Mexique

Mexique : une mine d'ocre engloutie de 12000 ans découverte

Mexique : une mine d'ocre engloutie de 12000 ans découverte

 

Mexique mineocre12000ans

 

Encore le Mexique donc, après cet article : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ameriques-un-autre-site-date-de-30-000-ans.htmlLe site nouvellement découvert se compose de trois grottes qui ont été noyées par la montée des mers il y a environ 7000 ans. En 2017, des plongeurs explorant des tunnels au fond d'une grotte ont remarqué des sections avec des stalactites et des stalagmites brisés, des roches curieusement empilées, des murs et des sols piqués et des plafonds de suie. Ces sections étaient à des centaines de mètres de l'embouchure de la grotte, où aucune lumière naturelle ne pouvait pénétrer.

L'année suivante, ils sont revenus avec le géoarchéologue de l'Université McMaster, Eduard Reinhardt. Ensemble, ils ont identifié des dizaines d'autres fosses et tranchées, qu'ils ont pris comme preuve d'activité minière. Ils ont nommé le site La Mina , en espagnol pour «la mine». La datation au radiocarbone a révélé que les premiers gisements ont été laissés il y a environ 12 000 ans et les plus jeunes il y a environ 10 000 ans. En examinant de minuscules fragments de charbon de bois au microscope électronique à balayage, les chercheurs ont appris que la suie provenait d'arbres locaux hautement résineux qui auraient été parfaits comme bois pour des torches.

Une analyse plus approfondie a révélé que ces anciens mineurs creusaient de l'ocre d'une qualité remarquable, rapportent les chercheurs aujourd'hui dans Science Advances. Les mineurs ont fabriqué des outils de creusage à partir de matériaux de la grotte plutôt que de les apporter de l'extérieur, explique Brandi MacDonald de l'Université du Missouri, qui a dirigé l'analyse. " Ils cassaient en fait les stalactites du plafond et les utilisaient comme marteaux et pieux pour briser le calcaire ".

 

Mexique mineocre fig1

Fig. 1 Contexte du site de La Mina.

A ) Aperçu régional de la zone d'étude. La Mina est située dans le système de grottes de Sagitario, tandis que Camilo Mina est situé à Sistema Camilo. Monkey Dust fait partie de la section Borge de Sistema Dos Pisos. Hoyo Negro et Chan Hol sont des sites d'importance clé dans l'archéologie paléoindienne de cette région. Image satellite modifiée à partir de l'imagerie Google Earth). ( B ) Coupe transversale conceptuelle montrant la relation entre les caractéristiques géomorphiques et culturelles observées dans les systèmes de grottes de La Mina, Camilo Mina et Monkey Dust, y compris les gisements d'ocre, les spéléothèmes et les coulées, les déblais miniers, les dépôts de charbon et de suie, les artefacts de pierre de marteau, les caractéristiques du foyer, et radeaux de calcite. ( C) Carte de Sagitario et La Mina montrant la configuration du système de grottes et ses caractéristiques géomorphologiques, avec l'emplacement des stations d'échantillonnage et les caractéristiques clés. La Mina est définie comme des zones d'activité minière concentrée au sein de Sagitario. ( D) Profil de la grotte depuis les entrées des grottes Sagitario et Pu'bix montrant les hauteurs du fond et du plafond de la grotte aux stations de levé sur la ligne principale de la grotte. Le trajet du profil est indiqué par la restriction entre les sections Sagitario et La Mina de la grotte et des stations d'échantillonnage. La distance horizontale (en mètres) est mesurée comme la longueur de la ligne d'enquête sur la topographie irrégulière de la grotte et représente donc une distance de déplacement globale pour le mouvement humain plutôt qu'une distance horizontale. La hauteur de passage de la grotte le long du profil montre la nature restreinte du site minier et les difficultés d'accès et d'élimination de l'ocre de cet endroit.

 

Les scientifiques ont confirmé que le site, qui fait maintenant partie d'un système de grottes côtières à Quintana Roo, au Mexique, est l'un des plus anciens sites miniers d'ocre connus de l'hémisphère occidental. L'ocre, qui était utilisée pour l'art rupestre, la décoration corporelle, le tannage des peaux d'animaux et peut-être la médecine, était une telle ressource que les mineurs feraient de grands efforts pour l'obtenir, des jungles de la Méso-Amérique aux prairies d'Afrique.

« L'amour des choses rouges brillantes est un trait humain assez universel… C'est pourquoi nous achetons des voitures de sport rouges », explique Spencer Pelton, archéologue à l'Université du Wyoming qui n'a pas été impliqué dans les nouveaux travaux, mais qui fouille actuellement une autre cache d'ocre préhistorique dans le Wyoming.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique, Teotihuacan: des grottes sous la pyramide de la Lune

Mexique, Teotihuacan: des grottes sous la pyramide de la Lune

 

Teotihuacan pyramidelune

La pyramide de la Lune, Teotihuacan.

 

On se souvient des découvertes des tunnels artificiels sous les pyramides du Serpent à Plumes et du Soleil, ce sont maintenant des grottes naturelles qui ont été découvertes sous la pyramide de la Lune. Mais pas n'importe quelles grottes : les grottes natives et sacrées des débuts de l'installation des habitants dans cette région, recouvertes ensuite par un énorme temple, la deuxième pyramide importante de l'antique ville. Ce sont en tout cas les conclusions d'une nouvelle publication de l'équipe du Dr Denisse Argote, qui explique qu'elle a appliqué des relevés ERT et ANT, des techniques géophysiques non invasives qui ont permis d'identifier un vide sous la pyramide de la Lune et certains tunnels d'accès

L'impact historique de cette découverte ouvre la discussion sur la signification symbolique de cette pyramide et les origines de l'urbanisme sur le site. Ces grottes, estimées avoir été habitées vers les 7ème au 6ème siècle Avant J.C., pourraient dater de l'époque de l'arrivée des agriculteurs dans la vallée et de leur installation ici même. Qui y auraient développé la ville autour, planifiant ensuite l'Avenue des Morts passant par les pyramides du Soleil et du Serpent à Plumes et arrivant tout droit sur la pyramide de la Lune au Nord. Les grottes sous la pyramide de la Lune représentant le monde sous-terrain où les ancêtres se réfugiaient parfois dans le passé, et dont ils ressortaient toujours.

Mais voyons ce qu'ils en disent :

Lire la suite

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

Mexique : Découverte du plus ancien et plus grand site maya

 

Aguadafenix mayan

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

C'est encore grâce aux nouvelles technologies liées au LiDAR que cette étonnante nouvelle découverte a été faite. Je le rappelle encore, la détection et télémétrie par la lumière (LiDAR) est une technologie de télédétection basée sur le laser. L'idée derrière le LiDAR est assez simple : pointer un petit laser sur une surface et mesurer le temps que met le laser à revenir à sa source. Cette technologie est utilisée dans les systèmes d'information géographique (SIG) pour produire un modèle numérique d'élévation (MNA) ou un modèle numérique de terrain (MNT) pour la cartographie en 3D. Le système, souvent installé sur un drone ou un hélicoptère, permet donc d'éliminer rapidement et virtuellement la végétation et première couche de terre selon la profondeur et puissance utilisée, pour voir en 3D ce qu'il y a en-dessous.

C'est donc un énorme monument qui vient d'être découvert grâce à cette méthode, qui se développe partout dans le monde, un monument, mesurant près de 4 600 pieds de long (1,4 km !) à une hauteur de 30 à 50 pieds (1 à 15 mètres), avec neuf routes surélevées depuis la plate-forme, située sur le site récemment découvert d'Aguada Fénix situé à Tabasco, au Mexique, près de la frontière avec le Guatemala. Une première étude a été publiée dans Nature.

Jusqu'à présent, le site maya de Ceibal, construit en 950 avant JC était considéré comme le plus ancien centre cérémoniel confirmé. La nouvelle découverte à Aguada Fénix a été datée entre 1000 et 800 avant JC à l'aide d'échantillons de charbon de bois analysés par une analyse de datation au radiocarbone. YH : une datation absolue pouvant indiquer n'importe quelle période du site en question, de son début à juste sa fin, d'autres datations sont nécessaires pour affiner.

Takeshi Inomata, de l'École d'anthropologie de l'Université de l'Arizona, a déclaré: « En utilisant du lidar basse résolution collecté par le gouvernement mexicain, nous avons remarqué cette immense plateforme. Ensuite, nous avons fait du lidar haute résolution et confirmé la présence d'un grand bâtiment. Cette zone est développée - ce n'est pas la jungle; les gens y vivent - mais ce site n'était pas connu car il est si plat et immense. Cela ressemble à un paysage naturel. Mais avec le lidar, il apparaît comme une forme très bien planifiée. »

 

Civilisation maya mexico aguada fenix

Crédit d'image: Takeshi Inomata

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10750 ans du Yucatan

Mexique: Etudes des foyers engloutis de 10 750 ans du Yucatan

 

Mexique

 

Des études prouvent que les âtres des feux des cénotes d'Aktun Ha ont été créés par l'homme il y a plus de 10 000 ans.

 

Un âge allant jusqu'à 10 750 ans avant le présent a été établi, le plus éloigné des vestiges de charbon situés dans des grottes inondées de la péninsule du Yucatan

La recherche, avalisée par l'INAH, prouve également que l'âtre de ces feux a été créé in situ par les premiers habitants de notre continent.

Tulum, Q. Roo.- Il y a plus de 10 mille ans, dans une péninsule du Yucatan très différente de celle que nous connaissons: avec un climat froid et de vastes prairies qui, à l'est - sur la côte nord du territoire actuel de cette entité - se sont terminées en de hautes falaises comme celles qui sont maintenant typiques des îles britanniques ou de la côte cantabrique espagnole, les premiers humains en Amérique ont déjà interagi avec l'environnement sauvage, laissant des traces qui sont découvertes et étudiées aujourd'hui par l'archéologie et la science.

C'est le cas d'une nouvelle enquête, approuvée par l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH), dont les résultats sont divulgués dans le cadre de la campagne "Avec vous à distance", par le ministère de la Culture, et publiés dans le dernier numéro du magazine Geoarcheology, qui prouve - pour la première fois dans un contexte sous-marin - que les chasseurs-cueilleurs ont allumé et utilisé le feu dans l'espace maintenant connu sous le nom de Chambre des Anciens, une formation située dans le système de grottes du cénote d'Aktun Ha, à Quintana Roo.

 

Mexique cenote1

Foto: Eugenio Aceves

 

En témoignent 14 âtres de feux préhistoriques, dont les échantillons - obtenus entre 2017 et 2018 - ont fait l'objet d'études en laboratoire: chauffage contrôlé, pétrographie, taphonomie, spectroscopie de résonance magnétique nucléaire et datation au carbone 14, entre autres, et ont démontré deux points clés:

Le premier, explique l'archéologue Luis Alberto Martos López, rattaché à la Direction des études archéologiques de l'INAH (DEA), relatif à une antiquité qui se situe entre 10 mille 750 et 10 mille 250 ans avant le présent. Il s'agit de la plus ancienne temporalité rapportée pour le charbon avec une association humaine dans un cénote de la péninsule, coïncidant avec la fin de la dernière période glaciaire, qui s'est produite pendant la période du Pléistocène à l'Holocène.

Lire la suite ci-dessous et voir des photos :

Lire la suite

Maya Mexique - redécouverte de souterrains rituels intacts

Maya Mexique - redécouverte de souterrains rituels intacts

 

Chichenitza grottesmexique1 600photo KARLA ORTEGA

 

Si on suit les publications du Smithsonian Magazine, puis du National Geographic et beaucoup de sites scientifiques, les archéologues ont (re)découvert une grotte souterraine au Mexique remplie d’objets façonnés intacts de la culture maya. En effet, après sa découverte initiale par des agriculteurs en 1966, le système de grottes Balamku a été visité par l'archéologue Víctor Segovia Pinto, qui a rédigé un rapide rapport notant la présence d'une quantité considérable de matériel archéologique, détaillant 155 objets à l’intérieur de la grotte. Mais au lieu de fouiller le site, Ségovia a alors ordonné aux fermiers de sceller l’entrée, et tous les enregistrements de la découverte de la grotte semblaient disparaître...

Les raisons pour lesquelles Ségovia (décédé en 1995) décida de sceller une découverte aussi phénoménale sont inconnues. Cela est toujours débattu, peut-être comptait-il revenir et qu'il n'a jamais pu. Ce faisant, il a par inadvertance (ou par choix, préservant une "capsule temporelle" intacte ?) donné aux chercheurs une «seconde chance» sans précédent de répondre à certaines des questions les plus difficiles qui continuent de susciter la controverse parmi les mayanistes, telles que le niveau de contact et d'influence échangés entre les différentes cultures mésoaméricaines. ce qui se passait dans le monde maya avant la chute de Chichén Itzá...

El castillo temple de kukulkan mexiqueVue nord-ouest du El Castillo (temple de Kukulkan). 

 

L'Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique (INAH) a annoncé et confirmé de son côté que les chambres souterraines contiendraient plus de 150 artefacts de la Terminal Classic Maya (800-1000 après JC) dans leurs contextes d'origineLa découverte a été faite sur un site majeur des ruines mayas appelé Chichén Itzá, dans la péninsule mexicaine du Yucatan. Cet impressionnant complexe de bâtiments, de temples et de palais en ruines comprend la célèbre pyramide à gradins appelée El Castillo, un temple dédié à la divinité du serpent maya, Kukulcan. Le temple se trouve au centre d'un vaste site archéologique, l'une des villes les plus importantes de la région. Chichén Itzá, après un début d'existence aux alentours de 250, s'est imposé vers 600 après JC et est devenu une puissance économique régionale majeure, dominant ses voisins jusqu'à son abandon pour des raisons inconnues au 13ème siècle, peut-être une fuite devant l'invasion du souverain voisin, Mayapan...

Balamku est resté scellé pendant plus de 50 ans, jusqu'à sa réouverture en 2018 par Guillermo de Anda, archéologue aquatique, enquêteur de l'INAH, et son équipe d'enquêteurs du projet Great Maya Aquifer, alors qu'ils cherchaient la nappe phréatique située sous Chichén Itzá. En fait, ils ont découvert la grotte uniquement parce qu'ils avaient sollicité l'aide de Luis Un, qui, alors qu'il était encore adolescent. avait été avec les agriculteurs quand ils étaient tombés sur Balamku...

 

Chichenitza grottesmexique1photo KARLA ORTEGA

 

De Anda se rappelle avoir passé des heures sur le ventre à travers les tunnels étroits de Balamku avant que son phare éclaire quelque chose d'inattendu: une cascade d'offrandes laissées par les anciens habitants de Chichén Itzá, si parfaitement préservées et si intactes que des stalagmites s'étaient formées autour des brûleurs d'encens, vases, assiettes décorées et autres objets dans la caverne :

Lire la suite

Guatemala : découverte de l'autel d'un roi maya inconnu

Guatemala : découverte de l'autel d'un roi maya inconnu

Guatemala lacorona autel2

Musée d'archéologie et d'ethnologie de Guatemala city, crédit Johan Ordonez

 

Un autel maya vieux de 1500 ans découvert dans un petit site archéologique du nord du Guatemala décrit des stratégies politiques de la dynastie Kaanul, décrite aussi comme le Royaume du Serpent, visant à placer des villes entières sous son contrôle. Cet autel montre et nomme aussi le dirigeant de la ville de cette époque, inconnu jusqu'à présent...

L’autel, taillé dans du calcaire et pesant environ une tonne, a été retrouvé sur le site archéologique de La Corona, dans la jungle proche du Mexique et du Belize, a déclaré à la presse Tomas Barrientos, co-directeur des fouilles et enquêtes du site.

Barrientos a déclaré que l'autel a été trouvé dans un temple et montrait le roi Chak Took Ich'aak, le dirigeant de La Corona, "assis et tenant un sceptre d'où émergent deux dieux protecteurs de la ville".

 

Guatemala lacorona autel

Musée d'archéologie et d'ethnologie de Guatemala city, crédit Johan Ordonez

Lire la suite

Mexique : les découvertes archéologiques s'enchaînent

Mexique : les découvertes archéologiques s'enchaînent

teotihuacan.jpg

Teotihuacan

Découvertes d'empreintes humaines dans le Chihuahua : les premiers Américains ?

mexique-empreinte-chihuahua.jpgEmpreinte à Chihuahua

Une équipe d'archéologues de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire du Mexique (INAH) a fait une étonnante trouvaille dans la Sierra Tarahumara : ils sont tombés sur cinq empreintes de pieds humains datant entre 4500 et 25000 ans avant maintenant, et très bien conservées dans un sol argileux. Il s'agit des plus anciennes traces humaines trouvées dans l'Etat de Chihuahua, au Nord du Mexique.

Si la datation de 25000 ans est confirmée, il s'agirait de la présence des premiers habitants du continent américain dans cette région. Ces traces sont celles de pieds de trois adultes et d'un enfant qui ont probablement vécu dans les grottes qui se trouvent dans les environs de l'endroit de la découverte.

En effet, l'équipe a trouvé des vestiges à l'intérieur de ces grottes, entre autres des peintures rupestres datant de trois périodes dites "pré-céramique", "pré-hispanique" et coloniale, ce qui montrerait une très longue occupation humaine de la vallée d'Ahuatos.

 

Le masque vert de Teotihuacan

palenque-mexique-masquevert.jpg

Masque vert en pierre

l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire du Mexique (INAH) a annoncé mi-décembre 2011 qu'un masque vert en pierre, taillé d'une seule pièce, avait été trouvé à l'intérieur d'une des pyramides de Teotihuacan, le fameux site archéologique de la vallée de San Juan.

Ce masque anthropomorphe est unique en son genre selon les chercheurs mexicains et il daterait d'au moins 2000 ans. Il pèse un peu plus d'un kilo et mesure onze centimètres en hauteur. Onze récipients de type Tlaloc (Dieu de la pluie) et trois disques de pyrite ont également été trouvés à proximité du premier cité...

mexique-vase-tlaloc.jpgvase Tlaloc

 

L'une des tombes secrètes de Palenque enfin révélée

palenque-ruins-web.jpgPalenque

Une équipe d'archéologues de l'INAH a récemment pu accéder à une tombe très ancienne découverte sous le Temple XX du sud de l'Acropolis de la zone de Palenque. Trouvée dès 1999, cette tombe très difficile d'accès n'avait pu être explorée jusqu'à présent. Et encore, c'est uniquement grâce à une minuscule caméra introduite par un trou de 30cm de diamètre que l'équipe a découvert qu'il s'agissait d'une sépulture appartenant probablement à un haut personnage de cette ancienne ville maya, et qui aurait (à priori) vécu entre 431 et 550 de notre ère.

Les archéologues ont découvert des murs peints en rouge avec des silhouettes humaines délimitées en noir, onze poteries et une quantité inconnue de pièces de jade et d'écaille qui devaient appartenir à la tenue mortuaire de l'occupant de cette tombe. Néanmoins, à l'inverse des autres découvertes similaires sur le site, la tombe ne contient pas de sarcophage ou de coffre. Les spécialistes pensent que les os reposent directement dans le sol.

Début janvier, d'autres découvertes à Teotihuacan

peintureszapotheques.jpgPeinture style teotihuacain, El Rosario, Queretaro, 2011

l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire du Mexique (INAH) a annoncé la découverte importante, sur le site de Teotihuacan, des corps de trente hommes, femmes et enfants, d'une peinture murale caractéristique de la civilisation de Teotihuacan, de 33 000 artéfacts et de nombreux fragments de céramiques utilisés en guise d'offrandes.

Ces nouvelles découvertes ont été faites à deux kilomètres de la célèbre citadelle, sur un site où des fouilles sont procédées depuis 1973. Mais à ce jour, seuls 5 % du site de Teotihuacan, qui s'étend sur plus de 25 km², ont été fouillés depuis sa découverte il y a plus d'un siècle... 

peintureszapotheques2.jpgPeinture style teotihuacain, El Rosario, Queretaro, 2011

Yves Herbo, suivi archéologie 01-2012