Initiatives OVNIs

Dans cette catégories seront regroupées les pages d'annonces d'initiatives sur les OVNIs (créations de groupe, sites, videos d'activités, appels à témoignages, appel pour recherches scientifiques, etc...)

OVNIs : Spécial Belgique

OVNIs : Spécial Belgique avec ODHTV

 

Odhtv 1

Un spécial OVNIs en Belgique pour cette reprise en douceur des publications de votre site Sciences - Faits - Histoires. Avec les interventions de Gaetan Bovy et Rémy Fauchereau qui vous présentent UFOwallonia et de Gilles Durand qui vous parle de l'Histoire de l'ufologie Belge.

 



L'émission est en collaboration avec:
http://www.sciences-faits-histoire...
http://area51blog.wordpress.com/
http://ufoetscience.wordpress.com/
http://investigationsoanisetoceanogra...
http://reub.e-monsite.com/

Voici un spécial Antenne Libre à l'Ufologie Belge avec l'interview de Gaetan Bovy du groupe d'enquêteurs R.E.U.B. asbl.

 

http://reub.e-monsite.com/

 

Présenté par Gilles.T., voici également en enregistrement audio, Gaetan Bovy, qui vous parle de la vague d'ovnis en Belgique des années 89-90.
 

 

 
Pour finir, un extrait de documentaire sur cette même vague d'OVNIS de 1989-1990 en Belgique. Bien qu'un faussaire ait reconnu récemment avoir fabriqué une maquette pour la prendre en photo et faire mesquinement parler de lui en trompant l'humanité pendant de nombreuses années, il est évidemment impossible que tous ces témoignages, y compris ceux de policiers et de pilotes d'avions de chasse, et aussi de controleurs aériens-radaristes, sur une bonne partie du territoire belge, concernent cette unique maquette du faussaire qui s'est déclaré bien tardivement... Le 29 novembre 1989, dans l'Est de la Belgique, de nombreux témoins, dont des policiers, signalèrent avoir vu des OVNIS dans le ciel, ce qui fut le début de ce que l'on nommera par la suite "la vague Belge" qui dura en tout 18 mois. Ce soir là, des agents de la police fédérale belge patrouillaient près de la frontière allemande, dans la ville d'Eupen, lorsqu'ils furent les témoins d'OVNIS de forme triangulaire évoluant dans le ciel sans aucun bruit. Ils décidèrent alors de contacter leur QG qui était submergé par des appels téléphoniques signalant ces apparitions...

 

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires.com, 04-02-2016

Un morceau d'OVNI analysé

Un morceau d'OVNI analysé

 

Ubatuba03Un échantillon des débris d'Ubatuba

 

Je reviens ici sur une affaire très ancienne, connue des spécialistes et qui demeure toujours à ce jour très mystérieuse et non élucidée. C'est la réapparition surprenante dans mes archives d'un ancien numéro de la revue mensuelle " Historama " - N° 329 de avril 1979 et de l'article qu'il contient qui m'y a poussé, un peu comme un signe venu du passé qui insiste sur l'importance du sujet. Je précise que j'ai retrouvé cette petite revue par hasard en faisant tomber un gros volume d'une encyclopédie coincée en bas d'une étagère d'un débarras depuis 1992... la revue était à l'intérieur.

Cet article intitulé " Le point sur les OVNIS " a été écrit par le professeur Remy Chauvin, biologiste et entomologiste français, professeur honoraire émérite à la Sorbonne, docteur ès sciences, maître de recherches depuis 1946, né en 1913 et décédé en 2009.

 

Remy chauvinRemy Chauvin

 

Dans cet article très intéressant publié par un scientifique renommé, un point est fait sur les résultats des travaux d'un autre scientifique, le statisticien Claude Poher, un autre est fait sur le rapport Condon, qui  réfute point par point ce même rapport et apporte la preuve d'une manipulation évidente de la part de l'armée américaine non seulement sur ses études mais surtout sa conclusion et, pour finir, une mention fait état de l'affaire d'Ubatuba au Brésil et des analyses d'échantillons de métal appartenant à priori à un ovni...

" Le statisticien Claude Poher, qui dirige un important service de recherches sur les télécommunications et la recherche spatiale (au CNES), a pris un jour le taureau par les cornes en décidant d'examiner lui-même ce qui ressort des témoignages sur les soucoupes. Le puissant outil de la statistique peut-il, ou non, séparer le grain de la paille et en tirer quelque chose d'utilisable ?

Voici les résultats qui, à mon avis, donnent une idée fort exacte et par certains côtés fort inattendue des phénomènes " soucoupes ". L'identité des témoins et leurs caractéristiques d'abord : on les connaît dans les trois quart des cas et toutes les catégories socio-professionnelles y figurent, y compris des astronomes et des chercheurs (4,36% pour les premières; 4,12% pour les secondes). Il ne s'agit donc point, contrairement à ce que certains soucoupophobes superstitieux ont voulu insinuer, de couches peu évoluées de la population. En réalité, tout le monde, ou presque, et y compris les spécialistes du ciel, peut voir une soucoupe. La distance des objets n'est pas toujours très grande et quelques observations très rapprochées, portant sur des engins à terre, ont été effectuées. Un point curieux est la corrélation avec les conditions météorologiques : il y a pléthore d'observations quand le ciel est dégagé et la visibilité optimale, alors que certains auraient plutôt insinué le contraire.

La forme des objets est variable, quoique généralement arrondie : leur taille varie du mètre à la dizaine de mètres ou beaucoup plus; leur couleur est notée dans plus des deux tiers des cas : la plupart sont rouge orangé (la nuit) ou métalliques (le jour). De même, alors que la nuit les objets sont lumineux, ils réfléchissent, de jour, la lumière du soleil. On a observé des " lumières " stables ou mouvantes sur l'objet dans le quart des cas environ.

La vitesse des objets va de l'arrêt complet à 2 500 km/h et plus. Tout le monde note le départ avec une étonnante accélération. 15 % des objets ont atterri. Le silence pendant le vol a étonné tous les témoins : c'est une caractéristique à peu près universelle.

Des traces d'atterrissage ont été relevées dans la moitié des cas. Et dans la moitié des cas d'atterrissage un débarquement a été signalé : généralement un seul personnage sort à la fois : " Il est la plupart du temps de petite taille, et souvent vêtu d'une combinaison étroite et fuit généralement à bord de son véhicule à l'approche du témoin ".

Contrairement à ce qui a été souvent dit, la mise en panne des moteurs à allumage électrique lorsque s'approche l'objet n'a été observée que dans 2 % des cas : il en est de même pour les parasites radioélectriques (2 % des cas également). Par contre, on observe des effets thermiques (chaleur, brûlures) dans 5 % des cas. Les animaux réagissent généralement par la panique, dans 5 % des cas.

" La répartition temporelle des observations fait apparaître un certain nombre de vagues très marquées en 1942, 1944, 1947, 1950, 1954, 1959, 1964, 1967, sans périodicité apparente. Un net maximum d'observations est fait de nuit..., le maximum entre 21 heures et minuit " (Poher).

Sur le plan de la statistique, Poher se voit forcé de rejeter l'explication par la psychose collective (car comment expliquer la très forte corrélation avec la pureté du ciel, par exemple ?). Les témoins, d'autre part, dans un nombre élevé de cas, sont très compétents. Ils sont nombreux, il y a des enquêtes officielles nombreuses et dans beaucoup de cas des traces matérielles (indépendamment du radar et des photographies). Un point intéressant est la grande cohérence des témoignages à l'échelle mondiale. "

Je passe sur le point sur le rapport Condon, cette commission d'enquête demandée par le gouvernement américain et manipulée par les militaires de l'époque a déjà fait l'objet d'articles sur ce site et ses conclusions et analyses tronquées et incomplètes, censurées, ont largement été réfutés et démontés par de nombreuses personnes dans le passé.

" L'objet d'Ubatuba 

Un journaliste, Ibrahim Sued, écrivit le 14-09-1957 dans O Gobo, le grand journal de Rio de Janeiro, l'histoire suivante qu'il tenait d'un de ses correspondants :

" J'étais en train de pêcher avec quelques amis près d'Ubatuba dans l'Etat de Sao Paulo, quand j'aperçus un disque volant. Il s'approcha de la plage à une vitesse incroyable et il semblait inévitable qu'il aille s'écraser dans la mer. Au dernier moment cependant, il exécuta un tour à angle très aigu vers le haut et monta rapidement à une vitesse fantastique. Etonnés, nous suivions le spectacle des yeux, lorsque nous vîmes le disque exploser dans une gerbe de flammes. Il se désintégra en millions de petits fragments qui tombèrent en jetant des étincelles magnifiquement brillantes. Ils brillaient comme des pièces d'artifices en dépit de tout l'éclat du jour, car il était près de midi (...) Presque tous ces fragments tombèrent dans la mer. Mais un certain nombre de petits morceaux tombèrent près de la plage et nous en ramassâmes une grande quantité : c'était léger comme du papier. Je vous en envoie un petit échantillon ".

 

Ubatuba01Ubatuba02Un échantillon des débris d'Ubatuba examiné au microscope révéla une pureté très haute qui ne pouvait pas être naturelle. Photos provenant de Walter Walker et du Dr. J. Allen Hynek du Center for UFOS Studies.​

 

Sued transmit l'échantillon au Dr Olavo Fontes, homme de science brésilien bien connu, qui s'intéressait au problème des soucoupes volantes. Fontes soumit la substance, pour analyse, au Laboratoire des productions minérales, qui constitue une division du Ministère de l'Agriculture brésilien. L'analyse spectrographique montre qu'il s'agissait de magnésium d'un haut degré de pureté, sans autre élément métallique.

Le magnésium du fragment est pur à 99,9 % : il n'y a qu'une partie pour mille d'impuretés. Elles renferment 500 parties pour un million de strontium, autant de zinc et moins de baryum, manganèse et chrome.

En 1957, on ne savait même pas produire, et de loin, du magnésium aussi pur. Même maintenant (1979), on peut affirmer qu'il a été préparé à l'aide d'une technologie inconnue sur Terre. " Remy Chauvin.

Notons bien, encore une fois, que cette déclaration a bien été faite par un véritable scientifique reconnu, et qu'il est également fait mention par Remy Chauvin dans cet article, de la probable création d'un organisme chargé d'entreprendre et de coordonner des recherches officielles sur les OVNI par l'O.N.U., avec une première initiative le 08 décembre 1978 :

Historama 04 1979 onu

Il existe d'autres développements et sources pour cette étrange histoire, voici pour continuer des extraits de textes trouvables sur le site de l'ufologue Patrick Gross :

" Les trois échantillons ressemblaient à des morceaux de métal irréguliers et fortement oxydés, de couleur gris blanchâtre mat.

Le premier échantillon a été examiné aux laboratoires de production de minéraux du ministère agricole Brésilien. Ils ont appliqué des techniques chimiques, des analyse spectrographique et de rayon X sur le métal. Ces essais ont indiqué que le matériel était en magnésium très pur. Les chimistes ont également noté que tous les oligoéléments normaux prévus dans le magnésium étaient manquants.

Fontes a épuisé tout son échantillon dans une série d'autres d'essais, qui ont compris une autre recherche conduite aux rayon X, et des recherches de chimiste aux laboratoires d'un départment de géologie, et des fragments furent envoyés aux départements de recherches de d'armée et de la marine brésiliennes. L'armée et la marine ont maintenu les résultats de leurs études secrets.

Le laboratoire de géologie a déterminé que le magnésium était d'une pureté très grande avec une mesure de pureté de 1,87 par opposition à une mesure normale de 1,74.

L'APRO a envoyé un échantillon à l'U.S. Air Force, mais l'échantillon qu'ils ont envoyé fut victime du "accident" tandis que l'U.S. Air Force l'examinait. L'U.S. Air Force a demandé qu'un autre échantillon soit envoyé. L'APRO a refusé.

Les échantillons restants furent encore analysés avec des résultats variables, jusqu'à ce que les échantillons soient devenus trop petits pour n'importe quelle utilisation dans des tests.

L'APRO possèdait toujours un petit échantillon restant dans ses coffres... " - (APRO : L'Aerial Phenomena Research Organisation, un des premiers organismes ufologiques américain privé, fondé en 1952 par Jim et Corral Lorenzen. L'APRO n'existe plus.)

 

Voici la Déposition par le Dr. james A. Harder au symposium sur les OVNIS de 1968 du Congès US, dans laquelle il fait largement mention de cette affaire et de ces échantillons analysés :

Dr. Harder. " Les exemples dans lesquels des fragments physiques d'OVNIS ont été trouvés sont tristement peu nombreux. A ma connaissance, il y a seulement une conclusion bien authentifiée, et c'était au Brésil, en 1957.

En bref, plusieurs petits fragments métalliques ont été récupérés par quelques pêcheurs près de la ville côtière d'Ubatuba, à Sao Paulo, après qu'ils aient vu ce qu'ils ont décrit comme une explosion brillante d'un disque volant. Certains des fragments incandescents se sont éteints dans l'eau près du rivage, où ils ont été récupérés.

Ubatubafragments d'Ubatuba (O Globo)

Fontes a récupéré trois des fragments qui pesaient moins qu'un dixième d'une once chacun, et a fait analyser l'un d'eux au laboratoire de la production minière du ministère Brésilien de l'Agriculture. Les résultats de la première analyse étaient que la substance était un magnésium d'un degré de pureté exceptionnellement élevé, et qu'il y avait une absence de n'importe quel autre élément métallique.

Sur la base de ce premier examen un deuxième essai spectrographique a été effectué, avec plus de soin et des instruments des plus modernes. Le deuxième rapport a été de nouveau marqué par des références "à la pureté extrême" de l'échantillon. Même les impuretés qui sont parfois dues à la contamination à partir de la tige de carbone utilisée comme électrode étaient absentes. Un autre essai, en utilisant la diffraction des rayons X, n'a pas indiqué le moindre autre composant métallique.

Un des morceaux a été envoyé en avion vers la Californie et a été analysé. J'ai le rapport ici. Ils ont employé l'analyse par activation neutronique et ont découvert un total d'un dixième de 1 pour cent d'autres éléments métalliques que le magnésium, 500 parts par million, qui comprenaient du zinc, ce qui est intéressant, et un peu de baryum et de strontium.

Il est certain que ce métal est d'une pureté extraordinaire, certainement loin au delà des capacités de pêcheurs d'Ubatuba de le produire.

Quelle a pu être l'utilisation d'un tel magnésium de grande pureté dans le contexte d'un vaisseau spatial ? Un indice se trouve dans sa structure cristalline. Il a une structure hexagonale hautement compacte, et à cet égard il est semblable aux métaux de haute résistance, le béryllium et le titane. Les cristaux hexagonaux ont un seul plan de glissement, et ceci tend à les rendre souple mais résistants.

Un des raisons de la glissade le long des plans des cristaux est que les imperfections locales dans le cristal, ou les atomes étrangers, créent des lignes de concentration de l'effort qui se déplacent rapidement à travers le cristal, produisant sa déformation.

Si on pouvait éliminer ces imperfections, ou dislocations, la force théorique du treillis du cristal elle-même pourrait être approchée. Cette force est sur l'ordre de millions de livres par pouce carré pour tous les matériaux. Des tiges de verre soigneusement préparées du diamètre d'un quart de pouce, gravées à l'eau-forte pour enlever les fissures extérieures microscopiques et alors laquées, ont résisté à un effort de 250.000 livres par pouce carré pendant une heure. Des fibres fondues dans le silice ont été soumises à une contrainte de 2 millions de livre par pouce carré.

Donc, les atomes étrangers dans un treillis en cristal sont les points focaux pour des dislocations - des points de concentration du stress où le treillis en cristal lui-même se déchire et glisse. Nous pouvons imaginer qu'un cristal de grande pureté, exempts d'imperfections extérieures et internes, accepterait des forces fantastiques. En effet, avec l'arrivée des alliages de fer, et de la fibre de bore qui a renforcé ses composés, nous approchons déjà certaines de ces forces, mais seulement pour des fibres de diamètre extrêmement petits.

Si, par quelque bonne fortune, d'autres échantillons de matériel OVNI soient trouvés, il peut y avoir d'autres indices qui stimuleraient la recherche dans les matériaux de haute résistance, et peut-être nous donneront des indices sur la façon de réaliser des matériaux suprarésistants qui seraient plus grands que les fibres minuscules que nous avons produites jusqu'ici. " (Dr J. Harder).

Pour finir, il y a des suites et d'autres analyses effectuées et nous citons ici l'ufologue Gildas Bourdais qui a bien résumé et commenté l'affaire. Voici des extraits mais vous pouvez voir le texte intégral ici : http://veritas-europe.com/des-fragments-dovni-a-ubatuba/ :

" Le physicien américain Paul Hill en a donné une analyse très claire et convaincante dans un livre remarquable, Unconventional Flying Objects. A Scientific Analysis, écrit en 1975 mais publié seulement en 1995, après sa mort. Précisons que Paul Hill a fait toute sa carrière à la NASA, où il a atteint des postes de responsabilités importants. Il s’est intéressé personnellement aux ovnis après en avoir observés à deux reprises en 1952 (une grande année). Avec humour, il raconte comment il avait reçu l’instruction de se taire, par voie hiérarchique, alors qu’il était à la NACA, ancêtre de la NASA, et comment, ayant étudié les ovnis toute sa vie à titre personnel, il a écrit ce livre de réflexions sur la physique des ovnis.

En lisant Paul Hill, on comprend comment certaines erreurs ont permis de semer le doute. L’analyse du premier échantillon, explique-t-il, fournit un résultat étonnant. Non seulement le magnésium est d’une très grande pureté (on note seulement de faibles traces superficielles d’hydroxyde de magnésium dues sans doute à une réaction en tombant dans l’eau de mer), mais la densité (ou poids spécifique) de cet échantillon, de 1,866 g/cm3, est supérieure de 6,7 % à celle du magnésium ordinaire (1,741 g/cm3). En revanche, elle est presque exactement celle de l’isotope 26, peu abondant sur Terre, dont Paul Hill donne en détail le calcul : 1,861, soit un très faible écart, de 0,005 % seulement, explicable par la limite de précision des mesures. Selon lui, on ne peut imputer cet écart à la présence de traces d’hydroxyde de magnésium, dont la densité est de 2,36, car il en aurait fallu vraiment beaucoup. D’ailleurs, la mesure de densité avait été faite en prélevant un morceau au cour du fragment pour éviter la contamination. Ce bout de métal, explique Paul Hill, n’a pu être obtenu que par séparation isotopique, un procédé qui n’existe à ce jour, sur Terre, que pour la séparation des isotopes de l’uranium, et avec quelle difficulté !

La suite de l’histoire devient rocambolesque. Le laboratoire, pourtant très compétent, ne songe pas à vérifier ce résultat extraordinaire sur les deux autres échantillons, et détruit le premier dans d’autres tests moins importants. Le Dr Fontes, qui possède un deuxième morceau du premier échantillon, l’a fourni au laboratoire militaire de la Marine, qui l’avait réclamé ; or celui-ci, à son tour, détruit ce morceau ! Il devient donc impossible de poursuivre l’étude de ce premier échantillon, et notamment de faire un test décisif au spectromètre de masse sur la composition isotopique. Le Dr Fontes a alors envoyé les deux autres fragments à ses collèges et amis de l’APRO, Coral et Jim Lorenzen, aux Etats-Unis. Ils ont été découpés en plusieurs morceaux, et certains ont été fournis pour analyse à des laboratoires américains.

Aux Etats-Unis, la trace des échantillons devient plus difficile à suivre, explique Paul Hill. Des analyses faites aux laboratoires de Oak Ridge et de la Dow Chemical révèlent une densité proche de la normale, et un certain nombre d’impuretés, avec quand même un résultat curieux: une proportion importante d’aluminium, que l’on ne trouve pas dans les produits courants. (Il faut remarquer ici que, si ces fragments sont bien ceux d’un ovni ayant explosé, on peut supposer qu’ils proviennent de plusieurs pièces faites de matériaux différents.). Puis un fragment fourni par l’APRO à l’armée de l’Air américaine est déclaré détruit sans résultats (oh ! naïveté des premiers ufologues…).Les Lorenzen ont aussi essayé d’intéresser l’ATIC, le service technique de l’armée de l’Air, sans aucun succès. Le dernier fragment échoue, si l’on ose dire, à la commission Condon de l’université du Colorado. Il est testé dans un laboratoire du FBI, après avoir été rendu radioactif dans une pile atomique. On y trouve cette fois une proportion importante de zinc et de strontium. (...)

Mentionnons ici un article qui avait bien fait le point en France, en 1976 (article de Jacques Scornaux dans la revue LDLN No 158.). L’histoire d’Ubatuba ne s’arrête pas là. D’autres études ont été faites, présentées notamment dans un dossier du Journal of UFO Studies en 1992 (New Series, vol. 4), comprenant une étude faite en 1969-70 par les physiciens Walter Walker et Robert Johnson, qui n’avait pas encore été publiée. Ce dossier de 36 pages reprenait les analyses déjà faites, avec une nouvelle étude faite par le Dr Walker. En 1969, l’APRO lui a confié des fragments, et il a fait des tests non destructifs sur leur structure cristalline.

Il a découvert que ce matériau avait été fabriqué selon une technique de croissance directionnelle des cristaux, qui permet d’en augmenter la solidité, technique qui faisait l’objet de recherches actives à l’époque. Cette découverte a été validée par le Dr Robert Johnson, de la Material Resarch Corporation, cosignataire de l’article. Bref, un élément bizarre de plus dans cette mystérieuse affaire.

Le débat a rebondi avec le livre de Paul Hill paru en 1995. C’est sur cette fameuse mesure de densité faite au Brésil que Hill se démarque complètement des analyses  » officielles  » faites aux Etats-Unis, comme on l’a vu, alors que même le Dr Fontes les avait plus ou moins acceptées, ainsi que le Dr Walker. En revanche, cette question de la densité va être ensuite de nouveau refermée.

C’est deux ans plus tard que l’affaire est évoquée, très brièvement, par Jacques Vallée, à la fameuse réunion de Pocantico, tenue en 1997 à l’invitation de Laurance Rockefeller et animée par le physicien Peter Sturrock, professeur à l’université de Stanford. Celui-ci en a publié les communications dans son livre The UFO Enigma, paru en 1999 (publié en français en 2002 sous le titre La science face à l’énigme des ovnis). Jacques Vallée cite bien l’étude du laboratoire des Mines brésilien qui a trouvé du magnésium extrêmement pur mais, curieusement, ne mentionne pas la mesure de densité correspondant avec précision à l’isotope 26 du magnésium. Il évoque en revanche des travaux ultérieurs, dans le paragraphe suivant, cité ici intégralement :

 » Des travaux ultérieurs ont été conduits sous la direction de Peter Sturrock, à l’université de Stanford, et dans plusieurs laboratoires en France, incluant l’université d’Orsay, qui ont confirmé que le matériau était composé de magnésium et d’oxyde de magnésium, mais avec une quantité substantielle d’impuretés (Sturrock, 1984), principalement de l’aluminium, du calcium et du fer.

L’analyse de cet échantillon continue, avec un effort pour mesurer les ratios isotopiques qui pourraient aider à établir l’origine du matériau.  »

Voici encore un curieux développement, cette fois sur le forum  " UFO Updates " . L’ufologue canadien Nick Balaskas a révélé le 6 avril 1999 que le Dr Peter Sturrock avait confié en 1997 un morceau de l’un de ces échantillons au Dr Sam Wang, de Vancouver au Canada, pour en déterminer les ratios isotopiques. Selon Balaskas ,  " les résultats de ce test ont montré que l’isotope 24 du magnésium (qui constitue environ 80% du magnésium terrestre) était pratiquement absent du morceau d’Ubatuba qui avait été testé " . D’autres tests étaient envisagés. J’ai essayé d’obtenir confirmation de cette nouvelle assez sensationnelle, directement auprès du Dr Sturrock, avec qui j’avais déjà correspondu l’année précédente pour lui fournir des éléments sur Trans-en-Provence. Dans un message du 15 mai 1999, je lui ai rappelé les analyses de densité, telles que publiées dans le Journal of UFO Studies en 1992, et dans le livre de Paul Hill en 1995, et je lui ai demandé s’il pouvait me confirmer l’information donnée par Nick Balaskas. Sa réponse a été d’une remarquable brièveté :

" Les résultats ‘anormaux’ sont suspects et demandent à être répétés. Je ne revendiquerais pas, à l’heure actuelle, qu’ils prouvent une anomalie isotopique. " ( " The ‘anomalous’ results are suspect and need to be repeated. I would not claim any evidence of an isotopics anomaly at this time " .)

Les derniers fragments encore disponibles d’Ubatuba (on ne sait plus très bien lesquels, et d’où ils viennent) ont-ils fait l’objet d’une autre analyse ? Je n’en ai pas entendu parler. En revanche, il se trouve que j’ai obtenu un document très intéressant, une copie intégrale de la longue lettre écrite par le Dr Olavo Fontes à Coral Lorenzen, datée du 27 février 1958. Cette lettre devait rester confidentielle mais elle a été retrouvée dans les archives de l’APRO, par quelqu’un qui n’a pas été nommé. Il n’est pas très difficile, cependant, d’en imaginer l’identité, sachant que Bill Moore a révélé en 1989 au congrès du Mufon qu’il avait espionné l’APRO, dont il était membre du comité directeur dans les années 80, pour le compte des militaires de l’AFOSI. Il est peut-être opportun de rappeler ici que l’APRO avait été désigné nommément comme un organisme à surveiller, dans le rapport de la commission Robertson de janvier 1953, secret à l’époque, mais publié en 1969, en Annexe du rapport Condon !

Dans cette lettre, le Dr Fontes racontait comment il avait eu à plusieurs reprises la visite d’officiers de la marine brésilienne qui avaient lourdement insisté pour qu’il leur remette les débris d’Ubatuba en sa possession. Devant le refus de Fontes, ils lui avaient alors fait des révélations sur les secrets ovni, dans le but de lui faire saisir l’importance de l’affaire. J’ai pour ma part publié des extraits significatifs de cette lettre dans mon livre  " Ovnis. La levée progressive du secret " . On y apprend notamment qu’il y avait eu plusieurs ovnis accidentés (déjà en 1957 !), et qu’il y avait eu des tentatives d’interception par la chasse américaine, lesquelles avaient toutes échoué, certains appareils étant même abattus, au point que ces tentatives avaient été arrêtées.

Il est probable que cette piste d’informations et de révélations est définitivement close, étant donné que le Dr Fontes est mort de cancer en 1968, âgé seulement de 43 ans. Jim Lorenzen est décédé en 1986, Coral en 1988, et les archives de l’APRO semblent être inaccessibles aujourd’hui. " (Bourdais).

 

Sources : Historama - N° 329 de avril 1979, professeur Remy Chauvin

Historama 04 1979 ovni

Notons que le Professeur Chauvin publia également en annexe à son article quelques photos d'OVNIs de cas remarquables, notamment celles-ci, prises par un gendarme lors de sa rencontre étrange avec un ovni à Révigny-sur-Ornain, dans la Meuse le 06-06-1975 vers 21h30 :

Historama 04 1979 revigny sur ornain 06 06 1975

http://ufologie.patrickgross.org/htm/harder68f.htm

http://ufologie.patrickgross.org/htm/ubatuba57f.htm

http://bourdais.blogspot.fr/

http://veritas-europe.com/des-fragments-dovni-a-ubatuba/

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 11-11-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 09-11-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 09-11-2015

Gillest

Matin OVNI dans le monde du 09-11-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

Actualité Ovni récente dans le monde et interview de Bruno Bousquet de l'association Ovni Languedoc, Raymond Choquette de l'AQU (association québécoise d'ufologie) et Louise Dionne des Soupers Expérienciels.

 

odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://investigationsoanisetoceanogra...

http://area51blog.wordpress.com/

http://ufoetscience.wordpress.com/

http://reub.e-monsite.com/

 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 10-11-2015

OVNIs : JT Ovni en France du 05-11-2015

OVNIs : JT Ovni en France du 05-11-2015

Odhtv 1

 

JT Ovni en France du 05-11-2015 d'ODH TV vous est présenté par Gilles Thomas.

Dans cette nouvelle édition, nous vous partageons l'actualité ovni en France d'avril à juin 2015, le 50ème anniversaire de l'affaire de valensole. Dans le dossier de l'édition, je vous partage les observations d'ovni en Provence (ou région PACA) avec la participation de nombreux ufologues et veilleurs.

Jtfrance11 2015Extrait du documentaire ci-dessous (ODHTV)

L'émission est en collaboration avec:
http://www.sciences-fictions-histoire
http://area51blog.wordpress.com/
http://ufoetscience.wordpress.com/
http://ovnilanguedoc.canalblog.com/

http://www.ovniparis.fr/
http://ovniconscience.com/


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 05-11-2015

OVNIs : Soir OVNI dans le monde du 28-10-2015

OVNIs : Soir OVNI dans le monde du 28-10-2015

Gillest

Soir OVNI dans le monde du 28-10-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

Avec l'intervention de Bruno Bousquet et Bernard de l'association Ovni Languedoc, Raymond Choquette de l'association québécoise d'ufologie et Jack Obin, des veilleurs de la région Centre.

Appel à témoins au Québec, contactez:
ray.choquette@gmail.com


odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://ovnilanguedoc.canalblog.com/

http://www.astropleiades.fr/

http://coldevence3.com/

http://www.sceau-archives-ovni.org/

http://rallumonsleciel.e-monsite.com/

http://veritas-europe.com/

 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 29-10-2015

L'Aviation civile britannique et les OVNIs

L’AVIATION CIVILE BRITANNIQUE TRES INTERESSEE PAR LES OBSERVATIONS D’OVNI DES PILOTES

2012 - MAJ  10-2015

uk-essex12-07-08.jpg

Malgré le fait que le ministère britannique de la Défense ait officiellement mis fin à ses enquêtes sur les OVNIS en 2009, il semble que les autorités de l’aviation civile britannique ait décidé – à l’insu du grand public – de poursuivre la collecte des rapports sur les OVNIS impliqués dans d’éventuels problèmes de sécurité des vols.

« Ils étaient seulement intéressés par les observations qui certainement ont eu une incidence sur la sécurité des vols des aéronefs mais n’étaient plus intéressés par les rapports du public, qui avait vu des choses dans le ciel et les a dénoncés à l’autorité de l’aviation civile », a déclaré David Clarke, le fonctionnaire britannique du National Archives,  consultant et professeur de journalisme à l’Université de Sheffield Hallam.

davidclarke

Clarke a déclaré au Huffington Post que l’Autorité de l’aviation civile – un ministère différent du ministère de la Défense -  a tenu des registres séparés des cas d’OVNIS « , non seulement ceux rapportés par les équipages, mais aussi toutes les choses inhabituelles  vues par les contrôleurs aériens des aéroports. «

Par le dépôt de demandes d’accès à l’information, Clarke a révélé que la Royal Air Force qui avait spécifiquement demandé que les signalements d’ovnis soient soumis au ministère des Transports,  ne seraient plus transmis au ministère de la Défense.

La RAF stipule expressément que «les membres du public qui font ces rapports ne sont pas encouragés à croire qu’une enquête aura lieu. »

On sait maintenant que les contrôleurs aériens britanniques ont reçu des signalements d’ovnis sur une base quasi régulière.

 dans OVNI

S’exprimant sur la radio BBC « Aujourd’hui » programme , le 17 août, Richard Deakin, le chef des Services de contrôle du trafic aérien britannique, a déclaré :

« Eh bien, de temps en temps, il y a des objets qui sont identifiés qui ne sont pas conformes aux modèles de trafic normal – et pas seulement du point de vue britannique, mais  partout dans le monde»,  «Je dois dire que ce n’est pas quelque chose qui occupe une énorme quantité de mon temps. »

Deakin a ajouté que ces observations se produisent " typiquement de l’ordre d’une par mois."

 
Richard Deakin, responsable du contrôle du trafic aérien britannique, interrogé par le journaliste Simon Jack à la BBC.
 

Si c’est vrai, alors le calcul de Clarke évaluant combien d’observations réelles d’ovnis avaient  été rédigées sous forme de Rapports obligatoires d’événements, ou MORS, était considérablement sous estimé.

« En ce qui concerne les rapports MORS que j’ai reçu grâce à la Liberté de l’Information, de Décembre 2004 à Octobre 2010, leur vraie base de données énumérait 10 cas d’ovnis ou d’aéronefs non identifiés », a déclaré M. Clarke.

« Maintenant [Deakin] dit qu’ils reçoivent un rapport tous les mois ». « Si c’est le cas, je m’attends à ce que le nombre de rapports soit de 80 durant cette période de six ans, et non de 10.  Alors, ma question est la suivante:.? Où sont passés tous les autres ? »

Ceci survient alors que le ministère de la Défense  a pris la décision de mettre fin à toutes les enquêtes sur les OVNIS au Royaume-Uni . Selon le site Internet du ministère de la Défense :

Le ministère de la Défense n’a pas d’opinion sur l’existence ou non d’une vie extraterrestre. Cependant, en plus de cinquante ans, aucun rapport d’OVNI a mis en évidence d’une menace potentielle pour le Royaume-Uni. Le ministère de la Défense n’a pas de capacité spécifique pour identifier la nature de telles observations. Il n’y a aucun avantage de la défense dans une telle enquête. Par ailleurs, en réponse à des observations d’OVNIS rapportés détourne les ressources du MoD de tâches qui sont pertinents à la défense. »

Pourquoi les responsables de l’aviation évitent de parler des ovnis ? Au Royaume-Uni, Clarke suggère qu’il y a là la crainte d’une mauvaise publicité.

« N’oubliez pas qu’il y a là un contexte commercial et que les équipages sont très réticents à déposer un rapport parce que les compagnies aériennes ne veulent pas répondre aux questions sur des choses sans rapport avec l’image de leur entreprise. »

Phil NOYANT

source : http://www.huffingtonpost.com/2012/08/28/ufo-sightings-british-civil-aviation-authority_n_1832289.html?utm_hp_ref=mostpopular

via http://skystars.unblog.fr/2012/08/30/laviation-civile-britannique-tres-interessee-par-les-observations-dovni-des-pilotes/

via http://area51blog.wordpress.com/2012/09/02/16183/

 

MAJ 10-2015 : Voici une vidéo apparue plusieurs mois après cette interview (02/2013). Il s'agit d'un objet lumineux filmé à bord d'un avion (au début surtout) et le témoin met même sa main en paravent pour désigner l'objet et prouver ainsi qu'il se s'agit en aucun cas d'un reflet dans la vitre...  " The light (ufo) is not an reflection as you can see when the plane tilts the wing blocks the light looks like the real deal ". Cet incident aurait été confirmé par les controleurs aériens britanniques et leurs radars au sol.

Cette vidéo parle d'une demande d'intervention faite le 12 janvier 2007 de la part d'un contrôleur aérien d'une base de l'armée à Londres (London Military Air Traffic Control), Grande-Bretagne sur un OVNI repéré par les radars à 3000 (920m) ou 4000 pieds (1200 mètres) d'altitude. Un avion F15 de l'US Air Force décolle de la base de la RAF de Lakenheath, Suffolk, UK. L'avion, qui répond avec le signal "Gator" réussi à verrouiller son puissant radar sur l'objet. Il peut faire deux passes vers l'objet qui bouge vite, la première à une distance de 17.000 pieds (5200 mètres) et l'autre à 17.700 pieds (5400 mètres). L'objet est décrit comme de couleur entièrement noire mais qu'il ne s'agit d'aucun avion connu ou d'un grand oiseau :

 

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 09-2012, MAJ 28-10-2015

OVNIs : ODH interviews 66

OVNIs : ODH interviews 66

Odhtv 1

La 66ème édition d'ODH Interview vous est présentée par Gilles Thomas.

Les invités sont Mirko du projet SEPO (station d'étude du phénomène ovni), Christian Morgenthaler de SPICA, Gilles Durand et Thierry Rocher du SCEAU, Rémy Fauchereau de l'AEPA, Christian Comtesse des Repas ufologiques qui vous parlent des Rencontres ufologiques de Châlons en champagne d'octobre 2005. (cette vidéo a été retirée des archives d'ODHTV)... Vous pouvez trouver ci-dessous une autre vidéo sur des interviews de Ghislain Sanchez, ufologue et de Didier Gomez qui vous parlent du même sujet...

 

Lire la suite

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 18-10-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 18-10-2015

Gillest

Matin OVNI dans le monde du 18-10-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

Actualité Ovni dans le monde récente et interview de Franck Maurin, auteur du livre Les mystères du phénomène ovni et de Christian Comtesse, président de l'association Les repas ufologiques.

 

odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://investigationsoanisetoceanogra...

http://area51blog.wordpress.com/

http://ufoetscience.wordpress.com/

http://reub.e-monsite.com/

 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 19-10-2015

Un atterrissage avec humanoide près de Marrakech

Un atterrissage avec humanoide près de Marrakech

2012- up 2015

 

reconstitution1.jpg

 

 

Une enquête de Gérard Lebat, des Repas Ufologiques de Marrakech (2012), publiée avec son aimable autorisation :

 

Je recherchais une personne pour s’occuper de l’entretien d’une propriété. Je suis donc en contact avec beaucoup de gens, en règle générale des marocains ne parlant pas le Français, parlant même dans certains cas, que le « berbère » local. La tâche n’est donc pas facile et il me faut en générale une personne pour « traduire ». Ici, ces recherches se font essentiellement via le « téléphone arabe » c'est-à-dire les relations qui en parlent autour d’elles, ces derniers répercutant la nouvelle. On est ainsi amené à rencontrer d’innombrables personnes, habitant parfois très loin.

 

Au mois de Mars 2012, j’ai rencontré une personne, qui parlait le français convenablement, nous avons enconséquence longuement discuté. Nous avons évoqués de nombreux sujets et je lui ai à un moment parlé du fait que je m’intéressais à tout ce qui était mystérieux et qui touchait l’espace, le ciel, les étoiles et naturellement tout ce qu’on pouvait y observer, y compris des objets inconnus. Le mot « ovni » a ainsi été prononcé, ce dernier n’était pas inconnu de mon interlocuteur qui parfois regarde les chaînes de télévision en provenance de la France. J’évoquais sans détailler ce qu’était ce phénomène, les observations de points lumineux, les objets à terre et à très basse altitude. Brahim, un peu plus d’une quarantaine d’années, c’est le prénom de cette personne qui se présentait pour le poste recherché, sans toutefois en avoir les compétences, candidature qui ne pouvait donc pas convenir. Mais, il évoqua toutefois dans la conversation, le fait que son père, âgé aujourd’hui de 70 ans, avait été l’objet, dans les années 60 – 70, d’une bien étrange observation.

 

Bien, que généralement je n’aborde pas ce sujet ici, les habitants ont autre chose à faire que de s’occuper de ces sujets. Manger, trouver un peu d’argent, étant la principale préoccupation, surtout pour les habitants de la campagne qui ont bien souvent le minimum pour ne pas mourir de faim. Et pour le superflu, s’offrir une télévision par exemple, bien souvent d’occasion, si âgée et en aussi mauvais état apparent qu’on ne la ramasserait même pas en France dans une poubelle, ceci pour quelques dizaines d’euros, il leur faut économiser et faire de bonnes affaires. Mais pas facile à la campagne ou personne n’a d’argent. Il faut souvent monter à la ville, vendre à meilleurs prix ce qu’on a produit. La situation à la campagne est bien différente de la ville, ou ceux qui ont réussi, parviennent à vivre honorablement. Mais ce jour-là, Brahim était relativement bavard, il évoqua donc l’histoire qu’avait vécu son père : une nuit, réveillé par ses chiens, les chiens des voisins, souvent membre de sa famille, il se leva et regarda par la fenêtre. Il observa alors, à 70/100 m de lui environ, un objet qui était à terre et il a pu voir dans la nuit, une silhouette, pas plus grande qu’un enfant, qui se dirigeait vers l’objet, le contourna. Puis au maximum 2 minutes plus tard l’objet s’éleva lentement à la verticale, sans bruit, puis disparu à l’horizontal, tout en s’élevant dans l’espace, à une vitesse relativement élevée. (aussi rapide que les avions à réaction, type F16, à basse altitude, qui étaient présentés par les américains il y a quelques années ici à Marrakech, et dont certains ont survolés la régions.)

 

L’affaire me semblait intéressante, peu d’observation d’objets à terre au Maroc, quelques cas avec des entités aux abords, mais ici comme l’information ne circule pas facilement vers les médias, la situation est normale et elle est connue. D’autre part, pour un villageois de la campagne, il ne serait pas question d’aller raconter une telle histoire à la gendarmerie, qui d’autre part ne saurait pas quoi en faire. La peur du « gendarme » est ici très grande, synonyme de problèmes qui peuvent être très graves…

 

mapknine-1.png

En conséquence, son père n’a jamais parlé de cela, sinon à sa famille proche, évoquant plutôt une apparitiond’un « signe » religieux pouvant apporter le malheur. Jamais le cas ne fut donc évoqué en détails, même dans le proche cercle familial et encore moins chez les voisins ou les personnes que peut rencontrer le témoin. Brahim, ne pouvait donc pas m’en dire plus, un objet vu par la fenêtre, une silhouette et l’objet qui a décollé.

 

Je tentais alors indirectement de lui demander s’il serait possible de rencontrer son père. Ou il habitait. Pour le lieu où se situait le domicile de cette personne, pas de soucis, un petit groupe de maisons, le père, les enfants proches des voisins, non loin de Tahanaout, une distance de cinquante kilomètres au maximum de mon domicile. L’objectif était évidemment de tenter d’en savoir plus sur ce cas. La rencontre n’est pas facile, le père est âgé, il habite la campagne et il n’évoque pas cette affaire, encore moins à un étranger. Arriver à deux ou trois personnes, étrangères à ce village, dans ce « bled » va faire « jaser » et que vont bien dire les habitants. Ici, on prend soin de sa personnalité au sein du village et on craint le « ce que vont penser les autres » ! Ce n’était donc pas gagné d’avance, mais, avec diplomatie, en rassurant Brahim sur le fait que jamais personne ne serait informé des identités, le fait que nous serions le plus discret possible lors de notre venue, sans matériel, ni même appareil photo et le plus rapide possible, j’ai tenté d’obtenir une entrevue avec son père.

 

Il est parti en me promettant de lui parler de mon intérêt pour cette observation et de demander à son père s’il accepterait de me parler. Je n’étais absolument pas convaincu qu’un jour j’aurai une réponse, ni même des nouvelles de Brahim.

 

Début Avril 2012, un appel téléphonique, surprise, c’est Brahim qui m’appelle. Il me dit que mes histoires d’ovni l’ont intrigué, qu’il avait parlé à plusieurs amis de ce phénomène et que plusieurs avaient fait des observations de lumières inconnues dans le ciel. Mais tous ces cas sont anciens, sans date précise et nous en avons déjà des dizaines de milliers, ce qui ne nous apporte rien de nouveau. Je n’entreprends donc aucune démarche sur toutes ces histoires imprécises en générale. Mais le plus important, c’est qu’il a eu l’occasion de voir son père et que ce dernier accepte de me rencontrer.

 

Nous convenons donc de nous rencontrer le Lundi 7 mai 2012 vers 10 h 00 au carrefour du village de Knine. (Environ 40 kms de Marrakech) Il s’agit du carrefour, sur la carte, entre la P2017 et la P2010. Ce village, n’est pas mentionné sur la carte, mais il est aujourd’hui important et le commerce y est actif. Le Lundi, dans cevillage, en contrebas, (à environ 1 km 500 du croisement) il y a un souk typique qui a encore conservé aujourd’hui son caractère campagnard.

 

RENDEZ-VOUS POUR ALLER RENDRE VISITE AU TÉMOIN

 

Le jour venu je suis sur les lieux du rendez-vous et je retrouve Brahim. C’est lui qui me traduira en Français, nous n’avons pas jugé indispensable pour raison de discrétion, de nous déplacer à plus de personnes. Nous poursuivons notre route, empruntant la P2010 qui rejoint Tahanaout et après quelques kilomètres, il nous faut emprunter une piste sur la gauche de la route, qui nous mène en direction de la montagne. Un kilomètre de piste, pas de soucis, on peu y aller en voiture, me dit Brahim……. Mais, au fil des minutes, la piste relativement bonne, l’hiver n’a pas été très pluvieux, les kilomètres s’additionnent !...... En bref, comme à l’habitude ici, un petit kilomètre qui en fait bien 5 chez nous….. et sur une piste, la route parait longue……. Mais après un bon quart d’heure de piste, j’aperçois un groupe de maisons en pisé (des habitations rudimentaires faites en terre, comme on en trouve partout dans la campagne marocaine) qui forment un petit ensemble. C’est là qu’habite mon père, me confirme Brahim.

 

au-loin-un-groupe-maison-en-pise-c-g-lebat-c.jpg

Nous nous arrêtons devant un mur déjà bien usé par les années (les murs sont en terre, la pluie l’hiver les abimes essentiellement sur leur partie supérieure, ce qui demande un entretien constant) dans lequel une porte faite de bric et de broc, des planches de différentes origines et qui ont certainement plusieurs décennies, est percée. Dans le champ avoisinant, deux ânes, un mulet, paisiblement tentent de trouver quelques brins de paille pour se nourrir.

 

Après avoir arrêtée la voiture, ici pas de soucis pour les emplacements de stationnement, nous sommes seul, nous nous dirigeons vers la porte. Derrière, déjà les chiens aboient, entraînant dans ce « système d’alarme » efficace, les nombreux autres chiens de ce groupe d’habitation. Brahim pousse la porte, une petite cours, quelques moutons dans un coin, des poules, un coq et devant la maison un homme âgé, (il a 70 ans environ) le père de Brahim qui se prénomme  Mohamed.

 

Raide, malgré les années et un travail difficile dans les champs qui ont usés son corps, sérieux et qui est loin de prendre notre arrivé à la rigolade, Mohammed nous accueil toutefois chaleureusement et est très heureux à la fois de recevoir la visite de son fils et de ma présence. Il nous invite à entrer, la pièce est simple, 3 m de large sur 6 m de long, dans laquelle sont installés au sol et sur le pourtour des tapis et des cousins. Il y a seulement une petite fenêtre, 80 cms par 80 cms pour ouverture ainsi que la porte. C’est suffisant pour éclairer la pièce. Le soleil monte à plus de 60° l’été (52 à l’ombre, il y a deux années), donc pour se protéger, les fenêtres sont rares et souvent petites. Nous prenons place, à terre, comme de coutume. (Pas de table, pas de chaise, pas de fauteuil, ici on n’a pas les moyens de s’offrir tout cela) Et rapidement, arrivant de dehors, (la cuisine est souvent située dansces maisons en terre, dans une pièce attenante, domaine des femmes) une personne âgée, sa femme et deux jeunes filles, deux de ses enfants encore à la maison. Elles nous apportent le thé à la menthe traditionnel, accompagné de pain, d’huile d’olive, de confiture, de gaufres paysannes, de lait et même des œufs cuits dûrs…….. un accueil traditionnel au Maroc, que ce soit à la ville ou à la campagne.

 

Les femmes se retirèrent et Brahim parle avec son père, en Arabe et en Berbère, traduisant de temps à autre certains passages de la conversation. Nous en  arrivons à ce qui nous intéresse, la description de ce que Mohamed a observé. Replacer dans le temps ce fait n’est pas évident, c’était avant la naissance de Brahim, 1er point. Se référer à des éléments de l’actualité, c’est impossible, ici le temps s’écoulait à cette époque au fils des saisons, sans que la radio ni la télévision ne viennent perturber la vie paisible de cette famille. On peut au mieux replacer l’évènement vers 1967 – 1969 et au printemps, Mohamed se rappelle qu’il s’apprêtait à ramasser le blé (ici la récolte se fait en fin avril et en mai).

 

UN OBJET MATÉRIEL AU SOL

 

reconstitution1.jpg

 

Il s’était couché la veille de son observation un peu après la tombée de la nuit ( pas d’électricité à cette époque, on vit ici au rythme du levé et du coucher du soleil) , après sa journée de travail dans les champs, à surveiller les moutons et les animaux qui ici son quasiment en liberté, allant et venant entre un petit enclos attenant à la maison, fait de pierres et de terre et la campagne environnante. Il s’était allongé dans la pièce où nous étions, sur les tapis avec sa femme. Les enfants, quant à eux dorment dans une autre pièce, sur les nattes posées à même la terre. Déjà à cette époque, Mohamed avait des chiens, deux semble t’il se rappeler. Ils dorment dans l’enclos dont les murs sont utilisés sur deux côtés pour les pièces composant l’habitation et la bergerie.

 

Vers 2 h 00 du matin, les chiens aboient longuement, ce qui réveille Mohamed. Comme les chiens persistent à aboyer, il se lève et sort dans la cours. Ils tentent de rassurer les chiens car il ne voit rien d’anormal, mais ces derniers continuent à aboyer, tout en courant sans cesse et rapidement dans le patio.

 

Devant cette insistance Mohamed se dirige vers la porte qui donne sur la piste. Il sort, fait quelques mètres à droite, puis à gauche, il observe. Rien d’anormal. Les chiens ont-ils vu un chat, un autre animal sauvage, c’est sa conclusion et il rentre dans la cour, tentant de calmer les chiens. Ils se taisent durant quelques minutes, mais une fois que Mohamed est rentré dans la chambre, ils recommencent à aboyer. Mohamed a alors l’idée de regarder par la fenêtre qui donne sur le derrière de la maison, la face opposée à la porte de sortie sur la piste, juste par sécurité, pour vérifier s’il ne voit personne sur ce côté de la maison.

 

Là, surprise, la lune éclairant assez bien la campagne (mais ce n’était pas « l’éclairage maximum » de la lune précise-t-il, en conséquence ce n’était pas la pleine lune et on ne voyait donc pas dans les meilleures conditions.) il aperçoit une masse sombre, qui brille légèrement comme si c’était de l’aluminium, mais un aluminium assez sombre, comme s’il avait déjà vieilli. Cette masse était grosse comme « une Fiat familiale », mais toutefois de forme « ronde et allongée ». Je note un maximum d’informations, traduites par Brahim, sur un bloc à l’aide d’un stylo. Je propose à Mohamed de me faire un croquis de l’objet. D’un geste de la main, il me fait comprendre que « non ». Je regarde Brahim qui me dit : « mon père ne sait pas écrire, ni lire et n’a jamais tenu de sa main un stylo. D’ailleurs, dans la maison, il n’y en a pas …. »

 

Je dessine alors grossièrement plusieurs formes, entre le rond et l’ovale, y mettant même des « carrés », me souvenant de cas de ce type. Il me désigne alors une forme ovale, relativement allongée, en conséquence plus allongé que l’observation d’un ovni à terre, de forme ovale mais avec une sorte de coupole, un peu comme à Valensole en 1967. Toutefois, tout ceci après plus de 40 années, ne peut être qu’approximatif, Mohamed, n’ayant pas évoqué cette histoire depuis au moins 20 ans, voir plus !

 

Et comment s’était-il posé à terre ? Sur des pieds, la masse ovale était-elle directement sur le sol composé ici de terre et de beaucoup de pierre ? Mohamed ne se souvient plus très bien, il réfléchit, il décrit l’objet comme étant à un peu prés 1 m du sol, posé sur une « sorte de tonneau » très sombre. Je traduis cela par un pied central qui ferait la grosseur d’un tonneau de 200 l, ainsi qu’il me confirme, d’un métal (ou autre ?) de couleur sombre, plus sombre que l’objet. Hauteur un mètre environ pour une largeur apparente de 70 cms.

 

un-petit-village-maroc-c-g-lebat-c.jpg

 

Par comparaison avec un véhicule de type Berline, l’objet ne devait pas avoir une longueur supérieure à 5 m pour une hauteur de 2 m au point central de l’objet.   Hauteur estimée et confirmée par le témoin, de la masse ovale, ce qui fait une hauteur maximal de 3 m à partir du sol.)

 

En regardant par la fenêtre, je me replace dans les conditions de l’observation, le sol est parsemé de nombreuses pierres, toutefois certains endroits, n’en comporte pas ou peu. La distance : on situe l’objet entre 80 et 120 m de la maison, du champ de vision par la fenêtre. En se replaçant sur les lieux mêmes, le témoin compte tenu de l’ancienneté de l’observation, ne peu situer à 10 ou 20 m près, l’endroit préci ou se trouvait posé l’objet. 

 

L’objet ne présentait aucune porte, aucun hublot, aucun dôme et était parfaitement ovale, brillant seulement très légèrement. Il se détachait très bien malgré la nuit, car l’horizon est vide, pas ou peu d’arbres ou arbuste, des champs de blé et de légères collines à quelques kilomètre.

 

UN PERSONNAGE ÉTRANGE SE DIRIGE VERS L’OBJET

 

Ce qui a paru par contre le plus étrange, c’est que se dirigeait vers l’objet, un personnage qu’il assimila à des créatures dont on parle dans le coran, des Djinns qui viennent de l’au-delà, passent, disparaissent comme s’ils devenaient soudainement invisibles. Le personnage avait la grandeur d’un enfant de 15 ans, traduisons, pour ici, un enfant d’un mètre trente environ. Il était « maigre » et se déplaçait sur ses deux jambes. Il avait deux bras qui se balançaient semble-t-il le long du corps et une tête qui lui a parue énorme. Compte tenu de la faible intensité lumineuse, de la nuit, il ne peut détailler plus cet être, pour lui, seulement une silhouette noire qui se déplaçait, venant de notre maison et se dirigeant vers l’objet. Compte tenu de l’apparence de la créature, les vêtements étaient certainement peu épais, voir collants et n’avaient aucun rapport avec un scaphandre, une combinaison de cosmonaute, voir un gros manteau de laine !......

 

Il était alors à environ 5 - 6 m de l’objet, lorsqu’il le voit, il avançait en sa direction et une fois arrivé à deux mètres, il l’a alors contourné l’engin par la gauche. Il a alors à ce moment-là disparu derrière l’objet. Sa vitesse de déplacement était d’une allure normale de marche. Il s’attendait à voir apparaître à l’autre extrémité de l’objet, cette créature, mais ce ne fut pas le cas. Il n’avait jamais vu un tel objet, il ne savait pas ce que cela pouvait être, il a pensé à un voleur. Mais l’être ne transportait rien. Les chiens quant à eux continuaient à aboyer.

 

Sa femme s’était réveillée, mais ne s’est pas levé dans un premier temps. (La durée de l’observation étant de 2 à 3 minutes, le temps qu’elle émerge, qu’elle comprenne ce que Mohamed voyait, alors qu’il ne s’affolait pas, qu’il ne lui donnait pas de détail sur ce qu’il observait, elle n’a de fait rien vu). Quant aux enfants, pas de bruit, ils devaient dormir d’un profond sommeil. Mohamed, continue à observer, ne comprend pas, mais semble comme paralysé et n’entreprend aucune action. Il est parfaitement conscient, mais reste calme car pour lui aucun danger malgré qu’il n’ait jamais vu un tel engin.

 

L’OBJET S’ÉLÈVE EN DOUCEUR

 

Il y avait au plus 1,5 à 2 minutes que l’être avait disparu derrière l’appareil, que ce dernier se mit à s’élever lentement. On peut supposer que l’être à pénétré dans l’objet par la face opposée. Je lui demande ce qu’est alors advenu du pied sur lequel il reposait : il ne se rappelle plus, mais en l’air, l’objet avait bien une apparence ovale, sans rien en dessous.

 

Il s’est élevé ainsi durant quelques secondes, puis s’est arrêté à environ une dizaine de mètres de hauteur. (Imprécision toutefois sur cette hauteur, vu qu’il estime celle-ci à au moins trois maisons (une maison de terre fait au mieux 4 m de haut, ce qui nous donne une douzaine de mètre). L’objet était bien visible, car il se détachait sur le ciel dégagé. Il est resté ainsi immobile durant deux ou trois secondes et il est parti à l’horizontal, avec une élévation toutefois constante, vers le Nord Est, longeant ainsi l’Atlas en direction de l’Ourika. Sa vitesse était relativement rapide, l’objet ayant démarré instantanément à cette vitesse rapide, sans accélérer par la suite. Il a disparu en moins de trois secondes dans la nuit lointaine.

 

Cette scène s’est donc déroulée en environ deux minutes, sans qu’a aucun moment, Mohamed ne perçoive aucun bruit, aucun souffle, aucune modification de la chaleur environnante. Le tout s’est déroulé dans un calme parfait et il ne pouvait pas entendre du fait de l’éloignement, les pas de l’être sur le sol. Seul les aboiements des chiens étaient perceptibles, mais pas au point de couvrir un bruit éventuel de l’engin, du fait que ces derniers s’arrêtaient durant quelques secondes. C’est cette situation de calme qui a fait qu’il n’a pas paniqué, qu’il a observé, s’apprêtant toutefois à sortir pour voir la scène de plus près au moment ou l’objet a commencé à s’élever.

 

Il donne en deux mots la description de ce qu’il vient de voir, à sa femme, cette dernière est debout, mais ne comprend pas grand-chose à la situation, et il sort, décidé d’aller voir sur le lieu où l’objet s’était posé s’il ne restait pas quelque chose. Mais, il ne trouve rien, il fait sombre toutefois et on ne verrait pas un petit objet de couleur foncé au sol. Après avoir regardé à l’horizon, tout autour de lui, il rentre. Le lendemain matin, il ira ànouveau sur les lieux de l’atterrissage, mais il ne trouve aucune trace, ni même une emprunte. Toutefois, il admet avoir regardé grossièrement, si une emprunte légère dans le sol, sur la poussière, dans la terre était présente, il ne l’aurait pas vue.

 

humanoide-marrakech-c-g-lebat-c.jpg

 

ON EXAMINE LES FAITS

 

On examine les possibilités d’identification de cet objet. L’hypothèse de l’hélicoptère est envisagée, mais le fait qu’il n’y avait aucun bruit, à une aussi faible distance, on l’aurait entendu, on l’écarte rapidement. Il est vrai qu’à cette époque-là, Mohamed ne savait pas ce qu’était un hélicoptère, il n’en avait jamais vu. Un engin militaire secret : oui, lequel, nous sommes fin des années 60 et alors construire un tel engin qui n’émet aucun bruit, ce n’était pas réalisable. Nous ne trouvons aucune solution. La ressemblance avec les objets vus à Soccoro où à Valensole est toutefois frappante, c’est l’un des seuls points qu’on peut évoquer.

 

Le lendemain matin, la vie de Mohamed a repris, comme par le passé, il n’évoqua même pas cette affaire aux voisins, aux amis... il n’aurait pas su comment leur expliquer cela et on ne l’aurait pas cru… il a encore rêvé, Mohammed... Il n’en parlera qu’à quelques reprises, sans toutefois approfondir comme il l’a fait aujourd’hui avec nous, à certains de ses enfants. Il n’explique quant à lui, toujours pas son observation, il ne sait pas ce que c’était. Cela ne le perturbe pas, s’il a été témoin de cela, c’est grâce à la volonté d’Allah comme il nous répète… Il n’a ressenti aucun effet sur lui-même, pendant ou après l’observation et cela ne lui a causé aucune maladie... Jamais malade, il a toujours travaillé durement, dans ses quelques lopins de terre, qu’il cultive avec son mulet, ses ânes, tout comme il y a des siècles... Il fait encore à son âge chaque jour, de nombreux kms à travers la campagne, gardant son petit troupeau de montons. Ici pas de retraite, on travaille jusqu’à la mort et heureusement, lorsqu’ils le peuvent, les enfants aident un peu.

 

Déjà 14 h 30, je quitte alors Mohamed et je le remercie bien vivement du témoignage qu’il nous a apporté. Le thé à la menthe, le pain fait ici même, à la maison et tout ce que nous avons mangé fait que nous n’avons vraiment pas faim. Brahim décide de rester ici chez son père, quant moi, je reprends la piste en direction de la Route de Knine à Tahanaout, repensant constamment à cette expérience vécue au fin fond de la campagne pratiquement désertique Marocaine... Je me dis que des cas comme celui-ci, même certainement encore plus étranges, doivent exister en nombre ici au Maroc.

 

Ainsi qu’il a été promis, l’anonymat sera conservé, aucune photo prises sur les lieux et nous procédons à un photo montage pour les reconstitutions à partir de photos prises dans la région.

 

un-atterrissage-avec-la-presence-dun-humanoide-marrakech.pdf un-atterrissage-avec-la-presence-dun-humanoide-marrakech.pdf

 

Gérard LEBAT
Fondateur des Repas Ufologiques originaux.

 

Marrakech – Maroc V01 – 17 08 2012 - GERARD LEBAT – lebat1@aol.com

 

Merci Gérard Lebat pour cette belle enquête.

 

Relayé par Yves Herbo SFH 08-2012, up 10-2015

OVNIs : Soir OVNI dans le monde du 09-10-2015

OVNIs : Soir OVNI dans le monde du 09-10-2015

Gillest

Soir OVNI dans le monde du 09-10-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

l'intervention de Rémy Fauchereau de l'AEPA, Stéphane, Jack Obin, veilleurs de la région Centre.

odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://ovnilanguedoc.canalblog.com/

http://www.astropleiades.fr/

http://coldevence3.com/

http://www.sceau-archives-ovni.org/

http://rallumonsleciel.e-monsite.com/

http://veritas-europe.com/

 

 

 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 10-10-2015

Un Extrait du Catalogue

Un Extrait du Catalogue "Humanoïdes" d'Albert S. Rosalès - 2010-2012

Up 10-2015

 

12-humanoide-ar.jpg

 

Un extrait du catalogue « humanoïdes » d’Albert S. Rosalès. Ce catalogue Mondial est unique en son genre et il est le plus complet qui existe au monde actuellement. Albert, qui travaille sur ce catalogue depuis de très nombreuses années, bénéficie de la collaboration de nombreux chercheurs qui au monde s’intéressent au dossier ovni. On peut consulter ce catalogue en anglais sur le net ( http://www.ufoinfo.com/humanoid/index.shtml ) ainsi que les différents numéros des journaux édités par Albert.

 

0-albert-s-rosales.jpg

 

Cette traduction est de JM que nous remercions pour cet important travail qu’il compte poursuivre en fonction de son temps disponible. Nos plus vifs remerciements à Albert S. Rosalès de nous permettre cette reprise sur notre site.

Nous avons nous aussi signalé certains cas afin de compléter ce catalogue, si vous détenez de votre côté des informations encore inconnues d’Albert, n’hésitez pas à lui communiquer. Il s’agit d’un travail sérieux, Albert y consacre tous ses loisirs, le tout est mis à disposition de tous sur Internet, il s’agit d’une oeuvre totalement bénévole, sans recherche de » royalties ! ».

 

Ce catalogue reprend les cas tels qu’ils ont été rapportés. Chaque association locale, dans le monde, peut donc librement enquêter sur les cas situés dans leur secteur afin de compléter les informations recueillies. Les photos publiées le sont pour illustration et n’engagent nullement les auteurs.

(c) Copyrigth : La propriété littéraire et le contenu de cette page appartiennent à leurs auteurs et traducteurs qui n’acceptent aucune reproduction, extrait de ce qui figure sur cette page, sans leurs accords. Un accord a été donné à Gérard Lebat et ce dernier l'a transmis à Yves Herbo en 2012, avec l'accord des auteurs.

 

Infos envoyée à Sciences-faits-histoires.com et à Yves Herbo par G.Lebat pour relai et publication d'extraits (2012).

 

« Des récits incroyables…. de personnes tout à fait crédibles. »  Dr. J. Allen Hynek (1972)

 

1-albert-rosales.jpg

ALBERT ROSALES

Traduction J.M.

 

2-humanoide-ar.jpg

PREAMBULE

Les observations et les témoignages déjà relatés dans « Journal of humanoïds studies », se déroulant entre 2010 et août 2012, ne sont pas repris dans le cadre de cette compilation.

L’année 2010 fut très « occupée », 2012 s’est avéré être une année intéressante avec des cas divers de rencontres surprenantes. Prendrions-nous une importance plus grande dans le cosmos ?

Je pense que ce serra la dernière année durant laquelle je vais compiler les cas de rencontres. Je songe à d’autres projets à mettre en œuvre.

Toutes les publications du « journal of humanoïds studies » peuvent être enregistrées gratuitement sur le site Ufoinfo

Albert S. Rosalès.

2010

 

1/ Lieu : état du Maine (Lieu non précisé)

2010 (date imprécise) vers 2h00 du matin.

Un homme ayant rendu visite à sa mère eut l’idée d’aller voir un ami de longue date qui résidait à seulement 10 minutes de marche. Connaissant parfaitement le trajet, il avançait les yeux fermés, goûtant au calme et à la paix du soir. Lorsqu’une voix féminine presque « hypnotisante »dit « kevin, Kévin…. Nous sommes ici pour t’aider. Nous ne te ferrons aucun mal. Et ensuite tu te sentiras bien mieux ».

Il a ouvert les yeux et a été aveuglé par une lumière puissante. Il s’est habitué et a pu voir qu’il était dans une pièce, dans celle-ci deux « gris » très grands.

Il se souvient que l’endroit était de deux couleurs différentes. Le haut des murs et le sommet étaient de couleur pourpre, le fond de couleur bleue. Il y avait comme une ligne entre ces deux couleurs, un peu comme si elles coupaient la pièce en deux. L’éclairage semblait venir des murs.

Kévin a demandé aux étrangers si ils allaient lui faire mal, et surtout ce qu’ils allaient lui faire.

Ils ont répondu qu’ils allaient l’aider et le « fixer »( ?). Le témoin est certain que leur bouche n’articulait pas quand ils parlaient.

Il se souvient ensuite qu’un « gris » est venu se placer de chaque côté de lui et qu’ils l’ont placé contre un objet froid et emporté dans un « hall » à gauche de la première pièce.

Cet endroit était sombre, comme brumeux, nuageux, mesurait environ 40 pieds sur 50.

Durant son déplacement, il a pu voir sur sa droite un groupe de 7 à 8 autres « gris » grands et à côté d’eux une issue vers une autre pièce de couleur blanche. A côté se trouvait un autre groupe de 5 « gris ».

L’endroit était donc sombre, brumeux et mal éclairé. Les murs semblaient « dentelés » comme la lame d’une scie, une odeur de peroxyde ou d’ammoniaque flottait.

Arrivé dans la pièce, un « gris » a voulu le regarder dans les yeux. Il était si grand qu’il a dû se pencher pour fixer les yeux du témoin. Qui étrangement n’a senti aucune frayeur.

Soudain un des « gris », par derrière Kévin, a inséré un petit tube métallique dans le nez du témoin. Cela a fait un léger bruit. L’humanoïde avait de longs doigts, une petite bouche qui montait et descendait comme celle d’un poisson, mais il ne parlait pas.

Le témoin se souvient avoir crié à ce moment. Sans cesse il « entendait » dans son crâne une voix disant »Il va être OK. Nous sommes ici pour l’aider ».

C’était une voix douce et calme.

Il se souvient ensuite avoir été posé sans ménagement sur une table métallique et emmené dans un autre lieu. Surpris le témoin a commencé a se débattre. Il a donné des coups de pieds autour de lui. Un des « gris » est allé buter contre un mur avant de tomber. Les autres ont promptement reculé.

Puis il n’a plus de souvenirs. Il se retrouve au bord de la route sur laquelle il marchait. Il se sent fatigué, hagard. Une voiture de police passe près de lui l’officier le regarde mais ne s’arrête pas. Kévin regarde sa montre, il est 6 heure du matin, il a « perdu » presque 5 heures.

Il décrit donc les « gris » comme mesurant de 7 à 8 pieds de haut(2,3 mètres) , ayant de longs doigts, une fente pour la bouche et des yeux cernés de noir (comme un œil au beurre noir). Ils communiquaient entre eux et avec lui par télépathie.
Les couleurs à l’intérieur de l’OVNI étaient violettes, bleues, blanches. Le témoin avait un nez « brusqué », après cette mésaventure il avait le nez droit.

HC addendum : Source : http: // mufoncms.com / 

4-humanoide-ar.jpg

Type : G

2.

Lieu ; Heiden, Pays-Bas

Date: 2010 (Sans précision) Dans la nuit

Le témoin est un jeune homme prénommé Soufian. (Impliqué sans doute dans d’autres cas). Il dort normalement et vers le milieu de la nuit, il commence a faire un rêve étrange.
Il se voit dans son lit, couché, une humanoïde féminine à côté de lui, à un mètre du lit ; grande mince elle se tient debout. Elle prote une sorte de robe ample, colorée. La peau de son visage est gris pâle, elle a de longs cheveux très clairs (blancs/blonds) qui descendent jusqu’en dessous de ses épaules. Elle parait douce avec la peau lisse. Soufian ne se souvient pas des traits de son visage. Ses bras et la partie inférieure de ses jambes, qu’il pouvait voir, semblaient humains.

Soufian a regardé la scène durant quelques secondes, puis sans prévenir, rapidement, l’entité s’est approchée et à « entré » ses mains dans la partie inférieure de la poitrine du témoin. Il a senti une atroce douleur, cette torture faisait d’autant plus mal que l’entité déplaçait ses mais dans la poitrine. Il semblait au témoin qu’elle lui broyait les côtes. Par la suite il a jugé que sa poitrine n’avait pas été ouverte mais que les mains de l’entité avaient pénétré au travers de sa peau. Il s’observait luttant contre la douleur, mais il pense que son corps était paralysé. La douleur a continué, il a tenté de crier mais il ne le pouvait. Il y avait un silence total. La « torture » a duré deux heures. Soufian pense que l’effet extrêmement douloureux a pu lui faire surestimer le temps.

Brusquement tout s’est arrêté, la dame a disparut et Soufian s’est réveillé brutalement. Malgré cet épisode traumatisant, il s’est rendormi rapidement.

Au réveil le lendemain le témoin s’est souvenu de ce rêve et a regardé ses côtes pour voir si des traces de coupures ou autres existaient. Il n’y avait rien.

Il est allé au travail comme d’habitude, la douleur dans les côtes a persisté encore avant de s’estomper. Même si il percevait quelques douleurs durant deux jours encore.

HC addendum

Source : Dave Hodrien, OVNI de Birmingham Groupe Type : G ?

 

3.

Lieu ; Michigan (emplacement exact non donné)

Date: février 2010 Heure : Tard dans la nuit

Le témoin, une femme, se préparait à aller se coucher quand en regardant par la fenêtre elle a aperçu une forme qui d’une certaine manière lui paraissait familière. L’objet était proche de la fenêtre et planait très près du sol.

L’OVNI était circulaire, le témoin pouvait observer de la lumière à l’intérieur qui lui permettait de distinguer les contours d’une silhouette noire qui n’était pas humaine. Sa tête étant vraiment trop grosse. La silhouette a dû remarquer le témoin, elle a bougé et l’engin s’est très rapidement élevé dans les airs.

HC addendum

Source : http: // mufoncms.com Type : A

 

4.

Lieu ; Athènes, Texas

Date: le 10 février 2010 Heure : 23:00-23:30

Le témoin a garé son véhicule, il revient de chez des amis. Des arbres entourent un ensemble de logements. Pour des raisons personnelles, il ne souhaite pas être vu rentrant chez lui. Il traverse donc la zone boisée. Mal lui en prit, il a senti une présence au-dessus de lui, sans savoir pourquoi il savait que c’était un OVNI.

Effrayé, il s’est mis à courir, mais un bruit étrange, une sorte de « tic » (twitching’ noise). Il est parti dans une autre direction et a entendu le même bruit. De sorte que finalement il tournait en rond. Il a été quasi immobilisé, il ne pouvait se déplacer que par saccades. Finalement il est tombé à genoux. A cet instant il a perçu une voix « Dieu lui disant de ne pas ouvrir les yeux. ». Il s’est senti léger, flotter, il s’est trouvé dans un appareil qu’il compare à un scanner. Lorsqu’il bougeait la tête il entendait comme le son d’une radio hors bande qui émet des bruits parasites. L’appareil faisait que ses cheveux étaient dressés sur sa tête.

Il était allongé à l’intérieur « du métier », il a entendu quelqu’un dire « il est encore vivant ». Une autre voix a dit « il avait besoin d’un transfert » Puis il entendit une série de chiffres. Que ceux-ci étaient très importants pour la recherche future sur les OVNI et qu’il pourrait les révéler sous hypnose.

Il estime l’incident à 15 minutes environ. Puis il a tant pleuré que sa chemise fut mouillée.

Quand il revint sur le sol il avait les bras tendu et il regardait le ciel. Le plafond était nuageux, il pouvait apercevoir quelques étoiles.

Le témoin a ajouté qu’»ils » avaient gratté la zone de son estomac a son avis pour prendre des échantillons d’ADN.

HC addendum

Source: http://mufoncms.com/ Type: G

 

5.

Lieu; Near Wakefield, England

Date: 31 mars 2010 Heure : 11:30 Du matin.

Le témoin qui a souhaité rester anonyme, a commencé à avoir des expériences étranges en 2009. A cette époque elle avait commencé une formation d’auxiliaire de vie. La semaine elle restait avec sa mère. C’était l’époque durant laquelle l’éruption volcanique en Islande avait fermé l’espace aérien en Europe. Le gouvernement avait profité de cette « aubaine » pour tester un drone.

Ces engins ne peuvent être essayé que sur des espaces déterminés et il était utile pour ces essais d’avoir les cieux libres de tout avion. Les essais avaient lieu a 50 miles de chez le témoin. Elle pouvait voir les formations de drones volant un peu a n’importe qu’elle heure de la soirée. Elle a remarqué aussi une autre présence étrange qui n’était pas un drone. Puis des rayons du genre laser vert sont furtivement apparus près des drones. Le témoin, curieuse de ces événements à fait des recherches sur ce phénomène. Consultant différents moteurs de recherches elle s’est rendu compte que lent, lourd, son « Mac » avait un fonctionnement curieux quelque soit le logiciel utilisé. Ayant parlé de ces étranges émissions de lasers, elle s’est aperçue que personne ou presque ne les avait vu.

Un couple de ses amis avait observé ces étonnantes lumières qui pénétraient incidemment par les fenêtres et même éclairaient les tapis.

Lorsqu’elle a demandé à des amis s’ils avaient vu les lumières, ils lui ont répondus qu’ils n’étaient là que depuis peu de jours qu’ils les avaient vu mais pensaient que cela venait de satellites et qu’ils avaient vu effectivement un groupe de 7 drones. Ils volaient haut mais beaucoup plus bas que les satellites.

Un soir le témoin rentrait chez sa mère, passant en auto devant une ruelle près du domicile maternel, elle crut y voir un individu étrange. Ces lieux étant peu soigné et très mal éclairé elle a pensé à un cambrioleur, peu de gens souhaitent s’y aventurer. Elle en parle à sa mère et par la fenêtre vérifie si l’individu s’en va.

Elle perçoit du bruit sans voir quoique ce soit. Curieuse, elle a regardé par la fente de la boîte à lettres (posée dans la porte d’entrée NDT). Elle a vu un homme très grand, maigre, qui se tenait derrière la voiture des voisins. Les yeux de l’individu étaient grands, noirs, bien qu’elle ne puisse pas les distinguer précisément. La peau du visage était ridée comme desséchée, juste posée sur les os. Il semblait se balancer lentement. D’un coup brusque elle a ouvert la porte, il n’y avait personne. Elle est retournée regarder par la fenêtre, personne !

 

 

5-humanoide-ar.jpg

 

Intriguée elle est retournée observer par la fente de la boite à lettres. Une auto est passée, l’individu a regardé passer le véhicule. Il a repris sa position initiale, une autre voiture est passée et il a fait le même mouvement.

Elle a dit à sa mère qu’elle sortait rapidement pour vérifier ce que faisait cet individu étrange. Mais il était parti.

Les émissions de lasers ont continuées. Un soir de retour à son domicile elle entend des bruits venant du grenier. Elle téléphone donc à la police qui vient aussitôt. Les bruits continuent. Les policiers localisent les bruits les plus forts vers une trappe située dans le plafond de la garde robe de la fille de la maison. Mais ils ne voient personne et ne voient aucun signe d’effraction par lequel quelqu’un aurait pu entrer.

Le dernier et le plus significatif des incidents est arrivé le 31 mars 2010 vers 11h30.

Le témoin allait à un rendez vous avec un client, lors « l’étrange » arriva.

Elle a quitté l’autoroute M1, juste au sud de Wakefield. Elle a téléphoné à son client pour le prévenir qu’elle avait 10 minutes de retard. Elle ne souhaitait pas faire un détour qui nécessitait une infraction à la signalisation. Elle voulait terminer son travail et rentrer chez elle. Devant elle un grand camion a dépassé deux grandes limousines aux vitres teintées. La première voiture s’est arrêtée. Trois hommes en costume noir sont sortis pour aller s’entretenir avec l’occupant du siège arrière de la seconde limousine. Le témoin devait attendre. Son téléphone sonna pour lui indiqué qu’elle venait de recevoir un sms. Elle a décroché, regardé l’écran, il n’y avait rien. Quand elle a relevé la tête les limousines étaient partie. Et il était une heure plus tard.

Elle avait de plus le souvenir d’une longue conversation avec un alien grand de couleur bleue. Elle était couchée et voyait le menton de l’alien au dessus de sa tête. Il avait de grands yeux noirs ovales pas de lèvres juste une fente en guise de bouche. L’étranger parlait sans bouger les lèvres. Ils ont discuté de la nécessité de sauver le monde, la paix devait s’installer rapidement. Elle devait faire quelque chose dans ce sens, que c’était son travail. Elle a demandé plus « d’outils » pour faire tout ce travail. Il a dit qu’ils verraient ce qu’ils pourraient faire.

Ce qui fut étonnant dans cette conversation fut qu’elles utilisaient des mots que l’auxiliaire de vie ne connaissait pas mais comprenait. Elle sait confusément qu’elle connaissait cette « étrangère », elle était à la fois « mère » et responsible de celle-ci. A aucun moyen le témoin ne s’est senti en état d’infériorité mais au contraire en position de responsible. Ellen n’a donc jamais eut peur. La chose qu’elle ignorait était « quand ce serait trop tard » pour faire la paix dans le monde.

Quelques mois plutôt, elle s’était querellée avec un ami, concernant les objectifs des Usa pour envahir l’Afghanistan. Elle avait répondu pour « les matières premières ». Son ami avait dit qu’il n’y avait rien à extraire dans ce pays.

Un peu après elle avait appris que le sous sol du pays recelait de l’or, du lithium, de l’argent en abondance.

Elle est finalement allé au rendez vous avec son client certaine que l’horloge de son téléphone était déréglée.

Arrivée a son rendez vous elle a vu la gêne de son client et s’est rendu compte que son pantalon était plein de sang. Elle était confuse et désorientée.

Elle est rentrée chez elle où ses proches l’ont aidé à se coucher. Les saignements se sont arrêtés le lendemain. Depuis le témoin n’a plus vécu de mauvaises mésaventures.

HC addendum

Source: direct email on file Type: G

 

6

Lieu; Montagne Rouanne, Tennessee

Date: le 17 avril 2010 Heure : soirée

Une femme conduisait sa voiture en compagnie de son fils pour se rendre dans son restaurant préféré, soirée d’anniversaire.

Ils arrivaient à deux rues de l’avenue où ils devaient se rendre quand ils ont vu comme une boule de lumière blanche venir vers eux. D’un cimetière voisin elle venait directement vers la grand route. Elle avançait vers eux comme si elle voulait entrer en collision. Comme cette chose étrange arrivait sur eux le témoin a pu la détailler mieux. Mi animal mi humain, une sorte de reptile avec des bras et des jambes humains. Il rampait très rapidement vers eux. La conductrice a espéré que « l’entité » quitterait la route et partirais dans les fourrés du bas côté pour éviter la collision. Mais non la « chose » à continuer à avancer rapidement vers eux. La femme a « écrasé » les freins. Pour éviter le choc l’ »entité » s’est envolée comme une tornade au dessus du véhicule.
Les occupants ont craint qu’il ne passe sous la voiture. Ils ont été secoués par cette apparition, terrifié d’avoir vu ce qu’ils certifient ne pas être de ce monde.

Ils continuent à le décrire comme un « alligator » ayant des bras et des jambes humains, le ventre blanc sur lequel il rampait. Durant cette rencontre le temps « semblait avoir ralenti ». Ils sont d’accord pour dire que cette rencontre était terrifiante, qu’ils avaient vu quelque chose de vraiment très maléfique.

HC addendum

Source : Fantômes et Blog de Monstre 9-17-2011

6-humanoide-ar.jpg

Type : E

 

7.

Lieu . Ville Océan, Maryland

Date: le 29 mai 2010 Heure: nuit

Excité, heureux d’être dans cette ville balnéaire, le témoin était sur une terrasse au premier étage d’une copropriété de 3 étages. Fumant une cigarette, il regardait les étoiles et les badauds, qui descendaient du troisième étage. Il regardait la constellation d’Orion. Il a vu une étoile filante qui partait à gauche de la ceinture d’Orion et descendait. L’étoile était très brillante. Il a pensé qu’elle terminait de bruler. Les gens qui descendaient ont traversé la rue et sont allé vers la plage.

Il est rentré chercher une autre cigarette avant de se coucher. Quinze minutes après l’observation de « l’étoile filante » il est ressorti. Il s’est assis confortablement et a remarqué une silhouette assise au patio du second étage de l’appartement en face du sien. Il a trouvé cela étrange car personne n’occupait cet immeuble en construction. Il a observé cette silhouette étonnante. Il était assis à la table, le bras gauche reposant dessus, ses jambes étaient croisées (Le témoin pensait qu’il s’agissait d’un homme). L’entité était grande, musclée, et ressemblait à un fantôme. Aucunes caractéristiques du corps ou du visage n’étaient visible et la tête était allongée. Le témoin ne pouvait croire qu’il était là immobile a fixer cette entité sans crier, ni bouger. Il était effrayé mais incapable de bouger.

Finalement pris de panique il est rentré dans son appartement, en fermant la porte vitrée il a vu que l’entité était encore là.
Le lendemain, il a tenté de savoir ce qui s’était passé là. Il y avait une table et quatre chaises.

HC addendum

Source : Mufon CMS Type : E ?

 

8.

Lieu.NYC, New York

Date : juin 2010 Heure: Tard dans la nuit

Le témoin (impliquée dans d’autres incidents) s’est réveillé au milieu de la nuit, elle était paralysée.

Elle pouvait déplacer les yeux, entendre, mais ne pouvait faire aucun mouvement.

Elle a perçut du bruit sur le côté gauche de sa chambre. Elle a tourné les yeux et a vu deux petites créatures grises qui communiquaient entre elles. Elle s’affolait et a voulu crié. A ce moment un troisième petit gris est venu en passant au travers de la fenêtre. Il tenait ce qui ressemblait à un masque. Encore plus effrayée elle a voulu encore crier. Aucun son ne sortait de sa bouche. Alors le petit gris qui tenait le masque l’a posé sur son visage. Le témoin a entendu alors comme des sirènes (ou des sonneries). Sans doute s’est elle évanouie. Elle n’a pas vu les entités sortir. Seule elle a pu enfin bouger ses membres.

HC addendum

Source: http://www.alienufotruth.com/sleep-paralysis-and-encounter/ Type: E

 

9.

7-humanoide-ar.jpg

Lieu Mertztown, Pennsylvanie

Date: été 2010 Heure: soirée

Un homme et son fils garent la voiture dans un endroit boisé. Un monstre ailé apparait et traverse la route en « glissant ». Il semblait si grand qu’il aurait pu emporter un homme sans difficulté. Lorsqu’une des ailes a frôlé le capot de la voiture les deux témoins se sont vite baissés. Le « monstre » avait une tête humaine, sans bec, des ailes semblables à celles des chauves-souris. Il mesurait 5 à 6 pieds (env. 2mètres) et l’envergure des ailes était facilement de 25 à 30 pieds (Près de 10 mètres), pas de plumes, la peau d’une chauve souris noir de jais. Il avait une queue maigrelette comme celle des rats qui est restée droite et mesurait 4 à 5 pieds (1, 1,5 mètres). La créature a fait un vol plané à 10 pieds du sol (3/4 mètres). Puis d’un fort battement des ailes il s’est élevé vers la forêt voisine. Le père pense que cette créature vit sous terre près d’une source d’eau chaude puisqu’elle ne possède pas de plumes.

HC addendum

Source : Fantômes et Monstres blog Type : E

 

10.

Lieu. Angleterre, emplacement non précisé

Date: juillet 2010 Heure : soirée

Le témoin était dans son bureau. Il travaillait sur son ordinaire quand il a aperçu un objet sombre à l’extérieur. Il a songé qu’un oiseau passait. Il a continué à travailler. Mais l’objet est revenu. Plutôt dans l’après midi il avait parlé d’OVNI. Il a pensé à se munir d’un appareil photo. Il a attendu que l’objet repasse devant la fenêtre pour prendre un cliché. Mais le déplacement était vraiment trop rapide.

Il s’est alors penché à la fenêtre pour tenter de prendre un bon cliché. Mais l’objet s’est envolé avant de repasser devant la fenêtre. Aucun son ne venait de l’objet.
Plus tard dans la soirée, il continuait à se demander ce qu’était cet objet. Il est allé au lit et il a vu comme dans une « transmission de pensée » quatre être debout autour de lui. Il ne pouvait distinguer leur visage. Il a vu que l’un d’eux entrait une longue aiguille couleur argentée dans son bras. Il ne pouvait se déplacer et n’a pas senti « la piqûre ».

Ensuite il a pu bouger, il a vu derrière lui ; il a vu une gigantesque lumière ronde.

Il n’a jamais oublié cette nuit, mais n’en a jamais parlé.

Le témoin a précisé que lorsque l’objet tournait autour de sa maison, il a pris une photo qui s’est avérée très médiocre. C’est cette nuit là que ne pouvant dormir, il a vu la lumière, puis les êtres autour de lui. Il confirme n’avoir pas vu leur visage. Ils étaient grands et lui ont fait songer à des docteurs qui lui auraient fait une prise de sang. Ensuite ils ont disparu. Durant ces moments il a constaté qu’il ne pouvait pas bouger. Le lendemain il a vu sur son bras une ligne rouge là où ils ont fait la prise de sang. La possibilité qu’ils reviennent le terrorise.

HC addendum

Source : OVNI de l’Yorkshire Société, http: // ufophenomenon.weebly.com/black-ufo-alien-bedroom-visitors.html Type : D ?

 

11.

Lieu. Minocqua, Wisconsin

Date: July 2010 heure : Tard dans la nuit.

Le témoin et son mari ont acheté une jolie maison toute proche d’un lac magnifique. Le jour du déménagement il a été convenu qu’elle partirait d’abord seule, que son mari et les enfants viendraient ensuite avec le reste du déménagement.

Elle est arrivée tard vers 22h, trop fatiguée pour décharger, elle est entrée dans la maison. Elle a jeté son sac sur le plancher et s’est allongée sur une chaise.

Elle se souvient très bien avoir éteint toutes les lumières, sauf celle de la cuisine. La maison était inoccupée depuis deux ans, complètement vide a l’exception de la chaise.

Elle s’est endormie très rapidement. Elle se souvient ensuite s’être réveillée brusquement. La nuit était noire, pas de lumière et ici pas d’éclairage public.

Elle a vue une lumière douce à environ 5 pieds (1,5 mètre) devant elle et 3 pieds au dessus du sol (1 mètre). Elle n’avait pas peur mais très intriguée elle se demandait ce que c’était.

La lumière a commencé à se déplacer verticalement dans la pièce, elle a vu apparaitre comme un bras et une main un peu comme si ils étaient passés aux rayons X. Le bras était plié. Le « bras se déplaçait avec un petit rougeoiement clair qui le suivait. Dans s a tête est apparu une sorte de cliquetis. Elle s’est levée brusquement et est allé allumer la lumière de la cuisine. L’apparition a disparu.

Elle était persuadée d’avoir laissé la lumière de la cuisine allumée. Pourquoi s’était elle éteinte ?? Ni l’ampoule, ni le fusible n’étaient abimé. Après cet incident, elle distinguait du coin de l’œil une sorte de voile qui allait vers la chambre du couple. Cela arrivait plusieurs fois par semaine mais personne d’autre qu’elle ne le voyait.

Une nuit elle regardait seule la télé, elle a vu se déplacer la boule de lumière. Elle l’a bien observée. Elle flottait à quelques pouces du sol, entré dans la chambre il a disparu. Le témoin a aussi photographié de nombreux orbes.

HC addendum

Source: Your True Tales—May 2011 Type: E?

 

12.

8-humanoide-ar.jpg

Lieu. Près d’East Liverpool, Ohio

Date : juillet 2010 Temps : 3h00. (Matin)

Le témoin rentrait avec sa petite amie, de Chester (Virginia). Ils était sur la route 68 entre East Liverpool (Ohio) et Midland (Pennsylvanie), le long de la rivière Ohio. Vers trois heures du matin comme un ange noir flottait devant le camion. Il avait environ 6 pieds de haut (2 mètres env.). Il a fait une manœuvre pour l’éviter. L’ange noir est parti vers la rivière. Le témoin voulait porter témoignage a la police mais son amie craignait qu’on les prennent pour des fous.

HC addendum

Source: Phantoms and Monsters May 22 2011 Type: E

 

13.

Lieu . Près de Brisbane, Queensland, Australie

Date: juillet 2010 heure : soirée

Le témoin avait été, avec ses parents rendre visite à des amis dans leur résidence d’été.
Les adultes étaient partis acheter à manger, les jeunes dans la chambre jouaient à la « Playstation ». Le témoin a vu, du coin de l’œil, un mouvement à l’extérieur de la grande fenêtre, juste à droite du poste de télévision. En regardant, elle a été stupéfaite de voir une créature de taille moyenne, très pâle qui a vite été se cacher dans les buissons un peu plus loin. Les deux jeunes amies, un peu incrédules, ont décidé d’aller vérifier. Elles ont remarqué qu’elles ne percevaient aucun chant d’oiseau, ni de bruits d’insectes. A regret elles ont quitté l’endroit. Elles ont alors entendus un grondement. Les témoins se sont retournées et ont vu une sorte de « monstre ». Un « humanoïde », pâle, chauve, nu, il avait des yeux noirs comme le charbon,. Les témoins étaient paralysés par la peur. La créature avait des oreilles pointues, d’énormes dents, pas de nez, mais des trous à la place. Il grondait comme un chien. Il s’est volatilisé. Les témoins s’interrogeaient quand elles ont entendus la voiture des parents. Elles n’ont jamais raconté cette histoire.

HC addendum

Source: http://paranormal.about.com/od/demonsandexorcism/a/tales_11_06_09t.htm Type: E

 

14.

Lieu. Edge of the Universe Ridge, Fullerton, California

Date: 2 juillet 2010 Time: 23:00

Trois amis ont décidé d’aller promener à un endroit connu sous le nom de « Fullerton Trails ». Où ils voulaient prendre du cannabis.
(Les trois amis consommaient du cannabis) Au sommet de cet endroit il y a une vue exceptionnelle. Un peu plus loin une autre arrête rocheuse « The end of the Univers » est encore plus élevée. Il était tard, ils étaient fatigués, ils n’ont pas renoncé à leur projet de grimper là-haut. Cette arrête rocheuse commence dans une zone résidentielle, bordée d’arbres d’un côté, et d’une barrière de l’autre.

Ils sont parvenus sans trop de difficulté au sommet. Mais une odeur putride les a surpris. Comme si une charogne était en décomposition. Ils n’ont vu aucun cadavre. Ils ont commencé à prendre le cannabis. Ils admiraient le paysage du désert en dessous d’eux, ils parlaient de la fraicheur de la nuit. Ils ont entendu un bruit dans les buissons derrière eux. Ils ont naturellement pensé à un petit animal qui bougeait. Ils continuaient leurs occupations quand les bruits ont augmenté….

Lire la suite

Apparition d'un Objet Volant Non Identifié à Long Island

L'apparition d'un Objet Volant Non Identifié à Long Island laisse les experts perplexes

 

Ufo longisland 17 04 2015

Crédit MUFON

 

Le phénomène ne date pas de maintenant puisque le témoignage date du 17 avril 2015, mais la vidéo de cette apparition a été analysée et elle ne comporte aucun trucage d'après les experts. Cette vidéo d'un engin inconnu en forme de boomerang, et ne correspondant à aucun drône connu, a été transmise au MUFON (Mutual UFO Network) pour analyses.

The witness has signed a Media Agreement with MUFON for release of the video - which is on file with MUFON.

 

" Quand j'ai regardé à ma gauche, j'ai remarqué des lumières rouges et bleues qui planaient," a écrit le témoin dans son rapport au MUFON, posté dans la base de données des rapports d'observations de l'organisation. " Je me suis arrêté et regardé un peu pour voir si c'était juste quelqu'un qui faisait voler un jouet. "

" Puis l'objet est allé plus haut dans l'air et a commencé à se déplacer assez rapidement. J'ai pris alors mon téléphone et ai commencé à enregistrer aussi longtemps que je le pouvais, jusqu'à ce que mon téléphone soit mort (sans batterie)."

 

La vidéo montre l'objet zigzaguant d'avant en arrière, en décélération, puis s'arrêtant, avant d'accélérer et se déplaçer de gauche à droite une fois de plus.

Certains chercheurs du MUFON pensent que l'objet pourrait être un petit drone, mais l'angle de caméra laisse peu de chances pour des preuves concluantes de ça.

Ufo longisland 17 04 2015 b

 

" J'ai regardé la vidéo et trouvé qu'il n'y avait pas de moyen fiable pour déterminer la distance de l'objet. Cela nous pose un problème dans la détermination de la nature de l'objet, " a dit au Huffington Post Marc Dantonio, l'analyste en chef du MUFON sur la photo et la vidéo.

 

Joseph Flammer, l'enquêteur de terrain du MUFON à New York, dit que le rapport du témoin était le seul dépôt lié à toute observation à Port Jefferson.

« C'est un quartier résidentiel très peuplé et nous avons beaucoup de choses intéressantes dans le ciel, à la fois des aéroports Kennedy et LaGuardia  à quelques minutes de là par air, ainsi que de l'aéroport MacArthur de Long Island," a-t-il dit, selon le Huffington Post.

Flammer convient que cela aurait pu être un drone, que le niveau de vol semblait " typique d'une personne aux commandes d'un engin dans la nuit. "

« L'une de mes principales pensées était que cela aurait pu être un drone - quelque chose que quelqu'un a envoyé en l'air et que le témoin n'aurait pas soupçonné que c'était un drone ", a déclaré Flammer. " Il y a un couple de grandes aires de stationnement le long de Port Jefferson, où quelqu'un pourrait avoir, si il en a eu l'envie, pris un drone et l'avoir envoyé dans les airs. "

 

Boomerang shaped ufo caught on video 4 17 16

Plus de documents sur l'objet de Port Jefferson peuvent être trouvés dans la base de données de rapports d'observations du MUFON, affaire n ° 64777.

Une analyse des données du MUFON, publiée l'an dernier, a révélé que le Vermont, l'Arizona, et le Maine ont mené la tête aux Etats-Unis sur le nombre des rapports d'OVNIS, avec environ quatre observations par 100.000 habitants en 2013. (Les habitants se comptant par dizaines de millions).

Le MUFON indique que ses objectifs sont « d'enquêter sur les observations d'OVNI et de recueillir les données dans la base du MUFON pour une utilisation par les chercheurs du monde entier,» et « promouvoir la recherche sur les ovnis pour découvrir la véritable nature du phénomène, avec un oeil vers les percées scientifiques, et l'amélioration de la vie sur notre planète, » et à " éduquer le public sur le phénomène OVNI et son impact potentiel sur la société. "...

A noter que les OVNIs en forme de boomerang ont aussi déjà été vus à de nombreuses reprises, comme ici par exemple :

http://www.openminds.tv/vet-says-boomerang-ufos-had-clearest-lights-ever-seen/29845

http://www.openminds.tv/retired-police-officer-describes-low-flying-california-ufo/31850

http://www.huffingtonpost.com/lee-speigel/boomerang-ufo-zigzags-ove_b_6221676.html

Concord new hampshire 2015

Concord new hampshire 2015b

Concord, New Hampshire, GB, 2015

 

Sources : https://www.rt.com/usa/316332-ufo-new-york-drone/

http://www.openminds.tv/new-york-witness-videotapes-boomerang-ufo/35020

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires, 25-09-2015

OVNIs : JT Ovni en France du 01-09-2015

OVNIs : JT Ovni en France du 01-09-2015

Odhtv 1

 

JT Ovni en France du 01-09-2015 d'ODH TV vous est présentée par Gaëtan.B et Gilles Thomas.

Dans cette nouvelle édition, nous vous partageons l'actualité OVNI en France de janvier à mars 2015, l'avis des lecteurs du livre Ovnis et conscience et un reportage sur Ovni Paris avec Guy Loterre. Dans le dossier de l'édition, je vous partage les observations d'OVNIs en ile de france (ou région parisienne) avec la participation de nombreux ufologues et veilleurs, dont Joel Mesnard, Thierry Roche, Yves Herbo, Jacques Scornaux, Guy Loterre, Gilles Durand, Arkangel et Orion...
 

La prochaine édition sera disponible dans un mois.


L'émission est en collaboration avec:
http://www.sciences-fictions-histoire
http://area51blog.wordpress.com/
http://ufoetscience.wordpress.com/
http://ovnilanguedoc.canalblog.com/

http://www.ovniparis.fr/
http://ovniconscience.com/


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 01-09-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 31-08-2015

OVNIs : Matin OVNI dans le monde du 31-08-2015

Gillest

Matin OVNI dans le monde du 31-08-2015 d'ODH TV est réalisée et vous est présentée par Gilles Thomas.

Au programme de cette nouvelle édition :

Actualité Ovni dans le monde récente et interviews de Raoul Robé du CNEGU et de Gaëtan.B d'UFOwallonia.

 

odhtv.jpg

L'émission est en collaboration avec :

http://Sciences, Fictions, Histoires

http://investigationsoanisetoceanogra...

http://area51blog.wordpress.com/

http://ufoetscience.wordpress.com/

http://reub.e-monsite.com/

 


 

La page Facebook ODH Tv à liker et partager:
http://www.facebook.com/pages/ODH-Tv/...

 

Yves Herbo Relai-Sciences, F, Histoires, 31-08-2015

OVNI : Un ancien pilote militaire révèle sa rencontre

OVNI : Un ancien pilote militaire révèle sa rencontre

r-sabreliner-jet-large570.jpg

 

Photo de l'avion T-39D Sabreliner , similaire au jet piloté par Capt. Larry Jividen la nuit de cette rencontre avec un ovni en 1975.

Source : http://www.huffingtonpost.com/2012/04/03/ufo-encounter-pilot_n_1396078.html?ref=tw  via http://www.facebook.com/crucras

Traduction area51blog

 

Dans la nuit du 6 février 1975, le capitaine d’escadron de marine de réserve  Larry Jividen pilotait un Sabreliner T-39D (voir image ci-dessus) avion d’entrainement au  combat et de service avec cinq pilotes officiers de marine à bord pour un vol d’entraînement spécial. Il ne savait pas que la soirée se transformerait  en un jeu du «chat et de la souris» avec un objet volant non identifié.

 

Jividen n’a jamais parlé de son expérience depuis presque 40 ans — jusqu’à maintenant.

L’officier du Corps des Marines depuis 9 ans - et plus tard pilote de ligne commerciale - avait décollé au crépuscule pour un aller-retour de deux heures qui a commencé et s’est terminé  à la Station Aéronavale de Pensacola, en Floride.

 

s-larry-jividen-large300.jpg

 

“Aux environs de 9 heures, nous descendions d’une haute altitude — environ 33,000 pieds – et j’ai regardé sur le côté droit de l’avion où j’ai vu une lumière rouge fixe à notre position et altitude de 01:00 heure ”, a dit Jividen au Huffington Post.

 

“Il ne clignotait pas comme les feux anti-collision  normaux des avions. J’ai pensé que ça pouvait être quelque autre traffic, mais je n’étais pas sûr alors j’ai appelé la tour de contrôle et dit, « Comprenez que nous avons l’autorisation d’approche, mais nous avons un trafic sur notre droite, qui passe en premier pour l’approche ?”

 

Le trafic que Jividen et les cinq autres membres de l’équipage ont vu a été mutuellement décrit comme «un objet solide circulaire ayant la taille relative d’une bille de gamin tenue à bout de bras», s’est rappelé Jividen.

 

 Lorsqu’ils furent informés que la tour de contrôle au sol n’avait pas d’autre trafic dans leur proximité, Jividen commença à s’inquiéter que le mystérieux objet ne soit pas apparu sur le radar. Il demanda donc  l’autorisation de dévier de leur approche et de se tourner directement vers l’ovni lumineux rouge “juste pour voir ce qu’il allait faire”.

 

Comme il se tourna vers l’objet, Jividen dit qu’il se tourna vers son avion. “Il a soudainement volé de droite à gauche, sur le nez [de notre avion], et s’est juste arrêté à notre position de  11  heures. À ce moment-là, j’ai commencé à accélérer pour voir si je pouvais me rapprocher de l’objet, et comme je [l'ai fait], il m’a dépassé. en d’autres termes, quand j’accélérais, il  accélérait . “Alors, j’ai décidé de descendre pour placer l’objet contre un champ d’étoiles afin de m’assurer qu’il était réellement solide, et puis je suis monté pour que je puisse voir  silhouette de l’objet contre le Golfe du Mexique.” Jividen dit la que la  rencontre de cinq minutes a pris fin lorsque l’ovni rouge s’est envolé à une vitesse très élevé et a disparu à l’horizon en direction de la Nouvelle-Orléans. Lorsque l’équipage retourna à Pensacola, Jividen remplit un dossier d’incident et ce fut la dernière fois qu’il entendit parler de cet épisode Et personne d’autre n’en entendit parler pendant plus de 3 décennies. L’histoire de Jividen est maintenant racontée dans la nouvelle édition de “”UFOs: Myths, Conspiracies and Realities,” écrit par le  Col. John Alexander.

 

s-john-alexander-large300.jpg

 

“J’ai fait quelques vérifications sur les antécédents de Jividen et une des premières choses qui revenaient était sa  croix de vol de distinction pour avoir fait  des choses vraiment héroïques. Il est bien celui qu’il dit être et il est très simple», dit Alexander au  HuffPost. “Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute que c’était quelque chose. Je le prends comme un témoin très crédible, bien plus que beaucoup d’autres.”

 

L’autorisation top-secret d’Alexander qui lui a été accordée par le Gouvernement américain lui a donné accès dans les années 80 à une variété de documents officiels et aux premiers récits personnels d’ovnis. Il a aussi créé un groupe spécial de fonctionnaires et de scientifiques de haut niveau qui ont étudié le phénomène ovni. En fin de compte, Alexander a déterminé que les États-Unis, en effet, avaient des preuves montrant la réalité OVNI, mais il n’a pu trouver aucun signe que le gouvernement a délibérément gardé ces informations du public, ou que le contact avait été pris avec une vie extraterrestre. “Une des choses que nous observons sont des caractéristiques physiques que nous ne comprenons pas, des capacités qui sont au-delà de nos options technologiques en ce moment, une accélération extrêmement rapide et des tours de haute gravité auxquels des  organismes vivants, comme nous le savons, ne survivraient pas , “a t-il expliqué.

 

Regardez ces rencontres rapprochées étonnantes des pilotes avec des ovnis :

 

 

Une question plus large subsiste  en ce qui concerne les ovnis vus par des militaires, des pilotes professionnels et privés qui  peuvent se révéler des dangers potentiels pour la sécurité, dit au moins un scientifique respecté. “ Mes amis qui sont des scientifiques disent, « Eh bien, il n’y a rien concernant les ovnis. Si il y avait quelque chose, nous aurions des données et nous aimerions les compulser. “ C’est en partie une déclaration valable, et ce sont  les pilotes qui  sans le savoir, nous empêchent d’obtenir les données pour analyser scientifiquement, “ a déclaré Richard Haines, ancien chercheur scientifique  du Centre de recherche Ames de la NASA.

 

Haines – qui préfère utiliser le terme phénomènes aériens non identifiés, ou PAN plutôt que OVNI – est un ancien sceptique  qui dirige actuellement le Centre national d’information de l’aviation sur les phénomènes anormaux,(National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena), ou NARCAP. “Nos objectifs sont de rendre les vols plus sûrs pour le  public qui voyage, en particulier en ce qui concerne les PANs, et nous sommes convaincus qu’il y a une menace potentielle posée par proximité des PANs et des avions commerciaux et privés», dit Haines au HuffPost.  Travaillant avec un effectif de près de 40 personnes, y compris les filiales internationales, Haines est scientifique en chef du NARCAP. Il aborde la question des pilotes qui ont craignent de signaler un OVNI ou un PAN alors qu’ils sont encore actifs.

 

“ Pour moi, c’est un grave facteur inhibant pour que les scientifiques comme moi collectent les données.” Haines suggère que le facteur peur qui entoure les pilotes n’est pas tant le fait d’avoir peur des objets auxquels ils sont confrontés que la crainte de perdre leur emploi s’ils parlent à ce sujet. “Exactement. Je ne pense pas que ce soit  une peur physique. Le NARCAP vient avec l’objectif d’essayer de rendre les vols plus sûrs pour le public, et les compagnies aériennes ne veulent pas entendre cela, car cela implique qu’ils ne sont pas sûrs ! Pour des raisons évidentes, de nombreux rapports que j’ai  sont ceux des pilotes à la retraite. “Comme celui de Jividen, qui a déposé un rapport l’an dernier avec Haines — près de 40 ans après les faits, mais c’était toujours impressionnant. “ En premier lieu, il y a plusieurs témoins” déclare Haines. “Il y avait six hommes à bord et ils n’ont pas tous confondu avec une illusion collective. “ Après plusieurs minutes l’objet n’a pas changé de forme ou d’intensité , ce qui signifie qu’il n’a pas seulement accéléré devant lui et arrêté à sa position de 11 heures, mais il a ensuite maintenu sa vitesse en avançant. Nous devons nous demander quel phénomène naturel est capable de faire ça ? ! "

 

L’ancien scientifique de la NASA Richard Haines décrit une rencontre poignante d'un pilote avec un OVNI :

 

Dr. Haines has been a NASA research scientist since the mid 1960's. He has worked on the Gemini, Apollo and Skylab programs as well as several others. Over the past 30 years, Dr. Haines has compiled over 3,000 cases of unusual visual and radar sightings of unexplained aerial phenomena -- known as the AIRCAT files.

 

Dr. Richard F. Haines, NARCAP Science Chief presents at the CAIPAN 2014 Workshop, hosted by CNES-GEIPAN - PARIS 2014 (vous avez des sous-titres en vo traduits par Google en français dans le menu que vous pouvez choisir)

 

Haines n’est pas encore sûr de ce que sont ces objets insolites dont  tant de pilotes au fil des décennies ont fait état. « Honnêtement, je ne sais pas, et en tant que scientifique, je veux garder toutes les portes ouvertes jusqu’à ce que j’aie  une preuve suffisante, mais jusqu’à ce moment-là, je ne vais pas spéculer. ”

 

Les recherches d’ Alexander le conduisent à au moins une  conclusion importante à propos des cas réellement inexpliqués d’OVNIs ou de PANs.      ” Si vous arrivez à la question fondamentale – si il y a une intelligence derrière tout cela, et cela semble bien  être vrai - des choses comme l’énergie doivent être la clé. Certainement,  comprendre une forme différente d’énergie serait incroyablement utile.” Quel  qu’ait été l’objet circulaire rouge   que Jividen et son équipage ont  rencontré cette nuit-là en 1975, deux choses ont fait une impression durable sur lui. « Tout d’abord, il n’y avait pas de contact radar avec lui. Il est clair, par la silhouette et les mouvements de mon appareil, que c’était un objet solide, qui se propulsait lui-même. ” Je ne pense pas que notre science physique soit assez avancée pour évaluer ce que sont  ces choses. Il y a certains phénomènes physiques en cours que nous ne pouvons pas clairement interpréter ou évaluer – c’est de toute évidence contrôlé par une intelligence, mais il se peut qu’elle ne soit pas extraterrestre ”.

 

http://area51blog.wordpress.com/2012/04/12/rencontre-avec-un-ovni-revelee-pres-40-ans-apres-par-un-ex-pilote-militaire-exclusif/

 

MAJ 2015 - Video Geipan 2014

 

Yves Herbo Relai, S, F, H, 04-2012 - UP 08-2015