politique

Mj12 petit

Secrets américains et ufologie

Secrets américains et ufologie - MAJ "Gardiens du Silence"

Mj12 petit

Un titre un peu trop large, générique, et qui couvre bien trop de réalités mêlées aux déformations induites par les activités mêmes des services secrets, américains ou non. Mais il faut bien un titre résumant le sujet, même si le sujet en question est tellement immense qu'il ne peut être qu'effleuré sur ce blog. Nombre de livres et publications diverses sur le sujet existent déjà, chacun apportant sa contribution, sa pierre à un édifice visant à la révélation d'un secret très important, monstrueusement dissimulé aux yeux d'un public évidemment conscient de son existence (les services secrets sont censés être aussi payés par les impôts des citoyens de chaque pays - censés seulement car les rapports officiels font aussi état du fait que tous les impôts et taxes versés par les citoyens d'un pays... ne peuvent payer qu'une partie du système bureaucratique de chaque état, tout le reste étant amené par spéculations boursières et taxes sur les entreprises - nationales ou étrangères d'ailleurs !), mais blasé, frustré par cette réalité inaccessible au commun des mortels. 

Il s'agit en même temps d'un certain hommage envers le travail de quelques chercheurs, très connus du milieu ou au contraire obscurs et eux-mêmes travailleurs de l'ombre, et aussi d'une pierre supplémentaire à cet édifice en train de s'élever vers la lumière, effaçant l'ombre de ces souterrains réputés infranchissables dans lesquels des expériences aux noms mystérieux et codés sont pratiqués. Des documents d'archives qui font toujours l'objet de discussions parfois âpres sur leurs finalités et interprétations, bien sûr, comme d'ailleurs le moindre document issu de fuites de services secrets, quel qu'en soit le sujet d'ailleurs. Et un hommage, encouragement envers un auteur canadien en particulier, un correspondant sympathique occasionnel qui sera d'ailleurs en France dans les semaines qui viennent : Marc St-Germain.

Ce chercheur très actif, membre du Mufon, a publié récemment un ouvrage sur ce thème du secret d'Etat concernant le phénomène ovni et des enlèvements. Voici une revue du livre par l'un de nos sites partenaires et Sylvain Matissehttp://ufoetscience.wordpress.com/2014/09/17/les-gardiens-du-silence/ :

Les gardiens du silence marcstgermain

Explication sous forme de chronique:

Pour ma part, cet ouvrage s’inscrit dans la lignée "de documents interdits : la fin d’un secret" et de "1942-1954 : La genèse d’un secret d’Etat" les ouvrages de JG-Greslé, s’appuyant sur des documents officiels, donc historiques.

L’auteur Marc St -Germain a reconstitué également ce travail historique sur des archives de documents classés Top-Secret auparavant. Dans la sphère ufologique tout le monde ou presque s’accorde à dire que la période de l’avant deuxième guerre mondiale jusqu’au début de la guerre froide entre les blocs de l’Est et de l’Ouest est le point de départ d’une machinerie concernant l’armement, l’aéronautique et l’étude des O.V.N.I s, ce qui semble après tout logique puisque le monde a été sous haute tension et en conflits un peu partout sur la planète. Ceci continue encore de nos jours même si les méthodes et les stratégies ont évolué depuis. Une organisation entamée vers l’année 1947 et ses restructurations présentant tout de même quelques incohérences et fuites plus ou moins visibles. Néanmoins, ce stratagème a été tout de même efficace, puisque la majorité de la population terrienne considère très peu le phénomène OVNI et son cortège de cachotteries voir de mensonges. Le constat est éloquent, beaucoup de gens s’amusent encore petit sourire en coin lorsque le sujet O.V.N.I est abordé, les pauvres !

En fait nous savons qu’une partie de poker-menteur a été engagée pour dissimuler la réalité du phénomène. Le tout est de savoir à quel degrés se situe le mensonge et pour quels intérêts ?

La fin des années 1940 est une époque déterminante concernant une certaine propagande.

Marc dans son ouvrage dévoile quelques dossiers, des faits et nous livre ses convictions qui se rapprochent à quelques différences près des miennes, mais l’essentiel n’est pas là. Son livre devrait inspirer les sceptiques afin qu’ils revoient un peu leur copie toute faite qui affirme que les OVNI sont du fantasme alimenté par des illuminés (illuminati est le terme non déformé). A condition que ces braves gens aient le courage d’affronter les dilemmes sur leurs certitudes (sic), sur ce point de vue force de reconnaître que ce n’est pas gagné, lol ! Bref, passons. (mais les sceptiques en ont de toute façon autant à dire sur la majorité des ufologues et de leurs propres dilemmes sur leurs certitudes !... et tous les sceptiques ne disent pas non plus la même chose, en fait, la plupart disent que ce sont tout simplement des armes secrètes humaines, pas d'illuminati non plus ni de complot... tout le monde tourne en rond pour le simple public !)

Des périodes sombres, des chaînons manquants, mais surtout des indices éparpillés ça et là avec un zest de fausses vérités afin de perdre le citoyen moyen dans les méandres de l’incompréhension. Une confusion orchestrée de mains de maître.

Les campagnes successives de la désinformation ont été habilement huilées, les médias contribuant de gré ou de force à ces manoeuvres. Mais, la question est ailleurs: Pour quels intérêts et quels motifs ?

Si vous vous procurez ce livre "les gardiens du silence", vous verrez que l’histoire concernant l’humanité présente une certaine carence. Marc St-Germain reconstitue le puzzle avec les éléments qu’il détient et présente ce qui pourrait être véritablement notre histoire, du moins une partie ignorée sciemment. Deux historiens (JG Greslé et Marc St-germain) sur deux continents différents nous dévoilent avec des documents à l’appui et des dates vérifiables pour la plupart, des pistes. Beaucoup ne connaissent pas l’histoire en prétendant le contraire, une autre version ainsi mal venue pour eux.

Peut-être pire encore, les détracteurs n’admettent pas les contre vérité !

Alors pour ceux qui disent que la "divulgation" n’a pas eu lieu et qu’il n’y pas eu de révélation c’est qu’ils ne cherchent pas. Le genre de livre proposé ici pourrait ouvrir bien des yeux et le regard porté sur les ufologues, les historiens, les chercheurs ou les témoins pourrait changer ! Tout est question de volonté, mais surtout d’humilité"...

Mais les documents "MJ 12", qu'est-ce au juste ? Reportons-nous (parmis des dizaines parlant du sujet !) au site http://www.philipcoppens.com/majestic12.html  qui est plutôt prudent et réaliste :

Des documents datant de 1947 (Roswell, même année) : 

CONFIDENTIEL
Laboratoire Sanitaire de l'Air
20 septembre 1947
Mémorandum pour le Lt. Général Twining

Objet : Résultats préliminaires de l'autopsie de l'accident aérien, rapport classé le 17 juillet 1947
I. Conformément à votre demande téléphonique du 10 juillet, vous trouverez ci-joints les résultats de l'examen clinique de laboratoire d'un cadavre bien préservé, récupéré par l'équipe médicale des Forces de l'Armée de l'Air (AAF) d'Alamogordo

Malcolm C. Crow
Général de brigade, USA
Chirurgien de l'Armé de l'Air

RÉSULTATS CONCERNANT LE PERSONNEL

1. Grade : inconnu
(a) Dommages Mortels aucun parachute utilisé

2. TYPE

(a) Collision en plein vol avec un objet autre qu'un avion conventionnel.

3. DOMMAGES SUR L'APPAREIL

(a) Épave complète.

4. ERREUR DU PERSONNEL

80% dû à une erreur du pilote, 20% dû à du matériel en mauvais état

5. MATÉRIEL

Les artefacts récupérés et reconstitués indiquent que l'avion non identifié a pu subir, par expérience, un défaut de fonctionnement de 50% dans son système de commandes de vol ; 10% de défaut de fonctionnement dans ses surfaces mobiles ; et le reste par du matériel qui est inconnu
(a) Les propriétés des matériaux sont inconnus du aux dommages extrêmes que le vaisseau a subi lors de l'impact.
(b) Le fonctionnement des instruments trouvés dans la zone de l'habitacle est actuellement inconnu ; d'autant plus qu'il n'y a aucun moyen de déterminer si le vaisseau était commandé manuellement ou télécommandé.
(c) L'équipement ré assemblé indique que la centrale d'énergie, les commandes de vol et les surfaces mobiles devaient être asservies par des tuyaux de verre flexibles. (Fibre optique ?)

6. DIVERS

(a) La météo ne semble pas être un facteur significatif dans la cause de la collision avec l'objet non identifié.
(b). L'obscurité et la vision et de nuit n'indiquent pas être une cause probable de l'accident. Le film de l'écran de radar ne montre pas un trajet de collision avant l'accident. Bien que les débris rassemblés indiquent que le vaisseau s'est brisé dans l'air avant l'impact.
(c). La tour de contrôle d'Alamogordo avait dégagé le vaisseau pour son approche dans la Zone 2 ,qui est une aire de stationnement et donné au pilote une alternative acceptable pour un atterrissage de secours.

Mj12 1947

Mj12 1947b

Puis, selon le chercheur d'ovni et le cinéaste documentaire Jamie Shandera, en décembre de 1984, il a reçu un paquet anonyme dans le courrier contenant deux rouleaux de film non développé de 35 mm. Le film, une fois développé, a révélé ce qui avait l'air d'être un rapport de briefing au président élu Dwight D. Eisenhower (1890–1969 ; président 1953–61), qui avait été préparé par un groupe de 12 investigateurs prestigieux, supérieurs et secrets qui ont travaillé sous le nom de code “d'Opération des 12 Majestics” (MJ-12). Les 12 majestics (aussi connu comme Majic Eyes Only signifiant Top Secret, Majic 12, la Confiance Majestueuse, M12, MJ 12, MJ XII ou Majorité 12) sont le nom de code prétendu d'un comité secret de scientifiques, chefs militaires et fonctionnaires, censément formé en 1947 par un décret de président américain Harry S. Truman. Le but du comité était d'enquêter sur l'activité d'ovni à la suite de l'incident de Roswell – l'accident prétendu d'un vaisseau spatial étranger près de Roswell, Nouveau-Mexique, en juillet de 1947. Ce comité allégué est une partie importante de la théorie de conspiration d'ovni d'un gouvernement en cours recouvrent des renseignements d'ovni. Le document, qui avait l'air d'être des détails authentiques, décrits la récupération, l'analyse et les tentatives faites pour étouffer l'affaire officielle de l'accident d'ovni de 1947 dans le désert de Roswell, Nouveau-Mexique.

Le rapport a aussi décrit la récupération des corps de quatre êtres semblables à l'humain qui avaient été trouvés près de l'épave du vaisseau spatial extraterrestre retiré. Selon ces documents, toutes les quatre des entités étaient mortes et leurs cadavres avaient été mutilés par les chacals du désert et ont été décomposés en raison de l'exposition aux éléments. Bien que les créatures soient semblables à l'humain en apparence, le rapport secret a déclaré que les processus biologiques et évolutionnistes responsables de leur développement s'étaient distingués apparemment tout à fait de ceux de l'humanité.

La lettre de 1947, prétendue être signé par Harry Truman, en autorisant “l'Opération les Douze Majestueux”.
Le 14 juin 1987, lors de la 24ème Conférence d'ovni nationale Annuelle dans Burbank, Californie, Shandera, avec Stanton Friedman et Guillaume Moore — les deux chercheurs d'ovni proéminents que Shandera avait enrôlé pour l'aider à évaluer la vérité des documents MJ-12 — ont communiqué leurs enquêtes dans ce qu'ils ont prétendu être la preuve documentaire des tentatives faites pour étouffer l'affaire gouvernementales d'UFOs qui a commencé en 1947.

Beaucoup de chercheurs d'ovni étaient d'accord, à la vue de la liste du personnel allégué du MJ-12, que si un ovni s'était écrasé et avait été récupéré dans Roswell en 1947, cela aurait été la sorte de comité qui pourrait avoir accompli une enquête approfondie sur l'accident. Chacun de ces individus avait été en haut dans leurs régions respectives d'expertise pendant la fin des années 1940 et avait l'avantage d'ajouter une expérience gouvernementale derrière eux.

Les investigateurs les plus sceptiques ont convenu que “le Document A,” qui a prétendu être une lettre datée le 24 septembre 1947, du président Harry S. Truman au Secrétaire de Défense Forrestal, avait l'air d'être vrai ; mais même si Truman a vraiment nommé "l'Opération des Douze Majestueux” dans la lettre, il n'y avait rien de déclaré clairement qui reliait le groupe aux enquêtes sur les ovni. D'autres ont mis en doute la raison pour laquelle Hillenkoetter, le chef de la CIA, a été énuméré comme l'officier de briefing sur le document MJ-12, car il est resté silencieux sur l'accident de la soucoupe volante et des corps étrangers quand il est devenu actif dans la recherche d'ovni civile en 1957.

Le plus grand provocateur contre les chercheurs d'ovni de longue date était la découverte du nom de Donald Menzel, l'astronome de Harvard, sur la liste de MJ-12. Menzel était bien connu comme debunker passionné de soucoupes volantes et l'auteur de trois livres d'antiovni. Malgré ses défenseurs dans le champ de recherche d'ovni, l'authenticité des documents MJ-12 reste extrêmement controversée. Les chercheurs sceptiques ont étiqueté les documents comme clairement faux et frauduleux, en montrant qu'une recherche consciencieuse des dossiers de l'administration de Truman ne révèle aucun décret pour un tel groupe d'investigation sur les ovni  comme le MJ-12.

Les chercheurs qui ont servi avec les militaires ont déclaré que l'indication la plus claire d'un canular est dans les nombreux termes militaires incorrects et la langue utilisée dans ces documents "officiels" allégués, en suggérant que les créateurs du canular n'ont jamais servi pour les militaires.

L'existence de MJ-12 était quelquefois niée par certaines agences du gouvernement Américain, qui exigent que les documents suggérant son existence soient des canulars. Le FBI a enquêté sur les documents et a conclu qu'ils étaient des falsifications, basées essentiellement sur une opinion rendue par AFOSI, le Bureau d'Aviation américain d'Enquêtes Spéciales. Les opinions parmi les chercheurs d'ovni sont divisées : Certains soutiennent que les documents peuvent être vrais pendant que d'autres soutiennent qu'ils sont faux, essentiellement en raison des erreurs dans le formatage et la chronologie.

En 1985, un autre document en mentionnant MJ-12 et un datant à 1954 ont été trouvés dans une recherche aux Archives nationales. Son authenticité est aussi extrêmement controversée. Les documents en question sont plutôt largement disponibles sur Internet, par exemple sur le site Internet du FBI, où ils sont écartés comme faux (reliés ci-dessous). Depuis les premiers documents MJ-12, des milliers de pages d'autres documents gouvernementaux ont été divulgués et présumés mentionnant MJ-12 et des tentatives faites pour étouffer l'affaire gouvernementale sur la réalité ovni sont aussi apparu, ont été appelés quelquefois collectivement les “Documents Majestics. ” Ils tous sont controversés, avec beaucoup de gens contestant leur authenticité.

source ; http://priestnovykh.wordpress.com/2010/07/12/mj-12-document/

MJ-12 : Majestueux, ou incrédule ?

Rien n'a changé le monde sur les UFOs, d'autant que les documents MJ-12 infâmes, prétendus pour être des papiers de briefing présidentiels et une évidence que le gouvernement américain recouvre une présence extraterrestre sur la Terre. Toujours jugés trop beaux pour être vrais, est-ce la plus grande campagne de désinformation que le champ a vue ?

Le 11 décembre 1984, le chercheur d'ovni et le producteur de TV Jaime Shandera ont reçu une enveloppe marron avec un rouleau de Tri-S de 35 mm le film noir et blanc. Quand il a été développé, le film s'est révélé être des photos de huit pages d'un Document de Briefing du 8 novembre 1952, préparé pour le président élu Dwight D. Eisenhower,  concernant "l'Opération les 12 Majestueux”. Il a lu “Sous le sceau du SECRET/MAJIC SUPÉRIEURS SEULEMENT”.

Quelle était l'Opération des 12 Majestueux ? Elle a prétendu être une opération secrète, commencée le 7 juillet 1947, pour récupérer l'épave de l'accident de Roswell, un incident allégué qui est connu dans les annales de l'histoire comme un “accident d'ovni”. L'accident allégué avait mené prétendument à la création de cette opération, qui était une réunion secrète d'experts qui avaient été placés responsables de l'enquête secrète et du fait,  de dicter la méthodologie par laquelle le gouvernement américain manipulerait l'édition sur les extraterrestres. Il a énuméré comme membres : Adm. Roscoe H. Hillenkoeter, Dr Vannevar Bush, secrétaire James Forrestal, général. Nathan F. Twining, général. Hoyt S. Vanderberg, Dr Detlev Bronk, Dr Jerome Hunsaker, M. Sidney W. Souers, M. Gordon Gray, Dr Donald Menzel, général. Robert M. Montegue, Dr Lloyd V. Berkner. Tous les douze membres du MJ-12 énumérés étaient morts, le plus récent, Hunsaker, étant mort juste trois mois avant que Shandera a reçu les documents. Hunsaker a vécu à l'âge de 98 ! Il est clair que quelqu'un a attendu jusqu'à ce qu'ils soient tous morts pour divulguer ce document … ou que quelqu'un s'est assuré qu'aucun des membres allégués ne pourrait faire aucunes déclarations sur leur participation alléguée.

Bien que chacun des membres soit un membre de haut profil de notre société, avec l'Étude des ovni, Dr Donald Menzel est ressorti puisqu'il était debunker notoire du phénomène. Son adhésion a semblé "logique" pour ceux qui ont cru que les dénégations prêchantes de Menzel sur le phénomène d'ovni ont fait partie d'une campagne par le biais dont le gouvernement américain a discrédité officiellement le phénomène d'ovni, mais qui n'était pas conscient de posséder secrètement , à l'évidence, des objets extraterrestres.

Bien que Menzel soit effectivement un sceptique sur les ovni, en 1949, il a signalé une rencontre d'ovni à l'armée de l'air des Etats-Unis. Qu'il l'ait fait n'était pas connu depuis plus de trois décades. Mais s'il était vraiment au courant des renseignements secrets sur les ovni depuis 1947, Menzel n'aurait aucune raison de noter un rapport d'ovni avec l'Aviation, en voyant qu'il était “au-dessus de" l'accès secret supérieur à tout sur les UFOs via son adhésion au MJ-12.

Quatre autres membres de la liste avaient documenté de manière fiable des activités rattachées aux UFOs. Hillenkoetter était un membre du NICAP et a fait des déclarations publiques au Congrès sur la réalité ovni. Twining et Vandenberg ont supervisé des premières enquêtes sur les ovni de l'armée de l'air des Etats-Unis, comme le Project Sign et le Projet Blue Book, et ont fait quelques déclarations publiques sur les UFOs. Twining avait écrit auparavant un mémorandum secret célèbre le 23 septembre 1947 (le jour avant que Truman ait monté prétendument le MJ-12) déclarant que les soucoupes volantes étaient réelles et avait préconisé une enquête formelle par des organisations gouvernementales multiples telles que l'AEC, NACA, NEPA, le JRDB de Vannevar Bush et le Comité consultatif Scientifique de l'Aviation. Cela a mené directement à la création de Project Sign à la fin de 1947. Finalement, Berkner était dans le Comité de Robertson organisé par la CIA qui a démystifié le phénomène d'ovni en 1953.

Un problème important de l'histoire du MJ-12 consiste en ce que le destinataire des papiers, Shandera, coopérait en ce temps avec Bill Moore, un investigateur sur les ovni célèbre qui était co-auteur d'un livre d'enquête sur Roswell avec Charles Berlitz, l'une des principales lumières du réseau alternatif suite à la publication du Triangle de Bermudes. Le 1er Juillet 1989, William Moore a admis qu’il était un agent du gouvernement, qu’il avait livré de la désinformation aux chercheurs, qu’il avait falsifié des documents, qu’il avait espionné les chercheurs et rapporté les informations recueillies sur ces chercheurs à la communauté des agences de renseignement, qu’il avait pris part à une opération de contre-espionnage contre Paul Bennewicz qui s’était conclue par l’internement de ce dernier dans un institut psychiatrique, et qu’il avait fait tout ceci en pleine connaissance de cause. Il est soit un traître, soit un des plus grands manipulateurs au cœur de pierre. La question que l'on devait se demander était si cette matière était une désinformation aussi, faite pour circuler avec l'aide de Moore … ou contre Moore ? On ne croit jamais que vous ne pouvez pas être un agent dans une campagne et une victime dans une autre.

Le plus grand problème était cela : en février 1981, Moore avait donné à Bennewitz 12 documents pré-majestics, connus comme le “The Black Vault”, qui était une communication d'AFOSI (Le Bureau d'aviation d'Enquêtes Spéciales) le quartier général à Washington à Kirtland AFB du bureau. Une phrase a déclaré que “La politique gouvernementale américaine officielle et les résultats du Projet Vault sont toujours classifiés et avec l'accès restreint à ‘MJ Douze’.” C'était la première mention de “MJ-12” – fait dans le milieu d'une campagne de désinformation, envoyée à la personne qui était la cible de cette campagne. (La recherche a depuis établi que l'Agence de Sécurité nationale avait vraiment un Projet Vault hautement classifié, mais que cela a été inquiété avec le pistage de missiles lancés de la mer et d'avions volant bas. Cependant, le fait même que les créateurs des documents MJ-12 savaient l'existence d'un Projet Vault et l'ont tissé dans leur mythe, suggère encore une fois qu'ils travaillent dans le réseau d'intelligence, par ex. AFOSI).

Deuxièmement, un Briefing de Cadrage présidentiel de neuf pages exposant “Ce document a été préparé par MJ-12”, a été montré à une autre chercheuse sur les ovni, Linda Moulton Howe, qui a déclaré qu'elle a vu ce document le 9 avril 198318 mois avant que Shandera l'ait trouvé dans sa boîte aux lettres. Howe a identifié l'homme qui le lui a montré comme Richard Doty, un agent AFOSI qui avait coopéré avec Moore dans la campagne de désinformation directe contre Bennewitz. Pour l'instant, le rat sentait seulement, il a commencé à puer. En outre, quand le télex de Vault a été montré à l'Aviation, vous vous attendriez à entendre une dénégation, en prétendant que le télex était une falsification. Et effectivement : l'Aviation a vraiment prétendu que c'était une falsification, avec des défauts basés dans le style et le format. Mais alors Moore a reconnu qu'il avait retapé en fait le document et avait ajouté un timbre de datation – la fourniture de l'évidence que Moore avait falsifié le document. Plus tard, il a prétendu qu'il était basé sur un original, que nous sommes conscients que personne n'avait vu ou ne verrait jamais. C'est tout à fait par hasard le même stratagème utilisé par Ray Santilli quand il a reconnu que “le film sur l'autopsie alien” de 1995 était une falsification, mais seulement parce que le film original était devenu abîmé pour l'émission publique dorénavant et pourquoi lui et ses associés avaient "recréé" le film d'autopsie.

Bref, il y avait peu à dire en faveur du MJ-12 comme étant un vrai fusil fumant. Mais alors, en 1985, pendant une visite aux Archives nationales de Moore et Shandera, ils ont prétendu qu'ils ont trouvé une copie carbone sans signature d'un mémorandum au général. Nathan Twining, de l'assistant spécial Robert Cutler au président Eisenhower. Daté du 14 juillet 1954, le sujet du mémorandum était “le Projet d'Études NSC/MJ-12 Spécial”. Évidemment, la confirmation aurait été beaucoup plus impressionnante si elle n'était pas venue de Moore lui-même, même si en 1985 le monde ignorait sa double vie comme un agent de désinformation.

Néanmoins, les enjeux étaient hauts et si les documents étaient vrais, c'était effectivement l'Étude sur les ovni qui avait été recherché au cours des quatre décades passées. Dorénavant, le Fonds Pour la Recherche d'ovni (FUFOR), mené par le physicien de marine des Etats-Unis, le Dr Bruce Maccabee, a payé au chercheur Stanton Friedman 16,000$ pour enquêter sur les documents MJ-12 initiaux, puisqu'il avait aussi reçu la matière MJ-12 – aussi anonymement et aussi sur un rouleau de film de 35 mm.

Après la chute en grâce de Moore et Shandera repartant sur d'autres projets, Friedman est devenu l'expert du MJ-12 local d'Étude des ovni. Lui et d'autres, ont montré vite du doigt Richard Doty, l'agent AFOSI avec qui Moore avait collaboré sur le cas de Bennewitz et l'homme qui avait montré la matière à Linda Moulton Howe. Friedman a fait des remarques : “Certains ont supposé que Doty a fourni le document de briefing en premier lieu. Moore et Shandera ont prétendu que personne n'a avoué avoir envoyé le document, bien que le cachet de la poste sur l'enveloppe marron soit Albuquerque. Il est clair de leurs conversations avec Doty qu'il est au courant du document, mais autant que je sais, il n'a jamais avoué l'avoir envoyé. Je doute qu'il l'ait fait.” Cette conclusion montre la crédulité du chercheurs d'ovni : cela ressemble à un faux, il a été posté de la ville où l'homme qui a été impliqué dans une campagne de désinformation a travaillé, informé à quelqu'un qui a été impliqué dans la même campagne de désinformation, quand la campagne de désinformation courait, avec un homme responsable de la campagne de désinformation en prétendant qu'il savait du document … et encore, les chercheurs d'ovni concluent qu'il ne fait pas partie de cette campagne de désinformation ! Enfin, nous pouvons approuver Friedman disant que “Si les documents sont valides ou pas, ils doivent avoir été créés par un initié. ” Effectivement. Et nous approuvons de tout cœur l'évaluation de Carl Sagan : “Ou les documents MJ-12 sont les plus vulnérables et la suspicion est exactement sur la question de la provenance – l'évidence a miraculeusement baissé sur un seuil comme quelque chose d'une histoire de fées, peut-être  " Le Cordonnier et les Elfes. "...

Divulgué ou "ensemencé" en 1984, MJ-12 n'avait pas un impact immédiat sur la communauté ovni. Chacun impliqué avait gardé les documents dans les emballages, en ayant peur de les rendre public ce qui pourrait rendre quelqu'un comme un héros immédiatement – ou discréditer complètement sa crédibilité si prouvé comme étant faux. Il a semblé que les chercheurs d'ovni avaient besoin de certains les poussant doucement dans le dos.

Ainsi, au printemps 1987, on a dit à Moore et Shandera que l'histoire de MJ-12 partirait en Europe. Le fait de divulguer de fausses histoires dans la presse étrangère est une technique de désinformation de l'Intelligence standard et Moore l'a appris de leurs dresseurs AFOSI … Et effectivement, le 31 mai 1987, l'Observateur de Londres a publié une histoire, d'où elle a été ramassée par l'agence de presse Reuters. L'article était par Martin Bailey mais l'homme derrière l'histoire était le musicien et Spécialiste des ovni Timothy Good. Le processus par lequel les documents ont émergé en Grande-Bretagne précise qu'une tentative concertée était faite de disséminer cette matière au public. Après une réception lente aux Etats-Unis, en 1986, l'auteur d'ovni britannique le plus connu du temps, Jenny Randles travaillait sur un nouveau livre sur des tentatives "officielles" faites pour étouffer l'affaire ovni . “ Tout à fait par hasard ”, elle a été approchée par une “gorge profonde anonyme”, le contact qui lui a offert une collection de documents exposant en détail l'activité clandestine du gouvernement américain se rapportant aux UFOs – un franc-tireur qui pourrait le faire dans Woodward & Bernstein de la communauté d'ovni, la personne qui a fait craquer la conspiration ovni. Cependant, comme ses collègues américains, Randles a montré de la prudence dans le fait d'accepter la matière et l'informateur a rompu le contact. Quand les documents MJ-12 ont été libérés une année plus tard, Randles s'est rendu compte que la matière qu'on lui avait offerte a fait partie de ces papiers.

Au cours des semaines de la tentative avortée de passer les documents à Randles, on a offert à Timothy Good – qui travaillait aussi sur un livre de la conspiration d'ovni, au-dessus du Secret (1987) Supérieur – une autre partie de la matière MJ-12. À la différence de Randles, Good a accepté et cela a mené à l'article dans L'observateur de mai 1987. L'article a persuadé alors les chercheurs américains de finalement libérer leurs documents. Un autre mythe moderne avait été créé et le but d'une campagne de désinformation de trois années de long avait finalement porté des fruits.

Good a continué à écrire une série de best-sellers internationaux du contact entre les aliens et les gouvernements mondiaux, qui ont révélé au public les UFOs et extraterrestres et ont ouvert la voie pour d'autres livres traditionnels sur le sujet. Le résultat a été une plus grande acceptation du Scénario de Contact en Grande-Bretagne et la conviction en l'existence de la vie extraterrestre.

Ce qui est moins connu, est que dans les dernières années, plus de documents MJ-12 encore ont été "disséminés". À la fin de 1992, trois nouveaux documents MJ-12 ont été reçus par Timothy Cooper … qui finirait par plus tard écrire un livre avec Richard Doty. Dans sa discussion de ces documents, même Friedman reconnaît que ces papiers sont des reproductions, des versions retapées et légèrement changées de vieux mémorandums ou de lettres. Pour faire court : les falsifications, dans lesquelles une "norme" classifiant le mémorandum sont changées pour le faire apparaître comme s'il était né du groupe MJ-12 fictif, par quoi les références aux aliens et aux UFOs ont été insérées dans le mémorandum. En mars 1994, Don Berliner, un membre de la branche de FUFOR, a reçu un autre document MJ-12. C'était encore une fois sur un rouleau de film, cette fois envoyé du Wisconsin. Il a prétendu être le “Manuel d'Opérations Spéciales du Groupe Majestic 12 : Les Entités extra-terrestres et la Technologie, la Récupération et la Disposition, sont datées d'avril 1954.”

Effectivement, le FUFOR, sous le leadership de Maccabee, était “l'autorité sur les ovni” qui avait adopté les documents et promus par Friedman. Un ancien physicien de marine des Etats-Unis, le Dr Bruce Maccabee est un leader et un avocat influent de l'Hypothèse Extraterrestre et du Scénario de Contact. Maccabee est devenu proéminent dans le réseau ovni au milieu les années 1970 et sa reconnaissance était en raison de sa revendication qu'il y avait l'évidence que la CIA différait des milliers de dossiers se rapportant aux UFOs – une revendication qui a beaucoup encouragé la conviction en tentatives faites pour étouffer l'affaire et, par extension, qu'il y a quelque chose à être caché. En soutenant beaucoup de cas d'ovni plus sensationnels, Maccabee a aussi fait jouer son influence pour minimiser l'importance de l'évidence qui soutient une explication plus conventionnelle. Par exemple, quand les documents déclassifiés de la CIA se rapportant à l'utilisation d'UFOs comme protection sur la vison d'avions espions ont été libérés en 1997, il s'est disputé avec véhémence – et avec succès – que ceux-ci n'avaient d'aucune signification. Maccabee a travaillé de près avec William Moore, par exemple sur l'ovni allégué atterrissant près de Kirtland AFB en 1980 – l'utilisation des renseignements fournis par le Sergent Richard Doty.
Quand Moore a fait sa confession en 1989, il a déclaré que quatre autres chercheurs d'ovni américains très éminents travaillaient aussi pour l'AFOSI, mais a refusé de les nommer. En 1993, les chercheurs d'ovni pareillement, ont découvert que Maccabee a maintenu des liens plus proches avec la CIA qu'il l'avait révélé publiquement. Quand il a été défié, il a reconnu que, depuis 1979, il avait été tenu au courant régulièrement effectivement par la CIA à Langley, le quartier général de Virginie, sur les développements dans le champ des ovni, mais a refusé de dire que sa participation est allée un peu plus profondément que cela. Ce que Maccabee a manqué d'expliquer est pourquoi il a gardé ce secret depuis 14 ans.

Il est absurde qu'un principal membre d'une organisation qui s'est promise de défier le secret officiel des UFOs – et l'un des partisans principaux de l'idée que la CIA diffère des milliers de documents sur le sujet – devrait avoir un rapport si de longue date, secret, avec cette même agence. L'aveu de Maccabee a manqué d'en convaincre beaucoup, en incluant son ami intime et type le membre du conseil d'administration de FUFOR, Richard Hall.

Mais si quelqu'un devrait être vu comme le “Monsieur MJ-12”, c'est Richard Doty. Quand Doty s'est approché de Moore, ce dernier a déclaré que sa raison de coopérer avec l'AFOSI était la promesse que, en échange du passage de ces renseignements à l'agence sur ses collègues chercheurs et pour disséminer la désinformation, pour lancer certains chercheurs hors de la piste, on lui donnerait des renseignements privilègiés sur la connaissance du gouvernement américain sur les UFOs. Un peu naïvement, Moore a accepté cette histoire – bien que l'évidence soit que les renseignements qu'on lui a donnés et sur lequel il a basé ses livres, étaient de la désinformation réelle.

C'était Doty qui a dit à Moore qu'un extraterrestre vivant avait été capturé après un autre accident au Nouveau-Mexique et avait vécu jusqu'à 1952. Depuis lors, une série d'autres extraterrestres avait été prétendument envoyée comme "des ambassadeurs". Doty a aussi parlé d'un traité entre le gouvernement américain et les aliens. C'était Doty qui a montré le “document classifié à Linda Moulton Howe” en 1983. Comme Shandera, Howe a été contacté par Doty et Jerry Miller, un ancien chercheur sur le Projet Livre Bleu, en 1982, après qu'elle avait diffusé un documentaire à la TV sur les “mutilations de betails” discuté en faveur d'un lien avec les UFOs. Doty a promis le tournage d'un film à Howe sur des aliens qui, inutile de le dire, a manqué de se matérialiser.

Pourquoi Doty s'est-il rapproché des producteurs de documentaires ? Pourquoi non à ses principaux universitaires ? Ou politiciens ? Voulant être célèbres, les fabricants de documentaires sont sortis pour recevoir des angles sensationnels, dans lesquels si en effet l'histoire est factuelle, c'est souvent d'une importance secondaire. Les papiers du MJ-12 étaient, évidemment, le “bon truc” pour se balancer devant les nez de producteurs de télévision. Et Doty l'a fait précisément. Il semble, cependant, que personne n'a pris l'appât et au lieu de cela trois ans plus tard, les eaux britanniques ont été évaluées, où la recherche d'une personne qui rendrait publique les documents a été réussie.

Au cours des années 1980, Doty s'était concentré sur les fabricants de documentaires de télévision, dans ses efforts d'étendre la connaissance des documents MJ-12. Au cours des années 1990, les UFOs sont devenus le courant dominant, en grande partie avec l'aide de Hollywood et “Des X-Files”. Les “Cieux Sombres” étaient un peu populaires, mais pas une série d'une grande longévité sur le MJ-12, en montrant le succès de MJ-12 dans le contexte de Hollywood et la télévision. Mais ce qui est peut-être moins connu est que Doty a démissionné de l'Aviation … pour devenir un conseiller pour “Les X Files” et Spielberg avec "Taken", probablement les promotions fictives les plus notoires sur MJ-12 et une conspiration gouvernementale qui avaient l'intention de garder la “vérité alien” cachée. Hollywood a aidé à cimenter l'idée de tentatives gouvernementales  faites pour étouffer l'affaire ovni et l'existence du MJ-12, alors que dans la communauté ovni, les documents MJ-12 sont restés extrêmement controversés. Remarquablement, les livres qui ont promu l'idée de tentatives faites pour étouffer l'affaire ovni étaient capables de gagner des contrats massifs, alors que les voix discordantes ou plus d'analyses techniques telles que la révision de Friedman des papiers MJ-12, ont reçu une beaucoup plus petite distribution. S'il y avait des tentatives massive faites pour étouffer l'affaire ovni dans l'endroit, pourquoi, en fait, “le gouvernement” permettait à tant de livres argumentant en faveur de ces tentatives faites pour étouffer l'affaire d'être publiés ? Pourquoi étaient ils non démystifiés, avec pourtant beaucoup d'erreurs contenues, des exagérations et souvent plein de vide.

En 2005, Robert Collins et Richard Doty ont écrit “Exempt from Disclosure”, avec la matière supplémentaire fournie par Timothy Cooper. Dans le livre, Doty prétend faire partie du groupe dans le gouvernement américain qui a voulu que l'existence d'aliens et d'aliens en captivité du gouvernement américain soit devenue connue. Malheureusement, le livre – bien qu'une collection d'écritures soit peut-être un meilleur mot – se lit plus comme de la désinformation. La colonne vertébrale du livre est évidemment MJ-12. Doty a tissé l'ensemble d'une ficelle de rapports d'ovni différents dans une théorie qui a "un sens", mais seulement  pour un croyant aux ovni. Il implique des accidents tels que Socorro, Roswell, etc., et on a montré individuellement que chacun de ces cas est exagéré, erroné ou faux. Quant aux évidences qu'ils présentent pour leurs revendications ? “Contactez moi ou mon co-auteur”. Effectivement. 

Enfin, parmi les points culminants les plus tristes du livre est l'inclusion de Carl Sagan comme un membre du MJ-12 (sans doute pour faire des commentaires désobligeants des documents).
Il y a ce bijou : “ La Bible hébraïque a été confirmée grâce à la longue recherche de la clé de la compréhension des visions d'ovni extraterrestres et ces renseignements ont été partagés avec le Vatican dès 1949. ” Ou qu'il a été donné à JFK des instructions sur MJ-12 aussi, mais qu'il a voulu la divulgation. Le DCI Allen Dulles et l'officier du Contre-Espionnage James Angleton de CIA n'étaient pas disposés à coopérer, puisque prétendument, Kennedy allait partager des données sur les ovni avec les Russes. Bref, le livre est – obstinément ou “tout à fait par hasard – une suite de lignes de désinformation bien expérimentée : exposez un fait, spéculez ensuite, ajoutez ensuite un mensonge. Et c'est l'un ou l'autre le style d'écriture de Doty et de Collins, mais cet ordre est répété à l'infini sinon jusqu'à la nausée partout dans le livre. Sur l'exemple est la déclaration que l'accumulation des armes atomiques servait à se préparer contre une attaque alien, qui est la “conclusion” d'un ordre précédent. Alors ils ajoutent : “ Évidemment, cette décision a coïncidé avec l'accumulation Soviétique " des armes atomiques, pour faire croire comme cela que l'accumulation américaine des armes atomiques en même temps que l'escalade soviétique était en fait accidentelle, plutôt que la vraie cause.

Parmi les "preuves" présentées se trouvent Doty déclarant que son oncle Ed Doty était l'investigateur d'ovni également pour les militaires aussi et que lui et Richard ont parlé d'UFOs et de leur connaissance sur les visites des aliens et plus. Vous pourriez croire qu'Ed Doty confirmerait que c'est vrai, mais quand c'est demandé, comme mis par écrit dans le livre, Ed Doty nie en fait, de la plus sympathique des façons, c'est pourquoi même son oncle n'admet pas ce que son neveu dit !

Le livre inclut aussi des déclarations classiques disant que les aliens étaient spécifiquement comme de la crème glacée à la fraise, mais spécifiquement qu'ils ont communiqué avec les aliens dans la langue des signes – comme si la langue des signes était une langue universellement comprise, plutôt qu'un mécanisme fabriqué purement humain et assez récent aidant à la communication entre humains. On s'attendrait à ce qu'aucun alien ne "sache" ou "comprenne" la langue des signes après leur arrivée sur la Terre.

Il a cité les documents du MJ-12 comme l'un des documents "divulgués" les plus connus et les plus importants, des documents qui sont largement crus par beaucoup, en grande partie par Hollywood – et Doty – les efforts, comme vrais et l'évidence de tentatives réussies faites pour étouffer l'affaire sur cinquante années de long du gouvernement américain sur la vie extraterrestre sur cette planète. En vérité, c'est une campagne de désinformation, en grande partie réalisée par un homme…, mais sans doute non le seul… avec quelqu'un tirant les ficelles plus loin en haut de la hiérarchie. La question centrale qui devrait déranger vraiment la communauté ovni, sinon la population américaine dans l'ense

Lire la suite

Ovni 10 2014 mini

OVNIs : Compilation vidéos octobre-novembre 2014

OVNIs : Compilation vidéos octobre-novembre 2014

Ovni 10 2014 miniovni octobre 2014

Suite des compilations de  Janvier à Mars 2014 avril 2014  mai 2014 - juin 2014  -  juillet-août 2014  -  août-septembre 2014  - septembre-octobre 2014

Compilation Ovni UFOs oct 2014 - by pseudo 007

Compilation Ovnis UFOs Nov 2014 by pseudo 007

UFO-01-11.2014

UFO . USA.01 .11. 2014

New UFO Sightings of The Week 3/11 2014 in France

UFO amorphous Over Mexico City-OVNI En Mexico Df Amorfo Subido 14-11-2014

26-11-2014 fast moving tens of ufos over the volcano sakurajima in japan

最もスゴいUFO映像 第1位 - un étrange objet s'élève des montagnes japonaises... on pense à un gros ballon, il y a même des choses qui semblent pendre, jusqu'à ce que l'objet accélère soudainement et disparaisse rapidement d'après les témoins... cet objet a été commenté par des spécialistes à la télé apparemment et cette vidéo est considérée comme la plus étonnante sur les OVNI japonais ! :

Encore plusieurs observations en ce mois de novembre 2014 (ces quelques vidéos n'en sont qu'un petit aperçu, juste le sommet de l'iceberg...)

Comme toujours, je vous invite à apprécier par vous même la valeur de ces vidéos, compte tenu de vos propres réflexions et sensibilités, à la lumières des événements historiques actuels également mais de l'augmentation mondiale de ces observations aussi. A vous de décider comme toujours.

Yves Herbo, Sciences, F, H, 12-12-2014

1-illusjva.jpg

MATIÈRE, ÉNERGIE, INFORMATION et la physique des civilisations extraterrestres

MATIÈRE, ÉNERGIE, INFORMATION et la physique des civilisations extraterrestres

1-illusjva.jpg

Ci-dessus : la question suivante est posée par d’éminents savants : ne sommes-nous pas des sortes d’entités virtuelles intégrées à une « matrice » qui serait contrôlée par une forme hyper évoluée de vie extraterrestre ? Nous pensons que nous sommes réels et que nous vivons dans un monde qui ne l’est pas moins, mais selon certains chercheurs audacieux dont fait partie Paul Davies, astrobiologiste de l’Université d’État d’Arizona, nous ne serions que des « sous-programmes » au sein d’un gigantesque programme géré par une civilisation extraterrestre qui pourrait avoir un milliard d’années d’évolution derrière elle. Cette civilisation manipulerait des « structures » situées au-delà de la matière, de l’énergie, et même de l’information. De quoi donner le vertige et de revoir nos idées sur la forme et les capacités que pourraient avoir des entités incommensurablement plus évoluées que nous.

 Table des paragraphes :

.1) Au-delà de la matière et de l’information.

.2) La physique des civilisations extraterrestres.

.3) Guérisons extraterrestres.

.4) L’article du site Ovnis-usa.

.5) La conférence de Jacques Vallée.

 

.1) Au-delà de la matière et de l’information.

Sur l’excellent site Internet « Ovnis-USA », aujourd’hui en sommeil, est publié un article (toujours en ligne le 20/07/2012, et que nous reproduisons ci-dessous) de Casey Kazan pour le Daily Galaxy intitulé « Au-delà de la compréhension humaine » (novembre 2010). Ce court texte amorce une réflexion passionnante sur les apparences que pourraient revêtir des formes de vie extraterrestres très évoluées. Ce qui est fascinant en lisant l’article, c’est d’imaginer que ces extraterrestres pourraient avoir un million d’années d’avance sur nous. Quelle(s) forme(s) aurait un être sensible, conscient et intelligent ayant bénéficié d’une évolution aussi longue ? C’est une question très stimulante pour l’esprit. Elle nous oblige, en effet, à dépasser nos limites conceptuelles actuelles et à nous projeter vers des « horizons lointains », des futurs possibles, qui seront peut-être les nôtres dans un million d’années. En explorant ces territoires de la spéculation situés aux limites de nos capacités de conceptualisation, des chercheurs à l’esprit particulièrement aventureux, ont envisagé la possibilité qu’une intelligence extraterrestre hyper-évoluée disposerait peut-être du pouvoir de manipuler la réalité à un niveau qui nous dépasse. Ils imaginent même, en allant le plus loin possible dans cette voie de réflexion, que la totalité de notre Univers serait une réalité virtuelle créée de toute pièce par cette intelligence. Notre existence humaine ne serait alors qu’un « sous-programme » à l’intérieur d’une inconcevable « matrice » qui aurait peut-être déjà tout planifié. Les intentions et les objectifs de cette « matrice » nous seraient bien évidemment inconnus. Nous serions seulement conscients d’être une minuscule partie d’une structure virtuelle gigantesque qui pourrait abriter une multitude d’autres mondes. Cette conception « virtualiste », si je puis dire, de notre environnement et de nous même n’est qu’une intuition, mais elle nous permet de faire le lien avec une nouvelle vision du réel dont les fondements ne reposeraient plus sur la matière ou les particules élémentaires, ni même sur l’énergie, mais plus fondamentalement encore sur la notion d’information. Dans son ouvrage intitulé « The eerie silence », le physicien australo britannique Paul Davies va encore plus loin. Il se demande, en effet, s’il n’y aurait pas autre chose que de la matière et de l’information dans l’Univers. Il imagine ainsi qu’au-delà du niveau 1 (niveau de la matière) et du niveau 2 (niveau de l’information), il existerait un troisième, puis un quatrième, et même un cinquième niveau de réalité qui seraient tous situés bien au-delà de ce que nous nommons matière et information. Selon Davies, seule une civilisation ayant au minimum un milliard d’années d’évolution derrière elle serait en mesure d’accéder à de tels niveaux et serait capable de les contrôler. Sans aller aussi « haut » et aussi loin que Paul Davies, vers des niveaux de réalité qui sont trop éloignés du nôtre et qui nous demeureront pour longtemps inaccessibles, nous pouvons néanmoins revenir au concept d’information qui est au cour de notre civilisation et de nos modes de vie quotidiens. Ces considérations nous amènent tout naturellement au second article de ce dossier qui est la conférence que Jacques Vallée a donné à Bruxelles le 22 novembre 2011 dans le cadre des Rencontres du « TEDx Bruxelles ». Lors de cette conférence, Vallée expose ce que pourrait être la physique dans cinquante ans. Jusqu’à présent, la physique ne s’est préoccupée que de la matière et de l’énergie. Elle a étudié le comportement de la matière et les lois qui régissent ses mouvements, mais elle a totalement occulté une autre face de la réalité, l’information. Comme le souligne Vallée : « la physique qu’on nous apprend dans les collèges et les universités est la physique de l’énergie, elle a à voir avec les lasers, les couleurs, les particules, la masse et les champs, l’accélération, l’inertie, et toutes ces choses qui vous ont été enseignées à l’école. Le problème est qu’ils nous ont aussi appris que l’information et l’énergie sont les deux facettes de la même pièce, mais ils n’ont pas pris la peine de nous enseigner la physique de l’information, ils continuent de nous apprendre la physique de l’énergie ». Cette façon de concevoir la physique pourrait générer une véritable révolution dans le monde de la recherche dans les prochaines décennies. Après avoir exploré la face énergie/matière, les physiciens devraient, selon Vallée, s’atteler à explorer la face contiguë à celle de l’énergie/matière qui est celle de l’information. Vallée ne donne pas de méthode pratique pour explorer cette mystérieuse face du réel, il se contente d’indiquer une piste de recherche, et nous pouvons être certains que ce qu’il annonce est une voie prometteuse. Délaissant la physique classique qui selon lui ressemble au système de Ptolémée avec ses « cycles, ses épicycles et ses épicycles d’épicycles » qui étaient sensés expliquer le mouvement apparent des planètes, Vallée cherche à comprendre comment fonctionne vraiment la réalité. Comme chez Ptolémée, avec ses particules, ses sous particules et ses « sous-sous-particules », la physique moderne nous donne une image relativement correcte des apparences, mais seulement des apparences. Alors Vallée s’interroge : est-ce bien ainsi que fonction la réalité ? C’est après avoir expérimenté plusieurs expériences de synchronicité (ou coïncidences significatives selon Jung) qu’il s’oriente vers une autre façon d’appréhender le réel.

.2) La physique des civilisations extraterrestres.

Lorsque j’ai lu l’article du site Ovni-usa (« Au-delà de la compréhension humaine ») et entendu par la suite la conférence de Jacques Vallée sur la physique de l’information, j’ai tout de suite compris quel profit je pouvais tirer de cet ensemble d’intuitions et de réflexions pour imaginer ce que pourrait être la physique des civilisations extraterrestres. Pour une civilisation proto-planétaire de Type 0 comme la nôtre, qui est sur le point d’accéder (si nous parvenons à résoudre tous nos problèmes) à une civilisation planétaire globale de Type I, la conférence de Jacques Vallée concernant la physique de l’information ressemble pour moi à une sorte de « prédiction ». Elle annonce en effet la physique qui pourrait servir de base scientifique à cette civilisation planétaire de Type I, et même à une civilisation de Type II (civilisation stellaire). C’est comme si nous étions aujourd’hui à la charnière de deux mondes. D’un côté nous avons l’ancien monde qui fonctionne encore avec la physique classique qui a servi de base à l’édification de toutes les civilisations proto-planétaires apparues sur la Terre depuis l’aube de l’Humanité et qui continue encore de survivre à travers la nôtre (pour combien de temps ?), d’un autre côté, nous avons devant nous le nouveau monde de la civilisation planétaire globale (Type I de civilisation) qui dépassera la physique classique (matière/énergie) pour explorer la physique de l’information (énergie/information). Nous pouvons même penser que cette physique de l’information est sûrement celle qui est utilisée par les civilisations galactiques de Type III et IV. Au-delà, une civilisation de Type V (ou Civilisation Universelle) utiliserait sans doute une physique qui correspondrait aux niveaux 3, 4 et 5 imaginés par Paul Davies. La transition entre la physique classique matière/énergie et la physique de l’information se fera de toute évidence de façon progressive et les deux approches du réel cohabiteront sûrement longtemps ensemble. La physique classique façonne l’univers dans lequel nous vivons aujourd’hui. Elle nous fournit de l’énergie (thermique, nucléaire, solaire, etc..), elle nous permet de nous déplacer librement (moteur à explosion, moteur d’avion, moteur électrique), elle nous donne les moyens de communiquer à distance (ondes hertziennes, fibre optique), de nous informer, de nous cultiver, de gérer nos systèmes (radio, télévision, ordinateur, réseaux), et elle nous procure aussi beaucoup d’autres commodités qui semblent désormais « aller de soi » si je puis dire. Mais tout cela ne repose en définitive que sur une certaine vision du réel qui ne prend en compte qu’une seule de ses faces (matière/énergie). Alors la question que je me pose est celle de savoir comment la physique de l’information pourrait transformer notre environnement ? Quelles applications pourrions nous tirer de cette physique ? Il faut reconnaître que c’est une question difficile parce que nous ne disposons, au moment où j’écris ces lignes, d’aucun moyen de savoir, même de façon approximative, ce qu’une telle physique serait capable de faire dans un futur plus ou moins proche. C’est comme si un physicien de la Renaissance (Galilée ou Jérôme Cardan par  exemple) essayait d’imaginer le fonctionnement d’une centrale nucléaire ou celui d’un ordinateur. Ce serait pour eux une tâche impossible parce que ces brillants esprits ne possédaient pas à l’époque les outils conceptuels pour le faire. Ce qu’ils savaient en physique ne pouvait leur être d’aucune aide pour comprendre notre monde moderne. Nous sommes à peu près dans la même situation qu’eux vis-à-vis de la physique de l’information. Tout ce que nous pouvons supposer c’est que dans ce type de physique les « opérations » si je puis dire s’effectueraient au niveau de l’information qui organise la matière et les organismes vivants. Une telle physique serait peut-être capable de fabriquer des objets simplement en « ordonnant », selon un plan et un programme précis, l’information dans la matière. Pour fabriquer un objet de consommation (voiture, machine à laver, ordinateur, etc..), nul besoin d’utiliser une usine comme celles que nous connaissons aujourd’hui pour fondre les pièces, les souder entre elles, et assembler les composants électriques et électroniques pour parvenir au résultat souhaité. Il suffirait d’agir directement au niveau de l’information qui est l’autre face de la matière/énergie pour arriver au même résultat. Pour soigner les être vivants, le procédé serait le même. Nul besoin de fabriquer des médicaments ou d’injecter des substances chimiques dans le corps, le traitement ce ferait directement au niveau de l’information. Les fractures seraient réduites par le même procédé. Dans le cas des organismes vivants je suppose que c’est le même processus qui se produit lors d’une guérison miraculeuse à Lourdes, à Fatima, ou lors de la rencontre avec un ovni. Nous y voyons un « miracle » alors que le procédé réside dans la maîtrise de la physique de l’information. Les guérisons de Fatima sont d’ailleurs un bon exemple pour illustrer le fait qu’une civilisation de Type II ou de Type III pourrait utiliser la physique de l’information pour obtenir des résultats qui sembleraient « miraculeux ». Nous savons en effet que les événements de Fatima sont d’origine extraterrestre et que le phénomène appelé abusivement la « danse du Soleil » était la manifestation d’un disque volant (ovni) au-dessus d’une foule réunissant près de 70 000 personnes. A Fatima, des personnes gravement malades ont été totalement guéries alors qu’elles avaient été témoins des évolutions extraordinaires d’un ovni en forme de disque. Je pense que la technologie utilisée par les extraterrestres à Fatima pouvait mettre en ouvre des applications issues de la physique de l’information.

Classification des civilisations : http://www.lesconfins.com/Civilisations.pdf

Pour plus d’informations sur Fatimahttp://www.lesconfins.com/fatimaovnis.htm

.3) Guérisons extraterrestres.

L’ufologue Preston Dennett (Académie d’Ufologie) a écrit une étude intéressante intitulée « Guérisons extraterrestres, récits authentiques » publiée aux Éditions Trajectoire pour l’édition française en 2012. C’est la première fois, à notre connaissance, qu’un chercheur réunit de façon systématique et dans un même volume, plus d’une centaine de cas de rencontres avec des ovnis (105 cas) dans lesquelles figure un épisode de guérison. Certes, les cas présentés sont de valeur inégale, mais l’ensemble de l’étude est suffisamment convaincante pour mettre en évidence le modus operandi des ovnis capable de produire des résultats parfois très spectaculaires sur des lésions physiques qui peuvent être mortelles (cancers). L’intérêt de ce travail original et novateur pour notre sujet réside dans le fait que les guérisons qui surviennent lors de la rencontre avec un ovni suggèrent que les méthodes médicales mises en oeuvre pourraient utiliser une technologie impliquant une physique de l’information si chère à Jacques Vallée (ci-dessous sa conférence). Si nous prenons comme exemple l’ovni de Fatima, nous constatons que sa manifestation a généré des guérisons chez certaines personnes sans intervention directe (physique) sur elles. Un témoin rapporte que sa mère qui souffrait d’une tumeur à l’oeil se trouva guérie spontanément simplement parce qu’elle était sur les lieux de l’apparition de l’ovni. D’autres personnes ont été guéries d’un handicap physique important de façon quasiment instantanée. Dans le livre de Preston, les personnes qui ont bénéficié d’une guérison rapide et complète ont été très souvent mise en présence d’un ovni qui a dirigé sur elles un mystérieux rayon de lumière. Il cite le cas d’un policier du Texas qui avait été mordu à la main par un jeune crocodile (main gonflée et douloureuse) qui a été guéri très rapidement après que sa blessure ait été touchée par un rayon lumineux provenant d’un ovni. Preston rapporte aussi le fameux cas du docteur X (cas français) qui a aussi été étudié par Jacques Vallée, dans lequel le témoin a été guéri d’une blessure et d’un handicap (raideur chronique d’une jambe) après avoir été la cible d’un rayon lumineux provenant d’un disque. Dans le cas de Fatima (non cité par Preston), il faut aussi noter que des guérisons se sont manifestées longtemps après les apparitions de l’ovni en 1917.

Certaines des guérisons les plus spectaculaires ont fait l’objet d’une enquête médicale très poussée et elles impliquaient presque toujours des personnes atteintes de maladies incurables. Ces guérisons obtenues sur le long terme suggèrent une manipulation de l’information a un niveau qui dépasse notre entendement. Dans ces cas de guérison obtenues bien après le passage de l’ovni c’est tout le contexte de la guérison qui est impliqué : le lieu, le sol, l’eau, le sanctuaire, le pèlerinage, la foule des pèlerins, etc.. .L’étude du dossier des guérisons impliquant des ovnis pose laquestion de savoir comment ils opèrent pour obtenir des résultats qui pour nous relèvent du « miracle ». Je pense que si notre science est totalement incapable de les expliquer c’est parce que ces guérisons impliquent l’utilisation d’une autre physique qui n’est pas la physique humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cette physique est peut-être capable d’agir directement au niveau de l’information contenue (imbriquée ou sous jacente) dans la matière (matière inerte et matière vivante). Cette physique serait capable de rétablir un organe, un muscle ou un os dans un état parfait comme si ces parties du corps n’avaient jamais été endommagées par la maladie ou un accident. Si le couple énergie/information est bien ce qui en définitive fabrique notre réalité, une technologie capable de maîtriser ce niveau serait à même de modifier à sa guise le monde matériel et les organismes vivants. Concrètement, nous ne savons pas encore comment cela peut fonctionner, mais dans 50 ou 100 ans la physique sera peut-être capable de nous le dire, du moins c’est ce que pense Jacques Vallée.

1-illusjvb.jpg

Ci-dessus : le phénomène ovni serait responsable de certaines guérisons spectaculaires. Les personnes impliquées dans ce type de guérison disent avoir été touchées par de mystérieux rayons lumineux provenant d’un ovni. La guérison est souvent immédiate et définitive.

.4) L’article du site Ovnis-usa.

Source : http://ovnis-usa.com/2010/11/23/au-dela-de-la-comprehension-humaine/

1-illusjvd.jpg

Stephen Hawking nous a récemment alertés en déclarant que le contact avec une civilisation extraterrestre avancée pourrait avoir de graves conséquences pour l’espèce humaine. On se souvient de cette remarque d’Arthur C. Clarke, pour lequel « toute technologie suffisamment avancée serait indiscernable de la magie ». Ci-dessus : Arthur C. Clarke devant les décors de « 2001, l’Odyssée de l’espace » (film de Stanley Kubrick sorti en 1968), dont le scénario a été largement inspiré par les nouvelles (notamment « La sentinelle » de 1951) du célèbre écrivain de science fiction. Pour Clarke« toute technologie suffisamment avancée serait indiscernable de la magie ». C’est exactement ce à quoi nous assistons avec la manifestation du phénomène ovni, et plus spécifiquement avec les guérisons induites par lui.

Sur les traces de ces précurseurs, des experts de renommée mondiale, tels le physicien Sir Martin Rees de l’Université de Cambridge et Paul Davies, astrobiologiste de l’Université d’Etat d’Arizona, se sont demandés, dans le cas où nous serions confrontés à une technologie extraterrestre de loin supérieure à la nôtre, si nous serions seulement capables de réaliser ce dont il s’agit. Une technologie en avance d’un million d’années ou plus, pourrait nous sembler miraculeuse.

En fait, Davies explique dans son livre « The Eerie Silence » (« L’inquiétant silence ») qu’une technologie très avancée n’est peut-être même pas basée sur de la matière. Qu’elle pourrait ne pas avoir de dimensions, ni de formes déterminées, ni de contours bien définis. Qu’elle serait dynamique à tous les niveaux d’espace et de temps. Ou, inversement, que nous ne pourrions discerner ses comportements. Qu’elle ne consisterait pas en un assemblage d’éléments distinctifs, mais qu’il s’agirait plutôt d’un système, ou d’une subtile corrélation de choses sur un plan supérieur. Davies se demande s’il n’y a pas en réalité « autre chose que de la matière et de l’information ». Il écrit : « Il y a cinq cents ans, on ne pouvait entrevoir le concept (aujourd’hui familier) d’une information servant à manipuler des objets, ou le principe de logiciels ».

1-illusjve.jpg

Ci-contre : couverture du livre de Paul Davies, « The Eerie Silence ». L’Univers semble désespérément muet et aucun signal intelligent n’a été détecté par le programme SETI depuis 50 ans. Rappelons que Davies a pris la direction du programme Seti en 2005. Ce fait étrange signifie-t-il que nous sommes les seuls créatures intelligentes dans toute la Galaxie ou que nos méthodes d’écoute du ciel sont tellement primitives qu’elles n’ont absolument aucune chance de capter le moindre signal émis par une civilisation extraterrestre plus évoluée que nous ? L’écart technologique entre elle et nous pourrait être tel, que ce silence inquiétant des espaces infinis nous donne l’impression que l’Univers est absolument « muet ». Un indien d’Amérique qui communique avec des signaux de fumée pourrait-ils capter une émission de télévision transmise par ondes hertziennes ? Serait-il même en mesure d’imaginer qu’un tel système de communication puisse exister ?

Se peut-il qu’il y ait une dimension encore plus élevée (que l’information et la matière), hors de toute expérience humaine, qui organise les électrons ? Dans l’affirmative, nous serions incapables d’observer ce « troisième niveau » au plan informationnel et encore moins à celui de la matière. Nous devons être ouverts à la possibilité qu’une technologie extraterrestre avancée, âgée d’un milliard d’années, pourrait fonctionner à un troisième niveau - peut-être même à un quatrième ou cinquième niveau - tous totalement incompréhensibles pour l’esprit humain dans son état évolutif actuel, en 2010 (Natacha, pour Ovnis-USA).

.5) La conférence de Jacques Vallée.

Source : http://www.doublecause.net/index.php?page=Jacques_Vallee.htm

Le Docteur Jacques Vallée est un astronome, informaticien et romancier français (vivant aux Etats-Unis dans la région de San Francisco) qui s’est distingué à plusieurs reprises de façon remarquable et très originale :

- pour avoir été choisi par Steven Spielberg comme le modèle de François Truffaut dans le film, « Rencontres du troisième type »,

- par son établissement de la première carte informatisée de la planète Mars pour la Nasa,

- par son expertise internationalement reconnue dans l’étude des objets volants non identifiés (ovnis).

- pour être l’auteur de nombreux livres d’anticipation et avoir reçu le prix Jules Verne,

- pour les travaux qu’il a dirigé dans le cadre du projet Arpanet qui est le prototype du réseau Internet.

1-illusjvg.jpg

Et j’en oublie, mais une chose est sûre, c’est qu’avec Jacques Vallée on plonge toujours en avance dans le futur tout en conservant une approche sérieuse et rationnelle, et ceci bien que les sujets abordés par Jacques soient extraordinaires. C’est la raison pour laquelle il a été invité à donner une conférence dans les fameuses rencontres « TEDx Bruxelles » qui invitent régulièrement des renoms de la scène internationale de la science et de la technologie. Cette cession titrée « A day in the Deep Future » était consacrée à l’approfondissement d’un thème tout indiqué pour Jacques Vallée, s’agissant d’anticiper les développements de la science et de la technologie dans les 50 années à venir. Le titre de l’intervention de Jacques Vallée était « Une théorie de Tout (le reste) ».

Comme vous l’aurez remarqué sur le document ci-dessus, ou dans l’extrait, Jacques Vallée parle de ma recherche et de mon livre « La Route du Temps », ce qui peut surprendre. Cela s’explique par le fait qu’après avoir assisté à l’une de mes conférences (à l’Institut Métapsychique International à Paris) puis lu mon livre, il a reconnu dans la théorie de la double causalité ce qu’il appelle de la « mainstream physics », ce qui signifie, dans le contexte, qu’elle représente pour lui un « courant dominant » de la nouvelle physique des 50 ans à venir.

Pour ceux qui ont du mal avec l’anglais, voici la traduction de cet extrait :

« Voici maintenant ce qui commence à être un courant dominant de la physique : le Docteur Guillemant, en France, est un physicien du CNRS et dans son dernier livre « La Route du Temps », il développe la thèse que les synchronicités sont dues à une double causalité. Nos intentions causent des effets dans le futur qui deviennent les futures causes d’un effet dans le présent. Je le répète, ceci est en train de devenir un courant dominant de la physique ».

En résumé de sa conférence, Jacques Vallée propose essentiellement une nouvelle vision du monde que les physiciens, selon lui, vont faire émerger dans les années qui viennent et qui repose sur la physique de l’information. Dans cette vision, notre Univers devient un immense réservoir d’informations où l’espace et le temps ne sont que des productions conceptuelles de la conscience que nous avons d’elles, y compris ce qu’on appelle les dimensions qui sont elles aussi des créations « pratiques » de la conscience, comme le fait de ranger efficacement des livres dans une bibliothèque par étagères, rangées et piles (x,y,z). Il cite judicieusement les physiciens James Maxwell et Leo Szilard qui ont été parmi les premiers à soulever les paradoxes de la thermodynamique qui conduisent à faire l’analogie entre l’énergie et l’information. Il nous parle ensuite des coïncidences et de son propre vécu en la matière, avec ses amis dans sa résidence Californienne, avec un conducteur de taxi ou encore lors d’expérimentations avec le médium Uri Geller lorsqu’ils partageaient le même programme de recherche sur la vision à distance. Il dresse une liste de physiciens qui se sont intéressés au problème des coïncidences, et il cite en premier lieu le fameux couple C. G. Jung et Wolfgang Pauli qui ont étudié les synchronicités. Il énonce alors ma thèse que les coïncidences sont des manifestations des artefacts de notre monde d’informations, causées par le fait que le futur est déjà là, et qu’une double causalité est à l’oeuvre. Il conclut en encourageant les recherches pour que les physiciens retrouvent l’ « enfant perdu » de la physique, la petite soeur de l’information, celle qui nous fera comprendre pourquoi l’espace et le temps ne sont que des illusions de notre conscience.

Si vous êtes intéressé(e) par ces thèmes, la conférence de Jacques Vallée peut être visionnée dans son intégralité sur le site web de « TEDxbrussels » :

http://www.tedxbrussels.eu/2012/speakers/jacques_vallee.html

1-illusjvh.jpg (ci-contre : illustrations conférence Jacques Vallée).

Je vais essayer de me procurer une version sous-titrée, mais en attendant en voici une traduction complète faite par mes soins :

" Merci beaucoup. C’est merveilleux d’être de retour à Bruxelles. On m’a donné le défi de discuter avec vous des 50 prochaines années de la physique dans une pièce sombre et sans fenêtre une heure après le déjeuner. Je vois déjà certains d’entre vous effrayés par la perspective d’équations et de calculs tensoriels. Je ne vais pas faire ça. J’ai appelé ma présentation « Une Théorie de Tout (le reste).

Aujourd’hui les physiciens professionnels développent diverses théories du tout pour essayer de réconcilier les deux meilleures théories de la physique actuelle : la relativité générale et la mécanique quantique. Il y a quelques « sales petits secrets » là-dedans qu’ils ne vous disent pas.

Le premier est que ces deux théories, dont chacune fonctionne très bien dans son domaine, sont en violentes contradictions avec notre monde quotidien, spécialement sur la question de la gravité. Donc, l’idée est d’essayer de développer des théories du tout conciliantes, en quelque sorte, comme la théorie des cordes qui pourrait unifier ces deux champs dominants de la physique.

L’autre « sale petit secret » est que dans tout ça nous avons un enfant qui manque à l’appel.

L’enfant égaré est la petite soeur de la physique (illustration ci-dessus à gauche), c’est la physique de l’information et c’est d’elle dont j’aimerais vous parler cet après midi. La physique qu’on nous apprend dans les collèges et les universités est la physique de l’énergie, elle a à voir avec les lasers, les couleurs, les particules, la masse et les champs - peu importe ce qu’est un champ - et l’accélération, l’inertie et toutes ces choses qui vous ont été enseignées à l’école. Le problème est qu’ils nous ont aussi appris que l’information et l’énergie sont les deux facettes de la même pièce, mais ils n’ont pas pris la peine de nous enseigner la physique de l’information, ils continuent de nous apprendre la physique de l’énergie.

1-illusjvi.jpg

(ci-dessus : illustrations conférence Jacques Vallée).

Maintenant, revenons au 19ème siècle, où James Maxwell, en discutant de thermodynamique, considéra ce qui se passe lorsque vous versez un liquide froid dans un liquide chaud : il se forme une zone à température moyenne entre ces deux composants. La seule façon d’empêcher ça serait qu’un petit démon, le « démon de Maxwell », soit là pour séparer les molécules, et ceci malgré les lois de la thermodynamique qui disent que les deux liquides vont se mélanger et atteindre une température moyenne. Leo Szilard, qui était un collègue d’Einstein en 1929, alla un peu plus loin et dit: « Pour pouvoir faire ça, le démon aurait besoin d’informations pour savoir quelles molécules sont chaudes, et quelles molécules sont froides. Si le démon connaît ces informations, alors il peut en tout état de cause conserver les liquides séparés et ils n’atteindront jamais une température moyenne ».

Mais cela veut dire qu’il y a autant d’informations qu’il y a d’énergie dans le système et que l’information et l’énergie sont les deux facettes d’une même pièce.

Donc, où se trouve la « soeur manquante » de la physique ?

La physique de l’énergie a affaire, à nouveau, avec les particules, les atomes, les forces fondamentales, la masse, l’entropie, les champs, les dimensions d’espace, x, y et z, et t pour le temps, et le moment, l’inertie (etc..). Mais nous ne parlons jamais des concepts similaires du coté de la physique de l’information et ma thèse est que dans les 50 prochaines années, nous le ferons. Je dois vous avouer que l’on est dans un domaine où tout le monde cherche la révélation, mais je pourrais aussi bien vous confesser pourquoi je me suis éloigné de la physique. J’ai obtenu un haut diplôme en physique seulement parce que j’étais bon en maths, c’est pourquoi je pouvais voir au-delà des équations pour trouver la réponse. Mais j’en suis sorti pour un certain nombre de raisons. D’abord, je n’ai jamais pu comprendre ce que signifiait le fait que le temps soit une dimension.

On vous explique : « Ok, il y a x, y et z », ce que je tire de l’expérience commune, et on vous dit : « Pensez au temps de la même façon, sauf que dans l’équation vous placez un petit « i » devant « t » pour la racine carrée de -1, mais oublions ça. Ce qui compte, c’est de traiter le temps comme l’espace et alors tout marche bien. Et c’est ce qu’on fait en relativité générale et dans d’autres domaines de la physique. Je ne pouvais jamais appréhender ça parce que vous savez, je peux aller de ce coté, ou je peux aller de l’autre coté. Avec le temps, je ne peux pas, il ne m’est pas permis de le faire. Donc, on est très bon pour dire comment le temps passe, on ne sait pas pourquoi il passe. De la même façon, on est très bon pour dire comment les choses tombent, on ne sait pas pourquoi elles tombent. Et là aussi, ce n’est pas quelque chose qu’on vous a appris en physique au collège, on ne vous a jamais dit qu’on ne savait pas expliquer ces deux choses là.

1-illusjvl.jpg(ci-dessus  : illustrations conférence Jacques Vallée)

La troisième chose que je ne digérais pas, c’était les particules.

Vous savez, on a des particules à l’intérieur de l’atome et ensuite des particules à l’intérieur des particules : on a des particules à l’intérieur des électrons et des photons et partout ailleurs. Ensuite, comme ça ne marche encore pas très bien, on a des particules de sous particules et ça me rappelle quelque chose qui est arrivé à l’astronomie au Moyen Age lorsqu’on avait des cycles et des épicycles et des épicycles d’épicycles… Si on continue de faire ça, tout va bien sauf que ce n’est pas ainsi que la réalité fonctionne, aussi je pense qu’ils devraient continuer de faire ça (les physiciens modernes). Ils devraient continuer avec la physique de l’énergie, on a atteint des choses merveilleuses avec cette science, mais ce n’est pas ce que je veux réellement faire.

Donc, je suis revenu à la soeur manquante, à chercher cette petite soeur manquante de la physique et il apparaît que cela pose des questions fondamentales au sujet de la nature du temps et aussi au sujet des choses qui nous arrivent dans la vie, comme les coïncidences.

Le 20 juillet 1996, nous avions une maison à la campagne au nord de San Francisco, un endroit merveilleux plein d’acajous et nous avions des amis à dîner et l’un d’eux était une femme qui nous a dit qu’elle allait participer à une pièce de théâtre à Mendocino county et dans la pièce elle devait lire quelque chose en français et elle n’avait pas pratiqué le français depuis un bon moment. Alors elle demanda si nous avions un livre en français et nous avions une bibliothèque avec des livres en français et en anglais, ma femme choisit ce roman de René Barjavel, « La peau de César », elle me le donna et je l’ouvris à une page au hasard et lu un passage au hasard qui étais : « J’étais dans le Boeing qui explosa après son décollage à l’aéroport de Kennedy, une bombe dans la soute, 132 morts, vous vous souvenez ? ». Eh bien, c’était trois jours après qu’un Boeing avait décollé de l’aéroport de Kennedy et explosé au dessus de l’Atlantique et nous en avons tous été choqués. Et si vous y pensez, si vous parlez de cette sorte de coïncidence avec vos amis, vous vous apercevrez que nombreux sont ceux à qui il est déjà arrivé ce genre d’expérience. Ce n’était pas de la prémonition, c’était trois jours après l’accident de la TWA-800, mais cela nous a bouleversés sur le moment, puis nous l’avons oublié. C’est le genre de chose que vous effacez de votre conscience.

Quelques scientifiques ont réfléchi profondément à ce sujet, revenons au Moyen Age. Facius Cardanus, au 15ème siècle, a écrit dans son journal qu’il avait réussi à accomplir certains rites pour faire apparaître les éléments de l’air dans son laboratoire. C’était une chose très à la mode au 15ème siècle et ces créatures apparurent devant lui. Il y avait sept sylphes, les créatures de l’air. Deux d’entre eux étaient les chefs, ils s’approchèrent de lui et il leur demanda ce qu’ils savaient au sujet de la nature de l’Univers. Les deux sylphes n’étaient pas d’accord.

L’un d’eux dit : « Eh bien, Dieu a créé l’Univers une fois pour toutes et nous sommes là ».

L’autre dit: « Non, Dieu a créé l’Univers instant après instant et s’il s’était arrêté une minute, tout aurait disparu ».

 Donc, ce « clicker » n’est pas le même que celui d’avant, c’est une autre instance du même « clicker ». Mais ces « clickers » sont générés par quelque chose d’un plan supérieur, ce qu’en tant qu’ingénieur informatique, je comprends parfaitement. Cela prend sens. Cela ne prend aucun sens en termes de physique de l’énergie, mais cela prend parfaitement sens en termes de physique de l’information.

 Et là, vous avez les deux modèles du monde : vous avez le modèle de la physique classique et celui de la mécanique quantique.

Plus récemment, quelques personnes ont cherché la petite soeur de la physique, à commencer par Wolfgang Pauli, l’un des fondateurs de la mécanique quantique, Carl Jung - et il y a eu une intense correspondance entre Pauli et Jung -, Paul Kammerer, Arthur Koestler, David Bohm, Max Velmans, Philippe Guillemant, en France, Landauer et Seth Lloyd et bien d’autres.

Carl Jung a travaillé avec Pauli et il a établit un catalogue des coïncidences qui lui sont arrivées. Une fois, il était à une conférence dans une autre ville et au milieu de la nuit il s’est réveillé avec la sensation qu’il y avait quelqu’un dans la chambre. Il se leva tout de suite et vérifia qu’il n’y avait personne dans le voisinage, mais il avait ressenti quelque chose qui avait heurté son front et quelque chose qui l’avait heurté derrière la tête. Il retourna s’endormir et le jour suivant il reçut un télégramme l’informant que l’un de ses patients s’était suicidé en se tirant une balle dans la tête et la balle avait pénétré le front jusque derrière la tête.

Carl Jung, dans ses livres, mentionne un certain nombre de coïncidences remarquables.

J’ai eu une autre aventure de ce genre. Dans les années 70, j’ai été interpellé par la question du nombre de sectes apparaissant en Californie - mais aussi en France et partout ailleurs - autour de l’idée des extraterrestres - et quelques-uns de ces groupes se faisaient appeler « le culte de Melchizedek ». Vous savez, ils s’inspiraient de la figure biblique de Melchizedek.

1-illusjvo.jpg

Ceci (ci-dessus à droite), est une représentation de Melchizedek à la cathédrale de Chartres, qui est très belle. Melchizedek est une figure de la Bible très intéressante, très mystique et très mystérieuse. C’est une figure très puissante parce qu’elle introduit Abraham et, vraiment, Melchizedek était l’origine des trois religions du Livre : l’Islam, la religion Juive et le Christianisme. J’avais une interview à Los-Angeles, je pris un taxi au hasard dans le trafic et passai l’interview. De retour chez moi, je regardai la note du conducteur du taxi et cette note était signée Melchizedek.

Lire la suite

Ovni mars1974 galley ministre

OVNIs et parlement français : archives

OVNIs et parlement français : archives - MAJ

facadepalaisbourbon.jpg

Achives CNROVNIS : « Note à l’attention de messieurs les parlementaires »

PARLEMENT : UNE NOTE D’INFORMATION SUR LES OVNIS (dépêche Agence Transcontinentale de Presse du 12/12/1980)

(ATP) A la demande d’un certain nombre de parlementaires s’intéressant au problème, la « Commission nationale de recherches sur les objets volants non-identifiés », a rédigé une brève note d’information résumant à l’intention de nos députés et sénateurs, l’essentiel des données de ce mystérieux et pourtant célèbre dossier.

Selon ce document, M. Raymond Barre (1er Ministre) aurait reçu dès 1978 un volumineux rapport de près de 1000 pages du Centre National d’Etudes Spatiales, lequel serait réputé n’être accessible ni aux journalistes, ni mêmes aux chercheurs. Cette note rappelle aussi la création du GEPAN en 1977, ainsi que la décision prise par M. Galley, alors Ministre des Armées, d’étendre les compétences dévolues à la Gendarmerie à des enquêtes spécialisées sur le terrain, chaque fois qu’un ou plusieurs témoins révèlent avoir rencontre un objet spatial insolite. Précisons qu’aux dires de la Direction de la Gendarmerie nationale, les-dits rapports d’enquête sont, eux aussi réputés incommunicables…avant 60 ans !

L’une des conclusions rédigée par la CNROVNI(S) est qu’il existe bien en France, en effet, tout comme d’ailleurs aux Etats-Unis, un véritable « Black-out », qui gêne le travail des chercheurs et enquêteurs privés, et ne peut qu’irriter un public de plus en plus concerné, et surtout, très désireux d’en savoir plus. Ses rédacteurs suggèrent enfin la création en France d’une commission parlementaire d’enquête permanente, à l’instar de ce qui existe déjà au Parlement britannique. »

COMMISSION NATIONALE DE RECHERCHES Sur les objets volants non identifiés JORF du 29/08/1975

                                                                                            Paris, le 18 juin 1980

NOTE A MESSIEURS LES PARLEMENTAIRES 

« LE DOSSIER OVNI(S), PROBLEME POLITIQUE AUTANT QUE SCIENTIFIQUE »

Messieurs les Parlementaires,

Depuis qu’à la date du 7 octobre 1954, deux députés français, MM. De Léotard et Nocher posèrent leur question écrite à Monsieur le Secrétaire d’Etat à l’Air, aucun parlementaire, à notre connaissance, n’aura pris l’initiative d’interpeller notre Gouvernement au sujet du dossier des « objets volants non identifiés », en abrégé « OVNI(S) », terminologie adoptée et reconnue par les milieux scientifiques pour désigner les fameuses « soucoupes volantes » encore appelés « M.O.C » (mystérieux objets célestes) ou « OVNI ».

C’est d’autant plus regrettable que le dossier « OVNI(S) » (en anglais « UFO » ou « unknown flight object », s’est révélé, depuis la date du 24 juin 1947, comme étant une affaire non seulement du plus haut intérêt pour les sciences, mais aussi et encore, pour ne pas dire surtout, comme une question aux implications multiples, notamment dans les domaines de la sociologie, des « médias », de la défense et de la politique.

Il n’est pas question dans le cadre de la présente note, essentiellement rédigée à l’adresse des parlementaires, de retracer un historique complet des « OVNI(S) ». Nous rappellerons simplement et pour mémoire, que des objets spatiaux étranges et ressemblant à des machines ont de tout temps été observés, y compris à l’époque de l’Empire Romain, à proximité plus ou moins immédiate de notre planète et, dans notre paysage social, à une époque remontant à la fin de la deuxième guerre mondiale puisque c’est à la fin de celle-ci qu’ont vit apparaître pour la première fois la notion de « foo-fighter » ou « fantôme volant » et que c’est seulement en 1947, avec la fameuse observation de l’américain Kenneth Arnold au Mont Rainier (Etat de Washington) que naquit la très populaire appellation de « soucoupe volante »

De 1940 à 1980, le phénomène « OVNI(S) », dont certains esprits sceptiques avaient imprudemment prophétisés la disparition, a au contraire affirmé son caractère à la fois permanent et planétaire. Si l’on estime généralement que le nombre total des observations d’ « UFO »  effectuées sur une période de quarante années, avoisine le chiffre de 90 millions, le nombre proprement dit de cas effectivement observés et scientifiquement répertoriés sur ordinateur  ou autrement, se chiffre par dizaines de milliers.

A cet égard, l’un des fichiers les plus élaborés, selon la méthode informatique, est celui du Dr Saunders, qui comporte entre 60000 et 80000 cas environ.

Mais revenons au présent :  en cette année 1980, il est important de souligner qu’il ne s’écoule pas de semaines, sans qu’au moins une ou plusieurs observations, rapprochées ou éloignées, à haut coefficient d’étrangeté et de crédibilité (pilotes, militaires, ingénieurs, scientifiques, policiers, ruraux, etc…) soient rapportées, le plus généralement, par le truchement des grandes agences de presse, ou de la radio et de la télévision, en provenance du monde entier.

Aussi bien, le portrait-robot de l’OVNI est il aujourd’hui assez bien connu : « l’OVNI – quelques soient par ailleurs ses formes et ses dimensions – (ses formes sont infiniment nombreuses, et ses dimensions peuvent aller du ballon de rugby au vaisseau géant de plusieurs centaines de mètres et quelque fois plus ! ) – se caractérise par son absence de bruit (sauf exception), des manipulations de lumières très étranges et très variées (dont les fameux faisceaux dits « tronqués »), des apparitions et disparitions très souvent quasi-instantanées, mais presque toujours rapides, voire brutales, ses facultés de virage à angle droit, d’accélération ou de décélération ou de statisme à volonté, toutes performances réputées, aujourd’hui encore, impossibles pour nos engins conventionnels, même les plus sophistiqués. La même observation vaut pour ses effets sur notre environnement, en cas de survols à haute ou basse altitude et surtout, d’atterrissages virtuels ou effectifs : effets électromagnétiques puissants, pouvant provoquer des pannes de courant à haute tension, ou des arrêts de moteurs de voitures ; traces au sol, indélébiles, en ce sens que des effets de calcination au sol ou sur la végétation peuvent subsister très longtemps après leur passage ou leur présence.

Peu de savants à « label » officiel ont consenti jusqu’à présent à se pencher sérieusement sur un phénomène qui les déconcertaient, en dérangeant maintes conceptions bien établies, pour ne pas dire érigées en dogmes, eux-mêmes réputés immuables ; en revanche, de nombreux chercheurs privés ont entrepris à partir de données restreintes dont ils disposaient, un véritable travail de déchiffrage, dans des conditions rendues fort ingrates, par suite d’un manque de moyen d’une part et de l’existence, il faut bien le dire, de tabous intellectuels, culturels ou religieux, principalement imputable à notre attitude anthropocentriste et rationaliste.

Toujours est-il que cet immense travail, malgré beaucoup de déchets rendus inévitables, par le caractère insolite et mystérieux de cette recherche, a commencer à porter ses fruits puisqu’en cette année 1980, on ne dénombre pas moins de plusieurs centaines d’associations ou de groupes de recherches ufologiques, disséminées à travers près de 50 pays, et dont quelques unes d’envergures, tels que le MUFON et le NICAP, le « Ground Saucer Watch », l’APRO, et le CUFOS, pour les seuls Etats-Unis ou le BUFORA pour la Grande-Bretagne.

Ces efforts se sont traduits par la publication de nombreux rapports, d’articles, d’études et aussi d’ouvrages, dont quelques uns, du plus haut intérêt et d’un haut niveau. Parmi les auteurs les plus sérieux et les mieux documentés, citions AIME MICHEL, JACQUES VALLEE, J. HYNEK, RENE FOUERE, PIERRE GUERIN, RICHARD HALL, LEONARD STRINGFIELD, FRANCK EDWARDS, BERTRAND MEHEUST, YOURKO BONDARCHUK, ION HOBANA, JULIEN WEVEBERG, LE DR A. JACOBS, LE DR RICHARD F. HAINES (Nasa research scientist), pour ne citer que ceux là.

Très tôt créées, les commissions officielles d’enquêtes américaines, placées d’abord sous la responsabilité du Pentagone (USAF) ou de l’Université du Colorado (Rapport Condon), ne débouchèrent sur aucun résultat pratique, en ce sens que certains de leurs rapports (ou certaines de leurs conclusions) furent très vite étouffés (Blue Book, Projet SIGN, Projet Grudge, etc….) et ce, en dépit des protestations de certains parlementaires (notamment le sénateur Barry Morris Goldwater) voire d’ufologues chevronnés, comme le Major Donald E. Keyohe, retraité de la marine américaine. Il en fut de même au Canada où le gouvernement devait être amené lui aussi, à censurer de nombreuses informations sur des survols concernant des installations relevant du système de défense canadien, et donc du Commonwealth.

Mieux, on a aujourd’hui la preuve virtuelle que la CIA fut associée à l’instauration et au respect du secret qui, aujourd’hui encore, constitue une source de conflit entre les associations ufologiques et les chercheurs d’une part, et les autorités tant civiles que militaires d’autre part.

On notera au passage l’existence de procès d’un type nouveau,, entre la CIA et les « GSW » déjà cité plus haut et portant sur la non-communication d’informations qui devaient être théoriquement déclassifiées par les autorités politiques et militaires après une période de trente années.

Devant le congrès de 1978 organisé par le MUFON, à Dayton (USA), l’ufologue américain, Léonard Stringfield – qui fut autrefois lui-même membres des services secrets américains – a affirmé qu’il y avait à son avis, de très fortes chances – elles-mêmes fondées sur de très nombreuses présomptions – pour que l’US AIR FORCE détienne, effectivement, depuis déjà un certain nombre d’années, dans certaines de ses bases, et ce, dans le plus grand secret, des carcasses de vaisseaux spatiaux d’origine non humaine, capturés à la suite d’impacts survenus sur le territoire américain, notamment en Arizona et au Nouveau Mexique, ainsi que des cadavres d’humanoïdes, conservés dans de hautes conditions cryptogènes, et dont certains auraient même fait l’objet d’examens médicaux approfondis.

Par ailleurs, à la fin de l’année 1979, est paru en première page du « National Enquireer », – le plus fort tirage de la presse américaine -, un article de M. Maurice CHATELAIN, citoyen américain d’origine française, ex-membre de la NASA où il fut notamment l’un des responsables des programmes de télécommunication de la mission « APOLLO », révélant que plusieurs vaisseaux spatiaux inconnus attendaient les astronautes américains ALDRIN et ARMSTRONG au moment historique où ils débarquèrent en juillet 1969 sur le sol lunaire, rejoignant en cela les supputations d’auteurs tels que LEONARD, DON WILSON et Alfred NAHON, selon lesquelles, notre satellite naturel serait depuis fort longtemps visité voire occupé par une ou des civilisations en provenance de l’espace. A quoi, il convient de faire observer que l’opération  APOLLO qui devait se poursuivre encore plusieurs années, fut interrompue brutalement pour des raisons qualifiées par ses responsables de « budgétaires ».

En France, un premier fait nouveau se produisit en 1974, lorsque fut décidé par le Ministre des Armées, Monsieur Robert GALLEY, que la Gendarmerie Nationale serait habilitée à l’avenir, à enquêter sur les cas d’observations ou d’atterrissages d’OVNI(S), survenant sur le territoire de la France métropolitaine ou d’Outre-mer.

Le deuxième fait nouveau intervint fin 1977, avec la création au sein du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) d’une petite cellule d’études appelée « GEPAN » (ou Groupe d’Etudes des Phénomènes Aériens Non-identifiés) ayant pour mission l’examen de tout ce qui pouvait concerner le phénomène OVNI(S).

Aux activités de ce nouvel organisme devaient être en principe associés, savants à label et chercheurs privés. Fort malheureusement, au bout de plus de deux ans de travaux, une ambiguité subsiste à propos du rôle imparti au nouveau GEPAN. En effet, cet organisme participe t-il au camouflage général et au discrédit qui entoure l’étude du phénomène « OVNI(S) » ou bien échappe-t’il au contraire, en fonctionnant comme se devrait de le faire un organisme non seulement scientifique, mais à vocation strictement scientifique ?

La question est posée car si certains rapports ont bien été établis après l’étude de nombreux cas, anciens ou nouveaux, et cela nous le savons de bonne source, par contre, aucun chercheur privé n’a pu encore à notre connaissance, y avoir accès. Pas plus d’ailleurs, qu’aux rapports de Gendarmerie, effectués depuis 1974, ceux-ci étant encore réputés secrets, non accessibles pour une durée de 60 ans !

L’un des inconvénients majeurs du système de collecte actuelle de l’information ufologique en France est le suivant :

- alors que les informations concernant le phénomène OVNI(S) et ses manifestations – peuvent circuler librement entre associations de recherches privées (il y en a près d’une quarantaine de reconnues officiellement mais seulement quatre ou cinq d’envergure, ou possédant une certaine notoriété) – et le GEPAN, il en va tout autrement avec les deux autres canaux d’information que représentent pour le GEPAN, l’Armée et la Gendarmerie. En effet, alors que le grand public ignore tout de l’affaire, la plupart des informations émanant à la fois de la Direction de la Gendarmerie d’une part, et de l’Armée de l’Air d’autre part (centres de détection radar par exemple), sont filtrées avant leur arrivée au « GEPAN » précisément , ce qui est à proprement parler aberrant, puisque le GEPAN fait lui-même partie intégrante du CNES et que le CNES est tenu, ne serait-ce que pour la construction de ses prototypes de fusées, au plus haut niveau du secret, y compris du secret militaire…..

La conséquence qui en découle est que les experts du GEPAN ou du CNES et ce, à la différence de certains chercheurs privés, travaillent sur des informations édulcorées voire tronquées, ce qui ne peut manquer bien évidemment de peser sur la qualité des travaux entrepris. Cet état de fait présente de graves inconvénients pour une recherche qui se voudrait à la fois sérieuse et à part entière. Il suggère en outre, que certaines des informations relatives aux OVNI(S), sont bel et bien de nature, à ne pas être divulguées non seulement au public, mais encore aux experts eux-mêmes et que le Haut Commandement qui en a décidé ainsi, a de puissantes raisons pour agir de cette façon (?)….

Cette situation paradoxale et curieuse, Messieurs les parlementaires, ne saurait bien évidemment manquer d’attirer votre attention….

Le problème OVNI(S) n’est pas seulement selon toute vraisemblance, le plus grand problème scientifique de notre temps, (Aimé MICHEL n’a t-il point dit quelque part qu’il est probablement plus important encore pour l’humanité que la découverte du feu ?), ainsi que n’hésitait pas à l’affirmer le professeur James Mc Donald, Doyen de l’Institut d’études atmosphériques de l’Université de l’Arizona, dès les années soixante, lorsqu’il déclarait devant la Commission des affaires spatiales des Nations Unies, que l’hypothèse de « sondes spatiales extraterrestres » était la plus crédible et la plus vraisemblable parmi toutes les hypothèses alors alignées, afin de tenter d’élucider le phénomène ?

Mais le problème OVNI(S) est un problème militaire et un problème politique :

Lorsqu’un individu circulant dans sa voiture, le soir sur une route déserte, en un endroit isolé, voit son véhicule stoppé par suite du survol ou de la présence, à sa proximité, d’un engin spatial de nature inconnue (de nombreux rapports de presse font état de telles situations chaque année), l’affaire ne concerne pas seulement Monsieur Esterle, chef du GEPAN, ni même Monsieur Curien, Président du CNES, ou tout bonnement le chef de la brigade de Gendarmerie la plus proche !

La meilleure preuve en est que les rapports d’enquêtes qui sont effectués, tant par la gendarmerie que par la Police vont jusque sur la table des Préfets, voire du Ministre de l’Intérieur.

D’où la question suivante, qui est une suggestion de la part des auteurs de ces lignes, adonnés à méditer sur ce type de problèmes depuis déjà un certain nombre d’années :

Pourquoi n’existe t-il point en France au sein de notre Parlement une commission permanente d’enquête, comme celle qui fonctionne déjà en Grande-Bretagne au sein de la chambre des Lords ?

Le Public a droit à la VERITE, et ses élus le DEVOIR de suivre cette question pour et à travers lui car, qu’on y réfléchisse en effet, les témoins de manifestations OVNI(S) ne relèvent-ils pas du « public » précisément ?

D’autant que les travaux inspirés par ceux d’Aimé MICHEL à l’origine sont à la veille de déboucher sur des conclusions que nous soupçonnions depuis longtemps, sans démonstration scientifique valable, à savoir que les vols d’OVNI(S) en France comme dans d’autres pays obéissent bien à une stratégie globale faisant intervenir une intelligence supérieure, ne pouvant provenir que de l’Espace et probablement très en avance, au moins technologiquement sur notre propre civilisation.

Par conséquent, si un contact ou des contacts officiels doivent venir sanctionner un jour, vraisemblablement proche, les multiples contacts officieux qui sont rapportés un peu partout à travers la planète depuis 1947 principalement, il ne pourrait qu’en résulter un choc énorme, aux conséquences aussi incalculables qu’imprévisibles pour nos sociétés. Or, ne vaut-il pas mieux y préparer le public ?  N’est-il pas de l’intérêt de l’Humanité que ce contact – s’il doit vraiment avoir lieu – se fasse à nos conditions plutôt qu’à celles de « ceux » que le Major KEYHOE nomme « les étrangers de l’espace » ?

Le terme familier « DEBUNK » signifie en langue anglaise « déboulonner » ou encore « démystifier ». Le « debunking » serait-il aussi applicable chez nous aux plus hautes instances, au CNES, au Haut-Commandement, au Gouvernement, voire à la Présidence de la République ? Cette question mérite d’être posée….

ANNEXES :

- Bibliographie

- Pièces à conviction destinées à l’information des Parlementaires »

Cette note reproduite ci-dessus, rédigée à l’attention des parlementaires quoique imparfaite a eu le mérite d’exister. Il s’agit d’une initiative sans précédent dans l’histoire de l’ufologie française et particulièrement osée si on la resitue dans le contexte de l’époque. 

Elle reçut en secret le soutien de certains membres de la Commission de Défense de l’Assemblée et de membres du réseau d’amitiés liant les anciens de l’Indochine française.

Elle put ainsi discrètement être diffusée directement dans l’hémicycle à des parlementaires, certains déjà avisés, à charge pour eux de la faire circuler afin qu’ils se saisissent des questions soulevées.  

Elle n’eut malheureusement pas le retentissement espéré et certains parlementaires complètement ignorants s’en amusèrent.  Aucun d’entre eux n’osa interpeler le gouvernement de l’époque sur cette question.

Elle était accompagnée d’annexes, comportant une bibliographie sommaire,  le texte de la lettre du Professeur James Mc Donald à U Thant (USA), la copie d’échange de courriers avec la Direction de la Gendarmerie Nationale, ainsi que des reproductions de clichés argentiques exempts d’artefact chimique ou photographique, expertisés par l’Institut d’Astrophysique (au passage un grand merci à Pierre Guérin !) . Certains sont bien connus comme celui de Rouen (1954) et celui des pyrénées-orientales (1978) reproduit sur la couverture de l’ouvrage collectif de Philippe Schneyder « Ovni, premier bilan »  

Puisse ce document inspirer certains acteurs de l’ufologie et de la recherche pour mener une nouvelle initiative de sensibilisation à l’attention des parlementaires et du monde politique en général (Ecrire à l’Elysée ne sert pas à grand chose, ni publier une lettre ouverte dans un grand quotidien, les faits l’ont démontré à plusieurs reprises..). C’est une des voies à privilégier pour faire bouger les lignes de résistance de nos élites et « sortir l’ufologie de son ghetto ».

Le lecteur avisé ne manquera pas de constater que tout un pan de l’histoire de l’ufologie française est non seulement méconnu du public mais aussi des meilleurs spécialistes de l’ufologie !

Qu’on se le dise, la France n’est pas un exemple en matière d’Ovni loin de là, contrairement à ce qu’écrivent les uns et les autres ici ou là. Elle cache ses rapports de gendarmerie sur les Ovnis pendant que les dossiers du nouveau Geipan ouverts au public demeurent désespérément vides  !

                                                                                                Phil NOYANT

Archives CNROVNI – lettre du futur Ministre de la Défense

hernu1-743x1024.jpg

cnrovni-darinot-747x1024.jpg

OVNI photographié au décollage depuis une automobile dans les pyrénées orientales, France. Cliché authentifié et sans artefact chimique ou photographique, expertisé par l’Institut d’Astrophysique – 1978 – L’original est en couleur :

ovni-pyreneesorientales-1978.jpg

Source : http://skystars.unblog.fr/

Autre donnée importante provenant de l'Etat français lui-même, mais peu connu et diffusé :

Entre février et mars 1974, le Ministre de la Défense du Président Valery Giscard d'Estaing, Robert Galley, multipliait les déclarations au sujet des OVNIs... :

Ovni mars1974 galley ministre

Yves Herbo Archives,S,F,H, 24-04-2012, MAJ 30-11-2014

Ovnienchine

Vie Extra-terrestre : révélations en Chine !

Vie Extra-terrestre : révélations en Chine ! - MAJ

Observatoires Purple Moutain

Les choses ne sont pas tellement révélées dans les médias traditionnels, très peureux et "aux ordres" sur la question, mais il y a un fort malaise en Chine depuis plusieurs semaines en ce qui concerne les phénomènes OVNIs. Les observations d'objets étranges au-dessus de plusieurs aéroports chinois en début d'année et au printemps de cette année 2011, aperçus par plusieurs milliers de témoins ont accentué le problème, principalement au niveau des scientifiques chinois, mais ce sont surtout les propos et révélations récentes du Professeur Wang Sichao, astronome mondialement reconnu et l'un des responsables chinois du Célèbre Purple Mountain Observatoire astronomique (photo ci-dessus) qui perturbent les esprits. L'astronome a en effet décidé de dire publiquement que les OVNIs existaient bel et bien et que c'était des extra-terrestres qui nous visiteraient, et que l' Observatoire avait observé leurs vaisseaux à plusieurs occasions.

Ovnienchine

Un Ovni photographié en Chine

La révélation chinoise sur les OVNIs a été faite la semaine passée (mi-août 2011) dans un discours officiel " La vérité OVNI de la Chine " dans lequel M. Wang Sichao a divulgué ces points clés suivants :

  1. Les étrangers qui nous visitent sont là pour des expéditions de Recherche & Découvertes.
  2. Ces OVNIS sont des sondes habitées par des robots.
  3. Ces vaisseaux voyagent à quatre-vingt pour cent de la vitesse de la lumière.
  4. Les observations faitent à partir de l'Observatoire seraient des vaisseaux qui étaient entre 150 et 1500 kilomètres de la Terre.
  5. Les visiteurs utilisent la fusion nucléaire pour la propulsion de leur vaisseaux.
  6. Que les 39 ans de travail, d'observations au Purple Mountain Observatory ont amené Wang Sichao à penser que les vaisseaux utilisent la gravité terrestre pour manoeuvrer et rester dans les airs.

Ces révélations coïncident également avec la déclassification de plusieurs documents chinois officiels concernant les phénomènes aériens non identifiés, qui font suite à ceux publiés par la France, l'Angleterre, le Brésil, les USA et l'Autralie : les dossiers mondiaux de cas irrésolus et même étonnants se multiplient donc et s'épaississent.

Petit rappel du côté Français avec ce petit reportage peu diffusé par les médias malgré son importance :

Comme pour appuyer le malaise actuel de la communauté scientifique chinoise sur le sujet, une mystérieuse boule blanche lumineuse est apparue dans le ciel, au-dessus de Shanghaï, le samedi 20 août 2011 :

    Une mystérieuse boule blanche lumineuse dans le ciel

    Une mystérieuse boule blanche lumineuse dans le ciel de Beijing

    UN ÉNORME ovni lumineux planant bien haut au-dessus de Shanghai a été repéré aux environs de 21 h samedi par plusieurs pilotes de l'aviation civile qui ont fait rapport de ce qu'ils avaient vu au Bureau de contrôle du trafic aérien de la Chine de l'Est. Un fonctionnaire de ce bureau du nom de Jiang a confirmé hier qu'ils avaient reçu des rapports de plusieurs pilotes. Aucun vol n'a été perturbé, mais il a refusé de révéler plus de détails. L'objet volant non identifié était à 10 700 m au-dessus de Shanghai, et il est devenu de plus en plus gros avec le temps, selon ce qu'a écrit sur son microblog un homme qui a dit être le pilote du « vol 6554 ». "L'énorme boule blanche est apparue soudainement dans le ciel quand l'avion est sorti des nuages épais, a-t-il écrit. C'était plusieurs centaines de fois plus grosse que la lune et que ce dont les yeux humains peuvent observer. Selon ses dires, l'objet a atteint un diamètre d'au moins 92 km. Environ vingt minutes plus tard, la boule brillante est devenue plus foncée et a peu à peu disparu, a-t-il ajouté. Au départ, j'ai pensé que c'était juste une illusion, mais le copilote a dit qu'il avait aussi vu cette scène, a-t-il dit.

    Au moins dix pilotes ont rapporté l'objet au bureau de contrôle du trafic aérien. » Parallèlement, des gens de Beijing ont rapporté avoir vu l'objet dans le ciel au-dessus de la capitale à peu près en même temps que les gens le voyaient à Shanghai, ainsi que dans les provinces de Shanxi et de l'Anhui et de la région autonome de Mongolie intérieure qui ont observé et photographié le même objet qui semblait grossir. « La bulle ronde et blanche est apparue dans le ciel et a grossi rapidement avant de disparaître cinq minutes plus tard », a confié Yu Jun, ancien rédacteur d'un magazine scientifique et astronome amateur qui a pris des photos de l'objet.

    boule blanche sur Shanghaï

    Yu Jun a décidé de publier une analyse qui selon lui, montrerait qu'il pourrait s'agir en fait du carburant d'un propulseur se diffusant dans l'espace. La comparaison vient du même genre de phénomène qui s'est produit le 22 juin à Hawaï. Les astronomes avaient fait le lien avec un lancement d'un missile intercontinental en Californie. Le rapport citait l’astronome américain Phil Plait, qui pensait que le carburant inutilisé par le missile était resté dans l’espace et avait fusionné en une coquille sphérique croissante, ressemblant à une boule lumineuse à la lumière du soleil.

    Par contre, d'autres astronomes ont été catégoriques en précisant que selon eux c'était un aéronef non humain, après avoir analysé les photographies prises par les témoins et tracés son itinéraire de vol.
     

    « L’objet devait être un vaisseau spatial qui ne peut pas à ce jour être expliqué par notre technologie aérospatiale actuelle », estime Wang Sichao, chercheur à l’Observatoire de la Montagne pourpre relevant de l’Académie chinoise des Sciences de Nanjing.

    M. Wang a déclaré à Chinanews.com qu'il avait étudié les OVNI pendant 40 ans et qu'il classait le dernier phénomène comme l'un des vingt phénomènes les plus importants de son expérience dans la matière. L'objet semblait être à 300 km au-dessus de la Mongolie intérieure et se déplaçait lentement. La position des étoiles dans les photographies ont aidé à tracer la trajectoire de l'objet lumineux.

    « Je crois que la bulle lumineuse n'est pas simplement un phénomène astronomique normal, mais un phénomène se produisant autour de la Terre, peut-être en haute atmosphère, et celui-ci serait provoqué par le lancement de fusées ou de satellites », a confié M. Yu Ma Jing, ingénieur à l'Observatoire astronomique national, a indiqué "qu'il avait pris un ensemble de photos montrant que l'objet s'est élevé de l'ouest comme un « nuage blanc en expansion », mais qui a disparu seulement plusieurs minutes plus tard."

    Zhan Xiang, un responsable du Planétarium de Beijing, a indiqué que la « bulle pourrait avoir été provoquée par des substances émises par des engins militaires ou des satellites ». Certains astronomes amateurs ont déclaré que l'objet pourrait avoir un lien avec un satellite ayant disparu. Le China News Service a signalé qu'un satellite de télécommunications russe, l'Express-AM4 avait disparu après son lancement tôt jeudi matin (mais on ne voit toujours pas de rapport entre les deux incidents trop éloignés dans le temps).

    Et sinon, une autre vidéo très intéressante datant du 16 août 2011 et filmée à l’aide d’une caméra Panasonic sdr-s26 possédant un zoom optique de 70x. Cet ovni a été aperçu dans le ciel du centre de la Floride, aux États-Unis, le mardi 16 août 2011. Le témoin en dit ceci :

    "J’ai vu l’ovni vers 6h15 a.m. et suis rentré par la suite. Vers 7h a.m., la maison a été secouée. J’ai couru à l’extérieur et ai vu plusieurs hélicoptères non identifiés volant à basse altitude, environ à 40 mètres des poteaux de téléphone, là où j’ai filmé l’ovni. Ils enquêtaient de toute évidence sur l’incident. Le gouvernement ne passe habituellement pas au-dessus de ma maison. Je n’ai filmé que trois hélicoptères, mais je suis persuadé qu’il y en avait plus que ça."

    Autres données (à prendre ou à laisser, mais de vraies personnes...) :

    Defense Minister P. Hellyer: " Je pense qu'il y en a entre 2 & 12 espèces différentes d'Extraterrestres, c’est ce dont nous avions discuté avec l’ancien astronaute Edgard Mitchell lors d’un diner. Il a aussi évoqué le nombre de 80 espèces dont certaines se seraient fondues dans la population. Certains sont ce que nous appelons « les Whites Talls » qui travaillent actuellement avec l'armée de l'air des États-Unis dans le Nevada. J'ai un ami qui a vu l'un des hommes marcher le long de la rue. Il s’est rendu compte de leur différence physique et du fait qu’ils étaient différents. Puis il y a les petits gris pourvus de bras et de jambes très minces, de très petites tailles ainsi qu’une grosse tête et de grands yeux bruns…
    Ils ne veulent pas nous dire comment gérer nos affaires et ont accepté le fait que c'est notre planète, et que nous avons le droit d’en disposer, mais ils sont extrêmement inquiets :
    Ils ne pensent pas que nous prenons correctement soin de notre environnement vu que par exemple nous coupons les arbres de nos forêts, polluons nos rivières et nos lacs, rejetons les eaux usées dans l’océan…
    Un des témoins avec qui j'ai échangé il y a environ un mois. Celui-ci est entré en contact avec eux en 1974, ainsi que son frère, au Pérou. Ils ont été téléportés vers Andromède. On leur a expliqué que nous étions en train de ruiner notre planète et que quelque chose de terrible allez arriver si nous ne nous ressaisissions pas. Nous passons trop de temps à nous battre les uns les autres et dépensons trop d'argent sur ​​les armes, et pas assez sur l'alimentation des pauvres, des sans-abri et des malades, que nous polluons nos eaux et de notre air et que nous utilisions des armes dévastatrices sur terre avec des effets notoires sur le reste du Cosmos. Ils n'aiment pas cela et c'est la raison pour laquelle ils aimeraient travailler avec nous, pour tout nous apprendre, avec bien évidemment notre consentement. Ils travaillent à travers des individus n’étant pas effrayés par eux.
    Ils sont parmi nous et je n'ai pas peur étant donné que dans la mesure où la technologie est concernée, ils sont à des années-lumière d'avance. Nous avons appris beaucoup de choses d'eux que nous utilisons aujourd'hui, par exemple les leds, les puces, les gilets en Kevlar et toute sorte de biens que nous avons obtenus grâce à leur technologie, dans les domaines de la médecine et de l'agriculture.
    Mais, je pense que peut-être que certains parmi nous sont plus intéressés par l’obtention de la technologie militaire…"
    A 13m30: www.dailymotion.com/video/x1a59tv_visitez-la-confederation-galactique-des-nations-stellaires-en-images_webcam
    http://projectavalon.net/lang/fr/Paul_Hellyer_De_la_lumiere_au_bout_du_tunnel_Juil_%202010.pdf
    http://messagesdelanature.ek.la/paul-hellyer-et-les-ufos-p724840
    Autre ancien au ministère de la défense (anglais) qui parle tout le temps d'ovnis:
    www.facebook.com/nick.pope.1428
    (évitez donc de draguer des femmes en burka, vous risqueriez de tomber sur un reptilien !!)

    Voici la preuve que l'Armée de l'Air française s'intéresse de très près aux OVNI.
    Et la preuve que les Extraterrestres existent !
    Sur le site de la défense française, tapez en recherche le mot " extraterrestre "
    http://www.defense.gouv.fr
    Vous tomberez sur le livre BD OBJECTIF TASSILI
    signalé comme Sources Sirpa air Droits Copyright Ministère de la Défense
    Il est ainsi très simple de comprendre que ce livre est un livre d'informations militaires françaises tout à fait réel, seul les noms sont changés à quelque chose près.
    Sachez que tous les livres du Réseau sentinelles sont du même ordre.
    Extrait qui en dit très long sur la teneur :
    "Après une tentative avortée de Karazoulov pour se débarrasser de lui, Loïc Saint-Jean rassemble une équipe composée de Rosano, Lucie et quelques légionnaires afin de se rendre au coeur du Sahara à la recherche de l'engin extraterrestre. C'est au moment où ils viennent enfin de découvrir la sphère que Karazoulov ressurgit..."

    Lettre ouverte à Mr Philippe TAQUET, Président de l’Académie des Sciences
    http://feairplane.canalblog.com/archives/2013/07/04/27572621.html
    Extrait:
    "4 – La “Lettre Ouverte” rédigée par six scientifiques sous l’égide du Contre-amiral Gilles PINON en date du 16 avril 2008 adressée au Président de la République: A notre connaissance cette lettre n’a pas été suivie de décisions ou d’actions dans le domaine civil de la recherche fondamentale ou appliquée.

    5 – Les archives étatiques et présidentielles des Etats-Unis d’Amérique rendues publiques dans le cadre du FOIPA font état de la participation d’Albert Einstein, Robert Oppenheimer et de toute l’équipe scientifique du projet “Manhattan” à l’étude d’épaves d’objets volants et aquatiques non conventionnels récupérées par les autorités américaines"

    b) Souhaitant d’autre part que la Science française maintienne sa place dans la Science mondiale, les soussignés, se tenant résolument à l’écart de toute polémique stérile et loin de la rumeur publique ont l’honneur de vous demander de leur faire connaître la position de la Science institutionnelle française concernant la question fondamentale de l’éventualité de la présence dans notre environnement d’une intelligence, peut-être d’une conscience mais certainement de technologies non humaines."
    __

    L’analyse détaillée de l’histoire contemporaine des OVNI montre que, dès l’explosion de la première bombe A en 1945, le phénomène a coïncidé avec l’ensemble des activités humaines relatives à l’énergie nucléaire.

    Le rapprochement entre la période des explosions nucléaires et les manifestations d’OVNI a déjà été très bien étudié par Jean-Jacques Velasco, ancien responsable du Sepra, dans son ouvrage « Troubles dans le ciel » Ce livre apporte aussi des révélations non pas « explosives » mais « atomiques » !

    JG Greslé, dans son livre démontre que les 1ers kgs de matière fissile pour tester la bombe atomique n’étaient pas d’origine terrestre, mais avaient été récupérés dans les épaves d’appareils «non terrestres».

    Greslé démontre que le plutonium qui n'existe pas à l'état naturel mais qui est un sous-produit de l'uranium enrichi, au moins pour la 1ère bombe atomique "Trinity" n'a pas pu être fabriqué de façon "conventionnelle, et humaine" compte tenu de la date de mise en service de la 1ère centrale nucléaire.
    Dans un doc sur Planète, consacré aux projets secrets Allemands. un ancien officier de renseignements, 40 ans après, déclarait : « On est entrés dans des hangars, on a vu des choses, des prototypes inimaginables, des trucs que l’on n’avait jamais vus ! » Le gars en était encore tout retourné.
    Déclaration du général James H.Doolitle : « L’Allemagne a peut-être récupéré une soucoupe volante dès 1939.»
    www.dailymotion.com/video/x19syg7_snowden-leaked-docs-proving-aliens-working-u-s-governments-since-nazis_news
    Compléments :
    www.la-grande-revelation.com/phenomenes-tabous-et-non-reconnus-a1785684
    http://messagesdelanature.ek.la/le-hacker-et-les-ovnis-p205161

    Sources : http://french.china.org.cn/news/txt/2011-08/24/content_23276334.htm, Latest-UFO-Sightings,   Youtube, Dailymotion

    Yves Herbo, Sciences, F, Histoire, 08-2011, up 25-11-2014

    fresque.jpg

    Israël : un peuple qui descend des fidèles de l’hérétique Akhénaton ?

    Israël : un peuple qui descend des fidèles de l’hérétique Akhénaton ?

     

    fresque.jpg

    (mise à jour en bas)

    La découverte en 1935 de fragments d’une fresque, dans le Temple d’Amenhotep Fils de Hapou à Karnak, Egypte a permis d’avoir un témoignage intéressant sur un évènement important qui eu lieu il y a environ 3.400 à 3.100 ans... Il s’agit, comme nous allons le voir, du plus ancien texte recopié dans la Bible connu…

    Les deux égyptologues français, Alexandre Varille et Clément Robichon avaient ainsi appris comment le pharaon Amenhotep III (ou Aménophis III en grec), lors de l’anniversaire des 30 ans de collaboration entre les deux hommes, avait remercié et honoré son « premier ministre » le Scribe Royal Amenhotep Fils de Hapou (ou Aménophis Fils de Apis suivant la langue), qui prit ce titre à sa nomination, comme le voulait la tradition.

    fresque.jpg

    Voilà la traduction du texte visible sur une partie de la fresque :

    Lire la suite

    Dettelogo

    Dette, crise, chômage : qui crée l'argent ?

    Dette, crise, chômage : qui crée l'argent ?

    Dettelogo

     

    " La monnaie fait partie de notre quotidien. Elle est au cœur de nos économies : elle permet les échanges des biens et des services. Pourtant, personne ne sait vraiment qui la fabrique, ni comment elle fonctionne. En partant de ce que tout le monde connait, ce document explique les fondements des systèmes monétaire et bancaire, et en décrypte certaines conséquences. Car c'est bien l'incompréhension du système monétaire par la majorité des citoyens, des journalistes, des politiciens et de nos élites au sens large, qui permet à la finance et aux banques de régner sans entraves.

    Ce document citoyen n'a aucune couleur politique. Par des exemples simples, didactiques, il décrit les mécanismes bancaires peu connus, énonce des faits et matérialise des liens avec les principaux enjeux de notre temps. Il débouche sur une critique des systèmes financier, politique et médiatique, et se termine par des objectifs et alternatives fondamentaux pour le monde de demain.

    Avec la supervision de deux spécialistes du domaine que sont Gérard Foucher et André Jacques Holbecq, tous deux auteurs de nombreux ouvrages sur le système monétaire, ainsi que des analyses techniques précises comme celle de Jean Bayard, Gabriel RABHI a mit à profit ses compétences en imagerie. La sélection des informations et des principes à exposer, leur simplification sans induire d'erreurs, ainsi qu'une orientation critique de la création monétaire a nécessité six mois de travail. "

    par Gabriel RABHI

    A diffuser largement sous toute forme utile. A faire publier par les blogs et les sites de réinformation. D'autres vidéos, extraits, informations, bibliographie et liens : http://www.inter-agir.fr

    Notions abordées :

    La monnaie centrale / la monnaie scripturale / la banque centrale / les banques commerciales privées / le mythe du troc / le crédit à l'époque Sumérienne / l'invention de la monnaie / la monnaie papier et les orfèvres / la couverture partielle des dépôts / la monnaie fiduciaire / lien états - banques / le cours légale / conversion entre monnaie scripturale et centrale / définition d'un dépôt bancaire / transfert intra-bancaire / transfert interbancaire / le règlement bancaires / la compensation / les chambres de compensation / la disparition potentiel des dépôts / le trésor public / le risque systémique / les actifs / les créances / actifs financier, actifs matériels / bilan financier / bilan d'une banque / dépôts au passif / créances à l'actif / la monétisation / le crédit bancaire / la création monétaire ex-nihilo / destruction monétaire / le risque de contrepartie / la circulation de la monnaie / la masse monétaire / la croissance / une système de Ponzi / évolution exponentielle de la masse monétaire / les agrégats monétaires / variation des agrégats monétaires / le refinancement / prise en pension de titres par la banque centrale / le marché interbancaire / l'effet domino / crise de liquidité / crise de 2008 / les saisies bancaires / le sauvetage bancaire / l'assouplissement quantitatif / notions des endettements / l'usure / la concentration des richesses / rôle de la banque centrale / évasion fiscale / l'état et les marchés financiers / les intérêts de la dette / la planche à billet / inflation et déflation / l'hyperinflation / lien entre forces armées et monnaie / la réserve fédérale américaine / la banque des règlements internationaux / démocratie / aristocratie / oligarchie / le gouvernement représentatif / finance et médias / l'union européenne / le lobbying / la destruction de la planète / la décroissance / l'esclavage par la dette / la création de monnaie centrale / la monnaie du futur / intérêt général et intérêt particulier / la dictature parfaite / le conditionnement des peuples / le prêt à penser / les solutions et alternatives.

    Un point de vue très réaliste et que j'approuve entièrement. Une autre notion que je développe grâce à mes recherches sur les anciennes civilisations et même celles des "chasseurs-cueilleurs" : contrairement à nos concepts actuels (très limités par notre jeune civilisation), il n'existe pas que deux solutions, l'argent (ou la monnaie d'échange) et le troc... il y a au moins une troisième solution, pratiquée pendant des dizaines, voir des centaines de milliers d'années, le communautarisme naturel disant qu'on ne se donne pas à soi-même, qu'on ne s'échange pas à soi-même, quand on considère qu'on fait vraiment partout d'un tout et d'une réelle communauté... juste une question de mentalité et d'organisation, en fait. Mentalité et organisation détruites et oubliées à cause... de l'égo et du mal, bien sûr... je vais en parler dans mes articles sur le MPSA (qui cherche du soutien et à s'unir à d'autres forces sencées...).

    Yves Herbo Relai, MPSA, 13-11-2014

    ovni-roumanie-2012-mini.jpg

    Roumanie, les mystères des Montagnes Bucegi

    Roumanie, les mystères des Monts Bucegi

     

    ovni-roumanie-2012-mini.jpg

    I. Introduction

    À l'été de 2003, dans une région inexplorée des monts Bucegi, Roumanie, une équipe du Département Zéro (une section de top secret du Service roumain de renseignements - SRI), avait fait une découverte archéologique qui pourrait complètement changer le destin de l'humanité.

    Les Etats-Unis d'Amérique ont exercé une pression diplomatique colossale sur le gouvernement roumain, qui désirait divulguer les résultats au monde entier.

    Les implications sont devenues beaucoup plus complexes en raison de l'ingérence brutale de l'Ordre des Illuminati, qui a cherché à prendre le contrôle à la fois du lieu de la découverte et de l'expédition commune roumano-américaine.

    L'expert en phénomènes étranges, et aussi le chef des opérations pour l'Etat roumain, Cezar Brad, est le «héros» des événements choquants survenus dans les monts Bucegi. Il a également eu deux réunions mémorables avec l'un des principaux représentant des Illuminati, et haut membre de Bilderberg.

    harta-bucegi.png

    II . Une étrange visite du membre le plus puissant des Bilderberg

    En mai 2003, Cezar a été visité par un personnage très important. La demande de la réunion est venue du SRI, à la suite de l'intervention du gouvernement. La personne était un étranger, mais qui parlait très bien la langue roumaine. Il était également familier avec le pays. Cezar a informé le SRI que le visiteur était un membre de haut rang d'une loge maçonnique très importante d'Italie, il était un noble, et a eu une très forte influence financière en Roumanie.

    Son influence politique était également très élevée, car il a réussi à pénétrer dans le bouclier des agents du SRI et à atteindre le DZ (Division Zero).

    Cezar a ressenti une pression élevée et un poids lourd autour de cette personne. Il était entouré par un nuage puissant de rayonnements désagréables qui cachait ses véritables intentions. Pour cette réunion, Cezar s'était préparé minutieusement, s'isolant dans une chambre et tombant dans un état de méditation profonde, pour en savoir plus sur la personne.

    Un hélicoptère du SRI a amené cet arrogant grand monsieur, vêtu d'un costume noir. Il avait une canne à manche d'ivoire et avec des incrustations d'or. Son visage exprimait la dureté et ses yeux verts ont eu un effet étrange, rayonnant une froideur inhabituelle. Il s'est présenté comme Monsieur Massini (probablement pas son vrai nom). Il était très sûr de sa puissance et a créé l'impression d'une personne qui a été fait pour donner des ordres.

    Il était le chef d'une des loges maçonniques les plus importantes d'Europe et aussi de l'une des organisations maçonniques les plus influentes dans le monde : le Groupe de Bilderberg.

    Massini a été très direct et a déclaré que les êtres humains sont de deux sortes : ceux qui peuvent être manipulés et gouvernés (ceux-ci forment la majorité), et ceux qui ont certaines vertues et des fortes personnalités. Il a dit que son groupe fait partie de l'ordre maçonnique le plus élevé et est très intéressé de l'issue de la discussion.

    Monsieur Massini a expliqué que le Groupe de Bilderberg n'est pas une loge maçonnique, et qu'il pense être beaucoup plus que cela. Il a dit que les loges ne sont que des façades et le pouvoir réel est beaucoup plus élevé que le trente-troisième niveau hiérarchique. Massini a invité Cezar à se joindre au groupe, lui faisant comprendre qu'il aura de nombreux avantages.

    Selon Cezar, Massini était à la fois physiquement et psychique fort, ce qui contrastait avec son âge. Malheureusement pour lui, son pouvoir était centré sur un égo énorme, l'arrogance et le sentiment de supériorité sur le reste.

    Massini a informé Cezar qu'il lui a demandé personnellement, en utilisant son influence politique, parce qu'il a été impressionné par la puissance psychique de Cezar.

    III. Les espions du Pentagone avec des satellites

    Un satellite géodésique d'espionnage du Pentagone, basé sur la technologie bionique et les définitions de formes, a découvert en 2002 une singularité distincte dans une région spécifique des montagnes Bucegi. L'espace vide à l'intérieur de la montagne n'avait pas de correspondance avec l'extérieur, et semblait avoir été sculpté de l'intérieur, par des êtres intelligents. Ce n'était certainement pas une grotte.

    bucegi-tunnel.png

    Le scan par satellite de la montagne a révélé deux grands blocs énergétiques. Ces obstacles ont été fabriqués avec de l'énergie artificielle. Le premier était comme un mur énergique, bloquant l'accès au tunnel, tandis que le second était en forme de dôme (ou hémisphère), et était situé à l'extrémité opposée du tunnel, près du centre de la montagne.

    Massini était sûr qu'à l'intérieur du dôme, ils allaient découvrir quelque chose de très important.

    Il avait une profonde connaissance de l'origine de cette découverte et a connu l'existence d'au moins un point situé à l'intérieur de la grande salle hémisphérique. Le tunnel et la coupole ont été étrangement alignés avec les formations rocheuses du haut de la montagne, connues sous le nom de « Babele » et le " Sphinx de Bucegi ".

    bucegi-sphinx-romania.jpg

    Sphinx de Bucegi

    IV . Une structure similaire en Irak

    L'équipe du Pentagone a noté que la barrière d'énergie hémisphérique avait la même fréquence vibratoire et la même forme que celui d'une autre structure souterraine top secret qu'ils avaient découvert avant, près de Bagdad, en Irak. Peu de temps après cette découverte, la guerre en Irak a éclaté et après quelques mois, les Américains ont eu accès au plus grand secret dans la région - dont les Irakiens ne savaient rien.

    Massini a expliqué à Cezar que le contenu de cette découverte avait à voir avec le mystérieux passé de la Terre et l'Histoire de leurs organisations secrètes. Lorsque l'enquête du Pentagone a noté les similitudes entre la structure souterraine de Bagdad et celle des monts Bucegi, Massini et sa loge maçonnique sont devenus extrêmement agités. Initialement, ils ont presque paniqué. La panique était dû au fait que cette structure - beaucoup plus vaste et plus complexe que celle d'Irak - était sur le territoire de la Roumanie.

    (Apparemment, la Roumanie doit probablement jouer un rôle important dans la chute des sociétés secrètes qui contrôlent le monde et asservissent l'humanité. On a également suggéré que, quelque part au-dessus des monts Bucegi, une pyramide énergétique se trouve, qui est invisible à l'œil nu, et qui contient la véritable histoire de notre planète. On peut imaginer leur panique).

    Massini amené sur le site de forage une foreuse de roche dure ultra sophistiquée, utilisé par l'armée américaine. Le dispositif utilisait un jet de plasma et une sorte de champ magnétique tournant, fondant littéralement le rocher sans aucun effort visible.

    V. Les secrets des monts Bucegi - Année 2003

    Ils ont réussi à faire une pénétration d'environ 60-70 mètres derrière la première barrière énergétique, et ont atteint la première galerie, qui ressemblait à un tunnel de métro. Ses murs sont parfaitement polis. A la fin du tunnel, il y avait une porte de pierre massive, qui a été protégée par une barrière énergétique invisible. Trois membres de la première équipe d'intervention spéciale ont essayé de toucher la porte, et sont immédiatement décédés d'un arrêt cardiaque.

    Tout objet (rock, plastique, métal ou bois) lancé sur la barrière est immédiatement transformé en poussière fine. Deux généraux du Pentagone et le conseiller présidentiel américain sont arrivés sur place.

    VI . La Grande Galerie

    Au-delà de la barrière d'énergie formidable, qui a causé la mort de trois personnes, il y avait aussi la porte de roche solide. Sur le mur du tunnel, juste en face de la porte, il y avait une superficie de 20 cm carrés, sur laquelle il a été précisément dessiné un triangle équilatéral pointant vers le haut. L'endroit a été situé entre l'énorme porte en pierre broyée et la barrière d'énergie invisible.

    Cezar a estimé qu'il y avait une sorte de compatibilité entre la barrière énergétique et lui-même, quelque chose comme une «sympathie» mutuelle. Sa main effleura la surface de la barrière énergétique et il sentit un picotement sur la peau. Le bouclier était totalement inoffensif pour lui, alors il s'avança, en passant au travers. Les responsables américains ont été absolument stupéfaits.

    Cezar a estimé que a barrière ne faisait pas plus d'un pouce d'épaisseur (2.54 cm).

    Il a touché le dessin du triangle situé au centre de la place, et la porte de pierre gigantesque a silencieusement glissé vers la gauche, dans le mur. Cette commande a également annulé la barrière énergétique, en leur donnant accès à une salle immense, qui fut plus tard nommé " La Grande Galerie " .

    Même s'il n'y avait aucune source de lumière visible, la Grande Galerie est parfaitement éclairée.

    Après avoir éteint la première barrière énergétique, l'énorme bouclier hémisphérique à l'autre bout de la salle, s'est soudainement accordé sur une vibration plus haute et a commencé à émettre des radiations plus élevées.

    Lors d'une analyse de plus près, le mur intérieur de la Grande Galerie semblait synthétique mais aussi ressenti comme si quelque chose d'organique en faisait partie. Il avait la couleur de l'huile, mais ses reflets étaient verts et bleus.

    Des essais plus tard ont révélé que le matériau du mur était un peu rude au toucher, mais qu'il ne pouvait pas être rayé ou tordu. Il a résisté à toute tentative de brisure, perçage ou coupage. Plus tard, les scientifiques ont essayé de brûler le matériel, mais d'une manière mystérieuse, les flammes étaient en quelque sorte absorbées par elle, la laissant intacte.

    Les scientifiques américains ont convenu que le matériau était une combinaison mystérieuse de matière organique et inorganique. Après 280 mètres, la galerie tourna brusquement vers la droite à angle aigu. Plus loin, une lumière bleue, scintillante, pouvait être vue. La lumière bleue à l'extrémité de la galerie était le reflet de l'écran de protection d'énergie.

    VII . Une base similaire en Irak

    Le conseiller américain sur les questions de sécurité nationale a reçu un appel et il a été informé que le bouclier énergique de Bagdad, en Irak, s'était soudainement activé, et il était aussi raisonnant à une fréquence plus élevée. En face de l'écran de Bagdad, un hologramme de notre planète est apparu, qui a séquentiellement et progressivement représenté le continent européen, puis s'est déplacé vers le sud-est, puis il a montré les monts Bucegi de Roumanie et, finalement, il leur a montré l'emplacement du couloir à l'intérieur de la structure. Il était évident que les deux boucliers d'énergie hémisphériques étaient en connexion directe.

    Fondamentalement, la base irakienne avait été informée de la présence de personnes à l'intérieur de la base roumaine.

    Les mauvaises nouvelles, c'est que la présidence américaine a été avertie et a contacté la diplomatie roumaine. En quelques minutes, toute l'opération avait été divulguée, et le plan de Monsieur Massini tombé à l'eau.

    La présidence américaine a exigé de prendre le contrôle de la base secrète et de toute l'opération. Les politiciens roumains, qui ne savaient rien de l'opération secrète ont paniqué.

    Les généraux du Pentagone présents sur les lieux avaient été informés que Washington avait exigé une réunion d'urgence.
     

    VIII . CSAT ( Conseil suprême de la Défense) Réunion d'urgence

    Une session d'urgence du Conseil suprême de la Défense ( CSAT ) a créé une énorme vague de sympathie pour le Département Zéro. La plupart avaient été secoués par les nouvelles qu'ils avaient reçues. La décision du CSAT a été de poursuivre les recherches, mais sous le contrôle complet du Département Zéro. Ils avaient également exigé un inventaire de tout ce qu'on trouve dans la grande salle.

    De Bucarest (la capitale de la Roumanie), les ordres venaient par vagues, s'annulant mutuellement. Certains étaient très véhéments et stricts, tandis que d'autres étaient insaisissables - dénotant l'énorme tension.

    Les membres du CSAT étaient en session permanente, restant en contact avec l'équipe du mont Bucegi. Après avoir discuté de tout pendant des heures, ils avaient décidé de rendre publique la découverte. Le gouvernement roumain était pour faire une déclaration officielle dans le monde entier. Certains membres du CSAT se sont opposés avec véhémence à la décision.

    IX . Déclaration officielle de la Roumanie

    Quand la diplomatie américaine a été informée que la Roumanie allait révéler les découvertes, tout est tombé dans le chaos. Le président a été appelé à une conversation téléphonique directe avec la Maison Blanche. En quelques heures, l'américain a bloqué toutes les transactions financières avec la Roumanie et l'accès à toutes les autres institutions financières. La Roumanie était sur le point de déclarer « l'état d'urgence " dans les monts Bucegi et la capitale.

    Les pourparlers d'urgence entre les responsables américains et le ministère roumain se sont produits à Bucarest sans un traducteur. Les responsables américains ont été verbalement violents, sans cesse criant et proférant des menaces à la Roumanie et à ses fonctionnaires.

    La divulgation officielle de la Roumanie au monde aurait fourni des preuves photographiques mais rien d'autre d'essentiel pour une clarification complète. D'éminents scientifiques et chercheurs de tous les coins de la planète devaient être invités pour des études approfondies. Mais plus important encore, cela aurait révélé la vérité sur le passé lointain de l'humanité et de l'histoire réelle - qui, selon ce témoin Cezar à l'intérieur de la Grande Galerie, est presque entièrement faux.

    La réaction du gouvernement américain a été très brutale parce que la divulgation aurait brisé leur influence dans le monde et son pouvoir, en un instant.

    La raison officielle invoquée par les Etats-Unis, était de ne pas créer la panique dans le monde, mais ils avaient omis de reconnaître que l'état actuel de l'angoisse mondiale était une conséquence directe des tromperies délibérées et manipulations menées par la franc-maçonnerie et autres sociétés secrètes, depuis des millénaires.

    Il y avait aussi une intervention du Vatican ( si vous vous demandez comment le Vatican a découvert cette découverte, alors vous devriez savoir qu'ils sont au sommet de la pyramide de contrôle du monde, et leur piété religieuse est simplement une façade - lire : Les sombres Secrets du Vatican), dans laquelle le Pape a appelé à la modération avant ce grand fondamental pas pour l'humanité !.

    Le Pape a promis de rendre certains documents à la disposition de l'Etat roumain d'anciennes archives secrètes papales, qui étaient d'une grande importance pour la Roumanie. Les documents étaient derrière les découvertes ( oui, telle est la puissance d'un Pape ).

    Après 24 heures de négociations, un accord définitif a eu lieu entre la Roumanie et les Etats-Unis. L' État roumain allait reporter la divulgation, et peu à peu tout présenter au peuple.

    X. La salle de projection

    secret-projection-room.jpg

    La salle de projection ( cliquez pour agrandir)


    La Grande Galerie prend fin abruptement avec un auditorium géant, de 30 mètres de hauteur ( 98,5 pieds) et d'une longueur de 100 mètres ( 328 pieds). La salle de projection était de plus petite taille et elle a été protégée par un bouclier énergique. S'avançant vers le bouclier, une partie de celui-ci a disparu, sous la forme d'une porte permettant l'accès à l'intérieur. Le bouclier protège la chambre des influences extérieures. Une fois à l'intérieur de la chambre, le bouclier est devenu compact et ressemblait à un mur blanc - doré.

    Fondamentalement, le bouclier formait cette salle en forme de dôme, avec des murs courbes et le plafond. Au fond de la salle, à une hauteur de environ 10-12 mètres ( 33-39,5 pieds), le bouclier finissait où il touchait le mur en pierre de la salle. Dans ce mur, il y avait trois énormes trous de tunnels : l'un situé en ligne droite, et les deux autres étaient symétriques des deux côtés. Ils étaient éclairés par une lumière diffuse d'une teinte verdâtre. Les deux parties ont décidé d'interdire l'accès à ces tunnels et un protocole a été signé entre eux.

    XI . Des Tables pour des géants

    Une série de tables énormes de pierre étaient disposées le long des parois à droite et gauche ( cinq de chaque côté ), suivant leur courbure. Les tables avaient environ 2 mètres de haut ( 6,6 pieds).

    Les plateaux avaient une précision de découpe en reliefs, différents signes d'une écriture et des caractères qui ressemblaient à l'ancien cunéiforme.

    L'écriture contenait également des symboles plus généraux, tels que des triangles et des cercles. Bien que les signes n'étaient pas peints, ils avaient une lumière fluorescente rayonnant dans différentes couleurs, différentes pour chaque table.

    Sur certaines tables, il y avait différents objets qui semblaient être des outils techniques. Au nombre de ces outils, des fils translucides blancs descendant au plancher, et entrant à l'intérieur, des boîtes rectangulaires brillantes, comme argentées. Ces boîtes ont été installées directement sur le sol.

    Lors d'une inspection plus minutieuse, les câbles étaient extrêmement souple et léger, et des impulsions de lumière pouvaient être vus circulant sur toute leur longueur.

    Chaque fois que quelqu'un s'est approché des tables, une projection holographique s'est automatiquement activée, présentant les aspects d'un domaine scientifique particulier. Les images en trois dimensions étaient parfaites et a eu hauteur de près de deux mètres et demi ( 8,2 pi).

    Les projections ont été automatisées et lancées d'elles-mêmes, mais en même temps, elles étaient interactives et modifiables en fonction des signes touchés à la surface de la table.

    XII . Une belle découverte : Les Regroupements d'ADN holographiques entre les espèces extraterrestres

    En raison de la grande hauteur des tables, les scientifiques ont utilisé des trépieds spéciaux pour grimper à une hauteur confortable. Lors d'une enquête plus approfondie, ils ont observé un matériau vitreux sombre couvrant les plateaux de table. Le matériau était divisé en plusieurs grands carrés, délimités par des lignes droites, qui formaient une sorte de grille.

    L'un des tableaux contenaient des informations du domaine de la biologie, et il projettait des images de plantes et d'animaux, dont certains étaient complètement inconnus des scientifiques. Après avoir touché l'un des carrés, un hologramme présentant la structure du corps humain a été activé. L'hologramme a été constamment en rotation, mettant en évidence diverses parties du corps humain.

    En touchant d'autres endroits activait les projections holographiques d'êtres extraterrestres, d'autres systèmes planétaires. En touchant simultanément deux places différentes, une analyse scientifique complexe a été projetée, montrant l'ADN des deux espèces, et les possibilités de compatibilité entre les elles.

    Sur les côtés, dans des lignes verticales, il y avait des explications écrites dans le même alphabet extraterrestret. A la fin de la simulation, un croisement entre les deux espèces a été affiché.

    roumanie-montagnes-1.jpgBabele, Bucegi, Roumanie

    XIII. De véritables géants

    A en juger par la taille de tous les objets dans la salle de projection, les créateurs de l'édifice étaient probablement des êtres très grands.

    Une confirmation de squelettes de géants humanoïdes trouvés en Roumanie se trouve dans un journal appelé " The Newspaper ".

    « L'équipe du journal est accompagnée par le chercheur Vasile Rudan, qui a noté que les gens du village de Bozioru ont des preuves concrètes : un cimetière avec des squelettes de géants. Il a été découvert par hasard il y a 20 ans, lorsque les autorités ont décidé de planter des pommiers dans le village de Scaieni. En creusant sur une colline, les villageois ont découvert d'énormes squelettes, mesurant plus de 2,40 m (7 pi 10 po ).

    Dragoi Ilie, l'un de ceux qui ont travaillé dans le verger, nous emmène à l'endroit. Monsieur Ilie nous montre les alentours du verger : « Partout se trouvent les tombes des géants. Nous faisions des trous pour des plantations de plantes quand nous avons découvert une tête humaine grosse comme une citrouille. Aucun de nous n'avait jamais rien vu de pareil. Nous étions tous surpris. en creusant plus loin, nous avons trouvé quelques os des pieds, gros comme des piquets de vigne. L'un des morts a dû être très grand. "

    XIV . La Bibliothèque de l' Univers

    La salle de projection contient des informations détaillées sur des domaines tels que : la physique, la cosmologie, l'astronomie, l'architecture, la technologie, la biologie, la génétique, et même la religion. Parce qu'elle contenait tellement d'informations, la salle a été comparée à une bibliothèque.

    Au milieu de la salle, il y avait une zone comme un podium qui contenait un appareil intéressant. Les scientifiques ont émis l'hypothèse que cela aurait pu être un dispositif pour améliorer diverses fonctions cérébrales.

    XV . Le panneau de contrôle de la Roumanie

    A côté de cela il y avait un panneau de contrôle, recouvert de plusieurs symboles géométriques, dans des couleurs différentes. Il y avait aussi deux leviers coulissant et un bouton rouge, au centre de l'écran, au-dessus de toutes les autres commandes. Une simulation holographique a expliqué le but du bouton. Elle a montré une image de la chaîne des Carpates vue de 25 km ( 15,5 miles ) au dessus d'eux et ensuite, une énorme quantité d'eau a inondé les basses terres et les plaines.

    Ensuite, à partir des territoires de la Roumanie,de la Hongrie et de l'Ukraine, plus de flux d'eau apparaissent, se dirigeant vers le plateau de Transylvanie, sous la forme d'énormes rivières. L' image s'est focalisée sur le territoire de la Roumanie et a montré toute sa surface couverte par les eaux d'une grande mer. Quelques-uns des plus hauts sommets des montagnes pouvaient maintenant être considérés comme de petites îles flottantes.

    Ensuite, les eaux ont commencé à se retirer, dès que les vidanges se trouvant sur le panneau ont été activées, laissant engloutie seulement une petite zone près de la montagne Retezat Godeanu. Un véritable manuel.

    XVI . Une Mystérieuse Amphore

    Derrière le panneau de contrôle il y avait un socle carré, d'environ trois mètres (9 feet 10 inchs) de chaque côté, sur lequel une amphore mystérieuse reposait. Monsieur Massini a eu connaissance de son existence et, pour lui et son élite maçonnique, ce fut la découverte la plus importante.

    L'amphore contenait une poudre blanche très fine. Les chercheurs ont été consternés de constater que la poudre était une formule monoatomique de haute pureté de l'or, avec une structure cristalline inconnue.

    La poudre d'or dans sa forme pure stimule grandement certaines ondes et d'échanges d'énergies au niveau cellulaire et nerveux. Cela provoque une accélération du processus de rajeunissement. Théoriquement, un homme peut vivre dans le même corps physique pendant plusieurs milliers d'années, à condition qu'il consomme de temps en temps, une quantité bien définie de poudre d'or monoatomique. C'est ce qui explique de nombreux aspects déroutants sur la longévité incroyable de certains personnages importants et découvre une partie des intentions cachées de l'élite mondiale.

    XVII. La vraie histoire de notre planète

    Derrière l'amphore, au milieu de la place, il y avait une immense coupole qui projette des hologrammes. Elle présentait les principaux aspects du passé le plus lointain de l'humanité, depuis ses débuts. Cezar a expliqué que selon les images projetées par l'hologramme, environ 90% de l'histoire officielle de l'humanité est fausse et contrefaite. La théorie évolutionniste de Darwin est également incorrecte. La véritable origine de l'homme est représentée sous une forme condensée holographique. Incroyable, mais ce qui est maintenant considéré comme s'étant réellement passé dans notre histoire, n'a jamais existé, alors que les soi-disant «mythes» et «légendes» sont presque entièrement vraies.

    En outre, la plupart des théories archéologiques sont fausses. Par exemple, les dinosaures ne se sont pas éteints il y a 65 millions d'années, et les vieux continents de la Lémurie et de l'Atlantide ont existé.

    Cette étrange inversion a causé beaucoup de problèmes et de conflits entre les gens de notre passé.

    Pour une datation exacte des événements présentés, une carte du ciel correspondant à cette période a été projetée sur le fond.

    Bien que la période de temps couverte par les projections était très grande (plusieurs centaines de milliers d'années), le cycle de la procession de la Terre est de 25920 années, en observant le nombre des "années platoniciennes " (le cycle de 25,920 ans), la datation exacte de l'événement était possible. Les monts Bucegi ont 50-55000 ans.

    XVIII. Surprenantes révélations

    Cezar a vu ce qu'il s'est passé pendant la dite grande inondation et d'où la civilisation humaine est originaire, mais il a décidé de ne pas révéler cela, que les révélations sont trop choquantes pour la mentalité, les idées et les connaissances de l'homme contemporain.

    Personnellement, je pense que les gens comme lui sont également responsables de l'état actuel de la méconnaissance et de la latence de l'espèce humaine . Nous avons menti et manipulé pendant des millénaires, et dès que nous sommes proches de la vérité, quelqu'un décide que nous ne sommes pas encore prêts à l'entendre. Il s'agit d'une approche arrogante et égoïste ! Les gens sont aussi prêts aujourd'hui qu'ils ne le seront jamais, et plus tôt les vérités seront libérées, mieux c'est. Avoir plus de pièces du puzzle à faire accepter rendra la vérité plus facile et, plus important encore, pourront les convaincre de prendre des mesures contre les manipulateurs et les esclavagistes.

    Dans un affichage troublant d'images, l'existence de Jésus et sa crucifixion a également été présenté. Les projections ont révélé que beaucoup de ceux qui ont été témoins de la crucifixion sont venus d'autres périodes historiques.

    Ils portaient le même genre de vêtements que le reste de la population, mais leurs caractéristiques faciales étaient différentes, aussi ils couvraient constamment leurs visages.

    L'hologramme a également présenté des fragments de la vie spirituelle des autres personnages exceptionnels du passé lointain de l'humanité, y compris des personnes que nous ne connaissons pas.

    En ces temps, la répartition sociale de la population était complètement différente de ce qui est connu aujourd'hui, de sorte que les archéologues et les anthropologues devraient revoir leurs théories à partir de zéro.

    XIX. Les trois tunnels mystérieux

    Les tunnels découverts ont des milliers de miles de longueur et conduisent à trois domaines différents de la planète. Celui de gauche relie la base roumaine à une base souterraine encore à découvrir quelque part en Egypte (qui a certainement été découverte et explorée maintenant).

    Le tunnel de droite conduit à une structure similaire mais plus petite, dans le " plateau tibétain " . Ce tunnel avait trois ramifications secondaires. Un conduit à une zone souterraine près de la ville roumaine de Buzaru (près de la " Carpates Bend »). Un autre a conduit à la base irakienne déjà mentionnée, alors que la ramification fini a une base souterraine dans le « désert de Gobi », en Mongolie.

    XX. Le troisième tunnel - un monde secret

    Le tunnel du milieu était le plus important à la fois pour Monsieur Massini et le gouvernement américain, qui a fortement demandé qu'il soit tenu secret du public. Ce tunnel descendant à des profondeurs extrêmes vers un monde souterrain véritable, situé près du centre de notre planète.

    Ceux d'entre vous qui ne connaissent pas la théorie de la terre creuse, veuillez noter qu'il y a des personnages importants qui soutiennent la théorie que toutes les planètes sont probablement creuses à l'intérieur, et apportent des arguments scientifiques intéressants pour appuyer leurs revendications.

    Aussi, il y a des histoires très belles et intéressantes sur des gens qui se seraient rendus en ce monde. Le royaume est communément appelé Agartha, et le troisième tunnel conduit probablement directement à lui. Il est logique que l'élite de l'ombre n'était pas intéressée de faire connaître la découverte au peuple.

    D'intenses préparatifs ont commencé pour les expéditions à l'intérieur des 3 tunnels, comme suit : le premier en Egypte, le second au Tibet, et le troisième vers le centre de la Terre.

    (Résumé des événements tirés du livre :  " Viitor cu cap de mort" , par " Radu Cinamar " - le nom de plume d'un écrivain caché, qui, à mon avis, n'est autre que l'ex-général Emil Strainu. Je fonde ma déclaration sur le style d'écriture très similaire et le fait que l'auteur a eu un accès direct à cette base secrète alien ci-dessus - quelque chose qui ne pouvait pas se passer si la personne était un initié.)

    En 2009, une télévision locale, "Antena 1" , a brièvement présenté ces événements, quelques ossements de géants sont montrés brièvement, en VO malheureusement :

    Après diffusion du programme, ils ont reçu une menace téléphonique anonyme :

    Ce qui suit est une transcription de l'appel téléphonique :

    Le journaliste de "Antena 1" a répondu au téléphone.

    " Reporter : Bonjour, bon après-midi !
    Appel anonyme : Nous vous envoyons un avertissement : soyez très prudent ! Arrêtez de parler des (Montagnes) Bucegi !
    R : Qui êtes-vous ?
    A : Cette information doit rester au niveau de certaines structures et ne doit pas être rendue publique ! Vous êtes entré dans un jeu dangereux ! Vous êtes jeune, vous avez des familles ... il y a assez de sujets dans ce pays pour parler d'eux !
    R : Monsieur, qui êtes-vous ?
    A : Ne souhaitez pas nous connaître et d'être vous-mêmes interrogé par nous ! C'est tout ce que j'ai à dire ! "

    Merci d'avoir lu l'article et n'oubliez pas que "la vérité est ailleurs". Ne jamais arrêter la recherche ...

    Alexander Light, HumansAreFree.com
     
    bucegi-sfinx.jpg
     


    Plongée dans le Lac Bicaz, Moldavie, Roumanie : de nombreuses stèles et pierres gravées antiques englouties, des traces de ruines et d'ossements :

    cabana-omu-varful-omu.jpg

    A Omu, Roumanie, existe un autre mégalithe avec une tête dessinée (à droite), mais aussi avec des traces de travaux artificiels, plus difficiles à faire passer comme naturels que le sphinx de Bucegi

    En Espagnol :

    En Anglais, le film entier :

    Un autre film-hommage sur les bases secrètes aliens :

    Une étrange tornade ou un vaisseau extra-terrestre au-dessus de Bucegi en 2012 ? :

    ovni-roumanie-2012-mini-1.jpg

    Yves Herbo Traductions-SFH-14-11-2013

    Update : recherches de l'endroit précis mentionné et de témoignages, rapprochements avec d'autres légendes éventuelles (les Carpates et la légende des vampires très déformée) ou faits historiques (plusieurs régimes ou même civilisations ont pu ériger des "bases secrètes" ou protégées de la vue)... en cours. Le schéma-montage visible dans le petit reportage de la chaîne TV roumaine, monté par la chaîne même, n'a pas été montré comme preuve mais pour expliquer rapidement de quoi parlait les chercheurs.

    Voilà d'abord l'endroit précis par satellite via Google Earth, avec mention des structures géologiques préhistoriques gravées ou non citées dans le texte ci-dessus :

    roumanie-monts-bucegi1.jpgroumanie-monts-bucegi2.jpgroumanie-monts-bucegi.jpg

    roumanie-monts-bucegi3-1.jpg

    Une vidéo touristique nous faisant prendre le téléphérique vers le "sphinx" et les lieux cités, cette éventuelle base  serait donc sous des dizaines de mètres de roches en-dessous :

    Archéologie-anthropologie : c'est étonnement en Roumanie que les traces du premier européen sont trouvées (en fait, les preuves préhistoriques trouvées en divers endroits en Europe et en France notamment, semblent prouver que des tribus issues de l'actuelle Roumanie font bien parties des ancêtres et familles des français et européens actuels...) :

    first-european-roumanie.jpg

    Un texte très intéressant sur ce sujet des premières civilisations, et des Etrusques entre autres : http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Etruria_the_Etruscans_1.htm

    http://www.erdelyiturak.ro/cave_exploration.html

    L'astrologie et la voyance s'en mêlent (récupération automatique qui enlève automatiquement de la crédibilité, comme souvent !) : http://www.astrologyweekly.com/astrology-articles/bucegi-discovery.php  + dans les commentaires (certains très intéressants) : http://www.abovetopsecret.com/forum/thread661940/pg1 

    La principale vidéo des analyses et scans diffusée est censurée maintenant et interdite de diffusion : http://www.youtube.com/watch?v=h_qZnYZVXr4&feature=player_embedded

    Des liens de témoignages à traduire et sur les récents travaux des Professor Constantin Bursuc et Prof. Traian Stănciulescu : http://www.rufon.org/forum/index.php?topic=2479.10;wap2 + http://www.thelivingmoon.com/46ats_members/Lisa2012/03files/Bucegi_Mountains_The_Mystery.html#Bucegi

    Un témoignage d'un officier roumain (difficile à prouver bien sûr)

    Une vidéo de la région plus précise :

    La théorie de la Terre Creuse en schémas faciles à comprendre :

    bucegi2-1.jpgA suivre...

    MAJ 09-11-2014 : Cet article-traduction a été en très grande partie repris sur d'autres sites et même une publication par un éditeur free belge (Paradox Editions) sur Calaméo, que j'intègre donc ici car ça fait toujours plaisir (bien qu'il aurait été préférable tout de même que mon nom soit cité quelque part, ailleurs que dans le lien tout à la fin qui mène ici !), même si ça ne nourrit pas l'homme... on note que Claude Burkel a été l'ami de nombreux auteurs comme Robert Charroux, Guy TaradeIl a participé à de nombreuses revues et FanZines comme, pour ne citer qu'un exemple : BETA TAURI. Et publie de temps en temps chez ParadoXe Editions donc...

    Mais cet article n'est ni de lui ni de moi mais bien de Alexander LightHumansAreFree.com et Professor Constantin Bursuc et Prof. Traian Stănciulescu : http://www.thelivingmoon.com/46ats_members/Lisa2012/03files/Bucegi_Mountains_The_Mystery.html#Bucegi :

    Autre article situé en Roumanie : http://herboyves.blogspot.fr/2014/06/roumanie-entre-archeologie-et-legendes.html

     

    Yves Herbo Traductions-SFH-16-11-2013, MAJ 09-11-2014

     

     

    Earth nightlights 2012

    Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire 5

    Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire Part 5

    Pulsarx

    Partie 1 ici

    Partie 2 ici

    Partie 3 ici

    Partie 4 ici

    Reconstruire les civilisations lointaines et rencontrer des cultures étrangères extra-terrestres par Douglas A. Vakoch - NASA - (Extraits choisis traduits) : Partie 5

    Chapitre 8

    Anthropologie à distance
    SETI et la production de connaissances dans la rencontre avec un Extraterrestre Différent
    par John W. Traphagan

    Pendant une bonne partie de son histoire, l'anthropologie a explicitement porté son regard intellectuel sur la compréhension des autres, apparemment "Etrangers" (alien), dont les langues, les croyances, les modes de vie et les structures sociales ont été considérés comme éloignés des sociétés de l'industrie de l'Ouest - l'Angleterre, la France, l'Allemagne et les États-Unis, où la discipline s'est développée. Dans les années de l'invention de l'anthropologie, les ethnographes n'ont pas eu normalement la capacité d'être en contact direct avec les autres personnes qui ont fait l'objet de leurs études. En effet, les premiers anthropologues "fauteuil" du 19ème siècle, tels que James Frazer, EB Tylor, et Lewis Henry Morgan (bien que Morgan effectuera aussi une certaine collecte directe de données chez les Iroquois en plus du fauteuil comme variété de la recherche), ont travaillé dans des conditions pas tout à fait différentes de ceux des chercheurs du SETI aujourd'hui; les limitations de la technologie (en particulier les transports et technologies de communications) ont considérablement limité les types d'interaction accessibles aux chercheurs en sciences sociales, intéressés à communiquer et à comprendre un autre (être) lointain. La communication a été lente, nécessitant des semaines ou des mois pour les anthropologues aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, pour demander et recevoir des informations de personnes (souvent des missionnaires religieux) vivant dans des endroits éloignés alors. Lorsque les données ont été finalement reçues, telles que les données de parenté recueillies par Morgan au milieu du 19e siècle de nombreuses parties du monde, l'interprétation était fondée en grande partie sur les cadres théoriques et les hypothèses qui avaient décidément une teinte spécifiquement occidentale, le darwinisme social et l'évolution culturelle d'une variété de Spenceristes, avec leurs fondements théologicaux ouvertement associés à des progrès. Ces cadres et hypothèses étaient difficiles à tester en utilisant les méthodes de contact direct et l'observation participante qui deviendront plus tard la fondation de la recherche ethnographique.

    Bien que le style de l'anthropologie fauteuil du 19ème siècle a été remplacé par une enquête ethnographique au début du 20e siècle, les instances de l'anthropologie à distance ont continué à se produire, avec la tentative la plus notable étant celle de Ruth Benedict de développer une compréhension de l'apparence - aux yeux américains - des extrêmement étrangers japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, menée sous les auspices du gouvernement américain et publiée en 1946 comme le Chrysanthème et le Sabre.

    Dans ce chapitre, j'explore une voie par laquelle l'anthropologie et, plus particulièrement, la sous-discipline de l'anthropologie culturelle ou sociale peut contribuer à la recherche SETI. Michael AG Michaud a noté que les sciences sociales sont un domaine de la recherche intellectuelle qui n'a pas été suffisamment exploité en référence à SETI. Ici, je voudrais suggérer que l'un des moyens les plus puissants des sciences sociales en général et de l'anthropologie en particulier, peuvent contribuer à SETI est par l'analogie, en utilisant une analyse de sa propre histoire de l'anthropologie du contact comme un cadre de réflexion sur le contact potentiel avec une civilisation extraterrestre. Bien qu'il soit extrêmement important de concevoir un modèle et le type de contenu du message interstellaire que nous pourrions construire, il est tout aussi important de considérer le contexte de l'interprétation dans lequel un tel message sera transmis et interprété, ainsi que la façon dont toute réponse pourrait être interprétée par les scientifiques et les autres sur la planète Terre. Plutôt qu'un simple un acte de découverte, le premier contact avec toute intelligence extraterrestre permettra également de créer un nouveau contexte dans lequel la connaissance est générée et comprise. Le contexte de premier contact sera formé sur la base de données très limitées et, inévitablement, interprétées à travers le prisme de nos propres cultures et des cadres théoriques qui sont en vogue parmi les intellectuels et autres au contact à ce moment.

    D'abord pour expliquer ce point, je vais considérer le type de «l'anthropologie à une distance" évidente au début et, dans une moindre mesure, à un âge moyen de la discipline, en se concentrant sur le travail de Ruth Benedict pendant la Seconde Guerre mondiale comme un exemple de la façon dont l'interaction complexe entre les hypothèses, les données et les interprétations erronées peuvent parvenir à établir une connaissance reconnue et la compréhension d'une civilisation extraterrestre. Le point central de ce chapitre est que le Japon, en tant que culture et civilisation, n'a pas été simplement révélé par Benedict; c'était à bien des égards créé à partir de cette interaction, au moins autant que le point de vue américain est concerné (et, bien que pas particulièrement pertinent dans cet article, dans une certaine mesure, le point de vue japonais aussi). Je ferai valoir que le premier contact et interaction ultérieure entre les extraterrestres et les humains (y compris les chercheurs de SETI, des politiciens, des universitaires à l'extérieur du SETI, et le grand public) impliquera une production similaire de la connaissance de l'autre étranger. La conscience de ce risque et la capacité de penser par réflexe sur notre propre rôle dans la construction d'une culture étrangère, en particulier lorsque de grandes distances et des retards sont insurmontables avec la technologie actuelle, sont d'une importance fondamentale pour réduire le risque de malentendus et de mauvaises interprétations.

    Ruth Benedict et l'invention de la culture japonaise

    L'anthropologue Marvin Harris a noté que les débuts de l'anthropologie se trouvent dans l'inspiration des sciences naturelles et de la méthode scientifique. Lors de la fondation de l'anthropologie il y a eu une hypothèse disant que les processus socioculturels sont régis par des «principes légitimes» qui peuvent être compris en termes de causalité et qui sont détectables par un observateur. Les premières formulations sur la culture sont nées de la recherche de chercheurs qui ont vu des cultures distinctes comme des entités relativement bornées, et ils ont postulé la culture comme largement déterministe, façonnant fondamentalement les comportements et les habitudes des personnes habitant un contexte particulier. Beaucoup de travail récent tend à voir la culture comme fluide avec des limites très perméables (si on peut vraiment penser en termes de frontières sur tout), le conceptualise comme un processus d'invention dans lequel notamment les «cultures» découlent d'une dialectique intersubjective entre l'individu et son environnement social, l'anthropologue n'est pas éloigné de ce processus, mais, au contraire, peut prendre une part active dans l'invention d'une culture particulière, comprise comme une catégorie d'analyse ainsi que dans un encadrement populaire d'un groupe social particulier par la traduction, l'interprétation et en écrivant sur ce qu'il observe, ainsi que par l'interaction quotidienne associée à l'activité de terrain.

    Nulle part, peut-être, se trouve la question la plus évidente de l'anthropologue lui-même comme instrument de recherche que dans les études que Ruth Benedict a mené pendant la Seconde Guerre mondiale sur la culture japonaise. Pour commencer, le travail de Benedict est, si ce n'est pas exactement de l'anthropologie dans un fauteuil, une expression des derniers jours dit «l'anthropologie à distance». Comme la plupart des anthropologues et autres chercheurs qui travaillent sur le Japon le savent, Benedict a reçu une commande au début des années 1940 par le gouvernement des Etats-Unis pour fournir un rapport qui pourrait expliquer le comportement japonais et pourrait donc être utilisé pour prédire les réponses de l'ennemi au cours de ce qui était, en 1944, l'Invasion anticipée du Japon. En d'autres termes, son travail consistait à être un guide explicatif du projet d'ingénierie sociale qui allait devenir l'occupation du Japon.

    Considérablement moins connu du grand public, et même auprès de certains chercheurs ayant des intérêts dans la culture japonaise, est de savoir comment la recherche de Benedict a été faite. Tout d'abord, Benedict n'a pas procédé à une étude de la culture ou de la société japonaise à travers des méthodes ethnographiques traditionnelles de l'observation participante; à la place, en raison de la guerre, elle a été forcée de se tourner vers ce qui semblait être la meilleure chose - les Américains d'origine japonaise qui ont été internés dans des camps d'internement dans le désert du sud-ouest. Évidemment, avec le recul, ceci devrait soulever des drapeaux rouges sur l'étude de Benedict. Comme Eiko Ikegami l'a récemment souligné, les sujets de recherche de Benedict, face à une figure d'autorité représentant le même gouvernement qui les avait enlevés de leurs maisons et les avait emprisonnés dans les camps, étaient «passifs et prudents dans leurs réponses à ses questions." Intéressante, cette question n'a pas été abordée par la plupart des chercheurs qui ont examiné le livre de Benedict; quelques-uns ont noté le problème, mais en général, il a été négligé ou ignoré. C'est seulement récemment que la discussion ouverte a résulté sur la façon dont la recherche de Benedict contient des conclusions erronées en partie parce que les conditions de sa collecte de données ont été limitées par son incapacité à établir un contact direct avec des personnes dans un contexte culturel japonais.

    Pour mes fins ici, il est important de ne pas entrer dans les détails sur les erreurs d'interprétation et empiriques qui existent dans le chrysanthème et le sabre. Ryang note de nombreux problèmes et démontre que le développement de Benedict sur des données linguistiques du japonais n'est pas pris en charge soit par des données sociologiques ou historiques. Elle a tendance à choisir des mots de ses informateurs et de la littérature sans contexte avec les termes ou la compréhension de la façon dont ils sont utilisés par la conception japonaise, mais dans son travail, ces termes ont tendance à devenir des mots-clés pour représenter et comprendre la culture et le comportement japonais. Plus important que les erreurs spécifiques à la recherche de Benedict est le fait qu'elle adopte une approche totalisante pour représenter le Japon : des mots spécifiques, des idées ou des concepts évidents dans des sources telles que la littérature japonaise sont utilisés pour expliquer largement, souvent en un seul coup de pinceau, tout ou la plupart des éléments du comportement japonais. Dans le cadre de cette approche il y a une conséquence du cadre théorique que Benedict utilise, ainsi qu'un manque général de données empiriques détaillées sur le Japon, sur lequel fonder ses conclusions.

    Alors les défauts de l'étude sont importants, un point plus saillant est que le chrysanthème et le sabre devient, comme le note Ryang, " paradigmatique, joue un rôle crucial dans les discours de l'après-guerre des sciences sociales sur le Japon " à la fois entre les études japonaises et les non-japonaises, en effet, si complète a été l'hypothèse que Benedict avait présentée avec précision la culture japonaise qu'il a été rarement noté que sa recherche n'avait pas porté sur des Japonais. Les attitudes à l'égard du Le chrysanthème et le sabre au moment de sa publication sont résumées dans une revue de 1947 écrite par John Embree, lui-même anthropologue bien connu du Japon, dans lequel il déclare : "Le Dr. Benedict, avec les mots doux d'un esprit rusé, entraîne le lecteur dans la forêt du Japon et avant qu'il le sache, elle l'a ensorcelée en lui faisant croire qu'il comprend et connaît chaque racine et branche de la culture japonaise".

    Quand j'ai lu ce commentaire, je pensais que c'était peut-être sarcastique, mais tout au long de l'examen, seule la critique du livre de Benedict par Embree montre ses réelles préoccupations sur son incapacité à reconnaître que le Japon est une vieille culture tandis que les Etats-Unis en est une nouvelle, faisant elle-même plutôt une observation douteuse depuis que le Japon a subi une transformation sociale radicale dans la deuxième moitié du 19e siècle. Il poursuit en déclarant, « Le frontalier et le nomade sont plus susceptibles d'être des fanfarons individualistes que le paysan lié à un village qui doit faire face à son même voisin jour après jour... Un homme d'une ancienne culture paysanne comme les Japonais est susceptible d'être plus méticuleux dans son étiquette et le sens du devoir de réciprocité. » De l'avis de Embree, Benedict  nous a permis de gagner l'entrée dans une presque impénétrable " forêt " culturelle très différente de la nôtre, car c'était une société «paysanne» sur la base de l'organisation sociale du village (je ne suis pas tout à fait sûr de savoir où Tokyo et Osaka entrent dans cette forêt) par opposition à l'organisation sociale américaine individualistique urbaine. Et elle l'a fait tout en traitant avec des limitations considérables, qui étaient inévitables au moment de sa recherche.

    Intéressant encore, dans un autre commentaire, où il compare le livre de Benedict à un livre par Andrew W. Lind sur les communautés japonaises à Hawai'i, Embree prend pour accordé l'idée que Benedict n'a, en fait, qu'explicité les modèles culturels japonais et les comportements par le biais de son étude. En effet, Benedict, en identifiant bien clairement son travail de terrain local, représente en fin de compte son travail comme si il était sur le japonais plutôt que sur le peuple japonais-américain et ses valeurs culturelles, et, ainsi qu'il ressort de l'examen de Embree et ceux des autres Chercheurs de l'époque, cette représentation a été largement incontestée, bien que John Morris dans sa revue de 1947, souligne que « dans des circonstances normales, aucun ne songerait à écrire un livre sérieux sans passer d'abord un temps considérable à observer de première main le comportement réel des personnes concernées ". Morris met rapidement ce problème de côté et salue le chrysanthème et le sabre comme « le livre contemporain le plus important jamais encore écrit sur le Japon. Ici, pour la première fois, est une tentative sérieuse pour expliquer pourquoi les Japonais se comportent comme ils le font. "

    Ces exemples démontrent clairement que le chrysanthème et le sabre est devenu, comme il est indiqué ci-dessus, la pierre angulaire de l'ethnographie, et non ethnographique, le corpus de l'érudition occidentale sur le Japon, malgré son manque de données empiriques fiables. Les contemporains de Benedict ont en grande partie pris son travail à la valeur nominale et ont accepté comme une donnée l'idée qu'elle avait réalisé une étude de la culture japonaise. Les problèmes inhérents à avoir à faire de l' "anthropologie à distance " ont été négligés par les collègues de Benedict et par beaucoup de ceux qui se sont intéressés à la culture japonaise; au lieu d'être remis en question, son livre a façonné les grandes questions qui se posent et les études produites par les "Japanologistes", plus particulièrement l'accent sur la psyché japonaise ou de la personnalité (ego) qui a dominé la recherche sur le Japon dans les années 1990 et continue à présent. Depuis les années 1980, les anthropologues ont commencé à se déplacer loin de la construction de Benedict sur la culture japonaise, mais son travail a été cité des centaines de fois et continu à être cité, en particulier dans les études psychologiques interculturelles, non pas comme un livre sur les Américains d'origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi un livre sur les Japonais et leur essence culturelle.

    Essentiellement, la publication du chrysanthème et le sabre a lancé un processus par lequel le concept occidental de la culture japonaise a été inventé. Le travail de Benedict a identifié ce qui pourrait être considéré comme directement ou indirectement les éléments de base et les valeurs fondamentales associées à la culture japonaise et la psyché japonaise pour les années à venir, et une grande partie de la recherche produite pendant cette période a supporté les conclusions de Benedict. Comme les gens lisaient et ont suivi son travail pendant d'autres recherches, l'analyse, et la publication, sur un sens de la culture japonaise et du comportement japonais étant précise et complètement représentée dans les idées basiques formulées par Benedict ont prévalu dans les communautés de chercheurs travaillant dans des domaines tels que la psychologie culturelles croisée et la communication interculturelle, ainsi que dans la communauté plus large de non chercheurs qui étaient tout simplement intéressés par le Japon. En bref, la "prise à distance" de Benedict sur le Japon est devenu le Japon lui-même, pour beaucoup, et peut-être la majorité des Américains dans la plus grande partie de la deuxième moitié du 20e siècle. Cette influence ne peut pas être surestimée: le travail de Benedict était au centre de l'approche du gouvernement américain pour la réorganisation et l'ingénierie de la société japonaise après la guerre et a été largement lu par un public Américain intéressé à comprendre l'ennemi qu'ils venaient de conquérir et donc le pays qu'ils occupaient maintenant.

    Biensûr, ce qui a été créé n'était pas une véritable compréhension du Japon, si une telle compréhension de toute culture est effectivement possible. Plutôt, ce qui a été créé est une notion de la culture japonaise qui reflète les valeurs et les orientations psychologiques, en mettant l'accent sur le concept de la honte qui semblait important pour Benedict. En effet, le livre est une application des théories qu'elle a développé dans un ouvrage antérieur, les modes de culture, dans laquelle elle avait l'habitude d'idiomes psychologiques (mais pas freudiens dans leur nature) comme un moyen de créer des configurations ou des catégories de types culturels qui, à leur tour, ont été imprimées dans les esprits de ceux qui vivent dans un milieu culturel particulier. En d'autres termes, la compréhension de Benedict sur la façon dont la culture fonctionne et comment la culture doit être considérée comme une conséquence directe du contexte académique, avec son intérêt dans la psychologie, dans laquelle elle a été formée à Columbia dans les années 1920, et qui a continué à être importante à concentrer dans sa carrière développée.

    Conséquences de l'anthropologie à distance pour SETI

    Cette incursion dans l'histoire de l'anthropologie a une incidence directe sur la façon dont nous pourrions penser à une rencontre avec une civilisation technologique extraterrestre. Les conditions de guerre en vertu de laquelle Benedict a mené ses recherches ont éliminé la possibilité de faire une vraie ethnographie sous la forme de l'observation participante et sur le terrain à long terme. En effet, peu de données qu'elle a invoqué ont été effectivement perçus par elle; à la place, elle a emprunté des données collationnées par l'anthropologue psychologique Geoffrey Gorer sur des Américains d'origine japonaise internés dans les camps de relocalisation pendant la guerre ainsi que les données recueillies par un autre anthropologue psychologique, Weston La Barre, bien qu'elle recueille certaines données d'entrevues de ses proches.

    Comme noté ci-dessus, étant donné le manque de données empiriques et les ressources scientifiques limitées disponibles sur la culture japonaise et leur comportement, ainsi que sa tendance générale à souligner (orienté psychologiquement) une théorie sur les données, Benedict a essentiellement pris le peu qu'elle avait et a travaillé dans le théorique cadre qu'elle avait développé dans son livre précédent, les modes de culture, qui catégorisait les cultures amérindiennes sur la base de traits de personnalité associés à un groupe particulier de personnes. L'étude de Benedict du Japon, de loin, a mis en mouvement une conceptualisation du Japon et du peuple japonais qui a influencé la recherche et l'élaboration des politiques liées à la société jusqu'à nos jours. Et une grande partie de ce qu'elle a écrit est avéré être une représentation / explication très simpliste de la culture japonaise ou fondamentalement inexact; mais son travail continue d'être encore influent.

    Si nous nous tournons vers un peu de spéculation au sujet de notre rencontre initiale avec une intelligence extraterrestre, il est difficile d'imaginer qu'un processus analogue se produise. Les premiers scientifiques à rencontrer un signal d'une intelligence extraterrestre seraient susceptibles de recevoir une quantité limitée de données. Si nous capturons simplement un signal qui ne vise pas directement à attirer l'attention d'une civilisation étrangère (comme la nôtre), alors il peut être extrêmement difficile de développer une idée claire de ce que nous regardons. Ce n'est pas simplement une question de traduction; même si nous pouvons trouver des significations spécifiques à des constructions linguistiques qui correspondent à quelque chose dans notre propre langue, nous n'aurons pas de cadre culturel pour interpréter la façon dont ces significations sont applicables à une société étrangère. Même les mathématiques, le langage de la science, ne sont pas sans leurs propres difficultés en termes d’interprétation. Dans le cas de Benedict, qui savait qu'elle avait affaire à une autre société humaine qui avait les mêmes structures de base (bien que différentes dans leurs manifestations) que la société américaine - les systèmes liés à la religion, la parenté, le gouvernement, etc., un manque de données suffisantes et une tendance inhérente à adapter une culture étrangère dans un cadre qui fait sens pour un esprit américain ont entraîné une vision de la culture japonaise le long de lignes particulières qui ont eu beaucoup de flux.

    Les choses font que, sans une compréhension d'une culture extraterrestre, l'une dérivant de données pures rigoureusement analysées - nous interpréterons ce que nous trouvons en termes de valeurs, de structures et de modèles de comportement associés à notre propre culture (cela-même est une idée problématique car il n'y a pas qu'une culture humaine sur Terre). À certains égards, nous avons déjà commencé ce processus dans notre tentative raisonnable de penser sur la nature des ETI - la notion d'une asymétrie de l'âge entre les ETI et nous-mêmes est basée sur l'hypothèse que le taux du progrès sur Terre devrait être assez standard ailleurs. Toutefois, étant donné les différences qui existent entre les cultures humaines en termes de comment nous percevons interprétons et classons notre environnement, il est raisonnable de penser qu'une société véritablement étrangère consisterait en des êtres qui font ces choses de façon contraires à celles de l'homme. Peut-être que ces différences, lorsqu'elles sont combinées avec une biologie distincte, conduisent à des taux de développement beaucoup plus rapides, ou beaucoup plus lents, que cela n'a été le cas sur Terre. La capacité de «faire» la culture d'une manière relativement uniforme entre les êtres humains, même avec toutes les différences que nous trouvons dans comment la culture est faite spécifiquement, est fortement tributaire d'un ensemble commun sur les organes des sens. Les études neurologiques ont montré que des expériences différentes et des formes de stimulation au cours du processus de développement façonnent les connexions entre les neurones et influent donc sur la construction des réseaux de neurones qui sont à la base du comportement humain et de la pensée. A quoi une "culture" ressemble lorsqu'elle est appliquée à un être avec des organes différents des sens et, éventuellement, un environnement naturel et social très différent du nôtre ?

    Si le premier message que nous rencontrons se trouve être une tentative délibérée de la part d'une civilisation extraterrestre de contacter une autre espèce intelligente, alors il est raisonnable de penser qu'un tel message sera limité dans le contenu. Douglas Vakoch note que les peu de messages que les humains ont déjà envoyés dans l'espace ont été plutôt limités, et un peu déformés, en termes de représentation de notre propre civilisation, montrant principalement les côtés lumineux de l'humanité et en ignorant les problèmes sociaux tels que la guerre et la pauvreté. Même si les extraterrestres tentent de se représenter d'une manière objective eux-mêmes, tout message intentionnel que nous recevrons aura presque certainement des qualités subjectives et représentera une civilisation extraterrestre d'une manière qui va influencer la façon dont nous construisons une compréhension de leurs messages et, au-delà, de leur civilisation.

    En regardant le type de communication reçu, nous, les humains, serons plus incroyants de pouvoir recevoir un message et simplement le prenons à sa valeur nominale sans spéculer sur la nature de ceux qui l'ont envoyé. Benedict, comme les anthropologues de fauteuil avant elle, était une interprète qualifiée et théoricienne de la culture et du comportement, mais avec les conditions de sa recherche sur le Japon et son manque de compréhension de la langue japonaise, il était difficile pour elle de se faire une image précise de la culture et des personnes sur lesquelles elle a écrit. En outre, ses intérêts subjectifs dans un cadre théorique particulier ont influencé sa gestion des données qu'elle a pu obtenir et l'ont amenée à organiser sa compréhension du Japon d'une manière qui corresponde à ses hypothèses sur la façon dont fonctionnent les cultures. Cela est compréhensible, surtout quand on a affaire à des données limitées. Toutefois, ce processus ne sera pas limité à quelques chercheurs et décideurs, et progressivement libéré au public.

    Au lieu de cela, comme Seth Shostak le souligne, lorsque le contact se produira, la connaissance de l'événement deviendra rapidement évidente à un large public, probablement bien avant que les scientifiques du SETI soient même certains que le signal est vraiment venu d'un contact d'une intelligence extraterrestre intelligence. Cela deviendra largement connu et réfléchi par les experts des médias bien avant que les anthropologues et autres scientifiques, dont l'expertise est l'interprétation de différentes cultures, soient en mesure de comprendre et d'analyser le contenu qui pourrait exister dans un signal. En bref, l'invention d'une culture étrangère commencera presque à l'instant où le contact est fait.

    Si jamais nous recevons un message d'une intelligence extraterrestre, nous serons confrontés au même problème que Benedict et les anthropologues antérieures du travail à distance ont rencontré : des données limitées. En outre, nous allons faire face au problème d'un décalage dans le temps, mais pas un décalage de plusieurs mois vécus par les anthropologues en fauteuil du 19ème siècle. Au lieu de cela, nous allons faire face à des décalages d'années, de décennies, de siècles ou de millénaires entre le message et la réponse. Si nous pensons à l'étude du Japon, qui a été si fortement influencée par le travail de Benedict, même si l'accès à de nouvelles données a été facilement disponible au cours des 60 dernières années, il est facile d'imaginer comment de longues périodes avec peu ou pas de données pourraient conduire les humains à créer une image d'une civilisation extraterrestre basée en grande partie sur nos propres théories et expectations sur la façon dont la culture et le comportement agissent. Michaud note que les scientifiques "ne doivent pas laisser la croyance ou la préférence triompher sur des preuves", mais dans le cas des extraterrestres, ce sera un défi difficile. En effet, la grande majorité de ce que nous allons "connaître" des ET, si le contact se produit, sera nos propres inventions fondées sur des données très limitées et qui seront ensuite élaborées au cours des longues périodes d'attente entre les contacts. (p141)

    Lire la suite

    immeuble.jpg

    Escroqueries dans la Gestion immobilière

    Escroqueries dans la Gestion immobilière - MAJ 7

    dsc-0004.jpgLe 1 allée des marronniers au premier plan, le 2 derrière. Il y avait des marronniers sur tous les espaces verts derrière les petites barrières.

    Cet article est un appel à l'aide et à la justice. Tous ces faits sont réels et il y a de nombreuses preuves l'attestant. Nous avons eu confiance envers le système judiciaire civil français pour réaliser et contrer ces utilisations frauduleuses de lois douteuses passées à l'aide de jurisprudences ou décrets (hors Parlement) par des détenteurs douteux de pouvoirs anormaux. Nous avons eu tord. Il est évident qu'il est impossible d'avoir confiance en une justice gangrénée par la mafia et les politiques, les intérêts individuels et les fausses valeurs (l'argent et la notion de profit). 

    Il faut bien préciser ici que moi et ma famille ne sommes pas les seuls concernés par cette même escroquerie plus ou moins accompagnée (en fermant les yeux ?) par les administrations de deux communes parisiennes, et par la "justice". Il s'agit d'une résidence de trois tours de 10 et 11 étages (le dernier étage était à l'origine réservé à des séchoirs individuels) et ce grave problème que je dénonce aujourd'hui concerne donc plusieurs centaines de personnes (4 appartements de 3 ou 4 pièces par étage).

    C'est une assez longue histoire, et complexe. Il est probable qu'une majorité d'intervenants dans ses différents volets n'ait pas fait l'effort de vraiment la comprendre et de réaliser les origines et manipulations orchestrées dans cette affaire. Je vous demande donc de la patience devant cette longue suite de faits, même devant parfois des détails à priori sans intérêt : c'est un tout et l'ensemble de ce qu'il se passe dans cette petite résidence est, j'en ai bien peur, le reflet de ce qu'il se passe très souvent au niveau de la gestion de ces parcs immobiliers gérés par des entreprises (subventionnées par l'Etat et donc aussi par les mêmes locataires, en plus !) bien souvent liées à des pratiques anti-sociales, voir mafieuses... et qui utilisent de "bonnes" lois et jurisprudences pour faire monter artificiellement (et sans arrêt) le prix du mètre carré...

    Voilà donc les faits dans leur intégralité, ils sont le reflet de l'entière vérité, et je ne suis pas le seul à pouvoir en témoigner. Nous avons pu également obtenir un bon nombre de preuves et de documents évidents, qui ont été ignorés par la "justice". Tous ces preuves (avec les noms ou données identitaires cachés pour respecter les droits) sont disponibles et j'en afficherai en cours ou à la fin de cet article (qui n'a pas encore de fin d'ailleurs étant donné que le problème n'est absolument pas résolu), mais le temps pour y enlever les noms propres de gens que je ne peux citer publiquement est long. Ces documents sont en tout cas consultables chez moi (plusieurs quittances de loyers et copies de jugements prouvant mes dires sur la manipulation des juges par l'OGIF et ses défenseurs, preuve de la tentative de corruption par proposition de paiement d'équipement au noir, témoin de manœuvres douteuses et de non augmentations de certains loyers au même endroit, preuves de non mises au normes électriques et au gaz et des dégâts occasionnés par les travaux et sa vétusté dans l'appartement, preuves des accusés de réception de l'OGIF de mes recommandés auxquels ils n'ont jamais répondu... témoin direct aussi de plusieurs évènements : Mr Godron n'était pas de ma famille avant cette année 2013 (mariage cet été avec ma fille) et a été témoin dès 2002 des troubles occasionnés...). Je n'ai personnellement rien à cacher à part une protection minimum de ma vie privée.

    Pour retracer l'ensemble de cette affaire, je suis obligé de partir du tout début : mon arrivée au Plessis-Robinson, avec ma femme (à l'époque) et ma fille Delphine (8 ans à l'époque) en août 1992. Contexte : je travaillais depuis 1982, comme employé puis cadre-maison, pour le compte de Thomson-CSF et différentes filiales (Airsys Bagneux, SODETEG), devenue de nos jours Thales, et comme plusieurs dizaines d'employés par an dans ce groupe, j'ai fait appel aux 1% social logements de l'entreprise Sodeteg où je m'étais fait muté en 1990, pour obtenir ce logement. Je précise tout de suite que la tâche de gestion du 1% logement était dévolue à l'époque à la secrétaire principale de notre PDG, Mme L. Le parc immobilier de Thomson-CSF était très important évidemment (énorme entreprise internationale, leader sur plusieurs marchés (armement entre autres)) et j'ai vu des petits pavillons avec jardin partir pour des ingénieurs/cadres avec plus de moyens que ma famille, bien entendu. Mon choix se portait donc sur un assez bel appartement bien clair, situé au 9ème étage d'une de ces trois tours. L'école pour Delphine n'était pas très loin et c'était un plus, ainsi que la meilleure proximité du centre Thomson/Sodeteg où je travaillais à l'époque (Clamart, La Boursidière, et Meudon la Forêt) mais c'est en fait la vue très belle en hauteur sur toute la banlieue sud-est qui a emporté le choix final, l'appartement en question étant tout de même vieux et refait qu'à moitié...

    demandeloge1-modif.jpgdemandeloge2-modif.jpgattestationloge92.jpg

    Notez qu'à l'époque (1992), ce sont des francs et non des euros...

    Autre particularité importante et non sans conséquences : la résidence est coupée en deux entre deux communes, Chatenay-Malabry avec une tour et Le Plessis-Robinson avec 2 tours. Une voie privée nommée allée des marronniers, à cause à l'évidence des nombreux arbres de ce type qui en font en grande partie le tour (barrée et accessible uniquement pour aménager/déménager et pour les pompiers) fait le tour de la résidence et ne délivre que ces trois tours et cette résidence, les box. Il n'y a donc que 3 adresses possibles pour l'allée des marronniers, le 1, le 2 et le 4 (à Chatenay-Malabry la dernière).

    - Lors de notre première visite, l'appartement n'était pas fini d'être rénové. Trois ou quatre ouvriers s'évertuaient alors à reboucher avec du plâtre une grosse fissure transversale dans le mur de soutien (pourtant en béton armé) de la cuisine/salon. Je m'en inquiétais auprès de Mr R., gardien de l'OGIF à l'époque, et celui-ci me rassurait en affirmant que cela ne se verrait plus et que n'importe comment, il n'y avait pas de séismes à Paris en plaisantant. Plus tard, lors de l'état des lieux, le représentant de l'Immobilière Familiale (pas d'OGIF à l'époque) mentionne bien que plusieurs pièces, tapisseries et peintures sont jugées en bon état malgré les 20 ans passés et non refaites, alors que les refaites sont mentionnées en très bon état. Une fenêtre de la chambre principale ne ferme pas mais Mr R. refuse de la mentionner en affirmant qu'elle devrait fermer en insistant (mais un collant d'emballage empêche son ouverture), que des travaux pour les fenêtres et d'autres sont prévus pour 1998 et qu'il y a une garantie décennale à respecter, etc... il mentionne juste des volets cassés à remplacer (qui ne le seront pas avant longtemps !) et un meuble-sous-évier de cuisine vieux de 20 ans mais en bon état (hum !), bien qu'il y manque des planches et un système de fermeture (qui n'a jamais été fourni)...

    Pris par le réaménagement qui dure assez longtemps (assez pris aussi par mon travail à Sodeteg en pleine réorganisation), et dans la mesure où les double-rideaux que nous avions posés devant la fenêtre mal fermée me l'ont faite oublier, nous sommes encore dans quelques cartons en décembre quand il commence à faire un peu frais dans notre chambre et que je tente de fermer cette fenêtre pour de bon. J'enlève donc cette bande de scotch d'emballage endurcie et enroulée sur elle-même pour coincer le supérieur gauche de la fenêtre un peu entrouvert. Et je remarque immédiatement que c'est plutôt le bois de la fenêtre qui s'est tordu sur son pourtour supérieur gauche (infiltration d'eau ?)... et que j'ai beau essayer, il n'y a rien à faire pour refermer la fenêtre correctement... Prévenu, le gardien, Mr R., viendra innocemment vérifier la chose (mais je ne peux que supposer qu'il était au courant, d'où sa manœuvre pour que cela ne soit pas marqué dans l'état des lieux) mais se contentera de me prévenir qu'il faudrait sûrement que je patiente pour les changements de fenêtres car il a déjà prévenu son siège de plusieurs problèmes de fermetures de fenêtres et de volets, que c'était prévu (?) mais sans date précise...

    Je ne me souviens plus à quelle date au juste, mais je sais avoir mentionné des choses concernant ces problèmes anormaux dans le livre des réclamations disponible alors à la loge du gardien... sans aucune réponse d'ailleurs avant le changement des fenêtres... en 2003 !... 11 ans donc avec une fenêtre de chambre principale qui ferme mal... que j'ai pu recolmater comme j'ai pu bien sûr, mais je ne peux vraiment pas dire que Mr R. ait été le gardien préféré que j'ai connu dans ma vie...

    J'écris et mentionne de nombreuses anomalies dans le livre de réclamations du gardien, dont la loge est située à l'époque au 4 allée des marronniers à Chatenay, dont la grosse fissure vite réapparue et les problèmes aux volets et fenêtre... jamais eu de réponses malgré plusieurs visites au gardien représentant de l'Immobilière Familiale à l'époque... sourd et muet... J'ai téléphoné plusieurs fois à l'époque mais j'ai eu à chaque fois une interlocutrice différente qui affirmait s'en occuper... mais non. Je précise ici tout de suite que j'ai commencé à avoir des problèmes de santé peu après la coupe du monde de football et que des soucis supplémentaires personnels se sont ajoutés.

    - Années 1996-1998 : la commune de Chatenay-Malabry est en faillite et les impôts locaux des habitants du 4 allée des marronniers sont augmentés à l'extrême (rediminueront par la suite, MAIS PAS LES LOYERS, pourtant obligatoirement impactés par ces hausses anormales de taxes locales...). L'immobilier enchaine puisque c'est lié et les propriétaires de logements, ainsi que tous bailleurs font monter les prix pour payer leurs propres impôts et taxes qui ont augmenté (au détriment bien sûr de ceux qui n'ont rien à faire monter pour eux à part des dettes...)

    http://www.liberation.fr/libe-3-metro/1996/10/07/-_184747

    - Année 1999, je suis en procédure de divorce à l'amiable d'avec ma femme et le jugement accorde la séparation : dès 1999 mon ex-femme part donc à son nouveau domicile à B et donne un avis de départ (jugement de domiciliation) au gardien représentant l'Immobilière Familiale (Mr DS à priori) comme nous l'avons toujours fait (loyer, correspondances pour le bailleur), et je reste avec ma fille à garde dans le 4 pièces. Séparation confirmée légalement en 2000.

    - Pas très sûr de la date (voir avec facture retrouvée récemment) mais en 1999, nous avons été obligés de changer par nous-mêmes le système complet de fermeture d'une fenêtre d'une chambre : le système, trop vétuste, s'était brisé, et c'était en plus la fenêtre où le système de blocage des volets n'existait plus (ces derniers étaient liés par des ficelles)...

    - Divorce définitif en 2001 et là j'avoue n'avoir pas fait attention si un changement de bail avait été fait entre temps ou pas : L'Immobilière Familiale a subitement disparue entre temps et aucun travaux n'a été fait contrairement aux promesses et elle n'a pas changé le bail, le prolongeant tacitement bien que mon ex-épouse ne soit plus là.

    - vers 2000-2001, c'est donc l'OGIF qui reprend le relais de l'Immobilière Familiale, alors que l'état de ces immeubles et l'environnement (les grosses résidences en face avec des tours identiques sont devenues HLM...) auraient dû inciter à une destruction ou une réhabilitation vers des logements sociaux du type HLM. Surtout que la population est essentiellement composée d'employés et petits cadres d'entreprises et qu'il n'y a pas de professions libérales ou de "docteurs" implantés dans la résidence... et que le Plessis-Robinson est censé être un modèle en matière de logements sociaux puisque c'est une ville-test !... mais l'OGIF est plutôt incitée par ses intérêts situés à Chatenay-Malabry à priori car elle gère aussi l'ensemble de l'immeuble situé juste à côté, Ave de Robinson et d'autres logements dans cette ville...

    A la même période, mes problèmes de santé s'accentuent et, à l'indication d'un ami assez proche (à l'époque), je vois discrètement un professeur en Belgique. Discrètement car je suis en plein divorce, que le travail a une grosse pointe (rachat/fusion d'une grosse société et déménagement !) et que ma fille est dans ses années de bac. Mais c'est une autre histoire personnelle, qui a bien sûr détourné également mon attention, temps et réactions pendant longtemps, mais qui ne concerne pas notre sujet principal.

    - 2001 : La ville de Chatenay-Malabry est l'une des plus endettées de France et les choses ne peuvent qu'empirer : elle prend au fil du temps des emprunts très toxiques des banques américaines JP MORGAN, GOLDMAN SACHS et BANK OF AMERICA (entre autres) pour un montant total de 16 864 000 €, avec un surcoût de 15.67% en moyenne, remboursables avant 2026, 2029, etc... ! (2 642 000 € qui augmentent sans arrêt, les taux varient de 8.56% à 23,23% suivant les crédits !)... au même moment, les augmentations d'impôts locaux (rabaissés légèrement suite à ces emprunts) ont entraîné et entraînent toujours des augmentations de loyers par ricochet car les bailleurs et propriétaires répercutent toujours les augmentations de taxes sur les mêmes locataires (augmentations de loyers qui, je le rappelle ici, font par retour réaugmenter les impôts locaux (au bénéfice de la mairie donc et surtout de ses banquiers) puisque la valeur du mètre carré augmente automatiquement avec les loyers... regardez vos quittances d'impôts locaux, le détail indique la valeur de votre logement en mètres carrés, servant comme une base de calcul (qui augmente donc chaque année avec les augmentations automatiques de loyers au 1er janvier...). Et oui, voilà une réalité dont on ne parle surtout pas quand on parle de liberté, d'égalité, de fraternité : quand les pouvoirs affirment décréter une taxe pour tous, les propriétaires de biens et les actionnaires les font en réalité payer à leurs moutons, quand les pouvoirs autorisent les propriétaires et bailleurs à augmenter chaque année les loyers et charges automatiquement d'un côté, non seulement elle ne s'assure pas du tout que les citoyens puissent obtenir cette même augmentation (négociables éventuellement chaque année et par corporations bien séparées), mais en plus elle accorde aux plus pauvres et démunies des aides moindres que ces-mêmes augmentations aux propriétaires et bailleurs... et en plus, ces augmentations de salaires, de loyers et de taxes reviennent de toute façon en grande partie (y compris les "aides" diverses et subventions) dans les caisses de l'Etat via les TVA et taxes diversifiées de plus en plus...

    Le Plessis-Robinson, curieusement et alors qu'il ne me semble pas qu'il y ait eut mention d'un besoin urgent d'argent, tombe dans les bras de la peu scrupuleuse banque de GOLDMAN SACHS en... 2001 pour un emprunt de 1 364 000 € remboursable en 2016 avec un surcoût estimé de 83 000 € à l'époque...

    Preuves, regardez les emprunts toxiques (encore récemment 2010) de la commune de Chatenay-Malabry, et ceux du Plessis-Robinson en zoomant sur la carte sur la banlieue sud : http://labs.liberation.fr/maps/carte-emprunts-toxiques/#Communes-0071962

    http://h16free.com/2012/12/19/19604-prets-toxique-et-incompetence-crasse-des-politiciens

    http://sylviedelaune.wordpress.com/2013/02/14/une-explosion-de-la-dette-chtenaisienne-sous-lre-siffredi/

    Juste pour info et affirmation : ce genre de bidouilles potico-financières sur le dos du peuple sans distinction est criminel en soit et mène inévitablement à ce qui se multiplie dans une société menée par l'argent : http://www.leparisien.fr/reactions/informations/chatenay-malabry-menace-d-expulsion-il-se-retranche-chez-lui-11-07-2013-0.php

    - Fin 2001 : Ma fille Delphine rencontre Mathieu Godron, jeune technicien vivant à l'époque dans les Yvelines et leur affinité fera qu'il finira par passer plus de temps chez moi, pour venir s'y installer définitivement en 2003 suite à des différents avec sa famille à l'époque.

    - Mi 2002 : je quitte définitivement le groupe Thalès, en licenciement économique pour refus de mutation en province officiellement, pour tenter de me soigner d'après les indications du spécialiste (qui décède lui-même plus tard dans un accident). Très peu d'IRM et de techniques de haute pointe disponible à mon niveau en Europe, ce qu'on m'indique à Houston au Texas semble adapté à ce que je veux dans tous les cas : détection éventuelle et destruction immédiate si nécessaire, sans soins destructeurs chimiques ou radiatifs. Je ne pourrai aller aux USA et à Houston que plus tard (le 1er février 2003, une date tragique d'ailleurs !), à cause de la logistique financière et du temps d'absence qui ne peut être trop long (ma fille ne peut pas payer de loyer ou signer en mon absence...).

    - 2003 : deux ouvriers d'entretien sonnent à la porte, envoyés par l'OGIF et son gardien (pas de nom à l'époque, nous avons juste un "chef des gardiens", Mr L. au niveau OGIF, mais localement, il s'agit déjà de Mr P. et de sa femme). Ils sont venus faire l'entretien courant des joints et robinets (contrairement d'ailleurs à ce qui est marqué dans mon bail) et j'en profite pour signaler une petite fuite provenant du joint du robinet d'eau chaude de la cuisine. Il s'agit d'un jeune apprenti et d'un ouvrier vétéran. Je les laisse quelques minutes car j'ai la visite d'un ami (T. H.) mais quand je reviens les voir, je surprend l'apprenti, à quatre pattes sous l'évier avec une pince monseigneur, en train de resserrer violemment la bague au-dessus du siphon de l'évier. On entend un gros crac mais rien ne se passe et les deux ouvriers s'en vont assez précipitamment... j'essaie aussitôt le robinet en principe réparé mais dès que j'ouvre l'eau au grand, une grosse fuite se déclare juste au-dessus du siphon dont le tuyau vient d'être brisé... et je n'arrive pas à rattraper les ouvriers évidemment... Je me souviens maintenant avoir eu au téléphone Mme P. immédiatement pour qu'elle intervienne. Le plombier remontera me voir, un homme du type maghrebin, qui niera que quiconque ait touché en-dessous du lavabo (me disant même qu'il n'a pas le droit - alors que c'est le contraire légalement !)... ce crime (car il en s'agit bien d'un) a entraîné des conséquences encore existantes en 2013 ! et nous sommes restés de mars à juin 2003 sans évier de cuisine du tout à cause de la mauvaise foi de la part de l'OGIF (aucune réponse à mon recommandé !) et de ses représentants gardiens... ce sera le chef des gardiens, Mr L. à l'époque, qui prendra l'initiative de faire réparer et changer (avec du plastique) une partie de la vieille plomberie en ruine... à cause de mes appels répétés et après une intervention du Maire du Plessis-Robinson auquel j'avais dû écrire pour avoir un petit appui... a ce jour en avril 2013, le meuble en bois qui date de 40 ans n'a pas supporté cette fuite de 2003 et ses pieds s'évasent, vermoulus et le meuble s'écroule (plus de joint possible entre lui et le mur) mais l'OGIF contacté il y a 3 ans refuse de répondre par écrit (toujours) : les gardiens m'ont proposé un partage du coût au noir de leur propre meuble (qui fait parti du bail !) (600€ par moitié) sur un post-it manuscrit avec un autre courrier de l'OGIF, réponse a une demande d'info pour le gaz (preuve donnée aux avocats et aux débats (en principe mais nous n'avons jamais pu voir un écrit de ces débats !) mais ignorée).

    - Fin 2003 : les fenêtres sont enfin changées après 11 ans de promesses... mais les fissures s'élargissent un peu partout dans tous les appartements... surtout en hauteur. Ma voisine d'en face à l'époque (le mari travaille chez Bouygues) devient folle à cause des multiples fissures qui émaillent son appartement... ils partiront d'ailleurs avant même les travaux. Important : les volets déroulants sont enfermés dans un gros coffre en plastique (moche) qui fait la largeur des double-fenêtres et 20 cm de largeur : ils ont tous été montés A L'INTERIEUR des logements, enlevant autant de M2 utilisables (mais toujours payés en loyer et impôts locaux depuis !) à chaque logement (7 fenêtres avec ces coffres pour le mien)...

    - Autrement dit, la valeur de cet ensemble et de ces logements aurait dû diminuer avec évidence en l'absence de tout travaux et en application de la vétusté et leurs loyers avec... ce qui n'a jamais été le cas bien évidemment... il semble bien que les juges sont toujours prêts à accorder une augmentation des valeurs (même fausse) dans l'immobilier plutôt que l'inverse, sans aucune réalité et en contradiction totale avec les lois de la nature et de la physique... les choses sont laissées à l'abandon et en ruine mais ne diminuent pas de valeur mais par contre, il suffit de mettre une "rustine" à l'immobilier pour qu'il augmente de 50 %... : c'est de l'abus et de l'escroquerie de base, tout simplement, et il y a trop de décisionnaires qui sont à la fois juges et parties... combien de juges et politiques sont locataires ????

    - En 2003, le Maire du Plessis-Robinson, Mr Pemezec a adressé un courrier à l’Ogif l’intimant d’effectuer les travaux en retard (en précisant qu’il l’avait déjà réclamé à l’Immobilière Familiale) - j’en ai une copie.

    Les travaux principaux n’ont commencé qu’en 2005, avec comme premier objectif pour l’OGIF d’éliminer certains services inclus dans les baux de l’époque : disparition des vides-ordures, non remplacement puis finalement disparition des jeux et jardins pour enfants (le 1er au niveau du « bac à sable » (avec sable non prévu et inchangé) actuel a vu ses jeux disparaître par non remplacement bien avant que l’OGIF ne supprime officiellement les jardins d’enfants. La plupart des marronniers de la cité (qui ont donné son nom à l’allée) ont été enlevés par l’OGIF et non remplacés…j’ai un courrier de l’OGIF, signé du chef des gardiens de l’époque, qui affirme que les disparitions de ces services (inclus dans les loyers et charges), vont engendrer une diminution de charges… personnellement, je n’ai vu qu’une augmentation régulière des charges au niveau de la quittance de loyer et une diminution des ajustements annuels de charges, toujours en ma défaveur…

    Octobre 2003 : L’OGIF prévient enfin qu’elle va entamer une partie des travaux (une partie seulement sur tout ce qu’il y a de retard d’après la loi), dans les 6 prochains mois (2004 donc). (pièce 10). Dans ce courrier, il est aussi fait mention de la disparition des vides-ordures, afin de réduire les charges. Ce qui est faux car les charges n’ont pas cessé d’augmenter considérablement (voir les pièces sur les ajustements annuels de charges).

    2004 : ravalement, changement (enfin !) des fenêtres et volets. Malgré le ravalement, on constatera après un affaiblissement au niveau du balcon, ainsi que la détérioration de la pierre au-dessus du balcon. (pièce 11).

    2005 : travaux de peintures des halls et cages d’escaliers (parties communes - hors appartements).

    L’OGIF a enfin procédé (ou fait semblant ?) en 2005-2006 à des travaux d’étanchéité du toit du parking souterrain, derrière le 2 marronniers, qui présentait de larges fuites d’infiltration d’eau et de calcaire sur les voitures y stationnant (y compris la mienne)… Travaux non finis en 2013 ! : il y a encore à l’heure actuelle des fuites d’eau et de calcaire sur les toits de certaines voitures (l’OGIF, suite à plainte à mon assureur a fait poser en 2006, comme à d’autres, des plaques de tôles (en principe provisoires) sur les plafonds au-dessus des voitures, sans procéder à de réelles réparations définitives de ce parking… d’ailleurs l’eau et le calcaire commencent à s’écouler des tôles (j’ai à nouveau quelques tâches blanches sur la peinture arrière de ma voiture) et je pense qu’avec les intempéries qui ne vont pas manquer de venir, ça ne va pas arranger les choses…

    - 2005 : je repréviens moi-même (écrit et signé sur une quittance de loyer si ma mémoire est bonne) du fait que je suis divorcé depuis 2001 et que le fiancé de ma fille, Mathieu Godron, vit chez moi à titre gratuit question logement. En 2006, le nom de mon ex-femme est enfin enlevé des quittances de loyers (preuve apportée lors des débats) mais l'OGIF ne propose pas de nouveau bail et feint d'ignorer les choses à ce sujet, et n'a jamais voulu répondre à mon courrier de 2003... (copie apportée lors des débats)...

    Pour finir, l’OGIF a accéléré son programme d’augmentation générale des loyers de la résidence sans aucune justification réelle, à part le contexte que voici : La commune de Chatenay-Malabry a été mise en redressement suite à sa faillite il y a quelques années (les habitants de Chatenay pourront me confirmer l’année, que je pense être 1997-1998 - au moment des décisions d'attributions de plans de logements sociaux). Les conséquences ont été rapides pour les habitants de Chatenay-Malabry : augmentations énormes des taxes locales, des loyers et charges… L’OGIF en a donc profité dès 2008 je pense (ou 2005-2006 et les lois Sarkozy citées par l'OGIF qui ont, en quelque sorte, invalidé les protections sociales liées aux 1% patronaux et à mon appartement et des autres ?) pour tenter et réussir par tricheries à aligner les loyers de toute sa résidence (qu’ils appellent « Chatenay », alors qu’il n’y a qu’une tour (celle du gardien et des transmetteurs Bouygues sur son toit) à Chatenay, les deux autres étant au Plessis-Robinson, sur les loyers pratiqués à Chatenay-Malabry.

    Contre toute logique (mais il y a des doutes parfaitement exprimés, y compris dans la presse et sur internet, sur l’intégrité de certains juges du Tribunal d’Antony…), l’OGIF a présenté des références de loyers pratiqués essentiellement à Chatenay-Malabry, alors que dans la résidence même, se trouvaient obligatoirement un nombre conséquent de loyers aux même prix que ceux contestés par l’OGIF, et les tribunaux ont tous été en faveur de ce dernier, essentiellement à cause de ces fausses informations, ces tricheries mafieuses, voir des complicités politiques ou d'entreprises liées au bâtiment…

    2008 : mise aux normes électriques (très en retard). Un encadrement en carreaux de la baignoire dans la Salle de bains empêche la mise à la terre de la baignoire. Cet encadrement ne m’appartient pas, je ne suis pas demandeur des travaux, ni propriétaire : je dis au travailleur de voir avec l’OGIF (seul maître d’œuvre), mais il déclare avoir des délais et ne pas avoir le temps. Je refuse de signer la fiche qu'il me tend. C'est un très grand personnage et très puissant et il se met presqu'en colère mais part devant ma détermination. Il reviendra plus tard (je n'arrive plus à me souvenir si c'était le même jour ou un autre), accompagné de tous les ouvriers, d'un contrôleur de Véritas et d'un représentant de l'OGIF (le responsable des travaux ?). Grosse pression donc de la part de 7 personnes (de mémoire) qui me demandent de signer et de laisser faire les travaux. Je demande juste à l'assemblée que quelqu'un m'amène un papier signé par l'OGIF autorisant cette destruction pour l'autoriser, mais on me répond que non. Point. Je déclare donc que je ne peux signer ou accepter quoique ce soit au niveau de la baignoire et de son coffrage qui ne m'appartiennent pas puisque en même temps, j'en prendrais la responsabilité, et moi seul... Devant mon refus réitéré, le grand technicien (qui fait le plombier et tous les métiers du bâtiment puisqu'il est d'ailleurs toujours présent dans les divers travaux de la résidence) se met en colère et me met sa fiche dans les mains, un stylo et me crie dessus de signer sa fiche, que la baignoire soit faite ou pas. Devant la menace et l'immobilité du groupe, je prends sa fiche et gribouille une signature sur le mur vertical, et j'ajoute en-dessous le texte  "NON MIS AUX NORMES". Il se met encore plus en colère et froisse le papier que je lui ai tendu. Quelqu'un le calmera je pense et je ne me souviens plus trop de la fin de cette entrevue qui m'a fortement surpris à l'époque. Ils partiront et, malgré mes remarques aux mêmes représentants ou fournisseurs de l'OGIF et aux gardiens, je n'en entendrais plus parler avant que je le fasse (en vain et dans l'indifférence) auprès de mes avocats et de la court civile... Les normes électriques ne sont toujours pas appliquées à ce jour (09-2013) dans la Salle de Bain... je précise qu'on m'a toujours déconseiller de faire mention de cette scène dans la mesure où j'étais absolument seul contre sept "ennemis", mais dans la mesure où les détails ont fini par ce préciser à force de faire appel à ma mémoire et où je suis certain de la vérité, et que j'ose espérer qu'au moins un employé travaillant pour Véritas ne soit pas un "ennemi" avec intérêt (quoique Véritas a intérêt a donner éventuellement de bons contrôles pour être rémunéré...), je ne vois pas de raison de ne pas en parler ici.

    - en 2008 et 2009, quelques voisins (dont le mien à gauche, Mr Rt) viennent me voir pour tenter de comparer leurs loyers au mien devant leur réception de nouveaux baux avec augmentations très conséquentes (peu sont augmentés de 50 € par mois question salaire alors que la loi autorise de le faire aux bailleurs (alors qu’ils bénéficient déjà d’augmentations annuelles automatiques sans rien faire - scandaleux) ! C'est d'ailleurs criminel en soi d'autoriser des augmentations supérieures à l'inflation et aux augmentations des minimas sociaux, surtout en période de crises incessantes... point...). Mais il s'agit d'un trois pièces et il ne peut le comparer trop avec notre quatre pièces (bien qu'il soit évident qu'il n'y ait pas plus de 30 à 50 € de plus en loyer pour cette pièces en plus, et que tous les loyers des trois pièces sont identiques, comme tous ceux des quatre pièces, à l'époque...). D'ailleurs, curieusement, nous ne recevons rien du tout de notre côté (ni les 4 pièces apparemment) car d'autres personnes ayant un trois pièces (au 6ième étage *) nous demande également le service de comparer leurs loyers au notre (ce que nous faisons en vain puisqu'ils ont un trois pièces - du même prix que celui de Mr. R.* d'ailleurs, notre voisin, mais il s'est apparemment enfui vers la même époque, laissant ses meubles, devant les augmentations de loyers excessives pour un retraité seul... Nous n'avons plus aucune nouvelle de notre côté de cette histoire, un peu isolés peut-être en haut de la tour... et par les plans machiavéliques de l'OGIF qui "dispatche" discrètement les augmentations de loyers entre les trois tours et les 3 pièces/4 pièces...

    * = Nous avons récupéré comme preuve formelle les montants exacts des loyers de ces deux familles habitant dans notre tour des logements identiques (avec d'autres), via les pièces apportées aux débats lors des jugements civils

    Début 2009, je préviens les gardiens que le meuble sous-évier, ainsi que l’évier de cuisine et la plomberie liée, sont vétustes et que le meuble s’affaisse  de plus en plus, menaçant d’entraîner le lourd double-évier dans sa chute. J’ai même la représentante de l’OGIF sur la résidence au téléphone à ce sujet, et je lui parle des dégâts occasionnés par l’apprenti, non réparés pour ma part. Elle me dit qu’elle ne connaît pas le chef des gardiens de l’époque qui a réparé (donc reconnu les tords de l'OGIF), qu’il n’y a pas eu plainte à l’époque et que donc pour elle, ça n’a pas existé (Mr le Maire du Plessis-Robinson qui était intervenu, appréciera…). Pour finir, l’OGIF, consciente de sa responsabilité mais ne voulant pas payer le remplacement d'un objet inclus pourtant dans le bail (et restant dans l'appartement) et vétuste de 40 ans, propose un arrangement discret et sans factures par l’entremise des gardiens. (pièce 12).

    Autres travaux en 2009 :  suppression du bac à sable et des jeux pour enfants (pour économiser des charges ! pour qui ?). Subite maladie des marronniers (hum) et abattage de la majorité des marronniers et arbres de la résidence (sans remplacement) en face des deux tours situées au Plessis-Robinson (un hasard ?) et le parking du 2. Installation de portes d’entrées d’immeuble avec interphone et clé magnétique (non demandée par les résidents). été 2009 : Installation de barrières aux 2 entrées principales de la résidence : ce matériel a dû coûter très cher… et n’a jamais été mit en fonction jusqu’à présent (+ d'un an : septembre 2010 !). Pour info, je n'arrive plus, ou avec beaucoup de difficultés, à ouvrir cette barrière avec la clé magnétique en juillet. Je ne suis pas le seul car un ouvrier tente de régler l'ouverture de la barrière et c'est lui qui me l'ouvre d'ailleurs : j'en profite donc pour faire changer la pile à une mercerie de Chatenay proche et elle ouvre au quart de tour quand je reviens... mais, la semaine d'avant le 15 août 2013, je suis bloqué un moment devant la barrière par le même ouvrier, en train de creuser au marteau-piqueur devant, Mr P. le gardien à ses côtés... je pense que la barrière est à nouveau en panne, bien qu'avec mon changement de pile, celle-ci s'ouvrait même de loin encore récemment... on m'ouvre... mais à mon retour, ma clé magnétique avec sa pile neuve ne fonctionne plus... ou presque plus : il faut que j’insiste 10 minutes et que je place ma voiture à un seul endroit 'lisible" maintenant pour ouvrir la barrière... je me suis absenté seulement deux jours cet été pour aller voir mon père en province : je pars la semaine d'après le mercredi matin, en mettant encore 10 minutes pour réussir à ouvrir la barrière "automatique" (impossible a manœuvrer à la main), avec de la chance apparemment (pour une fois !)... quand je reviens jeudi soir, plus de barrière du tout ! Celle-ci a été apparemment arrachée ou découpée à raz par des gens voulant rentrer chez eux, mais le gardien a choisi de faire ses travaux de barrière juste avant de s'absenter lui-même...

    Du 31/08/2009 au 06/01/2010 : remplacement des 3 ascenseurs des tours : notre tour au 1 marronniers (9 étages) est totalement privée d’ascenseur pendant près de 3 mois ! Aucune déduction des charges n’a été effectuée pour cette période, en infraction avec l’article 1724 du code civil. (que j’ai mentionné en vain lors du 1er jugement).

    L’OGIF a enfin commencé à remplacer les vieux gros radiateurs (mais qui fonctionnaient très bien chez moi : il fait + froid maintenant !), après avoir remplacé les chaudières au fuel par des chaudières au gaz de ville. Mais ces remplacements ont curieusement été très étalés dans le temps : la majorité sont fait seulement à l’occasion d’un changement de locataire. Commencés dès 2005 en nombre calculé (11 par an de provisionné seulement - j’ai les chiffres transmis par l’OGIF lors des procès) ces changements de radiateurs duraient encore en 2011 ! L’OGIF m’a envoyé une assignation en mai 2010 car il trouvait mon loyer sous-évalué (c’est un comble quand on pense qu’ils osent comparer ces vieux logements a des logements neufs ou refaits à neuf, alors que le mien, en 1992 quand j’y suis entré, n’a vu que deux de ses pièces repeintes et retapissées (les + petites) et la peinture de la cuisine refaite pour masquer principalement une grande fissure qui traverse un mur porteur (fissure qui est réapparue seulement deux ans après mon entrée !). La plupart de mes voisins à l’époque se sont plaints également de ces fissures récurrentes dans les étages supérieurs des tours, ainsi qu’en extérieur sur le balcon… personnellement, je les ai toujours, y compris sur le balcon (une fissure est réapparue récemment sur un morceau du balcon, réparé lors des derniers travaux, mais l’immeuble n’est pas très récent…). J’ai le mur mitoyen du salon et de la cuisine qui présente une fissure (non pas de la peinture, mais bien du mur), un mur qui se déforme (il gonfle) entre deux chambres et des fissures aux plafonds des chambres.

    - en mai 2010 donc, l'OGIF m'envoie un courrier avec un nouveau bail (comportant le nom de mon ex-femme !) et surtout une proposition d'augmentation de loyer assez énorme pour mes pauvres moyens : aucune réelle augmentation du pouvoir d'achat depuis 10 ans mais plutôt une diminution constante, alors qu'à l'inverse, tout doit augmenter selon le cercle destructeur de cette société décadente...

    attak1.jpgattak2.jpg

    - En août 2010, les gardiens affolés et "gênés" appellent pour m'informer que mes radiateurs doivent être changés. Estimant ne pouvoir interdire des travaux du bailleur, plusieurs ouvriers sont donc attachés à changer en catastrophe et en une journée l'ensemble de mes radiateurs. Sur ce fait, ils sont d'ailleurs assez brutaux et des trous assez importants sont agrandis entre certaines cloisons (photos) mais les radiateurs sont changés. Je signe donc une réception des radiateurs à l'un des ouvriers, daté d'août 2010 et je remarque que le nom de l'entreprise de la fiche sur laquelle je signe comporte l'adresse du 4 allée des marronniers : l'adresse de l'immeuble de l'appartement du gardien (la loge a elle été déménagée entre-temps dans une résidence attenante à la notre et aussi gérée par l'OGIF (50 Avenue de Robinson) !!

    Début septembre 2010, je reçois une convocation officielle à une Commission de Conciliation qui se tient dans une semaine et à l'autre bout du département (Nanterre) ! Je ne suis pas en très bonne forme physique à l'époque (j'ai eu le pied droit en partie écrasé par un accident domestique stupide (comme toujours) et j'ai du mal parfois à rester debout ou marcher) mais je pars donc (un peu juste en temps et après une nuit blanche à ressasser le sujet), et tente, devant la forte circulation de l'A86, de rejoindre Nanterre directement par le sud et l'A14 je pense, qui passe par un tunnel où il y a personne car il est payant... mais c'est complètement immobilisé bien avant et je suis coincé un moment... plus tard, je me retrouve sans trop le savoir sur la route menant au tunnel payant, que je paye donc (comme si j'étais riche : encore des "aides" récupérées automatiquement par l'Etat...) et j'arrive en vue du plateau de Nanterre lorsque je me faits prendre en léger excès de vitesse (- de 10) aux jumelles par un gendarme (et re-pas de chance ou hasard douteux !), alors que je sortais de l'autoroute à 110 km/heure et que j'ai bien freiné en voyant un subit panneau à 90 et 70 plus loin... il a dû me prendre pile sur le panneau ou était mal positionné par rapport à moi (je rappelle que Thomson où j'ai travaillé (Bagneux) fabrique et à fabriqué beaucoup de radars de toutes sortes, y compris pour la police, et que je pourrai en redire sur la fiabilité des radars...dont je n'ai reçu aucune preuve d'ailleurs). Je recevrai donc une petite amende (allez-y, je suis riche...) en plus de cette visite à la Préfecture, un voyage de 1h30... je trouvais difficilement dans ce dédale le parking et, en plus de mon déjà retard, les contrôles intensifs et la queue à l'entrée de la préfecture n'arrangeaient pas les choses : quand je trouvais enfin la bonne salle dans le dédale de la préfecture, la secrétaire de la Commission m'empêchait d'entrer (pourtant il s'agissait bien d'une affaire de l'OGIF qui était aussi conciliée là, je l'ai entendu (d'ailleurs, ce 9 septembre 2010, il y avait plusieurs personnes attaquées par l'OGIF aux commissions) car mon tour était dépassé et que les représentants de l'OGIF pour mon cas étaient déjà repartis... malgré mes protestations et mon dossier avec photos, le fait que mon ex-femme divorcée soit encore sur ce nouveau bail, rien n'y fait et la secrétaire accepte de noter ma présence (donc mon excuse) et me dit que la commission n'a pu dire que l'augmentation de 40% de loyer indiquée au minimum était trop élevée à leur avis... point final.

    Vers novembre 2010, de mémoire, quelqu'un sonne à la sonnette de l'appartement, le temps que j'aille ouvrir, personne, l'ascenseur se referme déjà... plus tard, je découvre un pli dans ma boîte aux lettres mentionnant qu'un huissier est venu et a déposé en mon absence (!!) une assignation à aller retirer à l'office des huissiers, à Montrouge ! Avec un coût assorti de 80 € de mémoire (voir sur le document)... la suite est au niveau des "jugements"...

    Nous irons tous les trois, ma fille, Mathieu Godron et moi-même dans l'agence de la Matmut à Antony pour convenir d'une assistance juridique, dans la mesure où je cotise à cette aide avec l'assurance de l'appartement et voiture fin 2010 pour obtenir un avocat nommé par la Matmut. Le jugement sera repoussé à la demande de la défense de l'OGIF jusqu'au 15-12-2011.

    L’adversaire a été (le 13 octobre 2011) obligé de donner certaines pièces intéressantes pour appuyer sa plaidoirie pour le (1er) jugement du 15 décembre 2011. Ces pièces supplémentaires (des jugements précédents de personnes ayant comme moi refusé cette escroquerie déguisée et qui n’auraient pas dû perdre !) m’ont apporté confirmation de ce que je soupçonnais et avait déjà trouvé : La grande majorité des logements de la résidence (beaucoup de 1% logement d’entreprises) étaient exactement dans les mêmes prix question loyers et charges (qui sont en principe réparties) jusqu’en 2008… jusqu’à ce que l’OGIF, ne respectant pas l’esprit de la loi de 1989 mais son seul intérêt, profite des augmentations de loyers à Chatenay-Malabry (dûes essentiellement à la hausse des taxes locales envers les propriétaires et bailleurs (sic)) pour faire augmenter individuellement les loyers (et en en proposant des plus chers aux nouveaux entrants, que les travaux extérieurs soient finis ou non). L’OGIF a notamment triché en ne proposant comme références comparatives aucun ou peu de loyers comparables de la résidence ou même au Plessis (alors majoritaires !), mais essentiellement des loyers de Chatenay-Malabry (plus chers, on sait pourquoi), dans des logements d’immeubles de 4 étages refaits à neufs ou d'entrées récentes… Il y avait effectivement, dans la résidence de trois tours et pendant ces assignations, des logements parfaitement comparables, y compris en loyers ! - je ne dirai bien sûr pas les noms des personnes concernées, mais j’ai bien trouvé dans les jugements de quelques personnes ayant perdu (injustement) face à l’OGIF et à un tribunal abusé par de fausses informations, des loyers de : 551,23 € aux 1 et 4 allée des marronniers, des loyers de 558,98 € au 1 allée des marronniers et 1 loyer à 550,85 € au 4 allée des marronniers… et grâce au dossier d'un autre voisin, nous en avons encore d' autres... il s'agit bien de plus de 100 appartements (donc familles) qui ont vu leur valeur augmenter complètement artificiellement et sans aucune justification réelle à l'aide de logements cités systématiquement depuis 2008 - et encore en 2013 dans mon jugement avec les mêmes lieux !) comme étant comparables alors que la preuve a été faite qu'ils ne l'étaient pas : moins de 4 étages pour 100% dès logements "comparatifs", tous dans le secteur huppé et classé de la Vallée aux Loups et à + d'un km, refaits à neufs ou ne correspondant pas sur l'ancienneté d'occupation... les textes ne sont pas respectés par les juges dans leur intégralité, bien volontairement...

    - Nous avons perdu le premier jugement (alors qu'il a été fait mention d'une erreur de date et donc d'une erreur de procédure flagrante, qui a entraîné à notre connaissance, et exactement pour le même motif, des annulations pures et simples des procédures identiques lors de précédents jugements ou lors de conciliations). Nous avons également apporté les preuves (avec photos datées) et expertises, que les travaux attestés par l'OGIF n'avaient pas été faits dans les temps, ni même finalisés (toujours pas aux normes électriques et de gaz en avril 2013 !), et avaient occasionné des dégâts. Et également que les soi-disant loyers apportés par l'OGIF via l'OLAP (des références mentionnant des logements tous en Bon Etat - il y a plusieurs références suivant les états proposés par l'OLAP et elles ne sont pas toujours comparables légalement, mais les tribunaux n'en tiennent même pas compte !) sont pour la plupart distants de plus d'1,5 km et sans comparaisons visibles et constatées (photos datées, témoins) par rapports aux textes de loi (il n'y a pas que le prix du m² qui compte, surtout quand ce prix a été monté par tricheries ou erreurs/complicités !). Et ce n'est pas parce que un bailleur ou un propriétaire rattrape enfin son retard en travaux OBLIGATOIRES que la valeur d'une habitation doit automatiquement augmenter (alors qu'elle n'a pas diminué avant !)... une défense jeune et complètement laxiste de la part de mon assureur qui n'a même pas défendu les photos et preuves d'une manipulation sur plusieurs logements voisins par rapport à des logements lointains.

    Lire la suite

    Ovni 10 2014 mini

    OVNIs : Compilation vidéos septembre-octobre 2014

    OVNIs : Compilation vidéos septembre-octobre 2014

    Ovni 10 2014 miniovni octobre 2014

    Suite des compilations de  Janvier à Mars 2014 avril 2014  mai 2014 - juin 2014  -  juillet-août 2014  -  août-septembre 2014  - 

    Filmé à Saintes, France, le 26-09-2014

    Compilation septembre 2014 (publiée le 02-10-2014 par 007ovni)

    UFO. Planète. Sightings Report 25.09. 2014

    UFO Fleet.thirdphaseofmoon. Hong Kong.27.09.2014-pendant les émeutes-manifs

    ufo.Hong Kong.pendant la manif.27-09-2014

    Une compilation de photos d'OVNI 2014 postée début octobre 2014 :

    UFO .aux dessus d un bois Oct. 2014

    UFO.thirdphaseofmoon. Inde.10. 2014

    ufo.tabriz.Iran.10.2014

    Paris France UFO October Night 2014

    UFO.thirdphaseofmoon. Malibu.10.2014

    Charlotte NC, USA, Man Sees A UFO And Has The Video To Prove It, Oct 2014

    UFO. Air France Plane .10. 2014

    UFO .Live News Broadcaste, Montréal, Canada, 02.10.2014

    Multiple UFOs Light UP Kentucky ! Best UFO Sighting Of October 2014

    UFO.Crestone 03-10-2014

    UFO .Green . Lima Pérou.Plateau volador . 05.10.2014

    Un ovni ou une météorite lente le 05-10-2014 au-dessus de la Suisse

    UFO . NYC.10.2014

    UFO 2014 over Mexico City - OVNI en Forma Cubo En Mexico DF 07th october 2014

    Belgique - Mardi 7 Octobre 2014 à 14h33

    Que s'est-il passé dans le ciel de Nivelles ce mardi matin ?

    Source :
    http://www.lanouvellegazette.be/11190...

    Contenu de cet article : "J'ai filmé ces images ce mardi matin, entre 7h45 et 8h, à Nivelles, dans le Faubourg de Soignies", nous explique-t-elle. "Une autre maman a été témoin de l'événement, tout comme la fille âgée de 8 ans. Pour moi, c'est une météorite, pas un ovni. Enfin, on ne sait jamais", nous dit-elle avec un grand sourire.

    8 octobre 2014 : L'ovni de Nivelles décrypté par un spécialiste: «Pas d'astéroïde mais deux gros avions porteurs» - Source : http://www.lacapitale.be/1120185/arti...

    J'ai des doutes ... Un avion , même énorme , laisse échapper de la fumée , et surtout jamais du feu qu'on pourrait voir en plein jour ... Ce "spécialiste " a-t-il été acheté par quelqu'un qui essaie de nous cacher quelque chose ?!?

    Un ovni filmé d'un avion d'Air France, 10-10-2014

    Deux OVNIS proches d'un hélicoptère (NYC) - 10 Octobre 2014

    UFO L.A. usa.étrange ufo Biologique.thirdphaseofmoon.11.10.2014

    ufo.Corée.11.10.2014

    UFO .et chemtrail.Amsterdam, Hollande.12 .10.2014, 09-36 GMT

    UFO .thirdphaseofmoon.Flying Saucer St.Tropez, France .14.10.2014

    UFO .Moscou Russie .16.10.2014

    UFO . Tokyo-Japon.18.10.2014

    Amazing UFO Stalked by Police Helicopter, Disturbing Activity, 18 Oct 2014 - USA

    Un hélicoptère de la police suit un mystérieux engin qui vole au raz des toits puis accélère...

    ufo.mexique.Guadalupe, 25 .10. 2014

    Nasa Attempts To Hide UFO! UFO Sightings -Red- UFO Visits SpaceX Dragon! 2014

    Selon certaines informations fuitées de la NASA, une sphère rouge aurait visité SpaceX et l'ISS et SpaceX aurait tenté d'en prendre de multiples photos... (les flashs à la fin de la vidéo)...

    UFO . Mexico City 27.10. 2014

    UFO Caught Landing in Milan Italy☻OVNI Bajando en Milan Italia 27102014

    UFO-01-11.2014

    Beaucoup d'observations en ce mois d'octobre 2014 (ces quelques vidéos n'en sont qu'un petit aperçu, juste le sommet de l'iceberg...)

    Ovni 10 2014ovni-octobre 2014 - extrait vidéo

    Comme toujours, je vous invite à apprécier par vous même la valeur de ces vidéos, compte tenu de vos propres réflexions et sensibilités, à la lumières des événements historiques actuels également mais de l'augmentation mondiale de ces observations aussi. A vous de décider comme toujours.

    YH-Sciences, F, H, 04-11-2014

    Ufo falcon 9 2 mini

    OVNIs : Compilation vidéos août-septembre 2014

    OVNIs : Compilation vidéos août-septembre 2014

    Ufo 08 2014

    Suite des compilations de  Janvier à Mars 2014 avril 2014  mai 2014 - juin 2014  -  juillet-août 2014  -  

    ufo .Paris .France.08.2014

    UFO . Kaliningrad .Russie. 18.08.2014

    UFO Fleet Or Mothership in Kaliningrad Russia☻OVNIS o Nave Nodriza en Rusia Edited 18_08_2014

    ufo. Teotihuacán.Mexique.2014 -1

    ufo. Teotihuacán.Mexique.2014 -2

    ufo. Puerto Cortez, Honduras. 24.08. 2014

    Disc-Shaped Over Puerto Cortez, Honduras, August 24, 2014

    UFO . Ohio.usa. 28.08.2014

    ufo. (Santiago.NEW YORK) .j.mausan.2014

    OVNI EN (NEW YORK) SORPRENDENTE 2014

    ufo.sokolowski . base chatarra .29.08.2014

    sokolowski raul 2 ovni entranda a base chatarra 29_08_2014

    UFO . Lyon .FRANCE . 31.08.2014 à 0h12.

     Ovnis au-dessus de Trois-Rivières ?

    Une QUARANTAINE d’ovnis au-dessus de Trois-Rivières ???

    UFO .thirdphaseofmoon.TR3B . Colorado.2014

    Share This Before Its Shutdown! UFO Sightings Massive TR3B Captured Over Colorado! Holy Snap!!!

    ABC reports UFO over nyc manhattan sky EPIC STORY

    ufo.Antonio Cisneros.volcán Popocatépetl (1)2014

    ufo.Antonio Cisneros. volcán Popocatépetl (2)2014

    UFO Landung in Deutschland -2014-

    ufo. Lima . Pérou.04.09. 2014

    UFO.thirdphaseofmoon. Storm Over Vegas!09-2014

    Electrifying UFOs Sightings Captured During Major Lighting Storm Over Vegas!!

    ufo.j.maussan. Sphère énergie . .Kemerovo, Russie 09-2014

    Esfera de energía captada en Kémerovo, Rusia _ Sphere of energy captured in Kemerovo, Russia OVNI 2014 Septembre

    SHARE THIS UFO SIGHITNG!!! Bizarre Shaped UFO MIND BLOWING Video 09-2014!!

    Fire in the Sky - Meteor lights up the night skies over New Jersey and New York (Sept 16, 2014)

    UFO. (Angel) . Chicago. 18.09.2014

    Incredible TR3B UFO Video Over Eau Claire, Wisconsin Discovered. (Amazing Footage)

    Fotografía de un extraño ser en Bulgarìa _ Photograph of a strange being in Bulgari

    Filmé à Saintes, France, le 26-09-2014

    Comme toujours, je vous invite à apprécier par vous même la valeur de ces vidéos, compte tenu de vos propres réflexions et sensibilités, à la lumières des événements historiques actuels également mais de l'augmentation mondiale de ces observations aussi. A vous de décider comme toujours.

    YH-Sciences, F, H, 27-09-2014

    poignee-de-main-coeur.jpg

    Nouveau site Internet pour Votre organisation MPSA

    Nouveau site Internet pour Votre organisation MPSA

    poignee-de-main-coeur.jpg

    Ce site a pour objectif de vous présenter le Mouvement (en développement pour devenir un Parti Politique) MPSA. Vous y découvrirez la présentation et l'actualité de notre mouvement. Vous pourrez obtenir plus d'informations sur nous et nous contacter. Le mouvement MPSA est basé en France (métropolitaine) mais pourrait développer des contacts internationaux, d'autres personnes ayant déjà une approche similaire (en Grande-Bretagne entre autres).

    Voilà le premier site du Mouvement Pour une Société sans Argent, basée sur un système communautaire égalitaire ayant une économie non individualisée et réellement démocratique, le pouvoir réellement au peuple (et non pas, comme de nos jours sous une dénomination néo-démocratique, nommée ainsi par une caste politico-financière trompeuse, qui est en réalité un régime oligarchique anti-peuple), sur un principe amélioré des systèmes Incas-Mayas ayant fonctionné des millénaires sans aucune monnaie d'échange.

    Vous pouvez parcourir le site MPSA à l'aide des liens de navigations dans le menu.

    Nous vous souhaitons une bonne visite sur MPSA et nous espérons que vous trouverez les informations que vous cherchiez et comptons sur votre soutien. Une association sera créée dès qu'il y aura suffisamment de personnes motivées et actives.

    Attention, ce site est tout neuf et encore en construction, patience donc. Il va inclure également dès que possible des sujets plus ciblés comme la défense des citoyens contre des mauvaises lois civiles inégalitaires et imposées par les mafias immobilières et bancaires notamment via des juges et avocats corrompus, accompagnés par des politiciens verreux...

    Yves Herbo - Fondateur, Théoricien

    Cigarufo formation over texas mini

    Les USA avouent utiliser une technologie alien ?

    Les USA avouent utiliser une technologie alien ?

    Cigarufo formation over texas mini

    Avec la diffusion récente de documents et photos montrant un tout nouvel appareil secret américain en forme de cigare, le Sky Dreadnought... et en constatant que ces cigares sont visibles et filmés, photographiés depuis au minimum les années 1960 (voir les vidéos en bas), on est en droit de se demander si les américains ne se moquent pas du monde en tentant de nous faire croire qu'ils ont eux-mêmes inventé l'anti-gravitation et ces appareils en moins de 20 ans... Ils ont fini par en montrer un en Ukraine... mais est-ce bien des vaisseaux américains ou une autre désinformation pour tenter de manipuler les esprits et cacher les extra-terrestres qui sont parmis nous en permanence depuis... toujours... (et peut-être même avant nous selon certains...). Quoi qu'il en soit, rétroingéniérie ou non, les faits semblent se confirmer de plus en plus et cette sortie sur l'Ukraine remarquée par l'ensemble du monde, la multiplication des observations actuelles d'ovnis ressemblent fort à un aveu... pour faire croire que les ovnis sont tous d'origine humaine... mais ne vous laissez pas tromper... les ovnis ne datent pas d'hier, ni même d'avant-hier... :

    Ukraine ufo really us military sky dreadnought 168436Cigar-ufo formation over texasCigar-ufo formation over texas

    SkydreadnoughtLire l'article au sujet du Sky Dreadnought ici : http://terriensjevousaime.com/index.php/technologies/vehicule/35-sky-dreadnought

    OVNI en forme de cigare en Ukraine ? 04/2014

    C'est tout à fait par hasard que j'ai remarqué dans le ciel ce qui pourrait être un objet cylindrique. Aucune idée de quoi il s'agit, d'une déformation à cause de la compression de la vidéo, sa faible résolution ou quelque chose de réel ? La vidéo est telle quelle, je n'ai rien fait pour améliorer sa netteté, juste plus courte, l'original sur youtube dure 8 min.

    Enorme OVNI cigare au dessus de l'Ukraine 2014

    l’OVNI a été filmé au-dessus de la ville de Korosten, dans la région de Jytomyr, le 6 mars 2014

    LOOK! Huge Cigar UFO Filmed Flying Over Ukraine!

    Well, They are finally doing it ! The MSM Is reporting this : http://msnvideo.msn.com/?channelindex...

    ovni en forme de cigare - Hagen 1980

    Ufo-OVNI-cigar shape-en Forme de Cigare-Dijon-France

    6 avril 2009 J'était en train de filmer un "avion de tourisme classique" au dessus de chez moi quand, en zoomant, je me suis aperçu qu'un objet en forme de cigare passait en arrière plan... voici la video. Je n'ai aucune réponse, que des questions sans réponse. Tout au début, la video est en vitesse réelle.. l'objet passe très vite de droite à gauche OVNI-UFO et cigare volant

    Objet volant non identifié en forme de cigare traversant mon champ de vision alors que je filme un jet volant à grande vitesse et a haute altitude. Observation faite le 20 Octobre 2011 près de LILLE dans le Nord de la France. 1963 OVNI cigare BAVAY FRANCE (TEMOIGNAGE) :

    Ovni Gigantesque en forme de cigare

    OVNIS EN FORME DE CIGARE

    CIGARE VOLANT ET OVNI COLORADO

    Ce court clip a été tourné à Salida dans le Colorado. On y voit un objet oblong dont les mouvements ne font pas penser à un dirigeable, et un autre objet beaucoup plus rapide qui l'accompagne. Soit il y a vraiment deux OVNIs assez spectaculaires, soit ce sont de petits objets manoeuvrés depuis le pont.

    Lieu: Salida, Colorado, USA

    Texte et vidéo du site les ovnis vus de près : http://ufologie.net
    http://ufo_logique.site.voila.fr/

    Retrouvez plus de 230 documentaires ufologiques francophones et anglophones sur UFOmotion !
    230 ufo documentaries on UFOmotion
    site miroir 1 : http://ufo.the-foundation.fr/UFOmotion/
    site miroir 2 : http://thman.free.fr/UFOmotion/

    Ovni Etats-Unis en forme de cigare Floride 1997

    Encore de nouvelles image de SAT SOHO, on peut discerner un "vaisseau en forme de cigare", à vous de voir :

    Ovni Cigare aperçu en pleine émission de Max Keiser !

    lieu et date Londres 13 juin 2013 - J'ai été vérifié la vidéo originale et l'ovni apparait bien en direct à 5m59 !
    https://www.youtube.com/watch?v=hekoGFSTlEg&feature=youtube_gdata_player

    Ovni en forme de cyclindre sur Toronto Mai 2010

    Ovni en forme de cylindre se cachant dans les nuages.

    Volcan Popocatepetl Mexique, 21 février 2013 HD

    pour plus d'info http://areazone51ufos.blogspot.be/2013/02/cigare-ovnivolcan-popocatepetl-au.html Ovni cigare

    CIGARE VOLANT ENVIRONNE D'OVNIS - Portugal

    Un membre du Réseau International des Orbes situé au Portugal, Sidonie, à pris une photographie comportant une anomalie inattendue : un cigare volant environné de phénomènes lumineux. Cette photo est exceptionnelle par sa netteté et vient rejoindre les photos montrant ce genre d'OVNIs : les cigares volants. La similitude de ces phénomènes avec la vague d'Airships inexpliqués des années 1897 est possible. Ce phénomène donne une impression imposante dans le ciel du Portugal. Le dossier complet sur le forum du Réseau des Orbes :
    http://orbsresearchnetwork.forumserv.com/index.php
    Merci au témoin pour ce cliché qui montre une réalité inconnue dans l'environnement aérospatial de notre planète.

    OVNI Cigare Westborough 25/06/2012

    OVNI "cigare" passe à très grande vitesse

    filmé en infra rouge ,l'objet passe en plein milieu du champ de la lunette posté en fixe sur un trépied .l'ovni passe en moins d'une demi seconde ,en général un satellite met environ une douzaine de seconde pour traverser le champ de cette lunette.(Yukon Digital Ranger 5x42) Ovni Vaisseau de forme allongé

    Etats-Unis] Observation d'un OVNI en forme de cigare

    OVNI cigare 1966

    UFO-OVNI - En mission pour prendre des photographies de l'île de Catalina le 4 Avril 1966, pour l'US Navy, Leland Hanson des garde-côtes américains (Coast Guards) était à bord d'un hélicoptère quand il a filmé cet objet, qui a tout d'abord plané, puis filé à travers toute la longueur de l'île. Selon des experts photographiques indépendants, la vitesse calculée du disque était entre 130 et 170 mph, et il n'avait aucune aile ou queue apparente qui le dénonceraient comme étant un avion. Cependant, des chercheurs informaticiens du Jet Propulsion Laboratory de la NASA ont augmenté le contraste de l'image et ont constaté qu'il pouvait y avoir eu un gouvernail de direction à l'arrière. L'extrait est en vitesse réelle, puis en ralenti.

    UFO OVNI Cigar Rhode Island, 1967

    Ovnis-Angleterre OVNI en forme de cigare Staffordshire - 2004

    Une compilation de plusieurs vidéos montrant des "cigares" volants... :

    Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 12-09-2014

    Patrick delsaut ces mondes paralleles que l on nous cache

    Mondes parallèles cachés

    Mondes parallèles cachés

    Patrick delsaut ces mondes paralleles que l on nous cache

    A ajouter a la recherche http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/la-parallele-mysterieuse.html

    http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/existe-t-il-un-univers-parallele-avec-morgan-freeman.html

    et même aux articles sur le fameux Triangle des Bermudes.

    Extraits du livre Ces Mondes Parallèles que l'on nous cache de Patrick Delsaut
    (ISBN: 978-2-923545-18-9) - Un livre vert de Groupe Axone

    Enigmatiques mondes sous-marins

    Etranges rencontres sous les eaux

    " Dans les eaux du Golfe Persique, en mai 1880, au cours d'une nuit extrêmement noire, le Patna, un steamer de la fameuse Compagnie des Indes britanniques, fit une incroyable rencontre...

    Le capitaine Avern, le 3e officier M. Manning et J.W. Robertson virent, en effet, cette nuit-là, apparaître brusquement sur la mer sombre, de part et d'autre du navire, deux énormes "roues" lumineuses...!

    Ces monstrueuses "roues" de lumière venues d'on ne sait où, tournaient sur elles-mêmes, d'après les calculs, à environ 160 km/h (!). Leurs immenses rayons (environ 200 à 300 m de long!) paraissaient frôler le navire... Les témoins purent compter les rayons de ces gigantesques "roues" lumineuses qui se distinguaient nettement les uns des autres: 16 rayons à chaque roue !

    La lueur de ces énormes "roues" de 500 à 600 m de diamètre (!) paraissait glisser à plat sur la surface de la mer, sans aucune lumière visible dans l'air, un peu comme lorsque l'on fait tourner une lanterne horizontalement au-dessus de l'eau et que sa lumière se reflète en cercles concentriques sur cette eau. Ces deux "roues" lumineuses accompagnèrent le navire pendant 5 minutes puis disparurent comme elles étaient venues...

    Ces "roues" n'étaient certainement pas faites de lumière pure... il s'agissait probablement d'objets matériels issus d'une très haute technologie qui se déplaçaient sous les eaux, et dans le cas présent, sous leur surface. Oui, mais en cette fin de XIXe siècle (nous sommes en 1880, ne l'oublions pas) la Science était incapable de concevoir et encore moins de fabriquer de telles machines! D'ailleurs, au XXe siècle, malgré tous les progrès accomplis, la Science en était toujours incapable! Aujourd'hui, en ce début de XXIe siècle, les scientifiques en sont encore incapables !

    Alors ! De quoi s'agissait-il ? Mystère...

    Un mois plus tard, en Juin 1880, dans cette même région du Golfe Persique, au large de la côte de Malabar, le même phénomène se reproduisit...
    En fin de soirée, par mer calme et ciel dégagé, le commandant Harris, du vapeur Shahjehan, eut tout à coup le souffle coupé... Il donna l'ordre de stopper les machines et d'arrêter le navire. Il venait en effet d'apercevoir sur les eaux une chose absolument fantastique !

    Une matière inconnue flottait sur l'eau, paraissant éclairée par de gigantesques rayons lumineux sans projeter de lumière !
    Comme le commandant Harris le déclara lui-même: « Ondes sur ondes se succédaient en l'un des spectacles les plus grandioses et les plus solennels qui se puisse imaginer...! ».

    Des dizaines d'apparitions de ce type purent être observées dans le Golfe Persique au cours du XXe siècle. Rien que durant les années 60, une cinquantaine d'observations de "roues" lumineuses furent enregistrées dans cette région !
    Ce phénomène mystérieux n'est cependant pas cantonné à ce lieu; bien d'autres régions du monde sont également touchées par ces apparitions remarquables.
     En 1907, dans le détroit de Malacca, à bord du vapeur Delta, M.S.C. Patterson observa sous la surface de l'eau, durant environ trente minutes, "des rayons qui semblaient pivoter sur un centre, comme les rayons d'une roue" ! Ces rayons paraissaient mesurer environ 300 m de long...!

    La même année (semble-t-il) on aperçut dans le Sud de la Mer de Chine, sur la surface de l'eau, des sortes d'éclairs lumineux en rotation...
    Un témoin déclara: « On eût dit une roue horizontale tournant rapidement au-dessus de l'eau et produisant sur l'équipage un profond sentiment de malaise. ».

    En juin 1909, tandis qu'il se promenait sur le pont du paquebot Bintang de la Compagnie East Danish, le capitaine Gabe aperçut dans le détroit de Malacca une "sphère de lumières mouvantes", selon sa propre expression, située juste sous le niveau de la mer.
    Le capitaine déclara par la suite qu'il vit ce qui lui paraissait être de longs bras décrivant des cercles à partir d'un centre commun. Cet "objet" était absolument gigantesque. Selon le capitaine Gabe, « celui-ci était si grand qu'on n'en voyait qu'une partie, l'autre étant dissimulée par l'horizon...! ».
    Cette immense "sphère de lumière" s'approcha lentement du navire en s'atténuant, en diminuant son intensité lumineuse, jusqu'à finalement s'évanouir totalement dans les eaux... comme un sous-marin qui plonge sous un bateau dans les eaux profondes.

    En mars 1931, dans la Mer d'Oman, plusieurs marins de la fameuse Canonnière du Yang-Tse Kiang furent également les témoins d'un étrange phénomène.
    Tandis que ces marins faisaient route vers Colombo à bord du Doudart de Lagrée et qu'ils se trouvaient alors entre Gardaful et les Maldives, ils virent tout à coup surgir des profondeurs d'étranges lumières qui les fascinèrent... La nuit était tombée et ils purent voir distinctement d'immenses rayons lumineux jaunâtres qui tournaient autour d'un axe invisible situé, semble-t-il, à une très grande distance du bateau.

    On pourrait allonger ainsi la liste des témoignages. Ces immenses "roues lumineuses" venues des profondeurs ont été vues sur presque toutes les mers et océans par de très nombreux témoins dignes de foi.

    De quoi s'agit-il exactement ? L'hypothèse la plus logique d'après toutes les descriptions qui en ont été faites, est celle d'énormes submersibles construits et dirigés par des formes de vie intelligentes...!
    Des êtres intelligents Humains ou Humanoïdes vivraient-ils sous les eaux, au sein d'immenses citées englouties, dans un Monde sous-marin parallèle au nôtre ? Rien ne permet de l'affirmer, mais c'est bien possible...

    L'énigme du Thresher et du Scorpion

    Au milieu du XXe siècle, dans les années 60, deux des plus puissants sous-marins nucléaires américains, l'USS Thresher et l'USS Scorpion, ont disparu dans les profondeurs noires et glaciales de l'Océan Atlantique; tous les deux dans des conditions mystérieuses, bien plus mystérieuses que la Marine américaine a bien voulu le dire...

    Si leurs épaves ont bien été retrouvées par la suite, nulle trace des hommes d'équipage n'a pu être repérée. Les 129 hommes du Thresher et les 99 hommes du Scorpion se sont littéralement volatilisés...!

    Où sont-ils passés ? Que sont-ils devenus ? Là est l'énigme...

    Pour le Dr Tuesday Lobsang Rampa, célèbre lama-médecin (britannique !) aux dons parapsychiques extraordinaires qui nous a quittés en 1981, le mystère est plus grand qu'on ne l'imagine...! Il affirme en effet dans "Pour entretenir la flamme" ("Feeding the Flame") Editions de l'Homme—p.166-167:

    "(...). Je connais la vérité au sujet des sous-marins Thresher et Scorpion et je sais ce qui leur est arrivé et pourquoi. Si l'histoire pouvait vous en être contée, elle ferait courir des frissons glacés le long de votre épine dorsale, mais ce n'est pas encore le moment de parler à ce propos. (...). Vous pouvez m'en croire, cependant, le mystère du Thresher et du Scorpion est plus étrange que vous ne pourriez jamais le croire."

    Rapports des commission d'enquêtes

    Avant d'aller plus loin, voyons ce que nous disent les commissions d'enquête de la Marine américaine et quelles sont leurs conclusions "officielles" sur la disparition des ces deux submersibles.

    Dernier-né des sous-marins nucléaires américains, premier d'une nouvelle classe d'engins super silencieux capables de plonger plus profondément que les autres, le Thresher, inauguré et lancé à Portsmouth, était le nec plus ultra des sous-marins de l'époque.
    C'était un véritable "Requin-tueur" qui allait donner aux Etats-Unis un énorme avantage militaire face à leurs ennemis soviétiques. On était alors en pleine "Guerre froide" et ce sous-marin était une pièce majeure sur l'échiquier politique mondial sur lequel s'opposaient les USA et l'URSS.
    Il était équipé du premier système de contrôle de feu informatisé à bord d'un sous-marin et d'un sonar d'une incroyable portée. Il était doté de missiles inter sous-marins, ce qui était une nouveauté à l'époque.

    Le Thresher prit la mer le 9 avril 1963 avec un équipage de 129 hommes. Le matin du 10 avril, à l'aube, le commandant donna l'ordre de plonger. Les ballasts furent remplis et le submersible s'enfonça dans les eaux profondes de l'Atlantique Nord près de Corsair Canyon au large de Boston.
    Il s'agissait alors de tester la résistance du bâtiment, et le commandant fit plonger son sous-marin le plus profond possible Le Thresher n'était pas seul, il était en communication radio avec l'USS Skylark, un navire équipé pour le sauvetage en mer, mais pas pour celui d'un sous-marin nucléaire en plongé. Ce bâtiment se trouvait sur la zone de manoeuvre du Thresher et pouvait lui porter secours, mais seulement si celui-ci faisait surface.

    Tout se passait bien jusqu'à ce que, tout à coup, le commandant du Thresher envoie au Skylark, à 9 h 13 exactement, le message suivant: « Thresher annonce : " faisons face à difficultés mineures. Angle ascendant positif. Tentons de chasser. Vous tiendrons informés. "
    De toute évidence, le sous-marin avait quelques problèmes, des avaries de peu d'importance qui ne le mettaient pas en danger.

    Prudent, le commandant jugea préférable de remonter et de rentrer à la base pour réparer. Il avait ordonné de chasser l'eau des ballasts pour alléger le bâtiment et le faire ainsi remonter en surface. Il n'y avait pas de quoi s'affoler, mais 3 minutes plus tard, un nouveau message arriva, brouillé, inintelligible, suivi d'un bourdonnement à basse fréquence puis... le silence...

    A la surface on ne voyait absolument rien. L'équipage du Skylark avait beau scruter les flots à l'oeil nu comme aux jumelles, rien n'apparaissait, pas même une tache d'huile...
    Les minutes passaient et l'angoisse finit par s'installer. Ce 10 avril 1963, le commandant du Skylark prit alors la décision d'informer le QG de la Marine que le Thresher ne répondait plus.

    Le sous marin nucleaire uss thresher

    Le sous-marin nucléaire USS Thresher

    C'était la première fois au monde qu'un sous-marin nucléaire était porté disparu. Le coup était rude, c'était une véritable tragédie...!
    On pensa tout de suite qu'il avait heurté un haut-fond et qu'il avait ainsi coulé, mais rien n'était sûr. Il fallait absolument trouver la cause du drame. Il fallait comprendre ce qui s'était passé. Les spécialistes de la Navy firent un véritable travail de détective qui dura des mois pendant lesquels les recherches en mer continuèrent inlassablement.

    La Marine alla jusqu'à couler une voiture automobile pour voir comment elle descendrait dans les eaux profondes de l'Atlantique; cela, dans l'espoir de trouver un indice quelconque permettant de retrouver le Thresher.
    Des caméras télécommandées et des sonars ratissèrent sans relâche les fonds sous-marins, et l'unique vaisseau de plongée profonde dont disposait alors la Marine américaine, le bathyscaphe Trieste, explora les profondeurs océaniques jusqu'à épuisement de son équipage.

    Enfin, au bout de 6 longs mois, le Trieste découvrit ce qui subsistait du Thresher... Il avait implosé sous la pression hydraulique avec une telle force qu'il ne restait plus de lui que des bouts de ferrailles éparpillés sur le fond de l'océan.

    Pendant ce temps, au cours de ces longs mois de recherche, une commission d'enquête de la Marine avait découvert des choses incroyables...
    Le dossier de maintenance du bâtiment a révélé que 14 % des joints de la tuyauterie qui transportait de l'eau de mer sous haute pression sur toute sa longueur n'avaient été soumis à aucun test par ultra-sons.

    De même, des centaines d'autres joints avaient échappé à toute vérification, alors que sur d'autres sous-marins, des joints de ce type avaient connu des défaillances et causé de graves inondations.
    A la profondeur à laquelle se trouvait le Thresher, la rupture d'une grosse canalisation aurait fait entrer des dizaines de tonnes d'eau à la minute (!).

    La dernière transmission radio du submersible a apporté des indices déterminants qui ont permis à la commission de reconstituer le scénario probable du drame que voici: la rupture d'une canalisation dans la salle des machines a inondé le compartiment et neutralisé suffisamment de fusibles pour forcer l'arrêt du réacteur nucléaire. Ne fonctionnant plus que sur ses accumulateurs, le submersible n'aurait pas eu assez de puissance pour atteindre la surface.

    En dernier recours, l'équipage a dû envoyer de l'air comprimé dans les ballasts pour chasser l'eau et retrouver de la flottabilité, mais le système de ballasts était d'un modèle ancien conçu pour des sous-marins ne descendant pas à une telle profondeur; leur puissance était trop faible pour cela.
    Le bâtiment n'aurait donc pas pu s'alléger suffisamment. Il prenait l'eau et devenait de plus en plus lourd. Il n'aurait donc fait que se redresser tandis qu'il descendait vers le fond inexorablement...

    A 450 m de profondeur, la coque du Thresher ne pouvant plus résister à l'écrasante pression qu'elle subissait, explosa comme une bombe!
    Des fragments de métal tordu, c'est tout ce qui restait du Thresher, le plus extraordinaire sous-marin de l'époque...!
    L'épave éclatée en mille morceaux du submersible a été explorée et filmée dans les années 80 par Bob Ballard, un océanographe, au cours d'une expédition secrète; officiellement, il cherchait le Titanic

    La commission d'enquête de la Marine conclut finalement que, trop pressée d'envoyer en mer cette merveille de haute technologie, la Navy a commis plusieurs fautes de conception et de construction.
    Tout le monde jura que cela n'arriverait plus jamais, mais 5 ans plus tard, au printemps de 1968, la tragédie frappa de nouveau...

    L'USS Scorpion

    Après la disparition tragique du Thresher, la Marine américaine surveillait désormais de très près tous ses sous-marins nucléaires. Aussi, lorsque l'USS Scorpion ne lança plus aucun message le 21 mai 1968, un vent de panique monta au sein du Quartier Général de la Navy...

    Le Scorpion était parti pour une mission de routine en Méditerranée (pour espionner les navires soviétiques, selon le rapport officiel qui fut publié par la suite) et repartait ce jour-là vers sa base de Norfolk en Virginie. C'est alors qu'il traversait l'Atlantique Nord qu'il cessa tout à coup d'émettre.
    Il était attendu ce jour à 13 h 00 à Norfolk au terme de sa mission en mer, et aucun message de détresse n'avait été lancé par son équipage. Tout allait bien, mais il fallait pourtant se résoudre à l'évidence: il s'était passé quelque chose de grave...

    Les autorités militaires de la Navy lancèrent immédiatement des recherches en haute mer. Des dizaines de bateaux, de sous-marins et d'avions sillonnèrent la zone d'où il avait envoyé son dernier appel radio, mais ces fouilles méthodiques ne donnèrent aucun résultat. On décida alors d'élargir la zone de recherche, mais là encore les investigations restèrent infructueuses.

    A 1300 km à l'est des Açores, un avion aperçut une tache d'huile (comme il y en a beaucoup sur l'Atlantique) à laquelle personne ne prêta d'importance, mais découvrit aussi un "mystérieux objet orange" qui resta malheureusement introuvable pour les navires qui se lancèrent à sa recherche.

    Le Scorpion, avec un équipage de 99 hommes et un armement ultra-moderne et super-puissant, s'était littéralement volatilisé dans l'immensité de l'océan Atlantique...!

    Au bout de 10 jours, la Marine annonça que le Scorpion était porté disparu et que tous les hommes à bord étaient vraisemblablement morts.

    Ce n'est que des mois après la cérémonie à la mémoire des disparus que l'on découvrit enfin ce qu'il restait du submersible. La Marine annonça alors que rien n'établissait que le sous-marin fut victime d'un quelconque acte d'hostilité (sous-entendu de la part des Soviétiques, car nous étions toujours en pleine "Guerre froide"), mais refusa d'en dire davantage. Quelles que fussent ses conclusions quant aux causes de l'accident, elles étaient classées "Secret Défense".

    C'est grâce à un immense réseau de microphones sous-marins installés, dès les années 60, dans tous les océans du monde, afin de détecter les mouvements de la flotte soviétique et les essais nucléaires, que les restes du Scorpion ont pu être localisés.
    Grâce à ces hydrophones, une explosion sous-marine inexpliquée a été découverte par une équipe de spécialistes installée aux îles Canaries, au large de la Mauritanie, en Afrique, sous la direction de John Craven, un scientifique de la Marine.

    Cet enregistrement montrait un pic qui était peut-être lié au Scorpion, puis un silence de 91 secondes suivi d'une série d'environ 17 pics pouvant correspondre à l'implosion des différents compartiments du sous-marin, mais ces informations étaient insuffisantes pour conclure quoi que ce soit.
    C'est lorsqu'on découvrit le même type de tracé sur les enregistrements de deux hydrophones installés au large de Terre-Neuve, à 300 milles de là, qu'il devint possible, par triangulation, de localiser le lieu de l'explosion. L'épicentre se situait près des Açores.

    Mais s'il s'agissait bien du Scorpion, cela faisait un mystère de plus à élucider...!

    En effet, on pensait que le sous-marin se dirigeait de la Méditerranée vers Norfolk; or, à la grande surprise de tout le monde, les explosions enregistrées par les hydrophones s'éloignaient de Norfolk... comme si le sous-marin avait fait demi-tour et repartait vers la Méditerranée !

    Le Scorpion avait-il rebroussé chemin, et si oui, pourquoi ?

    Pour tenter d'en savoir plus, on envoya le bathyscaphe Trieste sur les lieux supposés du naufrage, et celui-ci, après de longues recherches, finit effectivement par retrouver l'épave du Scorpion échouée dans les eaux profondes de l'Atlantique par 3000 m de fond...

    Le sous marin nucleaire uss scorpionLe sous-marin nucléaire USS Scorpion

    L'USS Scorpion retrouvé

    Dans les années 80, Bob Ballard, cet océanographe qui avait exploré et filmé l'épave éclatée du Thresher, explora et filma à son tour l'épave du Scorpion au moyen d'un minisubmersible.

    A la différence du Thresher, le Scorpion était relativement intact. Il s'est certainement rempli d'eau avant de sombrer à la profondeur d'écrasement. Sa tourelle a été totalement arrachée de la coque, probablement en heurtant le fond.
    L'extrême pression a sectionné la partie arrière et l'a littéralement enfoncée dans la partie avant comme une antenne télescopique qu'on referme.
    Aucune des images prises alors par Bob Ballard n'a été montrée avant 1993, date à laquelle la Marine a enfin commencé à déclassifier les informations relatives au Scorpion.

    C'est à cette époque (en 1993, 25 ans après le drame) que la Marine communique ses conclusions et donne sa version officielle—son "scénario le plus probable"—sur le naufrage du Scorpion.

    Selon la Navy, tout aurait commencé alors qu'un courant électrique parasite aurait amorcé l'une des torpilles à bord du submersible.
    Le commandant aurait ordonné aussitôt un virage à 180° dont il espérait qu'il allait déclencher un mécanisme de sécurité et désarmer la torpille. Puis il aurait ordonné l'éjection de celle-ci, mais la torpille n'aurait pas été désarmée et elle aurait commencé à se chercher une cible. Comme il n'y avait rien alentour, c'est le sous-marin lui-même qui aurait été pris pour cible par la torpille qui était dotée d'une tête chercheuse.

    Comme le sous-marin était un peu plus rapide que la torpille, il avait une chance de lui échapper. Il aurait essayé de la distancer, mais la torpille aurait été finalement plus rapide que prévu et l'aurait ainsi frappé en faisant un énorme trou dans la coque, coulant ainsi le Scorpion.

    Toutefois, ce scénario ne satisfait pas tout le monde... !
    A l'époque où il était un jeune lieutenant de la Marine, Ross Saxon a examiné l'épave du Scorpion depuis le bathyscaphe Trieste et voici ce qu'il nous dit: « J'ai plongé sur le Scorpion et je n'ai absolument rien vu indiquant qu'il ait été coulé par une torpille. Aucun élément de la structure ne suggérait cette hypothèse. Les portes de tous les tubes avant étaient fermées. Le sous-marin s'était cassé sous l'effet de la pression et rien n'établissait qu'il avait été coulé par une torpille. »

    Une enquête fut menée par Stephen Johnson, un journaliste d'investigation du Houston Chronicle. Celui-ci récupéra des lettres de divers membres de l'équipage du Scorpion qui s'inquiétaient de l'état mécanique du bâtiment. L'un d'eux a même démissionné pour cette raison.
    Après des années d'effort, Stephen Johnson déterra un élément déterminant du passé du Scorpion. A la suite de multiples demandes auprès de la Flotte sous-marine de l'Atlantique, ce journaliste a fini par obtenir ce qu'il cherchait.

    Il a alors découvert, parmi les pages relatives à l'historique de maintenance du Scorpion, des documents montrant comment ce dernier avait été choisi pour un programme secret réduisant considérablement la maintenance qu'il aurait dû avoir.

    Pour économiser du temps et de l'argent, la Marine américaine avait supprimé une bonne partie de la révision du submersible.
    Seulement 3 millions de dollars avaient été dépensés pour la maintenance alors qu'il aurait fallu normalement dépenser environ 20 millions de dollars!
    Un autre secret de la Marine a été révélé par deux autres journalistes américains—Christopher Drew et Sherry Sontag—auteurs du livre "Blind Man's bluff" dans lequel ils racontent leur enquête. Ces journalistes apprennent, en effet, à la suite d'investigations à partir d'une lettre qui leur à mis la puce à l'oreille, que lors d'essais, la batterie actionnant la torpille MARK 37 avait parfois surchauffé et pris feu.

    Des ingénieurs, ayant travaillé dans l'usine de torpille de Kyport dans l'état de Washington, disent avoir mis en garde la Marine à propos d'une possible explosion à bord suffisamment importante pour couler un sous-marin.
    Ce laboratoire a fait divers essais indiquant que ce type de torpille était dangereux, mais la Marine n'a tenu aucun compte de leur avertissement.
    Est-ce la défaillance d'un équipement insuffisamment vérifié ou l'explosion d'une torpille défectueuse qui a coulé le Scorpion ? Impossible de trancher avec certitude...

    En tout cas, à la suite de ce désastre, la Marine américaine renonça à son expérience de maintenance réduite et modifia la torpille MARK 37. Depuis, elle n'a plus jamais perdu un seul sous-marin nucléaire !

    Voilà donc les conclusions "officielles" de la Marine américaine sur la disparition des sous-marins nucléaires Thresher et Scorpion et les résultats des contre-enquêtes menées par des journalistes à propos du Scorpion.
    Pour nous, à notre avis, la Marine américaine a bien fait de prendre ces mesures après la disparition du Scorpion, car ces défaillances techniques auraient pu, effectivement, être à l'origine de graves accidents chez d'autres sous-marins nucléaires, mais... nous ne pensons pas que s'il n'est plus jamais rien arrivé après cela, c'est qu'il s'agit bien là de la cause de ces deux drames. Non, c'est une pure coïncidence !

    Avarie ou défaillance technique ?

    Rien, absolument rien ne prouve que le Thresher comme le Scorpion ont coulé à la suite d'une avarie due à une défaillance technique quelconque. Certes, ils avaient de sérieux problèmes de maintenance, des tuyauteries fragiles, des torpilles défectueuses.., mais cela ne prouve rien. Si un conducteur perd le contrôle de sa vieille voiture à cause d'un malaise cardiaque et tombe dans un ravin où il trouve la mort dans l'explosion de son automobile, tout le monde dira que la voiture était trop vieille, que ses freins ont lâché ou qu'elle a eu une quelconque défaillance mécanique. Le conducteur n'étant plus là pour témoigner, on sera tous d'accord pour dire que c'est l'état désastreux de la voiture qui est responsable de cet accident mortel. Et pourtant, c'est faux! C'est le coeur malade du conducteur qui a fibrillé et provoqué ainsi cet accident.

    Eh bien ! C'est exactement la même chose pour le Thresher et le Scorpion: ce n'est pas une défaillance mécanique qui est responsable de leur naufrage.
    Mais alors qu'est-ce qui a provoqué la destruction de ces deux superpuissants sous-marins nucléaires ? Les Services secrets des Etats-Unis comme ceux de la Russie et de la Grande-Bretagne savent très bien que de "mystérieux vaisseaux noirs" rôdent silencieusement dans les eaux de toutes les mers et les océans du globe. Les ministères de ces pays possèdent d'énormes dossiers secrets contenant des rapports d'enquêtes et d'observations ainsi que des statistiques sur ces "mystérieux submersibles".

    Les Etats-Unis ont perdu deux sous-marins nucléaires, mais la Russie en a perdu au moins sept. La Grande-Bretagne en a perdu plusieurs également et la France a perdu le Minerve au large de Toulon le 25 janvier 1968 et l'Eurydice au large de Saint-Tropez le 4 mai 1970, alors qu'ils étaient tous deux révisés et en parfait état de marche.

    Tous ces sous-marins auraient-ils subi le même sort que le Thresher et le Scorpion? C'est possible...

    Les mystérieux vaisseaux noirs

    Ces "mystérieux vaisseaux noirs" qui rôdent sous les mers seraient-ils la cause de la disparition de ces sous-marins ?
    Rien ne le prouve de manière absolue, mais nous pensons, nous, que ce sont bien les responsables !
    Qui sont ces "étranges vaisseaux sous-marins" ? S'agit-il des "roues lumineuses" dont nous avons précédemment parlé ?

    D'après les témoignages, ces "mystérieux vaisseaux noirs" sont d'une taille beaucoup moins imposante que celle des "roues lumineuses". Ces dernières ont un diamètre d'environ 500 à 600 m alors que les "mystérieux vaisseaux noirs" ont une taille 5 à 6 fois plus petite (100 m en moyenne).

    S'agirait-il, dans ce cas, de petits sous-marins lâchés par ces gros submersibles lumineux pour effectuer diverses missions de surveillance et... d'attaque ? En l'absence d'autres informations, nous ne pouvons rien affirmer, mais l'hypothèse est séduisante. C'est bien possible.

    Au début du XXe siècle, le 28 octobre 1902, au cours d'une nuit calme et étoilée sur l'Atlantique Sud, des marins du navire Fort Salisbury aperçurent, à quelques dizaines de mètres du bateau, un "long objet sombre"... Le commandant fut rapidement alerté et lui comme les hommes présents cette nuit-là, constatèrent que cet "objet sombre" était long d'environ 150 à 180 m, que sa surface n'était pas unie, mais "écailleuse" (un peu comme celle d'un poisson), qu'il y avait un feu à chaque extrémité et qu'un mécanisme agitait l'eau (comme les nageoires d'un poisson, là encore)... !

    De nombreuses vérifications ont été faites par la suite, mais rien ne permit d'identifier ce mystérieux "objet sombre".
    Lorsque le Minerve disparut en Méditerranée en janvier 1968, les recherches intenses menées par la Marine française révélèrent plusieurs fois un mystérieux écho sonar correspondant à une "énorme masse métallique" d'environ 60 m de long faisant penser à un submersible. L'exploration des fonds ne montra pourtant rien qui ressemble à un sous-marin.

    Ces échos étaient pourtant bien réels et semblaient se déplacer... intelligemment.

    En avril 1970, au large de la Nouvelle-Guinée, des centaines de personnes furent témoins de l'apparition d'un "engin inconnu" qui semblait glisser à la surface de l'eau... D'après les indigènes, des "objets mystérieux" de ce type visitent les lieux depuis des siècles... !

    En novembre 1972, dans les eaux d'un fjord norvégien, au nord de Bergen, un "mystérieux objet" fut repéré. Il resta immobilisé sous ces eaux pendant une quinzaine de jours (!). Les autorités norvégiennes déclarèrent que "le mystérieux objet immergé et détecté par une frégate de la Marine n'était pas un sous-marin." Puis, sans que l'on puisse comprendre comment, le "mystérieux objet" se volatilisa...!

    Ce n'était pas la première fois qu'un tel "objet non identifié" était repéré dans cette région. Depuis des années déjà, de tels "objets" avaient été signalés dans ces eaux.

    Les sous-marins nucléaires Thresher et Scorpion ont très certainement, selon nous, subi l'attaque de ces "mystérieux submersibles" qui n'en voulaient, en fait, qu'à leurs équipages (qui ont totalement disparu)...

    Dans le cas du Thresher, un de ces "mystérieux vaisseaux noirs" aurait foncé sur lui et aurait brouillé ses émissions radio; d'où la très mauvaise qualité du dernier message envoyé au Skylark.
    Les hommes de l'équipage auraient alors été enlevés non pas dans un abordage sanglant, mais en douceur par téléportation (!), c'est-à-dire par dématérialisation et rematérialisation au sein du "submersible"...
    Le transfert des hommes d'un submersible à l'autre par onde porteuse (c'est le principe de la téléportation) se serait passé au moment de la remontée du sous-marin vers la surface.

    Laissé sans équipage, le bâtiment serait retombé vers les profondeurs, ses ballasts n'ayant pas été chassés à fond, et aurait explosé sous la pression.
    Dans le cas du Scorpion, un "mystérieux vaisseau noir" aurait été détecté par les sonars, et se rendant compte du danger, le commandant aurait ordonné de faire demi-tour afin de tenter de lui échapper.

    Mais, malheureusement, ce fut inutile... L'équipage tout entier aurait été enlevé par téléportation, lui aussi, peu de temps après la manoeuvre. Laissé sans équipage, le sous-marin aurait plongé peu à peu pour une raison technique inconnue et se serait brisé sous la pression, permettant à l'eau d'entrer, empêchant ainsi son explosion sous l'énorme pression.

    Mais qui a fait coulé ces navires ?

    Nous sommes convaincus que la Marine américaine sait ce qui s'est réellement passé, qu'elle connaît tous les faits et qu'elle a caché tout cela aux médias et au grand public.
    Mais, dans tout cela, le plus important est de savoir pourquoi ces hommes auraient été enlevés et par qui exactement ? Sur ces questions, la Navy ne possède peut-être pas toutes les réponses, mais il est bien possible qu'elle en possède au moins quelques-unes...

    En ce qui nous concerne, nous pensons qu'il s'agit d'êtres extra-terrestres installés dans les eaux profondes de divers océans et mers du globe, dans d'immenses citées sous-marines... ! Depuis quand sont-ils là et pourquoi ? Il est bien difficile de le dire! Les indigènes de Nouvelle-Guinée affirment qu'ils sont visités par ces "mystérieux vaisseaux noirs" venus du fond des mers depuis des siècles...! Ces êtres sont donc là depuis au moins plusieurs siècles, mais quant à savoir pourquoi ils sont là, il faudrait leur demander! Nous pensons que si ces êtres ont enlevé les hommes de ces sous-marins, c'est pour effectuer sur eux des expériences de laboratoire... d'horribles expériences !

    Univers parallèles

    Ces deux Univers coexistent au sein du même Espace, mais pas au sein du même Temps. Le Temps les sépare. C'est cette différence temporelle qui forme une "barrière" entre eux et les empêche de se mélanger. Si ce n'était pas le cas, Matière et Anti-Matière s'annihileraient totalement au contact l'une de l'autre. Cette séparation est donc indispensable.

    Ces Univers ont évolué au même rythme, selon les mêmes étapes, et se sont tous deux peuplés des mêmes Galaxies composées d'étoiles et de planètes, mais ces Galaxies sont différemment distribuées dans l'espace d'un Univers à l'autre. Autrement dit, les Galaxies et les Anti-Galaxies occupent des places différentes dans l'espace.

    Chaque étoile et chaque planète de chaque Galaxie de l'Univers de Matière possèdent une jumelle dans une autre Galaxie de l'Univers d'Anti-Matière. Notre monde ne fait pas exception à la règle. La Terre possède une Terre jumelle d'Anti-Matière appelée "le Jumeau noir" (!), une Anti-Terre qui vibre sur une fréquence supérieure à celle de la Terre, car elle est plus évoluée qu'elle.

    Chaque étoile et chaque planète de l'Univers de Matière sont reliées à leur jumelle d'Anti-Matière par un "pont énergétique", un Vortex magnétique...!
    Voilà l'origine de ce Vortex, de cette "porte" spatio-temporelle qui absorbe les Hommes et leurs machines !
    C'est un phénomène purement naturel qui a dû se détraquer à cause d'interférences produites par un puissant champ magnétique d'origine inconnue...

    Parmi les différentes hypothèses avancées, la plus plausible est l'hypothèse atlante. En effet, la destruction de Poséidia, dernière des 7 îles qui formaient l'Atlantide, laissa au fond de l'Océan Atlantique un Cristal géant émettant un puissant rayonnement électromagnétique qui alimentait les atlantes en énergie. Ce serait cet énorme Cristal, toujours actif, qui perturberait le Vortex magnétique reliant la Terre à sa jumelle d'Anti-Matière...!

    Son rayonnement hyperpuissant traverserait la Terre de part en part et relierait le "Triangle des Bermudes" au "Triangle du Dragon" en une immense boucle énergétique dont les fluctuations aléatoires ouvriraient de temps à autre la "porte" spatio-temporelle qui conduit vers le "jumeau noir" de la Terre.
    En l'absence d'informations précises sur le sujet, il est impossible de connaître le véritable mécanisme du phénomène.
    Rien n'est donc sûr. Le mystère subsiste...

    Toujours est-il que de nombreuses personnes ont disparu dans ces zones et se sont retrouvées dans un autre Monde étrangement semblable au nôtre... un Monde où vivent d'autres hommes et d'autres femmes parmi lesquels ces personnes se sont retrouvées comme des indigènes au milieu d'une rue de Paris ou de New York... ! C'est une expérience absolument traumatisante! Leur bateau ou leur avion a poursuivi sa route et a fini par atteindre une côte qui était pour eux totalement inconnue... Leur premier contact avec les gens de ce Monde fut un vrai choc, car s'ils leur ressemblaient, ils ne parlaient pas pour autant la même langue, ils n'étaient pas vêtus de la même façon et leurs moeurs étaient totalement différentes de tout ce qu'ils connaissaient... !
    Mais, le plus étrange est que ces gens aient pu pénétrer dans ce Monde d'Anti-Matière sans être instantanément annihilés dans une gigantesque explosion comme ce devrait être normalement le cas... !
    En fait, en passant dans ce Vortex magnétique, la Matière est totalement transformée en Energie (selon la célèbre équation d'Einstein E = mc2) et cette Energie se rematérialise de l'autre côté sous forme d'Anti-Matière ! Voilà pourquoi ils n'explosent pas !

    Le Vortex

    Si tant de personnes sont passées dans ce Monde d'Anti-Matière, pourquoi des gens de ce Monde ne sont-ils pas passés dans notre Monde de Matière? Eh bien, si! Cela existe également! Divers cas de personnes semblant perdues, pleurnichant, parlant une langue totalement inconnue et habillées de vêtements bizarres, ont été signalés par des témoins ou des agents de police! Des gens de l'Anti-Terre sont également transportés sur la Terre par ce même Vortex qui, dans ce cas inverse, transforme leur Anti-Matière en Energie puis en Matière !

    Lorsque le Vortex s'ouvre dans notre Monde, il s'ouvre en même temps dans l'Anti-Monde, et des bateaux, des avions et des personnes humaines passent d'un Monde à l'autre dans les deux sens.
    Dans ces zones de disparitions mystérieuses, de nombreuses apparitions lumineuses de toutes formes, tailles et couleurs ont été vues dans le ciel et dans l'eau, dans le "Triangle des Bermudes" comme dans le "Triangle du Dragon".
    Ces apparitions lumineuses sont les fameuses "roues lumineuses" desquelles sortent les "mystérieux vaisseaux noirs" qui circulent sous les eaux, mais aussi, et surtout des Ovnis !

    Des témoins dignes de foi les ont vus et il n'est pas question d'en douter. Mais alors, on se demande bien pourquoi ces zones de disparitions mystérieuses les attirent autant? La réponse se trouve dans la nature même de leurs occupants...

    En effet, ces vaisseaux de lumière sont pilotés (tous les ufologues le savent) par des créatures extra-terrestres venues sur notre planète il y a des milliers d'années de cela, dans le but de se l'approprier et de réduire l'humanité en esclavage!, mais la tâche était bien plus facile à imaginer qu'à réaliser! Les Hommes de la Terre sont des durs à cuire (!) et ils sont protégés par d'autres extra-terrestres qui étaient là bien avant ces envahisseurs !

    Les connaisseurs penseront qu'il s'agit là d'un résumé bien succinct et surtout bien incomplet du sujet et ils auront raison, mais cet ouvrage traite des Mondes Parallèles et non des OVNIs ! Il n'est donc pas question de développer ici ces questions pourtant si passionnantes... !

    Aliens envahisseurs et le Gouvernement secret

    Nous dirons quand même que ces Aliens envahisseurs sont originaires de plusieurs planètes et appartiennent à des espèces humaines différentes. Ils sont dirigés par ceux que les ufologues appellent les Reptiliens. Ces Reptiles humains sont des guerriers sanguinaires et impitoyables capables des pires atrocités (!). Ils ont envahi la plus grande partie de la Galaxie et désirent s'approprier la totalité de la Voie lactée. Lorsque cela sera fait, ils se lanceront à la conquête de l'Univers!! Ce sont de vrais fous furieux extrêmement dangereux que rien n'arrête. Ils ont enrôlé dans leurs rangs certaines races extra-terrestres qu'ils ont vaincues, certaines de gré, d'autres de force. Ces races alliées des Reptiliens sont les Gris (humanoïdes dégénérés au corps frêle, à la peau grise, à la tête énorme, aux yeux noirs démesurés et presque dépourvus d'émotions), les Insectoïdes (Insectes Humains de différentes espèces issues de différentes planètes, tous de grande taille, calmes et très intelligents), les "Longs Nez" (Humanoïdes hybrides mi-Reptiles mi-Primates au nez proéminent, extrêmement cruels) et diverses races Humanoïdes assujetties (Procyoniens et certains Pléiadiens).

    Ces Aliens vivent sous terre dans d'immenses bases souterraines secrètes reliées par d'interminables réseaux de galeries (différents de ceux de l'Agartha).

    Ces bases ont été creusées et aménagées dans les années 1940-50 par l'Armée (!) d'abord aux Etats-Unis, puis en U.R.S.S. et dans d'autres pays comme la France; cela, sous l'égide du Gouvernement Secret qui dirige le Monde à travers les hommes politiques et les hommes d'affaires des grands pays industrialisés...! Ce Gouvernement Mondial contrôle l'économie de tous les pays et décide qui doit s'enrichir et qui doit s'appauvrir! Il prend toutes les décisions politiques internationales et tient entre ses mains le destin des peuples. Il est responsable de toutes les guerres et de toutes les grandes épidémies qui ont ravagé les pays au XXe siècle! Il maîtrise les énergies de la planète, le Pétrole en particulier, et peut ainsi, à travers leur commerce, imposer sa volonté aux gouvernements de toutes les nations. La plupart de ses dirigeants sont d'origine américaine et cela explique pourquoi les Etats-Unis sont devenus le leader du Monde et de la Mondialisation !

    Ces informations sur les Aliens qui ont envahi notre planète ont été obtenues grâce aux témoignages de multiples personnes à travers le monde qui ont été enlevées par ces êtres, puis relâchées après analyses et prélèvements biologiques divers. Ces gens, profondément traumatisés, ont revécu leur enlèvement sous hypnose grâce à l'aide de psychiatres-sophrologues qui ont accepté d'apporter leur aide aux ufologues.

    Ces Aliens ont enlevé des milliers et des milliers de gens à travers le monde et continuent de le faire pour une raison principale: réaliser des hybridations entre les Hommes et les Gris afin de repeupler la Terre avec ces hybrides surdoués...!
    Les informations sur le Gouvernement Secret qui dirige notre Monde de façon occulte ont, quant à elles, été obtenues grâce aux témoignages d'agents secrets et de journalistes dont certains l'ont payé de leur vie.

    (A ceux qui veulent en savoir plus sur ces Aliens et sur le Gouvernement Secret, nous proposons de se reporter à la Bibliographie dans laquelle nous donnons les meilleurs ouvrages à lire sur ces sujets). Ces enlèvements sont toujours réalisés discrètement, de jour comme de nuit, principalement dans des lieux où les Hommes peuvent s'égarer et disparaître comme les montagnes, les déserts, les forêts, les canyons, les vastes prairies, les routes qui traversent ces zones et les mers...

    Quoi de mieux, dans ce cas, que ces fameuses zones de disparitions mystérieuses que sont le "Triangle des Bermudes" et le "Triangle du Dragon"!? Ce sont des endroits parfaits pour réaliser ces enlèvements !

    Voilà pourquoi il y a, dans ces zones, tant de mystérieux objets dans les airs et dans la mer (Ovnis, "roues lumineuses" et "mystérieux vaisseaux noirs"). Des engins pilotés par des créatures extra-terrestres qui capturent des humains (c'est le cas du Thresher et du Scorpion!) pour réaliser sur eux d'horribles expériences génétiques visant à remplacer l'humanité par une autre qui prendra sa place... et qui sont donc responsables d'une partie des disparitions survenant sur ces lieux. Voilà aussi pourquoi les gouvernements s'intéressent de si près à ces zones de disparitions mystérieuses !

    Tout cela ne résout pas complètement le mystère du "Triangle des Bermudes" et du "Triangle du Dragon"; ce mystère est trop énorme, mais l'essentiel de la réponse se trouve là: certains bateaux et avions ont disparu dans un Monde d'Anti-Matière tandis que d'autres ont été capturés par des extra-terrestres. Grâce aux témoignages de ceux qui ont pu miraculeusement échapper à ce kidnapping cosmique, nous avons pu comprendre la cause de ces disparitions si mystérieuses, mais nous ne savons pas tout. La totalité de cette énigme est certainement plus fantastique encore que tout ce que nous avons pu découvrir... !

    Les créatures de lumière des abysses

    Au fond des océans de la Terre, d'incroyables formes de vie existent et se déplacent dans le noir total sous des pressions énormes. Là où l'on pensait, il y a encore peu de temps, que toute vie était impossible, on a découvert d'innombrables espèces de Poissons, de Mollusques et de Crustacés adaptées à ces conditions de vie extrêmes. De grands Mammifères marins comme les Baleines, les Morses et les Orques plongent souvent en apnée dans ces
    profondeurs abyssales pour y trouver leur nourriture.

    Autour des "fumeurs noirs", ces fameuses cheminées sous-marines abyssales qui crachent en continu des gaz sulfureux brûlants (autour de 300 °C), on a découvert toute une faune d'Invertébrés qui s'est adaptée en formant des micro-éco-systèmes basés sur le métabolisme chimiotrophe de Bactéries sulfureuses thermophiles vivant en symbiose avec de grands Vers... !

    Comme nous l'avons vu précédemment, ces grands fonds cachent également d'extraordinaires monstres marins d'origine inconnue. Les fonds abyssaux grouillent de vie animale. Par contre, aucune vie végétale n'a été trouvée, peutêtre à cause du noir total qui empêche toute photosynthèse.
    Là où l'on pensait qu'il n'y avait rien, on a ainsi trouvé tout un Monde vivant !

    Mais les fonds abyssaux cachent en réalité bien d'autres secrets... des choses que les Hommes n'imaginent même pas comme possible !
    Au fond des océans, il existe des êtres et des Mondes inconnus... !
    Tout au fond des abysses, dans un noir total, sous des pressions écrasantes, des créatures de lumière virevoltent dans les eaux froides et inhospitalières des profondeurs comme des papillons sous le Soleil d'été... !
    A l'abri du regard des Hommes de la surface qui ne pensent qu'à tirer profit de tout ce qui les entoure, une Vie superintelligente évolue au fond des eaux...

    Ces êtres dont on sait très très peu de choses (voir "Le Peuple Animal" d'Anne et Daniel Meurois-Givaudan—Editions Le Perséa—p.172) sont des créatures extrêmement évoluées, des êtres remplis d'amour !
    La lumière qu'ils rayonnent est due à leur haut niveau vibratoire, signe de leur haut niveau d'évolution. Ce sont des créatures éthérées !
    Ce sont des Humains hautement évolués en contact direct avec les êtres des étoiles et avec les Mondes supérieurs !
    Pourquoi de tels êtres supérieurs vivent-ils dans ces noires profondeurs? Peut-être parce qu'ils ont trouvé là un havre de paix et de sérénité qu'ils n'ont pas trouvé sur la Terre...

    D'où viennent-ils? Nous ne connaissons malheureusement pas la réponse à cette question. Mais peut-être viennent-ils d'une autre planète...!
    Nous aurions beaucoup aimé développer ce sujet passionnant, mais faute d'informations supplémentaires nous ne le pouvons pas. Un jour, un jour prochain peut-être, créatures de lumière des abysses entreront en contact avec les Hommes... et ce jour illuminera notre vie !

    Les fantastiques Mondes topologiques

    Disparus dans le "néant"...

    Un jour de juillet 1854, alors qu'il se reposait dans son fauteuil sous le porche de sa maison, Orion Williamson, fermier près de Salem (Alabama—USA), se leva tout à coup et partit à travers champs pour rentrer ses chevaux à l'écurie. Sa femme et son enfant le virent s'éloigner. Deux voisins à cheval, de l'autre côté du champ, le virent également et lui firent signe. Mais, subitement, sous leurs yeux effarés, Williamson disparut !

    Sa femme et son fils coururent alors vers le lieu de sa disparition et leurs voisins descendirent de cheval pour en faire autant. Ils fouillèrent ensemble tout le champ croyant trouver un trou dans lequel Orion Williamson serait tombé, mais ils ne trouvèrent ni trou ni traces.
    On fit alors venir de la ville voisine (Salem) des hommes et des chiens pour tenter de retrouver le malheureux... en vain.

    Des journalistes, informés de cette mystérieuse disparition, vinrent sur les lieux pour enquêter auprès de la famille et des voisins. Un certain Ambrose Bierce raconta cette histoire dans son journal sous le titre: " De la difficulté de traverser un champ ". Le même phénomène se reproduisit 26 ans plus tard, toujours aux Etats-Unis.

    David Lang et Isaac Martin

    Le 23 septembre 1880, David Lang, cultivateur près de Gallatin (Tennessee—USA), sortit de chez lui pour aller dans son champ comme d'habitude. Sa femme qui le regardait partir de sa fenêtre, se mit tout à coup à l'appeler, car elle avait vu arriver au loin un cabriolet transportant deux personnes qui, manifestement, venaient leur rendre visite.

    Son fils George, âgé de huit ans, et sa fille Sarah, âgée de onze ans, jouaient à ce moment-là dans le potager. Ils s'arrêtèrent de jouer lorsqu'ils virent arriver le cabriolet qui amenait le juge August Peck, un ami de la famille, et le beau-frère de David Lang qui venaient de saluer celui-ci en passant.
    Sa femme et ses deux enfants se mirent alors à appeler ensemble David Lang à grands cris. Apparemment, il n'entendait rien et ne voyait rien...! La mère et les enfants continuaient de crier lorsque, brusquement, David Lang disparut! Il s'était littéralement volatilisé sous leurs yeux et sous ceux des visiteurs !

    Tout le monde courut vers l'endroit où David Lang avait disparu, mais il n'y avait là aucune trace visible.
    L'affaire fit grand bruit dans la région et des journalistes vinrent sur les lieux faire leur enquête. Dans les journaux, on put lire qu'à l'endroit de la disparition, quelque temps après, l'herbe avait jauni et ne repoussait plus dans un rayon de deux mètres !

    Aucune explication n'a pu être fournie, ni par les témoins, ni par les journalistes, ni par la police venue enquêter. Le temps passa et les gens commençaient à oublier cette étrange affaire de disparition mystérieuse.
    Deux mois plus tard, George et Sarah, les enfants de David Lang, revinrent par hasard à l'endroit où leur père avait disparu et s'y arrêtèrent quelques minutes. Ils furent subitement épouvantés et rentrèrent chez eux en courant...!
    Ils appelèrent leur mère et lui dire qu'ils avaient entendu la voix de leur père qui appelait désespérément à l'aide...!

    Malheureusement, on ne put rien faire et David Lang ne reparut jamais parmi les siens.
    Cette histoire fut racontée plus tard dans la revue "Fate", en 1953, par sa fille qui changea très probablement les noms, car ceux-ci ne figurent nulle part dans les livres du recensement de 1880 du comté de Sumner (Tennessee) où habitait David Lang.
    Le phénomène se reproduisit une troisième fois en 1885, toujours aux Etats-Unis.

    Le 25 avril 1885, Issac Martin, un agriculteur résidant à Salem en Virginie (USA), disparut de la même façon que les deux autres fermiers: en traversant un champ. Ce fait est rapporté dans un petit article du New York Sun dans lequel les noms des témoins ne sont pas cités.

    Lire la suite