Un étrange événement biologique il y a 7 000 ans

Un étrange événement biologique il y a 7 000 ans

 

Sahara neolithique teteallongee tinaboteka

 

Il y a environ 7 000 ans (autour de -5000 avant J.-C. donc), quelque chose de bizarre semble s'être produit chez les hommes: au cours des deux millénaires suivants, des études récentes suggèrent que leur diversité génétique - en particulier la diversité de leurs chromosomes Y - s'est effondrée. L'effondrement était si extrême que c'était comme s'il n'y avait plus qu'un seul homme à accoupler pour 17 femmes.

Les anthropologues et les biologistes étaient perplexes, mais les chercheurs de Stanford croient maintenant avoir trouvé une explication simple - mais révélatrice. L'effondrement, soutiennent-ils, était le résultat de plusieurs générations de guerres entre des clans patrilinéaires, dont l'appartenance est déterminée par des ancêtres masculins. YH : Comme on l'a découvert à force de fouilles et d'études génétiques, la société des chasseurs-cueilleurs humaine a été sous dominance des femmes, matriarcale donc, pendant des dizaines, voir des centaines de milliers d'années puisque la naissance de "l'Homme moderne" semble maintenant remonter à plus de 300 000 ans. Ce régime "matriarcal", avec notamment des chamans femelles et une vénération pour la déesse-mère de la fertilité, dirigeant et stabilisant les clans dans une vaste communauté en paix, a non seulement permis l'avènement d'une grande culture très étendue et assez semblable sur l'ensemble du monde colonisé de l'époque, mais une expansion et une multiplication des mêmes chasseurs-cueilleurs. Jusqu'à ce qu'un événement encore inconnu amène assez rapidement à l'abandon du matriarcat, l'adoption du patriarcat et l'avènement de guerres et autres bouleversements qui mèneront à cet appauvrissement du nombre d'hommes entre -5000 et -3000 dont il est question ici. En fait, il faut bien admettre que les conséquences de l'avènement du patriarcat sont toujours visibles de nos jours dans beaucoup de mentalités et nations-tribus actuelles...

 

Venus de laussel vue generaleVénus de Laussel, photographie de l'original conservé au Musée d'Aquitaine à Bordeaux -  l'une des plus célèbres Vénus paléolithiques (env. -25 000 ans), typique de la longue période matriarcale - ce type de gravure a été retrouvé de l'Europe à l'Asie - CC BY-SA 3.0

 

 

 

Les contours de cette idée sont venus à Tian Chen Zeng, un étudiant de premier cycle en sociologie à Stanford, après avoir passé des heures à lire des articles de blog qui spéculaient, selon Zeng, sur l'origine du «goulot d'étranglement du chromosome Y néolithique». Il a bientôt partagé ses idées avec son camarade de lycée Alan Aw, également un étudiant de premier cycle de Stanford dans la science mathématique et computationnelle.

" Il était vraiment lyrique à propos de ça ", a déclaré Aw, alors les deux ont amené leur idée à Marcus Feldman, un professeur de biologie à l'École des sciences humaines et des sciences de Stanford. Zeng, Aw et Feldman ont publié leurs résultats le 25 mai dans Nature Communications...

 

Recherche chromy

Tracés d'horizon cumulés bayésiens de la diversité du chromosome Y et de l'ADN mitochondrial par régions du monde. Reproduit de Karmin et al. avec la permission de Monika Karmin et sous licence Creative Commons (Attribution-NonCommercial 4.0 International)

Il n'est pas sans précédent que la diversité génétique humaine prenne un plongeon de temps en temps, mais le goulot d'étranglement du chromosome Y, qui a été déduit des modèles génétiques chez les humains modernes, était étrange. Tout d'abord, il a été observé uniquement chez les hommes - plus précisément, il a été détecté uniquement à travers des gènes sur le chromosome Y, que les pères passent à leurs fils. Deuxièmement, le goulot d'étranglement est beaucoup plus récent que d'autres événements biologiquement similaires, laissant entendre que ses origines pourraient avoir quelque chose à voir avec l'évolution des structures sociales.

Certes, soulignent les chercheurs, les structures sociales étaient en train de changerAprès les débuts de la domestication et de l'élevage, il y a environ 12 000 ans, les sociétés se sont organisées de plus en plus autour de groupes de parenté étendus, dont beaucoup étaient devenus des clans patrilinéaires - un fait culturel aux conséquences biologiques potentiellement importantes. La clé est de savoir comment les membres du clan sont liés les uns aux autres. Alors que les femmes peuvent se marier dans un clan, les hommes de ces clans sont tous liés par des ancêtres masculins communs et ont donc tendance à avoir les mêmes chromosomes Y. Du point de vue de ces chromosomes au moins, c'est presque comme si tout le monde dans un clan avait le même père.

 

Recherche chromybis

Phylogénie des chromosomes Y spécifiques à l'homme (MSY) à partir de données de séquençage de nouvelle génération, et reconstruction démographique associée. une phylogénie MSY basée sur 456 échantillons et 35 700 SNP. Les principaux haplogroupes sont étiquetés. La boîte orange met en évidence les expansions récentes identifiées dans plusieurs haplogroupes, et la boîte jaune met en évidence une expansion plus ancienne des lignées à racines profondes. b Représentations de la ligne d'horizon bayésienne MSY (de la taille de la population effective en fonction du temps), avec différentes régions du monde indiquées par des couleurs, comme indiqué dans la clé. Reproduit de Batini et Jobling avec la permission de Mark A. Jobling et Springer Science + Business Media

 

Cela ne s'applique qu'à l'intérieur d'un clan, cependant, et il pourrait encore y avoir une variation considérable entre les clansPour expliquer pourquoi même la variation inter-clan aurait pu diminuer pendant le goulot d'étranglement, les chercheurs ont émis l'hypothèse que les guerres, si elles éliminaient à plusieurs reprises des clans entiers au fil du temps, effaceraient aussi un bon nombre de lignées mâles et leurs chromosomes Y uniques.

Clans informatiques

Pour tester leurs idées, les chercheurs se sont tournés vers des modèles mathématiques et des simulations informatiques dans lesquelles les hommes combattaient - et mouraient - pour les ressources dont leurs clans avaient besoin pour survivre. Comme l'équipe le prévoyait, les guerres entre les clans patrilinéaires ont radicalement réduit la diversité des chromosomes Y au fil du temps, tandis que les conflits entre clans non patrilinéaires - groupes où hommes et femmes pouvaient se déplacer (et s'échanger) entre clans - ne l'ont pas été.

 

Sahara neolithique teteallongee tinaboteka

Sahara - peintures rupestres du néolithique, personnage "tête ronde" - Tin Aboteka.

 

 

Le modèle de Zeng, Aw et Feldman explique également que parmi les lignées mâles qui ont survécu au goulot d'étranglement du chromosome Y, quelques lignées ont subi des expansions spectaculaires, cohérentes avec le modèle du clan patrilinéaire, mais pas d'autres.

Maintenant, les chercheurs cherchent à appliquer le cadre dans d'autres domaines - où ce seraient « les schémas historiques et géographiques des interactions culturelles qui pourraient expliquer les schémas que vous voyez en génétique », explique Feldman.

Feldman a déclaré que le travail était un exemple inhabituel de recherche de premier cycle qui était large à la fois en termes de disciplines académiques - en l'occurrence, sociologie, mathématiques et biologie - et en termes de ses implications potentielles pour comprendre le rôle de la culture dans la formation de l'évolution humaine. Et il a dit: " Travailler avec ces gars talentueux, c'est très amusant."

M. Feldman est co-directeur du Centre de génomique computationnelle, évolutive et humaine de Stanford, et membre de Stanford Bio-X, du Stanford Cancer Institute, du Stanford Neurosciences Institute et du Stanford Woods Institute for the Environment. Aw a participé en 2016 au programme de recherche d'été de premier cycle Bio-X.

La recherche a été soutenue par le Centre pour la génomique computationnelle, évolutive et humaine, l'Institut Morrison pour les études sur la population et les ressources et une subvention de la National Science Foundation.

 

Sources : https://www.nature.com/articles/s41467-018-04375-6

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2018-05/su-wac052918.php

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 01-06-2018

 

 

Yves Herbo sur Google+

archéologie prehistoire échange lire mystère génétique

Commentaires (1)

Anwen
Bonjour,
La grande révolte de l'homme contre la femme ouvrit l'ère des discordes, qui devaient régner si longtemps.
L'humanité fut, dès ce temps, divisée, et c'est cette division qui est représentée par les " deux principes se disputant le monde ".
Le principe féminin qui avait créé l'âge d'or et qui voulait en conserver les bases, fut appelé conservateur (qui conserve la vie en soi et conserve le monde).
Le principe masculin, qui avait voulu détruire l'ordre établi, fut appelé destructeur (qui se détruit pour créer la vie de l'enfant et détruit le monde).
Dés lors, deux voies furent ouvertes devant l'humanité : l'une qui devait tendre à rétablir l'ordre et à affirmer les splendeurs de la Théosophie. C'est celle-là qui avait en elle le germe des grandes civilisations de l'antiquité, parce qu'elle consacrait le Droit naturel et parce qu'elle était la glorification de l'Amour féminin qui élève l'âme de l'homme.
À suivre...
Lien
Cordialement.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.