Sciences-Faits-Histoires

video

  • Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

    Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

     

    MAJ 09-2021 en bas

     

    Jordanie tall el hammam 32 728

     

    Un bilan de plusieurs années d’étude au sujet du site de Tall El-Hammam, situé au sud de la vallée du Jourdain, à environ 14 kilomètres au nord-est de la mer Morte, a été exposé récemment lors de la réunion annuelle de l’American Schools of Oriental Research. C'est l’archéologue Steven Collins de la Trinity Southwest University aux États-Unis, qui mène des fouilles des lieux depuis plusieurs années dans le cadre du Tall el-Hammam Excavation Project avec des collègues, qui en est le principal rapporteur. Je parle déjà des recherches de Steven Collins en 2012, voir le lien tout en bas...

    Notons que ce site de Tall el-Hammam semble être considéré comme l'une des plus grandes villes antiques de l'âge du bronze au Proche-Orient et que le chercheur suppose qu’il peut correspondre aux villes de Sodome et Gomorrhe de la Bible, à l'instart d'autres villes citées dans cet ancien texte, découvertes au fil du temps. Pour rappel, ces villes sont décrites dans les textes comme des lieux de perdition, qui finissent par attirer la colère divine et qui sont donc détruites en réaction par le soufre et le feu...

     

    Jordanie0

     

    Les études locales semblent indiquer un tout autre scénario sur la destruction de ces villes, qui aurait été interprétée d'une façon religieuse par les prêtres :

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pérou: Machu Picchu plus ancien, chrono de l'Inca erronée

    Pérou: Machu Picchu plus ancien, chronologie de l'Inca erronée

     

    Machu 1911h

    Machu-Picchu, 1911, Bingham devant un rocher recouvert de pétroglyphes

     

    Historiquement parlant, l'essentiel de nos connaissances sur la civilisation inca nous parvient des écrits souvent contradictoires et orientés des conquistadors espagnols, en l'absence d'une écriture identifiée de la part de cette culture. En fait, il y avait bien un système, le quipu, qui est toujours l'objet d'études et d'attente d'autres découvertes, car il existe toujours un doute sur ses utilisations.

    " En effet, si l'on en croit des hypothèses récentes, le quipu n'aurait pas été seulement un moyen de numération mais également un instrument d'écriture qui aurait permis de consigner les événements de l'empire. Au lieu d'employer des signes graphiques, les Incas se seraient servis d'un système binaire tridimensionnel que l'on peut rapprocher du langage des ordinateurs. Grâce à sept nœuds et 24 couleurs, ils auraient eu à leur disposition 1500 unités différentes d'informations ce qui est du même ordre de grandeur que le nombre de signes de l'écriture cunéiforme sumérienne et beaucoup plus que les quelques 800 hiéroglyphes égyptiennes. Malheureusement, jusqu'à présent aucun des quipu trouvé n'a encore permis de vérifier cette hypothèse. Il est vrai que les conquistadors ont détruit la plupart des témoignages de la civilisation inca, qu'ils jugeaient démoniaques, et cette pénurie de matériel ne facilite pas la tâche des chercheurs. La découverte d'une pierre de Rosette sud-américaine, à savoir un groupe de quipu accompagné de textes rédigés en espagnol, seraient évidemment d'un grand secours.

    Guamàn Poma de Ayala, un chroniqueur indigène du 17 ème siècle, mentionne trois personnages distincts: l'administrateur provincial, le comptable-trésorier et le secrétaire de l'Inca. Sa relation suggère que les quipu de ces différents dignitaires n'étaient pas similaires. Celui du secrétaire de l'Inca aurait été teint et ceux des fonctionnaires subalternes auraient été de couleurs naturelles.  Ces dernières auraient été associées aux fonctions en relation directe avec la vie quotidienne. Au contraire, les couleurs plus vives, provenant des teintures, auraient été le symbole du caractère sacré, quasi divin, de l'Inca. "

    Sources du texte ci-dessus: Le Musée chilien d'Art précolombien de Santiago 

    Les Incas ne furent pas les seuls à utiliser un système de numération basé sur l'emploi des noeuds d'une cordelette. On retrouve cet usage chez plusieurs peuples: Polynésiens d'Hawaii, Indiens d'Amérique du Nord, peuplades d'Afrique et d'Extrême-Orient. Des cordelettes liées ensembles sont encore utilisées dans certains rites polynésiens et malaysiens. Les Indiens d'Amérique croyaient que des figures de cordes avaient été inventées par des hommes-araignées mythiques. De nombreuses peuplades primitives pratiquèrent des rites basés sur des cordes entremêlées; ces rites sont encore en vigueur chez certains aborigènes d'Australie. Dans les îles Ryukyu, les travailleurs d'Okinawa enregistraient, au moyen des nœuds d'une cordelette, les jours de travail et la paye correspondante. De la même manière, dans la ville de Shuri, les usuriers consignaient le montant de leurs prêts. Le classique nœud au mouchoir, qui rafraîchit notre mémoire, n'est au fond que la survivance d'une méthode d'enregistrement des données qui connut dans les siècles passés une diffusion quasi universelle. On la retrouve dans les grains des rosaires, tant chrétiens que musulmans, où est noté le nombre d'invocations ou de prières à réciter. Ceux des moines tibétains, avec 108 grains de couleurs diverses, quoique beaucoup plus complexes, remplissent le même rôle. Chacune des couleurs se rapporte à la divinité à laquelle s'adresse la prière: jaune pour le Bouddha, blanc pour les Bodhisattva, rouge pour le maître qui convertit le Tibet au bouddhisme... Dans quelques régions africaines, les femmes enregistrent encore aujourd'hui la durée de leur grossesse sur une cordelette, avec une série de nœuds, de telle manière que, en dénouant un nœud à chaque pleine lune, elles peuvent prédire avec exactitude le moment de leur accouchement. Toujours en Afrique, l'homme qui part en voyage laisse à son épouse une cordelette avec autant de noeuds que de jours d'absence. De la sorte, la femme, en défaisant un noeud chaque jour, connaît la date à laquelle son mari sera de retour. Le même système, comme le rapporte Hérodote, fut employé par le roi de Perse Darius Ier lorsque, au cours d'une opération militaire, il laissa une corde de 60 noeuds aux soldats de garde à un pont de grande importance stratégique. Ces soldats reçurent l'ordre de défaire un noeud chaque jour et d'abandonner la position lorsque tous les noeuds auraient été défaits, que le roi soit ou non revenu. En Europe le plus curieux système de numération à noeuds fut celui employé, jusqu'au début du 20ème siècle, par des meuniers allemands. Ceux-ci, pour indiquer la quantité et le type de farine contenue dans un sac, réalisaient une série de noeuds à la ficelle qui fermait le sac. Enfin, l'usage des quipu n'est pas sans rappeler celui des "bâtons de messagers" qui furent utilisés en Chine, en Australie aussi bien qu'en Europe, sans parler des énigmatiques rongorongo de l'Île de Pâques.

     

    Caralquipu2

    Le Quipu découvert à Caral-Supe

     

    Le système de numération à noeuds le plus original et le plus élaboré n'en reste pas moins celui des Incas. Son importance historique fut énorme puisqu'il constitua la seule forme d'écriture des fonctionnaires de l'empire. Il servait à la fois au recensement des populations comme à l'inventaire des biens stockés dans les magasins et au relevé des ressources des provinces. Les "gardiens des noeuds", appelés camayocs, de chaque province de l'empire, tenaient à jour les cordelettes du quipu qui était ensuite envoyé au gouvernement central à Cuzco. Les quipu centralisés, qui constituaient les archives nationales de l'empire, étaient conservés avec le plus grand soin. Ce système compliqué supposait des connaissances que bien peu de gens possédaient. Aussi les personnes qui savaient "lire" et "écrire" les informations d'un quipu jouissaient-elles d'un grand prestige. La couleur des cordelettes indiquait la nature de l'objet enregistré et une série de noeuds en précisait la quantité selon un système de numérotation décimale où, suivant sa position, un noeud pouvait prendre différentes valeurs. Le zéro était noté par une position vide. Les unités étaient représentées par un noeud simple ou double. Les chiffres de 2 à 9 étaient représentés par des noeuds complexes dont la valeur dépendait du nombre de tours. A la corde principale était attaché un système arborescent de cordelettes colorées qui permettaient de tenir une comptabilité très élaborée. Les unités inférieures étaient toujours les plus éloignées de la cordelette maître et les unités supérieures toujours les plus proches de cette dernière. Sur la cordelette maître des noeuds totalisaient les comptes des cordelettes subordonnées.  

    Voici quelques autres éléments qui complètent les informations ci-dessus. Des tribus quechua fondèrent, à partir de Cuzco, un vaste empire. L'Inca, descendant du dieu solaire, y exerçait un pouvoir absolu sur ses sujets. Atahualpa, le dernier souverain, avait coutume de dire qu'aucun oiseau ne volait, aucune feuille ne bougeait dans son empire hors de sa volonté. L'immense empire inca était centralisé et son gouvernement supposait l'existence de moyens de recensement pour recueillir les informations économiques, démographiques et militaires nécessaires à son administration ainsi que des moyens d'archivage destinés à garder trace des événements importants. 

    Le quipu (noeud en quechua) répondait à ces exigences. Il constituait à la fois un système comptable et un système d'écriture qui permettait non seulement le comptage de toute chose mais également la narration des chroniques passées. Il était constitué d'une cordelette principale d'une trentaine de centimètres, voire plus longue, à laquelle étaient attachées des ficelles multicolores. De ces dernières partaient d'autres brins noués à des distances variables. Le nombre de noeuds et la combinaison des couleurs étaient interprétés par des initiés. Si l'on sait que la cordelette principale se lisait de droite à gauche, en suivant chaque ficelle qui en partait, le déchiffrage des quipu ne repose aujourd'hui que sur des hypothèses d'autant plus hasardeuses que ces quipu sont souvent incomplets. Tout au plus peut-on imaginer que la position et le nombre des noeuds fournissaient des informations quantitatives alors que les couleurs représentaient la nature des objets. Ce système permettait de tenir des comptes très précis des denrées, des armes, des impôts et même de recenser les sommes imposées aux peuples vaincus. Les événements historiques importants y étaient consignés. Sur la cordelette principale, un fil noir précisait par exemple les années écoulées et dotait le lecteur de renseignements événementiels. Un fil rouge, noué à la cordelette principale, représentait le règne d'un empereur; trois noeuds indiquaient la survenance d'événements importants au cours de la troisième année du règne. C'est par un quipu qu'Atahualpa fut prévenu de l'arrivée des Espagnols en 1532: les nombres d'hommes et d'armes y figuraient. Certains procédés scéniques et le souvenir des textes joués dans les théâtres incas nous sont parvenus par le truchement de ces cordelettes.

    Le déchiffrement des quipu était imparti aux quipumayocs ou camayocs ("gardiens des nœuds"). Ces derniers jouissaient d'un statut privilégié: ils n'étaient pas assujettis à l'impôt. Il en existait plusieurs par village, chacun étant chargé d'une fonction particulière. L'apprentissage du quipu s'imposait aux jeunes nobles. La conquête espagnole, suivie de la mise à mort d'Atahualpa, en 1533, détruisit la civilisation inca et fit disparaître un grand nombre de quipu. Mais ceux-ci seraient encore employés dans quelques régions montagneuses de l'Équateur, du Pérou et de la Bolivie.

    Notons que la civilisation inca est elle-même probablement héritière de l'une des plus anciennes cultures de l'Amérique Latine, la culture de Caral, puisqu'il a été découvert dans la plus ancienne cité des amériques à ce jour (Caral-Supe) non seulement le plus ancien quipu des amériques, mais aussi la plus ancienne représentation du dieu-bâton, que l'on retrouve d'ailleurs aussi chez toutes les cultures suivantes du Pérou (Chavin par exemple), jusqu'aux incas. On peut aussi noter que l'origine du quipu se situe en Asie et que ce dernier était donc déjà inventé bien avant les migrations asiatiques et australiennes vers les amériques, puisqu'on le retrouve à Caral dès 3000 ans avant JC...

     

    Les archéologues ont utilisé une datation au radiocarbone avancée sur le site historique inca de Machu Picchu, révélant que le site a été fondé plus tôt qu'on ne le pensait auparavant.

    Le professeur Richard Burger de l'Université de Yale a déclaré : " Le Machu Picchu est l'un des sites archéologiques les plus célèbres au monde, mais jusqu'à présent, les estimations de son antiquité et de la durée de son occupation étaient basées sur des récits historiques contradictoires écrits par des Espagnols dans la période qui a suivi la conquête espagnole."

    Pour répondre à certaines de ces contradictions, une équipe multi-institutionnelle a mené une spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) pour dater 26 sépultures découvertes dans les trois cimetières du Machu Picchu. La quantité de sépultures a été choisie pour refléter l'étendue de l'histoire professionnelle du site.

     

    Perou machu picchu fig1

    Figure 1 : Situation du site (DOI: https://doi.org/10.15184/aqy.2021.99)

     

    La datation AMS est une forme avancée de datation au radiocarbone qui permet de dater des squelettes avec seulement de petites quantités de matière organique, élargissant ainsi le pool de restes pouvant être examinés.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Officiel : une gravure de 51000 ans attribuée à Néandertalien

    Officiel : une gravure de 51000 ans attribuée à Néandertalien

     

    Gravures neandertal1

    Micro-CT scans de l'os gravé et interprétation des six lignes en rouge qui forment le symbole du chevron. Surligné en bleu est un ensemble de lignes sous-parallèles. Avec l'aimable autorisation de l'Office du patrimoine de Basse-Saxe

     

    Un os sculpté vieux de 51 000 ans est l'une des plus anciennes œuvres d'art au monde, selon des chercheurs

     

    La découverte met en évidence que les Néandertaliens étaient capables de pensée symbolique – quelque chose autrefois attribué uniquement à notre propre espèce.

     

    L'os d'orteil d'un cerf préhistorique (Megaloceros giganteus) sculpté de lignes par les Néandertaliens il y a 51 000 ans est l'une des plus anciennes œuvres d'art jamais découvertes, selon une étude publiée le 05 juillet 2021. La découverte est une preuve supplémentaire que les Néandertaliens - Homo neanderthalensis - étaient capables d'exprimer le symbolisme à travers l'art - qui n'était autrefois attribué qu'à notre propre espèce, Homo sapiens.

    " Ce n'est clairement pas un pendentif ou quelque chose comme ça ", a déclaré Thomas Terberger, professeur et archéologue préhistorique à l'Université de Göttingen en Allemagne, qui a co-écrit une étude sur l'objet dans la revue Nature Ecology & Evolution. " C'est clairement une décoration avec une sorte de caractère symbolique. ... Vous pourriez même appeler cela le début initial de l'art, quelque chose qui n'a pas été fait par accident, mais avec un plan clair en tête."

    L'os a été déterré dans une grotte dans les montagnes du Harz, dans le centre de l'Allemagne, à environ 150 miles au sud-ouest de Berlin. Le devant est sculpté de chevrons superposés - des lignes en forme de V inversé - qui semblent pointer vers le haut, et les archéologues ont également discerné une ligne d'incisions plus petites sur son bord inférieur, qui semble avoir servi de base.

    « Nous l'essayions, et cet objet peut tenir seul sur son socle. Il ne tremble pas, ne bascule pas ou quoi que ce soit », a déclaré l'archéologue Dirk Leder de l'Office national du patrimoine culturel de Basse-Saxe, qui a dirigé les fouilles qui ont permis de découvrir l'os. " Il a probablement été laissé debout dans un coin de la grotte."

    " L'os sculpté a été déterré à côté des os d'omoplate de cerf et du crâne intact d'un ours des cavernes – des objets rares qui peuvent avoir indiqué que l'assemblage avait une signification rituelle ", a-t-il déclaré.

     

    Gravures neandertal2

    L'os de cerf géant gravé d'Einhornhöhle.V. Minkus / Avec l'aimable autorisation de l'Office du patrimoine de Basse-Saxe

     

    La datation au radiocarbone a établi que l'os a 51 000 ans - plus que toutes les œuvres d'art comparables attribuées aux Néandertaliens.

    YH : Il se pourrait malheureusement que la bêtise de certains scientifiques (être scientifique et stupide n'est pas incompatible quand il s'agit d'un héritage dogmatique provenant de l'éducation, comme on peut encore le constater de nos jours chez certains), ait détruit volontairement des oeuvres d'art néandertaliens attribuées par un archéologue allemand, jugé arbitrairement comme étant "un doux rêveur" par ses pairs... :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arts-au-paleolithique-ancien-et-au-paleolithique-superieur.html

    Les archéologues ont également trouvé d' anciennes serres d'aigle utilisées comme pendentifs par les Néandertaliens, ainsi que des peintures rupestres en Espagne qui peuvent être plus anciennes - leur datation est contestée. Terberger a déclaré: " Dans ce cas, pour la première fois, nous avons un objet daté de manière fiable."

    L'Einhornhöhle – ou « grotte de la licorne » – où l'os sculpté a été déterré est célèbre depuis au moins le XVIe siècle ; c'est maintenant une attraction touristique. Il tire son nom des os fossilisés trouvés là-bas, soi-disant de licornes, qui étaient autrefois broyés pour fabriquer des médicaments.

    Des fouilles depuis les années 1980 ont établi que la grotte était habitée par des générations successives de Néandertaliens, depuis au moins 130 000 ans jusqu'à environ 47 000 ans.

    YH : Nous avons donc affaire à un groupe de néandertaliens très sédentarisé sur de nombreuses générations, alors que les néandertaliens sont toujours considérés comme des nomades chasseurs-cueilleurs en petits groupes dans la plupart des publications scientifiques...

     

    Grotte de la licorne neandertal

    L'Einhornhöhle (grotte de la licorne), la grotte de Blaue. Au Moyen Âge, des ossements d'animaux de l'ère glaciaire ont été trouvés, que les chasseurs de trésors ont confondus avec des os de licorne et vendus comme possédant des propriétés médicinales, d'où le nom de « grotte de la licorne ». Depuis la découverte des premiers outils en pierre de l'époque néandertalienne en 1985, des fouilles archéo-paléontologiques ont été menées dans et devant la grotte. Photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:EHH-Wiki001_C_GUfeV.JPG (CC BY-SA 4.0)

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5

    OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5 -

     

    MAJ épisodes 05 - 06 - 07 - 08 - 09

     

    Allen hynek jacques vallee 1

    Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

     

    Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

     

    Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

    En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

    Cette nouvelle saison 5 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Guy Coatanroch, de Rémy Fauchereau, de Sylvain Matisse, Jean-Louis Lagneau, Bruno Botta, Anne, Bruno Bousquet, Eric Zurcher et Luc Chastan.

    Soir ovni dans le monde

    Lire la suite

  • Mexique Tehuacan: des ossements datés de plus de 30000 ans

    Mexique Tehuacan: des ossements datés de plus de 30000 ans

     

    Mexique 30000ans new evidence may chang 1

    Un des os de lapin daté pour l'étude. Crédit : Andrew Somerville, Iowa State University

     

    Une découverte inattendue d'un chercheur de l'Iowa State University suggère que les premiers humains sont peut-être arrivés en Amérique du Nord il y a plus de 30 000 ans, soit près de 20 000 ans plus tôt que prévu par rapport aux anciennes estimations.

    Andrew Somerville, professeur adjoint d'anthropologie dans les langues et les cultures du monde, dit que lui et ses collègues ont fait la découverte en étudiant les origines de l'agriculture dans la vallée de Tehuacan au Mexique. Dans le cadre de ce travail, ils voulaient établir une date pour la première occupation humaine de la grotte de Coxcatlan dans la vallée, ils ont donc obtenu des dates au radiocarbone pour plusieurs os de lapin et de cerf qui ont été collectés dans la grotte dans les années 1960 dans le cadre du Tehuacan Projet Archéologique-Botanique. Les dates pour les ossements ont soudainement amené Somerville et ses collègues dans une direction différente avec leur travail.

    Les plages de dates pour les échantillons d' os de la base de la grotte variaient de 33 448 à 28 279 ans. Les résultats sont publiés dans la revue académique Latin American AntiquitySomerville dit que même si les études précédentes n'avaient pas daté les objets du fond de la grotte, il ne s'attendait pas à un âge aussi avancé. Les résultats ajoutent au débat sur une théorie de longue date selon laquelle les premiers humains ont traversé le pont terrestre de Bering vers les Amériques il y a 13 000 ans.

    " Nous n'essayions pas de peser sur ce débat ou même de trouver des échantillons vraiment anciens. Nous essayions simplement de situer notre étude agricole avec un calendrier plus précis ", a déclaré Somerville. " Nous avons été surpris de trouver ces dates vraiment anciennes au fond de la grotte, et cela signifie que nous devons examiner de plus près les artefacts récupérés à partir de ces niveaux."

    Somerville dit que les résultats fournissent aux chercheurs une meilleure compréhension de la chronologie de la région. Des études antérieures reposaient sur des échantillons de charbon de bois et de plantes, mais il dit que les os étaient un meilleur matériau pour la datation. Cependant, des questions demeurent. Plus important encore, y a-t-il un lien humain avec la couche inférieure de la grotte où les ossements ont été trouvés ?

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'histoire de la Terre envoie un avertissement climatique

    L'histoire de la Terre envoie un avertissement climatique

     

    Coquilles fossiles sends carottes

     

    Une équipe internationale de scientifiques, dirigée par l'Université de St Andrews, a collecté des données couvrant les 66 derniers millions d'années pour fournir de nouvelles informations sur les types de climats auxquels nous pouvons nous attendre si les niveaux de CO 2 continuent d'augmenter au rythme actuel. L'augmentation projetée entraînerait des niveaux préhistoriques de chaleur qui n'ont jamais été ressentis par les humains. En fait, cette étude souligne qu'une action urgente est nécessaire pour éviter les niveaux préhistoriques de changement climatique.

    L'étude, publiée dans la  Annual Review of Earth and Planetary Sciences (lundi 31 mai 2021), fournit l'histoire la plus complète à ce jour de l'évolution du CO 2 au cours des 66 derniers millions d'années, le temps écoulé depuis que les dinosaures ont parcouru la planète pour la dernière fois. Les données collectées montrent plus clairement que jamais le lien entre CO 2 et climat.

    En collaboration avec des collègues de la Texas A&M University, de l'Université de Southampton et de l'Université suisse ETH Zürich, l'équipe internationale a rassemblé des données collectées au cours des 15 dernières années à l'aide de techniques de laboratoire de haute technologie.

    Des échantillons ont été prélevés sur des carottes de boue des fonds marins, où des fossiles microscopiques et des molécules anciennes s'accumulent, préservant une histoire de ce à quoi ressemblaient le CO 2 et le climat à l'époque. En tirant ces anciens atomes au moyen d'instruments super sensibles, les scientifiques peuvent détecter les empreintes chimiques des changements passés du CO 2, qui peuvent être comparés aux changements actuels. Par exemple, l'étude explique, grâce à la combustion de combustibles fossiles et à la déforestation, comment les humains ont maintenant ramené le CO 2 à des niveaux jamais vus depuis environ trois millions d'années.


    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Qulong - Tibet - fouilles sur des reliques de 3 000 ans

    Qulong - Tibet - fouilles sur des reliques de 3 000 ans

     

    Tibet quan

    Des archéologues chinois ont dévoilé plusieurs nouvelles découvertes lors d'une récente fouille sur le site de Qulong dans la région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, fournissant des indices clés sur la plus ancienne culture indigène sur le plus haut plateau du monde.

    Les archéologues de l'Institut de recherche sur la protection des reliques culturelles de la région autonome du Tibet, de l'Institut de recherche archéologique provincial du Shaanxi et de l'Université du Nord-Ouest ont passé plus de quatre ans à mener une série de fouilles et de recherches archéologiques sur le site préhistorique de Qulong, qui est composé de deux ruines à grande échelle de colonies concentrées, couvrant plus de 100 000 mètres carrés.

    Datant du 8ème siècle avant JC, le site de Qulong, situé à 4400 mètres d'altitude, présente de riches vestiges et des reliques culturelles, notamment des résidences troglodytes, des cours, des maisons, des reliques en pierre, des pagodes, des grottes et des temples bouddhistes.

    Dans certaines tombes datant de 2800 à 2500 ans, les archéologues ont déterré 98 pièces et 16 types d'ornements de conques perforés en août 2020, marquant le plus grand nombre de conques sud-asiatiques jamais trouvés sur le plateau Qinghai-Tibet et dans les environs.

     

    Tibet quan

    (Video edited by Hong Yaobin. Cover: View of the Ngari Prefecture, Tibet, China. /CFP)

     

    Le site est situé au sud-ouest du mont Kailash, avec Kyunglung Ngulka («Palais d'argent de la vallée de Garuda») situé dans la haute vallée de Sutlej, étant la capitale de l'ancien royaume tibétain de Zhangzhung.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

    Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

     

    Karahunj megaliths

    Karahunj, Arménie

     

    Un retour en Arménie car j'en ai parlé au moins déjà dans trois articles, lisibles icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

    ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

    et icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-arche-du-deluge.html

     

    Un autre mystère arménien a été daté de 7500 ans avant le présent au minimum, probablement plus. Il s'agit d'un site mégalithique en cercle assez semblable physiquement que le Stonehenge britannique, sauf qu'il est beaucoup plus ancien, et assez typique de cette civilisation probablement mondiale et inconnue qui a dressé et taillé des pierres, parfois de très grandes dimensions, un peu partout dans le monde entre la fin du pléistocène et la moitié du néolithique ou même les débuts de l'âge du fer selon les régions...

    Lire la suite

  • Karahan Tepe: plus ancien et aussi grand que Gobekli Tepe ?

    Karahan Tepe: plus ancien et aussi grand que Gobekli Tepe ?

     

    Karahantepe turquie8

     

    Découvert en 1997, par " des chercheurs près du quartier de Kargalı dans le parc national des montagnes Tek Tek ", en Turquiele site de Karahan Tepe ne se trouve qu'à environ 60 kilomètres à l'est du célèbre Gobekli Tepe. Le site est situé près de Yağmurlu, province de Şanlıurfa, et est souvent appelé le site jumeau de Göbekli Tepe. Après de longues enquêtes de surface, il fait partie du projet de culture de Göbeklitepe et d'excavations de Karahantepe, et les réelles fouilles ont été lancées il y a deux ans par l'Université d'Istanbul (en 2018). La région est connue sous le nom de «Keçilitepe» par la population locale.

    En 2019Necmi Karul, archéologue à l'Université d'Istanbul, a déclaré à l'agence Anadolu: « L'année dernière, les travaux de fouille ont repris à Karahantepe [Kectepe] - à environ 60 km de l'endroit où se trouve Gobeklitepe - et nous avons rencontré des traces de structures spéciales, d'obélisques, de sculptures d'animaux, et des descriptions ainsi qu'un symbolisme similaire »

     

    Karahantepe turquie3

     

    En novembre 2020, selon les dernières données des équipes archéologiques sur le site, une nouvelle colonie qui pourrait être plus ancienne que le site préhistorique de Göbeklitepe - qui est couronné premier temple du monde et "point zéro" de l'histoire - sera bientôt mise au jour. Dans le cadre de la recherche, des obélisques en forme de T ont été détectés qui ressemblaient à ceux portant des figures d'animaux sauvages à Göbeklitepe.

    Les fouilles ont permis de découvrir à ce jour 250 obélisques présentant des figures d'animaux

    S'exprimant lors du 10e Congrès international du tourisme de villégiature jeudi, le ministre de la Culture et du Tourisme, Mehmet Nuri Ersoy, a déclaré qu'un programme de fouilles intensives et rapides se poursuivait à Karahantepe. Ersoy a déclaré que les équipes découvriront une colonie qui appartient à la période néolithique, selon les premières études, dans leurs prochains travaux.

     

    Karahantepe turquie1

    Fouilles 2019

     

    " Göbeklitepe a une histoire de 12 000 ans. Notre nouvelle colonie à Karahantepe sera plus ancienne. Les travaux complets seront poursuivis sur le site sous la supervision du professeur Necmi Karul, chef de l'équipe de fouille, l'année prochaine. Nous aurons probablement une nouvelle découverte qui fera à nouveau une impression écrasante sur le monde après Göbeklitepe », a-t-il déclaré. Notons que si le ministre se permet d'avancer les choses ainsi, c'est probablement parce que des forages ou des études radars du sous-sol ont déjà été faits et prouvent les choses. Karul a ajouté que lors des balayages géomagnétiques effectués dans la zone avant le début des fouilles en septembre 2018, environ 30 amas et environ 250 obélisques (piliers) ont été détectés.

    Lire la suite ci-dessous et voir photos et vidéo :

    Lire la suite

  • Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

    Un tsunami massif a touché le Moyen-Orient il y a 11,700-10,500 cal BP

     

    Atlityamreconstitution1

    Une reconstitution du site d'Atlit Yam, englouti il y a 10 000 ans environ

     

    L'excavation sous-marine, le forage de puits et la modélisation informatique suggèrent qu'un paléo-tsunami massif a frappé près de l'ancienne colonie de Tel Dor (qui n'existait pas à cette époque) il y a entre 9,910 à 9,290 ans (11,700 à 10,500 ans Calibrés BP), selon une étude publiée le 23 décembre 2020 dans la revue en libre accès PLOS ONE par Gilad Shtienberg, Richard Norris et Thomas Levy du Scripps Center for Marine Archaeology, University of California, San Diego, USA, et des collègues de l'Utah State University et de l'Université de Haïfa en Israel.

    Les tsunamis sont un événement relativement courant le long de la côte est de la Méditerranée, avec des enregistrements historiques et des données géographiques montrant un tsunami par siècle au cours des six mille dernières années. En Méditerranée orientale ( figure 1 ), les tsunamis sont fréquents, se produisant à un rythme d'environ huit événements par siècle dans la région de la mer Égée au cours du passé ca. 2 000 ans et environ dix par siècle au cours des 3 000 dernières années dans le bassin du LevantLa plupart de ces événements sont de petite taille et n'ont que des impacts locaux. Cependant, 23 gisements de tsunami ont été reconnus dans la région depuis env. 6 000 ans, soit en moyenne un événement suffisamment grand pour quitter le faciès sédimentaire du tsunami tous les ~ 160 ans, ce qui suggère qu'il s'agit d'un phénomène répandu. L'enregistrement des événements antérieurs de tsunamis, cependant, est moins défini. Dans cette étude, Shtienberg et ses collègues décrivent un grand gisement de tsunami du début de l'Holocène (entre 9 910 et 9 290 ans - C14 non calibré) dans les sédiments côtiers de Tel Dor au nord-ouest d'Israël, une ville-monticule maritime occupée à partir de la période du bronze moyen II (2000-1550 avant notre ère) à travers la période des Croisés.

     

    Journal pone 0243619 g001

    Fig 1. Geological sketch of the eastern Mediterranean modified after natural earth (https://www.naturalearthdata.com in the public domain), showing the main near-shore sediment transport mechanism (black arrows), selected thrusts (CA–Cypriot Arc) and major fault lines (CF- Carmel fault; DSF- Dead Sea Fault system; SF- Seraghaya fault; MF-Missyaf fault; YF-Yammaounch fault; submarine landslides as well as tsunami deposits, geomorphological tsunami features and documented tsunami events.

    The name compilation of the sites presented in the figure are: 1a-2a (Alexandria); 3a (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4a-8a (Caesarea Marittima, Jiser al-Zarka); 9a (Byblos, Senani Island); 10a (Elos); 11a (Gramvousa, Balos, Falasarna, Mavros, Stomiou, Gramenos, Paleochora); 12a (Western Crete); 13a (Palaikastro); 14a (Pounta); 15a (Limni Moustou); 16a (Pylos, Porto Gatea, Archangelos, Elaphonisos); 17a (Limni Divariou); 18a (Santorini); 19a (Balos bay); 20a (Thera); 21a (Dalaman); 22a (Didim) for the previously dated tsunami deposits and 1 (Lebanon, Israel, Syria); 2 (levant coast); 3 (Paphos, Polis, Cape, Greco); 4 (S-E Cyprus); 5 (Akko); 6 (Yaffo); 7–8 (S-E Cyprus); 9–11 (Levant coast); 12 (The Nile cone); 13 (Lebanon); 14 (Levant coast); 15 (southern turkey); 16 (Cyprus); 17 (Israel); 18 (Lebanon–Israel) for the previously dated tsunami events. Further details regarding the tsunami data are discussed in S1 and S2 Tables.

     

    Le paléo-tsunami peut être la raison pour laquelle les enquêtes archéologiques précédentes n'ont trouvé aucune preuve de villages côtiers de basse altitude dans la région sur une période de 4000 ans.

    Pour mener leur analyse, les auteurs ont utilisé des techniques de télédétection photogrammétriques pour créer une maquette numérique du site Tel Dor, combinée à des fouilles sous-marines et des forages terrestres jusqu'à une profondeur de neuf mètres.

    Le long de la côte de la zone d'étude, les auteurs ont trouvé une couche marine impactée brutalement et une couche de sable avec un âge de contrainte il y a 9 910 à 9 290 ans (non calibrés), au milieu d'une grande couche de zone humide ancienne s'étendant de 15 000 à 7 800 ans. Les auteurs estiment que la vague capable de déposer des coquillages et du sable au milieu de ce qui était à l'époque une zone humide fraîche à saumâtre (marais) a dû parcourir 1,5 à 3,5 km, avec une hauteur de vague côtière de 16 à 40 m. À titre de comparaison, les événements de tsunami précédemment documentés dans l'est de la Méditerranée n'ont parcouru que 300 m à l'intérieur des terres, ce qui suggère que le tsunami à Dor a été généré par un mécanisme beaucoup plus puissant. Les tsunamis locaux ont tendance à se produire en raison de tremblements de terre dans le système de faille de la mer Morte et de glissements de terrain sous-marinsles auteurs notent qu'un tremblement de terre contemporain du paléo-tsunami Dor (datant d'environ 10,000 ans) a déjà été identifié à l'aide de dommages causés sur des grottes dans la crête voisine du Carmel, ce qui suggère que ce tremblement de terre spécifique aurait pu déclencher un glissement de terrain sous-marin provoquant le tsunami massif à Dor.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Navigation de Taiwan aux îles Ryukyu il y a plus de 30000 ans

    Navigation de Taiwan aux îles Ryukyu il y a plus de 30000 ans

     

    Tete jonagumi

    Yonaguni, Japon

     

    Dans une publication parue dans Nature, Scientific ReportsDOI: 10.1038 / s41598-020-76831-7Yosuke Kaifu de l'Université de Tokyo et ses collègues précisent l'ancienne colonisation de l'archipel de Ryukyu (où se trouve la toujours discutée structure de Yonaguni) en argumentant que les anciens l'ont fait en voyageant au nord-est de Taiwan - un voyage qui impliquait des traversées océaniques de dizaines à centaines de kilomètres pour sauter d'île en île.

    Les sites archéologiques sur plusieurs des îles Ryukyu suggèrent que les humains ont atteint les îles il y a environ 30 000 à 35 000 ans.

     

    Isena island japon

    Izena Island, Ryukyu archipel, Japan  - https://www.atlasobscura.com/users/caitlinfrunks



    D'après leur étude et même reconstitution, les humains de l'âge de pierre ont traversé la mer de Taiwan aux îles Ryukyu du sud-ouest du Japon il y a des dizaines de milliers d'années - et il semble qu'ils l'ont fait délibérément, même si les îles sont trop éloignées pour être visibles de manière fiable depuis Taiwan.

    Cette colonisation par voie maritime n'est pas discutée par la science, car ces îles en étaient déjà à cette période, mais on ignorait si la colonisation s'était produite par accident ou volontairement. Pour avoir une plus grande certitude dans un sens ou l'autre, les scientifiques se sont donc attelés à l'étude des courants, de plusieurs manières.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • La maison d'enfance de Jésus découverte ?

    La maison d'enfance de Jésus découverte ?

     

    Nazareth jesus house

    Une photo de la maison du 1er siècle où l'archéologue Ken Dark pense que Jésus-Christ a probablement vécu enfant, montrant l'un de ses murs taillés dans la roche. Photo K.R. Dark

     

    Alors qu'il faisait une étude sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin, le professeur Ken Dark, de l'Université de Reading, pendant qu'il étudiait le couvent des Sœurs de Nazareth, lui-même bâti sur une église de l'époque byzantine, pense avoir découvert la réalité de la maison d'enfance de Jésus de Nazareth, sous cette église byzantine.

    Il a dit: " Je ne suis pas allé à Nazareth pour trouver la maison de Jésus, je faisais en fait une étude  sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin. Personne n'aurait pu être plus surpris que moi ".

    Le professeur Ken Dark a passé 14 ans à étudier les vestiges de l'habitation du Ier siècle sous un couvent moderne.

    Il a dit que les ruines ont été suggérées pour la première fois comme la maison de Jésus, Marie et Joseph au 19ème siècle, cependant, l'idée a été rejetée par les archéologues dans les années 1930.

    Le site est resté largement oublié depuis lors, jusqu'à ce que le professeur Dark lance un projet en 2006 pour réexaminer le site.

    Il a expliqué: " Nous savons d'après des preuves écrites que cette église, à l'époque byzantine, aurait été construite sur le site de la maison de Jésus et de l'habitation conservée dans sa crypte.

    " C'est presque certainement l'Église de la Nutrition, qui était dédiée à l'éducation du Christ et mentionnée dans le récit d'un pèlerin du 7ème siècle."

     

    Nazareth byzantine church jesus house

    L'entrée de la grotte d'une église du IVe siècle sur le site des Sœurs de Nazareth en Israël. L'église était énorme, richement décorée, et l'archéologue Ken Dark pense qu'il s'agissait probablement de la cathédrale byzantine de Nazareth, construite au sommet de la maison où Jésus-Christ a pu vivre enfant. Photo K.R. Dark

     

    Le professeur Dark a déclaré que son travail a identifié la maison comme datant du 1er siècle et révèle que le bâtiment a été sculpté dans une colline rocheuse.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le docu1 et bonus 1

    Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le documentaire partie 1 et bonus 1

     

    A4 rvb 72dpi bonus1

     

    Et bien voilà, la partie 1 du documentaire Les Açores, Débris de l'Atlantide ?, réalisé par Loïc Ochippenti, avec ma participation et celle du Professeur Felix Rodrigues est sortie sur Youtube, donc en free. Une décision en partie due aux promesses faites envers les membres de l'association culturelle Etudes des Civilisations Disparues, mais aussi bien sûr aux conditions sanitaires mondiales actuelles qui fait que les chaînes télévisées spécialisées dans les documentaires ont bloqué leurs budgets et ne diffusent en majorité que des rediffusions, et encore pour un bon moment.

    Vous trouverez ci-dessous la vidéo partagée de Youtube de la partie 1 du documentaire, ainsi qu'un appel aux dons émis par l'Association Etudes des Civilisations Disparues (dont je suis membre), afin de nous aider à réaliser la partie 2 et de retourner enquêter dès que la situation sanitaire le permettra.

    Mais je vous ai aussi réservé une petite surprise en réalisant moi-même (très vite) un Bonus 1 de presque 35 minutes de la partie 1, que vous trouverez également ici en vidéo partagée de Youtube plus bas. Il s'agit surtout d'un spécial "Cart-Ruts" ou Ornières en français, car nous avons pu en visiter plusieurs sur Terceira, en des lieux différents.

     

    Açores-Terceira-YH

    Açores, Terceira - © photo de Yves Herbo

     

    Cette vidéo vous permettra d'admirer certains paysages des Açores et de Terceira, mais aussi de voir un peu les conditions de tournage du documentaire, d'entendre certaines questions et réponses non obligatoirement incluses dans le reportage (limité en temps) et de nouvelles images inédites du reportage. Et vous verrez à nouveau le professeur Félix Rodrigues et un peu plus Loïc Occhipenti. J'ai filmé "caméra au poing" et donc sans pieds télescopiques, ce qui explique parfois les tremblements d'images (un peu stabilisées par logiciel), surtout lors des zooms. C'était volontaire, pour donner un complément aux images de Loïc un peu plus "vivant" et exploratoire. N'hésitez pas à poser des questions lors de l'avant première du bonus du 11 novembre 2020 à 17h00 ou après sur le site Sciences-Faits-Histoires.com ou encore sur Facebook. Les groupes et pages Etudes des Civilisations Disparues ou Sciences-Faits-Histoires sont là pour ça...

    Vous trouverez aussi ci-dessous quelques liens et documents, photos sur des "Voies Romaines" en France, notamment en Meurthe et Moselle, mais aussi sur le Col du Perthus dans les Pyrénées ou de Salerne en Alsace, par exemple, dont certaines parties (dans d'actuelles forêts ou en bord de rivière) ressemblent assez aussi à des cart-ruts ou ornières... un indice de plus sur l'ancienneté de certaines traces aux Açores ? Pour rappel, les ornières de Malte (qui sont dans du calcaire) ont été datées d'il y a environ 5000 ans...

     

    Voir les vidéos, lien vers l'appel aux dons et article ci-dessous :

    Lire la suite

  • Suisse: Découverte d'un artefact artistique de 10500 ans

    Suisse: Découverte d'un artefact artistique de 10500 ans

     

    Suisse artefact10500ans

    C'est à proximité de la ville de Muotathal, dans le canton et district de Schwytz et donc dans la vallée de Muotatal qu'un artefact très rare a été découvert.

    Il s'agit d'un objet considéré comme artistique vieux de 10 500 ans, mesurant 8 centimètres de long. C’est une trouvaille d’une extrême rareté, selon les archéologues. L’objet fait de bois de cerf est décoré de sept doubles rangées de fossettes régulières et décalées. Il a été trouvé sous un rocher en surplomb près de Muotathal, a indiqué jeudi 05 novembre 2020 le département schwytzois de la culture.

    Les fouilles ont permis de mettre au jour les restes d’un camp de chasse datant du début du mésolithique. Il s’agit d’une découverte très rare d’importance internationale, selon les experts.

     

    Suisse muotathakmap

    Un seul objet d’art attribué au mésolithique était connu en Suisse avant la découverte schwytzoise, mais il est de 2500 ans plus récent que celui découvert récemment vers Muotathal. Pour le moment, les archéologues ne peuvent que spéculer sur sa fonction (YH : il ne correspond pas à un éventuel calendrier lunaire spéculé sur un autre objet préhistorique). Quelques très rares trouvailles du même genre ont été faites en France, en Pologne, en Allemagne et au Danemark.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Un OVNI survolant l'aéroport de Paris-Roissy

    Un OVNI survolant l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle-Roissy

     

    Ovni roissy2012 2013a

     

    Voici un Objet Volant Non Identifié pris par hasard par le passager d'un avion en partance de l'aéroport de Paris Roissy-Charles de Gaulle. Ce passager rentrant à l'île Maurice m'avait envoyé cette vidéo en 2013 (mais possiblement datant de 2012) en précisant qu'il n'avait même pas vu l'objet, c'est à la visualisation de la vidéo, une fois rentré chez lui, qu'il a remarqué cette anomalie, qui devient visible en faisant des arrêts sur image.

    La rapidité de l'objet, sa taille et aspect rend impossible la possibilité d'un drone, d'un avion, hélicoptère ou autre engin terrestre classique.

    J'avais diffusé cette vidéo quelques semaines en 2013, et j'avais reçu un email à l'époque d'un inconnu me disant simplement "bravo, bien vu, nous savons de quoi il s'agit". Peu de temps après, mon pc a eu des problèmes de disque dur et je pensais l'avoir perdue, mais je l'ai retrouvée récemment dans une sauvegarde sur un autre disque dur, avec d'autres.

    Il n'y a pas traces de trucages identifiés pour ma part.

     

    https://youtu.be/S_3hsEw5sYQ

     

     

    >

     

     

    Sur Dailymotion

     

    Ovni roissy2012 2013Photo agrandissable (cliquer dessus)

     

    Ci-dessous vous avez les traductions du texte en Anglais, Espagnol, Hindi, Portugais, Allemand, Arabe, Russe, Chinois simplifié, ainsi qu'une autre capture photo de la vidéo :

    Lire la suite