Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

Açores : Analyses d'un probable microlithe préhistorique

 

Figure10 terceira

 

Le rapport concernant les analyses scientifiques d'une pierre possiblement façonnée artificiellement à un âge très lointain vient d'être publié sur la plateforme Academia.Edu. Ce rapport est signé par les chercheurs Dino Alberto Moura Teves, Isaac Saul Torres Ávila, Vitor Manuel Viveiros Raposo de l'Université des Açores, Angra do Heroísmo, et le professeur biophysicien Antonio Félix Rodrigues des CITAAA, CCMG, Université des Açores, Angra do Heroísmo.

Cet artefact a été recueilli par l'Université des Açores, à l'intérieur d'une structure en forme de four atypique lors d'une fouille archéologique de la DRAC (Direction Régionale de la Culture des Açores) à la Caldeira das Lajes, Terceira, Açores, présentant un éclat de pierre ou un artefact lithique. La pièce analysée était au niveau le plus bas du profil, à environ 2 mètres de profondeur, recouverte de terre mélangée à de petites pierres fracturées non identifiées, presque en grains, en pierre ponce et en argile fine. Cet éclat d'apparence pointu, car il a une pointe extrêmement effilée, raclant et coupant, mais cette dernière possibilité ne semble pas très pratique, soit en raison de l'épaisseur du tranchant ou manipulation de la pièce.

L'objectif est d'analyser certains aspects physiques de la pièce lytique hypothétique précédemment mentionnée, afin de comprendre s’il s’agit d’un éclat naturel ou produit par l'intervention de l'homme.

Les fractures concoïdales de la pièce et de sa forme ont été analysées et mesurées, à l'aide d'un pied à coulisse. Sa densité a été évaluée et observée avec une loupe électronique pour les détails de cette même pièce. La typologie et les caractéristiques de la pièce ont été comparées aux caractéristiques générales de l'industrie microlitique. La pièce a également été observée en direct par un spécialiste en pétrologie et par photographie par un archéologue expert.

Les comparaisons ont notamment fait appel aux travaux de Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne), Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée. Préhistoire de la pierre tailléeGarcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS (voir biographie en fin d'article).

Lire la suite ci-dessous :

Résultats : La pièce analysée a une densité de 2 366 kg / m3  et une longueur de 5,6 cm maximumLa partie pointue de la pièce forme un triangle scalène de dimensions de 3,8 cm x 4,1 cm x 4,8 cm. Il présente des signes évidents de vitrification, en raison de l'exposition à des températures élevées, ayant incorporé de petits morceaux de divers matériaux naturels. Une irisation est également observée à sa surface. Le classement de l'effet typologique le placerait dans la catégorie des perforateurs possibles. En élargissant la recherche avec une loupe électronique, des signes clairs de retouche sont détectés.

Discussion:  La pièce étudiée a une densité similaire à celle des roches basaltiques et ses dimensions sont compatibles avec celles des microlithes. Elle a une retouche invasive à la pointe. La retouche invasive référée ressemble à un amincissement intentionnel de la pièce à travers une découpe, dans le but de faciliter son utilisation et / ou de permettre sa réussite. Le matériau émaillé sur la surface de la pièce a une couleur foncée qui indique l'incorporation de cendres dans des phénocristaux fondusLa partie pointue de la pièce percerait facilement la peau humaine (ou animale) sans se casser, vu sa dureté.

Conclusions / recommandations:

Il existe des preuves solides que la pièce analysée est un artefact, avec forte probabilité d'être un brise-copeaux (percuteur). Il est suggéré sa conservation et son observation directement par des spécialistes dans le domaine de l'industrie microlithique.

Garcia (2010) indique que la principale technique lytique observée dans les matériaux volcaniques, sur le site archéologique de Cerrito de Sotéia, à Rio Grande do Sul (Brésil), est unipolaire, en raison des quatre-vingt-onze éclats que l'auteur étudié, soixante-dix-sept sont unipolaires et seulement quatorze sont bipolaires. La comparaison faite ici avec des artefacts lithiques du Brésil est liée au fait que les matériaux ont la même origine volcanique et les deux peuvent être considérés comme du basalteLa comparaison n'a rien à voir avec les chronologies, car il est admis que même s'il s'agit d'un artefact, ce qui est analysé ici a une chronologie incertaine. YH : On note tout de même que l'industrie Microlitique ou microlithique est faite d'outils de dimensions subcentimétriques taillés dans le silex (ou autres pierres dures), au Paléolithique supérieur et au Mésolithique, taillés à partir de lames (ou lamelles), de forme généralement trapézoïdale ou triangulaireGarreau, (2000) déclare que les grandes différences typologiques observées dans les objets lithiques sont plus liées à la matières premières exploitées qu'aux traditions culturelles. Dans la figure 2, adaptée de Garcia (2010), quelques exemples de percuteurs et grattoirs en roche volcanique.

YH : Le paléolithique supérieur est pour l'instant encore considéré comme la période de l'expansion de l'Homme Moderne (Homo Sapiens) dans le monde et sa fourchette temporelle est de -40 000 ans à -12 500 ans avant notre ère, mais les découvertes récentes d'Homo Sapiens déjà présents en Bulgarie vers -46 000 à -45 000 ans, ainsi que l'existence de l'Homme de Néanderthal plus récemment (au Portugal, en Espagne (Zafarraya, −30 000 ans), en Croatie (Vindija, −32 000 ans) et dans le Nord-Ouest du Caucase (Mezmaiskaya, −29 000 ans) - peut-être même -28 500 sur le site de Byzovaya situé dans le Nord de la Russie à proximité directe du cercle polaire), qui s'attribuait le paléolithique moyen, rendent cette chronologie artificielle assez obsolète ou inadéquate.

 

Figure2 garcia bresilFigure 2 : Formes de a) percuteurs et de b) grattoirs/poinçons étudiés par Garcia (2010)

 

Selon l'auteur susmentionné, des perforateurs ont été utilisés pour percer le cuir et le bois tendre, en plus de pouvoir également perforer des parties du corps pour l'utilisation possible d'ornements, faisant valoir que les matériaux osseux seraient les plus appropriés pour ces dernières utilisations. Les grattoirs / poinçons avaient des fonctions presque identiques et peuvent servir encore, selon Garcia & Milheira (2011), de gratter les matériaux d'origine végétale et préparer la nourriture.

Si l'éclat en question était naturel, son étude pourrait donner une petite contribution à la compréhension des processus géologiques et mécaniques qui ont eu lieu sur le site, si il est d'origine anthropique, ce serait un artefact archéologique singulier, ou une découverte archéologique très intéressante dans le contexte en question. L'enquête archéologique réalisée à Caldeira das Lajes par les entités officielles (archéologues) a été déclenchée par la signalisation de structures singulières excavées dans le tuf volcanique par Marisa Toste, José Rosa et Félix Rodrigues en décembre 2014 et rien ne suggère que dans un tel endroit des artefacts lithiques pourraient exister. Par conséquent, le contexte archéologique en question conduit au besoin de préciser si la pièce analysée est d'origine naturelle ou anthropique, nous comprenons que ce soit le point de départ, en vue de eviter d'effectuer des analyses inutiles, du point de vue des fouilles archéologiques, si la pièce est naturelle, ou des hypothèses d'interprétation adéquates, au cas où l'éclat constituerait un artefact lithique.

L'éclat, vu à l'œil nu, montre des fractures concoïdales claires, montrant que la séparation des matériaux en pierre s'est produite par choc mécanique, de nature difficile à définir à ce stade. Cependant, vu sous la loupe électronique et comparé à Garcia (2010), il semble avoir été utilisé la technique unipolaire dans cette séparation. La partie pointue de la pièce est celle qui cause le plus de perplexité car elle ressemble à un triangle scalène, avec des bords presque droits. Ces types de bords peuvent être associés à une altération physique. Pour une meilleure compréhension de ce qui sera exposé ensuite, ils sont présentés dans les figures suivantes, différentes perspectives de la pièce analysée. La figure 3 montre une fracture en haut à droite, apparemment concoïdal et sur le côté gauche, des bords pratiquement droits qui se croisent, formant presque un angle droit les uns par rapport aux autres. La couleur noire résulte d'une vitrification de la pièce, il est donc supposé qu'elle a été soumise à des températures élevées. Ces températures élevées se sont certainement produites à l’intérieur de la structure 2 (figure 1, ainsi désignée par l’équipe d’archéologues responsables de l'enquête réalisée sur site).

 

Figure1 structure2 lieucontexte terceira 1

Figure 1 : contexte de la découverte de l'artefact dans la structure 2 (cercle noir) le long de la paroi de 2 mètres.

 

Figure3 terceira

figures 4 et 3 (de haut en bas) : Figure 3 : Face inférieure de l'éclat (légèrement concoïde) en cours d'analyse. Les taches brunâtres font référence à des particules de sol fortement attachées à la surface d'éclat. Les retirer n'est pas facile en utilisant uniquement de l'eau courante. Figure 4 :  Haut (légèrement convexe). Près de la partie pointue de l'éclat, plusieurs petites fractures sont observées, se détachant parmi celles-ci, une plus grande, qui est s'étend au «pic» de ce qui pourrait être considéré comme une hypothétique «perforation».

 

Figure5 terceira

Figure 5 en haut : Une autre perspective de l'éclat pointu recueilli à l'intérieur de la structure 2. La figure 5 montre la pièce de profil, observant clairement la forme d'éclat pointu, dentelé au bord, sans pouvoir dire pour le moment si les dents étaient produits intentionnellement par toute technique de travail des pièces lithiques, par procédé mécanicien naturel qui résulte de la séparation de l'éclat des matériaux en pierre ou si c'est le résultat d'une altération physique. Figure 6 : Illustration des dimensions caractéristiques de l'éclat soulignées dans l'analyse. La pièce analysée a une longueur maximale de 5,6 cm et une largeur maximale de 4,8 cm. Les dimensions de certaines directions utilisées sont illustrées, ce qui nous permet de dire que la pièce a des dimensions typiques d'un microlithe. La pièce a une densité de 2 366 kg / m3 , inférieur à celui du basalte et proche de la trachibasalte.

En se concentrant maintenant sur l'analyse morphologique des fractures apparemment concoïdales, relations entre l'épaisseur de la pièce et la distance du bord constituée par la ligne de fracture, lorsqu'elle parcourt la direction perpendiculaire à la tangente au milieu de ce bord, à son extrémité opposée. Dans la figure 7, le comportement observé pour la fracture située au dos de la pièce, marquée d'une ellipse rouge.

 

Figure7 terceira

Figure 7 :  Variation de l'épaisseur de la fracture observée à l'arrière de l'éclat, avec la ligne qui définit la séparation d'une petite lame, incorporée dans la pièce principale.

 

Il semble que la forme de la courbe se rapproche d'une parabole avec la concavité tournée vers le haut par rapport à l'axe de l'épaisseur, avec un coefficient de corrélation de 99%. Il ne fait aucun doute que la forme de la fracture est concoïde, variant en épaisseur de 8mm et 3,5 mm. Selon Inizan (1995), les fractures paraboliques correspondent à des ondes de fracture, qui sont rien de plus que des interférences mécaniques qui ont affecté la fabrication de roches, oscillant sur le front de fissure, formant ainsi des anneaux ou des vagues, avec des similitudes avec ceux qui sont produits lorsqu'une pierre tombe dans l'eau. Dans les roches, ces fractures/ondulations ne sont pas circulaires, mais paraboliques et concentriques, généralement appelées "homofocales".

Ces ondulations indiquent généralement l'origine de la percussion afin d'extraire un éclat, au cas où il ne serait pas conservé de conchoide ou point d'impact. Le conchoide n'est clairement pas conservé dans la pièce analysée et le point d'impact n'est pas observable car il a été soumis à des températures élevées à l'intérieur de la structure 2, au vu de quoi sa surface s'est vitrifiéeCe vitrifiage semble conférer au matériau une plus grande dureté, le rendant plus rigide et moins cassant. Cependant, pour confirmer cette hypothèse, il faudrait recourir à l'archéologie expérimentale, produire des pièces similaires et à des températures élevées pour vérifier l'effet suspecté. Dans la figure 8, le même traitement mathématique est effectué pour une autre fracture située sur le bord de la pièce, avec une forme apparemment linéaire.

On peut dire que la fracture analysée peut être divisée en deux sections distinctes: une région clairement conchoïdale, qui peut également être décrite par une parabole avec la concavité face vers le haut par rapport à l'axe d'épaisseur et un autre clairement linéaire. La partie conchoïdale de la fracture antérieure s'adapte presque parfaitement à une parabole centrée au milieu de la fracture, avec un coefficient de corrélation de 99,5%, tandis que la linéaire s'adapte parfaitement à une ligne avec un coefficient de corrélation de 100%. Les marques linéaires peuvent indiquer d'où vient l'onde de choc et où elle se développe. Les lancettes ou marques linéaires sont particulièrement abondantes sur les côtés du "cône de percussion ", indiquant clairement le point d'impact, et sur les bords des éclats observés sur les bords de la pièce, on peut en déduire si elles ont de bons ou de mauvais bords conservés (Inizan, 1995). Le point d'impact sur la pièce analysée est, encore une fois, déduit des caractéristiques géométriques de l'éclat et des principes physiques qui sont sous-jacents, mais pas pour sa détection directe, car comme mentionné précédemment, la surface de l'éclat est vitrifié de façon presque homogène (voir figure 9).

 

Figure8 terceira

Figure 8 en haut : - Analyse morphologique d'une fracture située sur le bord droit, sur la face inférieure de l'éclat. Figure 9 en bas : - Fracture d'éclatement linéaire sur le côté droit de l'image précédente (grossissement 8x)

 

En face de la " Presque linéaire " de celle montrée dans l'image 8, une nouvelle fracture conchoïdale est observée, avec une forme linéaire (voir figure 10). Comme précédemment, la courbe peut être décomposée en deux parties, l'une clairement conchoïdale et linéaire. Aucune parabole ne correspond à la courbe concoïdale, car tout point non aligné produirait une parabole parfaite. La ligne à nouveau a un coefficient de corrélation de 100%. Ce qui est évident dans cette analyse est que les deux formes de fracture du côté droit et la partie gauche de la pièce coïncident morphologiquement, indiquant le même effet physique pour le produire. La figure 11 montre l'image de la fracture de la figure 10, agrandie 8x.

 

Figure10 terceira

Figure 10 en haut et figure 11 en bas. Figure 10 : - Comportement géométrique de la fracture latérale de la puce analysée. Figure 11 : - Agrandissement de la fracture sur la figure 10.

 

La partie pointue de la pièce analysée présente des retouches, afin de rétrécir sa fin, clairement perceptibles sur la figure 12

 

Figure12 terceira

Figures 12 et 13Figure 12 :  - Retouche produisant la conicité de la pointe de la puce (grossissement 8x). La figure 13 montre la perspective de la pointe de la pièce, vue depuis la surface convexe.

 

L'irisation de la pièce est claire, avec des cristaux fondus avec une grande vraisemblance ou probabilité, pour constituer un foret à copeaux (voir figure 14). L'irisation observée signifie que la pièce a été soumise à des températures élevées, dans la structure intérieure 2, ces températures étant capables de faire fondre les phénocristaux. Les bords de la pièce sont denticulés, mais compte tenu du vitrifiage détecté, il n'est pas possible de conclure si elles résultaient d'une altération physique improbable ou intentionnelle (voir figure 15).

 

Figure14 terceira

Figures 14 et 15. Figure 14 - Iridescence observée à la surface de la puce (grossissement 12,5x). Figure 15  - bord éclaté denticulé (grossissement 12,5 x)

 

L'avis de l'archéologue spécialisé dans l'industrie lithique, basé sur les images qui ont été fournies est le suivant: « L'évaluation de cette pièce est basée exclusivement sur l'analyse des photographies qui ont été observées. Caractéristiques morphologiques examinées, j'identifie un foret à copeaux probable s'il y a une retouche, même partielle, sur un bord latéral (partie distale de la pièce) par opposition à la partie proximale de la pièce, produite par fracture conchoïdale. Si la retouche est du même côté de la pièce, elle est considérée comme une retouche inversée. La retouche invasive évoquée me semble être un amincissement intentionnel de la pièce à travers une découpe, dans le but de faciliter son utilisation ou / et de permettre une finition ».

L'opinion du géologue, spécialiste en pétrologie, qui a observé la pièce en direct, est qu'il est peu probable que les fractures observées dans cet éclatement résultent d'une altération physique ou chocs mécaniques aléatoires, à l'exception de la crête denticulée, qui peut avoir une explication non anthropique, cependant, même ainsi, il n'est pas possible de conclure que ces fractures sont le résultat d'altérations ou de chocs mécaniques aléatoires.

Conclusion : L'observation à la loupe électronique de cet artefact révèle la présence de certains matériaux inorganiques liés à sa surface, résultant probablement d'un processus de vitrification, non expliqué par formation volcanique d'un éventuel trachibasalte. L'iridescence dans de tels matériaux se produit généralement en soumettant le rocher à des températures élevées. L'analyse de la morphologie des fractures pointe, avec une forte probabilité, vers un artefact que nous pourrions appeler «perforateur». Le fait que l'artefact possible soit trouvé à la base du profil archéologique réalisé dans la structure 2 de Caldeira das Lajes, souligne qu'il est beaucoup plus vieux que tous les autres matériaux de la couche superficielle de sédiments, mais même là, il existe des matériaux lithiques qui ressemblent à ce qui a été analysé ici.

Il est fort probable que la pièce analysée soit une «découverte archéologique», mais il semble facile de l'expliquer dans le contexte des matériaux récupérés dans l'enquête du site archéologique (Rodrigues, 2015). Il est suggéré sa conservation et son observation directe par des experts dans le domaine de l'industrie microlytique.

Merci pour la collaboration de Marisa Toste et José Rosa dans la collecte de cette pièce, du Maître en Génie de l'environnement Reinaldo Pimental et le professeur David Horta Lopes, pour l'appui donné pour obtenir des images agrandies de la pièce, et la collaboration du docteur Vasco Valadares, géologue spécialisé en pétrologie à la Faculté des Sciences de l'Université de Lisbonne et le docteur Anabela Joaquinito de l'APIA - Association portugaise de recherche Archéologique, spécialiste de l'industrie lithique, dans l'analyse typologique de la pièce.

Bibliographie :

- Garcia, A. (2010). Chaînes opératoire dans une industrie technologique lytique: Site Archéologique PT-02 (Cerrito da Sóteia), Pelotas-RS. Travaux académiques présentés au cours de géographie à l'Université fédérale de Pelotas, comme une condition partielle pour obtenir le titre de Diplôme en géographie. Université Pelotas. Rio Grande do Sul, Brésil.

- Garcia, A. et Milheira, R. (2011). Les chaînes opératoires lithiques de Sítio PT-02 (Cerrito daSotéia), Ilha da Feitoria, Pelotas-RS: une hypothèse interprétative concernant l'utilisation de lithologique sur la côte sud-ouest de Laguna dos Patos. Cahiers LEPAARQ - Textes de Anthropologie, Archéologie et Patrimoine Editeur 43 de l' UFPEL. Vol VIII.N ° 15/16: 41-83.Pellets.

- Garreau, S. (2000). Etude technologique de l'industrie lithique acheuléenne du site des Pendus (Creysse, Dordogne). Dans : Boëda, E. & Malmassari, V. (Edi.) Des comportements techniques de la préhistoire. Actes de la Table Ronde. Laboratoire de Préhistoire et Technologie et Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative. pp. 7-28.

- Inizan, M.; Reduron, Ml; Roche, H. et Tixier, J. (1995). Technologie de la pierre taillée - Préhistoire de la pierre taillée. Prenez 4. 197pp. Publié par le Cercle de Recherches et d'Etudes de La préhistoire. Meudon.

- Rodrigues, AF (2015). Rapport d'analyse de certains matériaux et artefacts collectés dans le levé archéologique réalisé à l'intérieur des structures creusées dans le tuf volcanique du Caldeira das Lajes, municipalité de Praia da Vitória, Terceira, Açores, Portugal. Université des Açores. Angra do Heroísmo (En conclusion).

- Toste, M., Rosa, J. et Rodrigues, F. (2014). Communication de l'existence de deux structures fouillées dans la roche, de grande dimension, à fort intérêt ethnographique ou archéologique. 26 décembre 2014.

Le PDF de l'étude en accès libre : Analise de um possivel furador sobre las 1Analise de um possivel furador sobre las 1 (1.36 Mo)

 

Voici la Bande annonce du documentaire sur les Açores à venir cet été : Le Passé Perdu des îles Enchantées en format allégé pour mobiles :

 

https://youtu.be/GYuwgrYGkM4

 

© Images de Loic Occhipenti et Yves Herbo, réalisation Loic Occhipenti

 

Autres articles sur les Açores :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/acores-vestiges-neolithiques-et-antiques-dont-des-pyramides.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/portugal-et-acores-des-cart-ruts-aussi.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/une-pyramide-engloutie-a-40-m-des-cotes-des-acores-decouverte.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-2.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-3.html

 

Yves Herbo et Traductions, Sciences-Faits-Histoires, 22-05-2020

 

Açores volcanisme prehistoire lire archéologie échange mystère

France: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans France: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans
France, Ain: Découverte d'une tombe intacte de 2700 ans   Depuis 2016, dan...
  Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10750 ans du Yucatan
Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10 750 ans du Yucatan     Des é...
Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10750 ans du Yucatan

Ajouter un commentaire