d’Akhenaton fut dominante dans ces régions à la même époque ou en d’autres temps. Comme il s’agit d’une race dite divine par les hommes d’alors, ses facultés supérieures lui ont permis de dominer le monde des hommes sur tous les continents à une certaine époque. Les engins volants décrits dans les textes sacrés amérindiens, védiques, tibétains ou égyptiens ont très bien pu être le moyen dont cette race usa pour voyager et prendre en main la destinée de la race humaine.

Le mystère aujourd’hui est de savoir ce qu’il advint de cette race différente de l’humain ordinaire. Pourquoi n’est-elle pas toujours au pouvoir ? Pourquoi nous cache-t-on son existence ? Demeure-t-elle cachée, dirigeant en coulisses la géopolitique de notre monde contemporain ? Ce qui est certain c’est qu’une certaine élite mondiale nous cache sciemment des artefacts et antiquités essentiels pour connaître notre lointain passé. Pourquoi ? "

saqmur-ef909.jpg

 

(extrait) LIRE la suite ici : http://www.morpheus.fr/spip.php?article21

Frédéric Morin

CD-Rom intitulé The Search For Ancient Wisdom de Robert Connolly, www.world-mysteries.com, www.enigmas.org, www.subversiveelement.com, Mysteries of the Unexplained, p. 39, 1992, L’ancien Secret de la Fleur de Vie (tome 1, pp. 157-169). Éditions Ariane.

© Publié dans Morphéus n°19 - 2007

Alors, finalement, les "dinosauriens" seraient-ils le peuple "dégénéré" et "corrompu" (et même les "Atlantes" ou "Titans" ?) détruit finalement par le grand déluge décrit dans beaucoup de textes ? Et certains n'auraient-ils pas survécus finalement pour "accompagner" l'Humanité dans sa création ou réapparition (à leur avantage) ?

Même des scientifiques et des médias s'en mêlent et trouvent les "choses de la préhistoires" présentées officiellement comme "sûres" comme étant en fait très tronquées et visibles avec des œillères... :

" Préhistoire : Cro Magnon n'a jamais fait la révolution "

cranecrooupas.jpghomme de Salkhit

" Le débat sur l'évolution de l'homme rebondit avec des découvertes troublantes... et des scientifiques à l'esprit critique. Parmi les découvertes, un crâne d'allure très ancienne découvert en Mongolie (photo à gauche). Sa datation récente, au plus 30 000 ans, montre qu'il traverse les frontières mises depuis longtemps entre l'homme moderne - Cro Magnon ou vous même - et nos ancêtres.Autres découvertes : ces traces d'activités culturelles, ou de technologies très anciennes - des dizaines de milliers d'années, et pourtant d'allure "moderne" qui relativisent la réputation de "révolutionnaire" de Cro-Magnon.

J'ai publié vendredi dernier dans Libération un article fondé sur un reportage à Toulouse, le voici ci dessous, agrémenté de liens et d'images qui n'ont pu trouver place dans le journal vendu en kiosque.

Toulouse, envoyé spécial. « Regardez ce crâne, archaïque, non ? Un air de Néanderthal, voire d’Homo erectus, voyez ces arcades sourcilières proéminentes, ce front bas, rejeté en arrière…». José Braga arbore un sourire malicieux. Assis dans son bureau de l’Université Paul Sabatier, il tient en main un moulage de crâne, actuellement présenté au public (1). Un crâne très incomplet. Réduit à sa partie supérieure - comme si l’on avait sabré l’homme au niveau des yeux puis découpé à l’horizontale - et le montre en soulignant à plaisir son allure «archaïque» selon les critères habituels permettant de le séparer du «moderne», autrement dit Cro-Magnon ou votre voisin de palier.

mongolie-steppe.jpgNE Mongolie paysage steppe

 

Lorsque ce crâne est découvert, en 2006 dans une steppe glaciale et désolée du Nord-Est de la Mongolie (photos:Projet First Modern Humans in Mongolia) sur le site de Salkhit par des prospecteurs d’or clandestins, ces derniers se disent qu’ils ont trouvé un objet vraiment ancien, donc valant… de l’or pour des scientifiques. Ils le vendent illico à des paléoanthropologues mongols. Ces derniers contactent Yves Coppens, le célèbre co-découvreur de notre lointaine cousine l’australopithèque Lucy. Et personne ne douta alors que ce vestige fut très ancien.

Lorsque Braga (Cnrs, laboratoire Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse) fut alerté par Coppens, ce dernier lui confia l’objet en estimant qu’il s’agissait d’un représentant archaïque de l’humanité. Dans un article paru en février 2008 (2), Yves Coppens et ses cosignataires évoquent même, outre sapiens archaïque qui à la faveur du titre, Néanderthal et la filière Homo erectus chinoise pour qualifier ce fossile.

fouillesteyssandier.jpgNE Mongolie fouille de g à d Braga, Teyssandier et Duranthon

 

Mais, avec la physique nucléaire, les datations directes viennent compléter les analyses morphologiques ou géologiques poursuivies par José Braga, Yves Coppens et d’autres spécialistes sur le site de Salkhit (photo, José Braga, Nicolas Teyssandier et Françis Duranthon fouillant à Salkhit). Un minuscule morceau de crâne, étudié au carbone-14 dans un laboratoire américain de Floride, a donné une date entre 21.860 et 22.150 ans. Une autre étude en cours, avec des moyens plus performants, pourrait le vieillir, «mais, au plus à 30.000 ans» affirme José Braga.

Conclusion ? « L’homme de Salkhit est donc un sapiens sapiens, comme nous. La variabilité morphologique de notre espèce est sous-estimée… ce qui veut dire aussi que la conception que l’on a de ses relations de parenté avec Néanderthal ou Homo erectus pourrait être erronée, trop vue sous l’angle d’une violente coupure ».

cranecrooupas2.jpgCrane Salkhit global&

Lire la suite