arctique

Arkaim et mystères archéologiques russes en Oural

Arkaim et mystères archéologiques russes en Oural

arkaim1.jpg

La Russie est un vaste territoire où les mystères sont nombreux. L’un des endroits les plus énigmatiques demeure sans doute la vallée d’Arkaim, qui a accueilli voilà plus de 4000 ans un peuple étrange dont la technologie et les connaissances étaient bien supérieures aux autres peuples de l’époque. Retour sur les secrets des anciens habitants d’Arkaim…

Le plus fascinant ne se voit que du ciel !

« Mais la cité de la vallée d’Arkaim n’est pas seulement une ville de 40 siècles idéalement construite… le plus fascinant ne se voit que du ciel ! »

Une cité contemporaine de Babylone

Située dans l’Oural près de la ville de Chelyabinsk, l’antique cité d’Arkaim a été découverte en 1987 et a été officiellement datée de 40 siècles ! Cette zone de la Russie devait subir des travaux dans les années 90 pour construire un barrage et ainsi abriter un immense réservoir d’eau afin de faciliter l’irrigation de la région. Mais devant les multiples mystères de la cité ancienne, les travaux ont été annulés afin de permettre aux archéologues d’effectuer des fouilles en profondeur. Initialement prévu pour une durée de 12 mois, le report des travaux a finalement été définitif, ce qui montre l’importance de cette découverte. Les archéologues eux-mêmes n’en reviennent pas, comme l’explique Gennady Zdanovich, un des responsables de la première expédition dans la vallée d’Arkaim : « C’était absolument irréel ; le projet de construction du bassin d’eau et du barrage, un projet de plusieurs millions de dollars, a été complètement avorté. Cela prouve sans conteste l’importance scientifique du site pour les responsables politiques ! ». Loin d’avoir encore livré tous ses secrets, Arkaim est le théâtre de nouvelles fouilles tout au long de cette année ; le président Poutine s’est même déplacé en personne pour visiter les ruines de l’ancienne ville que l’on estime contemporaine de Babylone et des premières cités égyptiennes ! La question qui taraude la communauté des historiens et archéologues est fascinante : quelle est donc la civilisation qui construisit Arkaim ?

Technologie, astronomie, ésotérisme…

Car l’architecture de la cité est saisissante de modernité, et ne ressemble guère aux villages bâtis il y a 4000 ans. Les archéologues ont pu constater que toutes les maisons étaient équipées pour résister aux intempéries et aux tempêtes, mais aussi au feu, les murs étant imprégnés d’une substance ignifugée… Ils assurent même que ces habitations présentent toutes les « commodités modernes » : stockage de la nourriture reliée à un système d’aération, eau potable avec puit souterrain pour chaque maison, fours et ustensiles de cuisine évolués, réseau d’égouts très efficace… Une liste incroyable qui prouve le savoir-faire de l’ancienne civilisation ayant vécu dans cette région de l’Oural. Mais Arkaim n’est pas seulement une ville de 40 siècles idéalement construite, et le plus fascinant ne se voit que du ciel ! En effet, Arkaim a été bâti à la fois pour être une cité, mais aussi pour faire office de temple, et d’observatoire astronomique ! L’architecture choisie par les bâtisseurs inconnus est intrigante, puisqu’elle consiste à former d’énormes cercles concentriques. « Un vol en hélicoptère au-dessus d’Arkaim procure une sensation incroyable. Les énormes cercles concentriques disséminés dans la vallée sont clairement visibles. » confirme le scientifique russe Vadim Chernobrovy, avant de s’interroger sur les mobiles de l’ancien peuple. « La ville et ses alentours sont uniformément englobés dans ces cercles. Nous ne savons toujours pas quelles étaient leurs fonctions, à savoir s’ils étaient fabriqués dans un but défensif, scientifique, éducatif ou rituel. Certains chercheurs estiment même que ces cercles étaient utilisés comme plate-forme d’atterrissage d’un ancien aéroport spatial… ».

Des rituels qui restent à déchiffrer

Les scientifiques ont en outre fait une dernière découverte surprenante : dans cette architecture pensée autour de la géométrie du cercle, il existe une exception : la place centrale de l’ancienne cité d’Arkaim, construite… sous la forme d’un carré. Des traces de feu et de combustion à des endroits précis du site laissent supposer que c’est sur cette place centrale que se déroulaient un certain nombre de rituels. Le mystérieux peuple d’Arkaim faisait-il des offrandes aux dieux en fonction de certains alignements astronomiques ? Les archéologues déterrent chaque jour de nouveaux indices qui les aideront à mieux appréhender le véritable mode de vie de cette civilisation pour le moment inconnue. Dans le même temps, plusieurs ufologues se sont rendus sur place pour tenter de dénicher des indices d’une ancienne présence extraterrestre. Et il est vrai que la zone présente de curieux phénomènes géophysiques : fluctuations de température et d’électricité, variation du champ magnétique à l’intérieur des cercles, conductivité du sol… autant de pistes de recherche pour tenter de percer dans l’année les fascinants secrets d’Arkaim et de son peuple aux connaissances avancées…

Documentation
http://www.ancientx.com
http://english.pravda.ru

Arkaim: une zone “anormale” en Russie

arkaim2.jpgSource : Russia-InfoCentre

Synopsis : Il y a quatre mille ans, les habitants d’Arkaim ont subitement quitte leur ville (situee dans le sud de la region de Tcheliabinsk, en Russie) avant de la bruler entierement. La cite a une structure circulaire originale, coordonnee avec le mouvement des etoiles. Beaucoup croient de nos jours aux caracteristiques mystiques du secteur et le relient avec les legendes de la Siberie antique et des Monts Oural.

D’autres extraits : - Arkaim est parfois nommee: “ ville de la Svastika ” ou ” ville du Mandala ” (a cause de son plan), ou encore ” capital antique de la civilisation aryenne, decrite dans l’Avesta et les Vedas”

- Arkaim (observation de 18 phenomenes astronomiques en utilisant 30 elements, precision de 1 arc-minute) est parfois comparee a une version plus precise de Stonehenge (observation de 15 phenomenes astronomiques en utilisant 22 elements, precision de 10 arcminutes a un degre)

- Les medias ont signale que des visiteurs de la vallee d’Arkaim ont pu voir des lumieres etranges se deplacer dans le ciel la nuit (et qui ne suivaient pas la trajectoire normale des satellites), des flashes lumineux, des amas de brouillard, etc.

- Selon certains temoins, il est possible de ressentir une tension psychique irraisonnee dans le secteur, ou encore un changement du rythme cardiaque, de la tension arterielle, de la temperature corporelle.

- La temperature atmospherique autour d’Arkaim peut s’elever et tomber de 5 degres en moins de 5 minutes.

- Les arbres dans les forets voisines souffrent de maladies, et leurs troncs sont anormalement tordus – signes caracteristiques pour certains de zones geo-pathogenes ayant un impact defavorable sur les plantes, les animaux, et les humains.

- " J’ai rencontré une femme russe qui a côtoyé une vielle dame (92ans à l’époque) qui travaillait comme archéologue. Elle avait encore les papiers signés de son nom, de documents du kgb interdisant formellement de parler, même à leur familles des découvertes d’alors. Elle aurai vu de ses yeux des statuettes et des “livres” très bien conservés, écrite par une civilisation inconnue.
Sinon il y a aussi l’île de Solovski, où l’on a découvert des pyramides “en forme de gouttes”. Dans les années 1990, deux chercheurs, trouve des entrées, de long couloirs fait par l’homme. Les fouilles sont très difficiles car la forêt est très dense à cet endroit et le sol évolu beaucoup, notamment à cause des racines. "

- En complement : le site archeologique d’Arkaim et la region de Tcheliabinsk en Russie (articles Wikipedia). A noter qu’un grave accident nucleaire s’est produit pres de Tcheliabinsk en 1957, dans le Complexe nucleaire Mayak.
source originale de l’article (en Russe)
Svastika, Mandala, Avesta, Vedas (articles Wikipedia)
Sous-unite du degre: l’arcminute (article Wikipedia)
articles sur les zones geo-pathogenes: “Détection des ondes nocives, géobiologie et médecine de l’habitat“,

arkaim-vue-aerienne1.jpg

Une partie de notre histoire toujours soumise à l’omerta d’une caste.
Les organisateurs se sont-ils sérieusement enquis de la possibilité ou ont-ils essuyé un refus ? Toujours est-il que l’exposition sur Arkaïm, que nous avions brièvement évoquée, ne parcourra pas les musées de France pour faire connaître ce site archéologique exceptionnel. Elle a été démontée par l’Institut de paléontologie humaine de Paris et l’université d’Etat de Tchéliabinsk, le laboratoire départemental de préhistoire du Lazaret. Tous les objets ont quitté le musée des Merveilles à Tende et les confins des Alpes Maritimes pour reprendre la route de la steppe russe.
Nous éprouvons de l’amertume pour cette issue et aussi pour être le seul média à la stigmatiser, comme nous avons été le seul, avec la presse locale, à signaler cette exposition doublement inédite. C’était la première fois que l’occasion était donnée en France de prendre une connaissance détaillée de découvertes spectaculaires et de mesurer leur importance. Peu de monde l’aura vue. Elle en aurait éclairé plus d’un.Les objets ont repris la route.
Quand on demandait à Charles de Gaulle de délimiter l’Europe, le fondateur de la Vème République était plus précis dans ces considérations que les politiciens actuels. Il répondait qu’elle allait de l’Atlantique à l’Oural. L’archéologie lui donne raison. Arkaïm est un élément probatoire de cette réalité en même temps qu’une des pièces majeure du puzzle continental dont la reconstitution, commencée au XIXe siècle, est loin d’être achevée pour réévaluer l’histoire ancienne des Européens dépréciée pendant de longs siècles et ans.
On savait que, entre -3 600 et -2 200, les steppes qui s’étendaient des Carpates et du Danube au Fleuve Jaune, soit une ceinture de 7.000 km de long sur 1.000 km de large, devenus l’Ukraine et la Russie Méridionale jusqu’à l’Oural, étaient occupées par des cultures pratiquant l’agriculture et l’élevage, recourant à la construction de tumuli funéraires, ayant domestiqué le cheval et pratiquant la métallurgie.
Après avoir évoqué des campements saisonniers, au mieux des fortifications faites de plusieurs enceintes de pierre entourant des maisons de fondations de pierre, l’archéologie, pour rester spectaculaire, faisait un saut directement à la grande culture scythe du 1er millénaire. A l’époque où s’édifiaient, les premières grandes pyramides égyptiennes sur le versant méridional, on était accoutumé à sous-estimer ce qui existait au nord.
Le miracle d’Arkaïm : une cité sort du sol presque intacte
Tout à fait accidentelle puisque le lieu était devenu un vaste chantier à vocation hydrologique, la découverte d’Arkaim en 1987 va être un coup de tonnerre. On savait que cette « Contrée des Cités » recélait, à la latitude de Magnitogorsk et sur une distance de 400km, une vingtaine de sites occupés, distant les uns des autres d’une quarantaine de kilomètres. Mais les fouilles n’avaient donné que des résultats modestes. Et voilà que, discernable seulement des airs, émerge une cité qui se distingue des autres par l’état d’intégrité unique des ses ouvrages de fortification et ses sépultures, son architecture saisissante de modernité et son système de traitement des commodités, sans commune mesure avec les villages bâtis à la même époque qu’on nous avait présentés jusque là.
Et d’abord ses formes étranges : deux cercles enchâssés sur un puissant système défensif ingénieusement ramifié par des liaisons. Dans l’arrondi, des rangées d’habitations de forme parallélépipédique, accolées et orientées vers le noyau, avec une distribution précise de pièces dotées de foyer, des matériaux ignifuges sur les murs, un système alimentation et d’évacuation hydraulique branché en réseau. En partie centrale de cette ville, susceptible d’abriter 2.500 personnes, une esplanade de forme géométrique et dégagée : une sorte de forum.
Cette découverte  soulève aussi de multiples interrogations. A commencer pat le choix des formes. Quelle signification donner à une architecture inédite et d’abord à ces cercles concentriques qui renvoient tout aussi bien à une formalisation symbolique en érection à la même époque et à des milliers de kilomètres à l’Ouest, à Stonehenge. Mais renvoient aussi à l’Est du monde par son analogie avec une pièce de monnaie chinois ou à un mandala tibétain.
Une place dans la géographie sacrée ?
Dans la symbolique de la tradition, la roue représente le temps, l’univers, le cosmos dans lequel s’inscrit l’ordonnancement spatial du carré, c’est à dire de la croix, renvoyant au quatre points cardinaux. La construction d’Arkaïm et même la position géographique relèverait-elle, comme s’interroge Paul Catsaras dans la revue « Hyperborée » (CRUSOE 4642 route de Roquefavour 13122 Ventabren), d’une géographie sacrée et, par sa latitude et son orientation polaire, appellerait-elle un parallèle avec Stonehenge, déjà citée, et Tiahuanaco dans la Cordillère des Andes ?
arkaim3.jpg
Ces questions, on peut le déplorer, ne semblent nullement préoccuper des archéologues comme Jean Paul Demoule. 15 ans après, ce professeur de la Sorbonne se contente, dans un ouvrage tout récent dont il a la direction scientifique et sur lequel nous reviendrons - « L’Europe un continent redécouvert par l’archéologie » Gallimard) - d’indiquer que ce site « a transformé notre vision de l’âge du bronze des steppes en montrant des cités de forme inusuelles à l’élaboration complexe ». Comment et pourquoi ? Nous ne le saurons sans doute jamais, en tout cas en provenance de ces sectes scientifiques où règne une omerta sur bien des aspects de la pré et proto-histoire de l’Europe. Dégagez il n’y a rien à voir !
Mais, derrière la première série de questions, s’en profilent de plus fondamentales. Quels étaient les peuples qui ont façonné ces constructions  et quelle était leur origine? Que pensaient-ils ? Que parlaient-ils ? En quoi croyaient-ils ? Là encore, n’allons surtout pas chercher la réponse dans le travail de monsieur Demoule qui, soit n’a pas regardé, soit n’a rien vu des dessins ou des signes sur les objets, les poteries : cercles, carrés, losanges, triangles, zigzags et, « horresco referens », svastikas.
Les savants de l’ex-Union Soviétique, peut être même d’anciens communistes, ont été plus rapides dans leurs investigations sur les rites funéraires, l’organisation sociale. Ils sont aussi plus loquaces, se permettant de « supposer les prémices d’un pouvoir détenu par un chef de tribu unique et d’une certaine hiérarchisation avec l’existence d’une élite. L’autorité de ce groupe d’individus n’était pas fondée sur des contraintes économiques mais sur des valeurs religieuses traditionnelles.
Les cauchemars de Mr Demoule et le berceau de Zarathoustra
Les membres de l’élite tenaient le rôle de prêtres et disposaient également d’une position importante dans le domaine militaire. La richesse des sépultures féminines permet de percevoir que les femmes possédaient un statut social important. Il est même possible qu’il y ait eu des femmes prêtresses. »
Tout cela leur « semble correspondre à l’émergence  des sociétés divisées en trois classes : les guerriers, les prêtres et les artisans, typiques des civilisations indo-européennes ». On comprend que Jean Paul Demoule fasse des cauchemars, lui qui s’emploie à ne jamais prononcer ce terme dans ses travaux, dont on mesure tout de suite la sincérité.
Sommes-nous face aux représentants de la plus ancienne civilisation caucasienne, dans « le berceau du prophète Zarathoustra », comme l’avancent certains scientifiques enthousiastes ? Rappelons que dans les hypothèses avancées sur la localisation du foyer d’origine de l’indo-européen, qui se définit d’abord comme une réalité linguistique, mais avec forcément des locuteurs d’un type physique caractéristique, sur lequel nous ne nous étendrons pas ici, l’école de Marija Gimbutas élit justement l’aire géographique d’Europe centrale et de Russie méridionale.
Fait hautement symptomatique : deux visiteurs de marque se sont déplacés à Arkaïm : Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Sing. Quel rapport entre les deux ? Le premier voit dans Arkaïm la capitale d’un « empire aryen » ; aryanité que le second endosse comme base de la culture polythéiste de l’Inde moderne. Rappelez-vous d’Arkaïm, faites en un but de voyage et même de pèlerinage. Le nom fera encore parler de lui. Peut être même que Jean Paul Demoule viendra à contrition et finira par cracher le morceau. 

 

arkaim-vue-aerienne2.jpg

Arkaïm (en russe : Аркаим) est un site archéologique situé dans la steppe au sud de l'Oural, 8,2 km au nord-nord-ouest d'Amourski, et à 2,3 km au sud-sud-est d'Alexandronvski, deux villages de l'oblast de Tcheliabinsk, Russie, juste au nord de la frontière du Kazakhstan.

Le site est généralement daté du XVIIe siècle av. J.-C.. D'autres datations, remontant jusqu'au XXe siècle av. J.-C., ont été proposées. Il s'agissait d'une implantation de la culture Sintachta.

Bien que le site ait été incendié et abandonné, beaucoup de détails sont visibles et bien conservés. Arkaïm est similaire dans la forme mais bien mieux préservé que sa voisine Sintachta (en), où le premier char a été déterré. Le site était protégé par deux parois circulaires. Il y avait une place centrale, entourée de deux cercles de logements séparés par une rue. Le site couvre environ 20 000 m2. Le diamètre du mur d'enceinte était de 160 m. Il a été construit à partir de la terre tassée dans des cadres en bois, et renforcé par des briques d'argile non brûlées, avec une épaisseur de 4-5 m. et une hauteur de 5,5 m. L'ensemble des lieux est entouré d'un fossé de 2 m de profondeur.

Il y a quatre entrées différentes perçant la paroi extérieure et intérieure avec une entrée principale à l'ouest. Les habitations disposaient d'une surface de 110-180 m². L'anneau extérieur comprend 39 ou 40 logements, avec des ouvertures donnant sur une rue circulaire qui fait le tour des lieux. L'anneau intérieur comprend 27 logements, disposés le long de la paroi interne, avec des portes ouvrant sur la place centrale carrée de 25 par 27 m. La rue centrale est drainée par un canal couvert. Zdanovitch estime qu'environ 1 500 à 2 500 personnes pourraient avoir vécu dans la colonie.

arkaim-reconst.jpg

À proximité des murs d'Arkaïm, étaient des terres arables, 130-140 m par 45 m (430 à 460 m par 150 m), irriguées par un réseau de canaux et de fossés. Des vestiges de graines de millet et d'orge ont été trouvés.

La date du XVIIe siècle av. J.-C. suggère que l'établissement de cette colonie était contemporain, ou bien a suivi de peu, la migration indo-aryenne en Asie du Sud et en Mésopotamie (la culture Gandhara figurant dans le nord du Pakistan à partir de 1600 av. J.-C., les dirigeants Indo-Européens Mitanni atteignant l'Anatolie 1500 ans av. J.-C., les deux étant à peu près distantes de 3 000 km de la zone du Sintachta-Petrovka), et que c'était soit les débuts d'une culture iranienne, ou bien encore une branche indo-iranienne inconnue qui n'a pas survécu à son histoire.

Depuis sa découverte, Arkaïm a éveillé l'attention d'une large portion du public et des médias en Russie, y compris des organisations esotériques, New Age et pseudoscientifiques. On a pu dire qu'il s'agissait du plus énigmatique des sites archéologiques sur tout le territoire russe, et, comme pour de nombreuses découvertes archéologiques, un certain nombre d'interprétations contradictoires ont été avancées.

Swastika City

Afin de faire un peu de publicité au site archéologique, les premiers investigateurs ont surnommé Arkaïm « Swastika City », « Mandala City », et « l'ancienne capitale de la civilisation aryenne des origines, comme décrite dans l'Avesta et les Védas ». La description se réfère à la forme en svastika, qui (avec un peu d'imagination) peuvent sembler similaires à la croix gammée, mais avec des bras arrondis (similaire à la lauburu) attaché à un anneau central au lieu d'une croix.

Observatoire

La similitude de la latitude, la date et la taille conduit certains archéoastronomes (Bystrushkin 2003) à comparer Arkaïm avec Stonehenge en Angleterre. Selon leurs déclarations, l'observatoire néolithique de Stonehenge permet l'observation de 15 phénomènes astronomiques à partir de 22 éléments, alors que l'observatoire d'Arkaïm permet l'observation de 18 phénomènes astronomiques à partir de 30 éléments. La précision des mesures de Stonehenge est estimée à 10 arc-minute à un degré, alors qu'à Arkaïm il descend à 1 arc-minute. Une telle précision des observations astronomiques n'a pas été répétée avant la compilation de l'Almageste environ 2 millénaires plus tard. L'interprétation selon laquelle Stonehenge ou Arkaïm auraient servi en tant qu'observatoires n'est pas universellement acceptée.

http://messagesdelanature.ek.la/la-mysterieuse-cite-d-arkaim-p94682

arkaim-reconst-squelettes.jpg

Reconstitution de l'apparence des habitants d'Arkham d'après les squelettes et artéfacts trouvés

Spirales impossibles

En 1991, un groupe de géologue russe s'est rendu dans les hauteurs des monts Oural dans le but de localiser un possible gisement d'or. À défaut d'avoir pu trouver avec précision ce lieu, ils mirent la main sur de nombreuses spirales dont l'origine reste à ce jour indéterminé. Lors de deux autres expéditions (qui eurent lieux dans des endroits différents), les géologues découvrirent une nouvelle fois ce genre de spirales. Afin de dater avec précision l'environnement qui les entouraient, les scientifiques ont procédé a diverses analyses qui permirent de dater la terre de plus de 80 000 ans. Autant vous dire qu'à cette époque, notre civilisation n'était bien entendue pas capable de réaliser ce genre de spirales. De plus, tous les spécialistes s'accordent à dire que les spirales n'étaient pas organiques mais fabriquées. Quelques spirales russes ont pu être transportées en Angleterre pour y subir une analyse plus poussées concernant leurs conceptions.

http://www.mysteredumonde.com/videos/mystere-archeologique_299.html

Nanotechnologie millénaires en Oural

Des milliers d'objets métalliques spiralés, ont été découverts dans la partie orientale des montagnes d'Oural, en Russie, près de cours d'eau, entre 3 à 12 mètres de profondeur, dans une couche sédimentaire du Pléistocène supérieur (c'est à dire entre 130 000 et 11 000 ans). Chose incroyable, ces objets sont de tailles variants de 3 cm à 3/1000e de millimètres, et examinés au microscope électronique, présentent une structure parfaite, ne pouvant être façonnée que par des techniques de type Nanotechnologie. Or, ces objets ont été estimés datant entre 20 000 et 318 000 ans. De plus, les plus petits sont en tungstène, dont le point de fusion est de 3410°c.
 
L'Institut de Moscou a publié un rapport d'expertise n° 18/485 du 29/11/96 qui conclut : “Les données obtenues permettent d'envisager la possibilité d'une technologie d'origine extra-terrestre.”

oural-nano.jpg

http://archeo-mystere.skyrock.com/

En Sibérie orientale, un autre mystère : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-cratere-patomsky-en-russie.html

En Ossétie du nord : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

En Tungunska : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/astronomie-espace/colossales-explosions-en-tunguska-siberie-en-1908-et-2002-part-5.html

En Khakassie : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-enigmes-de-la-khakassie.html

Des similitudes avec "l'Atlantide Scandinave" ? : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-anciennes-de-l-age-pre-glaciaire-dans-la-baltique.html

Yves Herbo-SFH-07-2013

Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes C14

IntCal20 : Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes du C14

 

Stalagmites grottehulu chine 14000 55000ans

 

Si le niveau de C-14 dans l'atmosphère avait toujours été constant, la datation au radiocarbone serait simple. Mais ce n'est pas le cas. Les changements dans le cycle du carbone, le rayonnement cosmique, l'utilisation de combustibles fossiles et les essais nucléaires du XXe siècle ont tous causé de grandes variations au fil du temps. Ainsi, toutes les dates au radiocarbone doivent être ajustées (ou étalonnées) pour être transformées en âges calendaires précis.

Sans cet ajustement, les dates pourraient être dépassées de 10 à 15%. Cette semaine, est paru un effort international de sept ans pour recalculer trois courbes d'étalonnage au radiocarbone:

IntCal20 («20» pour signifier cette année) pour les objets de l'hémisphère nord

SHCal20 pour les échantillons de l'hémisphère sud dominé par l'océan

Marine20 pour les échantillons des océans du monde.

 

Ces courbes mises à jour ont été construites en mesurant une pléthore de matériaux qui enregistrent les niveaux de radiocarbone passés, mais qui peuvent également être datés par d'autres méthodes. Les liens vers les trois publications scientifiques sont en bas de cet article.

Les archives comprennent des anneaux d'arbres provenant d'anciennes grumes conservées dans des zones humides, des stalagmites de grottes, des coraux du plateau continental et des sédiments forés dans les lits des lacs et des océans.

 

Arbrekauri nouvelle zelande 40000ans

Les anciens arbres de kauri ( Agathis australis ) de Nouvelle-Zélande comme cet exemple ont été utilisés pour aider à construire les courbes d'étalonnage. Cet arbre a environ 40 000 ans et a été retrouvé enterré sous terre. Crédit Nelson Parker

 

Au total, les nouvelles courbes sont basées sur près de 15 000 mesures au radiocarbone effectuées sur des objets jusqu'à 60 000 ans.

Les progrès de la mesure du radiocarbone à l'aide de la spectrométrie de masse par accélérateur signifient que les courbes mises à jour peuvent utiliser de très petits échantillons, tels que des anneaux d'arbre simples à partir d'une croissance d'un an seulement.

Lire la suite

Idaho, USA : Un site daté de 16600 à 15300 ans

Idaho, USA : Un site daté de 16600 à 15300 ans

 

Idaho fouilles 1

Le site de fouilles en Idaho - (Oregon State University)

 

Les preuves disant que la culture dite "Clovis", en Amérique du Nord (Nouveau Mexique), n'est pas la plus ancienne sur le continent s'accumulent. En effet, pendant des décennies et en l'absence de preuves formellement datées, il était considéré que les premiers hommes modernes (Homo Sapiens), provenant d'Asie, avaient profité d'un passage avant la fin de la dernière période glaciaire et avant le réchauffement ayant débuté il y a 14 000 ans. Les eaux des océans, en partie figées sous forme de glace, étaient plus basses d'une centaine de mètres par rapport à leur niveau actuel et le détroit formait un pont de terre émergée entre la Sibérie et l'Alaska. Appelé Béringie, cet étroit couloir de 1 200 km était accessible à pied sec, encombré de lacs glaciaires et de moraines, mais ne permettait sans doute pas de séjours prolongés. Cette théorie date des années 1920/1930, et est de plus en plus remise en question. Déjà, les scientifiques estimaient que la culture Clovis est apparue il y a environ 13500 ans, localement, avant de se répandre dans toutes les amériques. Il est plus logique de considérer que cette culture, originaire d'Asie donc, est bien plus ancienne, est apparue en Asie et y a développé ses outils, qu'elle a emmené avec elle. C'est un peu le problème de l'archéologie moderne d'attribuer un nom à une culture d'après le lieu de sa première découverte... tout en parlant de migrations, de pillages, de réutilisations, etc...

Avec les découvertes et datations de plus en plus anciennes dans les Amériques, cette première théorie est remise en question, et encore plus avec les nouvelles datations publiées récemment par des scientifiques, au sujet d'un site de l'Idaho.

En effet, selon une étude publiée aujourd'hui dans la revue Science, l'un des sites archéologiques les plus anciens des Amériques a été découvert dans l'ouest de l'Idaho.

Les datations au radiocarbone montrent que les gens fabriquaient des outils et abattaient des animaux à Cooper's Ferry il y a 15 300 à 16 600 ans, ce qui en fait un ajout rare et important à la poignée de sites archéologiques qui bouleversent la théorie traditionnelle du peuplement des Amériques.

Il y a quelques années à peine, les outils en pierre de Clovis, généralement âgés de 13 000 ans environ, étaient considérés comme la première technologie humaine dans les Amériques. Dans le cadre de l’hypothèse «Clovis-First», la plupart des chercheurs pensaient que les créateurs de ces outils arrivaient d’Asie en Amérique du Nord en marchant depuis l’Asie en franchissant la Béringie, le territoire qui reliait autrefois la Sibérie à l’Alaska, puis en descendant un couloir libre qui s’est ouvert lorsque d’immenses couches de glace recouvrant l’intérieur de l’Amérique du Nord ont commencé à se retirer il y a environ 14 000 ans.

Mais les chercheurs ont commencé à trouver des artefacts plus anciens que Clovis à travers les Amériques...

Bien que des dizaines de sites prétendent être ce que les archéologues appellent «pré-Clovis», Donald Grayson, archéologue et professeur émérite à l'Université de Washington, estime que seuls quelques-uns sont datés avec précision, y compris Monte Verde au Chili (environ 14 500 ans), les sites Friedkin et Gault au Texas (âgés respectivement de 15 500 et 16 000 ans) et le site des grottes de Paisley en Oregon (âgé d’environ 14 000 ans). Mais même Grayson, qui admet qu’il a une vision relativement "dure", inclurait désormais le Ferry de Cooper dans sa courte liste.

" Le Ferry de Cooper, pour moi, est un site pré-Clovis totalement convaincant ", déclare Grayson, qui n'a pas participé à la nouvelle étude.

Todd Braje, un archéologue de la San Diego State University qui a examiné le document scientifique, a déclaré de même que le site était une preuve supplémentaire que " le modèle de First Clovis n'est plus viable ".

Voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

Japon: Analyse ADN d'une femme Jomon âgée de 3 800 ans

Japon: Analyse ADN d'une femme Jomon âgée de 3 800 ans

 

Jomon woman

Plus de deux décennies après que les chercheurs aient découvert les restes d'une "femme Jomon" âgés de 3 800 ans à Hokkaido, au Japon, ils ont finalement déchiffré ses secrets génétiques.

Et il s'avère que, de ce point de vue, elle a l'air très différente des habitants du Japon d'aujourd'hui. La femme, qui était âgée à sa mort, avait une tolérance élevée à l'alcool, contrairement à certains Japonais modernes, a révélé une analyse génétique. Elle avait également une peau et des yeux moyennement foncés et une possibilité accrue de développer des taches de rousseur.

Étonnamment, l'ancienne femme partageait une variante du gène avec des habitants de l'Arctique, une variante qui aide les gens à digérer les aliments riches en gras. Cette variante est présente dans plus de 70% de la population arctique, mais elle est absente ailleurs, a déclaré le premier auteur de l'étude, Hideaki Kanzawa, conservateur de l'anthropologie au Musée national de la nature et des sciences à Tokyo.

Cette variante fournit une preuve supplémentaire que le peuple Jomon a pêché et chassé des animaux marins et marins gras, a déclaré Kanzawa.

Les habitants d'Hokkaido Jomon se livraient à la chasse [non seulement] d'animaux terrestres, comme le cerf et le sanglier, mais aussi à la pêche en mer et à la chasse au phoque à fourrure, aux otaries de Steller, aux otaries, aux dauphins, au saumon et à la truite ", a déclaré Kanzawa. " En particulier, de nombreux vestiges liés à la chasse aux animaux marins ont été mis au jour sur le site de Funadomari ", où la femme Jomon a été retrouvée.

Qui est la femme Jomon ?

Lire la suite

Archéologie Mystérieuse : spécial Vidéos 2

Archéologie Mystérieuse : spécial Vidéos 2

 

Gobeklitepe2 mini

Une petite compilations d'archives trouvables sur internet sur le thème de l'archéologie mystérieuse, interdite ou parallèle. Tout n'est bien sûr pas à prendre à la lettre, l'archéologie étant surtout une science d'interprétations étayées ou non, mais certains faits ont bien été vérifiés et avérés, certaines recherches ont bien  modifié l'Histoire, qui n'est pas figée comme une certaine logique le voudrait...

la Partie 1 icihttp://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-mysterieuse-special-videos-1.html

 

Archéologie mystérieuse - La tombe d'Osiris 1/2

Voici une découverte de taille! La tombe d'Osiris où le culte des mystères égyptiens fut pratiqué, Hérodote en parla, les grands philosophes grecs y furent initiés, les secrets de la vie s'y révélèrent avec silence.
Sa tombe est située sur le plateau de Gizeh, combien de secret cache donc ce plateau ?

 

Archéologie mystérieuse - La Cité perdue de Krishna 2/2

Dwaraka ! Ville magique et splendide de la grande épopée Hindoue, le Mahabharata !
Oubliée et perdue pendant plus de 5000 ans, la revoilà sortie des eaux où un symbole et une histoire mythique viennent nous rappeler d'où l'on vient, notre histoire a été volée (voir ci-dessous):

Lire la suite

Archéologie Mystérieuse : spécial Vidéos 1

Archéologie Mystérieuse : spécial Vidéos 1

 

Canaries adn6

Canaries - Le chef des études archéologiques, J. Álvarez Delgado, en 1947, trouve un exemple de roche présentant des caractéristiques similaires à d'autres et associé à la préhistoire d’El Hierro. C'est une pierre qui représente très grossièrement l'apparence d'un visage humain. Une pierre qui, de par sa forme, sa taille et sa qualité, est interprétée comme sélectionnée et emportée exprès pour des raisons religieuses ou culturelles, bien que "malheureusement, ce vestige semble avoir disparu" , souligne Sanchez... Notons l'apparence étrange de cette tête comportant des yeux très obliques... (http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/canaries-l-adn-prouve-une-conquete-des-iles-plus-tot-que-suppose.html​)

 

Une petite compilations d'archives trouvables sur internet sur le thème de l'archéologie mystérieuse, interdite ou parallèle. Tout n'est bien sûr pas à prendre à la lettre mais certains faits ont bien été vérifiés et avérés, certaines recherches ont bien  modifié l'Histoire, qui n'est pas figée comme la logique le veut...

Makhunik mini

Un mystérieux village entièrement habité par des nains en Iran

 

Archeologie mysterieuse 1


by librairie-odyssee


 

Archeologie mystérieuse 2


by librairie-odyssee

Lire la suite

Arctique : la culture de Zhokhov plus évoluée que supposé

 Arctique : la culture de Zhokhov plus évoluée que supposé

 

Siberie ilezhokhov1

l'île de Zhokhov (ou Jokhov)

Cette culture de l'île de Zhokhov (ou Jokhov), île découverte seulement en 1914, est la plus ancienne preuve connue à ce jour de l'existence d'un peuple humain dans cette région du haut Arctique (une station polaire y a été installée dans les années 1950), au mésolithique. Les études qu'y s'y enchainent révèlent un tableau très différent que celui supposé pour une culture de ces dates très éloignées (nous sommes au minimum aux environs de 9300 ans avant maintenant question datations...). En effet, ces études sur le site ancien découvert sur cette île amènent à des conclusions qui remettent en question certains "postulats hypothétiques" concernant non seulement l'isolement des diverses cultures sibériennes à l'âge glaciaire et post-glaciaire, mais aussi les capacités de déplacement et d'échanges entre groupes humains éloignés. Cette étonnante culture est aussi celle qui aurait la première domestiqué, élevé et créé une race canine, du type huski. Cette implantation permanente (pendant au moins 300 ans) remet aussi en question la notion de "nomades chasseurs-cueilleurs de l'époque", orientant plutôt sur une culture déjà en partie sédentaire en ce qui concerne une population demeurant sur un "centre culturel" (lieu de réunion et de stockage d'outils et de denrées, d'élevage) en permanence, pendant que d'autres chassaient, cueillaient et pêchaient, allaient chercher des matières premières (pierres et bois). :

L’Île Jokhov fait partie de l'archipel de Nouvelle-Sibérie et est située en mer de Sibérie orientale, au nord de l'Extrême-Orient russe. Elle se situe à 103 kilomètres à l'est-sud-est de l'île Bennett. Sur le plan administratif elle est rattachée à la République de Sakha (Yakoutie) en Russie. L'île fait partie du groupement des Îles De Long. Elle a une surface de 58 km2 et culmine à 123 mètres.

En 2017, les scientifiques russes ont retrouvé des traces des plus anciens élevages de chiens d’un type précis, sur l’île de Zhokhov, située dans la mer de Sibérie orientale. Ainsi, les premières races de chiens existaient il y a 9.000 ans.

La recherche effectuée par l'archéologue russe Vladimir Pitulko et le zoologue russe Alexeï Kasparov, dont les résultats sont publiés dans le Journal of Archaeological Science : Reports, montre que les anciens habitants de l'île de Zhokhov, située dans la mer de la Sibérie orientale, étaient les premiers à avoir créé des races de chiens pour leurs besoins.

Un des sites les plus septentrionaux jamais occupé par l'homme a été découvert sur l'île de Zhokhov. Alors que les fouilles menées sur le site ont permis de prouver l'existence d'une population humaine il y a entre 8 000 et 9 000 ans (amenés à 9300 ans depuis 2017), la recherche récente fournit des preuves que ses habitants étaient des éleveurs de chiens.

Les os de 11 chiens ressemblant aux huskys contemporains par les dimensions et la forme de leur crâne y ont été découverts. Les scientifiques ont prouvé que dix de ces chiens avaient des proportions identiques et pesaient entre 16 et 25 kilogrammes. C'est le poids des chiens contemporains utilisés comme animaux de transport.

 

Siberian islands zhokhov

En 2018, des scientifiques russes ont étudié le site des anciens de Jokhov, situé dans l'Arctique, à 76º de latitude nord, et ont décrit en détail le mode de vie des anciens peuples qui y avaient vécu. Il s’est avéré que, malgré la faible densité de population, ce peuple ancien avait communiqué avec des représentants d’autres territoires et avait même échangé divers objets lors de foires.

L'Arctique est la partie la plus froide de notre planète, où il n'y a pas de conditions favorables à la vie. Les régions arctiques de la Terre ne sont guère peuplées d’êtres humains, bien que dans certains pays, notamment la Russie, les États-Unis et la Norvège, il existe des zones industrielles. Ces zones augmentent la densité moyenne de la population à 0,35 habitant / km2 mais ne dépassent pas, en principe, 0,03 à 0,04 habitants / km2. Ici, le site de Jokhov a été découvert, considéré comme la plus ancienne preuve d’habitation humaine dans le Haut-Arctique. La colonie a été détruite il y a entre 9300-8600 ans, 25 à 50 personnes y vivaient en permanenceDans le passé lointain, l'île de Jokhov faisait partie d'une vaste plaine formée en raison de la baisse importante du niveau de la mer au cours du dernier maximum glaciaire. En raison de l'élévation du niveau de la mer post-glaciaire, cette plaine a été inondée et érodée (il n'est pas improbable que d'autres sites de cette culture soient engloutis de nos jours dans ces eaux peu profondes).

Figure 2. On the left, the location of Zhokhov Island is marked (circle) on an NSIDC sea ice extent map for Jun 27, 2012 – by the end of July that year (not shown), the ice was largely gone. The ice map on the right shows that the ice had reformed by the end of October, which means that Zhokhov Island was ice-free for a little over 2 months in 2012. However, in the past, due to natural variation , this ice-free period would have been either much longer in some years or much shorter, or even nonexistent (by which I mean, some years there was no ice-free period at all).

Figure 2. On the left, the location of Zhokhov Island is marked (circle) on an NSIDC sea ice extent map for Jun 27, 2012 – by the end of July that year (not shown), the ice was largely gone. The ice map on the right shows that the ice had reformed by the end of October, which means that Zhokhov Island was ice-free for a little over 2 months in 2012. However, in the past, due to natural variation , this ice-free period would have been either much longer in some years or much shorter – or even nonexistent (by which I mean, some years there was no ice-free period at all). À gauche, l'emplacement de l'île Zhokhov est marqué (cercle) sur une carte de l'étendue de la glace de mer du NSIDC du 27 juin 2012 - à la fin de juillet de cette année (non représentée), la glace avait en grande partie disparu. La carte des glaces à droite montre que les glaces se sont reformées à la fin du mois d'octobre, ce qui signifie que l'île de Zhokhov était libre de glace pendant un peu plus de 2 mois en 2012. Toutefois, dans le passé, en raison de la variation naturelle, la période libre de glace aurait été soit beaucoup plus longue certaines années, soit beaucoup plus courte - voire même inexistante (certaines années, il n’y avait pas de période libre de glace).

 

Actuellement, le site de Jokhov est situé dans la partie sud-ouest de l’île moderne de Jokhov, près du pied d’une colline basse (environ 120 m) qui le protège du vent violent du nord-ouest. Cet endroit était très pratique pour les anciens peuples. La colline a servi de point d'observation :

Lire la suite

Sibérie : Deux momies d'un peuple inconnu près de l'Arctique

Sibérie : Deux momies d'une civilisation inconnue près de l'Arctique

 

Siberie mommie2017 mini

 

Enveloppés dans une sorte de cocon composé de barres de cuivre, de belle fourrure, de tissus et d'écorce de bouleau, les mommies d'un adulte et d'un petit bébé ont été découverts. Ces membres momifiés d'une civilisation inconnue ont été déterrés à partir d'une nécropole de permafrost au bord de l'Arctique. Ces découvertes sur le site de sépultures de Zeleniy Yar près de Salekhard ont le potentiel d'éclaircir les inconnus de l'exploration humaine précoce de l'extrême nord de la Russie...

 

Siberie mommies

A cocoon with a mummy of an adult was covered with copper plates head to toe. Picture: Alexander Gusev

Lire la suite

Cités englouties, données compilées

Cités englouties, données compilées - MAJ 19-08-2014

 

Dwarka

Dwarka, Inde

Comme on le sait avec de plus en plus de fiabilité et de précisions, l'être humain et ses civilisations ont connu dans le passé des bouleversements souvent catastrophiques, non seulement liés aux migrations de peuples envahissant les autres et guerres de territoires, mais le plus souvent liés aux bouleversements climatiques dus aux périodes glaciaires-interglaciaires et aux éruptions volcaniques, séismes et tsunamis (qui sont souvent des conséquences de précédents événements eux-mêmes). Tous ces bouleversements, souvent méconnus, sont découverts de nos jours et apportent un éclairage nouveau sur des disparitions de civilisations ou même d’ethnies humaines et races animales du passé. Un grand nombre de ces données réapparaissent d'endroits aujourd'hui sous les eaux et nous font comprendre et réaliser l'immensité réelle des territoires ainsi perdus et engloutis, et la probabilité que certains territoires aient bien été habités par des milliers, voir des millions d'individus à certaines périodes. L'un de ces énormes endroit disparu est bel et bien en train d'être redécouvert au nord de l'Europe avec la civilisation du Doggerland et ses probables annexes englouties vers l'Ecosse et la Scandinavie. Mes réflexions me font pour l'instant penser que les anomalies  récemment découvertes dans la Mer Baltique (attention, ce dossier a commencé en 2012 !) font bien partie de la même période que cette civilisation du néolithique du Doggerland et qu'il s'agit de territoires et paysages possiblement terraformés par l'homme...

Commençons donc déjà cette compilation de données avec celles déjà présentes sur ce site en ordre dispersées, je me propose de les réunir par océans/mers et par coordonnées des parallèles géographiques classiques (adaptable) - notez bien qu'il s'agit de cités ou ruines englouties par les eaux, mais aussi par la jungle parfois ou les boues volcaniques, les sables et également parfois dans des lacs ou fleuves, il est aussi question de vestiges sur des îles...

 

Global grav md reduite

carte mondiale des reliefs des fonds marins - 2015 ref : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/nouvelle-carte-des-reliefs-sous-marins.html

 

Retrouvez l'intégralité de ce dossier mis à jour, composé de liens d'articles documentés avec photos et/ou vidéos et cartes au niveau des PAGES ou via ce lien :

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/cites-englouties-donnees-compilees.html​

 

Herbo Yves ©, Sciences, Faits, Histoireshttps://herboyves.blogspot.com/, 2012-2017

 

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002-Part 6

Colossales explosions en Tunguska (Sibérie) en 1908 et 2002 - Part 6

Des cristaux extra-terrestres trouvés sur le site de la Tunguska ?

 

 

Suite des articles sur l'événement de Tunguska en 1908 : Part 1Part 2Part 3Part 4Part 5Part 6
 

Un rappel intéressant des phénomènes qui ont suivi l'énorme explosion qui s'est donc produite ce 30 juin 1908 vers 7h15 du matin, par OVNIS-Direct :

" L'objet est tombé à 60 km de la petite ville de Vanavara et l'onde de choc est comparable à 1 000 bombes d'Hiroshima. Il aurait fallu produire 10 à 20 mégatonnes de TNT pour réaliser un tel effet. Des perturbations auraient été observées à plus de 1500 km du lieu d'impact, des couchers de soleil inhabituels très colorés et une luminosité exceptionnelle en pleine nuit ont été signalés dans de nombreux pays ainsi qu'en Europe de l'Ouest, en Scandinavie et en Russie.

Des milliers de tonnes de poussières auraient créé un énorme nuage qui assombrit le ciel de Californie quinze jours plus tard.
Les habitants de ces régions lointaines du crash pensaient que le ciel s'était embrasé. Des baromètres sensibles en Angleterre détectèrent l'onde de choc atmosphérique.

Il n'y aurait eu, selon les autorités russes, aucune victime même si on sait qu'à cette époque le bloc impérial passa l'événement sous silence et qu'aucune allusion n'avait été faite dans la presse internationale. On peut donc supposer qu'il y avait eu des morts suite à cet étrange événement. Les arbres furent brûlés sur un rayon de 10 km et déracinés par l'onde de choc sur 100 km.

Suite à l'explosion, le séismographe de l'Observatoire d'Irkoutsk enregistra un séisme de magnitude 5 qui dura 51 minutes.
D'inhabituelles perturbations dans le champ magnétique terrestre et des tempêtes magnétiques semblables à celles produites lors de tests nucléaires dans l'atmosphère avaient été rapportées. (YH : tests qui n'auraient pu être comparés ou connus en 1908 à priori...)
La tempête magnétique aurait été si intense que les boussoles de l'Observatoire d'Irkoutsk furent inutilisables à 977 Km de l'épicentre. (...)

Les expéditions modernes n'ont à ce jour récolté aucun fragment de la météorite mis à part de petites sphérules de silicates et de métal dont certaines renferment des gaz. On sait que la formation de telles structures n'est possible qu'à de très hautes températures.
Des expéditions organisées en 1928 et 1939 ne donnèrent aucun résultat de météorites. Mais notons que la croissance des végétaux dans cette région serait de l'ordre de 5 à 10 fois plus rapide que la normale d'après les chercheurs soviétiques. Des mutations seraient même apparues sur des espèces d'insectes.
Mais des chercheurs européens contestent fermement cela. Il y a donc un doute sur ces mutations qui ne pourraient être dues qu'à une augmentation de la radioactivité. Les témoins sibériens ont parlé d'un gigantesque nuage de fumée après l'explosion, ce qui fait penser au champignon provoqué par les armes nucléaires.

L'écrivain Russe Alexandre Kazantsev émit la première hypothèse concernant un vaisseau spatial en perdition qui aurait été vaporisé en vol (thèse aussi défendue par Matest Agrest).
Selon lui, étant donné que le vaisseau était équipé d'un moteur à propulsion nucléaire, on aurait l'explication des arbres encore debout à l'épicentre et couchés autour ainsi que le nuage en forme de champignon.
De plus, des cas de maladies de peau dans la région concernée par l'explosion ont été répertoriés ainsi qu'une poussée de la végétation anormale comme il a été mentionné précédemment. On a tous les effets similaires à la bombe d'Hiroshima.

Notons qu'un certain professeur Weber faisait état d'une forte perturbation géomagnétique observée dans un laboratoire de l'université de Kiel en Allemagne.
Le phénomène dura pendant les trois jours qui précédèrent l'intrusion de la météorite de Toungouska et prit fin dans l'heure même où le bolide explosa au-dessus du plateau central sibérien.
À la mine de Stepanovsky (non loin de la ville d'Yuzhno-Eniseisk), un séisme advint trente minutes avant la chute de la météorite.
Un témoin de l'événement, posté près d'un petit lac, sentit le sol trembler sous ses pieds.

En 1994, Alexandre Rempel, chercheur de Vladivostock qui a enquêté sur l'affaire de la Toungouska et les ovnis, disparaît. On n'aurait plus de traces de ces dossiers et archives relatifs à ces sujets. Mystérieux non ?
Des spécialistes d'une revue scientifique russe estimaient en 1984 que la zone de Toungouska, s'avérait être une " zone géomagnétique à part sur la planète ". Elle était qualifiée " d'anomalie magnétique de la Sibérie orientale ".


D'autre part, on a l'hypothèse de Yuri Lavbin, chef de l'expédition de 2004 travaillant depuis 12 ans sur le mystère de Toungouska, qui prétend qu'une comète qui se dirigeait vers la terre s'était désintégrée volontairement dans sa course avant l'impact au sol par une " mystérieuse machine volante " qui aurait fait les frais de l'opération.
Il déclara même : " nous avons été sauvés par une civilisation supérieure ".

Lavbin est rejoint par l'enquêteur russe Valery Uvarov, chef de département des sciences, des techniques et des recherches sur les Ovnis basé à St Petersbourg, qui dit que la gigantesque météorite n'a pas percuté la terre, car elle a été détruite en haute altitude, non par son entrée dans notre atmosphère, mais parce qu'elle a été interceptée par une technologie ET qui aurait généré de l'énergie électromagnétique et produite d'immenses " boules de lumières ". Un missile aurait détruit une météorite qui se dirigeait sur terre.

Quant au missile, il aurait eu pour origine une installation secrète à plusieurs centaines de kilomètres au nord de Toungouska et dont on ne connaîtrait l'origine.
Il dit que deux mois avant l'explosion de Toungouska, les animaux auraient quitté la région vu que l'installation s'était mise en marche pour traiter l'astéroïde. Les niveaux de radiations auraient en même temps augmenté.

Ces informations concernant Valery Uvarov proviennent en partie d'une interview du rédacteur en chef de " UFO Magazine ". Cela a été retranscrit par le magazine Australien Nexus en juillet 2003 et finalement, la version francophone, dans Nexus édition française à l'automne 2003 (objet des pages 1 à 4 précédentes).

Est-ce que Valery Uvarov pense vraiment ce qu'il affirme, ou n'est-il que le pion d'une gigantesque campagne de désinformation de la part des Russes ? "

Lavbin

Lire la suite

Découverte génétique d'une population amérindienne inconnue

Découverte génétique d'une population amérindienne inconnue

 

Map beringia

Retour sur une découverte et publication de ce début d'année, car elle est d'une grande importance en ce qui concerne l'Histoire de l'Humanité. Cette découverte bouleverse en effet certaines données faussement établies de la science moderne, mais fait aussi apparaître l'existence d'une population "Atlante" (en référence à la légendaire île engloutie) qui est demeurée des milliers d'années sur une terre maintenant engloutie, la Béringie, entre la Sibérie et l'Amérique du Nord....

L'analyse génétique de l'ADN d'un nourrisson trouvé sur le site archéologique d'Upward Sun River, en Alaska, a révélé une population amérindienne jusqu'alors inconnue, que les scientifiques ont baptisée «Anciens Beringiens». La recherche apparaît dans la revue Nature.

Il est largement admis que les premiers colons en Amérique du Nord (le Sud paraissant plus compliqué) ont traversé de l'Eurasie en Alaska via un ancien pont terrestre enjambant le détroit de Béring, qui a été submergé à la fin de la dernière période glaciaire.

Des questions telles que l'existence ou non d'un ou de plusieurs groupes fondateurs (les tout premiers), leur arrivée et les événements suivants font l'objet de débats. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont séquencé le génome complet d'un bébé - une fille nommée Xach'itee'aanenh T'eede Gaay (Sunrise Child-girl) par la communauté autochtone locale - dont les restes ont été trouvés sur le site de Upward Sun River d'Alaska en 2013.

À leur grande surprise, les scientifiques ont découvert que bien que Xach'itee'aanenh T'eede Gaay ait vécu il y a environ 11 500 ans, longtemps après l'arrivée des premiers habitants dans la région, ses informations génétiques ne correspondaient à aucune des deux branches reconnues des premiers Amérindiens, qui sont désignés comme "au Nord et au Sud".

Au lieu de cela, elles semblaient avoir appartenues à une population amérindienne entièrement distincte, qu'ils ont appelé Anciens Beringiens.

" Nous ne savions pas que cette population existait ", a déclaré le professeur Ben Potter, co-auteur de l'Université de l'Alaska Fairbanks.

 

Ancient beringians

Une illustration scientifique du camp Upward Sun River dans ce qui est maintenant l'Alaska intérieur. Crédit d'image: Eric S. Carlson / Ben A. Potter.

Lire la suite

L'homme en Amérique du nord entre 3OOOO et 24OOO ans ? Nouvelles preuves

L'homme en Amérique du nord entre 30000 et 24000 ans ? : nouvelles preuves

 

Yukon bone mini

 

Entre 1977 et 1987, l'archéologue Jacques Cinq-Mars et son équipe avaient découvert et fouillé les Grottes de Bluefish au Yukon, Canada et avaient récolté une collection d'os et d'artefacts conservés depuis au Musée canadien d'Histoire de Gatineau au Québec. Les travaux de ces fouilles avaient conclu que ces grottes affichaient des preuves d'utilisations et de visites humaines occasionnelles à partir de 30000 ans avant maintenant, ce qui était à l'époque considéré comme impossible et avait été très contesté par la majorité des spécialistes. A tel point que ces trois petites grottes ont depuis lors été laissées à l'écart de toutes les discussions sur le peuplement des Amériques... il est facile d'arriver à un consensus historique, même si cela fausse la réalité, quand on écarte d'office certaines conclusions gênantes, émises ou non par de vrais scientifiques...

En fait, tout pourrait bien avoir été relancé et confirmé par la récente réapparition des notes et commentaires non publiés de Cinq-Marsdes outils de pierre ont été trouvés dans les gisements les plus profonds et les plus anciens de ces grottes de Bluefish. "Dès que j'ai vu l'information, j'ai réalisé qu'il y avait un cas assez solide ici, pour une ancienne occupation de ces grottes lors du maximal glaciaire, il y a 24 000 ans", annonce John Hoffecker, archéologue et paléoécologue de l'Université du Colorado et promoteur de l'hypothèse du micro-continent de Beringie, reconnaît que les ossements découpés constituent une forte preuve d'une occupation humaine précoce.

Lire la suite

Thulé et Hyperborée

Thulé et Hyperborée

Tertre anseamour mini

Le plus ancien tertre préhistorique découvert en Amérique du nord (Labrador) - 6100 ans avant JC

Un certain nombre d'auteurs de l'antiquité, parmi lesquels un grand nombre d'anciens Grecs, ont, dans leurs écrits historiques ou philosophiques, mêlés avec de vrais descriptions d'endroits connus ou découverts depuis, des détails ou des affirmations sur des endroits considérés de nos jours comme étant de la fiction, ou à base de mythes, en l'absence de toute découvertes ou preuves les concernant. Ces endroits sont néanmoins comparables à des endroits comme Troie (surtout citée par le poète Homère) ou Rungolt par exemple, qui étaient considérés jusqu'à leur réelle découverte, comme des légendes ou de la pure fiction... La science est donc beaucoup plus prudente de nos jours, surtout qu'elle a fait des progrès et sait maintenant que le niveau des eaux était beaucoup plus bas à certaines périodes, mais qu'il existe et a existé aussi un grand nombre de phénomènes catastrophiques naturels (tsunamis, lames de tempêtes (eaux ou sables d'ailleurs), météores, séismes et éruptions volcaniques, inondations fluviales, incendies et tornades dévastatrices, etc...) ou artificiels (Guerres d'élimination et de déportation principalement) qui ont été susceptibles de faire disparaître des villes entières dans le passé... Je vais en faire ici un petit résumé pour ce qui concerne les endroits cités par les Anciens et appartenant (à priori) aux régions au nord de l'Europe.

Lire la suite

Baltique : Un site préhistorique englouti au sud de la Suède

Baltique : Un site préhistorique englouti au sud de la Suède

Elk pick axe mini

 

Suite de cet article et MAJ : http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/des-plongeurs-suedois-ont-trouve-des-reliques-de-11-000-ans-en-mer-baltique.html

 

En 2010, Arne Sjöström, archéologue maritime de l'Université Södertörn et l'archéologue maritime January Öijeberg du musée de Malmö, avaient trouvé le système de pêche fixe le plus ancien connu dans le nord de l'Europe, voir du monde - plusieurs pièges à poissons en branches de noisetier tissées datant de 9 000 ans, au large des côtes du sud de la Suède. Nous sommes dans la Mer Baltique, dans la Baie de Hanö. C'est maintenant la confirmation scientifique de la découverte d'un site préhistorique englouti à cet endroit, daté de l'âge de pierre, faite par les Universités suédoises de Lund et de Södertörn.

 

Hanobukten 212x300

Lire la suite

Sibérie : nouvelles découvertes sur la mystérieuse culture Okunev

Sibérie : nouvelles découvertes sur la mystérieuse culture Okunev

 

Khakassie8 mini

Une tombe riche en mobiliers divers d'une femme "noble" a été découverte en République de Khakhassie, Sibérie. Les estimations de datation la fait remonter à entre le néolithique et le début de l'âge du bronze, avec 4500 ans minimum. Il s'agit par comparaison de la mystérieuse Culture Okunev, considérée comme étant celle qui, il y a au moins 12600 ans, aurait utilisé des canoes pour longer le pont de Béring pour atteindre l'Amérique du Nord...

J'ai déjà parlé ici de la République de Khakhassie et d'un de ses mystères archéologiques : http://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-enigmes-de-la-khakassie.html

Les objets trouvés dans la grande tombe sont multiples, on dénote entre autres : un brûleur d'encens décorée par des symboles solaires, 1500 perles qui ornaient jadis son costume, et 100 pendentifs en dents d'animaux.

Lire la suite