Les Momies de Nazca, début de la vérité ?

Les Momies de Nazca, début de la vérité ?

Partie 1

 

Poupee momie nazca mario krawix0photo : Krawix

 

Comme ceux qui me suivent depuis des années le savent, j'ai été le tout premier en France à parler de cette affaire pour le moins... ténébreuse, avec un premier article paru le 06-10-2016, parlant à l'époque d'un certain "Krawix" qui se révèlera plus tard se nommer Paùl Roncero, un Péruvien qui montre à la télévision péruvienne plusieurs artefacts étranges (un tout petit "corps" momifié d'une 15aine de centimètres avec un crane étrange, un crâne plus grand avec une même apparence étrange et une grande main à 3 doigts ensuite). S'en suivra en décembre 2016 une interview de l'historien et archéologue local français vivant au Pérou, Thierry Jamin, qui a été contacté par le même Krawix, qui était accompagné par un journaliste. Quelques mois plus tard, l'affaire sera reprise par BTLV (BobvousditTouteLaVérité) dans ses émissions WebTV et la chaine WebTV et site Nurea.

Cette première interview de Mr Jamin évoquera bien sûr les origines de ces artefacts, un huaquero (un pilleur de tombes) nommé "Mario" qui affirme avoir déjà trouvé une "main géante à trois doigts" dès 2005 et conte une histoire assez rocambolesque sur ses récentes découvertes (remontant tout de même à priori à 2015) dans un désert non identifié et une sorte de grotte/temple enterré, et des momies plus grandes font leur apparition, faisant de 20 cm à 100 cm environ et comportant toutes des crânes étranges et trois doigts, trois orteils, des vertèbres en nombre, etc. Je supposais dans cette interview la possibilité de poupées (plusieurs civilisations des Amériques en ont fabriqué) et, de toute façon, j'allais dans le sens de Mr Jamin (y compris sur ses histoires d'OVNI dans la jungle ou autres) afin d'en savoir plus. Notez que j'avais déjà parlé de Mr Jamin car je suivais (par écrit) ses diverses recherches et expéditions qu'il effectuait au Pérou (y compris avec le découvreur d'une petite cité péruvienne en Amazonie), à la recherche de la légendaire Païtiti ou de la présence Inca en Amazonie depuis la fin des années 1990.

 

Crane poupee momie nasca mario krawix

Photo : Krawix - vous pouvez cliquer dessus pour l'agrandir

 

Encore par la suite, j'apprenais que ni Krawix, ni Mr Jamin n'avaient été les premiers détenteurs de momies de ce type, puisque un groupe sectaire nommé « Gardiens de Atok Marka » ont montré des photos de momies et artefacts identiques et affirment en posséder près de 2000 depuis 2014-2015... la source étant probablement la même, ou ce groupe serait l'instigateur d'une vaste escroquerie à l'origine ?

Mais ce qui me poussera à continuer à m'intéresser à cette affaire est bien une concordance étonnante entre une possibilité ancienne émise par un réel paléontologue, Dale Russel, découvreur d'un petit dinosaure du type vélociraptor, le Troodon dans les années 1960 et qui émettra dans les années 1980 une idée sur une évolution de ce petit dinosaure au "gros" cerveau considéré comme le plus intelligent... une évolution en humanoïde-dino qui ressemble à s'y méprendre à nos momies aux trois doigts (beaucoup de dinosaures ayant trois doigts aux pattes), que j'ai aussi d'ailleurs utilisé dans l'une de mes fictions de 2013 (je suis aussi auteur de romans et nouvelles de Science-Fiction-Anticipation-Prospectives Fictions) :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/les-rapports-de-naar-loor-l-observateur/les-rapports-de-naar-loor-l-observateur-5835.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-rapports-de-naar-loor-l-observateur.html  - les rapports complets à ce jour

Vous pouvez découvrir un gros dossier concernant l'Historique de cette affaire dès ses débuts et mes recherches diverses de comparaisons et autres - que j'ai arrêté en fin 2018, considérant, à juste titre, qu'il n'y aurait rien de concret sur cette histoire tant qu'elle restera aux mains d'amateurs ou d'une université péruvienne sans aucun moyens financiers et sous influences... jusqu'à aujourd'hui, où une vraie scientifique européenne ait pu commencer à examiner dans un laboratoire européen certains échantillons dont la provenance d'origine est identique à tous les autres, c'est à dire Mario., via Krawix999 :

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/pages/reliques-etranges-du-perou-momies-de-nazca.html

 

Poupee momie nazca mario krawix1Photo : Krawix - vous pouvez cliquer dessus pour l'agrandir

 

Nous entrons donc dans le vif du sujet de cet article : les analyses de plusieurs échantillons de ce que j'ai appelé personnellement au début "Reliques du Pérou", notamment des échantillons de peau et de l'intérieur d'un crane et aussi d'une possible vertèbre d'un petit corps identique à ceux déjà vus chez Alien Project, faites par une biologiste reconnue qui est citée pour sa participation à plusieurs études. Je mets tout de suite ses références pour éliminer toute discussion :

https://www.researchgate.net/scientific-contributions/Francoise-Hubrecht-15701508

Et voici ci-dessous (et un peu ci-dessus) des photos des "momies" ou reliques ou artefacts-objets selon (une poupée fabriquée par exemple ne peut pas être une "momie" au sens propre du terme - les Chinchorros par exemple ont créé certaines des plus anciennes momies au monde, mais aussi quelques poupées...) analysées, ainsi que les photos d'analyses et les commentaires de la scientifique :

Tout d'abord, voici le matériel utilisé pour les analyses des échantillons :

Microscopie Nikon Eclispse NiU

Macroscope Leica Z16 Apo

Microscope électronique PHENOM G2 PRO

Les échantillons n’ont pas été dorés et n’ont donc pas été altérés par l’analyse.

Ces premières analyses ont eu lieu entre décembre 2020 et juillet 2021.

 

Les échantillons (protégés chacun dans des sacs en plastique hermétiques) sont parvenus à la biologiste dans deux enveloppes et il est aussi montré où les échantillons ont été prélevés sur chaque objet (le terme objet me semble le plus adéquat au stade de ces premières analyses) :

Serie 1

Dans la première enveloppe, nous avons donc des échantillons de peau prélevés à deux endroits d'un tout petit objet, sur un bras et le corps (certains reconnaîtront ces deux objets, puisqu'ils font partie de mon tout premier article d'octobre 2016), un échantillon du coton trouvé à l'intérieur d'un objet en forme de crâne et un échantillon de coton moderne (2020) pour comparaisons. - vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

Serie 2Dans la seconde enveloppe se trouvent deux échantillons prélevés à l'arrière d'une grande main à 3 doigts que certains reconnaîtront, l'un du côté de l'endroit où se trouvait une bague (Ring 1) autour d'un tendon (nerve) (Krawix signale qu'au niveau de l'os qui dépasse à l'arrière se trouvait une bague qui n'a jamais été rendue par Mr Jamin) et d'autres pris aux endroits blancs (très durs) où se trouvent des traces de peau et de fibres ou poils, sur le bord de l'oeil d'un petit crâne, à l'intérieur d'un petit crâne, et au niveau des vertèbres (ribs, côtes) d'un nouveau petit corps qui, on le remarque aussitôt, n'a ni mains ni pieds et des apparents yeux qui n'ont pas l'air très symétriques, même si la tête penche d'un côté. Des analyses des bagues disent qu'elles sont composées de fer, chrome et nickel et possiblement d'origine météoriques selon Krawix.

 

Serie 2 1

Nous avons ici plus en détail le nouveau petit corps (momifié et/ou fabriqué ?), portant un bracelet aux deux bras et appelé "omoplaturis" (omoplates apparentes) comme étant féminin par Krawix avec l'endroit du prélèvement au niveau de côtes.

Krawix a aussi envoyé quelques photos de ses prélèvements (équipé de gants et d'un masque) :

Hand skin ring zoneHand solid material vegetal skinSkull vegetal skin bone hole zoneSkull eye zoneRib krawix omoplaturis femaleToutes les photos au-dessus de cette ligne : Krawix - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

 

Les analyses sont classifiées par enveloppes et échantillons, commentaires, un tableau résume le tout. Devant le nombre de photos et la taille de certaines, j'ai fait une sélection et converti les plus grosses au format webp afin que le chargement sur internet et mobiles soit allégé. Le dossier complet peut être transmis à tout scientifique intéressé (et le prouvant) :

Enveloppe 1 : peau au niveau du corps (hanche) E1-1 - végétal : Macroscopies - photos - formats tif et jpg - (7 ici) :

Skin body vegetal 1 20x extended focusSkin body vegetal 1 20x hdefSkin body vegetal 1 20xSkin body vegetal 1 autre face detail 80xSkin body vegetal 1 autre faceSkin body vegetal 1 detailSkin body vegetal 1Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

Enveloppe 1 : peau au niveau du corps (hanche) E1-1 - végétal : Microscopies (23 photos - formats Tif et Jpg - 11 ici - 4 autres dans les commentaires) :

Env 1 1 skin et body 40x frag veget

Env 1 1 skin et body 100x frag vegetEnv 1 1 skin et body c peu chargeEnv 1 1 skin et body k frag fibre vegetEnv 1 1 skin et body l longue fibre cotonEnv 1 1 skin et body pts frag noir 100xEnv1 1 cuEnv1 1 cu 2Env1 1 cu 3Env1 1 cu 5Long 1mmPhotos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

Enveloppe 1 : peau au niveau du corps (hanche) E1-1 - végétal : SEM - Microscope électronique (20 photos - format Jpg - 13 ici) :

Skinbody1 hac0001Skinbody1 hac0002Skinbody1 hac0003Skinbody1 hac0005Skinbody1 hac0006Skinbody1 hac0007Skinbody1 hac0010Skinbody1 hac0011 2Skinbody1 hac0013Skinbody1 hac0014Skinbody1 hac0015Skinbody1 hac0016 2Skinbody1 hac0017Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

 

ENVELOPPE 1 - commentaires - résultats d'analyses

Momie n°1 : E1-1 – Skin Body Il ne reste rien de l’échantillon

Photos au stéréomicroscope (macroscopie)

Commentairee1 1a

Commentairee1 1b

Face1 – 20x

Face 2 – 20x

E1 1 inclusions 80x

Inclusions visibles par transparence – 80x

 

Photos au microscope en lumière transmise

Env1 1 cu 2

Env 1 1 skin et body j

Fragment de poil d’origine animale (au centre), de fibres végétales et particules noires non identifiées (pas de coloration)

Fragment possible de cheveu (au centre), poils d’origine animale et particules noires non identifiées (pas de coloration)

Env1 1 cu 6

Fragment de cheveu probable et fragment végétal (probablement ligneux)


Toutes les photographies sont prises au grossissement 100x (sauf spécifié).

Présence de poils d’origine animale, de cheveux (possible) et de fibre végétales (tous avec une couleur naturelle).

Sections des cheveux et poils d’origine animale nettes.

Présence de fragments d’origine végétale (coton brun et fibres végétales d’origines non identifiées), fragments végétaux d’origine ligneuse peu fréquente.

Présence de microparticules opaque en microscopie (incluses dans la colle).

Absence de fibres végétales bicolores (voir échantillons E1 – 2 et E1 - 3).

Présence de petits fragments de fibres végétales creuses remplie d’un liquide rougeâtre. Ces fibres semblent être présentes dans tous les échantillons analysés (enveloppe 1 & 2).

Env 1 1 skin et body k frag fibre veget

Env 1 1 skin et body 100x frag veget

Fragments de fibre coton sauvage ou brun possible

Fragment de fibres végétales collées les unes aux autres (origine non identifiée) ;

Fibres également présentes dans certains échantillons provenant de E 2 – C et D

Env 1 1 skin et body i

Env1 1 cu

Fragments de divers poils d’origine animale et quelques petits fragments de fibres végétales creuses contenant un liquide rougeâtre (vers le haut)

Petit fragment de fibre végétale creuse contenant un liquide rougeâtre.

Env 1 1 skin et body h frag fibre veget

Env1 1 cu 7

Fragment de fibre végétale (non identifiée) creuse contenant un liquide rouge (à droite)

Fragment de fibre végétale (non identifiée) creuse contenant un liquide rouge

Env 1 1 skin et body pts frag noir 100x

Env 1 1 skin et body c peu charge

Particules d’aspect opaque (aspect noir) non identifiées.

Aspect clair de la colle (fragment non dissout).


L’aspect de la colle est clair et légèrement grisâtre. L’aspect clair est probablement dû au fait que l’échantillon contient peut-être moins de matériel de charge.


Microscopie électronique

Pour l’analyse en microscopie électronique de cet échantillon, 1 petit fragment a été dissout uniquement dans de l’eau (agitations dans l’eau chaude et centrifugations successives pour éliminer le plus possible la colle). Malheureusement, malgré les précautions prises, on peut constater qu’il y a moins d’échantillons présents sur le stub à examiner que sur les dépôts faits sur lames pour la microscopie en lumière transmise.

Skinbody1 hac0002

Skinbody1 hac0016 2

Fragments de poils d’origine animale coupés.


La/ les espèce(s) animales ne peuvent pas être identifiées car les fragments sont trop petits et en trop mauvais état. Le diamètre des poils d’origine animale vus dans cet extrait est compris entre 30 et 15 µm et la longueur d’environ 50 µm. Ce sont donc des poils fins ou bien des poils de bourre. Il n’est pas exclu que l’on perde les poils de plus gros diamètre lors des lavages successifs parce que sur les photos en microscopie en lumière transmise des échantillons de plus gros diamètre sont visibles et pas dans les extraits analysés en microscopie électronique. Cette remarque est la même pour tous les autres échantillons analysés provenant des 2 enveloppes.

Sur les photos en microscopie, on peut en voir cependant de plus longs et de diamètre plus élevé (environ 50 µm de diamètre).

Quelques rares petits fragments d’origine végétale ligneuse non identifiés sont présents.

Skinbody1 hac0013

Skinbody1 hac0011 2

Fragment végétal d’origine ligneuse.

Ponctuations aréolées présentes dans les trachéides visibles.

Peut-être aussi un poil d’origine animale sans la cuticule (écailles).


 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trachéide (elles sont principalement présentes dans les plantes ligneuses tels que les arbres)

Contaminations secondaires lors de la préparation (voir photos en microscopie)

Les contaminations secondaires peuvent provenir de fibres présentes dans l’air ambiant ou bien encore des vêtements portés par la personne qui fabrique la colle. Elles peuvent également avoir été apportées par l’eau utilisée pour fabriquer la colle (diatomées).

Dans l’extrait du fragment analysé, 1 seule fibre en coton coloré en bleu foncé a été trouvée :

Env 1 1 skin et body l longue fibre coton

Fibre de coton coloré en bleu gris.

Il s’agit très probablement d’un coton initialement blanc ou d’un coton brun qui a été blanchi avant de le teindre. On voit également sur la photo un petit fragment d’une fibre végétale creuse contenant un liquide rougeâtre.

Diatomées

Aucune diatomée n’a été trouvée dans cet extrait.

 

Enveloppe 1 : peau au niveau du bras E1-2 - végétal : Macroscopies - 7 photos - formats jpg - (7 ici) :

Skin arm vegetal 1 detail fibres type cotonSkin arm vegetal 1 detail 2 fibres differentesSkin arm vegetal 1 poudre 80xSkin arm vegetal 1Skin arm vegetal 2 autre cote 16x bSkin arm vegetal 2 autre cote 16xSkin arm vegetal 2 autre cote detail 50x

Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

Enveloppe 1 : peau au niveau du bras E1-2 - végétal : Microscopies (14 photos - formats Tif et Jpg - 14 ici) :

Env 1 2 skin et arm a

Env 1 2 skin et arm aaEnv 1 2 skin et arm aaaEnv 1 2 skin et arm b chevEnv 1 2 skin et arm cEnv 1 2 skin et arm d l200 mEnv 1 2 skin et arm eEnv 1 2 skin et arm f pa coloreEnv 1 2 skin et arm g part veget 100x grossiEnv 1 2 skin et arm m chevEnv 1 2 skin et armd b chev l 380 mEnv1 2 cuEnv1 2 cu 2Env1 2 cu 3

Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

Enveloppe 1 : peau au niveau du bras E1-2 - végétal : SEM - Microscope électronique (64 photos - format Jpg - 16 ici + 19 autres dans commentaires) :

E1 2 culot0002E1 2 culot0003E1 2 culot0006E1 2 surn0005Env1 2 culot0001Env1 2 culot0005Env1 2 culot0008Env1 2 culot0012Env1 2 culot0016Env1 2 culot0028Env1 2 culot0038Env1 2 culot0039Env1 2 culot0042Env1 2 culot0043Env1 2 culot0047Env1 2 culot0050Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

ENVELOPPE 1 - commentaires - résultats d'analyses

Momie n°1 : E1-2 – Skin arm (bras) Il ne reste rien de l’échantillon

Photos au stéréomicroscope (macroscopie)

Face1 16x image13 1

Skin arm vegetal 2 autre cote 16x

Face 1 (16x)

Face 2 (16x)

Skin arm vegetal 1 detail fibres type coton

Face2 50x inclusions

A l’emplacement de la section : probablement 1 fibre possible de coton blanc et 1 cheveu humain sont visibles

Face 2 (50x) Inclusions visibles par transparence

Skin arm vegetal 1 poudre 80x

Poudre non identifiée en surface (80x) - possiblement du kaolin

Photos au microscope en lumière transmise

Env 1 2 skin et armd b chev l 380 m

Env 1 2 skin et arm d l200 m

Fragment possible de cheveu (L env 380 µm)

Fragment de poil d’origine animale (env 150 µm)

Env 1 2 skin et arm e

Env1 2 cu 2

Petit fragment de poil animal non coloré (env 100 µm)

Fragment de fibre végétale (non identifiée) creuse contenant un liquide rouge


Toutes les photographies sont prises au grossissement 100x (sauf spécifié).

Présence de poils d’origine animale, de cheveux (possible) et de fibre végétales (tous avec une couleur naturelle).

Sections des cheveux et poils d’origine animale nettes.

Présence de fragments d’origine végétale (coton brun et fibres végétales d’origines non identifiées), fragments végétaux d’origine ligneuse peu fréquente.

Présence de petits fragments de fibres végétales creuses remplie d’un liquide rougeâtre. Ces fibres semblent être présentes dans tous les échantillons analysés (enveloppe 1 & 2).

Présence de microparticules opaque en microscopie (incluses dans la colle).

Présence de petits amas de fibres végétales bicolores, groupées en fagots, d’origine également non identifiée, en assez grand nombre.

Env 1 2 skin et arm a

Env 1 2 skin et arm aaa

Fibres d’origine végétale non identifiées d’aspect bicolore

Fibres d’origine végétale non identifiées d’aspect bicolore

Env1 2 cu

Fibres d’origine végétale non identifiées d’aspect bicolore

Env 1 2 skin et arm c

Env1 2 cu 3

Fragments colle non dissouts

Aspect clair de la colle (fragment non dissout). L’échantillon apparait moins translucide peut-être uniquement parce que la charge en microparticules est plus élevée. Il y a aussi probablement un peu plus de petits débris d’origine végétale (le plus souvent non ligneux) que dans E 1- 1. Beaucoup ne sont pas identifiables.

Exemple de petit fragment d’origine végétale (ligneux) non identifiable (ponctuations aréolées visibles) à côté d’une particule opaque.

Microscopie électronique

Même technique de dissolution et même remarque que pour E1-1.

La majorité des échantillons analysés semblent être des poils d’origine animale, mais il y a probablement une proportion plus élevée de fragments végétaux que dans E1-1.

E1 2 surn0004

Env1 2 culot0029

Fibre de coton

Coupe tangentielle dans 1 poil : on peut voir un reste de cuticule (écailles), les fibres du cortex et la moelle

Env1 2 culot0048

Env1 2 culot0023

Fragment probable de poil d’origine animale. Cuticule encore présente.

Fragment de cheveu humain ou de poil d’origine animale. Cuticule encore présente.

Env1 2 culot0022

Env1 2 culot0034

Fragment probable de poil d’origine animale. La cuticule n’est plus présente (action chimique probable)

Fragment végétal non identifié assez souvent présent dans les échantillons analysés (peut-être la fibre creuse avec liquide rougeâtre)

Env1 2 culot0028

Non identifié. Peut-être un très petit fragment de poil animal sans cuticule (action chimique)

Fragments végétaux ligneux

On retrouve dans l’échantillon des fragments de végétaux ligneux non identifiés. Ils sont présents parfois en plus grand nombre dans d’autres fragments analysés provenant des enveloppes 1 et 2.

Env1 2 culot0015

Env1 2 culot0017

Présence de ponctuations aréolées présentes dans les vaisseaux ligneux (trachéides)

Env1 2 culot0026

Env1 2 culot0037

Présence de ponctuations aréolées présentes dans les vaisseaux ligneux (trachéides)

Env1 2 culot0050

Vaisseaux conducteurs annelés

Soies de toile d’araignée

1 fragment de soies d’araignée a été décelé dans cet échantillon (il n’est pas exclu qu’il y en ait plus).

Il pourrait provenir soit d’un ajout délibéré (par exemple pour solidifier la colle), soit d’une contamination lors de la fabrication de la colle, ou d’un apport secondaire par une araignée.

Env1 2 culot0013

Env1 2 culot0011

Soies d’araignée

Soies d’araignée

Particules bicolores

3 ‘particules bicolores’ ont été retrouvées dans l’extrait examiné. La vue au microscope électronique de ces groupes de fibres (regroupées en fagot) ne nous permet pas plus de donner une identification de l’origine.

Env1 2 culot0038

Env1 2 culot0039

Particule bicolore n°1

Particule bicolore n°1 (détail)

Env1 2 culot0042

Env1 2 culot0047

Particule bicolore n°1 (détail section au niveau de la base des fibres)

Particule bicolore n°2

Env1 2 culot0049

Particule bicolore n°3

Contaminations secondaires lors de la préparation (voir photos en microscopie)

Les contaminations secondaires peuvent provenir de fibres présentes dans l’air ambiant ou bien encore des vêtements portés par la personne qui fabrique la colle.

Dans l’extrait du fragment analysé, 1 seule fine fibre de laine (poil d’origine animale) colorée en rouge a été trouvée. Cependant, vu qu’elle est très petite (300 µm maximum de longueur) et que les 2 extrémités sont coupées nettes, il s’agit probablement d’un ajout délibéré et non une contamination secondaire. C’est la seule fibre colorée de ce type découverte dans les échantillons contenus dans l’enveloppe 1.

Env 1 2 skin et arm f pa colore

Diatomées

Les diatomées (algues unicellulaires entourées d’une coque rigide en silice comportant des ornementations permettant parfois de les identifier jusqu’à l’espèce) proviennent de l’eau utilisée pour fabriquer la « colle ». YH : "colle de poisson", ou ichtyocolle, utilisée depuis l'antiquité et encore de nos jours dans certaines industries (meubles - colle à bois).

Présence de diatomées en plus grand nombre que dans les autres échantillons.

Présence de 10 valves de diatomées toutes centriques (provenant probablement de 3 espèces différentes) et de 3 ceintures connectives de diatomées centriques et d’1 diatomée pennée (la seule retrouvée parmi tous les échantillons analysés) appartenant probablement à une Nitzschia. YH : je note juste la présence au large des côtes du Pérou et du Chili de la diatomée "pseudo-nitzschia", très toxique pour l'être humain, qui s'empoisonne en mangeant des molusques par exemple.)

Env1 2 culot0019

Env1 2 culot0030

Valve de diatomée centrique (face interne)

Valve de diatomée centrique (face externe)

Env1 2 culot0032

Env1 2 culot0006

Valve de diatomée centrique (face interne)

Valve de diatomée centrique (face externe)

Env1 2 culot0008

Env1 2 culot0010

Valve de diatomée centrique (face externe)

Valve de diatomée centrique (face externe)

Env1 2 culot0004

Diatomée pennée (vue latérale)

Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

 

Enveloppe n°1 : E1-3 – Skin skull + cotton (peau crane et coton)

Photos au stéréomicroscope (macroscopie) - végétal - 26 photos - format jpg (10 ici + 4 dans les commentaires) :

Skin skull fibres 3 fond clairdetail autre fibre 92xSkin skull fibres 3 fond noir autre face autre detail 57 xSkin skull fibres 3 fond noir autre face detail aglomerat fibres type coton inclusion a verifierSkin skull fibres 3 fond noir detail fibres 20xSkin skull fibres 3 fond noirSkin skull fibres 3 piece n 2Skin skull fibres 3 piece n 3 autre detail 63xSkin skull fibres 3 piece n 3Skin skull fibres 3 piece n 4 grande autre faceSkin skull fibres 3

 

Enveloppe 1 : peau crane + coton E1-3 - végétal : Microscopies (32 photos - formats Tiff et Jpg - 14 ici) :

Env 1 3 skin skull b pte fibre coton roseEnv 1 3 skin skull frag chevEnv 1 3 skin skull j bEnv 1 3 skin skull p1Env 1 3 skin skull qEnv 1 3 skin skull rEnv 1 3 skin skull substrat non tot dilueEnv1 3 cu 2Env1 3 cu 3Env1 3 cu 4Env1 3 cu 5Env1 3 cu 6Env1 3 cu 7Env1 3 cu

Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

Enveloppe 1 : peau crâne et coton - E1-3 - végétal : SEM - Microscope électronique (13 photos - format Jpg - 13 ici) :

E1 3 cu0001E1 3 cu0002E1 3 cu0003E1 3 cu0004E1 3 cu0005E1 3 cu0006E1 3 cu0007E1 3 cu0008E1 3 cu0009E1 3 cu0010E1 3 cu0011E1 3 cu0012E1 3 cu0013Photos : Françoise Hubrecht - vous pouvez cliquer dessus pour les agrandir

 

ENVELOPPE 1 - E1-3 – Skin Skull & Cotton - Peau Crâne et Coton - Reste 2 grands fragments (le plus grand n’est pas photographié)

Echantillon composé de 4 fragments.

Photos au stéréomicroscope (macroscopie)

Skin skull fibres 3 fond noir

Skin skull fibres 3 fond noir autre face

Fragment 1 avec fibres de coton blanc entières (Face supérieure) Fond noir (16 x) Fragment 1 avec fibres de coton blanc entières (Face inférieure) Fond noir (16 x)

Skin skull fibres 3 fond clairdetail autre fibre 92x

Skin skull fibres 3 fond noir detail autre fibre 90x

Détail : fragment de cheveu (90x)         Détail : fragments de cheveux ou de                                                                 poils d’origine animale + fibres de coton                                                                                       (90 x)

 

Skin skull fibres 3 fond noir autre face detail aglomerat fibres type coton inclusion a verifier

 


 

 


 


 

 

Détail : fragment de cheveu dépassant des fibres de coton (92x)

Skin skull fibres 3 piece n 3 detail 63x

Skin skull fibres 3 piece n 4 grande detail 80x

Détail : Fragments de fibres incluses dans la colle vues par transparence (63x)

Détail : Fragments de fibres incluses dans la colle vue par transparence (80x)

 

Photos au microscope en lumière transmise

Env 1 3 skin skull j b

Fragment cheveu et fragments vegetaux

Fragment de cheveu (coupures nettes). On peut voir la finesse de section dans la coupe imparfaite au milieu du cheveu Fragment de cheveu (coupures nettes) + nombreux très petits fragments végétaux (mal coupés)
Env 1 3 skin skulld e

Env 1 3 skin skull g

Fragments de poils d’origine animale, 1 particule bicolore, petits fragments d’origine végétale

Poil animal (coupures nettes)

 

Toutes les photographies sont prises au grossissement 100x (sauf spécifié).

Présence de poils d’origine animale, de cheveux et de fibre végétales (tous avec une couleur naturelle).

Les sections des cheveux et poils d’origine animale sont nettes.

Présence de fragments de fibres de coton brun peut-être en moins grand nombre que E1-1.

Présence de fragments d’origine végétale en plus grand nombre que dans Env1-1 et 2 (fibres de coton brun, fibres végétales bicolores et fragments végétaux non identifiés (ligneux et non ligneux) et mal coupés (plutôt broyés que coupés)).

Présence des petites particules opaques en microscopie incluses dans la colle (non identifiées).

Présence de fibres végétales bicolores dont l’origine n’a pas été identifiée comme dans E1-2.

Présence de petits fragments de fibres végétales creuses remplie d’un liquide rougeâtre. Ces fibres semblent être présentes dans tous les échantillons analysés (enveloppes 1 & 2).

 

Env1 3 cu 2

Env1 3 cu

Présence de fibres végétales creuses contenant une substance rougeâtre (coté droit -bas) Présence d’1 fibre végétale creuse contenant une substance rougeâtre (centre)
Env1 3 cu 5

Env1 3 cu 4

Fibres végétales bicolores groupées en fagots, d’origine non identifiée

Fibres végétales bicolores groupées en fagots, d’origine non identifiée

 

Env1 3 cu 7

Aspect d’un fragment de colle non totalement dissout.

 

Fragment cheveu et fragments vegetaux

Cheveu, petites particules opaques, petits fragments mal coupés (probablement d’origine végétale)

 

Microscopie électronique

E1 3 cu0008

E1 3 cu0010

Aspect général du dépôt provenant de l’échantillon extrait avec une présence de colle imparfaitement dissoute.

 

E1 3 cu0005

E1 3 cu0007

Fragment de fibre végétale assez fréquente (peut-être les fibres creuses avec liquide rougeâtre) Fragment de fibre végétale
E1 3 cu0012

E1 3 cu0006

Fragment de fibre végétale (coton possible)

Poil d’origine animale abîmé dont la cuticule est absente ou fortement déterriorée.

 

COTON – fibres de coton blanc - 10 photos - 7 au format Jpg et 3 en Tiff

Les fibres blanches visibles sur cet échantillon sont bien des fibres de coton. Elles sont identiques aux fibres de coton ‘moderne’ péruvien. Ce qui ne veut pas dire qu’il s’agisse de coton provenant d’une production récente. Nous n’avons cependant pas pu comparer ces fibres avec celles de coton sauvage blanc qui pourraient peut-être avoir un diamètre différent.

Fragment de cheveu présent dans le coton blanc

Fragment de cheveu dans coton1

 

Fragment de cheveu dans le coton  
Hair skin skull detail extremite coupee 2

Hair skin skull extremite 1b

Extrémité 1

Extrémité 2

 

Coton momie a

Dans coton momie detail

Fibres blanches de coton (blanchi ou blanc d’origine) Dans coton momie détail
Dans coton momie

Dans coton momie suite

Particules végétales présentes en plusieurs exemplaires dans les fibres de coton (quelques mm) Particules végétales présentes en plusieurs exemplaires dans les fibres de coton (quelques mm)

 

Fragments végétaux ligneux

Les fragments de provenant de végétaux ligneux semblent être présents en moins grand nombreux que chez E1–2.

E1 3 cu0002

E1 3 cu0003

Fragment 1 (ponctuations aréolées) Fragment 1 (ponctuations aréolées)
E1 3 cu0013

 

Fragment 2 (ponctuations aréolées)  

 

Aspect de la colle

Exemple de fragment non totalement dissout (en microscopie électronique).

E1 3 cu0004

 

Contaminations secondaires lors de la préparation (voir photos en microscopie)

Les contaminations secondaires peuvent provenir de fibres présentes dans l’air ambiant ou bien encore des vêtements portés par la personne qui fabrique la colle.

Dans l’extrait du fragment analysé, 5 fibres colorées différentes sont trouvées, toutes de très fines laines ou de coton.

Env 1 3 skin skull q

Env 1 3 skin skull p1

Très fine fibre de laine bleu vif Longue fibre, très fine, de laine mauve foncé
Env 1 3 skin skull b pte fibre coton rose

Env 1 3 skin skull r

Fragment de fibre de coton rose 1 longue fibre de laine rose vif très fine

 

Diatomées

Pas de diatomée présente dans l’extrait analysé.

 

Yves Herbo : Bon, voici la fin des analyses de l'Enveloppe 1 et d'une partie de ses échantillons. Une évidence apparaît déjà au sujet de cette enveloppe 1, c'est que nous avons des peaux entièrement artificielles, à base de végétaux surtout, de poils d'animaux avec des inclusions à l'intérieur de cheveux humains, de laine colorées et de cotons, le tout à l'intérieur de ces "peaux". Pour rappel, il s'agit d'un "corps" de 15-20 cm (plutôt une poupée donc) et d'un crâne plus grand et assez semblable à celui des momies de 50 à 100 cm connues tout au long de cette affaire, bien qu'ayant une structure plus longue. Rien d'Extra-Terrestre donc dans cette partie 1, mais plutôt des fabrications qui, pour l'instant, pourraient tout aussi bien être très anciennes; moyennement anciennes ou modernes selon la suite des analyses et d'autres à venir. La poudre recouvrant en partie ces objets semble être du kaolin (de l'argile blanche donc, connue pour ses diverses propriétés au travers des siècles et encore utilisée de nos jours (le kaolin breton est réputé par exemple), des diatomées se trouvent à l'intérieur des peaux et proviennent de l'eau utilisée pour la colle (colle de poisson probable, connue également depuis au moins l'antiquité), une colle et eau qui peut d'ailleurs fausser toutes datations à priori. Les laines ou coton colorés avec des couleurs vives correspondent très bien tant aux anciennes cultures péruviennes que leurs descendants actuels. La fabrication de poupées comportant de l'argile, des végétaux, des parties d'animaux (poils et ossements) et des tissus travaillés peut nous indiquer une direction à étudier.

Madame Hubretch a par ailleurs indiqué l'absence de contaminants secondaires "modernes", comme des fibres synthétiques. Ce n'est pas pour cela qu'il n'y en a pas du tout, mais il n'y en avait pas dans les prélèvements. Rappelons ici que le Ministère de la Culture péruvien avait discrédité les momies sur base du rapport médico legal, qui y aurait trouvé du papier et des polyamides. La scientifique explique également que les sections sont anormalement nettes et perpendiculaires à l'axe de la fibre. Certaines sections font 10 microns. Ces sections ne dépassent jamais 200 microns, ce qui est l'épaisseur minimum de la fausse peau, afin de ne jamais "percer" la surface et ainsi empêcher l'humidité de rentrer dans l'objet. Enfin certains endroits de la fausse peau prennent en sandwich des fragments de kératine ou de morceaux organiques divers pour donner à la peau du relief, et sans doute un aspect "reptilien" (certaines momies laissent voir une peau "reptilienne" à certains endroits).

Le nombre de grosses photos et le formatage des commentaires pour internet font qu'une deuxième partie, avec l'enveloppe 2, est nécessaire tant question temps et poids des articles. J'espère pouvoir terminer cette seconde partie avant la Toussaint, accompagnée de deux premières hypothèses sur les possibles origines de ces fabrications ou momies selon les analyses et objets, mais je crains que seules des datations du contexte du lieu de découverte pourra éclairer un jour de façon plus certaine la vérité sur ces objets.

Une information que je ne peux encore vérifier affirmerait qu'une tentative de ponction d'un "oeuf" contenu par une des petites momies (une autre que celle déjà connue) aurait ramené un échantillon d'argent natif. N'ayant pas encore reçu ces analyses, je n'en parlerai pas du tout, ni de cette nouvelle momie.

Quoiqu'il en soit, il apparaît très peu probable que ce travail de fabrication long et fastidieux (correspondant plutôt aux anciennes cultures qu'aux âges modernes) ait été l'oeuvre de huaqueros (pilleurs de tombes) (qui en plus y laisseraient des bijoux et de l'argent éventuellement à l'intérieur !).

 

Tissu nascatissu de la culture nazca

 

La partie deux nous permettra peut-être d'avancer sur la vérité sur ces objets, qui, à part leurs crânes, ne surprennent pas tant que ça quand on connaît par exemple la culture Nazca (mais il y en a d'autres), qui montre des centaines de tissus, poteries et sculptures d'humains ou dieux (les nazcans avaient des animaux comme dieux) comportant trois doigts et/ou trois orteils et souvant des yeux aux orbites carrées ou rectangulaires (un code ?)... on sait aussi que, mondialement, beaucoup de religions comportaient des mi-hommes mi-animaux comme dieux...

 

Musee municipal des beaux arts f felix amadorDes yeux obliques et soulignés, des mains à quatre doigts, des pieds aux trois orteils, Musée Municipal des beaux-Arts F. Félix Amador, mais en Argentine

 

L'intégralité de ces analyses sont disponibles aux scientifiques (biologistes - chimistes - archéologues spécialisés en momies ou artefacts des Amériques, etc...).

A bientôt pour la partie deux. Ces articles seront traduits en anglais et espagnol par la suite.

 

Yves Herbo, compilations de données, Sciences-Faits-Histoires, 08-10-2022

mystère archéologie lire prehistoire antiquité légendes Histoire éducation sciences Pérou

Commentaires

  • jules
    • 1. jules Le 12/10/2022
    Bonjour M. Herbo,

    Merci pour votre article très sérieux.

    Vivement la 2eme partie!

    Cdt

    Jules
    • yvesh
      • yveshLe 12/10/2022
      Merci Jules, Je vais peut-être faire une partie 1.5 pour parler des analyses d'un professeur d'université en Bretagne qui en a fait en 2019, et qui viennent de ressurgir, un hasard du calendrier...

Ajouter un commentaire