Légendes - Mythes

Légendes - Mythes

Brésil : les géoglyphes amazoniens en danger

Brésil : les géoglyphes amazoniens en danger

 

Geoglifo fazenda crixa

Un autre géoglyphe ancien détruit par l'agriculture amazonienne

 

Les dommages causés au géoglyphe dans une ferme de l'État brésilien d'Acre révèlent les dangers de l'agro-industrie pour le patrimoine amazonien.

J'en avais déjà parlé il y a quelques temps, en espérant de futures découvertes, mais l'addiction de l'humanité à sa vieille drogue de 3000 ans (l'argent) est bien trop forte : l'état brésilien porte beaucoup plus d'importance à son économie qu'à la culture, la mémoire humaine et la simple intelligence, voir la Vie... :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bresil-une-amazonienne-parle-des-pyramides-du-xingu.html

 

Pendant des décennies, les chercheurs ont découvert des trésors archéologiques qui prouvent l'existence de civilisations complexes en Amazonie brésilienne avant le colonialisme. Les plus fascinants sont peut-être les plus de 500 géoglyphes anciens révélés dans l'État d'Acre depuis les années 1970.

Mais certains de ces énormes dessins géométriques, gravés ou construits sur le sol, ont été détruits avant même que les scientifiques puissent en apprendre davantage sur les civilisations derrière eux. À la fin de l'année dernière, les employés de la ferme Crixá ont nivelé un géoglyphe de plusieurs centaines de mètres carrés et vieux de plusieurs milliers d'années pour faire place au pâturage du bétail et à une plantation de maïs.

Les dommages n'ont été découverts que récemment lors d'une analyse de routine par le paléontologue Alceu Ranzi, qui a étudié les structures pendant 40 ans.

" C'est un monument historique d'importance pour toute l'humanité ", a déclaré Ranzi, déplorant la perte d'un dessin qu'il avait lui-même découvert en 2001. Ranzi avait décrit le géoglyphe comme " un musée en plein air qui n'entraverait en rien le développement de l'agro-industrie. dans la région ". Il se trompait malheureusement...

Le géoglyphe de la ferme Crixá, dans la municipalité de Capixaba, n'est pas le premier à succomber aux machines et à  l'expansion agricole  (aidée par la Chine et au bénéfice de l'Europe qui achète le plus de soja amazonien - surtout la France ^^), qui mettent en péril le patrimoine d'Acre afin de répondre à la demande mondiale croissante de produits de base comme le soja.

 

Geoglifo fazenda crixa

Le site avant

 

Geoglifo fazenda crixa nova

Le site après... crédits Google Earth

 

Il y a quelques années, deux géoglyphes de l'État ont été perdus à cause de la construction de routes: l'un à la BR-317, qui ouvre la municipalité amazonienne de Boca do Acre; et l'autre à la BR-364 dans la municipalité de Brasiléia, une route importante pour l'agro-industrie locale. Dans les deux cas, les géoglyphes n'avaient été découverts que lors des travaux (YH et détruits très vite).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A Minoen

Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A Minoen

 

Linear a fractions

 

Une nouvelle recherche met en lumière les signes de fraction du script linéaire A minoen encore non déchiffré.

 

Le Linéaire A Minoen est encore un script non déchiffré, principalement utilisé sur l'île de Crète de 1700 à 1400 avant notre ère. Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Archaeological Science met en lumière l'une des caractéristiques les plus énigmatiques du linéaire A - les valeurs mathématiques précises de son système de fractions numériques (telles que 1/2, 1/4, 1/8 ).

Le Linéaire A est une écriture logo-syllabique utilisée à des fins administratives sur la Crète de l'âge du bronze. Avec le Hiéroglyphe Crétois, c'est l'un des deux systèmes d'écriture créés par la civilisation minoenne.

Sur son modèle, les Mycéniens ont créé plus tard le script linéaire B pour enregistrer leur dialecte du grec ancien.

Aujourd'hui, le corpus linéaire A comprend plus de 7 400 signes sur 1 527 inscriptions (découvertes), dont 90% sont des documents d'argile à caractère administratif, tels que des tablettes, des disques et des nodules.

En ce qui concerne les notations numériques, le linéaire A utilise un système décimal, avec des signes représentant quatre grandeurs: les unités sont écrites avec des traits verticaux, des dizaines avec des traits horizontaux ou des points, des centaines avec des cercles et des milliers avec des cercles entourés de traits.

Le système est cumulatif et additif, et les nombres sont écrits de gauche à droite avec les puissances dans l'ordre décroissant: ainsi, par exemple, 6 352 serait écrit avec six signes '1000', trois '100', cinq '10' et deux '1'.

Le Linéaire A comprend également un ensemble de 17 signes qui représentent des fractions. Ils sont transcrits en majuscules: A, B, D, E, F, H, J, K, L, L2, L3, L4, L6, W, X, Y et Ω.

Pour faire la lumière sur les valeurs de ces fractions, le professeur Silvia Ferrara de l'Université de Bologne et ses collègues se sont concentrés sur un ensemble spécifique de documents linéaires A datant de la période minoenne tardive I (vers 1600-1450 avant notre ère) :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : traces de l'homme il y a 30 000 ans à Chiquihuite

Mexique : traces de l'homme il y a 30 000 ans à Chiquihuite

 

Mexique chiquihuite3

 

 

Je reviens sur cette découverte et publication de cet été, avec de nouvelles photos et informations : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-en-amerique-du-nord-entre-3oooo-et-24ooo-ans-nouvelles-preuves.html

Des fouilles minutieuses de la grotte Chiquihuite, située dans une zone montagneuse du nord du Mexique contrôlée par des cartels de la drogue, ont découvert près de 2000 outils en pierre dans une petite section de la grotte située à une haute altitude.

L'analyse archéologique des outils et l'analyse ADN des sédiments dans la grotte ont révélé une nouvelle histoire de la colonisation des Amériques qui retrace maintenant des preuves de premiers Américains il y a 25 000 à 30 000 ans.

Les résultats, qui ont été publiés dans Nature aujourd'hui (22 juillet 2020), remettent (encore) en question la théorie communément admise selon laquelle les Clovis étaient les premiers habitants humains des Amériques il y a 15000 ans.

Le professeur Eske Willerslev, spécialiste de l'ADN, du St John's College, Université de Cambridge, et directeur du Centre GeoGenetics de la Fondation Lundbeck, Université de Copenhague, a dirigé l'étude avec l'archéologue Dr Ciprian Ardelean, de l'Université de Zacatecas au Mexique.

Le professeur Willerslev a déclaré: " Pendant des décennies, les gens ont débattu passionnément de l'arrivée des premiers humains dans les Amériques. La grotte de Chiquihuite suscitera beaucoup plus de débats car c'est le premier site (YH : non, loin de là ! Voir les liens en bas) qui date l'arrivée des gens sur le continent il y a environ 30 000 ans - 15 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait. Ces premiers visiteurs n'occupaient pas la grotte de façon continue, nous pensons que les gens y passaient une partie de l'année en l'utilisant comme abri d'hiver ou d'été, ou comme base pour chasser pendant la migration, jamais comme hôtel fixe. "

Le projet de recherche de 10 ans soulève plus de questions sur les premiers humains qui ont vécu dans les Amériques qu'il n'en résout.

 

Mexique chiquihuite2

Un outil en pierre trouvé sous la couche du dernier maximum glaciaire (LGM) à la grotte Chiquihuite. Crédits: Dr Ciprian Ardelean

 

Le Dr Ardelean a déclaré: " Nous ne savons pas qui ils étaient, d'où ils venaient ou où ils sont allés. Ils sont une énigme complète. Nous supposons à tort que les populations autochtones des Amériques sont aujourd'hui les descendants directs des premiers Américains, mais maintenant nous ne pensons pas que ce soit le cas. Au moment où la célèbre population Clovis est entrée en Amérique, les tout premiers Américains avaient disparu des milliers d'années auparavant (YH : ou s'étaient enfoncés dans la jungle amazonienne jusqu'au Brésil, où l'on trouve des traces très anciennes). Il aurait pu y avoir de nombreuses colonisations ratées qui ont été perdues dans le temps et qui n'ont pas laissé de traces génétiques dans la population d'aujourd'hui."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Egypte : Saqqara, découverte d'une nouvelle cache archéologique majeure

Egypte : Saqqara, découverte d'une nouvelle cache archéologique majeure

 

Egypt saqqarah1

Crédit: Égypte. Ministère du tourisme et des antiquités

 

Une collection de plus de 13 cercueils intacts et scellés a été déterrée à Saqqarah, le premier pas vers une énorme découverte qui sera bientôt annoncée sur place, selon un communiqué du ministère du Tourisme et des Antiquités publié le 06-09-2020. Ils ont été découverts à l'intérieur d'un puits de 11 mètres de profondeur, où trois niches scellées ont également été découvertes. Les cercueils ont 2500 ans et conservent encore certaines couleurs d'origine, a ajouté le communiqué.

Le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled El-Enany, et Mustafa Waziri, le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, ont inspecté dimanche les travaux de fouille effectués dans le puits et ont constaté que les cercueils étaient empilés les uns sur les autres.

 

Egypt saqqarah2

Crédit: Égypte. Ministère du tourisme et des antiquités

 

Les premières études indiquent que les cercueils sont complètement scellés et n'ont pas été ouverts depuis qu'ils ont été enterrés à l'intérieur du puits, et que d'autres sont susceptibles d'être trouvés au même endroit.

Waziri a déclaré que le nombre exact de cercueils ainsi que l'identité et les titres de leurs propriétaires n'ont pas encore été déterminés, mais ces questions trouveront une réponse au cours des prochains jours à mesure que les travaux de fouille se poursuivent.

Lire la suite et voir les photos ci-dessous :

Lire la suite

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

 

Picture quebradablancaLa mine de cuivre de Quebrada Blanca, Chili

 

Les restes de quatre humains momifiés vêtus de couleurs vives et enterrés dans des tombes formelles ont été découverts lors des travaux d'agrandissement de la mine de cuivre Quebrada Blanca, région de Tarapaca, dans le nord du Chili, ont annoncé le vendredi 21-08-2020 les exploitants de la mine.

La société Teck Resources a déclaré que les momies, portant des coiffes et des sandales sophistiquées, avaient été parfaitement préservées dans le climat aride. Des tests sont actuellement en cours sur eux pour déterminer leur âge précis, qui pourrait remonter à  environ 1 100 et 400 avant JC d'après les estimations.

« En raison des conditions salines du sol, du manque de précipitations et d'une humidité relativement faible, les restes sont momifiés dans des tenues complètes et avec un certain nombre d'outils indiquant leur mode de vie », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Map quebradablancaCrédit : NASA, TAGEO

 

La société a signalé la découverte au gouvernement chilien, qui déterminera comment préserver les artefacts, décrits par l'archéologue Mauricio Uribe comme « l'une des découvertes les plus remarquables de ces dernières années dans la région de Norte Grande ».

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

 

Chatelperron la grottes des fees wikipedia cc by sa 4 0 x500

Chatelperron - La Grottes des fées (wikipédia-CC BY-SA 4.0)

 

Le site préhistorique de la Grotte des fées, à Châtelperron (Allier), a t-il livré tous ses mystères ? Le Chatelperronien, c'est une dénomination archéologique désignant une culture préhistorique qui a été découverte et décrite pour la première fois à Chatelperron, dans le département français de l'Allier, en Région Auvergne. C'est aussi bien sûr une période, assez courte si on la compare à celle qui la précède et qui lui est reliée en partie, le Moustérien et ses diverses adaptations locales établies par les néandertaliens entre au moins 350 000 et 32 000 ans avant le présent (BP) environ. (jusqu'à plus récemment selon certaines datations en cours de confirmation). Toutes ces dates sont bien sûr en fonction des découvertes et analyses (et dates de ces analyses si on parle calibration du c14 par exemple et bonnes datations), et le Chatelperronien est actuellement situé entre 47 000 et 42 000 ans environ avant le présent.

La découverte du site est, comme souvent en archéologie, le fruit du hasard. Vers 1845, les travaux de construction de la voie ferrée reliant le bassin minier de Montcombroux à Dompierre-sur-Besbre écornèrent le promontoire de la Grotte des Fées. Les ouvriers mirent au jour trois petites cavités dont l'une, effondrée, allait révéler un gisement préhistorique d'intérêt mondial.

Albert Poirrier, alors ingénieur de la Compagnie des mines de Bert, réalisa les premières fouilles et constitua une importante collection d'ossements fossiles. La découverte fit grand bruit et, à partir de 1867, Guillaume Bailleau, médecin à Pierrefitte-sur-Loire et archéologue éclairé, poursuivit les recherches sur le site. On lui doit l'exploration du secteur des grottes occupé par les hommes du Paléolithique, entre 60.000 ans et 35.000 ans environ avant le présent.

Le site a révélé les témoignages de plusieurs occupations qui se sont succédé à la charnière de deux périodes fondamentales dans l'histoire de l'humanité, le Paléolithique moyen (essentiellement une ère néandertalienne en Europe) et le Paléolithique supérieur (l'arrivée de l'homme de Cro-Magnon et son installation).

 

L homme de neanderthal

L'homme de Néanderthal est assez proche de nous. Cro-magnons et néandertaliens ont cohabité sur les mêmes tertitoires. © Crédit photo : PIXABAY

 

YH : Nous avons donc sur place une culture néandertalienne installée il y a au moins 60 000 ans BP, qui, à priori s'adapte localement sur la durée (donc au moins semi-sédentaire et grandit, améliore ses techniques et envoie logiquement d'autres explorateurs/migrateurs ailleurs aussi) et se transforme en "chatelperronien" aux alentours de -47 000 ans BP (tout en sachant que néandertalien est déjà en contact très probable avec "Cro-Magnon-Homo Sapiens" depuis des millénaires via le Proche-Orient, et bien avant l'entrée en masse des premiers hommes modernes en Europe), alors que notre science actuelle vient de reconnaître la présence du plus ancien Cromagnonien vers - 45 000 ans BP en Europe (Bulgarie)https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-ce-sont-plus-anciennes-traces-connues-presence-homo-sapiens-europe-11003/

La question fait toujours débat sur l'évolution des techniques de la pierre présentée par les néandertaliens du chatelperronien (Le Châtelperronien étant distinct du Moustérien à ce niveau), à l'approche (et connaissances ?) des techniques des cromagnoniens de l'Aurignacien : ces derniers ayant possiblement apporté ces modifications aux cultures néandertaliennes ou l'inverse localement. Dans la mesure où l'on estime que le cromagnonien a procédé à plusieurs migrations, dont l'une des principales avait commencé vers - 70 000 ans environ (l'amenant en Australie il y a - 65 000 ans), il n'est pas impossible que des groupes d'hommes modernes soient parvenus et soient restés bien plus tôt en Europe (moins loin que l'Australie !) qu'encore découvert, l'avenir le dira. Mais on peut supposer que l'Homme de Cro-Magnon a bien accompagné puis remplacé l'Homme de Chatelperron sur place, vers - 42 000 ans, laissant des traces de l'Aurignacien mêlées à celles des néandertaliens, comme il a été découvert... Des squelettes néandertaliens y ont été découverts seulement, avec une large couche moustérienne et une couche chatelperronienne mêlée d'une couche aurignacienne. Il est possible que les Aurignaciens n'y soient pas allés souvent (la chasse ?), les carnaciers semblant avoir déjà repris le contrôle des lieux lors de la période gravétienne.

 

Prehistorama chatelperron

Reconstitution Chatelperronien au Préhistorama de Chatelperron (voir lien en bas)

 

Le Châtelperronien témoigne d'une mutation radicale des outillages en pierre et des productions symboliques. Reconnus dans le centre-ouest de la France et le nord de l'Espagne entre 47.000 et 42.000 ans avant le présent, les groupes humains qui s'y rattachent - vraisemblablement des néandertaliens - s'individualisent par l'emploi de lames en silex pour fabriquer des armes de chasse (les célèbres pointes de Châtelperron) et l'utilisation de matières dures animales (dents, etc.) pour confectionner des éléments de parure corporelle (perles, pendeloques, etc.). 

Par ce statut de gisement éponyme, le site de Châtelperron bénéficie d'une renommée mondiale et mobilise, aujourd'hui encore, de nombreuses équipes internationales. Il doit également sa réputation à la reconnaissance de vestiges d'occupations plus anciennes, attribuées au Moustérien, et plus récentes qui sont l'oeuvre de l'Homme Moderne (Aurignacien ancien).

Le site de Chatelperron, non fouillé depuis les années 1960, vient de faire l'objet d'une étude non invasive (LiDAR) afin d'étudier la géologie et topographie des lieux et de découvrir éventuellement de nouvelles grottes encore inconnues.

« Implanté sur un substrat calcaire, ce site est un véritable gruyère. Il y a donc peut-être d’autres grottes à découvrir.... » affirme Raphaël Angevin, Conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie de Clermont-Ferrand, qui fait partie d’une équipe d’experts - historien, ingénieur et géophysicien - qui s’est déplacée durant trois jours à Châtelperron pour effectuer, au sol, des relevés topographiques et utiliser un avion équipé d'un LiDAR.

« Ce nouveau projet de recherches vise à mieux comprendre l'évolution géologique du site et de son environnement, par le recours à des technologies novatrices non invasives » a ajouté Raphaël Angevin lors de sa conférence de 2019 à Dompierre sur Besbre sur le sujet.

Une présentation des résultats de la campagne 2019-2020 a été publiée, montrant une image LiDAR générale et annonçant la découverte d'anomalies au niveau de la topographie des lieux.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

 

Trou noir ver

 

Une nouvelle étude associée à une expérimentation a été publiée récemment dans Nature Physics, proposant un autre théorème que celui de Bell, à l'aide d'une expérimentation physique du paradoxe de l’ami de Wigner avec un scénario introduit par Brukner. La question principale posée est : La théorie quantique s'applique-t-elle à toutes les échelles, y compris celle des observateurs ?

" Il s'agit d'une expérience de réflexion abordant le problème de la mesure quantique - la difficulté de concilier l'évolution (unitaire, déterministe) de systèmes isolés et la mise à jour d'état (non unitaire, probabiliste) après une mesure. Ici, en s'appuyant sur un scénario avec deux amis séparés mais intriqués introduit par Brukner, nous prouvons que si l'évolution quantique est contrôlable à l'échelle d'un observateur, alors celle du 'Non-Superdeterminisme', 'Localité' ou 'Absoluité des événements observés (AOE)' - que tout événement observé existe absolument et non relativement - doit être faux. Nous montrons que bien que la violation des inégalités de type Bell dans de tels scénarios ne soit pas en général suffisante pour démontrer la contradiction entre ces trois hypothèses, de nouvelles inégalités peuvent être dérivées, de manière indépendante de la théorie, qui sont violées par les corrélations quantiques. Ceci est démontré dans une expérience de démonstration de principe où le chemin d’un photon est considéré comme un observateur. Nous discutons comment ce nouveau théorème impose des contraintes strictement plus fortes sur la réalité physique que le théorème de Bell."

La Mécanique quantique: Si les ressorts de cette discipline encore jeune (à peine un siècle) questionnent profondément les rares esprits qui s'adonnent à son étude, l'on sait néanmoins que la physique quantique décrit avec une précision confondante les comportements les plus contre-intuitifs des atomes et des particules, posant souvent plus de questions qu'elle n'en résout.

Pour les chercheurs travaillant dans le champs de la physique relativiste, le monde possède deux qualités importantes. Il est à la fois :

réaliste, c'est-à-dire que la réalité est objective et ne dépend pas d'une mesure ou d'un observateur ;

déterministe, c'est-à-dire que la réalité n'est pas aléatoire mais le fruit d'un ensemble de variables produisant des résultats systématiques et prédictibles (pourvu que l'on dispose de toutes les informations nécessaires à sa compréhension).

Or, la physique quantique nous apprend qu'il en va bien autrement en deçà d'une certaine échelle, dans le monde exotique des atomes et des particules, voire des molécules. Imaginons qu'une particule, un peu comme un interrupteur, admette deux états possibles, que nous baptiserons 1 et 0 pour un maximum de simplicité. Si l'on en croit l'interprétation de Copenhague (le consensus actuel), tandis qu'un interrupteur ne peut être que dans un seul état à la fois (allumé ou éteint), la particule, elle, se trouve dans ce que l'on appelle une superposition d'états, c'est-à-dire à la fois 1 et 0. Cette superposition ne disparaît que lorsqu'un observateur décide de mesurer son état, causant ainsi un effondrement de la fonction d'onde. Cette première idée contredit la possibilité d'une réalité unique et objective pour notre particule, mais les choses ne s'arrêtent pas là.

En effet, toujours d'après la théorie quantique, la particule ne suit pas une logique déterministe mais probabiliste. On ne peut donc pas prédire l'état dans lequel elle sera, mais seulement calculer la probabilité d'obtenir un état ou un autre. Dans notre cas, et toujours par souci de simplicité, nous dirons que notre particule a une chance sur deux d'être dans l'état 1 ou 0.

Les scientifiques ignorent encore à ce jour par quel mécanisme la particule passe d'une superposition d'états à un état fixe. Certains ont suggéré que la fonction d'onde s'effondre au moment où la mesure est faite, d'autres encore que l'intervention d'un observateur conscient est nécessaire -- cette dernière notion a amené certains à tordre la physique quantique pour lui faire dire que nous pouvions modifier la fabrique de la réalité par la simple force de notre esprit, ce qui, pour autant que nous sachions, est complètement erroné. Aujourd'hui, les chercheurs travaillant avec des systèmes quantiques complexes savent qu'un simple coup de vent peut causer l'effondrement du fragile château de carte qu'est la superposition quantique, fragile à l'interaction avec les particules présentes dans l'air. La question de ce qui fait la valeur d'une mesure ou d'un observateur demeure donc encore en suspens. Néanmoins, cette nouvelle expérience parvient aujourd'hui à apporter de nouveaux éléments de réponse, permettant d'affiner les impératifs et contraintes concernant cette question primordiale.

La notion d'intrication quantique. Nous savons d'ores et déjà que lorsque nous mesurons l'état d'une particule quantique, nous avons 50 % de chance de trouver 1 ou 0. Mais les particules intriquées, elles, partagent une relation particulière. Liées l'une à l'autre (suite à une manipulation volontaire ou, plus rarement, accidentellement), elles forment un tout inséparable où l'état de l'une est dépendant de celui de l'autre. Plus simplement, les deux particules se trouvent chacune dans une superposition d'états (1 et 0) jusqu'à que l'une d'entre elles soit mesurée. Cette mesure cause un effondrement de la fonction d'onde simultané pour la paire, et chacune se fixe alors dans un état opposé, et ce, peu importe la distance qui les sépare :

Cela signifie qu'en théorie, si vous placez une particule sur la Lune et sa jumelle sur Terre, la mesure de la particule terrienne (donnant par exemple l'état 1) provoquerait l'effondrement de la fonction d'onde de sa jumelle lunaire (qui acquerrait alors l'état 0) au même instant. Ceux qui se souviennent encore de leurs cours de physique protesteront alors en affirmant que cela est impossible car rien, même l'information, ne voyage plus vite que la lumière (qui met 1,3 seconde à nous parvenir de la Lune). Einstein n'était d'ailleurs pas le plus grand adepte de cette notion, qu'il surnommait la dérangeante (ou effrayante) action à distance.

Dans les années 1960, le physicien John Bell décide d'en apprendre plus sur cette communication manifestement instantanée entre les particules intriquées. Il part ainsi de deux principes initiaux, afin de respecter la vision classique du monde :

  • principe de localité : les particules ne peuvent pas s'influencer mutuellement plus vite que la lumière ;
  • réalisme : les particules suivent un fonctionnement déterministe (et non probabiliste) que nous peinons simplement à prédire à cause de variables cachées.

 

Sur la base de ces deux postulats, Bell calcule l'ensemble des états possibles pour la mesure d'une paire de particules intriquées dans un contexte complexe et obtient ainsi un seuil de corrélation théorique. Depuis, de nombreux « tests de Bell » ont été effectués dont les résultats ont infailliblement violé le seuil théorique calculé par Bell. Selon lui, une seule conclusion pouvait être tirée de ce constat : l'un de ses postulats de départ était faux. Mais lequel ?

Ici, nous pouvons parler de la Théorie de l'ordre implicite du physicien américain David Bohm, reprise par d'autres ensuite :

Lire la suite

Hongrie : Une statuette du 5ème millénaire Av. notre ère

Hongrie : Une statuette du 5ème millénaire Av. notre ère

 

Hungary 01

 

Les archéologues du musée hongrois Göcsej ont trouvé des fragments d'une idole supposée, une magnifique statue d'argile féminine artistiquement détaillée de la culture Lengyel - une culture archéologique de la période néolithique européenne, centrée sur le Danube moyen en Europe centrale - lors de fouilles liées à la construction de la piste d'essai automobile de Zalaegerszeg. Elle a été nommée « Vénus d’Egerszeg » et, selon le musée, ce sera la pièce la plus impressionnante de l’exposition virtuelle présentant la préhistoire de Zalaegerszeg et du comté de Zala.

Depuis 2017, le personnel du musée surveille en permanence les travaux de terrassement liés à la construction de la piste d'essai. Dans la partie orientale de la zone, au-dessus du ruisseau Nagypáli, des traces d'une grande colonie de la culture Lengyel, formée au 5ème millénaire avant JC, ont été trouvées.

La plus belle trouvaille des trois dernières années, une statue d'argile féminine, a été retrouvée cette année 2020, le 7 juillet. La particularité de l'idole est l'élaboration méticuleuse: jusqu'à présent, seules très peu de statues d'argile finement travaillées ont été déterrées de la période de la culture Lengyel.

 

Hungary 01

Credit: György Varga/MTI

 

Les archéologues ont dit que de nombreux objets en relation avec des activités de culte avaient été précédemment déterrés dans cette zone :

Lire la suite et voir les photos :

Lire la suite

Baltique : la cité perdue de Vineta

Baltique : la cité perdue de Vineta

 

Vineta karte abraham ortelius 02

J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

 

 
Oera linda amsterdam peo platon
 
 

Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

" La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

"Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

Lire la suite

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

 

Rungholt fouilles plongee mini

 

Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

Frise maps

Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

Lire la suite

USA : Grotte de Pendejo, datations du Pléistocène

USA : Grotte de Pendejo, datations du Pléistocène

 

Pendejocave

Pendejo Cave - Photograph by A.H. Harris.

 

Découverte en 1978, la grotte de Pendejo n'a fait l'objet des premières fouilles archéologiques qu'en 1990, sous la direction de Richard MacNeish. La grotte est située dans le comté d'Otero, au Nouveau-Mexique, à une cinquantaine de kilomètres au sud d'Alamogordo, et à environ 15 kilomètres au nord-est de l'extrémité méridionale des montagnes de Sacramento. La grotte s'ouvre à une altitude de 1 490 m, dans une falaise calcaire permienne donnant sur Rough Canyon et d'anciens lacs glaciaires qui ont attiré des troupeaux de mastodontes, de bisons, de chevaux (Equus caballus), et de camélidés maintenant éteints. La grotte est orientée nord-sud avec une profondeur de 12 m, une largeur de 5 m, et une hauteur d'environ 3 m.

Les fouilles ont été poursuivies entre 1991 et 1993 sous la direction de Glenn DeGarmo, responsable à l'Office de la gestion environnementale du Nouveau-Mexique. Pendant les fouilles, les matériaux collectés ont été analysés par une équipe pluridisciplinaire de scientifiques, incluant les spécialités de géologie, climatologie, paléontologie, botanique et palynologie (étude des spores et des pollens). Il a ainsi été possible de dater et de reconstituer le cadre naturel et l'environnement des premiers occupants du site.

Ces résultats ont fait rapidement l'objet d'une polémique de la part de chercheurs n'ayant pas participé aux études, comme souvent. Il faut dire qu'à l'époque, bien que déjà contestée, la théorie "Clovis" comme étant les premiers habitants des amériques dominait encore.

Un total de 171 échantillons de charbon de bois, de bois, d'ossements d'animaux transformés en outils, de feuilles, de graines, de fibres et de résidus ont été collectés à partir de 19 des 22 unités stratigraphiques principales pour datation au radiocarbone. Les échantillons ont été placés dans des fioles stériles et scellées avant analyse. Ils ont été soumis aux laboratoires de l'université de Californie à Los Angeles, au laboratoire de recherches de l'Université de Washington et au Lawrence Livermore National Laboratory, Livermore, CA (laboratoire travaillant pour l'University of California for the Department of Energy's National Nuclear Security Administration). 72 dates ont été obtenues par le carbone 14. 60 d'entre elles remontent à la période pré-Clovis :

Une pointe d'alène ou de lance a été découverte dans un os de cheval d'une espèce aujourd'hui disparue, Equus alaskae. L'ensemble reposait dans une couche stratigraphique qui fut datée de 36 000 ans.

Un humérus de bison faisant apparaitre 5 entailles martelées au moyen d'une pierre a été daté de 51 000 ans.

La phalange d'un cheval éteint (Equus alaskae), datée de 32 000 ans, a été trouvée préparée et fendue en vue d'être bouillie pour le potage, pratique courante dans les cultures anciennes.

Des cheveux humains ont également été trouvés dans les unités stratigraphiques se situant entre 13 000 et 20 000 ans.

De nouvelles fouilles et datations confirmaient certaines choses en 1996, avec des datations entre 37 000 ans et 12 000 ans, cette étude étant republiée en ligne en 2017 par l'Université de Cambridge... J'en parlerai en fin d'article.

Voyons d'abord l'historique des fouilles, grâce à la biographie du réputé Richard «Scotty» MacNeish (1918 - 2001), trouvable ici : «Richard Stockton MacNeish». Académie nationale des sciences. 2001. Mémoires biographiques: Volume 80 . Washington, DC: The National Academies Press. doi: 10.17226 / 10269. https://www.nap.edu/read/10269/chapter/12

 

Scotty ayacucho 1970

Richard «Scotty» MacNeish avec un hachoir en pierre et un fragment d'os de paresseux géant de la grotte de Pikimachay dans les hautes terres du Pérou. MacNeish pensait que la première occupation humaine de la grotte datait de 22 200 à 14 700 ans.

 

Extraits :

" En 1989, le personnel du Bureau de l'environnement de la base militaire de Fort Bliss, à environ 48 km au sud d'Alamogordo, a conduit MacNeish à deux grottes sur le champ de tir MacGregor. L'une d'elles, la grotte de Pendejo, se trouvait dans une falaise de calcaire surplombant les lits secs des lacs glaciaires. Le fait que le nom de la grotte soit une obscénité en espagnol ravit MacNeish. Accompagné de la directrice du projet Jane G.Libby et d'une équipe de la Fondation Andover, MacNeish a creusé à Pendejo Cave de 1990 à 1992.

La grotte de Pendejo était vraiment incroyable. Elle comportait 22 strates «extrêmement bien définies» et produisait 72 datations au radiocarbone, dont 60 étaient pré-Clovis. Les niveaux G et H avaient au moins 25 000 à 31 000 ans; il n'y avait pas de dates disponibles pour le niveau O (le plus ancien), mais le niveau N avait une date supérieure à 36 240 BP. Deux niveaux produisaient des cheveux diagnostiqués comme humains, le plus récent échantillon donnant une date AMS de 12 300 BP L'échantillon de cheveux plus âgés, datant de 19 180 BP, a été initialement identifié comme mongoloïde plutôt que comme amérindien, ce qui suggère un stade très précoce du peuplement du Nouveau Monde. Ce qui apparaît comme des empreintes de doigts et de paumes humaines ont été trouvées sur de l'argile au niveau I et pourraient être plus anciennes que 30 000 BP. Les deux niveaux les plus bas avaient des animaux du Pléistocène éteints. (YH : BP = Avant Maintenant, Maintenant étant 1950 pour l'archéologie).

MacNeish a savouré l'inévitable controverse suscitée par Pendejo Cave. Il savait qu'au moins un groupe de spécialistes paléoindiens - largement connu sous le nom de police de Clovis - serait sceptique quant à toute tentative de repousser l'occupation humaine du Nouveau Monde à 30 000 avant JC. Ils se demanderaient si les «artefacts» trouvés avec une faune éteinte étaient vraiment de fabrication humaine. Quelques-uns suggéreraient que les foyers présumés d'où provenaient certaines dates au radiocarbone étaient simplement des foyers brûlés. Rien de tout cela ne dérangeait MacNeish; en tant qu'ancien boxeur, il était prêt à s'entraîner avec ses adversaires jusqu'à ce qu'il gagne aux points. YH : il ne se trompait pas à ce sujet...

De plus, aussi passionnant que son travail sur Fort Bliss ait été, MacNeish s'impliquait déjà dans un nouveau projet. En 1991, seize ans après que la chirurgie de pontage ait contrecarré sa première tentative de visite en Chine, il a été invité à une conférence sur les débuts de l'agriculture dans la province du Jiangxi. Lors d'une visite de la région, MacNeish a vu de nombreuses grottes et abris sous roche prometteurs; en 1992, il a demandé l'autorisation de les tester. Après de longues négociations, il a été convenu qu'un effort conjoint sino-américain - le projet Jiangxi Origin of Rice - serait codirigé par MacNeish et le professeur Yan Wenming de l'Université de Beijing.

En 1993, MacNeish, Jane Libby, Geoffrey Cunnar et une équipe d'étudiants chinois et américains ont commencé les fouilles de Xian Ren Dong («Benevolent Spirit Cave») et Wang Dong («Bucket Handle Cave»). Ayant besoin d'un zooarchéologue de l'Ancien Monde, ils ont ajouté Richard Redding à l'équipe en 1995. À ce moment-là, MacNeish avait reçu un nom chinois, Mah Nish, qu'il traduisait librement «noble de la lignée du Cheval». De manière appropriée, il a renforcé la prononciation de son nom de famille: MacNish, plutôt que McNeesh.

MacNeish a creusé les grottes du Jiangxi par la méthode de La Perra, établissant une séquence stratifiée du Paléolithique supérieur (24 540 BP) au Néolithique final (4 000 BP). Ces grottes ne ressemblaient pas à celles de Tehuacán, bien sûr; comme les grottes européennes ou du Proche-Orient, elles avaient une bonne conservation du silex, de la poterie et des os, mais aucune plante desséchée ne restait. Heureusement, MacNeish a réussi à convaincre Deborah Pearsall de former un étudiant chinois doué, Zhao Zhijun, à l'analyse des phytolithes à l'Université du Missouri. C'est principalement grâce aux phytolithes (et à la flottation des restes de plantes carbonisées) que les origines de l'agriculture dans le Jiangxi ont pu être documentées.

Les résultats préliminaires suggèrent que des phytolithes de riz sauvage, Oryza nivara, étaient présents à Wang Dong vers 17 040 BP. Les premiers phytolithes rares de riz domestique, Oryza sativa, sont apparus dans les deux grottes entre 14 000 et 11 200 BP à une période que MacNeish nommée Xian Ren. Cependant, le riz domestique n'est devenu dominant qu'après 9600–8000 BP, époque contemporaine de l'avènement de l'agriculture céréalière au Proche-Orient. En ce qui concerne la domestication précoce des animaux, les résultats préliminaires de Redding suggéraient que le poulet était peut-être présent à des niveaux néolithiques datés de 7 500 BP. Ainsi MacNeish pourrait ajouter à son curriculum vitae une autre région du monde où il avait fourni des données importantes sur les origines de l'agriculture.

En 2000, MacNeish avait 81 ans, âge auquel la plupart des archéologues ont pris leur retraite depuis longtemps; Scotty, cependant, planifiait son prochain projet en Turquie. Il avait à peine élaboré son itinéraire lorsqu'il a subi une légère crise cardiaque et son projet «Origines de l'agriculture en Turquie» a été suspendu. On a bien sûr dit à MacNeish de se reposer, mais son idée de repos était de visiter des sites archéologiques. Le 16 janvier 2001, lors d'une visite des ruines mayas du Belize, l'un des pratiquants les plus prolifiques et les plus colorés de l'archéologie a été mortellement blessé dans l'accident de sa voiture de location. Après avoir enduré 82 ans malgré un cancer, des crises cardiaques, une quasi-noyade dans les Andes et un double pontage, Scotty MacNeish, apparemment indestructible, nous a été enlevé par accident..."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel: le site englouti de Atlit Yam et des briques cuites

Israel: le site englouti de Atlit Yam révèle des briques cuites de 9000 ans

 

Atlityam sitebriquescuites

Retour sur le site englouti de Atlit Yam, situé au large de l'actuelle Israel dans la méditerranée, dont j'avais déjà parlé en 2013 ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

En 1984, sur la côte du Levant, Ehud Galili, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités et plongeur émérite, a découvert par 10 mètres de fond une structure inhabituelle, dégagée du sable par une forte tempête. Comment expliquer sa présence à 400 mètres au large des côtes israéliennes ? Les premières fouilles ont révélé que ce site archéologique, baptisé Atlit Yam (« Atlit-sur-Mer » en hébreu) en raison de la proximité de la ville du même nom, était une cité de l’âge de pierre. Vieille d’au moins neuf mille ans, elle a été submergée par la mer, il y a environ six millénaires, à la suite de la fonte des glaciers. Les premières recherches ont établi que le site d'Atlit-Yam est situé à environ 200 à 400 m au large, à une profondeur de 8 à 12 m et s'étend sur une superficie d'env. 40000 m2

Les découvertes architecturales consistent en des puits d'eau en pierre, des fondations de structures rectangulaires, des séries de longs murs non reliés, des installations rondes, des sites de rituels et des zones pavées. En outre, 65 squelettes humains ont été découverts lors de sépultures primaires et secondaires. Chez au moins quatre des hommes, une pathologie de l'oreille interne - exostose auditive - causée par une plongée en eau froide a été observée.

Les restes fauniques se composaient d'os d'animaux sauvages et domestiques, y compris des moutons / chèvres domestiques, des porcs et des chiens et des bovins au bord de la domestication, ainsi que de nombreux restes de poissons marins. Les restes de poisson comprenaient plus de 6000 os, la plupart appartenant à Balistes carolinesis, (le poisson gâchette gris), et quelques-uns aux Serranidae, Sparidae, Sciaenidae, Mugillidae et autres familles de poissons. Des artefacts en pierre, en os, en bois et en silex ont également été récupérés, ainsi que de grandes quantités de restes botaniques, notamment des graines de blé domestique, d'orge, de lentille et de lin. Certains artefacts et restes de plantes peuvent être associés à la pêche. Le matériel archéologique indique que l'économie du site était complexe et reposait sur l'utilisation combinée des ressources terrestres et marines, notamment la culture des plantes, l'élevage, la chasse, la cueillette et la pêche. Le site d'Atlit-Yam fournit la première preuve connue d'un système agro-pastoral-marin de subsistance sur la côte levantine.

Sur les sept sites engloutis découverts le long de la côte, Atlit Yam est le plus grand. On note que plusieurs de ces sites se trouvaient à proximité immédiate de rivières se jetant dans la mer, probablement comme des ports préhistoriques utilisant les ressources marines pouvant être facilement distribuées à l'intérieur des terres, mais aussi des ressources provenant de ces dernières.

 

sitesengloutis.jpg

 

Les briques PPNC n'étaient pas aménagées (brut), chauffées à haute température dans des conditions réductrices. Les briques PN / EC ont été aménagées, chauffées à température moyenne dans des conditions oxydantes. La structure PN / EC est principalement constituée d'amidon de paillettes de blé, d'os et de calcite.

 

Il y a environ 9 000 ans, le site d'Atlit Yam abritait un village animé, où se trouvaient plusieurs maisons, ainsi qu'un lieu de rituels. Quelques siècles plus tard, la zone a été submergée par la mer et est aujourd'hui située à environ 500 mètres au large des côtes du nord d'Israël. Parmi les vestiges de bâtiments ainsi que des restes d'animaux, de plantes et même de plusieurs individus, les archéologues marins ont identifié un certain nombre d'installations circulaires en briques de terre chauffées. En tant que groupe de chercheurs israéliens du Département des civilisations maritimes et de l'Institut Zinman d'archéologie de l'Université de Haïfa et de l' Autorité des antiquités d'Israël, ces artefacts anciens découvert offrent une clé pour comprendre comment les populations préhistoriques locaux ont évolué dans les temps anciens, devenant de plus en plus habiles et compétents dans l'utilisation de l'environnement qui les entoure.

Atlit Yam et Bnei Brak - situés dans la plaine de Sharon - remontent au néolithique C, donc avant la poterie, lorsque la poterie n'était pas encore fabriquéeNeve Yam et Ein Asawir - le premier situé non loin d'Atlit mais à quelques mètres du rivage et le second également dans la plaine de Sharon - sont de la période plus récente de la phase néolithique de Wadi Rabah.

« À la période néolithique, nous commençons à voir les premiers établissements sédentaires et l'apparition de briques est profondément liée à ce phénomène », dit Isaac Ogloblin Ramírez, doctorant et auteur principal de l'article récemment publié dans le Journal of Archaeological Science: Reports.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Amériques : Un autre site daté de 30 000 ans

Amériques : Un autre site daté de 30 000 ans

 

Mexique artefactsNature - Ardelean

 

 

Après les sites découverts en 2014 et 2017, affirmés être datés de 30 000 ans, un autre fait l'objet d'une publication ce mois de juillet 2020 selon deux études publiées dans la revue Nature, faisant d'ailleurs immédiatement l'objet de critiques de la part des plus prudents des spécialistes (qui ne participent d'ailleurs jamais par la suite à l'étude de ces mêmes sites...au cas où ils seraient obligés de se contredire eux-mêmes). C'est l'occasion de citer à nouveau les nombreuses études et découvertes faites dans les Amériques qui repoussent les dates de l'arrivée de l'homme moderne sur ces continents depuis environ 50 ans (y compris de possibles homininés plus anciens que l'homme moderne) et dont j'ai pu parler pour certaines depuis bientôt 10 ans... Vous trouverez les liens de tous ces articles en bas de cet article.

Parlons donc de cette dernière publication, faisant partie de cette compilation de données archéologique sourcées. Pour rappel, ce site est avant tout un site de compilations de données sur divers thèmes et que l'auteur de ces compilations, s'il ne partage pas toujours les conclusions des scientifiques ou chercheurs (indépendants ou non) les concernant, a pour principal objectif la mémoire de sources de recherches (démontrées ou annulées). En effet, la réalité de la science moderne fait que ce n'est pas parce que des découvertes contredisent parfois fortement la logique et les consensus établis qu'elles ne sont pas, parfois des dizaines d'années plus tard, finalement prouvées et modifient ainsi les dogmes apparemment établis. L'exemple de la découverte de l’ornithorynque, longtemps contestée par la science, les affirmations de l'impossibilité de la submersion de continents (qui a duré des dizaines d'années) par exemple encore, le démontre largement : aucune science n'est figée ni démontrée à 100 %, ce que l'on apprend en sciences à l'école est démontré faux en assez grande partie des années plus tard. De nombreuses découvertes du passé ont ainsi littéralement disparu de la connaissance humaine, en liaison avec la protection des dogmes passés, présents et futurs et de l'attitude de certains scientifiques ou groupes de pression (qui généralisent souvent et "trompent" en quelque sorte le public ou même des scientifiques en tronquant les faits, n'insistants que sur les faux ou erreurs établis et en omettant d'autres prouvés, y compris de nos jours où des données et sites entiers disparaissent (à la vue du public et donc de futurs chercheurs) de la toile. Ces données ne se retrouvent souvent que dans des livres oubliés et peu accessibles. Un autre exemple que je pourrai donner serait par exemple la notion généralisée actuellement par ces groupes de pression protectrice des dogmes affirmant et généralisant le fait que les pyramides des Canaries seraient toutes modernes, sur le simple fait qu'une fouille aurait trouvé des traces modernes (franc-maçonniques même) sous une pyramide des Canaries. Mais une recherche consciencieuse des archives du passé nous prouve le contraire : comment certaines pyramides des Canaries (qui sont sur plusieurs îles) pourraient être modernes, alors qu'elles sont déjà citées par exemple dans un ouvrage de Juan Abreu de Galindo en 1632 (manuscrit chapitre V), cité lui-même dans l'ouvrage de 1803 de J.B.G.M. Bory de St Vincent, "Essais sur les îles Fortunées et l'antique Atlantide ou Précis de l'Histoire générale de l'Archipel des Canaries", pages 62, 118 et 503 ? Bien sûr, la simple mention de l'Atlantide donne des boutons à beaucoup de chercheurs modernes (attitude peu scientifique)... et pourtant... Heureusement, il existe encore des scientifiques qui méritent ce nom, qui tentent de regarder tous les aspects des faits et ne les tronquent pas pour satisfaire leurs propres croyances et convictions, ou encore la protection de leurs propres écrits et finances. Enfin, je rappelle aussi que ce site n'est pas un site commercial ou même une entreprise, mais un blog gratuit d'un écrivain, relayeur et chercheur indépendant...

Voici la nouvelle découverte publiée ce mois, donc les médias ont d'ailleurs largement parlé (oubliant de citer l'autre découverte de 2017 mais aussi de nombreuses autres) :

" Une chose est certaine : l'Amérique a bien été le dernier continent colonisé par notre ancêtre l'Homo sapiens après l'Europe, il y a 45 000 ans et l'Australie, il y a environ 60 000 ans. Oui, mais à quelle date a eu lieu cette arrivée ? (YH : notons que pour la majorité des scientifiques, il n'est question que de Homo sapiens (homme moderne), dans la mesure où il n'est pas recensé (officiellement) de restes d'homininés plus anciens - seulement éventuellement de très anciennes traces de chasses et d'outils non attribuées). C'est assez surprenant d'ailleurs, quand on trouve des traces d'Homo Erectus pratiquement partout dans le monde - y compris dans des îles déjà établies à leur époque - alors que la Béringie a aussi probablement existé lors des précédentes glaciations éprouvées par ces homininés...)

Jusqu'à présent, la thèse privilégiée par les paléoanthropologues était que les premiers hommes à être venus sur le continent américain seraient arrivés, il y a 13 000 ans via la Bérinigie, c'est-à-dire le pont terrestre qui a existé à plusieurs reprises entre l'Alaska et la Sibérie orientale. Cet étroit bras de mer est désormais appelé le détroit de Béring. Ces populations dîtes de « l'âge Clovis » se sont installés en deçà du 48e parallèle nord. Des pointes de flèches de cette époque ont été retrouvées dans les années 1930 dans la ville de Clovis, au Nouveau-MexiqueYH : cette thèse est en fait contestée depuis au moins 20 ans et même pratiquement annulée avec des découvertes prouvées et de plus en plus nombreuses, sur la présence de l'homme depuis au minimum 16 000 ans).

Sauf que cette hypothèse est désormais battue en brèche. En fouillant la grotte de Chiquihuite, dans le nord du Mexique, des archéologues ont en effet mis au jour des centaines d'outils en pierre taillée qui remontent jusqu'à 33 000 ans avant notre ère. Ils révèlent une méthode de taille de pierre unique en Amérique, utilisant le débitage en fines lamelles – une technologie avancée qui serait venue d’ailleurs, selon les auteurs.

 

Fouillesmexique

Selon eux, ce site aurait été occupé pendant près de 20 000 ans (YH : ce qui nous amène aux - 13 000 ans des Clovis !). Les résultats de ces recherches risquent donc d’être vivement contestés. « Cela arrive dès que quelqu’un trouve des sites plus vieux que 16.000 ans : la première réaction est soit le déni, soit une forte approbation », selon le chercheur qui a commencé à fouiller la grotte en 2012.

Dans la seconde étude, des chercheurs ont réussi à dater des échantillons de 42 sites à travers l’Amérique du Nord, utilisant la datation par radiocarbone et par luminescence. Grâce à des modèles statistiques, ils ont démontré une répartition de la présence humaine « avant, pendant et immédiatement après la période du dernier maximum glaciaire », entre 27.000 et 19.000 ans.

Cet épisode de glaciation est crucial, car il est communément admis que les calottes glaciaires couvrant à l’époque la plupart du nord du continent ont rendu impossible toute migration humaine venue d’Asie. « Donc, si des humains se trouvaient là durant cette dernière période glaciaire, c’est forcément parce qu’ils étaient arrivés avant », relève le Pr Ciprian Ardelean.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

Bolivie Pumapunku: nouvelle théorie glaciaire

 

Bolivie pumapunku3figure. 3: Carte montrant l'emplacement des champs préhistoriques surélevés (basé sur Smith et. al, 1968, [10])

 

Comme les dernières découvertes le prouvent, les cités les plus anciennes du continent sud-américain seraient Caral-Supe au Pérou (avec un village il y a 7 000 ans et une ville monumentale il y a 5 000 ans) et Valdivia en Equateur, suivies de près par Bandurria, Kotosh, Sechin, La Galgada, d'autres cités de la culture Caral-Supe et Chavin de Huantar plus tard. Les choses ont été posées dans ces deux articles récents, le cas de Valdivia et probablement d'autres sites sera abordé aussi : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

Mais une toute nouvelle publication scientifique pourrait faire de la cité de Pumapunku (et par extension la ville de Tiwanaku) en Bolivie, comme la plus ancienne du continent... Je vais donc vous traduire pour information cette nouvelle étude très complète comportant une nouvelle théorie logique, publiée par Francisco J. Ariasa, du Département de mécanique des fluides à l'Université polytechnique de Catalogne,
ESEIAAT C / Colom 11, 08222 Barcelone, Espagne.

Dans ce travail, la lubrification à la glace pour déplacer le matériau lithique jusqu'au complexe de Tiwanaku et en particulier sur l'ancien site de Pumapunku est discuté. Le glissement sur la glace (pierres glissantes sur une feuille de glace) est identifié comme la technologie la plus réalisable pour le transport de pierres lourdes à Pumapunku, ce qui correspond bien à l'inventivité et à l'approche technologique de cette civilisation, non seulement à cause des conditions climatologiques propices du bassin du Titicaca mais aussi à cause de leurs inventions techniques et leurs connaissances les plus éprouvées en matière de technologie de protection contre le gel des cultures (systèmes surélevés aussi appelés suka kollo en aymara), qui auraient modifié radicalement le microclimat entier du bassin. En effet, il est tout à fait justifié de penser que si les gens de l'ancien Tiwanaku ont pu développer une technologie totalement efficace pour faire face aux effets négatifs du gel en toute la région du bassin, au contraire, il devient très difficile de croire que les mêmes personnes, que ce soit par inadvertance ou délibérément, n'auraient pas profité du gel pour déplacer les lourdes pierres des carrières. Parce que le frottement de la glace réduit au maximum le nombre d'hommes requis pour tirer la pierre la plus lourde et parce que les civilisations andines manquaient d'animaux de trait avant l'arrivée des Européens, puis en utilisant un modèle de croissance démographique disponible - dérivé des estimations du rendement des cultures, il est possible d'évaluer une limite supérieure technologique pour l'âge de la civilisation de Tiwanaku. Enfin, pour le cas spécifique des blocs d'andésite qui étaient extraits du pied du Mont Ccapia (à 90 km du site de Tiwanaku), avec une navigation sur de grands radeaux ou des bateaux de roseaux (totora) sur le lac Titicaca, la possibilité alternative d'un ancien couloir de glace dans le golfe de Taraco est analysé.

 

Bolivie pumapunku1

figure. 1: Topographie Tiwanaku du Centro de Investigaciones Arqueologicas à Tiwanaku CIAT. A) Plataforma Litica au
Site de Pumapunku. B) Localisation mondiale du complexe Tiwanaku. C) La distance entre le Complexe Tiwanaku (1) et la
Carrière Quebrada Kausani (2) située à environ 10 km où l'on pense que les gros grès ont été extraits. cliquer pour agrandir.

 

Construit il y a des milliers d'années en Bolivie, les ruines de Tiwanaku et en particulier du site de Pumapunku ont rendu les experts perplexes depuis des décennies et bien que les chercheurs ont travaillé pour déterminer son âge par une variété de différents méthodes de datation, l'origine et l'âge exacts du site sont toujours en litige. L'âge du site a été considérablement raffiné au cours du siècle dernier. Retour en 1910, Arthur Posnansky a soutenu que le site était terminé entre 11 000-17 000 ans, [1], [2], d'après des comparaisons sur les époques géologiques et à l'archéoastronomie; commençant dans les années 1970, la première datation au radiocarbone a conclu que le site a été occupé pour la première fois vers 1 580 avant JC, [3], et puis des enregistrements radiocarbones récents (1999), [4] datent le site vers 540-600 après JC. (YH : notons tout de suite que ni les références du radiocarbone des années 1970 ni celles de 1999 n'incluent un recalcul avec les récentes recalibrations du C14 du 21ème siècle).

Néanmoins, l'étude (de 1999) ne peut pas être considérée comme concluante, car les résultats du radiocarbone - qui étaient basés sur l'analyse de la matière organique de la couche la plus basse et la plus ancienne du remblais formant le site Pumapunku, ne pouvait rendre compte que, dans le meilleur des casdu moment où les pierres de fondation étaient placées, mais ne peut pas être fermement extrapolé comme le moment auquel la pierre a été transportée des carrières, car il semble clair qu'il n'est pas nécessaire que les deux périodes doivent correspondre à l'identique, et en fait il semble que chaque période constructive sur le site de Pumapunku est séparée par un temps considérable et a sa propre technique et conception particulières, [1]. De plus, à partir du matériau lithique dispersé trouvé, un matériau lithique pourrait être déplacé ou réaffecté à un autre objectif qu'à l'initiale, un fait qui peut être facilement observé aujourd'hui par les visiteurs qui peuvent trouver des pierres de Pumapunku éparpillées à proximité de personnes extrayant de la pierre pour la construction, des églises ou la construction de voies ferrées.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Egypte : Cléopâtre et Antoine? Deux momies couvertes d'or découvertes

Egypte : Cléopâtre et Antoine ? Deux momies couvertes d'or découvertes

 

Egypte deuxmomiescouvertes or cleopatre antoine

 

Deux momies d'individus de haut rang qui vivaient à l'époque de Cléopâtre ont été découvertes à Taposiris Magna, une trouvaille qui est décrite comme «sensationnelle» car elle montre l'importance d'une nécropole qui lui est liée par la dernière fouille.

Bien que la chambre funéraire n'ait pas été perturbée depuis 2000 ans, les momies sont dans un mauvais état de conservation car l'eau s'est infiltrée. Mais des preuves cruciales révèlent qu'elles étaient à l'origine entièrement recouvertes de feuilles d'or, un luxe réservé à ceux des couches supérieures de la société. Il est probable que ces deux individus avaient interagi avec Cléopâtre elle-même, suggèrent les archéologues.

L'ouverture de la première tombe intacte découverte à Taposiris Magna a été assistée par des caméras pour un nouveau documentaire de Channel 5 , The Hunt for Cleopatra's Tomb, qui sera projeté jeudi 16 juillet 2020 à 21 heure.

C'est présenté par le Dr Glenn Godenho, maître de conférences en égyptologie à l'Université de Liverpool, qui a décrit la découverte comme phénoménale.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite