Archéologie

Caraïbes : des chasseurs-cueilleurs navigateurs ont conquis les îles en premier

Caraïbes : des chasseurs-cueilleurs navigateurs ont conquis les îles en premier

 

Caraibes tom bjorklund 600

 

L'ADN Ancien donne un nouvel aperçu des premiers peuplements des Caraïbes

 

Selon une nouvelle étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs des Caraïbes, d'Europe et d'Amérique du Nord, les Caraïbes ont été colonisées par plusieurs migrations successives de population originaires du continent américain.

Si on se fit aux simples découvertes archéologiques, " l’occupation précolombienne des Petites Antilles s’étend sur 4 700 ans entre environ 3200 av. J.-C. et +1492 (une exception de taille existe malgré tout, car des occupations plus anciennes datées d’environ 5000 av. J.-C. ont été identifiées à Trinidad mais elles sont plutôt à rapprocher de l’occupation contemporaine des basses terres du Venezuela que d’un premier peuplement des Antilles - mais cela signifie tout de même que ces chasseurs-cueilleurs du Venezuela ont fait un voyage maritime il y a 7 000 ans !). Elle est traditionnellement divisée en deux âges par les archéologues, un âge archaïque caractérisé par des populations nomades fabriquant des objets en pierre polie et en coquillage et ne connaissant pas la céramique et un âge céramique caractérisé par des groupes d’agriculteurs sédentaires maîtrisant la céramique. En dehors des sites trinidadiens, l’occupation archaïque des Petites Antilles est concentrée dans le Nord entre Porto Rico et la Guadeloupe. Quelques sites douteux ont cependant été décrits en Martinique, à Saint-Vincent ainsi qu’à la Barbade. Dans le nord, des travaux récents menés à Saint-Martin, Saba et dans les Îles Vierges ont permis de montrer que ces populations archaïques étaient des nomades maritimes circulant entre les différentes îles en fonction de leurs besoins. " - https://hal.univ-antilles.fr/hal-00975450/document

Cette nouvelle étude concernant l'ADN ancien des Caraïbes confirment et affinent donc les découvertes archéologiques, tout au moins pour les Petites Antilles (Trinidad n'étant pas concernée). :

À l'aide de l'ADN ancien, une équipe d'archéologues et de généticiens dirigée par des chercheurs de l'Université de Copenhague et de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine a trouvé des preuves d'au moins trois migrations de population qui ont amené des personnes dans la région, apportant un éclairage nouveau sur la façon dont les îles ont été colonisées il y a des milliers d'années.

" Les nouvelles données nous donnent un aperçu fascinant de l'histoire des premières migrations dans les Caraïbes. Nous trouvons des preuves que les îles ont été colonisées et réoccupées à plusieurs reprises par différentes parties du continent américain ", explique Hannes Schroeder, professeur agrégé au Globe Institute, Université de Copenhague, et l'un des principaux auteurs de l'étude.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

 

Aguadafenix mayan

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

C'est encore grâce aux nouvelles technologies liées au LiDAR que cette étonnante nouvelle découverte a été faite. Je le rappelle encore, la détection et télémétrie par la lumière (LiDAR) est une technologie de télédétection basée sur le laser. L'idée derrière le LiDAR est assez simple : pointer un petit laser sur une surface et mesurer le temps que met le laser à revenir à sa source. Cette technologie est utilisée dans les systèmes d'information géographique (SIG) pour produire un modèle numérique d'élévation (MNA) ou un modèle numérique de terrain (MNT) pour la cartographie en 3D. Le système, souvent installé sur un drone ou un hélicoptère, permet donc d'éliminer rapidement et virtuellement la végétation et première couche de terre selon la profondeur et puissance utilisée, pour voir en 3D ce qu'il y a en-dessous.

C'est donc un énorme monument qui vient d'être découvert grâce à cette méthode, qui se développe partout dans le monde, un monument, mesurant près de 4 600 pieds de long (1,4 km !) à une hauteur de 30 à 50 pieds (1 à 15 mètres), avec neuf routes surélevées depuis la plate-forme, située sur le site récemment découvert d'Aguada Fénix situé à Tabasco, au Mexique, près de la frontière avec le Guatemala. Une première étude a été publiée dans Nature.

Jusqu'à présent, le site maya de Ceibal, construit en 950 avant JC était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel confirmé. La nouvelle découverte à Aguada Fénix a été datée entre 1000 et 800 avant JC à l'aide d'échantillons de charbon de bois analysés par une analyse de datation au radiocarbone. YH : une datation absolue pouvant indiquer n'importe quelle période du site en question, de son début à juste sa fin, d'autres datations sont nécessaires pour affiner.

Takeshi Inomata, de l'École d'anthropologie de l'Université de l'Arizona, a déclaré: « En utilisant du lidar basse résolution collecté par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Ensuite, nous avons fait du lidar haute résolution et confirmé la présence d'un grand bâtiment. Cette zone est développée - ce n'est pas la jungle; les gens y vivent - mais ce site n'était pas connu car il est si plat et immense. Cela ressemble à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il apparaît comme une forme très bien planifiée. »

 

Civilisation maya mexico aguada fenix

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

 

Albertminiature

 

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

 

Testamentducenghien

www.editions-coprur.fr

http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

 

Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

Lire la suite

Peche en haute mer il y a 42 000 ans

Pêche en haute mer il y a 42 000 ans ! - update 2020

 

East timor map

HONG KONG (Reuters) - Des hameçons et des arêtes de poisson de mer remontant à 42.000 ans trouvés dans une caverne au Timor oriental suggèrent que les hommes modernes aient été capables de pratiquer la pêche en haute mer quelques 30.000 ans plus tôt que précédemment pensé, ont annoncé vendredi 13 janvier 2012 des chercheurs en Australie et au Japon.

 

cro-magnon-peche.jpg

 

Les artefacts -- presque 39.000 arêtes de poisson et trois hameçons -- ont été trouvés dans une caverne de chaux à Jerimalai au Timor oriental, à 50 mètres (165 pieds) au-dessus de niveau de la mer, a dit Sue O'Connor du service de l'université nationale australienne de l'archéologie et de l'histoire naturelle (Australian National University).

" Il n'y avait jamais eu aucun signe montrant que des technologies de pêches maritimes humaines pouvaient exister en réels termes d'attirails de pêche il y a 40 000 ans ", a dit O'Connor, l'auteur de l'étude importante par téléphone de Canberra, à Reuters.

Lire la suite

France: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans

France, Ain: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans

 

Ain age du fer2

Depuis 2016, dans le cadre de l’aménagement du Parc industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA) par le SMPIPA, sur la commune de Saint-Vulbas, plusieurs fouilles archéologiques ont été prescrites par l’État (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), car ces lieux vont être détruits ou pour le moins rendus inaccessibles. L’une de ces fouilles comportant plusieurs hectares, réalisée par une équipe de l’Inrap, a entre autre permis de mettre au jour plusieurs structures funéraires du Premier âge du Fer.

 

Cette fouille de près de un hectare prend place au nord d’un vaste espace funéraire protohistorique (âge du Bronze et âge du Fer), identifié lors de plusieurs fouilles, sur plusieurs dizaines d’hectares en rive droite du Rhône. Au tout début de l’âge du Fer (première moitié du VIIIe siècle avant notre ère), on dénombre une inhumation et trois enclos circulaires, probablement tumulaires, dont l’un possède encore une sépulture à dépôt de crémation centrale. Vers la fin du Ve siècle avant notre ère une nouvelle tombe est aménagée. Il s’agit d’un dépôt de crémation en fosse, associé à un édicule à quatre poteaux installé au centre d’un petit enclos quadrangulaire. Ces aménagements proches témoignent de la variabilité des pratiques funéraires au cours du Premier âge du Fer. YH : Inhumation classique d'un corps et crémations donc pour d'autres. Est-ce du à des pratiques funéraires différentes selon une hiérarchie, des traces d'une épidémie ou de rites différents selon la provenance et croyances des gens concernés ?

Reconstitution structuresfuneraires age du fer1

Dessin : Francois Gauchet, Inrap

 

La fouille de l’inhumation nous permet de restituer partiellement la forme originelle de la tombe. Il s’agit d’une fosse rectangulaire de 2,85 m de longueur pour 1,10 m de largeur, creusée dans le terrain gravelo-sableux de la terrasse fluvio-glaciaire. Sur son fond, cinq galets sont positionnés de manière à venir caler un contenant en bois dans lequel le corps de la défunte a été préalablement déposé.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

 

Figure10 terceira

 

Le rapport concernant les analyses scientifiques d'une pierre possiblement façonnée artificiellement à un âge très lointain vient d'être publié sur la plateforme Academia.Edu. Ce rapport est signé par les chercheurs Dino Alberto Moura Teves, Isaac Saul Torres Ávila, Vitor Manuel Viveiros Raposo de l'Université des Açores, Angra do Heroísmo, et le professeur biophysicien Antonio Félix Rodrigues des CITAAA, CCMG, Université des Açores, Angra do Heroísmo.

Cet artefact a été recueilli par l'Université des Açores, à l'intérieur d'une structure en forme de four atypique lors d'une fouille archéologique de la DRAC (Direction Régionale de la Culture des Açores) à la Caldeira das Lajes, Terceira, Açores, présentant un éclat de pierre ou un artefact lithique. La pièce analysée était au niveau le plus bas du profil, à environ 2 mètres de profondeur, recouverte de terre mélangée à de petites pierres fracturées non identifiées, presque en grains, en pierre ponce et en argile fine. Cet éclat d'apparence pointu, car il a une pointe extrêmement effilée, raclant et coupant, mais cette dernière possibilité ne semble pas très pratique, soit en raison de l'épaisseur du tranchant ou manipulation de la pièce.

L'objectif est d'analyser certains aspects physiques de la pièce lytique hypothétique précédemment mentionnée, afin de comprendre s’il s’agit d’un éclat naturel ou produit par l'intervention de l'homme.

Les fractures concoïdales de la pièce et de sa forme ont été analysées et mesurées, à l'aide d'un pied à coulisse. Sa densité a été évaluée et observée avec une loupe électronique pour les détails de cette même pièce. La typologie et les caractéristiques de la pièce ont été comparées aux caractéristiques générales de l'industrie microlitique. La pièce a également été observée en direct par un spécialiste en pétrologie et par photographie par un archéologue expert.

Les comparaisons ont notamment fait appel aux travaux de Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée. Préhistoire de la pierre tailléeGarcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS (voir biographie en fin d'article).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10750 ans du Yucatan

Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10 750 ans du Yucatan

 

Mexique

 

Des études prouvent que les âtres des feux des cénotes d'Aktun Ha ont été créés par l'homme il y a plus de 10 000 ans.

 

Un âge allant jusqu'à 10 750 ans avant le présent a été établi, le plus éloigné des vestiges de charbon situés dans des grottes inondées de la péninsule du Yucatan

La recherche, avalisée par l'INAH, prouve également que l'âtre de ces feux a été créé in situ par les premiers habitants de notre continent.

Tulum, Q. Roo.- Il y a plus de 10 mille ans, dans une péninsule du Yucatan très différente de celle que nous connaissons: avec un climat froid et de vastes prairies qui, à l'est - sur la côte nord du territoire actuel de cette entité - se sont terminées en de hautes falaises comme celles qui sont maintenant typiques des îles britanniques ou de la côte cantabrique espagnole, les premiers humains en Amérique ont déjà interagi avec l'environnement sauvage, laissant des traces qui sont découvertes et étudiées aujourd'hui par l'archéologie et la science.

C'est le cas d'une nouvelle enquête, approuvée par l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH), dont les résultats sont divulgués dans le cadre de la campagne "Avec vous à distance", par le ministère de la Culture, et publiés dans le dernier numéro du magazine Geoarcheology, qui prouve - pour la première fois dans un contexte sous-marin - que les chasseurs-cueilleurs ont allumé et utilisé le feu dans l'espace maintenant connu sous le nom de Chambre des Anciens, une formation située dans le système de grottes du cénote d'Aktun Ha, à Quintana Roo.

 

Mexique cenote1

Foto: Eugenio Aceves

 

En témoignent 14 âtres de feux préhistoriques, dont les échantillons - obtenus entre 2017 et 2018 - ont fait l'objet d'études en laboratoire: chauffage contrôlé, pétrographie, taphonomie, spectroscopie de résonance magnétique nucléaire et datation au carbone 14, entre autres, et ont démontré deux points clés:

Le premier, explique l'archéologue Luis Alberto Martos López, rattaché à la Direction des études archéologiques de l'INAH (DEA), relatif à une antiquité qui se situe entre 10 mille 750 et 10 mille 250 ans avant le présent. Il s'agit de la plus ancienne temporalité rapportée pour le charbon avec une association humaine dans un cénote de la péninsule, coïncidant avec la fin de la dernière période glaciaire, qui s'est produite pendant la période du Pléistocène à l'Holocène.

Lire la suite ci-dessous et voir des photos :

Lire la suite

Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées

Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées

 

Roca dels bous lleida espagne 1

Analyser le paysage des pré-Pyrénées habitées par les Néandertaliens

 

Le chercheur Alfonso Benito Calvo, chef de la ligne de recherche Géomorphologie et processus de formation au Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana, est l'auteur principal d'un article qui vient d'être publié dans la revue Quaternary Research qui analyse la formation de Roca dels Bous (Lleida , Espagne), qui était habitée par des Néandertaliens, en relation avec l'évolution qui a eu lieu de ce paysage dans les pré-Pyrénées au cours des 60 000 dernières années.

Dans le document, les processus intervenus pendant l'occupation néandertalienne de ce site moustérien dans les gorges de la rivière Segre (Sant Llorenç de Montgai) ont été étudiés à l'aide de techniques géomorphologiques 3D utilisant des drones, ainsi que des datations stratigraphiques, statistiques et de luminescence ( OSL).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Iran : une migration vers les amériques il y a 11000 ans ?

Iran : une migration vers les amériques il y a 11000 ans ?

 

Iran cheval leopard

 

Des preuves suggèrent que les Iraniens préhistoriques ont migré vers les Amériques (Theran Times)

 

" Après des années d'explorations de peintures anciennes à l'intérieur des grottes et des montagnes de l'Iran et dans d'autres parties du globe, des résultats étonnants ont été réalisés à cet égard ", a déclaré à IRNA (The Islamic Republic New AgencyMohammad Nasserifard dans une interview publiée mardi 12 mai 2020.

" Les peintures anciennes des murs des grottes et des montagnes en Iran ont été comparées à celles d'autres parties du monde, leurs similitudes d'apparence et de motifs ont été étonnantes ", selon les citations des professeurs néerlandais Jan Brouwer et Gus van Veen ", a déclaré Nasserifard. Ajoutant : " Ses recherches et ses découvertes sont présentées pour la première fois à des passionnés et des chercheurs.". YH : Pour rappel, ces scientifiques néerlandais sont bien aussi des spécialistes des pétroglyphes, voici une oeuvre à laquelle ils ont participé, entre autres : " Prehistoric Rock Art in Britain: Sermons in Stone " De leur ami Stan Beckensall.

 

 

L'archéologue a souligné que ces pétroglyphes peuvent être un chaînon manquant dans l'histoire et les arts humains.

« Les similitudes d'apparence, les styles artistiques et les thèmes uniformes des anciens pétroglyphes et des peintures rupestres de cette terre (Iran) révèlent de nombreux liens manquants dans l'histoire et les arts humains, dont l'un est la ressemblance d'objets anciens en Iran avec ceux trouvés sur le continent américain.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Irlande: découverte d'un quai et de bateaux du néolithique ?

Irlande : découverte d'un quai et de bateaux du néolithique ?

 

Newgrange

Newgrange, Irlande

 

Après les découvertes étonnantes d'un chantier naval dans la Manche et de structures datant du mésolithique au néolithique dans le sud de l'Angleterre, dont j'ai déjà parlé ici - https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/angleterre-preuves-d-un-chantier-naval-du-mesolithique.html - voici la découverte probable d'un quai et de bateaux en Irlande, à proximité du fameux site archéologique de Newgrange, sous la surface de la rivière Boyne.

Les archéologues ont déclaré lors d'une conférence qu'ils avaient découvert « des éléments clairement créés par l'homme » sous la surface de la rivière Boyne.

Annalisa Christie, de l'University College Dublin, et le Dr Kieran Westley, de l'Université d'Ulster, ont réalisé l'étude du sonar fin février. 

Les scientifiques ont fait la découverte à proximité du complexe de Brú na Bóinne dans le comté de Meath, qui contient environ 100 monuments néolithiques, y compris les fosses de passage à Newgrange, Dowth et Knowth.

Brú na Bóinne est l'un des sites néolithiques les plus importants au monde et il semble que les scientifiques aient fait une autre découverte à proximité de la zone historique. 

En février, Annalisa Christie et le Dr Kieran Westley ont organisé une conférence intitulée " The Pleasant Boyne " où ils ont informé les participants de leurs nouvelles découvertes, rapporte l'Irish Times.

Christie a déclaré à la conférence qu'ils avaient découvert « des éléments clairement créés par l'homme » sous la surface de la rivière Boyne sur un tronçon de dix kilomètres de la rivière, entre Oldbridge et un barrage à 1,8 km à l'est de Slane Bridge.​

 

Newgrange green getty

Newgrange vu du ciel

 

Elle a dit qu'il y avait une structure sous-marine qui aurait pu être un quai pour amarrer des bateaux. 

" Une forte caractéristique linéaire qui était clairement une continuation souterraine d'un mur sur la rive du fleuve qui aurait peut-être pu être utilisé comme quai ."

Mais ce n'est pas tout, lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Des traces des denisoviens dans l'ADN des islandais

Des traces de néandertalo-denisoviens dans l'ADN des islandais

 

Islande neandertal

L'ADN des Islandais apporte de nouvelles connaissances sur les espèces humaines disparues 
[Crédit: Université Arhuus]

 

Une équipe internationale de chercheurs a mis au point une nouvelle image des Néandertaliens basée sur les gènes que les Néandertaliens ont laissés dans l'ADN des humains modernes lorsqu'ils avaient des enfants avec eux il y a environ 50 000 ans. Les chercheurs ont découvert les nouvelles pièces du puzzle en analysant les génomes de plus de 27 000 Islandais. Entre autres choses, ils ont découvert que les femmes néandertaliennes accouchaient lorsqu'elles étaient plus âgées que les femmes homo-sapiennes de cette époque, et que les hommes néandertaliens devenaient pères lorsqu'ils étaient plus jeunes.

On sait maintenant qu'un groupe de nos ancêtres a quitté l'Afrique entre -60 000 et -50 000 ans et, il y a environ 50 000 ans, a rencontré des Néandertaliens en Europe, puis a eu des enfants avec eux.

Maintenant, une nouvelle analyse montre que les Néandertaliens ont peut-être eu des enfants avec une autre espèce humaine éteinte (Denisoviens), avant de rencontrer Homo Sapiens, et que ces enfants ont été fertiles et ont transféré des gènes des deux espèces à des hommes modernes.

" Ici, nous examinons l'effet de cet événement en utilisant 14,4 millions de fragments de chromosomes archaïques putatifs qui ont été détectés dans des séquences de génome entier entièrement phasées provenant de 27 566 Islandais, correspondant à une gamme de 56 388–112 709 fragments archaïques uniques qui couvrent 38,0–48,2% du génome appelableSur la base de la similitude avec les génomes archaïques connus, nous attribuons 84,5% des fragments à une origine Altaï ou Vindija Néandertal et 3,3% à une origine Denisovienne; 12,2% des fragments sont d'origine inconnue. Nous constatons que les Islandais ont plus de fragments de type Denisovien que prévu grâce au tri incomplet de la lignée. Cela s'explique mieux par un flux de gènes de Denisovien, soit vers les ancêtres des Néandertaliens introgresseurs, soit directement chez les humains. "

Lire la suite ci-dessous sur cette publication scientifique parue dans Nature :

Lire la suite

La légendaire cité d'Anfa

Maroc : La légendaire cité d'Anfa - MAJ

 

plandanfa.jpg

Carte de la ville d'Anfa en ruines par Marmol, 16ème siècle

 

Au 21ème siècle, Anfa est un quartier luxueux de la Cité Blanche, Casablanca au Maroc, Afrique. Mais ses origines historiques remontent à plusieurs millénaires, sans toutefois qu'on ait à ce jour réellement tenté d'étudier ses profondes fondations. Le quartier abrite encore quelques maisons datant du 18ème siècle, mais il est construit sur les ruines de l'antique cité d'Anfa qui forment une colline surélevée par rapport à la ville créée par l'arrivée des Français en 1907, Casablanca.

En fait, les origines d'Anfa remontent à l'aube des Temps, même si le géographe Léon l'Africain écrit en 1528 qu'Anfa a été créée par les Romains, personne n'a été voir si les Romains n'avaient pas eux-mêmes consolidés une antique cité. Il écrit aussi que la ville pratiquait la course, c'est-à-dire le piratage. Pour Marmol,au 16ème siècle aussi, son origine serait Phénicienne. Pour Ezzayani, né en 1734, la ville aurait été fondé par les Berbères. Les Zénètes s'établirent à Tamesna et Tadla, les Sanhadja en Doukkala. Les émirs des Zénata bâtirent la ville d'Anfa dans les Tamesna et la ville de Day dans le Tadla. Des écrits du 11ème siècle mentionnent son existence et des historiens pensent que la ville a peut-être été érigée par les Zénètes à cette époque. En fait, l'Homme pourrait y être installé depuis bien plus longtemps et la Cité légendaire n'a peut-être été qu'un camp d'agriculteurs-pêcheurs à ses débuts, car les découvertes archéologiques relativement récentes prouvent la présence d'Homo Erectus sur place il y a 1 million d'années...

 

anfa-16eme-siecle.jpg

Anfa ruines, 1572 - extrait de Civitates Orbis Terrarum (Braun and Hogenberg,1572) (© Bibliothèque nationale, Paris)

 

Le site est tout à fait exceptionnel géologiquement et selon une étude de Fatima-Zohra Sbihi-Alaoui et Jean-Paul Raynal intitulée «Casablanca : Un patrimoine archéologique exceptionnel», la série sédimentaire de Casablanca serait un gigantesque escalier qui s'élève du rivage actuel jusqu'au plateau de l'Aéroport Mohammed V. Chacune de ses marches est un ancien rivage recouvert de dunes. Ces marches ont été taillées par l'océan, lors des périodes interglaciaires majeures, alors que les glaces des pôles avaient partiellement fondu sous l'effet du réchauffement. Les cordons dunaires, pour leur part, se sont édifiés pendant la transition vers les périodes glaciaires, lorsque le volume des océans commençait à diminuer en raison du stockage de l'eau aux pôles terrestres, conséquence du refroidissement global. L'âge des marches va croissant en direction de l'intérieur des terres. C'est un soulèvement de plus de six millions d'années qui est à l'origine de cette disposition originale et exceptionnellement préservée et mise au jour par les travaux d'urbanisme.

De nombreuses découvertes archéologiques ont déjà eu lieu, puisque dès 1926 des archéologues s'interessent aux nombreux fossiles de mamifères (dont plusieurs rhinocéros blancs) dégagés par les carrières servant à la reconstruction de la ville (l'ancienne ville a été rasée en 1468 par les Portugais vengeurs, totalement abandonnée pendant 300 ans, encore plus endommagée par un séisme en 1755, pour ne commencer réellement à réexister qu'au milieu du 19ème siècle). " La dernière en date est une incisive humaine dans la grotte des rhinocéros de la carrière Oulad Hamouda, datant de plus de 450 000 années. « Il s'agit d'un site exceptionnel au niveau mondial puisque nous avons trouvé dans cette grotte plus de 15 crânes de rhinocéros blancs », explique Abderrahim Mohib, conservateur principal des monuments et sites au ministère de la Culture et co-directeur du programme maroco-français «préhistoire du grand Casablanca». « Ce qui est d'autant plus intéressant, c'est qu'avec cette dernière découverte, nous sommes certains de trouver d'autres restes humains », continue la même source."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Suisse : Les génomes néolithiques indiquent des sociétés anciennes parallèles

Les génomes néolithiques de la Suisse moderne indiquent des sociétés anciennes parallèles

 

Vue aerienne du dolmen d oberbipp

Vue aérienne du Dolmen d'Oberbipp en Suisse, pendant la fouille.

 

La recherche génétique à travers l'Europe montre des preuves de changements drastiques de population vers la fin du néolithique, comme le montre l'arrivée d'ascendance liée aux pasteurs de la steppe pontique-caspienne (Kurgans). Mais le moment de ce changement et le processus d'arrivée et de mélange de ces peuples, en particulier en Europe centrale, sont peu connus. Dans une nouvelle étude publiée dans Nature Communications, les chercheurs ont analysé 96 génomes anciens, offrant de nouvelles perspectives sur l'ascendance des Européens modernes.

Avec des établissements néolithiques trouvés partout, depuis les rives des lacs et les environnements de tourbières jusqu'aux vallées alpines intérieures et aux cols de haute montagne, le riche dossier archéologique de la Suisse en fait un lieu privilégié pour les études de l'histoire de la population en Europe centrale. Vers la fin de la période néolithique, l'émergence de découvertes archéologiques provenant de groupes culturels du complexe d'artefacts en cordes (CWC) coïncide avec l'arrivée de nouvelles composantes d'ascendance de la steppe pontique-caspienne, mais exactement quand ces nouveaux peuples sont arrivés et comment ils se sont mélangés avec les indigènes Européens restent flous.

Pour le savoir, une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l'Université de Tübingen, de l'Université de Berne et de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine (MPI-SHH) a séquencé les génomes de 96 individus de 13 sites néolithiques et du début de l'âge du bronze. en Suisse, dans le sud de l'Allemagne et dans la région Alsace de la France.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

  MAJ vidéos - MAJ photos

 

sfh

 

Entretien le jeudi 26 septembre 2019 à 20h30

« Sciences – Faits – Histoires » avec Yves Herbo

Auteur indépendant, Yves Herbo anime le blog " Sciences-Faits-Histoires '' et rédige sur son site des articles dans lesquels il partage sa façon de voir le monde, sa propre expérience, ses recherches et nombreuses lectures en matière d'Histoire ancienne, de sciences diverses (archéologie, paléontologie, astronomie, astrophysique, …), phénomènes paranormaux, ufologie.

J'ai le plaisir de l'accueillir sur l'antenne de Nuréa TV pour échanger avec lui sur ces thématiques et faire un petit tour d'horizon de ses réflexions sur les sujets qu'il aborde sur la toile.

Site officiel : https://www.sciences-faits-histoires.com

Merci pour vos partages et invitations !

Lorsque nous invitons un intervenant à s’exprimer sur Nuréa TV, c’est que nous estimons que celui-ci ou celle-ci est à même de partager avec nous des éléments cohérents, susceptibles de nous éclairer sur les mystères qui nous entourent et nous les remercions chaleureusement pour leur partage. Ceci étant dit, restez libre de vérifier et d’assembler les pièces du puzzle comme bon vous semble ! Nous ne vous rappellerons jamais assez que vous êtes les seuls maîtres à bord.

Bonne route à toutes et à tous ! Nora & Guillaume

Lien vers la vidéo du direct ci-dessous :

Lire la suite

Turquie : géométrie et planification à Gobekli Tepe

Turquie : géométrie et planification à Gobekli Tepe

 

Gobekli tepe totem

L'un des "totems" découverts à Gobekli Tepe

 

Des archéologues israéliens découvrent un motif caché au «plus vieux temple du monde», Göbekli Tepe en Turquie.

Les chasseurs-cueilleurs néolithiques qui ont érigé des monolithes massifs dans le centre de la Turquie il y a 11 500 ans avaient une maîtrise de la géométrie et une société beaucoup plus complexe qu'on ne le pensait, selon les archéologues.

Les monolithes énigmatiques construits il y a environ 11 500 ans à Göbekli Tepe ont intrigué les archéologues et remis en question les idées préconçues sur la culture préhistorique depuis leur découverte dans les années 1990 (YH : C'est faux, ce site a été découvert en 1964 par un berger, qui l'a rapporté aux autorités de l'époque, mais seulement fouillé à partir de 1994). Surtout, comment des chasseurs-cueilleurs avec une structure sociétale soi-disant primitive pourraient-ils construire de tels cercles de pierre monumentaux sur cette colline stérile dans ce qui est aujourd'hui le sud-est de la Turquie ? (YH : pas une colline à l'origine : le site a été caché, enterré volontairement vers il y a 7 500 ans d'après les premières études, formant un tumulus). Comment une société largement nomade à l'aube de l'agriculture pourrait-elle mobiliser les ressources et le savoir-faire pour créer ce que ses découvreurs ont surnommé le plus ancien temple connu au monde ? (YH : l'hypothèse d'un grand centre de rencontres entre différents peuples de chasseurs-cueilleurs avait été aussi émise par les premiers fouilleurs).

 

Gobeklitepe1 2020

Quoi qu'il en soit, une découverte par des archéologues israéliens suggère que le projet de construction de Göbekli Tepe était encore plus complexe qu'on ne le pensait auparavant et nécessitait une quantité de planification et de ressources jugées impossibles à l'époque. Leur étude des trois plus anciennes enceintes en pierre de Göbekli Tepe (YH : déterrées à ce jour) a révélé un motif géométrique caché, en particulier un triangle équilatéral, sous-jacent à l'ensemble du plan architectural de ces structures.

Cela implique que, contrairement à l'hypothèse courante chez les chercheurs de Göbekli jusqu'à présent, ces trois cercles étaient conçus comme une seule unité et éventuellement construits en même temps, disent les archéologues Gil Haklay et Avi Gopher de l'Université de Tel Aviv.

Ainsi, des milliers d'années avant l'invention de l'écriture ou de la roue, les constructeurs de Göbekli Tepe avaient manifestement une certaine compréhension des principes géométriques et pouvaient les appliquer à leurs plans de construction, conclut l'étude publiée en janvier 2020 dans le Cambridge Archaeological Journal.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite