nucléaire

Un morceau d'OVNI analysé

Un morceau d'OVNI analysé

 

Ubatuba03Un échantillon des débris d'Ubatuba

 

Je reviens ici sur une affaire très ancienne, connue des spécialistes et qui demeure toujours à ce jour très mystérieuse et non élucidée. C'est la réapparition surprenante dans mes archives d'un ancien numéro de la revue mensuelle " Historama " - N° 329 de avril 1979 et de l'article qu'il contient qui m'y a poussé, un peu comme un signe venu du passé qui insiste sur l'importance du sujet. Je précise que j'ai retrouvé cette petite revue par hasard en faisant tomber un gros volume d'une encyclopédie coincée en bas d'une étagère d'un débarras depuis 1992... la revue était à l'intérieur.

Cet article intitulé " Le point sur les OVNIS " a été écrit par le professeur Remy Chauvin, biologiste et entomologiste français, professeur honoraire émérite à la Sorbonne, docteur ès sciences, maître de recherches depuis 1946, né en 1913 et décédé en 2009.

 

Remy chauvinRemy Chauvin

 

Dans cet article très intéressant publié par un scientifique renommé, un point est fait sur les résultats des travaux d'un autre scientifique, le statisticien Claude Poher, un autre est fait sur le rapport Condon, qui  réfute point par point ce même rapport et apporte la preuve d'une manipulation évidente de la part de l'armée américaine non seulement sur ses études mais surtout sa conclusion et, pour finir, une mention fait état de l'affaire d'Ubatuba au Brésil et des analyses d'échantillons de métal appartenant à priori à un ovni...

" Le statisticien Claude Poher, qui dirige un important service de recherches sur les télécommunications et la recherche spatiale (au CNES), a pris un jour le taureau par les cornes en décidant d'examiner lui-même ce qui ressort des témoignages sur les soucoupes. Le puissant outil de la statistique peut-il, ou non, séparer le grain de la paille et en tirer quelque chose d'utilisable ?

Voici les résultats qui, à mon avis, donnent une idée fort exacte et par certains côtés fort inattendue des phénomènes " soucoupes ". L'identité des témoins et leurs caractéristiques d'abord : on les connaît dans les trois quart des cas et toutes les catégories socio-professionnelles y figurent, y compris des astronomes et des chercheurs (4,36% pour les premières; 4,12% pour les secondes). Il ne s'agit donc point, contrairement à ce que certains soucoupophobes superstitieux ont voulu insinuer, de couches peu évoluées de la population. En réalité, tout le monde, ou presque, et y compris les spécialistes du ciel, peut voir une soucoupe. La distance des objets n'est pas toujours très grande et quelques observations très rapprochées, portant sur des engins à terre, ont été effectuées. Un point curieux est la corrélation avec les conditions météorologiques : il y a pléthore d'observations quand le ciel est dégagé et la visibilité optimale, alors que certains auraient plutôt insinué le contraire.

La forme des objets est variable, quoique généralement arrondie : leur taille varie du mètre à la dizaine de mètres ou beaucoup plus; leur couleur est notée dans plus des deux tiers des cas : la plupart sont rouge orangé (la nuit) ou métalliques (le jour). De même, alors que la nuit les objets sont lumineux, ils réfléchissent, de jour, la lumière du soleil. On a observé des " lumières " stables ou mouvantes sur l'objet dans le quart des cas environ.

La vitesse des objets va de l'arrêt complet à 2 500 km/h et plus. Tout le monde note le départ avec une étonnante accélération. 15 % des objets ont atterri. Le silence pendant le vol a étonné tous les témoins : c'est une caractéristique à peu près universelle.

Des traces d'atterrissage ont été relevées dans la moitié des cas. Et dans la moitié des cas d'atterrissage un débarquement a été signalé : généralement un seul personnage sort à la fois : " Il est la plupart du temps de petite taille, et souvent vêtu d'une combinaison étroite et fuit généralement à bord de son véhicule à l'approche du témoin ".

Contrairement à ce qui a été souvent dit, la mise en panne des moteurs à allumage électrique lorsque s'approche l'objet n'a été observée que dans 2 % des cas : il en est de même pour les parasites radioélectriques (2 % des cas également). Par contre, on observe des effets thermiques (chaleur, brûlures) dans 5 % des cas. Les animaux réagissent généralement par la panique, dans 5 % des cas.

" La répartition temporelle des observations fait apparaître un certain nombre de vagues très marquées en 1942, 1944, 1947, 1950, 1954, 1959, 1964, 1967, sans périodicité apparente. Un net maximum d'observations est fait de nuit..., le maximum entre 21 heures et minuit " (Poher).

Sur le plan de la statistique, Poher se voit forcé de rejeter l'explication par la psychose collective (car comment expliquer la très forte corrélation avec la pureté du ciel, par exemple ?). Les témoins, d'autre part, dans un nombre élevé de cas, sont très compétents. Ils sont nombreux, il y a des enquêtes officielles nombreuses et dans beaucoup de cas des traces matérielles (indépendamment du radar et des photographies). Un point intéressant est la grande cohérence des témoignages à l'échelle mondiale. "

Je passe sur le point sur le rapport Condon, cette commission d'enquête demandée par le gouvernement américain et manipulée par les militaires de l'époque a déjà fait l'objet d'articles sur ce site et ses conclusions et analyses tronquées et incomplètes, censurées, ont largement été réfutés et démontés par de nombreuses personnes dans le passé.

" L'objet d'Ubatuba 

Un journaliste, Ibrahim Sued, écrivit le 14-09-1957 dans O Gobo, le grand journal de Rio de Janeiro, l'histoire suivante qu'il tenait d'un de ses correspondants :

" J'étais en train de pêcher avec quelques amis près d'Ubatuba dans l'Etat de Sao Paulo, quand j'aperçus un disque volant. Il s'approcha de la plage à une vitesse incroyable et il semblait inévitable qu'il aille s'écraser dans la mer. Au dernier moment cependant, il exécuta un tour à angle très aigu vers le haut et monta rapidement à une vitesse fantastique. Etonnés, nous suivions le spectacle des yeux, lorsque nous vîmes le disque exploser dans une gerbe de flammes. Il se désintégra en millions de petits fragments qui tombèrent en jetant des étincelles magnifiquement brillantes. Ils brillaient comme des pièces d'artifices en dépit de tout l'éclat du jour, car il était près de midi (...) Presque tous ces fragments tombèrent dans la mer. Mais un certain nombre de petits morceaux tombèrent près de la plage et nous en ramassâmes une grande quantité : c'était léger comme du papier. Je vous en envoie un petit échantillon ".

 

Ubatuba01Ubatuba02Un échantillon des débris d'Ubatuba examiné au microscope révéla une pureté très haute qui ne pouvait pas être naturelle. Photos provenant de Walter Walker et du Dr. J. Allen Hynek du Center for UFOS Studies.​

 

Sued transmit l'échantillon au Dr Olavo Fontes, homme de science brésilien bien connu, qui s'intéressait au problème des soucoupes volantes. Fontes soumit la substance, pour analyse, au Laboratoire des productions minérales, qui constitue une division du Ministère de l'Agriculture brésilien. L'analyse spectrographique montre qu'il s'agissait de magnésium d'un haut degré de pureté, sans autre élément métallique.

Le magnésium du fragment est pur à 99,9 % : il n'y a qu'une partie pour mille d'impuretés. Elles renferment 500 parties pour un million de strontium, autant de zinc et moins de baryum, manganèse et chrome.

En 1957, on ne savait même pas produire, et de loin, du magnésium aussi pur. Même maintenant (1979), on peut affirmer qu'il a été préparé à l'aide d'une technologie inconnue sur Terre. " Remy Chauvin.

Notons bien, encore une fois, que cette déclaration a bien été faite par un véritable scientifique reconnu, et qu'il est également fait mention par Remy Chauvin dans cet article, de la probable création d'un organisme chargé d'entreprendre et de coordonner des recherches officielles sur les OVNI par l'O.N.U., avec une première initiative le 08 décembre 1978 :

Historama 04 1979 onu

Il existe d'autres développements et sources pour cette étrange histoire, voici pour continuer des extraits de textes trouvables sur le site de l'ufologue Patrick Gross :

" Les trois échantillons ressemblaient à des morceaux de métal irréguliers et fortement oxydés, de couleur gris blanchâtre mat.

Le premier échantillon a été examiné aux laboratoires de production de minéraux du ministère agricole Brésilien. Ils ont appliqué des techniques chimiques, des analyse spectrographique et de rayon X sur le métal. Ces essais ont indiqué que le matériel était en magnésium très pur. Les chimistes ont également noté que tous les oligoéléments normaux prévus dans le magnésium étaient manquants.

Fontes a épuisé tout son échantillon dans une série d'autres d'essais, qui ont compris une autre recherche conduite aux rayon X, et des recherches de chimiste aux laboratoires d'un départment de géologie, et des fragments furent envoyés aux départements de recherches de d'armée et de la marine brésiliennes. L'armée et la marine ont maintenu les résultats de leurs études secrets.

Le laboratoire de géologie a déterminé que le magnésium était d'une pureté très grande avec une mesure de pureté de 1,87 par opposition à une mesure normale de 1,74.

L'APRO a envoyé un échantillon à l'U.S. Air Force, mais l'échantillon qu'ils ont envoyé fut victime du "accident" tandis que l'U.S. Air Force l'examinait. L'U.S. Air Force a demandé qu'un autre échantillon soit envoyé. L'APRO a refusé.

Les échantillons restants furent encore analysés avec des résultats variables, jusqu'à ce que les échantillons soient devenus trop petits pour n'importe quelle utilisation dans des tests.

L'APRO possèdait toujours un petit échantillon restant dans ses coffres... " - (APRO : L'Aerial Phenomena Research Organisation, un des premiers organismes ufologiques américain privé, fondé en 1952 par Jim et Corral Lorenzen. L'APRO n'existe plus.)

 

Voici la Déposition par le Dr. james A. Harder au symposium sur les OVNIS de 1968 du Congès US, dans laquelle il fait largement mention de cette affaire et de ces échantillons analysés :

Dr. Harder. " Les exemples dans lesquels des fragments physiques d'OVNIS ont été trouvés sont tristement peu nombreux. A ma connaissance, il y a seulement une conclusion bien authentifiée, et c'était au Brésil, en 1957.

En bref, plusieurs petits fragments métalliques ont été récupérés par quelques pêcheurs près de la ville côtière d'Ubatuba, à Sao Paulo, après qu'ils aient vu ce qu'ils ont décrit comme une explosion brillante d'un disque volant. Certains des fragments incandescents se sont éteints dans l'eau près du rivage, où ils ont été récupérés.

Ubatubafragments d'Ubatuba (O Globo)

Fontes a récupéré trois des fragments qui pesaient moins qu'un dixième d'une once chacun, et a fait analyser l'un d'eux au laboratoire de la production minière du ministère Brésilien de l'Agriculture. Les résultats de la première analyse étaient que la substance était un magnésium d'un degré de pureté exceptionnellement élevé, et qu'il y avait une absence de n'importe quel autre élément métallique.

Sur la base de ce premier examen un deuxième essai spectrographique a été effectué, avec plus de soin et des instruments des plus modernes. Le deuxième rapport a été de nouveau marqué par des références "à la pureté extrême" de l'échantillon. Même les impuretés qui sont parfois dues à la contamination à partir de la tige de carbone utilisée comme électrode étaient absentes. Un autre essai, en utilisant la diffraction des rayons X, n'a pas indiqué le moindre autre composant métallique.

Un des morceaux a été envoyé en avion vers la Californie et a été analysé. J'ai le rapport ici. Ils ont employé l'analyse par activation neutronique et ont découvert un total d'un dixième de 1 pour cent d'autres éléments métalliques que le magnésium, 500 parts par million, qui comprenaient du zinc, ce qui est intéressant, et un peu de baryum et de strontium.

Il est certain que ce métal est d'une pureté extraordinaire, certainement loin au delà des capacités de pêcheurs d'Ubatuba de le produire.

Quelle a pu être l'utilisation d'un tel magnésium de grande pureté dans le contexte d'un vaisseau spatial ? Un indice se trouve dans sa structure cristalline. Il a une structure hexagonale hautement compacte, et à cet égard il est semblable aux métaux de haute résistance, le béryllium et le titane. Les cristaux hexagonaux ont un seul plan de glissement, et ceci tend à les rendre souple mais résistants.

Un des raisons de la glissade le long des plans des cristaux est que les imperfections locales dans le cristal, ou les atomes étrangers, créent des lignes de concentration de l'effort qui se déplacent rapidement à travers le cristal, produisant sa déformation.

Si on pouvait éliminer ces imperfections, ou dislocations, la force théorique du treillis du cristal elle-même pourrait être approchée. Cette force est sur l'ordre de millions de livres par pouce carré pour tous les matériaux. Des tiges de verre soigneusement préparées du diamètre d'un quart de pouce, gravées à l'eau-forte pour enlever les fissures extérieures microscopiques et alors laquées, ont résisté à un effort de 250.000 livres par pouce carré pendant une heure. Des fibres fondues dans le silice ont été soumises à une contrainte de 2 millions de livre par pouce carré.

Donc, les atomes étrangers dans un treillis en cristal sont les points focaux pour des dislocations - des points de concentration du stress où le treillis en cristal lui-même se déchire et glisse. Nous pouvons imaginer qu'un cristal de grande pureté, exempts d'imperfections extérieures et internes, accepterait des forces fantastiques. En effet, avec l'arrivée des alliages de fer, et de la fibre de bore qui a renforcé ses composés, nous approchons déjà certaines de ces forces, mais seulement pour des fibres de diamètre extrêmement petits.

Si, par quelque bonne fortune, d'autres échantillons de matériel OVNI soient trouvés, il peut y avoir d'autres indices qui stimuleraient la recherche dans les matériaux de haute résistance, et peut-être nous donneront des indices sur la façon de réaliser des matériaux suprarésistants qui seraient plus grands que les fibres minuscules que nous avons produites jusqu'ici. " (Dr J. Harder).

Pour finir, il y a des suites et d'autres analyses effectuées et nous citons ici l'ufologue Gildas Bourdais qui a bien résumé et commenté l'affaire. Voici des extraits mais vous pouvez voir le texte intégral ici : http://veritas-europe.com/des-fragments-dovni-a-ubatuba/ :

" Le physicien américain Paul Hill en a donné une analyse très claire et convaincante dans un livre remarquable, Unconventional Flying Objects. A Scientific Analysis, écrit en 1975 mais publié seulement en 1995, après sa mort. Précisons que Paul Hill a fait toute sa carrière à la NASA, où il a atteint des postes de responsabilités importants. Il s’est intéressé personnellement aux ovnis après en avoir observés à deux reprises en 1952 (une grande année). Avec humour, il raconte comment il avait reçu l’instruction de se taire, par voie hiérarchique, alors qu’il était à la NACA, ancêtre de la NASA, et comment, ayant étudié les ovnis toute sa vie à titre personnel, il a écrit ce livre de réflexions sur la physique des ovnis.

En lisant Paul Hill, on comprend comment certaines erreurs ont permis de semer le doute. L’analyse du premier échantillon, explique-t-il, fournit un résultat étonnant. Non seulement le magnésium est d’une très grande pureté (on note seulement de faibles traces superficielles d’hydroxyde de magnésium dues sans doute à une réaction en tombant dans l’eau de mer), mais la densité (ou poids spécifique) de cet échantillon, de 1,866 g/cm3, est supérieure de 6,7 % à celle du magnésium ordinaire (1,741 g/cm3). En revanche, elle est presque exactement celle de l’isotope 26, peu abondant sur Terre, dont Paul Hill donne en détail le calcul : 1,861, soit un très faible écart, de 0,005 % seulement, explicable par la limite de précision des mesures. Selon lui, on ne peut imputer cet écart à la présence de traces d’hydroxyde de magnésium, dont la densité est de 2,36, car il en aurait fallu vraiment beaucoup. D’ailleurs, la mesure de densité avait été faite en prélevant un morceau au cour du fragment pour éviter la contamination. Ce bout de métal, explique Paul Hill, n’a pu être obtenu que par séparation isotopique, un procédé qui n’existe à ce jour, sur Terre, que pour la séparation des isotopes de l’uranium, et avec quelle difficulté !

La suite de l’histoire devient rocambolesque. Le laboratoire, pourtant très compétent, ne songe pas à vérifier ce résultat extraordinaire sur les deux autres échantillons, et détruit le premier dans d’autres tests moins importants. Le Dr Fontes, qui possède un deuxième morceau du premier échantillon, l’a fourni au laboratoire militaire de la Marine, qui l’avait réclamé ; or celui-ci, à son tour, détruit ce morceau ! Il devient donc impossible de poursuivre l’étude de ce premier échantillon, et notamment de faire un test décisif au spectromètre de masse sur la composition isotopique. Le Dr Fontes a alors envoyé les deux autres fragments à ses collèges et amis de l’APRO, Coral et Jim Lorenzen, aux Etats-Unis. Ils ont été découpés en plusieurs morceaux, et certains ont été fournis pour analyse à des laboratoires américains.

Aux Etats-Unis, la trace des échantillons devient plus difficile à suivre, explique Paul Hill. Des analyses faites aux laboratoires de Oak Ridge et de la Dow Chemical révèlent une densité proche de la normale, et un certain nombre d’impuretés, avec quand même un résultat curieux: une proportion importante d’aluminium, que l’on ne trouve pas dans les produits courants. (Il faut remarquer ici que, si ces fragments sont bien ceux d’un ovni ayant explosé, on peut supposer qu’ils proviennent de plusieurs pièces faites de matériaux différents.). Puis un fragment fourni par l’APRO à l’armée de l’Air américaine est déclaré détruit sans résultats (oh ! naïveté des premiers ufologues…).Les Lorenzen ont aussi essayé d’intéresser l’ATIC, le service technique de l’armée de l’Air, sans aucun succès. Le dernier fragment échoue, si l’on ose dire, à la commission Condon de l’université du Colorado. Il est testé dans un laboratoire du FBI, après avoir été rendu radioactif dans une pile atomique. On y trouve cette fois une proportion importante de zinc et de strontium. (...)

Mentionnons ici un article qui avait bien fait le point en France, en 1976 (article de Jacques Scornaux dans la revue LDLN No 158.). L’histoire d’Ubatuba ne s’arrête pas là. D’autres études ont été faites, présentées notamment dans un dossier du Journal of UFO Studies en 1992 (New Series, vol. 4), comprenant une étude faite en 1969-70 par les physiciens Walter Walker et Robert Johnson, qui n’avait pas encore été publiée. Ce dossier de 36 pages reprenait les analyses déjà faites, avec une nouvelle étude faite par le Dr Walker. En 1969, l’APRO lui a confié des fragments, et il a fait des tests non destructifs sur leur structure cristalline.

Il a découvert que ce matériau avait été fabriqué selon une technique de croissance directionnelle des cristaux, qui permet d’en augmenter la solidité, technique qui faisait l’objet de recherches actives à l’époque. Cette découverte a été validée par le Dr Robert Johnson, de la Material Resarch Corporation, cosignataire de l’article. Bref, un élément bizarre de plus dans cette mystérieuse affaire.

Le débat a rebondi avec le livre de Paul Hill paru en 1995. C’est sur cette fameuse mesure de densité faite au Brésil que Hill se démarque complètement des analyses  » officielles  » faites aux Etats-Unis, comme on l’a vu, alors que même le Dr Fontes les avait plus ou moins acceptées, ainsi que le Dr Walker. En revanche, cette question de la densité va être ensuite de nouveau refermée.

C’est deux ans plus tard que l’affaire est évoquée, très brièvement, par Jacques Vallée, à la fameuse réunion de Pocantico, tenue en 1997 à l’invitation de Laurance Rockefeller et animée par le physicien Peter Sturrock, professeur à l’université de Stanford. Celui-ci en a publié les communications dans son livre The UFO Enigma, paru en 1999 (publié en français en 2002 sous le titre La science face à l’énigme des ovnis). Jacques Vallée cite bien l’étude du laboratoire des Mines brésilien qui a trouvé du magnésium extrêmement pur mais, curieusement, ne mentionne pas la mesure de densité correspondant avec précision à l’isotope 26 du magnésium. Il évoque en revanche des travaux ultérieurs, dans le paragraphe suivant, cité ici intégralement :

 » Des travaux ultérieurs ont été conduits sous la direction de Peter Sturrock, à l’université de Stanford, et dans plusieurs laboratoires en France, incluant l’université d’Orsay, qui ont confirmé que le matériau était composé de magnésium et d’oxyde de magnésium, mais avec une quantité substantielle d’impuretés (Sturrock, 1984), principalement de l’aluminium, du calcium et du fer.

L’analyse de cet échantillon continue, avec un effort pour mesurer les ratios isotopiques qui pourraient aider à établir l’origine du matériau.  »

Voici encore un curieux développement, cette fois sur le forum  " UFO Updates " . L’ufologue canadien Nick Balaskas a révélé le 6 avril 1999 que le Dr Peter Sturrock avait confié en 1997 un morceau de l’un de ces échantillons au Dr Sam Wang, de Vancouver au Canada, pour en déterminer les ratios isotopiques. Selon Balaskas ,  " les résultats de ce test ont montré que l’isotope 24 du magnésium (qui constitue environ 80% du magnésium terrestre) était pratiquement absent du morceau d’Ubatuba qui avait été testé " . D’autres tests étaient envisagés. J’ai essayé d’obtenir confirmation de cette nouvelle assez sensationnelle, directement auprès du Dr Sturrock, avec qui j’avais déjà correspondu l’année précédente pour lui fournir des éléments sur Trans-en-Provence. Dans un message du 15 mai 1999, je lui ai rappelé les analyses de densité, telles que publiées dans le Journal of UFO Studies en 1992, et dans le livre de Paul Hill en 1995, et je lui ai demandé s’il pouvait me confirmer l’information donnée par Nick Balaskas. Sa réponse a été d’une remarquable brièveté :

" Les résultats ‘anormaux’ sont suspects et demandent à être répétés. Je ne revendiquerais pas, à l’heure actuelle, qu’ils prouvent une anomalie isotopique. " ( " The ‘anomalous’ results are suspect and need to be repeated. I would not claim any evidence of an isotopics anomaly at this time " .)

Les derniers fragments encore disponibles d’Ubatuba (on ne sait plus très bien lesquels, et d’où ils viennent) ont-ils fait l’objet d’une autre analyse ? Je n’en ai pas entendu parler. En revanche, il se trouve que j’ai obtenu un document très intéressant, une copie intégrale de la longue lettre écrite par le Dr Olavo Fontes à Coral Lorenzen, datée du 27 février 1958. Cette lettre devait rester confidentielle mais elle a été retrouvée dans les archives de l’APRO, par quelqu’un qui n’a pas été nommé. Il n’est pas très difficile, cependant, d’en imaginer l’identité, sachant que Bill Moore a révélé en 1989 au congrès du Mufon qu’il avait espionné l’APRO, dont il était membre du comité directeur dans les années 80, pour le compte des militaires de l’AFOSI. Il est peut-être opportun de rappeler ici que l’APRO avait été désigné nommément comme un organisme à surveiller, dans le rapport de la commission Robertson de janvier 1953, secret à l’époque, mais publié en 1969, en Annexe du rapport Condon !

Dans cette lettre, le Dr Fontes racontait comment il avait eu à plusieurs reprises la visite d’officiers de la marine brésilienne qui avaient lourdement insisté pour qu’il leur remette les débris d’Ubatuba en sa possession. Devant le refus de Fontes, ils lui avaient alors fait des révélations sur les secrets ovni, dans le but de lui faire saisir l’importance de l’affaire. J’ai pour ma part publié des extraits significatifs de cette lettre dans mon livre  " Ovnis. La levée progressive du secret " . On y apprend notamment qu’il y avait eu plusieurs ovnis accidentés (déjà en 1957 !), et qu’il y avait eu des tentatives d’interception par la chasse américaine, lesquelles avaient toutes échoué, certains appareils étant même abattus, au point que ces tentatives avaient été arrêtées.

Il est probable que cette piste d’informations et de révélations est définitivement close, étant donné que le Dr Fontes est mort de cancer en 1968, âgé seulement de 43 ans. Jim Lorenzen est décédé en 1986, Coral en 1988, et les archives de l’APRO semblent être inaccessibles aujourd’hui. " (Bourdais).

 

Sources : Historama - N° 329 de avril 1979, professeur Remy Chauvin

Historama 04 1979 ovni

Notons que le Professeur Chauvin publia également en annexe à son article quelques photos d'OVNIs de cas remarquables, notamment celles-ci, prises par un gendarme lors de sa rencontre étrange avec un ovni à Révigny-sur-Ornain, dans la Meuse le 06-06-1975 vers 21h30 :

Historama 04 1979 revigny sur ornain 06 06 1975

http://ufologie.patrickgross.org/htm/harder68f.htm

http://ufologie.patrickgross.org/htm/ubatuba57f.htm

http://bourdais.blogspot.fr/

http://veritas-europe.com/des-fragments-dovni-a-ubatuba/

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 11-11-2015

OVNIs : 1974-Baisieux, Nord-Pas-de-Calais, plus de 10 témoins

OVNIs : 1974-Baisieux, Nord-Pas-de-Calais, plus de 10 témoins

 

Ovnibaisieux 1 8 1974 photo mini

Plusieurs articles parus en ce début du mois d'août 1974 dans la presse du Nord-Pas-de-Calais qui font le rapport de la vision par une dizaine de témoins le jeudi 1er août 1974 d'un objet étrange très lumineux, puis à nouveau une autre apparition une semaine plus tard avec d'autres témoins... quelques photos de prises aussi, mais l'objet est trop lumineux pour bien distinguer ce qui se trouve sur la pellicule argentique... les journalistes publieront tout de même l'une des photos prises.

 

Cet article est paru dans Nord Matin du 03 août 1974, concernant un événement s'étant produit le jeudi 1er août au soir.

" Un OVNI à Baisieux "

" Si les estivants préfèrent le soleil du midi, les OVNI semblent être attirés par le ciel gris et bas de notre région. Après Hellemmes, Sainghin-en-Mélantois et Bruay, la commune de Baisieux a été le théâtre d'un nouveau phénomène inexpliqué.

Jeudi, 20h15, M. Blondel, un Basilien, domicilié rue de Tournai rentre sa voiture au garage. Il ressort et aperçoit une grosse boule rouge au-dessus des toits... Dans la même rue un voisin, M. Jacques Boorke, observe le même phénomène. Intrigué, il appelle ses parents M. et Mme Auguste Boorke, qui regardaient la TV. Le couple sort, d'autres riverains de la rue de Tournai les imitent. Pendant un quart d'heure, une dizaine de personnes observeront le phénomène...

Initialement rouge, la boule passa a un blanc éblouissant. " Elle n'était pas élevée ", raconte M. Boorke. " Cette chose tournait sur elle-même, montait puis descendait, soudain elle commença à danser, en décrivant de grands cercles à gauche et à droite ".

" Mes yeux pleuraient... on aurait dit que l'objet projetait des rayons dans notre direction, un peu comme les faisceaux des phares des voitures belges (YH : phares blancs en Belgiques, jaunes en France à l'époque) mais mille fois plus fort " précise encore le frontalier dont les yeux pleuraient hier encore. 

Mme Bousquet, qui habite non loin de là, rue du Dr Calmette, a vu la boule lumineuse qui redevint rouge, puis violette et enfin grise.

A peine remis de sa stupeur, M. Boorke donne volontiers de plus amples détails : " Sur la fin, le centre de la boule moins lumineux était plus sombre : j'ai pensé : ça doit être le pilote. Jamais je n'ai vu une chose pareille et je jure que ce n'est ni un avion, ni le soleil ni l'orage ". "

Propos recueillis par Gérard Tenier pour Nord Matin.

 

Ovnibaisieux 1 8 1974 1

Notez bien que toutes ces archives sont librement utilisables (notamment pour la recherche et l'éducation) à la condition absolue que les sources et références indiquées dessus, ainsi que mon nom, prénom et adresse de ces sites internet (http://www.sciences-fictions-histoires.com/ et http://herboyves.blogspot.com/) soient mentionnés visiblement.

 

Toujours dans le journal Nord Matin, dans une édition plus tardive, probablement du lundi 05 août 1974, avec une photo d'un témoin :

" C'est L'OVNI de Baisieux "

" Une dizaine de personnes témoins des étranges acrobaties d'une boule lumineuse à Baisieux... Dans notre édition de samedi, nous vous avons rapporté les témoignages de plusieurs Basiliens qui avaient pu observer cet étrange phénomène : M. Blondel, Mme Bousquet, M. et Mme Auguste Boorke, leur fils M. Jacques Boorke (et non Gérard comme mentionné dans l'article par erreur) et d'autres voisins. En tout, une dizaine de personnes habitant dans le quartier de la mairie, à Baisieux, ont vu une grosse boule lumineuse au-dessus des toits.

M. Auguste Boorke se souviendra de cette soirée de jeudi. A force de fixer l'objet qui bougeait sans cesse dans le ciel, ses yeux brûlaient, mais pour rien au monde, il n'aurait voulu quitter son poste d'observation. Deux jours plus tard, ses yeux pleuraient encore... Son fils, Jacques Boorke, suivit de son côté les évolutions de la boule lumineuse qui s'assombrit avant de disparaître en direction d'Annapes. M. Roland Kremer, un chauffeur-livreur, domicilié 31, rue de Tournai, prévenu par son oncle, Mr Jacques Boorke, eut le bon réflexe de se saisir de son appareil photographique avec lequel il prit quelques clichés qu'il a accepté de nous confier.

Sur le document que nous publions, on distingue la boule lumineuse lançant des rayons éblouissants, au-dessus de la mairie de Baisieux, telle qu'elle est apparue aux yeux d'une dizaine de personnes. Les sceptiques pourront croire à l'oeuvre d'un farfelu ou d'un mauvais plaisant. Et pourtant, il ne peut s'agir d'un coucher de soleil : la photo a été prise vers 21 heure et, ce jeudi 1er août, le soleil s'est couché à l'ouest à 19h 29. (YH : les changements d'heures été/hiver n'étaient pas encore pratiqués en 1974).

 

Ovnibaisieux 1 8 1974a

Un autre article est paru dans le journal Nord-Matin du 09 ou 10 août 1974, faisant état d'une nouvelle apparition de la boule lumineuse, une semaine pile après la première apparition... :

" Nouvel OVNI à Baisieux : une boule très lumineuse "

" Une boule lumineuse semblable à celle apercue jeudi 1er août par une dizaine de personnes, dans le ciel de Baisieux, et photographiée par un témoin, a été vue jeudi (08 août 1974), vers 22 heures, par une Basilienne, domiciliée à Sin.

Sceptiques jusqu'alors quant à la véracité des faits constatés par ses concitoyens, Mme Annie Dufailly, dépositaire de journaux, et sa belle-soeur, ont été surprises par la présence d'une boule très lumineuse illuminant le ciel en direction d'Annappes.

Sans croire pour autant à l'apparition d'une soucoupe volante, Mme Dufailly se perd aujourd'hui en conjectures sur la nature de ce phénomène étrangement identique à celui dont nous nous sommes fait l'écho. "

 

Ovnibaisieux 1 8 1974 3

 

Yves Herbo Archives, Sciences, Fictions, Histoires.com, 07-11-2015

OVNI : des milliers de gens en voient le 24-08-1990 à Greifswald

OVNI : des milliers de gens en voient le 24-08-1990 à Greifswald, vers la Centrale Nucléaire...

 

worgre-2.jpg

Le 24 août 1990, ca. 8.35-9.03 P.M.

Greifswald en Allemagne,

Juste six semaines avant la réunification de l'Allemagne, des milliers de témoins oculaires ont observé une formation de sept objets lumineux, planant pendant presque 30 minutes au-dessus de la mer baltique près de Peenemünde, à l'ancien chantier de construction de fusée nazi V-2, ces OVNI s'approchent de la centrale nucléaire Greifswald.

Parmi les témoins oculaires se trouvaient des physiciens en nucléaire russe travaillant pour cette installation.

Les chercheurs allemands d'OVNI ont pu rassembler cinq vidéos d'amateur de cet événement, ce qui leur ont permis de reconstruire la position de la formation par triangulation.

Les sceptiques ont rapidement refusé ce cas en disant que pour eux c'étaient de simples fusées de signal mises dans le ciel par la marine russe ou polonaise, mais ils ignorent le fait que la formation, sans aucun doute, planait au-dessus des mers allemandes, à l'ouest de la frontière polonaise.

Et n'importe quelle manoeuvre militaire avant la réunification allemande aurait été considérée comme une agression et aurait causé des protestations diplomatiques importantes.

Mais en fait toutes les deux, la navy russe et polonaise, ont toutes les deux nié cette manoeuvre aérienne alors en question.

Nous présentons ci-dessous deux images tirées des trois meilleurs vidéos, pris par le Dr. en nucléaire russe physicien Ludmilla Ivanova de Greifswald, Bernhard Gröchel d'Ücheritz-Bansin sur Usedom et Jürgen Luchterhand, à l'est de Greifswald.

 

24aout90-a.jpg

24aout90_b.jpg

 

Le 24 Août 1990, à la centrale nucléaire de Greifswald en Allemagne de l'Est. Le personnel Est-Allemand et Russe travaillant à la centrale nucléaire a enregistré ces formations d'ovnis alors qu'ils semblaient se grouper dans le ciel au-dessus de cet endroit très sensible. Les lumières sont restées dans le ciel pendant des heures ou tout au moins quasiment une demi-heure sûre, et ont été filmées depuis différents points par différentes caméras. Parfois, le groupe a été approché par d'autres lumières voyageant à travers le ciel jusqu'à ce qu'elles joignent le groupe plus grand. Ce cas et d'autres cas semblables au-dessus de centrales nucléaires et autres installations atomiques pourrait être lié à des phénomènes encore inconnus du fait de notre connaissance limitée du comportement nucléaire en général.
 

Quatre vidéos amateurs ont été tournées depuis différents points de vue: 1) Greifswald: Jürgen Luchterhand, 2) Greifswald, Mendeleyev-Str. 12: Ludmilla Ivanova M.D., 3) Greifswald, pas loin de l'adresse ci dessus: Valery Vinogradov, vidéo ci-dessous, 4) Harbour of Lauterbach (sur l'île de Ringen): Irmgard et Ingo Kaiser.

 
OVNI pris au dessus de la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne de l'Est, le 24 août 1990.
Photo tirée du documentaire sur "TV Allemande publique ARD".

 

worgre-1.jpg

Un autre clip de Greifswald en Allemagne de l'Est en 1990, enregistré par le cameraman Valery Vinagradov. Valery déclare qu'il n'était pas le seul témoin de l'événement et déclame que des "centaines de témoins ont assisté à cet événement anormal et de nombreuses photographies ont été prises." Il a décrit les objets comme étant " des boules rougeoyantes qui étaient suspendues en formation dans le ciel. Les sphères qui ont composaient la formation semblaient tourner et planer, mais d'une façon stable et ordonnée." Il a également déclaré " ils agissaient de concert sans aucun mouvements brusques." Plus tard lors de l'observation, une autre sphère apparue et voyagea vers le groupe juste pour disparaître dès qu'elle l'atteignit. C'est pour ces raisons que Valery ne croit pas que ces choses étaient des fusées ou des engins classiques.


Sept photos des objets ont été prises, parmi lesquelles l'une depuis 20 km de là par Rainer-Michael Ladwig de Berlin. Il n'y a aucun doute sur le fait que les quatre vidéos et les sept photos montrent les mêmes objets, il est donc improbable qu'il s'agisse d'un canular. Une analyse informatique des vidéos et photos ont montré que les objets ont manoeuvré a une altitude de 6000 mètres sous les nuages. Ils ont pu être vus depuis une distance de 125 kilomètres.

Le 10 Octobre 1993 à 20:15 le documentaire "Les OVNIS - pourtant ils existent " ("UFOs - und es gibt sie doch") par Heinz Rohde fut diffusé sur ARD, une chaîne allemande publique, avec commentaire et analyses de ces événements et documents.

OVNI pris au dessus de la centrale nucléaire de Greifswald, en Allemagne de l'Est, le 24 août 1990.
Photo tirée du documentaire sur "TV Allemande publique ARD" et de la vidéo prise par Valery Vinagradov.

worgre-2.jpg

Voyez encore des photos ci-dessous, et remarquez que la configuration géométrique des points lumineux change, cela explique une chose simple, ces points lumineux ne pouvaient être que plusieurs engins extraterrestres en formation effectuant des figures pour le plus grand spectacle des "Hommes" se trouvant à Greifswald.


Toutes ces photos sont en fait des arrêts sur image provenant de plusieurs films faits par les témoins ce jour-là, pour ceux qui sont des septiques indécrottables, vous êtes au moins obligés de reconnaître que des OVNI existent, et là c'est impossible de répondre autre chose, impossible !

Maintenant libre à vous de croire que ce ne sont que des engins d'origine terrestre genre F-117 en pleine démonstration pour un 14 juillet ou des oies en rut éclairées par des lampions ou des lucioles !...

Au fait voyez à quoi ressemble le F-117 vu de nuit, nous avons justement une photo de lui en bas de page, rien à voir avec ces lumières ! De plus s'il avait volé à la même hauteur qu'elles, cela n'aurait été que juste un point dans le ciel !
Et de plus n'oubliez pas aussi par dessus tout cela qu'aucun bruit ne ressortait de ces lumières !

 

greifswald-1990.jpg

greifswald-1990-b.jpg

greifswald-1990-d.jpg

 

CI-dessous, voici une photo du F-117, l'avion américain furtif vu de nuit. Rien à voir comme comparaison...

 

f-117-bei-nacht.jpg

 

karte.jpg

 

Source : http://ovni007.tripod.com/id94.html - Jérôme Gorriz - Sébastien Tellerain

Vidéo S,F,H, 12-2012

Rappelons également qu'en 1990, les lanternes asiatiques n'étaient pas encore connues ni trouvables en europe, et surtout pas dans cette région de l'Allemagne de l'Est très protégée, et qu'également, les lanternes asiatiques ne peuvent pas dépasser l'altitude de 500 mètres environs alors que là, nous parlons de 6000 mètres...

 

Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 2012-2015

Des ovnis Russes aquatique…et des créatures étranges…

Les ovnis Russes aquatique…et les créatures étranges…

2012 - MAJ 10-2015

majinoani-1.jpg

 

Une gigantesque colonne d’eau rose surgit alors qu’une sphère de 60 m de diamètre émerge de la mer…

Le Centre de Recherche Ufologique russe a une collection d’observations “d’aspect liquides “.

Les dossiers secrets de la Marine russe contiennent beaucoup d’informations valables sur des observations d’ovnis. Les chercheurs militaires russes sont plutôt sérieux. Les dossiers sont largement inaccessibles, même après la chute de l’URSS.

Mr Krapiva s’occupait des lectures données par des vétérans des sous-marins nucléaires Soviétiques. Ils avaient servi dans le Nord de la Russie, dans des bases et installations navales secrètes. Quelques fois les lectures déviaient des présentations prévues, et beaucoup de captivantes histores furent racontées.

 

Sous-Marin :


Par exemple, les opérateurs sonars soviétiques “entendaient “ d’étranges cibles.

Le lieutenant commandant Oleg Sokolov informa confidentiellement les étudiants que pendant qu’il était en mission dans son sous-marin, il observa à travers le périscope un étrange objet a travers l’eau. Il ne fut pas capable de l’identifier parcequ’il le voyait à travers le système optique du périscope. Cette rencontre sous-marine eut lieu dans le début des années 60.

 

Sebastopol:


Il y a quelques années V.V Krapiva rencontra le professeur Korsakov de l’Université d’Odessa. Le professeur Korsakov lui raconta une conversation qu’il avait eu avec un ami a lui, un officier de la marine soviétique, qui avait servi dans la base navale de Sebastopol.

Dans les années 50, cet officier vit personnellement un ovni. L’objet se déplaçait vers le haut, a l’arrière de son croiseur de guerre. L’officier avait l’impression que l’objet avait surgi des profondeurs de la mer noire. Le professeur Korsakov a une photographie de l’objet.

 

majinoani1-2.jpg

illustration - reconstitution

Rapports de temoins:


En août 1965, l’équipage du navire a vapeur RADUGA, alors qu’il naviguait dans la mer rouge, observa un phénomène inhabituel. A deux miles de distance, une sphère ardente surgit de la mer et survola la surface de l’océan, l’illuminant. La sphère faisait soixante mètres de diamètre, et elle survolait la mer a une altitude de 150 mètres. Une gigantesque colonne d’eau rose surgit alors que la sphère émergée de la mer et s’écroula un moment plus tard.

 

En décembre 1977, pas très loin de l’île de Novy Georgy, l’équipage d’un chalutier, le VASILY KISELEV, observa aussi quelque chose de sensiblement extraordinaire. S’élevant à la verticale de l’eau se trouvé un objet en forme de beignet. Son diamètre était entre 300 et 500 mètres. Il volait sur place a une distance de 4 ou 5 kilomètres. La station radar du chalutier fut immédiatement rendue inopérante. L’objet survola la zone pendant 3 heures, et ensuite disparu instantanément.

 

Le témoignage d’Alexander G.Globa, un marin du GORI, un bateau citerne soviétique, a été publié dans le magazine Zagadki Sfinksa (numéro 3, 1992). En juin 1984, le GORI était en Méditerranée, a 20 nautiques de Gibraltar. A 16h00, Globa était en faction. Avec lui se trouvait le second du commandant S.Bolotov. Ils regardaient le côté gauche du pont quand les deux hommes observèrent un étrange objet polychromatique.

Quand l’objet fut a l’arrière, il stoppa soudainement. S.Bolotov était enthousiasmé, secouant ses jumelles et criant : ” c’est une soucoupe volante, une vraie soucoupe, mon dieu, vite, vite, regardes !”.

Globa regarda l’objet a travers ses jumelles (il lui rappela la partie haute d’une casserole). L’ovni luisait d’une brillance métallique grise. La partie la plus basse de l’appareil avait une forme ronde précise, son diamètre ne dépassait pas les 20 mètres. Autour de la partie basse, Globa observa des ” vagues “ de protubérances sur la plaque extérieure.

La base du corps de l’objet consistait en deux semi-disques, le plus petit au-dessus. Ils tournaient lentement dans des directions opposées. Sur la circonférence du disque le plus bas, Globa vit de nombreuses lumières, lumineuses comme des gouttes. L’attention du marin fut attirée par la partie supérieure de l’ovni.

 

majinoani5-5.jpg

Illustration - reconstitution

 

Elle semblait être complètement lisse et douce, sa couleur était jaune d’œuf et en son milieu Globa discerna un rond, une tache comme un noyau. Sur le bord de la partie inférieure de l’ovni, laquelle était clairement visible, se trouvait quelque chose qui ressemblait à un tuyau. Il brillait d’une lumière rose non naturelle, comme une lampe néon. Le haut du disque central était entouré par quelque chose en forme de triangle. Cela semblait bouger dans la même direction que le disque inférieur, mais a une vitesse plus lente.

 

Tout a coup, l’ovni sauta plusieurs fois, comme s’il était déplacé par une vague invisible.

 

Beaucoup de lumières illuminaient la portion de dessous. L’équipage du GORI essaya d’attirer l’attention de l’objet en utilisant le projecteur a signaux lumineux. A ce moment la, le capitaine Sokolovky était dans son bureau avec ses hommes. Ils regardaient intensément l’objet. Toutefois, l’attention de l’ovni fut détournée par un autre bâtiment, approchant l’autre bord. C’était un cargo arabe, en route pour la Grèce. Les Arabes confirmèrent que l’objet survola leur bateau.

 

Une minute et demi plus tard, l’objet changea sa trajectoire de vol. Les marins soviétiques l’observèrent alors qu’il traversait les nuages, apparaissant et disparaissant à nouveau. De temps en temps il brillait grâce aux rayons du soleil. Alors le vaisseau s’évanouit, comme une étincelle, et parti instantanément.

 

ufo.gif

 

Observations militaires classifiées d’Extranéens et d’OVNIs...


Rencontres de militaires soviétiques avec des extranéens et des OVNI sous-marins. Ceci est un exemple de ce que l’on peut trouver dans des rapports officiels on ne peut plus sérieux de témoins responsables et sous autorités compétentes.

 

Le chercheur Paul Stonehill écrit qu’il existe de nombreux rapports soviétiques concernant des rencontres avec des objets étranges sous la mer. Durant l’été de 1982, Mark Shteynberg et le lieutenant-colonel Gennady Zverev dirigeant les entraînements périodiques des plongeurs de reconnaissance (hommes-grenouilles) des régions militaires du Turkestan et de Centre Asie. Les entraînements avaient lieux au lac Issyk-Kul, un lac profond dans la région des Ala-Taou Transiliens [NDT : 42°30'N par 77°30'E, près de la frontière chinoise].

 

Le général-major V. Demyanko, commandant le Service des Plongeurs Militaires des Forces du Génie du Ministère de la Défense, rendit à des officiers une visite impromptue. Il venait les informer d’un événement extraordinaire qui s’était produit en Sibérie. Des hommes-grenouilles avaient été confrontés à des nageurs sous-marins semblables à des hommes mais de grande taille (environ 3 mètres de haut) !

 

Ces nageurs, malgré l’eau glacée, étaient vêtus de combinaisons collantes argentées. Par 50 mètres de fond, ces êtres ne portaient pas d’appareils respiratoires, mais des casques sphériques masquant leurs têtes.

Alertés par ces rencontres, le commandant militaire local décida de capturer une de ces créatures. Dans cette intention, un groupe spécial de plongeurs poursuivit un des étranges nageurs. Lorsqu’ils tentèrent de la coiffer avec un filet, le groupe entier fut projeté par une force puissante hors des eaux profondes vers la surface.

 

Les hommes-grenouilles étaient en danger de mort, parce qu’ils leur auraient fallu observer des paliers de décompression. Tous les membres de cette malheureuse expédition furent atteints d’embolie gazeuse. Le seul traitement envisageable était de les placer en caisson de décompression. Malheureusement le seul disponible à proximité ne pouvait contenir que deux personnes.

On en serra cependant quatre dans le caisson, les trois autres périrent et les quatre devinrent des invalides.

 

Le général-major s’était précipité à Issyk-Kul pour prévenir contre toute semblable initiative casse-cou. Bien que le lac Issyk-Kul soit moins profond que le lac Baïkal, des créatures mystérieuses se trouvaient dans les deux.

Peu de temps plus tard, les militaires du Turkménistan reçurent un ordre du commandant en chef des Forces Terrestres. Il s’agissait d’une analyse détaillée des événements du lac Baïkal.

 

Les documents contenaient des rapports des Forces du Génie, énumérant les apparitions de créatures sous-marines dans de nombreux lacs, de disques géants et de sphères rentrant et sortant des lacs, de lumières puissantes provenant des fonds, etc. Les documents étaient classés très secrets et avaient pour objet “d’éviter les rencontres inutiles”. Mark Shteynberg était en service près du lac Sarez, dans les monts Pamir.

 

Ce lac a une profondeur d’environ un kilomètre et demi. Des radars sophistiqués ont suivi les satellites US SDI depuis cette région. Ces radars repéraient régulièrement des objets discoïdes qui plongeaient et disparaissaient dans le lac Sarez, puis refaisaient surface et décollaient.

 

Encore quelques histoires de l’est avec des géants…


La plus ancienne mention d’êtres géants est apparue dans les débuts des années 1900. Plusieurs garçons de Géorgie découvrirent une cave a l’intérieur d’une montagne, avec des squelettes de type humains complets. Chaque squelette faisait trois mètres de hauteur. Pour aller dans la cave, les garçons devaient plonger dans un lac. George Papashvili et sa femme se rappellent l’incident dans un livre publié a New York en 1925.

 

Vladimir Georgiyevich Ajaja est de nos jours une personnalité importante dans l’Association Ufologique russe. Mais il n’a pas toujours été un ufologue, et quand il en ai devenu un, il a gagné la colère du parti communiste comme tous ceux qui étudiaient des sujets interdits. Avec l’aide d’un copain haut placé dans la marine, il fut capable d’écrire une pièce a propos du triangle des Bermudes pour Nauka I Zhizhn, un magazine scientifique soviétique respecté.

 

Après tout, il était un chercheur marin qui, a de nombreuses occasions, avait étudié les profondeurs de l’océan atlantique a bord de sous-marin soviétique. Les autres océanologues soviétiques ne touchaient pas un sujet si “discutable “. Dans sa recherche d’information, deux sources l’aidèrent: Le livre de Charles Berlitz sur le triangle des Bermudes qui mentionnait les ovnis et le vice amiral Y.V Ivanov, chef de la Direction des Renseignements Maritimes. Ajaja trouva que les renseignements maritimes avaient depuis longtemps considérés les ovnis comme un sujet sérieux d’enquête.

 

Les efforts de Ajaja pour étudier et promouvoir l’ufologie en firent une cible pour la science bureaucratique et les fonctionnaires du parti. Son nom fut sali dans les médias soviétiques. Le travail d’Ajaja fut mis sur liste noire. Ses lectures furent proscrites. Il fut renvoyé de plusieurs travailles, et interdit de parler publiquement.

 

A nouveau, son ami de la marine l’aida a trouver un travail, et a écrire sur les ovnis, pour leur utilisation pratique. Dans sa brochure : ATTENTION :OVNIS, il statua que la vague d’ovnis en 1989, et qui durait toujours en 1991, quand elle fut publiée, avait balayé l’idéologie et les barrières de la censure qui étaient placées contre l’ufologie en URSS.

Mais à cause de ces années de silence, le pays n’était pas préparé au phénomène ovni. Donc il demanda l’aide de l’organisation SOYUZUFOTSENTR pour promouvoir l’enquête scientifique sur le phénomène ovni. Ajaja était convaincu que les responsables de la recherche ufologique de l’Académie de Sciences soviétiques évitaient de dire la vérité et bloquaient la recherche.

 

A.Gorbovsky, un historien soviétique publia un livre intitulé ” Enigmes de l’histoire ancienne “ dans le début des années 70. Pour beaucoup de gens, dans l’Union Soviétique, ce livre était une introduction au monde interdit de l’ufologie, du paleo-contact ( un terme russe pour l’hypothèse des anciens astronautes), et les mystères de notre histoire ancienne.

Gorbosky mentionna un incident qui prit place dans l’ancienne Méditerranée ou les gens observèrent un étrange véhicule sous les eaux et faisant surface à très grande vitesse. L’objet s’éjecta de lui-même de l’eau, et disparu peut après.

 

B.Borovikov chassa les requins dans la mer noire pendant des années. Alors quelque chose arriva et qui mit fin a son hobby. Plongeant dans la région de Anapa, il descendit à une profondeur de 8 mètres. Il vit des êtres géants s’élevant de dessous. Ils étaient comme laiteux, mais avec des faces humanoïdes, et quelque chose comme une queue de poisson.

L’être a la tête de ses compagnons vit Borovikov, et s’arrêta. Il avait des yeux bulbeux géants et des sortes de lunettes. Les deux autres le rejoignirent. Un deux tendit sa main, une main avec des membranes, vers le nageur. Tous approchèrent le plongeur, et s’arrêtèrent à petite distance. Alors ils tournèrent autour de lui, et nagèrent au loin. L’expérience de Borovikov fut publiée en 1996.

 

Source http://www.secret-realite.net/index.php?mod=articles&ac=commentaires&id=408 via http://investigationsoanisetoceanographiee.wordpress.com/2012/09/14/les-ovnis-russes-aquatique-et-les-creatures-etranges/

 

MAJ 10-2015 : Autres données compilées depuis 2012 sur le même sujet sur votre site Sciences-Faits-Histoires.com :

Une observation très bien documentée qui a des similitudes avec celle de Greifswald en Allemagne de l'Est, faite au dessus de Saint Petersbourg le 19 février 1997 à 15H15, enregistré par un étudiant caméraman, Yuri Arzamastsev depuis sa cuisine. L'officier chargé de l'enquête, le capitaine Pavel Syrchenko déclara : " Au moins trois vidéos différentes de cet événement ont été tournées depuis des points différents, confirmées par de nombreux témoins visuels, dont des contrôleurs du trafic aérien de l'aéroport voisin. La formation de lumières orangées fut observée en plusieurs endroits au dessus et aux alentours de St Petersbourg, l'observation filmée ici commence au dessus de la ville et dure une vingtaine de minutes. Elle fut vue par les contrôleurs aériens et même détectée par un pilote dans son avion sur la piste à ce moment là. " Le contrôleur aérien Victor Laktushin décrivit les lumières comme une formation changeante, qui était rejointe par d'autres lumières anormales. Il dessina la formation depuis sa tour de contrôle au fur et à mesure de ses changements de forme. On ne sait pas si elle fut détectée sur les radars. (YH : notez que l'hypothèse de premières lanternes asiatiques en Russie a été rejetée à cause des descriptions très précises). (voir le lien ci-dessous).

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-quelques-cas-russes.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/l-observation-etrange-d-un-sous-marin-nucleaire-russe.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/le-sujet-ovni-a-toujours-interesse-le-gouvernement-russe.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/russie-2011-le-meme-ovni-deux-fois.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/trois-photos-etonnantes-d-un-ovni-agitent-la-russie.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/un-echo-d-oani-sous-la-surface.html

http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/les-oanis-un-petit-historique.html

 

Yves Herbo, Sciences, Faits, Histoires, 09-2012, maj 10-2015

Un Extrait du Catalogue

Un Extrait du Catalogue "Humanoïdes" d'Albert S. Rosalès - 2010-2012

Up 10-2015

 

12-humanoide-ar.jpg

 

Un extrait du catalogue « humanoïdes » d’Albert S. Rosalès. Ce catalogue Mondial est unique en son genre et il est le plus complet qui existe au monde actuellement. Albert, qui travaille sur ce catalogue depuis de très nombreuses années, bénéficie de la collaboration de nombreux chercheurs qui au monde s’intéressent au dossier ovni. On peut consulter ce catalogue en anglais sur le net ( http://www.ufoinfo.com/humanoid/index.shtml ) ainsi que les différents numéros des journaux édités par Albert.

 

0-albert-s-rosales.jpg

 

Cette traduction est de JM que nous remercions pour cet important travail qu’il compte poursuivre en fonction de son temps disponible. Nos plus vifs remerciements à Albert S. Rosalès de nous permettre cette reprise sur notre site.

Nous avons nous aussi signalé certains cas afin de compléter ce catalogue, si vous détenez de votre côté des informations encore inconnues d’Albert, n’hésitez pas à lui communiquer. Il s’agit d’un travail sérieux, Albert y consacre tous ses loisirs, le tout est mis à disposition de tous sur Internet, il s’agit d’une oeuvre totalement bénévole, sans recherche de » royalties ! ».

 

Ce catalogue reprend les cas tels qu’ils ont été rapportés. Chaque association locale, dans le monde, peut donc librement enquêter sur les cas situés dans leur secteur afin de compléter les informations recueillies. Les photos publiées le sont pour illustration et n’engagent nullement les auteurs.

(c) Copyrigth : La propriété littéraire et le contenu de cette page appartiennent à leurs auteurs et traducteurs qui n’acceptent aucune reproduction, extrait de ce qui figure sur cette page, sans leurs accords. Un accord a été donné à Gérard Lebat et ce dernier l'a transmis à Yves Herbo en 2012, avec l'accord des auteurs.

 

Infos envoyée à Sciences-faits-histoires.com et à Yves Herbo par G.Lebat pour relai et publication d'extraits (2012).

 

« Des récits incroyables…. de personnes tout à fait crédibles. »  Dr. J. Allen Hynek (1972)

 

1-albert-rosales.jpg

ALBERT ROSALES

Traduction J.M.

 

2-humanoide-ar.jpg

PREAMBULE

Les observations et les témoignages déjà relatés dans « Journal of humanoïds studies », se déroulant entre 2010 et août 2012, ne sont pas repris dans le cadre de cette compilation.

L’année 2010 fut très « occupée », 2012 s’est avéré être une année intéressante avec des cas divers de rencontres surprenantes. Prendrions-nous une importance plus grande dans le cosmos ?

Je pense que ce serra la dernière année durant laquelle je vais compiler les cas de rencontres. Je songe à d’autres projets à mettre en œuvre.

Toutes les publications du « journal of humanoïds studies » peuvent être enregistrées gratuitement sur le site Ufoinfo

Albert S. Rosalès.

2010

 

1/ Lieu : état du Maine (Lieu non précisé)

2010 (date imprécise) vers 2h00 du matin.

Un homme ayant rendu visite à sa mère eut l’idée d’aller voir un ami de longue date qui résidait à seulement 10 minutes de marche. Connaissant parfaitement le trajet, il avançait les yeux fermés, goûtant au calme et à la paix du soir. Lorsqu’une voix féminine presque « hypnotisante »dit « kevin, Kévin…. Nous sommes ici pour t’aider. Nous ne te ferrons aucun mal. Et ensuite tu te sentiras bien mieux ».

Il a ouvert les yeux et a été aveuglé par une lumière puissante. Il s’est habitué et a pu voir qu’il était dans une pièce, dans celle-ci deux « gris » très grands.

Il se souvient que l’endroit était de deux couleurs différentes. Le haut des murs et le sommet étaient de couleur pourpre, le fond de couleur bleue. Il y avait comme une ligne entre ces deux couleurs, un peu comme si elles coupaient la pièce en deux. L’éclairage semblait venir des murs.

Kévin a demandé aux étrangers si ils allaient lui faire mal, et surtout ce qu’ils allaient lui faire.

Ils ont répondu qu’ils allaient l’aider et le « fixer »( ?). Le témoin est certain que leur bouche n’articulait pas quand ils parlaient.

Il se souvient ensuite qu’un « gris » est venu se placer de chaque côté de lui et qu’ils l’ont placé contre un objet froid et emporté dans un « hall » à gauche de la première pièce.

Cet endroit était sombre, comme brumeux, nuageux, mesurait environ 40 pieds sur 50.

Durant son déplacement, il a pu voir sur sa droite un groupe de 7 à 8 autres « gris » grands et à côté d’eux une issue vers une autre pièce de couleur blanche. A côté se trouvait un autre groupe de 5 « gris ».

L’endroit était donc sombre, brumeux et mal éclairé. Les murs semblaient « dentelés » comme la lame d’une scie, une odeur de peroxyde ou d’ammoniaque flottait.

Arrivé dans la pièce, un « gris » a voulu le regarder dans les yeux. Il était si grand qu’il a dû se pencher pour fixer les yeux du témoin. Qui étrangement n’a senti aucune frayeur.

Soudain un des « gris », par derrière Kévin, a inséré un petit tube métallique dans le nez du témoin. Cela a fait un léger bruit. L’humanoïde avait de longs doigts, une petite bouche qui montait et descendait comme celle d’un poisson, mais il ne parlait pas.

Le témoin se souvient avoir crié à ce moment. Sans cesse il « entendait » dans son crâne une voix disant »Il va être OK. Nous sommes ici pour l’aider ».

C’était une voix douce et calme.

Il se souvient ensuite avoir été posé sans ménagement sur une table métallique et emmené dans un autre lieu. Surpris le témoin a commencé a se débattre. Il a donné des coups de pieds autour de lui. Un des « gris » est allé buter contre un mur avant de tomber. Les autres ont promptement reculé.

Puis il n’a plus de souvenirs. Il se retrouve au bord de la route sur laquelle il marchait. Il se sent fatigué, hagard. Une voiture de police passe près de lui l’officier le regarde mais ne s’arrête pas. Kévin regarde sa montre, il est 6 heure du matin, il a « perdu » presque 5 heures.

Il décrit donc les « gris » comme mesurant de 7 à 8 pieds de haut(2,3 mètres) , ayant de longs doigts, une fente pour la bouche et des yeux cernés de noir (comme un œil au beurre noir). Ils communiquaient entre eux et avec lui par télépathie.
Les couleurs à l’intérieur de l’OVNI étaient violettes, bleues, blanches. Le témoin avait un nez « brusqué », après cette mésaventure il avait le nez droit.

HC addendum : Source : http: // mufoncms.com / 

4-humanoide-ar.jpg

Type : G

2.

Lieu ; Heiden, Pays-Bas

Date: 2010 (Sans précision) Dans la nuit

Le témoin est un jeune homme prénommé Soufian. (Impliqué sans doute dans d’autres cas). Il dort normalement et vers le milieu de la nuit, il commence a faire un rêve étrange.
Il se voit dans son lit, couché, une humanoïde féminine à côté de lui, à un mètre du lit ; grande mince elle se tient debout. Elle prote une sorte de robe ample, colorée. La peau de son visage est gris pâle, elle a de longs cheveux très clairs (blancs/blonds) qui descendent jusqu’en dessous de ses épaules. Elle parait douce avec la peau lisse. Soufian ne se souvient pas des traits de son visage. Ses bras et la partie inférieure de ses jambes, qu’il pouvait voir, semblaient humains.

Soufian a regardé la scène durant quelques secondes, puis sans prévenir, rapidement, l’entité s’est approchée et à « entré » ses mains dans la partie inférieure de la poitrine du témoin. Il a senti une atroce douleur, cette torture faisait d’autant plus mal que l’entité déplaçait ses mais dans la poitrine. Il semblait au témoin qu’elle lui broyait les côtes. Par la suite il a jugé que sa poitrine n’avait pas été ouverte mais que les mains de l’entité avaient pénétré au travers de sa peau. Il s’observait luttant contre la douleur, mais il pense que son corps était paralysé. La douleur a continué, il a tenté de crier mais il ne le pouvait. Il y avait un silence total. La « torture » a duré deux heures. Soufian pense que l’effet extrêmement douloureux a pu lui faire surestimer le temps.

Brusquement tout s’est arrêté, la dame a disparut et Soufian s’est réveillé brutalement. Malgré cet épisode traumatisant, il s’est rendormi rapidement.

Au réveil le lendemain le témoin s’est souvenu de ce rêve et a regardé ses côtes pour voir si des traces de coupures ou autres existaient. Il n’y avait rien.

Il est allé au travail comme d’habitude, la douleur dans les côtes a persisté encore avant de s’estomper. Même si il percevait quelques douleurs durant deux jours encore.

HC addendum

Source : Dave Hodrien, OVNI de Birmingham Groupe Type : G ?

 

3.

Lieu ; Michigan (emplacement exact non donné)

Date: février 2010 Heure : Tard dans la nuit

Le témoin, une femme, se préparait à aller se coucher quand en regardant par la fenêtre elle a aperçu une forme qui d’une certaine manière lui paraissait familière. L’objet était proche de la fenêtre et planait très près du sol.

L’OVNI était circulaire, le témoin pouvait observer de la lumière à l’intérieur qui lui permettait de distinguer les contours d’une silhouette noire qui n’était pas humaine. Sa tête étant vraiment trop grosse. La silhouette a dû remarquer le témoin, elle a bougé et l’engin s’est très rapidement élevé dans les airs.

HC addendum

Source : http: // mufoncms.com Type : A

 

4.

Lieu ; Athènes, Texas

Date: le 10 février 2010 Heure : 23:00-23:30

Le témoin a garé son véhicule, il revient de chez des amis. Des arbres entourent un ensemble de logements. Pour des raisons personnelles, il ne souhaite pas être vu rentrant chez lui. Il traverse donc la zone boisée. Mal lui en prit, il a senti une présence au-dessus de lui, sans savoir pourquoi il savait que c’était un OVNI.

Effrayé, il s’est mis à courir, mais un bruit étrange, une sorte de « tic » (twitching’ noise). Il est parti dans une autre direction et a entendu le même bruit. De sorte que finalement il tournait en rond. Il a été quasi immobilisé, il ne pouvait se déplacer que par saccades. Finalement il est tombé à genoux. A cet instant il a perçu une voix « Dieu lui disant de ne pas ouvrir les yeux. ». Il s’est senti léger, flotter, il s’est trouvé dans un appareil qu’il compare à un scanner. Lorsqu’il bougeait la tête il entendait comme le son d’une radio hors bande qui émet des bruits parasites. L’appareil faisait que ses cheveux étaient dressés sur sa tête.

Il était allongé à l’intérieur « du métier », il a entendu quelqu’un dire « il est encore vivant ». Une autre voix a dit « il avait besoin d’un transfert » Puis il entendit une série de chiffres. Que ceux-ci étaient très importants pour la recherche future sur les OVNI et qu’il pourrait les révéler sous hypnose.

Il estime l’incident à 15 minutes environ. Puis il a tant pleuré que sa chemise fut mouillée.

Quand il revint sur le sol il avait les bras tendu et il regardait le ciel. Le plafond était nuageux, il pouvait apercevoir quelques étoiles.

Le témoin a ajouté qu’»ils » avaient gratté la zone de son estomac a son avis pour prendre des échantillons d’ADN.

HC addendum

Source: http://mufoncms.com/ Type: G

 

5.

Lieu; Near Wakefield, England

Date: 31 mars 2010 Heure : 11:30 Du matin.

Le témoin qui a souhaité rester anonyme, a commencé à avoir des expériences étranges en 2009. A cette époque elle avait commencé une formation d’auxiliaire de vie. La semaine elle restait avec sa mère. C’était l’époque durant laquelle l’éruption volcanique en Islande avait fermé l’espace aérien en Europe. Le gouvernement avait profité de cette « aubaine » pour tester un drone.

Ces engins ne peuvent être essayé que sur des espaces déterminés et il était utile pour ces essais d’avoir les cieux libres de tout avion. Les essais avaient lieu a 50 miles de chez le témoin. Elle pouvait voir les formations de drones volant un peu a n’importe qu’elle heure de la soirée. Elle a remarqué aussi une autre présence étrange qui n’était pas un drone. Puis des rayons du genre laser vert sont furtivement apparus près des drones. Le témoin, curieuse de ces événements à fait des recherches sur ce phénomène. Consultant différents moteurs de recherches elle s’est rendu compte que lent, lourd, son « Mac » avait un fonctionnement curieux quelque soit le logiciel utilisé. Ayant parlé de ces étranges émissions de lasers, elle s’est aperçue que personne ou presque ne les avait vu.

Un couple de ses amis avait observé ces étonnantes lumières qui pénétraient incidemment par les fenêtres et même éclairaient les tapis.

Lorsqu’elle a demandé à des amis s’ils avaient vu les lumières, ils lui ont répondus qu’ils n’étaient là que depuis peu de jours qu’ils les avaient vu mais pensaient que cela venait de satellites et qu’ils avaient vu effectivement un groupe de 7 drones. Ils volaient haut mais beaucoup plus bas que les satellites.

Un soir le témoin rentrait chez sa mère, passant en auto devant une ruelle près du domicile maternel, elle crut y voir un individu étrange. Ces lieux étant peu soigné et très mal éclairé elle a pensé à un cambrioleur, peu de gens souhaitent s’y aventurer. Elle en parle à sa mère et par la fenêtre vérifie si l’individu s’en va.

Elle perçoit du bruit sans voir quoique ce soit. Curieuse, elle a regardé par la fente de la boîte à lettres (posée dans la porte d’entrée NDT). Elle a vu un homme très grand, maigre, qui se tenait derrière la voiture des voisins. Les yeux de l’individu étaient grands, noirs, bien qu’elle ne puisse pas les distinguer précisément. La peau du visage était ridée comme desséchée, juste posée sur les os. Il semblait se balancer lentement. D’un coup brusque elle a ouvert la porte, il n’y avait personne. Elle est retournée regarder par la fenêtre, personne !

 

 

5-humanoide-ar.jpg

 

Intriguée elle est retournée observer par la fente de la boite à lettres. Une auto est passée, l’individu a regardé passer le véhicule. Il a repris sa position initiale, une autre voiture est passée et il a fait le même mouvement.

Elle a dit à sa mère qu’elle sortait rapidement pour vérifier ce que faisait cet individu étrange. Mais il était parti.

Les émissions de lasers ont continuées. Un soir de retour à son domicile elle entend des bruits venant du grenier. Elle téléphone donc à la police qui vient aussitôt. Les bruits continuent. Les policiers localisent les bruits les plus forts vers une trappe située dans le plafond de la garde robe de la fille de la maison. Mais ils ne voient personne et ne voient aucun signe d’effraction par lequel quelqu’un aurait pu entrer.

Le dernier et le plus significatif des incidents est arrivé le 31 mars 2010 vers 11h30.

Le témoin allait à un rendez vous avec un client, lors « l’étrange » arriva.

Elle a quitté l’autoroute M1, juste au sud de Wakefield. Elle a téléphoné à son client pour le prévenir qu’elle avait 10 minutes de retard. Elle ne souhaitait pas faire un détour qui nécessitait une infraction à la signalisation. Elle voulait terminer son travail et rentrer chez elle. Devant elle un grand camion a dépassé deux grandes limousines aux vitres teintées. La première voiture s’est arrêtée. Trois hommes en costume noir sont sortis pour aller s’entretenir avec l’occupant du siège arrière de la seconde limousine. Le témoin devait attendre. Son téléphone sonna pour lui indiqué qu’elle venait de recevoir un sms. Elle a décroché, regardé l’écran, il n’y avait rien. Quand elle a relevé la tête les limousines étaient partie. Et il était une heure plus tard.

Elle avait de plus le souvenir d’une longue conversation avec un alien grand de couleur bleue. Elle était couchée et voyait le menton de l’alien au dessus de sa tête. Il avait de grands yeux noirs ovales pas de lèvres juste une fente en guise de bouche. L’étranger parlait sans bouger les lèvres. Ils ont discuté de la nécessité de sauver le monde, la paix devait s’installer rapidement. Elle devait faire quelque chose dans ce sens, que c’était son travail. Elle a demandé plus « d’outils » pour faire tout ce travail. Il a dit qu’ils verraient ce qu’ils pourraient faire.

Ce qui fut étonnant dans cette conversation fut qu’elles utilisaient des mots que l’auxiliaire de vie ne connaissait pas mais comprenait. Elle sait confusément qu’elle connaissait cette « étrangère », elle était à la fois « mère » et responsible de celle-ci. A aucun moyen le témoin ne s’est senti en état d’infériorité mais au contraire en position de responsible. Ellen n’a donc jamais eut peur. La chose qu’elle ignorait était « quand ce serait trop tard » pour faire la paix dans le monde.

Quelques mois plutôt, elle s’était querellée avec un ami, concernant les objectifs des Usa pour envahir l’Afghanistan. Elle avait répondu pour « les matières premières ». Son ami avait dit qu’il n’y avait rien à extraire dans ce pays.

Un peu après elle avait appris que le sous sol du pays recelait de l’or, du lithium, de l’argent en abondance.

Elle est finalement allé au rendez vous avec son client certaine que l’horloge de son téléphone était déréglée.

Arrivée a son rendez vous elle a vu la gêne de son client et s’est rendu compte que son pantalon était plein de sang. Elle était confuse et désorientée.

Elle est rentrée chez elle où ses proches l’ont aidé à se coucher. Les saignements se sont arrêtés le lendemain. Depuis le témoin n’a plus vécu de mauvaises mésaventures.

HC addendum

Source: direct email on file Type: G

 

6

Lieu; Montagne Rouanne, Tennessee

Date: le 17 avril 2010 Heure : soirée

Une femme conduisait sa voiture en compagnie de son fils pour se rendre dans son restaurant préféré, soirée d’anniversaire.

Ils arrivaient à deux rues de l’avenue où ils devaient se rendre quand ils ont vu comme une boule de lumière blanche venir vers eux. D’un cimetière voisin elle venait directement vers la grand route. Elle avançait vers eux comme si elle voulait entrer en collision. Comme cette chose étrange arrivait sur eux le témoin a pu la détailler mieux. Mi animal mi humain, une sorte de reptile avec des bras et des jambes humains. Il rampait très rapidement vers eux. La conductrice a espéré que « l’entité » quitterait la route et partirais dans les fourrés du bas côté pour éviter la collision. Mais non la « chose » à continuer à avancer rapidement vers eux. La femme a « écrasé » les freins. Pour éviter le choc l’ »entité » s’est envolée comme une tornade au dessus du véhicule.
Les occupants ont craint qu’il ne passe sous la voiture. Ils ont été secoués par cette apparition, terrifié d’avoir vu ce qu’ils certifient ne pas être de ce monde.

Ils continuent à le décrire comme un « alligator » ayant des bras et des jambes humains, le ventre blanc sur lequel il rampait. Durant cette rencontre le temps « semblait avoir ralenti ». Ils sont d’accord pour dire que cette rencontre était terrifiante, qu’ils avaient vu quelque chose de vraiment très maléfique.

HC addendum

Source : Fantômes et Blog de Monstre 9-17-2011

6-humanoide-ar.jpg

Type : E

 

7.

Lieu . Ville Océan, Maryland

Date: le 29 mai 2010 Heure: nuit

Excité, heureux d’être dans cette ville balnéaire, le témoin était sur une terrasse au premier étage d’une copropriété de 3 étages. Fumant une cigarette, il regardait les étoiles et les badauds, qui descendaient du troisième étage. Il regardait la constellation d’Orion. Il a vu une étoile filante qui partait à gauche de la ceinture d’Orion et descendait. L’étoile était très brillante. Il a pensé qu’elle terminait de bruler. Les gens qui descendaient ont traversé la rue et sont allé vers la plage.

Il est rentré chercher une autre cigarette avant de se coucher. Quinze minutes après l’observation de « l’étoile filante » il est ressorti. Il s’est assis confortablement et a remarqué une silhouette assise au patio du second étage de l’appartement en face du sien. Il a trouvé cela étrange car personne n’occupait cet immeuble en construction. Il a observé cette silhouette étonnante. Il était assis à la table, le bras gauche reposant dessus, ses jambes étaient croisées (Le témoin pensait qu’il s’agissait d’un homme). L’entité était grande, musclée, et ressemblait à un fantôme. Aucunes caractéristiques du corps ou du visage n’étaient visible et la tête était allongée. Le témoin ne pouvait croire qu’il était là immobile a fixer cette entité sans crier, ni bouger. Il était effrayé mais incapable de bouger.

Finalement pris de panique il est rentré dans son appartement, en fermant la porte vitrée il a vu que l’entité était encore là.
Le lendemain, il a tenté de savoir ce qui s’était passé là. Il y avait une table et quatre chaises.

HC addendum

Source : Mufon CMS Type : E ?

 

8.

Lieu.NYC, New York

Date : juin 2010 Heure: Tard dans la nuit

Le témoin (impliquée dans d’autres incidents) s’est réveillé au milieu de la nuit, elle était paralysée.

Elle pouvait déplacer les yeux, entendre, mais ne pouvait faire aucun mouvement.

Elle a perçut du bruit sur le côté gauche de sa chambre. Elle a tourné les yeux et a vu deux petites créatures grises qui communiquaient entre elles. Elle s’affolait et a voulu crié. A ce moment un troisième petit gris est venu en passant au travers de la fenêtre. Il tenait ce qui ressemblait à un masque. Encore plus effrayée elle a voulu encore crier. Aucun son ne sortait de sa bouche. Alors le petit gris qui tenait le masque l’a posé sur son visage. Le témoin a entendu alors comme des sirènes (ou des sonneries). Sans doute s’est elle évanouie. Elle n’a pas vu les entités sortir. Seule elle a pu enfin bouger ses membres.

HC addendum

Source: http://www.alienufotruth.com/sleep-paralysis-and-encounter/ Type: E

 

9.

7-humanoide-ar.jpg

Lieu Mertztown, Pennsylvanie

Date: été 2010 Heure: soirée

Un homme et son fils garent la voiture dans un endroit boisé. Un monstre ailé apparait et traverse la route en « glissant ». Il semblait si grand qu’il aurait pu emporter un homme sans difficulté. Lorsqu’une des ailes a frôlé le capot de la voiture les deux témoins se sont vite baissés. Le « monstre » avait une tête humaine, sans bec, des ailes semblables à celles des chauves-souris. Il mesurait 5 à 6 pieds (env. 2mètres) et l’envergure des ailes était facilement de 25 à 30 pieds (Près de 10 mètres), pas de plumes, la peau d’une chauve souris noir de jais. Il avait une queue maigrelette comme celle des rats qui est restée droite et mesurait 4 à 5 pieds (1, 1,5 mètres). La créature a fait un vol plané à 10 pieds du sol (3/4 mètres). Puis d’un fort battement des ailes il s’est élevé vers la forêt voisine. Le père pense que cette créature vit sous terre près d’une source d’eau chaude puisqu’elle ne possède pas de plumes.

HC addendum

Source : Fantômes et Monstres blog Type : E

 

10.

Lieu. Angleterre, emplacement non précisé

Date: juillet 2010 Heure : soirée

Le témoin était dans son bureau. Il travaillait sur son ordinaire quand il a aperçu un objet sombre à l’extérieur. Il a songé qu’un oiseau passait. Il a continué à travailler. Mais l’objet est revenu. Plutôt dans l’après midi il avait parlé d’OVNI. Il a pensé à se munir d’un appareil photo. Il a attendu que l’objet repasse devant la fenêtre pour prendre un cliché. Mais le déplacement était vraiment trop rapide.

Il s’est alors penché à la fenêtre pour tenter de prendre un bon cliché. Mais l’objet s’est envolé avant de repasser devant la fenêtre. Aucun son ne venait de l’objet.
Plus tard dans la soirée, il continuait à se demander ce qu’était cet objet. Il est allé au lit et il a vu comme dans une « transmission de pensée » quatre être debout autour de lui. Il ne pouvait distinguer leur visage. Il a vu que l’un d’eux entrait une longue aiguille couleur argentée dans son bras. Il ne pouvait se déplacer et n’a pas senti « la piqûre ».

Ensuite il a pu bouger, il a vu derrière lui ; il a vu une gigantesque lumière ronde.

Il n’a jamais oublié cette nuit, mais n’en a jamais parlé.

Le témoin a précisé que lorsque l’objet tournait autour de sa maison, il a pris une photo qui s’est avérée très médiocre. C’est cette nuit là que ne pouvant dormir, il a vu la lumière, puis les êtres autour de lui. Il confirme n’avoir pas vu leur visage. Ils étaient grands et lui ont fait songer à des docteurs qui lui auraient fait une prise de sang. Ensuite ils ont disparu. Durant ces moments il a constaté qu’il ne pouvait pas bouger. Le lendemain il a vu sur son bras une ligne rouge là où ils ont fait la prise de sang. La possibilité qu’ils reviennent le terrorise.

HC addendum

Source : OVNI de l’Yorkshire Société, http: // ufophenomenon.weebly.com/black-ufo-alien-bedroom-visitors.html Type : D ?

 

11.

Lieu. Minocqua, Wisconsin

Date: July 2010 heure : Tard dans la nuit.

Le témoin et son mari ont acheté une jolie maison toute proche d’un lac magnifique. Le jour du déménagement il a été convenu qu’elle partirait d’abord seule, que son mari et les enfants viendraient ensuite avec le reste du déménagement.

Elle est arrivée tard vers 22h, trop fatiguée pour décharger, elle est entrée dans la maison. Elle a jeté son sac sur le plancher et s’est allongée sur une chaise.

Elle se souvient très bien avoir éteint toutes les lumières, sauf celle de la cuisine. La maison était inoccupée depuis deux ans, complètement vide a l’exception de la chaise.

Elle s’est endormie très rapidement. Elle se souvient ensuite s’être réveillée brusquement. La nuit était noire, pas de lumière et ici pas d’éclairage public.

Elle a vue une lumière douce à environ 5 pieds (1,5 mètre) devant elle et 3 pieds au dessus du sol (1 mètre). Elle n’avait pas peur mais très intriguée elle se demandait ce que c’était.

La lumière a commencé à se déplacer verticalement dans la pièce, elle a vu apparaitre comme un bras et une main un peu comme si ils étaient passés aux rayons X. Le bras était plié. Le « bras se déplaçait avec un petit rougeoiement clair qui le suivait. Dans s a tête est apparu une sorte de cliquetis. Elle s’est levée brusquement et est allé allumer la lumière de la cuisine. L’apparition a disparu.

Elle était persuadée d’avoir laissé la lumière de la cuisine allumée. Pourquoi s’était elle éteinte ?? Ni l’ampoule, ni le fusible n’étaient abimé. Après cet incident, elle distinguait du coin de l’œil une sorte de voile qui allait vers la chambre du couple. Cela arrivait plusieurs fois par semaine mais personne d’autre qu’elle ne le voyait.

Une nuit elle regardait seule la télé, elle a vu se déplacer la boule de lumière. Elle l’a bien observée. Elle flottait à quelques pouces du sol, entré dans la chambre il a disparu. Le témoin a aussi photographié de nombreux orbes.

HC addendum

Source: Your True Tales—May 2011 Type: E?

 

12.

8-humanoide-ar.jpg

Lieu. Près d’East Liverpool, Ohio

Date : juillet 2010 Temps : 3h00. (Matin)

Le témoin rentrait avec sa petite amie, de Chester (Virginia). Ils était sur la route 68 entre East Liverpool (Ohio) et Midland (Pennsylvanie), le long de la rivière Ohio. Vers trois heures du matin comme un ange noir flottait devant le camion. Il avait environ 6 pieds de haut (2 mètres env.). Il a fait une manœuvre pour l’éviter. L’ange noir est parti vers la rivière. Le témoin voulait porter témoignage a la police mais son amie craignait qu’on les prennent pour des fous.

HC addendum

Source: Phantoms and Monsters May 22 2011 Type: E

 

13.

Lieu . Près de Brisbane, Queensland, Australie

Date: juillet 2010 heure : soirée

Le témoin avait été, avec ses parents rendre visite à des amis dans leur résidence d’été.
Les adultes étaient partis acheter à manger, les jeunes dans la chambre jouaient à la « Playstation ». Le témoin a vu, du coin de l’œil, un mouvement à l’extérieur de la grande fenêtre, juste à droite du poste de télévision. En regardant, elle a été stupéfaite de voir une créature de taille moyenne, très pâle qui a vite été se cacher dans les buissons un peu plus loin. Les deux jeunes amies, un peu incrédules, ont décidé d’aller vérifier. Elles ont remarqué qu’elles ne percevaient aucun chant d’oiseau, ni de bruits d’insectes. A regret elles ont quitté l’endroit. Elles ont alors entendus un grondement. Les témoins se sont retournées et ont vu une sorte de « monstre ». Un « humanoïde », pâle, chauve, nu, il avait des yeux noirs comme le charbon,. Les témoins étaient paralysés par la peur. La créature avait des oreilles pointues, d’énormes dents, pas de nez, mais des trous à la place. Il grondait comme un chien. Il s’est volatilisé. Les témoins s’interrogeaient quand elles ont entendus la voiture des parents. Elles n’ont jamais raconté cette histoire.

HC addendum

Source: http://paranormal.about.com/od/demonsandexorcism/a/tales_11_06_09t.htm Type: E

 

14.

Lieu. Edge of the Universe Ridge, Fullerton, California

Date: 2 juillet 2010 Time: 23:00

Trois amis ont décidé d’aller promener à un endroit connu sous le nom de « Fullerton Trails ». Où ils voulaient prendre du cannabis.
(Les trois amis consommaient du cannabis) Au sommet de cet endroit il y a une vue exceptionnelle. Un peu plus loin une autre arrête rocheuse « The end of the Univers » est encore plus élevée. Il était tard, ils étaient fatigués, ils n’ont pas renoncé à leur projet de grimper là-haut. Cette arrête rocheuse commence dans une zone résidentielle, bordée d’arbres d’un côté, et d’une barrière de l’autre.

Ils sont parvenus sans trop de difficulté au sommet. Mais une odeur putride les a surpris. Comme si une charogne était en décomposition. Ils n’ont vu aucun cadavre. Ils ont commencé à prendre le cannabis. Ils admiraient le paysage du désert en dessous d’eux, ils parlaient de la fraicheur de la nuit. Ils ont entendu un bruit dans les buissons derrière eux. Ils ont naturellement pensé à un petit animal qui bougeait. Ils continuaient leurs occupations quand les bruits ont augmenté….

Lire la suite

OVNI : Document déclassifié australien sur sites nucléaires

OVNI : Document déclassifié australien sur sites nucléaires

 

ovni-australie-nucleaire.jpg

Les OVNIS surveillent  les bases d’armes nucléaires,  c’est ce que confirme un nouveau document déclassifié issu des archives nationales australiennes (Australian National Archives).

Ce nouveau document déclassifié intitulé « observations d’OVNIS sur les sites d’essais d’armes » révèle des témoignages d’observations d’OVNI sur une zone de tests atomiques au cours des années 1950-1960.

Ce rapport a été rédigé le 24 Juillet 1960 par l’agent de sûreté Hanlon, et rend compte d’observations d’ovnis dans la région interdite de Woomera où, de 1959 à 1963, se sont déroulés plus de 40 essais top-secret d’armes nucléaires. Plusieurs dizaines de témoins ont été interviewés : police, personnel du WRE, des forces armées, un «indigène patrouilleur» et des membres du public, etc.

Les experts scientifiques qui ont été consultés pour ce rapport proposent une large gamme d’explications pour les phénomènes observés , allant des ovnis aux réflexions « des feux des véhicules éloignés sur une couche d’inversion faible, en passant par l’électricité statique des ballons-sondes... Phil Noyant

ufo-australie-nucleaire1.jpg

ufo-australie-nucleaire2.jpg

source : http://vrroom.naa.gov.au/records/?ID=26096 - Weapons Research Establishment (WRE), Salisbury – Department of Supply
Notes: The file of which this document is a part was transferred to the Royal Commission into British Nuclear Tests in Australia in 1984–85.

via : Exo-contactsAera51

 

YH : On ne peut s'empêcher de penser à toutes ces observations de faux "drones" au-dessus des centrales nucléaires françaises en 2014 et début 2015...

 

S,F,H, 2012-2015

OVNI : Un ancien pilote militaire révèle sa rencontre

OVNI : Un ancien pilote militaire révèle sa rencontre

r-sabreliner-jet-large570.jpg

 

Photo de l'avion T-39D Sabreliner , similaire au jet piloté par Capt. Larry Jividen la nuit de cette rencontre avec un ovni en 1975.

Source : http://www.huffingtonpost.com/2012/04/03/ufo-encounter-pilot_n_1396078.html?ref=tw  via http://www.facebook.com/crucras

Traduction area51blog

 

Dans la nuit du 6 février 1975, le capitaine d’escadron de marine de réserve  Larry Jividen pilotait un Sabreliner T-39D (voir image ci-dessus) avion d’entrainement au  combat et de service avec cinq pilotes officiers de marine à bord pour un vol d’entraînement spécial. Il ne savait pas que la soirée se transformerait  en un jeu du «chat et de la souris» avec un objet volant non identifié.

 

Jividen n’a jamais parlé de son expérience depuis presque 40 ans — jusqu’à maintenant.

L’officier du Corps des Marines depuis 9 ans - et plus tard pilote de ligne commerciale - avait décollé au crépuscule pour un aller-retour de deux heures qui a commencé et s’est terminé  à la Station Aéronavale de Pensacola, en Floride.

 

s-larry-jividen-large300.jpg

 

“Aux environs de 9 heures, nous descendions d’une haute altitude — environ 33,000 pieds – et j’ai regardé sur le côté droit de l’avion où j’ai vu une lumière rouge fixe à notre position et altitude de 01:00 heure ”, a dit Jividen au Huffington Post.

 

“Il ne clignotait pas comme les feux anti-collision  normaux des avions. J’ai pensé que ça pouvait être quelque autre traffic, mais je n’étais pas sûr alors j’ai appelé la tour de contrôle et dit, « Comprenez que nous avons l’autorisation d’approche, mais nous avons un trafic sur notre droite, qui passe en premier pour l’approche ?”

 

Le trafic que Jividen et les cinq autres membres de l’équipage ont vu a été mutuellement décrit comme «un objet solide circulaire ayant la taille relative d’une bille de gamin tenue à bout de bras», s’est rappelé Jividen.

 

 Lorsqu’ils furent informés que la tour de contrôle au sol n’avait pas d’autre trafic dans leur proximité, Jividen commença à s’inquiéter que le mystérieux objet ne soit pas apparu sur le radar. Il demanda donc  l’autorisation de dévier de leur approche et de se tourner directement vers l’ovni lumineux rouge “juste pour voir ce qu’il allait faire”.

 

Comme il se tourna vers l’objet, Jividen dit qu’il se tourna vers son avion. “Il a soudainement volé de droite à gauche, sur le nez [de notre avion], et s’est juste arrêté à notre position de  11  heures. À ce moment-là, j’ai commencé à accélérer pour voir si je pouvais me rapprocher de l’objet, et comme je [l'ai fait], il m’a dépassé. en d’autres termes, quand j’accélérais, il  accélérait . “Alors, j’ai décidé de descendre pour placer l’objet contre un champ d’étoiles afin de m’assurer qu’il était réellement solide, et puis je suis monté pour que je puisse voir  silhouette de l’objet contre le Golfe du Mexique.” Jividen dit la que la  rencontre de cinq minutes a pris fin lorsque l’ovni rouge s’est envolé à une vitesse très élevé et a disparu à l’horizon en direction de la Nouvelle-Orléans. Lorsque l’équipage retourna à Pensacola, Jividen remplit un dossier d’incident et ce fut la dernière fois qu’il entendit parler de cet épisode Et personne d’autre n’en entendit parler pendant plus de 3 décennies. L’histoire de Jividen est maintenant racontée dans la nouvelle édition de “”UFOs: Myths, Conspiracies and Realities,” écrit par le  Col. John Alexander.

 

s-john-alexander-large300.jpg

 

“J’ai fait quelques vérifications sur les antécédents de Jividen et une des premières choses qui revenaient était sa  croix de vol de distinction pour avoir fait  des choses vraiment héroïques. Il est bien celui qu’il dit être et il est très simple», dit Alexander au  HuffPost. “Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute que c’était quelque chose. Je le prends comme un témoin très crédible, bien plus que beaucoup d’autres.”

 

L’autorisation top-secret d’Alexander qui lui a été accordée par le Gouvernement américain lui a donné accès dans les années 80 à une variété de documents officiels et aux premiers récits personnels d’ovnis. Il a aussi créé un groupe spécial de fonctionnaires et de scientifiques de haut niveau qui ont étudié le phénomène ovni. En fin de compte, Alexander a déterminé que les États-Unis, en effet, avaient des preuves montrant la réalité OVNI, mais il n’a pu trouver aucun signe que le gouvernement a délibérément gardé ces informations du public, ou que le contact avait été pris avec une vie extraterrestre. “Une des choses que nous observons sont des caractéristiques physiques que nous ne comprenons pas, des capacités qui sont au-delà de nos options technologiques en ce moment, une accélération extrêmement rapide et des tours de haute gravité auxquels des  organismes vivants, comme nous le savons, ne survivraient pas , “a t-il expliqué.

 

Regardez ces rencontres rapprochées étonnantes des pilotes avec des ovnis :

 

 

Une question plus large subsiste  en ce qui concerne les ovnis vus par des militaires, des pilotes professionnels et privés qui  peuvent se révéler des dangers potentiels pour la sécurité, dit au moins un scientifique respecté. “ Mes amis qui sont des scientifiques disent, « Eh bien, il n’y a rien concernant les ovnis. Si il y avait quelque chose, nous aurions des données et nous aimerions les compulser. “ C’est en partie une déclaration valable, et ce sont  les pilotes qui  sans le savoir, nous empêchent d’obtenir les données pour analyser scientifiquement, “ a déclaré Richard Haines, ancien chercheur scientifique  du Centre de recherche Ames de la NASA.

 

Haines – qui préfère utiliser le terme phénomènes aériens non identifiés, ou PAN plutôt que OVNI – est un ancien sceptique  qui dirige actuellement le Centre national d’information de l’aviation sur les phénomènes anormaux,(National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena), ou NARCAP. “Nos objectifs sont de rendre les vols plus sûrs pour le  public qui voyage, en particulier en ce qui concerne les PANs, et nous sommes convaincus qu’il y a une menace potentielle posée par proximité des PANs et des avions commerciaux et privés», dit Haines au HuffPost.  Travaillant avec un effectif de près de 40 personnes, y compris les filiales internationales, Haines est scientifique en chef du NARCAP. Il aborde la question des pilotes qui ont craignent de signaler un OVNI ou un PAN alors qu’ils sont encore actifs.

 

“ Pour moi, c’est un grave facteur inhibant pour que les scientifiques comme moi collectent les données.” Haines suggère que le facteur peur qui entoure les pilotes n’est pas tant le fait d’avoir peur des objets auxquels ils sont confrontés que la crainte de perdre leur emploi s’ils parlent à ce sujet. “Exactement. Je ne pense pas que ce soit  une peur physique. Le NARCAP vient avec l’objectif d’essayer de rendre les vols plus sûrs pour le public, et les compagnies aériennes ne veulent pas entendre cela, car cela implique qu’ils ne sont pas sûrs ! Pour des raisons évidentes, de nombreux rapports que j’ai  sont ceux des pilotes à la retraite. “Comme celui de Jividen, qui a déposé un rapport l’an dernier avec Haines — près de 40 ans après les faits, mais c’était toujours impressionnant. “ En premier lieu, il y a plusieurs témoins” déclare Haines. “Il y avait six hommes à bord et ils n’ont pas tous confondu avec une illusion collective. “ Après plusieurs minutes l’objet n’a pas changé de forme ou d’intensité , ce qui signifie qu’il n’a pas seulement accéléré devant lui et arrêté à sa position de 11 heures, mais il a ensuite maintenu sa vitesse en avançant. Nous devons nous demander quel phénomène naturel est capable de faire ça ? ! "

 

L’ancien scientifique de la NASA Richard Haines décrit une rencontre poignante d'un pilote avec un OVNI :

 

Dr. Haines has been a NASA research scientist since the mid 1960's. He has worked on the Gemini, Apollo and Skylab programs as well as several others. Over the past 30 years, Dr. Haines has compiled over 3,000 cases of unusual visual and radar sightings of unexplained aerial phenomena -- known as the AIRCAT files.

 

Dr. Richard F. Haines, NARCAP Science Chief presents at the CAIPAN 2014 Workshop, hosted by CNES-GEIPAN - PARIS 2014 (vous avez des sous-titres en vo traduits par Google en français dans le menu que vous pouvez choisir)

 

Haines n’est pas encore sûr de ce que sont ces objets insolites dont  tant de pilotes au fil des décennies ont fait état. « Honnêtement, je ne sais pas, et en tant que scientifique, je veux garder toutes les portes ouvertes jusqu’à ce que j’aie  une preuve suffisante, mais jusqu’à ce moment-là, je ne vais pas spéculer. ”

 

Les recherches d’ Alexander le conduisent à au moins une  conclusion importante à propos des cas réellement inexpliqués d’OVNIs ou de PANs.      ” Si vous arrivez à la question fondamentale – si il y a une intelligence derrière tout cela, et cela semble bien  être vrai - des choses comme l’énergie doivent être la clé. Certainement,  comprendre une forme différente d’énergie serait incroyablement utile.” Quel  qu’ait été l’objet circulaire rouge   que Jividen et son équipage ont  rencontré cette nuit-là en 1975, deux choses ont fait une impression durable sur lui. « Tout d’abord, il n’y avait pas de contact radar avec lui. Il est clair, par la silhouette et les mouvements de mon appareil, que c’était un objet solide, qui se propulsait lui-même. ” Je ne pense pas que notre science physique soit assez avancée pour évaluer ce que sont  ces choses. Il y a certains phénomènes physiques en cours que nous ne pouvons pas clairement interpréter ou évaluer – c’est de toute évidence contrôlé par une intelligence, mais il se peut qu’elle ne soit pas extraterrestre ”.

 

http://area51blog.wordpress.com/2012/04/12/rencontre-avec-un-ovni-revelee-pres-40-ans-apres-par-un-ex-pilote-militaire-exclusif/

 

MAJ 2015 - Video Geipan 2014

 

Yves Herbo Relai, S, F, H, 04-2012 - UP 08-2015

Vie Extraterrestre : plusieurs scientifiques renommés en parlent

Vie Extraterrestre : plusieurs scientifiques renommés en parlent

Systemesolaire mini

Michio Kaku, astrophysicien, professeur de physique à la cité universitaire de New York.

Sources : FREDO1605 - http://quidpostmortem.blogspot.com/

qactu-flash-fr.jpg

Docteur en astrophysique, Bruno Guiderdoni aborde la question de la reconnaissance scientifique de formes de vie extraterrestre possibles. Que disent les religions?

Sources : http://www.omegatv.tv - http://quidpostmortem.blogspot.com/

 

Les soucoupes volantes, les objets volants non identifiés, donc les OVNIs font l’objet depuis longtemps d’une joute féroce entre leurs fervents défenseurs et leurs solides détracteurs. Mais qu’en est-il aux yeux de la science et peut-on concevoir l’existence d’une vie extraterrestre qui nous observerait ? Tels sont les thèmes de cette édition de Space…

Sources : http://fr.euronews.net/ - http://area51blog.wordpress.com/2012/04/10/seuls-dans-lespace/

 

Yves Herbo Relai, Sciences, Fictions, Histoires, 04-2012, up 07-2015

Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement

Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement - 2012 - MAJ 07-2015

dp-hunter.jpg

Le DP Hunter au large de Tahiti

Il y a 14 600 ans, le niveau marin a connu une hausse brutale de presque 14 mètres en seulement 350 ans. Cette élévation impressionnante coïncide avec le début de la première période chaude qui marqua la fin de la dernière glaciation. De plus, la contribution de la calotte antarctique à cette élévation a été significative. Tels sont les résultats mis en évidence par une équipe du CEREGE (1) (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France), en collaboration avec des collègues anglais et japonais. Publiés le 29 mars 2012 dans la revue Nature, ces travaux confirment l'existence d'une accélération majeure de la remontée du niveau marin entre -14 650 et -14 300 avant maintenant : il s'agit d'un des événements climatiques les plus marquants des derniers 20 000 ans.

Les coraux édificateurs de récifs sont des organismes qui vivent exclusivement dans les eaux tropicales. Très sensibles à la luminosité et la température, ils croissent à fleur d'eau, dans un intervalle de profondeur très restreint, ce qui en fait de bons marqueurs du niveau de la mer. L'étude de ces coraux fossiles, qui se sont formés au cours des dernières centaines de milliers d'années, permet donc de reconstituer les variations du niveau marin et les changements environnementaux passés. Ces archives fournissent ainsi des informations précieuses sur la dynamique et le comportement des calottes de glace du passé. Mieux appréhender cette dynamique permettra d'améliorer à terme la modélisation et la prévision des variations futures du niveau marin.

Dans le cadre d'une campagne de forages internationale effectuée en 2005(2) sur les pentes des récifs actuels de Tahiti, les chercheurs du Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France) ont carotté trois sites situés dans des récifs coralliens, au large de l'île de Tahiti. En datant ces archives, ils ont pu reconstituer les variations du niveau marin sur les derniers 16 000 ans(3). Ces datations mettent en évidence une remontée extrêmement rapide du niveau de la mer au cours de la dernière déglaciation qui s'est déroulée entre -21 000 et -11 000 environ. Au cours de cette transition entre une dernière période glaciaire et le climat chaud que connaît actuellement la Terre, le niveau marin global est remonté d'environ 120-130 mètres sur presque 15 000 ans. Il était déjà acquis que cette augmentation n'avait pas été constante, mais qu'elle avait été ponctuée par des élévations rapides du niveau marin associées à des débâcles massives des calottes de glace. La plus importante de ces hausses, appelée Melt-Water Pulse 1A (MWP-1A), restait cependant par bien des aspects énigmatique.

Ces nouveaux travaux ont permis de confirmer l'existence de cet événement climatique majeur, tout en révélant pour la première fois son amplitude, sa chronologie et sa durée. Le début du MWP-1A a été daté à -14 650 ans, ce qui fait coïncider cet événement avec le début de la première phase chaude qui marqua la fin de la glaciation dans l'hémisphère Nord. Cette période, appelée Bølling(4), s'est étalée sur un peu moins de deux mille ans et a vu la température de l'hémisphère Nord augmenter de près de 5°C en quelques années. Selon les chercheurs du CEREGE, la remontée du niveau global des océans au cours du MWP-1A aurait été de presque 14 mètres en seulement 350 ans. La vitesse de la remontée du niveau marin aurait été au minimum de 40 mm/an (4cm), vitesse qu'il faut comparer au taux moyen de 10 mm/an estimé pour la dernière déglaciation ou à celui de 3 mm/an observé aujourd'hui par satellite. En s'appuyant sur des simulations de modèles géophysiques, les chercheurs ont aussi établi que la calotte antarctique avait contribué très significativement, probablement pour moitié, au MWP-1A. Ces travaux illustrent l'instabilité des calottes glaciaires, en particulier de la calotte antarctique, à une perturbation climatique majeure et imposent un regard nouveau sur la contribution future de la calotte antarctique à la remontée du niveau des mers dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

Ces travaux ont notamment bénéficié du soutien de la Fondation Comer (USA), la Fondation européenne de la Science (ESF-EuroMARC), la Communauté européenne (Projet Past4Future), le Collège de France, le CNRS et l'IRD. 

Notes :

(1) Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement
(2) Cette campagne a été mise en œuvre grâce au programme international IODP (Integrated Ocean Drilling Program) au sein duquel la France est fortement impliquée, via le consortium européen ECORD, aux côtés de 17 autres pays. 
(3) La précision des datations obtenues par la méthode U/Th au CEREGE est de l'ordre d'une trentaine d'années pour de tels échantillons.
(4) Au cours de cette première phase de réchauffement des peuples de l'âge de pierre ont pu s'installer en Europe du Nord et jusqu'en Scandinavie avant que les températures ne redeviennent glaciales il y a 12 900 ans.

Références :

Ice sheet collapse and sea-level rise at the Bølling warming 14,600 yr ago. Pierre Deschamps, Nicolas Durand, Edouard Bard, Bruno Hamelin, Gilbert Camoin, Alexander Thomas, Gideon Henderson, Jun'ichi Okuno, Yusuke Yokoyama, Nature, 29 mars 2012. Presse CNRS l Priscilla Dacher 

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2535.htm

niveau-mer-12000ans.jpg

Europe : les terres hors de l'eau 12000 ans av.JC.

MAJ 07-2015 : Cette première étude datait de 2011-2012 mais d'autres publications, écrites par d'autres scientifiques, sont maintenant trouvables sur internet, et confirment toutes les mêmes tendances et probabilités qu'une telle chose pourrait bien se produire dans notre futur proche... un impressionnant défilé d'articles présents sur ce site et regroupés ici, et qui convergent tous, en parlant de géologie, d'études du Groenland ou de l'Antarctique, des fontaines de méthanes Arctiques, d'une même convergence de données sur de profonds bouleversements en cours et en accélération... et beaucoup de scientifiques sont déjà convaincus qu'il est déjà trop tard pour y faire grand chose... :

Augmentation des fontes de glaces sur les terres et montée des fleuves d'eau douce :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/climat-de-nouveaux-rapports.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/climat-le-bilan-2011-de-l-omm.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/la-fonte-estivale-des-glaces-de-l-arctique-s-accelere.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/nouveau-record-de-fonte-estivale-pour-la-banquise-arctique.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-automne-dernier-le-gulf-stream-a-devie-sa-trajectoire-de-200-km.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/l-est-de-l-antarctique-plus-fragile-que-prevu.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-la-montee-des-eaux-a-englouti-une-partie-de-la-prehistoire-francaise.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-antarctique-nous-preparerait-il-une-mauvaise-surprise.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/fontes-des-glaciers-et-eboulements.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/antarctique-la-fonte-des-glaciers-s-accelere-et-serait-irreversible.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-d-un-traceur-de-glace-et-etude-sur-la-fonte-du-groenland.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-un-tsunami-geant-provenant-de-l-antarctique.html​

Réchauffement et montée des océans, canicules et augmentation des cyclones :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/le-changement-climatique-a-deja-provoque-une-acceleration-des-episodes-violents.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/la-terre-pourrait-se-rechauffer-plus-vite-que-prevu-d-ici-2050.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-previsions-pessimistes-ou-realistes.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-tsunamis-nord-europeens.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/tsunamis-en-europe-des-etudes-alarmantes.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-reactions-a-l-acceleration-pour-2100-groenland-bientot-vert.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/canicule-2012-de-nouvelles-sueurs-froides-pour-le-nucleaire-francais.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-les-canicules-seront-la-norme-en-ete.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climats-extremes-et-alertes-volcaniques.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/2-a-4-degres-de-plus-sur-la-region-parisienne-d-ici-2100-d-apres-meteo-france.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-la-montee-des-oceans-largement-sous-estimee.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-ou-pas-les-eaux-montent-plus-vite.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-cyclones-devraient-devenir-de-plus-en-plus-violents.html​

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/montee-des-eaux-un-immense-aquifere-decouvert-au-groenland-bouleverse-tout.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/fontaines-de-methane-dans-l-ocean-arctique.html​

Augmentation des cancers de la peau à cause de la disparition des couches atmosphériques protectrices :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/actualite/augmentation-inquietante-des-cancers-de-la-peau-chez-les-trentenaires.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-afrique-australe-se-rechauffe-plus-vite-qu-ailleurs.html​

pollutions sur le toit du monde... :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/des-pics-de-pollution-sur-l-everest-superieurs-a-ceux-de-grenoble.html

Un emballement irrémédiable et un manque total de réaction, de réalisme humain ? :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/une-etude-predit-la-fin-de-notre-planete-avant-l-an-2100.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-le-catastrophisme-monte-pour-quand-la-panique.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-des-decouvertes-importantes.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/et-du-cote-du-pole-sud-quelles-oscillations.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/giec-aggravation-de-la-situation-et-mention-des-chemtrails-la-geoingenierie.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/des-fossiles-prouvent-le-brusque-changement-de-climat-au-dryas-recent.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/geologie-et-refroidissement-climatique-limites-du-taux-d-erosion-depassees.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/un-polluant-interdit-depuis-1987-detruit-toujours-la-couche-d-ozone.html

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/sciences/super-tempetes-et-deplacement-des-poles-magnetiques.html

 

Yves Herbo relai, Sciences, F, Histoires, 03-2012, up 07-2015

OVNIs : armes secrètes dérivées de technologies extra-terrestres ?

OVNIs : armes secrètes dérivées de technologies extra-terrestres ?

Beaucoup de chercheurs, et même des témoignages, affirment qu'au moins une faction secrète d'un service gouvernemental américain tout aussi secret possèderait et utiliserait des technologies héritées de récupérations ou échanges avec une ou des races extra-terrestres. Les exemples ne manquent pas sur la toile mais voici un petit élément supplémentaire sur cette théorie plausible :

Une  intéressante vidéo (malheureusement uniquement en VO) explique (un peu autoritairement) une bonne partie des observations d'OVNIs mystérieux à travers le monde pour les 60 dernières années et en attribue la plus grande partie aux gouvernements secrets. Mais la porte est largement laissée ouverte a ce que la quantité du phénomène peut encore être attribuée à de la technologie extra-terrestre.

La vidéo produite par l'auteur Brett Kitchens compile en seulement 10 minutes l'historique exhaustif et liste les informations précédemment déclassifiées, et ce que l'auteur constate, c'est l'histoire classée telle qu'elle se déroule aujourd'hui par "ceux d'entre nous qui sont dans la connaissance".

 

En regrettant un peu le manque éducatif, les faits présentés sont clairs et de forme concise. Il s'avère pour l'auteur que les "croyants" et les "non-croyants" ont partiellement raison. Ce qui est un peu déroutant.

Est-ce que les observations d'OVNIs inexpliquées sont le résultat de l'ingénierie humaine et de la science de pointe ? Ou des extra-terrestres ont effectivement visité la Terre et ont révélé leurs secrets, intentionnellement ou non ?

Présenté avec quelques diaporama de photos diverses et un impressionnant jargon technique (la partie sur les cristaux est un peu dense) ne touche pas loin de l'essentiel : le monde ne sait tout simplement pas l'histoire complète. Voilà.

Quel que soit son point de vue sur ce débat n'a pas vraiment d'importance. Cette érudition est l'occasion pour tout le monde d'apprendre et avec beaucoup de nouvelles informations dans le but de promouvoir la discussion. Qu'en pensez-vous ?

Par Tom Rose http://news.gather.com/viewArticle.action?articleId=281474981504149

 

YH : une MAJ de juillet 2015 fait que l'on constate la totale disparition de cette vidéo de la toile internet... pourtant, on trouve encore d'autres vidéos intéressantes du même auteur, Brett Kitchens, comme ici, mais elles datent toutes de 2013-2013... (on note aussi que dans la liste des vidéos encore présentes, certaines concerne l'influence franc-maçonnique américaine sur la politique du pays...) :

 

Traduit par Yves Herbo, S,F,H, 30-7-2012, MAJ 07-2015

Entretien avec Robert Hastings-mars 2012-Les Ovnis et le nucléaire

Entretien avec Robert Hastings (mars 2012 ) Les Ovnis et le nucléaire - MAJ 2015

r-hastings.jpg

Francis C  a obtenu cette fois- ci  un entretien  avec un chercheur ufologue, maitre de conférence, monsieur Robert Hastings.

 Ce spécialiste auteur d’un livre intitulé « Les ovnis et des armes nucléaires ». Au sujet des ovnis, Robert Hastings déclare que plus de 120 cas ont déjà été recensés par l’armée américaine depuis 1948, comme l’attestent des documents secrets récemment divulgués. Ces documents indiquent qu’il est certain que ces ovnis sont plus particulièrement intéressés par les armes nucléaires et leurs sites de stockage.

Selon Robert Hastings, ceci n’est pas uniquement de l’histoire ancienne. Deux évènements récents ont été signalés : l’un à Nellis AFB, Nevada, “Area 2 Weapons Storage Area”, en 2003, et l’autre près d’une base de contrôle de lancement, à proximité de Malmstrom AFB, Montana, en 2007.

VOIR :http://area51blog.wordpress.com/2010/10/17/temoins-militaires-dovni-sur-des-sites-nucleaires-national-press-club-27-09-2010-vostfr/

Témoins militaires d’OVNI sur des sites nucléaires – National Press Club – 27-09-2010 (VOSTFR)

Nous remercions R. Hastings  pour sa collaboration, d’ailleurs JG Greslé, S. Friedman ont été également abordables et disponibles pour Investigations Ufoetscience , grâce à leurs interventions nous pouvons ainsi mesurer l’ampleur du phénomène, qui dira après cela que les OVNIS sont des canulars ou méprises avec des planètes, jouets télécommandés, reflets ou lampes thaï??

L'interview de Robert Hastings de mars 2012 pour le site Investigations Ufoetscience :

interview-r-hastings-version-franc3a7aise.pdf interview-r-hastings-version-francaise.pdf

http://ufoetscience.wordpress.com/2012/03/20/entretien-avec-robert-hastings/

Autres liens très intéressants en liaisons (et voir dans le pdf) : 

http://www.jp-petit.org/OVNIS/temoignages_officiers/temoignages_officiers.htm

 

MAJ 07-2015 : Survol des centrales nucléaires françaises par des OVNIs/Drones (!?) :

2014 : http://www.nexus.fr/actualite/exologie/survols-centrales-ce-netait-pas-drones/

2015 : http://www.france2.fr/emissions/c-est-au-programme/chroniques-par-theme/des-ovnis-au-dessus-de-centrales-nucleaires_309737

http://ovnis-direct.com/hypotheses-sur-les-survols-de-drones-au-dessus-des-centrales-nucleaires-francaises-900148.html

http://www.echo-zen.com/un-journaliste-de-france-2-filme-un-ovni-au-dessus-dune-centrale-nucleaire/

Il semble évident d'après plusieurs témoins, incluant des agents techniques et des cadres travaillant dans des centrales nucléaires, que la majorité des objets ayant survolé certaines centrales nucléaires n'étaient absolument pas des drones "conventionnels" et identifiables comme tels. Il n'est pas impossible en plus que la haute technologie embarqué à leur bord ait pu agir électroniquement (ou via des technologie que nous sommes à peine en train de découvrir, voir par exemple la matière liée aux pantaquarks récemment confirmés... ou autres à venir...) à distance sur certains équipements...

 

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 03-2012, up 07-2015

Les OANIs : un petit historique

Les OANIs : un petit historique - 2012 - up 07-2015

ufo-sea.jpg

Quand on parle d'O.A.N.I., on ajoute une caractéristique technique de plus aux objets observés : ils ne se contentent pas de voler à des vitesses fantastiques mais se déplacent aussi dans les océans. Cela suggère également que ces OANIs possèdent des bases sous marines, ce qui expliquerait certaines observations locales fréquentes et des disparitions inexpliquées de navires. On peut aussi citer les récentes révélations d'une cité aquatique construite par une civilisation pré-colombienne en amérique centrale...

En quelque sorte, les O.A.N.I. signifient à la fois Objets Aériens Non Identifiés et Objets Aquatiques non Identifiés. Les objets en question se comportent d'après les témoins d'une manière ''intelligente', c'est-à-dire comme le font des machines construites, téléguidées ou pilotées par des entités vivantes ou robotisées. Ces objets manifestement solides entrent dans les mers et les océans et en émergent, sans oublier les lacs et les cours d'eau. Ces objets qui sortent de l'eau et y plongent peuvent aussi sortir de notre atmosphère pour évoluer dans ce que nous appelons l'espace. Ceci posé, sans toutefois remonter au déluge, voici une série de rapports très significatifs concernant des observations d'O.A.N.I.. 

Dans les Anales Russes, on trouve un cas très intéressant et authentifié : 

Le 15 août 1663, entre 10 heures et midi (heure locale) on entendit un bruit fort et au nord, du ciel clair et ensoleillé surgit un grand objet flamboyant de 40 mètres de diamètres (la hauteur d’un grand immeuble de 12 étages). Se dirigeant vers le sud, cette objet se mit à glisser au-dessus de la surface du Rob-Ozéro.

De la partie avant de l’objet sortaient deux jets de feu et de deux cotés de l’objet on voyait une fumée bleuâtre. Après avoir survolé une partie du lac, l’objet disparut dans des circonstances restées obscures.

Sa deuxième apparition se termina peu après par la diminution de la vivacité de sa luminescence et par sa disparition. Quelques temps après, très vite, à 500 mètres plus à l’ouest, le même objet incandescent apparut plus grand plus éblouissant, plus effrayant.

Ensuite l’objet s’obscurcit et disparut. 

Le temps total de la présence de ce corps étrange au dessus du lac fut d’une heure et demie. Les dimension du lac ne sont pas grandes: deux kilomètres de longueur sur un kilomètres de largeur. Au moment de l’apparition de ce corps, des pécheurs se trouvant dans leurs barque voulurent s’approcher de lui. Mais il renoncèrent à ce projet, la chaleur à sa proximité étant insupportable. La lumière que le corps émettait était si forte qu’on voyait le fond à la profondeur de huit mètres et les poisons se sauvant de cette lumière.

Là ou le feu effleurait l’eau en se déplaçant, sur la surface apparut un film brun qui faisait penser à la rouille.  

Quant à la véracité des détails, il n’y pas de doute non plus, le rapport ayant été consigné par le scribe du monastère de Saint Cyrille, après la confirmation des faits par les prêtres se trouvant sur la place d’observation. Cette prudence était tout à fait normale, puisque le scribe répondait sur sa tête de ce qu’il envoyait aux supérieurs ; l’église russe de l’époque ne plaisantant pas sur les phénomènes considérés comme des manifestations diaboliques. Naturellement, tout cela a été compris par les témoins comme ’’un signe de Dieu’’.

Extraits "Le livre des damnés" Chap. 5, Charles Fort, 1919) :

18 juin 1845: Les passagers du brigantin Victoria, naviguant à mille trois cents kilomètres d'Adalie, en Asie mineure, ont vu trois corps lumineux sortir de l'océan à une quarantaine de mètres du navire. Les trois "objets" restèrent visibles durant dix minutes. (1)

22 mars 1870Cap vert: Le capitaine F. W. Banner, commandant du " Lady of the Lake", fait le point et porte sur son livre de bord: "... les matelots de mon navire ont vu dans le ciel un nuage remarquable. Il avait une forme circulaire avec un demi cercle inscrit divisé en quatre parties, le trait de division commençant au centre du cercle et s'étendant vers l'extérieur, puis se recourbant en arrière. L'objet évoluait d'un point situé à 20° au-dessus de l'horizon jusqu'à un autre situé à 80°. Puis il se dirigea vers le NO alors qu'il était venu du SO. Il était gris-clair, soit couleur nuage, beaucoup plus bas que les autres nuages, il se déplaçait contre le vent. Il se présenta obliquement par rapport au vent puis se décida à filer droit dans l'œil même du vent. La forme fut visible pendant une demi-heure. Elle disparut à cause de l'obscurité. (123)

ufo-22-3-1870.jpg

 

Voici un autre incident s’étant produit dans le Pacifique nord-est, au cours de l’été 1945.

Il s'agit d'un grand O.A.N.I. sortant de l’eau et observé par des membres d’équipage du transport U.S. Delarof, chargé de munitions et de matériels pour l’Alaska.

Le témoin, auteur du rapport, est Robert S. CRAWFORD qui servait à bord en qualité de radio militaire.

" Le bateau, retournant à Seattle (État de Washington) se trouvait au large de l’île Adak. Le soleil allait se coucher et Crawford se tenait à bâbord, près de la cabine radio, quand il a entendu crier des hommes d’équipages. Il s’est retourné et a vu un grand objet rond qui venait de surgir de la mer. (Plusieurs homme d’équipages ont même vu l’O.A.N.I. apparaître sous la mer à un mille environ du Delarof). L’engin inconnu se découpant en silhouette sombre sur le soleil couchant, est monté presque à la verticale pendant quelques instant, puis il a courbé son vol pour venir à l’horizontal et s’est mis à décrire des cercles autour du bateau.

Tout les observateurs étaient convaincus que c’était un très grand objet. En le comparant à la largeurs d’un doigt tenu à bout de bras, Crawford a estimé qu’il devait avoir de 45 à 75 mètres de diamètres.

En tournant autour du Delarof, l’objet volant était à portée facile de ses canons. Mais les canonniers n’ont pas tirés, tout en guettant tout signe d’hostilité. L’O.A.N.I. a fait deux ou trois fois le tour du bateau, volant régulièrement et sans aucun bruit.

Tout les témoins ont estimé qu’il était auto-propulsé, autrement le vent violent qui régnait aurait visiblement affecté ses mouvements. Au bout de plusieurs minutes, l’objet volant a disparu vers le sud ou le sud-ouest. Soudain l’équipage a vu trois éclat de lumières venant de l’endroit ou il avait disparu. Le capitaine du Delarof a posté une bordée de quart supplémentaire quand le bateau est repassé plus tard par ce secteur, mais rien n’a été vu.

10 février 1951Océan Atlantique: Le Lieutenant réserviste de l'US Navy Graham Bethune, copilote sur le vol 125 de Keflavik, rapporte:

"Alors que je volais dans le siège de gauche sur un trajet à 230 degrés à la position 49-50 Nord et 50-03 Ouest, j'ai observé une lueur au-dessous de l'horizon à environ 1.000 à 1.500 pieds au-dessus de l'eau. Nous avons observé son cours et mouvement pendant environ 4 ou 5 minutes avant d'attirer l'attention des autres membres d'équipage... Soudainement son angle d'attaque a changé, son altitude et sa taille ont augmentés comme si sa vitesse dépassait les 1.000 miles par heure. Elle s'est rapprochée tellement rapidement que notre première impression était que nous allons vers une collision en plein air. En fait son angle a changé et sa couleur a changé. Il est ensuite apparu comme sans aucun doute circulaire, orange rougeâtre sur son périmètre. Il a inversé son vol et a triplé sa vitesse jusqu'à ce qu'il ait disparu hors de vue au-dessus de l'horizon. En raison de notre altitude et de la distance trompeuse au-dessus de l'eau il est presque impossible d'estimer sa taille, distance, et vitesse. Une évaluation grossière serait d'au moins 300 pieds de diamètre, d'une vitesse de plus de 1.000 miles par heure, et il s'est approchée à moins de 5 miles de l'avion." (1)

Mai 1958, Octobre 1959 et Janvier 1960 : Golfe Nuevo : Le Golfe Nuevo a été la scène d'une série de contact sous-marins mystérieux (1234)

Février 1961CarélieURSS: un garde forestier, Vassili Brodski, remarque une énorme fosse (27 m de long, 15 de large et 3 m de profondeur) qui mène au lac gelé de Korb, sur la rive en falaise Sud comme une brèche, et qui n'existait pas la veille à 21 h. Les bûcherons de la région n'ont rien vu, rien entendu. Un objet percutant semble avoir creusé la falaise, la glace et le fond du lac creusant une fosse de 1000 m3 avalant le sol gelé, avoir enfoncé la glace dans le fond et avancé de 20 m sur le fond en poussant un bourrelet de 1,5 m de terre vaseuse et être ressorti en marche arrière. L'objet n'a pas été vu mais a laissé des fragments de nombreux métaux. Les morceaux de glace brisée sont d'un vert émeraude dont nulle analyse ne pourra explique la nature ni l'origine. D'étranges grains noirs recueillis sur la rive révèlent une composition chimique métallique si complexe qu'elle ne pourrait être obtenue que par des opérations effectuées à très haute température ; ils résistent à l'action des acides. On en conclut que ces grains ont une origine non-organique et probablement non-naturelle. Depuis, la végétation à l'intérieur de la fosse est inexplicablement luxuriante mais, en dépit de tant d'énigmes, les recherches n'ont pas été poursuivies, parce que le phénomène n'est pas dangereux pour l'homme. (12, (LES OVNIS EN URSS et dans les pays de l'est, Robert LAFFONT 1976))  

1er août 1962Le BruscFrance: Dans la nuit, trois pêcheurs dans deux bateaux, virent une sorte de sous-marin émerger lentement de l'eau. Trois hommes-grenouilles sortirent de la mer et montaient à bord de ce navire. L'un des pêcheurs les appelait par haut parleur, mais ils ne répondirent pas, sauf l'un des trois qui fit un signe du bras. Quand ils avaient intégré le navire, celui-ci sortit de l'eau, planant sur place, paré de lumières rouges et vertes. Un projecteur blanc s'alluma et se dirigea vers les bateaux de pêche. Ensuite les lumières de la chose s'éteignirent, tout l'engin devint lumineux orange, se mit à tournoyer de plus en plus vite pour tout à coup s'élancer en une fraction de seconde vers le ciel où il disparut. Les pêcheurs n'ont entendu aucun bruit autre que celui des vagues. (Janet and Colin BORD: "Modern Mysteries of the World" - Guild Publishing London 1989, p. 166)...

18 janvier 1967Sjællands, Danemark: Deux enfants vont observer un OVNI près de la rive dont sortira 8 êtres. Tandis que l'appareil avait été en vol stationnaire au-dessus du rivage, selon le garçon, quelque chose avait été jeté sur la plage. Une substance pourra être étudiée plus tard. (1)

Octobre 1967Shag HarborCanada: Laurie Wickens et 4 de ses amis roulent à travers le petit village de Shag Harbour sur la route n° 3, lorsqu'ils remarquent quelque chose d'inhabituel en l'air devant leur voiture : un phénomène estimé à 60 pieds de long environ, de couleur ambre et à l'apparence de "bol", portant 4 feux brillants clignotant en séquence, incliné à 45° et s'apprêtant apparemment à tomber dans les eaux du port. Au moment de l'impact, un éclair brillant est observé en même temps qu'un énorme bruit d'explosion. Wickens tente de garder l'objet en vue tout en continuant à conduire à travers le village vers l'ouest. (12345)

Vidéo Incident à Shag Harbor 1/4 - Vidéo Incident à Shag Harbor 2/4 - Vidéo Incident à Shag Harbor 3/4 - Vidéo Incident à Shag Harbor 4/4

Apparitions sur des lacs naturels :

En novembre 1969, le chroniqueur Carlos Comena, journal du soir ‘’ Ultima Hora ’’ de Lima, est allé voir le commandant du port du lac Titicaca, le Senor Mario Delgado.

Selon les déclarations de ce dernier ‘’ce n’est plus un secret qu’a Puno les O.V.N.I.S. passent à chaque moment en direction du lac et y disparaissent ‘’.

(Puno est une ville portuaire situé sur la rive occidentale du lac, un des plus grand lac de montagne du monde).

Une entrevue avec deux officiers de marine de seconde classe, les Senores Genaro Aguilar et Juan Valle, lui a permis d’apprendre qu’en une autre occasion, divers objets volants non identifés arrivèrent lentement en formation triangulaire et disparurent dans le lac (lequel est à 3812 mètres d’altitude et a une surface de 8340 km²).

On a observé dans le lac Huypao des phénomènes semblables.

Ainsi, courant 1968, selon Monsieur Ruben Tizziani, correspondant de la revue argentine ‘’2001’’, les originaires du lieu certifient que tous les samedis soir, un étrange corps lumineux s’immerge dans les eaux du lac pour en ressortir les lundis matin (2).

Quant aux lacs de retenue, ils occupent une place relativement importante dans l’histoire des O.A.N.I. d’eau douce.

(2 )Référence: article de M Ruben Tizziani paru dans le n° 6 de la revue ‘’2001’’ en date du 20 décembre 1968 (page 34 à ) et ayant pour titre ‘’OVNIS sobre CUZCO: cotiadiano y real’’, soit en français ‘’OVNI sur CUZCO: quotidienne réalité’’.

A titre d’exemple, en octobre 1966, la presse locale de la grande banlieue de New-York (U.S.A.) fut submergée de rapports de ‘’soucoupes volantes’’, observées autour et au dessus d’un vaste lac de retenue, dans le nord-est du New Jersey, appelé lac Wanaque, alimentant Jersey City. L’affaire fut reprise par les agences de presse et s’enfla démesurément et dura prés de deux ans.

Quand les premiers O.A.N.I. furent signalés, des milliers sinon des dizaines de milliers de personnes envahirent la région toutes les nuits pour guetter (et souvent observer) les mystérieux objets illuminés. Parmi les curieux, il y eut des journalistes en nombre, des scientifiques sceptiques au départ, des ufologues et également des militaires qui pour d’excellentes raisons furent les premiers sur les lieux (3).

Plus tard, en avril 1969, à la demande d’un ami haut gradé de l’US. Navy, s’occupant du dossier O.A.N.I.. au sein du Pentagone, le nommé Ivan T. Sanderson et son adjoint se rendirent sur les lieux.

Lors d’une rencontre organisée par la police d’État du New Jersey avec le responsable chargée depuis 30 ans de certains aspects de la sécurité, au barrage et au réservoir, tout deux eurent confirmation du fait que de mystérieuse lumières et des objets solides illuminés étaient observés dans la région depuis plus d’un demi- siècle et apprirent de surcroît qu’en plusieurs occasions, ces incidents concernaient des O.A.N.I. plongeant, émergeant ou ayant été recherchés dans le lac de retenue par des plongeurs disposant d’un important mais discret matériel de l’US Army !

sonars-radars.jpg

Autre cas très remarquable : 

Le 31 octobre 1963, Rute de Souza (8 ans), fille d’Elidia de Souza qui habite près d’Iguape au Brésil, entendit un étrange grondement, de plus en plus fort et, cherchant d’ou venait le bruit, elle vit avec terreur un objet argenté approchant de la rivière, près de sa maison. L’objet survola le toit, puis elle-même, heurta la cime d’un palmier et se mit à ’’se tortiller ’’ et à se débattre en l’air au-dessus de la rivière. Il tomba enfin dans la Peropava, près de la rive opposée.

Rute courut dans la maison pour avertir sa mère et la croisa qui sortait. Mrs de Souza avait également entendu le bruit et se précipitait dehors pour voir ce que c’était . Peu après, Paul de Souza, le père de Rute, arriva à son tour. Lui aussi, il avait entendu le grondement alors qu’il travaillait à une centaine de mètres de la maison. Le trio regarda avec stupéfaction l’eau ’’ se soulever en bouillonnant ’’ à l’endroit ou le disque était tombé. L’eau continua de monter puis il y eut un jaillissement d’eau boueuse et enfin de boue.

Sur la berge opposée, des pêcheurs parmi lesquels le Japonais Tetsuo Ioshigawa, avaient été témoins de l’événement et ce fut par ce dernier que les enquêteurs et les reporters obtinrent une description suffisante qui leur permit d’estimer la taille de l’objet à environ 7,60 mètres de diamètre. Tous décrivirent le disque comme une ’’cuvette’’ d’aluminium poli. L’objet semblait se trouver à 7 mètres d’altitude quand il heurta le palmier. Jusqu’alors, il avait volé en ligne droite et après le choc, il entama des girations qui firent penser aux témoins qu’il avait des ennuis.

(3) Wanaque est une zone extrêmement surveillée, car c’est une partie vitale des besoins en eau de Jersey-city et de son complexe d’industries et de services essentiels.

Au cours des semaines suivantes, divers plongeurs tentèrent une opération de récupération. Au début des plongeurs avec de simples masques s’y essayèrent, mais échouèrent, puis ce furent des plongeurs avec scaphandres autonomes et enfin un scaphandrier professionnel de profondeur, avec sa combinaison et son compresseur d’air, qui tenta de localiser le disque. Au dernières nouvelles, rien n’a été trouvé et tous les plongeurs se plaignent d ‘être gênés par la vase au fond de la rivière. La Peropava est profonde de 4 mètres à l’endroit ou le disque sombra et son fond de vase est composé d’environ 5 mètres de boue et d’argile. Si le disque a plongé dans l’eau, puis dans la vase, comme semble l’indiquer le bouillonnement suivi de jaillissement de boue, il a traversé la couche de vase jusqu’aux rochers en dessous.

Afin de mesurer pleinement la signification de l’incident tel qu’il s’est produit, comme tout le prouve, l’on doit prendre tous les facteurs en considération. Bien que des détecteurs de mines aient été utilisés et que le génie civil du Brésil ait tenté de retrouver et de récupérer le disque, les rapports ne signalent pas le moindre succès, pas même l’emplacement du disque. De ce fait, l’on peut envisager la possibilité que le disque, après s’être heurté au fond, s’est éloigné grâce à un moyen de propulsion quelconque, de son point de chute initial. De plus sa taille indique qu’il pouvait être habité et qu’alors des réparations ont pu être effectuées sous l’eau, et l’évasion de la rivière et de la vase réussie pendant la nuit dans un lieu plus isolé que celui ou il avait coulé (4).

a priori, si vous étiez un pilote d’O.A.N.I. et aviez des ennuis mécaniques ou tout autres désagréments, la meilleure issue serait de vous planquer dans le lac, la rivière ou le fleuve le plus proche, en attendant de l’aide ou de réparer en toute discrétion.

De toute ce qui précède, plusieurs remarques s’imposent.

La première :le personnel naval qui entre vraiment en contact avec le domaine sous-marin, ce sont les gars du radar et du sonar, tant dans les sous-marins qu’a la surface. Ils sont pratiquement les seuls à pénétrer en profondeur dans cet élément, et notez bien, c’est précisément d’eux qu’émanent les rapports les plus circonstanciés concernant les O.A.N.I.

Seconde remarque: 72% de notre planète est recouvert d’eau, si l’on tient compte de tout les lacs, cours d’eau ,etc... Ceci explique tout naturellement le pourcentage élevé d’observations d’O.A.N.I. dans ou au dessus de l’élément liquide.

Troisième remarque: De nombreuse expériences et édifications en milieu aquatique ont amplement prouvé que vivre sous l’eau est parfaitement possible. Même pour des entités respirant du gaz (de l’air) sans parler de celles qui respirent du liquide (eau).

Références: The A.P.R.O. Bulletin, janvier 1964 (page 1) organe de l’Aerial Phenomenon Research Organization, fondée en 1952.Fate, mai 1964 (page62-65).

En fonction de tout ce qui précède, il y a donc de sérieuses raisons de penser que toutes choses résidant sous la surface de notre hydrosphère ont été initialement développées ailleurs et sont venues s’installer ici ou viennent en visites depuis longtemps, régulièrement ou non.

Par ailleurs, de l’avis autorisé de spécialiste du renseignement naval, notamment ceux de l’O.N.I. (Office of Naval Intelligence de l’US Navy) (5) et de la branche marine du G.R.U. le Service du Renseignement Militaire Russe) (6), rien ne s’oppose, bien au contraire, à la présence d’êtres intelligents et industrieux vivant au fond de des mers et océans, notamment dans de vastes habitacles forés dans les flancs des grandes chaînes de montagnes sous-marines et peut être aussi dans les couches supérieurs de la lithosphère qui se trouvent au-dessous(7).

Pour conforter ce point de vue, sachez par exemples que des informations concordantes, extraites de livres de bord de sous-marins nucléaires d’attaque de l’U.S Navy, font mention de ‘’nids’’ O.A.N.I. repérés dans la fosse abyssale de Porto Rico.

Noter, que cette fosse océanique qu'est l’atlantique occidental, atteint par endroit, plus de 9000 mètres de profondeur et s’allonge sur près de 1500 kilomètres, à la limite nord de l’île du même nom.

Plus près de nous, des marins pêcheurs corses du secteur de Porticcio, localité proche d’Ajaccio, m’ont discrètement informé qu’ils observèrent à diverses reprises et observent encore maintenant des engins volants inconnus émergeant des flots ou y plongeant, tels des habitués du coin.

A ce propos je tiens à rappeler que la Méditerranée est une mer intercontinentale profonde (moyenne 1500 mètres). Par ailleurs, d’aucuns affirment que l’État Major de la Marine Nationale Française est au parfum de ces ’’incidents’’ à proximité de l’île de Beauté. (YH : ne pas oublier non plus une base de sous-marins français locale, les incidents du Minerve et de l'Eurydice... les rapports font état de probables collisions sans identifications certaines des bâtiments concernés - le Tabarka cité pour l'Eurydice n'a enregistré officiellement aucun dégât ni incident...)

Reste encore à aborder la questions cruciale des origines ’’vraies’’ des possesseurs d’O.A.N.I., fréquentant notre planète et autres lieux. Ceci est une autres histoire beaucoup plus complexe que celles de leurs agissements parmi les gens d’ici bas

5 - Le contre-amiral Michael W.Cramer, directeur pour le renseignement de l’état major général de l’U.S Navy (j2) exerce depuis Septembre 94 les fonctions de directeur de l’O.N.I.

6 - Pour l’anecdote, le bâtiment de neuf étages qui abrite le cœur est le cerveau du G.R.U. est baptisé ‘’l’Aquarium’’ par les initiés.

7- La lithosphère est une zone formant l’une des enveloppes concentrique du globe terrestre caractérisée par sa rigidité, son épaisseur est de l’ordre de 50 kilomètres sous les océans et environ du double sous les continents. 

map-oceans.jpg

Ovni sous marin dans le sud du Vietnam 
 
Joseph Foster écrit : "En 1970, mi avril, nous faisions ancrage a bord de notre bateau de gardes cotes américain . Le capitaine nous autorisa a nager a la fin de l'après midi et je tenais la garde avec un M-16 sur le pont d'envol pour veiller aux requins.

Les nageurs plongeaient du pont principal et nageaient jusqu'à un radeau. Huit d'entre nous ainsi que le capitaine étions en train de regarder les 20 nageurs quand notre attention a été attirée par une grand objet sous marin qui se déplaçait lentement directement sous le bateau.

L'objet ressemblait a une ombre noire de forme elliptique. Il était a environ 50 pieds de profondeurs et se déplaçait perpendiculairement a l'axe de notre bateau. L'observation totale n'a pas durée plus de 20 ou 30 secondes.

Les hommes dans l'eau n'avaient aucune idée qu'un grand objet passait sous eux. Nous avons refusé la possibilité d'un requin blanc ou d'une baleine car il n'y avait aucun aileron ou appendice visibles.

Notre équipage a eu aussi des observations d'ovnis. Durant notre mois de juillet, nous avons eu un contact radar avec trois cibles voyageant a une vitesse supérieure a 3000 miles/heure. Huit hommes d'équipage ont vu trois lumières blanches voyageant vers le sud ouest et dans une formation en " V ". (YH : ou triangle...)

Un rapport fut établi.

Notre seconde observation prit place en mai 1970, pendant que nous étions a 600 miles a l'est de Guam. Une de nos fonctions était la navigation céleste. Je devais cibler les étoiles du soir et du matin. J'étais avec le capitaine quand nous avons remarqué une sphère parfaite brillante et qui semblait avoir la consistance du mercure liquide. L'objet voyageait vers le sud ouest a une altitude de 2500 pieds.

A Honolulu, je suis devenu ami avec un " yeaman fleet intelligence " qui déclara " Nous recevons des centaines de rapports sur des ovnis provenant des bateaux de l'US Navy. les ovnis sortent et entrent dans l'eau et volent directement devant nos bateaux. "

Ovnis dans les eaux soviétiques

Le Centre de Recherche Ufologique russe a une collection d'observations "d'aspect liquides ". Les dossiers secrets de la Marine russe contiennent beaucoup d'informations valables sur des observations d'ovnis. Les chercheurs militaires russes sont plutôt sérieux. Les dossiers sont largement inaccessibles, même après la chute de l'URSS.

Mr Krapiva s'occupait des témoignages donnés par des vétérans des sous-marins nucléaires Soviétiques. Ils avaient servi dans le Nord de la Russie, dans des bases et installations navales secrètes. Quelques fois les témoignages déviaient des présentations prévues, et beaucoup de captivantes histories furent racontées.

Sous-Marin

Par exemple, les opérateurs sonars soviétiques "entendaient " d'étranges cibles. Leurs sous-marins étaient pourchassés par d'autres "sous-marins ". Les poursuivants changeaient leur vitesse comme bon leur semblaient, des vitesses bien plus rapides que tout autre bâtiment de cette époque. 

Le lieutenant commandant Oleg Sokolov informa confidentiellement les étudiants que pendant qu'il était en mission dans son sous-marin, il observa à travers le périscope un étrange objet a travers l'eau. Il ne fut pas capable de l'identifier parcequ'il le voyait à travers le système optique du périscope. Cette rencontre sous-marine eut lieu dans le début des années 60.

Sevastopol

Il y a quelques années V.V Krapiva rencontra le professeur Korsakov de l'Université d'Odessa. Le professeur Korsakov lui raconta une conversation qu'il avait eu avec un ami a lui, un officier de la marine soviétique, qui avait servi dans la base navale de Sevastopol. (YH : Mer Noire)

Dans les années 50, cet officier vit personnellement un ovni. L'objet se déplaçait vers le haut, a l'arrière de son croiseur de guerre. L'officier avait l'impression que l'objet avait surgi des profondeurs de la mer noire. Le professeur Korsakov a une photographie de l'objet.

Rapports de témoins

En août 1965, l'équipage du navire a vapeur Raduga, alors qu'il naviguait dans la mer rouge, observa un phénomène inhabituel. A deux miles de distance, une sphère ardente surgit de la mer et survola la surface de l'océan, l'illuminant. La sphère faisait soixante mètres de diamètre, et elle survolait la mer a une altitude de 150 mètres. Une gigantesque colonne d'eau rose surgit alors que la sphère émergée de la mer et s'écroula un moment plus tard.

En décembre 1977, pas très loin des rives de la Georgie (Mer Noire), l'équipage d'un chalutier, le Vasily Kiselev, observa aussi quelque chose de sensiblement extraordinaire. S'élevant à la verticale de l'eau se trouvait un objet en forme de beignet. Son diamètre était entre 300 et 500 mètres. Il volait sur place a une distance de 4 ou 5 kilomètres. La station radar du chalutier fut immédiatement rendue inopérante. L'objet survola la zone pendant 3 heures, et ensuite disparu instantanément.

Le témoignage d'Alexander G.Globa, un marin du Gori, un bateau citerne soviétique, a été publié dans le magazine Zagadki Sfinksa (numéro 3, 1992). En juin 1984, le Gori était en Méditerranée, a 20 nautiques de Gibraltar. A 16h00, Globa était en faction. Avec lui se trouvait le second du commandant S. Bolotov. Ils regardaient le cote gauche du pont quand les deux hommes observèrent un étrange objet polychromatique. Quand l'objet fut a l'arrière, il stoppa soudainement. S.Bolotov était enthousiasmé, secouant ses jumelles et criant : " c'est une soucoupe volante, une vraie soucoupe, mon dieu, vite, vite, regardes ! ".

Globa regarda l'objet a travers ses jumelles (il lui rappela la partie haute d'une casserole). L'ovni luisait d'une brillance métallique grise. La partie la plus basse de l'appareil avait une forme ronde précise, son diamètre ne dépassait pas les 20 mètres. Autour de la partie basse, Globa observa des " vagues " de protubérances sur la plaque extérieure.

La base du corps de l'objet consistait en deux semi-disques, le plus petit au-dessus. Ils tournaient lentement dans des directions opposées. Sur la circonférence du disque le plus bas, Globa vit de nombreuses lumières, lumineuses, comme des gouttes. L'attention du marin fut attirée par la partie supérieure de l'ovni. Elle semblait être complètement lisse et douce, sa couleur était jaune d'œuf et en son milieu, Globa discerna un rond, une tache comme un noyau. Sur le bord de la partie inférieure de l'ovni, laquelle était clairement visible, se trouvait quelque chose qui ressemblait à un tuyau. Il brillait d'une lumière rose non naturelle, comme une lampe néon. Le haut du disque central était entouré par quelque chose en forme de triangle. Cela semblait bouger dans la même direction que le disque inférieur, mais a une vitesse plus lente.

Tout a coup, l'ovni sauta plusieurs fois, comme s'il était déplacé sur une vague invisible. Beaucoup de lumières illuminaient la portion de dessous. L'équipage du Gori essaya d'attirer l'attention de l'objet en utilisant le projecteur a signaux lumineux. A ce moment la, le capitaine Sokolovky était dans son bureau avec ses hommes. Ils regardaient intensément l'objet. Toutefois, l'attention de l'ovni fut détournée par un autre bâtiment, approchant l'autre bord. C'était un cargo arabe, en route pour la Grèce. Les Arabes confirmèrent que l'objet survola leur bateau. Une minute et demi plus tard, l'objet changea sa trajectoire de vol. Les marins soviétiques l'observèrent alors qu'il traversait les nuages, apparaissant et disparaissant à nouveau. De temps en temps il brillait grâce aux rayons du soleil. Alors le vaisseau s'évanouit, comme une étincelle, et parti instantanément.

argentine-1980.jpg

Argentine, 1980

Autres publications :

A.Gorbovsky, un historien soviétique publia un livre intitulé " Enigmes de l'histoire ancienne " dans le début des années 70. Pour beaucoup de gens, dans l'Union Soviétique, ce livre était une introduction au monde interdit de l'ufologie, du paléocontact ( un terme russe pour l'hypothèse des anciens astronautes), et les mystères de notre histoire ancienne. Gorbosky mentionna un incident qui prit place dans l'ancienne Méditerranée ou les gens observèrent un étrange véhicule sous les eaux et faisant surface à très grande vitesse. L'objet s'éjecta de lui-même de l'eau, et disparu peut après.

B.Borovikov chassa les requins dans la mer noire pendant des années. Alors quelque chose arriva et qui mit fin a son hobby. Plongeant dans la région de Anapa, il descendit à une profondeur de 8 mètres. Il vit des êtres géants s'élevant de dessous. Ils étaient comme laiteux, mais avec des faces humanoïdes, et quelque chose comme une queue de poisson. L'être a la tête de ses compagnons vit Borovikov, et s'arrêta. Il avait des yeux bulbeux géants et des sortes de lunettes. Les deux autres le rejoignirent. Un deux tendit sa main, une main avec des membranes, vers le nageur. Tous approchèrent le plongeur, et s'arrêtèrent à petite distance. Alors ils tournèrent autour de lui, et nagèrent au loin. L'expérience de Borovikov fut publiée en 1996.

D.Povaliyayev était en train de faire du parachute au-dessus de Kavgolov (région de Leningrad) dans le début des années 1990. Il y avait des lacs, et dans l'un d'eux, le parachutiste nota trois " poissons " géants. Il descendit, et fut capable de discerner les " nageurs " dans leurs costumes argentés. Il mentionna l'épisode dans son livre Letuchi Gollandets (1995). Il y a eu beaucoup d'observations d'ovnis dans cette région.

Observations militaires classifiées d'Extranéens et d'OVNIS

Rencontres de militaires soviétiques avec des extranéens et des OVNI sous-marins. Ceci est un exemple de ce que l'on peut trouver dans des rapports officiels et on ne peut plus sérieux de témoins responsables et sous autorités compétentes.

Le chercheur Paul Stonehill écrit qu'il existe de nombreux rapports soviétiques concernant des rencontres avec des objets étranges sous la mer.

Durant l'été de 1982, Mark Shteynberg et le lieutenant-colonel Gennady Zverev dirigeant les entraînements périodiques des plongeurs de reconnaissance (hommes-grenouilles) des régions militaires du Turkestan et de Centre Asie. Les entraînements avaient lieux au lac Issyk-Kul, un lac profond dans la région des Ala-Taou Transiliens [NDT : 42°30'N par 77°30'E, près de la frontière chinoise]. Le général-major V. Demyanko, commandant le Service des Plongeurs Militaires des Forces du Génie du Ministère de la Défense, rendit à des officiers une visite impromptue. Il venait les informer d'un événement extraordinaire qui s'était produit en Sibérie. Des hommes-grenouilles avaient été confrontés à des nageurs sous-marins semblables à des hommes mais de grande taille (environ 3 mètres de haut) ! Ces nageurs, malgré l'eau glacée, étaient vêtus de combinaisons collantes argentées. Par 50 mètres de fond, ces êtres ne portaient pas d'appareils respiratoires, mais des casques sphériques masquant leurs têtes. Alertés par ces rencontres, le commandant militaire local décida de capturer une de ces créatures. Dans cette intention, un groupe spécial de plongeurs poursuivit un des étranges nageurs. Lorsqu'ils tentèrent de la coiffer avec un filet, le groupe entier fut projeté par une force puissante hors des eaux profondes vers la surface.

Les hommes-grenouilles étaient en danger de mort, parce qu'ils leur auraient fallu observer des paliers de décompression. Tous les membres de cette malheureuse expédition furent atteints d'embolie gazeuse. Le seul traitement envisageable était de les placer en caisson de décompression. Malheureusement le seul disponible à proximité ne pouvait contenir que deux personnes. On en serra cependant quatre dans le caisson, les trois autres périrent et les quatre devinrent des invalides. Le général-major s'était précipité à Issyk-Kul pour prévenir contre toute semblable initiative casse-cou. Bien que le lac Issyk-Kul soit moins profond que le lac Baïkal, des créatures mystérieuses se trouvaient dans les deux.

 

Lire la suite

Le Président Eisenhower a rencontré des aliens ?

Le Président Eisenhower a rencontré des aliens ? - 2012 - MAJ 05-2015

r-eisenhower-large570.jpg

C'est une histoire qui a circulé dans et hors de la communauté ufologue pendant des années : L'ancien Président des États-Unis Dwight David Eisenhower a-t-il eu trois réunions avec des extraterrestres ? Un ancien consultant du gouvernement dit que l'histoire est vraie, que le trente-quatrième président a causé avec des aliens dans une base aérienne du Nouveau Mexique, selon les rapports.

Aucune preuve définitive n'a jamais été trouvée pour confirmer ce conte du président qui rencontre des aliens. Cependant, selon Timothy Good, Eisenhower et des fonctionnaires du FBI ont arrangé ce sommet caché de notre monde à la base aérienne de Holloman.

timothy-good.jpgTimothy Good

« Les aliens ont effectué des contacts formels et informels avec des milliers de personnes de toutes les conditions sociales dans le monde entier, » dit Good, un auteur, un conférencier et un ancien conseiller au congrès et au Pentagone, sur le programme de BBC2 de Frank Skinner, «pertinant».

Good affirme que les gouvernements du monde ont eu des contacts avec des aliens depuis plusieurs années. L'histoire au sujet de la rencontre personnelle rapprochée d'Eisenhower - où il a, semble-t-il, rencontré des aliens de type Nordique - devait censément être dévoilée pendant le voyage du Président à Palm Springs, Californie, en février 1954.

Que vous croyiez cette histoire ou pas, un côté de l'histoire relativement intéressant est apparu en 2010. Un représentant retraité de l'Etat du New Hampshire, Henry McElroy Jr., a été filmé lors d'une annonce visuelle intrigante dans laquelle il a indiqué avoir vu un document secret sur le sommet prévu pour Eisenhower.

edwards1.jpgDessin du journaliste Frank Edwards, qui citait le cas dans les années 1970

Ce document, selon McElroy, a contenu l'information que les aliens étaient en Amérique et qu'Eisenhower pourrait les rencontrer. « Du mieux que je me souvienne, ce dossier se prévalait avec un sens d'espoir, et il tenait le Président Eisenhower au courant de la présence continue des êtres extraterrestres ici aux Etats-Unis d'Amérique, » dit McElroy sur la vidéo.

« Le ton du rapport m'indiquait qu'il n'y avait aucun besoin d'être inquiet, puisque ces visiteurs ne causaient absolument aucun mal ou n'avaient aucune intention quelconque de causer n'importe quel dégât maintenant ou dans l'avenir, » il a expliqué. McElroy continue à dire que, bien qu'il ne pouvait pas vérifier les périodes ou les endroits où toutes ces réunions pouvaient avoir eu lieu entre Eisenhower et les « astronautes extérieurs au monde, » il pense qu'il y a eu de telles réunions.

 

Henry McElroy Jr. : DECLARATION SOLENNELLE DE L’HONORABLE HENRY W. MC ELROY, ANCIEN DEPUTE DU NEW HAMPSHIRE...


Bonjour, je m'adresse à vous depuis Fort Monroe en Virginie. Nous sommes également connus comme “The Gateway to Freedom”, la Porte vers la Liberté. Nous sommes ici près de la petite ville de Phoebus, en Virginie. Fait intéressant, ses habitants la désignent eux-mêmes comme “The Gateway to the New World”, “La Porte vers le Nouveau Monde”. Phoebus se situe près d'Hampton en Virginie, dont la devise est “First from the Sea, First to the Stars”, “Premiers de la Mer, Premiers vers les Etoiles”. Mon nom est Henry McElroy Jr, retraité, ancien député de l'Etat du New Hampshire. Je vous remercie de votre attention concernant ce bref message portant sur les interactions entre des visiteurs étrangers et des terriens.

 Je fais cette annonce dans l'espoir d'amener tous ceux qui explorent l'univers à une meilleure compréhension. Par conséquent, mon but est d'apporter à l'humanité une précieuse contribution au bénéfice de toutes les religions, de toutes les races et de toutes les nations. Je me présente également aujourd'hui devant vous parce que je crois en la sagesse qui inspira nos pères fondateurs en établissant notre nation et parce que nous possédons des connaissances très avancées ainsi que des informations qui pourront aider les êtres humains à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés actuellement et plus tard dans l’avenir

Quand j'étais membre de l'Assemblée Législative de l’État du New Hampshire, j'étais attaché au service fédéral des Relations de l'État et au comité des Anciens Combattants. Il était important, en tant que Représentant du Peuple Souverain qui m'avait élu à ce Poste d'Honneur, que je sois informé d'un grand nombre de sujets relatifs aux affaires de notre Peuple et de notre Nation.

Ainsi que je l'ai compris, certaines des affaires courantes étaient examinées et classifiées en diverses catégories : au niveau Fédéral, de l'État, du Développement Local et des questions de sécurité. Ces documents sont rattachés à des thèmes différents dont certains racontent l'histoire de notre nation sur des décennies. L'un de ces thèmes récurrents est la raison pour laquelle je m'adresse à vous ce soir.

Je tiens à présenter à notre nation mon témoignage personnel concernant un document relatif à l'un de ces sujets que j'ai pu voir au cours de mon mandat, alors que je siégeais au service fédéral des Relations de l’État et du Comité des Anciens Combattants.

Le document que j'ai vu était un mémoire officiel destiné au président Eisenhower. Du tréfonds de mes souvenirs ce mémoire semblait imprégné d'un sentiment d'espoir et il informait le président Eisenhower de la présence permanente d'êtres extraterrestres, ici aux États-Unis d'Amérique.

Le mémoire semblait indiquer qu'une réunion pourrait être organisée le cas échéant entre le président et certains de ces visiteurs s'il le désirait.

Le ton du mémoire m'a montré qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, étant donné que ces visiteurs ne pouvaient, en aucune manière, être néfastes ou qu'ils auraient la moindre intention de causer des troubles, ni actuellement, ni dans l'avenir.

Bien que je ne puisse pas déterminer ni où ni à quelle l’époque cette ou ces rencontres directes ont pu avoir lieu entre Eisenhower et les visiteurs – en raison de l’optimisme de son discours d'adieu en 1961, je crois personnellement, en effet, qu'Eisenhower a rencontré ces extraterrestres, ces astronautes venus d'ailleurs. J'espère que mon témoignage personnel aidera la nation dans sa quête de l'illumination perpétuelle. Je suis honoré de suivre les traces de ceux qui ont offert leurs témoignages personnels - et qui méritent l'admiration du peuple américain pour avoir partagé publiquement leurs réflexions, dans un effort pour élever nos connaissances vers une meilleure compréhension de notre existence.

Je fais allusion à des personnes comme : Les ex-astronautes, John Glenn, Edgar Mitchell, Gordon Cooper et Buzz Aldrin. Les anciens présidents Ronald Reagan et Jimmy Carter. Le capitaine Bill Uhouse, de l'US Marine Corps. Le Lieutenant Colonel John Williams, de l'US Air Force. Le Colonel Phillip Corso Sr., de l'US Army. Le Commandant Graham Bethune, de l'US Navy. Ainsi que : David Hamilton du Ministère de l'Énergie, Donna Hare de la NASA, et James Kopf de la NSA. Je tiens également à remercier les pays comme la France, le Brésil, la Grande-Bretagne, la Russie, l'Italie, le Danemark, la Suède, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Uruguay et l'Australie, pour avoir également ouvert leurs dossiers aux citoyens de leur pays et en leur permettant un accès à l'information qui est une chose tellement importante pour l'évolution de l'humanité. Je vous remercie d'apporter également votre contribution, en partageant les informations que je vous transmets aujourd'hui. Je vous remercie beaucoup et je tiens à remercier notre équipe de communication de nous avoir permis d'enregistrer aujourd'hui cette intervention. J'autorise la diffusion de cette vidéo à tous ceux qui veulent l'utiliser à des fins éducatives. Je vous remercie."

Topsecret 1

Alors qu'il est certainement difficile de prouver l'une de ces choses, nous nous retrouvons avec la même question qui suit toujours de telles histoires : Qui croire ?

http://socialleaks.info/eisenhower-met-with-ets-says-ex-government-consultant/#more-1379

http://www.huffingtonpost.co.uk/2012/02/14/eisenhower-and-the-aliens-former-us-president-had-three-secret-meetings-with-extra-terrestrials_n_1275692.html?ref=uk

http://www.para-ovni.com/actualite/eisenhower-et-les-extraterrestres-letau-ce-resserre/

Notons tout de même que Eisenhower fera un discours remarquable le 17 janvier 1961. Dans son célèbre discours de fin de mandat, le président Eisenhower met en garde les États-Unis contre les dangers du « complexe militaro-industriel »

« Cette conjonction entre un immense establishment militaire et une importante industrie privée de l’armement est une nouveauté dans l’histoire américaine. (...) Nous ne pouvons ni ignorer, ni omettre de comprendre la gravité des conséquences d’un tel développement. (...) nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié, dans des proportions désastreuses et échappant au contrôle des citoyens. Nous ne devons jamais permettre au poids de cette conjonction d’intérêts de mettre en danger nos libertés ou nos méthodes démocratiques. Rien, en vérité, n’est définitivement garanti. Seuls des citoyens alertes et informés peuvent prendre conscience de la toile d’influence tissée par la gigantesque machinerie militaro-industrielle et la confronter avec nos méthodes et objectifs démocratiques et pacifiques, afin que la sécurité et les libertés puissent fleurir côte à côte. ».

 

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t1202-video-eisenhower-avertit-la-planete-17-janvier-1961#ixzz1n1YYJHAz

Holloman afb artist conceptionhttp://www.crashdebug.fr/index.php/diversifion/1149-eisenhower-a-les-ovnis-temoignage-henry-w-mcelroy-jr

Pour aller plus loin :

http://www.forum-ovni-ufologie.com/f17-les-documents-ovni-top-secrets-declassifies

MAJ 05-2015 : Assez récemment également, c'est l'arrière petite fille du Président Eisenhower, Laura Magdalene Eisenhower qui, en février 2010, a révélé certaines choses sur la présence d'entités extérieures à la Terre, sur notre planète.

Elle avait écrit en 2010 : « Mon arrière-grand-père, le Président Eisenhower («Ike»), qui fut aussi le général d'armée qui conduisit à la victoire les Forces Alliées contre Hitler, s'est battu contre la malfaisance des pouvoirs corrompus de la planète en endossant certains des scénarios les plus difficiles de notre histoire. En grandissant, j'ai eu le sentiment qu'il me fallait terminer cette bataille dont les racines sont très anciennes. Hitler est mort et les Nazis ont perdu leur pouvoir, mais pas ces entités - dont certaines sont des ET. Elles ont trouvé de nouveaux asiles et fait alliance avec des gens qui font partie de l'Élite Mondiale... ceux-là mêmes qui veulent gouverner par des tactiques de peur, par le contrôle et la suppression de Sophia [la sagesse], ou l'essence de la féminité divine. ».

En 2014, elle a confirmé encore plus les choses, lire cet article sur ses déclarations :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/21eme-siecle/l-arriere-petite-fille-du-president-eisenhower-revele-sur-les-aliens.html

YH : Bon, notez que toutes ces choses sont quasiment inconnues du public français et même européen : les médias aux mains de quelques milliardaires, qui se comptent sur les doigts de deux mains seulement, n'en parlent pas et préfèrent parler des culottes d'actrices connues par exemple ou du ballon rond... laisser les gens hypnotisés par le petit écran et leur petit téléphone dans leur naïveté face aux fausses affirmations de "journalistes" aux ordres est la meilleure stratégie en Europe pour que rien ne bouge ni ne change... Et seuls quelques médias américains et canadiens se demandent pourquoi des personnalités provenant de la famille Eisenhower, ou des scientifiques comme Mitchell ou autres, des anciens politiques ou militaires à la retraite, prennent le risque de se ridiculiser et de se ruiner complètement en affirmant des choses rejetées par les médias des milliardaires...

Mais aussi : Attention tout de même aux manipulations diverses de certains médias tenus par des sectes religieuses (Rael et autres) qui font les affaires de certains services secrets et de grands médias qui "démontent" facilement certaines affirmations sans preuves ou dénoncent des faux fabriqués parfois par eux-mêmes pour discréditer au passage les recherches sérieuses et honnêtes en "mettant toutes les recherches et chercheurs dans le même bain "...

Yves Herbo, Sciences, F, Histoires, 02-2012 MAJ 05-2015

OVNIs : Vérités et Illusions-extraits

OVNIs : Vérités et Illusions

Un F16 poursuit un ovni
f16-persegue-ovni-1.jpeg

A deux pas du futur - OVNIS : Vérités et Illusions - Ep : 5 HD

Voici le documentaire-enquête des frères Bogdanoff (qui ne sont pas des aliens, attention !) diffusé en France en janvier 2011.

Mon avis : assez objectif dans l'ensemble et laissant la parole aussi bien à des convaincus qu'à des sceptiques. Des témoignages et avis intéressants, quelques cas inexpliqués et des démonstrations de faux ou d'erreurs de perception. Peu d'avancées ou mêmes de nouveautés réelles mais on constate néanmoins une forte évolution de la reconnaissance du phénomène (quel qu'il soit) et sa réelle interaction avec notre monde : on ne se demande plus vraiment si le phénomène existe mais tout le monde trépigne de plus en plus pour comprendre de quoi il s'agit, y compris (apparemment) les autorités officielles.

Pourtant l'Humanité est entourée de mystères, en commençant par sa propre histoire et existence, jusqu'à la naissance même de la Vie, mais une grande majorité de gens ne comprennent pas qu'un phénomène apparemment pas si rare que ça (plusieurs observations chaque jour dans le monde), voir devenant banal historiquement (même les 4 à 7% de cas inexpliqués représentant maintenant sur la durée des milliers de cas), ne trouve pas assez rapidement d'explication rationnelle globale. Un autre aspect étant que cette rationalité est censée évoluer au même rythme que les nombreuses découvertes scientifiques actuelles. Qui accroissent (et oui) les possibilités effectives de l'existence du phénomène, même chez nous : les scientifiques argumentant que les distances de l'univers sont trop immenses pour envisager de tels voyages sont de moins en moins crédibles eux-mêmes. (Ils se dénigrent eux-mêmes en affichant un faux savoir sur le futur de l'humanité et ses futures possibilités qu'ils ne peuvent connaître).

La physique quantique, la probabilité forte d'un univers multi-dimensionnel (et électrique) et même apparemment les particules contredisent de plus en plus ces vieilles théories centrée sur l'Etre Humain et la croyance aveugle que des civilisations et planètes beaucoup plus anciennes que la Terre ne peuvent pas exister et avoir trouvé ces moyens... En fait, on entend de moins en moins les dinosaures scientifiques sceptiques assurer de cette impossibilité, mais plutôt de confus et embarrassés " Tout est possible au vu de la recherche actuelle..." Rappelons que des grands scientifiques, suivis et approuvés par la majorité et les médias, affirmaient encore, quelques semaines avant l'invention de la locomotive à vapeur, que l'homme ne pourrait jamais aller plus vite que la vitesse du cheval...

Sources : Dailymotion Publisher

Vous trouverez ici (en bas) des commentaires (mitigés) d'internautes lors de la diffusion du reportage :

area51blog.wordpress.com/2010/12/22/

Yves Herbo, S,F,H, 02-2012 - Up 05-2015

Contact Extraterrestre et Intérêts Humains

Contact Extraterrestre et Intérêts Humains

ufo-irkutsk-region-russie-13-04-2012.jpg 

OVNI ou nouveau missile photographié le 13-04-2012 dans région d'Irkoutsk, Russie

Réflexions intéressantes du spécialiste français Christel SevalQue se passerait-il si demain des extraterrestres prenaient officiellement contact avec l'humanité terrestre ?

Cette question n'est pas anachronique. Des études officielles ont été menées dans ce sens des deux côtés de l'Atlantique. Ce livre s'appuie sur des rapports aussi sérieux que celui du Brooking Institution, commandé par la NASA, du Cometa, en France, ou encore du Mutual UFO Network. Il puise également dans des sources plus confidentielles émanant de chercheurs indépendants

Quels seraient les impacts d'un tel contact sur la sphère émotionnelle, religieuse, socio-économique, politique, technologique ou militaire ? Un contact avec des extraterrestres bienveillants serait-il suffisant pour assurer la pérennité de notre société ?

christel-seval-c.jpg

Christel Seval (né en 1960) est un ingénieur français et ex informaticien du ministère de la défense. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'ufologie.
Il s'est intéressé notamment à l'affaire Ummo et ses recherches sont marquées par un environnementalisme militant, dénonçant le réchauffement climatique et les « politiques d'autruche ». Ses ouvrages sont publiés chez JMG éditions ; il a fait plusieurs conférences pour présenter ses recherches et publié plusieurs articles dans des revues spécialisées.

Ufologie et stratégie militaro-industrielle

Le décryptage de Christel Seval

Jean-Pierre Petit illustre SETI (Search for Extra Terrestrial Intelligence) par un breton attardé concentré sur sa longue-vue, essayant de déterminer s’il aperçoit des signaux de fumée en provenance de l’Amérique (pour savoir si l’Amérique abrite des êtres intelligents), alors que s’il levait le nez, il verrait des jumbo-jets sillonner le ciel avec plein de yankees à bord... C. Seval

Dans le cadre du SETI, le radiotélescope d’Arecibo à Porto Rico envoya en décembre 1974 un message radioélectrique en binaire à destination d’une galaxie voisine, en vue de communiquer à une possible intelligence extraterrestre. Cette bouteille dans l’espace fut envoyée par la plus grande antenne parabolique du monde en direction de l’amas d’étoiles M13 située à 22 800 années lumière dans la constellation d’Hercule. Le message d’Arecibo, écrit sous la direction de Frank Drake, professeur d’astronomie de la Cornell University, codifia les numéros atomiques des principaux éléments constitutifs de la vie sur Terre (H = 1, C = 6, N = 7, O = 8, P = 15). Il décrivait également les sucres et les bases qui entrent dans la composition de l’ADN, le nombre de nucléotides, un schéma stylisé de la double hélice de l’ADN et enfin, l’image stylisée d’une silhouette humaine, indiquant sa taille, le nombre d’habitants terrestres en 1974, la composition du système solaire en distinguant la Terre comme l’origine du message et les caractéristiques de l’antenne radar émettrice.

crop-circle7.png

Une réponse d’outre espace ?

27 ans plus tard le 20 août 2001, proches de l’antenne parabolique géante de Chilbolton (Angleterre), sont gravés dans les champs deux agroglyphes géants sous forme de rectangles. L’un représente un visage humanoïde non terrestre et le second représentant une réponse d’outre espace du message radioélectrique envoyé d’Arecibo en 1974. Que dévoile le décryptage de cet agroglyphe qui semble bien être une réponse au message envoyé il y a 27 ans ? La réponse est codifiée, cryptée rigoureusement de la même manière que le message émis en 1974. L’ADN décrit est plus court que le nôtre, le silicium ayant pris la place du phosphore ce qui provoque un crépissage de l’hélice d’ADN précisément représentée dans les champs de Chilbolton. À la place d’un homme stylisé mesurant un mètre soixante seize, ressort une silhouette classique de Gris, un être de petite taille, un mètre, macrocéphale avec des bras, des jambes et des yeux qu’on identifie clairement. Le système planétaire dont cet être est originaire est autre. Sa planète totalise un nombre de 17 milliards d’habitants, et se place en cinquième position depuis un soleil petit, égale au 4/9 ème du nôtre, accompagné de neuf planètes. Dans ce système, les planètes trois et quatre sont désignées comme étant habitées. Le message représente également le schéma d’une antenne parabolique avec le symbole de la planète émettrice associée à un chiffre signifiant la puissance électromagnétique utilisée pour répondre.

rtemagicc-cropetb-jpg.jpg

Silence radio des autorités

L’observatoire de Chilbolton est la propriété du gouvernement britannique, il fut construit en 1965, dans le but d’étudier les émissions d’ondes radios en provenance de l’espace et des satellites. L’accès de l’Observatoire est interdit au public. La première réaction des chercheurs britanniques comme Paul Vigay fut naturellement de comparer la formation de code binaire de 2001 à la transmission radio télescopique de 1974 à Puerto Rico. Malgré des photos, le décryptage du code binaire et toutes les correspondances relevées avec le message d’Arecibo par des chercheurs indépendants, aucune explication officielle n’a été donnée. Les astronomes de Chilbolton ont déclaré qu’ils ne s’étaient pas aperçus de l’apparition des glyphes, ceux-ci n’étant pas complètement visibles, même du point le plus élevé de l’antenne (sic!).

Un an plus tard toujours dans un champ de Childbolton, une silhouette d’alien tramée dans un gigantesque rectangle nous présente un disque rond d’une cinquantaine de mètres de diamètre dont la moitié sort du cadre (voir morphéus N° 8). L’intérieur du cercle végétal comporte un sillon spiralé divisé en une multitude de paquets de blés couchés ou relevés : une suite binaire. Le code en est simple, il s’agit de l’ASCII (American Standard Code for Information Interchange). Le message est le suivant :

"Prenez garde aux porteurs de faux cadeaux et aux promesses non tenues. Beaucoup de douleur mais il est toujours temps. Il y a du bon la-haut. Nous nous opposons à la tromperie. Fin de transmission…"

Il n’y aura aucune déclaration officielle à propos de cette formation. Alors s’agit-il d’un authentique contact ou d’une manipulation de l’armée ? A quelle fin ?

Des ovnis contre le secret défense

Après Nagasaki et Hiroshima, énormément d’ovnis vont survoler les États américains et se positionner avec précision au-dessus de tous les sites impliqués dans les activités militaires atomiques, comme s’ils cherchaient à s’informer sur les développements des armes atomiques terrestres. Dès 1946 les sites du Manhattan Project, les sites d’essais d’explosions atomiques comme l’atoll de Bikini, le site de Trinity, Roswell et les bases du Nouveau Mexique en 1947, Albuquerque, Sandia en décembre 1948, Los Alamos en janvier 1949, Camp Hood au Texas en mars 1949. Toute la filière atomique est découverte : des sites de recherche et d’essais, jusqu’aux lieux de stockage en passant par la chaîne de production des bombes. Pas un site secret n’est épargné. Les officiels de la Défense américaine sont aux abois. Leur pire cauchemar vient de prendre forme. Toutes les installations les plus secrètes du pays sont survolées par des ovnis. Il suffirait à un espion de relever la carte des apparitions d’ovnis de 1946 à 1950 pour avoir avec précision la situation géographique de toutes les installations nucléaires de l’armée américaine. C’est la panique dans les rangs US.

En juillet 1952, le Pentagone et la Maison Blanche sont survolés à deux reprises, en plein centre d’une zone névralgique strictement protégée, interdite à la circulation aérienne. Rien n’échappe aux ovnis, de la filière militaire à la filière politique.

Dès l’arrivée au pouvoir de D. Eisenhower en 1953, Nelson Rockefeller sera chargé de présider une commission de refonte du département de la Défense. A partir de cette date, l’empire Rockefeller, le CFR (Council on Foreign Relations), la Trilatérale et les Bilderbergs vont gérer le secret OVNI dans tous ses prolongements, scientifiques, technologiques, militaires, renseignements, désinformation, jusqu’aux financements et infiltrations des associations ufologiques.

OVNI et Secret Défense

En 1954, l’installation de Fort Meade, siège du NSA, qui plus tard mettra en œuvre le réseau mondial d’écoute électronique Echelon, est survolée.

En 1963 et 1964, les satellites mis en orbite par les États-Unis tombent systématiquement en panne, et, étrangement, se remettent à fonctionner spontanément.

Novembre 1965 : une gigantesque panne d’électricité affecte New York et le sud Canadien. Un disque lumineux est aperçu au-dessus de la station de distribution électrique de Clay, point d’interconnexion de plusieurs réseaux haute tension. Décembre : une panne identique touche plusieurs États, le Nouveau Mexique, le Texas. Les bases militaires Holloman, White Sands et Fort Bliss sont privées de courant. C’est le scénario que les responsables de la Défense craignaient le plus : des actions agressives paralysant à la fois l’économie de la Nation et les capacités des forces militaires.

En 1967 la base de Malmstrom, Montana qui abrite 120 missiles intercontinentaux du Strategic Air Command, est survolée par des ovnis. Le 16 mars, par une nuit glaciale, des lumières zigzaguent dans la nuit à des vitesses incroyables. L’officier de tir est alerté. Puis une soucoupe rougeoyante s’avance, survole la grille d’entrée au grand dam des gardes. En quelques secondes, ce sont huit silos de missiles qui sont déclarés hors service. Puis dix. Un commando chargé de s’approcher de l’ovni stationnaire a été légèrement blessé et est évacué. Plusieurs commandos partis inspecter les silos signalent des ovnis à leur tour. Dans une autre unité de silos plus au nord-est, un ovni évolue aux alentours de la zone interdite. Dix missiles sont à leur tour mis hors service. Il faudra plus d’une journée avant que les missiles ne soient déclarés à nouveau opérationnels. L’enquête technique conclura qu’il n’y a aucune explication rationnelle à la défaillance simultanée des 20 missiles ICBM.

En novembre 1975, les ovnis retournent sur la base de Malmstrom dans le Montana. 7 ovnis lents, qui déjouent les intercepteurs lancés contre eux, reproduisent le scénario de 1967 et déprogramment les ogives nucléaires.

La Nouvelle Donne

À partir de cette date, rien ne sera plus comme avant affirme Jean-Gabriel Greslé : Des puissances inconnues s’ingénient à rendre leur présence évidente par des manifestations aériennes non conventionnelles. Elles disposent de moyens techniques nécessaires pour convaincre l’ensemble du monde, une fois pour toutes, de leur présence et de leur supériorité. Pourtant, elles ne le font pas. De leur côté, le gouvernement américain et le département de la Défense utilisent leurs moyens considérables, renforcés en 1953 pour dissimuler eux aussi cette réalité au public.

Les mêmes puissances inconnues, entre 1947 et 1967 ont exercé une pression croissante sur les gouvernements américains. De toute évidence elles cherchent à obtenir quelque chose. Le gouvernement américain pourtant dominé par une technologie supérieure à la sienne a refusé, en apparence, de céder.

Le gouvernement refuse effectivement d’inverser sa politique de développement des armes nucléaires. Tous les gouvernements engagés dans la course aux armements de destruction massive sont confrontés aux mêmes problèmes de survols de leurs installations nucléaires par des ovnis. Une pression venue d’outre espace, demande une autre politique pour la sauvegarde de la planète. De quelle genre d’intervention s’agit-il ? La marge de manœuvre des intelligences à l’oeuvre est très mince. Imposer la paix avec une technologie qui neutralise toutes les technostructures militaires de la planète serait perçu comme une dictature venu d’outre espace entraînant un ethnocide généralisé. Le remède serait pire que le mal. Par contre ne rien faire signifierait à moyen terme laisser l’humanité s’autodétruire volontairement ou par accident. Le développement des armes à plasma fait peser un péril pire que l’arme nucléaire. La pression globale sur l’écosystème ne saurait continuer encore des décennies. Il est donc essentiel d’intervenir progressivement en exerçant une pression toujours plus forte. L’augmentation du nombre de crop circles est significative ces dernières années. Certains agroglyphes révèlent des schémas d’appareillages militaires ultra secrets, d’autres portent sur des symboles de sociétés secrètes influentes, ou encore répondent à un message envoyé il y a 27 ans dans la direction de la constellation d’Hercule. Au Mexique, les soucoupes volantes sont omniprésentes sans affoler les autorités ou les populations. Gorbatchev lui-même s’est toujours opposé à l’idée que les ovnis constituaient une menace pour l’humanité. Alors un premier contact officiel est-il possible ? Non car la technostructure gouvernementale américaine n’a pas intérêt à ce que des ovniens entament une procédure de contact avec l’humanité.

Géostratégie militaire US

Tout contact avec une race extraterrestre technologiquement plus avancée que nous, engagerait un processus collégial de représentation de l’humanité auprès des visiteurs qui nuirait à la souveraineté des Etats-Unis. Il s’ensuivrait des réformes économiques et écologiques proposées et impulsées par les extraterrestres pour améliorer la situation de l’humanité dans son ensemble, ce qui nuirait à l’hégémonie américaine. La révélation ou le partage de données techniques et scientifiques jusque là classées secret défense nuirait également aux Etats Unis.

Aussi les États-Unis peuvent-ils être amenés à envisager d’entretenir volontairement un foyer mondial de perturbations économiques afin de repousser au plus loin le jour du contact qui nécessite maturité et stabilité. L’accélération et l’amplification d’une politique de domination et d’annexion du reste du monde, notamment par le biais du vecteur pétrolier et de programmes d’armes de nouvelle génération semblent être à l’ordre du jour.

Ainsi, au moment du contact, les États-Unis occuperont une place prépondérante, un fait accompli qui ne sera peut-être pas remis en cause par les extraterrestres par respect pour la liberté de l’humanité. Les États-Unis auront à leur disposition un arsenal technologique qui leur permettra de faire pression sur les volontés extraterrestres si ceux-ci en émettent.

Car, quel est le mobile qui peut pousser les stratèges militaires américains à construire des bombes à antimatière dix mille fois plus puissantes qu’une bombe thermonucléaire, si puissantes qu’elles ne peuvent pas être utilisées sur Terre ? La peur d’un astéroïde ? La probabilité d’un géocroiseur spatial en approche dangereuse dans les parages de la Terre ? Foutaises, c’est la paranoïa anti-extraterrestre, c’est le désir forcené de l’oligarchie militaro-industrielle des États-Unis de pouvoir faire obstruction aux extraterrestres et, le jour du contact, d’avoir à leur portée un maximum de moyens de pression contre eux, voire d’armes efficaces car tel semble être leur rêve d’indépendance virile. - Christel Seval

Extraits des chapitres 6 à 11 pp 177-300
Le plan pour sauver la Terre
Éditions JMG

"Nous avons eu du mal à comprendre que les humains dépensent tant d’argent et de forces pour protéger les richesses d’une minorité, alors que tant d’hommes au même instant meurent de faim. Nous considérons ceux qui vous gouvernent comme des malades mentaux". Document Ummite NR9 du 30/09/1991.

18 janvier 2006 - Publié par le journal Morphéus n° 13, janvier-février 2006 - Frédéric Morin - www.morpheus.com - redaction@morpheus.fr

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t9411-pourquoi-les-extraterrestres-ne-prennent-ils-pas-contact-avec-nous#ixzz1s19mPf65

Préface de Jean_Pierre Petit pour le livre de Christel Seval " Contact et Impact "

C’est la première fois que j’accepte de préfacer un livre qui traite du thème ovni. Si je le fais c’est parce que ce qu’écrit Christel Seval sort de l’ordinaire. En lisant d’autres ouvrages traitant de ce sujet je leur ai toujours trouvé un caractère descriptif, comme s’ils restaient à la surface des choses, comme si les auteurs eux-mêmes étaient aussi frappés, après les médias, de superficialité. En fait le sujet ovni nous renvoie sans cesse à nous-mêmes, à notre devenir. Qui ne fait pas ce lien est un complet inconscient. Notre humanité vit les heures les plus graves de son histoire. Depuis 1945 l’homme a engendré des armes capables de le détruire. Un demi-siècle s’est écoulé. L’apparition d’armes biotechnologiques et de mind control a complété cette panoplie déjà impressionnante. L’avertissement du Président Einsenhower lors de son discours d’adieu n’a pas été entendu. Le lobby militaro-économique est comme un fauve lâché, sans contrôle. L’histoire, sur tous les continents, devient folle, avec différentes espèces de folies qui se déploient. La Nature elle-même semble participer au dérèglement planétaire général. On ne discerne plus quels mécanismes régulateurs pourraient amener les hommes vers un nouvel équilibre. Sur cette toile de fond la ronde des ovnis continue. L’aspect le plus fantastique est qu’en 30 ans, rien n’a bougé, strictement rien, du moins en France. Aux Etats-Unis c’est une autre paire de manches. Dans l’hexagone, après trois décennies d’existence le bilan du service créé par le Cnes est strictement nul. « Derrière, il n’y a rien ». Il n’y a pas de MHD militaire secrète. Les archives du Sepra ne contiennent rien d’autre que des rapports de gendarmes. Michel Bounias est mort pour rien. Ses travaux de 1981, sur les traces biologique laissées sur les luzernes, suite à un atterrissage d'ovni à Trans en Provence n’ont fait l'objet d'aucune suite. Aucun gendarme n’a capturé de spectre d’ovni grâce aux bonnettes imaginée par Claude Poher, dont leurs appareils photographiques avaient été équipés dès 1979 et dont le maniement a dû être oublié depuis longtemps. Mais comme le disait Hubert Curien peu de temps avant sa mort « la grande vague d’intérêt pour les ovnis est passée ».

Dans toutes les structures françaises il y a deux pour cent de gens « qui pensent que, quand même, on devrait faire un petit quelque chose vis-à-vis de ce dossier ovni ». C’est de ces deux pour cent qu’a émergé en 1999 le rapport Cometa, cité par Seval dans son ouvrage. Quatre-vingts pour cent s’en fichent éperdument et les dix-huit pour cent qui restent sont farouchement déterminés à ce que rien ne bouge. La question qui émerge est alors : « pourquoi cet immobilisme ? ». La lecture du livre de Seval apporte un élément de réponse. Notre humanité nie l’existence de ce phénomène, contre vents et marées et c’est normal car ce faisant elle se défend en mettant en œuvre un mécanisme de défense psycho-socio-immunologique contre ce qu’elle perçoit, à juste titre, comme une terrible menace.

Pourtant ces extraterrestres qui nous visitent n’ont nul désir, ni besoin de nous conquérir. La menace est d’un autre ordre. Elle revêt une dimension que je n’avais pas jusqu’ici perçue avant de lire l’ ouvrage de Seval, comme les précédents. Elle tient en un mot : ethnocide, mot initialement introduit par l'ethnologue R. Jaulin, décédé. Le génocide est l’annihilation d’une espèce, d’une tribu. L’ethnocide est l’annihilation d’une culture. L’auteur passe en revue des exemples historiques et montre comment des civilisations comme celle des Aztèques se sont effondrées en un temps relativement court après le choc culturel qu’a constitué pour eux l’irruption des conquistadors espagnols. J’ai écrit jadis que toute forme de pensée était un système organisé de croyances. Donc, si on remet brutalement les croyances fondatrices de notre pensée en question, celle-ci s’effondre, comme s’effondreraient des mathématiques sans axiomes et des logiques sans prédicats.

Ce que nous pouvons conjecturer c’est que l’écart qui nous sépare de nos visiteurs extraterrestres pourrait dépasser notre imagination, nos spéculations les plus folles. Nos connaissances scientifiques du moment deviendraient dérisoires. On peut même imaginer que lors d’un contact nous soyons confrontés à des êtres qui puissent être aussi différents de nous que nous pouvons l’être des singes. L’incidence d’un choc culturel a été évoquée par maints auteurs mais, note Seval, personne n’avait envisagé qu’un tel contact puisse être aussi dommageable, entraîner un ethnocide. Ainsi nous aurions l’explication du non-contact. Il ne s’agirait pas seulement de prévenir tout mauvais usage que nous pourrions faire de technologies plus avancées qui démultiplieraient nos capacités de destruction. Ce qui effondrerait notre civilisation terrienne, c’est le doute. Inutile d’aller très loin. En Russie c’est bye bye Lénine. Le Marxisme a vécu. Les Russes émergent de presque un siècle d’athéisme militant. Il n’y a plus de buts, de grands desseins. Personne ne croit plus aux lendemains qui chantent. L’alcool fait des ravages. L’espérance de vie des hommes est de 58 ans. La natalité est en chute libre. On retrouve chez un peuple qui a placé en orbite autour de la Terre le premier être humain des symptômes comparables à ceux qui frappent les membres de tribus indiennes. Alors, imaginez ce qui se passerait si les terriens étaient soudain confrontés à l’absurdité de leur système de vie, à l’inanité de leurs croyances, si des réponses foudroyantes leur étaient soudain apportées, concernant la naissance, la vie, la mort, l’évolution. Seval suggère que notre humanité pourrait s’effondrer au point d’être incapable de se relever, de pouvoir négocier le monde avec de nouvelles croyances qui soient à sa portée ou avec des fantasmes, des rituels salvateurs lui permettant de dialoguer avec le monde.

jpPetit.jpgJean-Pierre Petit


Seule une civilisation jouissant déjà d’un certain équilibre pourrait faire face à un tel choc culturel. Or nous sommes loin du compte. En lisant son livre nous découvrons combien notre société terrestre est fragile, vulnérable, parce qu’encore infantile. Donc le contact est simplement impossible. Notre civilisation planétaire est comme un château de cartes. Le simple fait de se voir présenter des preuves définitivement irréfutables de l’existence, de la présence d’extraterrestres suffirait à pétrifier d’angoisse notre système social, à provoquer en quelques mois, quelques années un chaos, suivi d’un effondrement irrémédiable.

Pourtant nous courons à grandes enjambées vers l’Apocalypse. Tous les signes avant-coureurs d’un profond déséquilibre sont sous nos yeux. La foire d’empoigne économique, la raréfaction des ressources naturelles, les effets de la pollution, les violents antagonismes qui se profilent nous mènent au chaos. Dans son ouvrage précédent, Le Plan pour Sauver la Terre, Seval expliquait que si des extraterrestres se décidaient à intervenir cela ne pourrait être qu’au tout dernier moment, quand nous mettrions en danger l’ensemble de notre biosphère, quand « le processus suicidaire aurait déjà été amorcé ». Personne ne bougerait le petit doigt si nous nous infligions des souffrances équivalant à dix fois les drames de la précédente guerre mondiale, tout contact avec une humanité immature se traduisant automatiquement par un ethnocide. La nôtre ne pourrait qu’être au mieux « reformatée ». On garderait le « disque dur-support génétique » mais on réinstallerait d’autres logiciels, c'est-à-dire une autre logique de vie, une culture totalement différente. Dans Contact et Impact l’auteur revient donc sur ces thèmes en émaillant son discours d’extraits de textes ummites. Si vous vous aventurez dans les ouvrages de Seval, attendez-vous en règle générale à être secoué. C’est en cela qu’ils diffèrent des autres livres publiés sur le thème ovni, essentiellement anecdotiques. Lui, va vraiment au fond des choses, envisage un impact dont nous n’avions pas jusqu’ici imaginé l’ampleur.

Aucun extraterrestre ne possède la recette magique qui puisse transformer notre société en Eden puisque tout contact, à quelque moment que ce soit se traduirait par un ethnocide. Le seul être qui puisse sauver l’homme, c’est lui-même.Jean-Pierre Petit         
  
http://www.jp-petit.org/OVNIS/seval.htm

Sources: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t9411-pourquoi-les-extraterrestres-ne-prennent-ils-pas-contact-avec-nous#ixzz1s1GExsdT

http://www.politiquedevie.net/ExtraTerrestres/Ufologieetstrategiemilitaro-industrielleChristelSeval.htm

 

Yves Herbo : Et pourtant, si on étudie l'histoire des peuples et même celle des religions (et oui), on ne peut que s'apercevoir en toute honnêteté que "quelque chose" ou "quelqu'un" a toujours influencé l'être humain sur son devenir et même sur sa culture... L'être humain a vu son psychisme façonné littéralement par des "dieux" venus du ciel, depuis des millénaires... ce "plan" qui dure depuis des milliers d'années aurait échoué, finalement ? J'en doute fortement... Ces entités, dieux ou extra-terrestres, peu importe le nom qu'on leur donne, finalement, n'ont-ils pas les moyens de leurs propres volonté et ambitions, si on peut parler ou comparer des attitudes humaines à celles d'êtres extérieurs, bien sûr ? J'en doute encore. Il y a des choses qui ont changé, finalement, au niveau des apparitions et des "vagues" d'ovnis, depuis les années 1990 : on parle et on voit beaucoup moins de "vagues" saisonnières d'apparitions : le contact a peut-être bien eu lieu, finalement... mais réservé probablement à une petite élite de dirigeants (comme dans le passé lointain d'ailleurs, tout aussi probablement...). Mais qui a été le contacteur ? S'il s'agit de celui "qui trompe et fait de fausses promesses" mentionné dans ce message en ASCII, l'Humanité a peut-être encore plus de soucis à se faire que d'un ethocide... et tous les événements économico-politiques des années 2000 semblent accentuer ce doute et l'accélération du chaos dont on parle plus haut dans cet article... 

Yves Herbo, S,F,H, 04-2012, up 05-2015