Preuves Autre Histoire

Cette catégorie regroupe tous les articles apportant des données faisant avancer les connaissances sur l'Histoire de l'être Humain. Tant que l'Humanité ne saura pas la genèse réelle de son existence, il y aura en elle une conffusion diffuse et souvent non admise, mais bien réelle...

Nepal, Mustang: une culture inconnue dans des grottes et tunnels

Nepal, Mustang: une culture inconnue à l'origine des grottes et tunnels

 

Mustang nepal

Archéologiquement parlant, l'ancien Royaume de Mustang était principalement retenu pour son Histoire riche du fait de sa position stratégique commerciale régionale entre la Chine, le Tibet, Népal et l'Inde avant son annexion par le Népal et les combats contre les intentions chinoises sur ce territoire. Avec au moins 10000 grottes, dont beaucoup artificielles et tunnels aménagés, le site principal était considéré comme ayant une ancienneté remontant jusqu'aux premiers bouddhistes. De belles découvertes majeures y ont en effet été effectuées au 20ème siècle, avec entre autres, récemment (2007),  des magnifiques fresques représentant la vie de Bouddha, dont les plus grandes mesurent jusqu’à 8 mètres de longueur :

 

Mustang nepal fresquemuraleboudha

Mais ce sont surtout un grand nombre de manuscrits, découverts dans ces mêmes grottes, et qui sont toujours examinés de nos jours, qui en font un grand attrait archéologique sur la période bouddhique. En effet, des dizaines de milliers de manuscrit calligraphiés étaient enfouis dans ces grottes oubliées. Des traités philosophiques à l’arbitrage des conflits, ces trésors témoignent que de grands sages s’y rendaient pour y réfléchir alors que les artistes occupaient les cavernes pour y peindre l’adoration de Bouddha et des grands yogis de l’histoire bouddhiste. Une autre supposition serait que ces manuscrits proviendrait d'un monastère bouddhiste détruit et que cette bibliothèque avait été sauvée dans ces grottes...

On sait au moins qu'il y a 750 ans, le Royaume de Mustang (aboli en 2008 !), carrefour commercial régional influençant la route de la soie, était très prospère. Les manuscrits en question ont été datés du 13ème siècle de notre ère. En 2007, des explorateurs des États-Unis, d'Italie et du Népal ont découvert d'anciens arts décoratifs et peintures bouddhistes, des manuscrits et des poteries dans les grottes de Mustang près de Lo Manthang, datant du 13e siècle. Une deuxième expédition en 2008 a découvert plusieurs squelettes humains de 600 ans (14ème siècle) et a récupéré des rames de manuscrits précieux, certains avec de petites peintures connues sous le nom d'illuminations, qui contiennent un mélange d'écrits du Bouddhisme et de Bon (Bon, également orthographié Bön, est une religion tibétaine qui s'identifie comme étant distincte du bouddhisme tibétain, bien qu'elle partage les mêmes enseignements et terminologies. Elle serait née au XIe siècle et a établi ses écritures principalement à partir de termas et de visions de tertöns tels que Loden Nyingpo. Bien que les termas de Bon contiennent des mythes de Bon qui existaient avant l'introduction du bouddhisme au Tibet, "en vérité," l'ancienne religion "était une nouvelle religion.". Les théologiens actuels du Bon expliquent, (pour maintenir leur inclusion dans la dominance bouddhiste ?) que leur religion plus ancienne est due aux prémices du bouddhisme, prévus et visualisés par la leur et leurs visionnaires.

 

 

Mustang nepal himalayaregion

Mais l'attribution de ces grottes aux seuls moines bouddhistes est remis en question dès le début des années 1990, avec des découvertes faites lors d'une fouille entre 1992 et 1997 par une équipe composée d'experts du DoA et d'une troupe de fouille basée en Allemagne. C'est dans le complexe de grottes de Mhebrak dans la vallée de Muktinath dans le Lower Mustang qu'ils ont découvert de nouveaux indices, qui pourraient potentiellement révéler une partie importante de l'histoire humaine remontant à 450 avant JC minimum

Cette équipe a donc étudié deux cadavres uniques retrouvés dans ce complexe de grottes, et ont déclaré que " les caractéristiques choquantes des cadavres les rapprochent de la découverte d'une culture particulière de l'ère préhistorique ".


Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Portugal, la mystérieuse pierre de Serrazes

Portugal, la mystérieuse pierre de Serrazes

 

Pedra escrita portugal2

 

C'est une pierre écrite étrange, un monolithe de granit maintenant un peu protégé se trouvant à Serrazes, São Pedro do Sul au Portugal. Ce monolithe a des dimensions d'un peu plus de 2,5 mètres de haut par 2 mètres de large.

L'hypothèse du géographe Amorim Girão serait que ce monument préhistorique pourrait être daté du Xe siècle av J.-C. (3 000 ans avant le présent).

Cette trace de l'art rupestre, avec ses dessins aux formes énigmatiques en cercles concentriques, avec fossette centrale (large partie arrondie plane sur la pierre) et des rectangles divisés en carrés, a laissé les archéologues avec de nombreux doutes quant à la signification des images qui y sont représentées:

- stylisations de la figure humaine;

- commémorations importantes ou stylisations de chasse;

- stylisation de cérémonies funéraires;

- une stylisation liée au culte des étoiles, Soleil ou Lune ou encore aux signes du zodiaque ou des constellations peut signifier aussi des dates de certains sacrifices ou de cérémonies religieuses.

Associée à cette inscription préhistorique, il existe une légende populaire faisant référence à l'existence d'une tombe de princesse maure sous le monument...

La pierre écrite a été classée comme un bâtiment d'intérêt public, par le décret n° 35532, du 15 Mars de 1946. Aujourd'hui, il est simplement protégé par un petit abri d'auto, complètement exposé aux intempéries et au vandalisme... Heureusement, l'emplacement de ce lieu n'est pas bien balisé, l'accès est possible seulement par chemin de terre.

 

Pedra escrita portugal3

La pierre écrite de Serrazes avant sa mise sous " protection " (Photo SIPA)

 

En cherchant, on trouve quelques sources sur cette mystérieuse pierre préhistorique :

" Les Inscriptions sur les affleurements granitiques, les cercles concentriques et les carrés, ont une signification symbolique et religieuse probable, du type autel dolménique qui appartiennent au groupe des cercles, fossettes et thèmes géométriques, liés à l'art galicien-atlantique et au symbolisme typique des sanctuaires du Groupe nord-ouest I (YH : Galice, Asturies, Portugal et Espagne atlantiques). "

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 2

Enquête archéologique aux Açores 2

 

Terceira acores 12 19 yh0(photo ©Yves Herbo)

 

Voici une petite suite à ce précédent article : 

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

Vous comprendrez que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et batisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte de nombreux militaires issus de la base américaine locale. On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Lire la suite

Indonésie - 44 000 ans - Peintures rupestres 2

Indonésie -  44 000 ans - Peintures rupestres 2

 

Scene chasse celebes sulawesi indonesie photo ratno sardi griffith university3

 

Retour sur de nouvelles découvertes effectuées sur l'île indonésienne de Sulawezi, sur laquelle plusieurs peintures très anciennes avaient déjà été trouvées depuis plusieurs années. Il s'agit donc ici d'une mise à jour de cet article de 2014 qui révélait déjà la découverte de peintures préhistoriques très semblables à celles trouvées en Europe, mais datées de périodes plus anciennes ou identiques (- 40 800 ans) à celles relevées en France ou Espagne par exemple :

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-peintures-rupestres-en-indonesie-redessinent-l-image-des-premiers-arts.html

Cette grande île est en fait l'objet de nombreuses découvertes depuis les années 1950, car elle recèle au moins de 250 grottes connues dans lesquelles plusieurs peintures pariétales ont été observées, mais les dogmes scientifiques et le manque de moyens pour utiliser les techniques modernes de datations, faisaient que ces dernières étaient bloquées à - 12 000 ans pendant des décennies...

C'est au sein du site de Leang Bulu Sipong, au sud-ouest de l’île de Célèbes (Sulawesi), dans la région karstique de Makassar truffée de grottes, qu'une grande fresque en ocre rouge qui s’étend sur 4,5 mètres, a été trouvée lors de la recherche d'un passage vers une autre grotte. Ce qui est assez étonnant est d'ailleurs que cette fresque se situe en hauteur (non pas à hauteur d'homme) et au niveau justement d'un passage et non dans une grotte, mais entre deux grottes.

 

Scene chasse celebes sulawesi indonesie photo ratno sardi griffith university4PHOTO/RATNO SARDI/GRIFFITH UNIVERSITY

 

« C’est sans doute la plus ancienne scène de chasse de l'art préhistorique » connue à ce jour, indique, enthousiaste, l’archéologue québécois Maxime Aubert de l’Université Griffith de Brisbane (Australie), principal auteur de l'étude, fouillant en Indonésie depuis au moins 2014 (1). Elle représente une scène de chasse préhistorique peinte il y a au moins 44 000 ans, découverte en 2017. Les représentations surnaturelles, mi-humaines, mi-animales, appelées « thérianthropes », suggèrent une culture artistique aboutie, voire les prémices d'une religion, selon les interprétations.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 1

Enquête archéologique aux Açores 1

 

Ancre1 acores 2019 12 07

(photo ©Yves Herbo)

 

Je suis actuellement sur une enquête filmée aux Açores, ce qui explique le manque actuel de nouveaux articles. Un départ un peu précipité par l'obtention des autorisations militaires par le professeur Felix Rodrigues, notre correspondant physicien passionné d'archéologie aux Açores (et qui a un fils diplômé en archéologie d'ailleurs), car une partie des structures à étudier se trouvent dans l'enceinte d'une forteresse militaire en activité, sur l'île de Terceira.

Nous sommes arrivés vendredi 6 décembre 2019 au soir via un vol Barcelone-Lisbonne, puis un vol Lisbonne-Terceira (qui avait une heure de retard à son départ). Notez que les Açores ont deux heures en moins actuellement par rapport à la France. Dès le samedi, tôt le matin, nous avons entamé, avec le professeur Rodrigues, un premier périple sur le site de Grota do Medo qui recèle de véritables merveilles, dont j'ai déjà parlé un peu dans un précédent article (lien en bas) et qui sont indéniablement des structures mégalithiques très semblables à ce que nous trouvons dans toute l'Europe : deux dolmens à couloir bâtis l'un au-dessus de l'autre. Ces structures sont datées en Europe, la plupart du temps, du néolithique...

 

Grotadomado15

Grota do Medo aux Açores à gauche (crédit F. Rodrigues pour ce comparatif)

 

Journée très fatigante car des heures de marche, montées et descentes dans une forêt parfois dense, avec des passages parfois barrés par des chutes d'arbres suite au récent cyclone, qui a d'ailleurs fait beaucoup de dégâts sur la petite île de Flores. Je peux déjà vous dire que les journées de dimanche et lundi ont aussi été très intenses et épuisantes, avec également des kilomètres de marche en des endroits parfois un peu dangereux, escarpés, parfois glissants à cause du taux d'humidité assez élevé aux Açores, malgré un très beau soleil et de bonnes températures : nous avons eu 20°C samedi, 21°C dimanche et le lundi beaucoup plus humide, avec de hautes pressions atmosphériques et tout de même 19°C... moites. Il faut savoir que les Açores bénéficient d'un climat semi-tropical tout au long de l'année, avec des températures très constantes aussi bien le jour que la nuit.

Lire la suite

L'Empreinte du Pic d'Adam

L'Empreinte du Pic d'Adam

MAJ 02-12-2019

grotte-adam-2.jpg

 

Le Pic d`Adam est l'un des grands défis du Sri Lanka (ancien Ceylan) pour les vacanciers actifs avec l'envie de vaincre. Sri Pada, ou Adam's Peak est sacré pour les quatre groupes religieux au Sri Lanka - les bouddhistes, les hindous, les musulmans et les chrétiens. L'empreinte de géant dans la partie supérieure est diversement revendiquée comme une empreinte soit de Bouddha, Shiva, Adam, ou de Saint-Thomas, l'apôtre chrétien qui prêchait dans le sud de l'Inde.

Cette montagne 2234 m de haut, est visitée par des milliers de fidèles et un flot continu de voyageurs en transit de Décembre à Avril. La montée est le meilleure défi de la nuit et au sommet de la montagne, vous pourriez être récompensé par l'un des plus beaux levers de soleil en Asie et une vue à couper le souffle d'en haut. De plus, au lever du soleil, un phénomène (peut-être dû aux brumes matinales ?) fait que l'ombre de la montagne, au lieu de se découper sur le sol comme les autres, est visible dressée dans le ciel, un peu comme une pyramide.

 

adams-peak-3.jpg ombre-du-pic.jpg
 

Le phénomène de la pyramide dans le ciel au Sri Lanka est souvent photographié...

Lire la suite

Le mystérieux mur de Rockwall, USA

Le mystérieux mur de Rockwall, Texas, USA

 

rockwall.jpg

 

USA : des reliques et des structures " mal placées " Part 1

Peut-être que seuls les natifs le savaient, mais Rockwall tire bien son nom d'un mur en pierres. Une vieille entrée en forme d'arche en pierre, dans une propriété dans un coin de la ville est tout ce qu'il reste de visible. La pluie, la végétation et les modifications de terrains modernes l'ont enterré complètement.

" Quand je voie ça, dit Mark Russo, un conseiller élu de la ville, je pense que je vais dans un jardin secret.Cela vous transporte dans un autre temps en une seconde. Qui a fait ça ici ? Comment a-t-il pu être oublié ? "

Parmi les premiers colons de la ville, il y avait trois nouveaux arrivants, TU Wade, BF Boydston et une Stevenson M. qui étaient arrivés à établir une communauté agricole. En 1852, TU Wade et sa famille ont commencé à construire leur maison sur le côté est de la fourche est de la vallée de la rivière Trinity près du bord ouest du lotissement actuel de Rockwall qui est juste au nord de la route aujourd'hui 66.

Dans le processus de construire la ferme ainsi, M. Wade a frappé une formation de pierre. En creusant plus profondément l'enquête a découvert une " paroi rocheuse " en dessous de la surface qui courre sur une bonne longueur.

À l'époque, Stevenson, Boydston et Wade étaient en désaccord avec l'autre, chacun voulant nommer la ville, d'après leurs noms. Après la découverte de la ""paroi rocheuse"", ils ont décidé de nommer le village Rockwall pour résoudre leurs différends. (J.Glenn, 1950)

rockwall2b.jpg rockwall2c.jpg

journaux 1897

Même si le « mur de roche », à ce moment-là affleurait autour de la zone et faisait deux à trois pieds de haut avec des dalles de couverture en place, aucun lien n'avait été fait quant à l'étendue et à la portée de cette apparence en forme de clôture et encore moins d'être un véritable mur.

rockwall1.jpg

Ce qui suit est l'information recueillie à partir de Mary Pattie (Wade) Gibson, petite-fille de TU Wade, fondateur de la Fondation de la Paroi du comté historique de Rockwall. Elle a le mieux décrit ce que son grand-père et d'autres hommes ont fait à domicile :

Lire la suite

France : Le Montoncel, La Montagne Sacrée du Bourbonnais

France : Le Montoncel, La Montagne Sacrée du Bourbonnais

MAJ 11-2019

 

Guinich dauphin mini

Monument Ginich - Montoncel

 

Cet article est à l'évidence dans la continuité des articles consacrés aux menhirs, dolmens et lieux sacrés, légendes celtiques, gauloises et romaines des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/legendes-de-la-cite-disparue-de-taricum.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/legendes-celtiques-et-romaines-2.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/legendes-celtiques-et-romaines-3.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/legendes-d-auvergne-sur-les-traces-de-marie-magdeleine.html

 

Nous avons déjà abordé dans ce site le thème des Montagnes Sacrées, ces lieux élevés, un peu partout dans le monde, consacrés à priori par des civilisations et ethnies différentes mais possédant possiblement des liens, ou origines, à des "dieux du ciel" tellement semblables dans leur transmission du savoir ou dans leurs objectifs qu'on est en droit de se poser des questions, surtout quand on réalise scientifiquement par exemple que le "ciel" ou "espace" a tout ce qu'il faut pour expliquer la continuité, la non-temporalité de l'intervention de ces "Dieux" bénéfiques ou non, que l'être humain espère voir revenir ou intervenir en se rapprochant d'eux, aux sommets de certaines montagnes particulières... On peut noter que tous ces lieux, par exemple le Mont Shasta en Californie, le Mont Sedona en Arizona, les montagnes du Quemado dans l'Etat de San Luis Potosi au Mexique, Uritorco en Argentine, les Mont Sacrés des Incas au Pérou, Bolivie, Equateur ou Brésil, les montagnes Sacrées en Chine, Sri Lanka, Inde, Tibet-Népal, Sibérie-Mongolie et même en Australie, le Sinaï et l'Ararat bien sûr, et celles d'Europe, ont tous pratiquement des points en commun : ils ont toutes été des lieux de pèlerinages, de pratiques chamaniques ou même de "sorcellerie", ils ont tous une géologie particulière (grottes, souterrains, failles, lacs, sources, minéraux et roches remarquables, mines), et la plupart font même l'objet d'observations répétées à travers le temps de phénomènes lumineux, magnétiques, telluriques, climatiques. En fait, partout où l'Homme a pu s'établir (ou revenir) sur de longues périodes (et depuis les chasseurs-cueilleurs préhistoriques), on retrouve cette même notion liée aux vieux mythes des anciens dieux venus du ciel ou y habitant (et souvent en guerre ou contradiction avec des "dieux" ou "démons" venant des profondeurs de la terre)

Vous trouverez tout en bas plusieurs exemples des articles déjà publiés sur ce site sur le même sujet, mais nous allons aujourd'hui rester en France, car je vais vous parler de la très probable Montagne Sacrée du Centre français, dans le Bourbonnais, c'est à dire le Montoncel (le "Monte au Ciel), qui est le plus haut sommet de la région, puisqu'il culmine à 1 299 mètres de hauteur.

le Montoncel (le "Monte au Ciel") possède plusieurs particularités géologiques et géographiques remarquables : pour commencer, cette montagne est une pyramide (assez aplanie) à trois pans. Au sommet se trouve un plateau formant un cercle presque géométriquement régulier, avec un rayon de 80 mètres et, juste au centre se trouve une pierre, la Pierre des Seigneurs. Nul ne sait qui a transporté et déposé cette lourde pierre ici, mais le fait est qu'elle est à l'endroit pile délimitant les trois départements de l'Allier, de la Loire et du Puy-de-Dôme...

Selon les légendes locales, trois Seigneurs provenant des trois départements en question se donnaient jadis rendez-vous chaque année à cet endroit. Et ils y faisaient en commun un joyeux festin, autour de cette pierre, jusque très tard, et y admiraient le beau ciel étoilé et pur.

Montoncel croixetpierrecentrale

La Pierre des Seigneurs - borne géodésique - et une croix chrétienne au sommet - Photo Anthospace — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8778430

Tout aussi remarquable, trois rivières prennent leurs sources sur les pentes de la montagne, et chacune sa pente puisque la Besbre se dirige vers l'Est, le Sichon part au Nord et la Credogne va à l'Ouest.

Peut-être avez-vous visité Fontainebleau, dans le sud de l'île de France : on y trouve de remarquables rochers possédant souvent des formes étranges ou des formes d'animaux. Les géologues pensent que ces rochers ont été façonnés il y a très longtemps, lorsque l'endroit était un bassin marin, d'autres cherchent des traces archéologiques des chasseurs-cueilleurs ou des celtes... et bien, si vous vous aventurez dans les fourrés entourant ce plateau et le début des pentes de la montagne, vous y découvrirez de semblables rochers étranges, des réunions et alignements de rocs surprenants, posant questions. Et ici, vous n'êtes pas dans une ancienne région sous la mer, vous êtes sur une montagne... :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

142 nouveaux géoglyphes découverts à Nazca, Pérou

142 nouveaux géoglyphes découverts à Nazca, Pérou

 

Nazca newgeoglyphe1

 

Des chercheurs de l'Université Yamagata et d'IBM Japon ont utilisé une technologie d'intelligence artificielle appartenant au centre de recherche IBM Thomas J. Watson de New York pour localiser 142 géoglyphes, dont on pense qu'ils datent d'une période comprise entre 100 ans avant notre ère et 300 ans après notre ère. Une multitude de créatures vivantes sont représentées dans cette œuvre d'art ancienne, allant des poissons et des oiseaux aux singes, aux camélidés et aux humanoïdes.

Ils ont été construits en enlevant des roches, laissant une image négative dans le sable blanc en dessous. (YH : ce qui est difficilement datable précisément, d'autant plus que, puisque comme cet art "rituel" a été pratiqué pendant des millénaires, selon les archéologues, les poteries et artefacts trouvés sur place peuvent dater de différentes époques (ce qui est le cas) et ne datent pas les géoglyphes eux-mêmes...).

Le plus long géoglyphe identifié est plus grand que la Statue de la Liberté, mesurant plus de 100 mètres d'un bout à l'autre, et le plus petit mesure 5 mètres, ce qui correspond à peu près à la même taille que le David de Michel Ange (statue de un peu plus de 5 mètres) exposé à Florence, Italie.

 

Nazca newgeoglyphe1

Géoglyphe 1 de type B d'un humanoïde. - UNIVERSITÉ DE YAMAGATA - Il semblerait que sur ces comparaisons, l'entourage soit prédéterminé et ne reflète pas l'ensemble du géoglyphe original : une tête pourrait manquer au-dessus

 

Les chercheurs ont divisé les géoglyphes en deux catégories, en fonction de leur taille, de leur âge et de leur conception. Le premier groupe (type A) sont des dessins au trait et ont tendance à être plus grands, mesurant 50 mètres ou plus. Le deuxième groupe (type B) comprend les surfaces de couleur unie de 50 mètres et moins.Les deux catégories peuvent également être distinguées par leur âge. Les types Bs étaient plus anciens et auraient été construits entre 100 avant notre ère et 100 ans pendant notre ère au cours de la période initiale de Nazca ou avant. Par contre, il est probable que le type As soit construit entre 100 et 300 ans Après JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

Allemagne : découverte de fossiles d'une espèce inconnue de grands singes

 

Danuvius baviere 2

 

Ce sont les restes d'au moins quatre grands singes d'une espèce inconnue qui ont été découverts dans le sud-est de l'Allemagne, région de l'Allgäu en Bavière. Anciens de 11,62 millions d'années, les ossements ont permis de réunir 21 ossements du squelette partiel le plus complet d'un singe Danuvius male et de procéder à sa première étude, qui révèle plusieurs surprises.

La paléontologue Madelaine Böhme de l'Université de Tübingen a déclaré que l'anatomie de cette espèce, baptisée Danuvius guggenmosi, indique un style de locomotion jusqu'alors inconnu qui pourrait offrir des indices sur l'évolution de la marche bipède. Pratiquement pour la première fois parmi les fossiles de ces périodes, des os complets de membre sont préservés, ce qui fournit la preuve d'une forme nouvellement identifiée de comportement de position - le "grimpement de membre étendu" ("extended limb clambering").

 

Danuvius baviere1

Os de la main d'un spécimen masculin d'un nouveau singe Danuvius. L'étrange créature avait de longs bras, ce qui laisse penser qu'elle pouvait se balancer dans les arbres, mais ses mains ne possédaient pas des os solides, que possèdent habituellement les promeneurs sur articulations. (Crédit image: Christoph Jäckle)

 

Ce mâle devait peser entre 37 et 68 livres (17 et 31 kilogrammes) et avait des jambes ressemblant à celles des humains, mais avec des orteils et doigts saisissants et des bras allongés ressemblant à ceux des singes, qui lui auraient permis de se déplacer facilement à travers les cimes des arbres ppur échapper aux prédateurs félins par exemple. Mais ses mains et doigts n'étaient pas aussi robustes que ceux des chimpanzés, des bonobos et des gorilles, qui utilisent leurs doigts pour marcher également. En fait, la créature a peut-être également utilisé une locomotion étrange jamais vue jusqu'à présent, expliquant comment les ancêtres des humains ont pu évoluer pour marcher sur deux jambes, révèle cette nouvelle étude.

Un trait essentiel qui distingue les humains de nos plus proches parents vivants - les grands singes modernes, y compris les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et les orangs - outans, est la façon dont nous nous tenons debout et marchons debout. Cette posture bipède a finalement permis de libérer nos mains pour utiliser des outils, aidant ainsi l’humanité à se répandre sur la planète. 

En revanche, les grands singes modernes possèdent des bras allongés qu'ils utilisent lors des mouvements. Par exemple, les chimpanzés, les bonobos et les gorilles pratiquent la marche sur les articulations, tandis que les orangs-outans marchent avec le poing sur le sol et que tous les grands singes modernes possèdent des traits anatomiques qui leur permettent de se balancer de branche en branche en utilisant uniquement leurs bras - une méthode de locomotion appelée brachiation.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

Turquie : un nouveau site de 11 800 ans découvert

 

Turquie fouilles2019 11800ans mardin 500

 

Faisant maintenant partie de la province de Mardin, cette région du sud-est de la Turquie a accueilli de nombreuses civilisations, notamment des Sumériens, des Akkadiens, des Babyloniens, des Hittites, des Urartiens, des Romains, des Abbassides, des Seljuks et des Ottomans. C'est sur le site de l'ancienne colonie Boncuklu Tarla que des dernières découvertes ont eu lieu.

L'archéologue Ergül Kodaş a déclaré que son équipe procédait à des fouilles sur le site dans le cadre d'un projet axé sur la documentation et le sauvetage de sites culturels situés dans le district de Dargecit, lorsqu'ils ont découvert un réseau d'égouts vieux de 11 800 ans et plus de deux douzaines d'artefacts architecturaux. Le professeur Kodas, professeur au département d’archéologie de l’Université Mardin Artuklu et conseiller scientifique des fouilles à Boncuklu Tarla, a déclaré que les travaux avaient été dirigés par la professeure Ayşe Tuba Ökse, du département d’archéologie de l’Université de Kocaeli.

Au total, 15 restaurateurs et archéologues, ainsi que 50 travailleurs, procèdent actuellement à des fouilles dans la zone, qui a été désignée site historique et culturel par les autorités turques.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Paléolithique : les plus anciennes gravures avaient une signification

Paléolithique : les plus anciennes gravures avaient une signification

 

Fig 1 gravuresanciennes 680

C'est ce qu'affirme cette étude publiée cet été par la Royal Society : https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsos.190086

 

La neuroimagerie soutient la nature représentationnelle des premières gravures humaines.

Les premières productions graphiques humaines, composées de motifs abstraits gravés sur divers supports, datent du Paléolithique inférieur et moyen. Ils sont associés à des hominines anatomiquement modernes et archaïques. La nature et la signification de ces gravures sont encore en suspens. Pour résoudre ce problème, nous avons eu recours à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle afin de comparer les activations cérébrales déclenchées par la perception de motifs gravés datant de 540 000 à 30 000 ans avant le présent avec celles suscitées par la perception de scènes, d’objets, de symboles et d’écrits, mots. La perception des zones de gravure activées bilatéralement le long de la route ventrale selon un schéma similaire à celui activé par la perception des objets, suggérant que ces productions graphiques sont traitées comme des représentations visuelles organisées dans le cerveau. De plus, la perception des gravures a entraîné une activation à gauche de la zone de forme visuelle des motsCes résultats confirment l'hypothèse selon laquelle ces gravures ont les propriétés visuelles de représentations significatives chez l'homme actuel et auraient pu servir à cette fin chez les humains modernes et les hominines archaïques.

Des peintures rupestres paléolithiques à l'art contemporain, la production et la perception d'artefacts symboliques ont représenté un aspect majeur de l'activité cognitive humaine.

Cependant, il n'y a pas de consensus sur quand, comment et parmi lesquels de nos ancêtres fossiles un comportement à médiation symbolique est apparu. La capacité d'intégrer un sens dans des produits culturels a longtemps été considérée comme le résultat d'une soudaine révolution cognitive survenue parmi les populations humaines modernes s'étant installées en Europe il y a 42 000 ans et remplaçant les habitants de Néandertal. La complexité culturelle de ces populations, démontrée par leur maîtrise de la peinture, du dessin, de la sculpture et la sophistication de leurs vêtements, de leurs ornements corporels et de leurs pratiques mortuaires, était considérée comme une preuve évidente de cette révolution cognitive [ 1 - 3 ].

La découverte ultérieure sur des sites africains plus anciens d'artefacts (ocre modifiée, perles, dessins, gravures, sépultures primaires) a conduit de nombreux auteurs à proposer que des pratiques symboliques soient apparues sur ce continent bien avant l'arrivée de l'Homme moderne en Eurasie 4 ].

D'autres ont remarqué qu'une équation entre l'homme moderne et la cognition moderne est contredite par le fait qu'avant la dispersion humaine moderne hors de l'Afrique, des pratiques symboliques comparables existaient en Eurasie parmi les populations archaïques telles que les Néandertaliens [6 - 10]. Cependant, tous les chercheurs ne sont pas disposés à accorder une dimension symbolique aux anciens artefacts africains et eurasiens interprétés par certains comme les archétypes de notre culture moderne, entièrement symbolique, cognitive et matérielle.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Néandertalien utilisait du goudron pour coller le bois aux pierres

Néandertalien utilisait du goudron de bouleau pour coller le bois aux pierres

 

Hommemodernevsneanderthal

 

Un outil de noyau de silex partiellement recouvert de goudron de bouleau ajoute aux évidences sur une pensée complexe de Neandertal.

Une équipe de chercheurs affiliés à plusieurs institutions néerlandaises a mis au jour un petit outil de découpe de Néandertal utilisant du goudron de bouleau. Dans son article publié dans Actes de la National Academy of Sciences, le groupe décrit l'outil et ce qu'il révèle sur la technologie de Neanderthal, beaucoup plus élaborée que supposée il y a peu de temps...

 

Hommemodernevsneanderthal

Comparaison entre un crâne d'Homme Moderne (à gauche) et d'un crâne de néandertalien.

 

Des travaux antérieurs avaient déjà mis au jour des preuves montrant que les Néandertaliens utilisaient du goudron de bouleau pour fabriquer divers types d'outils, dont la plupart impliquaient le transfert de pierres taillées à des manches en bois. Cette nouvelle découverte le confirme, puisque les chercheurs ont trouvé un outil sans poignée: un morceau de silex conçu pour être tranchant d'un côté et recouvert de goudron de bouleau de l'autre.
L'ajout de goudron de bouleau permettrait à l'utilisateur de tenir l'outil confortablement et de mettre beaucoup de pression dessus sans se couper la main. Les chercheurs notent que la création et l'utilisation de goudron de bouleau nécessitent un certain degré de réflexion complexe. L'opération en plusieurs étapes commence par la collecte du bois et sa combustion de manière à extraire le goudron. Le goudron ressemblant à de la gomme peut être utilisé pour lier des objets car il devient dur lors du refroidissement à la température ambiante.

 

Adhesifsneandertal

Carte de l’Eurasie occidentale avec les emplacements de recherche de produits chimiques et chimiques.
Adhésifs MP identifiés et datés par spectrométrie. On note l'utilisation du goudron de bouleau, du goudron de pin et de bitume pétrolifère, datés de 191 000 ans à 40 000 ans... (PNAS.org)

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves

Il y a 400 000 ans, des hominines faisaient des conserves !

 

Grotteqesem israel0 mini

Des chercheurs de l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec des universitaires espagnols, ont mis au jour des preuves du stockage et de la consommation tardive de la moelle osseuse dans la grotte de Qesem près de Tel Aviv, site de nombreuses découvertes majeures de la fin du Paléolithique inférieur, il y a environ 400 000 ans.

La recherche fournit des preuves directes que les premiers paléolithiques ont sauvegardé les os d'animaux jusqu'à neuf semaines avant de se régaler à l'intérieur de la grotte de Qesem.

L'étude, publiée dans le numéro du 9 octobre 2019 de Science Advances , était dirigée par Mme Ruth Blasco du département d'archéologie et des civilisations du Proche-Orient ancien du TAU et par le Centre national d'investigation sur l'évolution de la société humaine (CENIEH) et ses collègues du TAU, le professeur Ran Barkai et le professeur Avi Gopher. Elle a été menée en collaboration avec les professeurs Jordi Rosell et Maite Arilla de l’Université Rovira i Virgili (URV) et de l’Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES); Antoni Margalida, professeur à l’Université de Lleida, à l’Université de Berne, et à l’Institut de recherche sur le jeu et la vie sauvage (IREC); et le professeur Daniel Villalba de l'Université de Lleida.

" Les os ont été utilisés comme des" boîtes de conserve " qui ont préservé la moelle osseuse pendant une longue période, jusqu'à ce qu'il soit temps d'enlever la peau sèche, de briser l'os et de manger la moelle osseuse ", souligne le professeur Barkai (voir ci dessous) :

Lire la suite

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

Israel, En Esur: une ville de 5 000 ans découverte

 

Israel ville5000ans 550

 

 

Décidément, après la découverte cet été d'une étonnante ville préhistorique de 9000 ans environ découverte près de Jerusalem (voir le lien ci-dessous), c'est maintenant la découverte d'une grande cité datée de 5 000 ans environ, de l'âge du bronze donc, qui a été découverte au nord de Tel Aviv. Et il y a également en-dessous encore, des ruines datées de 7 000 ans environ...

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/motza-decouverte-d-une-cite-prehistorique.html

Cette vieille ville de 5 000 ans laisse présager une planification urbaine sophistiquée qui s'est produite bien plus tôt que prévu.

" Il s’agit de la plus grande zone urbaine de l’âge du bronze trouvée dans la région à ce jour et pourrait fondamentalement changer l’idée de la date à laquelle une urbanisation sophistiquée a commencé à se produire dans la région ", ont déclaré les archéologues.

L'Autorité israélienne des antiquités a déclaré dans un article sur Facebook que la ville avait été découverte sur le site de fouilles d'En Esur au cours de travaux routiers près de Harish, une ville située à environ 50 kilomètres au nord de Tel Aviv.Les archéologues ont décrit la ville comme "cosmopolite et planifiée". Elle couvrait une superficie de 65 hectares et abritait environ 6 000 personnes, ont-ils ajouté, ce qui aurait été une taille importante pour l'époque. A tel point que l'Autorité des antiquités israéliennes l'a appelée le "New York du début de l'âge du bronze".

 

Israel ville5000ans1

Crédit : picture-alliance/newscom/D.Hill

 

C'est plus de deux à trois fois plus grand que les plus grands sites (de cette région) remontant à cette période ", a expliqué l'archéologue Yitzhak Paz.

 

(voir la suite ci-dessous) :

Lire la suite