Grece apidima1 homosapiens

Le plus ancien homme moderne trouvé hors d'Afrique : 210000 ans

Le plus ancien homme moderne trouvé hors d'Afrique : 210 000 ans ?

 

Grece apidima1 homosapiensApidima 1 (présenté ici dans une reconstruction) présente toutes les caractéristiques d'un crâne humain moderne. Crédit: KATERINA HARVATI, EBERHARD KARLS UNI TÜB

 

Les chercheurs ont trouvé le premier exemple (plus ancien à ce jour) de notre espèce (l'homme moderne) en dehors de l'Afrique.

Un crâne découvert en Grèce a été daté d'il y a 210 000 ans, à une époque où l'Europe était occupée par les Néandertaliens.

Cette découverte sensationnelle ajoute aux preuves d'une migration antérieure de personnes en provenance d'Afrique (YH : difficile à savoir en fait : ces nomades pouvant provenir de n'importe où, et peuvent même être nés sur place, vu le faible nombre d'années d'espérance de vie !, ou encore retourner vers l'Afrique, ou ailleurs...) qui n'a laissé aucune trace dans l'ADN des personnes vivantes aujourd'hui.

Les résultats sont publiés dans la revue scientifique Nature.

" Il est environ cinq fois plus vieux que n'importe quelle autre preuve d'hommes modernes en Europe (YH : 47000 à 45000 ans jusqu'à présent). Et évidemment, il est plus vieux que Misliya d'Israël (un fossile humain moderne datant de 150 000 ans). La forme de l'arrière du crâne est très moderne. et c'est potentiellement le plus ancien fossile qui montre ce regard moderne à l'arrière du crâne ", a déclaré le professeur Chris Stringer, du Natural History Museum de Londres.

Voir la suite ci-dessous :

L' Homo sapiens, le crâne vieux de 300 000 ans originaire de Jebel Irhoud au Maroc, ne montre pas ce dos arrondi et haut. YH : Les études confirment qu'il s'agit en effet d'un Homo Sapiens archaïque, encore en pleine phase d'évolution).

Les dernières preuves ont été découvertes sur le site de la grotte Apidima en Grèce dans les années 1970Deux crânes ont été trouvés; L’un était très déformé et l’autre incomplet, cependant, et il a fallu un balayage par tomodensitométrie et une datation par série d’uranium pour percer leurs secrets.

Le crâne plus complet semble être un Néandertalien. Mais l’autre montre des caractéristiques claires, comme un dos arrondi au crâne, un diagnostic de l’homme moderne.

 

Grece apidima2 neandetherlien

Apidima 2 semble être un Néandertalien et est postérieur en datation au crâne humain moderne

 

De plus, le crâne de Néandertalien était plus jeune, question datations, il a été daté de 170 000 ans.

" Notre scénario est qu'il existait il y a 210 000 ans un groupe d'hommes modernes en Grèce, peut-être apparenté à des populations comparables du Levant, mais il a ensuite été remplacé par une population de Néandertalien (représentée par Apidima 2) il y a environ 170 000 ans ", a déclaré le professeur Stringer.

Les personnes vivant en dehors de l'Afrique aujourd'hui sont issues d'une migration qui a quitté le continent africain (YH : ou un autre lieu ! Si l'homme moderne avait déjà quitté l'Afrique il y a 210 000 ans, des naissances ont eu lieu hors d'Afrique vers les mêmes époques ^^ Rien ne peut prouver pour l'instant que ces groupes ne sont pas ceux qui se sont déplacés par la suite !) il y a 60 000 ans.

" Lorsque ces humains modernes se sont étendus à travers l'Eurasie, ils ont largement remplacé d'autres espèces rencontrées, telles que les Néandertaliens et les Denisoviens. Mais ce n'était pas la première migration de l'homme moderne ( Homo sapiens ) d'Afrique. "

Les fossiles d' Homo sapiens de Skhul et Qafzeh en Israël étaient datés dans les années 90, à il y a entre 90 000 et 125 000 ans. (YH : datations à revoir car non calibrés 2004).

Celles-ci étaient considérées comme des anomalies - une brève incursion à l’extérieur de notre patrie africaine qui n’a guère duré. (YH : c'était visiblement une erreur, un postulat hérité de précédentes fausses conclusions...).

Cependant, ces dernières années, nous en sommes venus à comprendre que notre espèce se situait en dehors de l’Afrique bien avant et plus loin que prévu.

Au cours des dernières années, les paléontologues ont découvert des fossiles humains modernes datant de 80 000 à 120 000 ans, provenant de Daoxian et de Zhirendong en Chine.

Des études d'ADN ont révélé des signes de métissage précoce entre humains africains et néandertaliensLes preuves fournies par les Néandertaliens allemands montrent que le mélange s'est produit entre 219 000 et 460 000 ans, bien qu'il ne soit pas clair si Homo sapiens était impliqué ou un autre groupe africain ancien. (YH : notons au passage que Homo Erectus est maintenant plus ancien en Asie qu'en Afrique...).

" Le mouvement de population en Europe était en fait pendant une phase chaude - le stade 7 de l'isotope marin - lorsque le climat s'était réchauffé. C'est peut-être une des raisons pour laquelle la population a pu s'étendre en Europe à cette époque ", a déclaré Professeur Stringer.

" Peu de temps après, nous commençons avec une phase beaucoup plus froide. Peut-être que le changement climatique était l'une des raisons pour lesquelles le groupe s'est éteint et que les Neanderthaliens se sont rétablis. " (YH : Devons-nous supposer que les Néandertaliens avaient mieux évolué que l'Homme moderne, pour résister au froid ?).

Le Professeur Stringer déclare à propos des affinités du crâne d’Apidima 1: " C’est évidemment uniquement sur les parties préservées. Nous devons faire attention, c’est seulement sur le dos du crâne, le front aurait pu être plus primitif, qui sait. Mais continuer sur ce que nous avons peut être diagnostiqué comme un être humain moderne sur les parties préservées. "

" Si nous avons raison, il doit y avoir d'autres preuves de cette population et d'autres comme celle-ci, qui restent à découvrir. "

" Et ensuite [ H. sapiens ] a disparu d'Europe ", explique Eric Delson, paléoanthropologue à la City University de New York, " jusqu'à ce qu'une vague ultérieure se propage avec succès sur le continent il y a environ 50 000 ans ". Mais comme les preuves ne sont rien d’autre qu’une pièce de l’arrière du crâne, certains chercheurs ne sont pas certains que le fossile puisse être définitivement identifié à H. sapiens. Et d'autres remettent en question l'ancienne date.

Katerina Harvati, paléoanthropologue à l'université de Tübingen en Allemagne, a longtemps soupçonné que le sud-est de l'Europe était un point chaud pour les humains anciensLa région est non seulement "au carrefour de trois continents" - Afrique, Asie et Europe - mais elle a aussi bénéficié d'un climat relativement clément alors que d'autres régions de l'Europe étaient couvertes de glaciers, a-t-elle déclaré. Elle était donc ravie de recevoir la permission d'étudier les fossiles, qui portent le nom de la grotte.

Le fragment de crâne d'Apidima 1 était plus complet d'un côté que de l'autre et le crâne et le visage d'Apidima 2 étaient déformés. Alors Harvati a commencé par comprendre à quoi ils ressemblaient à l’origine. Elle et son équipe ont scanné les deux fossiles avec des rayons X et ont créé des reconstructions 3D. Ils ont cassé numériquement Apidima 2 en 66 fragments d'os et les ont réassemblés avec précaution dans ce qui était probablement leur forme d'origine. Le résultat a montré le visage d'un Néandertalien typique, sortant du crâne avec des crêtes sourcilières saillantes. Le rapport de l'uranium à ses produits de désintégration dans les os a révélé un âge d'environ 170 000 ans.

Pour Apidima 1, Harvati et son équipe ont créé une image miroir du fossile et les ont assemblés pour voir la forme complète de l'arrière du crâne. C'était court et rond, comme les crânes de H. sapiens , et il manquait une crête et un sillon que les crânes de Néandertal ont généralement à l'arrière. " Vous ne pouvez pas associer [la reconstruction d'Apidima 1] à un crâne classique de Neandertal ", reconnaît Christoph Zollikofer, paléoanthropologue de l'Université de Zurich en Suisse, qui n'a pas participé à la recherche. Harvati et son équipe ont conclu que le crâne appartenait très probablement à H. sapiens.

