Sciences-Faits-Histoires

environnement

  • Artefacts et légendes du Sierra Leone

    Artefacts et légendes du Sierra Leone, Afrique de l'Ouest

     

    bureh-beach-sierra-leone.jpg

    Sierra Leone-Bureh Beach

     

    Le Sierra Leone est un petit pays d'Afrique de l'Ouest coincé entre l'océan Atlantique, la Guinée et le Libéria. 

    Les Nomoli (ou Nomori) ont été trouvées sur les terres et champs des tribus Temné, les Mendé et les Sherbro, et elles présentent des similitudes avec le Pomdo des Kissi de Guinée. Elles sont faites en stéatite – une pierre presque aussi souple à travailler que le bois.

     

    sierraleone-figurinespierre4.jpg 

    sierraleone-figurinespierre3.jpg

     

    En cherchant des diamants en Sierra Leone, Afrique occidentale, des indigènes firent des découvertes inattendues : ils tombèrent régulièrement sur des sculptures en pierre hautes de 40 à 70 cm. La provenance de ces Nomoli est indéterminée.

     

    sierraleone-pierresduciel.jpg


    Certains d’entre eux ont été découverts à des profondeurs de 50 mètres. Cela signifie qu’elles pourraient avoir 17 000 ans. Une datation qui ne correspond pas aux découvertes faites à ce jour par l’archéologie. Le professeur Pitoni a toujours récupéré un matériau organique sur le lieu même de la découverte et la datation de ces artefacts en pierre s'échelonne de 2500 à 17 000 ans pour le plus vieux.

     

    sierraleone-figurinespierre5.jpg 

    sierraleone-figurinespierre6.jpg 

    sierraleone-figurinespierre2.jpg

     

    " Vous avez là un homme très très grand assis sur un éléphant, puisqu'il y a également des légendes de géants dans toute l'Afrique. Vous connaissez la taille d'un éléphant !  Le travail de la pierre est remarquable, l'objet est très dur et très lourd ". YH : Notons tout de même que la plupart des anciennes civilisations ont représenté leurs rois comme étant beaucoup plus grands que leurs sujets, histoire de pouvoir et de domination, d'action psychologique sur le peuple... les momies de plusieurs pharaons ont été découvertes par exemple, et ils n'étaient pas plus grands que leurs sujets mais ils étaient bien représentés sur les murs comme l'étant...

     

    sierraleone-figurinespierre9.jpg 

    sierraleone-figurinespierre11.jpg

    sierraleone-figurinespierre12.jpg

     

    Certains artefacts représentent aussi des humains ou semi-humains à tête de reptile et tenant une sorte de pot où ils pourraient mettre quelque chose. Au sommet de plusieurs Nomolis se trouve également un trou pour y entrer quelque chose. Ils étaient très probablement utilisés pour les cérémonies.

     

    sierraleone-figurinespierre13.jpg 

    sierraleone-figurinespierre14.jpg 

    sierraleone-figurinespierre15.jpg

     

    L'une d'entre elles, parmis les plus âgées, détenait en elle, dans une cavité, une petite sphère métallique. Vous avez ici une sorte d'animal... qui ressemble à un dinosaure. Quand le professeur Pitoni a trouvé cette statue, elle émettait un drôle de bruit. Il l'a donc ouverte et on a trouvé à l'intérieur une petite bille noire. Vous pouvez la voir au pied de la statue [en haut à droite] ; elle était en métal ferreux.

     

    sierraleone-figurinespierre16.jpg sierraleone-figurinespierre17.jpg sierraleone-figurinespierre18.jpg sierraleone-figurinespierre19.jpg sierraleone-figurinespierre20.jpg sierraleone-figurinespierre21.jpg sierraleone-figurinespierre22.jpg sierraleone-figurinespierre23.jpg sierraleone-figurinespierre25.jpg sierraleone-figurinespierre26.jpg

     

    L'expert en musée et artefacts Klaus Dona (Photos issues de son documentaire) :

    "Au moment des recherches sur cet artefact et sur cette bille de métal plus particulièrement, le professeur m'a appelé le lendemain matin pour me dire qu'on avait dû me faire une mauvaise plaisanterie. 
    Pourquoi ? ai-je demandé. Parce que les recherches ont révélé que le matériau était de l'acier chromé et que l'acier chromé a été découvert en Autriche au début du XXème siècle. Cela signifie qu'il était impossible d'en trouver à l'intérieur d'une statue vieille d'environ 17 000 ans !

    Mais lorsque j'ai, immédiatement après, contacté le professeur Pitoni, il a ri et m'a dit : "Je suis géologue. Si une statue fait un bruit bizarre, je ne l'ouvre pas tout de suite, mais je la passe d'abord aux rayons X."

    Vous pouvez voir ici, sur l'image de droite [ci-dessous] une des radiographies et vous pouvez constater qu'à l'intérieur de la statue se trouve déjà la bille, la bille en acier chromé était déjà là."

     

    Statueavecbille metal On voit tout dans cette radiographie. Le professeur Pitoni a également vu que cette statue de pierre avait déjà été ouverte auparavant et parfaitement refermée. Il a fait appel à un spécialiste qui l'a ouverte exactement comme sur cette photo, le petit bouchon de pierre qui obturait le trou à l'intérieur, et on peut constater que la bille de métal était déjà là.

    Nomoli sierra leone museum

     

    « Nomoli-Sierra Leone Museum (2) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg#/media/File:Nomoli-Sierra_Leone_Museum_(2).jpg

     

    Nomoli mende sierra leone

     

    « Nomoli-Mende-Sierra Leone » par Ji-Elle — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg#/media/File:Nomoli-Mende-Sierra_Leone.jpg

     

    Nomoli british museum

     

    « Nomoli-British Museum (8) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg#/media/File:Nomoli-British_Museum_(8).jpg

     

    Nomoli tervuren

     

    « Nomoli-Tervuren (1) » par John Atherton — Soapstone "Nomoli" figure from Sierra Leone (West Africa). Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg#/media/File:Nomoli-Tervuren_(1).jpg

     

    Lire la suite ci-dessous pour les Pierres du Ciel et leur légende :

    Lire la suite

  • Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

    Comètes: lien entre Encke, le Dryas Récent, les Taurides, Tunguska

     

    Comete 2

    (Crédit : Flashinmirror/Shutterstock)

     

    Deux nouvelles études astronomiques, l'une parue fin septembre et l'autre prévue en novembre 2021, établissent un lien entre la comète Encke, les événements catastrophiques du Dryas récent, l'essaim d'astéroïdes des Taurid et l'explosion de Tunguska en 1908. Les deux études sont disponibles sur internet.

    Un essaim de comètes géocroiseurs lié à la récente rupture des géants de glace

     

    Les résultats sont bien accueillis par les partisans des théories des catastrophes cométaires de l'histoire de la Terre.

    Les comètes les plus étudiées de notre système solaire ont inspiré des mythes anciens, une ferveur religieuse et des controverses scientifiques modernes. Maintenant, la découverte de 88 astéroïdes et météoroïdes alignés orbitalement avec l'un d'entre eux, la comète Encke, suggère qu'ils se sont tous formés à partir de la rupture relativement récente d'une comète glacée encore plus grosse. Les découvertes sont bien accueillies par ceux qui pensent que la comète Encke et les autres produits de cet événement astronomique sont responsables de bon nombre des impacts les plus violents et les plus conséquents de la Terre au cours des 20 000 dernières années.

    Preuves antérieures

    La comète Encke a été observée pour la première fois en 1786 et plus tard identifiée comme la source de nombreuses pluies de météores annuelles. Connus collectivement sous le nom de Taurides, ces averses illuminent le ciel des hémisphères nord et sud lorsque la Terre traverse un flux de débris créé par la comète. (Cette année, regardez les étoiles en novembre pour avoir un aperçu de la vôtre.) Dans les années 1980, cependant, l'astronome William Napier et l'astrophysicien Victor Clube ont suggéré que des objets plus gros que votre « étoile filante » moyenne étaient arrivés d'une source similaire à celle de la comète. 

    Les premières preuves sont venues avec la découverte d'une demi-douzaine d'astéroïdes , jusqu'à un mile de diamètre (1.6 km), en orbite à l'intérieur du flux de météores Taurides. Selon Napier et Clube, ces blocs rocheux – bien trop gros pour avoir été laissés par la comète Encke – pourraient s'expliquer par la fragmentation d'une comète géante de 100 km de large il y a 20 000 ans. C'est comparable en taille à la " méga comète " récemment découverte de Bernardinelli-Bernstein, considérée comme la plus grande enregistrée dans l'Histoire. En théorie, cette rupture capitale a produit non seulement la comète Encke, mais tout un complexe d'astéroïdes, de comètes mineures, de débris caillouteux et de poussière, qui sont aujourd'hui disposés en cercles concentriques étroitement liés autour du Soleil.

     

    Comete2

    photo @shutterstock music “Perception” from bensound.com

     

    Un complexe aussi dynamique, imprévisible et bien peuplé, capable de se rapprocher fréquemment de la Terre, a alimenté l'imagination des universitaires ; les astronomes ont commencé à remonter l'horloge et à rechercher des preuves des interactions de la Terre avec les Taurides dans les archives archéologiques et au-delà. Le scientifique Richard Firestone, maintenant au Lawrence Berkeley National Laboratory, a invoqué en 2007 le complexe de Tauride pour expliquer le refroidissement du climat mondial au début d'une période quasi-glaciaire appelée le Dryas récent et la disparition soudaine de la culture Clovis, un peuple préhistorique supposé être les ancêtres de la plupart des peuples autochtones des Amériques. Et l'année dernière, une équipe comprenant Napier a affirmé avoir trouvé sa propre preuve d'impact pendant le Dryas plus jeune : des dépôts de verre fondu et de terre brûlée qui semblaient marquer la disparition d'une ancienne communauté de chasseurs-cueilleurs dans la Syrie d'aujourd'hui.

    Des rappels rapprochés plus récents ont également été liés à des événements percutants. En 1908un petit astéroïde connu sous le nom de Tunguska est entré dans l'atmosphère terrestre avant d'exploser à environ huit kilomètres au-dessus d'une partie inhabitée de la Russie. Des millions d'arbres ont été abattus, dévastant une superficie de plus de 1200 miles carrés. Ignacio Ferrin, astronome à l'Université d'Antioquia en Colombie, écrit dans son nouveau livre The Next Asteroid Impact que la comète Encke était à sa distance minimale de la Terre deux semaines avant l'arrivée de Tunguska. " Ce n'est pas une coïncidence ", dit Ferrin. " Cela implique qu'ils sont associés, à mon avis ".

    Aujourd'hui, Ferrin – qui a précédemment retrouvé le météore de Chelyabinsk (apparenté au groupe des Apollo), qui a blessé plus de 1500 personnes après sa rupture en 2013 – a tourné son attention vers le complexe des Taurides lui-même. Avec Vincenzo Orofino de l'Université du Salento en Italie, il a réanalysé une douzaine d'articles publiés au cours des décennies qui ont suivi l'hypothèse originale de désintégration de la comète géante de Napier et Clube. Ensemble, leur analyse orbitale des corps a augmenté le nombre de membres du complexe d'une demi-douzaine à 88 objets. De plus, en utilisant une technique appelée courbes de lumière séculaires, qui recherche les changements de luminosité de chaque membre le long de son orbite, les chercheurs ont trouvé des preuves d'activité cométaire dans 67 pour cent des 51 nouveaux membres taurides sur lesquels ils disposaient de bonnes données.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Des crop circles photographiés par la RAF en 1945

    Des crop circles photographiés par la RAF en 1945 ?

     

    cropcircles-1945.jpg

     

    Après avoir apporté selon lui la preuve que ce n'est pas le Captain James Cook qui a découvert la côte est de l'Australie lors de son expédition de 1770, mais que c'est un navire britannique au 16ième siècle qui l'a fait, un historien australien prouve que des crop circles existaient déjà en nombre en 1945 en Angleterre.

    greg-jefferys-coin.jpg

    Greg Jefferys tenant la pièce britannique datée de 1593 trouvée dans une épave au large de l'Australie

    Greg Jefferys en est convaincu : il est impossible que tous les crop circles soient l’œuvre de plaisantins. Greg Jefferys, originaire de Tasmanie, a étudié des centaines d’images aériennes de la campagne anglaise prises par la RAF au lendemain de la seconde guerre mondiale et mises en ligne par Google Earth.

    Il a procédé à un tri minutieux des photos, excluant les images où une confusion était possible entre un cercle et un défaut sur la pellicule. En définitive, il a conservé 13 photos où apparaissent, sans le moindre doute, un ou plusieurs crop circles.

    1945-cropcircles3.jpg

    Dans un mail adressé à l’édition anglaise du Huffington Post, il précise : 

    « Comme cette couverture photographique de l’Angleterre ne couvre que 35% du pays et exclut les traditionnels points chauds comme le Wiltshire, on peut extrapoler de ces résultats qu’une centaine de cercles agraires sont apparus au cours de la seule année 1945. » et aussi :  “Using aerial photographs primarily from the Google Earth 1945 overlay, that the number of crop circles appearing each summer has been relatively constant for at least the last 70 years and that these crop circles cannot be explained by the ‘hoax theory’. This removal of the validity of the hoaxer’s claims means that crop circles remain an unexplained natural phenomenon deserving of serious investigation by academic institutions and other research organisations.”

    1945-cropcircles2.jpg

    " Il y a une montagne d'évidences qui suggèrent qu'il y a une forme rare d'énergie éléctromagnétique qui a été appelée vortex de plasma ionisé (généralement connu comme une boule de feu) en est responsable. Les boules de plasma vont des choses étranges comme passer à travers des objects solides (comme des murs de pierre ou des fenêtre de glace) et voler à travers l'air contre le vent. La science ne comprend pas encore exactement d'où vient cette énergie et ce qui la cause. En me basant sur mes études je suspecte que les forces invoquées dans la création des crop circles représentent une extraordinaire potentialité de nouvelle découverte pour la science, une nouvelle frontière qui pourrait nous mener vers de nouvelles technologies et importantes découvertes. " La communauté scientifique doit donc selon lui se pencher sur le sujet.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Il y a 70000 ans, une étoile a traversé notre système solaire

    Il y a 70000 ans, une étoile a traversé notre système solaire

     

    Binarysystem mini

    Credit: Michael Osadciw/University of Rochester.

    C'est une nouvelle qui vient d'être révélée par les astronomes de l'Université de Rochester. Ils ont identifié le plus proche passage d'une étoile dans notre système solaire : une naine sombre qui a traversé le nuage de comètes Oort il y a seulement 70.000 ans.

    Un groupe d'astronomes des États-Unis, d'Europe, du Chili et de l'Afrique du Sud ont déterminé qu'il y a 70,000 années, une étoile faible récemment découverte est susceptible d'être passée à travers les nuages ​​lointains des comètes du système solaire, le nuage de Oort. Aucune autre étoile n'est connue pour avoir jamais approché notre système solaire d'aussi proche - cinq fois plus proche que l'étoile actuelle la plus proche, Proxima Centauri.

    Dans un article publié dans Astrophysical Journal Letters, l'auteur principal Eric Mamajek de l'Université de Rochester et ses collaborateurs ont analysé la vitesse et la trajectoire d'un système d'étoile de faible masse surnommé "l'étoile de Scholz."

    Binarysystem

     

    Artist's conception of Scholz's star and its brown dwarf companion (foreground) during its flyby of the solar system 70,000 years ago. The Sun (left, background) would have appeared as a brilliant star. The pair is now about 20 light years away. Conception artistique de l'étoile de Scholz et de son compagnon naine brune (derrière) durant son survol du système solaire il y a 70.000 ans. Le Soleil (à gauche au fond) devait apparaître comme une étoile brillante. Credit: Michael Osadciw/University of Rochester.

    La trajectoire de l'étoile suggère qu'il y a 70.000 années, elle est passée à environ 52 000 unités astronomiques de distance (ou environ 0,8 années-lumière, ce qui équivaut 8.000.000.000.000 de km ou 5 trillions de miles). C'est astronomiquement à proximité; notre plus proche voisine, l'étoile Proxima Centauri est à 4,2 années-lumière de distance. En fait, les astronomes expliquent dans le document qu'ils sont à 98% certains que c'est passé par ce qui est connu comme le "nuage de Oort externe" - une région au bord du système solaire rempli de milliers de milliards de comètes d'un mile ou plus, et ils pensent que cela a donné lieu à des comètes de longue période en orbite autour du Soleil, après que leurs orbites soient ainsi perturbées.

    L'étoile à l'origine a attiré l'attention de Mamajek lors d'une discussion avec le co-auteur Valentin D. Ivanov, de l'Observatoire européen austral. L'étoile de Scholz avait un mélange inhabituel de caractéristiques : en dépit d'être assez proche ("seulement" 20 années-lumière actuellement), elle a montré un mouvement très lent tangentiel, c'est un mouvement à travers le ciel. Les mesures de vitesse radiale prises par Ivanov et ses collaborateurs, cependant, ont montré que l'étoile se déplaçait presque directement au loin du système solaire à une vitesse considérable.

    « La plupart des étoiles à proximité montrent de beaucoup plus grands mouvements tangentiels », dit Mamajek, professeur agrégé de physique et d'astronomie à l'Université de Rochester. "Le petit mouvement tangentiel et la proximité initiale indiquent que l'étoile était plus probablement, soit en déplaçement vers une future rencontre rapprochée avec le système solaire, ou qu'elle s'était « récemment » approchée du système solaire et s'en éloignait. Effectivement, les mesures de vitesse radiale étaient compatibles avec sa fuite du voisinage du Soleil - et nous avons réalisé qu'il a dû y avoir un survol proche dans le passé ".

    Pour travailler sur sa trajectoire, les astronomes avaient besoin des deux morceaux de données, la vitesse tangentielle et la vitesse radiale. Ivanov et ses collaborateurs avaient caractérisé l'étoile récemment découverte par la mesure de son spectre et sa vitesse radiale par l'intermédiaire de l'effet Doppler. Ces mesures ont été effectuées en utilisant les spectrographes sur de grands télescopes en Afrique du Sud et au Chili : le Large Telescope de l'Afrique australe (SALT) et le télescope Magellan à l'Observatoire de Las Campanas, respectivement.

    Une fois que les chercheurs ont reconstitué l'ensemble des informations, ils ont compris que l'étoile de Scholz s'éloignait de notre système solaire et ils sont remonté en arrière dans le temps jusqu'à sa position il y a 70.000 années, lorsque leurs modèles ont indiqué qu'elle est venue au plus proche de notre Soleil.


    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • OVNIs, OANIs, UFOs, PANs : ODHtv - Actualités 2021

    OVNIs, OANIs, UFOs, PANs : ODHtv - Actualités 2021

     

    Editions de juin, juillet et août 2021

     

    Ovni dans le monde odhtv

    Lien vers l'actualité du 1er semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-semestre-2016.html

    Lien vers l'actualité du 2ème semestre 2016 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-semestre-2016.html

    Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2017.html

    Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2017.html

    Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/initiatives-ovnis/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2017.html

    Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2017 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2017.html

    Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2018.html

    Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2018.html

    Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2018.html

    Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2018 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2018.html

    Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2019.html

    Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2019.html

    Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2019.html

    Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2019 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2019.html

    Lien vers l'actualité du 1er trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-1er-trimestre-2020.html

    Lien vers l'actualité du 2ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-2eme-trimestre-2020.html

    Lien vers l'actualité du 3ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-3eme-trimestre-2020.html

    Lien vers l'actualité du 4ème trimestre 2020 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/ovni-ufo/ovnis-odhtv-actualites-4eme-trimestre-2020.html


     

    Créée en Mai 2007, Matin Ovni est l'émission dédiée à l'actualité OVNI (objet volant non identifié), O.V.I, d'O.A.N.I (objet aquatique non identifié) et d'O.A.I dans le Monde. Elle est réalisée par une équipe de reporters en Europe et dans le reste du Monde. 

    Bonjour cher ODHnautes, malheureusement des problèmes techniques durant le tournage ont affectés certaines images pour cet épisode. Nous sommes désolés pour l'inconvénient. 

    Merci de votre compréhension. La modératrice.

    Attention : les propos et points de vue exprimés par les invités ne représentent pas l'équipe d'ODHtv. Merci.

    L'édition de juin 2021 vous est présentée par Rémy Fauchereau, Jenny.T et Gilles.T:

    Dans l'édition de ce mois-ci :

    Lire la suite

  • Langage des signes au Magdalénien il y a 14000 ans cal BP

    Langage des signes et de la communication graphique à la fin du Magdalénien il y a environ 14000 ans cal BP

     

    Figures enigmatiques fantastiques ou composites gravees sur lissoir rochereil musee national de prehistoire emilie lesvignes

    Figure 3 : Figures énigmatiques (fantastiques ou composites) gravées sur lissoir, Rochereil - Figure 4 : Aurochs gravé sur lissoir, Rochereil (Musée national de Préhistoire). Crédit Émilie Lesvignes

     

    Cet article est dans la lignée de ceux concernant la transmission du savoir et de la mémoire aux temps préhistoriques, c'est à dire avant l'invention théorique de l'écriture, considérée comme le début de l'Histoire par les normes scientifiques actuelles, et rejoint donc la compilation de données présente sur ce site sur ce thème, avec comme exemple :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/diffusion-du-savoir-il-y-a-deja-400-000-ans-culture-mondiale.html

     

    Tout comme celui cité, il s'agit d'un extrait d'un article scientifique, mais dont le sujet se situe aux environs de 12 000 ans avant notre ère, ou 14 000 ans avant notre présent, alors qu'il reflète des découvertes et interprétations proches des mêmes que celles datées de 400 000 ans concernant une transmission des connaissances et pratiques ancestrales aux générations futures, via des traces de symboles ou d'indices que nous découvrons. A cette période bien plus proche de nous, l'homme surnommé magdalénien par nos scientifiques est strictement identique à nous, physiquement parlant. Il est l'héritier des précédentes cultures ayant parcouru le Moyen-Orient, l'Europe et l'Asie et ayant déjà commencé à coloniser les Amériques selon les dernières découvertes.

    Mais les magdaléniens ont aussi vécu lors d'une période climatique déstabilisée et en proie à une succession de cataclysmes liés, dont j'ai déjà parlé ici (voir aussi en bas). https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/impact-cometaire-au-dryas-recent-de-plus-en-plus-confirme.html

     

    Langage de signes et communication graphique à la fin du Magdalénien

     

    L'art de Rochereil (Grand-Brassac), de l’abri Mègeet de la Mairie (Teyjat, Dordogne), France

     

    Par Patrick PAILLET, Maître de conférences, Muséum national d’Histoire naturelle, Département de Préhistoire, UMR 7194, Musée de l’Homme et Elena MAN-ESTIER, Conservatrice du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction générale des Patrimoines, Service du Patrimoine, Sous-Direction de l’Archéologie UMR 5199 Pacea

    Extrait de : Olivier BUCHSENSCHUTZ, Christian JEUNESSE, Claude MORDANT et Denis VIALOU (dir.),Signes et communication dans les civilisations de la parole, Paris, Édition électronique du CTHS (Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), 2016.

    Résumé

    À partir de quelques exemples tirés de l’iconographie pariétale et mobilière des sites de Rochereil et de Teyjat (La Mairie et l’abri Mège), les auteurs montrent l’originalité et la puissance du langage des signes et de la communication graphique à la fin du Magdalénien, il y a environ 14 000 ans cal BP. Cette période est contemporaine des ultimes soubresauts de la dernière glaciation qui induisent une transformation radicale des paysages et des écosystèmes. Les sociétés humaines, jusqu’alors inféodées aux steppes périglaciaires, s’adaptent peu à peu à ces changements en transformant leurs équipements, en révisant leur stratégie économique et cynégétique, en modifiant en quelque sorte leur mode de vie. Elles repensent également le nouveau monde qui les entoure et inventent de nouveaux symboles. La communication graphique et le langage qu’elles soutiennent en sont le meilleur reflet.

    Abstract

    Through some examples of parietal and portable iconography of the sites of Rochereil and Teyjat (La Mairie and Mège shelter), the authors show the power and originality of the symbolic language and graphic communication at the end of Magdalenian, about 14 000 years ago cal BP. This period is contemporary of the last back-and-forth of the Late Ice Agethat led to an important landscape and ecosystem transformation. Human societies that were directly linked to periglacial steppa are due to an adaptation towards these changes by transforming their weapons, by thinking new economic and hunting strategies, somehow by changing their way of life. They also modify their way of thinking this new world surrounding them and invent new symbols. Their graphic communication with its language is its best reflectance.

     

    " Il y a environ 14000 ans cal BP, les dernières sociétés paléolithiques (Magdalénien supérieur et final) évoluent dans des environnements en profonde mutation. L’instabilité climatique qui règne durant le Bölling-Alleröd (GIS-1) a un impact direct sur les écosystèmes. Une recomposition des faunes est alors engagée. Les grands troupeaux des steppes froides et des toundras ouvertes comme l’antilope saïga, le bison et le renne, disparaissent progressivement des paysages. Ils migrent pour la plupart vers le nord, vers l’est ou vers les régions de montagnes. Des espèces animales tempérées comme le cerf, l’aurochs ou le sanglier se développent de nouveau et recolonisent des espaces qui se referment progressivement sous l’emprise des forêts (Costamagno, Laroulandie (dir.)2003). Les derniers magdaléniens exploitent de plus en plus des petits gibiers (léporidés, spermophiles,… ) et domestiquent le loup (Boudadi-Maligne 2010 ; Boudadi-Maligneetal. 2011, 2012, 2014). Les changements climatiques et environnementaux engendrent une modification de l’économie des groupes préhistoriques. Les hommes adaptent leurs équipements techniques lithiques et osseux. Ils produisent des outils standardisés, notamment sur grandes lames pour les outils domestiques et sur de petites lames ou lamelles pour les instruments de chasse. De nouvelles armes apparaissent, notamment différents types de pointes. On note également des innovations dans les armements en bois de cervidés et dans leur système d’emmanchement. La miniaturisation des équipements de chasse est rendue nécessaire par l’évolution des pratiques cynégétiques en milieu fermé (Langlais 2010, Naudinot 2013, Valentin 2008). Les pratiques symboliques, notamment le langage et la communication par l’image, évoluent également. Ces changements radicaux revêtent une forte empreinte territoriale ou essaiment plus largement selon une double dynamique qui n’est pas contradictoire dans les paysages en voie de fermeture (Collectif 2014). Les grottes de Rochereil (Grand-Brassac) et de la Mairie (Teyjat) dans le nord de la Dordogne sont deux sites majeurs contemporains de cette période de transition entre Magdalénien et Azilien (fig. 1)."

     

    Rochereil teyjat ppaillet1

    Figure 1 : Carte de situation des sites de Rochereil et Teyjat. DAO Patrick Paillet

     

    La petite grotte de Rochereil, découverte au début du XXe siècle et fouillée essentiellement entre 1937 et 1941, correspond à un lieu d'intenses occupations dont la fonction au Magdalénien était vraisemblablement liée pour partie à la production d'objets ornés et de parures (Man-Estier et Paillet 2013b, Paillet 2014b). En effet, si l’on considère la taille du site (une trentaine de m² !) et l’épaisseur relativement modeste de la couche magdalénienne (une quarantaine de cm), la série d'objets d'art recueillie par le Dr Paul-Émile Jude est considérable (plus de 250 pièces). La grotte mesure une quinzaine de mètres de longueur et 2 à 3 m de largeur. Sa hauteur varie d’environ 5 m à l’entrée à moins de 2 m dans sa partie la plus profonde. Les fouilles de P.-E. Jude ont mis au jour d’importants dépôts du Magdalénien et de l’Azilien. Une reprise récente des séries dans le cadre d’un Projet Collectif de Recherche « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » dirigé par P. Paillet a permis de requalifier la séquence archéostratigraphique du site. Il s’agit de Magdalénien supérieur ancien et récent, d’Azilien ancien et récent et de Laborien. P.-E. Jude publie deux coupes stratigraphiques relevées à l’entrée et à l’intérieur de la grotte (Jude et Cruveiller 1938, Jude 1960). La principale, à l’aplomb de l’entrée de la grotte, fait apparaître au moins quatre couches superposées de couleur et de structure différentes :

    – la couche I est stérile et repose sur le sol rocheux. Elle est constituée de sables fluviatiles sur la terrasse et d’argile calcaire rougeâtre dans la grotte.

    – la couche II correspond au Magdalénien supérieur. Elle mesure près de 40 cm d’épaisseur. Sur la base de l’hétérogénéité de certains éléments lithiques et faunistiques, cette couche a été partagée arbitrairement en deux niveaux, IIa (niveau inférieur, comprenant les 2/3 de la couche) et IIb (niveau supérieur).

    – la couche III correspond à l’Azilien. Elle mesure plus de 1,80 m d’épaisseur et se superpose directement à la couche II, sans zone stérile intermédiaire. Cette couche est subdivisée en trois niveaux (IIIa, IIIb et IIIc).

    – enfin, la couche IV est stérile et constituée de terre végétale. Elle mesure environ 2 m d’épaisseur.

     

    La grotte de la Mairie (Teyjat) est située à une vingtaine de km au nord de Rochereil. Elle s’ouvre au midi, dans le village de Teyjat, au cœur d’un massif de calcaires dolomitiques du Bajocien. Elle est constituée de deux galeries divergentes : une galerie fossile subhorizontale d’une centaine de mètres de longueur, large de 5 m et haute de 4 m en moyenne et une galerie active descendante d’une quarantaine de mètres. Le gisement magdalénien et la zone ornée occupent les 10 premiers mètres de la galerie supérieure. Les occupations fouillées au début du siècle par Pierre Bourrinet, aidé épisodiquement par Denis Peyrony et Louis Capitan, ont mis en évidence une importante archéoséquence (jusqu’à 4 m de remplissage), divisée en deux couches du Magdalénien supérieur (couches inférieures A et B – Magdalénien supérieur ancien et couches supérieures C et D – Magdalénien supérieur récent). Les deux couches ont livré un assemblage lithique et osseux très riche et bien caractéristique du Magdalénien supérieur. Les occupations de la Mairie sont parfaitement synchrones du Magdalénien de Rochereil (Aujoulat 1984 ; Barrière 1968, 1972 ; Capitan et al. 1908 ; Langlais 2014).

    L’abri Mège (Teyjat), à environ 200 m à l’est de la grotte de la Mairie, le petit abri Mège renferme une séquence unique du Magdalénien supérieur ancien, épaisse de 40 cm à près de 1,60 m à l’entrée(couche 2). Elle est contemporaine des couches A et B de la Mairie (Capitan et al. 1906, Langlais 2014). Ces trois sites ont livré d’importantes séries d’objets d’art dont la mise en comparaison est particulièrement enrichissante. Les représentations pariétales de la Mairie, réalisées sur un vieil édifice stalagmitique aujourd’hui disloqué, rappellent par bien des aspects l’art mobilier et notamment celui de Rochereil. Il est donc cohérent de placer l’art pariétal de la Mairie en résonance avec les séries d’objets ornés.

    Singularité des arts de la Préhistoire

    L'un des points communs à l'ensemble des sociétés de chasseurs-collecteurs du Paléolithique supérieur est l'existence d'un langage de signes et d'une communication graphique hautement symbolique désignée communément sous le terme d’« art ». Présent depuis près de 40 000 ans sous sa forme pérenne, l’art préhistorique est remarquable par la persistance de thèmes et de techniques d’expression durant toute sa trajectoire paléolithique. Les évolutions, les changements ou les ruptures qui marquent parfois son développement ne remettent pas radicalement en cause la cohérence de l’ensemble des pratiques artistiques. Elles ne changeront véritablement qu’avec les sociétés agro-pastorales du Néolithique. L’art préhistorique occupe des terrains d’expression différenciés. Les parois, les plafonds et les sols des grottes et des abris, parfois les roches disposées à l’air libre dans des fonds de vallées au cœur de la nature, constituent les supports exclusifs de l’art pariétal et rupestre monumental plus ou moins déconnectés de la vie des hommes. L’art est également présent dans leur quotidien immédiat. Il occupe d’innombrables outils, rehausse une infinité d’armes et se glisse parfois, souvent même, sur des restes fragmentaires sans utilité apparente et immédiate et sur des déchets. La communication graphique paléolithique est élaborée à partir de thématiques fondamentalement ancrées dans l’observation du vivant. L’art préhistorique est souvent qualifié d’art animalier et son bestiaire affiche une pluralité zoologique extrême, en particulier dans l’art des objets. Cette diversité est moins grande dans l’art des grottes. Cependant, une dizaine d’espèces animales prédominantes constituent la grande majorité de l’iconographie animalière (fig. 2). Il s’agit du cheval, du bison, de l’aurochs, du cerf, de la biche, du renne, du bouquetin, du mammouth, des félins et de l’ours. Les poissons et les oiseaux ne sont pas rares, mais leur dessin résiste souvent à l’interprétation (Citerne 2003, Paillet 2006, Crémadès 1997, Nicolau-Guillaumet 2008). Les artistes préhistoriques ne puisent pas exclusivement leur source d’inspiration dans le réel et son observation. Le corpus des représentations non-figuratives, parfois qualifiées de géométriques ou plus souvent encore d’abstraites, est immense, plus grand encore que celui des animaux, mais il est plus discret. Les préhistoriens rassemblent sous le vocable de « signes » un corpus polymorphe d’entités graphiques plus ou moins élaborées à partir des formes élémentaires que sont le point, la ligne et le plan (Sauvet 1990). Les signes possèdent des caractéristiques formelles relativement stables auxquelles sont associés conventionnellement un ou plusieurs signifiés. Leur rôle est donc de servir à la communication. C’est aussi le cas de l’image humaine qui est relativement fréquente, mais souvent éloignée de la réalité, soit par le biais de processus de segmentation graphique (mains, membres, sexes isolés, etc.), soit par exagération de traits (bestialisation des profils humains) (Bourrillon et al. 2012, Fuentes 2013, Vialou 1991).

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Après Zealandia, voici Icelandia, la suite avec Azorlandia ?

    Après Zealandia, voici Icelandia, la suite avec Azorlandia ?

     

    Icelandia geological society america

    L’Icelandia s’étendrait sur 600.000 km2 (hypothèse basse, en rose foncé) à un million de km2 (hypothèse haute, en rose clair). Figure 2. Carte bathymétrique de l'océan Atlantique NE. Ligne magenta—limite de la croûte continentale ; magenta-Islande ; magenta + beige—Grande Islande ; GIR—Groenland-Islande Ridge ; IFR—Islande-Crête des Féroé ; Complexe de microplaques JMMC-Jan Mayen ; WTR—Wyville-Thompson
    Crête; FR—Fugløy Ridge ; GBB—George Bligh Ban; LB—Ban Moche ; BBB—Bill Bailey's Ban; FB—Faroe Ban; RB-Romarin Ban.
    Fond de carte : Google Earth. Crédit Geological Society of America 

     

    Comme vous le savez certainement, ce blog participe activement à la recherche scientifique de part ses compilations de données, surtout sur l'archéologie ancienne. Depuis plusieurs années, la communauté scientifique mondiale a réussi a établir une certaine cohésion entre diverses disciplines, par la discussion et des études communes ou complémentaires, dans plusieurs domaines, dont ce qui nous intéresse ici, l'archéologie ancienne, l'Histoire ancienne, l'anthropologie et l'ethnologie s'alliant à la biochimie, la géologie, la paléoclimatique, etc. Des découvertes anciennes ont entraînées des discussions sur plus de 20 ans qui ont menées à la découverte du continent semi-englouti Zealandia, au large de l'Australie. Une découverte qui a remis en question des anciennes hypothèses quasiment admises et ont également entraîné des remises en question d'autres sujets, comme la notion de points chauds et de panaches mantelliques, surtout quant à leur réelle nature, comme par exemple :

    https://www.wiley.com/en-gb/Plates+vs+Plumes%3A+A+Geological+Controversy-p-9781405161480

    " Depuis l'avènement de l'hypothèse du panache du manteau en 1971, les scientifiques sont confrontés au problème que ses prédictions ne sont pas confirmées par l'observation. Depuis trente ans, la réaction habituelle a été d'adapter l'hypothèse de multiples façons. De ce fait, la multitude de variantes actuelles du panache constitue désormais une hypothèse infalsifiable.

    Au début du 21e siècle, la demande est devenue implacable pour une théorie pouvant expliquer les anomalies de fusion d'une manière qui corresponde naturellement aux observations et qui soit prédictive. De là est née l'hypothèse de la Plaque, l'exact inverse de l'hypothèse Plume (Panache)L'hypothèse des plaques attribue les anomalies de fonte à des effets superficiels directement liés à la tectonique des plaques. Il rejette l'hypothèse selon laquelle le volcanisme de surface est entraîné par la convection dans le manteau profond.

    La science de la Terre est actuellement au milieu du genre de débat de paradigme qui ne se produit que rarement dans n'importe quel domaine."

     

    Veuillez noter tout de suite que l'accumulation de données récentes sur les Açores semble nous montrer une voie très identique à celle concernant l'Islande, et l'existence probable du micro-continent Icelandia, mais que seules bien sûr des études sérieuses peuvent ouvrir certaines portes au cours de ce long chemin, qui devrait nous réserver certaines surprises dans le futur :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/acores-des-morceaux-de-continent-englouti.html

     

    Mais voyons ce qu'il en est de l'étude concernant l'Islande et l'annonce concernant la possible existence du continent ancien Icelandia, qui concerne bien sûr cette compilation de données sur ce sujet particulier, j'en profiterai pour comparer certaines choses au fur et à mesure avec la situation des Açores.

     

    Icelandia geological society america2

    L’Islande serait un morceau de Pangée de 45.000 km2, qui se serait étiré entre la Scandinavie et le GroenlandFigure 3. Caractéristiques structurelles et tectoniques du domaine de l'Atlantique nord-est sur une carte bathymétrique. CGFZ—Zone de fracture Charlie-Gibbs ; NAC—craton de l'Atlantique Nord; AR—la crête d'Aegir ; HB—Hatton Ban; EJMFZ—Zone de fracture est Jan Mayen ;
    RR—Crête de Reykjanes ; FI—Îles Féroé; FSB—Bassin Féroé-Shetland ; JMMC—Complexe de microplaques Jan Mayen. rouge lignes-fronts de suture calédonienne ; lignes vertes : sutures et front sud de la suture Nagssugtoqidian ; lignes bleues—Front hercynien (d'après Foulger et al., 2020) ; lignes noires : failles majeures au sein de l'orogène calédonien.  Crédit Geological Society of America 

     

    Cette nouvelle publication considère que l'Islande serait elle aussi la partie émergée d'un continent inconnu, l'Icelandia. D'une surface de 600.000 km2 à un million de km2, Icelandia s'étendrait du Groenland aux îles Féroé, englobant l’Islande et le rift océanique au nord-ouest de la Grande-Bretagne. Les auteurs sont Gillian R. Foulger du Department of Earth Sciences, Durham University, Science Laboratories et les français Laurent Gernigon du Norges Geologiske Undersøkelse (NGU)/Geological Survey of Norway et Laurent Geoffroy du Laboratory Geosciences Ocean, UMR 6538 CNRS, IUEM, Université de Bretagne Occidentale, France

    https://doi.org/10.1130/2021.2553(04)

    En voici le résumé : " Nous proposons un nouveau continent englouti sous l'océan Atlantique Nord que nous appelons Icelandia. Il peut comprendre des blocs de lithosphère continentale de pleine épaisseur ou des couches continentales étendues gonflées de magma qui forment une lithosphère hybride continentale-océanique. Il sous-tend la dorsale Groenland-Islande-Féroé et le complexe de microplaques Jan Mayen, couvrant une superficie d'environ 600 000 km ² . Il est contigu au plateau des Féroé et à des parties connues de la marge continentale riftée sous-marine au large de la Grande-Bretagne. Si ceux-ci sont inclus dans une «Grande Islande», la superficie totale est d'environ 1 000 000 km ² en taille. L'existence de l'Islande doit être testée. Les approches candidates incluent l'arpentage magnétotellurique en Islande ; profilage de réflexion ultralong et pénétrant entièrement la croûte le long de la crête Groenland-Islande-Féroé ; datation des zircons collectés en Islande ; forage profond; et réévaluation de la géologie de l'Islande. Certaines de ces méthodes pourraient être appliquées à d'autres continents engloutis candidats qui sont communs dans les océans."

     

    Une hypothèse détaillée par les auteurs dans un chapitre du livre In the Footsteps of Warren B. Hamilton: New Ideas in Earth Science (« Dans les traces de Warren B. Hamilton : nouvelles idées en sciences de la Terre », non traduit en français), qui s'appuie comme pour Zealandia sur des arguments géologiques. L'existence de l'Islande a jusqu'ici été expliquée par la présence d'un rift sous-marin entre les plaques eurasiennes et nord-américaines, où le magma chaud remonte à la surface et se solidifie pour former une île. Mais les trois scientifiques de l'article ont noté une anomalie dans la croûte océanique de l'Islande : « Normalement, la croûte océanique est plus fine que la croûte continentale - généralement six à sept kilomètres d'épaisseurOr, la croûte sous l'Islande a 40 kilomètres d'épaisseur. » Les scientifiques expliquaient jusqu'ici cette anomalie par l’existence d'un « point chaud », où une grande quantité de magma en provenance du manteau remonte à la surface.

    YH : Notons tout de suite que nous avons exactement la même configuration aux Açores, avec un large plateau anormalement très épais, et que l'explication les concernant étaient la même que pour l'Islande, avec la nuance que nous avons localement non pas un rift sous-marin entre deux plaques, mais possiblement entre trois plaques (avec la détection selon certaines études d'une micro-plaque locale), puisque les Açores se situent au niveau des plaques américaine, africaine et eurasiatique et une même explication concernant l'existence de plusieurs îles que pour l'Islande jusqu'à présent.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5

    OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5 -

     

    MAJ épisodes 05 - 06 - 07 - 08 - 09

     

    Allen hynek jacques vallee 1

    Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

     

    Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

     

    Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

    En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

    Cette nouvelle saison 5 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Guy Coatanroch, de Rémy Fauchereau, de Sylvain Matisse, Jean-Louis Lagneau, Bruno Botta, Anne, Bruno Bousquet, Eric Zurcher et Luc Chastan.

    Soir ovni dans le monde

    Lire la suite

  • Impacts cométaires au Dryas récent de plus en plus confirmés

    Impacts cosmiques au Dryas Récent de plus en plus confirmés

     

    Comet strike 730

    Site archéologique en Arizona, États-Unis, avec une couche noire distinctive, indiquant des
     changements environnementaux substantiels commençant environ 10 800 avant JC, avec des débris d'impact à sa base
    [Crédit : Comet Research Group]

     

    L'une des premières publications scientifiques concernant de probables impacts cométaires ou d'astéroïdes au début du Dryas Récent a eu lieu en 2007, mais plusieurs autres études et confirmations ont eu lieu depuis, j'en ai déjà parlé (voir les liens en bas de cet article). Une dernière publication de fin juin 2021 enfonce en quelque sorte le clou un peu plus en recensant les publications et en étudiant les données géologiques de quatre continents, en particulier l'Amérique du Nord et le Groenland, où les plus gros fragments auraient frappé.

    Cette dernière publication de fin juin publiée dans Earth-Science Reviews fera partie de la publication mensuelle de juillet 2021 de Science-Direct:

    https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0012825221001781

    L'article publié par l'Université d'Édimbourg [24 juin 2021] nous donne un aperçu de la publication :

     

    L'impact d'une comète pourrait avoir déclenché un changement de civilisation

     

    Un amas de fragments de comètes qui auraient frappé la Terre il y a près de 13 000 ans pourrait avoir façonné les origines de la civilisation humaine, selon la recherche.

    Peut-être l'impact cosmique le plus dévastateur depuis l'extinction des dinosaures, il semble coïncider avec des changements majeurs dans la façon dont les sociétés humaines se sont organisées, selon les chercheurs.

     

    30preuvesimpact12800ans 1

    Une carte des endroits où des pics de platine ont été trouvés dans les couches correspondantes au Dryas Récent, y compris à Wonderkrater en Afrique du Sud, site de la dernière étude. Université du Witwatersrand - Cliquer pour agrandir l'image

     

    Leur analyse confirme les affirmations selon lesquelles un impact s'est produit avant le début de la période néolithique dans le soi-disant Croissant fertile de l'Asie du sud-ouest.

    Pendant ce temps, les humains de la région - qui s'étendent sur des parties de pays modernes tels que l'Égypte, l'Irak et le Liban - sont passés d'un mode de vie de chasseur-cueilleur à un mode de vie centré sur l'agriculture et la création de colonies permanentes.

    On pense que la frappe de la comète - connue sous le nom d'impact du Dryas plus jeune - a également anéanti de nombreuses grandes espèces animales et inauguré une mini-ère glaciaire qui a duré plus de 1 000 ans.

    Depuis qu'elle a été proposée en 2007, la théorie de l'impact catastrophique de la comète a fait l'objet de débats houleux et de nombreuses recherches universitaires.

    Maintenant, des chercheurs de l'Université d'Édimbourg ont examiné les preuves évaluant la probabilité qu'un impact ait eu lieu et comment l'événement a pu se dérouler.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des anomalies d'élévation de la mer détectées par des archéologues

    Des anomalies d'élévation de la mer détectées par des archéologues

     

    Teldor israel3 730

    Des plongeurs récupérant une ancre de pierre à Tel Dor. Crédit : Amir Yorman / Recanati Institute of Marine Studies, Université de Haïfa

     

    Des archéologues déconcertés par l'élévation du niveau de la mer sur la côte israélienne à l'époque hellénistique

     

    Cet article présente de nouvelles observations archéologiques et des recherches multidisciplinaires à Dor, en Israël, pour établir un niveau de la mer relatif plus fiable pour la côte du Carmel et le Levant méridional entre l'âge du bronze moyen et la période romaine (environ 3500-1800 ans BP). Notre dossier indique une période de faible niveau relatif de la mer, environ -2,5 m au-dessous de l'actuel, de l'âge du bronze moyen à la période hellénistique (environ 3500-2200 ans BP). Cela a été suivi d'une élévation rapide aux niveaux actuels, commençant dans la période hellénistique et se terminant pendant la période romaine (ca. 2200-1800 ans BP). Ces niveaux romains concordent avec d'autres indications relatives au niveau de la mer d'Israël et d'autres zones tectoniquement stables de la Méditerranée. Plusieurs modèles de reconstruction du niveau de la mer relatifs effectués dans la présente étude fournissent des prédictions différentes en raison de leurs paramètres et ne modélisent pas les changements observés à partir des données de terrain qui indiquent une origine non isostatique pour les changements. Le niveau de la mer relatif de l'âge du fer faible et stable à long terme peut être observé à Dor, où les structures portuaires de l'âge du fer restent à peu près à la même altitude entre ca. 3100-2700 ans BP. Un modèle similaire se produit à Atlit, le port de l'âge du fer au nord utilisé en continu depuis ca. 2900 ans BP jusqu'au début de la période romaine (environ 2200 ans BP). Un examen des sources historiques et archéologiques révèle le déclin et la disparition occasionnelle des sites hellénistiques le long de la côte d'Israël en ca. 2200 ans BP (2e siècle avant notre ère), comme dans le cas de Yavneh Yam, Ashdod Yam, Straton's Tower et tel Taninim. A Akko-Ptolémaïs, les grandes installations portuaires construites à l'époque hellénistique n'ont jamais été remplacées par un important port romain. Les conclusions de cette recherche sont donc pertinentes pour la communauté des chercheurs sur le niveau de la mer et pour les analyses historiques du littoral israélien et sud-levantin.

     

    À Tel Dor il y a 3 800 ans, le niveau relatif de la mer était de 2,5 mètres plus bas qu'aujourd'hui. Soudain, il a commencé à augmenter rapidement à l'époque hellénistique. Personne ne sait pourquoi.

    Pour être clair, Tel Dor est loin d'être la seule anomalie localisée au niveau de la mer Méditerranée. L'équipe pointe vers une découverte similaire et tout aussi inexplicable en France : des observations indirectes du niveau de la mer il y a 4 000 à 3 000 ans indiquent des niveaux locaux qui étaient de 1 à 2 mètres au-dessous des niveaux actuels. Pour faire court, la situation sur une partie des côtes françaises semble similaire au cas israélien. En se déplaçant vers la Corse, sur la côte nord de l'île, des indicateurs indiquent que le niveau relatif de la mer était de plus d'un mètre plus bas il y a environ 3 700 ans qu'aujourd'hui. À l'époque romaine, il avait quelque peu rebondi mais était encore à un demi-mètre en dessous du niveau actuel.

    La mer n'est pas la chose stable que nous avons tendance à penser qu'elle est. On suppose généralement que le niveau mondial de la mer est stable depuis environ 7 000 ans, c'est-à-dire tout au long de l'existence de la civilisation humaine moderne. Nous supposons également que puisque les océans du monde sont interconnectés, lorsque le niveau de la mer s'élève, cela se produit partout.

    Mais la mer est un farceur, et une étude plus approfondie révèle des anomalies locales dans son niveau relatif – dont certaines ne donnent aucune explication. Aujourd'hui, une équipe internationale de scientifiques dirigée par Assaf Yasur-Landau de la Leon H. Charney School of Marine Sciences de l'Université de Haïfa, rapporte dans PLOS One sur les indications d'une telle anomalie sur la côte méditerranéenne d'Israël : un glissement ascendant entre le Mid-Bronze De l'âge à l'âge du fer, puis une forte augmentation à l'époque hellénistique, apparemment d'environ 2,5 mètres (8 pieds) au total, jusqu'au niveau que nous connaissons aujourd'hui. C'est une anomalie.

     

    Teldor israel1

    Le littoral de Tel Dor. Crédit : Yaniv Cohen / Autorité de la nature et des parcs

     

    Au cours du dernier maximum glaciaire, il y a environ 26 000 ans, le niveau moyen mondial de la mer était d'environ 126 mètres plus bas qu'il ne l'est aujourd'hui, car les vastes calottes glaciaires retenaient l'eau. Alors que l'ère glaciaire diminuait et que les glaciers recouvrant l'hémisphère nord fondaient, le niveau mondial de la mer s'est élevé à ce que nous connaissons aujourd'hui.

    Ne nous enlisons pas dans l'élévation du niveau de la mer liée au changement climatique. C'est une autre histoire. Jusqu'à présent, le niveau moyen mondial de la mer a augmenté de 8 ou 9 pouces (20 à 23 centimètres) depuis 1880, selon la National Oceanic and Atmospheric AdministrationLe fait est que, à moins de 8 à 9 pouces, le niveau de la mer est à peu près inchangé à l'échelle mondiale depuis l'aube de la civilisation moderne (5000 Avant JC).

    " Mais localement, il y a 3 800 ans, le niveau de la mer le long de la côte nord d'Israël était d'environ 2,5 mètres plus bas qu'il ne l'est aujourd'hui ", disent Yasur-Landau et l'équipe. "  La découverte est déconcertante : ils ne peuvent pas l'expliquer ", admettent-ils.

    " Le changement du niveau de la mer ne s'est pas produit du jour au lendemain ", ajoute Yasur-Landau. " Nous parlons de choses qui se sont produites assez lentement entre l'âge du bronze et l'âge du fer ", a-t-il déclaré à Haaretz.

    Puis, durant la période hellénistique et le début de la période romaine, le niveau de la mer local s'est élevé rapidement, jusqu'à son niveau actuel (moins les 8 à 9 pouces du changement climatique depuis 1880). Ils ne peuvent pas l'expliquer non plus.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'histoire de la Terre envoie un avertissement climatique

    L'histoire de la Terre envoie un avertissement climatique

     

    Coquilles fossiles sends carottes

     

    Une équipe internationale de scientifiques, dirigée par l'Université de St Andrews, a collecté des données couvrant les 66 derniers millions d'années pour fournir de nouvelles informations sur les types de climats auxquels nous pouvons nous attendre si les niveaux de CO 2 continuent d'augmenter au rythme actuel. L'augmentation projetée entraînerait des niveaux préhistoriques de chaleur qui n'ont jamais été ressentis par les humains. En fait, cette étude souligne qu'une action urgente est nécessaire pour éviter les niveaux préhistoriques de changement climatique.

    L'étude, publiée dans la  Annual Review of Earth and Planetary Sciences (lundi 31 mai 2021), fournit l'histoire la plus complète à ce jour de l'évolution du CO 2 au cours des 66 derniers millions d'années, le temps écoulé depuis que les dinosaures ont parcouru la planète pour la dernière fois. Les données collectées montrent plus clairement que jamais le lien entre CO 2 et climat.

    En collaboration avec des collègues de la Texas A&M University, de l'Université de Southampton et de l'Université suisse ETH Zürich, l'équipe internationale a rassemblé des données collectées au cours des 15 dernières années à l'aide de techniques de laboratoire de haute technologie.

    Des échantillons ont été prélevés sur des carottes de boue des fonds marins, où des fossiles microscopiques et des molécules anciennes s'accumulent, préservant une histoire de ce à quoi ressemblaient le CO 2 et le climat à l'époque. En tirant ces anciens atomes au moyen d'instruments super sensibles, les scientifiques peuvent détecter les empreintes chimiques des changements passés du CO 2, qui peuvent être comparés aux changements actuels. Par exemple, l'étude explique, grâce à la combustion de combustibles fossiles et à la déforestation, comment les humains ont maintenant ramené le CO 2 à des niveaux jamais vus depuis environ trois millions d'années.


    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

    Intrusions extraterrestres : découverte des théories de Nigel Kerner

     

    NigelKerner.jpg

    Les messies biomécaniques de Nigel Kerner

    Nigel Kerner est sans doute l’un des auteurs et chercheurs les plus originaux sur le phénomène d’intrusion extraterrestre. Il possède une perspective unique et pénétrante sur le programme d’interception de l’humanité par les extraterrestres Gris qui se fonde sur une compréhension logique de nos bases existentielles respectives. Les Gris et nous. Nous et eux. Eux contre nous. Kerner a suggéré que la meilleure manière d’appréhender leurs comportements prédateurs uniques et bizarres est d’être capable de définir avec précision ce que nous sommes, ce qu’ils sont, comment ils sont « nés » et surtout où ils veulent en venir. Après avoir exploré ces questions, il examine avec un regard neuf et inquisiteur les témoignages d’intrusions extraterrestres collectés aux 4 coins du monde à la lumière des derniers développements scientifiques, particulièrement, la génétique et la physique quantique.

    Kerner est, notons-le, le premier auteur à notre connaissance à avoir établi une connexion claire entre les Archontes des évangiles apocryphes de Nag Hammadi et les extraterrestres Gris. Il a établi cette relation dès 1997 dans son premier livre, « The Song of the Greys ». Et aujourd’hui, nombreux sont les auteurs qui font également ce lien pour étayer leurs propres théories.

    Nous sommes à l’aube d’un drame aux proportions cosmiques dont les conséquences sont dramatiquement limpides et simples : nos sociétés modernes ont désespérément besoin d’une version modernisée d’un messie qui sera capable d’établir un pont entre la science, la technologie et l’intuition d’une réalité métaphysique sous jacente. Mais pour certains, cette fameuse intuition n’est rien d’autre qu’un renouvellement des vieilles superstitions. La sacralisation de tout ce qui semble nous dépasser est un réflexe qui est vieux comme le monde.

    Nombreux sont les whistleblowers militaires et auteurs spécialisés dans la conspiration qui tentent d’interpréter le phénomène de l’intrusion des Gris et des extraterrestres en général comme des vecteurs messianiques qui offriraient enfin à l’humanité un rapport logique entre science et surnaturel. Et ce phénomène ne cesse d’inquiéter Nigel Kerner pour une raison capitale : les extraterrestres Gris sont avant tout des machines, des drones exploratoires dénués de conscience et d’empathie. Ce ne sont que des messies mécaniques, des robots biologiques programmés dans le seul et unique but de perpétuer leur espèce à n’importe quel prix, serait-ce au prix de l’humanité toute entière. Ils doivent lutter pied à pied contre les forces entropiques qui caractérisent cet univers de matière et empêcher que leurs lignées génétiques ne se dégradent, clonage après clonage. Ils ne possèdent pas d’âme et recherchent donc dans notre « âme » qui nous relie à la source créatrice de toute chose, cette qualité d’éternité qu’ils sont incapables de saisir et de comprendre puisque ce sont des machines. Leur quête est désespérée et donc éminemment dangereuse.

    Dans cette seconde interview exclusive qu’il nous offre, Kerner approfondit toutes ces questions fondamentales et nous offre une perspective fascinante sur ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous pouvons devenir.

    L’interview

    Karma one : Depuis la publication de votre livre en 1997, il y a plus de 11 ans, avez-vous rassemblé certains éléments supplémentaires démontrant que les Gris sont des drones prédateurs en pleine phase dégénérative ? Ou bien, au contraire, ne seraient-ils pas si négatifs que cela ? Avez-vous également noté l’existence d’autres entités extraterrestres prédatrices qui pourraient représenter un risque de manipulation pour notre conscience et notre culture (comme par exemple, les forces américaines qui ont représenté un risque pour les tribus natives de Nouvelle-Guinée pendant la seconde guerre mondiale ou encore l’inquisition espagnole à l’égard des amérindiens) ? Existe-t-il des indices suggérant que des espèces extraterrestres, autres que les Gris, pourraient se révéler positives pour le développement de la « conscience galactique » des êtres humains ?

    Nigel Kerner : A mon sens, depuis que le livre « The Song of the Greys » a été publié, rien n’a vraiment changé dans la nature du phénomène d’enlèvements extraterrestres. Les Gris sont toujours les créatures qui sont les plus fréquemment observées par les abductés. Budd Hopkins que je considère comme un exemple d’enquêteur sincère et objectif a constamment maintenu un regard aussi précis que possible sur les abductions, constatant lui aussi que tous les cas sur lesquels il s’était penché impliquaient des Gris. Parfois, certains témoins ont rencontré des créatures humanoïdes extraterrestres de plus grande taille connue sous l’appellation de « type nordique ». Mais les Gris se sont montrés dans chacun des cas.

    Nous parlons en réalité d’une affaire dont l’ampleur manifeste est confirmée par des dizaines de milliers de personnes de par le monde. Les conséquences que ces événements peuvent avoir non seulement sur les victimes mais aussi sur l’humanité dans son ensemble doivent êtres prises très au sérieux. Le fait que des extraterrestres de forme humanoïde de type nordique et plus rarement encore, des entités distinctes de type reptilien semblent accompagner les Gris implique qu’il existe une sorte d’accord entre ces différentes espèces extraterrestres, ce qui constitue un fait très intéressant à prendre en considération. Cependant, les récits plus rares, moins cohérents et donc épars à propos d’autres espèces de visiteurs extraterrestres n’ont pas le même impact ni la même signification que les rapports qui dénoncent de façon cohérente des événements répétés impliquant les Gris, donc toujours les mêmes types d’extraterrestres. La puissance de ce sujet des enlèvements par des extraterrestres Gris provient justement de la cohérence des témoignages. Pour cette raison, nous ne pouvons pas être aussi certains de l’authenticité des récits plus isolés relatifs à ces autres espèces.

    Je n’ai aucun doute à propos de la nature négative et prédatrice du phénomène d’enlèvement extraterrestre. J’ai été très clair à ce sujet dans mon livre « The Song of the Greys » et je souligne cet aspect avec vigueur dans le nouveau livre à venir.

    En 2003, Richard McNally, un professeur de psychologie de l’université d’Harvard a hypnotisé six femmes et cinq hommes qui ont affirmé avoir été victimes d’enlèvements extraterrestres. Sous hypnose, sept de ces dix témoins ont rapporté avoir fait l’objet d’une extraction de sperme ou d’ovaires en vue d’opérations d’hybridation. Ces personnes ont également fait état de rapports sexuels directs avec des extraterrestres. Leurs témoignages ont été retranscrits puis reformulés sur bande audio d’une voix neutre par les chercheurs. Les enlevés ont ensuite écouté ces cassettes et leurs réponses émotionnelles ont été enregistrées en surveillant leur rythme cardiaque ainsi que la sueur qui se dégageait de la paume de leurs mains. Le même type de procédure a été employé sur 8 personnes qui avaient fait l’objet d’expériences traumatisantes sans aucun rapport avec les enlèvements extraterrestres. On a pu observer que les réactions des enlevés « étaient d’une ampleur similaire, si pas plus importante que celles des personnes qui ne pouvaient plus se libérer de souvenirs d’abus sexuels, de violences au combat ou d’autres événements traumatisants ». Mc Nally affirma également la chose suivante : « Les gens qui croient sincèrement avoir été enlevés par des extraterrestres montrent des schémas de réponses émotionnelles et psychologiques liés à ces souvenirs qui, de façon surprenante, sont identiques aux réponses qui ont été enregistrées sur des gens concrètement traumatisés dans des situations de guerre ou dans des événements du même genre ». http://www.news.harvard.edu/gazette/2003/02.20/01-alien.htm

    McNally ne croit pas en l’authenticité réelle et physique du phénomène d’enlèvement extraterrestre car il estime que ce type d’événement est trompeur par nature. Cependant, son opinion à cet égard n’est pas d’une importance fondamentale car les résultats de ses expériences servent en réalité à illustrer l’effet traumatique concret et objectivable des enlèvements extraterrestres aux yeux de ceux qui n’étaient pas convaincus de la réalité tangible du phénomène. Il est incontestable que toutes les procédures développées par les extraterrestres impliquent un élément coercitif dès le moment où démarre l’enlèvement. Les procédures médicales inquisitrices qui sont le plus souvent extrêmement douloureuses sont menées alors que la victime se trouve plongée dans un état de paralysie total qui est également observé à l’occasion des expériences de nature sexuelle qui sont perpétrées sur les enlevés. Si on perçoit le phénomène d’enlèvements extraterrestres dénoncés par des témoins de première main en termes de respect de la vie sous l’angle philosophique des traités généraux d’éthique conçus par l’espèce humaine, je suis alors entièrement convaincu que le phénomène extraterrestre n’est rien d’autre qu’un phénomène négatif et prédateur. Affirmer que les Gris sont délibérément cruels ou sadiques à notre égard impliquerait qu’ils soient alors capables de développer une sorte de codex moral ou éthique. S’il s’agit effectivement de machines biomécaniques programmées, ce que je suis enclin à croire, ces créatures se révèlent incapables de développer le moindre sens psycho émotionnel, la moindre empathie. Et cela semble bien être le cas si l’on tient compte de la majorité des récits des témoins. Je crois que le professeur Jacobs et moi-même sommes les auteurs les plus constants et les plus cohérents à cet égard puisque nous avons maintenu ces prémisses tout au long de nos recherches. J’ai vraiment cherché le plus loin et le plus objectivement du monde une raison qui me ferait changer d’avis et je dois bien avouer que je ne vois pas pourquoi mon opinion changerait si je veux rester rationnel.

    Le comportement des Nordiques, des Reptiliens et des Gris suggère un manque total de conscience telle que nous sommes capable de la concevoir. Ils n’auraient en réalité fait que suivre simplement des sortes d’instructions qui leur ont été programmées, des instructions qui sont contenues dans un programme autonome qui a été conçu pour préserver à n’importe quel prix leurs intérêts ainsi que les intérêts de ceux qui les ont créés dans cet univers. Selon des récits d’enlevés, les humanoïdes extraterrestres de plus grande taille semblent surveiller et diriger ce que font les Gris de plus petite taille. Ils semblent donc surveiller leur comportement prédateur. Les êtres blonds aux yeux bleus qui sont souvent aperçus en compagnie des Gris sont du même type que les entités qui se sont fait connaître auprès des Nazis et sur lesquels Hitler aurait fondé sa vision pour dessiner « l’homme nouveau du futur » et donc, l’idéal SS. Selon certaines informations, un extraterrestre blond a été « exhibé » à plusieurs membres de la haute hiérarchie nazie incluant Heydrich et Himmler (ndlr : les deux chefs de la SS) qui s’étaient rassemblés en 1936 dans les grottes d’Externsteine. Je crois que c’est lors de cette rencontre que la soi disant « solution finale » de la question juive a été implantée dans l’esprit de ces Nazis allemands qui étaient eux-mêmes des parodies de vermine humaine. Il y avait, je crois, une raison à l’aspect sensationnaliste qui les aurait motivé à mener cette campagne d’extermination mais je pourrai en dire plus à ce sujet dans le second et le troisième livre de la trilogie sur laquelle je travaille.

    Un autre aspect du phénomène extraterrestre gris que j’ai pu découvrir et tenter de comprendre dans mon nouveau livre se réfère à un certain type d’expérience de mort imminente ou NDE et qui ressemble étrangement à un enlèvement extraterrestre. Ceux qui ont vécu ce type d’expériences sont troublés parce qu’ils n’ont pas pu vivre les si belles expériences extatiques qui semblent caractériser les NDE. Ils se demandent pourquoi l’univers dans lequel ils se retrouvent est si métallique et solide alors qu’ils espéraient rencontrer ce monde étherique et éphémère auquel ils s’attendent. En étudiant ces expériences et en les examinant à la lumière de mes autres recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que les Gris attendent en réalité l’arrivée de certains sujets expérimentaux humains au moment de leur mort physique. Je crois que les Gris sont capables de capturer l’âme de certains individus au moment où le champ énergétique de l’âme quitte le corps matériel à l’état de cadavre et entame son entrée dans l’univers inter-atomique, c’est-à-dire l’espace qui se trouve entre les atomes (qui correspond aux tunnels aperçus lors des expériences de mort imminente). A l’extrême limite du champ d’existence des atomes, ils sont en attente, prêts à faire usage de leur technologie qui est capable de magnifier les forces pour capturer les champs électro-spatiaux morphogénétiques individuels -à savoir des âmes- afin de les empêcher ensuite d’entrer dans le stade d’existence ultérieur qui se trouve au-delà de la matière physique, soit au-delà de l’univers des atomes.

    Karma One : Ces dernières années, un nombre croissant d’auteurs et de témoins privilégiés militaires se sont manifestés avec des points de vue très contradictoires à propos du phénomène d’intrusion extraterrestre. Certains perçoivent ces entités comme dangereuses et prédatrices. D’autres les voient comme « neutres, professionnelles » (cfr Dean) et dénuées de compassion et d’émotions dans le sens où nous le percevons. Ils affirment que les extraterrestres nous considèrent comme une espèce parmi d’autres et agissent comme le feraient les propriétaires d’une réserve animalière en Afrique, ils nous surveillent et veillent à ce que les « animaux » ne soient pas trop nombreux et ne détruisent pas la réserve, c’est-à-dire la Terre.

    D’autres encore, considèrent les extraterrestres, même les Gris, comme bénéfiques et même messianiques. De manière globale, ils les voient comme des êtres profondément bienveillants même si une petite minorité peut se comporter de manière diabolique. Cette partie est essentiellement représentée par le Dr. Steven Greer qui semble avoir développé un point de vue métaphysique à propos de l’intrusion extraterrestre. Greer semble penser que les extraterrestres sont bien plus avancés spirituellement et sont des « entités supérieures, interdimensionnelles et messianiques qui se révèleront à l’homme avec une message libérateur et qui nous sauveront même d’une possible apocalypse ». Que pensez-vous de ces mouvements et de ces différents points de vue ?

    Nigel Kerner : Il est aisé et tentant pour beaucoup de percevoir une manifestation étrangère et extra-terrestre à cette planète comme une nouvelle force messianique qui se présente à eux tel un grand et merveilleux bienfait qui bénéficiera à tous. Mais je crois que cette vision est d’une folie extrême et totale.
    La science perçoit en gros les religions conventionnelles comme un piètre héritage de l’époque médiévale, indispensable à notre confort. Elles incarnent la vision conventionnelle d’un principe divin, une sorte de secours, d’assistance spirituelle assez archaïque que nous nous serions inventés. Les religions traditionnelles ne seraient finalement rien d’autre qu’un simple vœu pieux qui renforce l’espoir, la morale et d’autres platitudes éthiques. Elles ne visent en outre que le contrôle social des masses populaires. Tout cela ne peut se comprendre qu’à la lumière de ce que les prêtres, le pouvoir et les auteurs de toutes les invectives religieuses ont réellement fait au cours des siècles. Ils ont menti, détourné, mal interprété et manipulé toute la ressource spirituelle qui se trouve autour de l’idée du divin depuis des millénaires et ils l’ont fait le plus souvent de façon délibérée. Ils ont conçu l’idée de « Dieu » autour de principes anthropocentriques qui ne sont que la glorification de l’idée d’un père de famille ou d’un seigneur régnant sur son domaine et sur ses serfs dans le seul but de s’auto-congratuler ou encore donner plus d’ampleur et d’emprise à leur propre autorité et leurs manières de vivre.

    En ce qui me concerne, je n’étais pas prêt à accepter qu’il existait une domination spirituelle et extrasensorielle sur la matière et sur les diverses ressources présentes dans un univers matériel jusqu’à ce que je sois confronté à la réalité du phénomène ufologique. En constatant ce fait, j’ai commencé à comprendre la logique et la raison qui se trouvent derrière cet adage de Shakespeare : « il y a bien plus de choses sur la terre et dans les cieux auxquelles la philosophie n’a jamais osé rêver ». Cette phrase révèle une vérité indépassable. J’ai commencé à percevoir ce que les enseignants fondateurs de nos grands courants religieux avaient saisi, à savoir qu’il existe tout un monde qui se trouve au-delà des forces apparentes qui s’expriment dans l’univers de matière et donc au-delà des atomes. C’est un monde qui se révèle aussi réel et tangible que n’importe quel autre. Tout le contexte de cette constatation devient si clair pour moi qu’il peut même se définir de manière réaliste et terre à terre.

    Ceux qui croient en un univers qui se base sur la pure matière, qui croient en tous ses produits dérivés et qui ont ainsi fondé toutes leurs échelles de valeurs et de perception des significations ultimes sont en réalité en grand danger de perdre toutes les références qu’ils ont d’eux-mêmes en les remplaçant par une référence matérialiste non vivante, en quelque sorte mécanique ou robotique, donc une référence morte. Vous ne pouvez comprendre et connaître une chose que si elle est prend sa référence au sein du « moi ». Sans cette référence liée à votre propre dimension vivante, vous êtes dans le nihilisme de Wittgenstein et de Nietzsche et par conséquent dans la démence indescriptible de l’esprit d’une machine, au cœur d’un esprit mécanique dénué d’âme. Vous êtes en fait un Gris. Il n’y a rien de plus terrifiant que cela et vous êtes incapable d’en faire l’expérience par vous-mêmes.

    Dans son excellent article qui discute des implications éthiques du phénomène de l’enlèvement extraterrestre (http://www.ctlsoftware.co.uk/abductions.htm), Budd Hopkins souligne le fait que les extraterrestres ne semblent en aucune manière intervenir pour empêcher l’homme de faire l’expérience de la souffrance en ce bas monde. Hopkins suggère que Dieu semble également atteint par cette même indifférence. Cependant, selon moi, il y a une profonde et cruciale différence entre ces deux sources potentielles d’assistance à l’humanité.

    Comme je l’ai dit, les extraterrestres ont eu la main bien plus qu’heureuse en intervenant dans nos affaires pour enlever et contrôler par la force des cibles humaines. Il semble donc que l’interventionnisme ne leur pose aucun problème lorsqu’ils ont envie d’être interventionnistes. Cependant, en ce qui concerne cet état central de perfection et de liberté infinie qui correspond à la définition du divin, le scénario devient totalement différent.

    Pour ceux qui ont pu lire mon premier livre, je crois que notre existence qui se développe dans un univers physique imparfait n’est pas le résultat d’un Dieu créateur qui nous aurait placé délibérément dans un état d’imperfection (et qui pourrait alors assister au spectacle) pour en tirer du plaisir. Il s’agit plutôt de l’expression de la liberté parfaite qui s’est impliquée dans un état de perfection que je nomme « expression divine », dans le but de savoir et d’expérimenter toutes les choses, en ce compris la liberté de savoir ce que c’est de ne plus être parfaitement libre et donc ce que c’est d’être imparfait. C’est cela la liberté totale et parfaite, une chose, son contraire et tous les champs du possible. Nous sommes donc le produit de nos propres choix libres. Par conséquent, ce n’est pas tant que Dieu n’interviendra pas mais plutôt simplement le fait que l’expression de la Divinité ne peut intervenir par essence et ce, afin que tous les champs du possible s’expriment. La « lumière » infinie issue de la manifestation de la divinité ne peut s’exprimer dans l’univers que dans la mesure où nous le permettons puisque nous en sommes les relais, les vecteurs et donc, nous devons pour cela ouvrir en quelque sorte grandes les fenêtres de nos âmes. Notre volonté de faire cela est suprême, plus forte que tout. Une fois que nous agissons, nous incarnons d’une certaine manière cette lumière et agissons comme un agent de l’expression divine. Mais l’état d’expression divine en elle-même est un état d’implication qui, par définition, ne peut intervenir d’elle-même. Elle a besoin d’un agent.

    Le Christ, Bouddha, Mohammed et tous les grands enseignants étaient des incarnations physiques de la lumière de l’état de divinité de telle manière que ces êtres furent capables de faire le choix d’aider leurs congénères, un choix qui leur était propre. Les Gris (en tant qu’expression mécanique), comme j’en ai déjà parlé, ont montré qu’ils étaient capables d’intervenir et qu’ils intervenaient en réalité que de manière négative et coercitive. De ce fait, la question que pose Hopkins s’adresse bien aux Gris : pourquoi n’interviennent-ils pas pour empêcher l’être humain de souffrir ? Pourquoi est-ce que, justement, leurs interventions génèrent-elles de la souffrance et de la douleur plutôt que de la soulager ?

    Comme je l’ai déjà mentionné au préalable, il est totalement évident que les entités extraterrestres qui ont été aperçues dans ces témoignages n’ont éprouvé absolument aucun égard pour la détresse ou la douleur humaine. Cependant, les enlevés n’ont pas non plus parlé que leur ravisseur aurait fait montre de cruauté ou de plaisir sadique. A la place, les extraterrestres ont plutôt l’air de ne rien comprendre à la douleur qu’ils infligent à leurs victimes, ce qui représente à tout le moins un sérieux problème. Si ce sont bien des créatures robotiques comme je le crois, ce manque d’empathie prend tout son sens parce qu’il est impossible de programmer de la compassion et de la sympathie dans une machine. Ces « qualités » que sont l’empathie et la compassion sont les marques de fabrique de l’être connecté au « Godverse », c’est-à-dire à l’univers du Divin. L’être vivant naturel. S’ils sont nos messies et rédempteurs du futur, on peut alors se poser la question : vers quelle terre promise nous mènent ces entités ?

    Karma One : Pensez-vous qu’il existe un risque de voir se développer une nouvelle religion dans le cadre du phénomène d’intrusion extraterrestre et qui se baserait sur un message apocalyptique de type biblique ou bien croyez-vous que ce risque est négligeable ? Dans ces temps de crises nombreuses (financière, climatique, matières premières et énergies, religions etc…), compte tenu de l’importance croissante de messages apocalyptiques et bibliques (2012, la venue de Nibiru, scénario de fin des temps), selon vous, les extraterrestres vont-ils vouloir jouer un rôle prépondérant dans ces scénarii ?

    Nigel Kerner : Les religions semblent se former de manière spontanée à chaque fois que les êtres humains en expriment le besoin. L’apparente insécurité qui est la marque de fabrique particulière de notre vie quotidienne constitue l’ingrédient idéal pour obtenir de grands effets à partir de petites causes. On va alors tout faire pour concevoir une philosophie qui va nier les effets du deuxième principe de la thermodynamique et qui a pour conséquence la dégradation de notre corps à chaque seconde de notre vie qui passe. (NDLR : L’irréversibilité des phénomènes physiques induisent les effets de l’entropie d’un système. Un système obéit à la loi d’entropie dans la mesure où petit à petit s’instaure dans tout système physique de moins en moins d’ordre, de plus en plus de chaos mais également, de moins en moins d’énergie ou encore une énergie qui est de plus en plus gaspillée –la loi des retours diminués- jusqu’à aboutir à l’entropie maximale ; à savoir la mort. Dans un système physique clos, la seconde loi veut que l’entropie est constante ou augmente de manière irréversible et ne peut en aucun cas diminuer. L’entropie d’un système isolé ne peut pas diminuer, elle augmente ou elle reste constante si la transformation est réversible. Pour être plus clair, la mort physique est un système entropique irréversible. De même, lorsqu’un verre tombe à terre, il ne peut se reconstituer). Nous sommes sans cesse en quête d’une certitude qui nous permettra de mettre un terme à cette insécurité. Nous devons faire face sans cesse à cette insécurité qui provient de cette terrible et puissante force qui nous pourrit de l’intérieur. Nous avons besoin de savoir qu’il existe bel et bien quelque chose qui peut contrecarrer cette force entropique qui nous précipite vers le chaos et vers une lente détérioration. Quelque chose qui résiste à ce processus incontournable. Quelque chose qui peut changer la mort en vie, la perte en profit.

    En considérant les choses dans leur ensemble, il y a en nous, en tant qu’être humain, une ancienne mémoire qui a encodé au plus profond de notre être les souvenirs d’une réalité, d’un temps, d’un endroit ou d’une situation où tout était possible et se présentait sous une forme merveilleuse et immédiatement disponible. La perte de cette réalité nous pousse à conserver intact dans notre mémoire l’espoir de notre transformation. Nous recherchons tous les signes qui permettent au souvenir que nous avons de cet espoir de demeurer vivant et nous construisons sur base de ces signes, une philosophie, un procédé ou un système de croyance qui pourraient transformer le désespoir en espoir. Ces signes, ces anomalies acquièrent leur forme la plus puissante lorsque quelque chose va à l’encontre du connu, des lieux communs et du système (NDLR : soit le phénomène des anomalies, des manifestations surnaturelles). Par exemple, on a créé de toutes pièces un Bouddha avec ce jeune garçon qui a été découvert en train de méditer pendant plusieurs semaines selon certains, pendant plusieurs mois selon d’autres, sous un arbre dans le Nord de l’Inde. Il méditait sans s’arrêter pour manger, boire ou faire ses besoins. On en a fait une sorte d’icône qui symbolisait les attentes les plus extrêmes parce que nous avons tous besoin et envie que toutes les choses soient merveilleusement belles, bonnes et idéales.

    Les créatures mystérieuses ainsi que les vaisseaux spatiaux qui définissent le phénomène OVNI constitueront le candidat idéal pour une déification dans un monde qui a perdu toutes ses illusions avec les religions spiritualisées. L’Occident et ses populations euro-caucasiennes se sont sécularisés sur la base d’un système purement matérialiste fondé sur le monde de la science. De ce fait, l’Occident recherchera une réalité finale fondée en fin de compte sur l’atome et la matière. Ils vont déifier les Gris et les définiront comme étant de nouveaux « Messires » (NDLR : Cela se vérifie par exemple dans une conception très récente du Vatican selon laquelle la vie extraterrestre intelligente doit exister et nous est sans doute supérieure parce que cette vie a été conçue par essence en dehors du péché alors que les Ecritures nous apprennent que l’homme a été conçu, entaché par le péché originel !). Il s’agira d’une variante de messies non spirituels cette fois, qui nous amèneront de bonnes choses si et seulement si nous les comprenons et si nous leur donnons une chance de les comprendre. Ils inventeront toutes sortes de choses et d’événements et les traduiront dans des termes qui incarneront la vérité authentique, une vérité qui dépassera bien entendu ce que l’être humain est capable de comprendre.

    12-humanoide-ar.jpg

    Dans mon nouveau livre (ndlr : à paraître en janvier 2010 chez l’éditeur Inner Traditions/Bear & Company), j’ai tenté d’analyser tous les indicateurs que l’on peut retrouver dans divers systèmes de croyance, qu’ils soient séculiers ou spirituels, et j’en suis arrivé à la conclusion simple, logique et incontournable que rien n’est plus éloigné de la vérité. Le phénomène Ovni est la plus grande menace à laquelle doit faire face tout être vivant naturel faisant partie de cet univers. Ce phénomène constitue la négation absolue et finale, la destruction de nos espèces et ce, grâce à une immense incompréhension et une déformation délibérée des messages spirituels et religieux de tous les grands enseignants et de ce qu’ils voulaient vraiment nous dire. Le livre consacre près de 600 pages et plus de 200.000 mots à n’expliquer que cela et je ne vais donc pas le faire dans cette réponse. Mais je crois que lorsque les esprits les plus aiguisés examinent tous les indices qui sont rassemblés, ils se rendront compte que ce que les chrétiens fondamentalistes ont désigné sous les termes d’extase, de « révélation » ou d’épiphanie n’est en réalité qu’un enlèvement ou encore la captation d’une âme. Ils verront que ces extraterrestres Gris dotés de quatre doigts sont mortellement dangereux car ils veulent s’emparer de cette planète et de ses dirigeants. Ces extraterrestres poursuivent un agenda : l’interception de milliards d’êtres humains d’un génotype spécifique appartenant à une humanité qui a été spécialement préparée sur le plan génétique, c’est-à-dire l’humanité européenne caucasienne dont les gènes ont été « travaillés » pour comporter un déficit en mélanine. Le but de cette opération glace le sang tant elle est effrayante. Derrière ces enlèvements et apparitions ciblées se dévoile un programme génocidaire fondé sur des marqueurs génétiques.

    Dans mon esprit, il ne fait aucun doute que les Gris et leurs hybrides incarnent bel et bien « le Grand Prétendant », ce faux messie et ce faux dieu prophétisé dans le Livre de l’Apocalypse qui subjuguera tous les hommes grâce aux miracles qu’il montrera. Ce faux prophète a le pouvoir «de donner la vie à l’image de la Bête ». Il s’agit sans doute d’une référence aux procédures de clonage qui sont employées par les Gris. Des implants biologiques insérés sous la peau comme outils de surveillance et de localisation sont aujourd’hui déjà disponibles sur le marché. Ce genre de technologie peut incarner « la marque de la bête » que le faux prophète donne aux êtres humains et sans laquelle nous ne pouvons rien acheter ou vendre. L’un des ces implants a d’ailleurs été baptisé « Digital Angel » ou « ange digital », un titre qui semble trop ironique pour être vrai et pourtant, cet intitulé cache peut-être bien plus que de la simple ironie (NDLR : Le type d’implant « Digital Angel » a été étudié pour être employé dans le système bancaire et pourra être lu à distance par des machines). Peut-être que toutes ces technologies sont le produit d’authentiques « anges » robotiques et digitaux qui sont apparemment descendus des cieux. Pour paraphraser les termes des écritures, la Bible prophétise que « seuls ceux dont le nom n’est pas inscrit dans le livre de la vie de l’agneau sacrifié lors de la fondation du monde » vénèreront le faux prophète. Ne serait-ce pas ces êtres humains qui ont été interceptés génétiquement de façon à ce qu’ils ne puissent plus être clairement en contact avec l’Univers du Divin qui existe en eux au-delà de l’établissement de ce monde de matière ?

    Quelle que soit la vérité que pourraient éventuellement contenir l’une ou l’autre prophétie, nous devons admettre que celles qui annoncent la fin des temps n’ont jamais cessé d’apparaître au cours des siècles. Bien évidemment, aucune d’entre elle ne s’est avérée fondée. Par contre, d’autres types de prophéties qui se sont réalisées permettent d’illustrer la fragilité de notre condition en tant qu’espèce. Le simple fait que la prophétie de 2012 provient de multiples sources indépendantes les unes des autres peut suggérer qu’elle contient une vérité potentielle. Mais il existe aussi cette possibilité dont je parle dans mon nouveau livre selon laquelle les Gris pourraient employer leurs technologies pour par exemple contrôler la trajectoire d’un astéroïde de façon à ce qu’il frappe des parties du monde où l’on trouve des concentrations de populations qui ne font pas partie de leur groupe humain expérimental de prédilection (qui sont les Caucasiens) et qui pourraient par conséquent interférer avec les groupes qui font partie de leurs sélections.

    Que cette prophétie se matérialise un jour ou non, elle nous place face à notre décès, tel un agent d’une mort soudaine, terme final de notre individualité consciente et physique. Nous ne sommes qu’à quelques battements de cœur d’un deuil, celui que nous devrons faire de toutes nos attentes, de tous nos espoirs. Alors, préférons-nous nous diriger vers la mort dans l’ignorance de notre destinée ? Ou bien, préférons-nous nous émerveiller devant ce qu’il adviendra de nos pensées, de l’ensemble de nos expériences? Il me semble que si nous pouvons avoir un regard avisé sur se cache derrière la matrice de la vie physique et ses illusions, alors comme tout doit de toute façon se terminer et déboucher sur quelque chose, nous disposerons d’une vision plus pénétrante et réaliste des problèmes auxquels nous serons de toute façon confrontés. Si sans aucun avertissement préalable, tel un de ces instants hasardeux que peut générer l’univers, un astéroïde capable d’anéantir une civilisation s’approchait de nous en surgissant par surprise derrière l’éclat du soleil, il est évident que ceux qui chérissent leur individualité pourraient en pâtir. La préscience de ces événements est-elle un prix si intéressant à payer ?

    Il est crucial de comprendre que ce que les gens perçoivent comme étant l’Armageddon est par nature un événement qui ne devra pas se traduire par une fin du monde explosive et terrifiante mais plutôt par le commencement d’un nouveau jour glorieux de connaissance. Une nouvelle manière de percevoir la base entière de l’existence qui ne se fonde pas sur des concepts Nouvel-Âge ou encore sur les doctrines d’un pseudo âge d’or d’ignorance fondé sur les mêmes principes de « physicalité » que l’on avait développé lors des sombres périodes médiévales. Je crois que la science nous offre de toutes nouvelles perspectives grâce à sa manière de percevoir la matière. Ce nouveau regard sur la matière nous poussera à comprendre ce qui se cache derrière toutes les énigmes de la vie. La science nous montre la matière sous un nouvel angle, une matière fondée sur un monde atomique éphémère et en même temps profondément liée à l’expression abstraite, éternelle et psycho-spirituelle de l’Univers du Divin (le Godverse). Mes recherches qui se veulent aussi objectives et logiques que possible m’ont révélées qu’il existe une forme d’affirmation d’un résultat final et glorieux et à mon sens, ce résultat parfait est une certitude en dépit des effets entropiques qui prévalent dans un univers fondé sur la matière et les forces physiques comme le nôtre. (NDLR : En d’autres termes, notre réalité, celle d’un monde constitué d’atomes, de parties et donc marqué par l’entropie ne pourra jamais contaminer l’univers parfait de la source de toute chose, le Godverse vers lequel nous nous dirigeons avec certitude)

    De nombreuses prophéties émanant des diverses cultures et religions de par le monde prédisent une nouvel aube, un recommencement pour l’humanité, « un nouveau ciel pour une nouvelle terre » tel qu’annoncé dans l’Apocalypse. Pour certaines raisons, seules les prophéties de type apocalyptique ont les faveurs du monde des médias et les visions positives sont simplement jetées à la corbeille. Je ne suis pas en train de dire que le phénomène extraterrestre pourrait amener l’émergence d’une meilleure situation, loin de là. A la place, je dis qu’il y a une Cause extérieure alternative dans cette affaire, une cause qui trouve son origine dans l’univers parfait du divin, le Godverse. Cette cause d’origine transcendante (Godverse) contrecarre automatiquement et implicitement tous les obstacles placés par les Gris sur la route de l’humanité au point que nous n’avons pas eu à choisir librement ce que les Gris nous ont fait. Nous les avons subis. (NDLR : Et donc, malgré leur présence, nous pouvons leur échapper parce que nous venons du Godverse, affirme avec insistance Kerner)
    Jésus Christ, je le pense, était une forme de compensation. Son héritage en mots et en actes nous a fourni une forme d’antidote pour faire face aux diverses intrusions et interceptions des Gris et à leur influence pernicieuse. Cela est résumé au mieux dans la suggestion que Jésus fit à Judas de « penser avec le cœur » (NDLR : par opposition à la pensée mentale qui reconstruit la pensée et donc le discours sur base de la peur et des émotions qui en découlent). Dans mon nouveau livre, je suggère que le Christ a aussi laissé un autre héritage, biologique celui-là, une ligne de descendants libres de toute interception génétique et qui peut guérir l’humanité de toute pollution des Gris. Dans le livre, je met en évidence des preuves de cette assertion plutôt révolutionnaire et que j’ai trouvée dans le Testament de Judas, dans d’autres textes gnostiques mais aussi dans le livre canonique de l’Apocalypse (NDLR : dans le testament de Judas, le Christ évoque l’existence de deux sortes d’être humains, deux « générations » : ceux qui sont nés sous le joug des Archontes et ceux qui en sont libres. Le texte parle de « génération », ce qui n’est pas un hasard mais montre qu’il s’agit donc d’une sorte d’emprise des archontes dès la naissance. Il ne peut donc s’agir, en langage moderne, que d’une interception et une marque génétique héréditaire). Ce qui nous arrive du « Godverse » n’arrive par conséquent que par des moyens naturels et non par le biais de la technologie ou du voyage espace temps. Donc, les messies sont nés d’un utérus et ils n’arriveront pas ici en vaisseau spatial !

    Karmaone : Pour comprendre le phénomène d’intrusion extraterrestre, il y a certes les témoignages de plus en plus nombreux des militaires et des victimes d’enlèvements. Mais pensez-vous aussi qu’une analyse en profondeur de notre patrimoine génétique ou de ses mutations successives puissent montrer que celui-ci a été manipulé par une force extraterrestre dans le cadre du développement de projets avancés d’ingénierie génétique, à l’instar de ce qui est décrit de façon imagée dans les tablettes sumériennes ? Quels sont les éléments objectifs qui démontreraient que ce projet a existé, qu’il est malveillant et que les conséquences en seraient une diminution du véritable potentiel de l’être humain ?

    Nigel Kerner : Oui, il existe de fait des éléments montrant que le génome humain a fait l’objet d’une pareille interception. La répétition de trinucléotides (ou triplet du génome) en est un exemple évident. Les répétitions de trinucléotides se distinguent de l’ADN normal (ndlr : l’ADN est composé de 4 bases, soit Adénine(A), Guanine (G), Cytosine (C), Tymine). Il y a répétition de trinucléotides lorsque le même code « triple » se répète encore et encore comme par exemple la répétition CTG ; soit les trois mêmes bases Cytosine-Tymine-Guanine se répètent en une longue suite en CTG-CTG-CTG ou encore GGC-GGC-GGC). De la même manière, un clone se caractérise par la répétition de codes. Il se compose d’une cellule maîtresse qui se duplique elle-même à de multiples reprises jusqu’à former un corps complet. Je suggère que les répétitions de ces trinucléotides pourraient faire partie de leurs tentatives de nous convertir en leur format, en une expression génétique voisine de la leur. De manière très intéressante, le trinucléotide dans l’ADN peut générer une structure très inhabituelle qui permet à deux brins d’ADN enroulés en double hélice de glisser l’un contre l’autre, libérant les bouts de ces brins d’ADN avec lesquels l’enzyme générera des bases supplémentaires. Si c’était dans l’intention des extraterrestres de façonner notre ADN à leur propre usage et donc, pour y arriver, de réorganiser certaines parties du génome humain, ils devraient alors posséder une technologie qui leur permettrait de faire ce que l’on appelle l’épissage de l’ADN enzymatique (NDLR : Le décodage complet de l’ADN suit de nombreuses étapes : déroulement de l’ADN, lecture et transcription en ARN, épissage de l’ARN, traduction du code en protéine, maturation de la protéine…avant de donner lieu à l’assemblage correct des protéines dont la cellule peut avoir besoin. L’épissage est donc une des phases du décodage de l’ADN). Les maladies qui sont justement provoquées par les répétitions des trinucléotides semblent être de celles qui affectent particulièrement le système nerveux. Dans mes livres, j’ai suggéré le fait que nous « pensons » avec l’entièreté de notre système nerveux et pas seulement avec notre cerveau. Ces extraterrestres sont des entités de nature purement physique, me semble-t-il, et ils sont par conséquent incapables de détecter et de contrôler la nature non physique et immatérielle du processus de la pensée. De ce fait, ils ciblent peut être par ce moyen matériel (ndlr : celui de l’ADN) le système nerveux qui est supposé être le siège de la pensée. C’est peut être leur manière de tenter d’introduire leurs propres « signatures » dans les gènes qui codent le système nerveux de l’être humain de telle façon qu’ils puissent visualiser matériellement et génétiquement l’ingrédient manquant qui fait la différence entre eux et nous.

    Il semble qu’il existe un niveau « limite » de trinucléotides qui provoquent mécaniquement et donc automatiquement l’apparition de la maladie. Il est probable qu’une fois que ces interceptions de notre ADN ont atteint un certain nombre, il n’est plus possible pour les séquences « naturelles » d’ADN de résister et elles sont alors dominées. Contrairement aux maladies génétiques classiques, dans le cadre de ces maladies générées par la répétition de trinucléotides, il ne s’agit pas d’un gène spécifique ou de plusieurs gènes spécifiques qui sont responsables de la pathologie mais c’est bien de la répétition même des codes qui provoquent l’affection. Je suggère que ces répétions empiètent sur les gènes qui sont l’expression naturelle de l’espèce humaine.

    De nombreux enlevés rapportent que les extraterrestres prélèvent pour examen des spermatozoïdes ou des ovules. En fait, de nombreux examens médicaux de femmes qui affirment avoir été enlevées ont révélé que tous les ovules avaient mystérieusement disparu de leurs ovaires. Pour rappel, l’expansion des trinucléotides dans l’ADN apparaît justement dans les premiers stages du développement embryonnaire.

    Suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Phénomènes magnétiques étranges et légendes

    Phénomènes magnétiques étranges et légendes

     

    Maracaibo foudre mini

     

    Il existe plusieurs légendes et faits qui sont en lien avec les phénomènes magnétiques visibles sur terre, connus ou non. Comme exemples frappants, nous avons ci-dessous les orages récurrents du lac Maracaibo au Venezuela, mais j'ai déjà parlé des légendes liées aux éruptions volcaniques d'Hawaii et des phénomènes électriques liés à la déesse locale Pélé.

     

    Maracaibo foudre

     

    Ce phénomène étrange se produit en général entre les mois d'avril et novembre de chaque année, et à raison de 140 à 160 nuits par an, et se concentre étonnement au-dessus du lac Maracaibo dans lequel le rio Catatumbo se déverse. Avec une moyenne d'une nuit sur deux et parfois 10 heures d'affilées, le spectacle est connu des marins et a servi de point de repère longtemps.

    Dans les légendes locales liées, ces éclairs sont « la concentration de millions de lucioles qui se réunissent toutes les nuits dans le Catatumbo pour rendre hommage aux pères de la création ». selon les anciens de la tribu Bari, alors que pour leurs voisins Yukpas, ainsi que les Wayuu, les interprètent comme des messages envoyés par leurs ancêtres.

     

    Maracaibo_drainage_basin_map-cropped

     

    Durant ces orages nocturnes, la foudre fend le ciel en moyenne 280 fois par heure, ce qui fait environ un millier de fois chaque nuit. Il ne s'agit pas d'orages ordinaires, mais d'un phénomène naturel extrême qui n'a pas encore reçu une explication efficace. Les météorologues tentent d'expliquer ce phénomène physique par la rencontre entre les vents chaud venus de la mer des Caraïbes et les vents froids venus des Andes, mais sans toutefois y apporter une réponse claire et ayant des contradictions avec les mêmes vents. D'autres (comme moi) y voient un phénomène lié à la géologie tectonique des lieux, formant une sorte de vortex magnétique circulaire au-dessus du lac rond, aidé par les vents contraires. Il suffit de regarder une carte ou une photo satellite pour apprécier-imaginer le mécanisme créant ce phénomène local, probablement connu et utilisé par les anciens peuples, mais oublié depuis.

    Lire la suite et voir les images/vidéo ci-dessous :

    Lire la suite

  • Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

    Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

     

    Arabian mustatils1

    Les chercheurs pensent que les mustatils dispersés dans toute la région ont été construits il y a environ 7000 ans pour des rituels et des processions, et qu'ils pourraient avoir fait partie d'un culte néolithique du bétail. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity

     

    Il s'agit ici d'un retour vers ces mystérieuses structures en pierres maintenant datées de environ 7 000 ans avant nos jours, puisque j'en avais déjà parlé ici :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arabie-saoudite-nouvelles-structures-prehistoriques.html

    Vous trouverez aussi tout en bas de cet article les fouilles d'un étonnant site daté de 10 000 ans et d'une plateforme datée de 7 500 ans, sans oublier un autre sur les pétroglyphes trouvés et aussi l'ancien climat de la péninsule arabique et ses lacs disparus...

     

    Cette nouvelle publication de fin avril 2021 dans la revue Antiquity nous confirme que c'est maintenant plus de 1000 structures du même type, appelées «mustatils» du mot arabe signifiant «rectangle», qui ont été découvertes, et qu'elles sont datées au minimum de 7 000 ans avant le présent.

    Selon les chercheurs, des milliers de structures monumentales construites à partir de murs de roche en Arabie saoudite sont plus anciennes que les pyramides égyptiennes et les anciens cercles de pierre de Grande-Bretagne - ce qui en fait peut-être le premier paysage rituel jamais identifié.

    « Nous les considérons comme un paysage monumental », a déclaré Melissa Kennedy, archéologue à l'Université d'Australie-Occidentale à Perth et auteur de l'étude. " Nous parlons de plus de 1 000 mustatils. Ces choses se trouvent sur 200 000 kilomètres carrés [77 000 milles carrés], et elles sont toutes de forme très similaire ... alors peut-être que c'est la même croyance ou compréhension rituelle."

     

    Arabian mustatils4

    Le paysage est parsemé de mustatils anciens, qui sont nommées d'après le mot arabe pour un rectangle. Plus de 1000 ont été documentés et d'autres sont toujours en cours de découverte. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity - cliquer pour agrandir.

     

    « Il doit y avoir eu un grand niveau de communication sur une très grande zone, car la façon dont ils ont été construits a été communiquée aux gens », a déclaré l'auteur principal Hugh Thomas, archéologue de la même université.

    La recherche est financée par la Commission royale pour AlUla, qui a été créée par le gouvernement d'Arabie saoudite pour préserver le patrimoine de la région d'AlUla dans le nord-ouest du pays, où se trouvent de nombreuses mustatils. 

    Certaines des structures anciennes mesurent plus de 1500 pieds (450 mètres) de long, mais sont relativement étroites, et elles sont souvent regroupées. Elles sont généralement construites sur le substratum rocheux, souvent sur des affleurements rocheux au-dessus du désert, mais aussi dans les montagnes et dans des zones relativement basses.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

    Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

     

    Suisse 3000ans unterwasserarchaeologie zh1

    Un plongeur du département d'archéologie sous-marine de Zurich au travail dans le lac des Quatre-Cantons Unterwasserarchäologie UWAD Zürich / Canton de Lucerne

     

    Des traces d'un village d'habitation sur pilotis (ou maison sur pilotis) ont été mises au jour lors de la pose d'un pipeline dans la zone portuaire naturelle. Les restes ont été trouvés par des archéologues sous-marins à environ quatre mètres sous la surface de l'eau.

    Il s'agit d'un village lacustre de l'âge du bronze trouvé sous la surface du lac des Quatre-Cantons. La découverte montre que la ville de Lucerne était déjà peuplée il y a 3 000 ansC'est 2000 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, ont déclaré jeudi des chercheurs.

    Les archéologues cherchaient des preuves de peuplement depuis un certain temps, mais avaient été gênés par une épaisse couche de boue au fond du lac. Les travaux sur l'oléoduc ont cependant révélé une trentaine de pieux ou échasses en bois préhistoriques et cinq pièces de poterie.

    Le bois et la poterie ont été testés et datés au carbone 14 de la fin de l'âge du bronze, soit environ 1000 ans avant JC.

     

    Suisse 3000ans unterwasserarchaeologie zh2

    Un plongeur ramène un morceau d'échasses à la surface (22 avril 2021) Keystone / Urs Flueeler

     

    " Cela confirme enfin la théorie selon laquelle, dans les temps anciens, le bassin du lac de Lucerne était une zone de peuplement appropriée ", un communiqué du canton de Lucerne.

    C'est pour le compte de l'Archéologie cantonale de Lucerne qu'une équipe d'archéologues sous-marins du Bureau du développement urbain de la ville de Zurich a fait la découverte tout en soutenant les travaux de dragage en vue de la construction d'un pipeline.

    Le lac des Quatre-Cantons est un lac d'eau douce de 114 km² qui atteint jusqu'à 434 mètres de profondeur. Au 15 e siècle, la rivière Krienbach a transporté de grandes quantités de gravats et de débris vers la rivière Reuss, limitant le débit du lac.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite