Actualité

Commentaires ou articles sur l'actualité en général

Australie: études sur un paysage englouti de 8500 à 7000 ans

Australie: études sur un paysage englouti il y a 8500 à 7000 ans

 

Australia journal pone6

 

Une nouvelle étude concernant des paysages engloutis entre 8500 et 7000 ans avant le présent, en Australie du Nord-Ouest, révèle deux sites archéologiques avec une présence humaine certaine.

Les sites archéologiques submergés découverts au large de la côte nord-ouest de l'Australie offrent une nouvelle fenêtre sur les migrations, la vie et les cultures des peuples autochtones il y a des milliers d'années, lorsque le plateau continental était au sec.

C'était une époque où environ 20 millions de kilomètres carrés de terres (YH : supplémentaires par rapport à nos jours) étaient exposés à l'air libre au niveau mondial, avant que le dernier glaciaire ne desserre son emprise sur la planète et que la glace fondue ne noie les zones côtières - et de vastes étendues de l'histoire humaine - sous la mer.

Rien qu'en Australie, deux millions de kilomètres carrés ont été inondés, éliminant un tiers du continent.

« Vous parlez d'un paysage culturel immense et vaste habité par des peuples autochtones dans tout le pays ... qui n'est qu'une carte vierge et vide », explique Jonathan Benjamin de l'Université Flinders, auteur principal d'un article publié dans la revue PLoS ONE .

" Donc, si vous cherchez une image complète du passé ancien de l'Australie, vous devez regarder sous l'eau, il n'y a aucun doute."

« C'était un projet à haut risque », explique Benjamin. " Il n'y avait aucune garantie que nous ferions une découverte de cette nature, et nous l'avons fait. "

Son équipe, qui comprenait des collègues de Flinders, de l'Université de l'Australie-Occidentale et de l'Université James Cook, a entrepris de montrer que les anciens sites aborigènes pouvaient être préservés sur le fond marin, s'aventurant dans un territoire inexploré avec des plongeurs, des bateaux, des avions et des technologies de détection sous-marine à distance.

Le projet Deep History of Sea Country, en partenariat avec la Murujuga Aboriginal Corporation, a révélé deux milieux submergés dans le pays de la mer de Murujuga au large de la côte de Pilbara autour de l'archipel Dampier. Un site, à Flying Foam Passage, était estimé à au moins 8500 ans et portait la preuve d'une activité humaine associée à une source d'eau douce à 14 mètres de profondeur.

 

Australia journal pone7

(ci-dessus) Vue aérienne vers l'ouest du canal du Cap Bruguières à marée haute (Photo: J. Leach); (ci-dessous) des plongeurs enregistrent des artefacts dans le canal (Photos: S. Wright, J. Benjamin et M. Fowler). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0233912.g003

 

L'autre était au Cap Bruguières, avec plus de 260 objets lithiques découverts jusqu'à 2,4 mètres sous le niveau de la mer, datés d'au moins 7000 ans en utilisant le radiocarbone et l'analyse des changements du niveau de la mer ainsi qu'une modélisation prédictive.

Les objets inclus divers outils de transformation des aliments, d'outils de découpage, broyage et meulage, comme une pierre de marteau combinée à une pierre à aiguiser, qui aurait été utilisée pour moudre les graines.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

 

Carte terre sequencer

Terre: Des nouvelles structures détectées sous son manteau

 

Une collaboration entre des astrophysiciens et des géologues fait apparaître des structures inconnues à la surface du noyau solide de la Terre. C'est l'astrophysicien Brice Ménard, à l'université John Hopkins (États-Unis) qui a permis cette découverte, grâce au développement d'un nouvel algorithme informatique, nommé le Sequencer. L'avantage de cet algorithme est qu'il est adaptable à diverses données massives. Généralement, les intelligences artificielles classiques se basent sur un apprentissage progressif, le Sequencer est capable de chercher... et de trouver par lui-même, des informations noyées dans un flot de données. « Le tout à partir d'une définition mathématique de ce qui est potentiellement intéressant. » Il y a quelques mois, cet algorithme a ainsi permis à l'équipe qui entoure Brice Ménard de définir une nouvelle façon d'estimer la masse des trous noirs supermassifs. « Le Sequencer a trouvé une relation entre cette masse et certaines propriétés des galaxies qui hébergent ces trous noirs, précise l'astrophysicien. Avant, nous ne pouvions travailler que sur une centaine des galaxies les plus proches de nous. Désormais, c'est l'Univers tout entier qui s'ouvre à nous ».

« Aujourd'hui, les chercheurs, tous les chercheurs, sont noyés dans les données. Il y en a de plus en plus. Il y en a trop pour qu'ils puissent les visualiser », nous explique-t-il. Impossible de traiter ces milliers, voire ces millions d'objets « à la main ». L'approche mathématique est devenue incontournable. En adoptant ce point de vue, l'horizon s'éclaire. « Tant que l'on sait ce que l'on cherche. » Cependant, les choses se compliquent lorsque l'on ne sait pas exactement ce que l'on attend des données en question.

« Il n'est pas si rare que des chercheurs trouvent, dans des données disponibles depuis des années, des objets ou des effets intéressants qui étaient restés cachés là, seulement parce que personne ne les avait cherchés. »

Profitant de ce puissant algorithme, des géologues ont injecté quelque 30 années de données sismologiques dans le Sequencer. Des milliers de sismogrammes générés par des centaines de tremblements de terre profonds et puissants enregistrés, de magnitude supérieure à 6,5 sur l'échelle de Richter. Comme on le sait, les ondes sismiques émises par ces tremblements de terre peuvent renseigner les chercheurs sur la composition de l'intérieur de notre Planète. Tout comme les ultrasons donnent aux médecins des images de l'intérieur de notre corps. Il s'agit donc d'interprétations de leurs échos par des spécialistes. Le problème, c'est que jusqu'à présent, il était impossible aux géologues de distinguer dans ces signaux les échos les plus faibles du simple bruit de fond.

Comme prévu, le Sequencer est parvenu à discriminer deux types d'échos du bruit de fond. Les premiers, dont l'amplitude décroît très vite avec le temps, trahissent la présence de structures dont les propriétés sont très différentes de celles du manteau environnant. Les seconds, dont l'amplitude décroît plus lentement, pourraient provenir de sources distribuées. Comme des vagues (ou ondes) se déplaçant à la frontière de grandes régions à faible vitesse de cisaillement. La preuve, en tout cas, que la base du manteau terrestre est bien plus hétérogène que le pensaient jusqu'alors les géologues.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Irlande : découverte d'un bateau du néolithique ?

Irlande : découverte d'un bateau du néolithique ?

 

Irlande longboat

C'est un enfant de 12 ans, Cathal McDonagh, qui a découvert une structure en bois identifiée comme les vestiges d'un bateau, dans le lac intérieur à Lisacul, Castlerea, Co Roscommon. Cet écolier a abandonné provisoirement ses devoirs pour aller pagayer dans le lac derrière sa maison, et a butté sur du bois pris dans la boue, en pagayant dans des eaux peu profondes.

Bien qu'une rivière ait traversé la région il y a des milliers d'années, le lac est à l'intérieur des terres et abrite au moins un crannóg - une ancienne île artificielle généralement construite pour des raisons défensives. Ce sont les plus anciennes habitations de l'Irlande préhistorique. En effet, ces structures artificielles, qui sont également très répandues en Ecosse, ont été datées du néolithique (le néolithique britannique se situant sur la période entre 4 000 et 2 500 av. J.-C. selon les préhistoriens).

Voir cet article au sujet des crannôgs écossais : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecosse-des-ilots-artificiels-dates-du-neolithique-etudies.html

La mère de Cathal, Eileen, a déclaré à l'Irish Independent qu'il était censé faire son travail scolaire lorsqu'il a fait la découverte.

" Il s'ennuyait et est allé se promener jusqu'au lac qui se trouve derrière notre maison ", a-t-elle expliqué.

« Il portait ses bottes en caoutchouc, il n'était donc qu'au-dessus de ses chevilles quand il a touché ça. C'était aussi facile que ça à trouver.»

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chine : une sculpture 3D d'oiseau en os de 13 500 ans

Chine : une sculpture 3D d'oiseau en os de 13 800 à 13 000 ans

 

Oldest chinese art

Photo (en haut) et reconstruction 3D par microtomographie (en bas) de la sculpture d'oiseau miniature. Crédit: Francesco d’Errico et Luc Doyon

 

Une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une sculpture sur os magnifiquement préservée représentant un petit oiseau sur le site paléolithique de Lingjing, dans le Henan, en Chine. L'œuvre ancienne, datant de 13 800 à 13 000 ans, est la plus ancienne œuvre d'art 3D trouvée en Asie de l'Est, témoignant d'une longue tradition artistique spécifique à la région.

La plupart des œuvres d'art tridimensionnelles anciennes ont été découvertes en Europe. En 2007, une équipe dirigée par Nicholas Conard de l'Université de Tübingen en Allemagne a découvert une minuscule figurine d'un mammouth laineux, mesurant seulement 3,7 cm de long et pesant à peine 7,5 grammes, à partir d'un site situé à 1 km au nord-ouest de Stetten-ob-Lontal , Bade-Wurtemberg, Allemagne. Datée de 33 000 ans avant notre ère, la figurine de mammouth a été habilement sculptée, montrant une grande attention aux détails.

Conard a également découvert la plus ancienne figurine représentant un humain, une sculpture d'une petite figure vieille de 35 000 ans, avec des bras courts se terminant par cinq doigts. La figurine de "Vénus" a été trouvée à trois mètres sous terre, dans la grotte de Hohle Fels, dans le sud de l'Allemagne.

Bien que l'art rupestre le plus ancien connu - l'art rupestre vieux de 44 000 ans du sud de Sulawesi, en Indonésie - soit situé en Asie de l'Est, avant la découverte de Lingjing, la plus ancienne sculpture animale tridimensionnelle du continent n'avait que 4 500 ans/5 000 ans.

Cela a conduit certains chercheurs à croire qu'il y avait un décalage assez important entre les cultures de chasseurs-cueilleurs européens et asiatiques dans la création d'œuvres d'art en 3D. Maintenant, dans une nouvelle étude dirigée par Zhanyang Li de l'Université du Shandong, en Chine, les archéologues ont jeté un nouvel éclairage sur les premiers arts 3-D de l'humanité.

 

Chinelingjing

Fig 1. Localisation et stratigraphie du site de Lingjing et datation au 14C pour le contexte archéologique de la sculpture d'oiseaux. (A) Emplacement de Lingjing (Henan, Chine). (B) Stratigraphie de la séquence sédimentaire avec indication des principaux résultats. (C) Âge calibré au 14C obtenu sur des os brûlés, du charbon de bois et des résidus carbonisés présents sur des tessons de poterie dans le contexte dans lequel la sculpture a été récupérée (voir le tableau 1 pour plus de détails). La barre rouge identifie l'âge d'un échantillon d'os brûlé portant des traces de modification similaires à celles enregistrées sur la sculpture.



Les fouilles sur le site de Lingjing ont commencé en 2005, exposant 11 couches stratifiées distinctes dont l'âge variait de 120 000 ans à l'âge du bronze. Cependant, les chercheurs ont réalisé qu'ils étaient en difficulté. La cinquième couche avait été enlevée par une opération de creusement de puits en 1958 - mais pas entièrement.

Un tas de débris depuis la construction du puits était toujours intact. À l'intérieur, Li et ses collègues ont trouvé plusieurs artefacts, y compris des éclats de poterie, des restes d'animaux brûlés, ainsi que la figurine d'oiseau sculptée dans des os.

« La première fois que nous avons regardé la figurine au microscope, nous n'en croyions pas nos yeux. Non seulement les traces de fabrication ont été bien conservées. Ils ont clairement indiqué que l’artiste était extrêmement habile et capable d’adapter différentes techniques pour sculpter chaque partie de cette minuscule sculpture », a déclaré Francesco D’Errico de l'Université de Bordeaux en France et auteur correspondant de la nouvelle étude.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Arabie Saoudite : Découverte d'une plateforme de 7500 ans

Arabie Saoudite : Découverte d'une plateforme de 7500 ans

 

Arabia 02

Vue aérienne de la plateforme [Crédit: MADAJ, Marianne Cotty,
 Olivia Munoz & Ronald Schwerdtner]

 

Contrairement aux vestiges préhistoriques du Proche-Orient, les monuments mégalithiques d'Arabie restent largement inconnus. Ces structures monumentales, faites de murs en pierre sèche, ont encore de nombreux secrets en termes de construction, de fonction et de chronologie.

Résumé de la publication scientifique, écrit par Olivia Munoz, chercheuse au CNRS : " Les structures en pierre préhistoriques sont proéminentes et bien étudiées dans les marges du désert levantin. Dans le nord de l'Arabie, cependant, ces structures ont reçu moins d'attention. Cet article présente les résultats des investigations d'une plate-forme en pierre de 35 mètres de long, construite pour la première fois au milieu du sixième millénaire avant JC, surplombant l'oasis de Dûmat al-Jandal dans le nord de l'Arabie saoudite. L'excavation de la plate-forme a produit des vestiges bioarchéologiques et culturels, ainsi que des preuves de plusieurs phases de construction et d'utilisation intermittente jusqu'au premier millénaire avant JC. L'analyse de la plate-forme et des tombes à proximité met en évidence l'utilisation funéraire et rituelle persistante de cette zone au cours des millénaires, illuminant les modes de vie des éleveurs nomades en Arabie préhistorique."

Une collaboration internationale de scientifiques français, saoudiens et italiens, menée par Olivia Munoz, chercheuse au CNRS, a découvert une plateforme triangulaire de 35 mètres de long dans l'oasis de Dumat al-Jandal (nord de l'Arabie saoudite).

Lire la suite ci-dessous et voir quelques photos :

Lire la suite

Trinidad : des chasseurs-cueilleurs à l'assaut des Caraibes il y a 7000 ans

Trinidad : des chasseurs-cueilleurs à l'assaut des Caraibes il y a 7000 ans

 

2 figure2 1

Un banc en bois zoomorphe, un haut de siège en bois

 

Trinidad et Tobago est un archipel d'îles, état indépendant depuis 1962 au sein du Commonwealth britannique d'une superficie totale de 5 130 km2. Cet État comprend deux grandes îles habitées (île de la Trinité et Tobago) ayant pour superficie respective 4 827 km2 et 303 km2, mais également d'autres groupes de petites îles (Îles Boca, Cinq Îles, Îles San Diego, Saut d'Eau, Little Tobago). L'île de la Trinité est localisée à 15 km au nord-est de la punta Sabaneta, au Venezuela. Elle ferme le golfe de Paria. À 35 km au nord-nord-est se trouve l'île de Tobago. Ces îles sont les plus au sud de l'arc des Caraïbes, et j'en ai parlé rapidement dans cet article sur une étude génétique des anciens habitants des Caraïbes, cet archipel en étant exclu, ce qui a attiré d'ailleurs mon attention : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/caraibes-des-chasseurs-cueilleurs-navigateurs-ont-conquis-les-iles-en-premier.html

 

Trinidadettobago

 

Un premier mystère consiste au manque de données concernant l'archéologie ancienne pourtant riche de ces îles, au niveau des médias, y compris Wikipedia d'ailleurs. En effet, ce média populaire ne parle, concernant son histoire ancienne, que " 700 ans avant l'arrivée de Christophe Colomb à Trinité (1498), l’île était peuplée par les peuples Caraïbes ou Arawaks. Au moment de la colonisation par le royaume de Castille, on comptait 40 000 Amérindiens. Pour cette population, l’île de Trinité servait de transit entre l’Amérique du Sud et les Caraïbes ". Or, si on cherche d'autres données ou publications, on découvre que les découvertes sur Trinidad sont étonnantes et que des datations de 6 000 ans à 5 000 ans Avant JC y sont affirmées. Enquête donc sur ces très anciennes traces, les plus anciennes à ce jour dans les Caraïbes (3200 Avant JC environ pour le reste de l'arc).

On découvre rapidement les problèmes que les scientifiques ont rencontré en certains endroits, et, si plusieurs programmes et études sont toujours en cours, les découvertes indéniables, les publications scientifiques sont toujours en suspens depuis des décennies :

Unique parmi ses sites archéologiques, le lac Pitch, l'un des plus grands gisements naturels d'asphalte au monde, a produit au fil des ans des sculptures sur bois extrêmement rares - à ce jour la plus grande concentration d'objets anciens en bois des Petites Antilles. Cependant, contrairement à toute fouille archéologique systématique, ces gravures ont été draguées à la suite de la récolte commerciale de poix, et toute association potentielle entre elles, ou les restes squelettiques qui ont également été récupérés, ont été perdus. Pour cette raison, ils n'ont pas été pleinement intégrés dans la (pré) histoire de la région.

 

Trinidad prehistory 0

Depuis 6000 avant JC, sinon plus tôt, Trinidad a été la porte d'entrée dans les Caraïbes pour les vagues de migrants sud-américains - le premier tremplin dans la longue chaîne d'îles qui composent l'archipel. Sa position critique vis-à-vis de la colonisation des Caraïbes se reflète dans ses profondes archives archéologiques, documentant les interactions complexes entre ses divers peuples au cours des millénaires.

 

Pitch lake trinidad 0

le lac Pitch

Le projet Black pitch, carved histories , soutenu par le Arts and Humanities Research Council , vise à les réintégrer dans l'histoire culturelle de Trinidad. La contribution de Pitch Lake à l'archéologie de Trinidad - et à la préhistoire des Caraïbes en général - a été entravée par la nature du site lui-même: impossible à fouiller à l'aide de méthodes archéologiques, seules des découvertes fortuites ont été récupérées, dépourvues de tout contexte et contaminées par du brai.

Le projet vise à surmonter ces obstacles, dans le but de replacer les objets dans leur contexte chronologique et culturel. Certaines des questions explorées au cours de la recherche comprennent:

 

Voir ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

 

Aguadafenix mayan

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

C'est encore grâce aux nouvelles technologies liées au LiDAR que cette étonnante nouvelle découverte a été faite. Je le rappelle encore, la détection et télémétrie par la lumière (LiDAR) est une technologie de télédétection basée sur le laser. L'idée derrière le LiDAR est assez simple : pointer un petit laser sur une surface et mesurer le temps que met le laser à revenir à sa source. Cette technologie est utilisée dans les systèmes d'information géographique (SIG) pour produire un modèle numérique d'élévation (MNA) ou un modèle numérique de terrain (MNT) pour la cartographie en 3D. Le système, souvent installé sur un drone ou un hélicoptère, permet donc d'éliminer rapidement et virtuellement la végétation et première couche de terre selon la profondeur et puissance utilisée, pour voir en 3D ce qu'il y a en-dessous.

C'est donc un énorme monument qui vient d'être découvert grâce à cette méthode, qui se développe partout dans le monde, un monument, mesurant près de 4 600 pieds de long (1,4 km !) à une hauteur de 30 à 50 pieds (1 à 15 mètres), avec neuf routes surélevées depuis la plate-forme, située sur le site récemment découvert d'Aguada Fénix situé à Tabasco, au Mexique, près de la frontière avec le Guatemala. Une première étude a été publiée dans Nature.

Jusqu'à présent, le site maya de Ceibal, construit en 950 avant JC était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel confirmé. La nouvelle découverte à Aguada Fénix a été datée entre 1000 et 800 avant JC à l'aide d'échantillons de charbon de bois analysés par une analyse de datation au radiocarbone. YH : une datation absolue pouvant indiquer n'importe quelle période du site en question, de son début à juste sa fin, d'autres datations sont nécessaires pour affiner.

Takeshi Inomata, de l'École d'anthropologie de l'Université de l'Arizona, a déclaré: « En utilisant du lidar basse résolution collecté par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Ensuite, nous avons fait du lidar haute résolution et confirmé la présence d'un grand bâtiment. Cette zone est développée - ce n'est pas la jungle; les gens y vivent - mais ce site n'était pas connu car il est si plat et immense. Cela ressemble à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il apparaît comme une forme très bien planifiée. »

 

Civilisation maya mexico aguada fenix

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

 

Albertminiature

 

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

 

Testamentducenghien

www.editions-coprur.fr

http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

 

Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

Lire la suite

Peche en haute mer il y a 42 000 ans

Pêche en haute mer il y a 42 000 ans ! - update 2020

 

East timor map

HONG KONG (Reuters) - Des hameçons et des arêtes de poisson de mer remontant à 42.000 ans trouvés dans une caverne au Timor oriental suggèrent que les hommes modernes aient été capables de pratiquer la pêche en haute mer quelques 30.000 ans plus tôt que précédemment pensé, ont annoncé vendredi 13 janvier 2012 des chercheurs en Australie et au Japon.

 

cro-magnon-peche.jpg

 

Les artefacts -- presque 39.000 arêtes de poisson et trois hameçons -- ont été trouvés dans une caverne de chaux à Jerimalai au Timor oriental, à 50 mètres (165 pieds) au-dessus de niveau de la mer, a dit Sue O'Connor du service de l'université nationale australienne de l'archéologie et de l'histoire naturelle (Australian National University).

" Il n'y avait jamais eu aucun signe montrant que des technologies de pêches maritimes humaines pouvaient exister en réels termes d'attirails de pêche il y a 40 000 ans ", a dit O'Connor, l'auteur de l'étude importante par téléphone de Canberra, à Reuters.

Lire la suite

Une exoterre confirmée autour de Proxima Centori

Une exoterre confirmée autour de Proxima Centori

 

Proximab

Reconstitution artistique - MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA / SCIENCE PHOTO LIBRARY

 

Elle était déjà fortement soupçonnée, mais une publication scientifique parue le 26 mai 2020 vient de confirmer la présence d'une planète autour de l'étoile la plus proche de nous, Proxima du Centaure, située à 4,2 années-lumière seulement. De plus, cette planète est d'une masse similaire à celle de la Terre et est dans la zone habitable, considérée comme propice à la vie. Une seconde planète semble avoir été confirmée.

Le spectrographe Espresso installé sur le VLT a permis à une équipe internationale de scientifiques d'établir les mesures les plus précises obtenues à ce jour. La publication, parue dans la revue Astronomy & Astrophysics est consultable sur la banque de donnée Arxiv ici : https://arxiv.org/abs/2005.12114

Voici la traduction du résumé, assez complexe pour les non spécialistes bien sûr : " Notre objectif est de confirmer la présence de Proxima b à l'aide de mesures indépendantes obtenues avec le nouveau spectrographe ESPRESSO, et d'affiner les paramètres planétaires en profitant de sa précision améliorée. Nous avons analysé 63 observations ESPRESSO spectroscopiques de Proxima prises en 2019. Nous avons obtenu des mesures de vitesse radiale avec un bruit photonique de vitesse radiale typique de 26 cm / s. Nous avons effectué une analyse MCMC conjointe sur les séries chronologiques de la vitesse radiale et de la demi-maximale pleine largeur de la fonction de corrélation croisée pour modéliser les signaux planétaires et stellaires présents dans les données, en appliquant une régression du processus gaussien pour traiter l'activité stellaire. Nous confirmons la présence de Proxima b indépendamment dans les données ESPRESSOLes données ESPRESSO seules montrent Proxima b à une période de 11,218± 0,029 jours, avec une masse minimale de 1,29 ± 0,13 moi. Dans l'ensemble de données combiné, nous mesurons une période de 11,18427± 0,00070 jours avec une masse minimale de 1,173 ±0,086 moi. Nous ne trouvons aucune preuve d'activité stellaire comme cause potentielle du signal de 11,2 jours. Nous trouvons des preuves de la présence d'un deuxième signal de courte période, à 5,15 jours avec une semi-amplitude de seulement 40 cm / s. Si elle était causée par un compagnon planétaire, elle correspondrait à une masse minimale de 0,29±0,08 moi. Nous constatons que la FWHM du CCF peut être utilisée comme proxy pour les changements de luminosité et que son gradient avec le temps peut être utilisé pour dissuader avec succès les données de vitesse radiale d'une partie de l'influence de l'activité stellaire. Le signal de vitesse radiale induit par l'activité dans les données ESPRESSO montre une tendance de l'amplitude vers des longueurs d'onde plus rouges. Les vitesses mesurées à l'aide de l'extrémité rouge du spectrographe sont moins affectées par l'activité, ce qui suggère que l'activité stellaire est dominée par les taches (solaires). Les données collectées excluent la présence de compagnons supplémentaires avec des masses supérieures à 0,6 Me à des périodes inférieures à 50 jours."

La masse de cette planète est donc très semblable à celle de la Terre1,29 ± 0,13 moi à 1,173 ±0,086 moi, 1 étant celle de la Terre. Sa position dans ce qui est appelé zone d'habitabilité, c'est à dire comme la région dans laquelle de l'eau peut exister à l'état liquide à la surface, ainsi que sa proximité, en fait le principal objectif pour les prochaines détections liées à la biologie, comme le dit Jonay González Hernández, coauteur de l'étude :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

OVNI : résumé sur les 4 vidéos de la divulgation US

OVNI : résumé sur les 4 vidéos de la divulgation US

 

Incidenthelico cannetodecaronia sicile

L'incident grave de 2004 à Canneto di Caronia, en Sicile, dans lequel un Ovni force un hélicoptère de la protection civile italienne à se poser en catastrophe après avoir détruit son rotor

 

Tout comme moi, la presse mondiale en avait beaucoup parlé en 2017, y compris en France, mais les développements de l'affaire et nouveautés ont été limités aux médias spécialisés, la plupart des grands médias n'en faisant plus le relais auprès du public, ou donnant de mauvaises infos, essentiellement à cause de la méconnaissance réelle de l'historique de l'affaire, et probablement de leur intérêt limité ou méfiant, voir préjugé de la part des journalistes. L'actualité des grands médias, répétitive et consacrée à 90% au covid depuis plusieurs mois, n'arrange pas les choses pour les autres informations, de toute évidence. https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovni-usa-des-millions-de-dans-une-etude-secrete-et-des-preuves.html

J'avais déjà parlé de preuves évidentes à cette époque, et les enquêtes militaires et du Congrès américain ont bien confirmé cet état de fait depuis. Même un ancien directeur de la DGSE française s'est récemment exprimé, Mr Juillet, reconnaissant ces preuves évidentes et admettant, tout comme le Ministre des Armées françaises en 1974, Mr Galley, l'avait déjà fait, que le phénomène est bien réel, donc prouvé par les armées, mais incompréhensible dans l'état des sciences humaines. Le GEIPAN français, l'un des seuls organismes au monde s'occupant du phénomène officiellement, dépendant du CNES, admet qu'il y a au minimum 6 % de cas inexplicables en France. Mr Jacques Vallée, astrophysicien et informaticien, qui compile les bases de données concernant le phénomène de plusieurs pays, affirme qu'il y a Ovnis entre 10 et 20 de cas inexpliquesovnis-entre-10-et-20-de-cas-inexpliques.pdf (5.86 Mo), probablement plus car de grands pays manquent en partie dans ces bases de données, ce qui représente pour l'instant un minimum de 100 000 cas inexplicables depuis ces enregistrements. La base de données italienne, l'une des mieux fournie au monde, qui recense les données italiennes depuis 1901 sur le phénomène (et oui, 1947 est une date artificielle et trompeuse (les russes affirment que les premiers ufologues, chez eux, datent de 1897)), et en alliance avec les autorités militaires du pays, a été enfin transmise aux chercheurs américains l'année dernière.

L'enquête du groupe de divulgation américain, réuni par l'ancien chanteur du groupe Blink, Tom Delonge, et réunissant des scientifiques reconnus, d'anciens membres des services secrets et de l'armée américaine, ingénieur aéronautique réputé (de Loockheed), fortement appuyé par un ancien sénateur, ancien leader de parti politique et maintenant par plusieurs membres du Congrès américain, a été diffusée aux USA en 2019, et a fait beaucoup avancer les choses. La diffusion du film OVNI : une affaire d'Etat suivi de la série OVNI : dossiers déclassifiés US, vient d'avoir lieu en France, pendant le confinement et sur la chaîne Planète A&E, et a eu peu d'impact, comme prévu, car peu ou pas du tout discutée par les médias. L'orientation de ce groupe de divulgation semble produire de bons résultats auprès de l'administration américaine, en lui faisant prendre conscience enfin de l'inaction préjudiciable des politiques sur le sujet et en leur faisant peur sur le manque de sécurité évident des Etats, dont les armées semblent depuis toujours dépassées et inefficaces devant les capacités du phénomène, d'autant plus que plusieurs incidents récents, jugés comme dangereux et graves par plusieurs pilotes américains, se sont produits depuis le fameux incident du Nimitz en 2004, et sont affirmés comme se produire toujours actuellement. Ce qui ressemble fort à une agression d'un hélicoptère de la protection civile italienne (en 2004) de la part du phénomène, en Sicile, donne un appui assez inédit à cette alerte, que le groupe considère comme mondiale. Cette affaire est très documentée par l'armée italienne (plusieurs photos, analyse des dégâts sur le rotor de l'hélicoptère en vol, par un probable rayon inconnu - il en est question lors de cette enquête), ainsi que les incendies de plusieurs habitations du nord de la Sicile sur plusieurs jours, par des rayons estimés provenant des fonds marins. J'en avais parlé un peu en 2013, avec une vidéo : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/video-les-ovnis-envahissent-l-europe-disparu-sans-laisser-de-trace.html. Tout ceci semble évidemment assez fantastique au commun des mortels, voir de la science-fiction, mais si on regarde la situation du monde depuis ce covid et ses confinements de millions de gens dans le monde, nous sommes aussi en quelque sorte en pleine science-fiction depuis des mois !

https://www.courrierinternational.com/article/2007/12/20/en-sicile-des-extraterrestres-tout-feu-tout-flamme

 

Le titre mentionne effectivement 4 vidéos divulguées, alors que seules trois ont effectivement déclassifiées officiellement par le Pentagone récemment. Ces trois vidéos déclassifiées, maintenant très bien identifiées par l'enquête, la première datant de 2004 et provenant du porte-avions nucléaire Nimitz, les deux autres datant de 2015 et provenant du porte-avions nucléaire Rossevelt, montrent trois types d'objets différents : un objet assez grand en forme de bonbon tic-tac, capable de manœuvres immobiles, lentes ou très très rapides, de se mouvoir tant dans l'air que la mer, un objet pouvant ressembler à une grande "soucoupe", capable d'immobilisation contre un vent fort, de basculer sur sa tranche sans perte d'altitude ou de direction, de vitesses lentes ou très très rapides, d'un petit objet en forme de sphère. Notons que dans l'enquête et d'après les nombreux témoignages militaire, l'incident du Nimitz de 2004, au large de la Californie dans le Pacifique, s'est en fait déroulé sur plusieurs jours : une véritable flotte d'une centaine d'objets a été détectée par les puissants radars du navire lance-missiles dédié à la detection de la flotte d'attaque auquel appartient le Nimitz, après detection de quelques signaux étranges pendant plusieurs jours. Lors de la détection de cette flotte de 100 objets se dirigeant du nord vers le sud et la décision de l'interception menant au film en question, et la plongée sous les eaux de l'un de ces objets, les sonars du sous-marin nucléaire accompagnant la flotte américaine ont également détecté l'objet sous la mer, avançant à une vitesse incroyable. Ce sont 5 témoins militaires qui ont accepté de parler pour cette affaire du Nimitz, pas seulement des pilotes mais aussi le responsable des radars, un technicien aguerri, ancien membre des "top guns", un observateur avec jumelles sur le pont du navire, et un sous marinier impliqué. En ce qui concerne l'incident du Roosevelt de 2015, qui se déroule cette fois-ci au début sur la côte est, du côté de Jacksonvillenous parlons aussi de plusieurs jours, voir semaines, puisque cette flotte se dirigeait vers la Syrie, et que le phénomène est apparu dès son départ et ne semble pas l'avoir quitté jusqu'à son arrivée au Moyen-Orient... On parle ici d'une cinquante de témoins probables, mais seuls quelques-uns ont accepté de témoigner. Les deux vidéos déclassifiées n'ont pas été filmées le même jour, il est fait mention dans les témoignages d'un autre type d'objet encore : un carré à l'intérieur d'une sphère évoluant dans les airs. Ces trois vidéos ont été officiellement déclassifiées par le Pentagone car elles ne présenteraient pas de "caractères sensibles" pour l'armée américaine...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

France: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans

France, Ain: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans

 

Ain age du fer2

Depuis 2016, dans le cadre de l’aménagement du Parc industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA) par le SMPIPA, sur la commune de Saint-Vulbas, plusieurs fouilles archéologiques ont été prescrites par l’État (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), car ces lieux vont être détruits ou pour le moins rendus inaccessibles. L’une de ces fouilles comportant plusieurs hectares, réalisée par une équipe de l’Inrap, a entre autre permis de mettre au jour plusieurs structures funéraires du Premier âge du Fer.

 

Cette fouille de près de un hectare prend place au nord d’un vaste espace funéraire protohistorique (âge du Bronze et âge du Fer), identifié lors de plusieurs fouilles, sur plusieurs dizaines d’hectares en rive droite du Rhône. Au tout début de l’âge du Fer (première moitié du VIIIe siècle avant notre ère), on dénombre une inhumation et trois enclos circulaires, probablement tumulaires, dont l’un possède encore une sépulture à dépôt de crémation centrale. Vers la fin du Ve siècle avant notre ère une nouvelle tombe est aménagée. Il s’agit d’un dépôt de crémation en fosse, associé à un édicule à quatre poteaux installé au centre d’un petit enclos quadrangulaire. Ces aménagements proches témoignent de la variabilité des pratiques funéraires au cours du Premier âge du Fer. YH : Inhumation classique d'un corps et crémations donc pour d'autres. Est-ce du à des pratiques funéraires différentes selon une hiérarchie, des traces d'une épidémie ou de rites différents selon la provenance et croyances des gens concernés ?

Reconstitution structuresfuneraires age du fer1

Dessin : Francois Gauchet, Inrap

 

La fouille de l’inhumation nous permet de restituer partiellement la forme originelle de la tombe. Il s’agit d’une fosse rectangulaire de 2,85 m de longueur pour 1,10 m de largeur, creusée dans le terrain gravelo-sableux de la terrasse fluvio-glaciaire. Sur son fond, cinq galets sont positionnés de manière à venir caler un contenant en bois dans lequel le corps de la défunte a été préalablement déposé.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

 

Figure10 terceira

 

Le rapport concernant les analyses scientifiques d'une pierre possiblement façonnée artificiellement à un âge très lointain vient d'être publié sur la plateforme Academia.Edu. Ce rapport est signé par les chercheurs Dino Alberto Moura Teves, Isaac Saul Torres Ávila, Vitor Manuel Viveiros Raposo de l'Université des Açores, Angra do Heroísmo, et le professeur biophysicien Antonio Félix Rodrigues des CITAAA, CCMG, Université des Açores, Angra do Heroísmo.

Cet artefact a été recueilli par l'Université des Açores, à l'intérieur d'une structure en forme de four atypique lors d'une fouille archéologique de la DRAC (Direction Régionale de la Culture des Açores) à la Caldeira das Lajes, Terceira, Açores, présentant un éclat de pierre ou un artefact lithique. La pièce analysée était au niveau le plus bas du profil, à environ 2 mètres de profondeur, recouverte de terre mélangée à de petites pierres fracturées non identifiées, presque en grains, en pierre ponce et en argile fine. Cet éclat d'apparence pointu, car il a une pointe extrêmement effilée, raclant et coupant, mais cette dernière possibilité ne semble pas très pratique, soit en raison de l'épaisseur du tranchant ou manipulation de la pièce.

L'objectif est d'analyser certains aspects physiques de la pièce lytique hypothétique précédemment mentionnée, afin de comprendre s’il s’agit d’un éclat naturel ou produit par l'intervention de l'homme.

Les fractures concoïdales de la pièce et de sa forme ont été analysées et mesurées, à l'aide d'un pied à coulisse. Sa densité a été évaluée et observée avec une loupe électronique pour les détails de cette même pièce. La typologie et les caractéristiques de la pièce ont été comparées aux caractéristiques générales de l'industrie microlitique. La pièce a également été observée en direct par un spécialiste en pétrologie et par photographie par un archéologue expert.

Les comparaisons ont notamment fait appel aux travaux de Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée. Préhistoire de la pierre tailléeGarcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS (voir biographie en fin d'article).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10750 ans du Yucatan

Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10 750 ans du Yucatan

 

Mexique

 

Des études prouvent que les âtres des feux des cénotes d'Aktun Ha ont été créés par l'homme il y a plus de 10 000 ans.

 

Un âge allant jusqu'à 10 750 ans avant le présent a été établi, le plus éloigné des vestiges de charbon situés dans des grottes inondées de la péninsule du Yucatan

La recherche, avalisée par l'INAH, prouve également que l'âtre de ces feux a été créé in situ par les premiers habitants de notre continent.

Tulum, Q. Roo.- Il y a plus de 10 mille ans, dans une péninsule du Yucatan très différente de celle que nous connaissons: avec un climat froid et de vastes prairies qui, à l'est - sur la côte nord du territoire actuel de cette entité - se sont terminées en de hautes falaises comme celles qui sont maintenant typiques des îles britanniques ou de la côte cantabrique espagnole, les premiers humains en Amérique ont déjà interagi avec l'environnement sauvage, laissant des traces qui sont découvertes et étudiées aujourd'hui par l'archéologie et la science.

C'est le cas d'une nouvelle enquête, approuvée par l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH), dont les résultats sont divulgués dans le cadre de la campagne "Avec vous à distance", par le ministère de la Culture, et publiés dans le dernier numéro du magazine Geoarcheology, qui prouve - pour la première fois dans un contexte sous-marin - que les chasseurs-cueilleurs ont allumé et utilisé le feu dans l'espace maintenant connu sous le nom de Chambre des Anciens, une formation située dans le système de grottes du cénote d'Aktun Ha, à Quintana Roo.

 

Mexique cenote1

Foto: Eugenio Aceves

 

En témoignent 14 âtres de feux préhistoriques, dont les échantillons - obtenus entre 2017 et 2018 - ont fait l'objet d'études en laboratoire: chauffage contrôlé, pétrographie, taphonomie, spectroscopie de résonance magnétique nucléaire et datation au carbone 14, entre autres, et ont démontré deux points clés:

Le premier, explique l'archéologue Luis Alberto Martos López, rattaché à la Direction des études archéologiques de l'INAH (DEA), relatif à une antiquité qui se situe entre 10 mille 750 et 10 mille 250 ans avant le présent. Il s'agit de la plus ancienne temporalité rapportée pour le charbon avec une association humaine dans un cénote de la péninsule, coïncidant avec la fin de la dernière période glaciaire, qui s'est produite pendant la période du Pléistocène à l'Holocène.

Lire la suite ci-dessous et voir des photos :

Lire la suite

Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées

Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées

 

Roca dels bous lleida espagne 1

Analyser le paysage des pré-Pyrénées habitées par les Néandertaliens

 

Le chercheur Alfonso Benito Calvo, chef de la ligne de recherche Géomorphologie et processus de formation au Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana, est l'auteur principal d'un article qui vient d'être publié dans la revue Quaternary Research qui analyse la formation de Roca dels Bous (Lleida , Espagne), qui était habitée par des Néandertaliens, en relation avec l'évolution qui a eu lieu de ce paysage dans les pré-Pyrénées au cours des 60 000 dernières années.

Dans le document, les processus intervenus pendant l'occupation néandertalienne de ce site moustérien dans les gorges de la rivière Segre (Sant Llorenç de Montgai) ont été étudiés à l'aide de techniques géomorphologiques 3D utilisant des drones, ainsi que des datations stratigraphiques, statistiques et de luminescence ( OSL).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite