Astronomie-Espace

Chasseurs d'OVNIs (UFO Hunters) - Saison 1

Chasseurs d'OVNIs (UFO Hunters) - Saison 1 - MAJ FIN Saison 1

Ufohunters2

Il s`agit d`une série d`enquêtes sur les OVNIS et Phénomènes connexes, mené à partir des investigations du site NY-SPI... "New York Strange Phenomena Investigators".

NY-SPI a été fondé en 2006 et est basé à Manhattan. Il est composé d`un groupe restreint de professionnels formés uniquement avec des décennies d`expérience dans le domaine ufologie sur le terrain. L`équipe emploie diverses méthodes scientifiques pour disséquer et examiner les phénomènes physiques, statistiques et psychologiques associés à ces phénomènes. Avec cas d'examens bien établis et des protocoles de recherche en place, ces enquêteurs sont équipés pour reconstituer les détails des observations d`OVNI possible ou «enlèvements» et de déterminer leur validité et leur crédibilité. Chaque cas est poursuivi et traité comme un nouveau mystère. 

Titre Original : UFO Hunters

Année 1ère diffusion : 2008

Origine de la série : Etats-Unis (USA) Genre : Téléréalité, documentaire, Paranormal, Ufologie

Nombre de Saisons : 3 - Saison 1 en [VF] 13 épisodes. Saison 2 en [VF] 13 épisodes. Saison 3 en [VF] 13 épisodes.

Nombre d'épisodes total série : 39 épisodes de 42 minutes

Bill Birnes, Ted Ackworth et Pat Uskert enquêtent sur des objets volants non identifiés qui ont été aperçus aux quatre coins des États-Unis. Ils tentent de séparer le vrai du faux à l'aide de témoignages, d'expériences scientifiques et de documents gouvernementaux. Les événements les plus récents bénéficient parfois d'une abondance de preuves audio ou vidéo, tandis qu'une affaire datant de 1897 oblige l'équipe à creuser dans un puits condamné depuis longtemps. En outre, le trio pose un nouveau regard sur l'affaire Roswell, examine les dossiers d'un enquêteur célèbre, et se rend au Royaume-Uni, où il semble que le ciel soit rempli de phénomènes inexpliqués.

Ufohunters

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x01 - Les ovnis avant Roswell

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x02 - Objets immergés non identifiés

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x03 - Les enlèvements

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) S01x04 Écrasement et récupération d'un ovni

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) S01x05 Les militaires contre les ovnis

Chasseurs d'Ovnis (UFO Hunters) - S01x06 - Les policiers et les ovnis

Lire la suite

Etude sur l'acoustique des ruines de Chavin de Huantar, Pérou

Étude sur l'acoustique des ruines de Chavin de Huantar, découverte du site de Poro Poro, Pérou

 

Poro poro perou27 mini

Remarquez les trois orteils (ou souvent trois doigts) de cette "divinité" : une constante pas rare dans toutes les cultures péruviennes. " être surnaturel de style formatif peint à Poro Poro (dép. de Cajamarca) "


Le titre de l'un des articles sur les «excavations» pour l'Archaeological Institute of America (Institut archéologique de l'Amérique, qui publie la revue Archeology) écrit par Julian Smith : " En écoutant les dieux de l'ancien Pérou " ("Listening to the Gods of Ancient Peru"), revêt une grande importance à la lumière des diverses découvertes dans le monde d'une probable technologie très ancienne liée au son et à l'acoustique. Disons que cette étude de plus en ajoute aux nombreuses autres, attestées par des scientifiques reconnus.

Il s'avère que les ruines de Chavin représentent le centre astronomique et religieux de la culture Chavin, dans la haute vallée des Andes au Pérou (à une hauteur de 3177 mètres au-dessus de la mer), qui inclut non seulement des bâtiments en pierre de plusieurs étages avec des ornements en céramique, en os et en coquillages, mais à l'intérieur et sous ces structures, il y a quelque chose d'encore plus surprenant : un dédale de couloirs, de galeries et de puits qui ont été conservés intacts malgré le temps (d'après les estimations, le site de 50 acres a été occupé de 1500 à 400 avant JC) et qui possèdent des effets sonores tels qu'ils peuvent induire en erreur les personnes passant par eux. On croit que ces ruines faisaient partie d'un centre cérémoniel de la culture pré-Inca.

Chavin de huantarSite de Chavin - Photo de Sharon Odb - Wikimedia Commons, mars 2006
Déclaré site du patrimoine mondial par l'UNESCO en 1985

Une équipe d'archéologues, d'anthropologues et d'experts en acoustique du Centro de Investigación Computacional en Música y Acústica (CCRMA pour son sigle en anglais) de la célèbre université de Stanford (Californie, USA) a fait l'étude et l'enregistrement de ces effets sonores dans les tunnels de Chavin pour voir si ils ont été conçus à dessein ou si ils sont le résultat de l'environnement dans lequel ils se produisent.

L'histoire des effets sonores à Chavin est connue depuis les rapports du début des années 70 par l'archéologue péruvien, le Dr Luis G. Lumbreras, qui le premier a proposé la théorie que le réseau de tunnels sous la ville a probablement été construit pour des cérémonies religieuses avec des "effets spéciaux". Il est dit que, même aujourd'hui, quand vous êtes dans cet endroit, certains sons sont amplifiés, mais on ne peut pas déterminer d'où ils viennent. Selon l'étudiante en doctorat au CCRMA, Miriam Kolar, quelque soit le son qui est fait là-bas - comme parler ou même taper du pied - cela génère des résonances profondes.

Un détail important dans cette étude est que, même si on ne sait pas si le lieu a été construit pour atteindre ces effets sonores, ce que nous savons pour sûr et certain, c'est que de la musique et du son y ont été produits et en 2001 on a trouvé 20 coques marines, Strombus galeatus, qui ont été décorées et utilisées comme instruments. Ces coquilles sont appelées "pututus" et il y a des illustrations de la façon dont les Incas s'en servaient.

Chasqui3Le Messager Inca, connu sous le nom "Chasqui" qui joue du "Pututu" (photo prise à partir de Wikipedia)

Le simple fait que ces coques aient été trouvées à Chavin lui-même est quelque chose de spécial, car elles sont une espèce tropicale de coquillages trouvée à au moins 800 miles ( 1300 kilomètres ! ). Et pour souligner encore plus l'usage qui en a été fait, chacune est taillée d'une buse et d'une encoche en V au sommet, rôle qui n'est pas encore compris exactement. Certaines d'entre elles ont été utilisées lorsqu'elles ont été portées, malgré leur poids, ils pensent qu'elles ont été utilisées pendant des décennies ou des siècles. Et le plus intéressant, c'est que vous pouvez toujours en jouer. En fait, comme le montre la photo ci-dessous, ils sont en train d'étudier les propriétés à l'aide de microphones spéciaux :

Grabandosonidodelaconcha jlcruzadocoronelEnregistrement à l'intérieur du tunnel avec une coque - Photo du colonel JL Cruzado

Il y a encore beaucoup de questions sur la façon de répondre à l'acoustique de ce lieu. On sait, par exemple, que dans les galeries de tunnels, des échos se produisent et se multiplient dans plusieurs directions très rapidement et en même temps, ce qui les rend très diffus et difficiles à localiser. Il est également connu que les tons qui sont dans la même gamme de fréquences que celles utilisées par la voix humaine et les coques produisent des résonances cohérentes dans les niches, ce qui donne beaucoup de richesse aux sons. ainsi, il y a plus de détails que vous pouvez lire sur l'acoustique intéressante et l'archéologie du site. Ce qui n'est pas connu, c'est de savoir si ces propriétés acoustiques ont été un aboutissement accidentel de la construction ou si ces effets ont été cherchés. On ne sait pas si cela a été mis en œuvre volontairement et quel usage cela aurait. Et comme on le sait, il y a toujours plus de domaines et possibilités à étudier.

Mais ce que nous savons pour sûr, comme le dit l'article, c'est que le son a sa propre puissance ou énergie. Une des données comparatives intéressante et pertinente dans ce contexte, est une étude réalisée par l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) en 2008, où il a été démontré que lorsque la fréquence de résonance de l'écoute est à 110 Hertz, l'activité cérébrale des personnes se déplace temporairement du côté gauche (qui est la partie du cerveau qui traite logiquement) vers la droite, qui est le côté émotionnel. Fait intéressant, la fréquence de 110 Hz est trouvée dans ces tunnels et dans la faible voix masculine, et il est donc possible que cela avait été utilisé pour promouvoir ou provoquer certaines réactions dans le public sur des rites y étant pratiqué.

Enfin, l'objectif le plus important de chercheurs et des musiciens qui étudient Chavin, est de créer un modèle acoustique de l'espace pour reconstruire numériquement n'importe où n'importe quel son entendu par celui qui était là. L'idéal serait de pouvoir conserver à jamais l'acoustique de cet endroit pour les générations présentes et futures, afin qu'ils puissent continuer à écouter et à expérimenter avec ces sons.

Chavin subterranea 6

Autres références :

1 Site web du projet "Acoustic archéologique Chavínde Huántar" (projet de collaboration entre CCRMA et le Département d'Archéologie/anthropologie, Université de Stanford): https://ccrma.stanford.edu/groups/chavin/

2 Publications section 2 du projet où vous pouvez accéder à six rapports académiques écrits : https://ccrma.stanford.edu/groups/chavin/publications.html

3 Archives péruvienne électronique et la musique expérimentale - site: http://centro.fundaciontelefonica.org.pe/sonoteca/sonoteca.html

4 Chavin site sur le monde, le Dr Luis G. Lumbreras (avec beaucoup de ressources et d'information à ce sujet): http://chavin.perucultural.org.pe/index.htm

5. page avec des liens utiles sur la culture péruvienne http://chavin.perucultural.org.pe/enlaces.shtml

http://gotasdedatos.blogspot.fr/2011/06/se-estudia-la-acustica-de-las-ruinas.html

 

https://ccrma.stanford.edu/groups/chavin/

Smilinggodmedusasculpture en relief du dieu-méduse (ou dieu-poulpe) de Chavín tenant des coquilles de Strombus et de Spondylus

 

Chavin : la ville souterraine :

Chavin subterranea 42012 : Après quatre mois d'enquête, le projet de conservation de Chavin a achevé la première phase d'analyses révélant une nouvelle découverte : un tunnel de 550 mètres.

Lire la suite

Une nouvelle planète naine dans le système solaire confirme la probabilité de la Planète 9

Une nouvelle planète naine dans le système solaire confirme la probabilité de la Planète 9

 

2015 tg387 orbits title 1 650x366

 

Je peux dire que je suis assez content, car cette dernière découverte, avec l'officialisation de ces derniers jours sur l'existence d'une nouvelle planète naine, nommée The Goblin parce que découverte lors de l'Haloween de 2015, confirme une fois de plus mes propos de 2014 dans cet article :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-mauvaises-interpretations-des-medias-suite-au-rapport-wise-nasa.html

En effet, souvenez-vous qu'en 2014, suite à une annonce nettement prématurée de la NASA, absolument tous les médias avaient annoncé l'inexistence prouvée d'une quelconque Planète X (ou 9ème planète) de grande taille restant à découvrir dans notre système solaire... Et j'avais alors été l'un des seuls à l'époque à contester cette mauvaise interprétation des journalistes suite à cette annonce bien trop prématurée de la NASA sur les résultats de la station WISE (qui a révélée en fait une technologie pas encore assez avancée pour établir une certitude : la NASA estime maintenant qu'il faudra attendre la nouvelle génération de télescopes (2020) pour avoir une bonne chance d'avancer sur la découverte de corps sombres aux limites de notre système solaire...).

Bien sûr, cette nouvelle planète naine n'est pas la 9ème planète ou Planète X cherchée depuis au moins 1985, mais, comme plusieurs autres, son orbite très penchée et allongée confirme les calculs des modèles des "découvreurs" potentiels de cette fameuse planète (déjà nommée Tyché) dont j'ai aussi déjà parlé plusieurs fois (voir en bas de l'article).

Que savons-nous de The Goblin après trois ans d'études et de suivi pour connaître son orbite autour du Soleil ? L'une des premières annonces sur l'officialisation de sa découverte a été faite par CNN

" Alors qu'ils recherchaient la mystérieuse planète X qui, selon certains astronomes, se cache au bord de notre système solaire, les chercheurs ont trouvé un objet extrêmement lointain qu'ils ont surnommé "le gobelin". Et cet objet fournit des preuves irréfutables de l'existence de la planète X. (YH : En fait, toute planète non encore nommée officiellement est une planète X selon les normes des astronomes - ici, on parle bien de la planète 9).

L'objet est probablement une planète naine sphérique, avec une orbite de 40 000 ans, ce qui signifie qu'il lui faut autant de temps pour faire le tour du Soleil. Elle va jusqu'à plus de 2 000 fois la distance entre la Terre et le soleilSon emplacement actuel est environ deux fois et demie plus éloigné du soleil que de Pluton.

" Je pense que cette découverte nous rapproche des 90% de probabilité que la planète X soit réelle ", a déclaré Scott Sheppard, astronome à la Carnegie Institution for Science.

Le Gobelin est considéré comme un objet du Inner Oort Cloud. Le nuage d'Oort est une bulle prédite autour de notre système solaire bien au-delà de Pluton, remplie de milliards de corps glacés et supposé lieu de naissance des comètes à long terme.

 

Planet goblin

Une représentation simplifiée de notre système solaire avec la mini planète Gobelin confirmée ce mois d'octobre 2018

 

Le International Astronomical Union's Minor Planet Center a annoncé l'objet, officiellement connu sous le nom de 2015 TG387, mardi 02-10-2018. Les chercheurs, notamment Sheppard, Chad Trujilllo de l’Université du Northern Arizona et David Tholen de l’Université de Hawaii, ont également soumis au Astronomical Journal un article détaillant leurs résultats :

Lire la suite

Des super-Terres pas si loin de la Terre

Des super-Terres pas si loin de la Terre

 

Trappist 1 500

La multiplication de découvertes de planètes telluriques (solides comme la nôtre pour parler simplement) dans la banlieue de notre propre naine jaune (le Soleil est classifié comme étant une naine jaune) remet de plus en plus la notion de distances infranchissables, tout au moins (pour l'instant) pour notre technologie et inventivité actuelle, en ce qui concerne l'espace proche. On sait que les scientifiques de la NASA et d'autres envisagent déjà d'envoyer une sonde-robot vers le plus proche système stellaire du nôtre à l'aide de notre technologie actuelle, d'autant plus qu'au moins une de ces super-Terres y a déjà été trouvée.

En ce qui concerne les distances énormes considérées par la science par rapport à notre technologie actuelle (qui ne peuvent que diminuer avec nos progrès), je rappelle ici par un extrait de l'un de mes précédents articles (ne pas se fier au titre) certaines données établies et non démenties pour l'instant par Einstein lui-même : " (...) Un objet en mouvement « vieillit » moins vite qu'un objet immobile, son temps propre s'écoule plus lentement. Donc il suffit d'utiliser la dilata­tion du temps pour voyager dans le futur. Le principe est simple : si on s'éloigne de la Terre à très grande vitesse puis qu'on y retourne, on aura moins vieilli que ceux qui y sont restés. Nous aurons donc un aperçu du futur de notre pla­nète ! Subsiste toutefois un problème : pour atteindre cette vitesse élevée, il faut d'abord subir une longue phase d'accé­lération et ça, l'organisme humain ne le supporte pas très bien. Sauf si l'on s'en tient à une accélération de 9,81 m/s2, qui équivaut à la pesanteur terrestre que nous subissons tous les jours. Avec cette accé­lération, il est possible d'atteindre le centre de notre galaxie, distant de 30 000 années-lumière, en un peu plus de 39 ans. Le temps de freiner, de faire demi-tour et de revenir, près de 80 ans se seront écoulés dans le vaisseau... Alors que sur Terre, près de 60 000 années seront passées ! Reste un problème : pour effectuer un tel voyage, un vaisseau spatial consommera en un an l'équivalent de toute l'énergie produite sur Terre pour la même période... "

Le problème est donc principalement technique, mais la NASA estime déjà qu'il est possible, avec notre technologie actuelle, d'atteindre le système le plus proche (Proxima Centauri) en moins de 20 ans... Il est même possible d'utiliser en plus l'effet de "fronde gravitationnelle" autour de certaines planètes de notre système stellaire pour accélérer la vitesse, ce qui a déjà été fait par les sondes Pionner 10 et 11, ainsi que par Mariner 10...

Il est aussi important de souligner qu'au 20 septembre 2018, il y a 3845 exoplanètes confirmées à ce jour, situées dans 2866 système stellaires différents. Sur ce total, il y en a 200 dont la masse est inférieure à 8 masses terrestres et qui sont donc probablement telluriques avec peut-être une atmosphère. C'est sur ces planètes telluriques que l'on va rechercher les traces de vie, avec ce que l'on sait aujourd'hui de la vie...

Toutes ces nouvelles exoplanètes telluriques ont été découvertes à moins de 100 années-lumière, et le nombre commence sérieusement à augmenter, avec de plus certaines qui sont dans la zone d'habitabilité estimée par notre science actuelle, donc possédant très possiblement une atmosphère et de l'eau liquide. Faisons le point sur ces découvertes, dont certaines ne datent que de quelques jours :

 

Schema exoplanete fr web

Ce schéma montre la zone habitable de 3 étoiles : notre Soleil (en haut), celle de HD 85512 (autour de laquelle a été trouvée la super-Terre HD 85512 b) et celle de Gliese 581 qui comprend plusieurs exoplanètes. On remarque que HD 85512 b est en limite de la zone habitable de son étoile qui est légèrement plus petite que notre Soleil. Les distances indiquées en UA signifient Unité Astronomique, soit la distance Terre-Soleil (150 millions de km).
Crédit : ESO/Enjoy Space (traduction)

Lire la suite

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 3

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 3 - MAJ épisode 5

Odhtv 1

 

Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

Cette nouvelle saison 3 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Rémy Fauchereau, Sylvain Matisse et Eric Zürcher...

 

Allen hynek jacques vallee 1

Années 1960-1970 : L'astronome, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2018

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2018 - MAJ 29-09-2018

 

Odhtv2018a

 

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html


 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans ces vidéos sont (sauf mention contraire) des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche....).

Lire la suite

Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

 

Karahunj armenie 7500ans petitsetres

Karahunj, Arménie

 

Un retour en Arménie car j'en ai parlé au moins déjà dans trois articles, lisibles icihttp://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

et icihttp://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-arche-du-deluge.html

 

Un autre mystère arménien a été daté de 7500 ans avant le présent au minimum, probablement plus. Il s'agit d'un site mégalithique en cercle assez semblable physiquement que le Stonehenge britannique, sauf qu'il est beaucoup plus ancien, et assez typique de cette civilisation probablement mondiale et inconnue qui a dressé et taillé des pierres, parfois de très grandes dimensions, un peu partout dans le monde entre la fin du pléistocène et la moitié du néolithique ou même les débuts de l'âge du fer selon les régions...

Lire la suite

Les dalles et pierres gravées d'Amérique du Nord

Les dalles et pierres gravées d'Amérique du Nord

 

Dightonrock massachusetts usa

 

A la suite de mon précédent article sur la dalle de Cochno en Ecosse (http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecosse-cochno-une-carte-cosmique-de-5000-ans.html) et l'affichage de quelques comparaisons européennes, un contact anglo-saxon, que je remercie ici au passage, m'a transmis plusieurs données de différents sites aux Etats-Unis montrant la même chose... ce qui est assez extraordinaire quand on sait que le néolithique remonte à une période où il n'est pas censé y avoir d'interactions ou cultures identiques de part et d'autres de l'Atlantique... Voici des traductions et photos montrant ces données, la conclusion semble évidente, mais il semble que la majorité des spécialistes aient peur (pour leurs bourses et salaires ?) de faire des comparaisons... on compare les poteries plus récentes, mais surtout pas les pétroglyphes (il est vrai que les limites des datations aident bien pour ne rien dire...)...

The Judaculla Rock

 

Judacullapc

Une vieille photo du rocher gravé, le propriétaire du terrain avait souligné les gravures à l'aide de peinture. On remarque, avec quelques "spirales" et "étoiles", des mains équipées de 3, 5, 6 et 7 doigts, en rappelant que les 6 doigts ou orteils sont typiques de certaines "anomalies" génétiques d'une partie de la population indienne... les gravures étant d'origine Cherokee...

Lire la suite

Ecosse : Cochno, une carte cosmique de 5000 ans ?

Ecosse : Cochno, une carte cosmique de 5000 ans ?

 

Cochno stone mini

 

Un mystère archéologique très fascinant se trouve en Ecosse, parmi d'autres il est vrai de la même période ou même plus anciens que ces 3000 ans avant J.C.. Découverte en 1887 par le révérend James Harvey, dans le West Dunbartonshire, la pierre antique mesure 13 mètres par 7,9 mètres et présente environ 90 sculptures complexes - considérées comme l'un des plus beaux ensembles de pétroglyphes en Ecosse - qui selon de nombreux chercheurs représentent une carte cosmique, détaillant des planètes et des étoiles.

Située par la suite dans une zone de logements urbains, la pierre s'est retrouvée exposée et vandalisée. En 1965, l'archéologue Ludovic Maclellan Mann a décidé d'enterrer la dalle massive sous plusieurs centimètres de terre, pour la protéger contre d'autres dégâts et pour empêcher les gens d'ajouter leurs propres graffitis... Il avait auparavant photographié la dalle et émis quelques hypothèses. Il s'agit tout de même de la plus grande dalle gravée du néolithique (et âge du bronze) pour l'Europe...

 

Piedra cochno un panel de 9x 19 metros con el arqueologo ludovic maclellan foto realizada en 1937 durante su visita 628x400

1937, l'archéologue Ludovic Maclellan Mann (à droite) a tracé des lignes sur la pierre pour effectuer des mesures expliquant sa théorie (voir plus bas).

Lire la suite

OVNIs : Etudes Géo-Ufologiques Saison 7 par ODHTV

OVNIs : Etudes Géo-Ufologiques par ODHTV - Saison 7

 

Asperatus nouveaunuage newzeeland

l'asperitas, un nouveau nuage admis par la science en 2017 : preuve formelle des changements climatiques, ou d'une adaptation de notre réalité, de notre conscience... ?

 

Créée en Septembre 2010l'étude géo'ufologique était au départ un nouveau thème pour les reportages d'odhtv (regroupé sur la saison 6)dont les buts étaient:

- Etudier les zones géographiques (lacs, montagnes, etc…) et la géologie des zones de RR2 et RR3.
- Vérifier des théories avec les failles géologiques, les centrales nucléaires, les industries, mégalithes, etc…
- Fournir  un  outil  de  recherche  pour  les  générations  futures.
- Établir des statistiques en fonction de l’année, la forme, les couleurs, les zones géographiques, etc…

Les petits reportages vidéos (regroupés sous la dénomination OEIL dans les archives d'ODHTV et ici), présentés par Gilles Thomas, sont des études géologiques liées au phénomène OVNI. Ces études font parties des recherches scientifiques du phénomène d'un point de vue géographique, géologique, hydrologique, tectonique, volcanique, karstique, etc... et sont tous filmés en France.

L’étude Géo’Ufo a mis en évidence des zones de recherches où seront implantées des caméras particulières.
(4 spots ont été choisis selon des paramètres précis)
Nous participons également à S.O.A.L.N (Station d'observation et d'analyse des lueurs nocturnes)

L'étude Géo'Ufologique phase 2 (Saison 7) traitera de la suite des recherches effectuées sur le terrain avec des ufologues participant à l'étude.

Saison 6 : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-oeil-saison-06-par-odhtv.html

 

Voici le premier reportage de la Saison 7, celui-ci venant tout juste de sortir, vous y verrez l'intervention de plusieurs ufologues et aussi de témoins :

Saison 7: études géo'ufologiques

Chinaclouds seisme

Des nuages bas irisés (ce phénomène est décrit par les scientifiques comme des nuages de très haute atmosphère... ce qui est faux en ce qui concerne ceux-ci...) souvent décris juste avant un séisme, exemple en Chine, où des lueurs anormales ont été aussi rapportées... :

https://www.nouvelobs.com/monde/20080521.OBS4911/chine-d-etranges-nuages-juste-avant-le-seisme.html

Lire la suite

Gers (France) - OVNI avril 2018 - Appel à témoins

Gers (France) - OVNI avril 2018 - Appel à témoins

 

Phototrafficgers04 2018 500

 

C'est le 07-08-2018 au soir que je reçois un email me proposant un témoignage et une photo d'un phénomène aérien étrange pour celui qui l'a observé. Le témoin apparaît être une personne sérieuse car il s'agit d'un médecin à la retraite et, de surcroît, un astronome amateur équipé. Dans son message, il affirme avoir enregistré des signaux inhabituels, le 17-04-2018, lors d'une pose de 30 secondes avec un appareil photo Cannon 600 SD et se propose de me l'envoyer, ainsi que les coordonnées exactes du lieu d'observation. Je lui répond le lendemain, en acceptant sa proposition, et il m'envoie par email des documents, dont sa photographie, et des précisions concernant son observation.

Ayant examiné ces derniers, je lui ai posé quelques questions les jours suivants, ait demandé l'autorisation de publier les documents tant à lui qu'au représentant ufologue qu'il avait contacté à l'époque, Monsieur Christian Diot, qui avait envoyé plusieurs documents réunis sur ce cas à la revue spécialisée LDLN, qui en a publié une partie. Il est aussi important de savoir que l'organisme officiel du CNES, le GEIPAN, chargé de collecter officiellement pour la France (via un budget gouvernemental) les données sur de tels phénomènes aériens non identifiés, a également été contacté à la même période, a reçu les mêmes documents, mais n'a jamais répondu ni enquêté auprès du témoin à ce jour... J'espère que ce rappel ici les fera un peu réagir et enquêter, après tout, ce sont bien les impôts du peuple français qui est utilisé par cet organisme officiel...

Voici donc le témoignage et les documents en appui de Monsieur Laurent Weill, médecin en région parisienne, maintenant retraité, et qui se trouvait donc dans le Gers ce 17 avril 2018, quand il a prit cette photographie en pause (classique en astronomie pour capter la lumière des astres) vers 23 heures... :

 

phénomène anormal-17-04-2018-Gers

Si vous avez été témoin le 17 avril 2018 (il y a une erreur de date dans l'Email du témoin), en début de nuit ou après, de lumières clignotantes anormalement fortes traversant le ciel assez rapidement, merci de me contacter via les commentaires de ces articles ou la fiche contact trouvable dans le menu de droite de ce blog, et de laisser un moyen de vous joindre, il sera dans tous les cas répondu (y compris sur Facebook par exemple en message privé). Et si des pilotes (militaires ou non) peuvent donner aussi leur avis, ce serait un plus en attendant des contacts après les vacances...

Lire la suite

La Chine recherche-t-elle une preuve de structures étranges sur la Lune ?

La Chine recherche-t-elle une preuve de structures étranges sur la Lune ?

 

Paracelsec structures facecacheelunepolesud 500

 

Tout le monde sait maintenant que le programme spatial chinois a mit une grosse partie de son budget sur la conquête de la Lune, y compris sa face cachée. Cette dernière fait de plus l'actualité depuis le succès de la première partie du programme concerné, qui consistait à la mise en orbite d'un orbiteur ainsi que de mini-satellites robots de communication, servant de relais pour les transmissions avec la Terre. Cette dernière partie a subit la perte d'un des deux mini-satellites prévus à cet effet, mais un seul suffisait pour la réussite du projet. D'ailleurs, le deuxième pays participant à cette exploration de la face cachée, l'Arabie Saoudite, n'a pas caché sa satisfaction devant le succès annoncé : " Les premières images du satellite envoyés conjointement sur la Lune par la Chine et l’Arabie saoudite nous sont parvenues jeudi 14 juin 2018. Le succès de cette mission spatiale bilatérale est le résultat d’une coopération d’importance majeure pour l’ensemble du Moyen-Orient et du continent eurasiatique ".

Le voyage de la sonde lunaire Chang’e-4 aura duré plus de 20 jours. Equipée d’une caméra optique mise au point par des ingénieurs de la Cité du Roi Abdulaziz pour la Science et la Technologie (KACST), la sonde a tourné autour de la Lune dès le 28 mai avant de se poser, sur la face cachée de l’astre, afin de prendre des clichésmener des observations et prélever des données. " (!)

Yves Herbo : le journal saoudien donne à priori de mauvaises infos car il ne s'agit pas de la sonde Chang'e-4 qui a été lancée par la Chine, mais du satellite relais Queqiao. Dans le cadre de la Mission Chang'e-4, la Chine peut maintenant prévoir le lancement du rover lunaire Chang'e 4 qui se posera sur la face cachée de la Lune (fin 2018-début 2019), et qui sera assisté par ce satellite relais. Alors que Queqiao se mettait en orbite et déployait son antenne de 4,2 mètres, l'un des deux micro-satellites (Longjiang 2), lancés en même temps, était en activité autour de la Lune et réalisait toute une série de photos de la face cachée de la Lune et de la Terre (car il embarque une caméra fournie par l'Arabie Saoudite). Rappelons que Longjiang 1 a purement et simplement disparu dans la manoeuvre d'approche...

Rima brayley dans region mare imbrium par longjiang 2 cnsa clep kacst

La grande fissure Rima Brayley dans région Mare Imbrium de la Lune - photo par Longjiang-2 (06-2018)-CNSA-CLEP-KACST

 

Le programme chinois a été précisé sur le lieu d'atterrissage lunaire et donc le début de l'exploration du rover chinois : Il est prévu que cette mission se pose dans les environs du cratère Von Kármán dans le bassin Aitken du Pôle Sud-Aitken de la face cachée, ce qui sera une première mondiale. Et le choix du lieu n'est peut-être pas étranger au fait que, dans ce bassin Aitken assez plat, qui abrite bien sûr tout de même le grand cratère Aitken, se trouve un endroit (Crater Paracelsus C) qui a fait l'objet d'une longue étude de la part de scientifiques (Mark J Carlotto, Francis L Ridge et Ananda L Sirisena pour The Lunascan Project and Society for Planetary SETI Research, Tennessee, USA). Etude publiée dans le " Journal of Space Exploration " de septembre 2016 (copie du PDF ci-joint - : Carlotto MJ, Ridge FL, Sirisena AL. Image Analysis of Unusual Structures on the Far Side of the Moon in the Crater Paracelsus C. J Space Explor. 2016;5(2):102. © 2016 Trade Science Inc.). Cette étude se base sur des photographies faites par Apollo 15 lors de ses orbites autour de la Lune, et aussi bien sûr celles plus récentes de l'orbiter actuel de la NASA autour de la Lune, le LRO. Le rover Chang'e-4 pourrait bien avoir comme mission de se diriger vers ce fameux cratère, qui abrite donc des structures qui posent questions depuis longtemps...

 

Photo de la terre et de la lune prise le 5 juin par la camera developpee par kacst sur le microsatellite chinois longjiang 2 dslwp b 1

photo de la Terre et de la face cachée de la Lune prise le 5 juin 2018 par la camera developpée par kacst sur le microsatellite chinois longjiang-2/dslwp-b

Lire la suite

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002-Part 6

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002 - Part 6

Des cristaux extra-terrestres trouvés sur le site de la Tunguska ?

 

 

Suite des articles sur l'événement de Tunguska en 1908 : Part 1Part 2Part 3Part 4Part 5Part 6
 

Un rappel intéressant des phénomènes qui ont suivi l'énorme explosion qui s'est donc produite ce 30 juin 1908 vers 7h15 du matin, par OVNIS-Direct :

" L'objet est tombé à 60 km de la petite ville de Vanavara et l'onde de choc est comparable à 1 000 bombes d'Hiroshima. Il aurait fallu produire 10 à 20 mégatonnes de TNT pour réaliser un tel effet. Des perturbations auraient été observées à plus de 1500 km du lieu d'impact, des couchers de soleil inhabituels très colorés et une luminosité exceptionnelle en pleine nuit ont été signalés dans de nombreux pays ainsi qu'en Europe de l'Ouest, en Scandinavie et en Russie.

Des milliers de tonnes de poussières auraient créé un énorme nuage qui assombrit le ciel de Californie quinze jours plus tard.
Les habitants de ces régions lointaines du crash pensaient que le ciel s'était embrasé. Des baromètres sensibles en Angleterre détectèrent l'onde de choc atmosphérique.

Il n'y aurait eu, selon les autorités russes, aucune victime même si on sait qu'à cette époque le bloc impérial passa l'événement sous silence et qu'aucune allusion n'avait été faite dans la presse internationale. On peut donc supposer qu'il y avait eu des morts suite à cet étrange événement. Les arbres furent brûlés sur un rayon de 10 km et déracinés par l'onde de choc sur 100 km.

Suite à l'explosion, le séismographe de l'Observatoire d'Irkoutsk enregistra un séisme de magnitude 5 qui dura 51 minutes.
D'inhabituelles perturbations dans le champ magnétique terrestre et des tempêtes magnétiques semblables à celles produites lors de tests nucléaires dans l'atmosphère avaient été rapportées. (YH : tests qui n'auraient pu être comparés ou connus en 1908 à priori...)
La tempête magnétique aurait été si intense que les boussoles de l'Observatoire d'Irkoutsk furent inutilisables à 977 Km de l'épicentre. (...)

Les expéditions modernes n'ont à ce jour récolté aucun fragment de la météorite mis à part de petites sphérules de silicates et de métal dont certaines renferment des gaz. On sait que la formation de telles structures n'est possible qu'à de très hautes températures.
Des expéditions organisées en 1928 et 1939 ne donnèrent aucun résultat de météorites. Mais notons que la croissance des végétaux dans cette région serait de l'ordre de 5 à 10 fois plus rapide que la normale d'après les chercheurs soviétiques. Des mutations seraient même apparues sur des espèces d'insectes.
Mais des chercheurs européens contestent fermement cela. Il y a donc un doute sur ces mutations qui ne pourraient être dues qu'à une augmentation de la radioactivité. Les témoins sibériens ont parlé d'un gigantesque nuage de fumée après l'explosion, ce qui fait penser au champignon provoqué par les armes nucléaires.

L'écrivain Russe Alexandre Kazantsev émit la première hypothèse concernant un vaisseau spatial en perdition qui aurait été vaporisé en vol (thèse aussi défendue par Matest Agrest).
Selon lui, étant donné que le vaisseau était équipé d'un moteur à propulsion nucléaire, on aurait l'explication des arbres encore debout à l'épicentre et couchés autour ainsi que le nuage en forme de champignon.
De plus, des cas de maladies de peau dans la région concernée par l'explosion ont été répertoriés ainsi qu'une poussée de la végétation anormale comme il a été mentionné précédemment. On a tous les effets similaires à la bombe d'Hiroshima.

Notons qu'un certain professeur Weber faisait état d'une forte perturbation géomagnétique observée dans un laboratoire de l'université de Kiel en Allemagne.
Le phénomène dura pendant les trois jours qui précédèrent l'intrusion de la météorite de Toungouska et prit fin dans l'heure même où le bolide explosa au-dessus du plateau central sibérien.
À la mine de Stepanovsky (non loin de la ville d'Yuzhno-Eniseisk), un séisme advint trente minutes avant la chute de la météorite.
Un témoin de l'événement, posté près d'un petit lac, sentit le sol trembler sous ses pieds.

En 1994, Alexandre Rempel, chercheur de Vladivostock qui a enquêté sur l'affaire de la Toungouska et les ovnis, disparaît. On n'aurait plus de traces de ces dossiers et archives relatifs à ces sujets. Mystérieux non ?
Des spécialistes d'une revue scientifique russe estimaient en 1984 que la zone de Toungouska, s'avérait être une " zone géomagnétique à part sur la planète ". Elle était qualifiée " d'anomalie magnétique de la Sibérie orientale ".


D'autre part, on a l'hypothèse de Yuri Lavbin, chef de l'expédition de 2004 travaillant depuis 12 ans sur le mystère de Toungouska, qui prétend qu'une comète qui se dirigeait vers la terre s'était désintégrée volontairement dans sa course avant l'impact au sol par une " mystérieuse machine volante " qui aurait fait les frais de l'opération.
Il déclara même : " nous avons été sauvés par une civilisation supérieure ".

Lavbin est rejoint par l'enquêteur russe Valery Uvarov, chef de département des sciences, des techniques et des recherches sur les Ovnis basé à St Petersbourg, qui dit que la gigantesque météorite n'a pas percuté la terre, car elle a été détruite en haute altitude, non par son entrée dans notre atmosphère, mais parce qu'elle a été interceptée par une technologie ET qui aurait généré de l'énergie électromagnétique et produite d'immenses " boules de lumières ". Un missile aurait détruit une météorite qui se dirigeait sur terre.

Quant au missile, il aurait eu pour origine une installation secrète à plusieurs centaines de kilomètres au nord de Toungouska et dont on ne connaîtrait l'origine.
Il dit que deux mois avant l'explosion de Toungouska, les animaux auraient quitté la région vu que l'installation s'était mise en marche pour traiter l'astéroïde. Les niveaux de radiations auraient en même temps augmenté.

Ces informations concernant Valery Uvarov proviennent en partie d'une interview du rédacteur en chef de " UFO Magazine ". Cela a été retranscrit par le magazine Australien Nexus en juillet 2003 et finalement, la version francophone, dans Nexus édition française à l'automne 2003 (objet des pages 1 à 4 précédentes).

Est-ce que Valery Uvarov pense vraiment ce qu'il affirme, ou n'est-il que le pion d'une gigantesque campagne de désinformation de la part des Russes ? "

Lavbin

Lire la suite

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002-Part 5

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002

 Part 5/6 - 2012-2013 - up 2018

 

tunguska-tumulus.jpg

 

Part 1Part 2Part 3Part 4Part 5Part 6

Le point sur les EXPEDITIONS & ENQUETES

Tesla ?

Plus tard, certains compareront cette explosion avec un projet de Nikola Tesla, qui semblait receler lui aussi une puissante de destruction terrifiante. Que se passerait-il en effet si au lieu d'être répartie équitablement sur la planète, toute l'électricité était dirigée en un seul point du globe ? Selon les calculs de Tesla, l'émetteur pourrait fournir une puissance représentant 100 milliards de watts. Focalisée pendant une courte période sur une seule fréquence, cela reviendrait à produire une force de 10 000 000 000 000 000 joules ! Ce qui correspond à 10 mégatonnes de TNT... soit à peu près la puissance de l'explosion qui eut lieu à Toungouska. Ainsi tenait-il sans doute au bout de ses doigts une arme redoutable, aussi puissante que la bombe nucléaire, qui pouvait être dirigée vers n'importe quel point du globe.)

Les expéditions dans la Vallée de la Mort prévues pour la fin du XXème et le début du XXIème siècle ont été plusieurs fois ajournées à la suite de rapports selon lesquels les animaux de Sibérie fuyaient leurs habitats. Les chercheurs interprétaient l'exode de la faune comme une indication que les installations énergétiques du complexe étaient entrées dans une phase active.

Entre 1912 et 1914 l'ethnologue et géographe Russe Innokentiy Mikhaylovich qui travaillait pour la Puissance Soviétique dans le Grand Nord du pays ainsi que dans la région de la Tunguska entendit les premiers récits des Tungus à propos de cet événement.
Il n'y avait pas un habitant parmi les dix clans d'Illimpiya (Tunguska inférieure) qui n'avait pas entendu parlé de la façon dont le shaman Magankan avait puni les esprits qui refusaient de se soumettre à son Khargi (l'esprit malin qui l'habitait et lui donnait ses instructions).

Kulik

Avec les événements du début du siècle (purge politique, première guerre mondiale), la Russie ne semble pas capable d'enquêter avant 1921. Cette année-là Leonid Kulik est sélectionné par l'Académie des Sciences Soviétique pour déterminer ce qui s'est passé. Ce dernier commence à collecter les récits de témoins visuels de l'événement.

En mars 1927 Kulik franchit la voie ferrée du trans-siberien à Tayshet et se dirige vers le village de Vanavara. Il s'agit d'un vieux village, contrairement à Bratsk qui semble composé de trentenaires déplacés depuis la région de Moscou. Il recrute un guide nommé Il'ya Potapovich, dont le frère a ressenti les effets de l'explosion 19 ans avant, sa tente ayant été soufflée à 75 miles de l'épicentre.

A la mi-avril 1927, Kulik et son guide ont atteint la rivière Merkirta et ils peuvent observer les premiers signes de dévastation. Depuis la rivière de petits monticules peuvent être observés, complètement vidés de leurs arbres. Kulik monte sur une des plus hautes collines et voit sur au moins 12 miles devant lui les arbres abattus, tous dans la même direction. Le rude hiver l'empêche d'aller plus loin. Il écrit dans son journal des ruines aussi loin que l'oeil peut voir, que cela aurait-il été si c'était Saint Petersbourg ?

En juin 1927, Kulik revient et suit la ligne des arbres dévastés pour finalement atteindre ce qui va appeler le "chaudron". Là les arbres sont tombés de manière radiale vers l'extérieur. Il se trouve dans une légère dépression avec un diamètre irrégulier d'environ 1 mile. De là la forêt brûlée et abattue s'étend sur 20 miles derrière lui, et 37 miles dans un éventail face à lui. Familier du grand cratère d'Arizona, il cherche en vain le reste d'une météorite. Il voit de nombreux petits trous plats, mais il ne sait à l'époque s'il s'agit d'une caractéristique naturelle de la région.

Kulik effectuera 3 autres expéditions (en 1928, 1929 et 1938/1939) avant sa mort comme prisonnier de guerre le 14 avril 1942, défendant son pays contre les allemands. Il ne trouvera jamais de trace d'impact ni de fragments. Quoi que soit il semble que cela ait explosé en l'air et disparu totalement.

tunguska-crater-thumb-1.jpg

Kazantsev :

Lire la suite

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002-Part 4

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002- Part 4/6

 

Tunguska01 1

Enigme de l'explosion de Tunguska

Les mystères de la "Vallée de la mort" en Sibérie

(4éme partie) - 04/2012 - up 08/2015

Part 1Part 2Part 3Part 4Part 5Part 6
 

Ils ont vu les "sphères terminatrices"...

Des témoignages oculaires de la destruction de météorites au-dessus de la Sibérie, en 1984 et 2002, par des "sphères terminatrices de plasma" corroborent les récits sur l'énigmatique explosion de Tunguska en 1908, ainsi que d'anciennes légendes. L'hypothèse d'une intervention parfaitement orchestrée pour épargner les zones habitées et d'une "évaporation" des météorites par interception se confirme. Seuls indices, ces microsphérules de silicate et de magnétite retrouvées au sol...

Les microsphérules de l'explosion de Tunguska

La composition chimique des microsphérules trouvées dans la tourbe du site de l'explosion fournit des indications indirectes qui vont dans le même sens : particulièrement riche en éléments alcalins, elle est inhabituelle pour des météorites. En réfléchissant au mécanisme opératoire des "terminatrices", nous pouvons supposer qu'avec leurs puissantes charges électromagnétiques, ces dernières étaient conçues pour se fixer à la météorite en vol et dévier sa trajectoire, afin de l'extraire de l'atmosphère terrestre. Si la route de la météorite rendait cette déviation impossible, les "terminatrices" détruisaient simplement le fragment rocheux, le faisant littéralement fondre en minuscules sphérules.

tunguska-spherules.jpg

Lire la suite