prehistoire

OVNIs et Aliens : préhistoire et antiquité

OVNIs et Aliens : préhistoire et antiquité

 

kimberly.jpg

 

Je l'ai déjà dis, d'autres l'ont dit avant moi et d'autres le diront encore : il y a trop d'accumulation et découvertes de preuves et traces étudiables, comparables, d'anciennes théories étoffées par de nouvelles, trop de remises en question des théories admises (tellement admises par certains qu'elles sont miraculeusement devenues des faits sûrs !) sur l'interprétation de beaucoup de dessins, gravures et sculptures préhistoriques et antiques, et même jusqu'au moyen-âge. Je parle de traces et de témoignages volontaires de la part de nos ancêtres (ce qu'ils ont toujours faits d'ailleurs : dessiner ce qu'ils voyaient et les entouraient : eux-mêmes, des animaux et végétaux, des choses dans le ciel...), c'est-à-dire la chose la plus simple et crédible raison aux dessins eux-mêmes. Les "spécialistes" officiels restent aussi simples et logiques quand il s'agit des témoignages sur des animaux, scènes de chasses, mais partent d'eux-mêmes dans les complications "religieuses" ou "rituelles" quand il s'agit d'expliquer... ce qu'ils ne comprennent pas. Solution de facilité aussi il est vrai quand on voit le nombre de petits dessins, dont de nombreux répétitifs et trouvés dans des endroits très éloignés géographiquement les uns des autres, qui ne trouvent aucune explication logique... sauf si on en compare une bonne partie à certains dessins plus récents (y compris antiques et du moyen-âge) et mêmes actuels.

Dans la mesure où les images parlent mieux en la matière, et qu'il s'agit de photos publiques d'endroits visibles dans la nature et visités par des touristes, y compris dans les musées pour les artefacts (les photos peuvent s'agrandir) :

 

tanzanie-29000.jpg 22000-et-19000-avant-j-c-grotte-d-altamira-espagne.jpg 17000-et-12-000-avant-j-c-grotte-de-pechmerle-france.jpg 15000-et-13000-avant-j-c-grotte-de-los-casares-espagne.jpg 14000-a-12000-avant-j-c-toro-muerto-perou2.jpg 14000-a-12000-avant-j-c-toro-muerto-perou1.jpg 12000-avant-j-c-mussoorie-inde2.jpg 12000-avant-j-c-mussoorie-inde.jpg 10000-avant-j-c-caverne-de-val-camonica-italie.jpg 7000-avant-j-c-province-de-queretaro-mexique.jpg environ-5500-avant-j-c-arkansas-usa.jpg environ-5500-avant-j-c-sud-ouest-americain2.jpg environ-5500-avant-j-c-sud-ouest-americain1.jpg environ-5500-avant-j-c-mcconkie-ranch-en-utah-usa.jpg 5000-avant-j-c-cavernes-des-wandjinas-kimberley-victoria-australie.jpg 5000-avant-j-c-cavernes-des-wandjinas-kimberley-victoria-australie3.jpg 5000-avant-j-c-cavernes-des-wandjinas-kimberley-victoria-australie2.jpg 5000-a-2500-avant-j-c-fresques-du-plateau-tassili-n-ajjer-algerie.jpg 5000-a-2500-avant-j-c-fresques-du-plateau-tassili-n-ajjer-algerie2.jpg 4000-avant-j-c-site-archeologique-de-al-ubaid-irak2.jpg 4000-avant-j-c-site-archeologique-de-al-ubaid-irak.jpg environ-4000-avant-j-c-ur-irak.jpg 4000-avant-j-c-kiev-ukraine.jpg entre-3000-et-2000-avant-j-c-pistes-de-nazca-perou.jpg 2700-avant-j-c-saqqarah-egypte.jpg entre-l504-et-1450-env-av-j-c-egypte.jpg 1000-avant-j-c-bolivie.jpg equateur-3.jpg bresil-serradacapivara12.jpg ovni-inde-prehistoire.jpg450px-nicaragua-ometepe-petroglyphes-1.jpg bresil-serradacapivara13-1.jpg  aeroglis2.jpg ar.jpg bij-profil.jpg bij-front.jpg bolivie-or-qimbayas1.jpg dague-azteque.gif egypte.gif egypte-avion2.jpg egypte-avion.jpg fuseeturc.gif fusmexico.gif teotihuacan.gif saqqarah-200.gif sumer-tablette-montre.jpg two-men-watching-the-star.jpg sw5.jpg sw7.jpg

 

Les identifications des photos sont dans leurs titres, d'autres seront ajoutées éventuellement. Notez aussi que pour ma part, les commentaires et théories des sites zététiques ou sceptiques ne sont pas plus convaincants que les officiels... ou que certains ufologues d'ailleurs...

Bon, comme déjà précisé ailleurs, ce site est un site de compilations de données sur certains sujets avec souvent des traductions (de publications très scientifiques ou d'hypothèses) et toujours les liens sourcés, sans parti pris ni affirmations, parfois des précisions et recherches personnelles, parfois aussi mon avis, qui n'est qu'une opinion - protégée par les lois sur la liberté d'expression d'ailleurs, ce qu'oublient certains. De nombreuses données disparaissent d'internet chaque année (et/ou ne sont plus visibles que sous forme de papiers ou livres archivés) et ces données compilées (sur un même thème ou proche) peuvent mener à de nouvelles hypothèses ou thèses (qui constituent l'essentiel de la science moderne), mais aussi permettre de "revenir en arrière" et de reconsidérer certaines hypothèses abandonnées trop rapidement par la science (on se souviendra de "l'impossibilité" de l'existence de l'ornithorynque par exemple, ou autres publications scientifiques désavouées ou ignorées, puis  reconsidérées plus tard avec de nouvelles recherches ou découvertes). Encore aujourd'hui, certaines publications scientifiques ne prennent pas (ou ignorent tout simplement leur existence) des apports d'autres scientifiques et publications dans leurs sources, et passent probablement à côté de données révélatrices en positif comme en négatif d'ailleurs pour leurs propres conclusions...

 

Yves Herbo 03-2012, up 09-2020

 

Pologne : Non ils n'ont pas fuit le froid il y a 27500 ans

Pologne : Non, ils n'ont pas fuit le froid il y a 27500 ans, ni il y a 20000 ans

 

Ancienthunters0

Contrairement aux affirmations de beaucoup de spécialistes (sans aucune preuve concrète d'ailleurs, mais juste une logique moderne), les hommes de l'âge de pierre ou tout au moins une partie, n'ont pas obligatoirement fuit les grands froids de l'âge de glace... et la glace ne les dérangeaient pas non plus au point imaginé par les scientifiques. L'impossibilité de traverser les glaces couvrant le nord de l'Amérique par exemple (sauf par un éventuel couloir dénué de glaces) à leur entrée via la Béringie pourrait bien n'être pas si réaliste que ça...

Les anciens chasseurs sont restés dans la partie la plus froide de l'Europe du Nord plutôt que de migrer pour échapper aux conditions hivernales glaciales, ont découvert les archéologues de l'Université d'Exeter.

Des preuves provenant d'os de renards arctiques montrent que des communautés vivant il y a environ 27 500 ans tuaient de petites proies dans les plaines inhospitalières de l'Europe du Nord pendant les mois d'hiver de la dernière période glaciaire.

Les chercheurs n'ont trouvé aucune trace d'habitations, suggérant que les gens ne restaient que peu de temps ou vivaient dans des tentes dans la zone fouillée, Kraków Spadzista, dans le sud de la Pologne, l'un des plus grands sites du Paléolithique supérieur d'Europe centraleJusqu'à présent, il n'était pas clair si les gens se retiraient ailleurs chaque hiver pour éviter le froid intense.

 

Redfoxdispla

Le renard roux de l'arctique n'a pas disparu de nos jours... pour l'instant malheureusement...

 

Le Dr Alexander Pryor, de l'Université d'Exeter, qui a dirigé l'étude, a déclaré: " Nos recherches montrent que les climats froids et rigoureux de l'hiver de la dernière période glaciaire ne constituaient pas un obstacle à l'activité humaine dans la région. Les chasseurs ont fait des choix très précis quant à l'endroit et quand tuer leur proie. "

Il y a environ 27 500 ans, les habitants de Cracovie Spadzista ont tué et massacré un grand nombre de mammouths laineux et de renards arctiques sur le site. Pour la première fois, l'équipe de recherche a pu reconstituer les détails de la façon dont les renards se déplaçaient dans le paysage avant leur mort, et également à quelle période de l'année ils sont morts, en analysant la chimie interne et les structures de croissance de l'émail dentaire et les racines.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Arkaim et mystères archéologiques russes en Oural

Arkaim et mystères archéologiques russes en Oural

arkaim1.jpg

La Russie est un vaste territoire où les mystères sont nombreux. L’un des endroits les plus énigmatiques demeure sans doute la vallée d’Arkaim, qui a accueilli voilà plus de 4000 ans un peuple étrange dont la technologie et les connaissances étaient bien supérieures aux autres peuples de l’époque. Retour sur les secrets des anciens habitants d’Arkaim…

Le plus fascinant ne se voit que du ciel !

« Mais la cité de la vallée d’Arkaim n’est pas seulement une ville de 40 siècles idéalement construite… le plus fascinant ne se voit que du ciel ! »

Une cité contemporaine de Babylone

Située dans l’Oural près de la ville de Chelyabinsk, l’antique cité d’Arkaim a été découverte en 1987 et a été officiellement datée de 40 siècles ! Cette zone de la Russie devait subir des travaux dans les années 90 pour construire un barrage et ainsi abriter un immense réservoir d’eau afin de faciliter l’irrigation de la région. Mais devant les multiples mystères de la cité ancienne, les travaux ont été annulés afin de permettre aux archéologues d’effectuer des fouilles en profondeur. Initialement prévu pour une durée de 12 mois, le report des travaux a finalement été définitif, ce qui montre l’importance de cette découverte. Les archéologues eux-mêmes n’en reviennent pas, comme l’explique Gennady Zdanovich, un des responsables de la première expédition dans la vallée d’Arkaim : « C’était absolument irréel ; le projet de construction du bassin d’eau et du barrage, un projet de plusieurs millions de dollars, a été complètement avorté. Cela prouve sans conteste l’importance scientifique du site pour les responsables politiques ! ». Loin d’avoir encore livré tous ses secrets, Arkaim est le théâtre de nouvelles fouilles tout au long de cette année ; le président Poutine s’est même déplacé en personne pour visiter les ruines de l’ancienne ville que l’on estime contemporaine de Babylone et des premières cités égyptiennes ! La question qui taraude la communauté des historiens et archéologues est fascinante : quelle est donc la civilisation qui construisit Arkaim ?

Technologie, astronomie, ésotérisme…

Car l’architecture de la cité est saisissante de modernité, et ne ressemble guère aux villages bâtis il y a 4000 ans. Les archéologues ont pu constater que toutes les maisons étaient équipées pour résister aux intempéries et aux tempêtes, mais aussi au feu, les murs étant imprégnés d’une substance ignifugée… Ils assurent même que ces habitations présentent toutes les « commodités modernes » : stockage de la nourriture reliée à un système d’aération, eau potable avec puit souterrain pour chaque maison, fours et ustensiles de cuisine évolués, réseau d’égouts très efficace… Une liste incroyable qui prouve le savoir-faire de l’ancienne civilisation ayant vécu dans cette région de l’Oural. Mais Arkaim n’est pas seulement une ville de 40 siècles idéalement construite, et le plus fascinant ne se voit que du ciel ! En effet, Arkaim a été bâti à la fois pour être une cité, mais aussi pour faire office de temple, et d’observatoire astronomique ! L’architecture choisie par les bâtisseurs inconnus est intrigante, puisqu’elle consiste à former d’énormes cercles concentriques. « Un vol en hélicoptère au-dessus d’Arkaim procure une sensation incroyable. Les énormes cercles concentriques disséminés dans la vallée sont clairement visibles. » confirme le scientifique russe Vadim Chernobrovy, avant de s’interroger sur les mobiles de l’ancien peuple. « La ville et ses alentours sont uniformément englobés dans ces cercles. Nous ne savons toujours pas quelles étaient leurs fonctions, à savoir s’ils étaient fabriqués dans un but défensif, scientifique, éducatif ou rituel. Certains chercheurs estiment même que ces cercles étaient utilisés comme plate-forme d’atterrissage d’un ancien aéroport spatial… ».

Des rituels qui restent à déchiffrer

Les scientifiques ont en outre fait une dernière découverte surprenante : dans cette architecture pensée autour de la géométrie du cercle, il existe une exception : la place centrale de l’ancienne cité d’Arkaim, construite… sous la forme d’un carré. Des traces de feu et de combustion à des endroits précis du site laissent supposer que c’est sur cette place centrale que se déroulaient un certain nombre de rituels. Le mystérieux peuple d’Arkaim faisait-il des offrandes aux dieux en fonction de certains alignements astronomiques ? Les archéologues déterrent chaque jour de nouveaux indices qui les aideront à mieux appréhender le véritable mode de vie de cette civilisation pour le moment inconnue. Dans le même temps, plusieurs ufologues se sont rendus sur place pour tenter de dénicher des indices d’une ancienne présence extraterrestre. Et il est vrai que la zone présente de curieux phénomènes géophysiques : fluctuations de température et d’électricité, variation du champ magnétique à l’intérieur des cercles, conductivité du sol… autant de pistes de recherche pour tenter de percer dans l’année les fascinants secrets d’Arkaim et de son peuple aux connaissances avancées…

Documentation
http://www.ancientx.com
http://english.pravda.ru

Arkaim: une zone “anormale” en Russie

arkaim2.jpgSource : Russia-InfoCentre

Synopsis : Il y a quatre mille ans, les habitants d’Arkaim ont subitement quitte leur ville (situee dans le sud de la region de Tcheliabinsk, en Russie) avant de la bruler entierement. La cite a une structure circulaire originale, coordonnee avec le mouvement des etoiles. Beaucoup croient de nos jours aux caracteristiques mystiques du secteur et le relient avec les legendes de la Siberie antique et des Monts Oural.

D’autres extraits : - Arkaim est parfois nommee: “ ville de la Svastika ” ou ” ville du Mandala ” (a cause de son plan), ou encore ” capital antique de la civilisation aryenne, decrite dans l’Avesta et les Vedas”

- Arkaim (observation de 18 phenomenes astronomiques en utilisant 30 elements, precision de 1 arc-minute) est parfois comparee a une version plus precise de Stonehenge (observation de 15 phenomenes astronomiques en utilisant 22 elements, precision de 10 arcminutes a un degre)

- Les medias ont signale que des visiteurs de la vallee d’Arkaim ont pu voir des lumieres etranges se deplacer dans le ciel la nuit (et qui ne suivaient pas la trajectoire normale des satellites), des flashes lumineux, des amas de brouillard, etc.

- Selon certains temoins, il est possible de ressentir une tension psychique irraisonnee dans le secteur, ou encore un changement du rythme cardiaque, de la tension arterielle, de la temperature corporelle.

- La temperature atmospherique autour d’Arkaim peut s’elever et tomber de 5 degres en moins de 5 minutes.

- Les arbres dans les forets voisines souffrent de maladies, et leurs troncs sont anormalement tordus – signes caracteristiques pour certains de zones geo-pathogenes ayant un impact defavorable sur les plantes, les animaux, et les humains.

- " J’ai rencontré une femme russe qui a côtoyé une vielle dame (92ans à l’époque) qui travaillait comme archéologue. Elle avait encore les papiers signés de son nom, de documents du kgb interdisant formellement de parler, même à leur familles des découvertes d’alors. Elle aurai vu de ses yeux des statuettes et des “livres” très bien conservés, écrite par une civilisation inconnue.
Sinon il y a aussi l’île de Solovski, où l’on a découvert des pyramides “en forme de gouttes”. Dans les années 1990, deux chercheurs, trouve des entrées, de long couloirs fait par l’homme. Les fouilles sont très difficiles car la forêt est très dense à cet endroit et le sol évolu beaucoup, notamment à cause des racines. "

- En complement : le site archeologique d’Arkaim et la region de Tcheliabinsk en Russie (articles Wikipedia). A noter qu’un grave accident nucleaire s’est produit pres de Tcheliabinsk en 1957, dans le Complexe nucleaire Mayak.
source originale de l’article (en Russe)
Svastika, Mandala, Avesta, Vedas (articles Wikipedia)
Sous-unite du degre: l’arcminute (article Wikipedia)
articles sur les zones geo-pathogenes: “Détection des ondes nocives, géobiologie et médecine de l’habitat“,

arkaim-vue-aerienne1.jpg

Une partie de notre histoire toujours soumise à l’omerta d’une caste.
Les organisateurs se sont-ils sérieusement enquis de la possibilité ou ont-ils essuyé un refus ? Toujours est-il que l’exposition sur Arkaïm, que nous avions brièvement évoquée, ne parcourra pas les musées de France pour faire connaître ce site archéologique exceptionnel. Elle a été démontée par l’Institut de paléontologie humaine de Paris et l’université d’Etat de Tchéliabinsk, le laboratoire départemental de préhistoire du Lazaret. Tous les objets ont quitté le musée des Merveilles à Tende et les confins des Alpes Maritimes pour reprendre la route de la steppe russe.
Nous éprouvons de l’amertume pour cette issue et aussi pour être le seul média à la stigmatiser, comme nous avons été le seul, avec la presse locale, à signaler cette exposition doublement inédite. C’était la première fois que l’occasion était donnée en France de prendre une connaissance détaillée de découvertes spectaculaires et de mesurer leur importance. Peu de monde l’aura vue. Elle en aurait éclairé plus d’un.Les objets ont repris la route.
Quand on demandait à Charles de Gaulle de délimiter l’Europe, le fondateur de la Vème République était plus précis dans ces considérations que les politiciens actuels. Il répondait qu’elle allait de l’Atlantique à l’Oural. L’archéologie lui donne raison. Arkaïm est un élément probatoire de cette réalité en même temps qu’une des pièces majeure du puzzle continental dont la reconstitution, commencée au XIXe siècle, est loin d’être achevée pour réévaluer l’histoire ancienne des Européens dépréciée pendant de longs siècles et ans.
On savait que, entre -3 600 et -2 200, les steppes qui s’étendaient des Carpates et du Danube au Fleuve Jaune, soit une ceinture de 7.000 km de long sur 1.000 km de large, devenus l’Ukraine et la Russie Méridionale jusqu’à l’Oural, étaient occupées par des cultures pratiquant l’agriculture et l’élevage, recourant à la construction de tumuli funéraires, ayant domestiqué le cheval et pratiquant la métallurgie.
Après avoir évoqué des campements saisonniers, au mieux des fortifications faites de plusieurs enceintes de pierre entourant des maisons de fondations de pierre, l’archéologie, pour rester spectaculaire, faisait un saut directement à la grande culture scythe du 1er millénaire. A l’époque où s’édifiaient, les premières grandes pyramides égyptiennes sur le versant méridional, on était accoutumé à sous-estimer ce qui existait au nord.
Le miracle d’Arkaïm : une cité sort du sol presque intacte
Tout à fait accidentelle puisque le lieu était devenu un vaste chantier à vocation hydrologique, la découverte d’Arkaim en 1987 va être un coup de tonnerre. On savait que cette « Contrée des Cités » recélait, à la latitude de Magnitogorsk et sur une distance de 400km, une vingtaine de sites occupés, distant les uns des autres d’une quarantaine de kilomètres. Mais les fouilles n’avaient donné que des résultats modestes. Et voilà que, discernable seulement des airs, émerge une cité qui se distingue des autres par l’état d’intégrité unique des ses ouvrages de fortification et ses sépultures, son architecture saisissante de modernité et son système de traitement des commodités, sans commune mesure avec les villages bâtis à la même époque qu’on nous avait présentés jusque là.
Et d’abord ses formes étranges : deux cercles enchâssés sur un puissant système défensif ingénieusement ramifié par des liaisons. Dans l’arrondi, des rangées d’habitations de forme parallélépipédique, accolées et orientées vers le noyau, avec une distribution précise de pièces dotées de foyer, des matériaux ignifuges sur les murs, un système alimentation et d’évacuation hydraulique branché en réseau. En partie centrale de cette ville, susceptible d’abriter 2.500 personnes, une esplanade de forme géométrique et dégagée : une sorte de forum.
Cette découverte  soulève aussi de multiples interrogations. A commencer pat le choix des formes. Quelle signification donner à une architecture inédite et d’abord à ces cercles concentriques qui renvoient tout aussi bien à une formalisation symbolique en érection à la même époque et à des milliers de kilomètres à l’Ouest, à Stonehenge. Mais renvoient aussi à l’Est du monde par son analogie avec une pièce de monnaie chinois ou à un mandala tibétain.
Une place dans la géographie sacrée ?
Dans la symbolique de la tradition, la roue représente le temps, l’univers, le cosmos dans lequel s’inscrit l’ordonnancement spatial du carré, c’est à dire de la croix, renvoyant au quatre points cardinaux. La construction d’Arkaïm et même la position géographique relèverait-elle, comme s’interroge Paul Catsaras dans la revue « Hyperborée » (CRUSOE 4642 route de Roquefavour 13122 Ventabren), d’une géographie sacrée et, par sa latitude et son orientation polaire, appellerait-elle un parallèle avec Stonehenge, déjà citée, et Tiahuanaco dans la Cordillère des Andes ?
arkaim3.jpg
Ces questions, on peut le déplorer, ne semblent nullement préoccuper des archéologues comme Jean Paul Demoule. 15 ans après, ce professeur de la Sorbonne se contente, dans un ouvrage tout récent dont il a la direction scientifique et sur lequel nous reviendrons - « L’Europe un continent redécouvert par l’archéologie » Gallimard) - d’indiquer que ce site « a transformé notre vision de l’âge du bronze des steppes en montrant des cités de forme inusuelles à l’élaboration complexe ». Comment et pourquoi ? Nous ne le saurons sans doute jamais, en tout cas en provenance de ces sectes scientifiques où règne une omerta sur bien des aspects de la pré et proto-histoire de l’Europe. Dégagez il n’y a rien à voir !
Mais, derrière la première série de questions, s’en profilent de plus fondamentales. Quels étaient les peuples qui ont façonné ces constructions  et quelle était leur origine? Que pensaient-ils ? Que parlaient-ils ? En quoi croyaient-ils ? Là encore, n’allons surtout pas chercher la réponse dans le travail de monsieur Demoule qui, soit n’a pas regardé, soit n’a rien vu des dessins ou des signes sur les objets, les poteries : cercles, carrés, losanges, triangles, zigzags et, « horresco referens », svastikas.
Les savants de l’ex-Union Soviétique, peut être même d’anciens communistes, ont été plus rapides dans leurs investigations sur les rites funéraires, l’organisation sociale. Ils sont aussi plus loquaces, se permettant de « supposer les prémices d’un pouvoir détenu par un chef de tribu unique et d’une certaine hiérarchisation avec l’existence d’une élite. L’autorité de ce groupe d’individus n’était pas fondée sur des contraintes économiques mais sur des valeurs religieuses traditionnelles.
Les cauchemars de Mr Demoule et le berceau de Zarathoustra
Les membres de l’élite tenaient le rôle de prêtres et disposaient également d’une position importante dans le domaine militaire. La richesse des sépultures féminines permet de percevoir que les femmes possédaient un statut social important. Il est même possible qu’il y ait eu des femmes prêtresses. »
Tout cela leur « semble correspondre à l’émergence  des sociétés divisées en trois classes : les guerriers, les prêtres et les artisans, typiques des civilisations indo-européennes ». On comprend que Jean Paul Demoule fasse des cauchemars, lui qui s’emploie à ne jamais prononcer ce terme dans ses travaux, dont on mesure tout de suite la sincérité.
Sommes-nous face aux représentants de la plus ancienne civilisation caucasienne, dans « le berceau du prophète Zarathoustra », comme l’avancent certains scientifiques enthousiastes ? Rappelons que dans les hypothèses avancées sur la localisation du foyer d’origine de l’indo-européen, qui se définit d’abord comme une réalité linguistique, mais avec forcément des locuteurs d’un type physique caractéristique, sur lequel nous ne nous étendrons pas ici, l’école de Marija Gimbutas élit justement l’aire géographique d’Europe centrale et de Russie méridionale.
Fait hautement symptomatique : deux visiteurs de marque se sont déplacés à Arkaïm : Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Sing. Quel rapport entre les deux ? Le premier voit dans Arkaïm la capitale d’un « empire aryen » ; aryanité que le second endosse comme base de la culture polythéiste de l’Inde moderne. Rappelez-vous d’Arkaïm, faites en un but de voyage et même de pèlerinage. Le nom fera encore parler de lui. Peut être même que Jean Paul Demoule viendra à contrition et finira par cracher le morceau. 

 

arkaim-vue-aerienne2.jpg

Arkaïm (en russe : Аркаим) est un site archéologique situé dans la steppe au sud de l'Oural, 8,2 km au nord-nord-ouest d'Amourski, et à 2,3 km au sud-sud-est d'Alexandronvski, deux villages de l'oblast de Tcheliabinsk, Russie, juste au nord de la frontière du Kazakhstan.

Le site est généralement daté du XVIIe siècle av. J.-C.. D'autres datations, remontant jusqu'au XXe siècle av. J.-C., ont été proposées. Il s'agissait d'une implantation de la culture Sintachta.

Bien que le site ait été incendié et abandonné, beaucoup de détails sont visibles et bien conservés. Arkaïm est similaire dans la forme mais bien mieux préservé que sa voisine Sintachta (en), où le premier char a été déterré. Le site était protégé par deux parois circulaires. Il y avait une place centrale, entourée de deux cercles de logements séparés par une rue. Le site couvre environ 20 000 m2. Le diamètre du mur d'enceinte était de 160 m. Il a été construit à partir de la terre tassée dans des cadres en bois, et renforcé par des briques d'argile non brûlées, avec une épaisseur de 4-5 m. et une hauteur de 5,5 m. L'ensemble des lieux est entouré d'un fossé de 2 m de profondeur.

Il y a quatre entrées différentes perçant la paroi extérieure et intérieure avec une entrée principale à l'ouest. Les habitations disposaient d'une surface de 110-180 m². L'anneau extérieur comprend 39 ou 40 logements, avec des ouvertures donnant sur une rue circulaire qui fait le tour des lieux. L'anneau intérieur comprend 27 logements, disposés le long de la paroi interne, avec des portes ouvrant sur la place centrale carrée de 25 par 27 m. La rue centrale est drainée par un canal couvert. Zdanovitch estime qu'environ 1 500 à 2 500 personnes pourraient avoir vécu dans la colonie.

arkaim-reconst.jpg

À proximité des murs d'Arkaïm, étaient des terres arables, 130-140 m par 45 m (430 à 460 m par 150 m), irriguées par un réseau de canaux et de fossés. Des vestiges de graines de millet et d'orge ont été trouvés.

La date du XVIIe siècle av. J.-C. suggère que l'établissement de cette colonie était contemporain, ou bien a suivi de peu, la migration indo-aryenne en Asie du Sud et en Mésopotamie (la culture Gandhara figurant dans le nord du Pakistan à partir de 1600 av. J.-C., les dirigeants Indo-Européens Mitanni atteignant l'Anatolie 1500 ans av. J.-C., les deux étant à peu près distantes de 3 000 km de la zone du Sintachta-Petrovka), et que c'était soit les débuts d'une culture iranienne, ou bien encore une branche indo-iranienne inconnue qui n'a pas survécu à son histoire.

Depuis sa découverte, Arkaïm a éveillé l'attention d'une large portion du public et des médias en Russie, y compris des organisations esotériques, New Age et pseudoscientifiques. On a pu dire qu'il s'agissait du plus énigmatique des sites archéologiques sur tout le territoire russe, et, comme pour de nombreuses découvertes archéologiques, un certain nombre d'interprétations contradictoires ont été avancées.

Swastika City

Afin de faire un peu de publicité au site archéologique, les premiers investigateurs ont surnommé Arkaïm « Swastika City », « Mandala City », et « l'ancienne capitale de la civilisation aryenne des origines, comme décrite dans l'Avesta et les Védas ». La description se réfère à la forme en svastika, qui (avec un peu d'imagination) peuvent sembler similaires à la croix gammée, mais avec des bras arrondis (similaire à la lauburu) attaché à un anneau central au lieu d'une croix.

Observatoire

La similitude de la latitude, la date et la taille conduit certains archéoastronomes (Bystrushkin 2003) à comparer Arkaïm avec Stonehenge en Angleterre. Selon leurs déclarations, l'observatoire néolithique de Stonehenge permet l'observation de 15 phénomènes astronomiques à partir de 22 éléments, alors que l'observatoire d'Arkaïm permet l'observation de 18 phénomènes astronomiques à partir de 30 éléments. La précision des mesures de Stonehenge est estimée à 10 arc-minute à un degré, alors qu'à Arkaïm il descend à 1 arc-minute. Une telle précision des observations astronomiques n'a pas été répétée avant la compilation de l'Almageste environ 2 millénaires plus tard. L'interprétation selon laquelle Stonehenge ou Arkaïm auraient servi en tant qu'observatoires n'est pas universellement acceptée.

http://messagesdelanature.ek.la/la-mysterieuse-cite-d-arkaim-p94682

arkaim-reconst-squelettes.jpg

Reconstitution de l'apparence des habitants d'Arkham d'après les squelettes et artéfacts trouvés

Spirales impossibles

En 1991, un groupe de géologue russe s'est rendu dans les hauteurs des monts Oural dans le but de localiser un possible gisement d'or. À défaut d'avoir pu trouver avec précision ce lieu, ils mirent la main sur de nombreuses spirales dont l'origine reste à ce jour indéterminé. Lors de deux autres expéditions (qui eurent lieux dans des endroits différents), les géologues découvrirent une nouvelle fois ce genre de spirales. Afin de dater avec précision l'environnement qui les entouraient, les scientifiques ont procédé a diverses analyses qui permirent de dater la terre de plus de 80 000 ans. Autant vous dire qu'à cette époque, notre civilisation n'était bien entendue pas capable de réaliser ce genre de spirales. De plus, tous les spécialistes s'accordent à dire que les spirales n'étaient pas organiques mais fabriquées. Quelques spirales russes ont pu être transportées en Angleterre pour y subir une analyse plus poussées concernant leurs conceptions.

http://www.mysteredumonde.com/videos/mystere-archeologique_299.html

Nanotechnologie millénaires en Oural

Des milliers d'objets métalliques spiralés, ont été découverts dans la partie orientale des montagnes d'Oural, en Russie, près de cours d'eau, entre 3 à 12 mètres de profondeur, dans une couche sédimentaire du Pléistocène supérieur (c'est à dire entre 130 000 et 11 000 ans). Chose incroyable, ces objets sont de tailles variants de 3 cm à 3/1000e de millimètres, et examinés au microscope électronique, présentent une structure parfaite, ne pouvant être façonnée que par des techniques de type Nanotechnologie. Or, ces objets ont été estimés datant entre 20 000 et 318 000 ans. De plus, les plus petits sont en tungstène, dont le point de fusion est de 3410°c.
 
L'Institut de Moscou a publié un rapport d'expertise n° 18/485 du 29/11/96 qui conclut : “Les données obtenues permettent d'envisager la possibilité d'une technologie d'origine extra-terrestre.”

oural-nano.jpg

http://archeo-mystere.skyrock.com/

En Sibérie orientale, un autre mystère : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mysterieux-cratere-patomsky-en-russie.html

En Ossétie du nord : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/ecritures-enigmatiques-le-disque-de-vladikavkaz.html

En Tungunska : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/astronomie-espace/colossales-explosions-en-tunguska-siberie-en-1908-et-2002-part-5.html

En Khakassie : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-enigmes-de-la-khakassie.html

Des similitudes avec "l'Atlantide Scandinave" ? : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/civilisations-anciennes-de-l-age-pre-glaciaire-dans-la-baltique.html

Yves Herbo-SFH-07-2013

Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A Minoen

Progrès sur le décryptage de l'écriture Linaire A Minoen

 

Linear a fractions

 

Une nouvelle recherche met en lumière les signes de fraction du script linéaire A minoen encore non déchiffré.

 

Le Linéaire A Minoen est encore un script non déchiffré, principalement utilisé sur l'île de Crète de 1700 à 1400 avant notre ère. Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Archaeological Science met en lumière l'une des caractéristiques les plus énigmatiques du linéaire A - les valeurs mathématiques précises de son système de fractions numériques (telles que 1/2, 1/4, 1/8 ).

Le Linéaire A est une écriture logo-syllabique utilisée à des fins administratives sur la Crète de l'âge du bronze. Avec le Hiéroglyphe Crétois, c'est l'un des deux systèmes d'écriture créés par la civilisation minoenne.

Sur son modèle, les Mycéniens ont créé plus tard le script linéaire B pour enregistrer leur dialecte du grec ancien.

Aujourd'hui, le corpus linéaire A comprend plus de 7 400 signes sur 1 527 inscriptions (découvertes), dont 90% sont des documents d'argile à caractère administratif, tels que des tablettes, des disques et des nodules.

En ce qui concerne les notations numériques, le linéaire A utilise un système décimal, avec des signes représentant quatre grandeurs: les unités sont écrites avec des traits verticaux, des dizaines avec des traits horizontaux ou des points, des centaines avec des cercles et des milliers avec des cercles entourés de traits.

Le système est cumulatif et additif, et les nombres sont écrits de gauche à droite avec les puissances dans l'ordre décroissant: ainsi, par exemple, 6 352 serait écrit avec six signes '1000', trois '100', cinq '10' et deux '1'.

Le Linéaire A comprend également un ensemble de 17 signes qui représentent des fractions. Ils sont transcrits en majuscules: A, B, D, E, F, H, J, K, L, L2, L3, L4, L6, W, X, Y et Ω.

Pour faire la lumière sur les valeurs de ces fractions, le professeur Silvia Ferrara de l'Université de Bologne et ses collègues se sont concentrés sur un ensemble spécifique de documents linéaires A datant de la période minoenne tardive I (vers 1600-1450 avant notre ère) :

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique : traces de l'homme il y a 30 000 ans à Chiquihuite

Mexique : traces de l'homme il y a 30 000 ans à Chiquihuite

 

Mexique chiquihuite3

 

 

Je reviens sur cette découverte et publication de cet été, avec de nouvelles photos et informations : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-homme-en-amerique-du-nord-entre-3oooo-et-24ooo-ans-nouvelles-preuves.html

Des fouilles minutieuses de la grotte Chiquihuite, située dans une zone montagneuse du nord du Mexique contrôlée par des cartels de la drogue, ont découvert près de 2000 outils en pierre dans une petite section de la grotte située à une haute altitude.

L'analyse archéologique des outils et l'analyse ADN des sédiments dans la grotte ont révélé une nouvelle histoire de la colonisation des Amériques qui retrace maintenant des preuves de premiers Américains il y a 25 000 à 30 000 ans.

Les résultats, qui ont été publiés dans Nature aujourd'hui (22 juillet 2020), remettent (encore) en question la théorie communément admise selon laquelle les Clovis étaient les premiers habitants humains des Amériques il y a 15000 ans.

Le professeur Eske Willerslev, spécialiste de l'ADN, du St John's College, Université de Cambridge, et directeur du Centre GeoGenetics de la Fondation Lundbeck, Université de Copenhague, a dirigé l'étude avec l'archéologue Dr Ciprian Ardelean, de l'Université de Zacatecas au Mexique.

Le professeur Willerslev a déclaré: " Pendant des décennies, les gens ont débattu passionnément de l'arrivée des premiers humains dans les Amériques. La grotte de Chiquihuite suscitera beaucoup plus de débats car c'est le premier site (YH : non, loin de là ! Voir les liens en bas) qui date l'arrivée des gens sur le continent il y a environ 30 000 ans - 15 000 ans plus tôt qu'on ne le pensait. Ces premiers visiteurs n'occupaient pas la grotte de façon continue, nous pensons que les gens y passaient une partie de l'année en l'utilisant comme abri d'hiver ou d'été, ou comme base pour chasser pendant la migration, jamais comme hôtel fixe. "

Le projet de recherche de 10 ans soulève plus de questions sur les premiers humains qui ont vécu dans les Amériques qu'il n'en résout.

 

Mexique chiquihuite2

Un outil en pierre trouvé sous la couche du dernier maximum glaciaire (LGM) à la grotte Chiquihuite. Crédits: Dr Ciprian Ardelean

 

Le Dr Ardelean a déclaré: " Nous ne savons pas qui ils étaient, d'où ils venaient ou où ils sont allés. Ils sont une énigme complète. Nous supposons à tort que les populations autochtones des Amériques sont aujourd'hui les descendants directs des premiers Américains, mais maintenant nous ne pensons pas que ce soit le cas. Au moment où la célèbre population Clovis est entrée en Amérique, les tout premiers Américains avaient disparu des milliers d'années auparavant (YH : ou s'étaient enfoncés dans la jungle amazonienne jusqu'au Brésil, où l'on trouve des traces très anciennes). Il aurait pu y avoir de nombreuses colonisations ratées qui ont été perdues dans le temps et qui n'ont pas laissé de traces génétiques dans la population d'aujourd'hui."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

Chili : 4 momies découvertes dans une mine de cuivre

 

Picture quebradablancaLa mine de cuivre de Quebrada Blanca, Chili

 

Les restes de quatre humains momifiés vêtus de couleurs vives et enterrés dans des tombes formelles ont été découverts lors des travaux d'agrandissement de la mine de cuivre Quebrada Blanca, région de Tarapaca, dans le nord du Chili, ont annoncé le vendredi 21-08-2020 les exploitants de la mine.

La société Teck Resources a déclaré que les momies, portant des coiffes et des sandales sophistiquées, avaient été parfaitement préservées dans le climat aride. Des tests sont actuellement en cours sur eux pour déterminer leur âge précis, qui pourrait remonter à  environ 1 100 et 400 avant JC d'après les estimations.

« En raison des conditions salines du sol, du manque de précipitations et d'une humidité relativement faible, les restes sont momifiés dans des tenues complètes et avec un certain nombre d'outils indiquant leur mode de vie », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

 

Map quebradablancaCrédit : NASA, TAGEO

 

La société a signalé la découverte au gouvernement chilien, qui déterminera comment préserver les artefacts, décrits par l'archéologue Mauricio Uribe comme « l'une des découvertes les plus remarquables de ces dernières années dans la région de Norte Grande ».

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

Allier, France : Anomalies dans le Chatelperronien

 

Chatelperron la grottes des fees wikipedia cc by sa 4 0 x500

Chatelperron - La Grottes des fées (wikipédia-CC BY-SA 4.0)

 

Le site préhistorique de la Grotte des fées, à Châtelperron (Allier), a t-il livré tous ses mystères ? Le Chatelperronien, c'est une dénomination archéologique désignant une culture préhistorique qui a été découverte et décrite pour la première fois à Chatelperron, dans le département français de l'Allier, en Région Auvergne. C'est aussi bien sûr une période, assez courte si on la compare à celle qui la précède et qui lui est reliée en partie, le Moustérien et ses diverses adaptations locales établies par les néandertaliens entre au moins 350 000 et 32 000 ans avant le présent (BP) environ. (jusqu'à plus récemment selon certaines datations en cours de confirmation). Toutes ces dates sont bien sûr en fonction des découvertes et analyses (et dates de ces analyses si on parle calibration du c14 par exemple et bonnes datations), et le Chatelperronien est actuellement situé entre 47 000 et 42 000 ans environ avant le présent.

La découverte du site est, comme souvent en archéologie, le fruit du hasard. Vers 1845, les travaux de construction de la voie ferrée reliant le bassin minier de Montcombroux à Dompierre-sur-Besbre écornèrent le promontoire de la Grotte des Fées. Les ouvriers mirent au jour trois petites cavités dont l'une, effondrée, allait révéler un gisement préhistorique d'intérêt mondial.

Albert Poirrier, alors ingénieur de la Compagnie des mines de Bert, réalisa les premières fouilles et constitua une importante collection d'ossements fossiles. La découverte fit grand bruit et, à partir de 1867, Guillaume Bailleau, médecin à Pierrefitte-sur-Loire et archéologue éclairé, poursuivit les recherches sur le site. On lui doit l'exploration du secteur des grottes occupé par les hommes du Paléolithique, entre 60.000 ans et 35.000 ans environ avant le présent.

Le site a révélé les témoignages de plusieurs occupations qui se sont succédé à la charnière de deux périodes fondamentales dans l'histoire de l'humanité, le Paléolithique moyen (essentiellement une ère néandertalienne en Europe) et le Paléolithique supérieur (l'arrivée de l'homme de Cro-Magnon et son installation).

 

L homme de neanderthal

L'homme de Néanderthal est assez proche de nous. Cro-magnons et néandertaliens ont cohabité sur les mêmes tertitoires. © Crédit photo : PIXABAY

 

YH : Nous avons donc sur place une culture néandertalienne installée il y a au moins 60 000 ans BP, qui, à priori s'adapte localement sur la durée (donc au moins semi-sédentaire et grandit, améliore ses techniques et envoie logiquement d'autres explorateurs/migrateurs ailleurs aussi) et se transforme en "chatelperronien" aux alentours de -47 000 ans BP (tout en sachant que néandertalien est déjà en contact très probable avec "Cro-Magnon-Homo Sapiens" depuis des millénaires via le Proche-Orient, et bien avant l'entrée en masse des premiers hommes modernes en Europe), alors que notre science actuelle vient de reconnaître la présence du plus ancien Cromagnonien vers - 45 000 ans BP en Europe (Bulgarie)https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-ce-sont-plus-anciennes-traces-connues-presence-homo-sapiens-europe-11003/

La question fait toujours débat sur l'évolution des techniques de la pierre présentée par les néandertaliens du chatelperronien (Le Châtelperronien étant distinct du Moustérien à ce niveau), à l'approche (et connaissances ?) des techniques des cromagnoniens de l'Aurignacien : ces derniers ayant possiblement apporté ces modifications aux cultures néandertaliennes ou l'inverse localement. Dans la mesure où l'on estime que le cromagnonien a procédé à plusieurs migrations, dont l'une des principales avait commencé vers - 70 000 ans environ (l'amenant en Australie il y a - 65 000 ans), il n'est pas impossible que des groupes d'hommes modernes soient parvenus et soient restés bien plus tôt en Europe (moins loin que l'Australie !) qu'encore découvert, l'avenir le dira. Mais on peut supposer que l'Homme de Cro-Magnon a bien accompagné puis remplacé l'Homme de Chatelperron sur place, vers - 42 000 ans, laissant des traces de l'Aurignacien mêlées à celles des néandertaliens, comme il a été découvert... Des squelettes néandertaliens y ont été découverts seulement, avec une large couche moustérienne et une couche chatelperronienne mêlée d'une couche aurignacienne. Il est possible que les Aurignaciens n'y soient pas allés souvent (la chasse ?), les carnaciers semblant avoir déjà repris le contrôle des lieux lors de la période gravétienne.

 

Prehistorama chatelperron

Reconstitution Chatelperronien au Préhistorama de Chatelperron (voir lien en bas)

 

Le Châtelperronien témoigne d'une mutation radicale des outillages en pierre et des productions symboliques. Reconnus dans le centre-ouest de la France et le nord de l'Espagne entre 47.000 et 42.000 ans avant le présent, les groupes humains qui s'y rattachent - vraisemblablement des néandertaliens - s'individualisent par l'emploi de lames en silex pour fabriquer des armes de chasse (les célèbres pointes de Châtelperron) et l'utilisation de matières dures animales (dents, etc.) pour confectionner des éléments de parure corporelle (perles, pendeloques, etc.). 

Par ce statut de gisement éponyme, le site de Châtelperron bénéficie d'une renommée mondiale et mobilise, aujourd'hui encore, de nombreuses équipes internationales. Il doit également sa réputation à la reconnaissance de vestiges d'occupations plus anciennes, attribuées au Moustérien, et plus récentes qui sont l'oeuvre de l'Homme Moderne (Aurignacien ancien).

Le site de Chatelperron, non fouillé depuis les années 1960, vient de faire l'objet d'une étude non invasive (LiDAR) afin d'étudier la géologie et topographie des lieux et de découvrir éventuellement de nouvelles grottes encore inconnues.

« Implanté sur un substrat calcaire, ce site est un véritable gruyère. Il y a donc peut-être d’autres grottes à découvrir.... » affirme Raphaël Angevin, Conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie de Clermont-Ferrand, qui fait partie d’une équipe d’experts - historien, ingénieur et géophysicien - qui s’est déplacée durant trois jours à Châtelperron pour effectuer, au sol, des relevés topographiques et utiliser un avion équipé d'un LiDAR.

« Ce nouveau projet de recherches vise à mieux comprendre l'évolution géologique du site et de son environnement, par le recours à des technologies novatrices non invasives » a ajouté Raphaël Angevin lors de sa conférence de 2019 à Dompierre sur Besbre sur le sujet.

Une présentation des résultats de la campagne 2019-2020 a été publiée, montrant une image LiDAR générale et annonçant la découverte d'anomalies au niveau de la topographie des lieux.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Hongrie : Une statuette du 5ème millénaire Av. notre ère

Hongrie : Une statuette du 5ème millénaire Av. notre ère

 

Hungary 01

 

Les archéologues du musée hongrois Göcsej ont trouvé des fragments d'une idole supposée, une magnifique statue d'argile féminine artistiquement détaillée de la culture Lengyel - une culture archéologique de la période néolithique européenne, centrée sur le Danube moyen en Europe centrale - lors de fouilles liées à la construction de la piste d'essai automobile de Zalaegerszeg. Elle a été nommée « Vénus d’Egerszeg » et, selon le musée, ce sera la pièce la plus impressionnante de l’exposition virtuelle présentant la préhistoire de Zalaegerszeg et du comté de Zala.

Depuis 2017, le personnel du musée surveille en permanence les travaux de terrassement liés à la construction de la piste d'essai. Dans la partie orientale de la zone, au-dessus du ruisseau Nagypáli, des traces d'une grande colonie de la culture Lengyel, formée au 5ème millénaire avant JC, ont été trouvées.

La plus belle trouvaille des trois dernières années, une statue d'argile féminine, a été retrouvée cette année 2020, le 7 juillet. La particularité de l'idole est l'élaboration méticuleuse: jusqu'à présent, seules très peu de statues d'argile finement travaillées ont été déterrées de la période de la culture Lengyel.

 

Hungary 01

Credit: György Varga/MTI

 

Les archéologues ont dit que de nombreux objets en relation avec des activités de culte avaient été précédemment déterrés dans cette zone :

Lire la suite et voir les photos :

Lire la suite

Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes C14

IntCal20 : Nouvelles datations avec recalibration 2020 de 3 courbes du C14

 

Stalagmites grottehulu chine 14000 55000ans

 

Si le niveau de C-14 dans l'atmosphère avait toujours été constant, la datation au radiocarbone serait simple. Mais ce n'est pas le cas. Les changements dans le cycle du carbone, le rayonnement cosmique, l'utilisation de combustibles fossiles et les essais nucléaires du XXe siècle ont tous causé de grandes variations au fil du temps. Ainsi, toutes les dates au radiocarbone doivent être ajustées (ou étalonnées) pour être transformées en âges calendaires précis.

Sans cet ajustement, les dates pourraient être dépassées de 10 à 15%. Cette semaine, est paru un effort international de sept ans pour recalculer trois courbes d'étalonnage au radiocarbone:

IntCal20 («20» pour signifier cette année) pour les objets de l'hémisphère nord

SHCal20 pour les échantillons de l'hémisphère sud dominé par l'océan

Marine20 pour les échantillons des océans du monde.

 

Ces courbes mises à jour ont été construites en mesurant une pléthore de matériaux qui enregistrent les niveaux de radiocarbone passés, mais qui peuvent également être datés par d'autres méthodes. Les liens vers les trois publications scientifiques sont en bas de cet article.

Les archives comprennent des anneaux d'arbres provenant d'anciennes grumes conservées dans des zones humides, des stalagmites de grottes, des coraux du plateau continental et des sédiments forés dans les lits des lacs et des océans.

 

Arbrekauri nouvelle zelande 40000ans

Les anciens arbres de kauri ( Agathis australis ) de Nouvelle-Zélande comme cet exemple ont été utilisés pour aider à construire les courbes d'étalonnage. Cet arbre a environ 40 000 ans et a été retrouvé enterré sous terre. Crédit Nelson Parker

 

Au total, les nouvelles courbes sont basées sur près de 15 000 mesures au radiocarbone effectuées sur des objets jusqu'à 60 000 ans.

Les progrès de la mesure du radiocarbone à l'aide de la spectrométrie de masse par accélérateur signifient que les courbes mises à jour peuvent utiliser de très petits échantillons, tels que des anneaux d'arbre simples à partir d'une croissance d'un an seulement.

Lire la suite

L'ancienne cité engloutie de Hujing, Taiwan

L'ancienne cité engloutie de Hujing, Taiwan

penghu.jpg

Cet article est en relation avec d'autres présents sur ce site, que je vous conseille donc également de lire : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/japon-plusieurs-pyramides-au-large-de-l-archipel.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-ancienne-civilisation-megalithique-a-aussi-laisse-des-traces-au-japon.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-empire-de-mu-identifie.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-anciennes-cites-englouties-modifient-l-histoire-humaine.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/cites-englouties-donnees-compilees.html

 

L'île de Taïwan se situe juste au sud de la dernière île de l'archipel japonais Ryukyu, l'île Yonaguni. Cette dernière est devenue célèbre depuis la fin des années 1980 car une grosse structure étrange, engloutie par une quinzaine de mètres d'eau, y a été trouvée. Depuis, l'Université de Ryukyu a fini par y découvrir, au fond, des traces d'activités humaines (pierres gravées de symboles, probabilité de sculptures et un chemin de dalles gravées). Toute la région inondée il y a environ 12.000 ans a été examinée et les fonds dragués par endroits : il y a été découvert des fossiles d'animaux probablement terrestres, ainsi que des structures géologiques qui ont été à l'air libre à un moment donné. Il est assez probable que les diverses structures englouties au large de Taïwan et de ses petites îles connexes fassent parties du même ensemble de culture ancienne. On parle des Jomons ou encore d'une autre race qui a habité le Japon et ces parages dès 40.000 ans avant JC, peut-être aussi du "continent Mu" légendaire... Géologiquement parlant, il est maintenant prouvé que de larges bandes de terres étaient hors de l'eau entre l'Asie du Sud-Est, les Philippines et Malaisie, jusqu'en Indonésie et parages de l'Australie, avant d'être englouties par la fonte des glaces de la fin de l'âge glaciaire et des mouvements tectoniques/volcaniques importants... on a même repêché récemment des fossiles d'une race humaine peut-être nouvelle ou en tout cas peu connue... Mais les découvertes se multiplient aussi du côté de Taïwan, tant dans l'eau qu'au niveau des nombreuses grottes artificielles préhistoriques que compte l'île...

Arcs volcaniques luzon et ryukyu

Histoire géologique et tsunami : Il y a beaucoup de volcans existants dans le nord de Taiwan et ses eaux vicinales, y compris les Snow montagnes du Nord, où se trouve le lieu d'intersection entre les arcs volcaniques de Ryukyu et de Luzon. Des éruptions volcaniques ont eu lieu plusieurs fois dans les eaux du nord-est de Taïwan et à proximité. Nous pouvons souvent trouver des vestiges d'une éruption volcanique avec de la pierre "ponce" sur la vallée ou sur le rivage marin à proximité. Il y a 60 à 70 volcans dans le fond marin et au moins 11 sont encore en activité et il y a 30 à 40 cheminées de sources d'eau chaude autour des iles. Près de l'ïle de la Tortue, il y a la cheminée (ou buse) active de 4m de diamètre, 6 mètres de hauteur d'une source d'eau chaude, la plus grande connue dans le monde. Sur le secteur au nord des Snow Mountains, à proximité de Turtle Island, il y a les volcans du passé... (voir la carte ci-dessus)

En 2005, le professeur Chao-Shing Lee et le professeur Yi-Ben Tsai soulignaient qu'il y avait vraiment beaucoup de résidus de cellules de magma encore sous le sol des eaux du nord-est de Taiwan, et dans le groupe de volcans sous-marins, tous localisés dans la rupture et la faille du fond marin, qui continuent à s'étendre et se propager à l'angle nord-est de Taiwan, le long de la faille de la zone pour devenir une zone d'origine de tsunami.

Il y a environ 1.850 années, Chengkong, du comté de Taitung a été endommagée par un tsunami.
• Le 18 décembre 1867, un grave tremblement de terre a eu lieu près du Keelung Islet, a causé un tsunami, la vague était jusqu'à huit mètres de hauteur, et a causé la mort de plusieurs centaines de personnes et est devenue une grande calamité.

Ancien littoral de taiwan

L'ancien littoral du nord-est de Taiwan a été englouti

Le segment nord des Snow Mountains porte la trace d'un grand glissement de terrain, il semble que le flanc oriental ait été coupé par un événement de la nature. Après avoir étudié le fort courant marin provenant de l'est et les sédiments amenés, les scientifiques sont parvenus à la conclusion que le littoral original de coin nord-est de Taiwan était droit. Le littoral original du coin nord-est de Taiwan a été poussé et a été agrandi par la plaque Eurasie et la plaque marine des Philippines. Ainsi, il devait se propager à partir de la côte de Hua-Tung tout droit, à travers l'est de l'île de la Tortue, jusqu'à atteindre Santiago, et est encore présent en partie avec la côte rocheuse escarpée.

Le littoral d antan

Avant le gros glissement de terrain des Snow Mountains, la topographie d'origine du nord de Taiwan devait être la ligne rouge (ligne de contour de -1000m) et le courant marin "Black Current" passait entre l'Arc des îles Ryukyu et l'île de Taiwan.

Lorsque le glissement de terrain s'est passé, l'énorme volume de terre du flanc est des Snow Mountains est tombé dans l'océan Pacifique, et n'a pas seulement rempli et remonté le plancher de la mer sur plus de 3000 mètres, mais s'est aussi étalé pour former le Ilan plateau, le Ilan Sill, et a rejoint l'Arc des îles Ryukyu. Il a également rempli la hauteur du sud de la fosse d'Okinawa sur des milliers de mètres qui coupaient la circulation du Black Current et obligé le flux à devenir tel qu'aujourd'hui...

Reliefsous marin

L'énorme volume de terre est tombé dans l'océan Pacifique. Du flanc est des Snow Mountains à la côte d'origine d'Ilan, la zone est d'environ 800 km². Après, l'éruption du volcan et son effondrement a réduit l'élévation moyenne d'environ 600m; par conséquent, l'estimation du volume de terre d'environ 480 km3 tombé dans l'océan Pacifique a ainsi causé un méga-tsunami.

• Si le Volcan de Cumbre Vieja dans les îles Canaries à l'ouest de l'Afrique éclatait, il est estimé que 500 km3 de terre et de pierres pourraient provoquer des glissements de terrain et une hauteur de vague d'un méga-tsunami de plus de 100 mètres de hauteur
• L'environnement dans le coin nord-est de Taiwan est similaire au Volcan de Cumbre Vieja dans les îles Canaries. Selon le volcan de Cumbre Vieja, le glissement de terrain des Snow Mountains a créé un méga-tsunami, son onde pourrait avoir été de plusieurs centaines de mètres de large est être devenu un cataclysme mondial et la calamité de l'homme...
- Les sédiments du site 1202 viennent du glissement de terrain des Snow Mountains : c'est la seule réponse prouvant que les volcans des Snow Mountains du Nord ont éclaté et déclenché le grand glissement de terrain qui a produit les sédiments de terre à ODP Site 1202...

D'autres preuves de ce gigantesque glissement de terrain et probable tsunami viennent appuyer cette étude, avec la découverte de l'ancien lit de la rivière Lanyang, qui a donc changé son cours et l'endroit où elle se jetait dans l'océan à l'origine.

De quand date ce gros cataclysme ?

D'après les résultats de l'analyse des sédiments terrigènes du site sous-marin 1202 nous avons les intervalles de temps qui suivent:
Dans les sédiments terrigènes et sur le commencement de l'épuisement des isotope lourd de l'oxygène et la durée jusqu'à :
de 17.000 ans à 8.000 ans.
Le rapport C/N et le contenu CaCO3 des sédiments en vrac dans la fraction inférieure à 63 microns suggérant une source terrestre qui a contribué de manière significative au cours de la période de 25.000 ans à 11.000 ans.
Un renversement des valeurs isotopiques de l'oxygène à des valeurs plus positives suggéré entre 11.600 ans et 11.100 ans. La datation moyenne est d'environ 12.000 années Avant le Présent...

Le Minatokawajin, le plus vieil ancêtre du Japon, a disparu sur l'île d'Okinawa des Ryukyu il y a environ 18.000 années, puis aucune autre trace culturelle n'est apparue avant 10.000 ans avant maintenant. Selon la légende, il a été détruit en raison des inondations de l'ancienne terre des Ryukyu lors d'un cataclysme. D'après un grand nombre de nationalités de toutes les parties entourant l'océan Pacifique, y compris les Autochtones taïwanais, il a été dit que leurs ancêtres ont survécu après que le cataclysme ait fait des ravages.

On peut donc reconstituer d'après les analyses des sédiments et la présence du premier homme au japon il y a 18.000 ans, que la civilisation de Mu à pu durer 6000 ans et a été affaiblie par la fin de la 4ème période glaciaire et ses inondations avant d'être rayée de la carte par ce méga-tsunami brutal il y a 12.000 ans environ...

 

Fossilesstegodontaiwan

D'autres preuves que Taïwan était reliée au continent euroasiatique ne manquent pas : des fossiles d'éléphants (Stégodons) ont été trouvés à Tainan, ainsi que celui d'un mammouth à Taiwan Strait et à Chai-Liao River, voir un exemplaire ci-dessus. Des fossiles et cornes de bisons blancs ont également été trouvés dans l'île. On note que certains chercheurs revendiquent maintenant que Taïwan serait en fait la vraie Atlantide de Platon à cause de multiples correspondances avec ses textes...

Cartedudernieragedeglace

Cette carte des datations de différentes côtes et lignes du continent euroasiatique est évidemment très intéressante

MU, le continent ou île engloutie

Jameschurchward

L'anglais James Churchward a trouvé les tablettes de Naacal, des symboles et des gravures intéressantes, dans un temple indien en 1868, et il a recherché et enfin déchiffré leur sens après deux ans. Puis il chercha des vestiges de tablettes et des livres anciens à travers le monde, et étudié un grand nombre de vestiges antiques dans le monde. Churchward a recherché les données de livres anciens, y compris : le Codex Maya de Paris, le Cortesianus Codex, le codex de Dresde et le Troano Manuscrit, l'épopée indienne du Lamayana, le Livre des Morts égyptien et le Lhassa Record Tibétain. Puis il a écrit "The lost continent of Mu" après plus de 50 années de recherches pour introduire la terre de Mu, qui a été perdue il y a 12.000 ans. Le livre de 1925 a attiré l'attention des gens ordinaires. Churchward a compris l'existence de l'ancienne terre de Mu en tenant compte des tablettes Naacal.

Tablettesnaacal1

tablette Naacal

• Quand Churchward a parcouru les îles de l'océan du Sud pendant un mois, puis d'une civilisation préhistorique mégalithique, il a trouvé à un endroit le dessin de la carte de Mu, qui était un continent perdu au milieu de l'océan Pacifique.
• Le Domaine de Mu s'est étendu de quelque part au nord de Hawaï au sud-est de l'île de Pâques, au sud-ouest de Tonga-Tabou, et au nord-ouest des Ladrones. C'était défini de 8000 km d'est en ouest, et du nord au sud sur 5000 km, mais c'était une terre sans bornes.

Cartedemu1

La description de Mu par Churchward

Il y a très longtemps, il y avait un grand Empire du Soleil civilisé dans le pays de Mu, la terre-mère de l'homme, dans l'océan Pacifique. L'Empire gouvernait la terre, était en possession d'un énorme temple et de sept belles villes. Leurs peuples vivaient avec liberté et sans contraintes sous le soleil brillant. L'empereur se nommait "La Mu", et "La" signifiait le Soleil, «Mu» signifiait la mère. La civilisation de Mu remonte à il y a plus de 50.000 ans.

Narayana lecreateur

La Mu, l'empereur, gérait toute chose, la politique et la religion au Palais royal de la capitale. Les personnes étaient organisées en dix races, et il y avait 64 millions de personnes au total; et le premier droit à la culture a été obtenu par la race blanche. C'était une société matriarcale et la religion était unique, l'adoration du Dieu du Soleil, et l'adoration du Créateur de l'Univers - le serpent aux sept têtes Narayana.

Les habitants de l'Empire du Soleil ont émigré vers d'autres terres pour établir des colonies

Colonisationsdemu

• Un groupe de Karas (Caraïbes) a navigué vers l'est pour se rendre en Amérique Centrale, et s'est étendu vers l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud pour établir la colonie de l'Empire Mayax.
• Un groupe de Nagas s'embarqua vers le sud-ouest pour se rendre en Birmanie, et s'est étendu à l'Inde, en Asie et au milieu de l'Europe pour établir la colonie de l'Empire Naga.
• Un groupe de Ouïghours a navigué vers l'ouest pour se rendre en Chine, et s'est étendu à la Mongolie, en Europe orientale et en Sibérie pour établir la colonie de l'Empire Ouïghoure.

La destruction de Mu

Churchward livre1

Selon la description de Churchward, il y a environ 12.000 ans, une grande catastrophe a frappé tout le pays de Mu. Partant de la capitale, des grondements des entrailles de la terre, suivi par des tremblements de terre et des éruptions volcaniques. Les volcans crachaient leur feu, de la fumée et de la lave. Un épais drap noir de fumée sur le terrain ombragé. La terre se soulevait et roulait comme les vagues de l’océan, et se mit à trembler comme les feuilles d'un arbre dans une tempête. Puis d'énormes vagues cataclysmiques sont venues de tous les côtés rouler sur la terre. Les villes, les forêts, les personnes et tous les animaux ont été engloutis. Enfin, la terre de Mu a coulé dans l'océan et a disparu.

Churchward livre2

" Ainsi s'est achevée la destruction des édifices mayas dans le Yucatan, après les tremblements de terre qui les avaient ébranlés jusque dans leurs fondements. Les Mayas du Yucatan - les constructeurs - ont été pratiquement anéantis, vers 9.500 avant JC. "

Churchward livre3

Après le méga-tsunami, cette image montre l'Empire du Soleil qui a été détruit, et il ne reste que quelques îles désaffectées et des gens de Mu dispersés et isolés...

D'après Churchward, d'autres dossiers pertinents existent sur la terre de Mu.

- Une carte de Mu dans "Livre des Morts", des symboles reliés à Mu dans ce même livre
- Une peinture indienne en Amérique du Nord dépeint la destruction de Mu
- Un monument commémoratif à Mu a été trouvé dans la mine d'or Gulch au Nevada
- Il y a des ruines qui racontent l’existence du continent perdu de Mu

• A Copan du Honduras, au Guatemala, Quirigua, Opico et Cirraca-Mecal au Salvador se trouvent beaucoup de traces préhistoriques, et de symboles liés à la terre de Mu.
• À Uxmal au Yucatan du Mexique, un temple en ruine montre des inscriptions gravées commémoratives des "terres de l'Ouest (Mu), d'où nous sommes venus"; et la pyramide de Teotihuacan au sud-ouest de México, en fonction de ses inscriptions, a été construite comme un monument en mémoire de la destruction des dénommées "Terres de l'Ouest (Mu)".

Mais d'après plusieurs chercheurs taïwanais, Mu n'a jamais été au milieu du Pacifique, mais décrit une grande île ayant subit une grosse éruption volcanique et un méga-tsunami : Taïwan ! De plus, même les récits de Platon et les déductions des autres philosophes grecs correspondent, y compris les couleurs des pierres servant aux constructions (le marbre blanc, noir et une pierre rose-rouge existent à Taïwan), les animaux comme l'éléphant ou le bison y ont aussi existé, etc...

Ainsi, le grand glissement de terrain des Snow Mountains qui s'est effondré a fait que la capitale de l'Empire du Soleil sur la côte, construite au niveau de Ilan, s'est enfoncée dans la mer, et a formé le grand fossé circulaire que Churchward a décrit comme étant la terre coulée de Mu... Mais reste-t-il une réelle trace de cette capitale de Mu et d'autres constructions ? D'après ces chercheurs, oui, et ils le prouvent :

Moulesenbronzeetfer taiwanDes antiques moules en bronze et en fer trouvés à Taïwan

En Mars 2005, des moules très précis de bronze et de fer ont été déterrés dans les ruines de Jiu Xiang Lan de Taidung à Taiwan. De ces moules, les archéologues déduisent que les autochtones de Taiwan avaient une technologie d'une civilisation de l'artisanat et qu'une usine y produisait très tôt une grande quantité, donc la technologie des bronzes et de la quincaillerie du fer en Europe devaient s'y répandre dans les temps anciens depuis le peuple de Taiwan, qui était alors appelé des Atlantes.

Le site de Jiu Xiang Lan est un site du néolithique sur lequel plusieurs découvertes surprenantes ont été faites, des céramiques et de l'art étonnant pour une si ancienne période... ces découvertes de moules en bronze et fer prédatent de nombreuses années l'âge du fer et du bronze ! Voici quelques artefacts trouvés dans ces ruines et grottes aménagées (par des survivants du cataclysme ?) :

Sia jiu site02

Le mur de l'Ancienne ville sous marine de l'ilot de Hujing

Hujing city

Hujing city1


Dans la profondeur de l'eau entre 25 à 30 mètres, il y a des murs plats de roches s'étendant sur plus de 100 mètres sur environ un mètre de hauteur et 50 centimètres d'épaisseur. Les murs sont disposés dans une direction est-ouest. Certaines des sections murales ont des pavés arrondis, la longue formation linéaire de la structure sous-marine de roches provient certainement de travaux et n'est probablement pas naturel. Mais selon d'autres scientifiques, il y a des explications normales pour les formations de roche linéaires. Le professeur Tsao Nu-chung, chef de section à l'enquête géologique centrale de Taiwan, a dit que les basaltes d'inondation et d'autres types d'éruptions volcaniques de lave peuvent également créer ces formations linéaires, dues aux joints inhérents et aux structures planaires des roches plutoniques.

taiwan1.jpg
Ces ruines sont peut être celles de la civilisation perdue et légendaire des eaux de Penghu, entendue dans de vieux folklores et mythes taiwanais. Elles auraient entre 7.000 ans et 12.000 ans.

taiwan2.jpg


Il pourrait y avoir eu une ville dans ces eaux, maintenant submergée sous l'océan pacifique ! Selon les rapports d’anciennes Archives du Conté de Penghu (années 1940) on lit que, si l’on regarde de très haut au-dessus de Hujing, on peut voir une longue ligne de remparts sous la mer. On l’appelle habituellement "La profonde piscine de Hujing". En 1982, des plongeurs professionnels ont trouvé l’emplacement précis de la ville engloutie de Hujing, de l'île de Penghu !

megalithes-penghu.jpg

Mégalithes dans l'archipel de Penghu

L’ancien mur était en forme de croix. Les mesures au compas montrent qu’il indique avec exactitude les directions nord-sud et ouest est à angle droit. Le mur fut principalement construit en pierre de basalte et était recouvert d’algues. Il avait environ 160 mètres d’ouest en est, et environ 180 mètres du nord au sud. Il est épais d’environ 1.5 mètres sur le haut et d’environ 2.5 mètres sur le bas. Certaines parties sont inégales à cause de l’érosion, cependant les interfaces entre les pierres sont très serrées. Au nord, il y a une construction ronde en forme d’assiette. Le diamètre du mur extérieur est de prés de 20 mètres, avec un mur intérieur de prés de 15 mètres.

Hujing city2

Hujing city3

Hujing city4


A ce moment, quelques personnes pensèrent que la cité engloutie était en réalité une extension de Huljing s’enfonçant dans la mer. Cependant, les recherches des géologues indiquèrent que si le mur était formé de rochers naturels, il aurait été intact et d’une seule pièce. D’un autre coté, s’il était de la main de l’homme, il devrait avoir des parties distinctes. De plus, si le mur est très long et droit, il est très probablement construit par l’homme. Spécifiquement, les pierres sont toutes de tailles similaires, avec des angles droits, et un enduit entre les pierres. De même, les endroits creux sur le mur étaient en forme de croix, avec des interfaces plates et lisses. Ceci correspond totalement aux standards de construction d’aujourd’hui.

Hujing city roundconstruction5

Suite à une tempêtes (les hurricanes sont assez fréquents malheureusement), il semble que d'autres ruines se sont désensablées : une structure arrondie est filmée et comparée à une semblable, trouvée au niveau de l'antique ville biblique de Jericho en Israel (ci-dessous)...

Jerichocity israel

Hujing city6

Hujing city7

Hujing city schema

Le schéma expliquant les ruines trouvées : restes d'une ancienne cité ? Restes d'enceintes d'un ancien port ? Et ce n'est pas le seul endroit...

• En Octobre 1982, l'expert en plongées Hsinsi Xie a dirigé une équipe à Hujing Islet pour plonger et prospecter et a obtenu beaucoup d'informations. Ils y sont allés plusieurs fois.
• En Novembre 1982, l'expert en plongées Jan Su a dirigé un groupe de personnes à Hujing Islet pour plonger et prospecter, et a obtenu de nombreuses informations.
• En Septembre 1996, le professeur Kimura de l'Université de Ryukyu et son équipe, ont accompagné Hsinsi Xie à Hujing Islet pour plonger et filmer la ville engloutie.
• En Août 2001, le célèbre écrivain Hancock et l'érudit Mukuge ont atteint Taiwan. Ils ont fait équipe avec Hsinsi Xie, et autres, pour plonger et prospecter dans le secteur de la ville en contrebas de Hujing Islet et à proximité.

" Les documents généraux de Penghu" ont enregistré la "transparence profonde des eaux de Hujing", qui décrivent une ville sous-marine près de la rive est de l'îlot de Hujing. En regardant de haut, le banc avait réellement des lignes de formes analogues aux murs d'une cité ; ils rejoignent l'extrémité orientale de l'îlot et étaient visiblement cachés dans les fonds marins et ses extrémités étaient dans les profondeurs. Des personnes l'avaient appelé la "ville engloutie de Hujing", déjà une légende de longue date. Il y a deux remparts en croix verticales et une grosse pierre avec une sculpture de lignes entrecroisées sur elle, de sorte que la ville sous-marine est appelée "la ville entrecroisée".

Preuves de fabrication humaine :

• 1. Tant vers l'est-ouest et le sud-nord, les murs de la cité s'étendent en ligne droite sur 200 mètres.
• 2. Les quatre directions des murs de la cité parviennent à pointer les 4 bonnes directions de l'est, sud, ouest et nord de la Terre, et les sillonnent juste verticalement.
• 3. Le mur est en forme d'échelle et de forme régulière; sa hauteur et certaines données montrent que c'est le mur qui formait le château.
• 4. La jointure entre chaque muraille de la ville présente une rainure, et se couvre avec beaucoup de rainures qui traversent verticalement et horizontalement.
• 5. De la ville restent encore certains piliers de pierre de renforcement, comme la grosse pierre sculptée de la croix.

• 6. Il y a une tour de guet de 20 mètres de diamètre qui se joint à la paroi du nord de la ville.
• 7. Les plongeurs ont mesuré une pierre carrée très droite du mur de la ville, d'environ 50 cm de carré et de 20 cm d'épaisseur, qui a montré que le mur de la ville est entassé artificiellement.
• 8. Le mur de la ville est un entassement de pierres en utilisant la méthode des parallèles, et la surface et le niveau des jointures est lisse et on ne peut insérer qu'un couteau.
• 9. La forme du mur de la ville est très soignée et propre, et il y a les mêmes articulations de tailles.
• 10. En grattant l'avant et à l'arrière du revêtement du mur, nous pouvons trouver un ensemble de paroi très lisse et qui montre que le mur est une construction artificielle.

MurconcaveDesrempartstrapezoides

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mur de la ville sous-marine présente une ligne droite s'étendant sans limite et le milieu des murs est concave. Les tailles du mur en trapèze sont : un fond large de 2,5 m, 1,5 m de large au-dessus et une hauteur de 3 m. Au milieu des deux murs, le lieu traversé présente une forme concave qui a peut-être été au sommet dans les vagues pendant une longue période. La texture du mur de la ville au fond de la mer est différente des colonnes de basalte hexagonales de Penghu et des giclées de roches éruptives de la croûte de la terre.

La "ville Croisillon" pourrait être la plus ancienne ville du monde

Dans la quatrième période glaciaire, il y a 12.000 ans, le niveau de la mer était inférieur de 120 mètres par rapport à maintenant, et Taiwan Channel était le plateau continental, donc la construction sous-marine de Croisillon Ville pourrait avoir été faite avant. L'histoire de "Croisillon City" a plus de 12.000 ans, alors elle devrait être la plus ancienne ville du monde, et peut-être la trace urbaine de la Terre de Mu des temps anciens...

Il y a un autre mur, près de Dongji Islet de Penghu :

Dongji penghu wall

Dongji penghu wall2

Le mur de pierres entassées est bien organisé et les morceaux de pierres montrent qu'il est artificiel.

Un ancien autel commémoratif près du bord de mer à Maoao de Gongliao

Maoao bloc1

Il y avait trois énormes pierres près du bord de mer à Maoao de Gongliao à l'origine; trois énormes pierres en plateforme présentes pour des offrandes sacrificielles et pour tenir une cérémonie commémorative. Les anciens Ketagalan rendaient hommage à la mère de la Terre souvent et tenaient une cérémonie commémorative ici, avec l'orientation du grand rocher en forme de visage de babouin sur la colline de Lao lan. Derrière les 3 grosses pierres il y a d'autres constructions en pierre qui est une place où l'homme des anciens clans se rassemblait et offrait des sacrifices pour leurs hommages à la déesse, mais des trois énormes pierres qu'il y avait à l'origine, une seule reste aujourd'hui.

Maoao bloc2

 

La pierre énorme est différente de la basse qualité de la pierre locale, pour montrer qu'elle a été déplacée d'un autre endroit.

Et il y a aussi des terrasses sous-marines et un mur de pierre à Maoao :

Maoao terrasses1

Maoao terrasses2

• Sous les eaux côtières de Taimali à Taitung, il y a une construction mégalithique plate d'environ 200 mètres de long ─ une plate-forme sous-marine et une chaussée de falaise; cette plate-forme du fond marin a été traitée artificiellement, et la chaussée de la falaise est entassée par du rock sur environ un mètre cube, et il y a plusieurs dizaines de marches...
• Une fois un pêcheur a fait une plongée sous-marine de 20 mètres de profondeur dans le fond marin des eaux côtières de Jiaroshui à Kending au parc national et a vu une plate-forme d'autel en forme de construction de pyramide, qui était grande de 40 mètres carrés, 15 mètres de haut, et au sommet il y avait une plate-forme qui était de 10 mètres carrés...

penghu-structures1.jpg

antique piège à poissons, Peghu

Graham Hancock, un écrivain anglais, est reconnu dans le monde entier pour ses livres, comme Les Empreintes des Dieux. En août 2001, lui et sa femme ont rejoint les chercheurs chinois et japonais pour explorer cette région. Il a expliqué que les pierres de la cité sous-marine engloutie sont clairement différentes des structures de pierres naturelles, en faisant plus probablement une construction d’origine humaine. Apparemment, les pierres de la cité sous-marine engloutie de Hujing sont positionnées exactement du nord au sud, et de l’ouest à l’est. Ces pierres ont aussi des surfaces plates et lisses; Elles sont alignées de façon si serrée que seul un couteau fin peut s’infiltrer entre les joints. L’opinion de Hancock est que ceci est de la main de l’homme et ne peut pas être un produit naturel.

penghu-structures2.jpg

Hancock a aussi dit qu'il y a actuellement un modèle établi dominant dans la société humaine. Cependant, ce modèle dominant échoue à expliquer les découvertes archéologiques récentes. Les structures actuelles et les structures préhistoriques sont elles connectées d’une façon ou d’une autre ? En fait, l’histoire actuelle ne réussit pas à expliquer les anciennes civilisations. Ce sont des indices qui nous parlent d’elles. En d’autres termes, il est très probable que ces découvertes, telles que la ville sous-marine Hujing et d’autres similaires, contiennent les preuves cachées de civilisations humaines passées et oubliées.

penghu-structures3.jpg

La Pyramide de Chihsing

Pyramidqixing

Le Yangmingshan National Park, au nord de l’île , a été crée en 1935 par les autorités japonaises qui gouvernaient l’île à l’époque , pour protéger la pyramide de la Chihsing Mountain.

Pyramidqixing1

La pyramide de près avant débroussaillage

Pyramidqixing2

La pyramide de prêt après débroussaillage

Pyramidqixing3

Les pierres empilées de la pyramide dans la couche inférieure ont été façonnées en forme ronde, ce qui montre qu'elle est très ancienne et devrait avoir une histoire de dix mille années...

Puis le site est devenu propriété de la défense nationale en 1940. Il a été réouvert au public en 1980. Depuis, la pyramide a pu être de nouveau visitée par des archéologues et historiens. A 100 mètres du sommet de la Chihsing Mountain, le point culminant de Taïwan, à 1120 mètres donc, il y a une pyramide de 20 mètres de haut, couverte d’herbe et qui ressemble à une petite colline, datée de 6.000 avant J.C.  Les souterrains de la pyramide sont reliés à de nombreuses grottes du Yangmingshan qui sont reconnues comme des sites datant de l’âge de pierre

Piliersdefulong de gongliao1

Piliersdefulong de gongliao2

Le Pilier des sept étoiles à Fulong de Gongliao est empilé avec sept piliers artificiels de roches. Les piliers mégalithiques sont e

Lire la suite

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

 

Honduras gravuressurroches miniHonduras-pétroglyphes

 

Après les découvertes étonnantes au Panama et l'article lié, nous restons en Amérique Centrale avec cette nouvelle exploration de la jungle du Honduras et la possible découverte d'une cité mythique, déjà envisagée en 2013, en voilà la confirmation sur place ! : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-cite-legendaire-ciudad-blanca-decouverte.html. Situons d'abord le pays (en bleu clair ici) en question sur une carte :

 

Ameriquecentrale

 

Au Honduras, il existe une légende tenace parlant de la "Ciudad Blanca", la Cité Blanche, qui a des origines très anciennes, et qui aurait été découverte par des Espagnols qui se sont perdus en explorant la jungle lors des conquêtes. D'autres versions suggèrent que le groupe ethnique Pech (habitant le territoire du Honduras pendant au moins 500 ans), croyait en l'existence d'une "White City", qui aurait été construite par les dieux. On a également parlé d'une "maison blanche", qui était composée de colonnes géantes de pierre blanche sculptées...

Le 3 Septembre 1526, Hernán Cortés a écrit ses impressions d'Amérique, adressées à l'empereur Charles V. Dans cette lettre, plus tard connue comme la Carta de Relación Nº 5, le vainqueur a fait allusion à l'existence d'une ville inconnue, et dont il a dit :

“Por otra parte dolíame el ánima dejar aquella tierra en el estado y coyuntura que la dejaba, porque era perderse totalmente; y tengo por muy cierto que en ella vuestra majestad ha de ser muy servido y que ha de ser otra Culúa, porque tengo noticia de muy grandes y ricas provincias, y de grandes señores en ellas, de mucha manera y servicio, en especial de una que llaman Hueitapalan, y en otra lengua Xucutaco, que ha seis años que tengo noticia de ella, y por todo este camino he venido en su rastro, y tuve por nueva muy cierta que está ocho o diez jornadas de aquella villa de Trujillo, que pueden ser cincuenta o sesenta leguas. Y de ésta hay tan grandes nuevas, que es cosa de admiración lo que de ella se dice, que aunque falten los dos tercios, hace mucha ventaja a esta de México en riqueza, e iguálale en grandeza de pueblos y multitud de gente y policía de ella. Estando en esta perplejidad, consideré que ninguna cosa puede ser bien hecha ni guiada si no es por mano del Hacedor y Movedor de todas, e hice decir misas y hacer procesiones y otros sacrificios, suplicando a Dios me encaminase en aquello en que él más se sirviese”.

" J'ai en effet des renseignements sur de grandes et riches contrées, gouvernées par de puissants seigneurs, avec grand état de cour et notamment le royaume de Hueitapalan, en autre langue, Xucutaco, dont on m'a parlé depuis six ans (...). D'après ce que l'on en dit, et quand on en retrancherait la moitié, ce royaume dépasserait celui de Mexico en richesse et l'égalerait pour la grandeur de ses villes, la multitude de ses habitants et l'ordre qui la gouverne. ". Cortes y précise également qu'il aurait entendu parler de Xucutaco dès les premiers temps de son arrivée dans l'empire Aztèque, en 1519.

Selon les données recueillies par différentes sources, ce site est appelé en indigène Xucutaco, (en nahuatl) et Hueitapalan, (en maya), et Cortes a renoncé à y aller en raison de la jungle impénétrable.

 

Ciudad blanca honduras

l'endroit soupçonné comme étant la jungle abritant la cité perdue (2013)

 

L'Évêque du Honduras, Cristobal de Pedraza partit en 1544 à la recherche de la fameuse cité. Dans une lettre adressée à Charles Quint, il décrit son voyage à travers la jungle de la Côte des Mosquitos. Il y dit notamment avoir vu - depuis le sommet d'une montagne - une grande ville située dans une vallée. Selon ses guides, les nobles de cette cité mangeraient dans des assiettes d'or...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Les secrets de la légendaire cité perdue d'Héracléion

Les secrets de la légendaire cité perdue d'Héracléion révélés par des photos sous-marines

 

cleopatralostking1.jpg

 

Autrefois la cité de Thonis-Héracléion, connue aujourd'hui comme le royaume oublié de Cléopâtre, était la porte d'entrée vers l'Égypte. De nos jours, cette mystérieuse cité légendaire est submergée dans la baie d'Aboukir, près d'Alexandrie. (un peu à l'ouest du delta du Nil)

La cause de la submersion de la cité est toujours un mystère, mais elle fut avalée par la mer Méditerranée et elle s'est ensablée et envasée pendant plus de 1200 ans.

De nouvelles découvertes sous-marines permettent aux archéologues de rassembler des indices et de créer une image de ce à quoi ressemblait la vie dans l'ancienne cité.

Connue sous le nom d'Héracléion chez les anciens grecs et celui de Thonis chez les anciens égyptiens, la cité a été redécouverte en 2000 par un archéologue sous-marin français, le Dr Franck Goddio et l'équipe de l'Institut Européen d'Archéologie Sous-Marine (IEASM) après une étude géophysique qui a duré quatre ans.

 

cleopatralostking.jpg

 

" Avant sa découverte en 2000 par l'IEASM, on n'avait trouvé aucune trace de Thonis-Héracléion. Son nom était presque rayé de la mémoire de l'humanité, préservé uniquement dans d'anciens textes classiques et de rares inscriptions découvertes sur terre par les archéologues.

Le grand historien grec Hérodote (5ème siècle avt J-C) nous parle d'un grand temple qui avait été construit à l'endroit où le fameux héros Héraklès (Hercule) avait débarqué en Égypte.

Il rapporte aussi la visite d'Hélène à Héracléion avec son amant Pâris avant la guerre de Troie. Plus de quatre siècles après la visite d'Hérodote en Égypte, le géographe Strabon observa que la cité d'Héracléion, avec son temple d'Héraklès, était située juste à l'est de Canope à l'embouchure de la branche canopienne du Nil," écrit Franck Goddio sur son site web.

 

cleopatracoffre.jpg

 

Les scientifiques pensent que la cité toute entière a été complètement submergée avec tous ses objets, statues, colonnes et autres merveilles du palais de Cléopâtre.

Plusieurs artefacts sont restés en grande partie intacts. Parmi les découvertes figurent les fondations du palais, des épaves, des colonnes de granit rouge et des statues de la déesse Isis et deux sphinx.

Parmi les énormes blocs de calcaire effondrés au quatrième siècle il y avait un immense bloc de quartzite avec des inscriptions gravées concernant un pharaon. L'une d'elles indique qu'il s'agit de Séthi Ier, père de Ramsès II.

 

cleopatraruines.jpg

 

Les plongeurs ont aussi découvert une tête en pierre colossale qu'on pense être celle de Césarion, le fils de Cléopâtre et de son ancien amant, Jules César, et deux sphinx, l'un des deux représentant probablement le père de Cléopâtre, Ptolémée XII.

 

cleopatralostking2.jpg

 

Les chercheurs pensent que la cité était une zone centrale qui servait de plaque tournante commerciale par laquelle les marchandises venant de Grèce et d'autres endroits méditerranéens entraient en Égypte.
" Le site est étonnamment préservé. Nous commençons maintenant à en explorer les zones les plus intéressantes pour essayer de comprendre la vie à l'époque ", a dit le Dr Damian Robinson, qui travaille sur le site et directeur du centre d'Oxford pour l'archéologie maritime à l'université d'Oxford. " Nous obtenons une riche description de choses comme le commerce qui avait cours ici et la nature de l'économie maritime de la dernière période égyptienne. Des marchandises venaient de Grèce et de Phénicie ".
"C'est une grande cité que nous exhumons", a dit Robinson.
 
cleopatralostking3.jpg
 
Lire la suite ci-dessous et voir les vidéos :

Lire la suite

Découverte de plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

Découverte de la plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

 

MAJ 04-2015, up 08-2020

 

bulgarie1.jpg

 

Les archéologues bulgares confirment la découverte de la plus ancienne cité préhistorique connue à ce jour, près de la ville moderne de Prodavia, dans le nord-ouest de la Bulgarie. Cette cité entourée de parois fortifiées a probablement été un centre important pour la production de sel, denrée très importante à l'époque. L'époque ? On parle là d'une cité érigée, creusée dans la roche entre 6700 et 6200 ans avant maintenant ! 1500 ans avant les balbutiements de la première Grèce antique...

Sa découverte, à cet endroit, explique peut-être le fabuleux trésor en or découvert pas très loin, il y a 40 ans : le plus ancien trésor en or au monde jamais trouvé jusqu'à présent... Les archéologues ont estimé que la petite ville avait pu contenir environ 350 personnes, et que les habitants faisaient bouillir de l'eau à partir d'une source locale et l'utilisaient pour fabriquer des briques de sel. Ces briques étaient probablement échangées contre d'autres denrées non locales (ou complétaient une organisation plus globale concernant plusieurs cités ou tribus (des chasseurs, des mineurs, des pêcheurs, des cueilleurs, des éleveurs, etc...) et servaient surtout à conserver la viande, d'où l'importance du lieu.

Important car, et c'est aussi unique en Europe pour l'instant, cette petite cité est en effet entourée d'une paroi d'énormes et hauts murs défensifs entourant le lieu de production. Les fouilles ont démarré en 2005, avec la découverte des restes de plusieurs maisons à deux étages, d'une série de fosses utilisées pour des rituels, ainsi que les structures d'un pont et de bastions. Une petite nécropole ou cimetière a commencé a être dégagée très récemment et est en train d'être analysée par les archéologues.

Remarquez la disposition particulière des corps enterrés : disposés sur le coté mais leurs têtes soutenues par leur mains jointes, sur une sorte de piédestal, et dirigées vers le ciel ou une direction précise.

Nous ne parlons pas d'une ville comme les ville-état grecs, de la Rome antique ou des villages médiévaux, mais sur ce que les archéologues sont d'accord pour dire qu'elle constituait une ville du cinquième millénaire avant JC, " a déclaré à l'agence de presse AFP Vasil Nikolov, un chercheur de l'Institut national d'archéologie de Bulgarie.L'archéologue Krum Batchvarov de l'institut a dit que la dernière trouvaille était « extrêmement intéressante ». « Les énormes murs autour de la colonie, qui ont été construits très grands et avec de gros blocs de pierre ... sont aussi quelque chose d'inconnu dans les fouilles de sites préhistoriques dans le sud-est de l'Europe jusqu'à  ce jour," a-t-il déclaré à l'AFP.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

USA : Grotte de Pendejo, datations du Pléistocène

USA : Grotte de Pendejo, datations du Pléistocène

 

Pendejocave

Pendejo Cave - Photograph by A.H. Harris.

 

Découverte en 1978, la grotte de Pendejo n'a fait l'objet des premières fouilles archéologiques qu'en 1990, sous la direction de Richard MacNeish. La grotte est située dans le comté d'Otero, au Nouveau-Mexique, à une cinquantaine de kilomètres au sud d'Alamogordo, et à environ 15 kilomètres au nord-est de l'extrémité méridionale des montagnes de Sacramento. La grotte s'ouvre à une altitude de 1 490 m, dans une falaise calcaire permienne donnant sur Rough Canyon et d'anciens lacs glaciaires qui ont attiré des troupeaux de mastodontes, de bisons, de chevaux (Equus caballus), et de camélidés maintenant éteints. La grotte est orientée nord-sud avec une profondeur de 12 m, une largeur de 5 m, et une hauteur d'environ 3 m.

Les fouilles ont été poursuivies entre 1991 et 1993 sous la direction de Glenn DeGarmo, responsable à l'Office de la gestion environnementale du Nouveau-Mexique. Pendant les fouilles, les matériaux collectés ont été analysés par une équipe pluridisciplinaire de scientifiques, incluant les spécialités de géologie, climatologie, paléontologie, botanique et palynologie (étude des spores et des pollens). Il a ainsi été possible de dater et de reconstituer le cadre naturel et l'environnement des premiers occupants du site.

Ces résultats ont fait rapidement l'objet d'une polémique de la part de chercheurs n'ayant pas participé aux études, comme souvent. Il faut dire qu'à l'époque, bien que déjà contestée, la théorie "Clovis" comme étant les premiers habitants des amériques dominait encore.

Un total de 171 échantillons de charbon de bois, de bois, d'ossements d'animaux transformés en outils, de feuilles, de graines, de fibres et de résidus ont été collectés à partir de 19 des 22 unités stratigraphiques principales pour datation au radiocarbone. Les échantillons ont été placés dans des fioles stériles et scellées avant analyse. Ils ont été soumis aux laboratoires de l'université de Californie à Los Angeles, au laboratoire de recherches de l'Université de Washington et au Lawrence Livermore National Laboratory, Livermore, CA (laboratoire travaillant pour l'University of California for the Department of Energy's National Nuclear Security Administration). 72 dates ont été obtenues par le carbone 14. 60 d'entre elles remontent à la période pré-Clovis :

Une pointe d'alène ou de lance a été découverte dans un os de cheval d'une espèce aujourd'hui disparue, Equus alaskae. L'ensemble reposait dans une couche stratigraphique qui fut datée de 36 000 ans.

Un humérus de bison faisant apparaitre 5 entailles martelées au moyen d'une pierre a été daté de 51 000 ans.

La phalange d'un cheval éteint (Equus alaskae), datée de 32 000 ans, a été trouvée préparée et fendue en vue d'être bouillie pour le potage, pratique courante dans les cultures anciennes.

Des cheveux humains ont également été trouvés dans les unités stratigraphiques se situant entre 13 000 et 20 000 ans.

De nouvelles fouilles et datations confirmaient certaines choses en 1996, avec des datations entre 37 000 ans et 12 000 ans, cette étude étant republiée en ligne en 2017 par l'Université de Cambridge... J'en parlerai en fin d'article.

Voyons d'abord l'historique des fouilles, grâce à la biographie du réputé Richard «Scotty» MacNeish (1918 - 2001), trouvable ici : «Richard Stockton MacNeish». Académie nationale des sciences. 2001. Mémoires biographiques: Volume 80 . Washington, DC: The National Academies Press. doi: 10.17226 / 10269. https://www.nap.edu/read/10269/chapter/12

 

Scotty ayacucho 1970

Richard «Scotty» MacNeish avec un hachoir en pierre et un fragment d'os de paresseux géant de la grotte de Pikimachay dans les hautes terres du Pérou. MacNeish pensait que la première occupation humaine de la grotte datait de 22 200 à 14 700 ans.

 

Extraits :

" En 1989, le personnel du Bureau de l'environnement de la base militaire de Fort Bliss, à environ 48 km au sud d'Alamogordo, a conduit MacNeish à deux grottes sur le champ de tir MacGregor. L'une d'elles, la grotte de Pendejo, se trouvait dans une falaise de calcaire surplombant les lits secs des lacs glaciaires. Le fait que le nom de la grotte soit une obscénité en espagnol ravit MacNeish. Accompagné de la directrice du projet Jane G.Libby et d'une équipe de la Fondation Andover, MacNeish a creusé à Pendejo Cave de 1990 à 1992.

La grotte de Pendejo était vraiment incroyable. Elle comportait 22 strates «extrêmement bien définies» et produisait 72 datations au radiocarbone, dont 60 étaient pré-Clovis. Les niveaux G et H avaient au moins 25 000 à 31 000 ans; il n'y avait pas de dates disponibles pour le niveau O (le plus ancien), mais le niveau N avait une date supérieure à 36 240 BP. Deux niveaux produisaient des cheveux diagnostiqués comme humains, le plus récent échantillon donnant une date AMS de 12 300 BP L'échantillon de cheveux plus âgés, datant de 19 180 BP, a été initialement identifié comme mongoloïde plutôt que comme amérindien, ce qui suggère un stade très précoce du peuplement du Nouveau Monde. Ce qui apparaît comme des empreintes de doigts et de paumes humaines ont été trouvées sur de l'argile au niveau I et pourraient être plus anciennes que 30 000 BP. Les deux niveaux les plus bas avaient des animaux du Pléistocène éteints. (YH : BP = Avant Maintenant, Maintenant étant 1950 pour l'archéologie).

MacNeish a savouré l'inévitable controverse suscitée par Pendejo Cave. Il savait qu'au moins un groupe de spécialistes paléoindiens - largement connu sous le nom de police de Clovis - serait sceptique quant à toute tentative de repousser l'occupation humaine du Nouveau Monde à 30 000 avant JC. Ils se demanderaient si les «artefacts» trouvés avec une faune éteinte étaient vraiment de fabrication humaine. Quelques-uns suggéreraient que les foyers présumés d'où provenaient certaines dates au radiocarbone étaient simplement des foyers brûlés. Rien de tout cela ne dérangeait MacNeish; en tant qu'ancien boxeur, il était prêt à s'entraîner avec ses adversaires jusqu'à ce qu'il gagne aux points. YH : il ne se trompait pas à ce sujet...

De plus, aussi passionnant que son travail sur Fort Bliss ait été, MacNeish s'impliquait déjà dans un nouveau projet. En 1991, seize ans après que la chirurgie de pontage ait contrecarré sa première tentative de visite en Chine, il a été invité à une conférence sur les débuts de l'agriculture dans la province du Jiangxi. Lors d'une visite de la région, MacNeish a vu de nombreuses grottes et abris sous roche prometteurs; en 1992, il a demandé l'autorisation de les tester. Après de longues négociations, il a été convenu qu'un effort conjoint sino-américain - le projet Jiangxi Origin of Rice - serait codirigé par MacNeish et le professeur Yan Wenming de l'Université de Beijing.

En 1993, MacNeish, Jane Libby, Geoffrey Cunnar et une équipe d'étudiants chinois et américains ont commencé les fouilles de Xian Ren Dong («Benevolent Spirit Cave») et Wang Dong («Bucket Handle Cave»). Ayant besoin d'un zooarchéologue de l'Ancien Monde, ils ont ajouté Richard Redding à l'équipe en 1995. À ce moment-là, MacNeish avait reçu un nom chinois, Mah Nish, qu'il traduisait librement «noble de la lignée du Cheval». De manière appropriée, il a renforcé la prononciation de son nom de famille: MacNish, plutôt que McNeesh.

MacNeish a creusé les grottes du Jiangxi par la méthode de La Perra, établissant une séquence stratifiée du Paléolithique supérieur (24 540 BP) au Néolithique final (4 000 BP). Ces grottes ne ressemblaient pas à celles de Tehuacán, bien sûr; comme les grottes européennes ou du Proche-Orient, elles avaient une bonne conservation du silex, de la poterie et des os, mais aucune plante desséchée ne restait. Heureusement, MacNeish a réussi à convaincre Deborah Pearsall de former un étudiant chinois doué, Zhao Zhijun, à l'analyse des phytolithes à l'Université du Missouri. C'est principalement grâce aux phytolithes (et à la flottation des restes de plantes carbonisées) que les origines de l'agriculture dans le Jiangxi ont pu être documentées.

Les résultats préliminaires suggèrent que des phytolithes de riz sauvage, Oryza nivara, étaient présents à Wang Dong vers 17 040 BP. Les premiers phytolithes rares de riz domestique, Oryza sativa, sont apparus dans les deux grottes entre 14 000 et 11 200 BP à une période que MacNeish nommée Xian Ren. Cependant, le riz domestique n'est devenu dominant qu'après 9600–8000 BP, époque contemporaine de l'avènement de l'agriculture céréalière au Proche-Orient. En ce qui concerne la domestication précoce des animaux, les résultats préliminaires de Redding suggéraient que le poulet était peut-être présent à des niveaux néolithiques datés de 7 500 BP. Ainsi MacNeish pourrait ajouter à son curriculum vitae une autre région du monde où il avait fourni des données importantes sur les origines de l'agriculture.

En 2000, MacNeish avait 81 ans, âge auquel la plupart des archéologues ont pris leur retraite depuis longtemps; Scotty, cependant, planifiait son prochain projet en Turquie. Il avait à peine élaboré son itinéraire lorsqu'il a subi une légère crise cardiaque et son projet «Origines de l'agriculture en Turquie» a été suspendu. On a bien sûr dit à MacNeish de se reposer, mais son idée de repos était de visiter des sites archéologiques. Le 16 janvier 2001, lors d'une visite des ruines mayas du Belize, l'un des pratiquants les plus prolifiques et les plus colorés de l'archéologie a été mortellement blessé dans l'accident de sa voiture de location. Après avoir enduré 82 ans malgré un cancer, des crises cardiaques, une quasi-noyade dans les Andes et un double pontage, Scotty MacNeish, apparemment indestructible, nous a été enlevé par accident..."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Israel: le site englouti de Atlit Yam et des briques cuites

Israel: le site englouti de Atlit Yam révèle des briques cuites de 9000 ans

 

Atlityam sitebriquescuites

Retour sur le site englouti de Atlit Yam, situé au large de l'actuelle Israel dans la méditerranée, dont j'avais déjà parlé en 2013 ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

En 1984, sur la côte du Levant, Ehud Galili, archéologue de l’Autorité israélienne des Antiquités et plongeur émérite, a découvert par 10 mètres de fond une structure inhabituelle, dégagée du sable par une forte tempête. Comment expliquer sa présence à 400 mètres au large des côtes israéliennes ? Les premières fouilles ont révélé que ce site archéologique, baptisé Atlit Yam (« Atlit-sur-Mer » en hébreu) en raison de la proximité de la ville du même nom, était une cité de l’âge de pierre. Vieille d’au moins neuf mille ans, elle a été submergée par la mer, il y a environ six millénaires, à la suite de la fonte des glaciers. Les premières recherches ont établi que le site d'Atlit-Yam est situé à environ 200 à 400 m au large, à une profondeur de 8 à 12 m et s'étend sur une superficie d'env. 40000 m2

Les découvertes architecturales consistent en des puits d'eau en pierre, des fondations de structures rectangulaires, des séries de longs murs non reliés, des installations rondes, des sites de rituels et des zones pavées. En outre, 65 squelettes humains ont été découverts lors de sépultures primaires et secondaires. Chez au moins quatre des hommes, une pathologie de l'oreille interne - exostose auditive - causée par une plongée en eau froide a été observée.

Les restes fauniques se composaient d'os d'animaux sauvages et domestiques, y compris des moutons / chèvres domestiques, des porcs et des chiens et des bovins au bord de la domestication, ainsi que de nombreux restes de poissons marins. Les restes de poisson comprenaient plus de 6000 os, la plupart appartenant à Balistes carolinesis, (le poisson gâchette gris), et quelques-uns aux Serranidae, Sparidae, Sciaenidae, Mugillidae et autres familles de poissons. Des artefacts en pierre, en os, en bois et en silex ont également été récupérés, ainsi que de grandes quantités de restes botaniques, notamment des graines de blé domestique, d'orge, de lentille et de lin. Certains artefacts et restes de plantes peuvent être associés à la pêche. Le matériel archéologique indique que l'économie du site était complexe et reposait sur l'utilisation combinée des ressources terrestres et marines, notamment la culture des plantes, l'élevage, la chasse, la cueillette et la pêche. Le site d'Atlit-Yam fournit la première preuve connue d'un système agro-pastoral-marin de subsistance sur la côte levantine.

Sur les sept sites engloutis découverts le long de la côte, Atlit Yam est le plus grand. On note que plusieurs de ces sites se trouvaient à proximité immédiate de rivières se jetant dans la mer, probablement comme des ports préhistoriques utilisant les ressources marines pouvant être facilement distribuées à l'intérieur des terres, mais aussi des ressources provenant de ces dernières.

 

sitesengloutis.jpg

 

Les briques PPNC n'étaient pas aménagées (brut), chauffées à haute température dans des conditions réductrices. Les briques PN / EC ont été aménagées, chauffées à température moyenne dans des conditions oxydantes. La structure PN / EC est principalement constituée d'amidon de paillettes de blé, d'os et de calcite.

 

Il y a environ 9 000 ans, le site d'Atlit Yam abritait un village animé, où se trouvaient plusieurs maisons, ainsi qu'un lieu de rituels. Quelques siècles plus tard, la zone a été submergée par la mer et est aujourd'hui située à environ 500 mètres au large des côtes du nord d'Israël. Parmi les vestiges de bâtiments ainsi que des restes d'animaux, de plantes et même de plusieurs individus, les archéologues marins ont identifié un certain nombre d'installations circulaires en briques de terre chauffées. En tant que groupe de chercheurs israéliens du Département des civilisations maritimes et de l'Institut Zinman d'archéologie de l'Université de Haïfa et de l' Autorité des antiquités d'Israël, ces artefacts anciens découvert offrent une clé pour comprendre comment les populations préhistoriques locaux ont évolué dans les temps anciens, devenant de plus en plus habiles et compétents dans l'utilisation de l'environnement qui les entoure.

Atlit Yam et Bnei Brak - situés dans la plaine de Sharon - remontent au néolithique C, donc avant la poterie, lorsque la poterie n'était pas encore fabriquéeNeve Yam et Ein Asawir - le premier situé non loin d'Atlit mais à quelques mètres du rivage et le second également dans la plaine de Sharon - sont de la période plus récente de la phase néolithique de Wadi Rabah.

« À la période néolithique, nous commençons à voir les premiers établissements sédentaires et l'apparition de briques est profondément liée à ce phénomène », dit Isaac Ogloblin Ramírez, doctorant et auteur principal de l'article récemment publié dans le Journal of Archaeological Science: Reports.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite