Sciences-Faits-Histoires

Preuves Autre Histoire

Cette catégorie regroupe tous les articles apportant des données faisant avancer les connaissances sur l'Histoire de l'être Humain. Tant que l'Humanité ne saura pas la genèse réelle de son existence, il y aura en elle une conffusion diffuse et souvent non admise, mais bien réelle...

  • Nouvelle étude postulant une navigation préhistorique

    Nouvelle étude postulant une navigation préhistorique

     

    Pnas canada echantillonsFigure S1. Images Google Earth obliques et orientées vers le nord d'ABS (A), ABC (B) et ABN
    (C) sites d'échantillonnage avec trois fois l'exagération verticale. Les symboles blancs sont nos échantillons ;
    les symboles jaunes sont des âges de Réf. (23). Âges 10Be corrigés de l'uplift avec analyses
    incertitude notée en kilo annum. Les italiques indiquent une valeur aberrante exclue du calcul de
    la moyenne et l'incertitude de l'échantillon. - PNAS - Anexe (voir fichier pdf en bas de l'article)

     

    Une étude scientifique parue fin mars 2022 dans les PNAS (Actes de l'Académie Nationale des Sciences - sources en bas de l'article comme toujours) s'est évertuée à dater précisémment une route migratoire possible entre les glaciers nord-américains lors de la dernière glaciation.

    Il existe deux hypothèses principales quant à la façon dont les gens ont d'abord migré vers l'Amérique du Nord. L'idée la plus ancienne suggérait que les gens avaient fait ce voyage lorsque la Béringie - la masse continentale qui reliait autrefois l'Asie à l'Amérique du Nord, maintenant divisée par le détroit de Béring - était relativement libre de glace. La notion la plus récente suggérait que les voyageurs se déplaçaient sur des embarcations le long des côtes pacifiques de l'Asie, de la Béringie et de l'Amérique du Nord.

    Un facteur majeur influençant la manière dont les premiers Américains sont arrivés était les calottes glaciaires géantes qui recouvraient autrefois l'Amérique du Nord. Des recherches antérieures ont suggéré qu'un couloir libre de glace entre les marges de ces calottes glaciaires aurait pu permettre un voyage de la Béringie vers les Grandes Plaines.

    Sur la base d'outils en pierre datant de 13 400 ans, les archéologues avaient longtemps suggéré que les peuples de la culture préhistorique connue sous le nom de Clovis (nom de la ville où ont été découvert ces premiers outils) étaient les premiers à migrer de l'Asie vers les Amériques. Des travaux antérieurs concernant l'âge du corridor libre de glace ont suggéré qu'il aurait pu servir de voie de migration pour les Clovis.

    Cependant, les scientifiques ont récemment découvert de nombreuses preuves d'une présence pré-Clovis en Amérique du Nord. Par exemple, en 2021, 60 empreintes de pas anciennes au Nouveau-Mexique suggéraient que des humains s'y trouvaient il y a environ 23 000 ans, et en 2020, des archéologues ont découvert des artefacts en pierre dans le centre du Mexique qui avaient au moins 26 500 ans.

    Et de toute façon, il y a maintenant des preuves formelles et plusieurs études sur la présence en Amérique du Nord d'hommes (Idaho par exemple) il y a au moins 15 700 ans. Et cette dernière étude prouve que ce fameux corridor permettant un passage à pied entre les glaciers ne s'est ouvert qu'après la présence de ces humains... la seule possibilité pour leur présence étant donc une navigation en suivant les côtes. Voyons comment les scientifiques en sont arrivés à cette conclusion :

    Des estimations récentes suggèrent que le couloir libre de glace ne s'est ouvert qu'il y a environ 14 000 à 15 000 ans, ce qui signifierait que les premiers Américains auraient pu compter sur une route côtière au lieu d'une route terrestre. Pourtant, une grande incertitude subsistait quant à l'âge du couloir libre de glace. 

    Pour aider à résoudre ce mystère, les chercheurs ont cherché à déterminer quand le couloir libre de glace s'est ouvert. Ils ont enquêté sur 64 échantillons géologiques prélevés à six endroits s'étendant sur 1 200 kilomètres le long de la zone où le couloir libre de glace aurait existé.

     

    Pnas 2118558119fig01

    Carte montrant l'étendue des calottes glaciaires de la Cordillère et des Laurentides après l'ouverture initiale de l'IFC et l'emplacement des sites datés. Les marges des calottes glaciaires de la Cordillère (CIS) et de la Laurentide (LIS) à 14,2 cal ka proviennent de la réf. 55 et les emplacements des sites avec les âges sont discutés dans Résultats . Les sites avec des âges 14 C sont représentés par des cercles bleus et gris, les premiers sites étant plus proches du retrait de la marge glaciaire et de l'ouverture de l'IFC initial ou du corridor côtier, et les derniers sites étant plus éloignés de l'IFC initial. Les sites avec des âges de luminescence sont représentés par des losanges orange et gris, les premiers sites étant plus proches du retrait de la marge glaciaire et de l'ouverture de l'IFC, et les derniers sites étant plus éloignés de l'IFC initial. Sites avec 10 Les âges Be sont représentés sous forme de carrés, les âges publiés étant représentés par des carrés bleus contraignant le recul de la marge ouest de la calotte glaciaire de la Cordillère ( 53 , 54 ), les carrés verts contraignant l'ouverture de l'IFC sud ( 34 ), le carré noir contraignant l'âge de la déglaciation ∼ 500 km à l'est de l'IFC ( 41 ), et des carrés bruns (avec texte souligné indiquant le nom du site) représentant nos âges moyens qui contraignent l'ouverture de l'IFC. La carte en médaillon montre nos emplacements d'échantillons dans le contexte de l'emplacement approximatif de la zone de suture (ligne pointillée épaisse) du CIS et du LIS au LGM ∼21 ka. AB = Alberta, BC = Colombie-Britannique.

     

    Les scientifiques ont examiné des rochers que les glaciers transportaient autrefois loin de leurs foyers d'origine, tout comme les rivières pouvaient entraîner des cailloux dans les lits des rivières au fil du temps. Ils ont analysé combien de temps ces roches ont été exposées à la surface de la Terre - et donc combien de temps elles sont restées sur un sol sans glace - en examinant les niveaux d'éléments radioactifs générés lorsque les roches ont été bombardées par des rayons à haute énergie provenant de l'espace.

    Les nouvelles découvertes suggèrent que le couloir libre de glace ne s'est complètement ouvert qu'il y a environ 13 800 ans, et que les calottes glaciaires « peuvent avoir atteint une hauteur de 1 500 à 3 000 pieds (455 à 910 m) dans la zone où elles recouvraient le couloir libre de glace. ", a déclaré Jorie Clark, auteure principale de l'étude, géologue et archéologue à l'Université d'État de l'Oregon. En comparaison, le plus haut bâtiment du monde, le Burj Khalifa à Dubaï, mesure environ 2 722 pieds (829,8 m) de haut.

    " Il s'agit d'une étude très bien exécutée qui aborde une question de longue date ", a déclaré Matthew Bennett, un chercheur qui étudie les traces de fossiles à l'Université de Bournemouth en Angleterre et qui n'a pas participé à ce travail. " Les résultats sont intéressants et aident à améliorer notre compréhension de cette voie de migration potentielle. Les auteurs doivent être félicités pour leur grande science."

    Dans l'ensemble, " nous avons maintenant des preuves solides que le couloir libre de glace n'était pas ouvert et disponible pour le premier peuplement des Amériques ", a déclaré Clark. Pourtant, " il reste encore beaucoup à apprendre pour savoir s'ils sont réellement descendus par la route côtière, et si oui, comment ont-ils voyagé. Nous devons trouver des sites archéologiques dans la région ".

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

    Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

     

    Portugal vallee de sao 730

    Le squelette de ce que l'on pense être la plus ancienne momie connue a été retrouvé sur un site funéraire vieux de 8000 ans dans la vallée du Sado au Portugal.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

     

    Des photos auparavant non développées révèlent des signes de momification vieux de 8 000 ans – les plus anciennes preuves trouvées au monde.

    Il y a environ 60 ans, un archéologue a pris des photos de plusieurs squelettes enterrés dans des tombes vieilles de 8 000 ans dans le sud du Portugal. Maintenant, une nouvelle analyse de ces photos auparavant non développées suggère que les plus anciennes momies humaines ne viennent pas d'Égypte ou même du Chili, mais plutôt d'Europe

    Plus d'une douzaine de corps anciens ont été découverts dans la vallée du Sado, au sud du Portugal, lors de fouilles dans les années 1960, et au moins un de ces corps avait été momifié, peut-être pour faciliter le transport avant son enterrement, ont déclaré des chercheurs après avoir analysé les images et visité le cimetière.

    Et il y a des signes que d'autres corps enterrés sur le site pourraient également avoir été momifiés, ce qui suggère que la pratique aurait pu être répandue dans cette région à cette époque.

    Des procédures élaborées de momification ont été utilisées dans l'Égypte ancienne il y a plus de 4 500 ans, et des preuves de momification ont été trouvées ailleurs en Europe, datant d'environ 1 000 av JC. Les momies dans la région côtière du désert d'Atacama au Chili, celles des Chinchorros, datent d'environ 7 000 ans, avec également des procédures élaborées de momification. Celles du Portugal seraient donc plus anciennes de 1 000 ans par rapport aux plus anciennes connues et prouvées à ce jour, mais ne possédant pas de procédures très élaborées, juste des liens resserrés au fur et à mesure d'un séchage naturel.

    Bien que la momification soit relativement simple dans des conditions très sèches comme le désert d'Atacama, il est difficile d'en trouver des preuves en Europe, où des conditions beaucoup plus humides signifient que les tissus mous momifiés restent rarement préservés, a déclaré Rita Peyroteo-Stjerna, bioarchéologue à l'Université d'Uppsala en Suède. YH : mais les momies des Chichorros, des actuels Chili et Pérou, sont tout de même très élaborées car les corps étaient littéralement démembrés puis reconstruits à l'aide de bois, cordes, végétaux et argiles, rien à voir avec les momies naturellement séchées par les civilisations suivantes, qui procèdaient avec des liens et des "fagots" enrobant les corps..., comme au Portugal à priori.

    " Il est très difficile de faire ces observations, mais c'est possible avec des méthodes combinées et un travail expérimental ", a-t-elle déclaré à Live SciencePeyroteo-Stjerna est l'auteur principal d'une étude sur la découverte publiée ce mois-ci dans le European Journal of Archaeology

     

    Portugal 8000ans1

    Les archéologues ont pu reconstituer les lieux de sépulture à partir de descriptions écrites, de cartes dessinées à la main et de photographies récemment découvertes.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

     

    La preuve de la momification provient de plusieurs rouleaux de film photographique trouvés parmi les effets personnels d'un archéologue portugais décédé, Manuel Farinha dos Santos, décédé en 2001.

    Farinha dos Santos avait travaillé sur des restes humains découverts dans la vallée du Sado au début des années 1960. Lorsque les chercheurs de la nouvelle étude ont développé les images, ils ont découvert des photographies en noir et blanc de 13 sépultures du Mésolithique, ou Middle Stone Age.

    Bien que certains documents et cartes dessinées à la main du site aient été conservés au Musée national d'archéologie de Lisbonne, ces photographies étaient auparavant inconnues et ont donné aux archéologues une occasion unique d'étudier les sépultures, a déclaré Peyroteo-Stjerna.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Une industrie du traitement de l'ocre de 40 000 ans en Chine

    Une industrie du traitement de l'ocre de 40 000 ans en Chine

     

    Chine artifacts ocre

    Artefacts trouvés gisant sur la plaque de sédiments teintés d'ocre rouge dans l'atelier d'ocre du nord de la Chine. (Andreu Ollé / Wang et al / Nature ) - Source : Université Griffin

     

    Une équipe internationale d'archéologues rapporte dans Nature des preuves indirectes mais convaincantes de la présence d'Homo sapiens à Xiamabei, un site du nord de la Chine près de la rivière Huliu qui remonte à au moins 40 000 ans.

    Des fouilles archéologiques sur le site de Xiamabei dans le bassin de Nihewan au nord de la Chine ont révélé la présence d'inventions, d'outils et de comportements associés à des sites plus récents. La nouvelle étude montre également que l'atelier d'ocre trouvé sur le site est le plus ancien d'Asie de l'Est et que les outils lithiques trouvés là-bas sont liés à l'Afrique, mais d'une manière nouvelle.

     

    Bassin de nihewan site des premieres activites humaines modernes en chine

    Bassin de Nihewan, site des premières activités humaines modernes en Chine Crédit : Lumières dans le noir, Wikimedia Commons

     

    " Xiamabei se distingue de tout autre site archéologique connu en Chine, car il possède un nouvel ensemble de caractéristiques culturelles à une date précoce ", a déclaré le Dr Fa-Gang Wang de l'Institut provincial des reliques culturelles et d'archéologie du Hebei, dont l'équipe a d'abord fouillé le site, indique un communiqué de la Max Planck Society.

    En fait, il semble qu'ils aient développé une culture technologique de la pierre unique qui n'émergera largement que plus de 10 000 ans plus tard.

    Les preuves trouvées à Xiamabei incluent la première découverte de traitement de l'ocre dans la région - par opposition à la simple utilisation de l'ocre, qui a été trouvée même chez les Néandertaliens.

    Alors que les humains archaïques sont connus pour avoir commencé à atteindre l'Eurasie il y a au moins 2 millions d'années (Homo Erectus), le moment où leurs homologues anatomiquement modernes ont commencé leur propagation depuis l'Afrique est plus un mystère. 

    Résumé de la publication scientifique dans Nature : " Homo sapiens (homme moderne) était présent dans le nord de l'Asie il y a environ 40 000 ans, ayant remplacé les populations archaïques à travers l'Eurasie après des épisodes d'expansions démographiques antérieures et de croisements 1 , 2 , 3 , 4 . Les adaptations culturelles des derniers Néandertaliens, des Denisoviens et des populations d'H. sapiens entrant en Asie restent inconnues 1 , 5 , 6 , 7. Nous décrivons ici Xiamabei, un site archéologique bien conservé d'environ 40 000 ans dans le nord de la Chine, qui comprend la plus ancienne caractéristique connue de traitement de l'ocre en Asie de l'Est, un assemblage lithique miniaturisé distinctif avec des outils en forme de lamelles portant des traces d'emmanchement, et un outil en os. L'assemblage culturel de traits à Xiamabei est unique pour l'Asie de l'Est et ne correspond pas à ceux trouvés dans d'autres assemblages de sites archéologiques habités par des populations archaïques ou ceux généralement associés à l'expansion de H. sapiens, tels que le Paléolithique supérieur initial 8 , 9 , dix. Le dossier de l'Asie du Nord soutient un processus d'innovations technologiques et de diversification culturelle émergeant dans une période d'hybridation et de mélange d'hominidés 2 , 3 , 6 , 11 . "

    Fa-Gang Wang de l'Institut provincial des reliques culturelles et d'archéologie du Hebei en Chine, le professeur Michael Petraglia de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine et ses collègues.

    Ce que l'on sait des études précédentes, c'est qu'il y a 40 000 ans, Homo sapiens était présent dans le nord de l'Asie, ayant remplacé les populations archaïques après des épisodes antérieurs de déplacement et de métissage. Cependant, on ne sait pas grand-chose de leur vie, de leurs adaptations culturelles et de leurs interactions avec leurs cousins ​​​​évolutifs plus âgés tels que les Néandertaliens et les Dénisoviens.

    Des preuves abondantes dans le plus ancien atelier d'ocre d'Asie de l'Est

     

    L'une des découvertes les plus étonnantes sur le site vieux de 40 000 ans a été l'atelier d'ocre rouge où le minéral était traité. L'utilisation de l'ocre a été une caractéristique de la lignée Homo antérieure à notre espèce, semble-t-il. Surtout l'ocre rouge. La pierre colorée friable a peut-être été utilisée par Homo erectus au Kenya il y a 285 000 ans. Alors que l'utilisation de l'ocre elle-même a été documentée de manière assez fiable sur un site néandertalien ancien aux Pays-Bas il y a environ de un quart de million à 200 000 ans, l'atelier d'ocre préhistorique de Xiamabei est désormais le plus ancien d'Asie de l'Est.

     

    Chine artefacts ocre2

    A, B : Artefacts sur sol teinté de rouge C : Ocre modifié par broyage D : Fragment d'ocre provenant du broyage E : Dalle teintée Crédit : Fa-Gang Wang, Francesco d'Errico / Wang et al., Traitement innovant de l'ocre et utilisation d'outils en Chine il y a 40 000 ans. Nature. 2022

     

    De l'ocre a été trouvée sur 10 des outils. Un morceau d'ocre riche en fer avait été broyé pour produire une poudre rouge foncé. Un autre petit morceau d'un autre type d'ocre semble avoir été les restes d'un morceau plus grand. Et une dalle de calcaire allongée, clairement tachée d'ocre, a également été découverte sur le site.

    Lire la suite et voir les autres photos ci-dessous :

    Lire la suite

  • Le fossile d'un grand hominidé inconnu de 1,5 Million étudié en Israel

    Le fossile d'un grand hominidé inconnu de 1,5 Million d'années étudié en Israel

     

    Fossilehominide1 5m ans 650

    Une vue de dessus (a), arrière (b), bas (c) et avant (d) de la vertèbre découverte à 'Ubeidiya (Crédit image : Dr Alon Barash)

     

    Une nouvelle étude datée du 02 février 2022 parle de l'analyse d'un fossile de vertèbre d'un hominidé inconnu découvert en Israël. Une vertèbre vieille de 1,5 million d'années d'une espèce humaine éteinte découverte en Israël suggère que les humains anciens ont peut-être migré d'Afrique en plusieurs vagues, selon cette nouvelle étude.

    Bien que les humains modernes, Homo sapiens, soient maintenant les seuls membres survivants de l'arbre généalogique humain, d'autres espèces humaines parcouraient autrefois la Terre. Des travaux antérieurs ont révélé que bien avant que les humains modernes ne quittent l'Afrique il y a environ 270 000 ans, des espèces humaines aujourd'hui disparues avaient déjà migré d'Afrique vers l'Eurasie il y a au moins 1,8 million d'années, au début du Pléistocène ( 2,6 millions à 11 700 ans), l'époque qui comprenait la dernière période glaciaire.

    Les scientifiques avaient débattu de la question de savoir si les anciens humains se sont dispersés d'Afrique lors d'un événement ponctuel ou en plusieurs vagues. Maintenant, les chercheurs ont découvert que ce dernier scénario est plus probable, basé sur une vertèbre récemment analysée d'une espèce humaine inconnue. " Avec environ 1,5 million d'années, la vertèbre est la plus ancienne preuve à ce jour d'anciens humains en Israël ", a déclaré à Live Science l'auteur principal de l'étude Alon Barash, paléoanthropologue et anatomiste humain à l'Université Bar-Ilan en Israël.

    L'os a été découvert sur le site préhistorique d'Ubeidiya dans la vallée du Jourdain, le deuxième site archéologique le plus ancien hors d'Afrique. Le site comprend non seulement d'anciens artefacts en pierre ressemblant à ceux trouvés sur des sites d'Afrique de l'Est, mais également une riche collection d'ossements d'animaux appartenant à des espèces disparues telles que les chats à dents de sabre et les mammouths.

     

    Israel le site de ubeidiya emil alagem autorite des antiquites d israel

    Le site de 'Ubeidiya(Crédit image : Emil Alagem/Autorité des antiquités d'Israël)

     

    En 2018, après avoir réexaminé des os initialement déterrés à Ubeidiya en 1966, les scientifiques ont découvert ce qui semblait être une vertèbre du bas du dos d'un hominidé, le groupe qui comprend les humains, nos ancêtres et nos plus proches parents évolutifs

    " C'est formidable de voir de nouvelles découvertes provenant d'anciennes collections comme celle-ci ", a déclaré John Hawks, paléoanthropologue à l'Université du Wisconsin-Madison qui n'a pas participé à l'étude. " Cela montre qu'il reste toujours quelque chose à trouver même lorsque les archéologues pensent avoir tout fait."

    Après que les chercheurs ont comparé la vertèbre avec celles d'une gamme d'animaux - tels que des ours, des hyènes, des hippopotames, des rhinocéros, des chevaux, des gorilles et des chimpanzés - qui vivaient autrefois dans la région d'Ubeidiya, l'équipe a conclu que l'os provenait d'une espèce éteinte du genre Homo. (Il n'y a pas suffisamment de données sur cet os pour révéler s'il appartenait à une espèce connue d'humain disparu.)

    Sur la base de la taille, de la forme et d'autres caractéristiques de l'os, les chercheurs ont estimé qu'il appartenait à un enfant de 6 à 12 ans. Cependant, ils ont estimé qu'à la mort, l'enfant aurait mesuré environ 5 pieds 1 pouce (155 centimètres) et pesé environ 100 à 110 livres (45 à 50 kilogrammes) - aussi gros qu'un enfant moderne humain de 11 à 15 ans. En d'autres termes, cet enfant aurait eu la tête et les épaules plus grands que ses homologues modernes.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une autre légende qui perdure, le Yéti

    Une autre légende qui perdure, le Yéti - MAJ

     

    c-ria-yeti.jpg

    Patterson (1967)

     

    Son origine n’est pas connue tellement elle est lointaine, mais il est certain que le Yéti a toujours fait partie des légendes et croyances des peuples du Tibet. Yéti dans le nord-est du Népal (traduction : créature magique), Migö ou Migou (Homme Sauvage) dans l’Himalaya ou aussi Gang-Mi (Homme des glaciers), tous les sherpas des montagnes en ont entendu parler, certains l’ont même aperçu. Selon eux, il pourrait tuer un yack d’un seul coup de poing.

    Curieusement (mais peut-être pas tant que ça), les légendes du Yéti, aussi bien en Inde que jusqu’en Chine et Asie du sud-est (les Kmers en parlent), nous ramènent à un personnage ayant possiblement un lien avec les Annunakis de Sumer ! En effet, on trouve sa première citation écrite dans les manuscrits très connus du Ramayana, écrit en sanskrit aux alentours de notre an zéro, mais recopiant en grande partie des textes datant au minimum de 2000 ans AV. JC. Ces écrits ne sont pas seulement des textes religieux car, composés de sept livres, sont surtout composés de témoignages, données astronomiques et scientifiques (renommés en légendes et mythes à l’heure actuelle). Ce sont d’ailleurs les données scientifiques assez précises du ciel de l’époque qui ont permis la datation du règne de Rama, au 20° siècle avant J.C. Hormis le fait que ces données parlent des véhicules servant aux « dieux », ressemblants assez fortement à certains engins inconnus vus tout au long de l’Histoire humaine, ces textes parlent surtout des Hommes de l’époque et de leurs interactions avec les évènements de l’époque (Rama, héritier légitime, est désavoué par son père le « roi-dieu » et s’exile avec son frère et sa fiancée Sita. Cette dernière est enlevée par Ravana, cité comme un « démon » puissant et protégé des autres dieux et démons, mais pas des humains, et est emmenée vers des îles au sud (Sri Lanka peut-être). Après une épopée longue et une pénible recherche, Rama retrouve Sita…).

     450px-hanuman-statue-in-haladiagada-kendrapada.jpg

    Hanuman, Kendrapada

    Lire la suite

  • Mexique: les mystérieuses dalles de San Miguel Ixtapan

    Mexique: les mystérieuses dalles de San Miguel Ixtapan

     

    Ixtapan0

    Crédit ARX Project

     

    Le ARX Project vient d'annoncer la récupération et le transport réussies de la plus grande des dalles de pierre mégalithique de la région de San Miguel Ixtapan, dont les fragments ont été trouvés dans un ranch à quelques kilomètres du site archéologique au début de 2021.

    Toute l'opération a été coordonnée par l'archéologue Victor Osorio, directeur du site archéologique de San Miguel Ixtapan, et l'association ARX, en collaboration avec l'Institut national mexicain d'anthropologie et d'histoire (INAH) et le Sec retaire de la culture de l'État du Mexique.

    Comme le précise les fondateurs de l'ARX Project, Le projet a été lancé en 2020 dans le but de fournir une approche multidisciplinaire à l'étude du passé antique. Ils travaillent en partenariat avec des institutions gouvernementales et non gouvernementales pour faire progresser notre connaissance de l'histoire humaine et des origines de la civilisation. C'est une organisation à but non lucratif basée au Mexique qui est soutenue par le travail et la passion de ses associés, ainsi que par la générosité et les contributions de nos sponsors, publics et privés. Les fondateurs sontMarco M. Vigato, italien vivant au Mexique, a étudié à Harvard et à l'université Bocconi de Milan. Il fait des recherches sur les civilisations anciennes en tant que chercheur indépendant depuis 15 ans. Il est un expert de la Méso-Amérique ancienne, ainsi qu'un contributeur régulier au magazine en ligne Ancient Origins et à divers autres journaux et podcasts imprimés et en ligne. Il est également l'auteur d'ouvrages et de publications sur divers sujets d'histoire et de préhistoire liés aux origines de la civilisation. Ludovic Celle, français vivant à Oaxaca, est diplômé en architecture de l'école d'architecture de Grenoble. Il est illustrateur spécialisé en architecture depuis 12 ans, depuis 2017 avec un focus sur la visualisation précolombienne et l'investigation iconographique. Sa reconstruction 3D détaillée de la ville postclassique zapotèque de Mitla lui a valu des éloges dans le domaine archéologique. Son enquête centrale est le vaste monde des conceptions de frettes étagées à travers le continent américain. Alexandre Tokarz, Polonais vivant à Mexico, a fréquenté le California College of the Arts à San Francisco où il a obtenu un baccalauréat en architecture. Il a passé plusieurs années à travailler au Danemark avec Bjarke Ingels Group, Henning Larsen Architects et 3XN Architects. Par la suite, il a obtenu une maîtrise ès arts en architecture de l'Arkitektskolen Aarhus au Danemark. Avec son propre studio de design, il a construit de nombreux projets au Mexique, notamment en participant aux efforts de reconstruction après le tremblement de terre du 19 septembre 2017. Leur équipe est composée d'experts de différentes disciplines, notamment des archéologues, des géophysiciens, des spéléologues, des architectes, des ingénieurs, des photographes et des artistes numériques.

     

    San miguel ixtapan

    Une composition photographique des près de 14 dalles de pierre mégalithiques connue du site de San Miguel Ixtapan. Source : Marco M. Vigato

     

    Leur site internet se centralise sur ce résumé : " La question de l'origine de la civilisation mésoaméricaine a intrigué des générations d'archéologues, d'historiens de la culture et d'anthropologues. Les Olmèques, qui ont prospéré entre 2 500 et 400 av. JC. 
    Depuis le début des années 1990, cependant, une nouvelle hypothèse a émergé selon laquelle la civilisation mésoaméricaine n'est pas apparue isolément, mais dans le cadre d'un réseau complexe d'interactions commerciales régionales qui ont favorisé les échanges culturels et la diffusion de styles artistiques similaires ainsi que la poterie, la pierre et techniques de travail des métaux dans une vaste zone entre l'ouest du Mexique, l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud.  
    Ces contacts ont certainement profité du vaste réseau fluvial de l'ancien Mexique et du Guatemala, en particulier le long des rivières Balsas et Usumacinta, où se trouvent certains des premiers centres de la civilisation mésoaméricaine en dehors de la côte du golfe du Mexique. 
    En adoptant une vision panaméricaine du développement de la civilisation dans les Amériques, notre mission est de documenter la mosaïque complexe d'influences culturelles qui ont façonné la période formatrice et classique de la civilisation mésoaméricaine. 
    Nos méthodes combinent l'exploration traditionnelle avec l'utilisation des dernières technologies en imagerie aérienne et satellite pour aider à démêler le grand puzzle des origines mésoaméricaines, en cartographiant et en documentant les couloirs commerciaux et les centres originaux de civilisation des Amériques.
    "

    Et les sites étudiés sont : Mitla, Oaxaca, Étude et exploration géophysiques - San Miguel Ixtapan, Une influence andine au centre du Mexique ? - Tamoanchan, Cités perdues des hauts plateaux du centre du Mexique et Mictlan, Exploration souterraine de Teotihuacan (Tunnels et grottes).

     

    Nous nous intéressons ici au Projet San Miguel Ixtapan, dont les énormes dalles gravées de formes géométriques découvertes récemment reflètent une étonnante similitude avec les structures proches du Lac Titicaca en Bolivie, surtout celles de Puma Punku.

     

    Ixtapan8

    Vue de la partie fouillée du site archéologique de San Miguel Ixtapan, dans l'État de Mexico. Crédit Marco M. Vigato

     

    " Au cours du siècle dernier, des dizaines de dalles de pierre mégalithiques sculptées d'origine et de fonction inconnues ont été découvertes dans le sud de l'État de Mexico et au nord de Guerrero, principalement autour du petit site archéologique de San Miguel Ixtapan. 

    Les fouilles menées à San Miguel Ixtapan à partir de 1995 ont révélé de nombreuses structures archéologiques, dont une grande pyramide, un terrain de balle mésoaméricain et un escalier monumental construit d'énormes blocs de basalte. Ils ont également découvert une chambre mystérieuse sur un côté de la pyramide principale qui, pour des raisons inconnues, avait été rituellement enterrée dans l'antiquité sous une couche de plâtre et de stuc de 2 mètres (6 pieds) d'épaisseur. La chambre contenait deux énormes dalles mégalithiques couvertes de motifs géométriques complexes et plusieurs idoles dans une pose particulière de bras croisés. La découverte a montré hors de tout doute que les dalles étaient en effet des artefacts anciens et non coloniaux fabriqués avec des outils en métal.

     

    Ixtapan1

    Crédit ARX Project

     

    Déjà dans un article de 1959, l'anthropologue américain Charles R. Wicke avait décrit de nombreuses dalles mégalithiques similaires de l'Hacienda voisine de Guadalupe, remarquant leur grande similitude avec les styles artistiques et architecturaux sud-américains. "

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'énigmatique Çatalhöyük, vieille de 9500 ans minimum

    L'énigmatique Çatalhöyük, vieille de 9500 ans minimum

     

    catalhoyuk-07-2013b.jpg

     

    Çatalhöyük, actuelle Turquie, est l'une des colonies les plus anciennes du monde, fondée dans ce qui est maintenant la Turquie autour de 7500 avant notre ère (9500 ans avant maintenant). De nouvelles analyses sur les squelettes de l'endroit révèle quelque chose d'étrange à propos de cet ancien village : personne ne se souciait beaucoup des liens familiaux...

    Découvert dans les années 1950, Çatalhöyük était autrefois la ville d'environ 10.000 personnes et a couvert environ 100.000 mètres carrés. Elle représente encore les débuts les plus dramatiques pour les humains sortant de la vie nomade, de l'existence de chasseurs-cueilleurs qui a défini notre espèce et l'évolution de nos ancêtres depuis des millions d' années. Les agriculteurs de Çatalhöyük vivaient dans des maisons en briques crues, qui ont toutes été entassées et serrées ensembles sans aucune rue entre les deux. Au lieu de portes, les résidents préféraient monter sur des échelles, puis entraient dans les maisons à travers le toit..

    catalhoyuk.jpg

    Comme vous pouvez l'imaginer, ces maisons ont été un aspect déterminant de la vie de leurs différents résidents, qui ont décoré les murs avec des illustrations complexes et enterraient leurs morts sous le plancher, avec chaque maison contenant une trentaine de cadavres sous elles. Ce sont ces organismes qui ont attiré l'attention des militaires anthropologues américains Marin Pilloud et Clark Spencer Larsen de l'État de l'Ohio, qui ont tenté d'essayer de déterminer exactement comment les cadavres étaient liés entre eux.Voir ci-dessous :

    Lire la suite

  • Un pendentif de 41500 ans et un collier de perles de 9000 ans

    Un pendentif de 41 500 ans et un collier de perles de 9 000 ans

     

    Jordanie collier 9000ans 03

    Entouré de gorges profondes, le site néolithique de Ba`ja se trouve sur un haut plateau au milieu
    des montagnes de la région de Petra, dans le sud de la Jordanie [Crédit : HGK Gebel]

     

    Fin de mois de novembre 2021 préhistorique avec la découverte d'un pendentif gravé en mammouth daté de 41 500 ans et la reconstitution d'un très ancien collier découvert en Jordanie, daté de 9 000 ans.

     

    Commençons par le plus ancien avec la découverte d'un pendentif vieux de 41 500 ans sculpté dans un morceau de défense de mammouth laineux, qui pourrait être le plus ancien exemple connu de bijoux décorés en Eurasie fabriqués par des humains, selon les archéologues.

    Le pendentif a été trouvé dans la grotte de Stajnia, un abri sous roche naturel dans le sud de la Pologne. Les résultats de la datation au radiocarbone, publiés dans Scientific Reports 1, suggèrent qu'il est plus ancien de milliers d'années que les artefacts décorés de la même manière provenant d'autres sites. D'autres objets trouvés dans la grotte de Stajnia incluent un poinçon de 7 centimètres de long - un outil pointu utilisé pour faire des trous - façonné à partir d'un morceau d'os de cheval.

    « Ceux qui ont fabriqué les artefacts de Stajnia avaient clairement un langage, et la nature des artefacts eux-mêmes nous donne un aperçu fascinant de ce que les fabricants ont pu apprécier et de leur monde », explique Laura Basell, archéologue à l'Université de Leicester, au Royaume-Uni. " Il est raisonnable de suggérer que les chevaux et les mammouths étaient vraiment importants dans leur vie et que ces objets ont une signification à plusieurs niveaux."

     

    Pendentif 41500ans pologne

    Le pendentif, vu ici sous deux angles différents, présente des trous percés et une cinquantaine d'indentations plus petites qui créent une courbe irrégulière. Crédit : Antonino Vazzana/BONES Lab

     

    Le pendentif de forme ovale a deux trous percés et est décoré d'au moins 50 petites marques de perforation qui créent une courbe en boucle. Le véritable but et la signification de ces points restent flous, mais ils pourraient représenter un système de comptage, des observations lunaires ou un moyen de marquer des victimes, suggèrent les chercheursL'extrémité pointue du poinçon en os de cheval est usée, ce qui indique une utilisation intensive.

    La datation au radiocarbone place le morceau de défense de mammouth utilisé pour fabriquer le pendentif entre 41 730 et 41 340 ans.

    Le pendentif lui-même ne pouvait pas être beaucoup plus ancien que sa décoration - les défenses de mammouth n'étaient pas souvent conservées dans la région en raison des conditions écologiques locales. " Une vieille défense de mammouth aurait été impraticable pour façonner l'ornement Stajnia et sculpter le motif ponctué ", explique Sahra Talamo, chimiste à l'Université de Bologne en Italie, qui a dirigé l'étude. Le poinçon avait environ 42 000 ans.

    Talamo et ses collègues ont comparé leurs découvertes avec des objets présentant des motifs en pointillés similaires provenant de sites archéologiques d'Allemagne, de France, de Russie et de l'Arctique sibérienLe pendentif de la grotte de Stajnia est antérieur à d'autres objets décorés de la même manière trouvés ailleurs de 2 000 ans, selon l'équipe.

    « Par rapport à des artefacts tels que des objets lithiques – des outils en pierre taillée – les découvertes de ce type sont vraiment assez inhabituelles », explique Basell. " Les dates correspondent bien aux dates des premiers instruments de musique connus en Europe en provenance d'Allemagne."

    Mais l'affirmation de l'équipe selon laquelle le pendentif est le plus ancien bijou orné d'Eurasie pourrait s'avérer controversée.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Des tablettes gravées de Stonehenge de 5000 ans analysées

    Des tablettes gravées de Stonehenge de 5000 ans analysées

     

    1e chalk plaques 680

    Faces supérieures des plaques de craie gravées de la région de Stonehenge. Crédit image : Davis et al ., doi : 10.1017/ppr.2021.13.

     

    Une équipe d'experts de Wessex Archaeology a analysé quatre anciennes plaques de craie de la région de Stonehenge, dans le sud de l'Angleterre. Leurs résultats placent les plaques dans la première partie du 3e millénaire avant notre ère, ce qui, avec l'identification de motifs individuels, permet de reconsidérer les artefacts et les dessins dans le corpus de l'art néolithique dans les îles britanniques. Comme nous venons tout juste d'entrer dans le 3ème  millénaire après JC, ces plaques de craie ont donc environ 5 000 ans, tout en sachant maintenant que certaines des pierres de Stonehenge datent en fait " d'une plage de 6980 ± 2120 av. J.-C. à 1900 ± 20 après J.-C., la grande erreur reflétant les distributions de doses équivalentes hétérogènes à âge mixte. Les échantillons dans les remblais primaires des quatre trous de pierre échantillonnés ont des combinaisons pondérées, suggérant une date de construction probable de 3 530 ± 330 avant JC (5,55 ± 0,33 ka) du henge d'origine.https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/stonehenge-une-imitation-d-un-monument-plus-ancien.html

    La craie a fourni un matériau des plus attrayants pour la gravure depuis d'innombrables générations. Il offre des surfaces qui peuvent être lissées, permettant aux conceptions d'être esquissées, retravaillées, modifiées ou effacées en conséquence.

    La matière est irrésistible ; des exemples récents incluent un insigne de régiment sculpté par des membres du régiment de Liverpool Pals pour documenter leur présence dans une tranchée d'entraînement de première ligne de la Première Guerre mondiale à Perham Down dans la plaine de Salisbury, dans le Wiltshire.

    Les exemples les plus spectaculaires de craie gravée préhistorique concernent un petit nombre d'objets portables, principalement les trois Folkton Drums, Folkton, North Yorkshire et deux plaques carrées d'une fosse du Néolithique tardif, la Chalk Plaque Pit près d'Amesbury, Wiltshire.

    Les Folkton Drums et les plaques de craie fournissent collectivement les exemples les plus fréquemment illustrés d'art gravé sur craie de Grande-Bretagne.

    https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/abs/two-incised-chalk-plaques-near-stonehenge-bottom/C5CEE034EB795689CA4AA7458B0385EE

    De plus, deux autres plaques de craie fragmentaires sont maintenant connues de la région de Stonehenge : un exemple brisé de Butterfield Down, Amesbury et un autre fragment de Bulford, à seulement 7 km de Stonehenge.

    « La fosse à plaques de craie, découverte en 1968, a été l'une des découvertes les plus importantes de l'art de la craie du néolithique tardif en Grande-Bretagne, et au cours des cinq dernières décennies, nous avons vu des plaques supplémentaires découvertes dans la région de Stonehenge qui ont aidé l'étude », a déclaré le Dr. Bob Davis, ancien agent principal de projet chez Wessex Archaeology.

     

    1e chalk plaques

    Faces supérieures des plaques de craie gravées de la région de Stonehenge. Crédit image : Davis et al ., doi : 10.1017/ppr.2021.13. - Cliquer pour agrandir.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des traces préhistoriques dans les îles Falkland-Malouines

    Des traces préhistoriques dans les îles Falkland-Malouines

     

    Falklandssciadv abh3803 f2 650

    Crédit photo : Kit Hamley, Université du Maine. Données cartographiques : 2015 Google. Creative Commons Attribution NonCommercial License 4.0 (CC BY-NC)

     

    Découvertes par Amerigo Vespucci au début du 16e siècle, puis visitées par Esteban Gómez (1520), Simón de Alcazaba et Alonso de Camargo (avant 1540), les îles Malouines sont baptisées en 1592 par les Anglais « îles méridionales de Davis », nom que leur donna le navigateur anglais John Davis. Deux ans plus tard, en 1594, le navigateur anglais Richard Hawkins les nomme « Hawkins’s Maiden-Land ». En 1600, le navigateur hollandais Sebald de Weert y accoste à son tour et leur donne le nom d'« îles Sebald ». Lors d'une nouvelle exploration en 1690John Strong, qui dirige l'expédition, les baptise à son tour Falkland Islands, d'après son seigneur, Anthony Cary, 5e vicomte de Falkland (une petite ville du Sud-Est de l'Écosse dans le Fife). Le Français Louis-Antoine de Bougainville les visite à son tour en 1764, et leur donne le nom d'« îles Malouines », d'après les marins et pêcheurs de Saint-Malo, qui furent les premiers colons permanents connus de ces îles. Les Malouins pratiquaient beaucoup au 18e siècle le commerce interlope avec la côte ouest de l'Amérique du Sud. S'inspirant de cette dénomination, les Espagnols nomment quant à eux l'archipel Islas Malvinas.

    Désertes jusqu'à leur découverte par les Européens au 16e siècle, les îles Malouines sont colonisées en 1764 sous la direction du français Louis-Antoine de Bougainville, mais passent quelques années plus tard (1767) sous souveraineté espagnole. Elles font ensuite l'objet de revendications territoriales de l'Espagne et du Royaume-Uni, ce qui conduit à une crise diplomatique, la crise des Malouines de 1770, conclue par un compromis entre les deux États. Après son indépendance de l'Espagne en 1816, l'Argentine se proclame héritière de la souveraineté espagnole sur les îles Malouines, situées au large de ses côtes.

    Le Royaume-Uni contrôle cependant l'archipel à partir de 1833, et y installe progressivement des colons d'origine britannique. Il maintient sa domination sur les îles pendant la Première Guerre mondiale, en remportant la bataille des Falklands contre la marine impériale allemande. L'Argentine conteste la souveraineté britannique sur les îles Malouines, et tente d'en prendre le contrôle par les armes en 1982 : c'est la guerre des Malouines, dont le Royaume-Uni sort vainqueur...

    Mais des expéditions scientifiques récentes par l'Université du Maine (USA) affirment maintenant que les Européens n'ont pas été les premiers à mettre les pieds sur les îles, et que les premiers arrivés provenaient probablement d'Amérique du sud, confortant indirectement les revendications argentines...

    Kit Hamley, chercheure diplômé de la National Science Foundation avec l'UMaine Climate Change Institute, a dirigé la toute première enquête scientifique sur la présence humaine préhistorique dans l'archipel de l'Atlantique Sud. Elle et son équipe ont collecté des ossements d'animaux , des enregistrements de charbon de bois et d'autres preuves à travers les îles au cours de plusieurs expéditions et les ont examinés à la recherche d'indications d'activité humaine à l'aide de la datation au radiocarbone et d'autres techniques de laboratoire.

    Un signe notable de l'activité humaine pré-européenne dérivé d'un enregistrement de charbons de bois vieux de 8 000 ans collecté dans une colonne de tourbe sur New Island, située à la limite sud-ouest du territoire. Selon les chercheurs, le dossier a montré des signes d'une augmentation marquée de l'activité des incendies en 150 de notre ère, puis des pics abrupts et significatifs en 1410 EC et 1770 EC, ce dernier correspondant à la colonisation française initiale.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • La mystérieuse couronne de 6000 ans du Désert de Judée

    La mystérieuse couronne de 6000 ans du Désert de Judée

     

    6000 years old crown dead sea

    Photo descriptive: La plus ancienne couronne dans le monde, trouvée dans le Nahal Mishmar Hoard. Source de la photo.

     

    C'est la plus vieille couronne découverte au monde à ce jour et elle conserve toujours ses secrets. Découverte en compagnie de 400 autres objets dans une grotte en plein désert de Judée en 1961, la couronne et plusieurs de ces artefacts ont été sortis des coffres cette année 2014 pour être montrés au public, à l'Institut  pour l'étude de l'Ancien Monde de l'Université de New York dans le cadre d'une exposition sur les " Maîtres du Feu : Art du Cuivre d'Israël ".

    La datation de l'ancienne couronne de l'âge du cuivre est de entre 4000 et 3500 avant JC, et elle est juste l'un des 400 objets qui ont été récupérés dans une grotte dans le désert de Judée, près de la mer Morte, il y a plus d'un demi-siècle et qui fait partie du trésor nommé Nahal Mishar Hoard. La couronne a la forme d'un anneau épais et montre des vautours et des portes en saillie partant du haut. On pense qu'elle a joué un rôle dans les cérémonies funéraires pour les personnes d'importance à l'époque. L'Université de New York écrit: « Un objet d'une énorme puissance et de prestige, noircie, la couronne de cuivre imparfaitement forgée du Nahal Mishmar Hoard accueille le visiteur à l'exposition " Maîtres du Feu ". Les protubérances énigmatiques de vautours sur sa jante avec des façades avec des ouvertures carrées, et sa forme cylindrique, suggèrent des liens vers les pratiques funéraires de l'époque ".

    Tresorjudee 1961a

    Le trésor dans la grotte en 1961

    Le Nahal Mishmar Hoard a été trouvé par l'archéologue Pessah Bar-Adon, caché dans une crevasse naturelle et enveloppé dans une natte de paille, dans une grotte sur le côté nord de Nahal Mishmar, qui est devenu connu comme la «Grotte aux trésors». Les 442 objets précieux en cuivre, bronze, ivoire et pierres comprennent 240 "têtes de massue", 100 sceptres, 5 couronnes, des cornes à poudre, des outils et des armes.

     

    Nahal mishmar hoard items

    Certains des éléments de la Nahal Mishmar Hoard. Cela ressemble fortement aussi à des pipes, narguilés, nécessaires au tabac, soucoupes à encens... utilisés possiblement par des chamans ou nomades. Les mêmes objets actuel imitent les objets ancestraux de ce type. Source de la photo.

    La datation au carbone 14 de la natte de roseau dans lequel les objets ont été enveloppés suggère qu'elle remonte au moins à 3.500 ans avant JC. C'est dans cette période que l'utilisation du cuivre s'est répandue dans tout le Levant, attestant les parallèles entre les évolutions technologiques considérables et les grandes avancées sociales dans la région. Certains de ces objets sont uniques et comme rien n'avait jamais été vu nulle part ailleurs. Les boutons ronds sont généralement dits des "têtes de massue", mais il n'existe aucune preuve que l'un d'eux ait été utilisé en combat (on peut douter de leur appellation actuelle). Les objets restants sont encore plus rares et uniques dans le style, tels que le sceptre de bronze décrit ci-dessous.

     

    Bronze sceptre nahal mishmar hoard

    Sceptre de Bronze du Nahal Mishmar Hoard. Exposée au Musée Hecht à Haïfa. Source de la photo

    Les objets du trésor de Nahal Mishmar semblent avoir été cachés à la hâte, conduisant à des suggestions comme quoi les objets étaient les trésors sacrés appartenant au Temple abandonné chalcolithique de Ein Gedi, éloigné d'environ douze kilomètres, et qu'il peut avoir été caché dans la grotte pendant un temps d'urgence.

     

    Chalcolithic temple above modern kibbutz ein gedi

    Le Temple du Chalcolithique  qui surplombe le moderne kibboutz Ein Gedi. Crédit photo: Wikipedia

     

    En gedi chalcolithic temple

     

    Daniel Maître, professeur d'archéologie au Wheaton College et un membre de l'équipe de conservation, a déclaré: " Ce qui est fascinant à propos de cette période, est que c'est celle d'un éclatement de l'innovation qui a défini les technologies de l'ancien monde pour des milliers d'années." Jennifer Chi, directrice d'Expositions et conservateur en chef, a ajouté: " Pour l'œil moderne, il est étonnant de voir comment ces groupes de personnes, qui maîtrisaient déjà tellement de nouveaux systèmes sociaux et des technologies, avait encore la possibilité de créer des objets artistique d'intérêt durable. " Le but et l'origine du trésor reste un mystère.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

    Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

     

    Terceira acores 7 decoupes antiques orientees soleil yherbo 730

    Terceira-Açores-7 découpes antiques orientées lever soleil - Crédit Yves Herbo

     

    Une équipe internationale de chercheurs a trouvé des preuves que des personnes vivaient sur des îles de l'archipel des Açores environ 700 ans plus tôt que les preuves précédentes ne l'avaient montré. Dans leur article, publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences, le groupe décrit son étude des carottes de sédiments prélevées dans les lacs de certaines des îles de l'archipel.

    En raison de l'absence d'autres preuves (YH : il y en a pourtant d'étudiées depuis au moins une décennie par des archéologues locaux et il y a même eu une conférence internationale déjà en 2013 !), les historiens pensent que les gens sont arrivés aux Açores pour la première fois en 1427, lorsque le marin portugais Diogo de Silves a débarqué sur l'île de Santa Maria. Peu de temps après, d'autres du Portugal sont arrivés et ont élu domicile dans l'archipel. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé des preuves que des humains vivaient sur certaines des îles des Açores environ 700 ans plus tôt. (YH : c'est un minimum car il y a de toute évidence des traces de mégalithisme, de probables traces de Phéniciens et Romains...)

    Cherchant à en savoir plus sur l'histoire des Açores, les chercheurs ont commencé à collecter des échantillons de sédiments de plusieurs lacs des îles et à les étudier pour voir ce qu'ils pourraient révéler. Les échantillons de sédiments peuvent servir de preuves historiques parce que la matière dans l'air qui tombe à la surface d'un lac puis au fond du lac est recouverte de nouvelles couches de sédiments au fil du temps.

     

    Lac peixinho sur l ile de pico acores

    Les biomarqueurs du lac Peixinho sur l'île de Pico aux Açores suggèrent la présence d'élevage et d'agriculture sur brûlis dès 700 CE : IMAGEBROKER/ALAMY STOCK PHOTO - cliquer pour agrandir

     

    L'analyse des carottes de sédiments a montré une augmentation du 5-bêta-stigmastérol dans une couche de carotte datée entre 700 CE et 850 CE, prélevée dans le lac Peixinho. Le composé se trouve généralement dans les excréments du bétail, tels que les vaches et les moutons, dont aucun ne vivait aux Açores avant l'arrivée de l'homme. Ils ont également constaté une augmentation des particules de charbon de bois (suggérant que de grands incendies avaient brûlé) ainsi qu'une baisse des pollens d'arbres indigènes. Les résultats suggèrent que quelqu'un avait brûlé la forêt pour fournir plus de terres pour le bétail. Les chercheurs ont trouvé des preuves similaires dans des carottes prélevées dans le lac Caldeirão, qui se trouve sur une île différente, bien qu'elles soient apparues environ un siècle plus tard. Et ils ont trouvé des preuves de ray-grass non indigène (plante fourragère de la famille de l'ivraie) dans les sédiments d'un lac sur une troisième île.

     

    Lac caldeirao a l interieur de la caldeira effondree de l ile de corvo

    Lac Caldeirão à l'intérieur de la caldeira effondrée de l'île de Corvo. Crédit : Santiago Giralt.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des ruines au large des Canaries ?

    Des ruines au large des Canaries ?

     

    Moroccosunkenbuilding

     

    Suite de mes enquêtes sur les cités préhistoriques et antiques englouties, recherches sur l'Atlantide et autre civilisations légendaires...

    Cet article est en complément des autres recherches au niveau de la zone d'Atlantique centrale proche de l'Europe et de l'Afrique de l'Ouest : Açores, Pays Basque et Landes françaises, cotes du Portugal, d'Espagne, Gibraltar, Maroc, Mauritanie, Canaries et Iles du Cap Vert... des liens vers les articles de ces zones sont en bas de cet article.

    Un petit aparté pour parler brièvement des affirmations de la psychologue et linguiste passionnée d'Atlantide, Maxine Asher, au sujet d'une expédition organisée par elle avec les fonds de la célèbre université américaine privée Pepperdine. C'est en 1973 que cette expédition a eu lieu, au large de Cadiz et Gibraltar en Espagne et au large du Maroc

    Composée de 70 enseignants, étudiants et d'autres parties intéressées, les membres de l'expédition étaient préparés pour des plongées libres le long de la côte de l'Espagne et du Maroc, à la recherche de preuves de l'île perdue d'Atlantide. Employée à l'époque par Pepperdine comme expert de l'enseignement audiovisuel, Asher a exprimé sa confiance dès le début que le voyage serait un succès. Le groupe a ensuite affirmé avoir découvert et photographié des artefacts atlantes, mais ils ont été contraints de chercher refuge en Irlande après avoir eu des problèmes avec le gouvernement fasciste espagnol de Franco, qui croyait qu'ils étaient des espions. Asher a affirmé qu'il y avait eu des tentatives de meurtre, et que, à un moment, elle a été forcée de sauter d'une voiture en mouvement, pour échapper à des kidnappeurs. Elle a écrit un scénario qui n'a jamais été produit sur ses expériences espagnoles. Après son arrivée en Irlande, son groupe a exploré des sites intérieurs autour de la baie de Galway, Craughwell, et la péninsule de Dingle, et a mené des plongées dans la région de la baie de Galway, près de la côte des îles d'Aran. Ces enquêtes ont été menées en Irlande dans la conviction que les mégalithes irlandais anciens sont vraiment le travail des Atlantes... Aucun matériel n'a jamais été publié, Asher a affirmé que son travail et ses preuves avaient été censurés (volés ?) par les autorités religieuses chrétiennes ou juives car certaines prouvaient l'impossibilité de certaines données bibliques... Asher a tout de même publié plusieurs livres sur le sujet mais ses tentatives pour sa propre existence et vie (les moyens pour gagner sa vie) ont surtout mené à sa mise au banc des accusés (à tord ou à raison) pour des détournements de lois sur l'éducation, et sa ruine, l'exil. Elle est décédée récemment en 2015 :

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Artefacts et légendes du Sierra Leone

    Artefacts et légendes du Sierra Leone, Afrique de l'Ouest

     

    bureh-beach-sierra-leone.jpg

    Sierra Leone-Bureh Beach

     

    Le Sierra Leone est un petit pays d'Afrique de l'Ouest coincé entre l'océan Atlantique, la Guinée et le Libéria. 

    Les Nomoli (ou Nomori) ont été trouvées sur les terres et champs des tribus Temné, les Mendé et les Sherbro, et elles présentent des similitudes avec le Pomdo des Kissi de Guinée. Elles sont faites en stéatite – une pierre presque aussi souple à travailler que le bois.

     

    sierraleone-figurinespierre4.jpg 

    sierraleone-figurinespierre3.jpg

     

    En cherchant des diamants en Sierra Leone, Afrique occidentale, des indigènes firent des découvertes inattendues : ils tombèrent régulièrement sur des sculptures en pierre hautes de 40 à 70 cm. La provenance de ces Nomoli est indéterminée.

     

    sierraleone-pierresduciel.jpg


    Certains d’entre eux ont été découverts à des profondeurs de 50 mètres. Cela signifie qu’elles pourraient avoir 17 000 ans. Une datation qui ne correspond pas aux découvertes faites à ce jour par l’archéologie. Le professeur Pitoni a toujours récupéré un matériau organique sur le lieu même de la découverte et la datation de ces artefacts en pierre s'échelonne de 2500 à 17 000 ans pour le plus vieux.

     

    sierraleone-figurinespierre5.jpg 

    sierraleone-figurinespierre6.jpg 

    sierraleone-figurinespierre2.jpg

     

    " Vous avez là un homme très très grand assis sur un éléphant, puisqu'il y a également des légendes de géants dans toute l'Afrique. Vous connaissez la taille d'un éléphant !  Le travail de la pierre est remarquable, l'objet est très dur et très lourd ". YH : Notons tout de même que la plupart des anciennes civilisations ont représenté leurs rois comme étant beaucoup plus grands que leurs sujets, histoire de pouvoir et de domination, d'action psychologique sur le peuple... les momies de plusieurs pharaons ont été découvertes par exemple, et ils n'étaient pas plus grands que leurs sujets mais ils étaient bien représentés sur les murs comme l'étant...

     

    sierraleone-figurinespierre9.jpg 

    sierraleone-figurinespierre11.jpg

    sierraleone-figurinespierre12.jpg

     

    Certains artefacts représentent aussi des humains ou semi-humains à tête de reptile et tenant une sorte de pot où ils pourraient mettre quelque chose. Au sommet de plusieurs Nomolis se trouve également un trou pour y entrer quelque chose. Ils étaient très probablement utilisés pour les cérémonies.

     

    sierraleone-figurinespierre13.jpg 

    sierraleone-figurinespierre14.jpg 

    sierraleone-figurinespierre15.jpg

     

    L'une d'entre elles, parmis les plus âgées, détenait en elle, dans une cavité, une petite sphère métallique. Vous avez ici une sorte d'animal... qui ressemble à un dinosaure. Quand le professeur Pitoni a trouvé cette statue, elle émettait un drôle de bruit. Il l'a donc ouverte et on a trouvé à l'intérieur une petite bille noire. Vous pouvez la voir au pied de la statue [en haut à droite] ; elle était en métal ferreux.

     

    sierraleone-figurinespierre16.jpg sierraleone-figurinespierre17.jpg sierraleone-figurinespierre18.jpg sierraleone-figurinespierre19.jpg sierraleone-figurinespierre20.jpg sierraleone-figurinespierre21.jpg sierraleone-figurinespierre22.jpg sierraleone-figurinespierre23.jpg sierraleone-figurinespierre25.jpg sierraleone-figurinespierre26.jpg

     

    L'expert en musée et artefacts Klaus Dona (Photos issues de son documentaire) :

    "Au moment des recherches sur cet artefact et sur cette bille de métal plus particulièrement, le professeur m'a appelé le lendemain matin pour me dire qu'on avait dû me faire une mauvaise plaisanterie. 
    Pourquoi ? ai-je demandé. Parce que les recherches ont révélé que le matériau était de l'acier chromé et que l'acier chromé a été découvert en Autriche au début du XXème siècle. Cela signifie qu'il était impossible d'en trouver à l'intérieur d'une statue vieille d'environ 17 000 ans !

    Mais lorsque j'ai, immédiatement après, contacté le professeur Pitoni, il a ri et m'a dit : "Je suis géologue. Si une statue fait un bruit bizarre, je ne l'ouvre pas tout de suite, mais je la passe d'abord aux rayons X."

    Vous pouvez voir ici, sur l'image de droite [ci-dessous] une des radiographies et vous pouvez constater qu'à l'intérieur de la statue se trouve déjà la bille, la bille en acier chromé était déjà là."

     

    Statueavecbille metal On voit tout dans cette radiographie. Le professeur Pitoni a également vu que cette statue de pierre avait déjà été ouverte auparavant et parfaitement refermée. Il a fait appel à un spécialiste qui l'a ouverte exactement comme sur cette photo, le petit bouchon de pierre qui obturait le trou à l'intérieur, et on peut constater que la bille de métal était déjà là.

    Nomoli sierra leone museum

     

    « Nomoli-Sierra Leone Museum (2) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg#/media/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg

     

    Nomoli mende sierra leone

     

    « Nomoli-Mende-Sierra Leone » par Ji-Elle — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg#/media/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg

     

    Nomoli british museum

     

    « Nomoli-British Museum (8) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg#/media/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg

     

    Nomoli tervuren

     

    « Nomoli-Tervuren (1) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg#/media/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg

     

    Lire la suite ci-dessous pour les Pierres du Ciel et leur légende :

    Lire la suite

  • Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

    Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

     

    Comete 2

    (Crédit : Flashinmirror/Shutterstock)

     

    Deux nouvelles études astronomiques, l'une parue fin septembre et l'autre prévue en novembre 2021, établissent un lien entre la comète Encke, les événements catastrophiques du Dryas récent, l'essaim d'astéroïdes des Taurid et l'explosion de Tunguska en 1908. Les deux études sont disponibles sur internet.

    Un essaim de comètes géocroiseurs lié à la récente rupture des géants de glace

     

    Les résultats sont bien accueillis par les partisans des théories des catastrophes cométaires de l'histoire de la Terre.

    Les comètes les plus étudiées de notre système solaire ont inspiré des mythes anciens, une ferveur religieuse et des controverses scientifiques modernes. Maintenant, la découverte de 88 astéroïdes et météoroïdes alignés orbitalement avec l'un d'entre eux, la comète Encke, suggère qu'ils se sont tous formés à partir de la rupture relativement récente d'une comète glacée encore plus grosse. Les découvertes sont bien accueillies par ceux qui pensent que la comète Encke et les autres produits de cet événement astronomique sont responsables de bon nombre des impacts les plus violents et les plus conséquents de la Terre au cours des 20 000 dernières années.

    Preuves antérieures

    La comète Encke a été observée pour la première fois en 1786 et plus tard identifiée comme la source de nombreuses pluies de météores annuelles. Connus collectivement sous le nom de Taurides, ces averses illuminent le ciel des hémisphères nord et sud lorsque la Terre traverse un flux de débris créé par la comète. (Cette année, regardez les étoiles en novembre pour avoir un aperçu de la vôtre.) Dans les années 1980, cependant, l'astronome William Napier et l'astrophysicien Victor Clube ont suggéré que des objets plus gros que votre « étoile filante » moyenne étaient arrivés d'une source similaire à celle de la comète. 

    Les premières preuves sont venues avec la découverte d'une demi-douzaine d'astéroïdes , jusqu'à un mile de diamètre (1.6 km), en orbite à l'intérieur du flux de météores Taurides. Selon Napier et Clube, ces blocs rocheux – bien trop gros pour avoir été laissés par la comète Encke – pourraient s'expliquer par la fragmentation d'une comète géante de 100 km de large il y a 20 000 ans. C'est comparable en taille à la " méga comète " récemment découverte de Bernardinelli-Bernstein, considérée comme la plus grande enregistrée dans l'Histoire. En théorie, cette rupture capitale a produit non seulement la comète Encke, mais tout un complexe d'astéroïdes, de comètes mineures, de débris caillouteux et de poussière, qui sont aujourd'hui disposés en cercles concentriques étroitement liés autour du Soleil.

     

    Comete2

    photo @shutterstock music “Perception” from bensound.com

     

    Un complexe aussi dynamique, imprévisible et bien peuplé, capable de se rapprocher fréquemment de la Terre, a alimenté l'imagination des universitaires ; les astronomes ont commencé à remonter l'horloge et à rechercher des preuves des interactions de la Terre avec les Taurides dans les archives archéologiques et au-delà. Le scientifique Richard Firestone, maintenant au Lawrence Berkeley National Laboratory, a invoqué en 2007 le complexe de Tauride pour expliquer le refroidissement du climat mondial au début d'une période quasi-glaciaire appelée le Dryas récent et la disparition soudaine de la culture Clovis, un peuple préhistorique supposé être les ancêtres de la plupart des peuples autochtones des Amériques. Et l'année dernière, une équipe comprenant Napier a affirmé avoir trouvé sa propre preuve d'impact pendant le Dryas plus jeune : des dépôts de verre fondu et de terre brûlée qui semblaient marquer la disparition d'une ancienne communauté de chasseurs-cueilleurs dans la Syrie d'aujourd'hui.

    Des rappels rapprochés plus récents ont également été liés à des événements percutants. En 1908un petit astéroïde connu sous le nom de Tunguska est entré dans l'atmosphère terrestre avant d'exploser à environ huit kilomètres au-dessus d'une partie inhabitée de la Russie. Des millions d'arbres ont été abattus, dévastant une superficie de plus de 1200 miles carrés. Ignacio Ferrin, astronome à l'Université d'Antioquia en Colombie, écrit dans son nouveau livre The Next Asteroid Impact que la comète Encke était à sa distance minimale de la Terre deux semaines avant l'arrivée de Tunguska. " Ce n'est pas une coïncidence ", dit Ferrin. " Cela implique qu'ils sont associés, à mon avis ".

    Aujourd'hui, Ferrin – qui a précédemment retrouvé le météore de Chelyabinsk (apparenté au groupe des Apollo), qui a blessé plus de 1500 personnes après sa rupture en 2013 – a tourné son attention vers le complexe des Taurides lui-même. Avec Vincenzo Orofino de l'Université du Salento en Italie, il a réanalysé une douzaine d'articles publiés au cours des décennies qui ont suivi l'hypothèse originale de désintégration de la comète géante de Napier et Clube. Ensemble, leur analyse orbitale des corps a augmenté le nombre de membres du complexe d'une demi-douzaine à 88 objets. De plus, en utilisant une technique appelée courbes de lumière séculaires, qui recherche les changements de luminosité de chaque membre le long de son orbite, les chercheurs ont trouvé des preuves d'activité cométaire dans 67 pour cent des 51 nouveaux membres taurides sur lesquels ils disposaient de bonnes données.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

    Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

     

    Indonesie machoirewallacea4 730

     

    Fig 6. Maxillaire droit et processus frontal (Maros-LBB-1a) de la couche 4a à Leang Bulu Bettue. - Crédits photos : Ratno Sardi (publicité) ; David Bulbeck (e). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0257273.g006

     

    La mâchoire découverte dans une grotte indonésienne représente les plus anciens restes humains trouvés à Wallacea

     

    Dans une grotte de l'île indonésienne de Sulawesi, une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une mâchoire qui représente le plus ancien reste humain jamais trouvé à Wallacea. Le groupe a publié un article décrivant sa découverte sur le site en accès libre PLoS ONE.

    Au cours des dernières décennies, les archéologues ont trouvé des preuves d'anciens peuples vivant à Wallacea, un groupe d' îles indonésiennes relativement proches de l'Australie. Dans une grotte appelée Leang Bulu Bettue, ils ont trouvé des outils, des bibelots et de l'art rupestre, mais peu de restes humains. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé une mâchoire avec trois molaires attachées. La datation des ornements, des pigments et de l'art portable entourant la découverte suggère que les restes provenaient d'un humain moderne vivant dans la région il y a entre 16 000 et 25 000 ans, pendant la période glaciaire. La découverte pourrait faire la lumière sur les personnes qui vivaient dans la région à cette époque - les scientifiques pensent qu'elles étaient les ancêtres de personnes arrivées par bateau des milliers d'années auparavant, et les ancêtres des premières personnes modernes à arriver en Australie.

     

    Indonesie machoirewallacea

    Fig 1. Carte de Wallacea montrant l'emplacement de Sulawesi. Le site de la grotte du Pléistocène supérieur Leang Bulu Bettue est situé dans la péninsule sud-ouest de l'île, connue sous le nom de Sulawesi du Sud. Wallacea comprend une vaste zone d'îles océaniques situées à l'est d'une limite biogéographique importante, la ligne Wallace. Cet archipel est positionné entre les régions continentales de l'Asie (Sunda) et de l'Australie-Nouvelle-Guinée (Sahul). La ligne malaise-papoue délimite une division majeure est-ouest dans la diversité génétique des populations humaines modernes à Wallacea. Source de la carte, Shuttle Radar Topography Mission 1 Arc-Second Global par NASA/NGS/USGS ; Grille GEBCO_2014, version 20150318 ( http://gebco.net ). Carte de base générée à l'aide d'ArcGIS par M. Kottermair et A. Jalandoni.

     

    Résumé de la publication :

    " Des lacunes importantes subsistent dans notre connaissance de l'histoire ancienne de l'Homo sapiens à Wallacea. Il y a 70 à 60 000 ans (ka), les humains modernes semblent être entrés dans cette zone biogéographique distincte entre l'Asie continentale et l'Australie. Malgré cela, il existe relativement peu de sites du Pléistocène supérieur attribués à notre espèce à Wallacea. Les restes fossiles de H. sapiens sont également rares. Auparavant, une seule île de Wallacea (dans la partie sud-est de l'archipel) avait fourni des preuves squelettiques de l'homme moderne pré-Holocène. Nous rapportons ici les premiers restes squelettiques humains du Pléistocène de la plus grande île wallacée, SulawesiLes éléments récupérés consistent en un palais presque complet et un processus frontal d'un maxillaire droit de l'homme moderne excavé de Leang Bulu Bettue dans la péninsule sud-ouest de l'îleDaté par plusieurs méthodes différentes entre 25 et 16 ka, le maxillaire appartient à un individu d'âge et de sexe inconnu, avec de petites dents (seulement M 1 à M 3 existent) qui présentent une usure occlusale sévère et des pathologies dentaires associées. Le motif d'usure dentaire est inhabituel. Ce spécimen fragmentaire, bien que largement non diagnostiqué en ce qui concerne l'affinité morphologique, fournit le seul aperçu direct que nous ayons actuellement des archives fossiles sur l'identité du peuple du Pléistocène supérieur de Sulawesi. "

     

    Indonesie machoirewallacea1

    Fig 2. Fouilles à Leang Bulu Bettue. (ab) aperçu de la tranchée dans la zone de l'abri sous roche (2017) ; (a) vue du sud au nord; (b) vue du nord-ouest au sud-est. (c) plan du site montrant la disposition des carrés excavés dans l'abri-sous-roche et la grotte (2013-15, 2017-18).

     

    Les restes squelettiques d'humains anatomiquement modernes (AMH) sont rares dans les archives du Pléistocène supérieur de l'Asie du Sud-Est insulaire. Les preuves disponibles sont actuellement limitées à un petit nombre de spécimens fouillés à Bornéo, Java, Palawan et Alor [ 1 , 2 ]. Les restes d'AMH sont particulièrement rares dans l'archipel wallacé, ou Wallacea [ 2 ], une zone biogéographique distincte composée de milliers d'îles océaniques ( Fig 1). Wallacea se situe entre le bord du plateau continental de l'Asie du Sud-Est (Sunda) et le "super-continent" de Sahul, la masse continentale qui a émergé pendant le Pléistocène à des moments où le niveau mondial de la mer baissait suffisamment pour drainer le détroit peu profond séparant l'Australie continentale de Nouvelle Guinée. Aucune des quelque 2000 îles de Wallacea n'a jamais été connectée à la Sonde ou à Sahul, même à la hauteur du dernier maximum glaciaire (LGM ; 22–19 ka) lorsque le niveau mondial de la mer a baissé jusqu'à 130 m.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

    Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

     

    MAJ 09-2021 en bas

     

    Jordanie tall el hammam 32 728

     

    Un bilan de plusieurs années d’étude au sujet du site de Tall El-Hammam, situé au sud de la vallée du Jourdain, à environ 14 kilomètres au nord-est de la mer Morte, a été exposé récemment lors de la réunion annuelle de l’American Schools of Oriental Research. C'est l’archéologue Steven Collins de la Trinity Southwest University aux États-Unis, qui mène des fouilles des lieux depuis plusieurs années dans le cadre du Tall el-Hammam Excavation Project avec des collègues, qui en est le principal rapporteur. Je parle déjà des recherches de Steven Collins en 2012, voir le lien tout en bas...

    Notons que ce site de Tall el-Hammam semble être considéré comme l'une des plus grandes villes antiques de l'âge du bronze au Proche-Orient et que le chercheur suppose qu’il peut correspondre aux villes de Sodome et Gomorrhe de la Bible, à l'instart d'autres villes citées dans cet ancien texte, découvertes au fil du temps. Pour rappel, ces villes sont décrites dans les textes comme des lieux de perdition, qui finissent par attirer la colère divine et qui sont donc détruites en réaction par le soufre et le feu...

     

    Jordanie0

     

    Les études locales semblent indiquer un tout autre scénario sur la destruction de ces villes, qui aurait été interprétée d'une façon religieuse par les prêtres :

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

    Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

     

    Maroc gr4

    Figure 4: Étapes de fabrication de l'outil en os spatulé

     

    Une nouvelle étude parue dans Cell.com/Iscience conclue que les premiers hommes modernes vivant sur la côte Atlantique du Maroc utilisaient des outils en os pour fabriquer des vêtements, entre 120 000 et 90 000 ans avant le présent.

    " Les os qui ont été intentionnellement façonnés et utilisés comme outils ont été considérés comme une caractéristique du comportement humain moderne () car ils nécessitent d'importants investissements en temps et en main-d'œuvre et des séquences de production élaborées (). " YH : Ce qui a été démenti assez rapidement avec les découvertes d'os utilisés également par Néandertalien comme outils (). Soressi et al. décrivent les outils en os formels de lissoir fabriqués par les Néandertaliens en Europe et interprétent ces lissoirs comme étant utilisés comme outils de travail du cuir (), même si pour l'instant ces découvertes en France sont plus récentes, on sait que si Néandertaliens n'était pas présent en Afrique subsaharienne, il l'était bel et bien au niveau du Sahara et du Levant. Néanmoins, l'attribution à Homo Sapiens (Homme Moderne) repose également sur le type d'outils (lissoirs en forme de spatules), puisque également trouvé en Afrique du sud, Tanzanie et Zambie.

    " Nous décrivons ici un assemblage d'outils en os probablement utilisé pour la production de cuir et de fourrure de la grotte des Contrebandiers, daté d'il y a environ 120 à 90 000 ans (ka). Les vêtements et la fourrure étaient probablement nécessaires à l'expansion de l' Homo sapiens dans les habitats froids au cours du Pléistocène. Cependant, il est extrêmement peu probable que la fourrure et d'autres vêtements organiques soient conservés dans les archives fossiles. Des études génétiques sur les poux des vêtements suggèrent une origine des vêtements dès 170 000 avec H. sapiens en Afrique (). Dans cet article, nous présentons des preuves d'enlèvement de fourrure trouvés sur des ossements de carnivores datant d'il y a 120 000 ans à la grotte des Contrebandiers au Maroc. La combinaison d'os de carnivores avec des marques de dépouillement et d'outils en os probablement utilisés pour le traitement de la fourrure fournit des preuves indirectes très suggestives pour les premiers vêtements dans les archives archéologiques.

    Les outils osseux varient selon les régions et sont généralement décrits comme formels ou informels. Cette étude suit la définition concise de d'Errico et al. des outils osseux formels comme « des artefacts fonctionnels façonnés avec des techniques spécifiquement conçues pour l'os, telles que le grattage, le meulage, le rainurage et le polissage » (d'Errico et al., 2012a), et nous ajoutons donc que les outils formels en os peuvent être identifiés comme tels car ce sont également des morceaux d'os, de bois, d'ivoire ou de dent façonnés qui portent des marques de fabrication. Suivant la définition de Tartar des outils en os intermédiaires comme « non formellement travaillés et uniquement reconnaissables par les marques de percussion à leurs extrémités » (), nous ajoutons que les outils en os informels sont des morceaux d'os qui ont été utilisés sans façonnage préalable et ne portent donc pas de marques de fabrication. "

    " Des outils en os informels et formels apparaissent dans plusieurs sites archéologiques du Pléistocène en Afrique et en Europe, avec les premières preuves d'os utilisés comme outils pour creuser des termitières (Backwell et d'Errico, 2001) datant d'environ 2,0 millions d'années (Ma) (d'Errico et Backwell, 2003). Sur le site de Swartkrans, en Afrique du Sud, quatre carottes de corne et un os présentent des marques de meulage qui suggèrent que ces outils de creusement ont été intentionnellement façonnés et sont donc des outils osseux formels dont l'âge s'étend de ∼ 1,8 à 1,0 Ma (d'Errico et Backwell, 2003)." (...) YH : Ces anciennes dates sont évidemment à rapporter à divers hominidés, tout en sachant que des études prouvent que les singes (chimpanzés et autres) utilisent aussi parfois des pierres ou branches-brindilles comme outils...

    (...) " Enfin, en Afrique du Nord, un outil formel « couteau en os » de la grotte de Dar es-Soltan I a été identifié dans des gisements atériens datés d'il y a ∼ 90 ka (Bouzouggar et al., 2018) et des outils en os « spatule » provenant de gisements atériens ont été identifiés à El Mnasra (El Hajraoui, 1993, El Hajraoui, 1994; El Hajraoui et Debénath, 2012).

    Lorsque l'on compare les premiers assemblages d'outils osseux formels et informels d'Afrique et d'Eurasie à ceux de la MSA africaine plus récente ∼ 100 ka, il est clair que ces derniers sont : (1) géographiquement plus répandus, (2) en comprennent un plus grand nombre, et ( 3) révèlent une plus grande diversité de types. Cependant, ce n'est qu'à l'âge de pierre tardif africain (il y a ∼ 44 ka) (d'Errico et al., 2012b) et du Paléolithique supérieur eurasien (il y a ∼ 48 ka) (Hublin et al., 2020; Langley et al., 2020) qu'il y a une explosion de formes d'outils osseux diverses et plus élaborées.

     

    Maroc gr1

    Figure 1 La grotte des Contrebandiers, El Mnasra et Dar es-Soltan I sont des grottes côtières avec des outils en os dans des gisements archéologiques stratifiés dans la région de Témara au Maroc. Carte d'altitude du Maroc, où km fait référence à des kilomètres et ka à des milliers d'années. Carte du (A) Maroc avec (B) localisation de la grotte des Contrebandiers et des sites archéologiques mentionnés dans le texte.

     

    La grotte des Contrebandiers (33°55′18,2″N, 6°57′42,4″W) est située sur la côte atlantique du Maroc ( Figure 1 ), à environ 250 mètres (m) de la côte actuelle. Taillée dans des calcarénites du Pléistocène, elle a une profondeur de 30 m avec une entrée de 28 m de large. Fouillé à l'origine dans les années 1950 et 1970 par l'abbé Roche, une nouvelle fouille conjointe maroco-américaine a commencé en 2007 dirigée par Harold Dibble et Mohamed Abdeljalil El Hajraoui (Dibble et al., 2012). Les fouilles récentes ont utilisé des méthodes modernes pour assurer un degré élevé de contrôle contextuel, qui comprenait la détection ponctuelle de tous les objets de plus de 25 mm avec une station totale et le criblage d'objets plus petits à partir de seaux de 7 L avec 1 cm et 2 mm maillage (Dibble et al., 2012)."

    " Les fouilles précédentes de Roche ont enlevé la quasi-totalité des dépôts ibéromaurusiens plus récents de l'âge de pierre (LSA) et du néolithique (Dibble et al., 2012). Une petite quantité de matériel ibéromaurusien est restée à l'avant de la grotte (Informations supplémentaires), et ailleurs au Maroc, des matériaux similaires ont été datés de 23 459 à 12 568 ans calibrés avant le présent (Personnel et al., 2019). Les outils osseux décrits ici proviennent des gisements sous-jacents dits maghrébins du Moustérien et de l'Atérien ( Figure S1 ), qui sont désormais attribués au MSA panafricain (Dibble et al., 2013). Les âges des couches MSA ont été estimés à l'aide de trois techniques (résonance de spin électronique, thermoluminescence et datation par luminescence stimulée optiquement) (Informations supplémentaires), qui ont toutes donné des résultats concordants ( tableau S1 ) et indiquent que les couches porteuses d'outils osseux MSA ont commencé Il y a ∼ 120 ka et s'est terminé il y a ∼ 90 ka (Dibble et al., 2012)."

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une idole paienne de 2,5 mètres découverte en Irlande

    Une idole paienne de 2,5 m découverte en Irlande

     

    Irlande idolepaienne2 730

    L'idole a été fabriquée à partir du tronc d'un chêne et sculptée d'une tête - maintenant pour la plupart pourrie - et d'encoches horizontales qui peuvent représenter des côtes. (Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique)

     

    Il s'agit d'une idole en bois de forme humaine assez semblable aux autres découvertes dans tout le nord-ouest de l'Europe, la plus ancienne à ce jour étant la plus grande et datée de 12 000 ans (l'idole Shigir en Russie dont j'ai déjà parlé sur ce site, voir plus bas). Mais celle-ci est probablement l'une des dernières, et la surprise est qu'elle date de 100 ans avant la christianisation de l'Irlande, c'est à dire qu'elle date de environ 400 Après JC, au haut Moyen-âge européen. Elle a été probablement enfouie dans cette tourbière lorsque les chrétiens ont réussi à convertir les irlandais et à les convaincre d'abandonner leurs idoles pour le Dieu unique. 

    Mais cela démontre une fois de plus la continuité de pratiques et cultures quasiment identiques pendant des milliers d'années sur des espaces de milliers de kilomètres de distance.

    Cette idole païenne vieille de 1 600 ans, fabriquée à partir d'un poteau en bois sculpté dans un chêne, a été déterrée dans une tourbière de l'ouest de l'Irlande et les archéologues disent que l'idole date du stade très avancé de l'Irlande païenne, environ 100 ans seulement avant la conversion des Irlandais au christianisme lors de la mission de Saint-Patrick au Ve siècle. 

    L'idole semble avoir été brisée en deux - une pratique courante avec des objets sacrificiels, signifiant peut-être qu'elle était "morte" et ne pouvait plus être utilisée - et délibérément déposée dans la tourbière, peut-être en remplacement d'un sacrifice humain ou " tourbière corps ", selon les archéologues. YH : l'idole a été créée il y a 1600 ans, mais a probablement été en fait brisée et enterrée au Vième siècle sur ordre des chrétiens, ou par les chrétiens eux-mêmes, c'est l'explication la plus logique...

     

    Irlande idolepaienne7

    Le site était une bande de terre marécageuse à côté d'une rivière d'il y a environ 5 000 ans jusqu'à ce qu'elle soit asséchée à l'époque médiévale ; les dernières fouilles archéologiques ont été faites à la tête de la construction de routes dans la région.(Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Les fouilles montrent que le site de la zone rurale de Gortnacrannagh, dans le comté de Roscommon, a été considéré comme un lieu saint païen pendant des milliers d'années, a déclaré Eve Campbell, archéologue chez Archaeological Management Solutions qui a dirigé les fouilles sur le site.

    " C'était une tourbière sacrée, un endroit qui aurait été spécial ou important pendant plusieurs milliers d'années, de la fin du Néolithique jusqu'au début de la période médiévale ", a-t-elle déclaré. " Les gens sont venus et ont déposé des objets, comme notre idole, dans la zone humide - essentiellement un fen [une bande de terre marécageuse] le long d'une rivière."

    " L'idole mesure environ 2,5 mètres de haut et est effilée à l'extrémité inférieure afin qu'elle puisse se tenir debout dans le sol ", a déclaré Campbell. " L'extrémité supérieure a été sculptée dans la forme d'une tête humaine, mais elle est maintenant en grande partie pourrie. Neuf encoches horizontales sculptées le long du corps de l'idole représentaient peut-être sa cage thoracique."

     

    Irlande idolepaienne1

    L'idole en bois vieille de 1 600 ans a été retrouvée dans une tourbière du comté de Roscommon, à l'ouest de l'Irlande. Il semble avoir été volontairement cassé en deux.(Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Une douzaine de telles idoles ont maintenant été trouvées en Irlande seulement, datant souvent de l'âge du bronze d'Europe du Nord (il y a environ 3 500 à environ 2 500 ans), mais l'objet récemment découvert semble être à la fois le plus grand et le plus récent d'entre eux ; la datation au radiocarbone montre qu'il a été fabriqué à partir du tronc d'un chêne abattu au IVe siècle.

    " L'une des choses vraiment excitantes à propos de l'idole est sa date tardive, car elle se situe à la toute fin de l'âge du fer et elle est sur le point de devenir christianisée de l'Irlande ", a déclaré Campbell. " Donc, dans ce sens, cela nous a donné un aperçu intéressant des types de pratiques dans lesquelles les gens se livraient à la veille de la christianisation." YH : et bien en fait, ils continuaient exactement les mêmes pratiques que leurs ancêtres depuis des milliers d'années... on pourrait pratiquement parler d'une idole préhistorique, sauf qu'elle date du Haut Moyen-Age...

     

    Irlande idolepaienne4

    Bien qu'une douzaine d'idoles païennes en bois aient été trouvées en Irlande, avec une longueur de 8 pieds (2,5 m), c'est la plus grande. (Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Il y a 70000 ans, une étoile a traversé notre système solaire

    Il y a 70000 ans, une étoile a traversé notre système solaire

     

    Binarysystem mini

    Credit: Michael Osadciw/University of Rochester.

    C'est une nouvelle qui vient d'être révélée par les astronomes de l'Université de Rochester. Ils ont identifié le plus proche passage d'une étoile dans notre système solaire : une naine sombre qui a traversé le nuage de comètes Oort il y a seulement 70.000 ans.

    Un groupe d'astronomes des États-Unis, d'Europe, du Chili et de l'Afrique du Sud ont déterminé qu'il y a 70,000 années, une étoile faible récemment découverte est susceptible d'être passée à travers les nuages ​​lointains des comètes du système solaire, le nuage de Oort. Aucune autre étoile n'est connue pour avoir jamais approché notre système solaire d'aussi proche - cinq fois plus proche que l'étoile actuelle la plus proche, Proxima Centauri.

    Dans un article publié dans Astrophysical Journal Letters, l'auteur principal Eric Mamajek de l'Université de Rochester et ses collaborateurs ont analysé la vitesse et la trajectoire d'un système d'étoile de faible masse surnommé "l'étoile de Scholz."

    Binarysystem

     

    Artist's conception of Scholz's star and its brown dwarf companion (foreground) during its flyby of the solar system 70,000 years ago. The Sun (left, background) would have appeared as a brilliant star. The pair is now about 20 light years away. Conception artistique de l'étoile de Scholz et de son compagnon naine brune (derrière) durant son survol du système solaire il y a 70.000 ans. Le Soleil (à gauche au fond) devait apparaître comme une étoile brillante. Credit: Michael Osadciw/University of Rochester.

    La trajectoire de l'étoile suggère qu'il y a 70.000 années, elle est passée à environ 52 000 unités astronomiques de distance (ou environ 0,8 années-lumière, ce qui équivaut 8.000.000.000.000 de km ou 5 trillions de miles). C'est astronomiquement à proximité; notre plus proche voisine, l'étoile Proxima Centauri est à 4,2 années-lumière de distance. En fait, les astronomes expliquent dans le document qu'ils sont à 98% certains que c'est passé par ce qui est connu comme le "nuage de Oort externe" - une région au bord du système solaire rempli de milliers de milliards de comètes d'un mile ou plus, et ils pensent que cela a donné lieu à des comètes de longue période en orbite autour du Soleil, après que leurs orbites soient ainsi perturbées.

    L'étoile à l'origine a attiré l'attention de Mamajek lors d'une discussion avec le co-auteur Valentin D. Ivanov, de l'Observatoire européen austral. L'étoile de Scholz avait un mélange inhabituel de caractéristiques : en dépit d'être assez proche ("seulement" 20 années-lumière actuellement), elle a montré un mouvement très lent tangentiel, c'est un mouvement à travers le ciel. Les mesures de vitesse radiale prises par Ivanov et ses collaborateurs, cependant, ont montré que l'étoile se déplaçait presque directement au loin du système solaire à une vitesse considérable.

    « La plupart des étoiles à proximité montrent de beaucoup plus grands mouvements tangentiels », dit Mamajek, professeur agrégé de physique et d'astronomie à l'Université de Rochester. "Le petit mouvement tangentiel et la proximité initiale indiquent que l'étoile était plus probablement, soit en déplaçement vers une future rencontre rapprochée avec le système solaire, ou qu'elle s'était « récemment » approchée du système solaire et s'en éloignait. Effectivement, les mesures de vitesse radiale étaient compatibles avec sa fuite du voisinage du Soleil - et nous avons réalisé qu'il a dû y avoir un survol proche dans le passé ".

    Pour travailler sur sa trajectoire, les astronomes avaient besoin des deux morceaux de données, la vitesse tangentielle et la vitesse radiale. Ivanov et ses collaborateurs avaient caractérisé l'étoile récemment découverte par la mesure de son spectre et sa vitesse radiale par l'intermédiaire de l'effet Doppler. Ces mesures ont été effectuées en utilisant les spectrographes sur de grands télescopes en Afrique du Sud et au Chili : le Large Telescope de l'Afrique australe (SALT) et le télescope Magellan à l'Observatoire de Las Campanas, respectivement.

    Une fois que les chercheurs ont reconstitué l'ensemble des informations, ils ont compris que l'étoile de Scholz s'éloignait de notre système solaire et ils sont remonté en arrière dans le temps jusqu'à sa position il y a 70.000 années, lorsque leurs modèles ont indiqué qu'elle est venue au plus proche de notre Soleil.


    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Langage des signes au Magdalénien il y a 14000 ans cal BP

    Langage des signes et de la communication graphique à la fin du Magdalénien il y a environ 14000 ans cal BP

     

    Figures enigmatiques fantastiques ou composites gravees sur lissoir rochereil musee national de prehistoire emilie lesvignes

    Figure 3 : Figures énigmatiques (fantastiques ou composites) gravées sur lissoir, Rochereil - Figure 4 : Aurochs gravé sur lissoir, Rochereil (Musée national de Préhistoire). Crédit Émilie Lesvignes

     

    Cet article est dans la lignée de ceux concernant la transmission du savoir et de la mémoire aux temps préhistoriques, c'est à dire avant l'invention théorique de l'écriture, considérée comme le début de l'Histoire par les normes scientifiques actuelles, et rejoint donc la compilation de données présente sur ce site sur ce thème, avec comme exemple :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/diffusion-du-savoir-il-y-a-deja-400-000-ans-culture-mondiale.html

     

    Tout comme celui cité, il s'agit d'un extrait d'un article scientifique, mais dont le sujet se situe aux environs de 12 000 ans avant notre ère, ou 14 000 ans avant notre présent, alors qu'il reflète des découvertes et interprétations proches des mêmes que celles datées de 400 000 ans concernant une transmission des connaissances et pratiques ancestrales aux générations futures, via des traces de symboles ou d'indices que nous découvrons. A cette période bien plus proche de nous, l'homme surnommé magdalénien par nos scientifiques est strictement identique à nous, physiquement parlant. Il est l'héritier des précédentes cultures ayant parcouru le Moyen-Orient, l'Europe et l'Asie et ayant déjà commencé à coloniser les Amériques selon les dernières découvertes.

    Mais les magdaléniens ont aussi vécu lors d'une période climatique déstabilisée et en proie à une succession de cataclysmes liés, dont j'ai déjà parlé ici (voir aussi en bas). https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/impact-cometaire-au-dryas-recent-de-plus-en-plus-confirme.html

     

    Langage de signes et communication graphique à la fin du Magdalénien

     

    L'art de Rochereil (Grand-Brassac), de l’abri Mègeet de la Mairie (Teyjat, Dordogne), France

     

    Par Patrick PAILLET, Maître de conférences, Muséum national d’Histoire naturelle, Département de Préhistoire, UMR 7194, Musée de l’Homme et Elena MAN-ESTIER, Conservatrice du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des Patrimoines, Service du Patrimoine, Sous-Direction de l’Archéologie UMR 5199 Pacea

    Extrait de : Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU (dir.),Signes et communication dans les civilisations de la parole, Paris, Édition électronique du CTHS (Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), 2016.

    Résumé

    À partir de quelques exemples tirés de l’iconographie pariétale et mobilière des sites de Rochereil et de Teyjat (La Mairie et l’abri Mège), les auteurs montrent l’originalité et la puissance du langage des signes et de la communication graphique à la fin du Magdalénien, il y a environ 14 000 ans cal BP. Cette période est contemporaine des ultimes soubresauts de la dernière glaciation qui induisent une transformation radicale des paysages et des écosystèmes. Les sociétés humaines, jusqu’alors inféodées aux steppes périglaciaires, s’adaptent peu à peu à ces changements en transformant leurs équipements, en révisant leur stratégie économique et cynégétique, en modifiant en quelque sorte leur mode de vie. Elles repensent également le nouveau monde qui les entoure et inventent de nouveaux symboles. La communication graphique et le langage qu’elles soutiennent en sont le meilleur reflet.

    Abstract

    Through some examples of parietal and portable iconography of the sites of Rochereil and Teyjat (La Mairie and Mège shelter), the authors show the power and originality of the symbolic language and graphic communication at the end of Magdalenian, about 14 000 years ago cal BP. This period is contemporary of the last back-and-forth of the Late Ice Agethat led to an important landscape and ecosystem transformation. Human societies that were directly linked to periglacial steppa are due to an adaptation towards these changes by transforming their weapons, by thinking new economic and hunting strategies, somehow by changing their way of life. They also modify their way of thinking this new world surrounding them and invent new symbols. Their graphic communication with its language is its best reflectance.

     

    " Il y a environ 14000 ans cal BP, les dernières sociétés paléolithiques (Magdalénien supérieur et final) évoluent dans des environnements en profonde mutation. L’instabilité climatique qui règne durant le Bölling-Alleröd (GIS-1) a un impact direct sur les écosystèmes. Une recomposition des faunes est alors engagée. Les grands troupeaux des steppes froides et des toundras ouvertes comme l’antilope saïga, le bison et le renne, disparaissent progressivement des paysages. Ils migrent pour la plupart vers le nord, vers l’est ou vers les régions de montagnes. Des espèces animales tempérées comme le cerf, l’aurochs ou le sanglier se développent de nouveau et recolonisent des espaces qui se referment progressivement sous l’emprise des forêts (Costamagno, Laroulandie (dir.)2003). Les derniers magdaléniens exploitent de plus en plus des petits gibiers (léporidés, spermophiles,… ) et domestiquent le loup (Boudadi-Maligne 2010 ; Boudadi-Maligneetal. 2011, 2012, 2014). Les changements climatiques et environnementaux engendrent une modification de l’économie des groupes préhistoriques. Les hommes adaptent leurs équipements techniques lithiques et osseux. Ils produisent des outils standardisés, notamment sur grandes lames pour les outils domestiques et sur de petites lames ou lamelles pour les instruments de chasse. De nouvelles armes apparaissent, notamment différents types de pointes. On note également des innovations dans les armements en bois de cervidés et dans leur système d’emmanchement. La miniaturisation des équipements de chasse est rendue nécessaire par l’évolution des pratiques cynégétiques en milieu fermé (Langlais 2010, Naudinot 2013, Valentin 2008). Les pratiques symboliques, notamment le langage et la communication par l’image, évoluent également. Ces changements radicaux revêtent une forte empreinte territoriale ou essaiment plus largement selon une double dynamique qui n’est pas contradictoire dans les paysages en voie de fermeture (Collectif 2014). Les grottes de Rochereil (Grand-Brassac) et de la Mairie (Teyjat) dans le nord de la Dordogne sont deux sites majeurs contemporains de cette période de transition entre Magdalénien et Azilien (fig. 1)."

     

    Rochereil teyjat ppaillet1

    Figure 1 : Carte de situation des sites de Rochereil et Teyjat. DAO Patrick Paillet

     

    La petite grotte de Rochereil, découverte au début du XXe siècle et fouillée essentiellement entre 1937 et 1941, correspond à un lieu d'intenses occupations dont la fonction au Magdalénien était vraisemblablement liée pour partie à la production d'objets ornés et de parures (Man-Estier et Paillet 2013b, Paillet 2014b). En effet, si l’on considère la taille du site (une trentaine de m² !) et l’épaisseur relativement modeste de la couche magdalénienne (une quarantaine de cm), la série d'objets d'art recueillie par le Dr Paul-Émile Jude est considérable (plus de 250 pièces). La grotte mesure une quinzaine de mètres de longueur et 2 à 3 m de largeur. Sa hauteur varie d’environ 5 m à l’entrée à moins de 2 m dans sa partie la plus profonde. Les fouilles de P.-E. Jude ont mis au jour d’importants dépôts du Magdalénien et de l’Azilien. Une reprise récente des séries dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » dirigé par P. Paillet a permis de requalifier la séquence archéostratigraphique du site. Il s’agit de Magdalénien supérieur ancien et récent, d’Azilien ancien et récent et de Laborien. P.-E. Jude publie deux coupes stratigraphiques relevées à l’entrée et à l’intérieur de la grotte (Jude et Cruveiller 1938, Jude 1960). La principale, à l’aplomb de l’entrée de la grotte, fait apparaître au moins quatre couches superposées de couleur et de structure différentes :

    – la couche I est stérile et repose sur le sol rocheux. Elle est constituée de sables fluviatiles sur la terrasse et d’argile calcaire rougeâtre dans la grotte.

    – la couche II correspond au Magdalénien supérieur. Elle mesure près de 40 cm d’épaisseur. Sur la base de l’hétérogénéité de certains éléments lithiques et faunistiques, cette couche a été partagée arbitrairement en deux niveaux, IIa (niveau inférieur, comprenant les 2/3 de la couche) et IIb (niveau supérieur).

    – la couche III correspond à l’Azilien. Elle mesure plus de 1,80 m d’épaisseur et se superpose directement à la couche II, sans zone stérile intermédiaire. Cette couche est subdivisée en trois niveaux (IIIa, IIIb et IIIc).

    – enfin, la couche IV est stérile et constituée de terre végétale. Elle mesure environ 2 m d’épaisseur.

     

    La grotte de la Mairie (Teyjat) est située à une vingtaine de km au nord de Rochereil. Elle s’ouvre au midi, dans le village de Teyjat, au cœur d’un massif de calcaires dolomitiques du Bajocien. Elle est constituée de deux galeries divergentes : une galerie fossile subhorizontale d’une centaine de mètres de longueur, large de 5 m et haute de 4 m en moyenne et une galerie active descendante d’une quarantaine de mètres. Le gisement magdalénien et la zone ornée occupent les 10 premiers mètres de la galerie supérieure. Les occupations fouillées au début du siècle par Pierre Bourrinet, aidé épisodiquement par Denis Peyrony et Louis Capitan, ont mis en évidence une importante archéoséquence (jusqu’à 4 m de remplissage), divisée en deux couches du Magdalénien supérieur (couches inférieures A et B – Magdalénien supérieur ancien et couches supérieures C et D – Magdalénien supérieur récent). Les deux couches ont livré un assemblage lithique et osseux très riche et bien caractéristique du Magdalénien supérieur. Les occupations de la Mairie sont parfaitement synchrones du Magdalénien de Rochereil (Aujoulat 1984 ; Barrière 1968, 1972 ; Capitan et al. 1908 ; Langlais 2014).

    L’abri Mège (Teyjat), à environ 200 m à l’est de la grotte de la Mairie, le petit abri Mège renferme une séquence unique du Magdalénien supérieur ancien, épaisse de 40 cm à près de 1,60 m à l’entrée(couche 2). Elle est contemporaine des couches A et B de la Mairie (Capitan et al. 1906, Langlais 2014). Ces trois sites ont livré d’importantes séries d’objets d’art dont la mise en comparaison est particulièrement enrichissante. Les représentations pariétales de la Mairie, réalisées sur un vieil édifice stalagmitique aujourd’hui disloqué, rappellent par bien des aspects l’art mobilier et notamment celui de Rochereil. Il est donc cohérent de placer l’art pariétal de la Mairie en résonance avec les séries d’objets ornés.

    Singularité des arts de la Préhistoire

    L'un des points communs à l'ensemble des sociétés de chasseurs-collecteurs du Paléolithique supérieur est l'existence d'un langage de signes et d'une communication graphique hautement symbolique désignée communément sous le terme d’« art ». Présent depuis près de 40 000 ans sous sa forme pérenne, l’art préhistorique est remarquable par la persistance de thèmes et de techniques d’expression durant toute sa trajectoire paléolithique. Les évolutions, les changements ou les ruptures qui marquent parfois son développement ne remettent pas radicalement en cause la cohérence de l’ensemble des pratiques artistiques. Elles ne changeront véritablement qu’avec les sociétés agro-pastorales du Néolithique. L’art préhistorique occupe des terrains d’expression différenciés. Les parois, les plafonds et les sols des grottes et des abris, parfois les roches disposées à l’air libre dans des fonds de vallées au cœur de la nature, constituent les supports exclusifs de l’art pariétal et rupestre monumental plus ou moins déconnectés de la vie des hommes. L’art est également présent dans leur quotidien immédiat. Il occupe d’innombrables outils, rehausse une infinité d’armes et se glisse parfois, souvent même, sur des restes fragmentaires sans utilité apparente et immédiate et sur des déchets. La communication graphique paléolithique est élaborée à partir de thématiques fondamentalement ancrées dans l’observation du vivant. L’art préhistorique est souvent qualifié d’art animalier et son bestiaire affiche une pluralité zoologique extrême, en particulier dans l’art des objets. Cette diversité est moins grande dans l’art des grottes. Cependant, une dizaine d’espèces animales prédominantes constituent la grande majorité de l’iconographie animalière (fig. 2). Il s’agit du cheval, du bison, de l’aurochs, du cerf, de la biche, du renne, du bouquetin, du mammouth, des félins et de l’ours. Les poissons et les oiseaux ne sont pas rares, mais leur dessin résiste souvent à l’interprétation (Citerne 2003, Paillet 2006, Crémadès 1997, Nicolau-Guillaumet 2008). Les artistes préhistoriques ne puisent pas exclusivement leur source d’inspiration dans le réel et son observation. Le corpus des représentations non-figuratives, parfois qualifiées de géométriques ou plus souvent encore d’abstraites, est immense, plus grand encore que celui des animaux, mais il est plus discret. Les préhistoriens rassemblent sous le vocable de « signes » un corpus polymorphe d’entités graphiques plus ou moins élaborées à partir des formes élémentaires que sont le point, la ligne et le plan (Sauvet 1990). Les signes possèdent des caractéristiques formelles relativement stables auxquelles sont associés conventionnellement un ou plusieurs signifiés. Leur rôle est donc de servir à la communication. C’est aussi le cas de l’image humaine qui est relativement fréquente, mais souvent éloignée de la réalité, soit par le biais de processus de segmentation graphique (mains, membres, sexes isolés, etc.), soit par exagération de traits (bestialisation des profils humains) (Bourrillon et al. 2012, Fuentes 2013, Vialou 1991).

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pérou: Machu Picchu plus ancien, chrono de l'Inca erronée

    Pérou: Machu Picchu plus ancien, chronologie de l'Inca erronée

     

    Machu 1911h

    Machu-Picchu, 1911, Bingham devant un rocher recouvert de pétroglyphes

     

    Historiquement parlant, l'essentiel de nos connaissances sur la civilisation inca nous parvient des écrits souvent contradictoires et orientés des conquistadors espagnols, en l'absence d'une écriture identifiée de la part de cette culture. En fait, il y avait bien un système, le quipu, qui est toujours l'objet d'études et d'attente d'autres découvertes, car il existe toujours un doute sur ses utilisations.

    " En effet, si l'on en croit des hypothèses récentes, le quipu n'aurait pas été seulement un moyen de numération mais également un instrument d'écriture qui aurait permis de consigner les événements de l'empire. Au lieu d'employer des signes graphiques, les Incas se seraient servis d'un système binaire tridimensionnel que l'on peut rapprocher du langage des ordinateurs. Grâce à sept nœuds et 24 couleurs, ils auraient eu à leur disposition 1500 unités différentes d'informations ce qui est du même ordre de grandeur que le nombre de signes de l'écriture cunéiforme sumérienne et beaucoup plus que les quelques 800 hiéroglyphes égyptiennes. Malheureusement, jusqu'à présent aucun des quipu trouvé n'a encore permis de vérifier cette hypothèse. Il est vrai que les conquistadors ont détruit la plupart des témoignages de la civilisation inca, qu'ils jugeaient démoniaques, et cette pénurie de matériel ne facilite pas la tâche des chercheurs. La découverte d'une pierre de Rosette sud-américaine, à savoir un groupe de quipu accompagné de textes rédigés en espagnol, seraient évidemment d'un grand secours.

    Guamàn Poma de Ayala, un chroniqueur indigène du 17 ème siècle, mentionne trois personnages distincts: l'administrateur provincial, le comptable-trésorier et le secrétaire de l'Inca. Sa relation suggère que les quipu de ces différents dignitaires n'étaient pas similaires. Celui du secrétaire de l'Inca aurait été teint et ceux des fonctionnaires subalternes auraient été de couleurs naturelles.  Ces dernières auraient été associées aux fonctions en relation directe avec la vie quotidienne. Au contraire, les couleurs plus vives, provenant des teintures, auraient été le symbole du caractère sacré, quasi divin, de l'Inca. "

    Sources du texte ci-dessus: Le Musée chilien d'Art précolombien de Santiago 

    Les Incas ne furent pas les seuls à utiliser un système de numération basé sur l'emploi des noeuds d'une cordelette. On retrouve cet usage chez plusieurs peuples: Polynésiens d'Hawaii, Indiens d'Amérique du Nord, peuplades d'Afrique et d'Extrême-Orient. Des cordelettes liées ensembles sont encore utilisées dans certains rites polynésiens et malaysiens. Les Indiens d'Amérique croyaient que des figures de cordes avaient été inventées par des hommes-araignées mythiques. De nombreuses peuplades primitives pratiquèrent des rites basés sur des cordes entremêlées; ces rites sont encore en vigueur chez certains aborigènes d'Australie. Dans les îles Ryukyu, les travailleurs d'Okinawa enregistraient, au moyen des nœuds d'une cordelette, les jours de travail et la paye correspondante. De la même manière, dans la ville de Shuri, les usuriers consignaient le montant de leurs prêts. Le classique nœud au mouchoir, qui rafraîchit notre mémoire, n'est au fond que la survivance d'une méthode d'enregistrement des données qui connut dans les siècles passés une diffusion quasi universelle. On la retrouve dans les grains des rosaires, tant chrétiens que musulmans, où est noté le nombre d'invocations ou de prières à réciter. Ceux des moines tibétains, avec 108 grains de couleurs diverses, quoique beaucoup plus complexes, remplissent le même rôle. Chacune des couleurs se rapporte à la divinité à laquelle s'adresse la prière: jaune pour le Bouddha, blanc pour les Bodhisattva, rouge pour le maître qui convertit le Tibet au bouddhisme... Dans quelques régions africaines, les femmes enregistrent encore aujourd'hui la durée de leur grossesse sur une cordelette, avec une série de nœuds, de telle manière que, en dénouant un nœud à chaque pleine lune, elles peuvent prédire avec exactitude le moment de leur accouchement. Toujours en Afrique, l'homme qui part en voyage laisse à son épouse une cordelette avec autant de noeuds que de jours d'absence. De la sorte, la femme, en défaisant un noeud chaque jour, connaît la date à laquelle son mari sera de retour. Le même système, comme le rapporte Hérodote, fut employé par le roi de Perse Darius Ier lorsque, au cours d'une opération militaire, il laissa une corde de 60 noeuds aux soldats de garde à un pont de grande importance stratégique. Ces soldats reçurent l'ordre de défaire un noeud chaque jour et d'abandonner la position lorsque tous les noeuds auraient été défaits, que le roi soit ou non revenu. En Europe le plus curieux système de numération à noeuds fut celui employé, jusqu'au début du 20ème siècle, par des meuniers allemands. Ceux-ci, pour indiquer la quantité et le type de farine contenue dans un sac, réalisaient une série de noeuds à la ficelle qui fermait le sac. Enfin, l'usage des quipu n'est pas sans rappeler celui des "bâtons de messagers" qui furent utilisés en Chine, en Australie aussi bien qu'en Europe, sans parler des énigmatiques rongorongo de l'Île de Pâques.

     

    Caralquipu2

    Le Quipu découvert à Caral-Supe

     

    Le système de numération à noeuds le plus original et le plus élaboré n'en reste pas moins celui des Incas. Son importance historique fut énorme puisqu'il constitua la seule forme d'écriture des fonctionnaires de l'empire. Il servait à la fois au recensement des populations comme à l'inventaire des biens stockés dans les magasins et au relevé des ressources des provinces. Les "gardiens des noeuds", appelés camayocs, de chaque province de l'empire, tenaient à jour les cordelettes du quipu qui était ensuite envoyé au gouvernement central à Cuzco. Les quipu centralisés, qui constituaient les archives nationales de l'empire, étaient conservés avec le plus grand soin. Ce système compliqué supposait des connaissances que bien peu de gens possédaient. Aussi les personnes qui savaient "lire" et "écrire" les informations d'un quipu jouissaient-elles d'un grand prestige. La couleur des cordelettes indiquait la nature de l'objet enregistré et une série de noeuds en précisait la quantité selon un système de numérotation décimale où, suivant sa position, un noeud pouvait prendre différentes valeurs. Le zéro était noté par une position vide. Les unités étaient représentées par un noeud simple ou double. Les chiffres de 2 à 9 étaient représentés par des noeuds complexes dont la valeur dépendait du nombre de tours. A la corde principale était attaché un système arborescent de cordelettes colorées qui permettaient de tenir une comptabilité très élaborée. Les unités inférieures étaient toujours les plus éloignées de la cordelette maître et les unités supérieures toujours les plus proches de cette dernière. Sur la cordelette maître des noeuds totalisaient les comptes des cordelettes subordonnées.  

    Voici quelques autres éléments qui complètent les informations ci-dessus. Des tribus quechua fondèrent, à partir de Cuzco, un vaste empire. L'Inca, descendant du dieu solaire, y exerçait un pouvoir absolu sur ses sujets. Atahualpa, le dernier souverain, avait coutume de dire qu'aucun oiseau ne volait, aucune feuille ne bougeait dans son empire hors de sa volonté. L'immense empire inca était centralisé et son gouvernement supposait l'existence de moyens de recensement pour recueillir les informations économiques, démographiques et militaires nécessaires à son administration ainsi que des moyens d'archivage destinés à garder trace des événements importants. 

    Le quipu (noeud en quechua) répondait à ces exigences. Il constituait à la fois un système comptable et un système d'écriture qui permettait non seulement le comptage de toute chose mais également la narration des chroniques passées. Il était constitué d'une cordelette principale d'une trentaine de centimètres, voire plus longue, à laquelle étaient attachées des ficelles multicolores. De ces dernières partaient d'autres brins noués à des distances variables. Le nombre de noeuds et la combinaison des couleurs étaient interprétés par des initiés. Si l'on sait que la cordelette principale se lisait de droite à gauche, en suivant chaque ficelle qui en partait, le déchiffrage des quipu ne repose aujourd'hui que sur des hypothèses d'autant plus hasardeuses que ces quipu sont souvent incomplets. Tout au plus peut-on imaginer que la position et le nombre des noeuds fournissaient des informations quantitatives alors que les couleurs représentaient la nature des objets. Ce système permettait de tenir des comptes très précis des denrées, des armes, des impôts et même de recenser les sommes imposées aux peuples vaincus. Les événements historiques importants y étaient consignés. Sur la cordelette principale, un fil noir précisait par exemple les années écoulées et dotait le lecteur de renseignements événementiels. Un fil rouge, noué à la cordelette principale, représentait le règne d'un empereur; trois noeuds indiquaient la survenance d'événements importants au cours de la troisième année du règne. C'est par un quipu qu'Atahualpa fut prévenu de l'arrivée des Espagnols en 1532: les nombres d'hommes et d'armes y figuraient. Certains procédés scéniques et le souvenir des textes joués dans les théâtres incas nous sont parvenus par le truchement de ces cordelettes.

    Le déchiffrement des quipu était imparti aux quipumayocs ou camayocs ("gardiens des nœuds"). Ces derniers jouissaient d'un statut privilégié: ils n'étaient pas assujettis à l'impôt. Il en existait plusieurs par village, chacun étant chargé d'une fonction particulière. L'apprentissage du quipu s'imposait aux jeunes nobles. La conquête espagnole, suivie de la mise à mort d'Atahualpa, en 1533, détruisit la civilisation inca et fit disparaître un grand nombre de quipu. Mais ceux-ci seraient encore employés dans quelques régions montagneuses de l'Équateur, du Pérou et de la Bolivie.

    Notons que la civilisation inca est elle-même probablement héritière de l'une des plus anciennes cultures de l'Amérique Latine, la culture de Caral, puisqu'il a été découvert dans la plus ancienne cité des amériques à ce jour (Caral-Supe) non seulement le plus ancien quipu des amériques, mais aussi la plus ancienne représentation du dieu-bâton, que l'on retrouve d'ailleurs aussi chez toutes les cultures suivantes du Pérou (Chavin par exemple), jusqu'aux incas. On peut aussi noter que l'origine du quipu se situe en Asie et que ce dernier était donc déjà inventé bien avant les migrations asiatiques et australiennes vers les amériques, puisqu'on le retrouve à Caral dès 3000 ans avant JC...

     

    Les archéologues ont utilisé une datation au radiocarbone avancée sur le site historique inca de Machu Picchu, révélant que le site a été fondé plus tôt qu'on ne le pensait auparavant.

    Le professeur Richard Burger de l'Université de Yale a déclaré : " Le Machu Picchu est l'un des sites archéologiques les plus célèbres au monde, mais jusqu'à présent, les estimations de son antiquité et de la durée de son occupation étaient basées sur des récits historiques contradictoires écrits par des Espagnols dans la période qui a suivi la conquête espagnole."

    Pour répondre à certaines de ces contradictions, une équipe multi-institutionnelle a mené une spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) pour dater 26 sépultures découvertes dans les trois cimetières du Machu Picchu. La quantité de sépultures a été choisie pour refléter l'étendue de l'histoire professionnelle du site.

     

    Perou machu picchu fig1

    Figure 1 : Situation du site (DOI: https://doi.org/10.15184/aqy.2021.99)

     

    La datation AMS est une forme avancée de datation au radiocarbone qui permet de dater des squelettes avec seulement de petites quantités de matière organique, élargissant ainsi le pool de restes pouvant être examinés.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé, groupes sanguins

    Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé

    + groupes sanguins examinés par la génétique

     

    Grottecuevaardales espagne

    Cette combinaison d'images obtenues le 29 juillet 2021 montre une vue générale et un gros plan d'une tour de stalagmite partiellement colorée dans la grotte espagnole d'Ardales, dans le sud de l'Espagne.

     

    Deux nouvelles études nous parlent des néandertaliens et confirment l'importance de notre cousin dans l'histoire humaine, d'autant plus qu'il est encore présent dans notre génome et y joue un rôle génétique pour une grande partie de l'humanité.

     

    Une étude confirme que l'art rupestre espagnol ancien a été créé par les Néandertaliens

     

    Les Néandertaliens, longtemps perçus comme étant simples et brutaux, ont vraiment peint des stalagmites dans une grotte espagnole il y a plus de 60 000 ans, selon une pré-publication du lundi 02 août 2021 d'une étude qui sera publiée dans les PNAS le 17 août 2021 : Le rôle symbolique du monde souterrain chez les Néandertaliens du Paléolithique moyen, PNAS (2021). DOI : 10.1073/pnas.2021495118

    La question avait secoué la communauté paléoarchéologique depuis la publication d'un article de 2018 attribuant le pigment ocre rouge trouvé sur le dôme stalagmitique de la Cueva de Ardales à notre espèce "cousine" éteinte. La datation a suggéré que l'art avait au moins 64 800 ans, réalisé à une époque où les humains modernes n'habitaient pas le continent.

    Mais la découverte était controversée, et  "un article scientifique disait que ces pigments étaient peut-être une chose naturelle", un résultat du flux d'oxyde de fer, a déclaré à l'AFP Francesco d'Errico, co-auteur d'un nouvel article dans la revue PNAS.

     

    Neanderthal homosapiens

    Comparaison entre un crâne d'Homo Sapiens (Homme Moderne à gauche) et un crâne de Homo Neanderthalensis (Homme de Néandertal à droite) - la moyenne du volume cervical des néandertaliens était plus élevée que la moyenne du volume cervical de l'homme moderne.

     

    Cette nouvelle analyse a révélé que la composition et le placement des pigments n'étaient pas conformes aux processus naturels. Au lieu de cela, les pigments ont été appliqués par éclaboussures et soufflage. De plus, leur texture ne correspondait pas aux échantillons naturels prélevés dans les grottes, suggérant que les pigments provenaient d'une source externe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Diffusion du savoir il y a déjà 400 000 ans, culture mondiale

    Diffusion du savoir il y a déjà 400 000 ans, culture mondiale préhistorique

     

     

    Osbrules paleolithique abripataud dordogne

     

    Petits fragments d'os brûlés du paléolithique trouvés dans L'Abri Pataud en Dordogne, France

     

    Une étude menée par des archéologues de l'Université de Leyde (Pays Bas) sur l'utilisation du feu montre qu'il y a 400 000 ans, les connaissances et les compétences devaient déjà avoir été échangées entre hominidés. La découverte a été publiée dans la principale revue scientifique PNAS le 19 juillet 2021. Différents groupes d'hominidés ont probablement appris les uns des autres beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, et cette connaissance a également été distribuée beaucoup plus loin géographiquement et temporellement.

    « À ce jour, on a toujours pensé que la diffusion culturelle n'avait en fait commencé qu'il y a 70 000 ans, lorsque les humains modernes, Homo sapiens, ont commencé à se disperser. Mais le bilan de l'utilisation du feu semble maintenant montrer que cela s'est produit beaucoup plus tôt », explique l'archéologue et chercheuse Katharine MacDonald. « Nous avons commencé à regarder différemment les données de décennies de recherche archéologique ».

    Avec Wil Roebroeks, professeur d'évolution de la niche humaine, l'archéologue Fulco Scherjon, l'étudiante en master de recherche Eva van Veen et Krist Vaesen, professeur agrégé en philosophie de l'innovation à l'Université de technologie d'Eindhoven, MacDonald a mené des recherches sur les traces du feu faites par les hominidés sur des sites archéologiques dans divers endroits à travers le monde.

    Sur bon nombre de ces sites – en Israël et en Afrique, en Europe et peut-être aussi en Chine – les chercheurs ont trouvé des traces comparables, ou des combinaisons de traces, telles que du charbon de bois, des os carbonisés et des pierres qui avaient été soumises à la chaleur. « Nous ne pensons pas que ces similitudes puissent être causées par le fait que les premiers prédécesseurs de l'homme ont eux-mêmes parcouru de grandes distances, ou qu'ils ont développé des techniques particulières séparément les unes des autres, par exemple parce que le cerveau humain a subi une croissance soudaine. Il n'y a aucune indication pour cela », explique MacDonald. " La seule autre possibilité est que différents groupes d'hominidés se sont transmis ces techniques et connaissances des matières premières, et que des sortes de réseaux sociaux primitifs doivent avoir existé ".

    Notez que : La diffusion culturelle est la diffusion généralisée d'objets, de techniques ou de pratiques particulières par des personnes ou des hominidés. Les exemples incluent des chansons ou des comptines pour enfants. Qu'elles soient chantées par un enfant aux États-Unis en anglais ou en Europe dans une langue européenne, elles sonnent souvent de la même manière. C'est parce que les gens ont passé la connaissance de la mélodie et aussi, par exemple, le rythme des applaudissements via un processus d'apprentissage.

    La théorie de l'équipe de recherche est étayée par les découvertes archéologiques d'un type particulier d'outil en pierre d'une période un peu plus tardive. Ces outils fabriqués selon la technique dite de Levallois apparaissent pendant une très courte période dans un nombre croissant de lieux de l'Ancien Monde (et utilisés tant par Néandertalien qu'Homo Sapiens). Il existe également des traces génétiques qui montrent que différentes populations d'hominidés ont dû être en contact les unes avec les autres.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Officiel : une gravure de 51000 ans attribuée à Néandertalien

    Officiel : une gravure de 51000 ans attribuée à Néandertalien

     

    Gravures neandertal1

    Micro-CT scans de l'os gravé et interprétation des six lignes en rouge qui forment le symbole du chevron. Surligné en bleu est un ensemble de lignes sous-parallèles. Avec l'aimable autorisation de l'Office du patrimoine de Basse-Saxe

     

    Un os sculpté vieux de 51 000 ans est l'une des plus anciennes œuvres d'art au monde, selon des chercheurs

     

    La découverte met en évidence que les Néandertaliens étaient capables de pensée symbolique – quelque chose autrefois attribué uniquement à notre propre espèce.

     

    L'os d'orteil d'un cerf préhistorique (Megaloceros giganteus) sculpté de lignes par les Néandertaliens il y a 51 000 ans est l'une des plus anciennes œuvres d'art jamais découvertes, selon une étude publiée le 05 juillet 2021. La découverte est une preuve supplémentaire que les Néandertaliens - Homo neanderthalensis - étaient capables d'exprimer le symbolisme à travers l'art - qui n'était autrefois attribué qu'à notre propre espèce, Homo sapiens.

    " Ce n'est clairement pas un pendentif ou quelque chose comme ça ", a déclaré Thomas Terberger, professeur et archéologue préhistorique à l'Université de Göttingen en Allemagne, qui a co-écrit une étude sur l'objet dans la revue Nature Ecology & Evolution. " C'est clairement une décoration avec une sorte de caractère symbolique. ... Vous pourriez même appeler cela le début initial de l'art, quelque chose qui n'a pas été fait par accident, mais avec un plan clair en tête."

    L'os a été déterré dans une grotte dans les montagnes du Harz, dans le centre de l'Allemagne, à environ 150 miles au sud-ouest de Berlin. Le devant est sculpté de chevrons superposés - des lignes en forme de V inversé - qui semblent pointer vers le haut, et les archéologues ont également discerné une ligne d'incisions plus petites sur son bord inférieur, qui semble avoir servi de base.

    « Nous l'essayions, et cet objet peut tenir seul sur son socle. Il ne tremble pas, ne bascule pas ou quoi que ce soit », a déclaré l'archéologue Dirk Leder de l'Office national du patrimoine culturel de Basse-Saxe, qui a dirigé les fouilles qui ont permis de découvrir l'os. " Il a probablement été laissé debout dans un coin de la grotte."

    " L'os sculpté a été déterré à côté des os d'omoplate de cerf et du crâne intact d'un ours des cavernes – des objets rares qui peuvent avoir indiqué que l'assemblage avait une signification rituelle ", a-t-il déclaré.

     

    Gravures neandertal2

    L'os de cerf géant gravé d'Einhornhöhle.V. Minkus / Avec l'aimable autorisation de l'Office du patrimoine de Basse-Saxe

     

    La datation au radiocarbone a établi que l'os a 51 000 ans - plus que toutes les œuvres d'art comparables attribuées aux Néandertaliens.

    YH : Il se pourrait malheureusement que la bêtise de certains scientifiques (être scientifique et stupide n'est pas incompatible quand il s'agit d'un héritage dogmatique provenant de l'éducation, comme on peut encore le constater de nos jours chez certains), ait détruit volontairement des oeuvres d'art néandertaliens attribuées par un archéologue allemand, jugé arbitrairement comme étant "un doux rêveur" par ses pairs... :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arts-au-paleolithique-ancien-et-au-paleolithique-superieur.html

    Les archéologues ont également trouvé d' anciennes serres d'aigle utilisées comme pendentifs par les Néandertaliens, ainsi que des peintures rupestres en Espagne qui peuvent être plus anciennes - leur datation est contestée. Terberger a déclaré: " Dans ce cas, pour la première fois, nous avons un objet daté de manière fiable."

    L'Einhornhöhle – ou « grotte de la licorne » – où l'os sculpté a été déterré est célèbre depuis au moins le XVIe siècle ; c'est maintenant une attraction touristique. Il tire son nom des os fossilisés trouvés là-bas, soi-disant de licornes, qui étaient autrefois broyés pour fabriquer des médicaments.

    Des fouilles depuis les années 1980 ont établi que la grotte était habitée par des générations successives de Néandertaliens, depuis au moins 130 000 ans jusqu'à environ 47 000 ans.

    YH : Nous avons donc affaire à un groupe de néandertaliens très sédentarisé sur de nombreuses générations, alors que les néandertaliens sont toujours considérés comme des nomades chasseurs-cueilleurs en petits groupes dans la plupart des publications scientifiques...

     

    Grotte de la licorne neandertal

    L'Einhornhöhle (grotte de la licorne), la grotte de Blaue. Au Moyen Âge, des ossements d'animaux de l'ère glaciaire ont été trouvés, que les chasseurs de trésors ont confondus avec des os de licorne et vendus comme possédant des propriétés médicinales, d'où le nom de « grotte de la licorne ». Depuis la découverte des premiers outils en pierre de l'époque néandertalienne en 1985, des fouilles archéo-paléontologiques ont été menées dans et devant la grotte. Photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:EHH-Wiki001_C_GUfeV.JPG (CC BY-SA 4.0)

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Après Zealandia, voici Icelandia, la suite avec Azorlandia ?

    Après Zealandia, voici Icelandia, la suite avec Azorlandia ?

     

    Icelandia geological society america

    L’Icelandia s’étendrait sur 600.000 km2 (hypothèse basse, en rose foncé) à un million de km2 (hypothèse haute, en rose clair). Figure 2. Carte bathymétrique de l'océan Atlantique NE. Ligne magenta—limite de la croûte continentale ; magenta-Islande ; magenta + beige—Grande Islande ; GIR—Groenland-Islande Ridge ; IFR—Islande-Crête des Féroé ; Complexe de microplaques JMMC-Jan Mayen ; WTR—Wyville-Thompson
    Crête; FR—Fugløy Ridge ; GBB—George Bligh Ban; LB—Ban Moche ; BBB—Bill Bailey's Ban; FB—Faroe Ban; RB-Romarin Ban.
    Fond de carte : Google Earth. Crédit Geological Society of America 

     

    Comme vous le savez certainement, ce blog participe activement à la recherche scientifique de part ses compilations de données, surtout sur l'archéologie ancienne. Depuis plusieurs années, la communauté scientifique mondiale a réussi a établir une certaine cohésion entre diverses disciplines, par la discussion et des études communes ou complémentaires, dans plusieurs domaines, dont ce qui nous intéresse ici, l'archéologie ancienne, l'Histoire ancienne, l'anthropologie et l'ethnologie s'alliant à la biochimie, la géologie, la paléoclimatique, etc. Des découvertes anciennes ont entraînées des discussions sur plus de 20 ans qui ont menées à la découverte du continent semi-englouti Zealandia, au large de l'Australie. Une découverte qui a remis en question des anciennes hypothèses quasiment admises et ont également entraîné des remises en question d'autres sujets, comme la notion de points chauds et de panaches mantelliques, surtout quant à leur réelle nature, comme par exemple :

    https://www.wiley.com/en-gb/Plates+vs+Plumes%3A+A+Geological+Controversy-p-9781405161480

    " Depuis l'avènement de l'hypothèse du panache du manteau en 1971, les scientifiques sont confrontés au problème que ses prédictions ne sont pas confirmées par l'observation. Depuis trente ans, la réaction habituelle a été d'adapter l'hypothèse de multiples façons. De ce fait, la multitude de variantes actuelles du panache constitue désormais une hypothèse infalsifiable.

    Au début du 21e siècle, la demande est devenue implacable pour une théorie pouvant expliquer les anomalies de fusion d'une manière qui corresponde naturellement aux observations et qui soit prédictive. De là est née l'hypothèse de la Plaque, l'exact inverse de l'hypothèse Plume (Panache)L'hypothèse des plaques attribue les anomalies de fonte à des effets superficiels directement liés à la tectonique des plaques. Il rejette l'hypothèse selon laquelle le volcanisme de surface est entraîné par la convection dans le manteau profond.

    La science de la Terre est actuellement au milieu du genre de débat de paradigme qui ne se produit que rarement dans n'importe quel domaine."

     

    Veuillez noter tout de suite que l'accumulation de données récentes sur les Açores semble nous montrer une voie très identique à celle concernant l'Islande, et l'existence probable du micro-continent Icelandia, mais que seules bien sûr des études sérieuses peuvent ouvrir certaines portes au cours de ce long chemin, qui devrait nous réserver certaines surprises dans le futur :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/acores-des-morceaux-de-continent-englouti.html

     

    Mais voyons ce qu'il en est de l'étude concernant l'Islande et l'annonce concernant la possible existence du continent ancien Icelandia, qui concerne bien sûr cette compilation de données sur ce sujet particulier, j'en profiterai pour comparer certaines choses au fur et à mesure avec la situation des Açores.

     

    Icelandia geological society america2

    L’Islande serait un morceau de Pangée de 45.000 km2, qui se serait étiré entre la Scandinavie et le GroenlandFigure 3. Caractéristiques structurelles et tectoniques du domaine de l'Atlantique nord-est sur une carte bathymétrique. CGFZ—Zone de fracture Charlie-Gibbs ; NAC—craton de l'Atlantique Nord; AR—la crête d'Aegir ; HB—Hatton Ban; EJMFZ—Zone de fracture est Jan Mayen ;
    RR—Crête de Reykjanes ; FI—Îles Féroé; FSB—Bassin Féroé-Shetland ; JMMC—Complexe de microplaques Jan Mayen. rouge lignes-fronts de suture calédonienne ; lignes vertes : sutures et front sud de la suture Nagssugtoqidian ; lignes bleues—Front hercynien (d'après Foulger et al., 2020) ; lignes noires : failles majeures au sein de l'orogène calédonien.  Crédit Geological Society of America 

     

    Cette nouvelle publication considère que l'Islande serait elle aussi la partie émergée d'un continent inconnu, l'Icelandia. D'une surface de 600.000 km2 à un million de km2, Icelandia s'étendrait du Groenland aux îles Féroé, englobant l’Islande et le rift océanique au nord-ouest de la Grande-Bretagne. Les auteurs sont Gillian R. Foulger du Department of Earth Sciences, Durham University, Science Laboratories et les français Laurent Gernigon du Norges Geologiske Undersøkelse (NGU)/Geological Survey of Norway et Laurent Geoffroy du Laboratory Geosciences Ocean, UMR 6538 CNRS, IUEM, Université de Bretagne Occidentale, France

    https://doi.org/10.1130/2021.2553(04)

    En voici le résumé : " Nous proposons un nouveau continent englouti sous l'océan Atlantique Nord que nous appelons Icelandia. Il peut comprendre des blocs de lithosphère continentale de pleine épaisseur ou des couches continentales étendues gonflées de magma qui forment une lithosphère hybride continentale-océanique. Il sous-tend la dorsale Groenland-Islande-Féroé et le complexe de microplaques Jan Mayen, couvrant une superficie d'environ 600 000 km ² . Il est contigu au plateau des Féroé et à des parties connues de la marge continentale riftée sous-marine au large de la Grande-Bretagne. Si ceux-ci sont inclus dans une «Grande Islande», la superficie totale est d'environ 1 000 000 km ² en taille. L'existence de l'Islande doit être testée. Les approches candidates incluent l'arpentage magnétotellurique en Islande ; profilage de réflexion ultralong et pénétrant entièrement la croûte le long de la crête Groenland-Islande-Féroé ; datation des zircons collectés en Islande ; forage profond; et réévaluation de la géologie de l'Islande. Certaines de ces méthodes pourraient être appliquées à d'autres continents engloutis candidats qui sont communs dans les océans."

     

    Une hypothèse détaillée par les auteurs dans un chapitre du livre In the Footsteps of Warren B. Hamilton: New Ideas in Earth Science (« Dans les traces de Warren B. Hamilton : nouvelles idées en sciences de la Terre », non traduit en français), qui s'appuie comme pour Zealandia sur des arguments géologiques. L'existence de l'Islande a jusqu'ici été expliquée par la présence d'un rift sous-marin entre les plaques eurasiennes et nord-américaines, où le magma chaud remonte à la surface et se solidifie pour former une île. Mais les trois scientifiques de l'article ont noté une anomalie dans la croûte océanique de l'Islande : « Normalement, la croûte océanique est plus fine que la croûte continentale - généralement six à sept kilomètres d'épaisseurOr, la croûte sous l'Islande a 40 kilomètres d'épaisseur. » Les scientifiques expliquaient jusqu'ici cette anomalie par l’existence d'un « point chaud », où une grande quantité de magma en provenance du manteau remonte à la surface.

    YH : Notons tout de suite que nous avons exactement la même configuration aux Açores, avec un large plateau anormalement très épais, et que l'explication les concernant étaient la même que pour l'Islande, avec la nuance que nous avons localement non pas un rift sous-marin entre deux plaques, mais possiblement entre trois plaques (avec la détection selon certaines études d'une micro-plaque locale), puisque les Açores se situent au niveau des plaques américaine, africaine et eurasiatique et une même explication concernant l'existence de plusieurs îles que pour l'Islande jusqu'à présent.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Impacts cométaires au Dryas récent de plus en plus confirmés

    Impacts cosmiques au Dryas Récent de plus en plus confirmés

     

    Comet strike 730

    Site archéologique en Arizona, États-Unis, avec une couche noire distinctive, indiquant des
     changements environnementaux substantiels commençant environ 10 800 avant JC, avec des débris d'impact à sa base
    [Crédit : Comet Research Group]

     

    L'une des premières publications scientifiques concernant de probables impacts cométaires ou d'astéroïdes au début du Dryas Récent a eu lieu en 2007, mais plusieurs autres études et confirmations ont eu lieu depuis, j'en ai déjà parlé (voir les liens en bas de cet article). Une dernière publication de fin juin 2021 enfonce en quelque sorte le clou un peu plus en recensant les publications et en étudiant les données géologiques de quatre continents, en particulier l'Amérique du Nord et le Groenland, où les plus gros fragments auraient frappé.

    Cette dernière publication de fin juin publiée dans Earth-Science Reviews fera partie de la publication mensuelle de juillet 2021 de Science-Direct:

    https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0012825221001781

    L'article publié par l'Université d'Édimbourg [24 juin 2021] nous donne un aperçu de la publication :

     

    L'impact d'une comète pourrait avoir déclenché un changement de civilisation

     

    Un amas de fragments de comètes qui auraient frappé la Terre il y a près de 13 000 ans pourrait avoir façonné les origines de la civilisation humaine, selon la recherche.

    Peut-être l'impact cosmique le plus dévastateur depuis l'extinction des dinosaures, il semble coïncider avec des changements majeurs dans la façon dont les sociétés humaines se sont organisées, selon les chercheurs.

     

    30preuvesimpact12800ans 1

    Une carte des endroits où des pics de platine ont été trouvés dans les couches correspondantes au Dryas Récent, y compris à Wonderkrater en Afrique du Sud, site de la dernière étude. Université du Witwatersrand - Cliquer pour agrandir l'image

     

    Leur analyse confirme les affirmations selon lesquelles un impact s'est produit avant le début de la période néolithique dans le soi-disant Croissant fertile de l'Asie du sud-ouest.

    Pendant ce temps, les humains de la région - qui s'étendent sur des parties de pays modernes tels que l'Égypte, l'Irak et le Liban - sont passés d'un mode de vie de chasseur-cueilleur à un mode de vie centré sur l'agriculture et la création de colonies permanentes.

    On pense que la frappe de la comète - connue sous le nom d'impact du Dryas plus jeune - a également anéanti de nombreuses grandes espèces animales et inauguré une mini-ère glaciaire qui a duré plus de 1 000 ans.

    Depuis qu'elle a été proposée en 2007, la théorie de l'impact catastrophique de la comète a fait l'objet de débats houleux et de nombreuses recherches universitaires.

    Maintenant, des chercheurs de l'Université d'Édimbourg ont examiné les preuves évaluant la probabilité qu'un impact ait eu lieu et comment l'événement a pu se dérouler.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Finlande: un baton-serpent de chaman de 4400 ans découvert

    Finlande: un baton-serpent de chaman de 4400 ans découvert

     

    Baton serpent finlande

    Cet artefact en forme de serpent remonte à 4 400 ans et peut avoir été utilisé comme bâton ou figurine. (Crédit image : Satu Koivisto, avec l'aimable autorisation d'Antiquity Publications Ltd)

     

    Le chamanisme se rapporte à un type de personnage religieux, le chamane (ainsi est-il nommé en toungouse – langue de Sibérie –, mentionné pour la première fois par Awakum à la fin du XVIIe siècle), qui, de prime abord, se signale par un comportement à la fois caractéristique et personnalisé, connu sous le nom de « transe » : il est fait de bonds, de cris, de gesticulations, parfois de tremblements, l'ensemble étant en général suivi d'une chute dans l'inertie ; il varie avec chaque chamane et, pour chacun, d'une séance à l'autre. Dès la conquête russe de l’Alaska au XXVIIIe siècle, le terme de chamane est appliqué aux spécialistes religieux des populations autochtones d’Amérique, mais c’est au tournant du XXe siècle que la notion de chamanisme est explicitement envisagée de façon comparative entre les deux continents. Si la traduction du nom ne date que du 17ème siècle, la pratique remonte aux cultures archaïques et à la préhistoire, ce comportement est imputé aux sociétés intéressées au contact direct avec des êtres surnaturels ou esprits. Ce contact est considéré comme le moyen d'action du chamane, grâce auquel il assure de multiples fonctions jugées indispensables à la vie de la communauté : elles vont de l'obtention de la chance à la chasse ou de la fécondité des êtres naturels et l'appel de la pluie jusqu'à la divination ou à la voyance (y compris pour retrouver des objets perdus), à la cure ou à l'envoi de certaines maladies, et aux relations avec les morts. Si ce type de personnage est caractéristique de sociétés archaïques où il est seul en présence (sibériennes et amérindiennes notamment), des conduites et des pratiques similaires aux siennes se rencontrent en beaucoup d'autres endroits du monde. Ainsi, des éléments chamaniques ont été repérés tant dans les sociétés antiques (à propos du culte dionysiaque par exemple), mais on peut noter que même dans des textes religio-historiques comme la Bible par exemple (avec le fameux bâton-serpent de Moïse), cette pratique païenne est en quelque sorte récupérée. Cet outil semble aussi associé au Dieu-bâtons dont l'un des plus anciens exemplaires a été découvert dans la plus ancienne ville à ce jour identifiée, Caral au Pérou (voir plus bas). On le retrouve sous d'autres formes avec la baguette magique des mages et fées du haut moyen-âge et suivant (Merlin par exemple).

     

    Baton serpent finlande2

    L'artefact a été trouvé à Järvensuo, un site situé à côté d'un lac dans le sud-ouest de la Finlande. Un grand nombre d'artefacts liés à la pêche ont également été trouvés sur le siteThe artifact was found at Järvensuo, a site located beside a lake in southwest Finland. A large number of artifacts associated with fishing were also found at the site. (Image credit: Satu Koivisto, courtesy Antiquity Publications Ltd)

     

    Un bâton en bois sculpté en forme de serpent datant d'environ 4 400 ans a été découvert près d'un lac du sud-ouest de la Finlande. Le bâton peut avoir été utilisé à des fins mystiques par un chaman.

    " J'ai vu beaucoup de choses extraordinaires dans mon travail d'archéologue des zones humides, mais la découverte de cette figurine m'a laissé sans voix et m'a donné des frissons ", a déclaré l'archéologue Satu Koivisto dans un communiqué. Koivisto est un chercheur postdoctoral à l'Université de Turku en Finlande qui mène des recherches à Järvensuo, le site où l'objet a été trouvé.

    " La figure, qui mesure 53 centimètres de long et 2,5 cm d'épaisseur environ, a été sculptée dans un seul morceau de bois ", ont écrit Koivisto et son co-auteur Antti Lahelma, archéologue à l'Université d'Helsinki. un article publié le 29 juin dans la revue Antiquity 

    " La figurine est très naturaliste et ressemble à une couleuvre à collier ( Natrix natrix ) ou à une vipère européenne ( Vipera berus ) en train de glisser ou de nager au loin ", ont écrit les chercheurs.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Inde: Découverte de zones celtes au sud-est ?

    Inde: Découverte de zones celtes au sud-est ?

     

    Inde celtes dravidiens

    Vue générale du sommet de la colline de Varatanapalli montrant la distribution des artefacts. Crédit R Sivakumar

     

    Des archéologues attachés au département d'archéologie de l'État du Tamil Nadu (littéralement « pays des Tamouls »), lors d'une récente étude de site, ont confirmé l'existence de zones de fabrication de celtes et de rainures de meulage appartenant à la période néolithique le long des ghats orientaux, dans le nord du Tamil Nadu. L'« exploration et enquête scientifique » des sites néolithiques le long des ghats orientaux a été menée par une équipe d'archéologues dirigée par le directeur adjoint du TNSDA R Sivanandam.

    Le professeur Rajan, conseiller universitaire et de recherche au TNSDA, et les chercheurs indépendants, le professeur Shanti Pappu et le Dr Kumar Akhilesh du Sharma Center for Heritage Education, faisaient également partie de l'équipe. Un résultat important de l'étude d'exploration est la confirmation des zones de fabrication des celtes à Varatanapalli et Kappalavadi. " Une contribution importante des études sur le terrain est l'enquête sur les sites de fabrication représentant les premiers stades de la taille des Celtes et d'autres artefacts ", a déclaré Sivanandam.

    YH : Comme nous le savons historiquement, cette région de Tamil Nadu est un État de l'Inde du Sud réputé pour ses temples hindous de style dravidien. À Madurai, le temple de Mînâkshî est pourvu de hautes tours appelées "gopurams", ornées de visages colorés. Sur l'île de Pamban, le temple Ramanathaswamy est un site de pèlerinage. La ville de Kânyâkumârî, à l'extrémité sud du pays, est réputée pour ses levers de soleil. J'ai ajouté un point d'interrogation au titre malgré l'assurance des scientifiques locaux, en considérant qu'il faudrait une confirmation internationale sur l'origine celte de ces artefacts datés du néolithique, dès que les conditions sanitaires le permettront. Quoiqu'il en soit, cette découverte archéologique pourrait apporter une contribution importante à l'étude récente française sur les origines de la langue indo-européenne et des celtes, dont bien sûr les Gaulois, qui étaient des celtes sédentarisés lors de leur migration dans ce qui deviendra la Gaule, pendant que d'autres continuaient leur voyage :

     

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-odyssee-des-gaulois-et-slaves-de-l-inde-a-l-europe.html

     

    Tamilnadu inde

    Carte du sud de l'Inde avec L'Etat Tamil Nadu (Crédit Google Map) - cliquer pour agrandir

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • USA, lac Huron: découverte d'outils de 9000 ans ayant voyagé 4828 km

    USA, lac Huron: découverte d'outils de 9000 ans ayant voyagé 4828 km

     

    Lac huron un plongeur au dessus d un site de chasse englouti

    Un plongeur au-dessus d'une structure de chasse au fond du Lac Huron - (Université du Texas à Arlington)

     

    Un archéologue sous-marin de l'Université du Texas à Arlington fait partie d'une équipe de recherche qui étudie des artefacts d'outils en pierre vieux de 9 000 ans découverts dans le lac Huron et provenant d'une carrière d'obsidienne située à plus de 3 000 miles (4 828 km) dans le centre de l'Oregon.

    Les éclats d'obsidienne du site archéologique sous-marin représentent les spécimens confirmés les plus anciens et les plus éloignés à l'est d'obsidienne occidentale jamais trouvés dans la zone continentale des États-Unis.

    " Dans ce cas, ces minuscules artefacts d'obsidienne révèlent des liens sociaux à travers l'Amérique du Nord il y a 9 000 ans ", a déclaré Ashley Lemke, professeure adjointe de sociologie et d'anthropologie à l'UT Arlington. " Les artefacts trouvés sous les Grands Lacs proviennent d'une source géologique de l'Oregon, à 4 800 kilomètres, ce qui en fait l'une des plus longues distances enregistrées pour les artefacts d'obsidienne partout dans le monde."

    L'étude unique était une poursuite à multiples facettes avec des plongeurs dans l'eau et des chercheurs du laboratoire de l'UTA, de l'Université du Michigan, de l'aire marine nationale de conservation du lac Supérieur, du Centre de recherche sur les réacteurs de l'Université du Missouri, du Laboratoire d'études sur l'obsidienne du Nord-Ouest et de l'Université de Géorgie. Leur travail combiné, "Obsidienne centrale de l'Oregon à partir d'un site archéologique submergé de l'Holocène inférieur sous le lac Huron", a été publié dans la revue PLOS One.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Amazonie Bolivie: gestion intense des terres il y a 3500 ans

    Amazonie Bolivie: gestion intensive des terres il y a 3500 ans

     

    Amazonie bolivie1 730

     

    Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont commandé une illustration à l'artiste Kathryn KillackeyL'illustration est une représentation du paysage précolombien il y a environ 3 500 ans, basée sur leur reconstruction, et détaille à quoi aurait ressemblé la région à l'époque.

     

    Une nouvelle étude co-écrite par des chercheurs de l'Université de Floride centrale montre que les peuples précolombiens d'une région de l'Amazonie culturellement diversifiée mais peu documentée en Amérique du Sud ont considérablement modifié leur paysage des milliers d'années plus tôt qu'on ne le pensait.

    Les résultats, publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, montrent des preuves de personnes utilisant le feu et améliorant leur paysage pour l'agriculture et la pêche il y a plus de 3 500 ans. Cela contredit la notion souvent répandue d'une Amazonie vierge à l'époque précolombienne avant l'arrivée des Européens à la fin des années 1400.

    L'étude, qui a été menée avec des experts de l'Université britannique de Northumbria, fournit également des indices sur le passé des cultures diverses, mais pas bien documentées, qui vivent dans la région connue sous le nom de Llanos de Mojos, dans le nord-est de la Bolivie.

    " Cette région possède l'une des plus grandes diversités linguistiques au monde, qui reflète des modes de vie et un patrimoine culturel distincts ", a déclaré le co-auteur de l'étude, John Walker, professeur agrégé au département d'anthropologie de l'UCF. " Nous savons quelque chose sur les 3 000 à 4 000 dernières années de, disons, l'Europe ou la Méditerranée, mais nous n'avons pas certaines des mêmes informations pour les gens d'ici. Cela en fait une histoire incroyable qui attend d'être écrite."

    Une partie de la façon dont les chercheurs espèrent écrire ces histoires est de découvrir les pratiques économiques d'un passé lointain.

    Le paysage plat et humide des Llanos de Mojos est aujourd'hui utilisé pour l'élevage de bétail, mais les archéologues ont noté pendant des années les preuves des vestiges de champs précolombiens et de barrages à poissons pour l'aquaculture. Ces vestiges indiquaient que la terre était autrefois utilisée à la place pour l'agriculture et la pêche. Les archéologues ne savaient tout simplement pas quand ni à quelle époque ces activités avaient commencé, jusqu'à maintenant.

    Des recherches antérieures indiquaient une date d'environ 300 EC, soit il y a environ 1700 ans. Cependant, la nouvelle étude a combiné l'expertise de plusieurs disciplines, telles que l'anthropologie, la paléoethnobotanique et la paléoécologie, pour indiquer que la gestion intensive des terres a commencé beaucoup plus tôt, vers 1 500 avant notre ère, soit il y a environ 3 500 ans.

    YH : ce qui signifie que cette ancienne culture était bien déjà présente sur les lieux auparavant, ce genre de planification organisée et intensive ne se faisant pas du jour ou lendemain. D'ailleurs, l'étude parle bien de 4110 Avant notre ère pour les premiers brulis locaux, et cite les études démontrant l'habitation humaine des îles forestières il y a 8 900 ans...

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Mexique Tehuacan: des ossements datés de plus de 30000 ans

    Mexique Tehuacan: des ossements datés de plus de 30000 ans

     

    Mexique 30000ans new evidence may chang 1

    Un des os de lapin daté pour l'étude. Crédit : Andrew Somerville, Iowa State University

     

    Une découverte inattendue d'un chercheur de l'Iowa State University suggère que les premiers humains sont peut-être arrivés en Amérique du Nord il y a plus de 30 000 ans, soit près de 20 000 ans plus tôt que prévu par rapport aux anciennes estimations.

    Andrew Somerville, professeur adjoint d'anthropologie dans les langues et les cultures du monde, dit que lui et ses collègues ont fait la découverte en étudiant les origines de l'agriculture dans la vallée de Tehuacan au Mexique. Dans le cadre de ce travail, ils voulaient établir une date pour la première occupation humaine de la grotte de Coxcatlan dans la vallée, ils ont donc obtenu des dates au radiocarbone pour plusieurs os de lapin et de cerf qui ont été collectés dans la grotte dans les années 1960 dans le cadre du Tehuacan Projet Archéologique-Botanique. Les dates pour les ossements ont soudainement amené Somerville et ses collègues dans une direction différente avec leur travail.

    Les plages de dates pour les échantillons d' os de la base de la grotte variaient de 33 448 à 28 279 ans. Les résultats sont publiés dans la revue académique Latin American AntiquitySomerville dit que même si les études précédentes n'avaient pas daté les objets du fond de la grotte, il ne s'attendait pas à un âge aussi avancé. Les résultats ajoutent au débat sur une théorie de longue date selon laquelle les premiers humains ont traversé le pont terrestre de Bering vers les Amériques il y a 13 000 ans.

    " Nous n'essayions pas de peser sur ce débat ou même de trouver des échantillons vraiment anciens. Nous essayions simplement de situer notre étude agricole avec un calendrier plus précis ", a déclaré Somerville. " Nous avons été surpris de trouver ces dates vraiment anciennes au fond de la grotte, et cela signifie que nous devons examiner de plus près les artefacts récupérés à partir de ces niveaux."

    Somerville dit que les résultats fournissent aux chercheurs une meilleure compréhension de la chronologie de la région. Des études antérieures reposaient sur des échantillons de charbon de bois et de plantes, mais il dit que les os étaient un meilleur matériau pour la datation. Cependant, des questions demeurent. Plus important encore, y a-t-il un lien humain avec la couche inférieure de la grotte où les ossements ont été trouvés ?

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Angleterre: Les bateaux agés de 4000 ans de Ferriby

    Angleterre: Les bateaux agés de 4000 ans de Ferriby

     

    Bateauxferriby 1963 tedwright3

    https://www.penn.museum/sites/expedition/the-bronze-age-boats-of-north-ferriby-yorkshire/

     

    Retour donc sur la navigation préhistorique et protohistorique, pour accompagner le changement de consensus en cours au sujet de l'ancienneté de la navigation (humaine et préhumaine) grâce aux découvertes et aux études scientifiques liées. Je vais parler donc aujourd'hui des bateaux de Ferriby, dont les dernières datations (calibrées C14 en 2001) font remonter le plus ancien à plus de 2000 ans avant JC. Et on ne parle pas ici de pirogues préhistoriques mais bien de bateaux en bois cousus.

    Les plus anciens bateaux d'Europe construits en planches de l'âge du bronze ont été trouvés près des estuaires britanniques et des voies maritimes. Ces lieux de découverte montrent qu'ils faisaient du commerce et échangeaient des marchandises et pouvaient également prendre la mer. L'ambre et le métal étaient échangés depuis la mer du Nord et le canal (la Manche) où les marchandises de prestige allaient, les idées suivaient. Les constructeurs de bateaux étaient des techniciens, des marins et ils étaient des pionniers, des explorateurs. Autant le dire tout de suite : les navires cousus identiques semblent avoir existé aussi en Méditerranée, faisant de cette technique une sorte d'héritage mondial, mais que le plus ancien découvert est plus récent que ceux d'Angleterre. Les plus anciens étant probablement les asiatiques (inuits et sibériens) et aussi probablement à l'origine de l'héritage mondial concernant la navigation de l'homme moderne, via le nord de l'Europe notamment. A priori, le plus ancien bateau cousu de Méditerranée, découvert à Zambratija en 2014, date du 7e siècle av. J.-C seulement. On constate aussi que les techniques sont inchangées pendant de nombreux siècles à leur sujet, alors que d'autres techniques apparaissent en parallèle. 

    D'une façon certaine et archéologique, les premiers bateaux de l'homme moderne datent du néolithique, des pirogues monoxyles, mais d'autres types de bateaux (de type skiff) ont été conçus également. Il semblerait aussi que des radeaux s'appuyant sur des outres ou des amphores, inspirés pour le transport de ces dernières ou non, émergent au Moyen-Orient : en Mésopotamie, en Égypte ou en Crète selon l'interprétation que l'on fait de certaines gravures. On a par exemple retrouvé à Noyen-sur-Seine en France une pirogue monoxyle, fabriquée dans un tronc de pin sylvestre et conservée sur une longueur de plus de 4 mètres, datée du mésolithique (-7000 av. J.-C.), et actuellement visible au musée de Nemours. Deux autres pirogues, disposées côte-à-côte et en excellent état, ont également été découvertes en amont de Paris, à Nandy en France, et sont datées de 7245-6710 av. J.-C. pour la plus ancienne, 7040-6620 av. J.-C. pour l'autre, ce qui en ferait a priori les plus vieux bateaux découverts sur le plan mondial. Archives: Un bateau en roseau vieux de 7 000 ans a été découvert au Koweït. En fait, le plus ancien bateau jamais découvert, le canoë Pesse, a été trouvé aux Pays-Bas, c’est une pirogue faite à partir de tronc d’arbre évidé de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) qui a été construit entre 8200 et 7600 av. J.-C. (entre 10200 et 9600 ans avant maintenant donc) Ce canoë est exposé au Drents Museum à Assen, aux Pays-Bas. Notons que la découverte récente d'un chantier naval daté du mésolithique, en Angleterre également, apporte également une grande pièce archéologique à la navigation préhistorique précoce, y compris maritime.

    Les bateaux de Ferriby sont datés eux du début de l'âge du bronze et ont été découverts en 1937 sur la rive nord de l'Humber, à proximité de North Ferriby dans l'East Yorkshire en Angleterre. Des planches furent remarquées dans l'estran de l'Humber en 1937 par Edward et Ted Wright, des fouilles eurent lieu à partir de 1938 effectuées par Philip Corder, mettant au jour entre 1939 et 1940 les vestiges du premier bateau, Ferriby-1. En novembre 1940 fut mise au jour la planche-quille du deuxième bateau, Ferriby-2, par les frères Wright, jusqu'à ce que la guerre oblige l'arrêt des fouilles.

     

    Bateauxferriby 1963 tedwright4

    Edward Wright, Les Ferriby Boats: Seacraft of the Bronze Age. 1990, Routledge, Londres.

     

    À la fin de la guerre, en 1946, les fouilles sont reprises et les restes des barques (Ferriby-1 et Ferriby-2) sont alors découpés pour être amenés au musée national de la Marine à Greenwich, où elles sont datées de l'Âge du Bronze. En 1963, Ted Wright découvre les restes d'un troisième bateau, Ferriby-3, qui sont retirés et amenés au musée de Hull. En 1984 et 1989, sont découverts quelques rares restes de deux autres bateaux, Ferriby-4 et Ferriby-5.

    Lors d'une nouvelle datation effectuée en mars 2001, ces restes furent alors proclamés comme étant les plus anciennes barques assemblées d'Europe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'Odyssée des Gaulois et Slaves de l'Inde/Pakistan en Europe

    L'Odyssée des Gaulois et Slaves de l'Inde/Pakistan en Europe

     

    Turquie monolithe1

    Le monument de Fas ıllar (Turquie actuelle) a été taillé dans un bloc de roches basaltiques. Il pèse environ 70 tonnes, sa hauteur est de 8 mètres et sa largeur est de 2.75 mètres. Contrairement à de nombreux monuments hittites bien connus qui étaient gravés sur des murs de roches, le monolithe Fas ıllar l'a été fait dans un bloc de basaltes des carrières voisines, ce qui suggère que la statue ne s'est jamais rendue à sa destination finale. Ses caractéristiques proviennent nettement de l'Inde védique, origine probable des Hittites

     

    Ayant été cité dans les références de cette longue étude émettant une hypothèse concernant les migrations néolithiques et la diffusion de la langue et des gènes de populations provenant d'Asie Centrale mais aussi en particulier du Nord-Ouest de l'Inde et du Pakistan devenues ce que nous avons appelé indo-européennes, j'y ai modestement un peu contribué par la transmission d'articles et photos, dans le domaine archéologique principalement, mais aussi linguistique et génétique. Voici la dernière mise à jour de la publication de cette étude, qui va faire l'objet de conférences (texte aussi en lien plus bas), l'auteur Xavier Rouard étant déjà invité dans ce sens où le buruchaski est encore parlé. L'auteur, universitaire français issu de l'Université de Rouen et spécialiste en linguistique des langages slaves, chercheur indépendant, m'a autorisé le relai d'extraits de sa longue étude et de sa conférence ici, avec citations bien sûr et liens.

     

    L’Odyssée des Gaulois et des Slaves de l’Inde du Nord-Ouest vers l’Europe, par Xavier ROUARD

    Extraits : " cette étude, dont l’objectif initial était de démontrer les correspondances entre le gaulois et les langues slaves, entre lesquelles j’ai trouvé 500 mots communs, m’a en outre permis de démontrer, sur la base de données génétiques, archéologiques et religieuses, que ces correspondances étaient liées à des migrations Néolithiques d’Inde et du Pakistan du Nord-Ouest vers l’Iran, la Mésopotamie, l’Anatolie, le Caucase, le Nord de la Mer Noire, l’Europe danubienne et balkanique, la Gaule et l’Ibérie, où les agriculteurs néolithiques ont contribué à former la civilisation mégalithique qui s’est développée à partir de -5.000. Cela explique les correspondances linguistiques que j’ai établies entre le gaulois et les langues dravidiennes - 250 mots communs sur les 500 mots étudiés (et 160 avec le bourouchaski), et les similitudes constatées dans l’organisation de la société et la religion, qui amènent certains chercheurs à suggérer, sur la base de la diffusion du très ancien haplogroupe H2-P96 de l’Inde à l’Europe de l’Ouest, que les premiers Européens et les proto-Dravidiens avaient une origine commune très ancienne."

    " Il existe deux théories principales pour le peuplement de l’Europe et la formation des langues indo-européennes. La théorie conventionnelle, celle des kourganes, place le foyer originel des langues indo-européennes dans les steppes pontiques vers -6.000. Une théorie alternative lie la formation des langues indo-européennes à l’arrivée de l’agriculture en Europe depuis l’Anatolie il y a 8.000 à 9.500 ans. Cette dernière me semble mieux à même d’expliquer la formation des langues langues archaïques européennes, dont les langues des Balkans et le Gaulois. Selon la théorie des kourganes, la moitié des Européens actuels descendraient des cavaliers des steppes de la culture Yamna qui, venus du Caucase et de l’Iran, voire de l’Altaï, du Pamir ou de l’Hindou-Kouch, se seraient installés dans les steppes du Sud de la Russie et de l’Ukraine au contact de populations sédentaires proto-slaves, dont celles de la culture de Cucuteni-Tripolje (qui serait à mes yeux d’origine dravidienne, comme celles de Vinča, Butmir et Visoko). La culture Yamna serait génétiquement liée aux 3/4 à celles de la céramique cordée et de la hache de combat, qui se seraient diffusées de la Russie aux Pays baltes, à la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, l’Allemagne et la Gaule. Ces cultures seraient à l’origine de toutes les langues indo-européennes et des peuples slaves, celtes et germaniques, expliquant les similarités du gaulois avec le slave et l’indo-européen. 

    Selon cette théorie, l'indo-européanisation a suivi les progrès de la culture des kourganes, venue dans la steppe russo-ukrainienne depuis la Sibérie centrale en -5.000. La première vague de migration, vers -4.400/4.200, a créé les Anatoliens. La seconde, vers -3.400/3.200, a créé les Phrygiens, Germains, Balto-Slaves, Illyriens et Celtes. La troisième, vers -3.000/2.800, a créé les Daco-Thraces, Grecs, Arméniens et Indo-Iraniens. (...) La seconde vague s’est heurtée vers le Sud à la culture de Cernavoda I, dont les représentants ont dû refluer vers le Sud pour s'établir en Macédoine, en Bulgarie et jusqu'en Anatolie occidentale, notamment à Troie. Les cultures de Cucuteni-Tripolye, Vinča, Butmir et Petresti, dans les Balkans, ont été disloquées."

    " Dans le dernier quart du IVème millénaire, toute la carte culturelle de l'Europe s’est trouvée bouleversée. La civilisation celtique, née des cultures des champs d'urnes, Hallstatt et La Tène, est issue des cultures d'Unetice et Vucedol, nées de celle de Baden, issue d'une « kourganisation » des cultures locales de « l'Ancienne Europe ». Cette théorie expliquerait les contacts très anciens des Celtes avec les proto-Slaves des Balkans mais est critiquée. "

    " Ces études tendent à corroborer la thèse évoquée de longue date par des historiens français selon laquelle les Gaulois descendent des Cimmériens (kymru signifiant compatriote en gaulois), qui seraient issus de la civilisation Yamna. Les Thraces, proches des Cimmériens, les Illyriens, les Sarmates et les Vénètes seraient également originaires du Nord de la Mer Noire. Vers -5.000, les ancêtres des Indo-Européens occidentaux, dont les Ligures (dont le nom viendrait du dravidien gori, montagne) et les Gaulois, auraient construit un empire en Ukraine, Russie du Sud-Est, Moldavie, Roumanie et Carpates. La tribu gauloise des Boudins serait même restée sur les bords du Don. Tous ces peuples auraient poursuivi leur migration, certains vers la Pologne (Vénètes), d’autres vers la région danubienne, se joignant à la civilisation de Hallstatt (Celtes, Cimmériens, Illyriens et Vénètes), d’autres vers les Balkans (Thraces et Illyriens), d’autres vers l’Anatolie (Thraces, Cimmériens, Vénètes et Celtes). Chassés d’Anatolie, les Cimmériens, Celtes et Vénètes auraient poursuivi leur migration vers la Gaule. Ce n’est toutefois qu’à la fin de l’âge du bronze, vers -1.500, que la civilisation de Hallstatt et des champs d’urnes a commencé à se diffuser de la région du Danube vers la Gaule, ce qui pose la question de la pertinence de cette théorie pour expliquer l’origine de la civilisation mégalithique qui s’est épanouie en Gaule à partir de -5.000."

     

    Cartemigrations geonographicproject1

    La carte ci-dessus, réalisée dans le cadre d’un projet géno-géographique de National Geographic financé par IBM, résume bien ces migrations et le rôle majeur que l’Inde a joué dans la diffusion d’une civilisation venue d’Afrique de l’Est tant vers l’Asie du Sud-Est que vers les steppes d’Asie centrale, l’Europe et l’Afrique du Nord. (Source : Genographic Project web site. http://www-03.ibm.com/press/us/en/photo/35881.wss )

     

    " (...) Diverses études apportent des éléments de réponse à cette question, dont une étude de l’UNESCO, qui évoque des migrations d’Asie vers l’Europe au 7ème millénaire av. J. C., et une étude de l’Université de Toronto, qui explique la proximité avec le sanskrit des langues slaves archaïques, tel le vieux slavon (lié au vieux bulgare) et le slovène, par des contacts très anciens. Cette proximité, que l’on retrouve en gaulois, peut s’expliquer par l’apport au gaulois des Vénètes, dont les Slovènes sont issus et dont le nom serait issu du sanskrit vind, connu, familier, selon cette étude. S. Zaborowski, dans L’origine des Slaves, souligne les liens très étroits des Vénètes avec les Gaulois dès la naissance de la civilisation de Hallstatt, puis en Gaule, en Italie du Nord, en Bohème, en Pannonie et en Illyrie, où les Gaulois n’étaient entourés que de Slaves et se sont fondus dans la population locale. Une étude roumaine souligne aussi les liens très anciens de la civilisation pélasgienne carpato-danubienne avec les Indo-Aryens védiques, antérieurs à la civilisation des kourganes. Une autre étude souligne les similitudes entre le dravidien, les langues caucasiennes, le roumain, l’albanais, l’étrusque et les langues ibériques. André de Paniagua, dans plusieurs ouvrages, conforte cette thèse en suggérant que les Celtes et les Vénètes seraient en partie issus de Dravidiens venus de l’Inde primitive, qui se seraient mêlés aux peuples des steppes venus de l’Altaï pour s’installer en premier lieu dans le Caucase et au Nord de la Mer Noire. "

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Les empreintes préhistoriques impossibles

    Les empreintes préhistoriques impossibles

     

    Antilope spring utah 1968

    Empreinte de pied, chaussé d'une sandale, au talon incrusté d'un trilobite

     

     

    Pour rappel, cet article n'est qu'une compilations de données et ne prend pas partie, n'a pas un but scientifique en soit, date de 2014 à 100%, alors que le site s'appelait "Sciences-Fictions-Histoires" (jusqu'à mi 2017) et que les images comportent souvent pour ces dates l'adresse de l'ancien nom de domaine qui n'appartient pas à l'auteur. Le but de ce site est en grande partie une collecte de diverses données concernant certains thèmes, de simples idées, hypothèses, scientifiques ou non, pour mémorisation (car beaucoup de données disparaissent sur internet chaque année), la science n'étant pas figée, et il y a de multiples exemples d'anciennes découvertes mal interprétées, voir dédaignées et combattues avant leur acceptation (par exemples la découverte de l'ornithorynque longtemps jugé "impossible" par la majorité des scientifiques de l'époque, ou encore l'impossibilité de l'existence  d'un continent englouti (théorie de la tectonique majoritaire longtemps), alors que la science a maintenant admis plusieurs anomalies et exceptions à cette "règle", avec la découverte de Zealandia à l'est de l'Australie et probablement les découvertes de nouvelles contraintes scientifiques concernant les natures diverses des points chauds tectoniques continentaux ou de dorsales... Et comme tout le monde peut le voir, la science n'a pas toujours raison, se trompe même assez souvent, la sauvegarde de certaines suppositions passées ou nouvelles peuvent amener à de nouvelles réflexions et aider à envisager d'autres possibilités, hypothèses. Il ne s'agit donc que de compilations de données, souvent traduites de divers auteurs, scientifiques ou non. L'auteur de cette compilation de données intervient rarement dans ces diverses données (parfois contradictoires) mais peu éventuellement donner son opinion, qui n'en est qu'une, et n'a pas le but d'influencer d'une quelconque façon les lecteurs. Il s'agit avant tout donc de collectes de données et aussi de liberté d'expression, le lecteur étant à même de juger par lui-même ces données et de s'en servir ou pas. Beaucoup des données concernant cet article sont anciennes et, bien qu'il existe toujours un grand nombre de sources et d'écrits les concernant, on constate aussi un grand nombre de disparition (y compris par vandalisme et destructions volontaires) de ces artefacts et l'impossibilité d'études modernes les concernant en grande partie de nos jours. Pas d'autres possibilités donc que de relativiser et de laisser le dossier ouvert en attendant d'éventuelles découvertes semblables ou pouvant servir de comparaison et réflexions.

    C'est amusant et étrange en soi : plus on s'intéresse aux découvertes et énigmes scientifiques, plus on trouve des réalités et éléments qui dérangent et contredisent la science officielle. C'est un peu comme si nos conceptions scientifiques faisaient qu'on élimine 50% de données, juste parce qu'elles n'entrent pas "dans le moule". Si on compare avec la "bourde" (mais qui arrange bien certains financiers !) de la SNCF qui a commandé des rames trop larges par rapport à ses quais de trains, on dirait que la SNCF a choisi de conserver ses rames entières et de raboter ses quais, alors que la science choisi de raboter ses rames (découvertes) et de conserver ses quais (science) intacts...

    Ce site a déjà à de nombreuses reprises parlé des nombreuses preuves mettant en doute certaines datations ou données historiques, en voici d'autres, avec un nombre assez conséquent d'empreintes provenant du fond des âges et ne correspondant pas aux données recensées (et de par ailleurs trouvées et prouvées ailleurs également, sans contradiction obligatoirement avec les autres données).

    Voici une compilation des données connues actuelles (tout au moins celles que j'ai trouvé, merci d'intervenir éventuellement pour ajouter des données) :

    " Parmi ces traces et ces squelettes incroyables, certaines découvertes ne peuvent être réfutées. Nous ne pouvons les expliquer faute de les comprendre. Doit-on pour autant les ignorer ?

    Ces anomalies sont trop nombreuses pour être traitées en un seul dossier. Je vous propose donc de quitter toutes vos certitudes et de partir dans ce voyage de l’impossible. Les découvertes sont classées par ordre chronologique. Cette liste est loin d’être exhaustive.

     

    1817 : des empreintes de 270 millions d’années

    C’est sur une plaque de calcaire, de la rive ouest du Mississippi à Saint Louis, que George Rappe trouva d’étranges empreintes. Elles mesuraient 266 millimètres de long, 101 millimètres de large, avec un écart de 15,5 centimètres entre les talons et de 34 centimètres entre les pointes.

    Empreinte 1

    Croquis d'empreintes publié par H.R.Schoolcraft en 1822

     

    Elles furent étudiées par l’ethnologue Henry R. Schoolcraft qui fit le rapport suivant en 1822 :

    « Les orteils étaient très écartés et la plante du pied affaissée comme on le voit chez les gens habitués à faire de longues marches sans chaussure. Les empreintes sont d’une grande précision. Elles montrent les détails de la musculature et les renflements du talon et des orteils. Tous les indices conduisent à la conclusion que ces empreintes datent de l’époque où le sol était assez meuble pour les conserver par pression et, qu’elles sont authentiques. »

    D’après la datation, ce calcaire a dû se durcir il y a environ 270 millions d’années.

    (Source: The American Journal of Science and Arts, 1822)

    1880 : des empreintes au Carbonifère

    Dans les monts de Cumberland (Kentucky), une piste de chariots a mis à jour une couche de grès du carbonifère. Cette strate, vieille de 300 millions d’années, révéla une série d’empreintes : des empreintes d’ours, des empreintes d’un animal proche d’un grand cheval et des pieds humains. Les orteils étaient très nettement marqués.

     

    Dino human1

    Ces traces ont été étudiées par le Pr J.F Brown, de Berea Collège.

    Pendant l'été 1882, des détenus de la prison de Carson city (Nevada) en travaillant dans une carrière, mirent à jour une couche de grès dans laquelle, parmi les traces d'animaux fossiles comme les mammouths, se trouvaient six séries d'empreintes d'hominidés géants. Un rapport fut envoyé á l'Académie des Sciences de Californie le 27 août 1882. Certaines de ces empreintes (de 50 centimètres) montraient que ces hominidés portaient même des sandales.

    1884 : empreintes d’au moins 200.000ans au Nicaragua

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Qulong - Tibet - fouilles sur des reliques de 3 000 ans

    Qulong - Tibet - fouilles sur des reliques de 3 000 ans

     

    Tibet quan

    Des archéologues chinois ont dévoilé plusieurs nouvelles découvertes lors d'une récente fouille sur le site de Qulong dans la région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, fournissant des indices clés sur la plus ancienne culture indigène sur le plus haut plateau du monde.

    Les archéologues de l'Institut de recherche sur la protection des reliques culturelles de la région autonome du Tibet, de l'Institut de recherche archéologique provincial du Shaanxi et de l'Université du Nord-Ouest ont passé plus de quatre ans à mener une série de fouilles et de recherches archéologiques sur le site préhistorique de Qulong, qui est composé de deux ruines à grande échelle de colonies concentrées, couvrant plus de 100 000 mètres carrés.

    Datant du 8ème siècle avant JC, le site de Qulong, situé à 4400 mètres d'altitude, présente de riches vestiges et des reliques culturelles, notamment des résidences troglodytes, des cours, des maisons, des reliques en pierre, des pagodes, des grottes et des temples bouddhistes.

    Dans certaines tombes datant de 2800 à 2500 ans, les archéologues ont déterré 98 pièces et 16 types d'ornements de conques perforés en août 2020, marquant le plus grand nombre de conques sud-asiatiques jamais trouvés sur le plateau Qinghai-Tibet et dans les environs.

     

    Tibet quan

    (Video edited by Hong Yaobin. Cover: View of the Ngari Prefecture, Tibet, China. /CFP)

     

    Le site est situé au sud-ouest du mont Kailash, avec Kyunglung Ngulka («Palais d'argent de la vallée de Garuda») situé dans la haute vallée de Sutlej, étant la capitale de l'ancien royaume tibétain de Zhangzhung.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Gonur Tepe, la ville oubliée

    Gonur Tepe, la ville oubliée - MAJ

     

    gonurtepe.jpg

     

    Par Yves Herbo : Il existe une culture très peu connue, quasi oubliée et remontant à un âge inderterminé, qui s'est implantée dans trois régions se trouvant de nos jours au Turkménistan, en Ouzbékistan et en Afghanistan. En fait, nous ne connaissons même pas son nom mais les scientifiques la dénomment "BMAC" pour Bactria-margiana archaeological complex, en français Complexe archéologique bactro-margien... Certains archéologues ont fini par lui donner le nom de Civilisation de l'Oxus. Cette civilisation n'a été découverte et "déterrée" par les Russes que dans les années 1950, mais la surprise a pourtant été de taille à l'époque (mais peu répandue à cause de la Guerre Froide) puisque les sites de cette civilisation sont gigantesques et n'avaient jamais été atteints pour cette période à cet endroit (le plus équivalent se situant plus à l'Ouest avec la culture toute aussi mystérieuse et ancienne de Namazga) : le moindre site couvre 10 hectares et la ville de Gonur Tepe en couvre 28 à elle seule !

     

    Gonurtepe avion

    Gonur Tepe pris d'avion

     

    Probablement dirigée par une élite éclairée et puissante, très unie, toutes les cités sont construites sur le même modèle : Le centre-ville était formé par une forteresse formant souvent un quadrilatère presque carré flanqué de tours de garde à chacun de ses angles. Le reste de la cité s'organisait autour de ce centre. Ces cités comportaient des quartiers d'habitation, ainsi que des zones où étaient regroupés les artisans. Autour de ces grands centres gravitait un ensemble de petits villages mesurant pour la plupart moins de 3 hectares, plutôt tournés vers l'activité agricole, et ne comportant aucun ouvrage défensif spécial. La plupart de ces cités sont datées des mêmes moments, il y a un peu plus de 4.000 ans, mais on en a encore découvert une récemment, Adji-kui. Les autres villes en dehors de Gonur Depe se nomment Kelleli et Taip dans la partie Margienne puis un peu plus tard la cité de TogolokSapalli-depe, Dashly-depe dans la partie Bactriane (les deux parties sont séparées et liées à de grands courts d'eau) puis un peu plus tard la cité de Djarkutan.

     

    Gonur tepe

     

    Il y a 4000 ans, la «civilisation perdue» de la Margiane a donc construit une grande ville nommée Gonur Tepe (ou Depe) qui était une la plaque tournante au carrefour de nombreuses cultures. Là, ils ont inventé le zoroastrisme (le premier enregistrement d'un monothéisme/dualisme, qui a également vénéré les quatre éléments primordiaux classiques et l'Alchimie) et ont mené ce vaste réseau de cultures pendant ce qu'on a appelé "le plus heureux moment dans l'histoire du monde".

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

    Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

     

    Karahunj megaliths

    Karahunj, Arménie

     

    Un retour en Arménie car j'en ai parlé au moins déjà dans trois articles, lisibles icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

    ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

    et icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-arche-du-deluge.html

     

    Un autre mystère arménien a été daté de 7500 ans avant le présent au minimum, probablement plus. Il s'agit d'un site mégalithique en cercle assez semblable physiquement que le Stonehenge britannique, sauf qu'il est beaucoup plus ancien, et assez typique de cette civilisation probablement mondiale et inconnue qui a dressé et taillé des pierres, parfois de très grandes dimensions, un peu partout dans le monde entre la fin du pléistocène et la moitié du néolithique ou même les débuts de l'âge du fer selon les régions...

    Lire la suite

  • Karahan Tepe: plus ancien et aussi grand que Gobekli Tepe ?

    Karahan Tepe: plus ancien et aussi grand que Gobekli Tepe ?

     

    Karahantepe turquie8

     

    Découvert en 1997, par " des chercheurs près du quartier de Kargalı dans le parc national des montagnes Tek Tek ", en Turquiele site de Karahan Tepe ne se trouve qu'à environ 60 kilomètres à l'est du célèbre Gobekli Tepe. Le site est situé près de Yağmurlu, province de Şanlıurfa, et est souvent appelé le site jumeau de Göbekli Tepe. Après de longues enquêtes de surface, il fait partie du projet de culture de Göbeklitepe et d'excavations de Karahantepe, et les réelles fouilles ont été lancées il y a deux ans par l'Université d'Istanbul (en 2018). La région est connue sous le nom de «Keçilitepe» par la population locale.

    En 2019Necmi Karul, archéologue à l'Université d'Istanbul, a déclaré à l'agence Anadolu: « L'année dernière, les travaux de fouille ont repris à Karahantepe [Kectepe] - à environ 60 km de l'endroit où se trouve Gobeklitepe - et nous avons rencontré des traces de structures spéciales, d'obélisques, de sculptures d'animaux, et des descriptions ainsi qu'un symbolisme similaire »

     

    Karahantepe turquie3

     

    En novembre 2020, selon les dernières données des équipes archéologiques sur le site, une nouvelle colonie qui pourrait être plus ancienne que le site préhistorique de Göbeklitepe - qui est couronné premier temple du monde et "point zéro" de l'histoire - sera bientôt mise au jour. Dans le cadre de la recherche, des obélisques en forme de T ont été détectés qui ressemblaient à ceux portant des figures d'animaux sauvages à Göbeklitepe.

    Les fouilles ont permis de découvrir à ce jour 250 obélisques présentant des figures d'animaux

    S'exprimant lors du 10e Congrès international du tourisme de villégiature jeudi, le ministre de la Culture et du Tourisme, Mehmet Nuri Ersoy, a déclaré qu'un programme de fouilles intensives et rapides se poursuivait à Karahantepe. Ersoy a déclaré que les équipes découvriront une colonie qui appartient à la période néolithique, selon les premières études, dans leurs prochains travaux.

     

    Karahantepe turquie1

    Fouilles 2019

     

    " Göbeklitepe a une histoire de 12 000 ans. Notre nouvelle colonie à Karahantepe sera plus ancienne. Les travaux complets seront poursuivis sur le site sous la supervision du professeur Necmi Karul, chef de l'équipe de fouille, l'année prochaine. Nous aurons probablement une nouvelle découverte qui fera à nouveau une impression écrasante sur le monde après Göbeklitepe », a-t-il déclaré. Notons que si le ministre se permet d'avancer les choses ainsi, c'est probablement parce que des forages ou des études radars du sous-sol ont déjà été faits et prouvent les choses. Karul a ajouté que lors des balayages géomagnétiques effectués dans la zone avant le début des fouilles en septembre 2018, environ 30 amas et environ 250 obélisques (piliers) ont été détectés.

    Lire la suite ci-dessous et voir photos et vidéo :

    Lire la suite

  • Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

    Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

     

    NigelKerner.jpg

    Les messies biomécaniques de Nigel Kerner

    Nigel Kerner est sans doute l’un des auteurs et chercheurs les plus originaux sur le phénomène d’intrusion extraterrestre. Il possède une perspective unique et pénétrante sur le programme d’interception de l’humanité par les extraterrestres Gris qui se fonde sur une compréhension logique de nos bases existentielles respectives. Les Gris et nous. Nous et eux. Eux contre nous. Kerner a suggéré que la meilleure manière d’appréhender leurs comportements prédateurs uniques et bizarres est d’être capable de définir avec précision ce que nous sommes, ce qu’ils sont, comment ils sont « nés » et surtout où ils veulent en venir. Après avoir exploré ces questions, il examine avec un regard neuf et inquisiteur les témoignages d’intrusions extraterrestres collectés aux 4 coins du monde à la lumière des derniers développements scientifiques, particulièrement, la génétique et la physique quantique.

    Kerner est, notons-le, le premier auteur à notre connaissance à avoir établi une connexion claire entre les Archontes des évangiles apocryphes de Nag Hammadi et les extraterrestres Gris. Il a établi cette relation dès 1997 dans son premier livre, « The Song of the Greys ». Et aujourd’hui, nombreux sont les auteurs qui font également ce lien pour étayer leurs propres théories.

    Nous sommes à l’aube d’un drame aux proportions cosmiques dont les conséquences sont dramatiquement limpides et simples : nos sociétés modernes ont désespérément besoin d’une version modernisée d’un messie qui sera capable d’établir un pont entre la science, la technologie et l’intuition d’une réalité métaphysique sous jacente. Mais pour certains, cette fameuse intuition n’est rien d’autre qu’un renouvellement des vieilles superstitions. La sacralisation de tout ce qui semble nous dépasser est un réflexe qui est vieux comme le monde.

    Nombreux sont les whistleblowers militaires et auteurs spécialisés dans la conspiration qui tentent d’interpréter le phénomène de l’intrusion des Gris et des extraterrestres en général comme des vecteurs messianiques qui offriraient enfin à l’humanité un rapport logique entre science et surnaturel. Et ce phénomène ne cesse d’inquiéter Nigel Kerner pour une raison capitale : les extraterrestres Gris sont avant tout des machines, des drones exploratoires dénués de conscience et d’empathie. Ce ne sont que des messies mécaniques, des robots biologiques programmés dans le seul et unique but de perpétuer leur espèce à n’importe quel prix, serait-ce au prix de l’humanité toute entière. Ils doivent lutter pied à pied contre les forces entropiques qui caractérisent cet univers de matière et empêcher que leurs lignées génétiques ne se dégradent, clonage après clonage. Ils ne possèdent pas d’âme et recherchent donc dans notre « âme » qui nous relie à la source créatrice de toute chose, cette qualité d’éternité qu’ils sont incapables de saisir et de comprendre puisque ce sont des machines. Leur quête est désespérée et donc éminemment dangereuse.

    Dans cette seconde interview exclusive qu’il nous offre, Kerner approfondit toutes ces questions fondamentales et nous offre une perspective fascinante sur ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir.

    L’interview

    Karma one : Depuis la publication de votre livre en 1997, il y a plus de 11 ans, avez-vous rassemblé certains éléments supplémentaires démontrant que les Gris sont des drones prédateurs en pleine phase dégénérative ? Ou bien, au contraire, ne seraient-ils pas si négatifs que cela ? Avez-vous également noté l’existence d’autres entités extraterrestres prédatrices qui pourraient représenter un risque de manipulation pour notre conscience et notre culture (comme par exemple, les forces américaines qui ont représenté un risque pour les tribus natives de Nouvelle-Guinée pendant la seconde guerre mondiale ou encore l’inquisition espagnole à l’égard des amérindiens) ? Existe-t-il des indices suggérant que des espèces extraterrestres, autres que les Gris, pourraient se révéler positives pour le développement de la « conscience galactique » des êtres humains ?

    Nigel Kerner : A mon sens, depuis que le livre « The Song of the Greys » a été publié, rien n’a vraiment changé dans la nature du phénomène d’enlèvements extraterrestres. Les Gris sont toujours les créatures qui sont les plus fréquemment observées par les abductés. Budd Hopkins que je considère comme un exemple d’enquêteur sincère et objectif a constamment maintenu un regard aussi précis que possible sur les abductions, constatant lui aussi que tous les cas sur lesquels il s’était penché impliquaient des Gris. Parfois, certains témoins ont rencontré des créatures humanoïdes extraterrestres de plus grande taille connue sous l’appellation de « type nordique ». Mais les Gris se sont montrés dans chacun des cas.

    Nous parlons en réalité d’une affaire dont l’ampleur manifeste est confirmée par des dizaines de milliers de personnes de par le monde. Les conséquences que ces événements peuvent avoir non seulement sur les victimes mais aussi sur l’humanité dans son ensemble doivent êtres prises très au sérieux. Le fait que des extraterrestres de forme humanoïde de type nordique et plus rarement encore, des entités distinctes de type reptilien semblent accompagner les Gris implique qu’il existe une sorte d’accord entre ces différentes espèces extraterrestres, ce qui constitue un fait très intéressant à prendre en considération. Cependant, les récits plus rares, moins cohérents et donc épars à propos d’autres espèces de visiteurs extraterrestres n’ont pas le même impact ni la même signification que les rapports qui dénoncent de façon cohérente des événements répétés impliquant les Gris, donc toujours les mêmes types d’extraterrestres. La puissance de ce sujet des enlèvements par des extraterrestres Gris provient justement de la cohérence des témoignages. Pour cette raison, nous ne pouvons pas être aussi certains de l’authenticité des récits plus isolés relatifs à ces autres espèces.

    Je n’ai aucun doute à propos de la nature négative et prédatrice du phénomène d’enlèvement extraterrestre. J’ai été très clair à ce sujet dans mon livre « The Song of the Greys » et je souligne cet aspect avec vigueur dans le nouveau livre à venir.

    En 2003, Richard McNally, un professeur de psychologie de l’université d’Harvard a hypnotisé six femmes et cinq hommes qui ont affirmé avoir été victimes d’enlèvements extraterrestres. Sous hypnose, sept de ces dix témoins ont rapporté avoir fait l’objet d’une extraction de sperme ou d’ovaires en vue d’opérations d’hybridation. Ces personnes ont également fait état de rapports sexuels directs avec des extraterrestres. Leurs témoignages ont été retranscrits puis reformulés sur bande audio d’une voix neutre par les chercheurs. Les enlevés ont ensuite écouté ces cassettes et leurs réponses émotionnelles ont été enregistrées en surveillant leur rythme cardiaque ainsi que la sueur qui se dégageait de la paume de leurs mains. Le même type de procédure a été employé sur 8 personnes qui avaient fait l’objet d’expériences traumatisantes sans aucun rapport avec les enlèvements extraterrestres. On a pu observer que les réactions des enlevés « étaient d’une ampleur similaire, si pas plus importante que celles des personnes qui ne pouvaient plus se libérer de souvenirs d’abus sexuels, de violences au combat ou d’autres événements traumatisants ». Mc Nally affirma également la chose suivante : « Les gens qui croient sincèrement avoir été enlevés par des extraterrestres montrent des schémas de réponses émotionnelles et psychologiques liés à ces souvenirs qui, de façon surprenante, sont identiques aux réponses qui ont été enregistrées sur des gens concrètement traumatisés dans des situations de guerre ou dans des événements du même genre ». http://www.news.harvard.edu/gazette/2003/02.20/01-alien.htm

    McNally ne croit pas en l’authenticité réelle et physique du phénomène d’enlèvement extraterrestre car il estime que ce type d’événement est trompeur par nature. Cependant, son opinion à cet égard n’est pas d’une importance fondamentale car les résultats de ses expériences servent en réalité à illustrer l’effet traumatique concret et objectivable des enlèvements extraterrestres aux yeux de ceux qui n’étaient pas convaincus de la réalité tangible du phénomène. Il est incontestable que toutes les procédures développées par les extraterrestres impliquent un élément coercitif dès le moment où démarre l’enlèvement. Les procédures médicales inquisitrices qui sont le plus souvent extrêmement douloureuses sont menées alors que la victime se trouve plongée dans un état de paralysie total qui est également observé à l’occasion des expériences de nature sexuelle qui sont perpétrées sur les enlevés. Si on perçoit le phénomène d’enlèvements extraterrestres dénoncés par des témoins de première main en termes de respect de la vie sous l’angle philosophique des traités généraux d’éthique conçus par l’espèce humaine, je suis alors entièrement convaincu que le phénomène extraterrestre n’est rien d’autre qu’un phénomène négatif et prédateur. Affirmer que les Gris sont délibérément cruels ou sadiques à notre égard impliquerait qu’ils soient alors capables de développer une sorte de codex moral ou éthique. S’il s’agit effectivement de machines biomécaniques programmées, ce que je suis enclin à croire, ces créatures se révèlent incapables de développer le moindre sens psycho émotionnel, la moindre empathie. Et cela semble bien être le cas si l’on tient compte de la majorité des récits des témoins. Je crois que le professeur Jacobs et moi-même sommes les auteurs les plus constants et les plus cohérents à cet égard puisque nous avons maintenu ces prémisses tout au long de nos recherches. J’ai vraiment cherché le plus loin et le plus objectivement du monde une raison qui me ferait changer d’avis et je dois bien avouer que je ne vois pas pourquoi mon opinion changerait si je veux rester rationnel.

    Le comportement des Nordiques, des Reptiliens et des Gris suggère un manque total de conscience telle que nous sommes capable de la concevoir. Ils n’auraient en réalité fait que suivre simplement des sortes d’instructions qui leur ont été programmées, des instructions qui sont contenues dans un programme autonome qui a été conçu pour préserver à n’importe quel prix leurs intérêts ainsi que les intérêts de ceux qui les ont créés dans cet univers. Selon des récits d’enlevés, les humanoïdes extraterrestres de plus grande taille semblent surveiller et diriger ce que font les Gris de plus petite taille. Ils semblent donc surveiller leur comportement prédateur. Les êtres blonds aux yeux bleus qui sont souvent aperçus en compagnie des Gris sont du même type que les entités qui se sont fait connaître auprès des Nazis et sur lesquels Hitler aurait fondé sa vision pour dessiner « l’homme nouveau du futur » et donc, l’idéal SS. Selon certaines informations, un extraterrestre blond a été « exhibé » à plusieurs membres de la haute hiérarchie nazie incluant Heydrich et Himmler (ndlr : les deux chefs de la SS) qui s’étaient rassemblés en 1936 dans les grottes d’Externsteine. Je crois que c’est lors de cette rencontre que la soi disant « solution finale » de la question juive a été implantée dans l’esprit de ces Nazis allemands qui étaient eux-mêmes des parodies de vermine humaine. Il y avait, je crois, une raison à l’aspect sensationnaliste qui les aurait motivé à mener cette campagne d’extermination mais je pourrai en dire plus à ce sujet dans le second et le troisième livre de la trilogie sur laquelle je travaille.

    Un autre aspect du phénomène extraterrestre gris que j’ai pu découvrir et tenter de comprendre dans mon nouveau livre se réfère à un certain type d’expérience de mort imminente ou NDE et qui ressemble étrangement à un enlèvement extraterrestre. Ceux qui ont vécu ce type d’expériences sont troublés parce qu’ils n’ont pas pu vivre les si belles expériences extatiques qui semblent caractériser les NDE. Ils se demandent pourquoi l’univers dans lequel ils se retrouvent est si métallique et solide alors qu’ils espéraient rencontrer ce monde étherique et éphémère auquel ils s’attendent. En étudiant ces expériences et en les examinant à la lumière de mes autres recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que les Gris attendent en réalité l’arrivée de certains sujets expérimentaux humains au moment de leur mort physique. Je crois que les Gris sont capables de capturer l’âme de certains individus au moment où le champ énergétique de l’âme quitte le corps matériel à l’état de cadavre et entame son entrée dans l’univers inter-atomique, c’est-à-dire l’espace qui se trouve entre les atomes (qui correspond aux tunnels aperçus lors des expériences de mort imminente). A l’extrême limite du champ d’existence des atomes, ils sont en attente, prêts à faire usage de leur technologie qui est capable de magnifier les forces pour capturer les champs électro-spatiaux morphogénétiques individuels -à savoir des âmes- afin de les empêcher ensuite d’entrer dans le stade d’existence ultérieur qui se trouve au-delà de la matière physique, soit au-delà de l’univers des atomes.

    Karma One : Ces dernières années, un nombre croissant d’auteurs et de témoins privilégiés militaires se sont manifestés avec des points de vue très contradictoires à propos du phénomène d’intrusion extraterrestre. Certains perçoivent ces entités comme dangereuses et prédatrices. D’autres les voient comme « neutres, professionnelles » (cfr Dean) et dénuées de compassion et d’émotions dans le sens où nous le percevons. Ils affirment que les extraterrestres nous considèrent comme une espèce parmi d’autres et agissent comme le feraient les propriétaires d’une réserve animalière en Afrique, ils nous surveillent et veillent à ce que les « animaux » ne soient pas trop nombreux et ne détruisent pas la réserve, c’est-à-dire la Terre.

    D’autres encore, considèrent les extraterrestres, même les Gris, comme bénéfiques et même messianiques. De manière globale, ils les voient comme des êtres profondément bienveillants même si une petite minorité peut se comporter de manière diabolique. Cette partie est essentiellement représentée par le Dr. Steven Greer qui semble avoir développé un point de vue métaphysique à propos de l’intrusion extraterrestre. Greer semble penser que les extraterrestres sont bien plus avancés spirituellement et sont des « entités supérieures, interdimensionnelles et messianiques qui se révèleront à l’homme avec une message libérateur et qui nous sauveront même d’une possible apocalypse ». Que pensez-vous de ces mouvements et de ces différents points de vue ?

    Nigel Kerner : Il est aisé et tentant pour beaucoup de percevoir une manifestation étrangère et extra-terrestre à cette planète comme une nouvelle force messianique qui se présente à eux tel un grand et merveilleux bienfait qui bénéficiera à tous. Mais je crois que cette vision est d’une folie extrême et totale.
    La science perçoit en gros les religions conventionnelles comme un piètre héritage de l’époque médiévale, indispensable à notre confort. Elles incarnent la vision conventionnelle d’un principe divin, une sorte de secours, d’assistance spirituelle assez archaïque que nous nous serions inventés. Les religions traditionnelles ne seraient finalement rien d’autre qu’un simple vœu pieux qui renforce l’espoir, la morale et d’autres platitudes éthiques. Elles ne visent en outre que le contrôle social des masses populaires. Tout cela ne peut se comprendre qu’à la lumière de ce que les prêtres, le pouvoir et les auteurs de toutes les invectives religieuses ont réellement fait au cours des siècles. Ils ont menti, détourné, mal interprété et manipulé toute la ressource spirituelle qui se trouve autour de l’idée du divin depuis des millénaires et ils l’ont fait le plus souvent de façon délibérée. Ils ont conçu l’idée de « Dieu » autour de principes anthropocentriques qui ne sont que la glorification de l’idée d’un père de famille ou d’un seigneur régnant sur son domaine et sur ses serfs dans le seul but de s’auto-congratuler ou encore donner plus d’ampleur et d’emprise à leur propre autorité et leurs manières de vivre.

    En ce qui me concerne, je n’étais pas prêt à accepter qu’il existait une domination spirituelle et extrasensorielle sur la matière et sur les diverses ressources présentes dans un univers matériel jusqu’à ce que je sois confronté à la réalité du phénomène ufologique. En constatant ce fait, j’ai commencé à comprendre la logique et la raison qui se trouvent derrière cet adage de Shakespeare : « il y a bien plus de choses sur la terre et dans les cieux auxquelles la philosophie n’a jamais osé rêver ». Cette phrase révèle une vérité indépassable. J’ai commencé à percevoir ce que les enseignants fondateurs de nos grands courants religieux avaient saisi, à savoir qu’il existe tout un monde qui se trouve au-delà des forces apparentes qui s’expriment dans l’univers de matière et donc au-delà des atomes. C’est un monde qui se révèle aussi réel et tangible que n’importe quel autre. Tout le contexte de cette constatation devient si clair pour moi qu’il peut même se définir de manière réaliste et terre à terre.

    Ceux qui croient en un univers qui se base sur la pure matière, qui croient en tous ses produits dérivés et qui ont ainsi fondé toutes leurs échelles de valeurs et de perception des significations ultimes sont en réalité en grand danger de perdre toutes les références qu’ils ont d’eux-mêmes en les remplaçant par une référence matérialiste non vivante, en quelque sorte mécanique ou robotique, donc une référence morte. Vous ne pouvez comprendre et connaître une chose que si elle est prend sa référence au sein du « moi ». Sans cette référence liée à votre propre dimension vivante, vous êtes dans le nihilisme de Wittgenstein et de Nietzsche et par conséquent dans la démence indescriptible de l’esprit d’une machine, au cœur d’un esprit mécanique dénué d’âme. Vous êtes en fait un Gris. Il n’y a rien de plus terrifiant que cela et vous êtes incapable d’en faire l’expérience par vous-mêmes.

    Dans son excellent article qui discute des implications éthiques du phénomène de l’enlèvement extraterrestre (http://www.ctlsoftware.co.uk/abductions.htm), Budd Hopkins souligne le fait que les extraterrestres ne semblent en aucune manière intervenir pour empêcher l’homme de faire l’expérience de la souffrance en ce bas monde. Hopkins suggère que Dieu semble également atteint par cette même indifférence. Cependant, selon moi, il y a une profonde et cruciale différence entre ces deux sources potentielles d’assistance à l’humanité.

    Comme je l’ai dit, les extraterrestres ont eu la main bien plus qu’heureuse en intervenant dans nos affaires pour enlever et contrôler par la force des cibles humaines. Il semble donc que l’interventionnisme ne leur pose aucun problème lorsqu’ils ont envie d’être interventionnistes. Cependant, en ce qui concerne cet état central de perfection et de liberté infinie qui correspond à la définition du divin, le scénario devient totalement différent.

    Pour ceux qui ont pu lire mon premier livre, je crois que notre existence qui se développe dans un univers physique imparfait n’est pas le résultat d’un Dieu créateur qui nous aurait placé délibérément dans un état d’imperfection (et qui pourrait alors assister au spectacle) pour en tirer du plaisir. Il s’agit plutôt de l’expression de la liberté parfaite qui s’est impliquée dans un état de perfection que je nomme « expression divine », dans le but de savoir et d’expérimenter toutes les choses, en ce compris la liberté de savoir ce que c’est de ne plus être parfaitement libre et donc ce que c’est d’être imparfait. C’est cela la liberté totale et parfaite, une chose, son contraire et tous les champs du possible. Nous sommes donc le produit de nos propres choix libres. Par conséquent, ce n’est pas tant que Dieu n’interviendra pas mais plutôt simplement le fait que l’expression de la Divinité ne peut intervenir par essence et ce, afin que tous les champs du possible s’expriment. La « lumière » infinie issue de la manifestation de la divinité ne peut s’exprimer dans l’univers que dans la mesure où nous le permettons puisque nous en sommes les relais, les vecteurs et donc, nous devons pour cela ouvrir en quelque sorte grandes les fenêtres de nos âmes. Notre volonté de faire cela est suprême, plus forte que tout. Une fois que nous agissons, nous incarnons d’une certaine manière cette lumière et agissons comme un agent de l’expression divine. Mais l’état d’expression divine en elle-même est un état d’implication qui, par définition, ne peut intervenir d’elle-même. Elle a besoin d’un agent.

    Le Christ, Bouddha, Mohammed et tous les grands enseignants étaient des incarnations physiques de la lumière de l’état de divinité de telle manière que ces êtres furent capables de faire le choix d’aider leurs congénères, un choix qui leur était propre. Les Gris (en tant qu’expression mécanique), comme j’en ai déjà parlé, ont montré qu’ils étaient capables d’intervenir et qu’ils intervenaient en réalité que de manière négative et coercitive. De ce fait, la question que pose Hopkins s’adresse bien aux Gris : pourquoi n’interviennent-ils pas pour empêcher l’être humain de souffrir ? Pourquoi est-ce que, justement, leurs interventions génèrent-elles de la souffrance et de la douleur plutôt que de la soulager ?

    Comme je l’ai déjà mentionné au préalable, il est totalement évident que les entités extraterrestres qui ont été aperçues dans ces témoignages n’ont éprouvé absolument aucun égard pour la détresse ou la douleur humaine. Cependant, les enlevés n’ont pas non plus parlé que leur ravisseur aurait fait montre de cruauté ou de plaisir sadique. A la place, les extraterrestres ont plutôt l’air de ne rien comprendre à la douleur qu’ils infligent à leurs victimes, ce qui représente à tout le moins un sérieux problème. Si ce sont bien des créatures robotiques comme je le crois, ce manque d’empathie prend tout son sens parce qu’il est impossible de programmer de la compassion et de la sympathie dans une machine. Ces « qualités » que sont l’empathie et la compassion sont les marques de fabrique de l’être connecté au « Godverse », c’est-à-dire à l’univers du Divin. L’être vivant naturel. S’ils sont nos messies et rédempteurs du futur, on peut alors se poser la question : vers quelle terre promise nous mènent ces entités ?

    Karma One : Pensez-vous qu’il existe un risque de voir se développer une nouvelle religion dans le cadre du phénomène d’intrusion extraterrestre et qui se baserait sur un message apocalyptique de type biblique ou bien croyez-vous que ce risque est négligeable ? Dans ces temps de crises nombreuses (financière, climatique, matières premières et énergies, religions etc…), compte tenu de l’importance croissante de messages apocalyptiques et bibliques (2012, la venue de Nibiru, scénario de fin des temps), selon vous, les extraterrestres vont-ils vouloir jouer un rôle prépondérant dans ces scénarii ?

    Nigel Kerner : Les religions semblent se former de manière spontanée à chaque fois que les êtres humains en expriment le besoin. L’apparente insécurité qui est la marque de fabrique particulière de notre vie quotidienne constitue l’ingrédient idéal pour obtenir de grands effets à partir de petites causes. On va alors tout faire pour concevoir une philosophie qui va nier les effets du deuxième principe de la thermodynamique et qui a pour conséquence la dégradation de notre corps à chaque seconde de notre vie qui passe. (NDLR : L’irréversibilité des phénomènes physiques induisent les effets de l’entropie d’un système. Un système obéit à la loi d’entropie dans la mesure où petit à petit s’instaure dans tout système physique de moins en moins d’ordre, de plus en plus de chaos mais également, de moins en moins d’énergie ou encore une énergie qui est de plus en plus gaspillée –la loi des retours diminués- jusqu’à aboutir à l’entropie maximale ; à savoir la mort. Dans un système physique clos, la seconde loi veut que l’entropie est constante ou augmente de manière irréversible et ne peut en aucun cas diminuer. L’entropie d’un système isolé ne peut pas diminuer, elle augmente ou elle reste constante si la transformation est réversible. Pour être plus clair, la mort physique est un système entropique irréversible. De même, lorsqu’un verre tombe à terre, il ne peut se reconstituer). Nous sommes sans cesse en quête d’une certitude qui nous permettra de mettre un terme à cette insécurité. Nous devons faire face sans cesse à cette insécurité qui provient de cette terrible et puissante force qui nous pourrit de l’intérieur. Nous avons besoin de savoir qu’il existe bel et bien quelque chose qui peut contrecarrer cette force entropique qui nous précipite vers le chaos et vers une lente détérioration. Quelque chose qui résiste à ce processus incontournable. Quelque chose qui peut changer la mort en vie, la perte en profit.

    En considérant les choses dans leur ensemble, il y a en nous, en tant qu’être humain, une ancienne mémoire qui a encodé au plus profond de notre être les souvenirs d’une réalité, d’un temps, d’un endroit ou d’une situation où tout était possible et se présentait sous une forme merveilleuse et immédiatement disponible. La perte de cette réalité nous pousse à conserver intact dans notre mémoire l’espoir de notre transformation. Nous recherchons tous les signes qui permettent au souvenir que nous avons de cet espoir de demeurer vivant et nous construisons sur base de ces signes, une philosophie, un procédé ou un système de croyance qui pourraient transformer le désespoir en espoir. Ces signes, ces anomalies acquièrent leur forme la plus puissante lorsque quelque chose va à l’encontre du connu, des lieux communs et du système (NDLR : soit le phénomène des anomalies, des manifestations surnaturelles). Par exemple, on a créé de toutes pièces un Bouddha avec ce jeune garçon qui a été découvert en train de méditer pendant plusieurs semaines selon certains, pendant plusieurs mois selon d’autres, sous un arbre dans le Nord de l’Inde. Il méditait sans s’arrêter pour manger, boire ou faire ses besoins. On en a fait une sorte d’icône qui symbolisait les attentes les plus extrêmes parce que nous avons tous besoin et envie que toutes les choses soient merveilleusement belles, bonnes et idéales.

    Les créatures mystérieuses ainsi que les vaisseaux spatiaux qui définissent le phénomène OVNI constitueront le candidat idéal pour une déification dans un monde qui a perdu toutes ses illusions avec les religions spiritualisées. L’Occident et ses populations euro-caucasiennes se sont sécularisés sur la base d’un système purement matérialiste fondé sur le monde de la science. De ce fait, l’Occident recherchera une réalité finale fondée en fin de compte sur l’atome et la matière. Ils vont déifier les Gris et les définiront comme étant de nouveaux « Messires » (NDLR : Cela se vérifie par exemple dans une conception très récente du Vatican selon laquelle la vie extraterrestre intelligente doit exister et nous est sans doute supérieure parce que cette vie a été conçue par essence en dehors du péché alors que les Ecritures nous apprennent que l’homme a été conçu, entaché par le péché originel !). Il s’agira d’une variante de messies non spirituels cette fois, qui nous amèneront de bonnes choses si et seulement si nous les comprenons et si nous leur donnons une chance de les comprendre. Ils inventeront toutes sortes de choses et d’événements et les traduiront dans des termes qui incarneront la vérité authentique, une vérité qui dépassera bien entendu ce que l’être humain est capable de comprendre.

    12-humanoide-ar.jpg

    Dans mon nouveau livre (ndlr : à paraître en janvier 2010 chez l’éditeur Inner Traditions/Bear & Company), j’ai tenté d’analyser tous les indicateurs que l’on peut retrouver dans divers systèmes de croyance, qu’ils soient séculiers ou spirituels, et j’en suis arrivé à la conclusion simple, logique et incontournable que rien n’est plus éloigné de la vérité. Le phénomène Ovni est la plus grande menace à laquelle doit faire face tout être vivant naturel faisant partie de cet univers. Ce phénomène constitue la négation absolue et finale, la destruction de nos espèces et ce, grâce à une immense incompréhension et une déformation délibérée des messages spirituels et religieux de tous les grands enseignants et de ce qu’ils voulaient vraiment nous dire. Le livre consacre près de 600 pages et plus de 200.000 mots à n’expliquer que cela et je ne vais donc pas le faire dans cette réponse. Mais je crois que lorsque les esprits les plus aiguisés examinent tous les indices qui sont rassemblés, ils se rendront compte que ce que les chrétiens fondamentalistes ont désigné sous les termes d’extase, de « révélation » ou d’épiphanie n’est en réalité qu’un enlèvement ou encore la captation d’une âme. Ils verront que ces extraterrestres Gris dotés de quatre doigts sont mortellement dangereux car ils veulent s’emparer de cette planète et de ses dirigeants. Ces extraterrestres poursuivent un agenda : l’interception de milliards d’êtres humains d’un génotype spécifique appartenant à une humanité qui a été spécialement préparée sur le plan génétique, c’est-à-dire l’humanité européenne caucasienne dont les gènes ont été « travaillés » pour comporter un déficit en mélanine. Le but de cette opération glace le sang tant elle est effrayante. Derrière ces enlèvements et apparitions ciblées se dévoile un programme génocidaire fondé sur des marqueurs génétiques.

    Dans mon esprit, il ne fait aucun doute que les Gris et leurs hybrides incarnent bel et bien « le Grand Prétendant », ce faux messie et ce faux dieu prophétisé dans le Livre de l’Apocalypse qui subjuguera tous les hommes grâce aux miracles qu’il montrera. Ce faux prophète a le pouvoir «de donner la vie à l’image de la Bête ». Il s’agit sans doute d’une référence aux procédures de clonage qui sont employées par les Gris. Des implants biologiques insérés sous la peau comme outils de surveillance et de localisation sont aujourd’hui déjà disponibles sur le marché. Ce genre de technologie peut incarner « la marque de la bête » que le faux prophète donne aux êtres humains et sans laquelle nous ne pouvons rien acheter ou vendre. L’un des ces implants a d’ailleurs été baptisé « Digital Angel » ou « ange digital », un titre qui semble trop ironique pour être vrai et pourtant, cet intitulé cache peut-être bien plus que de la simple ironie (NDLR : Le type d’implant « Digital Angel » a été étudié pour être employé dans le système bancaire et pourra être lu à distance par des machines). Peut-être que toutes ces technologies sont le produit d’authentiques « anges » robotiques et digitaux qui sont apparemment descendus des cieux. Pour paraphraser les termes des écritures, la Bible prophétise que « seuls ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de la vie de l’agneau sacrifié lors de la fondation du monde » vénèreront le faux prophète. Ne serait-ce pas ces êtres humains qui ont été interceptés génétiquement de façon à ce qu’ils ne puissent plus être clairement en contact avec l’Univers du Divin qui existe en eux au-delà de l’établissement de ce monde de matière ?

    Quelle que soit la vérité que pourraient éventuellement contenir l’une ou l’autre prophétie, nous devons admettre que celles qui annoncent la fin des temps n’ont jamais cessé d’apparaître au cours des siècles. Bien évidemment, aucune d’entre elle ne s’est avérée fondée. Par contre, d’autres types de prophéties qui se sont réalisées permettent d’illustrer la fragilité de notre condition en tant qu’espèce. Le simple fait que la prophétie de 2012 provient de multiples sources indépendantes les unes des autres peut suggérer qu’elle contient une vérité potentielle. Mais il existe aussi cette possibilité dont je parle dans mon nouveau livre selon laquelle les Gris pourraient employer leurs technologies pour par exemple contrôler la trajectoire d’un astéroïde de façon à ce qu’il frappe des parties du monde où l’on trouve des concentrations de populations qui ne font pas partie de leur groupe humain expérimental de prédilection (qui sont les Caucasiens) et qui pourraient par conséquent interférer avec les groupes qui font partie de leurs sélections.

    Que cette prophétie se matérialise un jour ou non, elle nous place face à notre décès, tel un agent d’une mort soudaine, terme final de notre individualité consciente et physique. Nous ne sommes qu’à quelques battements de cœur d’un deuil, celui que nous devrons faire de toutes nos attentes, de tous nos espoirs. Alors, préférons-nous nous diriger vers la mort dans l’ignorance de notre destinée ? Ou bien, préférons-nous nous émerveiller devant ce qu’il adviendra de nos pensées, de l’ensemble de nos expériences? Il me semble que si nous pouvons avoir un regard avisé sur se cache derrière la matrice de la vie physique et ses illusions, alors comme tout doit de toute façon se terminer et déboucher sur quelque chose, nous disposerons d’une vision plus pénétrante et réaliste des problèmes auxquels nous serons de toute façon confrontés. Si sans aucun avertissement préalable, tel un de ces instants hasardeux que peut générer l’univers, un astéroïde capable d’anéantir une civilisation s’approchait de nous en surgissant par surprise derrière l’éclat du soleil, il est évident que ceux qui chérissent leur individualité pourraient en pâtir. La préscience de ces événements est-elle un prix si intéressant à payer ?

    Il est crucial de comprendre que ce que les gens perçoivent comme étant l’Armageddon est par nature un événement qui ne devra pas se traduire par une fin du monde explosive et terrifiante mais plutôt par le commencement d’un nouveau jour glorieux de connaissance. Une nouvelle manière de percevoir la base entière de l’existence qui ne se fonde pas sur des concepts Nouvel-Âge ou encore sur les doctrines d’un pseudo âge d’or d’ignorance fondé sur les mêmes principes de « physicalité » que l’on avait développé lors des sombres périodes médiévales. Je crois que la science nous offre de toutes nouvelles perspectives grâce à sa manière de percevoir la matière. Ce nouveau regard sur la matière nous poussera à comprendre ce qui se cache derrière toutes les énigmes de la vie. La science nous montre la matière sous un nouvel angle, une matière fondée sur un monde atomique éphémère et en même temps profondément liée à l’expression abstraite, éternelle et psycho-spirituelle de l’Univers du Divin (le Godverse). Mes recherches qui se veulent aussi objectives et logiques que possible m’ont révélées qu’il existe une forme d’affirmation d’un résultat final et glorieux et à mon sens, ce résultat parfait est une certitude en dépit des effets entropiques qui prévalent dans un univers fondé sur la matière et les forces physiques comme le nôtre. (NDLR : En d’autres termes, notre réalité, celle d’un monde constitué d’atomes, de parties et donc marqué par l’entropie ne pourra jamais contaminer l’univers parfait de la source de toute chose, le Godverse vers lequel nous nous dirigeons avec certitude)

    De nombreuses prophéties émanant des diverses cultures et religions de par le monde prédisent une nouvel aube, un recommencement pour l’humanité, « un nouveau ciel pour une nouvelle terre » tel qu’annoncé dans l’Apocalypse. Pour certaines raisons, seules les prophéties de type apocalyptique ont les faveurs du monde des médias et les visions positives sont simplement jetées à la corbeille. Je ne suis pas en train de dire que le phénomène extraterrestre pourrait amener l’émergence d’une meilleure situation, loin de là. A la place, je dis qu’il y a une Cause extérieure alternative dans cette affaire, une cause qui trouve son origine dans l’univers parfait du divin, le Godverse. Cette cause d’origine transcendante (Godverse) contrecarre automatiquement et implicitement tous les obstacles placés par les Gris sur la route de l’humanité au point que nous n’avons pas eu à choisir librement ce que les Gris nous ont fait. Nous les avons subis. (NDLR : Et donc, malgré leur présence, nous pouvons leur échapper parce que nous venons du Godverse, affirme avec insistance Kerner)
    Jésus Christ, je le pense, était une forme de compensation. Son héritage en mots et en actes nous a fourni une forme d’antidote pour faire face aux diverses intrusions et interceptions des Gris et à leur influence pernicieuse. Cela est résumé au mieux dans la suggestion que Jésus fit à Judas de « penser avec le cœur » (NDLR : par opposition à la pensée mentale qui reconstruit la pensée et donc le discours sur base de la peur et des émotions qui en découlent). Dans mon nouveau livre, je suggère que le Christ a aussi laissé un autre héritage, biologique celui-là, une ligne de descendants libres de toute interception génétique et qui peut guérir l’humanité de toute pollution des Gris. Dans le livre, je met en évidence des preuves de cette assertion plutôt révolutionnaire et que j’ai trouvée dans le Testament de Judas, dans d’autres textes gnostiques mais aussi dans le livre canonique de l’Apocalypse (NDLR : dans le testament de Judas, le Christ évoque l’existence de deux sortes d’être humains, deux « générations » : ceux qui sont nés sous le joug des Archontes et ceux qui en sont libres. Le texte parle de « génération », ce qui n’est pas un hasard mais montre qu’il s’agit donc d’une sorte d’emprise des archontes dès la naissance. Il ne peut donc s’agir, en langage moderne, que d’une interception et une marque génétique héréditaire). Ce qui nous arrive du « Godverse » n’arrive par conséquent que par des moyens naturels et non par le biais de la technologie ou du voyage espace temps. Donc, les messies sont nés d’un utérus et ils n’arriveront pas ici en vaisseau spatial !

    Karmaone : Pour comprendre le phénomène d’intrusion extraterrestre, il y a certes les témoignages de plus en plus nombreux des militaires et des victimes d’enlèvements. Mais pensez-vous aussi qu’une analyse en profondeur de notre patrimoine génétique ou de ses mutations successives puissent montrer que celui-ci a été manipulé par une force extraterrestre dans le cadre du développement de projets avancés d’ingénierie génétique, à l’instar de ce qui est décrit de façon imagée dans les tablettes sumériennes ? Quels sont les éléments objectifs qui démontreraient que ce projet a existé, qu’il est malveillant et que les conséquences en seraient une diminution du véritable potentiel de l’être humain ?

    Nigel Kerner : Oui, il existe de fait des éléments montrant que le génome humain a fait l’objet d’une pareille interception. La répétition de trinucléotides (ou triplet du génome) en est un exemple évident. Les répétitions de trinucléotides se distinguent de l’ADN normal (ndlr : l’ADN est composé de 4 bases, soit Adénine(A), Guanine (G), Cytosine (C), Tymine). Il y a répétition de trinucléotides lorsque le même code « triple » se répète encore et encore comme par exemple la répétition CTG ; soit les trois mêmes bases Cytosine-Tymine-Guanine se répètent en une longue suite en CTG-CTG-CTG ou encore GGC-GGC-GGC). De la même manière, un clone se caractérise par la répétition de codes. Il se compose d’une cellule maîtresse qui se duplique elle-même à de multiples reprises jusqu’à former un corps complet. Je suggère que les répétitions de ces trinucléotides pourraient faire partie de leurs tentatives de nous convertir en leur format, en une expression génétique voisine de la leur. De manière très intéressante, le trinucléotide dans l’ADN peut générer une structure très inhabituelle qui permet à deux brins d’ADN enroulés en double hélice de glisser l’un contre l’autre, libérant les bouts de ces brins d’ADN avec lesquels l’enzyme générera des bases supplémentaires. Si c’était dans l’intention des extraterrestres de façonner notre ADN à leur propre usage et donc, pour y arriver, de réorganiser certaines parties du génome humain, ils devraient alors posséder une technologie qui leur permettrait de faire ce que l’on appelle l’épissage de l’ADN enzymatique (NDLR : Le décodage complet de l’ADN suit de nombreuses étapes : déroulement de l’ADN, lecture et transcription en ARN, épissage de l’ARN, traduction du code en protéine, maturation de la protéine…avant de donner lieu à l’assemblage correct des protéines dont la cellule peut avoir besoin. L’épissage est donc une des phases du décodage de l’ADN). Les maladies qui sont justement provoquées par les répétitions des trinucléotides semblent être de celles qui affectent particulièrement le système nerveux. Dans mes livres, j’ai suggéré le fait que nous « pensons » avec l’entièreté de notre système nerveux et pas seulement avec notre cerveau. Ces extraterrestres sont des entités de nature purement physique, me semble-t-il, et ils sont par conséquent incapables de détecter et de contrôler la nature non physique et immatérielle du processus de la pensée. De ce fait, ils ciblent peut être par ce moyen matériel (ndlr : celui de l’ADN) le système nerveux qui est supposé être le siège de la pensée. C’est peut être leur manière de tenter d’introduire leurs propres « signatures » dans les gènes qui codent le système nerveux de l’être humain de telle façon qu’ils puissent visualiser matériellement et génétiquement l’ingrédient manquant qui fait la différence entre eux et nous.

    Il semble qu’il existe un niveau « limite » de trinucléotides qui provoquent mécaniquement et donc automatiquement l’apparition de la maladie. Il est probable qu’une fois que ces interceptions de notre ADN ont atteint un certain nombre, il n’est plus possible pour les séquences « naturelles » d’ADN de résister et elles sont alors dominées. Contrairement aux maladies génétiques classiques, dans le cadre de ces maladies générées par la répétition de trinucléotides, il ne s’agit pas d’un gène spécifique ou de plusieurs gènes spécifiques qui sont responsables de la pathologie mais c’est bien de la répétition même des codes qui provoquent l’affection. Je suggère que ces répétions empiètent sur les gènes qui sont l’expression naturelle de l’espèce humaine.

    De nombreux enlevés rapportent que les extraterrestres prélèvent pour examen des spermatozoïdes ou des ovules. En fait, de nombreux examens médicaux de femmes qui affirment avoir été enlevées ont révélé que tous les ovules avaient mystérieusement disparu de leurs ovaires. Pour rappel, l’expansion des trinucléotides dans l’ADN apparaît justement dans les premiers stages du développement embryonnaire.

    Suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

    Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

     

    Arabian mustatils1

    Les chercheurs pensent que les mustatils dispersés dans toute la région ont été construits il y a environ 7000 ans pour des rituels et des processions, et qu'ils pourraient avoir fait partie d'un culte néolithique du bétail. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity

     

    Il s'agit ici d'un retour vers ces mystérieuses structures en pierres maintenant datées de environ 7 000 ans avant nos jours, puisque j'en avais déjà parlé ici :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arabie-saoudite-nouvelles-structures-prehistoriques.html

    Vous trouverez aussi tout en bas de cet article les fouilles d'un étonnant site daté de 10 000 ans et d'une plateforme datée de 7 500 ans, sans oublier un autre sur les pétroglyphes trouvés et aussi l'ancien climat de la péninsule arabique et ses lacs disparus...

     

    Cette nouvelle publication de fin avril 2021 dans la revue Antiquity nous confirme que c'est maintenant plus de 1000 structures du même type, appelées «mustatils» du mot arabe signifiant «rectangle», qui ont été découvertes, et qu'elles sont datées au minimum de 7 000 ans avant le présent.

    Selon les chercheurs, des milliers de structures monumentales construites à partir de murs de roche en Arabie saoudite sont plus anciennes que les pyramides égyptiennes et les anciens cercles de pierre de Grande-Bretagne - ce qui en fait peut-être le premier paysage rituel jamais identifié.

    « Nous les considérons comme un paysage monumental », a déclaré Melissa Kennedy, archéologue à l'Université d'Australie-Occidentale à Perth et auteur de l'étude. " Nous parlons de plus de 1 000 mustatils. Ces choses se trouvent sur 200 000 kilomètres carrés [77 000 milles carrés], et elles sont toutes de forme très similaire ... alors peut-être que c'est la même croyance ou compréhension rituelle."

     

    Arabian mustatils4

    Le paysage est parsemé de mustatils anciens, qui sont nommées d'après le mot arabe pour un rectangle. Plus de 1000 ont été documentés et d'autres sont toujours en cours de découverte. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity - cliquer pour agrandir.

     

    « Il doit y avoir eu un grand niveau de communication sur une très grande zone, car la façon dont ils ont été construits a été communiquée aux gens », a déclaré l'auteur principal Hugh Thomas, archéologue de la même université.

    La recherche est financée par la Commission royale pour AlUla, qui a été créée par le gouvernement d'Arabie saoudite pour préserver le patrimoine de la région d'AlUla dans le nord-ouest du pays, où se trouvent de nombreuses mustatils. 

    Certaines des structures anciennes mesurent plus de 1500 pieds (450 mètres) de long, mais sont relativement étroites, et elles sont souvent regroupées. Elles sont généralement construites sur le substratum rocheux, souvent sur des affleurements rocheux au-dessus du désert, mais aussi dans les montagnes et dans des zones relativement basses.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

    Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

     

    Hwltsitngbrd

    Le petit art du Paléolithique ancien est un terme collectif désignant les découvertes préhistoriques controversées d'outils en pierre et de pierres de silex du Paléolithique ancien, qui ressemblent à des visages ou à des animaux et sont censés représenter les premières œuvres d'art de l'humanité. Cependant, la majorité des scientifiques ne croient pas à la production de telles sculptures avant le Paléolithique supérieur, mais les considèrent plutôt comme des géofacts (produits naturels). La collection de ces «pierres de figure» par des Néandertaliens ou des formes humaines antérieures est difficile à prouver, bien que de récentes études et découvertes soient actuellement en train de faire évoluer les choses (voir liens en bas). En fait, les premiers arts sembleraient bien pouvoir être attribués à Homo Erectus et les Néandertaliens semblent ne pas être en reste.

     

    Bilzingsleben bone

    Homo Erectus proto-art os gravé - Domaine public - José-Manuel Benito - Travail personnel

     

    Pour la première fois, les anciennes expressions artistiques paléolithiques de l'Homo Erectus peuvent être affirmées avec des séquences rythmées de lignes sur des os du site de Bilzingsleben. Plusieurs os gravés représentent probablement les premières implémentations graphiques d'une pensée humaine. Les lignes incisées ne peuvent pas avoir été créées en les utilisant comme documents de travail, car un fragment d'os présente deux faisceaux de 7 ou 14 lignes parallèles. Un tel arrangement ne peut pas être accidentel. Ils doivent donc avoir été exécutés intentionnellement et être appelés proto-art. Cependant, ce ne sont en aucun cas des représentations figuratives. Mais l'autre surprise est la découverte d'une zone pavée ! C'est un endroit presque circulaire en forme de place d'un diamètre d'environ 9 m. Parfois, des pierres étrangères ont été pressées dans le loess et ne sont qu'en une seule couche. Ce revêtement ne montre que quelques artefacts et donne une impression de "bien rangé". Au nord-ouest de cette place, il y avait une cheminée et un crâne d'auroch, plus une enclume faite d'un bloc de travertin et de plusieurs fragments de crâne humain. Des éclats dans les articulations du bloc de travertin indiquent la rupture des os. Dans quelle mesure cela est lié aux restes de crâne humain n'est toujours pas clair jusqu'à ce que l'examen des éclats soit terminé. Fait intéressant, une rangée de pierres mène également de l'ouest vers le revêtement et se termine non loin du «lieu de travail» illustré ci-dessus. Ce site en Allemagne a bien été daté de 400 000 ans.

     

    Engraved object 1 from the bilzingsleben collection on forest elephant bone

    Engraved object 1 from the Bilzingsleben collection, on forest elephant bone - Homo Erectus

     

    L'extraordinaire site de Bilzingsleben indique également que Homo Erectus fabriquait déjà des structures en bois (cabanes/stockages), des reconstitutions ont été faites sur place, tandis que le site a été mis sous cloche de verre dans un bâtiment qui sert de musée sur place.

     

    Des paléoanthropologues ont découvert un coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Ces motifs auraient été gravés par Homo erectus. C'est une découverte pour le moins étonnante : un coquillage, sur lequel des motifs abstraits ont été gravés il y a vraisemblablement 540 000 à 430 000 ans, a été découvert par une équipe internationale de paléoanthropologues.

    Selon les auteurs de cette découverte, ces gravures auraient été réalisées par Homo erectus : en effet, le coquillage a été mis au jour sur l'île de Java. Or, à cette époque, Homo erectus était le seul représentant du genre Homo présent dans cette partie du monde.

     

    Coquillage gravure abstraite erectus java 500000ans

    Ci-dessus, le coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Crédits : Wim Lustenhouwer, VU University Amsterdam

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neandertal-etait-un-marin-graveur-mais-erectus-aussi-bien-avant.html

     

    D'autres artefacts gravés très anciens ont été découverts, tant en Afrique qu'en Europe et Asie. Ces artefacts aux datations anciennes ne sont pas tous attribuables à un hominidé particulier ou même à Homo Sapiens car plusieurs hominidés existaient aux même époques, et Homo Sapiens (Home moderne et/ou archaïque) n'a une ancienneté de 300 000 ans (en Afrique du nord) que depuis peu de temps. Voici un exemple !

    " ... De même, les inscriptions sur un fragment d'ivoire de mammouth du glacier de Rissian de Whylen, dans le sud de l'Allemagne, semblent notoires (Moog 1939), mais le spécimen a été perdu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La grotte Wonderwerk en Afrique du Sud a donné une plaque de pierre de fer microcristalline soigneusement et délibérément gravée il y a > 276 000 ans. (Bednarik et Beaumont 2012)."

    12africa312africa3.pdf (1.52 Mo) - https://www.researchgate.net/figure/Engraved-object-1-from-the-Bilzingsleben-collection-on-forest-elephant-bone_fig10_311707029

    Mais parlons maintenant des figurines anciennes, dont certaines sont avérées et d'autres contestées, comme les fameuses centaines de "Venus" découvertes et datées sur une très longue période, recouvrant plusieurs "cultures" inventées par la science pour faciliter son travail de chronologie, ou d'autres figurines comme les statues de Hambourg, sur lesquelles j'ai enquêté à l'occasion de cet article. Voir ci-dessous :

    Lire la suite

  • Techniques avancées de l'élevage au début du néolithique

    Techniques avancées de l'élevage au début du néolithique

     

     

    Moutonsprehistoriqueanalyses 

    CRÉDIT Alejandro Sierra

     

    Lorsque les chercheurs parlent de techniques avancées précoces, on entend souvent parler de techniques liées à la pierre et la construction, mais la surprise vient ici de preuves de techniques avancées dès le début du néolithique au niveau de l'élevage des moutons. Une surprise car ces modifications des rythmes de reproduction saisonniers et de l'alimentation des moutons déjà très élaborées au début du néolithique prouvent aussi que ces méthodes et l'élevage ne peuvent que provenir d'une période encore plus lointaine dans la préhistoire. Et que ces méthodes ne peuvent logiquement pas tellement provenir d'un pastoralisme classique, tel qu'encore pratiqué régionalement dans le monde entier.

    Une autre chose étonnante, c'est que ces preuves ne sont pas issues d'une étude scientifique faite en Asie (origine de la domestication du mouton : son agriotype, l'Ovis orientalis, se trouve en Asie Centrale et du Sud-Est, mais par une étude poussée faite en Europe, plus précisément dans le site néolithique de la grotte Chaves à Huesca, dans la région centrale des Pyrénées en Espagne (5600-5300 avant notre ère - l'an 0) !

    Comme la recherche moderne semble le prouver de plus en plus, la majorité des innovations et nouvelles techniques préhistoriques (comme la navigation, la domestication et élevage des animaux, l'agriculture organisée, les canaux d'irrigation et barrages, les premières constructions d'habitation en dur, etc...) proviennent d'Asie. Il est bien sûr possible que toute ancienne traces de telles structures aient disparue totalement en Europe, un territoire plus petit et entièrement "terraformé" par une présence intense et constante de l'homme par rapport aux grands espaces asiatiques, mais les faits sont là pour l'instant.

    Cette nouvelle recherche a été coordonnée depuis le laboratoire d'archéozoologie du département d'antiquité de l'UAB (Universitat Autonoma de Barcelona), avec la participation de chercheurs de l'Université de Saragosse, du Musée d'Histoire Naturelle de Paris et de l'Institut catalan de paléocologie humaine et d'évolution sociale (IPHES) à Tarragone et vient de faire l'objet dans un premier temps d'un communiqué de presse, puis dans le Journal of Archaeological Science: Rapports à paraître en juin 2021 :

    Il y a plus de 7500 ans, les premiers agriculteurs ont jeté les bases de stratégies d'élevage qui persistent aujourd'hui

     

    Les résultats, une première preuve exceptionnelle de l'alimentation et de la reproduction précoces des troupeaux de moutons domestiques dans la péninsule ibérique, sont actuellement le premier exemple de modification des rythmes de reproduction saisonniers des moutons dans le but de les adapter aux besoins humains.

    Le projet comprend des approches techniques basées sur l'analyse des isotopes stables et le micro-usure dentaire des restes d'animaux d'il y a plus de 7500 ans trouvés dans le site néolithique de la grotte Chaves à Huesca, dans la région centrale des Pyrénées en Espagne.

    " La modification des rythmes de reproduction saisonniers du bétail a représenté une étape importante pour les sociétés préhistoriques, permettant d'avoir accès à la viande et au lait tout au long de l'année, ce qui a à son tour eu un impact énorme sur l'alimentation, sur l'économie et sur l'organisation sociale des premières communautés agricoles, et jeté les bases des stratégies agricoles qui se poursuivent actuellement. Jusqu'à très récemment, on pensait que l'élevage du néolithique en était à ses débuts, alors que de nouvelles possibilités d'analyses biogéochimiques aient été utilisées dans cette étude et ont révélé des pratiques d'élevage pleinement consolidées depuis le début du néolithique ", explique le Dr Maria Saña, chargée de cours au Département de Préhistoire de l'UAB et coordinatrice du projet.

     

    Moutonsprehistoriqueanalyses

    L'étude sur les restes d'animaux trouvés sur le site de la grotte Chaves à Huesca, dirigée par l'Universitat Autònoma de Barcelona, ​​obtient de nouvelles données sur le contrôle de l'élevage et de l'alimentation des premières fermes de moutons domestiqués trouvés dans la région méditerranéenne occidentale au cours de la Néolithique. La modification de leurs cycles naturels d'accouchement a affecté leur physiologie et a entraîné des périodes prolongées de fertilité. CRÉDIT Alejandro Sierra

     

    La domestication des moutons n'a pas eu lieu dans la péninsule ibérique. Son agriotype, l'Ovis orientalis, se trouve en Asie centrale et du sud-est. " Ce qui est surprenant, c'est la rapidité avec laquelle les moutons sont intégrés dans les stratégies d'élevage et leur énorme importance économique dans les premières périodes du néolithique. Ce que nous constatons, c'est une adoption rapide et réussie, qui démontre que leurs mécanismes d'adaptation à la fois au nouvel environnement et leur nouveau rôle économique étaient bien connus et contrôlés par une partie des communautés humaines. Les pressions sélectives exercées sur l'espèce étaient artificielles, elles poursuivaient des objectifs spécifiques et étaient bien définies. Ces nouvelles preuves représentent un tournant dans la recherche sur les animaux, la domestication et les origines de l'élevage."

    YH : C'est aussi la preuve que soit ces cultures n'ont pas oublié et se sont transmis fidèlement ces techniques en migrant de l'Asie vers l'ouest, soit que les relations avec l'Asie étaient constantes, avec des voyages (maritimes et fluviales ?) dans les deux sens. Je rappelle ici cette étude génétique sur les toutes premières migrations Europe-Asie-Asie-Europe, mais qui ont été suivies de nombreuses autres au fil du temps : 

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/genetique-une-nouvelle-migration-ancienne-en-europe-inconnue.html

     

    La recherche s'est concentrée sur l'étude de l'élevage de moutons dans la grotte néolithique de Chaves (5600-5300 avant notre ère) dans les contreforts des Pyrénées, un site qui est " spectaculaire pour la qualité et le nombre de restes récupérés. Par rapport aux niveaux néolithiques de la faune, ses 12 754 vestiges reconnaissables représentent au moins trois fois ce que l'on trouve dans d'autres sites néolithiques de la péninsule, les moutons et les chèvres domestiques étant l'espèce la plus nombreuse et la plus grande présence de porcs de tous les sites néolithiques avec animaux et au type d'établissement stable connu pour être dédié à l'élevage, et dans une grande grotte qui avait 3.000 mètres carrés d'espace habitable ", affirme Pilar Utrilla, professeur à l'Université de Saragosse et directeur des interventions archéologiques.

    YH : Nous avons donc ici en quelque sorte une sorte de ferme d'élevage intensif, pratiquant des techniques modernes il y a environ 7500 ans et sédentarisée sur une longue période...

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • France, Bretagne: une carte 3D préhistorique identifiée

    France, Bretagne: une carte 3D préhistorique identifiée

     

    Carter3dprehistorique bretagne 

    Denis Gliksman INRAP

     

    Une pierre de l'âge du bronze fraîchement déterrée est peut-être la plus ancienne carte tridimensionnelle d'Europe

     

    La dalle de 2 mètres sur 1,5 mètre (5 pieds sur 6,5 pieds), découverte pour la première fois en 1900, a été retrouvée dans une cave d'un château en France en 2014.

    Les archéologues qui ont étudié les motifs gravés sur la pierre vieille de 4000 ans disent qu'ils pensent que les marques sont une carte d'une région de l'ouest de la Bretagne.

    Ils disent que cela fait de la dalle la plus ancienne carte 3D d'une zone connue en Europe.

    Le morceau de roche, connu sous le nom de dalle de Saint-Bélec à Leuhan, daterait du début de l'âge du bronze, entre 1900 avant JC et 1650 avant JC (2150-1600 avant notre ère selon le CNRS).

    Il a été découvert pour la première fois en 1900, lors de fouilles sur un cimetière préhistorique dans le Finistère, dans l'ouest de la Bretagne, par l'archéologue local Paul du Chatellier.

     

    Situation chateau finistere

    Situation du chateau De Kernuz dans le Finistère, France (BBC)

     

    La dalle a apparemment été oubliée pendant plus d'un siècle, stockée pendant des décennies sous un fossé chez M. du Châtellier, le château de Kernuz.

    Mais des chercheurs à la recherche de la dalle l'ont trouvée dans une cave du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye en 2014.

    Après avoir analysé les marques et les gravures sur la pierre, les chercheurs ont soupçonné qu'il pourrait s'agir d'une carte.

    La " présence de motifs répétés reliés par des lignes " sur sa surface suggérait qu'elle représentait une région du Finistère, selon une étude du Bulletin de la Société française de préhistoire.

    Yvan Pailler, chercheur à l’Inrap, mis à disposition de l’université de Bretagne Occidentale, et Clément Nicolas, post-doctorant Marie Curie/Bournemouth University dévoilent leurs conclusions sur cette exceptionnelle découverte.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

    Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

     

    Srahsrang bois pierrestaillees et tridentenbronze

     

    En avril-mai 2020, des découvertes lors des fouilles du bassin d'eau Kandal Srah Srang, au pied d'Angkor Wat au Cambodge ont défrayé les chroniques. En effet, la fouille de ce petit temple régulièrement englouti par les fortes pluies, mais aussi victime de sècheresses récurentes comme en ce moment, ont révélé des surprises de taille : Tout d'abord, une grande tortue en pierre a été trouvée, avec des artefacts étranges comme les restes d'un trident en métal accompagné de nombreux petits cristaux, puis une plus petite tortue comportant une cavité couverte contenant des pierres précieuses, du fil de bronze, des dizaines de cristaux à nouveau et un tissu enveloppant un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu, une tête d'un fameux Naga et les restes d'une statue féminine sans tête ni bras ni jambes, donc difficile à identifier et dater et aussi un trident en métal intact.

    Voici tout d'abord les rapports sur ces découvertes traduites : 

    Des archéologues cambodgiens ont mis au jour une grande statue de tortue vieille de plusieurs siècles dans le complexe du temple d'Angkor.

     

    Angkorvat tortue3

    Une grande tortue de grès découverte la semaine dernière dans le complexe du temple d'Angkor Wat (avec l'aimable autorisation de l'Apsara Authority)

     

    La tortue en pierre sculptée de 56 par 93 centimètres (22 par 37 pouces) qui daterait du 10ème siècle après JC a été découverte mercredi lors de fouilles sur ce qui était le site d'un petit temple qui avait été construit sur Srah Srang, l'un des sites d'Angkor qui comporte plusieurs réservoirs.

    Les chercheurs ont identifié l'emplacement du temple et les ouvriers ont drainé l'eau pour permettre les fouilles, qui ont commencé le 16 mars 2020, a déclaré Mao Sokny, chef de l'équipe de fouille de l'Apsara Authority, une agence gouvernementale qui supervise le site archéologique d'Angkor.

    La moitié inférieure de la tortue est restée enterrée jeudi pendant que des préparatifs étaient en cours pour la retirer sans l'endommager.

    Angkor a été fortement influencée par la culture hindoue et, par conséquent, lorsqu'un temple ou une autre structure importante était construite, des objets sacrés étaient souvent enterrés dans le sol en dessous pour assurer la sécurité et la bonne fortune. Dans plusieurs cultures asiatiques, les tortues sont considérées comme des symboles de longévité et de prospérité.

    Les fouilles ont également découvert d'autres artefacts rares, dont deux tridents métalliques et une tête sculptée d'un naga, une créature mythique.

    Le complexe d'Angkor est la plus grande attraction touristique du Cambodge, ainsi qu'un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et est inclus dans le drapeau cambodgien.

    Mao Sokny a déclaré que les découvertes de tels artefacts aident les Cambodgiens à être fiers de leur héritage.

    https://phys.org/news/2020-05-stone-turtle-unearthed-angkor-reservoir.html

     

    Srah srang angkor camboya

    Les archéologues ont découvert une grande tortue en pierre et plusieurs autres artefacts vieux de plusieurs siècles dans le réservoir de Srah Srang à Angkor, au Cambodge. ( Diego Delso via Wikimedia Commons sous CC BY-SA 3.0 )

     

    La sculpture est l'un des rares artefacts récupérés dans le réservoir temporairement drainé de Srah Srang depuis le début des travaux à la mi-mars 2020.

    Selon l'agence de presse chinoise Xinhua, les chercheurs ont trouvé la tortue de grès lors de la fouille du site d'un petit temple qui se trouvait autrefois sur une île artificielle au milieu du réservoir. Après que l'équipe ait déterminé l'emplacement du temple plus tôt cette année, les ouvriers ont suffisamment abaissé le niveau d'eau du réservoir pour permettre aux fouilles de commencer, a déclaré à l'AP Mao Sokny, un archéologue de l'Autorité d'Aspara, qui supervise le complexe du temple et .

    La tortue mesure 23 pouces de large et 37 pouces de long, selon l'AP. Sa coquille est vierge à côté d'un carré gravé en son centre, a déclaré Chea Socheat, directeur du projet de fouille, et Pech Sotheary au Khmer Times.

    « La tortue est connue comme l'un des avatars du dieu hindou Vishnu », dit Socheat. « Parfois, les tortues sont placées comme un objet votif dans les fondations d'un temple ou en son centre.»

    De nombreux temples et structures d'Angkor, capitale de la civilisation khmère qui a existé entre le IXe et le XVe siècle après J.-C., étaient dédiés à des divinités hindoues dont Shiva et Vishnu, selon l'Encyclopedia BritannicaConstruite au 12ème siècle, Angkor Wat s'étend elle-même sur près de 400 acres près de ce qui est aujourd'hui la ville de Siĕmréab.

    Socheat dit au Khmer Times que des évaluations préliminaires suggèrent que la grande tortue a été enterrée sous le temple pour assurer la sécurité et la prospérité du site. Il ajoute que c'était peut-être « une pierre précieuse… placée pour la célébration de toute cérémonie religieuse pendant cette période ».

    Les fouilles de la semaine dernière se sont avérées particulièrement fructueuses pour Socheat et ses collègues: peu de temps avant la découverte de la tortue de pierre, l'équipe a déterré deux tridents métalliques, des cristaux et une sculpture d'une créature serpentine mythique connue sous le nom de naga. Vendredi, les archéologues ont trouvé une autre tortue plus petite et deux poissons sculptés, selon un communiqué de presse de l'Apsara Authority.

    Comme Socheat le dit à Soth Koemsoeun au Phom Penh Post, les fouilles précédentes du temple de Neak Pean - qui est également situé sur une île artificielle au milieu d'un réservoir d'Angkor - ont donné une tortue plus petite qui ressemblait à celle qui venait d'être découverteCachés dans la sculpture se trouvaient des pierres précieuses, des fils de bronze et un tissu enveloppé dans un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu. (YH : cette découverte précédente n'a donc pas été faite exactement au même endroit).

    Les anciens dirigeants d'Angkor se sont appuyés sur le système complexe d'ingénierie de l'eau de la ville pour accumuler et maintenir l'énergie via la riziculture, a écrit Joshua Rapp Learn pour le magazine Smithsonian en février 2020. Selon Richard Stone de National Geographic, la capitale impériale « est devenue une puissance médiévale grâce à un système sophistiqué de canaux et de réservoirs qui a permis à la ville de stocker de l’eau rare pendant les mois secs et de disperser l’eau en excès pendant la saison des pluies ».

     

    Sitesrahsrang2

    Apsara Authority

     

    Aujourd'hui, ceux qui visitent Angkor pendant la saison sèche de la région peuvent apercevoir les vestiges du temple Srah Srang qui dépassent au-dessus de la ligne de flottaison du réservoir. Pendant la saison des pluies, le temple est «complètement avalé» par de fortes pluies, selon Xinhua.

    La moitié supérieure de la plus grande tortue en pierre a été fouillée, mais les chercheurs prévoient de laisser sa moitié inférieure enterrée jusqu'à ce qu'ils puissent déterminer un moyen de soulever et de déplacer la relique en toute sécurité, rapporte l'AP.

    « Bien que des études antérieures aient été menées sur le temple, il n'y a eu aucune recherche approfondie à ce sujet [montrant] l'endroit où divers objets ont été enterrés », a déclaré Socheat au Khmer Times. « Notre récente découverte peut aider à expliquer l'histoire du temple, y compris les cérémonies religieuses qui y étaient autrefois célébrées.»

    https://www.smithsonianmag.com/smart-news/archaeologists-drain-angkor-reservoir-and-discover-stone-turtle-and-other-artifacts-180974849/

     

    De son côté, en avril 2020, l'explorateur Praveen Mohan, rendu célèbre par ses vidéos Youtube de ses explorations et son apparition sur Historia "Ancient aliens", a eu l'idée, en ce qui concerne certains artefacts découverts d'un possible moyen de communication élaboré : une sorte de radio, inventée donc bien avant les nôtres, à base de cristaux de quartz, de fils de bronze et d'antennes (les tridents), tout comme les premières inventées dans les temps modernes. De mon côté, j'ai effectué des recherches sur les pratiques rituelles anciennes des Cambodgiens, et j'ai découvert quelques sources qui pourraient en fait éclaircir les choses d'une façon plus logique et en liaison avec ces rituels anciens :

    Lire la suite ci-dessous et voir une vidéo prise pendant les découvertes :

    Lire la suite

  • Néandertalien utilisait des cure-dents !

    Néandertalien utilisait des cure-dents !

     

    Neanderthal homosapiens

    Comparaison entre le crâne d'un Homo Sapiens (moderne) à gauche et celui d'un Néandertalien à droite

     

    Contrairement aux idées préconçues et à une publicité actuellement visible à la télévision, les hommes de l'âge de pierre prenaient soin de leurs dents et une nouvelle étude prouve que même néandertalien le faisait. 

    Les Néandertaliens d'il y a environ 46 000 ans utilisaient des «cure-dents et une hygiène bucco-dentaire», selon une équipe internationale de scientifiques.

     

    En analysant deux dents extraites des couches du Pléistocène de la grotte de Stajnia (Kraków-Częstochowa Upland), en Pologne, l'équipe dirigée par le Dr Wioletta Nowaczewska du Département de biologie humaine de l'Université de Wrocław a trouvé des traces laissées par un cure-dent.

    Elle a déclaré: " Il semble que le propriétaire de la dent ait utilisé une hygiène bucco-dentaire. Il y avait probablement entre les deux dernières dents des résidus de nourriture qui devaient être éliminés. Nous ne savons pas de quoi il a fait un cure-dent - un morceau de brindille, un morceau d'os ou d'os de poisson. Il devait s'agir d'un objet cylindrique assez rigide, que l'individu utilisait assez souvent pour laisser une trace claire."

    Ceci est le deuxième exemple connu de telles procédures hygiéniques pratiquées par les Néandertaliens de Stajnia Cave. Des traces similaires ont été conservées sur une autre dent trouvée plus tôt dans la grotte.

    Les scientifiques pensent également que les dents, une dent de sagesse (troisième molaire inférieure) et une prémolaire supérieure, appartenaient à un individu de plus de 30 ans, et l'autre à un homme légèrement plus jeune dans la vingtaine.

     

    Pologne dentneandertalien1

    Image : Dr Marcin Binkowski de l'Université de Silésie

     

    Cependant, ils n'ont trouvé aucun changement pathologique indiquant des troubles de la croissance de l'émail, une hypoplasie ou des caries. Ils notent que la dent de sagesse présente des signes d'usure sévère, qui peuvent être liés à la consommation d'aliments durs.

    Pour déterminer si la dent appartenait à notre ancêtre immédiat (Homo sapiens - Cro-Magnon) ou à un parent fossile (Homo neanderthalensis), les scientifiques ont évalué la structure de la couronne de la dent, l'épaisseur de l'émail, le contour de la surface de la dentine et le microtraumatisme de la surface de la couronne. 

    Ils ont comparé les données avec d'autres données sur les dents des Néandertaliens, ainsi que des représentants fossiles et contemporains de notre espèce.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

    Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

     

     

    Paracas peru 1024

    Paracas National Reserve, along the Peruvian coast. (Vasil Daskalov/Getty Images)

     

    C'était déjà fortement soupçonné depuis les premières études datées de 2015, mais c'est maintenant confirmé, l'ADN australasien Ypikuéra est encore aujourd'hui plus largement répandu en Amérique du Sud que pensé jusqu'à présent. Il pourrait même faire partie à l'origine des tout premiers chasseurs-cueilleurs ayant conquis les Amériques du Nord au Sud, bien qu'il n'y en ait plus du tout de trace en Amérique du Nord et Centrale, ce qui constitue d'ailleurs le principal problème en ce qui concerne ce dernier point des conclusions de cette publication. La présence de l'ADN Ypikuéra seulement en Amérique du Sud est bien toujours un véritable casse-tête pour les scientifiques, malgré les tentatives d'explications de cette étude, comme le dit David Meltzer, archéologue à la Southern Methodist University et co-auteur de l'étude de 2015 identifiant le signal Y, qui dit que cette explication a du sensPourtant, ajoute-t-il, trouver une ascendance australasienne dans d'anciens vestiges côtiers renforcerait sa confiance dans les conclusions des auteurs. Il est également possible que des groupes d'ascendance Y aient vécu en Amérique du Nord et en Amérique centrale, mais se sont éteints au lendemain de la colonisation européenne. « Le signal de la population Y est un casse-tête », dit Meltzer, « mais c'est une pièce intéressante à y ajouter.» Il s'agit d'une publication assez conservatrice car ne prenant pas en compte certaines découvertes récentes, comme celle-ci, mais se limitant toujours à la théorie béringienne d'un peu plus de 15 000 ans, pourtant déjà bien malmenée et ne considérant pas la probabilité de plusieurs méthodes et dates de migrations, mais qu'une seule : le voyage à pied.

    Le signal Y est l’une des caractéristiques précédemment identifiées de l’influence australasienne en Amérique du Sud, ce que l’on appelle le signal de la « population Ypikuéra » (signal Y) – une variante génétique jusqu’à présent observée uniquement dans les populations amazoniennes actuelles. Cependant, ce signal a maintenant été observé en dehors de l’Amazonie mais aussi ailleurs en Amérique du Sud, avec une analyse génomique comprenant 383 individus d’un certain nombre de groupes indigènes révélant que le signal Y existe non seulement dans les groupes amazoniens – mais aussi chez les indigènes des peuples de Chotuna (vivant près de la côte pacifique du Pérou), Guaraní Kaiowá (centre-ouest du Brésil) et Xavánte (près du centre du Brésil). Ces peuples autochtones anciens et modernes d'Amazonie partageaient des signatures génétiques spécifiques - connues donc sous le nom de Ypikuéra, ou signal Y - avec des groupes autochtones modernes en Asie du Sud, en Australie et Mélanésie, un groupe d'îles en Océanie. 

    Cette connexion génétique a pris de nombreux scientifiques au dépourvu, et elle reste « l'un des événements les plus intrigants et les plus mal compris de l'histoire humaine », ont écrit les chercheurs dans la nouvelle étude.

    Pour approfondir l'étude du signal Y, une équipe de scientifiques du Brésil et d'Espagne a plongé dans un vaste ensemble de données contenant les données génétiques de 383 peuples autochtones de différentes régions d'Amérique du Sud. L'équipe a appliqué des méthodes statistiques pour tester si l'une des populations amérindiennes avait une similitude génétique «excessive» avec un groupe qu'elle appelait les Australasiens, ou les peuples autochtones d'Australie, de Mélanésie, de Nouvelle-Guinée et des îles Andaman dans l'océan Indien.

    En d'autres termes, l'équipe évaluait si « une population amérindienne donnée partageait significativement plus de variantes génétiques avec les Australasiens que les autres amérindiens », ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva. Les groupes sud-américains qui avaient plus de similitudes génétiques avec les Australasiens ont été interprétés par les nouveaux chercheurs comme étant les descendants des premiers ancêtres américains et australasiens, qui se sont mélangés il y a au moins 15000 ans (YH : plus vraisemblablement il y a + de 20 000 ans en fait selon l'interprétation)

    La théorie béringienne a un peu évolué au fil du temps, puisque les scientifiques admettent maintenant que ce pont de glace a existé plus tôt et plus longtemps que supposé (et même lors des précédentes glaciations), cette carte tente de montrer les diverses migrations (et des Aller-retours) expliquant la diversité des groupes d'ADN, avec un arrêt assez long en Béringie, puis l'ouverture d'un passage entre les glaces pour permettre la pénétration des Amériques. La théorie côtière postule aussi l'utilisation de canoés le long du pont de glace et des côtes glacières de l'Amérique du Nord. D'autres théories affirment aussi une navigation précoce entre les îles océaniennes jusqu'à l'île de Pâques et l'Amérique du Sud, non visibles ici :

     

    Beringie

    Le signal Y n'est pas non plus inclus dans cette carte. credit wikiwand

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

    Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

     

    Caral perou 02

     

    Je ne sais pas si l'expression de "astronomie paysagère" existe ou si je l'invente ici, mais elle me semble la plus adéquate pour résumer la situation décrite par les scientifiques en conclusion de leur étude sur le façonnage de la plus ancienne ville des Amériques à ce jour, Caral. Caral, dont j'ai déjà parlé plusieurs fois tant son avancée par rapport aux autres cultures connues à la même époque (environ 3 000 ans Avant J.C) dans les Amériques surprend:

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-civilisation-de-caral.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

     

    Astronomie et paysage dans la ville de Caral, la plus ancienne ville des Amériques

     

     

    Caral supe

    L'un des principaux bâtiments pyramidaux de la place centrale de Caral, dont le grand axe est orienté parallèlement à la rivière Supe, et vers la grande lunastice sud. Crédit: A. César González-García (Incipit-CSIC).

     

    Une équipe de chercheurs, dirigée par l'Instituto de Ciencias del Patrimonio (Incipit-CSIC) et l'Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC), en collaboration avec l'équipe de la Zone Arqueologique de Caral (Pérou) dirigée par le Dr Ruth Shady Solís, a établi la relation entre la position des monuments de la Culture Supe (Pérou), leurs orientations et certaines caractéristiques astronomiques et topographiques, ce qui ouvre la voie à l'analyse de la façon dont les habitants de cette vallée ont conçu l'espace et le temps il y a 5000 ans. Les résultats de l'étude viennent d'être publiés dans la revue Latin American Antiquity.

    La vallée de la rivière Supe au Pérou contient la première preuve de la construction d'une ville dans les Amériques. Au cours des dernières décennies dans cette vallée et sur la côte voisine, de nombreux sites cérémoniels ont été découverts, avec des bâtiments pyramidaux élaborés et de grands espaces ouverts circulaires datant de 3000 avant JC. La société qui a construit ces bâtiments était basée sur l'agriculture par irrigation, notamment de le coton et la citrouille, et sur la pêche car la côte donne accès à l'une des pêcheries les plus riches du monde.

    Vers la fin de 2016, une campagne de travaux de terrain a été menée dans la vallée de Supe, prenant des mesures des positions et orientations des bâtiments les plus importants de cette civilisation très ancienne sur les dix sites les plus importants de la vallée. « Les résultats des recherches sur la position et l'orientation des bâtiments principaux montrent que la présence de la rivière Supe est la principale influence déterminante sur l'orientation des bâtiments car bien qu'ils ne soient pas situés directement au bord de la rivière, ils sont systématiquement parallèles à cela dans un phénomène curieux, convergent avec ce qui se passait en même temps à des milliers de kilomètres dans la Vallée du Nil », explique Juan Antonio Belmonte, un chercheur de l'IAC expert en astronomie culturelle et co-auteur de l'article.

    Cependant, l'analyse a révélé que la situation dans la vallée était également déterminée par des relations astronomiques très suggestives et novatrices.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • USA : extraction du cuivre il y a 9 500 ans !

    USA : extraction du cuivre il y a 9 500 ans !

     

    Copper points 700px

    Ce mois-ci, dans Radiocarbone/Université de Cambridge, une équipe composée de David Pompeani, géologue à la Kansas State University, Manhattan qui étudie les choses depuis plusieurs années, Byron A SteinmanMark B Abbott, Katherine M Pompeani, William Reardon, Seth DePasqual et Robin H Mueller rapporte que les dates les plus fiables, combinées aux données sur les sédiments, indiquent que l'ancienne culture du cuivre a émergé il y a au moins 9500 ans et a culminé entre 7000 et 5000 ans. Cela le rend au moins aussi vieux, et peut-être plus ancien, que les cultures de travail du cuivre documentées au Moyen-Orient, où les archéologues ont documenté un pendentif en cuivre vieux de 8700 ans.

    Il y a environ 8500 ans, des chasseurs-cueilleurs vivant près du lac Eagle dans le Wisconsin ont martelé une pointe de projectile conique de 10 centimètres de long en cuivre pur. La pointe finement travaillée, utilisée pour chasser le gros gibier, met en évidence un triomphe technologique du Nouveau Monde - et un puzzleUne nouvelle étude de cet artefact et d'autres traces d'exploitation minière préhistorique conclut que ce que l'on appelle l'ancienne culture du cuivre a émergé, puis s'est mystérieusement évanouie, bien plus tôt qu'on ne le pensait.

    Les dates montrent que les premiers Amérindiens ont été parmi les premiers au monde à extraire le métal et à le transformer en outils. Ils suggèrent également qu'un changement climatique régional pourrait aider à expliquer pourquoi, après des milliers d'années, les métallurgistes pionniers ont brusquement cessé de fabriquer la plupart des outils en cuivre et sont en grande partie revenus aux outils en pierre et en os.

    Les gisements de cuivre les plus grands et les plus purs de la planète se trouvent autour des Grands Lacs d'Amérique du Nord. À un moment donné, les Amérindiens ont appris à récolter le minerai et à le chauffer, à le marteler et à le transformer en outils. Ils ont laissé derrière eux des milliers de mines et d'innombrables artefacts en cuivre, y compris des pointes de projectiles mortelles, des couteaux et des haches lourdes, ainsi que des petits hameçons et alênes. Aujourd'hui, il n'est pas rare de rencontrer des habitants de la région « qui ont des seaux d'artefacts en cuivre [qu'ils ont trouvés] cachés dans leurs sous-sols », explique David Pompeani.

     

    Copper tools 1280x720

    L'archéologue Michelle Bebber de la Kent State University, Kent, a fabriqué ces répliques de pointes de flèches et de couteaux en cuivre fabriqués par des gens de l'ancienne culture du cuivre en Amérique du Nord. MICHELLE BEBBER / LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE EXPÉRIMENTALE DE LA KENT STATE UNIVERSITY

     

    Lorsque les chercheurs ont commencé à dater les artefacts et les mines, ils avaient déjà vu un schéma perplexe: les dates suggéraient que les habitants de l'ancienne culture du cuivre ont commencé à produire des outils en métal il y a environ 6000 ans, puis, pour des raisons qui n'étaient pas claires, des instruments en cuivre abandonnés il y a environ 3000 ans. Après cela, les premiers Amérindiens utilisaient le cuivre principalement pour des articles plus petits et moins utilitaires associés à la parure, tels que les perles et les bracelets. « L'histoire est tellement particulière », en partie parce que de nombreuses autres cultures anciennes n'ont pas abandonné les outils en métal une fois qu'ils ont appris à les fabriquer, dit Pompeani.

    Il y a environ 10 ans, Pompeani a commencé une recherche doctorale qui a jeté le doute sur la chronologie de Old CopperIl a extrait les carottes de sédiments des lacs adjacents aux mines préhistoriques de la péninsule de Keweenaw et de l'île Royale au Michigan et a mesuré les métaux traces dans les carottes, y compris le plomb et le titane, qui avaient été libérés par le traitement du mineraiLes analyses ont montré que l'extraction du cuivre avait commencé il y a environ 9500 ans dans certaines régions - quelque 3500 ans plus tôt qu'on ne le pensait. Cela a également pris fin plus tôt, il y a environ 5400 ans, a rapporté Pompeani dans The Holocene en 2015.

    Maintenant, une équipe dirigée par Pompeani présente de nouvelles preuves pour le calendrier révisé.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook

    LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook le 16-03-2021

     

    Acores livefacebook

    Affiche du film, Yves Herbo en haut, Loïc Occhipenti en bas

     

    Demain 16-03-2021, Loïc Occhipenti sera en direct accompagné de Yves Herbo.

    Demain a partir de 19h45. Facebook Live

    La première partie du direct concernera, l'association ECD et ses objectifs 2021.

    Dans la Deuxième partie, nous parlerons de notre documentaire:

    Les Açores, Débris de L'Atlantide ?

    Nous apporterons des éléments supplémentaires concernant la première partie du documentaire.

    Nous répondrons aux questions posées.

    Nous partagerons des éléments qui viendrons appuyer notre théorie.

    Loïc Occhipenti

     

    https://www.facebook.com/101070322053017/posts/112420254251357

    Facebook live

    https://www.facebook.com/asso.civilisationsdisparues/?ref=page_internal

    https://www.helloasso.com/associations/association-etude-des-civilisations-disparues/formulaires/

     

    Acores terceiraa

    Açores-Terceira - © Yves Herbo (cliquer pour agrandir)

     

    La première partie du documentaire sur youtube (seconde partie en juin 2021) :

     

     

    Le Bonus 1 sur la première partie du documentaire (sous-titres en plusieurs langues ajoutés) :

     

     

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html

     

    Venez nombreux demain soir à partir de 19h45, pour poser vos questions et avoir de nouvelles informations sur le sujet !

     

    Plusieurs problèmes techniques lors de ce direct, avec deux coupures pendant et l'impossibilité pour un grand nombre de le rejoindre, y compris moi, sauf par téléphone. Les trois parties de l'intervention en direct vont être encodées et réunies en une ou deux parties, qui seront visibles gratuitement sur Youtube. Merci de votre patience.

     

    Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 15-03-2021, 18-03-2021

  • Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

    Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

     

    Elam coneavececriture

    Cône en terre cuite comportant des inscriptions en élamite linéaire datées d'environ 2500-2300 avant J.-C. Crédit François Desset - Musée du Louvre

     

    C'est une découverte qui est passée assez inaperçue, possiblement à cause de la forte tendance des médias à ne parler que de la crise sanitaire, mais un français a bel et bien réussi en fin d'année 2020 à "craquer" l'écriture élamite. Et cette écriture remonte exactement à 3 300 Avant notre ère, donc exactement à la même date que celle de Sumer, sans aucun lien entre les deux.

    François Desset a réussi à déchiffrer l’élamite linéaire, un système d’écriture utilisé en Iran il y a 4.400 ans. Dans sa version archaïque proto-élamite (dès 3 300 avant J.-C.), celle-ci rejoint les deux systèmes d’écritures les plus anciens connus au monde, le proto-cunéiforme des Mésopotamiens et les hiéroglyphes égyptiens. De quoi modifier les connaissances que l’on avait jusque-là sur l’origine de l’écriture !

    L’annonce a dû réjouir les mânes de l’abbé Barthélémy, de Sylvestre de Sacy ou encore de Champollion. L’archéologue français François Desset, du Laboratoire Archéorient à Lyon, a annoncé le 27 novembre 2020 qu’il avait réussi à déchiffrer des inscriptions vieilles de 4.400 ans ! Toutes étaient rédigées en élamite linéaire, une écriture utilisée par les Elamites qui peuplaient alors l’Iran. Les érudits réunis en ligne pour prendre connaissance de cette découverte depuis le département des biens culturels de l’Universita degli Studi di Padova de Padoue (Italie), ont été enthousiastes. Voici en effet plus d'un siècle que ce système d’écriture, utilisé sur le plateau iranien dans l’ancien royaume d’Elam (actuel Iran) entre la fin du 3ème millénaire et le début du 2ème millénaire avant notre ère, échappait au déchiffrement, comme c’est encore le cas pour le linéaire A crétois ou l’écriture de la vallée de l’Indus (que les spécialistes locaux estiment comme étant plus ancienne encore). Entre marques d’admiration et félicitations des confrères, le Français, fraîchement débarqué de l’Université de Téhéran (Iran) où il enseigne depuis 2014, a expliqué en anglais que : " Cette écriture avait été découverte pour la première fois sur l’antique site de Suse (Iran) en 1901 et que depuis 120 ans nous n’étions pas parvenus à lire ce qui avait été inscrit il y a 4.400 ans faute d’avoir trouvé la clé ". Chose désormais faite cette année (grâce à l’opportunité offerte par la quarantaine dans son appartement à Téhéran et la collaboration de trois autres collègues, Kambiz Tabibzadeh, Matthieu Kervran et Gian-Pietro Basello).

     

    Fdesset portrait

    François Desset, archéologue au Laboratoire Archéorient (Lyon), professeur à l'Université de Téhéran (Iran), encadré par des colonnettes funéraires retrouvées dans des tombes du 3e millénaire avant J.-C, au Balouchistan iranien. Crédit François Desset

    "Des systèmes d'écriture contemporains"

    Les plus anciens exemples d'écriture connus à ce jour proviennent de Mésopotamie (Irak actuel) et remontent à l’Age du Bronze, vers 3300 ans avant J.-C. : il s’agit des tablettes proto-cunéiformes. Or le déchiffrement de l’élamite linéaire remet en question cette suprématie ! " Nous découvrons en effet que vers 2300 avant J.-C., un système d'écriture parallèle existait en Iran, et que sa version la plus ancienne - appelée l’écriture proto-élamite, (3300 avant J.C. - 2900 avant J.-C.) – remontait aussi loin dans le temps que les premiers textes cunéiformes mésopotamiens ! précise François Desset. Aussi, je peux aujourd’hui affirmer que l’écriture n’est pas d’abord apparue en Mésopotamie puis plus tard en Iran : ces deux systèmes, le proto-cunéiforme mésopotamien et le proto-élamite iranien, ont en fait été contemporains ! Il n’y a pas eu une écriture mère dont le proto-élamite serait la fille, il y a eu deux écritures sœurs. D’autre part, en Iran, il n’y a pas eu non plus deux systèmes d’écritures indépendantes comme les spécialistes le pensaient jusque-là, avec le proto-élamite d’un côté et l’élamite linéaire de l’autre, mais une même écriture qui a été soumise à évolution historique et a été transcrite avec des variations au cours de deux périodes distinctes."

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Néandertalien avait très probablement un langage

    Néandertalien avait très probablement un langage

     

    Néandertalien : changement de paradigme scientifique

     

    Neanderthal speech

    Une reconstruction d'un homme et d'une femme de Néandertal - S. ENTRESSANGLE / E. DAYNES / BIBLIOTHÈQUE DE PHOTOS SCIENCES


     

    Décidément, l'actualité scientifique sur l'Homme de Néandertal m'y fait revenir de plus en plus souvent. Deux publications sont sorties pratiquement en même temps, l'une concluant à un profond changement du consensus scientifique les concernant (surtout sur sa disparition) et l'autre concluant que néandertalien possédait tous les attributs physiques pour avoir un langage articulé et des oreilles tout aussi adéquates que les nôtres pour l'entendre.

    La première a été publiée dans les Rapports Scientifiques (https://phys.org/journals/scientific-reports/) :

    Changement du consensus scientifique sur la disparition des Néandertaliens

     

    On ne sait toujours pas comment les Néandertaliens sont morts. Pendant longtemps, une théorie a semblé la plus probable: l'émergence des Homo sapiens hautement intelligents, ou humains modernes. Cette hypothèse de concurrence n'est plus la théorie dominante parmi les scientifiques, comme l'ont montré des recherches parmi les archéologues et les anthropologues.

    Pensez aux Néandertaliens et vous êtes susceptible de penser à un groupe de sauvages, une sorte de demi-singe qui pâlit par rapport aux humains modernes avec leur intelligence illimitée et leurs manières raffinées. Cette image est souvent liée à la disparition des Néandertaliens: ils ont dû mourir lorsque leur cousin intelligent Homo sapiens est entré en scène.

    Mais des recherches récentes à l'université de Leiden ont montré que la plupart des experts - en archéologie ou en anthropologie paléolithique - ne croient plus que cette théorie de la concurrence soit l'explication la plus plausible de la disparition des Néandertaliens. La plupart des scientifiques pensent maintenant qu'une explication démographique est plus probable. C'est ce que les auteurs ont découvert après avoir interrogé 216 collègues des Pays-Bas et de l'étranger.

    " Les résultats nous ont surpris "

    « Pour être honnête, les résultats nous ont surpris », déclare l'archéologue paléolithique Gerrit Dusseldorp, co-auteur de l'article. " L'hypothèse de la concurrence est profondément enracinée dans l'esprit des gens - les scientifiques aussi. Nous nous attendions à ce qu'il y ait un large soutien pour cette hypothèse, mais cela ne s'est pas avéré être le cas."

    Dusseldorp attribue ce changement de paradigme à des découvertes récentes qui rendent l'hypothèse de la concurrence moins plausible. Des recherches antérieures à Leiden ont montré que les Néandertaliens " stupides '' (il a failli s'appeler Homo Stupidus ^^) fabriquaient du goudron à partir d'écorce de bouleau et l'utilisaient pour coller des fers de lance à une lance. Pas si stupide après tout. Et en février, il a été annoncé que les Néandertaliens avaient laissé des peintures rupestres en Espagne, alors que, pendant longtemps, l'art n'avait été attribué qu'aux humains modernes.

    Les différences archéologiques disparaissent presque complètement

    Cela signifie que les différences archéologiques entre les Néandertaliens et les Homo sapiens ont presque complètement disparu, a récemment déclaré le collègue de Dusseldorp, Wil Roebroeks, à la chaîne NOSDusseldorp ajoute: " Il semblerait que les Néandertaliens étaient à peu près aussi intelligents que les Homo sapiens, à condition que vous les compariez à la même période." Les Néandertaliens et les Homo sapiens ont parcouru la terre ensemble il y a 200 000 ans, et il semble que ces contemporains étaient plus ou moins également développés.

    Mais quelle est alors une explication plausible à la disparition des Néandertaliens ? La plupart des répondants pensent que la cause principale est les facteurs démographiquesDusseldorp: " Les Néandertaliens vivaient en groupes plus petits que les Homo sapiens, par exemple. La consanguinité et un manque de variation génétique peuvent avoir joué un rôle." De plus, certains des Néandertaliens semblent avoir été subsumés dans les humains modernes : vous trouvez toujours de l'ADN de Néandertal dans le génome humain. Une sorte de dilution génétique donc.

    Relativement peu de matière reste

    Ainsi, la mort des Néandertaliens n'est en aucun cas une fatalité. C'est en partie parce qu'il y a relativement peu de matériaux restants, ce qui signifie que les pièces manquantes sont plus grandes que celles qui ont été trouvées. Mais jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté, Dusseldorp a ce qui suit à dire à ses collègues, attachés de presse et journalistes scientifiques: " Arrêtons de considérer la thèse du concours comme la norme. Je lis encore trop souvent comment les Néandertaliens étaient plus intelligents qu'on ne le pensait, alors que la plupart des experts n'ont pas considéré cette espèce humaine comme stupide depuis longtemps. "

    Préférence politique sans importance

    Les auteurs ont également cherché à savoir si la préférence politique avait une incidence sur l'explication qu'un scientifique estime être la plus probableDusseldorp: " Nous avions entendu dire que plus de collègues de droite étaient plus susceptibles de soutenir l'hypothèse de concurrence alors que les plus de gauche avaient tendance à préférer les explications démographiques. Mais ce n'était que anecdotique." Maintenant qu'elle a été étudiée, cette théorie peut être mise au rebut: les scientifiques n'ont trouvé aucune preuve significative à ce sujet.

    Krist Vaesen et al. Un consensus émergent en paléoanthropologie: la démographie a été le principal facteur responsable de la disparition des Néandertaliens, rapports scientifiques (2021). DOI: 10.1038 / s41598-021-84410-7

     

    La seconde publication est plus technique et a été publiée dans Nature Ecology and Evolution , DOI: 10.1038 / s41559-021-01391-6

    Les oreilles de Néandertal étaient réglées pour entendre la parole comme les humains modernes
     

    Les reconstructions virtuelles des oreilles de Néandertal montrent que nos cousins ​​éteints avaient la même capacité physique d'entendre que les humains modernes, et par déduction pourraient également émettre les mêmes sons que nous le pouvons - bien qu'il est encore inconnu de savoir si ils parlaient réellement une langue.

    « Nous ne savons pas s'ils avaient une langue, mais au moins ils avaient toutes les parties anatomiques nécessaires pour avoir le genre de discours que nous avons », explique Mercedes Conde-Valverde de l'Université d'Alcalá en Espagne. " Ce n'est pas qu'ils parlaient la même langue (que nous), ni l'anglais, ni l'espagnol, rien de tout cela. Mais si nous pouvions les entendre, nous reconnaîtrions que c'étaient des humains."

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?

    Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?

     

    Noat blue lakenps 1025

    Lac bleu et toundra rouge dans la réserve nationale de Noatak / NPS

     

    Les données convergent de plus en plus vers une entrée de l'homme moderne en Amérique du nord bien plus tôt que supposé jusqu'à présent. Il s'agit de plus du double que les datations reconnues officiellement jusqu'à présent.

    Un groupe de chercheurs de l'Université Brown, financé par le Shared Beringian Heritage Program, recherche des preuves qui soutiennent une théorie nouvelle mais controversée sur le moment et la manière dont les êtres humains sont arrivés pour la première fois sur le continent américain. Le professeur Brown Yongsong Huang et son équipe de chercheurs pensent avoir trouvé des traces de matières fécales humaines et d'activité du feu dans le nord de l'Alaska remontant à plus de 30 000 ans - des milliers d'années avant que les archives archéologiques n'indiquent que des humains se trouvaient en Alaska. Bien que les résultats des derniers travaux de son laboratoire - une analyse des sédiments datant d'il y a 200 000 ans - n'aient pas encore été publiés, les recherches du Dr Huang au cours des cinq dernières années ont apporté de nouvelles données importantes au débat controversé sur le peuplement des Amériques via la Béringie, une masse continentale qui a existé entre la Sibérie et l'Alaska au cours de la dernière période glaciaire (YH : et aussi les précédentes, l'arrivée du mammouth - devenant américain - il y a 100 000 ans le prouve).

    Pendant plusieurs décennies, les archéologues et les scientifiques ont supposé que les humains sont arrivés pour la première fois en Amérique du Nord en provenance d'Asie il y a près de 15000 ans, à la fin de la plus récente période glaciaire de la Terre. La théorie conventionnelle soutient que d'anciens chasseurs humains ont traversé le pont terrestre de Béring, suivant un mammouth à travers une steppe herbeuse maintenant submergée sous le détroit de BéringUne fois sur le pont terrestre, la plupart des archéologues croient que les premiers Américains se sont déplacés régulièrement vers le sud et, au fil du temps, ont divergé dans les nombreuses communautés autochtones de l'Arctique canadien à la pointe sud du Chili. YH : tout comme pour l'Europe et le monde, les humains, avec le temps et leur dispersion en divers endroits colonisés, ont fini par oublier leur origine identique, et ont fini par considérer comme ennemis ou intrus leurs propres frères et sœurs, puisque issus des mêmes ancêtres à l'origine.

    Mais les chercheurs ne savent pas exactement quand une migration, ou une série de migrations, a eu lieu et pendant combien de temps. Les découvertes archéologiques en Sibérie indiquent une présence humaine il y a environ 45 000 ans. Mais la seule preuve matérielle incontestée en Amérique du Nord marque l'habitation humaine beaucoup plus tard, il y a environ 14 500 ans. YH : la contestation systématique de données remettant en cause les études, récompenses, livres et notoriété de scientifiques reconnus n'est pas étonnante en soit, les scientifiques sont des humains et personne n'aime voir son travail et sa carrière, voir certitudes, remises en question profondément. Par contre, quand un site est découvert et a les "bonnes datations", la publication est aussitôt acceptée et validée, même si il peut y avoir des erreurs...

    Pourtant, certains chercheurs pensent que les humains pourraient avoir habité la Béringie orientale pendant la dernière période glaciaire, isolés du reste de l'Amérique du Nord par une énorme calotte glaciaire. Selon des analyses récentes, des os de chevaux et de mammouths marqués coupés trouvés dans les années 1980 et 1990 aux grottes de Bluefish, dans le territoire du Yukon, remontent probablement à environ 25 000 ans, contredisant directement la théorie conventionnelle d'un «peuplement rapide» de l'Amérique du Nord, bien que d'autres chercheurs remettent en question l'âge des preuves de la grotte Bluefish et si les os ont en fait été modifiés par les humains. Les analyses ADN soutiennent l'idée que la constitution génétique des Amérindiens modernes a évolué à partir d'une population béringienne longtemps isolée, et les données climatologiques suggèrent que l'ancienne Béringie était plus hospitalière pour la vie humaine que de nombreuses parties de la Sibérie.

    Au cours des dernières décennies, une nouvelle théorie s'est formée, appelée l'hypothèse du statu quo beringien (BSH). Selon le BSH, le Bering Land Bridge n'était pas seulement un pont, mais faisait partie d'un paysage que les humains ont longtemps habité. Peut-être que les humains ont peuplé la Béringie, du nord-est de la Sibérie au nord-ouest du Canada, pendant des milliers d'années, pendant le dernier maximum glaciaire (environ 25 000 avant notre ère) et avant de se déplacer vers le sud dans les Amériques. Plutôt que, ou en plus, un mouvement rapide en Amérique du Nord, une population humaine isolée aurait pu s'installer en Béringie, divergeant génétiquement et culturellement de leurs ancêtres eurasiens.

     

    Seward peninsula 800x598

    péninsule de Seward, Alaska - Wikimedia



    En 2018, le Shared Beringian Heritage Program a financé les chercheurs de Brown pour tracer l'hypothèse d'immobilisation béringienne en utilisant la géochimie organique. Le groupe a analysé les carottes de sédiments lacustres, à la recherche de preuves chimiques de matières fécales humaines et d'incendies pendant et même avant la dernière période glaciaire.  

    Les chercheurs, dirigés par le Dr Huang, ont récupéré des échantillons de trois lacs formés dans des cratères volcaniques, jusqu'à 200 000 ans - sur la péninsule de Seward, dans le nord-ouest de l'Alaska. Leur objectif est de voir jusqu'où ils peuvent trouver des preuves d'excréments humains et d'activité du feu.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Importante excursion magnétique il y a 42 000 ans

    Importante excursion magnétique il y a 42 000 ans

     

    Magnetosphere rendition

    Notre bouclier magnétique nous protège des vents solaires et rayons cosmiques, sauf s'il diminue trop. Domaine publique.

     

    Connue sous le nom d'excursion de Laschamp - d'après le nom du village français dans lequel elle a été mise au jour, une importante tentative d'inversion magnétique est survenue. Elle s'est produite il y a entre 41.000 et 42.000 ans avant le présent. Les pôles magnétiques terrestres se sont alors déplacés pendant environ 800 ans avant de reprendre finalement leur place initiale.

    C'est en étudiant les cernes d'un kauri, un arbre endémique de la Nouvelle-Zélande, que les chercheurs ont pu estimer les changements dans les niveaux de radiocarbone pendant cette demi-inversion géomagnétique. Ils ont pu ainsi établir une échelle de temps détaillée de la façon dont l'atmosphère a évolué au cours de l'événement d'Adams. Une sorte de pierre de rosette qui leur a permis de relier entre eux diverses observations passées et parfois géographiquement éloignées.

    Jusque à présent, les scientifiques s'étaient concentrés sur les changements survenus au moment de l'inversion. Le champ magnétique de la Terre s'est alors trouvé affaibli d'environ 28 % en moyenne par rapport à ce qu'il est aujourd'hui. Mais les chercheurs de l'université de Nouvelle-Galles du Sud nous apprennent que la période la plus sensible s'est déroulée au moment de la préparation de l'excursion. « L'intensité du champ magnétique terrestre était alors inférieure à 6 % de ce qu'elle est aujourd'hui», remarque Chris Turney. Une boussole à l'époque, si elle existait, n'aurait plus du tout trouvé le nord, s'affolant sans arrêt.

    Le bouclier qui protège notre Planète des rayonnements cosmiques avait-il presque entièrement disparu à cette période ? Par chance, notre Soleil connaissait alors une phase d'activité moins intense que celle que nous expérimentons aujourd'hui. Moins intense, mais plus instable aussi. Ainsi, selon les scientifiques, « le rayonnement solaire non filtré a ionisé l'atmosphère de notre Terre et "frit" la couche d’ozone stratosphérique, déclenchant une vague de changements climatiques à travers le monde. »

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Néandertal et ses mystérieuses structures en cercle

    Néandertal et ses mystérieuses structures en cercle

     

    Homme neandertal mammouth 5

    reconstitution de structures en ossements de mammouths

     

    Les données étant plus nombreuses, il est temps de parler des mystérieuses structures bâties par les Néandertaliens en forme de cercle, à base d'ossements de mammouths. Pour rappel, j'ai déjà parlé et relayé la découverte du CNRS, en France, d'une étrange structure en cercle, découverte dans la grotte de Bruniquel, mais faite en stalagmites, et datée d'environ 180 000 ans. Une structure pouvant d'ailleurs rappeler celles faites en ossements de mammouths ailleurs, les stalagmites rappelant éventuellement des défenses de mammouthhttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-constructions-en-cercle-de-presque-180-000-ans-en-france.html

     

    En fin d'article, je ferai aussi mention de la découverte récente, en Russie du sud, au-dessus de la Mer Noire et face à l'Ukraine, d'une structure identique en os de mammouth, mais à priori bâtie par Homo Sapiens (Homme moderne) il y a environ 26 000 à 19 000 ans, une éventuelle réutilisation ou imitation donc, par une culture encore mal connue, qui a utilisé parfois des techniques uniques au monde, mais aussi d'autres plus répandues, comme des statuettes du type "Venus", dont environ 250 exemplaires ont été trouvées dans de nombreux pays, et datées de 40 000 à 15 000 ans environ pour les fourchettes hautes et basses (c'est dire la longueur temporelle de cette pratique !). Voir liens en bas. Cette pratique traverserait donc l'aurignacien jusqu'au magdalénien en passant par le gravettien, se moquant bien des différentes "cultures" créées par la science moderne...

     

    En raison de son nomadisme, Néandertal a adopté des modes d’habitat variés, du campement en plein air pour quelques jours de chasse au camp de base dans un abri-sous-roche. Néanmoins, ces lieux de vie, sensibles à l’érosion, n’ont souvent laissé que des traces ténues et difficiles à interpréter. Les Néandertaliens choisissaient leur lieux d’habitat en fonction des ressources disponibles à proximité : eau, gibier, bois, gîtes de roche, ainsi qu’en fonction des avantages offerts par le site : vue, protection, ensoleillement… Les campements répondaient, en outre, à des nécessités diverses : camps de base pour une saison (ou plusieurs), campements temporaires pour acquérir des ressources, haltes où était découpé le gibier d’une journée de chasse…

    Quand Néandertal habitait une grotte, il en occupait de préférence l’entrée, pour bénéficier de la lumière naturelle. Il privilégiait également les abris-sous-roche (cavités naturelles d’une paroi rocheuse). Les campements en plein air devaient certainement être plus nombreux que ne le laissent supposer les traces archéologiques. Ils prenaient des aspects variés : tente (structure démontable et transportable, formée d’une armature en bois recouverte de peaux, de nattes…) ; hutte (abri simple constitué avec les matériaux trouvés dans l’environnement immédiat et abandonné ensuite) ; écran de protection (en pierre, en bois, en végétaux…) ; habitation en os de pachydermes (telle la célèbre cabane du site de Molodova I, en Ukraine).

     

    Neandertal habitat

    Reconstitutions d’habitats en plein air de l’époque néandertalienne : de gauche à droite, une tente conique composée de perches en bois couvertes de peaux, une hutte conique en branchages, la cabane de Molodova construite en ossements de mammouths. © Pascale Galibert, Inrap

     

    Les habitats néandertaliens livrent parfois des traces d’aménagements intérieurs. Les sols ont pu être pavés de pierres ou de galets, voire couverts de litières végétales. Des aires d’activité semblaient clairement délimitées : aires de taille de la pierre, de boucherie, de couchage, de préparation culinaire… Mais peu de traces de combustion (foyers, aires de chauffe) ont été découvertes.

    Le site de la Folie, au nord de Poitiers, en France, a été fouillé avant la construction d'une station d'épuration. Les archéologues ont mis au jour les vestiges d'une structure circulaire de type coupe-vent. Cet aménagement aurait servi de campement provisoire à un groupe de Néandertaliens à la recherche de gibier, il y a 55 000 à 60 000 ans.

     

    Neandertal montmaurin france

    Structure néandertalienne trouvée en France (INRAP)

     

    Sur les 180 m² du site fouillé, les archéologues ont ainsi repéré la chambre à coucher près du foyer, presque vierge de vestiges ; l'atelier de façonnage des outils et ses nombreuses pointes racloirs, couteaux de pierre et enfin la « déchetterie », qui a livré une accumulation très importante de restes animaux. Une fosse a également été retrouvée qui servait à faire bouillir de l’eau, certainement pour la cuisson des aliments et peut-être pour la toilette.

     

    LA PRATIQUE OU NON DE LA CHASSE AUX MAMMOUTHS PAR LES NÉANDERTALIENS POUR SE PROCURER DE LA NOURRITURE EST PARTICULIÈREMENT DISCUTÉE. UNE ÉTUDE RÉALISÉE DANS LE CADRE D’UN PROJET FRANCO-UKRAINIEN IMPLIQUANT LE CNRS, LE MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE ET L’ACADÉMIE NATIONALE DES SCIENCES D’UKRAINE, VIENT DE PROPOSER L’HYPOTHÈSE QUE L’HOMME DE NÉANDERTAL UTILISAIT ÉGALEMENT LES OS DES MAMMOUTHS COMME MATÉRIAU DE CONSTRUCTION POUR LEURS HABITATIONS, ET CE BIEN AVANT L’HOMME ANATOMIQUEMENT MODERNE. LES RÉSULTATS DE CETTE ÉTUDE, RÉALISÉE PAR LAËTITIA DEMAY ET STÉPHANE PÉAN, ET COORDONNÉE PAR MARYLÈNE PATOU-MATHIS ET LARISSA KOULAKOVSKA VIENNENT D’ÊTRE PUBLIÉS DANS LA REVUE QUATERNARY INTERNATIONAL (2013).

     

    Homme neandertal mammouth 4

    Couche 4 de Molodova I. Vue sur l’accumulation circulaire en ossements de mammouths © I. K. Ivanova

     

    L’hypothèse selon laquelle l’Homme de Néandertal aurait utilisé des mammouths comme matériau de construction est basée sur l’analyse du matériel faunique du site de Moldova I situé dans la vallée du Dniestr en Ukraine, en particulier du niveau 4 riche en vestiges archéologiques du Paléolithique moyen. Datant de l’époque inter-pléniglaciaire du Dernier Glaciaire (MIS 3) 2, elle a livré 40 000 artefacts lithiques attribués à la culture moustérienne 3 et environ 3 000 ossements de mammifères, essentiellement de mammouth laineux (Mammuthus primigenius).

    Plusieurs zones ont été dégagées : une fosse remplie d’ossements, différentes zones d’activités (de boucherie, de production d’outils), 25 foyers et une accumulation circulaire composée d’ossements de mammouths décrite initialement comme étant une structure d’habitat confectionnée par les Néandertaliens. Les structures d’habitat en ossements de mammouth avérées au Paléolithique supérieur, en Ukraine et en Russie, ont été (aussi) réalisées par les Hommes anatomiquement modernes (Homo sapiens) en particulier de culture épigravettienne 4.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

    Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

     

    Chachapoya sarcophages

    Retour sur cette culture précolombienne du Pérou très mal connue, dont j'ai déjà parlé ici :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

    Il en est aussi question ici, vers la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/choquequirao-la-deuxieme-mysterieuse-machu-picchu.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html

     

    Des découvertes archéologiques récentes ont jeté un nouvel éclairage sur l'histoire du peuple Chachapoya du PérouJusque dans les années 1990, la plupart de ce que nous savions de cette culture précolombienne - appelée les «guerriers des nuages» par les Incas - était basée sur des histoires de tiers-mains de chroniqueurs espagnols peu fiables. Même aujourd'hui, le puzzle Chachapoya a plus de lacunes que de pièces. Pourtant, l'intérêt et les connaissances pour la civilisation d'autrefois grandissent. En 2017, les ruines de Chachapoya au sommet d'une colline de Kuélap ont été équipées d'un téléphérique et commercialisées par le gouvernement péruvien comme un rival nordique du Machu Picchu. Deux ans plus tard, l'Unesco a inscrit les «sites Chachapoyas de la vallée d'Utcubamba» sur sa liste provisoire des sites du patrimoine mondial envisagés pour proposition d'inscription. 

    Antérieure à l'Inca de plus de six siècles, la culture Chachapoya s'est épanouie à partir d'environ 800 après JC dans les hautes terres reculées du nord du Pérou, une zone de montagnes froissées, de profonds canyons et de chutes d'eau élevées où les pentes orientales des Andes se dissolvent dans le bassin humide de l'Amazone. Ici, une société vaguement unifiée de cacicazgos (petits royaumes) a progressivement pris racine, cultivant des champs en terrasse et agissant comme intermédiaires commerciaux entre les Andes et l'Amazonie. La population, qui comptait peut-être 500 000 âmes à son apogée, a produit un chaman puissant et a engendré un esprit de combat difficile. Elle a évolué avec peu de traumatismes extérieurs jusqu'à l'invasion des Incas dans les années 1470

    Sans langage écrit, une grande partie de ce que l'on sait sur le Chachapoya provient de vestiges archéologiques trouvés sur des sites funéraires sur des falaises calcaires difficiles d'accès dans les forêts de nuages ​​du Pérou. Caractérisés par des sarcophages avec des visages humanoïdes et des mausolées ressemblant à des chalets qui ont été construits dans la paroi rocheuse et ornés d'images rouge rouille, ces tombes en pierre ou chullpas, qui regardent toujours de manière imposante des collines isolées, suggèrent une culture indépendante vigoureuse qui était nettement différente de ses voisins andinsContrairement aux autres civilisations sud-américaines, les Chachapoya semblaient éviter les hiérarchies. Leurs méthodes d'inhumation, bien que élaborées, semblent avoir été relativement égalitaires et l'architecture qui a survécu manifeste peu de symboles de statut et de pouvoir.

     

    Ruines de kuelap2

    ruines de Kuélap - Crédit Yolka

     

    Compliquant les enquêtes, de nombreux chullpas ont été pillés; d'autres, comme ceux découverts sur une falaise surplombant la Laguna de los Cóndores en 1996, ont été repris et réutilisés par les Incas. La découverte des Cóndores a changé la donne dans la recherche archéologique péruvienne, qui a laissé deviner la sophistication des Chachapoya au moment où les Incas sont arrivés à la fin du XVe siècle. Un musée spécial a été construit en 2000 dans la ville voisine de Leimebamba pour abriter les objets. À l'intérieur des tombes, les archéologues ont trouvé plus de 200 momies de l'époque inca, ainsi que de simples céramiques, des objets en argent, des sculptures sur bois et des textiles uniques aux teintes rouges. Les Chachapoya étaient réputés pour leur tissage; leurs tissus brillants aux motifs animaliers étaient les vêtements préférés des Incas. 

    Les rapports coloniaux espagnols décrivant le Chachapoya comme ayant la peau blanche et les cheveux blonds étaient probablement faux, alimentant des histoires fantastiques sur leurs origines sur des explorateurs mythiques d'outre-mer. Les recherches archéologiques ultérieures de la Laguna de los Cóndores et d'autres sites ont dissipé le mythe selon lequel les guerriers des nuages ​​étaient des Vikings déplacés. Ils étaient cependant réputés pour posséder un esprit guerrier robuste.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Levant : Des symboles gravés de 120 000 ans ?

    Levant : Des symboles gravés de 120 000 ans ?

     

    Levant osgrave

    Une découverte récente par des archéologues de l'Université hébraïque et de l'Université de Haïfa aux côtés d'une équipe du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France a mis au jour des preuves de ce qui pourrait être la première utilisation connue de symboles. Les symboles ont été trouvés sur un fragment d'os dans la région de Ramle dans le centre d'Israël et seraient vieux d'environ 120 000 ans.

    Alors que les scientifiques et les historiens ont longtemps supposé que les gravures sur des pierres et des os ont été utilisées comme une forme de symbolisme datant dès le Paléolithique moyen (250 000-45 000 avant notre ère), les découvertes à l'appui de cette théorie sont extrêmement rares.

    Remarquablement, le fragment est resté largement intact et les chercheurs ont pu détecter six gravures similaires sur un côté de l'os, ce qui les a amenés à croire qu'ils étaient en possession de quelque chose qui avait une signification symbolique ou spirituelle. La découverte, qui a été récemment publiée dans la revue scientifique Quaternary International, a été découverte avec un trésor d'outils en silex et d'ossements d'animaux trouvés sur un site lors de fouilles archéologiques.

     

    Levant osgraveadroite

    Photo des os. Celui qui est gravé se trouve en haut à droite. Crédit Dr. Yossi Zaidner

     

    Le Dr Yossi Zaidner de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque a déclaré que le site était probablement utilisé comme camp ou lieu de rencontre pour les chasseurs du Paléolithique qui abattaient ensuite les animaux qu'ils ont capturés à cet endroit. L'os identifié proviendrait d'un gros bétail sauvage éteint, une espèce très commune au Moyen-Orient à cette époque (l'auroch).

    Grâce à l'imagerie tridimensionnelle, à des méthodes d'analyse microscopiques et à la reproduction expérimentale de gravures en laboratoire, l'équipe a pu identifier six gravures différentes allant de 38 à 42 millimètres de longueur. Le Dr Iris Groman-Yaroslavski de l'Université de Haïfa a expliqué: " Sur la base de notre analyse en laboratoire et de la découverte d'éléments microscopiques, nous avons pu supposer que les gens à l'époque préhistorique utilisaient un outil pointu fabriqué à partir de roche de silex pour faire les gravures."

    Résumé de l'étude parue dans Quaternary International : Au Paléolithique moyen en Eurasie, la production de gravures délibérées et abstraites sur des matériaux en os ou en pierre est un phénomène rare. Il est maintenant largement admis que les humains anatomiquement modernes et les hominidés qui les ont précédés ont produit des gravures délibérées associées à un comportement symbolique. Dans le contexte du Paléolithique moyen levantin, seuls cinq exemples de gravures intentionnelles sont connus à ce jour. Dans cet article, nous présentons un fragment d'os aurochs qui porte six incisions sous-parallèles profondes, récupérées sur le site du Paléolithique moyen en plein air de Nesher Ramla en IsraëlL'objet, trouvé dans une accumulation anthropique d'artefacts dans l'unité III du site, était daté du stade 5 des isotopes marins (environ 120 ka). L'unité III est une couche stratigraphiquement bien définie qui se caractérise par des activités de taille intenses sur place avec prédominance de la méthode de réduction centripète Levallois et par une exploitation intense des aurochs et des tortuesCet article présente une étude multidisciplinaire de l'os et des incisions, y compris des analyses zooarchéologiques, macro et microscopiques, une analyse au microscope électronique à balayage et des réplications expérimentalesLes attributs macroscopiques et microscopiques des incisions, et les comparaisons avec le matériel expérimental excluent une origine taphonomique ou utilitaire des incisions. L'étude indique que les gravures ont très probablement été réalisées par un droitier en une seule séance de travail. La morphologie et les caractéristiques des incisions, en particulier la présence de polissage longitudinal et de stries dans l'une des incisions, suggèrent qu'elles ont été faites par un artefact en silex, probablement retouché. L'os gravé de l'unité III à Nesher Ramla est l'une des plus anciennes manifestations abstraites délibérées produites par les hominins du Paléolithique moyen et de l'âge de pierre moyen et la plus ancienne connue à ce jour au Levant. En tant que tel, il a des implications majeures pour notre compréhension de l'émergence et des premiers stades du développement du comportement symbolique humain."

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans

    Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans (rois David et Salomon)

     

    Tissusteintes violetroyal1

    Pour la première fois, des preuves rares ont été trouvées de tissus teints avec du violet royal datant de l'époque du roi David et du roi Salomon.

    En examinant les textiles colorés de la vallée de Timna - un ancien district de production de cuivre dans le sud d'Israël - dans une étude qui a duré plusieurs années, les chercheurs ont été surpris de trouver des restes de tissu tissé, un gland et des fibres de laine teintes en violet royal. La datation directe au radiocarbone confirme que les découvertes datent d'environ 1000 avant notre ère, correspondant aux monarchies bibliques de David et Salomon à JérusalemLe colorant, produit à partir d'espèces de mollusques trouvées en Méditerranée, à plus de 300 km de Timna, est souvent mentionné dans la Bible et apparaît dans divers contextes juifs et chrétiens.

    C'est la première fois que des textiles de l'âge du fer teints en violet sont découverts en Israël, voire dans tout le Levant méridional. La recherche a été menée par le Dr Naama Sukenik de l'Autorité des Antiquités d'Israël et le professeur Erez Ben-Yosef, du Département d'archéologie et des cultures anciennes du Proche-Orient Jacob M. Alkow à l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec le professeur Zohar Amar, le Dr David Iluz et le Dr Alexander Varvak de l'Université Bar-Ilan et le Dr Orit Shamir de l'Autorité des Antiquités d'Israël. Les découvertes inattendues sont publiées aujourd'hui dans PLOS ONE.

    " Le roi Salomon a fait lui-même le palanquin; il l'a fabriqué en bois du Liban. Il a fait ses poteaux en argent, sa base en or. Son siège était tapissé de pourpre, son intérieur incrusté d'amour ". (Cantique des Cantiques 3: 9-10).

     

    Tissusteintes violetroyal1

    Fragment de textile en laine décoré de fils teints en violet royal, ~ 1000 avant notre ère, vallée de Timna, Israël Crédit: Dafna Gazit, l'Autorité des antiquités d'Israël

     

    " C'est une découverte très passionnante et importante ", explique le Dr Naama Sukenik, conservateur des découvertes organiques à l'Autorité des Antiquités d'Israël. " C'est le premier morceau de textile jamais trouvé de l'époque de David et Salomon qui est teint avec le prestigieux colorant pourpre. Dans l'antiquité, la tenue violette était associée à la noblesse, aux prêtres et bien sûr à la royauté. Le violet, le fait qu'il ne se décolore pas et la difficulté à produire le colorant, qui se trouve en infimes quantités dans le corps des mollusques, en ont tous fait le plus précieux des colorants, qui coûtent souvent plus que l'or. Pour la découverte actuelle, nous n'avions rencontré que des déchets de coquilles de mollusques et des tessons de poterie avec des taches de colorant, qui témoignaient de l'industrie pourpre à l'âge du fer. Maintenant, pour la première fois, les ouvriers étaient des métallurgistes hautement qualifiés. Timna était un centre de production de cuivre, l'équivalent de l'âge du fer du pétrole moderne. La fusion du cuivre nécessitait une connaissance métallurgique avancée qui était un secret gardé, et ceux qui détenaient ces connaissances étaient les experts "Hi-Tech" de l'époque. Slaves 'Hill est le plus grand site de fusion de cuivre de la vallée et il est rempli de tas de déchets industriels tels que les scories des fours de fusion. L'un de ces tas a donné trois morceaux de tissu coloré. La couleur a immédiatement attiré notre attention, mais nous avons eu du mal à croire que nous avions trouvé le vrai violet d'une période aussi ancienne. "

    Selon les chercheurs, le vrai violet [argaman] a été produit à partir de trois espèces de mollusques indigènes de la mer Méditerranée: le Banded Dye-Murex (Hexaplex trunculus), le Spiny Dye-Murex (Bolinus brandaris) et le Red-Mouthed Rock-Shell (Hémastome de Stramonita).

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Espagne : une dague préhistorique en cristal de 5000 ans

    Espagne : une dague préhistorique et des outils en cristal de 5000 ans découverts

     

    Poignardcristalmancheivoire 5000ans espagne

     

    Le superbe poignard a été conçu pour s'adapter à une poignée en ivoire (photo). Les experts disent qu'il appartenait probablement à une personne riche, car les matériaux étaient disponibles dans des endroits éloignés de cette partie de l'Espagne

     

    Découverte rare en Espagne, de non seulement un poignard en cristal, mais aussi 10 pointes de flèches, quatre lames et un noyau pour fabriquer des armes, qui étaient toutes en cristal de roche.

    Une équipe qui a fouillé la tombe mégalithique de Montelirio Tholos de 2007 à 2010 a découvert un poignard formé de cristal de roche qui, selon les experts, est le `` plus techniquement sophistiqué '' jamais découvert dans la péninsule ibérique et aurait demandé une énorme habileté à sculpter. L'artefact, qui a environ 5000 ans, mesure près de 8,5 pouces de long (21,59 cm).

    Le lieu de repos final de l'arme est loin des mines de cristal, ce qui suggère qu'elles appartenaient autrefois à un individu d'élite qui a payé un prix élevé pour obtenir et façonner les matériaux.

    Les chercheurs pensent également que le cristal de roche à cette époque peut avoir eu une signification symbolique et que de telles sociétés l'ont utilisé pour la vitalité, les pouvoirs magiques et les liens avec les ancêtres. « Ils représentent probablement un attirail funéraire accessible uniquement à l'élite de cette période », lit-on dans l'étude publiée dans la revue Quaternary International.

    «  L'association de la lame de poignard à un manche en ivoire, également une matière première non locale qui a dû être d'une grande valeur, suggère fortement le statut de haut rang des personnes utilisant de tels objets ». L'excavation dans le sud-ouest de l'Espagne était une collaboration de chercheurs de l'Université de Grenade, de l'Université de Séville et du Conseil supérieur de la recherche espagnol.

    Le tombeau est situé dans la basse vallée du Guadalquivir qui se trouve dans la zone métropolitaine de Séville - la colonie est appelée «Valencina de la Concepcion Castilleja de Guzman». Valencina est vénérée comme le site le plus important de la péninsule ibérique de l'âge du cuivre et est également le plus grand. (Voir carte en bas).

    Les chercheurs ont découvert des cristaux de roche dans huit secteurs différents de la structure massive de 143 pieds de long qui comprend un couloir de 128 pieds de long menant à une chambre principale de plus de 15 pieds de diamètre.

    Bien que des cristaux de roche aient été trouvés sur tout le site, les objets les plus sophistiqués - têtes de flèches et lames de poignard - ont été découverts dans le secteur sud.

     

    Poignardcristal 5000ans espagne

    L'étonnante lame de poignard a été découverte dans la région sud de la chambre intérieure et est rarement trouvée parmi les sépultures du néolithique tardif et de l'âge du cuivre.

    " La fabrication de la dague en cristal de roche doit avoir été basée sur une accumulation de connaissances empiriques transmises et de compétences tirées de la production de lames de poignard en silex ainsi que du savoir-faire d'objets bifaciaux foliacés plus petits en cristal de roche ".

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue

    Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue - MAJ 02-09-2014, 13-10-2018

    stanton-cave.jpg

    Une ancienne civilisation aurait vécue dans des grottes sous le Grand Canyon ? C'est aussi vague qu'une déclaration demandant pourquoi certains des anciens peuples méso-américains représentaient leurs dieux comme des hommes blancs alors que les dieux olmèques semblaient africains. Etendre l'imagination ... peut-être que tout ce qu'on trouve dans les grottes du Grand Canyon décrites ci-dessous, est lié à la théorie des Ancient Aliens (théorie affirmant que des extra-terrestres ont habité la Terre et "éduqués" pour leurs intérêts la race humaine). Il est intéressant de spéculer sur les Egyptiens ou les Tibétains desservant le Grand Canyon avec des Vimanas anciens, mais, à ce jour, il n'existe aucune preuve tangible pour étayer ces allégations...

    Secrets archéologiques par David Hatcher Childress

    Peut-être que la suppression (secret) la plus étonnante de toutes est l'excavation d'une tombe égyptienne par le Smithsonian lui-même dans l'Arizona. Une longue 1ère page historique de la Gazette de Phoenix du 5 Avril 1909 a présenté un rapport très détaillé de la découverte et de l'excavation d'une voûte taillée dans la roche par une expédition menée par un professeur SA Jordan de la Smithsonian. Le Smithsonian, cependant, prétend n'avoir absolument aucune connaissance de la découverte ou de ses découvreurs...

    grandcanyonews.jpg

    Front page of The Phoenix Gazette of April 5th, 1909

    Le World Explorers Club a décidé de vérifier cette histoire en appelant le Smithsonian à Washington, DC , mais nous avons senti qu'il y avait peu de chance d'obtenir quelconque information réelle. Après avoir parlé brièvement à un opérateur, nous avons été transférés à un archéologue du personnel du Smithsonian, et la voix d'une femme est venue au téléphone et s'est identifiée. Je lui ai dit que je faisais des recherches sur l'histoire de Phoenix et les articles des journaux de 1909 au sujet de l'Institut Smithsonien qui disent avoir fouillé des voûtes taillées dans la roche dans le Grand Canyon où des artefacts égyptiens avaient été découverts, et si l'Institut Smithsonian pourrait me donner plus d'information sur le sujet .

    Elle dit : « La première chose que je peux vous dire, avant d'aller plus loin, c'est qu'aucun artefact égyptien de toute nature n'a déjà été trouvé dans le nord ou l'Amérique du Sud. Par conséquent, je peux vous dire que l'Institut Smithsonian n'a jamais été impliqué dans de telles fouilles. "

    Elle était très serviable et polie, mais, à la fin, ne savait rien. Ni elle, ni personne d'autre avec qui j'ai parlé ne pouvait trouver aucune trace de la découverte ou que ce soit GE Kinkaid et un professeur S.A. Jordan. S'il ne peut être écarté que toute l'histoire soit un canular de journal, le fait qu'elle était sur la première page, a nommé le prestigieux Institut Smithsonian, et a donné un récit très détaillé qui a duré plusieurs pages, prête beaucoup à sa crédibilité.

    Il est difficile de croire qu'une telle histoire aurait pu venir de nulle part. Si cette histoire est vraie, cela changerait radicalement la vue actuelle qu'il n'y a eu aucun contact transocéanique à l'époque pré-colombienne, et que tous les Indiens d'Amérique, sur les deux continents, descendent des explorateurs de l'Age de Glace qui ont traversé le détroit de Béring .

    C'est l'idée que des Egyptiens venus dans la région de l'Arizona dans le passé antique est si répréhensible et absurde qu'elle doit être cachée ? Peut-être que l'Institut Smithsonien est plus intéressé à maintenir le statu quo que de faire des vagues avec une étonnante nouvelle de découvertes qui bouleversent les enseignements académiques précédemment acceptés . L'historien et linguiste Carl Hart, éditeur de Word Explorer, a pu obtenir une carte pour les randonneurs du Grand Canyon, à partir d'une librairie de Chicago.

    Penchés sur la carte, nous avons été surpris de voir que beaucoup de la région sur le côté nord du canyon avait des noms égyptiens. La zone autour de Ninety-four Mile Creek et de Trinity Creek avait des zones (des formations rocheuses, apparemment) avec des noms comme Tour de Set, Tour de Ra , Temple d'Horus, Temple d'Osiris et Temple d'Isis.

    grandcanyonisistemple.jpg

    The Isis Temple

    grandcanyontowrofset.jpg

    The Tower of Set

    grandcanyontowerofra.jpg

    The Tower of Ra

    templegrandcanyon2.jpg

    Zoroaster Temple


    Dans la zone du Canyon Haunted il y a  des noms tels que la pyramide de Khéops, le Cloître de Bouddha, le Temple du Bouddha, Manu Temple et Temple de Shiva. Il y a-t-il une relation entre ces lieux et les prétendues découvertes égyptiennes dans le Grand Canyon ?

    Nous avons appelé un archéologue de l'Etat au Grand Canyon, et il a dit que les premiers explorateurs devaient aimer les noms égyptiens et hindous, mais il est vrai que cette zone était interdite aux randonneurs ou d'autres visiteurs, en raison des cavernes dangereuses.

    En effet, toute cette zone avec les noms de lieux égyptiens et hindous dans le Grand Canyon est une zone interdite - nul n'est autorisé dans cette grande surface. Nous ne pouvions qu'en conclure que c'était l'endroit où se trouvaient les voûtes. Pourtant, aujourd'hui encore, cette région est curieusement hors-limites de tous les randonneurs et même, en grande partie, du personnel du parc.

    Je crois que le lecteur averti verra que si seulement une petite partie de la preuve "Smithsoniangate" est vraie, alors notre institut archéologique le plus sacré a été activement impliqué dans la suppression de preuves sur des cultures américaines avancées, des preuves de voyages antiques de diverses cultures vers le Nord Amérique, la preuve de géants et d'autres objets excentriques, et la preuve qui tend à infirmer le dogme officiel qui est maintenant l'histoire de l'Amérique du Nord.

    Le conseil des gouverneurs de l'Institut Smithsonien refuse toujours d'ouvrir ses réunions aux médias ou au public. Si les Américains n'ont jamais été autorisés à l'intérieur du "grenier de la nation", comme le Smithsonian a été appelé, quels squelettes pourraient-ils y trouver ?

    Rapport de G. E. Kinkaid

    GE Kinkaid croyait être la première personne de race blanche née dans l'Idaho. Il a été un explorateur et un chasseur toute sa vie, 30 années de travail à l'Institut Smithsonien. Voici des extraits de son journal de ses aventures présumées dans la grotte.

    grandcanyonriver.jpg

    " Je voyageais sur le fleuve Colorado dans un bateau, seul, à la recherche de minéraux. A quelque 42 miles (67 km) en haut de la rivière du El Tovar Crystal Canyon, j'ai remarqué, sur le mur est, des taches dans la formation sédimentaire à environ 2.000 pieds (610 mètres) au-dessus du lit de la rivière. Il n'y avait pas de piste à ce moment, mais j'ai pu finalement l'atteindre avec grande difficulté. "

    grandcancave.jpg

    Cette falaise est censé être l'emplacement de l'entrée de la grotte à la mystérieuse citadelle souterraine.

    " L'entrée est à 1,486 pieds (453 m) au-delà du mur du canyon. Au-dessus d'une avancée qui le cachait à la vue de la rivière, se trouvait l'entrée de la grotte. Il y a des escaliers menant à cette entrée à une trentaine de mètres de ce qui était à l'époque le niveau de la rivière.

    Quand j'ai vu les coups de ciseau sur la paroi interne de l'entrée, je m'y suis intéressé. J'ai armé mon fusil, je suis entré.

    J'ai rassemblé un certain nombre de reliques, que je transportais par la Colorado jusqu'à Yuma, d'où je les ai expédiées à Washington avec les détails de la découverte. Par la suite, d'autres explorations ont été menées. Assez intéressés sont devenus les scientifiques, au point que des préparatifs sont en cours pour équiper notre camp pour des études approfondies, le nombre d'archéologues est en augmentation de 30 à 40. "

    grandcanyondiagram.jpg

    " Du long passage principal, une autre chambre de mammouth (géante) a été découverte à partir de laquelle rayonne des marques de passages, comme les rayons d'une roue.

    Plusieurs centaines de pièces ont été découvertes, atteintes par des passages allant du passage principal, l'un d'entre eux ayant été exploré sur 854 pieds (260 m) et un autre sur 634 pieds (193 m). Les découvertes récentes incluent des artefacts qui n'ont jamais été connus comme originaires de ce pays, et sans doute qu'ils avaient leur origine en Orient. Des armes de guerre, des instruments de cuivre, acérés et durs comme l'acier, indiquent l'état de civilisation atteint par ces personnes.

    Le passage principal est d'environ 12 pieds (3,70 m) de large, se rétrécissant à neuf pieds (2,70 m) vers la fin plus loin. Environ à 57 mètres de l'entrée, la première branche secondaire passe à droite et à gauche, le long de laquelle, des deux côtés, un certain nombre de pièces de la taille de pièces de vie ordinaires d'aujourd'hui, même si certaines sont de 30 par 40 pieds carrés (9 par 12 mètres carrés). Elles sont ouvertes par des portes de forme ovale et sont aérées par des trous d'air ronds à travers les murs dans les passages. Les murs sont d'environ trois pieds six pouces d'épaisseur (1,07 m).

    Les passages sont ciselés ou taillés aussi droits que pourraient l'être aménagés par un ingénieur. Les plafonds de la plupart des chambres convergent vers un centre. Les passages secondaires partant près de l'entrée prennent à un angle aigu par rapport à la salle principale, mais vers l'arrière ils l'atteignent progressivement par un bon angle dans la direction. "

    grandcanyonshrine.jpgJack Andrew (c) 2001-reconstitution

    " A plus d'une centaine mètres de l'entrée est le Hall en Croix, de plusieurs centaines de mètres de long, dans lequel on trouve l'idole, ou l'image, du dieu du peuple, assis les jambes croisées, avec une fleur de lotus ou de nénuphar dans chaque main. La forme du visage est oriental. L'idole ressemble presque à Bouddha, bien que les scientifiques ne sont pas certains du culte religieux qu'il représente. Prenant en considération tout ce qu'on a trouvé à ce jour, il est possible que ce culte ressemble le plus à l'ancien peuple du Tibet.

    Autour de cette idole se trouvent de petites figurines, dont certaines très belles dans leurs formes, d'autres avec des formes tordues et déformées, symboliques, probablement, du bien et du mal. Il y a deux grands cactus, les bras en saillie, un de chaque côté de l'estrade sur laquelle repose le Dieu. Tout cela est gravé dans le marbre ressemblant à du rocher dur.

    Dans le coin opposé de ce Hall en Croix a été trouvé des outils de toutes sortes, en cuivre. Ces gens connaissaient sans doute l'art perdu de durcir ce métal, qui a été tenté par des produits chimiques pendant des siècles sans résultats.

    Sur un banc qui court autour de la salle de travail était un peu de charbon et d'autres matières probablement utilisées dans le processus. Il y a également des scories et des trucs similaires à du métal, montrant que ces anciens ont fondu des minerais, mais jusqu'ici, aucune trace d'où ni comment cela a été fait n'a été découverte, ni sur l'origine du minerai.

    Parmi les autres découvertes sont des vases ou des urnes et des tasses de cuivre et d'or, très artistiques dans leur conception. Le travail sur la poterie comprend de la céramique émaillée et des récipients vitrifiés.

    Un autre passage mène aux greniers comme on en trouve dans les temples orientaux. Ils contiennent des graines de toutes sortes. Un très grand entrepôt n'a pas encore été fouillé, comme il est de douze pieds de haut (3 m 70) et ne peut être atteint que par le haut.

    Deux crochets de cuivre dépassent du bord, ce qui indique qu'une sorte d'échelle avait été fixée. Ces greniers sont arrondis, comme les matériaux dont ils sont construits, que je pense être un ciment très dur. Un métal gris se trouve également dans cette caverne, qui choque les scientifiques, son identité n'a pas été établie. Il ressemble à du platine. Parsemé pêle-mêle sur le sol partout se trouvent ce que les gens appellent des « yeux de chat », une pierre jaune sans grande valeur. Chacune est gravée avec une tête du type malais. "

    grandcanyonheiroglyphics.jpg

    " Sculptés sur toutes les urnes, au-dessus des portes et des tablettes de pierre, se trouvent de mystérieux hiéroglyphes, la clé que l'Institut Smithsonien espèrait découvrir. Les gravures sur les tablettes ont probablement quelque chose à voir avec la religion du peuple. Des Hiéroglyphes similaires ont été trouvés dans le sud de l'Arizona.

    Parmi les œuvres picturales, seuls deux animaux se trouvent - l'un d'eux ressemble à un animal préhistorique. "

    grandcanyoncrypt.jpg

    Jack Andrew (c) 2001-reconstitution

     " Le tombeau ou crypte dans laquelle les momies ont été trouvées est l'une des plus importantes des chambres, avec les murs inclinés en arrière à un angle d'environ 35 degrés. Sur des niveaux il y a des momies, chacune occupant une tablette taillée séparée. A la tête de chacune est un petit banc, sur lequel on trouve des tasses de cuivre et des pièces d'épées brisées. Certaines de ces momies sont recouvertes d'argile et toutes sont enveloppées dans un manteau d'écorce.

    Les urnes ou les découpes aux niveaux inférieurs sont grossières, tandis que quand les niveaux élevés sont atteints, les urnes sont plus fines dans leur conception, montrant un stade ultérieur de la civilisation. Il est intéressant de noter que toutes les momies examinées jusqu'ici se sont révélés être des hommes, pas d'enfants ou de femmes étant enterrés ici. Cela conduit à la conviction que cette section extérieure était la caserne des guerriers.

    Parmi les découvertes, aucun os d'animaux n'ont été trouvés, aucune peau, pas de vêtements, pas de literie. La plupart des chambres sont nues mais pour des récipients d'eau.

    Une chambre, d'environ 40 (12 m) par 700 pieds (213 m), était probablement la salle à manger principale, puisque des ustensiles de cuisine sont disponibles ici. Que ces gens vivaient ici est un problème, si on suppose qu'ils sont venus du sud en hiver et faisaient de l'élevage dans les vallées, et en allant vers le nord en été.

    Au moins 50.000 personnes ont pu vivre dans ces cavernes confortablement. Une théorie est que les actuelles tribus indiennes trouvées en Arizona sont les descendants des serfs ou des esclaves des gens qui ont habité la grotte.

    Sans doute un bon plusieurs milliers d'années avant l'ère chrétienne, un peuple vivait ici, qui a atteint un haut degré de civilisation. La chronologie de l'histoire humaine est pleine de lacunes.

    Une chose dont je n'ai pas parlé, ayant peut-être un intérêt. Il y a une chambre de passage qui n'est pas ventilée, et quand nous l'avons approchée, une mauvaise odeur de mort nous a frappé. Notre lumière ne pouvait pas pénétrer dans la salle, et jusqu'à ce que de plus fortes soient disponibles, nous ne saurons pas ce que la chambre contient. Certains disent qu'il y a des serpents, mais d'autres pensent qu'elle peut contenir un gaz ou des produits chimiques utilisés par les anciens. On n'entend aucun son, mais ça sent mauvais tout de même.

    L'ensemble de l'installation souterraine donne des nerfs fragiles ou la chair de poule. Le sentiment sombre d'avoir comme un poids sur ses épaules, et nos lampes de poche et nos bougies font seulement rendre moins noire l'obscurité. L'imagination peut se vautrer dans des conjectures et rêveries impies à travers les âges qui se sont écoulés, jusqu'à ce que les circuits de votre esprit vous mènent vertigineusement dans l'espace. "

    Une Légende Indienne

    grandcanyonlegends.jpg

    Jack Andrew (c) 2001-reconstitution

    Dans le cadre de cette histoire, il est à noter que parmi les Indiens Hopi, la tradition raconte que leurs ancêtres ont vécu dans un monde souterrain dans le Grand Canyon, jusqu'à dissension s'éleva entre le bon et le mauvais, les gens d'un seul cœur et les habitants de deux coeurs. Machetto, qui était leur chef, leur conseilla de quitter le monde souterrain, mais il n'y avait pas d'issue. Le chef a ensuite provoqué la croissance d'un arbre et a percé le toit de la grotte, et puis les gens avec un seul cœur sont sortis. Ils passèrent par Paisisvai (Red River), qui est le Colorado, et ont semé le grain et le maïs.

    Ils ont envoyé un messager au Temple du Soleil, demandant la bénédiction de la paix, de bonne volonté et de la pluie pour les personnes d'un seul cœur. Ce messager ne revint jamais, mais aujourd'hui, dans les villages Hopi, au coucher du soleil peut être vu les vieillards de la tribu sur les toits, regardant fixement vers le soleil, à la recherche du messager. Quand il reviendra, leurs terres et ancien lieu d'habitation seront restitués. C'est la tradition.

    Parmi les gravures d'animaux de la grotte est considérée l'image d'un coeur au-dessus de l'endroit où il se trouvait. La légende a été apprise par W.E. Rollins, l'artiste, au cours d'une année passée avec les Indiens Hopi.

    Il y a deux théories sur l'origine des Egyptiens. La première est qu'ils venaient d'Asie ; l'autre que le berceau de la race était dans la région du Haut-Nil. Heeren, un égyptologue, croyait à l'origine indienne des Egyptiens. Les découvertes dans le Grand Canyon peuvent jeter un nouvel éclairage sur l'évolution humaine et de la préhistoire...

    grandcanyoncrystalcreek.jpg

    http://www.crystalinks.com/gc_egyptconnection.html

    Possible localisation de la cité troglodyte perdue :

    Marble Canyon a obtenu son nom du Major John Wesley Powell, qui, en Août 1869, écrit dans son journal sur des "falaises de marbre", qui contenaient "un grand nombre de grottes". Il est important de noter ici que Powell a déclaré que Marble Canyon contenait "un grand nombre de grottes". La «citadelle» dont Kincaid parle dans son histoire est dans une "grotte".

    Depuis ces temps, de nombreuses grottes de Powell ont été notées ou découvertes dans la région de Marble Canyon, y compris la grotte de Stanton, une grande grotte dans la formation de Redwall au kilomètre (mile) 31,7 et un important site archéologique (ref : Robert C. Euler, Editor, The Archaeology, Geology, and Paleobiology of Stanton's Cave, Grand Canyon National Park, Arizona (Grand Canyon Natural History Association Monograph Number 6, 1984)

    stanton-cave.jpgStanton's cave in Marble Canyon, Grand canyon, Arizona

    http://www.bibliotecapleyades.net/esp_orionzone_8.htm#inicio

    http://www.bibliotecapleyades.net/esp_orionzone_9.htm

    Lost City of the Dead in the Grand Canyon

    In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this Site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.

    Notez bien que les recherches continuent toujours de nos jours.

     

    MAJ 02-09-2014 : Un article est paru cette année sur ce sujet précis et plus largement sur le sujet des dissimulations évidentes de certaines preuves archéologiques et historiques remettant en question la version confortant les idéologies au pouvoir. En voici un extrait, auquel j'ajouterai mon article sur la découverte d'une toute aussi évidente dissimulation archéologique du côté de la Nouvelle-Zélande (et de l'Australie via d'autres articles) :

    " Découvertes archéologiques dissimulées par des autorités archéologiques, comme la célèbre Institution Smithsonian, gérée par le gouvernement fédéral américain. L’appellation de cet organisme, basé à Washington, vient du nom du généreux donateur britannique James Smithson qui aurait légué au 19ème siècle plus de 500.000 dollars aux États-Unis d’Amérique. Il est curieux que ce Smith n’ait jamais mis les pieds là-bas…

    Le site internet du Smithsonian est ICI.

    Bref, on pourrait donner à cet article de David Childress  (né en 1957 en France, vit aux US, auteur de nombreux livres comme « la technologie des dieux »), qui révèle la présence possible de populations égyptiennes en Arizona, le sous-titre de "Smithsoniangate" .

    Dissimulations archéologiques ?

    Par David Hatcher Childress

    " Qui contrôle le passé, contrôle le futur. Qui contrôle le présent, contrôle le passé ". George Orwell, 1984

    Nous avons presque tous en mémoire la dernière scène du film populaire sur les aventures archéologiques d’Indiana Jones, Les Aventuriers de l’Arche Perdue, où un important artefact historique, l’Arche d’Alliance du temple de Jérusalem est enfermée dans une caisse et placée dans un gigantesque entrepôt, invisible pour toujours, empêchant ainsi toute réécriture des livres d’histoire et toute remise en question des cours donnés par les professeurs d’histoire sur les quarante années précédentes.

    Bien que le film soit une fiction, la scène pendant laquelle l’ancienne relique est enterrée dans l’entrepôt est désagréablement proche de la réalité pour de nombreux spécialistes de la recherche. Pour ceux qui enquêtent sur les allégations de dissimulations archéologiques, il existe des indications perturbantes sur le fait que l’institut archéologique le plus important des USA, l’Institut Smithsonian, agence fédérale indépendante, aurait sérieusement supprimé certaines découvertes archéologiques américaines les plus intéressantes et les plus importantes.

    Le Vatican a été longtemps accusé de conserver des artefacts et d’anciens livres dans ses vastes sous-sols sans permettre au monde extérieur d’y accéder. Ces trésors secrets, de nature souvent controversée sur le plan historique ou religieux, auraient été supprimés par l’Église catholique parce qu’ils pouvaient nuire à la crédibilité de l’église ou mettre peut-être en doute leurs textes officiels. Il y a malheureusement des preuves que quelque chose de très semblable se soit produit avec l’Institut Smithsonian.

    Le Smithsonian a été créé en 1829 lorsqu’un britannique excentrique, du nom de James Smithson, mourut en laissant 515.169 $ pour créer une institution " en vue d’un accroissement de la connaissance et de sa diffusion parmi les hommes ". Des preuves indiquent, hélas, que le Smithsonian s’est montré depuis un siècle plus actif à supprimer la connaissance… qu’à la diffuser.

    La dissimulation et la suppression de preuves archéologiques auraient commencé fin 1881 quand John Wesley Powell, archéologue rendu célèbre pour son exploration du Grand Canyon, nomma Cyrus Thomas comme directeur de la Section des Tumulus du Bureau d’ethnologie de l’institut SmithsonianQuand Thomas arriva au Bureau d’ethnologie il " croyait fermement à l’existence d’une race de bâtisseurs de tumulus [Mound Builders], différente de la race amérindienne " Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

    Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

     

    Atlityamreconstitution1

    Une reconstitution du site d'Atlit Yam, englouti il y a 10 000 ans environ

     

    L'excavation sous-marine, le forage de puits et la modélisation informatique suggèrent qu'un paléo-tsunami massif a frappé près de l'ancienne colonie de Tel Dor (qui n'existait pas à cette époque) il y a entre 9,910 à 9,290 ans (11,700 à 10,500 ans Calibrés BP), selon une étude publiée le 23 décembre 2020 dans la revue en libre accès PLOS ONE par Gilad Shtienberg, Richard Norris et Thomas Levy du Scripps Center for Marine Archaeology, University of California, San Diego, USA, et des collègues de l'Utah State University et de l'Université de Haïfa en Israel.

    Les tsunamis sont un événement relativement courant le long de la côte est de la Méditerranée, avec des enregistrements historiques et des données géographiques montrant un tsunami par siècle au cours des six mille dernières années. En Méditerranée orientale ( figure 1 ), les tsunamis sont fréquents, se produisant à un rythme d'environ huit événements par siècle dans la région de la mer Égée au cours du passé ca. 2 000 ans et environ dix par siècle au cours des 3 000 dernières années dans le bassin du LevantLa plupart de ces événements sont de petite taille et n'ont que des impacts locaux. Cependant, 23 gisements de tsunami ont été reconnus dans la région depuis env. 6 000 ans, soit en moyenne un événement suffisamment grand pour quitter le faciès sédimentaire du tsunami tous les ~ 160 ans, ce qui suggère qu'il s'agit d'un phénomène répandu. L'enregistrement des événements antérieurs de tsunamis, cependant, est moins défini. Dans cette étude, Shtienberg et ses collègues décrivent un grand gisement de tsunami du début de l'Holocène (entre 9 910 et 9 290 ans - C14 non calibré) dans les sédiments côtiers de Tel Dor au nord-ouest d'Israël, une ville-monticule maritime occupée à partir de la période du bronze moyen II (2000-1550 avant notre ère) à travers la période des Croisés.

     

    Journal pone 0243619 g001

    Fig 1. Geological sketch of the eastern Mediterranean modified after natural earth (https://www.naturalearthdata.com in the public domain), showing the main near-shore sediment transport mechanism (black arrows), selected thrusts (CA–Cypriot Arc) and major fault lines (CF- Carmel fault; DSF- Dead Sea Fault system; SF- Seraghaya fault; MF-Missyaf fault; YF-Yammaounch fault; submarine landslides as well as tsunami deposits, geomorphological tsunami features and documented tsunami events.

    The name compilation of the sites presented in the figure are: 1a-2a (Alexandria); 3a (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4a-8a (Caesarea Marittima, Jiser al-Zarka); 9a (Byblos, Senani Island); 10a (Elos); 11a (Gramvousa, Balos, Falasarna, Mavros, Stomiou, Gramenos, Paleochora); 12a (Western Crete); 13a (Palaikastro); 14a (Pounta); 15a (Limni Moustou); 16a (Pylos, Porto Gatea, Archangelos, Elaphonisos); 17a (Limni Divariou); 18a (Santorini); 19a (Balos bay); 20a (Thera); 21a (Dalaman); 22a (Didim) for the previously dated tsunami deposits and 1 (Lebanon, Israel, Syria); 2 (levant coast); 3 (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4 (S-E Cyprus); 5 (Akko); 6 (Yaffo); 7–8 (S-E Cyprus); 9–11 (Levant coast); 12 (The Nile cone); 13 (Lebanon); 14 (Levant coast); 15 (southern turkey); 16 (Cyprus); 17 (Israel); 18 (Lebanon–Israel) for the previously dated tsunami events. Further details regarding the tsunami data are discussed in S1 and S2 Tables.

     

    Le paléo-tsunami peut être la raison pour laquelle les enquêtes archéologiques précédentes n'ont trouvé aucune preuve de villages côtiers de basse altitude dans la région sur une période de 4000 ans.

    Pour mener leur analyse, les auteurs ont utilisé des techniques de télédétection photogrammétriques pour créer une maquette numérique du site Tel Dor, combinée à des fouilles sous-marines et des forages terrestres jusqu'à une profondeur de neuf mètres.

    Le long de la côte de la zone d'étude, les auteurs ont trouvé une couche marine impactée brutalement et une couche de sable avec un âge de contrainte il y a 9 910 à 9 290 ans (non calibrés), au milieu d'une grande couche de zone humide ancienne s'étendant de 15 000 à 7 800 ans. Les auteurs estiment que la vague capable de déposer des coquillages et du sable au milieu de ce qui était à l'époque une zone humide fraîche à saumâtre (marais) a dû parcourir 1,5 à 3,5 km, avec une hauteur de vague côtière de 16 à 40 m. À titre de comparaison, les événements de tsunami précédemment documentés dans l'est de la Méditerranée n'ont parcouru que 300 m à l'intérieur des terres, ce qui suggère que le tsunami à Dor a été généré par un mécanisme beaucoup plus puissant. Les tsunamis locaux ont tendance à se produire en raison de tremblements de terre dans le système de faille de la mer Morte et de glissements de terrain sous-marinsles auteurs notent qu'un tremblement de terre contemporain du paléo-tsunami Dor (datant d'environ 10,000 ans) a déjà été identifié à l'aide de dommages causés sur des grottes dans la crête voisine du Carmel, ce qui suggère que ce tremblement de terre spécifique aurait pu déclencher un glissement de terrain sous-marin provoquant le tsunami massif à Dor.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Fabrication de pate d'ivoire ramolli lors de l'âge de glace?

    Fabrication de pate d'ivoire ramolli lors de l'âge de glace ?

     

    Ivoireramolli ivoiregrave siberiesudrussie

    Alors que les scientifiques ne peuvent pas encore comprendre pourquoi ces formes ont été fabriquées, la technique de fabrication de la `` pâte à modeler '' les aide à se rendre compte que ces peuples anciens avaient des compétences beaucoup plus grandes qu'ils ne l'imaginaient. Photo: Evgeny Artemyev

     

    C'est une possible découverte très étonnante et qui demande bien sûr des études poussées de niveau international si les choses sont confirmées. Le Dr Evgeny Artemyev, qui travaille pour le laboratoire d'archéologie et de paléogéographie de Krasnoïarsk de la Sibérie moyenne, et l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, depuis 1990 sur ce site archéologique connu, a réexaminé récemment les découvertes faites au début des années 2000 et publie ses premières conclusions surprenantes.

    L'archéologue affirme en effet que " Les préhistoriques ont développé une technique pour fabriquer un matériau semblable à de la pâte à modeler à partir d'ivoire de mammouth ". La compétence de ramollissement de l'ivoire a été utilisée il y a plus de 12 000 ans pour fabriquer des outils - ou des décorations - qui déroutent encore la science moderne.

    En effet, une douzaine de barres d'ivoire allongées solides fabriquées à partir d'ivoire ramolli et plusieurs figurines fabriquées à partir de parties spongieuses de gros os de mammouths et ressemblant à divers animaux ont été trouvées sur le site archéologique Afontova Gora-2 près de la rivière Yenisey à Krasnoïarsk.

     

    Ivoireramolli ivoiregrave siberiesudrussie 1

    Dr Evgeny Artemyev et des barres d'ivoire de mammouths modifiées. Photos: Evgeny Artemyev

     

    Le Dr Evgeny Artemyev a déclaré que les figurines peuvent être soit des jouets de l'âge de glace fabriqués par des personnes qui peuplaient cette région de la Sibérie moderne, soit une forme d'art primitif. « Quand vous les regardez sous différents angles, ils ressemblent à différents types d'animaux. Il est possible que ce soit une nouvelle forme d'art paléolithique, dont la communauté scientifique internationale n'est pas encore au courant ", a déclaré l'archéologue.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'utilisation du meulage de pierre remonte à 350 000 ans !

    Les premières preuves de l'outil de meulage de pierre remontent à 350000 ans ! 

     

    Outils de meulage 350000ans montcarmel

     

    La découverte montre que nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme différentes pièces.

    Des outils «simples» ont été utilisés pour façonner des pièces pour des jeux lors de découvertes trouvées dans les grottes de Tabun au mont Carmel et publiées dans le Journal of Human Evolution par le Dr Ron Shimelmitz, le Dr Iris Goman-Yaroslavski, le professeur Mina Weinstein-Evron et le professeur Dani Rosenberg du Département d'archéologie de l'Université de Haïfa. Le site de Tabun a hébergé par intermittence des personnes il y a entre 500 000 à 40 000 ans et a été déclaré par l'UNESCO comme ayant une «valeur universelle» montrant les étapes de l'évolution humaine.

    Cette découverte montre qu'il y a 350 000 ans, nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme des pièces différentes - un peu comme aujourd'hui où les différentes formes d'un jeu ont des valeurs différentes. Jusqu'en 2017, on pensait que l'Homo sapiens n'avait que 160000 ans. La découverte à Tabun permet de confirmer une découverte à Jebel Irhoud, au Maroc (voir lien en bas), qui suggérait que notre espèce est probablement plus proche de 350 000 ans.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Il y a 2,3 milliards d'années, une vie complexe a existé pendant 200 millions d'années

    Il y a 2,3 milliards d'années, une vie complexe a existé pendant 200 millions d'années

     

    faunegabon-2ga-fossile2.jpgCe fossile d'un organisme pluricellulaire, ici reconstitué en 3D par microtomographie X, a été découvert au Gabon, dans des roches vieilles de deux milliards d'années ! © Kaksonen, photothèque CNRS

    L'étude des plus vieux fossiles pluricellulaires connus et présentés au public en 2010 bouleverse une nouvelle fois les fausses réalités apprises consciemment ou non quant aux théories approuvées jusqu'à présent. Cette étude révèle non seulement de nouvelles données sur notre atmosphère passée et le taux de son oxygène, mais prouve que, pendant au moins 200 millions d'années, grâce au premier gros apport en oxygène sur la planète, une vie complexe et pluricellulaires s'est largement développée (avec des tailles de 1 centimètre à 25 centimètres) il y a 2,3 milliards d'années. Certes, les seuls fossiles jamais trouvés ne sont que ces masses pluricellulaires, ce qui ferait penser que la chute prouvée du taux d'oxygène 200 millions d'années après aurait empêché un développement complet et une évolution. Mais méfions-nous des pensées faciles si souvent détrompées en pensant au développement très rapide après l'autre grosse "invasion d'oxygène" dans l'atmosphère au Cambrien, il y a un peu plus de 500 millions d'années, et aussi au simple fait que notre propre civilisation et notre histoire complète sont assez petites en durée, même par rapport aux premiers 200 millions d'années...

    Citation de Quentin Mauguit, Futura-Sciences : " Après sa formation, notre atmosphère comportait environ 100.000 fois moins de dioxygène (O2) qu’aujourd’hui, de quoi fortement limiter le développement de formes de vie complexes. Cependant, cela n’a pas empêché l’apparition de la photosynthèse il y a 3,8 milliards d’années, durant le Précambrien. Elle était alors pratiquée par des cyanobactéries qui libérèrent de grandes quantités d’oxygène dans les océans. Seulement voilà, il s’est d’abord lié avec des composés ferreux présents dans l’eau (précipitation d’hématite et de magnétite).

    Ainsi, il a fallu attendre qu’une grande partie du fer marin soit consommé avant que de l’oxygène ne soit libéré en masse dans l’atmosphère, ce qui est arrivé voici 2,3 milliards d’années lors de la Grande Oxygénation. Ensuite, de nombreux ouvrages expliquent que sa concentration n’a fait qu’augmenter par plateau pour atteindre sa valeur actuelle : ils se trompent ! Le taux atmosphérique d’O2 n’a cessé de monter puis de redescendre durant l’histoire de notre planète. Une nouvelle étude publiée par Donald Canfield de l’université du Danemark du Sud dans la revue Pnas, dans le cadre d’un projet coordonné par Abderrazak El Albani, de l’université de Poitiers, vient de nous le rappeler.

    Les fluctuations de la concentration en oxygène dans l’atmosphère ne sont pas sans conséquence sur l’environnement, notamment d’un point de vue géologique. Ainsi, en analysant des roches sédimentaires trouvées au Gabon, grâce à différents marqueurs (isotopes du molybdène et carbone 13, entre autres), les chercheurs sont parvenus à retracer l’évolution du taux d’O2 dans l’air durant une période qui s’étend de -2,150 à -2,080 milliards d’années, donc un peu plus de 200 millions d’années après la Grande Oxygénation. Voici deux milliards d'années, la concentration atmosphérique en oxygène aurait été au plus bas !

    fossils-2mdans.pngCes fossiles sont ceux d'êtres pluricellulaires qui ont vécu voici deux milliards d'années. Plus de 500 individus ont été récoltés à ce jour. Certains ne font que 1 cm de long, tandis que d'autres atteignent 25 cm. © Abderrazak El Albani

    Les sédiments marins montent, l’oxygène descend

    En effet, les sédiments les plus anciens (-2,150 milliards d’années) étaient plus riches en carbone que les roches les plus jeunes (-2,080 milliards d’années). Mais comment l’expliquer ? Durant la Grande Oxygénation et les 200 millions d’années qui ont suivi, des organismes photosynthétiques ont produit de l’oxygène tout en intégrant du carbone. Une fois morts, ils ont précipité vers les fonds marins, provoquant ainsi un stockage du carbone dans les sédiments marins. Ayant moins de possibilités d’interagir, l’oxygène se serait alors accumulé dans l’atmosphère.

    L’astuce, c’est qu’il réagissait également avec des roches terrestres, les érodant progressivement. Les précipitations ont alors emporté des nutriments (phosphore et fer, par exemple) vers les océans, où ils ont favorisé le développement des micro-organismes, et donc la capture d’encore plus de carbone. Ce cycle aurait pu se poursuivre sans fin mais… des sédiments marins ont fini par remonter en surface, probablement par le jeu de la tectonique des plaques (YH : notons ici tout de suite que le même phénomène peut aussi se produire à cause de la fonte du permafrost sibérien et canadien, et que la tectonique des plaques n'est peut-être pas la principale raison, mais plutôt les changements climatiques...). La matière organique accumulée au fil du temps se serait alors massivement oxydée, ce qui aurait consommé une grande fraction de l’oxygène présent dans l’atmosphère, en produisant du CO2 en retour.

    Un essai évolutif abordé par la raréfaction de l’oxygène

    Grâce à d’autres travaux réalisés par la même équipe, nous savons également que le taux d’oxygène a à nouveau augmenté voici 1,9 à 1,8 milliard d’années, avant de finalement baisser à un niveau qui a limité le développement de formes de vie complexes durant un milliard d’années. La suite… nous la connaissons. Il y a 542 millions d’années environ, l’oxygène a atteint une concentration qui a permis à la vie de se développer rapidement : il s'agit de l’explosion cambrienne.

    Ce qui n’a pas encore été dit, c’est que ces analyses ont été réalisées sur des roches qui entourent des fossiles d’êtres pluricellulaires présentés en 2010. Or, plus aucun organisme complexe n’a été observé dans les roches du Paléoprotérozoïque après la chute drastique de la concentration en oxygène. Selon Abderrazak El Albani, nous pouvons dès lors imaginer la théorie suivante : des formes de vie complexes n’auraient-elles pas essayé de se développer voici deux milliards d’années, avant que les conditions environnementales ne mettent fin à cet essai évolutif ? "

    Sources : www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-precambrien-oxygene-atmospherique-eu-hauts-bas-49811/#xtor=RSS-8

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-fossile-de-2-2-milliards-d-annees-bouleverse-l-evolution-classique.html

    Yves Herbo-SFH-10-2013, up 12-2020

  • France : un bébé néandertalien de 2 ans enterré avec égard

    France : un bébé néandertalien de 2 ans enterré avec égard

     

    Neandertalien

    Enfant néandertalien, reconstitution

     

    Nous ne savons pas si c'était un garçon ou une fille. Mais cet enfant, un Néandertalien, n'a atteint l'âge que d'environ deux ans. Même si la majorité des spécialistes penchent maintenant vers des enterrements volontaires et organisés par les néandertaliens, les scientifiques qui peuvent encore avoir des doutes doivent maintenant prendre en compte cette nouvelle étude des ossements de ce site célèbre du sud-ouest de la France, La Ferrassie.

    Cette courte vie, vécue il y a environ 41 000 ans, est la dernière découverte de ce site connu, puisque les restes de plusieurs Néandertaliens y ont été retrouvés, y compris la découverte la plus récente, l'enfant, connue uniquement sous le nom de La Ferrassie 8.

    Lorsque les vestiges antiques ont été découverts pour la première fois - la plupart à divers stades du début du XXe siècle - les archéologues avaient supposé déjà que les squelettes représentaient des sépultures intentionnelles, les Néandertaliens déposant leurs parents décédés au repos sous la terre. Néanmoins, les partisans d'un plus grand anthropocentrisme (centré sur l'homme moderne), se basant aussi sur le fait que les techniques archéologiques et à la tenue de registres utilisées dans le passé, étaient des méthodes désuètes et peu fiables, se posent encore la question de savoir s'il s'agissait vraiment de cérémonies funéraires : si les néandertaliens enterraient leurs morts comme ça ou si il y avait réellement un rite derrière. 

    Avec un tel mystère en tête, une équipe dirigée par des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Muséum national d'histoire naturelle en France a mené une réévaluation approfondie des vestiges antiques de La Ferrassie 8, qui ont été conservés au musée pendant près de 50 ans après avoir été découverts entre 1970 et 1973.

    " La découverte et le contexte de ce squelette ont généralement été considérés comme mal documentés, mais en fait cette carence provient d'un manque de traitement nécessaire des informations et des matériaux de La Ferrassie liés à l'avant-dernière phase de fouille (1968-1973) ", les chercheurs écrivent dans leur nouveau papier.

    " En effet, une énorme quantité de données restait non évaluée avant notre étude actuelle. "

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Un hominidé en Californie il y a 130 000 ans ?

    Un hominidé en Californie il y a 130 000 ans, une autre confirmation ?

     

    Stones feat 680 california2Une nouvelle étude ajoute à la preuve que la proposition controversée selon laquelle les pierres et les os de mastodonte précédemment excavés en Californie, y compris ceux présentés ici, représentent la première preuve connue de l'activité humaine dans les Amériques, il y a 130 000 ans. LARRY AGENBROAD

     

    Depuis 2017, un débat scientifique houleux s'est établi entre spécialiste au sujet d'une étude de l'époque affirmant qu'il y a environ 130000 ans, une espèce Homo non identifiée utilisait des outils en pierre pour briser les os d'un mastodonte près de ce qui est aujourd'hui San Diego, en Californie. Si cela est vrai, cela signifierait que les humains ou l'un de nos proches parents évolutifs ont atteint les Amériques au moins 100 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, remodelant considérablement la compréhension des scientifiques sur le moment où la région a été colonisée ( SN: 26/04/17 ). J'avais traduit les données d'ailleurs à cette époque : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/important-l-homme-en-amerique-il-y-a-130000-ans.html

     

    Les critiques se sont demandé à l'époque si les pierres déterrées étaient réellement utilisées comme outils. Et d'autres chercheurs ont suggéré que des marques d'outils supposées sur les os auraient pu être créées lorsque les os étaient transportés par des cours d'eau rapides ou causés par des activités de construction qui ont partiellement exposé le site de Californie avant son excavation en 1992 et 1993.

    Mais de nouvelles analyses renforcent l'affirmation controversée, dit une équipe qui comprend certains des chercheurs impliqués dans la découverte initiale. Des résidus chimiques d'os apparaissent sur deux pierres précédemment trouvées parmi les restes de mastodontes sur le site de Cerutti Mastodon, rapportent les scientifiques dans le Journal of Archaeological Science: Reports de décembre 2020. Les deux roches de Cerutti montrent également des signes d'avoir porté ou reçu des coups durs là où des résidus osseux se sont accumulés, selon l'équipe. La plus grosse pierre peut avoir servi de plate-forme sur laquelle les os ont été brisés avec la pierre plus petite, éventuellement pour enlever la moelle pour manger ou pour obtenir des morceaux d'os appropriés pour la mise en forme en outils.

    « De nombreux coups répétés sont susceptibles d'avoir créé les concentrations d'os brisés [de mastodonte] » trouvés sur le site, explique Richard Fullagar, géoarchéologue à l'Université de Wollongong en Australie qui faisait également partie de la recherche originale. Des hominidés - peut-être des Néandertaliens, des Denisoviens, des Homo erectus ou des Homo sapiens - ont battu les restes de la grande créature lors d'une ou peut-être plusieurs visites sur le site, affirme Fullagar.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Navigation de Taiwan aux îles Ryukyu il y a plus de 30000 ans

    Navigation de Taiwan aux îles Ryukyu il y a plus de 30000 ans

     

    Tete jonagumi

    Yonaguni, Japon

     

    Dans une publication parue dans Nature, Scientific ReportsDOI: 10.1038 / s41598-020-76831-7Yosuke Kaifu de l'Université de Tokyo et ses collègues précisent l'ancienne colonisation de l'archipel de Ryukyu (où se trouve la toujours discutée structure de Yonaguni) en argumentant que les anciens l'ont fait en voyageant au nord-est de Taiwan - un voyage qui impliquait des traversées océaniques de dizaines à centaines de kilomètres pour sauter d'île en île.

    Les sites archéologiques sur plusieurs des îles Ryukyu suggèrent que les humains ont atteint les îles il y a environ 30 000 à 35 000 ans.

     

    Isena island japon

    Izena Island, Ryukyu archipel, Japan  - https://www.atlasobscura.com/users/caitlinfrunks



    D'après leur étude et même reconstitution, les humains de l'âge de pierre ont traversé la mer de Taiwan aux îles Ryukyu du sud-ouest du Japon il y a des dizaines de milliers d'années - et il semble qu'ils l'ont fait délibérément, même si les îles sont trop éloignées pour être visibles de manière fiable depuis Taiwan.

    Cette colonisation par voie maritime n'est pas discutée par la science, car ces îles en étaient déjà à cette période, mais on ignorait si la colonisation s'était produite par accident ou volontairement. Pour avoir une plus grande certitude dans un sens ou l'autre, les scientifiques se sont donc attelés à l'étude des courants, de plusieurs manières.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Colombie : des milliers de pétroglyphes de 12500 ans découverts

    Colombie : des milliers de pétroglyphes de 12500 ans découverts

     

    Colombie0

    Beaucoup de peintures sont très hautes, similaires à celles du site voisin de Cerro Azulcertaines si hautes qu'elles ne peuvent être atteintes que par des drones. Photographie: Marie-Claire Thomas / Wild Blue Media

     

    Des dizaines de milliers de peintures de la période glaciaire sur une falaise mettent en lumière des personnes et des animaux d'il y a 12500 ans

    L'une des plus grandes collections d'art rupestre préhistorique au monde a été découverte dans la forêt amazonienne.

    Saluée comme «la chapelle Sixtine des anciens», les archéologues ont trouvé des dizaines de milliers de peintures d'animaux et d'humains créés il y a jusqu'à 12 500 ans sur des parois de falaises qui s'étendent sur près de huit kilomètres en Colombie.

    Leur date est en partie basée sur leurs représentations d'animaux de la période glaciaire maintenant éteints, tels que le mastodonte, un parent préhistorique de l'éléphant qui n'a pas parcouru l'Amérique du Sud depuis au moins 12000 ans. Il y a aussi des images du paléolama, un camélidé éteint, ainsi que des paresseux géants et des chevaux de l'ère glaciaire.

    Ces animaux ont tous été vus et peints par certains des tout premiers humains à atteindre l'Amazonie. Leurs images donnent un aperçu d'une ancienne civilisation perdue. Telle est l'ampleur des peintures qu'il faudra des générations pour les étudier.

    La découverte a été faite l'année dernière, mais a été gardée secrète jusqu'à présent car elle a été filmée pour une série majeure de Channel 4 qui sera projetée en décembre: Jungle Mystery: Lost Kingdoms of the Amazon.

    Le site se trouve dans la Serranía de la Lindosa où, avec le parc national de Chiribiquete, d'autres œuvres d'art rupestre ont été découvertes . La présentatrice du documentaire, Ella Al-Shamahi, archéologue et exploratrice, a déclaré à l'Observer : " Le nouveau site est tellement nouveau qu'ils ne lui ont même pas encore donné de nom ". Elle a parlé de l'excitation de voir des images « à couper le souffle » créées il y a des milliers d'années.

    La découverte a été faite par une équipe anglo-colombienne, financée par le Conseil européen de la recherche. Son chef est José Iriarte, professeur d'archéologie à l'Université d'Exeter et grand expert de l'histoire amazonienne et précolombienne.

     

    Colombie2

    Il y a de nombreuses empreintes de mains parmi les images sur la falaise, similaires à celles du site voisin de Cerro Azul. Photographie: Marie-Claire Thomas / Wild Blue Media

     

    Il a dit: " Quand vous êtes là, vos émotions coulent… Nous parlons de plusieurs dizaines de milliers de peintures. Il faudra des générations pour les enregistrer… A chaque tour que vous faites, c'est un nouveau mur de peintures. Nous avons commencé à voir des animaux qui sont maintenant éteints. Les photos sont si naturelles et si bien faites que nous avons peu de doutes sur le fait que vous regardez un cheval, par exemple. Le cheval de l'ère glaciaire avait un visage lourd et sauvage. C'est tellement détaillé, on peut même voir les crins du cheval. C'est fascinant."

    Les images incluent des poissons, des tortues, des lézards et des oiseaux, ainsi que des gens qui dansent et se tiennent la main, entre autres scènes. Une figure porte un masque ressemblant à un oiseau avec un bec.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Découverte de plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

    Découverte de la plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

     

    2012, MAJ 04-2015, MAJ 11-2020

     

    bulgarie1.jpg

     

    Les archéologues bulgares confirment la découverte de la plus ancienne cité préhistorique connue à ce jour, près de la ville moderne de Prodavia, dans le nord-ouest de la Bulgarie. Cette cité entourée de parois fortifiées a probablement été un centre important pour la production de sel, denrée très importante à l'époque. L'époque ? On parle là d'une cité érigée, creusée dans la roche entre 6700 et 6200 ans avant maintenant ! 1500 ans avant les balbutiements de la première Grèce antique...

    Sa découverte, à cet endroit, explique peut-être le fabuleux trésor en or découvert pas très loin, il y a 40 ans : le plus ancien trésor en or au monde jamais trouvé jusqu'à présent... Les archéologues ont estimé que la petite ville avait pu contenir environ 350 personnes, et que les habitants faisaient bouillir de l'eau à partir d'une source locale et l'utilisaient pour fabriquer des briques de sel. Ces briques étaient probablement échangées contre d'autres denrées non locales (ou complétaient une organisation plus globale concernant plusieurs cités ou tribus (des chasseurs, des mineurs, des pêcheurs, des cueilleurs, des éleveurs, etc...) et servaient surtout à conserver la viande, d'où l'importance du lieu. Un autre trésor découvert d'ailleurs en 2012https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-tresor-archeologique-de-bijoux-en-or-de-2300-ans-decouvert-en-bulgarie.html

    Important car, et c'est aussi unique en Europe pour l'instant, cette petite cité est en effet entourée d'une paroi d'énormes et hauts murs défensifs entourant le lieu de production. Les fouilles ont démarré en 2005, avec la découverte des restes de plusieurs maisons à deux étages, d'une série de fosses utilisées pour des rituels, ainsi que les structures d'un pont et de bastions. Une petite nécropole ou cimetière a commencé a être dégagée très récemment et est en train d'être analysée par les archéologues.

    Remarquez la disposition particulière des corps enterrés : disposés sur le coté mais leurs têtes soutenues par leur mains jointes, sur une sorte de piédestal, et dirigées vers le ciel ou une direction précise.

    Nous ne parlons pas d'une ville comme les ville-état grecs, de la Rome antique ou des villages médiévaux, mais sur ce que les archéologues sont d'accord pour dire qu'elle constituait une ville du cinquième millénaire avant JC, " a déclaré à l'agence de presse AFP Vasil Nikolov, un chercheur de l'Institut national d'archéologie de Bulgarie.L'archéologue Krum Batchvarov de l'institut a dit que la dernière trouvaille était « extrêmement intéressante ». « Les énormes murs autour de la colonie, qui ont été construits très grands et avec de gros blocs de pierre ... sont aussi quelque chose d'inconnu dans les fouilles de sites préhistoriques dans le sud-est de l'Europe jusqu'à  ce jour," a-t-il déclaré à l'AFP.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Navigation préhistorique, les données actuelles

    Navigation préhistorique, les données actuelles

     

    Navigationprehistorique5

    La pirogue monoxyle de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), 7190-6450 cal. Avant JC, lors de sa découverte. Longueur (conservée) : 4 m, (estimée) : 5 à 6 m ; largeur : 0,55 m, en pin sylvestre (Pinus sylvestris) (d’après Mordant et al., 2013, fig. 3 A). Une de ses extrémités est dotée d’un replat à surface carbonisée (réceptacle d’un foyer ?). Bulletin de la Société préhistorique française

     

    C'est assez peu connu du public en général, mais il existe un bon nombre de données scientifiques et de découvertes, de nos jours, sur une navigation très ancienne, c'est-à-dire au minimum du néolithique. Quand on parle de navigation préhistorique, on y inclut la navigation fluviale, la navigation près des côtes ou banquises et même la navigation en haute mer. Certains chercheurs (voir certains liens en bas) postulent même que l'Homme de Neanderthal, voir Homo Erectus, avaient des connaissances incluant la navigation, je suis assez prudent sur ces raisonnements, mais des découvertes d'outils de pierre très anciens sur des îles non reliées aux continents à ces époques, poussent en effet à ces raisonnements logiques. On ignore aussi en effet comment l'Homme de Florès, par exemple, s'est retrouvé isolé sur une île indonésienne à une lointaine période, d'autant plus que le débat dure toujours sur son origine "Erectus" (provenant donc possiblement d'Asie) ou "Habilis" (ne pouvant provenir que d'Afrique).

    J'ai déjà accumulé plusieurs données sur la navigation préhistorique, via des articles et traductions d'études scientifiques ou de presse, vous les trouverez en bas de cette compilation de données, qui ne devrait pas manquer de s'étoffer avec le temps et les découvertes à venir.

    C'est aussi l'occasion de s'interroger encore sur les évidentes découvertes très anciennes (par comparaison et certaines études/fouilles locales, notamment par l'archéologue Nuno M. C. Ribeiro sur les îles des Açores. Certaines de ces découvertes les relient indéniablement à ce qu'on trouve tout le long de la façade Atlantique, des îles britanniques au Maroc, mais aussi de l'autre côté, en Amérique du nord, voir plus bas. (voir les données et vidéos ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html ).

    Je rappelle aussi les récentes découvertes, dans les îles britanniques, de probables ports et chantiers maritimes, datés pour l'instant d'une époque intermédiaire locale entre le mésolithique et le néolithique, ceci est bien sûr toujours en discussions et il reste encore de nombreuses études à faire (voir les liens en bas). J'ajouterai comme avis personnel que la navigation a probablement été l'une des plus anciennes inventions du genre Homo, dans la mesure où il suffit d'observer la nature pour voir des objets matériels flotter sur les eaux, avec parfois des poissons inaccessibles autour...

    J'ajoute deux publications concernant la navigation préhistorique : une liste de liens d'articles scientifiques concernant le sujet, établie par l'IdREF, c'est à dire Identifiants et Référentiels pour l'enseignement supérieur et la recherche : https://www.idref.fr/031563082

    Et voici un extrait du long article qui y est consacré, car vous ne pensez tout de même pas que vous n'allez rien lire ici, par http://www.ancientportsantiques.com/wp-content/uploads/Documents/ETUDESarchivees/Navires/Documents/BAnavigation-Philippe2018.pdf

    Philippe M. (2018) – Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique, Bulletin de la Société préhistorique française, 115, 3, p. 567-597.

     

    Navigationprehistorique1

    Fig. 1 – Physiographie de la marge celto-armoricaine (nord-ouest de l’Europe) durant le Dernier Maximum Glaciaire (d’après Toucanne et al., 2008, fig. 1, modifiée). Carte synthétique réalisée à partir de différentes études citées dans l’article : 1, extension de la calotte anglo-irlandaise ; 2, extension australe du fleuve de glace de la mer d’Irlande ; 3, extension des glaciers alpins ; 4, paléo-fleuve Manche ; 5, banc sableux celtique et paléo-vallées fluviales (en bleu) ; A à E, bassins de drainage sous-marins ; 6, système turbiditique celtique ; 7, système turbiditique armoricain. - Bulletin de la Société préhistorique française

     

    Résumé : Que ce soit en mer ou dans les eaux intérieures, l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques ne se laisse pas aisément approcher. On doit en effet composer avec la grande rareté des principaux témoins : les embarcations sur lesquelles se sont effectuées les navigations. Malgré cette limite posée par la documentation, il est possible de préciser certains aspects chronologiques et fonctionnels à partir des sources indirectes qui nous sont accessibles dans l’enregistrement archéologique et en analysant les témoins directs que constituent les rares épaves, équipements et représentations qui nous sont parvenus. Pour ce qui concerne l’Europe atlantique, sur laquelle est centrée cette étude, nous pouvons aussi préciser quelques données concernant le rythme et les contraintes qui s’y appliquaient sans doute en nous appuyant sur la connaissance des milieux dans lesquels évoluaient les embarcations, et auxquels elles étaient fortement soumises en termes d’adaptation de leur système technique. L’analogie diachronique avec l’histoire plus récente de ces moyens de transport peut aussi nous ouvrir quelques pistes quant aux modalités de déplacement plausibles. Si la revue de tous ces faisceaux d’indices ne permet pas de définir la nature exacte de toutes les embarcations alors utilisées, on peut cependant ouvrir et délimiter le champ des possibles. Il inclut une large variété typologique réalisée à partir de perches, de fûts, de planches et de fagots végétaux, parfois revêtus de peaux tendues, composant différents types d’architectures : radeaux, pirogues, bateaux de peaux, bateaux de planches assemblées. À l’exception du dernier type, qui n’apparaît vraisemblablement que vers la fin de la Préhistoire européenne, ces dispositifs ont pu, pour la plupart, naviguer au même moment et parfois sur les mêmes voies d’eaux, mais probablement pas pour les mêmes usages.

    L’enregistrement archéologique du vaste domaine des relations de l’homme avec le milieu nautique est assuré par toute une gamme de vestiges mobiliers d’exploitation halieutique (amas coquilliers, nasses, harpons, hameçons) et de vestiges immobiliers (habitats littoraux, systèmes de piégeage d’estran, aménagements portuaires). Ils témoignent d’un investissement précoce des estrans et berges pour l’exploitation de leurs riches ressources naturelles. Cependant, les solutions de navigation qui accompagnaient sans aucun doute cet investissement ont laissé bien peu de traces matérielles. Sur une dizaine de millénaires et plus encore de milliers de kilomètres de côte, de cours d’eau et de lacs, on ne peut identifier que quelques exemples de familles architecturales rassemblant un ensemble de bateaux apparentés par la morphologie, la structure et les organes techniques, ainsi que par une filiation historique (McGrail, 2001 ; Rieth, 2010 et 2016). À l’exception des pirogues monoxyles, chacune de ces familles n’est représentée que par quelques vestiges. De plus, cette connaissance est biaisée, en privilégiant les embarcations récentes et construites en bois, qui se sont mieux conservées que leurs homologues en peaux sur charpente légère s’il en a existé au même moment. Cette rareté est avant tout due à la conservation différentielle. Mais d’autres facteurs agissent en complément : au-delà de la nécessaire conjonction exceptionnelle de conditions favorables pour que des vestiges organiques parviennent jusqu’à nous, les sources ethnologiques et historiques nous enseignent qu’après abandon, les composants de nombreuses embarcations étaient souvent récupérés pour recyclage. Par ailleurs, certaines épaves risquent de ne pas être reconnues en fouille car seules les pirogues monoxyles et les bateaux de planches nous parviennent sous une forme directement identifiable. Les traces à terre sont quant à elles très ténues : les aires d’échouage, qui constituaient vraisemblablement le type de port répandu sur le littoral atlantique durant toute la Préhistoire, ne laissent aucune empreinte matérielle aisément identifiable. En conséquence, il faut en passer essentiellement par des indices indirects pour approcher ce qu’a été l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques. Cependant, là encore, notre perception est limitée par de nombreux filtres. Ainsi, l’utilisation d’embarcations ne peut se déduire directement du seul fait de l’existence d’une pêche littorale comprenant des espèces pélagiques : sur les sites côtiers mésolithiques de Bretagne et d’Écosse, tous les poissons, crustacés et mollusques recensés dans les amas coquilliers peuvent avoir été prélevés à partir de l’estran (Dupont et al., 2009 ; Bonsall et al., 2013). Il en est de même pour ce qui concerne le domaine des eaux intérieures : la concentration de témoins le long d’un axe nautique relève-t-elle d’un déplacement sur le cours d’eau, ou d’un périple terrestre le long de l’incision fluviatile ? Les indices concernant les navigations maritimes pléistocènes se heurtent, pour leur part, au profond bouleversement eustatique causé par la dernière déglaciation. De rares espaces isostatiques, où l’élévation du niveau de la mer post-glaciaire a été compensée par celle de la masse immergée, offrent des zones de rivage qui remontent au Pléistocène tardif, en Fennoscandinavie et en Amérique du nord (Bjerck et Zangrando, 2016).

    Mais le littoral atlantique européen du dernier maximum glaciaire est maintenant sous les eaux, en particulier au nord où le bassin d’écoulement du plus grand fleuve d’Europe : le fleuve Manche, est maintenant couvert par une mer continentale (fig. 1). Ici, des dizaines de milliers de kilomètres de côte et de plaines alluviales sont submergés, depuis le vaste delta du paléo-fleuve qui s’étendait au large entre Bretagne et Cornouaille (Bourillet et al., 2003 ; Toucanne, 2008 ; Toucanne et al., 2008), jusqu’aux grands espaces humides du Doggerland dans le bassin de la mer du Nord (Gaffney et al., 2009). La multiplication récente des recherches sur ces territoires immergés, partout dans le monde, et la preuve apportée par ces travaux de la bonne préservation de certains sites préhistoriques situés à faible profondeur (Bailey, 2013a), constitue un moyen prometteur de contourner cet obstacle, mais n’a pourtant pas encore permis de documenter quelque embarcation que ce soit. Les témoins des premières navigations sont donc à la fois rares et dispersés.

    Lire la suite ci-dessous et les liens de données :

    Lire la suite

  • Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le docu1 et bonus 1

    Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le documentaire partie 1 et bonus 1

     

    A4 rvb 72dpi bonus1

     

    Et bien voilà, la partie 1 du documentaire Les Açores, Débris de l'Atlantide ?, réalisé par Loïc Ochippenti, avec ma participation et celle du Professeur Felix Rodrigues est sortie sur Youtube, donc en free. Une décision en partie due aux promesses faites envers les membres de l'association culturelle Etudes des Civilisations Disparues, mais aussi bien sûr aux conditions sanitaires mondiales actuelles qui fait que les chaînes télévisées spécialisées dans les documentaires ont bloqué leurs budgets et ne diffusent en majorité que des rediffusions, et encore pour un bon moment.

    Vous trouverez ci-dessous la vidéo partagée de Youtube de la partie 1 du documentaire, ainsi qu'un appel aux dons émis par l'Association Etudes des Civilisations Disparues (dont je suis membre), afin de nous aider à réaliser la partie 2 et de retourner enquêter dès que la situation sanitaire le permettra.

    Mais je vous ai aussi réservé une petite surprise en réalisant moi-même (très vite) un Bonus 1 de presque 35 minutes de la partie 1, que vous trouverez également ici en vidéo partagée de Youtube plus bas. Il s'agit surtout d'un spécial "Cart-Ruts" ou Ornières en français, car nous avons pu en visiter plusieurs sur Terceira, en des lieux différents.

     

    Açores-Terceira-YH

    Açores, Terceira - © photo de Yves Herbo

     

    Cette vidéo vous permettra d'admirer certains paysages des Açores et de Terceira, mais aussi de voir un peu les conditions de tournage du documentaire, d'entendre certaines questions et réponses non obligatoirement incluses dans le reportage (limité en temps) et de nouvelles images inédites du reportage. Et vous verrez à nouveau le professeur Félix Rodrigues et un peu plus Loïc Occhipenti. J'ai filmé "caméra au poing" et donc sans pieds télescopiques, ce qui explique parfois les tremblements d'images (un peu stabilisées par logiciel), surtout lors des zooms. C'était volontaire, pour donner un complément aux images de Loïc un peu plus "vivant" et exploratoire. N'hésitez pas à poser des questions lors de l'avant première du bonus du 11 novembre 2020 à 17h00 ou après sur le site Sciences-Faits-Histoires.com ou encore sur Facebook. Les groupes et pages Etudes des Civilisations Disparues ou Sciences-Faits-Histoires sont là pour ça...

    Vous trouverez aussi ci-dessous quelques liens et documents, photos sur des "Voies Romaines" en France, notamment en Meurthe et Moselle, mais aussi sur le Col du Perthus dans les Pyrénées ou de Salerne en Alsace, par exemple, dont certaines parties (dans d'actuelles forêts ou en bord de rivière) ressemblent assez aussi à des cart-ruts ou ornières... un indice de plus sur l'ancienneté de certaines traces aux Açores ? Pour rappel, les ornières de Malte (qui sont dans du calcaire) ont été datées d'il y a environ 5000 ans...

     

    Voir les vidéos, lien vers l'appel aux dons et article ci-dessous :

    Lire la suite

  • Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement

    Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement - 2012 - MAJ 07-2015, Up 10-2020

     

    dp-hunter.jpg

    Le DP Hunter au large de Tahiti

    Il y a 14 600 ans, le niveau marin a connu une hausse brutale de presque 14 mètres en seulement 350 ans. Cette élévation impressionnante coïncide avec le début de la première période chaude qui marqua la fin de la dernière glaciation. De plus, la contribution de la calotte antarctique à cette élévation a été significative. Tels sont les résultats mis en évidence par une équipe du CEREGE (1) (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France), en collaboration avec des collègues anglais et japonais. Publiés le 29 mars 2012 dans la revue Nature, ces travaux confirment l'existence d'une accélération majeure de la remontée du niveau marin entre -14 650 et -14 300 avant maintenant : il s'agit d'un des événements climatiques les plus marquants des derniers 20 000 ans.

    Les coraux édificateurs de récifs sont des organismes qui vivent exclusivement dans les eaux tropicales. Très sensibles à la luminosité et la température, ils croissent à fleur d'eau, dans un intervalle de profondeur très restreint, ce qui en fait de bons marqueurs du niveau de la mer. L'étude de ces coraux fossiles, qui se sont formés au cours des dernières centaines de milliers d'années, permet donc de reconstituer les variations du niveau marin et les changements environnementaux passés. Ces archives fournissent ainsi des informations précieuses sur la dynamique et le comportement des calottes de glace du passé. Mieux appréhender cette dynamique permettra d'améliorer à terme la modélisation et la prévision des variations futures du niveau marin.

    Dans le cadre d'une campagne de forages internationale effectuée en 2005(2) sur les pentes des récifs actuels de Tahiti, les chercheurs du Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France) ont carotté trois sites situés dans des récifs coralliens, au large de l'île de Tahiti. En datant ces archives, ils ont pu reconstituer les variations du niveau marin sur les derniers 16 000 ans(3). Ces datations mettent en évidence une remontée extrêmement rapide du niveau de la mer au cours de la dernière déglaciation qui s'est déroulée entre -21 000 et -11 000 environ. Au cours de cette transition entre une dernière période glaciaire et le climat chaud que connaît actuellement la Terre, le niveau marin global est remonté d'environ 120-130 mètres sur presque 15 000 ans. Il était déjà acquis que cette augmentation n'avait pas été constante, mais qu'elle avait été ponctuée par des élévations rapides du niveau marin associées à des débâcles massives des calottes de glace. La plus importante de ces hausses, appelée Melt-Water Pulse 1A (MWP-1A), restait cependant par bien des aspects énigmatique.

    Ces nouveaux travaux ont permis de confirmer l'existence de cet événement climatique majeur, tout en révélant pour la première fois son amplitude, sa chronologie et sa durée. Le début du MWP-1A a été daté à -14 650 ans, ce qui fait coïncider cet événement avec le début de la première phase chaude qui marqua la fin de la glaciation dans l'hémisphère Nord. Cette période, appelée Bølling(4), s'est étalée sur un peu moins de deux mille ans et a vu la température de l'hémisphère Nord augmenter de près de 5°C en quelques années. Selon les chercheurs du CEREGE, la remontée du niveau global des océans au cours du MWP-1A aurait été de presque 14 mètres en seulement 350 ans. La vitesse de la remontée du niveau marin aurait été au minimum de 40 mm/an (4cm), vitesse qu'il faut comparer au taux moyen de 10 mm/an estimé pour la dernière déglaciation ou à celui de 3 mm/an observé aujourd'hui par satellite. En s'appuyant sur des simulations de modèles géophysiques, les chercheurs ont aussi établi que la calotte antarctique avait contribué très significativement, probablement pour moitié, au MWP-1A. Ces travaux illustrent l'instabilité des calottes glaciaires, en particulier de la calotte antarctique, à une perturbation climatique majeure et imposent un regard nouveau sur la contribution future de la calotte antarctique à la remontée du niveau des mers dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

    Ces travaux ont notamment bénéficié du soutien de la Fondation Comer (USA), la Fondation européenne de la Science (ESF-EuroMARC), la Communauté européenne (Projet Past4Future), le Collège de France, le CNRS et l'IRD. 

    Notes :

    (1) Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement
    (2) Cette campagne a été mise en œuvre grâce au programme international IODP (Integrated Ocean Drilling Program) au sein duquel la France est fortement impliquée, via le consortium européen ECORD, aux côtés de 17 autres pays. 
    (3) La précision des datations obtenues par la méthode U/Th au CEREGE est de l'ordre d'une trentaine d'années pour de tels échantillons.
    (4) Au cours de cette première phase de réchauffement des peuples de l'âge de pierre ont pu s'installer en Europe du Nord et jusqu'en Scandinavie avant que les températures ne redeviennent glaciales il y a 12 900 ans.

    Références :

    Ice sheet collapse and sea-level rise at the Bølling warming 14,600 yr ago. Pierre Deschamps, Nicolas Durand, Edouard Bard, Bruno Hamelin, Gilbert Camoin, Alexander Thomas, Gideon Henderson, Jun'ichi Okuno, Yusuke Yokoyama, Nature, 29 mars 2012. Presse CNRS l Priscilla Dacher 

    http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2535.htm

    niveau-mer-12000ans.jpg

    Europe : les terres hors de l'eau 12000 ans av.JC.

    MAJ 07-2015 : Cette première étude datait de 2011-2012 mais d'autres publications, écrites par d'autres scientifiques, sont maintenant trouvables sur internet, et confirment toutes les mêmes tendances et probabilités qu'une telle chose pourrait bien se produire dans notre futur proche... un impressionnant défilé d'articles présents sur ce site et regroupés ici, et qui convergent tous, en parlant de géologie, d'études du Groenland ou de l'Antarctique, des fontaines de méthanes Arctiques, d'une même convergence de données sur de profonds bouleversements en cours et en accélération... et beaucoup de scientifiques sont déjà convaincus qu'il est déjà trop tard pour y faire grand chose... :

    Augmentation des fontes de glaces sur les terres et montée des fleuves d'eau douce :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/climat-de-nouveaux-rapports.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/actualite/climat-le-bilan-2011-de-l-omm.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/la-fonte-estivale-des-glaces-de-l-arctique-s-accelere.html​

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/nouveau-record-de-fonte-estivale-pour-la-banquise-arctique.html​

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-automne-dernier-le-gulf-stream-a-devie-sa-trajectoire-de-200-km.html​

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/l-est-de-l-antarctique-plus-fragile-que-prevu.html​

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-la-montee-des-eaux-a-englouti-une-partie-de-la-prehistoire-francaise.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-antarctique-nous-preparerait-il-une-mauvaise-surprise.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/fontes-des-glaciers-et-eboulements.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/antarctique-la-fonte-des-glaciers-s-accelere-et-serait-irreversible.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-d-un-traceur-de-glace-et-etude-sur-la-fonte-du-groenland.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-un-tsunami-geant-provenant-de-l-antarctique.html​

    Réchauffement et montée des océans, canicules et augmentation des cyclones :

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/le-changement-climatique-a-deja-provoque-une-acceleration-des-episodes-violents.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/la-terre-pourrait-se-rechauffer-plus-vite-que-prevu-d-ici-2050.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-previsions-pessimistes-ou-realistes.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-tsunamis-nord-europeens.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/tsunamis-en-europe-des-etudes-alarmantes.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-reactions-a-l-acceleration-pour-2100-groenland-bientot-vert.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/canicule-2012-de-nouvelles-sueurs-froides-pour-le-nucleaire-francais.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-les-canicules-seront-la-norme-en-ete.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climats-extremes-et-alertes-volcaniques.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/2-a-4-degres-de-plus-sur-la-region-parisienne-d-ici-2100-d-apres-meteo-france.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-la-montee-des-oceans-largement-sous-estimee.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-ou-pas-les-eaux-montent-plus-vite.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-cyclones-devraient-devenir-de-plus-en-plus-violents.html​

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/montee-des-eaux-un-immense-aquifere-decouvert-au-groenland-bouleverse-tout.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/fontaines-de-methane-dans-l-ocean-arctique.html​

    Augmentation des cancers de la peau à cause de la disparition des couches atmosphériques protectrices :

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/actualite/augmentation-inquietante-des-cancers-de-la-peau-chez-les-trentenaires.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-afrique-australe-se-rechauffe-plus-vite-qu-ailleurs.html​

    pollutions sur le toit du monde... :

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/des-pics-de-pollution-sur-l-everest-superieurs-a-ceux-de-grenoble.html

    Un emballement irrémédiable et un manque total de réaction, de réalisme humain ? :

    https://sciences-faits-histoires.com//blog/environnement-planete-terre/une-etude-predit-la-fin-de-notre-planete-avant-l-an-2100.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-le-catastrophisme-monte-pour-quand-la-panique.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-des-decouvertes-importantes.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/et-du-cote-du-pole-sud-quelles-oscillations.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/giec-aggravation-de-la-situation-et-mention-des-chemtrails-la-geoingenierie.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/des-fossiles-prouvent-le-brusque-changement-de-climat-au-dryas-recent.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/geologie-et-refroidissement-climatique-limites-du-taux-d-erosion-depassees.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/un-polluant-interdit-depuis-1987-detruit-toujours-la-couche-d-ozone.html

    https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/super-tempetes-et-deplacement-des-poles-magnetiques.html

     

    Yves Herbo relai, Sciences, F, Histoires, 03-2012, up 07-2015, up 10-2020

  • L'ADN sera-t-il le support de stockage ultime de l'humanité ?

    L'ADN sera-t-il le support de stockage ultime de l'humanité ?

    220px-dna-structure-and-bases-fr-svg.png

    La quantité d’information que l’humanité produit ne cesse de grandir et sa préservation pour les générations futures devient problématique. Une possible solution explorée depuis quelque temps fait intervenir son stockage avec de l’ADN. Un groupe de chercheurs américains vient d’illustrer tout le potentiel de la méthode en enregistrant un livre entier dans seulement 1 picogramme d’ADN.

    Notre monde devient de plus en plus une société de l’information via les données transitant par les ordinateurs et Internet, conséquences des travaux d’Alan Turing. Photos, vidéos, textes, données numériques de toutes sortes voient leur quantité doubler chaque année du fait de l’activité d’Homo sapiens. Mais quelle part de cette information sera disponible pour la prochaine génération et comment la stocker sous une forme durable et peu encombrante ? 

    Car l’humanité a produit en 2011 environ 10 puissance 21 octets d’informations et ce chiffre aura été multiplié par 50 en 2020. Comment transmettre des dossiers médicaux, des musiques ou d’autres œuvres d’art à l’aide de supports pouvant durer un siècle au moins par exemple ?

    Le travail sur ce problème de stockage des archives de l’humanité se fait depuis quelques années comme en témoigne, par exemple, le M-Disc. Mais l’une des techniques les plus prometteuses semble celle basée sur de l’ADN. Cette idée est explorée depuis un certain temps et un article récemment publié dans Science vient d’illustrer toute la puissance du stockage de l’information digitale à l’aide de la mythique molécule de la vie, dont la structure a été élucidée par Watson et Crick il y a de cela presque 60 ans.

    rtemagicp-adn.jpg

    Une image illustrant la structure de L'acide désoxyribonucléique (ADN). Sa structure est celle d'une double hélice composée de deux brins complémentaires. Chaque brin est constitué d'un enchaînement de quatre nucléotides A, G, C et T. L'information génétique est codée par l'ordre dans lequel s'enchaînent ces quatre nucléotides. © Site de Biologie du réseau Collégial du Québec


    L’un des auteurs de l’article de Science n’est autre que George Church, bien connu pour ses travaux sur la biologie synthétique. C’est son livre, Regenesis: How Synthetic Biology Will Reinvent Nature and Ourselves, qui a été enregistré puis lu à l’aide d’une nouvelle technique, sur un support constitué de brins d’ADN. Le livre lui-même contient 53.426 mots, 11 images et un programme en JavaScript constituant une quantité d’information de 5,37 mégabits. Un millionième de millionième de gramme d’ADN a suffi pour assurer son stockage. Le précédent record avec de l’ADN était de 7,920 bits. On a donc presque multiplié par 1.000 la quantité d’information stockée.

    Un million de gigabits par centimètre cube d'ADN

    Ce volume d’information n’a rien d’extraordinaire en lui-même. Mais la densité de stockage est spectaculaire puisqu’elle est équivalente à 5,5 pétabits ou 1 million de gigabits par centimètre cube. C'est très largement supérieur à celle des disques durs et plus de 10 milliards de fois la densité de stockage d’un CD. Toutefois, le stockage avec de l’ADN obtenu par les chercheurs ne peut pas concurrencer les disques durs car on ne peut écrire, lire ou effacer à volonté l’information sur le support. (Yves Herbo : pour l'instant et pour combien de temps ?)

    Pour stocker l’information, il est nécessaire de synthétiser des brins d’ADN dans lesquels les données en binaire sont enregistrées sous forme de séquences de nucléotides adénine (A), thymine (T), cytosine (C) et guanine(G). Chaque brin d’ADN est un fragment de l’information totale entreposée sur un support en verre. Un code, lui aussi contenu dans la séquence de nucléotides, indique à quelle partie du fichier, par exemple celui contenant le livre de George Church, correspond le brin d’ADN. Il faut enfin utiliser la technique de séquençage de l’ADN et traiter l’information obtenue à l’ordinateur pour retrouver l’information initiale. Un processus guère pratique et bien évidemment coûteux. C’est pourquoi le stockage avec de l’ADN est plutôt destiné à faire de l’archivage de données. Il ne semble pas voué à remplacer les mémoires de nos ordinateurs dans la vie quotidienne.

    La technique des chercheurs américains ne faisant pas intervenir de l’ADN présent dans des cellules vivantes (il y aurait des risques de mutation altérant l’information enregistrée), et comme l’ADN hors de ces dernières peut se conserver intact des milliers d’années à température normale, il semble probable que les archives du futur de l’humanité seront bel et bien constituées d’ADN. Cela laisse songeur lorsque l’on sait qu’il en est de même pour l’information génétique des espèces vivantes.

     

    Yves Herbo : une information beaucoup plus importante pour l'Humanité qu'il n'y paraît... Hypothèse : chaque être humain contient en lui la Mémoire totale de l'Humanité, depuis l'apparition de la vie et toute son évolution (peut-être même la mémoire de la Vie tout cours, depuis le début de l'Univers). Cette Mémoire est évidemment virtuelle est ne meurt jamais : comme on l'a vu, TOUTE la mémoire est contenue sur les brins d'ADN du non-vivant (encore plus probablement pour le Vivant), donc la création de la matière, puis du vivant a suffit pour créer un support physique à cette mémoire virtuelle... support physique lui-même en extension et "immortel" lui-même : même si les particules ou les vivants meurent, il y a toujours de la matière et des êtres vivants qui restent et renaissent...

    Il y a donc possibilité (assez forte et j'en suis personnellement sûr) que notre propre conscience fasse partie elle-même de cette Mémoire virtuelle immortelle, ce qui explique la "transmission" des données dans le matériel (que nous sommes) : l'arrivée de la conscience dans le foetus permet ce "téléchargement" et le lien entre le monde physique et matériel "vivant" et celui du "virtuel" et de la "mort" et inversement un "backup" des données lors de la "mort" et du retour dans la réalité virtuelle (le virtuel ne devient-il pas réalité quand il est éternel ?)... La Mémoire apprend sans cesse des expériences du monde matériel, qui lui permet aussi de se stocker infiniement en créant de la matière et en augmentant la Vie partout, qui lui sert à apprendre et à sauvegarder le monde physique : les êtres intelligents sont censés mieux communiquer avec la Mémoire universelle au fil de leur évolution pour mieux intéragir dans l'intérêt des deux réalités et protéger leur monde physique... ce que ne fait pas tellement l'Humanité sur cette petite planète Terre jusqu'à présent...

    En tout cas, cette perception d'une mémoire au moins ancestrale me semble évidente pour beaucoup : la transmission des caractères génétiques sur plusieurs générations est déjà une prouesse technique en soi, liée au monde matériel certes, mais là où ça se corse sérieusement, c'est de retrouver aussi souvent des caractères ou comportements moraux ou spirituels chez de jeunes générations identiques à des vieilles générations qu'ils n'ont pas connues...

    https://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/ladn-sera-t-il-le-support-de-stockage-ultime-de-lhumanite_40740/#xtor=RSS-8

    Relayé par SFH 08-2012, up 10-2020

     

  • 300 000 ans: durcissement des pierres au feu contrôlé

    300 000 ans: durcissement contrôlé des pierres au feu

     

    Grotteqesem fouilles2020

    On sait depuis maintenant longtemps que les homininés ont domestiqué le feu il y a plusieurs centaines de milliers d'années, mais on a maintenant des preuves que l'un d'entre eux, probablement le néandertalien, l'a utilisé de façon très contrôlé pour chauffer les pierres de ses outils à différentes températures. En fait, l'utilisation contrôlée du feu par l'Homo erectus, il y a environ 1 000 000 d'années, est largement soutenue par plusieurs chercheurs (Kim Luke, Kenneth Miller par exemple), alors qu'une simple utilisation ponctuelle (à partir d'un feu naturel) dateraient de 1,7 millions d'années. Les preuves certaines des premiers foyers dateraient de 790 000 ans environ mais c'est à partir de datations de 400 000 ans environ que les découvertes de foyers sont multiples en Europe, les premiers étant attribués à Homo Hedelbergensis (assimilé par plusieurs chercheurs à des néandertaliens archaïques), avec le plus ancien allume feuconnu dans une grotte habitée par cet homininé (grotte Menez Dregan 1 en France).Vers il y a 300 000 ans, on semble assister à une utilisation du feu de façon plus technique, de la part de Néandertalien, mais peut-être aussi des premiers Homo Sapiens archaïques (découverte de lame de silex chauffées dans des incendies il y a environ 300 000 ans près de fossiles d'Homo sapiens anciens mais pas entièrement modernes au Maroc).

    C'est une étude publiée dans la revue Nature Human Behavior qui révèle maintenant que les hominines de la région levantine utilisaient un feu contrôlé pour façonner des outils, il y a 300 000 ans.

    Des recherches antérieures avaient révélé que la production d'outils en silex se produisait parmi les premiers hominidés du Levant au Paléolithique inférieur tardif (il y a 420 000 à 200 000 ans), dont certains présentaient même des preuves d'exposition au feu. Mais on ne savait pas très bien si ce traitement au feu était l'effort d'un artisan ou simplement un accident.

    Les chercheurs de cette étude se sont penchés sur la grotte de Qesem dans le centre d'Israël, un site clé du Levant à la fin du Paléolithique inférieur qui s'est avéré être l'hôte d'une importante collection d'artefacts anciensIci, il a été constaté que l'utilisation du feu pour fabriquer des lames était à la fois étendue et habituelle parmi les hominines qui habitaient la grotte. Notons qu'il y a toujours un mystère concernant les habitants de cette grotte. En effet, la datation des spéléothèmes de la grotte indique qu'elle a été occupée à partir de 382 000 ans. Elle cesse d'être occupée vers 152 000 ans, peut-être plus tôt vers 207 000 ans !

    Il  pourrait y avoir une succession de deux populations différentes d'homininés ou non : l'industrie lithique trouvée sur place en grand nombre (ainsi que les ossements de 4 740 animaux découpés, d'extraction de la moëlle et de cuisson) appartien à l'industrie Acheuléenne (l'une des plus anciennes existantes car existant de 1,76 Million d'années à 150 000 ans - attribuée dans l'ordre à Homo ergaster, Homo erectus, Homo rhodesiensis, Homo heidelbergensis) et l'industrie Yabroudien, qui est locale (Moyen Orient).

     

    Entreeprotegeegrotteqesem

    Par 66AVI — צילמתי, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php

     

    Certaines strates contiennent de nombreuses lames et outils de la même famille alors qu'ils sont absents d'autres strates. Néanmoins, des grattoirs sur éclats épais se trouvent dans la plupart d'entre elles, alors que les bifaces de type Acheuléen sont dans toutes les couches archéologiques. YH : nous aurions donc éventuellement une évolution locale du même Homininé de l'Acheuléen au Yabroudien (continuant à se servir de l'Acheuléen). Toutes les étapes du façonnage de la fabrication des outils sont observables dans la grotte. Beaucoup de nucléus sont conservés à proximité d'éclats, permettant une reconstitution de la pierre d'origine.

    L'autre grand mystère est que 13 dents d'homininés ont été trouvées réparties dans toutes les couches de la grotte, de la plus ancienne à la plus récente, et qu'après avoir analysé ces dents en tomodensitométrie et aux rayons X, les chercheurs les ont jugées proches de celles d'Homo sapiens. Toutefois, l’article n’exclut pas que ces dents appartiennent à des ancêtres d’Homo Sapiens ou de l’Homme de Néandertal. Pour le chercheur britannique Paul Mellars, la probabilité qu'il s'agisse de dents d'Homo sapiens paraissait à l'époque de la découverte « très ténue, et même franchement peu vraisemblable. » Le crâne aurait permis de préciser l'espèce concernée, les dents seules n'étant pas assez fiables pour cette identification.

    Une chose certaine, ces dents  ne sont pas de type Homo erectus (sensu lato), mais présentent des similitudes avec les populations locales du Skélien et de Qafzeh du Pléistocène supérieur, ainsi que certaines affinités avec les Néanderthaliens (50). Par conséquent, les fossiles humains peuvent appartenir à une lignée d'hominines locale encore inconnue du Levant (des premiers hybrides entre Néandertaliens et Homo Sapiens ?).

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite