Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

 

Honduras gravuressurroches miniHonduras-pétroglyphes

 

Après les découvertes étonnantes au Panama et l'article lié, nous restons en Amérique Centrale avec cette nouvelle exploration de la jungle du Honduras et la possible découverte d'une cité mythique, déjà envisagée en 2013, en voilà la confirmation sur place ! : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-cite-legendaire-ciudad-blanca-decouverte.html. Situons d'abord le pays (en bleu clair ici) en question sur une carte :

 

Ameriquecentrale

 

Au Honduras, il existe une légende tenace parlant de la "Ciudad Blanca", la Cité Blanche, qui a des origines très anciennes, et qui aurait été découverte par des Espagnols qui se sont perdus en explorant la jungle lors des conquêtes. D'autres versions suggèrent que le groupe ethnique Pech (habitant le territoire du Honduras pendant au moins 500 ans), croyait en l'existence d'une "White City", qui aurait été construite par les dieux. On a également parlé d'une "maison blanche", qui était composée de colonnes géantes de pierre blanche sculptées...

Le 3 Septembre 1526, Hernán Cortés a écrit ses impressions d'Amérique, adressées à l'empereur Charles V. Dans cette lettre, plus tard connue comme la Carta de Relación Nº 5, le vainqueur a fait allusion à l'existence d'une ville inconnue, et dont il a dit :

“Por otra parte dolíame el ánima dejar aquella tierra en el estado y coyuntura que la dejaba, porque era perderse totalmente; y tengo por muy cierto que en ella vuestra majestad ha de ser muy servido y que ha de ser otra Culúa, porque tengo noticia de muy grandes y ricas provincias, y de grandes señores en ellas, de mucha manera y servicio, en especial de una que llaman Hueitapalan, y en otra lengua Xucutaco, que ha seis años que tengo noticia de ella, y por todo este camino he venido en su rastro, y tuve por nueva muy cierta que está ocho o diez jornadas de aquella villa de Trujillo, que pueden ser cincuenta o sesenta leguas. Y de ésta hay tan grandes nuevas, que es cosa de admiración lo que de ella se dice, que aunque falten los dos tercios, hace mucha ventaja a esta de México en riqueza, e iguálale en grandeza de pueblos y multitud de gente y policía de ella. Estando en esta perplejidad, consideré que ninguna cosa puede ser bien hecha ni guiada si no es por mano del Hacedor y Movedor de todas, e hice decir misas y hacer procesiones y otros sacrificios, suplicando a Dios me encaminase en aquello en que él más se sirviese”.

" J'ai en effet des renseignements sur de grandes et riches contrées, gouvernées par de puissants seigneurs, avec grand état de cour et notamment le royaume de Hueitapalan, en autre langue, Xucutaco, dont on m'a parlé depuis six ans (...). D'après ce que l'on en dit, et quand on en retrancherait la moitié, ce royaume dépasserait celui de Mexico en richesse et l'égalerait pour la grandeur de ses villes, la multitude de ses habitants et l'ordre qui la gouverne. ". Cortes y précise également qu'il aurait entendu parler de Xucutaco dès les premiers temps de son arrivée dans l'empire Aztèque, en 1519.

Selon les données recueillies par différentes sources, ce site est appelé en indigène Xucutaco, (en nahuatl) et Hueitapalan, (en maya), et Cortes a renoncé à y aller en raison de la jungle impénétrable.

 

Ciudad blanca honduras

l'endroit soupçonné comme étant la jungle abritant la cité perdue (2013)

 

L'Évêque du Honduras, Cristobal de Pedraza partit en 1544 à la recherche de la fameuse cité. Dans une lettre adressée à Charles Quint, il décrit son voyage à travers la jungle de la Côte des Mosquitos. Il y dit notamment avoir vu - depuis le sommet d'une montagne - une grande ville située dans une vallée. Selon ses guides, les nobles de cette cité mangeraient dans des assiettes d'or...

Lire la suite ci-dessous :

Carte honduras

 

Xucutaco, dans la littérature, est aussi suggérée comme étant le lieu de naissance du dieu aztèque Quetzalcoatl. On pense que la ville blanche a été abandonnée par ses habitants en milieu du XVIe siècle, sans en connaître les raisons.

Des maisons effondrées avec des murs en pierre et des plafonds en bois, des monticules qui étaient autrefois des maisons, une fabrique de pierres pour meules, un mur épais et haut et un chemin de pierre, des milliers de petites statuettes autochtones, une table de jeu qui a été témoin des rois et des tombes de chefs et de gens importants, qui ont été enterrés avec des colliers de jade et d'autres objets, sont quelques-uns des vestiges de cette culture indigène peu connue.

 

Honduras gravuressurroches

Honduras, petroglyphes - le Dieu-Singe ?

Pour les "Chanes" ou les guides, se sont quelques-uns des vestiges de la légendaire Ciudad Blanca. Soi-disant que c'était une fortification spectaculaire en pierre construite au milieu des jungles dangereuses de la Mosquitia au Honduras. Certes, le fait est que plus de popularité a été donnée à l'énigme de Ciudad Blanca grâce à la publication de "La Ville de Dieu Singe", par l'explorateur américain Théodore Morde, qui prétendait avoir été dans l'enclave secrète et y a vu les pyramides et les statues étranges , y compris un "Mono", isolé et érigé sur le sable blanc, d'où le nom de l'ouvrage.

 

Theodore morde 3

 

Morde aurait jalousement gardé secret l'emplacement exact de sa découverte, avec l'intention de revenir plus tard à Ciudad Blanca, avec une expédition officielle, dirigée par lui-même, pourvu qu'il soit celui qui supervise tout pour que les "pilleurs de trésors" ne fassent pas partie de la fête. Toutefois, le navigateur n'a pas imaginé que la mort le surprendrait à la mi-parcours de ses projets. Morde a été mystérieusement frappé par une voiture en marchant près de l'Institut britannique, une organisation qui, paradoxalement, lui permettrait de financer cette nouvelle et ambitieuse expédition à Ciudad Blanca. On a ensuite parlé de complot et on a dit même que Morde était un agent secret de la CIA et qu'il ne devait pas annoncer sa découverte de 1939. Quoi qu'il en soit, après que son agent soit mort, l'Institut britannique a mené des expéditions sans Morde à la Mosquitia. Mais toutes ont échoué. Que cherchaient-ils vraiment ?

Certaines traditions ont souligné Ciudad Blanca comme étant le lieu secret d'où sortait le Kukulkan lui-même, l'homme barbu mystérieux qui a dirigé les Olmèques et les Mayas, et de nombreux chercheurs l'ont associés au Quetzalcoatl des Aztèques. Est-ce possible ?

 

Arquitectura precolombina honduras

 

Les Indiens Pech ont écrit que la ville blanche a été créée par la foudre et le tonnerre, sous la puissance surnaturelle de leur dieu Wata. " Dans cette prétendue ville sainte, disent-ils, il aurait été déposé des énormes pierres où des figures d'animaux et des humains ont été sculptés à l'échelle naturelle, un peu comme l'image qui nous avait été montrée il y a 500 ans, au temple inca de Koricancha, à Cusco, avec ses brillantes statues d'or pur ". La similitude de cette description avec l'image offerte par le Temple solaire Inca de Cusco ouvre au minimum quelques soupçons. Y a-t-il un lien entre la Ville Blanche et les cultures d'Amérique du Sud anciennes ? Cela semble incroyable et improbable. Toutefois, les légendes les plus anciennes de la lignée Pech racontent :

" Il y a 500 ans, environ 6000 colons ont atteint la Mosquitia, la région du Rio Platano, venant comme ils nous ont dit (dans les contes familiaux) d'endroits de ce qui est maintenant connu comme l'Amérique du Sud. La première colonie a été fondée dans un endroit que nous appelons Chilmeca, situé près de Casa Blanca. Nos ancêtres nous disent qu'ils sont nés et ont grandi dans une ville taillée dans la pierre blanche et c'est pourquoi ils l'ont appelé maison blanche ". Les Indiens continuent l'histoire en affirmant qu'ils ont perdu le chemin de la Cité Blanche, et donc les "dieux" ont puni ses habitants avec la sécheresse, les pilleurs et la vermine. Ils disent que c'est un lieu interdit qu'on "ne devrait pas atteindre". En outre, ils affirment que Ciudad Blanca a été construite par des êtres cosmiques pour être l'enclave sacrée de Patatahua, les ancêtres primitifs des Indiens Pech eux-mêmes. Mais malgré tout cela, la ville a été abandonnée après la punition divine, et probablement toujours là, enfouie dans la jungle du Honduras...

 

Honduras ruines

 

Aujourd'hui, les archéologues pensent avoir trouvé cet endroit mystérieux.

 

La découverte archéologique a été faite par des scientifiques financés par des studios de cinéma et une enquête topographique connue sous le nom "Lost City and White City", avec la technique de détection aérienne de la zone et de modélisation topographique en 2012. l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (IHAH) a annoncé officiellement la découverte après avoir été sur place en février 2015. Il s'agit bien d'une civilisation nouvelle et distincte de celle des Mayas, possédant un haut degré de développement artistique et technique, selon les archéologues.

 

Honduras citeperdue1

 

Le site se trouve dans une zone de jungle très dense, dans la région de Mosquitia, à plus de 320 km au nord-est de la capitale. "Nul ne s'y était rendu depuis plus de 600 ans", a précisé Virgilio Paredes, patron de l'IHAH. (YH : la rumeur faisant état d'un abandon de ces villes au XVIe siècle serait donc fausse).

 

Lost city hondurasCette tête d'homme-jaguar fait partie des nouvelles découvertes. Pas de mentions du Dieu-Singe dans les découvertes...

 

Les archéologues, qui ont isolé 52 objets ainsi que les vestiges d'une pyramide et d'autres structures, estiment que deux cités jumelles s'y sont développées avant de tomber dans l'oubli. Ces structures en ruine auraient été bâties entre l'an 1000 et l'an 1200 (estimations peut-être un peu rapides et uniquement de surface !). Des sculptures représentant des hommes ou des jaguars ont notamment été mises au jour.

S'agit-il vraiment de la Cité Blanche des légendes ? Il est trop tôt pour le dire. "Ce que nous savons, c'est que le site englobe deux cités qui étaient très peuplées", a encore dit M. Paredes.

Comme nous l’explique un article du Courrier international, un avion équipé d’un scanner a survolé la vallée dans laquelle se trouve la cité mythique, tout en sondant la jungle à l’aide d’un laser. Les chercheurs ont alors pu réaliser par la suite une carte en 3D révélant la présence de ruines archéologiques. Et si rien n’a vraiment filtré, on le doit à Porfirio Lobo Sosa, président du Hondura à l’époque qui a considéré que les coordonnées exactes relevaient du secret d’état, pour éviter tout pillage. Le souci actuel, c’est que le pays manque de moyens pour protéger la cité, et fait appel à l’aide internationale pour cela.

Steven Elkins, documentariste obsédé par cette légende, monte lui aussi plusieurs expéditions infructueuses. En 2012, il a l'idée d'utiliser le LIDAR, un système de navigation de la NASA, qui fonctionne sur le même principe que le radar, mais utilise la lumière.

Lors d'une expédition en avion, il parvient à "scanner" plusieurs zones de la jungle hondurienne et identifie deux cités perdues. Il se rend sur place en février avec une équipe d'archéologues et d'anthropologues qui confirme sa découverte: des murs d'enceinte, des pyramide, un système d'irrigation et cinquante deux statues qui témoignent d'un grand savoir faire. Il s'agirait de l'une des découvertes majeures de ce début de siècle en matière d'archéologie. Mais le site est menacé par la déforestation.

Ecoutez le découvreur Steven Elkins entre 1m29 et 06m00 qui nous raconte que la deuxième cité découverte est encore plus grande que celle visitée mais inaccessible pour l'instant : c'est peut-être celle-ci la véritable Ville Blanche... (France-Culture) :

 

L endroit prit d avion image gse

Capture d'écran d'une vidéo de l'Université de Houston utilisant la technologie LIDAR © UNIVERSITÉ DE HOUSTON

Sources : http://dunheim.blogspot.fr/2013/05/el-mito-de-la-ciudad-blanca.html

http://news-beta.nationalgeographic.com/2015/03/150302-honduras-lost-city-monkey-god-maya-ancient-archaeology/

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/03/06/une-cite-perdue-decouverte-dans-la-jungle-du-honduras/comment-page-1/

http://www.franceculture.fr/emission-le-journal-de-la-culture-archeologie-l-extraordinaire-decouverte-d-une-mythique-cite-perdue

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-cite-legendaire-ciudad-blanca-decouverte.html

MAJ 2018/2020 : " Il y a un peu plus de trois ans, j'ai rejoint une équipe d'archéologues pour une expédition à La Mosquitia , une région sauvage de montagne isolée dans l'est du Honduras. Pendant des siècles, la rumeur disait que la région contenait une ville perdue, connue sous le nom de ville du dieu singe ou ville blanche, et maintenant, grâce à une combinaison de chance et de technologie moderne, une ancienne colonie avait été trouvée. Bien que ce ne soit probablement pas la ville perdue de la légende, c'était un endroit très réel, construit par une civilisation mystérieuse qui a prospéré bien avant l'arrivée de Colomb dans les Amériques. Caché dans une vallée densément boisée, il n'avait jamais été exploré. Nous sommes arrivés en hélicoptère, avons installé un camp de base et avons passé les neuf jours suivants à découvrir lentement les vestiges de la ville - grandes places, monticules géométriques, systèmes d'irrigation, terrasses étendues. Au pied d'une petite pyramide, nous avons découvert une cache de sculptures cérémonielles en pierre qui, lors des fouilles, en 2016 et 2017, représentaient près de cinq cents pièces. Beaucoup d'entre eux sont maintenant exposés dans un musée et laboratoire archéologique récemment ouvert, le Centro de Investigación Ciudad Blanca , près de Catacamas, la grande ville la plus proche des ruines.

La vallée a réservé d'autres surprises. Quand nous sommes arrivés, nous avons constaté que les animaux ne semblaient jamais avoir vu de personnes auparavant. Les singes araignées se rassemblaient dans les arbres au-dessus de nous, suspendus par la queue, hurlant leur mécontentement, secouant des branches et nous bombardant de fleurs. De grands chats rôdaient dans notre camp la nuit, ronronnant et craquant les branches. Un tapir et des pécaris erraient, apparemment sans peur, et la zone était envahie de serpents venimeux. Voici un écosystème vierge, aussi obscur pour la connaissance humaine que la ville perdue elle-même.

« Notre équipe a été stupéfaite », m'a dit Larsen. L'écologie de la vallée était en effet vierge, montrant peu de preuves d'entrée humaine pendant très longtemps, peut-être des siècles. Des espèces rares et même considérées comme éteintes à l'extérieur de la vallée ont été trouvées en abondance à l'intérieur, y compris des variétés de papillons, d' oiseaux , de chauves - souris , de serpents et de grands mammifères, ainsi que des plantes en danger critique d'extinction. Les singes araignées ont montré un motif de couleur inhabituel, suggérant qu'ils pourraient appartenir à une nouvelle sous-espèce.

Les biologistes ont été particulièrement surpris par la densité des chats dans la vallée - jaguars, pumas, ocelots, jaguarundis et margays. Ils en ont vu des signes partout.

Lors de la collecte des pièges photographiques, lui et le soldat des forces spéciales honduriennes avec lui, un Indien Miskito de la région, ont aperçu un animal des plus inhabituels qu'aucun des deux n'avait vu auparavant. Il « avait la tête d'un rongeur géant », se souvient Turcios, « avec une queue velue et mesurait environ deux pieds et demi de long ». Avec l'aide d'un artiste, Turcios a réalisé un dessin de la mystérieuse créature immédiatement après son retour. Que l'animal soit un mammifère inconnu de la science (quelque chose de presque inconnu), un variant ou un mutant, ou une espèce en dehors de son aire de répartition normale, sont toutes des questions ouvertes.

Traduction par Yves Herbo (extraits) de l'article de Douglas Preston, qui a écrit plus de trente livres. Son dernier ouvrage non fictif, « La cité perdue du dieu singe », porte sur la découverte d'un site archéologique dans la forêt tropicale hondurienne, paru dans le newyorker en mai 2018https://www.newyorker.com/science/elements/deep-in-the-honduran-rain-forest-an-ecological-swat-team-explores-a-lost-world

Pour reprendre les mots du principal archéologue hondurien de notre expédition, " Ce que nous savons de cette culture n'est ... rien ", a déclaré Preston.

Néanmoins, certaines théories intrigantes ont émergé. Les chercheurs du voyage le plus récent ont trouvé une cache de près de 500 objets en pierre finement sculptés à l'intérieur de quelque chose que Preston a décrit comme " une tombe non pas pour une personne, mais pour une civilisation ".

Les ruines vieilles de 1000 ans - dont la chronologie coïncide avec la «ville blanche» - ont été enterrées dans la forêt tropicale, dans une vallée ronde entourée de falaises abruptes. " Il est difficile de croire qu'au 21ème siècle une ville perdue pourrait encore être découverte, mais c'est exactement ce qui s'est passé ", a-t-il déclaré. " Les gens n'y avaient pas mis les pieds depuis 500 ans. C'est absolument vrai. "

Quiconque a peuplé la région située au fond de la jungle de Moskitia au Honduras n'a pas laissé beaucoup d'indices. " Ils ont grandi près des Mayas. Ils ont pris les pyramides. Ils ont aménagé leurs villes d'une manière un peu maya, mais pas tout à fait ", a déclaré Preston. " Mais c'est très mystérieux. Il y a tellement de choses que nous ne savons pas."

Ce que les chercheurs savent, c'est que quiconque y habitait a disparu soudainement. En plus des restes bruts de leurs pyramides et de leurs places, ils ont laissé derrière eux une série de pièces de pierre complexes, y compris ce que l'on pense faire partie d'un siège de cérémonie à l'effigie d'un «jaguar-garou». Jusqu'à présent, les chercheurs ont identifié près de 500 morceaux de pierre.

« À la base d'une pyramide, nous avons découvert une énorme cache de belles sculptures en pierre », a déclaré Preston. " Il semble que les gens ont apporté leurs objets, les ont soigneusement mis au repos, puis sont sortis de la ville."

Plusieurs archéologues et anthropologues qui faisaient partie de l'équipe de recherche de Preston pensent que les gens ont été abattus par la maladie.

" La preuve est très forte que c'est ce qui s'est passé ", a déclaré Preston. " C'étaient des maladies apportées par les Européens, en particulier la variole et la rougeole."

Mais il est peu probable que les Européens aient jamais atteint cette civilisation - du moins pas en personne. Au lieu de cela, les maladies ont probablement trouvé les populations autochtones par le biais du commerce. Comme les marchandises s'échangeaient des mains, les virus aussi. Et certains de ces envahisseurs étaient des maladies étrangères contre lesquelles les peuples autochtones n'avaient aucune défense .

« C'est un exemple fascinant de la façon dont la maladie peut précéder le contact physique », a déclaré Preston. " Même si cette vallée n'a jamais été physiquement menacée par les Espagnols, elle a peut-être été mise à bas et complètement anéantie par leur maladie."

Traduction par Yves Herbo (extraits) de l'article de Douglas Preston (2017) :

https://www.businessinsider.fr/us/douglas-preston-lost-city-honduras-2017-3

 

 

Yves Herbo traductions, Sciences, Faits, Histoires, 10-03-2015, 05-08-2020

 

auteur échange lire prehistoire environnement mystère interviews archéologie

Taken - Disparition - Mini-série 1 Taken - Disparition - Mini-série 1
Taken - Disparition - Mini-série 1   Disparition (Taken) est une mini-sé...
  La légende des sept cités de Cibola
La légende des sept cités de Cibola     En 1539, le frèr...
La légende des sept cités de Cibola

Ajouter un commentaire