Economie : memoire d'un piege

La catégorie Politique/Economie va s'enrichir d'une rubrique Economie : mémoires d'un piège. Elle présentera des articles, vidéos et interviews concernant les données historiques accumulées au fil du temps et jusqu'à demain (l'Histoire n'étant pas uniquement tournée vers le passé mais une science liée au Temps dont les implications sont obligatoirement présentes et futures). Il s'agit donc bien d'une accumulation de preuves concernant non seulement la réalité d'un système corrompu à grande échelle, mais aussi de la réalité d'une volonté bien organisée, historiquement et volontairement, pour en arriver là où le monde se retrouve actuellement. Il s'agit aussi de mémoires car le renouvellement des sites et pages internet fait que de nombreux liens, références et sources disparaissent au fil du temps. Des documents gênants ou témoignages contestés peuvent aussi être supprimés (pour des raisons x), ce qui peut être dommageable parfois pour l'Histoire et la réalité des faits, ou son approche globale.

Entretien avec Pierre Jovanovic : apocalypse

Entretien avec Pierre Jovanovic : apocalypse

 

lesite-pierre-jovanovic.jpg

Pierre Jovanovic nous montre en quoi la crise financière actuelle peut être mise en relation avec les textes de l'Apocalypse, et comment cette mise en lumière permet de comprendre la chute à venir du Vatican et du système financier.

 

Il dresse un portrait de la crise économique en Europe, montre en quoi les médias traditionnels ont complètement abandonné leur rôle, et comment seul un véritable réveil des peuples pourra enrayer cette descente aux enfers.

Site officiel : http://www.avantgardeeconomique.fr
Page Facebook : http://www.facebook.com/Avantgardeeco...

Si vous avez aimé cet entretien vidéo, vous pouvez nous soutenir pour d'autres entretiens à venir : http://avantgardeeconomique.blogspot.fr/

Yves Herbo : Je ne partage pas obligatoirement les conclusions ni les liens "apocalyptiques" mentionnés, mais mes propres recherches historiques et constatations de visu concluent aux mêmes issues (qui se réduisent de plus en plus). Nous vivons dans un système économique qui donne l'illusion à la minorité qui maîtrise ses rouages qu'il fonctionne bien : ils en vivent et s'arrangent (par héritage, nominations hiérarchiques, politique...) pour en conserver le pouvoir. Ils ont pu "acheter" la souveraineté de la totalité des Etats mondiaux en les menaçant de faillite totale, de "couper" les robinets que ces Etats leur ont vendu ou de les endetter tellement que les personnalités au pouvoirs locaux sauteront... dans le même temps, ils se sont faits nommer (rarement élus mais aussi) aux postes-clés cadenassant les flux économiques dans le monde entier et ont corrompu les autres. Ils possèdent déjà une influence énorme sur les agences de notation ou de contrôles "indépendantes" (qui ne le sont pas du tout), et peuvent n'importe comment influencer tant les bourses, les cours, les monnaies, les agences de notation de par leurs propres décisions financières : accorder ou non des prêts et jouer avec leurs taux... la constatation est pourtant simple : ce système cours de crise en crise depuis qu'il existe et n'a jamais vraiment fonctionné que pour une minorité de citoyens du monde : il est tant d'en changer complètement. Pour le faire fonctionner, cette minorité triche depuis des décennies impunément, au détriment de la majorité, et se sert d'une oligarchie locale principalement pour se maintenir et agir. Oligarchie car quand une partie de la population suit des règles et lois, textes différents du reste de la majorité des citoyens, cette partie de population ne peut plus être considérée comme faisant partie du peuple : c'est une oligarchie assimilable à la noblesse d'antan. Tout comme la majorité des dirigeants politiques mondiaux viennent de cette oligarchie de fonctionnaires ne suivant pas les mêmes règles que le citoyen "normal", eux-mêmes convaincus que le système "fonctionne" puisqu'ils obéissent aux dirigeants financiers et en tirent bénéfices... c'est comme ça qu'on retrouve des ministres incapables de savoir combien gagne réellement les plus pauvres français et les smicards, ni même la moyenne des salaires... En fait, le système utilise principalement l'escroquerie, le mensonge et le chantage pour fonctionner et c'est tellement flagrant que cela devient hypocrite de la part des grands médias de l'ignorer encore et toujours. Et les Etats (quel que soit le parti au pouvoir depuis des décennies, et le FN est une illusion aussi, c'est évident, tout comme la majorité de la gauche et extrême-gauche...) sont malheureusement complices et/ou sous chantages. A ce sujet, une sortie de l'UE ne changera strictement rien quand aux économies des pays concernés : cela n'empêche pas les Goldman Sachs, FMI et autres banquiers de réclamer les dettes qu'ils ont créées eux-mêmes artificiellement... et même si la Banque de France peut affirmer pouvoir assumer par exemple les dettes de la France, ce n'est pas le cas des autres pays, et même pour la France, il serait illusoire de compter sur l'aide des endetteurs pour ne pas mettre des bâtons dans les roues là où il faut, aux moments idéaux...

Les preuves de ces escroqueries multiples pour convaincre les gens de rembourser des dettes qu'ils n'ont pas eux-mêmes, avec l'aval des gouvernants : fausse crise du pétrole de 1974 (chantage de l'OPEP), fausses promesses et mensonges de retraites garanties à 60 ans si cotisations (contrat rompu sans référendum et on triche en augmentant les durées de cotisations, les taux de cotisations avec l'accord de chambres syndicales complices en majorité), fausses réductions du temps de travail et donc sur la création d'emploi liée, revente à 49% de la chaîne de production énergétique française (EDF-GDF, nucléaire...) au privé (malgré les promesses d'après guerre et grâce au nucléaire de baisses du coût de l'énergie pour les propriétaires citoyens français - et même le versement de dividendes à l'époque à chaque français ! (hum)...)... par exemples...

Yves Herbo SFH 03-2013

Complots et réalité : l’étrange cas de la bombe à tsunami

Complots et réalité : l’étrange cas de la bombe à tsunami

haarp1-1.jpg

Les tsunamis asiatiques de 2004 et 2011 ont été provoqués par une arme secrète de l’armée américaine. Ces tragédies étaient en réalité des tests « grandeur nature » du projet Haarp (High Frequency Active Auroral Research Program), officiellement un programme scientifique d’étude de la ionosphère, officieusement un terrifiant rayon de la mort capable de désintégrer une cible n’importe où dans le monde sans laisser de trace, de modifier le climat, de créer des cyclones, des tremblements de terre et des raz de marée et même d’influer sur l’esprit humain. Bref, un délire technologique digne de la SF des années 30 mais auquel des dizaines de milliers de personnes croient dur comme fer. Au point que le ministre japonais de l’intérieur Kazuyuki Hamada, en charge de la reconstruction, au lendemain de Fukushima, a évoqué publiquement les recherches « américaines, russes et chinoises sur des armes sismiques et climatiques » laissant entendre qu’elles pourraient être à l’origine de la tragédie !

Mais, bien entendu, il n’y aucune raison pour que les politiciens soient épargnés par la paranoïa complotiste, surtout quand elle permet de détourner l’attention leur  propre incurie concernant la protection des installations nucléaires. Et pourtant…

Début janvier, une dépêche AFP a mis en lumière le travail d’un journaliste historien. Ray Waru s’est plongé dans les archives de la Nouvelle-Zélande « qui occupent une centaine de kilomètres d’étagères à Wellington » pour y dénicher des dossiers oubliés et souvent passionnants. C’est ainsi qu’il a retrouvé, entre autres perles, les documents du projet Seal, un programme militaire top-secret développé par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande en 1944 et 45. Le but de Seal ? Créer une bombe à tsunami.

projetseal.jpg

« Si vous le mettiez dans un film de James Bond, vous n’y croiriez pas. Mais c’était vrai ! Que quelqu’un ait l’idée de développer une arme de destruction massive en créant un tsunami… et le fait que la Nouvelle-Zélande semble avoir développé le projet jusqu’à le rendre quasiment possible… » commente Ray Waru, encore incrédule.

Mais, contrairement à ce que laisse entendre la dépêche de l’AFP, Ray Waru n’est pas le seul redécouvreur du projet Seal. Le dossier tourne depuis 2000, année de sa déclassification, sur les forums conspirationnistes comme abovetopsecret.com. On peut télécharger l’intégralité des documents scannés en version PDF ici : www.wanttoknow.info/documents/project_seal.pdf

Le but de Seal est décrit sans la moindre ambiguïté :

seal1.jpg

« Le mot « raz-de-marée n’est pas strictement correct. Toutefois, l’objectif étant de produire des effets similaires à ceux d’un raz-de-marée naturel, nous conserverons ce terme en l’absence d’un mot mieux approprié. »

Quant à la technique développée par les scientifiques et militaires, elle est assez « brut de fonderie » :

seal2.jpg

«Avec une quantité d’environ 2000 tonnes de TNT, divisées en, disons, dix charges égales disposées convenablement, nous pouvons créer des vagues d’une amplitude de 10 à 12 mètres.»

Et le rapport conclut :

seal3.jpg

« Une inondation offensive est possible sous certaines conditions favorables. »

La bombe tsunami est un cas d’école qui pose avec acuité le problème de la construction des théories conspirationnistes. Car, si l’interprétation des faits est le plus souvent tendancieuse et/ou délirante, les éléments dont elles se nourrissent méritent parfois d’être pris en considération.

PS : Je recommande chaudement cette analyse de la rumeur et des légendes urbaines et de leur rapport avec la réalité par le sociologue Pierre Lagrange sur son blog, Pulp Sciences.

Source : http://dark-zone.blog.parismatch.com/2013/02/03/complots-et-realite-l%E2%80%99etrange-cas-de-la-bombe-a-tsunami/

Yves Herbo : Je ne suis pas adepte de la moindre théorie de conspiration mondiale mais plutôt un chercheur qui tente d'entrevoir la réelle géopolitique mondiale à travers de réels évènements et informations disponibles, en tenant compte du fait tout aussi réel que les réelles volontés des hommes ou groupement de pouvoirs sont toujours tenues secrètes et que tous les moyens sont bons pour cacher la vérité aux "autres" groupes...  C'est le cas de la majorité des gouvernements élus ou non de cette planète et aussi bien sûr de tous les rouages qui les composent et sont sous leurs contrôles. Des systèmes comme HAARP sont-ils du domaine de la conspiration délirante ou tout simplement de la réalité du progrès technique (et donc militaire), tout comme le nucléaire l'a été en son temps ? il y a bien eu la bombe « tremblement de terre », qui elle a réellement servi contre des cibles en Allemagne. Il ne faudrait pas que certains s'imaginent non plus que la possibilité n'existe pas du tout, et qu'il n'est pas impossible fondamentalement, vu l'état économique du système, que des entreprises ou des groupes d'individus hors contrôle puissent constituer réellement une " troisième " puissance mondiale, discrète mais bien réelle aussi... c'est d'ailleurs un groupe "naturel" pour ceux qui s’intéressent à la géopolitique : les mafias et extrémistes en sont une composante évidente, mais les frontières et interactions de ce groupe sont mal définies et mouvantes, bien sûr...

http://en.wikipedia.org/wiki/Earthquake_bomb


Un exemple amusant de la réalité des connaissances des gens sur le sujet (pourtant important car concernant le fonctionnement même de la société dans laquelle ils vivent (ou croient vivre ?). Dans l'emmision "C dans l'air" à la question  d'un télespectateur: "Que-est-ce que le groupe BILDERBERG", personne ne veut répondre ... c'est pourtant récent et même les grands médias parlent régulièrement de ce groupe Bilderberg, qui ne se cache pas d'ailleurs... Comment peut-on s'appeler "civilisation évoluée" une société où personne n'ose ou n'a pris conscience de faits bien réels mais qui "dérangent" de part leurs implications ? Certes, DeGaulle parlait de moutons en parlant des français, mais on s'aperçoit que le troupeau est bien mondial... et que les bergers sont eux-mêmes dirigés par les loups...

Yves Herbo SFH 02-2013

Les sites archéologiques en danger

Les sites archéologiques en danger

28-mars-2012-montrant-le-site-archeologique-syrien-d-apameet.jpgcapture-d-ecran-d-une-video-youtube-du-28-mars-2012-montrant-le-site-archeologique-syrien-d-Apamee-entoure-d-une-fumee-qui-proviendrait-d-un-bombardement

Une étude révèle que le pillage des sites archéologiques est un problème à échelle mondiale

En se basant sur les résultats d'une enquête mondiale menée récemment, il s'avère que le pillage des sites archéologiques est fréquent et généralisé.

Cela suggère de graves conséquences pour la préservation du patrimoine culturel de l'humanité ainsi que pour la compréhension ou la redécouverte de l'histoire de l'homme. 

pillage-archeologique.jpg
Huaca El Brujo, sur le site archéologique El Brujo, au Pérou. Cette Huaca a été découpé par des charognards, probablement à l'époque coloniale, de sorte qu'elle pourrait être pillée. Elle est actuellement fermée au public, car elle est considérée comme instable et donc dangereuse pour les visiteurs. Jorge Gobbi, Wikimedia Commons


L'enquête, menée par Blythe Bowman Proulx, professeur adjoint de justice pénale à la L. Douglas Wilder School of Government and Public Affairs de la Virginia Commonwealth University, a collecté les informations par le biais d'un questionnaire structuré envoyé par voie électronique à plus de 14.400 archéologues de terrain dans le monde entier.

L'étude visait à recueillir des informations sur leurs expériences personnelles concernant le pillage des sites archéologiques. L'objectif étant de développer une image de la nature, de l'étendue géographique et de la fréquence des pillages et des destructions de sites dans des contextes locaux et mondiaux.


iraqpillee.jpgIrak, tablettes et poteries sumeriennes brisées au sol


Une importante perte d'information sur les anciennes civilisations.

"Les archéologues sur le terrain sont les plus à même d'observer les pillages", écrit Proulx dans son rapport, "Bien que l'objet de leur travail est l'étude archéologique, l'excavation, l'analyse post-fouille, ou la conservation et la gestion du site; cela fait d'eux une source importante d'informations sur les pillages et les destructions de site".

D'après les archéologues et les historiens, le pillage des sites archéologiques est important non pas par la perte des objets eux-mêmes, mais par la perte de l'information sur les civilisations ou les établissements humains qu'ils représentent; car la valeur réelle des biens pillés repose en fait sur ce que l'on sait du contexte dans lequel ils ont été trouvés.

Proulx a reçu les réponses de 2.358 archéologues du monde entier. Sur la base de leurs commentaires, l'activité de pillage s'est produite dans 87% des 118 pays qui ont été signalés comme lieux privilégiés pour les travaux archéologiques.

La plupart des répondants (97,9%) ont déclaré que le pillage se passait dans la zone environnante ou dans le pays où ils effectuaient leur travail de terrain, et "78,5% ont déclaré avoir eu une expérience personnelle sur le terrain avec le pillage à un moment donné au cours de leur carrière".

Le pillage et la destruction des sites archéologiques, en particulier en tant que moyen pour alimenter le commerce illicite international et la vente d'antiquités, existe depuis des siècles et a fait l'objet de nombreux rapports, de livres et d'articles pendant des décennies.


Le pillage et, par conséquent, le rôle qu'il peut jouer dans le commerce des antiquités, ne peut plus être rejeté comme une simple exagération.

Sa pratique n'est donc pas une révélation pour les chercheurs et le grand public.

Jusqu'à présent, cependant, les mesures pour déterminer sa portée et sa fréquence à l'échelle locale et mondiale n'avaient jamais profité de l'expérience et l'observation des personnes peut-être les mieux placées pour informer: les archéologues.

Selon Proulx:. "S'il peut n'y avoir rien de particulièrement révolutionnaire à demander aux archéologues de partager leurs expériences personnelles et leurs opinions sur les pillages des sites archéologiques, la conception de cette étude est novatrice dans son contexte global, son objectif et son exécution. Autrement dit, cette étude apporte un soutien empirique à l'affirmation que le pillage est un problème itératif qui est répandu à la fois dans l'espace et dans le temps. Il ne se limite pas à certaines zones du monde ou des types particuliers de ressources archéologiques ...  Le pillage et, par conséquent, le rôle qu'il peut jouer dans le commerce des antiquités, ne peut plus être rejeté comme une simple exagération"».

Le rapport, intitulé "Archaeological Site Looting in "Glocal" Perspective: Nature, Scope and Frequency" (Pillage de site archéologique dans une perspective «glocale»: Nature, portée et fréquence), a été publié en accès libre dans l'American Journal of Archaeology.

Dans le prolongement de l'article, le public est invité à remplir une enquête semblable sur le pillage des sites archéologiques.

Source:


Lien:

Autres : http://www.internationalnews.fr/article-vandalisme-et-pillage-en-irak-berceau-de-la-civilisation-par-joelle-penochet-49644181.html

http://www.lexpress.fr/culture/art/art/le-patrimoine-culturel-de-la-syrie-en-danger_1102061.html

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/02/un-site-arch%C3%A9ologique-pill%C3%A9-pr%C3%A8s-de-noyon.html

... etc...

Yves Herbo SFH 02-2013

Spécial Jimmy Guieu-13 ans après son décès

Spécial Jimmy Guieu-13 ans après son décès

jimmyguieu1.jpg

Né le 19 mars 1926 à Aix en Provence, Jimmy Guieu (de son vrai nom Henri René Guieu) est décédé dans la nuit du 1er au 2 janvier 2000, juste après être entré dans cette année 2000 que les auteurs de Science Fiction de sa génération considéraient comme mythique. Depuis des mois il luttait contre un cancer de la prostate auquel s’étaient ajoutés d’autres sérieux problèmes de santé. Avec lui, c’est une des figures les plus marquantes de l’ufologie française qui disparaît. Même s’il était contesté par beaucoup, il était devenu depuis longtemps un personnage impossible à ignorer.

Jimmy Guieu est le pseudonyme littéraire de Henri-René Guieu (19 mars 1926 – 2 janvier 2000), écrivain français de science-fiction publiant notamment au Fleuve noir. Guieu a aussi écrit sous d’autres pseudonymes moins connus : Jimmy G. QuintClaude Rostaing ou Dominique Verseau.

Jimmy Guieu rédige son premier roman dès l’âge de 25 ans pour les éditions du Fleuve noir. Le pionnier de l’atome était le numéro 5 de la fameuse collection « Anticipation », collection qui compte aujourd’hui plus de 2 000 titres, tous auteurs confondus.

Jusqu’en 1984, il publiera ainsi, dans la même collection, 82 romans.

Durant l’occupation Jimmy Guieu se signale par des actes de résistance dans le maquis de Dompierre-sur-Yon (Vendée, maquis SR-1). Cette notion de résistance, qu’elle soit contre les totalitarismes, les mafias ou les mauvais extra-terrestres, restera omniprésente dans son œuvre.

Dans les années 1950, il devient l’un des pionniers de l’ufologie française, avec Aimé Michel.

jimmyguieu4.jpg

De 1960 à 1962, il publie quatre romans chez Marabout junior sous Claude Vauzière. Dans les années 1960, également, 63 de ses romans seront adaptés en BDs chez Sidéral.

Avec Georges Pierquin, auteur de la série des « anti-gangs » il co-écrit quelques romans de la collection « Espionnage » de Fleuve Noir. Ces ouvrages sont signés sous le pseudonyme de Jimmy G. Quint et décrivent les aventures de deux agents des services secrets français : Serge Gallard et Roger Quilici.

De 1977 à 1984, au rythme d’un ou deux par an, 10 de ses livres seront réédités dans la collection « Super luxe – lendemains retrouvés ».

Depuis 1981, « Plon » puis « les Presses de la Cité » et aujourd’hui « Vaugirard » devenu « Vauvenargues » rééditent l’intégralité de son œuvre dans la collection SF Jimmy Guieu.

De 1987 à 1990, il publie 10 inédits aux « Presses de la Cité », mettant en scène Gilles Novak. Les dix romans sont regroupés sous le titre d’une série : Les chevaliers de Lumière.

À partir de 1992, Vaugirard publie, en alternance avec les rééditions, d’autres inédits. Ceux-ci mettent en scène Blade & Baker, businessmen du XXIVe siècle. Il est intervenu régulièrement comme invité sur l’antenne de Radio Ici et Maintenant pour aborder le phénomène des OVNIs et des civilisations extra-terrestres, en particulier sur la thèse de la race des « Gris » ou « Petit-Gris ». Ses passages à la télévision furent également nombreux notamment dans les émissions de Christophe Dechavanne.

Vaincu par la maladie, il laisse un dernier manuscrit écrit en 1999 :  jimmy-guieu-ovni-et-la-verite-cachee-terre-ta-civilisation-fout-le-camp.pdf ». (archives S,F,H)

La collection « SF Jimmy Guieu » s’arrête à la fin de l’année 2003. Les derniers numéros sont écrits par Richard Wolfram (pseudonyme de Roland C. Wagner), auteur également des paroles d’une chanson hommage interprétée par le groupe Brain Damage : La Chanson de Jimmy.

jguieu-guytaradeimsa1990.jpgJimmy Guieu et Guy Tarade

Les productions de Jimmy Guieu ne se limitent pas à l’écriture. Entre 1991 et 1994, dans la collection « Les portes du futur » dont il se présente comme le créateur et le directeur, il édite une série de 14 documentaires. Si l’essentiel des sujets abordés concernent les extra-terrestres, certains thèmes mystérieux comme Rennes-le-Château ou les Vortex sont aussi abordés avec l’appui de proches comme Guy Tarade. Ces documentaires sont pour Jimmy Guieu une tribune à partir desquelles il critique violemment le GEPAN, le SEPRA, ou met en garde le spectateur contre des manœuvres de désinformation orchestrées à l’échelle planétaire par des puissances occultes. (YH : qu'il dénoncera nommément quelques années avant son décès rapide d'un cancer, ce qui rapproche le sujet du Groupe Bilderberg, CFR entre autres... 13 ans après son décès, on s'aperçoit en réécoutant certains de ses propos et enquêtes qu'il était plus qu'un bon écrivain de SF et chercheur de l'inconnu, mais aussi un visionnaire réaliste finalement...)

Sources : Nous les Dieux

Un roman ? Certes, mais fondé sur une trame d’événements dramatiques, recensés par un réseau d’informateurs basés principalement aux Etats-Unis. Une intrigue convaincante a force d’être incroyable et, pourtant, jalonnée de faits véridiques. Une aventure aux rebondissements en chaîne qui, graduellement, nous feront découvrir ce que sont les E B E (prononcer I-Bi) et l’horrible vérité attachée à ces Entités Biologiques Extraterrestres. Soigneusement étouffée par une conspiration du silence à l’échelle planétaire, cette vérité existe bel et bien et nul, ici-bas, ne peut prétendre ne pas être concerné. Dans ce fascinant roman de Jimmy GUIEU, où s’arrête la fiction et jusqu’où va la réalité ? Se pourrait-il que cette réalité occultée soit plus terrifiante encoreque nous ne puissions l’imagimer ? Sommes-nous sous la férule d’une organisation criminelle ultra-secrète chargée de museler ou d’éliminer ceux qui en savent trop sur les OVNI et les E B E, une super mafia puissante au point d’assujettir les nations avec l’appui d’un implacable ennemi venu de l’espace ? Autant de questions qui se posent à la lecture de cet ouvrage troublant. Une chose est sûre cependant : après en avoir lu le dernier mot, on ne regarde plus le monde de la même manière.

Source : http://unoeildifferent.wordpress.com/sommaire/jimmy-guieu/
jimmy-guieu-femme-denisot.png
Jimmy Guieu et sa femme

GUIEU (Jimmy) - Radio 3 (1986-12-30) partie 1

Merci au groupe FB des amis de Jimmy et des anciens de l' I.M.S.A pour cet enregistrement audio de meilleur qualité​

 
 
 
GUIEU (Jimmy) - Radio 3 (1986-12-30) partie 2
 
 
 
O.V.N.I. - E.B.E. - L'Invasion Commence Jimmy Guieu ( 1991 )

 
Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

La révolte des Machines : une future réalité ?

La révolte des Machines : une future réalité ?

4kinopoisk-ru-terminator-2c-the-1470608.jpg

(c) Orion Pictures

Selon les scientifiques britanniques la révolte des machines, c’est pour bientôt. Un Centre d’étude des risques existentiels (Centre for the Study of Existential Risk) (CSER) a été créé en Grande-Bretagne pour étudier cette question.

Dans ce centre, les chercheurs étudieront la possibilité de création de l’intelligence artificielle, ainsi que les moyens de développement des biotechnologies et sur le réchauffement climatique. Les experts de La Voix de la Russie ont fait leurs prévisions. En un demi-siècle, le monde pourrait devenir méconnaissable : les machines vont pourvoir apprendre à réfléchir sans l’aide de l’homme.

Les philosophes, les astrophysiciens, et les informaticiens, dont le fondateur de Skype Jaan Tallinn, veulent calculer la probabilité que notre civilisation devienne esclave des machines intelligentes. Un tel scénario est imminent. Les militaires se servent depuis longtemps des technologies qui utilisent l’intelligence artificielle, notamment des drones automatiques autonomes, et des systèmes de guidage automatiques des missiles. Après plusieurs décennies, les machines vont pouvoir réfléchir de manière autonome, est persuadé l’expert militaire Igor Korothenko, rédacteur en chef du magazine Natsinalnaïa oborona (Défense nationale).

c3po.jpg

« Les systèmes de combat élaborés actuellement en France sont dotés d’intelligence artificielle », dit-il. « Les fonctions de l’homme seront transmises directement au noyau intellectuel des systèmes d’attaque nucléaire. C’est une réalité que la création des systèmes d’armement au cours des 50-60 prochaines années puisse devenir fondée entièrement sur l’intelligence artificielle. Si les machines pont pouvoir prendre la décision finale, ces décisions vont résulter d’algorithmes imprévisibles. C’est pourquoi il est important de séparer clairement les fonctions prises par l’intelligence artificielle et celles que devront prendre les officiers et les généraux ».

Le directeur du Centre des programmes éducatifs du centre Skolkovo Denis Konantchouk constate que les militaires ne sont pas les seuls à développer les technologies de l’intelligence artificielle. Les informaticiens civils et les chercheurs s’en occupent également. Toutes les grandes sociétés du monde essaient d’initier les systèmes de recherche et les traducteurs en ligne à la manière de réfléchir comme l’homme. Ce sera une véritable révolution cognitive, conclut l’expert.

« Ces scénarios existent et ont toutes les conditions préalables pour leur mise en œuvre. Il s’agit notamment du secteur de la traduction. Ces systèmes travaillent actuellement non pas avec le sens des phrases, mais avec la signification des mots. Les grandes entreprises veulent que les systèmes de traduction cernent d’abord le sens général de la phrase et la traduisent ensuite mot à mot. Ce sont les conditions préalables pour la création de l’intelligence artificielle. Cette évolution pourrait se produire vers les années 2020-2030 ».

Les deux experts de La Voix de la Russie espèrent que l’évolution de l’intelligence artificielle sera pacifique. Toutefois, ils n’excluent pas que les machines intelligentes, contrôlées par l’homme puissent se révolter un jour sur le scénario des films Terminator et I Robot.

data-startrek.jpg

 

Yves Herbo : Cet article revêt par certains côtés un caractère de surprise et de "sonnette d'alarme", et j'en suis un peu surpris car je sais pertinemment d'un autre côté que ça fait belle lurette que tout le monde s'acharne sur les progrès nécessaires en la matière et pour des raisons diverses. Et si Metropolis au début du 20ième siècle n'a pas suffit à la sonner, cette alarme, des auteurs comme Isaac Asimov et la science-fiction s'en sont chargés depuis des décennies. Mais faire le lien entre les messages lancés dans la littérature et même l'art en général et la réalité technique met très longtemps à entrer dans les esprits des "raisonnables", qui font avancer les sciences et techniques... il faut que les messages soient répétés longtemps, de différentes manières et par différents "inventeurs" ou "créateurs" pour qu'ils soient perçus par le plus grand nombre et donc ceux qui peuvent les interpréter le moment venu. J'imagine que c'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles j'ai reçu un soir la visite d'une sphère lumineuse silencieuse, vers mes 9 ans. Et que de petit chenapan je me suis transformé assez rapidement en conteur d'histoires pleines d'imagination et me suis mis à écrire, à améliorer naturellement mon écriture et mon orthographe (qui n'est pas parfaite !), grâce à la providence (?) aussi qui a voulue qu'un professeur de français décide subitement, en voyant les textes de ses élèves, de leur faire écrire et dessiner un livre. J'avais déjà écris quelques textes avant mon entrée en 7ième (11 ans donc) mais là j'écrivais très vite tout le livre, une histoire d'une jument qui lisait dans les pensées et allait dans l'espace, mais le professeur (avec raison) n'en conservait que le début et le personnage principal pour laisser toute la classe apprendre à travailler en équipe, le but de la manœuvre... je me souviens qu'à l'époque j'avais un peu mal digéré ce fait mais j'avais fini par me faire une raison ! Nous avions fini tout le texte des Aventures de Bacara avant Noël 70 et nous avions jusqu'à mai pour faire un dessin par élève et le peindre, puis à le refaire en 100 exemplaires ! Le texte a été polycopié en autant d'exemplaires et la télévision régionale IDF de l'ORTF est venue même faire un petit reportage sur notre classe en juin 71... j'apparais  donc à la télévision quelques secondes à la joie de mes parents, ce qui n'empêche pas mon père de dire qu'écrivain n'est pas un métier.

couvertureandroide1avatar.jpg

A l'époque, ma soif d'écrire m'a fait perdre plusieurs amis : on ne peut pas tout faire... mais aussi en gagner un peu, et de vrais amis qui m'ont vraiment compris les quelques mois où il fallait quelqu'un... la vie me les a tous fait perdre, mais je sais que je les retrouverai ici ou ailleurs... Des mots se bousculant dans ma tête souvent, après des rêves étranges, j'écrivais assez vite "Quatre éternités pour une Rose Immortelle", (70-74 pour l'assemblage) l'histoire de deux jeunes ado qui se retrouvent embarqués dans une guerre intergalactique, et "Je n'étais qu'un Androïde" (70-74 vers mes 14 ans donc pour l'assemblage), qui conte l'histoire de la rencontre tragique d'androïdes et d'humains. Cette histoire, dans laquelle je sonne donc mon alarme à moi (où "téléchargée" par la sphère lors de mon enfance ?, et oui, c'est une possibilité sérieuse pour moi) sur les dangers de l'Intelligence Artificielle incontrôlée, a été publiée en 2011 par les Editions Baudelaire. Elle a été un peu modernisée question sciences mais le texte est juste celui d'un enfant qui s'est mis subitement à écrire, comme pour "vider" du trop plein d'informations, son cerveau déjà encombré par les soucis de l'enfance, soyez indulgents. J'ai pensé qu'il était peut-être temps de faire connaître l'éventuel message contenu dans ces écrits, et cet article ci-dessus m'en convainc encore plus. D'autres événements au cours de ma vie sont venus corroborer cette impression de "pressions", "d'intrusions" dans ma réalité, y compris sur celle de proches et j'essaierai de publier les autres écrits et les plus récents si la vie m'en offre le loisir, ce qui n'est pas certain du tout. 

SFH via french.ruvr.ru 01-2013

Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

NigelKerner.jpg

Les messies biomécaniques de Nigel Kerner

Nigel Kerner est sans doute l’un des auteurs et chercheurs les plus originaux sur le phénomène d’intrusion extraterrestre. Il possède une perspective unique et pénétrante sur le programme d’interception de l’humanité par les extraterrestres Gris qui se fonde sur une compréhension logique de nos bases existentielles respectives. Les Gris et nous. Nous et eux. Eux contre nous. Kerner a suggéré que la meilleure manière d’appréhender leurs comportements prédateurs uniques et bizarres est d’être capable de définir avec précision ce que nous sommes, ce qu’ils sont, comment ils sont « nés » et surtout où ils veulent en venir. Après avoir exploré ces questions, il examine avec un regard neuf et inquisiteur les témoignages d’intrusions extraterrestres collectés aux 4 coins du monde à la lumière des derniers développements scientifiques, particulièrement, la génétique et la physique quantique.

Kerner est, notons-le, le premier auteur à notre connaissance à avoir établi une connexion claire entre les Archontes des évangiles apocryphes de Nag Hammadi et les extraterrestres Gris. Il a établi cette relation dès 1997 dans son premier livre, « The Song of the Greys ». Et aujourd’hui, nombreux sont les auteurs qui font également ce lien pour étayer leurs propres théories.

Nous sommes à l’aube d’un drame aux proportions cosmiques dont les conséquences sont dramatiquement limpides et simples : nos sociétés modernes ont désespérément besoin d’une version modernisée d’un messie qui sera capable d’établir un pont entre la science, la technologie et l’intuition d’une réalité métaphysique sous jacente. Mais pour certains, cette fameuse intuition n’est rien d’autre qu’un renouvellement des vieilles superstitions. La sacralisation de tout ce qui semble nous dépasser est un réflexe qui est vieux comme le monde.

Nombreux sont les whistleblowers militaires et auteurs spécialisés dans la conspiration qui tentent d’interpréter le phénomène de l’intrusion des Gris et des extraterrestres en général comme des vecteurs messianiques qui offriraient enfin à l’humanité un rapport logique entre science et surnaturel. Et ce phénomène ne cesse d’inquiéter Nigel Kerner pour une raison capitale : les extraterrestres Gris sont avant tout des machines, des drones exploratoires dénués de conscience et d’empathie. Ce ne sont que des messies mécaniques, des robots biologiques programmés dans le seul et unique but de perpétuer leur espèce à n’importe quel prix, serait-ce au prix de l’humanité toute entière. Ils doivent lutter pied à pied contre les forces entropiques qui caractérisent cet univers de matière et empêcher que leurs lignées génétiques ne se dégradent, clonage après clonage. Ils ne possèdent pas d’âme et recherchent donc dans notre « âme » qui nous relie à la source créatrice de toute chose, cette qualité d’éternité qu’ils sont incapables de saisir et de comprendre puisque ce sont des machines. Leur quête est désespérée et donc éminemment dangereuse.

Dans cette seconde interview exclusive qu’il nous offre, Kerner approfondit toutes ces questions fondamentales et nous offre une perspective fascinante sur ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir.

L’interview

Karma one : Depuis la publication de votre livre en 1997, il y a plus de 11 ans, avez-vous rassemblé certains éléments supplémentaires démontrant que les Gris sont des drones prédateurs en pleine phase dégénérative ? Ou bien, au contraire, ne seraient-ils pas si négatifs que cela ? Avez-vous également noté l’existence d’autres entités extraterrestres prédatrices qui pourraient représenter un risque de manipulation pour notre conscience et notre culture (comme par exemple, les forces américaines qui ont représenté un risque pour les tribus natives de Nouvelle-Guinée pendant la seconde guerre mondiale ou encore l’inquisition espagnole à l’égard des amérindiens) ? Existe-t-il des indices suggérant que des espèces extraterrestres, autres que les Gris, pourraient se révéler positives pour le développement de la « conscience galactique » des êtres humains ?

Nigel Kerner : A mon sens, depuis que le livre « The Song of the Greys » a été publié, rien n’a vraiment changé dans la nature du phénomène d’enlèvements extraterrestres. Les Gris sont toujours les créatures qui sont les plus fréquemment observées par les abductés. Budd Hopkins que je considère comme un exemple d’enquêteur sincère et objectif a constamment maintenu un regard aussi précis que possible sur les abductions, constatant lui aussi que tous les cas sur lesquels il s’était penché impliquaient des Gris. Parfois, certains témoins ont rencontré des créatures humanoïdes extraterrestres de plus grande taille connue sous l’appellation de « type nordique ». Mais les Gris se sont montrés dans chacun des cas.

Nous parlons en réalité d’une affaire dont l’ampleur manifeste est confirmée par des dizaines de milliers de personnes de par le monde. Les conséquences que ces événements peuvent avoir non seulement sur les victimes mais aussi sur l’humanité dans son ensemble doivent êtres prises très au sérieux. Le fait que des extraterrestres de forme humanoïde de type nordique et plus rarement encore, des entités distinctes de type reptilien semblent accompagner les Gris implique qu’il existe une sorte d’accord entre ces différentes espèces extraterrestres, ce qui constitue un fait très intéressant à prendre en considération. Cependant, les récits plus rares, moins cohérents et donc épars à propos d’autres espèces de visiteurs extraterrestres n’ont pas le même impact ni la même signification que les rapports qui dénoncent de façon cohérente des événements répétés impliquant les Gris, donc toujours les mêmes types d’extraterrestres. La puissance de ce sujet des enlèvements par des extraterrestres Gris provient justement de la cohérence des témoignages. Pour cette raison, nous ne pouvons pas être aussi certains de l’authenticité des récits plus isolés relatifs à ces autres espèces.

Je n’ai aucun doute à propos de la nature négative et prédatrice du phénomène d’enlèvement extraterrestre. J’ai été très clair à ce sujet dans mon livre « The Song of the Greys » et je souligne cet aspect avec vigueur dans le nouveau livre à venir.

En 2003, Richard McNally, un professeur de psychologie de l’université d’Harvard a hypnotisé six femmes et cinq hommes qui ont affirmé avoir été victimes d’enlèvements extraterrestres. Sous hypnose, sept de ces dix témoins ont rapporté avoir fait l’objet d’une extraction de sperme ou d’ovaires en vue d’opérations d’hybridation. Ces personnes ont également fait état de rapports sexuels directs avec des extraterrestres. Leurs témoignages ont été retranscrits puis reformulés sur bande audio d’une voix neutre par les chercheurs. Les enlevés ont ensuite écouté ces cassettes et leurs réponses émotionnelles ont été enregistrées en surveillant leur rythme cardiaque ainsi que la sueur qui se dégageait de la paume de leurs mains. Le même type de procédure a été employé sur 8 personnes qui avaient fait l’objet d’expériences traumatisantes sans aucun rapport avec les enlèvements extraterrestres. On a pu observer que les réactions des enlevés « étaient d’une ampleur similaire, si pas plus importante que celles des personnes qui ne pouvaient plus se libérer de souvenirs d’abus sexuels, de violences au combat ou d’autres événements traumatisants ». Mc Nally affirma également la chose suivante : « Les gens qui croient sincèrement avoir été enlevés par des extraterrestres montrent des schémas de réponses émotionnelles et psychologiques liés à ces souvenirs qui, de façon surprenante, sont identiques aux réponses qui ont été enregistrées sur des gens concrètement traumatisés dans des situations de guerre ou dans des événements du même genre ». http://www.news.harvard.edu/gazette/2003/02.20/01-alien.htm

McNally ne croit pas en l’authenticité réelle et physique du phénomène d’enlèvement extraterrestre car il estime que ce type d’événement est trompeur par nature. Cependant, son opinion à cet égard n’est pas d’une importance fondamentale car les résultats de ses expériences servent en réalité à illustrer l’effet traumatique concret et objectivable des enlèvements extraterrestres aux yeux de ceux qui n’étaient pas convaincus de la réalité tangible du phénomène. Il est incontestable que toutes les procédures développées par les extraterrestres impliquent un élément coercitif dès le moment où démarre l’enlèvement. Les procédures médicales inquisitrices qui sont le plus souvent extrêmement douloureuses sont menées alors que la victime se trouve plongée dans un état de paralysie total qui est également observé à l’occasion des expériences de nature sexuelle qui sont perpétrées sur les enlevés. Si on perçoit le phénomène d’enlèvements extraterrestres dénoncés par des témoins de première main en termes de respect de la vie sous l’angle philosophique des traités généraux d’éthique conçus par l’espèce humaine, je suis alors entièrement convaincu que le phénomène extraterrestre n’est rien d’autre qu’un phénomène négatif et prédateur. Affirmer que les Gris sont délibérément cruels ou sadiques à notre égard impliquerait qu’ils soient alors capables de développer une sorte de codex moral ou éthique. S’il s’agit effectivement de machines biomécaniques programmées, ce que je suis enclin à croire, ces créatures se révèlent incapables de développer le moindre sens psycho émotionnel, la moindre empathie. Et cela semble bien être le cas si l’on tient compte de la majorité des récits des témoins. Je crois que le professeur Jacobs et moi-même sommes les auteurs les plus constants et les plus cohérents à cet égard puisque nous avons maintenu ces prémisses tout au long de nos recherches. J’ai vraiment cherché le plus loin et le plus objectivement du monde une raison qui me ferait changer d’avis et je dois bien avouer que je ne vois pas pourquoi mon opinion changerait si je veux rester rationnel.

Le comportement des Nordiques, des Reptiliens et des Gris suggère un manque total de conscience telle que nous sommes capable de la concevoir. Ils n’auraient en réalité fait que suivre simplement des sortes d’instructions qui leur ont été programmées, des instructions qui sont contenues dans un programme autonome qui a été conçu pour préserver à n’importe quel prix leurs intérêts ainsi que les intérêts de ceux qui les ont créés dans cet univers. Selon des récits d’enlevés, les humanoïdes extraterrestres de plus grande taille semblent surveiller et diriger ce que font les Gris de plus petite taille. Ils semblent donc surveiller leur comportement prédateur. Les êtres blonds aux yeux bleus qui sont souvent aperçus en compagnie des Gris sont du même type que les entités qui se sont fait connaître auprès des Nazis et sur lesquels Hitler aurait fondé sa vision pour dessiner « l’homme nouveau du futur » et donc, l’idéal SS. Selon certaines informations, un extraterrestre blond a été « exhibé » à plusieurs membres de la haute hiérarchie nazie incluant Heydrich et Himmler (ndlr : les deux chefs de la SS) qui s’étaient rassemblés en 1936 dans les grottes d’Externsteine. Je crois que c’est lors de cette rencontre que la soi disant « solution finale » de la question juive a été implantée dans l’esprit de ces Nazis allemands qui étaient eux-mêmes des parodies de vermine humaine. Il y avait, je crois, une raison à l’aspect sensationnaliste qui les aurait motivé à mener cette campagne d’extermination mais je pourrai en dire plus à ce sujet dans le second et le troisième livre de la trilogie sur laquelle je travaille.

Un autre aspect du phénomène extraterrestre gris que j’ai pu découvrir et tenter de comprendre dans mon nouveau livre se réfère à un certain type d’expérience de mort imminente ou NDE et qui ressemble étrangement à un enlèvement extraterrestre. Ceux qui ont vécu ce type d’expériences sont troublés parce qu’ils n’ont pas pu vivre les si belles expériences extatiques qui semblent caractériser les NDE. Ils se demandent pourquoi l’univers dans lequel ils se retrouvent est si métallique et solide alors qu’ils espéraient rencontrer ce monde étherique et éphémère auquel ils s’attendent. En étudiant ces expériences et en les examinant à la lumière de mes autres recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que les Gris attendent en réalité l’arrivée de certains sujets expérimentaux humains au moment de leur mort physique. Je crois que les Gris sont capables de capturer l’âme de certains individus au moment où le champ énergétique de l’âme quitte le corps matériel à l’état de cadavre et entame son entrée dans l’univers inter-atomique, c’est-à-dire l’espace qui se trouve entre les atomes (qui correspond aux tunnels aperçus lors des expériences de mort imminente). A l’extrême limite du champ d’existence des atomes, ils sont en attente, prêts à faire usage de leur technologie qui est capable de magnifier les forces pour capturer les champs électro-spatiaux morphogénétiques individuels -à savoir des âmes- afin de les empêcher ensuite d’entrer dans le stade d’existence ultérieur qui se trouve au-delà de la matière physique, soit au-delà de l’univers des atomes.

Karma One : Ces dernières années, un nombre croissant d’auteurs et de témoins privilégiés militaires se sont manifestés avec des points de vue très contradictoires à propos du phénomène d’intrusion extraterrestre. Certains perçoivent ces entités comme dangereuses et prédatrices. D’autres les voient comme « neutres, professionnelles » (cfr Dean) et dénuées de compassion et d’émotions dans le sens où nous le percevons. Ils affirment que les extraterrestres nous considèrent comme une espèce parmi d’autres et agissent comme le feraient les propriétaires d’une réserve animalière en Afrique, ils nous surveillent et veillent à ce que les « animaux » ne soient pas trop nombreux et ne détruisent pas la réserve, c’est-à-dire la Terre.

D’autres encore, considèrent les extraterrestres, même les Gris, comme bénéfiques et même messianiques. De manière globale, ils les voient comme des êtres profondément bienveillants même si une petite minorité peut se comporter de manière diabolique. Cette partie est essentiellement représentée par le Dr. Steven Greer qui semble avoir développé un point de vue métaphysique à propos de l’intrusion extraterrestre. Greer semble penser que les extraterrestres sont bien plus avancés spirituellement et sont des « entités supérieures, interdimensionnelles et messianiques qui se révèleront à l’homme avec une message libérateur et qui nous sauveront même d’une possible apocalypse ». Que pensez-vous de ces mouvements et de ces différents points de vue ?

Nigel Kerner : Il est aisé et tentant pour beaucoup de percevoir une manifestation étrangère et extra-terrestre à cette planète comme une nouvelle force messianique qui se présente à eux tel un grand et merveilleux bienfait qui bénéficiera à tous. Mais je crois que cette vision est d’une folie extrême et totale.
La science perçoit en gros les religions conventionnelles comme un piètre héritage de l’époque médiévale, indispensable à notre confort. Elles incarnent la vision conventionnelle d’un principe divin, une sorte de secours, d’assistance spirituelle assez archaïque que nous nous serions inventés. Les religions traditionnelles ne seraient finalement rien d’autre qu’un simple vœu pieux qui renforce l’espoir, la morale et d’autres platitudes éthiques. Elles ne visent en outre que le contrôle social des masses populaires. Tout cela ne peut se comprendre qu’à la lumière de ce que les prêtres, le pouvoir et les auteurs de toutes les invectives religieuses ont réellement fait au cours des siècles. Ils ont menti, détourné, mal interprété et manipulé toute la ressource spirituelle qui se trouve autour de l’idée du divin depuis des millénaires et ils l’ont fait le plus souvent de façon délibérée. Ils ont conçu l’idée de « Dieu » autour de principes anthropocentriques qui ne sont que la glorification de l’idée d’un père de famille ou d’un seigneur régnant sur son domaine et sur ses serfs dans le seul but de s’auto-congratuler ou encore donner plus d’ampleur et d’emprise à leur propre autorité et leurs manières de vivre.

En ce qui me concerne, je n’étais pas prêt à accepter qu’il existait une domination spirituelle et extrasensorielle sur la matière et sur les diverses ressources présentes dans un univers matériel jusqu’à ce que je sois confronté à la réalité du phénomène ufologique. En constatant ce fait, j’ai commencé à comprendre la logique et la raison qui se trouvent derrière cet adage de Shakespeare : « il y a bien plus de choses sur la terre et dans les cieux auxquelles la philosophie n’a jamais osé rêver ». Cette phrase révèle une vérité indépassable. J’ai commencé à percevoir ce que les enseignants fondateurs de nos grands courants religieux avaient saisi, à savoir qu’il existe tout un monde qui se trouve au-delà des forces apparentes qui s’expriment dans l’univers de matière et donc au-delà des atomes. C’est un monde qui se révèle aussi réel et tangible que n’importe quel autre. Tout le contexte de cette constatation devient si clair pour moi qu’il peut même se définir de manière réaliste et terre à terre.

Ceux qui croient en un univers qui se base sur la pure matière, qui croient en tous ses produits dérivés et qui ont ainsi fondé toutes leurs échelles de valeurs et de perception des significations ultimes sont en réalité en grand danger de perdre toutes les références qu’ils ont d’eux-mêmes en les remplaçant par une référence matérialiste non vivante, en quelque sorte mécanique ou robotique, donc une référence morte. Vous ne pouvez comprendre et connaître une chose que si elle est prend sa référence au sein du « moi ». Sans cette référence liée à votre propre dimension vivante, vous êtes dans le nihilisme de Wittgenstein et de Nietzsche et par conséquent dans la démence indescriptible de l’esprit d’une machine, au cœur d’un esprit mécanique dénué d’âme. Vous êtes en fait un Gris. Il n’y a rien de plus terrifiant que cela et vous êtes incapable d’en faire l’expérience par vous-mêmes.

Dans son excellent article qui discute des implications éthiques du phénomène de l’enlèvement extraterrestre (http://www.ctlsoftware.co.uk/abductions.htm), Budd Hopkins souligne le fait que les extraterrestres ne semblent en aucune manière intervenir pour empêcher l’homme de faire l’expérience de la souffrance en ce bas monde. Hopkins suggère que Dieu semble également atteint par cette même indifférence. Cependant, selon moi, il y a une profonde et cruciale différence entre ces deux sources potentielles d’assistance à l’humanité.

Comme je l’ai dit, les extraterrestres ont eu la main bien plus qu’heureuse en intervenant dans nos affaires pour enlever et contrôler par la force des cibles humaines. Il semble donc que l’interventionnisme ne leur pose aucun problème lorsqu’ils ont envie d’être interventionnistes. Cependant, en ce qui concerne cet état central de perfection et de liberté infinie qui correspond à la définition du divin, le scénario devient totalement différent.

Pour ceux qui ont pu lire mon premier livre, je crois que notre existence qui se développe dans un univers physique imparfait n’est pas le résultat d’un Dieu créateur qui nous aurait placé délibérément dans un état d’imperfection (et qui pourrait alors assister au spectacle) pour en tirer du plaisir. Il s’agit plutôt de l’expression de la liberté parfaite qui s’est impliquée dans un état de perfection que je nomme « expression divine », dans le but de savoir et d’expérimenter toutes les choses, en ce compris la liberté de savoir ce que c’est de ne plus être parfaitement libre et donc ce que c’est d’être imparfait. C’est cela la liberté totale et parfaite, une chose, son contraire et tous les champs du possible. Nous sommes donc le produit de nos propres choix libres. Par conséquent, ce n’est pas tant que Dieu n’interviendra pas mais plutôt simplement le fait que l’expression de la Divinité ne peut intervenir par essence et ce, afin que tous les champs du possible s’expriment. La « lumière » infinie issue de la manifestation de la divinité ne peut s’exprimer dans l’univers que dans la mesure où nous le permettons puisque nous en sommes les relais, les vecteurs et donc, nous devons pour cela ouvrir en quelque sorte grandes les fenêtres de nos âmes. Notre volonté de faire cela est suprême, plus forte que tout. Une fois que nous agissons, nous incarnons d’une certaine manière cette lumière et agissons comme un agent de l’expression divine. Mais l’état d’expression divine en elle-même est un état d’implication qui, par définition, ne peut intervenir d’elle-même. Elle a besoin d’un agent.

Le Christ, Bouddha, Mohammed et tous les grands enseignants étaient des incarnations physiques de la lumière de l’état de divinité de telle manière que ces êtres furent capables de faire le choix d’aider leurs congénères, un choix qui leur était propre. Les Gris (en tant qu’expression mécanique), comme j’en ai déjà parlé, ont montré qu’ils étaient capables d’intervenir et qu’ils intervenaient en réalité que de manière négative et coercitive. De ce fait, la question que pose Hopkins s’adresse bien aux Gris : pourquoi n’interviennent-ils pas pour empêcher l’être humain de souffrir ? Pourquoi est-ce que, justement, leurs interventions génèrent-elles de la souffrance et de la douleur plutôt que de la soulager ?

Comme je l’ai déjà mentionné au préalable, il est totalement évident que les entités extraterrestres qui ont été aperçues dans ces témoignages n’ont éprouvé absolument aucun égard pour la détresse ou la douleur humaine. Cependant, les enlevés n’ont pas non plus parlé que leur ravisseur aurait fait montre de cruauté ou de plaisir sadique. A la place, les extraterrestres ont plutôt l’air de ne rien comprendre à la douleur qu’ils infligent à leurs victimes, ce qui représente à tout le moins un sérieux problème. Si ce sont bien des créatures robotiques comme je le crois, ce manque d’empathie prend tout son sens parce qu’il est impossible de programmer de la compassion et de la sympathie dans une machine. Ces « qualités » que sont l’empathie et la compassion sont les marques de fabrique de l’être connecté au « Godverse », c’est-à-dire à l’univers du Divin. L’être vivant naturel. S’ils sont nos messies et rédempteurs du futur, on peut alors se poser la question : vers quelle terre promise nous mènent ces entités ?

Karma One : Pensez-vous qu’il existe un risque de voir se développer une nouvelle religion dans le cadre du phénomène d’intrusion extraterrestre et qui se baserait sur un message apocalyptique de type biblique ou bien croyez-vous que ce risque est négligeable ? Dans ces temps de crises nombreuses (financière, climatique, matières premières et énergies, religions etc…), compte tenu de l’importance croissante de messages apocalyptiques et bibliques (2012, la venue de Nibiru, scénario de fin des temps), selon vous, les extraterrestres vont-ils vouloir jouer un rôle prépondérant dans ces scénarii ?

Nigel Kerner : Les religions semblent se former de manière spontanée à chaque fois que les êtres humains en expriment le besoin. L’apparente insécurité qui est la marque de fabrique particulière de notre vie quotidienne constitue l’ingrédient idéal pour obtenir de grands effets à partir de petites causes. On va alors tout faire pour concevoir une philosophie qui va nier les effets du deuxième principe de la thermodynamique et qui a pour conséquence la dégradation de notre corps à chaque seconde de notre vie qui passe. (NDLR : L’irréversibilité des phénomènes physiques induisent les effets de l’entropie d’un système. Un système obéit à la loi d’entropie dans la mesure où petit à petit s’instaure dans tout système physique de moins en moins d’ordre, de plus en plus de chaos mais également, de moins en moins d’énergie ou encore une énergie qui est de plus en plus gaspillée –la loi des retours diminués- jusqu’à aboutir à l’entropie maximale ; à savoir la mort. Dans un système physique clos, la seconde loi veut que l’entropie est constante ou augmente de manière irréversible et ne peut en aucun cas diminuer. L’entropie d’un système isolé ne peut pas diminuer, elle augmente ou elle reste constante si la transformation est réversible. Pour être plus clair, la mort physique est un système entropique irréversible. De même, lorsqu’un verre tombe à terre, il ne peut se reconstituer). Nous sommes sans cesse en quête d’une certitude qui nous permettra de mettre un terme à cette insécurité. Nous devons faire face sans cesse à cette insécurité qui provient de cette terrible et puissante force qui nous pourrit de l’intérieur. Nous avons besoin de savoir qu’il existe bel et bien quelque chose qui peut contrecarrer cette force entropique qui nous précipite vers le chaos et vers une lente détérioration. Quelque chose qui résiste à ce processus incontournable. Quelque chose qui peut changer la mort en vie, la perte en profit.

En considérant les choses dans leur ensemble, il y a en nous, en tant qu’être humain, une ancienne mémoire qui a encodé au plus profond de notre être les souvenirs d’une réalité, d’un temps, d’un endroit ou d’une situation où tout était possible et se présentait sous une forme merveilleuse et immédiatement disponible. La perte de cette réalité nous pousse à conserver intact dans notre mémoire l’espoir de notre transformation. Nous recherchons tous les signes qui permettent au souvenir que nous avons de cet espoir de demeurer vivant et nous construisons sur base de ces signes, une philosophie, un procédé ou un système de croyance qui pourraient transformer le désespoir en espoir. Ces signes, ces anomalies acquièrent leur forme la plus puissante lorsque quelque chose va à l’encontre du connu, des lieux communs et du système (NDLR : soit le phénomène des anomalies, des manifestations surnaturelles). Par exemple, on a créé de toutes pièces un Bouddha avec ce jeune garçon qui a été découvert en train de méditer pendant plusieurs semaines selon certains, pendant plusieurs mois selon d’autres, sous un arbre dans le Nord de l’Inde. Il méditait sans s’arrêter pour manger, boire ou faire ses besoins. On en a fait une sorte d’icône qui symbolisait les attentes les plus extrêmes parce que nous avons tous besoin et envie que toutes les choses soient merveilleusement belles, bonnes et idéales.

Les créatures mystérieuses ainsi que les vaisseaux spatiaux qui définissent le phénomène OVNI constitueront le candidat idéal pour une déification dans un monde qui a perdu toutes ses illusions avec les religions spiritualisées. L’Occident et ses populations euro-caucasiennes se sont sécularisés sur la base d’un système purement matérialiste fondé sur le monde de la science. De ce fait, l’Occident recherchera une réalité finale fondée en fin de compte sur l’atome et la matière. Ils vont déifier les Gris et les définiront comme étant de nouveaux « Messires » (NDLR : Cela se vérifie par exemple dans une conception très récente du Vatican selon laquelle la vie extraterrestre intelligente doit exister et nous est sans doute supérieure parce que cette vie a été conçue par essence en dehors du péché alors que les Ecritures nous apprennent que l’homme a été conçu, entaché par le péché originel !). Il s’agira d’une variante de messies non spirituels cette fois, qui nous amèneront de bonnes choses si et seulement si nous les comprenons et si nous leur donnons une chance de les comprendre. Ils inventeront toutes sortes de choses et d’événements et les traduiront dans des termes qui incarneront la vérité authentique, une vérité qui dépassera bien entendu ce que l’être humain est capable de comprendre.

12-humanoide-ar.jpg

Dans mon nouveau livre (ndlr : à paraître en janvier 2010 chez l’éditeur Inner Traditions/Bear & Company), j’ai tenté d’analyser tous les indicateurs que l’on peut retrouver dans divers systèmes de croyance, qu’ils soient séculiers ou spirituels, et j’en suis arrivé à la conclusion simple, logique et incontournable que rien n’est plus éloigné de la vérité. Le phénomène Ovni est la plus grande menace à laquelle doit faire face tout être vivant naturel faisant partie de cet univers. Ce phénomène constitue la négation absolue et finale, la destruction de nos espèces et ce, grâce à une immense incompréhension et une déformation délibérée des messages spirituels et religieux de tous les grands enseignants et de ce qu’ils voulaient vraiment nous dire. Le livre consacre près de 600 pages et plus de 200.000 mots à n’expliquer que cela et je ne vais donc pas le faire dans cette réponse. Mais je crois que lorsque les esprits les plus aiguisés examinent tous les indices qui sont rassemblés, ils se rendront compte que ce que les chrétiens fondamentalistes ont désigné sous les termes d’extase, de « révélation » ou d’épiphanie n’est en réalité qu’un enlèvement ou encore la captation d’une âme. Ils verront que ces extraterrestres Gris dotés de quatre doigts sont mortellement dangereux car ils veulent s’emparer de cette planète et de ses dirigeants. Ces extraterrestres poursuivent un agenda : l’interception de milliards d’êtres humains d’un génotype spécifique appartenant à une humanité qui a été spécialement préparée sur le plan génétique, c’est-à-dire l’humanité européenne caucasienne dont les gènes ont été « travaillés » pour comporter un déficit en mélanine. Le but de cette opération glace le sang tant elle est effrayante. Derrière ces enlèvements et apparitions ciblées se dévoile un programme génocidaire fondé sur des marqueurs génétiques.

Dans mon esprit, il ne fait aucun doute que les Gris et leurs hybrides incarnent bel et bien « le Grand Prétendant », ce faux messie et ce faux dieu prophétisé dans le Livre de l’Apocalypse qui subjuguera tous les hommes grâce aux miracles qu’il montrera. Ce faux prophète a le pouvoir «de donner la vie à l’image de la Bête ». Il s’agit sans doute d’une référence aux procédures de clonage qui sont employées par les Gris. Des implants biologiques insérés sous la peau comme outils de surveillance et de localisation sont aujourd’hui déjà disponibles sur le marché. Ce genre de technologie peut incarner « la marque de la bête » que le faux prophète donne aux êtres humains et sans laquelle nous ne pouvons rien acheter ou vendre. L’un des ces implants a d’ailleurs été baptisé « Digital Angel » ou « ange digital », un titre qui semble trop ironique pour être vrai et pourtant, cet intitulé cache peut-être bien plus que de la simple ironie (NDLR : Le type d’implant « Digital Angel » a été étudié pour être employé dans le système bancaire et pourra être lu à distance par des machines). Peut-être que toutes ces technologies sont le produit d’authentiques « anges » robotiques et digitaux qui sont apparemment descendus des cieux. Pour paraphraser les termes des écritures, la Bible prophétise que « seuls ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de la vie de l’agneau sacrifié lors de la fondation du monde » vénèreront le faux prophète. Ne serait-ce pas ces êtres humains qui ont été interceptés génétiquement de façon à ce qu’ils ne puissent plus être clairement en contact avec l’Univers du Divin qui existe en eux au-delà de l’établissement de ce monde de matière ?

Quelle que soit la vérité que pourraient éventuellement contenir l’une ou l’autre prophétie, nous devons admettre que celles qui annoncent la fin des temps n’ont jamais cessé d’apparaître au cours des siècles. Bien évidemment, aucune d’entre elle ne s’est avérée fondée. Par contre, d’autres types de prophéties qui se sont réalisées permettent d’illustrer la fragilité de notre condition en tant qu’espèce. Le simple fait que la prophétie de 2012 provient de multiples sources indépendantes les unes des autres peut suggérer qu’elle contient une vérité potentielle. Mais il existe aussi cette possibilité dont je parle dans mon nouveau livre selon laquelle les Gris pourraient employer leurs technologies pour par exemple contrôler la trajectoire d’un astéroïde de façon à ce qu’il frappe des parties du monde où l’on trouve des concentrations de populations qui ne font pas partie de leur groupe humain expérimental de prédilection (qui sont les Caucasiens) et qui pourraient par conséquent interférer avec les groupes qui font partie de leurs sélections.

Que cette prophétie se matérialise un jour ou non, elle nous place face à notre décès, tel un agent d’une mort soudaine, terme final de notre individualité consciente et physique. Nous ne sommes qu’à quelques battements de cœur d’un deuil, celui que nous devrons faire de toutes nos attentes, de tous nos espoirs. Alors, préférons-nous nous diriger vers la mort dans l’ignorance de notre destinée ? Ou bien, préférons-nous nous émerveiller devant ce qu’il adviendra de nos pensées, de l’ensemble de nos expériences? Il me semble que si nous pouvons avoir un regard avisé sur se cache derrière la matrice de la vie physique et ses illusions, alors comme tout doit de toute façon se terminer et déboucher sur quelque chose, nous disposerons d’une vision plus pénétrante et réaliste des problèmes auxquels nous serons de toute façon confrontés. Si sans aucun avertissement préalable, tel un de ces instants hasardeux que peut générer l’univers, un astéroïde capable d’anéantir une civilisation s’approchait de nous en surgissant par surprise derrière l’éclat du soleil, il est évident que ceux qui chérissent leur individualité pourraient en pâtir. La préscience de ces événements est-elle un prix si intéressant à payer ?

Il est crucial de comprendre que ce que les gens perçoivent comme étant l’Armageddon est par nature un événement qui ne devra pas se traduire par une fin du monde explosive et terrifiante mais plutôt par le commencement d’un nouveau jour glorieux de connaissance. Une nouvelle manière de percevoir la base entière de l’existence qui ne se fonde pas sur des concepts Nouvel-Âge ou encore sur les doctrines d’un pseudo âge d’or d’ignorance fondé sur les mêmes principes de « physicalité » que l’on avait développé lors des sombres périodes médiévales. Je crois que la science nous offre de toutes nouvelles perspectives grâce à sa manière de percevoir la matière. Ce nouveau regard sur la matière nous poussera à comprendre ce qui se cache derrière toutes les énigmes de la vie. La science nous montre la matière sous un nouvel angle, une matière fondée sur un monde atomique éphémère et en même temps profondément liée à l’expression abstraite, éternelle et psycho-spirituelle de l’Univers du Divin (le Godverse). Mes recherches qui se veulent aussi objectives et logiques que possible m’ont révélées qu’il existe une forme d’affirmation d’un résultat final et glorieux et à mon sens, ce résultat parfait est une certitude en dépit des effets entropiques qui prévalent dans un univers fondé sur la matière et les forces physiques comme le nôtre. (NDLR : En d’autres termes, notre réalité, celle d’un monde constitué d’atomes, de parties et donc marqué par l’entropie ne pourra jamais contaminer l’univers parfait de la source de toute chose, le Godverse vers lequel nous nous dirigeons avec certitude)

De nombreuses prophéties émanant des diverses cultures et religions de par le monde prédisent une nouvel aube, un recommencement pour l’humanité, « un nouveau ciel pour une nouvelle terre » tel qu’annoncé dans l’Apocalypse. Pour certaines raisons, seules les prophéties de type apocalyptique ont les faveurs du monde des médias et les visions positives sont simplement jetées à la corbeille. Je ne suis pas en train de dire que le phénomène extraterrestre pourrait amener l’émergence d’une meilleure situation, loin de là. A la place, je dis qu’il y a une Cause extérieure alternative dans cette affaire, une cause qui trouve son origine dans l’univers parfait du divin, le Godverse. Cette cause d’origine transcendante (Godverse) contrecarre automatiquement et implicitement tous les obstacles placés par les Gris sur la route de l’humanité au point que nous n’avons pas eu à choisir librement ce que les Gris nous ont fait. Nous les avons subis. (NDLR : Et donc, malgré leur présence, nous pouvons leur échapper parce que nous venons du Godverse, affirme avec insistance Kerner)
Jésus Christ, je le pense, était une forme de compensation. Son héritage en mots et en actes nous a fourni une forme d’antidote pour faire face aux diverses intrusions et interceptions des Gris et à leur influence pernicieuse. Cela est résumé au mieux dans la suggestion que Jésus fit à Judas de « penser avec le cœur » (NDLR : par opposition à la pensée mentale qui reconstruit la pensée et donc le discours sur base de la peur et des émotions qui en découlent). Dans mon nouveau livre, je suggère que le Christ a aussi laissé un autre héritage, biologique celui-là, une ligne de descendants libres de toute interception génétique et qui peut guérir l’humanité de toute pollution des Gris. Dans le livre, je met en évidence des preuves de cette assertion plutôt révolutionnaire et que j’ai trouvée dans le Testament de Judas, dans d’autres textes gnostiques mais aussi dans le livre canonique de l’Apocalypse (NDLR : dans le testament de Judas, le Christ évoque l’existence de deux sortes d’être humains, deux « générations » : ceux qui sont nés sous le joug des Archontes et ceux qui en sont libres. Le texte parle de « génération », ce qui n’est pas un hasard mais montre qu’il s’agit donc d’une sorte d’emprise des archontes dès la naissance. Il ne peut donc s’agir, en langage moderne, que d’une interception et une marque génétique héréditaire). Ce qui nous arrive du « Godverse » n’arrive par conséquent que par des moyens naturels et non par le biais de la technologie ou du voyage espace temps. Donc, les messies sont nés d’un utérus et ils n’arriveront pas ici en vaisseau spatial !

Karmaone : Pour comprendre le phénomène d’intrusion extraterrestre, il y a certes les témoignages de plus en plus nombreux des militaires et des victimes d’enlèvements. Mais pensez-vous aussi qu’une analyse en profondeur de notre patrimoine génétique ou de ses mutations successives puissent montrer que celui-ci a été manipulé par une force extraterrestre dans le cadre du développement de projets avancés d’ingénierie génétique, à l’instar de ce qui est décrit de façon imagée dans les tablettes sumériennes ? Quels sont les éléments objectifs qui démontreraient que ce projet a existé, qu’il est malveillant et que les conséquences en seraient une diminution du véritable potentiel de l’être humain ?

Nigel Kerner : Oui, il existe de fait des éléments montrant que le génome humain a fait l’objet d’une pareille interception. La répétition de trinucléotides (ou triplet du génome) en est un exemple évident. Les répétitions de trinucléotides se distinguent de l’ADN normal (ndlr : l’ADN est composé de 4 bases, soit Adénine(A), Guanine (G), Cytosine (C), Tymine). Il y a répétition de trinucléotides lorsque le même code « triple » se répète encore et encore comme par exemple la répétition CTG ; soit les trois mêmes bases Cytosine-Tymine-Guanine se répètent en une longue suite en CTG-CTG-CTG ou encore GGC-GGC-GGC). De la même manière, un clone se caractérise par la répétition de codes. Il se compose d’une cellule maîtresse qui se duplique elle-même à de multiples reprises jusqu’à former un corps complet. Je suggère que les répétitions de ces trinucléotides pourraient faire partie de leurs tentatives de nous convertir en leur format, en une expression génétique voisine de la leur. De manière très intéressante, le trinucléotide dans l’ADN peut générer une structure très inhabituelle qui permet à deux brins d’ADN enroulés en double hélice de glisser l’un contre l’autre, libérant les bouts de ces brins d’ADN avec lesquels l’enzyme générera des bases supplémentaires. Si c’était dans l’intention des extraterrestres de façonner notre ADN à leur propre usage et donc, pour y arriver, de réorganiser certaines parties du génome humain, ils devraient alors posséder une technologie qui leur permettrait de faire ce que l’on appelle l’épissage de l’ADN enzymatique (NDLR : Le décodage complet de l’ADN suit de nombreuses étapes : déroulement de l’ADN, lecture et transcription en ARN, épissage de l’ARN, traduction du code en protéine, maturation de la protéine…avant de donner lieu à l’assemblage correct des protéines dont la cellule peut avoir besoin. L’épissage est donc une des phases du décodage de l’ADN). Les maladies qui sont justement provoquées par les répétitions des trinucléotides semblent être de celles qui affectent particulièrement le système nerveux. Dans mes livres, j’ai suggéré le fait que nous « pensons » avec l’entièreté de notre système nerveux et pas seulement avec notre cerveau. Ces extraterrestres sont des entités de nature purement physique, me semble-t-il, et ils sont par conséquent incapables de détecter et de contrôler la nature non physique et immatérielle du processus de la pensée. De ce fait, ils ciblent peut être par ce moyen matériel (ndlr : celui de l’ADN) le système nerveux qui est supposé être le siège de la pensée. C’est peut être leur manière de tenter d’introduire leurs propres « signatures » dans les gènes qui codent le système nerveux de l’être humain de telle façon qu’ils puissent visualiser matériellement et génétiquement l’ingrédient manquant qui fait la différence entre eux et nous.

Il semble qu’il existe un niveau « limite » de trinucléotides qui provoquent mécaniquement et donc automatiquement l’apparition de la maladie. Il est probable qu’une fois que ces interceptions de notre ADN ont atteint un certain nombre, il n’est plus possible pour les séquences « naturelles » d’ADN de résister et elles sont alors dominées. Contrairement aux maladies génétiques classiques, dans le cadre de ces maladies générées par la répétition de trinucléotides, il ne s’agit pas d’un gène spécifique ou de plusieurs gènes spécifiques qui sont responsables de la pathologie mais c’est bien de la répétition même des codes qui provoquent l’affection. Je suggère que ces répétions empiètent sur les gènes qui sont l’expression naturelle de l’espèce humaine.

De nombreux enlevés rapportent que les extraterrestres prélèvent pour examen des spermatozoïdes ou des ovules. En fait, de nombreux examens médicaux de femmes qui affirment avoir été enlevées ont révélé que tous les ovules avaient mystérieusement disparu de leurs ovaires. Pour rappel, l’expansion des trinucléotides dans l’ADN apparaît justement dans les premiers stages du développement embryonnaire.

Lire la suite

USA : la Franc-Maçonnerie montre son pouvoir

USA : la Franc-Maçonnerie montre son pouvoir

denver3.jpg

L'aéroport international de Denver (Denver International Airport, DIA) a été construit en 1994. L'aéroport se situe au nord-est de Denver au Colorado (États-Unis). C'est le dixième aéroport mondial, avec plus de 51 millions de passagers qui y ont transité en 2008 et le quatrième aéroport au monde, en termes de mouvements d'avions avec 615 573 atterrissages et décollages. Avec 137,8 km², il est le plus grand aéroport par superficie des États-Unis et le deuxième au monde après l'aéroport du roi Fahd en Arabie saoudite.
Il possède six pistes dont la plus longue aux États-Unis avec 4 877 m pour un aéroport commercial et il est géré par la ville et le comté de Denver.
Sa tour de contrôle de 100 m est l'une plus hautes en Amérique du Nord. L'aéroport international de Denver est une plate-forme de correspondance importante pour Frontier Airlines, United Airlines ainsi que secondaire pour Southwest Airlines.

L' Aéroport international de Denver est mentionné dans plusieurs dizaines de blogs comme étant le lieu d'une conspiration maçonnique due à la présence d'une pierre commémorative maçonnique dans l'aéroport.
Celui-ci cacherait entre autres une base souterraine secrète. De plus, il y a une peinture murale qui évoquerait symboliquement un changement d'ère ou le Nouvel Ordre Mondial ainsi que différentes gargouilles rappelant une sorte de cathédrale d’inspiration obscure, illuminati.
Cet aéroport de DENVER Est affiche aussi subtilement que naïvement, la complexe symbolique de la Franc-maçonnerie et des secrets initiatiques illuminatis.
Il faut savoir que DIA est construit sur une ancienne base souterraine de huit niveau, liée à des activités qui utilisait l'énergie libre et que l'électricité dans l'air frise le statique digne d'un abattoir !!!
On surnomme d’ailleurs l'aéroport de Denver : « La cathédrale New-Age ». Ou encore : « the Aliens Temple ».
D'après des recherches sur le net, l'endroit où il est construit est propice aux phénomènes insolites attribuables à une présence alien.
La rumeur veut encore que le site de l’aéroport soit un terrain appartenant à la reine d'Angleterre ; (raison pour laquelle elle est souvent allée sur place).

DES INSTALLATIONS INSOLITES

Les installations aéroportuaires ont soulevé de nombreuses questions sur le but véritable de la structure du bâtiment. De nombreuses théories tournent autour du DIA, concernant un lieu Franc-Maçon, une base militaire souterraine à plusieurs niveaux.
L'aéroport s'étend sur 34 000 hectares. Sa construction a forcé le Stapleton International Airport à fermer, bien qu'il ait déjà plus de portes et de pistes que le DIA. On peut déjà s'étonner de la construction d'un nouvel aéroport, alors que celui, déjà existant, fonctionnait très bien et avait encore une plus grande capacité. Le coût initial de la construction a été de 1,7 milliards de dollars, mais le projet une fois terminé fît monter la facture à 3,1 milliards de dollars (4,8 milliards d'euros!) par rapport au budget initial.

De nombreuses "irrégularités" ont été signalées concernant la construction du site, je m'explique:

Différents entrepreneurs ont été embauchés pour les différentes parties de l'aéroport.
Leurs employés ont tous été licenciés après que leur travail ait était fait.
Des enquêteurs disent qu'il s'agissait d'une stratégie pour s'assurer que personne n'aurait une vision "globale" de toute la portée du projet, et pour ce que pourrait raconter les ouvriers, et moins d'impact, du fait qu'ils se retrouvent dispersé, et ne travaillent plus ensemble.
110 millions de m3 de terre ont été déplacées, beaucoup plus que ce qui aurait été normalement nécessaire. Cette anomalie explique le soupçon de constructions (des souterrains) qui auraient eu lieu sous terre. 5300 miles de fibres optiques ont été installées pour les communications (en comparaison, la côte Est des États-unis en a, sur toute sa longueur, près de 3000 miles !. (Ça fait vraiment beaucoup pour une seule infrastructure, même un aéroport).
Le système d'acheminement de fuel peut pomper 1000 gallons de kérosène par minute. Cette capacité est totalement sur évaluée pour un aéroport commercial.
Le granit qui servit à la construction fut importé de tous les endroits du monde, même si le projet avait déjà largement dépassé le budget.
La construction recouvre un système de tunnel gigantesque (les camions des entreprises privées ne peuvent pas y circuler) et un métro. Aucun public n'a pu les voir ni les utiliser jusqu'à maintenant.
En conclusion, ce bâtiment a pour but de devenir bien plus qu'un simple aéroport commercial. Il a la capacité de traiter un volume énorme de personnes et de véhicules, des observateurs sont amenés à penser que la structure pourrait être utilisée comme base militaire et d'autres pensent même qu'elle pourrait être utilisée pour abriter des civils dans un proche avenir.

En apparence tout est normal, mais lorsque qu'on est plutôt attentif, il y a de quoi être surpris quand on prend la peine de regarder d'un peu plus près ces tableaux et ces dessins qui ornent les murs de l'aéroport !

La plaque commémorative de l’aéroport est marquée du classique compas, symbole des Francs-Maçons et elle est érigée dans une partie de l’aérogare appelée Le Grand Hall, un autre terme franc-maçonnique…

denver4.jpg

Cette pierre est située dans le "Grand Hall" de l'aéroport (terme qui est également utilisé par les Francs-maçons pour faire allusion à leur salle de réunion). Il y a des symboles franc-maçon sur la pierre et sur le pavé, qui semble être écrit aussi en braille. Le texte sur la pierre porte la mention "Aéroport de la Commission du Nouveau Monde".

Il y a aussi une "capsule du temps" enterrée sous la pierre, et qui doit être ouverte en 2094.

Un autre élément est assez troublant, (photo) : Ces photos représentent un ensemble de symboles étranges qui est dessiné par le carrelage, entre l'extrémité sud de la grande salle au niveau 5 et l'extrémité nord de la grande salle. Remarquez le disque noir !. Il n'y a pas à s'y tromper dans la représentation du soleil, et le disque noir est en train de l'éclipser. Et il y a une autre planète derrière le soleil, ainsi que deux autres planète, dont une beaucoup plus grande (mais qu'est-ce qui pourrait être plus grand que notre soleil?).
Quand nous arrivons à l'extrémité nord de la grande salle, il y a aussi une statue du sculpteur Jeppesen qui couvre le soleil. Est-ce une référence à " l'Ordre du Soleil Noir ", la société secrète de la Waffen-SS?
Si vous faites vos recherches vous même, vous verrez que toutes ces hypothèses collent, alors pourquoi tant de sculptures et de fresques aussi troublantes dans un aéroport?

Pour finir, voici une tableau qui décore également un des murs de l'aéroport de Denver, (photo) : Est-il sensé être de l'art "primitif", représentant la terre mère? cela semble faire référence à l'apparition de la vie sur terre (tant humaine que animale et végétale). Que sont les petits visages cornus en haut de la peinture? Sont-ils des extra-terrestres qui nous regardent depuis l'espace? On ne trouve aucune information sur cette œuvre de disponible. Ce tableau veut-il nous faire comprendre que la vie sur terre a été amenée de l'espace?

Il y a vraiment beaucoup de choses étranges dans cet aéroport, et comme il y a peu de chance que ça soit "accidentel", on peut se demander la vraie raison, de vouloir nous transmettre des "messages" aussi obscurs dans un endroit aussi fréquenté !

LE MUSTANG BLEU
Une statue controversée

horseblue.jpg

Voici donc ce qui vous accueille quand vous entrez dans la zone de l'aéroport. C'est un fier mustang avec des muscles qui ressortent et dont les yeux deviennent rougeoyant le soir. Il fait 9,75 mètres de haut, il est réalisé en fibre de verre.
C'est vrai que c'est une belle sculpture, mais il est impressionnant et beaucoup d'enfants en ont peur.

Pour votre info personnelle, le cheval a tué son créateur, Luis Jimenez. Lors de la préparation pour son transport, une partie des câbles se sont desserrés, le cheval est tombé sur Jimenez, lui provoquant des blessures mortelles. Ses amis disent maintenant que le cheval serait maudit. Et lorsque l'on voit le cheval la nuit, avec ses yeux luisants, on a une certaine impression de "malaise".
Ce cheval bleu contre nature avec les yeux rouges avaient depuis longtemps été commandé pour l'entrée de l'aéroport international de Denver.

On a mit 16 ans avant de pouvoir officiellement inaugurer la statue du Mustang bleu à l'aéroport international de Denver. Le projet a pris du retard justement à cause de la mort de son sculpteur en 2005. De fait, son installation avait été retardée.
La statue de Luis Jimenez soulève toutes sortes de controverses depuis sa conception jusqu’à son installation et continue de provoquer des réactions, pour ne pas dire des malaises…

Mais encore… Que représente réellement cet insolite et inquiétant cheval bleu ?
Ce Mustang Bleu du DIA serait-il une représentation du Cheval d’Hadès ?
Ce Mustang au yeux exorbités du DIA serait-il une représentation du Cheval Bleu de l’Apocalypse ?!

denver-mustang.jpg

Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse sont des personnages célestes et mystérieux mentionnés dans le Nouveau Testament, au sixième chapitre du livre de l'Apocalypse.
Il s'agit d'un remaniement de deux visions d'un prophète de l’Ancien Testament, Zacharie.
Leur chevauchée inaugure le commencement de la fin du monde, car ils apparaissent lorsque l'Agneau, figure de Jésus ressuscité, ouvre les quatre premiers sceaux…

Bien qu'ils paraissent se succéder dans le temps, le dernier verset paraît suggérer que leurs chevauchées sont simultanées:
« Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l’épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de la terre. »

L'ensemble de ce passage a reçu des interprétations très variées. Certains y voient des allusions précises à une série d’évènements historiques donnés, le plus souvent au premier siècle mais parfois à l'époque où vit celui qui produit cette interprétation, d'autres à une division de l'histoire en quatre parties, soit depuis le commencement du monde, ou bien depuis l'avènement de Jésus-Christ; d'autres enfin à une typologie des différents fléaux qui peuvent frapper l'humanité sans qu'on ait en vue une période précise.

Plusieurs interprétations de la signification symbolique des cavaliers ont été émises, à différentes époques.

apocalypse-vasnetsov.jpg

Quatre cavaliers de l'Apocalypse, par Viktor Vasnetsov (1887).

Mission des 4 Cavaliers de l’Apocalypse :

L'immense majorité des commentateurs rapporte ceci à l'ensemble des cavaliers et non pas seulement au dernier. De fait l'épée correspond au second cavalier, la faim au troisième et la peste au quatrième. Il semble en découler qu'ils exercent leur mission simultanément et non successivement. L'ajout dans ce contexte des "bêtes (grec thèria) de la terre" reste énigmatique, même s'il reprend un lieu commun des prophéties de catastrophes dans l’Ancien Testament.
Le Cheval Blanc signifierait, l’annonce des cieux bouleversés et le retour du Christ. Mais il pourrait vouloir signifier que les esprits deviennent confus.

Le Cheval Rouge représenterait la guerre, et le sang versé sur le champ de bataille. Son cavalier porte également une épée qui représente l'affrontement et le combat.

Le Cheval Noir paraît représenter la disette, la pauvreté, la famine. Son cavalier tiens une balance, qui créée des iniquités, toutes sortes d’injustices et d’abus…

Quant au Cheval Glauque (Verdâtre, ou Turquoise ou Bleu pâle). Il s’agit du cheval à la couleur sinistre. À la teinte difficile à identifier précisément ; et à mettre en lien avec la notion de « pestilence ».
Ce cheval est surnommé « Le Cheval Glauque de la dernière Mort ». La couleur de sa monture évoque la peur, la maladie, la décomposition, et la mort. Il est accompagné ou plutôt suivi d’Hadès du « Séjour des Morts ». (c.f. : grec Hadès, correspondant à l'hébreu biblique Schéol).

Rappelons tout de même que le logo du CFR, Conseil on Foreign Relations.... représente un cavalier... et un cheval ! : 

cfr-logo.jpg

LA STATUE D’ANUBIS

Après la mise en place d’un cheval Mustang bleuté de 9,7 mètres à l’Aéroport International de Denver qui fut l’objet de toutes les attentions voici maintenant qu’une sculpture en béton de 7 tonnes pour 8 mètres de haut du dieu égyptien Anubis, la déité à tête de chacal, est érigée au sud du terminal Jeppesen.

Anubis était l’ancien dieu égyptien de la mort et de l’après-vie.

L’installation à l’aéroport de Denver, d’une statue d’Anubis, le Dieu des enfers, signifie-t-il que quelque chose se trame dans l’ombre ?

L’aéroport de Denver est connu pour ses fresques au symbolisme obscur, illustrant la destruction des peuples par le guerre, et autres fléaux. Elle est reconnue aussi parce que ce serait une immense base souterraine abritant des créatures “aliens”. (notamment de race “Gris” et “Reptilienne”.)

anubis-denver-1.jpg

Ici, Anubis, la statue à tête de chacal, est érigée au sud du terminal Jeppesen


TOUTÂNKHAMON, Roi d’Or et Grand Pharaon

La grande exposition du roi Toutânkhamon ne s’ouvre pas au Muséum d’Art de Denver avant la fin du mois, mais la première pièce est déjà exposée, se tenant fièrement à l’extérieur de l’Aéroport International de Denver…

"Toutânkhamon, Roi d’Or et Grand Pharaon" est une exposition d’objets royaux vieux de plusieurs milliers d’années, qu’on n’a jamais vu à Denver et qu’on ne reverra plus jamais.

"C’est une exposition qui compte environ 100 objets, à la fois de la tombe de Toutânkhamon, et des 2000 ans de l’histoire d’Égypte. L’exposition guide les visiteurs à travers la vie réelle des pharaons, leurs familles ; puis vous descendez ensuite par des escaliers pour entrer dans un espace qui est une réplique de la tombe du roi Toutânkhamon, et où 50 objets environ de la tombe du roi sont exposés," a dit Kristy Bassuener, du Muséum d’Art de Denver.

Quant à la statue d’Anubis, pour l’instant elle est exposé en avant-première à l’exposition "King Tut" ["Roi Toutânkhamon"] au Musée d’Art de Denver.

L’exposition s'est tenue du 29 juin 2010 au 9 janvier 2011, et Anubis monta la garde pendant ce temps.

Nota Bene : Ce qui rend cet Anubis d’autant plus symbolique, c’est que le créateur du fameux cheval “Mustang” en furie de 4000 kilos, Luis Jiménez, qui a été tragiquement tué, avait aussi construit une de ses pièces.

LES PEINTURES MURALES DE L’AÉROPORT DE DENVER

Divisé sur quatre murs, les fresques peintes par Leo Tanguma sont censées représenter "la paix", "l'harmonie" et "la nature". Mais tout le monde n'y voit pas la même chose, on est bien d'accord.

Lorsque l'on analyse le symbolisme des représentations, on se rend compte que cela raconte une histoire effrayante d’évènements  qui seraient sur le point de se produire, comme s'il s'agissait d'une sorte de prophétie peinte. Il y a des références sociales, politiques et occultes. Ainsi que d'autres détails qui transforment complètement le sens de ces peintures, en un véritable "manifeste du Nouvel Ordre Mondial".

Tanguma a confirmé qu'il avait reçu des directives précises pour la peinture et a été payé 100 000 dollars pour les premières réalisations. Plus tard, il a nié qu'il avait reçu des instructions et a refusé de répondre à toutes questions au sujet des significations cachées dans ses tableaux. Regardez bien ces tableaux…

1stmural.jpg

Le site officiel de l'aéroport dit que le tableau est appelé "La paix et l'harmonie avec la nature".

Au centre du tableau, des enfants effrayés avec des animaux morts. Et d'autres, enfermés dans des "boites" de verre, étiquetées.
En arrière-plan, une forêt en feu et encore plus loin en arrière, une ville en flamme. Une jeune fille d'Amérique du sud tient une tablette maya illustrant la fin de la civilisation.
Au premier plan, nous voyons trois cercueils ouverts contenant les corps morts de filles de différentes cultures. A gauche c'est une femme noire, au centre c'est une femme d'Amérique du sud. Pourquoi sont-elles représentées de cette façon? Sommes-nous en présence d'une prédiction de l'extinction de ces races?
Le groupe à l'origine de l'imagerie du DIA ne doivent pas être chrétien ou juif. Les sociétés secrètes ont leur propre système de croyance. On peut cependant voir que les cercueils sont une partie importante du symbolisme maçonnique.

murale.jpg

La seconde peinture est une pièce en deux parties. La partie ci-dessous est en fait, si les peintures étaient côte-à-côte, à gauche de la peinture suivante (remarquez le bout de l'arc-en-ciel, qui fait la liaison entre les deux tableaux). Je vais l'analyser pour vous, de gauche à droite.

Des enfants de toutes les couleurs, habillés de costumes folkloriques avec des armes enveloppées dans le drapeau national de leur pays, ont l'air de les amener à un petit garçon. Le garçon au centre de l'image, habillé en Bavarois, pliant la lame du sabre à l'aide d'un marteau, est apparemment allemand.
Cela fait bien sûr penser à la Paix, mais pourrait aussi bien représenter les pays du monde, renonçant à leur puissance militaire et à leur identité nationale.
Une autre référence à un futur nouvel ordre mondial, avec un seul gouvernement et une seule armée.
Mais pourquoi est-ce l'enfant Allemand qui détruit les armes?
Il y aussi beaucoup d'allusions au nazisme dans le DIA. Cela n'est bien sûr pas un hasard. On voit aussi un "groupement" des drapeaux des pays : L'Indien avec le Pakistanais, le Russe avec l'Américain, l'Anglais et l'Irlandais, Israël avec la Palestine. Un symbole de la réconciliation ?

murale3.jpg

Ce tableau "militariste" et agressif représente un grand soldat vêtu d'un uniforme kaki, avec un visage, comme si il portait un masque à gaz.
Dans ses mains il tient ce qui ressemble à un AK-43 et un sabre qui ressemble à un cimeterre, ce dernier tue la colombe de la paix, au premier plan.
Sur la gauche est représentée une gamme infinie de mères en pleurs, tenant leur bébé, manifestement mort. Il s'agit d'une peinture vraiment violente, sans aucun message d'espoir ou moral.
Le fait que cela a été affiché à la porte principale du plus grand aéroport des États-Unis est totalement aberrant (surtout avec la "politique anti-terroriste" actuelle).
Observez attentivement les gens à gauche et les enfants morts, ou en train de dormir sur des briques. Il n'y a pas de traces de violence sur eux. Ils sont tout simplement dépourvu de vie, comme si elles avaient été empoisonnées par un gaz mortel.
Le soldat, protégé par son masque à gaz, a l'air de pointer la lettre dans le coin inférieur gauche. C'est clairement la destruction, la guerre et la mort cette peinture!

muralletter.jpg

Si on remarque bien, on peut voir une lettre dans le coin en bas à droite de la peinture avec le soldat armé d'un AK-47, vous la voyez?

C'est une lettre qui fut écrite réellement par un enfant de 14 ans, Hama HERCHENBERG, et qui est morte le 18 décembre 1943 au camps de concentration d'Auschwitz, (comme écrit au bas de la lettre). La présence d'un arc en ciel de couleurs et d'un ours en peluche dans cette image, ces symboles dans notre esprit étant instantanément associés à la jeunesse et à l'innocence, c'est totalement contradictoire. Une dernière chose à propos du cimeterre, c'est un symbole souvent utilisé en imagerie maçonnique!

murale4.jpg

Ici nous avons une multitude de jeune enfants, de tous pays, de toutes cultures, habillés en costumes traditionnels, qui viennent des quatre coins de la terre (voyez les différents paysages à l'arrière-plan). Ils sont tous en "adoration" devant une fleur multicolore (YH : une sorte de "lotus" lumineux ?), qui n'existe pas dans la réalité on est d'accord.

Toutes les références de la première peinture murale sont de retour et on voit même une petite colombe figurant dans la fleur. C'est plein d'espoir.
Les animaux sont venus eux aussi, des baleines sautent en l'air. Mais si vous regardez de près les bébés tigres, au fond, ils ont des visages d'enfants humains. C'est assez bizarre…
Cette représentation ferait-elle référence à la manipulation génétique ?. Et quel serait ce "bonheur" qui serait donné au monde par une fleur ? Que symbolise-t-elle ? Ces peintures murales sont bien imagées, mais on peut lire dans ces représentations le " message" d'un Nouvel Ordre Mondial : Un dépeuplement massif de la terre et conservation des espèces animales, mort des croyances judéo-chrétiennes, l'établissement d'un gouvernement mondial, sous l'autorité d'un petit garçon, restauration des êtres et de la nature par la " génétique ".

Des murales très significatives :

 

Une gargouille dans une valise moderne qui tire la langue et que l'on peut voir à la zone de restitution des bagages. Personne ne peut vraiment expliquer la raison de leur présence, en particulier sur les édifices religieux.

garg1.jpg

Représente-t-elle quelque chose d'autre à faire comprendre aux gens, ou est-elle une allusion à la domination des "Illuminatis" ? Cela fait vraiment penser à un "diable sortant de sa boite", et qui attendrait son heure. Y aurait-il des petits diables dans nos valises ?

garg2.jpg

COMMENTAIRE DE DAVID ICKE

" La première fois que j'ai donné des conférences sur ces sujets de conspiration aux États-Unis, c'était à Denver en août 1996 et j'atterrissais à l'aéroport de Denver. Aussitôt que l'avion eut atterri, j'ai ressenti une très étrange énergie, très bizarre et désagréable.
L'aéroport, construit à des coûts exorbitants sur un terrain plat très loin de Denver, est plein de symboles maçonniques. Il y a aussi des gargouilles, ces figurines représentant des reptiles ailés que vous retrouvez, en Angleterre, sur les maisons d'état de l'aristocratie reptilienne et sur les églises et grandes cathédrales d'Europe qui ont été construites par le réseau de la Fraternité.
Il y a aussi des gargouilles sur un bâtiment situé sur la Place Dealy, où le Président Kennedy a été assassiné et maintenant, elles apparaissent de nouveau dans un aéroport moderne bâti sur une prétendue base souterraine reptilienne.
Les gargouilles sont des symboles reptiliens et c'est pourquoi on les trouve à l'aéroport de Denver. La plaque commémorative à l'aéroport est marquée du classique compas, symbole des Francs-Maçons et elle est érigée dans une partie de l'aérogare appelée "Le Grand Hall", un autre terme franc-maçonnique.
Denver est apparemment prévue pour loger les quartiers généraux de la section ouest des États-Unis sous l'état fasciste global appelé "Le nouvel ordre mondial" et qui est planifié au-delà de l'année 2000 ".

RÉVÉLATION DE STERLING SEAGRAVE

Sterling Seagrave, journaliste américain ayant travaillé au « Washington Post » et pour « Time Magazine », enquêta sur l'usage secret des armes chimiques dans le monde.

Dans son livre "La Pluie Jaune", Sterling Seagrave annonce que dans une zone située en bordure de l'aéroport de Denver, dans les années 60, le Pentagone creusa secrètement un puits de 3670 mètres de profondeur pour y entasser ses armes bactériologiques les plus terrifiantes.
Il y stocka dedans et dans une superficie de plus de 100 hectares 1.9 millions de kilos de sarin-GB (un gaz neurotrope mortel emmagasiné dans des barils en métal), des bombes armées, des rockets, des mines, 21 104 bombes M-34 contenant 741 000 litres de sarin, des stocks importants de bombes Weteye pleines d'un produit huileux du nom de VX encore plus nocif pour le système nerveux.
De même, le forage souterrain sous la ville provoqua dans les années 60 des tremblements de terre de magnitude 4 sous l'échelle de Richter. Aussi, la menace continu de grandir de plus en plus à Denver car les nappes phréatiques de la ville avaient été contaminées par les gaz innervant lors de leur production et dans un rayon de treize kilomètres, les puits étaient encore pollués .

En 1968 ,lorsque les États-Unis ont décidés la production et le stockage clandestin de ces poisons terrifiants qui provoquèrent des accidents comme l'intoxication de 6300 moutons à Skull Valley ou encore les secousses sismiques d'une intensité croissante à Denver, l'opinion publique découvrit leurs existences et décida que le Pentagone avait dépassé la mesure, mais, il y eut un tollé général. Le président Johnson avait déjà cédé la place en raison de l'impopularité de la guerre du Vietnam et Nixon occupait à présent cette charge redoutable .
Sous l'autorité de Nixon, la Maison Blanche annonça audacieusement que toute les armes bactériologiques seraient supprimés sans exception ainsi que les stocks de Denver, y comprit tous les fûts qui se fissuraient ou se détérioraient. Personne ne voulait entendre parler de transport de produits toxiques par rail ou par route au péril de voir ces produits se répandre dans un déraillement ou autre accident.

Rassurés, les protestataires retournèrent à leurs occupations. La guerre du Vietnam prit fin et il restait à panser les plaies psychologiques. Il y eut le Watergate puis une récession. Les années passèrent puis tout sombra dans l'oubli

L’AÉROPORT DIA = LE NOUVEAU CENTRE DE COMMANDE DU MONDE

Le nouvel aéroport de DENVER pourrait être appelé la chapelle sixtine de l'art luciférien tant les fresques murales regorgent de symboles maçonniques à travers une profusion d'art moderne.
L'aéroport a été dénommé par les loges du colorado : "Nouveau centre de commande du monde"....
Une expression très inquiétante et chargée de sens.

Les révélations faites dans l'article incroyable et terrifiant du magazine TOP SECRET dissèque les nombreuses zones d'ombre planant autour de cet aéroport ayant coûté plusieurs milliards de dollars.
Le projet de détruire 90% de la planète n'est pas une expression vague à mon sens. L'art pictural de Léo Tanguma qui parsème les murs regorge de symboles lucifériens où émergent l'idée d'un new age avec l'idée d'un futur angoissant sous l'égide d'une élite.

monumentilluminatigeorgie-elberton.jpg

J'ai beaucoup apprécié le rapprochement avec le "stonehenge" américain et les dix commandements des illuminati gravés sur des énormes blocs de granit dans une petite ville de Géorgie, Elberton.
Un âge d'or qui prévoit de réduire le nombre d'êtres humains sur Terre à 500 000 000 représentants avec contrôle démographique...
D'ailleurs, une étrange ligne orthoténique semble relier l'aéroport de Denver et Elberton.

Ce monument a été construit à priori le 22 mars 1980 par un anonyme qui aurais comme pseudo R.C.Chritian.

Personne ne peut témoigner d'une simple "blague" ou de vrais commandements très sombres voulus par les États-Unis. Le monument a été construit par la firme Elberton Granite Finishing Company qui a reçu une commande et un règlement d'une personne qui n'a pas souhaite révéler son identité.

georgia-guidestones-english.jpg

Mais ce monument n'est pas une décoration, dessus y sont gravés les "10 commandements" dans 8 langues différentes que sont : l'anglais, le russe, l'hébreu, l'arabe, l'hindi, le chinois, l'espagnol et le swahili.

Ces 10 commandements sont :

1. Maintenir l'humanité en dessous de 500.000.000 individus en perpétuel équilibre avec la nature
2. Guider la reproduction intelligemment en améliorant la forme physique et la diversité
3. Unir l'humanité avec une nouvelle langue vivante
4. Traiter de la passion, la foi, la tradition et toutes les autres choses avec modération
5. Protéger les personnes et les nations avec des lois et des tribunaux équitables
6. Laisser toutes les nations régler leurs problèmes externes et internes devant un tribunal mondial
7. Éviter les lois et les fonctionnaires inutiles
8. Équilibrer les droits personnels et les devoirs sociaux
9. Primer la vérité, la beauté, l'amour en recherchant l'harmonie avec l'infini
10. Ne pas être un cancer sur la terre, laisser une place à la nature

La plupart de ces commandement sont tournés vers le bien pour l'humanité. Sauf que nous sommes entre 6,5 milliard et 7 milliards sur la planète et que le premier commandement dit qu'il ne faut pas dépasser les 500 millions....

En gros nous sommes 6 milliard de trop ! ... donc ..... très inquiétant !!

voir aussi http://www.dailymotion.com/video/xeywc1_statue-d-anubis-aeroport-de-denver_news

Les trois crédos de cette idéologie :
- nouvel ordre mondial
- réduction de la population et contrôle démographique
- réhabilitation de l'écologie (relation homme/nature)

Sources : http://agentssanssecret.blogspot.fr/ + http://www.cote-bleue.eu/web5/anubisadenver.html  Extraits de© Célia Ibanez 2008. Tous droits réservés.

Visite en français de l'étrange aéroport de Denver, qui est l'objet de nombreuses rumeurs diverses et variées, mais dont l'aspect général étonnerait toute personne qui n'en aurait jamais entendu parler... travaux incessant depuis des années, gargouilles ricanant dans les valises, fresques apocalyptiques annonçant la mort de milliards de personnes, cheval de l'apocalypse... sans rentrer dans les spéculations, pouvons nous nous interroger sur la raison d'être d'oeuvres aussi dérangeantes dans un aéroport international ? :

 

Yves Herbo : Beaucoup de rapprochements étonnants, mais une question peut-être absurde m'est venue à l'esprit : Le cheval Bleu est là, mais où seraient le Cheval Blanc, le Noir et le Rouge ?... et dans la demi-heure je trouvais par hasard cet avis et photo, qui émane d'un militaire américain ! :

" Members of the 560th Red Horse Squadron, Charleston Air Force Base S.C., install the new red horse statue. The 560 RHS is one of two new units created by the Air Force Reserve, with the other being based at Seymour-Johnson Air Force Base in North Carolina. (Air Force photo/Tanya Trejo) " :

red-horsearmy.jpg

Bon, ce n'est peut-être et encore (et toujours !) que des coïncidences, mais si quelqu'un a une idée sur la position d'une grande statue (très récente) de cheval blanc ou noir dans un endroit "administratif" ou "militaire" américain, on aurait le droit d'avoir de gros doutes sur nos réalités quotidiennes...

Et sinon, il existe bien une statue célèbre nommée "Black Horse"... et elle se situe (mais est-ce vraiment une surprise ?) à Londres, Royaume-Uni, dans la cour de la célèbre banque Lloyds Bank (très affilée aux "Bilderberg"), qui a pour logo... un Cheval Noir !... : http://www.waymarking.com/waymarks/WMF4QG_Black_Horse_LLoyds_Court_Milton_Keynes_UK

Et la Grande-Bretagne insiste, car voilà l'un de ses grands projets : la construction d'un Cheval Blanc de 50 mètres ! :

http://en.wikipedia.org/wiki/The_White_Horse_at_Ebbsfleet

Pourtant, ils ont déjà le très vieux Cheval Blanc de Westbury ! : westburywhitehorse1.jpg

Le Canada l'a fait en 2010, pour des raisons de légendes locales indiennes : http://www.mhs.mb.ca/docs/sites/whitehorse.shtml

Aux USA, j'en ai finalement trouvé une, mais très spéciale et peu probable, au New Jerseyhttp://www.roadsideamerica.com/tip/19116

Yves Herbo SFH 12-2012

Le Magazine Top Secret N°64 est sorti

Le Magazine Top Secret N°64 est sorti

tsm64.jpg

Sommaire du N°64 en vidéo :


Et Sommaire en texte : News de l'Insolite - Le pouvoir des médiums, Un texte de Daniel Castille - Courrier des lecteurs - Truman Bethurum, "Le capitaine de la soucoupe était une femme"...Un texte de Ludovic Bonin - OVNI : Les preuves d’un COVER-UP, Une enquête exclusive de Pierre Fleming - Maître Philippe, Le thaumaturge de Lyon, Un texte de Pascal Cazottes - Sur la route avec... Dominique Moret, Une interview de La rédaction - La révélation des pyramides, Par l’informateur du film "La Révélation des Pyramides" - Planificateurs invisibles. Voyageurs du temps et réplication de l’ADN, Un texte de La rédaction - Le code subliminal des Illuminati 666 et 21/12, Un texte de Xavier Daniel - News des publications - Revue de presse...

Nous rappelons que le magazine TOP SECRET est ouvert à tous les chercheurs et ne prétend pas imposer sa vérité. La rédaction invite simplement ses lecteurs à se poser les questions qu’elle se pose, sans chercher à les conduire vers un postulat qu’elle aurait arrêté à l’avance.

TOP SECRET, édité par Eden Edition, organe de presse réellement indépendant, se veut un instantané de la recherche dans le domaine des énigmes et des mystères en tous genres, et donc un incitateur aux questionnements.

Dépêchez-vous de découvrir ce numéro pendant qu’il est encore facile de le trouver.

Si votre commerçant habituel ne connaît pas encore le magazine, vous pouvez lui demander de le commander aux NMPP avec la référence suivante : M 01857. Il devrait alors le recevoir au bout de 48 heures. Pour en savoir plus, voyez « Nos amis libraires ».

Relayé par SFH 12-2012

Réchauffement : la montée des océans largement sous-estimée ?

Réchauffement : la montée des océans largement sous-estimée ?

montee-des-eaux.jpg

Le réchauffement climatique suivrait actuellement les tendances prévues par le Giec, mais pas la hausse du niveau des mers. Des populations pourraient se retrouver les pieds dans l’eau avant l’heure !

Depuis 1988, un groupe intergouvernemental d'experts, le Giec, se charge de récolter des informations scientifiques sur l’évolution passée et future de notre climat. Régulièrement, leurs données sont compilées puis présentées par le biais de rapports. Quatre éditions ont déjà été publiées (1990, 1995, 2001 et 2007), et une cinquième devrait voir le jour en 2014.

Ces documents se veulent prospectifs puisqu’ils fournissent des résultats de projections. Ainsi, selon les 3e et 4e éditions (respectivement nommées TAR et AR4), la Terre serait amenée à se réchauffer d’environ 0,2 °C par décennie d’ici 2027, sur la base de plusieurs scénarios d’émissions de gaz à effet de serre. Simultanément, la montée du niveau des mers devrait se poursuivre à la vitesse de 2 mm par an, d’après des projections dites « centrales ». Mais qu’en est-il réellement ?

Avec le recul, il est maintenant possible de confronter ces résultats avec des données concrètes. C’est en substance ce qu’ont fait des chercheurs duPotsdam Institute for Climate Impact Research (Allemagne), du Tempo Analytics (États-Unis) et du Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales (France). Globalement, le réchauffement climatique suivrait relativement bien la tendance définie dans le passé. En revanche, le niveau des océans s’élèverait 60 % plus vite que prévu !

elevation-niveau-mers-rahmstrof.jpg

La courbe rouge caractérise l’augmentation mesurée par satellite du niveau des mers en cm en fonction du temps. Elle est comparée aux données récoltées par des marégraphes (en orange). Les traits bleus et verts correspondent aux projections établies par le Giec, respectivement dans ses 3e et 4e rapports, sur la base de différents scénarios d’émissions de gaz à effet de serre. Les océans montent bien plus vite que prévu. © Adapté de Rahmstorf et al. 2012, ERL

Une fonte des calottes glaciaires sous-estimée

Cinq jeux de données de températures terrestres et océaniques mesurées entre 1990 et 2011 ont été utilisés pour suivre l’évolution passée du réchauffement climatique. Lors des calculs, les valeurs moyennes ont été transformées en vue de supprimer l’influence des éruptions volcaniques (événements associés à la libération d’aérosols), des variations du rayonnement solaire et de la survenue d’épisodes El Niño. Ces trois facteurs peuvent en effet modifier le climat à court terme. Ainsi, la Terre se réchaufferait actuellement de 0,16 °C par décennie, une valeur en accord avec plusieurs projections du Giec.

Les marégraphes ne permettant pas d’étudier la hausse du niveau des mers avec précision, les chercheurs se sont appuyés sur des données satellite pour parvenir à leurs fins. Les océans se seraient ainsi élevés de 3,2 mm par an ces 5 dernières années, soit bien plus que les 2 mm par an initialement prévus. Les projections sur le long terme publiées par le Giec pourraient donc se révéler biaisées vers le bas. Ce groupe d’experts a néanmoins précisé dans son dernier rapport que les valeurs fournies ne tenaient pas compte d’une « évolution dynamique rapide de l’écoulement glaciaire », c'est-à-dire d’une importante fonte des calottes glaciaires et des glaciers.

L’étude a été publiée dans la revue Environmental Research Letters (ERL). Selon Stefan Rahmstorf, ces résultats « montrent une fois encore que le Giec est loin d’être alarmiste et que, en réalité, il a sous-estimé les risques possibles du réchauffement climatique dans certains cas ». Quoi qu'il en soit, les chiffres sont préoccupants pour de nombreuses populations côtières. De grandes surfaces habitées pourraient en effet se retrouver sous l’eau plus tôt que prévu, les océans risquant de monter d’ici 2100 au-delà des 17 à 60 cm initialement avancés.

Sources : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/en-zone-cotiere-les-eaux-souterraines-doublent-le-risque-dinondation_42648/ + http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/climatologie-1/d/rechauffement-la-montee-des-oceans-largement-sous-estimee_43064/

Yves Herbo : Bon, encore une alerte de plus mais étant donné le peu d'écoute de la part des principaux pollueurs et le manque d'unité planétaire pour réussir à sauvegarder sa propre civilisation, c'est un peu comme jouer du triangle au milieu d'un groupe de heavy métal...

SFH 11-2012

Afghanistan: une mine de cuivre enterre une ville du IVe siècle

Afghanistan : une mine de cuivre enterre une ville du IVe siècle...

 

mesainak.jpg

 

MES AINAK (Afghanistan) (AFP) - Trésors archéologiques témoignant d'un riche passé ou énorme potentiel économique pour un futur incertain : à Mes Ainak, le gouvernement afghan a tranché, privilégiant les dollars de la mine de cuivre à une ville bouddhiste du IVe siècle vouée à disparaître.

Le choix était évident dans un pays ravagé par plus de trente années de guerre, en quête désespérée de devises. En 2007, l'entreprise chinoise MCC obtient la concession pour 30 ans de ce gisement de 11,5 millions de tonnes de minerai, situé à 50 kilomètres au sud de Kaboul, dans la province instable du Logar.

En échange, la société doit financer des fouilles préalables, sur un site connu pour abriter des merveilles archéologiques. Il y a un peu plus de 17 siècles, une communauté religieuse bouddhiste s'était installée à proximité de la mine, déjà pour profiter de son cuivre.

MCC prévoit de dépenser au total près de 30 millions de dollars pour ces fouilles d'ici la mi-2013, selon Philippe Marquis, directeur de la Dafa (Délégation archéologique française en Afghanistan), qui les supervise. Une cinquantaine d'archéologues et 550 ouvriers s'activent.

 

une-statue-endommagee-de-bouddha-sur-le-site-de-mes-ainak.jpg

 

Et les résultats sont saisissants.

Mes Ainak, d'une superficie de quatre kilomètres carrés, regorge de petits villages, progressivement arrachés à la terre qui les recouvrait. Partout, des habitations, statues de Bouddha, temples ou autre caserne ont été dégagés, leurs larges murs encore en bon état. A l'horizon, somptueuses, mille collines se dessinent.

" C'est encore plus important que Pompéi. Plus vaste ", s'enthousiasme Roberta Marziani, une archéologue italienne. "Plus d'un millier de statues ont été retrouvées", opine Philippe Marquis, qui remarque toutefois que ce total " n'est pas exceptionnel à l'échelle de l'Afghanistan ", dont le patrimoine est particulièrement riche, mais négligé.

Le chantier archéologique sera achevé fin 2013. La ville du IVe siècle reconstituée par informatique. Et la plupart de ses vestiges progressivement détruits par l'exploitation minière...

 

bamiyan-mes-ainak.jpg

 

" On fait de notre mieux pour sauvegarder le passé et profiter des mines de cuivre. On a besoin de développer l'économie du pays. On n'a pas d'autre choix ", s'excuse Mossadeq Khalili, vice-ministre de la Culture.

Car Mes Ainak, c'est 320 à 350 millions de dollars annuellement pour l'Etat afghan et plus d'un milliard en revenus indirects, notamment via les 2 à 3.000 employés du site et les 20 à 25.000 bénéficiaires indirects, escompte le Dr Abdul Aziz Ariab, directeur du projet au ministère des Mines.

Une manne providentielle dans un pays exsangue, qui mise sur son sous-sol riche en minéraux - un sondage américain a évalué les potentialités minières afghanes à mille milliards de dollars - pour faciliter sa transition économique et politique. (YH : d'où les tentatives de main-mise russes, US et Chine à suivre ?...)

Mais la sécurité doit être assurée pour attirer les investisseurs. Et ce n'est pas le cas à deux ans du départ de l'essentiel des troupes de l'Otan qui portent à bout de bras le fragile gouvernement de Kaboul.

Des dizaines de démineurs sont mobilisés chaque jour pour sécuriser la dizaine de kilomètres du chemin terreux qui mènent à Mes Ainak.

Malgré une base de 2.000 policiers sur le site, qu'entoure un fin grillage vert - et troué -, des roquettes ont plu sur le camp chinois cet été, précipitant le départ des expatriés de MCC. Sur 300 salariés chinois, 10% à peine sont restés sur place, estime un observateur.

Au point que certains craignent un départ de MCC, ce que rejette Jawad Omar, porte-parole du ministère des Mines, pour qui " 70% des effectifs chinois sont revenus en Afghanistan ". L'entreprise n'a pu être jointe par l'AFP.

Sur le terrain, le chantier minier n'avance plus. Plusieurs foreuses se dressent, immobiles, au même endroit depuis des mois. La construction d'une ligne de chemin de fer et d'une centrale électrique, deux éléments promis par MCC et essentiels pour l'exploitation, est au point mort.

" On assiste à un grand jeu de poker menteur dans le cadre d'un partage des richesses naturelles mondiales. Ici, il consiste à prendre une option sur une mine qu'on exploite ou qu'on se garde pour plus tard ", une fois la sécurité assurée, analyse un expert occidental.

En ce sens, " les Chinois sont en train de négocier avec tout le monde pour s'assurer que tout marchera bien " à terme, affirme-t-il, sous-entendant que les talibans, forcément intéressés par les ressources minières s'ils retournent au pouvoir, ont été consultés.

Guerre, insurrection, développement, partage international de matières premières : autant de thèmes faisant passer les jolis bouddhas de Mes Ainak pour quantité négligeable. Philippe Marquis n'est pas dupe: " Nous sommes au milieu de quelque chose qui nous dépasse complètement "....

Source : http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/afghanistan-une-mine-de-cuivre-enterre-des-bouddhas_1188332.html

 

mesainak2.jpg

 

Une peinture sur roche découverte et des bijoux, un temple : http://flic.kr/p/aF4e5r +  http://flic.kr/p/aF849E + http://flic.kr/p/aF751h

 

Relayé par Yves Herbo SFH 11-2012

Réchauffement Climatique : le catastrophisme monte, pour quand la panique ?

Réchauffement Climatique : le catastrophisme monte, pour quand la panique ?

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

La Banque mondiale redoute le "cataclysme" d'une hausse de 4 °C de la température

La Banque mondiale (BM) n'hésite pas à parler d'un "cataclysme" qui pourrait frapper les pays pauvres. Dans un rapport (pdf) publié dimanche 18 novembre 2012 à Washington, elle redoute une hausse de la température du globe de 4 °C dès 2060, bien au-delà du garde-fou posé par la communauté internationale. (vous trouvez ça normal vous une "banque" qui sort un rapport comme ça un dimanche ?, pas moi...)

" Un monde à +4 °C [...] déclencherait une cascade de changements cataclysmiques, dont des vagues de chaleur extrême, une chute des stocks alimentaires et une montée du niveau de la mer frappant des centaines de millions de personnes ", résume la BM, ajoutant qu'il n'y avait "aucune certitude" que le globe puisse s'adapter à une telle situation. Ce scénario, le plus sombre envisagé dans le rapport, tranche avec l'engagement pris par la communauté internationale de contenir le réchauffement du globe à +2 °C par rapport à l'ère pré-industrielle.

aucune-region-ne-sera-epargnee-par-la-hausse.jpg

UNE RESPONSABILITÉ "SANS ÉQUIVOQUE" DE L'HOMME

Le niveau actuel d'émissions de CO2 " devrait porter le réchauffement climatique bien-au delà de ce seuil ", assure la Banque mondiale, qui prédit une hausse de 4 °C "au cours du siècle" et " dès 2060 " en cas d'inertie politique. " Ce monde serait tellement différent de celui dans lequel nous vivons qu'il est difficile de le décrire ", commente le président de la BM, Jim Yong Kim, soulignant que la responsabilité de l'homme dans le réchauffement du globe est " sans équivoque ".

Listant les dangers qui menaceraient alors la planète (inondations, sécheresses, malnutrition...), l'institution prédit une aggravation des "pénuries d'eau" en Afrique de l'Est, au Moyen-Orient ou en Asie du Sud et un "rebond significatif" de la mortalité infantile en Afrique subsaharienne. " L'intensification prévue des événements climatiques extrêmes pourrait inverser les efforts pour réduire la pauvreté, particulièrement dans les pays en développement ", résume le rapport, assurant que la planète serait encore "plus inégalitaire" qu'à l'heure actuelle.

Aucune région ne sera épargnée, prévient toutefois le rapport. Les récentes sécheresses ayant frappé les Etats-Unis ou l'Europe de l'Est pourraient se reproduire et l'Occident serait aussi confronté à l'afflux de populations fuyant les bouleversements climatiques. " Il faut faire baisser la température et seule une action internationale concertée et rapide peut y contribuer ", clame la Banque mondiale, appelant à une utilisation plus "intelligente" de l'énergie et des ressources naturelles.

Source : Le Monde : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/11/19/la-banque-mondiale-redoute-le-cataclysme-d-une-hausse-de-4-c-de-la-temperature_1792492_3244.html

YH : la façon la plus intelligente est bel et bien de passer par-dessus la notion d'argent et d'économie, de réquisitionner les moyens, force de travail et ressources auprès des 100 familles les plus riches au monde... si elles veulent se sauver aussi...

Les modèles climatiques les plus pessimistes seraient les plus fiables

imagesat2005.jpg

Le climat va t-il réagir avec violence ou douceur à nos émissions de gaz à effet de serre ?? Plutôt avec violence, répond un article paru dans la revue Science (1). Signé de John Fasullo et Kevin Trenberth, du Centre national de recherche atmosphérique de Boulder (Etats-Unis), il conclut que « les modèles climatiques les plus sensibles [à la perturbation anthropique, ndlr] fonctionnent mieux et les modèles les moins sensibles ne sont pas capables de bien reproduire des aspects décisifs du climat actuel». (image, l'albedo planétaire, le pourcentage d'énergie solaire réfléchie, le 20 juin 2005, vu par l'instrument Ceres du satellite Terra de la Nasa).

Les deux scientifiques se sont attaqués à l’un des points noirs de la prévision climatique. Entre les modèles qui promettent une réaction douce du climat aux émissions de gaz à effet de serre et ceux qui menacent d’un coup de bambou, la différence est grande. En températures globales, les premiers aboutissent à une hausse de 1,5°C en fin de siècle, pour un doublement de la concentration en gaz carbonique dans l’atmosphère, les seconds affichent 3°C. Avec un scénario d’émissions plus fortes, la fourchette va de 3°C à 6°C.

Or, jusqu’ici, les spécialistes es-simulations numériques n’avaient pas d’arguments convaincants pour favoriser ou discréditer un modèle plutôt qu’un autre. Leur principale source d’incertitude demeure la représentation des nuages, systèmes physiques très complexes. L’essentiel des différences, expliquent Fasullo et Trenberth, provient de la manière dont les «paramètres et l’ajustement aux observations» sont intégrés dans ces sortes de planètes virtuelles. Ils ont donc décidé de contourner la difficulté. Au lieu de se concentrer sur les nuages, ils se sont intéressés à ce qui les produit et les transporte en étudiant spécifiquement les zones tropicales ? : l’humidité de l’air et les grands mouvements verticaux dans l’atmosphère, liés notamment aux moussons asiatiques et africaines et aux zones désertiques.

Pour ce faire, ils ont exploité les observations des satellites météo et de recherche américains de la NOAA et de la Nasa. Ils offrent depuis une dizaine d’années une vision très détaillée des nuages, de l’humidité de l’air sur toute la hauteur de l’atmosphère, de l’albédo (le pourcentage d’énergie solaire réfléchie vers l’espace, voir l'image au dessus). Ils ont ensuite étudié les variations saisonnières de la répartition de l’humidité de l’air, de l’albédo des nuages et les structures de la circulation atmosphérique. Enfin, ils ont comparé ces observations aux modèles climatiques en se demandant quels étaient ceux qui représentaient le mieux la réalité actuelle. Réponse ? : ceux qui prévoient un coup de bambou climatique ?! De là à considérer qu’ils sont également meilleurs prévisionnistes d’un climat réchauffé, il n’y a qu’un pas. Les deux scientifiques proposent de le franchir, avec des arguments plutôt convaincant relatifs à la physique du climat, même s’il reste des mystères à résoudre dans cette nébuleuse affaire.

Cette conclusion scientifique pèse d’un lourd poids politique. Les rapports du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) présentent à leurs lecteurs (gouvernements et citoyens) un éventail très large de futurs possibles, sans préciser lesquels sont les plus probables. Ce flou provient d’une double incertitude ? : combien allons-nous émettre de gaz à effet de serre au cours du XXIe siècle et quelle sera la sensibilité du climat à ces émissions ??

Les économistes ont concocté des scénarios très différents, allant du très « vert » au très « gris ». Les plus verts, fondés sur une réduction rapide des émissions des pays riches et une maîtrise de celles du reste de la planète, sont aujourd’hui les moins réalistes. L’étude de Fasullo et Trenberth montre que l’espoir d’une très faible sensibilité climatique à nos émissions de gaz à effet de serre devrait être abandonné. L’objectif officiel des Nations Unies – pas plus de 2°C de réchauffement planétaire – paraît donc de moins en moins réaliste.

Source : Libération - http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/11/climat-les-mod%C3%A8les-pessimistes-sont-plus-fiables.html

(1) J. Fasullo, Science du 9 novembre 2012. L'article est ici en pdf.

SFH 11-2012

2 à 4 degrés de plus sur la région parisienne d'ici 2100 d'après Météo France

2 à 4 degrés de plus sur la région parisienne d'ici 2100  d'après Météo France

canicule.jpg

Selon une vaste étude de Météo France publiée aujourd'hui, d'ici la fin du siècle, il fera de 2 à 4 degrés de plus en région parisienne, les étés seront beaucoup plus chauds surtout dans les zones vertes, et il faut s'attendre à 12 fois plus de jours de canicule dans la capitale.

Lancé en 2008, le "projet Epicea" a été mené conjointement par Météo France et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) pour évaluer les impacts du changement climatique et réfléchir à des stratégies d'adaptation dans Paris et ses trois départements limitrophes (92.93.94). Parmi les principaux enseignements des modélisations réalisées sur la base de deux scénarios du Groupe d'experts sur l'évolution du climat (Giec): il fera de 2 à 4 degrés de plus en moyenne.

La tendance va vers des hivers plus doux. Ainsi dans les zones vertes (près des bois, grands parcs...), on devrait passer de plus de cinq jours froids (température inférieure à 5°) en moyenne par an à environ une journée d'ici la fin du siècle. Mais c'est en été que l'évolution de la température est la plus importante (+3,5° et +5° pour les températures minimales et maximales journalières).

" Et contrairement aux résultats attendus ", ce n'est pas dans les zones les plus urbanisées qu'il fera plus chaud mais dans les zones végétalisées, en raison d'une baisse des précipitations et d'un assèchement des sols. "Il y aura moins d'évapo-transpiration de la végétation, qui permet de réguler la température ", explique à l'AFP Julien Desplat, responsable étude et climatologie à la direction Ile-de-france de Météo France. Et les records devraient être battus dans les zones périurbaines qui cumuleront la sécheresse des sols et les effets de l'urbanisation. (Les banlieues pour être clair).

Actuellement, le nombre de " jours chauds " (supérieur à 25°) est de 28 jours par an en zone urbaine, et 23 dans les zones plus vertes. Ils devraient respectivement passer à 50 et 44, selon le scénario le plus optimiste. " On constate une très nette augmentation du nombre de jours de mise en alerte orange pour la canicule en climat futur ", indique également le rapport.

Aujourd'hui, on dénombre un jour d'alerte par an en zones urbaines, périurbaines et rurales (YH : pas ces dernières années sur la région parisienne !). " En climat futur, on passe à 12 jours dans les zones urbaines, 9 dans les zones périurbaines et 5 dans les zones rurales", selon le scénario le plus optimiste. Respectivement 20, 16 et 11 pour le plus pessimiste.

Sources : Météo France - http://www.catnat.net

SFH 10-2012

L'obsolescence programmée : escroqueries du système capitaliste

L'obsolescence programmée : escroqueries du système capitaliste

ampoule1901.jpg

Croyez le ou non, la plus vieille ampoule du monde est toujours allumée et ce depuis 1901, oui, depuis plus d'un siècle sans interruption !!

L'ampoule originale a été inventée en 1895 et son filament avait été conçu afin de durer le plus longtemps possible.

Les investisseurs avaient un choix simple à faire : permettre au consommateur de s'éclairer à vie avec une seule ampoule ou bien de pousser à la consommation régulière en faisant disparaitre la technologie qui permettrait la longue durée du filament... Profit, profit...


Prêt à jeter : enquête sur l'obsolescence programmée de nos équipements. Un produit usé = un produit vendu ! Tourné aux quatre coins du monde, ce film enquête sur l'obsolescence programmée, concept vieux comme l'industrie mais toujours vivace. Une démonstration aussi implacable qu'éclairante.

Dans les pays occidentaux, on peste contre des produits bas de gamme qu'il faut remplacer sans arrêt. Tandis qu'au Ghana, on s'exaspère de ces déchets informatiques qui arrivent par conteneurs. Ce modèle de croissance aberrant qui pousse à produire et à jeter toujours plus ne date pas d'hier. Dès les années 1920, un concept redoutable a été mis au point : l'obsolescence programmée. « Un produit qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires », lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Peu à peu, on contraint les ingénieurs à créer des produits qui s'usent plus vite pour accroître la demande des consommateurs.

miniature.jpg
« À l'époque, le développement durable n'était pas au centre des préoccupations », rappelle Warner Philips, arrière-petit-fils des fondateurs de la marque du même nom. Mais alors que les ressources de la planète s'épuisent, rien n'a changé. Nourrie de nombreuses archives et interviews, avec, pour fil conducteur, le test d'une imprimante récalcitrante, cette démonstration minutieuse débusque les avatars de l'obsolescence programmée et leurs répercussions...

Sources : http://www.achblog.com/Nouvel-ordre-mondial/Manipulation-et-propagande/L-Ampoule-extra-longue-duree,649.html

http://www.achblog.com/Nouvel-ordre-mondial/Films-et-documentaires/Pret-a-jeter,663.html

Yves Herbo : sans vouloir en rajouter, n'oubliez pas qu'à la même période, Nikola Tesla affirmait pouvoir distribuer l'électricité gratuitement... et que ses inventions ont été détournées et récupérées par un certain Edison, qui a été chargé par le gouvernement américain d'une technologie rapportant obligatoirement de l'argent... tout ceci au détriment bien sûr de l'évolution humaine normale et naturelle... il serait temps que l'Humanité se rende compte qu'elle s'est engagée dans un système très dangereux pour sa propre existence, dans l'unique intérêt de quelques familles et individus au détriment de milliards d'autres... Je confirme que l'une des priorités de l'Humanité est bel et bien de chasser tous ces "marchants" qui parasitent les vraies valeurs de l'Humanité, qui ne doivent pas être reliées au "travail", c'est à dire à l'économie et à l'argent, mais bel et bien à la notion de communauté, c'est à dire une Grande Famille que l'on doit considerer comme ses propres ancêtres (ce qui est la cas scientifiquement) et descendants. Autrement dit, l'erreur de l'homme est de faire une distinction entre sa petite famille de naissance (alors que beaucoup d'éléments tendraient à nous faire penser, et de plus en plus, que la conscience humaine pourrait être immortelle et se "rematérialiser" plusieurs fois au cours du temps, donc dans d'autres "familles"...) pour un court passage sur Terre, au lieu de considérer toute l'humanité comme sa famille (ce qui est la seule réalité génétique) et ne pas lui faire ce qu'on ne ferait pas à sa propre famille ou à soi-même... en fait, dans le doute, le plus logique serait d'adopter prudemment ce simple principe plutôt que de miser sur "l'individu" et principalement sur l'égo finalement... 

Yves Herbo SFH 18-10-2012

Daniel Ellsberg et Julian Assanges même combat ?

Daniel Ellsberg et Julian Assanges , mêmes risques personnels pour la vérité

220px-daniel-ellsberg-2006.jpg

Quand on regarde la biographie et prises de positions de Daniel Ellsberg, on ne peut s'empêcher de voir une relation directe avec ce qu'il s'est passé avec Wikileaks et son fondateur Julian Assanges. On sait ainsi que non seulement Ellsberg et ses documents ont en parti permi la destitution de Nixon, mais qu'en plus, des agents de la Maison Blanche avaient bien tenté de porter atteinte à sa personne avec de fausses preuves... certains parmis ceux qui doivent statuer sur son sort devraient être sûrs de ces accusations étranges en Suède, à savoir si elles ne sont pas du même accabi que celles retenues contre Mr Ellsberg à une autre époque, mais pour les mêmes motifs... 

Daniel Ellsberg, né le 7 avril 1931, est un ancien analyste (fonction publique) américain employé par la RAND Corporation, qui a provoqué une controverse politique nationale quand il a fourni en 1971 au New York Times les Pentagon Papers, 7 000 pages de documentation top-secrète appartenant au Pentagone et concernant le processus décisionnel du gouvernement pendant la Guerre du Viêt Nam. Il a reçu le prix Nobel alternatif en 2006.

Cela lui a valu d'être poursuivi pour vol, conspiration et espionnage. Afin de récupérer son dossier médical, le cabinet de son psychiatre fut cambriolé en septembre 1971 par l'ancien agent de la CIA Howard Hunt et Gordon Liddy, travaillant pour des conseillers de la Maison Blanche. Cet épisode fut révélé en 1973 lors des auditions devant la Commission sénatoriale sur le Watergate, et les charges contre Ellsberg furent abandonnées. Plus récemment, il a pris position contre la guerre en Irak et pour soutenir le site Wikileaks. Daniel Ellsberg est également favorable à une nouvelle enquête indépendante sur les attentats du 11 septembre.


Daniel Ellsberg est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 2006, « pour avoir placé la paix et la vérité en premier, au mépris de risques personnels considérables, et avoir consacré sa vie à inspirer les autres à suivre son exemple ».

(en), The Theory and Practice of Blackmail, Rand Corporation, Santa Monica, 1968, 38 p., (LCCN 78243130).
(en), Papers on the War, éditions Simon & Schuster, New York, 1972, 309 p., (ISBN 0-671-21185-4), (LCCN 72081350).
(en), Risk, Ambiguity and Decision, Garland Publishing, New York, 2001, LIII + 281 p., (ISBN 0-8153-4022-2), (LCCN 2002016874).
(en), Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagon Papers, Viking Press, New York, 2002, X + 498 p., (ISBN 0-670-03030-9), (LCCN 2002016874).

Wikipedia : Daniel Ellsberg

http://www.breakfornews.com/Sibel-Edmonds1.htm

http://www.reopen911.info/News/2010/12/10/les-%E2%80%9Clanceurs-d%E2%80%99alertes%E2%80%9D-des-pentagon-papers-appellent-a-une-nouvelle-enquete-sur-le-119/

SFH 10-2012

Un monde sans argent 4

Un monde sans argent 4

monnaie-d-argent-de-la-tribu-des-eduens.jpg

Suite des pages : Page-1.html , Page-2.html , Page-3.html

Une publication récente sur l'effondrement de la civilisation Maya apporte certains éléments intéressants tant du point de vue historique que celui de l'économie qui est ici le sujet principal... Jusqu'à présent, la théorie la plus acceptée pour expliquer l'effondrement apparemment rapide de la civilisation maya et de sa disparition politique et économique est celle de catastrophes volcaniques et séismiques assorties de sécheresses répétitives, mais les preuves décelées dès la période du 9ème siècle après J.C. (les Mayas n'étaient déjà plus une civilisation dominante quand les Conquistadores sont arrivés au 16ème siècle) montrent déjà un changement négatif assez important, suite aux bouleversements des routes commerciales de l'obsidienne notamment :

Le succès du livre de Jared DiamondEffondrement, montre à quel point la précarité des civilisations humaines intrigue. Un exemple : les Mayas. Après avoir occupé pendant plusieurs millénaires une vaste portion de l'Amérique centrale, du Sud du Mexique jusqu'au Honduras, ils ont disparu avec l'arrivée des conquistadors espagnols au cours du XVIe siècle. Mais bien avant cette invasion, vers 900, la civilisation maya a connu un grave déclin qui a touché en premier lieu les cités des Basses-Terres. Des anthropologues de l'université de l'Illinois et du Muséum Field, basés à Chicago (États-Unis), s'intéressant à cette période de transition brutale, ont reconstruit les routes de commerce de l'obsidienne, une roche volcanique très utilisée par les Mayas (qui ne maîtrisaient pas la métallurgie). À partir de procédés utilisés pour l'analyse des réseaux sociaux, ils ont suivi l'évolution des échanges de cette pierre : elle indiquerait des changements économiques et politiques plus profonds, allant à l'encontre de la théorie selon laquelle cet effondrement serait dû uniquement à des bouleversements écologiques.

obsidienne.jpg

Cette roche volcanique noire, l'obsidienne, nous renseigne sur la chute de la civilisation maya.

L'étude américaine se fonde sur des échantillons d'obsidienne retrouvés sur une centaine de sites mayas, datant de 250 à 1520. La composition chimique des roches (obtenue par spectrométrie de fluorescence X ou analyse chimique par activation neutronique) permet de remonter au lieu de leur extraction. Les archéologues ont notamment identifié trois gisements mayas à San Martín Jilotepeque, El Chayal et Ixtepeque, dans les hauteurs guatémaltèques, qui auraient irrigué une grande partie du marché de l'obsidienne pendant les périodes dites classique et postclassique.

Pour chaque période, les archéologues ont déterminé les relations commerciales entre les différents sites en mesurant la similarité des approvisionnement en obsidienne via un indice, le coefficient de similarité de la matrice Brainerd-Robinson, utilisé en archéologie pour comparer deux ensembles de données (ici les proportions d'obsidienne des différentes carrières). Le graphe reliant les sites entre eux fait ainsi apparaître des "factions" rassemblant les sites s'approvisionnant aux mêmes sources, selon une représentation très visuelle utilisée pour l'étude des réseaux sociaux.

Il apparaît que, si pendant la période classique (250/300–800), la quasi totalité de la zone est arrosée par l'obsidienne extraite dans les mines d'El Chayal, le marché se diversifie à la période classique terminale (800–1050), avec l'apparition de différentes "factions" commerciales. Parmi elles, une filière mexicaine, témoignant de l'ouverture d'une route commerciale au nord du Yucatán , et l'émergence du gisement d'Ixtepeque qui irrigue principalement les régions côtières, comme au niveau de la baie de Chetumal . "La fréquence de l'obsidienne d'Ixtepeque augmente de façon significative sur les sites occupés pendant les périodes classique et terminale, détaille l'étude. À San José (au Belize), par exemple, la fréquence de l'obsidienne d'Ixtepeque est passé de 13 % à 27 %." Cette distinction entre les régions intérieures, qui dépendent des routes partant des mines d'El Chayal, et les zones côtières, alimentées par un réseau de transport fluvial depuis Ixtepeque, se poursuit pendant la période postclassique ancien (1050–1300), alors que certaines cités mayas ont déjà périclité. Enfin, la situation commerciale pendant la période postclassique tardif (1300–1520) devient plus éclatée, avec cinq "factions" d'approvisionnement distinctes, avant l'effondrement définitif de la civilisation maya.

copan.jpg

Le site de Copán, situé à l'ouest du Honduras actuel, a été abandonné vers 820.

Pour les anthropologues américains, le résultat marquant est que " l'essor du commerce côtier aux dépens des routes intérieures a commencé avant la chute urbaine et démographique des Basses-Terres mayas ". Sans suggérer que le changement des routes commerciales ait causé à lui seul l'effondrement de la civilisation maya, il précède nettement ces transformations plus globales. Ce bouleversement de la structure économique régionale a donc pu, en toute hypothèse, contribuer à la réorganisation interne entre les centres urbains des Hautes-Terres et les régions côtières du Yucatán qui a suvi. L'étude des réseaux commerciaux de l'obsidienne, qui doit être confirmée par une analyse similaire des échanges de chaille ou de jade, met ainsi à mal la théorie selon laquelle un changement climatique soudain serait responsable du déclin démographique de cette civilisation mésoaméricaine. Reste, pour percer le secret des Mayas, à comprendre maintenant pourquoi ils ont modifié leurs réseaux commerciaux...

Source : M. Golitko et al.Complexities of collapse: the evidence of Maya obsidian as revealed by social network graphical analysis , Antiquity, 23 mai 2012.

via : http://blog.science-infuse.fr/post/Effondrement-maya-sur-la-route-de-l-obsidienne

Personnellement, en me fiant aux autres faits historiques et aux autres découvertes concernant les Mayas (et encore très récemment à Calakmul !), je dirai qu'il me paraît évident qu'un évènement important s'est passé au 9ème siècle et que les premières routes déservant certaines cités Mayas en denrées importantes ont été coupées, obligeant ces dernières à tenter de se débrouiller localement (cultures en terrasses étendues) ou à entrer en guerre contre d'autres cités (alliées ou non) pour survivre. Ces coupures de routes ou arrêts de livraisons ont perduré et augmenté avec le temps jusqu'à l'éclatement et la division totale d'une civilisation qui étaient composées de Cités-Etats créées par la même tribu d'origine, solidaire et unie tant que les circuits commerciaux étaient assurés par une faction (ou des "spécialistes"), qui a tenté de diversifier ses entrées de matières (ou y a été obligée) mais de ce fait à créé une ou plusieurs autres factions de "spécialistes" (se concurrençant ? - nouveau en économie pour les mayas !). La localisation de ces nouvelles mines (détenues donc pas de nouvelles factions) et la facilité pour le transport des pierres par eau fait que les régions côtières sont privilégiées par rapport aux régions intérieures, un déséquilibre inexistant avant se créé entre régions... 

calakmul3.jpg

Calakmul

L'explication paraît logique mais bien des questions demeurent : si une Cité voit soudainement son circuit d'approvisionnement disparaître ou diminuer, on imagine que les responsables de celle-ci vont tâcher de s'arranger pour aller chercher eux-mêmes ce qu'on ne leur livre plus... ce qu'aucune n'a réussie si on regarde la suite... mystère donc sur ces coupures de routes ou de non livraisons de matières premières, alors précisémment qu'il y a une augmentation (à priori !) des-dites matières premières... dans d'autres régions. Juste une décision d'une faction commerciale qui a décidé de ne plus livrer certaines régions, ou d'un roi local ? Ou est-ce la disparition de ceux qui pouvaient transporter régulièrement et facilement ces matières premières très lourdes (l'obsidienne !) des mines côtières jusqu'aux hautes montagnes ?

Certains archéologues disent autre chose : les mayas, à leur arrivée dans la région, auraient apparemment rencontré un peuple venu des étoiles, installé depuis un moment sur les lieux (et imprégnant de leur savoir les précédents peuples rencontrés) et ils auraient passé des accords avec ce peuple. Ce seraient eux qui leur auraient appris les mathématiques, l'astronomie et l'architecture, et les aidaient à transporter les lourdes pierres faites pour durer le long des routes pavées construites. Ils leur ont aussi appris comment créer une économie vraiment commune et dans l'intérêt de tous sans exacerber la notion de propriété privée. Une société sans monnaie locale mais juste ses ressources et son esprit de partage au début, initiée par cette rencontre. Ces données sur la rencontre avec cette civilisation probablement extra-terrestre ont réellement été écrites par les mayas, découvertes il y a peu et décrites dans un rapport des archéologues Adriana I. Sanchez Lopez et José Agustin Anaya Cancino. Que s'est-il passé ensuite ? Si on suit ce qu'il s'est passé en Mésopotamie et en particulier à Sumer, on a des traces indiquant qu'une civilisation ou des "dieux" nouveaux a inspiré les Sumériens, les Annunakis, et a assez probablement influencé l'humanité pour que soit créé un moyen d'échange facile à contrôler : l'argent, la monnaie, apparu comme par hasard juste en-dessous des ruines de Sumer... a l'inverse donc de cette civilisation d'Amérique Centrale qui connaissait le principe de la monnaie (les échanges avec d'autres civilisations sont prouvées et ils se faisaient à l'aide de bijoux ou de denrées et pierres rares) mais ne l'appliquait pas chez elle... d'après les gravures découvertes et leurs amis des étoiles, les mayas devaient être les guides de l'humanité pour des millénaires... mais une suite d'évènements inconnus fait que la civilisation maya disparue presque d'elle-même avant d'être achevée par les Espagnols... et l'arrivée de l'argent imposé de force très rapidement aux Incas et Mayas survivants... la victoire des Annunakis sur un autre peuple de l'espace ou d'une autre dimension (les deux théories se sont rejointes question possibilité scientifique à mon avis), celui qui aidait le mieux l'Humanité ?... quoiqu'il en soit, les amis des Mayas sont partis (en guerre contre les Annunakis, qui avaient déjà été chassés par Guilgamesh (le précédent "Jésus") 3000 ans plus tôt, et qui avaient alors pris la direction de l'Egypte ?) et ne sont jamais revenus, contrairement à leurs dires... La civilisation des mayas a survécu à ce départ (prévu et des robots/aliens sont peut-être restés sur place pour continuer à aider les mayas) mais elle s'est transformée en olligarchie aristocratique, privilégiant ceux qui  étaient en rapport direct avec les frères de l'espace (devenant des "dieux" avec le temps et leur non-retour), créant des honneurs sanguins et des rois d'un côté, des prêtres de l'autre, issus de ceux qui étaient les étudiants des aliens, un peuple mi-soldat mi-paysan pour le reste. Néanmoins, l'idée générale enseignée par les aliens perdurera jusqu'au bout quant à l'organisation commune de la société maya : travailler en commun pour un objectif et des bénéfices communs, et non individuels (sauf pour l'Elite rendue individualiste, et c'est ce qui provoquera tôt ou tard l'écroulement de l'édifice). Autrement dit, la défection de cette société, si elle a un responsable, ne peut être dûe qu'à une rupture de ce contrat par une de ces élites, et non par le peuple dans lequelle cette idée de partage est demeurée. On peut imaginer qu'au 9ième siècle, les dernières machines servant au transport  (je rappelle que les mayas connaissaient le principe de la roue, voir les jouets trouvés dans plusieurs tombes...) sont tombées en panne (ou que les derniers aliens sont partis ou sont morts) et que l'alimentation des cités en denrées ont chuté complètement... les stocks amassés éventuellement en prévision et en attendant le retour des alliés a été épuisé, le peuple a douté des "dieux", ils avaient perdu certaines connaissances avec le temps, etc...

Cette notion de circuits de distributions est très importante donc pour la survie d'une civilisation à long terme, en voici une preuve éclatante. On constate même qu'une économie utilisant un seul contrôle de tous les circuits de distribution a pu survivre des millénaires (et la civilisation des Incas est encore plus explicite on le verra, puisque encore plus centralisée que celle des Mayas), alors que l'ajout de plusieurs autres centres de décision (y inclus individuel probablement) à entraîné sa chute sur quelques centaines d' années... Je signale que notre propre civilisation a suivi le même processus de "libéralisation" des circuits de distributions, plus lentement, mais on peut considérer que l'avènement du capitalisme moderne, puis du libéralisme correspond au même type de choc négatif que celle qui a mené à sa fin celle des mayas : la perte de la maîtrise des circuits de distributions par un pouvoir (démocratique, olligarchique ou tyranique, peu importe) entraîne obligatoirement la perte du bénéfice commun du service rendu, ce bénéfice revient à celui qui maîtrise le ou les circuits en question... c'est la même chose d'ailleurs en ce qui concerne la maîtrise de la monnaie ou tout autre service... les Etats représentent les peuples, et bien, dites-vous bien que les français, comme la grande majorités des peuples de la planète, ont accepté depuis longtemps de ne plus gérer l'argent qui leur sert à vivre, mais ont délégué cette gestion à d'autres, dont ils n'ont pas le contrôle... quant aux circuits de distributions ? regardez l'Energie - primordiale pour le peuple français comme tous les autres, qui a déjà payé de ses impôts depuis des dizaines d'années la création de ces circuits (EDF-GDF, etc...), achats de terrains, recherches, etc pour posséder une sécurité et, en tant que propriétaire, voir logiquement les coûts et mêmes bénéfices tomber un jour... mais étrangement, ces circuits de distributions importants sont également revendus au privé (bientôt à la Chine ? - je plaisante à peine), il y a à peine quelques dizaines de mois...  A méditer donc sur les réels objectifs de vos chers "dirigeants" quels qu'ils soient d'ailleurs...

A suivre pour l'Economie Inca dont nous connaissons mieux l'organisation.

Yves Herbo pour SFH 09-2012