divulgation

USA: La DIA admet la possession de débris d'OVNI ?

USA: La DIA admet la possession de débris d'OVNI ?

 

Memory metals uncrumpled and crumpled

Materiel à mémoire de forme

 

Ceci fait suite bien sûr à la divulgation en cours sur le sujet aux Etats-Unis et aux assez récentes libérations de données par le Pentagone et la Navy américaine qui ont été relayées par tous les grands médias du monde. J'en avais parlé par exemple ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovni-usa-des-millions-de-dans-une-etude-secrete-et-des-preuves.html

Les trois vidéos prises par les pilotes de la Navy en 2004 et 2014-2015 et déclassifiées par le Pentagone, les témoignages officiels de plusieurs d'entre eux et d'autres, les témoignages de spécialistes des radars de la Navy (avec détections radars tant sur des navires que dans un sous-marin) et les informations données par l'AATIP  (le programme avancé d'identification des menaces aérospatiales) ont bien sûr accéléré les choses outre-Atlantique. Sans oublier de notre côté les révélations en 2020 d'un ancien directeur de la DGSE française (Mr Juillet), admettant la réalité et l'incompréhension du phénomène OVNI de la part des autorités françaises lors d'une interview filmée pour le film et la série sur le sujet (OVNIs: les dossiers déclassifiés américains)...

Dans un tout nouvel article, le chercheur Anthony Bragalia annonce avoir enfin reçu une réponse à sa demande de 2017, dans le cadre du Freedom of Information Act (FOIA), auprès du gouvernement américain, concernant le matériel en rapport avec les UAP ((Phénomènes Aériens Non Identifiés), puisque ce terme remplace "UFO" maintenant aux USA, annoncé dans le programme de recherche de l'entreprise Bigelow Aerospace. La DIA lui répond enfin, en s'excusant du délai. La demande originale de la FOIA de 2017 faite à la DIA demande les descriptions physiques, les propriétés et la composition du matériel OVNI / UAP détenu par le gouvernement et son entrepreneur. La demande est sans ambiguïté dans sa signification. Il se réfère au matériel OVNI / UAP et aux "débris physiques récupérés par le personnel du Département de la Défense comme résidus, flotsam, matériel de tir ou UAP écrasés ou objets volants non identifiés."

Et la réponse de la DIA parle bien de UAP, sans bien sûr parler clairement des origines des matériaux testés par Bigelow Aerospace. Pour Mr Bragalia, il s'agit de toute façon d'une grande victoire pour l'ufolologie (l'uapologie maintenant ?) et d'un aveu stupéfiant par le gouvernement américain qu'il possède des débris d'OVNI. Vous trouverez ci-dessous la traduction française de l'article de Mr Bragalia, qui est acompagné de la demande FOIA de 2017, la lettre de réponse de la DIA et les PDF acompagnant la réponse décrivant les matériaux testés et possibilités futures les concernant, ainsi que d'autres données... :

LE PENTAGONE ADMET QU'IL A DES DÉBRIS D'OVNI, PUBLIE LES RÉSULTATS DES TESTS

 

Fév 2021

" Un aveu stupéfiant par le gouvernement américain qu'il possède des débris d'OVNI a été récemment fait en réponse à une demande de Freedom of Information Act (FOIA) déposée il y a plus de trois ans par cet auteur. Dans une lettre de réponse, la US Defense Intelligence Agency (DIA) a mis fin à des décennies de spéculation en vérifiant que le matériel OVNI a bien été récupéré. Désormais officiellement appelé UAP (Phénomènes Aériens Non Identifiés) plutôt que OVNI, une partie de ce matériel a été placée chez un entrepreneur de la défense pour analyse et stockage dans des « installations spécialisées ». Incroyablement, une partie des informations publiées traite de matériaux avec des propriétés de récupération de forme, un peu comme les débris de " métal à mémoire " trouvés tombés lors du crash d'OVNI de Roswell en 1947.

Et sur la base de la documentation reçue, il semble que les débris récupérés présentent d'autres capacités extraordinaires. En plus de « se souvenir » de leur forme originale lorsqu'ils sont pliés ou écrasés, certains de ces matériaux futuristes ont le potentiel de rendre les choses invisibles, de « comprimer » l'énergie électromagnétique et même de ralentir la vitesse de la lumière. Bien que la plupart des détails des rapports soient rédigés, ce qui peut être glané, c'est que ces technologies représentent un saut quantique littéral au-delà des propriétés de tous les matériaux existants connus de l'homme.

Enfin, le lieu où se trouvent les débris OVNI détenus par l'entrepreneur est inconnu. Il y a quelques mois, ils ont licencié leurs employés et ont cessé leurs activités. Les anciens responsables de l'entreprise, lorsqu'ils sont contactés, refusent de commenter. "

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite