Actualité

Commentaires ou articles sur l'actualité en général

Amériques : Un autre site daté de 30 000 ans

Amériques : Un autre site daté de 30 000 ans

 

Mexique artefactsNature - Ardelean

 

 

Après les sites découverts en 2014 et 2017, affirmés être datés de 30 000 ans, un autre fait l'objet d'une publication ce mois de juillet 2020 selon deux études publiées dans la revue Nature, faisant d'ailleurs immédiatement l'objet de critiques de la part des plus prudents des spécialistes (qui ne participent d'ailleurs jamais par la suite à l'étude de ces mêmes sites...au cas où ils seraient obligés de se contredire eux-mêmes). C'est l'occasion de citer à nouveau les nombreuses études et découvertes faites dans les Amériques qui repoussent les dates de l'arrivée de l'homme moderne sur ces continents depuis environ 50 ans (y compris de possibles homininés plus anciens que l'homme moderne) et dont j'ai pu parler pour certaines depuis bientôt 10 ans... Vous trouverez les liens de tous ces articles en bas de cet article.

Parlons donc de cette dernière publication, faisant partie de cette compilation de données archéologique sourcées. Pour rappel, ce site est avant tout un site de compilations de données sur divers thèmes et que l'auteur de ces compilations, s'il ne partage pas toujours les conclusions des scientifiques ou chercheurs (indépendants ou non) les concernant, a pour principal objectif la mémoire de sources de recherches (démontrées ou annulées). En effet, la réalité de la science moderne fait que ce n'est pas parce que des découvertes contredisent parfois fortement la logique et les consensus établis qu'elles ne sont pas, parfois des dizaines d'années plus tard, finalement prouvées et modifient ainsi les dogmes apparemment établis. L'exemple de la découverte de l’ornithorynque, longtemps contestée par la science, les affirmations de l'impossibilité de la submersion de continents (qui a duré des dizaines d'années) par exemple encore, le démontre largement : aucune science n'est figée ni démontrée à 100 %, ce que l'on apprend en sciences à l'école est démontré faux en assez grande partie des années plus tard. De nombreuses découvertes du passé ont ainsi littéralement disparu de la connaissance humaine, en liaison avec la protection des dogmes passés, présents et futurs et de l'attitude de certains scientifiques ou groupes de pression (qui généralisent souvent et "trompent" en quelque sorte le public ou même des scientifiques en tronquant les faits, n'insistants que sur les faux ou erreurs établis et en omettant d'autres prouvés, y compris de nos jours où des données et sites entiers disparaissent (à la vue du public et donc de futurs chercheurs) de la toile. Ces données ne se retrouvent souvent que dans des livres oubliés et peu accessibles. Un autre exemple que je pourrai donner serait par exemple la notion généralisée actuellement par ces groupes de pression protectrice des dogmes affirmant et généralisant le fait que les pyramides des Canaries seraient toutes modernes, sur le simple fait qu'une fouille aurait trouvé des traces modernes (franc-maçonniques même) sous une pyramide des Canaries. Mais une recherche consciencieuse des archives du passé nous prouve le contraire : comment certaines pyramides des Canaries (qui sont sur plusieurs îles) pourraient être modernes, alors qu'elles sont déjà citées par exemple dans un ouvrage de Juan Abreu de Galindo en 1632 (manuscrit chapitre V), cité lui-même dans l'ouvrage de 1803 de J.B.G.M. Bory de St Vincent, "Essais sur les îles Fortunées et l'antique Atlantide ou Précis de l'Histoire générale de l'Archipel des Canaries", pages 62, 118 et 503 ? Bien sûr, la simple mention de l'Atlantide donne des boutons à beaucoup de chercheurs modernes (attitude peu scientifique)... et pourtant... Heureusement, il existe encore des scientifiques qui méritent ce nom, qui tentent de regarder tous les aspects des faits et ne les tronquent pas pour satisfaire leurs propres croyances et convictions, ou encore la protection de leurs propres écrits et finances. Enfin, je rappelle aussi que ce site n'est pas un site commercial ou même une entreprise, mais un blog gratuit d'un écrivain, relayeur et chercheur indépendant...

Voici la nouvelle découverte publiée ce mois, donc les médias ont d'ailleurs largement parlé (oubliant de citer l'autre découverte de 2017 mais aussi de nombreuses autres) :

" Une chose est certaine : l'Amérique a bien été le dernier continent colonisé par notre ancêtre l'Homo sapiens après l'Europe, il y a 45 000 ans et l'Australie, il y a environ 60 000 ans. Oui, mais à quelle date a eu lieu cette arrivée ? (YH : notons que pour la majorité des scientifiques, il n'est question que de Homo sapiens (homme moderne), dans la mesure où il n'est pas recensé (officiellement) de restes d'homininés plus anciens - seulement éventuellement de très anciennes traces de chasses et d'outils non attribuées). C'est assez surprenant d'ailleurs, quand on trouve des traces d'Homo Erectus pratiquement partout dans le monde - y compris dans des îles déjà établies à leur époque - alors que la Béringie a aussi probablement existé lors des précédentes glaciations éprouvées par ces homininés...)

Jusqu'à présent, la thèse privilégiée par les paléoanthropologues était que les premiers hommes à être venus sur le continent américain seraient arrivés, il y a 13 000 ans via la Bérinigie, c'est-à-dire le pont terrestre qui a existé à plusieurs reprises entre l'Alaska et la Sibérie orientale. Cet étroit bras de mer est désormais appelé le détroit de Béring. Ces populations dîtes de « l'âge Clovis » se sont installés en deçà du 48e parallèle nord. Des pointes de flèches de cette époque ont été retrouvées dans les années 1930 dans la ville de Clovis, au Nouveau-MexiqueYH : cette thèse est en fait contestée depuis au moins 20 ans et même pratiquement annulée avec des découvertes prouvées et de plus en plus nombreuses, sur la présence de l'homme depuis au minimum 16 000 ans).

Sauf que cette hypothèse est désormais battue en brèche. En fouillant la grotte de Chiquihuite, dans le nord du Mexique, des archéologues ont en effet mis au jour des centaines d'outils en pierre taillée qui remontent jusqu'à 33 000 ans avant notre ère. Ils révèlent une méthode de taille de pierre unique en Amérique, utilisant le débitage en fines lamelles – une technologie avancée qui serait venue d’ailleurs, selon les auteurs.

 

Fouillesmexique

Selon eux, ce site aurait été occupé pendant près de 20 000 ans (YH : ce qui nous amène aux - 13 000 ans des Clovis !). Les résultats de ces recherches risquent donc d’être vivement contestés. « Cela arrive dès que quelqu’un trouve des sites plus vieux que 16.000 ans : la première réaction est soit le déni, soit une forte approbation », selon le chercheur qui a commencé à fouiller la grotte en 2012.

Dans la seconde étude, des chercheurs ont réussi à dater des échantillons de 42 sites à travers l’Amérique du Nord, utilisant la datation par radiocarbone et par luminescence. Grâce à des modèles statistiques, ils ont démontré une répartition de la présence humaine « avant, pendant et immédiatement après la période du dernier maximum glaciaire », entre 27.000 et 19.000 ans.

Cet épisode de glaciation est crucial, car il est communément admis que les calottes glaciaires couvrant à l’époque la plupart du nord du continent ont rendu impossible toute migration humaine venue d’Asie. « Donc, si des humains se trouvaient là durant cette dernière période glaciaire, c’est forcément parce qu’ils étaient arrivés avant », relève le Pr Ciprian Ardelean.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

 

Bolivie pumapunku3figure. 3: Carte montrant l'emplacement des champs préhistoriques surélevés (basé sur Smith et. al, 1968, [10])

 

Comme les dernières découvertes le prouvent, les cités les plus anciennes du continent sud-américain seraient Caral-Supe au Pérou (avec un village il y a 7 000 ans et une ville monumentale il y a 5 000 ans) et Valdivia en Equateur, suivies de près par Bandurria, Kotosh, Sechin, La Galgada, d'autres cités de la culture Caral-Supe et Chavin de Huantar plus tard. Les choses ont été posées dans ces deux articles récents, le cas de Valdivia et probablement d'autres sites sera abordé aussi : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

Mais une toute nouvelle publication scientifique pourrait faire de la cité de Pumapunku (et par extension la ville de Tiwanaku) en Bolivie, comme la plus ancienne du continent... Je vais donc vous traduire pour information cette nouvelle étude très complète comportant une nouvelle théorie logique, publiée par Francisco J. Ariasa, du Département de mécanique des fluides à l'Université polytechnique de Catalogne,
ESEIAAT C / Colom 11, 08222 Barcelone, Espagne.

Dans ce travail, la lubrification à la glace pour déplacer le matériau lithique jusqu'au complexe de Tiwanaku et en particulier sur l'ancien site de Pumapunku est discuté. Le glissement sur la glace (pierres glissantes sur une feuille de glace) est identifié comme la technologie la plus réalisable pour le transport de pierres lourdes à Pumapunku, ce qui correspond bien à l'inventivité et à l'approche technologique de cette civilisation, non seulement à cause des conditions climatologiques propices du bassin du Titicaca mais aussi à cause de leurs inventions techniques et leurs connaissances les plus éprouvées en matière de technologie de protection contre le gel des cultures (systèmes surélevés aussi appelés suka kollo en aymara), qui auraient modifié radicalement le microclimat entier du bassin. En effet, il est tout à fait justifié de penser que si les gens de l'ancien Tiwanaku ont pu développer une technologie totalement efficace pour faire face aux effets négatifs du gel en toute la région du bassin, au contraire, il devient très difficile de croire que les mêmes personnes, que ce soit par inadvertance ou délibérément, n'auraient pas profité du gel pour déplacer les lourdes pierres des carrières. Parce que le frottement de la glace réduit au maximum le nombre d'hommes requis pour tirer la pierre la plus lourde et parce que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, puis en utilisant un modèle de croissance démographique disponible - dérivé des estimations du rendement des cultures, il est possible d'évaluer une limite supérieure technologique pour l'âge de la civilisation de Tiwanaku. Enfin, pour le cas spécifique des blocs d'andésite qui étaient extraits du pied du Mont Ccapia (à 90 km du site de Tiwanaku), avec une navigation sur de grands radeaux ou des bateaux de roseaux (totora) sur le lac Titicaca, la possibilité alternative d'un ancien couloir de glace dans le golfe de Taraco est analysé.

 

Bolivie pumapunku1

figure. 1: Topographie Tiwanaku du Centro de Investigaciones Arqueologicas à Tiwanaku CIAT. A) Plataforma Litica au
Site de Pumapunku. B) Localisation mondiale du complexe Tiwanaku. C) La distance entre le Complexe Tiwanaku (1) et la
Carrière Quebrada Kausani (2) située à environ 10 km où l'on pense que les gros grès ont été extraits. cliquer pour agrandir.

 

Construit il y a des milliers d'années en Bolivie, les ruines de Tiwanaku et en particulier du site de Pumapunku ont rendu les experts perplexes depuis des décennies et bien que les chercheurs ont travaillé pour déterminer son âge par une variété de différents méthodes de datation, l'origine et l'âge exacts du site sont toujours en litige. L'âge du site a été considérablement raffiné au cours du siècle dernier. Retour en 1910, Arthur Posnansky a soutenu que le site était terminé entre 11 000-17 000 ans, [1], [2], d'après des comparaisons sur les époques géologiques et à l'archéoastronomie; commençant dans les années 1970, la première datation au radiocarbone a conclu que le site a été occupé pour la première fois vers 1 580 avant JC, [3], et puis des enregistrements radiocarbones récents (1999), [4] datent le site vers 540-600 après JC. (YH : notons tout de suite que ni les références du radiocarbone des années 1970 ni celles de 1999 n'incluent un recalcul avec les récentes recalibrations du C14 du 21ème siècle).

Néanmoins, l'étude (de 1999) ne peut pas être considérée comme concluante, car les résultats du radiocarbone - qui étaient basés sur l'analyse de la matière organique de la couche la plus basse et la plus ancienne du remblais formant le site Pumapunku, ne pouvait rendre compte que, dans le meilleur des casdu moment où les pierres de fondation étaient placées, mais ne peut pas être fermement extrapolé comme le moment auquel la pierre a été transportée des carrières, car il semble clair qu'il n'est pas nécessaire que les deux périodes doivent correspondre à l'identique, et en fait il semble que chaque période constructive sur le site de Pumapunku est séparée par un temps considérable et a sa propre technique et conception particulières, [1]. De plus, à partir du matériau lithique dispersé trouvé, un matériau lithique pourrait être déplacé ou réaffecté à un autre objectif qu'à l'initiale, un fait qui peut être facilement observé aujourd'hui par les visiteurs qui peuvent trouver des pierres de Pumapunku éparpillées à proximité de personnes extrayant de la pierre pour la construction, des églises ou la construction de voies ferrées.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Génome humain : pas encore complètement décodé

Génome humain : pas encore complètement décodé

 

Chromosomes miga al nature 2020

Représentation des 22 chromosomes humains et du chromosome X (agrandi à droite). Les barres bleues et orange représentent les séquences continues obtenues par le séquençage par nanopores. © Miga et al., Nature 2020

 

En 2003, Human Genome Project annonçait le séquençage complet du génome humain avec plus de deux ans d'avance sur les prévisions initiales. Mais la majorité des médias s'étaient contentés de relayer l'information sans trop approfondir, ni comprendre d'ailleurs, et pour la majorité des gens, c'était donc finalisé. Mais c'était en partie faux : Si cette cartographie couvre 99 % des trois milliards de bases ADN du génome, il reste de nombreux trous et séquences manquantes sur les différents chromosomes. Car le génome n'a pas été séquencé en une seule fois : c'est une sorte de gigantesque puzzle reconstruit à partir de séquences d'ADN mises bout à bout, ce qui entraîne des discontinuités et des répétitions. Certaines zones contiennent ainsi de nombreuses séquences redondantes, ce qui rend particulièrement difficile la reconstruction. Imaginez un puzzle avec un grand ciel bleu où l'on n'aurait aucun indice sur la forme et l'emplacement des pièces qui le composent. Et plus les séquences sont petites, plus le casse-tête est compliqué. Ces répétitions sont particulièrement abondantes dans la zone centrale du chromosome, là où les télomères se croisent, car l'ADN y est très enchevêtré. Ce n'est pas parce que le séquençage a été finalisé que le décodage l'est...

Cette semaine, une équipe du Genomics Institute de l'université de Californie à Santa Cruz a semble-t-il réussi à surmonter ces obstacles et vient d'annoncer le séquençage complet d'un chromosome, à savoir le chromosome sexuel X. Les chercheurs, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature, ont pour cela eu recours au séquenceur MinION fabriqué par Oxford Nanopore Technologies qui utilise le séquençage par nanopores. Cette technique consiste à appliquer un courant électrique à une membrane perforée de milliers de trous d'environ un nanomètre de diamètre. En traversant ces nanopores, les bases azotées de l'ADN produisent chacune une variation différente du courant, ce qui permet de les identifier. Il est ainsi possible de retranscrire des séquences bien plus longues mesurant des centaines de milliers de paires de bases. « Nous pouvons ainsi couvrir entièrement des régions répétitives jusqu'ici considérées comme insolubles », atteste Karen Miga, l'auteure principale de l'étude.

Il demeurait cependant de multiples ruptures dans le génome que les chercheurs ont dû corriger manuellement, en s'appuyant sur les variantes dans les séquences répétitives pour servir de marqueurs, utilisés ensuite pour aligner et relier les séquences entre elles. « Nous avons utilisé un processus itératif sur trois plateformes différentes pour ajuster le séquençage et atteindre un haut niveau de précision », indique Karen Miga. Au total, l'équipe a réussi à compléter les 29 trous présents sur le chromosome X dans la base de données du génome de référence de 2003.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

UK : Nouvelles découvertes à Stonehenge, tunnel repoussé

UK : Nouvelles découvertes à Stonehenge, tunnel repoussé

 

Stonehenge durrington1

Des points jaunes marquent l'emplacement des trouvailles, avec les murs de Durrington marqués comme le grand cercle brun et Stonehenge en haut à gauche. - UNIVERSITÉ DE ST ANDREWS / PA WIRE

 

Un anneau de grands puits découverts près de Stonehenge forme le plus grand monument préhistorique jamais découvert en Grande-Bretagne, selon les archéologues. 

Ces puits forment un cercle de plus de deux kilomètres de diamètre qui entoure une zone de plus de trois kilomètres carrés autour du Durrington Walls henge, l'un des plus grands monuments de henge de Grande-Bretagne, et le célèbre petit cercle préhistorique de Woodhenge.

Le carottage des puits a fourni des dates au radiocarbone suggérant que ces caractéristiques sont néolithiques et ont été creusés il y a plus de 4 500 ans, à l'époque de la construction des murs de Durrington.

Les experts pensent que les 20 puits ou plus ont pu servir de limite à une zone sacrée reliée au henge. " La taille des puits et du circuit est sans précédent au Royaume-Uni ", a déclaré le professeur Vince Gaffney, chercheur principal. YH : j'ai parlé des frères Gaffney déjà en 2014, lors de leur première approche d'étudier le sous-sol de Stonehenge avec des technologies modernes, voir l'article tout en bas de celui-ci...

Le cercle de 1,2 mile de large (2 km) de grands puits mesurant plus de 10 m (30 pieds) de diamètre et 5 m (15 pieds) de profondeur est considérablement plus grand que tout monument préhistorique comparable en Grande-Bretagne.

Une équipe d'universitaires des universités de St Andrews, Birmingham, Warwick, Bradford, Glasgow et l'Université du Pays de Galles Trinity Saint David a travaillé sur le projet.

Les fosses entourent l'ancienne colonie de Durrington Walls, à trois kilomètres de Stonehenge, et ont été découvertes à l'aide de la technologie de télédétection et d'échantillonnage.

 

Stonehenge durrington0

UNIVERSITÉ DE ST ANDREWS / PA WIRE

 

Le professeur Gaffney, de l'Université de Bradford, a déclaré que la découverte démontrait " la capacité et le désir des communautés néolithiques d'enregistrer leurs systèmes de croyances cosmologiques d'une manière et à une échelle que nous n'avions jamais prévues auparavant ".

" La zone autour de Stonehenge fait partie des paysages archéologiques les plus étudiés au monde ", a-t-il ajouté. " Il est remarquable que l'application de nouvelles technologies puisse encore conduire à la découverte d'une structure préhistorique aussi massive."

Cette découverte, annoncée fin juin 2020 vient d'être suivie ce 16 juillet 2020 par une décision du gouvernement britannique de repousser de plusieurs mois la mise en oeuvre d'un grand tunnel automobile à proximité de Stonehenge...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Egypte : Cléopâtre et Antoine? Deux momies couvertes d'or découvertes

Egypte : Cléopâtre et Antoine ? Deux momies couvertes d'or découvertes

 

Egypte deuxmomiescouvertes or cleopatre antoine

 

Deux momies d'individus de haut rang qui vivaient à l'époque de Cléopâtre ont été découvertes à Taposiris Magna, une trouvaille qui est décrite comme «sensationnelle» car elle montre l'importance d'une nécropole qui lui est liée par la dernière fouille.

Bien que la chambre funéraire n'ait pas été perturbée depuis 2000 ans, les momies sont dans un mauvais état de conservation car l'eau s'est infiltrée. Mais des preuves cruciales révèlent qu'elles étaient à l'origine entièrement recouvertes de feuilles d'or, un luxe réservé à ceux des couches supérieures de la société. Il est probable que ces deux individus avaient interagi avec Cléopâtre elle-même, suggèrent les archéologues.

L'ouverture de la première tombe intacte découverte à Taposiris Magna a été assistée par des caméras pour un nouveau documentaire de Channel 5 , The Hunt for Cleopatra's Tomb, qui sera projeté jeudi 16 juillet 2020 à 21 heure.

C'est présenté par le Dr Glenn Godenho, maître de conférences en égyptologie à l'Université de Liverpool, qui a décrit la découverte comme phénoménale.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Pologne : Découverte d'un bâton gravé du mésolithique

Pologne : Découverte et analyse ADN d'un bâton gravé du mésolithique taillé dans du bois de renne

 

Pologne artefact mini

 

Selon une étude publiée ce mois dans la revue scientifique PLOS ONE par Grzegorz Osipowicz et ses collègues de l'Université polonaise de Nicolaus Copernicus, un bâton percé orné trouvé en Pologne centrale fournirait des preuves d'échanges entre des communautés mésolithiques très éloignées les unes des autres.

Les artefacts et les matières premières peuvent donner un aperçu de la façon dont les communautés préhistoriques échangeaient des cadeaux, et des découvertes, tels par exemple que la pierre transportée pour sa signification technologique, ou des produits en métal ornant des tombes. Récemment, des chercheurs ont trouvé un bâton percé orné d'un bois d'origine inconnue sur le site de Gołębiewo 47 en Pologne centrale.

 

Pologne artefact

Lire la suite

Mexique, Teotihuacan: des grottes sous la pyramide de la Lune

Mexique, Teotihuacan: des grottes sous la pyramide de la Lune

 

Teotihuacan pyramidelune

La pyramide de la Lune, Teotihuacan.

 

On se souvient des découvertes des tunnels artificiels sous les pyramides du Serpent à Plumes et du Soleil, ce sont maintenant des grottes naturelles qui ont été découvertes sous la pyramide de la Lune. Mais pas n'importe quelles grottes : les grottes natives et sacrées des débuts de l'installation des habitants dans cette région, recouvertes ensuite par un énorme temple, la deuxième pyramide importante de l'antique ville. Ce sont en tout cas les conclusions d'une nouvelle publication de l'équipe du Dr Denisse Argote, qui explique qu'elle a appliqué des relevés ERT et ANT, des techniques géophysiques non invasives qui ont permis d'identifier un vide sous la pyramide de la Lune et certains tunnels d'accès

L'impact historique de cette découverte ouvre la discussion sur la signification symbolique de cette pyramide et les origines de l'urbanisme sur le site. Ces grottes, estimées avoir été habitées vers les 7ème au 6ème siècle Avant J.C., pourraient dater de l'époque de l'arrivée des agriculteurs dans la vallée et de leur installation ici même. Qui y auraient développé la ville autour, planifiant ensuite l'Avenue des Morts passant par les pyramides du Soleil et du Serpent à Plumes et arrivant tout droit sur la pyramide de la Lune au Nord. Les grottes sous la pyramide de la Lune représentant le monde sous-terrain où les ancêtres se réfugiaient parfois dans le passé, et dont ils ressortaient toujours.

Mais voyons ce qu'ils en disent :

Lire la suite

Australie: études sur un paysage englouti de 8500 à 7000 ans

Australie: études sur un paysage englouti il y a 8500 à 7000 ans

 

Australia journal pone6

 

Une nouvelle étude concernant des paysages engloutis entre 8500 et 7000 ans avant le présent, en Australie du Nord-Ouest, révèle deux sites archéologiques avec une présence humaine certaine.

Les sites archéologiques submergés découverts au large de la côte nord-ouest de l'Australie offrent une nouvelle fenêtre sur les migrations, la vie et les cultures des peuples autochtones il y a des milliers d'années, lorsque le plateau continental était au sec.

C'était une époque où environ 20 millions de kilomètres carrés de terres (YH : supplémentaires par rapport à nos jours) étaient exposés à l'air libre au niveau mondial, avant que le dernier glaciaire ne desserre son emprise sur la planète et que la glace fondue ne noie les zones côtières - et de vastes étendues de l'histoire humaine - sous la mer.

Rien qu'en Australie, deux millions de kilomètres carrés ont été inondés, éliminant un tiers du continent.

« Vous parlez d'un paysage culturel immense et vaste habité par des peuples autochtones dans tout le pays ... qui n'est qu'une carte vierge et vide », explique Jonathan Benjamin de l'Université Flinders, auteur principal d'un article publié dans la revue PLoS ONE .

" Donc, si vous cherchez une image complète du passé ancien de l'Australie, vous devez regarder sous l'eau, il n'y a aucun doute."

« C'était un projet à haut risque », explique Benjamin. " Il n'y avait aucune garantie que nous ferions une découverte de cette nature, et nous l'avons fait. "

Son équipe, qui comprenait des collègues de Flinders, de l'Université de l'Australie-Occidentale et de l'Université James Cook, a entrepris de montrer que les anciens sites aborigènes pouvaient être préservés sur le fond marin, s'aventurant dans un territoire inexploré avec des plongeurs, des bateaux, des avions et des technologies de détection sous-marine à distance.

Le projet Deep History of Sea Country, en partenariat avec la Murujuga Aboriginal Corporation, a révélé deux milieux submergés dans le pays de la mer de Murujuga au large de la côte de Pilbara autour de l'archipel Dampier. Un site, à Flying Foam Passage, était estimé à au moins 8500 ans et portait la preuve d'une activité humaine associée à une source d'eau douce à 14 mètres de profondeur.

 

Australia journal pone7

(ci-dessus) Vue aérienne vers l'ouest du canal du Cap Bruguières à marée haute (Photo: J. Leach); (ci-dessous) des plongeurs enregistrent des artefacts dans le canal (Photos: S. Wright, J. Benjamin et M. Fowler). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0233912.g003

 

L'autre était au Cap Bruguières, avec plus de 260 objets lithiques découverts jusqu'à 2,4 mètres sous le niveau de la mer, datés d'au moins 7000 ans en utilisant le radiocarbone et l'analyse des changements du niveau de la mer ainsi qu'une modélisation prédictive.

Les objets inclus divers outils de transformation des aliments, d'outils de découpage, broyage et meulage, comme une pierre de marteau combinée à une pierre à aiguiser, qui aurait été utilisée pour moudre les graines.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

 

Carte terre sequencer

Terre: Des nouvelles structures détectées sous son manteau

 

Une collaboration entre des astrophysiciens et des géologues fait apparaître des structures inconnues à la surface du noyau solide de la Terre. C'est l'astrophysicien Brice Ménard, à l'université John Hopkins (États-Unis) qui a permis cette découverte, grâce au développement d'un nouvel algorithme informatique, nommé le Sequencer. L'avantage de cet algorithme est qu'il est adaptable à diverses données massives. Généralement, les intelligences artificielles classiques se basent sur un apprentissage progressif, le Sequencer est capable de chercher... et de trouver par lui-même, des informations noyées dans un flot de données. « Le tout à partir d'une définition mathématique de ce qui est potentiellement intéressant. » Il y a quelques mois, cet algorithme a ainsi permis à l'équipe qui entoure Brice Ménard de définir une nouvelle façon d'estimer la masse des trous noirs supermassifs. « Le Sequencer a trouvé une relation entre cette masse et certaines propriétés des galaxies qui hébergent ces trous noirs, précise l'astrophysicien. Avant, nous ne pouvions travailler que sur une centaine des galaxies les plus proches de nous. Désormais, c'est l'Univers tout entier qui s'ouvre à nous ».

« Aujourd'hui, les chercheurs, tous les chercheurs, sont noyés dans les données. Il y en a de plus en plus. Il y en a trop pour qu'ils puissent les visualiser », nous explique-t-il. Impossible de traiter ces milliers, voire ces millions d'objets « à la main ». L'approche mathématique est devenue incontournable. En adoptant ce point de vue, l'horizon s'éclaire. « Tant que l'on sait ce que l'on cherche. » Cependant, les choses se compliquent lorsque l'on ne sait pas exactement ce que l'on attend des données en question.

« Il n'est pas si rare que des chercheurs trouvent, dans des données disponibles depuis des années, des objets ou des effets intéressants qui étaient restés cachés là, seulement parce que personne ne les avait cherchés. »

Profitant de ce puissant algorithme, des géologues ont injecté quelque 30 années de données sismologiques dans le Sequencer. Des milliers de sismogrammes générés par des centaines de tremblements de terre profonds et puissants enregistrés, de magnitude supérieure à 6,5 sur l'échelle de Richter. Comme on le sait, les ondes sismiques émises par ces tremblements de terre peuvent renseigner les chercheurs sur la composition de l'intérieur de notre Planète. Tout comme les ultrasons donnent aux médecins des images de l'intérieur de notre corps. Il s'agit donc d'interprétations de leurs échos par des spécialistes. Le problème, c'est que jusqu'à présent, il était impossible aux géologues de distinguer dans ces signaux les échos les plus faibles du simple bruit de fond.

Comme prévu, le Sequencer est parvenu à discriminer deux types d'échos du bruit de fond. Les premiers, dont l'amplitude décroît très vite avec le temps, trahissent la présence de structures dont les propriétés sont très différentes de celles du manteau environnant. Les seconds, dont l'amplitude décroît plus lentement, pourraient provenir de sources distribuées. Comme des vagues (ou ondes) se déplaçant à la frontière de grandes régions à faible vitesse de cisaillement. La preuve, en tout cas, que la base du manteau terrestre est bien plus hétérogène que le pensaient jusqu'alors les géologues.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Irlande : découverte d'un bateau du néolithique ?

Irlande : découverte d'un bateau du néolithique ?

 

Irlande longboat

C'est un enfant de 12 ans, Cathal McDonagh, qui a découvert une structure en bois identifiée comme les vestiges d'un bateau, dans le lac intérieur à Lisacul, Castlerea, Co Roscommon. Cet écolier a abandonné provisoirement ses devoirs pour aller pagayer dans le lac derrière sa maison, et a butté sur du bois pris dans la boue, en pagayant dans des eaux peu profondes.

Bien qu'une rivière ait traversé la région il y a des milliers d'années, le lac est à l'intérieur des terres et abrite au moins un crannóg - une ancienne île artificielle généralement construite pour des raisons défensives. Ce sont les plus anciennes habitations de l'Irlande préhistorique. En effet, ces structures artificielles, qui sont également très répandues en Ecosse, ont été datées du néolithique (le néolithique britannique se situant sur la période entre 4 000 et 2 500 av. J.-C. selon les préhistoriens).

Voir cet article au sujet des crannôgs écossais : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecosse-des-ilots-artificiels-dates-du-neolithique-etudies.html

La mère de Cathal, Eileen, a déclaré à l'Irish Independent qu'il était censé faire son travail scolaire lorsqu'il a fait la découverte.

" Il s'ennuyait et est allé se promener jusqu'au lac qui se trouve derrière notre maison ", a-t-elle expliqué.

« Il portait ses bottes en caoutchouc, il n'était donc qu'au-dessus de ses chevilles quand il a touché ça. C'était aussi facile que ça à trouver.»

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chine : une sculpture 3D d'oiseau en os de 13 500 ans

Chine : une sculpture 3D d'oiseau en os de 13 800 à 13 000 ans

 

Oldest chinese art

Photo (en haut) et reconstruction 3D par microtomographie (en bas) de la sculpture d'oiseau miniature. Crédit: Francesco d’Errico et Luc Doyon

 

Une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une sculpture sur os magnifiquement préservée représentant un petit oiseau sur le site paléolithique de Lingjing, dans le Henan, en Chine. L'œuvre ancienne, datant de 13 800 à 13 000 ans, est la plus ancienne œuvre d'art 3D trouvée en Asie de l'Est, témoignant d'une longue tradition artistique spécifique à la région.

La plupart des œuvres d'art tridimensionnelles anciennes ont été découvertes en Europe. En 2007, une équipe dirigée par Nicholas Conard de l'Université de Tübingen en Allemagne a découvert une minuscule figurine d'un mammouth laineux, mesurant seulement 3,7 cm de long et pesant à peine 7,5 grammes, à partir d'un site situé à 1 km au nord-ouest de Stetten-ob-Lontal , Bade-Wurtemberg, Allemagne. Datée de 33 000 ans avant notre ère, la figurine de mammouth a été habilement sculptée, montrant une grande attention aux détails.

Conard a également découvert la plus ancienne figurine représentant un humain, une sculpture d'une petite figure vieille de 35 000 ans, avec des bras courts se terminant par cinq doigts. La figurine de "Vénus" a été trouvée à trois mètres sous terre, dans la grotte de Hohle Fels, dans le sud de l'Allemagne.

Bien que l'art rupestre le plus ancien connu - l'art rupestre vieux de 44 000 ans du sud de Sulawesi, en Indonésie - soit situé en Asie de l'Est, avant la découverte de Lingjing, la plus ancienne sculpture animale tridimensionnelle du continent n'avait que 4 500 ans/5 000 ans.

Cela a conduit certains chercheurs à croire qu'il y avait un décalage assez important entre les cultures de chasseurs-cueilleurs européens et asiatiques dans la création d'œuvres d'art en 3D. Maintenant, dans une nouvelle étude dirigée par Zhanyang Li de l'Université du Shandong, en Chine, les archéologues ont jeté un nouvel éclairage sur les premiers arts 3-D de l'humanité.

 

Chinelingjing

Fig 1. Localisation et stratigraphie du site de Lingjing et datation au 14C pour le contexte archéologique de la sculpture d'oiseaux. (A) Emplacement de Lingjing (Henan, Chine). (B) Stratigraphie de la séquence sédimentaire avec indication des principaux résultats. (C) Âge calibré au 14C obtenu sur des os brûlés, du charbon de bois et des résidus carbonisés présents sur des tessons de poterie dans le contexte dans lequel la sculpture a été récupérée (voir le tableau 1 pour plus de détails). La barre rouge identifie l'âge d'un échantillon d'os brûlé portant des traces de modification similaires à celles enregistrées sur la sculpture.



Les fouilles sur le site de Lingjing ont commencé en 2005, exposant 11 couches stratifiées distinctes dont l'âge variait de 120 000 ans à l'âge du bronze. Cependant, les chercheurs ont réalisé qu'ils étaient en difficulté. La cinquième couche avait été enlevée par une opération de creusement de puits en 1958 - mais pas entièrement.

Un tas de débris depuis la construction du puits était toujours intact. À l'intérieur, Li et ses collègues ont trouvé plusieurs artefacts, y compris des éclats de poterie, des restes d'animaux brûlés, ainsi que la figurine d'oiseau sculptée dans des os.

« La première fois que nous avons regardé la figurine au microscope, nous n'en croyions pas nos yeux. Non seulement les traces de fabrication ont été bien conservées. Ils ont clairement indiqué que l’artiste était extrêmement habile et capable d’adapter différentes techniques pour sculpter chaque partie de cette minuscule sculpture », a déclaré Francesco D’Errico de l'Université de Bordeaux en France et auteur correspondant de la nouvelle étude.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Arabie Saoudite : Découverte d'une plateforme de 7500 ans

Arabie Saoudite : Découverte d'une plateforme de 7500 ans

 

Arabia 02

Vue aérienne de la plateforme [Crédit: MADAJ, Marianne Cotty,
 Olivia Munoz & Ronald Schwerdtner]

 

Contrairement aux vestiges préhistoriques du Proche-Orient, les monuments mégalithiques d'Arabie restent largement inconnus. Ces structures monumentales, faites de murs en pierre sèche, ont encore de nombreux secrets en termes de construction, de fonction et de chronologie.

Résumé de la publication scientifique, écrit par Olivia Munoz, chercheuse au CNRS : " Les structures en pierre préhistoriques sont proéminentes et bien étudiées dans les marges du désert levantin. Dans le nord de l'Arabie, cependant, ces structures ont reçu moins d'attention. Cet article présente les résultats des investigations d'une plate-forme en pierre de 35 mètres de long, construite pour la première fois au milieu du sixième millénaire avant JC, surplombant l'oasis de Dûmat al-Jandal dans le nord de l'Arabie saoudite. L'excavation de la plate-forme a produit des vestiges bioarchéologiques et culturels, ainsi que des preuves de plusieurs phases de construction et d'utilisation intermittente jusqu'au premier millénaire avant JC. L'analyse de la plate-forme et des tombes à proximité met en évidence l'utilisation funéraire et rituelle persistante de cette zone au cours des millénaires, illuminant les modes de vie des éleveurs nomades en Arabie préhistorique."

Une collaboration internationale de scientifiques français, saoudiens et italiens, menée par Olivia Munoz, chercheuse au CNRS, a découvert une plateforme triangulaire de 35 mètres de long dans l'oasis de Dumat al-Jandal (nord de l'Arabie saoudite).

Lire la suite ci-dessous et voir quelques photos :

Lire la suite

Trinidad : des chasseurs-cueilleurs à l'assaut des Caraibes il y a 7000 ans

Trinidad : des chasseurs-cueilleurs à l'assaut des Caraibes il y a 7000 ans

 

2 figure2 1

Un banc en bois zoomorphe, un haut de siège en bois

 

Trinidad et Tobago est un archipel d'îles, état indépendant depuis 1962 au sein du Commonwealth britannique d'une superficie totale de 5 130 km2. Cet État comprend deux grandes îles habitées (île de la Trinité et Tobago) ayant pour superficie respective 4 827 km2 et 303 km2, mais également d'autres groupes de petites îles (Îles Boca, Cinq Îles, Îles San Diego, Saut d'Eau, Little Tobago). L'île de la Trinité est localisée à 15 km au nord-est de la punta Sabaneta, au Venezuela. Elle ferme le golfe de Paria. À 35 km au nord-nord-est se trouve l'île de Tobago. Ces îles sont les plus au sud de l'arc des Caraïbes, et j'en ai parlé rapidement dans cet article sur une étude génétique des anciens habitants des Caraïbes, cet archipel en étant exclu, ce qui a attiré d'ailleurs mon attention : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/caraibes-des-chasseurs-cueilleurs-navigateurs-ont-conquis-les-iles-en-premier.html

 

Trinidadettobago

 

Un premier mystère consiste au manque de données concernant l'archéologie ancienne pourtant riche de ces îles, au niveau des médias, y compris Wikipedia d'ailleurs. En effet, ce média populaire ne parle, concernant son histoire ancienne, que " 700 ans avant l'arrivée de Christophe Colomb à Trinité (1498), l’île était peuplée par les peuples Caraïbes ou Arawaks. Au moment de la colonisation par le royaume de Castille, on comptait 40 000 Amérindiens. Pour cette population, l’île de Trinité servait de transit entre l’Amérique du Sud et les Caraïbes ". Or, si on cherche d'autres données ou publications, on découvre que les découvertes sur Trinidad sont étonnantes et que des datations de 6 000 ans à 5 000 ans Avant JC y sont affirmées. Enquête donc sur ces très anciennes traces, les plus anciennes à ce jour dans les Caraïbes (3200 Avant JC environ pour le reste de l'arc).

On découvre rapidement les problèmes que les scientifiques ont rencontré en certains endroits, et, si plusieurs programmes et études sont toujours en cours, les découvertes indéniables, les publications scientifiques sont toujours en suspens depuis des décennies :

Unique parmi ses sites archéologiques, le lac Pitch, l'un des plus grands gisements naturels d'asphalte au monde, a produit au fil des ans des sculptures sur bois extrêmement rares - à ce jour la plus grande concentration d'objets anciens en bois des Petites Antilles. Cependant, contrairement à toute fouille archéologique systématique, ces gravures ont été draguées à la suite de la récolte commerciale de poix, et toute association potentielle entre elles, ou les restes squelettiques qui ont également été récupérés, ont été perdus. Pour cette raison, ils n'ont pas été pleinement intégrés dans la (pré) histoire de la région.

 

Trinidad prehistory 0

Depuis 6000 avant JC, sinon plus tôt, Trinidad a été la porte d'entrée dans les Caraïbes pour les vagues de migrants sud-américains - le premier tremplin dans la longue chaîne d'îles qui composent l'archipel. Sa position critique vis-à-vis de la colonisation des Caraïbes se reflète dans ses profondes archives archéologiques, documentant les interactions complexes entre ses divers peuples au cours des millénaires.

 

Pitch lake trinidad 0

le lac Pitch

Le projet Black pitch, carved histories , soutenu par le Arts and Humanities Research Council , vise à les réintégrer dans l'histoire culturelle de Trinidad. La contribution de Pitch Lake à l'archéologie de Trinidad - et à la préhistoire des Caraïbes en général - a été entravée par la nature du site lui-même: impossible à fouiller à l'aide de méthodes archéologiques, seules des découvertes fortuites ont été récupérées, dépourvues de tout contexte et contaminées par du brai.

Le projet vise à surmonter ces obstacles, dans le but de replacer les objets dans leur contexte chronologique et culturel. Certaines des questions explorées au cours de la recherche comprennent:

 

Voir ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

 

Aguadafenix mayan

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

C'est encore grâce aux nouvelles technologies liées au LiDAR que cette étonnante nouvelle découverte a été faite. Je le rappelle encore, la détection et télémétrie par la lumière (LiDAR) est une technologie de télédétection basée sur le laser. L'idée derrière le LiDAR est assez simple : pointer un petit laser sur une surface et mesurer le temps que met le laser à revenir à sa source. Cette technologie est utilisée dans les systèmes d'information géographique (SIG) pour produire un modèle numérique d'élévation (MNA) ou un modèle numérique de terrain (MNT) pour la cartographie en 3D. Le système, souvent installé sur un drone ou un hélicoptère, permet donc d'éliminer rapidement et virtuellement la végétation et première couche de terre selon la profondeur et puissance utilisée, pour voir en 3D ce qu'il y a en-dessous.

C'est donc un énorme monument qui vient d'être découvert grâce à cette méthode, qui se développe partout dans le monde, un monument, mesurant près de 4 600 pieds de long (1,4 km !) à une hauteur de 30 à 50 pieds (1 à 15 mètres), avec neuf routes surélevées depuis la plate-forme, située sur le site récemment découvert d'Aguada Fénix situé à Tabasco, au Mexique, près de la frontière avec le Guatemala. Une première étude a été publiée dans Nature.

Jusqu'à présent, le site maya de Ceibal, construit en 950 avant JC était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel confirmé. La nouvelle découverte à Aguada Fénix a été datée entre 1000 et 800 avant JC à l'aide d'échantillons de charbon de bois analysés par une analyse de datation au radiocarbone. YH : une datation absolue pouvant indiquer n'importe quelle période du site en question, de son début à juste sa fin, d'autres datations sont nécessaires pour affiner.

Takeshi Inomata, de l'École d'anthropologie de l'Université de l'Arizona, a déclaré: « En utilisant du lidar basse résolution collecté par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Ensuite, nous avons fait du lidar haute résolution et confirmé la présence d'un grand bâtiment. Cette zone est développée - ce n'est pas la jungle; les gens y vivent - mais ce site n'était pas connu car il est si plat et immense. Cela ressemble à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il apparaît comme une forme très bien planifiée. »

 

Civilisation maya mexico aguada fenix

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

 

Albertminiature

 

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

 

Testamentducenghien

www.editions-coprur.fr

http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

 

Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

Lire la suite