Preuves Autre Histoire

Cette catégorie regroupe tous les articles apportant des données faisant avancer les connaissances sur l'Histoire de l'être Humain. Tant que l'Humanité ne saura pas la genèse réelle de son existence, il y aura en elle une conffusion diffuse et souvent non admise, mais bien réelle...

Nouvelle Guinée : les premières preuves d'une période néolithique

Nouvelle Guinée : les premières preuves d'une période  néolithique

 

Waim ng1

Village de Waim vu du ciel, dans les hauts plateaux du nord de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Crédit: UNSW / Ben Shaw

 

L'étude des objets confirme une période néolithique dans la Nouvelle-Guinée.

Il est bien connu que l'agriculture s'est développée indépendamment en Nouvelle-Guinée il y a 7 000 ans (YH : 10 000 ans en fait pour le drainage et certaines cultures, voir les articles en bas), mais les preuves de son influence sur la façon dont les gens vivaient avait échappé aux scientifiques - jusqu'à présent.

Une fouille archéologique en Papouasie-Nouvelle-Guinée a pour la première fois révélé des preuves solides de l'existence d'une période néolithique - où l'agriculture entraîne des changements culturels majeurs - sur l'île il y a environ 5000 ans. YH : on peut déjà s'étonner de changements culturels survenant 5000 ou même 2000 ans après la-dite agriculture ! Mais il ne s'agit que de premières preuves sur un lieu, d'autres découvertes plus anciennes seront probablement faites dans le futur).

Les scientifiques pensent que la cache des artefacts qui ont été mis au jour, y compris les haches de pierre, les pilons, les sculptures figuratives et d'autres outils, sont les indices manquants nécessaires pour plaider en faveur d'une période néolithique dans la préhistoire de la Nouvelle-Guinée.

Dans un article publié aujourd'hui dans la prestigieuse revue Science Advances, une équipe multi-institutionnelle d'archéologues et de scientifiques documente les reliques découvertes à Waim (prononcé `` Wy-im ''), une zone située dans les hautes terres du nord de la Papouasie-Nouvelle-Guinée moderne.

 

Waim ng6

Fig. 1 Nouvelle-Guinée et emplacement de Waim par rapport à d'autres sites des hautes terres du milieu de l'Holocène. A ) Sites mentionnés dans le texte et l'étendue du milieu de l'Holocène de la mer intérieure de Sepik-Ramu. 1, Waim; 2, Wanelek; 3, Kuk; 4, Manton; 5, Nombe; 6, Kiowa; 7, Kafiavana; 8, Aibura; 9, ONF, NFX; 10, NGH; 11, Yuku; 12, Manim; 13, Kamapuk; 14, Vilakuav; 15, Joes Garden; 16, source d'obsidienne de Kutau. ( B ) Profil d'élévation [nord-est (NE) – sud-ouest (SO)] des vallées Simbai-Jimi montrant l'emplacement de Waim. Encart: position mondiale de la Nouvelle-Guinée. La ligne en gras est l'équateur. Crédit photo: Ben Shaw, Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW) (vous pouvez cliquer sur l'image pour agrandir)

 

Pièces manquantes

L'auteur principal, le Dr Ben Shaw de UNSW Science dit que jusqu'à présent, il y avait peu de preuves pour démontrer que la Nouvelle-Guinée avait connu sa propre période néolithique comme d'autres centres agricoles mondiaux - malgré l'existence de preuves bien documentées de l'agriculture sur l'île au cours des millénaires passés.

« Nous connaissions déjà les cultures des zones humides comme le taro, l'igname, la canne à sucre et les bananes d'il y a environ 7 000 ans en Nouvelle-Guinée », explique le Dr Shaw.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : Découverte de l'ancien royaume Maya Sak Tz'i

Mexique : Découverte de l'ancien royaume Maya Sak Tz'i

 

Mexique tablette

 

Découverte d'un ancien royaume maya avec une pyramide dans le sud du Mexique.

Après avoir cherché pendant plus d'un quart de siècle, les archéologues ont probablement finalement localisé la capitale de Sak Tz'i ', un royaume maya référencé dans des sculptures et des inscriptions de tout l'ancien monde maya. Mais ce ne sont pas les archéologues qui ont fait la découverte. Un homme du coin a découvert une tablette de 2 pieds sur 4 pieds (0,6 sur 1,2 mètre) près de Lacanja Tzeltal, une communauté du Chiapas, au Mexique.

Les inscriptions de la tablette sont un trésor de mythologie, de poésie et d'histoire qui reflètent la pratique maya typique de tisser l'histoire entre le mythe et la réalité. Diverses sections de la tablette contiennent des inscriptions qui racontent un serpent d'eau mythique, divers dieux sans nom, une inondation mythique et des récits des naissances, des vies et des batailles d'anciens dirigeantsselon un communiqué de presse de l'Université Brandeis dans le Massachusetts. YH : On est en droit de se demander dans quelle mesure et comment les archéologues postulent ou imaginent pour des mythes en ce qui concerne des serpents d'eau (l'anaconda existe et les serpents d'eaux aussi) ou même une inondation importante (qui arrivent aussi régulièrement et on peut aussi parler de déversements de lacs par exemple, ou de rupture de barrages, puisque des anciens barrages sont connus..., voir de mémoire ancestrale écrite conservée par l'élite...). 

Sak Tz'i' était assise sur ce qui est maintenant la frontière entre le Mexique et le Guatemala, et ce n'était probablement pas un royaume particulièrement puissant, a déclaré Charles Golden, professeur agrégé d'anthropologie à l'Université de Brandeis, dans le communiqué.

 

Mexique carte

Figure 1. Carte régionale montrant les sites archéologiques et les frontières modernes (par C. Golden).

 

Bien qu'elle soit entourée de voisins plus forts, les preuves suggèrent que la capitale du royaume a été occupée pendant plus d'un millénaire après s'être établie en 750 avant JC. La longévité du royaume peut être due aux fortifications qui entouraient sa capitale. Les chercheurs ont trouvé des preuves que la ville était protégée par un ruisseau avec un ravin abrupt d'un côté et des murs de maçonnerie défensifs de l'autre.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Un paléoanthropologue insiste sur l'intelligence des néandertaliens

Un paléoanthropologue insiste sur l'intelligence des néandertaliens

 

Joaozilhao

Le paléoanthropologue portugais João Zilhão

 

João Zilhão : « Les Néandertaliens n'étaient ni stupides ni éteints »

Le paléoanthropologue portugais rejette l'idée répandue que ces anciens Européens étaient une espèce différente avec des capacités cognitives inférieures. Les Néandertaliens sont difficiles à ne pas appeler l'espèce humaine qui a habité l'Europe pendant des centaines de milliers d'années jusqu'à ce qu'ils disparaissent mystérieusement il y a environ 40 000 ans (?).

(YH : En fait, le plus récent squelette de néandertalien date officiellement de 35 000 ans, c'est à dire que les premières peintures pariétales attribuées aux hommes modernes, tout comme les premières statuettes "Vénus" avaient déjà été créées ! - La science penche maintenant pour une réelle disparition de Néanderthal entre il y a 35 000 et 30 000 ans - mais a-t-il réellement disparu, ou une espèce hybride "néandertalo-CroMagnon" a-t-elle été absorbée en final par ce dernier ? Mais des recherches conduites de 1999 à 2005 dans la grotte de Gorham à Gibraltar suggèrent que les Néandertaliens y ont vécu jusqu'à −28 000 ans, voire −24 000 ans, ce qui est toujours contesté, en particulier d'ailleurs par Joäo Zilhäo).

C'est ainsi qu'il présente la plupart des articles populaires au grand public, et probablement peu d'anthropologues seraient mal à l'aise avec la description. Mais nous en avons trouvé un qui le fait. Pour João Zilhão (Lisbonne, 1957), chercheur ICREA à l'Université de Barcelone, cette première phrase est pleine d'erreurs. Le chercheur défend depuis des années que les Néandertaliens et ce que nous appelons l'homme moderne sont en fait la même espèce et que les deux populations se sont mélangées intensément, c'est pourquoi en Europe chacun de nous porte un pourcentage important du génome néandertalien (jusqu'à 30% , de 2 4%, dans votre ADN. " Ce sont nos ancêtres ", dit-il. Cela l'a amené à réfléchir à des découvertes, autrefois très controversées, comme le garçon de Lagar Velho au Portugal en 1998 ou les restes squelettiques trouvés dans une grotte roumaine, la Pestera cu Oase, en 2003-2005, dans laquelle il croyait avoir vu un grand métissageZilhão est également convaincu de l'intelligence et des capacités cognitives des Néandertaliens. Il ne trouve aucune raison de penser qu'ils étaient inférieurs. Ils ont même été les premiers à peindre de l'art rupestre, - https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/prehistoire-homme-neandertal-t-il-peint-premieres-fresques-rupestres-monde-70276/ - comme l'ont conclu des recherches impressionnantes publiées dans la revue "Science" en 2018. Les dernières découvertes sur cette population humaine fascinante semblent le prouver. YH : notons tout de même qu'en 2019, les datations de 64 000 ans pour ces peintures ont été contestées et même en fait la méthode de datation au Uranium-Thorium en entière pour les grottes ! : https://www.hominides.com/html/actualites/datation-u-th-art-parietal-remise-en-cause-1386.php

Mais d'autres recherches et contextes semblent tout de même bien confirmer que néandertalien avait les mêmes capacités que l'homme moderne, bien avant lui, par exemple ci-contre issu du CNRS et en bas de cet article : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neanderthal-france-des-dessins-et-un-masque.html

 

Krapina neanderthal museum

néandertaliens reconstitution 1 (Musée de l'Homme de Neanderthal à Kaprina, Croatie)

 

- C'est un héritage du 19ème siècle, continue João Zilhão, lorsque le premier fossile néandertalien a été trouvé, et il continue d'être répété. Mais les Néandertaliens n'étaient pas une espèce différente mais une petite population périphérique d'Europe qui a fini par être absorbée il y a environ 40 000 ans. Le concept de comparer les Néandertaliens à nous porte en lui une notion anti-évolutionnaire, la notion que nous avons été créés il y a 200 000 ans comme nous le sommes aujourd'hui, et ce n'est pas le cas (YH : les plus anciens Homo Sapiens sont maintenant datés de 300 000 ans, au Maroc : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-moderne-apparition-entre-500-000-a-300-000-ans.html).

-Mais l'hypothèse des deux espèces est dominante :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 3

Enquête archéologique aux Açores 3

 

Snapshot 66

Beaucoup d'endroits mystérieux et protégés dans des propriétés privées sur Terceira. Photo Yves Herbo

 

Voici la suite à ces précédents articles, avec la sortie de la bande-annonce du reportage en cours de montage : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-2.html

Je rappelle que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement début décembre 2019 aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur biophysicien Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et bâtisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte aussi de nombreux militaires issus de la base américaine locale (en cours de fermeture). On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Voir la bande-annonce du reportage ci-dessous :

Lire la suite

Angleterre : preuves d'un chantier naval du mésolithique ?

Angleterre : preuves d'un chantier naval du mésolithique ?

 

Uk stone age boat site 01

Ici l'historien Dan Snow inspecte le site [Crédit: Maritime Archaeological Trust]
 

Découverte d'un chantier de construction du mésolithique sur les fonds marins de l'île de Wight

Le Maritime Archaeological Trust a découvert une nouvelle structure vieille de 8 000 ans à côté de ce que l’on pense être le plus ancien (YH : à ce jour) chantier de construction de bateaux au monde sur l’île de Wight.

Garry Momber, directeur du Maritime Archaeological Trust, a déclaré: " Cette nouvelle découverte est particulièrement importante car la plate-forme en bois fait partie d'un site qui double la quantité de bois travaillé retrouvée au Royaume-Uni sur une période de 5 500 ans ". (YH : maintenant de 8000 à 2500 ans avant nos jours donc).

Le site se trouve à l'est de Yarmouth, et la nouvelle plate-forme est la structure en bois de l'âge de la pierre du mésolithique la plus intacte jamais trouvée au Royaume-Uni. Le site se trouve maintenant à 11 mètres sous le niveau de la mer et pendant la période au cours de laquelle il y avait une activité humaine, il s’agissait d’une terre sèche et avec une végétation luxuriante. Il est important de noter que c'était à un moment avant que la mer du Nord soit complètement formée et que l'île de Wight était toujours connectée à l'Europe continentale.

 

Uk stone age boat site 02

Vue oblique du site par le nord, montrant le bord érodé de la plateforme en tourbe [Crédit: Maritime Archaeological Trust] - cliquer pour agrandir.

Lire la suite

Syrie: Site d'impact cosmique lors du Dryas récent confirmé

Syrie : un site d'impact cosmique lors du Dryas récent confirmé

 

Syrieimpact abu hureyra grinding stone

Petite et grande pierre servant à moudre des grains, Abu Hureyra. British Museum.

 

Un nouvel article scientifique publié dans Nature Reports Scientific Reports nous fait penser fortement qu'il n'y a pas eu seulement un gros impact cosmique à l'origine de cette période de refroidissement brutale, après le réchauffement de la dernière période glaciaire, mais plutôt une "pluie" de débris d'un gros astéroïde ou grosse comète, ou d'un cortège de plusieurs corps. En effet, cette nouvelle étude trouve des preuves d'un impact cosmique qui a provoqué la destruction de l'un des premiers établissements humains du monde, en Syrie

Avant que le barrage de Taqba n'empiète sur l'Euphrate dans le nord de la Syrie dans les années 1970, un site archéologique nommé Abu Hureyra a témoigné du moment où les anciens peuples nomades se sont installés et ont commencé à cultiver (ailleurs mais proche du fameux Croissant Fertile mésopotamien). Un grand monticule marque la colonie, qui se trouve maintenant sous le lac Assad.

Mais avant la formation du lac, les archéologues ont pu extraire et décrire avec soin de nombreux matériaux, y compris des parties de maisons, de la nourriture et des outils - une abondance de preuves qui leur a permis d'identifier la transition vers l'agriculture il y a près de 12800 ans. Ce fut l'un des événements les plus importants de l'histoire culturelle et environnementale de notre Terre.

 

Syrieimpact12800ans

Emplacement d'Abu Hureyra (adapté de Moore et al.) (A) Carte du Moyen-Orient, montrant l'emplacement d'Abu Hureyra (AH) en Syrie. (B) Carte du tell d'Abu Hureyra, montrant les emplacements des tranchées d'excavation étiquetées AG près d'un chenal arrière de la rivière Euphrate qui est maintenant abandonné. Les échantillons de sédiments des tranchées D, E et G (rectangles bleus) contiennent des pics d'abondance dans les proxys YDB, notamment des sphérules, des nanodiamants, du verre fondu et du platine. Crédit: Rapports scientifiques (2020). DOI : 10.1038 / s41598-020-60867-w

 

Il s'avère qu'Abu Hureyra a une autre histoire à raconter. Du verre fondu a été trouvé parmi les céréales et les grains et a éclaboussé les premiers matériaux de construction et les os d'animaux, dont certaines caractéristiques suggèrent qu'il s'est formé à des températures extrêmement élevées - bien plus élevées que ce que les humains pouvaient atteindre à l'époque - ou qui pourraient être attribuées au feu, l'éclairage ou le volcanisme.

" Pour aider à la perspective, de telles températures élevées feraient fondre complètement une automobile en moins d'une minute ", a déclaré James Kennett, professeur émérite de géologie à l'Université de Santa Barbara. Une telle intensité, a-t-il ajouté, ne pouvait résulter que d'un phénomène extrêmement violent, de haute énergie et de grande vitesse, quelque chose de l'ordre d'un impact cosmique. (YH : je ne doute presque pas que certains vont y voir les traces d'une guerre mondiale des "dieux" telle que décrite dans les anciens textes de l'Inde, ou des punitions de l'Eternel décrites dans l'Ancien Testament, par exemple, ou encore dans les textes de Platon..., bien que la logique (pour moi) amènerait à considérer ces anciens textes comme de mauvaises interprétations d'un événement astronomique majeur).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Indonésie, Gunung Padang 3 : Confirmations ?

Indonésie, Gunung Padang 3 : Confirmations ?

 

Gunung padang site

Cet article est la suite des articles précédents sur l'Indonésie, en particulier sur Gunung Padang :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/pyramide-geante-a-java.html (2013)

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/gunung-padang-les-traces-perdues-de-l-atlantide.html (2014)

 

C'est lors d'un meeting scientifique qui s'est déroulé en décembre 2018 qu'une publication importante, concernant Gunung Padang, est passée assez inaperçue pendant les fêtes.

Après des années de fouilles et de recherches scientifiques, la nouvelle publication du Dr géologue Danny Hilman Natawidjaja (Indonesian Institute of Sciences) vient étoffer ses précédentes analyses sur l'artificialité d'une grande partie du site...

Voici le résumé de cette publication accompagnée d'un PDF plus bas : " Le site archéologique du mont Padang est connu depuis la fin du XIXe siècle comme ayant un complexe mégalithique au sommet. Nos études prouvent que la structure ne couvre pas seulement le sommet mais qu’elle enveloppe également les pentes  sur une superficie d’au moins 15 hectares.

Des études géophysiques complètes combinant des méthodes de radar de pénétration du sol (GPR) et de résistivité multicanal, une tomographie sismique complétée par des données de carottage et des fouilles archéologiques, montrent par ailleurs que les structures sont non seulement superficielles mais enracinées plus profondément. Les structures ne sont pas construites en une fois, mais consistent en plusieurs couches de périodes consécutives.

La couche la plus élevée de la surface est constituée de piles horizontales de roches en colonnes basaltiques formant des terrasses en escalier et décorées par des arrangements exotiques de colonnes rocheuses dressées formant des murs, des chemins et des espaces.

La deuxième couche, qui avait été précédemment interprétée à tort comme une formation rocheuse naturelle, enfouie à 1 à 3 mètres sous la surface du sol, est un remblai de plusieurs mètres d'épaisseur consistant en un agencement plus compact et plus avancé de roches en colonnes similaires dans une matrice à grains fins.

 

Gunungpadang kujang dhn 2018b

cet artefact, nommé " Kujang " par les Sundanais, a été découvert à 3 mètres de profondeur, à la limite du sol de la seconde couche, a été daté à entre 9770 et 9550 ans avant maintenant calibrés.

 

La troisième couche est également un arrangement artificiel de fragments de roche avec des types variés allant jusqu’à environ 15 mètres de profondeur. La troisième couche repose sur une langue de lave fracturée et massive. L'enquête révèle également des preuves de grandes cavités ou chambres souterraines.

Les résultats de la datation préliminaire au radiocarbone indiquent :

Lire la suite

l’Homme de Neandertal s’ornait de plumes sombres

l’Homme de Neanderthal s’ornait de plumes sombres

neandertalien-spy.jpg

L'Homme de Spy en Belgique, néandertalien

 

De méticuleuses analyses d’ossements montrent que l’Homme de Neanderthal pourrait avoir récolté des plumes d’oiseaux pour en faire des ornements personnels. Ce geste impliquerait un certain sens de la symbolique et donc l’existence de bonnes capacités cognitives.

Une nouvelle preuve démontrant l’existence de grandes capacités cognitives chez l’Homme de Neanderthal vient d’être révélée. Homo neanderthalensis aurait apprécié récolter des plumes d’oiseaux pour s’en servir d’ornements, ce qui souligne l’existence d’une symbolique dans sa culture. Ce résultat vient d’être publié dans la revue Plos One par Clive Finlayson du Gibraltar Museum.

Grâce à la compilation de données récoltées sur 1.699 sites archéologiques eurasiens, un lien fort a été établi entre la présence d'Homo neanderthalensis et la découverte de nombreux restes d’oiseaux, principalement des corvidés et des rapaces. Notre lointain cousin semblait donc avoir une préférence pour les volatiles au plumage sombre ou noir tels les corbeaux, les corneilles, les pies, les milans ou les faucons crécerelles.

 

Lire la suite

Neanderthal : France, des dessins et un masque

Neanderthal : France, des dessins et un masque

 

Neanderthal roche cotard3

Décidément, nos cousins néandertaliens s'avèrent de plus en plus proches de l'homme moderne, on pourrait même considérer que ce dernier a beaucoup appris de lui à ses débuts. Une nouvelle étude française, à l'occasion d'un mémoire sur des parois de la grotte François d’Achon, du site moustérien de La Roche-Cotard (Langeais, Indre-et-Loire, France) nous apprend des choses intéressantes à ce sujet. Cet article en est directement issu (extraits) et me confirme personnellement mes soupçons, suivant ma compilation de données visible sur ce blog, voir les liens en bas de cet article. Notons qu'il vient aussi d'être découvert un nouveau squelette d'un néandertalien en Irak, un lien est présent à ce sujet en bas d'article.

En 1912, la grotte François d’Achon était découverte sur le site de La Roche-Cotard en Indre-et-Loire. Des observations récentes témoignent de la présence de traces sur les parois de la cavité, faites dans une matière qui semble malléable. L’hypothèse de traces réalisées aux doigts alors est émise (Marquet, 2013). Les traces paraissent organisées et seraient intentionnelles, leurs dispositions évoquent des formes géométriques. Mais surtout, le contexte archéologique est attribué exclusivement au Paléolithique moyen : serait-on face à des manifestations symboliques oeuvres de Néandertal ? Cette question est d’autant plus essentielle que ce sujet fait l’objet de découvertes récentes, à Gorham’s Cave sur le Rocher de Gibraltar (Rodriguez-Vidal et al., 2014), Krapina (Radovcic et al., 2015), Zaskalnaya (Majkic et al., 2017) ou Bruniquel (Jaubert et al., 2016). Ces découvertes soulignent la diversité des productions symboliques par l’homme de Néandertal. On note ici que les datations à Gibraltar affirment que les néandertaliens ne se sont pas éteints il y a 30 000 ans, mais étaient encore présents il y a environ 24 000 ans...

 

Krapina neanderthal museum

Musée de l'Homme de Neanderthal à Kaprina, Croatie. C'est le lieu du plus grand nombre de néandertaliens trouvé à ce jour : 900 ossements de 80 personnes au même endroit.

 

Toutefois, l’éventualité d’un véritable « dispositif pariétal », à un savoir qui semble organisé et structuré de productions graphiques sur les parois d’une grotte, est totalement inédite. Les dates récemment publiées (Hoffman et al., 2018), correspondant à des phases moustériennes, sur trois grottes ornées espagnoles dont les dispositifs auparavant attribuées au Paléolithique supérieur, restent pour le moment discutées et à confirmer (Pearce, Bonneau, 2018, Aubert et al., 2018).

Cette étude tente de répondre à de multiples questions, et a même effectué un travail d'expérimentation pour reproduire de nos jours la méthode employée pour ces traces pariétales. Les traces pariétales de la grotte François d’Achon peuvent-elles avoir une portée symbolique ? Si on admet la possibilité que Néanderthal a pu élaborer ces traces, comment peut-on l’affirmer ? Une investigation sur les modalités techniques et gestuelles de ces témoignages s’impose, de même que sur les procédés taphonomiques qui ont permis leur conservation mais qui peuvent également les dégrader. Quelles techniques peuvent être mises en pratique pour étudier ces traces pariétales ? Comment décrire les mécanismes qui affectent les parois et les traces ? Peut-on avoir des indices sur leur ancienneté et leur intentionnalité ?

Pour définir les traces, il faut examiner leur position dans l’espace de la cavité. Il est indispensable d’analyser leur forme afin de comprendre le geste qui a été réalisé et l’outil utilisé. De plus, la morphologie donne des clés sur les processus d’altération de ces marques. Ces processus sont étudiés au travers de la taphonomie, une discipline qui s’attache à expliquer les différents phénomènes qui affectent les vestiges au cours du temps (Efremov, 1940, Denys et Patou-Mathis, 2014). Elle suppose une connaissance du contexte géologique et karstique, et s’avère presque sans précédent en contexte orné. Cette étude se base sur plusieurs approches et tisse des liens solides entre différentes disciplines. Ce sujet est né naturellement à la suite de deux années de participation à la mission organisée sur le site de La Roche-Cotard. Ces investigations dans la cavité sont accompagnées d’observations géomorphologiques. Puis, nous avons élaboré un travail d’expérimentations archéologiques pour comprendre la réalisation des traces. Enfin, nous avons sollicité plusieurs disciplines afin d’analyser la matière qui constitue à la fois les traces et leur propre altération.

Nous tenterons ainsi de comprendre les traces pariétales de la grotte François d’Achon au travers de plusieurs méthodes : analyse spatiale et graphique, analyse taphonomique et expérimentations afin de mettre en évidence le degré d’intentionnalité et d’organisation, et par là même souligner la portée symbolique de ces graphismes, quasi-inédite pour Néandertal en contexte souterrain.

La Roche-Cotard est un lieu-dit entre les communes de Langeais et de Cinq-Mars-la-Pile en Touraine. Il est situé en rive droite de la Loire et désigne aussi le site archéologique préhistorique de La Roche-Cotard découvert sur le domaine. Il est composé de quatre locus : La Roche-Cotard I ou grotte François d’Achon, La Roche-Cotard II, III et IV :

Neanderthal roche cotard1Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Zealandia, un continent disparu retrouvé

Zealandia, un continent disparu retrouvé

 

Zealandia1

 

J'en avais brièvement parlé à la fin de cet article mis à jour en 2018, à la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

Un certain doute régnait encore à l'époque de la part d'une bonne partie de la communauté scientifique et du public. En effet, cela fait des décennies que la science officielle affirmait qu'il était impossible que de telles masses, composée de centaines ou milliers de km² aient pu se retrouver englouties sous les eaux, tant dans l'Atlantique que le Pacifique. Ils admettaient juste les apparitions et disparitions d'îles volcaniques de plus ou moins grandes grandeurs, puisque ce phénomène avait bien été observé à de nombreuses reprises. Ils s'appuyaient alors sur les quelques études océanographiques, sondages par les compagnies pétrolières (pas toujours honnêtes avec leurs éventuelles découvertes d'ailleurs, logiquement), pose de câbles, etc...

D'ailleurs, la pose d'un de ces câbles (télégraphique à l'époque du début du 20ème siècle), au large des Açores, avait fait l'effet de publications, à cause de la découverte à une profondeur de 2000 mètres de laves vitrifiées obligatoirement à l'air libre auparavant. Mais ces "certitudes" du 20ème siècle, basées sur des travaux très partiels et avec des techniques pas assez développées encore (ce qui n'empêche pas les "consensus" scientifiques de s'établir comme des vérités), commencent à être balayées par les nouvelles techniques. Les traces d'anciens continents engloutis (ou grandes terres) ont bien été annoncées dans l'Océan Indien, en Méditerranée récemment et dans le Pacifique donc avec Zealandia. Et les progrès actuels de la cartographie des fonds marins, ainsi que le fait que le continent Africain et l'Euro-asiatique ne correspond pas tout à fait à un collage parfait avec les Amériques (il manque en fait de larges terres pour en faire un bon collage) font qu'il existe assez probablement de telles masses effondrées sous l'Atlantique. Ce n'est pas le sujet ici, parlons des nouvelles informations sur Zealandia.

 

Zealandia continent englouti exact1024x768 p

En 2017 donc, un groupe de scientifiques en géosciences néo-zélandais, français et australiens annonçait officiellement la découverte d'un septième continent baptisé par eux Zealandia. En fait, des indices de son existence existaient déjà depuis les années 1970 mais l'idée n'était pas très considérée (évidemment) et débattue modérément par la communauté scientifique depuis environ une vingtaine d'années. Malheureusement les preuves et certitudes manquaient pour aller plus loin dans les discussions.

Le continent en question, bien qu'il s'étend sur quasiment l'équivalent des deux tiers de la surface de l'Australie est à 94% sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous des milliers de mètres d'eau et surtout recouvert par une épaisse couche de sédiments. Il n'émerge essentiellement que sous la forme des terres de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie et quelques îles :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Fresque d'un scandale scientifique, du rififi au Tassili

Fresque d'un scandale scientifique, du rififi au Tassili

 

tassili-n-ajjer-sahara.jpg

 

Dans ces colonnes(1), nous avions présenté la grande expédition archéologique qui, en novembre 2009, avait gagné le Tassili n’Ajjer.

Objectif : la datation de centaines de milliers de peintures et gravures rupestres de ce site classé par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Par la suite, nous avions informé des résultats préliminaires de cette recherche à partir de leur publication dans la revue internationale Sahara (n° 21/2010). Tout semblait aller pour le mieux dans cette extraordinaire aventure qui se distinguait triplement : comme «la plus grande entreprise archéologique menée en Algérie depuis l’indépendance et sans doute avant» ; par l’utilisation de technologies ultramodernes de datation, sur le terrain et en laboratoire ; enfin par le fait que la réussite du projet permettrait à l’Algérie de devenir le premier pays du Sud à dater son art pariétal, ce que des pays avancés n’ont pu réaliser que récemment.

Mais le sérieux et l’enthousiasme qui marquaient l’envol de cette entreprise ont pris du plomb dans l’aile avec des agissements que l’on pourrait qualifier de braconnage scientifique. Un chercheur français est venu troubler ce beau et grand projet de recherche au risque d’étendre les dégâts à son cadre institutionnel et diplomatique : l’accord bilatéral signé en 2004 par les ministres des Affaires étrangères algérien et français qui envisageait même une extension de la recherche à l’Ahaggar et à l’Atlas saharien.

Au départ, l’expédition de 2009, véritable «caravane du savoir», était partie d’un bon pied : 45 hommes et femmes, dont 15 chercheurs de différentes disciplines, une équipe de guides du parc du Tassili, une vingtaine d’âniers, une cinquantaine de bêtes de somme pour acheminer, à 1000 m d’altitude, dans un relief accidenté, vivres et matériel et, surtout, 500 kilos d’équipements scientifiques et techniques. Respectant ses engagements, la partie algérienne n’a pas lésiné sur la prise en charge humaine et logistique. De même, les chercheurs n’ont pas ménagé leurs efforts. On était au comble de l’optimisme et la communauté scientifique internationale accueillait le projet avec un grand intérêt. La deuxième étape, dite de laboratoire, avait confirmé l’esprit de coopération scientifique qui avait présidé à l’élaboration du projet ainsi que la mobilisation importante de part et d’autre.

Côté algérien : le CNRPAH (Centre national de recherches en préhistoire, anthropologie et histoire), les Parcs nationaux du Tassili et de l’Ahaggar, la wilaya de Djanet... Côté français : plusieurs structures rattachées au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), dont le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement de Paris, des instituts ou centres de physique appliquée à l’archéologie, étude des archéomatériaux, etc. « Le choix d’une coopération avec les scientifiques français s’explique par leur avancée dans les recherches sur l’art rupestre, dans leur pays mais aussi dans le monde », avions-nous relevé alors.


La publication précitée dans la revue Sahara avait confirmé la dynamique engagée, de même qu’un état d’esprit positif. L’équipe y rendait compte de l’avancement des travaux et signalait des perspectives importantes liées à la poursuite des analyses. Tout allait pour le mieux avant que Jean Loïc Le Quellec, faisant office de responsable de l’équipe française (car jamais nommé par sa tutelle comme prévu par les accords), ne décide de faire cavalier seul en publiant deux textes sur les résultats du projet : un article dans la revue française Nouvelles de l’Archéologie (n°120-121, sept. 2010) dans un dossier sur la coopération archéologique française à l’étranger, puis un résumé de communication envoyé au 13e Congrès de l’Association archéologique panafricaine de préhistoire (nov. 2010, Université Cheikh Anta Diop, Dakar), résumé dont il niera l’existence malgré sa publication dans le programme de ce congrès sur le Net !

Voici l'un des deux textes de JL Le Quellec (on y constate d'ailleurs dans la biographie en bas que ce scientifique français a consacré curieusement plusieurs de ses recherches afin d'accentuer au maximum la notion de mythe en ce qui concerne l'Atlantide et des datations convergeantes - L'Atlantide fait toujours parler d'elle, que ce soit en mauvais ou en bien, c'est positif pour un chercheur...) Et pourtant, les descriptions de Platon dans le Critias et Timée, sur l'Atlantide et l'Attique, de l'avis d'autres chercheurs, correspond assez bien à la dernière période glaciaire et à sa fin :

https://journals.openedition.org/nda/1002

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mer du nord : Des nouvelles de Doggerland

Mer du nord : Des nouvelles de Doggerland

 

Bankbrown

Fouilles sur le Bank Brown (ancien article)

 

Retour sur les passionnantes recherches actuelles sur cet immense espace de terres englouties entre la Grande-Bretagne et le Danemark/Hollande nommé Doggerland. Une suite et complément donc aux articles précédents sur le sujet :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-mission-britannique-atlantis-decouvre-un-monde-englouti.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/actualite/mer-du-nord-un-yellowstone-inconsidere.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-tsunamis-nord-europeens.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/baltique-un-site-prehistorique-englouti-au-sud-de-la-suede.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-plongeurs-suedois-ont-trouve-des-reliques-de-11-000-ans-en-mer-baltique.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-foret-galloise-engloutie-il-y-a-5000-ans-refait-surface.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/angleterre-des-empreintes-humaines-vieilles-de-800-000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-la-montee-des-eaux-a-englouti-une-partie-de-la-prehistoire-francaise.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neandertalien-utilisait-du-goudron-pour-coller-le-bois-aux-pierres.html

 

Un monde perdu révélé par des reliques humaines de Néandertal échouées sur les plages de la mer du Nord.

Par un après-midi d'automne clair et venteux en octobre dernier, Willy van Wingerden a passé quelques heures libres avant de travailler en marchant au bord de la mer, non loin de la ville néerlandaise de Monster. Ici, en 2013, l'infirmière joyeuse avait trouvé sa première dent de mammouth laineux. Depuis, elle a cueilli plus de 500 objets anciens sur la large plage balayée par le vent connue sous le nom de Zandmotor, ou «moteur à sable». Elle a trouvé des outils néandertaliens faits de galets de rivière, d'hameçons en os et de restes humains vieux de plusieurs milliers d'années. Une fois, elle a arraché un outil néandertalien recouvert de goudron du bord de l'eau, ce qui lui a valu un crédit de co-auteur dans les Actes de l'Académie nationale des sciences ( PNAS ) il y a quelques mois.

 

Doggerland willy

Willy van Wingerden a trouvé des centaines d'objets anciens sur les plages près de sa maison aux Pays-Bas. Crédit : MANON BRUININGA

 

« Soleil, vent, pluie, neige - je suis ici 5 ou 6 jours par semaine », dit-elle. " Je trouve presque chaque jour quelque chose."

L'endroit préféré pour la plage de Van Wingerden n'est pas une étendue de sable ordinaire. D'une largeur de près d'un demi-kilomètre, la plage est constituée de matériaux dragués du fond de la mer à 13 kilomètres au large et déversés sur la plage existante en 2012. Il s'agit d'une mesure expérimentale de protection côtière de 70 millions d'euros, ses sables conçus pour s'étaler dans le temps pour protéger les Néerlandais. côte de l'élévation du niveau de la mer. Et l'effort a rendu 21 millions de mètres cubes de sol de l'âge de pierre accessibles aux archéologues.

Ce sol conserve les traces d'un monde perdu. Au cours de la dernière période glaciaire, le niveau de la mer était de 70 mètres plus bas (YH : à cet endroit, la baisse du niveau des mers n'est pas égale partout), et ce qui est maintenant la mer du Nord entre la Grande-Bretagne et les Pays-Bas était une plaine riche, qui abritait des humains modernes, des Néandertaliens et même des hominines plus anciensTout a disparu lorsque les glaciers ont fondu et que le niveau de la mer s'est élevé il y a environ 8500 ans. YH : notons qu'à l'heure actuelle, la fonte des derniers glaciers nordiques fait que la terre s'élève d'un côté et s'enfonce de l'autre - effet de balancier du à la disparition d'un gros poids d'un côté).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Jourdain : un village de briques crues de 7200 ans

Jourdain : un village de briques crues de 7200 ans

 

Jourdain2

 

Un village de briques crues a survécu à 7 200 ans dans la vallée du Jourdain. Les maisons et les silos identifiés à Tel Tsaf sont une trouvaille rare étant donné l'aversion des briques de boue pour la pluie - et un hiver inhabituellement humide provoque déjà la chute des briques exposées...

Il y a une raison pour laquelle les maisons préhistoriques sont rares dans les archives archéologiquesLes pierres de construction sont réutilisées, tandis que d'autres étaient fragiles au départ, en bois et en paille, ou en briques de boue qui ont succombé aux intempéries et à la pourriture. Pourtant, les archéologues en Israël ont identifié des maisons et des silos de stockage de nourriture en briques de boue séchées au soleil remontant à 7 200 ans à Tel Tsaf, un site de la vallée du Jourdain. Le professeur Danny Rosenberg de l'Institut d'archéologie Zinman, Université de Haïfa, qui a dirigé le projet Tel Tsaf en collaboration avec le Dr Florian Klimscha du Landsmuseum de Hanovre en Allemagne et ses collègues en parlent dans PLOS One.

Les briques de boue ont été cimentées et enduites à l'aide de plâtre de boue ou de chaux (et d'autres types également), a écrit l'équipe. Sur la base de découvertes organiques, ils ont déduit que les plafonds peuvent avoir été faits de bois ou de roseaux et postulent, sur la base d'une architecture simple et moderne, que les toits étaient plats.

Les structures de Tel Tsaf sont loin d'être la plus ancienne brique crue connue de la science. Jéricho a des restes de constructions de boue encore plus anciennes datant de la période connue sous le nom de néolithique pré-poterie A, il y a environ 12 000 à 10 800 ans. Les habitants de l'ancien Jéricho ont utilisé de la brique de boue pour rehausser les murs de la ville, et beaucoup de constructions.

D'autres exemples sont légion: de nombreux sites bibliques découverts étaient également connus pour l'utilisation de briques de boue, et Ebla en Syrie avait un mur de ville en briques de boue massif jusqu'à 6 mètres (20 pieds) d'épaisseur qui remonte probablement à l'époque de Tel Tsaf. Les deux ont quelque peu survécu.

En bref, les constructions en briques crues étaient courantes au Levant (et ailleurs). Mais l'étude archéologique du développement préhistorique de la construction avec de la boue - de la technique à ce qu'elle pourrait nous dire sur les gens, leur culture, leur technologie et leurs choix - a été entravée par le fait que la brique de boue se désintègre sous la pluie...

 

Jourdain1

Le site archéologique de Tel Tsaf dans la vallée du Jourdain. photo Yossi Garfinkel

 

Cela soulève la question de savoir comment exactement les briques de boue d'un village, bien que substantielles, ont survécu partout au Levant pendant plus de quelques années, sans parler de 7 200 ans dans le cas de Tel Tsaf. Bien que le Moyen-Orient ait des déserts assez durs, ce n'est pas l'Atacama, qui ne reçoit littéralement aucune pluie :

Lire la suite

Portugal et Açores, des cart-ruts aussi

Portugal et Açores, des "cart-ruts" aussi

MAJ 06-02-2020

Cart rutsporto5 mini

 

Les plus connus se trouvent sur l'île de Malte, et j'en avais parlé ici, mais plusieurs autres régions du monde comportent ces traces jugées mystérieuses par plusieurs chercheurs, jugées comme étant l'oeuvre de civilisations antiques connues, comme celle des Romains par exemple pour d'autres... Cette dernière affirmation peut d'ailleurs être considérées comme étrange quand l'on sait qu'à Malte, par exemple, ces traces continuent en partie sous l'eau... et que la montée des eaux de la Méditerranée semble un peu trop lointaine pour que les Romains ou les Grecs soient impliqués dans ces traces. On reste tout de même avec deux hypothèses : une utilisation de ces sorte de 'rails" pour lancer des bateaux sur la mer (un travail sous-marins donc nécessaire par des anciens grecs par exemple) ou effectivement une civilisation préhistorique méconnue (en liaison avec les très nombreux "crânes allongés" (ou dolichocéphales) trouvés sur l'île ?) qui aurait fait ces traces avant la montée des eaux. Mais l'on sait aussi que l'île a été victime de plusieurs tsunamis (comme d'autres régions méditerranéennes), voir même qu'elle aurait pu s'affaisser assez récemment (séismes) et expliquer l'engloutissement de ces traces et même de plusieurs temples découverts au large... Les explications sont multiples et ouvertes encore...

Ces traces en forme de sillons souvent parallèles et de longue grandeur demeurent tout de même un mystère et plusieurs explications quant à leur objectif ont été émises, dont un système de traîneau (en bois car on n'en a retrouvé aucune trace) afin qu'un peuple mégalithique/préhistorique puisse déplacer de lourdes pierres afin de créer leurs structures de rituels ou autres (dolmens, menhirs, cairns ou habitations...). Certains pensent que les Phéniciens, voir Tartessos, pourraient aussi être ce peuple. Une autre explication logique est bien sûr l'utilisation de chars dans de la boue, les sillons des chars ayant durci au fil du temps... mais on ne retrouve pas de traces laissés par les chevaux dans la même boue durcie, ce qui est gênant (ni d'empreintes humaines à priori !), ce qui nous mène à un système peu crédible de "montagnes russes" préhistorique... et les géologues réfutent cette explication... (d'autant plus qu'il y en sur des roches identifiées qui ne peuvent être de la boue durcie).

Restons sérieux et parlons donc de ces étranges "cart-ruts" également visible au Portugal et aussi aux Açores, fait intéressant suite à la (re)découverte de plusieurs pyramides anciennes sur les Açores mais aussi de sites mégalithiques, dont j'ai largement parlé ici...

 

 

Açores, Madalena, à Valverde, Criação Velha et Sete Cidades, paysage de pyramides...

Lire la suite

Une ville d'une civilisation inconnue de 4200 ans minimum déterrée en Espagne !

Une ville d'une civilisation inconnue de 4200 ans minimum déterrée en Espagne !

- 2012 - MAJ 09-2015 - 2020

 

fortification-la-bastida.jpg

Photo UAB

Aucune caractéristique similaire n'a été observée dans d'autres constructions de l'âge du bronze, avec ses murs de trois mètres d'épaisseur, ses tours carrées qui à l'origine devaient mesurer jusqu'à sept mètres de haut et une entrée monumentale avec une poterne voûtée en ogive.

Le mur protégeait une ville de 4 hectares située au sommet d'une colline. Avec des éléments architecturaux évoquant des structures militaires stylisées orientales.

L'alignement et les caractéristiques révèlent une stratégie de défense judicieuse qui représentait une nouvelle façon de se battre.

Cette découverte pose de nouvelles questions sur ce que l'on sait à propos de l'origine des inégalités économiques et politiques en Europe, la formation de l'armée et le rôle que la violence a joué dans la formation des identités.

 

labastidadetotana.jpg

 

Un site comparable à la civilisation minoenne de Crète.

Les fouilles archéologiques réalisées cette année sur le site de La Bastida (Totana, Murcia, Espagne) ont mis en lumière un système de fortification imposant, unique en son temps. Cette découverte, en incluant toutes les autres découvertes faites ces dernières années, permet de réaffirmer que cette ville était la communauté la plus avancée d'Europe en termes politiques et militaires au cours de l'âge du bronze (il y a environ 4.200 années: autour de 2200 avant notre ère -), et est comparable seulement à la civilisation minoenne de Crète.

 

La découverte a été présentée par Pedro Alberto Sánchez Cruz, secrétaire de la Culture de la Région de Murcie et Vicente Lull, professeur de Préhistoire de l'Université Autonome de Barcelone (UAB) et directeur des fouilles.

La fortification consistait en un mur de deux à trois mètres d'épaisseur, construit avec de grosses pierres et du mortier de chaux et soutenu par de larges tours à bases pyramidales situées à de courtes distances, près de quatre mètres, les unes des autres.

La hauteur originelle de la muraille était d'environ 6 ou 7 mètres. Jusqu'à présent, six tours ont été découvertes sur une longueur de 70 mètres, bien que la totalité du périmètre de la fortification fait plus de 300 mètres.

 

L'entrée de l'enceinte était un passage construit avec des murs solides et de grandes portes sur la fin, maintenues fermées avec de grosses poutres en bois. L'un des éléments architecturaux est la poterne voûtée en ogive, ou porte secondaire, située près de l'entrée principale. L'arc est en très bon état et est le premier à être trouvé dans l'Europe préhistorique. D'autres ont été trouvées dans la deuxième ville de Troie (Turquie) et dans le monde urbanisé du Moyen-Orient (Palestine, Israël et Jordanie), influencé par les civilisations de la Mésopotamie et de l'Egypte.

Cela indiquerait que des gens de l'Est ont participé à la construction de la fortification. Ils auraient atteint La Bastida après la crise qui a dévasté la région il y a 4.300 années.

Il a fallu attendre près de 400 à 800 ans plus tard pour que les civilisations comme les Hittites, les Mycéniens, ou les cités-Etats comme Ougarit, incorporent ces méthodes innovantes dans leur architecture militaire.

labastidadetotana2.jpg

 

Une construction conçue pour le combat :

Lire la suite