politique

harappan-small-figures.jpg

Après le royaume d'Aratta, c'est la Civilisation de l'Indus qui devance Sumer ?

Après le royaume d'Aratta, c'est la Civilisation de l'Indus qui devance Sumer ?

harappa.jpg

A l'école et dans les livres d'histoire, on apprend toujours que Sumer est la première civilisation organisée connue et qu'elle a inventé l'écriture. Cependant, cela fait déjà plusieurs années que cette première place, y compris pour l'invention de l'écriture, est contestée. Elle l'est toujours d'ailleurs par les archélogues s'occupant du royaume d'Aratta situé dans l'actuel Iran, y compris en ce qui concerne l'écriture trouvée sur place. Un rappel de ces découvertes très sérieuses ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/aratta-les-sumeriens-n-ont-pas-invente-l-ecriture.html

Mais les toutes dernières déclarations des archéologues s'occupant de la Civilisation de l'Indus (Harappéenne) sont sans équivoque non plus : La civilisation de l'Indus est bel et bien 2.000 ans plus ancienne que prévu, et a très probablement précédé celle de Sumer localement... (datations de 7380 ans sur des artéfacts d'Harappa, de 6500 ans maximum à Sumer) d'ailleurs, si l'écriture cunéiforme de Sumer est très proche de celle de la civilisation d'Aratta, celle de la Civilisation de l'Indus est maintenant considérée comme du pré-sanscrit - donc faisant partie des origines d'une écriture très répandue par la suite... Une autre chose à préciser : le royaume d'Aratta (Iran) se trouve entre Sumer (Mésopotamie) et le royaume d'Harappa (Pakistan)...

harappa-pakistan-india-nepal-622.jpg

La récente Conférence internationale sur l'archéologie harappéenne a débouché sur une annonce inattendue des archéologues BR Mani et KN Dikshit, de l'Archaeological Survey of India : ils prétendent que les fouilles ont apporté de nouvelles datations.

Ainsi, la civilisation de l'Indus, ou civilisation harappéenne, aurait vu le jour environ 2000 ans plus tôt qu'on ne le pensait.

Lire la suite

La fonte totale du pole nord mini

Le réchauffement climatique va refroidir l'Europe ?

Le réchauffement climatique va refroidir l'Europe ? - MAJ 06-2015

iceberg.jpg

La température du pôle Nord peut varier entre -43 °C et 0 °C, ce qui favorise la permanence de la glace de mer dont l'épaisseur varie entre deux et quatre mètres. La banquise est cependant menacée et l'océan Arctique pourrait être libre de glace dès l'été 2014, en partie du fait du réchauffement climatique et de la diminution de l'effet albédo (réfraction de la lumière sur les surfaces blanches). Cette situation nouvelle rendra plus facile l'accès aux ressources du sous-sol Arctique et une dispute territoriale est enclenchée entre les cinq pays limitrophes de l'Arctique : le Canada, la Russie, la Norvège, le Danemark et les États-Unis. Bien que le pôle Nord soit hors des zones économiques exclusives de ces pays, la découverte récente de la dorsale de Lomonossov relance le débat de la souveraineté territoriale de l'Arctique...

Deux nouveaux articles de scientifiques vont dans le même sens et indiqueraient un accroissement global des températures maximales, aussi bien en positif en été qu'en négatif en hiver : de plus en plus chaud hors hiver, de plus en plus froid en hiver... (un provisoire qui peut durer un bon moment avant une élévation fortes des températures, y compris en hiver).

frontieres-arctique.png

Une masse d'eau Arctique pourrait faire fortement baisser les températures en Europe

Des scientifiques britanniques qui publient une étude dans Nature Geoscience selon laquelle une énorme étendue d'eau froide dans l'océan Arctique est en train de s'élargir et pourrait à terme faire baisser les températures en Europe en ralentissant les effets du courant océanique du Gulf Stream.

Grâce à des satellites qui ont servi à mesurer le niveau de la mer de 1995 à 2010, des scientifiques du University College de Londres et du National Oceanography Center britannique ont découvert que la surface de l'Arctique de l'ouest avait augmenté de 15 centimètres depuis 2002. En tout, le volume d'eau douce a augmenté d'au moins 8000 kilomètres cubes, ce qui représente environ 10 % de toute l'eau douce de l'océan Arctique. Cette eau douce provient de la fonte des glaces et des cours d'eau qui se jettent dans l'océan.

Cette augmentation pourrait être due à des vents arctiques qui alimentent un courant océanique appelé Gyre de Beaufort, ce qui fait monter le niveau de la mer. Certains scientifiques pensent que le rythme naturel du Gyre pourrait être affecté par le réchauffement climatique, ce qui aurait des conséquences fâcheuses sur la circulation océanique et pourrait faire monter le niveau des mers.

Si les vents changent de direction, ce qui est arrivé au milieu des années 1980 et au milieu des années 1990, cette étendue d'eau douce pourrait se répandre dans le reste de l'océan Arctique, voire même au nord de l'océan Atlantique. Ce phénomène pourrait refroidir l'Europe en ralentissant un courant océanique en provenance du Gulf Stream qui permet à l'Europe de conserver un climat relativement doux en comparaison à d'autres pays situés sur les mêmes latitudes. (nord USA, Canada)

Sources : Nature Géoscience, http://www.catnat.net

thermohalinegiec.jpg

Les hivers rigoureux pourraient être dus au réchauffement global

Selon des travaux scientifiques publié dans la revue Environnemental Research Letters, les hivers rigoureux qu’a connu l’hémisphère nord ces dernières années seraient le fait du réchauffement climatique.

Selon de nouveaux travaux coordonnés par Judah L. Cohen, spécialiste en recherche atmosphérique et environnementale, la récurrence d’hivers froids et enneigés comme la France a pu en connaître en 2009 et 2010 ne s’expliquerait pas seulement par des variations aléatoires et locales de températures : elle pourrait aussi – surtout – être le fait du réchauffement climatique. Pour le chercheur, divers éléments attestent que les vagues de chaleur en été et à l’automne coïncident avec l’augmentation de l’humidité dans les hautes latitudes et avec l’accroissement de la couverture neigeuse eurasiatique, induisant un refroidissement dynamique du temps hivernal à grande échelle». Ainsi s’expliqueraient les hivers globalement plus rigoureux que connaît l’hémisphère nord depuis 1988. (YH : hiver 1985/1986 plutôt !)

Les relevés de température montrent un très fort réchauffement en Arctique de juillet à septembre qui perdure durant l'automne. Cet air plus chaud provoque une fonte de la banquise et se traduit par une atmosphère beaucoup plus humide. Cette humidité à son tour entraîne de fortes précipitations plus au sud. Toutefois, dans les régions suffisamment froides ces précipitations prennent la forme de neige. Les chercheurs relèvent ainsi que la couverture neigeuse a augmenté depuis le début des années 1990 sur le continent eurasien mais aussi dans l'est des États-Unis et le sud du Canada.

«Il n'y a aucun doute sur le fait que le Globe se réchauffe et que cela va favoriser des températures plus chaudes partout et en toute saison, explique Judah Cohen, du Centre de recherche sur l'environnement et l'atmosphère de Lexington (États-Unis). Mais je pense que pour le moment l'augmentation de la couverture neigeuse ces dernières années conduit à des refroidissements régionaux.» Cela pourrait par exemple expliquer l'hiver très rigoureux qui s'est abattu l'an dernier en Floride, tout comme le chaos provoqué par la neige en France et en Grande-Bretagne en décembre 2010. Des épisodes rigoureux que, selon les chercheurs, les modèles climatiques n'arrivent pas à prévoir.

L'étude toutefois n'emporte pas l'adhésion de tous les climatologues. «L'hypothèse de travail est intéressante, mais la démonstration n'est pas totalement convaincante», estime Pascal Yiou, chercheur au LSCE (Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement, CEA-CNRS et université Versailles-Saint-Quentin). «En climatologie, se baser sur une période de vingt ans est beaucoup trop court. On ne peut pas s'appuyer sur des variations décennales et en tirer des conclusions générales. En outre, l'équipe aurait dû confronter ses résultats à chaque modèle pris isolément et non pas sur une tendance moyenne, car tous les modèles n'aboutissent pas aux mêmes conclusions.»

ours-polaire.jpg

Quoi qu'il en soit, si la hausse globale des températures se poursuit «les chutes de neige se transformeront en chute de pluie», conclut Judah Cohen, éliminant définitivement toute possibilité de refroidissement des périodes hivernales.
L’étude menée par Judah L. Cohen pourrait à terme faciliter les prévisions météorologiques et l’anticipation des phénomènes climatiques. Ce qui n’est pas un luxe au regard du contexte actuel.
 
Sources : Environnemental Research Letters, Zegreenweb, http://www.catnat.net

MAJ 11-06-2015 : Cet article et ces études climatiques datent de début 2012 : où en est-on à mi 2015 et que dit maintenant le scientifique Judah L. Cohen ?

Bon, début 2012, on disait que la banquise du Pole Nord aurait disparu vers l'été 2014... en fait, il y a eu justement un record de fonte en septembre 2012 mais la glace a résisté un peu plus que prévu (mais est de moins en moins épaisse) et la disparition a été repoussée à septembre 2016... :

" La personne heureuse de toute cette neige "

LEXINGTON - " Judah Cohen a positivement le vertige que nous ayons été ainsi frappé cet hiver. Il aimait l'idée d'un record de chutes de neige, mais plus que cela il aime avoir raison.

" Je suis vraiment heureux ", dit-il avec un sourire, assis dans son petit bureau soigné dominé par un écran d'ordinateur énorme qui semble en mouvement constant, lorsqu'il tire cette carte météorologique ou une image satellite. " Je pensais que nous avions fait un très bon travail de prédiction." En fait, ses prévisions se sont avérées meilleures que celle du gouvernement fédéral.


Cohen, 52 ans, qui se décrit comme "la météo saucissonnée" (ou emballée) est le directeur de la prévision saisonnière de l'atmosphère et de la recherche environnementale (ARE), une société de conseil en météo à Lexington qui compte parmi ses clients la NASA. Les amateurs météorologiques locaux peuvent le reconnaître comme le présentateur météo pour les prévisions de longue portée sur WCVB-TV de Harvey Leonard (Channel 5).

Peut-être que le plus grand titre de gloire de Cohen vient du fait que lui et les prévisions saisonnières de son équipe de "Anomalies de températures et de précipitations" ont eu raison sur 75 pour cent du temps, un taux qui surmonte ceux des grands centres météorologiques du gouvernement, y compris la National Oceanic and Atmospheric Administration, principal prévisionniste du gouvernement fédéral. (En fait, Cohen et son équipe, qui ont fait des prédictions pendant 15 ans, ont battu la NOAA cet hiver.)

" Dans la littérature scientifique, notre modèle reste le plus précis à ce jour," dit-il.

La prescience météorologique de Cohen n'est pas la seule chose qui le distingue. Sa relation à l'égard de la couverture de neige en Sibérie pour prédire les résultats hivernaux en Amérique et en Europe est unique.

 

Chaque mois d'Octobre, Cohen se penche sur le niveau et le taux de chute de neige en Sibérie ce mois précis pour déterminer comment sera enneigé l'est des États-Unis et l'Europe pour l'hiver qui vient. " La couverture de neige est le réflecteur le plus efficace de la lumière du soleil dans l'espace, donc plus de couverture de neige crée des masses d'air denses qui restent près du sol," dit-il. Cet air froid et dense se propage sur le pôle Nord vers l'Amérique du Nord et à l'ouest vers l'Europe.

Cohen procède en entrant plus dans les détails que l'humain moyen ne peut le comprendre, avec des termes comme "la dépression des Aléoutiennes" et "la Haute Sibérie". Mais pour lui et nous, la ligne de fond est que ce qui s'est passé en Octobre a été la deuxième chute de neige la plus étendue de la Sibérie dans le dossier connu (un record donc), et Cohen connaissait les implications pour Boston et d'autres villes de la côte Est.

En un mot, telle est la façon dont fonctionne Cohen. Son analyse embrasse une multitude de faits et de chiffres, mais ses prévisions décrivent des grandes tendances. Comme l'Almanach des fermiers, vous pourriez demander. " Pas exactement", rit-il. "Les Almanachs des fermiers ne sont pas scientifiquement crédibles et ne devraient être considérés que comme une valeur de divertissement."

Cohen, en passant, n'a jamais été été en Sibérie. Ses recherches, largement financée par la National Science Foundation, sont basées entièrement sur ordinateur. " Le plus proche où je suis arrivé a été Moscou," dit-il. Il y est allé lorsque le gouvernement russe voulait une prévision de l'hiver pour 2007-2008.

Cohen a grandi à Brooklyn, NY, et a étudié à l'Université de Columbia, où il a obtenu un doctorat en sciences de l'atmosphère. Il a aimé la neige car il peut s'en rappeler, et sa bibliothèque de bureau est bourrée avec des titres tels que "Blizzard! La Grande Tempête de 1988", "Neige et climatiques" et "L'oscillation nord-atlantique".

A 52 ans, père de trois adolescents, il prend toujours un plaisir enfantin dans la substance blanche. "J'ai du mal à dormir pendant les tempêtes de neige," admet-il. "C'est une passion. Les gens disent, "Ouais, j'avais l'habitude d'aimer, et puis j'ai grandi." Je suppose que je ne grandi pas."

Cohen a été à l'ARE depuis 1998, après avoir terminé un stage postdoctoral au MIT, où il conseille les étudiants diplômés dans le département de génie civil et environnemental. Bien qu'il soit très fier de la prédiction de cet hiver, il n'a pas été aussi heureux avec l'an dernier. "Je l'avais prédit qu'il serait doux, mais ce fut un hiver froid et neigeux," dit-il. "C'est le seul moment où j'ai eu un échec."

Lors des quatre dernières années, le Show de Leonard a accueilli Cohen deux fois par an pour ses perspectives à long terme: à l'automne pour la prévision de l'hiver, et au printemps pour la prévision de l'été. Le 25 novembre, alors que Boston n'avait pas de neige, voici ce que dit Cohen au show de Leonard: " Ce sera un hiver actif et intéressant. Nous prédisons des précipitations supérieures à la normale pour la droite (des USA) le long de la côte Est. Ainsi, un hiver humide. Mais je suis particulièrement convaincu de la possibilité d'une chute de neige supérieure à la normale. "

Le reste, comme ils disent, est de l'Histoire.

Les pensées de Cohen de ces derniers jours se tournent vers l'été; spécifiquement, les prévisions qu'il va faire sur WCVB-TV avant le Memorial Day. L'été est toujours plus facile que l'hiver.

" Nous avons toujours eu raison, " dit-il. " Et maintenant, nous prévoyons un été plus chaud que la normale. " Il tire une carte qui est si rouge qu'elle brille pratiquement. " Il y a un signal à la hausse robuste pour Juin, Juillet et Août."

Poussé pour que nous ayons plus de détails, il va seulement dire: " Nous prédisons une température d'un degré plus chaud que la moyenne sur trois mois, mais il est encore tôt."

Juste après le spectacle de Leonard de mai, Cohen se dirigera vers l'Irlande grâce à une bourse Fulbright, où lui et l'Université de Limerick iront fournir des informations météorologiques aux agriculteurs en Europe.

Malgré son record sur la piste stellaire, Cohen sait que les prévisions climatiques à long terme sont des appels difficiles. "Je fais le climat," explique t-il. "Le temps est ce que vous obtenez. Le climat est ce que vous souhaitez. C'est un domaine difficile avec un très faible taux pour le succès ", dit-il.

Pourtant, il rit lorsqu'il décrit comment les amis constamment le relancent pour obtenir des conseils sur la météo - "On me demande tout le temps" - et quand il a tort, "j'en entends parler pour toujours."...

mars 2015 (Bella English pour Bostonglobe, traduction Yves Herbo)

 

https://www.bostonglobe.com/lifestyle/2015/03/17/snowpredictor/zpURnRt5fv7Waxwb04cRzK/story.html

https://www.bostonglobe.com/metro/2015/03/15/historic-winters-have-delighted-frustrated-and-imperiled/TXXRIMmcPbVDyj3JvXP2YI/story.html

YH : On note chez les climatologues que les dernières périodes climatiques les plus chaudes et les plus froides, avec ces épisodes très humides et enneigés en Amérique du Nord et ces périodes sèches (incendies) en été semblent confirmer, sans les accentuer, ces prévisions alarmistes sur un certain refroidissement à cause du réchauffement moyen mondial (qui n'est pas si contradictoire donc que les incultes en la matière le pensent). Pour l'Europe, il y a eu un taux de tempêtes et d'humidité (inondations) assez important sur le nord mais aussi des épisodes orageux ponctuels très violents dans le sud (inondations, tornades), après une longue période de sécheresse (2014) et de baisse des niveaux des eaux phréatiques. On ne peut pas parler néanmoins d'un hiver très remarquable en Europe pour cet hiver 2014-2015, avec une période froide assez courte, encore et toujours depuis plusieurs années... Autrement dit, on n'en sait pas plus, sinon que la banquise rétrécit en épaisseur toujours et que l'annonce de sa disparition prochaine est maintenue. On sait que des études spécifiques sont en cours et que des bateaux équipés, des satellites et des modèles climatiques travaillent continuellement pour tenter de préciser les données. Il est par contre regrettable que les recherches et leurs progrès, évolution, atteignent de moins en moins le public dans les faits (difficile de trouver des images et données pour 2014 alors que nous sommes pourtant à la mi 2015...). Cela pourrait tout aussi bien vouloir dire qu'il n'y a eu aucun progrès dans les faits et données, ou que l'on cache de plus en plus de choses au public, ce qui n'est bon pour personne dans tous les cas...

Autre articles en lien : http://www.20minutes.fr/planete/1040870-20121112-pourquoi-pole-nord-retrecit-pole-sud-agrandit

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

Et notez aussi que si beaucoup soupçonnent cette histoire de réchauffement climatique "à cause de l'Homme" comme étant un mensonge pour lever des faux impôts sur les peuples, il semble aussi que l'on assiste a de fausses publications "scientifiques" concernant une prochaine glaciation (voir à la fin de cet article aussi publié sur ce blog...) : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/augmentation-de-la-menace-des-seismes-et-du-volcanisme-et-mini-age-glaciaire.html

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 01-2012, Maj 06-2015

Dinoequateur mini

Hommes et dinosaures : les faits sont tetus...

Hommes et dinosaures : les faits sont tétus... update Page 2

icacollage200po.jpg

Suite de cette page : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/l-etre-humain-un-pas-en-avant-deux-pas-en-arriere.html

On a beau tenter de rejeter l'idée et de ne se contenter que des manuels de Préhistoire et d'Histoire logiques, de nombreuses découvertes de part le monde, depuis le 19ème siècle surtout, insistent sur la probabilité qu'une race d'humains de très grande taille ait existé dans un lointain passé. Les choses se compliquent encore quand plusieurs découvertes impliquent la présence de ces êtres humains géants parmi les dinosaures...

Encore très récemment, l'expert en artefacts Klaus Dona a exposé au public certaines pièces peu connues confiées par des musées. Des représentations d'êtres humains accompagnés de dinosaures ont été trouvées dans plusieurs régions du monde, mais principalement à côté de Acambaro au Mexique, à Ica au Pérou et sur des bas-reliefs Olmèques également au Mexique. Des empreintes ont aussi été trouvées, mais évidemment, la théorie de l'évolution classique étant remise en cause par ce genre de découvertes, tout est fait pour minimiser ou détruire (même physiquement si besoin - de nombreux artefacts découverts au 19ème-20ème siècle ont purement disparu !) l'idée même d'une possible remise en question prouvée. Et pourtant...

J'avais commencé à élaborer un fastidieux article sur l'historique de ces découvertes, mais dans la mesure où ce travail a déjà été très bien fait, j'y rend ici hommage par des extraits et je rapporte donc principalement quelques mises à jours à la fin... en retenant que si Acambaro est pratiquement authentifié, Ica, hors découvertes très anciennes mentionnées, fait effectivement l'objet d'une industrie commerciale légale de nos jours... mais on reparlera d'Ica tôt ou tard. :

LE SAVIEZ-VOUS ? HOMMES ET DINOSAURES FURENT CONTEMPORAINS
Rédigé par Maximus Ubiquitus on Friday, February 3, 2012

" Plus qu’à une simple remise en cause factuelle et ponctuelle, c’est à un véritable bouleversement axiomatique, un « changement de paradigme » (nous aussi, nous sommes tout à fait capables de tenir un langage de cuistres, non mais…), une refonte complète de votre vue habituelle du monde que vous invite, chers lecteurs encore mal préparés, l’ensemble des faits curieux relatés dans l’article ci-après.

C’est le genre de faits qui entrent de plein droit dans la catégorie de ceux que Gaston Bachelard appelait les « faits polémiques » : les seuls qui fassent réellement avancer la recherche, du moins lorsqu’on accepte de les intégrer plutôt que de les dénigrer.

Ils n’ont pas manqué de déclencher une vive polémique, un hourvari académique et médiatique, suivi de l’implacable conspiration du silence qui finit par entourer de sa chape de plomb un certain nombre d’énigmes du même calibre. C’est que « les faits sont têtus », et à défaut de pouvoir les minorer, il peut être somme toute plus confortable de les ignorer

A la décharge des pauvres gens déboussolés, à commencer par les scientifiques victimes de leurs préjugés… et de leur mauvaise foi, reconnaissons que les conséquences de tels faits ne sont nullement anodines. Elles impliquent rien moins que la contemporanéité et la cohabitation (pacifique ?) entre ce qu’on appelle les dinosaures – remplacez ce terme par « dragons », et cela vous ouvrira peut-être des horizons – et nos ancêtres… tout aussi « humains » que nous, probablement bien plus, d’ailleurs !

Une telle hypothèse contrevient radicalement à tous les « dogmes » actuellement imposés aux intelligences : elle remet en question l’idéologie mortifère de l’évolutionnisme, bien entendu, mais suggère aussi que les chronologies millionnaires couramment admises pourraient n’être qu’une hypothèse dénuée de fondement, le résultat nébuleux d’un conglomérat de postulats tous plus erronés les uns que les autres, et qui enlisent inexorablement les spéculations des chercheurs dans les sables mouvants des millions et milliards d’années. S’il plaît à Dieu, nous aurons l’occasion d’y revenir sur Ripoublik.

Nous remercions le CEP pour la mise à disposition de cet article, qui n’en est qu’un parmi de nombreux autres, tous plus passionnants les uns que les autres, que vous trouverez sur le site de cette courageuse association.

20071210131054-acambaro-1.jpg

Résumé : A partir de 1944 et durant plus de 10 ans, à Acambaro (Mexique), un quincaillier d’origine allemande et archéologue amateur, Julsrud, exhuma une fantastique collection de plus de 30 000 figurines de céramique. Ces pièces, toutes uniques, sont remarquables sur le plan artistique et signalent une antique civilisation précolombienne. Or plusieurs centaines de ces figurines représentent des dinosaures, notamment le brachiosaure (presque inconnu à l’époque), l’iguanodon (découvert seulement en 1978) et des brontosaures à épines dorsales (connus en 1992). Il ne fait donc aucun doute que les artistes, qui ont modelé ces pièces (cuites à feu ouvert alors que les arbres sont rares aujourd’hui à Acambaro) avaient sous les yeux les animaux qu’ils reproduisaient. Aussi tous les experts officiels se refusèrent-ils à authentifier une découverte aussi dérangeante pour la théorie de l’évolution. Il fallut des journalistes et le célèbre géographe Charles Hapgood, pour briser la chape de silence qui recouvre cette collection toujours sous clés au musée d’Acambaro !

En juillet 1944, par un matin ensoleillé, Waldemar Julsrud, un quincaillier allemand d’Acambaro, au Mexique, se promenait à cheval au pied de la montagne El Toro. Soudain, il aperçut des pierres taillées partiellement découvertes, et un objet de céramique à demi enterré. Julsrud descendit de cheval, creusa, et dégagea les pierres taillées ainsi que des morceaux de céramique. Versé en archéologie, il comprit aussitôt que ces céramiques ne ressemblaient à rien de ce qu’il avait déjà vu.

Il connaissait les civilisations indiennes tarascane, aztèque, toltèque, maya, chupicauro, inca et pré-inca, mais les objets qu’il tenait dans sa main se distinguaient nettement de ces cultures indiennes connues. Julsrud avait découvert, en 1923, avec Padre Fray José Maria Martinez, la culture chupicauro à seulement 12 kilomètres de là.

acambaro-1-witness-waldemar-julsrud2.jpg

Lorsque quelques fragments de céramique furent trouvés à Chupicauro, Julsrud avait lui-même engagé des terrassiers pour les déterrer. Cette découverte avait attiré l’attention des archéologues du monde entier, qui pensèrent d’abord que les statuettes étaient tarascanes; on les associa par la suite à une culture indienne toute nouvelle, les Chupicauro. La civilisation des Chupicauro est apparue environ 500 ans avant Jésus-Christ et s’est éteinte 500 ans après Jésus-Christ, soit près d’un millier d’années avant les Tarascans.

Et maintenant, Julsrud, à l’âge de 69 ans, était sur le point de faire une découverte archéologique, peut-être parmi les plus importantes de l’histoire de l’archéologie. Il engagea un paysan mexicain, Odilon Tinajero, pour fouiller le site où les figurines de céramique avaient été trouvées, et pour qu’il lui rapporte tout objet similaire. Peu après, Tinajero rapporta une brouette pleine de poterie de céramique provenant de la montagne El Toro. Charles Hapgood raconte :«Julsrud était un homme d’affaires rusé et il conclut avec Tinajero une entente très importante dans cette histoire. Il dit à Tinajero qu’il lui donnerait un peso (environ 12 cents) pour chaque pièce complète qu’il rapporterait.» (1)

Tinajero fouillait donc avec soin, en s’efforçant de ne pas briser les figurines. Il recollait les pièces brisées avant de les rapporter à Julsrud. Parmi les milliers d’objets trouvés, certains transformèrent le manoir de Julsrud en «un musée qui marqua les scientifiques».Les figurines modelées dans de l’argile de couleurs différentes représentaient des dinosaures, divers peuples (des esquimaux, des asiatiques, des africains, des blancs barbus [ndlr : des druides ?], des Mongoliens, des Polynésiens) et des objets culturellement liés aux Égyptiens, aux Sumériens et à d’autres peuples. Les objets étaient faits d’argile et de pierre, et leur taille variait considérablement. Certaines figures n’avaient que quelques pouces de long, certaines statues mesuraient trois pieds, et certaines figures de dinosaures avaient une taille de quatre ou cinq pieds.

acambaro-560x390.jpg

La collection, qui comportait alors plus de 20 000 objets, ne contenait aucune répliqueChaque figurine d’argile était unique, réalisée sans moule, modelée avec talent et décorée avec soin. Cette imposante collection comprenait des centaines de figurines de dinosaures qui furent scientifiquement identifiées comme représentant plusieurs espèces de dinosaures. Ces sculptures de dinosaures représentaient notamment le trachodon à pattes palmées, le gorgosaure, le monoclonius cornu, l’ornitholeste, le titanosaure, le tricératops, le stégosaure, le diplodocus, le podokosaure, le struthiomimus, le plésiosaure, le léviathan, le maiasaure, le rhamphorynchus, l’iguanodon, le brachiosaure, le ptéranodon, le dimétrodon, l’ichtyornis, le tyrannosaure, le rhynococéphale et d’autres espèces inconnues de dinosaures.

Ces fantastiques figurines de dinosaures menacent les idées admises et les échelles de temps de plusieurs champs d’étude. En 1955, Ivan T. Sanderson, Ph.D, fut étonné de découvrir dans cette collection une représentation précise de son dinosaure américain, le brachiosaure, qui était presque totalement inconnu du public à l’époque. Sanderson écrivit : « Cette figurine est une pièce très délicate; elle a l’air polie et est d’un noir de jais. Elle mesure environ 30 centimètres. Ce qui est fascinant, c’est qu’il s’agit d’une représentation absolument parfaite du brachiosaure, découvert uniquement en l’Afrique de l’Est et en Amérique du Nord. Il y a plusieurs représentations de squelettes dans la documentation publiée, mais je n’ai jamais vu qu’une reconstitution en chair. Cette figurine lui ressemble tout à fait

BRACHIOSAURE

acambaro-3.jpg

Dans les années 1940 et 1950, alors que la collection de Julsrud augmentait, l’État de Guanajuato, au Mexique, était très peu exploré au point de vue paléontologique et archéologique ; il ne l’est pas davantage aujourd’hui. Pourtant la fertile vallée d’Acambaro fut occupée au cours des 4000 dernières années par une ou plusieurs civilisations ayant une connaissance approfondie et directe des dinosaures.

En 1999, avec Don R. Patton, Ph. D., nous avons entrepris un voyage à Acambaro, à 180 miles environ au nord de Mexico, afin d’explorer nous-mêmes ses mystères.

Peu après notre arrivée à Acambaro, on nous apprit que la collection Julsrud était gardée sous clé et qu’elle n’était pas ouverte au public.

Après quelques jours de négociation avec le maire, le secrétaire du tourisme et le directeur du musée d’Acambaro, on nous donna la permission de voir une partie de la collection. L’endroit où l’on conservait les objets fut cérémonieusement ouvert par le maire. La faible lumière qui entrait par les stores nous permis de distinguer dans les pièces poussiéreuses les boîtes empilées jusqu’au plafond et des objets emballés dans du papier journal et placés précairement dans des cartons effrités.

Nous obtînmes la permission officielle d’observer les objets dans la salle de conférence de la ville, sous la surveillance de deux policiers armés de fusils AK-47 et de pistolets.

Des employés de la ville faisaient la navette pour nous apporter les boîtes, pendant que je déballais les figurines de céramique et que Patton les photographiait de façon professionnelle. La collection a compté jusqu’à 33 500 figurines, dont des instruments de musique, des masques, des idoles, des outils, des ustensiles, des statues, des visages de différentes nationalités et des dinosaures. Les figurines avaient finalement envahi les douze pièces du manoir de Julsrud, si bien qu’il dut dormir dans sa baignoire, puisque c’était le seul endroit où il restait de la place. En six heures, nous fûmes capables de déballer un peu plus de 800 figurines de céramique.

Comme nous devions faire vite, nous avions étalé sur la table de la salle de conférence tout le contenu des quatorze boîtes ouvertes. Parmi ces articles figuraient 75 magnifiques statuettes de dinosaures. Et quel ne fut pas notre émerveillement lorsque nous déballâmes une figurine d’iguanodon.

Dans les années 1940 à 1950, l’iguanodon était encore tout à fait inconnuAucun faussaire n’aurait pu connaître ce dinosaure et encore moins le sculpter, car ce n’est qu’en 1978 et 1979 que des squelettes d’iguanodons adultes furent découverts avec leurs nids et leurs petits. (2)

Patton et moi-même devînmes du jour au lendemain des vedettes à Acambaro. Nous fûmes interviewés par la radio et les chaînes de télévision du Mexique. Trois journaux importants de l’État de Guanajuato nous mirent à la une. Je remis des t-shirts de dinosaures aux hommes politiques et suggérai que l’on fasse d’Acambaro une attraction touristique en imprimant des t-shirts représentant les dinosaures d’Acambaro, des cartes postales et un parc de dinosaures. Des gens viendraient du monde entier pour voir la collection d’Acambaro et ses dinosaures. Je causai accidentellement un scandale national lorsque je demandai : «Combien de boîtes avez-vous en stock ?». On me dit qu’il y en avait 64, et je murmurai : «Il y a déjà eu 33 500 figurines, et ici, il ne peut en rester seulement 5 000 ou 6 000». Un journaliste m’entendit, et la semaine suivante nous faisions encore la une des journaux puisqu’une enquête avait été ouverte au sujet des statuettes manquantes.

Julsrud avait lui aussi suscité la controverse sur sa collection, mais ce vent semé sur un chapitre de l’histoire mit plusieurs années à se transformer en tempête dans la communauté scientifique. N’étant pas tenu par des obligations académiques ou par des idées préconçues, Julsrud se mit à réfléchir tandis que des milliers de figurines, toutes cuites à feu ouvert, étaient découvertes. La caractéristique la plus époustouflante et sensationnelle de la collection était qu’elle représentait des êtres humains et des dinosaures vivant en étroite relation.

Julsrud examina l’hypothèse très vraisemblable que ces objets pussent provenir d’une culture encore plus vieille que les Olmèques, les Mavans ou les Chupicauro.

acambaro-4.jpg

La collection signalait une culture de grande antiquité. Les objets laissaient entendre que la région d’Acambaro était autrefois couverte de forêts, bien différente de la vallée sèche qu’elle forme aujourd’hui. Les géologues découvrirent que la vallée était autrefois occupée par un grand lac, il y a environ 5000 ou 6000 ans. Le site où l’on découvrit les poteries en céramique était autrefois au bord du lac. Les objets avaient originalement été enfouis dans le sable. La faune, les plantes, les arbres et les fleurs représentés dans l’art de cette civilisation inconnue étaient ceux de ses bois, lacs et forêts.

Julsrud tenta d’attirer l’attention de la communauté scientifique, mais se heurta à l’indifférence et au silence des académies. Comme les archéologues, paléontologues, historiens et anthropologues choisirent de l’ignorer, Julsrud décida de publier son propre ouvrage en espagnol : Enigmas del Pasado. Julsrud rédigea une théorie selon laquelle la colossale collection d’objets de céramique et de pierre avait été enfouie par un peuple en proie à une catastrophe. Il émit l’hypothèse qu’il y avait eu une période de cataclysmes qui changea le visage de la Terre, et que d’anciennes civilisations disparurent alors. Sa suggestion la plus radicale, qui fit violemment réagir l’élite scientifique, fut que les hommes et les dinosaures avaient vécu côte à côte. Même s’il était évident que Julsrud venait de faire une déclaration d’une importance scientifique capitale, il fut ridiculisé par les autorités lorsque son livre parut. Y eut-il une civilisation à Acambaro durant l’époque glaciaire des géologues ?

Il y a, dans la collection, des représentations sans équivoques d’un dromadaire américain de l’époque glaciaire, de chevaux de l’époque glaciaire, ainsi que de rhinocéros d’espèces éteintes. Il y a plusieurs figurines de singes géants, comme ceux qui ont existé en Amérique du Sud durant le pléistocène. Pendant les fouilles, quelques dents furent trouvées parmi les figurines. En 1955, ces dents furent amenées à George Gaylord Simpson, un éminent paléontologue américain de l’époque qui travaillait à l’American Museum of Natural History. Il les identifia comme dents de l’Equus Conversidans Owen, un cheval éteint qui avait vécu durant l’époque glaciaire. Nous retrouvons, dans la collection de Julsrud, deux figurines d’Equus Conversidans Owen. L’image de ce cheval est également gravée sur des pots de céramique de la collection.

En 1947, après la publication de l’ouvrage de Julsrud, quelques journaux et magazines du Mexique mentionnèrent brièvement la découverte. Mais Julsrud ne put obtenir l’attention d’aucun scientifique ni d’aucune autorité pour venir enquêter sur les figurines. Finalement, en 1950, un journaliste américain, Lower Harmer, s’aventura en Acambaro pour inspecter la collection. Harmer se rendit au site de la montagne El Toro et photographia Julsrud avec ses excavations, alors que des figurines de dinosaures étaient ôtées d’un enchevêtrement de racines de Maguey.

Il écrivit : «N’importe qui croirait que ces grands sauriens n’ont pu être créés que par des artistes disparus depuis longtemps et qui les connaissaient bien.» (3)

acambaro-5.jpg

L’élite scientifique continua d’agir comme si rien d’important (et qui aurait pu menacer le paradigme de l’évolution) ne s’était produit à Acambaro . En dépit de leurs efforts pour minimiser et expliquer les découvertes de Julsrud en déclarant qu’il ne s’agissait que d’un plaisantin, l’information filtra peu à peu.

William W. Russell, un journaliste de Los Angeles vint sur la place. Il photographia lui-même les fouilles. Des trous fraîchement creusés laissaient voir plusieurs objets pris dans des racines.4 Les objets devaient avoir été sous terre depuis fort longtemps pour que des racines d’arbres poussent autour d’eux, à une profondeur de 5 ou 6 pieds. Russell nota qu’à l’évidence les objets étaient très anciens. Les découvertes furent alors décrites dans une documentation accessible au grand public, tant et si bien que les scientifiques ne purent plus les couvrir par leur silence académique. Les archéologues professionnels durent donc composer avec le problème d’Acambaro. En 1952, Charles C. Dipeso de l’Amerind Foundation fut convaincu par les rapports populaires que présentaient des journaux et revues (comme Fate(4)) et commença l’examen de cette étrange collection. Des échantillons lui furent envoyés, mais les tests en laboratoire ne prouvèrent rien. Dipeso pensait que les tests démontraient que la collection n’était qu’un canular contemporain.

acambaro-6.jpg

Mais les figurines ne pouvaient pas être des faux pour la seule raison qu’elles représentaient des reptiles du Mésozoïque. En juin 1952, Dipeso se rendit à Acambaro afin d’examiner la collection de Julsrud. En moins de quatre heures, il déclara avoir observé 32 000 articles dans le manoir. En fait, il certifia que son examen avait été très précis et approfondi, si bien qu’il avait pu observer que les dépressions des figurines formant les yeux, les écailles et la bouche étaient nettes et neuves. Aucune poussière n’était présente dans les crevasses. (5)

Dipeso dut être un archéologue bionique, maniant les objets à une vitesse dépassant celle de Superman. Pour accomplir cet exploit herculéen, il aurait fallu qu’il inspecte 133 objets par minute, sans s’arrêter. En réalité, cela aurait pris plusieurs jours pour déballer la masse de pièces intactes, brisées ou réparées qui se trouvaient dans les boîtes.Une fois les morceaux déballés, démêlés et placés parmi les objets déjà exposés dans le manoir, il aurait fallu plusieurs jours pour effectuer un examen sommaire. Charles Dipeso déclara qu’une enquête plus attentive avait révélé qu’une famille vivant dans la région d’Acambaro avait fabriqué les figurines pendant «les mois d’hiver, alors que les champs étaient au repos». Dipeso pensait que sa famille de farceurs s’était inspirée du cinéma, des bandes dessinées, des journaux et des livres de la bibliothèque locale. Il semble cependant que Dipeso ne croyait pas réellement que la collection Julsrud fût fausse. Julsrud affirma qu’avant de retourner aux Etats-Unis afin d’écrire les articles qui dénonceraient la farce, «MDipeso m’a déclaré qu’il était tout à fait convaincu de l’authenticité de ma découverte. Il désirait acheter pour son musée un certain nombre de statuettes d’origine tarascaneJulsrud ne voulut vendre aucun de ses objets à Dipeso, mais il l’envoya à un homme qui vendait des antiquités. Le marchand dit à Dipeso que les céramiques de Julsrud venaient d’un homme (Tinajero) qui vivait avec ses trois enfants à trente minutes du village, près de l’usine d’irrigation de Solis. Julsrud note : «Pourquoi Dipeso n’est-il pas allé voir cet homme pour s’assurer de la vérité ? Un scientifique sérieux a l’obligation d’aller enquêter lui-même et de ne pas donner crédit à ce que le premier venu lui raconte». En premier lieu, il aurait été contraire au code d’éthique archéologique et illégal de la part de Dipeso, de se procurer ces objets indiens et de les emporter hors du pays.

En second lieu, le marchand d’antiquités qui vendit au noir les objets à Dipeso avait des raisons évidentes de ne pas vouloir que Dipeso se procure des statuettes de Julsrud. Nous n’avons donc aucune difficulté à comprendre pourquoi le marchand a inventé l’histoire des faussaires. Francisco Aguitar Sanchaz, surintendant du réseau national d’irrigation de Solis déclara : «Depuis quatre ans, je connais personnellement les habitants de toute la région et ses activités archéologiques, et je nie positivement qu’il y ait eu une telle production de céramique ici.» Le président municipal d’Acambaro, Juan Terrazaz Carranza, publia un document officiel (n° 1109) le 23 juillet 1952, dans lequel il réfutait les allégations de Dipeso : «La Présidence, sous ma direction, a ordonné qu’une enquête fût menée relativement à cette affaire, et elle en est venue à la conclusion que, dans ce municipe, il n’existe aucun individu fabriquant ce genre d’objet.» De nombreux autres problèmes sont associés aux allégations fallacieuses de Dipeso. Il omit de mentionner que les objets de céramique, sculptés dans divers styles et variétés d’argile, avaient été fabriqués un par un, et non dans des moules. De plus, il n’y avait pas que des objets en céramique, mais aussi des objets en pierre.

ANKYLOSAURE

acambaro-7.jpg

Cette collection est d’une beauté et d’une variété sans égales. Elle a suscité l’admiration de beaucoup d’artistes professionnels. Aucune famille de paysans ne pourrait fabriquer des milliers et des milliers de sculptures uniques avec tant de talent et de finesse.

Le célèbre médecin légiste et avocat Earle Stanley Gardner, dont les romans policiers ont inspiré l’émission de télévision Perry Mason, fut procureur pour la ville de Los Angeles pendant plus de 20 ans. M. Gardner examina la collection et, en tant que procureur expérimenté, affirma que si un groupe de faussaires avait fabriqué les objets, leur style pourrait être observé sur toute la collection:

«Tout criminel et toute organisation criminelle a sa manière d’opérer. La police peut souvent identifier un criminel ou une bande de malfaiteurs par la méthode utilisée pour commettre le crime. Il est évident qu’un seul individu ou groupe n’aurait pu fabriquer les statuettes

Charles Dipeso insista sur l’idée que la collection était un brillant canular : les chercheurs avaient creusé des trous, enterré les objets et les avaient ensuite déterrés. Dipeso conclut son rapport de 1953 en affirmant tranquillement : «Notre investigation a prouvé de manière concluante que les figurines ne sont pas préhistoriques et qu’elles n’ont pas été faites par une race préhistorique supérieure associée aux dinosaures.» (6)

Une grande part du rapport de Dipeso était sans aucun fondement et tenait de la pure conjecture.

Quel aurait été le but des faussaires ? Économiquement parlant, à un peso (12 cents) la figurine, Tinajero, pauvre fermier mexicain, n’aurait jamais pu financer la production de 33 500 figurines, sans compter les coûts d’enfouissement et de recherche des objets. La collection n’a pas seulement été fabriquée avec doigté, mais elle comporte des espèces de dinosaures rares que seule une personne ayant fait de hautes études, et maîtrisant la documentation paléontologique, aurait pu connaître. Odilon Tinajero n’avait ni la compétence artistique, ni le savoir nécessaire à un tel canular. Tinajero avait quitté l’école en quatrième année et savait à peine lire et écrire.

Acambaro est une région aride et relativement dépourvue d’arbres; pourtant tous les objets de céramique ont été cuits à feu ouvert. Il aurait fallu plusieurs charges de bois par cuisson, ce qui est très coûteux à Acambaro.

Le feu aurait brûlé longtemps et souvent. La fumée produite par le feu n’aurait pu passer inaperçue dans le voisinage. Par la suite, Ramon Rivera, professeur d’histoire à l’école secondaire d’Acambaro, ouvrit une enquête d’un mois, interrogeant des gens de tous âges et de toutes professions. Le professeur Rivera connaissait fort bien l’histoire de la région et entretenait des liens étroits avec les habitants d’Acambaro. Rivera rapporte : «En vérité il est absolument impossible qu’un habitant d’Acambaro ou des alentours ait pu fabriquer de tels objets en quantité ou petit à petitLa chose a été examinée par tous les moyens possibles, et cela en couvrant une période de 100 ans. Il y a ici des vieillards qui peuvent encore donner des détails d’événements non enregistrés, remontant à l’indépendance de ce pays

Un autre point souvent ignoré dans le débat concernant l’authenticité des objets, est que plusieurs figurines sont en pierre dure, et non en céramique. Ces objets de pierre présentent tous les effets de l’érosion et sont du même style que les céramiques ; or les traces d’érosion sont presque impossibles à imiter.

acambaro-8.jpg

En 1954, la grande controverse touchant la collection Julsrud atteignit son point culminant, et les archéologues officiels du gouvernement mexicain décidèrent d’enquêter. Eduardo Noquera, Ph.D., directeur du département des monuments pré-hispaniques de l’Instituto Nacional de Antropologia y Historia, dirigea l’enquête. Noquera était accompagné de Rafael Orellana, Ponciano Salazar et Antonio Pompa y Pompa, également de l’Institut National d’Antropologie et d’Histoire. Dès leur arrivée, ils inspectèrent la collection et se rendirent à la montagne El Toro afin de sélectionner des sites intacts.

Noquera supervisa les fouilles sur un site qu’il avait sélectionné avec les autres archéologues de l’Institut National... Après plusieurs heures de travail, ils découvrirent plusieurs figurines.

Les archéologues déclarèrent que les objets portaient tous les signes d’antiquité et qu’ils avaient été enfouis il y avait fort longtemps. Les figurines furent déterrées en présence de nombreux témoins, dont des étudiants de la région et des membres de la Chambre de commerce. Les archéologues félicitèrent immédiatement Julsrud d’avoir fait ces remarquables découvertes. Deux des archéologues lui promirent d’informer des journaux scientifiques de la découverte. 

Fig. 1 Iguanodon (Figurine et représentation actuelle)

acambaro-9.jpg

Mais Noquera s’aperçut bientôt que les figurines de dinosaures posaient un problème majeur pour sa carrière professionnelleLes archéologues étaient confrontés à un dilemme : devaient-ils dire la vérité sans se soucier du qu’en-dira-t-on, et déclarer qu’ils avaient effectivement choisi un site, l’avaient fouillé et qu’ils y avaient découvert des figurines de dinosaures, ou devaient-ils cacher la vérité et proposer une autre explication ?

Noquera retourna à Mexico, et trois semaines plus tard remit un rapport dans lequel lui et ses subordonnés déclaraient que la collection devait être fausse en raison des formes de vie représentées : les dinosaures. Noquera écrivait : «En réalité, en dépit de la légitimité scientifique apparente entourant la découverte de ces objets, il s’agit d’un cas de faux, d’objets fabriqués à une époque relativement récente. À mon avis, cette collection se compose de trois types d’objets : l’un d’eux est constitué de figurines que l’on prétend être des reproductions anciennes d’animaux éteints depuis des millions d’années. L’auteur de ces objets s’est peut-être inspiré des livres de paléontologie très en vogue à la fin du siècle dernier, ou au début du siècle présent». Julsrud fut très déçu de voir comment, en l’espace d’une semaine, les archéologues avaient d’abord validé la collection, puis adroitement détourné l’histoire pour nier leurs propres découvertes. Mais Julsrud, refusa de se laisser abattre par toute cette poussière de dérision académique qui retombait sur sa collection à cause du désir des scientifiques de la faire disparaître, et persévéra. Peu après entra en scène un éminent chercheur qui devait contrecarrer les prétentions des opposants à Julsrud par une série d’arguments et de faits incontestables. Durant l’été 1955, Charles Hapgood, professeur d’histoire et d’anthropologie au Keene State College de l’université du New Hampshire, passa plusieurs mois sur le site d’Acambaro et mena une enquête très détaillée sur la collection. Charles Hapgood s’était déjà distingué en publiant de nombreux ouvrages dont Earth’s Shifting Crust (1958), Maps of the Ancient Sea Kings(1966)∗ et The Path of the Pole (1970).

Hapgood entreprit des fouilles sur de nombreux sites encore intacts, et trouva plusieurs figurines de céramique de type «Julsrud». Afin d’écarter l’idée que Tinajero ou un autre aurait fabriqué les objets, Hapgood décida de faire des fouilles sous une maison construite en 1930longtemps avant la découverte de statuettes sur la montagne El Toro. Il découvrit une maison directement sur le site qui appartenait au chef de la police, et il demanda la permission de creuser sous la dalle de la maison. La permission lui fut accordée. Il creusa donc un trou de 6 pieds de profondeur sous le plancher de béton du salon, et y déterra des douzaines d’objets semblables aux autres. Comme la maison avait été construite 25 ans avant que Julsrud n’arrive au Mexique, le fait disculpa Julsrud, élimina la théorie des faussaires, et invalida les rapports de Dipeso ainsi que ceux de Noquera sur tous les points importants.

En 1968, Charles Hapgood retourna à Acambaro accompagné d’Earle Stanley Gardner, l’auteur de la populaire série Perry Mason. Gardner n’avait pas seulement étudié la criminologie, il était aussi enquêteur pour les problèmes archéologiques. Il fut vivement impressionné par l’ampleur et la variété de la collection.

Il était clair que Gardner considérait la théorie du canular comme une sottise. La méthode de datation au radiocarbone 14 était encore dans son tout jeune âge, mais Hapgood se procura des spécimens afin de les tester au C14.(7) Gardner et Andrew Young (l’inventeur de l’hélicoptère Bell) financèrent les tests. Hapgood soumit les échantillons au Laboratory of Isotopes Inc. au New Jersey. Les résultats furent les suivants :

Échantillon n° 1 : (I-3842) 3590 ± 100 (circa 1640 avant Jésus-Christ)

Échantillon n° 2 : (I-4015) 6480 ± 170 (circa 4530 avant Jésus-Christ)

Échantillon n° 3 : (I-4031) 3060 ± 120 (circa 1110 avant Jésus-Christ)

Ces dates au radiocarbone allant jusqu’à 4 500 ans avant Jésus-Christ feraient de la collection la plus ancienne de tout l’hémisphère ouest. En 1972, Arthur Young soumit deux des figurines à Froelich Rainey, Ph.D., directeur du Musée de Datation par thermoluminescence de Pennsylvanie. Le laboratoire Masca obtint des dates par thermoluminescences de plus de 2 700 ans avant Jésus-Christ.

Dans une lettre datée du 13 septembre 1972 adressée à Young , Rainey écrit :

«… Maintenant que nous avons derrière nous plusieurs années d’expérimentation, ici au laboratoire et à Oxford, nous ne doutons plus de la fiabilité de la méthode par thermoluminescence. Nous avons une marge d’erreur de 5 à 10 % tout au plus dans la datation absolue, mais nous ne nous inquiétons plus au sujet des imprévus qui pourraient remettre tout le système en question. Je dois également préciser que nous avons été si surpris par les dates extraordinairement anciennes de ces figurines que Mark Han exécuta la procédure 18 fois en laboratoire, et cela sur chacun des 4 échantillons. Aussi, de nombreuses recherches substantielles furent faites sur ces statuettes… Tout bien considéré, le laboratoire maintient ces dates pour le matériel de Julsrud, sans se soucier de ce qu’elles signifient pour la datation archéologique du Mexique ou pour le débat entourant l’authenticité des objets.»

Mais lorsque le laboratoire de l’université de Pennsylvanie découvrit que la collection comportait des dinosaures, ils se rétractèrent. Ils déclarèrent que les morceaux de céramique avaient dégagé des signaux de lumière régénérée, et qu’ils ne pouvaient pas dater de plus de trente ans. Un technicien en thermoluminescence admit que, selon son expérience, il n’existait aucune autre sorte de céramique produisant des signaux de lumière régénérée, et qu’aucune autre datation par thermoluminescence n’avait été faite sur de la céramique en utilisant un signal de lumière régénérée.

Bref, le test était une excuse en jargon de laboratoire pour éviter la conclusion évidente selon laquelle les dinosaures et l’homme auraient vécu ensemble. John Tierney décida de dénoncer la tromperie des chercheurs de l’université de Pennsylvanie en refaisant le test selon la procédure standard.

Tierney obtint deux fragments de céramique de type Julsrud trouvé à la montagne El Toro, à Acambaro en 1956, en présence de Julsrud. Tierney soumit les pièces à Victor J. Bortolet, Ph.D., directeur des services de recherche au laboratoire d’archéométrie nucléaire Daybreak pour qu’il les date.

acambaro-10.jpg

Bortolet data les objets à 2000 ans au moins, invalidant ainsi le rapport Masca selon lequel ils auraient de 30 à 100 ans.(8)

John Tierney remit une demi-douzaine de céramiques de Julsrud faites d’argiles différentes à une équipe de l’université de l’État d’Ohio, (Sans lui dire la provenance).

L’équipe d’experts se composait de J. O. Everhart, Ph.D. (président du département ingénierie céramique), d’Earle R. Caley, Ph.D. (l’un des chimistes archéologiques les plus respectés du monde), ainsi que d’Ernest G. Ehlers, Ph.D. (minéralogiste au département de géologie de l’université de l’État d’Ohio). Ils déclarèrent qu’ils ne pouvaient aucunement croire que ces objets eussent été faits dans les temps modernes, et qu’ils ne pouvaient pas non plus croi

Lire la suite

Edwards1 mini

Le Président Eisenhower a rencontré des aliens ?

Le Président Eisenhower a rencontré des aliens ? - 2012 - MAJ 05-2015

r-eisenhower-large570.jpg

C'est une histoire qui a circulé dans et hors de la communauté ufologue pendant des années : L'ancien Président des États-Unis Dwight David Eisenhower a-t-il eu trois réunions avec des extraterrestres ? Un ancien consultant du gouvernement dit que l'histoire est vraie, que le trente-quatrième président a causé avec des aliens dans une base aérienne du Nouveau Mexique, selon les rapports.

Aucune preuve définitive n'a jamais été trouvée pour confirmer ce conte du président qui rencontre des aliens. Cependant, selon Timothy Good, Eisenhower et des fonctionnaires du FBI ont arrangé ce sommet caché de notre monde à la base aérienne de Holloman.

timothy-good.jpgTimothy Good

« Les aliens ont effectué des contacts formels et informels avec des milliers de personnes de toutes les conditions sociales dans le monde entier, » dit Good, un auteur, un conférencier et un ancien conseiller au congrès et au Pentagone, sur le programme de BBC2 de Frank Skinner, «pertinant».

Good affirme que les gouvernements du monde ont eu des contacts avec des aliens depuis plusieurs années. L'histoire au sujet de la rencontre personnelle rapprochée d'Eisenhower - où il a, semble-t-il, rencontré des aliens de type Nordique - devait censément être dévoilée pendant le voyage du Président à Palm Springs, Californie, en février 1954.

Que vous croyiez cette histoire ou pas, un côté de l'histoire relativement intéressant est apparu en 2010. Un représentant retraité de l'Etat du New Hampshire, Henry McElroy Jr., a été filmé lors d'une annonce visuelle intrigante dans laquelle il a indiqué avoir vu un document secret sur le sommet prévu pour Eisenhower.

edwards1.jpgDessin du journaliste Frank Edwards, qui citait le cas dans les années 1970

Ce document, selon McElroy, a contenu l'information que les aliens étaient en Amérique et qu'Eisenhower pourrait les rencontrer. « Du mieux que je me souvienne, ce dossier se prévalait avec un sens d'espoir, et il tenait le Président Eisenhower au courant de la présence continue des êtres extraterrestres ici aux Etats-Unis d'Amérique, » dit McElroy sur la vidéo.

« Le ton du rapport m'indiquait qu'il n'y avait aucun besoin d'être inquiet, puisque ces visiteurs ne causaient absolument aucun mal ou n'avaient aucune intention quelconque de causer n'importe quel dégât maintenant ou dans l'avenir, » il a expliqué. McElroy continue à dire que, bien qu'il ne pouvait pas vérifier les périodes ou les endroits où toutes ces réunions pouvaient avoir eu lieu entre Eisenhower et les « astronautes extérieurs au monde, » il pense qu'il y a eu de telles réunions.

 

Henry McElroy Jr. : DECLARATION SOLENNELLE DE L’HONORABLE HENRY W. MC ELROY, ANCIEN DEPUTE DU NEW HAMPSHIRE...


Bonjour, je m'adresse à vous depuis Fort Monroe en Virginie. Nous sommes également connus comme “The Gateway to Freedom”, la Porte vers la Liberté. Nous sommes ici près de la petite ville de Phoebus, en Virginie. Fait intéressant, ses habitants la désignent eux-mêmes comme “The Gateway to the New World”, “La Porte vers le Nouveau Monde”. Phoebus se situe près d'Hampton en Virginie, dont la devise est “First from the Sea, First to the Stars”, “Premiers de la Mer, Premiers vers les Etoiles”. Mon nom est Henry McElroy Jr, retraité, ancien député de l'Etat du New Hampshire. Je vous remercie de votre attention concernant ce bref message portant sur les interactions entre des visiteurs étrangers et des terriens.

 Je fais cette annonce dans l'espoir d'amener tous ceux qui explorent l'univers à une meilleure compréhension. Par conséquent, mon but est d'apporter à l'humanité une précieuse contribution au bénéfice de toutes les religions, de toutes les races et de toutes les nations. Je me présente également aujourd'hui devant vous parce que je crois en la sagesse qui inspira nos pères fondateurs en établissant notre nation et parce que nous possédons des connaissances très avancées ainsi que des informations qui pourront aider les êtres humains à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés actuellement et plus tard dans l’avenir

Quand j'étais membre de l'Assemblée Législative de l’État du New Hampshire, j'étais attaché au service fédéral des Relations de l'État et au comité des Anciens Combattants. Il était important, en tant que Représentant du Peuple Souverain qui m'avait élu à ce Poste d'Honneur, que je sois informé d'un grand nombre de sujets relatifs aux affaires de notre Peuple et de notre Nation.

Ainsi que je l'ai compris, certaines des affaires courantes étaient examinées et classifiées en diverses catégories : au niveau Fédéral, de l'État, du Développement Local et des questions de sécurité. Ces documents sont rattachés à des thèmes différents dont certains racontent l'histoire de notre nation sur des décennies. L'un de ces thèmes récurrents est la raison pour laquelle je m'adresse à vous ce soir.

Je tiens à présenter à notre nation mon témoignage personnel concernant un document relatif à l'un de ces sujets que j'ai pu voir au cours de mon mandat, alors que je siégeais au service fédéral des Relations de l’État et du Comité des Anciens Combattants.

Le document que j'ai vu était un mémoire officiel destiné au président Eisenhower. Du tréfonds de mes souvenirs ce mémoire semblait imprégné d'un sentiment d'espoir et il informait le président Eisenhower de la présence permanente d'êtres extraterrestres, ici aux États-Unis d'Amérique.

Le mémoire semblait indiquer qu'une réunion pourrait être organisée le cas échéant entre le président et certains de ces visiteurs s'il le désirait.

Le ton du mémoire m'a montré qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, étant donné que ces visiteurs ne pouvaient, en aucune manière, être néfastes ou qu'ils auraient la moindre intention de causer des troubles, ni actuellement, ni dans l'avenir.

Bien que je ne puisse pas déterminer ni où ni à quelle l’époque cette ou ces rencontres directes ont pu avoir lieu entre Eisenhower et les visiteurs – en raison de l’optimisme de son discours d'adieu en 1961, je crois personnellement, en effet, qu'Eisenhower a rencontré ces extraterrestres, ces astronautes venus d'ailleurs. J'espère que mon témoignage personnel aidera la nation dans sa quête de l'illumination perpétuelle. Je suis honoré de suivre les traces de ceux qui ont offert leurs témoignages personnels - et qui méritent l'admiration du peuple américain pour avoir partagé publiquement leurs réflexions, dans un effort pour élever nos connaissances vers une meilleure compréhension de notre existence.

Je fais allusion à des personnes comme : Les ex-astronautes, John Glenn, Edgar Mitchell, Gordon Cooper et Buzz Aldrin. Les anciens présidents Ronald Reagan et Jimmy Carter. Le capitaine Bill Uhouse, de l'US Marine Corps. Le Lieutenant Colonel John Williams, de l'US Air Force. Le Colonel Phillip Corso Sr., de l'US Army. Le Commandant Graham Bethune, de l'US Navy. Ainsi que : David Hamilton du Ministère de l'Énergie, Donna Hare de la NASA, et James Kopf de la NSA. Je tiens également à remercier les pays comme la France, le Brésil, la Grande-Bretagne, la Russie, l'Italie, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Uruguay et l'Australie, pour avoir également ouvert leurs dossiers aux citoyens de leur pays et en leur permettant un accès à l'information qui est une chose tellement importante pour l'évolution de l'humanité. Je vous remercie d'apporter également votre contribution, en partageant les informations que je vous transmets aujourd'hui. Je vous remercie beaucoup et je tiens à remercier notre équipe de communication de nous avoir permis d'enregistrer aujourd'hui cette intervention. J'autorise la diffusion de cette vidéo à tous ceux qui veulent l'utiliser à des fins éducatives. Je vous remercie."

Topsecret 1

Alors qu'il est certainement difficile de prouver l'une de ces choses, nous nous retrouvons avec la même question qui suit toujours de telles histoires : Qui croire ?

http://socialleaks.info/eisenhower-met-with-ets-says-ex-government-consultant/#more-1379

http://www.huffingtonpost.co.uk/2012/02/14/eisenhower-and-the-aliens-former-us-president-had-three-secret-meetings-with-extra-terrestrials_n_1275692.html?ref=uk

http://www.para-ovni.com/actualite/eisenhower-et-les-extraterrestres-letau-ce-resserre/

Notons tout de même que Eisenhower fera un discours remarquable le 17 janvier 1961. Dans son célèbre discours de fin de mandat, le président Eisenhower met en garde les États-Unis contre les dangers du « complexe militaro-industriel »

« Cette conjonction entre un immense establishment militaire et une importante industrie privée de l’armement est une nouveauté dans l’histoire américaine. (...) Nous ne pouvons ni ignorer, ni omettre de comprendre la gravité des conséquences d’un tel développement. (...) nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié, dans des proportions désastreuses et échappant au contrôle des citoyens. Nous ne devons jamais permettre au poids de cette conjonction d’intérêts de mettre en danger nos libertés ou nos méthodes démocratiques. Rien, en vérité, n’est définitivement garanti. Seuls des citoyens alertes et informés peuvent prendre conscience de la toile d’influence tissée par la gigantesque machinerie militaro-industrielle et la confronter avec nos méthodes et objectifs démocratiques et pacifiques, afin que la sécurité et les libertés puissent fleurir côte à côte. ».

 

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t1202-video-eisenhower-avertit-la-planete-17-janvier-1961#ixzz1n1YYJHAz

Holloman afb artist conceptionhttp://www.crashdebug.fr/index.php/diversifion/1149-eisenhower-a-les-ovnis-temoignage-henry-w-mcelroy-jr

Pour aller plus loin :

http://www.forum-ovni-ufologie.com/f17-les-documents-ovni-top-secrets-declassifies

MAJ 05-2015 : Assez récemment également, c'est l'arrière petite fille du Président Eisenhower, Laura Magdalene Eisenhower qui, en février 2010, a révélé certaines choses sur la présence d'entités extérieures à la Terre, sur notre planète.

Elle avait écrit en 2010 : « Mon arrière-grand-père, le Président Eisenhower («Ike»), qui fut aussi le général d'armée qui conduisit à la victoire les Forces Alliées contre Hitler, s'est battu contre la malfaisance des pouvoirs corrompus de la planète en endossant certains des scénarios les plus difficiles de notre histoire. En grandissant, j'ai eu le sentiment qu'il me fallait terminer cette bataille dont les racines sont très anciennes. Hitler est mort et les Nazis ont perdu leur pouvoir, mais pas ces entités - dont certaines sont des ET. Elles ont trouvé de nouveaux asiles et fait alliance avec des gens qui font partie de l'Élite Mondiale... ceux-là mêmes qui veulent gouverner par des tactiques de peur, par le contrôle et la suppression de Sophia [la sagesse], ou l'essence de la féminité divine. ».

En 2014, elle a confirmé encore plus les choses, lire cet article sur ses déclarations :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/21eme-siecle/l-arriere-petite-fille-du-president-eisenhower-revele-sur-les-aliens.html

YH : Bon, notez que toutes ces choses sont quasiment inconnues du public français et même européen : les médias aux mains de quelques milliardaires, qui se comptent sur les doigts de deux mains seulement, n'en parlent pas et préfèrent parler des culottes d'actrices connues par exemple ou du ballon rond... laisser les gens hypnotisés par le petit écran et leur petit téléphone dans leur naïveté face aux fausses affirmations de "journalistes" aux ordres est la meilleure stratégie en Europe pour que rien ne bouge ni ne change... Et seuls quelques médias américains et canadiens se demandent pourquoi des personnalités provenant de la famille Eisenhower, ou des scientifiques comme Mitchell ou autres, des anciens politiques ou militaires à la retraite, prennent le risque de se ridiculiser et de se ruiner complètement en affirmant des choses rejetées par les médias des milliardaires...

Mais aussi : Attention tout de même aux manipulations diverses de certains médias tenus par des sectes religieuses (Rael et autres) qui font les affaires de certains services secrets et de grands médias qui "démontent" facilement certaines affirmations sans preuves ou dénoncent des faux fabriqués parfois par eux-mêmes pour discréditer au passage les recherches sérieuses et honnêtes en "mettant toutes les recherches et chercheurs dans le même bain "...

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 02-2012 MAJ 05-2015

oopart-mayas2.jpg

Les Preuves sur une autre Histoire...

 Les Preuves d’une autre Histoire

Gobeklitepe2 mini

Gobleki Tepe

Cette rubrique (cliquer pour trouver beaucoup d'articles) étudie certaines périodes de l’Histoire des Civilisations du monde, en partant (quand des données dont effectivement données transmises, ce qui n’est pas toujours le cas) des manuels scolaires, c’est-à-dire ce qu’on apprend aux enfants et adolescents de notre civilisation actuelle, en passant par les sources historiques et preuves des affirmations transmises, afin de les faire corréler (ou non) avec les récentes découvertes (ou même d’anciennes délaissées à leur époque). Vous découvrirez souvent que les choses apprises il y a déjà plusieurs générations sont toujours répétées actuellement, alors que bien souvent, elles ont été démenties par des preuves irréfutables. Problèmes de mises à jour des manuels d’Histoire (surtout antique il est vrai) ou volonté d’une élite scientifique à ne pas être démentie ? Voir comme certains l’affirment, véritable chape de mensonges pour étouffer le fait que l’Humanité n’a pas eu le départ décrit dans les manuels, mais a en fait déjà subi dans le passé un cataclysme qui l'a contraint à retourner à la préhistoire ?

Les articles de cette rubrique parleront d’abord de certains artefacts (objets artificiels ou naturels mais gravés ou usinés) antiques découverts dans le monde entier et qui ont tout un lien entre eux : leur datation, ce qui est gravé dessus ou la raison avérée de l’objet dans son utilisation ou sa forme.

On peut déjà dire qu’aucun manuel scolaire ne parle ou ne fait de relations avec le fait que c’est absolument partout dans le monde que l’on trouve des pyramides : aussi bien en Afrique, qu’en Europe, Asie, Océanie et Amériques. Même si les datations entre par exemple l’Egypte et le Pérou ne coïncident pas question datations, les constructions de Bolivie (Tiahuanaco) ou de Colombie (Altiplano), Equateur, Brésil coïncident bien avec, en tenant compte aussi du délai de migration ou des voyageurs de l’époque… le fait que depuis les pyramides, aucune autre structure culturelle mondiale n'a été construite dans le monde, la disparité et différences des temples et constructions publiques dans le monde dès le moyen-age, en sont des preuves supplémentaires. Une civilisation mondiale existait, et les preuves s’accumulent sur sa redécouverte : écriture pré-sanskrite découverte sur plusieurs continents, culture commune de l’architecture géante à base de pierre de plusieurs dizaines ou centaines de tonnes (dont pyramides et pierre-levées), religions communes reliées souvent pas la constellation d’Orion et les mêmes symboles (aussi bien en Egypte qu'en Colombie !), utilisation commune de techniques et savoirs disparus (puis redécouverts en partie depuis le 16ème siècle).

Comme vous le savez certainement, les scientifiques reculent de plus en plus à l’heure actuelle la date présumée de l’apparition de l’homme moderne sur cette bonne Terre : alors qu’en 2005, on était à peu près certain que l’homme moderne, l’Homo Sapiens Sapiens, était apparu vers -120.000 ans avant maintenant… les dernières analyses sur les découvertes faites en Ethiopie de deux crânes prouvent qu’il était déjà là, identiques, il y a – 195.000 ans. Certains pensant même que les caractéristiques de l’Homo Sapiens Sapiens ont même dû apparaître chez son ancêtre (Homo Erectus ?) au minimum vers -250 000 ans voir -500 000 ans. Les scientifiques ont longtemps pensé que la méthode de datation au carbone 14 pouvait entraîner une incertitude, faible, de quelques centaines d'années. Mais ils ont aussi toujours craint deux sources d'erreurs importantes : la contamination d'échantillons par du carbone plus récent, et des variations dans les proportions entre 14C et 12C dues aux fluctuations des radiations des rayons cosmiques qui touchent l'atmosphère supérieure. Or des techniques récentes ont permis de réduire la contamination des échantillons. Et des recherches dans les sédiments des eaux profondes au large du Venezuela d'une part, et dans carottages glaciaires au Groenland d'autre part ont mis en évidence des variations dans la teneur en carbone entre -30 000 et -40 000, et du même coup ont mené à recalibrer les modèles de datation. Ainsi, une datation standard au 14C donnant un âge de 40 000 ans ramène à un âge réel de 43 000 ans. Plus significatif encore : 35 000 ans de datés avant 2006 avec la même méthode deviennent en réalité 40 500 ans ! (source : Nature 439, 931-935-2006).

On sait également que la capacité crânienne des premiers Hommes Modernes était supérieure à l’actuelle (1650cm³ et 1350cm³ maintenant), et qu’il était assez grand (1m80 minimum pour l’homme). On sait aussi que le gène de l’Homme Moderne comporte entre 1 à 4% de gène de l’autre genre Homo Sapiens plus ancien mais aussi contemporain, le Néandertalien. 195.000 ans donc, avec au minimum les mêmes capacités intellectuelles que l’homme actuel (voir plus suivant la capacité crânienne et selon certains scientifiques). Que c’est-il passé durant cette si longue durée (surtout quand on calcule que notre civilisation moderne actuelle, héritière de toutes les civilisations connues précédentes, n’a que quelques centaines d’années d’existence !). On a trouvé des premiers habitats structurés et organisés par des hominidés (en Ethiopie) qui sont datés de 1,8 million d’années, on sait que le feu a été utilisé intelligemment dès -700 000 ans avant maintenant au minimum, que des spirales et des roues, puis de beaux dessins et même des auto-portraits vers la fin, étaient dessinées dans les cavernes lors de la dernière grande glaciation entre -120 000 et -12 000 ans, mais aussi sur des pierres, des monuments ou des objets fabriqués à l’air libre ailleurs… L'Humanité née il y a 195 000 ans a donc connu la précédente ère interglaciaire, a eu largement le temps d'évoluer (beaucoup plus de temps que nous !), avec des climats tempérés et un vrai paradis... avant que le volcanisme, des astéroïdes nombreux et gros (prouvés scientifiquement) et finalement la terrible longue glaciation et refroidissement global, les mouvements océaniques importants, étendent leurs ravages et anéantissent cette première civilisation mondiale presque totalement. Il s'agit très probablement des humains détruits par le déluge des légendes sumériennes et autres, y compris par tous les Ecrits monothéistes. Même la génétique le confirme et dit que l'Humanité s'est retrouvée a seulement 10 000 exemplaires à une période relativement récente de son existence... (au passage, il s'agit ici de confirmer que les +6 milliards d'exemplaires actuels de l'Humanité sont tous issus de cette petite ville dans laquelle on pourrait réunir ces 10 000 survivants : le racisme et fausses différences culturelles sont d'autant + stupides que nous sommes tous effectivement des frères et sœurs génétiques, issus d'une même famille très lointaine, certes, mais prouvée génétiquement...).

glaciation Hnord-18000

Il semble bien, et de plus en plus, qu’une différence énorme ait existé à l’époque entre les régions soumises à la glaciation et les autres plus clémentes. Ne pas oublier aussi qu’entre -22000 et -18000 avant aujourd’hui, le niveau des océans était à 120 mètres en-dessous du niveau actuel (et continue de monter depuis). Comme de nos jours, beaucoup d’habitations de l’époque se situaient près des plages ou des côtes, disparues depuis. L’habitation troglodyte découverte dans le sud de la France le long d’une falaise plongeant dans l’eau, par 8 à 15 mètres de profondeur sous l’eau, en est un exemple récent. Les traces d’une civilisation très évoluée, créant les premières forteresses, temples et cités sont évidentes dès -25000 à -15000 ans avant aujourd’hui, dans les régions où le climat était plus tempéré (Gobekli Tepe n'est pas unique), et ces traces ne sont que le haut de l’iceberg que l’homme devrait découvrir (ou a déjà découvert) sous les mers au fur et à mesure que sa technologie le permettra. Les humains cloîtrés dans les grottes glacées en Europe, Asie ou Amérique n’évoluant pratiquement pas pendant des milliers d’années, les autres, partant d'Afrique ou repoussés par la progression des glaciers, montant une civilisation ayant des relations sur tous les continents, connaissant la navigation, la cartographie, la couture et teinture, l’agriculture, l’astronomie, la médecine et probablement la roue, l’électricité et magnétisme, la métallurgie et l’architecture. Peut-être même la possibilité de voler dans les airs (voir les artefacts trouvés et les cartes mystérieuses)…

Nous allons commencer le tour des artefacts découverts et examinés scientifiquement par des professeurs d’universités reconnus ou des archéologues renommés, ayant publiés. La collection de Jaime Gutierrez, qui est un collectionneur de Bogota, Colombie, et qui amasse depuis de nombreuses années des pièces archéologiques rares (167 révélées) découvertes pour la plupart dans de vieilles tombes antiques ou des sous-terrains de temples pré-colombiens.

Klaus Dona - présentation d’artefacts rares ou prêtés par des musées. Expositions publiques 2010-2011 - vostfr


Klaus Dona _ L'Histoire cachee du genre humain

La plupart des artefacts de sa collection sont très étranges, ne correspondent pas à l’idée officielle des possibilités de l’époque ou des techniques envisageables. La plupart sont en lyddite (jaspe basanite), c'est-à-dire une pierre très dure, qui servait d’ailleurs, là où elle était disponible, à tailler les silex et autres pierres. Elle est d’origine volcanique (hydrothermie) ou sédimentaire suivant les endroits, et son apparition date de -250 millions d’années à -60 millions d’années (cette activité volcanique intense pendant l'ère des dinosaures explique en partie leur diminution, puis disparition (presque) totale 5 millions d'années plus tard. Très dure, la lyddite a été utilisée aussi par les Egyptiens et les Romains par exemple pour les constructions et les gros-œuvres, sous forme de gros blocs polis ou de statues, et pas de façons aussi affinée. De nos jours, elle est utilisée pour des coupes ou des articles « incassables » mais peu exploitée car dure et coûteuse à tailler (et difficile à affiner)… Notre industrie actuelle n’en créerait pas par exemple des instruments de pointe tels que chirurgicaux ou de précision… cela a pourtant été fait, il y a plusieurs milliers d’années : les preuves sont ici sous forme de photos et ont pu être vues et touchées lors des expositions de 2010 (notamment en Suisse) organisées par Klaus Dona (ces images sont extraites d'un documentaire concernant ce regroupement rare d'artefacts antiques) grâce à l'aide de quelques collectionneurs et musées : comment les Anciens, il y a des milliers d'années, ont pu voir ce que seuls nos microscopes peuvent voir depuis seulement 150 ans... ?

   

Notez bien : ce ne sont pas les seuls instruments chirurgicaux datant de milliers d'années qui ont été découverts : des instruments similaires, pas seulement en lyddite mais aussi, ont été trouvés en Afrique du nord, en Europe de l'est, en Asie centrale et du sud, en Amérique centrale et du sud... Et plusieurs crânes ou squelettes préhistoriques ont effectivement subi des trépanations ou opérations chirurgicales avérées (Plusieurs découvertes, y compris en France récemment). Les dépôts organiques trouvés sur ces artefacts ont permis leurs datations s'étageant de - 17 000 ans à - 2 500 ans pour le plus récent... mais attention, quand on parle de datation de pierre ou métal ouvragé grâce aux matières organiques incrustées dessus, il s'agit en fait de la datation de ces mêmes dépôts organiques : les pierres ouvragées en question sont obligatoirement plus anciennes (le temps que le temps y incruste des matières organiques !), mais cela donne tout de même un bon ordre d'idée de la date minimum de l'objet par rapport à notre temps.

Les outils ou objets fins en lyddite de cette collection ne sont pas les seuls découverts en Colombie ou ailleurs : d'autres objets dorment dans des musées locaux, et j'en proposerai quelques photos également.

Voir ici un regroupement dans les Pages du Site : http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/les-preuves-d-une-autre-histoire.html​

Yves Herbo, S, F, H, (07/2011) - updated (05-2015)

Ufo irkutsk region russie 13 04 2013

Contact Extraterrestre et Intérêts Humains

Contact Extraterrestre et Intérêts Humains

ufo-irkutsk-region-russie-13-04-2012.jpg 

OVNI ou nouveau missile photographié le 13-04-2012 dans région d'Irkoutsk, Russie

Réflexions intéressantes du spécialiste français Christel SevalQue se passerait-il si demain des extraterrestres prenaient officiellement contact avec l'humanité terrestre ?

Cette question n'est pas anachronique. Des études officielles ont été menées dans ce sens des deux côtés de l'Atlantique. Ce livre s'appuie sur des rapports aussi sérieux que celui du Brooking Institution, commandé par la NASA, du Cometa, en France, ou encore du Mutual UFO Network. Il puise également dans des sources plus confidentielles émanant de chercheurs indépendants

Quels seraient les impacts d'un tel contact sur la sphère émotionnelle, religieuse, socio-économique, politique, technologique ou militaire ? Un contact avec des extraterrestres bienveillants serait-il suffisant pour assurer la pérennité de notre société ?

christel-seval-c.jpg

Christel Seval (né en 1960) est un ingénieur français et ex informaticien du ministère de la défense. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'ufologie.
Il s'est intéressé notamment à l'affaire Ummo et ses recherches sont marquées par un environnementalisme militant, dénonçant le réchauffement climatique et les « politiques d'autruche ». Ses ouvrages sont publiés chez JMG éditions ; il a fait plusieurs conférences pour présenter ses recherches et publié plusieurs articles dans des revues spécialisées.

Ufologie et stratégie militaro-industrielle

Le décryptage de Christel Seval

Jean-Pierre Petit illustre SETI (Search for Extra Terrestrial Intelligence) par un breton attardé concentré sur sa longue-vue, essayant de déterminer s’il aperçoit des signaux de fumée en provenance de l’Amérique (pour savoir si l’Amérique abrite des êtres intelligents), alors que s’il levait le nez, il verrait des jumbo-jets sillonner le ciel avec plein de yankees à bord... C. Seval

Dans le cadre du SETI, le radiotélescope d’Arecibo à Porto Rico envoya en décembre 1974 un message radioélectrique en binaire à destination d’une galaxie voisine, en vue de communiquer à une possible intelligence extraterrestre. Cette bouteille dans l’espace fut envoyée par la plus grande antenne parabolique du monde en direction de l’amas d’étoiles M13 située à 22 800 années lumière dans la constellation d’Hercule. Le message d’Arecibo, écrit sous la direction de Frank Drake, professeur d’astronomie de la Cornell University, codifia les numéros atomiques des principaux éléments constitutifs de la vie sur Terre (H = 1, C = 6, N = 7, O = 8, P = 15). Il décrivait également les sucres et les bases qui entrent dans la composition de l’ADN, le nombre de nucléotides, un schéma stylisé de la double hélice de l’ADN et enfin, l’image stylisée d’une silhouette humaine, indiquant sa taille, le nombre d’habitants terrestres en 1974, la composition du système solaire en distinguant la Terre comme l’origine du message et les caractéristiques de l’antenne radar émettrice.

crop-circle7.png

Une réponse d’outre espace ?

27 ans plus tard le 20 août 2001, proches de l’antenne parabolique géante de Chilbolton (Angleterre), sont gravés dans les champs deux agroglyphes géants sous forme de rectangles. L’un représente un visage humanoïde non terrestre et le second représentant une réponse d’outre espace du message radioélectrique envoyé d’Arecibo en 1974. Que dévoile le décryptage de cet agroglyphe qui semble bien être une réponse au message envoyé il y a 27 ans ? La réponse est codifiée, cryptée rigoureusement de la même manière que le message émis en 1974. L’ADN décrit est plus court que le nôtre, le silicium ayant pris la place du phosphore ce qui provoque un crépissage de l’hélice d’ADN précisément représentée dans les champs de Chilbolton. À la place d’un homme stylisé mesurant un mètre soixante seize, ressort une silhouette classique de Gris, un être de petite taille, un mètre, macrocéphale avec des bras, des jambes et des yeux qu’on identifie clairement. Le système planétaire dont cet être est originaire est autre. Sa planète totalise un nombre de 17 milliards d’habitants, et se place en cinquième position depuis un soleil petit, égale au 4/9 ème du nôtre, accompagné de neuf planètes. Dans ce système, les planètes trois et quatre sont désignées comme étant habitées. Le message représente également le schéma d’une antenne parabolique avec le symbole de la planète émettrice associée à un chiffre signifiant la puissance électromagnétique utilisée pour répondre.

rtemagicc-cropetb-jpg.jpg

Silence radio des autorités

L’observatoire de Chilbolton est la propriété du gouvernement britannique, il fut construit en 1965, dans le but d’étudier les émissions d’ondes radios en provenance de l’espace et des satellites. L’accès de l’Observatoire est interdit au public. La première réaction des chercheurs britanniques comme Paul Vigay fut naturellement de comparer la formation de code binaire de 2001 à la transmission radio télescopique de 1974 à Puerto Rico. Malgré des photos, le décryptage du code binaire et toutes les correspondances relevées avec le message d’Arecibo par des chercheurs indépendants, aucune explication officielle n’a été donnée. Les astronomes de Chilbolton ont déclaré qu’ils ne s’étaient pas aperçus de l’apparition des glyphes, ceux-ci n’étant pas complètement visibles, même du point le plus élevé de l’antenne (sic!).

Un an plus tard toujours dans un champ de Childbolton, une silhouette d’alien tramée dans un gigantesque rectangle nous présente un disque rond d’une cinquantaine de mètres de diamètre dont la moitié sort du cadre (voir morphéus N° 8). L’intérieur du cercle végétal comporte un sillon spiralé divisé en une multitude de paquets de blés couchés ou relevés : une suite binaire. Le code en est simple, il s’agit de l’ASCII (American Standard Code for Information Interchange). Le message est le suivant :

"Prenez garde aux porteurs de faux cadeaux et aux promesses non tenues. Beaucoup de douleur mais il est toujours temps. Il y a du bon la-haut. Nous nous opposons à la tromperie. Fin de transmission…"

Il n’y aura aucune déclaration officielle à propos de cette formation. Alors s’agit-il d’un authentique contact ou d’une manipulation de l’armée ? A quelle fin ?

Des ovnis contre le secret défense

Après Nagasaki et Hiroshima, énormément d’ovnis vont survoler les États américains et se positionner avec précision au-dessus de tous les sites impliqués dans les activités militaires atomiques, comme s’ils cherchaient à s’informer sur les développements des armes atomiques terrestres. Dès 1946 les sites du Manhattan Project, les sites d’essais d’explosions atomiques comme l’atoll de Bikini, le site de Trinity, Roswell et les bases du Nouveau Mexique en 1947, Albuquerque, Sandia en décembre 1948, Los Alamos en janvier 1949, Camp Hood au Texas en mars 1949. Toute la filière atomique est découverte : des sites de recherche et d’essais, jusqu’aux lieux de stockage en passant par la chaîne de production des bombes. Pas un site secret n’est épargné. Les officiels de la Défense américaine sont aux abois. Leur pire cauchemar vient de prendre forme. Toutes les installations les plus secrètes du pays sont survolées par des ovnis. Il suffirait à un espion de relever la carte des apparitions d’ovnis de 1946 à 1950 pour avoir avec précision la situation géographique de toutes les installations nucléaires de l’armée américaine. C’est la panique dans les rangs US.

En juillet 1952, le Pentagone et la Maison Blanche sont survolés à deux reprises, en plein centre d’une zone névralgique strictement protégée, interdite à la circulation aérienne. Rien n’échappe aux ovnis, de la filière militaire à la filière politique.

Dès l’arrivée au pouvoir de D. Eisenhower en 1953, Nelson Rockefeller sera chargé de présider une commission de refonte du département de la Défense. A partir de cette date, l’empire Rockefeller, le CFR (Council on Foreign Relations), la Trilatérale et les Bilderbergs vont gérer le secret OVNI dans tous ses prolongements, scientifiques, technologiques, militaires, renseignements, désinformation, jusqu’aux financements et infiltrations des associations ufologiques.

OVNI et Secret Défense

En 1954, l’installation de Fort Meade, siège du NSA, qui plus tard mettra en œuvre le réseau mondial d’écoute électronique Echelon, est survolée.

En 1963 et 1964, les satellites mis en orbite par les États-Unis tombent systématiquement en panne, et, étrangement, se remettent à fonctionner spontanément.

Novembre 1965 : une gigantesque panne d’électricité affecte New York et le sud Canadien. Un disque lumineux est aperçu au-dessus de la station de distribution électrique de Clay, point d’interconnexion de plusieurs réseaux haute tension. Décembre : une panne identique touche plusieurs États, le Nouveau Mexique, le Texas. Les bases militaires Holloman, White Sands et Fort Bliss sont privées de courant. C’est le scénario que les responsables de la Défense craignaient le plus : des actions agressives paralysant à la fois l’économie de la Nation et les capacités des forces militaires.

En 1967 la base de Malmstrom, Montana qui abrite 120 missiles intercontinentaux du Strategic Air Command, est survolée par des ovnis. Le 16 mars, par une nuit glaciale, des lumières zigzaguent dans la nuit à des vitesses incroyables. L’officier de tir est alerté. Puis une soucoupe rougeoyante s’avance, survole la grille d’entrée au grand dam des gardes. En quelques secondes, ce sont huit silos de missiles qui sont déclarés hors service. Puis dix. Un commando chargé de s’approcher de l’ovni stationnaire a été légèrement blessé et est évacué. Plusieurs commandos partis inspecter les silos signalent des ovnis à leur tour. Dans une autre unité de silos plus au nord-est, un ovni évolue aux alentours de la zone interdite. Dix missiles sont à leur tour mis hors service. Il faudra plus d’une journée avant que les missiles ne soient déclarés à nouveau opérationnels. L’enquête technique conclura qu’il n’y a aucune explication rationnelle à la défaillance simultanée des 20 missiles ICBM.

En novembre 1975, les ovnis retournent sur la base de Malmstrom dans le Montana. 7 ovnis lents, qui déjouent les intercepteurs lancés contre eux, reproduisent le scénario de 1967 et déprogramment les ogives nucléaires.

La Nouvelle Donne

À partir de cette date, rien ne sera plus comme avant affirme Jean-Gabriel Greslé : Des puissances inconnues s’ingénient à rendre leur présence évidente par des manifestations aériennes non conventionnelles. Elles disposent de moyens techniques nécessaires pour convaincre l’ensemble du monde, une fois pour toutes, de leur présence et de leur supériorité. Pourtant, elles ne le font pas. De leur côté, le gouvernement américain et le département de la Défense utilisent leurs moyens considérables, renforcés en 1953 pour dissimuler eux aussi cette réalité au public.

Les mêmes puissances inconnues, entre 1947 et 1967 ont exercé une pression croissante sur les gouvernements américains. De toute évidence elles cherchent à obtenir quelque chose. Le gouvernement américain pourtant dominé par une technologie supérieure à la sienne a refusé, en apparence, de céder.

Le gouvernement refuse effectivement d’inverser sa politique de développement des armes nucléaires. Tous les gouvernements engagés dans la course aux armements de destruction massive sont confrontés aux mêmes problèmes de survols de leurs installations nucléaires par des ovnis. Une pression venue d’outre espace, demande une autre politique pour la sauvegarde de la planète. De quelle genre d’intervention s’agit-il ? La marge de manœuvre des intelligences à l’oeuvre est très mince. Imposer la paix avec une technologie qui neutralise toutes les technostructures militaires de la planète serait perçu comme une dictature venu d’outre espace entraînant un ethnocide généralisé. Le remède serait pire que le mal. Par contre ne rien faire signifierait à moyen terme laisser l’humanité s’autodétruire volontairement ou par accident. Le développement des armes à plasma fait peser un péril pire que l’arme nucléaire. La pression globale sur l’écosystème ne saurait continuer encore des décennies. Il est donc essentiel d’intervenir progressivement en exerçant une pression toujours plus forte. L’augmentation du nombre de crop circles est significative ces dernières années. Certains agroglyphes révèlent des schémas d’appareillages militaires ultra secrets, d’autres portent sur des symboles de sociétés secrètes influentes, ou encore répondent à un message envoyé il y a 27 ans dans la direction de la constellation d’Hercule. Au Mexique, les soucoupes volantes sont omniprésentes sans affoler les autorités ou les populations. Gorbatchev lui-même s’est toujours opposé à l’idée que les ovnis constituaient une menace pour l’humanité. Alors un premier contact officiel est-il possible ? Non car la technostructure gouvernementale américaine n’a pas intérêt à ce que des ovniens entament une procédure de contact avec l’humanité.

Géostratégie militaire US

Tout contact avec une race extraterrestre technologiquement plus avancée que nous, engagerait un processus collégial de représentation de l’humanité auprès des visiteurs qui nuirait à la souveraineté des Etats-Unis. Il s’ensuivrait des réformes économiques et écologiques proposées et impulsées par les extraterrestres pour améliorer la situation de l’humanité dans son ensemble, ce qui nuirait à l’hégémonie américaine. La révélation ou le partage de données techniques et scientifiques jusque là classées secret défense nuirait également aux Etats Unis.

Aussi les États-Unis peuvent-ils être amenés à envisager d’entretenir volontairement un foyer mondial de perturbations économiques afin de repousser au plus loin le jour du contact qui nécessite maturité et stabilité. L’accélération et l’amplification d’une politique de domination et d’annexion du reste du monde, notamment par le biais du vecteur pétrolier et de programmes d’armes de nouvelle génération semblent être à l’ordre du jour.

Ainsi, au moment du contact, les États-Unis occuperont une place prépondérante, un fait accompli qui ne sera peut-être pas remis en cause par les extraterrestres par respect pour la liberté de l’humanité. Les États-Unis auront à leur disposition un arsenal technologique qui leur permettra de faire pression sur les volontés extraterrestres si ceux-ci en émettent.

Car, quel est le mobile qui peut pousser les stratèges militaires américains à construire des bombes à antimatière dix mille fois plus puissantes qu’une bombe thermonucléaire, si puissantes qu’elles ne peuvent pas être utilisées sur Terre ? La peur d’un astéroïde ? La probabilité d’un géocroiseur spatial en approche dangereuse dans les parages de la Terre ? Foutaises, c’est la paranoïa anti-extraterrestre, c’est le désir forcené de l’oligarchie militaro-industrielle des États-Unis de pouvoir faire obstruction aux extraterrestres et, le jour du contact, d’avoir à leur portée un maximum de moyens de pression contre eux, voire d’armes efficaces car tel semble être leur rêve d’indépendance virile. - Christel Seval

Extraits des chapitres 6 à 11 pp 177-300
Le plan pour sauver la Terre
Éditions JMG

"Nous avons eu du mal à comprendre que les humains dépensent tant d’argent et de forces pour protéger les richesses d’une minorité, alors que tant d’hommes au même instant meurent de faim. Nous considérons ceux qui vous gouvernent comme des malades mentaux". Document Ummite NR9 du 30/09/1991.

18 janvier 2006 - Publié par le journal Morphéus n° 13, janvier-février 2006 - Frédéric Morin - www.morpheus.com - redaction@morpheus.fr

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t9411-pourquoi-les-extraterrestres-ne-prennent-ils-pas-contact-avec-nous#ixzz1s19mPf65

Préface de Jean_Pierre Petit pour le livre de Christel Seval " Contact et Impact "

C’est la première fois que j’accepte de préfacer un livre qui traite du thème ovni. Si je le fais c’est parce que ce qu’écrit Christel Seval sort de l’ordinaire. En lisant d’autres ouvrages traitant de ce sujet je leur ai toujours trouvé un caractère descriptif, comme s’ils restaient à la surface des choses, comme si les auteurs eux-mêmes étaient aussi frappés, après les médias, de superficialité. En fait le sujet ovni nous renvoie sans cesse à nous-mêmes, à notre devenir. Qui ne fait pas ce lien est un complet inconscient. Notre humanité vit les heures les plus graves de son histoire. Depuis 1945 l’homme a engendré des armes capables de le détruire. Un demi-siècle s’est écoulé. L’apparition d’armes biotechnologiques et de mind control a complété cette panoplie déjà impressionnante. L’avertissement du Président Einsenhower lors de son discours d’adieu n’a pas été entendu. Le lobby militaro-économique est comme un fauve lâché, sans contrôle. L’histoire, sur tous les continents, devient folle, avec différentes espèces de folies qui se déploient. La Nature elle-même semble participer au dérèglement planétaire général. On ne discerne plus quels mécanismes régulateurs pourraient amener les hommes vers un nouvel équilibre. Sur cette toile de fond la ronde des ovnis continue. L’aspect le plus fantastique est qu’en 30 ans, rien n’a bougé, strictement rien, du moins en France. Aux Etats-Unis c’est une autre paire de manches. Dans l’hexagone, après trois décennies d’existence le bilan du service créé par le Cnes est strictement nul. « Derrière, il n’y a rien ». Il n’y a pas de MHD militaire secrète. Les archives du Sepra ne contiennent rien d’autre que des rapports de gendarmes. Michel Bounias est mort pour rien. Ses travaux de 1981, sur les traces biologique laissées sur les luzernes, suite à un atterrissage d'ovni à Trans en Provence n’ont fait l'objet d'aucune suite. Aucun gendarme n’a capturé de spectre d’ovni grâce aux bonnettes imaginée par Claude Poher, dont leurs appareils photographiques avaient été équipés dès 1979 et dont le maniement a dû être oublié depuis longtemps. Mais comme le disait Hubert Curien peu de temps avant sa mort « la grande vague d’intérêt pour les ovnis est passée ».

Dans toutes les structures françaises il y a deux pour cent de gens « qui pensent que, quand même, on devrait faire un petit quelque chose vis-à-vis de ce dossier ovni ». C’est de ces deux pour cent qu’a émergé en 1999 le rapport Cometa, cité par Seval dans son ouvrage. Quatre-vingts pour cent s’en fichent éperdument et les dix-huit pour cent qui restent sont farouchement déterminés à ce que rien ne bouge. La question qui émerge est alors : « pourquoi cet immobilisme ? ». La lecture du livre de Seval apporte un élément de réponse. Notre humanité nie l’existence de ce phénomène, contre vents et marées et c’est normal car ce faisant elle se défend en mettant en œuvre un mécanisme de défense psycho-socio-immunologique contre ce qu’elle perçoit, à juste titre, comme une terrible menace.

Pourtant ces extraterrestres qui nous visitent n’ont nul désir, ni besoin de nous conquérir. La menace est d’un autre ordre. Elle revêt une dimension que je n’avais pas jusqu’ici perçue avant de lire l’ ouvrage de Seval, comme les précédents. Elle tient en un mot : ethnocide, mot initialement introduit par l'ethnologue R. Jaulin, décédé. Le génocide est l’annihilation d’une espèce, d’une tribu. L’ethnocide est l’annihilation d’une culture. L’auteur passe en revue des exemples historiques et montre comment des civilisations comme celle des Aztèques se sont effondrées en un temps relativement court après le choc culturel qu’a constitué pour eux l’irruption des conquistadors espagnols. J’ai écrit jadis que toute forme de pensée était un système organisé de croyances. Donc, si on remet brutalement les croyances fondatrices de notre pensée en question, celle-ci s’effondre, comme s’effondreraient des mathématiques sans axiomes et des logiques sans prédicats.

Ce que nous pouvons conjecturer c’est que l’écart qui nous sépare de nos visiteurs extraterrestres pourrait dépasser notre imagination, nos spéculations les plus folles. Nos connaissances scientifiques du moment deviendraient dérisoires. On peut même imaginer que lors d’un contact nous soyons confrontés à des êtres qui puissent être aussi différents de nous que nous pouvons l’être des singes. L’incidence d’un choc culturel a été évoquée par maints auteurs mais, note Seval, personne n’avait envisagé qu’un tel contact puisse être aussi dommageable, entraîner un ethnocide. Ainsi nous aurions l’explication du non-contact. Il ne s’agirait pas seulement de prévenir tout mauvais usage que nous pourrions faire de technologies plus avancées qui démultiplieraient nos capacités de destruction. Ce qui effondrerait notre civilisation terrienne, c’est le doute. Inutile d’aller très loin. En Russie c’est bye bye Lénine. Le Marxisme a vécu. Les Russes émergent de presque un siècle d’athéisme militant. Il n’y a plus de buts, de grands desseins. Personne ne croit plus aux lendemains qui chantent. L’alcool fait des ravages. L’espérance de vie des hommes est de 58 ans. La natalité est en chute libre. On retrouve chez un peuple qui a placé en orbite autour de la Terre le premier être humain des symptômes comparables à ceux qui frappent les membres de tribus indiennes. Alors, imaginez ce qui se passerait si les terriens étaient soudain confrontés à l’absurdité de leur système de vie, à l’inanité de leurs croyances, si des réponses foudroyantes leur étaient soudain apportées, concernant la naissance, la vie, la mort, l’évolution. Seval suggère que notre humanité pourrait s’effondrer au point d’être incapable de se relever, de pouvoir négocier le monde avec de nouvelles croyances qui soient à sa portée ou avec des fantasmes, des rituels salvateurs lui permettant de dialoguer avec le monde.

jpPetit.jpgJean-Pierre Petit


Seule une civilisation jouissant déjà d’un certain équilibre pourrait faire face à un tel choc culturel. Or nous sommes loin du compte. En lisant son livre nous découvrons combien notre société terrestre est fragile, vulnérable, parce qu’encore infantile. Donc le contact est simplement impossible. Notre civilisation planétaire est comme un château de cartes. Le simple fait de se voir présenter des preuves définitivement irréfutables de l’existence, de la présence d’extraterrestres suffirait à pétrifier d’angoisse notre système social, à provoquer en quelques mois, quelques années un chaos, suivi d’un effondrement irrémédiable.

Pourtant nous courons à grandes enjambées vers l’Apocalypse. Tous les signes avant-coureurs d’un profond déséquilibre sont sous nos yeux. La foire d’empoigne économique, la raréfaction des ressources naturelles, les effets de la pollution, les violents antagonismes qui se profilent nous mènent au chaos. Dans son ouvrage précédent, Le Plan pour Sauver la Terre, Seval expliquait que si des extraterrestres se décidaient à intervenir cela ne pourrait être qu’au tout dernier moment, quand nous mettrions en danger l’ensemble de notre biosphère, quand « le processus suicidaire aurait déjà été amorcé ». Personne ne bougerait le petit doigt si nous nous infligions des souffrances équivalant à dix fois les drames de la précédente guerre mondiale, tout contact avec une humanité immature se traduisant automatiquement par un ethnocide. La nôtre ne pourrait qu’être au mieux « reformatée ». On garderait le « disque dur-support génétique » mais on réinstallerait d’autres logiciels, c'est-à-dire une autre logique de vie, une culture totalement différente. Dans Contact et Impact l’auteur revient donc sur ces thèmes en émaillant son discours d’extraits de textes ummites. Si vous vous aventurez dans les ouvrages de Seval, attendez-vous en règle générale à être secoué. C’est en cela qu’ils diffèrent des autres livres publiés sur le thème ovni, essentiellement anecdotiques. Lui, va vraiment au fond des choses, envisage un impact dont nous n’avions pas jusqu’ici imaginé l’ampleur.

Aucun extraterrestre ne possède la recette magique qui puisse transformer notre société en Eden puisque tout contact, à quelque moment que ce soit se traduirait par un ethnocide. Le seul être qui puisse sauver l’homme, c’est lui-même.Jean-Pierre Petit         
  
http://www.jp-petit.org/OVNIS/seval.htm

Sources: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t9411-pourquoi-les-extraterrestres-ne-prennent-ils-pas-contact-avec-nous#ixzz1s1GExsdT

http://www.politiquedevie.net/ExtraTerrestres/Ufologieetstrategiemilitaro-industrielleChristelSeval.htm

 

Yves Herbo : Et pourtant, si on étudie l'histoire des peuples et même celle des religions (et oui), on ne peut que s'apercevoir en toute honnêteté que "quelque chose" ou "quelqu'un" a toujours influencé l'être humain sur son devenir et même sur sa culture... L'être humain a vu son psychisme façonné littéralement par des "dieux" venus du ciel, depuis des millénaires... ce "plan" qui dure depuis des milliers d'années aurait échoué, finalement ? J'en doute fortement... Ces entités, dieux ou extra-terrestres, peu importe le nom qu'on leur donne, finalement, n'ont-ils pas les moyens de leurs propres volonté et ambitions, si on peut parler ou comparer des attitudes humaines à celles d'êtres extérieurs, bien sûr ? J'en doute encore. Il y a des choses qui ont changé, finalement, au niveau des apparitions et des "vagues" d'ovnis, depuis les années 1990 : on parle et on voit beaucoup moins de "vagues" saisonnières d'apparitions : le contact a peut-être bien eu lieu, finalement... mais réservé probablement à une petite élite de dirigeants (comme dans le passé lointain d'ailleurs, tout aussi probablement...). Mais qui a été le contacteur ? S'il s'agit de celui "qui trompe et fait de fausses promesses" mentionné dans ce message en ASCII, l'Humanité a peut-être encore plus de soucis à se faire que d'un ethocide... et tous les événements économico-politiques des années 2000 semblent accentuer ce doute et l'accélération du chaos dont on parle plus haut dans cet article... 

Yves Herbo, S,F,H, 04-2012, up 05-2015

cote-lake-ufo-photo8.jpg

OVNI : une photo gouvernementale analysée

OVNI : une photo gouvernementale analysée

cote-lake-ufo-photo.jpg

Costa Rica, 4 septembre 1971, un avion du gouvernement vole à travers le pays. Chaque recoin. Son but: photographier chaque centimètre de la surface entière afin de produire une carte photographique complète. Pour s'acquitter de sa tâche, l'avion transporte une caméra haute résolution qui prend des photos de la terre toutes les 20 secondes. Ainsi, toutes les régions du pays sont immortalisées. L'équipage de 4 personnes est constitué de :

  • Sergio L. V., spécialiste de la photographie aérienne
  • Omar A., pilote
  • Juan B. C., géographe
  • Francisco R. R., topographe.

Diverses photographies sont prises durant le vol, sans que personne n'observe quelque chose d'anormal.

cote-lake-ufo-photo2.jpg

Au développement, la photographie n° 300 montre l'image étrange d'un disque. Les photographies n° 299 et n° 301, prises respectivement 20 secondes avant et après, ne montrent rien de tel. Le disque se trouve à un peu moins de 3,1 miles au nord de la ville d'Arenal et à environ 25 miles au sud de la frontière avec le Nicaragua, par 10,583° de latitude nord et 84,916° de longitude ouest, dans la province d'Alajuela, au-dessus d'un petit lac appelé Lago de Cote, mesurant approximativement 1800 m sur 1600 m, lequel est à environ 640 m au-dessus du niveau de la mer et dans un paysage de collines douces ou escarpées s'élevant à plusieurs centaines de mètres au-dessus du fond de la vallée. La région est couverte de forêt dense, avec de large étendues de prairies. Une route de terre, praticable seulement en été, court le long de la rive Sud. Elle relie la bourgade de Cabanga au nord-est à Aguacate au sud-ouest. En examinant la photo avec soin, on distigue quelques bâtiments le long de la route et des animaux dans les champs. Le disque se trouve à quelques 800 m plein nord de la démarcation entre les provinces d'Alajuela et de Guanacaste.

cote-lake-ufo-photo3.jpg

Pendant des années, l'événement a été relégué aux oubliettes dans les documents officiels. Cependant, grâce à l'enquête de l'enquêteur Ricardo Vilchez l'anomalie s'est révélée à la lumière. Le mystère réside dans l'une des images de la caméra automatique, prise au lac Cote, où apparaît une étrange sorte d'objet métallique en forme de disque, émergeant verticalement de l'eau. Sans aucun doute, l'objet ressemblait aux habituelles soucoupes volantes. C'est à partir de ce moment qu'il a commencé à étudier le cas, certaines enquêtes dans lesquelles participent de nombreux experts ont utilisé de nombreuses heures de travail.

cote-lake-ufo-photo4.jpg

En 1980, Ricardo Vilchez, dirigeant avec son frère Eduardo un groupe privé de recherche à San José (capitale du Costa Rica), rencontre Sergio L. V. Ils discutent des circonstances du vol de l'avion et de la photo, sans formuler de conclusion sur la nature du phénomène.

D'après Vilchez, les lentilles de l'appareil étaient fixées à une distance focale de 6 pouces. La vitesse de l'obturateur était de 1/500ème à F-5,6. La pellicule était une émulsion noir et blanc avec vitesse de 80 ASA. Le grain fin donne un négatif à haute résolution, pourvu que le plan et l'appareil soient stables et la vitesse de l'obturateur suffisante. Le négatif a été tiré sur du Kodak Safety type 3665 pour vues aériennes. L'image mesure 23 sur 23 cm, et la pellicule de base 25,3 sur 23,8 cm. Elle couvre une zone d'approximativement de 11,5 km de côté.

En 1981, le professeur Jean-Pierre Bergoeing, signale le cas au GEPAN.

En 1985, lors d'une réunion au Costa Rica, Jacques Vallée a l'occasion d'examiner le cliché, et obtient un négatif de 2ème génération auprès de Vilchez. Bien que ce négatif ne soit pas celui d'origine, lui et Richard Haines jugent que plusieurs facteurs justifient une analyse détaillée :

  • le cliché a été pris avec un appareil de haute qualité (R-M-K 15/23)
  • l'appareil était dirigé vers le bas, ce qui fixe la distance maximale (3300 m) et donc la taille de l'objet supposé : 4,2 mm représenteraient 210 m.
  • l'objet se détache sur le fond sombre et globalement uniforme du plan d'eau
  • l'image est grande, bien cadrée et détaillée
 

L'agrandissement positif en noir et blanc moyennement contrasté montre :

  • un bord sombre en haut et dans la partie supérieure droite, ainsi qu'une marque standard à l'usage des mesures
  • un fragment du rivage, utile aussi pour les mesures
  • le disque ellipsoïdal - dont la face supérieure est orientée plein nord
 
cote-lake-ufo-photo5.jpg
 
Autre observation ! :
 

Le 25 octobre 1986 vers 09:00 par temps clair, le lac est paisible et lisse comme un miroir. Joaquin U. A. (propriétaire agricole, 40 ans) et Ronaldo-Alerto L. A. (fermier, 23 ans) voient alors, à 600 m de distance environ, une rangée de 3 ou 4 cylindres, semblables à des poteaux s'élevant de moins de 3 pieds au-dessus du lac. Ils paraissent être fixés à une structure qui reste submergée. S'approchant du lac avec leur tracteur, ils voient une autre série d'objets se dressant hors de l'eau, toujours élevés d'environ 3 pieds et écartés de 3 pieds également. Ils peuvent observer clairement et à loisir les cylindres, de couleur sombre (gris ou brun café). Au bout de 5 ou 10 mn, les objets disparaissent ensemble en provoquant des remous et des vagues, toujours comme si les parties émergées appartenaient à une seule structure invisible.

2 semaines plus tard, ils font à Vilchez un récit détaillé et lui remettent un dessin de l'événement.

En 1990, Vallée apporte les négatifs d'origine, en vue de numérisations très fines à l'aide d'équipements de la Défense. Ces nouvelles analyses écartent l'hypothèse d'une anomalie liée au film (star effect ou autre).

Quelques travaux (Vallée et Haines, Perrin de Brichambaut, Louange) montrent que l'objet semble émettre une lumière propre et opérer un mouvement de basculement à l'instant de la prise de vue.

Les examens ont été effectués par le physicien Richard Haines et l'astrophysicien Jacques Vallée. Leurs rapports ont été ajoutés à un dossier spectaculaire qui a été publié en 1998, géré par un célèbre mathématicien et physicien du nom de Peter Sturrok, professeur émérite à l'Université de Stanford. Dans ce travail, les chercheurs tentaient de figer des événements OVNIs qui étaient soutenables pour une recherche scientifique digne qui fournirait une preuve scientifique irréfutable de l'existence du phénomène. Le dossier est arrivé alors que le président américain Bill Clinton était en mandat et il est intéressant de noter sur ce point que, durant ses jeunes années de collège et d'université, il avait exprimé un grand intérêt pour le phénomène.

Dans le cadre de l'image de Lago Cote, la première chose que firent les analystes fut un traitement numérique de la photographie, d'abord pour déterminer la nature de l'objet qui apparaît là, dans cette position : la moitié de l'appareil était sur l'eau , tandis que l'autre partie était submergée sous la surface. Ensuite, les différents processus de l'étude ont déterminé que l'objet était réel et physique. En outre, ils ont repéré plusieurs indications pointant le fait que l'objet non identifié a été pris émergeant des profondeurs .

Double-exposition ? : Un agrandissement du contraste faisant ressortir le grain ne montre aucune distorsion de celui-ci autour de l'image de l'objet, ce qui écarte la possibilité d'une double exposition.
Maquette  ? : Rien n'indique une modification de la chaleur atmosphérique autour de l'objet, ni qu'il soit relié à quelque espèce de fil.

L'étape suivante consistait à trouver des informations sur l'objet. Pour ce faire, Haines et Vallée ont commencé à calculer. Ils connaissaient l'aire géographique photographiée, et sa taille. Calculer les dimensions de l'objet n'était qu'une simple question de mathématiques. Donc, il a finalement été statué que la taille était extraordinaire : 210 mètres de diamètre (un rayon de 105 m donc à l'équateur si c'est un disque).

cote-lake-ufo-photo6.jpg

Mais le plus inquiétant était à venir.

Les chercheurs - afin de savoir à quelle vitesse sortait de l'eau l'objet - ont soustrait l'intervalle de temps qui s'est écoulé entre une photographie et une autre. Le fait que l'objet non identifié n'apparaît pas plus d'une trame a indiqué qu'il avait émergé et s'était élevé à grande vitesse, qui a été estimée à pas moins de 3000 miles à l'heure (4.800 km/H) au minimum. Il n'y a rien de cette taille qui pourrait voler à cette vitesse. Selon les experts, la valeur du rapport était suffisante pour décider Sturrok à incorporer le cas dans son dossier scientifique, mais malheureusement cela n'a pas eu beaucoup d'impact sur l'opinion publique.

Au rapport final, les experts ont émis l'avis suivant: " L'analyse a confirmé nos soupçons initiaux disant que l'objet volant était certainement anormal ". Aujourd'hui, elle est considérée comme la meilleure photo d'OVNI étudiée dans l'histoire et assure également qu'il existe des preuves irréfutables que le phénomène est bien réel.

A partir des années 2000s, plusieurs ufologues (Marc Plantier, Bernard Pache...) ne considèrent plus la taille de 210 m, décrite dans le rapport de Haines et Vallée, comme plausible. En effet, d'après eux, on peut accumuler sur la longueur maximum visible du lac — censé faire 1800 m dans sa plus grande dimension — plus de 17 copies du phénomène. Il y a donc dû avoir une erreur quelque part et l'objet ferait entre 50 et 62 m s'il avait été au sol. Dans la mesure où seul l'original peut permettre un vrai calcul avec les vraies données géographiques et métriques (les autres études l'ont été sur des agrandissements de copies faussant la fiabilité des données comme ci-dessous), le plus scientifique reste encore de se fier aux originaux et aux physiciens à priori et de plus = 17 X 110m de rayon donnent bien à peu près leurs 1800 mètres de surface plate... ^^

58532980ovni-ufo-costa-rica-1971-jpg.jpg

Quant à faire la différence entre des ombres du décors et d'ombres sur l'eau ou même d'un objet en mouvement et y voir une anomalie, c'est comme de comparer des surfaces différentes, c'est logique d'y trouver des anomalies : c'est une preuve supplémentaire de non retouches au niveau des ombres (un pro des effets spéciaux pour un film enlève ce type "d'anomalie" naturelle).

http://realidadovni.wordpress.com/2012/08/01/fotografia-y-realidad-el-platillo-volador-del-lago-cote-costa-rica-1971/

Traduit par Yves Herbo SFH 08-2012

Voir les analyses complètes ici : http://www.les-ovnis.com/pages/rencontres-et-observations-d-ovnis-et-d-aliens/1971-la-photo-de-lago-de-cote-et-analyse-de-l-ovni-du-costa-rica.html

haines-vallee-1990.pdf haines-vallee-1990.pdf

 

Yves Herbo Traductions, S,F,H, 08-2012, up 05-2015

Volcanoaurora 1

Déflagrations étranges, anomalie du noyau et vagues gravitationnelles

Déflagrations étranges, anomalie du noyau et vagues gravitationnelles - MAJ 05-2015
 
boule-de-feu-moselle.jpg
 
Décidément, l'Est de la France a son ciel "encombré" en ce moment (et pas que par la neige) : après l'apparition d'une grosse boule de feu le 24 janvier 2012 en Moselle, ce sont des explosions sonores mystérieuses qui sont perçues par beaucoup de monde en Lorraine le 26 janvier :
 
 
 
Lorraine : des déflagrations et une explosion mystère entendue à Metz

Jeudi soir 26 janvier 2012, vers 21h30 une assourdissante explosion a été entendue dans les environs de Metz. Des centaines de témoins ont assuré avoir ressenti des déflagrations et entendu un gros « boum ». Selon les pompiers « rien de notable », la gendarmerie a recueilli de nombreux témoignages.  

Hier soir un tweet de l’un de nos abonnés a alerté notre Rédaction. « gros "boum" il y a 10 minutes aux alentours de Metz, les vitres ont tremblé, c'était quoi ? » annonce C. sur Twitter. Les témoignages se succèdent « Oui à Metz-Lothaire aussi, un genre d'orage énorme, sourd. » peut-on lire. Un autre lecteur affirme dans la foulée avoir « entendu jusqu'à Woippy avec un léger souffle qui a fait bouger les volets. ». Le bruit a été entendu dans plusieurs quartiers de Metz. « J'ai aussi senti les tremblements un bruit bizarre. Je suis de Jury. » décrit un lecteur sur le réseau social.

Les messages se multiplient sur notre page Facebook. « Détonation ressentie en effet. Il était 21h30 » écrit A. M.  « J'ai entendu une explosion aussi à Montigny » ou encore « Enorme boom et grosses vibrations sur ma maison à Corny sur Moselle ... plus fort que les avions qui passent le mur ... » s’inquiète V. N.. « A Metz, à la grange aux bois, en effet, un gros boum ... » peut-on également lire. F. pensait à un violent orage « Je confirme à Montigny également, entendu cet énorme bruit sourd mais distinct, très surprenant; ai cru à un coup de tonnerre... mais pas d'orage... »

Pompiers : « rien de notable »

Malgré les nombreux témoignages ou la rumeur de l’explosion d’une bombe de la Seconde Guerre Mondiale très vite démentie, silence radio chez les pompiers. Contactés jeudi soir, ils affirment ne pas « avoir été alerté d’une explosion dans les environs de Metz ». Ce matin ils déclarent « rien de notable ». La gendarmerie quant à elle a bien reçu plusieurs appels en fin de soirée, mais des témoignages « dispersés » dit-on du côté des forces de l’ordre. La police a reçu de nombreux témoignages hier en fin de soirée - sans donner suite.

L’explosion entendue par des centaines de messins est donc un mystère. Est-ce un avion qui a traversé le mur du son ? Une bombe artisanale qui a explosé ou un accident dans une usine messine ? Seules des hypothèses peuvent être formulées à l’heure actuelle.

Vous avez entendu ou ressenti une explosion jeudi 26 janvier 2012 vers 21h30 aux alentours de Metz ? Contactez notre Rédaction à contact@loractu.fr !

Source + commentaires/témoignages  : http://www.loractu.fr/metz/1002-lorraine-deflagrations-explosion-mystere-entendue-metz.html

volcanoaurora.jpg

"Des sons étranges qui évoquent l'Apocalypse"

Une traduction de Jean Casault

Dans une entrevue exclusive du magazine scientifique GEOCHANGE, le professeur Elchin Khalilov, président du " Global Netword for the forecasting of eartquakes" présente sa théorie concernant les fameux sons dont tout le monde sur Internet ces derniers temps incluant notre collègue Jean Lavergne de Digifilm.ca et qui demeure à Shawinigan.

Ce que propose ce monsieur n'est peut-être pas la réponse finale à cette énigme mais il faut admettre que la communauté scientifique n'est pas très bavarde de ce côté ci de l'Océan. (mais en parler semble dangereux, voir plus bas !)

« Nous avons analysé de nombreux enregistrements de ces sons pour nous rendre compte que leur spectre d'émission se situe au niveau des infra-sons, en d'autres termes ils sont inaudibles à l'oreille humaine. Ce que les gens entendent est une toute petite fraction du volume global de ces sons.

Ces émissions acoustiques se situent entre 20 et 100 Hz et sont modulés par des vagues infra-sonique ultra basse de 0.1 à 2.5 Hz. En géophysique ils sont appelés vagues acoustique gravitationnelles qui se forment dans la haute-atmosphère, tout juste à la limite de l'ionosphère (Traduction libre de acoustic-gravity waves). Plusieurs facteurs peuvent causer ces vagues de sons : tremblements de terre, éruptions volcaniques, ouragans, tsunamis mais l'échelle de grandeur de ces sons, en tenant compte de l'étendue du territoire ou ils sont entendus et leur puissance excède de très loin la capacité de ces phénomènes naturels. Il pourrait alors s'agir de violentes éruptions solaires qui peuvent déstabiliser la magnétosphère, l'ionosphère et la haute atmosphère. »

" Nous avions prédit cela en 2010 et effectivement 2012-2013 mais surtout 2013-2014 seront très intenses avec une amplitude variant entre 1.5 et 1.7 de plus que le Cycle 23. Mais une autre cause peut expliquer tout cela et c'est l'accélération du glissement du pôle magnétique nord qui s'est accéléré cinq fois plus vite depuis 1998 et 2003 et nous avons effectué de nombreuses autres mesures depuis avec nos stations de détection à Istanbul Kiev, Baku, Islamabad et Yogyakarta et tout indique que le centre de la terre connaît présentement l'arrivée d'une nouvelle phase d'activité de l'énergie interne de notre planète. Couplée à l'activité solaire on peut donc s'attendre à l'augmentation de la fréquence et de l'intensité de tous ces phénomènes naturels dévastateurs que nous connaissons."

mg1.jpg

Source : http://www.centretudeovnis.com/index.php?option=com_content&view=article&id=278:des-sons-etranges&catid=37:doc-dossiers-ufologiques&Itemid=41

noyau-terre.jpg

Une anomalie gravitationnelle intense enregistrée dans le noyau terrestre

Le « Système international de surveillance géodynamique » a rapporté le 15 Novembre 2011 une émission d'énergie puissante du noyau de la Terre.
Une anomalie de gravité intense a été enregistrée simultanément à partir du réseau de surveillance Atropatène et dans les diverses stations de géophysique à travers le monde : A Istanbul (Turquie), à Kiev (Ukraine), à Bakou (Azerbaïdjan), à Islamabad (Pakistan) et à Yogyakarta (Indonésie).

Selon le professeur Elchin Khalilov, " les données enregistrées à partir du réseau Atropatène indiquent une puissante énergie émanant du noyau de la Terre, cette énergie pourrait, selon les scientifiques, intensifier les processus géodynamiques sur notre planète avec pour conséquences une augmentation des séismes, des éruptions volcaniques et des tsunamis.

Ces anomalies gravitationnelles se produisent en moyenne 3-7 jours avant de forts séismes. Ces anomalies sont générées par des vagues de stress, elles préviennent de l'imminence de grands tremblements de terre, au moment où les contraintes entre elles atteignent des valeurs critiques.
Ces ondes se propagent très lentement, leur vitesse allant d'une moyenne de 30 km / h sur les continents jusqu'à 120 km / h dans couche océanique.

Les vagues de stress sont de basse fréquence et leur durée varie de quelques heures à deux jours en moyenne, ce qui rend impossible pour les stations sismiques de les détecter.

Bien sûr, les stations Atropathena enregistrent le passage de ces vagues, mais hélas trop tard pour prévenir, ces enregistrements ont une précision assez élevée, et calculent l'emplacement de la zone de l'épicentre du tremblement de terre attendu.

L'énorme libération d'énergie du cœur de la Terre à la fin de l'année dernière était une sorte de signal de départ indiquant la transition de l'énergie interne de la terre vers une nouvelle phase active. "

Sources : GeoChange via Signes des temps, Wikistrike

MAJ 05-2015 : J'ai eu une surprise en cherchant des nouveautés sur ce thème et ces bruits étranges, ces détonations sourdes entendues un peu partout dans le monde, ces anomalies gravifiques en liaison supposées avec des séismes profonds (notamment à l'occasion des tremblements de terre très puissants de ces derniers mois, et encore récemment au Népal). En effet, un peu plus haut, en 2012 donc, on parlait beaucoup des déclarations et travaux du professeur Elchin Khalilov sur ce sujet précis et d'anomalie gravitationnelle intense enregistrée dans le noyau terrestre... Quelle ne fut pas ma surprise quand j'ai appris et vu sur plusieurs articles que le professeur Elchin Khalilov avait été arrêté en 2014 par les autorités d'Azerbaijan !

Le scientifique senior, travaillant également d'ailleurs pour l'armée de la fausse démocratie (le régime s'apparente plutôt à une dictature déguisée avec une violente répression et des élections truquées), aurait été arrêté en même temps que deux autres scientifiques pour une histoire assez floue de corruption... et quand on sait que c'est très souvent l'excuse invoquée pour faire taire et faire disparaître des opposants ou des personnes gênantes dans les anciennes Républiques affiliées à la Russie..., on est en droit de se poser la question : ces scientifiques et leur "anomalie gravitationnelle dans les profondeurs de la Terre" en ont-ils dit trop ? L'Azerbaijan est l'un des principaux pays producteurs de pétrole (et a toujours fourni la Russie, même depuis son indépendance de 1991)... et on se demande si les déclarations et publications sur ces bruits sourds provenant des entrailles de la terre, sans compter ces anomalies gravitiques n'ont pas été des tentatives faites par ces scientifiques pour dénoncer les dangers liés à l'extraction sans retenue du pétrole et gaz. Ce n'est pas la première fois (des américains en ont déjà parlé) que des scientifiques parlent des ruptures de failles et séismes occasionnées par la soustraction des masses pétrolifères et gazeuses au sein du sol, qui perd de sa lubrification naturelle... mais en parler dans un pays très producteur à tendance dictatorial peut s'avérer très risqué... : voici l'un des courts articles où il est question de son arrestation :

" Arrested another former senior official of the Ministry of Defense
On charges of abuse of office and embezzlement the former head of the Research Center of the Ministry of Defense of Azerbaijan Elchin Khalilov was arrested. The military court remanded arrest for a period of 3 months against him. Violations of the law in the activities of the Research Center of the Ministry of Defence have been identified during the investigation conducted by the Military Prosecutor's Office . The investigation revealed facts and considered them a ground for bringing Khalilov to criminal responsibility, a source in the Military Prosecutor's Office told Turan. Khalilov is charged under articles 308.2 (abuse of power, which resulted in grave consequences ) and 179.3.2 (embezzlement on a large scale). He faces up to 12 years in prison. Note that Khalilov is also known as an expert on earthquake prediction. Since 1989, he headed the international scientific and technical complex Intergeo Thethys. However, its activities in the Defense Ministry are still unknown to the general public. He was removed from his post as head of the Research Center of the Ministry of Defense after the change in leadership of the military department in October 2013. Khalilov is the third former senior Defense Ministry official arrested last month. According to investigators, Elchin Khalilov at the time when he was head of the Research Center of the Ministry of Defense, exceeding his authority, appropriated state property on a large scale. Elchin Khalilov is involved as an accused under articles 308.2 (abuse of authority , entailing grave consequences ) and 179.3.2 (embezzlement on a large scale ) of the Criminal Code of Azerbaijan. April 3 was arrested the former Chief of Naval Staff of Azerbaijan, former acting Navy Commander, Captain First Rank Yunus Mammadov. He is accused of fraud and falsification of official documents. April 24 on charges of official forgery and embezzlement on a large scale was arrested former commander of the Navy of Azerbaijan, Vice Admiral Shahin Sultanov. Recall that after the change of the Minister of Defense about two dozen senior military officials lost their jobs. Observers believe that several more people can be accused of crimes of corruption in the army and prosecuted. "

Source : http://www.securityassistance.org/content/arrested-another-former-senior-official-ministry-defense

Si on lit un peu entre les lignes, on peut comprendre qu'il y a eu un remaniement à la tête du ministère de l'armée de ce pays et il y a une certaine "chasse aux sorcières" pour se débarrasser de l'ancienne équipe... c'est politique bien sûr, mais dans ce genre de régime, c'est aussi physique, quand il s'agit de se débarrasser de quelqu'un... car on peut dire que le professeur Khalilov a littéralement disparu depuis cette période, au moins professionnellement...

 

Yves Herbo, S,F,H, 02-2012, MAJ 05-2015

Methane photo 1

Fontaines de methane dans l'Ocean Arctique

Fontaines de méthane dans l'Ocean Arctique - 2012 - MAJ 05-2015
 
 
Methane photo 1
 
Janvier 2012 - " Le réchauffement global est peut-être en train de s'emballer ". Une expédition scientifique russe a observé plus de 115 fontaines de méthane d'une ampleur jamais vue émergeant de l'océan Arctique, au nord de la Russie, rapporte le journal britannique The Dailymail. Il faut rappeler que le méthane est un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le gaz carbonique.
 

" Dans le passé, nous avions déjà observé des structures comme celles-ci, mais elles ne faisaient que quelques dizaines de mètres de diamètre", a affirmé le chef de l'expédition, Igor Semiletov. Cette fois, nous en avons trouvé des beaucoup plus impressionnantes, elles font plus de 1000 mètres de diamètre. Sur une superficie relativement petite, nous en avons trouvé plus de 115, à l'échelle de la région il doit y en avoir des milliers.

Methane 1

Ces fontaines se sont formées avec la fonte des fonds marins de l'Arctique qui s'accélère à cause du réchauffement climatique.

C'est le navire de recherche Russe "Académie Lavrentiev" qui en a fait la découverte. Il a mené ses recherches dans un périmètre d'environ 10.000 miles carrés au large de la côte Est de la Sibérie.

Pg 2 arctic graphic 1

" C'est terrifiant " explique le Dr Igor Semiletov. " Nous supposons que les quantités qui s'échappent actuellement de la région sont équivalentes à celles que la totalité des océans mondiaux libèrent normalement. "

" D'énormes panaches de bulles de méthane remontent des fonds marins à la surface dans des zone de plus d'1 Km de diamètre, c'est maintenant par de véritables cratères que s'échappe le méthane dans l'atmosphère. C'est la première fois que nous observons des fontaines de bulles aussi impressionnantes, elles font plus de 1000 mètres de diamètre et recrachent du méthane gazeux en continu, c'est incroyable et terrifiant ".

" Nous craignons que ces quantités de méthane libérées transforment radicalement les modèles actuels de nos estimations sur le réchauffement climatique. "

Sources et Liens complémentaires :

 
Autres infos : Augmentation du méthane dans l'atmosphère depuis 1983 :
 
Methane3 1
 
Notez que ces régions en train de fondre littérallement, si on les additionne, sont plus grandes que l'Europe de l'Ouest... le phénomène qui touche le sol sibérien (permafrost) en train de se transformer en boue continu sous l'océan gelé (de moins en moins)... Il s'agit d'une alerte sérieuse et certains climatologues pensent déjà que les anomalies de douceurs constatées jusqu'à présent sur une grande partie de l'Hémisphère Nord cet Hiver pourraient bien être dûes aux concentrations de méthanes plus importantes à cette latitude que jamais auparavant (et qui continuent)...
 
 
MAJ Mai 2015 : Mais où en sommes-nous maintenant à bientôt la mi-2015 ? On sait qu'il y a seulement quelques semaines, un énorme trou est apparu au nord de la Russie, précisément en Sibérie et en ces lieux où le permafrost est en train de fondre, libérant de plus en plus de gaz de méthane (mais aussi d'anciens virus et maladies "gelés" depuis des millénaires...). Ce cratère est probablement en lien direct avec ce méthane qui s'échappe et qui accélère le réchauffement climatique... : 
 

http://www.washingtonpost.com/news/morning-mix/wp/2014/08/05/scientists-may-have-cracked-the-giant-siberian-crater-mystery-and-the-news-isnt-good/

" Now, as two additional craters have also recently been discovered in Siberia, researchers worry the craters may portend changes to local Siberian life. Two have appeared close to a large gas field. “If [a release] happens at the Bovanenkovskoye gas field that is only 30 kilometers away, it could lead to an accident, and the same if it happens in a village,” Russian scientist Plekhanov told Nature.
" Maintenant, avec deux nouveaux cratères qui ont aussi été récemment découverts en Sibérie, les chercheurs préviennent que les cratères peuvent modifier la vie locale sibérienne. Deux sont apparus à proximité d'un important champ de gaz. " Si [une telle libération] se produisait sur le champ de gaz Bovanenkovskoye qui est à seulement 30 kilomètres, cela pourrait conduire à un accident, et pareillement que si cela se produisait dans un village ", a déclaré le scientifique russe Plekhanov à Nature.
 
Inside crater bottom left from helicopterSinkhole 2Dead sea sinkholes1
Un trou d'ozone est apparu au Pole Nord, alors que celui du Pole Sud s'est stabilisé : un lien ?http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/trou-d-ozone-au-pole-nord-les-grands-medias-se-reveillent.html
 
 
 
Yves Herbo traductions, S,F,H, 01/2012 - update 05-2015

X37b space plane in orbit mini

Nouvelle mission pour le mystérieux X-37B

Nouvelle mission pour le mystérieux X-37B

X37b space plane in orbit mini

Le vaisseau spatial X-37B de la Force aérienne des États-Unis va être lancé pour sa quatrième mystérieuse mission le mois prochain.

Boeing x 37b inside payload fairing before launchBy US Air Force [Public domain], via Wikimedia Commons

L'avion spatial X-37B sans pilote, une sorte de gros drone donc, qui ressemble à une version miniature de la navette spatiale de la NASA, maintenant à la retraite, est prévu pour décoller à l'aide d'une fusée United Launch Alliance Atlas V depuis la base spatiale de Floride à Cap Canaveral Air Force le 20 mai 2015 prochain.

« Nous sommes ravis pour notre quatrième mission X-37B," a déclaré Randy Walden, directeur de l'Air Force Rapid Capabilities Office, dans un communiqué. " Avec le succès démontré des trois premières missions, nous sommes en mesure de nous concentrer sur les objectifs initiaux du véhicule sur des tests de charges utiles expérimentales."

X37b space plane in orbit

Illustration d'Artiste du X-37B en orbite. Le mystérieuxvaisseau spatial est prévu pour le lancement de sa quatrième mission le 20 mai 2015. - Crédit: NASA Marshall Space Flight Center

Les charges utiles de l'X-37B et ses activités spécifiques sont classifiées, on ne sait donc pas exactement ce que le vaisseau spatial va transporter/déployer autour de la Terre. Mais les responsables de la Force aérienne ont révélé quelques indices sur la prochaine mission.

" L'Air Force Research Laboratory (AFRL), le Space and Missile Systems Center (SMC) et l'Air Force Rapid Capabilities Office (AFRCO) étudient un système de propulsion expérimental sur la Mission 4 du X-37B ," a déclaré à Space.com par courriel le Capt. Chris Hoyler, le porte-parole de la Force aérienne.

" L'AFRCO accueillera également un certain nombre de dispositifs avancés à bord du X-37B, de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) pour étudier la durabilité de divers matériaux dans l'environnement de l'espace ", a ajouté Hoyler.

La Force aérienne possède deux avions spatiaux X-37B, les deux ont été construits par la division Phantom Works de Boeing. Les vaisseaux spatiaux à énergie solaire sont d'environ 29 pieds de long par 9,5 pieds de haut (8,8 par 2,9 mètres), avec une envergure de 15 pieds (4,6 m) et une baie de charge utile de la taille d'un espace de camion pick-up. Le X-37B se lance verticalement, au sommet d'une fusée et atterri horizontalement sur une piste, comme la navette spatiale le faisait.

X37b orbital spaceplane 140402a 02

L'un des deux véhicules X-37B a volé sur la première et troisième missions du programme, qui étaient connues comme OTV-1 et OTV-3, respectivement. ("OTV" est l'abréviation de "Essais Orbitaux pour véhicules".) L'autre vaisseau a volé pour la OTV-2. Les fonctionnaires de l'Armée de l'air n'ont pas révélé quel sera l'avion spatial qui part en orbite sur la prochaine mission.

OTV-1 avait été lancée en Avril 2010 et avait atterri en Décembre de cette même année, restant en orbite pendant 225 jours. OTV-2 est partie en Mars 2011 et fait le tour de la Terre pendant 469 jours, redescendant en Juin 2012. OTV-3 était lancée en Décembre 2012 et est restée en l'air pendant le nombre record de 675 jours, pour finalement atterrir en Octobre 2014...

Si les responsables de la Force aérienne savent combien de temps OTV-4 va durer, ils ne le disent pas.

" Le X-37B est conçu pour une durée en orbite de 270 jours ", a déclaré Hoyler. " Des missions plus longues ont été démontrées. Comme avec les missions précédentes, la durée réelle dépendra des objectifs des tests, des performances et des conditions du véhicule sur orbite pour faciliter l'atterrissage."

X37b space plane landing recovery oct17 2014

Crédit Boing (octobre 2014)

Le secret qui entoure le X-37B et ses charges utiles a alimenté les spéculations dans certains milieux disant que le véhicule pourrait être une arme de l'espace en quelque sorte. Mais les responsables de la Force aérienne ont à plusieurs reprises réfuté cette notion. (Ce qui ne veut bien sûr pas dire grand chose car des militaires ne dévoileraient pas ce genre de chose de toute façon !)

" Les principaux objectifs de l'X-37B sont de deux ordres : des technologies d'engins spatiaux réutilisables pour l'avenir de l'Amérique dans l'espace, et des expériences d'exploitation qui peuvent être retournées, et examinées, sur Terre, " ont écrit les responsables de la Force aérienne dans le feuillet d'information en ligne du X-37B. " Les technologies testées dans le programme comprennent le guidage avancé de la navigation et du contrôle; des systèmes de protection thermique; l'avionique; le vol orbital, la rentrée et l'atterrissage autonomes;  des structures et des joints à haute température; l'isolation conforme réutilisable, les systèmes de vol électromécanique légers."

Sources : http://www.space.com/29221-x37b-military-space-plane-fourth-mission.html http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2800472/x-37b-likely-spy-plane-expert-claims-secret-spacecraft-covertly-watching-nations.html

YouTube

Yves Herbo Traductions, S,F,H, 26-04-2015

alien-in-blue-room.jpg

OVNIs : Le mystère de la Chambre Bleue

OVNIs : Le mystère de la Chambre Bleue

the-blue-room.jpg

Les choses "bleues" sont souvent secrètes et elles sont souvent associées au vol et à l'aérospatiale. Militaire bleu a toujours signifié l'importance et l'autorité. Bleu nous rappelle le ciel et il est la couleur de la Force aérienne. «Have Blue" a été un  nom de code secret d'un projet caché de Lockheed pour les prototypes Stealth. «Livre bleu» était bien sûr une étude USAF sur les OVNI. Mais il existe la fameuse "Blue Room" à Wright Patterson où il est dit par certains que les artefacts extraterrestres sont stockés. C'est un endroit où la vérité tangible sur ce que le gouvernement des États-Unis sait vraiment sur les soucoupes volantes réside. Souvent, les choses qui semblent nous changer à tout jamais viennent de l'extérieur du bleu et le contenu de la Chambre Bleue va sûrement le faire.

C'est parce que un document officiel récemment découvert offre une preuve concluante que l'US Air Force a été forcé d'admettre :

- L'existence de la longue rumeur "Blue Room" et son emplacement à la Base Wright-Patterson Air Force, après des années de déni du gouvernement
- L'exploitation de The Blue Room d'au moins 1955 à 1965, et peut-être beaucoup plus tôt et beaucoup plus longtemps
- Un film de 35mm officiellement pris de la Chambre Bleue, apparemment pour documenter le contenu de ce qu'elle détenait
- Avoir détruit le film de la Blue Room (probablement après une enquête au sujet de la Blue Room par une requête d'un sénateur américain)

Les efforts lancés par cet auteur sont en train d'ouvrir la porte de la chambre bleue un peu plus. Ces nouveaux documents de la FOIA :

- Le Nom pour la première fois de l'agence peu connue en vertu de laquelle la salle mythique bleu fonctionne
- Expliquent comment " des menaces de la part de royaumes de l'air et dans l'espace " sont confirmés se rapporter à la Chambre Bleue

Il est à espérer que ces efforts continus vont nous révéler bientôt tout simplement s'il y a des choses merveilleuses d'autres mondes cachées dans ce lieu des plus mystérieux.

Pourquoi nier The Blue Room ?

En Intelligence Community (IC) et en langage militaire, une "Blue Room" est la partie de l'espace dans un bâtiment ultra-sécurisé qui est conçue et équipée pour contenir des articles de haute sensibilité et d'un grand intérêt technologique. Dans le cas de la Blue Room de Wright Patterson, il est bien évident que ces articles se rapportent à la technologie extraterrestre.

Une des premières demandes à la FOIA concernant la Blue Room a été faite au début le 30 décembre 1980 par le chercheur sur le crash d'ovni de Roswell  William Moore. Le 7 Janvier 1981, Moore a reçu une réponse de l'US Air Force qu'il n'y avait pas de dossiers d'une Chambre Bleue qui existait. La promesse de suivi à Moore par l'Air Force n'a apparemment jamais eu lieu. Vous pouvez voir cette réponse ici :

blueroom-element5.jpg

Cependant, dans une brève interview, le sénateur américain cinq fois mandaté, l'ex-général et candidat à la présidence des États-Unis Barry Goldwater, se réfère à un « atterrissage » d'un vaisseau spatial il y a plusieurs décennies avant et qu'il avait dit au général Curtis LeMay (probablement au début des années 1960, qui deviendra une date importante plus tard dans cet article) : " Je sais que vous avez une Chambre (à Wright Patterson) où vous avez mis tous les trucs secrets." Le mot "trucs" (stuffs) est défini par les dictionnaires comme « matériau de laquelle quelque chose est fait » ou « propriété, biens, équipements de choses. " Cela dit, Goldwater fait clairement référence à des éléments matériels de construction de soucoupe volante dans ces dossiers dans la Chambre, sans références ou rapports. Et Goldwater a vigoureusement nié un tel accès, comme cela est raconté dans ce clip :

La Force aérienne est forcée à un aveu étonnant : " IL Y A UNE CHAMBRE BLEUE et Nous avons brûlé les FILMS A CE SUJET "

Dans une réponse récemment découverte de la FOIA à un citoyen privé faite il y a vingt et un ans, la Force aérienne a été obligée de répondre directement au sujet de la Blue Room. Ce fut apparemment en raison de la spécificité de la demande FOIA du citoyen. Dans cet enregistrement extraordinaire, authentifié et profondément archivé nous trouvons  des aveux extraordinaires du gouvernement des États-Unis :

Dans un complet "volte-face" et un changement soudain dans la position sur l'existence de la Blue Room (une décennie après que le chercheur William Moore s'était enquis de la question et on lui avait dit qu'il n'y avait "aucune trace" de celle-ci) de la US Air Force. Ils ajoutent qu'elle était au moins en opération depuis une dizaine d'années, que les images de celle-ci ont été prises, et qu'elles ont ensuite subi la destruction.

Cet aveu du gouvernement des États-Unis est dit ici:

RARE DOCUMENT FOIA CHAMBRE BLEUE

blueroom-element6.jpg

La personne qui a fait faire cette enquête pointue au gouvernement des États-Unis est nommé Brian Parcs.

J'ai supprimé l'adresse de sa rue qui apparaît sur le document FOIA car encore une fois, il est un citoyen privé. Il (et surtout le chercheur canadien Grant Cameron, du site web "Presidential UFO") doivent être félicités pour leur ténacité à en savoir plus au sujet de la Blue Room.

Notez que le document confirme un certain nombre de projets et numéros d'identification USAF relatifs à la Blue Room. Ils affirment que  " le film de 35 mm " de la salle a été « détruit » le 9 Septembre 1965. Aucune mention n'est faite concernant sous quelles auspices ou quel ordre de destruction ce film Blue Room a été détruit. Incroyablement, le sénateur Goldwater mentionne dans son interview filmée qu'il avait téléphoné au général LeMay à propos de cette Chambre mystère à Wright. On croit que cela s'était produit dans les années 1960 au début-milieu, autour de la même plage de temps où le film a été admis avoir été détruite par l'Armée de l'Air.

Faire le pressing de la Chambre Bleue à la FOIA

Lorsque cet auteur a mis au courant Cameron de sa trouvaille, il était évident que le suivi était en ordre et il a accepté. En tant que citoyen américain, j'ai ensuite fait une demande à la FOIA très directe qui a été envoyée par l'intermédiaire du site Web FOIA de l'US Air Force. Voici une transcription directe (moins l'adresse du domicile) de cette réponse FOIA : Avril 26, 2012. 13:27

" Merci de fournir des copies de tous les documents et autres dossiers relatifs à des fichiers, des fonctions et des opérations de "Blue Room", ce qui est confirmé par le DOD avoir été un projet et / ou l'emplacement de Wright Patterson Air Force Base.

"Blue Room" a été confirmée auparavant par la Force aérienne avoir été active en 1955 et a pu continuer pendant des années après. Un film "Blue Room" a été détruit en 1965 par l'Air Force comme l'a été admis par la Force aérienne.

L'existence de "Blue Room" est confirmé dans une réponse FOIA horodaté Octobre 9 1991, par le DOD américain, Département de la Force aérienne, le Commandement de transport aérien militaire Siège, Scott Air Force Base, IL 62225 et signée par Eddie L. Anderson , USAF, Directeur de la Gestion de l'information. Le colonel Anderson a fourni sa réponse à l'auteur de la demande Brian Parcs, ____, Torrance, CA 90504. En réponse colonel Anderson à M. Park en 1991 requête FOIA, le colonel Anderson références "Blue Room" en tant que :

Numéro d'identification USAF 23775
7307 Numéro du projet
Titre: Blue Room, Wright-Patterson AFB, OH 1955

Le colonel Anderson indique dans sa réponse à la FOIA pour Parcs  que ce film, de "Blue Room" a été détruit le 9 Septembre 1965, selon les dossiers de la DOD de mouvement enregistre Media Center, Norton Air Force Base, en Californie.

Merci de me fournir des copies de tous les documents relatifs à "Blue Room". " Anthony Bragalia 
Adresse, Email

Please furnish copies of all documents and other records pertaining to the files, functions and operations of “Blue Room” which is confirmed by DOD to have been a project and/or location at Wright Patterson Air Force Base. 

“Blue Room” has been confirmed previously by the Air Force to have been active in 1955 and may have continued for years afterward. Film of “Blue Room” was destroyed in 1965 by the Air Force as admitted by the Air Force.

The existence of “Blue Room” is confirmed in a FOIA response date-stamped October 9, 1991 by the US DOD, Department of the Air Force, Headquarters Military Airlift Command, Scott Air Force Base, IL 62225 and signed by Eddie L. Anderson, USAF, Director of Information Management. Colonel Anderson provided his response to requester Brian Parks, ____, Torrance, CA 90504. In Colonel Anderson’s response to Mr. Park’s 1991 FOIA request, Colonel Anderson references “Blue Room” as:

Identifier Number USAF 23775
Project Number 7307
Title: Blue Room, Wright Patterson AFB, OH 1955

Colonel Anderson indicates in his FOIA reply to Parks that film of “Blue Room” was destroyed on September 9, 1965 according to records of the DOD Motion Media Records Center, Norton Air Force Base, CA.

Thank you for providing to me copies of all records relating to “Blue Room.”

Anthony Bragalia
Address, Email

Réponse étrange de l'US Air Force : La Chambre Bleue est une question de renseignement spatial "

La Force aérienne a accusé réception de ma demande FOIA dans un courriel daté du 11 mai 2012, 12h01 à partir du Centre du service FOIA demandeur. L'e-mail indique qu'un numéro de dossier avait été attribué à ma demande présentée. Puis, dans une réponse remarquable et franche envoyée par Lynn Kane, WPAFB FOIA analyste, certaines choses importantes au sujet de la Blue Room étaient (peut-être involontairement) révélées :

De: Kane, Lynn C Civ USAF AFMC 88 CA / SCOK {@ Lynn.Kane wpafb.af.mil}
Envoyé: lundi 14 mai 2012 14:47
Pour: tony@______.com
Objet: FOIA 2012-03668-F-ST1, transféré à NASIC

M. Bragalia,

Il s'avère que le bureau d'enregistrement pour les Blue Room est le NASIC-National Air and Intelligence Center de l'espace. Par conséquent, la Wright Patterson Air Force Base (WPAFB) FOIA Office a transféré votre demande au NASIC, qui répondra à votre demande FOIA séparément. Les coordonnées de NASIC FOIA Office est (937) 257-6284.

Lynne Kane, WPAFB FOIA analyste, (937) 522-3091

Dans la réponse de Kane :

- Kane admet que l'Air Force est au courant de fonctionnement de Blue Room
- En outre, on apprend que le «bureau d'enregistrement» pour Blue Room est le National Air and Space Center Intelligence ou NASIC. Autrefois Division de la Force aérienne de la technologie des affaires étrangères (FTD) à Wright, l'organisation a été rebaptisée NASIC en 1992. C'est la division très réputée pour avoir été responsable de l'analyse des débris du crash de Roswell !
- L'implication est que, depuis le bureau responsable de la "Salle des choses Blue" est le NASIC, agence relativement nouvelle, que la Blue Room est toujours en vigueur ou que en quelque sorte, NASIC était responsable de son contenu

Fait intéressant, NASIC a une mission définie, qui est très révélateur par rapport à la Blue Room. Cette mission est définie dans un fichier PDF en ligne Histoire NASIC: " Pour recueillir et d'analyser l'intelligence globale spécialisée sur les menaces réelles actuelles et projetées de l'air et l'espace ". NASIC (et ses prédécesseurs) est désormais considéré comme très puissant (et en grande partie caché) avec des accès spéciaux à des organisations avec des ressources massives, de talents sans limites et de budgets noirs d'investissement -un endroit idéal pour un intendant et commissaire d'artefacts extraterrestres récupérés.

ET PUIS UN REFUS, ENCORE

blue-lock.jpg

Le 17 mai 2012 (seulement trois jours avant la réponse envoyée par courriel par l'analyste de la FOIA Lynn Kane) l'auteur a reçu une copie sur papier-lettre postée comme une réponse définitive à ma demande FOIA sur la Blue Room. La transcription (adresse du domicile en moins) est ici:

Département de l'Armée de l'Air
National Air & Space Intelligence Center (AF rapport de recherche internationale Agence)
Wright-Patterson AFB Ohio

17 mai 2012
NASIC / SCOK (FOIA)
4180 Chemin Watson
Wright-Patterson AFB OH 45433-5648

M. Anthony Bragalia
(Adresse)

Monsieur Bragalia :

Cette lettre fait référence à votre Freedom of Information Act (FOIA) Demande datée du 26 Avril 2012 pour les dossiers relatifs à "Blue Room". Nous recevons votre demande et le numéro attribué par cas FOIA 2012-03668-F. Une recherche a été menée pour le compte rendu que vous demandez et nous ne pouvions pas localiser tous les dossiers. Nous avons recherché (sic) à plusieurs reprises dans le passé pour les dossiers liés à "Blue Room" et n'avons pas pu localiser tous les dossiers. Si vous interprétez cette réponse "pas de dossiers" comme un effet indésirable, vous pouvez faire appel au Secrétaire de la Force aérienne dans les 60 jours civils à compter de la date de cette lettre. Incluez dans votre appel les raisons pour réexamen et joindre une copie de cette lettre. L'appel doit être transmis au secrétaire de l'Armée de l'Air, Thru: NASIC / SCK (FOIA), 4180 Chemin Watson, Wright-Patterson AFB OH 4533-5648.

Sincèrement,
Gery D. Huelsman
Liberté NASIC du Gestionnaire de l'information

UN APPEL ET POURSUITE FOIA IMMINENT

Le 5 Juin 2012, l'auteur à posté un appel au NASIC comme étant une non-réponse à sa demande FOIA sur la Chambre Bleu. Huelsman maintient qu'aucun dossier sur la salle n'existent et qu'ils ont "regardé avant." C'est peut-être la réponse la plus hypocrite et hardiment non conforme jamais donnée à un demandeur FOIA. Ce qu'ils ont "regardé avant" est un commentaire dégradant qui n'est pas sensible à l'information spécifique que j'avais reçue de la Force aérienne dans ma requête FOIA. Bien qu'ils avaient regardé ce qu'il en était avant, ils ont donné des réponses différentes au sujet de Blue Room à des moments différents. Comme je l'ai indiqué dans mon appel :

- Si il n'y a en fait pas de dossiers, comment juste l'analyste du WPAFB FOIA Lynne Kane peut  savoir qu '« il s'avère " que le " bureau d'enregistrement " pour "Blue Room" est en effet NASIC ? J'ai demandé des documents et tout ce que l'analyste FOIA Lynn Kane avait trouvé a été de faire la détermination que l'agence responsable était NASIC.
- S'il n'y a en fait aucun des dossiers, comment le colonel Eddie Anderson (dans sa réponse au début de la FOIA au demandeur Brian Parcs) a pu rechercher des enregistrements montrant que le film 35mm de la Chambre Bleue avait été détruit le 9 Septembre 1965 ? J'ai demandé tous les dossiers relatifs à cette destruction, y compris une ordonnance de destruction.
- Si il n'y a en fait pas de documents, pourquoi le colonel Anderson a concédé à Brian Parcs le numéro d'identification donné, le Numéro du projet et le titre se rapportent à la Blue Room ? J'ai demandé tous les dossiers relatifs à cette information d'identification.

Je suis prêt à utiliser un recours juridique si nécessaire, y compris l'utilisation des avocats pour forcer la vérité de ceux qui trompent.

OUVERTURE DE LA PORTE DE LA CHAMBRE BLEUE

alien-in-blue-room.jpg

Les dénégations et les réponses contradictoires de la Force aérienne sur la question Blue Room sont flagrantes. Je me rappelle les dénégations répétées très similaires par la Force aérienne sur un autre super-secret OVNI du gouvernement liée à l'entité UIP (Interplanetary Phenomenon Unit). Il a fallu plus d'une décennie pour obtenir tous les détails de fond sur l'UIP. Je n'ai pas l'intention d'attendre aussi longtemps pour découvrir la vérité ultime sur la Blue Room. Tout comme le film Blue Room, dans une réponse FOIA, l'Armée de l'Air avait finalement affirmé que les fichiers de l'UIP avaient été détruits. Dans un article plus ancien sur le National Reconnaissance Office, l'auteur a raconté comment, en tant que pré-ado, il avait déposé une FOIA sur le NRO, et reçu un refus et même réponse de " pas de dossiers " sur l'existence du NRO aujourd'hui reconnu !. Ces sortes d'excuses du gouvernement et des mensonges au sujet de la Blue Room seront dévoilés avec l'exposition. La porte de cette salle a été fermée pendant des décennies. Il est maintenant temps de la balancer toute grande ouverte et de voir par nous-mêmes ce dont le petit nombre de privilégiés est au courant : la preuve matérielle des aliens intelligents et leur arrivée sur Terre.

Comme un ancien Beatles l'a écrit: " “THINGS THAT WILL CHANGE YOU FOREVER WILL APPEAR FROM WAY OUT OF THE BLUE”  GEORGE HARRISON, 1988

Anthony Bragalia

Source : http://bragalia.homestead.com/blueroom.html - rappelons que, depuis cet article et plusieurs autres dans lesquels Mr Bragalia dénonçait les "cachotteries" des différents gouvernements américains, son site internet a fait l'objet de plusieurs tentatives de piratages, a été interrompu et il affirme aussi avoir reçu de très nettes menaces... Mr Bragalia est aussi l'un des premiers à avoir annoncé, dès la mi-2014, la découverte de nouvelles preuves sur Roswell (les diapos et témoignages devant être en principe révélés en mai 2015) et il a participé aux débats les concernant, avant que son site ne soit à nouveau piraté fin 2014...

Traduction Yves Herbo S,F,H, 23-06-2012, updated 10-04-2015

Nato logo 1

OVNIs : Un ancien des Services Secrets témoigne

OVNIs : Un ancien des Services Secrets témoigne - MAJ 03-2015

nato-logo.jpeg

Témoignage de Robert Orel DEAN

Bob dean1
Robert Orel Dean, né le 2 mars 1929 fut analyste du Renseignement militaire au Haut Commandement de l'OTAN. Actuellement agé de 83 ans, avait été affecté au QG du Shape près de Paris de 1963 à 1967 avec la plus haute habilitation "Cosmic Top Secret". Un document dont il n'existait que 15 exemplaires en anglais, français et allemand, est arrivé entre ses mains, et sa lecture en 1964 "a transformé sa vie". Il raconte à Lou Gentile (décédé en 2009) :

"J'étais affecté à la Salle des Opérations. Une nuit, à 2 heures du matin, un Colonel de l'Air Force pensant que je m'ennuyais, a sorti ce rapport du coffre et me l'a donné à lire : "Tiens, tu disposes de l'accréditation nécessaire, lis ça, ça va te réveiller..." C'était titré : "An Assessment" ("Une Évaluation"), sous-titré : 'Évaluation d'une possible Menace militaire contre les Forces armées en Europe'.
Ce rapport devait initialement déterminer si les soviétiques étaient impliqués dans ces phénomènes inconnus qui étaient observés dans l'espace européen, en pleine guerre froide."

Après trois années d'études, il concluait que d'immenses objets cylindriques et métalliques, manifestement pilotés par des formes d'intelligence, ne pouvaient en aucun cas être d'origine terrestre.
Ce rapport déclarait :
- qu'au moins quatre races différentes d'aliens étaient impliquées. Parce que des occupants de ces machines avaient été vus au sol,
- qu'ils étaient là depuis des centaines d'années,
- qu'ils n'étaient pas hostiles, parce qu'en raison de leurs capacités, l'affaire aurait été déjà réglée...
- qu'au moins une espèce était une manifestation inter-dimensionnelle.

Après 27 ans de service actif, Robert Dean a travaillé 14 ans avec la FEMA après sa retraite de l'armée comme Commandant Sergent-Major, mais il disposait toujours de son habilitation. Il a poursuivi son enquête en examinant les dossiers dans les bureaux de ses collègues toujours en service. Au fil des années, il s'est vu confirmer que certains de ces E.T.s venaient d'autres dimensions.

Robert Dean explique qu'à leurs yeux nous sommes des peuples primitifs, barbares, ce qui doit embarrasser particulièrement tout gouvernement confronté à l'attente d'une Divulgation. Après avoir encouragé le Dr Steven Greer pendant des années, et passé deux mois à harceler les membres du Congrès à Washington pour obtenir que soient organisées des audiences publiques, il est maintenant assez désabusé. Il parle de la Divulgation comme d'une "Dynamite politique", et dénonce la complicité des propriétaires des grands médias, toujours déterminés à décrédibiliser les témoins.

"Les Représentants élus ne sont déjà pas en mesure de questionner l'affectation des budgets secrets... Le citoyen pense qu'il connait les hommes en place, ceux qui semblent gouverner. Mais derrière eux se cache le véritable gouvernement de ce pays.
Le fait pour les citoyens d'apprendre que nous ne sommes pas seuls, doit entraîner une expansion de conscience dans la société..."

Mais il pense que les gouvernements successifs restent sur leurs position en raison des conclusions du Rapport de l'Institut Brookins en 1961 (qui conseillait à la NASA de cacher des informations concernant les découvertes aliènes éventuelles lors des missions spatiales, en raison du choc culturel). Il rend hommage à des travaux et publications comme ceux de Peter Sturrock, professeur de physique appliquée à l'université de Stanford, qui représentent selon lui une forme de Divulgation progressive, et se demande si ce serait ou non encouragé par le gouvernement US, dans la mesure où Sturrock a été financé par Laurance Rockefeller.

Dean ne manque pas de rappeler le dernier discours de Eisenhower, avertissant le peuple des dangers du lobby militaro-industriel en place. Et il se demande : "Pourquoi les militaires renonceraient-ils à leurs super-bénéfices dans le cadre de programmes secrets, d'ailleurs en partie basés sur la rétro-conception ?"

Même constat pour les solutions énergétiques qui nous permettraient de nous passer du pétrole : "Croyez-vous que les pétroliers seraient prêts à renoncer ?" "A ce propos", demande-t-il innocemment : "...Savez-vous qui occupe actuellement la Maison-Blanche ?"... (YH : Bush/Texas... à l'époque...)

"Mais un autre problème se pose : comment révéler au public que tous les E.T.s ne sont pas bienveillants ?"

Robert Dean fait référence au Professeur Michio Kaku, physicien New-Yorkais et consultant de la série "Star Trek", pour lequel il existe 10 dimensions distinctes, et nous serions dans la 3ème. Dean rapporte également des témoignages de militaires de la Navy qu'il a rencontrés, affectés à la surveillance de sous-marins soviétiques, témoins de manifestations d'objets aussi grands que des porte-avions, se déplaçant sous l'eau à plus de 180 km/heure. Le même phénomène a été observé au large des côtes écossaises.
D'où encore une fois, l'impossibilité de dévoiler la vérité au public, puisque nos moyens actuels n'offriraient aucune protection efficace contre des technologies aussi avancées...

Robert Dean montre un intérêt particulier pour les bases aliens sur la Lune. Il fait référence à Maurice Chatelain, responsable pour la Mission Apollo du programme de communication. Le français avait été le premier à entendre les commentaires (coupés avant leur diffusion au public) des astronautes Armstrong et Aldrin, décrivant deux engins posés au bord d'un cratère, qui semblaient les attendre. D'où l'interruption du programme lunaire, malgré tous les projets annoncés d'établir une base permanente sur notre satellite. Toujours à propos des constructions lunaires, Robert Dean affirme avoir vu des clichés qui ont été pris par la sonde Clementine, lancée par le Département de la Défense, qui a orbité environ 300 fois autour de la Lune au printemps de 1994, et transmis deux millions d'images, dont seulement une infime partie ont été publiées.

Pour finir, il affirme que l'un de ses contacts au Laboratoire de Fort Alamos lui a révélé qu'ils ont réalisé depuis 25 ans la fusion contrôlée. Selon une autre source, des expériences ont établi que le temps était manipulable. C'est ainsi qu'il explique la notion de Temps manquant dans les récits d'abductions.

En conclusion, et pondérant son scepticisme sur le bon vouloir des Autorités, Robert Dean estime finalement que l'effet de masse critique dans l'opinion pourrait changer la donne à tout moment.

"An Assessment" ("Une Evaluation"), sous-titré : 'Evaluation d'une possible Menace militaire contre les Forces armées en Europe' avait été tiré à 15 exemplaires. Le Sergent Major Robert O Dean a raconté à l'enquêteur Leonard H. Stringfield :

"L'étude fut dirigée par l'Air Marshall, Sir Thomas Pike (British), qui était Adjoint du SACEUR (Supreme Allied Commander Europe). Pike était Adjoint du Général Lyman Lemnitzer, U.S. Army, qui avait un rang équivalent au grade de cinq étoiles.

Le gouvernement français (Charles De Gaulle) a retiré la France de l'OTAN, et nous avons du déplacer le SHAPE de Roquencourt (juste à côté de Paris) à Casteau (près de Bruxelles) en 1967. Par la suite on demanda aux français de restituer la copie française du rapport "The ASSESSMENT". Nous étions pratiquement certains qu'ils en avaient fait une copie, parce que peu après, ils ont lancé leur G.E.P.A.N. sous le contrôle de la gendarmerie. Il nous a été récemment confirmé par une source militaire française que le Colonel Jean Fauvre était au courant pour "The ASSESSMENT". (YH : et des militaires ont collaboré au "Rapport Cometa" donné au gouvernement français...)

Ici une conférence de Robert O. DEAN au Congrès International sur la Présence Extraterrestre, Madrid (Espagne) 26-27 juin 2010.

Partie 1

Partie 2

".....les aliens existent mais ce sont des êtres trans-dimensionnels, ils peuplaient la terre bien avant l'homme et certains dirigeant se sont alliés avec ces forces obscures en échange de pouvoirs et de promesses qui ne seront pas tenues. "

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/02/01/23405210.html#trackbacks

MAJ 03-2015 : Ces photos ont été dévoilées par la suite, montrées lors des conférences de Mr Dean, provenant de la NASA et de l'agence spatiale japonaise :

Bob dean nasa 1 reduite

Bob dean nasa 2 reduite

Bob dean nasa 3 reduite

Bob dean nasa 4 reduite

Bob dean nasa 5 reduite

Bob dean nasa 6 reduite

Bob dean nasa 7 reduite

Bob dean nasa 8 reduite

 

Bob dean nasa 9 reduite

Bob dean nasa 10 reduite

 

Yves Herbo, S, F, H, 02/2012, 03-2015

Denderah ampoule

Les Lampes de Denderah

Les Lampes de Dendérah

denderah.jpg

Les lampes de Dendérah sont ce qu'on pourrait définir comme de parfaits OOParts réels, à savoir un ou plusieurs objets historiques, archéologiques ou paléontologiques trouvés dans une période historique totalement étrangère aux objets eux-mêmes. Le terme a été inventé par le cryptozoologue Ivan T. Sanderson et depuis lors, il est souvent utilisé par ceux qui tentent d'expliquer des théories officielles historiques - c'est devenu un terme scientifique reconnu. On peut immédiatement et sans tarder faire un rapport très étroit avec d'autres artefacts OOParts découverts autour de l'ancienne Bagdad, en Irak, et aussi des vases de 5200 ans d'âge, en cuivre plaqués avec de l'argent à Sumer, c'est à dire des amphores contenant un système ingénieux les transformant en véritables PILES électriques (testées), permettant entre autres la galvanoplastie, c'est à dire le placage d'argent ou d'or sur une autre matière (à l'aide d'un bain de "sels d'or ou d'argent" déjà connus des savants chimistes ou alchimistes anciens comme Imhotep ou Amenhotep) ... mais un système d'éclairage (ou de "lampe-torches") n'est pas à exclure... voir ci-dessous...

denderah1.jpg

Notez bien que les graveurs ont bien pris soin de bien marquer la délimitation du verre de l'ampoule géante, y compris sur le grand personnage principal, et en prenant également soin de rendre la transparence du verre : on voit le personnage en transparence. De plus, sur cet exemplaire, le "dieu air" supporte bien cette ampoule, qui n'a aucune apparence de fleur de lotus d'ailleurs. Seul le bout "conducteur" de l'ampoule est joliment travaillé en forme de fleur de lotus (on peut d' ailleurs trouver un genre de lampe de chevet avec embout en forme de fleur de lotus de nos jours !). Quant au serpent, tout le monde peut admettre qu'il pourrait tout aussi bien s'agir du fil à incandescence (par exemple) au milieu de l'ampoule... ou de l'arme !

AmpouleegypteLe système égyptien a été construit et testé avec succès...

Les lampes de Dendérah sont exactement semblables à des lampes , mais figurent dans un bas-relief du temple d'Hathor à Dendérah (Egypte), datant de la quatrième dynastie, qui est à plus de 4500 ans d'aujourd'hui. Le mur a été découvert dans une petite crypte du Temple. Certains prêtres sont représentés dans la gravure, avec l'intention d'arbitrer une cérémonie autour des objets qui ont été définis par des fleurs de lotus par l'archéologie officielle (sic), avec dans le centre un serpent qui vient représenter un mythe antique égyptien lié au dieu Osiris. Mais comme nous le voyons dans l'image ci-dessous cette conception se prête à de nombreuses interprétations :

denderah2.jpg

Des théories alternatives proposent une interprétation tout à fait différente de l'interprétation officielle, et qui est devenue célèbre comme la théorie des " Lampes Dendérah " , mais qu'est-ce qui a conduit à penser à cela ?

Les partisans de la théorie alternative croient que la tige de la fleur de lotus pourrait être une sorte de câble électrique, le type de soutien qui est supposé être une représentation de la colonne dorsale du dieu Osiris serait plutôt la première représentation d'un isolant électrique, tandis que la ligne ondulée qu'on voit à l'intérieur serait une sorte de fil d'un métal conducteur semblable à celui trouvé aujourd'hui dans les ampoules modernes, avec autour du verre. Ci-dessous la théorie reportée sur le papier qui nous permet de mieux observer les différents éléments :

denderah4.png

En effet, si nous regardons bien à examiner le schéma dans l'ensemble, cela semble montrer deux instruments utilisés pour une sorte de fonction. Beaucoup de conjectures ont été faites sur la technologie des anciens Égyptiens, mais auraient-ils également découvert l'électricité ? Arrêtons-nous sur les détails, comme nous l'avons déclaré, le soutien serait la représentation de la colonne dorsale du dieu Osiris, est très similaire à un isolant électrique qui peut être vu quotidiennement sur des lignes électriques aériennes, et qui servent à isoler les colonnes du " câble à Haute tension ", dans la photo ci-dessus nous voyons la comparaison, et comme vous pouvez le voir, ils sont très similaires.

Cet ensemble de fil-serpent à l'intérieur de l'ampoule est ce qui tape le plus à l’œil en particulier, mais si vous avez vraiment envie de voir si c'est possible, regardez les dessins et les diagrammes ci-joint, dans lesquels vous pourrez trouver plus de détails liés à des signes avant-coureurs d'un véritable système électrique.

denderah5.jpg

1 -Prêtre 
2 -vapeur ionisée 
3 -une décharge électrique (Serpent) 
4 -douille de lampe (fleur de lotus) 
5  -câble (la tige de la fleur de lotus) 
6 -Dieu d'air 
7 -isolant 
8 -symbole du danger [Thot avec des couteaux] 
9 -symbole de l'actuel 
10 -symbole de la polarité opposée 
11 -outil pour la conservation de l'énergie (batterie?)

denderah8.jpg

Plusieurs chercheurs (Peter Krassa, Reinhard Habeck...) soutiennent cette hypothèse, ils notent également que la tige d'une fleur de lotus de pousse pas à l'horizontal sur le sol comme sur la gravure mais que dans la plupart des cas la tige de fleur de lotus n'est pas visible du tout puisque la fleur est immergée dans l'eau en principe. En outre, une fleur de lotus n'a jamais été reproduite avec ce genre de boule de verre ailleurs, et que même si le concept était de représenter le serpent né du lotus, ce ne serait pas logique de faire une telle chose. Une autre chose qui a provoqué beaucoup de discussions est le fait que le Dieu Thot est présent avec des couteaux à la main, ce que les Égyptiens avaient l'habitude d'utiliser comme symbole de grand danger. Une simple fleur de lotus qui ne pourrait jamais produire un tel danger ? 

Mais les coïncidences ne s'arrêtent pas là : peu de temps après la découverte du Temple de Dendérah (en 1857), le scientifique britannique Sir William Crookes se met à construire une lampe qui émet des rayons X, appelée "tube de Crookes", dans laquelle nous pouvoir voir de nombreuses similitudes avec la lampe de Dendérah dans ses principes :

denderah6.jpg

Un câble qui part de l’extrémité du tube de Crookes atteint un isolant à haut voltage, la prétendue Egypte ancienne était représentée par un symbole appelé ZED. Le même objet que l'on retrouve à l'intérieur de la grande pyramide de Gizeh, toujours présumé catalyseur d'énergie, est visible dans de nombreuses autres représentations et dispersé dans toute l'Egypte. Dans l'image ci-dessous nous pouvons voir l'intérieur de la pyramide ZED.

denderah7.jpg

A l'intérieur du tube de Crookes, la lumière est diffusée à travers une bobine lumineuse qui serpente et curieusement, c'est la même chose dans le bas-relief à DendérahNous savons que les anciens Égyptiens appelaient le serpent né du lotus comme "Seref", qui signifie «lumière», juste une coïncidence ? Peut-être que le mythe du serpent né de la fleur de lotus peut être retracé dans le sens où il figure la lumière qui provient d'une ampoule...

Mais alors, les Égyptiens avaient vraiment découvert l'utilisation de l'électricité 4000 ans avant Benjamin Franklin et les piles avant Volta ? Sur cette idée, il y a eu beaucoup d'études et des découvertes, nous savons que le phénomène de l'électricité a également été étudié par les anciens Grecs et les Babyloniens (les Piles de Bagdad sont visibles par tous (ou étaient) au Musée de la ville, les preuves de plaquages d'or et d'argent antiques existent, et les découvertes chimiques sont attestées (les particules et poudres d'or et d'argent)), et que par conséquent, ces peuples anciens étaient au moins au courant de la possibilité d'exploiter cet élément naturel

De plus, le Temple de Dendérah est aussi controversé parce qu'il contient un zodiac. A priori il a été construit sous Ptolémée, alors que les anciens Grecs envahissaient l'Egypte. La conclusion a été que le zodiac a été un apport des anciens Grecs aux Égyptiens, à travers lequel de panthéon des dieux grecs a rejoint celui des égyptiens. L'autre argument est que le zodiac de Dendérah prouve que les égyptiens connaissaient les étoiles et que leurs dieux étaient identiques à ceux des grecs. Après tout, on sait aussi que beaucoup d'érudits grecs sont venus étudier en Egypte, une éducation dont peu se sont vantés dans leurs écrits célèbres...

Si tout ceci est toujours un mystère ou tout simplement une hypothèse, nous savons tous que les grands anciens peuples égyptiens étaient capables de choses étonnantes...

denderah3.jpg

Yves Herbo, Sciences,F., Histoires, 07-08-2012, 22-03-2015

Emitchell

Citations officielles sur les OVNIs

Citations officielles sur les OVNIs - 04-01-2012 - MAJ 03-2015

1965-ovni-ufo-st-george-minnesota-21-octobre.jpg

St George, Minnesota-21-10-1965

Vous trouverez ci-dessous une liste de citations officielles de Présidents, Premiers Ministres, astronautes de la NASA, militaires retraités, capitaines de compagnies aériennes et d'autres encore... Sachez aussi que d'après les bases de données, à fin 2005, plus de 3500 pilotes civiles et militaires ont bravé la peur du ridicule et mis leurs carrières en péril en rapportant leurs observations d'OVNIs publiquement depuis 1947. Sachant que seuls 10 % des témoins tout-venant contactent les autorités, on peut raisonnablement supposer que ce pourcentage est encore inférieur s'agissant des pilotes. Vous trouverez facilement ces témoignages, entre autres celui du colonel Jacques Krine, ancien chef de la Patrouille de France, et qui a appuyé son témoignage avec un livre d'ailleurs...

Jacques krine2

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-les-premiers-rapports-des-pilotes-d-avions.html

Autre référence : http://benzemas.zeblog.com/27396-declarations-des-pilotes/#ixzz1jATWKBep

Lorsqu'un grand nombre de personnes  d'un certain calibre social, y compris des "officiels" vont jusqu'à prêter serment pour certains et affirmer l'existence d'une intrusion d'OVNIs permanente, ça implique de sérieuses questions derrière... mais peu du côté officiel justement !

1965-ovni-ufo-warminster-scotland-england-aug.jpg

Warminster, Ecosse - 1965

L'ancien président américain Ronald Reagan

Décrivant sa rencontre avec un OVNI en 1974 au journaliste Norman C. Miller, chef du bureau pour le Wall Street Journal à Washington. 

"J'ai regardé par le hublot et j'ai vu cette lumière blanche. Il zigzagait tout autour. Je suis allé voir le pilote et lui dit:" N'avez-vous jamais vu quelque chose comme ça? " Il a été choqué et il a dit:" Non. " Et je lui ai dis : «Nous allons le suivre !" Nous l'avons suivi pendant plusieurs minutes.C'était une lumière blanche et brillante. Nous l'avons suivi à Bakersfield, et tout d'un coup à notre grand étonnement, il est allé directement vers le haut dans les cieux. Quand je suis descendu de l'avion j'ai tout dit à Nancy (Reagan) à ce sujet. ".

ronald-reagan.jpg

Ancien président soviétique Mikhaïl Gorbatchev

"Le phénomène des ovnis est réel. Je sais qu'il y a des organisations scientifiques qui étudient le problème. Il doit être traité sérieusement."

mikhail-gorbatchev.jpg

L'ancien Président des Etats-Unis, Jimmy Carter après son observation avec beaucoup d'autres d'un OVNI à Leary, Georgie en Octobre 1969

«C'était la chose la plus étrange que j'ai jamais vu. Il était grand, il était très brillant, il a changé ses couleurs, et il était environ de la taille de la lune. Nous l'avons observé pendant dix minutes, mais aucun de nous ne pourrait comprendre ce que c'était. Une chose est sûre : je ne me moquerai plus jamais des gens qui disent qu'ils ont vu des objets volants non identifiés dans le ciel ".

jimmy-carter.jpg

Le Gouverneur de l'Arizona Fife Symington IIIdans une interview avec The Daily Courier au sujet des lumières de Phoenix.

« Je suis un pilote et je connais à peu près toutes les machines qui volent. Elle était plus grande que tout ce que j'ai jamais vu. Ca reste un grand mystère. D'autres personnes en ont vu, des gens responsables. Je ne sais pas pourquoi les gens pensent que c'est ridicule ».

senator-fife-symington.jpg

Le président américain assassiné John F. Kennedy

"La Force aérienne des États-Unis m'assure que les ovnis ne constituent aucune menace à la sécurité nationale."

j-f-kennedy.jpg

L'ancien président américain Gerald Ford

« Je recommande fortement qu'il y ait une enquête de comité sur le phénomène OVNI. Je pense que nous devons au peuple d'établir la crédibilité concernant les ovnis et de montrer le plus possible d’intérêt à ce sujet."

gerald-ford.jpg

Le sénateur Richard Russell
Chef de l'Armed Services Committee, suite à son observation d'un OVNI pendant un voyage officiel à l'Union soviétique en 1955.

" J'ai discuté de cette question avec les agences existantes du gouvernement, et ils sont d'avis qu'il ne serait pas sage de faire connaître ce sujet en ce moment. "

georgia-senator-richard-russell.gif

Amiral Lord Hill-Norton 
Marine royale britannique, ancien chef de la Défense, 1973; président, Comité militaire de l'OTAN, de 1974 à 1977. Lors d'une interview filmée pour le programme de divulgation :

" J'ai souvent demandé pourquoi à une personne de ma formation, un ancien chef d'état major de la Défense - et un ancien président du Comité militaire de l'OTAN - pourquoi je pense qu'il y a un secret caché (cover-up) sur les faits au sujet des ovnis. Je crois que les gouvernements craignent que si ils divulguent ces faits, les gens paniqueraient. Je ne crois pas du tout. 
Il y a une sérieuse possibilité que nous soyons visités par des gens venant de l'espace.Il nous appartient de découvrir qui ils sont, d'où ils viennent, et ce qu'ils veulent. "

"La preuve qu'il y a des objets qui ont été vus dans notre atmosphère, et même sur la terre ferme, qui ne peuvent être comptabilisés soit comme des objets artificiels ou comme une force physique ou un effet connu de nos scientifiques, me semble être écrasante. Un très grand nombre d'observations ont été attestées par des personnes dont les pouvoirs me semblent incontestables. Il est frappant de constater que tant de gens ont été des observateurs qualifiés, comme les policiers et les pilotes de compagnies aériennes ou des pilotes militaires.Leurs observations ont dans de nombreux cas été soutenues soit par des moyens techniques tels que le radar ou, encore plus convaincantes, par des interférences avec des appareils électriques d'un genre ou un autre. "

lord-hill-norton.jpg

Général Kanshi Ishikawa
Chef de la Force aérienne du Japon de la sécurité aérienne des Forces de défense, dans une déclaration en 1967.

" Les OVNIS sont réels et ils peuvent venir de l'espace .... des photographies et divers matériaux montrent scientifiquement qu'il y a des gens plus avancés qui pilotent des soucoupes et des vaisseaux-mères. "

Amiral M Herbert Knowles B Marine américaine

« Je serai très heureux d'accepter cette nomination comme membre du conseil d'administration du NICAP et être répertorié comme un « croyant » dans la réalité des ovnis, avec la compréhension que je démissionnerai si il apparaît à tout moment que votre grand groupe est utilisé pour protéger des hauts gradés. 

Je sais qu'il y a un réel besoin de percer les officiels de haut niveau de Washington et de révéler la vérité au peuple. Il semble y avoir une grande peur parmi les puissances qui pensent que le peuple américain va paniquer si on leur dit la vérité. Combien ils connaissent et comprennent peu leurs compatriotes. J'ai l'impression que des millions de personnes croient déjà à la réalité des OVNIS. "

Major Gerald Smith 
Air Force américaine. Un des pilotes de F-106 engagés sous les ordres du NORAD (North American Air Defense Command) pour enquêter sur un OVNI au-dessus de West Palm Beach, en Floride, le 14 Septembre 1972. L'OVNI a été vu à travers des jumelles par le superviseur de la FAA, Morales George, aperçu par un capitaine des Eastern Airlines, la police et plusieurs civils, tout en étant suivi au radar par l'aéroport international de Miami et de Homestead AFB.

« Il y avait quelque chose de précis dans le ciel ... Si il avait prouvé être hostile, nous l'aurions détruit."

Commandant général Nathan Twining F
Air Material Command, Air Force des États-Unis dans une lettre déclassifiés du Pentagone.

« Le phénomène est quelque chose de réel et non visionnaire ou fictif. Il y a des objets se rapprochant de la forme d'un disque, dont certains semblent plats sur le fond et en forme de dôme sur le dessus. Ces objets sont aussi grands que les avions de l'homme et ont une lumière métallique ou une surface réfléchissante. En outre, ils présentent des taux extrêmes de vitesse, une maniabilité sans sonorité associée et prennent des mesures qui doivent être considérés comme évasives lorsqu'ils sont contactés par des avions et des radars. "

Le major Jesse Marcel 
Officier de renseignements américain de l'armée dans une interview filmée. Parmi les premiers à arriver sur le site du crash de Roswell, Marcel connaissait bien tous les ballons météorologiques lancés par le 509ème groupe de bombardement - y compris les ballons Mogul - dont le gouvernement américain prétend qu'il s'agit de l'épave de Roswell.

" J'ai été étonné de ce que j'ai vu. La quantité de débris qui étaient éparpillés dans une telle zone ... Plus je voyais ces fragments, plus je réalisais que ce n'était pas quelque chose que je connaissais. En fait, il s'est avéré que personne d'autre ne connaissait ce que c'était. Il y avait une certaine dissimulation en place à ce sujet. "

jesse-marcel.jpg

Le colonel Thomas Jefferson Dubose 
Adjudant à Brigue. Le Général Roger Ramey, au moment de l'incident de Roswell, dans une déclaration qui contredit l'histoire officielle, qui dit que le matériel a été volé à Fort Worth, au Texas, où Ramey a posé avec le Major Marcel et les pièces d'un ballon météo pour les photographes des médias.

« Il y avait des ordres pour expédier le matériel de Roswell directement à la base de Wright Field par avion spécial."

Sergent-major Robert Dean O 
Ancien analyste du renseignement de l'OTAN pour le SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers Europe)

"Wright Patterson Air Force Base a été le siège de la division des technologies étrangères de la Force aérienne américaine. Il est devenu plus tard le siège de la division technologie extraterrestre de la Force aérienne américaine. 

Wright-Patterson, pendant de nombreuses années a été le dépositaire central, non seulement du matériel, mais aussi de quelques-uns des petits corps, et même de certains membres de l'équipage vivants qui avaient été récupérés. Il est devenu très clair après un certain temps qu'il n'y avait pas assez de place à Wright-Patterson Air Force Base. Nous avons littéralement rempli hangar après hangar avec le matériel. 

Nous sommes aujourd'hui en train de le stocker dans au moins trois différentes bases aériennes et une grande partie est gardé sous terre à un endroit pas trop loin de Las Vegas, juste au-delà de la Base aérienne de Nellis, qui est mentionnée à plusieurs reprises avec Dreamland, Groom Lake, ou le site 51. Ce site est aujourd'hui l'un des plus grands dépôts de matériel. "

Le capitaine Eddie Rickenbacker
«Ace of Aces américain,« médaille d'honneur du commandant-en chef de l'Escadron de Poursuite Aero 94e Première Guerre mondiale

" Les soucoupes volantes sont réelles. Trop de bons hommes les ont vus, qui n'ont pas eu des hallucinations."

Le colonel De Brouwer Wilfred 
Chef des opérations pour la Force aérienne belge en 1990 après une série d'observations sur le pays vu par des centaines de personnes. Beaucoup des observations ont été confirmées sur le radar.

«La Force aérienne est arrivé à la conclusion qu'un certain nombre de phénomènes anormaux c'est produit dans l'espace aérien belge. 

Les nombreux témoignages d'observations au sol renforcés par les rapports de la nuit des 30 et 31 mars 1990 nous ont conduit à l'hypothèse qu'un certain nombre d'activités non autorisées aériennes ont eu lieu. 

Le jour viendra sans doute où le phénomène sera observé avec des moyens technologiques de détection et de collecte qui ne laissera pas le moindre doute sur son origine. 

Cela devrait soulever une partie du voile qui a couvert le mystère depuis longtemps; un mystère qui continue d'être présent.Mais il existe, il est réel, et cela est en soi une conclusion importante. "

Victor Marchetti 
Ancien adjoint spécial du directeur exécutif de la CIA, dans un article écrit par lui pour Second Look intitulé " Comment la CIA Voit le phénomène OVNI Vol 1, No 7, Washington, DC, mai 1979.

« Nous avons effectivement été contactés, peut-être même visités par des êtres extraterrestres, et le gouvernement américain, en collusion avec les autres puissances nationales de la Terre, est déterminé à garder cette information cachée du public en général."

Le général Nathan Twining Chef d'état-major de la Force aérienne des États-Unis, Président du Joint Chiefs of Staff

"Cette situation des « soucoupe volante » n'est pas du tout imaginaire et est très perçue comme étant certains phénomènes naturels. Quelque chose est vraiment en train de voler autour. Le phénomène est quelque chose de réel et non visionnaire ou fictif. "

Air Marshall Nurjadin Roesmin Commandant en chef de l'Armée de l'Air indonésienne en 1967

" Les OVNIS aperçus en Indonésie sont identiques à ceux observés dans d'autres pays. Parfois, ils posent un problème pour notre défense aérienne et une fois nous avons été obligés d'ouvrir le feu sur eux. "

John Callaghan
Chef de la FAA sur les accidents et les enquêtes lors d'une interview filmée pour le programme de divulgation.

" L'OVNI rebondissait autour du 747. C'était une énorme boule avec des feux autour d'elle. 

Eh bien, j'ai été impliqué dans beaucoup de cover-up avec la FAA. Lorsque nous avons fait la présentation au personnel du staff de Reagan (airport), tous ces gens jurent que ce n'est jamais arrivé.  Mais ils n'ont jamais pu me faire jurer que cela n'a jamais eu lieu. Je peux vous dire ce que j'ai vu de mes propres yeux. J'ai une cassette vidéo. J'ai la bande vocale. J'ai des rapports qui ont été déposés qui confirmeront ce que je viens de vous raconter. "

Le major Donald Keyhoe lors d'une émission TV en direct sur ​​CBS en 1958, dans lequel il dit avoir été retiré du programme quand il a commencé à s'écarter de la forme du programme prévu.

" L'Air Force avait lancé un ordre secret à ses pilotes pour capturer les ovnis. Dans les six derniers mois, nous avons travaillé avec un comité du Congrès pour enquêter secrètement sur la preuve que les OVNIS sont de véritables machines sous contrôle intelligent. "

donald-keyhoe.jpg

Capitaine Robert Salas 
Air Force américaine, lors d'une interview filmée pour le programme de divulgation.

"Le gardien de sécurité a appelé et dit:« Monsieur, il y a un objet rougeoyant qui plane juste devant la porte avant. J'ai tous les hommes ici dehors avec leurs armes chargées. " 

"Nous avons perdu entre 16 à 18 ICBM (nucléaire pointe Inter Continental missiles balistiques) dans le même temps que les ovnis étaient dans la zone (Un haut gradé de l'Air Force) a ordonné : Arrêtez l'enquête ; rien à faire de plus à ce sujet et de ne pas écrire un rapport final. " 

"J'ai entendu que beaucoup de sentinelles, qui ont signalé l'incident, ont été envoyées au Vietnam..."

Robert salas

Lieutenant D. Swimley 
Air Force des États-Unis, en commentant une observation de huit objets en forme de disque que lui et plusieurs de ses collègues policiers ont regardé encerclant la Hamilton Air Force Base, en Californie, le 3 août 1953. Les objets ont également été accrochés sur le radar et repérés par de nombreux pilotes civils. Des F-86 Sabres ont été envoyés pour intercepter les objets, mais les jets étaient apparemment trop lents. 

 «Et ne me dites pas qu'ils étaient des réflexions (lumineuses), je sais qu'ils étaient des objets solides."

Air Chief Marshall Lord Dowding Commandant de la RAF durant la Seconde Guerre mondiale.

"Plus de 10.000 observations ont été rapportées, dont la majorité ne peut pas être représentée par des explications « scientifiques », par exemple, qu'elles sont des hallucinations, des effets de la réfraction de la lumière, des météores, des roues tombant d'avions, etc. Ils ont été suivis sur les écrans radars et les vitesses observées ont été aussi grandes que 9,000 mph. (14 500 km/h). Je suis convaincu que ces objets existent et qu'ils ne sont fabriqués par aucune nation sur terre. Je ne vois donc aucune alternative à accepter la théorie qu'ils proviennent d'une source extraterrestre. "

Roscoe Hillenkoetter

Ancien directeur de la CIA dans une déclaration publique, 1960.

"Dans les coulisses, des officiers de haut rang de la Force aérienne sont discrètement concernés par les ovnis. Mais à travers le secret officiel et le ridicule, de nombreux citoyens sont amenés à croire que les objets volants inconnus sont un non-sens."

Dr J Allen Hynek Ancien directeur de l'aviation américaine secrète Livre "Projet Bleu" (Blue Book sur les ufo).

« Nous avions un travail à faire, que ce soit bon ou mauvais, pour empêcher le public de s'énerver."

« Lorsque la solution tant attendue au problème OVNI arrivera, je crois qu'elle va se révéler non seulement être l'étape suivante dans la petite marche de la science, mais un bond quantique prodigieux et totalement inattendu."

allen-hynek.jpg

Le lieutenant-colonel James McAshan Air Force des États-Unis

«En dissimulant les preuves des opérations d'OVNI, l'Air Force est une grave erreur."

J Edgar Hoover Ancien directeur du FBI

"Nous devons insister sur le plein accès aux disques récupérés. Dans le cas où l'armée l'a saisi et ne nous laissent pas l'avoir pour un examen superficiel."

Capitaine Kervendal Gendarmerie française

" Quelque chose se passe dans le ciel que nous ne comprenons pas. Si tous les pilotes d'avions et les pilotes des Forces aériennes qui ont vu des ovnis - et parfois les ont chassés - ont été victimes d'hallucinations, alors un très grand nombre de pilotes devrait être enlevé et interdit de voler ".

Le Colonel Philip Corso Ancien Chef de la technologie étrangère à la recherche de l'armée américaine et du Département du développement au Pentagone. Quatre ans directeur du renseignement sur le président Eisenhower personnel de la Maison Blanche de sécurité nationale.

"Qu'ils existent est sans aucun doute. Les technologies exotiques récoltés dans le tristement célèbre crash de soucoupe à Roswell, N. Mex., en Juillet 1947 a conduit directement à l'élaboration de la puce de circuit intégré, du laser et de la fibre optique, des faisceaux de particules, des systèmes de propulsion électromagnétique, de projectiles à l'uranium enrichi, des capacités de furtivité, et bien d'autres.Comment puis-je savoir? J'étais en charge! Je pense que les enfants de cette planète sont sages et ont droit à la vérité, et je pense que nous devrions leur donner. Je pense qu'ils le méritent. "

Air Marshall Azim Daudpota

Le Zimbabwe Air Force, en commentant un OVNI vu en Juillet 1985 par de nombreuses personnes et suivis sur le radar.

« Ce n'était pas un ordinaire OVNI. Des dizaines de personnes l'ont vu. Ce n'était pas une illusion, pas de réflexion, aucune imagination."

Le Dr James McDonald Physicien principal à l'Institut de Physique Atmosphérique et professeur au Département de Météorologie de l'Université de l'Arizona devant le Congrès en 1968

" Mon opinion actuelle, basée sur deux années d'étude approfondie, est que les OVNIS sont probablement des dispositifs extraterrestres engagés dans quelque chose qui pourrait être qualifié de très timidement une 'surveillance'. "

Nick Pope Chef du «bureau OVNI" chez Air Secrétariat 2-A, le ministère britannique de la Défense de 1991-1994.

"Je me concentre sur la science. Je suis intéressé par les OVNIS vus par la police et des témoins militaires. Je suis intéressé par la rencontre rapprochée de ce rapport, où leur avion a été presque en collision avec ces choses. Je suis intéressé par les observations appuyées par radar. Je suis intéressé par les bases militaires qui sont survolées par ces choses. Je suis intéressé dans le cas où vous avez des traces de rayonnement sur le terrain. 

Ce ne sont pas des lumières dans le ciel. Ce ne sont pas des identifications par des individus enclins au fantastique. C'est une technologie de pointe étant rapportée par des sources fiables, des observateurs formés, et c'est quelque chose qui va au-delà de ce que nous pouvons faire. Cela me suggère que si elle n'est pas la nôtre, elle appartient à quelqu'un d'autre.Si cette technologie est meilleure que la nôtre, alors l'hypothèse extraterrestre me semble la meilleure explication. "

Maurice Chatelain Ancien chef des communications de la NASA Systems

" Tous les vols Apollo et Gemini furent suivis, à la fois à distance et parfois aussi de très près, par des véhicules spatiaux d'origine extraterrestre - soucoupes volantes, ou OVNIS, si vous voulez les appeler par ce nom. Chaque fois que cela s'est produit, les astronautes ont informé le contrôle de mission, qui a alors ordonné le silence absolu. "

L'astronaute de Cady ColemanTransmission de la NASA - Mission STS-73

« A Contrôle de la mission, nous avons un OVNI qui arpente notre position, demandons des instructions."

NASA, Scott Carpenter. Carpenter a photographié un ovni alors en orbite le 24 mai 1962.La NASA n'a toujours pas publié la photo.

" A aucun moment, lorsque les astronautes étaient dans l'espace, ils ont été seuls : il y avait une surveillance constante par des OVNIS."

L'astronaute James Irwin Apollo 15, à Frank Stranges, au retour du congrès UFO 1976, où il devait " nous informer des choses étranges qu'il voyait à la surface de la lune."

« Regardez, j'ai une raison de m'inquiéter. J'ai à prendre soin d'une famille, et ils m'ont dit de simplement m'éloigner totalement de tout ça."

Neil Armstrong
Astronaute de la NASA, le premier homme sur la lune. Octobre 21, 1999.

"Nous n'avons aucune preuve, mais si l'on extrapole sur la base des meilleures informations dont nous disposons, nous devons arriver à la conclusion que la vie existe probablement dans d'autres endroits là-bas et peut-être dans de nombreux endroits."

Musgrove Storey 
Astronaute de la NASA

"Statistiquement c'est une certitude il y a énormément de civilisations avancées, d'intelligence, des formes de vie là-bas. Je crois qu'ils sont si avancés qu'ils peuvent même faire un voyage interstellaire. Je crois que c'est possible, ils sont même venus ici."

Le colonel Gordon Cooper Mercury Neuf, Gemini Five astronaute, dans un discours à l'ONU en 1985 après avoir annoncé qu'il avait vu et chassé les ovnis en Allemagne dans les années 1950Cooper a également rapporté un objet verdâtre, qui passait devant sa capsule d'est en ouest (le contraire de la normale par rapport aux orbites humaines) lorsqu'ils sont en orbite en mai 1963. L'objet a été suivie par l'équipement au sol, à Perth, en Australie. La presse a dit qu'elle ne pouvait pas question de Colonel Cooper sur cet aspect de la mission.

"Je sais que d'autres astronautes partagent mes sentiments... Et nous savons que le gouvernement est assis sur des preuves tangibles sur des ovnis." «Je crois que ces véhicules extraterrestres et leurs équipages visitent cette planète à partir d'autres planètes qui sont évidemment un peu plus techniquement avancés que nous sommes ici sur Terre. 

" Je pense que nous avons besoin d'avoir un programme de haut niveau, coordonné et visant à collecter et analyser scientifiquement les données de tous les coins de la terre sur tout type de rencontre, et de déterminer la meilleure façon d'interagir avec ces visiteurs d'une manière conviviale .... Pendant de nombreux années, j'ai vécu avec un secret, un secret imposé à tous les spécialistes et les astronautes. Je peux maintenant révéler que chaque jour, aux Etats-Unis, nos instruments de radar capturent des objets de forme et de composition inconnue pour nous.  Et il y a des milliers de rapports de témoins et une quantité de documents pour le prouver, mais personne ne veut les rendre publics. "

gordon-cooper.jpg

James Lovell 
Gemini 7 astronautes

En Décembre 1965, les astronautes James Lovell et Frank Borman de Gemini ont vu un OVNI pendant leur deuxième orbite de leur record de 14 jours de vol. Borman a signalé qu'il a vu un vaisseau spatial non identifié une certaine distance de leur capsule. Gemini Control, à Cap Kennedy lui a dit qu'il voyait l'étage final de leur propre fusée Titan d'appoint (booster).

Borman a confirmé qu'il pouvait voir la fusée tout droit, mais qu'il pouvait également voir quelque chose de complètement différent

Lovell: bogey à 10 heures. 
Capcom: Ici Houston. Dites à nouveau, 7. 
Lovell: dit que nous avons un bogey à 10 heures.
Capcom: Gemini 7, est-ce le booster ou est-ce une observation réelle? 
Lovell: Nous avons plusieurs ... VISÉE RÉELLES. 
Capcom: ... Distance estimée ou la taille? 
Lovell: Nous avons également le BOOSTER en vue ...

Les astronautes Gordon Cooper et Ed Mitchell, dans une interview.

" Les points évidents de la preuve du fait que Roswell était un incident réel et qu'en effet, un vaisseau extraterrestre s'est crashé et que le matériel a été récupéré à partir de ce site du crash ", explique Mitchell, qui est devenu le sixième homme sur la lune dans la mission Apollo 14. Mitchell ne dit pas qu'il a vu un OVNI. Mais il dit qu'il a rencontré de hauts officiers de l'armée qui ont admis l'implication de la technologie alien et du matériel. 

Cooper a déclaré à un comité de l'ONU récemment que chaque jour aux Etats-Unis, nos instruments de radar capturaient des objets de forme et de composition inconnue pour nous. Cooper spécule que le scepticisme du public envers les ovnis se déplacera de façon spectaculaire.

Emitchell

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-la-divulgation-d-edgar-mitchell.html

Cosmonaute Russe Victor Afanassiev 
Commentant une observation d'OVNI qui s'est produite en cours de route à la station de l'espace Salyut 6 en avril 1979.

« Il nous a suivi pendant la moitié de notre orbite. Nous l'avons observé sur le côté de la lumière, et quand nous sommes entrés dans le côté obscur, il a complètement disparu. Il avait une structure artificielle, faite d'un certain type de métal, d'environ 40 mètres de long avec coques intérieures. L'objet était étroit ici et ici plus large, et à l'intérieur il y avait des ouvertures. Certains endroits ont des projections comme des ailes de petite taille. L'objet est resté très proche de nous. Nous l'avons photographié, et nos photos ont montré qu'il serait de 23 à 28 mètres de nous. "

victor-afanassiev.jpg

Edgar Mitchell Astronaute de la NASA, Apollo 14 pilotes du module lunaire et fondateur de l'Institut des sciences noétiques

« J'ai changé ma position dans les deux ou trois dernières années - les deux dernières années pour être précis - pour suggérer que la preuve est assez forte pour que nous ayons vraiment besoin d'avoir une discussion ouverte et sérieuse d'une diffusion de l'information, qu'il est très clair que les gouvernements et d'autres détiennent, et que cela deviendra une partie de nos connaissances officielles ...

Maintenant, si c'est vrai ou pas, cela mérite d'être traité avec une enquête sérieuse. Il y a trop de fumée ici, pour ne par avoir de feu, et j'ai donc personnellement dans les deux dernières années parlé - Je ne sais pas les réponses, mais je l'ai fait - et je le dis, cela est allé assez loin.  Si c'est vrai, il faut bien le sortir à l'air libre ; allons sortir de l'impasse ce que la bureaucratie a sur ce point. Il y a suffisamment de preuves qui pointent dans le sens que clairement, il y a des informations qui sont cachées. Jusqu'où nous pouvons aller avec elles, je ne sais pas. "

Monseigneur Corrado Balducci 

À proximité du Vatican, initié théologien du pape. Monseigneur Balducci est dans une commission du Vatican enquêtant sur les rencontres extraterrestres, et comment faire face à la réalisation émergente générale du contact extraterrestre.

« Le contact extraterrestre est un phénomène réel. Le Vatican reçoit beaucoup d'informations sur les extraterrestres et leurs contacts avec les humains de ses nonces (ambassades) dans divers pays, tels que le Mexique, le Chili et le Venezuela."

"Il est vraisemblable que d'autres êtres existent, c'est à dire quelque chose qui ne soit pas trop étrange, parce qu'entre la nature humaine et la nature angélique, dont nous avons la certitude théologique, il y a un trop grand écart.
Il est vraisemblable qu'entre l'homme dont l'esprit est tellement subordonné à la matière et les Anges qui ne sont qu'esprit, existent des êtres qui ont l'esprit mais bien moins de matière et de corps que nous-mêmes et qui pourraient être ceux que nous appelons OVNI, ces personnes qui apparaissent avec ces "chars", et qui n'auraient pas qu'une science mais aussi une capacité supérieure à la nôtre".

Balducci

Père José Gabriel Funes, jésuite et directeur de l’Observatoire du Vatican

" Croire qu’il existe peut-être une vie extraterrestre quelque part dans l’univers n’est pas contradictoire avec la croyance en Dieu, a estimé mardi l’astronome en chef du Vatican. Vu la taille de l’univers, il pourrait y avoir d’autres formes de vie que sur la Terre, voire des formes de vie intelligentes "

Tout comme il y a une multitude de créatures sur Terre, il pourrait y avoir d’autres êtres, même des êtres intelligents, créés par Dieu. Cela ne contredit pas notre foi, car nous ne pouvons pas poser de limites à la liberté créatrice de Dieu“, dit-il.

Tout comme nous considérons les créatures terrestres comme des ‘frères’ ou ’sœurs’, pourquoi ne parlerions-nous pas d’un ‘frère extraterrestre’? Il ferait quand même partie de la création

Gabriel funes

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/quand-l-eglise-parle-des-extraterrestres.html

Le Ministre des Armées Françaises Robert Galley en 1974 :

" (...) Ce que je crois profondément, c'est qu'il faut adopter vis à vis de ces phénomènes une attitude d'esprit extrêmement ouverte. Un certain nombre de progrès ont été réalisés dans l'humanité par le fait qu'on a cherché à expliquer l'inexplicable. Or, dans ces phénomènes aériens, ces phénomènes visuels (je n'en dis pas plus), que l'on a rassemblés sous le terme d'OVNI, il est certain qu'il y a des choses que l'on ne comprend pas et qui sont, à l'heure actuelle, relativement inexpliquées : je dirai même qu'il est irréfutable qu'il y a des choses aujourd'hui qui sont inexpliquées ou mal expliquées ". (...) " L'armée de l'air a, en effet, considéré depuis 1970 que les OVNI ne représentaient pas un péril quelconque, donc que ce n'était pas sa mission d'étudier ces phénomènes sur le plan scientifique. Nous considérons que c'est le rôle du Centre National d'Etudes Spatiales où des gens comme M. Poher font un travail qui nous paraît tout à fait intéressant ". (...) " Il y a aussi la multiplication, tout à fait impressionnante, des observations visuelles de phénomènes lumineux qui sont tantôt sphériques tantôt ovoïdes et qui se traduisent par des déplacements extraordinairement rapides. Tous ces phénomènes sont des phénomènes auxquels on doit prêter une certaine attention ".

A propos de l'atterrissage d'une soucoupe volante d'où un témoin aurait vu sortir de petits humanoïdes, enfin, M. Robert Galley a dit :

" Alors , là, je serai infiniment plus prudent. Mais je dois dire que si vos auditeurs pouvaient voir l'accumulation des renseignements venant de la gendarmerie de l'air, de la gendarmerie mobile, de la gendarmerie chargée des enquêtes territoriales, qui ont été transmis au CNES par nos soins, c'est effectivement assez troublant. Ce que je crois, c'est que les gendarmes sont des gens sérieux. Les gendarmes, quand ils font un rapport, ne le font pas au hasard ".

Bourret galley

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-et-divulgation-le-ministre-

Lire la suite

monde-pierre8Atlantide.jpg

La Parallèle Mystérieuse

La Parallèle Mystérieuse - MAJ 12-03-2015

monde-pierre8Atlantide.jpg

La géométrie est l'une des plus anciennes sciences de l'humanité, base des mathématiques modernes et de l'orientation, de l'architecture. Il est logique qu'une extraordinaire coïncidence soit apparue à l'esprit de mathématiciens, lorsque la multiplication des ruines très anciennes de la planète, découvertes le long d'un axe nommé "latitude 30° nord" faisant le tour de la planète, est devenue trop évidente. Cet axe pourrait aussi être surnommé "l'Equateur de la civilisation" et on peut considérer que l'espace entre 25° et 45° degrés nord est concerné, tout autour du globe, l'influence la plus visible étant sur le 35ème...

Mais il y a-t-il d'autres découvertes que ces alignements suspects d'apparitions de civilisations diverses étalées dans le temps, qui pourraient accentuer la probabilité d'un plan d'ensemble, d'une volonté organisée et d'une connaissance cachée de cet état de fait ? Je vais tâcher de réunir ici les nombreuses preuves qui y contribuent effectivement, faisant de cet axe mystérieux une indéniable intervention non humaine, étalée dans l'espace et le temps.

Tout d'abord, l'une des dernières références, et un gros travail historique amenant à ces conclusions apparaissent dans ce documentaire extrêmement intéressant, et qui sert donc de base à la réflexion La Révélation des Pyramides (qui fait un peu suite à bien d'autres documents sur le même sujet) :

(la version Dailymotion va peut-être rester plus longtemps ! ) : Bon, la vidéo est sans arrêt supprimée sur youtube mais beaucoup de monde la possède maintenant sur son disque dur et peut la voir à volonté... la version anglaise mal sous-titrée est visible partout par contre... mais la longue interview ci-dessous permet de se faire une bonne idée de quoi il s'agit. MAJ ci-dessous et en bas : film et conférence ajoutés.

 

MAJ 04-12-2012 : La version anglaise sous-titrée en français a été enlevée pour cette raison : 

"Petite mise au point avec le fameux documentaire ''La Révélation des Pyramides" il y a un faux en anglais sous-titré français qui traîne sur internet, il n'a jamais eu d'autorisation des réalisateurs et d'ailleurs une des personne de la production bloque la diffusion du vrai pour la sortie en DVD etc... ça prouve bien que ce doc dérange au plus haut point, pour cette raison là je vous conseille fortement d'écouter l'interview des réalisateurs qui expliquent tout ce qu'il faut absolument savoir à propos du doc, une émission en OR chez Bob vous dit toute la vérité, n'oubliez pas qu'il est question d'horloge avec la grande pyramide de Kéops, tout les 13 000 ans doit se passer quelque chose. Faites vous votre propre opinion avec cette émission et le doc pour ceux qui n'ont toujours pas compris qu'il était un des plus important de l'histoire de l'humanité !"  https://www.youtube.com/watch?v=1vdySv0YnG4

Les Rencontres des Sciences et de l'Inexpliqué en compagnie de Jacques Grimault, auteur du film "La Révélation des Pyramides" :

 
Puis les premiers éléments que je peux immédiatement y ajouter. D'autres feront l'objet de Mises à Jour :
 

LES GROTTES ÉNIGMATIQUES DE HUASHAN

chine-grotte1.jpg

Les grottes énigmatiques de Huashan se situent dans la banlieue est de la ville de Tunxi, province chinoise de l'Anhui, à 30º de latitude Nord, appelée « parallèle mystérieuse » où on trouve plusieurs miracles du monde tels que les pyramides d' Egypte, le triangle des Bermudes, l'arche de Noé et le mont Huangshan de Chine. Situées entre 29º39' et 29º47' de latitude Nord, les grottes se situent près du mont Huangshan, chef-d'œuvre de la nature. Les deux se font ressortir l'un l'autre. Dès leur découverte en 2000, les grottes millénaires ont attiré de nombreux visiteurs chinois et étrangers, tous en admiration devant cette merveille de la Chine et du monde.

Différentes des autres grottes connues en Chine, les grottes de Huashan ne sont pas naturelles, mais artificielles. Il s'agit d'un immense ensemble de palais souterrains en forme singulière, creusés jadis par les hommes. Actuellement, on a découvert 36 grottes qui se répartissent dans les montagnes ou au sous-sol, à 5 km du bord sud du fleuve Xin'an en aval, dans le territoire de Tunxi. Elles se cachent dans les arbres touffus et les herbes denses. Il est donc très difficile de les découvrir. Rien d'étonnant à ce que les vieux cueilleurs de plantes médicinales et les vieux gardiens de forêt locaux ne les aient jamais trouvées.

Lire la suite ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-mysterieuse-chine-du-neolithique.html

La Pierre du Monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Ces trois autres objets très mystérieux font partie des découvertes de La Mana, il s'agit d'une grosse pierre gravée, d'un plateau décoré de statuettes étranges et d'un service complet à liquide. Ils comportent tous des incrustations à caractères fortement magnétiques (surtout le service) et luminescents à l'ultraviolet, y compris "la Pierre du Monde" incrustée de quartz. Sur ce service est gravé un système de nombres proche de celui des Mayas, mais pas tout à fait :

 

Toutes les timbales sont de tailles légèrement différentes, mais leur contenu rempli parfaitement le broc, qui est lui-même très étrange : la constellation d'Orion y est inserrée de quartz luminescent et l'intérieur est fortement magnétisé, alors que l'extérieur non ! La méthode de fabrication est ici complètement inconnue à ce niveau car c'est impossible d'après les géologues : s'il y a des particules magnétiques dans la pierre, elles ne peuvent être que réparties partout, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, puisqu'il ne s'agit que d'un seul bloc ! Et pourtant il suffit d'approcher un aimant ou une boussole de l'intérieur de l'objet pour voir ses effets... c'est peut-être la mixture que contenait ces récipients qui était magnétique après tout pensent certains savants... mais de quoi s'agissait-il donc ?

Un plateau en jade (ou autre chose de proche) très étrange accompagnait ce service également en jade : incrusté également de la constellation d'Orion, identique à celle du broc, deux personnages étranges regardent le ciel et attendent. La constellation sur le plateau et les yeux des personnages brillent fortement à l'ultraviolet.

monde-pierre1.jpg

 

"La Pierre du Monde" a été également trouvée ensevelie au fond d'un sous-terrain antique par des chercheurs d'or et permet de se poser d'étonnantes questions sur les connaissances de l'homme qui l'a gravée il y a plusieurs millénaires : les deux Amériques, l'Europe, le nord de l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie y sont parfaitement reconnaissables. On y voit même les traces au sud-est de l'Asie d'une grande péninsule, que l'on sait avoir existé il y a encore 12000 ans, formant avec les actuelles Philippines et Malaisie un ancien continent englouti (peut-être Mu, qui aurait étendu son empire du Japon à l'Australie en allant jusqu'à l'ïle de Pâques qui était à l'époque une montagne surplombant une île grande comme Madagascar au large de l'Amérique du Sud d'après cette carte et peut-être l'Amérique du Sud, d'où la probable provenance océanienne de certaines peuplades naviguant très tôt, peut-être même avant ceux qui sont passés par le Nord à pied via le Détroit de Béring glacé). L'Atlantide serait représentée par le grand cercle au large de la Floride, du côté des Bermudes, là où de violents phénomènes magnétiques, gazeux (poches de méthane sortant du sous-sol) et biologiques (le tapis végétal d'algues des Sargasses est réputé pour son épaisseur et infranchissabilité) protège peut-être un grand secret... Quoiqu'il en soit, elle est incrustée d'une ligne de quartz qui semble dessiner une ligne équatoriale, sauf que sur cette ligne apparaît un "croissant" (fertile ?) plus épais avec au centre un oeil luminescent. Cet oeil se trouve au Moyen-Orient, entre la Mésopotamie et l'Arabie Saoudite. La ligne continue et fait le tour de la pierre, mais s'incurve subitement vers le Nord, alors qu'une plus légère semble vouloir continuer la "ligne équatoriale". Cet endroit où la ligne s'incurve au-dessus de l'Amérique du Sud est précisément l'endroit où la Pierre du Monde à été trouvée !

monde-pierre3.jpgmonde-pierre4.jpgmonde-pierre5.jpgmonde-pierre8Atlantide.jpg

Lire l'article (et sa suite) complète ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/beaucoup-d-artefacts-etranges-trouves-en-equateur.html

et ici : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/

 

Les disparitions et le 35° parallèle

Des personnes qui disparaissent brutalement, sans explications, surtout sans raisons personnelles, de fuite ou de crainte… Ces disparitions, qui se font parfois en présence de témoins, défient notre entendement et toutes les logiques de nos connaissances modernes et scientifiques.
Des dossiers refermés sur des familles entières dont on n’a plus jamais eu de nouvelles… Crimes crapuleux, intérêt majeur, accident, amnésie, crainte de la justice ou autres ?
Ils, elles, sont ainsi des centaines à rejoindre les grandes énigmes inexpliquées. Pour la France, seule, les services judiciaires estiment à plusieurs dizaines le nombre des disparitions sur lesquelles la justice et les services de recherche français ne peuvent apporter le plus petit éclairage ou le moindre début de piste ou d’hypothèse.

L’homme qui disparaissait :

James B. Warson est buveur, certes, mais il est aussi un excellent sportif. Ce 3 septembre 1873, il court, suite à un pari stupide, afin de couvrir 60 km sans s’arrêter. Ils sont trois, dont un photographe, à le suivre dans une carriole attelée. James avance à une bonne allure, sans fatigue apparente… Derrière lui, ses amis l’encouragent. Tout à coup, il semble tituber, trébucher et tomber en avant, dans un grand cri. Il n’arrivera jamais à terre…Il disparaîtra d’un seul coup, comme on supprime une image dans un film. On ne le retrouvera pas et ses amis ne s’en remettront jamais vraiment.

A trop chercher…on disparaît aussi :

Ambrose Bierce est écrivain et journaliste. Il relate ce fait, ainsi que d’autres, car il s’est spécialisé dans les disparitions étranges et s’acharne contre les autorités incapables d’avancer une hypothèse. Il enquêtera sans relâche…et disparaîtra, à son tour, sans laisser de traces, ni d’écrits, en 1913 ! fait surprenant, un autre Ambrose Small, subira le même sort, et un Ambrose Fonton, puis un Ambrose Marton… Ce qui fera dire au français Charles Fart que, pour lui, c’est le nom d’Ambrose qui est visé, plus que l’individu.

Le sort de l’Archiduc d’Autriche :

Jean Orth des Absbourg disparu en mer à bord de la Santa Margharita
Il s’agit d’un superbe trois-mâts : La ‘Santa Margharita’. Le navire est parfaitement entretenu et dispose d’un équipage sévèrement sélectionné. Les officiers qui en assurent le commandement, sont tous chevronnés et de toute confiance. Les conditions météorologiques sont excellentes. Le trajet est une croisière d’agrément qui doit se dérouler de Buenos Aires à Valparaiso. Le principal passager n’est autre que l’ex Archiduc d’Autriche, Jean Orth…On imagine les soins et les assurances qui entouraient ce voyage.
Le navire disparaîtra, avec J. Orth et les neufs membres d’équipage, sans que cette énigme ne puisse jamais être éclaircie !
Ajoutons, pour le lecteur intéressé, qu’il est très possible que l’Archiduc ait eu des connaissances des dessous de l’affaire de Rennes-le Château…

Il ne reste que la voix :

Ambrose Bierce relatait encore un fait incroyable, celui de la disparition de C.Ashmore.
Nous sommes en hiver. Il neige et Ashmore doit sortir chercher de l’eau. Il part et ne revient jamais. Ne le voyant pas revenir, deux personnes partent à sa rencontre et suivent ses pas dans la neige. Visiblement, Ashmore est allé jusqu’au puits, puis il a fait demi-tour. Mais sur le trajet de retour, les traces de pas s’arrêtent nets…. Et plus rien ! Il n’y a pas d’arbre auquel il aurait pu grimper, ni traces d’animaux ou autres aux alentours. Personne ne reverra Asmore. Il avait 16 ans. Un seul détail fera froid au dos des enquêteurs : ils entendront la voix du disparu jusqu’au printemps…puis ce sera le silence !

L’horreur du 35° parallèle :

Et nous pourrions aller ainsi au fil des centaines d’exemples de disparitions toujours énigmatiques et insolubles.
Sur ce sujet, l’affaire du 35° parallèle est toujours d’actualité, hélas. Une brève chronologie : déjà en 1872, la « Dei Gratia », navire anglais, croise le brigantin la « Marie Céleste ». Ce dernier vogue toutes voiles déployées… mais il est entièrement vide de tout occupant, et ce depuis peu, car des fourneaux de la cuisine de bord sont encore chauds et des tasses de thé sont encore fumantes. Rien, plus rien des douze passagers et membres d’équipages…sauf le chat du cuisinier !
Ainsi, sera inauguré l’interminable liste des disparitions dans les alentours du 35° parallèle…Une horreur !

L’hécatombe de juillet 1969 :

Ce mois de juillet 1969 s’illustrera par une succession de découvertes maritimes toutes plus énigmatiques les unes que les autres.
4 juillet… le « Cotopaxi » est découvert vide navigant en gouvernail automatique. Même jour, le « Red Sun », le « Calliana » et le « San Pedro » seront trouvés sans occupants. Ils ne présentent aucune avarie et la météo est idéale…On ne retrouvera aucun débris, aucun message, pas de corps. Les embarcations de secours et les gilets de sauvetage sont en place.
6 juillet…le « Vagabond » de William Wallin est vide. La « Rosa » vide… le « Nelson » vide de 14 membres d’équipage… trois navires de pêche avec leurs filets dérivants, vides tous les trois…
8, 12 et 15 juillet, 16 embarcations découvertes dérivantes.
Ainsi le mois de juillet 1969 se terminera avec plus de 140 découvertes de navires vides et dérivants… Pas un seul rescapé !
Tout cela se passe au large des Açores, à 35° de latitude Nord !

Le long de la planisphère :

Ce bilan est catastrophique et énigmatique pour une petite partie maritime du 35° parallèle. Mais ce dernier se poursuit aussi sur les terres. Impossible de tout relater ici, nous nous contenterons d’une brève et inquiétante énumération : séismes, cataclysmes atmosphériques et autres catastrophes dites « naturelles ». On serait tenté de sourire à ce mot, incongru ici, s ‘il n’y avait à la clé des milliers de morts.
Les Açores, le Japon, la Martinique, les Calabres, San Francisco, Lisbonne, Naples, Smyrne, les îles Ioniennes, Skopje, Agadir, Orléans ville, pour ne citer que ces seuls grands lieux où se déroulèrent des raz de marées d’apocalypse (le Pakistan Oriental en fera les frais). De plus chaque année on enregistre des centaines de disparitions inexpliquées sur cette ligne du 35° parallèle.

Les étranges meurtres du 35° :

Tuer est encore faire disparaître ou supprimer, ce qui dans l’absolu de l’épouvante revient au même, sauf que l’on connaît la tragique destinée des victimes et le lieu des crimes.
- Los Angeles, 35° parallèle… les massacres innombrables, plus celui de Sharon Tate et de ses amis.
- La Californie, San Francisco, encore Los Angeles…les points de concertation d’un nombre incalculable de sectes meurtrières… sur le 35°.
- Les grands mouvements guerriers secouant la planète naissent souvent sur les limites de ce parallèle : les frontières sino-indiennes et soviétiques…le Tibet, Viêt-Nam, Afrique du Nord, plus près dans le temps, Iran, Irak, Corée…
Des milliers de morts et de disparus ! ! !

La Dame au sang bleu :

En France, les cas de disparitions inexpliquées sont nombreux. Là encore, nous ne disposons pas de la place nécessaire pour les parcourir. Retenons seulement celui-ci qui nous semble le plus énigmatique.
Dreuil-les-Amiens, 1932. Un accident de voiture important. De l’amas de ferrailles deux témoins sortent une jeune femme inconsciente et la conduisent eux-mêmes dans une clinique d’Amiens où elle sera admise en urgence. Le médecin de garde prélève du sang de la victime pour en déterminer le groupe afin de pouvoir la perfuser. Il sera surpris de la teinte bleuâtre de ce sang et , plus encore, lorsqu’à l’analyse ce sang apparaîtra de composition …inconnu !
La jeune femme, toujours inconsciente, reçoit les soins d’urgence puis est conduite dans une chambre au service de réanimation. Malgré la présence d’une infirmière, au matin il n’y avait plus personne dans le lit, où seuls se devinaient les plis froissés des draps. Pendant la nuit, cette clinique était fermée et les portes verrouillées de l’intérieur. Les fenêtres du rez de chaussé, où se trouvait la chambre de la patiente, était en plus défendues par un barreaudage.
Les services de gendarmerie furent alertés mais jamais la « dame au sang bleu » ne fut retrouvée. Sur les lieux de l’accident, on retrouvera les traces du choc mais rien non plus de la voiture. Ce fut un des cas les plus énigmatiques de disparition en France.

Un force surpuissante :

Il faut pourtant conclure ce sujet insoluble…
Daniel Réju aurait dit à ce propos, et il est tout à fait plausible qu’il ait raison : « Finalement, existe-t-il dans l’Univers une force surpuissante, inconnue de notre conscient, celle qui est à l’origine de toute existence et de toute vie ? Par le biais des manifestations « paranormales » ne chercherait-elle pas à prouver son existence, choquant notre compréhension, démolissant notre entendement, brisant notre cartésianisme et nos étroites structures mentales… ».
Mais alors, quelles sont les critères de choix géographiques occasionnant tous ces évènements dramatiques ? ? ?

Source : http://www.france-secret.com/disparitions_art.htm

Ces événements [disparitions] sur le 35 ° parallèle ont-ils un lien avec les faits étranges comme celui-ci raconté par Pierre Bellemare

Depuis 17 ans, Carole et Philippe Josserand informaticiens de leur état, cherchent à comprendre le phénomène stupéfiant dont ils ont été témoins. Un phénomène traumatisant qui leur a fait garder le silence durant toutes ces années par discrétion et besoin de tranquilité. 

Au cours d'une recherche d'appartement en Provence, Carole et Philippe, carte d'un syndicat d'initiative en main, se retrouvent dans une région boisée traversée par de petites routes, qu'ils parcourent avec sérénité. Ils nous expliquent donc d'abord, tout leur cheminement. 

La visite de la région continue sous forme d'une agréable promenade...Mais écoutons les protagonistes : 

" A un moment, vers deux heures de l'après midi, après avoir arrêté la voiture, sur le bord d'un chemin, le sac à pique-nique en bandoulière, on s'est éloigné d'environ deux cent mètres, de la voiture en continuant sur un chemin qui est devenu de plus en plus étroit et là, sans transition, la forêt a disparue progressivement et on s'est retrouvé dans un village. 

C'est exactement cela, on avançait lentement et d'un coup, on s'est retrouvé marchant dans le village. Forcément nous fûmes très étonnés et le mot est encore faible. On ne se souvenait pas d'y être entré, ni même de l'avoir vu de loin. On sait que ça parait invraisemblable ce qu'on raconte, mais c'est comme cela, on a eu beau repasser le film dans notre tête depuis 17 ans, on n'a pas trouvé d'explication. 

Nous marchions dans la rue pavée d'un village sans trottoir, il y avait de maisons avec des façades qui se rapprochaient au niveau des étages supérieurs des façades avec des colombages pas de fenêtres, une sorte de village touristique, mais sans personne. 

C'était très effrayant. 

Je me suis retourné, dit Philippe, vers Carole, elle était toute pâle, je lui ai demandé si cela allait. Elle m'a répondu "Je n'aime pas cet endroit". 

Je lui ai pris le bras elle tremblait. J'ai senti, dit-elle, comme un malaise, une impression de malheur. Je sens encore cette sensation de froid jusque dans mon ventre . Moi aussi j'avais froid, j'ai regardé par terre et on a vu, dans le milieu des pavés, qu'il coulait un filet d'eau, qui était gelé, et cela en plein mois de Juin. Une mince pellicule de glace en formation. C'était incroyable. Je peux vous dire que l'on ne s'est pas attardé. On a remonté le col de nos blousons plutôt légers et on calquait des dents et on s'est mis à courir. On n'a pas croisé une seule personne dans ce village, où il y avait des virages partout. C'était surréaliste. 

A un moment donné, on a croisé une chapelle comportant une porte massive avec des mosaïques dessus . Elle était véritablement belle. Mais on n'a pas eu le temps de s'arrêter et on a continué. Puis on s'est retrouvé dans la forêt. On n'a pas vu la transition. On est passé du village à la forêt, sans rien comprendre. Donc, on a eu dès lors chaud. Très chaud. On s'est arrêté pour souffler un peu. Il faisait encore clair, et là on s'est rendu compte que l'on était perdu. Impossible de savoir où était la voiture. On a avancé en spirale et à un moment donné, on a retrouvé une route et là, sans vous mentir, on a tiré à pile ou face et on est parti à gauche. Quelle chance au bout de deux ou trois kilomètres, on est retombé sur la voiture. On a sorti tout de suite la carte routière et on a regadé dessus. Il n'y avait aucune existence de ce village. " 

Après nous être renseigné il y avait effectivement un village autrefois mais : 

" Un village qui avait disparu depuis trois siècles et dans lequel ces deux promeneurs s’étaient engouffré par une sorte de passage aussi, ayant moi même vécu un fait analogue http://www.era-new.net/article-34029139.html , je me pose la question suivante ; si ces deux promeneurs ou moi-même avions ramassé ne serait-ce qu'une fleur ou champignon, qu'aurait-il advenu de nous ? aurions-nous pu emporter quelque chose d'un autre temps voire d'une autre dimennsion ?
Michel Fiore:.  Source : http://www.era-new.net/article-35052487.html


Tiré de l'Express celui-ci : ( titre de l'article : Comment l'Italie contrôlait la vallée d'Uzbin en Afghanistan? ) :

"Il est probable que des potentats locaux en ont profité pour s'en mettre dans la poche", glisse un bon connaisseur de l'Afghanistan. Ils font aussi quelques promesses. Dans la vallée de Tizin, dans le sud du district de Surobi, par exemple, un secteur moins difficile que celui d'Uzbin, les villageois réclament la réalisation d'une pompe hydraulique. "Les Français la fabriqueront", laissent-ils entendre...

Mais lorsque la France prend le commandement du district de Surobi, en août 2008, les Afghans constatent le changement. "On a senti que les responsables locaux étaient un peu déçus, car nous n'avions ni la même approche, ni les mêmes moyens", souligne un gradé français.

C'est alors la deuxième fois que Paris contrôle la zone. Pourtant, sa connaissance du secteur est limitée. Entre 2006 et 2007, en effet, les soldats n'avaient guère été plus loin que les Italiens. ", On n'avait dépassé le 35e parallèle qu'une seule fois raconte un militaire. Au-delà, on savait que c'était pourri."

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/comment-l-italie-controlait-la-vallee-d-uzbin-en-afghanistan_794782.html

Pèlerinages et 35ème parallèle : 

L'énigme des voies de pèlerinage n'est pas seulement contenue dans un mouvement irrésistible de foi... Il en est de même pour le mystère du 35ème parallèle, le long duquel s'agglutinent des accidents inexplicables, les catastrophes les plus insensées et les plus meurtrières! Remarquons simplement que ce trait imaginaire est celui longeant la plus importante ligne de faille du globe terrestre!
Vaste sujet sur lequel il est impossible de conclure en quelques mots bien minces vis-à-vis des faits. Sur ce propos Daniel Réju affirmait avec sagesse et lucidité: "Si la théorie des courants telluriques n'est pas mythique, ceux-ci se trouvent donc là avec plus d'intensité qu'ailleurs. On peut alors se poser une question: les courants telluriques n'agissent-ils pas, non seulement sur les individus, mais aussi sur les sociétés et les nations et par là-même, n'influencent-ils pas sur le destin du monde?" Et si cette hypothèse était une vérité formidable?.. Alors simplement ceci expliquerait radicalement cela!...

Source : http://www.france-secret.com/tellurisme_art.htm

MAJ : 22-01-2013

Mystérieuses disparitions au fil des siècles 

norfolkbataillon.jpg

Depuis quelques quelques siècles,on a dénombré plusieurs cas de disparitions subites, sans la moindre explication. Ce fut le cas par exemple d'un groupe de 4 000 hommes envoyés pour combattre contre les troupes de Philippe V, en 1707. Cette armée n'a jamais passé les Pyrénées et la bataille n'a jamais eu lieu. On partit à leur recherche, mais rien strictement rien n'a été retrouvé, ni corps, ni armes, rien. Au Vietnam, à Saïgon, c'est une troupe de 650 soldats qui s'est vaporisée dans la nature. Pourtant une seconde troupe les suivait à deux kilomètres d'intervalle et n'a remarqué rien de singulier à l'itinéraire.

L'un des cas les plus connus de disparition mystérieuse demeure cependant le bataillon de Norfolk en 1915. Les 267 hommes qui le composait étaient chargés de couvrir les positions françaises et anglaises contre les Allemands au niveau des Dardanelles (Turquie) lors de la Première Guerre Mondiale.

Alors qu'ils s'enfonçaient dans la vallée, une autre compagnie de soldats qui les observaient, furent témoins de leur étrange disparition.

Ils virent descendre sur leurs camarades un épais nuage. Lorsque celui-ci se leva, le régiment avait disparu au fond d'une rivière asséchée. Malgré les nombreux rapports et plusieurs témoins on ne sait toujours pas, ce qui s'est réellement passé ce jour là.

Un autre cas similaire a eu lieu en Chine, beaucoup moins connue, mais tout aussi spectaculaire.
Bien qu'il soit difficilement vérifiable, il s'est déroulé en 1937 alors que le Japon a déjà envahis une bonne partie de la Chine et que ses armées avancent vers la capitale chinoise, le colonel chinois Li Fu Si, bien décidé à résister devant l’occupant plaça deux bataillons de soldats le long du Yang Tsé. Le lendemain matin, un des bataillon composé de 3000 hommes avait complètement disparu, sans qu’aucune des sentinelles placées le long du fleuve n’aperçoivent le moindre mouvement de troupes.

Le lendemain matin, il s’aperçoit que tous ont disparu, sauf une centaine, installés à l’écart près d’un pont. Les archives Japonaises confirmèrent qu’aucune bataille n’avait eu lieu ce jour précis, et qu’aucun homme n'avait été fait prisonnier. Que s’est-il réellement passé dans toutes ces étranges disparitions ? Les officiers ont ils cachés une désertion massive, ou bien étions dans certains cas, en présence d’un phénomène paranormal ?

Source : http://paranormalnews.fr/index.php/dossiers/disparitions/autres-disparitions

35para10.jpg

Les liens sont ici évidents pour moi et en rapport direct avec cette parallèle mystérieuse et millénaire, il en existe probablement d'autres (les implications politico-économiques de ce "couloir" spécial sont aussi évidentes historiquement). Si vous avez des liens en rapport direct avec mention de cet axe ou de nouvelles découvertes à proximité de cet axe non mentionnées, merci de me les envoyer pour réunir ces informations. Autre chose : pour moi il est évident que la comparaison avec les parallèles actuelles sont fausses : je me réfère plus à la Pierre du Monde qui révèle un tout autre axe, même si le 35° parallèle y est inclus souvent... ou alors, cet axe se déplace aussi lui-même dans le temps.

Autre trouvaille peut-être en corrélation : les plus importants lieux où se trouvent des cheminées hydrothermales sous-marines (qui amènent la vie des profondeurs de la Terre suivant plusieurs scientifiques), les cheminées noires ou blanches, se trouvent justement entre le 25ème et le 45ème parallèle Nord :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_hydrothermal#Localisation_des_syst.C3.A8mes_hydrothermaux

MAJ : 22-01-2013 :

Mystérieuse disparition : Le bataillon de Norfolk

norfolk-1915.jpg


L’un des cas les plus mystérieux de disparition s’est produit au cours de la Première Guerre mondiale. Cette énigme est d’autant plus étrange qu’elle concerne un bataillon entier de soldats.
En effet, le bataillon du Royal Norfolk Regiment s’est évanouit en pleine campagne des Dardanelles en août 1915.
Dans son livre Disparitions mystérieuses paru en 1973, Patrice Gaston cite d’autres cas de groupes de militaires qui, apparemment, se sont évanouis en pleine guerre sans laisser la moindre trace.

Entre mars et décembre 1915, l’Angleterre et la France tentent de se rendre maîtresses des Dardanelles, point stratégique contrôlant les communications entre la Méditerranée et les ports russes de la mer Noire. Mais les armées de l’Empire ottoman, commandées par les Allemands, tiennent le corps expéditionnaire occidental en échec. Les pertes sont si importantes (46 000 morts) que les Alliés abandonnent finalement la partie en décembre 1915.

L’histoire de la disparition des Norfolk est connue par le récit des soldats du Commonwealth qui ont assisté à l’évènement.
Le 21 août 1915, au cours de l’attaque de la presqu’île de Gallipoli, 22 soldats néo-zélandais d’une compagnie du génie voient le 4e régiment de Norfolk, qui compte 267 hommes, se porter au secours du corps d’armée ANZAC (Australia and New Zealand Army Corps) en train d’attaquer la cote 60, au sud de la baie de Suyla.

Alors qu’ils se trouvent dans le lit d’un cours d’eau asséché, les soldats du Norfolk entrent dans un étrange nuage. Au moment où tous les hommes ont disparu derrière le rideau de brume, le nuage s’élève doucement puis s’éloigne dans le ciel, contre le vent, et échappe bientôt aux regards des observateurs.
Plus un seul soldat n’est alors visible dans la petite vallée, et la Turquie affirme n’avoir jamais capturé aucun soldat du régiment concerné.

Analyse du témoignage

norfol.jpg

Ce récit repose sur un témoignage fait 50 ans après les faits. Rédigé lors d’une rencontre commémorative des ANZAC par trois des soldats néo-zélandais, ce témoignage se présente sous forme d’un appel à déposer, destiné aux éventuelles personnes encore vivantes qui auraient assisté au phénomène.

Cependant, le témoignage comporte plusieurs contradictions.

Ainsi, le 4e Norfolk évoqué par les témoins n’est pas un régiment mais un bataillon. Celui-ci a d’ailleurs terminé la campagne des Dardanelles.
En revanche, c’est le 5e Norfolk, autre bataillon du même régiment, qui a été effectivement porté disparu au cours d’une attaque.
Cette dernière a eu lieu, non le 21 août comme le mentionne le document, mais le 12 d’après les archives militaires anglaises, et à 5 kilomètres de la position supposée des soldats néo-zélandais.

Par contre, il existe un autre document qui évoque un épisode similaire et écrit peu après la campagne. Cette fois-ci, on ne peut y relever aucune contradiction. Ce témoignage très frais paraît nettement plus fiable.

norfolk-gallipoli.jpg

Rapport final de la commission des Dardanelles

Le rapport effectué juste après la campagne « Final of the Dardanelles Commission » a été publié en 1917.
Selon ce document, une « étrange brume » reflétant les rayons du soleil a recouvert la baie et la plaine de Suyla le 21 août 1915.
Ce « nuage » peut sembler étrange mais c’est un phénomène météorologique courant dans la région.
Le rapport cite également ce même jour l’attaque de la fameuse cote 60 par 3 000 hommes des ANZAC.

Il existe donc des similitudes entre le document officiel et le témoignage tardif des trois soldats néo-zélandais. Le témoignage semble mélanger deux évènements. Il est vrai que sur le Rapport Final, les deux faits sont relatés sur deux pages en face l’une de l’autre.
Cette disposition a-t-elle pu influencer les témoins ?

norfolk-valle.jpg

Il faut rajouter à cela que, du 5e Norfolk porté disparu, 122 cadavres membres de ce bataillon, ont été retrouvés dès le 23 septembre 1919.
Il faut souligner également que 27 000 des 34 000 hommes tués, Anglais et ANZAC, n’ont jamais connu de sépulture.
On peut donc supposer que les corps des 145 hommes manquants du 5e Norfolk gisaient sur un champ de bataille. La chaleur qui régnait en ce mois d’août 1915 dans la région constitue un facteur de putréfaction accéléré.

Enfin, rappelons que le rapport officiel parle d’une brume de très grande superficie et non d’un nuage de 250 mètres de long posé au sol, selon la description des témoins.

D'autres disparitions de troupes étranges :

En 1707, au cours de la guerre de la Succession d’Espagne, 4 000 hommes de l’archiduc Charles de Habsbourg engagés contre les armées de Philippe V se mettent en route un matin vers le col des Pyrénées. Nul ne sait, en dépit des recherches, ce qu’ils sont devenus. Ils ont disparu avec armes et bagages.

En 1858, lors de l’attaque des Français contre le royaume vietnamien, 650 zouaves du corps expéditionnaire avancent vers Saigon dont ils ne sont plus éloignés que de 20 km.
Ils sont suivis à 2 Km par un autre groupe de soldats. Soudain, ils s’évanouissent sans que personne ne puisse dire ce qui leur est arrivé.

En décembre 1937, le Japon a déjà envahi une bonne partie de la Chine, et ses armées avancent vers Nankin, la capitale chinoise.
Le colonel Li Fu Sien décide d’opposer une ultime résistance. Il poste 3 000 hommes le long du Yang-Tsé.
Le lendemain matin, il s’aperçoit que tous ont disparu, sauf une centaine, installés à l’écart près d’un pont.
Ni ceux-ci, ni aucune sentinelle n’ont vu les 3 000 hommes abandonner leur poste, et les archives japonaises ne mentionnent aucune capture.

Source : http://www.dinosoria.com/dardanelles_norfolk.htm - V.B (20.09.2005)

Yves Herbo : Vous constaterez que cette enquête n'est pas complète et ne cite que brièvement les témoignages et pas leur totalité, et que nous n'avons pas non plus le rapport final ! De plus, les conclusions sont assez contradictoires et nettement "de parti pris" sceptique dans le sens négatif sans réel apport prouvable lui-même. Ainsi, la phrase "Ce « nuage » peut sembler étrange mais c’est un phénomène météorologique courant dans la région." n'apparaît pas dans le rapport final, mais a été ajoutée ici pour en conforter l'idée... qui donc dans cette région pourrait bien témoigner qu'il s'agit d'un phénomène courant ?... et même de ses réelles dimensions ? Si les soldats ont été vus au fond de la vallée avant de disparaître dans le nuage, n'est-ce pas contradictoire avec un nuage de si grande dimension ? Autre énorme contradiction : " 122 cadavres membres de ce bataillon, ont été retrouvés dès le 23 septembre 1919. " et "La chaleur qui régnait en ce mois d’août 1915 dans la région constitue un facteur de putréfaction accéléré." : mais où est expliqué le fait et comment ces 122 cadavres n'aient pas subi la putréfaction totale et disparition (mêmes des os ?) des 145 autres en quatre ans ?

Une autre enquête basée également sur des auteurs, mais, à part des citations de livres d'autres auteurs, on n'y trouve pas non plus de correspondances ou de références réelles en ce qui concerne les déclarations officielles (et des copie-photos de ces documents) et leur propre confusion possible (ou voulue) sur deux cas proches dans le temps, néanmoins, ce cas semble assez douteux pour ne pas être retenu...

http://www.ovni-expert.com/?p=40  + http://www.dark-stories.com/disparition_bataillon_norfolk.htm

Les disparus du phare


Depuis décembre 1899 où il a été édifié sur l’île rocheuse de Eilean Mor, au large des côtes écossaises, le phare a semblé maudit. Dans l’année qui a suivi sa mise en service, trois gardiens ont péri, un quatrième a fait une chute mortelle et plusieurs sont devenus fous.
Puis, le 15 décembre 1900, le phare s’est éteint.

Quatre gardiens se relayaient par équipe de trois. Alors qu’il s’approchait en bateau pour rejoindre son poste, Joseph Moore fut frappé par le silence oppressant qui régnait aux alentours. Personne pour l’accueillir, pas de drapeau flottant au vent.

A l’intérieur du phare, tout lui avait semblé normal. Des plats de nourriture intacte étaient encore sur la table, une chaise gisait à terre et deux cirés manquaient au portemanteau.

L’île venait d’essuyer une violente tempête. D’énormes vagues avaient tordues les rampes de

Lire la suite