écrivain

Quand la légende de la Licorne se vérifie

Quand la légende de la Licorne se vérifie...

Lascaux2 licorne mini

Lascaux II en France, la gravure de "la Licorne"

 

C'est une découverte scientifique relativement peu étonnante selon plusieurs spécialistes, mais elle pourrait ouvrir des perspectives intéressantes sur les mythes des sirènes, griffons et autres dragons par exemple...

En effet, le célèbre et vénérable (1933) Newsweek relaie une information très intéressante publiée dans l’American Journal of Applied Sciences sur une découverte de paléontologues... russes. Car ce sont en effets des scientifiques de la Tomsk State University de Russie qui sont à l'origine de la trouvaille et de sa publication. La découverte a été faire près de Kozhamzhar dans la région sibérienne de Pavlodar Priirtysh.

Kozhamzhar

En rouge, l'endroit de la découverte

Les fouilles de plusieurs strates géologiques ont permis de découvrir plusieurs ossements à différentes profondeurs, principalement des mammifères tels que des mammouths. L'analyses des dents trouvées prouvent que certains mammouths étaient encore primitifs mais d'autres plus évolués et évoluant déjà vers l'éléphant... mais le plus intéressant reste la découverte de fossiles de Elasmotherium sibiricum qui prouvent donc son existence dans cette région. Avec surtout des datations surprenantes, car beaucoup plus récentes que ce que l'on pouvait imaginer, pour cet animal faisant partie de la famille des rhinocéros mais ressemblant à un gros cheval avec une corne...

Heinrich harder 1858 1935

Le peintre Heinrich Harder (1858-1935) a peint l'animal préhistorique d'après les fossiles découverts de longues dates... notez tout de même que cet animal était grand comme un mammouth et pesait dans les 5 tonnes, avec une corne mesurant 2 mètres de long et un mètre de circonférence à sa base ! De quoi effrayer et marquer l'esprit des hommes préhistoriques bien sûr, mais peut-être aussi en faire un gibier comme les mammouths l'ont été... (Florilegius/Leemage.)

Car, si elle est confirmée par d'autres découvertes de fossiles du même type et même datation, cette fouille prouve que l'animal ne s'est pas du tout éteint comme les scientifiques l'imaginaient (et oui les scientifiques affirment aussi des choses sans réelle certitude également !) il y a + de 350.000 années, mais était encore bien vivant vers 26.000 ans avant nos jours ! C'est-à-dire qu'il a parfaitement pu croiser des hommes modernes lors de sa migration vers les endroits plus chauds et plus secs, lors de cette période qui correspond à une fin de glaciation et donc une débâcle des glaces et une montée des eaux... ce qui est peut-être un peu plus surprenant, c'est que les scientifiques parlent aussi d'extinction à cette date de -26.000 ans... sans en avoir beaucoup plus de certitude que pour les -350.000 ans précédents ! Il semble bien que tous ces scientifiques, lorsqu'ils découvre un spécimen, veuillent affirmer qu'il s'agit toujours "du premier" ou "du dernier", au mépris de tout raisonnement scientifique réel... il serait plus honnête de parler de "plus ancien connu" ou de "plus récent connu" que de parler de naissance ou d'extinction d'une race !

Elasmotherium

Skull fragment (1521/2011 HYA) Elasmotherium sibiricum from Kozhamzhar: A-plane view; b-bottom view; c-right-side view; d-rear view (Andrei Valerievich Shpansky, Valentina Nurmagаmbetovna Aliyassova et Svetlana Anatolievna Ilyina)

On estime son apparition vers -2.6 millions d'années comme le dernier représentant d'une branche du rhinocéros, ayant ensuite divergé vers l'Europe et l'Asie. Et la datation de 26038 ans (+ ou - 356 ans) avant le présent de ces ossements confirmerait donc son existence en parallèle aux mammouths, mais aussi à bon nombre d'hominidés, y compris le néandertalien et l'homme moderne...

Cette datation de -26.000 ans confirmerait également la gravure connue du nom de "la Licorne" dans Lascaux II, en France. Reste à savoir si il y a eu de telles "licornes" de 5 tonnes vues en France à l'époque de ces graveurs, ou si ces graveurs provenaient en fait de régions plus à l'est et auraient donc dessiné dans les grottes françaises leurs souvenirs de Sibérie ou d'Europe de l'est, ou de leurs rencontres lors de leur voyage...

Lascaux2 licorne

La célèbre gravure de "la Licorne" de Lascaux II, France

 

C'est en fait la conclusion de ce rapport (comme souvent), qui en fait tout l'intérêt : " The use of radiocarbon bone dating methods allows solving some problems of biostratigraphy and specify the time of the existence and extinction of certain species of mammals. Our study following the data by Kosintsev (2014) confirmed the longer existence of Elasmotherium sibiricum within the territory of the West Siberian Plain.
The time of its extinction can now be compared with the boundary between Karginsky Thermochron and Sartan Cryochron of Late Pleistocene (boundary of MIS 3 and 2) in Western Siberia. These data significantly complicate the solution of stratigraphic and geochronological issues based on the remains of fossil mammals in the Quaternary sediments. New data are also pushing for mass radiocarbon studies of mammalian remains that were previously considered admittedly ancient and extinct more than 50-100 thousand years ago. "

Traduction : " L'utilisation de méthodes de datation au radiocarbone des os (YH : l'utilisation de la nouvelle calibration du C14 est obligatoire maintenant) permet la résolution de certains problèmes de biostratigraphie et de spécifier le temps de l'existence et de l'extinction des certaines espèces de mammifères. Notre étude, suite aux données de Kozintsev (2014) a confirmé l'évidence de l'existence de Elasmotherium sibiricum au sein du territoire de la plaine de Sibérie occidentale.
Le moment de son extinction peut maintenant être comparé avec la limite entre Karginsky Thermochron et Sartan Cryochron du Pléistocène tardif (limite de MIS 3 et 2) en Sibérie occidentale. Ces données compliquent considérablement la solution (actuelle) stratigraphique et les questions géochronologiques basées sur les restes de mammifères fossiles dans les sédiments quaternaires. Les nouvelles données font également pression pour envisager des études massives au radiocarbone des restes de mammifères qui étaient auparavant considérés plus anciens et éteints depuis plus de 50 à 100 000 ans. "

Ces scientifiques demandent donc ce que j'ai moi-même suggéré depuis la recalibration au plus juste du Carbone radioactif 14 : de nouvelles analyses massives de tous les fossiles préhistoriques (et même antiques pour certaines périodes) connus et détenus dans les musées et labo... afin de modifier la réalité et les livres d'Histoire qui sont faux question datations...

Au vu de ces résultats qui ne demandent qu'à être confirmés, on est en droit bien sûr de s'interroger sur les nombreuses traces historiques de "dragons" ou dinosaures ayant possiblement survécu plus longtemps que prévu, voir d'autres mythes très anciens comme la fameuse sirène, les griffonsle yéti ou le serpent de mer monstrueux...

 

Yves Herbo et traductions, sciences et faits et histoires.comherboyves.blogspot.fr, 03-04-2016

Mont Shasta 2 : la légende de J.C. Brown

Mont Shasta 2 : la légende de J.C. Brown

 

Montshasta mini

 

Cet article vous raconte une bien étrange histoire du début du 20ème siècle et fait complément à ce premier article sur le Mont Shasta, considéré comme la "Montagne Sacrée" de Californie, aux USA : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/paranormal/mysteres-sur-le-mont-shasta.html

Cette histoire a déjà été rapidement abordée dans le premier article cité ci-dessus, mais, dans le cadre de mes continuelles recherches de compléments ou de nouveaux mystères liés aux anciennes civilisations (connues ou non), j'ai découvert quelques approfondissements et traces, preuves physiques, que ce récit n'est pas une invention pure et simple, mais repose bien sur des faits vérifiables. Tout au moins une partie, ce qui n'est pas négligeable plus d'un siècle après les événements...

Montshasta castlecrags

The Castle Crags et l'une des anciennes mines. Une bataille a eu lieu à cet endroit entre les mineurs et les indiens Creeks...

Tout d'abord, il faut rappeler que la présence humaine sur et autour du Mont Shasta remonte à la préhistoire : la datation minimum locale a été établie à 9.000 ans avant JC mais les découvertes faites par les archéologues dans d'autres régions dépassent maintenant allègrement les - 13 à -14.000 ans... des pétroglyphes non datables mais très anciens ont été trouvés sur une partie du Mont Shasta, plus précisément à The Castle Crags. Des pétroglyphes très remarquables d'ailleurs car il s'agit d'empreintes de mains masculines et féminines teintées en rouge et de plusieurs formes de serpents. D'étranges sortes de croix de Malte, plus récentes à priori, ont également été trouvées, en déplaçant certaines roches...

Montshasta 1

Le magnifique paysage du Mont Shasta se reflétant dans l'eau d'un lac

 

C'est donc en 1904 que J. C. Brown, géologue britannique employé par " The Lord Cowdray Mining Company of England ", arrive aux Etats-Unis, afin de prospecter la région du Mont Shasta et la Sierra Nevada, afin de réunir des données sur l'or y gisant encore... 

Montshasta lordcowdrayLord Cowdray a envoyé le géologue prospecter aux USA en 1904

La montagne a déjà un assez long passé de prospection et de mines d'or ou d'autres minerais, l'Histoire rapporte même une célèbre bataille entre les tribus indiennes locales et les mineurs. Les indiens entendaient bien alors défendre ce qu'ils considéraient comme une montagne sacrée, et les légendes indiennes, rapportées par l'auteur Joaquin Miller (dans les années 1870) parlent notamment de la présence de l'esprit du Chef indien Skell, qui serait descendu du ciel sur le sommet de la montagne Shasta. Skell aurait combattu contre l'Esprit du Monde Inférieur, Llao, qui résidait dans le mont Mazama, en lui jetant des pierres chaudes et de la lave, cette bataille représentant probablement des éruptions volcaniques sur les deux montagnes volcaniques...

Lors de sa première expédition dans la région, J.C. Brown a probablement examiné les lieux connus et anciennes mines (épuisées pour la plupart déjà à l'époque), entre autres les fameuses Castle Crags.

Montshasta 1900Sur les pentes du Mont Shasta, années 1900...

C'est pendant sa seconde expédition qu'il va faire, selon ses propos, une extraordinaire découverte. Non loin de l'une des cascades d'eau qui agrémentent la montagne, il découvre l'entrée d'un tunnel, cachée par la végétation. Ce tunnel a été probablement construit par l'homme il y a de nombreuses années, peut-être même par les indiens eux-mêmes, puisque le chercheur Abraham J. Mansfield, dans ses ouvrages " The Young Indian Chief and The Old Chief of the Secret Indian Mine in Indian Paradise " (1966) et " The Golden Goddess of the Lemurians " (1969-1970), atteste avoir rencontré l'un des indiens, très âgé, qui avait creusé des tunnels dans la montagne, reliant le Mont Shasta à la zone des indiens Creek...

Montshasta cascade

La cascade a été identifiée...

 

Notre prospecteur descend donc le tunnel, et découvre une grotte dont les murs sont couverts de feuilles de cuivre, après environ 11 miles de lente déclivité (un tunnel de 17,7 kilomètres donc de longueur). Dans la grotte, il découvre un village souterrain rempli d'or, avec des boucliers d'or et des squelettes, des momies, certaines ayant jusqu'à 10 pieds de hauteur (3 mètres), des hiéroglyphes sur les murs, qu'il est incapable de déchiffrer. A son retour, il semble que sa découverte est plutôt mal accueillie : les découvertes archéologiques empêchent toute exploitation des minerais et n'arrangent pas les compagnies minières... il n'insistera pas longtemps, mais ne put jamais oublier sa découverte...

Notons qu'en 1931, le Mont Shasta et sa région sont la proie des flammes : un gigantesque incendie ravage plusieurs villages... mais un mystérieux brouillard étouffe l'incendie avant que le Mont Shasta ne soit abîmé...

Trente ans plus tard, en 1934J.C. Brown raconte enfin son histoire à John C. Roots qui procède au rassemblement d'une équipe d'exploration à Stockton, en Californie. 80 personnes ont rejoint l'équipe, mais, alors que la veille, tout était arrangé, le jour où l'équipe devait partir, Brown ne se présente pas. Et Brown n'a plus été entendu ni vu depuis... il a purement et simplement disparu dans la nuit du 19 juin au 20 juin 1934...

Au printemps 1953, l'expédition du pionnier de Siskiyou, Marcelle Masson, a relié une légende des Indiens de Wintun au sujet d'une course de géants féroces habitant les cavernes autour de la montagne. A l'inverse les légendes du “Little People”, ils auraient été vus autour des formations géologiques étranges connues sous le nom de "cercles en pierre de Siskiyou"...

 

Montshasta lumiereetrange

Dans les années 1950, et notamment en 1955, de nombreuses personnes habitant la région signalent une lumière très brillante sur la montagne. Le phénomène OVNI est dans une grosse période de "vague" à cette époque... Les légendes indiennes et d'autres, liées aux histoires spirituelles "new age" centrées sur le monde souterrain, l'Agartha, la Lémurie et Telos atteignent une sorte de paroxysme en 1956, avec plusieurs journées de commémorations et de processions sur le Mont Shasta, approuvées par le gouvernement... et surtout les institutions commerciales et culturelles locales...

Montshasta ceremonies1956

 

Mais les choses retomberont lentement dans l'oubli, jusqu'aux années 1970, dans lesquelles de nouveaux témoignages étranges surviendront (voir le premier article cité en haut sur le Mont Shasta qui parle d'archives des années 1970 en ma possession), avec un retour remarqué du phénomène OVNI.

Il faut attendre les années 2000 pour un regain d'intérêt sur les légendes locales. L'enquêteur Stephen Sindoni prend connaissance de la légende et mène sa propre enquête. Voici une interview du chercheur, en janvier 2010, qui a fini par publier un documentaire sur ses recherches :

" En avril 2008, j'ai été invité sur Coast to Coast matin avec George Noory pour discuter de la légende de JC Brown.

Puis en mai 2009, en suivant les indices contenus dans la légende, j'ai été en mesure de faire un voyage jusqu'au Mont Shasta en Californie, j'ai pu découvrir l'emplacement de l'entrée du tunnel cité par l'homme de la légendeJC Brown alias ''JB Conseil'' ou le ''Lord Cowdray'' de la Compagnie minière Anglaise. (Sindoni pense à l'époque que Brown était possiblement le vrai Lord Cowdray).
Il a fait valoir que lors de sa prospection, elle serait située a environ 11 miles sous le Mont Shasta, où il a découvert une ancienne civilisation Lémurienne, et qu'à environ 3 kilomètre de l'entrée du tunnel, JC Brown a affirmé qu'il aurai trouvé une mine d'or antique. C'est ma conviction qu'il existe une chance de les retrouver.

Certains d'entre vous, qui avez lu ce communiqué de presse, peuvent se demander pourquoi je suis disposé à partager l'emplacement exact du trésor caché ? Depuis sa publication, ma vie a été en danger. Il y a eu plusieurs tentatives sur ma vie. 
J'ai été sous surveillance constante, mon téléphone a été fouillé, mon ordinateur a été altéré, et mon site internet est constamment piraté. A cause de cette surveillance, il est été difficile pour moi d'entreprendre une prochaine expédition au Mt. Shasta sans l'accompagnement d'un grand groupe de personnes.

La deuxième raison de rendre cette information publique est que je veux que la vérité sorte. Le peuple américain et le monde entier ont besoin de savoir qu'il y a une ancienne race de gens qui a été et qui sont peut-être encore vivants en dessous du mont Shasta.

J'ai créé un site Web sur TreasureofMtShasta.webs.com (YH : n'existe plus) où vous pouvez voir des photos de l'entrée du tunnel qui mène au trésor enterré. Pour ceux que cela intéresse de poursuivre le trésor il y a des informations à la fin de la vidéo qui vous fourniront des indications pour me contacter, afin que je puisse vous envoyer par courriel une carte voyage d'informations. Les hôtels, motels, terrains de caravaning dans la zone où vous resterez tout en recherchant le trésor. Vous pouvez consulter mon site Web à DailyMotion.com/SindoniProductions. Et regarder des vidéos pour en apprendre plus sur la légende. Ou tout simplement faire une recherche google sur The Legend of JC Brown. (voir le film (VO) ici : http://www.youconvids.com/videos/legends-of-mt-shasta-the-movie-b6w5c646q565g6a5y4e554.html

La fortune sourit aux courageux ! Je vous souhaite à tous bonne chance dans votre quête pour trouver le trésor qui est enterré près du Mont Shasta. "

portail Lémurien ?

Comme la légende de J.C. Brown, Sindoni a découvert que la légende a ses propres éléments de drame et de mystère. Les légendes indiennes et des témoignages parlent aussi de rencontres avec des êtres mi-hommes, mi-reptiles (des reptiliens)...

Montshasta indienetreptilien

Une rencontre entre un chef indien et un "lémurien"...


Arrivé à Shasta l'automne dernier (2009), Sindoni est tombé sur l'histoire d'une prétendue observation Lémurienne en 2008, dans une zone juste au nord de Dunsmuir. Armé de ce morceau de tradition locale récente et les informations disant que le géologue Body et Cowdray avaient été dans cette zone en général au cours de leur première visite en 1904, Sindoni a commencé à explorer à pied. (Sindoni a fini par identifier le géologue J. C. Brown au géologue John B. Body)

Montshasta johnbbody



À son propre étonnement, il prétend avoir trouvé l'entrée d'une grotte qui, selon lui, est la même que celle que Body/Brown lui-même avait découvert en 1904. Il affirme que sa description physique et son emplacement général semblent être similaires. Il y a cependant quelques problèmes qui empêchent ce cas d'être totalement "résolu", le premier étant que le site est situé sur une propriété privée et est donc inaccessible. (Sindoni a noté qu'il avait reçu la permission de faire une randonnée sur la propriété au cours de son incursion initiale). Il a dit qu'à cause de cela, il n'est pas en mesure de révéler l'emplacement exact. Sindoni a expliqué que l'ouverture a été scellée avec du ciment et que de plus, il y a des inscriptions hiéroglyphiques qui l'entourent.

D'autres anomalies

Prié de dire s'il croit que ses résultats indiquent que la "civilisation perdue" existe bel et bien sous la montagne, Sindoni répondit : " Depuis il y a quatre semaines, je suis devenu convaincu que oui ". Actuellement, Sindoni tente de terminer sont projet d'explorer quelques-unes des autres légendes qui existent dans la région. Car elles contiennent d'autres indices et anomalies en lien...

En parlant du temps qu'il a passé à Mt. Shasta, il en dit, " j'en suis devenu amoureux. Je suis là où je dois être, et la montagne m'a donné sa validation ". 

Montshasta entreestunnel

Les entrées scellées du tunnel dans la propriété privée découvertes par Sindoni... l'entrée de Telos et du monde des Lémuriens (voir le premier article) ?

Notons pour finir que plusieurs tunels et grottes existent sur le Mont Shasta, et que certaines sont d'ailleurs visitables, d'autres toujours explorées et à découvrir... :

Grotte shasta

Montshasta tunnel grotte

 

Yves Herbo et traductions, Sciences et Faits et Histoires.com, http://herboyves.blogspot.com/, 25-03-2016

Le Pharaon égyptien Senebkay a été tué lors d'une bataille

Le Pharaon égyptien Senebkay a été tué lors d'une bataille

 

Egypte newpharao mini

La tombe découverte en 2014.

 

Des Égyptologues américains prouvent que le Pharaon a été brutalement tué lors d'une bataille, loin de chez lui. 

Des études élémentaires sur le squelette de Senebkay qui a été découvert à Abydos l'an dernier par la Mission de l'Université de Pennsylvanie dirigée par le Dr Josef Wegner ont montré 18 blessures sur les os du roi, ainsi que des coupes verticales aux pieds, chevilles et au bas du dos, ainsi que de nombreuses blessures sur le crâne qui indiquaient que le roi est mort dans une bataille à un âge entre 35 à 49 ans.

Abydos 6

© © Ministère égyptien des Antiquités

Le roi "Senebkay" a été mentionné sur la liste des Rois du papyrus de Turin en tant que dirigeant de la famille régnante locale d'Abydos pendant 4 ans et demi. Une partie de la famille dynastique qui n'a pas régné longtemps (1.650 à 1.600 avant JC) et contemporaine à la période des Hyksos au Delta.

Abydos 3Le cartouche du nom du pharaon à droite © © Ministère égyptien des Antiquités

Le Dr. Josef Wegner, directeur de la mission de l'Université de Pennsylvanie, a déclaré que les blessures visibles désignent que la mort du Roi a été brutale. Egalement, les tailles des blessures du crâne montrent les dimensions des haches qui ont été utilisées dans cette bataille de la deuxième période intermédiaire.

L'angle et la direction des blessures du roi suggèrent qu'il était à un endroit élevé quand il a subi les blessures et qu'il était proche de ses attaquants. Les blessures et les coupures sur les chevilles, les pieds et le postérieur du roi expliquent en retour comment ses agresseurs ont réussi à le faire tomber sur le sol et aussi qu'il a été tué loin de sa résidence, car il semble qu'il ait été momifié une longue période après sa mort.

Senebkay

Le roi était probablement sur son cheval quand il a été attaqué et frappé sur ses chevilles et au bas du dos, jusqu'à ce qu'il tombe sur le sol lorsque les assaillants l'ont brutalement tués avec leurs haches sur son crâne.

Alors que l'utilisation des chevaux dans les batailles n'était pas courante à l'époque, les anciens Egyptiens ont montré de bonnes aptitudes à cheval au cours de la deuxième période intermédiaire qui est une indication du rôle des grands chevaux dans les actions militaires durant cette période, avant même que la technologie des chars se développe dans Égypte ancienne.

Senebkay2

Le Dr. Youssef Khalifa, chef du département Egypte ancienne dans la MSA, a déclaré: « Les études montrent que le roi "Senebkay" mesurait entre 172cm à 182cm de hauteur (YH : ce qui est grand pour l'époque). Les os pelviens et des jambes suggèrent que le roi les a utilisé beaucoup pour monter des chevaux ».

Il ajoute également " On ne sait pas encore si Senebkay est mort dans une bataille contre les Hyksos, qui occupaient la Basse-Egypte à ce moment, ou non. Si des études ultérieures le prouvaient, cela ferait de lui le premier roi guerrier qui a combattu pour la libération (de l'égypte) avant même "Senakhtenre", le fondateur de la 17ème dynastie et le grand-père de "Ahmos", qui a vaincu les Hyksos ".

Source : http://luxortimesmagazine.blogspot.fr/2015/02/american-egyptologists-prove-pharaoh.html

En ce qui concerne les Hyksos, même si une grande part de mystère demeure encore sur leurs origines et Histoire, un certain consensus s'est établi dans la communauté des archéologues pour affirmer que, contrairement à certains textes antiques, ils n'étaient pas de nature sémitique (en tout cas pas leur langue) mais plutôt probablement asiatiques. De nos jours, les scientifiques pensent que seuls six des pharaons de la XVe dynastie égyptienne étaient réellement des Hyksôs, non seulement parce qu'ils portaient la couronne égyptienne, mais également parce que Manéthon, le célèbre historien antique égyptien les appelait lui-même « Hyksôs ». Au total, les Hyksôs auraient régné 108 ans sur le Royaume d'Égypte.

Hans Wolfgang Helck proposa l'hypothèse selon laquelle les Hyksôs étaient une partie des Hourrites et Indo-Aryens, venant de l'Est. Toujours d'après Helck, les Hyksôs venaient de l'empire Hatti s'étendant sur la plupart de l'Asie Orientale. Les données les plus récentes montreraient, selon Dominique Valbelle, que la langue des Hyksôs n'appartenait pas à la famille des langues sémitiques, ce qui renforcerait l'origine asiatique des Hyksôs. Mais il faut aussi savoir que les noms, l'ordre et le nombre total des pharaons de la XVe dynastie égyptienne ne sont pas connus avec certitude... Cette période de l'Histoire égyptienne est encore méconnue, les pharaons qui ont succédé à la période intermédiaire ont fait raser la présence Hyksôs jusqu'aux fondations...

On sait en tout cas que les Hyksôs ont apporté l'arc composite, le char, des nouvelles flèches, de nouveaux boucliers, sabres, dagues, casques et cottes de mailles, on est en droit de croire qu'ils étaient une force militaire incontestable. Cependant, jusqu'ici et la découverte du pharaon Senebkay ci-dessusrien ne prouvait qu'ils en aient fait usage : on sait juste qu'ils avaient de leur côté un potentiel militaire impressionnant, et des années d'avance sur l'armement des autres pays — de quoi faire fléchir plus d'un roi rien que par la menace... mais ces armes se retournèrent contre eux par la suite car l'armée égyptienne s'est équipée de chars et les Princes de Tèbes réussirent à chasser les Hiksos un siècle plus tard...

Les Hyksôs de la XVe dynastie établirent leur capitale à Memphis, leur résidence secondaire à Avaris. Ils vivaient dans une paix relative, préservant un certain statu quo, jusqu'à la reconquête par le sud des princes de Thèbes. Quand ils furent finalement chassés d'Égypte, toutes les traces de l'occupation Hyksôs furent détruites. Les dirigeants de la nouvelle XVIIIe dynastie réécrivirent une partie de l'histoire à leur avantage. Il s'ensuivit une guerre raciale contre les Hyksôs.

Dans son livre Contre Apion, l'historien Flavius Josèphe identifie de façon étonnante (et surtout sans preuve) l'Exode d'Israël avec le premier exode mentionné par Manéthon dans lequel 480 000 Hyksos furent expulsés d'Avaris vers la Palestine. Manéthon les appelle « rois-pasteurs » selon une traduction impropre et Josèphe assimile ces « rois-pasteurs » aux Hébreux. Après leur expulsion, les Hyksos fondèrent Jérusalem. Ensuite, ils se lièrent à des « lépreux » en Égypte sous la conduite d'un prêtre d'Héliopolis, Osarseph surnommé Moïse. Il n'est pas sûr que cette identification de Moïse provienne de Manéthon. D'après Manéthon, les Hébreux seraient les descendants de ces lépreux et auraient demandé l'aide des Hyksôs précédemment chassés d'Égypte puis auraient été expulsés avec eux (ce qui ferait d'ailleurs du roi Ahmôsis Ier celui qui a chassé les Hébreux d'Egypte (avec les Hyksos) et les a poursuivi jusqu'en Palestine !)...

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences et Fictions et Histoires.com, http://herboyves.blogspot.fr/, 18-03-2016

OVNI et Science-Fiction

OVNI et Science-Fiction

4eternites1 mini

Pour les familiers du genre littéraire, il est évident que le thème des OVNIs, et principalement celui des "soucoupes volantes", a fait partie très tôt des scénari composant des films tant à succès ("Les Soucoupes Volantes Attaquent" (1956) par exemple) que de films de seconde zone ou peu connu ("The Thing from Another World" (1951) par exemple), et ceci dès les années 1950-1960... les soucoupes volantes étant dans la majorité des cas des vaisseaux extra-terrestres menant des aliens béliqueux sur la Terre. Un film remarquable faisant très tôt le contre-poids de ces films étant par exemple "Le Jour où la Terre s'arrêta" (1951), où ce sont plutôt les humains guerriers et peu compréhensifs qui s'en prennent à une soucoupe pacifique... 

On peut noter que certains auteurs affirment que c'est en fait les premiers écrivains de science-fiction (H.G.Wells avec "La guerre des Mondes" en 1898, Jules Verne avec "De la Terre à la Lune" en 1865, ou encore par exemple "la Sphère d'or" (Out of the Silence) de Erle Cox en 1925, qui auraient "influencé" et en fait "inventés" les soucoupes volantes dans l'imaginaire des êtres humains... même s'ils admettent que le genre littéraire a été reconnu (et encore ! l'est-il vraiment ?) très tardivement par les spécialistes et "décideurs-afficheurs" du métier... il est en effet difficile d'admettre qu'un genre assez ignoré (voir méprisé) par une grande majorité de potentiels lecteurs (alors que c'est pourtant bien le seul genre littéraire à avoir prouvé indéniablement la réalité future de ses "prévisions" - voir Jules Verne par exemple, ou Asimov pour la robotique - et donc son importance pour le genre humain !), ait pu d'une quelconque façon "influencer" ainsi un peuple peu lecteur du genre, au point d'y trouver des dizaines de milliers de témoignages du phénomène... y compris en plus des scientifiques, des militaires, policiers, pilotes, assez peu enclins en principe pour céder facilement à la fiction... même si elle peut parfois entrevoir l'avenir de l'humanité. Mais on peut aussi noter que l'Ufologie, en tant que spécialité liée à l'étude du phénomène OVNI, n'a aucun réel lien avec la science-fiction en tant que telle, bien que quelques auteurs (comme Jimmy Guieu par exemple) a réussi avec succès l'intégration "d'affaires ovni" étudiées par des ufologues (dont lui), dans des romans de science-fiction... Le thème "OVNI" a bien sûr été "récupéré" par les auteurs de science-fiction (principalement sous forme de vaisseau alien), mais pas l'ufologie en tant que telle (car je ne considère pas un film comme "Rencontre du 3eme type" comme de la science-fiction, mais bien plutôt un documentaire scénarisé sur les ovnis et un ufologue célèbre (Allen Hynek)...). Le phénomène OVNI est une réalité scientifique pour moi, et est donc a éloigner de l'imaginaire et de la science-fiction pure et dure... même s'il s'avère que, parfois, la science-fiction débouche sur une réalité à venir...

Ces sujets sont débattus dans les vidéos suivantes d'ODHTV, présentées par Gilles Thomas :

 

Ovni et Science-fiction avec Alix Leproust et David Hauguel

Est-ce que la science-fiction a influencé les témoins ou l'inverse ? Le phénomène s'est-il adapté à notre culture de l'imaginaire ?
Alix et David ont présenté les Ovnis dans la science-fiction au cinéma, dans les livres et les magazines. 
Site d'Ufologie dynamique:
http://anomalia-informations.blogspot.fr/

 

La soirée Ufologie et science-fiction vous est présentée par Gilles.T.
Les invités sont Yves Herbo du site Sciences et Fictions et Histoires, Thierry Gaulin, président de l'association Ovni-Languedoc et Franck Maurin, auteur du livre "Mystères du phénomène ovni" et conférencier.

Un petit interview audio dans laquelle je donne mon avis sur les liens (ténus pour moi, je dis pourquoi plus haut) entre l'Ufologie et la science-fiction. Il faut dire tout d'abord que le titre de mon site porte à confusion (un peu involontairement mais à peine, car je n'aime pas les lecteurs qui s'arrêtent aux titres et ne cherchent pas à aller plus loin !), car on y traite très peu du genre littéraire "science-fiction" : il s'agit en fait de l'addition de trois choses qui me passionnent : les Sciences, les Fictions (l'imagination) et l'Histoire (dont les légendes et mythes)... Ma vie passée et le hasard ont fait que, enfant (10 ans), j'ai été le témoin direct d'un phénomène OVNI, dont mes parents ont à l'époque admis la réalité, puis que je me suis mis à écrire très peu de temps après, alors que je ne lisais que quelques BD pour mon âge ("Rahan" ou "Pif" par exemple) et n'écrivais pas du tout auparavant. Et surtout, alors que je n'étais pas adepte du genre, ni des "soucoupes volantes" d'ailleurs, je me suis mis à écrire assez rapidement deux romans d'anticipation (ou science-fiction plus largement)... ces deux livres, mais surtout mes subites rédactions et histoires racontées à l'intérieur, ont ensuite poussé ma professeur de français et mon père à me faire passer un test de QI, qui s'est avéré suffisament concluant pour que l'on me propose un "sautage" de classe... ces deux romans d'anticipation (le premier (Quatre éternités pour une Rose immortelle, paru en 2015 aux éditions Edilivre de Paris) parlant d'un enlèvement de deux ado par un ovni et de toute une histoire "spatiale" s'ensuivant, avec la rencontre d'une entité universelle, le second (Je n'étais qu'un Androïde, paru en 2011) parlant de robots à apparence humaine qui ignorent qu'ils sont des androïdes et qui découvrent leur surprenante origine... ce livre du début des années 1970 affirme  par exemple que l'humanité provient d'une autre planète en fait !) ont finalement "dormi" dans un tiroir pendant des décennies, avant qu'un autre hasard fasse que je les redécouvre et qu'ils soient publiés (sans réelle volonté de ma part d'en tirer de l'argent, ce qui est évident d'ailleurs pour le premier éditeur qui romp le contrat), mais c'est surtout parce que j'ai la nette impression qu'ils doivent être lus par certaines personnes précises, pas obligatoirement en nombre... En fait, ma question serait plutôt : pourquoi un OVNI (ou une entité X représentée par cette sphère dans le ciel) influencerait-il un petit enfant pour qu'il écrive quelques semaines plus tard des histoires "futuristes" et à priori totalement imaginaires ? Y a-t-il un message ou un "thème", une certaine approche, qui y serait significative pour quelques lecteurs, pour la science ? C'est une possibilité et la principale raison de ces publications.

 

 

Ovni et science-fiction 2: 
ovnis et extraterrestres dans la littérature et le cinéma.
Invité:
Franck Maurin

 

Yves Herbo, Sciences et Fictions et Histoires, http://herboyves.blogspot.fr/, 18-02-2016

Des gènes rares trouvés dans une momie Inca

Une momie d'un enfant Inca révèle l'histoire génétique perdue de l'Amérique du Sud

 

Monte aconcagua minil'Aconcagua en Argentine

 

C'est en 1985, que des randonneurs escaladant la montagne de l'Aconcagua en Argentine (qui est le point culminant de toute la cordillère des Andes avec 6962 mètres d'altitude), avaient trébuché sur une surprise horrible: le cadavre congelé d'un garçon de 7 ans. Il était évident qu'il avait été là pendant une très longue période, de sorte que les randonneurs ont prévenu les archéologues, qui ont examiné attentivement le corps. Ils ont déterminé que le garçon de l'Aconcagua, comme il a été appelé depuis, a été sacrifié dans le cadre d'un rituel inca, il y a plus de 500 ans et avait été naturellement momifié par le froid sec de l'environnement de la montagne. Il y a quelques jours, une nouvelle analyse de l'ADN mitochondrial du garçon de l'Aconcagua révèle qu'il appartenait tout à fait à une population indigène de Sud-Américains, mais qui a disparue juste après la conquête espagnole du Nouveau Monde...

Le garçon est mort sur l'Aconcagua dans le cadre d'un rituel de sacrifice d'enfants incas appelé capacocha. Des enfants et adolescents ont été emmené sur la cime des hauts sommets et on les a laissés mourir de froid ou tués sur le coup; ce garçon a probablement été exécuté sur l'Aconcagua d'un coup sur la tête. Plusieurs momies du rituel Capacocha ont été trouvées sur les montagnes éparpillées sur tout le territoire de l'Inca, mais le garçon de l'Aconcagua est "l'un des mieux conservés", explique Antonio Salas, spécialiste de la génétique humaine à l'Université de Santiago de Compostela en Espagne et un des auteurs de la nouvelle étude. Le garçon est mort à 5.300 mètres au-dessus du niveau de la mer dans "l'un des climats les plus secs qui existent", explique Salas. Cela a donné de l'espoir que la momie pourrait encore contenir des traces d'ADN.

 

Aconcagua argentine

C'était le cas. Salas et son équipe ont extrait les 37 gènes mitochondriaux complets du génome compris dans la momie, transmis uniquement par la mère -de l'un de ses poumons. Échantillonner un organe interne était un bon choix pour minimiser le risque de contamination, dit Bastien Llamas, un généticien à l'Université d'Adélaïde en Australie, qui étudie les populations anciennes d'Amérique du Sud. " Dans les années qui ont suivi la découverte de la momie, vous assumez que personne n'a touché le poumon de ses propres mains, donc qu'il n'y a pas de contamination par les gens qui ont travaillé sur elle ", dit Llamas, qui n'a pas participé à l'étude . Mais pour être sûr que sa propre équipe de recherche n'a pas contaminé la trouvaille avec son ADN, Salas a génotypé chacun d'entre eux.

Lorsque Salas a séquencé l'ADN mitochondrial du garçon de l'Aconcagua, il est rapidement devenu clair que ses efforts étaient récompensés. La momie avait un génome différent de tout ce que Salas avait jamais vu. Le type de variations génétiques du garçon l'a placé dans une population appelée C1b, une lignée commune en Méso-Amérique et dans les Andes dont toutes les datations mènent vers les premiers établissements paléoindiens, il y a plus de 18.000 ans. Mais C1b en lui-même est très diversifié, puisque ses membres sont répartis dans toute l'Amérique centrale et du Sud, de petits groupes se sont isolés les uns des autres et ont commencé à développer leurs propres variations génétiques particulières. En conséquence, de nombreux sous-groupes C1b contiennent des génomes génétiquement distincts. Le génome du garçon de l'Aconcagua ne rentre pas dans l'un d'eux. Au lieu de cela, il appartenait à une population indigène de Sud-Américains qui n'a jamais été identifiée. Salas et son équipe ont surnommé ce groupe génétique C1bi, dont ils disent qu'il a probablement surgi dans les Andes il y a environ 14.000 ans. Ils détaillent leurs résultats aujourd'hui dans "Scientific Reports".

 

IncamummyLa momie naturelle de l'enfant inca découverte (elle a plus de 500 ans).

Lorsque Salas a passé au peigne fin les bases de données génétiques, anciens et modernes, il a trouvé seulement quatre individus de plus qui semblent appartenir au C1bi. Trois sont des gens d'aujourd'hui du Pérou et de la Bolivie, tandis qu'un autre échantillon provient d'un individu identifié (YH : à priori mais unique), comme faisant parti de l'ancien empire Wari, qui a prospéré  entre les siècles 6 et 1000 et qui a précédé l'Inca au Pérou. De toute évidence, C1bi est extrêmement rare aujourd'hui, mais le fait qu'il a maintenant surgi dans deux échantillons d'ADN anciens (celui de l'enfant est maintenant le deuxième) suggère qu'il aurait pu être plus commun dans le passé, dit Andrés Moreno-Estrada, un généticien des populations qui étudie les Amériques chez le Laboratoire National de génomique pour la biodiversité du Mexique,  à Irapuato, et qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. " Si vous découvrez un ou deux individus, quelles sont les chances que vous tombiez sur le type rare ? " Dit-il. " Très probablement, vous tombez sur le gars commun ".

Llamas n'est pas surpris qu'un groupe génétique pré-colombien potentiellement commun parmis tous les autres, ait disparu après l'arrivée des Espagnols. " Jusqu'à 90% des Sud-Américains indigènes sont morts très rapidement après la conquête, la plupart de maladie épidémique ", dit-il. " Vous pouvez imaginer que beaucoup de diversité génétique ait été ainsi perdue ". " Surtout dans les Amériques, où un tel effondrement démographique extrême a été suivi par des siècles de mélanges avec des européens, des amérindiens, et des groupes africains, les gènes des personnes vivantes ne sont pas toujours une représentation fidèle de ce qui est arrivé dans le passé ", explique Salas. " Le génome du garçon d'Aconcagua, d'autre part, est juste une fenêtre d'il y a 500 ans environ ".

 

Monte aconcagua

C'est comme si " l'Inca avait mis des échantillons génétiques au congélateur pour nous ", reconnaît Andrew Wilson, un archéologue à l'Université de Bradford au Royaume-Uni, qui étudie les momies du Capacocha et qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. Salas n'a pas l'intention de perdre l'occasion. Il travaille déjà sur le génome nucléaire complet du garçon de l'Aconcagua, qui serait encore plus informatif sur son arbre de famille et avec son propre patrimoine génétique unique. Il espère également séquencer l'ADN de tous les microbes conservés dans l'intestin de la momie, y compris son microbiome et les germes infectieux dont il pourrait être porteur. Cela pourrait aider les scientifiques à comprendre comment les micro-organismes - tant ceux qui nous font du mal que ceux qui nous aident - ont évolué au fil du temps. Wilson espère que des études similaires puissent être faites sur d'autres momies du Capacocha. " Elles sont certainement des messagers remarquables du passé ".

 

Source : http://news.sciencemag.org/archaeology/2015/11/inca-child-mummy-reveals-lost-genetic-history-south-america

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Faits, Histoires.com, 14 et 15-11-2015

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

 

Grottes mines baksan1 mini

Il n'y a pas si longtemps, dans les montagnes de Kabardino-Balkarie, dans la vallée de Baksan, a été découverte une grotte étrange. Pendant une courte période, des amateurs comme des spécialistes du monde entier sont venus étudier la cavité. Il s'est avéré que c'est une immense grotte, de plus de 70 à 80 mètres de profondeur, dont les parois sont faites de mégalithes parfaitement taillés ! Les photos et vidéos sont parfaitement cohérentes avec cette affirmation et cet article est la compilation de plusieurs petits articles ou brèves publiées dans la presse russe et certains sites, un point ayant été fait en 2012 (voir en bas les liens des sources).

 

Grottes mines baksan8

Voici un montage de plusieurs photos vous montrant le panorama des lieux

" Dans les montagnes de la Kabardino-Balkarie, sur l'un des sommets se situant dans les environs du village de Zayukovo, près de Baksan a été découverte une mine mystérieuse. Sa longueur est d'environ 80 mètres, elle est constituée de plusieurs parties, comme des paliers ou des transitions dans la descente, comme montré dans les photos. Elle a été étudiée par des gens de la région, Maria et Victor Kotljarova, qui ont également trouvé des croix gammées sculptées dans les montagnes. Bien que les membres de la division "Edelweiss" de Hitler, qui étaient dans le Caucase en 1942, n'aient pas atteint ce sommet. Il est possible que ces croix gammées aient été gravées par le personnel de l'organisation nazie "Ahnenerbe", engagée dans l'occulte. Mais il est possible aussi que ces croix datent de plusieurs milliers d'années, cette région du Caucase ayant probablement été occupée ou traversée par les peuples aryens qui ont à l'origine créé la croix gammée, qui était alors un symbole dédié à un dieu de paix et d'amour...

Grottes mines baksan10

 

« Nous savons que pendant la guerre en Kabardino-Balkarie, la mystérieuse organisation SS " Ahnenerbe " (" Patrimoine Ancestral "), a visité la région - a déclaré Victor Kotljarov. Selon le projet secret de Hitler, elle avait été à la recherche du Saint Graal, et une légende dit qu'elle l'aurait (trouvé ou caché) dans une grotte d'une montagne du Caucase ".

 

280px caucasus topo map blank svgIl s'agit ici d'une vallée disposée sur la droite de la première grosse chaine de montagne située au nord sur cette carte et qui va de la Mer Noire à la Mer Caspienne, comme un barrage compliquant les migrations locales.

Selon les chercheurs, la grotte découverte est unique parmi les systèmes de cavités similaires - apparemment, elle est faite entièrement par l'homme (comme une mine donc). L'ouverture de la mine sur le dessus de la montagne - prévue par deux dalles de pierre solides établies en parallèle avec les parois latérales, a été cachée par des petites pierres. Ensuite, il y a quelques galeries, menant à une immense salle souterraine de 36 mètres. L'un de ses murs et le sommet sont soigneusement polis.

 

Grottes mines baksan2

L'endroit de la grotte, Baskan est à sa droite

Kotljarov pense que la mine possède un système de ventilation, comme en témoigne son étroitesse et le flux constant d'air frais. Les géologues, y compris les étrangers, sont inclinés à penser à une origine synthétique - parce que les blocs sont de forme rectangulaire, qu'il y a la présence d'une matière dans les jointures entre eux et qu'il y a une absence de fractures obliques, caractéristiques du tuf naturel.

 

" Dans ce cas, il y a des milliers d'années, lors de la construction de ces merveilles de l'inconnu, il a été utilisé une technologie de taillage, de livraison et d'installation de blocs de pierre ", a déclaré Victor Kotljarov.

Les chercheurs ont l'intention d'étudier plus soigneusement la découverte et espèrent que la construction prévue de stations de ski dans la région suscitera un intérêt dans la découverte des deux scientifiques et aussi des touristes. Selon le projet du pôle du tourisme du Caucase du Nord en 2011-2020 dans le sud de la Russie, il est prévu la construction de cinq nouveaux centres de villégiature de classe mondiale, pour le ski, y compris sur le Bezengi Elbrouz (l'un des plus hauts sommets), en Kabardino-Balkarie. "

 

Grottes mines baksan1

" Le spéléologue Arthur Zhemukhova de Kabardino-Balkarie a un passe-temps hors du commun : il est à la recherche de lieux sacrés, éparpillés sur les montagnes et les gorges, avec sa propre méthodologie qui tient compte de la disposition des étoiles dans les constellations et qui contient des calculs mathématiques. Voilà comment Arthur a trouvé le trou mystérieux dans Baksan Gorge, recouvert de pierres. Et sous lui - une étonnante grotte, qui est probablement une partie d'une ville souterraine. En Septembre 2012, pour la troisième fois, une expédition l'a visité, avec l'Association de Recherche publique "Kosmopoisk."

 

Grottes mines baksan3

Sans compétences en escalade, entrer dans la grotte est presque impossible. Vous devez d'abord vous faufiler dans un trou de la taille de 40 à 120 cm, puis descendre en rappel  par un axe vertical étroit. Il est formé par deux dalles parallèles. Après 9 mètres - le premier «genou» : le trou disparaît car il y a un décalage, un palier et cela descend  à nouveau immédiatement. Ici vous allez découvrir le silence absolu - aucun son de l'extérieur ne passe. Une autre descente de 23 mètres de profondeur - et un nouveau «genou». Pour atteindre le fond de la grotte, vous avez besoin pour couvrir plus de 80 mètres, et il vous faudra une heure. D'autre part, après le passage du "goulet d'étranglement", vous vous retrouverez dans une grande salle, que les chercheurs appellent le "pot".

 

Grottes mines baksan4

" La première chose qui attire votre attention - les murs de la mine sont clairement artificiels, dit Vadim Chernobrov, coordinateur de l'association "Kosmopoisk". Ils sont faits de blocs de pierre lisse, soigneusement polis comme les blocs des pyramides des égyptiens et d'environ la même taille. Il est facile de calculer que chaque " Pierre " pèse environ 200 tonnes. Et comme il est impossible de poser naturellement une telle construction, il est clair que cela a été fait par l'homme, je n'en doute pas. "

 

Grottes mines baksan5

Cette opinion est partagée Kotljarov Victor, un historien local et ethnographe, « Quand nous avons montré des photos aux géologues miniers, y compris les étrangers, la plupart d'entre eux étaient enclins à ce que son origine soit artificielle. En tout cas, ils étaient tous unis dans le fait que cela n'a jamais été vu nulle part, pas d'analogies dans le monde ! "

 

Grottes mines baksan6

Et puis les spéléologues ont découvert une colonne "flottante" : un mégalithe est fixé à la paroi sur un seul bord, c'est la raison pour laquelle il semble être suspendu dans l'air. Malheureusement, aucune trace de présence humaine ou de restes organiques n'a été trouvé dans la grotte. Cependant, Vadim Chernobrov n'en est pas surpris. Il est convaincu que cette installation n'indique pas à une habitation. Il y avait d'autres problèmes à son sujet.

 

Grottes mines baksan7

Dès le moment où le public a appris l'existence de la mine mystérieuse à Baksan Valley, l'absence de raisons à sa présence n'a pas aidé. On a supposé que c'était le lieu de sépulture pour l'évacuation des animaux infectés, un entrepôt ancien pour le stockage de la nourriture, la maison des Aryens, une fortification, l'antre du Bigfoot... Certains des chercheurs descendu dans la mine ont entendu hurler, des bruits et même un murmure, qui, si on les écoute, peut être considéré comme une langue inconnue ancienne. Mais il ne reste aucune trace et, encore une fois, rien n'a été trouvé. Et toutes ces hypothèses sont repoussées. Mais dans cette sorte de donjon bourré de passages étroits, il y a un système de soufflerie, qui doit encore engranger des débris. Les spéléologues locaux ont déjà obtenu l'équipement électrique afin de poursuivre les travaux l'été prochain.

 

Grottes mines baksan11

Chernobrov partage ses suppositions : « Il y a peut-être eu des hommes ou d'autres créatures vivant dans ce bâtiment. On peut convenir de cette analogie : Nous n'avons pas une maison, mais une usine... par exemple, nous sommes descendus dans la cheminée de l'usine, puis dans la chambre de combustion et sommes maintenant en train d'essayer de comprendre où étaient assis les gens ici ? Et ils ne sont pas là du tout, et ne siègent pas ! Et ils ne le devraient pas. Selon notre version, cette grotte - cette construction technique, a servi comme une sorte d'amplificateur de transducteurs d'un résonateur et de radiations (ondes) d'une nature inconnue. Son âge - environ 5 mille ans. Par la taille et sa fonctionnalité, la grotte de la vallée de Baksan est comparable à la Grande Pyramide d'Egypte, que de nombreux scientifiques croient aussi être un émetteur d'ondes ou émetteur d'énergie. "

 

Grottes mines baksan12

Très probablement, les chercheurs pensent que cet objet n'était pas souterrain à l'origine. Il était situé sur la surface, étant fixé sur le côté de la montagne. Cela explique pourquoi l'un des murs de la chambre, du «pot» est rugueux, bosselé (un fragment de la pierre naturelle), et l'autre - une surface lisse, polie (ce sont des constructeurs inconnus qui l'ont érigés). Pendant des milliers d'années, cette gigantesque structure a été recouverte de terre, de sable et de fragments de roche, jusque par-dessus les arbres. Et les blocs de pierre, qui étaient autrefois situés à l'extérieur de la montagne, se sont retrouvés à l'intérieur d'elle. Par ailleurs, rappelez-vous de la même chose au sujet de la pyramide de Chéops. Elle était une "merveille du monde" déjà, mais personne n'avait fait attention que le Sphinx couché à côté d'elle, avait été enterré sous le sable, jusqu'à ce que les archéologues le remette au jour et redécouvrent sa splendeur...

 

Grottes mines baksan13

Les chercheurs sont enclins à croire que la construction de forme inhabituelle, conservée dans la roche, pourrait faire partie d'une structure globale - des villes souterraines, des grottes et tunnels, selon les légendes du Caucase du Nord, qui sont transmises de génération en génération. Près de la bouche menant à la profondeur de 80 mètres, on a trouvé deux autres entrées de la grotte. Les calculs montrent que, si elles se prolongent, en examinant les restes, elles relient les galeries ensembles et amènent toutes à la même grotte mystérieuse où vous pouvez entendre un murmure, comme une langue inconnue ancienne...

 

Grottes mines baksan15

Voici un schéma complet de la grotte mystérieuse. Au fond, il y a une montagne de débris tombés du sommet et qui se sont accumulés sous l'ouverture du haut. Il existe des petits conduits ou goulots tout en bas (3 visibles), qui n'ont pu être explorés à ce jour. Les sons entendus proviennent peut-être de ces sortes de siphons...

Grottes mines baksan16

Grottes mines baksan17Une reconstitution en 3D de la réelle apparence de la grotte gigantesque... de quoi s'agit-il ?

 

Grottes mines baksan18Vous l'avez certainement deviné, l'hypothèse d'un énorme réservoir ou appareillage technologique inconnu (très ancien (+ 5000 ans) ou relativement récent (nazi) ?) destiné à lancer une fusée spatiale ou un gros missile est ici avancée... 

 

Il ne semble pas y avoir d'archives concernant de gros travaux nazis dans la région, ni d'ailleurs des autorités soviétiques de l'ancienne période, avant l'indépendance de cette région... cette sorte de gigantesque usine souterraine (ou ayant été ensevelie volontairement ou non) rejoint par contre les légendes nombreuses du Caucase du Nord au sujet de longs souterrains joignant plusieurs régions éloignées, de vieux tumulus et mégalithes (jusqu'en Ukraine) datant des Scythes et d'autres peuples, mais aussi au sujet de mystérieux cratères et cavités découverts encore de nos jours... comme le cratère Patomsky par exemple dont je parle ici : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-cratere-patomsky-en-russie.html

Notons aussi que certains chercheurs ont mentionné la possibilité d'une ancienne base "Atlante" abandonnée ou même d'extra-terrestres, d'ovni, et aussi d'annunakis ou de dieux védiques de l'Inde antique... aucune explication n'ayant été trouvée jusqu'à présent au sujet de cette mystérieuse structure souterraine, les spéculations sont larges (mais rarement fondées) pour tous ceux qui n'ont pas l'esprit très étroit !

Et en faisant d'autres recherches sur ce sujet précis, je suis tombé sur d'autres sources, issues également de l'Association Kospopoisk, qui est une grosse association russe existant depuis 1980 au moins, et qui traite souvent de sujets comme l'ufologie, les cercles de cultures et l'archéologie mystérieuse... :

" Le 20 Juillet 2012, 18 personnes, dans le cadre de l'expédition Trans-Eurasie, ont participé à l'étude et la recherche des grands cratères à 80 km au nord du centre du district Mogocha, dans la forêt de la taïga, loin de tous types de routes. 
La première étape était l'examen du cratère "Itakinsky-1" (nom provisoire), qui a été montré à Kosmopoisk par S.Grikov, un chasseur local, et qui, à son tour a parlé d'un cratère d'étrange dans la forêt, découvert par son père. Une enquête exhaustive longue voulait révéler que le cratère avait comme origine un impact (une bombe ?), mais dans ce cas, selon le géologue de l'enquête, c'était une explosion souterraine. Ils ont abattu un arbre pour déterminer le moment de l'explosion grâce à ses anneaux et il a été découvert qu'elle avait eu lieu vers le début du 20ème siècle (1906 ... 1908, au plus tard - un rapport avec l'explosion en Tunguska ?). La structure du cratère, avec un axe circulaire haut, ressemblait fortement au cratère de Patomsky (sauf pour la partie centrale, sévèrement dégradée à la suite de l'exposition à l'érosion de l'eau). Un autre cratère, malheureusement, a été détruit par des bulldozers avant l'arrivée de l'expédition... "

 

Mogocha cratere itakinsky 1

Puis un autre chasseur local a décidé de montrer un nouveau cratère, qui avait été aperçu le mois précédent à partir d'un hélicoptère. Il fallait prévoir "quelques heures" en plus pour le rechercher car il fallait déjà 1,5 jour à pied à travers la forêt avec 2 escortes. Le nouveau cratère, "Itakinsky-4" était similaire au "Itakinskim-1" et au "Patom" . D'un âge d'environ un siècle. Il y avait des arbres au sommet qui était à une hauteur de 40 mètres au-dessus de rochers de pierres concassées et son diamètre était d'environ 50 mètres. La partie centrale du cratère était remplie par un lac oval de 11 à 15 m, d'une profondeur d'au moins 6 m. Certaines roches (des gros blocs de roches de 30-40 m) ont été projetées, probablement par une explosion souterraine à 5-15 mètres ou plus. Il n'y a pas de routes dans la région du cratère, et il n'y en a jamais eu, de sorte que la possibilité d'une explosion nucléaire souterraine a été rejetée. Des mesures instrumentales ont été faites, des échantillons prélevés pour la recherche.

 

Mogocha cratere itakinskih4 b

Le crater "Itakinsky-4" dans la zone de la forêt du Territoire Mogochinsky Trans-Baïkal. Pour le trouver, il a fallut 1,5 jour à pied à travers la forêt avec un chasseur local, S.Grikovym, qui l'a d'abord remarqué.

Mogocha cratere itakinskih4

Apparence des trois catères de Itakinsky, que nous a montré le chasseur local Sergei Grikov. Malheureusement, deux petit cratère ont été détruits il y a quelques années par des bulldozers de bucherons.

 

Mogocha cratere itakinskih4 cApparence du quatrième cratère Itakinsky-4, montré par le chasseur local Sergei Grikov, qui l'a vu par hélicoptère juste avant.

 

Sources : http://survincity.com/2012/07/megalithic-cave-in-kabardino-balkaria/

http://kosmopoisk.org/

http://vk.com/v.chernobrov

 

Yves Herbo traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 16, 17-10-2015

Technologie avancée ancienne au Pérou : de nouvelles preuves 4

Technologie avancée ancienne au Pérou : de nouvelles preuves 4

 

Sacsayhuaman8

Suite de ces articles déjà nombreux pour le Pérou :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/technologie-avancee-ancienne-au-perou-de-nouvelles-preuves.html 

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/technologie-avancee-ancienne-au-perou-de-nouvelles-preuves-2.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/technologie-avancee-ancienne-au-perou-de-nouvelles-preuves-3.html

 

Décidément, nous voilà encore en train de parler du Pérou et de ses nombreux mystères ! Une nouvelle recherche sur ce qui se trouve à la périphérie nord de la ville de Cusco nous permet ainsi de parler du complexe archéologique de Sacsayhuaman et de ses nombreuses surprenantes structures de pierre. Car l'architecture de ce site antique est remarquable à plus d'un titre.

En effet, il y a plusieurs milliers d'années, des êtres humains ont réussi l'exploit de soulever et assembler des blocs de pierres au millimètre près, alors que nos propres machines modernes ne pourraient qu'avec beaucoup de peine les bouger et les mettre en place. Est-ce un travail de "démons" ou du Dieu Viracocha le Barbu, celui de géants à la force surhumaine ou nos ancêtres avaient-ils des moyens techniques inconnus du monde moderne ?

Autant certaines explications liées à l'eau ou le sable ont été postulées pour l'Egypte et les gros blocs des pyramides, autant ces explications ne tiennent pas la route dans ces montagnes...

 

Sacsayhuaman1

Cette forteresse remarquable construit par l'Inca pré-industriel, repose sur une montagne nivelée artificiellement à une altitude de 12.000 pieds (3,7 kilomètres !) Et se compose de murs sur trois niveaux, sur 1500 pieds de long et 54 pieds de large (457 mètres de longueur et 16,5 mètres de large !).

La question de savoir comment les pierres de Sacsayhuaman ont été transportées demeure toujours sans réponse. Les tonnes de pierres ont été transportées depuis les carrières situées dans un terrain difficilement accessible, à environ 20 miles de là (32 kilomètres !), de l'autre côté d'une chaîne de montagnes et d'une gorge profonde de la rivière.

 

Sacsayhuaman2

 

Les murs entourent une zone pavée contenant une structure circulaire en pierre que l'on pense être un calendrier solaire. Parmi les autres ruines se trouvent : un réservoir de 50.000 litres d'eau, des rampes, des citernes de stockage, des citadelles et un certain nombre de chambres souterraines.

La forteresse ou le Temple de Sacsayhuamán a été construit sans ciment par des maçons très qualifiés qui ont utilisé des blocs pesant de 50 à 300 tonnes. Ils les ont sculptés en formes plus ou moins carrées et rectangulaires pour les arranger dans une variété de motifs complexes.


Tous les blocs ont été ajustés ensemble - sans mortier - de façon si précise que même la jauge d'épaisseur d'un mécanicien n'a pas pu être insérée entre eux.

Graham Hancock, un écrivain et journaliste britannique qui s'est spécialisé dans les théories et recherches non conventionnelles, se demandait comment les Incas, ou leurs prédécesseurs, ont pu travailler la pierre sur une telle échelle de Gargantua.

Comment avaient-ils coupé et mis en forme ces blocs cyclopéens si précisément ? Par quels moyens en avaient ils fait de murs, traînant les blocs individuels tout autour et les élevant au-dessus du sol avec une telle apparente facilité ?

" Ces gens ne sont même pas censés avoir eu la roue, ni posséder des machines, seules capables de soulever et manipuler des dizaines de formes irrégulières de blocs de 100 tonnes, et de les trier en puzzles de trois dimensions", a écrit Hancock dans son livre " les empreintes digitales des Dieux " ("Fingerprints Of The Gods").

 

Sacsayhuaman3

 

Non seulement il serait important de savoir comment les constructeurs originaux ont fait cet énigmatique travail de pierre, mais aussi qui en fait ont été les constructeurs originaux ?.

Selon les mythes antiques, Hancock continue dans son livre, les " Viracochas " - " les barbus", les " étrangers ", les " whiteskinned " (peaux blanches), " les brillants ", les " soldats fidèles ", étaient ces mystérieux tailleurs de pierre supérieurs...

 

Sacsayhuaman4

 

Sacsayhuamán est un puzzle, une «impossibilité» scientifique...

À proximité de la forteresse, se trouve une énorme pierre taillée d'un seul bloc dans la montagne, transportée à une certaine distance et mise à l'envers, avant d'être finalement abandonnée avec toutes ses plateformes, ses marches, ses trous et une variété de dépressions.

Soudain, quelque chose est arrivé, peut-être qu'un tremblement de terre a interrompu le travail des maçons inconnus, qui étaient incapables de terminer leur travail... Même inachevé, le bloc de pierre gigantesque représente un chef-d'œuvre de la découpe et de l'habillage de précision. Il est de la taille d'une maison de cinq étages et son poids est estimé à au moins 20.000 tonnes !

Nous-mêmes, nous ne possédons pas de machine-robot très complexe pour déplacer ce monstrueux morceau de pierre, pesant 20.000 tonnes, d'un endroit à un autre ! Sacsayhuamán représente un symbole de l'ingéniosité de ceux qui étaient là, et aucune comparaison n'est possible avec nos connaissances actuelles du passé !

 

 

Sacsayhuaman5

 

L'ensemble du gigantesque rocher est renversé et aujourd'hui ses structures semblent ne mener nulle part. Cette énorme structure de pierre en particulier est un énorme rocher de granit très dur, qui a des escaliers fonctionnant à l'envers, inversés.

Comment pouvons-nous expliquer une telle construction ? Est-il possible qu'une énorme catastrophe se soit produite ici il y a plusieurs milliers d'années ?

 

Sacsayhuaman6

 

Alors que la majorité des roches à Sacsayhuaman ont été manipulées, polies, sculptées et coupées, beaucoup d'entre elles semblent détruites et le lieu semble chaotique. La roche a l'air vielle et patinée à certains endroits, mais dans les parties abritées, la roche coupée est polie et lisse comme du béton.
Cependant, nous ne devons pas oublier que nous ne sommes pas avec du béton, mais avec du granit, l'une des roches les plus dures à travailler.

Qui étaient les constructeurs inconnus de Sacsayhuaman ? Quel type de technologie possédaient-ils, qui leur a permis de soulever et de tailler ces roches lourdes et dures ? Etaient-ils des géants ou une ancienne civilisation supérieure, dont l'existence a été effacée de la Terre en raison d'une catastrophe cosmique ?

Selon Glenn Kimbell, journaliste et chercheur de l'histoire ancienne, les géants étaient encore présents dans le musée de l'or à Lima au Pérou, récemment et pouvaient être vus par tous ceux qui le visitaient. Ils étaient momifiés.

 

Giantmummyheadperu

tête momifiée d'un roi inca. Remarquez l'ombre de l'individu sur la droite de la vitrine pour la perspective.


Kimball, qui a photographié les momies en 1969, a déclaré que leurs couronnes pouvaient tenir autour de sa taille. Il a également dit que leurs gants d'or ont des doigts de dix pouces de longueur (25 centimètres). Leurs momies peuvent être mesurées avec un ruban et elles étaient toutes d'environ neuf pieds et demi de hauteur (2 mètres 90). Il y avait d'autres articles personnels propres à un roi géant, qui ne seraient pas utiles à un homme de taille normale. Les corps réels qui sont encastrés dans du verre sont tou ce qu'on peut voir. Cependant, le musée indique que, depuis, le crâne n'a jamais été étudié scientifiquement, ils ne peuvent pas dire qu'il ait appartenu à un géant ou non.

Si la structure n'est pas le résultat de la colère d'un Titan, peut-être que la roche a été faite dans le cadre d'une structure comme les autres, avec le sens habituel de haut en bas, et qu'une catastrophe a tout simplement détruit la structure et la mise à l'envers. Si nous tournons notre attention vers Ollantaytambo, une ville dans la Vallée Sacrée des Incas, proche de Cuzco, dans la région de la Sierra du Sud du Pérou, nous trouvons plus de preuves d'anciens bâtiments inachevés gigantesques.

Les deux forteresses ou Temples, Sacsayhuaman et Ollantaytambo, sont prétendument construits par les Incas, mais il y a un certain nombre de raisons de croire que les structures étaient déjà là quand les Incas arrivèrent. " Ollantaytambo est curieux et déroutant, mais la plupart des indicateurs pointent vers une culture pré-inca comme ayant été les bâtisseurs. Il semble que le complexe n'ait jamais été achevé. Si les Incas avaient été à l'origine de la construction sur le site dans les cent ans précédent l'arrivée des Espagnols, pourquoi seraient-ils tout simplement repartis, laissant les pierres jonchant la zone ? Si l'aura de confusion sur le site provient d'un cataclysme ravageur, pourquoi est-ce que les Incas ne l'ont pas reconstruit ? On soupçonne que la catastrophe a précédé les Incas, et qu'ils ne pouvaient pas réellement gérer les pierres pour les remettre dans un certain meilleur ordre quand ils tombèrent sur le site ", écrit David Hatcher Childress dans son livre " technologie des Dieux " ("Technology of the Gods").

Peut-être que la même chose pourrait être dite à propos de la roche ancienne mystérieuse avec les escaliers inversés à Sacsayhuaman ?

Peut-être que ces escaliers montent à l'envers, car une explosion a eu lieu ici ? Était-ce un tremblement de terre, ou autre catastrophe, ou la roche a été renversée par des géants qui parcouraient la Terre dans les temps anciens ? Ces roches sont-elles les reliques de l'époque pré-déluvienne ?

 

Est-ce que la clé du puzzle réside dans une certaine plante très spécifique, qui aurait donné aux anciens Péruviens la possibilité d'adoucir la pierre, de la rendre maléable ou est-ce que la réponse serait un accès à une technologie mystérieuse ancienne avancée, qui pourrait faire fondre la pierre ?
Selon les chercheurs Jan Peter de Jong, Christopher Jordan et Jésus Gamarra, les murs de granit de Cuzco montrent des signes d'avoir été portés à un degré très élevé de température et vitrifiés - la surface extérieure devenant vitreuse et très lisse.

Les pierres vitrifiées du Pérou ont d'abord été portées à l'attention populaire par Erich von Däniken dans les années 1970. Il a noté la vitrification à Sacsayhuaman dans son livre " Les chars des Dieux " ("Chariots of the Gods").

Partant de ce constat, Jong, Jordan et Gamarra en tirent la conclusion que " une sorte de dispositif de haute technologie a été utilisée pour faire fondre les blocs de pierre, qui ont ensuite été placés et ont été laissés à refroidir à côté de blocs durs, du puzzle-polygonal, qui étaient déjà en place ".

 

Sacsayhuaman7

 

La nouvelle pierre resterait fixée contre ces pierres avec une presque parfaite précision, mais serait séparée de son propre bloc de granit qui aurait alors d'autres blocs montés en place autour de lui et qui seraient "fondus" dans leurs positions de verrouillage dans le mur.
Dans cette théorie, " il y aurait encore de puissantes scies à chaîne et des forets qui coupent et façonnent les blocs qui ont été assemblés pour les murs ", a écrit David Hatcher Childress dans son livre "Ancienne Technologie au Pérou et en Bolivie" ("Ancient Technology in Peru and Bolivia").

Les chercheurs Jong et Jordan proposent que plusieurs anciennes civilisations du monde entier étaient familières avec la haute technologie de la fonte de la pierre. Ils disent aussi que " les pierres de quelques-unes des anciennes rues de Cuzco ont été vitrifiées par certaines température élevées pour leur donner leur texture vitreuse caractéristique."
Jordan, de Jong et Gamarra disent que " les températures doivent atteindre 1100 degrés centigrades et que de nombreux sites archéologiques autour de Cuzco, y compris Sacsayhuaman et Qenko, ont montré des signes de vitrification. "

Il y a aussi des indications que les anciens Péruviens avaient accès à une plante dont les jus ramollissent la roche, afin qu'elle puisse être travaillée dans la maçonnerie. Dans son livre "Exploration Fawcett", le colonel Fawcett a raconté comment il avait entendu dire que les pierres ont été assemblées au moyen d'un liquide qui adoucit la pierre avec la cohérence de l'argile.

 

 

Fawcettbook

 

Brian Fawcett, qui a édité le livre de son père, raconte l'histoire suivante dans ses notes : Un de ses amis qui travaillait dans un camp minier à 14.000 pieds à Cerro di Pasco au Pérou central, a découvert un bocal dans une tombe inca ou pré-inca. Il ouvrit la jarre, pensant que c'était de la chicha, une boisson alcoolisée, brisant le sceau de cire ancienne encore intact. Plus tard, le pot a été accidentellement renversé sur un rocher.

Fawcett a déclaré : " Environ dix minutes plus tard, je me suis penché sur le rocher et j'ai examiné la flaque de liquide déversé. Ce n'était plus liquide; l'endroit entier où il avait été, et la roche sous lui, étaient mou comme un ciment humide ! Ce fut comme si la pierre avait fondu comme de la cire sous l'influence de la chaleur ". Fawcett semblait penser que la plante pourrait être trouvée sur la rivière Pyrène dans le pays Chuncho du Pérou, et l'a décrit comme ayant des feuilles rougeâtres sombres et étant d'environ un pied de haut. Une autre histoire est mentionnée au sujet d'un biologiste observant un oiseau familier de l'Amazonie. Il l'a regardé faire un nid sur une paroi rocheuse, en frottant la roche avec une brindille. La sève de la brindille dissout la roche, faisant un creux dans lequel l'oiseau pouvait faire son nid ".

L'idée que le liquide d'une plante pourrait effectivement permettre aux anciens péruviens de construire des constructions étonnantes comme Sacsayhuamán peut sembler tiré par les cheveux à certains. Cependant, depuis que les scientifiques modernes ont été incapables d'expliquer comment les structures au Pérou et d'autres parties du monde mégalithique ont été construites, nous ne devrions pas rejeter ces idées.

Jean-Pierre Protzen, un chercheur français a fait des tentatives pour reproduire  les constructions de Sacsayhuaman et Ollantaytambo. Protzen a passé plusieurs mois autour de Cuzco pour expérimenter avec différentes méthodes de façonnage et montage, des mêmes types de pierres utilisées par les Incas (ou leurs prédécesseurs mégalithiques). Il a constaté que " les carrières et la taille des pierres pourraient être accomplis en utilisant les marteaux de pierre trouvés en abondance dans la région. Le montage de précision des pierres était une question relativement simple, dit-il. Il suffit de pilonner les dépressions concaves dans lesquelles de nouvelles pierres ont été montées avec des essais et des erreurs, jusqu'à ce qu'il soit atteint un ajustement serré. Cela signifiait de soulever continuellement et de coller ensemble les pierres, et de les cogner entre elles un peu à la fois. Ce processus prend beaucoup de temps, mais il est simple, et ça marche ".

Protzen a conclu qu'il y avait encore beaucoup de mystères à résoudre. Il était incapable de comprendre comment les constructeurs ont transporté et manipulé les grosses pierresLes tentatives de Protzen reflètent une bonne recherche, et soulignent que la science moderne ne peut toujours pas expliquer ou reproduire les exploits de construction trouvés à la fois Sacsayhuaman et Ollantaytambo.

Protzen a également observé que les marques de découpe trouvées sur certaines des pierres sont très semblables à celles trouvées sur le pyramidion d'un obélisque inachevé à Assouan en Egypte. Est-ce une coïncidence, ou y avait-il une civilisation ancienne avec des liens vers les deux sites ?
La construction de plusieurs mégalithes reste un ancien mystère non résolu, ce qui est la raison pour laquelle les théories de lévitation et de l'amollissement des pierres ne peuvent pas encore rejetées !

Source : http://www.messagetoeagle.com/

Autres liens sur le Pérou :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/un-nouveau-temple-tres-ancien-au-perou.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/enormes-inscriptions-pheniciennes-a-nasca-sur-un-plateau-de-nasca-perou.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/une-nouvelle-civilisation-inconnue-trouvee-au-perou.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/etude-sur-l-acoustique-des-ruines-de-chavin-de-huantar-perou.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/l-ecriture-est-apparue-au-perou-il-y-a-5000-ans.html

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 27-09-2015

Lire la suite

OVNI : Document déclassifié australien sur sites nucléaires

OVNI : Document déclassifié australien sur sites nucléaires

 

ovni-australie-nucleaire.jpg

Les OVNIS surveillent  les bases d’armes nucléaires,  c’est ce que confirme un nouveau document déclassifié issu des archives nationales australiennes (Australian National Archives).

Ce nouveau document déclassifié intitulé « observations d’OVNIS sur les sites d’essais d’armes » révèle des témoignages d’observations d’OVNI sur une zone de tests atomiques au cours des années 1950-1960.

Ce rapport a été rédigé le 24 Juillet 1960 par l’agent de sûreté Hanlon, et rend compte d’observations d’ovnis dans la région interdite de Woomera où, de 1959 à 1963, se sont déroulés plus de 40 essais top-secret d’armes nucléaires. Plusieurs dizaines de témoins ont été interviewés : police, personnel du WRE, des forces armées, un «indigène patrouilleur» et des membres du public, etc.

Les experts scientifiques qui ont été consultés pour ce rapport proposent une large gamme d’explications pour les phénomènes observés , allant des ovnis aux réflexions « des feux des véhicules éloignés sur une couche d’inversion faible, en passant par l’électricité statique des ballons-sondes... Phil Noyant

ufo-australie-nucleaire1.jpg

ufo-australie-nucleaire2.jpg

source : http://vrroom.naa.gov.au/records/?ID=26096 - Weapons Research Establishment (WRE), Salisbury – Department of Supply
Notes: The file of which this document is a part was transferred to the Royal Commission into British Nuclear Tests in Australia in 1984–85.

via : Exo-contactsAera51

 

YH : On ne peut s'empêcher de penser à toutes ces observations de faux "drones" au-dessus des centrales nucléaires françaises en 2014 et début 2015...

 

S,F,H, 2012-2015

Les fortifications et la porte principale de la ville biblique de Gath découvertes

Les fortifications et la porte principale de la ville biblique de Gath découvertes

 

Gath philistin 1000 av jc 2

Les fortifications et la porte d'entrée de la ville biblique de Gath des Philistins, c'est-à-dire l'endroit où se trouvait la maison de Goliath et de la plus grande ville dans la région au cours du 10e au 9e siècle avant J.C., à l'époque du «Royaume-Uni» d'Israël et du roi Achab d'Israël - a été trouvé par l'Expedition Ackerman Family de l'Université Bar-Ilan à Gath, dirigée par le professeur Aren Maeir. Les fouilles sont menées dans le parc national Tel Zafit, situé aux pieds des collines de la Judée, à mi-chemin entre Jérusalem et Ashkelon, dans le centre de l'Israël moderne...

 

Gath philistin 1000 av jcThis is a view of the remains of the Iron Age city wall of Philistine Gath. Credit: Prof. Aren Maeir, Director, Ackerman Family Bar-Ilan University Expedition to Gath

 

Le Professeur Maeir, du M.A.R.T.I.N. (Szusz) Ministère de la Terre d'Israël et d'études d'archéologie, a déclaré que la porte de la ville est parmi la plus grande jamais trouvée en Israël et est la preuve de l'état et de l'influence de la ville de Gath au cours de cette période. En plus de la porte monumentale, un mur de fortification impressionnant a été découvert, ainsi que divers bâtiment dans son voisinage, comme un temple et une installation de traitement du fer. Ces batisses, et la ville elle-même ont été détruits par Hazaël, le roi d'Aram de Damas, en Assyrie de l'époque, qui a assiégé et détruit le site aux environs de 830 avant JC.

La grille de la ville Philistine de Gath est mentionnée dans la Bible (dans I Samuel 21), dans l'histoire de la fuite de David devant le roi Saül vers Akish, le roi de Gath.

Gath philistin 1000 av jc 3

Maintenant dans sa 20e année, l'Expédition Ackerman Family de l'Université Bar-Ilan à Gath, est une recherche à long terme visant à étudier l'archéologie et l'histoire de l'un des sites les plus importants en Israël. Tell es-Safi / Gath est l'un des plus anciens tells (monticule d'anciennes ruines) en Israël et qui a été occupé presque continuellement depuis le 5ème millénaire avant notre ère jusqu'à l'époque moderne.

La fouille archéologique est dirigée par le Prof. Maeir, avec des groupes de l'Université de Melbourne, de l'Université du Manitoba, l'Université Brigham Young, Yeshiva University, l'Université du Kansas, l'université de la Vallée du Grand État du Michigan, plusieurs universités coréennes et des institutions supplémentaires à travers le monde.

 

Gath philistin 1000 av jc 2View of the Iron Age fortifications of the lower city of Philistine Gath​

 

Parmi les résultats les plus importants à ce jour sur le site : des temples Philistins datant du 11ème au 9 siècle avant notre ère; la preuve d'un tremblement de terre au 8ème siècle avant notre ère, éventuellement relié au tremblement de terre mentionné dans le Livre d'Amos I: 1; l'inscription la plus ancienne en Philistin déchiffrable a avoir été découverte à ce jour, qui contient deux noms similaires pour le nom de Goliath, le géant biblique; un grand assortiment d'objets de divers types liés à la culture Philistine; des débris en relation aux systèmes d'assiègement les plus anciens du monde, construits par Hazaël, roi d'Aram de Damas vers 830 avant notre ère, avec de nombreuses preuves de la capture et de la destruction subséquente de la ville par Hazaël, comme mentionné dans l'Ancien Testament Rois 2 : 12:18; la preuve de la première colonie Philistine en Canaan (vers 1200 avant notre ère); différents niveaux de la ville cananéenne antérieure à Gath; et des vestiges du château des Croisés, "Blanche Garde", où Richard Cœur de Lion est connu pour avoir séjourné...

Sources : Université Bar-Ilan, The above post is reprinted from materials provided by Bar-Ilan University.

http://www.sciencedaily.com/releases/2015/08/150803155316.htm

Goliath Et Les Peuples De La Mer

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires, 23-09-2015

La plus ancienne perle fine trouvée à ce jour

La plus ancienne perle fine trouvée à ce jour

2012 - up 09-2015

cliche-1-perle-uaq2.jpg

 

© Ken Walton. Cette image est disponible à la photothèque du CNRS, phototheque@cnrs-bellevue.fr
La perle fine d'Umm al-Quwain 2 (E.A.U.), datée de 7500 ans, était associée au squelette n°4 de la nécropole.

Des chercheurs du laboratoire Archéologies et sciences de l'antiquité (ArScAn) (CNRS/Université Paris Ouest Nanterre La Défense/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/ministère de la culture et de la communication, Inrap) viennent de mettre en évidence la plus ancienne perle fine archéologique de l'humanité. Découverte sur un site néolithique de l'Emirat d'Umm al Quwain (Emirats Arabes Unis), elle est datée de 5500 ans avant notre ère (donc 7500 ans avant maintenant). Ces résultats, alliés aux précédentes découvertes de perles fines faites sur le littoral de l'Arabie du sud-est, attestent dans cette région du monde de la plus ancienne pratique de pêche à l'huître perlière. Publiés dans la revue Arabian Archaeology and Epigraphy, ils montrent l'importance qu'elles pouvaient avoir dans les sociétés anciennes du Golfe persique et du nord de l'océan indien, au point même de constituer un élément majeur de leur identité culturelle. Ces travaux ont été financés par le CNRS, le ministère des Affaires étrangères (MAE), le département des Antiquités et des Musées de l'Emirat d'Umm al-Quwain (UAE) et le ministère de la Culture du Sultanat d'Oman.

Jusque-là, les gemmologues avaient popularisé l'idée que la plus vieille des perles fines (datée de 3000 ans avant notre ère) provenait d'un site préhistorique japonais. La perle qui vient d'être trouvée au sein de l'habitat côtier d'Umm al-Quwain 2, aux Emirats Arabes Unis, est issue d'un niveau daté par carbone 14 de 5547-5477, 5410-5235 ans avant notre ère. Il s'agit donc de la plus ancienne perle fine archéologique connue actuellement en Arabie mais aussi au monde. Cette découverte atteste que les perles fines étaient déjà collectées 2500 ans plus tôt dans cette aire géographique, pour leur valeur esthétique voire à des fins rituelles.

La présence de perles fines dans de nombreux sites néolithiques d'Arabie confirme leur pêche non seulement dans le Golfe persique mais aussi sur le littoral de l'Océan Indien (Mer d'Oman et Mer d'Arabie du Sultanat d'Oman). Ni l'Egypte, ni la Mésopotamie, l'Inde ou la Chine n'ont fourni de perles fines très anciennes, on en connait toutefois en Mésopotamie dès 3200-3000 ans avant notre ère.

En Arabie, la totalité des perles néolithiques retrouvées (101 au total) est issue de la grande huître perlière Pinctada margaritifera et de la Pinctada radiata, cette dernière étant beaucoup plus petite, plus facile à collecter et offrant des perles de plus grande qualité. Collectées au prix d'une pêche difficile et dangereuse, les perles fines étaient triées, pour privilégier les formes sphériques. Souvent blanches, opaques et mates du fait de leur altération, certaines sont pourtant remarquablement conservées, avec des tons blancs, roses, orangés, brunâtres et possèdent encore leur lustre d'origine. La nacre des huîtres constituait quant à elle une ressource capitale dans l'économie des sociétés néolithiques locales, puisque c'est à partir des grandes valves de P. margaritifera qu'étaient produits les hameçons, destinés à capturer toute une gamme de poissons, jusqu'aux plus grands (thons ou requins).

Les perles fines occupaient une place particulière dans les rites funéraires. Ainsi, la perle retrouvée, non percée, était déposée dans la sépulture d'un individu dans la nécropole d'Umm al Quwain 2. Dans d'autres nécropoles, les perles étaient placées sur le visage du défunt, notamment au-dessus de sa lèvre supérieure. Des travaux récents ont montré qu'au Ve millénaire avant notre ère, les perles fines semi-percées étaient associées à des hommes, tandis que les perles entièrement perforées l'étaient à des femmes.


© Ken Walton. Cette image est disponible à la photothèque du CNRS, phototheque@cnrs-bellevue.fr

La perle fine d'Umm al-Quwain 2 (E.A.U.), datée de 7500 ans, était associée au squelette n°4 de la nécropole.


 

Perles archéologie


© O. Brunet /FAMUAE. 18 perles fines provenant de l'habitat néolithique d'Akab (E.A.U.), datées de 6700-6100 ans.

Références :

Vincent Charpentier, Carl S. Phillips, Sophie Méry, 2012. Pearl fishing in the ancient world: 7500 BP. Arabian Archaeology and Epigraphy 23: 1-6. Arabian Archaeology and Epigraphy, revue internationale de rang A, est diffusée par John Wiley and Sons A/S

Contacts :

Chef de la mission archéologique « Ja'alan-Dhofar » au Sultanat d'Oman du MAE l Vincent Charpentier 

Chercheur CNRS, directrice de la mission archéologique aux E.A.U du MAE l Sophie Méry

Presse CNRS l Laetitia Louis  - laetitia.louis@cnrs-dir.fr

S,F,H, 06-2012, up 09-2015

Les légendes de Saverne deviennent de l'Histoire ?

Les légendes de Saverne deviennent de l'Histoire sous peu ?

 

Rocher didacus miniLe Rocher de Didacus enfin identifié

 

La France, comme la plupart des anciennes nations d'Europe et de l'Ancien Monde, est l'un des domaines privilégiés des mythes et légendes provenant des plus anciennes préhistoires et antiquités du monde. Et la région Alsace-Lorraine-Moselle est loin de démentir ce fait. Ainsi, il existe par exemple à Saverne, dans les Vosges, plusieurs légendes datant du moyen-âge qui pourraient bien avoir sous peu une confirmation historique, passant ainsi de pures légendes et "racontars" à une vérité historique bien palpable.

Il existe plusieurs légendes locales dans cette très ancienne petite ville située près d'un col important permettant de traverser facilement les Vosges, puisqu'intermédiaire entre la plaine d'Alsace et le plateau lorrain, donc l'Europe Centrale plus loin vers l'Est. Nous savons par exemple grâce aux fouilles archéologiques, que, à cause du réseau très précurseur de distribution du sel de la vallée de la Seille, le passage fut protégé dès l'Age du Fer (au minimum) par des systèmes de défense, installés par des peuplades peu connues, que les Médiomatriques ("Ceux au milieu des eaux-mères", la tribu gallo-belge des Mediomatrici) reprirent et développèrent encore par la suite... 

En l'an 27 Avant JC, Agrippa y fait construire une grande voie romaine qui rejoint donc les voies de Metz (ex Divodurum), Treves et Strasbourg, avec un grand relai au sommet du col et un autre à Saverne (anciennement Tres Tabernae ou Tabernis), qui deviendra donc un bourg puis une ville fortifiée par la suite...

Mais c'est au 19ème siècle seulement que les sciences de l'Histoire et de l'Archéologie se penchent sur l'endroit et les écrits laissés, mais aussi les histoires locales racontées depuis des siècles au coin des cheminées, lors des longs hivers continentaux. C'est à une figure locale de Saverne que l'on doit la création du premier musée Archéologique de la région en 1858 et l'une des premières "Histoire de Saverne" (en français bien que, depuis la débâcle de 1870, la région soit devenue prussienne...), Dagobert Fischer (1808-1879), qui rassembla les monuments découverts dans une chapelle de l'église paroissiale, et en établit un catalogue qu'il édita en 1872.

Dans son Histoire de Saverne parue en 1871, Dagobert Fischer parle bien sûr du fait important qui nous dit que la ville fut la capitale administrative de l'évêché de Strasbourg de 1417 à la Révolution, via le Château des Rohan, ancienne résidence de l'évêque de Strasbourg. Le bâtiment fut reconstruit à partir de 1779 par l'architecte Nicolas Salins de Montfort, Mgr Louis-René Edouard de Rohan-Guéméné étant évêque de Strasbourg.

Mais dans ce livre, il est fait mention également des traditions et légendes racontées par les Savernois, dans lesquelles il est raconté qu'il y a très longtemps, un souterrain partait de ce palais episcopal des Rohan en plein centre-ville vers le deuxième château de la cité, sis dans les hauteurs, le château du Haut-Barr, une forteresse où l’évêque et les dignitaires pouvaient aller se réfugier en cas de conflit. Et précisément, il est aussi fait mention que, dans ce souterrain, un trésor aurait été caché pendant les guerres de religions. Un trésor connu sous la forme d'une statue de Jésus en or massif et de ses 12 apôtres en argent massif... le tout grandeur nature...

Chateau haut barr

Le château du Haut Barr : La légende des souterrains et salles souterraines. (dessin Nicolas Mengus)

 

La légende stipule que l'entrée secrète de ce souterrain n'était connue que de l’évêque seul, et que celui-ci ne transmettait le secret à son successeur que sous forme d'un pli cacheté, que ce dernier devait détruire après en avoir pris connaissance. Or, il arriva qu'un évêque mourut de mort subite, sans avoir eu le temps de transmettre le secret de l'entrée du souterrain, et le secret fut perdu définitivement...

Inutile de vous dire que de nombreuses fouilles et recherches furent (à priori) entreprises par l'Eglise, mais en vain. L'Histoire en est resté là jusqu'à maintenant... jusqu'à ce que Albert Fagioli, un radiesthésiste de Metz dont j'ai déjà parlé sur ce site et que j'ai au téléphone d'ailleurs de temps en temps, puisque nous avons sympathisé, n'entreprenne de faire ses proches recherches, avec son talent et son appareil de détection appelé un dowser...

C’est sur la demande d’une entreprise strasbourgeoise spécialisée dans l’exploration de galerie souterraine et en partenariat avec elle qu'il s'est penché sur ces légendes liées au château du Haut Barr et principalement à la légende du souterrain médiéval qui relie ce château à la ville de Saverne. 

Comme toujours pour ses travaux de recherches, Mr Fagioli commence par chercher sur plans avec l'aide d'un pendule puis sur place avec ses baguettes de sourcier et surtout son appareillage plus moderne, un dowser. Mais sur place, il a la surprise de détecter non pas un souterrain, mais tout un réseau de galeries situées à environ dix mètres de profondeur et partant (ou arrivant) au Château du Haut-Barr. Celles-ci quittent ce château pour cheminer dans différentes directions. Elles traversent notamment plusieurs villages comme Haegen, Otterswiller, Marmoutier et au plus loin arrive dans le village de Friedolsheim.

Il a également identifié un souterrain en face de la D102. Il chemine parallèlement à cette route et se dirige vers la ville de Saverne. C’est certainement celui qui acheminait à l’époque l’eau du flanc de la montagne aux fontaines de cette ville. (Certainement un Aqueduc d’époque Gallo-Romaine).

Sous pont du diable haut barr1

Une salle secrète sous le rocher où se trouvait la Chapelle romane, après le Pont du Diable

" Ce que je peux affirmer, c’est que ces souterrains transitent selon mes repérages par des salles circulaires qui ont pour certaines un accès par des églises du 12éme siècles dans les villages concernés. Pour certaines salles, comme l’église Abbatiale de Marmoutier j’ai confirmé la présence d’une grande salle souterraine rectangulaire d’environ 11.90m par 7.40m. Pour l’église d’Oterswiller, une salle rectangulaire d’environ 7.20m par 5.40m…L’église de Notre Dame de la Nativité de Saverne, une dimension non définie car aucune autorisation n’a été donnée à ce jour. 

De plus, un des souterrains passe directement sous un rocher caractéristique en pleine forêt et il est fort probable qu’il s’agisse du fameux rocher du père DIDACUS… 

Les recherches ci-dessous ont été réalisées à l’extérieur du château du Haut Barr car nous n’avons pas reçu pour l’instant l’autorisation d’y accéder. Ce que je peux dire c’est qu’il y a une salle particulièrement intéressante sous le château. Je l’ai localisé, elle se situe approximativement à 15m de profondeur et aurait une circonférence de 7m. "

Une première preuve de la réalité des légendes locales : la découverte du Rocher du Père Didacus :

 

Rocher didacus1Le Lit de Didacus ou le Rocher de Didacus. (Albert Fagioli)

Voici où le Révérend Père Didacus faisait sa sieste, à l'abrit de la pluie et du soleil, avant de monter au Haut Barr ou de redescendre à Saverne. Mais, que dit la légende, d'après ce livre : " Notice historique sur le Château du Haut Barr près de Saverne " par Dagobert Fischer, nouvelle édition revue et augmentée par Léon Bachmeyer, Saverne : Imprimerie-Librairie A. Mosbach Anc. A. Fuschs 1927. "

Dans cette notice historique on peut lire :

" En l'an 1636, pendant la Guerre des Suédois, le 25 août, décéda le très Rév. Père Didacus, récollet à Saverne et pendant quarante ans religieux au couvent de cette ville; et ce prêtre monta de temps en temps au Haut Barr par un chemin caché pour y dire la messe. " 

Il s'agit du Père Didacus SCHOTTMULLER, inscrit en 1604 dans le registre de la Confrérie de Saint Michel à Saint Jean des Choux. Il était donc pendant 32 ans à Saverne. Le peu de sûreté des chemins pendant le siège de Saverne en 1636 et la maladie empêchaient le Révérend Père de porter aux soldats qui étaient en garnison au château les consolations de la religion. On grava alors sur un rocher qui borde le sentier qu'il prenait ordinairement pour se rendre à la forteresse, l'inscription suivante :

" Pourquoi, O Didacus, refuses-tu de porter le Saint Viatique à ton frère malade qui t'attendait dans le Château du Haut-Barr ? S'il est fatiguant et pénible de gravir le sentier escarpé de la montagne, songe que le chemin qui mène au Royaume des Cieux est au moins tout aussi pénible." 

Cette inscription fut rencontrée encore en 1670 par François Feigenthal, directeur des Bâtiments de l'Evêché lors de la Restauration de la conduite d'eau de la source du Haut Barr.

On peut lire aussi dans ce livre : " De la grosse Tour du château de Saverne à la pierre consacrée au Père Didacus il y a juste une lieue." 

Précisément, il y a juste une lieue de la zone de l'église de Notre Dame de la Nativité de Saverne ou de l'ancien Château de Saverne à ce Rocher dans les bois de Haegen et qui se trouve juste à côté de la source de Haegen.

Une lieue avant 1674 = 3248 mètres / https://fr.wikipedia.org/wiki/Lieue 

" Le Capucin ne put que répéter la déclaration que lui avait faite le moribond; il ajouta que la voûte ou le souterrain en question se trouvait près du rocher qu'on appelle le Lit ou le Sépulcre du Père Didacus et que ce rocher devait être connu par tout le monde

"....En suivant ce souterrain, on passe devant un rocher, où le Révérend Père Didacus, ci-devant récollet à Saverne et chapelain du Château du Haut-Barr, a gravé lui-même son nom avec un millésime et qu'on appelle actuellement le tombeau du R. P. Didacus. A partir de là le souterrain se prolonge vers le village de Haegen et monte au Château de Géroldseck (1), dans la cour inférieure duquel il a une issue...

(1) Le texte porte Wangenbourg; il est vrai que les nobles de Wangen étaient alors Co-propriétaires de Géroldseck ; ils en avaient adopté le nom qu'ils avaient ajouté à leur nom patronymique.

 

Rocher didacus

Mr Fagioli à la place du Père Didacus, 379 ans après sa mort. Des enfants du village connaissent très bien ce rocher, ainsi que les adultes...Mais il ne portait pas de nom spécifique...Aujourd'hui il a retrouvé son NOM...Le ROCHER DE DIDACUS..

 

" Nous sommes tombés par hasard sur ce Rocher... C'est en suivant le souterrain qui vient de Haegen (lors de nos relevées GPS tous les dix à vingt mètres) en quittant la route de Haegen à Saverne. Tout à coup nous nous sommes retrouvées face à ce rocher. Celui-ci nous empêcha de continuer notre avancée car il se trouvait juste en plein milieu du souterrain qui arrive de Haegen. La surprise c'est que de l'autre côté celui-ci n'avait plus la même direction et bifurquait par la gauche en prenant la direction du rocher du Haut-Barr (Du Rocher du Markfels).

Rocher souterrain

Il semble que ce gros rocher pourrait cacher une entrée ou indiquer un croisement de souterrains comme semble l'indiquer les tracés repérés grâce aux appareils... 

Aujourd'hui nous avons confirmés la présence de nombreux souterrains (un grand réseau de souterrains) depuis le Haut-Barr. Nous avons retranscrit ces souterrains sur Google Maps Marker et on peut voir que ceux-ci ne sont pas toujours rectilignes. Tous nos rapports ont été transmis à la DRAC de Strasbourg ainsi qu'aux communes concernées.

Il reste encore quelques tracés à suivre dont le souterrain vers Thal Marmoutier / Marmoutier et celui d'Otterswiller vers Friedolsheim. (Les relevés GPS sont pris tous les dix à vingt mètres.) "

Les recherches dans les églises :

 

Crypte eglise otterswiller

La crypte de l'église Saint-Michel d'Otterswiller et le souterrain du Haut-Barr. (CAMEXPLO/ Laurent GLADY/ Albert FAGIOLI/ Vincent SCHMITD)

Intervention dans le village d'Otterswiller suite à la demande de CAMEXPLO / Laurent GLADY / Albert FAGIOLI pour une localisation d'anciennes galeries et salles souterraines. Autorisation de la part de Mr le maire d'Otterswiller, Mr CREMMEL, reçue le 10 juin, date de l'intervention le 11 juin.

Matériel utilisé : Le Dowser, manipulé par Mr Fagioli.

En présence de Messieurs :

Vincent SCHMITD / Un particulier.

Le secrétaire de Mairie de Otterswiller.

Une rencontre a eu lieu en fin d'après-midi avec Mr le maire, Joseph CREMMEL.

Détail de l'intervention : La spécialité de la société CAMEXPLO est l'inspection technique d'anciennes galeries à l'aide de caméras spécifiques ou de robots d'explorations. Depuis peu il accompagne Mr Fagioli dans ses recherches non destructives pour localiser des anciens souterrains et salles souterraines. C'est ainsi que ses recherches sur le ban de Saverne, de Haegen, Marmoutier, d'Otterswiller l'on amené à identifier ce qui pourrait être un vaste réseau potentiellement très ancien. L'origine du départ se situerait au niveau du château du Haut-Barr, près de Saverne en Alsace.

En vert, une zone possible pour une intervention après autorisation du propriétaire. En rouge, la crypte rectangulaire et les deux passages de souterrains.

Un rapport a été envoyé à la DRAC de Strasbourg, les Bâtiment de France à Strasbourg et à la Mairie d'Otterswiller.

Pour une validation scientifique, on pourra passer un radar de sol sur ces zones bien précises suivie par un micro-forage et inspection avec caméra fibre optique.

 

Crypte eglise nativite saverne

La crypte de l'église de Notre Dame de la Nativité à Saverne et le souterrain du Haut-Barr. ( Albert FAGIOLI )

Voici le travail à distance qui a été fait par Mr Fagioli. Ces souterrains et cette salle souterraine n'ont pas été confirmés sur le terrain car aucune autorisation n’a été accordée à Messieurs Glady et Fagioli. On peut voir qu'il devrait y avoir une crypte dans la nef de l'église et deux départs de souterrains depuis celle-ci.

- Un vers le Sud Est, pas trés long. (Certainement celui dont on parle dans les archives qui va à la Porte de Strasbourg de l'époque.)
- Un vers le Nord-Ouest, pas très long également. Et à un moment il se replie sur lui-même pour prendre la direction du village de Haegen et monter au Haut-Barr.

Pour le moment on ne peut pas dire les dimensions de cette crypte, si elle est circulaire ou rectangulaire, tant que l’on n’a pas procédé à une localisation sur place avec le Dowser.

Seul info que Mr Fagioli peut donner : C'est que le départ de souterrain qui part vers le Haut Barr démarre à une grande profondeur car il passe en dessous de la rivière. A l'endroit où il démarre il se trouve à plus de trente mètres de profondeur. (On peut déjà voir le grand dénivelé entre les bâtiments de l'église et la grande place devant le château des Rohan, qui se trouve en pleins travaux en ce moment.

" Dommage que l'on n'ait pas eu d'autorisation pour suivre le souterrain du Haut-Barr dans Saverne, car on aurait pu découvrir où se situe cette fameuse Tour Carré dans Saverne... Certainement près de l'église et de l'ancien château de Saverne de l'époque. Comme je viens de découvrir, 379 ans après, le fameux Rocher dit de Didacus.

Un rapport a été envoyé à la DRAC de Strasbourg, les Bâtiment de France à Strasbourg. (Aucun rapport pour la Mairie de Saverne).

 

Chapelle st denis marmoutier

La crypte de la chapelle Saint-Denis de Marmoutier et le souterrain du Haut-Barr. (CAMEXPLO / Laurent GLADY / Albert FAGIOLI / Vincent SCHMITD)

Intervention dans le village de Marmoutier suite à la demande de CAMEXPLO / Laurent GLADY / Albert FAGIOLI pour une localisation d'anciennes galeries et salles souterraines. Autorisation de la part de Mr le Maire de Marmoutier, Mr WEIL Jean Claude, reçue le 8 juillet, date de l'intervention le 9 juillet.

Matériel utilisé : Le Dowser, manipulé par Mr Fagioli.

En présence de Messieurs :

Mr Vincent SCHMIDT : Un particulier.
Mr Jean-Claude WEIL : Maire de Marmoutier.
Mr Pierre MORGENTHALER, Mr Jean-Louis MULLER, Mr Aimé DANGELSER de la commune de Marmoutier.
Ainsi que le curé du village Mr Florent FRITZ.

Une réunion a eu lieu en fin d'après-midi avec un petit verre de l'amitié.

Détail de l'intervention : La spécialité de la société CAMEXPLO est l'inspection technique d'anciennes galeries à l'aide de caméras spécifiques ou de robots d'explorations. Depuis peu il accompagne Mr Fagioli dans ses recherches non destructives pour localiser des anciens souterrains et salles souterraines. C'est ainsi que ses recherches sur le ban de Saverne, de Haegen, Marmoutier, d'Otterswiller l'on amené à identifier ce qui pourrait être un vaste réseau potentiellement très ancien. L'origine du départ se situerait au niveau du château du Haut-Barr, près de Saverne en Alsace.

- Une crypte circulaire d'environ 5.80m avec un petit tronçon de souterrain et un possible accès depuis la chapelle. Le souterrain de gauche provient du Haut-Barr en passant par Haegen et Thal Marmoutier. Le souterrain qui part vers le Nord arrive sur la gauche de l'église Abbatiale de Marmoutier, dans une petite cave, avec également une petite crypte. (Aucun lien avec la crypte qui se trouve dans l'église Abbatiale de Marmoutier)

Un rapport a été envoyé à la DRAC de Strasbourg, les Bâtiment de France à Strasbourg et à la Mairie Marmoutier.

Pour une validation scientifique, on pourra passer un radar de sol sur ces zones bien précises suivie par un micro-forage et inspection avec caméra fibre optique.

 

Eglise marmoutier

La crypte de l'église de l'Abbatiale de Marmoutier. (CAMEXPLO / Laurent GLADY / Albert FAGIOLI / Vincent SCHMIDT)

Intervention dans le village de Marmoutier suite à la demande de CAMEXPLO / Laurent GLADY / Albert FAGIOLI pour une localisation d'anciennes galeries et salles souterraines. Autorisation de la part de Mr le Maire de Marmoutier, Mr WEIL Jean Claude, reçue le 8 juillet, date de l'intervention le 9 juillet.

Matériel utilisé : Le Dowser, manipulé par Mr Fagioli.

En présence de Messieurs :

Mr Vincent SCHMIDT : Un particulier.
Mr Jean-Claude WEIL : Maire de Marmoutier.
Mr Pierre MORGENTHALER, Mr Jean-Louis MULLER, Mr Aimé DANGELSER de la commune de Marmoutier.
Ainsi que le curé du village Mr Florent FRITZ.

Une réunion a eu lieu en fin d'après-midi avec un petit verre de l'amitié.

Détail de l'intervention : La spécialité de la société CAMEXPLO est l'inspection technique d'anciennes galeries à l'aide de caméras spécifiques ou de robots d'explorations. Depuis peu il accompagne Mr Fagioli dans ses recherches non destructives pour localiser des anciens souterrains et salles souterraines. C'est ainsi que ses recherches sur le ban de Saverne, de Haegen, Marmoutier, d'Otterswiller l'on amené à identifier ce qui pourrait être un vaste réseau potentiellement très ancien. L'origine du départ se situerait au niveau du château du Haut-Barr, près de Saverne en Alsace.

Une grande crypte rectangulaire d'environ 11.90m par 7.40m avec un petit tronçon de souterrain et un possible accès dans le transept Nord. Cette crypte n'a aucune liaison avec le souterrain qui provient du Haut-Barr. Seule la chapelle Saint Denis de Marmoutier fait partie du réseau souterrain du Haut-Barr. Cette grande crypte devait être la salle de réunion des Moines de l'Abbatiale de Marmoutier. Elle rappelle la salle souterraine que Mr Fagioli avait localisé dans l'Abbaye d'Alet-les-Bains dans l'Aude en 2003: Voir sur son blog : 
http://albert-fagioli.blogg.org/alet-les-bains-c26554366

Un rapport a été envoyé à la DRAC de Strasbourg, les Bâtiment de France à Strasbourg et à la Mairie de Marmoutier.

Pour une validation scientifique, on pourra passer un radar de sol sur ces zones bien précises suivie par un micro-forage et inspection avec caméra fibre optique.

Une série de forages est prévue d'ici la fin de l'année, avec aussi un forage prévu dans une propriété identifiée de Haegen, avec autorisation, se situant juste au-dessus d'un des souterrains...

 

Chateau haut barr la chapelle detruite

La Chapelle du Haut Barr à l'époque ROMANE.(Nicolas Mengus)

Apparemment cela pourrait bien confirmer encore une fois la légende du Haut Barr qui disait que la crypte se trouvait sous la chapelle du Haut Barr. Et on peut voir sur ce dessin (authentique ou pas) l'emplacement de la chapelle primitive du Haut Barr. Apparemment elle semble bien se trouver sur le Rocher du Markfels, juste après le Pont du Diable...

 

Sources : http://archeographe.net/Deux-enceintes-romaines

http://archeographe.net/Le-Musee-Archeologique-de-Saverne

http://albert-fagioli.blogg.org/le-chateau-du-haut-barr-c26861522

Fagioli Albert : Vous souhaitez nous soutenir, merci de m’écrire à l’adresse ci-dessous :

par Mail : indiana.57@aliceadsl.fr 

Je suis l’auteur d’un essai historique « Le testament du Duc d’Enghien ou le secret du fabuleux trésor de Marthille » aux Editions COPRUR à Strasbourg, avril 2008. Et vous pouvez voir sur mon blog l’une de mes dernières découvertes concernant l’île au trésor du capitaine William Kidd en Thaïlande. Cela sera certainement le sujet de mon second livre. Et une expédition devrait être prévue sur KO WANG NOK….
Pour infos :
Mon Blog : http://albert-fagioli.blogg.org/ 
Mon Twitter : https://twitter.com/INDIANA57/media 
Mon Facebook : https//www.facebook.com/albert.fagioli/photosbalbums
Mon futur site professionnel en construction : http//www.albert-fagioli.fr/416508074

YH : je te souhaite bonne réussite dans tes recherches l'ami, et d'obtenir toute l'aide nécessaire à tes projets...

 

Yves Herbo relai, Sciences, Fictions, Histoires, 16-09-2015

Brésil : les preuves d'une migration plus ancienne

Brésil : les preuves d'une migration plus ancienne

 

Niede pinturasNiede Guidon

 

Ce n'est pas la première fois que le sujet est abordé sur ce site mais il est évidemment nécessaire d'y apporter, dès que l'occasion s'offre ou est trouvée par l'auteur (moi-même), les pièces complémentaires qui étayent de plus en plus cette très probable réalité historique : l'Amérique du sud n'a pas été conquise en premier par les tribus asiatiques (comme celle, la plus nombreuse, nommée Clovis par la science moderne) et leur culture, via le détroit de Béring au grand Nord, mais bien par d'autres hommes, bien plus tôt, provenant probablement d'Afrique, mais aussi de l'Australie et des îles polynésiennes (mais on sait que premiers australiens provenaient probablement d'Afrique en suivant les côtes de l'Asie du sud-est, puis d'île en île). Les premières découvertes faites au Brésil ont été relatées ici via quelques articles :

 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-bresil-avait-aussi-son-cro-magnon.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/bresil-prehistoire-migrations-adn-ovnis.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/prehistoire-antiquite/la-mysterieuse-pierre-d-inga-bresil.html

 

Après donc ces sites dont je parle dans ces articles (dont celui de la Roche Percée, devenu célèbre depuis), voici encore ces découvertes prouvées par des datations récentes, dans les sites de la Serra da Capivara au Brésil, qui remettent également en cause la théorie d'un peuplement précolombien du Nouveau-Monde par la seule culture asiatique de Clovis. En fait, il s'avère de plus en plus que des êtres humains pourraient bien s'être établis en Amérique du Sud il y a quatre fois plus longtemps que prévu. Au Brésil, dans le parc national Serra da Capivara, classé au patrimoine mondial de l’humanité, des peintures rupestres et divers autres preuves indiquent une présence humaine bien plus ancienne que prévu dans le Nouveau Monde.

 

Peinture pedra furadaL'une des peintures rupestres très anciennes de l'un des 1500 sites

 

Le New-York Times a d'ailleurs publié tout un article sur ce sujet précis.

Selon la théorie la plus acceptée (au point qu'elle est déjà apprise dans certaines écoles), l’Amérique aurait d’abord été peuplée il y a 13.000 ans environ par la culture de "Clovis", (nom d’un site archéologique du Nouveau-Mexique où elle a été découverte vers 1930). Elle est arrivée depuis l’Asie par le détroit de Béring alors émergé grâce à la glaciation encore en cours. Or, certains outils des sites brésiliens remonteraient à 22.000 ans et un crâne vieux de 11.000 ans, étudié par Walter Neves de l’université de São Paulo, présente davantage de ressemblances avec ceux des Aborigènes australiens que ceux des Asiatiques. Les archéologues et anthropologues spécialistes du Nouveau-Monde se déchirent violemment sur la question, certains comme Gary Haynes de l’université du Nevada n’hésite ainsi pas à déclarer que ces outils auraient pu être façonnés par des singes (!).

 

Par contre, il faut bien reconnaître que des analyses d’ADN mettent bien en valeur l’existence d’un lien entre les populations indigènes d’Amérique Centrale et d’un enfant de la culture de Clovis mort il y a 12.700 ans. Mais une étude de 2013 montre à l’inverse des liens génétiques entre les Amérindiens Botocudo et des Polynésiens...

 

La contestation d’un modèle unique basé sur la culture de Clovis prend donc de l’ampleur et s’appuie de plus en plus sur des éléments concrets. En novembre, un site uruguayen aurait montré un peuplement humain vieux de 30.000 ans, tandis que des charbons tirés d’un foyer découvert à Serra da Capivara ont été datés d’il y a environ 48.000 ans. "Si ces théories et datations sont vérifiées, ceux qui ont vécu à Serra da Capivara n’ont pas transmis leur patrimoine génétique aux populations d’aujourd’hui, explique au New-York Times Michael Waters de l’université A&M du Texas. Nous devons réfléchir longuement et profondément sur ces sites anciens et à comment ils s’insèrent dans l’histoire du peuplement des Amériques." - 2015 - Les datations ont été à nouveau confirmées (voir en bas).

 

In Piauí, Brazil, archaeologists say stone tools prove that humans reached what is now Brazil as early as 22,000 years ago, upending a belief that people first arrived about 13,000 years ago.  By Nadia Sussman on Publish DateMarch 27, 2014. Photo by Daniel Berehulak for The New York Times. Watch in Times Video »



sources : http://www.maxisciences.com/arch%e9ologie/comment-un-site-archeologique-bresilien-perturbe-les-modeles-en-cours_art32275.html

http://www.nytimes.com/2014/03/28/world/americas/discoveries-challenge-beliefs-on-humans-arrival-in-the-americas.html?partner=rss&emc=rss&_r=2

 

Conclusions provisoires : Les deux théories ne sont pas incompatibles mais complémentaires : comme ailleurs dans le monde (voir les traces de plusieurs migrations et même demi-tours au niveau de l'Asie du Sud-Est, mais aussi dans la péninsule de l'Arabie Saoudite), il y a probablement eu plusieurs migrations de Homo Sapiens (comme il y a aussi probablement eu plusieurs migrations encore plus ancienne des hominidés qui ont précédés Homo Sapiens, comme Homo Erectus par exemple, voir Néandertal et Denisovien aussi, etc...). Et ces migrations ont pu suivre différents chemins selon les possibilités climatiques de chaque époque, mais aussi les connaissances et inventions des diverses tribus et groupes d'humains concernés par ces migrations... Absolument rien n'interdit aussi de penser que la navigation ait pu être inventée bien plus tôt qu'on ne le pense (même si certaines traces trouvées sur des îles méditerranéennes, mais aussi d'Indonésie par exemples nous incitent à y penser fortement) par quelques groupes ou tribus de voyageurs, mais que cette invention précoce (et pourtant logique car ni l'eau, ni les fleuves par exemple, n'ont jamais pu arrêter l'Homme très longtemps) ait pu être reperdue par la suite, entre deux migrations. Donc, non seulement le détroit de Béring est devenu plusieurs fois un passage "à pied sec" entre la Sibérie et l'Amérique du Nord sur plusieurs dizaines de milliers d'années et selon plusieurs glaciations/déglaciations, mais on sait bien aussi maintenant que l'homme moderne est parvenu en Australie il y a au minimum 60.000 ans... et qu'il n'y avait pas de la terre partout reliant l'Australie à l'Asie et donc que l'homme connaissait déjà au moins le principe de la navigation il y a au minimum 60.000 ans. Et c'est un minimum quand on voit la répartition géographique d'Homo Erectus par exemple, qui a parfaitement pu transmettre des connaissances et laisser des indices aux suivants avant de disparaître, car on a bien découvert finalement ses propres capacités intellectuelles plus évoluées qu'on ne le pensait et une certaine sophistication de son industrie de la pierre également...

Nous devons aussi saluer les scientifiques "de pointes" qui tentent déjà les premières recherches approfondies du site pour établir une chronologie de ces différentes peintures et en chercher d'autres. C'est en effet le site où nous avons trouvé les plus anciennes traces de l'homme sur l'ensemble des Amériques, une occupation continue donc entre -50.000 et - 20.000 ans (pas au Nord donc mais bien au Sud) et il faut donc s'atteler à en trouver d'autres ailleurs, et voir où ce premier habitant des Amériques a bien pu aller ensuite... :

 

Peinture pedra furada 2

(extrait) : " Dans la mesure où les plus anciennes occupations préhistoriques proviennent de la région du Piaui et que désormais l’authenticité des pièces et la validité des datations 14C ne sont plus mises en doute, la nécessité de poursuivre les recherches s’avère indispensable. En effet, le site de Pedra Furada qui a livré ces informations est un abri-sous-roche développé à la base de l’escarpement gréseux. Or ces conditions ne sont guère propices à la conservation des os, que ceux-ci soient humains ou animaux. Or, ce n’est pas le cas des sites développés dans les formations calcaires du pédiment et qui sont susceptibles de fournir beaucoup d’informations sur les paléoenvironnements du Pléistocène (lesquels sont presque totalement inconnus dans cette partie d’Amérique du sud).


C’est donc dans cet objectif que des recherches géomorphologiques, stratigraphiques et paléoenvironnementales sont menées. Elles permettront de comprendre l’organisation des formations sédimentaires et leurs relations latérales, de faire les liens entre les formations développées dans les abris-sous-roche de l’escarpement gréseux et celles que l’on retrouve dans les pièges karstiques du pédiment, et de localiser au mieux les secteurs susceptibles d’apporter le maximum d’informations.

Le cro magnon bresilien

Le "Cro-Magnon" brésilien habitait déjà la jungle brésilienne il y a 50.000 ans...


Parallèlement, nous développerons une politique de sondages à la recherche de niveaux archéologiques du Pléistocène final. En effet, il ne fait aucun doute que les industries de Pedra Furada (datées entre 50 et 20 ka) soient bien d’origine anthropique. Mais ce site reste unique au Brésil et il pose bien évidemment le problème des origines du peuplement de l’Amérique du Sud. Pour tenter de répondre à cette question, il faut rechercher d’autres sites et élargir le champ des occupations comprenant à la fois des artéfacts et de la faune. C’est pour cela que nous avons décidé de travailler dans la zone calcaire davantage propice à une meilleure conservation, car les premiers travaux menés par Niede Guidon et Claude Guérin ont permis de mettre à jour une mégafaune jusque-là totalement inconnue dans cette région d’Amérique du Sud.


En élargissant les secteurs d’étude et en entamant de nouvelles recherches, nous espérons replacer les données régionales dans les débats sur l’origine des peuplements sud-américains et participer au courant novateur qui touche toute l’Amérique sur ce thème. "

Source : http://www.mae.u-paris10.fr/arscan/Espaces-et-Temps-des-Premiers.html

 

 

Yves Herbo, Sciences, Faits, Histoires, 06-09-2015

OVNI : Un ancien pilote militaire révèle sa rencontre

OVNI : Un ancien pilote militaire révèle sa rencontre

r-sabreliner-jet-large570.jpg

 

Photo de l'avion T-39D Sabreliner , similaire au jet piloté par Capt. Larry Jividen la nuit de cette rencontre avec un ovni en 1975.

Source : http://www.huffingtonpost.com/2012/04/03/ufo-encounter-pilot_n_1396078.html?ref=tw  via http://www.facebook.com/crucras

Traduction area51blog

 

Dans la nuit du 6 février 1975, le capitaine d’escadron de marine de réserve  Larry Jividen pilotait un Sabreliner T-39D (voir image ci-dessus) avion d’entrainement au  combat et de service avec cinq pilotes officiers de marine à bord pour un vol d’entraînement spécial. Il ne savait pas que la soirée se transformerait  en un jeu du «chat et de la souris» avec un objet volant non identifié.

 

Jividen n’a jamais parlé de son expérience depuis presque 40 ans — jusqu’à maintenant.

L’officier du Corps des Marines depuis 9 ans - et plus tard pilote de ligne commerciale - avait décollé au crépuscule pour un aller-retour de deux heures qui a commencé et s’est terminé  à la Station Aéronavale de Pensacola, en Floride.

 

s-larry-jividen-large300.jpg

 

“Aux environs de 9 heures, nous descendions d’une haute altitude — environ 33,000 pieds – et j’ai regardé sur le côté droit de l’avion où j’ai vu une lumière rouge fixe à notre position et altitude de 01:00 heure ”, a dit Jividen au Huffington Post.

 

“Il ne clignotait pas comme les feux anti-collision  normaux des avions. J’ai pensé que ça pouvait être quelque autre traffic, mais je n’étais pas sûr alors j’ai appelé la tour de contrôle et dit, « Comprenez que nous avons l’autorisation d’approche, mais nous avons un trafic sur notre droite, qui passe en premier pour l’approche ?”

 

Le trafic que Jividen et les cinq autres membres de l’équipage ont vu a été mutuellement décrit comme «un objet solide circulaire ayant la taille relative d’une bille de gamin tenue à bout de bras», s’est rappelé Jividen.

 

 Lorsqu’ils furent informés que la tour de contrôle au sol n’avait pas d’autre trafic dans leur proximité, Jividen commença à s’inquiéter que le mystérieux objet ne soit pas apparu sur le radar. Il demanda donc  l’autorisation de dévier de leur approche et de se tourner directement vers l’ovni lumineux rouge “juste pour voir ce qu’il allait faire”.

 

Comme il se tourna vers l’objet, Jividen dit qu’il se tourna vers son avion. “Il a soudainement volé de droite à gauche, sur le nez [de notre avion], et s’est juste arrêté à notre position de  11  heures. À ce moment-là, j’ai commencé à accélérer pour voir si je pouvais me rapprocher de l’objet, et comme je [l'ai fait], il m’a dépassé. en d’autres termes, quand j’accélérais, il  accélérait . “Alors, j’ai décidé de descendre pour placer l’objet contre un champ d’étoiles afin de m’assurer qu’il était réellement solide, et puis je suis monté pour que je puisse voir  silhouette de l’objet contre le Golfe du Mexique.” Jividen dit la que la  rencontre de cinq minutes a pris fin lorsque l’ovni rouge s’est envolé à une vitesse très élevé et a disparu à l’horizon en direction de la Nouvelle-Orléans. Lorsque l’équipage retourna à Pensacola, Jividen remplit un dossier d’incident et ce fut la dernière fois qu’il entendit parler de cet épisode Et personne d’autre n’en entendit parler pendant plus de 3 décennies. L’histoire de Jividen est maintenant racontée dans la nouvelle édition de “”UFOs: Myths, Conspiracies and Realities,” écrit par le  Col. John Alexander.

 

s-john-alexander-large300.jpg

 

“J’ai fait quelques vérifications sur les antécédents de Jividen et une des premières choses qui revenaient était sa  croix de vol de distinction pour avoir fait  des choses vraiment héroïques. Il est bien celui qu’il dit être et il est très simple», dit Alexander au  HuffPost. “Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute que c’était quelque chose. Je le prends comme un témoin très crédible, bien plus que beaucoup d’autres.”

 

L’autorisation top-secret d’Alexander qui lui a été accordée par le Gouvernement américain lui a donné accès dans les années 80 à une variété de documents officiels et aux premiers récits personnels d’ovnis. Il a aussi créé un groupe spécial de fonctionnaires et de scientifiques de haut niveau qui ont étudié le phénomène ovni. En fin de compte, Alexander a déterminé que les États-Unis, en effet, avaient des preuves montrant la réalité OVNI, mais il n’a pu trouver aucun signe que le gouvernement a délibérément gardé ces informations du public, ou que le contact avait été pris avec une vie extraterrestre. “Une des choses que nous observons sont des caractéristiques physiques que nous ne comprenons pas, des capacités qui sont au-delà de nos options technologiques en ce moment, une accélération extrêmement rapide et des tours de haute gravité auxquels des  organismes vivants, comme nous le savons, ne survivraient pas , “a t-il expliqué.

 

Regardez ces rencontres rapprochées étonnantes des pilotes avec des ovnis :

 

 

Une question plus large subsiste  en ce qui concerne les ovnis vus par des militaires, des pilotes professionnels et privés qui  peuvent se révéler des dangers potentiels pour la sécurité, dit au moins un scientifique respecté. “ Mes amis qui sont des scientifiques disent, « Eh bien, il n’y a rien concernant les ovnis. Si il y avait quelque chose, nous aurions des données et nous aimerions les compulser. “ C’est en partie une déclaration valable, et ce sont  les pilotes qui  sans le savoir, nous empêchent d’obtenir les données pour analyser scientifiquement, “ a déclaré Richard Haines, ancien chercheur scientifique  du Centre de recherche Ames de la NASA.

 

Haines – qui préfère utiliser le terme phénomènes aériens non identifiés, ou PAN plutôt que OVNI – est un ancien sceptique  qui dirige actuellement le Centre national d’information de l’aviation sur les phénomènes anormaux,(National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena), ou NARCAP. “Nos objectifs sont de rendre les vols plus sûrs pour le  public qui voyage, en particulier en ce qui concerne les PANs, et nous sommes convaincus qu’il y a une menace potentielle posée par proximité des PANs et des avions commerciaux et privés», dit Haines au HuffPost.  Travaillant avec un effectif de près de 40 personnes, y compris les filiales internationales, Haines est scientifique en chef du NARCAP. Il aborde la question des pilotes qui ont craignent de signaler un OVNI ou un PAN alors qu’ils sont encore actifs.

 

“ Pour moi, c’est un grave facteur inhibant pour que les scientifiques comme moi collectent les données.” Haines suggère que le facteur peur qui entoure les pilotes n’est pas tant le fait d’avoir peur des objets auxquels ils sont confrontés que la crainte de perdre leur emploi s’ils parlent à ce sujet. “Exactement. Je ne pense pas que ce soit  une peur physique. Le NARCAP vient avec l’objectif d’essayer de rendre les vols plus sûrs pour le public, et les compagnies aériennes ne veulent pas entendre cela, car cela implique qu’ils ne sont pas sûrs ! Pour des raisons évidentes, de nombreux rapports que j’ai  sont ceux des pilotes à la retraite. “Comme celui de Jividen, qui a déposé un rapport l’an dernier avec Haines — près de 40 ans après les faits, mais c’était toujours impressionnant. “ En premier lieu, il y a plusieurs témoins” déclare Haines. “Il y avait six hommes à bord et ils n’ont pas tous confondu avec une illusion collective. “ Après plusieurs minutes l’objet n’a pas changé de forme ou d’intensité , ce qui signifie qu’il n’a pas seulement accéléré devant lui et arrêté à sa position de 11 heures, mais il a ensuite maintenu sa vitesse en avançant. Nous devons nous demander quel phénomène naturel est capable de faire ça ? ! "

 

L’ancien scientifique de la NASA Richard Haines décrit une rencontre poignante d'un pilote avec un OVNI :

 

Dr. Haines has been a NASA research scientist since the mid 1960's. He has worked on the Gemini, Apollo and Skylab programs as well as several others. Over the past 30 years, Dr. Haines has compiled over 3,000 cases of unusual visual and radar sightings of unexplained aerial phenomena -- known as the AIRCAT files.

 

Dr. Richard F. Haines, NARCAP Science Chief presents at the CAIPAN 2014 Workshop, hosted by CNES-GEIPAN - PARIS 2014 (vous avez des sous-titres en vo traduits par Google en français dans le menu que vous pouvez choisir)

 

Haines n’est pas encore sûr de ce que sont ces objets insolites dont  tant de pilotes au fil des décennies ont fait état. « Honnêtement, je ne sais pas, et en tant que scientifique, je veux garder toutes les portes ouvertes jusqu’à ce que j’aie  une preuve suffisante, mais jusqu’à ce moment-là, je ne vais pas spéculer. ”

 

Les recherches d’ Alexander le conduisent à au moins une  conclusion importante à propos des cas réellement inexpliqués d’OVNIs ou de PANs.      ” Si vous arrivez à la question fondamentale – si il y a une intelligence derrière tout cela, et cela semble bien  être vrai - des choses comme l’énergie doivent être la clé. Certainement,  comprendre une forme différente d’énergie serait incroyablement utile.” Quel  qu’ait été l’objet circulaire rouge   que Jividen et son équipage ont  rencontré cette nuit-là en 1975, deux choses ont fait une impression durable sur lui. « Tout d’abord, il n’y avait pas de contact radar avec lui. Il est clair, par la silhouette et les mouvements de mon appareil, que c’était un objet solide, qui se propulsait lui-même. ” Je ne pense pas que notre science physique soit assez avancée pour évaluer ce que sont  ces choses. Il y a certains phénomènes physiques en cours que nous ne pouvons pas clairement interpréter ou évaluer – c’est de toute évidence contrôlé par une intelligence, mais il se peut qu’elle ne soit pas extraterrestre ”.

 

http://area51blog.wordpress.com/2012/04/12/rencontre-avec-un-ovni-revelee-pres-40-ans-apres-par-un-ex-pilote-militaire-exclusif/

 

MAJ 2015 - Video Geipan 2014

 

Yves Herbo Relai, S, F, H, 04-2012 - UP 08-2015

Ovnis et Conscience, 3 des auteurs en parlent

Ovnis et Conscience, 3 des auteurs en parlent - ODH Interview 63

Ufo conscience p solalP. Solal - ODHTv

 

Cette vidéo a été filmée, réalisée et produite par Gilles Thomas de ODHTv

Eric Zürcher, créateur du CRUN (Centre de Recherche Ufologique Niçois), essayiste, auteur du livre « Les Apparitions d’Humanoïdes » (A. Lefeuvre, 1979)".
Fabrice Bonvin, ufologue suisse.
Philippe Solal, Professeur agrégé de Philosophie

Deux grandes énigmes de la science, la Conscience et les OVNIS, se rencontrent dans cet ouvrage collectif rédigé par des auteurs de premier plan qui, pour la première fois, entrecroisent leurs discours. Des scientifiques issus des sciences dures (physique) et des sciences humaines (psychologie, ethnologie), un philosophe des sciences, des ufologues-enquêteurs et des témoins analysent le phénomène OVNI à la lumière de ces deux énigmes et à partir de leurs domaines de compétences respectifs.

Thèmes abordés :
- Les OVNIs et la Conscience
- La physique de l'information en rapport avec les manifestations OVNIs
- L'information comme essence de la réalité 
- Un nouveau paradigme pour l'ufologie et les "faits maudits"
- Concepts de "mondes conscienciels", "facteur exogène" et d'"eschatologie laïcisée"

Interview organisée par le CRUN (centre de recherche ufologique niçois).

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

Liens:
http://ovniconscience.com/index.html

http://info-crun.over-blog.com/

 

Document relayé par Sciences, Fictions, Histoires.com

 

Yves Herbo Relai, Sciences, Fictions, Histoires, 18-08-2015

La Civilisation de l'Indus encore plus étendue

La Civilisation de l'Indus encore plus étendue que supposée

Civ harappa courronne cuivre 2015 mini

La Civilisation de l'Indus, ou encore Civilisation Harappéenne (Harappa étant leur plus grande ville découverte à ce jour), est l'une des 4 plus anciennes civilisations sophistiquées découvertes à ce jour, avec celles de la Mésopotamie (Sumer), de l'Egypte des pharaons et de la Chine impériale, mais c'est aussi la moins bien connue des quatre, puisque leur écriture n'a toujours pas été déchiffrée. Et une dernière découverte, au nord de l'Inde, accentue encore le mystère lié à cette très ancienne civilisation raffinée, car l'endroit en question augmente encore la superficie du territoire sur lequel ce peuple s'était établi et avait construit des cités ayant un caractère très moderne. C'est la première fois que des traces bien identifiées de cette société sont découvertes aussi à l'Est et cette superficie d'occupation de territoires de la civilisation Harappéenne la situe maintenant du Pakistan et nord-ouest de l'Inde au nord de l'Inde, car des artefacts de la civilisation de la Vallée de l'Indus ont été trouvés sur une surface de 930.000 km², presque aussi grande que l'Europe de l'Ouest entière.

Mais quelle est cette nouvelle découverte au juste ? 

Civ harappa excavation site 2015

Excavation site from the late Indus Valley civilization period in a village called Chandayan, in the northern Indian state of Uttar Pradesh. (A.K. Pandey/Archaeological Survey of India)

C'est en labourant la terre pour l'extraction de l'argile que des ouvriers ont découvert un crane humain portant une couronne de cuivre très abîmée, dans le village de Chandayan, au nord de l'Inde, dans l'état d'Uttar Pradesh. L'Archaeological Survey of India (ASI) a été tenue au courant de cette découverte et s'est donc précipitée sur les lieux pour le sauvegarder et entreprendre des fouilles. Voilà ce qu'en dit le Dr Rakesh Tewari, directeur général de l'Archaeological Survey of India (ASI) : c'est seulement la deuxième couronne à être découverte ainsi sur un site de la Vallée de l'Indus, que ce soit en Inde ou au Pakistan car seule une couronne en argent avait été déterrée sur un autre site de la Vallée de l'Indus, dans l'état d'Haryana au nord-est de l'Inde. (YH : seulement deux couronnes et toutes deux retrouvées au nord-est de l'Inde, et datées de la fin de cette civilisation : c'est probablement un indice important sur l'Histoire de cette société humaine ancienne...)

" Notre objectif était de procéder à un opération de sauvetage, afin de voir ce qui pouvait être trouvé sur le site autour des restes du squelette " explique Tewari

" La personne portant la couronne a du être un personnage important dans la société " suppose le Dr A.K. Pandey, directeur des fouilles à Chandayan et archéologue principal de l'ASI, " mais on ne sait pas si à cette époque, les gens l'utilisaient comme une couronne ou comme une sorte de casque ", ajoute-t-il. (YH : la forme de cette couronne ou casque est en effet assez étrange, ou incomplète - on sait que le cuivre possède des propriétés magnétiques et /ou isolantes également...).

Civ harappa couronne cuivre 2015
La couronne en cuivre de 4.000 ans, décorée avec une perle de cornaline et une perle de faïence - The remnants of a 4,000-year-old copper crown found on a skull from the late Indus Valley civilization period found at village of Chandayan, in the northern Indian state of Uttar Pradesh. (A.K. Pandey/Archaeological Survey of India)

Pendant les fouilles, le Dr Pandey a aussi découvert des ossements d'animaux et des marmites de terre cuite, des pots en argile, à la même profondeur que le site funéraire situé à 20 mètres de là. Cela suggère qu'un animal a été sacrifié lors d'une cérémonie funéraire pour la personne dont on a trouvé les restes. " C'était une pratique de cette époque " affirme Pandey.

Une autre pièce métallique de cette même couronne, ainsi qu'un os pelvien et un fémur de la jambe gauche de la personne ont été déterrés, ainsi que 21 pots en terre cuite sur le site funéraire. Une habitation de la même période a été aussi trouvée, à 45 mètres du site funéraire, entourée par un sol compact, des murs de boue séchée et des trous pour des poteaux de clôture. La découverte est importante, car c'est la première fois que l'on trouve les traces d'une habitation de la fin de la Civilisation de l'Indus aussi loin à l'est, augmentant ainsi la superficie connue de cette civilisation.

Civ harappa pots terrecuite 2015

(A.K. Pandey/Archaeological Survey of India)

Sources : http://www.theepochtimes.com/n3/1173792-4000-year-old-copper-crown-found-in-india/

Wikipedia.fr

Yves Herbo : Avec cette deuxième couronne découverte et concernant la dernière période de l'existence de cette civilisation mystérieusement disparue et oubliée même très longtemps, de nouvelles interrogations se font jour dans les esprits des chercheurs. En effet, la civilisation harappéenne est justement considérée pour l'instant comme une civilisation extrêmement égalitaire, et jusque dans la planification de toutes ses villes : aucun temple ni château ou palais n'y a été découvert. Au contraire, toutes les cités sont construites sur le même modèle très sophistiqué pour l'époque : " la ville est composée de deux grands quartiers : un premier comportant une plate-forme de terre surélevée que les premiers archéologues nommeront la "citadelle" et un second, appelé "cité basse", composé de maisons et de magasins étroitement entremêlés, séparés par un réseau de rues et d'allées, bien définies, suivant un plan précis, de largeurs fixées et en usage dans la quasi-totalité des sites.

Les bâtiments principaux étaient construits en briques, cuites ou crues, d'une forme rigoureusement standardisée. Un système décimal de poids et mesures était utilisé sur toute la superficie de cette civilisation. Les villes les plus peuplées comptaient jusqu'à 30 000 habitants. (au minimum 5 millions d'habitants en tout).

À Harappa, Mohenjo-daro et sur le site de Rakhigarhi, les plus connues et probablement les plus peuplées des villes de cette civilisation, la planification urbaine incluait le premier système au monde de traitement des eaux usées. À l'intérieur des villes, l'eau était tirée de puits. Dans les maisons, une pièce était destinée aux ablutions, les eaux usées étaient dirigées vers des égouts couverts qui longeaient les rues principales. Les maisons ouvraient seulement vers des cours intérieures ou sur des ruelles, se tenant ainsi éloignées des éventuelles mauvaises odeurs et reflux.

Le rôle de la citadelle est encore sujet à débat. Contrairement aux civilisations contemporaines de la Mésopotamie et de l'Égypte, aucune structure de grande taille n'était ici construite, aucune ne semble avoir été un temple ou un palais donc pas de trace matérielle prouvant l'existence de roi, d'armées ou de prêtres. Certaines structures sont cependant identifiées comme des greniers qui signifierait l’existence de surplus agricoles, une raison de cette floraison urbaine.

À Mohenjo-Daro, on a découvert dans la citadelle le « grand bain », une piscine rectangulaire entourée de galeries qui pourrait avoir été un bain public. Deux escaliers symétriques donnent accès à un bassin dont l’étanchéité est assurée par des joints de bitume entre les briques. Bien que la citadelleait été entourée de murs, il ne semble pas qu'elle ait eu un rôle défensif mais plutôt de protection contre les crues. La ville basse est formée de rues régulières orientées nord-sud et est-ouest. Les maisons sont d’une superficie de 50 à 120 m2. Elles possèdent un étage auquel on accède par un escalier intérieur. Certaines sont dotées d’un puits privé, les autres sont approvisionnées en eau par des puits publics. Les maisons sont équipées de salles de bain dont les eaux usées sont évacuées par une rigole en plan incliné qui conduit au caniveau de la rue.

Les différents quartiers de Mohenjo-Daro ont été reconstruit à plusieurs reprises suivant le même plan. À chaque fois, le système de canalisation et d’égout a été réaménagé, ce qui suppose l’existence d’une autorité publique. Pourtant, aucun des bâtiments de Mohenjo-Daro et de Harappa ne peut être considéré comme un temple ou un palais. Aucune trace n’indique avec certitude la prédominance d’une classe de rois ou de prêtres.

La plupart des habitants des villes semblent avoir été des commerçants ou des artisans, vivant ensemble dans des zones bien définies déterminées suivant leur activité. Des matériaux, provenant de régions lointaines, étaient utilisés dans la confection de sceaux, de perles et d'autres objets. Les sceaux comportent des représentations animales, divines et des inscriptions. Quelques-uns d'entre eux étaient utilisés pour faire des sceaux dans l'argile mais ils avaient probablement d'autres emplois. La découverte de sceaux jusqu’en Mésopotamie atteste de l'existence d'un commerce lointain.

Bien que certaines maisons soient plus grandes que d'autres, il ressort de l'observation de ces villes, une impression d'égalitarisme, de vaste société de classe moyenne, toutes les maisons ayant accès à l'eau et au traitement des eaux usées. "

La découverte de ces couronnes pourrait donc signifier que, peu de temps avant la disparition de cette culture (la population ayant probablement migré historiquement vers le Gange), ce peuple s'est doté de rois pour tenter de contrecarrer un bouleversement profond (probablement extérieur ou climatique selon les hypothèses), sans toutefois y réussir...

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 10-08-2015