Preuves Autre Histoire

Cette catégorie regroupe tous les articles apportant des données faisant avancer les connaissances sur l'Histoire de l'être Humain. Tant que l'Humanité ne saura pas la genèse réelle de son existence, il y aura en elle une conffusion diffuse et souvent non admise, mais bien réelle...

Arabie Saoudite : Nouvelles structures préhistoriques

Arabie Saoudite : Nouvelles mystérieuses structures préhistoriques

 

Volcans arabie mini

 

Ce n'est pas la première fois que j'aborde les mystères de la grande péninsule arabique, en mentionnant bien sûr son ancienne fertilité préhistorique perdue : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-lacs-et-rivieres-sous-les-sables-de-la-peninsule-arabique.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/anomalies-archeologie-arabie-oman-serbie-uk.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arabie-saoudite-un-etonnant-site-de-10000-ans-etudie.html

 

Mais un tout nouvel article, accompagné de nombreuses photographies, vient d'être publié par des scientifiques dans la célèbre revue spécialisée Livescience, que je m'empresse de traduire devant son intérêt certain et qui confirme plusieurs autres données.

" 400 mystérieuses structures de pierre anciennes découvertes en Arabie Saoudite

 

Des structures en pierre mystérieuses que les archéologues appellent «portes», en raison de leur ressemblance avec les portes de campagne à l'ancienne, ont été découvertes en Arabie Saoudite. - Crédit: Google Earth

 

Près de 400 mystérieuses structures en pierre remontant à des milliers d'années ont été découvertes en Arabie Saoudite, de plus, quelques-unes de ces formations murales recouvrent ou sont recouvertes par d'anciens dômes de lave, rapportent les archéologues.

Beaucoup de murs en pierre, que les archéologues appellent «portes», parce qu'ils ressemblent à des portes de champ à l'ancienne d'en haut, ont été trouvés dans des zones d'une région du centre-ouest de l'Arabie Saoudite appelée Harrat Khaybar.

Les archéologues impliqués dans la recherche ne sont pas sûrs du but, ni même de l'âge exact de ces structures...

Lire la suite

Mort : Conservation anormale de certains cadavres

Mort : Conservation anormale de certains cadavres

 

Bernadette soubirous mini

Bernadette Soubirous, intacte depuis 1879 (?)

Il y a tout de même controverses en ce qui concerne Bernadette Soubirous : si la première exhumation a bien prouvé sa très bonne conservation, les suivantes semblent moins évidentes : https://www.histoire-genealogie.com/Un-temoignage-sur-les-exhumations-de-Sainte-Bernadette-Soubirous-le-corps-etait-il-intact-ou-pas

 

Un titre certes très macabre, mais il s'agit bien de cela : La découverte au cours de l'Histoire et encore récemment de cadavres ensevelis depuis des siècles ou décennies et qui demeurent intacts, non momifiés mais souples et présentant encore l'apparence de la vie...

Les médecins sont parfaitement au courant, la définition légale de la mort a dû être récemment reconsidérée, et même à plusieurs reprises. En effet, les progrès de la médecine ont démontré que l'arrêt des battements du cœur ou la disparition du réflexe oculaire ne permettaient plus d'avoir une certitude absolue sur le décès d'un patient. Plusieurs personnes ont ainsi pu être réanimés, malgré l'absence totale de tout signe de vie. Les récents critères mondiaux adoptés incluent désormais un électro-encéphalogramme plat qui est supposé signifier la mort du système nerveux. En France, par exemple, encore plus récemment, la confirmation par angioscanner de la mort encéphalique est devenue une pratique courante en alternative à la pratique de l’électro-encéphalogramme. La disponibilité des scanners dédiés à l’urgence, l’évolution des connaissances et des techniques ont permis une évolution rapide des critères d’interprétation de ces examens. Cette décision est bien sûr liée au fait que les neurones, contrairement aux autres cellules du corps, sont très vite et définitivement détruits s'ils ne reçoivent pas d'oxygène, puisque les neurones ne se reproduisent pas...

Mais cette nouvelle définition de la mort est encore provisoire, qu'une approche, et soumise à progrès (oxygénation des neurones ?). Car entre le moment où un corps contient encore la vie et celui où commence le processus de décomposition s'étend une grande inconnue qui peut parfois durer... des siècles !

Certaines découvertes et preuves scientifiques sur l'état de conservation anormale de certains cadavres pose un important problème à la science moderne comme nous allons le voir...

Lire la suite

Pologne : Découverte d'un bâton gravé du mésolithique

Pologne : Découverte et analyse ADN d'un bâton gravé du mésolithique taillé dans du bois de renne

 

Pologne artefact mini

 

Selon une étude publiée ce mois dans la revue scientifique PLOS ONE par Grzegorz Osipowicz et ses collègues de l'Université polonaise de Nicolaus Copernicus, un bâton percé orné trouvé en Pologne centrale fournirait des preuves d'échanges entre des communautés mésolithiques très éloignées les unes des autres.

Les artefacts et les matières premières peuvent donner un aperçu de la façon dont les communautés préhistoriques échangeaient des cadeaux, et des découvertes, tels par exemple que la pierre transportée pour sa signification technologique, ou des produits en métal ornant des tombes. Récemment, des chercheurs ont trouvé un bâton percé orné d'un bois d'origine inconnue sur le site de Gołębiewo 47 en Pologne centrale.

 

Pologne artefact

Lire la suite

Anatolie : Découverte d'un nouveau site de 11500 ans

Anatolie : Découverte d'un nouveau site de 11.500 ans

 

Hasankeyf monticule 11500ans3 mini

 

Les découvertes très anciennes, de l'époque du site de Gobekli Tepe, devraient augmenter au fil du temps, et les datations sur un nouveau site situé dans le monticule de Hasankeyf sur le littoral de la rivière Tigris, dans la région anatolienne de la Turquie le confirment. Nous sommes donc à proximité de la ville antique de Hasankeyf, dans la province du sud-est de Batman de Turquie et c'est la cinquième étape des fouilles de la cité ensevelie, initiée par le projet Ilısu Dam HES et ses travaux de sauvetage du patrimoine culturel.

Le chef des fouilles à Hasankeyf, le professeur adjoint Mevlüt Eliüşük, a déclaré que 12 archéologues japonais travaillent également dans le monticule. " Les fouilles ont continué sur le site au cours des trois premiers mois, puis le recensement des constatations a été faiteLes analyses ont révélé que le site de Hasankeyf Mound remonte à 9 500 av. J.-C., il y a 11 500 ans ", a-t-il ajouté.

 

Hasankeyf monticule 11500ans

Lire la suite

Pérou : Découvertes de sculptures en bois dont un sceptre étonnant

Pérou : Découvertes de sculptures en bois dont un sceptre étonnant

 

Perou1 mini

 

C'est une découverte très intéressante qui vient d'être révélée dans les médias spécialisés péruviens, dans une antique cité précolombienne, située précisément au niveau de Chayhuac An - probablement la première grande enceinte entourant le premier Palais de la ville d'adobe de Chan Chan, dans la région nord de La Libertad, vers Trujillo, Pérou. Il s'agit de quatre sculptures en bois - interprétées comme représentant trois mâles et une femelle - un sceptre étonnant, des objets métalliques, des textiles et des restes de coquillages marins. Tous ces objets sont excavés d'une plate-forme funéraire et la quatrième sculpture en bois, assez abîmée, est toujours en train d'être délicatement extraite de sa gangue de sédiments durcis.

 

Perou4 apn andina

Lire la suite

Reliques étranges du Pérou : Les news au 30-09-2017

Reliques étranges du Pérou : Les news au 30-09-2017

 

Ap newmomies3 mini

 

Vous allez trouver un petit résumé des avancées de cet été, les quelques annonces qui sont apparues depuis le dernier article de la mi-juillet et la conférence de Lima tenue par Mr Maussan, journaliste mexicain, mais surtout par plusieurs scientifiques ayant le courage de parler de leurs examens et analyses sur ces corps biologiques découverts fin 2015 dans un site archéologique tenu encore secret par les pilleurs de tombes (huaqueros) à l'origine de la découverte (comme une grande majorité de découvertes péruviennes, quoiqu'en disent les archéologues locaux...).

Une première chose qui s'est produite en juillet est donc l'envoi par le chercheur Deï Mian d'un dossier complet des données en possession de l'Inkari Cuzco à BTLV (Bob vous dit Toute La Vérité) pour transmission aux scientifiques français (Mr Alain Froment notamment) en toute transparence et afin qu'ils étudient les choses avec de VRAIES pièces et non des montages ou mélanges de données comme lors des émissions précédentes de la radio alternative... Thierry Jamin a donné son soutien à cette initiative en insistant sur le fait qu'il a toujours voulu que les reliques et preuves disponibles soient analysées par un maximum de scientifiques (preuve qu'il n'y a aucune volonté de cacher quoi que ce soit), y compris des français. Ce n'est pas de sa faute si les scientifiques sont si frileux et moins curieux que la logique le voudrait...

Dans la foulée, le chercheur Deï Mian a annoncé avoir contacté et reçu un grand intérêt de la part de scientifiques britanniques, qui ont donc également reçu un dossier complet des données disponibles à cette date. "  De par mes contacts en Angleterre, nous avons des scientifiques de Cambridge, Cardiff, Glascow et Leicestershire universities qui ont déjà eu des rapports de l’affaire en main, et aussi étonnant que cela puisse paraître, leurs premières conclusions ont été bien différentes de celles des experts français qui ont exprimé une « conclusion hâtive » ". Et il y a eu aussi, question analyses scientifiques en cours, un apport de la part d'une scientifique française, neuroscientifique reconnue par ses pairs, qui s'est déplacée au Pérou en septembre et qui va pouvoir faire des analyses et séquences ADN dans un laboratoire français. De son côté, Michel Ribardière est en train de tenter de constituer (difficilement devant les à-priori) un groupe de scientifiques internationaux pouvant apporter un avis réfléchit après étude sur ces reliques, qui sont en majorité des corps momifiés artificiellement par de la terre de diatomée (très probablement), mais qui sont possiblement accompagnés de "poupées" ou "objets rituels" créés par les indiens locaux au fil du temps (comme c'est le cas d'objets assez similaires trouvés dans certaines tombes dans le passé, j'en ai déjà montré car il s'en trouve dans des musées...).

Quelques conférences ont eu lieu cet été, avec les participations de Deï Mian, Alain Bonnet et Michel Ribardière, avec la diffusion du reportage/historique de l'Alien Project, des explications et débats :

 

Conferenceseteap

Lire la suite

Portugal et Açores, des "cart-ruts" aussi

Portugal et Açores, des "cart-ruts" aussi

 

Cart rutsporto5 mini

 

Les plus connus se trouvent sur l'île de Malte, et j'en avais parlé ici, mais plusieurs autres régions du monde comportent ces traces jugées mystérieuses par plusieurs chercheurs, jugées comme étant l'oeuvre de civilisations antiques connues, comme celle des Romains par exemple pour d'autres... Cette dernière affirmation peut d'ailleurs être considérées comme étrange quand l'on sait qu'à Malte, par exemple, ces traces continuent en partie sous l'eau... et que la montée des eaux de la Méditerranée semble un peu trop lointaine pour que les Romains ou les Grecs soient impliqués dans ces traces. On reste tout de même avec deux hypothèses : une utilisation de ces sorte de 'rails" pour lancer des bateaux sur la mer (un travail sous-marins donc nécessaire par des anciens grecs par exemple) ou effectivement une civilisation préhistorique méconnue (en liaison avec les très nombreux "crânes allongés" (ou dolichocéphales) trouvés sur l'île ?) qui aurait fait ces traces avant la montée des eaux. Mais l'on sait aussi que l'île a été victime de plusieurs tsunamis (comme d'autres régions méditerranéennes), voir même qu'elle aurait pu s'affaisser assez récemment (séismes) et expliquer l'engloutissement de ces traces et même de plusieurs temples découverts au large... Les explications sont multiples et ouvertes encore...

Ces traces en forme de sillons souvent parallèles et de longue grandeur demeurent tout de même un mystère et plusieurs explications quant à leur objectif ont été émises, dont un système de traîneau (en bois car on n'en a retrouvé aucune trace) afin qu'un peuple mégalithique/préhistorique puisse déplacer de lourdes pierres afin de créer leurs structures de rituels ou autres (dolmens, menhirs, cairns ou habitations...). Certains pensent que les Phéniciens, voir Tartessos, pourraient aussi être ce peuple. Une autre explication logique est bien sûr l'utilisation de chars dans de la boue, les sillons des chars ayant durci au fil du temps... mais on ne retrouve pas de traces laissés par les chevaux dans la même boue durcie, ce qui est gênant (ni d'empreintes humaines à priori !), ce qui nous mène à un système peu crédible de "montagnes russes" préhistorique... et les géologues réfutent cette explication...

Restons sérieux et parlons donc de ces étranges "cart-ruts" également visible au Portugal et aussi aux Açores, fait intéressant suite à la (re)découverte de plusieurs pyramides anciennes sur les Açores (semblables à celles des Canaries) mais aussi de sites mégalithiques, dont j'ai largement parlé ici...

 

 

Açores, Madalena, à Valverde, Criação Velha et Sete Cidades, paysage de pyramides...

Lire la suite

Brésil : Des français déterrent des objets de 23 000 ans

Brésil : Des français déterrent des objets de 23 000 ans

 

Brazil early occupation

 

Denis Vialou, du Musée national d'histoire naturelle de Paris, et ses collègues pensent avoir trouvé des artefacts de 23 000 ans dans le refuge de Santa Elina dans l'est du Brésil, selon un rapport publié dans Science News . Les artefacts, trouvés dans trois couches de sédiments, comprennent des objets en pierre et des plaques osseuses prises à partir de la peau de paresseux géants, qui ont été modifiées avec des encoches et des trous. Des foyers ont également été trouvés dans les couches de sédiments. Les sites d'occupation humaine précoce en Amérique du Sud se trouvent généralement le long de la côte.

 

090117 bb south america main

D. Vialou et al.  - l'Antiquité

Lire la suite

Crète : Une découverte incroyable qui complète les autres ?

Crète : Une découverte incroyable qui complète les autres ?

 

Crete empreintesfossiles 5 7ma3

 

Ce n'est pas une découverte récente, car elle date de 2002 (par un géologue polonais sur le site de Trachilos, en Crète), mais ces empreintes de probables homininés viennent d'être datées de... - 5,7 millions d'années ! Ce qui provoque bien sûr immédiatement une polémique entre scientifiques...

Mais cette nouvelle découverte est pourtant, en quelque sorte, complémentaire à d'autres découvertes effectuées dans la région, à commencer par les preuves qui se multiplient sur la présence, justement, d'un hominine possiblement ancêtre d'hominidés et même de l'Homme Moderne (remettant en question la naissance de ce dernier en Afrique !), c'est à dire le Graecopithecus (-7,2 Ma), un primate qui vient d'être reclassifié en homininé, dont j'ai parlé récemment dans cet article...

Mais il y a eu d'autres découvertes en Crète et îles environnantes, moins connues (ou volontairement oubliées par la science officielle ?) : celles d'un nombre très élevé d'outils de pierre très ancien et même de sructures (terrasses mégalithiques) englouties comportant ces mêmes outils de pierre très anciens, dont j'avais parlé ici...

Toute une conjonction de découvertes anciennes et récentes qui pourrait confirmer qu'un ancêtre de l'homme moderne, voir ce fameux "chaînon manquant" ancêtre à la fois des primates et du genre Homo, vivait déjà en Europe avant même que les Australopithèques africains n'existent ! Y compris à la période où la Mer Méditerranée était en très grande partie asséchée par la fermeture du détroit de Gibraltar, entre 5,5 et 5,9 millions d'années...

 

Crete empreintesfossiles 5 7ma1

Mais parlons de cette nouvelle découverte :

Lire la suite

Guyanes : des découvertes archéologiques peu connues

Guyanes : des découvertes archéologiques peu connues

 

Geoglyphe guyanefrance mini

 

J'ai déjà eu l'occasion d'aborder les Guyanes américaines lors d'un article consacré surtout au Brésil, vaste pays entourant ces relatives petites régions au nord-est de l'Amérique Latine, mais sans pouvoir trop approfondir les questions et affirmations selon lesquelles des sites et ruines spectaculaires y avaient été découvertes dans le passé. La mise à disposition de certains éléments sur internet et des bibliothèques permettent d'avancer un peu sur cette région précise, tout en sachant que d'autres éléments encore "cachés" dans des anciennes publications papier et des musées doivent encore certainement exister. Voici donc un article très incomplet encore sur certaines découvertes, qui se verront, on peut l'espérer, être complétées dans le futur par d'autres données. En fait, un travail identique devrait être fait au niveau de tous ces pays-jungles et même les îles environnantes...

 

Guyane restesamerindiens piliwa embouchuredumana

Cette photo aérienne spectaculaire de terrasses de cultures très anciennes et surélevées artificiellement a été prise vers l'embouchure de la rivière du Mana, près de Piliwa et à l'ouest de la Guyane Française

Lire la suite

Du Col de Vence aux Andes : recherches de Manu Alteirac

Du Col de Vence aux Andes : recherches de Manu Alteirac

 

Manualteirac bas reliefperou mini

 

Manu Alteirac est un contact et correspondant depuis plusieurs mois de la Toile Web, et en particulier sur les réseaux sociaux. Le temps et des échanges amicaux ont fini par établir une bonne confiance envers notre honnêteté intellectuelle reciproque et un attrait commun pour la Vérité avec un grand V. C'est dans cette perspective que Manu m'a confié il y a plusieurs semaines (comme à d'autres) certains documents concernant son long travail de recherche à l'aide de l'imagerie satellitaire (Google Earth bien sûr, mais il y en a d'autres), sur les géoglyphes de la Cordillère des Andes et notamment ceux visibles dans les régions de Nasca-Palpa, mais pas seulement. Vous trouvez ci-dessous, avec son autorisation, certains de ces documents, en sachant qu'ils ne sont qu'un tout petit pourcentage de ses recherches, qui doivent faire l'objet d'une publication officielle sous la forme d'un livre, lorsqu'il le jugera bon.

Tout d'abord, et pour répondre à ma question " Tu ne t'es intéressé qu'à la Cordillère des Andes ? ", il m'a répondu qu'il y avait des choses très intéressantes aussi dans des régions désertiques telles que le Sahara par exemple, mais qu'il était lui-même surpris des anomalies bien visibles au niveau imageries satellitaires (pas sur le terrain) au niveau du Col de Vence en France ! :

Lire la suite

Babylone: une tablette trigonométrique 1000 ans plus vieille

Babylone : une tablette trigonométrique 1000 ans plus ancienne que celle de Hipparque

 

Plimpton322 mini

 

Après de longues études, des scientifiques de Sydney (University of New South Wales - UNSW) ont découvert le but d'une célèbre tablette d'argile babylonienne de 3700 ans, révélant qu'elle est la table trigonométrique la plus ancienne et la plus précise au monde, éventuellement utilisée par les anciens scribes mathématiques et architectes pour calculer la façon de construire des palais et des temples et construire des canaux.

La nouvelle recherche montre que les Babyloniens, héritiers de Sumer, après certaines lois astronomiques, ont aussi battu les Grecs sur l'invention de la trigonométrie - l'étude des triangles - de plus de 1000 ans et révèle une ancienne sophistication pour les mathématiques insoupçonnée jusqu'ici. A ce train, on va imaginer que toutes les découvertes mathématiques attribuées aux anciens Grecs (ici c'est bien les "inventions" de Hipparque et de Pythagore qui sont remises en question !) ne pourraient être en fait que des recopies d'anciennes découvertes Sumériennes et Babyloniennes (voir Harapéennes quand on voit la qualité et sophistication des constructions de la civilisation de l'Indus...).

Connu sous le nom de Plimpton 322, la petite tablette a été découverte au début des années 1900 dans ce qui est maintenant le sud de l'Irak par le négociateur en antiquités, archéologue, universitaire, diplomate Edgar Banks, la personne sur laquelle le personnage de fiction Indiana Jones a été basé.

Elle comporte quatre colonnes et 15 lignes de nombres écrites dans le script cunéiforme de l'époque en utilisant un système de base 60 ou sexagesimal...

 

Plimpton322 marduk babylon

A gauche: Le Dieu Marduk de Babylone – à droite: La tablette Plimpton 322, vieille de 3700 ans, exposée dans la Rare Book and Manuscript Library à Columbia University de New York. Credit: UNSW/Andrew Kelly

Lire la suite

Cités englouties, données compilées

Cités englouties, données compilées - MAJ 19-08-2014

 

Dwarka

Dwarka, Inde

Comme on le sait avec de plus en plus de fiabilité et de précisions, l'être humain et ses civilisations ont connu dans le passé des bouleversements souvent catastrophiques, non seulement liés aux migrations de peuples envahissant les autres et guerres de territoires, mais le plus souvent liés aux bouleversements climatiques dus aux périodes glaciaires-interglaciaires et aux éruptions volcaniques, séismes et tsunamis (qui sont souvent des conséquences de précédents événements eux-mêmes). Tous ces bouleversements, souvent méconnus, sont découverts de nos jours et apportent un éclairage nouveau sur des disparitions de civilisations ou même d’ethnies humaines et races animales du passé. Un grand nombre de ces données réapparaissent d'endroits aujourd'hui sous les eaux et nous font comprendre et réaliser l'immensité réelle des territoires ainsi perdus et engloutis, et la probabilité que certains territoires aient bien été habités par des milliers, voir des millions d'individus à certaines périodes. L'un de ces énormes endroit disparu est bel et bien en train d'être redécouvert au nord de l'Europe avec la civilisation du Doggerland et ses probables annexes englouties vers l'Ecosse et la Scandinavie. Mes réflexions me font pour l'instant penser que les anomalies  récemment découvertes dans la Mer Baltique (attention, ce dossier a commencé en 2012 !) font bien partie de la même période que cette civilisation du néolithique du Doggerland et qu'il s'agit de territoires et paysages possiblement terraformés par l'homme...

Commençons donc déjà cette compilation de données avec celles déjà présentes sur ce site en ordre dispersées, je me propose de les réunir par océans/mers et par coordonnées des parallèles géographiques classiques (adaptable) - notez bien qu'il s'agit de cités ou ruines englouties par les eaux, mais aussi par la jungle parfois ou les boues volcaniques, les sables et également parfois dans des lacs ou fleuves, il est aussi question de vestiges sur des îles...

 

Global grav md reduite

carte mondiale des reliefs des fonds marins - 2015 ref : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/nouvelle-carte-des-reliefs-sous-marins.html

 

Retrouvez l'intégralité de ce dossier mis à jour, composé de liens d'articles documentés avec photos et/ou vidéos et cartes au niveau des PAGES ou via ce lien :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/pages/cites-englouties-donnees-compilees.html​

 

Herbo Yves ©, Sciences, Faits, Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 2012-2017

 

 

Pérou : un mur circulaire de 3000 ans à Cusco

Pérou : un mur circulaire de 3000 ans à Cusco

 

Cusco aerienne mini

C'est une découverte très intéressante qui vient d'être faite par des experts de la Direction de la Culture Décentralisée de Cusco (DDCC), qui ont déterré des ruines architecturales datant de plus de 3000 ans dans la zone archéologique Marcavalle, situé dans la région sud-andine de Cusco (région de Cusco au Pérou).

Les trouvailles incluent un étonnant mur circulaire de 7 mètres de diamètre en pierre et boue appartenant à la culture pré-Inca Marcavalle, dans ce qui est aujourd'hui un centre de réadaptation des jeunes. Selon Luz Marina Monroy, archéologue responsable de la recherche, la structure en forme d'anneau aurait été utilisée comme logement et/ou un site rituel (YH : peut-être selon les périodes d'utilisation). Les archéologues ont également découvert une partie d'un mur similaire, qu'ils pensent avoir fait partie d'un atelier et aussi des signes d'entrepôts et d'occupations humaines successives.  

 

Cusco fouilles1

Lire la suite

Japon : Des dogus et des momies étranges

Japon : Des dogus et des momies étranges

 

Templejapon momiegris

 

Les Jomons sont considérés comme l'une des toutes premières cultures s'étant installée dans les îles japonaises. Et surtout l'une des premières cultures de chasseurs-cueilleurs à se sédentariser, à pratiquer l'élevage et surtout, à fabriquer de la céramique et des poteries... les plus anciennes trouvées à ce jour ont été datées à 16 500 ans avant le présent, c'est à dire au paléolithique (découverte en 2011 du site d'Odai Yamamoto daté après calibration à 16 520 BP.) ! Même si la culture Jomon est plutôt considérée comme mésolithique de par ses outils (les fameux microlithiques, composés de petites lames et permettant d'effectuer des travaux très précis... mais dont on ignore encore comment leurs grandes mains d'hommes préhistoriques pouvaient s'en servir avec autant d'efficacité !). Une autre information très importante : les Jomons était un grand peuple dolichocéphale, c'est à dire qu'il avait le crâne allongé, comme d'ailleurs ses voisins de la Corée du Sud préhistorique, comme le prouve cet article scientifique qui est une vraie mine aux trésors sur l'Histoire japonaise... : https://cipango.revues.org/1126

" Le « modèle du métissage », développé par Kanaseki et ses collègues, insistait principalement sur trois points :

- Le peuple japonais se serait formé par métissage de deux races, au moins pour la région historique de Kyōto (Kanaseki ne se prononçait pas pour le Kantō et le Nord-est, régions considérées de moindre importance par les chercheurs du Japon occidental) ;

- Les migrants allogènes auraient des traits morphologiques proches de ceux des Coréens du Sud : grande stature et dolichocéphalie (crâne de forme allongée), par ailleurs caractères morphologiques souvent reconnus aux « races conquérantes » ;

- Le métissage se serait étendu sur plusieurs siècles et les caractères allogènes perdureraient, en particulier dans le Centre et l’Ouest de l’archipel. "

 

Jomon dogu1

Lire la suite