Il a environ 100 000 ans de moins que les plus anciens fossiles de H. sapiens connus au monde, provenant de Jebel Irhoud au Maroc. Mais Warren Sharp, expert en datation de l’uranium à l’Université de Californie à Berkeley, souligne que les échantillons d’Apidima 1 ont en fait retourné des dates allant de plus de 300 000 ans à moins de 40 000 ans. " Ce n'est pas un échantillon sage ", dit-il. " Vous avez cette énorme propagation des âges apparents, et vous ne savez pas si certains d'entre eux sont bons. "

 

Grece apidima1 reconstitution homosapiens

Les enquêteurs ont balayé un fragment situé à l'arrière du crâne d'un ancien homininé (à droite) et l'ont reconstruit numériquement (à gauche et au centre), révélant ainsi le crâne arrondi de l' Homo sapiens , plutôt qu'un crâne allongé de Néandertal. Crédit : KATERINA HARVATI ET EBERHARD KARLS / UNIVERSITÉ DE TÜBINGEN

 

Les chercheurs sont également divisés sur le point de savoir si Apidima 1 représente de manière convaincante un membre de notre espèce. " [Apidima 1] conserve assez clairement le crâne pour démontrer qu'il est définitivement Homo sapiens ", dit Delson. Mais tout le monde n'est pas d'accord. " C'est plausible ", a déclaré Susan Antón, paléoanthropologue à l'Université de New York. " Mais pour moi ce n'est pas un slam dunk."

" Chez les humains anciens, la forme du dos du crâne ne permet pas toujours de prédire la forme du visage ", dit-elle. Le crâne de Jebel Irhoud, par exemple, a un arrière archaïque, allongé, mais un visage résolument moderneZollikofer ajoute que la lignée de Neandertal peut englober plus de variations anatomiques que les chercheurs ne le réalisent jusqu'à présent, y compris peut-être un crâne rond et court. " Cela met en évidence la rareté de nos connaissances ", dit-il. En fait, Marie-Antoinette de Lumley, paléoanthropologue au CNRS, l'agence française de recherche à Paris, a récemment affirmé que les deux crânes étaient en réalité des ancêtres des Néandertaliens. (YH : sans avoir participé à l'étude et juste sur des photos ^^).

Israël Hershkovitz, paléoanthropologue à l'Université de Tel Aviv en Israël, qui a découvert les fossiles dans la caverne de Misliya, pense que, puisque les membres de H. sapiens étaient au Moyen-Orient il y a environ 200 000 ans, (YH : et donc déjà hors d'Afrique), ils auraient aussi pu faire une excursion précoce dans le sud de l'EuropeHarvati souligne que certains génomes de Neandertal conservent la trace d'un croisement avec H. sapiens qui s'est produit il y a 200 000 ans, signe que nos ancêtres doivent avoir pénétré tôt sur le territoire de Neanderthal avant de disparaître à nouveau. Peut-être qu' " ils n'aimaient pas le climat, ou n'aimaient pas la faune à manger, ou n'aimaient pas avoir des Néandertaliens à proximité, et se sont retirés ", a déclaré Delson.

Mais Hershkovitz n’est pas convaincu qu’Apidima 1 représente ces anciens pionniers. Sans des fossiles plus complets et la confirmation de leurs dates par d'autres techniques, il déclare: " Les preuves sont très faibles. "

YH : Il est certain que d'autres découvertes viendront confirmer ou infirmer cette présence de l'homme moderne si tôt en Europe... ou d'un autre hominidé encore inconnu, possiblement européen d'origine... Je rappelle ici la découverte d'un fossile d'un hominidé inconnu justement en Grèce, récemment ! : D'après le professeur Böhme : " nos découvertes pourraient changer nos idées concernant l'origine de l'humanité. Personnellement, je ne pense pas que les descendants de Graecopithecusont ont disparu, ils ont dû se disperser plus tard en Afrique. La séparation des chimpanzés et des hommes ne s'est faite qu'une fois. Nos données supportent l'idée que la séparation s'est produite dans l'est de la méditerranée, et non en Afrique. Si elle est acceptée, cette théorie modifiera le début même de l'histoire humaine ".
 

Source : https://www.nature.com/articles/s41586-019-1376-z

https://www.bbc.com/news/science-environment-48913307

https://www.sciencemag.org/news/2019/07/skull-fragment-greek-cave-suggests-modern-humans-were-europe-more-200000-years-ago

 

Autres articles liés : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/homo-sapiens-nouvelles-propositions-sur-son-evolution.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-apparition-entre-500-000-a-300-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-hors-d-afrique-il-y-a-177000-a-194000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/prehistoire-antiquite/un-ancetre-masculin-de-l-homme-moderne-est-ne-entre-340-000-et-208-000-ans.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/genetique-et-recentes-decouvertes-homo-sapiens-est-ne-en-eurasie.html

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 06-09-2019

 

 

archéologie prehistoire interviews échange lire mystère Europe

Ajouter un commentaire