Sciences-Faits-Histoires

sciences

  • Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

    Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

     

    Terceira acores 7 decoupes antiques orientees soleil yherbo 730

    Terceira-Açores-7 découpes antiques orientées lever soleil - Crédit Yves Herbo

     

    Une équipe internationale de chercheurs a trouvé des preuves que des personnes vivaient sur des îles de l'archipel des Açores environ 700 ans plus tôt que les preuves précédentes ne l'avaient montré. Dans leur article, publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences, le groupe décrit son étude des carottes de sédiments prélevées dans les lacs de certaines des îles de l'archipel.

    En raison de l'absence d'autres preuves (YH : il y en a pourtant d'étudiées depuis au moins une décennie par des archéologues locaux et il y a même eu une conférence internationale déjà en 2013 !), les historiens pensent que les gens sont arrivés aux Açores pour la première fois en 1427, lorsque le marin portugais Diogo de Silves a débarqué sur l'île de Santa Maria. Peu de temps après, d'autres du Portugal sont arrivés et ont élu domicile dans l'archipel. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé des preuves que des humains vivaient sur certaines des îles des Açores environ 700 ans plus tôt. (YH : c'est un minimum car il y a de toute évidence des traces de mégalithisme, de probables traces de Phéniciens et Romains...)

    Cherchant à en savoir plus sur l'histoire des Açores, les chercheurs ont commencé à collecter des échantillons de sédiments de plusieurs lacs des îles et à les étudier pour voir ce qu'ils pourraient révéler. Les échantillons de sédiments peuvent servir de preuves historiques parce que la matière dans l'air qui tombe à la surface d'un lac puis au fond du lac est recouverte de nouvelles couches de sédiments au fil du temps.

     

    Lac peixinho sur l ile de pico acores

    Les biomarqueurs du lac Peixinho sur l'île de Pico aux Açores suggèrent la présence d'élevage et d'agriculture sur brûlis dès 700 CE : IMAGEBROKER/ALAMY STOCK PHOTO - cliquer pour agrandir

     

    L'analyse des carottes de sédiments a montré une augmentation du 5-bêta-stigmastérol dans une couche de carotte datée entre 700 CE et 850 CE, prélevée dans le lac Peixinho. Le composé se trouve généralement dans les excréments du bétail, tels que les vaches et les moutons, dont aucun ne vivait aux Açores avant l'arrivée de l'homme. Ils ont également constaté une augmentation des particules de charbon de bois (suggérant que de grands incendies avaient brûlé) ainsi qu'une baisse des pollens d'arbres indigènes. Les résultats suggèrent que quelqu'un avait brûlé la forêt pour fournir plus de terres pour le bétail. Les chercheurs ont trouvé des preuves similaires dans des carottes prélevées dans le lac Caldeirão, qui se trouve sur une île différente, bien qu'elles soient apparues environ un siècle plus tard. Et ils ont trouvé des preuves de ray-grass non indigène (plante fourragère de la famille de l'ivraie) dans les sédiments d'un lac sur une troisième île.

     

    Lac caldeirao a l interieur de la caldeira effondree de l ile de corvo

    Lac Caldeirão à l'intérieur de la caldeira effondrée de l'île de Corvo. Crédit : Santiago Giralt.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Artefacts et légendes du Sierra Leone

    Artefacts et légendes du Sierra Leone, Afrique de l'Ouest

     

    bureh-beach-sierra-leone.jpg

    Sierra Leone-Bureh Beach

     

    Le Sierra Leone est un petit pays d'Afrique de l'Ouest coincé entre l'océan Atlantique, la Guinée et le Libéria. 

    Les Nomoli (ou Nomori) ont été trouvées sur les terres et champs des tribus Temné, les Mendé et les Sherbro, et elles présentent des similitudes avec le Pomdo des Kissi de Guinée. Elles sont faites en stéatite – une pierre presque aussi souple à travailler que le bois.

     

    sierraleone-figurinespierre4.jpg 

    sierraleone-figurinespierre3.jpg

     

    En cherchant des diamants en Sierra Leone, Afrique occidentale, des indigènes firent des découvertes inattendues : ils tombèrent régulièrement sur des sculptures en pierre hautes de 40 à 70 cm. La provenance de ces Nomoli est indéterminée.

     

    sierraleone-pierresduciel.jpg


    Certains d’entre eux ont été découverts à des profondeurs de 50 mètres. Cela signifie qu’elles pourraient avoir 17 000 ans. Une datation qui ne correspond pas aux découvertes faites à ce jour par l’archéologie. Le professeur Pitoni a toujours récupéré un matériau organique sur le lieu même de la découverte et la datation de ces artefacts en pierre s'échelonne de 2500 à 17 000 ans pour le plus vieux.

     

    sierraleone-figurinespierre5.jpg 

    sierraleone-figurinespierre6.jpg 

    sierraleone-figurinespierre2.jpg

     

    " Vous avez là un homme très très grand assis sur un éléphant, puisqu'il y a également des légendes de géants dans toute l'Afrique. Vous connaissez la taille d'un éléphant !  Le travail de la pierre est remarquable, l'objet est très dur et très lourd ". YH : Notons tout de même que la plupart des anciennes civilisations ont représenté leurs rois comme étant beaucoup plus grands que leurs sujets, histoire de pouvoir et de domination, d'action psychologique sur le peuple... les momies de plusieurs pharaons ont été découvertes par exemple, et ils n'étaient pas plus grands que leurs sujets mais ils étaient bien représentés sur les murs comme l'étant...

     

    sierraleone-figurinespierre9.jpg 

    sierraleone-figurinespierre11.jpg

    sierraleone-figurinespierre12.jpg

     

    Certains artefacts représentent aussi des humains ou semi-humains à tête de reptile et tenant une sorte de pot où ils pourraient mettre quelque chose. Au sommet de plusieurs Nomolis se trouve également un trou pour y entrer quelque chose. Ils étaient très probablement utilisés pour les cérémonies.

     

    sierraleone-figurinespierre13.jpg 

    sierraleone-figurinespierre14.jpg 

    sierraleone-figurinespierre15.jpg

     

    L'une d'entre elles, parmis les plus âgées, détenait en elle, dans une cavité, une petite sphère métallique. Vous avez ici une sorte d'animal... qui ressemble à un dinosaure. Quand le professeur Pitoni a trouvé cette statue, elle émettait un drôle de bruit. Il l'a donc ouverte et on a trouvé à l'intérieur une petite bille noire. Vous pouvez la voir au pied de la statue [en haut à droite] ; elle était en métal ferreux.

     

    sierraleone-figurinespierre16.jpg sierraleone-figurinespierre17.jpg sierraleone-figurinespierre18.jpg sierraleone-figurinespierre19.jpg sierraleone-figurinespierre20.jpg sierraleone-figurinespierre21.jpg sierraleone-figurinespierre22.jpg sierraleone-figurinespierre23.jpg sierraleone-figurinespierre25.jpg sierraleone-figurinespierre26.jpg

     

    L'expert en musée et artefacts Klaus Dona (Photos issues de son documentaire) :

    "Au moment des recherches sur cet artefact et sur cette bille de métal plus particulièrement, le professeur m'a appelé le lendemain matin pour me dire qu'on avait dû me faire une mauvaise plaisanterie. 
    Pourquoi ? ai-je demandé. Parce que les recherches ont révélé que le matériau était de l'acier chromé et que l'acier chromé a été découvert en Autriche au début du XXème siècle. Cela signifie qu'il était impossible d'en trouver à l'intérieur d'une statue vieille d'environ 17 000 ans !

    Mais lorsque j'ai, immédiatement après, contacté le professeur Pitoni, il a ri et m'a dit : "Je suis géologue. Si une statue fait un bruit bizarre, je ne l'ouvre pas tout de suite, mais je la passe d'abord aux rayons X."

    Vous pouvez voir ici, sur l'image de droite [ci-dessous] une des radiographies et vous pouvez constater qu'à l'intérieur de la statue se trouve déjà la bille, la bille en acier chromé était déjà là."

     

    Statueavecbille metal On voit tout dans cette radiographie. Le professeur Pitoni a également vu que cette statue de pierre avait déjà été ouverte auparavant et parfaitement refermée. Il a fait appel à un spécialiste qui l'a ouverte exactement comme sur cette photo, le petit bouchon de pierre qui obturait le trou à l'intérieur, et on peut constater que la bille de métal était déjà là.

    Nomoli sierra leone museum

     

    « Nomoli-Sierra Leone Museum (2) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg#/media/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg

     

    Nomoli mende sierra leone

     

    « Nomoli-Mende-Sierra Leone » par Ji-Elle — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg#/media/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg

     

    Nomoli british museum

     

    « Nomoli-British Museum (8) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg#/media/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg

     

    Nomoli tervuren

     

    « Nomoli-Tervuren (1) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg#/media/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg

     

    Lire la suite ci-dessous pour les Pierres du Ciel et leur légende :

    Lire la suite

  • Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

    Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

     

    Geoglyphesiberie1

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans. Image composite : Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie, SiberianTimes

     

    Un géoglyphe a été découvert en Sibérie en septembre 2021, en forme de taureau de galets et de grès de 3 mètres sur 4 et il est le premier géoglyphe animal découvert dans cette partie du monde.

    La découverte a été faite près du village de Khondergey dans le sud-ouest de la République de Touva, près de la frontière de la Russie avec la Mongolie. 

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans, ce qui rend le géoglythe de mille ans plus vieux que le cheval blanc taillé à la craie en Angleterre (YH : dont je parle ici) et deux fois plus vieux que les lignes de Nazca au Pérou (YH : mais probablement pas ceux de Palpa attribués aux Paracas). 

    Seul le dos du taureau avec les pattes arrière et une queue a été conservé, la partie avant a été involontairement détruite dans les années 1940 par la construction de routes.

     

    Geoglyphesiberie2

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Il s'agit de la première découverte de ce type non seulement pour la République de Touva, mais à travers l'Asie centrale.

    " Le motif du taureau est très typique des cultures d'Asie centrale de l'ère du bronze ancien. Plus tard, à l'époque scythe, les taureaux ont été remplacés par des cerfs. "

     

    Geoglyphesiberie3

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

    Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

     

    Comete 2

    (Crédit : Flashinmirror/Shutterstock)

     

    Deux nouvelles études astronomiques, l'une parue fin septembre et l'autre prévue en novembre 2021, établissent un lien entre la comète Encke, les événements catastrophiques du Dryas récent, l'essaim d'astéroïdes des Taurid et l'explosion de Tunguska en 1908. Les deux études sont disponibles sur internet.

    Un essaim de comètes géocroiseurs lié à la récente rupture des géants de glace

     

    Les résultats sont bien accueillis par les partisans des théories des catastrophes cométaires de l'histoire de la Terre.

    Les comètes les plus étudiées de notre système solaire ont inspiré des mythes anciens, une ferveur religieuse et des controverses scientifiques modernes. Maintenant, la découverte de 88 astéroïdes et météoroïdes alignés orbitalement avec l'un d'entre eux, la comète Encke, suggère qu'ils se sont tous formés à partir de la rupture relativement récente d'une comète glacée encore plus grosse. Les découvertes sont bien accueillies par ceux qui pensent que la comète Encke et les autres produits de cet événement astronomique sont responsables de bon nombre des impacts les plus violents et les plus conséquents de la Terre au cours des 20 000 dernières années.

    Preuves antérieures

    La comète Encke a été observée pour la première fois en 1786 et plus tard identifiée comme la source de nombreuses pluies de météores annuelles. Connus collectivement sous le nom de Taurides, ces averses illuminent le ciel des hémisphères nord et sud lorsque la Terre traverse un flux de débris créé par la comète. (Cette année, regardez les étoiles en novembre pour avoir un aperçu de la vôtre.) Dans les années 1980, cependant, l'astronome William Napier et l'astrophysicien Victor Clube ont suggéré que des objets plus gros que votre « étoile filante » moyenne étaient arrivés d'une source similaire à celle de la comète. 

    Les premières preuves sont venues avec la découverte d'une demi-douzaine d'astéroïdes , jusqu'à un mile de diamètre (1.6 km), en orbite à l'intérieur du flux de météores Taurides. Selon Napier et Clube, ces blocs rocheux – bien trop gros pour avoir été laissés par la comète Encke – pourraient s'expliquer par la fragmentation d'une comète géante de 100 km de large il y a 20 000 ans. C'est comparable en taille à la " méga comète " récemment découverte de Bernardinelli-Bernstein, considérée comme la plus grande enregistrée dans l'Histoire. En théorie, cette rupture capitale a produit non seulement la comète Encke, mais tout un complexe d'astéroïdes, de comètes mineures, de débris caillouteux et de poussière, qui sont aujourd'hui disposés en cercles concentriques étroitement liés autour du Soleil.

     

    Comete2

    photo @shutterstock music “Perception” from bensound.com

     

    Un complexe aussi dynamique, imprévisible et bien peuplé, capable de se rapprocher fréquemment de la Terre, a alimenté l'imagination des universitaires ; les astronomes ont commencé à remonter l'horloge et à rechercher des preuves des interactions de la Terre avec les Taurides dans les archives archéologiques et au-delà. Le scientifique Richard Firestone, maintenant au Lawrence Berkeley National Laboratory, a invoqué en 2007 le complexe de Tauride pour expliquer le refroidissement du climat mondial au début d'une période quasi-glaciaire appelée le Dryas récent et la disparition soudaine de la culture Clovis, un peuple préhistorique supposé être les ancêtres de la plupart des peuples autochtones des Amériques. Et l'année dernière, une équipe comprenant Napier a affirmé avoir trouvé sa propre preuve d'impact pendant le Dryas plus jeune : des dépôts de verre fondu et de terre brûlée qui semblaient marquer la disparition d'une ancienne communauté de chasseurs-cueilleurs dans la Syrie d'aujourd'hui.

    Des rappels rapprochés plus récents ont également été liés à des événements percutants. En 1908un petit astéroïde connu sous le nom de Tunguska est entré dans l'atmosphère terrestre avant d'exploser à environ huit kilomètres au-dessus d'une partie inhabitée de la Russie. Des millions d'arbres ont été abattus, dévastant une superficie de plus de 1200 miles carrés. Ignacio Ferrin, astronome à l'Université d'Antioquia en Colombie, écrit dans son nouveau livre The Next Asteroid Impact que la comète Encke était à sa distance minimale de la Terre deux semaines avant l'arrivée de Tunguska. " Ce n'est pas une coïncidence ", dit Ferrin. " Cela implique qu'ils sont associés, à mon avis ".

    Aujourd'hui, Ferrin – qui a précédemment retrouvé le météore de Chelyabinsk (apparenté au groupe des Apollo), qui a blessé plus de 1500 personnes après sa rupture en 2013 – a tourné son attention vers le complexe des Taurides lui-même. Avec Vincenzo Orofino de l'Université du Salento en Italie, il a réanalysé une douzaine d'articles publiés au cours des décennies qui ont suivi l'hypothèse originale de désintégration de la comète géante de Napier et Clube. Ensemble, leur analyse orbitale des corps a augmenté le nombre de membres du complexe d'une demi-douzaine à 88 objets. De plus, en utilisant une technique appelée courbes de lumière séculaires, qui recherche les changements de luminosité de chaque membre le long de son orbite, les chercheurs ont trouvé des preuves d'activité cométaire dans 67 pour cent des 51 nouveaux membres taurides sur lesquels ils disposaient de bonnes données.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

    Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

     

    Indonesie machoirewallacea4 730

     

    Fig 6. Maxillaire droit et processus frontal (Maros-LBB-1a) de la couche 4a à Leang Bulu Bettue. - Crédits photos : Ratno Sardi (publicité) ; David Bulbeck (e). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0257273.g006

     

    La mâchoire découverte dans une grotte indonésienne représente les plus anciens restes humains trouvés à Wallacea

     

    Dans une grotte de l'île indonésienne de Sulawesi, une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une mâchoire qui représente le plus ancien reste humain jamais trouvé à Wallacea. Le groupe a publié un article décrivant sa découverte sur le site en accès libre PLoS ONE.

    Au cours des dernières décennies, les archéologues ont trouvé des preuves d'anciens peuples vivant à Wallacea, un groupe d' îles indonésiennes relativement proches de l'Australie. Dans une grotte appelée Leang Bulu Bettue, ils ont trouvé des outils, des bibelots et de l'art rupestre, mais peu de restes humains. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé une mâchoire avec trois molaires attachées. La datation des ornements, des pigments et de l'art portable entourant la découverte suggère que les restes provenaient d'un humain moderne vivant dans la région il y a entre 16 000 et 25 000 ans, pendant la période glaciaire. La découverte pourrait faire la lumière sur les personnes qui vivaient dans la région à cette époque - les scientifiques pensent qu'elles étaient les ancêtres de personnes arrivées par bateau des milliers d'années auparavant, et les ancêtres des premières personnes modernes à arriver en Australie.

     

    Indonesie machoirewallacea

    Fig 1. Carte de Wallacea montrant l'emplacement de Sulawesi. Le site de la grotte du Pléistocène supérieur Leang Bulu Bettue est situé dans la péninsule sud-ouest de l'île, connue sous le nom de Sulawesi du Sud. Wallacea comprend une vaste zone d'îles océaniques situées à l'est d'une limite biogéographique importante, la ligne Wallace. Cet archipel est positionné entre les régions continentales de l'Asie (Sunda) et de l'Australie-Nouvelle-Guinée (Sahul). La ligne malaise-papoue délimite une division majeure est-ouest dans la diversité génétique des populations humaines modernes à Wallacea. Source de la carte, Shuttle Radar Topography Mission 1 Arc-Second Global par NASA/NGS/USGS ; Grille GEBCO_2014, version 20150318 ( http://gebco.net ). Carte de base générée à l'aide d'ArcGIS par M. Kottermair et A. Jalandoni.

     

    Résumé de la publication :

    " Des lacunes importantes subsistent dans notre connaissance de l'histoire ancienne de l'Homo sapiens à Wallacea. Il y a 70 à 60 000 ans (ka), les humains modernes semblent être entrés dans cette zone biogéographique distincte entre l'Asie continentale et l'Australie. Malgré cela, il existe relativement peu de sites du Pléistocène supérieur attribués à notre espèce à Wallacea. Les restes fossiles de H. sapiens sont également rares. Auparavant, une seule île de Wallacea (dans la partie sud-est de l'archipel) avait fourni des preuves squelettiques de l'homme moderne pré-Holocène. Nous rapportons ici les premiers restes squelettiques humains du Pléistocène de la plus grande île wallacée, SulawesiLes éléments récupérés consistent en un palais presque complet et un processus frontal d'un maxillaire droit de l'homme moderne excavé de Leang Bulu Bettue dans la péninsule sud-ouest de l'îleDaté par plusieurs méthodes différentes entre 25 et 16 ka, le maxillaire appartient à un individu d'âge et de sexe inconnu, avec de petites dents (seulement M 1 à M 3 existent) qui présentent une usure occlusale sévère et des pathologies dentaires associées. Le motif d'usure dentaire est inhabituel. Ce spécimen fragmentaire, bien que largement non diagnostiqué en ce qui concerne l'affinité morphologique, fournit le seul aperçu direct que nous ayons actuellement des archives fossiles sur l'identité du peuple du Pléistocène supérieur de Sulawesi. "

     

    Indonesie machoirewallacea1

    Fig 2. Fouilles à Leang Bulu Bettue. (ab) aperçu de la tranchée dans la zone de l'abri sous roche (2017) ; (a) vue du sud au nord; (b) vue du nord-ouest au sud-est. (c) plan du site montrant la disposition des carrés excavés dans l'abri-sous-roche et la grotte (2013-15, 2017-18).

     

    Les restes squelettiques d'humains anatomiquement modernes (AMH) sont rares dans les archives du Pléistocène supérieur de l'Asie du Sud-Est insulaire. Les preuves disponibles sont actuellement limitées à un petit nombre de spécimens fouillés à Bornéo, Java, Palawan et Alor [ 1 , 2 ]. Les restes d'AMH sont particulièrement rares dans l'archipel wallacé, ou Wallacea [ 2 ], une zone biogéographique distincte composée de milliers d'îles océaniques ( Fig 1). Wallacea se situe entre le bord du plateau continental de l'Asie du Sud-Est (Sunda) et le "super-continent" de Sahul, la masse continentale qui a émergé pendant le Pléistocène à des moments où le niveau mondial de la mer baissait suffisamment pour drainer le détroit peu profond séparant l'Australie continentale de Nouvelle Guinée. Aucune des quelque 2000 îles de Wallacea n'a jamais été connectée à la Sonde ou à Sahul, même à la hauteur du dernier maximum glaciaire (LGM ; 22–19 ka) lorsque le niveau mondial de la mer a baissé jusqu'à 130 m.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

    Maroc: fabrication de vêtements entre 120000 et 90000 ans

     

    Maroc gr4

    Figure 4: Étapes de fabrication de l'outil en os spatulé

     

    Une nouvelle étude parue dans Cell.com/Iscience conclue que les premiers hommes modernes vivant sur la côte Atlantique du Maroc utilisaient des outils en os pour fabriquer des vêtements, entre 120 000 et 90 000 ans avant le présent.

    " Les os qui ont été intentionnellement façonnés et utilisés comme outils ont été considérés comme une caractéristique du comportement humain moderne () car ils nécessitent d'importants investissements en temps et en main-d'œuvre et des séquences de production élaborées (). " YH : Ce qui a été démenti assez rapidement avec les découvertes d'os utilisés également par Néandertalien comme outils (). Soressi et al. décrivent les outils en os formels de lissoir fabriqués par les Néandertaliens en Europe et interprétent ces lissoirs comme étant utilisés comme outils de travail du cuir (), même si pour l'instant ces découvertes en France sont plus récentes, on sait que si Néandertaliens n'était pas présent en Afrique subsaharienne, il l'était bel et bien au niveau du Sahara et du Levant. Néanmoins, l'attribution à Homo Sapiens (Homme Moderne) repose également sur le type d'outils (lissoirs en forme de spatules), puisque également trouvé en Afrique du sud, Tanzanie et Zambie.

    " Nous décrivons ici un assemblage d'outils en os probablement utilisé pour la production de cuir et de fourrure de la grotte des Contrebandiers, daté d'il y a environ 120 à 90 000 ans (ka). Les vêtements et la fourrure étaient probablement nécessaires à l'expansion de l' Homo sapiens dans les habitats froids au cours du Pléistocène. Cependant, il est extrêmement peu probable que la fourrure et d'autres vêtements organiques soient conservés dans les archives fossiles. Des études génétiques sur les poux des vêtements suggèrent une origine des vêtements dès 170 000 avec H. sapiens en Afrique (). Dans cet article, nous présentons des preuves d'enlèvement de fourrure trouvés sur des ossements de carnivores datant d'il y a 120 000 ans à la grotte des Contrebandiers au Maroc. La combinaison d'os de carnivores avec des marques de dépouillement et d'outils en os probablement utilisés pour le traitement de la fourrure fournit des preuves indirectes très suggestives pour les premiers vêtements dans les archives archéologiques.

    Les outils osseux varient selon les régions et sont généralement décrits comme formels ou informels. Cette étude suit la définition concise de d'Errico et al. des outils osseux formels comme « des artefacts fonctionnels façonnés avec des techniques spécifiquement conçues pour l'os, telles que le grattage, le meulage, le rainurage et le polissage » (d'Errico et al., 2012a), et nous ajoutons donc que les outils formels en os peuvent être identifiés comme tels car ce sont également des morceaux d'os, de bois, d'ivoire ou de dent façonnés qui portent des marques de fabrication. Suivant la définition de Tartar des outils en os intermédiaires comme « non formellement travaillés et uniquement reconnaissables par les marques de percussion à leurs extrémités » (), nous ajoutons que les outils en os informels sont des morceaux d'os qui ont été utilisés sans façonnage préalable et ne portent donc pas de marques de fabrication. "

    " Des outils en os informels et formels apparaissent dans plusieurs sites archéologiques du Pléistocène en Afrique et en Europe, avec les premières preuves d'os utilisés comme outils pour creuser des termitières (Backwell et d'Errico, 2001) datant d'environ 2,0 millions d'années (Ma) (d'Errico et Backwell, 2003). Sur le site de Swartkrans, en Afrique du Sud, quatre carottes de corne et un os présentent des marques de meulage qui suggèrent que ces outils de creusement ont été intentionnellement façonnés et sont donc des outils osseux formels dont l'âge s'étend de ∼ 1,8 à 1,0 Ma (d'Errico et Backwell, 2003)." (...) YH : Ces anciennes dates sont évidemment à rapporter à divers hominidés, tout en sachant que des études prouvent que les singes (chimpanzés et autres) utilisent aussi parfois des pierres ou branches-brindilles comme outils...

    (...) " Enfin, en Afrique du Nord, un outil formel « couteau en os » de la grotte de Dar es-Soltan I a été identifié dans des gisements atériens datés d'il y a ∼ 90 ka (Bouzouggar et al., 2018) et des outils en os « spatule » provenant de gisements atériens ont été identifiés à El Mnasra (El Hajraoui, 1993, El Hajraoui, 1994; El Hajraoui et Debénath, 2012).

    Lorsque l'on compare les premiers assemblages d'outils osseux formels et informels d'Afrique et d'Eurasie à ceux de la MSA africaine plus récente ∼ 100 ka, il est clair que ces derniers sont : (1) géographiquement plus répandus, (2) en comprennent un plus grand nombre, et ( 3) révèlent une plus grande diversité de types. Cependant, ce n'est qu'à l'âge de pierre tardif africain (il y a ∼ 44 ka) (d'Errico et al., 2012b) et du Paléolithique supérieur eurasien (il y a ∼ 48 ka) (Hublin et al., 2020; Langley et al., 2020) qu'il y a une explosion de formes d'outils osseux diverses et plus élaborées.

     

    Maroc gr1

    Figure 1 La grotte des Contrebandiers, El Mnasra et Dar es-Soltan I sont des grottes côtières avec des outils en os dans des gisements archéologiques stratifiés dans la région de Témara au Maroc. Carte d'altitude du Maroc, où km fait référence à des kilomètres et ka à des milliers d'années. Carte du (A) Maroc avec (B) localisation de la grotte des Contrebandiers et des sites archéologiques mentionnés dans le texte.

     

    La grotte des Contrebandiers (33°55′18,2″N, 6°57′42,4″W) est située sur la côte atlantique du Maroc ( Figure 1 ), à environ 250 mètres (m) de la côte actuelle. Taillée dans des calcarénites du Pléistocène, elle a une profondeur de 30 m avec une entrée de 28 m de large. Fouillé à l'origine dans les années 1950 et 1970 par l'abbé Roche, une nouvelle fouille conjointe maroco-américaine a commencé en 2007 dirigée par Harold Dibble et Mohamed Abdeljalil El Hajraoui (Dibble et al., 2012). Les fouilles récentes ont utilisé des méthodes modernes pour assurer un degré élevé de contrôle contextuel, qui comprenait la détection ponctuelle de tous les objets de plus de 25 mm avec une station totale et le criblage d'objets plus petits à partir de seaux de 7 L avec 1 cm et 2 mm maillage (Dibble et al., 2012)."

    " Les fouilles précédentes de Roche ont enlevé la quasi-totalité des dépôts ibéromaurusiens plus récents de l'âge de pierre (LSA) et du néolithique (Dibble et al., 2012). Une petite quantité de matériel ibéromaurusien est restée à l'avant de la grotte (Informations supplémentaires), et ailleurs au Maroc, des matériaux similaires ont été datés de 23 459 à 12 568 ans calibrés avant le présent (Personnel et al., 2019). Les outils osseux décrits ici proviennent des gisements sous-jacents dits maghrébins du Moustérien et de l'Atérien ( Figure S1 ), qui sont désormais attribués au MSA panafricain (Dibble et al., 2013). Les âges des couches MSA ont été estimés à l'aide de trois techniques (résonance de spin électronique, thermoluminescence et datation par luminescence stimulée optiquement) (Informations supplémentaires), qui ont toutes donné des résultats concordants ( tableau S1 ) et indiquent que les couches porteuses d'outils osseux MSA ont commencé Il y a ∼ 120 ka et s'est terminé il y a ∼ 90 ka (Dibble et al., 2012)."

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Vietnam : des dessins préhistoriques découverts dans une grotte

    Vietnam : des dessins préhistoriques découverts dans une grotte

     

    Tham chang cave vietnam

    Grotte de Tham Chang à Nghe An (Photo : journal Nghe An)

     

    Des scientifiques ont découvert des dessins préhistoriques datant d'il y a 3 000 ans dans une ancienne grotte de la province centrale nord de Nghe An.

    Mais il n'y a aucune mention pour l'instant de la façon dont cette datation a pu être effectuée.

    Lors d'un voyage de vérification archéologique en février dans le district de Quy Chau, une délégation de l'Institut vietnamien d'archéologie a trouvé les peintures murales préhistoriques dans la grotte de Tham Chang dans la commune de Thuan Chuan.

    La grotte a été découverte par l'institut en 2015, a déclaré Assoc. Le professeur, Dr Trinh Nang Chung, chef de l'équipe archéologique, ajoutant que sur la base d'outils en pierre trouvés à l'intérieur, la grotte se serait formée à l'âge de la pierre. YH : ce n'est bien sûr pas parce que des outils de pierre (appartenant à une culture de 3000 ans ?) ont été trouvés dans la grotte que les peintures sont obligatoirement issues de cette culture, il s'agit d'un raccourci interprétatif pas très scientifique en soit.

    Ce n'est pas la première fois que de l'art ancien est découvert dans des grottes de la province de Nghe An.

    Dans les années 1940, quand le VietNam s'appelait encore l'Indochine, des archéologues français ont trouvé des dessins dans une grotte de la commune de Chau Phong, à environ 15 km au sud de la ville de Quy Chau. En outre, des gravures rupestres à figure humaine ont récemment été détectées dans une grotte de la commune de Hoa Son, dans le district d'Anh Son.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Suisse : Un mystérieux alignement de 13 menhirs déterré

    Suisse : Un mystérieux alignement de 13 menhirs déterré

     

    Suisse alignement 13 menhirs 2021b

    L'alignement de menhirs découverts dans la commune suisse de Saint-Léonard daterait du Néolithique moyen, d'après les estimations préliminaires des chercheurs de l'Office cantonal d'Archéologie du Valais. Commune de Saint-Léonard/Office cantonal d'Archéologie/François Mariéthoz/Romain Andenmatten

     

    Au centre du plus grand canton francophone de Suisse, une opération d'archéologie préventive a mené, au début de l'été, à la découverte de 13 menhirs, alignés en rang serré. Cachés de la surface du monde sous plus de deux mètres de terre, ils ont refait surface à l'occasion d'un chantier de construction d'un futur quartier de villas à Saint-Léonard, dans le sud du pays. Une découverte «exceptionnelle», selon la commune : déjà connue en Suisse pour son formidable lac souterrain - formé par l'érosion d'une cavité de gypse, il y a plusieurs dizaines de milliers d'années -, Saint-Léonard peut désormais s'enorgueillir d'avoir abrité une remarquable ligne de médiolithes. Moins imposantes que les vedettes mégalithiques de Stonehenge ou que les fiers alignements de Carnac, les pierres dressées découvertes dans le Valais au début de l'été n'arrivent, certes, qu'à mi-hauteur d'un homme adulte. Mais il n'en fallait pas davantage pour ravir les archéologues régionaux, pour qui l'importance de chaque vestige se jauge à sa valeur historique plutôt qu'aux centimètres accumulés.

     

    Suisse alignement 13 menhirs 2021a

    On ignore encore la fonction de cet alignement de 13 menhirs dressés. Photo Commune de Saint-Léonard/Office cantonal d'Archéologie/François Mariéthoz/Romain Andenmatten

     

    " Nous avons beaucoup de vestiges néolithiques dans la région ", rappelle avec enthousiasme François Mariéthoz, archéologue cantonal adjoint à l'Office d'Archéologie du Valais. " Des sites d'habitats, des tombes, du mobilier céramique… Du Néolithique moyen jusqu'au Néolithique récent, il y avait une réelle activité dans cette partie de la Suisse ", énumère-t-il. Mieux encore, les 13 menhirs de Saint-Léonard s'inscrivent dans un contexte local déjà connu pour son patrimoine préhistorique et ses pierres dressées. L'aire géographique correspond en effet au domaine identifié par les archéologues comme la culture néolithique de Cortaillod, présente en Suisse centrale, occidentale et jusqu'en Haute-Savoie entre le Ve et le IVe millénaire avant notre ère (il y a plus de 6 500 ans donc). Des roches gravées avaient en particulier été découvertes sur le terrain de la commune en 1974, pendant qu'à Sion, trois kilomètres plus en aval, les dolmens d'une nécropole néolithique avaient été identifiés dès 1964, au lieu-dit du Petit-Chasseur. La trouvaille des 13 menhirs de Saint-Léonard ne constitue, donc, « pas une réelle surprise » pour François Mariéthoz, au regard du riche patrimoine néolithique de la région, même si elle n'en reste pas moins «extraordinaire et très rare». Leur signification, en revanche, est moins évidente.

     

    Suisse alignement 13 menhirs 2021c

    Commune de Saint-Léonard/Office cantonal d'Archéologie/François Mariéthoz/Romain Andenmatten

     

    Cet ensemble lithique est, pour l'heure, daté du milieu du Ve au IIIe millénaire avant notre ère, même si « rien ne permet non plus d'écarter une éventuelle datation récente au tout début de l'âge du bronze, vers 2000 avant J.-C.», précise François Mariéthoz. Si la chronologie du site est ainsi promise à s'affiner, la question de sa fonction reste en suspens.
     

    Lire la suite ci-dessous et voir d'autres photos, ainsi qu'une vidéo sur les chasseurs-cueilleurs :

    Lire la suite

  • Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

    Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

     

    Bristol manuscript fra 3

    Imagerie multispectrale des fragments à la bibliothèque centrale de Bristol avec Team Pigment. Crédit : Professeur Leah Tether

     

    Des fragments manuscrits de Bristol de la célèbre légende de Merlin parmi les plus anciens du genre

     

    Des fragments de manuscrits médiévaux découverts à Bristol qui racontent une partie de l'histoire de Merlin le magicien, l'un des personnages les plus célèbres de la légende arthurienne, ont été identifiés par des universitaires des universités de Bristol et de Durham comme certains des premiers exemples survivants de cette section de Le narrateur.

    L'analyse a également révélé comment les documents écrits à la main se sont retrouvés à Bristol, des différences dans le texte des versions précédentes de l'histoire et en utilisant une technologie d'imagerie multispectrale, les chercheurs ont pu lire des sections endommagées du texte invisibles à l'œil nu. et pourrait même identifier le type d'encre qui a été utilisé.

    Les sept fragments de parchemin ont été repérés par hasard au début de 2019 par Michael Richardson de la bibliothèque des collections spéciales de l'Université de Bristol. Ils ont été collés dans les reliures de quatre volumes de l'époque moderne, publiés entre 1494 et 1502 et conservés dans la collection de livres rares de la bibliothèque centrale de Bristol.

    Les fragments contiennent un passage de la séquence de textes en vieux français connue sous le nom de cycle de la Vulgate ou cycle Lancelot-Grail, qui date du début du XIIIe siècle. Des parties de ce cycle ont peut-être été utilisées par Sir Thomas Malory (1415-1471) comme source pour son Le Morte Darthur (imprimé pour la première fois en 1485 par William Caxton) qui est lui-même le principal texte source de nombreux récits modernes de la légende arthurienne en Anglais.

    Après la découverte, le professeur Leah Tether, président de l'International Arthurian Society (British Branch) du département d'anglais de Bristol, son mari, historien médiéval et spécialiste des manuscrits, le Dr Benjamin Pohl du département d'histoire de l'université et le Dr Laura Chuhan Campbell, spécialiste dans les histoires Old French Merlin de l'Université de Durham, a entrepris d'examiner et d'analyser les fragments en détail pour en savoir plus à leur sujet.

    Leurs recherches et découvertes collaboratives, qui comprennent une transcription complète et une traduction en anglais du texte, ont été rassemblées dans un nouveau livre intitulé The Bristol Merlin: Revealing the Secrets of a Medieval Fragment, récemment publié par ARC Humanities Press avec une page entière images en couleur des fragments capturés par le photographe primé basé à Bristol, Don Hooper.

     

    Bristol manuscript fra 2

    Un gros plan du texte montrant les mains des deux scribes. Oui, c'est du vieux français. Crédit : Don Hooper - cliquer pour agrandir

     

    Le professeur Tether a déclaré: " Nous avons pu dater le manuscrit dont les fragments ont été extraits de 1250-1275 grâce à une analyse paléographique (écriture manuscrite), et nous l'avons localisé dans le nord, peut-être le nord-est de la France grâce à une étude linguistique. Le texte lui-même (la Suite Vulgate du Merlin) a été écrit vers 1220-1225, ce qui place le manuscrit de Bristol à une génération de la paternité originale du récit. Nous avons également pu placer le manuscrit en Angleterre dès 1300-1350 grâce à une annotation dans une marge - encore une fois, nous avons pu dater l'écriture et l'identifier comme une main anglaise."

    " La plupart des manuscrits du texte connus pour avoir été en Angleterre au Moyen Âge ont été composés après 1275, il s'agit donc d'un exemple particulièrement ancien, à la fois des manuscrits de la Suite Vulgate en général connus, mais surtout de ceux connus pour avoir trouvé leur chemin de la France vers l'Angleterre au Moyen Âge."

    " Travailler avec le professeur Andy Beeby du département de chimie de l'Université de Durham a également changé la donne pour notre projet grâce au spectromètre mobile Raman développé par lui et son équipe, Team Pigment, en particulier pour l'étude des manuscrits. Nous avons capturé des images de sections endommagées et, grâce au traitement numérique, avons-nous pu lire certaines parties du texte plus clairement."

    " Ce procédé nous a également permis d'établir, puisque le texte apparaissait sombre sous lumière infrarouge, que les deux scribes avaient en fait utilisé une encre à base de carbone - fabriquée à partir de suie et appelée " noir de fumée " - plutôt que le plus courant " fer à repasser " - l'encre de galle, fabriquée à partir de noix de galle, qui apparaîtraient claires sous un éclairage infrarouge. La raison du choix de l'encre des scribes peut avoir un lien avec les matériaux de fabrication d'encre particuliers disponibles près de leur atelier. "

    En plus de découvrir des détails sur l'âge du manuscrit, l'équipe a également pu reconstituer comment les fragments se sont retrouvés dans les livres et comment les livres eux-mêmes ont trouvé leur chemin jusqu'à Bristol.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Turquie: des maisons de plus de 5000 ans à Arslantepe

    Turquie: des maisons de plus de 5000 ans à Arslantepe

     

    Arslantepe2021a 650

    A general view from the excavations at the archaeological site of Arslantepe, Malatya, eastern Turkey, Aug. 18, 2021. (DHA Photo)

     

    Des maisons vieilles de 5 500 ans et des tombes découvertes à Arslantepe en Turquie

     

    Sur le site archéologique d'Arslantepe, situé à 7 kilomètres (4,34 miles) de la ville de Malatya, dans l'est de la Turquie, 28 tombes censées remonter à 1 000 ans et les restes de quatre maisons estimées à 5 500 ans ont été découverts.

    Un tiers des fouilles de cette année ont été achevées à Arslantepe, qui a récemment été inscrite sur la liste permanente du patrimoine culturel de l'UNESCO.

    Le site archéologique d'Arslantepe a servi d'établissement vers 5 000 av. JC (mais on sait que l'endroit était déjà habité au moins au 6ème millénaire Avant JC). Le site accueille divers constats liés à la naissance d'un système étatique et au passage d'une structure sociale égalitaire à une structure hiérarchique. Lors des fouilles des années passées, la première ligne de drainage des pluies au monde, un palais en briques crues, des sculptures de lions et un roi renversé, et plus de 2 000 sceaux ont été déterrés à Arslantepe (traduire « la colline du lion »).

     

    Arslantepe2021b

    A view from a house found in the archaeological site of Arslantepe, Malatya, eastern Turkey, Aug. 18, 2021. (IHA Photo) - cliquer pour agrandir

     

    Les fouilles à Arslantepe ont commencé cette année le 10 août 2021 avec une équipe de 55 personnes. Dans le cadre des travaux récents sur le site, 28 tombes estimées à 1000 ans et à la période médiévale ont été découvertes. Du côté de cette zone, les restes de quatre maisons, qui dateraient d'il y a 5 500 ans, ont également été retrouvés côte à côte.

    La professeure associée Francesca Balossi Restelli, directrice du comité de fouilles du site archéologique d'Arslantepe, a déclaré que l'inscription d'Arslantepe sur la liste permanente du patrimoine culturel de l'UNESCO était le meilleur résultat qu'ils attendaient de leurs études. " Maintenant, nous voulons comprendre l'histoire de ce site avant la construction du palais ici. Nous voulons comprendre comment l'administration et le système étatique sont nés. C'est pourquoi nous travaillons dans ce domaine."

    L'équipe de fouilles estime que de nombreux autres objets seront trouvés dans la région à mesure que les fouilles se poursuivent vers l'intérieur des maisons.

     

    Arslantepe2021c

    A wall painting in the archaeological site of Arslantepe, Malatya, eastern Turkey, Aug. 18, 2021. (IHA Photo)

     

    Le site est connu depuis la fin du 19ème siècle. En 1895David Hogarth publie un bas-relief d'une chasse au lion provenant « d'Arslan Tepe » et qui avait été découvert en mai 1894 par un habitant du village avoisinant alors qu'il cherchait des pierres de construction. Trois photographies de bas-reliefs découverts à Malatya, reçues par R. P. Ronzevalle, professeur à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, sont transmises à l'Académie des Inscriptions en 1907 et seront publiées en 1909. De 1930 à 1939, il est fouillé par une équipe française dirigée par Louis Joseph Delaporte, qui dégage principalement les niveaux néo-hittites. Après la Seconde Guerre mondiale, les fouilles reprennent sous la direction de Claude Schaeffer, de 1947 à 1951. Dix ans après le départ des Français, des archéologues italiens dirigés par Piero Meriggi et S. Puglisi investissent le site, et finissent par se concentrer sur les niveaux du IVe millénaire av. J.‑C., qui livrent des découvertes inattendues. Le site est toujours en cours de fouilles (les plus anciennes couches n'ont pas encore été atteintes mais certaines remontent au 6ème millénaire Av. JC.).

    Arslantepe est occupé depuis le VIe millénaire av. J.‑C. On ne connaît cependant bien le site qu'à partir du début du IVe millénaire av. J.-C., quand il connaît un grand développement, dans l'orbite de la civilisation d'Uruk. Pour la première période, qui va de 3900 à 3500, un grand bâtiment, appelé Temple C, a été dégagé. Il s'agit d'un édifice construit sur une plate-forme, qui a sans doute une fonction cérémonielle. Arslantepe est déjà un centre politique et/ou religieux important. À la période suivante, qui s'étend de 3500 à 3000, le Temple C est abandonné. Une grande zone publique est édifiée sur ses ruines, concentrant les pouvoirs politique, religieux, militaire et économique. Il s'agit d'un des plus anciens exemples de « palais » attesté au Proche-Orient, abritant une administration hiérarchisée. Arslantepe n'est cependant pas un site urbain, puisqu'on n'y trouve pas de grande zone résidentielle. Parmi le matériel archéologique retrouvé pour cette période, on a retrouvé de nombreux objets métalliques, dont les plus anciens modèles d'épées connus, et de nombreux sceaux. Vers 3000, le site est détruit dans un incendie, et il n'est pas reconstruit. La tombe d'un grand personnage est construite sur les ruines. Elle présente un matériel archéologique du type culture kouro-araxe (venant de Transcaucasie), et de ce fait elle est peut-être la tombe d'un chef étranger qui aurait pris Arslantepe à cette époque. Le site est d'ailleurs occupé par la suite par des porteurs de la culture Kuro-Araxe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Indonésie: une nouvelle lignée humaine repérée

    Indonésie: une nouvelle lignée humaine repérée

     

    Oldest genome from wal

    La grotte de Leang Panninge sur la péninsule sud de Sulawesi, en Indonésie. Crédit : Projet de recherche Leang Panninge

     

    Étude : Une femme indonésienne préhistorique appartenait à une lignée humaine éteinte

    Enterrée dans une position fléchie avec de gros rochers, elle était génétiquement la plus proche des Australiens et des Papous indigènes - mais sa lignée était inconnue et semble avoir été perdue. 

    Une adolescente qui a vécu il y a 7 300 ans en Indonésie appartenait à une lignée inconnue d'humains modernes, qui s'est apparemment éteinte, a révélé mercredi 25 août 2021 une analyse publiée dans Nature.

    L'histoire humaine est une histoire de migrations mystérieuses et de branches déconcertantes. Les ancêtres des Papous d'aujourd'hui et les ancêtres des Australiens indigènes se sont séparés il y a environ 37 000 ans. Cette fille trouvée dans la grotte de Leang Panninge à Sulawesi était, génétiquement, également liée aux deux, selon l'analyse.

    En fait, son génome, le plus ancien d'un humain moderne de la région de Wallacea - les îles situées entre l'ouest de l'Indonésie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée - indique une relation humaine ancienne jusqu'alors inconnue. Les chercheurs ont pu isoler suffisamment de matériel génétique du crâne d'un individu enterré il y a plus de 7 000 ans sur l'île indonésienne de Sulawesi. Il appartenait à une société de chasseurs-cueilleurs et a été enterré sur le site aujourd'hui appelé Leang Panninge ('Cave aux chauves-souris'). Une grande partie du code génétique correspondait à celui des Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Aborigènes d'Australie d'aujourd'hui. Pourtant, des portions du génome ne correspondaient pas à ces groupes. Cela apporte de nouvelles surprises sur l'évolution de l'homme moderne.

     

    Fig1 sulawesi et wallacea

    Fig. 1 : Emplacement du site d'étude. a , Sulawesi et Wallacea. Le rectangle rouge indique la région indiquée en b . b , Leang Panninge. La ligne pointillée indique la distribution du site toaléen.

     

    L'étude internationale a été réalisée grâce à une étroite collaboration avec plusieurs chercheurs et institutions indonésiennes. Il était dirigé par le professeur Johannes Krause des instituts Max Planck d'anthropologie évolutive de Leipzig et de la science de l'histoire humaine à Iéna, le professeur Cosimo Posth du Senckenberg Center for Human Evolution and Palaeoenvironment de l'Université de Tübingen, et le professeur Adam Brumm de l'Université Griffith, Australie. L'étude a été publiée dans la dernière édition de Nature.

    Les îles Wallacées ont formé des tremplins dans la propagation des premiers humains modernes de l'Eurasie à l'Océanie, il y a probablement plus de 50 000 ansLes découvertes archéologiques montrent que les ancêtres de notre espèce vivaient à Wallacea il y a 47 000 ans. Pourtant, peu de squelettes humains ont été retrouvés. L'une des découvertes archéologiques les plus distinctives de cette région est le complexe technologique toaléen, daté d'une période beaucoup plus récente, il y a entre 8 000 et 1 500 ans. Parmi les objets fabriqués par les peuples de la culture toaléenne se trouvent les pointes de flèches en pierre caractéristiques connues sous le nom de pointes de Maros. La culture toaléenne n'a été trouvée que dans une zone relativement petite de la péninsule méridionale de Sulawesi. " Nous avons pu attribuer l'enterrement de Leang Panninge à cette culture ", explique Adam Brumm. "

    Selina Carlhoff, candidate au doctorat à l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine et auteur principal de l'étude, a isolé l'ADN de l'os pétreux du crâne. " C'était un défi majeur, car les vestiges avaient été fortement dégradés par le climat tropical ", dit-elle. L'analyse a montré que l'individu de Leang Panninge était apparenté aux premiers humains modernes à se propager en Océanie depuis l'Eurasie il y a environ 50 000 ansComme le génome des habitants indigènes de Nouvelle-Guinée et d'Australie, le génome de l'individu de Leang Panninge contenait des traces d'ADN de Denisovan. Les Dénisoviens sont un groupe éteint d'humains archaïques connus principalement grâce à des découvertes en Sibérie et au Tibet. " Le fait que leurs gènes se trouvent chez les chasseurs-cueilleurs de Leang Panninge soutient notre hypothèse antérieure selon laquelle les Dénisoviens occupaient une bien plus grande zone géographique ", explique Johannes Krause.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Langage des signes au Magdalénien il y a 14000 ans cal BP

    Langage des signes et de la communication graphique à la fin du Magdalénien il y a environ 14000 ans cal BP

     

    Figures enigmatiques fantastiques ou composites gravees sur lissoir rochereil musee national de prehistoire emilie lesvignes

    Figure 3 : Figures énigmatiques (fantastiques ou composites) gravées sur lissoir, Rochereil - Figure 4 : Aurochs gravé sur lissoir, Rochereil (Musée national de Préhistoire). Crédit Émilie Lesvignes

     

    Cet article est dans la lignée de ceux concernant la transmission du savoir et de la mémoire aux temps préhistoriques, c'est à dire avant l'invention théorique de l'écriture, considérée comme le début de l'Histoire par les normes scientifiques actuelles, et rejoint donc la compilation de données présente sur ce site sur ce thème, avec comme exemple :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/diffusion-du-savoir-il-y-a-deja-400-000-ans-culture-mondiale.html

     

    Tout comme celui cité, il s'agit d'un extrait d'un article scientifique, mais dont le sujet se situe aux environs de 12 000 ans avant notre ère, ou 14 000 ans avant notre présent, alors qu'il reflète des découvertes et interprétations proches des mêmes que celles datées de 400 000 ans concernant une transmission des connaissances et pratiques ancestrales aux générations futures, via des traces de symboles ou d'indices que nous découvrons. A cette période bien plus proche de nous, l'homme surnommé magdalénien par nos scientifiques est strictement identique à nous, physiquement parlant. Il est l'héritier des précédentes cultures ayant parcouru le Moyen-Orient, l'Europe et l'Asie et ayant déjà commencé à coloniser les Amériques selon les dernières découvertes.

    Mais les magdaléniens ont aussi vécu lors d'une période climatique déstabilisée et en proie à une succession de cataclysmes liés, dont j'ai déjà parlé ici (voir aussi en bas). https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/impact-cometaire-au-dryas-recent-de-plus-en-plus-confirme.html

     

    Langage de signes et communication graphique à la fin du Magdalénien

     

    L'art de Rochereil (Grand-Brassac), de l’abri Mègeet de la Mairie (Teyjat, Dordogne), France

     

    Par Patrick PAILLET, Maître de conférences, Muséum national d’Histoire naturelle, Département de Préhistoire, UMR 7194, Musée de l’Homme et Elena MAN-ESTIER, Conservatrice du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des Patrimoines, Service du Patrimoine, Sous-Direction de l’Archéologie UMR 5199 Pacea

    Extrait de : Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU (dir.),Signes et communication dans les civilisations de la parole, Paris, Édition électronique du CTHS (Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), 2016.

    Résumé

    À partir de quelques exemples tirés de l’iconographie pariétale et mobilière des sites de Rochereil et de Teyjat (La Mairie et l’abri Mège), les auteurs montrent l’originalité et la puissance du langage des signes et de la communication graphique à la fin du Magdalénien, il y a environ 14 000 ans cal BP. Cette période est contemporaine des ultimes soubresauts de la dernière glaciation qui induisent une transformation radicale des paysages et des écosystèmes. Les sociétés humaines, jusqu’alors inféodées aux steppes périglaciaires, s’adaptent peu à peu à ces changements en transformant leurs équipements, en révisant leur stratégie économique et cynégétique, en modifiant en quelque sorte leur mode de vie. Elles repensent également le nouveau monde qui les entoure et inventent de nouveaux symboles. La communication graphique et le langage qu’elles soutiennent en sont le meilleur reflet.

    Abstract

    Through some examples of parietal and portable iconography of the sites of Rochereil and Teyjat (La Mairie and Mège shelter), the authors show the power and originality of the symbolic language and graphic communication at the end of Magdalenian, about 14 000 years ago cal BP. This period is contemporary of the last back-and-forth of the Late Ice Agethat led to an important landscape and ecosystem transformation. Human societies that were directly linked to periglacial steppa are due to an adaptation towards these changes by transforming their weapons, by thinking new economic and hunting strategies, somehow by changing their way of life. They also modify their way of thinking this new world surrounding them and invent new symbols. Their graphic communication with its language is its best reflectance.

     

    " Il y a environ 14000 ans cal BP, les dernières sociétés paléolithiques (Magdalénien supérieur et final) évoluent dans des environnements en profonde mutation. L’instabilité climatique qui règne durant le Bölling-Alleröd (GIS-1) a un impact direct sur les écosystèmes. Une recomposition des faunes est alors engagée. Les grands troupeaux des steppes froides et des toundras ouvertes comme l’antilope saïga, le bison et le renne, disparaissent progressivement des paysages. Ils migrent pour la plupart vers le nord, vers l’est ou vers les régions de montagnes. Des espèces animales tempérées comme le cerf, l’aurochs ou le sanglier se développent de nouveau et recolonisent des espaces qui se referment progressivement sous l’emprise des forêts (Costamagno, Laroulandie (dir.)2003). Les derniers magdaléniens exploitent de plus en plus des petits gibiers (léporidés, spermophiles,… ) et domestiquent le loup (Boudadi-Maligne 2010 ; Boudadi-Maligneetal. 2011, 2012, 2014). Les changements climatiques et environnementaux engendrent une modification de l’économie des groupes préhistoriques. Les hommes adaptent leurs équipements techniques lithiques et osseux. Ils produisent des outils standardisés, notamment sur grandes lames pour les outils domestiques et sur de petites lames ou lamelles pour les instruments de chasse. De nouvelles armes apparaissent, notamment différents types de pointes. On note également des innovations dans les armements en bois de cervidés et dans leur système d’emmanchement. La miniaturisation des équipements de chasse est rendue nécessaire par l’évolution des pratiques cynégétiques en milieu fermé (Langlais 2010, Naudinot 2013, Valentin 2008). Les pratiques symboliques, notamment le langage et la communication par l’image, évoluent également. Ces changements radicaux revêtent une forte empreinte territoriale ou essaiment plus largement selon une double dynamique qui n’est pas contradictoire dans les paysages en voie de fermeture (Collectif 2014). Les grottes de Rochereil (Grand-Brassac) et de la Mairie (Teyjat) dans le nord de la Dordogne sont deux sites majeurs contemporains de cette période de transition entre Magdalénien et Azilien (fig. 1)."

     

    Rochereil teyjat ppaillet1

    Figure 1 : Carte de situation des sites de Rochereil et Teyjat. DAO Patrick Paillet

     

    La petite grotte de Rochereil, découverte au début du XXe siècle et fouillée essentiellement entre 1937 et 1941, correspond à un lieu d'intenses occupations dont la fonction au Magdalénien était vraisemblablement liée pour partie à la production d'objets ornés et de parures (Man-Estier et Paillet 2013b, Paillet 2014b). En effet, si l’on considère la taille du site (une trentaine de m² !) et l’épaisseur relativement modeste de la couche magdalénienne (une quarantaine de cm), la série d'objets d'art recueillie par le Dr Paul-Émile Jude est considérable (plus de 250 pièces). La grotte mesure une quinzaine de mètres de longueur et 2 à 3 m de largeur. Sa hauteur varie d’environ 5 m à l’entrée à moins de 2 m dans sa partie la plus profonde. Les fouilles de P.-E. Jude ont mis au jour d’importants dépôts du Magdalénien et de l’Azilien. Une reprise récente des séries dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » dirigé par P. Paillet a permis de requalifier la séquence archéostratigraphique du site. Il s’agit de Magdalénien supérieur ancien et récent, d’Azilien ancien et récent et de Laborien. P.-E. Jude publie deux coupes stratigraphiques relevées à l’entrée et à l’intérieur de la grotte (Jude et Cruveiller 1938, Jude 1960). La principale, à l’aplomb de l’entrée de la grotte, fait apparaître au moins quatre couches superposées de couleur et de structure différentes :

    – la couche I est stérile et repose sur le sol rocheux. Elle est constituée de sables fluviatiles sur la terrasse et d’argile calcaire rougeâtre dans la grotte.

    – la couche II correspond au Magdalénien supérieur. Elle mesure près de 40 cm d’épaisseur. Sur la base de l’hétérogénéité de certains éléments lithiques et faunistiques, cette couche a été partagée arbitrairement en deux niveaux, IIa (niveau inférieur, comprenant les 2/3 de la couche) et IIb (niveau supérieur).

    – la couche III correspond à l’Azilien. Elle mesure plus de 1,80 m d’épaisseur et se superpose directement à la couche II, sans zone stérile intermédiaire. Cette couche est subdivisée en trois niveaux (IIIa, IIIb et IIIc).

    – enfin, la couche IV est stérile et constituée de terre végétale. Elle mesure environ 2 m d’épaisseur.

     

    La grotte de la Mairie (Teyjat) est située à une vingtaine de km au nord de Rochereil. Elle s’ouvre au midi, dans le village de Teyjat, au cœur d’un massif de calcaires dolomitiques du Bajocien. Elle est constituée de deux galeries divergentes : une galerie fossile subhorizontale d’une centaine de mètres de longueur, large de 5 m et haute de 4 m en moyenne et une galerie active descendante d’une quarantaine de mètres. Le gisement magdalénien et la zone ornée occupent les 10 premiers mètres de la galerie supérieure. Les occupations fouillées au début du siècle par Pierre Bourrinet, aidé épisodiquement par Denis Peyrony et Louis Capitan, ont mis en évidence une importante archéoséquence (jusqu’à 4 m de remplissage), divisée en deux couches du Magdalénien supérieur (couches inférieures A et B – Magdalénien supérieur ancien et couches supérieures C et D – Magdalénien supérieur récent). Les deux couches ont livré un assemblage lithique et osseux très riche et bien caractéristique du Magdalénien supérieur. Les occupations de la Mairie sont parfaitement synchrones du Magdalénien de Rochereil (Aujoulat 1984 ; Barrière 1968, 1972 ; Capitan et al. 1908 ; Langlais 2014).

    L’abri Mège (Teyjat), à environ 200 m à l’est de la grotte de la Mairie, le petit abri Mège renferme une séquence unique du Magdalénien supérieur ancien, épaisse de 40 cm à près de 1,60 m à l’entrée(couche 2). Elle est contemporaine des couches A et B de la Mairie (Capitan et al. 1906, Langlais 2014). Ces trois sites ont livré d’importantes séries d’objets d’art dont la mise en comparaison est particulièrement enrichissante. Les représentations pariétales de la Mairie, réalisées sur un vieil édifice stalagmitique aujourd’hui disloqué, rappellent par bien des aspects l’art mobilier et notamment celui de Rochereil. Il est donc cohérent de placer l’art pariétal de la Mairie en résonance avec les séries d’objets ornés.

    Singularité des arts de la Préhistoire

    L'un des points communs à l'ensemble des sociétés de chasseurs-collecteurs du Paléolithique supérieur est l'existence d'un langage de signes et d'une communication graphique hautement symbolique désignée communément sous le terme d’« art ». Présent depuis près de 40 000 ans sous sa forme pérenne, l’art préhistorique est remarquable par la persistance de thèmes et de techniques d’expression durant toute sa trajectoire paléolithique. Les évolutions, les changements ou les ruptures qui marquent parfois son développement ne remettent pas radicalement en cause la cohérence de l’ensemble des pratiques artistiques. Elles ne changeront véritablement qu’avec les sociétés agro-pastorales du Néolithique. L’art préhistorique occupe des terrains d’expression différenciés. Les parois, les plafonds et les sols des grottes et des abris, parfois les roches disposées à l’air libre dans des fonds de vallées au cœur de la nature, constituent les supports exclusifs de l’art pariétal et rupestre monumental plus ou moins déconnectés de la vie des hommes. L’art est également présent dans leur quotidien immédiat. Il occupe d’innombrables outils, rehausse une infinité d’armes et se glisse parfois, souvent même, sur des restes fragmentaires sans utilité apparente et immédiate et sur des déchets. La communication graphique paléolithique est élaborée à partir de thématiques fondamentalement ancrées dans l’observation du vivant. L’art préhistorique est souvent qualifié d’art animalier et son bestiaire affiche une pluralité zoologique extrême, en particulier dans l’art des objets. Cette diversité est moins grande dans l’art des grottes. Cependant, une dizaine d’espèces animales prédominantes constituent la grande majorité de l’iconographie animalière (fig. 2). Il s’agit du cheval, du bison, de l’aurochs, du cerf, de la biche, du renne, du bouquetin, du mammouth, des félins et de l’ours. Les poissons et les oiseaux ne sont pas rares, mais leur dessin résiste souvent à l’interprétation (Citerne 2003, Paillet 2006, Crémadès 1997, Nicolau-Guillaumet 2008). Les artistes préhistoriques ne puisent pas exclusivement leur source d’inspiration dans le réel et son observation. Le corpus des représentations non-figuratives, parfois qualifiées de géométriques ou plus souvent encore d’abstraites, est immense, plus grand encore que celui des animaux, mais il est plus discret. Les préhistoriens rassemblent sous le vocable de « signes » un corpus polymorphe d’entités graphiques plus ou moins élaborées à partir des formes élémentaires que sont le point, la ligne et le plan (Sauvet 1990). Les signes possèdent des caractéristiques formelles relativement stables auxquelles sont associés conventionnellement un ou plusieurs signifiés. Leur rôle est donc de servir à la communication. C’est aussi le cas de l’image humaine qui est relativement fréquente, mais souvent éloignée de la réalité, soit par le biais de processus de segmentation graphique (mains, membres, sexes isolés, etc.), soit par exagération de traits (bestialisation des profils humains) (Bourrillon et al. 2012, Fuentes 2013, Vialou 1991).

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Inde: plusieurs découvertes antiques au Tamil Nadu

    Inde: plusieurs découvertes antiques au Tamil Nadu

     

    Keeladi1 tamilnadu inde

     

    1) Des archéologues découvrent une ancienne dague liée à une civilisation indienne énigmatique

     

    Une lame trouvée dans l'État du Tamil Nadu offre de nouvelles preuves qu'un centre urbain y a prospéré il y a 2 500 ans

     

    Keeladi2 tamilnadu inde

    Le manche en bois bien conservé de ce poignard en fer peut aider les chercheurs à dater les artefacts trouvés à Konthagai. (Département d'archéologie du Tamil Nadu)

     

    Des archéologues travaillant dans le village de Konthagai, dans le sud de l'Inde, ont trouvé un poignard en fer rouillé conservé dans une urne funéraire à côté de restes squelettiques, rapporte le Times of India. La découverte fait partie d'un effort d'excavation majeur dans l'état du Tamil Nadu qui cherche à faire la lumière sur l'ancienne civilisation Keeladi.  Bien que la lame en acier de 16 pouces du poignard (40,6 cm) ait été rouillée et cassée en deux, une partie de son manche en bois est restée intacte. R. Sivanandam, directeur du département d'archéologie du Tamil Nadu, raconte au magazine que ce type d'arme était utilisé par les guerriers pendant la période Sangam, qui s'étendait à peu près du troisième siècle avant notre ère au troisième siècle de notre ère.

    La préservation inhabituelle du bois peut permettre aux chercheurs de dater avec précision les artefacts trouvés sur le site. Sivanandam dit qu'un laboratoire aux États-Unis tentera de dater le manche du poignard.

    Depuis le début de la saison des fouilles en février, les archéologues de Konthagai ont découvert 25 urnes funéraires. Certains étaient remplis d'os, d'armes et d'autres objets. Des scientifiques de l'Université Madurai Kamaraj au Tamil Nadu effectuent des tests ADN sur les restes humains.

    Comme le note le Times, les chercheurs pensent que Konthagai était un lieu de sépulture pour la civilisation Keeladi. Des équipes fouillent également d'anciens sites de Keeladi dans les villages d'Agaram, Manulur et Keeladi, le lieu qui donne son nom à la civilisation.

    Selon le département d'archéologie du Tamil Nadu, la datation au carbone d'artefacts datait de 580 av. JC. Les archéologues ont également trouvé des structures avec des sols en argile ; des Murs de briques; et des trous de poteaux, qui ont pu contenir des poteaux en bois utilisés pour soutenir les toits. Les artefacts récupérés sur le site montrent que les membres de la civilisation jouaient à des jeux de société et inscrivaient des lettres sur des poteries en utilisant l'écriture tamoul-brahmi.

    De nombreuses découvertes faites sur la zone ont été datées d'environ 500 avant JC, quand un excédent agricole à permis aux gens de construire des centres urbains dans ce qui est connu sous le nom « deuxième urbanisation » du sous-continent. (Le nom reflète un contraste avec le plus tôt « première urbanisation » de Harappan, ou vallée de l'Indus, la civilisation qui a commencé vers 2500 avant notre ère). Alors que les chercheurs croyaient auparavant que la deuxième urbanisation est passée la plupart du temps le long du Gange par la plaine dans le nord de l'Inde, ces nouvelles preuves suggèrent qu'un phénomène similaire s'est également produit dans le sud.

    Sivanandam dit à J. Praveen Paul Joseph de DT Next que les découvertes sur les sites de Keeladi montrent des preuves d'anciens sites de production industrielle. Les archéologues ont trouvé des outils de filature et de tissage, des opérations de teinture de tissus, des fours à briques et des ateliers de céramique.

     

    Keeladi1 tamilnadu inde

    La civilisation Keeladi peut être liée à la célèbre civilisation de la vallée de l'Indus, ou Harappan. (Département d'archéologie du Tamil Nadu)

     

    En 2019, MC Rajan du Hindustan Times a rapporté que des découvertes à Keeladi suggèrent que la communauté qui y vivait – également appelée civilisation Vaigai d'après une rivière voisine – pourrait être descendue de la civilisation harappéenne. Au fur et à mesure qu'il déclinait, ses habitants ont peut-être voyagé vers le sud pour commencer une nouvelle vie.

    Les découvertes offrent également des preuves matérielles de la période Sangam, connue principalement pour sa littérature tamoule. Sur la base des preuves archéologiques, certains chercheurs disent maintenant que la période Sangam a commencé plus tôt qu'on ne le pensait, vers 600 avant notre ère.

    T. Udayachandran, secrétaire du département archéologique de l'État, a déclaré que cette civilisation était « une culture urbaine autochtone, bien développée et autonome, avec une industrie et un scénario, indiquant que les gens de cette époque étaient très alphabétisés ».

     

    Sources en bas de l'article

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pérou: Machu Picchu plus ancien, chrono de l'Inca erronée

    Pérou: Machu Picchu plus ancien, chronologie de l'Inca erronée

     

    Machu 1911h

    Machu-Picchu, 1911, Bingham devant un rocher recouvert de pétroglyphes

     

    Historiquement parlant, l'essentiel de nos connaissances sur la civilisation inca nous parvient des écrits souvent contradictoires et orientés des conquistadors espagnols, en l'absence d'une écriture identifiée de la part de cette culture. En fait, il y avait bien un système, le quipu, qui est toujours l'objet d'études et d'attente d'autres découvertes, car il existe toujours un doute sur ses utilisations.

    " En effet, si l'on en croit des hypothèses récentes, le quipu n'aurait pas été seulement un moyen de numération mais également un instrument d'écriture qui aurait permis de consigner les événements de l'empire. Au lieu d'employer des signes graphiques, les Incas se seraient servis d'un système binaire tridimensionnel que l'on peut rapprocher du langage des ordinateurs. Grâce à sept nœuds et 24 couleurs, ils auraient eu à leur disposition 1500 unités différentes d'informations ce qui est du même ordre de grandeur que le nombre de signes de l'écriture cunéiforme sumérienne et beaucoup plus que les quelques 800 hiéroglyphes égyptiennes. Malheureusement, jusqu'à présent aucun des quipu trouvé n'a encore permis de vérifier cette hypothèse. Il est vrai que les conquistadors ont détruit la plupart des témoignages de la civilisation inca, qu'ils jugeaient démoniaques, et cette pénurie de matériel ne facilite pas la tâche des chercheurs. La découverte d'une pierre de Rosette sud-américaine, à savoir un groupe de quipu accompagné de textes rédigés en espagnol, seraient évidemment d'un grand secours.

    Guamàn Poma de Ayala, un chroniqueur indigène du 17 ème siècle, mentionne trois personnages distincts: l'administrateur provincial, le comptable-trésorier et le secrétaire de l'Inca. Sa relation suggère que les quipu de ces différents dignitaires n'étaient pas similaires. Celui du secrétaire de l'Inca aurait été teint et ceux des fonctionnaires subalternes auraient été de couleurs naturelles.  Ces dernières auraient été associées aux fonctions en relation directe avec la vie quotidienne. Au contraire, les couleurs plus vives, provenant des teintures, auraient été le symbole du caractère sacré, quasi divin, de l'Inca. "

    Sources du texte ci-dessus: Le Musée chilien d'Art précolombien de Santiago 

    Les Incas ne furent pas les seuls à utiliser un système de numération basé sur l'emploi des noeuds d'une cordelette. On retrouve cet usage chez plusieurs peuples: Polynésiens d'Hawaii, Indiens d'Amérique du Nord, peuplades d'Afrique et d'Extrême-Orient. Des cordelettes liées ensembles sont encore utilisées dans certains rites polynésiens et malaysiens. Les Indiens d'Amérique croyaient que des figures de cordes avaient été inventées par des hommes-araignées mythiques. De nombreuses peuplades primitives pratiquèrent des rites basés sur des cordes entremêlées; ces rites sont encore en vigueur chez certains aborigènes d'Australie. Dans les îles Ryukyu, les travailleurs d'Okinawa enregistraient, au moyen des nœuds d'une cordelette, les jours de travail et la paye correspondante. De la même manière, dans la ville de Shuri, les usuriers consignaient le montant de leurs prêts. Le classique nœud au mouchoir, qui rafraîchit notre mémoire, n'est au fond que la survivance d'une méthode d'enregistrement des données qui connut dans les siècles passés une diffusion quasi universelle. On la retrouve dans les grains des rosaires, tant chrétiens que musulmans, où est noté le nombre d'invocations ou de prières à réciter. Ceux des moines tibétains, avec 108 grains de couleurs diverses, quoique beaucoup plus complexes, remplissent le même rôle. Chacune des couleurs se rapporte à la divinité à laquelle s'adresse la prière: jaune pour le Bouddha, blanc pour les Bodhisattva, rouge pour le maître qui convertit le Tibet au bouddhisme... Dans quelques régions africaines, les femmes enregistrent encore aujourd'hui la durée de leur grossesse sur une cordelette, avec une série de nœuds, de telle manière que, en dénouant un nœud à chaque pleine lune, elles peuvent prédire avec exactitude le moment de leur accouchement. Toujours en Afrique, l'homme qui part en voyage laisse à son épouse une cordelette avec autant de noeuds que de jours d'absence. De la sorte, la femme, en défaisant un noeud chaque jour, connaît la date à laquelle son mari sera de retour. Le même système, comme le rapporte Hérodote, fut employé par le roi de Perse Darius Ier lorsque, au cours d'une opération militaire, il laissa une corde de 60 noeuds aux soldats de garde à un pont de grande importance stratégique. Ces soldats reçurent l'ordre de défaire un noeud chaque jour et d'abandonner la position lorsque tous les noeuds auraient été défaits, que le roi soit ou non revenu. En Europe le plus curieux système de numération à noeuds fut celui employé, jusqu'au début du 20ème siècle, par des meuniers allemands. Ceux-ci, pour indiquer la quantité et le type de farine contenue dans un sac, réalisaient une série de noeuds à la ficelle qui fermait le sac. Enfin, l'usage des quipu n'est pas sans rappeler celui des "bâtons de messagers" qui furent utilisés en Chine, en Australie aussi bien qu'en Europe, sans parler des énigmatiques rongorongo de l'Île de Pâques.

     

    Caralquipu2

    Le Quipu découvert à Caral-Supe

     

    Le système de numération à noeuds le plus original et le plus élaboré n'en reste pas moins celui des Incas. Son importance historique fut énorme puisqu'il constitua la seule forme d'écriture des fonctionnaires de l'empire. Il servait à la fois au recensement des populations comme à l'inventaire des biens stockés dans les magasins et au relevé des ressources des provinces. Les "gardiens des noeuds", appelés camayocs, de chaque province de l'empire, tenaient à jour les cordelettes du quipu qui était ensuite envoyé au gouvernement central à Cuzco. Les quipu centralisés, qui constituaient les archives nationales de l'empire, étaient conservés avec le plus grand soin. Ce système compliqué supposait des connaissances que bien peu de gens possédaient. Aussi les personnes qui savaient "lire" et "écrire" les informations d'un quipu jouissaient-elles d'un grand prestige. La couleur des cordelettes indiquait la nature de l'objet enregistré et une série de noeuds en précisait la quantité selon un système de numérotation décimale où, suivant sa position, un noeud pouvait prendre différentes valeurs. Le zéro était noté par une position vide. Les unités étaient représentées par un noeud simple ou double. Les chiffres de 2 à 9 étaient représentés par des noeuds complexes dont la valeur dépendait du nombre de tours. A la corde principale était attaché un système arborescent de cordelettes colorées qui permettaient de tenir une comptabilité très élaborée. Les unités inférieures étaient toujours les plus éloignées de la cordelette maître et les unités supérieures toujours les plus proches de cette dernière. Sur la cordelette maître des noeuds totalisaient les comptes des cordelettes subordonnées.  

    Voici quelques autres éléments qui complètent les informations ci-dessus. Des tribus quechua fondèrent, à partir de Cuzco, un vaste empire. L'Inca, descendant du dieu solaire, y exerçait un pouvoir absolu sur ses sujets. Atahualpa, le dernier souverain, avait coutume de dire qu'aucun oiseau ne volait, aucune feuille ne bougeait dans son empire hors de sa volonté. L'immense empire inca était centralisé et son gouvernement supposait l'existence de moyens de recensement pour recueillir les informations économiques, démographiques et militaires nécessaires à son administration ainsi que des moyens d'archivage destinés à garder trace des événements importants. 

    Le quipu (noeud en quechua) répondait à ces exigences. Il constituait à la fois un système comptable et un système d'écriture qui permettait non seulement le comptage de toute chose mais également la narration des chroniques passées. Il était constitué d'une cordelette principale d'une trentaine de centimètres, voire plus longue, à laquelle étaient attachées des ficelles multicolores. De ces dernières partaient d'autres brins noués à des distances variables. Le nombre de noeuds et la combinaison des couleurs étaient interprétés par des initiés. Si l'on sait que la cordelette principale se lisait de droite à gauche, en suivant chaque ficelle qui en partait, le déchiffrage des quipu ne repose aujourd'hui que sur des hypothèses d'autant plus hasardeuses que ces quipu sont souvent incomplets. Tout au plus peut-on imaginer que la position et le nombre des noeuds fournissaient des informations quantitatives alors que les couleurs représentaient la nature des objets. Ce système permettait de tenir des comptes très précis des denrées, des armes, des impôts et même de recenser les sommes imposées aux peuples vaincus. Les événements historiques importants y étaient consignés. Sur la cordelette principale, un fil noir précisait par exemple les années écoulées et dotait le lecteur de renseignements événementiels. Un fil rouge, noué à la cordelette principale, représentait le règne d'un empereur; trois noeuds indiquaient la survenance d'événements importants au cours de la troisième année du règne. C'est par un quipu qu'Atahualpa fut prévenu de l'arrivée des Espagnols en 1532: les nombres d'hommes et d'armes y figuraient. Certains procédés scéniques et le souvenir des textes joués dans les théâtres incas nous sont parvenus par le truchement de ces cordelettes.

    Le déchiffrement des quipu était imparti aux quipumayocs ou camayocs ("gardiens des nœuds"). Ces derniers jouissaient d'un statut privilégié: ils n'étaient pas assujettis à l'impôt. Il en existait plusieurs par village, chacun étant chargé d'une fonction particulière. L'apprentissage du quipu s'imposait aux jeunes nobles. La conquête espagnole, suivie de la mise à mort d'Atahualpa, en 1533, détruisit la civilisation inca et fit disparaître un grand nombre de quipu. Mais ceux-ci seraient encore employés dans quelques régions montagneuses de l'Équateur, du Pérou et de la Bolivie.

    Notons que la civilisation inca est elle-même probablement héritière de l'une des plus anciennes cultures de l'Amérique Latine, la culture de Caral, puisqu'il a été découvert dans la plus ancienne cité des amériques à ce jour (Caral-Supe) non seulement le plus ancien quipu des amériques, mais aussi la plus ancienne représentation du dieu-bâton, que l'on retrouve d'ailleurs aussi chez toutes les cultures suivantes du Pérou (Chavin par exemple), jusqu'aux incas. On peut aussi noter que l'origine du quipu se situe en Asie et que ce dernier était donc déjà inventé bien avant les migrations asiatiques et australiennes vers les amériques, puisqu'on le retrouve à Caral dès 3000 ans avant JC...

     

    Les archéologues ont utilisé une datation au radiocarbone avancée sur le site historique inca de Machu Picchu, révélant que le site a été fondé plus tôt qu'on ne le pensait auparavant.

    Le professeur Richard Burger de l'Université de Yale a déclaré : " Le Machu Picchu est l'un des sites archéologiques les plus célèbres au monde, mais jusqu'à présent, les estimations de son antiquité et de la durée de son occupation étaient basées sur des récits historiques contradictoires écrits par des Espagnols dans la période qui a suivi la conquête espagnole."

    Pour répondre à certaines de ces contradictions, une équipe multi-institutionnelle a mené une spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) pour dater 26 sépultures découvertes dans les trois cimetières du Machu Picchu. La quantité de sépultures a été choisie pour refléter l'étendue de l'histoire professionnelle du site.

     

    Perou machu picchu fig1

    Figure 1 : Situation du site (DOI: https://doi.org/10.15184/aqy.2021.99)

     

    La datation AMS est une forme avancée de datation au radiocarbone qui permet de dater des squelettes avec seulement de petites quantités de matière organique, élargissant ainsi le pool de restes pouvant être examinés.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé, groupes sanguins

    Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé

    + groupes sanguins examinés par la génétique

     

    Grottecuevaardales espagne

    Cette combinaison d'images obtenues le 29 juillet 2021 montre une vue générale et un gros plan d'une tour de stalagmite partiellement colorée dans la grotte espagnole d'Ardales, dans le sud de l'Espagne.

     

    Deux nouvelles études nous parlent des néandertaliens et confirment l'importance de notre cousin dans l'histoire humaine, d'autant plus qu'il est encore présent dans notre génome et y joue un rôle génétique pour une grande partie de l'humanité.

     

    Une étude confirme que l'art rupestre espagnol ancien a été créé par les Néandertaliens

     

    Les Néandertaliens, longtemps perçus comme étant simples et brutaux, ont vraiment peint des stalagmites dans une grotte espagnole il y a plus de 60 000 ans, selon une pré-publication du lundi 02 août 2021 d'une étude qui sera publiée dans les PNAS le 17 août 2021 : Le rôle symbolique du monde souterrain chez les Néandertaliens du Paléolithique moyen, PNAS (2021). DOI : 10.1073/pnas.2021495118

    La question avait secoué la communauté paléoarchéologique depuis la publication d'un article de 2018 attribuant le pigment ocre rouge trouvé sur le dôme stalagmitique de la Cueva de Ardales à notre espèce "cousine" éteinte. La datation a suggéré que l'art avait au moins 64 800 ans, réalisé à une époque où les humains modernes n'habitaient pas le continent.

    Mais la découverte était controversée, et  "un article scientifique disait que ces pigments étaient peut-être une chose naturelle", un résultat du flux d'oxyde de fer, a déclaré à l'AFP Francesco d'Errico, co-auteur d'un nouvel article dans la revue PNAS.

     

    Neanderthal homosapiens

    Comparaison entre un crâne d'Homo Sapiens (Homme Moderne à gauche) et un crâne de Homo Neanderthalensis (Homme de Néandertal à droite) - la moyenne du volume cervical des néandertaliens était plus élevée que la moyenne du volume cervical de l'homme moderne.

     

    Cette nouvelle analyse a révélé que la composition et le placement des pigments n'étaient pas conformes aux processus naturels. Au lieu de cela, les pigments ont été appliqués par éclaboussures et soufflage. De plus, leur texture ne correspondait pas aux échantillons naturels prélevés dans les grottes, suggérant que les pigments provenaient d'une source externe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite