Preuves Autre Histoire

Cette catégorie regroupe tous les articles apportant des données faisant avancer les connaissances sur l'Histoire de l'être Humain. Tant que l'Humanité ne saura pas la genèse réelle de son existence, il y aura en elle une conffusion diffuse et souvent non admise, mais bien réelle...

Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

 

Elam coneavececriture

Cône en terre cuite comportant des inscriptions en élamite linéaire datées d'environ 2500-2300 avant J.-C. Crédit François Desset - Musée du Louvre

 

C'est une découverte qui est passée assez inaperçue, possiblement à cause de la forte tendance des médias à ne parler que de la crise sanitaire, mais un français a bel et bien réussi en fin d'année 2020 à "craquer" l'écriture élamite. Et cette écriture remonte exactement à 3 300 Avant notre ère, donc exactement à la même date que celle de Sumer, sans aucun lien entre les deux.

François Desset a réussi à déchiffrer l’élamite linéaire, un système d’écriture utilisé en Iran il y a 4.400 ans. Dans sa version archaïque proto-élamite (dès 3 300 avant J.-C.), celle-ci rejoint les deux systèmes d’écritures les plus anciens connus au monde, le proto-cunéiforme des Mésopotamiens et les hiéroglyphes égyptiens. De quoi modifier les connaissances que l’on avait jusque-là sur l’origine de l’écriture !

L’annonce a dû réjouir les mânes de l’abbé Barthélémy, de Sylvestre de Sacy ou encore de Champollion. L’archéologue français François Desset, du Laboratoire Archéorient à Lyon, a annoncé le 27 novembre 2020 qu’il avait réussi à déchiffrer des inscriptions vieilles de 4.400 ans ! Toutes étaient rédigées en élamite linéaire, une écriture utilisée par les Elamites qui peuplaient alors l’Iran. Les érudits réunis en ligne pour prendre connaissance de cette découverte depuis le département des biens culturels de l’Universita degli Studi di Padova de Padoue (Italie), ont été enthousiastes. Voici en effet plus d'un siècle que ce système d’écriture, utilisé sur le plateau iranien dans l’ancien royaume d’Elam (actuel Iran) entre la fin du 3ème millénaire et le début du 2ème millénaire avant notre ère, échappait au déchiffrement, comme c’est encore le cas pour le linéaire A crétois ou l’écriture de la vallée de l’Indus (que les spécialistes locaux estiment comme étant plus ancienne encore). Entre marques d’admiration et félicitations des confrères, le Français, fraîchement débarqué de l’Université de Téhéran (Iran) où il enseigne depuis 2014, a expliqué en anglais que : " Cette écriture avait été découverte pour la première fois sur l’antique site de Suse (Iran) en 1901 et que depuis 120 ans nous n’étions pas parvenus à lire ce qui avait été inscrit il y a 4.400 ans faute d’avoir trouvé la clé ". Chose désormais faite cette année (grâce à l’opportunité offerte par la quarantaine dans son appartement à Téhéran et la collaboration de trois autres collègues, Kambiz Tabibzadeh, Matthieu Kervran et Gian-Pietro Basello).

 

Fdesset portrait

François Desset, archéologue au Laboratoire Archéorient (Lyon), professeur à l'Université de Téhéran (Iran), encadré par des colonnettes funéraires retrouvées dans des tombes du 3e millénaire avant J.-C, au Balouchistan iranien. Crédit François Desset

"Des systèmes d'écriture contemporains"

Les plus anciens exemples d'écriture connus à ce jour proviennent de Mésopotamie (Irak actuel) et remontent à l’Age du Bronze, vers 3300 ans avant J.-C. : il s’agit des tablettes proto-cunéiformes. Or le déchiffrement de l’élamite linéaire remet en question cette suprématie ! " Nous découvrons en effet que vers 2300 avant J.-C., un système d'écriture parallèle existait en Iran, et que sa version la plus ancienne - appelée l’écriture proto-élamite, (3300 avant J.C. - 2900 avant J.-C.) – remontait aussi loin dans le temps que les premiers textes cunéiformes mésopotamiens ! précise François Desset. Aussi, je peux aujourd’hui affirmer que l’écriture n’est pas d’abord apparue en Mésopotamie puis plus tard en Iran : ces deux systèmes, le proto-cunéiforme mésopotamien et le proto-élamite iranien, ont en fait été contemporains ! Il n’y a pas eu une écriture mère dont le proto-élamite serait la fille, il y a eu deux écritures sœurs. D’autre part, en Iran, il n’y a pas eu non plus deux systèmes d’écritures indépendantes comme les spécialistes le pensaient jusque-là, avec le proto-élamite d’un côté et l’élamite linéaire de l’autre, mais une même écriture qui a été soumise à évolution historique et a été transcrite avec des variations au cours de deux périodes distinctes."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Néandertalien avait très probablement un langage

Néandertalien avait très probablement un langage

 

Néandertalien : changement de paradigme scientifique

 

Neanderthal speech

Une reconstruction d'un homme et d'une femme de Néandertal - S. ENTRESSANGLE / E. DAYNES / BIBLIOTHÈQUE DE PHOTOS SCIENCES


 

Décidément, l'actualité scientifique sur l'Homme de Néandertal m'y fait revenir de plus en plus souvent. Deux publications sont sorties pratiquement en même temps, l'une concluant à un profond changement du consensus scientifique les concernant (surtout sur sa disparition) et l'autre concluant que néandertalien possédait tous les attributs physiques pour avoir un langage articulé et des oreilles tout aussi adéquates que les nôtres pour l'entendre.

La première a été publiée dans les Rapports Scientifiques (https://phys.org/journals/scientific-reports/) :

Changement du consensus scientifique sur la disparition des Néandertaliens

 

On ne sait toujours pas comment les Néandertaliens sont morts. Pendant longtemps, une théorie a semblé la plus probable: l'émergence des Homo sapiens hautement intelligents, ou humains modernes. Cette hypothèse de concurrence n'est plus la théorie dominante parmi les scientifiques, comme l'ont montré des recherches parmi les archéologues et les anthropologues.

Pensez aux Néandertaliens et vous êtes susceptible de penser à un groupe de sauvages, une sorte de demi-singe qui pâlit par rapport aux humains modernes avec leur intelligence illimitée et leurs manières raffinées. Cette image est souvent liée à la disparition des Néandertaliens: ils ont dû mourir lorsque leur cousin intelligent Homo sapiens est entré en scène.

Mais des recherches récentes à l'université de Leiden ont montré que la plupart des experts - en archéologie ou en anthropologie paléolithique - ne croient plus que cette théorie de la concurrence soit l'explication la plus plausible de la disparition des Néandertaliens. La plupart des scientifiques pensent maintenant qu'une explication démographique est plus probable. C'est ce que les auteurs ont découvert après avoir interrogé 216 collègues des Pays-Bas et de l'étranger.

" Les résultats nous ont surpris "

« Pour être honnête, les résultats nous ont surpris », déclare l'archéologue paléolithique Gerrit Dusseldorp, co-auteur de l'article. " L'hypothèse de la concurrence est profondément enracinée dans l'esprit des gens - les scientifiques aussi. Nous nous attendions à ce qu'il y ait un large soutien pour cette hypothèse, mais cela ne s'est pas avéré être le cas."

Dusseldorp attribue ce changement de paradigme à des découvertes récentes qui rendent l'hypothèse de la concurrence moins plausible. Des recherches antérieures à Leiden ont montré que les Néandertaliens " stupides '' (il a failli s'appeler Homo Stupidus ^^) fabriquaient du goudron à partir d'écorce de bouleau et l'utilisaient pour coller des fers de lance à une lance. Pas si stupide après tout. Et en février, il a été annoncé que les Néandertaliens avaient laissé des peintures rupestres en Espagne, alors que, pendant longtemps, l'art n'avait été attribué qu'aux humains modernes.

Les différences archéologiques disparaissent presque complètement

Cela signifie que les différences archéologiques entre les Néandertaliens et les Homo sapiens ont presque complètement disparu, a récemment déclaré le collègue de Dusseldorp, Wil Roebroeks, à la chaîne NOSDusseldorp ajoute: " Il semblerait que les Néandertaliens étaient à peu près aussi intelligents que les Homo sapiens, à condition que vous les compariez à la même période." Les Néandertaliens et les Homo sapiens ont parcouru la terre ensemble il y a 200 000 ans, et il semble que ces contemporains étaient plus ou moins également développés.

Mais quelle est alors une explication plausible à la disparition des Néandertaliens ? La plupart des répondants pensent que la cause principale est les facteurs démographiquesDusseldorp: " Les Néandertaliens vivaient en groupes plus petits que les Homo sapiens, par exemple. La consanguinité et un manque de variation génétique peuvent avoir joué un rôle." De plus, certains des Néandertaliens semblent avoir été subsumés dans les humains modernes : vous trouvez toujours de l'ADN de Néandertal dans le génome humain. Une sorte de dilution génétique donc.

Relativement peu de matière reste

Ainsi, la mort des Néandertaliens n'est en aucun cas une fatalité. C'est en partie parce qu'il y a relativement peu de matériaux restants, ce qui signifie que les pièces manquantes sont plus grandes que celles qui ont été trouvées. Mais jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté, Dusseldorp a ce qui suit à dire à ses collègues, attachés de presse et journalistes scientifiques: " Arrêtons de considérer la thèse du concours comme la norme. Je lis encore trop souvent comment les Néandertaliens étaient plus intelligents qu'on ne le pensait, alors que la plupart des experts n'ont pas considéré cette espèce humaine comme stupide depuis longtemps. "

Préférence politique sans importance

Les auteurs ont également cherché à savoir si la préférence politique avait une incidence sur l'explication qu'un scientifique estime être la plus probableDusseldorp: " Nous avions entendu dire que plus de collègues de droite étaient plus susceptibles de soutenir l'hypothèse de concurrence alors que les plus de gauche avaient tendance à préférer les explications démographiques. Mais ce n'était que anecdotique." Maintenant qu'elle a été étudiée, cette théorie peut être mise au rebut: les scientifiques n'ont trouvé aucune preuve significative à ce sujet.

Krist Vaesen et al. Un consensus émergent en paléoanthropologie: la démographie a été le principal facteur responsable de la disparition des Néandertaliens, rapports scientifiques (2021). DOI: 10.1038 / s41598-021-84410-7

 

La seconde publication est plus technique et a été publiée dans Nature Ecology and Evolution , DOI: 10.1038 / s41559-021-01391-6

Les oreilles de Néandertal étaient réglées pour entendre la parole comme les humains modernes
 

Les reconstructions virtuelles des oreilles de Néandertal montrent que nos cousins ​​éteints avaient la même capacité physique d'entendre que les humains modernes, et par déduction pourraient également émettre les mêmes sons que nous le pouvons - bien qu'il est encore inconnu de savoir si ils parlaient réellement une langue.

« Nous ne savons pas s'ils avaient une langue, mais au moins ils avaient toutes les parties anatomiques nécessaires pour avoir le genre de discours que nous avons », explique Mercedes Conde-Valverde de l'Université d'Alcalá en Espagne. " Ce n'est pas qu'ils parlaient la même langue (que nous), ni l'anglais, ni l'espagnol, rien de tout cela. Mais si nous pouvions les entendre, nous reconnaîtrions que c'étaient des humains."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?

Alaska : incendies et humains détectés datés de 32 000 ans ?

 

Noat blue lakenps 1025

Lac bleu et toundra rouge dans la réserve nationale de Noatak / NPS

 

Les données convergent de plus en plus vers une entrée de l'homme moderne en Amérique du nord bien plus tôt que supposé jusqu'à présent. Il s'agit de plus du double que les datations reconnues officiellement jusqu'à présent.

Un groupe de chercheurs de l'Université Brown, financé par le Shared Beringian Heritage Program, recherche des preuves qui soutiennent une théorie nouvelle mais controversée sur le moment et la manière dont les êtres humains sont arrivés pour la première fois sur le continent américain. Le professeur Brown Yongsong Huang et son équipe de chercheurs pensent avoir trouvé des traces de matières fécales humaines et d'activité du feu dans le nord de l'Alaska remontant à plus de 30 000 ans - des milliers d'années avant que les archives archéologiques n'indiquent que des humains se trouvaient en Alaska. Bien que les résultats des derniers travaux de son laboratoire - une analyse des sédiments datant d'il y a 200 000 ans - n'aient pas encore été publiés, les recherches du Dr Huang au cours des cinq dernières années ont apporté de nouvelles données importantes au débat controversé sur le peuplement des Amériques via la Béringie, une masse continentale qui a existé entre la Sibérie et l'Alaska au cours de la dernière période glaciaire (YH : et aussi les précédentes, l'arrivée du mammouth - devenant américain - il y a 100 000 ans le prouve).

Pendant plusieurs décennies, les archéologues et les scientifiques ont supposé que les humains sont arrivés pour la première fois en Amérique du Nord en provenance d'Asie il y a près de 15000 ans, à la fin de la plus récente période glaciaire de la Terre. La théorie conventionnelle soutient que d'anciens chasseurs humains ont traversé le pont terrestre de Béring, suivant un mammouth à travers une steppe herbeuse maintenant submergée sous le détroit de BéringUne fois sur le pont terrestre, la plupart des archéologues croient que les premiers Américains se sont déplacés régulièrement vers le sud et, au fil du temps, ont divergé dans les nombreuses communautés autochtones de l'Arctique canadien à la pointe sud du Chili. YH : tout comme pour l'Europe et le monde, les humains, avec le temps et leur dispersion en divers endroits colonisés, ont fini par oublier leur origine identique, et ont fini par considérer comme ennemis ou intrus leurs propres frères et sœurs, puisque issus des mêmes ancêtres à l'origine.

Mais les chercheurs ne savent pas exactement quand une migration, ou une série de migrations, a eu lieu et pendant combien de temps. Les découvertes archéologiques en Sibérie indiquent une présence humaine il y a environ 45 000 ans. Mais la seule preuve matérielle incontestée en Amérique du Nord marque l'habitation humaine beaucoup plus tard, il y a environ 14 500 ans. YH : la contestation systématique de données remettant en cause les études, récompenses, livres et notoriété de scientifiques reconnus n'est pas étonnante en soit, les scientifiques sont des humains et personne n'aime voir son travail et sa carrière, voir certitudes, remises en question profondément. Par contre, quand un site est découvert et a les "bonnes datations", la publication est aussitôt acceptée et validée, même si il peut y avoir des erreurs...

Pourtant, certains chercheurs pensent que les humains pourraient avoir habité la Béringie orientale pendant la dernière période glaciaire, isolés du reste de l'Amérique du Nord par une énorme calotte glaciaire. Selon des analyses récentes, des os de chevaux et de mammouths marqués coupés trouvés dans les années 1980 et 1990 aux grottes de Bluefish, dans le territoire du Yukon, remontent probablement à environ 25 000 ans, contredisant directement la théorie conventionnelle d'un «peuplement rapide» de l'Amérique du Nord, bien que d'autres chercheurs remettent en question l'âge des preuves de la grotte Bluefish et si les os ont en fait été modifiés par les humains. Les analyses ADN soutiennent l'idée que la constitution génétique des Amérindiens modernes a évolué à partir d'une population béringienne longtemps isolée, et les données climatologiques suggèrent que l'ancienne Béringie était plus hospitalière pour la vie humaine que de nombreuses parties de la Sibérie.

Au cours des dernières décennies, une nouvelle théorie s'est formée, appelée l'hypothèse du statu quo beringien (BSH). Selon le BSH, le Bering Land Bridge n'était pas seulement un pont, mais faisait partie d'un paysage que les humains ont longtemps habité. Peut-être que les humains ont peuplé la Béringie, du nord-est de la Sibérie au nord-ouest du Canada, pendant des milliers d'années, pendant le dernier maximum glaciaire (environ 25 000 avant notre ère) et avant de se déplacer vers le sud dans les Amériques. Plutôt que, ou en plus, un mouvement rapide en Amérique du Nord, une population humaine isolée aurait pu s'installer en Béringie, divergeant génétiquement et culturellement de leurs ancêtres eurasiens.

 

Seward peninsula 800x598

péninsule de Seward, Alaska - Wikimedia



En 2018, le Shared Beringian Heritage Program a financé les chercheurs de Brown pour tracer l'hypothèse d'immobilisation béringienne en utilisant la géochimie organique. Le groupe a analysé les carottes de sédiments lacustres, à la recherche de preuves chimiques de matières fécales humaines et d'incendies pendant et même avant la dernière période glaciaire.  

Les chercheurs, dirigés par le Dr Huang, ont récupéré des échantillons de trois lacs formés dans des cratères volcaniques, jusqu'à 200 000 ans - sur la péninsule de Seward, dans le nord-ouest de l'Alaska. Leur objectif est de voir jusqu'où ils peuvent trouver des preuves d'excréments humains et d'activité du feu.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Importante excursion magnétique il y a 42 000 ans

Importante excursion magnétique il y a 42 000 ans

 

Magnetosphere rendition

Notre bouclier magnétique nous protège des vents solaires et rayons cosmiques, sauf s'il diminue trop. Domaine publique.

 

Connue sous le nom d'excursion de Laschamp - d'après le nom du village français dans lequel elle a été mise au jour, une importante tentative d'inversion magnétique est survenue. Elle s'est produite il y a entre 41.000 et 42.000 ans avant le présent. Les pôles magnétiques terrestres se sont alors déplacés pendant environ 800 ans avant de reprendre finalement leur place initiale.

C'est en étudiant les cernes d'un kauri, un arbre endémique de la Nouvelle-Zélande, que les chercheurs ont pu estimer les changements dans les niveaux de radiocarbone pendant cette demi-inversion géomagnétique. Ils ont pu ainsi établir une échelle de temps détaillée de la façon dont l'atmosphère a évolué au cours de l'événement d'Adams. Une sorte de pierre de rosette qui leur a permis de relier entre eux diverses observations passées et parfois géographiquement éloignées.

Jusque à présent, les scientifiques s'étaient concentrés sur les changements survenus au moment de l'inversion. Le champ magnétique de la Terre s'est alors trouvé affaibli d'environ 28 % en moyenne par rapport à ce qu'il est aujourd'hui. Mais les chercheurs de l'université de Nouvelle-Galles du Sud nous apprennent que la période la plus sensible s'est déroulée au moment de la préparation de l'excursion. « L'intensité du champ magnétique terrestre était alors inférieure à 6 % de ce qu'elle est aujourd'hui», remarque Chris Turney. Une boussole à l'époque, si elle existait, n'aurait plus du tout trouvé le nord, s'affolant sans arrêt.

Le bouclier qui protège notre Planète des rayonnements cosmiques avait-il presque entièrement disparu à cette période ? Par chance, notre Soleil connaissait alors une phase d'activité moins intense que celle que nous expérimentons aujourd'hui. Moins intense, mais plus instable aussi. Ainsi, selon les scientifiques, « le rayonnement solaire non filtré a ionisé l'atmosphère de notre Terre et "frit" la couche d’ozone stratosphérique, déclenchant une vague de changements climatiques à travers le monde. »

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Néandertal et ses mystérieuses structures en cercle

Néandertal et ses mystérieuses structures en cercle

 

Homme neandertal mammouth 5

reconstitution de structures en ossements de mammouths

 

Les données étant plus nombreuses, il est temps de parler des mystérieuses structures bâties par les Néandertaliens en forme de cercle, à base d'ossements de mammouths. Pour rappel, j'ai déjà parlé et relayé la découverte du CNRS, en France, d'une étrange structure en cercle, découverte dans la grotte de Bruniquel, mais faite en stalagmites, et datée d'environ 180 000 ans. Une structure pouvant d'ailleurs rappeler celles faites en ossements de mammouths ailleurs, les stalagmites rappelant éventuellement des défenses de mammouthhttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/des-constructions-en-cercle-de-presque-180-000-ans-en-france.html

 

En fin d'article, je ferai aussi mention de la découverte récente, en Russie du sud, au-dessus de la Mer Noire et face à l'Ukraine, d'une structure identique en os de mammouth, mais à priori bâtie par Homo Sapiens (Homme moderne) il y a environ 26 000 à 19 000 ans, une éventuelle réutilisation ou imitation donc, par une culture encore mal connue, qui a utilisé parfois des techniques uniques au monde, mais aussi d'autres plus répandues, comme des statuettes du type "Venus", dont environ 250 exemplaires ont été trouvées dans de nombreux pays, et datées de 40 000 à 15 000 ans environ pour les fourchettes hautes et basses (c'est dire la longueur temporelle de cette pratique !). Voir liens en bas. Cette pratique traverserait donc l'aurignacien jusqu'au magdalénien en passant par le gravettien, se moquant bien des différentes "cultures" créées par la science moderne...

 

En raison de son nomadisme, Néandertal a adopté des modes d’habitat variés, du campement en plein air pour quelques jours de chasse au camp de base dans un abri-sous-roche. Néanmoins, ces lieux de vie, sensibles à l’érosion, n’ont souvent laissé que des traces ténues et difficiles à interpréter. Les Néandertaliens choisissaient leur lieux d’habitat en fonction des ressources disponibles à proximité : eau, gibier, bois, gîtes de roche, ainsi qu’en fonction des avantages offerts par le site : vue, protection, ensoleillement… Les campements répondaient, en outre, à des nécessités diverses : camps de base pour une saison (ou plusieurs), campements temporaires pour acquérir des ressources, haltes où était découpé le gibier d’une journée de chasse…

Quand Néandertal habitait une grotte, il en occupait de préférence l’entrée, pour bénéficier de la lumière naturelle. Il privilégiait également les abris-sous-roche (cavités naturelles d’une paroi rocheuse). Les campements en plein air devaient certainement être plus nombreux que ne le laissent supposer les traces archéologiques. Ils prenaient des aspects variés : tente (structure démontable et transportable, formée d’une armature en bois recouverte de peaux, de nattes…) ; hutte (abri simple constitué avec les matériaux trouvés dans l’environnement immédiat et abandonné ensuite) ; écran de protection (en pierre, en bois, en végétaux…) ; habitation en os de pachydermes (telle la célèbre cabane du site de Molodova I, en Ukraine).

 

Neandertal habitat

Reconstitutions d’habitats en plein air de l’époque néandertalienne : de gauche à droite, une tente conique composée de perches en bois couvertes de peaux, une hutte conique en branchages, la cabane de Molodova construite en ossements de mammouths. © Pascale Galibert, Inrap

 

Les habitats néandertaliens livrent parfois des traces d’aménagements intérieurs. Les sols ont pu être pavés de pierres ou de galets, voire couverts de litières végétales. Des aires d’activité semblaient clairement délimitées : aires de taille de la pierre, de boucherie, de couchage, de préparation culinaire… Mais peu de traces de combustion (foyers, aires de chauffe) ont été découvertes.

Le site de la Folie, au nord de Poitiers, en France, a été fouillé avant la construction d'une station d'épuration. Les archéologues ont mis au jour les vestiges d'une structure circulaire de type coupe-vent. Cet aménagement aurait servi de campement provisoire à un groupe de Néandertaliens à la recherche de gibier, il y a 55 000 à 60 000 ans.

 

Neandertal montmaurin france

Structure néandertalienne trouvée en France (INRAP)

 

Sur les 180 m² du site fouillé, les archéologues ont ainsi repéré la chambre à coucher près du foyer, presque vierge de vestiges ; l'atelier de façonnage des outils et ses nombreuses pointes racloirs, couteaux de pierre et enfin la « déchetterie », qui a livré une accumulation très importante de restes animaux. Une fosse a également été retrouvée qui servait à faire bouillir de l’eau, certainement pour la cuisson des aliments et peut-être pour la toilette.

 

LA PRATIQUE OU NON DE LA CHASSE AUX MAMMOUTHS PAR LES NÉANDERTALIENS POUR SE PROCURER DE LA NOURRITURE EST PARTICULIÈREMENT DISCUTÉE. UNE ÉTUDE RÉALISÉE DANS LE CADRE D’UN PROJET FRANCO-UKRAINIEN IMPLIQUANT LE CNRS, LE MUSÉUM NATIONAL D’HISTOIRE NATURELLE ET L’ACADÉMIE NATIONALE DES SCIENCES D’UKRAINE, VIENT DE PROPOSER L’HYPOTHÈSE QUE L’HOMME DE NÉANDERTAL UTILISAIT ÉGALEMENT LES OS DES MAMMOUTHS COMME MATÉRIAU DE CONSTRUCTION POUR LEURS HABITATIONS, ET CE BIEN AVANT L’HOMME ANATOMIQUEMENT MODERNE. LES RÉSULTATS DE CETTE ÉTUDE, RÉALISÉE PAR LAËTITIA DEMAY ET STÉPHANE PÉAN, ET COORDONNÉE PAR MARYLÈNE PATOU-MATHIS ET LARISSA KOULAKOVSKA VIENNENT D’ÊTRE PUBLIÉS DANS LA REVUE QUATERNARY INTERNATIONAL (2013).

 

Homme neandertal mammouth 4

Couche 4 de Molodova I. Vue sur l’accumulation circulaire en ossements de mammouths © I. K. Ivanova

 

L’hypothèse selon laquelle l’Homme de Néandertal aurait utilisé des mammouths comme matériau de construction est basée sur l’analyse du matériel faunique du site de Moldova I situé dans la vallée du Dniestr en Ukraine, en particulier du niveau 4 riche en vestiges archéologiques du Paléolithique moyen. Datant de l’époque inter-pléniglaciaire du Dernier Glaciaire (MIS 3) 2, elle a livré 40 000 artefacts lithiques attribués à la culture moustérienne 3 et environ 3 000 ossements de mammifères, essentiellement de mammouth laineux (Mammuthus primigenius).

Plusieurs zones ont été dégagées : une fosse remplie d’ossements, différentes zones d’activités (de boucherie, de production d’outils), 25 foyers et une accumulation circulaire composée d’ossements de mammouths décrite initialement comme étant une structure d’habitat confectionnée par les Néandertaliens. Les structures d’habitat en ossements de mammouth avérées au Paléolithique supérieur, en Ukraine et en Russie, ont été (aussi) réalisées par les Hommes anatomiquement modernes (Homo sapiens) en particulier de culture épigravettienne 4.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

 

Chachapoya sarcophages

Retour sur cette culture précolombienne du Pérou très mal connue, dont j'ai déjà parlé ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

Il en est aussi question ici, vers la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/choquequirao-la-deuxieme-mysterieuse-machu-picchu.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html

 

Des découvertes archéologiques récentes ont jeté un nouvel éclairage sur l'histoire du peuple Chachapoya du PérouJusque dans les années 1990, la plupart de ce que nous savions de cette culture précolombienne - appelée les «guerriers des nuages» par les Incas - était basée sur des histoires de tiers-mains de chroniqueurs espagnols peu fiables. Même aujourd'hui, le puzzle Chachapoya a plus de lacunes que de pièces. Pourtant, l'intérêt et les connaissances pour la civilisation d'autrefois grandissent. En 2017, les ruines de Chachapoya au sommet d'une colline de Kuélap ont été équipées d'un téléphérique et commercialisées par le gouvernement péruvien comme un rival nordique du Machu Picchu. Deux ans plus tard, l'Unesco a inscrit les «sites Chachapoyas de la vallée d'Utcubamba» sur sa liste provisoire des sites du patrimoine mondial envisagés pour proposition d'inscription. 

Antérieure à l'Inca de plus de six siècles, la culture Chachapoya s'est épanouie à partir d'environ 800 après JC dans les hautes terres reculées du nord du Pérou, une zone de montagnes froissées, de profonds canyons et de chutes d'eau élevées où les pentes orientales des Andes se dissolvent dans le bassin humide de l'Amazone. Ici, une société vaguement unifiée de cacicazgos (petits royaumes) a progressivement pris racine, cultivant des champs en terrasse et agissant comme intermédiaires commerciaux entre les Andes et l'Amazonie. La population, qui comptait peut-être 500 000 âmes à son apogée, a produit un chaman puissant et a engendré un esprit de combat difficile. Elle a évolué avec peu de traumatismes extérieurs jusqu'à l'invasion des Incas dans les années 1470

Sans langage écrit, une grande partie de ce que l'on sait sur le Chachapoya provient de vestiges archéologiques trouvés sur des sites funéraires sur des falaises calcaires difficiles d'accès dans les forêts de nuages ​​du Pérou. Caractérisés par des sarcophages avec des visages humanoïdes et des mausolées ressemblant à des chalets qui ont été construits dans la paroi rocheuse et ornés d'images rouge rouille, ces tombes en pierre ou chullpas, qui regardent toujours de manière imposante des collines isolées, suggèrent une culture indépendante vigoureuse qui était nettement différente de ses voisins andinsContrairement aux autres civilisations sud-américaines, les Chachapoya semblaient éviter les hiérarchies. Leurs méthodes d'inhumation, bien que élaborées, semblent avoir été relativement égalitaires et l'architecture qui a survécu manifeste peu de symboles de statut et de pouvoir.

 

Ruines de kuelap2

ruines de Kuélap - Crédit Yolka

 

Compliquant les enquêtes, de nombreux chullpas ont été pillés; d'autres, comme ceux découverts sur une falaise surplombant la Laguna de los Cóndores en 1996, ont été repris et réutilisés par les Incas. La découverte des Cóndores a changé la donne dans la recherche archéologique péruvienne, qui a laissé deviner la sophistication des Chachapoya au moment où les Incas sont arrivés à la fin du XVe siècle. Un musée spécial a été construit en 2000 dans la ville voisine de Leimebamba pour abriter les objets. À l'intérieur des tombes, les archéologues ont trouvé plus de 200 momies de l'époque inca, ainsi que de simples céramiques, des objets en argent, des sculptures sur bois et des textiles uniques aux teintes rouges. Les Chachapoya étaient réputés pour leur tissage; leurs tissus brillants aux motifs animaliers étaient les vêtements préférés des Incas. 

Les rapports coloniaux espagnols décrivant le Chachapoya comme ayant la peau blanche et les cheveux blonds étaient probablement faux, alimentant des histoires fantastiques sur leurs origines sur des explorateurs mythiques d'outre-mer. Les recherches archéologiques ultérieures de la Laguna de los Cóndores et d'autres sites ont dissipé le mythe selon lequel les guerriers des nuages ​​étaient des Vikings déplacés. Ils étaient cependant réputés pour posséder un esprit guerrier robuste.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Levant : Des symboles gravés de 120 000 ans ?

Levant : Des symboles gravés de 120 000 ans ?

 

Levant osgrave

Une découverte récente par des archéologues de l'Université hébraïque et de l'Université de Haïfa aux côtés d'une équipe du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France a mis au jour des preuves de ce qui pourrait être la première utilisation connue de symboles. Les symboles ont été trouvés sur un fragment d'os dans la région de Ramle dans le centre d'Israël et seraient vieux d'environ 120 000 ans.

Alors que les scientifiques et les historiens ont longtemps supposé que les gravures sur des pierres et des os ont été utilisées comme une forme de symbolisme datant dès le Paléolithique moyen (250 000-45 000 avant notre ère), les découvertes à l'appui de cette théorie sont extrêmement rares.

Remarquablement, le fragment est resté largement intact et les chercheurs ont pu détecter six gravures similaires sur un côté de l'os, ce qui les a amenés à croire qu'ils étaient en possession de quelque chose qui avait une signification symbolique ou spirituelle. La découverte, qui a été récemment publiée dans la revue scientifique Quaternary International, a été découverte avec un trésor d'outils en silex et d'ossements d'animaux trouvés sur un site lors de fouilles archéologiques.

 

Levant osgraveadroite

Photo des os. Celui qui est gravé se trouve en haut à droite. Crédit Dr. Yossi Zaidner

 

Le Dr Yossi Zaidner de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque a déclaré que le site était probablement utilisé comme camp ou lieu de rencontre pour les chasseurs du Paléolithique qui abattaient ensuite les animaux qu'ils ont capturés à cet endroit. L'os identifié proviendrait d'un gros bétail sauvage éteint, une espèce très commune au Moyen-Orient à cette époque (l'auroch).

Grâce à l'imagerie tridimensionnelle, à des méthodes d'analyse microscopiques et à la reproduction expérimentale de gravures en laboratoire, l'équipe a pu identifier six gravures différentes allant de 38 à 42 millimètres de longueur. Le Dr Iris Groman-Yaroslavski de l'Université de Haïfa a expliqué: " Sur la base de notre analyse en laboratoire et de la découverte d'éléments microscopiques, nous avons pu supposer que les gens à l'époque préhistorique utilisaient un outil pointu fabriqué à partir de roche de silex pour faire les gravures."

Résumé de l'étude parue dans Quaternary International : Au Paléolithique moyen en Eurasie, la production de gravures délibérées et abstraites sur des matériaux en os ou en pierre est un phénomène rare. Il est maintenant largement admis que les humains anatomiquement modernes et les hominidés qui les ont précédés ont produit des gravures délibérées associées à un comportement symbolique. Dans le contexte du Paléolithique moyen levantin, seuls cinq exemples de gravures intentionnelles sont connus à ce jour. Dans cet article, nous présentons un fragment d'os aurochs qui porte six incisions sous-parallèles profondes, récupérées sur le site du Paléolithique moyen en plein air de Nesher Ramla en IsraëlL'objet, trouvé dans une accumulation anthropique d'artefacts dans l'unité III du site, était daté du stade 5 des isotopes marins (environ 120 ka). L'unité III est une couche stratigraphiquement bien définie qui se caractérise par des activités de taille intenses sur place avec prédominance de la méthode de réduction centripète Levallois et par une exploitation intense des aurochs et des tortuesCet article présente une étude multidisciplinaire de l'os et des incisions, y compris des analyses zooarchéologiques, macro et microscopiques, une analyse au microscope électronique à balayage et des réplications expérimentalesLes attributs macroscopiques et microscopiques des incisions, et les comparaisons avec le matériel expérimental excluent une origine taphonomique ou utilitaire des incisions. L'étude indique que les gravures ont très probablement été réalisées par un droitier en une seule séance de travail. La morphologie et les caractéristiques des incisions, en particulier la présence de polissage longitudinal et de stries dans l'une des incisions, suggèrent qu'elles ont été faites par un artefact en silex, probablement retouché. L'os gravé de l'unité III à Nesher Ramla est l'une des plus anciennes manifestations abstraites délibérées produites par les hominins du Paléolithique moyen et de l'âge de pierre moyen et la plus ancienne connue à ce jour au Levant. En tant que tel, il a des implications majeures pour notre compréhension de l'émergence et des premiers stades du développement du comportement symbolique humain."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans

Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans (rois David et Salomon)

 

Tissusteintes violetroyal1

Pour la première fois, des preuves rares ont été trouvées de tissus teints avec du violet royal datant de l'époque du roi David et du roi Salomon.

En examinant les textiles colorés de la vallée de Timna - un ancien district de production de cuivre dans le sud d'Israël - dans une étude qui a duré plusieurs années, les chercheurs ont été surpris de trouver des restes de tissu tissé, un gland et des fibres de laine teintes en violet royal. La datation directe au radiocarbone confirme que les découvertes datent d'environ 1000 avant notre ère, correspondant aux monarchies bibliques de David et Salomon à JérusalemLe colorant, produit à partir d'espèces de mollusques trouvées en Méditerranée, à plus de 300 km de Timna, est souvent mentionné dans la Bible et apparaît dans divers contextes juifs et chrétiens.

C'est la première fois que des textiles de l'âge du fer teints en violet sont découverts en Israël, voire dans tout le Levant méridional. La recherche a été menée par le Dr Naama Sukenik de l'Autorité des Antiquités d'Israël et le professeur Erez Ben-Yosef, du Département d'archéologie et des cultures anciennes du Proche-Orient Jacob M. Alkow à l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec le professeur Zohar Amar, le Dr David Iluz et le Dr Alexander Varvak de l'Université Bar-Ilan et le Dr Orit Shamir de l'Autorité des Antiquités d'Israël. Les découvertes inattendues sont publiées aujourd'hui dans PLOS ONE.

" Le roi Salomon a fait lui-même le palanquin; il l'a fabriqué en bois du Liban. Il a fait ses poteaux en argent, sa base en or. Son siège était tapissé de pourpre, son intérieur incrusté d'amour ". (Cantique des Cantiques 3: 9-10).

 

Tissusteintes violetroyal1

Fragment de textile en laine décoré de fils teints en violet royal, ~ 1000 avant notre ère, vallée de Timna, Israël Crédit: Dafna Gazit, l'Autorité des antiquités d'Israël

 

" C'est une découverte très passionnante et importante ", explique le Dr Naama Sukenik, conservateur des découvertes organiques à l'Autorité des Antiquités d'Israël. " C'est le premier morceau de textile jamais trouvé de l'époque de David et Salomon qui est teint avec le prestigieux colorant pourpre. Dans l'antiquité, la tenue violette était associée à la noblesse, aux prêtres et bien sûr à la royauté. Le violet, le fait qu'il ne se décolore pas et la difficulté à produire le colorant, qui se trouve en infimes quantités dans le corps des mollusques, en ont tous fait le plus précieux des colorants, qui coûtent souvent plus que l'or. Pour la découverte actuelle, nous n'avions rencontré que des déchets de coquilles de mollusques et des tessons de poterie avec des taches de colorant, qui témoignaient de l'industrie pourpre à l'âge du fer. Maintenant, pour la première fois, les ouvriers étaient des métallurgistes hautement qualifiés. Timna était un centre de production de cuivre, l'équivalent de l'âge du fer du pétrole moderne. La fusion du cuivre nécessitait une connaissance métallurgique avancée qui était un secret gardé, et ceux qui détenaient ces connaissances étaient les experts "Hi-Tech" de l'époque. Slaves 'Hill est le plus grand site de fusion de cuivre de la vallée et il est rempli de tas de déchets industriels tels que les scories des fours de fusion. L'un de ces tas a donné trois morceaux de tissu coloré. La couleur a immédiatement attiré notre attention, mais nous avons eu du mal à croire que nous avions trouvé le vrai violet d'une période aussi ancienne. "

Selon les chercheurs, le vrai violet [argaman] a été produit à partir de trois espèces de mollusques indigènes de la mer Méditerranée: le Banded Dye-Murex (Hexaplex trunculus), le Spiny Dye-Murex (Bolinus brandaris) et le Red-Mouthed Rock-Shell (Hémastome de Stramonita).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Espagne : une dague préhistorique en cristal de 5000 ans

Espagne : une dague préhistorique et des outils en cristal de 5000 ans découverts

 

Poignardcristalmancheivoire 5000ans espagne

 

Le superbe poignard a été conçu pour s'adapter à une poignée en ivoire (photo). Les experts disent qu'il appartenait probablement à une personne riche, car les matériaux étaient disponibles dans des endroits éloignés de cette partie de l'Espagne

 

Découverte rare en Espagne, de non seulement un poignard en cristal, mais aussi 10 pointes de flèches, quatre lames et un noyau pour fabriquer des armes, qui étaient toutes en cristal de roche.

Une équipe qui a fouillé la tombe mégalithique de Montelirio Tholos de 2007 à 2010 a découvert un poignard formé de cristal de roche qui, selon les experts, est le `` plus techniquement sophistiqué '' jamais découvert dans la péninsule ibérique et aurait demandé une énorme habileté à sculpter. L'artefact, qui a environ 5000 ans, mesure près de 8,5 pouces de long (21,59 cm).

Le lieu de repos final de l'arme est loin des mines de cristal, ce qui suggère qu'elles appartenaient autrefois à un individu d'élite qui a payé un prix élevé pour obtenir et façonner les matériaux.

Les chercheurs pensent également que le cristal de roche à cette époque peut avoir eu une signification symbolique et que de telles sociétés l'ont utilisé pour la vitalité, les pouvoirs magiques et les liens avec les ancêtres. « Ils représentent probablement un attirail funéraire accessible uniquement à l'élite de cette période », lit-on dans l'étude publiée dans la revue Quaternary International.

«  L'association de la lame de poignard à un manche en ivoire, également une matière première non locale qui a dû être d'une grande valeur, suggère fortement le statut de haut rang des personnes utilisant de tels objets ». L'excavation dans le sud-ouest de l'Espagne était une collaboration de chercheurs de l'Université de Grenade, de l'Université de Séville et du Conseil supérieur de la recherche espagnol.

Le tombeau est situé dans la basse vallée du Guadalquivir qui se trouve dans la zone métropolitaine de Séville - la colonie est appelée «Valencina de la Concepcion Castilleja de Guzman». Valencina est vénérée comme le site le plus important de la péninsule ibérique de l'âge du cuivre et est également le plus grand. (Voir carte en bas).

Les chercheurs ont découvert des cristaux de roche dans huit secteurs différents de la structure massive de 143 pieds de long qui comprend un couloir de 128 pieds de long menant à une chambre principale de plus de 15 pieds de diamètre.

Bien que des cristaux de roche aient été trouvés sur tout le site, les objets les plus sophistiqués - têtes de flèches et lames de poignard - ont été découverts dans le secteur sud.

 

Poignardcristal 5000ans espagne

L'étonnante lame de poignard a été découverte dans la région sud de la chambre intérieure et est rarement trouvée parmi les sépultures du néolithique tardif et de l'âge du cuivre.

" La fabrication de la dague en cristal de roche doit avoir été basée sur une accumulation de connaissances empiriques transmises et de compétences tirées de la production de lames de poignard en silex ainsi que du savoir-faire d'objets bifaciaux foliacés plus petits en cristal de roche ".

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue

Légende du Grand Canyon : la cité troglodyte perdue - MAJ 02-09-2014, 13-10-2018

stanton-cave.jpg

Une ancienne civilisation aurait vécue dans des grottes sous le Grand Canyon ? C'est aussi vague qu'une déclaration demandant pourquoi certains des anciens peuples méso-américains représentaient leurs dieux comme des hommes blancs alors que les dieux olmèques semblaient africains. Etendre l'imagination ... peut-être que tout ce qu'on trouve dans les grottes du Grand Canyon décrites ci-dessous, est lié à la théorie des Ancient Aliens (théorie affirmant que des extra-terrestres ont habité la Terre et "éduqués" pour leurs intérêts la race humaine). Il est intéressant de spéculer sur les Egyptiens ou les Tibétains desservant le Grand Canyon avec des Vimanas anciens, mais, à ce jour, il n'existe aucune preuve tangible pour étayer ces allégations...

Secrets archéologiques par David Hatcher Childress

Peut-être que la suppression (secret) la plus étonnante de toutes est l'excavation d'une tombe égyptienne par le Smithsonian lui-même dans l'Arizona. Une longue 1ère page historique de la Gazette de Phoenix du 5 Avril 1909 a présenté un rapport très détaillé de la découverte et de l'excavation d'une voûte taillée dans la roche par une expédition menée par un professeur SA Jordan de la Smithsonian. Le Smithsonian, cependant, prétend n'avoir absolument aucune connaissance de la découverte ou de ses découvreurs...

grandcanyonews.jpg

Front page of The Phoenix Gazette of April 5th, 1909

Le World Explorers Club a décidé de vérifier cette histoire en appelant le Smithsonian à Washington, DC , mais nous avons senti qu'il y avait peu de chance d'obtenir quelconque information réelle. Après avoir parlé brièvement à un opérateur, nous avons été transférés à un archéologue du personnel du Smithsonian, et la voix d'une femme est venue au téléphone et s'est identifiée. Je lui ai dit que je faisais des recherches sur l'histoire de Phoenix et les articles des journaux de 1909 au sujet de l'Institut Smithsonien qui disent avoir fouillé des voûtes taillées dans la roche dans le Grand Canyon où des artefacts égyptiens avaient été découverts, et si l'Institut Smithsonian pourrait me donner plus d'information sur le sujet .

Elle dit : « La première chose que je peux vous dire, avant d'aller plus loin, c'est qu'aucun artefact égyptien de toute nature n'a déjà été trouvé dans le nord ou l'Amérique du Sud. Par conséquent, je peux vous dire que l'Institut Smithsonian n'a jamais été impliqué dans de telles fouilles. "

Elle était très serviable et polie, mais, à la fin, ne savait rien. Ni elle, ni personne d'autre avec qui j'ai parlé ne pouvait trouver aucune trace de la découverte ou que ce soit GE Kinkaid et un professeur S.A. Jordan. S'il ne peut être écarté que toute l'histoire soit un canular de journal, le fait qu'elle était sur la première page, a nommé le prestigieux Institut Smithsonian, et a donné un récit très détaillé qui a duré plusieurs pages, prête beaucoup à sa crédibilité.

Il est difficile de croire qu'une telle histoire aurait pu venir de nulle part. Si cette histoire est vraie, cela changerait radicalement la vue actuelle qu'il n'y a eu aucun contact transocéanique à l'époque pré-colombienne, et que tous les Indiens d'Amérique, sur les deux continents, descendent des explorateurs de l'Age de Glace qui ont traversé le détroit de Béring .

C'est l'idée que des Egyptiens venus dans la région de l'Arizona dans le passé antique est si répréhensible et absurde qu'elle doit être cachée ? Peut-être que l'Institut Smithsonien est plus intéressé à maintenir le statu quo que de faire des vagues avec une étonnante nouvelle de découvertes qui bouleversent les enseignements académiques précédemment acceptés . L'historien et linguiste Carl Hart, éditeur de Word Explorer, a pu obtenir une carte pour les randonneurs du Grand Canyon, à partir d'une librairie de Chicago.

Penchés sur la carte, nous avons été surpris de voir que beaucoup de la région sur le côté nord du canyon avait des noms égyptiens. La zone autour de Ninety-four Mile Creek et de Trinity Creek avait des zones (des formations rocheuses, apparemment) avec des noms comme Tour de Set, Tour de Ra , Temple d'Horus, Temple d'Osiris et Temple d'Isis.

grandcanyonisistemple.jpg

The Isis Temple

grandcanyontowrofset.jpg

The Tower of Set

grandcanyontowerofra.jpg

The Tower of Ra

templegrandcanyon2.jpg

Zoroaster Temple


Dans la zone du Canyon Haunted il y a  des noms tels que la pyramide de Khéops, le Cloître de Bouddha, le Temple du Bouddha, Manu Temple et Temple de Shiva. Il y a-t-il une relation entre ces lieux et les prétendues découvertes égyptiennes dans le Grand Canyon ?

Nous avons appelé un archéologue de l'Etat au Grand Canyon, et il a dit que les premiers explorateurs devaient aimer les noms égyptiens et hindous, mais il est vrai que cette zone était interdite aux randonneurs ou d'autres visiteurs, en raison des cavernes dangereuses.

En effet, toute cette zone avec les noms de lieux égyptiens et hindous dans le Grand Canyon est une zone interdite - nul n'est autorisé dans cette grande surface. Nous ne pouvions qu'en conclure que c'était l'endroit où se trouvaient les voûtes. Pourtant, aujourd'hui encore, cette région est curieusement hors-limites de tous les randonneurs et même, en grande partie, du personnel du parc.

Je crois que le lecteur averti verra que si seulement une petite partie de la preuve "Smithsoniangate" est vraie, alors notre institut archéologique le plus sacré a été activement impliqué dans la suppression de preuves sur des cultures américaines avancées, des preuves de voyages antiques de diverses cultures vers le Nord Amérique, la preuve de géants et d'autres objets excentriques, et la preuve qui tend à infirmer le dogme officiel qui est maintenant l'histoire de l'Amérique du Nord.

Le conseil des gouverneurs de l'Institut Smithsonien refuse toujours d'ouvrir ses réunions aux médias ou au public. Si les Américains n'ont jamais été autorisés à l'intérieur du "grenier de la nation", comme le Smithsonian a été appelé, quels squelettes pourraient-ils y trouver ?

Rapport de G. E. Kinkaid

GE Kinkaid croyait être la première personne de race blanche née dans l'Idaho. Il a été un explorateur et un chasseur toute sa vie, 30 années de travail à l'Institut Smithsonien. Voici des extraits de son journal de ses aventures présumées dans la grotte.

grandcanyonriver.jpg

" Je voyageais sur le fleuve Colorado dans un bateau, seul, à la recherche de minéraux. A quelque 42 miles (67 km) en haut de la rivière du El Tovar Crystal Canyon, j'ai remarqué, sur le mur est, des taches dans la formation sédimentaire à environ 2.000 pieds (610 mètres) au-dessus du lit de la rivière. Il n'y avait pas de piste à ce moment, mais j'ai pu finalement l'atteindre avec grande difficulté. "

grandcancave.jpg

Cette falaise est censé être l'emplacement de l'entrée de la grotte à la mystérieuse citadelle souterraine.

" L'entrée est à 1,486 pieds (453 m) au-delà du mur du canyon. Au-dessus d'une avancée qui le cachait à la vue de la rivière, se trouvait l'entrée de la grotte. Il y a des escaliers menant à cette entrée à une trentaine de mètres de ce qui était à l'époque le niveau de la rivière.

Quand j'ai vu les coups de ciseau sur la paroi interne de l'entrée, je m'y suis intéressé. J'ai armé mon fusil, je suis entré.

J'ai rassemblé un certain nombre de reliques, que je transportais par la Colorado jusqu'à Yuma, d'où je les ai expédiées à Washington avec les détails de la découverte. Par la suite, d'autres explorations ont été menées. Assez intéressés sont devenus les scientifiques, au point que des préparatifs sont en cours pour équiper notre camp pour des études approfondies, le nombre d'archéologues est en augmentation de 30 à 40. "

grandcanyondiagram.jpg

" Du long passage principal, une autre chambre de mammouth (géante) a été découverte à partir de laquelle rayonne des marques de passages, comme les rayons d'une roue.

Plusieurs centaines de pièces ont été découvertes, atteintes par des passages allant du passage principal, l'un d'entre eux ayant été exploré sur 854 pieds (260 m) et un autre sur 634 pieds (193 m). Les découvertes récentes incluent des artefacts qui n'ont jamais été connus comme originaires de ce pays, et sans doute qu'ils avaient leur origine en Orient. Des armes de guerre, des instruments de cuivre, acérés et durs comme l'acier, indiquent l'état de civilisation atteint par ces personnes.

Le passage principal est d'environ 12 pieds (3,70 m) de large, se rétrécissant à neuf pieds (2,70 m) vers la fin plus loin. Environ à 57 mètres de l'entrée, la première branche secondaire passe à droite et à gauche, le long de laquelle, des deux côtés, un certain nombre de pièces de la taille de pièces de vie ordinaires d'aujourd'hui, même si certaines sont de 30 par 40 pieds carrés (9 par 12 mètres carrés). Elles sont ouvertes par des portes de forme ovale et sont aérées par des trous d'air ronds à travers les murs dans les passages. Les murs sont d'environ trois pieds six pouces d'épaisseur (1,07 m).

Les passages sont ciselés ou taillés aussi droits que pourraient l'être aménagés par un ingénieur. Les plafonds de la plupart des chambres convergent vers un centre. Les passages secondaires partant près de l'entrée prennent à un angle aigu par rapport à la salle principale, mais vers l'arrière ils l'atteignent progressivement par un bon angle dans la direction. "

grandcanyonshrine.jpgJack Andrew (c) 2001-reconstitution

" A plus d'une centaine mètres de l'entrée est le Hall en Croix, de plusieurs centaines de mètres de long, dans lequel on trouve l'idole, ou l'image, du dieu du peuple, assis les jambes croisées, avec une fleur de lotus ou de nénuphar dans chaque main. La forme du visage est oriental. L'idole ressemble presque à Bouddha, bien que les scientifiques ne sont pas certains du culte religieux qu'il représente. Prenant en considération tout ce qu'on a trouvé à ce jour, il est possible que ce culte ressemble le plus à l'ancien peuple du Tibet.

Autour de cette idole se trouvent de petites figurines, dont certaines très belles dans leurs formes, d'autres avec des formes tordues et déformées, symboliques, probablement, du bien et du mal. Il y a deux grands cactus, les bras en saillie, un de chaque côté de l'estrade sur laquelle repose le Dieu. Tout cela est gravé dans le marbre ressemblant à du rocher dur.

Dans le coin opposé de ce Hall en Croix a été trouvé des outils de toutes sortes, en cuivre. Ces gens connaissaient sans doute l'art perdu de durcir ce métal, qui a été tenté par des produits chimiques pendant des siècles sans résultats.

Sur un banc qui court autour de la salle de travail était un peu de charbon et d'autres matières probablement utilisées dans le processus. Il y a également des scories et des trucs similaires à du métal, montrant que ces anciens ont fondu des minerais, mais jusqu'ici, aucune trace d'où ni comment cela a été fait n'a été découverte, ni sur l'origine du minerai.

Parmi les autres découvertes sont des vases ou des urnes et des tasses de cuivre et d'or, très artistiques dans leur conception. Le travail sur la poterie comprend de la céramique émaillée et des récipients vitrifiés.

Un autre passage mène aux greniers comme on en trouve dans les temples orientaux. Ils contiennent des graines de toutes sortes. Un très grand entrepôt n'a pas encore été fouillé, comme il est de douze pieds de haut (3 m 70) et ne peut être atteint que par le haut.

Deux crochets de cuivre dépassent du bord, ce qui indique qu'une sorte d'échelle avait été fixée. Ces greniers sont arrondis, comme les matériaux dont ils sont construits, que je pense être un ciment très dur. Un métal gris se trouve également dans cette caverne, qui choque les scientifiques, son identité n'a pas été établie. Il ressemble à du platine. Parsemé pêle-mêle sur le sol partout se trouvent ce que les gens appellent des « yeux de chat », une pierre jaune sans grande valeur. Chacune est gravée avec une tête du type malais. "

grandcanyonheiroglyphics.jpg

" Sculptés sur toutes les urnes, au-dessus des portes et des tablettes de pierre, se trouvent de mystérieux hiéroglyphes, la clé que l'Institut Smithsonien espèrait découvrir. Les gravures sur les tablettes ont probablement quelque chose à voir avec la religion du peuple. Des Hiéroglyphes similaires ont été trouvés dans le sud de l'Arizona.

Parmi les œuvres picturales, seuls deux animaux se trouvent - l'un d'eux ressemble à un animal préhistorique. "

grandcanyoncrypt.jpg

Jack Andrew (c) 2001-reconstitution

 " Le tombeau ou crypte dans laquelle les momies ont été trouvées est l'une des plus importantes des chambres, avec les murs inclinés en arrière à un angle d'environ 35 degrés. Sur des niveaux il y a des momies, chacune occupant une tablette taillée séparée. A la tête de chacune est un petit banc, sur lequel on trouve des tasses de cuivre et des pièces d'épées brisées. Certaines de ces momies sont recouvertes d'argile et toutes sont enveloppées dans un manteau d'écorce.

Les urnes ou les découpes aux niveaux inférieurs sont grossières, tandis que quand les niveaux élevés sont atteints, les urnes sont plus fines dans leur conception, montrant un stade ultérieur de la civilisation. Il est intéressant de noter que toutes les momies examinées jusqu'ici se sont révélés être des hommes, pas d'enfants ou de femmes étant enterrés ici. Cela conduit à la conviction que cette section extérieure était la caserne des guerriers.

Parmi les découvertes, aucun os d'animaux n'ont été trouvés, aucune peau, pas de vêtements, pas de literie. La plupart des chambres sont nues mais pour des récipients d'eau.

Une chambre, d'environ 40 (12 m) par 700 pieds (213 m), était probablement la salle à manger principale, puisque des ustensiles de cuisine sont disponibles ici. Que ces gens vivaient ici est un problème, si on suppose qu'ils sont venus du sud en hiver et faisaient de l'élevage dans les vallées, et en allant vers le nord en été.

Au moins 50.000 personnes ont pu vivre dans ces cavernes confortablement. Une théorie est que les actuelles tribus indiennes trouvées en Arizona sont les descendants des serfs ou des esclaves des gens qui ont habité la grotte.

Sans doute un bon plusieurs milliers d'années avant l'ère chrétienne, un peuple vivait ici, qui a atteint un haut degré de civilisation. La chronologie de l'histoire humaine est pleine de lacunes.

Une chose dont je n'ai pas parlé, ayant peut-être un intérêt. Il y a une chambre de passage qui n'est pas ventilée, et quand nous l'avons approchée, une mauvaise odeur de mort nous a frappé. Notre lumière ne pouvait pas pénétrer dans la salle, et jusqu'à ce que de plus fortes soient disponibles, nous ne saurons pas ce que la chambre contient. Certains disent qu'il y a des serpents, mais d'autres pensent qu'elle peut contenir un gaz ou des produits chimiques utilisés par les anciens. On n'entend aucun son, mais ça sent mauvais tout de même.

L'ensemble de l'installation souterraine donne des nerfs fragiles ou la chair de poule. Le sentiment sombre d'avoir comme un poids sur ses épaules, et nos lampes de poche et nos bougies font seulement rendre moins noire l'obscurité. L'imagination peut se vautrer dans des conjectures et rêveries impies à travers les âges qui se sont écoulés, jusqu'à ce que les circuits de votre esprit vous mènent vertigineusement dans l'espace. "

Une Légende Indienne

grandcanyonlegends.jpg

Jack Andrew (c) 2001-reconstitution

Dans le cadre de cette histoire, il est à noter que parmi les Indiens Hopi, la tradition raconte que leurs ancêtres ont vécu dans un monde souterrain dans le Grand Canyon, jusqu'à dissension s'éleva entre le bon et le mauvais, les gens d'un seul cœur et les habitants de deux coeurs. Machetto, qui était leur chef, leur conseilla de quitter le monde souterrain, mais il n'y avait pas d'issue. Le chef a ensuite provoqué la croissance d'un arbre et a percé le toit de la grotte, et puis les gens avec un seul cœur sont sortis. Ils passèrent par Paisisvai (Red River), qui est le Colorado, et ont semé le grain et le maïs.

Ils ont envoyé un messager au Temple du Soleil, demandant la bénédiction de la paix, de bonne volonté et de la pluie pour les personnes d'un seul cœur. Ce messager ne revint jamais, mais aujourd'hui, dans les villages Hopi, au coucher du soleil peut être vu les vieillards de la tribu sur les toits, regardant fixement vers le soleil, à la recherche du messager. Quand il reviendra, leurs terres et ancien lieu d'habitation seront restitués. C'est la tradition.

Parmi les gravures d'animaux de la grotte est considérée l'image d'un coeur au-dessus de l'endroit où il se trouvait. La légende a été apprise par W.E. Rollins, l'artiste, au cours d'une année passée avec les Indiens Hopi.

Il y a deux théories sur l'origine des Egyptiens. La première est qu'ils venaient d'Asie ; l'autre que le berceau de la race était dans la région du Haut-Nil. Heeren, un égyptologue, croyait à l'origine indienne des Egyptiens. Les découvertes dans le Grand Canyon peuvent jeter un nouvel éclairage sur l'évolution humaine et de la préhistoire...

grandcanyoncrystalcreek.jpg

http://www.crystalinks.com/gc_egyptconnection.html

Possible localisation de la cité troglodyte perdue :

Marble Canyon a obtenu son nom du Major John Wesley Powell, qui, en Août 1869, écrit dans son journal sur des "falaises de marbre", qui contenaient "un grand nombre de grottes". Il est important de noter ici que Powell a déclaré que Marble Canyon contenait "un grand nombre de grottes". La «citadelle» dont Kincaid parle dans son histoire est dans une "grotte".

Depuis ces temps, de nombreuses grottes de Powell ont été notées ou découvertes dans la région de Marble Canyon, y compris la grotte de Stanton, une grande grotte dans la formation de Redwall au kilomètre (mile) 31,7 et un important site archéologique (ref : Robert C. Euler, Editor, The Archaeology, Geology, and Paleobiology of Stanton's Cave, Grand Canyon National Park, Arizona (Grand Canyon Natural History Association Monograph Number 6, 1984)

stanton-cave.jpgStanton's cave in Marble Canyon, Grand canyon, Arizona

http://www.bibliotecapleyades.net/esp_orionzone_8.htm#inicio

http://www.bibliotecapleyades.net/esp_orionzone_9.htm

Lost City of the Dead in the Grand Canyon

In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this Site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.

Notez bien que les recherches continuent toujours de nos jours.

 

MAJ 02-09-2014 : Un article est paru cette année sur ce sujet précis et plus largement sur le sujet des dissimulations évidentes de certaines preuves archéologiques et historiques remettant en question la version confortant les idéologies au pouvoir. En voici un extrait, auquel j'ajouterai mon article sur la découverte d'une toute aussi évidente dissimulation archéologique du côté de la Nouvelle-Zélande (et de l'Australie via d'autres articles) :

" Découvertes archéologiques dissimulées par des autorités archéologiques, comme la célèbre Institution Smithsonian, gérée par le gouvernement fédéral américain. L’appellation de cet organisme, basé à Washington, vient du nom du généreux donateur britannique James Smithson qui aurait légué au 19ème siècle plus de 500.000 dollars aux États-Unis d’Amérique. Il est curieux que ce Smith n’ait jamais mis les pieds là-bas…

Le site internet du Smithsonian est ICI.

Bref, on pourrait donner à cet article de David Childress  (né en 1957 en France, vit aux US, auteur de nombreux livres comme « la technologie des dieux »), qui révèle la présence possible de populations égyptiennes en Arizona, le sous-titre de "Smithsoniangate" .

Dissimulations archéologiques ?

Par David Hatcher Childress

" Qui contrôle le passé, contrôle le futur. Qui contrôle le présent, contrôle le passé ". George Orwell, 1984

Nous avons presque tous en mémoire la dernière scène du film populaire sur les aventures archéologiques d’Indiana Jones, Les Aventuriers de l’Arche Perdue, où un important artefact historique, l’Arche d’Alliance du temple de Jérusalem est enfermée dans une caisse et placée dans un gigantesque entrepôt, invisible pour toujours, empêchant ainsi toute réécriture des livres d’histoire et toute remise en question des cours donnés par les professeurs d’histoire sur les quarante années précédentes.

Bien que le film soit une fiction, la scène pendant laquelle l’ancienne relique est enterrée dans l’entrepôt est désagréablement proche de la réalité pour de nombreux spécialistes de la recherche. Pour ceux qui enquêtent sur les allégations de dissimulations archéologiques, il existe des indications perturbantes sur le fait que l’institut archéologique le plus important des USA, l’Institut Smithsonian, agence fédérale indépendante, aurait sérieusement supprimé certaines découvertes archéologiques américaines les plus intéressantes et les plus importantes.

Le Vatican a été longtemps accusé de conserver des artefacts et d’anciens livres dans ses vastes sous-sols sans permettre au monde extérieur d’y accéder. Ces trésors secrets, de nature souvent controversée sur le plan historique ou religieux, auraient été supprimés par l’Église catholique parce qu’ils pouvaient nuire à la crédibilité de l’église ou mettre peut-être en doute leurs textes officiels. Il y a malheureusement des preuves que quelque chose de très semblable se soit produit avec l’Institut Smithsonian.

Le Smithsonian a été créé en 1829 lorsqu’un britannique excentrique, du nom de James Smithson, mourut en laissant 515.169 $ pour créer une institution " en vue d’un accroissement de la connaissance et de sa diffusion parmi les hommes ". Des preuves indiquent, hélas, que le Smithsonian s’est montré depuis un siècle plus actif à supprimer la connaissance… qu’à la diffuser.

La dissimulation et la suppression de preuves archéologiques auraient commencé fin 1881 quand John Wesley Powell, archéologue rendu célèbre pour son exploration du Grand Canyon, nomma Cyrus Thomas comme directeur de la Section des Tumulus du Bureau d’ethnologie de l’institut SmithsonianQuand Thomas arriva au Bureau d’ethnologie il " croyait fermement à l’existence d’une race de bâtisseurs de tumulus [Mound Builders], différente de la race amérindienne " Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

 

Atlityamreconstitution1

Une reconstitution du site d'Atlit Yam, englouti il y a 10 000 ans environ

 

L'excavation sous-marine, le forage de puits et la modélisation informatique suggèrent qu'un paléo-tsunami massif a frappé près de l'ancienne colonie de Tel Dor (qui n'existait pas à cette époque) il y a entre 9,910 à 9,290 ans (11,700 à 10,500 ans Calibrés BP), selon une étude publiée le 23 décembre 2020 dans la revue en libre accès PLOS ONE par Gilad Shtienberg, Richard Norris et Thomas Levy du Scripps Center for Marine Archaeology, University of California, San Diego, USA, et des collègues de l'Utah State University et de l'Université de Haïfa en Israel.

Les tsunamis sont un événement relativement courant le long de la côte est de la Méditerranée, avec des enregistrements historiques et des données géographiques montrant un tsunami par siècle au cours des six mille dernières années. En Méditerranée orientale ( figure 1 ), les tsunamis sont fréquents, se produisant à un rythme d'environ huit événements par siècle dans la région de la mer Égée au cours du passé ca. 2 000 ans et environ dix par siècle au cours des 3 000 dernières années dans le bassin du LevantLa plupart de ces événements sont de petite taille et n'ont que des impacts locaux. Cependant, 23 gisements de tsunami ont été reconnus dans la région depuis env. 6 000 ans, soit en moyenne un événement suffisamment grand pour quitter le faciès sédimentaire du tsunami tous les ~ 160 ans, ce qui suggère qu'il s'agit d'un phénomène répandu. L'enregistrement des événements antérieurs de tsunamis, cependant, est moins défini. Dans cette étude, Shtienberg et ses collègues décrivent un grand gisement de tsunami du début de l'Holocène (entre 9 910 et 9 290 ans - C14 non calibré) dans les sédiments côtiers de Tel Dor au nord-ouest d'Israël, une ville-monticule maritime occupée à partir de la période du bronze moyen II (2000-1550 avant notre ère) à travers la période des Croisés.

 

Journal pone 0243619 g001

Fig 1. Geological sketch of the eastern Mediterranean modified after natural earth (https://www.naturalearthdata.com in the public domain), showing the main near-shore sediment transport mechanism (black arrows), selected thrusts (CA–Cypriot Arc) and major fault lines (CF- Carmel fault; DSF- Dead Sea Fault system; SF- Seraghaya fault; MF-Missyaf fault; YF-Yammaounch fault; submarine landslides as well as tsunami deposits, geomorphological tsunami features and documented tsunami events.

The name compilation of the sites presented in the figure are: 1a-2a (Alexandria); 3a (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4a-8a (Caesarea Marittima, Jiser al-Zarka); 9a (Byblos, Senani Island); 10a (Elos); 11a (Gramvousa, Balos, Falasarna, Mavros, Stomiou, Gramenos, Paleochora); 12a (Western Crete); 13a (Palaikastro); 14a (Pounta); 15a (Limni Moustou); 16a (Pylos, Porto Gatea, Archangelos, Elaphonisos); 17a (Limni Divariou); 18a (Santorini); 19a (Balos bay); 20a (Thera); 21a (Dalaman); 22a (Didim) for the previously dated tsunami deposits and 1 (Lebanon, Israel, Syria); 2 (levant coast); 3 (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4 (S-E Cyprus); 5 (Akko); 6 (Yaffo); 7–8 (S-E Cyprus); 9–11 (Levant coast); 12 (The Nile cone); 13 (Lebanon); 14 (Levant coast); 15 (southern turkey); 16 (Cyprus); 17 (Israel); 18 (Lebanon–Israel) for the previously dated tsunami events. Further details regarding the tsunami data are discussed in S1 and S2 Tables.

 

Le paléo-tsunami peut être la raison pour laquelle les enquêtes archéologiques précédentes n'ont trouvé aucune preuve de villages côtiers de basse altitude dans la région sur une période de 4000 ans.

Pour mener leur analyse, les auteurs ont utilisé des techniques de télédétection photogrammétriques pour créer une maquette numérique du site Tel Dor, combinée à des fouilles sous-marines et des forages terrestres jusqu'à une profondeur de neuf mètres.

Le long de la côte de la zone d'étude, les auteurs ont trouvé une couche marine impactée brutalement et une couche de sable avec un âge de contrainte il y a 9 910 à 9 290 ans (non calibrés), au milieu d'une grande couche de zone humide ancienne s'étendant de 15 000 à 7 800 ans. Les auteurs estiment que la vague capable de déposer des coquillages et du sable au milieu de ce qui était à l'époque une zone humide fraîche à saumâtre (marais) a dû parcourir 1,5 à 3,5 km, avec une hauteur de vague côtière de 16 à 40 m. À titre de comparaison, les événements de tsunami précédemment documentés dans l'est de la Méditerranée n'ont parcouru que 300 m à l'intérieur des terres, ce qui suggère que le tsunami à Dor a été généré par un mécanisme beaucoup plus puissant. Les tsunamis locaux ont tendance à se produire en raison de tremblements de terre dans le système de faille de la mer Morte et de glissements de terrain sous-marinsles auteurs notent qu'un tremblement de terre contemporain du paléo-tsunami Dor (datant d'environ 10,000 ans) a déjà été identifié à l'aide de dommages causés sur des grottes dans la crête voisine du Carmel, ce qui suggère que ce tremblement de terre spécifique aurait pu déclencher un glissement de terrain sous-marin provoquant le tsunami massif à Dor.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Fabrication de pate d'ivoire ramolli lors de l'âge de glace?

Fabrication de pate d'ivoire ramolli lors de l'âge de glace ?

 

Ivoireramolli ivoiregrave siberiesudrussie

Alors que les scientifiques ne peuvent pas encore comprendre pourquoi ces formes ont été fabriquées, la technique de fabrication de la `` pâte à modeler '' les aide à se rendre compte que ces peuples anciens avaient des compétences beaucoup plus grandes qu'ils ne l'imaginaient. Photo: Evgeny Artemyev

 

C'est une possible découverte très étonnante et qui demande bien sûr des études poussées de niveau international si les choses sont confirmées. Le Dr Evgeny Artemyev, qui travaille pour le laboratoire d'archéologie et de paléogéographie de Krasnoïarsk de la Sibérie moyenne, et l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de la branche sibérienne de l'Académie des sciences de Russie, depuis 1990 sur ce site archéologique connu, a réexaminé récemment les découvertes faites au début des années 2000 et publie ses premières conclusions surprenantes.

L'archéologue affirme en effet que " Les préhistoriques ont développé une technique pour fabriquer un matériau semblable à de la pâte à modeler à partir d'ivoire de mammouth ". La compétence de ramollissement de l'ivoire a été utilisée il y a plus de 12 000 ans pour fabriquer des outils - ou des décorations - qui déroutent encore la science moderne.

En effet, une douzaine de barres d'ivoire allongées solides fabriquées à partir d'ivoire ramolli et plusieurs figurines fabriquées à partir de parties spongieuses de gros os de mammouths et ressemblant à divers animaux ont été trouvées sur le site archéologique Afontova Gora-2 près de la rivière Yenisey à Krasnoïarsk.

 

Ivoireramolli ivoiregrave siberiesudrussie 1

Dr Evgeny Artemyev et des barres d'ivoire de mammouths modifiées. Photos: Evgeny Artemyev

 

Le Dr Evgeny Artemyev a déclaré que les figurines peuvent être soit des jouets de l'âge de glace fabriqués par des personnes qui peuplaient cette région de la Sibérie moderne, soit une forme d'art primitif. « Quand vous les regardez sous différents angles, ils ressemblent à différents types d'animaux. Il est possible que ce soit une nouvelle forme d'art paléolithique, dont la communauté scientifique internationale n'est pas encore au courant ", a déclaré l'archéologue.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'utilisation du meulage de pierre remonte à 350 000 ans !

Les premières preuves de l'outil de meulage de pierre remontent à 350000 ans ! 

 

Outils de meulage 350000ans montcarmel

 

La découverte montre que nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme différentes pièces.

Des outils «simples» ont été utilisés pour façonner des pièces pour des jeux lors de découvertes trouvées dans les grottes de Tabun au mont Carmel et publiées dans le Journal of Human Evolution par le Dr Ron Shimelmitz, le Dr Iris Goman-Yaroslavski, le professeur Mina Weinstein-Evron et le professeur Dani Rosenberg du Département d'archéologie de l'Université de Haïfa. Le site de Tabun a hébergé par intermittence des personnes il y a entre 500 000 à 40 000 ans et a été déclaré par l'UNESCO comme ayant une «valeur universelle» montrant les étapes de l'évolution humaine.

Cette découverte montre qu'il y a 350 000 ans, nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme des pièces différentes - un peu comme aujourd'hui où les différentes formes d'un jeu ont des valeurs différentes. Jusqu'en 2017, on pensait que l'Homo sapiens n'avait que 160000 ans. La découverte à Tabun permet de confirmer une découverte à Jebel Irhoud, au Maroc (voir lien en bas), qui suggérait que notre espèce est probablement plus proche de 350 000 ans.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Il y a 2,3 milliards d'années, une vie complexe a existé pendant 200 millions d'années

Il y a 2,3 milliards d'années, une vie complexe a existé pendant 200 millions d'années

 

faunegabon-2ga-fossile2.jpgCe fossile d'un organisme pluricellulaire, ici reconstitué en 3D par microtomographie X, a été découvert au Gabon, dans des roches vieilles de deux milliards d'années ! © Kaksonen, photothèque CNRS

L'étude des plus vieux fossiles pluricellulaires connus et présentés au public en 2010 bouleverse une nouvelle fois les fausses réalités apprises consciemment ou non quant aux théories approuvées jusqu'à présent. Cette étude révèle non seulement de nouvelles données sur notre atmosphère passée et le taux de son oxygène, mais prouve que, pendant au moins 200 millions d'années, grâce au premier gros apport en oxygène sur la planète, une vie complexe et pluricellulaires s'est largement développée (avec des tailles de 1 centimètre à 25 centimètres) il y a 2,3 milliards d'années. Certes, les seuls fossiles jamais trouvés ne sont que ces masses pluricellulaires, ce qui ferait penser que la chute prouvée du taux d'oxygène 200 millions d'années après aurait empêché un développement complet et une évolution. Mais méfions-nous des pensées faciles si souvent détrompées en pensant au développement très rapide après l'autre grosse "invasion d'oxygène" dans l'atmosphère au Cambrien, il y a un peu plus de 500 millions d'années, et aussi au simple fait que notre propre civilisation et notre histoire complète sont assez petites en durée, même par rapport aux premiers 200 millions d'années...

Citation de Quentin Mauguit, Futura-Sciences : " Après sa formation, notre atmosphère comportait environ 100.000 fois moins de dioxygène (O2) qu’aujourd’hui, de quoi fortement limiter le développement de formes de vie complexes. Cependant, cela n’a pas empêché l’apparition de la photosynthèse il y a 3,8 milliards d’années, durant le Précambrien. Elle était alors pratiquée par des cyanobactéries qui libérèrent de grandes quantités d’oxygène dans les océans. Seulement voilà, il s’est d’abord lié avec des composés ferreux présents dans l’eau (précipitation d’hématite et de magnétite).

Ainsi, il a fallu attendre qu’une grande partie du fer marin soit consommé avant que de l’oxygène ne soit libéré en masse dans l’atmosphère, ce qui est arrivé voici 2,3 milliards d’années lors de la Grande Oxygénation. Ensuite, de nombreux ouvrages expliquent que sa concentration n’a fait qu’augmenter par plateau pour atteindre sa valeur actuelle : ils se trompent ! Le taux atmosphérique d’O2 n’a cessé de monter puis de redescendre durant l’histoire de notre planète. Une nouvelle étude publiée par Donald Canfield de l’université du Danemark du Sud dans la revue Pnas, dans le cadre d’un projet coordonné par Abderrazak El Albani, de l’université de Poitiers, vient de nous le rappeler.

Les fluctuations de la concentration en oxygène dans l’atmosphère ne sont pas sans conséquence sur l’environnement, notamment d’un point de vue géologique. Ainsi, en analysant des roches sédimentaires trouvées au Gabon, grâce à différents marqueurs (isotopes du molybdène et carbone 13, entre autres), les chercheurs sont parvenus à retracer l’évolution du taux d’O2 dans l’air durant une période qui s’étend de -2,150 à -2,080 milliards d’années, donc un peu plus de 200 millions d’années après la Grande Oxygénation. Voici deux milliards d'années, la concentration atmosphérique en oxygène aurait été au plus bas !

fossils-2mdans.pngCes fossiles sont ceux d'êtres pluricellulaires qui ont vécu voici deux milliards d'années. Plus de 500 individus ont été récoltés à ce jour. Certains ne font que 1 cm de long, tandis que d'autres atteignent 25 cm. © Abderrazak El Albani

Les sédiments marins montent, l’oxygène descend

En effet, les sédiments les plus anciens (-2,150 milliards d’années) étaient plus riches en carbone que les roches les plus jeunes (-2,080 milliards d’années). Mais comment l’expliquer ? Durant la Grande Oxygénation et les 200 millions d’années qui ont suivi, des organismes photosynthétiques ont produit de l’oxygène tout en intégrant du carbone. Une fois morts, ils ont précipité vers les fonds marins, provoquant ainsi un stockage du carbone dans les sédiments marins. Ayant moins de possibilités d’interagir, l’oxygène se serait alors accumulé dans l’atmosphère.

L’astuce, c’est qu’il réagissait également avec des roches terrestres, les érodant progressivement. Les précipitations ont alors emporté des nutriments (phosphore et fer, par exemple) vers les océans, où ils ont favorisé le développement des micro-organismes, et donc la capture d’encore plus de carbone. Ce cycle aurait pu se poursuivre sans fin mais… des sédiments marins ont fini par remonter en surface, probablement par le jeu de la tectonique des plaques (YH : notons ici tout de suite que le même phénomène peut aussi se produire à cause de la fonte du permafrost sibérien et canadien, et que la tectonique des plaques n'est peut-être pas la principale raison, mais plutôt les changements climatiques...). La matière organique accumulée au fil du temps se serait alors massivement oxydée, ce qui aurait consommé une grande fraction de l’oxygène présent dans l’atmosphère, en produisant du CO2 en retour.

Un essai évolutif abordé par la raréfaction de l’oxygène

Grâce à d’autres travaux réalisés par la même équipe, nous savons également que le taux d’oxygène a à nouveau augmenté voici 1,9 à 1,8 milliard d’années, avant de finalement baisser à un niveau qui a limité le développement de formes de vie complexes durant un milliard d’années. La suite… nous la connaissons. Il y a 542 millions d’années environ, l’oxygène a atteint une concentration qui a permis à la vie de se développer rapidement : il s'agit de l’explosion cambrienne.

Ce qui n’a pas encore été dit, c’est que ces analyses ont été réalisées sur des roches qui entourent des fossiles d’êtres pluricellulaires présentés en 2010. Or, plus aucun organisme complexe n’a été observé dans les roches du Paléoprotérozoïque après la chute drastique de la concentration en oxygène. Selon Abderrazak El Albani, nous pouvons dès lors imaginer la théorie suivante : des formes de vie complexes n’auraient-elles pas essayé de se développer voici deux milliards d’années, avant que les conditions environnementales ne mettent fin à cet essai évolutif ? "

Sources : www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/geologie-precambrien-oxygene-atmospherique-eu-hauts-bas-49811/#xtor=RSS-8

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-fossile-de-2-2-milliards-d-annees-bouleverse-l-evolution-classique.html

Yves Herbo-SFH-10-2013, up 12-2020

France : un bébé néandertalien de 2 ans enterré avec égard

France : un bébé néandertalien de 2 ans enterré avec égard

 

Neandertalien

Enfant néandertalien, reconstitution

 

Nous ne savons pas si c'était un garçon ou une fille. Mais cet enfant, un Néandertalien, n'a atteint l'âge que d'environ deux ans. Même si la majorité des spécialistes penchent maintenant vers des enterrements volontaires et organisés par les néandertaliens, les scientifiques qui peuvent encore avoir des doutes doivent maintenant prendre en compte cette nouvelle étude des ossements de ce site célèbre du sud-ouest de la France, La Ferrassie.

Cette courte vie, vécue il y a environ 41 000 ans, est la dernière découverte de ce site connu, puisque les restes de plusieurs Néandertaliens y ont été retrouvés, y compris la découverte la plus récente, l'enfant, connue uniquement sous le nom de La Ferrassie 8.

Lorsque les vestiges antiques ont été découverts pour la première fois - la plupart à divers stades du début du XXe siècle - les archéologues avaient supposé déjà que les squelettes représentaient des sépultures intentionnelles, les Néandertaliens déposant leurs parents décédés au repos sous la terre. Néanmoins, les partisans d'un plus grand anthropocentrisme (centré sur l'homme moderne), se basant aussi sur le fait que les techniques archéologiques et à la tenue de registres utilisées dans le passé, étaient des méthodes désuètes et peu fiables, se posent encore la question de savoir s'il s'agissait vraiment de cérémonies funéraires : si les néandertaliens enterraient leurs morts comme ça ou si il y avait réellement un rite derrière. 

Avec un tel mystère en tête, une équipe dirigée par des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Muséum national d'histoire naturelle en France a mené une réévaluation approfondie des vestiges antiques de La Ferrassie 8, qui ont été conservés au musée pendant près de 50 ans après avoir été découverts entre 1970 et 1973.

" La découverte et le contexte de ce squelette ont généralement été considérés comme mal documentés, mais en fait cette carence provient d'un manque de traitement nécessaire des informations et des matériaux de La Ferrassie liés à l'avant-dernière phase de fouille (1968-1973) ", les chercheurs écrivent dans leur nouveau papier.

" En effet, une énorme quantité de données restait non évaluée avant notre étude actuelle. "

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite