Israel

Israel: le site englouti de Atlit Yam et des briques cuites

Israel: le site englouti de Atlit Yam révèle des briques cuites de 9000 ans

 

Atlityam sitebriquescuites

Retour sur le site englouti de Atlit Yam, situé au large de l'actuelle Israel dans la méditerranée, dont j'avais déjà parlé en 2013 ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

En 1984, sur la côte du Levant, Ehud Galili, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités et plongeur émérite, a découvert par 10 mètres de fond une structure inhabituelle, dégagée du sable par une forte tempête. Comment expliquer sa présence à 400 mètres au large des côtes israéliennes ? Les premières fouilles ont révélé que ce site archéologique, baptisé Atlit Yam (« Atlit-sur-Mer » en hébreu) en raison de la proximité de la ville du même nom, était une cité de l’âge de pierre. Vieille d’au moins neuf mille ans, elle a été submergée par la mer, il y a environ six millénaires, à la suite de la fonte des glaciers. Les premières recherches ont établi que le site d'Atlit-Yam est situé à environ 200 à 400 m au large, à une profondeur de 8 à 12 m et s'étend sur une superficie d'env. 40000 m2

Les découvertes architecturales consistent en des puits d'eau en pierre, des fondations de structures rectangulaires, des séries de longs murs non reliés, des installations rondes, des sites de rituels et des zones pavées. En outre, 65 squelettes humains ont été découverts lors de sépultures primaires et secondaires. Chez au moins quatre des hommes, une pathologie de l'oreille interne - exostose auditive - causée par une plongée en eau froide a été observée.

Les restes fauniques se composaient d'os d'animaux sauvages et domestiques, y compris des moutons / chèvres domestiques, des porcs et des chiens et des bovins au bord de la domestication, ainsi que de nombreux restes de poissons marins. Les restes de poisson comprenaient plus de 6000 os, la plupart appartenant à Balistes carolinesis, (le poisson gâchette gris), et quelques-uns aux Serranidae, Sparidae, Sciaenidae, Mugillidae et autres familles de poissons. Des artefacts en pierre, en os, en bois et en silex ont également été récupérés, ainsi que de grandes quantités de restes botaniques, notamment des graines de blé domestique, d'orge, de lentille et de lin. Certains artefacts et restes de plantes peuvent être associés à la pêche. Le matériel archéologique indique que l'économie du site était complexe et reposait sur l'utilisation combinée des ressources terrestres et marines, notamment la culture des plantes, l'élevage, la chasse, la cueillette et la pêche. Le site d'Atlit-Yam fournit la première preuve connue d'un système agro-pastoral-marin de subsistance sur la côte levantine.

Sur les sept sites engloutis découverts le long de la côte, Atlit Yam est le plus grand. On note que plusieurs de ces sites se trouvaient à proximité immédiate de rivières se jetant dans la mer, probablement comme des ports préhistoriques utilisant les ressources marines pouvant être facilement distribuées à l'intérieur des terres, mais aussi des ressources provenant de ces dernières.

 

sitesengloutis.jpg

 

Les briques PPNC n'étaient pas aménagées (brut), chauffées à haute température dans des conditions réductrices. Les briques PN / EC ont été aménagées, chauffées à température moyenne dans des conditions oxydantes. La structure PN / EC est principalement constituée d'amidon de paillettes de blé, d'os et de calcite.

 

Il y a environ 9 000 ans, le site d'Atlit Yam abritait un village animé, où se trouvaient plusieurs maisons, ainsi qu'un lieu de rituels. Quelques siècles plus tard, la zone a été submergée par la mer et est aujourd'hui située à environ 500 mètres au large des côtes du nord d'Israël. Parmi les vestiges de bâtiments ainsi que des restes d'animaux, de plantes et même de plusieurs individus, les archéologues marins ont identifié un certain nombre d'installations circulaires en briques de terre chauffées. En tant que groupe de chercheurs israéliens du Département des civilisations maritimes et de l'Institut Zinman d'archéologie de l'Université de Haïfa et de l' Autorité des antiquités d'Israël, ces artefacts anciens découvert offrent une clé pour comprendre comment les populations préhistoriques locaux ont évolué dans les temps anciens, devenant de plus en plus habiles et compétents dans l'utilisation de l'environnement qui les entoure.

Atlit Yam et Bnei Brak - situés dans la plaine de Sharon - remontent au néolithique C, donc avant la poterie, lorsque la poterie n'était pas encore fabriquéeNeve Yam et Ein Asawir - le premier situé non loin d'Atlit mais à quelques mètres du rivage et le second également dans la plaine de Sharon - sont de la période plus récente de la phase néolithique de Wadi Rabah.

« À la période néolithique, nous commençons à voir les premiers établissements sédentaires et l'apparition de briques est profondément liée à ce phénomène », dit Isaac Ogloblin Ramírez, doctorant et auteur principal de l'article récemment publié dans le Journal of Archaeological Science: Reports.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

Israel : les sphéroïdes préhistoriques expliqués

 

Israel qesem3

Une vue de la grotte de Qesem, un site préhistorique près de Tel Aviv. Crédit Ariel David

 

L'étude, publiée la semaine dernière dans la revue scientifique PLOS ONE , met en évidence comment une solution technologique élégante, qui a permis aux hominines d'augmenter leur apport calorique, a perduré pendant des centaines de milliers d'années et a continué d'être utilisée alors même que nos ancêtres développaient de nouvelles techniques et créaient des sociétés plus complexes.

Les pierres en forme de sphères faisaient partie de la boîte à outils de l'humanité depuis plus de deux millions d'années, mais à quoi elles servaient exactement était resté une énigme. 

Elles ont été mis au jour par des archéologues en Afrique de l'Est, la maison ancestrale (supposée) de l'humanité, et ils jonchent des sites préhistoriques à travers l'Eurasie du Moyen-Orient à la Chine et à l'Inde. Pourtant, les experts ont été intrigués par leur fonction depuis les premiers jours de la recherche sur notre histoire évolutive.

Maintenant, une équipe internationale d'archéologues dirigée par la chercheuse en archéologie de l'Université de Tel Aviv, Ella Assaf, a produit des preuves que ces artefacts énigmatiques étaient utilisés dans un but très précis: briser les os de grands animaux pour extraire la moelle nutritive à l'intérieur.

 

Israel qesem1

Pierres en forme de sphères préhistoriques trouvées à la grotte de Qesem, près de Tel Aviv. Crédit Pavel Shrago

 

Les chercheurs ont analysé des pierres en forme de sphères, également appelées sphéroïdes, trouvées dans la grotte de Qesem, un site préhistorique juste à l'est de la ville moderne de Tel Aviv qui était habité il y a 400 000 à 200 000 ansLa découverte d'une trentaine de ces artefacts dans cette grotte particulière était un puzzle enveloppé dans une énigme pour les archéologues. Non seulement la fonction des sphères est restée obscure, mais leur présence a été considérée comme anachronique, car ces artefacts se trouvent généralement sur des sites beaucoup plus anciens.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une figurine de Baal trouvée dans la cité biblique de Ziklag

Une figurine de Baal trouvée dans la cité biblique de Ziklag

 

Israel smiting god figurine clean lighthouse700x400

Une rare figurine du dieu cananéen Baal et une statuette de veau en bronze figurent parmi les découvertes fascinantes que les archéologues de l'Université Macquarie ont découvertes en Israël, sur le site probable de la cité Ziklag, dont parle de livre de Samuel dans l'Ancien Testament. Ces objets anciens datant de 3300 ans environ ont été mis au jour par des archéologues de l'Université australienne Macquarie dans une ville perdue depuis longtemps et qui serait liée au roi David.

Une rare figurine du " dieu qui frappe '', une figurine de veau en bronze, deux sceaux et des poteries cananéennes et philistines décorées du 12e siècle avant notre ère ont été découvertes sur le site de Khirbet el-Rai en Israël par une équipe de 32 étudiants de l'Université Macquarie et trois professeurs du secondaire lors d'une fouilles de trois semaines en février.

Les étudiants du programme Ancient Israel de l'Université Macquarie ont fouillé le site de 1,7 hectare en partenariat avec l'Université hébraïque de Jérusalem et la Israel Antiquities Authority.

Les étudiants en archéologie de Macquarie ont été ravis lorsqu'ils ont déniché la figure de bronze du dieu cananéen Baal, prêt à frapper ses ennemis, et un petit veau de bronze, évoquant des images du " veau d'or '' biblique.

 

Map of philistia and judah marking the location of khirbet al rai

" Lorsque nous partons pour une fouille archéologique, nous avons de grands espoirs et de faibles attentes, mais bien sûr, c'est merveilleux quand nous faisons des découvertes passionnantes ", a déclaré le Dr Gil Davis, directeur du programme Israël ancien à l'Université Macquarie. « Nous rêvons de faire des découvertes qui changeront notre compréhension d'une partie importante du passé antique ".

Le co-directeur de la Dig, le professeur Yossi Garfinkel, directeur de l'Institut d'archéologie de l'Université hébraïque de Jérusalem, affirme que le partenariat avec l'Université Macquarie leur a permis de creuser à une échelle beaucoup plus grande que d'habitude. " La plupart des découvertes sur ce site sont grâce à la coopération de l'Université Macquarie."

Pendant trois semaines, du 26 janvier au 13 février 2020, l'équipe a travaillé sous le chaud soleil d'hiver pour creuser, tamiser et jeter des seaux de terre pour dénicher ces artefacts à deux endroits différents sur le site.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite