météo

ovni-04-2013-russie.jpg

OVNIs : les images 2013 - novembre

OVNIs : les images 2013 - novembre

ovni-04-2013-russie.jpg

Suite des articles suivants pour 2013 : Page 1  -  Page 2 Page 3Page 4Page 5Page 6Page 7Page 8 - Page 9

Amsterdam, Pays-Bas, 08-11-2013 :

Calais, Bretagne. France.10.11. 2013 :

UFO Sightings of 2013 (November) Part 1 :

UFO Sightings of 2013 (November) Part 2 :

UFO Sightings of 2013 (November) Part 3 :

UFO Sightings of 2013 (November) Part 4 :

UFO Sightings of 2013 (November) Part 5 :

Le best-of des images UFO Sightings de novembre 2013 :

UFO Sightings Military Reverse Engineers Alien Technology- Special Report November 2013 :

Compilation Ovnis - UFOs 2013 :

New-York, Time Square, novembre 2013 :

Mexique, 25-11-2013 :

Yves Herbo-SFH-11-2013

observatorio-astronomico-de-la-plata-ovni-ufo-sobre-buenos-aires-17-09-1985-foto-1.jpg

Deux ovnis et une mystérieuse explosion en Argentine

Deux ovnis et une mystérieuse explosion en Argentine

observatorio-astronomico-de-la-plata-ovni-ufo-sobre-buenos-aires-17-09-1985-foto-1.jpgobservatorio astronomico de-La-Plata-ovni-ufo-Buenos Aires 17-09-1985

La hipótesis ovni de la misteriosa explosión en La Plata que nadie sabe explicar (vf plus bas).

El pasado lunes, alrededor de las 23 horas se escuchó en La Plata y alrededores un fuerte estruendo que hasta sacudió ventanas y puertas y provocó una leve ventisca. Muchos vecinos se preguntaron qué fue lo que pasó. Al día siguiente, las autoridades oficiales del municipio y otras voces dijeron desconocer el origen del fenómeno: ni Defensa Civil, ni YPF, ni el Observatorio, ni Edelap, ni los Bomberos, ni la municipalidad de Ensenada pudieron explicar lo sucedido. Por eso, ante tanta incertidumbre, estudiosos del fenómeno ovni tomaron protagonismo al relacionar la explosión con un extraño objeto que sobrevoló la zona de Quilmes, aproximadamente 40 minutos antes de lo que pasó en la capital provincial. “Por descarte, uno va llegando a la conclusión que hay una sucesión muy grande entre lo de Quilmes y La Plata. Además hay antecedentes”, le dijo a Letra P el titular de la Fundación Argentina de Ovnilogía, Luis Burgos, en el marco de lo que hasta ahora es un misterio.

“Mi hija estaba durmiendo y de repente saltó asustada de la cama”; “retumbó muy fuerte y temblaron las ventanas”; “hubo un ruido muy fuerte, y nadie nos dice qué pasó. Es como si hubiese sido un trueno”; “cuando pasó eso estaba en City Bell, pero hablando con personas de Gonnet me enteré que también escucharon el ruido”, son algunos de los testimonios que recabó el Diario El Día, de vecinos de todo el gran La Plata. Horas después, nadie supo dar explicaciones.

El tema quedó en la nada, hasta que un grupo de estudiosos de fenómenos que muchos no pueden explicar, se puso al tanto, y no tardó en arrojar las primeras conclusiones. Así, la hipótesis ovni cobra mucha fuerza, teniendo en cuenta un episodio registrado también por varios testigos, a 40 kilómetros de distancia de la ciudad de las diagonales, en Quilmes.

“Esta gente, que está en dos zonas diferentes de Quilmes, observó un objeto con forma de boomerang. Se trata de un objeto que no es la primera vez que aparece; tenemos muchos reportes que hablan de una especie de triángulo oscuro con tres luces, que pasa a gran velocidad y anda merodeando por varios lugares de la provincia de Buenos Aires”, comenzó relatando Burgos.

Así, quien además es coordinador de la Red Argentina de Investigación Ovni (RADIO), explicó que “todas esas observaciones son previas a la explosión que se escuchó en La Plata y por esto estamos recabando información y chequeando todos los datos que tenemos. Es que por analogía, nosotros tuvimos muchas veces este tipo de casos en nuestro país. Un objeto avistado, y que inmediatamente después se produce algún tipo de fenómeno de estrépito o estruendo en las alturas”.

El especialista puso la lupa principalmente en lo que declararon las voces oficiales del gobierno platense y los distintos organismos. “Lo más importante es la parte oficial. Todos se lavaron las manos. Se hablaron de cosas insólitas: desde una acumulación de gases en el Ceamse, pasando por la destilería de YPF, petroquímica y demás”, se asombró, poniendo especial énfasis en la versión del Observatorio platense, ya que para Burgos, “en el Observatorio están los más acérrimos enemigos del fenómeno ovni; los tipos están esperando que uno diga la palabra ´ovni´ para salir inmediatamente a desmentir. Y ahora ellos mismos descartaron la posibilidad de un meteorito”.

Pero ¿cuáles son las restantes hipótesis? “Puede tratarse de un ´boom sónico´ protagonizado por una lluvia de meteoritos que cuando al entrar a la atmósfera se produce un estrépito. No sé. Vamos a suponer que se trató de un avión que rompió la barrera del sonido… bueno, eso ya fue desmentido este jueves por la Fuerza Aérea”, ejemplificó. “Por descarte, uno va llegando a la conclusión que hay una sucesión muy grande entre lo visto minutos antes en Quilmes con la explosión. Además hay antecedentes”, insistió.

“Lo de La Plata ha sido algo muy grande. Hay centenares de testigos, desde Villa Elisa hasta Villa Elvira y desde el Río de la Plata hasta Olmos. Nosotros vemos que hay una sucesión en tiempo y espacio: el objeto que se vio en Quilmes vino de norte a sur. A mí en ese momento me llaman por teléfono y me dicen que viene para La Plata. Después se esfumó o desapareció, y cuarenta minutos después, pasa esto (la explosión). Pero no sería la primera vez que pasa esto”, continuó Burgos.

Además, hasta descalificó al responsable de la Agencia Hidrometeorológica de Pablo Bruera, el meteorólogo Mauricio Saldivar. “Me pareció medio ridículo lo que opinó el meteorólogo Saldivar. Él habló de lo que pasó en Monte Grande hace unos años, diciendo que había pasado algo similar y que después se dijo que fue una garrafa… Pará, primero investigalo. Si el tipo llega a relacionar esto de La Plata con una garrafa, hace el ridículo del año”, disparó el especialista.

“Nosotros ya pedimos que cualquier tipo de información referida a este tema nos sea proporcionada. En Esteban Echeverría se vio caer algo en la zona del cementerio, y estamos trabajando para ver si tiene relación con lo de La Plata. Además estoy chequeando un trazo meteórico –restos de un meteorito- que cayó en Sierra de los Padres, provocando un manchón en el terreno de 1 metro y medio”, continuó.

“Lo de Quilmes es un ovni, no hay ningún tipo de duda. Pero ojo, al hablar de ovni no estamos hablando de una nave con marcianos verdes necesariamente, eh. También es factible que sea un aparato, un prototipo americano que esté haciendo de las suyas en Argentina”, ejemplificó, y concluyó con un interrogante que alimenta aún más el misterio: “para hacer semejante estruendo tiene que haber sido algo muy, muy fuerte. Si las voces oficiales dicen que no fue un meteorito, que no hubo ninguna entrada de chatarra espacial ni tampoco ningún avión. Entonces ¿Qué fue lo que pasó? ¿Qué lo provocó?”

.
la-plata.jpgLa Plata

Traduction par Macha et Ovnis-Direct :

Deux ovnis et une mystérieuse explosion

L’hypothèse de l’ovni a été évoquée concernant la mystérieuse explosion que personne ne peut encore expliquer au-dessus de la ville de Buenos Aires.

Le lundi 11 novembre vers environ 23 heures, une gigantesque explosion a été entendue autour de La Plata, qui a secoué les fenêtres et les portes avant de provoquer une légère tempête de neige.

De nombreux habitants se sont demandé ce qui s'était passé et le jour suivant, les autorités officielles de la municipalité et de la défense civile ont déclaré ne pas connaitre l’origine du phénomène.

Le responsable de la fondation ufologique argentine s’est exprimé sur la radio Quilmes FM en effectuant une corrélation entre l’explosion et les deux ovnis qui ont survolé la zone de Quilmes, 40 minutes avant l’incident.

En effet, le célèbre licencié Luis Burgos fut interrogé hier matin dans l'émission "ir a mar", sur F.M Sud" sur la véracité du présent communiqué, sur les détails et allégations émises par un groupe de quilmeños (habitants de Quilmes !) autour de 22h15.
L'ufologue raconte que les membres d'une même famille de la FAQ de Quilmes ont observé à partir de différentes positions le passage éphémère direction nord-sud sans aucun bruit, de trois lumières situées sur la partie inférieure et disposées sur un objet en forme de boomerang. Cela fut commenté sur la radio de Burgos quelques minutes après le témoignage des quilmeños.
D'autres appels furent enregistrés en provenance du voisinage de cette province. En outre, Burgos, fit savoir qu'une énorme explosion fut entendue jusqu’à dans la province de La Plata, sans pouvoir la localiser. Cela fut suivi par l'apparition soudaine d'un fort vent chaud.

« Des témoins, situés dans deux zones différentes de Quilmes, ont vu un objet en forme de boomerang. Ce n’est pas la première fois qu’il apparait et nous avons beaucoup de rapports qui évoque une sorte de triangle noir avec trois lumières, passant à grande vitesse et faisant le tour de divers endroits de la province de Buenos Aires ", a raconté l’ufologue Burgos.

Le coordonnateur de l' « UFO Research Network » en Argentine a expliqué que toutes ces observations étaient antérieures à l'explosion qui a été entendue à La Plata et c'est pour ces raisons qu'ils étaient en train de recueillir des renseignements et de vérifier toutes les données dont ils disposent. Il ajoute que ce type de cas a été de nombreuses fois répertoriées dans le pays.

Hypothèses ?

On évoque l'éventualité du « bang sonique » provoqué par une pluie de météorites ou des avions de chasse, mais rien d'officiel.

Au regard des faits et en comparant la distance qui sépare les deux villes et le temps entre l'observation de l'objet et l'explosion entendue, cela laisse présumer différents épisodes. Burgos dans l'émission F.M déclare avoir demandé davantage d'explications auprès des autorités .Il exclut le lancement d'objets aériens ainsi que la retombée de fragments d'objets ou de météorites. Il est difficile de penser qu’un tel engin ait pu provoquer une telle explosion.

S'il s'agit d'un ovni, quelque que soit son origine, il a du se désintégrer en haute atmosphère du fait que son passage a franchi le mur du son et provoqué l'explosion entendue.

Sources : elsolquilmes.com
letrap.com

Traduction : http://ovnis-direct.com/ovnis-explosion-buenos-aeres.html#5ABcLQJh

Yves Herbo Relai-SFH-11-2013

cyclone-katrina.jpg

Les cyclones devraient devenir de plus en plus violents

Les cyclones devraient devenir de plus en plus violents

cyclone-katrina.jpg

Les climatologues estiment aujourd’hui que les cyclones vont progressivement se faire de plus en plus violents et pluvieux. Selon eux, ce phénomène est lié à la montée de la température des océans, lui-même induit par le réchauffement climatique.

Alors même que les Philippines ont été dévastées par le super-typhon Haiyan, le plus violent de toute leur histoire, des climatologues ont fait des prédictions préoccupantes sur ce type d’événements climatiques extrêmes. Bien que les spécialistes manquent de "bases de données assez homogènes car il n'y avait pas de satellites avant les années 70", ils estiment aujourd'hui que les cyclones vont dans les prochaines années se faire de plus en plus violents.

Les spécialistes restent néanmoins extrêmement prudents car, comme le souligne Hervé Le Treut, spécialiste de la modélisation numérique du système climatique, "nous manquons de recul". Reste que ce n'est pas la première fois qu'une telle théorie est avancée. Les experts sur l'évolution du climat (Giec) jugent qu’il est "virtuellement certain que la surface supérieure de l'océan s'est réchauffée de 1971 à 2010".

Un réchauffement évalué à environ 0,1°C par décennie pour les 75 mètres le plus proches de la surface. Or, "une augmentation de l'intensité des cyclones fait partie des risques" liés à ce réchauffement, indique Hervé Le Treut repris par l'AFP. Il y a peu, le GIEC a estimé "probable", sur la base de modélisations, que les cyclones soient à l'avenir plus intenses et plus pluvieux.

Une source d'énergie plus importante pour les cyclones

"Comme les températures de surface des océans sont plus élevées, cela va alimenter une source d'énergie plus importante pour les cyclones. Il y aura donc une tendance à avoir des cyclones un peu plus violents", explique le spécialiste Fabrice Chauvin. Ce dernier estime qu’"une température plus importante à la base va alimenter un phénomène plus fort d'évaporation et donc davantage de pluies disponibles".

Une hypothèse confirmée par Hervé Le Treut qui pense lui aussi que ce phénomène "peut favoriser des cyclones puissants". Aussi, ce spécialistes s'attend également à davantage de précipitations. "S'il fait plus chaud, on a davantage d'eau dans l'atmosphère et de manière générale, on peut s'attendre à avoir des intensités de pluie plus fortes dans un monde plus chaud", conclut-il.

Source : http://www.maxisciences.com/cyclone/changement-climatique-les-cyclones-pourraient-devenir-de-plus-en-plus-violents_art31310.html
Copyright © Gentside Découverte

Yves Herbo-SFH-11-2013

ovni-04-2013-russie.jpg

OVNIs : les images 2013 - août à octobre

OVNIs : les images 2013 - août à octobre

ovni-04-2013-russie.jpg

Suite des articles suivants pour 2013 : Page 1  -  Page 2 Page 3Page 4Page 5Page 6Page 7

août 2013 :

Compilation été 2013

septembre 2013 :

Images septembre publiées le 22 oct. 2013 : il semblerai quand observant cette video avec un zoom sur cette objet, on puisse y observer 2 éléments sombre de chaque coté sortant de cette boule lumineuse, assez curieux... = http://youtu.be/JSPVaK67XIo

Publiée le 9 sept. 2013 : Pendant le feu d'artifice du parc de Saint Cloud, nous avons observé des petites lumières rouges qui n'avaient aucun rapport avec le feu d'artifice, puis après le spectacle vers 23h20, nous étions devant le quartier en construction de Boulogne-Billancourt.


ufo-New ImagesChina-Comète-ISON-03-09-2013

octobre 2013 :

ufo-photos-Calais-France-10-2013 :

Yves Herbo-SFH-11-2013

caudry-enquete-mini.jpg

L'OVNI de juillet 2013 à Caudry dans le Nord analysé

L'OVNI de juillet 2013 à Caudry dans le Nord analysé

caudry-enquete-mini.jpg

Le vendredi 26 juillet 2013, vers 22 h 30, un étrange phénomène était observé dans le ciel caudrésien. L’ufologue Claude Naglin de Honnechy, a mené l’enquête. Il en dévoile les conclusions aujourd’hui. Pour lui, il n’y a aucun doute, c’était un OVNI.

Il est plus de 22 heures, ce vendredi du mois de juillet. En cette soirée estivale, dans un quartier de Caudry (Nord, France), Mme X (les témoins ont souhaité garder l’anonymat) discute sur le pas de sa porte avec sa voisine. La météo est clémente. Le ciel est légèrement nuageux mais on distingue parfaitement la fin de la pleine lune qui est encore presque ronde. Tout à coup, les deux femmes sont attirées par une tache lumineuse qui se déplace dans le ciel sombre. Une boule orange lumineuse, sur leur gauche, un peu plus bas que la lune, expliquent les témoins. « Son contour était très précis, raconte l’ufologue Claude Naglin. On aurait dit une boule éclairée de l’intérieur. Elle se déplaçait parfois de quelques centimètres, en tous sens, de façon tout à fait aléatoire » Alertés, trois autres témoins se joignent aux deux voisines dont la petite-fille de l’une d’elle. « Elle a eu le réflexe de prendre son appareil photo, poursuit le spécialiste. Elle a immédiatement pris trois, quatre clichés de la manifestation puis elle est passée en mode vidéo. » Sur les photos, le phénomène est à peine visible. Mais la vidéo montre clairement une boule lumineuse qui semble alterner, de manière très rapide, des signaux vert, jaune, rouge, orange… « Cette boule pouvait faire quelques millimètres à bout de bras ; double décimètre tenu par les témoins au cours de l’enquête ! » L’observation, aux dires des témoins, aurait duré entre trente secondes et une minute. Mais au visionnage, le film affiche déjà 1 mn 46. « Après que la jeune fille a arrêté la caméra, l’objet s’est stabilisé, il est parti rapidement vers l’est et il a disparu derrière les maisons d’en face. » Encore sous le coup de l’étrange phénomène, les riverains resteront à échanger leurs impressions avant de se quitter, perplexes.

Mais leur surprise ne devait pas s’arrêter là. Le lendemain, sensiblement un peu plus tard que la veille, sans savoir ni comment ni depuis quand elle est là, ils aperçoivent la même sphère lumineuse. Elle se situe quasiment à la même hauteur que la veille mais un peu plus à l’ouest. « Cette fois, elle est restée parfaitement immobile, sans variations lumineuses ni de forme, mais elle paraissait un peu plus grosse. » À peine ont-ils le temps de réagir que le phénomène part à vive allure vers le nord, en passant au-dessus d’eux, avant de franchir la ligne de toit des habitations. « La boule grossissait au fur et à mesure qu’elle arrivait vers eux. On peut donc penser qu’elle se trouvait relativement bas. Son diamètre pouvait faire près d’un centimètre à bout de bras. » Les témoins sont formels : ils n’ont entendu aucun bruit. Cependant, ils ont noté deux phénomènes, « peut-être dus au hasard », au moment où la sphère est partie à grande vitesse : l’alarme d’un immeuble, à la verticale de son point de départ, s’est déclenchée et le chien d’une voisine s’est mis à aboyer quand elle est passée au-dessus de lui, « un comportement inhabituel chez lui ».

« Tous les témoins avaient bien sûr connaissance de ce que peuvent être des OVNIs mais ils ne s’y intéressaient pas particulièrement. », ajoute M. Naglin. Curieuse coïncidence : quelques semaines plus tard ils apprennent qu’une manifestation du même acabit a été observée à Mouscron (en Belgique), le 24 juillet (la vidéo est visible sur internet, ndlr), et dans d’autres villes du Nord. « Rien ne dit que c’était le même phénomène. ». Mais les similitudes sont troublantes.

caudry-ovni-sphereorange.jpg

Claude Naglin a donc mené l’enquête et tenté de recueillir d’autres témoignages notamment en collaboration avec le Cercle d’astronomie caudrésien. Mais le seul appel qu’il a reçu n’a pu être retenu. « Le problème c’est que quand les gens sont témoins de ce genre de phénomène, ils ne veulent rien dire de peur de se faire passer pour des illuminés ! » Alors il a avancé des pistes en éliminant les plus improbables. À cette période de l’année, on a souvent eu affaire à des lanternes thaïlandaises. « Impossible, ça ne se déplace pas aussi vite et de cette manière. Il faut éliminer cette hypothèse et celle de tout autre ballon dirigeable ». Un avion ? « Pareil, ça ne se déplace pas comme ça et en plus ça fait du bruit. » Après avoir récupéré la vidéo de la manifestation, le spécialiste a donc décidé de la transmettre au rédacteur en chef de la revue d’ufologie pour laquelle il travaille, « Lumière dans la nuit ». « S’il juge que ça doit être étudié, il l’enverra au CNRS ou ailleurs. » Mais pour Claude Naglin, il n’y a aucun doute : il s’agit bien d’un OVNI. Il en a d’ailleurs déjà vu plusieurs dans le Cambrésis depuis quarante ans qu’il s’intéresse au sujet. « Je ne me considère pas comme un spécialiste ; je suis simplement curieux et j’aime aller au bout des choses, conclut-il en souriant. Après celui-là, il y aura encore d’autres observations. Et si quelqu’un a assisté à ce phénomène ou à un autre, je suis à son écoute ! »

Claude Naglin : 03 27 75 11 01.

Sources et video : http://www.lavoixdunord.fr/region/caudry-un-ovni-dans-le-ciel-de-juillet-l-ufologue-ia14b45240n1659018 + http://area51blog.wordpress.com/2013/10/30/ovni-filme-a-caudry-dans-le-nord-de-la-france/

Yves Herbo : la vidéo montre effectivement un objet qui ne semble pas se déplacer comme le font en général les lanternes thaïlandaises, c'est à dire en suivant la direction du vent, mais fait bien des arrêts et demi-tours (visible au début), comme cela est décrit dans le témoignage. La visualisation d'une sphère (et non d'une simple lumière) est bien décrite. La répétition du phénomène est intéressante aussi. Puisqu'il y a plusieurs témoins, il pourrait être intéressant d'avoir leurs points de vue séparés pour comparer ce qu'ont conservé les différents esprits de cette expérience.

Yves Herbo-Relai-SFH-11-2013

inondationsuk.jpg

Climat : actualité des modifications climatiques

Climat : actualité des modifications climatiques

inondationsuk.jpg

En Arctique, les 100 dernières années sont les plus chaudes depuis 44000 ans minimum

ilebaffin-arctic.pngL'île de Baffin est dans l'est du Grand Nord canadien. On compte actuellement 11.000 habitants, pour une île qui fait plus de 500.000 km2 de surface. Si on ne compte pas l'Australie, l'île de Baffin est la cinquième plus grande au monde. © Ansgar Walk, Wikipédia, cc by sa 2.5

Le réchauffement que connaît actuellement l’Arctique n’a pas été égalé depuis au moins 44.000 ans. Pour la première fois, une équipe scientifique montre, preuves à l’appui, que le réchauffement actuel dans l’est du Grand Nord canadien défie la variabilité naturelle du climat.

Depuis les années 1970, la banquise arctique perd 12 % de sa surface totale par décennie. Le Giec rapporte par ailleurs que la fonte de la calotte polaire groenlandaise s’est accélérée, elle perdait 34 Gt d’eau par an entre 1992 et 2001, et six fois plus entre 2002 et 2011. Il n’y a pas de doute, le pôle Nord réagit au changement climatique, mais le débat sur le rôle de l’activité anthropique est toujours aussi vif. Pour une équipe de l’université du Colorado à Boulder, le constat est sans appel, le réchauffement actuel se détache de tout ce qui a pu être attribué à la variabilité naturelle du climat.

Preuves à l’appui, l’équipe montre que la température estivale dans l’est du Grand Nord canadien est plus haute ces 100 dernières années que durant n’importe quel siècle des dernières 44.000 années. Il est même probable qu’elle majore la température des siècles survenus jusqu’à voilà 120.000 ans. Leurs résultats, publiés dans les Geophysical Research Letters constituent la première preuve directe que le pic de température actuel dépasse celui du début de l’Holocène, où l’hémisphère nord recevait pourtant 9 % de rayonnement solaire supplémentaire.

L’équipe de l’université du Colorado, menée par le chercheur Gifford Miller, base ses résultats sur la datation au radiocarbone de plantes de la toundra, de plus en plus apparentes avec le recul des glaciers. Les scientifiques en ont daté plus de 145, découvertes en différents points géographiques de l’île de Baffin. C’est la plus grande île canadienne, et la sixième plus grande au monde. La majeure partie de l’île est située dans le cercle arctique, et le terrain y est si plat que le paysage emprisonné sous les glaces est resté quasiment intact au fil du temps. En quatre points différents de l’île, la datation au carbone indique que les plantes n’ont pas été exposées aux éléments depuis 44.000 à 51.000 ans.

deadveginlier-aug05-0.jpg

Le chercheur Gifford Miller est recueille des racines de plantes, qui jusqu'à il y a encore peu était emprisonnées dans la glace. © Gifford Miller, Université du Colorado

Depuis 20 ans, le recul des glaces sur l’île de Baffin est drastique

Comme la datation au carbone n’est fiable que pour une période de 50.000 ans, il est impossible d’utiliser la méthode pour déterminer si les plantes sont encore plus vielles que cela. Toutefois, les données d’archives géologiques de carottes indiquent qu’au-delà de 50.000 ans, la Terre était en période de glaciation. D’après ces données géologiques, il faudrait remonter au moins jusqu’à 120.000 ans de cela pour retrouver les même conditions de température qu’aujourd’hui.

La clé de l’étude est bien là. L’augmentation de température actuelle défie la variabilité climatique naturelle. « Bien que la température de l'air en Arctique augmente depuis 1900 environ, le réchauffement le plus important sur l’île de Baffin a vraiment commencé dans les années 1970, explique Gifford Miller dans un communiqué de l’université du Colorado. Au cours de ces 20 dernières années, le réchauffement de la région a été tout simplement sensationnel. Toute la glace de l'île de Baffin est en fusion, et nous nous attendons à ce que les calottes glaciaires disparaissent à terme, même s'il n'y a pas de réchauffement supplémentaire. »

Par Delphine Bossy, Futura-Sciences

L'eau de surface se raréfie dans le sud de la France

secheressefrance.jpg

Une étude réalisée par l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) et l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea) montre que sous l'impact du changement climatique, l'eau de surface se raréfie dans le sud de la France.

Ce qui est longtemps resté une hypothèse est à présent confirmé. Au-delà de la pression grandissante imputable à la démographie et à l'urbanisation, à l'agriculture et à l'énergie, l'augmentation des températures moyennes – qui a d'ailleurs un impact plus sensible que les modifications du régime des précipitations – suscite une aggravation des sécheresses.

L'étude de l'Onema s'appuie sur le patrimoine statistique exceptionnel de la France dans ce domaine. Les auteurs – Ignazio Giuntoli, Pascal Maugis, Bénédicte Augeard et Benjamin Renard – ont analysé les données collectées quotidiennement par 236 stations hydrométriques en métropole et 14 dans les départements d'Outre-mer depuis au moins quarante-cinq ans. Celles-ci mesurent l'importance des étiages (lorsque le niveau de la rivière est au plus bas), le débit annuel moyen, les hautes eaux.

SÉVÉRITÉ ET PRÉCOCITÉ DES PÉRIODES DE SÉCHERESSE

Les stations sélectionnées analysent des cours d'eau qui n'ont pas été bouleversés de façon conséquente soit par la construction d'un barrage hydroélectrique ou de tout autre aménagement, soit parce que ces rivières n'ont pas subi de prélèvements importants sur une longue période. Ces données journalières ont été passées au crible : la sévérité des étiages en particulier, c'est-à-dire l'importance du déficit en eau, la durée de la période de sécheresse et la précocité à laquelle celle-ci se produit dans la saison.

Une fois nourris de ce travail, les modèles mathématiques indiquent une incontestable aggravation du manque d'eau pour la période 1967-2007 dans plusieurs régions de la moitié sud de la France : dans les Pyrénées, le Massif central, le Jura, ainsi qu'en Aquitaine et sur le pourtour méditerranéen. Dans le sud-est du territoire et dans quelques cours d'eau de Bretagne, la saison des étiages a en outre tendance à commencer de plus en plus tôt.

Au chapitre des hautes eaux, qui peuvent se traduire par des inondations, les auteurs se montrent plus circonspects dans leurs conclusions. Ils notent cependant une tendance à l'augmentation du maximum annuel de débit dans le nord-est qui peut croître au rythme de 3 % à 5 % par décennie. Quel que soit l'indicateur retenu, les différentes cartes de cette étude laissent apparaître des signaux d'alarme nets pour les départements situés aux contreforts des Pyrénées où de vives tensions existent déjà en été pour l'accès à l'eau.

Prudemment, les auteurs ne prennent pas le risque de présenter ces tendances à la raréfaction de l'eau comme une preuve irréfutable du réchauffement de la planète, compte tenu du rôle possible des oscillations climatiques. Il n'empêche, écrivent-ils, ce panorama qui, contrairement à la précédente étude de 2006, est "statistiquement significatif", met en évidence "une situation de tension sur la ressource", confirmée par de nombreuses observations de terrain.

Source : ONEMA via CATnat

Notons aussi que d'après cette une étude de l'Institut de recherche sur l'impact climatique de Postdam (PIK) publiée dans Environmental Research Letters, le changement climatique va créer ou accroître la pénurie en eau pour environ 500 millions de Terriens, dans le scénario optimiste d'un réchauffement contenu à 2°C en 2100, notamment en Asie, en Afrique du Nord et dans la région méditerranéenne.

La fonte des glaces de l'Arctique pourrait augmenter les précipitations estivales en Europe du nord

inondationsuk.jpg

Une nouvelle recherche publiée dans ERL offre une explication pour la récurrence extraordinaire des étés humides rencontrées par la Grande-Bretagne et l'Europe du Nord-Ouest entre 2007 et 2012. L'étude, en utilisant un modèle informatique pour étudier comment le recul spectaculaire de la banquise arctique influence le climat, a constaté que la perte de la banquise arctique déplace le jet-stream plus au sud que la normale, entraînant une augmentation de la pluie durant l'été en Europe du nord.

jet-stream-modif.jpgFigure 3. (a) Observed 300 hPa zonal wind (m s−1) averaged over the 10% wettest summer months over northern Europe (15° W–20° E, 45–60° N; shown by dashed box). (b) As (a), but for the 10% driest summer months over northern Europe. ((c), (d)) As ((a), (b)), but for the simulations. ((e), (f)) Differences between (a) and (b), and between (c) and (d), respectively. Black contours show the p = 0.1 statistical significance level. - Figure 3. (a) Observé 300 hPa vent zonal (ms-1) en moyenne sur 10% des mois les plus pluvieux de l'été sur le nord de l'Europe (15 ° W-20 ° E, 45-60 ° N; délimité par des pointillés). (b) Comme (a), mais pour 10 % des mois les plus secs de l'été en Europe du Nord. ((c), (d)) As ((a), (b)), mais pour les simulations. ((e), (f)), les différences entre (a) et (b), et entre (c) et (d), respectivement. Les Contours noirs montrent le p = 0,1 seuil de signification statistique.

Yves Herbo-SFH-10-2013

fukushima.jpg

Japon : séisme, tsunami, typhon, la série continue - Alerte Tempête en France

Japon : séisme, tsunami, typhon, la série continue - Alerte Tempête en France

fukushima.jpg

La Centrale nucléaire de Fukushima en panique avec une évacuation totale suite à l'alerte au tsunami provoquée par un puissant séisme de 7,3 de magnitude qui s'est produit au large des côtes japonaises, juste en face de la Centrale mais à environ 300 kilomètres en soirée. L'alerte a ensuite été confirmée et a concerné la préfecture de Fukushima et la préfecture de Miyagi, une ville détruite par le grand tsunami du 11 mars 2011.

ide-japon-seisme-25-10-13.jpg

Un mini-tsunami a en effet été enregistré avec une grosse vague plus haute de 55 cm qui a atteint le port d'Onagawa où se trouve la centrale nucléaire. L'Agence de météorologie Japonaise a levé l'alerte mais a appelé les habitants des côtes concernées à être très prudents car le niveau de la mer serait encore instable au moins une demi-journée (YH : et les glissements de terrains sous-marins ne sont pas rares avec de puissants séismes et ses répétitions probables).

Selon la télévision NHK, la compagnie TEPCO qui gère la centrale, aurait déclaré qu'aucune nouvelle anomalie n'a été constatée et qu'aucune hausse de la radioactivité n'a été constatée dans la zone suite à ces incidents. Sinon que cela a considérablement retardé les préparatifs pour l'arrivé du typhon Francisco qui devrait passer samedi 26-10-2013 au sud puis à l'est de Tokyo et au nord-est de la grande île Honshu...

typhonsfrancisco-et-lekima-japon.png

En effet, le ballet des typhons assez exceptionnel cette année ne s'arrête pas et un nouveau cyclone assez puissant est attendu dans les heures qui viennent, accompagné surtout de pluies diluviennes qui risquent d'endommager les grands réservoirs saturés d'eaux radioactives qui entourent une partie de la centrale toujours en fort difficulté, quoiqu'en dise son gestionnaire... assez rare, le typhon Francisco, redevenu une tempête tropicale, devrait rejoindre et renforcer (?) le typhon encore très puissant Lekima sur la même trajectoire vers le Nord.

Et question tempête, c'est à priori à la France et à la Grande-Bretagne que la première alerte de l'automne 2013 est donnée : il y a en effet un fort risque de tempête sur tout le nord de la France (inclus Paris) provoquée dimanche par l'arrivée rapide d'un front chaud très actif accompagné de vents violents et de pluies diluviennes, surtout le matin. Ce front chaud, suivi d'une masse d'air beaucoup plus froide risque de provoquer une tempête ou un fort coup de vent sur le Nord-Ouest de la France entre dimanche 27-10-2013 fin de soirée et lundi 28-10-2013 matin. Attention, les vents pourraient dépasser les 120 km/h près de la Manche et atteindre 80 à 100 km/ dans les terres, jusqu‘à Paris.

eu-2013-10-28.jpeg

Prévisions 28-10-2013

Cette exceptionnelle longue période de temps chaud pour la saison (+ 8° en moyenne par rapport aux normes !) sera terminée avec l'arrivée de l'air provenant de l'Islande derrière la tempête... le temps sera très agité jusqu'au milieu de la semaine prochaine minimum... l'automne va arriver seulement en Europe...

Yves Herbo-SFH-10-2013

actuhp-elnino2.jpg

L'Afrique Australe se réchauffe plus vite qu'ailleurs

L'Afrique Australe se réchauffe plus vite qu'ailleurs

actuhp-elnino2.jpg

Une nouvelle étude parue dans Nature Geoscience affirme que le trou d'ozone de l'Antarctique amplifie considérablement les modifications climatiques en Patagonie et en Australie, mais aussi dans le sud de l’Afrique. Le principal responsable de l'apparition du trou d'ozone dans l'Antarctique (mais des mesures prouvent qu'il en existe un aussi, plus discret, sur l'Arctique) a été identifié comme étant les émissions de CFC par l'être humain.

On nous affirme aussi que ces émissions sont maintenant contrôlées et interdites et que cet énorme trou qui perturbe toute la circulation climatique de l'hémisphère sud (et mondial) devrait retourner à des conditions de 1980 entre 2050 et 2060. Mais si on lit attentivement le dernier rapport de suivi sur le trou d'ozone et les émissions de CFC, on voit aussi que de nombreuses dérogations, exceptions ont été aménagées, que tout le monde n'a pas encore commencé vraiment certaines mesures et des dates de 2015, 2036 sont encore citées pour des applications concrètes de ces décisions qui datent des années 1990... on sait aussi que l'influence des banques a fait que le droit de polluer soit possible, en payant des amendes ou même en vendant à d'autres son pourcentage de droit à polluer (et oui, quand le bénéfice l'emporte sur les amendes et les taxes, tout se revend...y compris la conscience...).

secheresse-afrique.jpg

Ces émissions de CFC sont donc interdites en majorité (sauf certaines dérives chimiques qui ont le droit d'exister encore des dizaines d'années, voir le rapport) depuis 1995 et l'organisme contrôleur a affirmé qu'en 2009, 98% des substances contrôlées (mais elles ne le sont pas toutes...) avaient été éliminées. Et, bien que le record d’extension du trou d'ozone ne date que de 2005 (le plus haut jamais enregistré, voir le rapport), les scientifiques sont optimistes et misent sur l'inversion prochaine du phénomène, jusqu'à une stabilisation à son état d'avant les années 1980... mais pour l'instant, il semble bien que les effets perdurent toujours sans s'éliminer, on constate juste une stabilisation et il ne semble pas que la production naturelle d'ozone soit prête à prendre le relais de façon visible pour l'instant... car nous sommes bien d'accord : le trou doit bien être comblé par de l'ozone, celui qui a été détruit (et l'est toujours en partie donc) par les CFC...

horn-of-africa-famine.jpg

En attendant donc, les conditions climatiques (accompagnées par les émissions en constante augmentation des déchets des énergies fossiles dans l'atmosphère) se détériorent encore plus vite aux abords de ce (ces ? - une zone de la Sibérie subit le même sort) trous d'ozone et le climat se modifie réellement.

Des habitants de Sibérie commencent déjà à regretter la disparition de leur toundra :

http://www.parismatch.com/Actu/Environnement-et-sciences/Siberie-changement-climatique-rechauffement-144413

http://www.actualites-news-environnement.com/30098-fonte-rechauffement-climatique.html

Rapport 2012  :  presentation-sao-reglement1005-2009.pdf presentation-sao-reglement1005-2009.pdf

Autres données sur la désertification de l'Afrique Australe : texte-integral-desertification.pdf texte-integral-desertification.pdf

wmo1006fr.pdf wmo1006fr.pdf

presentation-sao-reglement1005-2009-moyen.jpg

Yves Herbo

L’Afrique australe se réchauffe : le trou de l’ozone en cause

afrique-kruger.jpg

En été austral, le parc national Kruger connaît, depuis le début des années 1990, une augmentation abrupte et intense de la température de l'air. © Valérie Hukalo, Flickr, cc by nc sa 2.0

L’appauvrissement de la couche d’ozone modifie le climat austral, en Patagonie et en Australie, mais aussi dans le sud de l’Afrique. La partie australe de ce continent se réchauffe de façon abrupte et intense au démarrage de l’été. Le trou d’ozone amplifiant le centre d’action dépressionnaire de l’Angola, cela apporterait humidité et chaleur.

Dans le sud de l’Afrique, la température moyenne de l’air augmente plus rapidement que dans les autres régions du monde. Le principal facteur mis en cause est l’émission intensive de gaz à effet de serre, mais l’affaire n’est pas aussi linéaire. Si l’on regarde de plus près les variations de la température, il apparaît que le réchauffement atmosphérique connaît un pic annuel. Durant l’été austral, le thermomètre grimpe de plus belle, et ce depuis le début des années 1990. L’appauvrissement de la couche d’ozone en Antarctique en serait le principal coupable, d’après une nouvelle étude parue dans Nature Geoscience.

Plusieurs études ont déjà suggéré que le trou de la couche d’ozone dans l’hémisphère sud était le principal facteur de changement de la circulation atmosphérique dans la troposphère. Au même titre que le climat européen pulse au rythme de la NAO, la variabilité du climat austral est gouvernée par le Southern Annular Mode (SAM). Ce mode d’oscillation caractérise les variations des centres d’action atmosphériques entre les moyennes et les hautes latitudes. Dans sa phase positive, le SAM est associé à de plus hautes pressions que la normale aux moyennes latitudes, et de plus basses pressions aux hautes latitudes (55° S à 70° S).

manatsa-images.jpgDifférence entre les centres d'action atmosphériques avant (figure de gauche) et après (figure de droite) formation du trou de l'ozone. © Desmond Manatsa

Il y a aujourd’hui un consensus autour de l’idée que l’appauvrissement de la couche d’ozone amplifie la phase positive du SAM. En été, l’Afrique australe connaît un changement de température rapide et abrupte. Durant le printemps austral, le trou de la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique est maximal, et provoque un refroidissement de la stratosphère (couche atmosphérique située au-dessus de la troposphère). Ce refroidissement n’est pas anodin, puisque les variations thermiques engendrent des changements dans les vents, qui déplacent les centres d’action, et modifient in fine le climat régional.

SAM amplifie la dépression de l’Angola

En conditions moyennes, il existe un puissant courant-jet autour de l’Antarctique. Il s’agit d’un vent d’ouest étroitement lié à la présence d’anticyclones subtropicaux, et de dépressions polaires. Durant le printemps austral, l’appauvrissement de la couche d’ozone est à son maximum et aurait pour effet de rapprocher le courant-jet du pôle. C’est le renforcement de la phase positive du SAM : les anticyclones subtropicaux se renforcent aux moyennes latitudes, et les centres dépressionnaires s’activent d’autant plus aux pôles. Ce renforcement du SAM joue un rôle sur le climat estival de l’Afrique australe.

Chaque année, au démarrage de l’été austral, il se forme juste au-dessus de l’Angola un système dépressionnaire nommé Angola Low. Il est le centre d’action dominant la température estivale de toute la région sud-africaine. L’étude, menée par l’équipe du chercheur Desmond Manatsa, suggère que l’intensification du trou de la couche d’ozone estival amplifie ce système dépressionnaire, qui transporte de l’air humide et chaud des basses latitudes vers l’Afrique australe.

Disparition du trou de l’ozone à l’horizon 2065 ?

L’équipe a utilisé des réanalyses pour comparer la variabilité du SAM, de la température et de l’appauvrissement de la couche d’ozone. Ils ont découpé leur étude en deux périodes : les périodes 1970-1993 et 1993-2011. L’année 1993 caractérise l’année du renforcement du trou de l’ozone. Ils ont ainsi trouvé une corrélation (avec 90 % de confiance) entre l’augmentation du trou de l’ozone et du système dépressionnaire Angola Low. (YH : et 2005 c'est le maximum)

Le trou de l’ozone, à son maximum, s’étend sur 28.5 millions de km2. Il résulte principalement de l’émission des CFC, dont l’utilisation est aujourd’hui interdite. Si l’on en croit les modèles de prévision climatique, ce trou pourrait complètement se dissiper à l’horizon de 2065. En attendant, il est toujours présent, et domine la variabilité saisonnière du climat.

Par Delphine Bossy, Futura-Sciences

Yves Herbo-SFH-10-2013

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

GIEC : Aggravation de la situation et mention des Chemtrails - la géoingénierie

GIEC : Aggravation de la situation et mention des Chemtrails - la géoingénierie

ours-polaire.jpg

GIEC - Stockholm - 27-09-2013 : Les experts du climat ont fini par se mettre d'accord sur l'adoption du premier volet de leur propre cinquième rapport, qui ne sera publié qu'en janvier 2014 (comme quoi l'urgence a ses propres lenteurs...). L'annonce est claire et sans bavure : la situation s'accélère et s'aggrave assez nettement selon l'avis de la majorité des experts mondiaux participant au Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) par rapport au précédent rapport de 2007. Les experts sont aussi d'accord pour estimer que, selon leurs travaux, l'activité humaine utilisant les énergies fossiles depuis les années 1800 est responsable à 95% du réchauffement climatique constaté et mesuré. Et pour la première fois, une mention importante concernant la géoingénierie a été ajoutée au Résumé à l'intention des décideurs. Ce document d'une vingtaine de pages résumant pour les dirigeants la situation et les mesures à prendre, sert aux politiques et financiers à justifier leurs actions et sert de base pour les négociations diverses : ils ne peuvent comprendre de toute façon le rapport scientifique et doivent bien s'en remettre à ce résumé simplifié, qui peut servir de base d'action éventuelle pour les gouvernements convaincus (puisque les nations de la Terre ne sont pas unanimes sur le sujet non plus...).

carte-des-risques-lies-au-rechauffement.pnghttp://www.lemonde.fr/planete/visuel/2013/09/27/la-carte-des-impacts-du-rechauffement-climatique_3486190_3244.html

La géoingénierie : " Ce terme désigne des dispositifs de manipulation du climat comme, par exemple, la dispersion massive de particules dans la stratosphère, qui réfléchiraient une part du rayonnement solaire, contribuant ainsi à refroidir le climat. " C'était une demande des gouvernements de se pencher sur cette question ", précise M. van Ypersele. Une brèche n'est-elle pas ouverte, ouvrant la voie à des méthodes de lutte contre le réchauffement ne passant pas une réduction des émissions ? " Nous soulignons tous les risques et les incertitudes liés à la géo-ingénierie, répond-il. Ne pas traiter cette question dans le rapport du GIEC ouvrirait la porte à ce qu'on puisse en dire n'importe quoi."

Un tableau assez sombre :  " C'est une confirmation mais aussi un renforcement des diagnostics précédents ", résume Jean-Pascal van Ypersele (université catholique de Louvain), vice-président du GIEC.

Le réchauffement moyen depuis 1880 est désormais de 0,85 °C et les trois dernières décennies sont "probablement" les plus chaudes depuis au moins mille quatre cents ans. En fonction des scénarios de développement (du plus sobre au pire), les modèles climatiques prévoient une élévation de température moyenne comprise entre 0,3 °C et 4,8 °C pour la période 2081-2100, par rapport à la période 1986-2005. Seul le scénario le plus optimiste – et aussi le plus improbable – a une probabilité supérieure à 50 % d'éviter de dépasser le seuil de 2 °C au dessus des températures pré-industrielles. Seule note d'espoir : les experts ont légèrement élargi la fourchette donnant l'élévation de température en cas de doublement du CO2 : de 2 °C à 4,5 °C en 2007, ils sont passés à 1,5 °C à 4,5 °C.

Neiges et glaces de toutes sortes se rétractent rapidement dès le printemps. La banquise arctique estivale a perdu, en surface, entre 9,4 % et 13,6 % depuis 1979. Les experts n'excluent pas qu'elle ait totalement disparu au milieu du siècle, dans le cas du scénario le plus noir.

Les glaciers de montagne ont perdu en moyenne environ 275 milliards de tonnes (Gt) de glaces par an entre 1993 et 2009. Relevée au mois de juin, la couverture neigeuse de l'hémisphère nord a perdu en moyenne 11,7 % par décennie entre 1967 et 2012. Les experts estiment "très probable" que la calotte de glace du Groenland ait perdu en moyenne 34 Gt par an entre 1992 et 2001. Ce taux est depuis passé à 215 Gt de perte par an entre 1993 et 2009. L'Antarctique est soumis à une accélération comparable. La perte de glace des deux inlandsis contribue fortement à faire monter les océans.

arctiquefonte.jpg

Etrange paysage de la fonte des glaces en arctique

En 2007, les experts prévoyaient une élévation moyenne du niveau de la mer comprise entre 18 cm et 59 cm d'ici à la fin du siècle. Cette estimation avait été critiquée dès sa publication : elle ne tenait pas compte des pertes de glace du Groenland et de l'Antarctique. En intégrant ces deux contributeurs importants, les simulations donnent des chiffres plus conséquents : en fonction des émissions à venir, la mer pourrait être plus haute de 26 cm à 82 cm dans la période 2081-2100 qu'entre 1986-2005. Mais dans le scénario le plus pessimiste, les experts donnent comme fourchette haute le chiffre de 98 cm d'élévation moyenne. (et quand on parle de moyenne, cela veut dire que les hauteurs peuvent varier fortement suivant les endroits et dépasser de beaucoup cette moyenne).

Avec un rythme de hausse qui pourrait atteindre 0,8 cm à 1,6 cm par an au cours des deux dernières décennies du siècle. Ce rythme est aujourd'hui de 3,2 mm par an. D'autres simulations, dites semi-empiriques, donnent des valeurs beaucoup plus importantes ("jusqu'au double", précise le GIEC dans le Résumé) mais ne font pas consensus dans la communauté scientifique. Entre 1901 et 2010, les océans se sont en moyenne élevés de 19 cm. Cependant, préviennent les experts, cette élévation n'est pas uniforme : certaines régions seront plus rapidement affectées que d'autres.

" Les vagues de chaleur vont très probablement se produire plus fréquemment et durer plus longtemps ", a déclaré le climatologue Thomas Stocker (université de Berne), co-président du groupe de travail du GIEC. " Avec le réchauffement, nous nous attendons à voir les régions humides recevoir plus de pluies et les régions les plus sèches à en recevoir moins."

Sources : Le Monde, GIEC, http://www.ipcc.ch/,  http://www.lemonde.fr/planete/visuel/2013/09/27/la-carte-des-impacts-du-rechauffement-climatique_3486190_3244.html

Ete 2013 et fonte de l'arctique (on note tout de même que la fonte 2013 est moindre que celle de 2012, bien que la banquise semble moins épaisse en 2013)

la-banquise-arctique-aurait-regagne.jpg

Complément : les nanites dans l'atmosphère : " Cet avion a été retiré en 2006 (le C-141), mais il y en a d'autre, bien sûr... si c'est un avion je penche pour l'avion spatial espion furtif qui déverse des particules artificielles créées par des labos américains..."  comme des nanites par exemple : de quoi modifier l'atmosphère : http://faculty.ksu.edu.sa/hisham/Nanotechnology/Documents/Presentations/Here+comes+nanites.ppt

Yves Herbo-SFH-09-2013

stratosphere-1.jpg

La vie extra-terrestre existe dans notre stratosphère !

La vie extra-terrestre existe dans notre stratosphère !

stratosphere.jpg

Des scientifiques affirment avoir découvert à Wakefield en Angleterre des organismes provenant de l'espace. Il s'agirait de la première preuve de vie extraterrestre sur terre.

Cette découverte va-t-elle changer le cours de l'histoire? Des scientifiques de l'Université de Sheffield affirment avoir trouvé à Wakefield (West Yorkshire) des preuves de vie extraterrestre, informe The Telegraph.

Au mois d'août, ils ont lancé un ballon spécialement conçu à 27 km au-dessus de la surface de la terre lors d'une pluie d'étoiles filantes dite des Perséides. Objectif: prélever des échantillons via des capteurs déclenchés uniquement entre 22 et 27 km. A son retour, le ballon a atterri à Wakefield. Surprise: l'équipe découvre dessus des organismes microscopiques mais d'une taille bien trop grande selon eux pour faire partie de notre système.

vie-alienne.jpgOrganisme collecté par la sonde de Wainwright. (University of Sheffield)

Théorie de l'évolution à revoir

Pour le professeur Milton Wainwright, il s'agit d'une découverte révolutionnaire. «Des particules de cette taille ne peuvent être transportées dans la stratosphère en dehors d'un mécanisme exceptionnel comme par exemple une violente éruption, qui n'a pas eu lieu», explique-t-il. « Ces entités biologiques ne peuvent donc provenir que de l'espace. Notre conclusion est que la vie n'est pas limitée à cette planète. Si des organismes arrivent sur terre depuis là-haut, cela change notre vision de la biologie et de l'évolution. »

L'équipe fera un nouveau test le mois prochain lors d'une pluie de météorites. (Newsnet)

Sources : http://ovnis-direct.com/des-preuves-de-vie-extraterrestre.html + http://www.24heures.ch/savoirs/sciences/Les-extraterrestres-ontils-debarque-en-Angleterre/story/20534634

La preuve d’une vie extraterrestre ? Peut-être bien. Une équipe de scientifiques britanniques explique dans une publication au Journal Of Cosmology avoir découvert des particules qui semblent avoir pour origine une autre planète que la nôtre. Et si les rêveurs du monde entier ont les yeux rivés sur les pérégrinations du rover Curiosity à la surface de Mars, il semble que c’est à la stratosphère de notre bonne vieille Terre qu’il fallait plutôt chercher.

Les chercheurs britanniques avaient envoyé une sonde jusqu’à la stratosphère de notre planète, soit la couche d’atmosphère terrestre se situant entre 10 et 60 km du sol. À son retour, la sonde n’était pas seule : elle a rapporté avec elle des formes de vie dont l’origine n’est pas terrestre. Le professeur Milton Wainwright confie à l’Independant qu’il était “convaincu à 95%” que ces organismes biologiques n’étaient pas de notre planète. Il ajoute :

" A partir de toutes les informations que la science met à notre disposition, nous savons qu’ils doivent provenir de l’espace (…) Il n’existe aucun mécanisme connu par lequel ces formes de vie peuvent se rendre à cette hauteur. De ce que nous connaissons des sciences physiques, elles semblent donc arriver [sur Terre]. "

proof-alien-life.jpgL’enveloppe extérieure d’une diatomée, un type d’algues, recueillie par le ballon lancé par Milton Wainwright. (University of Sheffield)

Les secrets de l’ADN

Pour accorder ses propos, le professeur informe qu’elles étaient recouvertes de poussière cosmique, soit une composante de matière interstellaire. D’ailleurs, “ si elles venaient de la Terre, on pourrait s’attendre à trouver des composantes que l’on trouve de façon commune sur Terre, comme du pollen ” déclare Wainwright, rattaché au département de biotechnologie et de biologie moléculaire. Le scientifique temporise toutefois en expliquant que la certitude, à propos de ce genre de questions, est difficile à atteindre.

Si ces particules organiques ne sont probablement pas en vie, il reste un moyen de les étudier : en fouillant dans la mémoire de leur ADN. Car le fait qu’elles contiennent de l’ADN est peut-être la plus grande raison d’espérer… et de supposer que la vie sur Terre serait d’origine extraterrestre :

Si nous sommes dans le vrai, cela veut dire qu’il y a de la vie dans l’espace et qu’elle vient sur Terre. Cela veut aussi dire que la vie sur Terre puise peut-être ses propres origines dans l’espace (…) Statistiquement, il n’y a aucune raison pour laquelle la vie devrait venir de la Terre. Il y a des milliards et des milliards de comètes mais la plupart des biologistes sont scotchés à [la recherche] sur Terre (…) La Terre est un système ouvert sur lequel des éléments organiques pleuvent alors que nous sommes en train de parler en ce moment.

alien-life-3.jpg

Organisme collecté par la sonde de Wainwright. (University of Sheffield)

Confirmation en octobre ?

Wainwright veut tellement croire que lorsqu’on lui oppose que de telles formes de vie auraient pu être envoyées dans la stratosphère par les rejets d’un volcan terrestre, il balaye la théorie : “ le dernier volcan [d'envergure] crachait il y a trois ans et toute la matière a eu le temps de se déposer entretemps ”.

L’équipe du professeur Wainwright compte bien faire entendre sa bouleversante théorie à la communauté scientifique toute entière. Un autre ballon doit être lancé en octobre, coïncidant avec le passage de comètes décrivant un parcours similaire à celui de la comète de Halley (soit une trajectoire elliptique passant près de la Terre à ce moment-là). De quoi exciter le Fox Mulder qui sommeille en chacun de nous, cette petite voix qui susurre que la vérité est ailleurs…

by Théo Chapuis - https://www.konbini.com/fr/3-0/particules-extraterrestres-stratosphere/

Yves Herbo : Entre des scientifiques qui envoient des robots pour des milliards de dollars sur Mars pour y découvrir des traces de vies extra-terrestres et d'autres qui la trouvent dans les météorites ou la stratosphère terrestre, il semble que nous soyons déjà en retard sur notre propre réalité... regardez cette news qui date de... 2001. Prenez conscience de la réelle lenteur de la société humaine... Ce docteur clame leurs découvertes depuis 12 ans, et ses cris viennent seulement de parvenir à certaines oreilles... :

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/vie-micro-organismes-frontiere-espace-1505/

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/des-scientifiques-affirment-que-des-fossiles-dans-une-meteorite-indiquent-une-vie-extraterrestre.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/vie-extraterrestre-plusieurs-scientifiques-renommes-en-parlent.html

Yves Herbo-SFH-09-2013

hs3-drone-nasa.jpg

Extrêmes : l'ex-ouragan Humberto se renforce, tempêtes sur le Mexique

Extrêmes : l'ex-ouragan Humberto se renforce, tempêtes sur le Mexique, Bilan Japon

cyclonehumberto-09-13.pngL'image du satellite Goes date du 16 septembre 2013. On peut y voir la tempête tropicale Humberto qui vient de se renforcer dans l'est de l'Atlantique. © Nasa Goes Project

L'alerte n'est pas donnée sauf au niveau de la navigation, mais l'ancien houragan Humberto, qui s'était calmé et commencait à errer en perte de vitesse, se voit à nouveau renforcé par les vents et houles envoyés par la tempête Gabrielle qui sévit elle sur l'est du Mexique.

" La saison cyclonique en Atlantique est déjà bien entamée, mais seuls deux cyclones se sont déclarés. Elle démarre au début du mois de juin, mais cette année, il aura fallu attendre l’arrivée d’Humberto qui s’est formé le 10 septembre 2013, au large du Cap-Vert, pour déclarer la saison réellement ouverte. Si aujourd’hui c’est plutôt la tempête Ingrid qui fait l’actualité, Humberto n’est toujours pas mort. Au contraire même, c’est la deuxième tempête tropicale à changer ainsi d’aspect.

Humberto se comporte actuellement exactement comme Gabrielle. Cette tempête tropicale avait touché Puerto Rico et la République Dominicaine la première semaine de septembre, puis s’était dirigée vers les Bermudes où elle s’était finalement renforcée. Il semble qu’Humberto agisse de la même façon : il avait évolué en simple centre dépressionnaire, du type des tempêtes automnales que l’on connaît, mais est subitement redevenu tempête tropicale à 1.930 km au sud-ouest des Açores. Il se déplace actuellement vers le nord-ouest à 13 km/h.

D’après le National Hurricane Center, Humberto devrait se renforcer progressivement dans les jours à venir, probablement à partir du 21 septembre 2013 où il devrait se diriger vers l'Ecosse d'après les estimations. Il était en train de faiblir le 15 septembre, à sa rencontre avec une zone de l’océan où il y avait un fort cisaillement du vent. Or, ce cisaillement s’est affaibli, ce qui a renforcé Humberto, redevenu tempête tropicale le 16 septembre 2013.

hs3-drone-nasa.jpgLe Global Hawk 872 surveille les ouragans en Atlantique jusqu'à la fin du mois de septembre. © Wallops Flight Facility, Nasa

Les drones de la Nasa surveillent les ouragans

Toutes les informations sont issues des données qu’a rapportées le drone Global Hawk 872 de la Nasa. Ce type d’appareil avait déjà servi pour suivre le renforcement de la tempête Gabrielle. Le drone est particulièrement adapté à l’étude des ouragans, il peut voler durant 28 h, et survoler les ouragans jusqu’à 18,3 km. Il déploie des catasondes, type particulier de radiosonde, capables de recueillir des données atmosphériques durant leur chute. Il mesure la pression atmosphérique, la température ambiante, l’humidité et la force du vent.

Actuellement, la Nasa emploie ces drones afin d’étudier les processus précurseurs de la formation des ouragans. Ils permettent d’analyser, par exemple, le rôle des aérosols issus du Sahara sur l’intensification des tempêtes tropicales. Cette mission, la HS3, a démarré le 20 août et se terminera le 23 septembre 2013. Les scientifiques ont joué de malchance avec le calendrier, la saison cyclonique ayant tant tardé à commencer… "

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/meteorologie-humberto-premier-ouragan-annee-renforce-49040/#xtor=RSS-8

" Humberto est le second système de l'année qualifié de "zombie" par la NASA, à savoir redevenant tempête tropicale après avoir rétrogradé (Gabrielle avait fait de même auparavant - nos articles 1 - 2 - 3). Humberto a donc été à nouveau classé tempête tropicale lundi 16. C'était toujours le cas mardi 17 dans l'après-midi où la tempête était creusée à 1007 hPa à environ 1700 km au Sud-Ouest des Açores avec des vents moyens de l'ordre de 75 km/h (animation satellite du 10 au 17 septembre). Humberto devrait franchement se diriger vers le Nord-Ouest ces prochains jours et devenir un système extratropical en approchant de l'Irlande. Son passage sur l'Atlantique favorisera une advection d'air plus doux sur le France ce week-end et la semaine prochaine. " (YH : c'est même une belle montée de températures qui se profile pour toute l'Europe de l'Ouest dès la fin du week-end prochain, mais attention aux alertes près des côtes avec de fortes houles (3 mètres et +) à prévoir sur toutes les côtes de l'ouest de la France et des îles britanniques (qui ont un risque - encore - de fortes pluies et vents)

ouragan-ingrid-17-sep-13-02.jpgDégâts occasionnés par Ingrid

Le 8ème système tropical de la saison a été baptisé "Ingrid" samedi 14-09-2013 sur l'Atlantique. Initialement tempête tropicale, Ingrid s'est renforcé au stade d'ouragan de catégorie 1 dimanche 15 avant d'être rétrogradé en tempête tropicale puis en dépression tropicale mercredi 17.

ouragan-ingrid-17-sep-13etmanuel.jpg

Les rafales de vent et les crues et coulées de boue provoquées par des pluies diluviennes ont causé la mort de 18 personnes dans les Etats de Veracruz, Puebla et Hidalgo :

Le 13ème système cyclonique de la saison a été baptisé "Manuel" vendredi 13 sur le Nord-Est du Pacifique (nos articles 1 - 2).

tempete-tropicale-manuel-18-sep-13-05.jpgsecteur d'Acapulco

Mercredi 18 en début de matinée, Manuel était redevenu une simple dépression tropicale creusée à 1008 hPa à environ 125 km des côtes avec des vents moyens de 55 km/h. Néanmoins, la dépression devrait à nouveau se renforcer en ce milieu de semaine et redevenir tempête tropicale sur la Basse Californie. Un bilan encore provisoire, mercredi 17 en matinée, faisait état de 48 morts, dont 44 sur le seul secteur d'Acapulco où, par ailleurs, 40 000 touristes étaient bloqués, l'aéroport étant inondé. L'approvisionnement en nourriture commençait à manquer et des pillages étaient observés. L'armée restait mobilisée.

" Le bilan du passage de Man-Yi sur le Japon s'est alourdi. Encore provisoire, il faisait état mercredi 18 de 3 morts, 5 disparus et plus d'une centaine de blessés. Le soleil est revenu sur le Japon et l'heure était aux réparations et au nettoyage (reportages TV 1 - 2). A Fukushima, 1 130 tonnes d'eau de pluie faiblement contaminée ont été volontairement rejetées vers la mer par la compagnie gérante de la centrale nucléaire accidentée (article)."

tempete-tropicale-man-yi-18-sep-13-01.jpg

" Mercredi 18-09-2013 dans l'après-midi, Usagi / Odette était un typhon de force équivalente à un ouragan de catégorie 1 creusé à environ 900 km au Nord-Est de Manille avec des vents moyens de l'ordre de 120 km/h. Le typhon devrait se renforcer jusqu'à atteindre la catégorie 3 sur 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson et approcher des vents moyens de 200 km/h lors de son passage au large de Taïwan vendredi et samedi (bulletin vidéo) "

typhon-usagi-18-sep-13.jpg

Sources : http://www.meteo-paris.com/actualites/

Yves Herbo-SFH-09-2013

longyangxia-qinghai-1981-ovni.jpg

OVNIs : observations en Chine et traitement de l'info

OVNIs : observations en Chine et traitement de l'info

taiwan-1er-aout-1973-ovni.jpg

Fei Fei – Les OVNI en Chine – 1987

(Source : Journal La Chine en Construction, Mars 1987, p.59-61)

En Chine aussi, le problème des OVNI passionne le public. Et l’on se pose à leur sujet les mêmes questions qu’ailleurs. Qu’en est-il vraiment ? Que penser des témoignages oculaires et photographiques ? Qu’en pensent les milieux scientifiques ?

chine-moyen-age-ovni.jpg« Flamme volante », le plus ancien dessin montrant une scène d’observation d’OVNI

Par trois fois en 1986, on a constaté des phénomènes d’OVNI, familièrement appelés « soucoupes volantes », dans différentes régions du monde, dont une fois en Chine.

Le 18 avril 1986, à 19h57, l’équipage d’un avion de passagers de la CAAC, le MD 80-2102, assurant la liaison entre Hongkong et Shanghaï a vu, au-dessus et en avant de l’appareil, un énorme objet brillant. C’était à proximité de la ville de Shangrao, dans le sud de la province du Jiangxi. L’engin montait et descendait, avançait puis reculait avec de brusques accélérations; il a suivi l’avion pendant quelque temps. Six minutes plus tard, l’équipage d’un autre appareil, le MD 80-2103, venant de Guangzhou était témoin du même phénomène de poursuite qui aurait duré dix minutes.

De 1978 à nos jours, plus de 2000 rapports font état de ce genre de phénomènes observés en Chine ; des aviateurs, des scientifiques, des poètes ou tout simplement des gens de la rue, chaque fois on compte une dizaine à des milliers de témoins. Parfois, certains ont pris des photos.

Par exemple, le 20 décembre 1981, vers 20h, Lei Benyue et une vingtaine d’autres personnes, dans le district de Qujiang au Yunnan ont vu dans le ciel un objet étrange, en-dessous duquel émanait deux rayons qui se croisaient à 120°. L’engin se trouvait à environ 3 à 4000 m d’altitude, et au cours de l’observation, par trois fois a émis des rayons rouge-orangé. A la première émission, le sommet de l’engin s’est enflé à plusieurs reprises. Les durées d’émission n’étaient pas égales, la plus longue a été de 8s. Finalement, l’objet a commencé à descendre, à se déplacer latéralement, puis progressivement, il a disparu. Le photographe Lei Benyue a pris quatre clichés sur lesquels on voit que l’objet a la forme d’un gourdin.

longyangxia-qinghai-1981-ovni.jpgDeux photos prises par Liu Kuanxin, le 24 juillet 1981 à 22h35 dans la gorge de Longyangxia, au Qinghai.

Le 24 juillet 1981, une équipe composée de Chinois et d’Allemands de l’Ouest se trouvait au bourg de Dachaidan sur le plateau du Qinhghai dans le nord-ouest de la Chine. Alors qu’ils faisaient des relevés météorologiques, ils ont observé à 22h23 un objet lumineux en forme de cylindre, d’une quinzaine de mètres de longueur. Chaque extrémité émettait un très fort faisceau lumineux dont les rayons atteignaient environ deux cents mètres. L’objet, enveloppé de lumière, est resté visible une quinzaine de minutes. Le soir même du jour, beaucoup de gens de la région ont observé le même phénomène et ont écrit des rapports fort précieux pour l’étude des OVNI.

Un aviateur de l’armée de l’air, lors d’un vol d’exercice, a lui aussi observé un OVNI. Le 18 juin 1982, à 22h 6 mn 50° à droite, un objet lumineux qui ressemblait à la lune. L’avion était perturbé par cette présence. Au bout de quarante secondes environ, cet objet sphérique est venu dans sa direction à une grande vitesse, et entouré qu’il était d’un fort halo lumineux, on pouvait distinguer très clairement trois couleurs différentes de ses rayons : orangé, vert clair et blanc laiteux. A 22h36, Liu Shihui, après un atterrissage sans accident a encore vu l’objet dont la silhouette s’obscurcissait. Dans la région, quatre autres aviateurs et plus de deux cents autres personnes sur la terre ont été témoins de cet OVNI.

On a donc observé des OVNI partout, sur le territoire de la Chine, y compris à Taiwan, et l’on attache une attention toujours plus grande à l’étude de ces phénomènes. En décembre 1978, le représentant de la Chine à l’ONU, a voté en faveur des études sur ces OVNI ; des journaux et revues chinois rendent compte de l’état des recherches à leur sujet, partout dans le monde. Tout cela trouve un certain écho parmi la population. En septembre 1979, à Wuhan, on a établi le premier Bureau national de liaison pour les passionnés d’OVNI. En mai 1980, cet organisme populaire principalement formé de scientifiques et de techniciens s’est transformé en Association de recherche sur les OVNI. De quatre cents au départ le nombre de ses adhérents est passé à deux mille : il compte maintenant des branches provinciales et des postes d’observation. Par trois fois, l’Association a tenu des colloques nationaux. Entre ces discussions théoriques, elle organise encore des expositions de photos sur les OVNI et des activités d’information. Si on lui en fait la demande, elle peut également donner des conférences sur tout ce qui touche aux OVNI. Elle est en lien avec des sommités du monde de la science qui s’intéresse à ces phénomènes : l’astronome américain Allen Hynek, l’astrophysicien français Pierre Guérin et le japonais Hiroshi Minamiyama, expert en OVNI.

En Chine, la première revue spécialisée « Recherche sur les soucoupes volantes » est sortie en 1981. Sa tâche principale est de collecter les documents, anciens ou contemporains, concernant les OVNIs, rassembler les photos, publier les résultats des recherches récentes obtenus tant en Chine qu’à l’étranger et faire état des thèses scientifiques. Cette revue, qui est tirée à 400 000 exemplaires, se livre à des échanges avec une revue française, Lumières dans la nuit, et deux autres, germaniques, Journal für UFO-Forschung et Mysteria.

En coopération avec les studios de Kumming, l’Association a tourné un film : Les soucoupes volantes en Chine, qui a été projeté partout dans le pays ainsi qu’au cours de l’Exposition internationale des sciences et techniques qui s’est tenue au Japon, à Tsukuba.

La recherche sur les OVNI n’a pas encore une histoire bien longue en Chine, mais elle a déjà ses experts comme Sun Shili, auteur de « Astronautique », Grande Encyclopédie chinoise, et président de l’Association de recherche sur les OVNI, Zhu Fushu, rédacteur en chef adjoint de la revue Recherches sur les soucoupes volantes. Liang Ronglin, professeur de la section de physique de l’Université Jinan à Guangzhou et Lu Yinzhong, président de l’Association de recherche sur les OVNI de Taiwan.

Tous ces experts s’intéressent bien sûr aux études récentes sur les OVNI, mais ils en recherchent aussi les traces dans l’histoire ancienne.

Des légendes vieilles de 3 ou 4000 ans, rapportent des histoires de « Dragon rouge », de « Chapeau volant », de « Roue », etc, qui semblent se rapporter à des phénomènes de même genre que les OVNI. Il est difficile de trancher entre la part d’imagination et celle d’observations authentiques, mais Shen Kuo (1031-1095), un scientifique de l’époque des Song, décrit dans ses Notes au Jardin du Ruisseau des Songes des événements tout à fait semblables à ceux des rapports actuels sur les OVNI. Il rapporte qu’un de ses amis a un jour soudain vu sur un lac, une perle « moitié grande comme une natte, qui a ouvert sa carapace : au milieu d’un flot de lumière une boule grosse comme un poing a émis une violente lumière, insupportable aux yeux et qui éclairait assez pour montrer la silhouette d’un bois à 5 km de là; le ciel était comme un lever de soleil rougeoyant, comme un feu de prairie. L’apparition a bougé comme quelque chose qui vole ou flotte, puis elle a disparu doucement, comme un coucher de soleil. »

Tout comme pour ses observations de phénomènes célestes, Shen Kuo, qui était responsable du palais d’astronomie, a soigneusement noté la date, le lieu, les personnages et les moindres détails de cet événement qui peut donc être pris au sérieux.

Outre ces traces écrites de récits, nous avons encore des dessins qui nous rapportent des images des phénomènes observés. Par exemple, Wu Youru, un peintre de la fin du XIXe siècle, sous les Qing donc, a laissé un dessin, Flamme volante, en souvenir d’une observation faite réellement par les habitants de Nanjing. Une légende calligraphiée accompagne la scène par ailleurs très expressive.

« Le 28 septembre 1891, à 8 heures du soir, du côté sud de la ville de Jinling (Nanjing), on a vu soudain venir de l’Occident un disque de feu, de forme ovoïde, rougeoyant mais sans éclat ; il flottait dans l’air et se déplaçait lentementPlusieurs centaines de personnes, tête levée et dressée sur la pointe de leurs pieds ont pu voir ce spectacle qui a duré environ le temps d’un repas, puis s’est progressivement estompé. Certains disaient que c’était une étoile filante, mais l’étoile filante passe si rapidement qu’on a à peine le temps de la voir, alors que là, le processus d’apparition et de disparition, de rapprochement et d’éloignement a été si lent qu’il est peu probable qu’il s’agisse d’une étoile filante. » Le dessin est le plus ancien de Chine à évoquer ces phénomènes d’OVNI.

Tous ces documents écrits ou dessinés sont longtemps demeurés suspects aux yeux des scientifiques, c’est pourquoi jusqu’alors on n’y avait guère prêté attention.

Sun Shili, responsable de l’Association de recherche sur les OVNI constate pour sa part que ces phénomènes ont été fréquents en Chine, ces dernières années, ce qui n’est pas sans poser des problèmes de défense ou aux transports aériens. Faire des recherches sur les OVNI s’impose donc comme une tâche tout à fait utile. Le IIIe Congrès de l’Association, en août de l’année dernière, a permis de renforcer les organes de direction. On y a également lu en public 16 thèses. Pour ce qui est de la recherche théorique, certains ont avancé de nouvelles idées sur ces objets volants qui ne manquent pas d’intérêt et qui seront soumis à vérification.

taiwan-1er-aout-1973-ovni.jpgUn OVNI, photos d’observation à Taïwan le 1er août 1973.

A l’heure actuelle, il y a deux types d’opinions différentes sur ce phénomène bizarre des OVNI : les unes y voient un réel phénomène naturel, lié par exemple à l’astronomie, à la météorologie ou à l’électricité statique terrestre. Malgré tout, cela reste inexplicable et demandera de longues recherches avant d’être tout à fait élucidé. Et puis, il y avait aussi ceux qui pensent qu’il s’agit d’êtres venus de l’espace. D’autres, par contre, nient tout à fait l’existence même de ces OVNI, disant qu’il s’agit d’illusions d’individus, d’une dénaturation par les témoins oculaires de phénomènes naturels; certains estiment même que le débat sur les soucoupes volantes n’a rien de scientifique.

En juillet 1986, le professeur Qian Xuesen, homme de science réputé, a indiqué dans une lettre : « A mon avis, l’OVNI est un phénomène résultant d’une interaction entre terre et atmosphère. Il faut le considérer comme un objet de recherche des sciences de la Terre. » L’opinion de Qian Xuesen lance donc un nouveau défi à ceux qui font des recherches sur ces OVNI et qui mettront tout en oeuvre pour faire au plus tôt toute la lumière sur ce mystère...

(Sources : Journal La Chine en Construction, Mars 1987, p.59-61) via Area51 via News of tomorrow)

Autre liens concordants sur la Chine :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-dans-la-chine-ancienne.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/chine-les-observations-multiples-d-ovnis-continuent.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/vie-extra-terrestre-revelations-en-chine.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/paranormal/chine-inde-bases-souterraines-et-ovnis.html

Yves Herbo-SFH-09-2013

orages-adriatique-12-sep-13-02-mini.jpg

Extremes : Tornade en Roumanie, Trombes sur la Croatie, Typhon sur Fukushima

Extremes : Tornade en Roumanie, Trombes sur la Croatie et Lac Michigan, Typhon sur Fukushima

orages-adriatique-12-sep-13-02-mini.jpg

De violents orages ont affecté la péninsule de l'Istrie en Croatie mercredi 11 et jeudi 12 septembre 2013, notamment le secteur de Rovinj (carte) où plusieurs trombes ont été photographiées et filmées :

orages-adriatique-12-sep-13-02.jpg

Plusieurs trombes ont été photographiées et filmées jeudi 12 septembre 2013 sur le lac Michigan aux Etats-Unis (carte), le spectacle était particulièrement saisissant d'autant que 2 trombes évoluaient simultanément. Ces trombes n'ont pas touché terre et n'ont donc pas occasionné de dégâts. :

trombe-michigan-03.jpg

Après les inondations en milieu de semaine (notre article), une tornade a été observée en Roumanie vendredi 13 septembre 2013 dans le secteur de Tulcea (carte). De nombreux arbres ont été déracinés à terres et 40 habitations ont été endommagées, dont 4 où le toit a été complètement soulevé et projeté à 50 mètres. Cette tornade n'a, cependant, pas fait de victime (reportage TV).

tornade-roumanie-13-sep-13-03.jpg

Un puissant typhon menace Fukushima

typhon-man-yi.jpg

Le puissant typhon Man-yi avance vers le Japon obligeant les météorologues à lancer des mises en garde contre les pluies torrentielles, les inondations et les vents forts, d'autant que la tempête risque de balayer lundi 16 septembre 2013 la région de Fukushima.

Ce typhon, le 18e de la saison en Asie, était ce matin dans les eaux du Pacifique au sud du Japon, provoquant des rafales à 126 km/h. Il devrait frapper lundi matin la partie sud de Honshu, principale île du Japon, via la préfecture de Shizuoka et se déplacer ensuite tout droit en direction de Tokyo puis traverser le nord-est, dont la région de Fukushima où se trouve la centrale nucléaire ravagée le 11 mars 2011 et de ce fait très vulnérable.

Avant même d'avoir touché l'archipel, ce typhon a déjà occasionné de violentes précipitations et des vents puissants depuis dimanche matin dans le sud et l'est du pays, sans apparemment provoquer de gros dégâts. Les autorités multiplient les mises en garde.

typhon-man-yi2.pngLe Japon a cette année pour le moment été relativement épargné par les typhons, mais de fortes pluies ont causé de nombreux dommages en août dans l'ouest tandis que l'est a vécu une sécheresse aussi terrible qu'exceptionnelle qui a fait au moins 350 morts (des personnes âgées) et causé des inquiétudes sur les réserves d'eau, notamment pour Tokyo.

Sources : lefigaro.fr avec AFP + http://www.meteo-paris.com/france/previsions.html#international

Yves Herbo-SFH-09-2013

planetarium.jpg

OVNIs : Opération Suricate d'automne le 28 septembre 2013

OVNIs : Opération Suricate d'automne le 28 septembre 2013

planetarium.jpg

Les opérations Suricates consistent en la surveillance du ciel pendant une nuit et ce par le maximum de personnes, l'objectif étant d'établir un recoupement d'observations "insolites" ou de phénomènes atmosphériques rares.

Vous êtes chez vous, seul ou entre amis, les yeux rivés vers le ciel. Sur votre terrasse, jardin, derrière votre fenêtre, etc.

A votre disposition, un numéro de téléphone (voir modalités inscription), un site internet, une page facebook. Dès que vous faites une observation "insolite" le soir de l'opération, il suffit d'envoyer un sms au responsable qui transmettra immédiatement la dite observation à l'ensemble des participants.

Le but: Confirmer par ce biais une observation ovni. Apporter une preuve.
Exemple: Pierre participe à l'opération Suricate et habite à Metz (dpt57). Il est 23h54. Pierre voit dans le ciel une lueur insolite qu'il n'arrive pas à identifier. Cette lueur se dirige vers le Sud-Est.

Dès lors, il contact le responsable des opérations Suricate par sms ou appel téléphonique. Ce dernier transmet le témoignage à l'ensemble des participants inscrits afin que tous soient en "alerte". Cela permet aux participants de préparer leurs appareil photo, caméscope, etc.

Gilles, qui participe aussi à cette opération de surveillance du ciel, est lui à Strasbourg (dpt67), et reçoit donc le sms d'alerte. Il est donc hypothétiquement possible que l'engin vu par Pierre, selon son témoignage, se dirige vers Gilles. Ce dernier, ainsi prévenu, peut donc en un rien de temps se préparer à confirmer ou non l'observation et prendre des photos.

Parallèlement, la dite observation est transféré (toujours en temps réel) à un collègue qui est en charge de vérifier toutes les hypothèses possibles -ISS, satellite, avion, etc.

La prochaine opération suricate aura le lieu le Samedi 28 Septembre 2013 de 20 heures à 5 heures du matin.

Dès à présent, n’hésitez pas à vous inscrire, que cela soit pour participer à cette édition, chez vous, avec des amis, dans un champ, ou au sein d’un Cercle Suricate, comme bon vous semble !

Inscription gratuite : http://www.operation-suricate.fr/?page_id=36

http://www.operation-suricate.fr/

verso2014mini.jpgAussi en préparation, l'opération du 28 juin 2014

Relayé par Yves Herbo-SFH-09-2013

groenland-wiki.jpg

Réchauffement climatique ou pas, les eaux montent plus vite

Réchauffement climatique ou pas, les eaux montent plus vite

surprisemer-jeanlouischapuis-cnrs.jpgL'île Surprise, du récif d'Entrecasteaux, à 230 km au nord de la Nouvelle-Calédonie, où les auteurs étudient le fonctionnement des écosystèmes depuis plus d'une décennie. Sa faible élévation la rend particulièrement sensible à la montée du niveau des océans suite au réchauffement climatique, avec une probabilité forte d'inondation permanente et totale d'ici la fin du siècle. © Jean-Louis Chapuis

La hausse du niveau des mers condamne des dizaines d’îles françaises

D’ici 2100, le niveau des mers va poursuivre sa montée, de 1 à 3 m selon diverses estimations non catastrophistes. Selon de nouveaux travaux, la France aura alors perdu entre 6 et 12 % de ses îles, ainsi que 300 des espèces endémiques que certaines d'entre elles abritent. La Polynésie et la Nouvelle-Calédonie seront les plus touchées.

Les scénarios les plus récents concernant le réchauffement climatique montrent que le niveau de la mer devrait s'élever, d'ici la fin du siècle, entre un et trois mètres. Certains scénarios, qui prévoient une débâcle catastrophique des glaces du Groenland, tablent même sur une élévation atteignant six mètres. Cette hausse aura des conséquences dramatiques sur les populations, la flore et la faune établies sur la bande littorale.

Les chercheurs du laboratoire Écologie, systématique et évolution (université Paris-Sud) se sont d'abord intéressés aux conséquences de la hausse du niveau de la mer sur les îles françaises. La France possède dans le monde entier 2.050 îles de plus d'un hectare, et donc susceptibles d'abriter des communautés animales et végétales. Les scientifiques ont croisé les profils de relief de 1.269 de ces îles avec les modèles d'élévation du niveau de la mer. Ceci, en tenant compte du fait que cette hausse ne sera pas homogène. La mer n'étant pas plate, certaines régions de l'océan s'élèveront plus que d'autres.

Ainsi, si le niveau de la mer augmente de 1 m seulement en moyenne, la France perdrait 6 % de ses îles, contre 12 % pour une montée des eaux de 3 m. La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie seraient les régions les plus affectées, puisque deux tiers des îles submergées leur appartiendraient. La France possède des îles dans tous les océans, sous toutes les latitudes et de divers types géologiques et écologiques. De ce fait, les chercheurs pensent que si leurs résultats sont extrapolés aux 180.000 îles du monde entier, la planète pourrait perdre entre 10.000 et 20.000 îles au cours de ce siècle. Ces chiffres ont été rapportés dans la revue Nature Conservation.

elevation-niveau-mers-rahmstrofetal2012-erl.jpgLa courbe rouge caractérise l’augmentation mesurée par satellite du niveau des mers (en cm en fonction du temps en années). Elle est comparée aux données récoltées par des marégraphes (en orange). Les traits bleus et verts correspondent aux projections établies par le Giec, respectivement dans ses 3e et 4e rapports, sur la base de différents scénarios d’émissions de gaz à effet de serre. Les océans montent bien plus vite que prévu. © Adapté de Rahmstorf et al. 2012, ERL

Près de 300 espèces endémiques pourrait disparaître, au minimum

Les chercheurs se sont ensuite intéressés aux pertes de biodiversité dues à cette hausse du niveau de la mer, notamment dans certains points chauds de biodiversité comme la Méditerranée, les Philippines ou la Nouvelle-Calédonie. En effet, les îles abritent 20 % de la biodiversité mondiale, dont une très grande proportion se compose d'espèces endémiques (uniques).

Les Philippines, l'Indonésie et les Caraïbes sont les zones les plus vulnérables : au moins 300 espèces endémiques, en majorité des végétaux, y sont gravement menacées par l'élévation du niveau des mers. Ce chiffre constitue l'estimation la plus basse, selon l’article paru dans la revue Global Ecology and Biogeography. En effet, les chercheurs n'ont considéré que les espèces dont l'aire de répartition serait totalement immergée à l'horizon 2100. Ils n'ont pas pris en compte les espèces perdant 70, 80 voire 90 % de leur territoire, ni l'addition d'autres facteurs comme l'érosion littorale ou les marées exceptionnelles. Pourtant, ces conditions peuvent rendre inaptes à la survie de nombreuses espèces sur une large bande du littoral. Enfin, les chercheurs n’ont pas tenu compte des événements catastrophiques comme les cyclones.

Ces travaux montrent à quel point l'élévation du niveau de la mer est une nouvelle menace qui pèse sur la biodiversité des écosystèmes insulaires. De ce fait, les politiques de conservation ou de sauvegarde d'espèces en danger doivent aussi intégrer les conséquences de ce processus inexorable.

Sources : CNRS + http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/rechauffement-climatique-hausse-niveau-mers-condamne-dizaines-iles-francaises-48919/#xtor=RSS-8

groenland-wiki.jpgLa calotte glaciaire du Groenland mesure plus de deux kilomètres d'épaisseur. Les couches de glace les plus anciennes datent de 110.000 ans. Le Groenland est largement menacé par le réchauffement climatique. Si tout l'inlandsis se mettait à fondre, cela provoquerait une élévation du niveau de la mer de 7,2 m. © Algkalv, Wikipédia, DP

A lire en relation : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/climatologie-fonte-glaces-record-groenland-2012-origine-naturelle-47246/

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/la-fonte-estivale-des-glaces-de-l-arctique-s-accelere.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/climat-de-nouveaux-rapports.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/le-rechauffement-climatique-va-refroidir-l-europe.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-la-montee-des-oceans-largement-sous-estimee.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-ou-guerre-meteorologique.html

Yves Herbo-SFH-09-2013