Sciences-Faits-Histoires

Espagne

  • Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé, groupes sanguins

    Néandertalien: Art rupestre espagnol confirmé

    + groupes sanguins examinés par la génétique

     

    Grottecuevaardales espagne

    Cette combinaison d'images obtenues le 29 juillet 2021 montre une vue générale et un gros plan d'une tour de stalagmite partiellement colorée dans la grotte espagnole d'Ardales, dans le sud de l'Espagne.

     

    Deux nouvelles études nous parlent des néandertaliens et confirment l'importance de notre cousin dans l'histoire humaine, d'autant plus qu'il est encore présent dans notre génome et y joue un rôle génétique pour une grande partie de l'humanité.

     

    Une étude confirme que l'art rupestre espagnol ancien a été créé par les Néandertaliens

     

    Les Néandertaliens, longtemps perçus comme étant simples et brutaux, ont vraiment peint des stalagmites dans une grotte espagnole il y a plus de 60 000 ans, selon une pré-publication du lundi 02 août 2021 d'une étude qui sera publiée dans les PNAS le 17 août 2021 : Le rôle symbolique du monde souterrain chez les Néandertaliens du Paléolithique moyen, PNAS (2021). DOI : 10.1073/pnas.2021495118

    La question avait secoué la communauté paléoarchéologique depuis la publication d'un article de 2018 attribuant le pigment ocre rouge trouvé sur le dôme stalagmitique de la Cueva de Ardales à notre espèce "cousine" éteinte. La datation a suggéré que l'art avait au moins 64 800 ans, réalisé à une époque où les humains modernes n'habitaient pas le continent.

    Mais la découverte était controversée, et  "un article scientifique disait que ces pigments étaient peut-être une chose naturelle", un résultat du flux d'oxyde de fer, a déclaré à l'AFP Francesco d'Errico, co-auteur d'un nouvel article dans la revue PNAS.

     

    Neanderthal homosapiens

    Comparaison entre un crâne d'Homo Sapiens (Homme Moderne à gauche) et un crâne de Homo Neanderthalensis (Homme de Néandertal à droite) - la moyenne du volume cervical des néandertaliens était plus élevée que la moyenne du volume cervical de l'homme moderne.

     

    Cette nouvelle analyse a révélé que la composition et le placement des pigments n'étaient pas conformes aux processus naturels. Au lieu de cela, les pigments ont été appliqués par éclaboussures et soufflage. De plus, leur texture ne correspondait pas aux échantillons naturels prélevés dans les grottes, suggérant que les pigments provenaient d'une source externe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Eclairage des grottes préhistoriques: lampes à graisse et autres

    Eclairage des grottes préhistoriques: lampes à graisse et autres

     

    879386 grotte bruniquel stalagmites

    La grotte de Bruniquel en France, avec ses structures circulaires en stalagtites de néandertalien, dont on parle un peu ici (Crédit CNRS)

     

    Alors que certains s'interrogent encore sur le mode d'éclairage à l'intérieur des pyramides égyptiennes, les spécialistes de la préhistoire bien plus ancienne savent très bien que tant Néandertalien que Cro-Magnon avaient déjà inventé bien sûr les torches et l'usage du feu pour s'éclairer et travailler, alors que les plus anciennes lampes à graisse/huile sont datées du Gravettien (vers - 31 000 ans). Un genre d'invention impossible à oublier et qui sera utilisé ensuite par toutes les sociétés préhistoriques, puis historiques.

    Cette nouvelle étude propose des expérimentations sur les systèmes d'éclairage dans les grottes du paléolithique, tout en citant certaines découvertes de ces systèmes au fil du temps, en n'oubliant pas de citer l'extraordinaire découverte des structures à feu de Bruniquel, en France, datées de 176 000 ans et créées par Néandertalien.

    Une recréation de trois types courants de systèmes d'éclairage paléolithiques (torches, lampes à graisse et cheminées) éclaire comment les habitants des grottes paléolithiques auraient pu voyager, vivre et créer dans les profondeurs de leurs grottes, selon une étude publiée le 16 juin 2021 dans le revue en libre accès PLOS ONE par Mª Ángeles Medina-Alcaide de l'Université de Cantabrie, Espagne, et ses collègues.

    Les humains ont besoin de lumière pour accéder aux zones les plus profondes des grottes - et ces visites dépendent également du type de lumière disponible, car l'intensité et la durée de la lumière, la zone d'éclairage et la température de couleur déterminent toutes comment l'environnement de la grotte peut être utilisé, (comme l'exécution d'œuvres d'art, les activités funéraires et l'exploration de grottes). La durée d'éclairage limite le temps passé à l'intérieur de la grotte et définit si la visite sera un long séjour ou une courte exploration. De plus, la gestion optimale d'une partie des gaz produits (c'est-à-dire les fumées des outils d'éclairage) est indispensable pour effectuer une fréquentation souterraine prolongée. Dans cette étude, Medina-Alcaide et ses collègues utilisent des preuves archéologiques de vestiges d'éclairage trouvés dans plusieurs grottes paléolithiques présentant de l'art rupestre dans le sud-ouest de l'Europe pour reproduire expérimentalement les systèmes d'éclairage artificiel vraisemblablement utilisés par les habitants des grottes humaines d'origine, permettant des observations empiriques immédiates.

    Les auteurs ont mené leurs expériences dans la grotte d'Isuntza 1 dans la région basque espagnole. Leur éclairage répliqué était basé autant que possible sur des preuves archéologiques trouvées dans des grottes paléolithiques similaires, et comprenait cinq torches répliquées (fabriquées variablement à partir de résines de lierre, de genévrier, de chêne, de bouleau et de pin), deux lampes en pierre utilisant de la graisse animale (moelle osseuse de vache et chevreuil), et une petite cheminée (bois de chêne et de genévrier).

    Résumé : " L'éclairage artificiel était une ressource physique cruciale pour développer un comportement social et économique complexe dans les groupes paléolithiques. De plus, la maîtrise du feu a permis le développement du premier comportement symbolique dans les grottes profondes, vers il y a 176 000 ans. Ces activités augmenteraient au Paléolithique supérieur, lorsque les résidus d'éclairage proliféraient sur ces sites. Les particularités physiques des ressources d'éclairage paléolithiques sont très mal comprises, bien qu'il s'agisse d'un aspect clé pour l'étude de l'activité humaine dans les grottes et autres contextes sombres. Dans ce travail, nous caractérisons les principaux systèmes d'éclairage paléolithiques (par exemple, torches en bois, lampes à graisse portables et cheminées) à travers des observations empiriques et une archéologie expérimentale dans un contexte endokarstique. Par ailleurs, les résidus de combustion caractéristiques de chaque système d'éclairage ont été identifiés pour une meilleure identification du dossier archéologique. Les expérimentations reposent sur une revue exhaustive des informations archéologiques sur ce sujet. En outre, nous appliquons les données lumineuses estimées d'une grotte paléolithique avec l'art paléolithique (Atxurra dans le nord de l'Espagne) en 3D grâce à la technologie SIG pour approfondir les implications archéologiques de l'illumination dans les activités souterraines paléolithiques."

    Selon M Álvarez et D. Fiore4 ], l'expérimentation et le témoignage archéologique doivent être liés par un lien dialectique ; les questions de recherche qui découlent des preuves archéologiques conduisent et déterminent la conception des expériences. Et les résultats obtenus grâce à ces derniers sont des outils qui fournissent un nouveau type de connaissances sur les premiers.

    Ce contexte archéologique interne correspond spécifiquement à des grottes d'art paléolithique. En effet, ces types d'études pour cette période ont été principalement orientés vers les cavernes décorées. Il y a eu très peu d'études concernant le contexte archéologique interne des grottes sans activité graphique paléolithique5 ]. Nous nous concentrerons sur les parties profondes des grottes pour suivre les systèmes d'éclairage paléolithiques car nous pouvons garantir dans ces sites que le feu avait une finalité fonctionnelle liée à l'éclairage sans exclure d'autres types d'activités supplémentaires.

    Une meilleure compréhension de l'éclairage du Paléolithique supérieur utilisé pour accéder et utiliser les parties profondes des grottes permettra une compréhension plus précise des activités menées, qui sont étroitement liées aux origines des comportements symboliques et artistiques humains. Cette étude a caractérisé quantitativement, pour la première fois, les principaux aspects de luminosité des systèmes d'éclairage paléolithiques sur la base de données archéologiques et empiriques. Ces informations sont d'un grand intérêt pour la communauté scientifique. Il est essentiel pour l'analyse sensorielle des espaces profonds fréquentés dans les grottes paléolithiques à travers différentes solutions technologiques (systèmes d'information géographique et réplications tridimensionnelles, entre autres), y compris la diffusion réaliste du patrimoine culturel situé dans ces sites.

     

    Unedeslampesdelascaux

    L'une des lampes à graisse de Lascaux (France)

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Etude d'une plaque en plomb avec l'écriture Ibérique archaïque

    Découverte et étude d'une plaque en plomb avec l'écriture Ibérique archaïque

     

    Ruvid uv excavacio pico ajos yatova plaque plomb

    Crédit ruvid.org

     

    Une équipe de recherche multidisciplinaire de l'Université de Valence (UV), du Musée de Préhistoire de Valence (MPV) et de l'Université de Barcelone (UB) a publié une étude détaillant leur découverte et interprétation d'une plaque de plomb avec écriture ibérique, la première obtenue dans une fouille réglementée à Pico de los Ajos (Yátova), l'un des sites ibériques les plus importants.

    La feuille est inscrite avec une écriture archaïque et un thème inconnu qui a été transcrit phonétiquement, faisant progresser notre connaissance de la culture ibérique. La plupart des feuilles de plomb connues proviennent de pillages et non de fouilles réglementées. La plaque représente l'une des rares et la première de ce site à avoir été obtenue lors d'une fouille dans un contexte connu, à la fois temporel et spatial.

    La plaque de plomb a été retrouvée pliée et comporte des inscriptions des deux côtés formant un seul texte, les spécialistes étant capables d'identifier des symboles ibériques écrits entre le IVe et le IIIe siècle av. JC.

    « Ce site possède l'un des plus grands ensembles de textes écrits en ibérique de toute la péninsule », précise David Quixal. Les feuilles de plomb utilisées comme support d'écriture sont relativement courantes dans les gisements de la culture ibérique. Le Pico de los Ajos, ​​une cité située dans la ville de Yátova, était habité au moins depuis le 7ème siècle avant JC et a ensuite été abandonné entre le premier siècle avant JC et le premier siècle après JC.

     

    Ruvid uv excavacio pico ajos yatova 300x188

    Le site des découvertes - Crédit ruvid.org

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une vaste étude confirme la singularité génétique basque

    Une vaste étude confirme la singularité génétique basque

     

    Basque genetique1

     Crédit André Flores-Bello (EL PAÍS) Représentation de la structure génétique dans le territoire basque historique, où le vert représente l'ascendance basque, et le bleu et le rouge, le mélange avec les communautés voisines.

     

    La plus grande étude jamais réalisée sur près de 2 000 échantillons d'ADN réalisée par des chercheurs de l'université Pompeu Fabra (UPF) de Barcelone a confirmé la "singularité génétique" des Basques en Europe. L'enquête, cependant, a révélé que cette différence n'a commencé à émerger qu'il y a 2 500 ans, à l'âge du fer. " Nos analyses confirment que les Basques ont été influencés par les grandes vagues migratoires en Europe jusqu'à l'âge du fer, selon un schéma similaire à celui de leurs populations environnantes ", expliquent les auteurs dans l'étude publiée dans la revue Current Biology.

    Disons tout de suite que l'histoire de la génétique basque est jonchée de résultats contradictoires. L'un des co-auteurs de la nouvelle étude, Jaume Bertranpetit, avait déjà mené des recherches en 2010 qui étaient parvenues à la conclusion inverse : que les Basques ne présentaient pas une unicité génétique. " Sans aucun doute, nos précédents travaux n'étaient pas corrects ", reconnaît Bertranpetit. Son groupe avait utilisé des techniques d'analyse génétique qui ont maintenant été dépassées par les nouvelles technologies (YH : qui seront à leur tour dépassées tôt ou tard).

    L' origine des Basques fascine la communauté scientifique depuis le XIXe siècle. L'anthropologue français Paul Broca s'est faufilé dans un cimetière basque une nuit de 1862 pour voler des crânes qu'il voulait étudier pour leurs supposées différences génétiques. Juan José Ibarretxe, premier ministre du gouvernement régional basque jusqu'en 2009, a proclamé que le peuple basque « existe depuis 7 000 ans » pour promouvoir sa vision d'un État basque indépendant. Et le président de l'époque du Parti nationaliste basque (PNV), Xabier Arzalluz, a affirmé en 2000 que les Basques étaient « les plus anciens habitants d'Europe », avec « leurs propres racines » depuis la préhistoire.

    Bien que les différences génétiques basques soient notables, l'étude montre que c'est le résultat de siècles d'isolement et de consanguinité potentiellement causés par des dialectes basques uniques qui n'ont aucun croisement avec d'autres langues européennes, ni même avec aucune autre langue vivante aujourd'hui. YH : notons aussi tout de suite que plusieurs linguistes ne semblent pas d'accord avec ce postulat, ni même d'ailleurs d'accord avec les origines et datations de certaines migrations, voir ci-dessous.

    Leur langue limitait leur interaction avec les autres communautés , qui ne pouvaient pas les comprendre. " Nos analyses soutiennent l'idée que l'unicité génétique des Basques ne peut pas être attribuée à une origine différente par rapport aux autres populations ibériques, mais plutôt à un flux de gènes externes réduit et irrégulier depuis l'âge du fer ", indique l'étude. Cela signifie que « les Basques ne sont pas des Martiens », plaisante David Comas, auteur principal de l'étude et professeur d'anthropologie biologique au Département des sciences expérimentales et de la santé (DCEXS) de l'UPF.

    Il y a environ 7 000 ans, des groupes génétiquement très proches des agriculteurs et éleveurs néolithiques d'Anatolie sont arrivés dans la péninsule ibérique. Leur mélange avec les populations indigènes a laissé des groupes dont l'ascendance était à 80 % néolithique et 20 % mésolithique local, selon le généticien basque Íñigo Olalde, dont l'équipe de l'université Harvard a reconstitué l' histoire génomique de la péninsule ibérique en 2019.

    Par la suite, il y a environ 4 500 ans, les nomades qui ont quitté les steppes de la Russie actuelle ont commencé à arriver dans la péninsule ibérique, remixant les gènes de la population dans un équilibre de 40% d'ascendance étrangère et 60% de ce qui s'y trouvait déjà. C'est le substrat génétique commun à tous les peuples de la péninsule ibérique, y compris les Basques.

    Cette étude récente, alliant la linguistique et la génétique ne semble pas dire la même chose au niveau des datations et origines réelles de certaines migrations en Europe de l'ouest et y est aussi cité d'autres études, comme celle-ci: "Une étude canadienne, The Homo Neanderthalis and the Dravidians : A Common Origin and Relation to Harappan Civilisation and Vedas, estime que les Dravidiens, Sumériens, Egyptiens, Etrusques, Celtes et Basques avaient une même origine, avaient conservé des gènes néanderthaliens - en particulier les Basques - présentaient une même déficience du métabolisme du cholestérol à l’origine d’autres déficiences génétiques, parlaient et écrivaient une langue commune akkado-dravidienne et avaient adopté un modèle semblable de société matriarcale basé sur le culte de la Déesse-mère." : 

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-odyssee-des-gaulois-et-slaves-de-l-inde-a-l-europe.html

     

    Cartemigrations geonographicproject1

    La carte ci-dessus, réalisée dans le cadre d’un projet géno-géographique de National Geographic financé par IBM, résume bien ces migrations et le rôle majeur que l’Inde a joué dans la diffusion d’une civilisation venue d’Afrique de l’Est tant vers l’Asie du Sud-Est que vers les steppes d’Asie centrale, l’Europe et l’Afrique du Nord. (Source : Genographic Project web site. http://www-03.ibm.com/press/us/en/photo/35881.wss )

     

    Alors que d'autres linguistes affirment que le Basque est considéré comme l'une des 4 langues en provenance directe de... l'Oural, dans le Caucase Russe. Ce qui d'ailleurs n'est pas gênant en soit puisque l'Oural est aussi considéré comme étant un lieu de passage des mêmes migrations provenant d'Asie Centrale, avec donc un endroit où les gênes et les langues se sont mélangés...

     

    Olalde affirme que les Basques sont génétiquement différents du reste de la péninsule ibérique – mais pas si différents. « Il y a des décennies, on disait que les Basques étaient la continuation des chasseurs-cueilleurs, puis on a vu que c'était un mensonge total. Ensuite, on a dit qu'ils étaient une continuation du peuple néolithique qui est venu plus tard et cela s'est également avéré faux », explique-t-il.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Techniques avancées de l'élevage au début du néolithique

    Techniques avancées de l'élevage au début du néolithique

     

     

    Moutonsprehistoriqueanalyses 

    CRÉDIT Alejandro Sierra

     

    Lorsque les chercheurs parlent de techniques avancées précoces, on entend souvent parler de techniques liées à la pierre et la construction, mais la surprise vient ici de preuves de techniques avancées dès le début du néolithique au niveau de l'élevage des moutons. Une surprise car ces modifications des rythmes de reproduction saisonniers et de l'alimentation des moutons déjà très élaborées au début du néolithique prouvent aussi que ces méthodes et l'élevage ne peuvent que provenir d'une période encore plus lointaine dans la préhistoire. Et que ces méthodes ne peuvent logiquement pas tellement provenir d'un pastoralisme classique, tel qu'encore pratiqué régionalement dans le monde entier.

    Une autre chose étonnante, c'est que ces preuves ne sont pas issues d'une étude scientifique faite en Asie (origine de la domestication du mouton : son agriotype, l'Ovis orientalis, se trouve en Asie Centrale et du Sud-Est, mais par une étude poussée faite en Europe, plus précisément dans le site néolithique de la grotte Chaves à Huesca, dans la région centrale des Pyrénées en Espagne (5600-5300 avant notre ère - l'an 0) !

    Comme la recherche moderne semble le prouver de plus en plus, la majorité des innovations et nouvelles techniques préhistoriques (comme la navigation, la domestication et élevage des animaux, l'agriculture organisée, les canaux d'irrigation et barrages, les premières constructions d'habitation en dur, etc...) proviennent d'Asie. Il est bien sûr possible que toute ancienne traces de telles structures aient disparue totalement en Europe, un territoire plus petit et entièrement "terraformé" par une présence intense et constante de l'homme par rapport aux grands espaces asiatiques, mais les faits sont là pour l'instant.

    Cette nouvelle recherche a été coordonnée depuis le laboratoire d'archéozoologie du département d'antiquité de l'UAB (Universitat Autonoma de Barcelona), avec la participation de chercheurs de l'Université de Saragosse, du Musée d'Histoire Naturelle de Paris et de l'Institut catalan de paléocologie humaine et d'évolution sociale (IPHES) à Tarragone et vient de faire l'objet dans un premier temps d'un communiqué de presse, puis dans le Journal of Archaeological Science: Rapports à paraître en juin 2021 :

    Il y a plus de 7500 ans, les premiers agriculteurs ont jeté les bases de stratégies d'élevage qui persistent aujourd'hui

     

    Les résultats, une première preuve exceptionnelle de l'alimentation et de la reproduction précoces des troupeaux de moutons domestiques dans la péninsule ibérique, sont actuellement le premier exemple de modification des rythmes de reproduction saisonniers des moutons dans le but de les adapter aux besoins humains.

    Le projet comprend des approches techniques basées sur l'analyse des isotopes stables et le micro-usure dentaire des restes d'animaux d'il y a plus de 7500 ans trouvés dans le site néolithique de la grotte Chaves à Huesca, dans la région centrale des Pyrénées en Espagne.

    " La modification des rythmes de reproduction saisonniers du bétail a représenté une étape importante pour les sociétés préhistoriques, permettant d'avoir accès à la viande et au lait tout au long de l'année, ce qui a à son tour eu un impact énorme sur l'alimentation, sur l'économie et sur l'organisation sociale des premières communautés agricoles, et jeté les bases des stratégies agricoles qui se poursuivent actuellement. Jusqu'à très récemment, on pensait que l'élevage du néolithique en était à ses débuts, alors que de nouvelles possibilités d'analyses biogéochimiques aient été utilisées dans cette étude et ont révélé des pratiques d'élevage pleinement consolidées depuis le début du néolithique ", explique le Dr Maria Saña, chargée de cours au Département de Préhistoire de l'UAB et coordinatrice du projet.

     

    Moutonsprehistoriqueanalyses

    L'étude sur les restes d'animaux trouvés sur le site de la grotte Chaves à Huesca, dirigée par l'Universitat Autònoma de Barcelona, ​​obtient de nouvelles données sur le contrôle de l'élevage et de l'alimentation des premières fermes de moutons domestiqués trouvés dans la région méditerranéenne occidentale au cours de la Néolithique. La modification de leurs cycles naturels d'accouchement a affecté leur physiologie et a entraîné des périodes prolongées de fertilité. CRÉDIT Alejandro Sierra

     

    La domestication des moutons n'a pas eu lieu dans la péninsule ibérique. Son agriotype, l'Ovis orientalis, se trouve en Asie centrale et du sud-est. " Ce qui est surprenant, c'est la rapidité avec laquelle les moutons sont intégrés dans les stratégies d'élevage et leur énorme importance économique dans les premières périodes du néolithique. Ce que nous constatons, c'est une adoption rapide et réussie, qui démontre que leurs mécanismes d'adaptation à la fois au nouvel environnement et leur nouveau rôle économique étaient bien connus et contrôlés par une partie des communautés humaines. Les pressions sélectives exercées sur l'espèce étaient artificielles, elles poursuivaient des objectifs spécifiques et étaient bien définies. Ces nouvelles preuves représentent un tournant dans la recherche sur les animaux, la domestication et les origines de l'élevage."

    YH : C'est aussi la preuve que soit ces cultures n'ont pas oublié et se sont transmis fidèlement ces techniques en migrant de l'Asie vers l'ouest, soit que les relations avec l'Asie étaient constantes, avec des voyages (maritimes et fluviales ?) dans les deux sens. Je rappelle ici cette étude génétique sur les toutes premières migrations Europe-Asie-Asie-Europe, mais qui ont été suivies de nombreuses autres au fil du temps : 

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/genetique-adn/genetique-une-nouvelle-migration-ancienne-en-europe-inconnue.html

     

    La recherche s'est concentrée sur l'étude de l'élevage de moutons dans la grotte néolithique de Chaves (5600-5300 avant notre ère) dans les contreforts des Pyrénées, un site qui est " spectaculaire pour la qualité et le nombre de restes récupérés. Par rapport aux niveaux néolithiques de la faune, ses 12 754 vestiges reconnaissables représentent au moins trois fois ce que l'on trouve dans d'autres sites néolithiques de la péninsule, les moutons et les chèvres domestiques étant l'espèce la plus nombreuse et la plus grande présence de porcs de tous les sites néolithiques avec animaux et au type d'établissement stable connu pour être dédié à l'élevage, et dans une grande grotte qui avait 3.000 mètres carrés d'espace habitable ", affirme Pilar Utrilla, professeur à l'Université de Saragosse et directeur des interventions archéologiques.

    YH : Nous avons donc ici en quelque sorte une sorte de ferme d'élevage intensif, pratiquant des techniques modernes il y a environ 7500 ans et sédentarisée sur une longue période...

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Espagne: découverte d'une dirigeante de la culture Argar

    Espagne: découverte d'une dirigeante de la culture Argar

     

    Espagne argar site

    Le site de La Almoloya, dans la région sud-est de Murcie, en Espagne (environ 4 200 ans)

     

    Les archéologues connaissent ce site - connu sous le nom de La Almoloya, dans la région sud-est de Murcie, en Espagne - depuis les années 1800, lorsque des ingénieurs miniers belges y ont découvert les ruines d'une société de l'âge du bronze. Cette société à plusieurs niveaux économiques, connue sous le nom d'El Argar (environ 2300/2200 avant JC à 1550/1450 avant JC), était complexe; le peuple argarique a construit des structures monumentales, cultivé et transformé des céréales telles que l'orge et le blé, gardé des animaux domestiques, échangé avec des cultures lointaines et pratiqué la métallurgie, selon une étude de 2020 publiée dans la revue PLOS One. J'avais eu l'occasion de parler de cette culture encore assez mystérieuse quant à son origine (éventuellement celle des Millares et l'évolution locale de la culture Campaniforme) et disparition, qui est pour l'instant être supposée la conséquence d'une révolution du peuple maltraité par son élite (plusieurs vidéos):

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-ville-d-une-civilisation-inconnue-de-4200-ans-minimum-deterree-en-espagne.html

    Au cours des millénaires, des pilleurs de tombes ont volé d'innombrables sépultures d'El Argar. Les archéologues ont donc été stupéfaits en août 2014, lorsqu'ils ont déterré un enterrement dans une fosse contenant un grand pot en céramique contenant les restes de deux personnes - un homme décédé entre 35 et 40 ans et une femme décédée entre 25 et 30 ans - qui ont été enterrés dans la salle des gouverneurs d'un palais. La datation au radiocarbone a montré qu'ils sont tous les deux morts au milieu du 17e siècle avant JC, mais que l'homme est mort quelques années avant la femme; l'enterrement a été rouvert plus tard pour son inhumation à sa mort, a déclaré Roberto Risch.

     

    Espagne argar diademejarre

    La femme et l'homme de l'âge du bronze ont été enterrés dans un grand pot en céramique dans la salle des gouverneurs d'un palais. (Crédit d'image: avec l'aimable autorisation du groupe de recherche Arqueoecologia Social Mediterrània, Universitat Autònoma de Barcelona; Antiquity Publications Ltd). YH : les enterrements dans des grandes jarres est une pratique mondiale très répandue remontant à la préhistoire et perdurant jusqu'aux temps historiques dans certaines régions du monde (voir par exemple les jarres du Laos).

     

    Les tests de l'ADN ancien à l'Institut Max Planck en Allemagne ont montré que l'homme et la femme n'étaient pas biologiquement liés mais qu'ils avaient une fille de 12 à 18 mois enterrée dans un bâtiment voisinUne étude à venir sur l'enterrement de la fille examinera pourquoi elle n'a pas été enterrée avec ses parents, a déclaré la co-chercheuse Cristina Rihuete Herrada, professeur d'archéologie à l'Université autonome de Barcelone.

    La femme a été enterrée portant le diadème en argent, des colliers de perles, des bagues en argent, des bracelets, des postiches en spirale et des bouchons d'oreille avec des spirales. L'inclusion d'un gobelet à rebord d'argent suggère qu' "apparemment, elle était si noble que ses lèvres ne sont pas autorisées à toucher le pot. Le pot est recouvert d'une feuille d'argent, donc ses lèvres ne touchent que l'argent ", mentionne Risch. Un poinçon à manche en argent pour faire des trous dans les textiles suggère qu'elle avait un pouvoir sur la production de lin, une industrie florissante basée sur les métiers trouvés à La Almoloya, a-t-il déclaré.

     

    Espagne argar bouchonsoreilleenor

    L'homme a été enterré avec des bouchons d'oreille en or entourés de spirales d'argent. (Crédit d'image: JA Soldevilla, avec l'aimable autorisation du groupe de recherche Arqueoecologia Social Mediterrània, Universitat Autònoma de Barcelona; Antiquity Publications Ltd)

     

    L'homme a été enterré avec un collier de perles, des bouchons d'oreille en or avec des spirales en argent, des bracelets en cuivre, des postiches en spirale en argent et un poignard à lame de cuivre. L'enterrement avait également un bol et des offrandes d'animaux.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées

    Néandertaliens dans les paysages pré-Pyrénées

     

    Roca dels bous lleida espagne 1

    Analyser le paysage des pré-Pyrénées habitées par les Néandertaliens

     

    Le chercheur Alfonso Benito Calvo, chef de la ligne de recherche Géomorphologie et processus de formation au Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana, est l'auteur principal d'un article qui vient d'être publié dans la revue Quaternary Research qui analyse la formation de Roca dels Bous (Lleida , Espagne), qui était habitée par des Néandertaliens, en relation avec l'évolution qui a eu lieu de ce paysage dans les pré-Pyrénées au cours des 60 000 dernières années.

    Dans le document, les processus intervenus pendant l'occupation néandertalienne de ce site moustérien dans les gorges de la rivière Segre (Sant Llorenç de Montgai) ont été étudiés à l'aide de techniques géomorphologiques 3D utilisant des drones, ainsi que des datations stratigraphiques, statistiques et de luminescence ( OSL).

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite