Robotique, cybernétique, IA

On va tâcher de regrouper tout ce qui concerne cette très importante branche technico-scientifique qui devrait bouleverser le futur, si l'Humanité survit à ses multiples erreurs et à ses trompeurs...

USA: La DIA admet la possession de débris d'OVNI ?

USA: La DIA admet la possession de débris d'OVNI ?

 

Memory metals uncrumpled and crumpled

Materiel à mémoire de forme

 

Ceci fait suite bien sûr à la divulgation en cours sur le sujet aux Etats-Unis et aux assez récentes libérations de données par le Pentagone et la Navy américaine qui ont été relayées par tous les grands médias du monde. J'en avais parlé par exemple ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovni-usa-des-millions-de-dans-une-etude-secrete-et-des-preuves.html

Les trois vidéos prises par les pilotes de la Navy en 2004 et 2014-2015 et déclassifiées par le Pentagone, les témoignages officiels de plusieurs d'entre eux et d'autres, les témoignages de spécialistes des radars de la Navy (avec détections radars tant sur des navires que dans un sous-marin) et les informations données par l'AATIP  (le programme avancé d'identification des menaces aérospatiales) ont bien sûr accéléré les choses outre-Atlantique. Sans oublier de notre côté les révélations en 2020 d'un ancien directeur de la DGSE française (Mr Juillet), admettant la réalité et l'incompréhension du phénomène OVNI de la part des autorités françaises lors d'une interview filmée pour le film et la série sur le sujet (OVNIs: les dossiers déclassifiés américains)...

Dans un tout nouvel article, le chercheur Anthony Bragalia annonce avoir enfin reçu une réponse à sa demande de 2017, dans le cadre du Freedom of Information Act (FOIA), auprès du gouvernement américain, concernant le matériel en rapport avec les UAP ((Phénomènes Aériens Non Identifiés), puisque ce terme remplace "UFO" maintenant aux USA, annoncé dans le programme de recherche de l'entreprise Bigelow Aerospace. La DIA lui répond enfin, en s'excusant du délai. La demande originale de la FOIA de 2017 faite à la DIA demande les descriptions physiques, les propriétés et la composition du matériel OVNI / UAP détenu par le gouvernement et son entrepreneur. La demande est sans ambiguïté dans sa signification. Il se réfère au matériel OVNI / UAP et aux "débris physiques récupérés par le personnel du Département de la Défense comme résidus, flotsam, matériel de tir ou UAP écrasés ou objets volants non identifiés."

Et la réponse de la DIA parle bien de UAP, sans bien sûr parler clairement des origines des matériaux testés par Bigelow Aerospace. Pour Mr Bragalia, il s'agit de toute façon d'une grande victoire pour l'ufolologie (l'uapologie maintenant ?) et d'un aveu stupéfiant par le gouvernement américain qu'il possède des débris d'OVNI. Vous trouverez ci-dessous la traduction française de l'article de Mr Bragalia, qui est acompagné de la demande FOIA de 2017, la lettre de réponse de la DIA et les PDF acompagnant la réponse décrivant les matériaux testés et possibilités futures les concernant, ainsi que d'autres données... :

LE PENTAGONE ADMET QU'IL A DES DÉBRIS D'OVNI, PUBLIE LES RÉSULTATS DES TESTS

 

Fév 2021

" Un aveu stupéfiant par le gouvernement américain qu'il possède des débris d'OVNI a été récemment fait en réponse à une demande de Freedom of Information Act (FOIA) déposée il y a plus de trois ans par cet auteur. Dans une lettre de réponse, la US Defense Intelligence Agency (DIA) a mis fin à des décennies de spéculation en vérifiant que le matériel OVNI a bien été récupéré. Désormais officiellement appelé UAP (Phénomènes Aériens Non Identifiés) plutôt que OVNI, une partie de ce matériel a été placée chez un entrepreneur de la défense pour analyse et stockage dans des « installations spécialisées ». Incroyablement, une partie des informations publiées traite de matériaux avec des propriétés de récupération de forme, un peu comme les débris de " métal à mémoire " trouvés tombés lors du crash d'OVNI de Roswell en 1947.

Et sur la base de la documentation reçue, il semble que les débris récupérés présentent d'autres capacités extraordinaires. En plus de « se souvenir » de leur forme originale lorsqu'ils sont pliés ou écrasés, certains de ces matériaux futuristes ont le potentiel de rendre les choses invisibles, de « comprimer » l'énergie électromagnétique et même de ralentir la vitesse de la lumière. Bien que la plupart des détails des rapports soient rédigés, ce qui peut être glané, c'est que ces technologies représentent un saut quantique littéral au-delà des propriétés de tous les matériaux existants connus de l'homme.

