Actualité

Commentaires ou articles sur l'actualité en général

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

 

Picture quebradablancaLa mine de cuivre de Quebrada Blanca, Chili

 

Les restes de quatre humains momifiés vêtus de couleurs vives et enterrés dans des tombes formelles ont été découverts lors des travaux d'agrandissement de la mine de cuivre Quebrada Blanca, région de Tarapaca, dans le nord du Chili, ont annoncé le vendredi 21-08-2020 les exploitants de la mine.

La société Teck Resources a déclaré que les momies, portant des coiffes et des sandales sophistiquées, avaient été parfaitement préservées dans le climat aride. Des tests sont actuellement en cours sur eux pour déterminer leur âge précis, qui pourrait remonter à  environ 1 100 et 400 avant JC d'après les estimations.

« En raison des conditions salines du sol, du manque de précipitations et d'une humidité relativement faible, les restes sont momifiés dans des tenues complètes et avec un certain nombre d'outils indiquant leur mode de vie », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Map quebradablancaCrédit : NASA, TAGEO

 

La société a signalé la découverte au gouvernement chilien, qui déterminera comment préserver les artefacts, décrits par l'archéologue Mauricio Uribe comme « l'une des découvertes les plus remarquables de ces dernières années dans la région de Norte Grande ».

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

 

Chatelperron la grottes des fees wikipedia cc by sa 4 0 x500

Chatelperron - La Grottes des fées (wikipédia-CC BY-SA 4.0)

 

Le site préhistorique de la Grotte des fées, à Châtelperron (Allier), a t-il livré tous ses mystères ? Le Chatelperronien, c'est une dénomination archéologique désignant une culture préhistorique qui a été découverte et décrite pour la première fois à Chatelperron, dans le département français de l'Allier, en Région Auvergne. C'est aussi bien sûr une période, assez courte si on la compare à celle qui la précède et qui lui est reliée en partie, le Moustérien et ses diverses adaptations locales établies par les néandertaliens entre au moins 350 000 et 32 000 ans avant le présent (BP) environ. (jusqu'à plus récemment selon certaines datations en cours de confirmation). Toutes ces dates sont bien sûr en fonction des découvertes et analyses (et dates de ces analyses si on parle calibration du c14 par exemple et bonnes datations), et le Chatelperronien est actuellement situé entre 47 000 et 42 000 ans environ avant le présent.

La découverte du site est, comme souvent en archéologie, le fruit du hasard. Vers 1845, les travaux de construction de la voie ferrée reliant le bassin minier de Montcombroux à Dompierre-sur-Besbre écornèrent le promontoire de la Grotte des Fées. Les ouvriers mirent au jour trois petites cavités dont l'une, effondrée, allait révéler un gisement préhistorique d'intérêt mondial.

Albert Poirrier, alors ingénieur de la Compagnie des mines de Bert, réalisa les premières fouilles et constitua une importante collection d'ossements fossiles. La découverte fit grand bruit et, à partir de 1867, Guillaume Bailleau, médecin à Pierrefitte-sur-Loire et archéologue éclairé, poursuivit les recherches sur le site. On lui doit l'exploration du secteur des grottes occupé par les hommes du Paléolithique, entre 60.000 ans et 35.000 ans environ avant le présent.

Le site a révélé les témoignages de plusieurs occupations qui se sont succédé à la charnière de deux périodes fondamentales dans l'histoire de l'humanité, le Paléolithique moyen (essentiellement une ère néandertalienne en Europe) et le Paléolithique supérieur (l'arrivée de l'homme de Cro-Magnon et son installation).

 

L homme de neanderthal

L'homme de Néanderthal est assez proche de nous. Cro-magnons et néandertaliens ont cohabité sur les mêmes tertitoires. © Crédit photo : PIXABAY

 

YH : Nous avons donc sur place une culture néandertalienne installée il y a au moins 60 000 ans BP, qui, à priori s'adapte localement sur la durée (donc au moins semi-sédentaire et grandit, améliore ses techniques et envoie logiquement d'autres explorateurs/migrateurs ailleurs aussi) et se transforme en "chatelperronien" aux alentours de -47 000 ans BP (tout en sachant que néandertalien est déjà en contact très probable avec "Cro-Magnon-Homo Sapiens" depuis des millénaires via le Proche-Orient, et bien avant l'entrée en masse des premiers hommes modernes en Europe), alors que notre science actuelle vient de reconnaître la présence du plus ancien Cromagnonien vers - 45 000 ans BP en Europe (Bulgarie)https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-ce-sont-plus-anciennes-traces-connues-presence-homo-sapiens-europe-11003/

La question fait toujours débat sur l'évolution des techniques de la pierre présentée par les néandertaliens du chatelperronien (Le Châtelperronien étant distinct du Moustérien à ce niveau), à l'approche (et connaissances ?) des techniques des cromagnoniens de l'Aurignacien : ces derniers ayant possiblement apporté ces modifications aux cultures néandertaliennes ou l'inverse localement. Dans la mesure où l'on estime que le cromagnonien a procédé à plusieurs migrations, dont l'une des principales avait commencé vers - 70 000 ans environ (l'amenant en Australie il y a - 65 000 ans), il n'est pas impossible que des groupes d'hommes modernes soient parvenus et soient restés bien plus tôt en Europe (moins loin que l'Australie !) qu'encore découvert, l'avenir le dira. Mais on peut supposer que l'Homme de Cro-Magnon a bien accompagné puis remplacé l'Homme de Chatelperron sur place, vers - 42 000 ans, laissant des traces de l'Aurignacien mêlées à celles des néandertaliens, comme il a été découvert... Des squelettes néandertaliens y ont été découverts seulement, avec une large couche moustérienne et une couche chatelperronienne mêlée d'une couche aurignacienne. Il est possible que les Aurignaciens n'y soient pas allés souvent (la chasse ?), les carnaciers semblant avoir déjà repris le contrôle des lieux lors de la période gravétienne.

 

Prehistorama chatelperron

Reconstitution Chatelperronien au Préhistorama de Chatelperron (voir lien en bas)

 

Le Châtelperronien témoigne d'une mutation radicale des outillages en pierre et des productions symboliques. Reconnus dans le centre-ouest de la France et le nord de l'Espagne entre 47.000 et 42.000 ans avant le présent, les groupes humains qui s'y rattachent - vraisemblablement des néandertaliens - s'individualisent par l'emploi de lames en silex pour fabriquer des armes de chasse (les célèbres pointes de Châtelperron) et l'utilisation de matières dures animales (dents, etc.) pour confectionner des éléments de parure corporelle (perles, pendeloques, etc.). 

Par ce statut de gisement éponyme, le site de Châtelperron bénéficie d'une renommée mondiale et mobilise, aujourd'hui encore, de nombreuses équipes internationales. Il doit également sa réputation à la reconnaissance de vestiges d'occupations plus anciennes, attribuées au Moustérien, et plus récentes qui sont l'oeuvre de l'Homme Moderne (Aurignacien ancien).

Le site de Chatelperron, non fouillé depuis les années 1960, vient de faire l'objet d'une étude non invasive (LiDAR) afin d'étudier la géologie et topographie des lieux et de découvrir éventuellement de nouvelles grottes encore inconnues.

« Implanté sur un substrat calcaire, ce site est un véritable gruyère. Il y a donc peut-être d’autres grottes à découvrir.... » affirme Raphaël Angevin, Conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie de Clermont-Ferrand, qui fait partie d’une équipe d’experts - historien, ingénieur et géophysicien - qui s’est déplacée durant trois jours à Châtelperron pour effectuer, au sol, des relevés topographiques et utiliser un avion équipé d'un LiDAR.

« Ce nouveau projet de recherches vise à mieux comprendre l'évolution géologique du site et de son environnement, par le recours à des technologies novatrices non invasives » a ajouté Raphaël Angevin lors de sa conférence de 2019 à Dompierre sur Besbre sur le sujet.

Une présentation des résultats de la campagne 2019-2020 a été publiée, montrant une image LiDAR générale et annonçant la découverte d'anomalies au niveau de la topographie des lieux.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

 

Trou noir ver

 

Une nouvelle étude associée à une expérimentation a été publiée récemment dans Nature Physics, proposant un autre théorème que celui de Bell, à l'aide d'une expérimentation physique du paradoxe de l’ami de Wigner avec un scénario introduit par Brukner. La question principale posée est : La théorie quantique s'applique-t-elle à toutes les échelles, y compris celle des observateurs ?

" Il s'agit d'une expérience de réflexion abordant le problème de la mesure quantique - la difficulté de concilier l'évolution (unitaire, déterministe) de systèmes isolés et la mise à jour d'état (non unitaire, probabiliste) après une mesure. Ici, en s'appuyant sur un scénario avec deux amis séparés mais intriqués introduit par Brukner, nous prouvons que si l'évolution quantique est contrôlable à l'échelle d'un observateur, alors celle du 'Non-Superdeterminisme', 'Localité' ou 'Absoluité des événements observés (AOE)' - que tout événement observé existe absolument et non relativement - doit être faux. Nous montrons que bien que la violation des inégalités de type Bell dans de tels scénarios ne soit pas en général suffisante pour démontrer la contradiction entre ces trois hypothèses, de nouvelles inégalités peuvent être dérivées, de manière indépendante de la théorie, qui sont violées par les corrélations quantiques. Ceci est démontré dans une expérience de démonstration de principe où le chemin d’un photon est considéré comme un observateur. Nous discutons comment ce nouveau théorème impose des contraintes strictement plus fortes sur la réalité physique que le théorème de Bell."

La Mécanique quantique: Si les ressorts de cette discipline encore jeune (à peine un siècle) questionnent profondément les rares esprits qui s'adonnent à son étude, l'on sait néanmoins que la physique quantique décrit avec une précision confondante les comportements les plus contre-intuitifs des atomes et des particules, posant souvent plus de questions qu'elle n'en résout.

Pour les chercheurs travaillant dans le champs de la physique relativiste, le monde possède deux qualités importantes. Il est à la fois :

réaliste, c'est-à-dire que la réalité est objective et ne dépend pas d'une mesure ou d'un observateur ;

déterministe, c'est-à-dire que la réalité n'est pas aléatoire mais le fruit d'un ensemble de variables produisant des résultats systématiques et prédictibles (pourvu que l'on dispose de toutes les informations nécessaires à sa compréhension).

Or, la physique quantique nous apprend qu'il en va bien autrement en deçà d'une certaine échelle, dans le monde exotique des atomes et des particules, voire des molécules. Imaginons qu'une particule, un peu comme un interrupteur, admette deux états possibles, que nous baptiserons 1 et 0 pour un maximum de simplicité. Si l'on en croit l'interprétation de Copenhague (le consensus actuel), tandis qu'un interrupteur ne peut être que dans un seul état à la fois (allumé ou éteint), la particule, elle, se trouve dans ce que l'on appelle une superposition d'états, c'est-à-dire à la fois 1 et 0. Cette superposition ne disparaît que lorsqu'un observateur décide de mesurer son état, causant ainsi un effondrement de la fonction d'onde. Cette première idée contredit la possibilité d'une réalité unique et objective pour notre particule, mais les choses ne s'arrêtent pas là.

En effet, toujours d'après la théorie quantique, la particule ne suit pas une logique déterministe mais probabiliste. On ne peut donc pas prédire l'état dans lequel elle sera, mais seulement calculer la probabilité d'obtenir un état ou un autre. Dans notre cas, et toujours par souci de simplicité, nous dirons que notre particule a une chance sur deux d'être dans l'état 1 ou 0.

Les scientifiques ignorent encore à ce jour par quel mécanisme la particule passe d'une superposition d'états à un état fixe. Certains ont suggéré que la fonction d'onde s'effondre au moment où la mesure est faite, d'autres encore que l'intervention d'un observateur conscient est nécessaire -- cette dernière notion a amené certains à tordre la physique quantique pour lui faire dire que nous pouvions modifier la fabrique de la réalité par la simple force de notre esprit, ce qui, pour autant que nous sachions, est complètement erroné. Aujourd'hui, les chercheurs travaillant avec des systèmes quantiques complexes savent qu'un simple coup de vent peut causer l'effondrement du fragile château de carte qu'est la superposition quantique, fragile à l'interaction avec les particules présentes dans l'air. La question de ce qui fait la valeur d'une mesure ou d'un observateur demeure donc encore en suspens. Néanmoins, cette nouvelle expérience parvient aujourd'hui à apporter de nouveaux éléments de réponse, permettant d'affiner les impératifs et contraintes concernant cette question primordiale.

La notion d'intrication quantique. Nous savons d'ores et déjà que lorsque nous mesurons l'état d'une particule quantique, nous avons 50 % de chance de trouver 1 ou 0. Mais les particules intriquées, elles, partagent une relation particulière. Liées l'une à l'autre (suite à une manipulation volontaire ou, plus rarement, accidentellement), elles forment un tout inséparable où l'état de l'une est dépendant de celui de l'autre. Plus simplement, les deux particules se trouvent chacune dans une superposition d'états (1 et 0) jusqu'à que l'une d'entre elles soit mesurée. Cette mesure cause un effondrement de la fonction d'onde simultané pour la paire, et chacune se fixe alors dans un état opposé, et ce, peu importe la distance qui les sépare :

Cela signifie qu'en théorie, si vous placez une particule sur la Lune et sa jumelle sur Terre, la mesure de la particule terrienne (donnant par exemple l'état 1) provoquerait l'effondrement de la fonction d'onde de sa jumelle lunaire (qui acquerrait alors l'état 0) au même instant. Ceux qui se souviennent encore de leurs cours de physique protesteront alors en affirmant que cela est impossible car rien, même l'information, ne voyage plus vite que la lumière (qui met 1,3 seconde à nous parvenir de la Lune). Einstein n'était d'ailleurs pas le plus grand adepte de cette notion, qu'il surnommait la dérangeante (ou effrayante) action à distance.

Dans les années 1960, le physicien John Bell décide d'en apprendre plus sur cette communication manifestement instantanée entre les particules intriquées. Il part ainsi de deux principes initiaux, afin de respecter la vision classique du monde :

  • principe de localité : les particules ne peuvent pas s'influencer mutuellement plus vite que la lumière ;
  • réalisme : les particules suivent un fonctionnement déterministe (et non probabiliste) que nous peinons simplement à prédire à cause de variables cachées.

 

Sur la base de ces deux postulats, Bell calcule l'ensemble des états possibles pour la mesure d'une paire de particules intriquées dans un contexte complexe et obtient ainsi un seuil de corrélation théorique. Depuis, de nombreux « tests de Bell » ont été effectués dont les résultats ont infailliblement violé le seuil théorique calculé par Bell. Selon lui, une seule conclusion pouvait être tirée de ce constat : l'un de ses postulats de départ était faux. Mais lequel ?

Ici, nous pouvons parler de la Théorie de l'ordre implicite du physicien américain David Bohm, reprise par d'autres ensuite :

Lire la suite

Etudes et expérimentation: preuve de bactéries dans l'espace

Etudes et expérimentation : Des bactéries vivant dans l'espace prouvées

 

Iss jaxa nasa bacteriacoul

ISS - International Space Station. Credit: JAXA/NASA

 

La bactérie Deinococcus radiodurans est hyper résistante, faisant partie des extrêmophiles : elle peut survivre au froid, à la déshydratation, à l'acide, aux UV et aux rayonnements ionisants. De plus, une nouvelle étude vient de révéler qu'elle pouvait parfaitement s'acclimater à l'environnement extrême de l'espace, pour une longue durée.

La mission japonaise Tanpopo (pour « pissenlit » en français) visait à vérifier cette hypothèse. Une colonie de bactéries séchées a été placée entre des panneaux d'exposition, dans un module fixé à l'extérieur de la Station spatiale internationale, qui orbite à 400 kilomètres autour de la Terre.

 

Yugiastronauteandmoduleexham bacteriacoul

Japanese astronaut Mr. Yugi set up the exposure experiment module ExHAM on the International Space Station. L'astronaute Yugi montre le mudule d'expérimentation de la cabine de l'ISS. Credit: JAXA/NASA

 

Au bout de trois ans, rapporte l'étude parue dans « Frontiers in Microbiology », les bactéries à la surface étaient mortes, mais cela a créé une couche protectrice pour les bactéries en-dessous, assurant la survie de la colonie. Ces résultats ont permis aux chercheurs d'extrapoler qu'une colonie d'un millimètre de diamètre pourrait potentiellement survivre jusqu'à 8 ans dans des conditions spatiales.

Alors que les rayons cosmiques qui traversent l'espace sont assez puissants pour causer des dommages génétiques, la bactérie Deinococcus a pour particularité de pouvoir réparer son ADN en seulement quelques heures.

 

Deinococcus radiodurans l

 

Des bactéries pour essaimer la vie

 

Comme pour les graines de pissenlits qui se dispersent dans l'air, les scientifiques japonais cherchaient à savoir à travers cette expérience si des organismes vivants microscopiques pourraient se propager à travers l'espace, grâce aux comètes par exemple, et ainsi essaimer la vie sur d'autres planètes. Ces travaux fournissent, à ce jour, la meilleure estimation de la survie bactérienne dans l'espace, même s'il faudrait également tester la capacité de ces bactéries à subir un atterrissage sur une planète. « Les résultats suggèrent que le Deinococcus radiodurans pourrait survivre durant un voyage interplanétaire entre la Terre à Mars, qui peut durer plusieurs mois ou plusieurs années », a déclaré à la presse américaine le Dr Yamagishi, auteur principal de l'étude.

Lire la suite

Hongrie : Une statuette du 5ème millénaire Av. notre ère

Hongrie : Une statuette du 5ème millénaire Av. notre ère

 

Hungary 01

 

Les archéologues du musée hongrois Göcsej ont trouvé des fragments d'une idole supposée, une magnifique statue d'argile féminine artistiquement détaillée de la culture Lengyel - une culture archéologique de la période néolithique européenne, centrée sur le Danube moyen en Europe centrale - lors de fouilles liées à la construction de la piste d'essai automobile de Zalaegerszeg. Elle a été nommée « Vénus d’Egerszeg » et, selon le musée, ce sera la pièce la plus impressionnante de l’exposition virtuelle présentant la préhistoire de Zalaegerszeg et du comté de Zala.

Depuis 2017, le personnel du musée surveille en permanence les travaux de terrassement liés à la construction de la piste d'essai. Dans la partie orientale de la zone, au-dessus du ruisseau Nagypáli, des traces d'une grande colonie de la culture Lengyel, formée au 5ème millénaire avant JC, ont été trouvées.

La plus belle trouvaille des trois dernières années, une statue d'argile féminine, a été retrouvée cette année 2020, le 7 juillet. La particularité de l'idole est l'élaboration méticuleuse: jusqu'à présent, seules très peu de statues d'argile finement travaillées ont été déterrées de la période de la culture Lengyel.

 

Hungary 01

Credit: György Varga/MTI

 

Les archéologues ont dit que de nombreux objets en relation avec des activités de culte avaient été précédemment déterrés dans cette zone :

Lire la suite et voir les photos :

Lire la suite

Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes C14

IntCal20 : Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes du C14

 

Stalagmites grottehulu chine 14000 55000ans

 

Si le niveau de C-14 dans l'atmosphère avait toujours été constant, la datation au radiocarbone serait simple. Mais ce n'est pas le cas. Les changements dans le cycle du carbone, le rayonnement cosmique, l'utilisation de combustibles fossiles et les essais nucléaires du XXe siècle ont tous causé de grandes variations au fil du temps. Ainsi, toutes les dates au radiocarbone doivent être ajustées (ou étalonnées) pour être transformées en âges calendaires précis.

Sans cet ajustement, les dates pourraient être dépassées de 10 à 15%. Cette semaine, est paru un effort international de sept ans pour recalculer trois courbes d'étalonnage au radiocarbone:

IntCal20 («20» pour signifier cette année) pour les objets de l'hémisphère nord

SHCal20 pour les échantillons de l'hémisphère sud dominé par l'océan

Marine20 pour les échantillons des océans du monde.

 

Ces courbes mises à jour ont été construites en mesurant une pléthore de matériaux qui enregistrent les niveaux de radiocarbone passés, mais qui peuvent également être datés par d'autres méthodes. Les liens vers les trois publications scientifiques sont en bas de cet article.

Les archives comprennent des anneaux d'arbres provenant d'anciennes grumes conservées dans des zones humides, des stalagmites de grottes, des coraux du plateau continental et des sédiments forés dans les lits des lacs et des océans.

 

Arbrekauri nouvelle zelande 40000ans

Les anciens arbres de kauri ( Agathis australis ) de Nouvelle-Zélande comme cet exemple ont été utilisés pour aider à construire les courbes d'étalonnage. Cet arbre a environ 40 000 ans et a été retrouvé enterré sous terre. Crédit Nelson Parker

 

Au total, les nouvelles courbes sont basées sur près de 15 000 mesures au radiocarbone effectuées sur des objets jusqu'à 60 000 ans.

Les progrès de la mesure du radiocarbone à l'aide de la spectrométrie de masse par accélérateur signifient que les courbes mises à jour peuvent utiliser de très petits échantillons, tels que des anneaux d'arbre simples à partir d'une croissance d'un an seulement.

Lire la suite

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

 

Honduras gravuressurroches miniHonduras-pétroglyphes

 

Après les découvertes étonnantes au Panama et l'article lié, nous restons en Amérique Centrale avec cette nouvelle exploration de la jungle du Honduras et la possible découverte d'une cité mythique, déjà envisagée en 2013, en voilà la confirmation sur place ! : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-cite-legendaire-ciudad-blanca-decouverte.html. Situons d'abord le pays (en bleu clair ici) en question sur une carte :

 

Ameriquecentrale

 

Au Honduras, il existe une légende tenace parlant de la "Ciudad Blanca", la Cité Blanche, qui a des origines très anciennes, et qui aurait été découverte par des Espagnols qui se sont perdus en explorant la jungle lors des conquêtes. D'autres versions suggèrent que le groupe ethnique Pech (habitant le territoire du Honduras pendant au moins 500 ans), croyait en l'existence d'une "White City", qui aurait été construite par les dieux. On a également parlé d'une "maison blanche", qui était composée de colonnes géantes de pierre blanche sculptées...

Le 3 Septembre 1526, Hernán Cortés a écrit ses impressions d'Amérique, adressées à l'empereur Charles V. Dans cette lettre, plus tard connue comme la Carta de Relación Nº 5, le vainqueur a fait allusion à l'existence d'une ville inconnue, et dont il a dit :

“Por otra parte dolíame el ánima dejar aquella tierra en el estado y coyuntura que la dejaba, porque era perderse totalmente; y tengo por muy cierto que en ella vuestra majestad ha de ser muy servido y que ha de ser otra Culúa, porque tengo noticia de muy grandes y ricas provincias, y de grandes señores en ellas, de mucha manera y servicio, en especial de una que llaman Hueitapalan, y en otra lengua Xucutaco, que ha seis años que tengo noticia de ella, y por todo este camino he venido en su rastro, y tuve por nueva muy cierta que está ocho o diez jornadas de aquella villa de Trujillo, que pueden ser cincuenta o sesenta leguas. Y de ésta hay tan grandes nuevas, que es cosa de admiración lo que de ella se dice, que aunque falten los dos tercios, hace mucha ventaja a esta de México en riqueza, e iguálale en grandeza de pueblos y multitud de gente y policía de ella. Estando en esta perplejidad, consideré que ninguna cosa puede ser bien hecha ni guiada si no es por mano del Hacedor y Movedor de todas, e hice decir misas y hacer procesiones y otros sacrificios, suplicando a Dios me encaminase en aquello en que él más se sirviese”.

" J'ai en effet des renseignements sur de grandes et riches contrées, gouvernées par de puissants seigneurs, avec grand état de cour et notamment le royaume de Hueitapalan, en autre langue, Xucutaco, dont on m'a parlé depuis six ans (...). D'après ce que l'on en dit, et quand on en retrancherait la moitié, ce royaume dépasserait celui de Mexico en richesse et l'égalerait pour la grandeur de ses villes, la multitude de ses habitants et l'ordre qui la gouverne. ". Cortes y précise également qu'il aurait entendu parler de Xucutaco dès les premiers temps de son arrivée dans l'empire Aztèque, en 1519.

Selon les données recueillies par différentes sources, ce site est appelé en indigène Xucutaco, (en nahuatl) et Hueitapalan, (en maya), et Cortes a renoncé à y aller en raison de la jungle impénétrable.

 

Ciudad blanca honduras

l'endroit soupçonné comme étant la jungle abritant la cité perdue (2013)

 

L'Évêque du Honduras, Cristobal de Pedraza partit en 1544 à la recherche de la fameuse cité. Dans une lettre adressée à Charles Quint, il décrit son voyage à travers la jungle de la Côte des Mosquitos. Il y dit notamment avoir vu - depuis le sommet d'une montagne - une grande ville située dans une vallée. Selon ses guides, les nobles de cette cité mangeraient dans des assiettes d'or...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

La légende des sept cités de Cibola

La légende des sept cités de Cibola

 

Coronado expedition peinture 1898 remington mini

 

En 1539, le frère Marcos de Niza, un prêtre franciscain, a raconté aux fonctionnaires coloniaux espagnols, à Mexico, qu'il avait vu la ville légendaire de Cibola dans ce qui est aujourd'hui le Nouveau-Mexique. C'était l'un des explorateurs espagnols, à moitié convertisseur religieux et aventurier, qui hantaient le Nouveau Monde pour le trésor amérindien et il avait entendu des contes persistants sur la richesse fantastique des soi-disantes Sept Cités de Cibola.

" Elle est située sur un tronçon nivelé du sommet d'une colline arrondie ", a dit le moine. " Elle semble être une très belle ville, la meilleure que j'ai vu dans ces régions. " Le prêtre a reconnu, cependant, qu'il avait seulement vu la ville à distance et n'y était pas entré, parce qu'il pensait que les habitants indiens Zuni le tueraient si il approchait.

Mais quand une grande et coûteuse expédition espagnole, partie en 1540, avec 340 Espagnols, 300 alliés indigènes et un millier d'esclaves indiens et africains, et est retournée dans la région en 1541, ils ont trouvé seulement un modeste village d'indiens qui n'était pas quelque chose ressemblant à ce que le prêtre avait décrit. L'expédition s'est avérée être une mésaventure ruineuse pour ceux qui s'y sont impliqués, y compris le célèbre conquistador Francisco Vazquez de Coronado, qui l'a dirigé.

" Presque tout le monde, y compris le leader, est retourné à Mexico massivement endetté ", dit l'auteur du Nouveau-Mexique Richard Flint, qui, avec son épouse, Shirley Cushing Flint, a écrit cinq livres sur Coronado. " Un certain nombre de ces personnes ne s'en sont jamais remis financièrement."

 

Coronado expedition

L'expédition de Coronado et de Hernando de Alarcón à travers l'Ouest américain (1540-1542) - Wikipedia.org

Qu'est-ce que le Frère a bien pu voir ?

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Les secrets de la légendaire cité perdue d'Héracléion

Les secrets de la légendaire cité perdue d'Héracléion révélés par des photos sous-marines

 

cleopatralostking1.jpg

 

Autrefois la cité de Thonis-Héracléion, connue aujourd'hui comme le royaume oublié de Cléopâtre, était la porte d'entrée vers l'Égypte. De nos jours, cette mystérieuse cité légendaire est submergée dans la baie d'Aboukir, près d'Alexandrie. (un peu à l'ouest du delta du Nil)

La cause de la submersion de la cité est toujours un mystère, mais elle fut avalée par la mer Méditerranée et elle s'est ensablée et envasée pendant plus de 1200 ans.

De nouvelles découvertes sous-marines permettent aux archéologues de rassembler des indices et de créer une image de ce à quoi ressemblait la vie dans l'ancienne cité.

Connue sous le nom d'Héracléion chez les anciens grecs et celui de Thonis chez les anciens égyptiens, la cité a été redécouverte en 2000 par un archéologue sous-marin français, le Dr Franck Goddio et l'équipe de l'Institut Européen d'Archéologie Sous-Marine (IEASM) après une étude géophysique qui a duré quatre ans.

 

cleopatralostking.jpg

 

" Avant sa découverte en 2000 par l'IEASM, on n'avait trouvé aucune trace de Thonis-Héracléion. Son nom était presque rayé de la mémoire de l'humanité, préservé uniquement dans d'anciens textes classiques et de rares inscriptions découvertes sur terre par les archéologues.

Le grand historien grec Hérodote (5ème siècle avt J-C) nous parle d'un grand temple qui avait été construit à l'endroit où le fameux héros Héraklès (Hercule) avait débarqué en Égypte.

Il rapporte aussi la visite d'Hélène à Héracléion avec son amant Pâris avant la guerre de Troie. Plus de quatre siècles après la visite d'Hérodote en Égypte, le géographe Strabon observa que la cité d'Héracléion, avec son temple d'Héraklès, était située juste à l'est de Canope à l'embouchure de la branche canopienne du Nil," écrit Franck Goddio sur son site web.

 

cleopatracoffre.jpg

 

Les scientifiques pensent que la cité toute entière a été complètement submergée avec tous ses objets, statues, colonnes et autres merveilles du palais de Cléopâtre.

Plusieurs artefacts sont restés en grande partie intacts. Parmi les découvertes figurent les fondations du palais, des épaves, des colonnes de granit rouge et des statues de la déesse Isis et deux sphinx.

Parmi les énormes blocs de calcaire effondrés au quatrième siècle il y avait un immense bloc de quartzite avec des inscriptions gravées concernant un pharaon. L'une d'elles indique qu'il s'agit de Séthi Ier, père de Ramsès II.

 

cleopatraruines.jpg

 

Les plongeurs ont aussi découvert une tête en pierre colossale qu'on pense être celle de Césarion, le fils de Cléopâtre et de son ancien amant, Jules César, et deux sphinx, l'un des deux représentant probablement le père de Cléopâtre, Ptolémée XII.

 

cleopatralostking2.jpg

 

Les chercheurs pensent que la cité était une zone centrale qui servait de plaque tournante commerciale par laquelle les marchandises venant de Grèce et d'autres endroits méditerranéens entraient en Égypte.
" Le site est étonnamment préservé. Nous commençons maintenant à en explorer les zones les plus intéressantes pour essayer de comprendre la vie à l'époque ", a dit le Dr Damian Robinson, qui travaille sur le site et directeur du centre d'Oxford pour l'archéologie maritime à l'université d'Oxford. " Nous obtenons une riche description de choses comme le commerce qui avait cours ici et la nature de l'économie maritime de la dernière période égyptienne. Des marchandises venaient de Grèce et de Phénicie ".
"C'est une grande cité que nous exhumons", a dit Robinson.
 
cleopatralostking3.jpg
 
Lire la suite ci-dessous et voir les vidéos :

Lire la suite

Israel: le site englouti de Atlit Yam et des briques cuites

Israel: le site englouti de Atlit Yam révèle des briques cuites de 9000 ans

 

Atlityam sitebriquescuites

Retour sur le site englouti de Atlit Yam, situé au large de l'actuelle Israel dans la méditerranée, dont j'avais déjà parlé en 2013 ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

En 1984, sur la côte du Levant, Ehud Galili, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités et plongeur émérite, a découvert par 10 mètres de fond une structure inhabituelle, dégagée du sable par une forte tempête. Comment expliquer sa présence à 400 mètres au large des côtes israéliennes ? Les premières fouilles ont révélé que ce site archéologique, baptisé Atlit Yam (« Atlit-sur-Mer » en hébreu) en raison de la proximité de la ville du même nom, était une cité de l’âge de pierre. Vieille d’au moins neuf mille ans, elle a été submergée par la mer, il y a environ six millénaires, à la suite de la fonte des glaciers. Les premières recherches ont établi que le site d'Atlit-Yam est situé à environ 200 à 400 m au large, à une profondeur de 8 à 12 m et s'étend sur une superficie d'env. 40000 m2

Les découvertes architecturales consistent en des puits d'eau en pierre, des fondations de structures rectangulaires, des séries de longs murs non reliés, des installations rondes, des sites de rituels et des zones pavées. En outre, 65 squelettes humains ont été découverts lors de sépultures primaires et secondaires. Chez au moins quatre des hommes, une pathologie de l'oreille interne - exostose auditive - causée par une plongée en eau froide a été observée.

Les restes fauniques se composaient d'os d'animaux sauvages et domestiques, y compris des moutons / chèvres domestiques, des porcs et des chiens et des bovins au bord de la domestication, ainsi que de nombreux restes de poissons marins. Les restes de poisson comprenaient plus de 6000 os, la plupart appartenant à Balistes carolinesis, (le poisson gâchette gris), et quelques-uns aux Serranidae, Sparidae, Sciaenidae, Mugillidae et autres familles de poissons. Des artefacts en pierre, en os, en bois et en silex ont également été récupérés, ainsi que de grandes quantités de restes botaniques, notamment des graines de blé domestique, d'orge, de lentille et de lin. Certains artefacts et restes de plantes peuvent être associés à la pêche. Le matériel archéologique indique que l'économie du site était complexe et reposait sur l'utilisation combinée des ressources terrestres et marines, notamment la culture des plantes, l'élevage, la chasse, la cueillette et la pêche. Le site d'Atlit-Yam fournit la première preuve connue d'un système agro-pastoral-marin de subsistance sur la côte levantine.

Sur les sept sites engloutis découverts le long de la côte, Atlit Yam est le plus grand. On note que plusieurs de ces sites se trouvaient à proximité immédiate de rivières se jetant dans la mer, probablement comme des ports préhistoriques utilisant les ressources marines pouvant être facilement distribuées à l'intérieur des terres, mais aussi des ressources provenant de ces dernières.

 

sitesengloutis.jpg

 

Les briques PPNC n'étaient pas aménagées (brut), chauffées à haute température dans des conditions réductrices. Les briques PN / EC ont été aménagées, chauffées à température moyenne dans des conditions oxydantes. La structure PN / EC est principalement constituée d'amidon de paillettes de blé, d'os et de calcite.

 

Il y a environ 9 000 ans, le site d'Atlit Yam abritait un village animé, où se trouvaient plusieurs maisons, ainsi qu'un lieu de rituels. Quelques siècles plus tard, la zone a été submergée par la mer et est aujourd'hui située à environ 500 mètres au large des côtes du nord d'Israël. Parmi les vestiges de bâtiments ainsi que des restes d'animaux, de plantes et même de plusieurs individus, les archéologues marins ont identifié un certain nombre d'installations circulaires en briques de terre chauffées. En tant que groupe de chercheurs israéliens du Département des civilisations maritimes et de l'Institut Zinman d'archéologie de l'Université de Haïfa et de l' Autorité des antiquités d'Israël, ces artefacts anciens découvert offrent une clé pour comprendre comment les populations préhistoriques locaux ont évolué dans les temps anciens, devenant de plus en plus habiles et compétents dans l'utilisation de l'environnement qui les entoure.

Atlit Yam et Bnei Brak - situés dans la plaine de Sharon - remontent au néolithique C, donc avant la poterie, lorsque la poterie n'était pas encore fabriquéeNeve Yam et Ein Asawir - le premier situé non loin d'Atlit mais à quelques mètres du rivage et le second également dans la plaine de Sharon - sont de la période plus récente de la phase néolithique de Wadi Rabah.

« À la période néolithique, nous commençons à voir les premiers établissements sédentaires et l'apparition de briques est profondément liée à ce phénomène », dit Isaac Ogloblin Ramírez, doctorant et auteur principal de l'article récemment publié dans le Journal of Archaeological Science: Reports.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Mexique : une mine d'ocre engloutie de 12000 ans découverte

Mexique : une mine d'ocre engloutie de 12000 ans découverte

 

Mexique mineocre12000ans

 

Encore le Mexique donc, après cet article : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ameriques-un-autre-site-date-de-30-000-ans.htmlLe site nouvellement découvert se compose de trois grottes qui ont été noyées par la montée des mers il y a environ 7000 ans. En 2017, des plongeurs explorant des tunnels au fond d'une grotte ont remarqué des sections avec des stalactites et des stalagmites brisés, des roches curieusement empilées, des murs et des sols piqués et des plafonds de suie. Ces sections étaient à des centaines de mètres de l'embouchure de la grotte, où aucune lumière naturelle ne pouvait pénétrer.

L'année suivante, ils sont revenus avec le géoarchéologue de l'Université McMaster, Eduard Reinhardt. Ensemble, ils ont identifié des dizaines d'autres fosses et tranchées, qu'ils ont pris comme preuve d'activité minière. Ils ont nommé le site La Mina , en espagnol pour «la mine». La datation au radiocarbone a révélé que les premiers gisements ont été laissés il y a environ 12 000 ans et les plus jeunes il y a environ 10 000 ans. En examinant de minuscules fragments de charbon de bois au microscope électronique à balayage, les chercheurs ont appris que la suie provenait d'arbres locaux hautement résineux qui auraient été parfaits comme bois pour des torches.

Une analyse plus approfondie a révélé que ces anciens mineurs creusaient de l'ocre d'une qualité remarquable, rapportent les chercheurs aujourd'hui dans Science Advances. Les mineurs ont fabriqué des outils de creusage à partir de matériaux de la grotte plutôt que de les apporter de l'extérieur, explique Brandi MacDonald de l'Université du Missouri, qui a dirigé l'analyse. " Ils cassaient en fait les stalactites du plafond et les utilisaient comme marteaux et pieux pour briser le calcaire ".

 

Mexique mineocre fig1

Fig. 1 Contexte du site de La Mina.

A ) Aperçu régional de la zone d'étude. La Mina est située dans le système de grottes de Sagitario, tandis que Camilo Mina est situé à Sistema Camilo. Monkey Dust fait partie de la section Borge de Sistema Dos Pisos. Hoyo Negro et Chan Hol sont des sites d'importance clé dans l'archéologie paléoindienne de cette région. Image satellite modifiée à partir de l'imagerie Google Earth). ( B ) Coupe transversale conceptuelle montrant la relation entre les caractéristiques géomorphiques et culturelles observées dans les systèmes de grottes de La Mina, Camilo Mina et Monkey Dust, y compris les gisements d'ocre, les spéléothèmes et les coulées, les déblais miniers, les dépôts de charbon et de suie, les artefacts de pierre de marteau, les caractéristiques du foyer, et radeaux de calcite. ( C) Carte de Sagitario et La Mina montrant la configuration du système de grottes et ses caractéristiques géomorphologiques, avec l'emplacement des stations d'échantillonnage et les caractéristiques clés. La Mina est définie comme des zones d'activité minière concentrée au sein de Sagitario. ( D) Profil de la grotte depuis les entrées des grottes Sagitario et Pu'bix montrant les hauteurs du fond et du plafond de la grotte aux stations de levé sur la ligne principale de la grotte. Le trajet du profil est indiqué par la restriction entre les sections Sagitario et La Mina de la grotte et des stations d'échantillonnage. La distance horizontale (en mètres) est mesurée comme la longueur de la ligne d'enquête sur la topographie irrégulière de la grotte et représente donc une distance de déplacement globale pour le mouvement humain plutôt qu'une distance horizontale. La hauteur de passage de la grotte le long du profil montre la nature restreinte du site minier et les difficultés d'accès et d'élimination de l'ocre de cet endroit.

 

Les scientifiques ont confirmé que le site, qui fait maintenant partie d'un système de grottes côtières à Quintana Roo, au Mexique, est l'un des plus anciens sites miniers d'ocre connus de l'hémisphère occidental. L'ocre, qui était utilisée pour l'art rupestre, la décoration corporelle, le tannage des peaux d'animaux et peut-être la médecine, était une telle ressource que les mineurs feraient de grands efforts pour l'obtenir, des jungles de la Méso-Amérique aux prairies d'Afrique.

« L'amour des choses rouges brillantes est un trait humain assez universel… C'est pourquoi nous achetons des voitures de sport rouges », explique Spencer Pelton, archéologue à l'Université du Wyoming qui n'a pas été impliqué dans les nouveaux travaux, mais qui fouille actuellement une autre cache d'ocre préhistorique dans le Wyoming.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Amériques : Un autre site daté de 30 000 ans

Amériques : Un autre site daté de 30 000 ans

 

Mexique artefactsNature - Ardelean

 

 

Après les sites découverts en 2014 et 2017, affirmés être datés de 30 000 ans, un autre fait l'objet d'une publication ce mois de juillet 2020 selon deux études publiées dans la revue Nature, faisant d'ailleurs immédiatement l'objet de critiques de la part des plus prudents des spécialistes (qui ne participent d'ailleurs jamais par la suite à l'étude de ces mêmes sites...au cas où ils seraient obligés de se contredire eux-mêmes). C'est l'occasion de citer à nouveau les nombreuses études et découvertes faites dans les Amériques qui repoussent les dates de l'arrivée de l'homme moderne sur ces continents depuis environ 50 ans (y compris de possibles homininés plus anciens que l'homme moderne) et dont j'ai pu parler pour certaines depuis bientôt 10 ans... Vous trouverez les liens de tous ces articles en bas de cet article.

Parlons donc de cette dernière publication, faisant partie de cette compilation de données archéologique sourcées. Pour rappel, ce site est avant tout un site de compilations de données sur divers thèmes et que l'auteur de ces compilations, s'il ne partage pas toujours les conclusions des scientifiques ou chercheurs (indépendants ou non) les concernant, a pour principal objectif la mémoire de sources de recherches (démontrées ou annulées). En effet, la réalité de la science moderne fait que ce n'est pas parce que des découvertes contredisent parfois fortement la logique et les consensus établis qu'elles ne sont pas, parfois des dizaines d'années plus tard, finalement prouvées et modifient ainsi les dogmes apparemment établis. L'exemple de la découverte de l’ornithorynque, longtemps contestée par la science, les affirmations de l'impossibilité de la submersion de continents (qui a duré des dizaines d'années) par exemple encore, le démontre largement : aucune science n'est figée ni démontrée à 100 %, ce que l'on apprend en sciences à l'école est démontré faux en assez grande partie des années plus tard. De nombreuses découvertes du passé ont ainsi littéralement disparu de la connaissance humaine, en liaison avec la protection des dogmes passés, présents et futurs et de l'attitude de certains scientifiques ou groupes de pression (qui généralisent souvent et "trompent" en quelque sorte le public ou même des scientifiques en tronquant les faits, n'insistants que sur les faux ou erreurs établis et en omettant d'autres prouvés, y compris de nos jours où des données et sites entiers disparaissent (à la vue du public et donc de futurs chercheurs) de la toile. Ces données ne se retrouvent souvent que dans des livres oubliés et peu accessibles. Un autre exemple que je pourrai donner serait par exemple la notion généralisée actuellement par ces groupes de pression protectrice des dogmes affirmant et généralisant le fait que les pyramides des Canaries seraient toutes modernes, sur le simple fait qu'une fouille aurait trouvé des traces modernes (franc-maçonniques même) sous une pyramide des Canaries. Mais une recherche consciencieuse des archives du passé nous prouve le contraire : comment certaines pyramides des Canaries (qui sont sur plusieurs îles) pourraient être modernes, alors qu'elles sont déjà citées par exemple dans un ouvrage de Juan Abreu de Galindo en 1632 (manuscrit chapitre V), cité lui-même dans l'ouvrage de 1803 de J.B.G.M. Bory de St Vincent, "Essais sur les îles Fortunées et l'antique Atlantide ou Précis de l'Histoire générale de l'Archipel des Canaries", pages 62, 118 et 503 ? Bien sûr, la simple mention de l'Atlantide donne des boutons à beaucoup de chercheurs modernes (attitude peu scientifique)... et pourtant... Heureusement, il existe encore des scientifiques qui méritent ce nom, qui tentent de regarder tous les aspects des faits et ne les tronquent pas pour satisfaire leurs propres croyances et convictions, ou encore la protection de leurs propres écrits et finances. Enfin, je rappelle aussi que ce site n'est pas un site commercial ou même une entreprise, mais un blog gratuit d'un écrivain, relayeur et chercheur indépendant...

Voici la nouvelle découverte publiée ce mois, donc les médias ont d'ailleurs largement parlé (oubliant de citer l'autre découverte de 2017 mais aussi de nombreuses autres) :

" Une chose est certaine : l'Amérique a bien été le dernier continent colonisé par notre ancêtre l'Homo sapiens après l'Europe, il y a 45 000 ans et l'Australie, il y a environ 60 000 ans. Oui, mais à quelle date a eu lieu cette arrivée ? (YH : notons que pour la majorité des scientifiques, il n'est question que de Homo sapiens (homme moderne), dans la mesure où il n'est pas recensé (officiellement) de restes d'homininés plus anciens - seulement éventuellement de très anciennes traces de chasses et d'outils non attribuées). C'est assez surprenant d'ailleurs, quand on trouve des traces d'Homo Erectus pratiquement partout dans le monde - y compris dans des îles déjà établies à leur époque - alors que la Béringie a aussi probablement existé lors des précédentes glaciations éprouvées par ces homininés...)

Jusqu'à présent, la thèse privilégiée par les paléoanthropologues était que les premiers hommes à être venus sur le continent américain seraient arrivés, il y a 13 000 ans via la Bérinigie, c'est-à-dire le pont terrestre qui a existé à plusieurs reprises entre l'Alaska et la Sibérie orientale. Cet étroit bras de mer est désormais appelé le détroit de Béring. Ces populations dîtes de « l'âge Clovis » se sont installés en deçà du 48e parallèle nord. Des pointes de flèches de cette époque ont été retrouvées dans les années 1930 dans la ville de Clovis, au Nouveau-MexiqueYH : cette thèse est en fait contestée depuis au moins 20 ans et même pratiquement annulée avec des découvertes prouvées et de plus en plus nombreuses, sur la présence de l'homme depuis au minimum 16 000 ans).

Sauf que cette hypothèse est désormais battue en brèche. En fouillant la grotte de Chiquihuite, dans le nord du Mexique, des archéologues ont en effet mis au jour des centaines d'outils en pierre taillée qui remontent jusqu'à 33 000 ans avant notre ère. Ils révèlent une méthode de taille de pierre unique en Amérique, utilisant le débitage en fines lamelles – une technologie avancée qui serait venue d’ailleurs, selon les auteurs.

 

Fouillesmexique

Selon eux, ce site aurait été occupé pendant près de 20 000 ans (YH : ce qui nous amène aux - 13 000 ans des Clovis !). Les résultats de ces recherches risquent donc d’être vivement contestés. « Cela arrive dès que quelqu’un trouve des sites plus vieux que 16.000 ans : la première réaction est soit le déni, soit une forte approbation », selon le chercheur qui a commencé à fouiller la grotte en 2012.

Dans la seconde étude, des chercheurs ont réussi à dater des échantillons de 42 sites à travers l’Amérique du Nord, utilisant la datation par radiocarbone et par luminescence. Grâce à des modèles statistiques, ils ont démontré une répartition de la présence humaine « avant, pendant et immédiatement après la période du dernier maximum glaciaire », entre 27.000 et 19.000 ans.

Cet épisode de glaciation est crucial, car il est communément admis que les calottes glaciaires couvrant à l’époque la plupart du nord du continent ont rendu impossible toute migration humaine venue d’Asie. « Donc, si des humains se trouvaient là durant cette dernière période glaciaire, c’est forcément parce qu’ils étaient arrivés avant », relève le Pr Ciprian Ardelean.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

 

Bolivie pumapunku3figure. 3: Carte montrant l'emplacement des champs préhistoriques surélevés (basé sur Smith et. al, 1968, [10])

 

Comme les dernières découvertes le prouvent, les cités les plus anciennes du continent sud-américain seraient Caral-Supe au Pérou (avec un village il y a 7 000 ans et une ville monumentale il y a 5 000 ans) et Valdivia en Equateur, suivies de près par Bandurria, Kotosh, Sechin, La Galgada, d'autres cités de la culture Caral-Supe et Chavin de Huantar plus tard. Les choses ont été posées dans ces deux articles récents, le cas de Valdivia et probablement d'autres sites sera abordé aussi : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

Mais une toute nouvelle publication scientifique pourrait faire de la cité de Pumapunku (et par extension la ville de Tiwanaku) en Bolivie, comme la plus ancienne du continent... Je vais donc vous traduire pour information cette nouvelle étude très complète comportant une nouvelle théorie logique, publiée par Francisco J. Ariasa, du Département de mécanique des fluides à l'Université polytechnique de Catalogne,
ESEIAAT C / Colom 11, 08222 Barcelone, Espagne.

Dans ce travail, la lubrification à la glace pour déplacer le matériau lithique jusqu'au complexe de Tiwanaku et en particulier sur l'ancien site de Pumapunku est discuté. Le glissement sur la glace (pierres glissantes sur une feuille de glace) est identifié comme la technologie la plus réalisable pour le transport de pierres lourdes à Pumapunku, ce qui correspond bien à l'inventivité et à l'approche technologique de cette civilisation, non seulement à cause des conditions climatologiques propices du bassin du Titicaca mais aussi à cause de leurs inventions techniques et leurs connaissances les plus éprouvées en matière de technologie de protection contre le gel des cultures (systèmes surélevés aussi appelés suka kollo en aymara), qui auraient modifié radicalement le microclimat entier du bassin. En effet, il est tout à fait justifié de penser que si les gens de l'ancien Tiwanaku ont pu développer une technologie totalement efficace pour faire face aux effets négatifs du gel en toute la région du bassin, au contraire, il devient très difficile de croire que les mêmes personnes, que ce soit par inadvertance ou délibérément, n'auraient pas profité du gel pour déplacer les lourdes pierres des carrières. Parce que le frottement de la glace réduit au maximum le nombre d'hommes requis pour tirer la pierre la plus lourde et parce que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, puis en utilisant un modèle de croissance démographique disponible - dérivé des estimations du rendement des cultures, il est possible d'évaluer une limite supérieure technologique pour l'âge de la civilisation de Tiwanaku. Enfin, pour le cas spécifique des blocs d'andésite qui étaient extraits du pied du Mont Ccapia (à 90 km du site de Tiwanaku), avec une navigation sur de grands radeaux ou des bateaux de roseaux (totora) sur le lac Titicaca, la possibilité alternative d'un ancien couloir de glace dans le golfe de Taraco est analysé.

 

Bolivie pumapunku1

figure. 1: Topographie Tiwanaku du Centro de Investigaciones Arqueologicas à Tiwanaku CIAT. A) Plataforma Litica au
Site de Pumapunku. B) Localisation mondiale du complexe Tiwanaku. C) La distance entre le Complexe Tiwanaku (1) et la
Carrière Quebrada Kausani (2) située à environ 10 km où l'on pense que les gros grès ont été extraits. cliquer pour agrandir.

 

Construit il y a des milliers d'années en Bolivie, les ruines de Tiwanaku et en particulier du site de Pumapunku ont rendu les experts perplexes depuis des décennies et bien que les chercheurs ont travaillé pour déterminer son âge par une variété de différents méthodes de datation, l'origine et l'âge exacts du site sont toujours en litige. L'âge du site a été considérablement raffiné au cours du siècle dernier. Retour en 1910, Arthur Posnansky a soutenu que le site était terminé entre 11 000-17 000 ans, [1], [2], d'après des comparaisons sur les époques géologiques et à l'archéoastronomie; commençant dans les années 1970, la première datation au radiocarbone a conclu que le site a été occupé pour la première fois vers 1 580 avant JC, [3], et puis des enregistrements radiocarbones récents (1999), [4] datent le site vers 540-600 après JC. (YH : notons tout de suite que ni les références du radiocarbone des années 1970 ni celles de 1999 n'incluent un recalcul avec les récentes recalibrations du C14 du 21ème siècle).

Néanmoins, l'étude (de 1999) ne peut pas être considérée comme concluante, car les résultats du radiocarbone - qui étaient basés sur l'analyse de la matière organique de la couche la plus basse et la plus ancienne du remblais formant le site Pumapunku, ne pouvait rendre compte que, dans le meilleur des casdu moment où les pierres de fondation étaient placées, mais ne peut pas être fermement extrapolé comme le moment auquel la pierre a été transportée des carrières, car il semble clair qu'il n'est pas nécessaire que les deux périodes doivent correspondre à l'identique, et en fait il semble que chaque période constructive sur le site de Pumapunku est séparée par un temps considérable et a sa propre technique et conception particulières, [1]. De plus, à partir du matériau lithique dispersé trouvé, un matériau lithique pourrait être déplacé ou réaffecté à un autre objectif qu'à l'initiale, un fait qui peut être facilement observé aujourd'hui par les visiteurs qui peuvent trouver des pierres de Pumapunku éparpillées à proximité de personnes extrayant de la pierre pour la construction, des églises ou la construction de voies ferrées.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Génome humain : pas encore complètement décodé

Génome humain : pas encore complètement décodé

 

Chromosomes miga al nature 2020

Représentation des 22 chromosomes humains et du chromosome X (agrandi à droite). Les barres bleues et orange représentent les séquences continues obtenues par le séquençage par nanopores. © Miga et al., Nature 2020

 

En 2003, Human Genome Project annonçait le séquençage complet du génome humain avec plus de deux ans d'avance sur les prévisions initiales. Mais la majorité des médias s'étaient contentés de relayer l'information sans trop approfondir, ni comprendre d'ailleurs, et pour la majorité des gens, c'était donc finalisé. Mais c'était en partie faux : Si cette cartographie couvre 99 % des trois milliards de bases ADN du génome, il reste de nombreux trous et séquences manquantes sur les différents chromosomes. Car le génome n'a pas été séquencé en une seule fois : c'est une sorte de gigantesque puzzle reconstruit à partir de séquences d'ADN mises bout à bout, ce qui entraîne des discontinuités et des répétitions. Certaines zones contiennent ainsi de nombreuses séquences redondantes, ce qui rend particulièrement difficile la reconstruction. Imaginez un puzzle avec un grand ciel bleu où l'on n'aurait aucun indice sur la forme et l'emplacement des pièces qui le composent. Et plus les séquences sont petites, plus le casse-tête est compliqué. Ces répétitions sont particulièrement abondantes dans la zone centrale du chromosome, là où les télomères se croisent, car l'ADN y est très enchevêtré. Ce n'est pas parce que le séquençage a été finalisé que le décodage l'est...

Cette semaine, une équipe du Genomics Institute de l'université de Californie à Santa Cruz a semble-t-il réussi à surmonter ces obstacles et vient d'annoncer le séquençage complet d'un chromosome, à savoir le chromosome sexuel X. Les chercheurs, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature, ont pour cela eu recours au séquenceur MinION fabriqué par Oxford Nanopore Technologies qui utilise le séquençage par nanopores. Cette technique consiste à appliquer un courant électrique à une membrane perforée de milliers de trous d'environ un nanomètre de diamètre. En traversant ces nanopores, les bases azotées de l'ADN produisent chacune une variation différente du courant, ce qui permet de les identifier. Il est ainsi possible de retranscrire des séquences bien plus longues mesurant des centaines de milliers de paires de bases. « Nous pouvons ainsi couvrir entièrement des régions répétitives jusqu'ici considérées comme insolubles », atteste Karen Miga, l'auteure principale de l'étude.

Il demeurait cependant de multiples ruptures dans le génome que les chercheurs ont dû corriger manuellement, en s'appuyant sur les variantes dans les séquences répétitives pour servir de marqueurs, utilisés ensuite pour aligner et relier les séquences entre elles. « Nous avons utilisé un processus itératif sur trois plateformes différentes pour ajuster le séquençage et atteindre un haut niveau de précision », indique Karen Miga. Au total, l'équipe a réussi à compléter les 29 trous présents sur le chromosome X dans la base de données du génome de référence de 2003.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

UK : Nouvelles découvertes à Stonehenge, tunnel repoussé

UK : Nouvelles découvertes à Stonehenge, tunnel repoussé

 

Stonehenge durrington1

Des points jaunes marquent l'emplacement des trouvailles, avec les murs de Durrington marqués comme le grand cercle brun et Stonehenge en haut à gauche. - UNIVERSITÉ DE ST ANDREWS / PA WIRE

 

Un anneau de grands puits découverts près de Stonehenge forme le plus grand monument préhistorique jamais découvert en Grande-Bretagne, selon les archéologues. 

Ces puits forment un cercle de plus de deux kilomètres de diamètre qui entoure une zone de plus de trois kilomètres carrés autour du Durrington Walls henge, l'un des plus grands monuments de henge de Grande-Bretagne, et le célèbre petit cercle préhistorique de Woodhenge.

Le carottage des puits a fourni des dates au radiocarbone suggérant que ces caractéristiques sont néolithiques et ont été creusés il y a plus de 4 500 ans, à l'époque de la construction des murs de Durrington.

Les experts pensent que les 20 puits ou plus ont pu servir de limite à une zone sacrée reliée au henge. " La taille des puits et du circuit est sans précédent au Royaume-Uni ", a déclaré le professeur Vince Gaffney, chercheur principal. YH : j'ai parlé des frères Gaffney déjà en 2014, lors de leur première approche d'étudier le sous-sol de Stonehenge avec des technologies modernes, voir l'article tout en bas de celui-ci...

Le cercle de 1,2 mile de large (2 km) de grands puits mesurant plus de 10 m (30 pieds) de diamètre et 5 m (15 pieds) de profondeur est considérablement plus grand que tout monument préhistorique comparable en Grande-Bretagne.

Une équipe d'universitaires des universités de St Andrews, Birmingham, Warwick, Bradford, Glasgow et l'Université du Pays de Galles Trinity Saint David a travaillé sur le projet.

Les fosses entourent l'ancienne colonie de Durrington Walls, à trois kilomètres de Stonehenge, et ont été découvertes à l'aide de la technologie de télédétection et d'échantillonnage.

 

Stonehenge durrington0

UNIVERSITÉ DE ST ANDREWS / PA WIRE

 

Le professeur Gaffney, de l'Université de Bradford, a déclaré que la découverte démontrait " la capacité et le désir des communautés néolithiques d'enregistrer leurs systèmes de croyances cosmologiques d'une manière et à une échelle que nous n'avions jamais prévues auparavant ".

" La zone autour de Stonehenge fait partie des paysages archéologiques les plus étudiés au monde ", a-t-il ajouté. " Il est remarquable que l'application de nouvelles technologies puisse encore conduire à la découverte d'une structure préhistorique aussi massive."

Cette découverte, annoncée fin juin 2020 vient d'être suivie ce 16 juillet 2020 par une décision du gouvernement britannique de repousser de plusieurs mois la mise en oeuvre d'un grand tunnel automobile à proximité de Stonehenge...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite