Nepal, Mustang: une culture inconnue dans des grottes et tunnels

Nepal, Mustang: une culture inconnue à l'origine des grottes et tunnels

 

Mustang nepal

Archéologiquement parlant, l'ancien Royaume de Mustang était principalement retenu pour son Histoire riche du fait de sa position stratégique commerciale régionale entre la Chine, le Tibet, Népal et l'Inde avant son annexion par le Népal et les combats contre les intentions chinoises sur ce territoire. Avec au moins 10000 grottes, dont beaucoup artificielles et tunnels aménagés, le site principal était considéré comme ayant une ancienneté remontant jusqu'aux premiers bouddhistes. De belles découvertes majeures y ont en effet été effectuées au 20ème siècle, avec entre autres, récemment (2007),  des magnifiques fresques représentant la vie de Bouddha, dont les plus grandes mesurent jusqu’à 8 mètres de longueur :

 

Mustang nepal fresquemuraleboudha

Mais ce sont surtout un grand nombre de manuscrits, découverts dans ces mêmes grottes, et qui sont toujours examinés de nos jours, qui en font un grand attrait archéologique sur la période bouddhique. En effet, des dizaines de milliers de manuscrit calligraphiés étaient enfouis dans ces grottes oubliées. Des traités philosophiques à l’arbitrage des conflits, ces trésors témoignent que de grands sages s’y rendaient pour y réfléchir alors que les artistes occupaient les cavernes pour y peindre l’adoration de Bouddha et des grands yogis de l’histoire bouddhiste. Une autre supposition serait que ces manuscrits proviendrait d'un monastère bouddhiste détruit et que cette bibliothèque avait été sauvée dans ces grottes...

On sait au moins qu'il y a 750 ans, le Royaume de Mustang (aboli en 2008 !), carrefour commercial régional influençant la route de la soie, était très prospère. Les manuscrits en question ont été datés du 13ème siècle de notre ère. En 2007, des explorateurs des États-Unis, d'Italie et du Népal ont découvert d'anciens arts décoratifs et peintures bouddhistes, des manuscrits et des poteries dans les grottes de Mustang près de Lo Manthang, datant du 13e siècle. Une deuxième expédition en 2008 a découvert plusieurs squelettes humains de 600 ans (14ème siècle) et a récupéré des rames de manuscrits précieux, certains avec de petites peintures connues sous le nom d'illuminations, qui contiennent un mélange d'écrits du Bouddhisme et de Bon (Bon, également orthographié Bön, est une religion tibétaine qui s'identifie comme étant distincte du bouddhisme tibétain, bien qu'elle partage les mêmes enseignements et terminologies. Elle serait née au XIe siècle et a établi ses écritures principalement à partir de termas et de visions de tertöns tels que Loden Nyingpo. Bien que les termas de Bon contiennent des mythes de Bon qui existaient avant l'introduction du bouddhisme au Tibet, "en vérité," l'ancienne religion "était une nouvelle religion.". Les théologiens actuels du Bon expliquent, (pour maintenir leur inclusion dans la dominance bouddhiste ?) que leur religion plus ancienne est due aux prémices du bouddhisme, prévus et visualisés par la leur et leurs visionnaires.

 

 

Mustang nepal himalayaregion

Mais l'attribution de ces grottes aux seuls moines bouddhistes est remis en question dès le début des années 1990, avec des découvertes faites lors d'une fouille entre 1992 et 1997 par une équipe composée d'experts du DoA et d'une troupe de fouille basée en Allemagne. C'est dans le complexe de grottes de Mhebrak dans la vallée de Muktinath dans le Lower Mustang qu'ils ont découvert de nouveaux indices, qui pourraient potentiellement révéler une partie importante de l'histoire humaine remontant à 450 avant JC minimum

Cette équipe a donc étudié deux cadavres uniques retrouvés dans ce complexe de grottes, et ont déclaré que " les caractéristiques choquantes des cadavres les rapprochent de la découverte d'une culture particulière de l'ère préhistorique ".


Lire la suite ci-dessous :

Ils disent que les cadavres - qui se sont avérés être ceux d'une mère et d'un enfant - datant de 450 avant JC ont été retrouvés dans une position de sommeil où la mère semble avoir protégé son enfant de toutes les manières possibles. Fait intéressant, le corps du nourrisson a été retrouvé tout compacté, avec des os et des articulations stables qui n'étaient pas détachés. Même une couche de peau fine recouvrant les os du nourrisson est toujours intacte

" La découverte d'un corps humain aussi vieux que 2500 ans dans un état si particulier ", explique Mohan Singh Lama, un officier d'excavation au DoA, " remet en question la sagesse conventionnelle entourant la momification d'un cadavre ".


Certaines parties du corps de la mère, y compris les membres, étaient également intactes.

 

Mustang nepal jhongcave

Jhong cave, Mustang, Nepal

 

Ce qui est aussi intrigant, c'est que l'enfant a été retrouvé endormi par le sein de sa mère, qui semblait tenir l'enfant fermement. La posture de la mère a également joué un rôle dans la protection du corps du nourrisson contre la pourriture, selon les experts. 

" La température froide doit également avoir joué un rôle, mais c'est encore difficile à croire ", explique Lama, ajoutant qu'il s'agit d'une percée dans l'histoire de la culture d'excavation à l'échelle mondiale. « Nous nous préparons à garder le corps pour exposition au musée de Chhauni pendant un mois.»  

Normalement, la décomposition d'un corps enterré commence dès qu'il est exposé à des bactéries. Après que les bactéries ont décomposé les ligaments des articulations et que les fluides retenant deux os se tarissent, les os et les articulations commencent à se démonter. 

Selon Lama, 63 autres cadavres ont également été retrouvés sur le même site. Le complexe de grottes de Mehbrak est donc supposé avoir été une grotte utilisée à des fins d'inhumation. Cependant, Lama dit qu'il existe également d'autres possibilités. « Ils sont peut-être morts dans un glissement de terrain lorsque des pierres de boue de la grotte intérieure sont tombées sur eux », a-t-il déclaré. " Car les vêtements attachés aux pieds de nombreux cadavres suggèrent un massacre."  

 

Mustang nepal ossements1500ans

des ossements démembrés datés de 500 après JC découverts dans le complexe : les enterrements ont perduré des siècles

 

Les fouilles de 1992-1997 effectuées dans d'autres parties de Mustang, selon Hari Shrestha, professeur agrégé à l'Université Tribhuvan (TU), ont fait une autre découverte importante ainsi que : " Des récipients en céramique remplis de nourriture offerte au défunt ont été trouvés dans la chambre funéraire, pointant vers une culture très particulière qui n'est plus en pratique actuellement ", a-t-il déclaré dans un article publié dans le Washington Post le 15 décembre 2011.

Cependant, les découvertes font un bond en avant après une activité sismique dans la région en 2009. Des grottes jusque-là scellées depuis plusieurs milliers d’années sont découvertes en 2010En 2010, une équipe d'alpinistes et d'archéologues a découvert 27 restes humains dans les deux plus grandes grottes de Samdzong. Les squelettes relativement intacts - datant du IIIe au VIIIe siècle, avant l'arrivée du bouddhisme à Mustang - avaient des marques de découpes sur les os. Une collection de 8 000 documents manuscrits est aussi trouvée. La plupart des pages datent du XVe siècle et couvrent des sujets allant de la doctrine bouddhiste tibétaine aux questions juridiques.

 

Mustang nepal

 

 

Samdzong 5 est l’une de ces grottes et les archéologues qui opèrent dans la région y ont fait des découvertes fascinantes.

Tout d’abord, il s’agit d’une grotte funéraire, un souvenir précieux qui, comme le rappelle Mark Aldenderfer est un lieu qui raconte le plus d’histoire. L’idéal est donc de trouver un tombeau qui recèle généralement des vestiges datant d’avant l’ère bouddhiste, de préférence suffisamment haut pour que les pilleurs n’y aient pas eu accès avec le temps. La chance était donc du côté des archéologues lorsqu’ils mirent à jour ces tunnels en 2010 et 2011.

 

Mustang nepal ossements1500ans2

Capture photo d'une conférence filmée du Docteur Mark Aldenderfer (University of California, Merced) montrant la tombe d'un possible chef (âge entre 200 et 700 de notre ère) de cette mystérieuse culture précédant l'arrivée des bouddhistes sur les lieux https://share.yosemite.edu/view.aspx?i=1EBT

 

Les chercheurs y trouvent d’abord des squelettes, installés de façon particulière. Certains dans des cercueils, mais tous avaient la particularité d’avoir été dépecés. Cette pratique a été conservée durant le début de l’époque bouddhiste, les archéologues ont donc pu comprendre aisément ce qu’il s’était passé. Autrefois, les morts étaient découpés en morceaux ou dépecés, les animaux sauvages se nourrissaient alors de la chair et le squelette était déposé dans des lieux sacrés. Cette pratique permettait de créer un lien direct avec les divinités et portait le nom de « funérailles célestes ».

Cependant, ce rituel n’était réservé qu’aux hauts dignitaires, ce qui voulait dire que les archéologues avaient mis au jour le tombeau d’un chef. A ses côtés sont découverts les restes d’un cheval, surement le préféré du dignitaire, ainsi que le squelette d’un enfant d’environ 10 ans. Sans émettre de théorie pour l’instant sur la présence de ce corps, Mark Aldenderfer aidé de Jacqueline Eng, experte en ossement, assure qu’il s’agit là d’un rituel très complexe qui nécessitera du temps avant d’être complètement déchiffré.

 

Mustang nepal tombs samdzong human remains tx800des restes humains découverts dans les grottes de Samdzong

 

Les archéologues y font des découvertes étonnantes : les cercueils sont réalisés à partir de bois exotiques, qui ne viennent pas de la région, des restes de vêtements ornés de perles viennent d’Iran, d’Inde ou du Pakistan. L’équipe y trouve également des poignards, des tasses à thé en bambous, des bracelets de cuivre, et un masque funéraire fabriqué à partir d’or et de cuivre.

Cela montre également que la fonction première de ces grottes était de servir de tombeaux. Une science qui était particulièrement réfléchie puisque les cercueils étaient réalisés sous forme de « kit ». En effet, les planches étaient coupées et préparées à l’extérieur avant d’être montées dans les cavernes pour y être assemblées sur place.

Alors que la région est aujourd’hui très pauvre, ces vestiges témoignent d’une époque où le Mustang était une zone prospère, certainement grâce au commerce du sel. Ces grottes ont encore bien des choses à révéler...

 

Garphu 2c 20mustang 2c 20nepalGarphu, Mustang, Nepal

 

D’abord, rares sont les lieux dont l’histoire ancienne a été conservée. De plus, le temps efface aussi les traces humaines multi millénaires : Alors que certaines grottes deviennent impraticables à cause de l’érosion, de sérieux dégâts ont été observés après le tragique tremblement de terre qui a touché le Népal en 2015. Ce dernier a gravement endommagé de nombreux monuments du pays et a coûté la vie à presque 9 000 personnes.

Tous ces éléments, aussi bien les rituels religieux complexes que la construction des grottes, montre qu’il s’agissait là d’une civilisation avancée, disposant de sa propre religion, culture, technologie et qui faisait partie intégrante de la route de la soie qui en était alors qu’à ses balbutiements. Les recherches continuent cependant dans le but de découvrir les origines des grottes de la région de Mustang.

 

Mustang nepal tombs samdzong mask and daggersUn masque funéraire et des poignards découverts à Samdzong

 

En juin 2019 (avec une rectification sur un tableau en septembre 2019), une publication scientifique de cette équipe parle de cette découverte :

 " Le site de Samdzong est composé d'une série de tombes à puits situées à 4000 m d'altitude dans l'Himalaya. De récentes expéditions archéologiques ont permis de retrouver un assemblage métallique exceptionnel comprenant des masques en or et en argent, des vases en cuivre, des poignards en fer, des bracelets en laiton et un médaillon en bronze. La richesse et la variété de la collection ont fourni un point de départ inhabituel pour étudier les modèles d'échanges et d'échanges régionaux au cours de la période 450–650 CE, en combinaison avec les données d'autres matériaux. Nous présentons ici une étude stylistique, métallographique, élémentaire et isotopique d'une sélection des objets métalliques. Les résultats suggèrent une origine sud-asiatique pour la majeure partie des métaux, tout en mettant en évidence une variété de traditions technologiques et culturelles qui montrent des liens avec l'Asie centrale et la route de la soie ".

À ce jour, cinq masques en or ont été trouvés dans la région himalayenne centrale et occidentale, du cimetière Chuvthag dans le comté de Zanda et du cimetière Gurugyam dans le comté de Gar au Tibet, en Chine, du cimetière Samdzong à Mustang, au Népal et du cimetière Malari dans l'Uttar Pradesh, IndeLes dates de ces masques en or se situent toutes autour du Ier au IIe siècle de notre ère; ils sont de tailles différentes mais tous fabriqués avec la technique du repoussé et cousus sur des textiles. La plupart des traits du visage des masques sont de la race mongoloïde. Cette coutume funéraire est profondément enracinée dans le continent eurasien; les masques funéraires dans différentes régions peuvent avoir des origines indépendantes et des voies en développement, mais une influence mutuelle et des échanges entre les régions voisines sont également apparents.

 

 

 

 

YH : Bon, la conclusion provisoire de cet article est que les origines et objectifs de toutes ces grottes artificielles demeurent encore inconnus : elles ont été réutilisées pratiquement sans arrêt pendant au moins 1500 ans, entre -1000 avant JC donc et le 15ème siècle de notre ère, identifié grâce à des manuscrits, et datation des plus anciens corps découverts à ce jour, ce qui ne prouve rien quant à la réalisation de ces complexes multiples dans la région, taillés dans des roches (du grès à priori). A l'heure actuelle, les scientifiques divisent l'utilisation des grottes du Haut-Mustang en trois périodesDès 1000 avant JC, les grottes ont été utilisées comme chambres funéraires (YH : mais on ne sait pas si cette utilisation est la première). Au cours du 10e siècle de notre ère, la région a été fréquemment disputée et, par conséquent, plaçant la sécurité au-dessus de la commodité, ou parce que leur village avait été attaqué, des familles se sont installées dans les grottes, les transformant en logements (tous les ossements de ces tombes vidées ont peut-être été regroupés dans une grotte qui reste à découvrir ?). Dans les années 1400, les grottes fonctionnaient comme des chambres de méditation, des belvédères militaires ou des unités de stockage lorsque les gens s'installaient dans les villages. Les grottes sont au moins très difficile d'accès, ce qui leur permet une grande tranquillité...

 

Mustang nepal grottekonchoklingLa grotte mahasiddha de Konchokling dans le Haut Mustang

http://www.luczanits.net/gallery3/index.php/docu/Konchokling

 

Ce documentaire montre certains lieux et est magnifique, mais est un peu ancien (2014) et ne parle pas des dernières découvertes. Pour rappel, les plus anciens corps ont été datés de - 1000 AV JC environ, et les grottes sont pour l'instant datées d'après ces corps. Le Roi Ashoka a introduit le bouddhisme en - 250 AV JC et les bouddhistes arrivant ensuite ont changé les choses et certaines "grottes-chambres" contiennent de très belles fresques bouddhistes, mais les grottes ont été créées bien avant l'arrivée du bouddhisme dans la région... car même les anciens Kirati ne sont arrivés au Népal que vers - 750 AV JC... https://youtu.be/HloGqgmaiaM

 

 

Sources : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2352226718300746?via%3Dihub

https://dailygeekshow.com/mustang-grotte-nepal-mystere/

https://share.yosemite.edu/view.aspx?i=1EBT

https://anthropology.arizona.edu/content/mark-aldenderfer-visits-sky-caves-nepal

https://en.wikipedia.org/wiki/Mustang_Caves

http://www.bbc.com/travel/story/20130501-the-ancient-mysteries-of-mustangs-caves

 

Article sur la région : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/tibet-une-machoire-denisovienne-identifiee.html

 

Yves Herbo et traductions, Sciences-Faits-Histoires, 14-01-2020

 

archéologie prehistoire interviews échange séisme lire mystère légendes antiquité Asie

Ajouter un commentaire