Idaho, USA : Un site daté de 16600 à 15300 ans

Idaho, USA : Un site daté de 16600 à 15300 ans

 

Idaho fouilles 1

Le site de fouilles en Idaho - (Oregon State University)

 

Les preuves disant que la culture dite "Clovis", en Amérique du Nord (Nouveau Mexique), n'est pas la plus ancienne sur le continent s'accumulent. En effet, pendant des décennies et en l'absence de preuves formellement datées, il était considéré que les premiers hommes modernes (Homo Sapiens), provenant d'Asie, avaient profité d'un passage avant la fin de la dernière période glaciaire et avant le réchauffement ayant débuté il y a 14 000 ans. Les eaux des océans, en partie figées sous forme de glace, étaient plus basses d'une centaine de mètres par rapport à leur niveau actuel et le détroit formait un pont de terre émergée entre la Sibérie et l'Alaska. Appelé Béringie, cet étroit couloir de 1 200 km était accessible à pied sec, encombré de lacs glaciaires et de moraines, mais ne permettait sans doute pas de séjours prolongés. Cette théorie date des années 1920/1930, et est de plus en plus remise en question. Déjà, les scientifiques estimaient que la culture Clovis est apparue il y a environ 13500 ans, localement, avant de se répandre dans toutes les amériques. Il est plus logique de considérer que cette culture, originaire d'Asie donc, est bien plus ancienne, est apparue en Asie et y a développé ses outils, qu'elle a emmené avec elle. C'est un peu le problème de l'archéologie moderne d'attribuer un nom à une culture d'après le lieu de sa première découverte... tout en parlant de migrations, de pillages, de réutilisations, etc...

Avec les découvertes et datations de plus en plus anciennes dans les Amériques, cette première théorie est remise en question, et encore plus avec les nouvelles datations publiées récemment par des scientifiques, au sujet d'un site de l'Idaho.

En effet, selon une étude publiée aujourd'hui dans la revue Science, l'un des sites archéologiques les plus anciens des Amériques a été découvert dans l'ouest de l'Idaho.

Les datations au radiocarbone montrent que les gens fabriquaient des outils et abattaient des animaux à Cooper's Ferry il y a 15 300 à 16 600 ans, ce qui en fait un ajout rare et important à la poignée de sites archéologiques qui bouleversent la théorie traditionnelle du peuplement des Amériques.

Il y a quelques années à peine, les outils en pierre de Clovis, généralement âgés de 13 000 ans environ, étaient considérés comme la première technologie humaine dans les Amériques. Dans le cadre de l’hypothèse «Clovis-First», la plupart des chercheurs pensaient que les créateurs de ces outils arrivaient d’Asie en Amérique du Nord en marchant depuis l’Asie en franchissant la Béringie, le territoire qui reliait autrefois la Sibérie à l’Alaska, puis en descendant un couloir libre qui s’est ouvert lorsque d’immenses couches de glace recouvrant l’intérieur de l’Amérique du Nord ont commencé à se retirer il y a environ 14 000 ans.

Mais les chercheurs ont commencé à trouver des artefacts plus anciens que Clovis à travers les Amériques...

Bien que des dizaines de sites prétendent être ce que les archéologues appellent «pré-Clovis», Donald Grayson, archéologue et professeur émérite à l'Université de Washington, estime que seuls quelques-uns sont datés avec précision, y compris Monte Verde au Chili (environ 14 500 ans), les sites Friedkin et Gault au Texas (âgés respectivement de 15 500 et 16 000 ans) et le site des grottes de Paisley en Oregon (âgé d’environ 14 000 ans). Mais même Grayson, qui admet qu’il a une vision relativement "dure", inclurait désormais le Ferry de Cooper dans sa courte liste.

" Le Ferry de Cooper, pour moi, est un site pré-Clovis totalement convaincant ", déclare Grayson, qui n'a pas participé à la nouvelle étude.

Todd Braje, un archéologue de la San Diego State University qui a examiné le document scientifique, a déclaré de même que le site était une preuve supplémentaire que " le modèle de First Clovis n'est plus viable ".

Voir la suite ci-dessous :

Au fond d'un canyon près d'un coude de la rivière Salmon, Cooper's Ferry est un endroit idyllique avec des étés chauds et des hivers froids. Le peuple autochtone Niimíipuu (Nez Perce) a qualifié ce site d'ancien village appelé Nipéhe.

 

Idaho artefacts

Stone tools (projectile points, bifaces and a blade) from the Cooper’s Ferry site. Dots show areas with use wear. Image credit: Davis et al, doi: 10.1126/science.aax9830

 

L'archéologue Loren Davis, professeur à l'Oregon State University de Corvallis et auteur principal du rapport dans Science, a exhumé pour la première fois à Cooper's Ferry en 1997 dans le cadre de sa thèse de doctorat. Il a trouvé une cache de pointes de pierre, connues sous le nom de pointes à tige occidentale, qui auraient pu être fixées au manche d'une lance ou d'une autre arme ou outil. Les dates au radiocarbone de l'os et du charbon qui ont été enterrés dans la même petite fosse suggèrent que ces outils avaient jusqu'à 13 300 ans.

Davis revint environ dix ans plus tard pour mener une exploration plus approfondie du bac de Cooper car il avait encore des questions à poser. À savoir, Davis voulait savoir si les outils qu'il avait trouvés dans les années 1990 étaient plus anciens que ceux de la tradition Clovis.

 

Coopers ferry site

The Cooper’s Ferry site located in Idaho’s lower Salmon River canyon. White arrow points to the site. Image credit: Davis et al, doi: 10.1126/science.aax9830

 

Au cours de la dernière décennie de fouilles, Davis et son équipe ont trouvé des traces de fissures dues à la chaleur provenant d'anciens feux de camp, d'espaces de travail pour la fabrication et la réparation d'outils, de sites d'abattage et de fragments d'os d'animauxL'année dernière, l'équipe de Davis a envoyé un échantillon de charbon de bois provenant d'un foyer pour des tests de radiocarbone et a été surpris de constater qu'il se trouvait dans la tranche d'âge des 14 000 ans. Pour confirmer ces résultats, davantage d'échantillons de matériel provenant de Cooper's Ferry ont été testés.

" Nos résultats n'arrêtent pas d'arriver de plus en plus vieux ", dit Davis. " La couche la plus profonde de sédiment rempli d'artefacts sur le site avait une fourchette d'âge allant d'environ 15 000 à 16 000 ans. Je n'avais jamais pensé que le site allait être aussi vieux."

 

Idaho
Paysage de l'Idaho (domaine publique)

La vieillesse de Cooper's Ferry est une autre preuve que des gens se trouvaient déjà au sud des couches de glace qui recouvraient autrefois l’Amérique du Nord avant qu’un corridor libre de glace vers le bas du continent ne s’est ouvert il y a environ 14 000 ansDavis et ses collègues pensent que leurs découvertes confirment une théorie qui gagne en popularité parmi les archéologues: que les premiers à avoir vu le continent américain étaient des marins qui se sont dirigés vers la côte du Pacifique.

" L'explication la plus parcimonieuse à notre avis est que les gens sont venus le long de la côte du Pacifique et, lorsqu'ils ont rencontré l'embouchure du fleuve Columbia, ils ont essentiellement trouvé une voie de sortie de cette migration côtière et ont également trouvé leur premier itinéraire intérieur viable vers les zones qui sont au sud de la calotte glaciaire ", a déclaré Davis.

Idaho migration route

La possible voie maritime empruntée par les premiers “Américains”. Crédits : Teresa Hall

 

Les pointes occidentales trouvés à Cooper's Ferry sont peut-être parmi les plus anciennes d'Amérique, et elles pourraient indiquer que cette technologie de fabrication d'outils a été développée avant Clovis.

" Ces nouvelles découvertes cimentent le fait que la technologie de pointes en forme de tige représente la technologie la plus ancienne des Amériques ", a déclaré Charlotte Beck, professeure émérite d'archéologie au Hamilton College de New York.

Dans l’étude, Davis et ses collègues ont relevé des similitudes entre les outils qu’ils ont découverts et les artefacts fabriqués au Japon il y a 16 000 à 13 000 ans, ce qui indique peut-être une histoire d’origine pour ce type de pointes.

Grayson, cependant, craint de faire de telles connexions. " Les similitudes dans les artefacts, à moins qu'ils ne soient vraiment complexes, ne nous en parlent pas vraiment ", dit-il.

Braje, au contraire, trouve ces connexions "intrigantes" bien qu'il admette qu'elles sont encore très timides. " Le défi consiste maintenant à connecter [Cooper's Ferry] à une poignée d'autres sites anciens en Amérique du Nord et dans le monde ", a déclaré Braje. " Nous avons beaucoup de travail à faire pour construire l'histoire. "

Les premiers migrants ont visiblement trouvé un autre chemin d’accès, la fin du pont de Béring étant probablement surmontée par d'énormes glaciers continentaux. Ils sont arrivés non pas à pied, mais par bateau. Probablement depuis les îles situées autour de la partie nord de la Ceinture de feu, estiment les chercheurs. Les artefacts retrouvés ressemblent en effet étonnamment à ceux retrouvés à l’époque en Asie du Nord-Est.

On apprend également que ces premières populations, arrivées il y a entre 15 300 et 16 600 ans, sont revenues plusieurs fois jusqu’à il y a environ 13 300 ans. Et que ces groupes, composés probablement d’une vingtaine de personnes tout au plus (?), avaient conservé un mode de vie de chasseurs-cueilleurs...

Sources : https://www.nationalgeographic.com/culture/2019/08/coopers-landing-idaho-site-americas-oldest/

https://sciencepost.fr/les-hommes-sont-arrives-en-amerique-plus-tot-que-ce-que-lon-pensait/

http://www.sci-news.com/archaeology/coopers-ferry-tools-07546.html

 

YH : Davis a évidemment remarqué que ces datations (et d'autres remontant même à + de 22000 ans !) ne peuvent correspondre aux dates de la géologie et de la fin de la dernière glaciation et du début du réchauffement, comme d'autres chercheurs, surtout en ce qui concerne les couloirs déclacés au nord. D'autre part, on sait que Homo Sapiens (mais aussi des hominidés comme Erectus, Néandertaliens et Denivosiens) ont utilisés des outils de pierre des dizaines de milliers d'années avant ces dates. Et on sait aussi qu'il y a eu plusieurs glaciations et inter-glaciations : Les glaciations quaternaires, aussi nommées glaciations plio-quaternaires, sont la succession d'au moins 17 périodes glaciaires (de durée variant initialement de 50 000 ans puis, à partir de 1,2 Ma, avec une périodicité proche de 100 000 ans) survenant régulièrement depuis 2,58 millions d'années (durant le système Quaternaire, dernière période de l'Ère Cénozoïque), et séparées par des périodes interglaciaires (de durée variant entre 10 et 20 000 ans). La dernière période glaciaire est une période de refroidissement global ou glaciation qui caractérise la fin du Pléistocène, il y a 110 000 à 10 000 ans. Elle correspond approximativement aux stades 2, 3, 4 et 5a-d de la chronologie isotopique mise au point depuis les années 1950. Le maximum glaciaire a été atteint il y a environ 22 000 ans. Selon les analyses à ultra-haute résolution de carottes de glace ou de sédiment, le début et la fin de cette période glaciaire ont été des basculements climatiques brutaux (en quelques années seulement pour son début et sa fin), probablement en lien à des modifications radicales de la circulation atmosphérique tropicale puis polaire et des courants marins, qui ont entraîné l'entrée en glaciation et la sortie, qui elles-mêmes ont duré des milliers d'années.

 

Pre clovis sites of the americas

 

Tous ces sites sont maintenant attribués à la culture Clovis, y compris les plus anciens, pré-clovis, le site de Cooper Ferry n'y figure pas encore...

 

Bon, comme en Europe (avec l'Angleterre reliée à la France), Australie (reliée à la Tasmanie et la Nouvelle-Guinée formant ainsi un grand continent nommé Sahul) et l'archipel des Philippines et l'Indonésie reliés, même si les choses varient localement en ce qui concerne le niveau des eaux et les banquises, le pont de Béring existait probablement déjà au maximum glaciaire, il y a 20000 ans, au maximal glaciaire. Il devient de plus en plus probable que l'être humain ait à la fois traversé ce pont à pied (pour chasser les mammouths et faune l'empruntant), mais aussi en cabotant avec des canoes/bateaux le long du pont. Et qu'il ait du n'utiliser que ces bateaux (le continent étant complètement glacé et sans couloir de passage) sans mettre le pied à terre, jusqu'au sud de ces énormes glaciers, là où la terre était libre...

Et il a continué ensuite, à la fois à pied et en bateau en suivant les côtes du Pacifique, jusqu'aux Amériques centrale et du sud, colonisant aussi les îles. C'est pourquoi nous retrouvons à l'heure actuelle des pétroglyphes, outils et arts assez semblables dans toutes les Amériques... et Asie, puisque c'est l'origine de ce même peuple, qui a fini par se diviser en se sédentarisant, oublier ses origines et à se faire la guerre pour beaucoup... d'autant plus qu'il a du y avoir plusieurs vagues de migrations/colonisations, comme partout dans le monde...

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 04-09-2019

 

 

archéologie prehistoire interviews échange environnement climat arctique lire mystère

Ajouter un commentaire