climat

Navigation préhistorique, les données actuelles

Navigation préhistorique, les données actuelles

 

Navigationprehistorique5

La pirogue monoxyle de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), 7190-6450 cal. Avant JC, lors de sa découverte. Longueur (conservée) : 4 m, (estimée) : 5 à 6 m ; largeur : 0,55 m, en pin sylvestre (Pinus sylvestris) (d’après Mordant et al., 2013, fig. 3 A). Une de ses extrémités est dotée d’un replat à surface carbonisée (réceptacle d’un foyer ?). Bulletin de la Société préhistorique française

 

C'est assez peu connu du public en général, mais il existe un bon nombre de données scientifiques et de découvertes, de nos jours, sur une navigation très ancienne, c'est-à-dire au minimum du néolithique. Quand on parle de navigation préhistorique, on y inclut la navigation fluviale, la navigation près des côtes ou banquises et même la navigation en haute mer. Certains chercheurs (voir certains liens en bas) postulent même que l'Homme de Neanderthal, voir Homo Erectus, avaient des connaissances incluant la navigation, je suis assez prudent sur ces raisonnements, mais des découvertes d'outils de pierre très anciens sur des îles non reliées aux continents à ces époques, poussent en effet à ces raisonnements logiques. On ignore aussi en effet comment l'Homme de Florès, par exemple, s'est retrouvé isolé sur une île indonésienne à une lointaine période, d'autant plus que le débat dure toujours sur son origine "Erectus" (provenant donc possiblement d'Asie) ou "Habilis" (ne pouvant provenir que d'Afrique).

J'ai déjà accumulé plusieurs données sur la navigation préhistorique, via des articles et traductions d'études scientifiques ou de presse, vous les trouverez en bas de cette compilation de données, qui ne devrait pas manquer de s'étoffer avec le temps et les découvertes à venir.

C'est aussi l'occasion de s'interroger encore sur les évidentes découvertes très anciennes (par comparaison et certaines études/fouilles locales, notamment par l'archéologue Nuno M. C. Ribeiro sur les îles des Açores. Certaines de ces découvertes les relient indéniablement à ce qu'on trouve tout le long de la façade Atlantique, des îles britanniques au Maroc, mais aussi de l'autre côté, en Amérique du nord, voir plus bas. (voir les données et vidéos ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html ).

Je rappelle aussi les récentes découvertes, dans les îles britanniques, de probables ports et chantiers maritimes, datés pour l'instant d'une époque intermédiaire locale entre le mésolithique et le néolithique, ceci est bien sûr toujours en discussions et il reste encore de nombreuses études à faire (voir les liens en bas). J'ajouterai comme avis personnel que la navigation a probablement été l'une des plus anciennes inventions du genre Homo, dans la mesure où il suffit d'observer la nature pour voir des objets matériels flotter sur les eaux, avec parfois des poissons inaccessibles autour...

J'ajoute deux publications concernant la navigation préhistorique : une liste de liens d'articles scientifiques concernant le sujet, établie par l'IdREF, c'est à dire Identifiants et Référentiels pour l'enseignement supérieur et la recherche : https://www.idref.fr/031563082

Et voici un extrait du long article qui y est consacré, car vous ne pensez tout de même pas que vous n'allez rien lire ici, par http://www.ancientportsantiques.com/wp-content/uploads/Documents/ETUDESarchivees/Navires/Documents/Philippe2018-BAnavigation.pdf

Philippe M. (2018) – Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique, Bulletin de la Société préhistorique française, 115, 3, p. 567-597.

 

Navigationprehistorique1

Fig. 1 – Physiographie de la marge celto-armoricaine (nord-ouest de l’Europe) durant le Dernier Maximum Glaciaire (d’après Toucanne et al., 2008, fig. 1, modifiée). Carte synthétique réalisée à partir de différentes études citées dans l’article : 1, extension de la calotte anglo-irlandaise ; 2, extension australe du fleuve de glace de la mer d’Irlande ; 3, extension des glaciers alpins ; 4, paléo-fleuve Manche ; 5, banc sableux celtique et paléo-vallées fluviales (en bleu) ; A à E, bassins de drainage sous-marins ; 6, système turbiditique celtique ; 7, système turbiditique armoricain. - Bulletin de la Société préhistorique française

 

Résumé : Que ce soit en mer ou dans les eaux intérieures, l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques ne se laisse pas aisément approcher. On doit en effet composer avec la grande rareté des principaux témoins : les embarcations sur lesquelles se sont effectuées les navigations. Malgré cette limite posée par la documentation, il est possible de préciser certains aspects chronologiques et fonctionnels à partir des sources indirectes qui nous sont accessibles dans l’enregistrement archéologique et en analysant les témoins directs que constituent les rares épaves, équipements et représentations qui nous sont parvenus. Pour ce qui concerne l’Europe atlantique, sur laquelle est centrée cette étude, nous pouvons aussi préciser quelques données concernant le rythme et les contraintes qui s’y appliquaient sans doute en nous appuyant sur la connaissance des milieux dans lesquels évoluaient les embarcations, et auxquels elles étaient fortement soumises en termes d’adaptation de leur système technique. L’analogie diachronique avec l’histoire plus récente de ces moyens de transport peut aussi nous ouvrir quelques pistes quant aux modalités de déplacement plausibles. Si la revue de tous ces faisceaux d’indices ne permet pas de définir la nature exacte de toutes les embarcations alors utilisées, on peut cependant ouvrir et délimiter le champ des possibles. Il inclut une large variété typologique réalisée à partir de perches, de fûts, de planches et de fagots végétaux, parfois revêtus de peaux tendues, composant différents types d’architectures : radeaux, pirogues, bateaux de peaux, bateaux de planches assemblées. À l’exception du dernier type, qui n’apparaît vraisemblablement que vers la fin de la Préhistoire européenne, ces dispositifs ont pu, pour la plupart, naviguer au même moment et parfois sur les mêmes voies d’eaux, mais probablement pas pour les mêmes usages.

L’enregistrement archéologique du vaste domaine des relations de l’homme avec le milieu nautique est assuré par toute une gamme de vestiges mobiliers d’exploitation halieutique (amas coquilliers, nasses, harpons, hameçons) et de vestiges immobiliers (habitats littoraux, systèmes de piégeage d’estran, aménagements portuaires). Ils témoignent d’un investissement précoce des estrans et berges pour l’exploitation de leurs riches ressources naturelles. Cependant, les solutions de navigation qui accompagnaient sans aucun doute cet investissement ont laissé bien peu de traces matérielles. Sur une dizaine de millénaires et plus encore de milliers de kilomètres de côte, de cours d’eau et de lacs, on ne peut identifier que quelques exemples de familles architecturales rassemblant un ensemble de bateaux apparentés par la morphologie, la structure et les organes techniques, ainsi que par une filiation historique (McGrail, 2001 ; Rieth, 2010 et 2016). À l’exception des pirogues monoxyles, chacune de ces familles n’est représentée que par quelques vestiges. De plus, cette connaissance est biaisée, en privilégiant les embarcations récentes et construites en bois, qui se sont mieux conservées que leurs homologues en peaux sur charpente légère s’il en a existé au même moment. Cette rareté est avant tout due à la conservation différentielle. Mais d’autres facteurs agissent en complément : au-delà de la nécessaire conjonction exceptionnelle de conditions favorables pour que des vestiges organiques parviennent jusqu’à nous, les sources ethnologiques et historiques nous enseignent qu’après abandon, les composants de nombreuses embarcations étaient souvent récupérés pour recyclage. Par ailleurs, certaines épaves risquent de ne pas être reconnues en fouille car seules les pirogues monoxyles et les bateaux de planches nous parviennent sous une forme directement identifiable. Les traces à terre sont quant à elles très ténues : les aires d’échouage, qui constituaient vraisemblablement le type de port répandu sur le littoral atlantique durant toute la Préhistoire, ne laissent aucune empreinte matérielle aisément identifiable. En conséquence, il faut en passer essentiellement par des indices indirects pour approcher ce qu’a été l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques. Cependant, là encore, notre perception est limitée par de nombreux filtres. Ainsi, l’utilisation d’embarcations ne peut se déduire directement du seul fait de l’existence d’une pêche littorale comprenant des espèces pélagiques : sur les sites côtiers mésolithiques de Bretagne et d’Écosse, tous les poissons, crustacés et mollusques recensés dans les amas coquilliers peuvent avoir été prélevés à partir de l’estran (Dupont et al., 2009 ; Bonsall et al., 2013). Il en est de même pour ce qui concerne le domaine des eaux intérieures : la concentration de témoins le long d’un axe nautique relève-t-elle d’un déplacement sur le cours d’eau, ou d’un périple terrestre le long de l’incision fluviatile ? Les indices concernant les navigations maritimes pléistocènes se heurtent, pour leur part, au profond bouleversement eustatique causé par la dernière déglaciation. De rares espaces isostatiques, où l’élévation du niveau de la mer post-glaciaire a été compensée par celle de la masse immergée, offrent des zones de rivage qui remontent au Pléistocène tardif, en Fennoscandinavie et en Amérique du nord (Bjerck et Zangrando, 2016).

Mais le littoral atlantique européen du dernier maximum glaciaire est maintenant sous les eaux, en particulier au nord où le bassin d’écoulement du plus grand fleuve d’Europe : le fleuve Manche, est maintenant couvert par une mer continentale (fig. 1). Ici, des dizaines de milliers de kilomètres de côte et de plaines alluviales sont submergés, depuis le vaste delta du paléo-fleuve qui s’étendait au large entre Bretagne et Cornouaille (Bourillet et al., 2003 ; Toucanne, 2008 ; Toucanne et al., 2008), jusqu’aux grands espaces humides du Doggerland dans le bassin de la mer du Nord (Gaffney et al., 2009). La multiplication récente des recherches sur ces territoires immergés, partout dans le monde, et la preuve apportée par ces travaux de la bonne préservation de certains sites préhistoriques situés à faible profondeur (Bailey, 2013a), constitue un moyen prometteur de contourner cet obstacle, mais n’a pourtant pas encore permis de documenter quelque embarcation que ce soit. Les témoins des premières navigations sont donc à la fois rares et dispersés.

Lire la suite ci-dessous et les liens de données :

Lire la suite

Evolution rapide chez une espèce humaine éteinte

Evolution rapide chez une espèce humaine éteinte

 

Paranthropus robustus1

Un fossile récemment découvert documente des changements évolutifs rapides chez une espèce humaine éteinte, le Paranthropus robustus.

 

Le crâne fossile suggère que les conditions environnementales ont entraîné des changements rapides.

On pensait que les mâles de l'espèce humaine éteinte Paranthropus robustus étaient nettement plus gros que les femelles - tout comme les différences de taille observées chez les primates modernes tels que les gorilles, les orang-outans et les babouins. Mais une nouvelle découverte de fossiles en Afrique du Sud suggère plutôt que P. robustus a évolué rapidement pendant une période turbulente de changement climatique local il y a environ 2 millions d'années, entraînant des changements anatomiques qui étaient auparavant attribués au sexe.

Une équipe de recherche internationale comprenant des anthropologues de l'Université de Washington à Saint-Louis a rapporté sa découverte dans le système de grottes Drimolen riche en fossiles au nord-ouest de Johannesburg dans la revue Nature Ecology & Evolution le 9 novembre 2020.

 

Drimolen site1

Le site de Drimolen (Photo courtesy David Strait)

 

« C'est le type de phénomène qui peut être difficile à documenter dans les archives fossiles, en particulier en ce qui concerne l'évolution humaine précoce », a déclaré David Strait, professeur d'anthropologie biologique en arts et sciences à l'Université de Washington.

Le fossile remarquablement bien conservé décrit dans l'article a été découvert par une étudiante, Samantha Good, qui a participé à la Drimolen Cave Field School codirigée par Strait.

Les chercheurs savaient déjà que l'apparition de P. robustus en Afrique du Sud coïncidait à peu près avec la disparition de l'australopithèque, un homininé primitif un peu plus primitif (dont l'appartenance au genre Homo est toujours discutée d'ailleurs), et l'émergence dans la région des premiers représentants d'Homo, le genre auquel appartiennent les gens modernes. Cette transition a eu lieu très rapidement, peut-être en quelques dizaines de milliers d'années seulement.

" L'hypothèse de travail a été que le changement climatique a créé un stress dans les populations d'australopithèques conduisant finalement à leur disparition, mais que les conditions environnementales étaient plus favorables pour Homo et Paranthropus, qui pourraient s'être dispersés dans la région depuis ailleurs ", a déclaré Strait. " Nous voyons maintenant que les conditions environnementales étaient probablement aussi stressantes pour Paranthropus, et qu'ils devaient s'adapter pour survivre. "

Le nouveau spécimen découvert à Drimolen, identifié comme DNH 155, est clairement un mâle mais diffère de manière importante des autres P. robustus précédemment découverts sur le site voisin de Swartkrans - où la plupart des fossiles de cette espèce ont été trouvés.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement

Il y a 14 600 ans, la mer est montée très rapidement - 2012 - MAJ 07-2015, Up 10-2020

 

dp-hunter.jpg

Le DP Hunter au large de Tahiti

Il y a 14 600 ans, le niveau marin a connu une hausse brutale de presque 14 mètres en seulement 350 ans. Cette élévation impressionnante coïncide avec le début de la première période chaude qui marqua la fin de la dernière glaciation. De plus, la contribution de la calotte antarctique à cette élévation a été significative. Tels sont les résultats mis en évidence par une équipe du CEREGE (1) (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France), en collaboration avec des collègues anglais et japonais. Publiés le 29 mars 2012 dans la revue Nature, ces travaux confirment l'existence d'une accélération majeure de la remontée du niveau marin entre -14 650 et -14 300 avant maintenant : il s'agit d'un des événements climatiques les plus marquants des derniers 20 000 ans.

Les coraux édificateurs de récifs sont des organismes qui vivent exclusivement dans les eaux tropicales. Très sensibles à la luminosité et la température, ils croissent à fleur d'eau, dans un intervalle de profondeur très restreint, ce qui en fait de bons marqueurs du niveau de la mer. L'étude de ces coraux fossiles, qui se sont formés au cours des dernières centaines de milliers d'années, permet donc de reconstituer les variations du niveau marin et les changements environnementaux passés. Ces archives fournissent ainsi des informations précieuses sur la dynamique et le comportement des calottes de glace du passé. Mieux appréhender cette dynamique permettra d'améliorer à terme la modélisation et la prévision des variations futures du niveau marin.

Dans le cadre d'une campagne de forages internationale effectuée en 2005(2) sur les pentes des récifs actuels de Tahiti, les chercheurs du Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement (Aix-Marseille Université/CNRS/IRD/Collège de France) ont carotté trois sites situés dans des récifs coralliens, au large de l'île de Tahiti. En datant ces archives, ils ont pu reconstituer les variations du niveau marin sur les derniers 16 000 ans(3). Ces datations mettent en évidence une remontée extrêmement rapide du niveau de la mer au cours de la dernière déglaciation qui s'est déroulée entre -21 000 et -11 000 environ. Au cours de cette transition entre une dernière période glaciaire et le climat chaud que connaît actuellement la Terre, le niveau marin global est remonté d'environ 120-130 mètres sur presque 15 000 ans. Il était déjà acquis que cette augmentation n'avait pas été constante, mais qu'elle avait été ponctuée par des élévations rapides du niveau marin associées à des débâcles massives des calottes de glace. La plus importante de ces hausses, appelée Melt-Water Pulse 1A (MWP-1A), restait cependant par bien des aspects énigmatique.

Ces nouveaux travaux ont permis de confirmer l'existence de cet événement climatique majeur, tout en révélant pour la première fois son amplitude, sa chronologie et sa durée. Le début du MWP-1A a été daté à -14 650 ans, ce qui fait coïncider cet événement avec le début de la première phase chaude qui marqua la fin de la glaciation dans l'hémisphère Nord. Cette période, appelée Bølling(4), s'est étalée sur un peu moins de deux mille ans et a vu la température de l'hémisphère Nord augmenter de près de 5°C en quelques années. Selon les chercheurs du CEREGE, la remontée du niveau global des océans au cours du MWP-1A aurait été de presque 14 mètres en seulement 350 ans. La vitesse de la remontée du niveau marin aurait été au minimum de 40 mm/an (4cm), vitesse qu'il faut comparer au taux moyen de 10 mm/an estimé pour la dernière déglaciation ou à celui de 3 mm/an observé aujourd'hui par satellite. En s'appuyant sur des simulations de modèles géophysiques, les chercheurs ont aussi établi que la calotte antarctique avait contribué très significativement, probablement pour moitié, au MWP-1A. Ces travaux illustrent l'instabilité des calottes glaciaires, en particulier de la calotte antarctique, à une perturbation climatique majeure et imposent un regard nouveau sur la contribution future de la calotte antarctique à la remontée du niveau des mers dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

Ces travaux ont notamment bénéficié du soutien de la Fondation Comer (USA), la Fondation européenne de la Science (ESF-EuroMARC), la Communauté européenne (Projet Past4Future), le Collège de France, le CNRS et l'IRD. 

Notes :

(1) Centre européen de recherche et d'enseignement en géosciences de l'environnement
(2) Cette campagne a été mise en œuvre grâce au programme international IODP (Integrated Ocean Drilling Program) au sein duquel la France est fortement impliquée, via le consortium européen ECORD, aux côtés de 17 autres pays. 
(3) La précision des datations obtenues par la méthode U/Th au CEREGE est de l'ordre d'une trentaine d'années pour de tels échantillons.
(4) Au cours de cette première phase de réchauffement des peuples de l'âge de pierre ont pu s'installer en Europe du Nord et jusqu'en Scandinavie avant que les températures ne redeviennent glaciales il y a 12 900 ans.

Références :

Ice sheet collapse and sea-level rise at the Bølling warming 14,600 yr ago. Pierre Deschamps, Nicolas Durand, Edouard Bard, Bruno Hamelin, Gilbert Camoin, Alexander Thomas, Gideon Henderson, Jun'ichi Okuno, Yusuke Yokoyama, Nature, 29 mars 2012. Presse CNRS l Priscilla Dacher 

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2535.htm

niveau-mer-12000ans.jpg

Europe : les terres hors de l'eau 12000 ans av.JC.

MAJ 07-2015 : Cette première étude datait de 2011-2012 mais d'autres publications, écrites par d'autres scientifiques, sont maintenant trouvables sur internet, et confirment toutes les mêmes tendances et probabilités qu'une telle chose pourrait bien se produire dans notre futur proche... un impressionnant défilé d'articles présents sur ce site et regroupés ici, et qui convergent tous, en parlant de géologie, d'études du Groenland ou de l'Antarctique, des fontaines de méthanes Arctiques, d'une même convergence de données sur de profonds bouleversements en cours et en accélération... et beaucoup de scientifiques sont déjà convaincus qu'il est déjà trop tard pour y faire grand chose... :

Augmentation des fontes de glaces sur les terres et montée des fleuves d'eau douce :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/climat-de-nouveaux-rapports.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/actualite/climat-le-bilan-2011-de-l-omm.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/la-fonte-estivale-des-glaces-de-l-arctique-s-accelere.html​

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/nouveau-record-de-fonte-estivale-pour-la-banquise-arctique.html​

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-automne-dernier-le-gulf-stream-a-devie-sa-trajectoire-de-200-km.html​

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/l-est-de-l-antarctique-plus-fragile-que-prevu.html​

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/archeologie-la-montee-des-eaux-a-englouti-une-partie-de-la-prehistoire-francaise.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-antarctique-nous-preparerait-il-une-mauvaise-surprise.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/fontes-des-glaciers-et-eboulements.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/antarctique-la-fonte-des-glaciers-s-accelere-et-serait-irreversible.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouverte-d-un-traceur-de-glace-et-etude-sur-la-fonte-du-groenland.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-un-tsunami-geant-provenant-de-l-antarctique.html​

Réchauffement et montée des océans, canicules et augmentation des cyclones :

https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/le-changement-climatique-a-deja-provoque-une-acceleration-des-episodes-violents.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/la-terre-pourrait-se-rechauffer-plus-vite-que-prevu-d-ici-2050.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-previsions-pessimistes-ou-realistes.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-tsunamis-nord-europeens.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/tsunamis-en-europe-des-etudes-alarmantes.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-reactions-a-l-acceleration-pour-2100-groenland-bientot-vert.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/canicule-2012-de-nouvelles-sueurs-froides-pour-le-nucleaire-francais.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-les-canicules-seront-la-norme-en-ete.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climats-extremes-et-alertes-volcaniques.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/2-a-4-degres-de-plus-sur-la-region-parisienne-d-ici-2100-d-apres-meteo-france.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-la-montee-des-oceans-largement-sous-estimee.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-ou-pas-les-eaux-montent-plus-vite.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/les-cyclones-devraient-devenir-de-plus-en-plus-violents.html​

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/montee-des-eaux-un-immense-aquifere-decouvert-au-groenland-bouleverse-tout.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/fontaines-de-methane-dans-l-ocean-arctique.html​

Augmentation des cancers de la peau à cause de la disparition des couches atmosphériques protectrices :

https://sciences-faits-histoires.com/blog/actualite/augmentation-inquietante-des-cancers-de-la-peau-chez-les-trentenaires.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/l-afrique-australe-se-rechauffe-plus-vite-qu-ailleurs.html​

pollutions sur le toit du monde... :

https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/des-pics-de-pollution-sur-l-everest-superieurs-a-ceux-de-grenoble.html

Un emballement irrémédiable et un manque total de réaction, de réalisme humain ? :

https://sciences-faits-histoires.com//blog/environnement-planete-terre/une-etude-predit-la-fin-de-notre-planete-avant-l-an-2100.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/rechauffement-climatique-le-catastrophisme-monte-pour-quand-la-panique.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/climat-des-decouvertes-importantes.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/et-du-cote-du-pole-sud-quelles-oscillations.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/giec-aggravation-de-la-situation-et-mention-des-chemtrails-la-geoingenierie.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/des-fossiles-prouvent-le-brusque-changement-de-climat-au-dryas-recent.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/geologie-et-refroidissement-climatique-limites-du-taux-d-erosion-depassees.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/environnement-planete-terre/un-polluant-interdit-depuis-1987-detruit-toujours-la-couche-d-ozone.html

https://sciences-faits-histoires.com/blog/sciences/super-tempetes-et-deplacement-des-poles-magnetiques.html

 

Yves Herbo relai, Sciences, F, Histoires, 03-2012, up 07-2015, up 10-2020

 

USA: des structures préhistoriques de 10000 ans sous le Lac Michigan ?

USA: des structures préhistoriques de 10000 ans sous le Lac Michigan ?

 

Grands lacsprehistoriques camera

An underwater image taken by a remote-operated vehicle in the Straits of Mackinac on Sept. 23, 2020, shows a series of vegetation-covered rocks that appear relatively evenly spaced and in a somewhat linear placement. The group behind the Straits exploration believe it could be evidence that the rocks are human-placed, which would mean it occurred when the area was last above-water, around the end of the Ice Age some 10,000 years ago. Une image sous-marine prise par un véhicule télécommandé dans le détroit de Mackinac le 23 septembre 2020, montre une série de roches couvertes de végétation qui apparaissent relativement régulièrement espacées et dans un placement quelque peu linéaire. Le groupe derrière l'exploration du détroit pense que cela pourrait être la preuve que les roches sont placées par l'homme, ce qui signifierait que cela s'est produit lorsque la zone a été pour la dernière fois hors de l'eau, vers la fin de la période glaciaire, il y a environ 10000 ans. FRED HARRINGTON JR.

Un groupe pense avoir trouvé la preuve d'une culture de la période glaciaire vieille de 10000 ans dans le détroit de Mackinac (Detroit Free Press)

 

 

Une équipe de non-scientifiques a peut-être confirmé par inadvertance la découverte la plus importante de l'archéologie des Grands Lacs depuis au moins une décennie.

Le groupe, composé principalement de citoyens autochtones amérindiens, a utilisé un véhicule sous-marin télécommandé (ROV) dans le détroit de Mackinac (Lac Michigan) pour jeter un œil aux oléoducs et gazoducs d'Enbridge sur le fond du lac. Mais parmi les choses qu'ils ont trouvées, il y avait des pierres qui, selon eux, semblent disposées en motifs circulaires et linéaires sur le fond du lac.

Si cela a été fait par des humains, cela s'est produit lorsque la région du détroit était pour la dernière fois au-dessus de l'eau - vers la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 10000 ans.

« Nous ne nous attendions pas à trouver cela - c'était vraiment incroyable », a déclaré Andrea Pierce, 56 ans, résidente d'Ypsilanti et citoyenne des bandes indiennes d'Odawa de Little Traverse Bay, qui était l'une des quatre femmes à conduire le projet d’inspecter le fond du détroit. " Ma question est, qui savait qu'ils étaient là ? ".

 

Grands lacsprehistoriques rov

A side-scan sonar image of the Straits of Mackinac lake bottom, taken in late August or early September 2020 by Busch Marine Inc. on behalf of Terri Wilkerson and others, shows what appears to be stones in at least a half-circle, visible in the orange and yellow band on the left, about halfway down. Side-scan sonar uses ultra-sonic waves bounced along a lake bottom to detect items on the sea floor. The group behind the Straits exploration believe this is evidence of rocks intentionally placed there by a culture at a time when the area would have been above-water -- around the end of the Ice Age some 10,000 years ago. Une image sonar à balayage latéral du fond du lac du détroit de Mackinac, prise fin août ou début septembre 2020 par Busch Marine Inc. au nom de Terri Wilkerson et d'autres, montre ce qui semble être des pierres dans au moins un demi-cercle, visible dans la bande orange et jaune sur la gauche, à mi-chemin environ. Le sonar à balayage latéral utilise des ondes ultra-soniques rebondissant le long du fond d'un lac pour détecter les objets sur le fond marin. Le groupe derrière l'exploration du détroit pense qu'il s'agit de preuves de roches placées intentionnellement par une culture à un moment où la zone aurait été hors de l'eau - vers la fin de la période glaciaire il y a environ 10000 ans. TERRI WILKERSON

 

La découverte semble être en corrélation avec la découverte en 2009 par un archéologue de l'Université du Michigan de formations de pierre similaires sous l'eau dans le lac Huron, près d'Alpena, également issue d'une ancienne culture de l'ère glaciaire. Ce professeur, John O'Shea, a déclaré aux responsables de l'État en février qu'un consultant, embauché par Enbridge pour explorer la zone de son projet de pipeline de tunnel du détroit, avait informé O'Shea qu'il avait vu des formations rocheuses similaires dans le détroit.

« Le technicien affecté à ce poste a été invité à ne prendre en compte que les épaves », a écrit O'Shea dans une lettre du 12 février 2020 adressée à la vice-responsable de la préservation historique de l'État, Martha MacFarlane-Faes.

« Lorsque le technicien a remarqué des alignements linéaires de pierres du type documenté dans le lac Huron, on lui a dit de les ignorer. Lorsqu'il a demandé la permission de me consulter sur leur origine culturelle potentielle, sa demande a de nouveau été refusée. Il a par la suite été exclu du projet. et n'a pas été autorisé à voir le rapport final. "

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Grèce : rapport sur la grotte occupée de Theopetra

Grèce : rapport sur la grotte de Theopetra occupée entre 130000 ans et 4000 ans BP

 

Grece grottetheopetra7

Un nouveau rapport, écrit par l'archéologue Dr. Catherine Kyparissi-Apostolika, chef honoraire de l'Éphorat de la paléoanthropologie et de la spéléographie du ministère grec de la Culture et des Sports grec éclaire l'ère néolithique en Grèce.

La grotte Theopetra en Thessalie, en Grèce centrale, s'est formée au début de la période du Crétacé supérieur, 137 000 000 - 65 000 000 ans avant le présent. La grotte, qui a été créée dans le calcaire, y est habitée depuis la période du Paléolithique moyen, et de nouvelles découvertes donnent un nouvel aperçu de la vie de ces premiers peuples.

Selon les archéologues, la grotte est probablement le lieu de l'une des plus anciennes constructions humaines sur Terre, car les découvertes indiquent que l'abri était habité il y a 130 000 ans, tout d'abord par les Néandertaliens. (YH : voir ci-dessous).

Les fouilles de Theopetra ont commencé en 1987 sous la direction de l'archéologue Dr. Catherine Kyparissi-Apostolika.

Les découvertes faites depuis lors incluent des outils en pierre des périodes paléolithique, mésolithique et néolithique, ainsi que des objets en poterie néolithique, en os et en coquille. Les découvertes sont des preuves importantes de la transition du mode de vie du Paléolithique au néolithique en Grèce.

 

Grece grottetheopetra1Crédit: Tolis-3kala / Wikimedia Commons

 

Les dernières découvertes montrent qu'environ 43 personnes vivaient dans la grotte Theopetra pendant l' ère néolithique. Les experts ont même pu confirmer qu'ils mangeaient du blé, de l'orge, des olives, des légumineuses et de la viande dans leur alimentation.

Les dernières données présentées par le Dr Kyparissi-Apostolika montrent que la grotte a servi de refuge aux gens pendant des milliers d'années, et il est très probable qu'il y ait eu des périodes où ils l'ont quittée, en fonction des conditions météorologiques du moment, puisque le climat a changé à plusieurs reprises au cours de ces milliers d'années.

Ces dernières années, la grotte a également servi d'abri pour la population locale en temps de guerre, et aussi à d'autres moments pour des enclos pour animaux.

Selon le Dr Kyparissi-Apostolika, des sépultures humaines sont également trouvées sur le site, il ne fait donc aucun doute qu'il y avait des habitants dans cette grotte. Deux sépultures correspondent à la période post-glaciaire du Paléolithique supérieur, une datant de 14 990 à 14 060 av. tandis que trois autres sépultures correspondent à la période mésolithique, et ont été datées entre 7 000 et 7 500 avant JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

 

mars-mysteres-06-09-2012.jpg

 

«C’est l’une des images les plus extraordinaires de toute la mission!» a déclaré Steve Squyres, l’un des principaux scientifiques d’Opportunity, ce robot en exploration sur Mars depuis le début de 2004.

Steve Squyres faisait référence à cette image étonnante transmise par Opportunity tout récemment.

Sur la photographie, des centaines de petits « objets sphériques » mesurant jusqu’à trois millimètres de diamètre apparaissent. Ceux-ci sont regroupés sur une butte martienne qu’Opportunity avait atteinte la semaine dernière.

 

mars-mysteres-06-09-2012.jpg

Ces bulles, appelées sphérules, sont une véritable « énigme géologique pour les scientifiques travaillant sur le projet », a déclaré la NASA, vendredi.

Contrairement à ce que le robot avait trouvé lors de son amarsissage début 2004, ces sphères ne correspondent en rien aux amas formés par l’action de l’eau sur les minéraux dans des sédiments.

Les sphérules découvertes sont très différentes, tant dans leurs concentration, structure, composition et distribution.

Le robot pour sa part se situe actuellement dans le cratère Endeavour. Malgré ses huit années de « dur travail » sur Mars, il est dans un très bon état, a précisé John Callas du “Jet Propulsion Laboratory’ de la Nasa (agence spatiale américaine), responsable de la mission.

Opportunity s’était posé sur Mars en janvier 2004 trois semaines après son jumeau Spirit pour une mission d’exploration de trois mois. Spirit a officiellement cessé de fonctionner en 2009.

Le nouveau robot Curiosity, de plus grande taille et scientifiquement beaucoup plus sophistiqué, est arrivé sur la planète rouge le 6 août 2012. Il s’apprête à entreprendre une mission d’exploration de deux ans pour déterminer si l’environnement sur Mars a été propice à la vie microbienne dans le passé.

 

Arrivée sur Mars de Curiosity le 06-08-2012

 

http://news.yahoo.com/strange-mystery-spheres-mars-baffle-scientists-123054357.html via TVA Nouvelles via Le Kebek

Voir aussi : Planète Mars : Un mystère géologique inexplicable en photo

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Pologne : Non ils n'ont pas fuit le froid il y a 27500 ans

Pologne : Non, ils n'ont pas fuit le froid il y a 27500 ans, ni il y a 20000 ans

 

Ancienthunters0

Contrairement aux affirmations de beaucoup de spécialistes (sans aucune preuve concrète d'ailleurs, mais juste une logique moderne), les hommes de l'âge de pierre ou tout au moins une partie, n'ont pas obligatoirement fuit les grands froids de l'âge de glace... et la glace ne les dérangeaient pas non plus au point imaginé par les scientifiques. L'impossibilité de traverser les glaces couvrant le nord de l'Amérique par exemple (sauf par un éventuel couloir dénué de glaces) à leur entrée via la Béringie pourrait bien n'être pas si réaliste que ça...

Les anciens chasseurs sont restés dans la partie la plus froide de l'Europe du Nord plutôt que de migrer pour échapper aux conditions hivernales glaciales, ont découvert les archéologues de l'Université d'Exeter.

Des preuves provenant d'os de renards arctiques montrent que des communautés vivant il y a environ 27 500 ans tuaient de petites proies dans les plaines inhospitalières de l'Europe du Nord pendant les mois d'hiver de la dernière période glaciaire.

Les chercheurs n'ont trouvé aucune trace d'habitations, suggérant que les gens ne restaient que peu de temps ou vivaient dans des tentes dans la zone fouillée, Kraków Spadzista, dans le sud de la Pologne, l'un des plus grands sites du Paléolithique supérieur d'Europe centraleJusqu'à présent, il n'était pas clair si les gens se retiraient ailleurs chaque hiver pour éviter le froid intense.

 

Redfoxdispla

Le renard roux de l'arctique n'a pas disparu de nos jours... pour l'instant malheureusement...

 

Le Dr Alexander Pryor, de l'Université d'Exeter, qui a dirigé l'étude, a déclaré: " Nos recherches montrent que les climats froids et rigoureux de l'hiver de la dernière période glaciaire ne constituaient pas un obstacle à l'activité humaine dans la région. Les chasseurs ont fait des choix très précis quant à l'endroit et quand tuer leur proie. "

Il y a environ 27 500 ans, les habitants de Cracovie Spadzista ont tué et massacré un grand nombre de mammouths laineux et de renards arctiques sur le site. Pour la première fois, l'équipe de recherche a pu reconstituer les détails de la façon dont les renards se déplaçaient dans le paysage avant leur mort, et également à quelle période de l'année ils sont morts, en analysant la chimie interne et les structures de croissance de l'émail dentaire et les racines.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Brésil : les géoglyphes amazoniens en danger

Brésil : les géoglyphes amazoniens en danger

 

Geoglifo fazenda crixa

Un autre géoglyphe ancien détruit par l'agriculture amazonienne

 

Les dommages causés au géoglyphe dans une ferme de l'État brésilien d'Acre révèlent les dangers de l'agro-industrie pour le patrimoine amazonien.

J'en avais déjà parlé il y a quelques temps, en espérant de futures découvertes, mais l'addiction de l'humanité à sa vieille drogue de 3000 ans (l'argent) est bien trop forte : l'état brésilien porte beaucoup plus d'importance à son économie qu'à la culture, la mémoire humaine et la simple intelligence, voir la Vie... :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-tres-anciennes-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/amazonie-les-harakmbut-devoilent-leurs-monolithes-sacres.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-hommes-installes-en-amazonie-il-y-a-plus-de-10000-ans.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/retour-sur-les-geoglyphes-amazoniens.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bresil-une-amazonienne-parle-des-pyramides-du-xingu.html

 

Pendant des décennies, les chercheurs ont découvert des trésors archéologiques qui prouvent l'existence de civilisations complexes en Amazonie brésilienne avant le colonialisme. Les plus fascinants sont peut-être les plus de 500 géoglyphes anciens révélés dans l'État d'Acre depuis les années 1970.

Mais certains de ces énormes dessins géométriques, gravés ou construits sur le sol, ont été détruits avant même que les scientifiques puissent en apprendre davantage sur les civilisations derrière eux. À la fin de l'année dernière, les employés de la ferme Crixá ont nivelé un géoglyphe de plusieurs centaines de mètres carrés et vieux de plusieurs milliers d'années pour faire place au pâturage du bétail et à une plantation de maïs.

Les dommages n'ont été découverts que récemment lors d'une analyse de routine par le paléontologue Alceu Ranzi, qui a étudié les structures pendant 40 ans.

" C'est un monument historique d'importance pour toute l'humanité ", a déclaré Ranzi, déplorant la perte d'un dessin qu'il avait lui-même découvert en 2001. Ranzi avait décrit le géoglyphe comme " un musée en plein air qui n'entraverait en rien le développement de l'agro-industrie. dans la région ". Il se trompait malheureusement...

Le géoglyphe de la ferme Crixá, dans la municipalité de Capixaba, n'est pas le premier à succomber aux machines et à  l'expansion agricole  (aidée par la Chine et au bénéfice de l'Europe qui achète le plus de soja amazonien - surtout la France ^^), qui mettent en péril le patrimoine d'Acre afin de répondre à la demande mondiale croissante de produits de base comme le soja.

 

Geoglifo fazenda crixa

Le site avant

 

Geoglifo fazenda crixa nova

Le site après... crédits Google Earth

 

Il y a quelques années, deux géoglyphes de l'État ont été perdus à cause de la construction de routes: l'un à la BR-317, qui ouvre la municipalité amazonienne de Boca do Acre; et l'autre à la BR-364 dans la municipalité de Brasiléia, une route importante pour l'agro-industrie locale. Dans les deux cas, les géoglyphes n'avaient été découverts que lors des travaux (YH et détruits très vite).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : traces de l'homme il y a 30 000 ans à Chiquihuite

Mexique : traces de l'homme il y a 30 000 ans à Chiquihuite

 

Mexique chiquihuite3

 

 

Je reviens sur cette découverte et publication de cet été, avec de nouvelles photos et informations : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-en-amerique-du-nord-entre-3oooo-et-24ooo-ans-nouvelles-preuves.html

Des fouilles minutieuses de la grotte Chiquihuite, située dans une zone montagneuse du nord du Mexique contrôlée par des cartels de la drogue, ont découvert près de 2000 outils en pierre dans une petite section de la grotte située à une haute altitude.

L'analyse archéologique des outils et l'analyse ADN des sédiments dans la grotte ont révélé une nouvelle histoire de la colonisation des Amériques qui retrace maintenant des preuves de premiers Américains il y a 25 000 à 30 000 ans.

Les résultats, qui ont été publiés dans Nature aujourd'hui (22 juillet 2020), remettent (encore) en question la théorie communément admise selon laquelle les Clovis étaient les premiers habitants humains des Amériques il y a 15000 ans.

Le professeur Eske Willerslev, spécialiste de l'ADN, du St John's College, Université de Cambridge, et directeur du Centre GeoGenetics de la Fondation Lundbeck, Université de Copenhague, a dirigé l'étude avec l'archéologue Dr Ciprian Ardelean, de l'Université de Zacatecas au Mexique.

Le professeur Willerslev a déclaré: " Pendant des décennies, les gens ont débattu passionnément de l'arrivée des premiers humains dans les Amériques. La grotte de Chiquihuite suscitera beaucoup plus de débats car c'est le premier site (YH : non, loin de là ! Voir les liens en bas) qui date l'arrivée des gens sur le continent il y a environ 30 000 ans - 15 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait. Ces premiers visiteurs n'occupaient pas la grotte de façon continue, nous pensons que les gens y passaient une partie de l'année en l'utilisant comme abri d'hiver ou d'été, ou comme base pour chasser pendant la migration, jamais comme hôtel fixe. "

Le projet de recherche de 10 ans soulève plus de questions sur les premiers humains qui ont vécu dans les Amériques qu'il n'en résout.

 

Mexique chiquihuite2

Un outil en pierre trouvé sous la couche du dernier maximum glaciaire (LGM) à la grotte Chiquihuite. Crédits: Dr Ciprian Ardelean

 

Le Dr Ardelean a déclaré: " Nous ne savons pas qui ils étaient, d'où ils venaient ou où ils sont allés. Ils sont une énigme complète. Nous supposons à tort que les populations autochtones des Amériques sont aujourd'hui les descendants directs des premiers Américains, mais maintenant nous ne pensons pas que ce soit le cas. Au moment où la célèbre population Clovis est entrée en Amérique, les tout premiers Américains avaient disparu des milliers d'années auparavant (YH : ou s'étaient enfoncés dans la jungle amazonienne jusqu'au Brésil, où l'on trouve des traces très anciennes). Il aurait pu y avoir de nombreuses colonisations ratées qui ont été perdues dans le temps et qui n'ont pas laissé de traces génétiques dans la population d'aujourd'hui."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

 

Picture quebradablancaLa mine de cuivre de Quebrada Blanca, Chili

 

Les restes de quatre humains momifiés vêtus de couleurs vives et enterrés dans des tombes formelles ont été découverts lors des travaux d'agrandissement de la mine de cuivre Quebrada Blanca, région de Tarapaca, dans le nord du Chili, ont annoncé le vendredi 21-08-2020 les exploitants de la mine.

La société Teck Resources a déclaré que les momies, portant des coiffes et des sandales sophistiquées, avaient été parfaitement préservées dans le climat aride. Des tests sont actuellement en cours sur eux pour déterminer leur âge précis, qui pourrait remonter à  environ 1 100 et 400 avant JC d'après les estimations.

« En raison des conditions salines du sol, du manque de précipitations et d'une humidité relativement faible, les restes sont momifiés dans des tenues complètes et avec un certain nombre d'outils indiquant leur mode de vie », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Map quebradablancaCrédit : NASA, TAGEO

 

La société a signalé la découverte au gouvernement chilien, qui déterminera comment préserver les artefacts, décrits par l'archéologue Mauricio Uribe comme « l'une des découvertes les plus remarquables de ces dernières années dans la région de Norte Grande ».

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes C14

IntCal20 : Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes du C14

 

Stalagmites grottehulu chine 14000 55000ans

 

Si le niveau de C-14 dans l'atmosphère avait toujours été constant, la datation au radiocarbone serait simple. Mais ce n'est pas le cas. Les changements dans le cycle du carbone, le rayonnement cosmique, l'utilisation de combustibles fossiles et les essais nucléaires du XXe siècle ont tous causé de grandes variations au fil du temps. Ainsi, toutes les dates au radiocarbone doivent être ajustées (ou étalonnées) pour être transformées en âges calendaires précis.

Sans cet ajustement, les dates pourraient être dépassées de 10 à 15%. Cette semaine, est paru un effort international de sept ans pour recalculer trois courbes d'étalonnage au radiocarbone:

IntCal20 («20» pour signifier cette année) pour les objets de l'hémisphère nord

SHCal20 pour les échantillons de l'hémisphère sud dominé par l'océan

Marine20 pour les échantillons des océans du monde.

 

Ces courbes mises à jour ont été construites en mesurant une pléthore de matériaux qui enregistrent les niveaux de radiocarbone passés, mais qui peuvent également être datés par d'autres méthodes. Les liens vers les trois publications scientifiques sont en bas de cet article.

Les archives comprennent des anneaux d'arbres provenant d'anciennes grumes conservées dans des zones humides, des stalagmites de grottes, des coraux du plateau continental et des sédiments forés dans les lits des lacs et des océans.

 

Arbrekauri nouvelle zelande 40000ans

Les anciens arbres de kauri ( Agathis australis ) de Nouvelle-Zélande comme cet exemple ont été utilisés pour aider à construire les courbes d'étalonnage. Cet arbre a environ 40 000 ans et a été retrouvé enterré sous terre. Crédit Nelson Parker

 

Au total, les nouvelles courbes sont basées sur près de 15 000 mesures au radiocarbone effectuées sur des objets jusqu'à 60 000 ans.

Les progrès de la mesure du radiocarbone à l'aide de la spectrométrie de masse par accélérateur signifient que les courbes mises à jour peuvent utiliser de très petits échantillons, tels que des anneaux d'arbre simples à partir d'une croissance d'un an seulement.

Lire la suite

Baltique : la cité perdue de Vineta

Baltique : la cité perdue de Vineta

 

Vineta karte abraham ortelius 02

J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

 

 
Oera linda amsterdam peo platon
 
 

Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

" La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

"Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

Lire la suite

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

 

Rungholt fouilles plongee mini

 

Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

Frise maps

Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

Lire la suite

Turquie : Les cités antiques demi-englouties d'Apollonia et d'Aperlea

Turquie : Les cités antiques demi-englouties d'Apollonia et d'Aperlea

 

Kekova apollonia1 mini

C'est un endroit protégé et interdit de toute plongée sous-marine depuis 1990 et pourtant absolument pas fouillé et laissé aux caprices de la nature. L'île de Kekova, également appelée Caravola,est une île turque qui a donné son nom à toute cette région de Lycie sur 260 km² et où l'on trouve les antiques cités de Simena (Kalekoy), Dochiste (Apollonia), Theimussa (Ucagiz) et Aperlai. L'île en elle-même ne fait que 4,5 km², située au sud de la ville de Simena et n'est plus habitée depuis longtemps. Sur le versant septentrional de l'île se trouvent les ruines partiellement englouties par la mer de l'antique cité d'Apollonia, détruite par un fort séisme au 2ème siècle. Reconstruite en partie par les byzantins, elle fut rapidement complètement abandonnée à cause des incursions arabes.

Kekova apollonia5

L’île est interdite à la visite car elle abrite un grand nombre de sites archéologiques qui n’ont pas encore été fouillés, seul l’accès par la mer à la baie de Tersane est autorisée. La plongée bouteille et en apnée sont également interdites sur le site. Les intérêts principaux de la visite sont la beauté du site naturel et la curiosité que représente la cité engloutie d'Apollonia (ne pas confondre avec la ville antique du même nom en Libye), intéressant que si vous le faite en kayak car vous pouvez passer directement au-dessus des ruines et les voir grâce à l'eau transparente. Une partie de la cité fut submergée dans l’antiquité, lorsque suite à un tremblement de terre, le sol c’est abaissé de 4 ou 5 mètres. Les ruines immergées se trouvent actuellement à 1 ou 2 mètres de profondeur. Au-dessus, sur l’île, vous pourrez apercevoir également les vestiges de bâtiments antiques.

Ile de kekova apollonia

Le site d’Aperlai se situe dans une crique bien protégée en bord de mer que vous pouvez atteindre à partir d’Ucaguiz par la Lycian Way mais le chemin est plus long (environ 10 km). Au V siècle av. JC, c’était la cité lycienne la plus importante de la côte. Les autres sites lyciens que vous visiterez dans le secteur dépendaient de cette cité. La partie basse de la ville a été submergée suite à des mouvements tectoniques comme l’atteste encore de nos jours un sarcophage à demi-immergé. Outre une vue magnifique sur la crique, vous pourrez y découvrir les vestiges du mur d’enceinte et ses tours de la cité antique réhabilités à l’époque byzantine, un théâtre, de nombreux sarcophages type carène de bateau renversée avec sculptures, des églises byzantines édifiées sur la base de bâtiments antiques, des antiques citernes.

Simena

Kekova apollonia4

Sources : http://theswedishparrot.com/dans-la-vapeur-blanche-des-jours-sans-vent-carnet-de-voyage-en-turquie-3-aout-ucagiz-kekova-dochiste-apollonia-geyikova-adasi-kalekoy-simena/

http://www.regardsurlaplanete.com/carnet-voyage/turquie-kekova.html

photos : « Kekova » par Seynaeve — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - 

 

Yves Herbo, Sciences, Faits, Histoires, 21-02-2015, up 08-2020

 

Les secrets de la légendaire cité perdue d'Héracléion

Les secrets de la légendaire cité perdue d'Héracléion révélés par des photos sous-marines

 

cleopatralostking1.jpg

 

Autrefois la cité de Thonis-Héracléion, connue aujourd'hui comme le royaume oublié de Cléopâtre, était la porte d'entrée vers l'Égypte. De nos jours, cette mystérieuse cité légendaire est submergée dans la baie d'Aboukir, près d'Alexandrie. (un peu à l'ouest du delta du Nil)

La cause de la submersion de la cité est toujours un mystère, mais elle fut avalée par la mer Méditerranée et elle s'est ensablée et envasée pendant plus de 1200 ans.

De nouvelles découvertes sous-marines permettent aux archéologues de rassembler des indices et de créer une image de ce à quoi ressemblait la vie dans l'ancienne cité.

Connue sous le nom d'Héracléion chez les anciens grecs et celui de Thonis chez les anciens égyptiens, la cité a été redécouverte en 2000 par un archéologue sous-marin français, le Dr Franck Goddio et l'équipe de l'Institut Européen d'Archéologie Sous-Marine (IEASM) après une étude géophysique qui a duré quatre ans.

 

cleopatralostking.jpg

 

" Avant sa découverte en 2000 par l'IEASM, on n'avait trouvé aucune trace de Thonis-Héracléion. Son nom était presque rayé de la mémoire de l'humanité, préservé uniquement dans d'anciens textes classiques et de rares inscriptions découvertes sur terre par les archéologues.

Le grand historien grec Hérodote (5ème siècle avt J-C) nous parle d'un grand temple qui avait été construit à l'endroit où le fameux héros Héraklès (Hercule) avait débarqué en Égypte.

Il rapporte aussi la visite d'Hélène à Héracléion avec son amant Pâris avant la guerre de Troie. Plus de quatre siècles après la visite d'Hérodote en Égypte, le géographe Strabon observa que la cité d'Héracléion, avec son temple d'Héraklès, était située juste à l'est de Canope à l'embouchure de la branche canopienne du Nil," écrit Franck Goddio sur son site web.

 

cleopatracoffre.jpg

 

Les scientifiques pensent que la cité toute entière a été complètement submergée avec tous ses objets, statues, colonnes et autres merveilles du palais de Cléopâtre.

Plusieurs artefacts sont restés en grande partie intacts. Parmi les découvertes figurent les fondations du palais, des épaves, des colonnes de granit rouge et des statues de la déesse Isis et deux sphinx.

Parmi les énormes blocs de calcaire effondrés au quatrième siècle il y avait un immense bloc de quartzite avec des inscriptions gravées concernant un pharaon. L'une d'elles indique qu'il s'agit de Séthi Ier, père de Ramsès II.

 

cleopatraruines.jpg

 

Les plongeurs ont aussi découvert une tête en pierre colossale qu'on pense être celle de Césarion, le fils de Cléopâtre et de son ancien amant, Jules César, et deux sphinx, l'un des deux représentant probablement le père de Cléopâtre, Ptolémée XII.

 

cleopatralostking2.jpg

 

Les chercheurs pensent que la cité était une zone centrale qui servait de plaque tournante commerciale par laquelle les marchandises venant de Grèce et d'autres endroits méditerranéens entraient en Égypte.
" Le site est étonnamment préservé. Nous commençons maintenant à en explorer les zones les plus intéressantes pour essayer de comprendre la vie à l'époque ", a dit le Dr Damian Robinson, qui travaille sur le site et directeur du centre d'Oxford pour l'archéologie maritime à l'université d'Oxford. " Nous obtenons une riche description de choses comme le commerce qui avait cours ici et la nature de l'économie maritime de la dernière période égyptienne. Des marchandises venaient de Grèce et de Phénicie ".
"C'est une grande cité que nous exhumons", a dit Robinson.
 
cleopatralostking3.jpg
 
Lire la suite ci-dessous et voir les vidéos :

Lire la suite