Sciences-Faits-Histoires

Israel

  • Des anomalies d'élévation de la mer détectées par des archéologues

    Des anomalies d'élévation de la mer détectées par des archéologues

     

    Teldor israel3 730

    Des plongeurs récupérant une ancre de pierre à Tel Dor. Crédit : Amir Yorman / Recanati Institute of Marine Studies, Université de Haïfa

     

    Des archéologues déconcertés par l'élévation du niveau de la mer sur la côte israélienne à l'époque hellénistique

     

    Cet article présente de nouvelles observations archéologiques et des recherches multidisciplinaires à Dor, en Israël, pour établir un niveau de la mer relatif plus fiable pour la côte du Carmel et le Levant méridional entre l'âge du bronze moyen et la période romaine (environ 3500-1800 ans BP). Notre dossier indique une période de faible niveau relatif de la mer, environ -2,5 m au-dessous de l'actuel, de l'âge du bronze moyen à la période hellénistique (environ 3500-2200 ans BP). Cela a été suivi d'une élévation rapide aux niveaux actuels, commençant dans la période hellénistique et se terminant pendant la période romaine (ca. 2200-1800 ans BP). Ces niveaux romains concordent avec d'autres indications relatives au niveau de la mer d'Israël et d'autres zones tectoniquement stables de la Méditerranée. Plusieurs modèles de reconstruction du niveau de la mer relatifs effectués dans la présente étude fournissent des prédictions différentes en raison de leurs paramètres et ne modélisent pas les changements observés à partir des données de terrain qui indiquent une origine non isostatique pour les changements. Le niveau de la mer relatif de l'âge du fer faible et stable à long terme peut être observé à Dor, où les structures portuaires de l'âge du fer restent à peu près à la même altitude entre ca. 3100-2700 ans BP. Un modèle similaire se produit à Atlit, le port de l'âge du fer au nord utilisé en continu depuis ca. 2900 ans BP jusqu'au début de la période romaine (environ 2200 ans BP). Un examen des sources historiques et archéologiques révèle le déclin et la disparition occasionnelle des sites hellénistiques le long de la côte d'Israël en ca. 2200 ans BP (2e siècle avant notre ère), comme dans le cas de Yavneh Yam, Ashdod Yam, Straton's Tower et tel Taninim. A Akko-Ptolémaïs, les grandes installations portuaires construites à l'époque hellénistique n'ont jamais été remplacées par un important port romain. Les conclusions de cette recherche sont donc pertinentes pour la communauté des chercheurs sur le niveau de la mer et pour les analyses historiques du littoral israélien et sud-levantin.

     

    À Tel Dor il y a 3 800 ans, le niveau relatif de la mer était de 2,5 mètres plus bas qu'aujourd'hui. Soudain, il a commencé à augmenter rapidement à l'époque hellénistique. Personne ne sait pourquoi.

    Pour être clair, Tel Dor est loin d'être la seule anomalie localisée au niveau de la mer Méditerranée. L'équipe pointe vers une découverte similaire et tout aussi inexplicable en France : des observations indirectes du niveau de la mer il y a 4 000 à 3 000 ans indiquent des niveaux locaux qui étaient de 1 à 2 mètres au-dessous des niveaux actuels. Pour faire court, la situation sur une partie des côtes françaises semble similaire au cas israélien. En se déplaçant vers la Corse, sur la côte nord de l'île, des indicateurs indiquent que le niveau relatif de la mer était de plus d'un mètre plus bas il y a environ 3 700 ans qu'aujourd'hui. À l'époque romaine, il avait quelque peu rebondi mais était encore à un demi-mètre en dessous du niveau actuel.

    La mer n'est pas la chose stable que nous avons tendance à penser qu'elle est. On suppose généralement que le niveau mondial de la mer est stable depuis environ 7 000 ans, c'est-à-dire tout au long de l'existence de la civilisation humaine moderne. Nous supposons également que puisque les océans du monde sont interconnectés, lorsque le niveau de la mer s'élève, cela se produit partout.

    Mais la mer est un farceur, et une étude plus approfondie révèle des anomalies locales dans son niveau relatif – dont certaines ne donnent aucune explication. Aujourd'hui, une équipe internationale de scientifiques dirigée par Assaf Yasur-Landau de la Leon H. Charney School of Marine Sciences de l'Université de Haïfa, rapporte dans PLOS One sur les indications d'une telle anomalie sur la côte méditerranéenne d'Israël : un glissement ascendant entre le Mid-Bronze De l'âge à l'âge du fer, puis une forte augmentation à l'époque hellénistique, apparemment d'environ 2,5 mètres (8 pieds) au total, jusqu'au niveau que nous connaissons aujourd'hui. C'est une anomalie.

     

    Teldor israel1

    Le littoral de Tel Dor. Crédit : Yaniv Cohen / Autorité de la nature et des parcs

     

    Au cours du dernier maximum glaciaire, il y a environ 26 000 ans, le niveau moyen mondial de la mer était d'environ 126 mètres plus bas qu'il ne l'est aujourd'hui, car les vastes calottes glaciaires retenaient l'eau. Alors que l'ère glaciaire diminuait et que les glaciers recouvrant l'hémisphère nord fondaient, le niveau mondial de la mer s'est élevé à ce que nous connaissons aujourd'hui.

    Ne nous enlisons pas dans l'élévation du niveau de la mer liée au changement climatique. C'est une autre histoire. Jusqu'à présent, le niveau moyen mondial de la mer a augmenté de 8 ou 9 pouces (20 à 23 centimètres) depuis 1880, selon la National Oceanic and Atmospheric AdministrationLe fait est que, à moins de 8 à 9 pouces, le niveau de la mer est à peu près inchangé à l'échelle mondiale depuis l'aube de la civilisation moderne (5000 Avant JC).

    " Mais localement, il y a 3 800 ans, le niveau de la mer le long de la côte nord d'Israël était d'environ 2,5 mètres plus bas qu'il ne l'est aujourd'hui ", disent Yasur-Landau et l'équipe. "  La découverte est déconcertante : ils ne peuvent pas l'expliquer ", admettent-ils.

    " Le changement du niveau de la mer ne s'est pas produit du jour au lendemain ", ajoute Yasur-Landau. " Nous parlons de choses qui se sont produites assez lentement entre l'âge du bronze et l'âge du fer ", a-t-il déclaré à Haaretz.

    Puis, durant la période hellénistique et le début de la période romaine, le niveau de la mer local s'est élevé rapidement, jusqu'à son niveau actuel (moins les 8 à 9 pouces du changement climatique depuis 1880). Ils ne peuvent pas l'expliquer non plus.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

    Asie et Moyen-Orient: Deux nouvelles espèces humaines ?

     

    Chine nouvelle espece3

    Vue d'artiste du Dragon Man dans son environnement. Crédit Chuang Zhao 

     

    Le même jour, deux publications, l'une chinoise et l'autre israélienne, revendiquent l'existence de deux nouvelles espèces apparentées au genre Homo (Nesher Ramla Homo et Homo longi). Et compte tenu des datations de ces fossiles, ces deux possibles nouveaux homininés auraient parfaitement pu rencontrer non seulement les néandertaliens mais aussi nos ascendants directs, Homo Sapiens sans parler de Dénisovien pour l'asiatique. Mieux, l'homininé asiatique serait même en fait notre plus proche cousin, raflant ce statut à néandertalien.

    Pour rappel, certaines études génétiques ont affirmé qu'il manquait au moins l'ADN d'un homininé inconnu dans le génome de l'homme moderne, mais aussi des néandertaliens et denisoviens, il n'est donc pas impossible que l'un ou même les deux de ces nouvelles espèces fortement envisagées se soient aussi croisées avec nos propres ancêtres (l'être humain a en effet un certain pourcentage de son ADN actuel attribuable selon les régions à néandertalien et dénisovien:

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/des-analyses-genetiques-des-neandertaliens-et-des-denisoviens-revelent-une-autre-espece-inconnue.html

     

    Autre rappel, la génétique nous affirme depuis longtemps que Homo Sapiens (nous) et Néandertalien s'étaient tous deux séparés d'un unique ancêtre commun, avec une date qui recule au fil du temps (estimée à il y a environ 400 000 ans, puis 800 000 ans, l'estimation est maintenant de 1 million d'années.


    Commençons par parler des études israéliennes, plus proche de l'Europe, qui sont toutes deux parues le 25 juin 2021 dans Science et qui s'appuient également sur d'autres publications :

    Des fouilles dans un gouffre israélien ont dévoilé un groupe d'hominidés de l'âge de pierre jusqu'alors inconnu qui a contribué à l'évolution du genre humain (Homo). Les habitants d'un site appelé Nesher Ramla, qui vivaient il y a environ 140 000 à 120 000 ans, rejoignent les Néandertaliens et les Dénisoviens en tant que troisième population homo eurasienne qui s'est culturellement mêlée et peut-être croisée avec l'ancien Homo sapiens (amenant à l'homme moderne), selon les chercheurs, qui l'ont provisoirement nommé Nesher Ramla Homo.

    De plus, les fossiles d'hominidés précédemment trouvés dans trois grottes israéliennesqui datent d'il y a environ 420 000 ans, appartiennent probablement aussi à l'ancienne population représentée par les découvertes de Nesher Ramla, selon une équipe internationale dirigée par le paléoanthropologue Israel Hershkovitz.

    « Nesher Ramla Homo était l'un des derniers survivants d'un ancien groupe [d'hominidés] qui a contribué à l'évolution des populations de Néandertaliens européens et d'Homo d'Asie de l'Est », explique Hershkovitz. (YH : cette nouvelle espèce, pour l'instant, aurait donc vécu de 420 000 ans à 120 000 ans environlocalement).

    Les travaux de Nesher Ramla ont mis au jour cinq morceaux d'une boîte crânienne et une mâchoire inférieure presque complète contenant une dent molaire. Ces fossiles ressemblent à certains égards aux Néandertaliens et à d'autres hominidés rappellant certains fossiles souvent classés à tord ou à raison comme Homo heidelbergensis, une espèce pré-néandertalienne qui aurait occupé des parties de l'Afrique, de l'Europe et peut-être de l'Asie de l'Est depuis environ 700 000 ans ( SN : 15/5/19 ).

     

    Israel fossiles nouvelle espece

    Des parties d'une mâchoire (à gauche) et d'une boîte crânienne (à droite), trouvées sur le site israélien de Nesher Ramla, représentent une ancienne population d'hominidés qui a contribué à l'évolution des Néandertaliens européens et peut-être d'anciens groupes Homo en Asie de l'Est, selon les chercheurs. AVI LEVIN ET ILAN THEILER/FACULTÉ DE MÉDECINE SACKLER/TEL AVIV UNIV.

     

    Dans les sédiments fossilifères, l'équipe de Hershkovitz a déterré environ 6 000 artefacts en pierre et plusieurs milliers d'os de gazelles, de chevaux, de tortues et d'autres animaux. Certains de ces os contenaient des marques d'outils en pierre faites lors de l'enlèvement de la viande.

    Des combinaisons de traits sur certains fossiles d'Hominidés chinois, y compris une mâchoire d'enfant datant peut-être de plus de 200 000 ans (YH : et ayant une croissance des dents identique à celle de l'homme moderne !), ressemblent à l'apparence des nouveaux fossiles israéliens, dit Hershkovitz ( SN: 1/16/19 ). Les anciens groupes Homo ayant des racines à Nesher Ramla ont peut-être atteint l'Asie de l'Est et se sont peut-être mariés avec certains groupes qui y vivent déjà, spécule-t-il.

    Mais Nesher Ramla Homo n'a pas eu à aller jusqu'en Asie de l'Est pour interagir avec d'autres groupes d'hominidés. Les outils en pierre trouvés avec les fossiles de Nesher Ramla Homo correspondent à des outils d'âge comparable fabriqués à partir de morceaux de roche préparés par H. sapiens à proximité ( SN: 1/25/18). Nesher Ramla Homo et H. sapiens doivent avoir échangé des connaissances sur la fabrication d'outils en pierre, et peut-être se sont mélangés, dit HershkovitzLes tentatives d'extraction de l'ADN des fossiles de Nesher Ramla, qui révéleraient si des croisements ont eu lieu, ont échoué.

    Il est intrigant que des outils en pierre généralement associés à H. sapiens aient été trouvés avec des fossiles aussi distinctifs, explique le paléoanthropologue John Hawks de l'Université du Wisconsin-Madison, qui n'a pas participé à la nouvelle recherche. " Ce n'est pas un flingue qui prouve qu'il y a eu des interactions étroites entre Nesher Ramla Homo et Homo sapiens, mais c'est très suggestif." YH : et il est bien sûr impossible de connaître les contributions de Néandertalien à l'Homo Sapiens et inversement (ainsi que celles de Denisovien et autres d'ailleurs)

     

    Israel nouvelle espece2

    Les outils en pierre fabriqués par une ancienne population Homo au Moyen-Orient (illustrés) ressemblent à ceux fabriqués à la même époque par les Homo sapiens voisins, suggérant que les deux groupes avaient des contacts étroits.TAL ROGOVSKI

     

    Les preuves de Nesher Ramla correspondent à un scénario dans lequel le genre Homo a évolué en tant que populations et espèces étroitement liées du Pléistocène moyen, y compris les Néandertaliens, les Denisoviens et H. sapiensDes groupes basés dans des régions méridionales habitables se sont déplacés dans une grande partie de l'Europe et de l'Asie pendant des étendues relativement chaudes et humides, écrit la paléoanthropologue Marta Mirazón Lahr de l'Université de Cambridge dans un commentaire publié avec les nouvelles études. Ces anciens groupes se sont croisés, se sont fragmentés, se sont éteints ou se sont recombinés avec d'autres groupes Homo en cours de route, produisant une variété d'apparences squelettiques observées dans les fossiles d' Homo européens et est-asiatiques, suggère Lahr.

    Le mélange génétique et culturel des groupes d'Homo eurasiens au cours de la période du Pléistocène moyen – qui s'étendait d'environ 789 000 à 130 000 ans – s'est produit trop fréquemment pour permettre l'évolution d'une espèce distincte dans ce cas, selon l'équipe.

    Ces fossiles compliquent encore l'arbre généalogique humain, qui est devenu plus complexe ces dernières années avec des ajouts tels que H. naledi d'Afrique du Sud et le H. luzonensis proposé aux Philippines ( SN : 9/10/15 ; SN : 4/10 /19 ). YH : Sans oublier que plusieurs autres fossiles, comme cette machoire pêchée du côté de Taïwan en 2015 ou d'autres en Asie, posent également le même type de question.

    « C’est un hominidé plus archaïque que Néandertal, mais c’est le premier hominidé découvert qui utilise un type d’outil de pierre utilisé par Sapiens », explique l’une des coauteures de l’étude publiée jeudi dans la revue Science, Marion Prévost, de l’Université hébraïque de Jérusalem. Cela ouvre la porte à la possibilité que les néandertaliens, qui ont vécu en Europe jusqu’à il y a 40 000 ans (YH : Non, tout indique qu'on trouve encore néandertalien il y a 29 000 ans et peut-être moins dans le sud de l'Europe), aient appris d’autres techniques de taille de la pierre de l’homme de Nesher Ramla plutôt que de Sapiens. « Il est possible que Nesher Ramla ait migré vers l’Europe et engendré le néandertalien », dit Mme Prévost.

    Le type d’outil jusqu’à maintenant propre à Sapiens, qui a aussi été découvert sur le site israélien, s’appelle une coupe de pierre « levallois centripète ».

    Un autre outil trouvé sur le site a attiré l’attention des paléontologues. « C’est un outil qu’on ne retrouve nulle part ailleurs au Levant, qui a deux types de coupes le long du manche, pour servir à la fois de couteau et de racloir, dit Mme Prévost. On retrouve ce type d’outil ailleurs dans le monde. Il s’agit probablement d’une évolution technologique indépendante. » Ce type d’outil est plus ancien que ceux qu’utilisaient Homo sapiens.

     

    Israel site nouvelle espece

    Le site de Nesher Ramla - PHOTO FOURNIE PAR YOSSI ZAIDNER

     

    Le site a été découvert en 2010 lors du creusage d’une carrière, et des fouilles de sauvetage ont été faites jusqu’en 2012. Les paléontologues font leurs analyses depuis. « Nous avons 80 000 outils de pierre à examiner, alors nous n’avons pas fini », dit Mme PrévostL’homme de Nesher Ramla présente quelques similitudes avec un autre hominidé archaïque retrouvé en Israël dans la caverne de Qesem, découverte en 2000, qui n’a jamais été formellement identifié. Il pourrait aussi présenter des similitudes avec des individus d’autres sites mis au jour dans la péninsule arabique, selon Mme Prévost.

     

    Voir les sources en bas de l'article.

     

    Lire la suite ci-dessous pour la nouvelle espèce revendiquée en Chine :

    Lire la suite

  • L'utilisation du meulage de pierre remonte à 350 000 ans !

    Les premières preuves de l'outil de meulage de pierre remontent à 350000 ans ! 

     

    Outils de meulage 350000ans montcarmel

     

    La découverte montre que nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme différentes pièces.

    Des outils «simples» ont été utilisés pour façonner des pièces pour des jeux lors de découvertes trouvées dans les grottes de Tabun au mont Carmel et publiées dans le Journal of Human Evolution par le Dr Ron Shimelmitz, le Dr Iris Goman-Yaroslavski, le professeur Mina Weinstein-Evron et le professeur Dani Rosenberg du Département d'archéologie de l'Université de Haïfa. Le site de Tabun a hébergé par intermittence des personnes il y a entre 500 000 à 40 000 ans et a été déclaré par l'UNESCO comme ayant une «valeur universelle» montrant les étapes de l'évolution humaine.

    Cette découverte montre qu'il y a 350 000 ans, nos ancêtres jouaient à des jeux en utilisant des roches qui étaient chauffées et utilisées comme des pièces différentes - un peu comme aujourd'hui où les différentes formes d'un jeu ont des valeurs différentes. Jusqu'en 2017, on pensait que l'Homo sapiens n'avait que 160000 ans. La découverte à Tabun permet de confirmer une découverte à Jebel Irhoud, au Maroc (voir lien en bas), qui suggérait que notre espèce est probablement plus proche de 350 000 ans.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Israel: le site englouti de Atlit Yam et des briques cuites

    Israel: le site englouti de Atlit Yam révèle des briques cuites de 9000 ans

     

    Atlityam sitebriquescuites

    Retour sur le site englouti de Atlit Yam, situé au large de l'actuelle Israel dans la méditerranée, dont j'avais déjà parlé en 2013 ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

    En 1984, sur la côte du Levant, Ehud Galili, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités et plongeur émérite, a découvert par 10 mètres de fond une structure inhabituelle, dégagée du sable par une forte tempête. Comment expliquer sa présence à 400 mètres au large des côtes israéliennes ? Les premières fouilles ont révélé que ce site archéologique, baptisé Atlit Yam (« Atlit-sur-Mer » en hébreu) en raison de la proximité de la ville du même nom, était une cité de l’âge de pierre. Vieille d’au moins neuf mille ans, elle a été submergée par la mer, il y a environ six millénaires, à la suite de la fonte des glaciers. Les premières recherches ont établi que le site d'Atlit-Yam est situé à environ 200 à 400 m au large, à une profondeur de 8 à 12 m et s'étend sur une superficie d'env. 40000 m2

    Les découvertes architecturales consistent en des puits d'eau en pierre, des fondations de structures rectangulaires, des séries de longs murs non reliés, des installations rondes, des sites de rituels et des zones pavées. En outre, 65 squelettes humains ont été découverts lors de sépultures primaires et secondaires. Chez au moins quatre des hommes, une pathologie de l'oreille interne - exostose auditive - causée par une plongée en eau froide a été observée.

    Les restes fauniques se composaient d'os d'animaux sauvages et domestiques, y compris des moutons / chèvres domestiques, des porcs et des chiens et des bovins au bord de la domestication, ainsi que de nombreux restes de poissons marins. Les restes de poisson comprenaient plus de 6000 os, la plupart appartenant à Balistes carolinesis, (le poisson gâchette gris), et quelques-uns aux Serranidae, Sparidae, Sciaenidae, Mugillidae et autres familles de poissons. Des artefacts en pierre, en os, en bois et en silex ont également été récupérés, ainsi que de grandes quantités de restes botaniques, notamment des graines de blé domestique, d'orge, de lentille et de lin. Certains artefacts et restes de plantes peuvent être associés à la pêche. Le matériel archéologique indique que l'économie du site était complexe et reposait sur l'utilisation combinée des ressources terrestres et marines, notamment la culture des plantes, l'élevage, la chasse, la cueillette et la pêche. Le site d'Atlit-Yam fournit la première preuve connue d'un système agro-pastoral-marin de subsistance sur la côte levantine.

    Sur les sept sites engloutis découverts le long de la côte, Atlit Yam est le plus grand. On note que plusieurs de ces sites se trouvaient à proximité immédiate de rivières se jetant dans la mer, probablement comme des ports préhistoriques utilisant les ressources marines pouvant être facilement distribuées à l'intérieur des terres, mais aussi des ressources provenant de ces dernières.

     

    sitesengloutis.jpg

     

    Les briques PPNC n'étaient pas aménagées (brut), chauffées à haute température dans des conditions réductrices. Les briques PN / EC ont été aménagées, chauffées à température moyenne dans des conditions oxydantes. La structure PN / EC est principalement constituée d'amidon de paillettes de blé, d'os et de calcite.

     

    Il y a environ 9 000 ans, le site d'Atlit Yam abritait un village animé, où se trouvaient plusieurs maisons, ainsi qu'un lieu de rituels. Quelques siècles plus tard, la zone a été submergée par la mer et est aujourd'hui située à environ 500 mètres au large des côtes du nord d'Israël. Parmi les vestiges de bâtiments ainsi que des restes d'animaux, de plantes et même de plusieurs individus, les archéologues marins ont identifié un certain nombre d'installations circulaires en briques de terre chauffées. En tant que groupe de chercheurs israéliens du Département des civilisations maritimes et de l'Institut Zinman d'archéologie de l'Université de Haïfa et de l' Autorité des antiquités d'Israël, ces artefacts anciens découvert offrent une clé pour comprendre comment les populations préhistoriques locaux ont évolué dans les temps anciens, devenant de plus en plus habiles et compétents dans l'utilisation de l'environnement qui les entoure.

    Atlit Yam et Bnei Brak - situés dans la plaine de Sharon - remontent au néolithique C, donc avant la poterie, lorsque la poterie n'était pas encore fabriquéeNeve Yam et Ein Asawir - le premier situé non loin d'Atlit mais à quelques mètres du rivage et le second également dans la plaine de Sharon - sont de la période plus récente de la phase néolithique de Wadi Rabah.

    « À la période néolithique, nous commençons à voir les premiers établissements sédentaires et l'apparition de briques est profondément liée à ce phénomène », dit Isaac Ogloblin Ramírez, doctorant et auteur principal de l'article récemment publié dans le Journal of Archaeological Science: Reports.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

    Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

     

    Israel qesem3

    Une vue de la grotte de Qesem, un site préhistorique près de Tel Aviv. Crédit Ariel David

     

    L'étude, publiée la semaine dernière dans la revue scientifique PLOS ONE , met en évidence comment une solution technologique élégante, qui a permis aux hominines d'augmenter leur apport calorique, a perduré pendant des centaines de milliers d'années et a continué d'être utilisée alors même que nos ancêtres développaient de nouvelles techniques et créaient des sociétés plus complexes.

    Les pierres en forme de sphères faisaient partie de la boîte à outils de l'humanité depuis plus de deux millions d'années, mais à quoi elles servaient exactement était resté une énigme. 

    Elles ont été mis au jour par des archéologues en Afrique de l'Est, la maison ancestrale (supposée) de l'humanité, et ils jonchent des sites préhistoriques à travers l'Eurasie du Moyen-Orient à la Chine et à l'Inde. Pourtant, les experts ont été intrigués par leur fonction depuis les premiers jours de la recherche sur notre histoire évolutive.

    Maintenant, une équipe internationale d'archéologues dirigée par la chercheuse en archéologie de l'Université de Tel Aviv, Ella Assaf, a produit des preuves que ces artefacts énigmatiques étaient utilisés dans un but très précis: briser les os de grands animaux pour extraire la moelle nutritive à l'intérieur.

     

    Israel qesem1

    Pierres en forme de sphères préhistoriques trouvées à la grotte de Qesem, près de Tel Aviv. Crédit Pavel Shrago

     

    Les chercheurs ont analysé des pierres en forme de sphères, également appelées sphéroïdes, trouvées dans la grotte de Qesem, un site préhistorique juste à l'est de la ville moderne de Tel Aviv qui était habité il y a 400 000 à 200 000 ansLa découverte d'une trentaine de ces artefacts dans cette grotte particulière était un puzzle enveloppé dans une énigme pour les archéologues. Non seulement la fonction des sphères est restée obscure, mais leur présence a été considérée comme anachronique, car ces artefacts se trouvent généralement sur des sites beaucoup plus anciens.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une figurine de Baal trouvée dans la cité biblique de Ziklag

    Une figurine de Baal trouvée dans la cité biblique de Ziklag

     

    Israel smiting god figurine clean lighthouse700x400

    Une rare figurine du dieu cananéen Baal et une statuette de veau en bronze figurent parmi les découvertes fascinantes que les archéologues de l'Université Macquarie ont découvertes en Israël, sur le site probable de la cité Ziklag, dont parle de livre de Samuel dans l'Ancien Testament. Ces objets anciens datant de 3300 ans environ ont été mis au jour par des archéologues de l'Université australienne Macquarie dans une ville perdue depuis longtemps et qui serait liée au roi David.

    Une rare figurine du " dieu qui frappe '', une figurine de veau en bronze, deux sceaux et des poteries cananéennes et philistines décorées du 12e siècle avant notre ère ont été découvertes sur le site de Khirbet el-Rai en Israël par une équipe de 32 étudiants de l'Université Macquarie et trois professeurs du secondaire lors d'une fouilles de trois semaines en février.

    Les étudiants du programme Ancient Israel de l'Université Macquarie ont fouillé le site de 1,7 hectare en partenariat avec l'Université hébraïque de Jérusalem et la Israel Antiquities Authority.

    Les étudiants en archéologie de Macquarie ont été ravis lorsqu'ils ont déniché la figure de bronze du dieu cananéen Baal, prêt à frapper ses ennemis, et un petit veau de bronze, évoquant des images du " veau d'or '' biblique.

     

    Map of philistia and judah marking the location of khirbet al rai

    " Lorsque nous partons pour une fouille archéologique, nous avons de grands espoirs et de faibles attentes, mais bien sûr, c'est merveilleux quand nous faisons des découvertes passionnantes ", a déclaré le Dr Gil Davis, directeur du programme Israël ancien à l'Université Macquarie. « Nous rêvons de faire des découvertes qui changeront notre compréhension d'une partie importante du passé antique ".

    Le co-directeur de la Dig, le professeur Yossi Garfinkel, directeur de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque de Jérusalem, affirme que le partenariat avec l'Université Macquarie leur a permis de creuser à une échelle beaucoup plus grande que d'habitude. " La plupart des découvertes sur ce site sont grâce à la coopération de l'Université Macquarie."

    Pendant trois semaines, du 26 janvier au 13 février 2020, l'équipe a travaillé sous le chaud soleil d'hiver pour creuser, tamiser et jeter des seaux de terre pour dénicher ces artefacts à deux endroits différents sur le site.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite