moyen-orient

Egyptologie : une momification pré-dynastique

Egyptologie : une momification pré-dynastique

Britishmuseum badari coupe

Culture Badari - Egypte préhistorique - Bobak Ha'Eri − CC-BY-2.5

Avoir la volonté et la capacité de revenir "gratter" ce qui semble déjà connu et postulé, acquis, c'est l'une des vertus que j’apprécie le plus chez les meilleurs archéologues et les meilleurs anthropologues. C'est souvent ainsi que des découvertes se font, sur de l'acquis et du "figé", du non-remis en cause depuis trop longtemps. Souvent parce que la chose "figée" et "certaine" est associée à un grand nom, à une sommité scientifique, qui avait pourtant comme tout le monde le droit de se tromper ou de se fier aux acquis de son époque...

C'est un peu le cas en ce qui concerne l'Egyptologie, tant les choses si "certaines" depuis la fin du 19ème siècle et les débuts du 20ème se trouvent mises à défaut par des études plus poussées, avec des moyens modernes, mais aussi de nouvelles découvertes qui changent la mise...

Cet article vous propose de revenir tout d'abord sur la préhistoire de l'Egypte et les quelques civilisations découvertes ayant devancées celle que nous connaissons tous à travers nos livres scolaires et musées, l'Egypte des dynasties pharaoniques...

Car, si les premiers pharaons ont probablement été couronnés vers le 3ème millénaires avant JC, on sait maintenant (mais Petrie avait déjà indiqué les traces d'une présence dès l'Holocène dans la Vallée du Nil, à la fin du 19ème siècle) qu'une forte présence humaine existait déjà 10.000 ans avant JC, sur les mêmes lieux. On ne sait pas grand chose de ce qu'il s'est passé entre cette période encore humide des débuts et cet assèchement total vers 4000 avant JC, hormis le fait que le Nil a plusieurs fois changé son lit, creusant ou réhaussant alternativement sa vallée et les sites autours...

On sait qu'il a existé un ou plusieurs peuples, tribus, qui ont, et c'est une première surprise, fait d'incessantes navettes entre les régions de savanes (devenues des déserts depuis) et les régions humides du Nil, comme des guides de troupeaux assujettis à livrer pendant des millénaires le lait, fromages et denrées liées à leurs activités pastorales, à des endroits précis probablement à l'époque, mais diversifiés. C'était donc déjà une forme d'organisation et ces gens ont eu une "mission", un "job" inchangé et permanent à effectuer pendant des siècles. Puis, après 5000 ans de ce régime simple d'élevage pastoral, on découvre les premières implantations sédentaires et fixes : des éleveurs ont arrêté de faire la navette et se sont mis à, en plus de l'élevage, cultiver des plantes, sur place. C'est principalement aux endroits les plus humides de l'époque, au Delta du Nil et au Fayoum que cela se produit. On rejoint ici rapidement le néolithique déjà développé ailleurs (Mésopotamie) et d'ailleurs, l'apport de l'Orient est visible immédiatement. Alors qu'on élevait principalement le bœuf africain domestiqué jusqu'à présent (dès 7000 ans avant JC probablement, voir bien avant dans le Sahara plus profond - voir les dessins rupestres algériens et libyens, etc), chèvres, moutons, porcs et orge, blé et lin question plantes font leur apparition dans ces régions humides, tous originaires de l'orient. Il est indéniable qu'un contact définitif entre l'afrique et l'orient s'est produit à cette époque, faisant de l'Egypte la première région ayant une double appartenance. D'après les estimations actuelles, c'est vers 4200 avant JC que tout est déjà en place pour pouvoir produire ce qui deviendra l'une des premières et principales civilisations du monde, moins de mille ans plus tard...

Et ce n'est probablement pas pour rien que la toute première culture, civilisation organisée et populations sociales se trouvent dans ces régions du nord égyptien et sur la rive orientale du Nil. A l'Est donc, d'où sont probablement venus les apports et connaissances de Mésopotamie, via l'isthme de Suez et les côtes syro-palestiniennes... C'est là que la civilisation des Badari s'implante, entre les villes modernes d'Assiout et de Tahta sur une trentaine de kilomètres. On y a découvert des nécropoles dans le massif calcaire. Les morts sont enterrés sur le côté, en position « fœtale », la tête généralement orientée au sud. Les individus reposent dans de simples fosses, souvent enveloppés de nattes. Les objets qui les accompagnent révèlent à priori une société complexe et inégalitaire, capable de produire des biens de luxe. À côté de belles poteries rouges à bord noir et à la surface ondulée, on note des objets en ivoire de très grande précision : des figurines généralement féminines, des cuillers, peignes, épingles à cheveux. Des palettes à fard, réalisées dans une belle pierre vert-noir appelée « grauwacke », et dont les gisements se trouvent dans le wadi Hammamat, font leur apparition sous des formes simples de losanges plus ou moins allongés, prouvant le soin apporté au maquillage. Le peu qu'on connaisse des habitats (rien n'a subsisté quasiment) atteste un mode de subsistance mixte, où, à côté des espèces domestiques d'élevage et d'agriculture, l'économie de ponction – chasse, pêche, cueillette – joue encore un rôle important. Les relations avec leurs voisins de Basse-Égypte sont attestées à travers certains groupes d'outillage lithique – les pointes de flèches à base concave – et peut-être dans la technique particulière de polir les poteries. Ces populations connaissaient bien les déserts et particulièrement le désert oriental, entre Nil et mer Rouge, qu'elles traversaient en quête de coquillages marins et dont elles surent très vite exploiter les richesses pétrographiques – grauwacke, stéatite, malachite. On peut également noter ici la coïncidence - si c'en est une, de leur apparition sur les rives du Nil vers -4000 avant JC donc, au même moment où se serait produit une catastrophe au niveau de la Mer Rouge selon certains auteurs, une rupture de barrage naturel entraînant une immense inondation ("déluge" selon certains) et engloutissement de régions entières autour de la Mer Rouge...

Egyptpredynastic2

civilisation des Badari

400 ans plus tard, cette culture "orientale" s'étend plus au sud et, vers -3800 avant JC, on découvre (avec l'archéologue Petrie donc) la première civilisation de Nagada, vers Louxor. Les chasseurs-cueilleurs-agriculteurs sont devenus aussi des guerriers. Cela se voit dans les encore rares dessins et représentations humaines : comme des indiens des amériques, les seuls personnages dessinés sont manifestement des guerriers vainqueurs : des personnages à la tête parée de plumes, les bras levés en signe de victoire, dominent des sujets plus petits, enchaînés et aux bras entravés (vase de Bruxelles et d'Abydos). C'est considéré comme une image "exagérée" du guerrier victorieux, mais certains archéologues montrent aussi des squelettes et des tombes d'hommes de haute stature, pas des géants, mais ce qui les feraient considérer comme tels, même de nos jours, par une population méditerranéenne !... A ce titre, il est difficile de trancher aussi facilement sur une simple représentation artistique et une possible réalité ethnique : l'apport de populations de guerriers venus d'ailleurs, du nord ou de l'est plus profond...

Et c'est là que la civilisation de Nagada, avec ses guerriers (de grandes statures ou non !), va faire la différence localement d'avec toutes les autres : les cultures de Basse-Egypte ont continué pendant un certain temps leur rôle de pasteurs-agriculteurs "classiques", sans trop accorder d'importances aux rites et cultes des morts par exemple - pas d'offrandes ou d'objets dans les tombes. Par contre, ils développent leurs techniques grâce aux apports et leurs relations avec le Proche-Orient voisin et sont les premiers à bénéficier du cuivre par exemple. Mais les princes nagadiens se trouvent à présent trop à l'étroit dans les cinq cents kilomètres de vallée du Nil qui séparent Assiout d'Éléphantine, aussi, les communautés agro-pastorales de Basse-Égypte vont disparaître, absorbées plus ou moins radicalement par le groupe dominant. On ne sait pas trop comment se processus s'est déroulé à l'époque. Plutôt qu'une guerre de conquête pure et dure, on pense à des formes d'assimilation plus variées : alliances, mariages, sans exclure les coups de force et trahisons, notamment avec certains groupes "durs" et dissidents du Delta, comme en témoigneront les documents de la fin de la période – les palettes ornées...

Cette expansion nagadienne se fera en final dans les deux sens, au nord comme au sud, en se déployant jusqu'aux marges de la seconde cataracte, en Nubie, là où se développeront des communautés particulières de Nubiens « égyptianisés », le fameux Groupe A. L'élite accentue considérablement le processus de hiérarchisation en affirmant alors sa différence par la possession d'objets luxueux. C'est l'apogée des grands couteaux, dont la confection exprime l'un des sommets mondiaux de la taille du silex, les princes commandent des bijoux en cuivre et en or, des ivoires travaillés, des pierres précieuses parfois venues de très loin, comme le lapis lazuli originaire d'Afghanistan, des palettes à fard zoomorphes et des belles poteries à fond blanc, décorées de motifs peints à l'ocre : spirales, vaguelettes, lignes ondulées, mais également des scènes complexes dominées par le thème de la navigation. Le Nil n'est pas seulement la voie de communication unique, celle qui relie le Delta au cœur africain, c'est aussi le lien symbolique qui unit deux mondes symétriques : celui des vivants et celui des morts. La tombe des Grands de Nagada, en ces temps d'expansion et de domination, reflète peu à peu la maison des vivants : elle s'édifie, se complexifie, alliant l'utilisation de la brique crue et de la pierre taillée, à la multiplication des chambres et des magasins, anti-chambres. Progressivement, durant la phase finale du Prédynastique, la phase Nagada III, elle redessinera pour l'éternité l'image des palais royaux, entourés de murs à redans et de tombes subsidiaires destinées à l'entourage du roi.

Très récemment, il aurait été redécouvert (et malheureusement abîmés par des écritures modernes de touristes peu respectueux) la représentation d'un des tout premiers pharaons égyptiens, cet ensemble de gravures rupestres étant nommé "la procession d'Horus" : la première représentation d'un pharaon, identifiée récemment sur une gravure rupestre (explication et photos).

C'est lors de cette dernière phase du Nagadien, entre 3300 et 2900 avant JC environ, qu'apparaît le processus de codification. Plusieurs artefacts disparaissent, comme la poterie décorée, les beaux couteaux de silex, d'autres évoluent, comme les palettes à fard devenues supports d'iconographie, tandis que des formes nouvelles apparaissent, comme certains vases que l'on retrouvera tout au long de l'Ancien Empire. Mais la grande nouveauté, c'est le début de l'écriture. Ainsi, dans la tombe U-j d'Abydos, des poteries portaient peints à l'ocre rouge des animaux associés à des motifs végétaux, interprétés comme les premiers signes de l'écriture hiéroglyphique, et lus comme la désignation du domaine (le végétal) de rois (les animaux) qui auraient régné durant une « dynastie 0 », soit entre 3300 et 3100 avant notre ère. Dès cette époque, un signe rectangulaire typique, appelé serekh, considéré comme la représentation d'une façade de palais, apparaît incisé sur la panse des poteries, parfois surmonté d'un faucon et à l'intérieur duquel prendra place, sous la Première Dynastie, le nom du Pharaon. Ainsi l'écriture apparaît-elle en relation avec la gestion des échanges commerciaux, la volonté de garantir l'intégrité et la qualité du produit, volonté émanant d'une élite de plus en plus puissante, qui, très rapidement, saura reconnaître ce « pouvoir  » de l'écrit et se l'attribuera en se désignant : avant tout énoncé plus complexe, le mot renvoie au nom royal.

Mais le plus étonnant maintenant, c'est que le processus de momification pourrait bien avoir été inventé (ou amené avec elle de l'orient !) par la toute première culture implantée solidement en Egypte, les Badari cités plus haut !. " Jusqu'à très récemment, on pensait que les égyptiens avaient mis beaucoup de temps pour arriver à ce processus très complexe : le scénario privilégié était le suivant. Inhumant leurs morts dans de simples fosses dans le désert, les Égyptiens auraient d'abord constaté l'étonnante capacité de ce dernier à préserver les cadavres de la putréfaction. Puis l'Égypte serait devenue peu à peu un État centralisé et organisé, mais ce n'est que vers 2500 ans av. J.-C. que ses savants, sans doute, auraient constaté que différentes substances, comme les résines, permettaient de mieux préserver les cadavres. C'est de cette manière que peu à peu, l'art de la momification aurait pris son envol, devenant de plus en plus sophistiquée au fil du temps, avec son apogée entre 2000 et 1000 avant JC et atteignant toutes les couches de population.

Egypthistory1Culture Badari

Dans les années 1990-2000, des découvertes relancent le débat. Une équipe internationale met au jour un bien étrange cimetière, à Hiérakonpolis dans le sud de l'Égypte, datant d'environ 3500 ans av. J.-C. Leur attention est d'abord accaparée par l'abondance de victimes d'exécution ou de sacrifices (tués à la massue, décapités ou égorgés, scalpés, …) Mais ils font une autre découverte, en apparence plus modeste. Sur certains défunts, les fossoyeurs ont appliqué des linges imprégnés de quelque chose qui ressemble à de la résine. Puis ils les ont en partie emmaillotés dans du lin, et déposés sur des nattes. À l'inverse des momies usuelles, ils ne l'ont fait que sur certaines parties du corps − la tête ou les mains. Il y a même une jeune défunte, sans doute d'un haut statut social, dont les fossoyeurs ont traité de la sorte un organe, avant de le remettre en place.

Mais les chercheurs se rappelèrent alors ce qu'ils avaient lu dans un vieux livre des années 1920. Deux archéologues britanniques y relataient des emmaillotements similaires de têtes et de mains dans un autre cimetière. Par chance, ils avaient envoyé à l'époque des échantillons de ces tissus dans un musée anglais. Et au fil du temps, plusieurs égyptologues y avaient noté la présence d'une substance un peu cireuseEn outre, les textiles proviennent de cimetières a priori encore plus anciens que celui d'Hiérakonpolis. Bref, des analyses s'imposent.

Celles-ci révèlent que la substance contient bien de la résine de conifère. Et d'autres ingrédients : principalement des graisses, animales ou végétale, et un petit peu de sucre (ou de la gomme plantes), de cire végétale et de bitume. « Les résultats sont convaincants » explique Alain Tchapla, de l'université Paris sud. Les échantillons les plus anciens, indiquent les datations, remontent à près de 4200 ans av. J.-C. La plus ancienne preuve de momification. Et à une époque franchement inattendue pour les chercheurs.

En outre la recette est étonnamment similaire, écrivent les chercheurs, à celles des « embaumeurs égyptiens quand ceux-ci étaient au sommet de leur art, 2500 à 3000 ans plus tard ». De là à conclure que les bases de l'embaumement étaient déjà en place à cette date et ont perduré, il n'y a qu'un pas qu'Alain Tchapla enjoint de ne pas franchir. « Parfois, pour certaines momies, les analyses ne détectent rien d'autre que des corps gras. Il y avait visiblement une certaine diversité des pratiques de momification » (voir aussi ici, en anglais). Les chercheurs sont encore loin de savoir comment ces dernières ont évolué au cours du temps. D'abord en raison de la difficulté de réunir un échantillon vraiment représentatif de momies, notamment pour les hautes classes sociales (pharaons, grands prêtres, etc.) Ensuite parce que beaucoup de momies ont reçu divers traitements pendant leur conservation dans les musées, qui n'ont pas toujours été notés, ce qui peut brouiller les analyses.

Reste qu'il s'agit bien de prémices de la momification. Une raison de plus de s'intéresser aux occupants de ces cimetières, des populations méconnues que les égyptologues appellent la culture Badari. C'est en 1922 qu'un des deux archéologues britanniques cités plus haut, Guy Brunton, la découvre. "

Autre sujet d'étonnement :

Tabac et cocaïne :  En 1976, l'État égyptien confie la momie de Ramsès II attaquée par les champignons, aux scientifiques français. La momie est reçue avec les honneurs dus à un chef d'état par le président d'alors, Valéry Giscard d'Estaing. Chargée de l'étudier, une botaniste du Muséum national d'histoire naturelle est obligée de se rendre à l'évidence : elle trouve dans l'abdomen du pharaon des minuscules fragments de feuille qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à du tabac. Quoi ? Ce dernier n'aurait pas été ramené d'Amérique après la conquête espagnole ? Faudrait-il imaginer d'extravagantes connexions entre l'Égypte ancienne et l'Amérique ? Le tollé est général. Mais la chercheuse française ne se démonte pas et fait analyser ses échantillons par un autre laboratoire, qui confirment ses conclusions. Le mystère aujourd'hui, reste entier. Il existait peut-être en Afrique à l'époque, une plante cousine du tabac et qui aurait disparu aujourd'hui. Les embaumeurs de Ramsès l'aurait utilisé, peut-être comme insecticide. Mais la momie ayant connu de multiples déménagements au cours des siècles, des contaminations à l'époque moderne ne sont pas totalement exclues, quoique assez improbables.

Une polémique similaire se répète en 1992, quand des analyses détectent des traces de cocaïne, de nicotine et de haschisch sur des momies d'un musée de Munich. Du haschisch, qui vient du cannabis, plante eurasiatique, passe encore… Mais la cocaïne est issue des feuilles de coca, que personne n'a vu pousser hors d'Amérique du sud avant le XXe siècle. Mais là encore, le travail des scientifiques est mis hors de cause. Ce qui n'est pas le cas de l'usage de drogue par ceux qui ont approché ou manipulé les momies, des archéologues au personnel du musée…

Références :  J. Jones et al., PLoS ONE, 9, e103608, 2014 La citation en exergue est tirée du Livre des morts des anciens égyptiens, (trad. Paul Barguet).

http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/10/04/les-premieres-momies-egyptiennes/

https://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/les_origines_de_legypte.asp

http://www.crystalinks.com/egypthistory.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 28-11-2014

Israël : un peuple qui descend des fidèles de l’hérétique Akhénaton ?

Israël : un peuple qui descend des fidèles de l’hérétique Akhénaton ?

 

fresque.jpg

(mise à jour en bas)

La découverte en 1935 de fragments d’une fresque, dans le Temple d’Amenhotep Fils de Hapou à Karnak, Egypte a permis d’avoir un témoignage intéressant sur un évènement important qui eu lieu il y a environ 3.400 à 3.100 ans... Il s’agit, comme nous allons le voir, du plus ancien texte recopié dans la Bible connu…

Les deux égyptologues français, Alexandre Varille et Clément Robichon avaient ainsi appris comment le pharaon Amenhotep III (ou Aménophis III en grec), lors de l’anniversaire des 30 ans de collaboration entre les deux hommes, avait remercié et honoré son « premier ministre » le Scribe Royal Amenhotep Fils de Hapou (ou Aménophis Fils de Apis suivant la langue), qui prit ce titre à sa nomination, comme le voulait la tradition.

fresque.jpg

Voilà la traduction du texte visible sur une partie de la fresque :

Lire la suite

Roumanie, les mystères des Montagnes Bucegi

Roumanie, les mystères des Monts Bucegi

 

ovni-roumanie-2012-mini.jpg

I. Introduction

À l'été de 2003, dans une région inexplorée des monts Bucegi, Roumanie, une équipe du Département Zéro (une section de top secret du Service roumain de renseignements - SRI), avait fait une découverte archéologique qui pourrait complètement changer le destin de l'humanité.

Les Etats-Unis d'Amérique ont exercé une pression diplomatique colossale sur le gouvernement roumain, qui désirait divulguer les résultats au monde entier.

Les implications sont devenues beaucoup plus complexes en raison de l'ingérence brutale de l'Ordre des Illuminati, qui a cherché à prendre le contrôle à la fois du lieu de la découverte et de l'expédition commune roumano-américaine.

L'expert en phénomènes étranges, et aussi le chef des opérations pour l'Etat roumain, Cezar Brad, est le «héros» des événements choquants survenus dans les monts Bucegi. Il a également eu deux réunions mémorables avec l'un des principaux représentant des Illuminati, et haut membre de Bilderberg.

harta-bucegi.png

II . Une étrange visite du membre le plus puissant des Bilderberg

En mai 2003, Cezar a été visité par un personnage très important. La demande de la réunion est venue du SRI, à la suite de l'intervention du gouvernement. La personne était un étranger, mais qui parlait très bien la langue roumaine. Il était également familier avec le pays. Cezar a informé le SRI que le visiteur était un membre de haut rang d'une loge maçonnique très importante d'Italie, il était un noble, et a eu une très forte influence financière en Roumanie.

Son influence politique était également très élevée, car il a réussi à pénétrer dans le bouclier des agents du SRI et à atteindre le DZ (Division Zero).

Cezar a ressenti une pression élevée et un poids lourd autour de cette personne. Il était entouré par un nuage puissant de rayonnements désagréables qui cachait ses véritables intentions. Pour cette réunion, Cezar s'était préparé minutieusement, s'isolant dans une chambre et tombant dans un état de méditation profonde, pour en savoir plus sur la personne.

Un hélicoptère du SRI a amené cet arrogant grand monsieur, vêtu d'un costume noir. Il avait une canne à manche d'ivoire et avec des incrustations d'or. Son visage exprimait la dureté et ses yeux verts ont eu un effet étrange, rayonnant une froideur inhabituelle. Il s'est présenté comme Monsieur Massini (probablement pas son vrai nom). Il était très sûr de sa puissance et a créé l'impression d'une personne qui a été fait pour donner des ordres.

Il était le chef d'une des loges maçonniques les plus importantes d'Europe et aussi de l'une des organisations maçonniques les plus influentes dans le monde : le Groupe de Bilderberg.

Massini a été très direct et a déclaré que les êtres humains sont de deux sortes : ceux qui peuvent être manipulés et gouvernés (ceux-ci forment la majorité), et ceux qui ont certaines vertues et des fortes personnalités. Il a dit que son groupe fait partie de l'ordre maçonnique le plus élevé et est très intéressé de l'issue de la discussion.

Monsieur Massini a expliqué que le Groupe de Bilderberg n'est pas une loge maçonnique, et qu'il pense être beaucoup plus que cela. Il a dit que les loges ne sont que des façades et le pouvoir réel est beaucoup plus élevé que le trente-troisième niveau hiérarchique. Massini a invité Cezar à se joindre au groupe, lui faisant comprendre qu'il aura de nombreux avantages.

Selon Cezar, Massini était à la fois physiquement et psychique fort, ce qui contrastait avec son âge. Malheureusement pour lui, son pouvoir était centré sur un égo énorme, l'arrogance et le sentiment de supériorité sur le reste.

Massini a informé Cezar qu'il lui a demandé personnellement, en utilisant son influence politique, parce qu'il a été impressionné par la puissance psychique de Cezar.

III. Les espions du Pentagone avec des satellites

Un satellite géodésique d'espionnage du Pentagone, basé sur la technologie bionique et les définitions de formes, a découvert en 2002 une singularité distincte dans une région spécifique des montagnes Bucegi. L'espace vide à l'intérieur de la montagne n'avait pas de correspondance avec l'extérieur, et semblait avoir été sculpté de l'intérieur, par des êtres intelligents. Ce n'était certainement pas une grotte.

bucegi-tunnel.png

Le scan par satellite de la montagne a révélé deux grands blocs énergétiques. Ces obstacles ont été fabriqués avec de l'énergie artificielle. Le premier était comme un mur énergique, bloquant l'accès au tunnel, tandis que le second était en forme de dôme (ou hémisphère), et était situé à l'extrémité opposée du tunnel, près du centre de la montagne.

Massini était sûr qu'à l'intérieur du dôme, ils allaient découvrir quelque chose de très important.

Il avait une profonde connaissance de l'origine de cette découverte et a connu l'existence d'au moins un point situé à l'intérieur de la grande salle hémisphérique. Le tunnel et la coupole ont été étrangement alignés avec les formations rocheuses du haut de la montagne, connues sous le nom de « Babele » et le " Sphinx de Bucegi ".

bucegi-sphinx-romania.jpg

Sphinx de Bucegi

IV . Une structure similaire en Irak

L'équipe du Pentagone a noté que la barrière d'énergie hémisphérique avait la même fréquence vibratoire et la même forme que celui d'une autre structure souterraine top secret qu'ils avaient découvert avant, près de Bagdad, en Irak. Peu de temps après cette découverte, la guerre en Irak a éclaté et après quelques mois, les Américains ont eu accès au plus grand secret dans la région - dont les Irakiens ne savaient rien.

Massini a expliqué à Cezar que le contenu de cette découverte avait à voir avec le mystérieux passé de la Terre et l'Histoire de leurs organisations secrètes. Lorsque l'enquête du Pentagone a noté les similitudes entre la structure souterraine de Bagdad et celle des monts Bucegi, Massini et sa loge maçonnique sont devenus extrêmement agités. Initialement, ils ont presque paniqué. La panique était dû au fait que cette structure - beaucoup plus vaste et plus complexe que celle d'Irak - était sur le territoire de la Roumanie.

(Apparemment, la Roumanie doit probablement jouer un rôle important dans la chute des sociétés secrètes qui contrôlent le monde et asservissent l'humanité. On a également suggéré que, quelque part au-dessus des monts Bucegi, une pyramide énergétique se trouve, qui est invisible à l'œil nu, et qui contient la véritable histoire de notre planète. On peut imaginer leur panique).

Massini amené sur le site de forage une foreuse de roche dure ultra sophistiquée, utilisé par l'armée américaine. Le dispositif utilisait un jet de plasma et une sorte de champ magnétique tournant, fondant littéralement le rocher sans aucun effort visible.

V. Les secrets des monts Bucegi - Année 2003

Ils ont réussi à faire une pénétration d'environ 60-70 mètres derrière la première barrière énergétique, et ont atteint la première galerie, qui ressemblait à un tunnel de métro. Ses murs sont parfaitement polis. A la fin du tunnel, il y avait une porte de pierre massive, qui a été protégée par une barrière énergétique invisible. Trois membres de la première équipe d'intervention spéciale ont essayé de toucher la porte, et sont immédiatement décédés d'un arrêt cardiaque.

Tout objet (rock, plastique, métal ou bois) lancé sur la barrière est immédiatement transformé en poussière fine. Deux généraux du Pentagone et le conseiller présidentiel américain sont arrivés sur place.

VI . La Grande Galerie

Au-delà de la barrière d'énergie formidable, qui a causé la mort de trois personnes, il y avait aussi la porte de roche solide. Sur le mur du tunnel, juste en face de la porte, il y avait une superficie de 20 cm carrés, sur laquelle il a été précisément dessiné un triangle équilatéral pointant vers le haut. L'endroit a été situé entre l'énorme porte en pierre broyée et la barrière d'énergie invisible.

Cezar a estimé qu'il y avait une sorte de compatibilité entre la barrière énergétique et lui-même, quelque chose comme une «sympathie» mutuelle. Sa main effleura la surface de la barrière énergétique et il sentit un picotement sur la peau. Le bouclier était totalement inoffensif pour lui, alors il s'avança, en passant au travers. Les responsables américains ont été absolument stupéfaits.

Cezar a estimé que a barrière ne faisait pas plus d'un pouce d'épaisseur (2.54 cm).

Il a touché le dessin du triangle situé au centre de la place, et la porte de pierre gigantesque a silencieusement glissé vers la gauche, dans le mur. Cette commande a également annulé la barrière énergétique, en leur donnant accès à une salle immense, qui fut plus tard nommé " La Grande Galerie " .

Même s'il n'y avait aucune source de lumière visible, la Grande Galerie est parfaitement éclairée.

Après avoir éteint la première barrière énergétique, l'énorme bouclier hémisphérique à l'autre bout de la salle, s'est soudainement accordé sur une vibration plus haute et a commencé à émettre des radiations plus élevées.

Lors d'une analyse de plus près, le mur intérieur de la Grande Galerie semblait synthétique mais aussi ressenti comme si quelque chose d'organique en faisait partie. Il avait la couleur de l'huile, mais ses reflets étaient verts et bleus.

Des essais plus tard ont révélé que le matériau du mur était un peu rude au toucher, mais qu'il ne pouvait pas être rayé ou tordu. Il a résisté à toute tentative de brisure, perçage ou coupage. Plus tard, les scientifiques ont essayé de brûler le matériel, mais d'une manière mystérieuse, les flammes étaient en quelque sorte absorbées par elle, la laissant intacte.

Les scientifiques américains ont convenu que le matériau était une combinaison mystérieuse de matière organique et inorganique. Après 280 mètres, la galerie tourna brusquement vers la droite à angle aigu. Plus loin, une lumière bleue, scintillante, pouvait être vue. La lumière bleue à l'extrémité de la galerie était le reflet de l'écran de protection d'énergie.

VII . Une base similaire en Irak

Le conseiller américain sur les questions de sécurité nationale a reçu un appel et il a été informé que le bouclier énergique de Bagdad, en Irak, s'était soudainement activé, et il était aussi raisonnant à une fréquence plus élevée. En face de l'écran de Bagdad, un hologramme de notre planète est apparu, qui a séquentiellement et progressivement représenté le continent européen, puis s'est déplacé vers le sud-est, puis il a montré les monts Bucegi de Roumanie et, finalement, il leur a montré l'emplacement du couloir à l'intérieur de la structure. Il était évident que les deux boucliers d'énergie hémisphériques étaient en connexion directe.

Fondamentalement, la base irakienne avait été informée de la présence de personnes à l'intérieur de la base roumaine.

Les mauvaises nouvelles, c'est que la présidence américaine a été avertie et a contacté la diplomatie roumaine. En quelques minutes, toute l'opération avait été divulguée, et le plan de Monsieur Massini tombé à l'eau.

La présidence américaine a exigé de prendre le contrôle de la base secrète et de toute l'opération. Les politiciens roumains, qui ne savaient rien de l'opération secrète ont paniqué.

Les généraux du Pentagone présents sur les lieux avaient été informés que Washington avait exigé une réunion d'urgence.
 

VIII . CSAT ( Conseil suprême de la Défense) Réunion d'urgence

Une session d'urgence du Conseil suprême de la Défense ( CSAT ) a créé une énorme vague de sympathie pour le Département Zéro. La plupart avaient été secoués par les nouvelles qu'ils avaient reçues. La décision du CSAT a été de poursuivre les recherches, mais sous le contrôle complet du Département Zéro. Ils avaient également exigé un inventaire de tout ce qu'on trouve dans la grande salle.

De Bucarest (la capitale de la Roumanie), les ordres venaient par vagues, s'annulant mutuellement. Certains étaient très véhéments et stricts, tandis que d'autres étaient insaisissables - dénotant l'énorme tension.

Les membres du CSAT étaient en session permanente, restant en contact avec l'équipe du mont Bucegi. Après avoir discuté de tout pendant des heures, ils avaient décidé de rendre publique la découverte. Le gouvernement roumain était pour faire une déclaration officielle dans le monde entier. Certains membres du CSAT se sont opposés avec véhémence à la décision.

IX . Déclaration officielle de la Roumanie

Quand la diplomatie américaine a été informée que la Roumanie allait révéler les découvertes, tout est tombé dans le chaos. Le président a été appelé à une conversation téléphonique directe avec la Maison Blanche. En quelques heures, l'américain a bloqué toutes les transactions financières avec la Roumanie et l'accès à toutes les autres institutions financières. La Roumanie était sur le point de déclarer « l'état d'urgence " dans les monts Bucegi et la capitale.

Les pourparlers d'urgence entre les responsables américains et le ministère roumain se sont produits à Bucarest sans un traducteur. Les responsables américains ont été verbalement violents, sans cesse criant et proférant des menaces à la Roumanie et à ses fonctionnaires.

La divulgation officielle de la Roumanie au monde aurait fourni des preuves photographiques mais rien d'autre d'essentiel pour une clarification complète. D'éminents scientifiques et chercheurs de tous les coins de la planète devaient être invités pour des études approfondies. Mais plus important encore, cela aurait révélé la vérité sur le passé lointain de l'humanité et de l'histoire réelle - qui, selon ce témoin Cezar à l'intérieur de la Grande Galerie, est presque entièrement faux.

La réaction du gouvernement américain a été très brutale parce que la divulgation aurait brisé leur influence dans le monde et son pouvoir, en un instant.

La raison officielle invoquée par les Etats-Unis, était de ne pas créer la panique dans le monde, mais ils avaient omis de reconnaître que l'état actuel de l'angoisse mondiale était une conséquence directe des tromperies délibérées et manipulations menées par la franc-maçonnerie et autres sociétés secrètes, depuis des millénaires.

Il y avait aussi une intervention du Vatican ( si vous vous demandez comment le Vatican a découvert cette découverte, alors vous devriez savoir qu'ils sont au sommet de la pyramide de contrôle du monde, et leur piété religieuse est simplement une façade - lire : Les sombres Secrets du Vatican), dans laquelle le Pape a appelé à la modération avant ce grand fondamental pas pour l'humanité !.

Le Pape a promis de rendre certains documents à la disposition de l'Etat roumain d'anciennes archives secrètes papales, qui étaient d'une grande importance pour la Roumanie. Les documents étaient derrière les découvertes ( oui, telle est la puissance d'un Pape ).

Après 24 heures de négociations, un accord définitif a eu lieu entre la Roumanie et les Etats-Unis. L' État roumain allait reporter la divulgation, et peu à peu tout présenter au peuple.

X. La salle de projection

secret-projection-room.jpg

La salle de projection ( cliquez pour agrandir)


La Grande Galerie prend fin abruptement avec un auditorium géant, de 30 mètres de hauteur ( 98,5 pieds) et d'une longueur de 100 mètres ( 328 pieds). La salle de projection était de plus petite taille et elle a été protégée par un bouclier énergique. S'avançant vers le bouclier, une partie de celui-ci a disparu, sous la forme d'une porte permettant l'accès à l'intérieur. Le bouclier protège la chambre des influences extérieures. Une fois à l'intérieur de la chambre, le bouclier est devenu compact et ressemblait à un mur blanc - doré.

Fondamentalement, le bouclier formait cette salle en forme de dôme, avec des murs courbes et le plafond. Au fond de la salle, à une hauteur de environ 10-12 mètres ( 33-39,5 pieds), le bouclier finissait où il touchait le mur en pierre de la salle. Dans ce mur, il y avait trois énormes trous de tunnels : l'un situé en ligne droite, et les deux autres étaient symétriques des deux côtés. Ils étaient éclairés par une lumière diffuse d'une teinte verdâtre. Les deux parties ont décidé d'interdire l'accès à ces tunnels et un protocole a été signé entre eux.

XI . Des Tables pour des géants

Une série de tables énormes de pierre étaient disposées le long des parois à droite et gauche ( cinq de chaque côté ), suivant leur courbure. Les tables avaient environ 2 mètres de haut ( 6,6 pieds).

Les plateaux avaient une précision de découpe en reliefs, différents signes d'une écriture et des caractères qui ressemblaient à l'ancien cunéiforme.

L'écriture contenait également des symboles plus généraux, tels que des triangles et des cercles. Bien que les signes n'étaient pas peints, ils avaient une lumière fluorescente rayonnant dans différentes couleurs, différentes pour chaque table.

Sur certaines tables, il y avait différents objets qui semblaient être des outils techniques. Au nombre de ces outils, des fils translucides blancs descendant au plancher, et entrant à l'intérieur, des boîtes rectangulaires brillantes, comme argentées. Ces boîtes ont été installées directement sur le sol.

Lors d'une inspection plus minutieuse, les câbles étaient extrêmement souple et léger, et des impulsions de lumière pouvaient être vus circulant sur toute leur longueur.

Chaque fois que quelqu'un s'est approché des tables, une projection holographique s'est automatiquement activée, présentant les aspects d'un domaine scientifique particulier. Les images en trois dimensions étaient parfaites et a eu hauteur de près de deux mètres et demi ( 8,2 pi).

Les projections ont été automatisées et lancées d'elles-mêmes, mais en même temps, elles étaient interactives et modifiables en fonction des signes touchés à la surface de la table.

XII . Une belle découverte : Les Regroupements d'ADN holographiques entre les espèces extraterrestres

En raison de la grande hauteur des tables, les scientifiques ont utilisé des trépieds spéciaux pour grimper à une hauteur confortable. Lors d'une enquête plus approfondie, ils ont observé un matériau vitreux sombre couvrant les plateaux de table. Le matériau était divisé en plusieurs grands carrés, délimités par des lignes droites, qui formaient une sorte de grille.

L'un des tableaux contenaient des informations du domaine de la biologie, et il projettait des images de plantes et d'animaux, dont certains étaient complètement inconnus des scientifiques. Après avoir touché l'un des carrés, un hologramme présentant la structure du corps humain a été activé. L'hologramme a été constamment en rotation, mettant en évidence diverses parties du corps humain.

En touchant d'autres endroits activait les projections holographiques d'êtres extraterrestres, d'autres systèmes planétaires. En touchant simultanément deux places différentes, une analyse scientifique complexe a été projetée, montrant l'ADN des deux espèces, et les possibilités de compatibilité entre les elles.

Sur les côtés, dans des lignes verticales, il y avait des explications écrites dans le même alphabet extraterrestret. A la fin de la simulation, un croisement entre les deux espèces a été affiché.

roumanie-montagnes-1.jpgBabele, Bucegi, Roumanie

XIII. De véritables géants

A en juger par la taille de tous les objets dans la salle de projection, les créateurs de l'édifice étaient probablement des êtres très grands.

Une confirmation de squelettes de géants humanoïdes trouvés en Roumanie se trouve dans un journal appelé " The Newspaper ".

« L'équipe du journal est accompagnée par le chercheur Vasile Rudan, qui a noté que les gens du village de Bozioru ont des preuves concrètes : un cimetière avec des squelettes de géants. Il a été découvert par hasard il y a 20 ans, lorsque les autorités ont décidé de planter des pommiers dans le village de Scaieni. En creusant sur une colline, les villageois ont découvert d'énormes squelettes, mesurant plus de 2,40 m (7 pi 10 po ).

Dragoi Ilie, l'un de ceux qui ont travaillé dans le verger, nous emmène à l'endroit. Monsieur Ilie nous montre les alentours du verger : « Partout se trouvent les tombes des géants. Nous faisions des trous pour des plantations de plantes quand nous avons découvert une tête humaine grosse comme une citrouille. Aucun de nous n'avait jamais rien vu de pareil. Nous étions tous surpris. en creusant plus loin, nous avons trouvé quelques os des pieds, gros comme des piquets de vigne. L'un des morts a dû être très grand. "

XIV . La Bibliothèque de l' Univers

La salle de projection contient des informations détaillées sur des domaines tels que : la physique, la cosmologie, l'astronomie, l'architecture, la technologie, la biologie, la génétique, et même la religion. Parce qu'elle contenait tellement d'informations, la salle a été comparée à une bibliothèque.

Au milieu de la salle, il y avait une zone comme un podium qui contenait un appareil intéressant. Les scientifiques ont émis l'hypothèse que cela aurait pu être un dispositif pour améliorer diverses fonctions cérébrales.

XV . Le panneau de contrôle de la Roumanie

A côté de cela il y avait un panneau de contrôle, recouvert de plusieurs symboles géométriques, dans des couleurs différentes. Il y avait aussi deux leviers coulissant et un bouton rouge, au centre de l'écran, au-dessus de toutes les autres commandes. Une simulation holographique a expliqué le but du bouton. Elle a montré une image de la chaîne des Carpates vue de 25 km ( 15,5 miles ) au dessus d'eux et ensuite, une énorme quantité d'eau a inondé les basses terres et les plaines.

Ensuite, à partir des territoires de la Roumanie,de la Hongrie et de l'Ukraine, plus de flux d'eau apparaissent, se dirigeant vers le plateau de Transylvanie, sous la forme d'énormes rivières. L' image s'est focalisée sur le territoire de la Roumanie et a montré toute sa surface couverte par les eaux d'une grande mer. Quelques-uns des plus hauts sommets des montagnes pouvaient maintenant être considérés comme de petites îles flottantes.

Ensuite, les eaux ont commencé à se retirer, dès que les vidanges se trouvant sur le panneau ont été activées, laissant engloutie seulement une petite zone près de la montagne Retezat Godeanu. Un véritable manuel.

XVI . Une Mystérieuse Amphore

Derrière le panneau de contrôle il y avait un socle carré, d'environ trois mètres (9 feet 10 inchs) de chaque côté, sur lequel une amphore mystérieuse reposait. Monsieur Massini a eu connaissance de son existence et, pour lui et son élite maçonnique, ce fut la découverte la plus importante.

L'amphore contenait une poudre blanche très fine. Les chercheurs ont été consternés de constater que la poudre était une formule monoatomique de haute pureté de l'or, avec une structure cristalline inconnue.

La poudre d'or dans sa forme pure stimule grandement certaines ondes et d'échanges d'énergies au niveau cellulaire et nerveux. Cela provoque une accélération du processus de rajeunissement. Théoriquement, un homme peut vivre dans le même corps physique pendant plusieurs milliers d'années, à condition qu'il consomme de temps en temps, une quantité bien définie de poudre d'or monoatomique. C'est ce qui explique de nombreux aspects déroutants sur la longévité incroyable de certains personnages importants et découvre une partie des intentions cachées de l'élite mondiale.

XVII. La vraie histoire de notre planète

Derrière l'amphore, au milieu de la place, il y avait une immense coupole qui projette des hologrammes. Elle présentait les principaux aspects du passé le plus lointain de l'humanité, depuis ses débuts. Cezar a expliqué que selon les images projetées par l'hologramme, environ 90% de l'histoire officielle de l'humanité est fausse et contrefaite. La théorie évolutionniste de Darwin est également incorrecte. La véritable origine de l'homme est représentée sous une forme condensée holographique. Incroyable, mais ce qui est maintenant considéré comme s'étant réellement passé dans notre histoire, n'a jamais existé, alors que les soi-disant «mythes» et «légendes» sont presque entièrement vraies.

En outre, la plupart des théories archéologiques sont fausses. Par exemple, les dinosaures ne se sont pas éteints il y a 65 millions d'années, et les vieux continents de la Lémurie et de l'Atlantide ont existé.

Cette étrange inversion a causé beaucoup de problèmes et de conflits entre les gens de notre passé.

Pour une datation exacte des événements présentés, une carte du ciel correspondant à cette période a été projetée sur le fond.

Bien que la période de temps couverte par les projections était très grande (plusieurs centaines de milliers d'années), le cycle de la procession de la Terre est de 25920 années, en observant le nombre des "années platoniciennes " (le cycle de 25,920 ans), la datation exacte de l'événement était possible. Les monts Bucegi ont 50-55000 ans.

XVIII. Surprenantes révélations

Cezar a vu ce qu'il s'est passé pendant la dite grande inondation et d'où la civilisation humaine est originaire, mais il a décidé de ne pas révéler cela, que les révélations sont trop choquantes pour la mentalité, les idées et les connaissances de l'homme contemporain.

Personnellement, je pense que les gens comme lui sont également responsables de l'état actuel de la méconnaissance et de la latence de l'espèce humaine . Nous avons menti et manipulé pendant des millénaires, et dès que nous sommes proches de la vérité, quelqu'un décide que nous ne sommes pas encore prêts à l'entendre. Il s'agit d'une approche arrogante et égoïste ! Les gens sont aussi prêts aujourd'hui qu'ils ne le seront jamais, et plus tôt les vérités seront libérées, mieux c'est. Avoir plus de pièces du puzzle à faire accepter rendra la vérité plus facile et, plus important encore, pourront les convaincre de prendre des mesures contre les manipulateurs et les esclavagistes.

Dans un affichage troublant d'images, l'existence de Jésus et sa crucifixion a également été présenté. Les projections ont révélé que beaucoup de ceux qui ont été témoins de la crucifixion sont venus d'autres périodes historiques.

Ils portaient le même genre de vêtements que le reste de la population, mais leurs caractéristiques faciales étaient différentes, aussi ils couvraient constamment leurs visages.

L'hologramme a également présenté des fragments de la vie spirituelle des autres personnages exceptionnels du passé lointain de l'humanité, y compris des personnes que nous ne connaissons pas.

En ces temps, la répartition sociale de la population était complètement différente de ce qui est connu aujourd'hui, de sorte que les archéologues et les anthropologues devraient revoir leurs théories à partir de zéro.

XIX. Les trois tunnels mystérieux

Les tunnels découverts ont des milliers de miles de longueur et conduisent à trois domaines différents de la planète. Celui de gauche relie la base roumaine à une base souterraine encore à découvrir quelque part en Egypte (qui a certainement été découverte et explorée maintenant).

Le tunnel de droite conduit à une structure similaire mais plus petite, dans le " plateau tibétain " . Ce tunnel avait trois ramifications secondaires. Un conduit à une zone souterraine près de la ville roumaine de Buzaru (près de la " Carpates Bend »). Un autre a conduit à la base irakienne déjà mentionnée, alors que la ramification fini a une base souterraine dans le « désert de Gobi », en Mongolie.

XX. Le troisième tunnel - un monde secret

Le tunnel du milieu était le plus important à la fois pour Monsieur Massini et le gouvernement américain, qui a fortement demandé qu'il soit tenu secret du public. Ce tunnel descendant à des profondeurs extrêmes vers un monde souterrain véritable, situé près du centre de notre planète.

Ceux d'entre vous qui ne connaissent pas la théorie de la terre creuse, veuillez noter qu'il y a des personnages importants qui soutiennent la théorie que toutes les planètes sont probablement creuses à l'intérieur, et apportent des arguments scientifiques intéressants pour appuyer leurs revendications.

Aussi, il y a des histoires très belles et intéressantes sur des gens qui se seraient rendus en ce monde. Le royaume est communément appelé Agartha, et le troisième tunnel conduit probablement directement à lui. Il est logique que l'élite de l'ombre n'était pas intéressée de faire connaître la découverte au peuple.

D'intenses préparatifs ont commencé pour les expéditions à l'intérieur des 3 tunnels, comme suit : le premier en Egypte, le second au Tibet, et le troisième vers le centre de la Terre.

(Résumé des événements tirés du livre :  " Viitor cu cap de mort" , par " Radu Cinamar " - le nom de plume d'un écrivain caché, qui, à mon avis, n'est autre que l'ex-général Emil Strainu. Je fonde ma déclaration sur le style d'écriture très similaire et le fait que l'auteur a eu un accès direct à cette base secrète alien ci-dessus - quelque chose qui ne pouvait pas se passer si la personne était un initié.)

En 2009, une télévision locale, "Antena 1" , a brièvement présenté ces événements, quelques ossements de géants sont montrés brièvement, en VO malheureusement :

Après diffusion du programme, ils ont reçu une menace téléphonique anonyme :

Ce qui suit est une transcription de l'appel téléphonique :

Le journaliste de "Antena 1" a répondu au téléphone.

" Reporter : Bonjour, bon après-midi !
Appel anonyme : Nous vous envoyons un avertissement : soyez très prudent ! Arrêtez de parler des (Montagnes) Bucegi !
R : Qui êtes-vous ?
A : Cette information doit rester au niveau de certaines structures et ne doit pas être rendue publique ! Vous êtes entré dans un jeu dangereux ! Vous êtes jeune, vous avez des familles ... il y a assez de sujets dans ce pays pour parler d'eux !
R : Monsieur, qui êtes-vous ?
A : Ne souhaitez pas nous connaître et d'être vous-mêmes interrogé par nous ! C'est tout ce que j'ai à dire ! "

Merci d'avoir lu l'article et n'oubliez pas que "la vérité est ailleurs". Ne jamais arrêter la recherche ...

Alexander Light, HumansAreFree.com
 
bucegi-sfinx.jpg
 


Plongée dans le Lac Bicaz, Moldavie, Roumanie : de nombreuses stèles et pierres gravées antiques englouties, des traces de ruines et d'ossements :

cabana-omu-varful-omu.jpg

A Omu, Roumanie, existe un autre mégalithe avec une tête dessinée (à droite), mais aussi avec des traces de travaux artificiels, plus difficiles à faire passer comme naturels que le sphinx de Bucegi

En Espagnol :

En Anglais, le film entier :

Un autre film-hommage sur les bases secrètes aliens :

Une étrange tornade ou un vaisseau extra-terrestre au-dessus de Bucegi en 2012 ? :

ovni-roumanie-2012-mini-1.jpg

Yves Herbo Traductions-SFH-14-11-2013

Update : recherches de l'endroit précis mentionné et de témoignages, rapprochements avec d'autres légendes éventuelles (les Carpates et la légende des vampires très déformée) ou faits historiques (plusieurs régimes ou même civilisations ont pu ériger des "bases secrètes" ou protégées de la vue)... en cours. Le schéma-montage visible dans le petit reportage de la chaîne TV roumaine, monté par la chaîne même, n'a pas été montré comme preuve mais pour expliquer rapidement de quoi parlait les chercheurs.

Voilà d'abord l'endroit précis par satellite via Google Earth, avec mention des structures géologiques préhistoriques gravées ou non citées dans le texte ci-dessus :

roumanie-monts-bucegi1.jpgroumanie-monts-bucegi2.jpgroumanie-monts-bucegi.jpg

roumanie-monts-bucegi3-1.jpg

Une vidéo touristique nous faisant prendre le téléphérique vers le "sphinx" et les lieux cités, cette éventuelle base  serait donc sous des dizaines de mètres de roches en-dessous :

Archéologie-anthropologie : c'est étonnement en Roumanie que les traces du premier européen sont trouvées (en fait, les preuves préhistoriques trouvées en divers endroits en Europe et en France notamment, semblent prouver que des tribus issues de l'actuelle Roumanie font bien parties des ancêtres et familles des français et européens actuels...) :

first-european-roumanie.jpg

Un texte très intéressant sur ce sujet des premières civilisations, et des Etrusques entre autres : http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Etruria_the_Etruscans_1.htm

http://www.erdelyiturak.ro/cave_exploration.html

L'astrologie et la voyance s'en mêlent (récupération automatique qui enlève automatiquement de la crédibilité, comme souvent !) : http://www.astrologyweekly.com/astrology-articles/bucegi-discovery.php  + dans les commentaires (certains très intéressants) : http://www.abovetopsecret.com/forum/thread661940/pg1 

La principale vidéo des analyses et scans diffusée est censurée maintenant et interdite de diffusion : http://www.youtube.com/watch?v=h_qZnYZVXr4&feature=player_embedded

Des liens de témoignages à traduire et sur les récents travaux des Professor Constantin Bursuc et Prof. Traian Stănciulescu : http://www.rufon.org/forum/index.php?topic=2479.10;wap2 + http://www.thelivingmoon.com/46ats_members/Lisa2012/03files/Bucegi_Mountains_The_Mystery.html#Bucegi

Un témoignage d'un officier roumain (difficile à prouver bien sûr)

Une vidéo de la région plus précise :

La théorie de la Terre Creuse en schémas faciles à comprendre :

bucegi2-1.jpgA suivre...

MAJ 09-11-2014 : Cet article-traduction a été en très grande partie repris sur d'autres sites et même une publication par un éditeur free belge (Paradox Editions) sur Calaméo, que j'intègre donc ici car ça fait toujours plaisir (bien qu'il aurait été préférable tout de même que mon nom soit cité quelque part, ailleurs que dans le lien tout à la fin qui mène ici !), même si ça ne nourrit pas l'homme... on note que Claude Burkel a été l'ami de nombreux auteurs comme Robert Charroux, Guy TaradeIl a participé à de nombreuses revues et FanZines comme, pour ne citer qu'un exemple : BETA TAURI. Et publie de temps en temps chez ParadoXe Editions donc...

Mais cet article n'est ni de lui ni de moi mais bien de Alexander LightHumansAreFree.com et Professor Constantin Bursuc et Prof. Traian Stănciulescu : http://www.thelivingmoon.com/46ats_members/Lisa2012/03files/Bucegi_Mountains_The_Mystery.html#Bucegi :

Autre article situé en Roumanie : http://herboyves.blogspot.fr/2014/06/roumanie-entre-archeologie-et-legendes.html

 

Yves Herbo Traductions-SFH-16-11-2013, MAJ 09-11-2014

 

 

Le mystérieux peuple des Natoufiens, découvertes récentes

Le mystérieux peuple des Natoufiens, découvertes récentes

Figurine 9500 ans jerusalem

Les Natoufiens sont appelés ainsi par les archéologues car c’est le long des berges d’une petite rivière nommée Natouf, à environ 15 kilomètres au nord-ouest de la ville de Lod en Israël, plus précisément en Judée occidentale, que les premières traces de leur existence ont été découvertes. On ne connaît pas leur origine réelle, mais on retrouve leur culture sur une large bande du Moyen-Orient, qui s’étale du Jourdan jusqu’à la Syrie. Leur ancienneté les fait toujours assimiler à des chasseurs-cueilleurs, mais leur sophistication de plus en plus démontrée au fil du temps en a déjà fait une culture « intermédiaire entre le paléolithique et le néolithique ».

Hilazon tachtit natoufiens chamans hu


En fait, il ne s’agit plus tout à fait de simples chasseurs-cueilleurs mais aussi de constructeurs, semi-sédentaires, probablement de cultivateurs-agriculteurs « avant l’âge », mais aussi, on le découvre maintenant, de pratiquants religieux et de guérisseurs-chamans, parmi les premiers connus maintenant, et ayant des connaissances des plantes très avancées.

On situe maintenant leur culture comme étant de « 15.000 ans à 8.000 ans environ » avant maintenant… et comme étant probablement l’une des toutes premières cultures humaines basées sur l’agriculture, l’élevage et la construction de maisons fixes, sédentaires, avec un outillage de plus en plus sophistiqué de pierre polie et la poterie en céramique. Ils se sont donc nourris à la fois des animaux locaux (gazelles, oiseaux, tortues, poissons) et aussi de céréales et légumes sauvages, avant de les domestiquer ou de les faire pousser par eux-mêmes…

Leur répartitions par petits groupes sur de grands espaces fait penser aux spécialistes qu’ils ont réduit volontairement leurs territoires de chasse propre à chaque groupe pour adopter une semi-sédentarisation dans leurs terrains , avec l’utilisation d’outils en pierre pour broyer les céréales sauvages en farines, avec une domestication du chien notamment. :

Voir ci-dessous :

Lire la suite

Des découvertes archéologiques bibliques en Israel

Des découvertes archéologiques bibliques en Israel

Cult complex 5

Ce n'est bien sûr pas la première fois que les anciennes villes citées dans les anciens textes hébraïques, ceux de la Thora et évidemment de l'Ancien Testament soient réellement découvertes archéologiquement. Les spécialistes parlent d'ailleurs maintenant de plus de 20.000 noms de villes et de personnages cités dans ces textes historico-religieux comme ayant été réellement découverts, pour la plupart ensevelis, mais avec des preuves indéniables de leurs correspondances avec ces écrits anciens. Ces dernières années ont été très riches en découvertes de ce type et il devient de plus en plus difficile pour les sceptiques de nier les intérêts immenses de tous ces textes, du simple point de vue historique et archéologique. Et les spécialistes ne désespèrent pas de trouver un jour l'objet ou la "pierre de rosette" qui permettrait de faire le lien avec les anciens noms de sites, de personnages et appellations oubliés, qui donnerait une correspondance avec les plus anciens récits, concernant David, Salomon et même, pourquoi pas, beaucoup plus anciens comme Moïse et fils, Joseph, et même, rêveurs jusqu'au bout, Noé, Loth ou encore Ezekiel...

Il y a presqu'un an, une découverte en Israël confortait en quelque sorte ces idées de découvertes futures, les progrès techniques et la ténacité des archéologues faisant...

Gezer

Des ruines brûlées et des murs effondrés, ainsi que des poteries brisées, révèlent la destruction au Bronze final de la ville (YH : Dans l'ancien testament, il est dit que Pharaon (lequel ?), apprenant la mort de David, a attaqué et détruit Gezer puis a tenté d'attaquer Salomon, mais, devant la puissance de ce dernier, a donné sa fille en mariage au roi d'Israel et Gezer en dot... qui resta à Israël par la suite). Sur la gauche se trouve la salle où plusieurs outillages de poterie, un scarabée d'Amenhotep III, un coffret de sceaux-cylindres, ainsi que des outils de pierre ont été trouvés.

(Photo: Samuel Wolff | Tel Gezer fouilles)

" Les archéologues, creusant les traces d'une ancienne ville en Israël ont trouvé des traces d'une civilisation humaine encore plus ancienne que le site même.

En creusant soigneusement l'ancienne ville cananéenne de Gezer, les archéologues ont déclaré avoir trouvé un coléoptère scarabée ou une amulette avec un marquage du grand-père du roi Toutankhamon, le roi Amenhotep III, et des débris de poterie Philistine. Alors que Gezer montre des vestiges remontant au huitième siècle avant JC, les nouveaux résultats peuvent être attribués au 14e siècle av JC.

" Elle a toujours changé de mains à travers l'histoire ", a déclaré Steven Ortiz, un expert biblique de la Theological Seminary Baptiste au Texas, et co-directeur de l'excavation, dans une interview. Ortiz a découvert les restes plus anciens de la ville avec un collègue de l'Israel Antiquities Authority, Samuel Wolff.

L'emplacement a été un lieu important pendant les temps antiques pour les commerçants, se dirigeant vers la Mésopotamie, l'Anatolie, l'Egypte, ou la Syrie. La ville a une longue histoire et les dirigeants ont changé tout au long de son histoire. Elle a été donnée au roi Salomon quand il a épousé la fille d'un pharaon égyptien, sur la base des textes bibliques, au dixième siècle. La ville a finalement perdu son importance lorsque la-dite route commerciale a été déplacée pendant la domination des Romains. Le site a été conquis, détruit, et ne fut jamais reconstruit complètement, selon les experts.

" Il n'est pas surprenant qu'une ville qui était d'une grande importance dans les royaumes bibliques d'Israël et de Juda aurait une histoire plus ancienne et aurait joué un rôle politique et militaire important avant cette date. Si vous ne contrôliez pas Gezer, vous ne contrôliez pas la route commerciale de l'est-ouest ", a opiné Andrew Vaughn, un bibliste, qui n'a pas participé à l'étude.

Gezer a été étudiée par les archéologues depuis une centaine d'années. Le site est également l'emplacement des anciens tunnels et puits d'eau qui ont été construits sous terre pour protéger l'approvisionnement en eau en temps de guerre, lorsque les ennemis pourraient l'utiliser pour empoisonner la population et finalement affaiblir la défense.

Source : http://www.techtimes.com/articles/1526/20131120/ancient-canaanite-city-in-israel-was-built-on-top-of-even-older-city-archaeologists.htm

Un ancien complexe de Temple de culte découvert en Israël : des sacrifices rituels pour Baal, le dieu de l'orage ?

Templedebaal israel 10 2014

Les chercheurs ont découvert un ancien complexe de culte en Israël. Le site a pu être utilisé pour faire des sacrifices religieux à Baal, le dieu de la tempête des Cananéens. Sur la photo, l'une des très grandes jarres pithoid trouvées sur le site.
(Photo: Itzhak Shai)

Un complexe religieux impressionnant de culte antique a été découvert récemment en Israël, versant un nouvel éclairage sur la façon dont les gens pratiquaient la religion il y a 3000 ans. Les archéologues pensent que cette découverte pourrait être un lieu où les anciens Cananéens auraient fait dans le passé des sacrifices religieux.

Le complexe de culte a été découvert à Tel Burna, le site d'un projet d'excavation en cours en Israël. Le projet archéologique de Tel Burna est dirigé par Itzhaq Shai, qui travaille à l'Université d'Ariel. Le site de fouilles est situé dans la région Shephelah d'Israël. L'équipe a commencé l'excavation du site en 2009.

L' excavation sur le complexe de culte nouvellement découvert ne fait que commencer, mais les archéologues ont révélé que la zone était très grande. La cour du complexe était de 52 pieds par 52 pieds (env. 16 m sur 16 m). L'équipe a publié une photo de la vue aérienne du complexe qui montre à quel point le site est grand.

Cult complex 6

Les archéologues ont trouvé trois coupes connectées (faisant partie du même service), qui venaient probablement de Chypre. Ils ont trouvé des pots qui ont à peu près la taille de l'homme. Les très grandes jarres que l'équipe a trouvé sont appelés des jarres pithoi.

" Les pithoi ont probablement été utilisées comme stockage pour les dîmes apportées au complexe cultuel, même si cela est également en cours d'analyse et précisé par des analyses des résidus», a déclaré Shai.

Ils ont également trouvé des restes d'os d'animaux brûlés qui semblent susceptibles d'avoir été utilisés dans les sacrifices religieux. La religion des gens qui adoraient ici est encore inconnue, mais Shai pari sur ​​Baal, le dieu de l'orage cananéen. Shai a déclaré que son équipe a trouvé des lettres dans le complexe à partir d'un langage appelé Ugarit, découvert dans un autre site antique en Syrie, ce qui suggère que les gens ont probablement adoré Baal.

Templedebaal israel 10 2014b

Les chercheurs ont également trouvé des fragments de masques dans le complexe.

« Les fragments de masques de Burna, tous des nez, sont très intéressants, car ils sont assez grands, mais comme on le voit sur cette photo, ils ont été clairement destinés à être portés. Il est difficile de déterminer exactement ce que les masques dépeignent et si c'est une image spécifique. Mais en général, les masques sont connus pour avoir été utilisés dans les cérémonies et processions cultuelles », a déclaré Shai.

Templedebaal israel mask 10 2014c

Fragments of face masks, like this one, were discovered in the 3,300-year-old cult complex at Tel Burna. YH : de très larges nez de masques en effet, digne de géants comme... Goliath, le philistin, adorateur de Baal...

Entre autres choses découvertes, l'équipe a également trouvé un objet avec l'écriture égyptienne en hiéroglyphes sur lui. Cela jette un peu de lumière sur les façons dont les gens anciens ont pu voyager et communiquer les uns avec les autres, ainsi que la façon dont ils négociaient... "

Sources : http://www.nbcnews.com/science/science-news/storm-gods-home-ancient-cult-complex-found-israel-n225371

http://www.livescience.com/48261-photos-ancient-cult-complex-in-israel.html

Cult complex 7

Yves Herbo traductions, Sciences, F, Histoires, 01-11-2014

Les Pyramides de Gizeh : secrets en vidéos

Les Pyramides de Gizeh : secrets en vidéos

Khephrenidentifié comme Khéphren 

C'est toujours une quête d'actualité malgré les années qui passent.. que dis-je, les années... on peut parler de siècles plutôt, si on se réfère à l'Histoire et toutes ses interrogations à leur sujet. Un sujet qui revient très régulièrement à la une de l'actualité des passionnés et des chercheurs mais qui progresse très lentement, au fil des découvertes faites au compte-goutte, comme s'il ne fallait pas aller trop vite, pour ne pas réveiller les anciens dieux qui dorment dans l'obscurité de cryptes inviolées... Il est possible que des choses nous parviennent des recherches d'Albert Fagioli s'il réussit à s'approcher de suffisamment prêt des bons endroits avec son don et ses appareils, ou encore de nouvelles révélations de Patrice Pooyard et Jacques Grimault, ou encore du conférencier Georges Vermard, alors qu'il est question de vidéos inédites et d'un livre à venir de la part de Robert Bauval et d'un article intéressant dans un prochain Nexus magazine...  En attendant, voilà quelques vidéos sur le sujet qui vont nous rapeller les découvertes  et théories en jeu... :

Depuis des millénaires, le Sphinx se dresse au-dessus des sables du désert d'Egypte, comme le symbole de toutes les énigmes, et n'a cessé de fasciner les hommes.

Qui fut son créateur ? Les scientifiques ne sont pas d'accord... Est-ce Khéops, le pharaon légendaire, réputé pour avoir construit la plus grande pyramide du plateau de Gizeh ? Qui a prêté son visage à ce gigantesque lion à tête humaine ?

Aucun portrait au monde n'a autant frappé l'imagination, autant inspiré la science et la recherche. Des archéologues recherchent un labyrinthe, dont un américain extralucide a eu la vision.

On a parlé d'une grande salle de la connaissance qui se trouverait enfoui sous le sphinx, lequel conserverait sous ses pattes les secrets et le savoir ésotériques de l'humanité.

Robert Bauval, lui, croit que ce monument a été érigé selon un plan aux origines célestes.

Mythes et mystères sont venus se fondre dans cette majesté muette. Parviendrons-nous jamais à déchiffrer son secret ?

Retrouvez le documentaire "Le Sphinx de Gizeh", de la chaîne de télévision franco-allemande, Arte.

http://education.francetv.fr/videos/lepsius-explore-la-region-des-pyramides-de-gizeh-v106812

Articles précédents : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-du-sphinx-de-gizeh.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/histoire-detournee-la-stele-de-l-inventaire-du-grand-sphinx.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-tunnels-secrets-du-plateau-de-gizeh.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/les-tunnels-secrets-du-plateau-de-gizeh-2.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-plans-et-des-theories-sur-gizeh-et-sa-grande-pyramide.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/du-fer-mysterieux-dans-une-pyramide-egyptienne.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/une-nouvelle-pyramide-egyptienne-de-4600-ans-escavee.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/une-nouvelle-pyramide-antique-decouverte-a-louxor-egypte.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/egypte-de-nouvelles-pyramides-decouvertes-grace-a-google-earth.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

A suivre...

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 13-10-2014

Architecture fantastique dans le Livre des Rois

Architecture fantastique dans le Livre des Rois

Head of pharaoh shoshenq iGravure d'un relief de Sheshonq Ier trouvé à Karnak

Voici des données lisibles dans la Bible - 1er Testament - Le Livre des Rois - Salomon. Ce sont des données importantes pour tout chercheur en archéologie ancienne, y compris sur les énormes pierres taillées monolithiques qui étonnent encore de nos jours (voir Baalbek par exemple).

Le Livre des Rois - 1.Rois 5.13 (Traduction Segond 1910) :

1 - Hiram, roi de Tyr, envoya ses serviteurs vers Salomon, car il apprit qu'on l'avait oint pour roi à la place de son père, et il avait toujours aimé David.

Salomon fit dire à Hiram :
3 Tu sais que David, mon père, n'a pas pu bâtir une maison à l'Éternel, son Dieu, à cause des guerres dont ses ennemis l'ont enveloppé jusqu'à ce que l'Éternel les eût mis sous la plante de ses pieds.
4 Maintenant l'Éternel, mon Dieu, m'a donné du repos de toutes parts ; plus d'adversaires, plus de calamités !
5 Voici, j'ai l'intention de bâtir une maison au nom de l'Éternel, mon Dieu, comme l'Éternel l'a déclaré à David, mon père, en disant : Ton fils que je mettrai à ta place sur ton trône, ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom.
6 Ordonne maintenant que l'on coupe pour moi des cèdres du Liban. Mes serviteurs seront avec les tiens, et je te paierai le salaire de tes serviteurs tel que tu l'auras fixé ; car tu sais qu'il n'y a personne parmi nous qui s'entende à couper les bois comme les Sidoniens.
7 Lorsqu'il entendit les paroles de Salomon, Hiram eut une grande joie, et il dit : Béni soit aujourd'hui l'Éternel, qui a donné à David un fils sage pour chef de ce grand peuple !
8 Et Hiram fit répondre à Salomon : J'ai entendu ce que tu m'as envoyé dire. Je ferai tout ce qui te plaira au sujet des bois de cèdre et des bois de cyprès.
9 Mes serviteurs les descendront du Liban à la mer, et je les expédierai par mer en radeaux jusqu'au lieu que tu m'indiqueras ; là, je les ferai délier, et tu les prendras. Ce que je désire en retour, c'est que tu fournisses des vivres à ma maison.
10 Hiram donna à Salomon des bois de cèdre et des bois de cyprès autant qu'il en voulut.
11 Et Salomon donna à Hiram vingt mille cors de froment pour l'entretien de sa maison et vingt cors d'huile d'olives concassées ; c'est ce que Salomon donna chaque année à Hiram.
12 L'Éternel donna de la sagesse à Salomon, comme il le lui avait promis. Et il y eut paix entre Hiram et Salomon, et ils firent alliance ensemble.
13 Le roi Salomon leva sur tout Israël des hommes de corvée ; ils étaient au nombre de trente mille.
14 Il les envoya au Liban, dix mille par mois alternativement ; ils étaient un mois au Liban, et deux mois chez eux. Adoniram était préposé sur les hommes de corvée.
15 Salomon avait encore soixante-dix mille hommes qui portaient les fardeaux et quatre-vingt mille qui taillaient les pierres dans la montagne,
16 sans compter les chefs, au nombre de trois mille trois cents, préposés par Salomon sur les travaux et chargés de surveiller les ouvriers.
17 Le roi ordonna d'extraire de grandes et magnifiques pierres de taille pour les fondements de la maison.
18 Les ouvriers de Salomon, ceux de Hiram, et les Guibliens, les taillèrent, et ils préparèrent les bois et les pierres pour bâtir la maison.

1 ROIS 6

1 Ce fut la quatre cent quatre-vingtième année après la sortie des enfants d'Israël du pays d'Égypte que Salomon bâtit la maison à l'Éternel, la quatrième année de son règne sur Israël, au mois de Ziv, qui est le second mois.
La maison que le roi Salomon bâtit à l'Éternel avait soixante coudées de longueur, vingt de largeur, et trente de hauteur.
3 Le portique devant le temple de la maison avait vingt coudées de longueur répondant à la largeur de la maison, et dix coudées de profondeur sur la face de la maison.
    4 Le roi fit à la maison des fenêtres solidement grillées. (grillagées)
    5 Il bâtit contre le mur de la maison des étages circulaires, qui entouraient les murs de la maison, le temple et le sanctuaire ; et il fit des chambres latérales tout autour.
    L'étage inférieur était large de cinq coudées, celui du milieu de six coudées, et le troisième de sept coudées ; car il ménagea des retraites à la maison tout autour en dehors, afin que la charpente n'entrât pas dans les murs de la maison.
    Lorsqu'on bâtit la maison, on se servit de pierres toutes taillées, et ni marteau, ni hache, ni aucun instrument de fer, ne furent entendus dans la maison pendant qu'on la construisait.
    8 L'entrée des chambres de l'étage inférieur était au côté droit de la maison ; on montait à l'étage du milieu par un escalier tournant, et de l'étage du milieu au troisième.
    9 Après avoir achevé de bâtir la maison, Salomon la couvrit de planches et de poutres de cèdre.
    10 Il donna cinq coudées de hauteur à chacun des étages qui entouraient toute la maison, et il les lia à la maison par des bois de cèdre.
    11 L'Éternel adressa la parole à Salomon, et lui dit : Tu bâtis cette maison !
    12 Si tu marches selon mes lois, si tu pratiques mes ordonnances, si tu observes et suis tous mes commandements, j'accomplirai à ton égard la promesse que j'ai faite à David, ton père,
    13 j'habiterai au milieu des enfants d'Israël, et je n'abandonnerai point mon peuple d'Israël.
    14 Après avoir achevé de bâtir la maison,
    15 Salomon en revêtit intérieurement les murs de planches de cèdre, depuis le sol jusqu'au plafond ; il revêtit ainsi de bois l'intérieur, et il couvrit le sol de la maison de planches de cyprès.
    16 Il revêtit de planches de cèdre les vingt coudées du fond de la maison, depuis le sol jusqu'au haut des murs, et il réserva cet espace pour en faire le sanctuaire, le lieu très saint.
    17 Les quarante coudées sur le devant formaient la maison, c'est-à-dire le temple.
    18 Le bois de cèdre à l'intérieur de la maison offrait des sculptures de coloquintes et de fleurs épanouies ; tout était de cèdre, on ne voyait aucune pierre.
    19 Salomon établit le sanctuaire intérieurement au milieu de la maison, pour y placer l'arche de l'alliance de l'Éternel.
    20 Le sanctuaire avait vingt coudées de longueur, vingt coudées de largeur, et vingt coudées de hauteur. Salomon le couvrit d'or pur. Il fit devant le sanctuaire un autel de bois de cèdre et le couvrit d'or.
    21 Il couvrit d'or pur l'intérieur de la maison, et il fit passer le voile dans des chaînettes d'or devant le sanctuaire, qu'il couvrit d'or.
    22 Il couvrit d'or toute la maison, la maison tout entière, et il couvrit d'or tout l'autel qui était devant le sanctuaire.
    23 Il fit dans le sanctuaire deux chérubins de bois d'olivier sauvage, ayant dix coudées de hauteur.
    24 Chacune des deux ailes de l'un des chérubins avait cinq coudées, ce qui faisait dix coudées de l'extrémité d'une de ses ailes à l'extrémité de l'autre.
    25 Le second chérubin avait aussi dix coudées. La mesure et la forme étaient les mêmes pour les deux chérubins.
    26 La hauteur de chacun des deux chérubins était de dix coudées.
    27 Salomon plaça les chérubins au milieu de la maison, dans l'intérieur. Leurs ailes étaient déployées : l'aile du premier touchait à l'un des murs, et l'aile du second touchait à l'autre mur ; et leurs autres ailes se rencontraient par l'extrémité au milieu de la maison.
    28 Salomon couvrit d'or les chérubins.
    29 Il fit sculpter sur tout le pourtour des murs de la maison, à l'intérieur et à l'extérieur, des chérubins, des palmes et des fleurs épanouies.
    30 Il couvrit d'or le sol de la maison, à l'intérieur et à l'extérieur.
    31 Il fit à l'entrée du sanctuaire une porte à deux battants, de bois d'olivier sauvage ; l'encadrement avec les poteaux équivalait à un cinquième du mur.
    32 Les deux battants étaient de bois d'olivier sauvage. Il y fit sculpter des chérubins, des palmes et des fleurs épanouies, et il les couvrit d'or ; il étendit aussi l'or sur les chérubins et sur les palmes.
    33 Il fit de même, pour la porte du temple, des poteaux de bois d'olivier sauvage, ayant le quart de la dimension du mur, et deux battants de bois de cyprès ;
    34 chacun des battants était formé de deux planches brisées.
    35 Il y fit sculpter des chérubins, des palmes et des fleurs épanouies, et il les couvrit d'or, qu'il étendit sur la sculpture.
    36 Il bâtit le parvis intérieur de trois rangées de pierres de taille et d'une rangée de poutres de cèdre.
    37 La quatrième année, au mois de Ziv, les fondements de la maison de l'Éternel furent posés ;
    38 et la onzième année, au mois de Bul, qui est le huitième mois, la maison fut achevée dans toutes ses parties et telle qu'elle devait être. Salomon la construisit dans l'espace de sept ans.

    1 ROIS 7

    1 Salomon bâtit encore sa maison, ce qui dura treize ans jusqu'à ce qu'il l'eût entièrement achevée.
      2 Il construisit d'abord la maison de la forêt du Liban, longue de cent coudées, large de cinquante coudées, et haute de trente coudées. Elle reposait sur quatre rangées de colonnes de cèdre, et il y avait des poutres de cèdre sur les colonnes.
      3 On couvrit de cèdre les chambres qui portaient sur les colonnes et qui étaient au nombre de quarante-cinq, quinze par étage.
      4 Il y avait trois étages, à chacun desquels se trouvaient des fenêtres les unes vis-à-vis des autres.
      5 Toutes les portes et tous les poteaux étaient formés de poutres en carré ; et, à chacun des trois étages, les ouvertures étaient les unes vis-à-vis des autres.
      6 Il fit le portique des colonnes, long de cinquante coudées et large de trente coudées, et un autre portique en avant avec des colonnes et des degrés sur leur front.
      7 Il fit le portique du trône, où il rendait la justice, le portique du jugement ; et il le couvrit de cèdre, depuis le sol jusqu'au plafond.
      8 Sa maison d'habitation fut construite de la même manière, dans une autre cour, derrière le portique. Et il fit une maison du même genre que ce portique pour la fille de Pharaon, qu'il avait prise pour femme.
      9 Pour toutes ces constructions on employa de magnifiques pierres, taillées d'après des mesures, sciées avec la scie, intérieurement et extérieurement, et cela depuis les fondements jusqu'aux corniches, et en dehors jusqu'à la grande cour.
      10 Les fondements (fondations) étaient en pierres magnifiques et de grande dimension, en pierres de dix coudées et en pierres de huit coudées.
      11 Au-dessus il y avait encore de magnifiques pierres, taillées d'après des mesures, et du bois de cèdre.
      12 La grande cour avait dans tout son circuit trois rangées de pierres de taille et une rangée de poutres de cèdre, comme le parvis intérieur de la maison de l'Éternel, et comme le portique de la maison.
      13 Le roi Salomon fit venir de Tyr Hiram,
      14 fils d'une veuve de la tribu de Nephthali, et d'un père Tyrien, qui travaillait sur l'airain. Hiram était rempli de sagesse, d'intelligence, et de savoir pour faire toutes sortes d'ouvrages d'airain. Il arriva auprès du roi Salomon, et il exécuta tous ses ouvrages.
      15 Il fit les deux colonnes d'airain. La première avait dix-huit coudées de hauteur, et un fil de douze coudées mesurait la circonférence de la seconde.
      16 Il fondit deux chapiteaux d'airain, pour mettre sur les sommets des colonnes ; le premier avait cinq coudées de hauteur, et le second avait cinq coudées de hauteur.
      17 Il fit des treillis en forme de réseaux, des festons façonnés en chaînettes, pour les chapiteaux qui étaient sur le sommet des colonnes, sept pour le premier chapiteau, et sept pour le second chapiteau.
      18 Il fit deux rangs de grenades autour de l'un des treillis, pour couvrir le chapiteau qui était sur le sommet d'une des colonnes ; il fit de même pour le second chapiteau.
      19 Les chapiteaux qui étaient sur le sommet des colonnes, dans le portique, figuraient des lis et avaient quatre coudées.
      20 Les chapiteaux placés sur les deux colonnes étaient entourés de deux cents grenades, en haut, près du renflement qui était au delà du treillis ; il y avait aussi deux cents grenades rangées autour du second chapiteau.
      21 Il dressa les colonnes dans le portique du temple ; il dressa la colonne de droite, et la nomma Jakin ; puis il dressa la colonne de gauche, et la nomma Boaz.
      22 Il y avait sur le sommet des colonnes un travail figurant des lis. Ainsi fut achevé l'ouvrage des colonnes.
      23 Il fit la mer de fonte. Elle avait dix coudées d'un bord à l'autre, une forme entièrement ronde, cinq coudées de hauteur, et une circonférence que mesurait un cordon de trente coudées.
      24 Des coloquintes l'entouraient au-dessous de son bord, dix par coudées, faisant tout le tour de la mer ; les coloquintes, disposées sur deux rangs, étaient fondues avec elle en une seule pièce.
      25 Elle était posée sur douze boeufs, dont trois tournés vers le nord, trois tournés vers l'occident, trois tournés vers le midi, et trois tournés vers l'orient ; la mer était sur eux, et toute la partie postérieure de leur corps était en dedans.
      26 Son épaisseur était d'un palme ; et son bord, semblable au bord d'une coupe, était façonné en fleur de lis. Elle contenait deux mille baths.
      27 Il fit les dix bases d'airain. Chacune avait quatre coudées de longueur, quatre coudées de largeur, et trois coudées de hauteur.
      28 Voici en quoi consistaient ces bases. Elles étaient formées de panneaux, liés aux coins par des montants.
      29 Sur les panneaux qui étaient entre les montants il y avait des lions, des boeufs et des chérubins ; et sur les montants, au-dessus comme au-dessous des lions et des boeufs, il y avait des ornements qui pendaient en festons.
      30 Chaque base avait quatre roues d'airain avec des essieux d'airain ; et aux quatre angles étaient des consoles de fonte, au-dessous du bassin, et au delà des festons.
      31 Le couronnement de la base offrait à son intérieur une ouverture avec un prolongement d'une coudée vers le haut ; cette ouverture était ronde, comme pour les ouvrages de ce genre, et elle avait une coudée et demie de largeur ; il s'y trouvait aussi des sculptures. Les panneaux étaient carrés, et non arrondis.
      32 Les quatre roues étaient sous les panneaux, et les essieux des roues fixés à la base ; chacune avait une coudée et demie de hauteur.
      33 Les roues étaient faites comme celles d'un char. Leurs essieux, leurs jantes, leurs rais et leurs moyeux, tout était de fonte.
      34 Il y avait aux quatre angles de chaque base quatre consoles d'une même pièce que la base.
      35 La partie supérieure de la base se terminait par un cercle d'une demi-coudée de hauteur, et elle avait ses appuis et ses panneaux de la même pièce.
      36 Il grava sur les plaques des appuis, et sur les panneaux, des chérubins, des lions et des palmes, selon les espaces libres, et des guirlandes tout autour.
      37 C'est ainsi qu'il fit les dix bases : la fonte, la mesure et la forme étaient les mêmes pour toutes.
      38 Il fit dix bassins d'airain. Chaque bassin contenait quarante baths, chaque bassin avait quatre coudées, chaque bassin était sur l'une des dix bases.
      39 Il plaça cinq bases sur le côté droit de la maison, et cinq bases sur le côté gauche de la maison ; et il plaça la mer du côté droit de la maison, au sud-est.
      40 Hiram fit les cendriers, les pelles et les coupes. Ainsi Hiram acheva tout l'ouvrage que le roi Salomon lui fit faire pour la maison de l'Éternel ;
      41 deux colonnes, avec les deux chapiteaux et leurs bourrelets sur le sommet des colonnes ; les deux treillis, pour couvrir les deux bourrelets des chapiteaux sur le sommet des colonnes ;
      42 les quatre cents grenades pour les deux treillis, deux rangées de grenades par treillis, pour couvrir les deux bourrelets des chapiteaux sur le sommet des colonnes ;
      43 les dix bases, et les dix bassins sur les bases ;
      44 la mer, et les douze boeufs sous la mer ;
      45 les cendriers, les pelles et les coupes. Tous ces ustensiles que le roi Salomon fit faire à Hiram pour la maison de l'Éternel étaient d'airain poli.
      46 Le roi les fit fondre dans la plaine du Jourdain dans un sol argileux, entre Succoth et Tsarthan.
      47 Salomon laissa tout ces ustensiles sans vérifier le poids de l'airain, parce qu'ils étaient en très grande quantité.
      48 Salomon fit encore tous les autres ustensiles pour la maison de l'Éternel : l'autel d'or ; la table d'or, sur laquelle on mettait les pains de proposition ;
      49 les chandeliers d'or pur, cinq à droite et cinq à gauche, devant le sanctuaire, avec les fleurs, les lampes et les mouchettes d'or ;
      50 les bassins, les couteaux, les coupes, les tasses et les brasiers d'or pur ; et les gonds d'or pour la porte de l'intérieur de la maison à l'entrée du lieu très saint, et pour la porte de la maison à l'entrée du temple.
      51 Ainsi fut achevé tout l'ouvrage que le roi Salomon fit pour la maison de l'Éternel. Puis il apporta l'argent, l'or et les ustensiles, que David, son père, avait consacrés, et il les mit dans les trésors de la maison de l'Éternel.

      1 ROIS 8

      1 Alors le roi Salomon assembla près de lui à Jérusalem les anciens d'Israël et tous les chefs des tribus, les chefs de famille des enfants d'Israël, pour transporter de la cité de David, qui est Sion, l'arche de l'alliance de l'Éternel.
      2 Tous les hommes d'Israël se réunirent auprès du roi Salomon, au mois d'Éthanim, qui est le septième mois, pendant la fête.
      3 Lorsque tous les anciens d'Israël furent arrivés, les sacrificateurs portèrent l'arche.
      4 Ils transportèrent l'arche de l'Éternel, la tente d'assignation, et tous les ustensiles sacrés qui étaient dans la tente : ce furent les sacrificateurs et les Lévites qui les transportèrent.
      5 Le roi Salomon et toute l'assemblée d'Israël convoquée auprès de lui se tinrent devant l'arche. Ils sacrifièrent des brebis et des boeufs, qui ne purent être ni comptés, ni nombrés, à cause de leur multitude.
      6 Les sacrificateurs portèrent l'arche de l'alliance de l'Éternel à sa place, dans le sanctuaire de la maison, dans le lieu très saint, sous les ailes des chérubins.
      7 Car les chérubins avaient les ailes étendues sur la place de l'arche, et ils couvraient l'arche et ses barres par-dessus.
      8 On avait donné aux barres une longueur telle que leurs extrémités se voyaient du lieu saint devant le sanctuaire, mais ne se voyaient point du dehors. Elles ont été là jusqu'à ce jour.
      9 Il n'y avait dans l'arche que les deux tables de pierre, que Moïse y déposa en Horeb, lorsque l'Éternel fit alliance avec les enfants d'Israël, à leur sortie du pays d'Égypte.
      10 Au moment où les sacrificateurs sortirent du lieu saint, la nuée remplit la maison de l'Éternel.
      11 Les sacrificateurs ne purent pas y rester pour faire le service, à cause de la nuée ; car la gloire de l'Éternel remplissait la maison de l'Éternel.
      12 Alors Salomon dit : L'Éternel veut habiter dans l'obscurité !
      13 J'ai bâti une maison qui sera ta demeure, un lieu où tu résideras éternellement !
      14 Le roi tourna son visage, et bénit toute l'assemblée d'Israël ; et toute l'assemblée d'Israël était debout.
      15 Et il dit : Béni soit l'Éternel, le Dieu d'Israël, qui a parlé de sa bouche à David, mon père, et qui accomplit par sa puissance ce qu'il avait déclaré en disant :
      16 Depuis le jour où j'ai fait sortir d'Égypte mon peuple d'Israël, je n'ai point choisi de ville parmi toutes les tribus d'Israël pour qu'il y fût bâti une maison où résidât mon nom, mais j'ai choisi David pour qu'il régnât sur mon peuple d'Israël !
      17 David, mon père, avait l'intention de bâtir une maison au nom de l'Éternel, le Dieu d'Israël.
      18 Et l'Éternel dit à David, mon père : Puisque tu as eu l'intention de bâtir une maison à mon nom, tu as bien fait d'avoir eu cette intention.
      19 Seulement, ce ne sera pas toi qui bâtiras la maison ; mais ce sera ton fils, sorti de tes entrailles, qui bâtira la maison à mon nom.

      Lire la suite

      Retour sur Gizeh et ses souterrains

      Retour sur Gizeh et ses souterrains

      Khephren

      identifié comme Khéphren 

      Mon correspondant et partenaire radiesthésiste Albert Fagioli, dont j'ai parlé plusieurs fois sur ce site (voir les liens ci-dessous) m'a récemment indiqué son bon espoir de voir une porte s’entrouvrir sur une recherche locale, en Égypte donc, de ses découvertes ou confirmations possibles de souterrains et salles secrètes cachés sur le plateau de Gizeh, sous les pyramides et le Sphinx donc. L'occasion pour moi donc de revenir sur ses travaux très intéressants, qui rejoignent d'ailleurs ceux d'autres chercheurs, également cités dans mes précédents articles sur ce vaste sujet.

      Articles précédents : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-du-sphinx-de-gizeh.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/histoire-detournee-la-stele-de-l-inventaire-du-grand-sphinx.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-tunnels-secrets-du-plateau-de-gizeh.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-tunnels-secrets-du-plateau-de-gizeh-2.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-plans-et-des-theories-sur-gizeh-et-sa-grande-pyramide.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/du-fer-mysterieux-dans-une-pyramide-egyptienne.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-nouvelle-pyramide-egyptienne-de-4600-ans-escavee.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-nouvelle-pyramide-antique-decouverte-a-louxor-egypte.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/egypte-de-nouvelles-pyramides-decouvertes-grace-a-google-earth.html

      http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

       

      " Quatre salles souterraines au niveau du Sphinx (Albert Fagioli) "

      Lire la suite

      Jordanie : une amulette d'Amon-Ré trouvée

      Jordanie : une amulette d'Amon-Ré trouvée

      Un détail du scarabée trouvé à Khirbat Hamra Ifdan

      Un détail du scarabée trouvé à Khirbat Hamra Ifdan Crédit: Université de Californie, San Diego

      Alors qu'ils exploraient les anciennes mines de cuivre dans le sud de la Jordanie, une équipe d'archéologues a ramassé une amulette égyptienne qui porte le nom du puissant pharaon Sheshonq I.

      Le petit artefact pourrait attester de la campagne militaire légendaire que Sheshonq I aurait menée dans la région il y a près de 3000 ans, affirment les chercheurs.

      Le scarabée (appelé ainsi parce qu'il a la forme d'un scarabée) a été trouvé sur le site producteur de cuivre de Khirbat Hamra Ifdan, dans le quartier Faynan, à quelques 31 miles (50 kilomètres) au sud de la mer Morte. Le site, qui a été découvert lors de fouilles en 2002, était à l'origine de la production intense de métal au cours de l'âge du Bronze ancien, entre environ 3000 avant JC et 2000 avant JC. Mais il y a aussi des preuves d'activités de fusion plus récentes à Khirbat Hamra Ifdan, pendant l'âge du fer, de environ 1000 avant JC à 900 av JC.

      La séquence hiéroglyphique sur le scarabée se lit : " lumineuse est la manifestation de Rê, choisie par Amon / Re." Ce surnom correspond au nom de trône de Sheshonq I, le monarque fondateur de la 22ème dynastie de l'Egypte, qui est soupçonné avoir dirigé d'environ 945 avant JC à 924 avant JC, selon une description de l'artefact publié en ligne la semaine dernière dans la revue Antiquity.

      L'auteur principal de l'étude, Thomas E. Levy, professeur d'anthropologie à l'Université de Californie, San Diego, a déclaré que la fonction des scarabées a changé tout au long de l'histoire de l'Egypte.

      " La plupart du temps, c'étaient des amulettes, des bijoux, et parfois, périodiquement, ils ont été gravés pour une utilisation comme sceaux personnels ou administratifs," a déclaré Levy dans un communiqué. " Nous pensons que c'est le cas avec le scarabée de Sheshonq I que nous avons trouvé."

      Le scarabée n'a pas été trouvé lors des fouilles, c'est plutôt un étudiant diplômé qui l'a ramassé à la surface du sol, pendant que Levy faisait une tournée des scories de la fonderie à Khirbat Hamra Ifdan. Bien que l'artefact n'ait pas été découvert dans son contexte archéologique d'origine, il pourrait fournir la preuve de l'étendue de la campagne militaire légendaire de Sheshonq I dans cette région riche en minéraux, ont dit Levy et ses collègues.

      La découverte du scarabée ramène une vieille controverse sur la datation d'anciennes mines de cuivre du Levant sud - et leurs liens avec les événements bibliques.

      Dans les années 1930, le rabbin et l'archéologue américain Nelson Glueck a affirmé qu'il avait trouvé les légendaires mines du roi Salomon quand il a découvert les sites de production de cuivre de la région. Mais dans les années qui ont suivies, les archéologues sont devenus plus réticents sur la façon dont ils pourraient utiliser les récits bibliques pour guider leurs interprétations. Dans les années 1970 et 1980, les archéologues qui ont fouillé dans le sud de la Jordanie ont fait valoir que l'âge du fer n'avait pas commencé avant le septième siècle avant JC - beaucoup plus tard que le 10ème siècle avant JC du règne (supposé) du roi Salomon.

      Cependant, dans une étude réalisée en 2008 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, Levy et collègues ont utilisé la datation au radiocarbone pour montrer que les objets à Khirbat en-Nahas - un autre ancien site minier de cuivre et de fonte dans le Faynan, qui est si énorme qu'il peut être vu de l'espace - étaient en fait aussi vieux que le 10ème siècle avant JC !

      " Pour moi, le débat sur la datation de la production de cuivre dans la région Faynan est terminé ", a déclaré Levy à Live Science dans un e-mail. " Nous avons produit plus de 130 datations au radiocarbone de haute précision pour les principaux sites de production et une gamme d'autres données. Quant à Salomon, sans inscriptions, nous ne savons toujours pas qui contrôlait la production de cuivre à ce moment, c'est sûr." (YH : Mais attention aux datations au carbone 14 et aux contaminations des années suivant l'origine ! Une erreur de 10.000 ans est vite arrivée... les objets peuvent être encore plus anciens à l'origine...)

      Mais maintenant, ils ont apparemment des inscriptions reliant la région à Sheshonq I. Dans l'étude de 2008, Levy et ses collègues ont identifié une perturbation majeure dans la production de cuivre industriel dans le Faynan au cours du 10ème siècle avant JC, ce qu'ils ont attribué à la campagne militaire de Sheshonq I.

      La Bible hébraïque référence les exploits du roi égyptien "Shishak" - considéré comme Sheshonq I. Le roi égyptien a affirmé avoir envahi la région, cinq ans après la mort du roi Salomon en 931 avant JC, conquérant les villes dans la vallée de Jezréel et la région du Néguev et même avoir marché sur Jérusalem. Les inscriptions du complexe de temples de Karnak, dans l'ancienne ville égyptienne de Thèbes, se vantent aussi de la campagne militaire de Sheshonq I dans la région.

      Levy et ses collègues avaient précédemment trouvé des scarabées dans Khirbat en-Nahas, qui ressemblaient à des amulettes populaires du règne de Sheshonq I. Mais le nouveau scarabée contient la première preuve écrite, les chercheurs doivent relier les perturbations aux forces du pharaon, dit Levy.

      Amulette jordanieCredit: University of California, San Diego

      Source : http://www.livescience.com/47884-pharaoh-amulet-ancient-copper-mine.html

      Yves Herbo Traductions, Sciences, Faits, Histoires, 24-09-2014

      Archéologie mystérieuse : Nouvelles découvertes à Baalbek et au Québec

      Archéologie mystérieuse : Nouvelles découvertes à Baalbek et au Québec

       

      Liban baalbek hajar el hibla

      Un titre étrange et pourtant sans jeux de mots : deux découvertes récentes font évoluer nos connaissances sur des périodes de l'ère archaîque, encore très peu connue.

      Un monolithe plus large et plus massif que celui connu sous le nom de Hajar al-Hibla découvert sur le site d'une carrière antique.

       

      Liban baalbek new07 2014 1

      Lire la suite

      Un outil de cuivre usiné vieux de 7000 ans au Moyen-Orient

      Un outil de cuivre usiné vieux de 7000 ans au Moyen-Orient

      Israel artefactmetal7000ans mini

      Le site de Tel Tsaf, dans la zone Beit Shean Valley de la vallée du Jourdain en Israel, est déjà connu et réputé comme étant un site du chalcolithique moyen (entre 5200 et 4600 avant JC). Une étude récente concluait à l'aide de ce site comment l'information archéobotanique était une ligne majeure de données pour étudier l'émergence de la complexité sociale dans l'Orient du sud au cours de la fin du 6ème / début du 5ème millénaire avant JC. La capacité des élites émergentes pour produire des produits agricoles excédentaires était un facteur important dans la stratification sociale. Les fouilles sur le site de Tel Tsaf (5200-4600 avant JC) dans la vallée centrale du Jourdain, Israël, ont révélé quatre bâtiments importants contenant chacun un certain nombre de grands silos de stockage, indiquant que les habitants du site avaient la capacité de stocker de grandes quantités de produits comestibles. Les résultats de l'analyse archéobotaniques indiquent la présence de l'orge (Hordeum sp.), du blé (Triticum sp. Dicoccum Triticum, Triticum monococcum), de lentille (Lens culinaris) et de pois (Pisum sativum) sur le site. L'analyse des échantillons extraits des silos indiquent que les céréales ont été stockés relativement libres de débris issus du processus, mais que les mauvaises herbes des cultures imitantes (des herbes sauvages d'une taille similaire aux cultivées) n'avaient pas été enlevées. Cela suggère un degré relativement élevé de l'organisation du travail en raison de la grande quantité de travail nécessaire pour le nettoyage des débris de céréales durant le traitement post-récolte. 

      Israel artefactmetal7000ansMideast's oldest awl. Photo by Yosef Garfinkel

      Les origines de la métallurgie plus complexes

      Les analyses poussées sur un outil en cuivre découvert sur les lieux en 2007 révèlent que ce poinçon est bien daté du chalcolithique moyen, ce qui en fait le plus ancien objet métallique usiné trouvé au Moyen-Orient.

      Les datations données par l'analyse chimique fait remonter cet alliage de cuivre et d'étain à la fin du VIe millénaire ou début du Ve millénaire avant notre ère. Jusqu'à présent, les chercheurs pensaient que les gens de la région n'avaient commencé à utiliser des métaux que vers le milieu du Ve siècle avant notre ère.

      " Cela recule de quelques centaines d'années la date à laquelle on pensait auparavant que les peuples de la région avaient commencé à utiliser des métaux ", a déclaré le Dr Danny Rosenberg de l'Université de Haïfa. " Cela a un impact important sur notre compréhension de l'utilisation du développement de technologies complexes et des contextes sociaux connexes."

      Les résultats ont été publiés dans la revue PLoS ONE par des chercheurs de l'Université de Haïfa département d'archéologie et de l'Institut d'archéologie Zinman, en collaboration avec des chercheurs de l'Université hébraïque de Jérusalem et l'Institut archéologique allemand de Berlin.

      Tel Tsaf a été découvert dans les années 1950 ; il a commencé a être fouillé à la fin des années 1970. La zone a maintes fois fourni des objets précieux.

      Par exemple, les grands bâtiments en briques de boue et des silos pour le blé et l'orge ont attesté de grandes richesses et des liens commerciaux sur de longues distances de la communauté.

      Israel artefactmetal7000ans teltsafLe site de fouilles. Photo par Yosef Garfinkel

      Des fours de cuisson montrent que des grands événements ont eu lieu. Il y a eu aussi des objets en obsidienne - un verre volcanique ayant des origines en Anatolie ou l'Arménie - et de coquillages de la rivière du Nil et d'autres zones autour de la Méditerranée.

      Le poinçon a été trouvé en 2007 par Yosef Garfinkel de l'Université hébraïque, dans la tombe étanche d'une femme d'environ 40 ans. La tombe a été creusée à l'intérieur d'un silo abandonné, et autour de la taille de la femme se trouvait une ceinture faite de 1668 perles en coquille d'œuf d'autruche.

      Israel artefactmetal7000ans2

      La tombe était couverte de plusieurs grosses pierres. " Son emplacement dans un silo témoigne à la fois de l'importance du défunt et de l'importance que la communauté attribuait à l'établissement dans lequel elle a été enterrée ", a déclaré Rosenberg.

      Mais tandis que la tombe, le squelette de la femme et la ceinture de perles ont tous été signalés précédemment dans des revues scientifiques, le poinçon n'a été signalé que récemment, après que ses composants chimiques aient été analysés par le professeur Sariel Shalev de l'Université de Haïfa département d'archéologie. Les fouilles actuelles sont menées par Rosenberg, en collaboration avec Florian Klimscha de l'Institut allemand d'archéologie.

      Israel teltsaf sceauUn sceau trouvé sur place avec ce que donne son empreinte

      Il n'est pas encore clair de savoir comment et pourquoi ce poinçon a été utilisé.

      " L'apparition de cet élément dans la tombe d'une femme, qui représente l'une des sépultures les plus élaborées que nous ayons vu dans notre région de cette époque, témoigne à la fois de l'importance du poinçon et l'importance de la femme ", a déclaré Rosenberg. " Il est possible que nous voyons ici les premières indications d'une hiérarchie sociale et de sa complexité."

      L'examen chimique du métal montre qu'il est probablement venu du Caucase, à près de 1000 kilomètres de Tel Tsaf.

      " Alors que les liens commerciaux de longue distance entretenus par les villes de notre région étaient déjà connus même sur des périodes antérieures, l'importation d'une nouvelle technologie combinée avec le traitement d'une nouvelle matière première à partir d'un endroit si éloigné est unique à Tel Tsaf," souligne Rosenberg. " Cela fournit une preuve supplémentaire de l'importance de ce site dans le monde antique. "

      http://www.haaretz.com/archaeology/.premium-1.611221

      Israel teltsaf collierUn collier trouvé sur le site

      L'objet en cuivre a été trouvé dans la tombe contenant un squelette articulé d'une femme adulte qui avait environ 40 ans. Il est décrit comme une broche allongée faite de cuivre coulé, avec une section transversale arrondie. Elle est de 41 mm de long avec un diamètre maximum (près de la base et au milieu de sa longueur) de 5 mm. Le diamètre près de la pointe est de 1 mm. La couleur de son extérieur est verte en raison de l'oxydation et de la corrosion, tandis que le noyau est rougeâtre. La pointe étroite porte des signes de mouvements de rotation et des restes d'un manche en bois ont été notés sur la base à l'extrémité opposée, ce qui suggère son utilisation comme un poinçon. Malheureusement cet artefact a été complètement corrodé, de sorte qu'il était impossible d'examiner la structure du métal et la technique de production, cependant, sa composition a été possible en utilisant une analyse au Niton ED-XRF. Il est composé d'un alliage d'étain et de cuivre naturels provenant de très loin, probablement du Caucase.

      http://www.pasthorizonspr.com/index.php/archives/05/2014/burial-reveals-complex-origins-of-metallurgy

      Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 23-08-2014

      D'étranges rites funéraires découverts en ancienne Mésopotamie

      D'étranges rites funéraires découverts en ancienne Mésopotamie

      woman-remains-burnt-city-iran.jpg

      Les restes d'une femme trouvée dans la ville brûlée avec ce que l'on croit être un œil artificiel. Crédit: The Circle of Ancient Iranian Studies

      D'étranges rites funéraires découverts dans des sépultures datant de 5200 ans dans une antique ville brûlée en Iran.

      Une équipe archéologique affectée à la reconstitution d'une ville brûlée il y a 5200 ans, un site récemment classé du patrimoine mondial en Iran, a mis à jour une série de sépultures insolites illustrant des pratiques funéraires rituelles, selon un rapport publié dans le Tehran Times.

      Situé près de Zabol dans la province sud-est du Sistan-Baloutchistan, l'ancien site de Shahr-i Sokhta ("Burnt City") est l'un des plus grands et des plus riches sites de l'âge du bronze dans l'Iran et le Moyen-Orient, et est considéré par certains comme étant la capitale d'une ancienne civilisation qui a prospéré sur les rives de la rivière Helmand, vers environ 3200 avant JC.

      S'étendant sur plus de 300 000 hectares, la ville brûlée était autrefois un centre de commerce pour les commerçants de Mésopotamie, de l'Indus et de l'Asie centrale et représente l'émergence des premières sociétés complexes dans l'est de l'Iran. Quatre civilisations se sont succédées à Shahr-I Sokhata, qui a été brûlée trois fois et non reconstruite après le dernier incendie vers 1800 av. JC.

      Malgré les fouilles et les études effectuées sur le site, les raisons de l'apogée inattendue et de la chute de la ville de Burnt semblent toujours rester un mystère.

      iran-burnt-city-eye-ball.jpg

      Iran's Burnt city Eye Ball - parallel lines drawn around the pupil to form a diamond shape

      Au cours des 40 dernières années, les archéologues ont découvert plus de 1.200 tombes, dont certaines ont révélé des découvertes étonnantes, comme les restes bien conservés d'une femme dans la fin des années 20 qui est morte entre 2900 et 2800 avant JC. Elle a été enterrée avec un miroir en bronze orné et ce que les chercheurs croient être un globe oculaire artificiel fait de bitume et de pâte d'or qui a été une fois maintenu en place avec du fil fin. L'examen microscopique a montré que le globe oculaire artificiel a laissé une empreinte dans son orbite, un signe qu'il a été là pour une longue période de temps avant sa mort, (avec efficacité donc).

      ritualistic-burials-iran.jpg

      Featured image: The Burnt City, Sistan-Baluchestan, Iran. Photo Source: Press TV

      Dans les dernières fouilles, les chercheurs ont analysé les restes d'un homme d'âge moyen dans le centre d'une tombe en forme de cercle avec les crânes de deux chiens placés au-dessus de sa tête. En outre, 12 crânes humains ont été situés sur le côté nord de la tombe. En raison de la structure de la tombe, et le fait qu'aucune autres sépultures similaires n'ont été trouvées comme elle, le Directeur de l'équipe Seyyed Mansour Sajjadi croit que la tombe appartient au peuple qui a migré de l'Asie centrale au plateau iranien.

      « Ce genre de sépulture indique de fortes relations entre les peuples de la région et en Asie centrale," a-t-il dit. Une autre sépulture unique, contenait les restes d'un jeune homme dont la tête a été séparée de son corps et placée à son côté inférieur droit, avec deux dagues. Les archéologues présument que l'homme a été décapité avec ces outils de découpe. Enfin, la tombe 609 a été trouvée contenant six crânes avec un grand nombre de longs os humains. (faisant donc penser à une race de haute taille).

      " Toutes ces sépultures soulèvent un certain nombre de questions : Pourquoi les hommes ont été enterrés dans ces styles au cours du troisième millénaire ? Les hommes ont été enterrés dans ces modèles par accident ou à dessein ? Les hommes ont été enterrés de façon à économiser le terrain dans le cimetière ? Ou y a-t-il d'autres raisons derrière ces types de sépultures et nous ne sommes pas conscients d'elles ", a demandé Sajjadi.

      Des milliers d'objets ont été découverts dans les ruines de la ville de Burnt au cours de 22 saisons de fouilles archéologiques, et il faut espérer que des recherches supplémentaires continueront à faire la lumière sur la vie et les coutumes des habitants de cette ville antique. L'image sélectionnée: La ville brûlée, Sistan-Baloutchistan, en Iran. Source de la photo: Press TV -

      Sources : http://www.ancient-origins.net/news-history-archaeology/strange-ritualistic-burials-discovery-5200-year-old-burnt-city-iran-001891#!bk4yY3

      http://payvand.com/blog/blog/2010/11/23/face-of-5000-year-old-iranian-woman-reconstructed/

      burnt-city-dice.jpg

      The world's earliest dice where found during Burnt City excavations. - les plus anciens dés de jeu du monde ont été trouvés à Burnt City...

      Eye-catching wood inlays on display in Tdehran


      Eye-catching wood inlays on display in Tdehran by PressTV

      Marquetry or wood inlaying is an art which consists of carving on inlaid pieces of wood and creating embossed designs on them. The history of this elegant art in Iran dates back to five-thousand years ago, as a wooden comb found in the burnt city of Sistan, in Southeastern Iran, proves such claim. - Le marquage du bois ou l'incrustation est un art qui consiste à sculpter sur des pièces de marqueterie de bois et créer des dessins en relief sur elles. L'histoire de cet élégant art en Iran remonte à il y a cinq mille ans, comme un peigne de bois trouvé dans la ville brûlée de Sistan, dans le sud-Iran, prouve une telle affirmation.

      Burnt city

      En Vo sous-titré allemand :

      Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 24-07-2014

      Le Temple du premier pharaon du Moyen Empire découvert à Abydos

      Le Temple du premier pharaon du Moyen Empire découvert à Abydos

      Mahat chapel of nebhepetre mentuhotep ii abydos mini

      Décidément, c'est une bonne année pour les chercheurs postés à abydos en Egypte. Après l'extraordinaire découverte de la tombe d'un pharaon mythique (voir lien en bas) et peu connu en début d'année, c'est dans le sous-sol, en pleine ville, que le temple d'un autre pharaon de l'ancienne égypte très peu connu également qui a été découvert. Voilà l'histoire complète de cette découverte du Temple Mahat de Nebhepetre Mentuhotep II à Abydos par des archéologues égyptiens.

      Le 23 Avril 2014, non loin de temple de Seti I à Abydos, un affaissement du sol à l'extérieur d'une maison s'est produit à la suite de fouilles illicites à l'intérieur de la maison du voisin. La police des antiquités a réussi à arrêter les pillards et le ministère des Antiquités a immédiatement attribué un nombre d'inspecteurs et d'égyptologues pour effectuer un nettoyage et une excavation sur le site.

      Mahat chapel of nebhepetre mentuhotep ii

      Ashraf Abd El Aal Okacha, Yasser Abd El Razik et Ayman Damarany ont commencé les travaux d'excavation sous la supervision de Gamal Abd El Nasseer (Directeur de Sohag Antiquités), qui ont conduit à la découverte du Temple de calcaire Mahat de Nebhépetrê Mentuhotep II.

      Le Temple possède des hauts-reliefs et des inscriptions, y compris les titres de Nebhépetrê Mentuhotep II (qui régna de 2046 à 1995 avant JC), le premier pharaon de la 11ème Dynastie du Moyen Empire. L'importance de cette découverte sur Mentuhotep II est évidente quand on sait que seuls quelques panneaux de hiéroglyphes le concernant avaient été trouvés dans la nécropole de Kom El Sultan et publiés par Petrie.

      Mahat chapel of nebhepetre mentuhotep iia

      Le Temple découvert est situé à 150 mètres au nord est du temple de Seti I. Intef II, le grand-père de Mentuhotep II, a pris possession de Thinis Nome et a étendu son autorité après sa victoire sur les monarques de Hérakléopolis Magna, mais vers l'année 14 du règne de Mentuhotep II, la guerre a commencé de nouveau et jusqu'à l'année 39 de son règne quand il a conquis Merykara, le territoire de la Basse-Egypte à cette époque, ce qui a donné à Mentuhotep II l'occasion de réunir l'Egypte et il est devenu le roi de Haute et Basse Egypte avec le titre de “S.ˁnḫ-ib-t3wy” "Horus, celui qui tonifie le cœur des deux terres ".

      C'est alors que Mentuhotep II était probablement intéressé par la construction d'une structure pour lui dans le nord afin de faire preuve d'autorité et être plus proche de Khenti-Amentiu, la divinité d'Abydos comme il était inscrit sur les murs du temple découvert, qu'il était dédié à Khenti-Amentiu.

      Mahat chapel of nebhepetre mentuhotep iic

      Le Temple découvert s'étend sur quelques mètres sous les fondations d'une maison et il y a eu un réservoir d'eaux usées de la maison créé en 1935 qui entre dans le Temple et qui a abîmé les murs et les inscriptions.

      L'équipe des archéologues égyptiens a travaillé sur le démantèlement du réservoir et a déblayer le Temple, ainsi que les travaux de restauration nécessaires sur le site pour éviter plus de dégâts. Pour le moment, l'équipe travaille toujours sur la restauration et la documentation des inscriptions dans le Temple autant que les circonstances le permettent sur ​​le site.

      Ayman Damarany a dit au Louxor Times : "Je m'attends à ce qu'il y ait plus sur le site et peut-être d'autres sites de l'époque ou plus anciens que Mentuhotep II."

      Mahat chapel of nebhepetre mentuhotep iid

      Source et photos (Photos courtesy of Ayman Damarany) : http://luxortimesmagazine.blogspot.de/2014/07/exclusive-full-story-mahat-chapel-of.html

      Les précédentes découvertes égyptiennes en vidéos :

      Newly Discovered Tomb Was Once Part of a Pyramid

      " A 33-hundred-year old tomb recently excavated in Egypt is believed to have once been covered by a pyramid. - Une ancienne tombe de 3300 ans récemment excavée a probablement été autrefois recouverte par une pyramide. Archaeologists say the now missing upper portion would have been about 23 feet high and the only part of the burial compound visible above the surface. It most likely had both a chapel and a statue that listed who was laid to rest in the below ground chamber. Had that information remained, there would likely be a lot less mystery surrounding the discovery. Evidence and objects are scarce, and it’s believed the structure, including the lower area, had been ransacked a couple of times over the years. What remained was an empty sarcophagus covered in hieroglyphics and several human bones in the tomb. From those findings they were able to determine that the site housed a scribe who had ties to the military, given his elaborate final resting place. The bones belonged to approximately 3 men, 10 women, and two children. Their relationship to the scribe is unknown. Evidence that another sarcophagus had been there at one time was also found. In a separate chamber there were multiple burial figurines mentioning another man’s name. - Les archéologues disent que la partie supérieure aujourd'hui disparue aurait été d'environ 23 pieds de haut (7 mètres) et était la seule partie visible de la composition de la sépulture au-dessus de la surface. Il y avait assez probablement toute une chapelle et une statue qui ont été notées comme avoir été inhumées dans la chambre du sous-sol. Avec ce que cette information révèle, il y aurait probablement beaucoup plus de mystères entourant la découverte. Les éléments de preuve et les objets sont rares, et ils croient que la structure, y compris la zone inférieure, ont été saccagées plusieurs fois au fil des ans. Ce qui restait était un sarcophage vide couvert de hiéroglyphes et plusieurs os humains dans la tombe. A partir de ces constatations, ils ont pu déterminer que le site abritait un scribe qui avait des liens avec l'armée, étant donné son dernier lieu de repos très élaboré. Les os appartenaient à environ 3 hommes, 10 femmes et deux enfants. Leur relation avec le scribe est inconnue. La preuve qu'un autre sarcophage avait été là à un moment a également été constaté. Dans une chambre séparée, il y avait plusieurs figurines funéraires citant le nom d'un autre homme. "

      Des archéologues découvrent l'entrée d'une pyramide en Egypte à Abydos

      http://www.maxisciences.com/pyramide/une-tombe-et-les-restes-d-039-une-pyramide-decouverts-en-egypte_art32303.html

      Previously Unknown Egyptian Pharaoh Discovered

      Archaeologists from the University of Pennsylvania working with the Egyptian Ministry of Antiquities have discovered and identified the remains of a previously unknown pharaoh, or king of ancient Egypt, named Senebkay. His name is written on the wall in a burial chamber within the Abydos dig site, close to the city of Sohag. An ancient list of Egyptian kings and queens reportedly had fragments of Senebkay’s name, but this is the first hard evidence that this forgotten pharaoh existed. Josef Wegner, the lead archaeologist on the dig from the University of Pennsylvania is quoted as saying: “We discovered an unknown king plus a lost dynasty. It looks likely that all of the 16 kings are all buried there. We now have the tomb for first or second king of this dynasty. There should be a whole series of the others.” Senebkay’s tomb looks like it was raided and his skeletal remains were disturbed. Experts believe that Senebkay lived over 36 hundred years ago. Evidence from analysis of the remains indicate that he lived to be in his 40s and was about 5 foot 10 inches tall (1m78). (voir article en français sur cette découverte de Senebkay)

      Le temple d'Abydos - Egypte

      Visitez le blog : http://sylviebarbaroux.blogspot.com -
      Découvrez mes publications en édition imprimée et numérique
      Ebooks Kindle & ePub à télécharger sur Amazon & Kobo
      Site officiel : http://sylviebarbaroux-books.blogspot.com
      (écrivain français romancière livres romans égypte)

      Le temple d'Abydos, dédié à Osiris, est sans doute le plus ancien temple d'Egypte

      OVNI UFO N°7 - hieroglyphes ABYDOS

      Yves Herbo Traductions, Sciences, F, Histoires, 21-07-2014

      Histoire détournée : La stèle de l'inventaire du Grand Sphinx

      Histoire détournée : La stèle de l'inventaire du Grand Sphinx

       

      Sphinx mariette 1871c mini

      La « stèle de l'inventaire »

      Le Grand Sphinx de Gizeh est l'une des statues les plus grandes et les plus anciennes du monde, mais les bases de ces faits, par exemple quand il a été construit et par qui, sont encore l'objet de débats. Les dossiers anciens et historiques indiquent que son corps a été totalement recouvert pendant de longues périodes de temps.

      Bien que l'on pense grâce aux égyptologues traditionnels que cette stèle a été sculptée pendant la 26ème dynastie (664-524 avant JC), la raison pour laquelle la mention que Khéops l'a restaurée est ignorée par les égyptologues modernes est un mystère, alors que les autres informations inscrites dessus sont considérées par les mêmes personnes comme un fait historique !.


      Sphinx mariette 1871c

      Lire la suite

      L'Egypte préhistorique dévoilée petit à petit

      L'Egypte préhistorique dévoilée petit à petit

       

      Quarta fouilles

      Une équipe interdisciplinaire de chercheurs belges travaillant à l'Université de Yale (New Haven, Etats-Unis) avait découvert les plus anciens pétroglyphes en Egypte et l'art rupestre la plus ancienne connue à ce jour dans l'ensemble de l'Afrique du Nord.

      En datant les sédiments déposés par le vent qui couvre l'art rupestre en utilisant la technique de luminescence stimulée optiquement (OSL), l'équipe a été en mesure de démontrer que les pétroglyphes sont âgés d'au moins 15 000 ans. Les résultats de la découverte ont été publiés dans le numéro de Décembre de Antiquity (Vol 85 numéro 330, pp 1184-1193).

      RockegyptBelgian archaeologist Wouter Claes poses with a panel with wild bovids (Bos primigenius or aurochs) at the Qurta II site. (© RMAH, Brussels)

      Une découverte oubliée

      Le site des roches d'art rupestre est près du village moderne de Qurta, à environ 40km au sud de la ville de la Haute-Egypte d'Edfou. D'abord vus par les archéologues canadiens dans les années 1960, ils ont ensuite été relocalisés et sortis de l'oubli par la mission belge en 2005. La redécouverte a été annoncée dans la Galerie des projets sur l'Antiquité en 2007.

      Lire la suite