Zealandia, un continent disparu retrouvé

Zealandia, un continent disparu retrouvé

 

Zealandia1

 

J'en avais brièvement parlé à la fin de cet article mis à jour en 2018, à la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

Un certain doute régnait encore à l'époque de la part d'une bonne partie de la communauté scientifique et du public. En effet, cela fait des décennies que la science officielle affirmait qu'il était impossible que de telles masses, composée de centaines ou milliers de km² aient pu se retrouver englouties sous les eaux, tant dans l'Atlantique que le Pacifique. Ils admettaient juste les apparitions et disparitions d'îles volcaniques de plus ou moins grandes grandeurs, puisque ce phénomène avait bien été observé à de nombreuses reprises. Ils s'appuyaient alors sur les quelques études océanographiques, sondages par les compagnies pétrolières (pas toujours honnêtes avec leurs éventuelles découvertes d'ailleurs, logiquement), pose de câbles, etc...

D'ailleurs, la pose d'un de ces câbles (télégraphique à l'époque du début du 20ème siècle), au large des Açores, avait fait l'effet de publications, à cause de la découverte à une profondeur de 2000 mètres de laves vitrifiées obligatoirement à l'air libre auparavant. Mais ces "certitudes" du 20ème siècle, basées sur des travaux très partiels et avec des techniques pas assez développées encore (ce qui n'empêche pas les "consensus" scientifiques de s'établir comme des vérités), commencent à être balayées par les nouvelles techniques. Les traces d'anciens continents engloutis (ou grandes terres) ont bien été annoncées dans l'Océan Indien, en Méditerranée récemment et dans le Pacifique donc avec Zealandia. Et les progrès actuels de la cartographie des fonds marins, ainsi que le fait que le continent Africain et l'Euro-asiatique ne correspond pas tout à fait à un collage parfait avec les Amériques (il manque en fait de larges terres pour en faire un bon collage) font qu'il existe assez probablement de telles masses effondrées sous l'Atlantique. Ce n'est pas le sujet ici, parlons des nouvelles informations sur Zealandia.

 

Zealandia continent englouti exact1024x768 p

En 2017 donc, un groupe de scientifiques en géosciences néo-zélandais, français et australiens annonçait officiellement la découverte d'un septième continent baptisé par eux Zealandia. En fait, des indices de son existence existaient déjà depuis les années 1970 mais l'idée n'était pas très considérée (évidemment) et débattue modérément par la communauté scientifique depuis environ une vingtaine d'années. Malheureusement les preuves et certitudes manquaient pour aller plus loin dans les discussions.

Le continent en question, bien qu'il s'étend sur quasiment l'équivalent des deux tiers de la surface de l'Australie est à 94% sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous des milliers de mètres d'eau et surtout recouvert par une épaisse couche de sédiments. Il n'émerge essentiellement que sous la forme des terres de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie et quelques îles :

Lire la suite ci-dessous :

On sait aussi qu'il est nettement sous le niveau de l'océan depuis des dizaines de millions d'années et on ne peut donc logiquement le rattacher aux théories de l'Atlantide ou du continent Mu, car aucun représentant du genre Homo n'existait alors. YH : Il faudrait en fait faire appel à une sorte de conscience collective, une mémoire "héréditaire ou ancestrale" pour que des souvenirs d'une espèce très lointaine dans le temps (pas Homo mais ayant un lien génétique lointain) pour que ce genre de données liées aux mythes, nous soit parvenu par traditions orales, déformé et adapté, en ce qui concerne Zealandia. Même si ce n'est pas totalement impossible, ce n'est pas encore très scientifique.

En 2017, le géophysicien marin Julien Collot, l'un des membres de l'équipe, en avait largement parlé. Le chercheur avait annoncé à l'époque que d'août à septembre 2017, une campagne de forages océaniques (International Ocean Discovery Program Expedition 371) allait être conduite avec le fameux JOIDES Resolution (de l'anglais Joint Oceanographic Institutions for Deep Earth Sampling), un bateau de recherche scientifique. YH : notons que l'étude du Rift du Hess Deep, aux Galapagos, par ce bateau-foreur avait établi que la couche supérieure de ce plancher océanique ne datait que de 1 million d'années (ce qui n'est pas illogique en soit dans un rift volcanique). L'un de ses objectifs était de rapporter des informations pour comprendre comment un tel bloc continental avait pu passer sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous plusieurs milliers de mètres d'eau, et d'explorer la mémoire, notamment climatique, des sédiments recouvrant largement ce continent. Les carottes de roches doivent certainement intéresser des membres de l'Infrastructure pour les sciences du climat et de l'environnement (ICE).

Publication de 2017 : https://www.geosociety.org//gsatoday/archive/27/3/article/GSATG321A.1.htm

 

Zealandia2

En 2019/2020, plusieurs vidéos en ligne racontent l'aventure de l'International Ocean Discovery Program Expedition 371, son exploration de Zealandia et surtout un bilan des connaissances acquises ont été publiés en février 2020 dans un article du journal Geology.

Il est le fruit d'une équipe internationale de chercheurs qui comprenait plus de 30 scientifiques de Nouvelle-Zélande, des États-Unis, d'Italie, d'Espagne, de Nouvelle-Calédonie, de Chine, des Pays-Bas, d'Allemagne, du Brésil, du Japon, du Royaume-Uni et de Corée du Sud. Elle était dirigée conjointement par le professeur Rupert Sutherland de la Victoria University of Wellington (Nouvelle-Zélande) et le professeur Gerald Dickens de la Rice University au Texas (États-Unis). Les deux hommes ont de plus écrit un article de vulgarisation à ce sujet dans The Conversation et on peut les voir donner des explications dans la vidéo, ci-dessous, extraite d'un documentaire complet sur l'expédition 371 plus bas.

Ces nouvelles études révéleraient en fait un processus tectonique inédit avec la formation de la ceinture de feu (YH : comme quoi la principale théorie sur la tectonique des plaques n'est pas figée non plus et pourrait être incomplète, sans parler de l'autre théorie connue, celle de la tectonique hydraulique des plaques...).

En effet, pour résumer, les continents sont formés de roches moins denses que le basalte des plaques océaniques et c'est pour cette raison que l'on dit souvent que les continents sont insubmersibles (YH : ce qui ne serait donc pas si exact). Ils flottent sur les roches du manteau, peuvent être déchirés puis recollés par les mouvements des plaques tectoniques, voire s'enfoncer un peu dans ce manteau sous l'effet d'une couverture glaciaire importante, un inlandsis, mais jamais vraiment couler ou disparaître (à priori). C'est pour cette raison que l'on peut trouver sur les continents des roches datant de plusieurs milliards d'années (qui sont tout de même assez rares).

Il n'en est pas de même avec les plaques océaniques qui au bout de quelques centaines de millions d'années tout au plus finissent par subducter, comme disent les géologues, soit en plongeant sous un continent, soit en plongeant sous une autre plaque océanique. La fameuse ceinture de feu du Pacifique, un spectaculaire alignement de volcans et de régions sismiquement très actives, qui borde l'océan Pacifique sur la majorité de son pourtour sur environ 40.000 kilomètres de long, est en grande partie la manifestation de la subduction de la plaque océanique pacifique.

 

Zealandia3

Extrait du document pdf de l'étude plus bas

 

D'après ces chercheurs donc, ce serait l'occurrence de processus tectoniques jusqu'ici inconnus, et qui ont accompagné la formation de la ceinture de feu, lors de sa naissance toujours mal comprise il y a 50 millions d'années environ, qui aurait fortement contribué à l'enfoncement de Zealandia sous la surface de l'océan Pacifique. Ces processus se seraient ajoutés aux forces qui auraient étiré donc aminci la croûte continentale de Zealandia lorsque la dérive des continents a commencé à l'arracher à l'ancien supercontinent du Gondwana (qui comprenait l'Australie et l'Antarctique) il y a environ 85 millions d'années. Julien Collot dans son interview avait expliqué à cet égard que « la croûte continentale de Zealandia est plus fine que dans le cas des autres continents. En l'occurrence, son épaisseur est généralement comprise entre 10 et 25 kilomètres, ce qui fait que la majeure partie de ce continent se trouve entre 1.000 et 3.000 mètres sous la surface du Pacifique. C'est parce qu'il flotte sur les roches du manteau plus dense que cette plus faible épaisseur l'a conduit à s'enfoncer par rapport aux autres continents ». (YH : ce processus pourrait donc ne pas être unique)

C'est une coïncidence aussi climatique, car cette étude publiée dans les PNAS affirme que notre climat va se modifier dès 2030, avec un retour à des températures d'il y a 3 millions d'années, et que la tendance serait un retour aux conditions climatiques d'il y a 50 millions d'années dès 2150https://www.pnas.org/content/115/52/13288

Les professeurs Rupert Sutherland et Gerald Dickens précisent ce qu'eux et leurs collègues ont en tête sur ce qui se serait produit il y a 50 millions d'années dans la déclaration suivante extraite de l'article de The Conversation : « Nous proposons qu'un événement de "rupture de subduction" se soit propagé dans l'ensemble du Pacifique occidental à cette époque. Nous suggérons que le processus était similaire à un énorme tremblement de terre ultra lent qui a ressuscité d'anciennes failles de subduction qui étaient restées en sommeil pendant plusieurs millions d'années. Ce concept de "résurrection de subduction" est une idée nouvelle et peut aider à expliquer une gamme d'observations géologiques différentes. »

Les chercheurs sont arrivés à émettre cette hypothèse à partir des analyses des carottes prélevées sur six lieux de forages profonds. Il y avait parfois plus de 900 mètres d'épaisseur de sédiments accumulés depuis 50 millions d'années à traverser avant d'atteindre le continent proprement dit.

Selon le professeur Sutherland, en ce qui concerne aussi bien le continent caché que la formation de la ceinture de feu : « les archives sédimentaires préservées sur Zealandia nous aideront à comprendre plus en détail comment et pourquoi cela s'est produit, et quelles ont été les conséquences pour les plantes, les animaux et le climat régional ».

Le résumé de la publication, dont vous avez l'intégralité dans le fichier pdf ci-dessous :

Les données de l'expédition 371 du Programme international de découverte des océans (IODP) révèlent des mouvements verticaux de 1 à 3 km dans le nord de la Zélande pendant le début de la subduction du Cénozoïque dans l'océan Pacifique occidental. Lord Howe Rise est passé de l'eau profonde (~ 1 km) au niveau de la mer et s'est affaissé, avec un soulèvement maximal il y a 50 Millions d'années au nord et entre 41 et 32 ​​Ma au sud. Le creux de la Nouvelle-Calédonie s'est affaissé de 2 à 3 km entre 55 et 45 Ma. Nous suggérons que ces changements d'altitude résultent de la délamination de la croûte et de l'écoulement du manteau qui ont conduit à la formation de dalles. Nous proposons un modèle de «résurrection de subduction» dans lequel (1) un événement de rupture de subduction a activé des failles à l'échelle lithosphérique dans une large région pendant moins de ~ 5 millions d'années, et (2) les forces tectoniques ont évolué sur 4 à 8 ma supplémentaires sous forme de dalles subductées, a grandi en taille et a entraîné un changement de mouvement des plaques.

ZealandiaZealandia (1.4 Mo)

 

Annonce de la découverte en 2017 dans les médias (certains commentaires sont édifiants sur certaines mentalités que j'appelle "barbares" :

 

Documentaire de 2020 : Un documentaire sur la campagne de forage océanique qui a exploré le continent perdu de Zealandia en 2017. On peut voir Julien Collot en 14:40. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Media 77

 

YH : Notez que l'équipe du bateau cherche actuellement un officier marin : https://joidesresolution.org/for-educators/onboard-outreach-officer/

 

Sources : https://pubs.geoscienceworld.org/gsa/geology/article/581016/Continentalscale-geographic-change-across

theconversation.com/expedition-reveals-the-violent-birth-of-earths-hidden-continent-zealandia-forged-in-a-ring-of-fire-130860

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/geologie-zealandia-on-sait-plus-mysterieux-continent-cache-origines-66542/

https://www.geosociety.org//gsatoday/archive/27/3/article/GSATG321A.1.htm

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

En ce qui concerne les théories sur la tectonique des plaques (et certaines devraient être étudiées peut-être un peu plus sérieusement, mais si elles peuvent émaner de scientifiques créationistes (car ils existent bien, et sont tout aussi diplômés), voici quelques liens (notez que je ne suis pas personnellement "créationiste" ni "rationaliste", mais compilateur de données) :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/la-theorie-des-plaques-tectnoniques-incomplete.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/paradoxal-la-theorie-des-plaques-hydrauliques-creationiste-confortee.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/terres-et-datations-creations-evolutives.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-co2-et-tectonique-des-plaques-tornades-le-12-juin-2012-uk-trop-d-eau-dans-le-the.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/tectonique-des-plaques-les-upwellings-sous-l-afrique-et-le-pacifique-n-ont-pas-change-de-place-depuis-des-millions-d-annees.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/activation-d-une-plaque-tectonique-au-large-du-portugal.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 18-02-2020

 

archéologie prehistoire interviews échange séisme volcanisme lire video mystère légendes

Précédent : Batisseurs de l'Ancien Monde   Suivant : Fresque d'un scandale scientifique, du rififi au T...

Ajouter un commentaire