Statistiques du site depuis mi-2011

Aujourd'hui

740 visiteurs - 1637 pages vues

Total

7510915 visiteurs - 17516276 pages vues

Contenu

Nombre de pages : 25
Nombre d'articles : 2518

Les Reliques Etranges du Pérou - interview Thierry Jamin 1

Cliquez sur Blog en haut pour tous les articles, Écrits pour voir mes écrits personnels, Autres Pages pour des Dossiers compilés

Iran Des traces d'occupation humaine vieilles de 452.000 ans

Une grotte en Iran livre des traces d'occupation humaine vieilles de 452.000 ans

Des milliers d'outils en pierre taillée, d'os de chevaux, et une dent de lait humaine: une grotte du plateau central iranien a livré des traces d'occupation humaine vieilles de 452.000 à 165.000 ans, les plus anciennes jamais trouvées dans cet immense territoire à la croisée du Levant et de l'Asie.

 

Cette découverte repousse de près de 300.000 ans les premières preuves datées de peuplement de la région, selon une étude publiée fin mai dans Journal of Paleolithic Archaeology.

C'est une zone "grande comme deux fois et demie la France" où le matériel archéologique aussi ancien est rare, explique à l'AFP Gilles Berillon, chercheur du CNRS au Musée de l'Homme et co-auteur de l'étude.

Les préhistoriens savaient que le plateau central iranien était peuplé depuis des centaines de milliers d'années, à en juger par la multitude de sites dans les régions alentours: le Levant, le Caucase à l'Ouest, l'Asie centrale à l'Est, où vécurent des humains de plusieurs espèces du genre Homo (Erectus, Néandertal, Denisova, Sapiens...).

Mais aussi par plusieurs découvertes en Iran de pierres taillées, à la surface du sol, et quelques rares fouilles ponctuelles.

Aucune fouille n'avait cependant encore permis de définir une chronologie aussi précise et étendue. "On est parti d'une raquette pleine de trous pour ces périodes anciennes de la Préhistoire", raconte le scientifique français.

Grotteiran3

Journal of Paleolithic Archaeology

 

Traces de boucherie

 

En 2018, l'équipe du projet paléoanthropologique franco-iranien, menée par Gilles Berillon et Hamed Vahdati Nasab, de l'Université Tarbiat Modares à Téhéran, a ré-investigué la grotte de Qaleh Kurd (Nord de l'Iran), à la limite ouest du plateau central iranien, dominé par les monts du Zagros.

Située à 2.137 mètres d'altitude, la grotte avait fait l'objet de fouilles illégales plusieurs dizaines d'années auparavant, qui avaient mis au jour des outils en pierre taillée, laissés en surface près de l'entrée de la cavité.

 

Grotteiranfig1

Journal of Paleolithic Archaeology

 

Les nouvelles fouilles, menées jusqu'à 2,50 mètres de profondeur sur une surface de seulement 11 mètres carrés, ont livré "des dizaines de milliers d'objets", décrit Gilles Berillon.

Une multitude d'ossements de chevaux et d'hydrontins (l'âne sauvage européen) portant des traces de boucherie, et d'outils en pierre taillée ayant servi à la préparation de ces aliments. Un matériel très riche et surtout possible à situer dans le temps puisqu'il est resté bien en place sur plusieurs niveaux: le plus profond remonte à 452.000 ans, le plus récent à 165.000 ans.

Grotteiranfig2

Journal of Paleolithic Archaeology

 

Cerise sur le gâteau: une dent de lait humaine, impossible à dater directement mais trouvée dans une couche dont l'âge s'étend entre -165.000 et -175.000 ans. Soit la dent la plus ancienne jamais identifiée dans une région où aucune trace humaine clairement datée n'était jusqu'à présent connue au-delà de -80.000 ans, relève le Musée de l'Homme dans un communiqué.

 

Grotteiran2

www.institutkurde.org

Dans OVNI/UFO
Série Docu-Drama

Série Docu-Drama " Les Envoutés de l'Espace "

Série Docu-Drama " Les Envoutés de l'Espace " - MAJ FIN - Update : 4 scènes coupées

Ce téléfilm de 1992 est basé sur des faits réels tirés du livre du spécialiste Budd Hopkins et vient en soutien à cet autre documentaire basé sur celui du scientifique John Mack.

Titre original : Intruders. Autres titres Canada : Les Visiteurs de l'au-delà. Tous Publics. Réalisateur Dan CURTIS. Scénariste(s) Barry ORINGER, Tracy TORMÉ. Auteurs originaux : D'Après le Livre ' Intruders ' de Budd Hopkins. Producteur(s) Michael APTED, Dan CURTIS, Branko LUSTIG, Eric SCHIFF, Tracy TORME.

Acteurs : Richard CRENNA, Mare WINNINGHAM, Susan BLAKELY, Daphne ASHBROOK, Alan AUTRY, Ben VEREEN, Steven BERKOFF, Lorry GOLDMAN, Rosalind CHAO, Robert MANDAN, Warren FROST

Sciences-Faits-Histoires (SFH) publiera les 19 parties à raison de 5 à la fois (4+présentation aujourd'hui) tous les 2-3 jours.

 

" Ce passage est extrait du reportage de Jimmy Guieu : « OVNI-USA : de nouvelles révélations », où Guieu présente le téléfilm que vous pouvez voir ici en 19 parties. Les commentaires sont du détenteur des vidéos "Videodocu".

Il a tout d’abord été diffusé en décembre 1993 sur Canal +, sous le titre « Les envoûtés de l’espace » (et le samedi 1er janvier 1994 à 14 h 00, dans son intégralité), puis plusieurs fois sur M6 à partir d’août 1995, sous le titre « les visiteurs de l’au-delà », sous la forme de téléfilms en deux parties.

John Mack et Budd Hopkins ont tous deux été conseillers techniques sur le film, ce qui lui donne une indéniable qualité de « docu-drama ».
Le générique du début signale que le film est basé sur le livre d’Hopkins « Intruders » (l’affaire Kathie Davis/Déborah Tomey), et le message final stipule bien, par ailleurs, que le film se base sur des faits réels.

Le tout est servi par un casting composé de stars du petit ou du grand écran (Richard Crénna et Steven Berkoff de la saga « Rambo », Mare Winningham de la série « Les oiseaux se cachent pour mourir ») et des effets spéciaux très bons pour l’époque, utilisés à bon escient et sans excès.
Personnellement, je trouve que les Extraterrestres montrés dans ce film sont beaucoup plus convaincant et saisissant que nombre d’ET actuels en images de synthèse.

Enfin, n’oubliez pas, en le regardant, que ce téléfilm date de 1992, c’est-à-dire bien avant la création d’ « X-Files » ou l’affaire de la créature de Roswell.

A noter que deux ouvrages français ont traité plus en détail de ce téléfilm :
« Alien Télévision » de Richard D. Nolane (Editions CGR, P. 227 à 232) et « Aux frontières du réel. Vol. 2 : l’appel des étoiles » de Francis Valéry (editions DLM, P. 121 à 124).

Trailer :

 

 

Partie 1 :

Téléfilm réalisé par Dan Curtis en 1992, et basé sur des faits réels : les « abductions » ou enlèvements extraterrestres.
Conseillers techniques : Budd Hopkins & John E. Mack

- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : La détection des OVNI par les radars militaires ; la conspiration du silence et la politique de black-out sur le dossier OVNI. - Commentaires divers : Ce téléfilm semble clairement avoir influencé Chris Carter, pour « X-Files », à tout le moins l’épisode « L’ange déchu » (« Fallen Angel ») de la saison 1.
Cet épisode d’X-Files traite des enlèvement E.T., réutilise le même code que celui dont se sert le général Hanley dans le film (« Confirmation d’un ange ») pour désigner l’atterrissage d’un OVNI, et surtout vous y retrouverez presque tel quel la scène d’intro d’ « Intruders », lorsque la technicienne radar s’oppose à son supérieur hiérarchique…

 
Partie 2 :
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les symptômes classiques de l’ « abduction » : les souvenirs-écrans, les réminiscences partielles mais intrusives de l’expérience aux hasard de la vie quotidienne (particulièrement le souvenir marquant de grands yeux noirs), phobie liée à certains animaux, et surtout apparition inexplicable de cicatrices ou autres traces d’opérations sur le corps des victimes.
 
 
 
Partie 3 :
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les symptômes classiques de l’ « abduction » : les souvenirs-écrans, le « Missing Times » ou amnésie temporaire de plusieurs heures, séquelles psychologiques se répercutant dans la vie quotidienne, et les saignements de nez consécutifs à la pose d’un implant nasal.
 
 
 
 
Partie 4 :
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les symptômes classiques de l’ « abduction » : les réminiscences partielles mais intrusives de l’expérience aux hasard de la vie quotidienne, phobie liée à certaines images. La mise sous surveillance illicite des « abductés » et de leur environnement.
 
 
 
Partie 5 :
 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : La régression hypnotique comme technique thérapeutique et d’investigation des cas d’ « abductions ». L’ « abduction » et ses caractéristiques : les souvenirs-écrans dissimulant l’enlèvement et l’apparence réelle des EBE, la description des « Petit-gris » et les expériences médicales auxquelles ils se livrent sur les victimes. L’hypothèse sceptique d’abus sexuels humains refoulés, puis resurgissant sous forme d’enlèvement extraterrestre à l’âge adulte.
 
Partie 6 :
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les symptômes classiques de l’ « abduction » : séquelles psychologiques se répercutant sur la vie de famille, crise de panique et phobie liées à certaines images (la vue de lumière dans le ciel, celle d’un hélicoptère, mais rappelant inconsciemment celle d’un OVNI).
 
Partie 7 :
 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : La mise sous surveillance illicite des ufologues et autres enquêteurs s’intéressant de trop près aux « abductions ». Les symptômes classiques de l’ « abduction » : les saignements de nez consécutifs à la pose d’un implant nasal, et les séquelles physiques de l’abduction (inexplicable trace d’opération chirurgicale), angoisse et phobie liées au milieu médical ou à la vue d’instruments médicaux. - Commentaires divers : Vous remarquerez que l’ufologue se présente comme un « ovniologue », francisation amusante du terme. Il ajoute aussi, dans sa discussion avec le Dr Chase à propos des « abductions », « avant que les enlèvements ne devienne à la mode », ce qui démontre qu’aux USA, en 1992, on parlait depuis déjà un bon moment de ces faits !
 
 
 
Partie 8 :
 
 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les symptômes classiques de l’ « abduction » : grossesse inexplicable, crise de panique et phobie liées à certains animaux, souvenir-écran d’animaux aux comportement bizarre dissimulant les EBE responsables de l’enlèvement.
 
 
 
Partie 9 :
 
 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : La régression hypnotique comme technique thérapeutique et d’investigation des cas d’ « abductions ». L’hypothèse sceptique d’abus sexuels humains refoulés, puis resurgissant sous forme d’enlèvement extraterrestre à l’âge adulte. C’est vraiment une scène-clé du film, car elle montre la reconstitution de façon très réaliste de l’ « abduction » en tant que telle, comme la vivent généralement les victimes.

 

 
 
 
Partie 10 :
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les caractéristiques de l’ « abduction » : début des premiers enlèvements dès l’enfance, neutralisation du conjoint ou de toutes autres personnes présentes mais non-directement visées par les enlèvements au moment des faits, impuissance des victimes à faire face et à réagir pour contrer les exactions EBE, et enfin, saignements de nez généralement consécutifs à la pose d’un implant nasal.
 
 
Partie 11 :
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : La régression hypnotique comme technique thérapeutique et d’investigation des cas d’ « abductions ». Les caractéristiques de l’ « abduction » : le commencement des premiers enlèvements dès l’enfance, et le suivi génétique de famille entière, d’une génération à l’autre, par les EBE. Il est bien stipulé que l’enlèvement est rarement unique, mais se répète tout au long d’une vie, ce qui correspond aux caractéristiques réels du phénomène. Enfin, cette scène montre une cicatrice typique des séquelles physiques d’un enlèvement : la « scoop-mark », généralement à la jambe. Notez que le passage du début, en quelques lignes de dialogue, prend également en compte les implications des enlèvements par rapport à la religion biblique. C’est aussi la première fois dans ce film que des « métis » humains-extraterrestres sont mis en scène.
 
 
Partie 12 :
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Traces physiques au sol, avec effet sur l’environnement, d’atterrissage d’ OVNI. Récupération par les ufologues et analyse des implants métalliques, bien réels, posés dans le corps des « abductés » par les EBE durant les enlèvements. Ces implants, d’une technologie avancée, peuvent entrer en symbiose avec le corps humains, et sont quelquefois pourvus d’un système d’autodestruction pour ne pas laisser de preuves. Ceux qui sont intéressés par cet aspect des « abductions » pourront lire avec profit le livre « OVNI et implants » du Dr. Roger K. Leir (traduit et paru en français, aux éditions du Mercure Dauphinois).
 
 
 

 

Partie 13 :
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : L’affaire du crash de Roswell, couvert par le black-out militaire, et les crashes d’OVNI en général. Vous remarquerez que le lieu de l’action se situe près de la base d’Holloman, une base du Nouveau-Mexique, ufologiquement réputée pour avoir reçu la visite « officielle » d’extraterrestres en avril 1964 (selon Richard Doty), ce qui démontre que les scénaristes ont vraiment bien travaillé leur sujet... A moindre titre, cette scène montre aussi les diverses anomalies électromagnétiques qui se produisent fréquemment lors d’observations d’OVNI (dérèglement des appareils électriques). - Commentaires divers : Aux USA, Ben Vereen, qui joue ici le rôle de Jim, est un célèbre acteur de théâtre, de télévision et de cinéma. Il a été plusieurs fois nominé aux Golden Globes et aux Emmy Awards. Son rôle le plus marquant est celui qu'il a interprêté pour la série "Racines". Avez-vous aussi remarquez ce petit détail ? Vers 4’18/4’19 de cette scène, à la limite de l’image subliminale, on peut voir une sorte de « tête de mort » formé par le jeu d’ombres et de lumières sur un pan de mur, à l’intérieur de la soucoupe, lorsque Jim entre dans l’OVNI écrasé.
 
 
Partie 14 :
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène : Les expériences d’engeenerie génétique auxquelles se livrent les EBE grâce aux enlèvements, dans le but de créer des hybrides humains-extraterrestres : insémination artificielle de femmes humaines lors d’un premier enlèvement, lesquelles servent de mères porteuses jusqu’au moment d’un second enlèvement, où les EBE prélèvent le fœtus. Il va sans dire que c’est souvent une expérience très traumatisante pour les femmes qui subissent ces exactions, comme le restitue très bien cette scène. On y voit également un de ces hybrides adultes, au visage étrange, mi-humain, mi-alien. Dans la réalité, ce type d’humanoïde est effectivement signalé aux côtés des « short greys » durant les abductions. Une courte séquence laisse aussi apercevoir un homme normal enlevé à bord du vaisseau ET, montrant qu’il y a aussi des « abductions » masculines, même si le film se concentre les « abductions » féminines.

 

 
 
 

Partie 15 :

 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :
Les différentes questions et hypothèses des ufologues vis-à-vis des abductions, de l’origine des E.T. et du but final des expériences d’hybridation.
Les groupes de soutien organisés aux USA pour les « abductés », les premiers ayant été créés à l’initiative de Budd Hopkins.
Chaque enlevé peut venir y faire part de son expérience, et partager son vécu avec d’autres.
Cette scène permet à cette occasion de montrer plusieurs autres infos sur le phénomène des « abductions », en se plaçant surtout du point de vue des enlevés et non plus de l’enquêteur (le Dr. Chase).
Premièrement, l’isolement terrible ressenti par les victimes d’enlèvements extraterrestres, qui ne peuvent guère parler de leur calvaire dans la vie courante.
Deuxièmement, les « abductions » peuvent toucher n’importe qui, n’importe quand, sans discrimination, que l’on soit WASP ou latino (dans le film), homme ou femme, de n’importe quelle catégorie socioprofessionnelle. Dans une certaine mesure, le film s’attachait déjà à ce fait via ces deux protagonistes féminins : Mary la « campagnarde » est enlevée comme Lesley la « citadine ».
Enfin, le tour de table des différents « abductés » montrent la diversité des réactions ressentis par ceux-ci vis-à-vis de leurs ravisseurs EBE, que l’on retrouve aussi dans la réalité.
- Commentaires divers :
Une phrase formidable de la part du personnage de Steven Berkoff, qui pourrait devenir une des devises de l’ufologie : « Les personnes qui avancent de nouvelles idées sont traitées de malades ou de fous. Et puis un jour, le monde les rattrape, et les appelle des visionnaires !… »

 

 
 
 

Partie 16 :

 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :
L’intolérance et le déni de la communauté intellectuelle et scientifique vis-à-vis du problème des enlèvements extraterrestres, et des chercheurs qui les étudient ou essayent d’en parler ouvertement.
Parmi l’auditoire qui crie au scandale, un personnage représente notamment les psychosociologues hostiles à la réalité objective des « abductions ».
L’hypothèse socio-psychologique y est plutôt bien résumée : « Avant les gens voyaient apparaître la Vierge ; maintenant, sous l’influence de la S-F, ils voient des petits hommes verts ! »
Les pressions mises en œuvre au niveau professionnel et social pour faire taire les chercheurs s’étant penchés sur les « abductions » ou les OVNI, notamment par l’usage de menaces pour leur carrière.
Là encore, les scénaristes n’ont rien inventé du tout : des universitaires comme Léo Sprinckle, John Mack ou des médecins comme le Dr. Leir, ont réellement eu à subir ce genre de pressions chacun dans leur milieu professionnel respectif.

 

 
 
 

Partie 17 :

 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :
Le MJ12 et les groupes « ultra-top secret » destinés à gérer le dossier OVNI.
Les implications politiques de la reconnaissance officielle des OVNI, des « abductions », et la mise en place du black-out gouvernemental destiné à cacher la vérité au grand public.

 

 
 
 

Partie 18 :

 
 
 

- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :
Traces physiques au sol, avec effet sur l’environnement, d’atterrissage d’ OVNI.
La trace au sol sur laquelle la neige ne tient pas est effectivement un phénomène s’étant produit durant l’affaire « Kathie Davis » étudiée par Hopkins dans son livre « Intruders ».
Les expériences d’engeenerie génétique auxquelles se livrent les EBE grâce aux enlèvements, dans le but de créer des hybrides humains-extraterrestres :
dans de nombreux comptes-rendus d’ « abductions », les enlevés décrivent des parois (voire des pièces) entières remplies d’incubateurs pour les embryons hybrides, tel que Mary en voit à bord du vaisseau.
Il n’est pas rare que des jeunes femmes « abductées » et ayant servi de mère-porteuse pour un fœtus hybride à un moment de leur vie, soit également enlevées par la suite pour voir et toucher leurs « enfants »
Pour plus de détails, je vous recommande de regarder en entier le reportage de Jimmy Guieu : « OVNI – USA : de nouvelles révélations », et/ou de lire « Les kidnappeurs d’un autre monde » de David Jacobs.

 

Partie 19 :

 
 
 
- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :
Il y a deux grandes thèses ufologiques à propos du but poursuivi par les extraterrestres au travers des enlèvements et de leurs expériences d’hybridation : la thèse « optimiste » (Mack, Sprinckle) et la thèse « pessimiste » (Jacobs, Hopkins).
Comme vous pouvez le voir, la scène finale de ce téléfilm conclut en se rattachant à la vision « optimiste » des enlèvements, façon John E. Mack.
Ouf ! Le « Happy End » à l’américaine est sauf ! C’est le seul petit reproche que je ferais à ce téléfilm.
Il se pourrait bien, en effet, que la réalité soit beaucoup moins angélique quant au but des EBE et de leurs expériences d’hybridations !…
Si vous vous donnez la peine de regarder le générique en entier, vous pourrez voir que Budd Hopkins et John Mack ont bel et bien été crédités comme conseillers techniques, et que le sempiternel message : « Ceci est une fiction, toute ressemblance avec des faits ou des personnages réels ne seraient qu’une pure coïncidence » a laissé place à un message final précisant que ce téléfilm est basé sur des faits réels.

 

-------
 
 
 

Jimmy Guieu Vs Pierre Lagrange (1997) – Les abductions

 

 

Le lundi 27 janvier 1997, le magazine d’Arte « 7 ½ », présenté par Dominique Bromberger, a consacré sa troisième partie aux enlèvements extraterrestres, ou « abductions ».
Sur ce thème, un reportage confronte deux hommes diamétralement opposés : l’ufologue Jimmy Guieu, chercheur indépendant, qui dénonce le complot planétaire de nos institutions pour cacher la réalité de ces enlèvements extraterrestres, et le débunker Pierre Lagrange, sociologue, qui cherche à le discréditer en ne voyant là que de vulgaires ragots issu de l’extrême-droite.

A titre d’exemple concret, on peut voir Jimmy Guieu mener une enquête sur le cas d’enlèvement d’une femme, Edmonde, abductée en 1972, dans le Doubs, alors qu’elle était en voiture avec trois collègues de travail.
Au cours d’une régression hypnotique pratiquée par l’hypnotiseur Daniel Huguet, Edmonde se souvient de sa rencontre avec une entité nommée Axor (il me semble qu’elle a quelque rapport avec Haurrio, de l’affaire Cergy-Pontoise…) et de l’examen médical qui s’en est suivi.

Le livre de Jimmy Guieu dont il est question à partir de 02:15, « Terre : ta civilisation fout le camp », resté longtemps inédit, est maintenant disponible gratuitement sur Internet.

A noter enfin que le magazine « L’œil du cyclone », de Canal +, reprendra quelques extraits de l’intervention de Jimmy Guieu pour illustrer son numéro sur « Le grand complot », à peu près un an plus tard, en avril 1998.

« Intruders » - Scène coupée 1

Après avoir revu récemment le film « Intruders » en DVD (présenté ici en 19 parties), il m’a semblé de mémoire qu’il manquait certaines lignes de dialogues.
J’ai donc repris l’enregistrement VHS que j’avais fait sur Canal + du film en janvier 1994, et j’ai ainsi repéré pas moins de trois « scènes coupées » qui, pour une raison qui m’échappe complètement à ce jour, n’ont pas été retenues pour le montage final de la version DVD.
Ce qui est fort dommage, car cela ampute non seulement le film d’un total de 8 minutes, mais nous prive aussi de trois scènes qui éclairent le scénario en nous montrant quelques éléments ufologiques supplémentaires.

Cette première scène coupée se situe dans le courant de la scène 3.
Raccompagnant Lesley après leur premier rendez-vous thérapeutique, le Dr. Chase découvre une trace étrange dans le jardin de celle-ci.
Ce qui explique pourquoi une équipe de faux « géologues » vient faire des prélèvements de terrain à cet endroit dans la scène suivante (scène 4), et fait un lien avec la trace au sol qui sera découverte plus tard par les protagonistes de l’histoire, dans la scène 12.

- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :

Traces physiques au sol, avec effet sur l’environnement, d’atterrissage d’ OVNI.
Plus spécifiquement, cela fait référence à la trace mystérieuse découverte près de la maison de Kathie Davis, dans l’ouvrage « Intruders » de Budd Hopkins (illustration en face de la P. 138 et Chap. 2). A moindre titre, la ligne de dialogue concernant « la lune » qui aurait atterri fait penser à une déclaration d’un des membres du couple Hill à propos de son abduction : « La lune semble avoir atterri dans la clairière ».

« Intruders » - Scène coupée 2

Cette seconde scène coupée se situe exactement entre les scènes 13 et 14.
Le fait qu’elle se situe juste entre le moment où le Dr. Chase a reçu les confidences de Jim sur un crash d’OVNI façon Roswell, et celui où il est convoqué dans le bureau de son supérieur hiérarchique donne un sens supplémentaire à l’histoire : on peut supposer que l’on envoie des MIB « prévenir » le Dr. Chase à partir du moment où il commence à en savoir trop et à rassembler véritablement des éléments positifs (confidences de Jim, découverte et photos de l’implant), et que parallèlement aux pressions exercés sur celui-ci, des consignes ont également été officieusement données à son supérieur hiérarchique pour augmenter la pression.

- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :

Les « Hommes-en-noir » ou MIB (men-in-black), se faisant souvent passer pour des membres d’une institution officielle (ici : la NASA), qui viennent conseiller « amicalement » aux chercheurs s’étant penchés sur les « abductions » ou les OVNI d’abandonner leur recherche, et qui essayent de les décourager pour les inciter à se taire.

« Intruders » - Scène coupée 3

Cette troisième scène coupée se situe exactement entre les scènes 16 et 17.
En montrant que le « MIB » vu dans la scène coupée 2 est à la fois au courant de l’emploi du temps du Dr. Chase et le représentant du Général Hanley, cette scène fait le lien entre les différentes scènes précédentes montrant témoins et chercheurs sous surveillance illicite (scènes 4 et 7), les manœuvres de black-out militaire (scènes 1 et 13) et la rencontre avec le Général Hanley, dans la scène suivante, évoquant les groupes « ultra top-secret » chargés de gérer le dossier OVNI.

- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :

La visite d’ « Homme-en-noir » ou MIB (men-in-black) au domicile des chercheurs ou des témoins.
Le « messager » du Général Hanley en a d’ailleurs fortement l’apparence vestimentaire : imper noir et chapeau mou noir.

« Intruders » - Scène coupée 4

Après avoir revu récemment le film « Intruders » en DVD (présenté ici en 19 parties), il m’a semblé de mémoire qu’il manquait certaines lignes de dialogues. J’ai donc repris l’enregistrement VHS que j’avais faites sur Canal + du film en janvier 1994.
A la suite de cela, j’avais déjà repéré trois « scènes coupées » qui, pour une raison qui m’échappe complètement à ce jour, n’ont pas été retenues pour le montage final de la version DVD.
Avec cette scène coupée 4 d’une durée d’environ 3 minutes 30, cela porte actuellement à plus de 10 minutes le total de l’amputation effectuée sur la version originale.

Cette quatrième scène coupée se situe dans le courant de la scène 12, juste après la découverte de la trace au sol.

- Eléments ufologiques montrés dans cette scène :

Traces physiques au sol, avec effet sur l’environnement, d’atterrissage d’ OVNI.

 

FIN. (Merci Mr Guieu).

Yves Herbo-SFH-12-2013/01-2014, UP 05-2024

Gigès, le mystérieux inventeur de la monnaie métallique

Gigès, le mystérieux inventeur de la monnaie métallique

Gigès, le mystérieux inventeur de la monnaie métallique

 

monnaiealyattes.gifPièce de Lydie en Electrum

 

Les plus anciennes pièces de monnaie métallique, marquant peu à peu le changements définitif (pour le monde entier sauf aux Amériques, où les peuples ont continué leur économie spécifique jusqu'à l'arrivée des envahisseurs et culture dévastatrice) de l'économie de l'Humanité, passant de la dernière économie créée (le troc) aux échanges par monnaie de substitution, toujours pratiqués de nos jours, ont été découvertes en Turquie, dans l'ancien Royaume de Lydie (ou Méonie pour Homère). Les Lydiens (aussi connus comme les Lud par les Egyptiens et Assyriens) était un peuple indo-européen descendant de Lydos, fils d'Attis d'après Homère. Quand on sait qu'Attis est en fait un Dieu très connu, d'origine Phrygienne (qui dominaient les Lydiens au début) et que l'on retrouve sous le nom d'Adonis chez les Grecs et Romain ou Tammuz chez les Hindoux, on devine que les origines mêmes de ce peuple sont aménagées. Et ce n'est pas mieux pour leur Roi Gigès, qui a régné (d'après la science officielle mais avec une fourchette temporelle) de entre 708 et 687 avant Jésus-Christ, sa mort étant entre 680 et 648 avant Jésus-Christ...

 

creseideargent-cresus.jpg

Crésides d'argent, attribuée à Crésus-5ième siècle av JC

 

Il était appelé Gugu par les Assyriens, et serait à l'origine des traditions bibliques sur Gog, prince de Magog (c'est-à-dire en assyrien mā(t) Gugu : « pays de Gygès »). En fait, on ne sait pas vraiment comment il est arrivé au pouvoir car les sources sont rares (donc à fiabilité resteinte) et divergent complètement... :

Selon Hérodote (né vers 484 avant notre ère et mort vers 420 - donc 250 ans après environ), Gygès était à l'origine le fils d'un des gardes et le confident du tyran Candaule, (ou Sadyate, ou encore Myrsile), roi très légendaire descendant d'Héraclès (Hercule), qui était un roi vantard qui ne cessait de vanter la beauté de sa femme. Ne supportant pas que Gygès puisse douter des charmes de son épouse, Candaule lui donne l'ordre de tout faire pour la voir nue et constater sa vérité. Après avoir refusé car pensant que c'est indigne, Gygès finit par céder et se cache dans la chambre royale au bon moment pour admirer le déshabillage de la Reine. Mais celle-ci le découvre sans le laisser paraître. Elle a compris que le roi ne peut être que l'auteur de cette indignité et décide de se venger de cet outrage. Elle convoque Gigès le lendemain et lui fait le chantage suivant : soit il assassine Candaule, devient son époux et le nouveau Roi, soit il est exécuté... Gigès n'a pas trop le choix, poignarde le Roi et s'empare du trône de Sardes, capitale de la Lydie...Mais selon Platon (né en 424/423 av. J.-C., mort en 348/347 av. J.-C. - donc 300 ans après environ), Gygès n'était qu'un simple berger lydien à l'origine, qui faisait paître son troupeau lorsqu'un violent orage fit s'affaisser une colline. Il s'y aventura et découvrit un énorme cheval de bronze dans les flancs duquel étaient pratiquées des portes (Cheval qui rappelle un peu le célèbre Cheval de Troie de part sa description !). Après avoir ouvert ces portes, Gygès aperçut à l'intérieur du cheval le squelette d'un géant portant au doigt un anneau d'or. Il se saisi de cet anneau, se le passa au doigt, et, sans dire un mot de son aventure, il alla rejoindre les autres bergers du voisinage. Par hasard, il remarqua que, à chaque fois qu'il tournait sa bague vers l'intérieur, il devenait invisible de tous, tout en gardant la faculté de voir et d'entendre ce qu'il se passait autour de lui. Dès qu'il retournait la bague en sens inverse, il redevenait visible. Après avoir essayé les pouvoirs de son anneau par plusieurs expériences, il se rendit au palais et séduisit la reine. Il complota avec elle la mort du roi, le tua et s'empara du trône...

Dans OVNI/UFO
Un cas d’OANI au 17ème siècle - L’ovni de Gênes

Un cas d’OANI au 17ème siècle - L’ovni de Gênes

Un cas d’OANI au 17ème siècle - L’ovni de Gênes

 

genes-1608.jpg

 

En Août 1608, les habitants du Sud la France et du nord-ouest de l'Italie, de Marseille à Gênes, assistent à une véritable vague d’OVNIs, relatée dans une chronique d’époque intitulée “Discours des terribles et espouvantables signes apparus sur la mer de Gennes”.

Ce livret datant de 1608 est rédigé par un certain Pierre Ménier “portier de la porte saint-victor” à Paris. Il n'y est pas question de "soucoupe volante" ou "d'engins mystérieux" car les engins volants n'existaient pas du tout à l'époque et le terme n'avait pas encore été inventé. N'oublions pas que, par exemple, les indiens d'amérique appelaient "Cheval de fer" les premières locomotives à vapeur utilisées par les colons européens en amérique... ne jamais oublier que tout témoignage est lié non seulement aux perceptions des témoins, mais aussi à leurs connaissances et époques...

Ce document est une banale brochure comme on en a découvert beaucoup datées de ces périodes du XVIIe siècle, le récit fait tout de même 7 pages, et est écrit en provençal (dialecte français de dérivation néo-latine).

 

1608 original bibliothequenice

1875 original bibliothequenice2

Couverture et 1ère page. Ceci est probablement une réédition de 1875 par l'imprimeur Louis Perrin à Paris dont l'ornement en couverture est connu à cette époque

 

Voici ci-dessous la traduction en français moderne de tout le texte :

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire 1

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire 1

Archéologie, Anthropologie et Communication Interstellaire Part 1

Earth nightlights 2012

As this composite image of Earth at night suggests, our planet’s emitted light could serve as a biomarker for extraterrestrial intelligence. The image was assembled from data collected by the Suomi National Polar-orbiting Partnership satellite in April 2012 and October 2012. (NASA) - L'émission des lumières nocturnes de la Terre pourrait servir de biomarqueur pour une intelligence extraterrestre.

Reconstruire les civilisations lointaines et rencontrer des cultures étrangères extra-terrestres par Douglas A. Vakoch - NASA - (Extraits choisis traduits) :

" Le 8 Avril 1960, l'astronome Frank Drake a inauguré une nouvelle ère dans la recherche de civilisations au-delà de la Terre. En pointant le télescope de 85 pieds de l'Observatoire national d'astronomie (NRAO ) à Green Bank, en Virginie occidentale, vers deux étoiles semblables au Soleil dans un quartier de la galaxie, il a cherché la première preuve directe de l'intelligence extraterrestre. En fonctionnant sur une fréquence de 1420 mégahertz, il espérait que ce serait un lieu de rencontre universel, connu aussi par les astronomes sur d'autres mondes comme étant la fréquence d'émission de l'hydrogène, élément le plus répandu de l'univers.

Bien que cette expérience, que Drake a surnommé le Projet Ozma n'a pas confirmé l'existence de vie ailleurs que sur Terre, elle a inspiré le développement d'un nouveau domaine de la science : la recherche d'une intelligence extraterrestre (SETI). Depuis cette première expérience, capable d'écouter l'univers à une seule fréquence à la fois, la puissance et l'étendue des recherches SETI ont augmenté de façon spectaculaire. Comme mesure du développement de cette discipline et pour commémorer le 50e anniversaire du Projet Ozma, les astronomes de 15 pays sur 6 continents ont mené une série d'observations coordonnées appelée Projet Dorothy, nommé d'après le protagoniste de la série de livres de L. Frank Baum sur le monde enchanté de Oz. 1

Si un signal radio est détecté dans une expérience du SETI moderne, nous pourrions bien savoir que l'autre l'intelligence existe, mais on ne saura pas ce qu'ils disent. Les fluctuations rapides, riches en informations codées dans les signaux radio peuvent être aplanies lors de la collecte des signaux faibles sur des périodes de temps prolongées, augmentant les chances de détecter ces signaux, mais faisant perdre le contenu qu'ils portent dans le processus. Même si nous détectons une civilisation encerclant l'une de nos plus proches voisines stellaires, ses signaux auront parcouru des milliers de milliards de miles, atteignant la Terre après un voyage de nombreuses années. En utilisant une estimation plus sobre de la prévalence de la vie dans l'univers, nos plus proches interlocuteurs interstellaires peuvent être si éloignés de la Terre que leurs signaux prendraient des siècles ou des millénaires pour nous rejoindre. En outre, toute civilisation qui nous contacterait a surgi indépendamment de la vie sur la Terre, dans la zone habitable d'une étoile suffisamment stable pour permettre à ses habitants d'évoluer biologiquement, culturellement et technologiquement. Le chemin de l'évolution suivie par une intelligence extraterrestre s'écartera sans doute de manière significative de celui parcouru par l'homme au cours de notre histoire. Pour aller au-delà de la simple détection d'une telle intelligence, et pour avoir une chance réaliste de la comprendre, nous pouvons gagner beaucoup des leçons apprises par les chercheurs confrontés à des défis similaires sur la Terre.

Comme les archéologues qui reconstruisent des civilisations temporellement éloignées avec des données fragmentaires, les chercheurs de SETI devront reconstruire les civilisations lointaines séparées de nous par de vastes étendues de l'espace ainsi que par le temps. Et comme les anthropologues, qui tenteront de comprendre d'autres cultures malgré les différences de langue et de coutumes sociales, lorsque nous essayerons de décoder et interpréter les messages extraterrestres, nous serons tenus de comprendre l'état d'esprit d'une espèce qui est radicalement Autre. Historiquement, la plupart des scientifiques impliqués dans SETI en ont été les astronomes et les physiciens fondateurs. Comme SETI a grandi comme une science, des chercheurs des sciences sociales et humaines se sont impliqués dans la recherche, mettant souvent l'accent sur ​​la façon dont les humains peuvent réagir à la détection de la vie extraterrestre. Le présent volume examine les contributions de l'archéologie et de l'anthropologie à la recherche contemporaine du SETI, en s'appuyant sur un aperçu de chercheurs représentant un éventail de disciplines. Les autres sections de cette introduction donnent un aperçu chapitre par chapitre du livre dans son ensemble. Comme il sied à un volume publié dans la série Histoire de la NASA, cette collection met l'accent sur l'importance de comprendre le contexte historique des questions critiques de la recherche en cours de discussion dans les versions d'aujourd'hui.

Bernardoliver arecibo 1992

Bernard Oliver speaks at ceremonies marking the start of the HRMS program in Arecibo, Puerto Rico, on 12 October 1992, with (left to right) John Billingham, an unidentified Puerto Rican official, Oliver, and John Rummel. (Photo: Seth Shostak)

Les premières versions de certains des chapitres de ce livre ont d'abord été présentées à des colloques sur SETI organisé par l'éditeur et ont donné lieu à trois conférences annuelles de l'American Anthropological Association (AAA). La signification plus large de ces séances de AAA est qu'ils représentent les principaux domaines de la recherche SETI, jugés importants par la communauté scientifique établie des anthropologues et des archéologues aux Etats-Unis aujourd'hui. En effet, la recherche présentée dans ces sessions était suffisamment importante pour que pendant trois années consécutives, les colloques adressés au SETI ont été sélectionnés par cette profession pour de grandes conférences annuelles après un examen rigoureux et concurrentiel par les pairs qui ont rejetté une proportion importante de colloque proposés. 2

(...) Billingham et ses collègues ont construit les bases d'une recherche de sponsor-parrainage à la NASA, qui a débuté le 12 Octobre 1992, au 500e anniversaire de l'arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau monde. Mais tout juste un an après que ce projet ait été prévu se poursuivre pendant une décennie, le financement a été coupé et le projet arrêté. Comme le détaille l'historien Stephen J. Garber dans "Une histoire politique du programme SETI de la NASA," au chapitre 2 de ce volume, les raisons étaient politiques et non scientifiques. (...)

" Et, à l'automne 1993, le programme a pris fin. À une époque où les préoccupations sur le déficit du budget fédéral étaient primordiaux, SETI est devenu une cible naturelle, manquant de lobbyistes de l'industrie pour plaider pour lui au Congrès. Dans la même année, la NASA a également fait face à d'autres défis : le télescope spatial Hubble souffrait encore de son optique défectueuse, et le Programme de la Station Spatiale Internationale multimilliardaire avait encore besoin d'être financé. Malgré des mentions répétées de SETI par la National Academy of Sciences et le fort consensus parmi les scientifiques sur comment et où chercher les signaux provenant des extraterrestres, les réalités politiques ont prévalu et le financement de la NASA pour le projet a été éliminé. " (...)

(...) " Après que le Congrès ait éliminé le soutien fédéral pour le programme SETI, l'Institut SETI était en mesure de reprendre une partie des recherches ciblées pour la gestion des ressources humaines en 1994, en renouvelant bien l'effort pour une reprise du projet Phoenix. Des donateurs privés de Haut-profils de l'industrie informatique, comme Paul Allen, William Hewlett, Gordon Moore, Barney Oliver et David Packard, ainsi que de nombreuses autres personnes ont contribué avec des fonds, et la NASA a prêté du matériel à l'Institut SETI pour rendre le projet Phoenix possible.

Les scientifiques du Projet Phoenix ont commencé leurs observations en Février 1995 à l'aide du radiotélescope de Parkes en Australie. Deux campagnes de l'hémisphère Nord ont suivi, à l'aide du National Radio Astronomy Observatory et l'installation d'Arecibo à Puerto Rico. Les scientifiques de Phoenix ont ciblé des étoiles à proximité, semblables au Soleil et observé environ 800 étoiles, ainsi que des exoplanètes spécifiques découvertes après que le projet Phoenix ait commencé. Pour chaque étoile, près de deux millions de chaînes de données ont été analysées. Les scientifiques de Phoenix ont développé une technique de pointe de "suivi d'interférences en temps réel", en utilisant un second radiotélescope pour confirmer les signaux prometteurs. Le Projet Phoenix a conclu ses trois campagnes d'observations en Mars 2004.
En 2001, Paul Allen, cofondateur de Microsoft Corporation, a prévu 25 millions de dollars des fonds de démarrage pour ce qui est devenu connu sous le nom du Allen Telescope Array (ATA), un ensemble planifié de 350 paraboles de radioastronomie pour la recherche SETI. L'Institut SETI a ensuite soulevé 25 millions de dollars pour construire les 42 premières paraboles, qui ont commencé a être exploitées en 2007. L'ATA peut éventuellement être en mesure de rechercher des étoiles voisines environ 100 fois plus rapidement que le Projet Phoenix et pourrait élargir la couverture de recherche du projet Phoenix à 100 000 et peut-être jusqu'au plus grand nombre de 1.000.000 d'étoiles à proximité. Autre chose s'est produit pour les scientifiques de SETI au printemps 2011, lorsque des coupures budgétaires par la National Science Foundation (NSF) et l'État de la Californie les ont obligés à mettre en veilleuse l'équipement de l'ATA. Le coût annuel approximatif des opérations quotidiennes de l'ATA était de 1,5 millions de dollars en plus du 1 million $ attribué chaque année pour l'analyse et la recherche scientifique. La NSF a réduit son appui de 90 pour cent et l'État de Californie a également coupé le financement du Radio Astronomie Laboratoire de Berkeley, qui a collaboré avec l'Institut SETI dans la planification et le fonctionnement de la Loi antiterroriste de 2004 à la crise de 2011. Cette crise a été suivie par un autre retour du SETI en Décembre 2011, lorsque la Loi antiterroriste a été sortie de son hibernation. Grâce à une campagne de collecte de fonds, SETIStars.org qui a donné $ 200,000 et une collaboration séparée avec l'Armée de l'Air, l'Institut SETI était en mesure d'amener l'ATA en ligne. Les scientifiques peuvent désormais utiliser les capacités uniques de l'ATA pour analyser les dizaines de millions de longueurs d'onde émises par les plus de 1.200 exoplanètes récemment identifiées par la sonde Kepler, des dizaines qui pourraient potentiellement soutenir la vie.

Depuis l'annulation du Congrès, l'intérêt de la communauté scientifique et en général de public a augmenté considérablement sur la réalité de l'astrobiologie. Un épisode notable de 1996 a été celle de la "roche de Mars," une météorite découverte en Antarctique que les scientifiques à l'époque ont cru qu'elle pouvait contenir des microfossiles martiens (une possibilité qui reste non prouvée), et une réunion subséquente présidé par l'ex-vice-président Gore avec des experts nationaux sur les implications scientifiques et sociétaux de la Vie extraterrestre potentielle au cours des 15 dernières années, le nombre d'exoplanètes connues a augmenté considérablement d'une petite poignée à plus de 800 confirmées, avec plus de 1.200 exoplanètes potentiellement identifiées par l'équipe scientifique de l'engin spatial Kepler en Juillet 2013. Le programme originel de la NASA, composé de plusieurs grands télescopes spatiaux, a commencé à être préparé à la fin 1990. L'administrateur de la NASA Dan Goldin pense que d'une certaine façon, la biologie était l'avenir de l'espace, et il a encouragé les employés à étudier la biologie alors que peu avaient une formation biologique dans le milieu des années 1990. (...)

(...) Avec la fin de programme SETI de la NASA, les astronomes ont de plus en plus compté sur le financement privé pour les expériences de SETI. Comme le nombre et la variété des projets ont augmenté, ceux qui sont impliqués dans la recherche dans les sciences sociales se sont engagés dans un effort de planifier une réussite. Comme l'historien Steven J. Dick le précise dans son chapitre « Le rôle de l'anthropologie dans la SETI: une perspective historique », cet engagement a commencé sur une petite échelle, peu après que l'expérience du projet Ozma ait eu lieu. Depuis le début des années 1960, les anthropologues ont sporadiquement débattu de la pertinence de l'évolution humaine à la compréhension des civilisations extraterrestres, et ils ont tenté d'anticiper les impacts culturels si on détectait une intelligence extraterrestre. Les anthropologues ont contribué à ce dialogue à travers une variété de réunions, y compris un ensemble de conférences soviéto-américaine communes et des ateliers de la NASA sur l'évolution de l'intelligence et de la technologie, ainsi que l'impact sociétal de découvrir la vie au-delà de la Terre.

Parmi les résultats de ces collaborations avec la communauté SETI, les anthropologues ont participé aux discussions de l'équation de Drake, une heuristique qui estime le nombre de civilisations dans une galaxie émettant actuellement une preuve de leur existence. En particulier, les anthropologues ont tenté de quantifier la probabilité que l'intelligence et la technologie évolueront sur ​​des mondes porteurs de vie.

Par l'analyse de Steven J. Dick, si les scientifiques de SETI trouvent le type de signal artificiel qu'ils recherchent, nous pouvons être sûr qu'il provient d'une intelligence qui a beaucoup changé au cours de sa vie. Si l'intelligence extraterrestre est beaucoup plus ancienne que la civilisation humaine, un présupposé de la plupart des stratégies de recherche SETI, et aussi de l'avis de Dick, cela va inévitablement avoir une conséquence sur une évolution culturelle.

analogies archéologiques

Dans les scénarios SETI standards, où les humains et les extraterrestres sont séparés par des milliards de kilomètres, même un signal voyageant à la vitesse de la lumière peut prendre des siècles ou des millénaires pour atteindre ses destinataires. Ainsi, la communication interstellaire peut être une transmission unidirectionnelle de l'information, au lieu d'un échange de va-et -vient. Quand nous cherchons des analogies sur le fait de contacter des distances interstellaires, l'archéologie fournit des parallèles fascinants, étant donné que le succès de ses praticiens est identique à ce que les scientifiques du SETI sont, chargés de la reconstruction de civilisations perdues depuis longtemps à l'aide de preuves potentiellement fragmentaires. Dans " Un conte des deux analogues : apprendre à distance à partir de la Grèce antique et des Mayas et le problème du Déchiffrage de Radio Transmissions Extraterrestres ", l'anthropologue Ben Finney et l'historien Jerry Bentley suggèrent que nous pourrions obtenir des indices sur le décodage de messages extraterrestres en examinant les tentatives passées de décoder des langues mortes ici, sur Terre. Comme leur chapitre le montre, cependant, nous devons être prudents sur quels exemples à utiliser pour nos études de cas. Étant donné l'importance que cette analogie a joué dans les milieux SETI au fil des ans, et le fait que les leçons mises en évidence par Finney et le chapitre de Bentley sont également applicables à d'autres défis de la traduction et de déchiffrements traités ailleurs dans ce volume, un aperçu étendu de leur argument est au point.

Finney et Bentley commencent par noter une analogie souvent citée pour détecter un signal de message provenant de l'espace : la transmission de la connaissance de la Grèce antique à l'Europe médiévale. Pendant le Moyen Age, les savants européens avaient perdu un grand nombre d'œuvres grecques sur la philosophie, la littérature et la science. Heureusement, des copies de ces traités ont été conservées par les savants islamiques, notamment en Espagne et en Sicile. Ainsi, alors que l'Europe est entrée dans la Renaissance, les savants occidentaux ont pu récupérer ces grecs classiques des centres islamiques d'apprentissage, soit directement à partir des manuscrits originaux ou par des traductions arabes. Et au cours des décennies suivantes et des siècles, la " jeune " civilisation européenne a été en mesure d'apprendre plus de la civilisation grecque, même si les deux ont été séparées par de longues étendues de temps. L'analogie est une bonne chose pour le contact entre la Terre et les civilisations extraterrestres recherchées par SETI, parce que si nous réussissions à détecter des signaux riches en  information, ils peuvent provenir de civilisations mortes depuis longtemps. L'impact peut être encore plus édifiant pour nous que l'afflux de connaissances classiques l'était pour le début de l'Europe moderne. Cette récupération de la connaissance antique fournie aux Européens de la Renaissance avec d'autres façons de voir le monde, qui a conduit, à son tour, à de nouvelles synthèses de connaissances anciennes et le début des modernes. Si un jour nous détectons et décodons des messages de civilisations au-delà de la Terre, nous aurons des possibilités similaires pour juxtaposer les visions terrestres et celles d'ailleurs. Mais, Finney et Bentley nous avertissent, cela ne pourrait pas être aussi simple que ça. Bien que la comparaison grecque est instructive, comme toute analogie, cela ne dit pas toute l'histoire. Pour une compréhension plus nuancée, ils se tournent vers d'autres exemples de décodage d'écritures anciennes : les hiéroglyphes égyptiens et mayas. Considérant ici pour le premier cas, que la clé de décodage des hiéroglyphes égyptiens antiques a été trouvée dans une dalle maintenant connue comme la Pierre de Rosette, découverte en 1799 par l'armée de Napoléon lors d'une campagne militaire française en Egypte. Cette pierre contient le même texte écrit en trois langues. Parce que les linguistes européens du 19ème siècle pouvaient lire une de ces langues, ils ont été en mesure de comparer les trois inscriptions et ainsi déchiffrer le système d'écriture qu'ils avaient été incapables de décoder : les hiéroglyphes égyptiens. Ce qui peut être évident, c'est que si l'on reçoit un message des extraterrestres, nous ne pouvons pas compter sur eux pour fournir des traductions directes d'une de leurs langues maternelles dans n'importe quelle langue terrestre. Ce qui, disent Finney et Bentley, pourrait limiter ce que nous pouvons apprendre des extraterrestres. Nous pouvons être en mesure de comprendre des mathématiques de base et de l'astronomie, mais une fois que les extraterrestres commencent à décrire leurs cultures, la compréhension interstellaire peut en souffrir considérablement. Finney et Bentley soulignent que ces premiers succès dans le décryptage de pièces scientifiques d'un message extraterrestre pourraient en fait se tenir dans la façon de mieux comprendre des parties spécifiquement culturelles du message. Par analogie, ils notent que lorsque les chercheurs européens ont commencé à décoder les hiéroglyphes mayas, leurs premiers succès a été en reconnaissant le système de base de numérotation utilisé par les Mayas, ainsi que leurs systèmes de calendriers, qui étaient fondés sur les mouvements visibles de la Lune et du Soleil. En bref, les mathématiques et la science ont servi de base pour la communication, tout comme de nombreux scientifiques de SETI l'ont prédit, ce sera le cas aussi pour la communication interstellaire. (...)

(...) Les scientifiques de SETI peuvent apprendre une leçon importante de l'histoire du décodage des hiéroglyphes. Les hypothèses préliminaires sur la nature du message peuvent nous induire en erreur, surtout quand ces hypothèses nous aident à décoder les parties du message. S'il est vrai que certains personnages mayas font directement référence à des chiffres et des mois, la grande majorité ne le font pas. La clé pour décoder les hiéroglyphes, et peut-être aussi des messages d'extraterrestres, est de rester ouvert à de nouvelles possibilités, même si elles semblent contredire les succès initiaux. Le théoricien littéraire Richard Saint-Gelais est moins optimiste que Finney et Bentley pour que les techniques linguistiques utilisées pour décoder les textes anciens puissent être appliquées avec succès à des messages interstellaires.

(...) Le travail de Douglas Vakoch sur la construction interstellaire du message, qui met l'accent sur ​​la relation entre la langue et la culture, a beaucoup en commun avec l'anthropologie. Le linguistique Vakoch a également joué un rôle dans le ralliement de la communauté de l'anthropologie à l'étude de Signaux ETI. La session intitulée «Anthropologie, Archéologie et Interstellar Communication" lors de la réunion annuelle de 2004 de l'American Anthropological Association, 30 ans après la réunion précédente de l'AAA sur le sujet, démontre la possibilité d'un rôle plus important pour les anthropologues dans SETI. Ce rôle va du savant à la popularité; parmi les contributions anthropologiques les plus connues à SETI sont les romans de science-fiction de l'anthropologue Mary Doria Russell. Dans le sens le plus général, c'est l'évolution culturelle qui anime la relation entre SETI et l'anthropologie. Si, comme la plupart des partisans de SETI le croient, l'intelligence non humaine dans l'univers existe depuis des millions ou des milliards d'années, nous savons une seule chose de certaine : une évolution culturelle s'est produite. On peut spéculer exactement sur ce que le résultat aurait pu être. L'univers peut, par exemple, être postbiologique, plein d'intelligences artificielles, précisément parce que l'on doit prendre en compte l'évolution culturelle.

Dans “Beyond Linear B: The Meta-semiotic Challenge of Communication with Extraterrestrial Intelligence”, Saint-Gelais note que les scientifiques de SETI qui reçoivent un message d'une intelligence extra-terrestre devront faire face à une double tâche. Ils doivent d'abord reconnaître le signal comme un message et doivent ensuite déterminer ce que cela signifie, le tout sans avoir aucun arrangement préalable avec l'expéditeur sur les plages acceptables de formats ou de contenus. En analogie terrestre de ce projet, Saint-Gelais décrit le processus par lequel les textes anciens ont été déchiffrés. Initialement, le linguiste doit déterminer les éléments constitutifs d'une langue sur la base d'un échantillon limité, ses phonèmes (ou sons) et des mots qui portent un contenu sémantique. Cela doit être fait sans savoir, par exemple, le nombre de lettres que la langue inconnue contient et si les variations entre les caractères ressemblants sont dus aux différences qui se produisent lors de l'écriture dans la même lettre deux fois ou au fait qu'elles représentent bien deux lettres différentes. La percée dans le décodage des langues inconnues proviennent généralement par la découverte d'un texte bilingue où le même passage apparaît à la fois dans la langue inconnue et dans une langue connue du déchiffreur, comme dans le cas de la Pierre de Rosette. Même lorsque seuls des textes fragmentaires sont disponibles, une traducteur peut parfois identifier les noms propres à utiliser comme point de départ. Mais dans la communication interstellaire, nous n'aurions pas de textes bilingues et aucun noms propres reconnaissables par les deux civilisations.

(...) L'Archéologue Paul Wason est d'accord avec d'autres contributeurs de ce volume qu'il peut y avoir d'importants obstacles, peut-être insurmontables pour l'interprétation de la signification spécifique des messages des extraterrestres. Néanmoins, il affirme dans " Inférence Intelligence : Préhistoire et extraterrestre " que l'archéologie peut apporter une contribution significative en aidant à préciser quand un signal est en fait conçu comme un moyen de communication. Pour ce faire, cependant, cela exige une combinaison créative de différentes lignes de raisonnement. Wason observe que les archéologues utilisent parfois des « analogies ethnographiques », en s'appuyant sur une compréhension des cultures auxquelles les anthropologues modernes ont accès, afin qu'ils puissent faire des comparaisons sur des cultures passées pour laquelle nous n'avons pas un accès immédiat et complet. Ainsi, les outils de pierre trouvés sur les sites archéologiques en Europe ont pu être reconnus comme des outils plutôt que de simples roches formées naturellement, que quand ils ont été considérés comme apparentés aux outils de pierre utilisés par les Amérindiens contemporains. De même, Wason fait valoir, que les scientifiques de SETI peuvent mal identifier des signes d'intelligence extraterrestre. Le défi est donc de trouver une gamme assez large d'analogies pour que les scientifiques puissent en venir à reconnaître les manifestations de l'intelligence extraterrestre, même quand ils ressemblent à un phénomène naturel. Si nous avons ces analogies, soutient Wason, nous aurons également besoin d'avoir un " contexte intellectuel " qui nous permet d'identifier des signes d'intelligence. Ce n'est que lorsque les gens ont pris au sérieux la possibilité que des roches ébréchées pourraient être des outils préhistoriques qu'ils ont été prédisposés à les chercher. Jusque-là, cet élément de preuve de base pour la reconstitution de civilisations disparues a été tout simplement ignoré par les archéologues faisant des stages en Europe.

La difficulté de reconnaître l'imprévu, suggère Wason, peut apporter une solution au paradoxe de Fermi, qui demande : « Si l'intelligence extraterrestre existe, pourquoi ne l'avons-nous pas trouvée ? " Wason répond à cette question en faisant remarquer que nous avons été incapables de nous libérer suffisamment de nos idées préconçues pour reconnaître l'existence de l'intelligence extraterrestre. Si nous assemblons les variétés de données à partir de laquelle nous allons juger si nous avons pris contact avec une intelligence extraterrestre, Wason nous rappelle l'utilité de la méthode du « câblage » du raisonnement, à travers laquelle tout élément de preuve peut en lui-même être un raccourci, comme les brins d'un câble qui vont chacun sur une partie seulement de la longueur totale du câble. Néanmoins, en reconnaissant qu'une solide argumentation, comme un solide câble, peut être constituée d'éléments qui sont en elle-même ne suffisent pas à déterminer l'artificialité d'un signal, mais que lorsque l'interaction peut être puissante, nous pouvons être ouvert à la reconnaissance de l'intelligence où nous pourrions la manquer autrement. Aussi Wason reconnaît de nombreux problèmes de systèmes d'interprétation symboliques dans lesquels des "signes " sont liés dans une relation arbitraire pour les idées qu'ils signifient - il soutient également que nous pourrons peut-être avoir une idée générale de l'intention d'un message, même si nous ne pouvons pas deviner sa signification spécifique. En effet, il suggère que même notre capacité à détecter une planification peut être un trait d'évolution, qui peut être partagé par des êtres intelligents sur d'autres mondes, ce qui rend plausible que, même si nous ne pouvons pas comprendre ce que l'autre civilisation est en train de dire, des êtres intelligents peuvent avoir la capacité de reconnaître que quelqu'un dit quelque chose.

Anthropologie, Culture et Communication

Dans «L'anthropologie à distance: SETI et la production du savoir dans la rencontre avec un Autre Extraterrestre», l'anthropologue John Traphagan cherche un analogue de nos tentatives pour comprendre les civilisations extraterrestres dans les efforts occidentaux pour comprendre la culture japonaise. Comme indiqué plus haut, dans les scénarios SETI standards, le contact se produit sur ​​de vastes distances interstellaires, sur des échelles de temps de plusieurs décennies, des siècles, voire des millénaires. Contrairement au stéréotype des anthropologues qui rencontrent des membres d'autres cultures face-à-face pour l'apprentissage de leur langue dans le processus, l'anthropologue américaine Ruth Benedict, un interprète clé de la culture japonaise à l'Ouest, s'est largement fondée sur les données recueillies par d'autres pour les recherches qu'elle a été chargée de faire par le gouvernement des États-Unis au cours de la Seconde Guerre mondiale.  Dans l'impossibilité d'observer et d'interagir avec ses sujets comme les anthropologues traditionnellement le font, Ruth Benedict a analysé à la place les transcriptions des entretiens avec les Américains japonais dans des camps d'internement du sud-ouest américain. (...)

Est-ce que les rencontres entre les civilisations terrestres peuvent nous aider à réfléchir sur la prise de contact radio avec des civilisations extraterrestres ?

Les exemples couramment proposés de l'impact brutal de la technologie de puissants peuples d'invasion sur les populations autochtones ne s'appliquent pas directement puisque le contact radio serait seulement intellectuel. Il existe, cependant, un type de rencontre entre les civilisations terrestres qui se produit sans aucun contact physique et implique la transmission passive de la connaissance d'une civilisation à l'autre sans aucune possibilité d'une conversation réelle. Ici, sur la Terre de telles rencontres ont eu lieu à chaque fois que les chercheurs ont été en mesure de déchiffrer les textes anciens, ils-ont été écrits dans les livres, gravés sur la pierre ou de l'argile, ou peints sur ​​des poteries et renseignent sur des civilisations disparues qui les ont produites. Une telle rencontre a eu lieu à l'époque médiévale, où les savants d'Europe occidentale ont commencé à en apprendre davantage sur la philosophie grecque antique et la science de la traduction des textes. Etant donné que la connaissance acquise de ces textes est dite avoir stimulé l'évolution de l'Ouest et le développement de la science moderne, les théoriciens SETI ont proposé ce cas comme un analogue de la façon dont nous pourrions intellectuellement bénéficier de déchiffrer et étudier les transmissions radio émis par une civilisation extraterrestre avancée sans (ou avant) de tenter les deux sens d'une communication.

De la Grèce antique à l'Europe médiévale occidentale

Au cours de l'époque classique, la propagation de l'apprentissage du grec s'étend dans tout le bassin méditerranéen. Après l'effondrement de l'Empire romain au 5ème siècle de notre ère, l'étude de la philosophie grecque et leur science ont largement disparu en Europe occidentale, avec la compréhension de la langue grecque elle-même. La connaissance de la philosophie grecque classique et de leur science a été entièrement maintenue, toutefois, dans les mondes byzantins et arabes. Les savants grecs de l'Empire byzantin ont continué
a étudier des textes classiques, et jusqu'à la chute de l'empire en l'an 1453, ils ont maintenu une tradition vivante de commenter les savoirs classiques et en les adaptant aux besoins contemporains. Pendant ce temps, à partir du 7ème siècle après JC, les peuples arabes ont mêlé la pensée classique grecque avec les connaissances persanes et indiennes alors qu'ils envahissaient le nord, l'est et l'ouest, sous la bannière de l'Islam. Les Érudits musulmans ont converti les œuvres d'Aristote, de Platon, et d'autres savants grecs classiques en arabe, et au cours du demi-millénaire suivant ont cherché à concilier les valeurs islamiques avec les traditions séculaires de la philosophie grecque et leur science, ainsi que la médecine indienne et les mathématiques.

Au cours de la période médiévale, les chercheurs d'Europe occidentale ont ainsi pu se tourner vers l'Empire et des centres d'érudition islamique en Sicile et en Espagne byzantine pour récupérer la connaissance de l'apprentissage du grec classique, par exemple, le système éducatif islamique a joué un rôle important en apportant Aristote à l'attention des philosophes et des théologiens catholiques romains. Bien que les pensées néoplatoniciennes d'Ibn Sina, ou Avicenne (980-1037 AD), ont commandé le plus de respect dans le monde arabe, les œuvres de ces philosophes islamiques ont donné à Aristote l'inspiration d'avoir suggéré la possibilité d'une puissante synthèse entre la pensée analytique et la foi religieuse. Le plus influent était Ibn Rushd (AD 1126-1198), également connu sous le nom d'Averroès, qui produit de volumineux commentaires sur Aristote. Ibn Rushd a passé la plupart de sa carrière à Cordoue, Séville et Marrakech, où les érudits juifs se sont familiarisés avec son travail. Ils en ont discuté entre eux et largement contribué à le faire connaître parmi les érudits chrétiens, dont certains ont entrepris leurs propres traductions des textes de l'arabe au castillan.

Ayant ainsi pris conscience de la puissance explicative de la pensée d'Aristote, les philosophes et les théologiens chrétiens se sont engagés dans l'aventure remarquable de la scolastique, l'effort de synthétiser Aristote et la Chrétienté. La connaissance directe d'Aristote en Europe de l'Ouest est parvenue sous forme de beaucoup de grec à partir de sources islamiques. Les traductions latines d'Aristote de la Sicile et l'Espagne islamiques, faites surtout par des universitaires juifs, étaient moins que satisfaisantes car elles passaient original grec d'Aristote à la fois par les filtres arabe et latin. Ainsi, chaque fois que possible, les théologiens catholiques ont cherché à obtenir des traductions d'Aristote faites directement à partir de textes grecs ; Saint Thomas d'Aquin (1225-1274 AD), par exemple, a commandé beaucoup de ces œuvres. Beaucoup de ces traductions sont venus de l'Empire byzantin, tandis que d'autres sont venues de textes grecs conservés dans les bibliothèques de la Sicile islamique et l'Espagne. Néanmoins, les traductions de l'arabe sont restées en circulation jusqu'à la Renaissance où des Humanistes ont préparé des versions nouvelles de textes grecs lors des 15ème, 16ème, et 17ème siècles. Les Islamiques ont également stimulé l'intérêt de l'Europe occidentale dans la science grecque classique. En Sicile, l'Espagne et le Moyen-Orient, les Européens de l'Ouest ont appris à propos de la science et de la médecine islamiques, qui ont attiré en même temps les traditions grecques et indiennes. Ils ont demandé et acheté les traductions de Ptolémée, Galien, Hippocrate, et d'autres scientifiques classiques. Encore une fois, les savants juifs polyglottes et traducteurs de différentes écoles ont préparé nombre de ces traductions, travaillant à partir de textes originaux grecs lorsqu'il était disponible et sinon de traductions des originaux grecs en arabe. La compréhension de la science grecque classique qui a résulté de ces efforts a profondément influencé l'Europe occidentale du 12ème siècle jusqu'au 16ème siècle, époque à laquelle, cependant, Copernicus et Vésalius étaient sur ​​le point de lancer la science et la médecine de l'Europe occidentale sur de toutes nouvelles trajectoires qui allaient dépasser les études scolaires à partir des textes grecs classiques.

Est-ce que le rôle joué par cette transmission au carrefour de l'apprentissage du grec classique à l'Europe médiévale occidentale, en stimulant le développement de l'apprentissage et de la science, peut fournir une analogie utile pour penser à l'impact possible de textes transmis par des extraterrestres avancés dans la science et l'apprentissage moderne ? Au mieux, la réponse semble être de haute qualité peut-être. Pour établir les évidences, les anciens philosophes et scientifiques grecs; leurs successeurs et traducteurs arabes, byzantins, et juifs; et les chercheurs d'Europe occidentale qui ont reçu cette formation, étaient des cousins ​​culturels étroits de la même espèce biologique, qui pouvaient facilement apprendre les langues des autres et déchiffrer leurs systèmes respectifs d'écriture. En revanche, le fossé qui nous séparerait - sauf pour quelques extraordinaire convergences - de toutes transmissions radio tentées par des extraterrestres que l'on pourrait recevoir, serait certainement immense. Ceci suggère que si nous voulons employer des analogies terrestres pour l'étude de civilisations extraterrestres, nous devrions examiner les cas dans le monde où le fossé culturel / linguistique entre des savants morts depuis longtemps et d'autres plus tard, qui tentent de déchiffrer et d'apprendre des textes anciens sont significativement supérieurs que ceux entre les anciens auteurs grecs et les lecteurs médiévaux d'Europe occidentale.

Casser le code Maya

La saga des tentatives, par des chercheurs européens et américains, pour déchiffrer les inscriptions laissées par les anciens Mayas, puis pour entrer dans leur monde intellectuel, fournit un tel cas à considérer, parce que la rencontre culturelle entre les étudiants des 19e et 20e siècles sur les anciens Mayas et les Mayas eux-mêmes est à peu près la plus grande que l'on puisse trouver sur ce globe entre deux civilisations dans le passé et le présent. Les Mayas sont considérés comme les descendants des peuples du Nord de l'Asie, dont la colonisation des Amériques a commencé il y a environ 20.000 ans ou plus. Eh bien, après que ces émigrants se soient répandus de l'Alaska à la Terre de Feu, les hautes cultures basées sur l'agriculture intensive se sont développées dans les Andes, le long de la côte ouest de l'Amérique du Sud et dans la région méso-américaine du Mexique et d'Amérique centrale. Bien que certains aient supposé l'influence chinoise ou du sud-est asiatique sur les hautes cultures du Nouveau Monde, la plupart des chercheurs estiment qu'ils se sont développés indépendamment de ceux de l'Ancien Monde.

Les archéologues appellent la civilisation d'où proviennent la majorité des inscriptions mayas connues "classique Maya." elle a prospéré dans les basses terres du sud du Mexique, Guatemala, Belize, et l'ouest du Honduras d'environ + 250 à près de 900 de notre ère. Disséminés dans cette région se trouvent les vestiges de temples consistants, de pyramides, stèles et autres structures, de nombreux centres administratifs et cérémoniels architecturaux. Les sociétés qui ont construit et occupé ces centres sont généralement décrites comme des royaumes primitifs ou des Cités-États naissants, gouvernés par des rois divins et souvent en guerre les uns contre les autres. Le développement de la civilisation autochtone maya classique a pris fin vers le 9ème siècle. A ce moment, les uns après les autres, les royaumes mayas se sont effondrés, et leurs lieux centraux ont été abandonnés à la forêt tropicale. L'épuisement des sols tropicaux par les populations en plein essor de ces royaumes, un changement climatique, une révolte paysanne et une invasion provenant des montagnes du Mexique ont tous été proposés, seuls ou en combinaison, pour tenir compte de cet effondrement. Au cours de la période "post-classique" (+900 à +1500), les peuples mayas ont continué à vivre dans toute la région, mais sans les grands centres et la haute culture de l'époque classique, sauf dans le nord de la péninsule du Yucatan, où pendant 600 ans, une civilisation d'influence mexicaine a prospéré jusqu'au temps de la conquête espagnole.

Malgré la conquête espagnole et l'impact ultérieur de maladies importées, la colonisation directe et la répression culturelle, quelque trois millions de Maya vivent maintenant au Mexique et en Amérique centrale. La plupart d'entre eux parlent toujours les langues mayas et conservent, même à un niveau atténué, la plupart des structures des croyances, mais pas les scripts de leur ancêtres. Dans les années 1820, 1830 et 1840 les explorateurs de l'Europe et des États-Unis ont commencé à "découvrir, avec l'aide de guides Maya les centres cérémoniels longtemps abandonnés de l'époque classique, qui avaient alors été recouverts par les forêts tropicales depuis des siècles. Sculptées en relief sur les grandes stèles et sur ​​les murs et les linteaux de certains bâtiments, les explorateurs ont trouvé ce qui semblait être des inscriptions élaborées composées d'une longue série de hiéroglyphes. Ces inscriptions, ainsi que des symboles similaires peints sur couches de plâtre recouvertes de quelques inscriptions qui ont échappé à la destruction des ravages du temps et de prêtres espagnols zélés, et ceux peints sur les urnes en céramique archéologiques, constituent l'ensemble du corpus de documents textuels sur lesquels les chercheurs ont dû travailler pendant un siècle et demi. C'est seulement récemment, toutefois, que ces chercheurs ont réussi à casser le code Maya. Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps ? Selon le maya Michael Coe, les chercheurs ont été induits en erreur par leur conviction que les hiéroglyphes (souvent appelés simplement «glyphes») avec lesquels les Mayas ont écrit étaient «idéographiques», dans le sens où chacun transférait une idée directement à l'esprit, sans égard à la parole. Ce même "mythe idéographique" a également gêné le déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique égyptienne. Au 3ème siècle après JC, le philosophe néoplatonicien Plotin s'était émerveillé de voir comment les anciens Égyptiens pouvaient exprimer leurs pensées directement dans leurs hiéroglyphes apparemment pictographiques sans l'intervention des «lettres, des mots et des phrases." "Chaque signe distinct," il avait proclamé, " est en lui-même un morceau de la connaissance, une sagesse, un morceau de la réalité, immédiatement présent. " Ces mots, réédités à Florence, l'année où Colomb a atteint le Nouveau Monde, a enflammé l'imagination de la Renaissance sur la sagesse de l'Egypte ancienne, où les gens pouvaient exprimer leurs pensées sous forme de dessins sans l'intervention de l'écriture. Athanase Kircher, un jésuite allemand qui a enseigné les mathématiques et l'hébreu dans la Rome de la Renaissance, a largement admiré des «traductions» de hiéroglyphes égyptiens, qui, comme l'égyptologue Sir Alan Gardiner l'a dit, "dépassent toutes les bornes dans leur imagination folle." Sans une véritable clé des hiéroglyphes, Kircher pouvait arbitrairement leur attribuer un sens, pensait-il. Seulement jusqu'à ce que les années 1820 fassent que le brillant linguiste Jean-François Champollion puisse enfin montrer le chemin vers la traduction des hiéroglyphes égyptiens.

En utilisant la nouvellement découverte Pierre de Rosette sur laquelle, en 196 avant JC, le même message a été inscrit en hiéroglyphique égyptien, en égyptien démotique et en grec et avec ses compétences linguistiques considérables, il était capable de lire les hiéroglyphes comme une forme phonétiquement écrite d'une langue autrefois parlée, non pas comme une collection d'idéogrammes séparés de la parole. Ainsi, dans un ouvrage classique sur les ruines mayas découvertes récemment, John Lloyd Stephens écrit du grand centre Maya classique de Copan : " une chose que je crois, c'est que son histoire est gravée sur ses monuments. Aucun Champollion n'a encore apporté les énergies de son esprit curieux. Qui doit les lire ? "

L'abbé Brasseur de Bourbourg fait l'une des premières tentatives. Il avait découvert un manuscrit écrit au 16ème siècle par Diego de Landa, l'évêque du Yucatan, juste après sa conquête par l'Espagne. Dans ses pages, Brasseur pensait avoir trouvé une clé pour déchiffrer l'écriture Maya. De Landa avait redessiné les glyphes et transcrit en espagnol les noms des jours dans le calendrier de 260 jours Maya et les noms des mois pour leur 360 jours d'année solaire. En outre, il a enregistré, ou pensait qu'il le faisait, les symboles mayas pour chaque lettre de l'alphabet espagnol. Cependant, alors que Brasseur était sur ​​la bonne voie dans ses traductions calendaires, il était plus mal que bien quand il a interprété les glyphes noncalendricaux comme des lettres phonétiques d'un alphabet maya au lieu de ce qu'ils étaient apparemment : des tentatives faites par les guides Maya de de Landa pour trouver un symbole Maya qui, quand on lui parle, correspondait plus ou moins à la prononciation espagnole de chaque lettre de l'alphabet espagnol...

Considérant que Champollion avait été un expert linguiste et connaissait le copte, que la langue égyptienne moderne descend de l'ancienne Egypte, ni Brasseur, ni aucun des autres candidats à être épigraphistes qui l'ont suivi n'ont les compétences linguistiques requises et la connaissance des langues mayas comme un Champollion du Nouveau Monde. Beaucoup d'entre eux ont nié qu'il était nécessaire de connaître la linguistique ou toute langue maya parce qu'ils croyaient que les glyphes ne sont pas symboliques de la parole, mais étaient des idéogrammes purs, comme cela avait déjà été revendiqué pour les hiéroglyphes égyptiens. En 1950, Sir Eric Thompson a maintenu que les glyphes mayas non-numericaux/calendricaux, n'exprimaient pas une chose aussi banale que la langue, mais plutôt des concepts de "mythologie mystique symbolisée".

Sa reprise de telles absurdités néoplatoniciennes peut sembler risible, sauf pour le fait que son pouvoir et son influence parmi les "Mayanistes" de son époque lui ont permis de bloquer à lui seul pendant plusieurs décennies toutes les tentatives de lire le script Maya comme une forme écrite des langues parlées autrefois.

Deux ans après la déclaration de Thompson, cependant, Yuri Knorosov, un épigraphiste russe brillant à l'extérieur du cercle de mayanistes européens et américains de l'Ouest, a publié un document exceptionnel qui a ouvert la voie vers l'utilisation de l'analyse linguistique et la connaissance des langues mayas pour déchiffrer les inscriptions. Il a découvert que les principes de l'écriture maya étaient semblables à ceux qui opèrent dans d'autres systèmes hiéroglyphiques. Alors qu'ils semblaient pictographiques (et probablement ils l'étaient à l'origine), les glyphes sont apparus comme des signes ou des morphèmes (les plus petites unités significatives de la parole) phonétiques-syllabiques et pourraient être lues à l'aide des connaissances acquises à partir de l'étude de langues mayas survivantes. Depuis lors, une nouvelle génération de savants linguistes sur le maya, des historiens de l'art, archéologues et ethnographes, ainsi que des épigraphistes spécialisés - ont suivi l'exemple de Knorosov, ont commencé à lire les inscriptions avec une certaine facilité et à en apprendre davantage sur la politique mayas, les guerres, les pratiques religieuses, et d'autres facettes de cette culture fascinante.

Michael Coe, dont l'analyse a été suivie ici, souligne à quel point l'approche linguistique a procédé dans ce déchiffrement, comme cela a été à chaque autre scénario de déchiffrement d'une ancienne écriture. Il va même jusqu'à affirmer catégoriquement que "aucune écriture n'a jamais été cassée, ce qui est en fait actuellement traduit, c'est seulement le langage lui-même connu et compris." Coe propose comme un cas sur ce point les inscriptions des habitants étrusques du centre de l'Italie avant l'avènement de l'État romain. Il y a plus de 10.000 inscriptions funéraires écrites en étrusque dans un script similaire à celui du début des Grecs et, comme le Grec, finalement dérivé de l'écriture phénicienne. Mais personne n'a découvert une "pierre de Rosette" avec des textes parallèles en étrusque et en latin ou toute autre langage connu. Apparemment, les Romains n'ont jamais pris la peine de décrire et analyser la langue de leurs sujets étrusques. En conséquence, déclare Coe, "l'étrusque peut être lu, mais il n'a jamais été traduit."

Ceux qui pourraient objecter que l'écriture chinoise, avec ses dizaines de milliers de caractères, doit sûrement être idéographique doivent lire "la langue chinoise de John DeFrancis", dans lequel DeFrancis démystifie les caractères chinois, en démontrant que ces signes, malgré leur débuts pictographiques, ont évolué pour être principalement des symboles phonétiques sémantiques.

Discussion

Le cas Maya semble saper de fait les espoirs de traduire les messages que les scientifiques de SETI travaillent à détecter. Si nous avons été incapables de traduire d'anciennes écritures humaines sans une certaine connaissance de la langue parlée qu'elles représentent, quelles perspectives nous avons d'être en mesure de comprendre les transmissions radio provenant d'autres mondes pour lesquels nous disposons ni "Pierre de Rosette", ni aucune connaissance des langues qu'ils codent ?

Dans OVNI/UFO
OVNIs, OANIs, UFOs, PANs : ODHtv - Actualités 2023

OVNIs, OANIs, UFOs, PANs : ODHtv - Actualités 2023

OVNIs, OANIs, UFOs, PANs : ODHtv - Actualités 2023

Editions Matin OVNI et JT OVNI en France de l'année 2023

MAJ année 2023

 

Ovni dans le monde odhtv

 

Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html

Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2020.html

Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2020.html

Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2020.html

Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2020.html

Actualité 06-2021 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/actualites-ovni-ufo.html

Lien vers l'actualité de l'année 2021 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-oanis-ufos-pans-odhtv-actualites-2021.html

Lien vers l'actualité de l'année 2022 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-oanis-ufos-pans-odhtv-actualites-2022.html


JT Ovni en France, vous partage les dernières observations d'ovni/oani/ovi dans l'Histoire, les conférences et événements ufologiques mais également un dossier sur les OVNIs dans l'Histoire d'un département ou d'une région. (ps: Toutes les images ou vidéos que vous pensez être des films d'ovni dans cette vidéo sont des reconstitutions selon le ou les dessins des témoins, comme indiquées en haut à gauche). Attention : les propos et points de vue exprimés par les invités ne représentent pas l'équipe d'ODHtv. Merci.

L'édition de Janvier 2023 vous est présentée par Rémy Fauchereau et Gilles.T

Avertissement] Bonjour cher ODHnautes, malheureusement des problèmes techniques durant le tournage ont affectés certaines images pour cet épisode. Nous sommes désolés pour l'inconvénient. Merci de votre compréhension. La modératrice. Attention : les propos et points de vue exprimés par les invités ne représentent pas l'équipe d'ODHtv. Merci.

  • Sommaire
  • - Les infos d'odhtv avec Gilles.T
  • - Courrier des Odhnautes avec Thierry Gaulin
  • - Carnet de route - novembre 2022 avec Jean-Louis Lagneau
  • - Cultur'Ovni / Ovi avec Guy Coatanroch
  • - Carnet de route - novembre 2022 avec Thierry Gaulin
  • - Question de l'édition avec Alain Blanchard
  • Actu Ovni / Ovi (présenté par Rémy Fauchereau)
  • - Cas du 31 août 2021
  • - Dossier de l'édition:
  • Ovni / Ovi dans l'Yonne #10 

 

Autres liens et infos : https://youtu.be/MDkYVjroNxc



Suite ci-dessous :

Mes publications

Pourquoi ce Site

Etant maintenant artisan dans l'écriture à 100%, et pouvant enfin me consacrer entièrement à mes passions et hoobies, je m'occupe un peu plus de ma vie mais je continue à faire vivre ce blog gratuit mais qui, avec son hébergement, CSS et sécurité, est loué et de plus en plus cher... : merci à l'avance pour votre aide en achats de livres (autres à venir en ebooks probablement), dons et mots d'encouragement.

Vous pouvez également vous procurer l'une de mes dernières nouvelles, La Pierre dans la Montagne publiée dans le Studio Babel 1 en 2011, Sentiments Profonds publiée dans le Studio Babel 2 début 2012, ou encore sur ce blog :
 
 
studioBabel1.jpg babel2a.jpg

Vous pouvez lire gratuitement ces recueils (et n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !) en allant ici :

Studio Babel N°2https://www.calameo.com/books/000788413db1c7a4bbb39

et (si vous l'avez apprécié et voulez aider le groupe (et non l'auteur qui ne reçoit rien !)), vous pouvez le commander en versions imprimées ou téléchargeables ici :

Studio Babel N°1 : https://www.lulu.com/browse/search.php?&fKeywords=Babel+Studio+Fiction

Un aperçu des 10 premières pages y est aussi proposé. Voilà les auteurs pour le N° 1 : Jacques Païonni, Laurent Salipante, Siléas, Sylvain Boïdo, Yves Herbo, Adam Joffrain, Terry Montcalm, Philippe Giroud et illustrateurs : Tony Szabo, Jépéh, Leslie Lavaud.

Un aperçu des 10 premières pages y est aussi proposé. Voilà les auteurs pour le N° 2Claude JégoAdam Joffrain, Yves HerboJacques PaïonniBlanche Saint-Roch, Mehdi Saddra, Anne Springer, Jacqk, Lyvins Frédéric et illustrateurs :Tony SzaboLydie Blaizot.

Et j'en profite pour répéter que mon roman de SF "Je n'étais qu'un Androïde" avait été réédité mi-juillet 2011, après une grossière erreur d'impression de leur part, bien après le BAT, par les Editions Baudelaire... contrat rompu en 2014 pour mauvaise prestation...
 

Quatre éternités pour une Rose immortelle publié !

4eternites1 mini

Et bien ça y est, le livre vient d'être publié et est dispo sur le site de l'éditeur Edilivre ! Comme il me l'a précisé dans un email (mais il est sorti alors que j'étais en déplacement !), il est déjà en vente sur son site, et est dispo en librairie sur commande, et la Bibliothèque Nationale de France a reçu son exemplaire légal. " il a été mis en vente sur les principaux libraires en ligne à savoir Fnac.com, Chapitre.com, Amazon... De plus, tous les libraires de France, Suisse et Belgique peuvent également le commander à travers Dilicom ou directement auprès d'Edilivre "...

Couv 4eternitesfinale

Cet ouvrage est important pour moi car il a été écrit lors de mon enfance (mais remanié (corrigé surtout) et "modernisé" en partie ces derniers mois pour cette publication) et surtout, à la suite d'événements étranges survenus dans ma tendre enfance, allant de perceptions paranormales (ou religieuses suivant l'interprétation) jusqu'à l'observation très nette et très proche d'une grande sphère lumineuse venant presque à ma verticale, à moins de 15 mètres. Cet ouvrage parle donc de "soucoupes volantes" mais attention, il s'agit à 100% de science-fiction ou d'anticipation, comme l'autre roman écrit à cette période (Je n'étais qu'un Androïde), même si plusieurs passages, termes et idées paraissent "visionnaires" ou "très en avance" pour l'époque (et l'âge de l'auteur), un peu comme s'ils m'avaient été "transmis" mystérieusement... Le fait est bien que je me suis mis à écrire beaucoup d'un seul coup et sans y être spécialement préparé ou attiré précédemment. A tel point que ma prof de français et mon père m'ont fait passer un test de QI dès le début du collège (130 à 13 ans) ! Je ne demande à personne de me croire sur parole, peu importe d'ailleurs, mais les manuscrits d'époque sont encore là, ainsi que mon père (plus maintenant malheureusement), qui peut témoigner de certaines choses  - et il doit y avoir un dossier quelque part à l'Education Nationale !

On me pose aussi de temps en temps des questions sur mon autobiographie (dont vous pouvez lire les premiers chapitres sur mon site ici) et tous les événements surprenant qui s'y enchaînent dès le début, mais tout ce que je peux dire, c'est que tout est absolument vrai et que j'aurai plutôt intérêt à ne rien dire (pour ma paix familiale et citoyenne !), mais que j'estime que c'est un devoir de l'écrire et témoigner...

Vous pouvez lire les 20 premières pages sur le site de l'éditeur et le dos de couverture. Je remercie encore Cyril Cheminade pour son beau dessin de couverture qu'il m'avait proposé généreusement il y a maintenant plus d'un an, ainsi que les personnes qui ont donné un peu d'argent pour qu'il soit intégré par l'éditeur sur cette couverture. Je demande donc à tous mes lecteurs et ceux qui me suivent depuis quelques années maintenant d'acheter ce livre (sur papier ou en ebook) afin de m'aider à continuer à écrire, et à acheter moi-même ce livre (car l'éditeur n'en propose même pas un gratuit pour l'auteur) car je n'ai absolument aucun revenu de mon activité (bien que beaucoup reconnaissent que j'accomplis un travail considérable, c'est du "bénévolat" de fait car notre société, contrairement aux mayas ou incas par exemple, qui ne connaissaient pas le chomage ni la famine, ni l'argent, ne reconnaît pas le travail et l'activité réelle si ils ne sont pas associés à de l'argent (!)... une preuve supplémentaire que l'être humain n'est pas "libre" mais bien esclave de son outil "argent"... et d'une minorité très riche).

Vous pouvez Commander directement chez l'éditeur la version papier et la version ebook et le recevoir très vite :

https://www.edilivre.com/quatre-eternites-pour-une-rose-immortelle-20cfbba6dc.html/

ou sur Amazon : https://www.amazon.fr/Quatre-%C3%A9ternit%C3%A9s-pour-Rose-immortelle/dp/2332857664

Merci pour votre soutien, amicalement, Yves Herbo

PS : Je rappelle que ce livre a été écrit il y a longtemps alors que j'étais enfant et que sa genèse est très étrange : vers mes 7-8 ans, je subi en public une sorte de connexion étrange (une religieuse a pensé que c'était le début d'une sorte "d'ascension" !) lors d'une lecture d'un texte religieux, au catéchisme où j'avais été inscrit d'office. Quelques mois plus tard, une forte voix à l'intérieur de moi me crie de ne pas faire un mauvais acte. Encore quelques mois plus tard, je suis survolé d'assez près par une grosse sphère blanche, que certains me disent être un OVNI, d'autres un ange... finalement je me mets (à partir de 10 ans environ) à écrire deux romans subitement et à en même temps quasiment (un assemblage et tris de textes pendant 4 ans). Cela surprend tellement ma prof de français et mon père qu'ils me font passer un test de QI à mon entrée au collège (130 QI à 13 ans) et veulent me faire sauter une classe... et ce n'est pas tout... Ce roman, Quatre éternités pour une Rose immortelle est le tout premier de ces deux romans chronologiquement, et j'y décris comment notre univers a été créé. J'y parle aussi d'ovni et c'est un assez bon roman d'anticipation je pense... mais comment de telles idées (et celles pour l'autre "Je n'étais qu'un Androïde) ont bien pu me venir à cet âge et époque... alors que je ne lisais que des bd de Rahan et Pif le chien et ne pensais qu'à jouer ?... c'est là pour moi le plus grand des mystères, bien plus que tous ceux auxquels je me suis intéressé (archéologie ancienne) et vous partage depuis quelques années... Notez aussi qu'il n'est pas très important pour ma part d'être cru, je ne revendique pas être "porteur de message", juste partager mon expérience qui me semble importante pour l'Humanité... mais qu'il est tout aussi anormal de travailler... et de mourir de faim car cette société ne prévoit rien pour l'être humain (moins bien traité que l'animal à ce niveau) qui est actif et partage son travail, tout en refusant d'être esclave des banquiers et de l'argent...


 

Jenetaisqu unandroide1 mini

09-2016 : Réédition en tant qu'éditeur et auteur de mon livre " Je n'étais qu'un Androïde ", disponible dès maintenant chez LULU.com et chez Amazon, Barnes & Noble, il a été listé auprès du grossiste américain Ingram, qui approvisionne les librairies américaines. Il figure dans de prestigieuses bases de données bibliographiques telles que Nielsen et Bowker.

Vous pouvez l'acheter dès maintenant ici (papier et ebook) : sur Amazon : Je n'étais qu'un androide


 

Sortie début 2017 de la version Epub (pour lectrices donc) de mon livre "Quatre eternités pour une Rose immortelle" chez Edilivre mais aussi chez plusieurs partenaires, dont Amazon, Decitre, Dialogues, FNAC, Mollat, Ombres-Blanches, Sauramps... et Je n'étais qu'un androide chez LULU.com, Amazon et autres libraires.

Voici les liens directs pour acheter les 2 livres en plusieurs versions chez Amazon : 

https://www.amazon.fr/n%C3%A9tais-quun-andro%C3%AFde-Yves-Herbo-ebook/dp/B00KERHJMG/ref=asap_bc?ie=UTF8

https://www.amazon.fr/Quatre-%C3%A9ternit%C3%A9s-pour-Rose-immortelle/dp/2332857664

 

Autres publications (free) en cours :

Faites un don à l'auteur ! - derniers sites ajoutés à l'annuaire

Faites un don pour conserver un site semi-pro et remercier l'auteur de sa contribution à cette société peu évoluée et ses articles et écrits gratuits pendant que d'autres préfèrent ne rien faire du tout, faire semblant de travailler ou casser au contraire tout...

  • UFOmotion Documentaires OVNI videos UFO doc streaming

    UFOmotion Documentaires OVNI videos UFO doc streaming

    Ufomotion Regroupe les documentaires ufologiques francophones et anglophones. Déjà plus de 500 documentaires à voir !
  • Paris Hiking, Nature,  Walk, Sport, Guided visit, Discover

    Paris Hiking, Nature, Walk, Sport, Guided visit, Discover

    Welcome to the site. We are going to visit and to discover unusual places. Free or in various price list Looking forward to enjoying outdoor activities with you very soon … The organizers : Christophe
  • Planete Sciences Infos

    Planete Sciences Infos

    Sciences, Technologies nouvelles, Inventions, Avancées scientifiques ? Vous trouverez tout cela dans les articles de notre site !
  • Le testament du duc d'Enghien. (Albert Fagioli)

    Le testament du duc d'Enghien. (Albert Fagioli)

    Le testament du duc d'Enghien. (Albert Fagioli)
  • parlons ovni - site d'information français sur le phénomène ovni

    parlons ovni - site d'information français sur le phénomène ovni

    Recenser et documenter des éléments incontestables liés au phénomène ovni. Ce site ne juge pas ou de bâtit de grandes théories fumeuse car son objectif est simplement d'aider à démontrer que des éléments inexplicables existent.
  • librairie odyssee

    librairie odyssee

    librairie odyssee, la librairie des parasciences, vous accueille sur son site 24h/24. vente de livres en ligne, livres neufs, livres en français et en anglais, archéologie interdite, archéologie mystérieuse,phytothérapie, dictionnaires, esotérisme, alchi
  • O.D.H Tv - YouTube

    Ovni/Oani.Dans.l'.Histoire Tv vous présente les dernières actualités ovni et oani en France. Nous vous présentons ici les rencontres astronomiques et ufologi...
  • O.D.H Tv - Actualité Ovni/Oani France | .

    Ovni/Oani.Dans.l'.Histoire Tv vous présente les dernières actualités ovni et oani en France) et dans le Monde. Nous vous présentons donc les Observations,...
  • Blog de Odhinn-Hermodr -

    Blog de Odhinn-Hermodr -

    Traduction finalisee de l'ecriture de Glozel.
  • Ovni et vie extraterrestre les mystères des ovnis

    Ovni et vie extraterrestre les mystères des ovnis

    Ovni: Un site d'ufologie consacré à l'étude sérieuse des Ovnis et de leur histoire (informations riches sur le phénomène ovni et la vie extraterrestre en général)
  • Les moutons enragés - Les moutons en ont marre, ils s'informent!

    Les moutons enragés - Les moutons en ont marre, ils s'informent!

    Les moutons enragés - Les moutons en ont marre, ils s'informent!
  • vijoenza

    vijoenza

    création d'images
  •  Médiathèque et Index Ufologique et Spatial

    Médiathèque et Index Ufologique et Spatial

    Médiathèque et Index Ufologique et Spatial
  •  Japon Passion de sylv1

    Japon Passion de sylv1

    ce site proposera divers sujets représentant le pays du soleil levant, la culture ,les traditions nippones, le mode de vie, les mangas, l’actualité quelquefois. J’ai pratiqué les arts martiaux à un niveau très moyen ce qui m’ a permis d’approfondir a
  • Rusty James News

    Rusty James News

    Rusty James News
  • Herbo Yves

    Herbo Yves

    Un blog-miroir de celui-ci mais sous une autre forme et hébergeur.
  • Sciences-Faits-Histoires

    Blog de l'écrivain Yves Herbo axé sur la recherche de la vérité historique et développements sur ces thèmes avec des preuves mais sans limite imaginaire car, comme l'a très bien dit Albert Einstein, l'imagination est plus importante que la connaissance po
  • AgendaCulturel.fr : agenda culturel des concerts, du théâtre, de la danse

    AgendaCulturel.fr : agenda culturel des concerts, du théâtre, de la danse

    Agenda Culturel réunit toutes les dates de concerts, festivals, théâtre, expositions, cinéma, danse, temps forts, rencontres, art de la rue sur 100 portails départementaux dédiés aux manifestations culturelles.
  • Faire un site avec E-monsite.com

    Faire un site avec E-monsite.com

    Créer un site gratuitement sans aucune connaissance en design et en programmation est désormais possibile en utilisant le site e-monsite.com.
  • Dudelire : Humour et Jeux

    Dudelire : Humour et Jeux

    Portail d'Humour & de Jeux & de Quizz. Annuaire de Jeux Online,Humour Sexy,Annuaire de fonds d'écran, 350 vidéos,3500 blagues,des centaines d'images, 350 jeux,des dessins animés,films et séries.
  • Sports.fr

    Sports.fr

    Toute l'actualité sportive en direct est sur Sports.fr ! Ligue 1, championnats européens, rugby, basket, tennis, Hand ball, Volley, Tour de France, transferts ...
  • Guadeloupe

    Guadeloupe

    Guide et bons plan en Guadeloupe

référencements free + Recherches sur le site + Twitter

Recherche Personnalisée

 

 Referencement gratuit dans annuaire special Arts & Cultures

s'abonner aux publications de Yves Herbo sur Facebook

Livre d'Or - Album photos

  • Syyn Le 02/05/2023

    Merci pour les articles très intéressant, j'ai entendu parlé de vous sur le site https://spacia.fr qui ...

  • Hermann Marc Le 29/04/2020

    Bonjour YvesH je voulait juste me présenter, je suit un ami de Thierry Jamin et Stephan Pawlak, j'ai ...

  • yvesh Le 13/04/2020

    Merci à vous, dites-moi ce que vous en pensez à l'occasion. Portez-vous bien.

  • Véronique Le 06/01/2020

    Bonjour, suite à votre passage sur NuréaTV où je vous ai découvert, je viens de commencer "Quatres éternités ...

  • mornon jules Le 20/11/2019

    Bonjour, Voici un podcast qui risque fort de vous intéresser :) https://www.franceculture.fr/e ...

Tous les messages

Lien vers profil Twitter - Tags

The originals s1 Test DVD vidéo

 

 

Date de dernière mise à jour : 05/05/2024