Mexique : Découverte de l'ancien royaume Maya Sak Tz'i

Mexique : Découverte de l'ancien royaume Maya Sak Tz'i

 

Mexique tablette

 

Découverte d'un ancien royaume maya avec une pyramide dans le sud du Mexique.

Après avoir cherché pendant plus d'un quart de siècle, les archéologues ont probablement finalement localisé la capitale de Sak Tz'i ', un royaume maya référencé dans des sculptures et des inscriptions de tout l'ancien monde maya. Mais ce ne sont pas les archéologues qui ont fait la découverte. Un homme du coin a découvert une tablette de 2 pieds sur 4 pieds (0,6 sur 1,2 mètre) près de Lacanja Tzeltal, une communauté du Chiapas, au Mexique.

Les inscriptions de la tablette sont un trésor de mythologie, de poésie et d'histoire qui reflètent la pratique maya typique de tisser l'histoire entre le mythe et la réalité. Diverses sections de la tablette contiennent des inscriptions qui racontent un serpent d'eau mythique, divers dieux sans nom, une inondation mythique et des récits des naissances, des vies et des batailles d'anciens dirigeantsselon un communiqué de presse de l'Université Brandeis dans le Massachusetts. YH : On est en droit de se demander dans quelle mesure et comment les archéologues postulent ou imaginent pour des mythes en ce qui concerne des serpents d'eau (l'anaconda existe et les serpents d'eaux aussi) ou même une inondation importante (qui arrivent aussi régulièrement et on peut aussi parler de déversements de lacs par exemple, ou de rupture de barrages, puisque des anciens barrages sont connus..., voir de mémoire ancestrale écrite conservée par l'élite...). 

Sak Tz'i' était assise sur ce qui est maintenant la frontière entre le Mexique et le Guatemala, et ce n'était probablement pas un royaume particulièrement puissant, a déclaré Charles Golden, professeur agrégé d'anthropologie à l'Université de Brandeis, dans le communiqué.

 

Mexique carte

Figure 1. Carte régionale montrant les sites archéologiques et les frontières modernes (par C. Golden).

 

Bien qu'elle soit entourée de voisins plus forts, les preuves suggèrent que la capitale du royaume a été occupée pendant plus d'un millénaire après s'être établie en 750 avant JC. La longévité du royaume peut être due aux fortifications qui entouraient sa capitale. Les chercheurs ont trouvé des preuves que la ville était protégée par un ruisseau avec un ravin abrupt d'un côté et des murs de maçonnerie défensifs de l'autre.

Lire la suite ci-dessous :

Les membres de l'équipe ont ajouté que le royaume aurait pu bénéficier de la conclusion d'accords de paix stratégiques avec ses voisins les plus puissants. Même si ce royaume n'a jamais atteint une grande puissance, " Sak Tz'i 'était un ennemi redoutable et un allié important de ces grands royaumes, comme en témoigne la fréquence à laquelle il apparaît dans les textes de ces sites ", ont écrit les chercheurs dans l'étude, publiée en ligne en décembre 2019 dans le Journal of Field Archaeology.

Cela dit, le royaume a connu des conflits, à la fois avec ses voisins et avec la nature, suggère le dossier archéologique. Par exemple, il y a une figure d'une scène dansante sculptée dans le bas de la tablette. Ce souverain est habillé comme le dieu Yopaat, associé à de violentes tempêtes tropicales. La figure tient une hache éclair dans sa main droite et une arme en pierre utilisée dans le combat rituel dans sa main gauche. 

De plus, les chercheurs ont trouvé une autre sculpture sur le site qui semble parler d'un incendie qui a détruit une partie de la ville lors d'un violent conflit avec l'un de ses voisins.

 

Mexique carte royaumes8emesiecleapjc

Figure 2. Territoires du VIIIe siècle après JC des royaumes mayas de la région de la rivière Usumacinta, modélisés par Anaya et ses collègues ( 2003 ).

 

Depuis le début des fouilles à l'été 2018, les chercheurs ont identifié plusieurs structures qui offrent un aperçu de la vie politique, religieuse et commerciale dans le royaume. Il s'agit notamment des restes de pyramides, d'un palais royal et d'un terrain de jeu de balle

L'une des caractéristiques les plus frappantes de la capitale, les ruines d'une pyramide qui mesurait autrefois 14 mètres de haut, est entourée de structures qui auraient pu servir de maisons aux élites et aux rituels religieux, ont déclaré les chercheurs. La pyramide a également un certain nombre de stèles (dalles de pierre sculptées) autour d'elle, dont une montrant la plante des pieds des nobles tournée vers l'extérieur vers le spectateur, " une représentation inhabituelle qui ne figurait par ailleurs que sur quelques vases mayas ", ont écrit les chercheurs dans le étude.

En outre, les chercheurs ont découvert une cour de 1,5 acre (0,6 hectare) appelée Plaza Muk'ul Ton, ou Monuments Plaza, où les gens se réunissaient pour des cérémonies religieuses et politiques. 

Cette découverte marque une avancée majeure dans l'étude de l'ancien monde maya. Les chercheurs espèrent qu'une analyse plus approfondie de l'architecture du site et des inscriptions détaillées offriront de nouvelles perspectives sur la politique, l'économie, les rituels et la guerre dans les régions occidentales de la civilisation maya. À l'avenir, les archéologues prévoient d'utiliser le lidar - ou détection et télémétrie de la lumière - un outil qui utilise des lasers et peut être monté sur un avion ou un drone pour découvrir l'architecture et la topographie cachées sous la canopée dense de la jungle.

 

Mexique carte site

Figure 3. Carte des groupes architecturaux et des canaux de ruisseau à Lacanjá Tzeltal, sur DEM photogrammétrique (réalisée avec DJI Phantom 4 Pro et AgiSoft Metashape v. 1.5.1; par C. Golden et AK Scherer).

 

L'équipe est particulièrement intéressée par la façon dont des royaumes tels que Sak Tz'i 'ont réussi à survivre aussi longtemps, bien qu'ils ne soient apparemment jamais devenus aussi puissants que les royaumes rivaux de la région.

Certains détails de la publication : " 

Le déchiffrement de l'écriture maya précolombienne a révolutionné l'archéologie, révélant des centaines de lieux, d'individus et de leurs rôles dans la riche histoire politique des royaumes mayas (par exemple, Berlin 1958 ; Houston 1993 ; Martin et Grube 2008 ; Stuart et Houston 1994 ; Tokovinine 2013 ) . Certains de ces titres sont appelés «glyphes emblèmes». Pendant la période Maya Classique ( 250-200 Après JC ), le glyphe de l'emblème a fonctionné comme une épithète exaltée identifiant un souverain ou, plus rarement, les membres de la famille immédiate du souverain (Martin et Grube 2008, 19). Ces glyphes consistent en un «signe principal» central (qui peut ou non être un nom de lieu), suivi du titre ajaw , généralement traduit par «seigneur». De nombreux glyphes d'emblèmes ont également été préfixés par l'adjectif k'uhulou "saint, divin", nommant le porteur comme un "saint seigneur". Pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises, cette dernière caractéristique est absente dans le cas du titre Sak Tz'i' et de certaines autres dynasties. Alors que le titre seigneurial a été modifié pour englober une gamme d'individus de haut rang, les glyphes emblèmes ont effectivement fonctionné pour nommer leurs détenteurs comme le roi (ou, avec un modificateur féminin, comme la reine) d'un régime politique. Les glyphes emblématiques sont donc cruciaux pour déterminer l'emplacement des sièges dynastiques, par la logique que leur apparition dans les inscriptions se concentrera dans ces centres royaux, en particulier en relation avec des événements purement locaux. Ces actions peuvent inclure, par exemple, la construction de pyramides et d'autres bâtiments monumentaux, des rituels d'incendie ou d'encens, des sépultures ou l'érection de monuments sculptés.

 

Mexique tablette1

Figure 4. (à gauche) Dessin de Stephen Houston du panneau 1 (à droite) modèle 3D du panneau (par C. Golden, utilisant le scanner Artec Eva et Artec Studio 13 Professional)

 

À ce point, pourtant, certains glyphes emblèmes restent déconnectés des ruines connues. Cela se produit surtout lorsque leur mention se produit dans des royaumes étrangers et lorsque des textes sont supprimés illicitement avant de pouvoir être documentés in situ. Ces deux conditions s'appliquent au royaume Sak Tz'i '. Les inscriptions sur des sites tels que Piedras Negras, Bonampak, Yaxchilan et Tonina font référence aux dirigeants et aux nobles de Sak Tz'i ', tandis que les sculptures de son centre-ville résident maintenant dans des musées et des collections privées. Ces textes témoignent de la large influence du royaume et de son rôle énergétique dans la politique régionale mais ne précisent pas sa capitale et son cœur. Néanmoins, ces inscriptions ont fourni des preuves suggestives de l'emplacement du siège dynastique de Sak Tz'i '. Il y a près de vingt ans, Armando Anaya Hernández, Stanley Guenter et Marc Zender (2003 ) a modélisé les frontières hypothétiques du royaume Sak Tz'i ' en utilisant la distribution de références textuelles à la dynastie, ses alliés et ses rivaux. Leur analyse a suggéré que le cœur du Sak Tz'i 'se trouvait à l'ouest de la rivière Usumacinta au Chiapas, niché dans le paysage adjacent aux royaumes de Piedras Negras et Yaxchilan.

Confirmant la prescience de ce modèle, nous soutenons que des recherches archéologiques et épigraphiques récentes nous permettent de centrer le siège dynastique de la dynastie Sak Tz'i ' sur un site près de la communauté moderne de Lacanjá Tzeltal, Chiapas. Située au cœur des limites modélisées par Anaya et ses collègues, cette ville antique présente des bâtiments monumentaux de taille relativement grande, tous deux compatibles avec la capitale d'une communauté politique maya occidentale ( figures 1 à 3 ). Cependant, les données épigraphiques trouvées in situ, y compris un monument représentant incontestablement une annonce du 8e siècle, sont les plus critiques pour notre identification.souverain de Sak Tz'i '. Dans cet article, nous synthétisons les recherches antérieures sur Sak Tz'i ', soulignant les efforts passés pour localiser la capitale du royaume, et présentons les résultats d'une étude préliminaire du site archéologique. Nous présentons également le premier dessin et la première lecture du panneau 1 de Lacanjá Tzeltal, la sculpture cruciale pour situer ce royaume maya perdu ( figure 4 ; le glyphe de l'emblème Sak Tz'i apparaît aux positions G1 et O2)."

Fouilleterrainjeudeballe

Whittaker Schroder, étudiant de l'Université de Pennsylvanie (à gauche) et Andrew Scherer, bioarchéologue de l'Université Brown (à droite), ont fouillé les restes du terrain de balle Maya. (Crédit image: Charles Gordon)

 

Sources : Journal of Field Archaeology

www.brandeis.edu/now/2020/march/maya-discovery-golden.html

https://www.livescience.com/maya-kingdom-discovered-in-mexico.html

 

Articles sur les Mayas : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-barrage-geant-maya-decouvert-a-tikal-guatemala.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-les-decouvertes-archeologiques-s-enchainent.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-autre-statuette-cosmonaute-antique-trouvee-au-mexique.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-observatoire-astronomique-maya-decouvert.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-temple-maya-dedie-au-soleil-nocturne-decouvert-au-guatemala.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mayas-retrouves-dans-l-illinois.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/seibal-complique-les-origines-mysterieuses-des-mayas-et-olmeques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/moyen-age-18eme-siecle/guatemala-decouverte-d-une-frise-maya-vieille-de-1-400-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/chactun-la-cite-maya-retrouvee.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-de-deux-cites-perdues-mayas-au-mexique.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-reseau-de-tunnels-decouvert-sous-la-pyramide-maya-de-palenque.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/belize-un-ecrit-maya-historique-decouvert-sur-un-mysterieux-bijou-en-jade.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-les-disques-d-or-mayas-de-chichen-ltza.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/guatemala-le-vrai-coeur-de-l-empire-maya-decouvert.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/guatemala-decouverte-de-l-autel-d-un-roi-maya-inconnu.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/guatemala-des-centaines-d-artefacts-mayas-dans-le-lac-peten-itza.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-decouverte-d-un-grand-palais-maya-au-yucatan.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/maya-mexique-redecouverte-de-souterrains-rituels-intacts.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-decouverte-de-27-sites-mayas-sur-une-carte-lidar.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/de-nouveaux-cranes-deformes-decouverts-au-nord-du-mexique.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 23-03-2020

 

archéologie prehistoire échange volcanisme lire mystère légendes antiquité

Ajouter un commentaire