Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

 

Aguadafenix mayan

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

C'est encore grâce aux nouvelles technologies liées au LiDAR que cette étonnante nouvelle découverte a été faite. Je le rappelle encore, la détection et télémétrie par la lumière (LiDAR) est une technologie de télédétection basée sur le laser. L'idée derrière le LiDAR est assez simple : pointer un petit laser sur une surface et mesurer le temps que met le laser à revenir à sa source. Cette technologie est utilisée dans les systèmes d'information géographique (SIG) pour produire un modèle numérique d'élévation (MNA) ou un modèle numérique de terrain (MNT) pour la cartographie en 3D. Le système, souvent installé sur un drone ou un hélicoptère, permet donc d'éliminer rapidement et virtuellement la végétation et première couche de terre selon la profondeur et puissance utilisée, pour voir en 3D ce qu'il y a en-dessous.

C'est donc un énorme monument qui vient d'être découvert grâce à cette méthode, qui se développe partout dans le monde, un monument, mesurant près de 4 600 pieds de long (1,4 km !) à une hauteur de 30 à 50 pieds (1 à 15 mètres), avec neuf routes surélevées depuis la plate-forme, située sur le site récemment découvert d'Aguada Fénix situé à Tabasco, au Mexique, près de la frontière avec le Guatemala. Une première étude a été publiée dans Nature.

Jusqu'à présent, le site maya de Ceibal, construit en 950 avant JC était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel confirmé. La nouvelle découverte à Aguada Fénix a été datée entre 1000 et 800 avant JC à l'aide d'échantillons de charbon de bois analysés par une analyse de datation au radiocarbone. YH : une datation absolue pouvant indiquer n'importe quelle période du site en question, de son début à juste sa fin, d'autres datations sont nécessaires pour affiner.

Takeshi Inomata, de l'École d'anthropologie de l'Université de l'Arizona, a déclaré: « En utilisant du lidar basse résolution collecté par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Ensuite, nous avons fait du lidar haute résolution et confirmé la présence d'un grand bâtiment. Cette zone est développée - ce n'est pas la jungle; les gens y vivent - mais ce site n'était pas connu car il est si plat et immense. Cela ressemble à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il apparaît comme une forme très bien planifiée. »

 

Civilisation maya mexico aguada fenix

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Lire la suite ci-dessous :

Cette découverte marque une période de changements majeurs en Mésoamérique et a plusieurs implications :

Premièrement, les archéologues pensaient traditionnellement que la civilisation maya s'est développée progressivement. Jusqu'à présent, on pensait que de petits villages mayas ont commencé à apparaître entre 1000 et 350 avant JC, ce qui est connu comme la période préclassique moyenne, avec l'utilisation de la poterie et de certaines cultures de maïs.

Deuxièmement, le site ressemble à l'ancien centre de civilisation olmèque de San Lorenzo à l'ouest dans l'État mexicain de Veracruz, mais le manque de sculptures en pierre liées aux dirigeants et aux élites, telles que les têtes et les trônes colossaux, suggère moins d'inégalités sociales qu'à San Lorenzo et souligne l'importance du travail communautaire dans les premiers jours des Mayas.

" Il y a toujours eu un débat sur la question de savoir si la civilisation olmèque a conduit au développement de la civilisation maya ou si les Mayas se sont développés indépendamment ", a déclaré Inomata. " Donc, notre étude se concentre sur un domaine clé entre les deux."

La période de construction d'Aguada Fénix a marqué un écart de pouvoir - après le déclin de San Lorenzo et avant la montée en puissance d'un autre centre olmèque, La Venta. Pendant ce temps, il y a eu un échange de nouvelles idées, telles que la construction et les styles architecturaux, entre diverses régions du sud de la Méso-Amérique.

« Le vaste plateau et les grandes chaussées suggèrent que le monument a été construit pour être utilisé par de nombreuses personnes. Au cours des périodes ultérieures, il y avait des dirigeants puissants et des systèmes administratifs dans lesquels les gens étaient chargés de faire le travail. Mais ce site est beaucoup plus ancien, et nous ne voyons pas la preuve de la présence d'élites puissantes. Nous pensons que c'est plutôt le résultat d'un travail commun. » dit Inomata.

" La plate-forme aurait été utilisée pour des rituels, et l'équipe a trouvé des haches de jade et d'autres objets précieux dans le centre ", a déclaré Inomata. " Le rituel peut avoir inclus des processions sur les routes et le rassemblement d'un grand nombre de personnes sur la place rectangulaire. C'était un lieu de rencontre pour la communauté, ce qui a probablement motivé les gens à le construire ".

 

Aguada fenix laser mapping reveals the largest and oldest mayan

Le fait que les bâtiments monumentaux existaient plus tôt que prévu et lorsque la société maya avait moins d'inégalités sociales incite les archéologues à repenser le processus de construction.

" Ce n'est pas seulement l'organisation sociale hiérarchique avec l'élite qui rend possible des monuments comme celui-ci ", a déclaré Inomata. « Ce type de compréhension nous donne des implications importantes sur les capacités humaines et le potentiel des groupes humains. Vous n'aurez pas nécessairement besoin d'un gouvernement bien organisé pour mener à bien ce genre de projets d'envergure. Les gens peuvent travailler ensemble pour obtenir des résultats étonnants. »

Cette dernière découverte soulève une question centrale en archéologie: comment s'est développée la vie communautaire ? Cela a-t-il commencé par une vie sédentaire dans de petits villages ou des rassemblements périodiques pour des activités rituelles, telles que des célébrations religieuses ou astronomiques ?

 

Maya aguada fenix 3 20

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Patricia McAnany, archéologue maya et professeur à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill a déclaré qu'il était largement admis que la vie sédentaire avait ouvert la voie à des rassemblements rituels, mais de nouvelles preuves émergent qui suggèrent que c'était l'inverseSur le site récemment découvert, l'étude a indiqué que le manque de plates-formes de logement suggérait que les résidents vivaient au moins partiellement une vie nomade.

YH : cela indiquerait donc possiblement que les chasseurs-cueilleurs, partout dans le monde, se réunissaient en grand nombre sans distinctions de tribus ou de clans, à l'occasion de grandes cérémonies ou "foires d'échanges" astronomiques ou rituelles, comme par exemple à Gobekli Tepe en Turquie, Stonehenge en Grande-Bretagne, l'Orcade d'Ecosse, les sites bretons français, Arkaïm dans l'OuralRogem Hiri en Syrie​, probablement d'autres de l'Afrique à l'Asie, Australie et Amériques, et que ces pratiques aient possiblement duré de la fin du paléolithique jusqu'à l'âge du bronze par endroits...

Inomata et son équipe continueront de travailler à Aguada Fénix et d'effectuer une analyse lidar plus large de la région. Ils veulent recueillir des informations sur les sites environnants pour comprendre comment ils interagissaient avec les Olmèques et les Mayas.

 

 

Sources : https://www.nature.com/articles/s41586-020-2343-4

https://www.heritagedaily.com/2020/06/largest-and-oldest-maya-monument-discovered-with-lidar/129716

https://futur-en-seine.paris/aguada-fenix-la-cartographie-laser-revele-le-plus-grand-et-le-plus-ancien-temple-maya/10104/

 

J'avais déjà parlé de Takeshi Inomata dans cet article : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/seibal-complique-les-origines-mysterieuses-des-mayas-et-olmeques.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 04-06-2020

 

archéologie prehistoire échange lire video mystère Mexique légendes antiquité mayas

Précédent : Caraïbes : des chasseurs-cueilleurs navigateurs on...   Suivant : Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et c...

Ajouter un commentaire