21ème Siècle

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

Théorie et Expérimentation: plusieurs réalités objectives ?

 

Trou noir ver

 

Une nouvelle étude associée à une expérimentation a été publiée récemment dans Nature Physics, proposant un autre théorème que celui de Bell, à l'aide d'une expérimentation physique du paradoxe de l’ami de Wigner avec un scénario introduit par Brukner. La question principale posée est : La théorie quantique s'applique-t-elle à toutes les échelles, y compris celle des observateurs ?

" Il s'agit d'une expérience de réflexion abordant le problème de la mesure quantique - la difficulté de concilier l'évolution (unitaire, déterministe) de systèmes isolés et la mise à jour d'état (non unitaire, probabiliste) après une mesure. Ici, en s'appuyant sur un scénario avec deux amis séparés mais intriqués introduit par Brukner, nous prouvons que si l'évolution quantique est contrôlable à l'échelle d'un observateur, alors celle du 'Non-Superdeterminisme', 'Localité' ou 'Absoluité des événements observés (AOE)' - que tout événement observé existe absolument et non relativement - doit être faux. Nous montrons que bien que la violation des inégalités de type Bell dans de tels scénarios ne soit pas en général suffisante pour démontrer la contradiction entre ces trois hypothèses, de nouvelles inégalités peuvent être dérivées, de manière indépendante de la théorie, qui sont violées par les corrélations quantiques. Ceci est démontré dans une expérience de démonstration de principe où le chemin d’un photon est considéré comme un observateur. Nous discutons comment ce nouveau théorème impose des contraintes strictement plus fortes sur la réalité physique que le théorème de Bell."

La Mécanique quantique: Si les ressorts de cette discipline encore jeune (à peine un siècle) questionnent profondément les rares esprits qui s'adonnent à son étude, l'on sait néanmoins que la physique quantique décrit avec une précision confondante les comportements les plus contre-intuitifs des atomes et des particules, posant souvent plus de questions qu'elle n'en résout.

Pour les chercheurs travaillant dans le champs de la physique relativiste, le monde possède deux qualités importantes. Il est à la fois :

réaliste, c'est-à-dire que la réalité est objective et ne dépend pas d'une mesure ou d'un observateur ;

déterministe, c'est-à-dire que la réalité n'est pas aléatoire mais le fruit d'un ensemble de variables produisant des résultats systématiques et prédictibles (pourvu que l'on dispose de toutes les informations nécessaires à sa compréhension).

Or, la physique quantique nous apprend qu'il en va bien autrement en deçà d'une certaine échelle, dans le monde exotique des atomes et des particules, voire des molécules. Imaginons qu'une particule, un peu comme un interrupteur, admette deux états possibles, que nous baptiserons 1 et 0 pour un maximum de simplicité. Si l'on en croit l'interprétation de Copenhague (le consensus actuel), tandis qu'un interrupteur ne peut être que dans un seul état à la fois (allumé ou éteint), la particule, elle, se trouve dans ce que l'on appelle une superposition d'états, c'est-à-dire à la fois 1 et 0. Cette superposition ne disparaît que lorsqu'un observateur décide de mesurer son état, causant ainsi un effondrement de la fonction d'onde. Cette première idée contredit la possibilité d'une réalité unique et objective pour notre particule, mais les choses ne s'arrêtent pas là.

En effet, toujours d'après la théorie quantique, la particule ne suit pas une logique déterministe mais probabiliste. On ne peut donc pas prédire l'état dans lequel elle sera, mais seulement calculer la probabilité d'obtenir un état ou un autre. Dans notre cas, et toujours par souci de simplicité, nous dirons que notre particule a une chance sur deux d'être dans l'état 1 ou 0.

Les scientifiques ignorent encore à ce jour par quel mécanisme la particule passe d'une superposition d'états à un état fixe. Certains ont suggéré que la fonction d'onde s'effondre au moment où la mesure est faite, d'autres encore que l'intervention d'un observateur conscient est nécessaire -- cette dernière notion a amené certains à tordre la physique quantique pour lui faire dire que nous pouvions modifier la fabrique de la réalité par la simple force de notre esprit, ce qui, pour autant que nous sachions, est complètement erroné. Aujourd'hui, les chercheurs travaillant avec des systèmes quantiques complexes savent qu'un simple coup de vent peut causer l'effondrement du fragile château de carte qu'est la superposition quantique, fragile à l'interaction avec les particules présentes dans l'air. La question de ce qui fait la valeur d'une mesure ou d'un observateur demeure donc encore en suspens. Néanmoins, cette nouvelle expérience parvient aujourd'hui à apporter de nouveaux éléments de réponse, permettant d'affiner les impératifs et contraintes concernant cette question primordiale.

La notion d'intrication quantique. Nous savons d'ores et déjà que lorsque nous mesurons l'état d'une particule quantique, nous avons 50 % de chance de trouver 1 ou 0. Mais les particules intriquées, elles, partagent une relation particulière. Liées l'une à l'autre (suite à une manipulation volontaire ou, plus rarement, accidentellement), elles forment un tout inséparable où l'état de l'une est dépendant de celui de l'autre. Plus simplement, les deux particules se trouvent chacune dans une superposition d'états (1 et 0) jusqu'à que l'une d'entre elles soit mesurée. Cette mesure cause un effondrement de la fonction d'onde simultané pour la paire, et chacune se fixe alors dans un état opposé, et ce, peu importe la distance qui les sépare :

Cela signifie qu'en théorie, si vous placez une particule sur la Lune et sa jumelle sur Terre, la mesure de la particule terrienne (donnant par exemple l'état 1) provoquerait l'effondrement de la fonction d'onde de sa jumelle lunaire (qui acquerrait alors l'état 0) au même instant. Ceux qui se souviennent encore de leurs cours de physique protesteront alors en affirmant que cela est impossible car rien, même l'information, ne voyage plus vite que la lumière (qui met 1,3 seconde à nous parvenir de la Lune). Einstein n'était d'ailleurs pas le plus grand adepte de cette notion, qu'il surnommait la dérangeante (ou effrayante) action à distance.

Dans les années 1960, le physicien John Bell décide d'en apprendre plus sur cette communication manifestement instantanée entre les particules intriquées. Il part ainsi de deux principes initiaux, afin de respecter la vision classique du monde :

  • principe de localité : les particules ne peuvent pas s'influencer mutuellement plus vite que la lumière ;
  • réalisme : les particules suivent un fonctionnement déterministe (et non probabiliste) que nous peinons simplement à prédire à cause de variables cachées.

 

Sur la base de ces deux postulats, Bell calcule l'ensemble des états possibles pour la mesure d'une paire de particules intriquées dans un contexte complexe et obtient ainsi un seuil de corrélation théorique. Depuis, de nombreux « tests de Bell » ont été effectués dont les résultats ont infailliblement violé le seuil théorique calculé par Bell. Selon lui, une seule conclusion pouvait être tirée de ce constat : l'un de ses postulats de départ était faux. Mais lequel ?

Ici, nous pouvons parler de la Théorie de l'ordre implicite du physicien américain David Bohm, reprise par d'autres ensuite :

Lire la suite

Etudes et expérimentation: preuve de bactéries dans l'espace

Etudes et expérimentation : Des bactéries vivant dans l'espace prouvées

 

Iss jaxa nasa bacteriacoul

ISS - International Space Station. Credit: JAXA/NASA

 

La bactérie Deinococcus radiodurans est hyper résistante, faisant partie des extrêmophiles : elle peut survivre au froid, à la déshydratation, à l'acide, aux UV et aux rayonnements ionisants. De plus, une nouvelle étude vient de révéler qu'elle pouvait parfaitement s'acclimater à l'environnement extrême de l'espace, pour une longue durée.

La mission japonaise Tanpopo (pour « pissenlit » en français) visait à vérifier cette hypothèse. Une colonie de bactéries séchées a été placée entre des panneaux d'exposition, dans un module fixé à l'extérieur de la Station spatiale internationale, qui orbite à 400 kilomètres autour de la Terre.

 

Yugiastronauteandmoduleexham bacteriacoul

Japanese astronaut Mr. Yugi set up the exposure experiment module ExHAM on the International Space Station. L'astronaute Yugi montre le mudule d'expérimentation de la cabine de l'ISS. Credit: JAXA/NASA

 

Au bout de trois ans, rapporte l'étude parue dans « Frontiers in Microbiology », les bactéries à la surface étaient mortes, mais cela a créé une couche protectrice pour les bactéries en-dessous, assurant la survie de la colonie. Ces résultats ont permis aux chercheurs d'extrapoler qu'une colonie d'un millimètre de diamètre pourrait potentiellement survivre jusqu'à 8 ans dans des conditions spatiales.

Alors que les rayons cosmiques qui traversent l'espace sont assez puissants pour causer des dommages génétiques, la bactérie Deinococcus a pour particularité de pouvoir réparer son ADN en seulement quelques heures.

 

Deinococcus radiodurans l

 

Des bactéries pour essaimer la vie

 

Comme pour les graines de pissenlits qui se dispersent dans l'air, les scientifiques japonais cherchaient à savoir à travers cette expérience si des organismes vivants microscopiques pourraient se propager à travers l'espace, grâce aux comètes par exemple, et ainsi essaimer la vie sur d'autres planètes. Ces travaux fournissent, à ce jour, la meilleure estimation de la survie bactérienne dans l'espace, même s'il faudrait également tester la capacité de ces bactéries à subir un atterrissage sur une planète. « Les résultats suggèrent que le Deinococcus radiodurans pourrait survivre durant un voyage interplanétaire entre la Terre à Mars, qui peut durer plusieurs mois ou plusieurs années », a déclaré à la presse américaine le Dr Yamagishi, auteur principal de l'étude.

Lire la suite

Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes C14

IntCal20 : Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes du C14

 

Stalagmites grottehulu chine 14000 55000ans

 

Si le niveau de C-14 dans l'atmosphère avait toujours été constant, la datation au radiocarbone serait simple. Mais ce n'est pas le cas. Les changements dans le cycle du carbone, le rayonnement cosmique, l'utilisation de combustibles fossiles et les essais nucléaires du XXe siècle ont tous causé de grandes variations au fil du temps. Ainsi, toutes les dates au radiocarbone doivent être ajustées (ou étalonnées) pour être transformées en âges calendaires précis.

Sans cet ajustement, les dates pourraient être dépassées de 10 à 15%. Cette semaine, est paru un effort international de sept ans pour recalculer trois courbes d'étalonnage au radiocarbone:

IntCal20 («20» pour signifier cette année) pour les objets de l'hémisphère nord

SHCal20 pour les échantillons de l'hémisphère sud dominé par l'océan

Marine20 pour les échantillons des océans du monde.

 

Ces courbes mises à jour ont été construites en mesurant une pléthore de matériaux qui enregistrent les niveaux de radiocarbone passés, mais qui peuvent également être datés par d'autres méthodes. Les liens vers les trois publications scientifiques sont en bas de cet article.

Les archives comprennent des anneaux d'arbres provenant d'anciennes grumes conservées dans des zones humides, des stalagmites de grottes, des coraux du plateau continental et des sédiments forés dans les lits des lacs et des océans.

 

Arbrekauri nouvelle zelande 40000ans

Les anciens arbres de kauri ( Agathis australis ) de Nouvelle-Zélande comme cet exemple ont été utilisés pour aider à construire les courbes d'étalonnage. Cet arbre a environ 40 000 ans et a été retrouvé enterré sous terre. Crédit Nelson Parker

 

Au total, les nouvelles courbes sont basées sur près de 15 000 mesures au radiocarbone effectuées sur des objets jusqu'à 60 000 ans.

Les progrès de la mesure du radiocarbone à l'aide de la spectrométrie de masse par accélérateur signifient que les courbes mises à jour peuvent utiliser de très petits échantillons, tels que des anneaux d'arbre simples à partir d'une croissance d'un an seulement.

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 2ème trimestre 2020

 

MAJ 23-07-2020

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2020.html


 

Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité ovni (objet volant non identifié) et d'oani (objet aquatique non identifié) dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde.

L'édition de avril - mai - juin 2020 vous est présentée par Gilles.T.

Dans l'édition de ce mois-ci :

Lire la suite

Génome humain : pas encore complètement décodé

Génome humain : pas encore complètement décodé

 

Chromosomes miga al nature 2020

Représentation des 22 chromosomes humains et du chromosome X (agrandi à droite). Les barres bleues et orange représentent les séquences continues obtenues par le séquençage par nanopores. © Miga et al., Nature 2020

 

En 2003, Human Genome Project annonçait le séquençage complet du génome humain avec plus de deux ans d'avance sur les prévisions initiales. Mais la majorité des médias s'étaient contentés de relayer l'information sans trop approfondir, ni comprendre d'ailleurs, et pour la majorité des gens, c'était donc finalisé. Mais c'était en partie faux : Si cette cartographie couvre 99 % des trois milliards de bases ADN du génome, il reste de nombreux trous et séquences manquantes sur les différents chromosomes. Car le génome n'a pas été séquencé en une seule fois : c'est une sorte de gigantesque puzzle reconstruit à partir de séquences d'ADN mises bout à bout, ce qui entraîne des discontinuités et des répétitions. Certaines zones contiennent ainsi de nombreuses séquences redondantes, ce qui rend particulièrement difficile la reconstruction. Imaginez un puzzle avec un grand ciel bleu où l'on n'aurait aucun indice sur la forme et l'emplacement des pièces qui le composent. Et plus les séquences sont petites, plus le casse-tête est compliqué. Ces répétitions sont particulièrement abondantes dans la zone centrale du chromosome, là où les télomères se croisent, car l'ADN y est très enchevêtré. Ce n'est pas parce que le séquençage a été finalisé que le décodage l'est...

Cette semaine, une équipe du Genomics Institute de l'université de Californie à Santa Cruz a semble-t-il réussi à surmonter ces obstacles et vient d'annoncer le séquençage complet d'un chromosome, à savoir le chromosome sexuel X. Les chercheurs, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature, ont pour cela eu recours au séquenceur MinION fabriqué par Oxford Nanopore Technologies qui utilise le séquençage par nanopores. Cette technique consiste à appliquer un courant électrique à une membrane perforée de milliers de trous d'environ un nanomètre de diamètre. En traversant ces nanopores, les bases azotées de l'ADN produisent chacune une variation différente du courant, ce qui permet de les identifier. Il est ainsi possible de retranscrire des séquences bien plus longues mesurant des centaines de milliers de paires de bases. « Nous pouvons ainsi couvrir entièrement des régions répétitives jusqu'ici considérées comme insolubles », atteste Karen Miga, l'auteure principale de l'étude.

Il demeurait cependant de multiples ruptures dans le génome que les chercheurs ont dû corriger manuellement, en s'appuyant sur les variantes dans les séquences répétitives pour servir de marqueurs, utilisés ensuite pour aligner et relier les séquences entre elles. « Nous avons utilisé un processus itératif sur trois plateformes différentes pour ajuster le séquençage et atteindre un haut niveau de précision », indique Karen Miga. Au total, l'équipe a réussi à compléter les 29 trous présents sur le chromosome X dans la base de données du génome de référence de 2003.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 4

OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 4 -

 

MAJ épisode 06

 

Allen hynek jacques vallee 1

Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

 

Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

 

Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

Cette nouvelle saison 4 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Didier Gomez, de Bruno Botta, Rémy Fauchereau, Gérard Deforge, Thierry Rocher et Bernard Hugues.

Soir ovni dans le monde

Lire la suite

OVNIs : ODHtv - Actualités 1er trimestre 2020

OVNIs : ODHtv - Actualités 1er trimestre 2020

MAJ 30-03-2020

Ovni dans le monde odhtv

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html


 

JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les ovnis dans l'histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans cette vidéo sont des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche...).

L'édition de fin décembre 2019 vous est présentée par Gilles.T. :

Lire la suite

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

Terre: Nouvelles structures internes. Europe: un point chaud revient

 

Carte terre sequencer

Terre: Des nouvelles structures détectées sous son manteau

 

Une collaboration entre des astrophysiciens et des géologues fait apparaître des structures inconnues à la surface du noyau solide de la Terre. C'est l'astrophysicien Brice Ménard, à l'université John Hopkins (États-Unis) qui a permis cette découverte, grâce au développement d'un nouvel algorithme informatique, nommé le Sequencer. L'avantage de cet algorithme est qu'il est adaptable à diverses données massives. Généralement, les intelligences artificielles classiques se basent sur un apprentissage progressif, le Sequencer est capable de chercher... et de trouver par lui-même, des informations noyées dans un flot de données. « Le tout à partir d'une définition mathématique de ce qui est potentiellement intéressant. » Il y a quelques mois, cet algorithme a ainsi permis à l'équipe qui entoure Brice Ménard de définir une nouvelle façon d'estimer la masse des trous noirs supermassifs. « Le Sequencer a trouvé une relation entre cette masse et certaines propriétés des galaxies qui hébergent ces trous noirs, précise l'astrophysicien. Avant, nous ne pouvions travailler que sur une centaine des galaxies les plus proches de nous. Désormais, c'est l'Univers tout entier qui s'ouvre à nous ».

« Aujourd'hui, les chercheurs, tous les chercheurs, sont noyés dans les données. Il y en a de plus en plus. Il y en a trop pour qu'ils puissent les visualiser », nous explique-t-il. Impossible de traiter ces milliers, voire ces millions d'objets « à la main ». L'approche mathématique est devenue incontournable. En adoptant ce point de vue, l'horizon s'éclaire. « Tant que l'on sait ce que l'on cherche. » Cependant, les choses se compliquent lorsque l'on ne sait pas exactement ce que l'on attend des données en question.

« Il n'est pas si rare que des chercheurs trouvent, dans des données disponibles depuis des années, des objets ou des effets intéressants qui étaient restés cachés là, seulement parce que personne ne les avait cherchés. »

Profitant de ce puissant algorithme, des géologues ont injecté quelque 30 années de données sismologiques dans le Sequencer. Des milliers de sismogrammes générés par des centaines de tremblements de terre profonds et puissants enregistrés, de magnitude supérieure à 6,5 sur l'échelle de Richter. Comme on le sait, les ondes sismiques émises par ces tremblements de terre peuvent renseigner les chercheurs sur la composition de l'intérieur de notre Planète. Tout comme les ultrasons donnent aux médecins des images de l'intérieur de notre corps. Il s'agit donc d'interprétations de leurs échos par des spécialistes. Le problème, c'est que jusqu'à présent, il était impossible aux géologues de distinguer dans ces signaux les échos les plus faibles du simple bruit de fond.

Comme prévu, le Sequencer est parvenu à discriminer deux types d'échos du bruit de fond. Les premiers, dont l'amplitude décroît très vite avec le temps, trahissent la présence de structures dont les propriétés sont très différentes de celles du manteau environnant. Les seconds, dont l'amplitude décroît plus lentement, pourraient provenir de sources distribuées. Comme des vagues (ou ondes) se déplaçant à la frontière de grandes régions à faible vitesse de cisaillement. La preuve, en tout cas, que la base du manteau terrestre est bien plus hétérogène que le pensaient jusqu'alors les géologues.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

 

Albertminiature

 

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

 

Testamentducenghien

www.editions-coprur.fr

http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

 

Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

Lire la suite

Une exoterre confirmée autour de Proxima Centori

Une exoterre confirmée autour de Proxima Centori

 

Proximab

Reconstitution artistique - MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA / SCIENCE PHOTO LIBRARY

 

Elle était déjà fortement soupçonnée, mais une publication scientifique parue le 26 mai 2020 vient de confirmer la présence d'une planète autour de l'étoile la plus proche de nous, Proxima du Centaure, située à 4,2 années-lumière seulement. De plus, cette planète est d'une masse similaire à celle de la Terre et est dans la zone habitable, considérée comme propice à la vie. Une seconde planète semble avoir été confirmée.

Le spectrographe Espresso installé sur le VLT a permis à une équipe internationale de scientifiques d'établir les mesures les plus précises obtenues à ce jour. La publication, parue dans la revue Astronomy & Astrophysics est consultable sur la banque de donnée Arxiv ici : https://arxiv.org/abs/2005.12114

Voici la traduction du résumé, assez complexe pour les non spécialistes bien sûr : " Notre objectif est de confirmer la présence de Proxima b à l'aide de mesures indépendantes obtenues avec le nouveau spectrographe ESPRESSO, et d'affiner les paramètres planétaires en profitant de sa précision améliorée. Nous avons analysé 63 observations ESPRESSO spectroscopiques de Proxima prises en 2019. Nous avons obtenu des mesures de vitesse radiale avec un bruit photonique de vitesse radiale typique de 26 cm / s. Nous avons effectué une analyse MCMC conjointe sur les séries chronologiques de la vitesse radiale et de la demi-maximale pleine largeur de la fonction de corrélation croisée pour modéliser les signaux planétaires et stellaires présents dans les données, en appliquant une régression du processus gaussien pour traiter l'activité stellaire. Nous confirmons la présence de Proxima b indépendamment dans les données ESPRESSOLes données ESPRESSO seules montrent Proxima b à une période de 11,218± 0,029 jours, avec une masse minimale de 1,29 ± 0,13 moi. Dans l'ensemble de données combiné, nous mesurons une période de 11,18427± 0,00070 jours avec une masse minimale de 1,173 ±0,086 moi. Nous ne trouvons aucune preuve d'activité stellaire comme cause potentielle du signal de 11,2 jours. Nous trouvons des preuves de la présence d'un deuxième signal de courte période, à 5,15 jours avec une semi-amplitude de seulement 40 cm / s. Si elle était causée par un compagnon planétaire, elle correspondrait à une masse minimale de 0,29±0,08 moi. Nous constatons que la FWHM du CCF peut être utilisée comme proxy pour les changements de luminosité et que son gradient avec le temps peut être utilisé pour dissuader avec succès les données de vitesse radiale d'une partie de l'influence de l'activité stellaire. Le signal de vitesse radiale induit par l'activité dans les données ESPRESSO montre une tendance de l'amplitude vers des longueurs d'onde plus rouges. Les vitesses mesurées à l'aide de l'extrémité rouge du spectrographe sont moins affectées par l'activité, ce qui suggère que l'activité stellaire est dominée par les taches (solaires). Les données collectées excluent la présence de compagnons supplémentaires avec des masses supérieures à 0,6 Me à des périodes inférieures à 50 jours."

La masse de cette planète est donc très semblable à celle de la Terre1,29 ± 0,13 moi à 1,173 ±0,086 moi, 1 étant celle de la Terre. Sa position dans ce qui est appelé zone d'habitabilité, c'est à dire comme la région dans laquelle de l'eau peut exister à l'état liquide à la surface, ainsi que sa proximité, en fait le principal objectif pour les prochaines détections liées à la biologie, comme le dit Jonay González Hernández, coauteur de l'étude :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

OVNI : résumé sur les 4 vidéos de la divulgation US

OVNI : résumé sur les 4 vidéos de la divulgation US

 

Incidenthelico cannetodecaronia sicile

L'incident grave de 2004 à Canneto di Caronia, en Sicile, dans lequel un Ovni force un hélicoptère de la protection civile italienne à se poser en catastrophe après avoir détruit son rotor

 

Tout comme moi, la presse mondiale en avait beaucoup parlé en 2017, y compris en France, mais les développements de l'affaire et nouveautés ont été limités aux médias spécialisés, la plupart des grands médias n'en faisant plus le relais auprès du public, ou donnant de mauvaises infos, essentiellement à cause de la méconnaissance réelle de l'historique de l'affaire, et probablement de leur intérêt limité ou méfiant, voir préjugé de la part des journalistes. L'actualité des grands médias, répétitive et consacrée à 90% au covid depuis plusieurs mois, n'arrange pas les choses pour les autres informations, de toute évidence. https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovni-usa-des-millions-de-dans-une-etude-secrete-et-des-preuves.html

J'avais déjà parlé de preuves évidentes à cette époque, et les enquêtes militaires et du Congrès américain ont bien confirmé cet état de fait depuis. Même un ancien directeur de la DGSE française s'est récemment exprimé, Mr Juillet, reconnaissant ces preuves évidentes et admettant, tout comme le Ministre des Armées françaises en 1974, Mr Galley, l'avait déjà fait, que le phénomène est bien réel, donc prouvé par les armées, mais incompréhensible dans l'état des sciences humaines. Le GEIPAN français, l'un des seuls organismes au monde s'occupant du phénomène officiellement, dépendant du CNES, admet qu'il y a au minimum 6 % de cas inexplicables en France. Mr Jacques Vallée, astrophysicien et informaticien, qui compile les bases de données concernant le phénomène de plusieurs pays, affirme qu'il y a Ovnis entre 10 et 20 de cas inexpliquesovnis-entre-10-et-20-de-cas-inexpliques.pdf (5.86 Mo), probablement plus car de grands pays manquent en partie dans ces bases de données, ce qui représente pour l'instant un minimum de 100 000 cas inexplicables depuis ces enregistrements. La base de données italienne, l'une des mieux fournie au monde, qui recense les données italiennes depuis 1901 sur le phénomène (et oui, 1947 est une date artificielle et trompeuse (les russes affirment que les premiers ufologues, chez eux, datent de 1897)), et en alliance avec les autorités militaires du pays, a été enfin transmise aux chercheurs américains l'année dernière.

L'enquête du groupe de divulgation américain, réuni par l'ancien chanteur du groupe Blink, Tom Delonge, et réunissant des scientifiques reconnus, d'anciens membres des services secrets et de l'armée américaine, ingénieur aéronautique réputé (de Loockheed), fortement appuyé par un ancien sénateur, ancien leader de parti politique et maintenant par plusieurs membres du Congrès américain, a été diffusée aux USA en 2019, et a fait beaucoup avancer les choses. La diffusion du film OVNI : une affaire d'Etat suivi de la série OVNI : dossiers déclassifiés US, vient d'avoir lieu en France, pendant le confinement et sur la chaîne Planète A&E, et a eu peu d'impact, comme prévu, car peu ou pas du tout discutée par les médias. L'orientation de ce groupe de divulgation semble produire de bons résultats auprès de l'administration américaine, en lui faisant prendre conscience enfin de l'inaction préjudiciable des politiques sur le sujet et en leur faisant peur sur le manque de sécurité évident des Etats, dont les armées semblent depuis toujours dépassées et inefficaces devant les capacités du phénomène, d'autant plus que plusieurs incidents récents, jugés comme dangereux et graves par plusieurs pilotes américains, se sont produits depuis le fameux incident du Nimitz en 2004, et sont affirmés comme se produire toujours actuellement. Ce qui ressemble fort à une agression d'un hélicoptère de la protection civile italienne (en 2004) de la part du phénomène, en Sicile, donne un appui assez inédit à cette alerte, que le groupe considère comme mondiale. Cette affaire est très documentée par l'armée italienne (plusieurs photos, analyse des dégâts sur le rotor de l'hélicoptère en vol, par un probable rayon inconnu - il en est question lors de cette enquête), ainsi que les incendies de plusieurs habitations du nord de la Sicile sur plusieurs jours, par des rayons estimés provenant des fonds marins. J'en avais parlé un peu en 2013, avec une vidéo : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/video-les-ovnis-envahissent-l-europe-disparu-sans-laisser-de-trace.html. Tout ceci semble évidemment assez fantastique au commun des mortels, voir de la science-fiction, mais si on regarde la situation du monde depuis ce covid et ses confinements de millions de gens dans le monde, nous sommes aussi en quelque sorte en pleine science-fiction depuis des mois !

https://www.courrierinternational.com/article/2007/12/20/en-sicile-des-extraterrestres-tout-feu-tout-flamme

 

Le titre mentionne effectivement 4 vidéos divulguées, alors que seules trois ont effectivement déclassifiées officiellement par le Pentagone récemment. Ces trois vidéos déclassifiées, maintenant très bien identifiées par l'enquête, la première datant de 2004 et provenant du porte-avions nucléaire Nimitz, les deux autres datant de 2015 et provenant du porte-avions nucléaire Rossevelt, montrent trois types d'objets différents : un objet assez grand en forme de bonbon tic-tac, capable de manœuvres immobiles, lentes ou très très rapides, de se mouvoir tant dans l'air que la mer, un objet pouvant ressembler à une grande "soucoupe", capable d'immobilisation contre un vent fort, de basculer sur sa tranche sans perte d'altitude ou de direction, de vitesses lentes ou très très rapides, d'un petit objet en forme de sphère. Notons que dans l'enquête et d'après les nombreux témoignages militaire, l'incident du Nimitz de 2004, au large de la Californie dans le Pacifique, s'est en fait déroulé sur plusieurs jours : une véritable flotte d'une centaine d'objets a été détectée par les puissants radars du navire lance-missiles dédié à la detection de la flotte d'attaque auquel appartient le Nimitz, après detection de quelques signaux étranges pendant plusieurs jours. Lors de la détection de cette flotte de 100 objets se dirigeant du nord vers le sud et la décision de l'interception menant au film en question, et la plongée sous les eaux de l'un de ces objets, les sonars du sous-marin nucléaire accompagnant la flotte américaine ont également détecté l'objet sous la mer, avançant à une vitesse incroyable. Ce sont 5 témoins militaires qui ont accepté de parler pour cette affaire du Nimitz, pas seulement des pilotes mais aussi le responsable des radars, un technicien aguerri, ancien membre des "top guns", un observateur avec jumelles sur le pont du navire, et un sous marinier impliqué. En ce qui concerne l'incident du Roosevelt de 2015, qui se déroule cette fois-ci au début sur la côte est, du côté de Jacksonvillenous parlons aussi de plusieurs jours, voir semaines, puisque cette flotte se dirigeait vers la Syrie, et que le phénomène est apparu dès son départ et ne semble pas l'avoir quitté jusqu'à son arrivée au Moyen-Orient... On parle ici d'une cinquante de témoins probables, mais seuls quelques-uns ont accepté de témoigner. Les deux vidéos déclassifiées n'ont pas été filmées le même jour, il est fait mention dans les témoignages d'un autre type d'objet encore : un carré à l'intérieur d'une sphère évoluant dans les airs. Ces trois vidéos ont été officiellement déclassifiées par le Pentagone car elles ne présenteraient pas de "caractères sensibles" pour l'armée américaine...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Cosmologie : une constante pas si constante que ça ?

Cosmologie : une constante pas si constante que ça ?

Des preuves d’un univers parallèle découvertes en Antarctique ?

 

Ulas j1120 0641 quasar

Des signes d'une nouvelle physique avec une variation d'une constante fondamentale ?

Un nouvel article scientifique paru dans https://advances.sciencemag.org/content/6/17/eaay9672, par une équipe de physiciens qui annoncent avoir effectué des mesures sur la lumière des anciens quasars pour rechercher des variations de la constante de structure fine, et qu'ils confirment avoir probablement découvert.

La constante de structure fine est l'équivalent de la constante de la gravitation mais pour la force électromagnétique. C'est en utilisant une technique d'intelligence artificielle qu'ils ont analysé la lumière de ces très anciens quasars (lumière décallée donc vers l'infrarouge), et que les résultats confirment sa variation dans l'espace, ce qui pointerait en direction d'une nouvelle physique, comme celle de la théorie des supercordes.

Le résumé de cet article est évidemment assez complexe (les physiciens ne se comprennent qu'entre eux dit-on souvent) :

" Les observations du décalage vers le rouge z = 7.085 quasar J1120 + 0641 sont utilisées pour rechercher des variations de la constante de structure fine, a, sur la plage de décalage vers le rouge 5: 5 à 7: 1. Des observations à z = 7: 1 sondent la physique de l'univers à seulement 0,8 milliard d'années. Ce sont les mesures directes les plus éloignées d'un quasar à ce jour et les premières mesures utilisant un spectrographe proche infrarouge. Une nouvelle méthode d'analyse de l'IA est employée. Quatre mesures du spectrographe X - SHOOTER sur le Very Large Telescope (VLT) contraignent les changements de a par rapport à la valeur terrestre (α 0 ). La force électromagnétique moyenne pondérée à cet endroit de l'univers s'écarte de la valeur terrestre de Δα / α = (α z - α0 ) / α 0 = (−2: 18 ± 7:27) × 10 −5 , cohérent sans changement temporel. En combinant ces mesures avec les données existantes, nous constatons qu'une variation spatiale est préférée à un modèle sans variation au niveau 3: 9σ."

" Quels aspects fondamentaux de l'univers donnent naissance aux lois de la nature ? Les lois sont-elles finement ajustées dès le départ, immuables dans le temps et l'espace, ou varient-elles dans l'espace ou le temps de telle sorte que notre parcelle locale de l'univers est particulièrement adaptée à notre propre existence ? Nous caractérisons les lois de la nature à l'aide des valeurs numériques des constantes fondamentales, pour lesquelles des mesures de plus en plus précises et toujours plus éloignées sont accessibles à l'aide des spectres d'absorption des quasars. (...) La quête pour déterminer si la constante de structure fine nue, α, est une constante dans l'espace et le temps a reçu une impulsion de la reconnaissance qu'il pourrait y avoir des dimensions supplémentaires de l'espace ou que nos constantes sont déterminées en partie ou en totalité par la symétrie se brisant aux énergies ultra-hautes dans l'univers très précoce. (...) Les mesures directes de α sont également importantes pour tester les modèles dynamiques d'énergie noire, car elles aident à contraindre la dynamique du champ scalaire sous-jacent, et ainsi, la dynamique peut être contrainte (par α) même à des époques où l'énergie noire n'est pas encore dominante dans l'univers. (...) Ces études détaillées, utilisant un grand nombre de spectres de quasars, suggèrent une variation spatiale de α à un niveau de ∼4σ. Le signal spatial apparent était initialement supposé être causé par des distorsions de longueur d'onde à longue portée, mais une analyse plus détaillée a montré que cela était incorrect. Ce signal spatial apparemment persistant motive de nouvelles mesures directes, notamment en étendant la plage de décalage vers le rouge de mesure. "

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

Entretien avec Nurea TV le jeudi 26 septembre 2019

  MAJ vidéos - MAJ photos

 

sfh

 

Entretien le jeudi 26 septembre 2019 à 20h30

« Sciences – Faits – Histoires » avec Yves Herbo

Auteur indépendant, Yves Herbo anime le blog " Sciences-Faits-Histoires '' et rédige sur son site des articles dans lesquels il partage sa façon de voir le monde, sa propre expérience, ses recherches et nombreuses lectures en matière d'Histoire ancienne, de sciences diverses (archéologie, paléontologie, astronomie, astrophysique, …), phénomènes paranormaux, ufologie.

J'ai le plaisir de l'accueillir sur l'antenne de Nuréa TV pour échanger avec lui sur ces thématiques et faire un petit tour d'horizon de ses réflexions sur les sujets qu'il aborde sur la toile.

Site officiel : https://www.sciences-faits-histoires.com

Merci pour vos partages et invitations !

Lorsque nous invitons un intervenant à s’exprimer sur Nuréa TV, c’est que nous estimons que celui-ci ou celle-ci est à même de partager avec nous des éléments cohérents, susceptibles de nous éclairer sur les mystères qui nous entourent et nous les remercions chaleureusement pour leur partage. Ceci étant dit, restez libre de vérifier et d’assembler les pièces du puzzle comme bon vous semble ! Nous ne vous rappellerons jamais assez que vous êtes les seuls maîtres à bord.

Bonne route à toutes et à tous ! Nora & Guillaume

Lien vers la vidéo du direct ci-dessous :

Lire la suite

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

Une étrange grotte dans le Caucase Russe

MAJ 21, 23-04-2020

Grottes mines baksan1 mini

 

Il n'y a pas si longtemps, dans les montagnes de Kabardino-Balkarie, dans la vallée de Baksan, a été découverte une grotte étrange. Pendant une courte période, des amateurs comme des spécialistes du monde entier sont venus étudier la cavité. Il s'est avéré que c'est une immense grotte, de plus de 70 à 80 mètres de profondeur, dont les parois sont faites de mégalithes parfaitement taillés ! Les photos et vidéos sont parfaitement cohérentes avec cette affirmation et cet article est la compilation de plusieurs petits articles ou brèves publiées dans la presse russe et certains sites, un point ayant été fait en 2012 (voir en bas les liens des sources).

Grottes mines baksan8

Voici un montage de plusieurs photos vous montrant le panorama des lieux

" Dans les montagnes de la Kabardino-Balkarie, sur l'un des sommets se situant dans les environs du village de Zayukovo, près de Baksan a été découverte une mine mystérieuse. Sa longueur est d'environ 80 mètres, elle est constituée de plusieurs parties, comme des paliers ou des transitions dans la descente, comme montré dans les photos. Elle a été étudiée par des gens de la région, Maria et Victor Kotljarova, qui ont également trouvé des croix gammées sculptées dans les montagnes. Bien que les membres de la division "Edelweiss" de Hitler, qui étaient dans le Caucase en 1942, n'aient pas atteint ce sommet. Il est possible que ces croix gammées aient été gravées par le personnel de l'organisation nazie "Ahnenerbe", engagée dans l'occulte. Mais il est possible aussi que ces croix datent de plusieurs milliers d'années, cette région du Caucase ayant probablement été occupée ou traversée par les peuples aryens qui ont à l'origine créé la croix gammée, qui était alors un symbole dédié à un dieu de paix et d'amour...

Grottes mines baksan10

 

« Nous savons que pendant la guerre en Kabardino-Balkarie, la mystérieuse organisation SS " Ahnenerbe " (" Patrimoine Ancestral "), a visité la région - a déclaré Victor Kotlyarov, dirigeant de la Société russe de géographie de Karardino-Balkarie. Selon le projet secret de Hitler, elle avait été à la recherche du Saint Graal, et une légende dit qu'elle l'aurait (trouvé ou caché) dans une grotte d'une montagne du Caucase ".

 

280px caucasus topo map blank svg

Il s'agit ici d'une vallée disposée sur la droite de la première grosse chaine de montagne située au nord sur cette carte et qui va de la Mer Noire à la Mer Caspienne, comme un barrage compliquant les migrations locales.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

La comète Atlas en train de se disloquer

La comète Atlas en train de se disloquer

 

Atlas2

 

J'avais brièvement parlé de cette comète Atlas (C/2019 Y4), (juste comme élément de comparaison avec celle d'Ison, question liaison avec certains calculs calendaires d'un correspondant 2012-2020), qui s'annonçait comme une grande comète possiblement visible à l’œil nu dans les prochaines semaines, ayant la même trajectoire que la célèbre comète de 1844, qui avait été visible à l’œil nu. Notons tout de suite que son nom "Atlas" n'a rien à voir avec le dieu grec antique, mais qu'elle a été rebaptisée Atlas en l’honneur du programme Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System (ATLAS), qui l’a découverte au voisinage de notre système solaire (dans la constellation de la Grande Ourse en décembre 2019). Et elle présente donc quelques similitudes avec la « grande comète de 1844 ». À commencer par sa trajectoire. Ce qui fait dire à certains spécialistes que ce corps de glaces, gaz et de poussières mêlées pourrait être un morceau détaché de C/1844 Y1, rapporte Futura Sciences . Et que toutes deux soient elles-mêmes des fragments d’un corps céleste encore plus imposant qui se serait brisé il y a des siècles ou millénaires, en sachant que la comète de 1844 avait une périodicité estimée à 6 800 ans, et Atlas estimée pour l'instant à 6 000 ans.

La comète étonnait par sa grande luminosité et la taille démesurée qu'avait pris sa chevelure de gaz vert (coma) : 720.000 kilomètres de diamètre le 24 mars, soit plus de 5 fois et demi le diamètre de la planète Jupiter. Sa queue de gaz et de poussière, quant à elle, continuait de s'allonger : elle mesure 3,3 millions de kilomètres début avril. Mais les rapports des observation le 05 avril 2020 annonçait de grands changements. Les chercheurs ont noté un changement radical et brutal dans l’aspect de la comète C/2019 Y4 ATLAS. Son noyau s’est allongé et l'astre a subitement amorcé un déclin de luminosité après une phase de progression rapide. Les chercheurs avaient annoncé alors une probable dislocation du noyau...

Une publication du site The Astronomer’s Telegram, datée du 6 avril 2020, rapporte « la possible désintégration de la comète C/2019 Y4 (ATLAS) ». Le constat est tiré des images suivantes, obtenues par le Ningbo Education Xinjiang Telescope (NEXT). Elles montrent que la comète aurait « une morphologie compatible avec un déclin ou un arrêt soudain de la production de poussière, comme on pourrait l’attendre d’une grande perturbation du noyau ».

 

Atlas

Le changement de morphologie de la comète, entre le 2 et le 5 avril 2020. // Source : The Astronomer’s Telegram (photo recadrée)

 

La comète est devenue plus sombre. « Le noyau semble s’allonger et des forces non gravitationnelles sont en jeu. Les prochains jours seront très intéressants », commente l’astronome Matthijs Burgmeijer, qui observe régulièrement l’objet, sur Twitter. Quelques jours plus tôt, le scientifique avait constaté que la comète s’éclaircissait de façon régulière.

 

Aujourd'hui, 13 avril 2020, la comète a dépassé l'orbite de Mars et se dirige vers celle de la Terre, notre planète étant loin de sa trajectoire et s'en éloignant. L'orbite de cette comète actuellement calculée (mais en train de se modifier comme le disent les chercheurs à cause des perturbations de son noyau) fait qu'elle ne suit pas le plan écliptique du système solaire ((le plan orbital des planètes), mais le traverse aux abords du Soleil, comme montré ici :

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite