Histoire

Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

 

Arabian mustatils1

Les chercheurs pensent que les mustatils dispersés dans toute la région ont été construits il y a environ 7000 ans pour des rituels et des processions, et qu'ils pourraient avoir fait partie d'un culte néolithique du bétail. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity

 

Il s'agit ici d'un retour vers ces mystérieuses structures en pierres maintenant datées de environ 7 000 ans avant nos jours, puisque j'en avais déjà parlé ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arabie-saoudite-nouvelles-structures-prehistoriques.html

Vous trouverez aussi tout en bas de cet article les fouilles d'un étonnant site daté de 10 000 ans et d'une plateforme datée de 7 500 ans, sans oublier un autre sur les pétroglyphes trouvés et aussi l'ancien climat de la péninsule arabique et ses lacs disparus...

 

Cette nouvelle publication de fin avril 2021 dans la revue Antiquity nous confirme que c'est maintenant plus de 1000 structures du même type, appelées «mustatils» du mot arabe signifiant «rectangle», qui ont été découvertes, et qu'elles sont datées au minimum de 7 000 ans avant le présent.

Selon les chercheurs, des milliers de structures monumentales construites à partir de murs de roche en Arabie saoudite sont plus anciennes que les pyramides égyptiennes et les anciens cercles de pierre de Grande-Bretagne - ce qui en fait peut-être le premier paysage rituel jamais identifié.

« Nous les considérons comme un paysage monumental », a déclaré Melissa Kennedy, archéologue à l'Université d'Australie-Occidentale à Perth et auteur de l'étude. " Nous parlons de plus de 1 000 mustatils. Ces choses se trouvent sur 200 000 kilomètres carrés [77 000 milles carrés], et elles sont toutes de forme très similaire ... alors peut-être que c'est la même croyance ou compréhension rituelle."

 

Arabian mustatils4

Le paysage est parsemé de mustatils anciens, qui sont nommées d'après le mot arabe pour un rectangle. Plus de 1000 ont été documentés et d'autres sont toujours en cours de découverte. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity - cliquer pour agrandir.

 

« Il doit y avoir eu un grand niveau de communication sur une très grande zone, car la façon dont ils ont été construits a été communiquée aux gens », a déclaré l'auteur principal Hugh Thomas, archéologue de la même université.

La recherche est financée par la Commission royale pour AlUla, qui a été créée par le gouvernement d'Arabie saoudite pour préserver le patrimoine de la région d'AlUla dans le nord-ouest du pays, où se trouvent de nombreuses mustatils. 

Certaines des structures anciennes mesurent plus de 1500 pieds (450 mètres) de long, mais sont relativement étroites, et elles sont souvent regroupées. Elles sont généralement construites sur le substratum rocheux, souvent sur des affleurements rocheux au-dessus du désert, mais aussi dans les montagnes et dans des zones relativement basses.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Egypte, Delta: 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC

Egypte, Delta: Découverte de 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC

 

 

Ruins of mudbrick buildings on the northern mound of buto desouk 650

Ruines de bâtiments en brique crue sur la colline nord de Bouto-Dessouk. - CC0

 

110 sépultures contenant les restes d'adultes et d'enfants ont été découvertes sur le site archéologique de Koum el-Khulgan dans la région du delta du Nil au nord de l'Égypte, à 150 Km du Caire.

De la poterie, des amulettes, des scarabées, des outils en pierre et des couteaux en silex ont également été récupérés.

Mostafa Waziri du Conseil suprême des antiquités a déclaré que plus de 60 des tombes sont de forme ovale et datent de la période prédynastique, d'environ 6000 à 3150 avant JC. Ces tombes sont attribuées à la culture Buto I et II, la culture qui a bâti la ville probablement la plus ancienne d'Egypte, Bouto au 4ème millénaire AV. JC. Si les égyptologues parlent de 6000 AV. JC, c'est probablement en référence aux premières cultures agricoles identifiées en Egypte du nord, alors que le plus ancien art rupestre égyptien a été daté de -15 000 ans. Je parlerai de la ville de Bouto, en fait composée de deux villes jumelles séparées par un canal du nil plus bas, car seule l'une des deux a été fouillée jusqu'à présent !

Dans ces tombes, les corps étaient placés en position fléchie sur leur côté gauche. Les restes de nouveau-nés ont été placés dans des pots en argile.

Cinq des tombes ovales datent de la période Naqada III, d'environ 3200 à 3000 avant JC, a-t-il ajouté. Il s'agit de la dernière culture préhistorique égyptienne, donnant les premiers pharaons.

 

Egypt 6000ansav2

Cette photo fournie par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le mardi 27 avril 2021 montre un ancien tombeau funéraire récemment mis au jour avec des restes humains et des poteries, dans le site archéologique de Koum el-Khulgan, dans la province de Dakahlia dans le delta du Nil. Les archéologues ont mis au jour 110 tombes funéraires sur le site antique d'une province du delta du Nil, a annoncé mardi le ministère du Tourisme et des Antiquités. (Ministère égyptien du tourisme et des antiquités)

 

Trente-sept des tombes sont de forme rectangulaire et datent de la deuxième période intermédiaire, entre environ 1782-1570 avant JC, lorsque le peuple sémite des Hyksos régnait sur l'Égypte ancienne, a ajouté le ministère.

Les restes de jeunes enfants de cette époque ont été placés dans des sarcophages d'argile.

 

Egypt hyksosav3

Des tombes Hyksos découvertes (Ministère égyptien du tourisme et des antiquités)

 

Les découvertes dans la province de Dakahlia au nord du Caire pourraient mettre en lumière deux périodes de transition importantes dans l'Égypte ancienne, ont déclaré des égyptologues.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

Arts au paléolithique ancien et au paléolithique supérieur

 

Hwltsitngbrd

Le petit art du Paléolithique ancien est un terme collectif désignant les découvertes préhistoriques controversées d'outils en pierre et de pierres de silex du Paléolithique ancien, qui ressemblent à des visages ou à des animaux et sont censés représenter les premières œuvres d'art de l'humanité. Cependant, la majorité des scientifiques ne croient pas à la production de telles sculptures avant le Paléolithique supérieur, mais les considèrent plutôt comme des géofacts (produits naturels). La collection de ces «pierres de figure» par des Néandertaliens ou des formes humaines antérieures est difficile à prouver, bien que de récentes études et découvertes soient actuellement en train de faire évoluer les choses (voir liens en bas). En fait, les premiers arts sembleraient bien pouvoir être attribués à Homo Erectus et les Néandertaliens semblent ne pas être en reste.

 

Bilzingsleben bone

Homo Erectus proto-art os gravé - Domaine public - José-Manuel Benito - Travail personnel

 

Pour la première fois, les anciennes expressions artistiques paléolithiques de l'Homo Erectus peuvent être affirmées avec des séquences rythmées de lignes sur des os du site de Bilzingsleben. Plusieurs os gravés représentent probablement les premières implémentations graphiques d'une pensée humaine. Les lignes incisées ne peuvent pas avoir été créées en les utilisant comme documents de travail, car un fragment d'os présente deux faisceaux de 7 ou 14 lignes parallèles. Un tel arrangement ne peut pas être accidentel. Ils doivent donc avoir été exécutés intentionnellement et être appelés proto-art. Cependant, ce ne sont en aucun cas des représentations figuratives. Mais l'autre surprise est la découverte d'une zone pavée ! C'est un endroit presque circulaire en forme de place d'un diamètre d'environ 9 m. Parfois, des pierres étrangères ont été pressées dans le loess et ne sont qu'en une seule couche. Ce revêtement ne montre que quelques artefacts et donne une impression de "bien rangé". Au nord-ouest de cette place, il y avait une cheminée et un crâne d'auroch, plus une enclume faite d'un bloc de travertin et de plusieurs fragments de crâne humain. Des éclats dans les articulations du bloc de travertin indiquent la rupture des os. Dans quelle mesure cela est lié aux restes de crâne humain n'est toujours pas clair jusqu'à ce que l'examen des éclats soit terminé. Fait intéressant, une rangée de pierres mène également de l'ouest vers le revêtement et se termine non loin du «lieu de travail» illustré ci-dessus. Ce site en Allemagne a bien été daté de 400 000 ans.

 

Engraved object 1 from the bilzingsleben collection on forest elephant bone

Engraved object 1 from the Bilzingsleben collection, on forest elephant bone - Homo Erectus

 

L'extraordinaire site de Bilzingsleben indique également que Homo Erectus fabriquait déjà des structures en bois (cabanes/stockages), des reconstitutions ont été faites sur place, tandis que le site a été mis sous cloche de verre dans un bâtiment qui sert de musée sur place.

 

Des paléoanthropologues ont découvert un coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Ces motifs auraient été gravés par Homo erectus. C'est une découverte pour le moins étonnante : un coquillage, sur lequel des motifs abstraits ont été gravés il y a vraisemblablement 540 000 à 430 000 ans, a été découvert par une équipe internationale de paléoanthropologues.

Selon les auteurs de cette découverte, ces gravures auraient été réalisées par Homo erectus : en effet, le coquillage a été mis au jour sur l'île de Java. Or, à cette époque, Homo erectus était le seul représentant du genre Homo présent dans cette partie du monde.

 

Coquillage gravure abstraite erectus java 500000ans

Ci-dessus, le coquillage sur lequel des gravures abstraites ont été réalisées il y a 500 000 ans environ. Crédits : Wim Lustenhouwer, VU University Amsterdam

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/neandertal-etait-un-marin-graveur-mais-erectus-aussi-bien-avant.html

 

D'autres artefacts gravés très anciens ont été découverts, tant en Afrique qu'en Europe et Asie. Ces artefacts aux datations anciennes ne sont pas tous attribuables à un hominidé particulier ou même à Homo Sapiens car plusieurs hominidés existaient aux même époques, et Homo Sapiens (Home moderne et/ou archaïque) n'a une ancienneté de 300 000 ans (en Afrique du nord) que depuis peu de temps. Voici un exemple !

" ... De même, les inscriptions sur un fragment d'ivoire de mammouth du glacier de Rissian de Whylen, dans le sud de l'Allemagne, semblent notoires (Moog 1939), mais le spécimen a été perdu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La grotte Wonderwerk en Afrique du Sud a donné une plaque de pierre de fer microcristalline soigneusement et délibérément gravée il y a > 276 000 ans. (Bednarik et Beaumont 2012)."

12africa312africa3.pdf (1.52 Mo) - https://www.researchgate.net/figure/Engraved-object-1-from-the-Bilzingsleben-collection-on-forest-elephant-bone_fig10_311707029

Mais parlons maintenant des figurines anciennes, dont certaines sont avérées et d'autres contestées, comme les fameuses centaines de "Venus" découvertes et datées sur une très longue période, recouvrant plusieurs "cultures" inventées par la science pour faciliter son travail de chronologie, ou d'autres figurines comme les statues de Hambourg, sur lesquelles j'ai enquêté à l'occasion de cet article. Voir ci-dessous :

Lire la suite

Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

 

Suisse 3000ans unterwasserarchaeologie zh1

Un plongeur du département d'archéologie sous-marine de Zurich au travail dans le lac des Quatre-Cantons Unterwasserarchäologie UWAD Zürich / Canton de Lucerne

 

Des traces d'un village d'habitation sur pilotis (ou maison sur pilotis) ont été mises au jour lors de la pose d'un pipeline dans la zone portuaire naturelle. Les restes ont été trouvés par des archéologues sous-marins à environ quatre mètres sous la surface de l'eau.

Il s'agit d'un village lacustre de l'âge du bronze trouvé sous la surface du lac des Quatre-Cantons. La découverte montre que la ville de Lucerne était déjà peuplée il y a 3 000 ansC'est 2000 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, ont déclaré jeudi des chercheurs.

Les archéologues cherchaient des preuves de peuplement depuis un certain temps, mais avaient été gênés par une épaisse couche de boue au fond du lac. Les travaux sur l'oléoduc ont cependant révélé une trentaine de pieux ou échasses en bois préhistoriques et cinq pièces de poterie.

Le bois et la poterie ont été testés et datés au carbone 14 de la fin de l'âge du bronze, soit environ 1000 ans avant JC.

 

Suisse 3000ans unterwasserarchaeologie zh2

Un plongeur ramène un morceau d'échasses à la surface (22 avril 2021) Keystone / Urs Flueeler

 

" Cela confirme enfin la théorie selon laquelle, dans les temps anciens, le bassin du lac de Lucerne était une zone de peuplement appropriée ", un communiqué du canton de Lucerne.

C'est pour le compte de l'Archéologie cantonale de Lucerne qu'une équipe d'archéologues sous-marins du Bureau du développement urbain de la ville de Zurich a fait la découverte tout en soutenant les travaux de dragage en vue de la construction d'un pipeline.

Le lac des Quatre-Cantons est un lac d'eau douce de 114 km² qui atteint jusqu'à 434 mètres de profondeur. Au 15 e siècle, la rivière Krienbach a transporté de grandes quantités de gravats et de débris vers la rivière Reuss, limitant le débit du lac.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Techniques avancées de l'élevage au début du néolithique

Techniques avancées de l'élevage au début du néolithique

 

 

Moutonsprehistoriqueanalyses 

CRÉDIT Alejandro Sierra

 

Lorsque les chercheurs parlent de techniques avancées précoces, on entend souvent parler de techniques liées à la pierre et la construction, mais la surprise vient ici de preuves de techniques avancées dès le début du néolithique au niveau de l'élevage des moutons. Une surprise car ces modifications des rythmes de reproduction saisonniers et de l'alimentation des moutons déjà très élaborées au début du néolithique prouvent aussi que ces méthodes et l'élevage ne peuvent que provenir d'une période encore plus lointaine dans la préhistoire. Et que ces méthodes ne peuvent logiquement pas tellement provenir d'un pastoralisme classique, tel qu'encore pratiqué régionalement dans le monde entier.

Une autre chose étonnante, c'est que ces preuves ne sont pas issues d'une étude scientifique faite en Asie (origine de la domestication du mouton : son agriotype, l'Ovis orientalis, se trouve en Asie Centrale et du Sud-Est, mais par une étude poussée faite en Europe, plus précisément dans le site néolithique de la grotte Chaves à Huesca, dans la région centrale des Pyrénées en Espagne (5600-5300 avant notre ère - l'an 0) !

Comme la recherche moderne semble le prouver de plus en plus, la majorité des innovations et nouvelles techniques préhistoriques (comme la navigation, la domestication et élevage des animaux, l'agriculture organisée, les canaux d'irrigation et barrages, les premières constructions d'habitation en dur, etc...) proviennent d'Asie. Il est bien sûr possible que toute ancienne traces de telles structures aient disparue totalement en Europe, un territoire plus petit et entièrement "terraformé" par une présence intense et constante de l'homme par rapport aux grands espaces asiatiques, mais les faits sont là pour l'instant.

Cette nouvelle recherche a été coordonnée depuis le laboratoire d'archéozoologie du département d'antiquité de l'UAB (Universitat Autonoma de Barcelona), avec la participation de chercheurs de l'Université de Saragosse, du Musée d'Histoire Naturelle de Paris et de l'Institut catalan de paléocologie humaine et d'évolution sociale (IPHES) à Tarragone et vient de faire l'objet dans un premier temps d'un communiqué de presse, puis dans le Journal of Archaeological Science: Rapports à paraître en juin 2021 :

Il y a plus de 7500 ans, les premiers agriculteurs ont jeté les bases de stratégies d'élevage qui persistent aujourd'hui

 

Les résultats, une première preuve exceptionnelle de l'alimentation et de la reproduction précoces des troupeaux de moutons domestiques dans la péninsule ibérique, sont actuellement le premier exemple de modification des rythmes de reproduction saisonniers des moutons dans le but de les adapter aux besoins humains.

Le projet comprend des approches techniques basées sur l'analyse des isotopes stables et le micro-usure dentaire des restes d'animaux d'il y a plus de 7500 ans trouvés dans le site néolithique de la grotte Chaves à Huesca, dans la région centrale des Pyrénées en Espagne.

" La modification des rythmes de reproduction saisonniers du bétail a représenté une étape importante pour les sociétés préhistoriques, permettant d'avoir accès à la viande et au lait tout au long de l'année, ce qui a à son tour eu un impact énorme sur l'alimentation, sur l'économie et sur l'organisation sociale des premières communautés agricoles, et jeté les bases des stratégies agricoles qui se poursuivent actuellement. Jusqu'à très récemment, on pensait que l'élevage du néolithique en était à ses débuts, alors que de nouvelles possibilités d'analyses biogéochimiques aient été utilisées dans cette étude et ont révélé des pratiques d'élevage pleinement consolidées depuis le début du néolithique ", explique le Dr Maria Saña, chargée de cours au Département de Préhistoire de l'UAB et coordinatrice du projet.

 

Moutonsprehistoriqueanalyses

L'étude sur les restes d'animaux trouvés sur le site de la grotte Chaves à Huesca, dirigée par l'Universitat Autònoma de Barcelona, ​​obtient de nouvelles données sur le contrôle de l'élevage et de l'alimentation des premières fermes de moutons domestiqués trouvés dans la région méditerranéenne occidentale au cours de la Néolithique. La modification de leurs cycles naturels d'accouchement a affecté leur physiologie et a entraîné des périodes prolongées de fertilité. CRÉDIT Alejandro Sierra

 

La domestication des moutons n'a pas eu lieu dans la péninsule ibérique. Son agriotype, l'Ovis orientalis, se trouve en Asie centrale et du sud-est. " Ce qui est surprenant, c'est la rapidité avec laquelle les moutons sont intégrés dans les stratégies d'élevage et leur énorme importance économique dans les premières périodes du néolithique. Ce que nous constatons, c'est une adoption rapide et réussie, qui démontre que leurs mécanismes d'adaptation à la fois au nouvel environnement et leur nouveau rôle économique étaient bien connus et contrôlés par une partie des communautés humaines. Les pressions sélectives exercées sur l'espèce étaient artificielles, elles poursuivaient des objectifs spécifiques et étaient bien définies. Ces nouvelles preuves représentent un tournant dans la recherche sur les animaux, la domestication et les origines de l'élevage."

YH : C'est aussi la preuve que soit ces cultures n'ont pas oublié et se sont transmis fidèlement ces techniques en migrant de l'Asie vers l'ouest, soit que les relations avec l'Asie étaient constantes, avec des voyages (maritimes et fluviales ?) dans les deux sens. Je rappelle ici cette étude génétique sur les toutes premières migrations Europe-Asie-Asie-Europe, mais qui ont été suivies de nombreuses autres au fil du temps : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/genetique-une-nouvelle-migration-ancienne-en-europe-inconnue.html

 

La recherche s'est concentrée sur l'étude de l'élevage de moutons dans la grotte néolithique de Chaves (5600-5300 avant notre ère) dans les contreforts des Pyrénées, un site qui est " spectaculaire pour la qualité et le nombre de restes récupérés. Par rapport aux niveaux néolithiques de la faune, ses 12 754 vestiges reconnaissables représentent au moins trois fois ce que l'on trouve dans d'autres sites néolithiques de la péninsule, les moutons et les chèvres domestiques étant l'espèce la plus nombreuse et la plus grande présence de porcs de tous les sites néolithiques avec animaux et au type d'établissement stable connu pour être dédié à l'élevage, et dans une grande grotte qui avait 3.000 mètres carrés d'espace habitable ", affirme Pilar Utrilla, professeur à l'Université de Saragosse et directeur des interventions archéologiques.

YH : Nous avons donc ici en quelque sorte une sorte de ferme d'élevage intensif, pratiquant des techniques modernes il y a environ 7500 ans et sédentarisée sur une longue période...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Génétique: une nouvelle migration ancienne en Europe inconnue

Génétique: une nouvelle migration ancienne en Europe inconnue

 

L'analyse du génome révèle une ancienne migration humaine inconnue en Europe

 

Grotte bacho kiro bulgarie 45000ans

 

Le séquençage génétique de restes humains datant de 45 000 ans a révélé une migration jusque-là inconnue en Europe et a montré que le mélange avec les Néandertaliens au cours de cette période était plus courant qu'on ne le pensait auparavant.

La recherche est basée sur l'analyse de plusieurs restes humains anciens - y compris une dent entière et des fragments d'os - trouvés dans une grotte en Bulgarie l'année dernière.

Le séquençage génétique a révélé que les restes provenaient d'individus qui étaient plus étroitement liés aux populations actuelles d'Asie de l'Est et des Amériques qu'aux populations d'Europe.

" Cela indique qu'ils appartenaient à une migration humaine moderne en Europe qui n'était pas connue auparavant par les archives génétiques ", indique la recherche, publiée mercredi dans la revue Nature .

Il " fournit également la preuve qu'il y avait au moins une certaine continuité entre les premiers humains modernes en Europe et plus tard les gens en Eurasie ", a ajouté l'étude.

Les résultats " ont changé notre compréhension antérieure des premières migrations humaines en Europe ", a déclaré Mateja Hajdinjak, chercheur associé à l'Institut allemand Max Planck d'anthropologie évolutive qui a aidé à diriger la recherche.

" Cela a montré comment même la toute première histoire des Européens modernes en Europe a pu être tumultueuse et impliquer des remplacements de population ", a-t-elle déclaré à l'AFP.

 

Grotte bacho kiro bulgarie 45000ans1

Le secteur Niche 1 (à gauche) et le secteur Main (à droite) lors des fouilles de la grotte Bacho Kiro, Bulgarie, en 2016. La zone de ciment au premier plan a été excavée auparavant dans les années 1970. De nouvelles fouilles ont repris là où ces fouilles s'étaient arrêtées. Crédits: MPI-EVA / Nikolay Zaheriev

 

Une possibilité soulevée par les résultats est " une dispersion de groupes humains qui seront ensuite remplacés (par d'autres groupes) plus tard en Eurasie occidentale, mais continueront à vivre et à contribuer à l'ascendance des gens en Eurasie orientale ", a-t-elle ajouté. YH: autrement dit, les premiers arrivés en Europe de l'Ouest n'y sont pas restés en majorité mais ont voyagé vers l'Asie, et leurs descendants sont ensuite revenus en partie d'Asie, et ces derniers ont remplacé leurs ancêtres locaux.

Les restes ont été découverts l'année dernière dans la grotte Bacho Kiro en Bulgarie et ont été salués à l'époque comme preuve que les humains vivaient aux côtés des Néandertaliens en Europe beaucoup plus tôt qu'on ne le pensait.

L'analyse génétique a également révélé que les humains modernes en Europe à cette époque se mélangeaient davantage avec les Néandertaliens qu'on ne le supposait auparavant.

Tous les « individus des cavernes de Bacho Kiro ont des ancêtres néandertaliens cinq à sept générations avant de vivre, ce qui suggère que le mélange (hybridation) entre ces premiers humains en Europe et les néandertaliens était commun », a déclaré Hajdinjak.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Climat: changements brutaux et effets en cascade

Climat: changements brutaux et effets en cascade

 

la-fonte-totale-du-pole-nord.jpg

 

Une nouvelle étude financée par l'UE dans le cadre d'une action Marie Skodowska-Curie et d'une subvention de recherche de la Fondation Carlsberg, a montré que les changements dans différentes parties du système climatique - courants océaniques, glaces de mer et modèles de vent - étaient si étroitement entrelacés qu'ils se sont probablement déclenchés et renforcés les uns les autres, et ont conduit à des changements climatiques brusques récurrents. Il s'agit ici en quelque sorte de la confirmation d'une précédente analyse disant qu'à partir de il y a 11 500 ans, la température annuelle moyenne des glaces du Groenland a grimpé d'environ 8 °C en quarante ans, en trois étapes de cinq ans. (Richard B. Alley, « Ice-core evidence of abrupt climate changes », PNAS, vol. 97, no 4,‎ 2000, p. 1331–1334 (DOI 10.1073/pnas.97.4.1331)

Tout au long de la dernière période glaciaire, le climat a changé à plusieurs reprises et rapidement au cours des événements dits Dansgaard-Oeschger, où les températures du Groenland ont augmenté entre 5 et 16 degrés Celsius en quelques décennies. Lorsque certaines parties du système climatique ont changé, d'autres parties du système climatique ont suivi comme une série de dominos basculant successivement.

 

Cascading ice0ages 00a

Groenland - crédit filtv / Adobe Stock Photo

 

Telle est la conclusion d'une analyse des données sur les carottes de glace par un groupe de chercheurs qui comprenait la postdoctorante Emilie Capron et la professeure agrégée Sune Olander Rasmussen de la Section de physique de la glace, du climat et de la Terre de l'Institut Niels Bohr, Université de Copenhague, au Danemark. Cette découverte, qui vient d'être publiée dans la revue Nature Communications , est préoccupante car l'étendue de la glace de mer dans l'Arctique a joué un rôle important dans ces changements climatiques dramatiques du passéAujourd'hui, l'étendue de la glace de mer se réduit rapidement et on ne sait pas si cette partie du système climatique pourrait déclencher un changement climatique soudain prochainnement.

Comprendre les changements climatiques brusques du passé est essentiel à notre capacité de prédire avec certitude si quelque chose de similaire se produira aujourd'hui ou dans un proche avenir.

Au cours des dernières décennies, cela a conduit les climatologues à rechercher des relations causales entre les changements climatiques brusques pendant la période glaciaire, lorsque les températures du Groenland ont augmenté à plusieurs reprises de 16 degrés Celsius en quelques décennies avant de retomber lentement aux niveaux normaux de la période glaciaire.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

France, Bretagne: une carte 3D préhistorique identifiée

France, Bretagne: une carte 3D préhistorique identifiée

 

Carter3dprehistorique bretagne 

Denis Gliksman INRAP

 

Une pierre de l'âge du bronze fraîchement déterrée est peut-être la plus ancienne carte tridimensionnelle d'Europe

 

La dalle de 2 mètres sur 1,5 mètre (5 pieds sur 6,5 pieds), découverte pour la première fois en 1900, a été retrouvée dans une cave d'un château en France en 2014.

Les archéologues qui ont étudié les motifs gravés sur la pierre vieille de 4000 ans disent qu'ils pensent que les marques sont une carte d'une région de l'ouest de la Bretagne.

Ils disent que cela fait de la dalle la plus ancienne carte 3D d'une zone connue en Europe.

Le morceau de roche, connu sous le nom de dalle de Saint-Bélec à Leuhan, daterait du début de l'âge du bronze, entre 1900 avant JC et 1650 avant JC (2150-1600 avant notre ère selon le CNRS).

Il a été découvert pour la première fois en 1900, lors de fouilles sur un cimetière préhistorique dans le Finistère, dans l'ouest de la Bretagne, par l'archéologue local Paul du Chatellier.

 

Situation chateau finistere

Situation du chateau De Kernuz dans le Finistère, France (BBC)

 

La dalle a apparemment été oubliée pendant plus d'un siècle, stockée pendant des décennies sous un fossé chez M. du Châtellier, le château de Kernuz.

Mais des chercheurs à la recherche de la dalle l'ont trouvée dans une cave du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye en 2014.

Après avoir analysé les marques et les gravures sur la pierre, les chercheurs ont soupçonné qu'il pourrait s'agir d'une carte.

La " présence de motifs répétés reliés par des lignes " sur sa surface suggérait qu'elle représentait une région du Finistère, selon une étude du Bulletin de la Société française de préhistoire.

Yvan Pailler, chercheur à l’Inrap, mis à disposition de l’université de Bretagne Occidentale, et Clément Nicolas, post-doctorant Marie Curie/Bournemouth University dévoilent leurs conclusions sur cette exceptionnelle découverte.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

 

Srahsrang bois pierrestaillees et tridentenbronze

 

En avril-mai 2020, des découvertes lors des fouilles du bassin d'eau Kandal Srah Srang, au pied d'Angkor Wat au Cambodge ont défrayé les chroniques. En effet, la fouille de ce petit temple régulièrement englouti par les fortes pluies, mais aussi victime de sècheresses récurentes comme en ce moment, ont révélé des surprises de taille : Tout d'abord, une grande tortue en pierre a été trouvée, avec des artefacts étranges comme les restes d'un trident en métal accompagné de nombreux petits cristaux, puis une plus petite tortue comportant une cavité couverte contenant des pierres précieuses, du fil de bronze, des dizaines de cristaux à nouveau et un tissu enveloppant un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu, une tête d'un fameux Naga et les restes d'une statue féminine sans tête ni bras ni jambes, donc difficile à identifier et dater et aussi un trident en métal intact.

Voici tout d'abord les rapports sur ces découvertes traduites : 

Des archéologues cambodgiens ont mis au jour une grande statue de tortue vieille de plusieurs siècles dans le complexe du temple d'Angkor.

 

Angkorvat tortue3

Une grande tortue de grès découverte la semaine dernière dans le complexe du temple d'Angkor Wat (avec l'aimable autorisation de l'Apsara Authority)

 

La tortue en pierre sculptée de 56 par 93 centimètres (22 par 37 pouces) qui daterait du 10ème siècle après JC a été découverte mercredi lors de fouilles sur ce qui était le site d'un petit temple qui avait été construit sur Srah Srang, l'un des sites d'Angkor qui comporte plusieurs réservoirs.

Les chercheurs ont identifié l'emplacement du temple et les ouvriers ont drainé l'eau pour permettre les fouilles, qui ont commencé le 16 mars 2020, a déclaré Mao Sokny, chef de l'équipe de fouille de l'Apsara Authority, une agence gouvernementale qui supervise le site archéologique d'Angkor.

La moitié inférieure de la tortue est restée enterrée jeudi pendant que des préparatifs étaient en cours pour la retirer sans l'endommager.

Angkor a été fortement influencée par la culture hindoue et, par conséquent, lorsqu'un temple ou une autre structure importante était construite, des objets sacrés étaient souvent enterrés dans le sol en dessous pour assurer la sécurité et la bonne fortune. Dans plusieurs cultures asiatiques, les tortues sont considérées comme des symboles de longévité et de prospérité.

Les fouilles ont également découvert d'autres artefacts rares, dont deux tridents métalliques et une tête sculptée d'un naga, une créature mythique.

Le complexe d'Angkor est la plus grande attraction touristique du Cambodge, ainsi qu'un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et est inclus dans le drapeau cambodgien.

Mao Sokny a déclaré que les découvertes de tels artefacts aident les Cambodgiens à être fiers de leur héritage.

https://phys.org/news/2020-05-stone-turtle-unearthed-angkor-reservoir.html

 

Srah srang angkor camboya

Les archéologues ont découvert une grande tortue en pierre et plusieurs autres artefacts vieux de plusieurs siècles dans le réservoir de Srah Srang à Angkor, au Cambodge. ( Diego Delso via Wikimedia Commons sous CC BY-SA 3.0 )

 

La sculpture est l'un des rares artefacts récupérés dans le réservoir temporairement drainé de Srah Srang depuis le début des travaux à la mi-mars 2020.

Selon l'agence de presse chinoise Xinhua, les chercheurs ont trouvé la tortue de grès lors de la fouille du site d'un petit temple qui se trouvait autrefois sur une île artificielle au milieu du réservoir. Après que l'équipe ait déterminé l'emplacement du temple plus tôt cette année, les ouvriers ont suffisamment abaissé le niveau d'eau du réservoir pour permettre aux fouilles de commencer, a déclaré à l'AP Mao Sokny, un archéologue de l'Autorité d'Aspara, qui supervise le complexe du temple et .

La tortue mesure 23 pouces de large et 37 pouces de long, selon l'AP. Sa coquille est vierge à côté d'un carré gravé en son centre, a déclaré Chea Socheat, directeur du projet de fouille, et Pech Sotheary au Khmer Times.

« La tortue est connue comme l'un des avatars du dieu hindou Vishnu », dit Socheat. « Parfois, les tortues sont placées comme un objet votif dans les fondations d'un temple ou en son centre.»

De nombreux temples et structures d'Angkor, capitale de la civilisation khmère qui a existé entre le IXe et le XVe siècle après J.-C., étaient dédiés à des divinités hindoues dont Shiva et Vishnu, selon l'Encyclopedia BritannicaConstruite au 12ème siècle, Angkor Wat s'étend elle-même sur près de 400 acres près de ce qui est aujourd'hui la ville de Siĕmréab.

Socheat dit au Khmer Times que des évaluations préliminaires suggèrent que la grande tortue a été enterrée sous le temple pour assurer la sécurité et la prospérité du site. Il ajoute que c'était peut-être « une pierre précieuse… placée pour la célébration de toute cérémonie religieuse pendant cette période ».

Les fouilles de la semaine dernière se sont avérées particulièrement fructueuses pour Socheat et ses collègues: peu de temps avant la découverte de la tortue de pierre, l'équipe a déterré deux tridents métalliques, des cristaux et une sculpture d'une créature serpentine mythique connue sous le nom de naga. Vendredi, les archéologues ont trouvé une autre tortue plus petite et deux poissons sculptés, selon un communiqué de presse de l'Apsara Authority.

Comme Socheat le dit à Soth Koemsoeun au Phom Penh Post, les fouilles précédentes du temple de Neak Pean - qui est également situé sur une île artificielle au milieu d'un réservoir d'Angkor - ont donné une tortue plus petite qui ressemblait à celle qui venait d'être découverteCachés dans la sculpture se trouvaient des pierres précieuses, des fils de bronze et un tissu enveloppé dans un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu. (YH : cette découverte précédente n'a donc pas été faite exactement au même endroit).

Les anciens dirigeants d'Angkor se sont appuyés sur le système complexe d'ingénierie de l'eau de la ville pour accumuler et maintenir l'énergie via la riziculture, a écrit Joshua Rapp Learn pour le magazine Smithsonian en février 2020. Selon Richard Stone de National Geographic, la capitale impériale « est devenue une puissance médiévale grâce à un système sophistiqué de canaux et de réservoirs qui a permis à la ville de stocker de l’eau rare pendant les mois secs et de disperser l’eau en excès pendant la saison des pluies ».

 

Sitesrahsrang2

Apsara Authority

 

Aujourd'hui, ceux qui visitent Angkor pendant la saison sèche de la région peuvent apercevoir les vestiges du temple Srah Srang qui dépassent au-dessus de la ligne de flottaison du réservoir. Pendant la saison des pluies, le temple est «complètement avalé» par de fortes pluies, selon Xinhua.

La moitié supérieure de la plus grande tortue en pierre a été fouillée, mais les chercheurs prévoient de laisser sa moitié inférieure enterrée jusqu'à ce qu'ils puissent déterminer un moyen de soulever et de déplacer la relique en toute sécurité, rapporte l'AP.

« Bien que des études antérieures aient été menées sur le temple, il n'y a eu aucune recherche approfondie à ce sujet [montrant] l'endroit où divers objets ont été enterrés », a déclaré Socheat au Khmer Times. « Notre récente découverte peut aider à expliquer l'histoire du temple, y compris les cérémonies religieuses qui y étaient autrefois célébrées.»

https://www.smithsonianmag.com/smart-news/archaeologists-drain-angkor-reservoir-and-discover-stone-turtle-and-other-artifacts-180974849/

 

De son côté, en avril 2020, l'explorateur Praveen Mohan, rendu célèbre par ses vidéos Youtube de ses explorations et son apparition sur Historia "Ancient aliens", a eu l'idée, en ce qui concerne certains artefacts découverts d'un possible moyen de communication élaboré : une sorte de radio, inventée donc bien avant les nôtres, à base de cristaux de quartz, de fils de bronze et d'antennes (les tridents), tout comme les premières inventées dans les temps modernes. De mon côté, j'ai effectué des recherches sur les pratiques rituelles anciennes des Cambodgiens, et j'ai découvert quelques sources qui pourraient en fait éclaircir les choses d'une façon plus logique et en liaison avec ces rituels anciens :

Lire la suite ci-dessous et voir une vidéo prise pendant les découvertes :

Lire la suite

Néandertalien utilisait des cure-dents !

Néandertalien utilisait des cure-dents !

 

Neanderthal homosapiens

Comparaison entre le crâne d'un Homo Sapiens (moderne) à gauche et celui d'un Néandertalien à droite

 

Contrairement aux idées préconçues et à une publicité actuellement visible à la télévision, les hommes de l'âge de pierre prenaient soin de leurs dents et une nouvelle étude prouve que même néandertalien le faisait. 

Les Néandertaliens d'il y a environ 46 000 ans utilisaient des «cure-dents et une hygiène bucco-dentaire», selon une équipe internationale de scientifiques.

 

En analysant deux dents extraites des couches du Pléistocène de la grotte de Stajnia (Kraków-Częstochowa Upland), en Pologne, l'équipe dirigée par le Dr Wioletta Nowaczewska du Département de biologie humaine de l'Université de Wrocław a trouvé des traces laissées par un cure-dent.

Elle a déclaré: " Il semble que le propriétaire de la dent ait utilisé une hygiène bucco-dentaire. Il y avait probablement entre les deux dernières dents des résidus de nourriture qui devaient être éliminés. Nous ne savons pas de quoi il a fait un cure-dent - un morceau de brindille, un morceau d'os ou d'os de poisson. Il devait s'agir d'un objet cylindrique assez rigide, que l'individu utilisait assez souvent pour laisser une trace claire."

Ceci est le deuxième exemple connu de telles procédures hygiéniques pratiquées par les Néandertaliens de Stajnia Cave. Des traces similaires ont été conservées sur une autre dent trouvée plus tôt dans la grotte.

Les scientifiques pensent également que les dents, une dent de sagesse (troisième molaire inférieure) et une prémolaire supérieure, appartenaient à un individu de plus de 30 ans, et l'autre à un homme légèrement plus jeune dans la vingtaine.

 

Pologne dentneandertalien1

Image : Dr Marcin Binkowski de l'Université de Silésie

 

Cependant, ils n'ont trouvé aucun changement pathologique indiquant des troubles de la croissance de l'émail, une hypoplasie ou des caries. Ils notent que la dent de sagesse présente des signes d'usure sévère, qui peuvent être liés à la consommation d'aliments durs.

Pour déterminer si la dent appartenait à notre ancêtre immédiat (Homo sapiens - Cro-Magnon) ou à un parent fossile (Homo neanderthalensis), les scientifiques ont évalué la structure de la couronne de la dent, l'épaisseur de l'émail, le contour de la surface de la dentine et le microtraumatisme de la surface de la couronne. 

Ils ont comparé les données avec d'autres données sur les dents des Néandertaliens, ainsi que des représentants fossiles et contemporains de notre espèce.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

Génétique: Ascendance australasienne Au Brésil et Pérou

 

 

Paracas peru 1024

Paracas National Reserve, along the Peruvian coast. (Vasil Daskalov/Getty Images)

 

C'était déjà fortement soupçonné depuis les premières études datées de 2015, mais c'est maintenant confirmé, l'ADN australasien Ypikuéra est encore aujourd'hui plus largement répandu en Amérique du Sud que pensé jusqu'à présent. Il pourrait même faire partie à l'origine des tout premiers chasseurs-cueilleurs ayant conquis les Amériques du Nord au Sud, bien qu'il n'y en ait plus du tout de trace en Amérique du Nord et Centrale, ce qui constitue d'ailleurs le principal problème en ce qui concerne ce dernier point des conclusions de cette publication. La présence de l'ADN Ypikuéra seulement en Amérique du Sud est bien toujours un véritable casse-tête pour les scientifiques, malgré les tentatives d'explications de cette étude, comme le dit David Meltzer, archéologue à la Southern Methodist University et co-auteur de l'étude de 2015 identifiant le signal Y, qui dit que cette explication a du sensPourtant, ajoute-t-il, trouver une ascendance australasienne dans d'anciens vestiges côtiers renforcerait sa confiance dans les conclusions des auteurs. Il est également possible que des groupes d'ascendance Y aient vécu en Amérique du Nord et en Amérique centrale, mais se sont éteints au lendemain de la colonisation européenne. « Le signal de la population Y est un casse-tête », dit Meltzer, « mais c'est une pièce intéressante à y ajouter.» Il s'agit d'une publication assez conservatrice car ne prenant pas en compte certaines découvertes récentes, comme celle-ci, mais se limitant toujours à la théorie béringienne d'un peu plus de 15 000 ans, pourtant déjà bien malmenée et ne considérant pas la probabilité de plusieurs méthodes et dates de migrations, mais qu'une seule : le voyage à pied.

Le signal Y est l’une des caractéristiques précédemment identifiées de l’influence australasienne en Amérique du Sud, ce que l’on appelle le signal de la « population Ypikuéra » (signal Y) – une variante génétique jusqu’à présent observée uniquement dans les populations amazoniennes actuelles. Cependant, ce signal a maintenant été observé en dehors de l’Amazonie mais aussi ailleurs en Amérique du Sud, avec une analyse génomique comprenant 383 individus d’un certain nombre de groupes indigènes révélant que le signal Y existe non seulement dans les groupes amazoniens – mais aussi chez les indigènes des peuples de Chotuna (vivant près de la côte pacifique du Pérou), Guaraní Kaiowá (centre-ouest du Brésil) et Xavánte (près du centre du Brésil). Ces peuples autochtones anciens et modernes d'Amazonie partageaient des signatures génétiques spécifiques - connues donc sous le nom de Ypikuéra, ou signal Y - avec des groupes autochtones modernes en Asie du Sud, en Australie et Mélanésie, un groupe d'îles en Océanie. 

Cette connexion génétique a pris de nombreux scientifiques au dépourvu, et elle reste « l'un des événements les plus intrigants et les plus mal compris de l'histoire humaine », ont écrit les chercheurs dans la nouvelle étude.

Pour approfondir l'étude du signal Y, une équipe de scientifiques du Brésil et d'Espagne a plongé dans un vaste ensemble de données contenant les données génétiques de 383 peuples autochtones de différentes régions d'Amérique du Sud. L'équipe a appliqué des méthodes statistiques pour tester si l'une des populations amérindiennes avait une similitude génétique «excessive» avec un groupe qu'elle appelait les Australasiens, ou les peuples autochtones d'Australie, de Mélanésie, de Nouvelle-Guinée et des îles Andaman dans l'océan Indien.

En d'autres termes, l'équipe évaluait si « une population amérindienne donnée partageait significativement plus de variantes génétiques avec les Australasiens que les autres amérindiens », ont déclaré Hünemeier et Araújo Castro e Silva. Les groupes sud-américains qui avaient plus de similitudes génétiques avec les Australasiens ont été interprétés par les nouveaux chercheurs comme étant les descendants des premiers ancêtres américains et australasiens, qui se sont mélangés il y a au moins 15000 ans (YH : plus vraisemblablement il y a + de 20 000 ans en fait selon l'interprétation)

La théorie béringienne a un peu évolué au fil du temps, puisque les scientifiques admettent maintenant que ce pont de glace a existé plus tôt et plus longtemps que supposé (et même lors des précédentes glaciations), cette carte tente de montrer les diverses migrations (et des Aller-retours) expliquant la diversité des groupes d'ADN, avec un arrêt assez long en Béringie, puis l'ouverture d'un passage entre les glaces pour permettre la pénétration des Amériques. La théorie côtière postule aussi l'utilisation de canoés le long du pont de glace et des côtes glacières de l'Amérique du Nord. D'autres théories affirment aussi une navigation précoce entre les îles océaniennes jusqu'à l'île de Pâques et l'Amérique du Sud, non visibles ici :

 

Beringie

Le signal Y n'est pas non plus inclus dans cette carte. credit wikiwand

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Pérou : découverte d'une fresque de 3200 ans du dieu araignée

Pérou : découverte d'une fresque de 3200 ans du dieu araignée

 

Perou 3200anslalibertad

 

" On pense que la peinture murale découverte l'année dernière représente un dieu araignée zoomorphe brandissant un couteau associé à la pluie et à la fertilité "

Les archéologues du nord du Pérou ont identifié une peinture murale vieille de 3200 ans peinte sur le côté d'un ancien temple en adobe qui représenterait un dieu araignée zoomorphe, brandissant un couteau, associé à la pluie et à la fertilité.

La peinture murale - appliquée en peinture ocre, jaune, grise et blanche sur le mur de la structure en briques de boue de 15 mx 5 m dans la province de Virú de la région de La Libertad au Pérou - a été découverte l'année dernière après qu'une grande partie du site ait été détruite par certains paysans pour étendre leurs plantations d'avocat et de canne à sucre...

Les experts pensent que le sanctuaire a été construit par la culture précolombienne Cupisnique, qui s'est développée le long de la côte nord du Pérou il y a plus de 3000 ans. Sur la culture Cupisnique, dont les spécialistes pensent que c'était une déclinaison de la culture de Chavin au niveau des côtes maritimes, dont j'ai parlé dans plusieurs articles (voir tout en bas de cet article) : https://www.peru-excepcion.com/guide-voyage/cultures-precolombiennes/culture-cupinisque

 

Perou 3200ansa

Le contraste photographique a été forcé pour mieux montrer les couleurs et détails. YH : L'interprétation d'un dieu araignée n'est pas si évidente que ça, la fresque n'étant pas complète, on pourrait tout aussi bien y voir un humain assis de dos, son bras gauche plié le soutenant et tenant une tête coupée dans un panier avec sa main droite. Cliquer pour agrandir.

 

L'archéologue Régulo Franco Jordán a déclaré que l'emplacement stratégique du sanctuaire près de la rivière avait conduit les chercheurs à croire qu'il s'agissait d'un temple dédié aux divinités de l'eau.

« Ce que nous avons ici, c'est un sanctuaire qui aurait été un centre cérémoniel il y a des milliers d'années », a-t-il déclaré au journal La República du Pérou.

 

Perou 3200anslalibertadb

" C'est une construction en plusieurs phases. Celle des peintures murales serait la deuxième (qui a ensuite été intentionnellement couverte par la troisième). Le mur peint se courbe vers la droite et «se glisse» sous le remplissage de la scène la plus récente. Peut-être que les archéologues trouveront des peintures intactes " Cliquer pour agrandir.

 

Lire la suite ci-dessous et voir d'autres photos :

Lire la suite

Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

 

Caral perou 02

 

Je ne sais pas si l'expression de "astronomie paysagère" existe ou si je l'invente ici, mais elle me semble la plus adéquate pour résumer la situation décrite par les scientifiques en conclusion de leur étude sur le façonnage de la plus ancienne ville des Amériques à ce jour, Caral. Caral, dont j'ai déjà parlé plusieurs fois tant son avancée par rapport aux autres cultures connues à la même époque (environ 3 000 ans Avant J.C) dans les Amériques surprend:

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-civilisation-de-caral.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

 

Astronomie et paysage dans la ville de Caral, la plus ancienne ville des Amériques

 

 

Caral supe

L'un des principaux bâtiments pyramidaux de la place centrale de Caral, dont le grand axe est orienté parallèlement à la rivière Supe, et vers la grande lunastice sud. Crédit: A. César González-García (Incipit-CSIC).

 

Une équipe de chercheurs, dirigée par l'Instituto de Ciencias del Patrimonio (Incipit-CSIC) et l'Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC), en collaboration avec l'équipe de la Zone Arqueologique de Caral (Pérou) dirigée par le Dr Ruth Shady Solís, a établi la relation entre la position des monuments de la Culture Supe (Pérou), leurs orientations et certaines caractéristiques astronomiques et topographiques, ce qui ouvre la voie à l'analyse de la façon dont les habitants de cette vallée ont conçu l'espace et le temps il y a 5000 ans. Les résultats de l'étude viennent d'être publiés dans la revue Latin American Antiquity.

La vallée de la rivière Supe au Pérou contient la première preuve de la construction d'une ville dans les Amériques. Au cours des dernières décennies dans cette vallée et sur la côte voisine, de nombreux sites cérémoniels ont été découverts, avec des bâtiments pyramidaux élaborés et de grands espaces ouverts circulaires datant de 3000 avant JC. La société qui a construit ces bâtiments était basée sur l'agriculture par irrigation, notamment de le coton et la citrouille, et sur la pêche car la côte donne accès à l'une des pêcheries les plus riches du monde.

Vers la fin de 2016, une campagne de travaux de terrain a été menée dans la vallée de Supe, prenant des mesures des positions et orientations des bâtiments les plus importants de cette civilisation très ancienne sur les dix sites les plus importants de la vallée. « Les résultats des recherches sur la position et l'orientation des bâtiments principaux montrent que la présence de la rivière Supe est la principale influence déterminante sur l'orientation des bâtiments car bien qu'ils ne soient pas situés directement au bord de la rivière, ils sont systématiquement parallèles à cela dans un phénomène curieux, convergent avec ce qui se passait en même temps à des milliers de kilomètres dans la Vallée du Nil », explique Juan Antonio Belmonte, un chercheur de l'IAC expert en astronomie culturelle et co-auteur de l'article.

Cependant, l'analyse a révélé que la situation dans la vallée était également déterminée par des relations astronomiques très suggestives et novatrices.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Açores : des morceaux de continent englouti ?

Açores : des morceaux de continent englouti ?

 

Carte du plateau des acores et des principales structures tectoniques dapres vogt 2004

Attention, il s'agit ici d'une compilation de données, mais qui repose sur les dernières données scientifiques concernant les Açores, donc des études géologiques, des carottages de sédiments en divers endroits des îles et de l'Océan, de la dorsale Atlantique, d'études des sédiments et de thèses publiées depuis 2014. Et ces données remettent en question en partie les précédentes, axées principalement sur la probabilité d'un point chaud pur classique pour expliquer l'endroit, dont la position exacte n'est pas connue et toujours en discussion. En fait, les choses sont beaucoup plus compliquées que ça et même uniques au niveau mondial, bien qu'on y retrouve certaines caractéristiques de l'Islande par exemple (qui vient de faire l'objet d'une nouvelle publication au sujet de la possible présence de masses de taille continentale profondes, liées à Théia !https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/formation-systeme-solaire-restes-theia-sont-ils-enfouis-sous-surface-terre-86480/. J'en profite pour rappeler qu'il y a seulement quelques années, la science estimait que l'enfoncement et engloutissement d'une masse continentale était impossible, ce qui a été démenti finalement avec le nouveau continent en parti englouti officiellement reconnu, Zealandia.

Comme chacun le sait, la science n'admettait pas la possibilité qu'un continent ait pu disparaître sous les eaux, tout simplement parce que les croutes continentales, épaisses de 30 km en moyenne, sont censées flotter directement sur le magma, ce qui les distinguent de la croûte océanique, dont la moyenne en épaisseur n'est que de 7 kilomètres. Zealandia a été reconnu comme un continent, englouti certes à 94 %, parce qu'il a bien une épaisseur moyenne de 20 à 30 km, de toute façon plus élevé que les 7 km d'une croûte océanique, ainsi que d'autres paramètres que nous verrons. Mais le vaste plateau des Açores possède exactement cette même caractéristique, avec une épaisseur estimée entre 20 et 30 km, selon les dernières estimations. La question à l'étude est donc la possibilité d'une croûte océanique gonflée par un point chaud ou un possible bloc (ou plusieurs) continental, possiblement arraché à un talus continental, lors de la dérive tectonique engendré par la dorsale Atlantique et la division de la Pangée à cet endroit. Nous avons donc potentiellement également un morceau de continent englouti à cet endroit, puisque ce plateau est maintenant à environ 2000 mètres sous l'eau (alors que certaines études postulent qu'il a du être émergé à un moment donné), et est surmonté par quelques îles volcaniques, engendrées elles éventuellement par un panache fixe de chaleur magmatique qui contournerait ce plateau, ou la présence d'un rift actif et donc d'une tectonique locale, influencée par la tectonique de la dorsale à proximité et du point de jonction des trois plaques. Les dernières recherches prouvent également que ces îles ont été crées, détruites et recrées plusieurs fois au cours du temps. En fait, les scientifiques parlent bien de situations catastrophiques, y compris récemment (puisque la majorité de ces îles ont moins de 1 million d'années), avec l'effondrement complet de pans de ces îles, qui sont des îles volcaniques et donc facilement fragilisées par des séismes, éruptions et érosions (tsunamis et ouragans).

 

Commençons pas les données sur Zealandia et son acceptation officielle en 2018, après un premier soupçon dans les années 1970 (rejeté juste par des "à priori") et ensuite plus de 20 ans de discussions scientifiques et d'attente de données fermes. J'en ai parlé deux fois précédemment, dans un article de 2018 puis en 2020 avec les dernières confirmations : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-ile-malden-et-ses-mysterieuses-ruines-prehistoriques.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/zealandia-un-continent-disparu-retrouve.html

 

Zealandia2 1

Zealandia continent englouti exact1024x768 p

Le continent en question, bien qu'il s'étend sur quasiment l'équivalent des deux tiers de la surface de l'Australie est à 94% sous la surface de l'océan Pacifique, parfois sous des milliers de mètres d'eau et surtout recouvert par une épaisse couche de sédiments. Il n'émerge essentiellement que sous la forme des terres de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Calédonie et quelques îles. On sait aussi qu'il est nettement sous le niveau de l'océan depuis des dizaines de millions d'années et on ne peut donc logiquement le rattacher aux théories de l'Atlantide ou du continent Mu, car aucun représentant du genre Homo n'existait alors.

Un bilan des connaissances acquises ont été publiés en février 2020 dans un article du journal Geology.

Il est le fruit d'une équipe internationale de chercheurs qui comprenait plus de 30 scientifiques de Nouvelle-Zélande, des États-Unis, d'Italie, d'Espagne, de Nouvelle-Calédonie, de Chine, des Pays-Bas, d'Allemagne, du Brésil, du Japon, du Royaume-Uni et de Corée du Sud. Elle était dirigée conjointement par le professeur Rupert Sutherland de la Victoria University of Wellington (Nouvelle-Zélande) et le professeur Gerald Dickens de la Rice University au Texas (États-Unis). Les deux hommes ont de plus écrit un article de vulgarisation à ce sujet dans The Conversation et on peut les voir donner des explications dans la vidéo, ci-dessous, extraite d'un documentaire complet sur l'expédition 371 plus bas.

Ces nouvelles études révéleraient en fait un processus tectonique inédit avec la formation de la ceinture de feu (YH : comme quoi la principale théorie sur la tectonique des plaques n'est pas figée non plus et pourrait être incomplète, sans parler de l'autre théorie connue, celle de la tectonique hydraulique des plaques...).

En effet, pour résumer, les continents sont formés de roches moins denses que le basalte des plaques océaniques et c'est pour cette raison que l'on dit souvent que les continents sont insubmersibles (YH : ce qui ne serait donc pas si exact). Ils flottent sur les roches du manteau, peuvent être déchirés puis recollés par les mouvements des plaques tectoniques, voire s'enfoncer un peu dans ce manteau sous l'effet d'une couverture glaciaire importante, un inlandsis, mais jamais vraiment couler ou disparaître (à priori). C'est pour cette raison que l'on peut trouver sur les continents des roches datant de plusieurs milliards d'années (qui sont tout de même assez rares).

D'après ces chercheurs donc, ce serait l'occurrence de processus tectoniques jusqu'ici inconnus, et qui ont accompagné la formation de la ceinture de feu, lors de sa naissance toujours mal comprise il y a 50 millions d'années environ, qui aurait fortement contribué à l'enfoncement de Zealandia sous la surface de l'océan Pacifique. Ces processus se seraient ajoutés aux forces qui auraient étiré donc aminci la croûte continentale de Zealandia lorsque la dérive des continents a commencé à l'arracher à l'ancien supercontinent du Gondwana (qui comprenait l'Australie et l'Antarctique) il y a environ 85 millions d'années. Julien Collot dans son interview avait expliqué à cet égard que « la croûte continentale de Zealandia est plus fine que dans le cas des autres continents. En l'occurrence, son épaisseur est généralement comprise entre 10 et 25 kilomètres, ce qui fait que la majeure partie de ce continent se trouve entre 1.000 et 3.000 mètres sous la surface du Pacifique. C'est parce qu'il flotte sur les roches du manteau plus dense que cette plus faible épaisseur l'a conduit à s'enfoncer par rapport aux autres continents ». (YH : ce processus pourrait donc ne pas être unique)

Les professeurs Rupert Sutherland et Gerald Dickens précisent ce qu'eux et leurs collègues ont en tête sur ce qui se serait produit il y a 50 millions d'années dans la déclaration suivante extraite de l'article de The Conversation : « Nous proposons qu'un événement de "rupture de subduction" se soit propagé dans l'ensemble du Pacifique occidental à cette époque. Nous suggérons que le processus était similaire à un énorme tremblement de terre ultra lent qui a ressuscité d'anciennes failles de subduction qui étaient restées en sommeil pendant plusieurs millions d'années. Ce concept de "résurrection de subduction" est une idée nouvelle et peut aider à expliquer une gamme d'observations géologiques différentes. » (YH : car il existe plusieurs autres "anomalies tectoniques" dans le monde).

Les chercheurs sont arrivés à émettre cette hypothèse à partir des analyses des carottes prélevées sur six lieux de forages profonds. Il y avait parfois plus de 900 mètres d'épaisseur de sédiments accumulés depuis 50 millions d'années à traverser avant d'atteindre le continent proprement dit.

Voici la publication officielle de 2020ZealandiaZealandia (1.4 Mo)

Julien Collot : " Nous pensons que Zealandia est passé sous l'eau à la fin du rifting, il y a environ 80 millions d'années mais peut-être pas dans sa totalité et peut-être que d'autres événements plus tardifs l'ont réémergé puis resubmergé. La Grande Terre, qui est l'île principale de la Nouvelle-Calédonie, est largement le produit d'une obduction d'une plaque océanique sur la croûte continentale de Zealandia, il y a de 40 à 30 millions d'années environ. Ceci a conduit localement à un épaississement de la croûte ce qui a engendré l'émersion de la Nouvelle-Calédonie. Quant à la Nouvelle-Zélande, elle est le produit d'une collision similaire à celle en cours entre la plaque océanique du Pacifique et celle, continentale, de l'Amérique du Sud. Il y a donc subduction d'une portion de croûte océanique sous une croûte continentale, ce qui donne naissance à des montagnes par plissement et volcanisme. C'est d'ailleurs de cette façon que les Andes ont pris naissance."

Pour finir avec Zealandia, rappelons les critères qui l'ont fait retenir comme nouveau continent (des scientifiques réclament que ce nouveau continent apparaisse sur les cartes du monde) :

 

Zealandia3

1. Élévation

Les continents et leurs plateaux continentaux sont toujours élevés au-dessus de la croûte océanique, tout comme Zealandia. Contrairement à d'autres continents, cependant, il a des plateaux continentaux beaucoup plus larges et plus profonds et est submergé à 94% sous le niveau actuel de la mer. Le point culminant de Zealandia est Aoraki – Mount Cook à 3724 m. (c'est aussi le cas du plateau des Açores, de plus la Nouvelle Zélande fait partie de la « ceinture de feu » du Pacifique et toutes ses montagnes sont soit volcaniques, soit dûes à la tectonique, comme le plateau des Açores).

2. Géologie

Les continents sont composés de nombreux types divers de roches, comme le granite, le calcaire, le quartzite et le schiste. Les données géologiques collectées au cours des 20 dernières années fournissent suffisamment de preuves que Zealandia possède la structure nécessaire pour se qualifier en tant que continent. (Le Plateau des Açores est moins connu et étudié, mais les études des différences de magma lors des éruptions et la détection de roches plutoniques (dont du granit, du calcaire, du quartzite) ne diffèrent guère, bien que du granit dans une croûte océanique soit possible, même si c'est rare).

3. Structure crustale

La croûte continentale varie en épaisseur avec une moyenne de 30 à 46 km, contrairement à la croûte océanique, qui a généralement une épaisseur de 7 km. Zealandia est le continent avec la croûte la plus fine allant de 10 à 30 km mais l'analyse montre qu'il est partout plus épais que 7 km. (C'est le cas du Plateau des Açores, avec une épaisseur maintenant estimée à 20-30km comme indiqué ci-dessous, de toute façon supérieur aux 7 km. Un bombement thermique d'une telle dimension serait exceptionnel).

4. Limites et superficie

Les six continents géologiques communément reconnus (Afrique, Eurasie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Antarctique et Australie) sont isolés spatialement par des caractéristiques géologiques. La croûte continentale de Zealandia est spatialement séparée de l'Australie par le Cato Trough - 3600 m de profondeur et recouvert par la croûte océanique. (Cela semble être aussi le cas d'au moins une partie du plateau des Açores, puisque qu'une micro-plaque (futur micro-continent donc) y est détectée maintenant, ainsi que des blocs tectoniques précédents (débris de la Pangée ?), mais sa superficie ne pourrait en faire un continent "normatif" bien sûr).

Voyons maintenant la situation du plateau des Açores et son environnement, voir la suite ci-dessous :

Lire la suite

USA : extraction du cuivre il y a 9 500 ans !

USA : extraction du cuivre il y a 9 500 ans !

 

Copper points 700px

Ce mois-ci, dans Radiocarbone/Université de Cambridge, une équipe composée de David Pompeani, géologue à la Kansas State University, Manhattan qui étudie les choses depuis plusieurs années, Byron A SteinmanMark B Abbott, Katherine M Pompeani, William Reardon, Seth DePasqual et Robin H Mueller rapporte que les dates les plus fiables, combinées aux données sur les sédiments, indiquent que l'ancienne culture du cuivre a émergé il y a au moins 9500 ans et a culminé entre 7000 et 5000 ans. Cela le rend au moins aussi vieux, et peut-être plus ancien, que les cultures de travail du cuivre documentées au Moyen-Orient, où les archéologues ont documenté un pendentif en cuivre vieux de 8700 ans.

Il y a environ 8500 ans, des chasseurs-cueilleurs vivant près du lac Eagle dans le Wisconsin ont martelé une pointe de projectile conique de 10 centimètres de long en cuivre pur. La pointe finement travaillée, utilisée pour chasser le gros gibier, met en évidence un triomphe technologique du Nouveau Monde - et un puzzleUne nouvelle étude de cet artefact et d'autres traces d'exploitation minière préhistorique conclut que ce que l'on appelle l'ancienne culture du cuivre a émergé, puis s'est mystérieusement évanouie, bien plus tôt qu'on ne le pensait.

Les dates montrent que les premiers Amérindiens ont été parmi les premiers au monde à extraire le métal et à le transformer en outils. Ils suggèrent également qu'un changement climatique régional pourrait aider à expliquer pourquoi, après des milliers d'années, les métallurgistes pionniers ont brusquement cessé de fabriquer la plupart des outils en cuivre et sont en grande partie revenus aux outils en pierre et en os.

Les gisements de cuivre les plus grands et les plus purs de la planète se trouvent autour des Grands Lacs d'Amérique du Nord. À un moment donné, les Amérindiens ont appris à récolter le minerai et à le chauffer, à le marteler et à le transformer en outils. Ils ont laissé derrière eux des milliers de mines et d'innombrables artefacts en cuivre, y compris des pointes de projectiles mortelles, des couteaux et des haches lourdes, ainsi que des petits hameçons et alênes. Aujourd'hui, il n'est pas rare de rencontrer des habitants de la région « qui ont des seaux d'artefacts en cuivre [qu'ils ont trouvés] cachés dans leurs sous-sols », explique David Pompeani.

 

Copper tools 1280x720

L'archéologue Michelle Bebber de la Kent State University, Kent, a fabriqué ces répliques de pointes de flèches et de couteaux en cuivre fabriqués par des gens de l'ancienne culture du cuivre en Amérique du Nord. MICHELLE BEBBER / LABORATOIRE D'ARCHÉOLOGIE EXPÉRIMENTALE DE LA KENT STATE UNIVERSITY

 

Lorsque les chercheurs ont commencé à dater les artefacts et les mines, ils avaient déjà vu un schéma perplexe: les dates suggéraient que les habitants de l'ancienne culture du cuivre ont commencé à produire des outils en métal il y a environ 6000 ans, puis, pour des raisons qui n'étaient pas claires, des instruments en cuivre abandonnés il y a environ 3000 ans. Après cela, les premiers Amérindiens utilisaient le cuivre principalement pour des articles plus petits et moins utilitaires associés à la parure, tels que les perles et les bracelets. « L'histoire est tellement particulière », en partie parce que de nombreuses autres cultures anciennes n'ont pas abandonné les outils en métal une fois qu'ils ont appris à les fabriquer, dit Pompeani.

Il y a environ 10 ans, Pompeani a commencé une recherche doctorale qui a jeté le doute sur la chronologie de Old CopperIl a extrait les carottes de sédiments des lacs adjacents aux mines préhistoriques de la péninsule de Keweenaw et de l'île Royale au Michigan et a mesuré les métaux traces dans les carottes, y compris le plomb et le titane, qui avaient été libérés par le traitement du mineraiLes analyses ont montré que l'extraction du cuivre avait commencé il y a environ 9500 ans dans certaines régions - quelque 3500 ans plus tôt qu'on ne le pensait. Cela a également pris fin plus tôt, il y a environ 5400 ans, a rapporté Pompeani dans The Holocene en 2015.

Maintenant, une équipe dirigée par Pompeani présente de nouvelles preuves pour le calendrier révisé.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite