argent

festival-montecarlo-logo.png

Posez vos questions aux invités du festival de Monte Carlo 2013

Posez vos questions aux invités du festival de Monte Carlo 2013

festival-montecarlo-logo.png

Cette année encore Serieviewer à la chance de pouvoir participer au Festival international de la télévision de Monte-Carlo qui se déroulera en juin prochain. Nous aurons donc la possibilté de faire un certain nombre d'interview pour lesquelles nous venons de faire les demandes. Puisque ces interviews (par Sandra Bellisardi et Delphine Herbo) sont pour vous chers lecteurs, nous vous proposons d'y participer. En effet jusqu'à la fin du mois vous pouvez poser toutes les questions que vous désirez aux personnalités qui figurent sur la liste ci-dessous. Celle-ci sera mise à jour au fur et à mesure des nouvelles qui nous parviennent du festival et de ce qui nous sera accordé, elle va donc sans doute encore évoluer.

Vous pouvez poser vos questions en commentaire sous l'article sur SerieViewer, par MP à chtitenouille sur le forum SerieViewer ou à l'adresse sandra.b@serieviewer.com.

Tom Fontana (Borgia / Copper )
Edward Allen Bernero (Crossing Lines / Esprits criminels)
Marc Lavoine (Crossing Lines)
Donald Sutherland (Crossing Lines)
Tom WLASCHIHA (crossing lines)
René Balcer (Jo / Law & Order / membre du Jury Séries TV)
Jill Hennessy (Jo / Luck / Preuve à l'appui)
Mimie Mathy (Joséphine ange gardien)
Bernard Le Coq (Une famille formidable)
Sarah Paulson (American Horror Story)
Evan Peters (American Horror Story)
Stephen Amell (Arrow )
Charlie Barnett (Chicago Fire)
David Eigenberg (Chicago Fire)
Peter Jankowski (Chicago Fire, New York unité spéciale)
Taylor Kinney (Chicago Fire)
Eamonn Walker (Chicago Fire)
Arthur W. Forney (Chicago Fire, New York unité spéciale)
Dick Wolf (Chicago Fire, New York unité spéciale)
Anastasia Griffith (Copper)
Patrick Duffy (Dallas : 2012 )
Julie Gonzalo (Dallas : 2012 )
Linda Gray (Dallas : 2012 )
Josh Henderson (Dallas : 2012 )
Jesse Metcalfe (Dallas : 2012)
Brenda Strong (Dallas : 2012 )
Katie Jacobs (Dr House )
Joe Mantegna (Esprits criminels)
David Giuntoli (Grimm)
Russell Hornsby (Grimm)
Silas Weir Mitchell (Grimm)
Reggie Lee (Grimm)
Finola Hughes (Hôpital central et La force du destin / Charmed )
Autumn Reeser (Last Resort)
Eric Braeden (Les Feux de l'amour)
Robert Conrad (Les Mystères de l'ouest / Les Têtes brûlées)
Robin Tunney (Mentalist)
Colin O'Donoghue (Once upon a Time )
Ashley Madekwe (Revenge)
Gabriel Mann (Revenge)
Billy Burke (Revolution)
Giancarlo Esposito (Revolution / Once upon a Time)
David Lyons (Revolution)
Tracy Spiridakos (Revolution)
Timothy V. Murphy (Sons of Anarchy / Esprits criminels)
Matthew Rhys (The Americans)
Kery Russell
Janet Montgomery (Dancing on the Edge / Made in Jersey / Human Target)
Jane Krakowski (30 ROCK)
Crystal Reed (TEEN WOLF)
David Tennant
Chris Chibnall (Broadchurch, Doctor Who, Camelot)
Olivia Colman (Ellie Miller dans Broadchurch)
Jane Featherstone (Broadchurch)

Relayé par Yves Herbo, SFH-05-2013

clonage-cellules-ohsu.jpg

Clonage thérapeutique : les premières cellules souches humaines créées

Clonage thérapeutique : les premières cellules souches humaines créées

cellule-souche-embryonnaire-wellcome.jpg

Les cellules souches embryonnaires humaines créées par clonage pourraient intégrer des protocoles de thérapie cellulaire si elles s'avèrent sans danger. © Annie Cavanagh, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Pour la première fois, des cellules souches embryonnaires humaines ont été créées par une technique de clonage. L’idée n’est pas de faire naître des individus génétiquement identiques, mais d’utiliser ces cellules dans des thérapies pour soigner diverses pathologies.

La performance est inédite. Alors qu’elle avait été réalisée en 2007 chez des primates, Shoukhrat Mitalipov et son équipe de l’université de la santé et des sciences de l’Oregon (OHSU, Beaverton, États-Unis), viennent désormais de la reproduire chez l’Homme : des cellules souches embryonnaires ont été créées par clonage, en utilisant la même technique que celle qui avait permis de mettre au monde la célèbre brebis Dolly le 5 juillet 1996.

Cependant, cette fois, l’ambition est différente. Il ne s’agit pas de clonage reproductif, mais thérapeutique, l’objectif étant d’utiliser ces cellules souches embryonnaires en médecine régénérative. Ces cellules, dotées de la capacité de se différencier en n’importe quelle cellule humaine, pourraient remplacer les tissus défaillants chez des patients atteints de maladies aussi diverses que la cécité, la tétraplégie, Parkinson ou la sclérose en plaques.

clonage-cellules-ohsu.jpg

Cet ovocyte a été énucléé et contient une cellule de la peau. © UHSO Photos

Trois ajustements rendent le clonage thérapeutique possible

Il est important de replacer les choses dans leur contexte. Une première annonce de ce genre avait été lancée en 2005 par des Sud-Coréens dirigés par Hwang Woo-suk. Mais la supercherie a finalement été révélée. Peu de temps après, le chercheur japonais Shinya Yamanaka réussissait à créer des cellules souches à partir de cellules de la peau, ce qui permet de s’affranchir d’embryons humains, dont l’utilisation et la destruction soulèvent des questions éthiques.

Ces deux paramètres ont détourné bon nombre de scientifiques du clonage thérapeutique. Quelques-uns y travaillent toujours, mais les succès sont très limités du fait de la difficulté de la tâche. Seuls Dieter Egli et son équipe de la New York Stem Cell Foundation avaient réussi à créer des cellules souches embryonnaires humaines par cette technique, mais elles disposaient d’un double jeu de chromosomes, pouvant occasionner quelques problèmes.

Pourtant, Shoukhrat Mitalipov semble avoir enfin trouvé la solution au problème. À l’aide de trois petits ajustements déjà connus, lui et ses collègues ont mis au point un protocole efficace, dont voici le principe. On récupère des ovocytes de donneuses et on les vide de leur noyau. En parallèle, on récolte des cellules de la peau d’un individu. À l’aide du virus Sendai, connu pour favoriser la fusion cellulaire, on unifie le gamète femelle avec la cellule de peau. Une petite décharge électrique va alors déclencher le développement embryonnaire.

Des cellules souches en bonne santé

Mais cela ne suffit pas. Les premiers essais des chercheurs se sont révélés infructueux : les embryons se développaient, mais les cellules souches qu’ils contenaient n’étaient pas stables. Il a fallu alors rajouter de la caféine pour éviter une activation trop précoce.

Après les premières phases de division jusqu’au stade blastocyste, les scientifiques ont récolté une partie de ces cellules et ont poursuivi leur culture dans un autre flacon. Ainsi, ils ont réussi à continuer à les faire croître et à les différencier sans que celles-ci présentent un problème, preuve que leur technique fonctionne. Dans un premier temps, les cellules de la peau ont été récupérées chez un fœtus. Pour s’assurer que la manipulation pouvait être réalisée avec un être humain plus mature, ils ont récolté des cellules de la peau chez un bébé de huit mois atteint d’une maladie neurologique appelée syndrome de Leigh. Le succès reste le même.

Ce n’est pas la seule force de l’étude publiée dans Cell. Par cette technique, le taux d’échec est souvent important, mais pas cette fois. De l’avis de la communauté scientifique, l’efficacité atteint des niveaux élevés. Intéressant, quand on sait qu’il est difficile de se procurer des ovocytes.

clonage-cellules-souches-mitalipov-et-al-cell-02.jpg

Ce schéma résume la technique utilisée. Un ovocyte (oocyte) énucléé et une cellule de la peau (fibroblast) ont été fusionnés. Un embryon s'est formé. Mises en culture, les cellules souches embryonnaires (NT-ESC) se sont divisées et se sont différenciées en divers tissus (cellules cardiaques, neurones, cellules hépatiques, etc.). © Mitalipov et al.Cell

Va-t-on bientôt cloner des êtres humains ?

Quel intérêt scientifique ? Les cellules souches embryonnaires humaines intègrent les essais cliniques, mais suscitent toujours des polémiques éthiques. Cela n’est pas le cas des cellules souches pluripotentes induites, conçues par Shinya Yamanaka, mais ces dernières pourraient s’avérer plus toxiques du fait des modifications génétiques que la manipulation implique. Les cellules souches embryonnaires créées par clonage pourraient être moins dangereuses pour l’Homme, ce qui les rend intéressantes. De plus, comme elles pourraient être synthétisées à partir des cellules du patient que l’on souhaite traiter, elles ne seraient pas reconnues comme étrangères à l’organisme par le système immunitaire si on les transplantait à ce malade, évitant ainsi les risques de rejet.

Cependant, une inquiétude et des interrogations pèsent autour de cette découverte : se dirige-t-on vers le clonage reproductif humain, où l’on pourrait faire naître des bébés génétiquement identiques à un donneur ? La communauté scientifique se veut rassurante. Elle annonce même qu’un article sera prochainement publié et expliquera pourquoi il est impossible de créer des clones humains par cette technique. L’éthique semble sauve.

source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/clonage-therapeutique-les-premieres-cellules-souches-humaines-creees_46499/#xtor=RSS-8

Yves Herbo : Donnée attendue par beaucoup et beaucoup plus importante pour l'Humanité que ce que les médias reflètent... 

SFH-05-2013

californie5.jpg

La Californie est en train de s’effondrer

La Californie est en train de s’effondrer

californie1.jpg

Oubliez les scènes apocalyptiques du film « 2012″, c’est à une catastrophe au ralenti à laquelle on est en train d’assister dans les collines du Nord de la Californie.

En Californie des maisons s’enfoncent lentement sur les collines où elles sont construites. Dans un seul lotissement à Lakeport, en Californie, à environ 100 miles au nord de San Francisco, huit d’entre elles ont déjà étés détruites et beaucoup plus sont menacées.

Parfois elles s’effondrent de plusieurs mètres en une seule journée, d’autres jours seulement de quelques centimètres mais le résultat final est que les maisons finissent par s’enfoncer dans le sol. Jusqu’à présent, rien n’a pu être fait pour y remédier.

Les maisons qui risquent de sombrer dans les sinkholes géants de Californie présentent des fissures dans les murs et les planchers ainsi que des fractures béantes.

Les autorités pensent que des remontées d’eau jouent un rôle dans ce processus. Certains responsables se demandent quel le rôle le volcan éteint, le Mont Konocti, pourrait jouer. Un géologue a averti que l’intégrité structurelle du sol pourrait être compromise jusqu’au substratum rocheux situé à une profondeur de 25 pieds. Des fissures sont récemment apparues sur les routes.

californie2.jpg

Alors que les autorités tentent de comprendre ce qui se passe, de plus en plus de maisons s’enfoncent dans la terre.

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/05/12/la-californie-est-en-train-de-seffondrer/ Via sott.net

Autre article traduit par Yves Herbo : Des Maisons en Californie passent entre les mailles du filet, littéralement.

A environ 100 miles (160 km env.) au nord de San Francisco, Californie du nord, dans une commune appelée Lakeport, des fissures dans le sol se sont transformées en multiples cavernes qui écartèlent les maisons, qui se cassent et s'effondrent sous le sol.

La communauté a été construite sur le flanc du volcan en sommeil du mont Konocti, les fonctionnaires ne peuvent pas dire si oui ou non le volcan est un facteur contribuant à l'étrange apparition de fractionnement du sol.

californie3.jpg

« Nous avons un volcan en sommeil, et je suis certain que beaucoup de choses qui se passent ici (dans le comté de Lake) sont à la suite de cela, mais nous ne savons rien sur ce sujet," a déclaré à Yahoo News le directeur des travaux publics du comté Scott De Leon.

californie4.jpg

Les résidents Scott et Robin Spivey ont remarqué des fissures dans les murs de leur maison de style Tudor qui se sont creusées dans la journée.

« Nous voulons savoir ce qui se passe ici ", dit Spivey.

Spivey, ancien inspecteur en bâtiment de la ville, et son épouse ont été parmi les huit ménages qui ont maintenant été évacués dans la région de Clear Lake de Lake County. 10 autres sont sur avis d'évacuation imminente.

« C'est une catastrophe au ralenti ", a déclaré Randall Fitzgerald, résident de Lakeside Heights .

Ces types d'écroulements se produisent dans les régions volcaniques, avec des collines abruptes qui peuvent se déplacer de nombreux pieds en un jour, et un quart de pouce de l'autre.

Certains, y compris le Consultant Tom Ruppenthal de Utility Services Associates à Seattle, disent que l'eau souterraine est en partie à blâmer. L'eau a refait surface dans la zone - il y a eu tout à coup une source d'eau au sommet des collines, où pas beaucoup d'eau souterraine existait - qui érode une partie de la terre jusqu'à ce qu'elle se sépare.

« Il est très fréquent pour les eaux souterraines de changer leur cours, dit-il. Je pense que la nappe phréatique a changé."

Tant que les propriétaires peuvent régler les finances des entreprises avec les compagnies d'assurance - certaines ont laissé à sec des résidents, car ces types de situations d'urgence à domicile ne sont pas souvent couverts, ils devront faire cause ensemble.

« C'est une tragédie, vraiment," dit l'entrepreneur Dean Pick  en prenant des photos de Lakeport pour une compagnie d'assurance. « Je n'ai jamais rien vu de pareil.".

californie5.jpg

Copyright @ Headlines & Global News.

Alors que certains mouvements de lotissement se passent sur un remblai peu profond, De Leon a déclaré qu'un géologue a averti que le sol pourrait être compromis jusqu'au substratum rocheux de 25 pieds (env. 8 m) au-dessous et que des fissures récemment apparues sur les routes bien au-delà du remblai.

« Considérant que c'est une année de faible pluviométrie et le fait que cela a lâché maintenant, après toutes ces années, et l'ampleur de se relâchement, et bien c'est assez monumental, dit De Leon.

californie6.jpg

Les fonctionnaires du comté ont inspecté les plans originaux pour le projet (de constructions) et ont dit qu'il a été développé par une firme d'ingénierie réputée, ensuite signé par le directeur des travaux publics à l'époque.

« Je ne peux que présumer qu'ils ont été contrôlés avant leur approbation », a déclaré De Leon.

L'écroulement a incité les équipes du comté de rediriger les eaux usées de la subdivision de 300 pieds à travers un tuyau par terre sour les regards dans le territoire de 10 acres qui s'est effondré.

californie7.jpg

Le Consultant Tom Ruppenthal a trouvé deux petites fuites dans le système d'eau du comté mais il a dit qu'elles n'étaient pas assez grandes pour tenir compte de la quantité d'eau qui coule le long des tuyaux de l'infrastructure et des fissures souterraines, mais elles pourraient contribuer à une autre source.

Si le comté ne peut pas obtenir de l'eau et des services d'égout stabilisés, De Leon a déclaré que toutes les 30 maisons dans le lotissement devront être abandonnées.

Les propriétaires de six maisons endommagées ont dit qu'ils ont besoin d'aide du gouvernement...

lakeport-flooded-house.jpg

Lake County, avec des fermes, des vignobles et plusieurs casinos indiens, a été marqué par un mouvement de faille sismique et des explosions volcaniques qui ont contribué à créer les plages de la côte de la Californie. Clear Lake, populaire pour le canotage et la pêche, est le plus grand lac d'eau douce entièrement situé dans l'État.

Il n'est pas inhabituel pour les eaux souterraines de la région de faire leur chemin vers la surface puis de disparaitre. De nombreuses sources chaudes naturelles et des geysers sousterrains ont été trouvés dans les années 1900 et ont depuis lors été exploités pour l'énergie géothermique.

Les propriétaires se demandent maintenant si les fissures se sont ouvertes en dessous de leur sommet, permettant à l'eau de s'infiltrer à la surface. Mais ils sont tellement perplexes qu'ils parlent aussi de la terre comme étant hantée, et envisagent de demander à la tribu amérindienne locale si le sommet était un ancien cimetière.

« Quelqu'un a dit qu'on doit avoir jeté un sort », a déclaré Blanka Doren, une immigrante allemande vieille de 72 ans qui a versé ses économies d'une vie dans la maison qu'elle a acheté en 1999, pour qu'elle puisse vivre sur des revenus locatifs.

Extraits traduits par Yves Herbo : http://www.dailyherald.com/article/20130511/business/705119819/

Tout ceci me donne l'occasion de reparler d'un de mes vieux articles de 2011 et sur un événement en Allemagne du 1er novembre 2010 et qui se trouve ici, sur la page Facebook de Sciences, Fictions, Histoires :

http://www.facebook.com/notes/sciences-fictions-histoires/allemagne-un-crat%C3%A8re-de-30-m%C3%A8tres-se-forme-dans-la-nuit-du-1er-novembre-2010-sau/104842626259934

Yves Herbo Traductions-SFH-05-2013

ampoule1901.jpg

Quand la panne est programmée par le fabricant

Quand la panne est programmée par le fabricant

ampoule1901.jpg

Fait suite à cet article et éclaire un peu plus sur l'escroquerie programmée mondiale au niveau de la production... : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/economie-memoire-d-un-piege/l-obsolescence-programmee-escroqueries-du-systeme-capitaliste.html

Machine à laver en panne au bout de cinq ans, téléviseur qui ne fonctionne plus au bout de trois...
Est-ce une fatalité si les biens d'aujourd'hui durent moins longtemps qu'avant ?
Le Centre européen de la consommation (CEC) est persuadé qu'il s'agit d'obsolescence programmée.

Le Centre européen de la consommation vient de publier une étude intitulée: l'obsolescence programmée, dérive de la société de consommation.
Cette étude a été faite avec l'aide de Lydie Tollemer, une étudiante qui vient d'écrire un mémoire sur le sujet.
L'obsolescence programmée est le fait de planifier délibérément la durée de vie d'un produit. Cela permet de réduire cette durée de vie afin d'inciter les consommateurs à en acheter un autre.

Exemples d'obsolescence programmée

Le type d'obsolescence le plus répandu est l'obsolescence "par défaut fonctionnel": les producteurs font en sorte que si une seule et unique pièce tombe en panne, c'est l'appareil entier qui cesse de fonctionner. Cela concerne les produits électriques ou électroniques tels que les téléviseurs, les téléphones portables, les machines à laver ou les ordinateurs (voir ci-dessous).

machinelavageprog.jpg

- Machines à laver
Le CEC estime qu'elles sont programmées pour faire 2000 à 2500 cycles de lavage seulement. Le remplacement des cuves en inox par des cuves en plastique permet de limiter leur durée de vie: il suffit qu'une pièce de monnaie se soit glissée à l'intérieur, pour qu'elles se cassent, au moment de l'essorage ; une température trop élevée peut aussi les déformer.

"En outre, les roulements à bille, qui sont des pièces vitales au fonctionnement de la machine, sont directement moulés dans la cuve en plastique. S'ils ne fonctionnent plus, il faut changer la cuve en entier. Et si la cuve en plastique, moins résistante que celle en inox, casse, il faut remplacer les roulements à bille."

telecassee.jpg

- Téléviseurs
Le CEC estime qu'ils sont programmés pour fonctionner 20 000 heures.
Les pannes viendraient le plus souvent du "condensateur", une pièce qui a pour rôle de les allumer. On peut le faire gonfler et casser, en l'exposant à la chaleur sur la carte d'alimentation.

-Téléphones portables et smartphones
Ils sont victimes de plusieurs types d'obsolescence programmée:
-par défaut fonctionnel : il suffit que la batterie tombe en panne pour qu'ils deviennent inutilisables.
- indirecte: sur beaucoup d'appareils, il est certes aisé d'enlever la batterie, mais il est moins facile de trouver une batterie de remplacement. Même chose pour les chargeurs. Les accessoires ne sont plus disponibles, ce qui fait que l'on ne peut plus utiliser le bien principal.
-par incompatibilité: il faut des appareils toujours plus récents pour télécharger des applications.
-Et ne parlons pas de l'obsolescence esthétique ! Les consommateurs veulent le modèle dernier cri. La périodicité de renouvellement des portables est en moyenne de vingt mois.

portablesphones.jpg

-Imprimantes
Elles sont victimes d'obsolescence par notification, assure le CEC. Elles signalent le moment où il faut changer la cartouche d'encre, mais continuent encore à imprimer plusieurs dizaines de feuilles. Certains consommateurs changent donc le toner avant que ce soit utile. "C'est l'imprimante qui rend la cartouche d'encre obsolète", conclut le CEC.
Parfois, une puce placée dans l'imprimante enregistre le nombre d'impressions faites et, au bout d'un nombre prédéterminé par le fabricant, bloque cette dernière.

-Ipod et Apple
Les Ipod de première, deuxième et troisième génération d'Apple n'avaient pas de batteries amovibles. Quand la batterie tombait en panne, au bout de dix-huit mois, il fallait acheter un autre appareil. Une "Class action" (action de groupe) a été lancée aux Etats-Unis, mais n'a pas abouti, Apple ayant accepté entre-temps de dédommager ses clients et de proposer des batteries de remplacement.

-Voitures
Il arrive de plus en plus souvent qu'un moteur devienne inutilisable, faute de pouvoir trouver les pièces détachées de rechange (YH : ou que celles-ci soient trop chères avec la main d'oeuvre par rapport à la valeur entière du véhicule !)

condensateurfragiles.jpg

Comment lutter contre l'obsolescence programmée ? Les sites internet d'aide à la réparation

Nombre de consommateurs donnent des conseils pour réparer des appareils électrique.

Le site américain Ifixit.com propose des vidéos, sur lesquelles les salariés montrent comment tout réparer, du grille-pain à la voiture en passant par l'ordinateur portable ou la machine à laver.

En France, il y a le site Commentreparer.com (qui répertorie des sites de pièces détachéees d'électro-ménager), ou le forum de réparation Tout-electromenager.fr .

La réponse législative
Le CEC souhaite que l'Union européenne se saisisse de cette question

Il demande que, pour chaque appareil acheté, le consommateur ait accès à l'information sur la durée de vie de l'appareil. Il estime que la durée de la garantie de conformité devrait être allongée en fonction de cette durée de vie moyenne.

En attendant, le CEC soutient la proposition de loi "visant à lutter contre l'obsolescence et à augmenter la durée de vie des produits" déposée le 18 mars sénateur Jean-Vincent Placé (Europe Écologie Les Verts).

Ce texte propose d'étendre la durée légale de conformité des produits électriques et électroniques, de deux ans actuellement, à trois ans au 1er janvier 2014, quatre ans au 1er janvier 2015 et cinq ans au 1er janvier 2016.

"Le fabricant aura ainsi intérêt à produire des biens plus durables, tandis que le consommateur n'aura pas intérêt à renouveler l'achat avant la date d'expiration de la garantie", explique l'exposé des motifs.

Actuellement, pendant les six premiers mois à compter de la vente, le consommateur n'a pas à prouver l'antériorité du vice, mais seulement son existence. La proposition de loi propose d'étendre ce délai à deux ans.

Le texte dit aussi que le consommateur doit pouvoir disposer des pièces détachées indispensables ) la réparation dans un délai d'un mois, et pendant une période de dix ans à partir de l'achat.

Le texte fera l'objet d'un débat au Sénat mardi 23 avril, à partir de 14h30

D'autres articles de Sosconso: Quand Huis Clos force la main aux personnes âgées

Source : http://sosconso.blog.lemonde.fr/2013/04/20/quand-la-panne-est-programmee-par-le-fabricant/

Yves Herbo-SFH-04-2013

ryanbill.jpg

Communication de Bill Ryan sur une information mondiale importante

Communication de Bill Ryan sur une information mondiale importante

ryanbill.jpg

Bill Ryan

Bill Ryan (BR) : Au cours de l'été 2010 j'ai été abordé par un homme très inhabituel. Il raconte l'histoire de ce contact dans cette interview. Je l'ai appelé « Charles ».

Il a travaillé pendant de longues années pour le groupe élitiste qui considère que la responsabilité de gérer la planète lui incombe. Charles n'est ni universitaire, ni historien, ni scientifique. Mais il souhaitait communiquer des informations importantes sur la vision mondialiste et la philosophie de ce groupe -- vues de leur côté : ce qu'ils essaient de réaliser, pourquoi et comment. Lui et moi avons jeté les bases d’une amitié fondée sur l’estime réciproque. Dans cette interview, Charles expose son propre ordre du jour. Il aspire à ce qu’il appelle une « compétition loyale ».

De nombreux sujets n'ont pas été traités dans cet entretien. Il s'agit ici, dans une certaine mesure, du début d'un dialogue. Le groupe de 33 personnes, pour lequel Charles travaille, saisit indirectement cette occasion de communiquer. J'ai rapporté cet entretien aussi fidèlement que possible.

Conformément à l’habitude journalistique, on m'a demandé qu'une partie des informations données à ce stade le soit hors micro. Vous constaterez au fil de cette interview que de très nombreuses questions demeurent sans réponse. Je souhaiterais qu'un entretien complémentaire ait lieu. Mais la décision ne m'appartient pas.

J'ai trouvé intéressante la seconde moitié de 2010. Son point culminant est cette occasion qui m'a été offerte de communiquer indirectement, par l'intermédiaire de cette vidéo et de Charles lui-même, avec le groupe des gens qui dirigent la planète. Voici ce que j'aimerais dire à ce propos : je comprends l'histoire et le contexte que Charles a expliqués -- en partie reproduits dans cette interview. Mais il y a une autre façon de voir les choses.

Si vous êtes appelés à être les véritables dirigeants de cette planète, vous pourrez être les capitaines du Vaisseau Terre, et investis de la responsabilité de l'ensemble de la Famille Humaine. Une opération de nettoyage à grande échelle pourra avoir lieu. Vous savez que la technologie existe. Si nous y participons tous, c'est faisable.

De l'eau potable, de l'air pur, des océans propres, de l'énergie gratuite, une faune abondante, la santé et l'éducation pour tous.

La Terre pourrait être une planète paradisiaque, un modèle pour ce secteur de la galaxie.

La Race Humaine est une expérience à grande échelle et sur le long terme. Cette information, que vous avez confirmée par l’intermédiaire de Charles, ne paraîtra pas nouvelle à bon nombre de ceux qui regardent cette vidéo. Charles a expliqué que la race extraterrestre qui a initié ce projet, laisse tous les événements se dérouler, avec pour politique de ne pas intervenir. On peut soutenir que la conclusion optimale aux yeux de tous -- un résultat qui enchanterait ceux qui sont à l'origine du projet -- serait que la Race Humaine se prenne en charge, et qu'elle montre ce dont elle est capable.

Ce que vous laisseriez en héritage, ici et ailleurs, pour l'éternité, pourrait être :

« Nous avons réparé les dégâts. Nous avons inspiré et financé ce qu'il y a de mieux et de plus génial au monde dans chaque nation, dans le but de travailler ensemble pour résoudre les problèmes. Nous avons entièrement restauré ce beau, ce magnifique joyau de ce système solaire. Regardez ce que nous avons fait quand la Famille Humaine tout entière, organisée, déterminée, placée sous une direction inspirée, a travaillé ensemble, pour montrer simplement ce qu’on pouvait faire. »

Interview intégrale en PDF : les-dirigeants-du-monde-project-avalon-jan-2011.pdf les-dirigeants-du-monde-project-avalon-jan-2011.pdf

Yves Herbo : une information a prendre comme telle, c'est à dire que Bill Ryan (dont l'honnêteté n'est pas mise en cause) peut aussi avoir été victime d'une certaine désinformation volontaire... qui indiquerait d'ailleurs elle-même que le sujet est important et que les citoyens du monde entier doivent être vigilants, tant sur les apparences des choses que sur leurs réalités concrètes et résultats visibles... Comparez ce que vous voyez et entendez de plusieurs sources et non pas d'un seul journal d'information télévisé ou d'un seul gouvernement, d'un seul parti politique ou d'une seule autorité religieuse, d'une source... et si on fait vraiment abstraction de toutes ces influences psychologiques de la société, on ne peut que constater froidement la misère de l'immense majorité du genre humain à l'avantage de quelques nantis qui ne peuvent l'admettre... 

MAJ : j'avais laissé le temps aux plus curieux de chercher la suite et l'actualité de cette communication (il suffit de cliquer sur le lien Bill Ryan en haut pour trouver facilement) mais voici un lien direct pour ceux qui ont demandé : http://projectavalon.net/lang/fr/whats_new_fr.html

Yves Herbo-SFH-04-2013

ufo-conscience.jpg

OVNIs : la Chaine UFO Conscience

OVNIs : la Chaine UFO Conscience

ufo-conscience.jpg

La chaîne YouTube UFO Conscience est menée de main de maître par Olivier de Sedonia et consiste principalement à des interviews audios de personnalités diverses touchant aux sujets intéressant la chaîne et son public, les OVNIs, la science du cognitif et le paranormal pour être large. Ces interviews audios sont montées en vidéos pour atteindre une plus grande partie du public et sont en général très intéressantes et tentent en tout cas de délivrer ce que la personnalité veut dire et apporter. Une totale indépendance et absence de pression de "communication" sont souvent souhaitables quand on traite de sujets sensibles (et le phénomène OVNI est un sujet sensible à l'évidence) et voilà une opportunité à signaler et partager.

Olivier m'a invité à plusieurs reprises à participer à l'une de ses émissions et je lui réiteire avec chaleur et amitié virtuelle que j'y participerai lorsque le moment sera venu. Je dois révéler ici que ma famille et moi-même subissons depuis mai 2010 des pressions financières et matérielles innacceptables de la part de bailleurs soi-disant sociaux qui, avec la complicité de lois passées par des politiques actionnaires et jurisprudences anti-constitutionnelles décidées par des juges corrompus permettent de fausses revalorisations de dizaines de logements faussement réhabilités. Il s'agit bien d'une machine à faire augmenter les prix et fausses valeurs systématiquement au détriment de l'intérêt général pour des intérêts individuels. Cela suffit comme ça de faire augmenter artificiellement les valeurs de choses qui ne le méritent pas plus que toute chose fabriquée par l'homme... d'ailleurs, il faut tout simplement arrêter de faire monter artificiellement la valeur de choses déjà rentabilisées à outrance : toute fabrication doit diminuer en valeur dans le temps et non l'inverse... l'exception ? l'immobilier !... illogisme tout à fait criminel et mafieux comme on le verra plus tard et ailleurs...

Un dossier à venir va expliciter tout ça très clairement très prochainement (si les attaques internet se calment...).

Pour revenir au sujet de cet article de présentation, voici les deux dernières émissions d'UFO Conscience, bonne écoute :

la très célèbre journaliste américaine Paola Harris qui nous parle de la zone 51

Des conseils pour observer le ciel

http://olivierdesedona.over-blog.com/article-ufo-conscience-avec-serje-perronnet-116758514.html

Yves Herbo-Sciences,Fictions,Histoires-04-2013

antennes-gsm.jpg

L'identification d'un utilisateur par son téléphone mobile

L'identification d'un utilisateur par son téléphone mobile

antennes-gsm.jpg

Désormais, il est possible d'identifier un individu parmi des millions grâce à son téléphone portable. Ce sont des scientifiques de l'Université catholique de Louvain en Belgique et du MIT de Cambridge aux Etats-Unis qui ont mis au point un algorithme permettant d'identifier une personne via son mobile, et plus précisément la localisation de ce dernier.

Il suffit pour cela de connaître quatre points spatio-temporels de l'utilisateur. C'est à dire les endroits géographiques distincts dans lesquels se trouve l'utilisateur à quatre moments différents. L'identification de l'utilisateur devient possible en mettant ces informations en relation avec celles connues et publiques de personnes depuis différentes sources : des lieux affichés sur les pages Twitter ou Facebook, le lieu de travail ou encore l'adresse du domicile sur un annuaire.

Les antennes relais permettent de localiser les téléphones mobiles qui se situent dans leur zone de couverture, à un moment précis. Il suffit donc que l'utilisateur change 4 fois d'antenne relais lors de ses déplacements pour déterminer quatre points spatio-temporels qui lui sont associés. Les chercheurs ont ainsi prouvé que 95% des utilisateurs de portables peuvent être identifiés.

L'étude a duré près d'un an et demi et a employé les données de 1,5 million d'utilisateurs. Les chercheurs sont arrivés à enregistrer en moyenne plus de 110 interactions par personne et par mois pour 6500 antennes possédant une couverture géographique comprise entre 0,15 et 15 kilomètres. Le système est d'autant plus efficace que le nombre d'antennes augmente.

Références : "Unique in the Crowd: The privacy bounds of human mobility" ; Yves-Alexandre de Montjoye, César A. Hidalgo, Michel Verleysen et Vincent D. Blondel ; Scientific Reports 3, 25 mars 2013. Voir l'étude (en anglais): http://www.nature.com/srep/2013/130325/ ... 01376.html + http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=11563

Yves Herbo : Qui doit être le plus inquiet sur cette énorme possibilité ? Les peuples du monde au sujet de leur liberté ou les crapules, voleurs, mafieux en tout genre ? A méditer profondément et d'urgence : si cela a été annoncé officiellement, c'est que cela existe probablement depuis un moment et que l'utilisation va être disponible sous peu ou l'est déjà peut-être pour les gouvernements (quel que soit le régime politique d'ailleurs)...

Yves Herbo Sciences, Fictions, Histoires-04-2013

argent-bonus.jpg

Les nouveaux maîtres du monde

Les nouveaux maîtres du monde

monnaie-tank.jpg

Cénacles internationaux, cercles d'influence, institutions financières... Et si, en marge des gouvernements élus, se développait un autre pouvoir planétaire, opaque, voire secret ? La question est au centre de l'enquête menée par les auteurs de Circus politicus, dont L'Express publie des extraits. Loin des théories du complot, l'occasion d'un débat sur nos démocraties.

Le monde est-il entré dans la phase aiguë du soupçon ? Celui que les peuples nourrissent à l'égard de leurs élites, celui qui défoule des contribuables dont le joug s'alourdit, celui qu'entretiennent des responsables politiques enclins à entourer leurs décisions -et leur indécision- du plus grand secret. Dans une perspective historique, il n'y aurait rien de neuf, à vrai dire, dans ce sentiment diffus et persistant. "Depuis qu'il y a pouvoir, il y a complot", rappelle avec sagesse le philosophe Marcel Gauchet. Sauf qu'un élément nouveau s'affirme et se confirme à travers le développement d'un pouvoir planétaire, transversal, qui, surtout, échappe à tout contrôle démocratique.

Faire la part des choses entre la croyance en la conjuration permanente et la terrible réalité d'un monde conduit par des incompétents

Ce dernier point, la désappropriation des peuples et la dépossession de leurs institutions légitimes et élues, est la thèse que défendent deux journalistes, Christophe Deloire et Christophe Dubois, auteurs du best-seller Sexus politicus, dans leur nouvel essai, Circus politicus (dont L'Express publie les bonnes feuilles), longue enquête sur le théâtre d'ombres que serait désormais la vie politique française.

Ils ont fouillé, interrogé et débusqué pour dévoiler une série de cercles où se prennent les grandes décisions, européennes ou mondiales, qui exercent des effets concrets sur chacun de nous sans que nous soyons informés du contenu des discussions. En se faufilant dans les coulisses des cénacles internationaux, on découvre l'autre visage des hommes (et des femmes) de pouvoir, les chuchotements ou la voix arrogante des maîtres du monde.

Des technocrates dont l'expertise échappe aux élus

L'époque et le contexte actuels favorisent l'opacité ou cette notion indéfinissable de "gouvernance", qui semble être le dernier avatar de la modernité. Un faisceau de facteurs nourrit ces castes, par définition endogames, chargées de la gestion des grands intérêts supranationaux. La mondialisation engendre une strate de technocrates, supposés compétents, dont l'expertise échappe par nature au grand public, mais aussi aux élus du peuple. La construction européenne, qui, plus à tort qu'à raison, est vouée aux gémonies en raison d'une centralité confuse, réputée pléthorique et budgétivore, imposant des objectifs collectifs qui requièrent leurs clercs dévoués. Le développement fulgurant d'Internet, haut lieu de l'amplification des rumeurs, nimbe ces sommets de vapeurs de complots, mélange de série télévisée américaine et de tuyaux percés.

Il faut sans doute faire prudemment la part des choses entre la croyance populaire en la conjuration permanente de barons masqués et la terrible réalité d'un monde conduit par des leaders qui cachent derrière leurs cravates une forte dose d'incompétence, si ce n'est de désarroi.

Une instance inaperçue et inconnue du plus grand nombre

Il revient à Pierre Bourdieu d'avoir formulé le concept du "gouvernement invisible", dans un article au titre alarmiste, "La culture est en danger". "Les grandes firmes multinationales et leurs conseils d'administration internationaux, les grandes organisations internationales, OMC, FMI et Banque mondiale, aux multiples subdivisions désignées par des sigles et des acronymes compliqués et souvent imprononçables, et toutes les réalités correspondantes, commissions et comités de technocrates non élus, peu connus du grand public, bref, tout ce gouvernement mondial qui s'est en quelques années institué, et dont le pouvoir s'exerce sur les gouvernements nationaux eux-mêmes, est une instance inaperçue et inconnue du plus grand nombre."

Mais, plutôt que cette vision d'un cercle fermé, où flotte un parfum de cynisme parmi les fumées de havane, on préférera l'ironie de Marcel Gauchet au sujet de ces élites désemparées. "Ils nous disent qu'ils sont impuissants parce que la mondialisation met les problèmes hors de leur portée, et pourtant ils n'arrêtent pas de concerter, gardés dans des forteresses. Rien de plus propice à faire naître l'idée qu'ils nous mentent et qu'ils déterminent entre eux, hors de tout contrôle, une politique qui ne nous veut pas du bien."

Par Christian Makarian pour l'Express


Salim Laïbi - la faillite du monde moderne - entretien by ERTV


CONVERSATION D'AVENIRS,Les USA, maîtres du monde ? by Public Sénat

Les nouveaux maîtres du monde - Goldman Sachs http://www.les-crises.fr/video-goldman-sachs/

Plus qu'une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d'euros d'actifs, soit deux fois le budget de la France. On l'appelle "la Firme", comme dans les romans d'espionnage des années 1980. Après s'être enrichie pendant la crise des subprimes en pariant sur la faillite des ménages américains, elle a été l'un des instigateurs de la crise de l'euro en maquillant les comptes de la Grèce puis en misant contre la monnaie unique. Un empire de l'argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino. Grâce à son réseau d'influence unique au monde, et son armée de 30 000 moines-banquiers, Goldman Sachs a su profiter de la crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l'impunité des justices américaine et européennes.


D'un côté, il y a les "black hats" (chapeaux noirs), les délinquants virtuels mus par l'appât du gain ; de l'autre, les "white hats" (chapeaux blancs) ou pirates bienveillants. Les hackers forment une vaste communauté aux profils diversifiés. Capables de modifier la une d'un journal sur le Net ou de piéger le ministre de l'Intérieur, ils sont aussi les seuls à savoir protéger les entreprises des menaces informatiques. Inventeurs des logiciels libres - permettant d'échapper à la toute-puissance de Bill Gates ou de Steve Jobs -, ils sont aussi, grâce à l'exploration des failles informatiques, à l'origine de la sécurisation des achats en ligne. Beaucoup n'ont qu'un bac en poche mais les services secrets et les responsables politiques se disputent leurs faveurs...

À contre-courant des idées reçues, ce film raconte la génération hackers, entrée dans l'arène politique et médiatique à l'occasion du débat sur Hadopi.

SFH 03-2013

lesite-pierre-jovanovic.jpg

Entretien avec Pierre Jovanovic : apocalypse

Entretien avec Pierre Jovanovic : apocalypse

 

lesite-pierre-jovanovic.jpg

Pierre Jovanovic nous montre en quoi la crise financière actuelle peut être mise en relation avec les textes de l'Apocalypse, et comment cette mise en lumière permet de comprendre la chute à venir du Vatican et du système financier.

Il dresse un portrait de la crise économique en Europe, montre en quoi les médias traditionnels ont complètement abandonné leur rôle, et comment seul un véritable réveil des peuples pourra enrayer cette descente aux enfers.

Site officiel : http://www.avantgardeeconomique.fr
Page Facebook : http://www.facebook.com/Avantgardeeco...

Si vous avez aimé cet entretien vidéo, vous pouvez nous soutenir pour d'autres entretiens à venir : http://avantgardeeconomique.blogspot.fr/

Yves Herbo : Je ne partage pas obligatoirement les conclusions ni les liens "apocalyptiques" mentionnés, mais mes propres recherches historiques et constatations de visu concluent aux mêmes issues (qui se réduisent de plus en plus). Nous vivons dans un système économique qui donne l'illusion à la minorité qui maîtrise ses rouages qu'il fonctionne bien : ils en vivent et s'arrangent (par héritage, nominations hiérarchiques, politique...) pour en conserver le pouvoir. Ils ont pu "acheter" la souveraineté de la totalité des Etats mondiaux en les menaçant de faillite totale, de "couper" les robinets que ces Etats leur ont vendu ou de les endetter tellement que les personnalités au pouvoirs locaux sauteront... dans le même temps, ils se sont faits nommer (rarement élus mais aussi) aux postes-clés cadenassant les flux économiques dans le monde entier et ont corrompu les autres. Ils possèdent déjà une influence énorme sur les agences de notation ou de contrôles "indépendantes" (qui ne le sont pas du tout), et peuvent n'importe comment influencer tant les bourses, les cours, les monnaies, les agences de notation de par leurs propres décisions financières : accorder ou non des prêts et jouer avec leurs taux... la constatation est pourtant simple : ce système cours de crise en crise depuis qu'il existe et n'a jamais vraiment fonctionné que pour une minorité de citoyens du monde : il est tant d'en changer complètement. Pour le faire fonctionner, cette minorité triche depuis des décennies impunément, au détriment de la majorité, et se sert d'une oligarchie locale principalement pour se maintenir et agir. Oligarchie car quand une partie de la population suit des règles et lois, textes différents du reste de la majorité des citoyens, cette partie de population ne peut plus être considérée comme faisant partie du peuple : c'est une oligarchie assimilable à la noblesse d'antan. Tout comme la majorité des dirigeants politiques mondiaux viennent de cette oligarchie de fonctionnaires ne suivant pas les mêmes règles que le citoyen "normal", eux-mêmes convaincus que le système "fonctionne" puisqu'ils obéissent aux dirigeants financiers et en tirent bénéfices... c'est comme ça qu'on retrouve des ministres incapables de savoir combien gagne réellement les plus pauvres français et les smicards, ni même la moyenne des salaires... En fait, le système utilise principalement l'escroquerie, le mensonge et le chantage pour fonctionner et c'est tellement flagrant que cela devient hypocrite de la part des grands médias de l'ignorer encore et toujours. Et les Etats (quel que soit le parti au pouvoir depuis des décennies, et le FN est une illusion aussi, c'est évident, tout comme la majorité de la gauche et extrême-gauche...) sont malheureusement complices et/ou sous chantages. A ce sujet, une sortie de l'UE ne changera strictement rien quand aux économies des pays concernés : cela n'empêche pas les Goldman Sachs, FMI et autres banquiers de réclamer les dettes qu'ils ont créées eux-mêmes artificiellement... et même si la Banque de France peut affirmer pouvoir assumer par exemple les dettes de la France, ce n'est pas le cas des autres pays, et même pour la France, il serait illusoire de compter sur l'aide des endetteurs pour ne pas mettre des bâtons dans les roues là où il faut, aux moments idéaux...

Les preuves de ces escroqueries multiples pour convaincre les gens de rembourser des dettes qu'ils n'ont pas eux-mêmes, avec l'aval des gouvernants : fausse crise du pétrole de 1974 (chantage de l'OPEP), fausses promesses et mensonges de retraites garanties à 60 ans si cotisations (contrat rompu sans référendum et on triche en augmentant les durées de cotisations, les taux de cotisations avec l'accord de chambres syndicales complices en majorité), fausses réductions du temps de travail et donc sur la création d'emploi liée, revente à 49% de la chaîne de production énergétique française (EDF-GDF, nucléaire...) au privé (malgré les promesses d'après guerre et grâce au nucléaire de baisses du coût de l'énergie pour les propriétaires citoyens français - et même le versement de dividendes à l'époque à chaque français ! (hum)...)... par exemples...

Yves Herbo SFH 03-2013

gotham-city.jpg

Londres : Un homme déguisé en Batman livre un escroc à la police

Londres : Un homme déguisé en Batman livre un escroc à la police

gotham-city.jpg

LONDRES Un homme déguisé en Batman a causé la stupéfaction dans un commissariat britannique en débarquant en pleine nuit pour livrer un individu recherché pour des délits, avant de repartir incognito dans le même accoutrement.

Portant l'uniforme du célèbre super-héros, l'homme a fait irruption dans un poste de police de la ville de Bradford, dans le nord de l'Angleterre, très tôt le 25 février 2013, selon la police du West Yorkshire.

Les forces de l'ordre ont publié une image tirée de la vidéo-surveillance montrant le justicier arriver avec un homme de 27 ans, recherché par la police et qui a été depuis inculpé pour recel et fraudes.

"La personne qui a amené l'homme recherché au poste était habillé d'un déguisement complet de Batman", a déclaré un porte-parole de la police. "Son identité reste toutefois inconnue".

La photo publiée sur Facebook a déclenché une avalanche de commentaires sur les réseaux sociaux, certains suggérant que "Batman" devait connaître son "prisonnier" étant donné l'absence de résistance apparente de la part de ce dernier.

http://www.dhnet.be/infos/monde/article/427022/un-homme-deguise-en-batman-livre-un-escroc-a-la-police.html

A noter que nous avons bien à faire à plusieurs clones du héros américain car celui-ci agit en même temps dans plusieurs villes américaines, même si toutes les autorités n'ont pas accepté son aide en-dehors de Gotham City et qu'il se fait parfois arrêter... Les Britanniques de leur côté ont affirmé qu'ils avaient déjà Doctor Who qui leur faisait souvent des blagues adipeuses et que c'était suffisant. :

Sur une idée de http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/03/londres-un-homme-deguise-en-batman.html

Un peu d'humour noir supplémentaire... :


Pig Destroyer - The Diplomat by BlastroNetworks

SFH 03-2013

uss-scorpion.jpg

L'énigme du Thresher et du Scorpion

L'énigme du Thresher et du Scorpion

ss200-thresher.jpg

USS Thresher

Au milieu du XXe siècle, dans les années 60, deux des plus puissants sous-marins nucléaires américains, l'USS Thresher et l'USS Scorpion, ont disparu dans les profondeurs noires et glaciales de l'Océan Atlantique; tous les deux dans des conditions mystérieuses, bien plus mystérieuses que la Marine américaine a bien voulu le dire...
Si leurs épaves ont bien été retrouvées par la suite, nulle trace des hommes d'équipage n'a pu être repérée. Les 129 hommes du Thresher et les 99 hommes du Scorpion se sont littéralement volatilisés...!

Où sont-ils passés? Que sont-ils devenus? Là est l'énigme...

Rapports des commission d'enquêtes

Avant d'aller plus loin, voyons ce que nous disent les commissions d'enquête de la Marine américaine et quelles sont leurs conclusions "officielles" sur la disparition des ces deux submersibles. Dernier-né des sous-marins nucléaires américains, premier d'une nouvelle classe d'engins super silencieux capables de plonger plus profondément que les autres, le Thresher, inauguré et lancé à Portsmouth, était le nec plus ultra des sousmarins de l'époque. C'était un véritable "Requin-tueur" qui allait donner aux Etats-Unis un énorme avantage militaire face à leurs ennemis soviétiques. On était alors en pleine "Guerre froide" et ce sous-marin était une pièce majeure sur l'échiquier politique mondial sur lequel s'opposaient les USA et  l'URSS. Il était équipé du premier système de contrôle de feu informatisé à bord d'un sous-marin et d'un sonar d'une incroyable portée. Il était doté de missiles inter sous-marins, ce qui était une nouveauté à l'époque.

Le Thresher prit la mer le 9 avril 1963 avec un équipage de 129 hommes. Le matin du 10 avril, à l'aube, le commandant donna l'ordre de plonger. Les ballasts furent remplis et le submersible s'enfonça dans les eaux profondes de l'Atlantique Nord près de Corsair Canyon au large de Boston. Il s'agissait alors de tester la résistance du bâtiment, et le commandant fit plonger son sous-marin le plus profond possible Le Thresher n'était pas seul, il était en communication radio avec l'USS Skylark, un navire équipé pour le sauvetage en mer, mais pas pour celui d'un sous-marin nucléaire en plongé. Ce bâtiment se trouvait sur la zone de manoeuvre du Thresher et pouvait lui porter secours, mais seulement si celui-ci faisait surface.

Tout se passait bien jusqu'à ce que, tout à coup, le commandant du Thresher envoie au Skylark, à 9 h 13 exactement, le message suivant: «Thresher annonce: faisons face à difficultés mineures. Angle ascendant positif. Tentons de chasser. Vous tiendrons informés.».
De toute évidence, le sous-marin avait quelques problèmes, des avaries de peu d'importance qui ne le mettaient pas en danger.

Prudent, le commandant jugea préférable de remonter et de rentrer à la base pour réparer. Il avait ordonné de chasser l'eau des ballasts pour alléger le bâtiment et le faire ainsi remonter en surface. Il n'y avait pas de quoi s'affoler, mais 3 minutes plus tard, un nouveau message arriva, brouillé, inintelligible, suivi d'un bourdonnement à basse fréquence puis... le silence...

A la surface on ne voyait absolument rien. L'équipage du Skylark avait beau scruter les flots à l'oeil nu comme aux jumelles, rien n'apparaissait, pas même une tache d'huile...
Les minutes passaient et l'angoisse finit par s'installer. Ce 10 avril 1963, le commandant du Skylark prit alors la décision d'informer le QG de la Marine que le Thresher ne répondait plus.

C'était la première fois au monde qu'un sous-marin nucléaire était porté disparu. Le coup était rude, c'était une véritable tragédie...!
On pensa tout de suite qu'il avait heurté un haut-fond et qu'il avait ainsi coulé, mais rien n'était sûr. Il fallait absolument trouver la cause du drame. Il fallait comprendre ce qui s'était passé. Les spécialistes de la Navy firent un véritable travail de détective qui dura des mois pendant lesquels les recherches en mer continuèrent inlassablement.
La Marine alla jusqu'à couler une voiture automobile pour voir comment elle descendrait dans les eaux profondes de l'Atlantique; cela, dans l'espoir de trouver un indice quelconque permettant de retrouver le Thresher.

Des caméras télécommandées et des sonars ratissèrent sans relâche les fonds sous-marins, et l'unique vaisseau de plongée profonde dont disposait alors la Marine américaine, le bathyscaphe Trieste, explora les profondeurs océaniques jusqu'à épuisement de son équipage.
Enfin, au bout de 6 longs mois, le Trieste découvrit ce qui subsistait du Thresher... Il avait implosé sous la pression hydraulique avec une telle force qu'il ne restait plus de lui que des bouts de ferrailles éparpillés sur le fond de l'océan.
Pendant ce temps, au cours de ces longs mois de recherche, une commission d'enquête de la Marine avait découvert des choses incroyables...

Le dossier de maintenance du bâtiment a révélé que 14 % des joints de la tuyauterie qui transportait de l'eau de mer sous haute pression sur toute sa longueur n'avaient été soumis à aucun test par ultra-sons. De même, des centaines d'autres joints avaient échappé à toute vérification, alors que sur d'autres sous-marins, des joints de ce type avaient connu des défaillances et causé de graves inondations. A la profondeur à laquelle se trouvait le Thresher, la rupture d'une grosse canalisation aurait fait entrer des dizaines de tonnes d'eau à la minute (!).
La dernière transmission radio du submersible a apporté des indices déterminants qui ont permis à la commission de reconstituer le scénario probable du drame que voici: la rupture d'une canalisation dans la salle des machines a inondé  le compartiment et neutralisé suffisamment de fusibles pour forcer l'arrêt du réacteur nucléaire. Ne fonctionnant plus que sur ses accumulateurs, le submersible n'aurait pas eu assez de puissance pour atteindre la surface.

En dernier recours, l'équipage a dû envoyer de l'air comprimé dans les ballasts pour chasser l'eau et retrouver de la flottabilité, mais le système de ballasts était d'un modèle ancien conçu pour des sous-marins ne descendant pas à une telle profondeur; leur puissance était trop faible pour cela.
Le bâtiment n'aurait donc pas pu s'alléger suffisamment. Il prenait l'eau et devenait de plus en plus lourd. Il n'aurait donc fait que se redresser tandis qu'il descendait vers le fond inexorablement...
A 450 m de profondeur, la coque du Thresher ne pouvant plus résister à l'écrasante pression qu'elle subissait, explosa comme une bombe !

Des fragments de métal tordu, c'est tout ce qui restait du Thresher, le plus extraordinaire sous-marin de l'époque...!

L'épave éclatée en mille morceaux du submersible a été explorée et filmée dans les années 80 par Bob Ballard, un océanographe, au cours d'une expédition secrète; officiellement, il cherchait le Titanic !
La commission d'enquête de la Marine conclut finalement que, trop pressée d'envoyer en mer cette merveille de haute technologie, la Navy a commis plusieurs fautes de conception et de construction.

uss-thresher02.jpg

Tout le monde jura que cela n'arriverait plus jamais, mais 5 ans plus tard, au printemps de 1968, la tragédie frappa de nouveau...

L'USS Scorpion

Après la disparition tragique du Thresher, la Marine américaine surveillait désormais de très près tous ses sous-marins nucléaires. Aussi, lorsque l'USS Scorpion ne lança plus aucun message le 21 mai 1968, un vent de panique monta au sein du Quartier Général de la Navy...

Le Scorpion était parti pour une mission de routine en Méditerranée (pour espionner les navires soviétiques, selon le rapport officiel qui fut publié par la suite) et repartait ce jour-là vers sa base de Norfolk en Virginie. C'est alors qu'il traversait l'Atlantique Nord qu'il cessa tout à coup d'émettre.
Il était attendu ce jour à 13 h 00 à Norfolk au terme de sa mission en mer, et aucun message de détresse n'avait été lancé par son équipage. Tout allait bien, mais il fallait pourtant se résoudre à l'évidence: il s'était passé quelque chose de grave...

uss-scorpion.jpg

Les autorités militaires de la Navy lancèrent immédiatement des recherches en haute mer. Des dizaines de bateaux, de sous-marins et d'avions sillonnèrent la zone d'où il avait envoyé son dernier appel radio, mais ces fouilles méthodiques ne donnèrent aucun résultat. On décida alors d'élargir la zone de recherche, mais là encore les investigations restèrent infructueuses.

A 1300 km à l'est des Açores, un avion aperçut une tache d'huile (comme il y en a beaucoup sur l'Atlantique) à laquelle personne ne prêta d'importance, mais découvrit aussi un "mystérieux objet orange" qui resta malheureusement introuvable pour les navires qui se lancèrent à sa recherche.

Le Scorpion, avec un équipage de 99 hommes et un armement ultra-moderne et super-puissant, s'était littéralement volatilisé dans l'immensité de l'océan Atlantique...!

Au bout de 10 jours, la Marine annonça que le Scorpion était porté disparu et que tous les hommes à bord étaient vraisemblablement morts.

Ce n'est que des mois après la cérémonie à la mémoire des disparus que l'on découvrit enfin ce qu'il restait du submersible. La Marine annonça alors que rien n'établissait que le sous-marin fut victime d'un quelconque acte d'hostilité (sous-entendu de la part des Soviétiques, car nous étions toujours en pleine "Guerre froide"), mais refusa d'en dire davantage. Quelles que fussent ses conclusions quant aux causes de l'accident, elles étaient classées "Secret Défense".
C'est grâce à un immense réseau de microphones sous-marins installés, dès les années 60, dans tous les océans du monde, afin de détecter les mouvements de la flotte soviétique et les essais nucléaires, que les restes du Scorpion ont pu être localisés.

Grâce à ces hydrophones, une explosion sous-marine inexpliquée a été découverte par une équipe de spécialistes installée aux îles Canaries, au large de la Mauritanie, en Afrique, sous la direction de John Craven, un scientifique de la Marine.
Cet enregistrement montrait un pic qui était peut-être lié au Scorpion, puis un silence de 91 secondes suivi d'une série d'environ 17 pics pouvant correspondre à l'implosion des différents compartiments du sous-marin, mais ces informations étaient insuffisantes pour conclure quoi que ce soit. C'est lorsqu'on découvrit le même type de tracé sur les enregistrements de deux hydrophones installés au large de Terre-Neuve, à 300 milles de là, qu'il devint possible, par triangulation, de localiser le lieu de l'explosion. L'épicentre se situait près des Açores.

Mais s'il s'agissait bien du Scorpion, cela faisait un mystère de plus à élucider...!

En effet, on pensait que le sous-marin se dirigeait de la Méditerranée vers Norfolk; or, à la grande surprise de tout le monde, les explosions enregistrées par les hydrophones s'éloignaient de Norfolk... comme si le sous-marin avait fait demi-tour et repartait vers la Méditerranée!

Le Scorpion avait-il rebroussé chemin, et si oui, pourquoi ?

Pour tenter d'en savoir plus, on envoya le bathyscaphe Trieste sur les lieux supposés du naufrage, et celui-ci, après de longues recherches, finit effectivement par retrouver l'épave du Scorpion échouée dans les eaux profondes de l'Atlantique par 3000 m de fond...

Le sous-marin nucléaire USS Scorpion

uss-scorpion-implosion.jpg

L'USS Scorpion retrouvé

Dans les années 80, Bob Ballard, cet océanographe qui avait exploré et filmé l'épave éclatée du Thresher, explora et filma à son tour l'épave du Scorpion au moyen d'un minisubmersible.
A la différence du Thresher, le Scorpion était relativement intact. Il s'est certainement rempli d'eau avant de sombrer à la profondeur d'écrasement. Sa tourelle a été totalement arrachée de la coque, probablement en heurtant le fond. L'extrême pression a sectionné la partie arrière et l'a littéralement enfoncée dans la partie avant comme une antenne télescopique qu'on referme.

Aucune des images prises alors par Bob Ballard n'a été montrée avant 1993, date à laquelle la Marine a enfin commencé à déclassifier les informations relatives au Scorpion.

C'est à cette époque (en 1993, 25 ans après le drame) que la Marine communique ses conclusions et donne sa version officielle—son "scénario le plus probable"—sur le naufrage du Scorpion.
Selon la Navy, tout aurait commencé alors qu'un courant électrique parasite aurait amorcé l'une des torpilles à bord du submersible. Le commandant aurait ordonné aussitôt un virage à 180° dont il espérait qu'il allait déclencher un mécanisme de sécurité et désarmer la torpille. Puis il aurait ordonné l'éjection de celle-ci, mais la torpille n'aurait pas été désarmée et elle aurait commencé à se chercher une cible. Comme il n'y avait rien alentour, c'est le sous-marin lui-même qui aurait été pris pour cible par la torpille qui était dotée d'une tête chercheuse.
Comme le sous-marin était un peu plus rapide que la torpille, il avait une chance de lui échapper. Il aurait essayé de la distancer, mais la torpille aurait été finalement plus rapide que prévu et l'aurait ainsi frappé en faisant un énorme trou dans la coque, coulant ainsi le Scorpion. Toutefois, ce scénario ne satisfait pas tout le monde...!

A l'époque où il était un jeune lieutenant de la Marine, Ross Saxon a examiné l'épave du Scorpion depuis le bathyscaphe Trieste et voici ce qu'il nous dit :

« J'ai plongé sur le Scorpion et je n'ai absolument rien vu indiquant qu'il ait été coulé par une torpille. Aucun élément de la structure ne suggérait cette hypothèse. Les portes de tous les tubes avant étaient fermées. Le sous-marin s'était cassé sous l'effet de la pression et rien n'établissait qu'il avait été coulé par une torpille

Une enquête fut menée par Stephen Johnson, un journaliste d'investigation du Houston Chronicle. Celui-ci récupéra des lettres de divers membres de l'équipage du Scorpion qui s'inquiétaient de l'état mécanique du bâtiment. L'un d'eux a même démissionné pour cette raison. Après des années d'effort, Stephen Johnson déterra un élément déterminant du passé du Scorpion. A la suite de multiples demandes auprès de la Flotte sous-marine de l'Atlantique, ce journaliste a fini par obtenir ce qu'il cherchait.
Il a alors découvert, parmi les pages relatives à l'historique de maintenance du Scorpion, des documents montrant comment ce dernier avait été choisi pour un programme secret réduisant considérablement la maintenance qu'il aurait dû avoir. Pour économiser du temps et de l'argent, la Marine américaine avait supprimé une bonne partie de la révision du submersible.
Seulement 3 millions de dollars avaient été dépensés pour la maintenance alors qu'il aurait fallu normalement dépenser environ 20 millions de dollars !

Un autre secret de la Marine a été révélé par deux autres journalistes américains—Christopher Drew et Sherry Sontag—auteurs du livre "Blind Man's bluff" dans lequel ils racontent leur enquête. Ces journalistes apprennent, en effet, à la suite d'investigations à partir d'une lettre qui leur à mis la puce à l'oreille, que lors d'essais, la batterie actionnant la torpille MARK 37 avait parfois surchauffé et pris feu. Des ingénieurs, ayant travaillé dans l'usine de torpille de Kyport dans l'état de Washington, disent avoir mis en garde la Marine à propos d'une possible explosion à bord suffisamment importante pour couler un sous-marin.

Ce laboratoire a fait divers essais indiquant que ce type de torpille était dangereux, mais la Marine n'a tenu aucun compte de leur avertissement. Est-ce la défaillance d'un équipement insuffisamment vérifié ou l'explosion d'une torpille défectueuse qui a coulé le Scorpion? Impossible de trancher avec certitude...

En tout cas, à la suite de ce désastre, la Marine américaine renonça à son expérience de maintenance réduite et modifia la torpille MARK 37. Depuis, elle n'a plus jamais perdu un seul sous-marin nucléaire!
Voilà donc les conclusions "officielles" de la Marine américaine sur la disparition des sous-marins nucléaires Thresher et Scorpion et les résultats des contre-enquêtes menées par des journalistes à propos du Scorpion.
Pour nous, à notre avis, la Marine américaine a bien fait de prendre ces mesures après la disparition du Scorpion, car ces défaillances techniques auraient pu, effectivement, être à l'origine de graves accidents chez d'autres sous-marins nucléaires, mais... nous ne pensons pas que s'il n'est plus jamais rien arrivé après cela, c'est qu'il s'agit bien là de la cause de ces deux drames. Non, c'est une pure coïncidence !

uss-scorpion-implosion2.jpg

Avarie ou défaillance technique ?

Rien, absolument rien ne prouve que le Thresher comme le Scorpion ont coulé à la suite d'une avarie due à une défaillance technique quelconque.
Certes, ils avaient de sérieux problèmes de maintenance, des tuyauteries fragiles, des torpilles défectueuses.., mais cela ne prouve rien. Si un conducteur perd le contrôle de sa vieille voiture à cause d'un malaise cardiaque et tombe dans un ravin où il trouve la mort dans l'explosion de son automobile, tout le monde dira que la voiture était trop vieille, que ses freins ont lâché ou qu'elle a eu une quelconque défaillance mécanique. Le conducteur n'étant plus là pour témoigner, on sera tous d'accord pour dire que c'est l'état désastreux de la voiture qui est responsable de cet accident mortel. Et pourtant, c'est faux ! C'est le coeur malade du conducteur qui a fibrillé et provoqué ainsi cet accident.

Eh bien ! C'est exactement la même chose pour le Thresher et le Scorpion : ce n'est pas une défaillance mécanique qui est responsable de leur naufrage. Mais alors qu'est-ce qui a provoqué la destruction de ces deux superpuissants sous-marins nucléaires? Les Services secrets des Etats-Unis comme ceux de la Russie et de la Grande-Bretagne savent très bien que de "mystérieux vaisseaux noirs" rôdent silencieusement dans les eaux de toutes les mers et les océans du globe. Les ministères de ces pays possèdent d'énormes dossiers secrets contenant des rapports d'enquêtes et d'observations ainsi que des statistiques sur ces "mystérieux submersibles".

Les Etats-Unis ont perdu deux sous-marins nucléaires, mais la Russie en a perdu au moins sept. La Grande-Bretagne en a perdu plusieurs également et la France a perdu le Minerve au large de Toulon le 25 janvier 1968 et l'Eurydice au large de Saint-Tropez le 4 mai 1970, alors qu'ils étaient tous deux révisés et en parfait état de marche.

Tous ces sous-marins auraient-ils subi le même sort que le Thresher et le Scorpion? C'est possible...

Les mystérieux vaisseaux noirs

Ces "mystérieux vaisseaux noirs" qui rôdent sous les mers seraient-ils la cause de la disparition de ces sous-marins ?

Rien ne le prouve de manière absolue, mais nous pensons, nous, que ce sont bien les responsables ! Qui sont ces "étranges vaisseaux sous-marins" ?

D'après les témoignages, ces "mystérieux vaisseaux noirs" sont d'une taille beaucoup moins imposante que celle des "roues lumineuses". Ces dernières ont un diamètre d'environ 500 à 600 m alors que les "mystérieux vaisseaux noirs" ont une taille 5 à 6 fois plus petite (100 m en moyenne). S'agirait-il, dans ce cas, de petits sous-marins lâchés par ces gros submersibles lumineux pour effectuer diverses missions de surveillance et... d'attaque? En l'absence d'autres informations, nous ne pouvons rien affirmer, mais l'hypothèse est séduisante. C'est bien possible.

Au début du XXe siècle, le 28 octobre 1902, au cours d'une nuit calme et étoilée sur l'Atlantique Sud, des marins du navire Fort Salisbury aperçurent, à quelques dizaines de mètres du bateau, un "long objet sombre"... Le commandant fut rapidement alerté et lui comme les hommes présents cette nuit-là, constatèrent que cet "objet sombre" était long d'environ 150 à 180 m, que sa surface n'était pas unie, mais "écailleuse" (un peu comme celle d'un poisson), qu'il y avait un feu à chaque extrémité et qu'un mécanisme agitait l'eau (comme les nageoires d'un poisson, là encore)...!

De nombreuses vérifications ont été faites par la suite, mais rien ne permit d'identifier ce mystérieux "objet sombre". Lorsque le Minerve disparut en Méditerranée en janvier 1968, les recherches intenses menées par la Marine française révélèrent plusieurs fois un mystérieux écho sonar correspondant à une "énorme masse métallique" d'environ 60 m de long faisant penser à un submersible. L'exploration des fonds ne montra pourtant rien qui ressemble à un sous-marin.

Ces échos étaient pourtant bien réels et semblaient se déplacer... intelligemment.

En avril 1970, au large de la Nouvelle-Guinée, des centaines de personnes furent témoins de l'apparition d'un "engin inconnu" qui semblait glisser à la surface de l'eau... D'après les indigènes, des "objets mystérieux" de ce type visitent les lieux depuis des siècles...!

En novembre 1972, dans les eaux d'un fjord norvégien, au nord de Bergen, un "mystérieux objet" fut repéré. Il resta immobilisé sous ces eaux pendant une quinzaine de jours (!). Les autorités norvégiennes déclarèrent que "le mystérieux objet immergé et détecté par une frégate de la Marine n'était pas un sous-marin." Puis, sans que l'on puisse comprendre comment, le "mystérieux objet" se volatilisa...! Ce n'était pas la première fois qu'un tel "objet non identifié" était repéré dans cette région. Depuis des années déjà, de tels "objets" avaient été signalés dans ces eaux.

Les sous-marins nucléaires Thresher et Scorpion ont très certainement, selon nous, subi l'attaque de ces "mystérieux submersibles" qui n'en voulaient, en fait, qu'à leurs équipages (qui ont totalement disparu)... Dans le cas du Thresher, un de ces "mystérieux vaisseaux noirs" aurait foncé sur lui et aurait brouillé ses émissions radio; d'où la très mauvaise qualité du dernier message envoyé au Skylark. Les hommes de l'équipage auraient alors été enlevés non pas dans un abordage sanglant, mais en douceur par téléportation (!), c'est-à-dire par  dématérialisation et rematérialisation au sein du "submersible"...

Le transfert des hommes d'un submersible à l'autre par onde porteuse (c'est le principe de la téléportation) se serait passé au moment de la remontée du sous-marin vers la surface.
Laissé sans équipage, le bâtiment serait retombé vers les profondeurs, ses ballasts n'ayant pas été chassés à fond, et aurait explosé sous la pression.
Dans le cas du Scorpion, un "mystérieux vaisseau noir" aurait été détecté par les sonars, et se rendant compte du danger, le commandant aurait ordonné de faire demi-tour afin de tenter de lui échapper. Mais, malheureusement, ce fut inutile... L'équipage tout entier aurait été enlevé par téléportation, lui aussi, peu de temps après la manoeuvre. Laissé sans équipage, le sous-marin aurait plongé peu à peu pour une raison technique inconnue et se serait brisé sous la pression, permettant à l'eau d'entrer, empêchant ainsi son explosion sous l'énorme pression.

uss-thresher.jpg

Mais qui a fait coulé ces navires ?

Nous sommes convaincus que la Marine américaine sait ce qui s'est réellement passé, qu'elle connaît tous les faits et qu'elle a caché tout cela aux médias et au grand public.
Mais, dans tout cela, le plus important est de savoir pourquoi ces hommes auraient été enlevés et par qui exactement? Sur ces questions, la Navy ne possède peut-être pas toutes les réponses, mais il est bien possible qu'elle en possède au moins quelques-unes...

En ce qui nous concerne, nous pensons qu'il s'agit d'êtres extra-terrestres installés dans les eaux profondes de divers océans et mers du globe, dans d'immenses citées sous-marines...! Depuis quand sont-ils là et pourquoi? Il est bien difficile de le dire! Les indigènes de Nouvelle-Guinée affirment qu'ils sont visités par ces "mystérieux vaisseaux noirs" venus du fond des mers depuis des siècles...!

Etranges rencontres sous les eaux

Dans les eaux du Golfe Persique, en mai 1880, au cours d'une nuit extrêmement noire, le Patna, un steamer de la fameuse Compagnie des Indes britanniques, fit une incroyable rencontre...

Le capitaine Avern, le 3e officier M. Manning et J.W. Robertson virent, en effet, cette nuit-là, apparaître brusquement sur la mer sombre, de part et d'autre du navire, deux énormes "roues" lumineuses...!
Ces monstrueuses "roues" de lumière venues d'on ne sait où, tournaient sur elles-mêmes, d'après les calculs, à environ 160 km/h (!). Leurs immenses rayons (environ 200 à 300 m de long!) paraissaient frôler le navire... Les témoins purent compter les rayons de ces gigantesques "roues" lumineuses qui se distinguaient nettement les uns des autres: 16 rayons à chaque roue!
La lueur de ces énormes "roues" de 500 à 600 m de diamètre (!) paraissait glisser à plat sur la surface de la mer, sans aucune lumière visible dans l'air, un peu comme lorsque l'on fait tourner une lanterne horizontalement au-dessus de l'eau et que sa lumière se reflète en cercles concentriques sur cette eau. Ces deux "roues" lumineuses accompagnèrent le navire pendant 5 minutes puis disparurent comme elles étaient venues...

Ces "roues" n'étaient certainement pas faites de lumière pure... il s'agissait probablement d'objets matériels issus d'une très haute technologie qui se déplaçaient sous les eaux, et dans le cas présent, sous leur surface. Oui, mais en cette fin de XIXe siècle (nous sommes en 1880, ne l'oublions pas) la Science était incapable de concevoir et encore moins de fabriquer de telles machines! D'ailleurs, au XXe siècle, malgré tous les progrès accomplis, la Science en était toujours incapable! Aujourd'hui, en ce début de XXIe siècle, les scientifiques en sont encore incapables !

Alors ! De quoi s'agissait-il ? Mystère...

Un mois plus tard, en Juin 1880, dans cette même région du Golfe Persique, au large de la côte de Malabar, le même phénomène se reproduisit...
En fin de soirée, par mer calme et ciel dégagé, le commandant Harris, du vapeur Shahjehan, eut tout à coup le souffle coupé... Il donna l'ordre de stopper les machines et d'arrêter le navire. Il venait en effet d'apercevoir sur les eaux une chose absolument fantastique !

Une matière inconnue flottait sur l'eau, paraissant éclairée par de gigantesques rayons lumineux sans projeter de lumière ! 

Comme le commandant Harris le déclara lui-même: « Ondes sur ondes se succédaient en l'un des spectacles les plus grandioses et les plus solennels qui se puisse imaginer...! ».

Des dizaines d'apparitions de ce type purent être observées dans le Golfe Persique au cours du XXe siècle. Rien que durant les années 60, une cinquantaine d'observations de "roues" lumineuses furent enregistrées dans cette région !

Ce phénomène mystérieux n'est cependant pas cantonné à ce lieu; bien d'autres régions du monde sont également touchées par ces apparitions remarquables.

En 1907, dans le détroit de Malacca, à bord du vapeur Delta, M.S.C. Patterson observa sous la surface de l'eau, durant environ trente minutes, "des rayons qui semblaient pivoter sur un centre, comme les rayons d'une roue"! Ces rayons paraissaient mesurer environ 300 m de long...!
La même année (semble-t-il) on aperçut dans le Sud de la Mer de Chine, sur la surface de l'eau, des sortes d'éclairs lumineux en rotation...
Un témoin déclara: «On eût dit une roue horizontale tournant rapidement au-dessus de l'eau et produisant sur l'équipage un profond sentiment de malaise.».

En juin 1909, tandis qu'il se promenait sur le pont du paquebot Bintang de la Compagnie East Danish, le capitaine Gabe aperçut dans le détroit de Malacca une "sphère de lumières mouvantes", selon sa propre expression, située juste sous le niveau de la mer.
Le capitaine déclara par la suite qu'il vit ce qui lui paraissait être de longs bras décrivant des cercles à partir d'un centre commun. Cet "objet" était absolument gigantesque. Selon le capitaine Gabe, «celui-ci était si grand qu'on n'en voyait qu'une partie, l'autre étant dissimulée par l'horizon...!». Cette immense "sphère de lumière" s'approcha lentement du navire en s'atténuant, en diminuant son intensité lumineuse, jusqu'à finalement s'évanouir totalement dans les eaux... comme un sous-marin qui plonge sous un bateau dans les eaux profondes.

En mars 1931, dans la Mer d'Oman, plusieurs marins de la fameuse Canonnière du Yang-Tse Kiang furent également  les témoins d'un étrange phénomène. Tandis que ces marins faisaient route vers Colombo à bord du Doudart de Lagrée et qu'ils se trouvaient alors entre Gardaful et les Maldives, ils virent tout à coup surgir des profondeurs d'étranges lumières qui les fascinèrent... La nuit était tombée et ils purent voir distinctement d'immenses rayons lumineux jaunâtres qui tournaient autour d'un axe invisible situé, semble-t-il, à une très grande distance du bateau. On pourrait allonger ainsi la liste des témoignages. Ces immenses "roues lumineuses" venues des profondeurs ont été vues sur presque toutes les mers et océans par de très nombreux témoins dignes de foi.

canonierefrancaiseyangtse.jpg

De quoi s'agit-il exactement? L'hypothèse la plus logique d'après toutes les descriptions qui en ont été faites, est celle d'énormes submersibles construits et dirigés par des formes de vie intelligentes...! Des êtres intelligents Humains ou Humanoïdes vivraient-ils sous les eaux, au sein d'immenses citées englouties, dans un Monde sous-marin parallèle au nôtre? Rien ne permet de l'affirmer, mais c'est bien possible... "

Extraits de " Ces Mondes Parallèles que l'on nous cache " de Delsaut Patrick

SFH 03-2013

haarp1-1.jpg

Complots et réalité : l’étrange cas de la bombe à tsunami

Complots et réalité : l’étrange cas de la bombe à tsunami

haarp1-1.jpg

Les tsunamis asiatiques de 2004 et 2011 ont été provoqués par une arme secrète de l’armée américaine. Ces tragédies étaient en réalité des tests « grandeur nature » du projet Haarp (High Frequency Active Auroral Research Program), officiellement un programme scientifique d’étude de la ionosphère, officieusement un terrifiant rayon de la mort capable de désintégrer une cible n’importe où dans le monde sans laisser de trace, de modifier le climat, de créer des cyclones, des tremblements de terre et des raz de marée et même d’influer sur l’esprit humain. Bref, un délire technologique digne de la SF des années 30 mais auquel des dizaines de milliers de personnes croient dur comme fer. Au point que le ministre japonais de l’intérieur Kazuyuki Hamada, en charge de la reconstruction, au lendemain de Fukushima, a évoqué publiquement les recherches « américaines, russes et chinoises sur des armes sismiques et climatiques » laissant entendre qu’elles pourraient être à l’origine de la tragédie !

Mais, bien entendu, il n’y aucune raison pour que les politiciens soient épargnés par la paranoïa complotiste, surtout quand elle permet de détourner l’attention leur  propre incurie concernant la protection des installations nucléaires. Et pourtant…

Début janvier, une dépêche AFP a mis en lumière le travail d’un journaliste historien. Ray Waru s’est plongé dans les archives de la Nouvelle-Zélande « qui occupent une centaine de kilomètres d’étagères à Wellington » pour y dénicher des dossiers oubliés et souvent passionnants. C’est ainsi qu’il a retrouvé, entre autres perles, les documents du projet Seal, un programme militaire top-secret développé par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande en 1944 et 45. Le but de Seal ? Créer une bombe à tsunami.

projetseal.jpg

« Si vous le mettiez dans un film de James Bond, vous n’y croiriez pas. Mais c’était vrai ! Que quelqu’un ait l’idée de développer une arme de destruction massive en créant un tsunami… et le fait que la Nouvelle-Zélande semble avoir développé le projet jusqu’à le rendre quasiment possible… » commente Ray Waru, encore incrédule.

Mais, contrairement à ce que laisse entendre la dépêche de l’AFP, Ray Waru n’est pas le seul redécouvreur du projet Seal. Le dossier tourne depuis 2000, année de sa déclassification, sur les forums conspirationnistes comme abovetopsecret.com. On peut télécharger l’intégralité des documents scannés en version PDF ici : www.wanttoknow.info/documents/project_seal.pdf

Le but de Seal est décrit sans la moindre ambiguïté :

seal1.jpg

« Le mot « raz-de-marée n’est pas strictement correct. Toutefois, l’objectif étant de produire des effets similaires à ceux d’un raz-de-marée naturel, nous conserverons ce terme en l’absence d’un mot mieux approprié. »

Quant à la technique développée par les scientifiques et militaires, elle est assez « brut de fonderie » :

seal2.jpg

«Avec une quantité d’environ 2000 tonnes de TNT, divisées en, disons, dix charges égales disposées convenablement, nous pouvons créer des vagues d’une amplitude de 10 à 12 mètres.»

Et le rapport conclut :

seal3.jpg

« Une inondation offensive est possible sous certaines conditions favorables. »

La bombe tsunami est un cas d’école qui pose avec acuité le problème de la construction des théories conspirationnistes. Car, si l’interprétation des faits est le plus souvent tendancieuse et/ou délirante, les éléments dont elles se nourrissent méritent parfois d’être pris en considération.

PS : Je recommande chaudement cette analyse de la rumeur et des légendes urbaines et de leur rapport avec la réalité par le sociologue Pierre Lagrange sur son blog, Pulp Sciences.

Source : http://dark-zone.blog.parismatch.com/2013/02/03/complots-et-realite-l%E2%80%99etrange-cas-de-la-bombe-a-tsunami/

Yves Herbo : Je ne suis pas adepte de la moindre théorie de conspiration mondiale mais plutôt un chercheur qui tente d'entrevoir la réelle géopolitique mondiale à travers de réels évènements et informations disponibles, en tenant compte du fait tout aussi réel que les réelles volontés des hommes ou groupement de pouvoirs sont toujours tenues secrètes et que tous les moyens sont bons pour cacher la vérité aux "autres" groupes...  C'est le cas de la majorité des gouvernements élus ou non de cette planète et aussi bien sûr de tous les rouages qui les composent et sont sous leurs contrôles. Des systèmes comme HAARP sont-ils du domaine de la conspiration délirante ou tout simplement de la réalité du progrès technique (et donc militaire), tout comme le nucléaire l'a été en son temps ? il y a bien eu la bombe « tremblement de terre », qui elle a réellement servi contre des cibles en Allemagne. Il ne faudrait pas que certains s'imaginent non plus que la possibilité n'existe pas du tout, et qu'il n'est pas impossible fondamentalement, vu l'état économique du système, que des entreprises ou des groupes d'individus hors contrôle puissent constituer réellement une " troisième " puissance mondiale, discrète mais bien réelle aussi... c'est d'ailleurs un groupe "naturel" pour ceux qui s’intéressent à la géopolitique : les mafias et extrémistes en sont une composante évidente, mais les frontières et interactions de ce groupe sont mal définies et mouvantes, bien sûr...

http://en.wikipedia.org/wiki/Earthquake_bomb


Un exemple amusant de la réalité des connaissances des gens sur le sujet (pourtant important car concernant le fonctionnement même de la société dans laquelle ils vivent (ou croient vivre ?). Dans l'emmision "C dans l'air" à la question  d'un télespectateur: "Que-est-ce que le groupe BILDERBERG", personne ne veut répondre ... c'est pourtant récent et même les grands médias parlent régulièrement de ce groupe Bilderberg, qui ne se cache pas d'ailleurs... Comment peut-on s'appeler "civilisation évoluée" une société où personne n'ose ou n'a pris conscience de faits bien réels mais qui "dérangent" de part leurs implications ? Certes, DeGaulle parlait de moutons en parlant des français, mais on s'aperçoit que le troupeau est bien mondial... et que les bergers sont eux-mêmes dirigés par les loups...

Yves Herbo SFH 02-2013

pillage-archeologique.jpg

Les sites archéologiques en danger

Les sites archéologiques en danger

28-mars-2012-montrant-le-site-archeologique-syrien-d-apameet.jpgcapture-d-ecran-d-une-video-youtube-du-28-mars-2012-montrant-le-site-archeologique-syrien-d-Apamee-entoure-d-une-fumee-qui-proviendrait-d-un-bombardement

Une étude révèle que le pillage des sites archéologiques est un problème à échelle mondiale

En se basant sur les résultats d'une enquête mondiale menée récemment, il s'avère que le pillage des sites archéologiques est fréquent et généralisé.

Cela suggère de graves conséquences pour la préservation du patrimoine culturel de l'humanité ainsi que pour la compréhension ou la redécouverte de l'histoire de l'homme. 

pillage-archeologique.jpg
Huaca El Brujo, sur le site archéologique El Brujo, au Pérou. Cette Huaca a été découpé par des charognards, probablement à l'époque coloniale, de sorte qu'elle pourrait être pillée. Elle est actuellement fermée au public, car elle est considérée comme instable et donc dangereuse pour les visiteurs. Jorge Gobbi, Wikimedia Commons


L'enquête, menée par Blythe Bowman Proulx, professeur adjoint de justice pénale à la L. Douglas Wilder School of Government and Public Affairs de la Virginia Commonwealth University, a collecté les informations par le biais d'un questionnaire structuré envoyé par voie électronique à plus de 14.400 archéologues de terrain dans le monde entier.

L'étude visait à recueillir des informations sur leurs expériences personnelles concernant le pillage des sites archéologiques. L'objectif étant de développer une image de la nature, de l'étendue géographique et de la fréquence des pillages et des destructions de sites dans des contextes locaux et mondiaux.


iraqpillee.jpgIrak, tablettes et poteries sumeriennes brisées au sol


Une importante perte d'information sur les anciennes civilisations.

"Les archéologues sur le terrain sont les plus à même d'observer les pillages", écrit Proulx dans son rapport, "Bien que l'objet de leur travail est l'étude archéologique, l'excavation, l'analyse post-fouille, ou la conservation et la gestion du site; cela fait d'eux une source importante d'informations sur les pillages et les destructions de site".

D'après les archéologues et les historiens, le pillage des sites archéologiques est important non pas par la perte des objets eux-mêmes, mais par la perte de l'information sur les civilisations ou les établissements humains qu'ils représentent; car la valeur réelle des biens pillés repose en fait sur ce que l'on sait du contexte dans lequel ils ont été trouvés.

Proulx a reçu les réponses de 2.358 archéologues du monde entier. Sur la base de leurs commentaires, l'activité de pillage s'est produite dans 87% des 118 pays qui ont été signalés comme lieux privilégiés pour les travaux archéologiques.

La plupart des répondants (97,9%) ont déclaré que le pillage se passait dans la zone environnante ou dans le pays où ils effectuaient leur travail de terrain, et "78,5% ont déclaré avoir eu une expérience personnelle sur le terrain avec le pillage à un moment donné au cours de leur carrière".

Le pillage et la destruction des sites archéologiques, en particulier en tant que moyen pour alimenter le commerce illicite international et la vente d'antiquités, existe depuis des siècles et a fait l'objet de nombreux rapports, de livres et d'articles pendant des décennies.


Le pillage et, par conséquent, le rôle qu'il peut jouer dans le commerce des antiquités, ne peut plus être rejeté comme une simple exagération.

Sa pratique n'est donc pas une révélation pour les chercheurs et le grand public.

Jusqu'à présent, cependant, les mesures pour déterminer sa portée et sa fréquence à l'échelle locale et mondiale n'avaient jamais profité de l'expérience et l'observation des personnes peut-être les mieux placées pour informer: les archéologues.

Selon Proulx:. "S'il peut n'y avoir rien de particulièrement révolutionnaire à demander aux archéologues de partager leurs expériences personnelles et leurs opinions sur les pillages des sites archéologiques, la conception de cette étude est novatrice dans son contexte global, son objectif et son exécution. Autrement dit, cette étude apporte un soutien empirique à l'affirmation que le pillage est un problème itératif qui est répandu à la fois dans l'espace et dans le temps. Il ne se limite pas à certaines zones du monde ou des types particuliers de ressources archéologiques ...  Le pillage et, par conséquent, le rôle qu'il peut jouer dans le commerce des antiquités, ne peut plus être rejeté comme une simple exagération"».

Le rapport, intitulé "Archaeological Site Looting in "Glocal" Perspective: Nature, Scope and Frequency" (Pillage de site archéologique dans une perspective «glocale»: Nature, portée et fréquence), a été publié en accès libre dans l'American Journal of Archaeology.

Dans le prolongement de l'article, le public est invité à remplir une enquête semblable sur le pillage des sites archéologiques.

Source:


Lien:

Autres : http://www.internationalnews.fr/article-vandalisme-et-pillage-en-irak-berceau-de-la-civilisation-par-joelle-penochet-49644181.html

http://www.lexpress.fr/culture/art/art/le-patrimoine-culturel-de-la-syrie-en-danger_1102061.html

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/02/un-site-arch%C3%A9ologique-pill%C3%A9-pr%C3%A8s-de-noyon.html

... etc...

Yves Herbo SFH 02-2013

cyclone1.jpg

Réchauffement ou Guerre Météorologique ?

Réchauffement ou Guerre Météorologique ? MAJ 12-01-2013

cyclone1.jpg

A l'heure où des scientifiques et des assureurs s'inquiètent du réchauffement planétaire et où les chiffres tentent d'être affinés et confirmés, une réalité dont personne ne parle surtout est en train de remonter de plus en plus en surface car certains veulent aussi absolument que ces données importantes soient également prises en considération dans l'ensemble des données  que réunit le GIEC notamment, mais aussi d'autres en parallèle, pour contrôle. En effet, des preuves de plus en plus accablantes sont réunies concernant l'emploi d'armes chimiques météorologiques, voir d'un système beaucoup plus perfectionné encore par l'un des principaux pays pollueurs de la planète et qui a en plus refusé les accords de Kyoto et tous les autres : les USA... mais ils ne sont pas seuls dans ce cas, et plusieurs rapports assez conconcordants semblent indiquer que tant la Chine que la Russie, ainsi que l'Europe, aient aussi des travaux et utilisations sur cette arme météorologique dont nous parlons. Car il s'agit bien de ça. 

haarp1.jpg

HAARP

Ecoutons (lisons) ce que dit tout d'abord Ben Livingston, l'un des pères de la guerre météorologique :

Ces vidéos sont issues de http://www.prisonplanet.com/ traduites par hussardelamort (pseudo).

Autres révélations et constations importantes sur ce système nommé HAARP, dans un journal télévisé :

 

Rapport du GRIP sur HAARP ( 77 pages au format PDF) : 
http://www.grip.org/fr/siteweb/images/RAPPORTS/1998/1998-05.pdf
(P.S: Ce fichier n'existe plus, je me suis plaint par mail auprès du GRIP de cette disparition soudaine, mon mail demeure sans réponse)

Sites officiels sur HAARP et le projet Air Force 2025 :
http://www.haarp.alaska.edu/
http://www.fas.org/spp/military/docops/usaf/2025/
http://www.grip.org/
http://csat.au.af.mil/2025/

Les vidéos de Nick Begich ( inventeur de Haarp) sont sur Youtube (electronic, psychotronic, mind control weapon)

Une enquête sceptique sur le sujet, mais datant d'avant les dernières révélations de Ben Livingston par exemple :

Tremblements de terre, tempêtes, raz-de-marée,… Depuis quelques années, ils sont de plus en plus nombreux sur la Toile à attribuer l'origine de ces catastrophes naturelles à un programme de recherche américain : HAARP. Qu'y a-t-il vraiment derrière cet acronyme de cinq lettres ? Qui sont ses détracteurs ? Et comment le Parlement européen en est-il arrivé à se faire l'échos des thèses les plus extrémistes sur HAARP ?

Installé à Gakona, en Alaska, le High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP) est co-géré par l'Université de l'Alaska et placé sous l'autorité conjointe de l'US Air Force et de l'US Navy. Construit en 1990, ses 180 antennes recouvrent 14 hectares. Elles permettent d’étudier les propriétés de l’ionosphère, la couche supérieure de l'atmosphère. Les travaux qui y sont menés relèvent de la recherche fondamentale mais pourraient avoir des finalités pratiques dans le domaine des télécommunications. Les chercheurs qui travaillent sur la station sont des scientifiques ou des étudiants venant de diverses universités américaines et étrangères. Par ailleurs, tous les deux ans, HAARP est ouvert au public pour une journée. Il existe enfin une demi-douzaine d’autres stations de ce type à travers le monde, en Russie, en Norvège, au Pérou ou au Tadjikistan. Pour les amateurs de théories du complot en revanche, HAARP est bien plus que cela.

Il s’agirait en réalité d’une « arme de destruction massive » d’un nouveau genre produisant un « rayon de la mort » capable de « griller les avions dans le ciel ». Un « système d’armement » ultrasophistiqué pouvant modifier profondément la météo, générer artificiellement des séismes et des cyclones, déclencher des pluies torrentielles ou au contraire des sécheresses, voire même influencer les comportements humains. Dans un texte relayé par les médias officiels de la République bolivarienne du Venezuela, Michel Chossudovsky (Mondialisation.ca) décrit ainsi HAARP comme faisant « partie de l'arsenal militaire du Nouvel Ordre mondial », rien de moins.

Lire la suite ici . Il est tout de même assez curieux que cet article ne s'évertue qu'à tenter de contrer les anti-HAARP en utilisant les ficelles classiques sur la notoriété des gens et "ce qu"on voit" d'eux, et non pas ce qu'ils disent ou pensent, mais aucun réel questionnement sur l'autre partie, leurs intérêts, motivations et effets constatés ou soupçonnés par beaucoup de monde : ce genre de suspition envers la science et les armées est tout de même bien déplacé, n'est-ce pas ?... hum. Quand on constate ce qui a déjà été fait dans le passé et ce qui se passe toujours de nos jours, il y a de quoi être soupçonneux, effectivement...

Continuons, au Japon, un ministre a dénoncé Haarp et la géo ingénieurie  comme un arme climatique au sujet de Fukushima :

Très intéressante vidéo en français, ainsi qu'un très bon article sur le sujet ici : http://www.prisedeconscience.org/science/le-projet-haarp-la-manipulation-du-climat-1445

Une théorie entière sur le sujet global, juste à méditer :

Voici déjà un bon aperçu d'une partie de cette réalité dont votre magazine d'informations du 20 heures vous parle très très rarement... des articles complémentaires du magazine Nexus peuvent être trouvés facilement en ligne sur ce sujet toujours (et de plus en plus car le système fait des progrès) d'actualité...

Yves Herbo 12-2012 avec une bonne soirée de fin d'année à tous... à l'année prochaine !

MAJ 12-01-2013 : De nouvelles preuves sur une activité humaine sur le contrôle météorologique ? Voici une vidéo et des éléments tendant à prouver qu'un évènement de ce type a été déclanché dans la nuit du 24 au 25 décembre 2012 :


'HAARP' MASSIVE TTA's DISCOVERED on SECRET ISLAND and SEA FLOOR Causing 2 EARTHQUAKES ???

Incident lasted 2 days: December 24th and December 25th, 2012.

TTA = Tesla Tech Array
HTA = HAARP Type Array

Ascension Island Hydroacoustic Data System - A US TTA network.

"There has been some issue with the way I worded my description of the BBC towers field. I said it appeared to span miles. I was referring to the whole field of huge towers. I did say that they looked like the largest one was 2 football fields high. It is only 1 football field high. They are however, part of the global TTA network. And can be used for more than mere 'radio signal."

Island and South Atlantic TTA Diamond Coordinates

Island with Obscurments - 20°29'47.69"S 29°18'49.80"W
TTA's at Georgetown on Ascension Island - 7°51'4.86"S 14°21'21.40"W
South Atlantic TTA Diamond - 20°49'40.82"S 17° 9'48.38"W

" Il y a eu quelque question sur la manière dont j'ai exprimé ma description du champ des tours de BBC. J'ai dit qu'il a semblé enjamber des milles. Je me référais au champ entier énorme des tours. J'ai dit qu'il semblait que le plus grand était de 2 terrains de football en hauteur. C'est seulement 1 terrain de football en hauteur. Ils font parties cependant du réseau global de TTA. Et peuvent être employés pour plus qu'un simple « signal radio »...

Effectivement, vérifications faites, cette île "cachée" mais pas sans nom existe bien, car il s'agit bien de l'île de Trindade, rendue célèbre en 1958 par une expédition scientifique qui aurait pris des photos d'OVNI (une polémique et plusieurs désinformations sur ce cas et, classiquement, on ne sait plus trop la vérité (Affaire Trindade - Rapport militaire positif - Canular) et il y a bien beaucoup de structures scientifiques et militaires sur l'île de l'Ascension... et probablement aussi sur Trindade (la petite garnison brésilienne mentionnée par wkikipédia est un leurre...). Par contre, elle n'est pas si cachée que ça non plus et il semble principalement qu'un bug empêche l'affichage 3D et les images de l'île sur Google Earth, mais qu'elles existent bien...  :

ilesecrete-atlantiquesud.jpgilesecretetrindade-atlantiquesud.jpgiletrindade-atlantiquesud2.jpgiletrindade-atlantiquesud3.jpg

 

trindade-e-martim-vaz.jpgtrindade.jpgile-trindade.jpgovni-trindade-ocean-atlantic-jpg.jpgovni-trindade-ocean-atlantique-jpg.jpg

Yves Herbo SFH 01-2013 - MAJ 12-01-2013

bamiyan-mes-ainak.jpg

Afghanistan: une mine de cuivre enterre une ville du IVe siècle

Afghanistan : une mine de cuivre enterre une ville du IVe siècle...

mesainak.jpg

MES AINAK (Afghanistan) (AFP) - Trésors archéologiques témoignant d'un riche passé ou énorme potentiel économique pour un futur incertain : à Mes Ainak, le gouvernement afghan a tranché, privilégiant les dollars de la mine de cuivre à une ville bouddhiste du IVe siècle vouée à disparaître.

Le choix était évident dans un pays ravagé par plus de trente années de guerre, en quête désespérée de devises. En 2007, l'entreprise chinoise MCC obtient la concession pour 30 ans de ce gisement de 11,5 millions de tonnes de minerai, situé à 50 kilomètres au sud de Kaboul, dans la province instable du Logar.

En échange, la société doit financer des fouilles préalables, sur un site connu pour abriter des merveilles archéologiques. Il y a un peu plus de 17 siècles, une communauté religieuse bouddhiste s'était installée à proximité de la mine, déjà pour profiter de son cuivre.

MCC prévoit de dépenser au total près de 30 millions de dollars pour ces fouilles d'ici la mi-2013, selon Philippe Marquis, directeur de la Dafa (Délégation archéologique française en Afghanistan), qui les supervise. Une cinquantaine d'archéologues et 550 ouvriers s'activent.

une-statue-endommagee-de-bouddha-sur-le-site-de-mes-ainak.jpg

Et les résultats sont saisissants.

Mes Ainak, d'une superficie de quatre kilomètres carrés, regorge de petits villages, progressivement arrachés à la terre qui les recouvrait. Partout, des habitations, statues de Bouddha, temples ou autre caserne ont été dégagés, leurs larges murs encore en bon état. A l'horizon, somptueuses, mille collines se dessinent.

" C'est encore plus important que Pompéi. Plus vaste ", s'enthousiasme Roberta Marziani, une archéologue italienne. "Plus d'un millier de statues ont été retrouvées", opine Philippe Marquis, qui remarque toutefois que ce total " n'est pas exceptionnel à l'échelle de l'Afghanistan ", dont le patrimoine est particulièrement riche, mais négligé.

Le chantier archéologique sera achevé fin 2013. La ville du IVe siècle reconstituée par informatique. Et la plupart de ses vestiges progressivement détruits par l'exploitation minière...

bamiyan-mes-ainak.jpg

" On fait de notre mieux pour sauvegarder le passé et profiter des mines de cuivre. On a besoin de développer l'économie du pays. On n'a pas d'autre choix ", s'excuse Mossadeq Khalili, vice-ministre de la Culture.

Car Mes Ainak, c'est 320 à 350 millions de dollars annuellement pour l'Etat afghan et plus d'un milliard en revenus indirects, notamment via les 2 à 3.000 employés du site et les 20 à 25.000 bénéficiaires indirects, escompte le Dr Abdul Aziz Ariab, directeur du projet au ministère des Mines.

Une manne providentielle dans un pays exsangue, qui mise sur son sous-sol riche en minéraux - un sondage américain a évalué les potentialités minières afghanes à mille milliards de dollars - pour faciliter sa transition économique et politique. (YH : d'où les tentatives de main-mise russes, US et Chine à suivre ?...)

Mais la sécurité doit être assurée pour attirer les investisseurs. Et ce n'est pas le cas à deux ans du départ de l'essentiel des troupes de l'Otan qui portent à bout de bras le fragile gouvernement de Kaboul.

Des dizaines de démineurs sont mobilisés chaque jour pour sécuriser la dizaine de kilomètres du chemin terreux qui mènent à Mes Ainak.

Malgré une base de 2.000 policiers sur le site, qu'entoure un fin grillage vert - et troué -, des roquettes ont plu sur le camp chinois cet été, précipitant le départ des expatriés de MCC. Sur 300 salariés chinois, 10% à peine sont restés sur place, estime un observateur.

Au point que certains craignent un départ de MCC, ce que rejette Jawad Omar, porte-parole du ministère des Mines, pour qui " 70% des effectifs chinois sont revenus en Afghanistan ". L'entreprise n'a pu être jointe par l'AFP.

Sur le terrain, le chantier minier n'avance plus. Plusieurs foreuses se dressent, immobiles, au même endroit depuis des mois. La construction d'une ligne de chemin de fer et d'une centrale électrique, deux éléments promis par MCC et essentiels pour l'exploitation, est au point mort.

" On assiste à un grand jeu de poker menteur dans le cadre d'un partage des richesses naturelles mondiales. Ici, il consiste à prendre une option sur une mine qu'on exploite ou qu'on se garde pour plus tard ", une fois la sécurité assurée, analyse un expert occidental.

En ce sens, " les Chinois sont en train de négocier avec tout le monde pour s'assurer que tout marchera bien " à terme, affirme-t-il, sous-entendant que les talibans, forcément intéressés par les ressources minières s'ils retournent au pouvoir, ont été consultés.

Guerre, insurrection, développement, partage international de matières premières : autant de thèmes faisant passer les jolis bouddhas de Mes Ainak pour quantité négligeable. Philippe Marquis n'est pas dupe: " Nous sommes au milieu de quelque chose qui nous dépasse complètement "....

Source : http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/afghanistan-une-mine-de-cuivre-enterre-des-bouddhas_1188332.html

mesainak2.jpg

Une peinture sur roche découverte et des bijoux, un temple : http://flic.kr/p/aF4e5r +  http://flic.kr/p/aF849E + http://flic.kr/p/aF751h

Relayé par Yves Herbo SFH 11-2012