Enfin, le lieu où se trouvent les débris OVNI détenus par l'entrepreneur est inconnu. Il y a quelques mois, ils ont licencié leurs employés et ont cessé leurs activités. Les anciens responsables de l'entreprise, lorsqu'ils sont contactés, refusent de commenter. "

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 4ème trimestre 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 4ème trimestre 2020

 

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2020.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2020.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2020.html


 

Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde.

Bonjour cher ODHnautes, malheureusement des problèmes techniques durant le tournage ont affectés certaines images pour cet épisode. Nous sommes désolés pour l'inconvénient. 

Merci de votre compréhension. La modératrice.

Attention : les propos et points de vue exprimés par les invités ne représentent pas l'équipe d'ODHtv. Merci.

L'édition de novembre 2020 vous est présentée par Gilles.T:

Dans l'édition de ce mois-ci :

Lire la suite

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 4

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 4 -

 

MAJ épisodes 10 - 11 - 12 - 13 - FIN saison 4

 

Allen hynek jacques vallee 1

Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

 

Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

 

Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

Cette nouvelle saison 4 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Didier Gomez, de Bruno Botta, Rémy Fauchereau, Gérard Deforge, Thierry Rocher, Bernard Hugues, Franck Maurin, Jean-Louis Lagneau, Guy Coatanroch, Gilles Durand, Jean Librero, Gilles Thomas et Emma d'Area51-blog.

Soir ovni dans le monde

Lire la suite

Proxima Centauri : un signal radio étrange de plus

Proxima Centauri : un signal radio étrange de plus

 

Proxima centauri esa hubble nasa

Proxima Centauri (ESA/HUBBLE-NASA), l'étoile la plus proche de nous

 

Historiquement parlant, c'est le troisième signal de cette sorte qui est maintenant détecté en provenance de l'espace : des signaux ayant des caractéristiques techniques, distances et fréquences entrant dans le domaine de l'artificiel possible, et non encore résolus. Les milliers de “sursaut radio rapide” (FRB) maintenant repérés et même dans notre galaxie, ont pu être identifiés comme provenant de magnétars (des sortes de cadavres d'étoiles) disséminés dans l'univers visible. Mais deux signaux posaient encore question à la science, jusqu'au nouveau de Proxima Centauri, celui de "WOW !", dont j'ai parlé ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/astronomie-espace/le-signal-spatial-non-identifie-wow-localise.html

et celui de "SHGb02 + 14a": En mars 2003 Le projet Seti @ home, géré par l'Université de Californie à Berkeley avec des observations du radiotélescope Green Bank et du télescope Arecibo récemment effondré (mais qui va être reconstruit à priori), a également découvert un signal intrigant. La rafale d'ondes radio de 1420 MHz, connue sous le nom de SHGb02 + 14a, a été observée trois fois avant de disparaître. Le signal se trouve dans la zone tranquille du «trou d'eau» du spectre électromagnétique, que les scientifiques considèrent comme une bande intéressante pour les civilisations extraterrestres pour diffuser des signaux interstellaires.

 

Skymap sp 493

La bande de ciel étudiée par Arecibo : la trainée bleue foncée est notre galaxie, la ligne pourpre est la ligne de visée du télescope pour repérer les signaux radios.

 

" La tempête avait été déclenchée par un article du magazine New Scientist, qui a rendu compte du signal candidat le plus prometteur de SETI @ home à ce jour, et a spéculé sur ses origines possibles. Comme tous les 5 milliards de signaux potentiels de SETI @ home, ce candidat, étiqueté SHGb02 + 14a, s'est vu attribuer un score numérique représentant la probabilité statistique qu'il s'agit bien d'un signal extraterrestre intelligent. Son score relativement élevé l'a placé parmi les 200 «meilleurs candidats» sélectionnés pour les séances de réobservation ciblées qui ont eu lieu en mars 2003 à l'Observatoire de la radio d'Arecibo. Cependant, de tous les candidats ciblés lors des séances, SHGb02 + 14a était l'un des très rares à être confirmé lors des réobservations, et le seul dont le score à l'issue des séances a effectivement augmenté.

Bien que cela rende SHGb02 + 14a intéressant, les chances qu'il représente réellement un signal intelligent de l'au-delà restent extrêmement minces. Le hasard seul rendrait probable qu'au moins un des milliards de candidats détectés par SETI @ home soit observé à trois reprises, comme ce fut le cas pour ce candidat. De plus, comme nous l'avons signalé dans la mise à jour SETI @ home du 17 mai 2004, le fait que la fréquence de ce candidat dérive rapidement rend extrêmement improbable qu'il s'agisse d'une transmission d'extraterrestres. A cause de la dérive, a expliqué Werthimer, «si nous avions regardé le ciel même quelques secondes plus tard, nous n'aurions pas trouvé de correspondance» pour ce candidat. Un signal qui dérive si rapidement qu'il ne peut être entendu que quelques secondes à la fois à une fréquence donnée ne peut être détecté que par chance aveugle.

De plus, David Anderson, directeur du projet SETI @ home, de l'UC Berkeley, a souligné que SHGb02 + 14a est un candidat d'un type connu sous le nom de «gaussien à correction barycentrique». Une véritable transmission de ce type, a-t-il expliqué, resterait dans une fréquence à bande étroite plus ou moins fixe, et ne dériverait pas rapidement comme ce signal.

 

http://seticlassic.ssl.berkeley.edu/Candidates/SHGb02+14a/SHGb02+14a.html

" La fréquence du signal a une dérive rapide, ce qui correspondrait à son émission depuis une planète en orbite près de 40 fois plus vite que la Terre autour du Soleil. Chaque fois que le signal était détecté, il était à nouveau à environ 1420 MHz, la fréquence d'origine avant toute dérive."

Alors que les études sur le signal WOW ! aient repris suite aux dernières publications (voir lien de l'article mentionné plus haut et plus bas), voilà donc qu'une autre publication annonce la détection d'un signal radio inattendu en provenance du système stellaire le plus proche du nôtre, le triple système Alpha du Centaure, dont la plus proche de ses trois étoiles par rapport au Soleil s'appelle Proxima Centauri, une naine rouge autour de laquelle tourne pour l'instant deux planètes, dont l'une légèrement plus grosse que la Terre et dans une zone à priori habitable. Inutile de dire qu'un tel signal, possédant un certain pourcentage de possible artificialité, dans le voisinage immédiat de notre propre planète, paraît peu probable selon nos critères actuels et connaissances, y compris des lois du hasard. 

Cette fois-ci, un faisceau étroit d'ondes radio a été capté pendant 30 heures d'observations par le télescope Parkes en Australie en avril et mai de l'année dernière (2019). L'analyse du faisceau est en cours depuis tout ce temps et les scientifiques n'arrivent pas encore à identifier un coupable terrestre tel qu'un équipement au sol ou un satellite de passage.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Le signal spatial non identifié WOW ! localisé ?

Le signal spatial non identifié "WOW" localisé un proximité d'un soleil jumeau ?

 

Regions ciel origine signal wow 1

Les deux régions du ciel desquelles peut provenir le signal Wow ! région de l'espace dans la constellation du Sagittaire - Crédits : Pan-STARRS/DR1

 

J'en avait parlé un peu vers le milieu de cet ancien article ci-dessous, le signal "WOW!", capté le 15 août 1977 par le grand radio télescope de l'Université de l'Ohio (Big ear), refait parler de lui aujourd'hui :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/astronomie-espace/mysterieux-sursauts-radios-intergalactiques-observes-a-parkes.html

L'astronome amateur Antonio Paris avait annoncé en 2017 qu'il avait probablement résolu l'énigme du fameux signal « Wow! » capté en 1977 par l'un des radiotélescopes du programme Seti, en l'attribuant au nuage d'hydrogène de grande taille entourant la chevelure d'une comète dont on ignorait l'existence à l'époque et qui a été détectée seulement dans les années 2000 : 266/P Christensen. Mais depuis, ses recherches ont été annulées, car il a été prouvé que cette comète ne se trouvait pas du tout à cet endroit en 1977, et que, de toute façon, un nuage d'hydrogène galactique ne pouvait correspondre à une telle détection.

C'est un autre astronome amateur, Alberto Caballero, qui a longuement analysé la base de données publique extrêmement détaillée du satellite Gaïa, spécialisé dans l'étude de notre galaxie, qui affirme avoir localisé l'origine de ce mystérieux signal radio, pouvant être interprété comme artificiel, donc provenant d'une civilisation extraterrestre utilisant, comme nous, des ondes radios pour communiquer.

 

5e4c3d3e96 50170421 signal wow

© Big Ear Radio Observatory and North American Astrophysical Observatory

 

Parmi les milliers d'étoiles recensées dans la région par cette base de données de Gaia et les quelques dizaines jugées potentiellement intéressantes, une seule a été retenue. L'étoile 2MASS 19281982-2640123 est une sorte de sosie de notre Soleil. Elle présente la même température, le même rayon et la même luminosité que notre étoile. La source du signal « Wow ! » pourrait se situer dans ses environs, une exoplanète qu'elle hébergerait. Et ce type d'étoile, tout comme le nôtre, n'émet pas de signaux étranges comme ceux détectés régulièrement, et plutôt attribués à des magnétars actuellement...

Notons tout de suite que ce soleil similaire au nôtre est très loin, situé à 1.800 années-lumière de la Terre. Bien sûr, ces nouvelles données vont être examinées et recalculées, discutées par la communauté scientifique. Rien de certain pour l'instant, mais cela relance le mystère et l'intérêt de la science sur ce signal unique.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 3ème trimestre 2020

 

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2020.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2020.html


 

Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde.

L'édition juillet - août - septembre - octobre 2020 vous est présentée par Gilles.T:

Dans l'édition de ce mois-ci :

Lire la suite

Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

 

mars-mysteres-06-09-2012.jpg

 

«C’est l’une des images les plus extraordinaires de toute la mission!» a déclaré Steve Squyres, l’un des principaux scientifiques d’Opportunity, ce robot en exploration sur Mars depuis le début de 2004.

Steve Squyres faisait référence à cette image étonnante transmise par Opportunity tout récemment.

Sur la photographie, des centaines de petits « objets sphériques » mesurant jusqu’à trois millimètres de diamètre apparaissent. Ceux-ci sont regroupés sur une butte martienne qu’Opportunity avait atteinte la semaine dernière.

 

mars-mysteres-06-09-2012.jpg

Ces bulles, appelées sphérules, sont une véritable « énigme géologique pour les scientifiques travaillant sur le projet », a déclaré la NASA, vendredi.

Contrairement à ce que le robot avait trouvé lors de son amarsissage début 2004, ces sphères ne correspondent en rien aux amas formés par l’action de l’eau sur les minéraux dans des sédiments.

Les sphérules découvertes sont très différentes, tant dans leurs concentration, structure, composition et distribution.

Le robot pour sa part se situe actuellement dans le cratère Endeavour. Malgré ses huit années de « dur travail » sur Mars, il est dans un très bon état, a précisé John Callas du “Jet Propulsion Laboratory’ de la Nasa (agence spatiale américaine), responsable de la mission.

Opportunity s’était posé sur Mars en janvier 2004 trois semaines après son jumeau Spirit pour une mission d’exploration de trois mois. Spirit a officiellement cessé de fonctionner en 2009.

Le nouveau robot Curiosity, de plus grande taille et scientifiquement beaucoup plus sophistiqué, est arrivé sur la planète rouge le 6 août 2012. Il s’apprête à entreprendre une mission d’exploration de deux ans pour déterminer si l’environnement sur Mars a été propice à la vie microbienne dans le passé.

 

Arrivée sur Mars de Curiosity le 06-08-2012

 

http://news.yahoo.com/strange-mystery-spheres-mars-baffle-scientists-123054357.html via TVA Nouvelles via Le Kebek

Voir aussi : Planète Mars : Un mystère géologique inexplicable en photo

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

 

Trou noir ver

 

Une nouvelle étude associée à une expérimentation a été publiée récemment dans Nature Physics, proposant un autre théorème que celui de Bell, à l'aide d'une expérimentation physique du paradoxe de l’ami de Wigner avec un scénario introduit par Brukner. La question principale posée est : La théorie quantique s'applique-t-elle à toutes les échelles, y compris celle des observateurs ?

" Il s'agit d'une expérience de réflexion abordant le problème de la mesure quantique - la difficulté de concilier l'évolution (unitaire, déterministe) de systèmes isolés et la mise à jour d'état (non unitaire, probabiliste) après une mesure. Ici, en s'appuyant sur un scénario avec deux amis séparés mais intriqués introduit par Brukner, nous prouvons que si l'évolution quantique est contrôlable à l'échelle d'un observateur, alors celle du 'Non-Superdeterminisme', 'Localité' ou 'Absoluité des événements observés (AOE)' - que tout événement observé existe absolument et non relativement - doit être faux. Nous montrons que bien que la violation des inégalités de type Bell dans de tels scénarios ne soit pas en général suffisante pour démontrer la contradiction entre ces trois hypothèses, de nouvelles inégalités peuvent être dérivées, de manière indépendante de la théorie, qui sont violées par les corrélations quantiques. Ceci est démontré dans une expérience de démonstration de principe où le chemin d’un photon est considéré comme un observateur. Nous discutons comment ce nouveau théorème impose des contraintes strictement plus fortes sur la réalité physique que le théorème de Bell."

La Mécanique quantique: Si les ressorts de cette discipline encore jeune (à peine un siècle) questionnent profondément les rares esprits qui s'adonnent à son étude, l'on sait néanmoins que la physique quantique décrit avec une précision confondante les comportements les plus contre-intuitifs des atomes et des particules, posant souvent plus de questions qu'elle n'en résout.

Pour les chercheurs travaillant dans le champs de la physique relativiste, le monde possède deux qualités importantes. Il est à la fois :

réaliste, c'est-à-dire que la réalité est objective et ne dépend pas d'une mesure ou d'un observateur ;

déterministe, c'est-à-dire que la réalité n'est pas aléatoire mais le fruit d'un ensemble de variables produisant des résultats systématiques et prédictibles (pourvu que l'on dispose de toutes les informations nécessaires à sa compréhension).

Or, la physique quantique nous apprend qu'il en va bien autrement en deçà d'une certaine échelle, dans le monde exotique des atomes et des particules, voire des molécules. Imaginons qu'une particule, un peu comme un interrupteur, admette deux états possibles, que nous baptiserons 1 et 0 pour un maximum de simplicité. Si l'on en croit l'interprétation de Copenhague (le consensus actuel), tandis qu'un interrupteur ne peut être que dans un seul état à la fois (allumé ou éteint), la particule, elle, se trouve dans ce que l'on appelle une superposition d'états, c'est-à-dire à la fois 1 et 0. Cette superposition ne disparaît que lorsqu'un observateur décide de mesurer son état, causant ainsi un effondrement de la fonction d'onde. Cette première idée contredit la possibilité d'une réalité unique et objective pour notre particule, mais les choses ne s'arrêtent pas là.

En effet, toujours d'après la théorie quantique, la particule ne suit pas une logique déterministe mais probabiliste. On ne peut donc pas prédire l'état dans lequel elle sera, mais seulement calculer la probabilité d'obtenir un état ou un autre. Dans notre cas, et toujours par souci de simplicité, nous dirons que notre particule a une chance sur deux d'être dans l'état 1 ou 0.

Les scientifiques ignorent encore à ce jour par quel mécanisme la particule passe d'une superposition d'états à un état fixe. Certains ont suggéré que la fonction d'onde s'effondre au moment où la mesure est faite, d'autres encore que l'intervention d'un observateur conscient est nécessaire -- cette dernière notion a amené certains à tordre la physique quantique pour lui faire dire que nous pouvions modifier la fabrique de la réalité par la simple force de notre esprit, ce qui, pour autant que nous sachions, est complètement erroné. Aujourd'hui, les chercheurs travaillant avec des systèmes quantiques complexes savent qu'un simple coup de vent peut causer l'effondrement du fragile château de carte qu'est la superposition quantique, fragile à l'interaction avec les particules présentes dans l'air. La question de ce qui fait la valeur d'une mesure ou d'un observateur demeure donc encore en suspens. Néanmoins, cette nouvelle expérience parvient aujourd'hui à apporter de nouveaux éléments de réponse, permettant d'affiner les impératifs et contraintes concernant cette question primordiale.

La notion d'intrication quantique. Nous savons d'ores et déjà que lorsque nous mesurons l'état d'une particule quantique, nous avons 50 % de chance de trouver 1 ou 0. Mais les particules intriquées, elles, partagent une relation particulière. Liées l'une à l'autre (suite à une manipulation volontaire ou, plus rarement, accidentellement), elles forment un tout inséparable où l'état de l'une est dépendant de celui de l'autre. Plus simplement, les deux particules se trouvent chacune dans une superposition d'états (1 et 0) jusqu'à que l'une d'entre elles soit mesurée. Cette mesure cause un effondrement de la fonction d'onde simultané pour la paire, et chacune se fixe alors dans un état opposé, et ce, peu importe la distance qui les sépare :

Cela signifie qu'en théorie, si vous placez une particule sur la Lune et sa jumelle sur Terre, la mesure de la particule terrienne (donnant par exemple l'état 1) provoquerait l'effondrement de la fonction d'onde de sa jumelle lunaire (qui acquerrait alors l'état 0) au même instant. Ceux qui se souviennent encore de leurs cours de physique protesteront alors en affirmant que cela est impossible car rien, même l'information, ne voyage plus vite que la lumière (qui met 1,3 seconde à nous parvenir de la Lune). Einstein n'était d'ailleurs pas le plus grand adepte de cette notion, qu'il surnommait la dérangeante (ou effrayante) action à distance.

Dans les années 1960, le physicien John Bell décide d'en apprendre plus sur cette communication manifestement instantanée entre les particules intriquées. Il part ainsi de deux principes initiaux, afin de respecter la vision classique du monde :

  • principe de localité : les particules ne peuvent pas s'influencer mutuellement plus vite que la lumière ;
  • réalisme : les particules suivent un fonctionnement déterministe (et non probabiliste) que nous peinons simplement à prédire à cause de variables cachées.

 

Sur la base de ces deux postulats, Bell calcule l'ensemble des états possibles pour la mesure d'une paire de particules intriquées dans un contexte complexe et obtient ainsi un seuil de corrélation théorique. Depuis, de nombreux « tests de Bell » ont été effectués dont les résultats ont infailliblement violé le seuil théorique calculé par Bell. Selon lui, une seule conclusion pouvait être tirée de ce constat : l'un de ses postulats de départ était faux. Mais lequel ?

Ici, nous pouvons parler de la Théorie de l'ordre implicite du physicien américain David Bohm, reprise par d'autres ensuite :

Lire la suite

Etudes et expérimentation: preuve de bactéries dans l'espace

Etudes et expérimentation : Des bactéries vivant dans l'espace prouvées

 

Iss jaxa nasa bacteriacoul

ISS - International Space Station. Credit: JAXA/NASA

 

La bactérie Deinococcus radiodurans est hyper résistante, faisant partie des extrêmophiles : elle peut survivre au froid, à la déshydratation, à l'acide, aux UV et aux rayonnements ionisants. De plus, une nouvelle étude vient de révéler qu'elle pouvait parfaitement s'acclimater à l'environnement extrême de l'espace, pour une longue durée.

La mission japonaise Tanpopo (pour « pissenlit » en français) visait à vérifier cette hypothèse. Une colonie de bactéries séchées a été placée entre des panneaux d'exposition, dans un module fixé à l'extérieur de la Station spatiale internationale, qui orbite à 400 kilomètres autour de la Terre.

 

Yugiastronauteandmoduleexham bacteriacoul

Japanese astronaut Mr. Yugi set up the exposure experiment module ExHAM on the International Space Station. L'astronaute Yugi montre le mudule d'expérimentation de la cabine de l'ISS. Credit: JAXA/NASA

 

Au bout de trois ans, rapporte l'étude parue dans « Frontiers in Microbiology », les bactéries à la surface étaient mortes, mais cela a créé une couche protectrice pour les bactéries en-dessous, assurant la survie de la colonie. Ces résultats ont permis aux chercheurs d'extrapoler qu'une colonie d'un millimètre de diamètre pourrait potentiellement survivre jusqu'à 8 ans dans des conditions spatiales.

Alors que les rayons cosmiques qui traversent l'espace sont assez puissants pour causer des dommages génétiques, la bactérie Deinococcus a pour particularité de pouvoir réparer son ADN en seulement quelques heures.

 

Deinococcus radiodurans l

 

Des bactéries pour essaimer la vie

 

Comme pour les graines de pissenlits qui se dispersent dans l'air, les scientifiques japonais cherchaient à savoir à travers cette expérience si des organismes vivants microscopiques pourraient se propager à travers l'espace, grâce aux comètes par exemple, et ainsi essaimer la vie sur d'autres planètes. Ces travaux fournissent, à ce jour, la meilleure estimation de la survie bactérienne dans l'espace, même s'il faudrait également tester la capacité de ces bactéries à subir un atterrissage sur une planète. « Les résultats suggèrent que le Deinococcus radiodurans pourrait survivre durant un voyage interplanétaire entre la Terre à Mars, qui peut durer plusieurs mois ou plusieurs années », a déclaré à la presse américaine le Dr Yamagishi, auteur principal de l'étude.

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020

 

MAJ 23-07-2020

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2020.html


 

Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde.

L'édition de avril - mai - juin 2020 vous est présentée par Gilles.T.

Dans l'édition de ce mois-ci :

Lire la suite

Génome humain : pas encore complètement décodé

Génome humain : pas encore complètement décodé

 

Chromosomes miga al nature 2020

Représentation des 22 chromosomes humains et du chromosome X (agrandi à droite). Les barres bleues et orange représentent les séquences continues obtenues par le séquençage par nanopores. © Miga et al., Nature 2020

 

En 2003, Human Genome Project annonçait le séquençage complet du génome humain avec plus de deux ans d'avance sur les prévisions initiales. Mais la majorité des médias s'étaient contentés de relayer l'information sans trop approfondir, ni comprendre d'ailleurs, et pour la majorité des gens, c'était donc finalisé. Mais c'était en partie faux : Si cette cartographie couvre 99 % des trois milliards de bases ADN du génome, il reste de nombreux trous et séquences manquantes sur les différents chromosomes. Car le génome n'a pas été séquencé en une seule fois : c'est une sorte de gigantesque puzzle reconstruit à partir de séquences d'ADN mises bout à bout, ce qui entraîne des discontinuités et des répétitions. Certaines zones contiennent ainsi de nombreuses séquences redondantes, ce qui rend particulièrement difficile la reconstruction. Imaginez un puzzle avec un grand ciel bleu où l'on n'aurait aucun indice sur la forme et l'emplacement des pièces qui le composent. Et plus les séquences sont petites, plus le casse-tête est compliqué. Ces répétitions sont particulièrement abondantes dans la zone centrale du chromosome, là où les télomères se croisent, car l'ADN y est très enchevêtré. Ce n'est pas parce que le séquençage a été finalisé que le décodage l'est...

Cette semaine, une équipe du Genomics Institute de l'université de Californie à Santa Cruz a semble-t-il réussi à surmonter ces obstacles et vient d'annoncer le séquençage complet d'un chromosome, à savoir le chromosome sexuel X. Les chercheurs, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature, ont pour cela eu recours au séquenceur MinION fabriqué par Oxford Nanopore Technologies qui utilise le séquençage par nanopores. Cette technique consiste à appliquer un courant électrique à une membrane perforée de milliers de trous d'environ un nanomètre de diamètre. En traversant ces nanopores, les bases azotées de l'ADN produisent chacune une variation différente du courant, ce qui permet de les identifier. Il est ainsi possible de retranscrire des séquences bien plus longues mesurant des centaines de milliers de paires de bases. « Nous pouvons ainsi couvrir entièrement des régions répétitives jusqu'ici considérées comme insolubles », atteste Karen Miga, l'auteure principale de l'étude.

Il demeurait cependant de multiples ruptures dans le génome que les chercheurs ont dû corriger manuellement, en s'appuyant sur les variantes dans les séquences répétitives pour servir de marqueurs, utilisés ensuite pour aligner et relier les séquences entre elles. « Nous avons utilisé un processus itératif sur trois plateformes différentes pour ajuster le séquençage et atteindre un haut niveau de précision », indique Karen Miga. Au total, l'équipe a réussi à compléter les 29 trous présents sur le chromosome X dans la base de données du génome de référence de 2003.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique, Teotihuacan: des grottes sous la pyramide de la Lune

Mexique, Teotihuacan: des grottes sous la pyramide de la Lune

 

Teotihuacan pyramidelune

La pyramide de la Lune, Teotihuacan.

 

On se souvient des découvertes des tunnels artificiels sous les pyramides du Serpent à Plumes et du Soleil, ce sont maintenant des grottes naturelles qui ont été découvertes sous la pyramide de la Lune. Mais pas n'importe quelles grottes : les grottes natives et sacrées des débuts de l'installation des habitants dans cette région, recouvertes ensuite par un énorme temple, la deuxième pyramide importante de l'antique ville. Ce sont en tout cas les conclusions d'une nouvelle publication de l'équipe du Dr Denisse Argote, qui explique qu'elle a appliqué des relevés ERT et ANT, des techniques géophysiques non invasives qui ont permis d'identifier un vide sous la pyramide de la Lune et certains tunnels d'accès

L'impact historique de cette découverte ouvre la discussion sur la signification symbolique de cette pyramide et les origines de l'urbanisme sur le site. Ces grottes, estimées avoir été habitées vers les 7ème au 6ème siècle Avant J.C., pourraient dater de l'époque de l'arrivée des agriculteurs dans la vallée et de leur installation ici même. Qui y auraient développé la ville autour, planifiant ensuite l'Avenue des Morts passant par les pyramides du Soleil et du Serpent à Plumes et arrivant tout droit sur la pyramide de la Lune au Nord. Les grottes sous la pyramide de la Lune représentant le monde sous-terrain où les ancêtres se réfugiaient parfois dans le passé, et dont ils ressortaient toujours.

Mais voyons ce qu'ils en disent :

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 1er trimestre 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 1er trimestre 2020

MAJ 30-03-2020

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html


 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans cette vidéo sont des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche...).

L'édition de fin décembre 2019 vous est présentée par Gilles.T. :

Lire la suite

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

 

Carte terre sequencer

Terre: Des nouvelles structures détectées sous son manteau

 

Une collaboration entre des astrophysiciens et des géologues fait apparaître des structures inconnues à la surface du noyau solide de la Terre. C'est l'astrophysicien Brice Ménard, à l'université John Hopkins (États-Unis) qui a permis cette découverte, grâce au développement d'un nouvel algorithme informatique, nommé le Sequencer. L'avantage de cet algorithme est qu'il est adaptable à diverses données massives. Généralement, les intelligences artificielles classiques se basent sur un apprentissage progressif, le Sequencer est capable de chercher... et de trouver par lui-même, des informations noyées dans un flot de données. « Le tout à partir d'une définition mathématique de ce qui est potentiellement intéressant. » Il y a quelques mois, cet algorithme a ainsi permis à l'équipe qui entoure Brice Ménard de définir une nouvelle façon d'estimer la masse des trous noirs supermassifs. « Le Sequencer a trouvé une relation entre cette masse et certaines propriétés des galaxies qui hébergent ces trous noirs, précise l'astrophysicien. Avant, nous ne pouvions travailler que sur une centaine des galaxies les plus proches de nous. Désormais, c'est l'Univers tout entier qui s'ouvre à nous ».

« Aujourd'hui, les chercheurs, tous les chercheurs, sont noyés dans les données. Il y en a de plus en plus. Il y en a trop pour qu'ils puissent les visualiser », nous explique-t-il. Impossible de traiter ces milliers, voire ces millions d'objets « à la main ». L'approche mathématique est devenue incontournable. En adoptant ce point de vue, l'horizon s'éclaire. « Tant que l'on sait ce que l'on cherche. » Cependant, les choses se compliquent lorsque l'on ne sait pas exactement ce que l'on attend des données en question.

« Il n'est pas si rare que des chercheurs trouvent, dans des données disponibles depuis des années, des objets ou des effets intéressants qui étaient restés cachés là, seulement parce que personne ne les avait cherchés. »

Profitant de ce puissant algorithme, des géologues ont injecté quelque 30 années de données sismologiques dans le Sequencer. Des milliers de sismogrammes générés par des centaines de tremblements de terre profonds et puissants enregistrés, de magnitude supérieure à 6,5 sur l'échelle de Richter. Comme on le sait, les ondes sismiques émises par ces tremblements de terre peuvent renseigner les chercheurs sur la composition de l'intérieur de notre Planète. Tout comme les ultrasons donnent aux médecins des images de l'intérieur de notre corps. Il s'agit donc d'interprétations de leurs échos par des spécialistes. Le problème, c'est que jusqu'à présent, il était impossible aux géologues de distinguer dans ces signaux les échos les plus faibles du simple bruit de fond.

Comme prévu, le Sequencer est parvenu à discriminer deux types d'échos du bruit de fond. Les premiers, dont l'amplitude décroît très vite avec le temps, trahissent la présence de structures dont les propriétés sont très différentes de celles du manteau environnant. Les seconds, dont l'amplitude décroît plus lentement, pourraient provenir de sources distribuées. Comme des vagues (ou ondes) se déplaçant à la frontière de grandes régions à faible vitesse de cisaillement. La preuve, en tout cas, que la base du manteau terrestre est bien plus hétérogène que le pensaient jusqu'alors les géologues.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

 

Aguadafenix mayan

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

C'est encore grâce aux nouvelles technologies liées au LiDAR que cette étonnante nouvelle découverte a été faite. Je le rappelle encore, la détection et télémétrie par la lumière (LiDAR) est une technologie de télédétection basée sur le laser. L'idée derrière le LiDAR est assez simple : pointer un petit laser sur une surface et mesurer le temps que met le laser à revenir à sa source. Cette technologie est utilisée dans les systèmes d'information géographique (SIG) pour produire un modèle numérique d'élévation (MNA) ou un modèle numérique de terrain (MNT) pour la cartographie en 3D. Le système, souvent installé sur un drone ou un hélicoptère, permet donc d'éliminer rapidement et virtuellement la végétation et première couche de terre selon la profondeur et puissance utilisée, pour voir en 3D ce qu'il y a en-dessous.

C'est donc un énorme monument qui vient d'être découvert grâce à cette méthode, qui se développe partout dans le monde, un monument, mesurant près de 4 600 pieds de long (1,4 km !) à une hauteur de 30 à 50 pieds (1 à 15 mètres), avec neuf routes surélevées depuis la plate-forme, située sur le site récemment découvert d'Aguada Fénix situé à Tabasco, au Mexique, près de la frontière avec le Guatemala. Une première étude a été publiée dans Nature.

Jusqu'à présent, le site maya de Ceibal, construit en 950 avant JC était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel confirmé. La nouvelle découverte à Aguada Fénix a été datée entre 1000 et 800 avant JC à l'aide d'échantillons de charbon de bois analysés par une analyse de datation au radiocarbone. YH : une datation absolue pouvant indiquer n'importe quelle période du site en question, de son début à juste sa fin, d'autres datations sont nécessaires pour affiner.

Takeshi Inomata, de l'École d'anthropologie de l'Université de l'Arizona, a déclaré: « En utilisant du lidar basse résolution collecté par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Ensuite, nous avons fait du lidar haute résolution et confirmé la présence d'un grand bâtiment. Cette zone est développée - ce n'est pas la jungle; les gens y vivent - mais ce site n'était pas connu car il est si plat et immense. Cela ressemble à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il apparaît comme une forme très bien planifiée. »

 

Civilisation maya mexico aguada fenix

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite