FMI

Coup de main à 3poings2crochets

Coup de main à 3poings2crochets

banniere3poings2crochets-mini.png

Voilà l'occasion de découvrir un groupe français engagé, 3poings2crochets. Ils m'avaient demandé il y a quelques mois de diffuser l'un de leurs clips, ce que j'avais faits avec plaisir, car il n'y a aucune raison de ne pas aider librement et gratuitement un artiste qui ne demande qu'à s'exprimer, et de lui donner la possibilité de leur faire. Je profite donc de la création de leur petit site qui présente leurs premières œuvres pour repartir ici à zéro et vous faire partager les trois premiers épisodes tirés de leurs pensées et dons. Leur style ? Comme l'indique leur site, il s'agit ici de Slam, Hip-hop, Electro, Artisanal, Résistant : de l'info, du politiquement et socialement engagé donc, avec messages :

Episode 1 : Killing Bilderberg

Depuis 1954, chaque année, se réunit dans des palaces, en secret, l'élite mondiale de l'industrie,de la politique, des médias, de la finance, de la Banque mondiale, de l'OTAN, de l'ONU, de la BCE, du FMI, de l'OMC, de la NSA etc... Tous ces hauts responsables retournent ensuite à leurs fonctions avec les directives à mettre en application.
C'est là que se prennent les grandes décisions, sans consultation du 1er concerné : LE PEUPLE.
A côté, le moindre G20 fait pâle figure et déclenche toute une armada journalistique. Mais là, autant de personnalités au même moment, au même endroit et aucune couverture médiatique.
Pourquoi ? LA DEMOCRATIE NE LE MERITE-T-ELLE PAS ?
La crise de la dette est un de ses faits d'armes afin d'imposer SON NOUVEL ORDRE MONDIAL ( = ETAT TOTALITAIRE A L'ECHELLE PLANETAIRE).
"1984" est son idéal.
Il s'agit du GROUPE BILDERBERG
NO PASARAN !!

http://www.myspace.com/3poings2crochets
http://3poings2crochets.bandcamp.com/

Episode 2 : La Cible

" La 3ème guerre mondiale, on est en plein dedans.
Oligarchie financière contre Peuple de la Terre.
Une guerre menée dans le dos des masses populaires.
C'est plus facile quand la cible ne sait pas qu'elle est cible.
La 3ème guerre mondiale, on est en plein dedans :
Oligarchie financière contre Peuple de la Terre.
La hache de guerre dans la main de la finance...
mais on est plus nombreux. On est plus nombreux !
La 3ème guerre mondiale, on est en plein dedans.
Et la 4ème commencera quand leurs effets
d'illusion ne feront plus effet,
quand le peuple affamé n'aura d'autre choix
pour survivre
que celui
de se soulever."

Episode 3 : Fausse Bannière

Rien de tel qu'un évènement bien sanglant, bien spectaculaire pour rallier à soi son peuple sur le chemin de la guerre...

http://3poings2crochets.kazeo.com/

SFH-09-2013

OVNIs : photographie authentifiée de 1956 de la Marine de Nouvelle Zélande

OVNIs : photographie authentifiée de 1956 de la Marine de Nouvelle Zélande

bateau-marine-ufo.jpgla photo avec un gros plan de l’objet-02-1956-NZ

Nous sommes en février 1956 lorsqu’un photographe de la marine de Nouvelle Zélande prend une photo de la proue de son navire, le croiseur Royalist.

L’histoire raconte que la photographie serait restée pendant quarante ans dans le musée de Devonport. La photo à été prise en noir et blanc en grand format à partir du pont du croiseur, il semble que le bâtiment se dirigeait vers le cap Brett.

L’analyse du négatif à l’aide de procédé numérique montre que l’objet fait bien partie de la photo d’origine et n’a pas été rajouté lors d’une falsification de l’image. Il semble que l’anomalie présente était à une assez grande distance du bateau et aucun marin qui se trouvait sur ce bateau ne l’a vu. D’après l’analyse l’objet semble trop éloigné pour être quelque chose qui aurait été jeté par-dessus bord. On pourrait imaginé que nous avons affaire à un parachute à cause de la forme, mais on ne voit rien qui est maintenu en dessous comme une caisse ou quelqu’un de plus on ne voit pas les filins qui maintiendrait ce qui serait porter par ce parachute. De même l’objet semble très au dessus du navire et à moins qu’il soit très léger il aurait été très haut et donc difficile à lancer.

newzeland-1956-02-marine.jpgLa photo est assez intrigante mais on ne peut pas être sûr qu’il s’agisse d’un ovni, en tout cas les experts ayant eut le négatif exclut que la photo ait été retouchée.

image source : dark-ride.org/ + http://www.uforth.com/oval.htm via Area51 (toutes mes amitiés à Era)

Relayé par Yves Herbo-SFH-08-2013

Les Illuminatis accusés de partout, y compris pour la création de facebook

Les Illuminatis accusés de partout, y compris pour la création de facebook - archives

illuminati.jpg

Voila une vidéo montrant Mark Zuckerberg, co-fondateur de Facebook, très stressé lors de la conférence au Wall Street Journal lorsqu'il dévoile par accident la mission censée représenter Facebook... Cela prouve t-il que Facebook = illuminatis ? À vos claviers!

- Un peu de culture ....

Les Illuminati existent sous leur forme actuelle depuis 1776 (date de fondation de l'Ordre des Illuminati en Bavière par Adam Weishaupt, un ancien Jésuite).

Leur projet était de changer radicalement le monde, en anéantissant le pouvoir des régimes monarchiques qui, à cette époque, entravaient le progrès de la société et des idées. La Révolution Française et la fondation des Etats-Unis auraient été des résultats de leur stratégie. Pour les Illuminati, la démocratie politique était un moyen et non une fin en soi. Selon eux, le peuple est par nature ignorant, stupide, et potentiellement violent. Le monde doit donc être gouverné par une élite éclairée. Au fil du temps, les membres de ce groupe sont passés du statut de conspirateurs subversifs à celui de dominateurs implacables dont le but essentiel est de conserver leur pouvoir sur la population.

Le symbole des Illuminati est présent sur les billets de 1 dollar : une pyramide dont le sommet (l'Elite) est éclairé par l'oeil de la conscience et domine une base aveugle, faite de briques identiques (la population).

Quand Marie Laforêt se fâche contre les francs-maçons chez Ardisson... :

Antoine Schuller chez Ardisson :

Thierry ARDISSON interroge Didier SCHULLER sur ses activités politiques passées. Devenu l'un des lieutenants de Charles Pasqua, il dirige l'office des HLM des Hauts de Seine. Le juge Halphen soupçonne l'existence d'un réseau de fausses factures et il prend la fuite juste avant la perquisition. En janvier 2002, son fils Antoine le trahit en racontant que son père mène une vie luxueuse à Saint Domingue. Didier SCHULLER répond en accusant son fils d'avoir de graves problèmes psychologiques et d'avoir été conditionné par une secte :

Marie-Laforet revient sur son entrevue traquenard chez T. Ardisson :

Mélenchon est Franc-Maçon, la preuve en image :

Lapsus révélateur de Sarkozy :

Le Pen dérange Bayrou sur la Franc-Maçonnerie :

Illuminatis, Preuve et plan général :

Dévoiler les Illuminatis de l'intérieur. Tous leurs secrets dévoilés par un ex franc maçon :

SFH/08-2013

Un monde sans argent 5

Un monde sans argent 5

monnaie-d-argent-de-la-tribu-des-eduens.jpg

Suite des pages : Page-1.html , Page-2.html , Page-3.html,   Page-4

Le plus grand mystère de l'empire d'Inca est son économie étrange

 

inca-machupichu.jpg

Pendant les quinzième et seizième siècles, l'empire Inca était le plus grand que l'Amérique du Sud avait jamais connu. Centré au Pérou, il s'est étendu à travers les cîmes des montagnes des Andes et vers le rivage en bas, incorporant les régions de Colombie, du Chili, de Bolivie, de l'Equateur, de l'Argentine d'aujourd'hui et du Pérou - toutes reliées par un vaste réseau "autoroutier" dont la complexité a été rivalisée dans le Vieux Monde. Riches en produits alimentaires, textiles, or et coca, les Incas étaient des maîtres de la construction de villes mais n'ont néanmoins jamais eu aucun argent. En fait, ils n'ont eu aucun marché financier du tout.

L'empire d'Inca pourraît être la seule civilisation avancée dans l'histoire qui n'ait eut aucune classe de commerçants, et aucun commerce de quelque sorte dans ses limites. Comment ont-ils faits ?

Beaucoup d'aspects de la vie inca demeurent mystérieux, en partie parce que nos connaissances de la vie inca viennent des envahisseurs espagnols qui effectivement en ont témoignés. Célèbre, le conquérant Francisco Pizzaro a dirigé juste quelques hommes pour une défaite incroyable de l'armée inca au Pérou en 1532. Mais le vrai coup est venu rudement une décennie avant cela, quand les envahisseurs européens ont inconsciemment lâché une épidémie de variole que quelques épidémiologues croient qu'elle a pu avoir tué autant que 90 pour cent du peuple inca. Notre connaissance de ces événements, et notre compréhension de la culture inca de cette ère, venue juste de quelques observateurs - en grande partie des missionnaires espagnols, et un prêtre métis et historien des Incas appelé Blas Valera, qui était né au Pérou deux décennies après la chute de l'empire d'Inca.

inca1.jpg

Richesse sans argent

Les documents des missionnaires et de Valera décrivent l'Inca comme principalement des constructeurs et des planificateurs de terres, capables d'une agriculture extrêmement sophistiquée de montagnes et des villes - et de bâtiments correspondants. La société inca était si riche qu'elle pouvait se permettre d'avoir des centaines de personnes qui se sont spécialisées en prévoyant les utilisations agricoles des secteurs nouvellement conquis. Ils ont construit des fermes en terrasses sur les flancs de montagnes dont les cultures - des pommes de terre et du maïs aux arachides et à la courge - ont été soigneusement choisis pour prospérer dans les températures moyennes des différentes altitudes. Ils ont également cultivé des arbres pour garder le terrain végétal mince en bon état. Les architectes inca étaient également doués, concevant et soulevant d'énormes pyramides, les irriguant avec les usines hydrauliques sophistiquées comme celles trouvées à Tipon, et créant d'énormes temples comme Pachacamac avec des retraites de montagnes comme Machu Picchu. Les concepteurs avaient l'habitude d'utiliser un système de cordes nouées pour faire les mathématiques nécessaires pour construire sur des pentes.

Mais, en dépit de toute leur productivité, les Incas géraient et contrôlaient sans argent ou marchés. Dans The Incas: New Perspectives, Gordon Francis McEwan écrit :

" À seulement quelques exceptions trouvées dans des régimes politiques côtiers incorporés à l'Empire, il n'y avait aucune classe marchande dans la société Inca, et le développement de la richesse individuelle acquis par le commerce n'était pas possible… quelques produits considérés essentiels par les Incas ne pouvaient pas être produits localement et ont dû être importés. Dans ces cas plusieurs stratégies ont été utilisées, comme établir des colonies dans des zones spécifiques de production pour les marchandises particulières ou permettre le commerce de longue distance. La production, la distribution, et l'utilisation des marchandises étaient centralement commandées par le gouvernement des Incas. Chaque citoyen de l'empire publiait ses nécessités de la vie hors des entrepôts de l'état, y compris la nourriture, ses outils, ses matières premières, et habillements, et sans besoin de ne rien acheter. Sans magasins ou marchés, il n'y avait aucun besoin de devises ou d'argent standard, et il n'y avait nulle part pour dépenser de l'argent ou pour acheter ou commercer pour des besoins.

Ainsi les Incas se sont engagés dans le commerce, mais seulement avec des étrangers - pas entre eux.

Le secret de la grande richesse des Incas a pu avoir été leur fiscalité peu commune. Au lieu de payer des impôts en argent, chaque inca était mobilisable pour fournir du travail à l'état (et donc à la collectivité). En échange de ce travail, il leur était donné les nécessités de la vie.
Naturellement, tout le monde ne devait pas payer l'impôt du travail. Les nobles et leurs cours étaient exempts, de même que d'autres membres importants de la société inca. Dans un autre caprice de l'économie inca, les nobles qui étaient morts pouvaient encore posséder la propriété et leurs familles ou directeurs de domaine pouvaient continuer à amasser la richesse pour les nobles morts. En effet, le temple de Pachacamac était fondamentalement un domaine bien géré qui « a appartenu » à un noble inca mort. C'est un peu comme si les Incas étaient parvenus à inventer l'idée des corporations-pour le peuple en dépit de n'avoir pratiquement aucune économie de marché

inca3.jpg

Nourriture, sans marchés

Une des questions en suspens pour les scientifiques et les historiens qui étudient les Incas est pourquoi cette culture riche et sophistiquée, s'est développée scientifiquement et culturellement, sans jamais inventer les marchés. Une possibilité est qu'il était si difficile de maintenir la vie dans leur environnement que toutes leurs innovations étaient tournées autour de l'agriculture plutôt que vers les sciences économiques. En d'autres termes, l'Empire Inca a été optimisé pour empêcher la famine plutôt que pour stimuler le commerce.

Il y a quelques années, un groupe d'archéologues a prélevé des échantillons de noyaux dans la vallée de Cuzco au Pérou, et a trouvé des preuves de milliers d'années d'agriculture dans le secteur, y compris la production animale, très probablement des lamas. Dans un papier récapitulant leurs résultats, l'archéologue A.J. Chepstow-Vigoureux et son équipe ont proposé que les Incas aient focalisé leurs établissements autour de la production alimentaire et gestion technologiques et culturelles de terres, plutôt que des économies de marché. Ceci a pu avoir été nécessaire dans une région où les sécheresses avaient vraisemblablement éliminé une civilisation précédente (les Waris), et où les fluctuations du climat étaient un risque constant. La montée de l'Empire d'Inca a coïncidé avec une période de stabilité relative du climat, mais les peuples dans le secteur étaient bien conscients du fait que ce charme tempéré pouvait finir à tout moment."

inca2.jpg

Chepstow-Vigoureux et ses collègues écrivent :

" L'échelle de la manipulation et de la transformation anthropologiques du paysage dans les Andes sud-centrales semble avoir augmenté après 1100 après J.C, probablement en réponse à un contexte climatique qui était relativement chaud, sec et essentiellement stable. Le développement de la technologie irriguée principale de terrassement a pu avoir été de plus en plus nécessaire dans ces régions pour optimiser les tombées saisonnières de l'eau, permettant de ce fait la production agricole à des altitudes plus élevées. Les résultats de ces stratégies étaient une plus grande sécurité à long terme de nourriture et la capacité d'alimenter de grandes populations. De tels développements ont été exploités par les Incas de la vallée de Cuzco, qui émergeaient en tant qu'ethnie dominante de la région dès 1200. Un excédent agricole sain a soutenu leur potentiel économico/politique, leur permettant de subjuguer d'autres États indépendants locaux et de centraliser effectivement la puissance dans la région de Cuzco vers 1400.

Ainsi comment devenez-vous un Empire dominant un continent sans argent liquide ? Dans le cas des Incas, il est probable que les technologies que leur ont accordé l'excédent agricole (les matériaux supplémentaires de nourriture et de textile) les ont aidés dans le renforcement de l'expansion de l'empire. La nourriture était leur pièce de monnaie ; le travail pur a structuré leur économie.

Certains ont argué du fait que l'Empire Inca était l'état socialiste idéal, alors que d'autres l'ont appelé une monarchie autoritaire. En vérité, les Incas ont probablement créé un empire comme beaucoup d'autres. Ses chefs ont été distraits par les guerres civiles et querelles fratricides parmi la noblesse. Et ses esclaves et travailleurs ont construit les oeuvres rêvées par les ingénieurs civils précolombiens. Ce qui est remarquable est que ces preuves suggèrent que ces esclaves et travailleurs aient été probablement bien nourris. Peut-être plus remarquable, dans notre ère où les marchés sont associés à la civilisation, est l'idée qu'un empire pourrait réaliser tellement de choses sans dépenser jamais un dixième de dollar...

http://io9.com/archeology/ traduction Yves Herbo

inca4.jpg

Nous ne pouvons donc que constater qu'effectivement, une civilisation assez récente, s'étant étendue pendant des centaines d'années (et si on ajoute les Mayas et autres Olmèques, ça fait même des milliers d'années), n'a pas eu besoin d'argent pour exister et prospérer... avant l'arrivée des maladies et précisément la soif de l'or et de l'argent amenées par les conquistadors... et que cela a aussi très probablement été le cas pour nombres d'anciens empires ou cités-états avant l'invention de l'argent... Maintenant, d'autres découvertes scientifiques non mentionnées dans cet articles peuvent aussi suggérer d'autres théories sur les raisons de la non-utilisation d'un contrôle économique via la monnaie, pourtant connue : on sait par exemple que les Incas connaissaient parfaitement la roue mais qu'aucun char, charrette ou autre prouvant son utilisation quotidienne n'a été trouvé (officiellement et peut-être grâce aux conquistadors d'ailleurs) à ce jour : seuls des figurines ou "jouets" ou objets religieux (ou non) de petites dimensions ont été trouvés, porteurs de roues et d'essieux, et uniquement dans des tombes. Et pourtant il y a des routes énormes et très longues. Donc les Incas connaissaient la roue mais ne l'utilisaient qu'en de rares occasions (peut-être juste pour le transport des pierres en fait, ou celui des nobles ?), ils connaissaient aussi l'argent (via leur commerce avec l'étranger - il y a eu de longues périodes de paix entre les guerres, comme partout), mais ne l'utilisaient pas non plus... Tout cela dénote plus une volonté d'ensemble et réaliste : le non-besoin réel de ces "apports" car il y avait mieux... et non pas liée à une contrainte ou crainte connue depuis toujours par le climat et volcanisme de ces régions (toujours habitées pour la plupart). 

Le troc, l'échange, par l'entremise du Maïs ou des denrées propres aux régions est la seule explication logique trouvée par la majorité des économistes modernes pour expliquer un fonctionnement si long sans moyen intermédiaire comme l'argent. Les listes de denrées et d'objets trouvés en quantité, associées à un système de comptage, ont été attribuées selon notre propre logique à un système de troc et de gestion économique liés comme le nôtre à la notion d'échange : gestion d'entrées et de sorties des stocks d'un magasin en fonction de la demande et de la production, les producteurs amenant leur production en échange de productions d'autres producteurs. Les spécialistes ont tenté de déduire le "prix" ou la "valeur" d'une nourriture par rapport à l'autre ou de tel outil, pierre précieuse, sans grand succès. La déduction la plus commune est que le maïs était la monnaie de base, en tant que principale nourriture cultivée et commune à la plupart des peuples et civilisations présentes dans toutes ces régions.

cusco-area-nusta-isppana-1.jpg

Une autre déduction (que je me permets allègrement) serait qu'en fait, toutes ces listes et ces comptes ne soient bien que ça, et rien d'autre. Une gestion de stock centralisée, effectivement. Car est-il vraiment logique de continuer pendant des centaines d'années ou plus, à s'échanger du maïs et des outils contre du maïs, du travail contre du maïs ? Une autre possibilité, plus facile et logique dans l'esprit local est que les Rois pré-colombiens (ou leurs professeurs ?) aient privilégié la suppression de l'échange, du troc, au contraire. Comment ? C'est très simple : la notion d'échange comporte obligatoirement au minimum deux individus : il suffit donc de considérer son royaume et ses sujets comme une seule et même entité. On ne peut s'échanger à soi-même. Et d'adapter un système centralisé dans lequel toute les productions (et idées, inventions, arts) sont gérées en fonctions des demandes, nécessités et plaisirs (du roi d'abord puis de ses sujets dans ces cas). Il y a bien centralisation dans des grands magasins des différentes denrées amenées par les villes et villages et établissement de listes de stocks/productions/prévisions chiffrés (astrales aussi d' ailleurs), et aussi des listes de "courses" de la part des familles qui amènent leur propre production (qui doit répondre aux demandes chiffrées du magasin central). Chaque talent contribue à la communauté et les choix de métier des citoyens sont respectés si leur talent ou efforts contribuent à la communauté. Pareillement, les créateurs, artistes et "ingénieurs", chercheurs, sont censés apporter innovations ou plaisirs, joies, réflexions à la communauté (les prêtres de l'époque bénéficiant de ce type d'approche), et leur utilité suffit à ce qu'ils puissent faire leur liste de fournitures régulièrement également. Nulle besoin d'argent donc pour faire fonctionner un tel système, d'autant plus que certains rois n'ont pas hésité à utiliser la force et ses troupes (nombreuses et bien nourries) pour s'assurer que le système fonctionne à son avantage (et celui des nobles et famille auxquels il déléguait ses provinces).

Et si les Mayas et autres peuples amérindiens ont été assez intelligents pour le faire, il n'y a aucune raison pour qu'on ne réfléchisse pas à une éventuelle erreur avec la création et main-mise de l'argent sur le fonctionnement de la société. Cet outil (éventuellement nécessaire ou accompagnateur d'une certaine évolution (assez négative vu les dégâts) de l'intellect humain) qu'est l'argent n'est pas une finalité pour le genre humain ni un moyen définitif de faire fonctionner une société moderne. En suivant ce modèle de centralisation des productions et distributions mais en le faisant contrôler de façon démocratique et égalitaire, on ne peut que constater qu'il y a une possibilité d'organisation libérée du détournement des vraies valeurs occasionné par l'utilisation d'une valeur fictive (et définie tout aussi fictivement) par un simple courant, un flux interne à notre société : pas d'échanges mais des courants d'approvisionnements et de consommations : ce que nous faisons actuellement mais non pas pour rendre service à la société consciemment et avec plaisir, mais uniquement pour avoir de l'argent, ce qui ne dépend même pas obligatoirement de nos propres talents ou possibilités physiques ou intellectuelles à l'heure actuelle, mais uniquement si quelqu'un (un autre humain patron par exemple, votre banquier) peut lui-même tirer de l'argent de notre simple existence... Evidemment, le principal effort à faire est sur le mental et la façon de voir les choses et aussi bien sûr une forte remise en cause de la notion de "commerce" et de "profit" financier (ou pouvoir) individuel... mais c'est bel et bien l'avenir de la planète (et donc de toute l'humanité) qui est en jeu et en péril. Notamment à cause de cette mauvaise mentalité, ces mauvaises valeurs liées à la croissance à tout prix, à cette idiotie de vouloir toujours plus...

Yves Herbo - SFH-08-2013

Rappel 2009 : Les francs-maçons Un Etat dans l’Etat

Rappel 2009 : Les francs-maçons de Sarkozy

franc-maconnerie-symboles.jpg

Influence. Les « frères » sont nombreux autour du président, révèle Sophie Coignard dans un livre dérangeant.

Sylvie Pierre-Brossolette - Le Point (extrait)

" Les francs-maçons ? Ils sont partout, jusqu’au coeur de l’Etat. C’est en tout cas la conclusion de notre consoeur et collaboratrice au Point Sophie Coignard.

Dans un livre extrêmement documenté, elle met en lumière le rôle de cette confrérie aussi mythique que réelle, qui ne cesse d’alimenter les fantasmes sur son pouvoir supposé. Confiant qu’elle-même a longtemps oscillé entre deux attitudes-le scepticisme et la conviction-, son enquête l’a persuadée que les francs-maçons exerçaient encore au XXIe siècle une influence prépondérante, voire croissante, en particulier dans les sphères publique et économique. Gouvernement, administration, entreprises, banques, rares sont les secteurs où ils ne sont pas présents. « Tandis que l’autorité de l’Etat tombe en lambeaux, que les corps intermédiaires n’existent plus, que la notion de service public a perdu de son sens, les francs-maçons, ou du moins certains d’entre eux, deviennent des médiateurs, des facilitateurs, voire des décideurs. Progressivement, ils ont donc reconstitué un Etat dans l’Etat. »

Puissance

Une affirmation que tente de relativiser un des plus connus d’entre eux, Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient et super-conseiller de Nicolas Sarkozy. En décembre 2007, il déclare à l’auteur : « Ce gouvernement est le plus a-maçonnique qui soit, puisque nous sommes à zéro franc-maçon. Même sous le gouvernement du maréchal Pétain à Vichy, il y en avait, hélas. » Bauer sera pris à contrepied. Car, quelques semaines plus tard, Brice Hortefeux, qui n’est pas le moins voyant des ministres, ne dément pas avoir longtemps fréquenté les colonnes du temple. Puis l’on apprend que Xavier Bertrand est membre du Grand Orient, ce qui suscitera, dit-on, ce bon mot de François Fillon : « Je ne suis pas étonné de le découvrir maçon ; mais franc, cela m’en bouche un coin... » A droite, même si l’on est plus discret qu’à gauche sur son appartenance maçonnique, on est donc bien présent dans les loges. Et, si le chef de l’Etat n’est pas de la « famille », il en prend grand soin, sachant son poids (voir extraits pages suivantes).

« Jamais je n’aurais pensé que les francs-maçons étaient aussi puissants ! » Cette réflexion effarée de Jean-Pierre Raffarin vient d’un épisode vécu lorsqu’il était Premier ministre. Il en garde un très mauvais souvenir : la mobilisation fraternelle l’a en effet empêché, malgré tous ses efforts, de nommer à la tête d’EDF, bastion franc-maçon, l’ancien ministre Francis Mer à la place de François Roussely, qui admet être proche des frères pour les avoir beaucoup fréquentés. Pour le défendre, un déluge de coups de téléphone s’abat sur Matignon. Il y avait tous les jours un appel de Bauer et un autre d’Henri Proglio, patron de Veolia, qui dément très mollement être initié. La bataille dure des semaines. Pour finir, les ligueurs ne sauvent pas Roussely, mais ont la peau de Mer. Raffarin en tremble encore.

Solidarité

Le poids des frères se fait également sentir dans le monde de la justice. Quand Vincent Lamanda fut nommé premier président de la Cour de cassation, ce fut une minirévolution dans cette cour suprême, « Etat maçonnique miniature » . Pour la première fois, ni le premier président ni le procureur général n’étaient des initiés. Lamanda, selon Le Monde, aurait même poussé la provocation en confiant au CSM, qui devait le désigner : « Je ne suis pas franc-maçon. » Tempête dans le landerneau judiciaire, truffé de frères. A tel point que Lamanda dut se fendre d’une lettre d’excuses, sans vraiment démentir. Il est un des rares, dans ce microcosme, à détester ouvertement les francs-maçons.

Dans certaines institutions, on n’a carrément pas intérêt à être un profane. Augustin de Romanet, nommé à la tête de la Caisse des dépôts en 2007, en a fait l’amère expérience. Cet énarque catholique tout en rondeur a le sentiment, dès son entrée en fonctions, « que l’entourage de [son] prédécesseur [Francis Mayer] compte de nombreux frères ». Très vite, l’épreuve de force entre le catho et les initiés provoque des polémiques au sujet des nominations ou des évictions. Ainsi, quand Dominique Marcel, le numéro deux et ex-dir cab de Martine Aubry, est remercié par Romanet, c’est le tollé. Commentaire au siège de la Caisse : « C’est moins une chasse aux sorcières qu’une chasse aux frères. » La solidarité est la première des vertus maçonniques....

Fleurons

Les francs-maçons détiennent de nombreux bastions, comme les mutuelles, le « paradis des frères », ou Bouygues, ou encore Eiffage. Malgré la privatisation de nombreuses entreprises publiques où les francs-maçons étaient très présents, ces derniers ont conservé leur place à tous les étages de la hiérarchie, conseils d’administration compris. C’est le cas de La Poste et de France Télécom, qui ont succédé au ministère des PTT, véritable pépinière fraternelle. Idem pour Air France, où les dirigeants comme les pilotes connaissent un taux d’initiation bien supérieur à la moyenne nationale.

Sophie Coignard nous fait ainsi découvrir tout au long de son livre les dessous de nombre de nominations ou d’opérations. On est parfois sidéré, voire choqué, que de tels réseaux puissent exister à l’heure de la modernité et de la transparence. Certes, d’autres puissants lobbys ont partout leur mot à dire. Mais les francs-maçons auront réussi le tour de force d’être à la fois le plus ancien et le plus secret des réseaux. Son mystère a fait sa force. Le voici aujourd’hui en partie dévoilé.

Extraits : « Un Etat dans l’Etat », de Sophie Coignard (Albin Michel, 336 pages, 20e)

« Même s’il avait voulu, il n’aurait jamais tenu ! » s’amuse un de ses plus anciens amis, selon lequel Nicolas Sarkozy nourrit une incompatibilité quasi physiologique avec le statut de franc-maçon. « Vous l’imaginez demeurer pendant un an, à raison de deux réunions par mois, au milieu d’une assemblée où il est tenu au silence le plus absolu ? » Le voeu-provisoire-de silence en loge s’applique en effet à tous les nouveaux venus, à l’exception de quelques chefs d’Etat africains auxquels la GLNF offre une formation accélérée. A ces rares exceptions près, il fait partie des exigences non négociables de l’initiation.

Pendant sa traversée du désert, après la défaite d’Edouard Balladur, Nicolas Sarkozy a fréquenté, comme intervenant extérieur, plusieurs loges de Neuilly, dont La Lumière, celle de l’ancien sénateur Henri Caillavet, une des figures les plus marquantes du Grand Orient. Certains croient se souvenir de quelques appels du pied du maire de Neuilly, redevenu avocat, après la répudiation chiraquienne, pour approfondir les relations et aller plus loin si affinités. Ils assurent ne pas avoir donné suite, car Nicolas Sarkozy, déjà à l’époque, n’avait pas le profil pour recevoir la lumière. Il n’est pas interdit de voir dans cette évocation une sorte de rêve rétrospectif.

Cependant, à défaut d’avoir expérimenté personnellement le cabinet de réflexion préalable au passage sous le bandeau, Sarkozy sait appliquer aux frères le traitement « segmenté » qu’il réserve à toutes les « communautés ». Cette vision de la société, où l’on ne s’adresse pas à l’ensemble des citoyens mais à chacun de ses sous-ensembles, marque très fortement sa communication avec les maçons.

Un paraphe à trois points

En 1996, à l’époque de sa disgrâce, personne ne s’intéresse vraiment à son sort. Mais quelques-uns de ses confrères avocats sont assez intrigués. Certains parlent beaucoup entre eux de courriers qu’ils ont reçus et au bas desquels la signature de Me Sarkozy est très nettement agrémentée de trois points. L’histoire court dans Paris, où plus d’un analyste des réputations se répand sur une appartenance certaine à la grande confrérie.

Le temps passe. Le maire de Neuilly gravit un à un les échelons qui le mènent, en 2002, au ministère de l’Intérieur. [...] Et voilà que les trois points de sa signature, dont personne ne parlait plus depuis des années, redeviennent un sujet de conversation.

Peu de temps avant de quitter la Place Beauvau, Nicolas Sarkozy doit faire face à la grogne des syndicats policiers, las de devoir intervenir en banlieue sans avoir toujours le sentiment d’être soutenus par le gouvernement. Sans se faire prier, le ministre écrit à plusieurs patrons de syndicats, notamment au secrétaire général d’Alliance, classé à droite, pour les assurer que tout le ministère est derrière eux dans les opérations de maintien de l’ordre souvent difficiles qu’ils ont à mener. En dessous de sa signature : trois points très ostensiblement dessinés en triangle.

Alliance, il est vrai, compte de nombreux maçons parmi ses dirigeants. Jean-Claude Delage, son secrétaire général, un flic sympathique qui a gardé de sa Marseille natale un accent chaleureux, est le premier à défendre, avec véhémence et conviction, le secret de l’appartenance. Nicolas Sarkozy, engagé dans la campagne présidentielle, distribue-t-il les-trois-points en fonction des destinataires de ses missives ? En tout cas, l’histoire fait parler. Et, comme toujours, Alain Bauer, l’ancien grand maître du Grand Orient devenu le spécialiste chargé de la sécurité et de la police auprès du président, a sa petite anecdote pour banaliser cette amusante histoire. « J’ai plusieurs lettres de lui sur un mur de mon bureau, s’amuse-t-il. Il n’y en a pas deux qui sont signées de la même manière. » Alors, pourquoi le fantasme collectif aurait-il vu trois points là où il n’y avait rien à signaler ? « C’est d’autant plus idiot que les francs-maçons savent que Nicolas Sarkozy ne l’est pas, tandis que les autres, au mieux, n’en ont rien à faire », poursuit Bauer.

C’est bien essayé, de la part de l’ancien grand maître du Grand Orient, qui sait mentir avec un entrain plaisant, mais ce n’est pas vrai. Dans le paysage morcelé de la maçonnerie française, toutes les obédiences n’entretiennent pas des relations mutuelles d’une grande courtoisie. Elles se communiquent, certes, chaque année, depuis le temps des affaires, la liste des personnes radiées pour mauvais comportements, afin que celles-ci ne puissent pas frapper à la porte d’un temple où elles ne sont pas encore défavorablement connues. Mais c’est bien la preuve que tous les maçons ne se reconnaissent pas entre eux, notamment entre membres du Grand Orient de France et de la Grande Loge nationale française, puisque la seconde interdit toute relation avec le premier. La signature « trois points » peut donc, à la marge, susciter quelques sympathies fraternelles. « Et si le ministre était un des nôtres ? » ont rêvé les plus naïfs, tandis que les autres trouvaient plutôt agréable ce clin d’oeil dans leur direction.

Itinéraire d’un non-initié

Et d’ailleurs, l’illusion fonctionne. Au cours de l’enquête destinée à nourrir ce livre, plusieurs maçons ont soutenu mordicus que le président avait été initié. Leurs arguments n’emportent pas la conviction, puisque ceux de la GLNF soupçonnent Alain Bauer de l’avoir embrigadé au GO, tandis que quelques antisarkozystes de la rue Cadet-et ils sont assez remontés depuis les discours sur la « laïcité positive » prononcés au cours de l’hiver 2007-2008 !-verraient bien le chef de l’Etat à la GLNF, qui compte, il est vrai, une solide implantation dans les Hauts-de-Seine.

Il faut toutefois faire preuve d’une candeur touchante pour imaginer Nicolas Sarkozy, une fois président, rejoignant une obédience. « Pour lui, dit un de ses proches, c’est un réseau parmi d’autres. Et quand on est le chef, c’est bien d’avoir des membres du réseau autour de soi. Pour qu’ils puissent décoder et envoyer des messages. »

Le président a d’ailleurs côtoyé intimement des frères dès le berceau politique. Son parrain, l’ancien maire de Neuilly Achille Peretti, auquel il a succédé à la hussarde en 1983, était à la GLNF, que l’on appelait alors « Bineau », car son siège était situé boulevard Bineau, à Neuilly, justement. Ce personnage haut en couleur avait pistonné au parti gaulliste l’un de ses compatriotes corses, Charles Ceccaldi-Raynaud, un ancien de la SFIO, avocat puis commissaire de police. Cet homme habile qui savait renvoyer l’ascenseur est allé loin. Il a conquis la mairie de Puteaux et a régné sur cette ville richissime, grâce aux revenus fiscaux générés par la Défense, pendant trente-cinq ans. La SFIO étant historiquement l’un des vecteurs de recrutement de la Grande Loge de France-tandis que les radicaux allaient au GO-, c’est auprès de cette obédience que Charles Ceccaldi-Raynaud a fait ses classes. Dans une lettre adressée en 2007 à la chambre régionale des comptes, où il vantait avec enthousiasme l’excellence de sa gestion municipale, l’ancien édile, qui fut le suppléant de Nicolas Sarkozy à l’Assemblée nationale en 1993-il y siégea grâce à l’entrée de celui-ci dans le gouvernement Balladur-, n’hésitait pas à comparer Puteaux à une « nouvelle Carthage », une référence maçonnique transparente. Il a eu pour conseiller municipal puis comme adjoint un frère très apprécié, l’ancien fonctionnaire de la DST Roger Latapie. Sa popularité en loge n’était peut-être pas étrangère au fait qu’il a mis pendant des années un temple gratuit à la disposition de la GLNF !

Faire le tour des maçons dans les Hauts-de-Seine serait long et fastidieux. A Rueil-Malmaison, le frère Patrick Ollier a succédé au frère Jacques Baumel. A Suresnes, le maire Christian Dupuy est le fils de l’ancien grand maître de la Grande Loge Richard Dupuy, qui avait demandé un point de chute pour son fils avant les municipales de 1983. Le jeune avocat, alors âgé d’à peine plus de 30 ans, avait réussi l’alternance en succédant à un autre franc-maçon, le socialiste Robert Pontillon.

Mais tous les frères des Hauts-de-Seine ne sont pas les amis de Sarkozy. Ainsi de Patrick Ollier, dont la cote d’amour n’a jamais été bien élevée. C’est en revanche sur ces terres que le futur président a rencontré de nombreux amis initiés. Patrick Balkany ne peut être cité à ce titre, car il dément fermement appartenir à la Grande Loge, ce qui provoque toujours quelques sourires amusés. Brice Hortefeux, lui, assistait aux Journées nationales pour la jeunesse de l’UDR en 1976. C’est lors de cette manifestation que le jeune Sarkozy est monté pour la première fois à la tribune. La légende raconte qu’un grand étudiant blond, alors tout juste majeur, s’est présenté dès le lendemain à la permanence du parti gaulliste à Neuilly, où il résidait. C’était Hortefeux. [...] Très discret, il refuse de confirmer ou de démentir son ancienne appartenance, pourtant confirmée par plusieurs témoignages.

Brice a été témoin du premier mariage de Nicolas et parrain de son fils Jean, aujourd’hui conseiller général des Hauts-de-Seine. Pour Manuel Aeschlimann, c’est l’inverse. Nicolas Sarkozy, qui a été témoin à son mariage, est le parrain de l’un de ses enfants, un garçon prénommé Lohengrin. Mais avec Aeschlimann, Nicolas Sarkozy a sûrement fait moins « bonne pioche » qu’avec Horfefeux. Après avoir pris la mairie d’Asnières en poussant vers la sortie le maire de l’époque, le compagnon de la Libération Michel Maurice-Bokanowski, en 1991, il a été désavoué par les électeurs aux municipales de 2008. Depuis, il n’est plus que député. Et n’a plus la même proximité avec son ami. Il fut, pendant la campagne présidentielle de 2007, dans le premier cercle, avec un beau titre de « conseiller opinion » du candidat. Manuel Aeschlimann est entré à la GLNF peu après son arrivée à la mairie d’Asnières. A l’époque, il racontait avec amusement à ses collaborateurs son initiation, un passeport de plus pour la carrière. Mais, lorsqu’on l’interroge aujourd’hui, il fait démentir avec un aplomb remarquable par l’un de ses collaborateurs.

Reste le cas de Patrick Devedjian, qui dément appartenir au club alors que des frères peu suspects de mythomanie se souviennent du jeune avocat en tablier. Avec Patrick Devedjian et Brice Hortefeux, Christian Estrosi représentait au début du quinquennat l’avant-garde du canal historique sarkozyste au gouvernement, qu’il a quitté après les municipales de 2008. Une éviction à laquelle les francs-maçons n’étaient d’ailleurs pas étrangers. Il est lui aussi passé sous le bandeau à la GLNF, qu’il a fréquentée dans une loge de la Côte d’Azur, France 7, dont l’ancien maire de Cannes, Michel Mouillot, le fera évincer pour cause de dilettantisme.

Si l’on récapitule, les frères ont jalonné le parcours du président et sont encore nombreux autour de lui : dans le premier cercle, si l’on excepte Patrick Balkany, qui assure ne pas être concerné, on compte Brice Hortefeux, Christian Estrosi et bien sûr Xavier Bertrand, qui a montré, en révélant son appartenance au Grand Orient dans L’Express, en 2008, que l’on peut se montrer transparent sur ce sujet sans le moindre inconvénient.

Au total, les instances dirigeantes de l’UMP comme le gouvernement (2009) comptent donc dans leurs rangs quelques personnalités formées dans les colonnes du temple.

Le cabinet du président de la République aussi compte plusieurs personnalités qui ont fréquenté les loges, à commencer par son plus proche collaborateur, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant. Celui-ci ne confirme ni ne dément cette appartenance, qui remonte d’ailleurs à quelques années.On n’a pas non plus vu depuis longtemps dans les couloirs de la GLNF Pierre Charon, surnommé le conseiller « rire et chansons » du président, chargé de mille choses, des contacts avec le show-business au chaperonnage de Carla en passant par la surveillance à distance de la villa de Christian Clavier en Corse. Il reste qu’il fait aussi partie des sarkozystes historiques. Ancien conseiller de Jacques Chirac pour la presse, il a été écarté, à l’époque, par la jeune Claude, qui voulait le job pour elle toute seule.

Pierre Charon assure à tous ses amis depuis des années qu’il n’est pas franc-maçon, et c’est une occasion de plus de les faire rire. Il est pourtant formel : il a certes côtoyé dans sa prime jeunesse des personnes qui ont par la suite reconnu leur appartenance, mais elles n’avaient pas encore été initiées. Charon est un précoce. En 1974, il n’a que 23 ans mais est déjà fou de politique. Il préside alors, avec Michel Vauzelle-un frère qui codirigea la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1981 et est aujourd’hui président de la région Paca-, le comité de soutien des jeunes à Jacques Chaban-Delmas, en compagnie d’un autre franc-maçon de choc qui fera parler de lui dans les pages « faits divers » au début des années 80 : Didier Schuller, l’ancien directeur de l’office HLM des Hauts-de-Seine. Une bataille perdue, mais le jeune Charon reste un fidèle de Chaban. En 1978, il se rend pour la première fois à l’Elysée. Il a rendez-vous avec le préfet Riolacci, conseiller de VGE, pour lui demander que le parti du président ne présente pas le candidat contre son mentor pour la présidence de l’Assemblée nationale. Chaban bat Edgar Faure de quelques voix et tient le « perchoir » de l’Assemblée nationale de 1978 à 1988. A l’hôtel de Lassay, Pierre Charon fait partie du cabinet.

C’est à cette époque qu’il fonde sa fraternelle à lui, qui, assure-t-il, n’a rien de maçonnique. Le Club de la cravate, puisque tel est son nom, compte dix-sept membres fondateurs dont de nombreux policiers de haut rang, tels Ange Mancini, aujourd’hui préfet de la Martinique, Jacques Poinas, inspecteur général et ancien patron de l’Uclat, ou encore Claude Cancès, lui aussi inspecteur général et ancien patron de la police judiciaire, quelques hommes de médias comme Pierre Lescure, ainsi que des profils plus improbables comme le pilote automobile Hubert Auriol. On compte quelques frères dans la bande ? Charon répète que ce n’est pas l’objet, qu’il s’agit juste d’une bande de bons copains qui s’entraident et se reçoivent. Pourquoi le Club de la cravate ? Parce que Pierre Charon, président à vie, a fait fabriquer dix-sept cravates club identiques, à bandes verticales, rouges et jaunes avec des points noirs.

Aujourd’hui, les anciens copains ne se réunissent plus comme avant, même si l’on a vu certains d’entre eux dans un restaurant de Clichy, à l’automne 2008. Le conseiller du président, lui, occupe un bureau avec vue sur cour à l’Elysée. Il est le coach, le confident, le « conseiller de Carla » et se charge de déminer toutes les sales histoires pour « Nicolas ». Un poste stratégique qu’il trouve manifestement bien plus exaltant que la fréquentation des loge. "

Un grand maître à l’Elysée

Avant même de devenir président et de pratiquer l’ouverture politique, Nicolas Sarkozy s’est rapproché d’un franc-maçon venu de la gauche. Elu grand maître du Grand Orient à 38 ans, en 2000, Alain Bauer cumule plusieurs vies, qu’il se plaît parfois à enjoliver. S’il assure avoir appartenu au cabinet de Michel Rocard à Matignon entre 1988 et 1991, les conseillers qui y travaillaient quotidiennement, eux, ne gardent pas ce souvenir. « Depuis longtemps gravitaient dans l’orbite de Rocard trois jeunes gens très intelligents et très carriéristes, se souvient un collaborateur de toujours de l’ancien Premier ministre. Alain Bauer, Manuel Valls, aujourd’hui député maire d’Evry, et Stéphane Fouks, le seul des trois à n’être pas franc-maçon. Ils s’étaient partagé le marché. Au premier l’influence, au deuxième la politique, au troisième le monde des affaires. [...] »

(...) "

Mais l’ancien grand maître du Grand Orient n’est pas seulement devenu l’inspirateur du ministre de l’Intérieur. Il a fait aussi fonction, à l’occasion, de tour operator. Entre le discours de Marseille et celui de Périgueux, le futur président s’envole pour les Etats-Unis. Une visite très symbolique. Depuis le discours de Dominique de Villepin à l’Onu, en mars 2003, pour s’opposer à la guerre en Irak, la cote de la France est au plus bas. Il s’agit de la faire remonter, de se montrer gracieux avec toutes les incarnations de l’Amérique éternelle. La date du voyage n’a pas été choisie par hasard : Nicolas Sarkozy sera sur place le 11 septembre, tout un symbole.

Qui peut mettre du liant entre le ministre de l’Intérieur et l’administration de George Bush ? L’ambassadeur à Washington Jean-David Levitte, bien entendu. Surnommé « diplomator » , on le dit capable de réconcilier les pires ennemis. Mais un autre gentil organisateur se mêle de recoller les morceaux après la grande fâcherie de 2003. Alain Bauer a vécu aux Etats-Unis, où il a travaillé pour une entreprise de sécurité. Ses détracteurs assurent même qu’il s’agissait d’une couverture de la CIA ou, plus piquant encore, de la NSA, la très secrète National Security Agency. Le principal intéressé balaie ces allégations avec un amusement théâtral.

Dans le cadre de ses activités de consultant spécialisé dans la sécurité, il a en revanche un contrat avec la police de New York, le célèbre NYPD. Il planifie donc une rencontre avec remise de médaille à Raymond Kelly, patron de la police new-yorkaise, le samedi 9 septembre, tandis que le 10, veille de la date anniversaire, une visite est prévue à la caserne des pompiers. Il laisse aussi entendre que ses contacts à la Maison-Blanche n’ont pas été inutiles.

(...)

Présidentielle : jamais sans mes frères

« C’est la première fois dans l’histoire de la Ve République que les deux principaux candidats ont autant de francs-maçons dans leur entourage le plus proche », se réjouit Pierre Mollier, directeur de la bibliothèque et du musée de la Franc-Maçonnerie au Grand Orient de France, pendant la campagne présidentielle. [...] Mais s’il se montre si satisfait, c’est que même dans l’entourage de Nicolas Sarkozy on trouve des frères du GO, traditionnellement ancrés plutôt à gauche. [...] Côté Ségolène, l’un de ses soutiens de la première heure a été le sénateur maire de Lyon Gérard Collomb [...] Le codirecteur de campagne François Rebsamen [...] a conservé un réseau très vivace au sein des loges ; tout comme le Marseillais Patrick Mennucci [...] Sans ce maillage, le ralliement de Jack Lang à la présidente de Poitou-Charentes n’aurait pas été aussi rapide. [...] la politique, même au plus haut niveau, est parfois simple comme une tenue en loge ! "

« Un Etat dans l’Etat », de Sophie Coignard (Albin Michel, 336 pages, 20 E)

Yves Herbo : Bien sûr, il est certain que la grande majorité des loges de bases consistent en réseaux d'entraides, parfois même familiaux et au minimum d'amis auxquels ont ne peut rien reprocher, à part éventuellement une certaine volonté de non-partage envers l'ensemble de la collectivité, mais seulement envers une fraternité de proches ou d'élites (les secrets sur l'architecture et techniques par exemple pour les anciens franc-maçons et compagnons), mais qui participent tout aussi naturellement au fonctionnement des groupes d'influences et lobbying faisant fonctionner un système olligarchique : après le tri des intelligences qui ont réussi à s'adapter le mieux à la façon de penser/fonctionner du système économique via l'éducation, le tri continu avec le choix et recrutement de futurs adeptes et participants actifs, dirigeants ou exécutifs importants du même système. On peut également dire que les partis politiques et syndicats, en grande majorité, fournissent des frères à différentes loges, tout comme ces différentes loges fournissent également de nouvelles recrues politiques aux "couleurs" et "étiquettes" adéquates des époques concernées... mais le but est bien sûr avant tout d'entretenir une illusion de démocratie cachant une véritable olligarchie antique... et bureaucratique... ce rappel de 2009 m'a paru nécessaire à la vue de certains écrits de certains qui semblent avoir perdu la mémoire... ah, et suivant toutes les prévisions, non seulement la "crise économique" (surtout celle du sytème)  n'est pas finie, mais le plus gros est toujours à l'évidence devant nous...

Yves Herbo-SFH-07-2013

Le vrai pouvoir en coulisses

Le vrai pouvoir en coulisses

illuminati-dollar.jpg

Svali était une formatrice travaillant à San Diego pour le compte des "Illuminati". Elle apprenait à certains membres de cette société secrète les techniques du contrôle mental.

À l'âge de 38 ans, près avoir été touchée par la foi en un Dieu d’Amour, elle choisit de sortir du groupe dont elle dépendait et décida alors, tout en gardant l'anonymat, de dévoiler tout ce qu'elle savait sur la structure luciférienne de ce réseau occulte.

Svali a disparu de la circulation en juillet 2006. Son site Internet a été effacé et sa ligne téléphonique coupée le jour même de sa disparition. Et plus personne n’a plus jamais entendu parler d’elle !!!

svali.jpgSvali, 2006

Il est malheureusement plus que probable que sa tête ait été mise à prix par les dirigeants des Illuminati et qu’elle ait finalement été éliminée.

Une partie de son témoignage sur la face cachée de cette puissante secte a cependant pu être sauvegardée. En voici quelques extraits :

L’organisation des Illuminati

« Les Illuminati sont adeptes d’une doctrine appelée "l’Illumination". Il s’agit d’un groupe de lucifériens qui enseignent à leurs adeptes que leurs racines remontent aux antiques mystères de Babylone, de l’Egypte, et des druides celtes. Ils prétendent avoir conservé "le meilleur" de ces traditions ésotériques, en les intégrant à l’aide d’une forte discipline occulte.

Au plan local, la plupart des groupes d’Illuminati rendent un culte à des dieux antiques, comme Baal, Astarté, Moloch, Baphomet, Lilith ou Set. Cela dit, les membres du conseil des dirigeants se moquent parfois des pratiques plus "primitives" qui se font à des niveaux hiérarchiques inférieurs. Quand je siégeais au conseil de San Diego, je me rappelle qu’ils traitaient les grands prêtres et les grandes prêtresses d’"amuseurs publics". Ils disaient qu’ils passaient leur temps à "distraire la base".

Je ne veux offenser personne, mais simplement montrer que les dirigeants sont persuadés qu’ils sont conduits par des critères plus scientifiques et intellectuels. Mais ils pratiquent tous les principes de "l’Illumination". L’Illumination comporte douze étapes, appelées "les douze étapes de la Discipline". Elle comprend aussi l’apprentissage des voyages astraux, des voyages dans le temps, et d’autres techniques occultes.

S’agit-il de capacités réelles, ou d’hallucinations provoquées par des drogues ? Je ne peux en juger. J’ai assisté à des choses qui ne peuvent être expliquées rationnellement, des choses qui m’ont effrayée. Mais, tout ce que je peux dire, c’est qu’il pouvait s’agir d’une combinaison de contrôle mental, de l’influence de drogues, et d’activité démoniaque véritable. Dans quelles proportions respectives ? Je l’ignore. Mais je sais que ces personnes enseignent et pratiquent le mal.

Aux niveaux les plus élevés des Illuminati, il n’est plus question de gens en robes noires faisant des incantations autour d’un grand feu. Les conseils de direction comprennent des administrateurs qui s’occupent des finances. Croyez-moi, ils font beaucoup d’argent. N’y aurait-il que cette raison, cela suffirait pour faire fonctionner ces groupes, sans même parler de toutes les saletés qui s’y pratiquent sous couvert de religion. Les dirigeants des Illuminati comprennent des banquiers, des hommes d’affaires, et des responsables municipaux et politiques. Ce sont des gens intelligents, bien éduqués, et actifs au niveau de leurs églises.

Au-dessus des conseils des dirigeants locaux, on trouve les conseils régionaux, qui contrôlent les groupes locaux. Ils contribuent à définir les politiques et les programmes au niveau de la région, et gèrent l’activité des conseils locaux.

Au plan national, on trouve des gens extrêmement riches, qui financent les activités de la secte, et qui sont en relation avec les dirigeants des autres pays. Les Illuminati sont un groupe international. Toutes leurs activités sont couvertes par un secret absolu. La première chose qu’un enfant doit apprendre de "la Famille" ou de "l’Ordre", comme ils l’appellent encore, est la nécessité du secret. C’est la raison pour laquelle vous n’entendez pas beaucoup parler les survivants qui ont réussi à s’en sortir. Les membres de ce groupe ont le bras très long et savent ce qu’il faut faire pour terrifier ceux qui voudraient être un peu trop bavards. On apprend aux enfants à ne pas parler, en les terrorisant par des mises en scène macabres. On leur explique ensuite que ceux qui ont subi ces sorts horribles (parfois montés de toutes pièces dans un but "pédagogique") sont des traîtres qu’il a fallu châtier. La vision de ces scènes terribles reste imprimée à vie dans la mémoire de ces jeunes enfants de 3 ou 4 ans. Devenus adultes, même quand ils arrivent à quitter le groupe, la plupart d’entre eux ont peur de parler, par crainte d’être retrouvés et punis.

J’ai moi-même participé à beaucoup de ces mises en scène macabres, en tant que formatrice. Je suis donc devenue quelque peu cynique, ce qui explique pourquoi j’ai choisi de parler. Cependant, il m’arrive encore d’éprouver des frayeurs très intenses. Imaginez les réactions d’un jeune enfant de quatre ans enfermé dans un coffre en bois pendant quelque temps, puis enterré dans un trou ! Même s’il n’y reste que quelques minutes, ce sont des minutes qui valent une éternité pour cet enfant ! Ensuite, quand on le libère, on lui dit : « Si jamais tu parles, on t’y remettra, et cette fois, on t’y laissera ! » Cet enfant se mettra à crier d’une manière hystérique qu’il ne racontera jamais rien ! C’est ce que j’ai vécu personnellement. À présent, j’ai décidé de briser cette loi du silence que l’on m’avait imposée par ces tortures psychologiques. Parce que je ne veux plus que d’autres enfants connaissent ce que j’ai vécu, ni ce que j’ai vu pratiquer.

Oui, les Illuminati sont bien organisés, très secrets, et extrêmement riches au plus haut niveau. Ils ne sont pas stupides. Ce ne sont pas des pauvres gens qui s’amusent à faire de la sorcellerie. On se trompe lourdement si on les voit de cette manière.

Les Illuminati sont présents dans toutes les villes importantes des États-Unis et d’Europe. Ils ont divisé les États-Unis en 7 grandes régions, chacune étant placée sous l’autorité d’un conseil régional qui contrôle tous les conseils locaux de leur circonscription. Ils se réunissent tous les deux mois, et aussi à certaines occasions spéciales.

Une région peut regrouper de 10 à 30 groupes locaux. Dans les zones rurales, les membres se réunissent avec les groupes locaux les plus proches, sous la direction de leur conseil régional. Ils ne recrutent presque jamais des personnes qui ne font pas partie de leur secte. Toutefois, il leur arrive d’acheter des enfants à des familles asiatiques, par exemple, et de les garder sous leur surveillance constante. En échange, ils les protègent des agissements des maffias locales. On les menace de les livrer à ces maffias s’ils parlent.

Les Illuminati disposent aussi d’excellents avocats, grassement payés pour qu’ils couvrent tous leurs agissements. Ils payent aussi des gens qui travaillent dans les médias, pour que certaines histoires ne soient jamais publiées. Je connais trois personnes de San Diego qui travaillaient pour l’Union Tribune (un journal local), et qui étaient de fidèles Illuminati. Ils écrivaient souvent des articles pour attaquer des médecins locaux qui tentaient de soigner des survivants de sévices rituels. Je me rappelle avoir entendu certains membres de notre conseil dirigeant se vanter d’avoir fait fuir un tel ou un tel de la ville, en raison d’une campagne médiatique, et d’en être très fiers.

Les Illuminati croient qu’ils peuvent contrôler une région s’ils arrivent à contrôler les banques et les institutions financières. Vous seriez surpris de connaître le nombre d’Illuminati qui siègent aux conseils d’administration de ces organismes ! 

Ils contrôlent aussi les autorités locales : vous seriez aussi surpris de connaître le nombre d’Illuminati qui se font élire aux conseils municipaux ! Ils sont présents au sein des institutions juridiques, dans les facultés de droit et de médecine où les enfants de la secte sont encouragés à faire des études, ainsi que dans les médias : on encourage aussi les enfants à faire des études de journalisme. Certains Illuminati financent aussi  la création de journaux locaux. 

Ce n’est pas Adam Weishaupt qui a fondé les Illuminati. Ils l’ont simplement choisi comme figure emblématique, et lui ont dicté ce qu’il devait écrire. Ce sont des financiers qui ont créé les Illuminati, du temps de l’Ordre des Templiers. Ces hommes finançaient les rois de toute l’Europe. Weishaupt n’a été que leur homme de paille. Il obéissait aux ordres qu’il recevait.

Les Illuminati se reconnaissent entre eux. C’est très facile pour eux, car ils sont Illuminati depuis des générations. Il n’est pas difficile de reconnaître les membres de sa famille ou des amis proches. Les Illuminati utilisent aussi des réseaux de numéros de téléphone en arborescence pour se contacter, lorsqu’une réunion est prévue. Un ou deux mois auparavant, le conseil de direction prévoit une date et un endroit pour les réunions des différents groupes qui dépendent de lui. Ils contactent ensuite les dirigeants locaux (grands prêtres et grandes prêtresses) suffisamment à l’avance, en général une semaine auparavant.

Deux jours avant la réunion, ces dirigeants locaux préviennent tous les responsables qui dépendent d’eux. Ceux-ci préviennent à leur tour les membres ordinaires. Plus une personne est importante dans la hiérarchie du groupe, et plus elle est prévenue longtemps à l’avance. C’est ainsi que les membres reconnaissent leur statut. On ne donne que très peu d’informations aux gens qui sont au bas de l’échelle, car on leur fait moins confiance. Ils sont donc prévenus très peu de temps avant les réunions.

Certains Illuminati doivent parfois porter certains bijoux particuliers, comme une bague en rubis ou une émeraude ovale, lorsqu’ils doivent se réunir dans un endroit public et qu’ils ont une tâche précise qui leur est assignée. Mais la plupart des contacts se font par l’intermédiaire de membres de la famille ou d’amis proches.

Quand j’habitais San Diego, toute ma famille et mes quatre plus proches amis étaient membres des Illuminati. Ce n’était donc pas difficile de me contacter. Mon mari était aussi membre du groupe. Les Illuminati ont l’habitude de faire des mariages arrangés. Ils ne permettent pas à l’un de leurs membres d’épouser quelqu’un qui n’est pas du groupe. Si quelqu’un vous dit que son conjoint n’est pas membre du groupe, il ne peut pas être lui-même membre des Illuminati. Ou alors il a quitté la secte. Il s’agit d’un principe immuable. Mon mariage avait été arrangé par le conseil dirigeant local, avec un autre membre du même rang. Je ne voulais pas épouser cet homme, parce que je ne l’aimais pas. Mais je n’oublierai jamais ce que me dit alors Athéna, ma responsable hiérarchique à l’époque (elle occupait le second rang dans le conseil) : « C’est le meilleur choix pour toi, parce qu’il ne pourra jamais te contrôler ni te nuire ».

Quand j’avais douze ans, ma mère n’arrêtait pas de me dire : « Ne couche jamais avec quelqu’un qui est moins élevé que toi. Sinon, c’est lui qui t’entraînerait vers le bas. Choisis toujours quelqu’un qui a une position plus élevée que la tienne ». Ma mère était une femme ambitieuse, pour le moins. Elle était décidée à me faire réussir dans ce groupe très politisé. J’ai suivi ses avis. Athéna était mon amie, et me protégeait de certains salauds parmi les dirigeants de San Diego, surtout de Jonathan, notre chef. Elle m’avait dévoilé ses faiblesses et appris comment le contourner. Elle me défendait auprès de lui. Sinon, je n’aurais pas pu survivre.

Ces gens ne sont décidément pas "gentils", et ils savent manipuler les autres d’une manière vicieuse. Ils ne s’intéressent qu’à leur position, à la puissance et à l’argent. J’ai volontairement abandonné tout cela quand je suis partie. Parfois, cela me manque de ne plus être respectée comme lorsque j’étais à une position de responsabilité dans le groupe ! Mais

je suis en train d’apprendre à vivre d’une manière entièrement différente, sans avoir constamment cette "famille" sur le dos, qui me contrôlait et me disait tout ce que je devais faire.

Savez-vous ce qui m’a été le plus difficile à vivre quand je suis partie ? Ma liberté ! Le fait de ne plus avoir personne pour me dire ce que je devais faire. Il a fallu que je passe par une période difficile, où j’ai dû apprendre à m’adapter. Je me sentais toujours chancelante, et je me demandais toujours ce que je devais faire. C’était dur, car c’était pour moi un réflexe de toujours parler de mes décisions avec ma direction, avec Jonathan et avec mon mari. Croyez-moi si vous le voulez, la liberté est parfois difficile à vivre. Il m’a fallu pas mal de temps pour trouver un équilibre. Je crois que c’est leur incapacité à gérer leur liberté qui pousse parfois certains membres du groupe à y revenir, lorsqu’ils en sont sortis.

Comment les Illuminati dirigent Hollywood

Les Illuminati croient que l’on contrôle un pays quand on contrôle ses médias. C’est l’une de leurs priorités bien définies. Les domaines qu’ils ont décidé d’investir pour mieux dominer la société sont les suivants : la banque et les finances, les médias, le système judiciaire et législatif, le gouvernement, et le système éducatif.

Comment sont-ils parvenus à contrôler l’industrie du cinéma ? Pas en allant voir tel ou tel producteur de films, pour lui dire : « À propos, nous sommes des Illuminati, et nous voudrions que vous fassiez un film pour faire avancer notre programme ». Rappelez-vous que ce sont des gens intelligents. Ils vont plutôt créer une petite société financière pour financer des films qui feront avancer leurs idées. Ils choisiront tranquillement les acteurs, producteurs, metteurs en scène et scénarios qui les intéressent, mais sans jamais dire publiquement qui ils sont en réalité, ni quels sont leurs objectifs réels.

L’argent ouvre toutes les portes, surtout à Hollywood. Si vous avez de l’argent, vous pouvez obtenir presque n’importe quoi. Ils le savent. Ils financent aussi les campagnes de publicité faites pour leurs films. Combien de films inspirés par l’amour ont pu s’offrir de grandes campagnes publicitaires depuis vingt ans ? Très peu ! Comparez avec les campagnes publicitaires faites pour les films sombres ! Sans commentaire !

Tout cela a fait l’objet d’un processus long et subtil, car les Illuminati sont patients. Cela fait des centaines d’années qu’ils travaillent dans le secret. Ils savent que le public est lent à accepter des idées nouvelles, et qu’il faut le faire graduellement. Ils appellent cela "conduire les moutons". C’est l’un des termes qu’ils emploient pour désigner ceux qui ne sont pas "illuminés". Si vous considérez le nombre de films occultes qui sont sortis depuis dix ans seulement, cela devrait vous suffire à vous faire réfléchir !

Pourquoi tant de films inspirés par la magie noire ? Pourquoi tellement sensibiliser la jeunesse américaine à l’occultisme et à la sorcellerie ? Observez seulement les dessins animés du samedi matin à la télévision ! Je ne permets pas à mes enfants de les regarder, sauf parfois pour quelques Bugs Bunny ! Nous préférons louer les vidéos de vieux films classiques avec Audrey Hepburn ou John Wayne. Je pourrais vous transmettre quelques excellents articles rédigés par des journalistes qui avaient enquêté en profondeur sur Walt Disney. Il était membre des Illuminati, et son film Fantasia a été conçu spécialement pour programmer les enfants.

disney-et-vonbraun.jpgWalt Disney, qui était franc-maçon au 33ème degré, au côté de son ami, l’ex-nazi Wernher von Braun. Bien que leur disparition ait été attribuée à des visiteurs de Disneyland sexuellement dérangés, les nombreux enfants ayant disparu de ce parc d’attractions dans les années qui suivirent sa création et n'ayant jamais été retrouvés furent vraisemblablement kidnappés par l'organisation Disney et sacrifiés ou utilisés comme esclaves sous contrôle mental pour abuser d’eux.

Certains films sont entièrement conçus pour promouvoir le programme des Illuminati, comme The Matrix. Quand j’ai vu ce film, il m’a fait bondir au plafond ! Il fait directement référence au processus de conditionnement des Illuminati, et ce n’était pas drôle à voir ! Ou encore Fight Club. J’aime bien Brad Pitt et Ed Norton, mais ce film présente clairement le projet de mainmise des militaires sur la société. La plupart des gens ne réalisent pas ce qui est en train de se passer. Notez que le personnage qui incarne le culte du symbole militaire est le plus fort dans le scénario.

Quant au film The Labyrinth, je ne l’ai pas vu, mais mon mari l’a vu. Tout ce qu’il m’a raconté correspond exactement aux techniques de programmation des enfants employées par les Illuminati. Tous les films qui abordent un thème occulte, ou qui présentent des phénomènes surnaturels ou paranormaux ou des contacts avec le monde spirituel, sont tous conçus pour faire avancer le programme des Illuminati. Je ne vais pas voir ces films. J’ai assez eu de contacts avec la réalité occulte dans ma vie passée !

Un autre exemple concerne la présentation sensationnelle des rites secrets et autres rituels occultes à la télévision. Ou des histoires de fantômes et de sorcières. Les livres pour enfants qui parlent des sorciers et de la formation des sorciers sont très populaires ! Les Illuminati croient fermement en l’idéologie aryenne. Un film comme Starship Trooper comporte de nombreuses allusions à cette idéologie et de nombreux symboles occultes. J’en ai compté au moins 100, et j’en ai presque ri ! Quelqu’un s’est fait vraiment plaisir en présentant le programme des Illuminati à travers ce film !

Beaucoup d’acteurs et d’actrices célèbres sont utilisés dans des films financés par les Illuminati. Certains le savent. La plupart ne savent probablement rien et ne cherchent pas à savoir, tant qu’ils reçoivent leur chèque. Certains d’entre eux sont aussi des Illuminati, bien que je n’en connaisse pas beaucoup personnellement. Je ne nommerai pas ceux que je connais. Je ne veux pas risquer un procès pour diffamation !

De toutes façons, j’étais trop occupée par mon travail de formatrice, ainsi qu’à apprendre les effets des drogues et d’autres substances sur les gens, pour avoir le temps de suivre ce qui se passait dans le domaine du show-biz. Je suis désolée, mais je ne me souviens pas de beaucoup de noms fameux. Ma vie de formatrice et de programmatrice principale était assez ennuyeuse. Nous parlions rarement des médias, si ce n’est que nous savions qu’ils représentaient l’un des moyens utilisés par les Illuminati pour installer leur Nouvel Ordre Mondial. C’était cela qui était leur véritable motivation.

Je voudrais aussi balayer une autre idée reçue, selon laquelle les Illuminati sauraient qu’ils font le mal. Quand j’en faisais partie, nous étions complètement persuadés que notre programme était très bénéfique. En tant que formatrice, je croyais sincèrement aider les autres à développer tout leur potentiel. Je crois qu’après des années de dur labeur, mon intelligence m’avait permis d’être une excellente dirigeante. Je pouvais m’opposer à Jonathan et à d’autres dirigeants de notre groupe, quand je pensais que leurs décisions n’étaient pas justes, et je défendais ceux qui étaient sous mes ordres. D’autres que moi faisaient de même. Ils pensent honnêtement qu’ils font le bien. Si vous leur disiez qu’ils font le mal, ils seraient très étonnés.

Il a fallu que je suive une longue thérapie, et que je me déprogramme moi-même. J’ai retrouvé contact avec la réalité en fréquentant des gens qui n’étaient pas dans cette secte, et en finissant par comprendre que tout cela n’était que mensonge. Cela m’a donné un coup terrible ! J’avais consacré toute ma vie à aider les autres à entrer dans ce "glorieux" Nouvel Ordre Mondial, et je finissais par découvrir que tout cela était mauvais, une horrible exploitation des êtres humains. Je suis restée longtemps à pleurer et à me lamenter à ce sujet !

La plupart des Illuminati que j’ai connus n’étaient pas foncièrement adonnés au mal. Ils étaient séduits et trompés. Seuls les principaux dirigeants, au plus haut niveau, étaient sans doute conscients qu’ils faisaient réellement le mal.

organigram-illuminatis-2000.jpg

Les rapports entre Illuminati et Francs-Maçons

Les Illuminati et les Francs-Maçons travaillent la main dans la main. Peu importe si ce que je dis dérange, c’est un fait. Le temple maçonnique d’Alexandrie, en Virginie, est un centre d’enseignement et de formation pour les Illuminati de la région de Washington, D.C. Le nom de cette ville d’Alexandrie avait d’ailleurs été choisi en souvenir de la ville d’Alexandrie en Egypte. Elle est un centre très important pour les activités des Illuminati. J’ai dû moi-même me rendre parfois au temple maçonnique, pour des examens, une promotion, une formation, ou des cérémonies importantes.

Les dirigeants de cette loge maçonnique étaient aussi des Illuminati. Il en était de même dans toutes les grandes villes où j’ai vécu. Les principaux Francs-Maçons étaient aussi des Illuminati de haut niveau. Mes grands-parents maternels étaient des Francs-Maçons importants dans la ville de Pittsburgh, en Pennsylvanie (ils étaient du 33ème degré). Ils étaient aussi des dirigeants des Illuminati de cette région.

Pour autant, je ne crois pas que tous les Francs-Maçons soient des Illuminati, surtout aux grades inférieurs. À ce niveau, je crois qu’ils ne savent rien de ce qui se passe vers minuit dans leurs temples principaux. Beaucoup de Francs-Maçons sont aussi des hommes d’affaires compétents et des "bons" Chrétiens. Mais je n’ai jamais connu un Franc-Maçon qui n’était pas aussi un Illuminatus, à partir du 32ème degré. Ce sont les Illuminati qui ont créé la Franc-Maçonnerie pour couvrir leurs activités.

Il faut savoir aussi qu’il y a un plan machiavélique derrière l’apparente inimitié entre l’Amérique et la Russie. La Russie n’a jamais réellement été une menace pour l’Amérique. Le marxisme a été fondé par les Illuminati, pour contrebalancer le capitalisme. Les Illuminati croient fermement en l’importance des forces opposées, en la nécessité d’avoir des forces contraires. Ils considèrent que l’histoire est un jeu complexe de forces, comme une partie d’échecs. Ils financent donc l’une des parties, puis l’autre, pour profiter du chaos et de la division, et faire ainsi avancer les choses. Ils dépassent largement le jeu des partis politiques, et ils en rient même.

Pendant toutes les années de guerre froide, les grands financiers occidentaux rencontraient secrètement leurs "adversaires" russes ou communistes, et ils se moquaient ensemble de la manière dont tous ces "moutons" pouvaient être trompés. Je partage ici ce que l’on m’a enseigné, et ce que j’ai pu moi-même observer.

Quand les deux principaux groupes de formation des Illuminati se sont rencontrés en Europe (DELPHI pour l’Amérique du Nord et ORACLE pour l’Europe), tous les formateurs ont travaillé ensemble, qu’ils soient Russes, Allemands, Français, Anglais, Canadiens ou Américains. C’est l’une des raisons pour lesquelles les Illuminati cherchent à développer au maximum l’apprentissage des langues. J’ai dû apprendre six langues dans mon enfance, et apprendre à converser avec des gens du monde entier. Les Illuminati sont un groupe réellement international. Les objectifs nationaux doivent passer après leurs objectifs supranationaux. Les Illuminati ont aussi l’habitude de voyager beaucoup pour échanger leurs compétences. Un formateur russe peut donc venir quelque temps aux États-Unis pour accomplir une tâche précise, et retourner dans son pays, ou vice-versa.

virginie-templealexandrie.jpgLe Temple Alexandrie Illuminati en Virginie

Pourquoi les médias parlent si peu des sévices rituels et du contrôle mental

Beaucoup trouvent étonnant que les questions de sévices rituels et de contrôle mental ne soient pratiquement pas abordées par la presse, compte tenu du nombre important de preuves disponibles. La raison va vous paraître vraiment très cynique…

Les Illuminati se vantent du fait que leur meilleure protection réside dans l’ignorance et l’incrédulité de l’opinion publique. Ils savent aussi faire leurs propres campagnes de presse, qui sont très efficaces. Par exemple, je connaissais un journaliste de l’Union Tribune de San Diego (les initiales de son nom sont M.S.) qui écrivait des articles sur les sévices rituels et le contrôle mental. Il faisait partie des Illuminati. Ses articles étaient l’illustration typique de la manière dont les Illuminati agissent.

Il faisait des interviews de médecins prétendument considérés comme des spécialistes respectés dans ce domaine. Ces hommes étaient bardés de diplômes. Ils donnaient l’avis rationnel et réfléchi d’un expert, et parvenaient à la conclusion suivante : aucun être humain raisonnable et logique ne peut croire à l’existence des sévices rituels ; les médecins et thérapeutes qui traitent les soi-disant victimes de ces sévices rituels ne sont que des charlatans qui profitent du pauvre peuple, de ces pauvres naïfs qui sont exploités par ces gens particulièrement vicieux et intéressés.

Il dénonçait ensuite ceux qui prétendaient que les sévices rituels existaient vraiment, en les faisant passer pour des malades mentaux à l’esprit borné. Il dénonçait aussi le comportement "pervers" des médecins et thérapeutes qui s’occupaient d’eux. Il les dépeignait comme des êtres cupides, avides de gain, et plongés dans toutes sortes de délires mentaux. Il dépeignait enfin toutes ces pauvres familles déchirées par ces affreux thérapeutes, accusés d’injecter ces idées de sévices rituels dans la tête de ces pauvres victimes.

Tout cela était emballé dans les commentaires apparemment rationnels, logiques et compatissants d’un membre des services sociaux fédéraux, qui disait combien tout cela était tragique, en concluant qu’il fallait absolument faire quelque chose.

M.S. ne mentionne jamais que les médecins qui s’occupent des survivants de sévices rituels se font très peu payer, et travaillent même gratuitement, pour aider ces gens à briser les chaînes de toute une vie. M.S. n’interviewe absolument jamais les 85 % d’intervenants, dans le domaine psychologique, qui savent que les sévices rituels existent, ou qui croient en leur existence. Il n’interviewe que la petite minorité d’entre eux qui sont d’accord avec ses idées. Nous savons donc que les médias sont souvent très partiaux !

Par ailleurs les gens ne veulent pas croire que les Illuminati existent, et que tout ce que je vous raconte se passe vraiment. Je suis une Chrétienne engagée. Dans le livre de l’Apocalypse, il est écrit que juste avant le retour de Jésus, les gens vivront comme si rien n’allait se passer, et diront que tout est normal, malgré la preuve évidente du contraire. Même si vous montriez à quelqu’un une vidéo prise au cours de sévices rituels, il vous dirait : « C’est sûrement un faux. Les gens civilisés ne font pas des choses semblables ». Vous pourriez montrer à quelqu’un un endroit où se trouvent des os enterrés, des pentagrammes renversés et d’autres symboles sataniques, il vous dirait : « Oh, ce ne sont que des jeunes qui se sont amusés ! » Vous pourriez encore leur montrer des photos des tunnels construits près de Los Alamos, ils vous diraient : « Cela n’a aucun intérêt. Cela doit concerner quelque projet gouvernemental ! » Montrez-leur les cicatrices que les survivants portent sur leur corps, des marques de brûlures de cigarettes reçues quand ils étaient enfants, ou des marques de coups de fouets sur leur dos, ils vous diraient : « Êtes-vous bien sûr qu’ils ne se sont pas fait ça eux-mêmes ? »

tunnel-losalamos.jpgL'un des étranges tunnels de Los Alamos

Les preuves existent. Mais, selon moi, les gens, en général, ne veulent pas savoir. Même quand on leur met les preuves sous le nez, ils détournent le regard. L’affaire Franklin en est un exemple. Pourtant, ce ne sont pas les preuves qui manquaient ! Ou encore, tous les documents concernant le Projet MK-Ultra qui ont été rendus publics, et dont on a prouvé qu’ils étaient vrais. Les gens les ignorent. Je crois que les médias qui refusent d’admettre les sévices rituels profitent du fait que beaucoup de gens, au plus profond d’eux-mêmes, ne veulent pas connaître la réalité. En fait, comment peuvent-ils admettre que la nature humaine soit aussi foncièrement mauvaise, à moins d’avoir réellement foi en Dieu, ou d’avoir la preuve irréfutable de Sa miséricorde ? Les hommes veulent toujours croire que leur espèce est toujours capable du meilleur, et non du pire !

Les Illuminati sont pédophiles. Ils torturent des petits enfants et abusent d’eux. Ils leur enseignent dès leur plus jeune âge à devenir eux-mêmes des criminels. Rien que cela devrait être absolument stoppé ! Ils contrôlent l’industrie pornographique, avec la Maffia. Ils font énormément d’argent dans les trafics de drogues et d’armes, et dans les trafics d’êtres humains, c’est-à-dire dans l’esclavage ! Oui, on continue aujourd’hui, au début du XXIème siècle, à acheter et à vendre des êtres humains !

Ils dirigent tout ce qui rapporte de l’argent et tout ce qui est mauvais ! S’il y a quelque profit à faire sur le dos de la souffrance humaine, vous pouvez y retrouver la trace des Illuminati ! Comme ils ont beaucoup d’argent, ils peuvent se payer des avocats qui font condamner sans problèmes tous ceux qui tentent de les dévoiler.

Ils ont infiltré notre gouvernement, et tous les gouvernements du monde. Ils ont également infiltré le système judiciaire et le système législatif. Ils ont aussi infiltré les médias. Ils dirigent toutes nos institutions financières. Ils n’ont aucun scrupule et sont très ambitieux. Ils n’hésiteront pas à supprimer tous ceux qui s’opposent à eux. Ce sont eux qui ont inventé la programmation mentale, avec la CIA.

Vous voulez en savoir davantage ? Permettez-moi seulement de vous dire encore ceci : Ils travaillent à préparer la venue d’un nouveau dirigeant mondial, qui fera soi disant entrer le monde dans un règne nouveau de joie, de prospérité, et de récompenses pour leurs fidèles. Presque un type de paradis terrestre ! Bien entendu, ce sera toujours le règne de la brutalité. Ceux qui voudront s’opposer à ce règne seront pourchassés. Ils devront se convertir ou être mis à mort. Mais leurs adeptes seront tellement heureux et contents de ce nouveau régime qu’ils seront persuadés que tous viendront se joindre à eux. Cela semble incroyable, mais c’est vrai !

Dans ce Nouvel Ordre Mondial, les gens recevront de nouveaux emplois, et des postes de responsabilité. Les Illuminati croient que leurs enfants sont les meilleurs, les plus brillants et les mieux formés. Ils formeront l’élite intellectuelle qui dirigera les masses c’est-à-dire ceux qui sont moins intelligents et moins "doués".

Voilà ce que les Illuminati croient réellement. Ils vouent un véritable culte à la République idéale de Platon, qui est le modèle de leur Nouvel Ordre Mondial. Mais il y a aussi le revers de la médaille ! Ils sont très arrogants, ce qui pourrait causer leur perte. Ils considèrent la plupart des gens comme des "moutons" sans intelligence. Ils sont remplis d’orgueil et se croient invulnérables. Ils considèrent comme de simples piqûres de moustique tout ce que peut dire la presse sur eux. Mais les gens arrogants font des erreurs. Ils hésitent de moins en moins à se dévoiler, ces derniers temps.

Ils vont jusqu’à croire qu’ils peuvent vaincre Dieu ; c’est même le principal trait de leur incroyable mégalomanie ! Dieu peut bouleverser le cours de l’histoire. Il l’a déjà fait, dans l’espoir que certains de ces gens en sortiront. Dieu est miséricordieux. La plupart des Illuminati sont eux-mêmes des victimes blessées et séduites. Ils ont eux-mêmes subi de nombreux sévices. Ils ne savent pas qu’il est possible de quitter ce groupe. Il y a beaucoup de mécontentement dans les rangs des Illuminati. S’ils savaient qu’il est possible de s’enfuir, sans être assassinés, nous assisterions à un exode massif.

Les formateurs que j’ai connus beaucoup étaient presque toujours de vicieux pédophiles. Mais ils n’étaient pas pour autant heureux de ce qu’ils faisaient. Je pouvais le voir à certains signes, quand ils soupiraient en silence, ou à certains regards qui montraient qu’ils n’approuvaient pas ce qu’on leur demandait de faire. Ils faisaient leur travail avec résignation, en espérant une promotion.

Vous savez quelle est l’une des plus grosses carottes offertes à ceux qui veulent des promotions, au sein de ce groupe ? C’est le fait de savoir qu’ils pourront ainsi éviter d’avoir à torturer des gens, ou d’être torturés eux-mêmes. Et c’est vrai ! Vous ne pouvez être torturé que par quelqu’un dont la position est plus élevée que la vôtre. Chacun essaye donc de monter en grade. Plus vous montez, et moins il y a de monde au-dessus de vous !

Il est vrai qu’il y a des gens qui torturent les autres par choix, et cela les motive à rechercher une promotion. Mais ce n’est pas le cas de la majorité !

À mesure que de plus en plus de gens quittent les Illuminati, de plus en plus de médecins, de thérapeutes et de responsables d’églises prennent conscience des méthodes sophistiquées de contrôle mental qui étaient utilisées pour contrôler ces gens. Ils apprennent donc à déprogrammer ces survivants. Mais c’est la prière qui peut permettre de remporter les plus grandes victoires.

Mon plus grand espoir, c’est que tous ceux que j’ai connus dans ce groupe, y compris tous les responsables et tous ceux qui m’ont parfois tant blessée, puissent un jour en sortir. S’ils pouvaient savoir que c’est possible, je crois vraiment qu’ils partiraient ! »

Svali

" Six années après la disparition de Svali, les habitants de notre planète continuent dans leur immense majorité à accepter d’être maintenus dans la passivité et dans l’endormissement. Quelques grandes familles d’Illuminati sans scrupules profitent de cette situation et vivent en parasites du travail des plus pauvres. Qui pourrait bien affirmer le contraire ? Malgré l’accélération vibratoire des dernières années et certaines prises de position affichées superficiellement, qui oserait prétendre que les choses ont réellement changé en profondeur ?

Si les gens réfléchissaient et méditaient davantage, la situation pourrait rapidement évoluer. Mais dans leur immense majorité, ils se désintéressent de la spiritualité et préfèrent continuer à s’encombrer de soucis inutiles. Nos hommes politiques savent instinctivement ce qu'ils doivent faire pour conserver leurs privilèges. Des personnalités falotes, investies d’une autorité artificielle, se distribuent mutuellement des décorations et des écharpes, se pavanent et se retrouvent à l’occasion de beuveries et de repas où ils se gavent de cadavres d’animaux. Pour eux, Dieu n'existe pas puisqu'Il n'est pas visible, ni tangible et qu'Il ne peut s'asseoir à leur table !

Ils savent très bien qu'ils font déborder la coupe, mais ils ne s’en préoccupent pas ; leur intellect malade leur suggère de s’entredéchirer pour le pouvoir et de se cramponner à un matérialisme à courte vue qui n’offre plus aucune perspective de lendemain pour l’humanité.

Ceux qui sont le point de mire du peuple, devraient servir d'exemple, au lieu d’ignorer les cris de détresse lancés par une grande partie de l’humanité. " (...)

pyramideinversee.jpgIl y a dans le Tarot des Imagiers du Moyen-Âge (le Tarot de Marseille) une carte qui s’appelle "la Maison-Dieu" et qui  correspond à "la Pyramide foudroyée" des anciens Égyptiens. Cette pyramide représente le royaume des Illuminati. Elle sera bientôt détruite par le feu de l’Amour. Et l’humanité renaîtra dans la Fraternité !

Ceci n’est pas une prophétie - une de plus ! - C’est une certitude !

 Olivier de Rouvroy
Mars 2013

PS Mon dernier livre Contacts extraterrestres pour l’Ère Nouvelle contient de nombreuses révélations de grands contactés et projette une nouvelle lumière sur les modalités de la disparition des Illuminati en vue de l’avènement prochain du nouvel Âge d’Or de l’humanité.

Source : http://www.erenouvelle.fr/archives/2013/03/01/26532964.html

Bilderberg 2013 - Rapport N°1 + Interview d'Alex Jones (Cercle des volontaires et Info-Libre)

Un Parlementaire britannique demande une levée du secret, une participation des médias et des infos sur Bilderberg (en vain)

Rappels : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/politique-economie/usa-la-franc-maconnerie-montre-son-pouvoir.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/economie-memoire-d-un-piege/les-illuminatis-au-pouvoir.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/politique-economie/illuminatis-retour-sur-des-images-peu-montrees-aux-francais.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/economie-memoire-d-un-piege/theorie-influences-sur-le-pouvoir-le-plan-secret-des-illuminatis.html

Yves Herbo-SFH-07-2013

Théorie influences sur le pouvoir : le plan secret des illuminatis

Théorie influences sur le pouvoir : le plan secret des illuminatis

illuminati-dollar.jpg

Une occasion de réflexion sur notre système, et de philosopher pour moi, d'aller aussi dans le futur et de voir des réalités à venir. Voici la traduction d'une autre alternative, d'une autre analyse de la société dans laquelle on vit, éclairée sous un autre angle que celui qui nous est imposé dès la naissance via l'influence de nos parents eux-mêmes influencés et celle du système organisé pour tenter d'intégrer l'individu dans la communauté où il naît, de gré ou de force d'ailleurs : je ne connais aucun Etat qui propose honnêtement à ses citoyens, lorsqu'ils arrivent à l'âge de raison, de lui rendre son réel libre-arbitre en lui demandant s'il accepte bien de rester dans ce pays et d'être citoyen. Non, ça va de soi et le jeune adulte est déjà bien encerclé par le système avec ses divers numéros d'identification, éducation et santé et il ne vient à personne à l'esprit que, ici même, il y a la plus forte atteinte à la liberté individuelle de ce monde. Mais alors que le citoyen est en apparence désiré par l'Etat (sans naissances, un Etat est en perdition) et qu'il donne même de l'argent (allocations familiales, aides diverses aux parents) pour inciter les gens à "renouveler" le "cheptel" de l'Etat, le même Etat ne considère plus que comme des vaches à lait les nouveaux arrivants (jusqu'à ce que éventuellement ils se transforment en reproducteurs et là, sont aidés à nouveau  - mais seulement là !) et ils sont avant tout recensés pour pouvoir être taxés dès que possible. Et, sans qu'on leur demande finalement leur avis sur quoi que ce soit (puisque "c'est normal et ça a toujours été comme ça" - une non-explication classique), c'est donc à l'individu de tenter de survivre dans un système où (contrairement à ses ancêtres), il ne peut pas utiliser les ressources naturelles de la planète où il est né dans la mesure où celles-ci ont été "privatisées" par le système : dans une majorité d'Etats, absolument tout appartient à quelqu'un, y compris le sol... Oui, l'anormal est en effet qu'un Etat considère d'office qu'un nouveau citoyen lui est redevable de sa naissance et doive être taxé sur le moindre effort qu'il fait pour tenter de survivre dans un monde où l'Etat ne met même pas à sa disposition d'office et sans discuter un endroit pour habiter et les moyens de se nourrir, d'y rester... j'insiste là-dessus, ce n'est pas au citoyen à être redevable de sa naissance en devant travailler ou "arnaquer" ou "survivre" par tous les moyens pour pouvoir tenter de rester sur un sol qui ne peut lui appartenir et tenter de se nourrir : c'est à l'Etat de fournir à ses citoyens la possibilité de se loger et se nourrire POUR qu'il puisse travailler normalement, et pas l'inverse, et ceci SANS notion d'argent. C'est le premier devoir d'un Etat et il devrait être dans la moindre Constitution. D'autant plus que l'indifférence criminelle des mêmes Etats fait que des criminels individualistes font en sorte qu'il devient impossible d'habiter quelque part MEME en travaillant tant leur avarice à fait monter anormalement le prix de choses virtuelles... 

Ce n'est qu'un exemple flagrant de fausses valeurs inculquées depuis des générations : celle où le citoyen doit être d'office reconnaissant et redevable envers l'endroit où il naît par la volonté de cet endroit et de ses parents qui ont eux-mêmes été influencés par le même endroit. Il y a tromperie sur les rôles et cette dictature du patriotisme à sens unique : celle où le citoyen sert de chair à canon d'office sans rien en échange, pendant que des faux-citoyens-élites avec leurs propres règles bureaucrates poussent les pions. Et oui, il y a bien usurpation de pouvoir par une majorité de dirigeants (politiques et financiers, buzinessmen et mafieux) mais aussi par des gens payés par l'Etat en permanence, qui ne suivent pas des lois de citoyens mais de propres privilèges bureaucrates et lois administratives non communes, et qui tirent les rouages les plus importants de la société. Et oui, l'Etat-bureaucrate a inversé l'ordre naturel des choses à son seul avantage en refusant sa responsabilité principale de logement et nourriture envers ses citoyens. La première chose, à mon sens, pour qu'un Etat puisse exister réellement et physiquement, c'est bien par son sol, son territoire. Un Etat ne devrait donc JAMAIS vendre son propre territoire, la moindre parcelle, Y COMPRIS a ses propres citoyens, et encore moins à l'étranger. Parce que c'est la première responsabilité de l'Etat de fournir en permanence nourriture et habitations à ses citoyens passés, présents et futurs. Les citoyens sont les forces vives d'une nation et c'est du gachi, et même criminel de laisser ses propres citoyens perdre une grande partie de ses forces et moyens, juste pour trouver le moyen de se loger et se nourrir. Et penser faussement que c'est en travaillant qu'on arrive à trouver à se loger et se nourrir explique l'échec permanent de cette façon de voir depuis des centaines d'années et l'entretient volontaire de la misère, de l'individualisme, etc... l'autre réalité est qu'un citoyen n'est qu'un "passager" d'une 100aine d'année environ sur le territoire : de quel droit peut-il acheter et s'attribuer une parcelle de la planète ? Bon, philosophies et réflexions multiples sur le sujet sont d'actualité, avec 7 milliards d'individus qui visent les 13 milliards assez rapidement : est-il raisonnable pour le futur de l'humanité de donner la possibilité à un individu de s'approprier une ou des parcelles de la planète ? Personnellement, je ne le pense pas : un jour, l'Etat (qui sera probablement mondial un jour) devra se réapproprier l'ensemble de son sol pour pouvoir le distribuer équitablement entre ses citoyens, et gratuitement, le temps de leur existence, pour qu'il puisse participer à sa société... ce sera et devrait déjà être la condition première à toute participation volontaire à une communauté.

Ce n'est qu'un petit exemple d'un article d'une constitution future. L'article ci-dessous donc n'est qu'un avis et une synthèse d'une possible Autre Histoire : celle qui n'est pas dans les manuels ou déductions classiques, influencés et "mis en rails" par l'éducation commune, qui ne cachent pas obligatoirement les choses, mais n'en parlent pas, tout simplement. Une autre réalité qui transparaît pour qui se donne la peine de suivre les données géopolitiques, les fuites d'affaires secrètes et même tout simplement l'Histoire et ses enchaînements dirigés à l'évidence. Mais probablement aussi une Autre Histoire parmi d'autres possibles, car si une chose est certaine, c'est bien que notre Histoire officielle est en grande partie tronquée, faussée et déformée par des considérations autres que la vérité pure et sans détours. Les vraies raisons et motifs de tous ces évènements ne sont accessibles qu'en voulant les chercher, pas au commun des mortels dès l'enfance... on ne montre pas la réalité des transferts de fonds napoléoniens et britanniques (un exemple), les véritables pouvoirs de l'époque, on parle de sentiments, de vengeances, de faux-pouvoirs territoriaux et de l'influence des femmes... on se base sur les écrits publics, les discours arrangés de chaque époque (souvent hypocrites) pour écrire l'Histoire, mais très peu des documents secrets ou "étatiques" qui révèlent de tout autres manoeuvres bien souvent que ce qui a été révélé au public à l'époque... et encore maintenant.

Et tout est fait pour que ces données, bien souvent essentiellement financières et économiques, ne soient pas compréhensibles et accessibles au citoyen "lambda" : c'est le but essentiel d'une éducation axée essentiellement sur l'élitisme : éduquer tout le monde basiquement pour qu'il effectue sa tâche minimum et comprenne au moins ce qu'on attend de lui et compresser le tout pour en tirer ce qu'on juge (arbitrairement et sans résultats visibles vu l'état de la société) les meilleurs et l'élite... qui se contente de faire perdurer le système avantageux pour lui seul pendant ses propres 100 ans à vivre...

Article de Cutting Edge Ministries

Source www.cuttingedge.org/news/n1007.html

Article fondamental, qui expose le plan secret du Nouvel Ordre Mondial depuis 1776. Ce plan, mis au point par un ancien Jésuite, Adam Weishaupt (1748-1830), s'appuie sur la théorie de Hegel : Thèse + Antithèse = Synthèse. Lisez-le, si vous voulez comprendre les événements mondiaux actuels, à la lumière de la Bible !

johann-adam-weishaupt.jpg

Le Plan secret des Illuminati :Thèse + Antithèse = Synthèse...

Article paru dans Time Magazine du 25 mai 1992 : " Une conversation avec les Gorbatchev ", page 51 : " Mikhaïl Gorbatchev vient d'achever une tournée triomphale de deux semaines dans les Etats-Unis. Rien ne suggère qu'il soit un politicien retiré des affaires. Les Américains l'ont accueilli avec des ovations debout… Cette visite aux Etats-Unis était ostensiblement destinée à réunir des fonds et à prendre des contacts pour la Fondation Gorbatchev. Toutefois, elle lui a aussi permis de s'élever en douceur à la position peu fréquente d'un homme d'état chevronné dont les déclarations sont prises en considération dans le monde entier. Son thème favori est un corollaire de sa fameuse "perestroïka" : le monde a besoin d'être changé et réorienté… On n'a pas encore réussi à faire admettre à Gorbatchev que la théorie socialiste a échoué, ou que le communisme était mort. Mais il propose une alternative au capitalisme et au communisme, alternative qui est en train de poindre…"

La plupart d'entre vous hochent sans doute la tête d'étonnement en lisant cet article, mais sans comprendre qu'il contient l'une des informations les plus extraordinaires de l'histoire moderne ! Tous ceux qui sont au courant de la conspiration des Illuminati visant à instaurer un Nouvel Ordre Mondial auront toutefois immédiatement compris ce que voulait dire Gorbatchev lorsqu'il proposait "une alternative au capitalisme et au communisme, alternative qui est en train de poindre…"

Si nous considérons attentivement la déclaration de Gorbatchev, nous voyons qu'il a voulu dire qu’il y a trois systèmes de gouvernement : deux sont déjà opérationnels, et le troisième est encore à venir. Il a mentionné le communisme et le capitalisme, qui sont deux systèmes déjà présents dans le monde. Mais il annonce un troisième type de gouvernement à venir, qui ne serait ni communiste ni capitaliste. Il n'a pas précisé son nom.

A quoi se réfère-t-il ? Pour le comprendre, il nous faut revenir au 1er mai 1776, au jour où Adam Weishaupt, un ancien Jésuite, fonda un groupe occulte qu’il appela : "Les Maîtres des Illuminati". ("Illuminati" veut dire : ceux qui ont reçu la lumière"). Pour organiser son groupe, il prit pour modèle l’ordre des Jésuites, qu’il connaissait bien. Les Maîtres des Illuminati étaient une société secrète, hermétiquement fermée au monde extérieur. Ils projetaient de renverser toutes les institutions religieuses et civiles ainsi que tous les gouvernements, pour les remplacer par un gouvernement mondial entièrement nouveau, que Weishaupt appela : "Le Nouvel Ordre Mondial".

Quelles étaient les grandes orientations de ce Nouvel Ordre Mondial ? Nesta Webster, dans son ouvrage "World Revolution" (Révolution Mondiale), dresse la liste des six buts des Illuminati :

Abolir la monarchie et toutes les structures gouvernementales.
Abolir la propriété privée.
Abolir tout système d’héritage.
Abolir le patriotisme.
Abolir la famille, le mariage, la moralité ; les enfants doivent être élevés par l’Etat.
Abolir la religion.

Weishaupt estimait qu’il ne pourrait atteindre ces buts que grâce à une puissance surnaturelle. Il lui fallait détruire la civilisation occidentale, qui était trop imprégnée de Christianisme. C’est pourquoi il établit ses Maîtres des Illuminati sur des bases occultes. Il prit pour son organisation le symbole de "l’œil qui voit tout", placé au sommet d’une pyramide inachevée, le tout dans un cercle au-dessus duquel figuraient les mots "Annuit Coeptus", ce qui signifie en Latin "Annonce de la naissance de…" Au-dessous du cercle, il était écrit : "Novus Ordo Seclorum" (Nouvel Ordre Mondial, en Latin). En d'autres termes, le symbole de Weishaupt annonçait la naissance d'un Nouvel Ordre Mondial.

Ce symbole nous est familier, car il figure sur tous nos billets de $ 1 ! Au pied de la pyramide figurent des chiffres romains, qui indiquent l’année 1776. Puisque la monnaie américaine porte ce symbole du Nouvel Ordre Mondial, nous devons en déduire que notre gouvernement (américain), depuis 1776, travaille à établir le Nouvel Ordre Mondial ! Ceci est bien le cas, mais nous en reparlerons plus tard.

Weishaupt voulait renverser totalement tous les gouvernements, pour les remplacer par son système mondial. Il estimait que l’ennemi à abattre était surtout constitué par les nations de l'Europe Occidentale, parce qu'elles étaient fondées sur des principes judéo-chrétiens. Il pensait que l’on enrôlerait sans peine dans son plan les nations orientales, car leurs religions étaient enracinées dans un mysticisme occulte de même nature que celui qu’il professait. En vérité, à mesure que le monde se prépare à entrer dans le Nouvel Ordre Mondial, nous voyons s’établir aujourd’hui une unité spirituelle entre les religions orientales et les adeptes occidentaux du Nouvel Age.

L’obstacle principal pour Weishaupt venait donc des nations chrétiennes d’Europe Occidentale et du Nouveau Monde, qui allait bientôt devenir les Etats-Unis. Il établit donc son Plan en conséquence. Deux ennemis en particulier devaient être abattus : le catholicisme romain et le protestantisme.

Pour Weishaupt, le problème était le suivant : il voulait détruire froidement tous les gouvernements occidentaux, pour les remplacer par un seul gouvernement mondial, appelé Nouvel Ordre Mondial. Mais comment s’y prendre pour modifier toutes les caractéristiques de toutes ces nations occidentales, comment les faire passer par un glissement absolument imperceptible de la liberté à l’esclavage, sans qu’elles prennent jamais conscience du processus, sans qu’elles puissent identifier les auteurs du changement ? Sinon, elles pourraient contraindre leurs dirigeants à se retourner contre ces manipulateurs et à les détruire.

La première condition était d’entourer le Plan du secret le plus absolu. C'est la raison pour laquelle Weishaupt a organisé les Maîtres des Illuminati en société ultra secrète. Il ne fallait pas que les peuples qu'ils voulaient réduire en esclavage connaissent leurs secrets. Weishaupt sentit que la franc-maçonnerie pouvait être un allié intéressant. La franc-maçonnerie fut officiellement établie en occident en 1717. Elle enseignait alors qu’une évolution naturelle et spontanée conduirait peu à peu les hommes à adopter les mêmes valeurs, pour aboutir à une religion universelle. Tous les hommes devaient comprendre qu'ils sont frères. Les Francs-Maçons pensaient qu'ils seraient les moteurs de cette évolution vers une nouvelle conscience universelle. Ils pensaient que ce nouveau système était inévitable, et qu'il se manifesterait d'une manière naturelle et paisible.

Weishaupt rejetait cette conception. Pour sa part, il estimait que rien ne pourrait s’accomplir sans révolutions violentes. Lui et les membres de sa société commencèrent à s’infiltrer dans les loges maçonniques dès 1776. En 1789, il tenait déjà bien en main les loges européennes.

Il manquait encore à Weishaupt une stratégie pour établir son Nouvel Ordre Mondial. Il lui manquait un plan de bataille qui préciserait de quelle manière les gouvernements d'Europe Occidentale seraient détruits. Cette stratégie devait lui être fournie en 1823 par un professeur de philosophie allemand du nom de Hegel (1770-1831). Selon Hegel, les gouvernements des sociétés fonctionnaient de la manière suivante :

L’existence d’un certain type de gouvernement ou de société, qu’on pouvait appeler "Thèse", suscite l’apparition du type de gouvernement opposé, soit "l’Antithèse".
Thèse et Antithèse entrent inévitablement en conflit l’une avec l’autre, car ce sont deux systèmes complètement opposés.
Cette lutte se prolonge suffisamment sans qu’un côté parvienne à détruire l’autre. On finit donc par aboutir à un système hybride comportant certains aspects de la Thèse et certains aspects de l’Antithèse. Hegel a appelé ce nouveau système "Synthèse".
La clé de la stratégie est d’obtenir un conflit incessant, ou du moins une menace de conflit. Selon la théorie de Hegel, "le conflit aboutit au changement, et le conflit planifié aboutit au changement planifié". Dans toute les Universités européennes, cette théorie fit pendant un temps l’objet de discussions passionnées ! Par la suite, d’autres modes intellectuelles la remplacèrent, mais les Illuminati, et les Francs-Maçons qui leur emboîtaient le pas, avaient d’ores et déjà leur plan de bataille.

Pour finir, Weishaupt se mit en devoir de gagner le cœur de nombre de maçons américains, et en 1830, il avait pris le contrôle des loges américaines (juste avant son décès).

Définissons à présent ces termes, en les appliquant au Plan de Weishaupt :

La Thèse, c'est-à-dire le système européen dominant à la fin du XVIIIe siècle, impliquait, sur le plan économique, l’entreprise privée, sur le plan politique, la monarchie ou la démocratie, et sur le plan religieux, le judéo-christianisme.

L'Antithèse est le système opposé, qui devait, en théorie, combattre la Thèse pendant une période assez longue, avant d'aboutir à un nouveau système appelé Antithèse. En 1776, toutefois, il n’existait pas encore de véritable Antithèse au système dominant à l'époque.

lafayettemasonicsword.png

L'épée maçonnique de Lafayette : remarquez les symboles prouvant les origines des symboles du 20ième siècle !

Que faire, si ce système opposé ne s'établissait pas spontanément ? Si j'avais été chargé de la mise en œuvre du Plan du Nouvel Ordre Mondial, et si j'étais un partisan de la théorie de Hegel, je suppose que je me serais efforcé de créer un système qui soit exactement l'opposé de la Thèse. Un auteur catholique, Piers Compton, a étudié en 1846 la création de cette Antithèse, qui était l’exacte contrepartie de la Thèse occidentale. Il écrivit ceci : " Il y a comme du changement dans l’air, un changement qui s’étend bien au-delà des limites de l’Eglise et transforme bien des aspects de l’existence." Deux ans plus tard, un corps d’élite d’initiés secrets, qui avait pris pour nom : "La Ligue des Douze Justes des Illuminati", finança Karl Marx pour permettre à ce dernier de rédiger " Le Manifeste Communiste ".

Sous sa forme théorique, l’Antithèse vit donc le jour en 1848, avec la parution du Manifeste Communiste de Karl Marx. Gary Kah, un auteur chrétien, découvrit un secret le jour où on lui remit un lot de vieux ouvrages francs-maçons tirés d’une cachette. A la page 94 de son livre "Enroute to Global Occupation" (Vers l’occupation planétaire), Kah reproduit un tableau extrait de ces ouvrages secrets, démontrant les liens historiques qui remontent du mouvement du Nouvel Age aux Rosicruciens, en passant par les Francs-Maçons et les Illuminati, et de là aux Templiers, à la Gnose et à la Kabbale, jusqu’à la source commune à tous ces mouvements, c'est-à-dire les anciennes croyances mystiques égyptiennes et babyloniennes. Ce tableau indiquait aussi des groupes dérivés des Francs-Maçons et des Illuminati. Un de ces groupes est relié par une flèche aux Francs-Maçons et aux Illuminati : c’est le Marxisme. De toute évidence, les Francs-Maçons et les Illuminati ont créé le Communisme pour pouvoir opposer une Antithèse à la Thèse existante, pour que la théorie de Hegel pût prendre corps.

Du point de vue économique, le Communisme accordait à l’Etat seul le droit de propriété et le droit de planifier l’économie. Du point de vue religieux, il était athée. Du point de vue politique, il s’agissait d’une dictature. Il s’oppose donc à la Thèse occidentale sur toute la ligne. Ceci est normal, puisque le Communisme a été conçu dans ce but.

La Synthèse est le nouveau système hybride qui doit émerger du conflit entre Thèse et Antithèse. Cette Synthèse, sur le plan économique, est prévue pour être fasciste. Les moyens de production et le système de distribution des biens seront confiés à des entreprises privées, mais c’est le gouvernement qui dicte les quantités à produire et le nombre d’entreprises autorisées à fabriquer un produit donné. Sur le plan religieux, il est prévu que la synthèse soit d'inspiration satanique, le satanisme étant l’hybride issu de la thèse judéo-chrétienne et de l’antithèse athée. On sait depuis longtemps que cette Synthèse s’appelle : " Le Nouvel Ordre Mondial ".

Tel est le Plan qui guide l’action des Illuminati depuis les années 1820. Thèse et Antithèse sont les deux adversaires qui devaient demeurer en conflit politique et verbal pendant de longues années, menaçant de déclencher une guerre mondiale. Cependant, le Plan demande que ni l’un ni l’autre des adversaires ne soient détruits par des moyens militaires, mais que de part et d’autre la mentalité populaire évolue peu à peu, jusqu’au jour où la Synthèse pourra finalement être mise en place. Cette Synthèse n'est autre que le Nouvel Ordre Mondial.

Suivez-moi bien, car nous allons bientôt comprendre tout le déroulement de l'histoire depuis le début des années 1800, et tout particulièrement pendant tout le XXe siècle.

Lors de la fondation des Maîtres des Illuminati en 1776, cet ordre s’était donné pour objectif d’atteindre les six buts que nous avons énumérés en page 1. On est stupéfié de constater que ces six buts correspondent à la lettre aux objectifs du Communisme organisé, ce concept que Marx a commencé à propager vers 1850. Pas de place pour le doute ici : ce sont bien les Maîtres des Illuminati qui sont à l’origine du Communisme. Nesta Webster le démontre clairement dans son ouvrage "World Revolution : Plot Against Civilization" (La révolution mondiale, complot contre la civilisation), écrit en 1921.

Regardons de plus près cette philosophie qui est à la fois celle des Maîtres des Illuminati et du Communisme. En voici les dogmes essentiels :

L’homme est foncièrement, intrinsèquement bon.
Tous les problèmes de l’homme sont imputables à un environnement défectueux. Par conséquent, il suffit de modifier cet environnement pour remédier aux problèmes des hommes. (Note : C’est au nom de cette doctrine qu’on a massacré 200 millions de personnes depuis 1917. En effet, le moyen le plus simple de modifier l'environnement est de tuer tous ceux qui résistent à l’instauration de l’ordre nouveau. Cette doctrine est essentielle aussi pour les adeptes du Nouvel Age, celui de l'Antichrist. Les quatre cavaliers de l’Apocalypse n’approchent-ils pas au galop ?)

La raison humaine est la référence suprême ; si on l’affranchit des dogmes religieux, elle sera en mesure d’instaurer un "paradis" sur la terre.
Ces objectifs admirables justifient tous les moyens qui s’avéreront nécessaires pour les atteindre. Même le massacre de populations entières se justifie s’il permet l’avancement de cette noble cause.

C’est donc un fait avéré : les Maîtres des Illuminati ont bien créé le Communisme afin de susciter l’Antithèse exacte du capitalisme occidental. Quand Karl Marx et Friedrich Engels ont publié le Manifeste Communiste en 1848, les conditions politiques étaient dorénavant réunies pour commencer le conflit entre la Thèse et l'Antithèse. D’ailleurs, les capitalistes occidentaux étaient disposés à financer ce nouveau système autant qu’il le faudrait, afin de promouvoir la Synthèse tant désirée, le Nouvel Ordre Mondial. En 1911, un numéro du quotidien Le St. Louis Dispatch (alors que le Tsar était encore au pouvoir en Russie, et que le Communisme n’existait qu’à l’état de théorie) montre un dessin où Karl Marx déambulant dans les environs de Wall Street, avec, sous le bras gauche, sa thèse sur le Socialisme, qu’on appelle aujourd’hui Communisme. Tout au fond on aperçoit l’Empire State Building. Une foule en liesse acclame Marx, et G. Perkins, l’associé de J.P. Morgan, lui serre la main avec effusion. Derrière Marx, la main tendue, se tient Andrew Carnegie. Les milliardaires J.P. Morgan et John D. Rockefeller attendent leur tour de serrer la main de Marx. Juste derrière Marx et Perkins se tient Théodore Roosevelt.

Ce dessin ne faisait que représenter correctement pour quelle raison ces capitalistes occidentaux soutenaient avec enthousiasme le Communisme de Karl Marx. Pourquoi donc ? Parce qu'ils venaient de créer la parfaite Antithèse à la Thèse occidentale, ce qui allait enfin permettre l’émergence de leur système hybride, la Synthèse, mieux connue sous le nom de " Nouvel Ordre Mondial ".

Cette Synthèse devait être un système planifié comme une économie fasciste. Les moyens de production et de distribution de tous les biens devaient être contrôlés par l'industrie privée. Mais c'est le Gouvernement qui devait contrôler la répartition des tâches entre les sociétés privées, et la quantité des biens produits. Pour que ce nouveau système favorise le secteur industriel privé, il importait qu’à la tête du gouvernement on place un homme d’affaires. Le nouveau système des affaires sera source de bénéfices phénoménaux, pour plusieurs raisons :

La concurrence, dans le domaine économique, doit être complètement supprimée. Par exemple, au lieu d’une douzaine de fabricants d’automobiles dans le monde, il ne doit y en avoir qu'un seul. 

Un gouvernement planétaire ne doit jamais permettre à un dirigeant politique local de saisir les avoirs d’une multinationale, comme les Arabes ont saisi en 1972 et 1973 les avoirs des multinationales du pétrole sur leurs territoires, perte qui s’est chiffrée en milliards de dollars.

Un gouvernement mondial doit garantir la paix, sans laquelle les affaires ne peuvent prospérer. Mais ce sera aux dépens des libertés individuelles. Aucun dirigeant du Nouvel Ordre Mondial ne se soucie le moins du monde des libertés individuelles. La paix mondiale doit engraisser les profits.

N’oublions pas les paroles de Paul dans 1 Timothée 6 :10 : "L’amour de l’argent est une racine de tous les maux." Sous le règne de l’Antichrist, l’impiété atteindra son comble. Rien d’étonnant, donc, si les profits financiers atteignent également leur comble à ce moment-là.

Revenons au début du XXe siècle. Pour que ce concept puisse être appliqué avec succès, il fallait que le gouvernement d'une grande nation soit renversé, pour être remplacé par un gouvernement communiste qui incarnerait l'Antithèse. Puisque les Etats-Unis étaient, à n’en pas douter, à la tête des nations représentant la Thèse (le capitalisme), il fallait que la nation phare de l’Antithèse fût dotée également de vastes territoires, d’une population nombreuse, et de ressources naturelles. Les meneurs de l’Ordre Mondial décidèrent, peu après 1900, que la Russie était tout indiquée. Lénine reçut de l'Occident un flot constant de ressources financières destinées au renversement du régime tsariste. Nesta Webster démontre que les Illuminati utilisèrent les autorités allemandes pour soutenir la révolution léniniste. Une fois les communistes au pouvoir, ce fut le soutien politique et financier de l’Occident qui évita au pouvoir communiste de s’effondrer en raison de ses failles et de ses incohérences grossières.

Après la prise de pouvoir par les communistes en Russie, on passa à la phase suivante du Plan, le conflit incessant entre l'Amérique et la Russie, sans toutefois que l’un des adversaires ne remportât de victoire militaire sur l’autre. Après la deuxième guerre mondiale, la Russie accéda au statut de super-puissance, grâce à l'aide occidentale. Les relations entre l’Amérique (la Thèse) et la Russie (l’Antithèse) ne furent qu’une succession de crises. Mais maintenant que l’heure de la Synthèse a sonné, les dirigeants du Communisme participent au projet de création du Nouvel Ordre Mondial et militent loyalement dans ce sens.

Ce scénario s'écarte tellement des idées reçues que vous pouvez demeurer incrédule, même si vous êtes choqué. Permettez-moi toutefois de vous citer une déclaration d'Alice Bailey, écrivant sous la dictée de son esprit guide. Elle déclare dans son ouvrage "L’Extériorisation de la Hiérarchie" qu’à Yalta, en 1944, "trois hommes formant un triangle se rencontrèrent dans la bonne volonté envers tous, et s’efforcèrent de poser les fondements des événements à venir dans le monde" (p. 448).

Quels ont été les participants de cette Conférence de Yalta, au cours de laquelle les puissances occidentales ont accordé aux Russes d'incroyables concessions ? Il s’agissait du Président américain Franklin Roosevelt, du Premier Ministre britannique Winston Churchill, et du dictateur communiste de Russie Joseph Staline.

L'esprit guide d'Alice Bailey avait déclaré que ces trois hommes étaient trois dirigeants mondiaux qui s'efforçaient conjointement de faire entrer le monde dans le Plan du Nouvel Ordre Mondial !

On voit là le lien qui relie le communisme au Mouvement du Nouvel Age, en passant par la Société de Théosophie fondée par Madame Blavatsky en 1875. C'est pour cette raison que l'on voit Gorbatchev, depuis 1986, employer régulièrement la terminologie habituelle du Nouvel Age !

franc-maconnerie-symboles.jpg

La chronologie du Nouvel Ordre Mondial s’établit comme suit :

1776 : Création des Maîtres des Illuminati, avec leur vision du Nouvel Ordre Mondial.

1823 : Théorie de Hegel : "Thèse + Antithèse = Synthèse".

1848 : Création par Karl Marx du communisme, parfaite Antithèse du capitalisme.

1875 : Création du Mouvement du Nouvel Age, appelé à l'époque Société de Théosophie (Société secrète).

1917 : Le communisme devient le système de gouvernement de la Russie. Mise en place de l’Antithèse à la Thèse occidentale, dont l’Amérique était le leader.

1917-1945 : Les puissances occidentales aident l’URSS à acquérir le statut de superpuissance.

1945-1989 : L’URSS entretient un conflit potentiel avec les USA, exploitant en particulier la menace de la guerre nucléaire. En fait, le conflit n’éclate pas.

1975 : Les "esprits guides" ordonnent à la Société de Théosophie de se manifester au grand jour, et d’adopter à présent le nom de "Mouvement du Nouvel Age".

1990 : Le Président George H. Bush fait publiquement mention du "Nouvel Ordre Mondial" au mois d’août suivant l’invasion du Koweït par l’Irak.

1990 : Le communisme change d’habit pour s’aligner sur le Nouvel Age, et entame son auto-dissolution planifiée.

D’ici peu, Orient et Occident vont fusionner, les USA et la Russie mettront en place un Gouvernement Mondial unifié, grâce à l’ONU.

Nous voyons à présent le sens de cette déclaration si révélatrice de Gorbatchev : "Une alternative au capitalisme et au communisme est en train de poindre…" Si nous remplaçons dans sa déclaration "capitalisme" par "Thèse" et "communisme" par "Antithèse", il aurait dit : "Une alternative à la Thèse et à l'Antithèse est en train de poindre…" Quelle est donc cette alternative ? Tout simplement, le Nouvel Ordre Mondial ! Ce jour-là, Gorbatchev a presque lâché le morceau. En fait, il envoyait sans doute un signal à tous les initiés, à tous les adeptes des sociétés secrètes du monde entier, comme pour dire : "Patientez encore un peu, car le Plan est en bonne voie et sur le point d’aboutir…"

La dissolution de l’URSS n’est donc pas à mettre sur le compte des aléas de l’histoire ni de la politique du Président-acteur Reagan. Cela fait tout simplement partie du Plan ! Alors que le monde se prépare à s’unir sous la bannière du Nouvel Ordre Mondial, il faut maintenant que l’un des protagonistes disparaisse, que le rideau tombe sur l’interminable conflit qui a fait l’objet de la mise en scène, car on entre à présent dans la Synthèse.

Dans un autre article, nous avons montré que l’ALENA constituait la première Super Nation dans le plan du Nouvel Ordre Mondial, le monde devant être restructuré pour former 10 unités supranationales, d’abord sur le plan économique, ensuite sur le plan politique. Un ouvrage publié en 1974 fait référence à ce plan concernant les dix Super Nations. Il s’intitule "Mankind at the Turning Point" (L’Humanité au Grand Virage). La Super Nation N° 5 y était appelée : "L’Europe de l’Est, y compris la Russie." Mais en 1974 la Russie n’était qu’une province de l’URSS ! Et l’URSS était alors une superpuissance. Le respect du protocole aurait exigé que la Super Nation N° 5 s’appelle : "L’URSS, y compris l’Europe de l’Est". Pourquoi donc avoir mis : "la Russie" ? Tout simplement parce que les auteurs du livre, adeptes du Nouvel Age, connaissaient bien le Plan. Ils ont donc utilisé le terme qui ne devait effectivement être employé qu'environ 20 ans plus tard.

Chers amis chrétiens, la Bible tout entière nous apprend que depuis le commencement Lucifer tente d’arracher à Dieu le contrôle du monde et de se faire adorer comme s’il était Dieu. Les prophéties bibliques des deux Testaments annoncent clairement que Satan va manipuler les hommes et les nations, susciter des complots dans les ténèbres, et réorganiser le monde pour former 10 Super Nations, œuvrant au travers de tout ce qui est "impudent et artificieux", (littéralement : "des paroles des ténèbres", c'est-à-dire de la sorcellerie). Leur travail terminé, ces hommes remettront tout simplement le monde à l’Antichrist. Tout cela correspond exactement à l’action des adeptes du Nouvel Age, et au Plan pour le Nouvel Ordre Mondial.

"Et Hitler dans tout cela ?" demanderez-vous peut-être. Son projet, qu’il appelait aussi "Nouvel Ordre Mondial", était de même nature que le Plan actuel. Son système de gouvernement correspondait exactement à celui qui doit être mis en place avec le Nouvel Ordre Mondial, et il se considérait comme l’Antichrist. Pourtant, tout l’Occident, représenté par les Alliés, s’est retourné violemment contre lui, le détruisant avec son "Ordre Mondial" nouveau-né. Et les principaux responsables économiques et politiques l’avaient activement soutenu et généreusement financé, par l’intermédiaire de la Suisse, restée " neutre ". Pourquoi donc ?

Cette question m’a intrigué pendant plusieurs années. Je n'arrivais pas à trouver de réponse satisfaisante. Puis je fis la connaissance d’un Chrétien né de nouveau, Doc Marquis, qui avait quitté le satanisme et s’était converti à Jésus-Christ. Marquis venait de terminer son ouvrage, "Secrets of the Illuminati" (Les secrets des Illuminati). Trois ans avant qu’il ne quitte le satanisme, on l’avait invité à faire partie des Illuminati, groupe tout à fait distinct des satanistes traditionnels. Il avait donc passé trois années à étudier les plans des Illuminati pour le Nouvel Ordre Mondial. Doc Marquis fut sauvé parce qu’un jour il éprouva le besoin de lire l’Apocalypse dans la Bible. Arrivé au chapitre 18, il comprit soudain qu’il venait de lire un compte-rendu détaillé des plans ultra secrets des Illuminati pour le Nouvel Ordre Mondial ! Alors, pour la première fois de sa vie, il comprit qu’il existait dans l’univers une Puissance supérieure aux autorités qu’il avait servi jusque-là.

Je lui ai donc demandé : "Puisque Hitler était au service du Plan pour le Nouvel Ordre Mondial, qu’il était un type de l’Antichrist, et qu’il bénéficiait des largesses des dirigeants occidentaux, pourquoi l’avoir détruit ?"

Il eut cette réponse inoubliable, si éclairante pour moi : "David, sache que jamais les Illuminati n’entreprennent quoi que ce soit sur une vaste échelle sans l’avoir d’abord testé sur une échelle restreinte".

C’était clair ! Ils projettent d’établir leur Nouvel Ordre à l’échelle de la planète. Il était donc parfaitement logique de mener une expérience préliminaire sur une échelle restreinte, afin d’étudier les diverses modalités d’application et de mettre au point des solutions à toutes les difficultés susceptibles de se présenter. Alors, quand l’Antichrist véritable se lèvera, il pourra établir son système en toute tranquillité. L’économie fasciste hitlérienne a correctement fonctionné, mais Hitler a dû lui apporter plusieurs modifications en cours de route. Il a établi efficacement sa dictature sur l’Allemagne et appris à anéantir ses ennemis. Il a remporté également un succès spirituel en tant que grand prêtre d’une religion ouvertement sataniste, hypnotisant des millions d’Allemands et les transformant en adeptes fanatiques.

Aujourd’hui les Illuminati savent que leur système est viable et projettent en toute confiance de l’étendre au monde entier. Hitler ne se doutait pas du rôle qui lui avait été réellement dévolu. Il ne savait pas qu’il était utilisé, et qu’on le détruirait une fois sa mission terminée. Ne permettez à personne de vous séduire, de vous leurrer. Maintenant, vous connaissez la vérité.

Extrait empreinté au site : http://www.latrompette.net

Les suites historiques du 20ième siècle jusqu'à nos jours sont encore plus évidentes avec le détournement d'appellation du capitalisme dur et embrouillage d'esprit avec un faux "libéralisme économique" qui ne peut bien évidemment ne mener qu'à une dictature très difficile à déloger... d'autres articles sur cette période historique seront affichés.

Yves Herbo-SFH-06-2013

Hallucinante audition d'un banquier suisse au Sénat français

Hallucinante audition d'un banquier suisse au Sénat français

monnaie-dollars-euros-argent-cochon.jpg

Le 12 juin 2013, Pierre Condamin-Gerbier, ancien banquier de la banque suisse de Cahuzac, Reyl & Cnie, et ancien responsable de l’UMP en Suisse, a été auditionné par le Sénat.

Ses déclarations sont stupéfiantes…

“Il y a parfois des petits miracles au Sénat. Devant des bancs presque vides et dans l’indifférence de la presse, la Commission d’enquête sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale a auditionné, mercredi 12 juin, le banquier de Genève Pierre Condamin-Gerbier, qui en une petite heure, en aura dit plus que le retentissant Cash Investigation d’Elise Lucet diffusé la veille.”

Intégralité de l'audition

Témoin principal dans l’affaire Cahuzac, ce Français et ex-employé de Reyl & Cie multiplie les révélations sur le système bancaire suisse. Une médiatisation qui crée le malaise à Genève.

Il assurait, la semaine dernière, avoir dans les mains une liste de quinze personnalités politiques françaises disposant de comptes en Suisse. Pierre Condamin-Gerbier, ancien collaborateur de Reyl & Cie, à Genève, est devenu le poil à gratter de la place financière suisse. Vendredi 14 juin, il était auditionné officiellement par l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi contre la fraude fiscale.

« Des Cahuzac, il y en a d’autres», lance-t-il, en dénonçant «l’hypocrisie de  la classe politique française ». D’abord anonyme, son témoignage est devenu public après les aveux de l’ancien ministre des Finances. « Je n’ai pour l’instant fourni aucun document à la justice, assure ce Français de 42 ans dans un café lausannois. J’ai juste renseigné sur des pratiques généralisées.» Il évoque les méthodes des commerciaux pour séduire les clients, les valises pleines de billets qui passent la frontière, les techniques complexes pour transférer de l’argent en Suisse en toute discrétion. Il n’aurait toutefois pas fait personnellement ce genre de transactions. Spécialisé dans le «family office» - la conciergerie de luxe -, l’homme affirme avoir passé, entre 2006 et 2010, des années «passionnantes» comme associé-gérant chez Reyl & Cie, qui fait désormais l’objet d’une enquête menée par le juge d’instruction Renaud Van Ruymbeke pour blanchiment de fraude fiscale. « La réussite de l’entreprise était fantastique, se souvient-il, et mes rapports avec les Reyl très corrects, avant que nous nous séparions de manière certes peu élégante.» Il répète n’avoir rien su du compte caché de Jérôme Cahuzac. Sans entrer dans les détails, un ex-collègue confirme qu’il n’avait pas accès aux informations les plus sensibles. De son côté, la banque genevoise a déclaré dans un communiqué daté du 14 juin qu’elle «n’entretient aucune relation de compte avec des résidents français exerçant des charges politiques».

«Quand l’affaire Cahuzac a explosé, je me suis dit que je devais parler»

La politique, Pierre Condamin-Gerbier la connaît bien: ce natif de Saint-Étienne a été responsable de la délégation UMP en Suisse entre 2006 et 2009. « J’avais été approché par Thierry Mariani car nous n’avions que 23 adhérents, à l’époque. Avant de m’engager, j’avais bien sûr demandé l’autorisation de la famille Reyl, poursuit-il. Et j’ai toujours séparé les deux activités.» Claudine Schmid, députée UMP des Français de Suisse, dit ne pas bien le connaître. Agacée, elle lâche: «S’il a des noms, qu’il les donne! Ou qu’il se taise, plutôt que de jeter le discrédit sur notre communauté.»

Arrivé de Londres en 2004, Pierre Condamin-Gerbier a d’abord passé quelques mois chez UBS avant de rejoindre Reyl. Puis il crée son propre «family office» en 2010 et travaille quelques mois comme consultant pour la banque Bénédict Hentsch & Cie. Pourquoi a-t-il décidé de devenir un lanceur d’alerte? « Cela faisait plusieurs années que j’étais choqué par ce que je voyais, explique-t-il. Alors quand l’affaire Cahuzac a explosé, je me suis dit que je devais parler.»

Peu de soutiens en Suisse

En Suisse, ses révélations irritent un secteur bancaire habitué à la plus grande discrétion. Proche de Reyl & Cie, le quotidien économique L’Agefi ironisait fin avril : « Il parle, mais ne sait rien.» Isolé, Pierre Condamin-Gerbier n’a que peu de soutiens en Suisse. Ses liens avec l’UMP sont aussi rompus depuis quatre ans, après, notamment, un désaccord au sujet des comptes de la section. Ce libéral a aussi été très « déçu par Nicolas Sarkozy ».

Aujourd’hui, son activité professionnelle est concentrée sur quelques clients. Toujours domicilié en Suisse, non loin du Léman, ce père de famille se dit «traqué» et craint pour sa vie. Par sécurité, il a remis ses documents à un tiers. Des cernes sous les yeux mais le sourire aux lèvres, il dit attendre la fin de la tornade, avant d’envisager une reconversion.

Source : Le Figaro

« L’ensemble des établissements qui se sont développés depuis 10, 20, 30, 40 ans et plus, sur la place de Genève se sont aussi développés grâce à l’accueil de clientèles non déclarées. C’est un secret de polichinelle. Jérôme Cahuzac est un cas qui fait beaucoup parler parce qu’il est très symbolique. Il était le ministre du budget, en charge de la lutte contre la fraude fiscale. De plus, il était en renégociation d’un certain nombre de conventions avec des pays comme la Suisse. C’est aussi le mensonge qui a fait que l’on a beaucoup parlé de ce cas. Mais il est évident, là aussi, c’est un secret de polichinelle que la clientèle française des hommes et des femmes politiques de tout bord est un segment de clientèle important de bon nombre d’établissements de la place suisse depuis très longtemps.

Pierre Condamin-Gerbier © Benoît Collombat/Radio France – 2013

− Jérôme Cahuzac n’est pas le seul homme politique à avoir déposé de l’argent non déclaré au fisc en Suisse ?

C’est certain.

− Qu’est-ce qui vous permet de l’affirmer ?

18 ans d’expérience ! Il y a des Cahuzac à droite, il y a d’autres Cahuzac à gauche. Il y a des Cahuzac sur l’ensemble de l’échiquier politique.
Il y a des Cahuzac qui sont liés non pas simplement à un « simple » enrichissement personnel, mais il y a aussi des Cahuzac qui ont été utilisés par des systèmes, par des partis, par des réseaux. À gauche comme à droite.

− Pour du financement politique ?

Incluant du financement politique.

− Ça vous paraît particulièrement choquant ?

Bien sûr que ça me parait choquant. On peut avoir un jugement moral sur les gens qui ne déclarent pas leur actifs et les cachent à l’étranger, mais dans la plupart des cas, ces gens là ont « l’honnêteté intellectuelle » de rester discret, en tous cas, de ne surtout pas donner des leçons et de rentrer dans le : « Faites ce que je dis, pas ce que je fais. » Là où c’est scandaleux dans le cas de politiques, c’est que ce sont censés être des représentants de la nation, de la République, qui, encore une fois, demandent beaucoup d’efforts, donnent beaucoup de leçons, et quand évidemment ils font tout autre chose, à titre personnel ou au titre de leur parti, ça devient totalement insupportable. Tout établissements confondus il y a certainement plusieurs dizaines d’hommes et de femmes politiques de gauche et de droite français détenant, au ayant détenu, des actifs, ou ayant porté des actifs non déclarés pour d’autres, en Suisse et ailleurs, partout où on a pu trouver les mêmes avantages qu’en Suisse.

− Sur des places off-shore ?

Sur des places off-shore, oui.

− Pourquoi dites-vous que si les investigations progressent dans cette affaire, on peut découvrir « un vrai secret d’Etat », « un vrai scandale républicain » ?

Si effectivement les questions sont bien posées, et que l’on a des gens du côté français comme du côté suisse qui décident de travailler main dans la main sur ces questions, on s’apercevra qu’il n’y a pas qu’un Jérôme Cahuzac. Ce n’est pas juste le mensonge d’un homme. C’est le mensonge d’un système.

− Un système politique ?

Le groupe Reyl et Compagnie, devenu une banque en 2010 © Benoit Collombat
D’un système politique, oui. Maintenant pour qu’on soit aussi très clair, il ne faut pas, non plus, tomber dans l’autre extrême qui est celui du : « Tous pourris. » Il y a énormément d’hommes et de femmes politiques qui n’ont pas du tout recours à ces pratiques. Le but ce n’est pas de jeter l’opprobre général, mais d’être conscient que, néanmoins, à un très haut niveau, et surtout au sommet de la pyramide, ces pratiques ont existé et continuent d’une certaine façon d’exister. Il n’y a pas qu’une motivation fiscale, il y a d’autres motivations du secret qui sont tout à fait détestables.

Finalement, ce ne sont pas les affaires de Monsieur Cahuzac qui sont explosives, ce sont les réseaux communs à beaucoup de ces affaires que l’affaire Cahuzac est en train de soulever. Ce sont les pratiques, les techniques, l’hypocrisie. Ce sont des acteurs qui jouent « les vierges effarouchées » sur les ondes et les écrans de télévision en France, qu’on retrouve « les mains dans le pot de confiture. » C’est en cela que cette affaire Cahuzac est un scandale d’Etat. Non pas parce qu’il s’agit spécifiquement de Monsieur Cahuzac ou que derrière il y a tel ou tel établissement, mais parce qu’on a maintenant sur la table, à la lumière, une pratique dont on s’aperçoit que, contrairement à ce que tout le monde nous a dit, à gauche comme à droite, n’est pas la pratique d’un homme mais la pratique d’un système.

− Est-ce que certaines personnes vous on conseillé de vous taire ?

Beaucoup de gens m’ont conseillé de me taire, en me disant que ce n’est pas à moi de parler, que ça peut m’amener des problèmes et que ça peut interférer dans ma carrière. Mais à un moment donné, il faut choisir. J’ai aussi envie quand je me regarde dans la glace le matin, ou quand je regarde ma petite fille, d’être en paix avec ma conscience de citoyen.

− Vous avez été menacé ?

Bien sûr.

− C’est-à-dire ?

Vous avez des gens qui interrompent des conversations dans le cadre de projets personnels ou qui vous font passer des messages (jamais eux même directement, courageux mais pas téméraire !), par l’intermédiaire de journalistes, de connaissances communes…

−Quel genre de message ?

On vous fait savoir que vous pourriez avoir une ribambelle de poursuites judiciaires. On pourrait vous fermer beaucoup de portes. Il pourrait arriver des choses à vous-même ou à votre famille…

−C’est allé jusque là ?

C’est allé jusque là, absolument. Je dénonce surtout l’hypocrisie de la classe politique française. Encore une fois, je pense que c’est mon devoir de citoyen français de témoigner. Beaucoup de gens ont témoigné à la périphérie de toutes ces questions. Il était peut-être temps qu’un observateur de l’intérieur puisse témoigner, et dénonce une pratique en espérant que ce témoignage servira à ce que cette pratique cesse.

Si la justice va au bout, cette affaire peut aller très loin. Elle peut aller jusqu’à la révélation intégrale d’un système. On s’apercevra qu’il y a aujourd’hui un problème systémique, une pratique systémique de fraude impliquant des gens importants. Des politiques… et d’autres, parce qu’il n’y a pas que les hommes politiques qui sont donneurs de leçons. Il y a des hommes d’affaires, des sportifs. Ils vous expliquent à quel point c’est mal de faire certaines choses alors qu’eux-mêmes l’on fait pendant plusieurs années, et pour certains continuent de le faire.

Pierre Condamin-Gerbier connaît bien les rouages politiques puisqu’il a été responsable de la délégation UMP en Suisse en 2007-2008. Il a notamment été le témoin d’une visite en Suisse, en mars 2007, du trésorier de l’UMP Eric Woerth et de Patrick Devedjian, venus lever des fonds pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Pierre Condamin-Gerbier revient sur cet épisode et sur ce qu’il considère comme le « double discours » de sa propre famille politique, à partir du moment où Eric Woerth, alors ministre du budget, a annoncé qu’il partait en guerre contre la fraude fiscale…

« Ce qui m’a profondément choqué a été l’ostracisme complet d’Eric Woerth, Patrick Devedjian et d’autres à l’UMP, vis-à-vis de personnes dont ils serraient les mains, avaient de grands sourires et étaient très amicaux, tout en les traitant ensuite de « mauvais patriotes », ou de mauvais Français. Ils ont eu des discours et des doigts pointés extrêmement agressifs envers eux, alors que ces gens là étaient des amis quelques semaines auparavant…

Mon espoir était que, enfin, avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement et d’un nouveau président, Nicolas Sarkozy, on allait pouvoir faire table rase du passé. Et dire : ‘voilà, il y a eu des pratiques dans le passé. On ne peut pas revenir dessus, et l’effacer, mais on peut maintenant créer un système afin que tout cela s’arrête et que les choses soient faites de façon beaucoup plus transparente’. »

— Ces pratiques n’ont pas disparu ? 

Ces pratiques n’ont absolument pas disparu. Simplement, comme les législations se sont renforcées, les marges de manœuvre se sont resserrées. Ces pratiques ont simplement dû devenir beaucoup plus techniques, plus complexes, plus opaques. La forme a changée, mais le fond est toujours là. C’est le double discours de ma propre famille, de la plupart des familles politiques en France que je trouve considérablement scandaleux. Vous avez, d’un côté, des liens très forts qui existent entre des politiques et des gens qui pratiquent la fraude fiscale, y compris à l’UMP (comme partout), qui ne correspondaient pas au discours de lutte affichée de lutte contre ces pratiques. Sur le fond, comme sur la forme, les choses ne coïncidaient pas.

Source : France Inter

Slate a réalisé un best of :

Premier constat: le fisc ne peut rien face aux dernières innovations financières en matière de fraude. Comme dans le cyclisme, seul les dopés amateurs se font prendre.

pierre-condamin-gerbier1.jpg

Les valises de billet, c’était la préhistoire de l’évasion fiscale…

pierre-condamin-gerbier2.jpg

La mode aujourd’hui, c’est d’aller à Hong-Kong. Bien plus que Singapour, où Cahuzac avait rapatrié son compte.

pierre-condamin-gerbier3.jpg

Les banques recrutent tranquillement leurs clients à l’évasion fiscale à quelques centaines de mètres du Sénat.

pierre-condamin-gerbier4.jpg

Et maintenant, un tuto d’évasion fiscale… Première méthode: l’assurance-vie luxembourgeoise.

pierre-condamin-gerbier5.jpg

pierre-condamin-gerbier6.jpg

Deuxième méthode: les prêts Lombard, l'immobilier, très pratique pour rapatrier de l’argent douteux en France.

pierre-condamin-gerbier7.jpg

pierre-condamin-gerbier8.jpg

Sinon, reste le monde de l’art. Avec une petite dédicace aux tableaux de Laurent Fabius. Fabius qui était le ministre du Budget en 1982 lorsque le gouvernement Mauroy fit le choix d’exclure les oeuvres d’art de l’impôt sur les grandes fortunes.

pierre-condamin-gerbier9.jpg

L’évasion de capitaux, ça peut aussi être un grand jeu selon Condamin-Gerbier, qui accuse directement la Société Générale.

pierre-condamin-gerbier10.jpg

Et on passe au volet politique, avec cette petite allusion…

pierre-condamin-gerbier11.jpg

Condamin-Gerbier laisse entendre que la fraude pourrait aussi concerner le financement des partis politiques.

pierre-condamin-gerbier12.jpg

Autre méthode pour que le fisc ferme les yeux: financer les campagnes politiques ?

pierre-condamin-gerbier13.jpg

Et si l’État connaissait en fait très bien les circuits de la fraude fiscale ?

pierre-condamin-gerbier14.jpg

Un très bon dossier de Vincent Glad pour Slate via http://www.les-crises.fr/pierre-condamin-gerbier/

Relayé par Yves Herbo-S.F.H.-06-2013

La pieuvre Goldman Sachs à la tête de l’Eurozone

La pieuvre Goldman Sachs à la tête de l’Eurozone…

goldmansachs.jpg

A la surprise générale, le chancelier de l’Échiquier britannique, Georges Osborne, a annoncé lundi 26 novembre 2012 la nomination de Mark Carney, 47 ans, actuel gouverneur de la Banque centrale du Canada, au poste de gouverneur de la Banque d’Angleterre. Le nouveau patron de la Bank of England (BoE) doit succéder à l’actuel gouverneur Mervyn King en juin 2013.

Mark Carney a fait des études à Harvard et Oxford, puis travaille treize ans pour la compagnie Goldman Sachs International à Londres. Il s’impliquera notamment dans l’économie post-apartheid de l’Afrique du Sud ainsi que dans les opérations de Goldman Sachs liées à la crise financière russe de 1998 , en conseillant la Russie de parier contre la capacité de son propre pays à rembourser sa dette.

La nomination de Carney survient à peine six mois après sa participation à la conférence du Groupe Bilderberg de 2012 à Chantilly, en Virginie, une réunion annuelle de plus d’une centaine de personnes les plus puissantes de la planète, qui usent régulièrement de leur position afin d’imposer certains choix … ou  nominer certains hommes.

La présence de Carney à la réunion du Bilderberg de cette année lui a sans aucun doute permis de gagner les faveurs des membres du groupe pour le poste de gouverneur de la Banque d’Angleterre, tout comme pour d’autres sommités, comme Herman Van Rompuy, qui a été choisi comme président de l’Union européennequelques jours après avoir assisté à un dîner avec le Groupe Bilderberg.

L’ascension de Mark Carney à la tête de la Banque d’Angleterre représente également la dernière pièce du puzzle pour le contrôle de Goldman Sachs sur pratiquement toutes les grandes économies à travers le continent européen.

 http://lejournaldusiecle.com/2012/11/27/goldman-sachs-finalise-sa-prise-de-controle-economique-sur-leurope/

L’an dernier, c’est l’ancien commissaire européen Mario Monti qui avait été choisi pour remplacer Silvio Berlusconi, le premier ministre italien. Monti était connu pour être un conseiller international de Goldman Sachs, président européen de la Commission Trilatérale et également un membre éminent du Groupe Bilderberg.

« Il s’agit des mêmes criminels qui nous ont mené vers cette catastrophe financière. C’est comme demander à des pyromanes d’éteindre le feu », a commenté Alessandro Sallusti, rédacteur d’Il Giornale.

De même, lorsque le Premier ministre grec George Papandreou a osé suggérer la possibilité pour le peuple grec de s’exprimer lors d’un référendum, il fût remplacé quelques jours après par Lucas Papademos, ancien vice-président de la BCE. Il a notamment été gouverneur de la Banque de Grèce qu’il occupera jusqu’à ce qu’il prépare son pays au passage à l’euro en 2001. C’est sous son mandat qu’a commencé le trucage des comptes publics de la Grèce, au moyen d’instruments financiers proposés par la banque d’affaires Goldman Sachs, qui a conduit à la crise de la dette publique. Aujourd’hui, c’est lui-même qui est à la tête du gouvernement grec pour mettre en place une politique d’austérité supposée résoudre cette crise.

Papademos et Monti ont été nommés en tant que dirigeants non élus pour la raison précise qu’ils « ne sont pas directement responsables aux yeux du public », souligne le Time Magazine, illustrant une fois de plus le caractère autoritaire et antidémocratique de l’Union Européenne dans son ensemble.

Peu de temps après, Mario Draghi – ancien vice-président de Goldman Sachs International – a été nommé en tant que président de la Banque Centrale Européenne.

Le géant bancaire international, connu pour sa corruption et ses délits d’initiés, a désormais une influence énorme sur presque toutes les grandes économies occidentales.

Source : Le Monde / Infowars / Le Journal du Siècle

Via LesMoutonsEnragés

MAJ 12-06-13 : Voici un documentaire réalisé par Jean-Luc Leon qui va enquêter sur place sur Goldman Sachs et sa banque d'affaires... :

Plus qu’une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d’euros d’actifs, soit deux fois le budget de la France. Un empire de l’argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino, pariant sur tout et n’importe quoi pour engranger toujours plus de profits. Grâce à son réseau d’influence unique au monde et son armée de 35.000 moines banquiers, Goldman Sachs a su profiter de ces cinq années de crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l’impunité des justices américaines et européennes.

Ce documentaire de Marc Roche, journaliste spécialisé au Monde, auteur du best-seller La Banque, et de Jérôme Fritel, est une plongée au cœur de ce pouvoir qui ne reconnaît aucune frontière, ni aucune limite et menace directement les démocraties. Les témoignages, à visage découvert, d’anciens salariés de Goldman Sachs, de banquiers concurrents, de régulateurs, de leaders politiques, d’économistes et de journalistes spécialisés dévoilent pour la première fois la toute puissance financière et politique de « la banque qui dirige le monde ».

Bilderberg 2013http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/06/09/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-iii.html

Relayé par Yves Herbo-SFH 02-2013-MAJ 06-2013

Le saviez-vous ? Une seule clé chiffrée peut arrêter tout internet

Le saviez-vous ? Une seule clé chiffrée peut arrêter tout internet

cleusbmagique.jpg

Quatorze personnes dans le monde protègent les clés de chiffrement du système des adresses internet. Rencontre avec l'une d'entre elles, à Stockholm.

Anne-Marie Ecklund-Löwinder n'a pas le profil d'une femme d'affaires, ni celui d'une femme particulièrement secrète. On pourrait la croire un peu "allumée", sous ses airs de gourou de l'informatique. Cheveux courts, lunettes, large sourire et tee-shirt "I love Internet" sur les épaules, elle accueille volontiers les journalistes au siège de ".SE", l'administrateur de l'extension des noms de domaines suédois, dont elle est responsable de la sécurité. Pionnière dans ce domaine, elle est aujourd'hui la gardienne de l'une des clés de chiffrement les plus secrètes au monde, puisqu'elle permet de faire fonctionner Internet. 

mmeecklund-lowinder.jpg

Anne-Marie Ecklund-Löwinder au siège de .SE, à Stockholm. © Guerric Poncet / Le Point.fr

Comme les treize autres "gardiens d'Internet", Anne-Marie Ecklund-Löwinder participe quatre fois par an à une cérémonie quasi-religieuse aux Etats-Unis, avec l'Internet corporation for assigned names and numbers (Icann), l'organe de gestion des noms de domaine du monde entier, lié au Département du Commerce de Washington. Durant ces réunions, qui se déroulent dans des datacenters ultra-sécurisés, les clés de chiffrement des participants présents sont utilisées pour renouveler la clé principale. Puis des clés secondaires sont ensuite automatiquement distribuées aux serveurs de noms de domaine du monde entier, qui s'en servent pour renouveler leur système d'authentification. Cela permet de ne pas toujours garder la même clé, et donc de réduire la vulnérabilité du système. Puisqu'il est possible de "casser" une clé de chiffrement, mieux vaut la changer régulièrement, afin de ne pas laisser trop de temps aux pirates pour travailler sur une clé qui resterait valide des années.

"Je ne peux pas éteindre Internet"

Membre de l'équipe "côte Est", elle se rend plusieurs fois par an au datacenter Terramark, à Culpeper en Virginie. Ce véritable Fort Knox de l'Internet est protégé par des gardes armés. "Les membres de l'Icann sont les seuls à pouvoir nous faire entrer dans le bâtiment, mais les consultants de confiance en cryptographie, comme moi, sont les seuls à disposer des clés de chiffrement", explique-t-elle. "Ma clé reste enfermée dans un coffre-fort au sein de datacenter, ajoute-t-elle, et je dois systématiquement vérifier que l'emballage hermétique du support n'a pas été violé". "Un second coffre-fort contient le matériel nécessaire pour générer de nouvelles clés", précise l'experte en sécurité, qui décrit le processus comme "proche d'une cérémonie religieuse". "Je n'ai pas la clé de chiffrement chez moi, et c'est mieux comme ça : après une bouteille de vin un samedi soir, je ne peux pas éteindre Internet !", plaisante-t-elle.

La Suédoise n'est pas une novice. Elle a promu dès 1997 la nouvelle norme de protection des adresses internet du monde entier, DNSSEC, adoptée mondialement en 2010. "Les serveurs de noms de domaines (DNS), c'est comme l'annuaire d'Internet", explique-t-elle : ils servent à lier un contenu à une adresse. Tous les serveurs centraux du réseau utilisent aujourd'hui ce système qu'elle a contribué à mettre au point, et qui repose sur une clé centrale et secrète de chiffrement, aussi protégée que les réserves d'une banque centrale. Celle-ci est destinée à chiffrer des sous-clés, qui sont distribuées aux serveurs de noms de domaines (DNS) dans le monde entier. Une telle sécurité en cascade permet de "ne pas exposer la clé principale", explique-t-elle.

Le but de DNSSEC, est d'éviter qu'un pirate puisse détourner une requête afin que, par exemple, en tapant l'adresse exacte du site de votre banque vous atterrissiez sur un faux site. On connaît bien le risque lié aux répliques de sites, hébergées en général sur des adresses proches (youtibe.com au lieu de youtube.com par exemple). Mais il ne faut pas perdre de vue qu'en contournant la sécurité des noms de domaine, il est techniquement possible de montrer un faux site à la bonne adresse. Une arme redoutable pour les pirates intéressés par l'argent, mais aussi pour les activistes politiques, les dictateurs ou encore les plaisantins. Un tel outil permet en effet de détourner non seulement le trafic web (les pages en elles-mêmes), mais aussi les échanges de courriels ou les transferts de fichiers. C'est l'arme absolue, car l'internaute lambda n'a aucun moyen de savoir qu'il est trompé. Heureusement, les clés de chiffrement veillent...

Par  (À STOCKHOLM)

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/guerric-poncet/cette-suedoise-detient-la-cle-d-internet-28-05-2013-1672821_506.php

Yves Herbo : je ne sais pas si ce déploiement de sécurité est si rassurant que ça question démocratie mondiale ! Savoir que toutes ces clés sensibles sont réunies dans un pays qui s'avère être une véritable dictature commerciale en guerre contre le monde entier ne va pas améliorer la confiance du public en internet... d'autant qu'une seule suffit à tout arrêter ou détraquer le système et déstabiliser (beaucoup plus !) toute l'économie mondiale.

N'est-ce pas aussi un immense moyen de pression mondiale des USA sur le monde (dont ils ne doivent pas se gêner pour abuser commercialement (voir Google) et politiquement ? En fait, ne sommes-nous déjà pas dans ce Nouvel Ordre Mondial désiré avec insistance par les gouvernements américains (de n'importe lequel "bord" politique affiché) successifs ? Avec des Chinois pratiquant un semblant de "communisme" interne mais un plein capitalisme externe, une Union Européenne qui s'est vendue il y a bien longtemps au plus offrant et qui voit évidemment ses "tributs" aux banques US augmenter sans arrêt (après tout, les Rois ont toujours augmenté les redevances dues par les perdants non ? - c'est bien pour ça que la majorité du monde s'est inclinée et empressée d'obéir, et que les quelques pays résistants ont tous des problèmes...), une Afrique volontairement déstabilisée en permanence pour éviter qu'elle rattrape son retard, une Amérique Latine surendettée qui vend toutes ses ressources et territoires pour le bio-carburant américain... Un article intéressant et qui ouvrira peut-être les yeux de certains sur la réalité géopolitique du monde du 21ème siècle...

Yves Herbo-SFH-05-2013

Clonage thérapeutique : les premières cellules souches humaines créées

Clonage thérapeutique : les premières cellules souches humaines créées

cellule-souche-embryonnaire-wellcome.jpg

Les cellules souches embryonnaires humaines créées par clonage pourraient intégrer des protocoles de thérapie cellulaire si elles s'avèrent sans danger. © Annie Cavanagh, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0

Pour la première fois, des cellules souches embryonnaires humaines ont été créées par une technique de clonage. L’idée n’est pas de faire naître des individus génétiquement identiques, mais d’utiliser ces cellules dans des thérapies pour soigner diverses pathologies.

La performance est inédite. Alors qu’elle avait été réalisée en 2007 chez des primates, Shoukhrat Mitalipov et son équipe de l’université de la santé et des sciences de l’Oregon (OHSU, Beaverton, États-Unis), viennent désormais de la reproduire chez l’Homme : des cellules souches embryonnaires ont été créées par clonage, en utilisant la même technique que celle qui avait permis de mettre au monde la célèbre brebis Dolly le 5 juillet 1996.

Cependant, cette fois, l’ambition est différente. Il ne s’agit pas de clonage reproductif, mais thérapeutique, l’objectif étant d’utiliser ces cellules souches embryonnaires en médecine régénérative. Ces cellules, dotées de la capacité de se différencier en n’importe quelle cellule humaine, pourraient remplacer les tissus défaillants chez des patients atteints de maladies aussi diverses que la cécité, la tétraplégie, Parkinson ou la sclérose en plaques.

clonage-cellules-ohsu.jpg

Cet ovocyte a été énucléé et contient une cellule de la peau. © UHSO Photos

Trois ajustements rendent le clonage thérapeutique possible

Il est important de replacer les choses dans leur contexte. Une première annonce de ce genre avait été lancée en 2005 par des Sud-Coréens dirigés par Hwang Woo-suk. Mais la supercherie a finalement été révélée. Peu de temps après, le chercheur japonais Shinya Yamanaka réussissait à créer des cellules souches à partir de cellules de la peau, ce qui permet de s’affranchir d’embryons humains, dont l’utilisation et la destruction soulèvent des questions éthiques.

Ces deux paramètres ont détourné bon nombre de scientifiques du clonage thérapeutique. Quelques-uns y travaillent toujours, mais les succès sont très limités du fait de la difficulté de la tâche. Seuls Dieter Egli et son équipe de la New York Stem Cell Foundation avaient réussi à créer des cellules souches embryonnaires humaines par cette technique, mais elles disposaient d’un double jeu de chromosomes, pouvant occasionner quelques problèmes.

Pourtant, Shoukhrat Mitalipov semble avoir enfin trouvé la solution au problème. À l’aide de trois petits ajustements déjà connus, lui et ses collègues ont mis au point un protocole efficace, dont voici le principe. On récupère des ovocytes de donneuses et on les vide de leur noyau. En parallèle, on récolte des cellules de la peau d’un individu. À l’aide du virus Sendai, connu pour favoriser la fusion cellulaire, on unifie le gamète femelle avec la cellule de peau. Une petite décharge électrique va alors déclencher le développement embryonnaire.

Des cellules souches en bonne santé

Mais cela ne suffit pas. Les premiers essais des chercheurs se sont révélés infructueux : les embryons se développaient, mais les cellules souches qu’ils contenaient n’étaient pas stables. Il a fallu alors rajouter de la caféine pour éviter une activation trop précoce.

Après les premières phases de division jusqu’au stade blastocyste, les scientifiques ont récolté une partie de ces cellules et ont poursuivi leur culture dans un autre flacon. Ainsi, ils ont réussi à continuer à les faire croître et à les différencier sans que celles-ci présentent un problème, preuve que leur technique fonctionne. Dans un premier temps, les cellules de la peau ont été récupérées chez un fœtus. Pour s’assurer que la manipulation pouvait être réalisée avec un être humain plus mature, ils ont récolté des cellules de la peau chez un bébé de huit mois atteint d’une maladie neurologique appelée syndrome de Leigh. Le succès reste le même.

Ce n’est pas la seule force de l’étude publiée dans Cell. Par cette technique, le taux d’échec est souvent important, mais pas cette fois. De l’avis de la communauté scientifique, l’efficacité atteint des niveaux élevés. Intéressant, quand on sait qu’il est difficile de se procurer des ovocytes.

clonage-cellules-souches-mitalipov-et-al-cell-02.jpg

Ce schéma résume la technique utilisée. Un ovocyte (oocyte) énucléé et une cellule de la peau (fibroblast) ont été fusionnés. Un embryon s'est formé. Mises en culture, les cellules souches embryonnaires (NT-ESC) se sont divisées et se sont différenciées en divers tissus (cellules cardiaques, neurones, cellules hépatiques, etc.). © Mitalipov et al.Cell

Va-t-on bientôt cloner des êtres humains ?

Quel intérêt scientifique ? Les cellules souches embryonnaires humaines intègrent les essais cliniques, mais suscitent toujours des polémiques éthiques. Cela n’est pas le cas des cellules souches pluripotentes induites, conçues par Shinya Yamanaka, mais ces dernières pourraient s’avérer plus toxiques du fait des modifications génétiques que la manipulation implique. Les cellules souches embryonnaires créées par clonage pourraient être moins dangereuses pour l’Homme, ce qui les rend intéressantes. De plus, comme elles pourraient être synthétisées à partir des cellules du patient que l’on souhaite traiter, elles ne seraient pas reconnues comme étrangères à l’organisme par le système immunitaire si on les transplantait à ce malade, évitant ainsi les risques de rejet.

Cependant, une inquiétude et des interrogations pèsent autour de cette découverte : se dirige-t-on vers le clonage reproductif humain, où l’on pourrait faire naître des bébés génétiquement identiques à un donneur ? La communauté scientifique se veut rassurante. Elle annonce même qu’un article sera prochainement publié et expliquera pourquoi il est impossible de créer des clones humains par cette technique. L’éthique semble sauve.

source : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/clonage-therapeutique-les-premieres-cellules-souches-humaines-creees_46499/#xtor=RSS-8

Yves Herbo : Donnée attendue par beaucoup et beaucoup plus importante pour l'Humanité que ce que les médias reflètent... 

SFH-05-2013

Quand la panne est programmée par le fabricant

Quand la panne est programmée par le fabricant

ampoule1901.jpg

Fait suite à cet article et éclaire un peu plus sur l'escroquerie programmée mondiale au niveau de la production... : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/economie-memoire-d-un-piege/l-obsolescence-programmee-escroqueries-du-systeme-capitaliste.html

Machine à laver en panne au bout de cinq ans, téléviseur qui ne fonctionne plus au bout de trois...
Est-ce une fatalité si les biens d'aujourd'hui durent moins longtemps qu'avant ?
Le Centre européen de la consommation (CEC) est persuadé qu'il s'agit d'obsolescence programmée.

Le Centre européen de la consommation vient de publier une étude intitulée: l'obsolescence programmée, dérive de la société de consommation.
Cette étude a été faite avec l'aide de Lydie Tollemer, une étudiante qui vient d'écrire un mémoire sur le sujet.
L'obsolescence programmée est le fait de planifier délibérément la durée de vie d'un produit. Cela permet de réduire cette durée de vie afin d'inciter les consommateurs à en acheter un autre.

Exemples d'obsolescence programmée

Le type d'obsolescence le plus répandu est l'obsolescence "par défaut fonctionnel": les producteurs font en sorte que si une seule et unique pièce tombe en panne, c'est l'appareil entier qui cesse de fonctionner. Cela concerne les produits électriques ou électroniques tels que les téléviseurs, les téléphones portables, les machines à laver ou les ordinateurs (voir ci-dessous).

machinelavageprog.jpg

- Machines à laver
Le CEC estime qu'elles sont programmées pour faire 2000 à 2500 cycles de lavage seulement. Le remplacement des cuves en inox par des cuves en plastique permet de limiter leur durée de vie: il suffit qu'une pièce de monnaie se soit glissée à l'intérieur, pour qu'elles se cassent, au moment de l'essorage ; une température trop élevée peut aussi les déformer.

"En outre, les roulements à bille, qui sont des pièces vitales au fonctionnement de la machine, sont directement moulés dans la cuve en plastique. S'ils ne fonctionnent plus, il faut changer la cuve en entier. Et si la cuve en plastique, moins résistante que celle en inox, casse, il faut remplacer les roulements à bille."

telecassee.jpg

- Téléviseurs
Le CEC estime qu'ils sont programmés pour fonctionner 20 000 heures.
Les pannes viendraient le plus souvent du "condensateur", une pièce qui a pour rôle de les allumer. On peut le faire gonfler et casser, en l'exposant à la chaleur sur la carte d'alimentation.

-Téléphones portables et smartphones
Ils sont victimes de plusieurs types d'obsolescence programmée:
-par défaut fonctionnel : il suffit que la batterie tombe en panne pour qu'ils deviennent inutilisables.
- indirecte: sur beaucoup d'appareils, il est certes aisé d'enlever la batterie, mais il est moins facile de trouver une batterie de remplacement. Même chose pour les chargeurs. Les accessoires ne sont plus disponibles, ce qui fait que l'on ne peut plus utiliser le bien principal.
-par incompatibilité: il faut des appareils toujours plus récents pour télécharger des applications.
-Et ne parlons pas de l'obsolescence esthétique ! Les consommateurs veulent le modèle dernier cri. La périodicité de renouvellement des portables est en moyenne de vingt mois.

portablesphones.jpg

-Imprimantes
Elles sont victimes d'obsolescence par notification, assure le CEC. Elles signalent le moment où il faut changer la cartouche d'encre, mais continuent encore à imprimer plusieurs dizaines de feuilles. Certains consommateurs changent donc le toner avant que ce soit utile. "C'est l'imprimante qui rend la cartouche d'encre obsolète", conclut le CEC.
Parfois, une puce placée dans l'imprimante enregistre le nombre d'impressions faites et, au bout d'un nombre prédéterminé par le fabricant, bloque cette dernière.

-Ipod et Apple
Les Ipod de première, deuxième et troisième génération d'Apple n'avaient pas de batteries amovibles. Quand la batterie tombait en panne, au bout de dix-huit mois, il fallait acheter un autre appareil. Une "Class action" (action de groupe) a été lancée aux Etats-Unis, mais n'a pas abouti, Apple ayant accepté entre-temps de dédommager ses clients et de proposer des batteries de remplacement.

-Voitures
Il arrive de plus en plus souvent qu'un moteur devienne inutilisable, faute de pouvoir trouver les pièces détachées de rechange (YH : ou que celles-ci soient trop chères avec la main d'oeuvre par rapport à la valeur entière du véhicule !)

condensateurfragiles.jpg

Comment lutter contre l'obsolescence programmée ? Les sites internet d'aide à la réparation

Nombre de consommateurs donnent des conseils pour réparer des appareils électrique.

Le site américain Ifixit.com propose des vidéos, sur lesquelles les salariés montrent comment tout réparer, du grille-pain à la voiture en passant par l'ordinateur portable ou la machine à laver.

En France, il y a le site Commentreparer.com (qui répertorie des sites de pièces détachéees d'électro-ménager), ou le forum de réparation Tout-electromenager.fr .

La réponse législative
Le CEC souhaite que l'Union européenne se saisisse de cette question

Il demande que, pour chaque appareil acheté, le consommateur ait accès à l'information sur la durée de vie de l'appareil. Il estime que la durée de la garantie de conformité devrait être allongée en fonction de cette durée de vie moyenne.

En attendant, le CEC soutient la proposition de loi "visant à lutter contre l'obsolescence et à augmenter la durée de vie des produits" déposée le 18 mars sénateur Jean-Vincent Placé (Europe Écologie Les Verts).

Ce texte propose d'étendre la durée légale de conformité des produits électriques et électroniques, de deux ans actuellement, à trois ans au 1er janvier 2014, quatre ans au 1er janvier 2015 et cinq ans au 1er janvier 2016.

"Le fabricant aura ainsi intérêt à produire des biens plus durables, tandis que le consommateur n'aura pas intérêt à renouveler l'achat avant la date d'expiration de la garantie", explique l'exposé des motifs.

Actuellement, pendant les six premiers mois à compter de la vente, le consommateur n'a pas à prouver l'antériorité du vice, mais seulement son existence. La proposition de loi propose d'étendre ce délai à deux ans.

Le texte dit aussi que le consommateur doit pouvoir disposer des pièces détachées indispensables ) la réparation dans un délai d'un mois, et pendant une période de dix ans à partir de l'achat.

Le texte fera l'objet d'un débat au Sénat mardi 23 avril, à partir de 14h30

D'autres articles de Sosconso: Quand Huis Clos force la main aux personnes âgées

Source : http://sosconso.blog.lemonde.fr/2013/04/20/quand-la-panne-est-programmee-par-le-fabricant/

Yves Herbo-SFH-04-2013

Communication de Bill Ryan sur une information mondiale importante

Communication de Bill Ryan sur une information mondiale importante

ryanbill.jpg

Bill Ryan

Bill Ryan (BR) : Au cours de l'été 2010 j'ai été abordé par un homme très inhabituel. Il raconte l'histoire de ce contact dans cette interview. Je l'ai appelé « Charles ».

Il a travaillé pendant de longues années pour le groupe élitiste qui considère que la responsabilité de gérer la planète lui incombe. Charles n'est ni universitaire, ni historien, ni scientifique. Mais il souhaitait communiquer des informations importantes sur la vision mondialiste et la philosophie de ce groupe -- vues de leur côté : ce qu'ils essaient de réaliser, pourquoi et comment. Lui et moi avons jeté les bases d’une amitié fondée sur l’estime réciproque. Dans cette interview, Charles expose son propre ordre du jour. Il aspire à ce qu’il appelle une « compétition loyale ».

De nombreux sujets n'ont pas été traités dans cet entretien. Il s'agit ici, dans une certaine mesure, du début d'un dialogue. Le groupe de 33 personnes, pour lequel Charles travaille, saisit indirectement cette occasion de communiquer. J'ai rapporté cet entretien aussi fidèlement que possible.

Conformément à l’habitude journalistique, on m'a demandé qu'une partie des informations données à ce stade le soit hors micro. Vous constaterez au fil de cette interview que de très nombreuses questions demeurent sans réponse. Je souhaiterais qu'un entretien complémentaire ait lieu. Mais la décision ne m'appartient pas.

J'ai trouvé intéressante la seconde moitié de 2010. Son point culminant est cette occasion qui m'a été offerte de communiquer indirectement, par l'intermédiaire de cette vidéo et de Charles lui-même, avec le groupe des gens qui dirigent la planète. Voici ce que j'aimerais dire à ce propos : je comprends l'histoire et le contexte que Charles a expliqués -- en partie reproduits dans cette interview. Mais il y a une autre façon de voir les choses.

Si vous êtes appelés à être les véritables dirigeants de cette planète, vous pourrez être les capitaines du Vaisseau Terre, et investis de la responsabilité de l'ensemble de la Famille Humaine. Une opération de nettoyage à grande échelle pourra avoir lieu. Vous savez que la technologie existe. Si nous y participons tous, c'est faisable.

De l'eau potable, de l'air pur, des océans propres, de l'énergie gratuite, une faune abondante, la santé et l'éducation pour tous.

La Terre pourrait être une planète paradisiaque, un modèle pour ce secteur de la galaxie.

La Race Humaine est une expérience à grande échelle et sur le long terme. Cette information, que vous avez confirmée par l’intermédiaire de Charles, ne paraîtra pas nouvelle à bon nombre de ceux qui regardent cette vidéo. Charles a expliqué que la race extraterrestre qui a initié ce projet, laisse tous les événements se dérouler, avec pour politique de ne pas intervenir. On peut soutenir que la conclusion optimale aux yeux de tous -- un résultat qui enchanterait ceux qui sont à l'origine du projet -- serait que la Race Humaine se prenne en charge, et qu'elle montre ce dont elle est capable.

Ce que vous laisseriez en héritage, ici et ailleurs, pour l'éternité, pourrait être :

« Nous avons réparé les dégâts. Nous avons inspiré et financé ce qu'il y a de mieux et de plus génial au monde dans chaque nation, dans le but de travailler ensemble pour résoudre les problèmes. Nous avons entièrement restauré ce beau, ce magnifique joyau de ce système solaire. Regardez ce que nous avons fait quand la Famille Humaine tout entière, organisée, déterminée, placée sous une direction inspirée, a travaillé ensemble, pour montrer simplement ce qu’on pouvait faire. »

Interview intégrale en PDF : les-dirigeants-du-monde-project-avalon-jan-2011.pdf les-dirigeants-du-monde-project-avalon-jan-2011.pdf

Yves Herbo : une information a prendre comme telle, c'est à dire que Bill Ryan (dont l'honnêteté n'est pas mise en cause) peut aussi avoir été victime d'une certaine désinformation volontaire... qui indiquerait d'ailleurs elle-même que le sujet est important et que les citoyens du monde entier doivent être vigilants, tant sur les apparences des choses que sur leurs réalités concrètes et résultats visibles... Comparez ce que vous voyez et entendez de plusieurs sources et non pas d'un seul journal d'information télévisé ou d'un seul gouvernement, d'un seul parti politique ou d'une seule autorité religieuse, d'une source... et si on fait vraiment abstraction de toutes ces influences psychologiques de la société, on ne peut que constater froidement la misère de l'immense majorité du genre humain à l'avantage de quelques nantis qui ne peuvent l'admettre... 

MAJ : j'avais laissé le temps aux plus curieux de chercher la suite et l'actualité de cette communication (il suffit de cliquer sur le lien Bill Ryan en haut pour trouver facilement) mais voici un lien direct pour ceux qui ont demandé : http://projectavalon.net/lang/fr/whats_new_fr.html

Yves Herbo-SFH-04-2013

OVNIs : la Chaine UFO Conscience

OVNIs : la Chaine UFO Conscience

ufo-conscience.jpg

La chaîne YouTube UFO Conscience est menée de main de maître par Olivier de Sedonia et consiste principalement à des interviews audios de personnalités diverses touchant aux sujets intéressant la chaîne et son public, les OVNIs, la science du cognitif et le paranormal pour être large. Ces interviews audios sont montées en vidéos pour atteindre une plus grande partie du public et sont en général très intéressantes et tentent en tout cas de délivrer ce que la personnalité veut dire et apporter. Une totale indépendance et absence de pression de "communication" sont souvent souhaitables quand on traite de sujets sensibles (et le phénomène OVNI est un sujet sensible à l'évidence) et voilà une opportunité à signaler et partager.

Olivier m'a invité à plusieurs reprises à participer à l'une de ses émissions et je lui réiteire avec chaleur et amitié virtuelle que j'y participerai lorsque le moment sera venu. Je dois révéler ici que ma famille et moi-même subissons depuis mai 2010 des pressions financières et matérielles innacceptables de la part de bailleurs soi-disant sociaux qui, avec la complicité de lois passées par des politiques actionnaires et jurisprudences anti-constitutionnelles décidées par des juges corrompus permettent de fausses revalorisations de dizaines de logements faussement réhabilités. Il s'agit bien d'une machine à faire augmenter les prix et fausses valeurs systématiquement au détriment de l'intérêt général pour des intérêts individuels. Cela suffit comme ça de faire augmenter artificiellement les valeurs de choses qui ne le méritent pas plus que toute chose fabriquée par l'homme... d'ailleurs, il faut tout simplement arrêter de faire monter artificiellement la valeur de choses déjà rentabilisées à outrance : toute fabrication doit diminuer en valeur dans le temps et non l'inverse... l'exception ? l'immobilier !... illogisme tout à fait criminel et mafieux comme on le verra plus tard et ailleurs...

Un dossier à venir va expliciter tout ça très clairement très prochainement (si les attaques internet se calment...).

Pour revenir au sujet de cet article de présentation, voici les deux dernières émissions d'UFO Conscience, bonne écoute :

la très célèbre journaliste américaine Paola Harris qui nous parle de la zone 51

Des conseils pour observer le ciel

http://olivierdesedona.over-blog.com/article-ufo-conscience-avec-serje-perronnet-116758514.html

Yves Herbo-Sciences,Fictions,Histoires-04-2013

L'identification d'un utilisateur par son téléphone mobile

L'identification d'un utilisateur par son téléphone mobile

antennes-gsm.jpg

Désormais, il est possible d'identifier un individu parmi des millions grâce à son téléphone portable. Ce sont des scientifiques de l'Université catholique de Louvain en Belgique et du MIT de Cambridge aux Etats-Unis qui ont mis au point un algorithme permettant d'identifier une personne via son mobile, et plus précisément la localisation de ce dernier.

Il suffit pour cela de connaître quatre points spatio-temporels de l'utilisateur. C'est à dire les endroits géographiques distincts dans lesquels se trouve l'utilisateur à quatre moments différents. L'identification de l'utilisateur devient possible en mettant ces informations en relation avec celles connues et publiques de personnes depuis différentes sources : des lieux affichés sur les pages Twitter ou Facebook, le lieu de travail ou encore l'adresse du domicile sur un annuaire.

Les antennes relais permettent de localiser les téléphones mobiles qui se situent dans leur zone de couverture, à un moment précis. Il suffit donc que l'utilisateur change 4 fois d'antenne relais lors de ses déplacements pour déterminer quatre points spatio-temporels qui lui sont associés. Les chercheurs ont ainsi prouvé que 95% des utilisateurs de portables peuvent être identifiés.

L'étude a duré près d'un an et demi et a employé les données de 1,5 million d'utilisateurs. Les chercheurs sont arrivés à enregistrer en moyenne plus de 110 interactions par personne et par mois pour 6500 antennes possédant une couverture géographique comprise entre 0,15 et 15 kilomètres. Le système est d'autant plus efficace que le nombre d'antennes augmente.

Références : "Unique in the Crowd: The privacy bounds of human mobility" ; Yves-Alexandre de Montjoye, César A. Hidalgo, Michel Verleysen et Vincent D. Blondel ; Scientific Reports 3, 25 mars 2013. Voir l'étude (en anglais): http://www.nature.com/srep/2013/130325/ ... 01376.html + http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=11563

Yves Herbo : Qui doit être le plus inquiet sur cette énorme possibilité ? Les peuples du monde au sujet de leur liberté ou les crapules, voleurs, mafieux en tout genre ? A méditer profondément et d'urgence : si cela a été annoncé officiellement, c'est que cela existe probablement depuis un moment et que l'utilisation va être disponible sous peu ou l'est déjà peut-être pour les gouvernements (quel que soit le régime politique d'ailleurs)...

Yves Herbo Sciences, Fictions, Histoires-04-2013