Moyen-age-18ème siècle

Regroupe les articles parlant de ces périodes.

Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

 

NigelKerner.jpg

Les messies biomécaniques de Nigel Kerner

Nigel Kerner est sans doute l’un des auteurs et chercheurs les plus originaux sur le phénomène d’intrusion extraterrestre. Il possède une perspective unique et pénétrante sur le programme d’interception de l’humanité par les extraterrestres Gris qui se fonde sur une compréhension logique de nos bases existentielles respectives. Les Gris et nous. Nous et eux. Eux contre nous. Kerner a suggéré que la meilleure manière d’appréhender leurs comportements prédateurs uniques et bizarres est d’être capable de définir avec précision ce que nous sommes, ce qu’ils sont, comment ils sont « nés » et surtout où ils veulent en venir. Après avoir exploré ces questions, il examine avec un regard neuf et inquisiteur les témoignages d’intrusions extraterrestres collectés aux 4 coins du monde à la lumière des derniers développements scientifiques, particulièrement, la génétique et la physique quantique.

Kerner est, notons-le, le premier auteur à notre connaissance à avoir établi une connexion claire entre les Archontes des évangiles apocryphes de Nag Hammadi et les extraterrestres Gris. Il a établi cette relation dès 1997 dans son premier livre, « The Song of the Greys ». Et aujourd’hui, nombreux sont les auteurs qui font également ce lien pour étayer leurs propres théories.

Nous sommes à l’aube d’un drame aux proportions cosmiques dont les conséquences sont dramatiquement limpides et simples : nos sociétés modernes ont désespérément besoin d’une version modernisée d’un messie qui sera capable d’établir un pont entre la science, la technologie et l’intuition d’une réalité métaphysique sous jacente. Mais pour certains, cette fameuse intuition n’est rien d’autre qu’un renouvellement des vieilles superstitions. La sacralisation de tout ce qui semble nous dépasser est un réflexe qui est vieux comme le monde.

Nombreux sont les whistleblowers militaires et auteurs spécialisés dans la conspiration qui tentent d’interpréter le phénomène de l’intrusion des Gris et des extraterrestres en général comme des vecteurs messianiques qui offriraient enfin à l’humanité un rapport logique entre science et surnaturel. Et ce phénomène ne cesse d’inquiéter Nigel Kerner pour une raison capitale : les extraterrestres Gris sont avant tout des machines, des drones exploratoires dénués de conscience et d’empathie. Ce ne sont que des messies mécaniques, des robots biologiques programmés dans le seul et unique but de perpétuer leur espèce à n’importe quel prix, serait-ce au prix de l’humanité toute entière. Ils doivent lutter pied à pied contre les forces entropiques qui caractérisent cet univers de matière et empêcher que leurs lignées génétiques ne se dégradent, clonage après clonage. Ils ne possèdent pas d’âme et recherchent donc dans notre « âme » qui nous relie à la source créatrice de toute chose, cette qualité d’éternité qu’ils sont incapables de saisir et de comprendre puisque ce sont des machines. Leur quête est désespérée et donc éminemment dangereuse.

Dans cette seconde interview exclusive qu’il nous offre, Kerner approfondit toutes ces questions fondamentales et nous offre une perspective fascinante sur ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir.

L’interview

Karma one : Depuis la publication de votre livre en 1997, il y a plus de 11 ans, avez-vous rassemblé certains éléments supplémentaires démontrant que les Gris sont des drones prédateurs en pleine phase dégénérative ? Ou bien, au contraire, ne seraient-ils pas si négatifs que cela ? Avez-vous également noté l’existence d’autres entités extraterrestres prédatrices qui pourraient représenter un risque de manipulation pour notre conscience et notre culture (comme par exemple, les forces américaines qui ont représenté un risque pour les tribus natives de Nouvelle-Guinée pendant la seconde guerre mondiale ou encore l’inquisition espagnole à l’égard des amérindiens) ? Existe-t-il des indices suggérant que des espèces extraterrestres, autres que les Gris, pourraient se révéler positives pour le développement de la « conscience galactique » des êtres humains ?

Nigel Kerner : A mon sens, depuis que le livre « The Song of the Greys » a été publié, rien n’a vraiment changé dans la nature du phénomène d’enlèvements extraterrestres. Les Gris sont toujours les créatures qui sont les plus fréquemment observées par les abductés. Budd Hopkins que je considère comme un exemple d’enquêteur sincère et objectif a constamment maintenu un regard aussi précis que possible sur les abductions, constatant lui aussi que tous les cas sur lesquels il s’était penché impliquaient des Gris. Parfois, certains témoins ont rencontré des créatures humanoïdes extraterrestres de plus grande taille connue sous l’appellation de « type nordique ». Mais les Gris se sont montrés dans chacun des cas.

Nous parlons en réalité d’une affaire dont l’ampleur manifeste est confirmée par des dizaines de milliers de personnes de par le monde. Les conséquences que ces événements peuvent avoir non seulement sur les victimes mais aussi sur l’humanité dans son ensemble doivent êtres prises très au sérieux. Le fait que des extraterrestres de forme humanoïde de type nordique et plus rarement encore, des entités distinctes de type reptilien semblent accompagner les Gris implique qu’il existe une sorte d’accord entre ces différentes espèces extraterrestres, ce qui constitue un fait très intéressant à prendre en considération. Cependant, les récits plus rares, moins cohérents et donc épars à propos d’autres espèces de visiteurs extraterrestres n’ont pas le même impact ni la même signification que les rapports qui dénoncent de façon cohérente des événements répétés impliquant les Gris, donc toujours les mêmes types d’extraterrestres. La puissance de ce sujet des enlèvements par des extraterrestres Gris provient justement de la cohérence des témoignages. Pour cette raison, nous ne pouvons pas être aussi certains de l’authenticité des récits plus isolés relatifs à ces autres espèces.

Je n’ai aucun doute à propos de la nature négative et prédatrice du phénomène d’enlèvement extraterrestre. J’ai été très clair à ce sujet dans mon livre « The Song of the Greys » et je souligne cet aspect avec vigueur dans le nouveau livre à venir.

En 2003, Richard McNally, un professeur de psychologie de l’université d’Harvard a hypnotisé six femmes et cinq hommes qui ont affirmé avoir été victimes d’enlèvements extraterrestres. Sous hypnose, sept de ces dix témoins ont rapporté avoir fait l’objet d’une extraction de sperme ou d’ovaires en vue d’opérations d’hybridation. Ces personnes ont également fait état de rapports sexuels directs avec des extraterrestres. Leurs témoignages ont été retranscrits puis reformulés sur bande audio d’une voix neutre par les chercheurs. Les enlevés ont ensuite écouté ces cassettes et leurs réponses émotionnelles ont été enregistrées en surveillant leur rythme cardiaque ainsi que la sueur qui se dégageait de la paume de leurs mains. Le même type de procédure a été employé sur 8 personnes qui avaient fait l’objet d’expériences traumatisantes sans aucun rapport avec les enlèvements extraterrestres. On a pu observer que les réactions des enlevés « étaient d’une ampleur similaire, si pas plus importante que celles des personnes qui ne pouvaient plus se libérer de souvenirs d’abus sexuels, de violences au combat ou d’autres événements traumatisants ». Mc Nally affirma également la chose suivante : « Les gens qui croient sincèrement avoir été enlevés par des extraterrestres montrent des schémas de réponses émotionnelles et psychologiques liés à ces souvenirs qui, de façon surprenante, sont identiques aux réponses qui ont été enregistrées sur des gens concrètement traumatisés dans des situations de guerre ou dans des événements du même genre ». http://www.news.harvard.edu/gazette/2003/02.20/01-alien.htm

McNally ne croit pas en l’authenticité réelle et physique du phénomène d’enlèvement extraterrestre car il estime que ce type d’événement est trompeur par nature. Cependant, son opinion à cet égard n’est pas d’une importance fondamentale car les résultats de ses expériences servent en réalité à illustrer l’effet traumatique concret et objectivable des enlèvements extraterrestres aux yeux de ceux qui n’étaient pas convaincus de la réalité tangible du phénomène. Il est incontestable que toutes les procédures développées par les extraterrestres impliquent un élément coercitif dès le moment où démarre l’enlèvement. Les procédures médicales inquisitrices qui sont le plus souvent extrêmement douloureuses sont menées alors que la victime se trouve plongée dans un état de paralysie total qui est également observé à l’occasion des expériences de nature sexuelle qui sont perpétrées sur les enlevés. Si on perçoit le phénomène d’enlèvements extraterrestres dénoncés par des témoins de première main en termes de respect de la vie sous l’angle philosophique des traités généraux d’éthique conçus par l’espèce humaine, je suis alors entièrement convaincu que le phénomène extraterrestre n’est rien d’autre qu’un phénomène négatif et prédateur. Affirmer que les Gris sont délibérément cruels ou sadiques à notre égard impliquerait qu’ils soient alors capables de développer une sorte de codex moral ou éthique. S’il s’agit effectivement de machines biomécaniques programmées, ce que je suis enclin à croire, ces créatures se révèlent incapables de développer le moindre sens psycho émotionnel, la moindre empathie. Et cela semble bien être le cas si l’on tient compte de la majorité des récits des témoins. Je crois que le professeur Jacobs et moi-même sommes les auteurs les plus constants et les plus cohérents à cet égard puisque nous avons maintenu ces prémisses tout au long de nos recherches. J’ai vraiment cherché le plus loin et le plus objectivement du monde une raison qui me ferait changer d’avis et je dois bien avouer que je ne vois pas pourquoi mon opinion changerait si je veux rester rationnel.

Le comportement des Nordiques, des Reptiliens et des Gris suggère un manque total de conscience telle que nous sommes capable de la concevoir. Ils n’auraient en réalité fait que suivre simplement des sortes d’instructions qui leur ont été programmées, des instructions qui sont contenues dans un programme autonome qui a été conçu pour préserver à n’importe quel prix leurs intérêts ainsi que les intérêts de ceux qui les ont créés dans cet univers. Selon des récits d’enlevés, les humanoïdes extraterrestres de plus grande taille semblent surveiller et diriger ce que font les Gris de plus petite taille. Ils semblent donc surveiller leur comportement prédateur. Les êtres blonds aux yeux bleus qui sont souvent aperçus en compagnie des Gris sont du même type que les entités qui se sont fait connaître auprès des Nazis et sur lesquels Hitler aurait fondé sa vision pour dessiner « l’homme nouveau du futur » et donc, l’idéal SS. Selon certaines informations, un extraterrestre blond a été « exhibé » à plusieurs membres de la haute hiérarchie nazie incluant Heydrich et Himmler (ndlr : les deux chefs de la SS) qui s’étaient rassemblés en 1936 dans les grottes d’Externsteine. Je crois que c’est lors de cette rencontre que la soi disant « solution finale » de la question juive a été implantée dans l’esprit de ces Nazis allemands qui étaient eux-mêmes des parodies de vermine humaine. Il y avait, je crois, une raison à l’aspect sensationnaliste qui les aurait motivé à mener cette campagne d’extermination mais je pourrai en dire plus à ce sujet dans le second et le troisième livre de la trilogie sur laquelle je travaille.

Un autre aspect du phénomène extraterrestre gris que j’ai pu découvrir et tenter de comprendre dans mon nouveau livre se réfère à un certain type d’expérience de mort imminente ou NDE et qui ressemble étrangement à un enlèvement extraterrestre. Ceux qui ont vécu ce type d’expériences sont troublés parce qu’ils n’ont pas pu vivre les si belles expériences extatiques qui semblent caractériser les NDE. Ils se demandent pourquoi l’univers dans lequel ils se retrouvent est si métallique et solide alors qu’ils espéraient rencontrer ce monde étherique et éphémère auquel ils s’attendent. En étudiant ces expériences et en les examinant à la lumière de mes autres recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que les Gris attendent en réalité l’arrivée de certains sujets expérimentaux humains au moment de leur mort physique. Je crois que les Gris sont capables de capturer l’âme de certains individus au moment où le champ énergétique de l’âme quitte le corps matériel à l’état de cadavre et entame son entrée dans l’univers inter-atomique, c’est-à-dire l’espace qui se trouve entre les atomes (qui correspond aux tunnels aperçus lors des expériences de mort imminente). A l’extrême limite du champ d’existence des atomes, ils sont en attente, prêts à faire usage de leur technologie qui est capable de magnifier les forces pour capturer les champs électro-spatiaux morphogénétiques individuels -à savoir des âmes- afin de les empêcher ensuite d’entrer dans le stade d’existence ultérieur qui se trouve au-delà de la matière physique, soit au-delà de l’univers des atomes.

Karma One : Ces dernières années, un nombre croissant d’auteurs et de témoins privilégiés militaires se sont manifestés avec des points de vue très contradictoires à propos du phénomène d’intrusion extraterrestre. Certains perçoivent ces entités comme dangereuses et prédatrices. D’autres les voient comme « neutres, professionnelles » (cfr Dean) et dénuées de compassion et d’émotions dans le sens où nous le percevons. Ils affirment que les extraterrestres nous considèrent comme une espèce parmi d’autres et agissent comme le feraient les propriétaires d’une réserve animalière en Afrique, ils nous surveillent et veillent à ce que les « animaux » ne soient pas trop nombreux et ne détruisent pas la réserve, c’est-à-dire la Terre.

D’autres encore, considèrent les extraterrestres, même les Gris, comme bénéfiques et même messianiques. De manière globale, ils les voient comme des êtres profondément bienveillants même si une petite minorité peut se comporter de manière diabolique. Cette partie est essentiellement représentée par le Dr. Steven Greer qui semble avoir développé un point de vue métaphysique à propos de l’intrusion extraterrestre. Greer semble penser que les extraterrestres sont bien plus avancés spirituellement et sont des « entités supérieures, interdimensionnelles et messianiques qui se révèleront à l’homme avec une message libérateur et qui nous sauveront même d’une possible apocalypse ». Que pensez-vous de ces mouvements et de ces différents points de vue ?

Nigel Kerner : Il est aisé et tentant pour beaucoup de percevoir une manifestation étrangère et extra-terrestre à cette planète comme une nouvelle force messianique qui se présente à eux tel un grand et merveilleux bienfait qui bénéficiera à tous. Mais je crois que cette vision est d’une folie extrême et totale.
La science perçoit en gros les religions conventionnelles comme un piètre héritage de l’époque médiévale, indispensable à notre confort. Elles incarnent la vision conventionnelle d’un principe divin, une sorte de secours, d’assistance spirituelle assez archaïque que nous nous serions inventés. Les religions traditionnelles ne seraient finalement rien d’autre qu’un simple vœu pieux qui renforce l’espoir, la morale et d’autres platitudes éthiques. Elles ne visent en outre que le contrôle social des masses populaires. Tout cela ne peut se comprendre qu’à la lumière de ce que les prêtres, le pouvoir et les auteurs de toutes les invectives religieuses ont réellement fait au cours des siècles. Ils ont menti, détourné, mal interprété et manipulé toute la ressource spirituelle qui se trouve autour de l’idée du divin depuis des millénaires et ils l’ont fait le plus souvent de façon délibérée. Ils ont conçu l’idée de « Dieu » autour de principes anthropocentriques qui ne sont que la glorification de l’idée d’un père de famille ou d’un seigneur régnant sur son domaine et sur ses serfs dans le seul but de s’auto-congratuler ou encore donner plus d’ampleur et d’emprise à leur propre autorité et leurs manières de vivre.

En ce qui me concerne, je n’étais pas prêt à accepter qu’il existait une domination spirituelle et extrasensorielle sur la matière et sur les diverses ressources présentes dans un univers matériel jusqu’à ce que je sois confronté à la réalité du phénomène ufologique. En constatant ce fait, j’ai commencé à comprendre la logique et la raison qui se trouvent derrière cet adage de Shakespeare : « il y a bien plus de choses sur la terre et dans les cieux auxquelles la philosophie n’a jamais osé rêver ». Cette phrase révèle une vérité indépassable. J’ai commencé à percevoir ce que les enseignants fondateurs de nos grands courants religieux avaient saisi, à savoir qu’il existe tout un monde qui se trouve au-delà des forces apparentes qui s’expriment dans l’univers de matière et donc au-delà des atomes. C’est un monde qui se révèle aussi réel et tangible que n’importe quel autre. Tout le contexte de cette constatation devient si clair pour moi qu’il peut même se définir de manière réaliste et terre à terre.

Ceux qui croient en un univers qui se base sur la pure matière, qui croient en tous ses produits dérivés et qui ont ainsi fondé toutes leurs échelles de valeurs et de perception des significations ultimes sont en réalité en grand danger de perdre toutes les références qu’ils ont d’eux-mêmes en les remplaçant par une référence matérialiste non vivante, en quelque sorte mécanique ou robotique, donc une référence morte. Vous ne pouvez comprendre et connaître une chose que si elle est prend sa référence au sein du « moi ». Sans cette référence liée à votre propre dimension vivante, vous êtes dans le nihilisme de Wittgenstein et de Nietzsche et par conséquent dans la démence indescriptible de l’esprit d’une machine, au cœur d’un esprit mécanique dénué d’âme. Vous êtes en fait un Gris. Il n’y a rien de plus terrifiant que cela et vous êtes incapable d’en faire l’expérience par vous-mêmes.

Dans son excellent article qui discute des implications éthiques du phénomène de l’enlèvement extraterrestre (http://www.ctlsoftware.co.uk/abductions.htm), Budd Hopkins souligne le fait que les extraterrestres ne semblent en aucune manière intervenir pour empêcher l’homme de faire l’expérience de la souffrance en ce bas monde. Hopkins suggère que Dieu semble également atteint par cette même indifférence. Cependant, selon moi, il y a une profonde et cruciale différence entre ces deux sources potentielles d’assistance à l’humanité.

Comme je l’ai dit, les extraterrestres ont eu la main bien plus qu’heureuse en intervenant dans nos affaires pour enlever et contrôler par la force des cibles humaines. Il semble donc que l’interventionnisme ne leur pose aucun problème lorsqu’ils ont envie d’être interventionnistes. Cependant, en ce qui concerne cet état central de perfection et de liberté infinie qui correspond à la définition du divin, le scénario devient totalement différent.

Pour ceux qui ont pu lire mon premier livre, je crois que notre existence qui se développe dans un univers physique imparfait n’est pas le résultat d’un Dieu créateur qui nous aurait placé délibérément dans un état d’imperfection (et qui pourrait alors assister au spectacle) pour en tirer du plaisir. Il s’agit plutôt de l’expression de la liberté parfaite qui s’est impliquée dans un état de perfection que je nomme « expression divine », dans le but de savoir et d’expérimenter toutes les choses, en ce compris la liberté de savoir ce que c’est de ne plus être parfaitement libre et donc ce que c’est d’être imparfait. C’est cela la liberté totale et parfaite, une chose, son contraire et tous les champs du possible. Nous sommes donc le produit de nos propres choix libres. Par conséquent, ce n’est pas tant que Dieu n’interviendra pas mais plutôt simplement le fait que l’expression de la Divinité ne peut intervenir par essence et ce, afin que tous les champs du possible s’expriment. La « lumière » infinie issue de la manifestation de la divinité ne peut s’exprimer dans l’univers que dans la mesure où nous le permettons puisque nous en sommes les relais, les vecteurs et donc, nous devons pour cela ouvrir en quelque sorte grandes les fenêtres de nos âmes. Notre volonté de faire cela est suprême, plus forte que tout. Une fois que nous agissons, nous incarnons d’une certaine manière cette lumière et agissons comme un agent de l’expression divine. Mais l’état d’expression divine en elle-même est un état d’implication qui, par définition, ne peut intervenir d’elle-même. Elle a besoin d’un agent.

Le Christ, Bouddha, Mohammed et tous les grands enseignants étaient des incarnations physiques de la lumière de l’état de divinité de telle manière que ces êtres furent capables de faire le choix d’aider leurs congénères, un choix qui leur était propre. Les Gris (en tant qu’expression mécanique), comme j’en ai déjà parlé, ont montré qu’ils étaient capables d’intervenir et qu’ils intervenaient en réalité que de manière négative et coercitive. De ce fait, la question que pose Hopkins s’adresse bien aux Gris : pourquoi n’interviennent-ils pas pour empêcher l’être humain de souffrir ? Pourquoi est-ce que, justement, leurs interventions génèrent-elles de la souffrance et de la douleur plutôt que de la soulager ?

Comme je l’ai déjà mentionné au préalable, il est totalement évident que les entités extraterrestres qui ont été aperçues dans ces témoignages n’ont éprouvé absolument aucun égard pour la détresse ou la douleur humaine. Cependant, les enlevés n’ont pas non plus parlé que leur ravisseur aurait fait montre de cruauté ou de plaisir sadique. A la place, les extraterrestres ont plutôt l’air de ne rien comprendre à la douleur qu’ils infligent à leurs victimes, ce qui représente à tout le moins un sérieux problème. Si ce sont bien des créatures robotiques comme je le crois, ce manque d’empathie prend tout son sens parce qu’il est impossible de programmer de la compassion et de la sympathie dans une machine. Ces « qualités » que sont l’empathie et la compassion sont les marques de fabrique de l’être connecté au « Godverse », c’est-à-dire à l’univers du Divin. L’être vivant naturel. S’ils sont nos messies et rédempteurs du futur, on peut alors se poser la question : vers quelle terre promise nous mènent ces entités ?

Karma One : Pensez-vous qu’il existe un risque de voir se développer une nouvelle religion dans le cadre du phénomène d’intrusion extraterrestre et qui se baserait sur un message apocalyptique de type biblique ou bien croyez-vous que ce risque est négligeable ? Dans ces temps de crises nombreuses (financière, climatique, matières premières et énergies, religions etc…), compte tenu de l’importance croissante de messages apocalyptiques et bibliques (2012, la venue de Nibiru, scénario de fin des temps), selon vous, les extraterrestres vont-ils vouloir jouer un rôle prépondérant dans ces scénarii ?

Nigel Kerner : Les religions semblent se former de manière spontanée à chaque fois que les êtres humains en expriment le besoin. L’apparente insécurité qui est la marque de fabrique particulière de notre vie quotidienne constitue l’ingrédient idéal pour obtenir de grands effets à partir de petites causes. On va alors tout faire pour concevoir une philosophie qui va nier les effets du deuxième principe de la thermodynamique et qui a pour conséquence la dégradation de notre corps à chaque seconde de notre vie qui passe. (NDLR : L’irréversibilité des phénomènes physiques induisent les effets de l’entropie d’un système. Un système obéit à la loi d’entropie dans la mesure où petit à petit s’instaure dans tout système physique de moins en moins d’ordre, de plus en plus de chaos mais également, de moins en moins d’énergie ou encore une énergie qui est de plus en plus gaspillée –la loi des retours diminués- jusqu’à aboutir à l’entropie maximale ; à savoir la mort. Dans un système physique clos, la seconde loi veut que l’entropie est constante ou augmente de manière irréversible et ne peut en aucun cas diminuer. L’entropie d’un système isolé ne peut pas diminuer, elle augmente ou elle reste constante si la transformation est réversible. Pour être plus clair, la mort physique est un système entropique irréversible. De même, lorsqu’un verre tombe à terre, il ne peut se reconstituer). Nous sommes sans cesse en quête d’une certitude qui nous permettra de mettre un terme à cette insécurité. Nous devons faire face sans cesse à cette insécurité qui provient de cette terrible et puissante force qui nous pourrit de l’intérieur. Nous avons besoin de savoir qu’il existe bel et bien quelque chose qui peut contrecarrer cette force entropique qui nous précipite vers le chaos et vers une lente détérioration. Quelque chose qui résiste à ce processus incontournable. Quelque chose qui peut changer la mort en vie, la perte en profit.

En considérant les choses dans leur ensemble, il y a en nous, en tant qu’être humain, une ancienne mémoire qui a encodé au plus profond de notre être les souvenirs d’une réalité, d’un temps, d’un endroit ou d’une situation où tout était possible et se présentait sous une forme merveilleuse et immédiatement disponible. La perte de cette réalité nous pousse à conserver intact dans notre mémoire l’espoir de notre transformation. Nous recherchons tous les signes qui permettent au souvenir que nous avons de cet espoir de demeurer vivant et nous construisons sur base de ces signes, une philosophie, un procédé ou un système de croyance qui pourraient transformer le désespoir en espoir. Ces signes, ces anomalies acquièrent leur forme la plus puissante lorsque quelque chose va à l’encontre du connu, des lieux communs et du système (NDLR : soit le phénomène des anomalies, des manifestations surnaturelles). Par exemple, on a créé de toutes pièces un Bouddha avec ce jeune garçon qui a été découvert en train de méditer pendant plusieurs semaines selon certains, pendant plusieurs mois selon d’autres, sous un arbre dans le Nord de l’Inde. Il méditait sans s’arrêter pour manger, boire ou faire ses besoins. On en a fait une sorte d’icône qui symbolisait les attentes les plus extrêmes parce que nous avons tous besoin et envie que toutes les choses soient merveilleusement belles, bonnes et idéales.

Les créatures mystérieuses ainsi que les vaisseaux spatiaux qui définissent le phénomène OVNI constitueront le candidat idéal pour une déification dans un monde qui a perdu toutes ses illusions avec les religions spiritualisées. L’Occident et ses populations euro-caucasiennes se sont sécularisés sur la base d’un système purement matérialiste fondé sur le monde de la science. De ce fait, l’Occident recherchera une réalité finale fondée en fin de compte sur l’atome et la matière. Ils vont déifier les Gris et les définiront comme étant de nouveaux « Messires » (NDLR : Cela se vérifie par exemple dans une conception très récente du Vatican selon laquelle la vie extraterrestre intelligente doit exister et nous est sans doute supérieure parce que cette vie a été conçue par essence en dehors du péché alors que les Ecritures nous apprennent que l’homme a été conçu, entaché par le péché originel !). Il s’agira d’une variante de messies non spirituels cette fois, qui nous amèneront de bonnes choses si et seulement si nous les comprenons et si nous leur donnons une chance de les comprendre. Ils inventeront toutes sortes de choses et d’événements et les traduiront dans des termes qui incarneront la vérité authentique, une vérité qui dépassera bien entendu ce que l’être humain est capable de comprendre.

12-humanoide-ar.jpg

Dans mon nouveau livre (ndlr : à paraître en janvier 2010 chez l’éditeur Inner Traditions/Bear & Company), j’ai tenté d’analyser tous les indicateurs que l’on peut retrouver dans divers systèmes de croyance, qu’ils soient séculiers ou spirituels, et j’en suis arrivé à la conclusion simple, logique et incontournable que rien n’est plus éloigné de la vérité. Le phénomène Ovni est la plus grande menace à laquelle doit faire face tout être vivant naturel faisant partie de cet univers. Ce phénomène constitue la négation absolue et finale, la destruction de nos espèces et ce, grâce à une immense incompréhension et une déformation délibérée des messages spirituels et religieux de tous les grands enseignants et de ce qu’ils voulaient vraiment nous dire. Le livre consacre près de 600 pages et plus de 200.000 mots à n’expliquer que cela et je ne vais donc pas le faire dans cette réponse. Mais je crois que lorsque les esprits les plus aiguisés examinent tous les indices qui sont rassemblés, ils se rendront compte que ce que les chrétiens fondamentalistes ont désigné sous les termes d’extase, de « révélation » ou d’épiphanie n’est en réalité qu’un enlèvement ou encore la captation d’une âme. Ils verront que ces extraterrestres Gris dotés de quatre doigts sont mortellement dangereux car ils veulent s’emparer de cette planète et de ses dirigeants. Ces extraterrestres poursuivent un agenda : l’interception de milliards d’êtres humains d’un génotype spécifique appartenant à une humanité qui a été spécialement préparée sur le plan génétique, c’est-à-dire l’humanité européenne caucasienne dont les gènes ont été « travaillés » pour comporter un déficit en mélanine. Le but de cette opération glace le sang tant elle est effrayante. Derrière ces enlèvements et apparitions ciblées se dévoile un programme génocidaire fondé sur des marqueurs génétiques.

Dans mon esprit, il ne fait aucun doute que les Gris et leurs hybrides incarnent bel et bien « le Grand Prétendant », ce faux messie et ce faux dieu prophétisé dans le Livre de l’Apocalypse qui subjuguera tous les hommes grâce aux miracles qu’il montrera. Ce faux prophète a le pouvoir «de donner la vie à l’image de la Bête ». Il s’agit sans doute d’une référence aux procédures de clonage qui sont employées par les Gris. Des implants biologiques insérés sous la peau comme outils de surveillance et de localisation sont aujourd’hui déjà disponibles sur le marché. Ce genre de technologie peut incarner « la marque de la bête » que le faux prophète donne aux êtres humains et sans laquelle nous ne pouvons rien acheter ou vendre. L’un des ces implants a d’ailleurs été baptisé « Digital Angel » ou « ange digital », un titre qui semble trop ironique pour être vrai et pourtant, cet intitulé cache peut-être bien plus que de la simple ironie (NDLR : Le type d’implant « Digital Angel » a été étudié pour être employé dans le système bancaire et pourra être lu à distance par des machines). Peut-être que toutes ces technologies sont le produit d’authentiques « anges » robotiques et digitaux qui sont apparemment descendus des cieux. Pour paraphraser les termes des écritures, la Bible prophétise que « seuls ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de la vie de l’agneau sacrifié lors de la fondation du monde » vénèreront le faux prophète. Ne serait-ce pas ces êtres humains qui ont été interceptés génétiquement de façon à ce qu’ils ne puissent plus être clairement en contact avec l’Univers du Divin qui existe en eux au-delà de l’établissement de ce monde de matière ?

Quelle que soit la vérité que pourraient éventuellement contenir l’une ou l’autre prophétie, nous devons admettre que celles qui annoncent la fin des temps n’ont jamais cessé d’apparaître au cours des siècles. Bien évidemment, aucune d’entre elle ne s’est avérée fondée. Par contre, d’autres types de prophéties qui se sont réalisées permettent d’illustrer la fragilité de notre condition en tant qu’espèce. Le simple fait que la prophétie de 2012 provient de multiples sources indépendantes les unes des autres peut suggérer qu’elle contient une vérité potentielle. Mais il existe aussi cette possibilité dont je parle dans mon nouveau livre selon laquelle les Gris pourraient employer leurs technologies pour par exemple contrôler la trajectoire d’un astéroïde de façon à ce qu’il frappe des parties du monde où l’on trouve des concentrations de populations qui ne font pas partie de leur groupe humain expérimental de prédilection (qui sont les Caucasiens) et qui pourraient par conséquent interférer avec les groupes qui font partie de leurs sélections.

Que cette prophétie se matérialise un jour ou non, elle nous place face à notre décès, tel un agent d’une mort soudaine, terme final de notre individualité consciente et physique. Nous ne sommes qu’à quelques battements de cœur d’un deuil, celui que nous devrons faire de toutes nos attentes, de tous nos espoirs. Alors, préférons-nous nous diriger vers la mort dans l’ignorance de notre destinée ? Ou bien, préférons-nous nous émerveiller devant ce qu’il adviendra de nos pensées, de l’ensemble de nos expériences? Il me semble que si nous pouvons avoir un regard avisé sur se cache derrière la matrice de la vie physique et ses illusions, alors comme tout doit de toute façon se terminer et déboucher sur quelque chose, nous disposerons d’une vision plus pénétrante et réaliste des problèmes auxquels nous serons de toute façon confrontés. Si sans aucun avertissement préalable, tel un de ces instants hasardeux que peut générer l’univers, un astéroïde capable d’anéantir une civilisation s’approchait de nous en surgissant par surprise derrière l’éclat du soleil, il est évident que ceux qui chérissent leur individualité pourraient en pâtir. La préscience de ces événements est-elle un prix si intéressant à payer ?

Il est crucial de comprendre que ce que les gens perçoivent comme étant l’Armageddon est par nature un événement qui ne devra pas se traduire par une fin du monde explosive et terrifiante mais plutôt par le commencement d’un nouveau jour glorieux de connaissance. Une nouvelle manière de percevoir la base entière de l’existence qui ne se fonde pas sur des concepts Nouvel-Âge ou encore sur les doctrines d’un pseudo âge d’or d’ignorance fondé sur les mêmes principes de « physicalité » que l’on avait développé lors des sombres périodes médiévales. Je crois que la science nous offre de toutes nouvelles perspectives grâce à sa manière de percevoir la matière. Ce nouveau regard sur la matière nous poussera à comprendre ce qui se cache derrière toutes les énigmes de la vie. La science nous montre la matière sous un nouvel angle, une matière fondée sur un monde atomique éphémère et en même temps profondément liée à l’expression abstraite, éternelle et psycho-spirituelle de l’Univers du Divin (le Godverse). Mes recherches qui se veulent aussi objectives et logiques que possible m’ont révélées qu’il existe une forme d’affirmation d’un résultat final et glorieux et à mon sens, ce résultat parfait est une certitude en dépit des effets entropiques qui prévalent dans un univers fondé sur la matière et les forces physiques comme le nôtre. (NDLR : En d’autres termes, notre réalité, celle d’un monde constitué d’atomes, de parties et donc marqué par l’entropie ne pourra jamais contaminer l’univers parfait de la source de toute chose, le Godverse vers lequel nous nous dirigeons avec certitude)

De nombreuses prophéties émanant des diverses cultures et religions de par le monde prédisent une nouvel aube, un recommencement pour l’humanité, « un nouveau ciel pour une nouvelle terre » tel qu’annoncé dans l’Apocalypse. Pour certaines raisons, seules les prophéties de type apocalyptique ont les faveurs du monde des médias et les visions positives sont simplement jetées à la corbeille. Je ne suis pas en train de dire que le phénomène extraterrestre pourrait amener l’émergence d’une meilleure situation, loin de là. A la place, je dis qu’il y a une Cause extérieure alternative dans cette affaire, une cause qui trouve son origine dans l’univers parfait du divin, le Godverse. Cette cause d’origine transcendante (Godverse) contrecarre automatiquement et implicitement tous les obstacles placés par les Gris sur la route de l’humanité au point que nous n’avons pas eu à choisir librement ce que les Gris nous ont fait. Nous les avons subis. (NDLR : Et donc, malgré leur présence, nous pouvons leur échapper parce que nous venons du Godverse, affirme avec insistance Kerner)
Jésus Christ, je le pense, était une forme de compensation. Son héritage en mots et en actes nous a fourni une forme d’antidote pour faire face aux diverses intrusions et interceptions des Gris et à leur influence pernicieuse. Cela est résumé au mieux dans la suggestion que Jésus fit à Judas de « penser avec le cœur » (NDLR : par opposition à la pensée mentale qui reconstruit la pensée et donc le discours sur base de la peur et des émotions qui en découlent). Dans mon nouveau livre, je suggère que le Christ a aussi laissé un autre héritage, biologique celui-là, une ligne de descendants libres de toute interception génétique et qui peut guérir l’humanité de toute pollution des Gris. Dans le livre, je met en évidence des preuves de cette assertion plutôt révolutionnaire et que j’ai trouvée dans le Testament de Judas, dans d’autres textes gnostiques mais aussi dans le livre canonique de l’Apocalypse (NDLR : dans le testament de Judas, le Christ évoque l’existence de deux sortes d’être humains, deux « générations » : ceux qui sont nés sous le joug des Archontes et ceux qui en sont libres. Le texte parle de « génération », ce qui n’est pas un hasard mais montre qu’il s’agit donc d’une sorte d’emprise des archontes dès la naissance. Il ne peut donc s’agir, en langage moderne, que d’une interception et une marque génétique héréditaire). Ce qui nous arrive du « Godverse » n’arrive par conséquent que par des moyens naturels et non par le biais de la technologie ou du voyage espace temps. Donc, les messies sont nés d’un utérus et ils n’arriveront pas ici en vaisseau spatial !

Karmaone : Pour comprendre le phénomène d’intrusion extraterrestre, il y a certes les témoignages de plus en plus nombreux des militaires et des victimes d’enlèvements. Mais pensez-vous aussi qu’une analyse en profondeur de notre patrimoine génétique ou de ses mutations successives puissent montrer que celui-ci a été manipulé par une force extraterrestre dans le cadre du développement de projets avancés d’ingénierie génétique, à l’instar de ce qui est décrit de façon imagée dans les tablettes sumériennes ? Quels sont les éléments objectifs qui démontreraient que ce projet a existé, qu’il est malveillant et que les conséquences en seraient une diminution du véritable potentiel de l’être humain ?

Nigel Kerner : Oui, il existe de fait des éléments montrant que le génome humain a fait l’objet d’une pareille interception. La répétition de trinucléotides (ou triplet du génome) en est un exemple évident. Les répétitions de trinucléotides se distinguent de l’ADN normal (ndlr : l’ADN est composé de 4 bases, soit Adénine(A), Guanine (G), Cytosine (C), Tymine). Il y a répétition de trinucléotides lorsque le même code « triple » se répète encore et encore comme par exemple la répétition CTG ; soit les trois mêmes bases Cytosine-Tymine-Guanine se répètent en une longue suite en CTG-CTG-CTG ou encore GGC-GGC-GGC). De la même manière, un clone se caractérise par la répétition de codes. Il se compose d’une cellule maîtresse qui se duplique elle-même à de multiples reprises jusqu’à former un corps complet. Je suggère que les répétitions de ces trinucléotides pourraient faire partie de leurs tentatives de nous convertir en leur format, en une expression génétique voisine de la leur. De manière très intéressante, le trinucléotide dans l’ADN peut générer une structure très inhabituelle qui permet à deux brins d’ADN enroulés en double hélice de glisser l’un contre l’autre, libérant les bouts de ces brins d’ADN avec lesquels l’enzyme générera des bases supplémentaires. Si c’était dans l’intention des extraterrestres de façonner notre ADN à leur propre usage et donc, pour y arriver, de réorganiser certaines parties du génome humain, ils devraient alors posséder une technologie qui leur permettrait de faire ce que l’on appelle l’épissage de l’ADN enzymatique (NDLR : Le décodage complet de l’ADN suit de nombreuses étapes : déroulement de l’ADN, lecture et transcription en ARN, épissage de l’ARN, traduction du code en protéine, maturation de la protéine…avant de donner lieu à l’assemblage correct des protéines dont la cellule peut avoir besoin. L’épissage est donc une des phases du décodage de l’ADN). Les maladies qui sont justement provoquées par les répétitions des trinucléotides semblent être de celles qui affectent particulièrement le système nerveux. Dans mes livres, j’ai suggéré le fait que nous « pensons » avec l’entièreté de notre système nerveux et pas seulement avec notre cerveau. Ces extraterrestres sont des entités de nature purement physique, me semble-t-il, et ils sont par conséquent incapables de détecter et de contrôler la nature non physique et immatérielle du processus de la pensée. De ce fait, ils ciblent peut être par ce moyen matériel (ndlr : celui de l’ADN) le système nerveux qui est supposé être le siège de la pensée. C’est peut être leur manière de tenter d’introduire leurs propres « signatures » dans les gènes qui codent le système nerveux de l’être humain de telle façon qu’ils puissent visualiser matériellement et génétiquement l’ingrédient manquant qui fait la différence entre eux et nous.

Il semble qu’il existe un niveau « limite » de trinucléotides qui provoquent mécaniquement et donc automatiquement l’apparition de la maladie. Il est probable qu’une fois que ces interceptions de notre ADN ont atteint un certain nombre, il n’est plus possible pour les séquences « naturelles » d’ADN de résister et elles sont alors dominées. Contrairement aux maladies génétiques classiques, dans le cadre de ces maladies générées par la répétition de trinucléotides, il ne s’agit pas d’un gène spécifique ou de plusieurs gènes spécifiques qui sont responsables de la pathologie mais c’est bien de la répétition même des codes qui provoquent l’affection. Je suggère que ces répétions empiètent sur les gènes qui sont l’expression naturelle de l’espèce humaine.

De nombreux enlevés rapportent que les extraterrestres prélèvent pour examen des spermatozoïdes ou des ovules. En fait, de nombreux examens médicaux de femmes qui affirment avoir été enlevées ont révélé que tous les ovules avaient mystérieusement disparu de leurs ovaires. Pour rappel, l’expansion des trinucléotides dans l’ADN apparaît justement dans les premiers stages du développement embryonnaire.

Suite ci-dessous:

Lire la suite

Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

 

Srahsrang bois pierrestaillees et tridentenbronze

 

En avril-mai 2020, des découvertes lors des fouilles du bassin d'eau Kandal Srah Srang, au pied d'Angkor Wat au Cambodge ont défrayé les chroniques. En effet, la fouille de ce petit temple régulièrement englouti par les fortes pluies, mais aussi victime de sècheresses récurentes comme en ce moment, ont révélé des surprises de taille : Tout d'abord, une grande tortue en pierre a été trouvée, avec des artefacts étranges comme les restes d'un trident en métal accompagné de nombreux petits cristaux, puis une plus petite tortue comportant une cavité couverte contenant des pierres précieuses, du fil de bronze, des dizaines de cristaux à nouveau et un tissu enveloppant un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu, une tête d'un fameux Naga et les restes d'une statue féminine sans tête ni bras ni jambes, donc difficile à identifier et dater et aussi un trident en métal intact.

Voici tout d'abord les rapports sur ces découvertes traduites : 

Des archéologues cambodgiens ont mis au jour une grande statue de tortue vieille de plusieurs siècles dans le complexe du temple d'Angkor.

 

Angkorvat tortue3

Une grande tortue de grès découverte la semaine dernière dans le complexe du temple d'Angkor Wat (avec l'aimable autorisation de l'Apsara Authority)

 

La tortue en pierre sculptée de 56 par 93 centimètres (22 par 37 pouces) qui daterait du 10ème siècle après JC a été découverte mercredi lors de fouilles sur ce qui était le site d'un petit temple qui avait été construit sur Srah Srang, l'un des sites d'Angkor qui comporte plusieurs réservoirs.

Les chercheurs ont identifié l'emplacement du temple et les ouvriers ont drainé l'eau pour permettre les fouilles, qui ont commencé le 16 mars 2020, a déclaré Mao Sokny, chef de l'équipe de fouille de l'Apsara Authority, une agence gouvernementale qui supervise le site archéologique d'Angkor.

La moitié inférieure de la tortue est restée enterrée jeudi pendant que des préparatifs étaient en cours pour la retirer sans l'endommager.

Angkor a été fortement influencée par la culture hindoue et, par conséquent, lorsqu'un temple ou une autre structure importante était construite, des objets sacrés étaient souvent enterrés dans le sol en dessous pour assurer la sécurité et la bonne fortune. Dans plusieurs cultures asiatiques, les tortues sont considérées comme des symboles de longévité et de prospérité.

Les fouilles ont également découvert d'autres artefacts rares, dont deux tridents métalliques et une tête sculptée d'un naga, une créature mythique.

Le complexe d'Angkor est la plus grande attraction touristique du Cambodge, ainsi qu'un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et est inclus dans le drapeau cambodgien.

Mao Sokny a déclaré que les découvertes de tels artefacts aident les Cambodgiens à être fiers de leur héritage.

https://phys.org/news/2020-05-stone-turtle-unearthed-angkor-reservoir.html

 

Srah srang angkor camboya

Les archéologues ont découvert une grande tortue en pierre et plusieurs autres artefacts vieux de plusieurs siècles dans le réservoir de Srah Srang à Angkor, au Cambodge. ( Diego Delso via Wikimedia Commons sous CC BY-SA 3.0 )

 

La sculpture est l'un des rares artefacts récupérés dans le réservoir temporairement drainé de Srah Srang depuis le début des travaux à la mi-mars 2020.

Selon l'agence de presse chinoise Xinhua, les chercheurs ont trouvé la tortue de grès lors de la fouille du site d'un petit temple qui se trouvait autrefois sur une île artificielle au milieu du réservoir. Après que l'équipe ait déterminé l'emplacement du temple plus tôt cette année, les ouvriers ont suffisamment abaissé le niveau d'eau du réservoir pour permettre aux fouilles de commencer, a déclaré à l'AP Mao Sokny, un archéologue de l'Autorité d'Aspara, qui supervise le complexe du temple et .

La tortue mesure 23 pouces de large et 37 pouces de long, selon l'AP. Sa coquille est vierge à côté d'un carré gravé en son centre, a déclaré Chea Socheat, directeur du projet de fouille, et Pech Sotheary au Khmer Times.

« La tortue est connue comme l'un des avatars du dieu hindou Vishnu », dit Socheat. « Parfois, les tortues sont placées comme un objet votif dans les fondations d'un temple ou en son centre.»

De nombreux temples et structures d'Angkor, capitale de la civilisation khmère qui a existé entre le IXe et le XVe siècle après J.-C., étaient dédiés à des divinités hindoues dont Shiva et Vishnu, selon l'Encyclopedia BritannicaConstruite au 12ème siècle, Angkor Wat s'étend elle-même sur près de 400 acres près de ce qui est aujourd'hui la ville de Siĕmréab.

Socheat dit au Khmer Times que des évaluations préliminaires suggèrent que la grande tortue a été enterrée sous le temple pour assurer la sécurité et la prospérité du site. Il ajoute que c'était peut-être « une pierre précieuse… placée pour la célébration de toute cérémonie religieuse pendant cette période ».

Les fouilles de la semaine dernière se sont avérées particulièrement fructueuses pour Socheat et ses collègues: peu de temps avant la découverte de la tortue de pierre, l'équipe a déterré deux tridents métalliques, des cristaux et une sculpture d'une créature serpentine mythique connue sous le nom de naga. Vendredi, les archéologues ont trouvé une autre tortue plus petite et deux poissons sculptés, selon un communiqué de presse de l'Apsara Authority.

Comme Socheat le dit à Soth Koemsoeun au Phom Penh Post, les fouilles précédentes du temple de Neak Pean - qui est également situé sur une île artificielle au milieu d'un réservoir d'Angkor - ont donné une tortue plus petite qui ressemblait à celle qui venait d'être découverteCachés dans la sculpture se trouvaient des pierres précieuses, des fils de bronze et un tissu enveloppé dans un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu. (YH : cette découverte précédente n'a donc pas été faite exactement au même endroit).

Les anciens dirigeants d'Angkor se sont appuyés sur le système complexe d'ingénierie de l'eau de la ville pour accumuler et maintenir l'énergie via la riziculture, a écrit Joshua Rapp Learn pour le magazine Smithsonian en février 2020. Selon Richard Stone de National Geographic, la capitale impériale « est devenue une puissance médiévale grâce à un système sophistiqué de canaux et de réservoirs qui a permis à la ville de stocker de l’eau rare pendant les mois secs et de disperser l’eau en excès pendant la saison des pluies ».

 

Sitesrahsrang2

Apsara Authority

 

Aujourd'hui, ceux qui visitent Angkor pendant la saison sèche de la région peuvent apercevoir les vestiges du temple Srah Srang qui dépassent au-dessus de la ligne de flottaison du réservoir. Pendant la saison des pluies, le temple est «complètement avalé» par de fortes pluies, selon Xinhua.

La moitié supérieure de la plus grande tortue en pierre a été fouillée, mais les chercheurs prévoient de laisser sa moitié inférieure enterrée jusqu'à ce qu'ils puissent déterminer un moyen de soulever et de déplacer la relique en toute sécurité, rapporte l'AP.

« Bien que des études antérieures aient été menées sur le temple, il n'y a eu aucune recherche approfondie à ce sujet [montrant] l'endroit où divers objets ont été enterrés », a déclaré Socheat au Khmer Times. « Notre récente découverte peut aider à expliquer l'histoire du temple, y compris les cérémonies religieuses qui y étaient autrefois célébrées.»

https://www.smithsonianmag.com/smart-news/archaeologists-drain-angkor-reservoir-and-discover-stone-turtle-and-other-artifacts-180974849/

 

De son côté, en avril 2020, l'explorateur Praveen Mohan, rendu célèbre par ses vidéos Youtube de ses explorations et son apparition sur Historia "Ancient aliens", a eu l'idée, en ce qui concerne certains artefacts découverts d'un possible moyen de communication élaboré : une sorte de radio, inventée donc bien avant les nôtres, à base de cristaux de quartz, de fils de bronze et d'antennes (les tridents), tout comme les premières inventées dans les temps modernes. De mon côté, j'ai effectué des recherches sur les pratiques rituelles anciennes des Cambodgiens, et j'ai découvert quelques sources qui pourraient en fait éclaircir les choses d'une façon plus logique et en liaison avec ces rituels anciens :

Lire la suite ci-dessous et voir une vidéo prise pendant les découvertes :

Lire la suite

Mélusine: affinités avec les déesses-mères de l’Asie Mineure?

Mélusine : quelles ressemblances avec les déesses-mères de l’Asie Mineure ?

 

Melusine lusignan vienne

Le sentier de Mélusine vous conduit sur les lieux de la rencontre entre Mélusine et Raymondin. Mélusine-Lusignan-Vienne

 

A la suite de sa proposition, voici un texte de l'auteure Lousiné Terteryan, qui constitue sa première contribution à une collaboration entre écrivains partageant des passions proches. Auteure du livre "La Plume magique" aux Editions Edilivre, un conte pour enfants et adultes restés jeunes dans leur tête, je partage les messages de ce conte qui sont, comme elle le dit dans son interview : " Il y a trois messages dans cette histoire : le premier, l’écologie , la Mère Nature, il faut l’aimer, la respecter et la protéger, le deuxième ne pas couper les liens entre son enfance et sa vie d’adulte, donc rester toujours un peu un enfant et enfin le troisième croire à la magie de la vie. "

https://www.edilivre.com/rencontre-avec-lousine-terteryan-auteur-de-la-plume-magique/

 

Laplumemagique

Si vous voulez acheter cet ouvrage : https://www.edilivre.com/la-plume-magique-lousine-terteryan.html/

 

 

Mélusine, un personnage féminin légendaire très ancien, pour les mythologues est la “mater lucina" romaine qui présidait aux naissances, ou une divinité celte, protectrice de la Font-de-Sé (fontaine de la soif). Il pourrait également s’agir de la Lyké des Grecs, de la Mélugina des Ligures ou de la Milouziena des Scythes, dont le peuple serait issu d’Héraclès et d'Echidna, elle-même a une queue de serpent et des ailes de chauve-souris. Pour les Gaulois, elle serait plutôt une sorte de Parque du nom de Mélicine (la tisseuse), d’où le thème de la destinée, très présent dans le mythe de Mélusine. (https://mythologies.blog4ever.com/melusine-ancienne-terra-mater)

Mais ce personnage semble être plus ancien car elle ressemble plutôt à celles de divinités mésopotamiennes telles qu’Ishtar (vénérée chez les Akkadiens, Babyloniens et Assyriens), Inanna (déesse sumérienne), Sémiramis (déesse assyrienne). Toutes ces déesses incarnaient la fécondité, l’amour et la beauté dans les panthéons respectifs.

Selon certains spécialistes Mélusine signifie “merveille" ou “brouillard de la mer”. Pour les Lusignan, on l’appelle “Mère Lusigne” (la mère des Lusignans), fondatrice de leur lignée. Dans le dictionnaire Littré, elle est appelée “Merlusigne”, ce qui pourrait faire penser à une connotation aquatique. (https://mythologies.blog4ever.com/melusine-ancienne-terra-mater)

Enfin, Mélusine possède des traits qui la rendent encore plus ancienne : elle possède des caractères de la déesse-mère remontant à la période du matriarcat.

Pour quelqu’un qui connais le folklore et la mythologie arménienne, Mélusine rappelle la légende de Sémiramis la fameuse reine bâtisseuse assyrienne, transmise dans “L’histoire d’Arménie” de Moïse de Khorène (historien arménien du Ve siècle).

Pour révéler les ressemblances entre Sémiramis et Mélusine, il suffit de connaître la légende d’Ara le Beau et de Sémiramis. Dans les légendes, issues de l’historiographie médiévale arménienne, Sémiramis est une reine assyrienne amoureuse d’Ara le Beau - le roi d’Arménie.

 

Jpg ara le beau et semiramis

couverture du livre (ARA AND SEMIRAMIS - Book 20 in the Baba Indaba Children's Stories – Anon E. Mouse)

 

Quelle est l’histoire de la légende d’Ara le Beau et de Sémiramis ?

 

Ara était un roi arménien et très beau. La rumeur de sa beauté parvint aux oreilles de la reine Sémiramis, femme de Ninos qui se met alors à le désirer en secret. Celle-ci profite de la mort de son mari pour le courtiser (selon une autre version, elle demande de son mari le règne pour une seule journée. Ce jour-là, elle ordonne qu’on exécute le roi).

Alors, Sémiramis envoie des messagers chargés de cadeaux pour faire venir Ara à Ninive auprès d'elle et en faire son époux. Mais Ara était fidèle à sa femme. Sémiramis, folle de rage qu'il repousse ses avances, déclare la guerre à Ara le Beau, tout en enjoignant à ses généraux de l'épargner.

Au cours de la bataille, Ara trouve la mort. Quand elle découvre son cadavre, elle ordonne de le mettre sur la terrasse de son palais. La reine Sémiramis avait une réputation de magicienne, elle ordonne aux dieux nommés aralez (créatures mythiques - chiens-ailés) de lécher ses blessures pour le ramener à la vie. Le cadavre commence à se putréfier, alors elle le fait enterrer en secret et monte une supercherie en déguisant un autre homme qu'elle désigne au peuple en disant : « Les dieux ont léché Ara, l'ont ramené à la vie ».

Il faut souligner que l’historien chrétien du Moyen Âge, Moïse de Khorène présente cette légende en tant qu’histoire vraie. C’est-à-dire, il rédige tout ce qui lui semble invraisemblable. La légende ne nous est pas parvenue dans sa forme initiale où Ara le Beau devrait revenir de l’au-delà, c’est-à-dire, renaître. (YH : selon d'autres mythographes, la reine assyrienne Sémiramis plaça le cadavre d'Ara le Beau sur une haute montagne afin que les Aralez viennent lécher ses blessures de guerres pour le guérir. En attendant sa résurrection, Sémiramis déguisa un homme qui lui ressemblait et l'habilla comme Ara).

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

La maison d'enfance de Jésus découverte ?

La maison d'enfance de Jésus découverte ?

 

Nazareth jesus house

Une photo de la maison du 1er siècle où l'archéologue Ken Dark pense que Jésus-Christ a probablement vécu enfant, montrant l'un de ses murs taillés dans la roche. Photo K.R. Dark

 

Alors qu'il faisait une étude sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin, le professeur Ken Dark, de l'Université de Reading, pendant qu'il étudiait le couvent des Sœurs de Nazareth, lui-même bâti sur une église de l'époque byzantine, pense avoir découvert la réalité de la maison d'enfance de Jésus de Nazareth, sous cette église byzantine.

Il a dit: " Je ne suis pas allé à Nazareth pour trouver la maison de Jésus, je faisais en fait une étude  sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin. Personne n'aurait pu être plus surpris que moi ".

Le professeur Ken Dark a passé 14 ans à étudier les vestiges de l'habitation du Ier siècle sous un couvent moderne.

Il a dit que les ruines ont été suggérées pour la première fois comme la maison de Jésus, Marie et Joseph au 19ème siècle, cependant, l'idée a été rejetée par les archéologues dans les années 1930.

Le site est resté largement oublié depuis lors, jusqu'à ce que le professeur Dark lance un projet en 2006 pour réexaminer le site.

Il a expliqué: " Nous savons d'après des preuves écrites que cette église, à l'époque byzantine, aurait été construite sur le site de la maison de Jésus et de l'habitation conservée dans sa crypte.

" C'est presque certainement l'Église de la Nutrition, qui était dédiée à l'éducation du Christ et mentionnée dans le récit d'un pèlerin du 7ème siècle."

 

Nazareth byzantine church jesus house

L'entrée de la grotte d'une église du IVe siècle sur le site des Sœurs de Nazareth en Israël. L'église était énorme, richement décorée, et l'archéologue Ken Dark pense qu'il s'agissait probablement de la cathédrale byzantine de Nazareth, construite au sommet de la maison où Jésus-Christ a pu vivre enfant. Photo K.R. Dark

 

Le professeur Dark a déclaré que son travail a identifié la maison comme datant du 1er siècle et révèle que le bâtiment a été sculpté dans une colline rocheuse.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mer Noire: un site préhistorique submergé plus ancien de 1000 ans

Mer Noire: un site préhistorique submergé plus ancien de 1000 ans

 

Submerged prehistoric settlement black sea bulgaria copper age

Les matériaux archéologiques découverts en 2020 montrent que la colonie préhistorique submergée près de l'embouchure de la rivière Ropotamo dans le sud-est de la Bulgarie a en fait été installée il y a 6000 ans, durant le Chalcolithique. Photo: archéologue Kalin Dimitrov, via Radio Free Europe

 

Découverte par quelques traces dans les années 1970, cette colonie préhistorique submergée par les eaux de la Mer noire, avait été datée de l'âge du bronze, vers 3000 avant notre ère, mais la découverte et fouille d'une plus ancienne couche la repousse à 4000 avant JC, c'est à dire l'âge du cuivre du chalcolithique, donc ce site a maintenant 6000 ans. Cette nouvelle campagne de fouilles menée en septembre 2020 par une équipe archéologique internationale du projet MAP de la mer Noire et notamment l'archéologue Kalin Dimitrov du Centre Sozopol d'archéologie sous-marine, a également révélé que le niveau de la Mer Noire était plus bas de 5 mètres il y a 5000 ans.

Ce site submergé près de l'embouchure de la rivière Ropotamo dans le sud-est de la Bulgariedans le district de Burgas, avait été daté de l'âge du bronze pendant les campagnes 2017 à 2019, mais la campagne de 2020 a révélé une autre Histoire. « Nos découvertes de cette année sont des matériaux de l'âge du cuivre de la colonie qui, à l'époque de son existence, était entièrement située sur la terre - puisqu'ils ont été trouvés dans une couche caractéristique de l'environnement terrestre », a déclaré  l'archéologue Kalin Dimitrov du Centre Sozopol d'archéologie sous-marine à l'édition bulgare de Radio Free Europe.

Les recherches archéologiques jusqu'à présent indiquent que la colonie préhistorique était habitée en permanence. Après son installation pendant le Chalcolithique il y a 6000 ans, elle était toujours habitée à l'âge du bronze. Et au 6ème siècle après JC, pendant l'âge du fer, la période de la Thrace antique et des colonies grecques antiques sur la côte bulgare actuelle de la mer Noire, le site disposait d'un port maritime.

En 2017, dans le cadre du projet MAP de la mer Noire, qui a produit un certain nombre de découvertes sensationnelles à partir des navires coulés dans la zone bulgare de la mer Noire, la recherche sur la colonie préhistorique à l'embouchure du fleuve Ropotamo avait été relancée en raison du fait que le site est très bien conservé et n'a pas été endommagé par les constructions modernes.

« À l' époque, nos recherches entre 2018 et 2020 ont montré que sous la couche du port il y avait des restes de constructions de l' âge du bronze, datant de la transition entre le 4 e et le 3 e millénaire avant notre ère, dès le début de l'âge du bronze sur la côte bulgare [de la mer Noire] », explique Dimitrov, qui a été l'archéologue principal dans l'effort de recherche.

L'expédition sous-marine de septembre 2020 a cependant démontré que la colonie remonte à ca. 4 000 ans avant notre ère, et qu'à l'époque c'était entièrement terrestre, hors d'eau, alors que 1000 ans plus tard, à l'âge du bronze donc, les habitants étaient obligés de vivre dans des nouvelles maisons sur pilotis. L'eau est donc montée très rapidement entre - 4000 et - 3000, et encore bien sûr depuis.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Baltique : la cité perdue de Vineta

Baltique : la cité perdue de Vineta

 

Vineta karte abraham ortelius 02

J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

 

 
Oera linda amsterdam peo platon
 
 

Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

" La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

"Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

Lire la suite

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

 

Rungholt fouilles plongee mini

 

Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

Frise maps

Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

Lire la suite

La légende des sept cités de Cibola

La légende des sept cités de Cibola

 

Coronado expedition peinture 1898 remington mini

 

En 1539, le frère Marcos de Niza, un prêtre franciscain, a raconté aux fonctionnaires coloniaux espagnols, à Mexico, qu'il avait vu la ville légendaire de Cibola dans ce qui est aujourd'hui le Nouveau-Mexique. C'était l'un des explorateurs espagnols, à moitié convertisseur religieux et aventurier, qui hantaient le Nouveau Monde pour le trésor amérindien et il avait entendu des contes persistants sur la richesse fantastique des soi-disantes Sept Cités de Cibola.

" Elle est située sur un tronçon nivelé du sommet d'une colline arrondie ", a dit le moine. " Elle semble être une très belle ville, la meilleure que j'ai vu dans ces régions. " Le prêtre a reconnu, cependant, qu'il avait seulement vu la ville à distance et n'y était pas entré, parce qu'il pensait que les habitants indiens Zuni le tueraient si il approchait.

Mais quand une grande et coûteuse expédition espagnole, partie en 1540, avec 340 Espagnols, 300 alliés indigènes et un millier d'esclaves indiens et africains, et est retournée dans la région en 1541, ils ont trouvé seulement un modeste village d'indiens qui n'était pas quelque chose ressemblant à ce que le prêtre avait décrit. L'expédition s'est avérée être une mésaventure ruineuse pour ceux qui s'y sont impliqués, y compris le célèbre conquistador Francisco Vazquez de Coronado, qui l'a dirigé.

" Presque tout le monde, y compris le leader, est retourné à Mexico massivement endetté ", dit l'auteur du Nouveau-Mexique Richard Flint, qui, avec son épouse, Shirley Cushing Flint, a écrit cinq livres sur Coronado. " Un certain nombre de ces personnes ne s'en sont jamais remis financièrement."

 

Coronado expedition

L'expédition de Coronado et de Hernando de Alarcón à travers l'Ouest américain (1540-1542) - Wikipedia.org

Qu'est-ce que le Frère a bien pu voir ?

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

 

Albertminiature

 

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

 

Testamentducenghien

www.editions-coprur.fr

http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

 

Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

Lire la suite

Création du Dossier Legendes d'Auvergne France

Création du Dossier Légendes d'Auvergne France

 

Toulxstecroix3

Voici un dossier regroupant des articles présentant des légendes des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne... ce n'est pas pour rien, je suis arrivé dans ces contrées qui, comme la plupart des régions de France, recèlent encore de nombreuses légendes et contes nous provenant des lointains âges pour beaucoup, et dont la tradition orale se perd malheureusement de plus en plus. Les origines mégalithiques, puis celtes de notre ethnie bien répandue dans toute la France font que nos légendes, du Nord de la France à la Provence, possèdent toutes un tronc commun au niveau des mythes très anciens liés notamment aux menhirs, dolmens ou autres Pierres Levées que l'on découvre encore (bien que des milliers aient disparues au fil des âges) dans pratiquement toutes des régions françaises... c'est donc tout naturellement que je commence cette série d'articles par des légendes liées à ces Anciennes Pierres Sacrées, à l'aide d'ouvrages déjà anciens eux-mêmes, découverts dans des bibliothèques locales (comme celle de Dompierre-sur-Besbre par exemple pour ce début)...

Ces histoires et références sont issues en partie des archives du Chateau de la Garde, sis à la Celle-sous-Montaigut, où elles ont été découvertes par Octave-Louis Aubert en 1944 et décrites dans son ouvrage "Légendes traditionnelles du Bourbonnais - Tome 1" paru en 1946 et réédité en 1998 par la SEPEC. Ces archives sont pour la plupart médiévales mais contiennent des écrits et copies datant des romains et des gallo-romains, celtes...

D'après cet ouvrage, trois centres mégalithiques existaient encore dans le Bourbonnais à l'époque de sa rédaction. Le premier se situe au sud-est, dans le canton de Mayet-de-Montagne, aux abords du village de la Chabanne. Il s'agit des Pierres-Courtines, mais en fait tout l'environnement et ses appellations font appel aux souvenirs des cultes druidiques, que l'on parle du Bois-Noir ou des Monts de la Madeleine, où l'on trouve encore les pierres à bassins et des dolmens. Sur Saint-Nicolas-des-Biefs, le Ré-des-Dieux et le Ré-de-Mussi ont pour voisin le menhir de la Pierre du Charbonnier. Situé sur le hameau de Gaulourdier, cette Pierre Levée se nomme ainsi à cause de ses sombres reflets. Sur la commune de Lavoine, au village de Malichard, existe le Champ-des-Rocs, qui se nomme ainsi car rien n'y pousse : il est couvert de petits menhirs et de grosses pierres, que la légende affirme avoir été jetées ici par le dieu romain géant Tanaris Lithobole (lithos : pierre, bolos : lancer), à moins que ce ne soit par le géant Gargantua. Il y a plusieurs Pierres sur Saint-Clément, avec la Pierre du Barde, la Pierre Maligne, les Pierres Folles, la Palle ou PallusDes alignements (un peu comme à Carnac en Bretagne, sans être aussi importants, ont longtemps été visibles à côté du village de Cressanges, mais ont totalement disparu vers la moitié du 19ème siècle, malheureusement.

 

Ginich cupules rondes

Pierre Ginish, Bourbonnais

 

Ce dossier, important en place, ne peut évidemment se trouver que dans les pages dossiers, rubriques Ecrits, visibles dans le menu du haut de ce site, et dont voici le lien direct :

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/dossier-legendes-d-auvergne-france.html

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 11-04-2020

 

Tour de France de l'étrange ODHTV Saison 6

Tour de France de l'étrange ODHTV Saison 6 

MAJ épisodes Hors-série 11-2019 et 01-2020

 

Odhtv etrange 1

 

La 6ème saison du Tour de France de l'étrange recommence sous une autre forme. Le 06ème Tour de France de l'étrange ou le JT de la Haute-étrangeté vous partagera ainsi tous les 3 mois, les informations importantes de nos partenaires, l'interview de l'édition (les minutes de l'étrange), les conseils de Black et un dossier qui sera soit une réédition, soit un épisode du Tour de France de l'étrange des reporters d'odhtv.
 

Saison 4 sur votre site S.F.H. : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/paranormal/tour-de-france-de-l-etrange-odhtv-saison-4.html

Saison 5 sur votre site S.F.H. : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/paranormal/tour-de-france-de-l-etrange-odhtv-saison-5.html


 

Tour de France de l'étrange 6X01 : Shadows people

Dans cette édition, présentée par Gilles Thomas :- Description des JT de la Haute étrangeté
- Observation de dame blanche avec Yves Herbo
- Conseil de Black: Objet d'enquête n°2: Les thermomètres
- Dossier de l'édition: Shadow people et êtres encapuchonnés (avec Remy Fauchereau, New Eppon, le CRUN et des témoins)

Lire la suite

Nepal, Mustang: une culture inconnue dans des grottes et tunnels

Nepal, Mustang: une culture inconnue à l'origine des grottes et tunnels

 

Mustang nepal

Archéologiquement parlant, l'ancien Royaume de Mustang était principalement retenu pour son Histoire riche du fait de sa position stratégique commerciale régionale entre la Chine, le Tibet, Népal et l'Inde avant son annexion par le Népal et les combats contre les intentions chinoises sur ce territoire. Avec au moins 10000 grottes, dont beaucoup artificielles et tunnels aménagés, le site principal était considéré comme ayant une ancienneté remontant jusqu'aux premiers bouddhistes. De belles découvertes majeures y ont en effet été effectuées au 20ème siècle, avec entre autres, récemment (2007),  des magnifiques fresques représentant la vie de Bouddha, dont les plus grandes mesurent jusqu’à 8 mètres de longueur :

 

Mustang nepal fresquemuraleboudha

Mais ce sont surtout un grand nombre de manuscrits, découverts dans ces mêmes grottes, et qui sont toujours examinés de nos jours, qui en font un grand attrait archéologique sur la période bouddhique. En effet, des dizaines de milliers de manuscrit calligraphiés étaient enfouis dans ces grottes oubliées. Des traités philosophiques à l’arbitrage des conflits, ces trésors témoignent que de grands sages s’y rendaient pour y réfléchir alors que les artistes occupaient les cavernes pour y peindre l’adoration de Bouddha et des grands yogis de l’histoire bouddhiste. Une autre supposition serait que ces manuscrits proviendrait d'un monastère bouddhiste détruit et que cette bibliothèque avait été sauvée dans ces grottes...

On sait au moins qu'il y a 750 ans, le Royaume de Mustang (aboli en 2008 !), carrefour commercial régional influençant la route de la soie, était très prospère. Les manuscrits en question ont été datés du 13ème siècle de notre ère. En 2007, des explorateurs des États-Unis, d'Italie et du Népal ont découvert d'anciens arts décoratifs et peintures bouddhistes, des manuscrits et des poteries dans les grottes de Mustang près de Lo Manthang, datant du 13e siècle. Une deuxième expédition en 2008 a découvert plusieurs squelettes humains de 600 ans (14ème siècle) et a récupéré des rames de manuscrits précieux, certains avec de petites peintures connues sous le nom d'illuminations, qui contiennent un mélange d'écrits du Bouddhisme et de Bon (Bon, également orthographié Bön, est une religion tibétaine qui s'identifie comme étant distincte du bouddhisme tibétain, bien qu'elle partage les mêmes enseignements et terminologies. Elle serait née au XIe siècle et a établi ses écritures principalement à partir de termas et de visions de tertöns tels que Loden Nyingpo. Bien que les termas de Bon contiennent des mythes de Bon qui existaient avant l'introduction du bouddhisme au Tibet, "en vérité," l'ancienne religion "était une nouvelle religion.". Les théologiens actuels du Bon expliquent, (pour maintenir leur inclusion dans la dominance bouddhiste ?) que leur religion plus ancienne est due aux prémices du bouddhisme, prévus et visualisés par la leur et leurs visionnaires.

 

 

Mustang nepal himalayaregion

Mais l'attribution de ces grottes aux seuls moines bouddhistes est remis en question dès le début des années 1990, avec des découvertes faites lors d'une fouille entre 1992 et 1997 par une équipe composée d'experts du DoA et d'une troupe de fouille basée en Allemagne. C'est dans le complexe de grottes de Mhebrak dans la vallée de Muktinath dans le Lower Mustang qu'ils ont découvert de nouveaux indices, qui pourraient potentiellement révéler une partie importante de l'histoire humaine remontant à 450 avant JC minimum

Cette équipe a donc étudié deux cadavres uniques retrouvés dans ce complexe de grottes, et ont déclaré que " les caractéristiques choquantes des cadavres les rapprochent de la découverte d'une culture particulière de l'ère préhistorique ".


Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

glozel-authentifie-cela-change-tout

GLOZEL : entre Atlantes et Gaulois ?

glozel-authentifie-cela-change-tout - Ecritures énigmatiques 3

MAJ 14-09-2018, up 06-2019

 

urne-visage-sans-bouche.jpg

glozel-pendentif.jpg

bolas-Glozel

Suite des Ecritures énigmatiques : Page 1, Page 2.

Glozel authentifié, car les dernières analyses prouvent qu'une partie des pièces sont authentiques (toutes n'ont jamais été analysées), même si une petite partie s'avère moderne, et qu'il a aussi été découvert une verrerie du moyen-âge, autre intérêt archéologique évident...

Une des pièces maîtresse trouvées à Glozel est une petite sculpture en ronde bosse, dite du "Chasseur ", ou du "Chaman" (ci-dessous). Tenant un épieu dans sa main droite, il est campé de ses deux pieds sur le ventre d'un animal expirant. La macrophotographie révèle autour du cou deux colliers, dont l'un est composé d’éléments sphériques, les fameux "hochets" ou "bolas" qui avaient tant intrigué le monde archéologique. L'homme est assurément ici dans une nudité rituelle, et le collier flottant, à symbole mammaire, une évocation au culte primordial, originel, de la Grande Déesse Mère. 

chasseur-1.jpg

Depuis plus de 90 ans, les objets trouvés dans une tranchée bouleversent le monde de la préhistoire.

Le lieu-dit de Glozel est à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Vichy, au bord de la D495 Cusset/Ferrières-sur-Sichon. Situé dans les montagnes du Bourbonnais chargées de légendes et haut lieu de l'histoire, Glozel est peut-être la clef qui ouvrira la porte du mystère des origines du monde ou du moins des origines de notre civilisation et du courant migratoire des hommes.

Le samedi 1er mars 1924, Emile Fradin, 17 ans, laboure en compagnie de son grand-père, Claude Fradin, un champ dit ‘Duranthon’ (dérivé de durant, signifiant endurant, endurci. Ajoutons que ‘duranger’ vient d'élan, de renne, animal qui existait sur le territoire français à une époque lointaine). Il s'agit d'une parcelle plus ou moins incultivée.

Tout à coup, une des deux vaches tirant la charrue trébuche et s'enfonce en partie dans la terre. En la dégageant, le grand-père et le petit-fils découvrent une cavité, dans laquelle ils distinguent un squelette et des poteries. Ces dernières sont extraites, puis cassées : ils espèrent découvrir un trésor ; ils n'y trouvent que de la terre. Claude Fradin se souvient que le précédent propriétaire du terrain avait trouvé, en creusant à proximité pour enterrer une bête, un vase décoréUn vase inscrit fut découvert par le métayer qui les avait précédé quand il voulut enfouir une de ses bêtes morte. A la fin des années 1880, des poteries furent détruites pendant le défrichage d'une parcelle de la ferme.

glozel-1-2.jpg

Le lendemain, dimanche 2 mars 1924, Emile Fradin, le petit-fils, revient examiner les lieux et dégage la cavité qui se révèle être une fosse — d'environ trois mètres sur un — dont les parois sont de briques emboîtées les unes dans les autres, et le sol constitué de seize dalles d'argile. Quelques vases, des débris divers et une plaque d'argile portant des signes curieux forment le ‘mobilier’ de ce qui lui paraît être, à cause du squelette, une tombe.

glozel-fosse-reduite.jpg

Plan de la fosse au niveau du dallage

  1. grosses pierres reposant sur les cailloux - "témoins"
  2. grandes briques du dallage
  3. murs latéraux
  4. terre à brique non agglomérée
  5. grande brique de dallage avec empreinte de main

(d'après un document établi par le Dr Antonin MORLET)

 

glozel-1-4.jpg

 

Les jours suivants, d'autres découvertes s'ajoutent aux premières : trois tablettes avec des empreintes de mains, une aiguille en os et des galets comportant les mêmes étranges signes que sur la plaque d'argile. La nouvelle de la mise à jour de la sépulture franchit le hameau, parvient jusqu'au village voisin d’où le curé, le médecin et l'instituteur viennent constater sur place la découverte.

Du champ de labour au ‘Champ des Morts’

 

Une institutrice, Adrienne Picandet, vient aider aux fouilles. Plus tard, lorsque les polémiques se succéderont, elle témoignera que les toutes premières tablettes d'argile portaient bien des inscriptions ; quarante autres personnes signeront aussi une attestation.

Dès le 20 mars, Adrienne Picandet envoie un rapport à l'inspecteur de l'Académie de Moulins. En date du 15 août 1926, le Mercure de France publie une lettre de mademoiselle Picandet : « En outre de la superbe fosse que monsieur Emile Fradin avait fort bien conservée et dont les murs, recouverts d'un suintement de verre, resplendissaient au soleil, la collection comprenait déjà : deux empreintes de mains, la première brique à signes, deux tranchets, une petite hache, le tranchant d'une hache brisée, de nombreux débris de poteries et plusieurs morceaux de supports de creusets ».
Le docteur Antonin Morlet (1882 - 1965) apprend l'existence de Glozel. Il est passionné d'archéologie, auteur de plusieurs ouvrages et possesseur d'une importante collection d'objets gallo-romains recueillis dans la région. Pour couper court aux manœuvres de détournement et d'accaparement, le docteur Morlet loue aux Fradin le champ ‘Duranthon’ qu'on commence déjà à appeler le ‘Champ des morts’. Certains archéologues, éblouis par la richesse du site, veulent en être les découvreurs, à la place d'un jeune paysan qu'ils jugent inculte, et, dépités de ne pas s'en voir attribuer la découverte, en deviendront de farouches adversaires, allant jusqu'au mensonge et la diffamation.

Le docteur Morlet procédera à de nombreuses fouilles et restera un ardent défenseur du site et de la famille Fradin. Les plus grands experts - et rivaux - de l'époque, MM. Capitan, l'abbé Breuil, Peyrony, Camille Jullian, Salomon Reinach, Depéret viennent visiter le site.

Une authenticité reconnue

 

glozel-23.jpg idole-1.jpg

 
Idoles phalliques bi-sexuées-Glozel

 

Depéret, doyen de la Faculté des sciences de Lyon, agrégé de géologie et vice-président de la Société géologique de France écrira : « Il ne saurait rester dans l'esprit d'un géologue aucun doute sur la situation parfaitement en place de ce précieux objet et nous pouvons vous donner à cet égard notre attestation la plus formelle (...) Le gisement de Glozel est un cimetière datant de l'extrême début du Néolithique. (...) La présence indiscutable, quoique sans doute très rare, d'un renne figuré à Glozel, s'ajoute à d'autres réminiscences magdaléniennes de l'outillage pour m'amener maintenant à admettre que le gisement de Glozel se rapproche du paléolithique final, avec lequel il s'apparente à la fois par la forme, par l'outillage et aussi par l'écriture ».

« Plus bas, écrit M. Depéret, dans l’argile jaune, tendre, qui contient à la  profondeur moyenne de 0 m. 60 à 0 m. 70 la couche archéologique, j’ai recueilli, dans  l’argile vierge de tout remaniement, entre autres objets, un beau fragment de tablette à  inscriptions alphabétiformes enserré dans une trame de racines et de radicelles d’arbustes  aujourd’hui disparus. Cette observation, continue-t-il, est, à mon avis, décisive et implique à  elle seule d’une manière irréfutable l’authenticité de la tablette et, par suite, de l’écriture  glozélienne. Pour penser autrement, il faudrait supposer qu’un faussaire aurait préparé le  terrain en y introduisant des objets il y a au moins vingt ans, temps nécessaire à la  croissance et au développement des racines qui entouraient la tablette. L’énoncé seul de cette hypothèse permet d’en saisir l’absurdité. […] ». Source :  Jean Piveteau, « A propos de Glozel » Revue de Paris, 1er mai 1928, pages 152-174.www.museedeglozel.com/Corpus/Piveteau.pdf

Joseph Loth (1847 - 1934), professeur au Collège de France depuis 1910, archéologue et spécialiste de l'histoire et de la langue celtique, recommande à Emile Fradin d'installer un petit musée, preuve qu'il croit à l'authenticité et à l'importance de ce qui a été découvert sur le site.
Nous n'entrerons pas dans la description de ce que fut la situation d'Emile Fradin en butte aux mesquineries, aux malversations, aux mensonges et tracasseries diverses occasionnées par les vanités, les égoïsmes et le refus de certaines instances ‘scientifiques’ de réviser non seulement leurs assertions (Emile Fradin fut accusé d'être un faussaire) mais de tenir compte des observations faites par leurs pairs, ou par eux-mêmes - car certains se contrediront -.
Procès en tous genres, même en diffamation, furent finalement gagnés par Emile Fradin, mais perturbèrent singulièrement sa vie, et nuisirent autant à la reconnaissance de son mérite de ‘découvreur’ qu'au fait que soient, à partir des mobiliers découverts à Glozel, envisagées différemment les sources de la connaissance européennes et occidentales.

L'exigence de la Vérité

poignard.jpg

couteau-Glozel

Nous ne souhaitons pas, ici, entrer dans des polémiques toujours stériles. Cependant, nous ne pouvons ignorer les propos et l'attitude de ceux qui confondirent leurs intérêts avec ceux de la société qu'ils représentaient, et qui oublièrent ce à quoi leurs fonctions les obligeaient.

Tous les livres que nous avons consultés exposent la même ignominie de la part de scientifiques -vrais ou faux-. Preuve est faite, s'il en était nécessaire, de la faillibilité des hommes, fussent-ils couverts de diplômes, chargés de titres et de notoriété. Le vrai, le véritable scientifique n'oublie jamais la remise en question, démarche indispensable à l'approche de la vérité. L'examen de conscience n'est pas le monopole du domaine religieux. Peu d'hommes reconnaissent leurs erreurs, et publiquement. C'est pourtant là faire preuve de l'honnêteté à laquelle tous prétendent, et dont ils se réclament, face à leurs adversaires.

La science nous confirme constamment, par son évolution, la réalité d'une interdépendance des disciplines, en corollaire avec la réalité de l'univers, visible et invisible. Des hypothèses, certaines d'ailleurs du domaine du rêve -mais outre que le rêve n'est pas interdit, il peut se révéler prémonitoire- ont été proposées par des archéologues, des scientifiques, des dilettantes, hypothèses qui, même si elles n'ont pas été confirmées, même si elles ne correspondent pas aux thèses officielles, n'en sont pas moins dignes d'écoute.

L'oubli officiel est désormais tombé sur le site de Glozel, sur son inventeur -qui est aujourd'hui décédé- et sur les conclusions que l'on se doit d'en tirer. Ne subsistent que l'intérêt et la passion de quelques mordus d'archéologie qui exigent la vérité.

Un silence inexplicable

glozel-22.jpg

 

Représentation animale sur ivoire: Renne blessé, flèche dans la gorge et le cœur

 

Pourquoi les instances responsables tiennent-elles à ne pas porter à la connaissance du public une découverte capitale ? La prudence se comprend, pourvu qu'elle ne s'accompagne pas d'immobilisme, et d'une certaine malhonnêteté intellectuelle.

Il est exact que les moyens d'investigations ont beaucoup évolué et qu'aujourd'hui nous pouvons dater avec une relative précision, ce qui n'était pas le cas dans les années 30. Des vieillissements peuvent être retardés ou accélérés selon le milieu dans lequel se trouvent les éléments à étudier. Les accidents géologiques aussi bien que climatiques interviennent dans des proportions pas toujours homologuées. La science doit être leçon d'humilité. Aucun homme, fut-il infiniment savant, ne peut prétendre tout savoir.

Il serait temps de reconsidérer le ‘cas Glozel’. Les fouilles qui y ont été effectuées depuis l'incident du 1er mars 1924, qu'elles aient été officielles ou non, révèlent des données qui bouleversent justement des certitudes trop souvent exprimées sans aucun esprit d'objectivité. Voici, brièvement résumé, ce qui a provoqué l'anathème jeté sur Glozel et son inventeur, puis déclenché la loi du silence :

— le renne n'était pas censé vivre sur le territoire français au Néolithique ; avec le recul des glaces, il était déjà remonté vers le Nord.

— L'écriture sous une forme alphabétique n'existait pas encore, au Paléolithique

— Les signes établis avec une volonté de coordination alphabétique provenaient du Moyen -Orient, et dataient du Néolithique.

Or, à Glozel, furent trouvés dans la même tranche de terrain des vestiges qui, selon certaines sommités fortes des acquis de la Science de l'époque, ne pouvaient cohabiter. Sur un galet étaient gravés un renne et une suite de signes s'apparentant à un alphabet. Des os, de l'ivoire, de la terre plus ou moins ouvrée présentaient un même art figuratif, et une écriture.

tubedos.jpg

tube en os, percé et gravé-Glozel

Comme s’il manquait encore quelque chose à notre perplexité, le Matin s’est chargé d’y ajouter : il a dépêché à Glozel deux de ses collaborateurs, MM. Pierre Guitet-Vauquelin et Clérisse. Ceux-ci ont réfléchi : « Si le ‘Champ des morts’ est réellement farci de débris préhistoriques, n'est-il pas vraisemblable qu'en fouillant ailleurs, dans les mêmes parages mais en un endroit que personne, jusqu'ici, n'a exploré, on trouve des vestiges analogues? ». Cet endroit vierge, ils l'ont soigneusement choisi, après quelques tâtonnements, au Sud et en contrebas du gisement classé, à quelques pieds au-dessus de la rivière. A défaut d'érudition préhistorique, ils avaient l'expérience des tranchées, qui leur avait appris à remuer la terre. Ils s'y sont employés courageusement, à la pioche, à la houe et au couteau. Au bout d'une heure, ils dégageaient de la couche archéologique un gros morceau de poterie de grès, puis de nombreux et menus fragments de brique et des morceaux de terre vitrifiée, puis, à 1 m. 35 du front de taille, par 60 centimètres de profondeur, au milieu d'une véritable chevelure de racines drues, un galet noirâtre, elliptique, portant trois signes glozéliens classiques : une barre inclinée, un V très ouvert et une échelle à trois échelons. Ce fut la récolte de la matinée.

Dans l'après-midi, pour écarter toute suspicion de fraude, -car ils étaient allés déjeuner dans l'intervalle-, ils ouvraient une nouvelle tranchée. Ils y déterraient bientôt un harpon cassé, de 6 centimètres de long. Une troisième tranchée leur livrait ensuite d'autres fragments de grès, une pointe en roche volcanique ayant dû servir d'outil à graver et un morceau d'os fossilisé, de 3 centimètres et demi, taillé en pointe. Sans préjuger de la valeur de ces différentes pièces, MM. Pierre Guitet-Vauquelin et Clérisse auraient ainsi fait la preuve, si vraiment leur expérience a été entourée de toutes les précautions de contrôle désirables pour qu'ils n'aient pas été eux-mêmes victimes de « truqueurs », que le sous-sol de Glozel recèle des « témoins » qui n'ont pu être ni fabriqués ni enfouis pour les besoins de la cause.

glozel-1-1.jpg

Le lendemain, les deux fouilleurs se rendaient à un kilomètre et demi de Glozel, à la « goutte » Barnier -en langage local, on dénomme « gouttes » les vallonnements dont la région est semée- et pénétraient dans une grotte souterraine depuis longtemps obstruée à son orifice ; or, ils constataient qu’elle n’avait pas été envahie par la coulée de l’argile, ce qui infirmerait un des arguments invoqués contre l’ancienneté des deux tombes du « Champ des Morts ».

Des découvertes d'objets similaires furent effectuées aux alentours (à Moulin Piat, à 2,5 km au Sud; chez Guerrier, à 3 km sur la rive droite du Vareille; à Puyravel à 10 km en amont, sur la rive opposée).

A l'examen, certaines poteries révélaient une utilisation cultuelle, indice de l'évolution de ceux qui les avaient façonnées. La représentation animale gravée sur différents supports l'avait-elle été dans un but évocateur, votif, chamanique, ou n'était-ce que de l'art pour l'art ?

Personne, jusqu'à ce jour, n'est à même de dater cet ensemble avec cohérence. Le carbone 14 aussi bien que la thermoluminescence ne s'accordent sur les dates. En 1972, des techniciens du Commissariat à l'Énergie atomique ont analysé des tablettes et des objets en os : les tablettes dateraient de 700 avant J.-C. à 100 après J.-C. mais certains objets en os remonteraient à 17.000 av. J.-C. ! 17 millénaires d'écart, du paléolithique supérieur à la Guerre des Gaules dans le même ‘lot’ archéologique.

Seule certitude : il ne s'agit pas d'une supercherie, et Emile Fradin, inventeur du site, n'est pas le faussaire que certains, en mal d'explications, ont dénoncé.

Des mains de géants

 

glozel-mains.jpg glozel-mains2.jpg

 

Une quinzaine d'empreintes de mains ont été découvertes à Glozel, toutes de la main droite. Deux ont été découvertes à l'intérieur des tombes (Fosse ovale et Tombe II), elles font en moyenne 35 cm de haut !

Ce qui n'a pas été souvent évoqué, c'est la dimension des mains, moulées dans la terre cuite. En appuyant fortement sa main dans de l'argile malléable, on agrandit l'empreinte de cette même main, mais le séchage entraîne une rétraction, si bien que l'empreinte garde une dimension proche de celle de l'original. Or, à Glozel, les mains sont grandes, très grandes, tout en restant proportionnées. Elles dépassent la norme d'une main d'homme du XXe siècle.

Idem pour l'épaisseur des os de la boîte crânienne retrouvée : épaisseur du double de celle d'un homme d'aujourd'hui. Quant à la boîte crânienne, elle est d'un volume supérieur à la moyenne de nos propres crânes. Peut-on parler de géants ou simplement d’une tribu d’hommes de grande taille, venus d’ailleurs, et qui se seraient retrouvés là, isolés, après un mystérieux exode ?

Les gravures, dans ce qu’elles représentent autant que dans leur technique de façonnage, correspondent, même si la facture en est inégale, à ce que l’on connaît du Paléolithique. Certains décors ressemblent à ce qui a été exécuté dans la péninsule ibérique, au Maroc ou aux Canaries, ainsi qu’aux abords de l’ancien bassin saharien. Que faut-il en déduire ? Une meilleure connaissance des Guanches, ce peuple disparu des Canaries lors de la conquête espagnole à l’époque de la Renaissance, aurait pu peut-être apporté des lumières sur l’énigme Glozel.

 

glozel-1.gif

Urne-Glozel

Notons au passage que tout ce qui aurait pu assurer un trait d’union entre les différentes histoires de l’Humanité a été délibérément détruit au cours des âges par les esprits forts du moment : la bibliothèque d’Alexandrie, les revêtements des pyramides, les ‘pages d’écriture’ de l’île de Pâques, tous les documents trouvés par les conquistadors, les témoignages païens d’Europe…Ainsi disparaît la mémoire des peuples, au profit de systèmes de pensées et d’actions provisoirement nouveaux…Au contraire des flots blancs du Léthée qui apportaient, à l’orée des Enfers, l’oubli aux âmes des morts, c’est dans un flot rouge dû à la cruauté des hommes que des Civilisations naissent puis disparaissent...

Un alphabet trait d’union

glozel3-3.jpg

« Or il y avait des géants sur la terre en ce temps-là ! » est-il écrit dans la Genèse, au chapitre IV, où est décrite la dépravation des hommes, cause du déluge. 
« Or, dans cette île Atlantide, des rois avaient constitué un empire grand et merveilleux. Cet empire était maître de l'île tout entière et aussi de nombreuses autres îles et de parties de continent. De notre côté, il possédait la Libye jusqu'à l'Egypte et l'Europe jusqu'à la Tyrrhénie (l'Italie occidentale) » écrit Platon, dans Timée, lorsqu'il décrit l'Atlantide.

L'archéologie a permis de découvrir dans le monde différents signes et alphabets. Ils appartiennent à des peuples différents, situés si loin les uns des autres qu'il paraît difficile de soupçonner des liens entre eux. Et pourtant ! Si l'alphabet de Glozel pouvait trouver son Champollion ! Si l'alphabet de Glozel pouvait être précisément daté ! Ce serait toute une partie de notre lointaine histoire, qui veut que notre civilisation soit née dans les larges plaines du Croissant fertile, de l'autre côté de la Méditerranée, qui serait remise en cause. Cet alphabet que certains ont daté du néolithique (8000 av. J.-C. donc antérieur aux ‘premiers’ alphabets phéniciens - 4000 av. J.-C.), que d'autres ont qualifié d'amulettes de sorciers gaulois...

Nous sommes toujours à la recherche de nos origines et de la Vérité. Il faut donc ne pas craindre d'aller à l'opposé des concepts, fussent-ils accrédités par la majorité des instances qui, trop souvent, s'arrogent des pouvoirs qu'ils ont usurpés. L'archéologie ‘officielle’ est au service des contribuables, des citoyens, et non l'inverse. Qu'importent les querelles de chapelles, d'écoles, qui, hélas, durent parfois plus longtemps que ceux qui les provoquent, les élèves se révélant aussi fanatiques et aussi aveugles que les maîtres. Les passions et les rivalités l'ont emporté sur la nécessaire sérénité. Des rapports ont été rédigés sur Glozel. Pourquoi ne sont-ils pas publiés ?

Du nom de Glozel

Dans la région du Centre, le C se traduit souvent phonétiquement en G. Ainsi, les prunes ‘reine-claude’ deviennent-elles des ‘reine-glaude’.

Pour trouver les origines du lieu-dit Glozel, on peut chercher les racines dans les termes suivants, empruntés au patois local ou régional :
— Gleizes : voisins.
— Glaus : Glouton (langue d'oc), glaïeul (langue d'oïl)
— Clos : enclos cultivé (langue d'oïl)
— Claussel : dérivé de Claus, l'équivalent d'une closerie (métairie dans le Midi et dans le Centre), tout comme Cloux, Clouzard, Clouzet... Cluseau, Cluzel, Clusot, Cluzeau ; Cluzel veut aussi dire caverne, enclos...

Si Claude, par déformation phonétique, se transforme en Glaude, voire en Claudel, il est curieux de constater que Glozel est à la fois une déformation du prénom du grand-père d'Emile Fradin, avec lequel il découvrit le site, l'équivalent de métairie - la famille en exploitait une - et le nom d'une terre dans laquelle se trouvent sinon des cavernes, du moins des cavités. Gérard Bourgue

En 1972, de nouveaux moyens de datation (carbone 14, thermolumines­cence) établissent le caractère préhistorique d'une partie des objets. Henri François, ingénieur au Commissariat à l'Energie Atomique, en visite à Glozel, fait des prélèvements et les envoie à 3 laboratoires étrangers pour datation, qui utiliseront la méthode de datation au carbone 14 pour les os gravés et la thermoluminescence pour les céramiques et la terre cuite.

Pour les trois laboratoires indépendants, les résultats seraient les suivants :

Ø       les ossements auraient entre 15 000 et 17 000 ans,

Ø       les céramiques auraient 5 000 ans,

Ø       les tablettes gravées auraient 2 500 ans.

Henri François écrira à Emile Fradin :
"...Seuls quelques attardés mal informés pourront encore prétendre que vous êtes un faussaire, les regroupements des mesures faites indépendamment dans chaque laboratoire sont parfaits et indiscutables..."

 

glozel-1-3.jpg

pointe d'harpon trouvé en 1974 à + 2km de Glozel

Ce dernier n'a pas hésité à demander au Docteur Zimmerman de l'Université de Washington, attaché au Mc Donnel Center for the Space Science, de réaliser une investigation qu'il était le seul à pouvoir mener à bien. Le but était de déterminer si les céramiques de Glozel étaient bien des objets authentiques, et non des faux, fabriqués modernement. Basant sa démonstration sur une propriété particulière des grains de zircon, le Dr Zimmerman concluait ses résultats, en y indiquant: "Nous écartons donc toute possibilité pour que ces deux prélèvements de Glozel puissent être des céramiques modernes, irradiées artificiellement dans le but de les faire paraître anciennes. Et nous concluons qu 'elles ont vraiment été fabriquées dans 1 'antiquité". Une position qui venait conforter celles déjà émises auparavant, dont celle de l'Ingénieur géologue M.E. Buet, qui avait pu déterminer, en 1928, que les briques à inscriptions n'avaient été cuites qu'à une température comprise entre 600 et 700 degrés...

Les objets Glozéliens, actuellement 2500 pièces, ont été trouvés dans une couche archéologique unique, bien différenciée. Cette couche avait été signalée comme étant du Néolithique par le Doyen Charles Deperret. Le récent congrès international 14C et Archéologie - Lyon 1998 fait état, pour ce processus de néolithisation en Europe, d'une mise en place dans les derniers siècles du 7ème millénaire, et d'une généralisation dans la première moitié du 6ème.

Ce Champ des Morts a fait l'objet d'une investigation au magnétomètre à proton, réalisée en 1974, par Madame Lemercier, du Centre d'Etudes Nucléaires de Grenoble, qui a permis de conforter les précisions laissées par le Dr Antonin Morlet. Ce dernier fouilla ce lieu, seul avec Mr Fradin, pendant plus de 15 ans et y a laissé de nombreux endroits vierges, afin que les générations futures puissent compléter, par de nouvelles fouilles ou de nouvelles approches techniques, les informations déjà possédées.

La confrontation et la comparaison de la couverture aérienne et des résultats de Mme Lemercier permettent de retrouver trace des structures inviolées, au niveau du Champ des Morts, mais aussi dans les terrains avoisinant, au dessus et à gauche du terrain en venant du Musée.

En 1974, des céramiques ont été confiées au laboratoire d'Édimbourg pour essais de datation par thermoluminescence; ces expériences, reprises aux laboratoires de dosimétrie du CEA (Fontenay-aux-Roses et Gif-sur-Yvette) par H. François, G. Poutal et G. Valladas, ont donné des résultats peu significatifs en raison de nombreuses perturbations dues au comptage, à la nature et à la profondeur du sol d'enfouissement. Des objets identiques ont été datés de 700 av. J.-C. à 100 apr. J.-C., puis de 350 av. J.-C. au XVIIIe s. Les glozéliens mettent ces disparités sur la très forte radioactivité naturelle de la région.

 

glozel3-1.jpg

 

L’ alphabets comporte un très grand nombre de signes (111 signes distincts suivant Morlet), beaucoup plus que dans les autres alphabets anciens auxquels il ressemble. Cette écriture présente de grandes ressemblances avec:

a) des formes très anciennes de l'écriture phénicienne, mais aussi avec

b) un certain nombre d'inscriptions alphabétiformes retrouvées dans des sites magdaléniens, au Portugal, en Roumanie et en France.

La même année, une équipe du Centre de Recherche Nucléaire de Grenoble passe le site au magnétomètre, montrant qu'il existerait encore des objets enfouis.

En 1975, après un congrès d'archéométrie tenu à Oxford, la lumière est enfin faite sur l'authenticité du site. L'Etat reconnaît l'authenticité de Glozel, mais la communauté scientifique continue de douter.

En 1983, Jack Lang, alors ministre de la Culture, décide d'une nouvelle campagne de fouilles (jusqu'en 1990). « Elles ont été menées à plusieurs kilomètres du site principal et dans des milieux stériles ou perturbés, estime Jean-Claude Fradin, fils d'Émile. Nous attendons toujours un rapport définitif sur ces fouilles. 

M. Remy Chauvin, biologiste, "père spirituel des hérétiques en France" :
"...S'ils ne publient pas c'est qu'ils ont probablement trouvé des choses qui les ennuient, alors pourquoi ? 
De quoi a-t-on peur ? 
On a peur de contrarier quelques vieux professeurs, on a peur de démolir les théories en cours ?
Mais, est-ce que les théories scientifiques sont des monuments religieux ?
Qu'y a-t-il donc à Glozel qui soit responsable d'une telle levée de boucliers ?
Faisons donc des fouilles méthodiques et raisonnées à l'endroit où Emile Fradin les fit ! ...
"

M. Emile Fradin s'est vu proposé des sommes fabuleuses pour ses découvertes mais il n'a cédé aucun objet. Le 16 juin 1990, il reçut les Palmes Académiques.

Alignement de pierres dressées (re)découvert en 1993 à Glozel.

Ces blocs dépassaient les 1m60 pour certains à l'origine. Cet alignement Nord-Sud visant le Champs des Morts, mesurait une centaine de mètres de long et se terminait par un demi cercle de pierres (christianisées au XIX ème siècle par la confection d'un sanctuaire marial). On pouvait en dénombrer environ 80. Ces blocs de granit furent en partie arrachés en 1921 pour édifier la grange de la ferme. Aujourd'hui on peut encore en compter une cinquantaine. Emile trouva deux rondelles d'argile sous ces pierres lors de leur dégagement.

 

pierreplantee.jpg

 

En 1995, suite à la diffusion d'une émission télévisée, le résumé provisoire des recherches précédentes est enfin publié mais ne révèle rien, si ce n'est ce que l'on savait déjà, qu'il y a une grande disparité dans l'âge des objets de Glozel.

Plus de 3000 objets ont été retrouvés, des poteries, des tablettes gravées, des pierres polies, des bijoux en os, des têtes de flèches, des aiguilles, et il ne semble pas que les signes écrits aient été superposés à des gravures animalières antérieures.

Lire la suite

OVNIs dans la Chine ancienne

OVNIs dans la Chine ancienne

 

shen-kuo-an-allround-scholar.jpg

 

On pense souvent que l’apparition des OVNI, notamment en Chine, date de l’époque contemporaine. Pourtant des peintures rupestres en Chine ont représenté ce qui semble être des chiffres avec le symbole « en forme de dôme ». Des peintures de la Renaissance ont montré des objets dans le ciel étrangement similaire à des soucoupes volantes.

Dans la Chine ancienne, il y a eu des histoires et des écrits relatant l’observation d’OVNI, en voici trois majeurs :

 

dongchitsun01.jpg

Tout d’abord dans le Dong Tien Ji

Le Dong Tien Ji était un livre d’origine de la dynastie Tang. L’histoire raconte que sous la dynastie des Tang (618-907), un navire céleste, mesurant plus de cinquante pieds de long, a été retrouvé et placé dans le Hall de Ling De. Le navire avait un son métallique lorsqu’on frappait dessus, et était fait d’un matériau très dur qui résistait à la rouille. Li Deyu, le Premier ministre Tang, coupa sur un pied de long une mince baguette du navire et l’a sculpté comme une figurine d’un prêtre taoïste. La figurine Taoïste s’envola et revint. Dans les années de l’empereur Daoming, la figurine disparue et le navire s’envola.

Dans un chapitre du Meng Qi Bi Tan :

Lire la suite

Manuscript de Voynich : langage proto-roman

Manuscript de Voynich : un langage proto-roman ?

 

Voynich1

 

UNIVERSITÉ DE BRISTOL - Un universitaire de l'Université de Bristol a réussi à déchiffrer le code d'un « texte parmi les plus mystérieux du monde », le manuscrit de Voynich.

C'est le Dr Gerard Cheshire, associé de recherche, utilisant une combinaison de pensée latérale et d'ingéniosité, qui a pu identifier le langage et le système d'écriture du document, dont la réputation est d'être impénétrable.

Dans son article révisé par les pairs, Le langage et le système d'écriture de MS408 (Voynich) Expliqué, publié dans la revue Romance Studies, Cheshire décrit comment il a déchiffré avec succès le codex du manuscrit tout en révélant le seul exemple connu de prototypage de Langue romane.

« J'ai vécu une série de moments" euréka " lors du déchiffrement du code, suivi d'un sentiment d'incrédulité et d'excitation lorsque j'ai réalisé l'ampleur de la réalisation, à la fois en termes de son importance linguistique et de révélations sur l'origine et le contenu du manuscrit.

« Ce qu’il révèle est encore plus étonnant que les mythes et les fantasmes qu’il a engendrés. Par exemple, le manuscrit a été compilé par des religieuses dominicaines comme source de référence pour Maria de Castille, reine d’Aragon, qui s’est avérée être la grande tante de Catherine d’Aragon :

Lire la suite