prehistoire

Eclairage des grottes préhistoriques: lampes à graisse et autres

Eclairage des grottes préhistoriques: lampes à graisse et autres

 

879386 grotte bruniquel stalagmites

La grotte de Bruniquel en France, avec ses structures circulaires en stalagtites de néandertalien, dont on parle un peu ici (Crédit CNRS)

 

Alors que certains s'interrogent encore sur le mode d'éclairage à l'intérieur des pyramides égyptiennes, les spécialistes de la préhistoire bien plus ancienne savent très bien que tant Néandertalien que Cro-Magnon avaient déjà inventé bien sûr les torches et l'usage du feu pour s'éclairer et travailler, alors que les plus anciennes lampes à graisse/huile sont datées du Gravettien (vers - 31 000 ans). Un genre d'invention impossible à oublier et qui sera utilisé ensuite par toutes les sociétés préhistoriques, puis historiques.

Cette nouvelle étude propose des expérimentations sur les systèmes d'éclairage dans les grottes du paléolithique, tout en citant certaines découvertes de ces systèmes au fil du temps, en n'oubliant pas de citer l'extraordinaire découverte des structures à feu de Bruniquel, en France, datées de 176 000 ans et créées par Néandertalien.

Une recréation de trois types courants de systèmes d'éclairage paléolithiques (torches, lampes à graisse et cheminées) éclaire comment les habitants des grottes paléolithiques auraient pu voyager, vivre et créer dans les profondeurs de leurs grottes, selon une étude publiée le 16 juin 2021 dans le revue en libre accès PLOS ONE par Mª Ángeles Medina-Alcaide de l'Université de Cantabrie, Espagne, et ses collègues.

Les humains ont besoin de lumière pour accéder aux zones les plus profondes des grottes - et ces visites dépendent également du type de lumière disponible, car l'intensité et la durée de la lumière, la zone d'éclairage et la température de couleur déterminent toutes comment l'environnement de la grotte peut être utilisé, (comme l'exécution d'œuvres d'art, les activités funéraires et l'exploration de grottes). La durée d'éclairage limite le temps passé à l'intérieur de la grotte et définit si la visite sera un long séjour ou une courte exploration. De plus, la gestion optimale d'une partie des gaz produits (c'est-à-dire les fumées des outils d'éclairage) est indispensable pour effectuer une fréquentation souterraine prolongée. Dans cette étude, Medina-Alcaide et ses collègues utilisent des preuves archéologiques de vestiges d'éclairage trouvés dans plusieurs grottes paléolithiques présentant de l'art rupestre dans le sud-ouest de l'Europe pour reproduire expérimentalement les systèmes d'éclairage artificiel vraisemblablement utilisés par les habitants des grottes humaines d'origine, permettant des observations empiriques immédiates.

Les auteurs ont mené leurs expériences dans la grotte d'Isuntza 1 dans la région basque espagnole. Leur éclairage répliqué était basé autant que possible sur des preuves archéologiques trouvées dans des grottes paléolithiques similaires, et comprenait cinq torches répliquées (fabriquées variablement à partir de résines de lierre, de genévrier, de chêne, de bouleau et de pin), deux lampes en pierre utilisant de la graisse animale (moelle osseuse de vache et chevreuil), et une petite cheminée (bois de chêne et de genévrier).

Résumé : " L'éclairage artificiel était une ressource physique cruciale pour développer un comportement social et économique complexe dans les groupes paléolithiques. De plus, la maîtrise du feu a permis le développement du premier comportement symbolique dans les grottes profondes, vers il y a 176 000 ans. Ces activités augmenteraient au Paléolithique supérieur, lorsque les résidus d'éclairage proliféraient sur ces sites. Les particularités physiques des ressources d'éclairage paléolithiques sont très mal comprises, bien qu'il s'agisse d'un aspect clé pour l'étude de l'activité humaine dans les grottes et autres contextes sombres. Dans ce travail, nous caractérisons les principaux systèmes d'éclairage paléolithiques (par exemple, torches en bois, lampes à graisse portables et cheminées) à travers des observations empiriques et une archéologie expérimentale dans un contexte endokarstique. Par ailleurs, les résidus de combustion caractéristiques de chaque système d'éclairage ont été identifiés pour une meilleure identification du dossier archéologique. Les expérimentations reposent sur une revue exhaustive des informations archéologiques sur ce sujet. En outre, nous appliquons les données lumineuses estimées d'une grotte paléolithique avec l'art paléolithique (Atxurra dans le nord de l'Espagne) en 3D grâce à la technologie SIG pour approfondir les implications archéologiques de l'illumination dans les activités souterraines paléolithiques."

Selon M Álvarez et D. Fiore4 ], l'expérimentation et le témoignage archéologique doivent être liés par un lien dialectique ; les questions de recherche qui découlent des preuves archéologiques conduisent et déterminent la conception des expériences. Et les résultats obtenus grâce à ces derniers sont des outils qui fournissent un nouveau type de connaissances sur les premiers.

Ce contexte archéologique interne correspond spécifiquement à des grottes d'art paléolithique. En effet, ces types d'études pour cette période ont été principalement orientés vers les cavernes décorées. Il y a eu très peu d'études concernant le contexte archéologique interne des grottes sans activité graphique paléolithique5 ]. Nous nous concentrerons sur les parties profondes des grottes pour suivre les systèmes d'éclairage paléolithiques car nous pouvons garantir dans ces sites que le feu avait une finalité fonctionnelle liée à l'éclairage sans exclure d'autres types d'activités supplémentaires.

Une meilleure compréhension de l'éclairage du Paléolithique supérieur utilisé pour accéder et utiliser les parties profondes des grottes permettra une compréhension plus précise des activités menées, qui sont étroitement liées aux origines des comportements symboliques et artistiques humains. Cette étude a caractérisé quantitativement, pour la première fois, les principaux aspects de luminosité des systèmes d'éclairage paléolithiques sur la base de données archéologiques et empiriques. Ces informations sont d'un grand intérêt pour la communauté scientifique. Il est essentiel pour l'analyse sensorielle des espaces profonds fréquentés dans les grottes paléolithiques à travers différentes solutions technologiques (systèmes d'information géographique et réplications tridimensionnelles, entre autres), y compris la diffusion réaliste du patrimoine culturel situé dans ces sites.

 

Unedeslampesdelascaux

L'une des lampes à graisse de Lascaux (France)

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

USA, lac Huron: découverte d'outils de 9000 ans ayant voyagé 4828 km

USA, lac Huron: découverte d'outils de 9000 ans ayant voyagé 4828 km

 

Lac huron un plongeur au dessus d un site de chasse englouti

Un plongeur au-dessus d'une structure de chasse au fond du Lac Huron - (Université du Texas à Arlington)

 

Un archéologue sous-marin de l'Université du Texas à Arlington fait partie d'une équipe de recherche qui étudie des artefacts d'outils en pierre vieux de 9 000 ans découverts dans le lac Huron et provenant d'une carrière d'obsidienne située à plus de 3 000 miles (4 828 km) dans le centre de l'Oregon.

Les éclats d'obsidienne du site archéologique sous-marin représentent les spécimens confirmés les plus anciens et les plus éloignés à l'est d'obsidienne occidentale jamais trouvés dans la zone continentale des États-Unis.

" Dans ce cas, ces minuscules artefacts d'obsidienne révèlent des liens sociaux à travers l'Amérique du Nord il y a 9 000 ans ", a déclaré Ashley Lemke, professeure adjointe de sociologie et d'anthropologie à l'UT Arlington. " Les artefacts trouvés sous les Grands Lacs proviennent d'une source géologique de l'Oregon, à 4 800 kilomètres, ce qui en fait l'une des plus longues distances enregistrées pour les artefacts d'obsidienne partout dans le monde."

L'étude unique était une poursuite à multiples facettes avec des plongeurs dans l'eau et des chercheurs du laboratoire de l'UTA, de l'Université du Michigan, de l'aire marine nationale de conservation du lac Supérieur, du Centre de recherche sur les réacteurs de l'Université du Missouri, du Laboratoire d'études sur l'obsidienne du Nord-Ouest et de l'Université de Géorgie. Leur travail combiné, "Obsidienne centrale de l'Oregon à partir d'un site archéologique submergé de l'Holocène inférieur sous le lac Huron", a été publié dans la revue PLOS One.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Amazonie Bolivie: gestion intense des terres il y a 3500 ans

Amazonie Bolivie: gestion intensive des terres il y a 3500 ans

 

Amazonie bolivie1 730

 

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont commandé une illustration à l'artiste Kathryn KillackeyL'illustration est une représentation du paysage précolombien il y a environ 3 500 ans, basée sur leur reconstruction, et détaille à quoi aurait ressemblé la région à l'époque.

 

Une nouvelle étude co-écrite par des chercheurs de l'Université de Floride centrale montre que les peuples précolombiens d'une région de l'Amazonie culturellement diversifiée mais peu documentée en Amérique du Sud ont considérablement modifié leur paysage des milliers d'années plus tôt qu'on ne le pensait.

Les résultats, publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, montrent des preuves de personnes utilisant le feu et améliorant leur paysage pour l'agriculture et la pêche il y a plus de 3 500 ans. Cela contredit la notion souvent répandue d'une Amazonie vierge à l'époque précolombienne avant l'arrivée des Européens à la fin des années 1400.

L'étude, qui a été menée avec des experts de l'Université britannique de Northumbria, fournit également des indices sur le passé des cultures diverses, mais pas bien documentées, qui vivent dans la région connue sous le nom de Llanos de Mojos, dans le nord-est de la Bolivie.

" Cette région possède l'une des plus grandes diversités linguistiques au monde, qui reflète des modes de vie et un patrimoine culturel distincts ", a déclaré le co-auteur de l'étude, John Walker, professeur agrégé au département d'anthropologie de l'UCF. " Nous savons quelque chose sur les 3 000 à 4 000 dernières années de, disons, l'Europe ou la Méditerranée, mais nous n'avons pas certaines des mêmes informations pour les gens d'ici. Cela en fait une histoire incroyable qui attend d'être écrite."

Une partie de la façon dont les chercheurs espèrent écrire ces histoires est de découvrir les pratiques économiques d'un passé lointain.

Le paysage plat et humide des Llanos de Mojos est aujourd'hui utilisé pour l'élevage de bétail, mais les archéologues ont noté pendant des années les preuves des vestiges de champs précolombiens et de barrages à poissons pour l'aquaculture. Ces vestiges indiquaient que la terre était autrefois utilisée à la place pour l'agriculture et la pêche. Les archéologues ne savaient tout simplement pas quand ni à quelle époque ces activités avaient commencé, jusqu'à maintenant.

Des recherches antérieures indiquaient une date d'environ 300 EC, soit il y a environ 1700 ans. Cependant, la nouvelle étude a combiné l'expertise de plusieurs disciplines, telles que l'anthropologie, la paléoethnobotanique et la paléoécologie, pour indiquer que la gestion intensive des terres a commencé beaucoup plus tôt, vers 1 500 avant notre ère, soit il y a environ 3 500 ans.

YH : ce qui signifie que cette ancienne culture était bien déjà présente sur les lieux auparavant, ce genre de planification organisée et intensive ne se faisant pas du jour ou lendemain. D'ailleurs, l'étude parle bien de 4110 Avant notre ère pour les premiers brulis locaux, et cite les études démontrant l'habitation humaine des îles forestières il y a 8 900 ans...

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Etude d'une plaque en plomb avec l'écriture Ibérique archaïque

Découverte et étude d'une plaque en plomb avec l'écriture Ibérique archaïque

 

Ruvid uv excavacio pico ajos yatova plaque plomb

Crédit ruvid.org

 

Une équipe de recherche multidisciplinaire de l'Université de Valence (UV), du Musée de Préhistoire de Valence (MPV) et de l'Université de Barcelone (UB) a publié une étude détaillant leur découverte et interprétation d'une plaque de plomb avec écriture ibérique, la première obtenue dans une fouille réglementée à Pico de los Ajos (Yátova), l'un des sites ibériques les plus importants.

La feuille est inscrite avec une écriture archaïque et un thème inconnu qui a été transcrit phonétiquement, faisant progresser notre connaissance de la culture ibérique. La plupart des feuilles de plomb connues proviennent de pillages et non de fouilles réglementées. La plaque représente l'une des rares et la première de ce site à avoir été obtenue lors d'une fouille dans un contexte connu, à la fois temporel et spatial.

La plaque de plomb a été retrouvée pliée et comporte des inscriptions des deux côtés formant un seul texte, les spécialistes étant capables d'identifier des symboles ibériques écrits entre le IVe et le IIIe siècle av. JC.

« Ce site possède l'un des plus grands ensembles de textes écrits en ibérique de toute la péninsule », précise David Quixal. Les feuilles de plomb utilisées comme support d'écriture sont relativement courantes dans les gisements de la culture ibérique. Le Pico de los Ajos, ​​une cité située dans la ville de Yátova, était habité au moins depuis le 7ème siècle avant JC et a ensuite été abandonné entre le premier siècle avant JC et le premier siècle après JC.

 

Ruvid uv excavacio pico ajos yatova 300x188

Le site des découvertes - Crédit ruvid.org

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Une vaste étude confirme la singularité génétique basque

Une vaste étude confirme la singularité génétique basque

 

Basque genetique1

 Crédit André Flores-Bello (EL PAÍS) Représentation de la structure génétique dans le territoire basque historique, où le vert représente l'ascendance basque, et le bleu et le rouge, le mélange avec les communautés voisines.

 

La plus grande étude jamais réalisée sur près de 2 000 échantillons d'ADN réalisée par des chercheurs de l'université Pompeu Fabra (UPF) de Barcelone a confirmé la "singularité génétique" des Basques en Europe. L'enquête, cependant, a révélé que cette différence n'a commencé à émerger qu'il y a 2 500 ans, à l'âge du fer. " Nos analyses confirment que les Basques ont été influencés par les grandes vagues migratoires en Europe jusqu'à l'âge du fer, selon un schéma similaire à celui de leurs populations environnantes ", expliquent les auteurs dans l'étude publiée dans la revue Current Biology.

Disons tout de suite que l'histoire de la génétique basque est jonchée de résultats contradictoires. L'un des co-auteurs de la nouvelle étude, Jaume Bertranpetit, avait déjà mené des recherches en 2010 qui étaient parvenues à la conclusion inverse : que les Basques ne présentaient pas une unicité génétique. " Sans aucun doute, nos précédents travaux n'étaient pas corrects ", reconnaît Bertranpetit. Son groupe avait utilisé des techniques d'analyse génétique qui ont maintenant été dépassées par les nouvelles technologies (YH : qui seront à leur tour dépassées tôt ou tard).

L' origine des Basques fascine la communauté scientifique depuis le XIXe siècle. L'anthropologue français Paul Broca s'est faufilé dans un cimetière basque une nuit de 1862 pour voler des crânes qu'il voulait étudier pour leurs supposées différences génétiques. Juan José Ibarretxe, premier ministre du gouvernement régional basque jusqu'en 2009, a proclamé que le peuple basque « existe depuis 7 000 ans » pour promouvoir sa vision d'un État basque indépendant. Et le président de l'époque du Parti nationaliste basque (PNV), Xabier Arzalluz, a affirmé en 2000 que les Basques étaient « les plus anciens habitants d'Europe », avec « leurs propres racines » depuis la préhistoire.

Bien que les différences génétiques basques soient notables, l'étude montre que c'est le résultat de siècles d'isolement et de consanguinité potentiellement causés par des dialectes basques uniques qui n'ont aucun croisement avec d'autres langues européennes, ni même avec aucune autre langue vivante aujourd'hui. YH : notons aussi tout de suite que plusieurs linguistes ne semblent pas d'accord avec ce postulat, ni même d'ailleurs d'accord avec les origines et datations de certaines migrations, voir ci-dessous.

Leur langue limitait leur interaction avec les autres communautés , qui ne pouvaient pas les comprendre. " Nos analyses soutiennent l'idée que l'unicité génétique des Basques ne peut pas être attribuée à une origine différente par rapport aux autres populations ibériques, mais plutôt à un flux de gènes externes réduit et irrégulier depuis l'âge du fer ", indique l'étude. Cela signifie que « les Basques ne sont pas des Martiens », plaisante David Comas, auteur principal de l'étude et professeur d'anthropologie biologique au Département des sciences expérimentales et de la santé (DCEXS) de l'UPF.

Il y a environ 7 000 ans, des groupes génétiquement très proches des agriculteurs et éleveurs néolithiques d'Anatolie sont arrivés dans la péninsule ibérique. Leur mélange avec les populations indigènes a laissé des groupes dont l'ascendance était à 80 % néolithique et 20 % mésolithique local, selon le généticien basque Íñigo Olalde, dont l'équipe de l'université Harvard a reconstitué l' histoire génomique de la péninsule ibérique en 2019.

Par la suite, il y a environ 4 500 ans, les nomades qui ont quitté les steppes de la Russie actuelle ont commencé à arriver dans la péninsule ibérique, remixant les gènes de la population dans un équilibre de 40% d'ascendance étrangère et 60% de ce qui s'y trouvait déjà. C'est le substrat génétique commun à tous les peuples de la péninsule ibérique, y compris les Basques.

Cette étude récente, alliant la linguistique et la génétique ne semble pas dire la même chose au niveau des datations et origines réelles de certaines migrations en Europe de l'ouest et y est aussi cité d'autres études, comme celle-ci: "Une étude canadienne, The Homo Neanderthalis and the Dravidians : A Common Origin and Relation to Harappan Civilisation and Vedas, estime que les Dravidiens, Sumériens, Egyptiens, Etrusques, Celtes et Basques avaient une même origine, avaient conservé des gènes néanderthaliens - en particulier les Basques - présentaient une même déficience du métabolisme du cholestérol à l’origine d’autres déficiences génétiques, parlaient et écrivaient une langue commune akkado-dravidienne et avaient adopté un modèle semblable de société matriarcale basé sur le culte de la Déesse-mère." : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-odyssee-des-gaulois-et-slaves-de-l-inde-a-l-europe.html

 

Cartemigrations geonographicproject1

La carte ci-dessus, réalisée dans le cadre d’un projet géno-géographique de National Geographic financé par IBM, résume bien ces migrations et le rôle majeur que l’Inde a joué dans la diffusion d’une civilisation venue d’Afrique de l’Est tant vers l’Asie du Sud-Est que vers les steppes d’Asie centrale, l’Europe et l’Afrique du Nord. (Source : Genographic Project web site. http://www-03.ibm.com/press/us/en/photo/35881.wss )

 

Alors que d'autres linguistes affirment que le Basque est considéré comme l'une des 4 langues en provenance directe de... l'Oural, dans le Caucase Russe. Ce qui d'ailleurs n'est pas gênant en soit puisque l'Oural est aussi considéré comme étant un lieu de passage des mêmes migrations provenant d'Asie Centrale, avec donc un endroit où les gênes et les langues se sont mélangés...

 

Olalde affirme que les Basques sont génétiquement différents du reste de la péninsule ibérique – mais pas si différents. « Il y a des décennies, on disait que les Basques étaient la continuation des chasseurs-cueilleurs, puis on a vu que c'était un mensonge total. Ensuite, on a dit qu'ils étaient une continuation du peuple néolithique qui est venu plus tard et cela s'est également avéré faux », explique-t-il.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mexique Tehuacan: des ossements datés de plus de 30000 ans

Mexique Tehuacan: des ossements datés de plus de 30000 ans

 

Mexique 30000ans new evidence may chang 1

Un des os de lapin daté pour l'étude. Crédit : Andrew Somerville, Iowa State University

 

Une découverte inattendue d'un chercheur de l'Iowa State University suggère que les premiers humains sont peut-être arrivés en Amérique du Nord il y a plus de 30 000 ans, soit près de 20 000 ans plus tôt que prévu par rapport aux anciennes estimations.

Andrew Somerville, professeur adjoint d'anthropologie dans les langues et les cultures du monde, dit que lui et ses collègues ont fait la découverte en étudiant les origines de l'agriculture dans la vallée de Tehuacan au Mexique. Dans le cadre de ce travail, ils voulaient établir une date pour la première occupation humaine de la grotte de Coxcatlan dans la vallée, ils ont donc obtenu des dates au radiocarbone pour plusieurs os de lapin et de cerf qui ont été collectés dans la grotte dans les années 1960 dans le cadre du Tehuacan Projet Archéologique-Botanique. Les dates pour les ossements ont soudainement amené Somerville et ses collègues dans une direction différente avec leur travail.

Les plages de dates pour les échantillons d' os de la base de la grotte variaient de 33 448 à 28 279 ans. Les résultats sont publiés dans la revue académique Latin American AntiquitySomerville dit que même si les études précédentes n'avaient pas daté les objets du fond de la grotte, il ne s'attendait pas à un âge aussi avancé. Les résultats ajoutent au débat sur une théorie de longue date selon laquelle les premiers humains ont traversé le pont terrestre de Bering vers les Amériques il y a 13 000 ans.

" Nous n'essayions pas de peser sur ce débat ou même de trouver des échantillons vraiment anciens. Nous essayions simplement de situer notre étude agricole avec un calendrier plus précis ", a déclaré Somerville. " Nous avons été surpris de trouver ces dates vraiment anciennes au fond de la grotte, et cela signifie que nous devons examiner de plus près les artefacts récupérés à partir de ces niveaux."

Somerville dit que les résultats fournissent aux chercheurs une meilleure compréhension de la chronologie de la région. Des études antérieures reposaient sur des échantillons de charbon de bois et de plantes, mais il dit que les os étaient un meilleur matériau pour la datation. Cependant, des questions demeurent. Plus important encore, y a-t-il un lien humain avec la couche inférieure de la grotte où les ossements ont été trouvés ?

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Angleterre: Les bateaux agés de 4000 ans de Ferriby

Angleterre: Les bateaux agés de 4000 ans de Ferriby

 

Bateauxferriby 1963 tedwright3

https://www.penn.museum/sites/expedition/the-bronze-age-boats-of-north-ferriby-yorkshire/

 

Retour donc sur la navigation préhistorique et protohistorique, pour accompagner le changement de consensus en cours au sujet de l'ancienneté de la navigation (humaine et préhumaine) grâce aux découvertes et aux études scientifiques liées. Je vais parler donc aujourd'hui des bateaux de Ferriby, dont les dernières datations (calibrées C14 en 2001) font remonter le plus ancien à plus de 2000 ans avant JC. Et on ne parle pas ici de pirogues préhistoriques mais bien de bateaux en bois cousus.

Les plus anciens bateaux d'Europe construits en planches de l'âge du bronze ont été trouvés près des estuaires britanniques et des voies maritimes. Ces lieux de découverte montrent qu'ils faisaient du commerce et échangeaient des marchandises et pouvaient également prendre la mer. L'ambre et le métal étaient échangés depuis la mer du Nord et le canal (la Manche) où les marchandises de prestige allaient, les idées suivaient. Les constructeurs de bateaux étaient des techniciens, des marins et ils étaient des pionniers, des explorateurs. Autant le dire tout de suite : les navires cousus identiques semblent avoir existé aussi en Méditerranée, faisant de cette technique une sorte d'héritage mondial, mais que le plus ancien découvert est plus récent que ceux d'Angleterre. Les plus anciens étant probablement les asiatiques (inuits et sibériens) et aussi probablement à l'origine de l'héritage mondial concernant la navigation de l'homme moderne, via le nord de l'Europe notamment. A priori, le plus ancien bateau cousu de Méditerranée, découvert à Zambratija en 2014, date du 7e siècle av. J.-C seulement. On constate aussi que les techniques sont inchangées pendant de nombreux siècles à leur sujet, alors que d'autres techniques apparaissent en parallèle. 

D'une façon certaine et archéologique, les premiers bateaux de l'homme moderne datent du néolithique, des pirogues monoxyles, mais d'autres types de bateaux (de type skiff) ont été conçus également. Il semblerait aussi que des radeaux s'appuyant sur des outres ou des amphores, inspirés pour le transport de ces dernières ou non, émergent au Moyen-Orient : en Mésopotamie, en Égypte ou en Crète selon l'interprétation que l'on fait de certaines gravures. On a par exemple retrouvé à Noyen-sur-Seine en France une pirogue monoxyle, fabriquée dans un tronc de pin sylvestre et conservée sur une longueur de plus de 4 mètres, datée du mésolithique (-7000 av. J.-C.), et actuellement visible au musée de Nemours. Deux autres pirogues, disposées côte-à-côte et en excellent état, ont également été découvertes en amont de Paris, à Nandy en France, et sont datées de 7245-6710 av. J.-C. pour la plus ancienne, 7040-6620 av. J.-C. pour l'autre, ce qui en ferait a priori les plus vieux bateaux découverts sur le plan mondial. Archives: Un bateau en roseau vieux de 7 000 ans a été découvert au Koweït. En fait, le plus ancien bateau jamais découvert, le canoë Pesse, a été trouvé aux Pays-Bas, c’est une pirogue faite à partir de tronc d’arbre évidé de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) qui a été construit entre 8200 et 7600 av. J.-C. (entre 10200 et 9600 ans avant maintenant donc) Ce canoë est exposé au Drents Museum à Assen, aux Pays-Bas. Notons que la découverte récente d'un chantier naval daté du mésolithique, en Angleterre également, apporte également une grande pièce archéologique à la navigation préhistorique précoce, y compris maritime.

Les bateaux de Ferriby sont datés eux du début de l'âge du bronze et ont été découverts en 1937 sur la rive nord de l'Humber, à proximité de North Ferriby dans l'East Yorkshire en Angleterre. Des planches furent remarquées dans l'estran de l'Humber en 1937 par Edward et Ted Wright, des fouilles eurent lieu à partir de 1938 effectuées par Philip Corder, mettant au jour entre 1939 et 1940 les vestiges du premier bateau, Ferriby-1. En novembre 1940 fut mise au jour la planche-quille du deuxième bateau, Ferriby-2, par les frères Wright, jusqu'à ce que la guerre oblige l'arrêt des fouilles.

 

Bateauxferriby 1963 tedwright4

Edward Wright, Les Ferriby Boats: Seacraft of the Bronze Age. 1990, Routledge, Londres.

 

À la fin de la guerre, en 1946, les fouilles sont reprises et les restes des barques (Ferriby-1 et Ferriby-2) sont alors découpés pour être amenés au musée national de la Marine à Greenwich, où elles sont datées de l'Âge du Bronze. En 1963, Ted Wright découvre les restes d'un troisième bateau, Ferriby-3, qui sont retirés et amenés au musée de Hull. En 1984 et 1989, sont découverts quelques rares restes de deux autres bateaux, Ferriby-4 et Ferriby-5.

Lors d'une nouvelle datation effectuée en mars 2001, ces restes furent alors proclamés comme étant les plus anciennes barques assemblées d'Europe.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'histoire de la Terre envoie un avertissement climatique

L'histoire de la Terre envoie un avertissement climatique

 

Coquilles fossiles sends carottes

 

Une équipe internationale de scientifiques, dirigée par l'Université de St Andrews, a collecté des données couvrant les 66 derniers millions d'années pour fournir de nouvelles informations sur les types de climats auxquels nous pouvons nous attendre si les niveaux de CO 2 continuent d'augmenter au rythme actuel. L'augmentation projetée entraînerait des niveaux préhistoriques de chaleur qui n'ont jamais été ressentis par les humains. En fait, cette étude souligne qu'une action urgente est nécessaire pour éviter les niveaux préhistoriques de changement climatique.

L'étude, publiée dans la  Annual Review of Earth and Planetary Sciences (lundi 31 mai 2021), fournit l'histoire la plus complète à ce jour de l'évolution du CO 2 au cours des 66 derniers millions d'années, le temps écoulé depuis que les dinosaures ont parcouru la planète pour la dernière fois. Les données collectées montrent plus clairement que jamais le lien entre CO 2 et climat.

En collaboration avec des collègues de la Texas A&M University, de l'Université de Southampton et de l'Université suisse ETH Zürich, l'équipe internationale a rassemblé des données collectées au cours des 15 dernières années à l'aide de techniques de laboratoire de haute technologie.

Des échantillons ont été prélevés sur des carottes de boue des fonds marins, où des fossiles microscopiques et des molécules anciennes s'accumulent, préservant une histoire de ce à quoi ressemblaient le CO 2 et le climat à l'époque. En tirant ces anciens atomes au moyen d'instruments super sensibles, les scientifiques peuvent détecter les empreintes chimiques des changements passés du CO 2, qui peuvent être comparés aux changements actuels. Par exemple, l'étude explique, grâce à la combustion de combustibles fossiles et à la déforestation, comment les humains ont maintenant ramené le CO 2 à des niveaux jamais vus depuis environ trois millions d'années.


Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

USA: Des outils de tatouage de plus de 5 500 ans découverts

USA: Des outils de tatouage de  plus de 5 500 ans découverts

Tennessee ancient tattoo feat 5500ans

Deux os de cuisse de dinde déterrés auparavant avec des pointes aiguisées (en haut) sont les plus anciens outils de tatouage connus. Deux autres os de dinde du même site (en bas) peuvent également avoir été utilisés pour le tatouage mais manquent d'autorisations pour l'analyse. - A. DETER-WOLF, TM PERES ET S.KARACIC / JOURNAL OF ARCHAEOLOGICAL SCIENCE: REPORTS 2021

 

 

C'est très étonnant, mais il semble bien que l'étude et publication scientifique récente au sujet d'artefacts découverts dans les années 1980 (comme quoi il faut être très patient en science !) révèle la découverte des plus anciens outils de tatouage à ce jour, mais au Tennessee, aux USA...

Les anciens outils de tatouage sont difficiles à trouver ou même à reconnaître comme des outils pour créer des designs de peau. Mais de nouvelles études microscopiques sur deux os de jambe de dinde aux extrémités pointues indiquent que les Amérindiens ont utilisé ces objets pour faire des tatouages de ​​il y a environ 5520 à 3620 ans.

Ces os tachés de pigments sont les plus anciens outils de tatouage connus au monde, disent l'archéologue Aaron Deter-Wolf de la Division d'archéologie du Tennessee à Nashville et ses collègues. La découverte suggère que les traditions de tatouage amérindien dans l'est de l'Amérique du Nord remontent à plus d'un millénaire plus tôt qu'on ne le pensait auparavant ( SN: 3/4/19 ). Ötzi l'homme des glaces, qui vivait il y a environ 5250 ans en Europe, affiche les plus anciens tatouages ​​connus ( SN: 13/01/16 ), mais les chercheurs n'ont trouvé aucun des outils utilisés pour fabriquer les tatouages ​​de l'homme des glaces.

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-tatouages-de-la-momie-de-otzi-revelent-la-medecine-de-l-age-du-cuivre.html

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

L'Odyssée des Gaulois et Slaves de l'Inde/Pakistan en Europe

L'Odyssée des Gaulois et Slaves de l'Inde/Pakistan en Europe

 

Turquie monolithe1

Le monument de Fas ıllar (Turquie actuelle) a été taillé dans un bloc de roches basaltiques. Il pèse environ 70 tonnes, sa hauteur est de 8 mètres et sa largeur est de 2.75 mètres. Contrairement à de nombreux monuments hittites bien connus qui étaient gravés sur des murs de roches, le monolithe Fas ıllar l'a été fait dans un bloc de basaltes des carrières voisines, ce qui suggère que la statue ne s'est jamais rendue à sa destination finale. Ses caractéristiques proviennent nettement de l'Inde védique, origine probable des Hittites

 

Ayant été cité dans les références de cette longue étude émettant une hypothèse concernant les migrations néolithiques et la diffusion de la langue et des gènes de populations provenant d'Asie Centrale mais aussi en particulier du Nord-Ouest de l'Inde et du Pakistan devenues ce que nous avons appelé indo-européennes, j'y ai modestement un peu contribué par la transmission d'articles et photos, dans le domaine archéologique principalement, mais aussi linguistique et génétique. Voici la dernière mise à jour de la publication de cette étude, qui va faire l'objet de conférences (texte aussi en lien plus bas), l'auteur Xavier Rouard étant déjà invité dans ce sens où le buruchaski est encore parlé. L'auteur, universitaire français issu de l'Université de Rouen et spécialiste en linguistique des langages slaves, chercheur indépendant, m'a autorisé le relai d'extraits de sa longue étude et de sa conférence ici, avec citations bien sûr et liens.

 

L’Odyssée des Gaulois et des Slaves de l’Inde du Nord-Ouest vers l’Europe, par Xavier ROUARD

Extraits : " cette étude, dont l’objectif initial était de démontrer les correspondances entre le gaulois et les langues slaves, entre lesquelles j’ai trouvé 500 mots communs, m’a en outre permis de démontrer, sur la base de données génétiques, archéologiques et religieuses, que ces correspondances étaient liées à des migrations Néolithiques d’Inde et du Pakistan du Nord-Ouest vers l’Iran, la Mésopotamie, l’Anatolie, le Caucase, le Nord de la Mer Noire, l’Europe danubienne et balkanique, la Gaule et l’Ibérie, où les agriculteurs néolithiques ont contribué à former la civilisation mégalithique qui s’est développée à partir de -5.000. Cela explique les correspondances linguistiques que j’ai établies entre le gaulois et les langues dravidiennes - 250 mots communs sur les 500 mots étudiés (et 160 avec le bourouchaski), et les similitudes constatées dans l’organisation de la société et la religion, qui amènent certains chercheurs à suggérer, sur la base de la diffusion du très ancien haplogroupe H2-P96 de l’Inde à l’Europe de l’Ouest, que les premiers Européens et les proto-Dravidiens avaient une origine commune très ancienne."

" Il existe deux théories principales pour le peuplement de l’Europe et la formation des langues indo-européennes. La théorie conventionnelle, celle des kourganes, place le foyer originel des langues indo-européennes dans les steppes pontiques vers -6.000. Une théorie alternative lie la formation des langues indo-européennes à l’arrivée de l’agriculture en Europe depuis l’Anatolie il y a 8.000 à 9.500 ans. Cette dernière me semble mieux à même d’expliquer la formation des langues langues archaïques européennes, dont les langues des Balkans et le Gaulois. Selon la théorie des kourganes, la moitié des Européens actuels descendraient des cavaliers des steppes de la culture Yamna qui, venus du Caucase et de l’Iran, voire de l’Altaï, du Pamir ou de l’Hindou-Kouch, se seraient installés dans les steppes du Sud de la Russie et de l’Ukraine au contact de populations sédentaires proto-slaves, dont celles de la culture de Cucuteni-Tripolje (qui serait à mes yeux d’origine dravidienne, comme celles de Vinča, Butmir et Visoko). La culture Yamna serait génétiquement liée aux 3/4 à celles de la céramique cordée et de la hache de combat, qui se seraient diffusées de la Russie aux Pays baltes, à la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, l’Allemagne et la Gaule. Ces cultures seraient à l’origine de toutes les langues indo-européennes et des peuples slaves, celtes et germaniques, expliquant les similarités du gaulois avec le slave et l’indo-européen. 

Selon cette théorie, l'indo-européanisation a suivi les progrès de la culture des kourganes, venue dans la steppe russo-ukrainienne depuis la Sibérie centrale en -5.000. La première vague de migration, vers -4.400/4.200, a créé les Anatoliens. La seconde, vers -3.400/3.200, a créé les Phrygiens, Germains, Balto-Slaves, Illyriens et Celtes. La troisième, vers -3.000/2.800, a créé les Daco-Thraces, Grecs, Arméniens et Indo-Iraniens. (...) La seconde vague s’est heurtée vers le Sud à la culture de Cernavoda I, dont les représentants ont dû refluer vers le Sud pour s'établir en Macédoine, en Bulgarie et jusqu'en Anatolie occidentale, notamment à Troie. Les cultures de Cucuteni-Tripolye, Vinča, Butmir et Petresti, dans les Balkans, ont été disloquées."

" Dans le dernier quart du IVème millénaire, toute la carte culturelle de l'Europe s’est trouvée bouleversée. La civilisation celtique, née des cultures des champs d'urnes, Hallstatt et La Tène, est issue des cultures d'Unetice et Vucedol, nées de celle de Baden, issue d'une « kourganisation » des cultures locales de « l'Ancienne Europe ». Cette théorie expliquerait les contacts très anciens des Celtes avec les proto-Slaves des Balkans mais est critiquée. "

" Ces études tendent à corroborer la thèse évoquée de longue date par des historiens français selon laquelle les Gaulois descendent des Cimmériens (kymru signifiant compatriote en gaulois), qui seraient issus de la civilisation Yamna. Les Thraces, proches des Cimmériens, les Illyriens, les Sarmates et les Vénètes seraient également originaires du Nord de la Mer Noire. Vers -5.000, les ancêtres des Indo-Européens occidentaux, dont les Ligures (dont le nom viendrait du dravidien gori, montagne) et les Gaulois, auraient construit un empire en Ukraine, Russie du Sud-Est, Moldavie, Roumanie et Carpates. La tribu gauloise des Boudins serait même restée sur les bords du Don. Tous ces peuples auraient poursuivi leur migration, certains vers la Pologne (Vénètes), d’autres vers la région danubienne, se joignant à la civilisation de Hallstatt (Celtes, Cimmériens, Illyriens et Vénètes), d’autres vers les Balkans (Thraces et Illyriens), d’autres vers l’Anatolie (Thraces, Cimmériens, Vénètes et Celtes). Chassés d’Anatolie, les Cimmériens, Celtes et Vénètes auraient poursuivi leur migration vers la Gaule. Ce n’est toutefois qu’à la fin de l’âge du bronze, vers -1.500, que la civilisation de Hallstatt et des champs d’urnes a commencé à se diffuser de la région du Danube vers la Gaule, ce qui pose la question de la pertinence de cette théorie pour expliquer l’origine de la civilisation mégalithique qui s’est épanouie en Gaule à partir de -5.000."

 

Cartemigrations geonographicproject1

La carte ci-dessus, réalisée dans le cadre d’un projet géno-géographique de National Geographic financé par IBM, résume bien ces migrations et le rôle majeur que l’Inde a joué dans la diffusion d’une civilisation venue d’Afrique de l’Est tant vers l’Asie du Sud-Est que vers les steppes d’Asie centrale, l’Europe et l’Afrique du Nord. (Source : Genographic Project web site. http://www-03.ibm.com/press/us/en/photo/35881.wss )

 

" (...) Diverses études apportent des éléments de réponse à cette question, dont une étude de l’UNESCO, qui évoque des migrations d’Asie vers l’Europe au 7ème millénaire av. J. C., et une étude de l’Université de Toronto, qui explique la proximité avec le sanskrit des langues slaves archaïques, tel le vieux slavon (lié au vieux bulgare) et le slovène, par des contacts très anciens. Cette proximité, que l’on retrouve en gaulois, peut s’expliquer par l’apport au gaulois des Vénètes, dont les Slovènes sont issus et dont le nom serait issu du sanskrit vind, connu, familier, selon cette étude. S. Zaborowski, dans L’origine des Slaves, souligne les liens très étroits des Vénètes avec les Gaulois dès la naissance de la civilisation de Hallstatt, puis en Gaule, en Italie du Nord, en Bohème, en Pannonie et en Illyrie, où les Gaulois n’étaient entourés que de Slaves et se sont fondus dans la population locale. Une étude roumaine souligne aussi les liens très anciens de la civilisation pélasgienne carpato-danubienne avec les Indo-Aryens védiques, antérieurs à la civilisation des kourganes. Une autre étude souligne les similitudes entre le dravidien, les langues caucasiennes, le roumain, l’albanais, l’étrusque et les langues ibériques. André de Paniagua, dans plusieurs ouvrages, conforte cette thèse en suggérant que les Celtes et les Vénètes seraient en partie issus de Dravidiens venus de l’Inde primitive, qui se seraient mêlés aux peuples des steppes venus de l’Altaï pour s’installer en premier lieu dans le Caucase et au Nord de la Mer Noire. "

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Histoire orale et techniques de mémorisations ancestrales

Histoire orale et techniques de mémorisations ancestrales

 

Methode memoire domaine public

 

La transmission des données techniques, connaissances culturelles et généralement des us et coutumes en l'absence d'écriture (ou reconnue comme telle par les normes modernes) divise la communauté scientifiques des spécialistes depuis des générations. Entre les tenants de l'oublie rapide, en trois générations pour une déformation des informations via la transmission seule de la bouche à l'oreille, et ceux d'une très bonne mémorisation au contraire des données grâce à diverses techniques de mémorisation acquises depuis des millénaires, les extrêmes sont défendues par plusieurs chercheurs de pars et autres, avec d'ailleurs certains tests et études abondant dans les deux sens.

Extrait de : " Tradition orale : La tradition orale représente la tradition du peuple

« et s’oppose d’une certaine façon à la culture officielle, comme caractéristique du combat qui se livre depuis des siècles entre deux formes de civilisation 1 ».

Une tradition est en quelque sorte atemporelle 2. Une tradition est vouée au changement lorsque son environnement est lui-même modifié. La tradition orale, comme son nom l’indique, est avant tout une « tradition 3 » dans le sens où nous l’entendons, – une tradition est un fait remontant du passé, conservée en partie ou dans son intégralité –. Ce passé représentant bien entendu celui du genre humain. Il est la preuve de l’identité d’un peuple, il démontre les savoirs, les habitudes, l’art de vivre, et démontre à travers toutes les représentations traditionnelles ou autres, ce qui doit être préservé. La tradition orale est ainsi en relation avec les aspects du pays, de la région à laquelle elle correspond, qu’elle soit en relation avec le peuple, la langue utilisée par ce dernier, les coutumes, les croyances, les activités, et bien d’autres aspects, lesquels appartiennent à notre environnement. L’expression de « tradition orale » impliquerait que celle-ci ait été transmise de génération en génération seulement par voie orale 4. Nous pouvons cependant difficilement imaginer que la tradition orale – les récits, les doctrines, les croyances, appartenant au répertoire des contes – ait été uniquement transmise par voie orale. De plus, il est ardu de trouver de nos jours des conteurs acceptant de narrer les traditions d’antan. Ainsi, la voie orale n’est pas seulement l’unique moyen de transmission. Il existe par conséquent une tradition, auparavant orale, et qui est actuellement écrite. De nombreuses anthologies nous permettent de retrouver « l’authentique ». Sans elles, ces traditions auraient été vouées sans aucun doute à une totale disparition. Le souci est cependant de recréer à l’écrit, à l’identique, les versions orales et d’en faire ressortir toutes les caractéristiques lexicales, linguistiques, propres à l’environnement et à l’époque à laquelle elles correspondent. En effet, les termes utilisés autrefois pour nommer certains aspects de la vie courante ne sont plus les mêmes de nos jours."

Ces suppositions de pars et autres de spécialistes (cela a mené à la naissance de la civilisation en liaison avec l'écriture reconnue par normes modernes), doivent être modérées par les avancées sur les connaissances sur les pétroglyphes et peintures pariales préhistoriques, ainsi que par les affirmations des aborigènes d'une  tradition orale accompagnée de symbolisme et d'indices à travers les pétroglyphes, gravures et peintures, et donc bien d'une forme d'écriture avant l'heure, appuyant la tradition orale pour une meilleure préservation, mais non décryptée comme telle selon des normes définies modernement.

 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/bresil-une-amazonienne-parle-des-pyramides-du-xingu.html

 

" Dans la grotte du Parpallo près de Valence (Espagne), Jean Clottes a relevé la récurrence de rites immuables pendant 10.000 ans (offrandes répétées avec 4.500 plaquettes gravées ou peintes dans des couches allant du Gravettien au Magdalénien final). Comme le constate ce spécialiste de l'art pariétal : « ces comportements témoignent de façon indiscutable de la persistance de la même tradition religieuse sur dix millénaires ».

La grotte de Taforalt est un site majeur pour comprendre l'évolution des cultures préhistoriques du Paléolithique supérieur de l'Afrique du Nord. À des niveaux « Atériens » (industrie de type paléolithique moyen taillée par un homme moderne archaïque) qui semblent commencer vers -100.000 succèdent abruptement vers 25.000 BP (Before present) des niveaux « ibéromaurusiens » (industrie du Paléolithique supérieur à outillage microlithique associée à des hommes modernes). L'Ibéromaurusien se termine vers 10.000 BP et évolue vers le Néolithique. Le site a fourni de nombreuses sépultures des hommes ibéromaurusiens et de nombreux renseignements sur leur mode de vie. Les fouilles dans ce site ont repris récemment. Ces hommes ibéromaurusiens ont vu l'émersion et la disparition des îles du détroit de Gibraltar.

Si l'ethnographie et la Préhistoire nous montrent l'efficacité de la tradition orale chez les peuples sans écritures et l'aptitude à transmettre sur des millénaires le souvenir d'évènements naturels catastrophiques, pourquoi refuserons-nous cette possibilité aux peuples antiques ? "

En fait, la volonté de démontrer une certaine linéarité en ce qui concerne l'évolution de l'écriture pourrait masquer le fait que les proto-écritures proviendraient elles-mêmes d'une culture pétroglyphique multimillénaire en faisant remonter ses origines à l'aube des temps et à cet accompagnement au fil du temps de la mémoire orale par des traces symboliques (avec des périodes géométriques, y compris sur les céramiques) très répandues mondialement et sur des périodes très longues. 

Cette nouvelle étude nous amène à découvrir d'autres techniques de mémorisation ancestrales. 

Une ancienne technique de mémorisation autochtone s'est avérée supérieure à l'ancienne technique grecque du «palais de la mémoire» pour rappeler et conserver des informations factuelles.

 

Source: Université Monash

Des scientifiques australiens ont comparé une technique grecque ancienne de mémorisation de données à une technique encore plus ancienne de la culture aborigène, utilisant des étudiants dans une école de médecine rurale.

L'étude a révélé que les élèves utilisaient une technique appelée palais de la mémoire dans laquelle les élèves mémorisaient des faits en les plaçant dans un plan de mémoire de la maison d'enfance, leur permettant de revisiter certaines pièces pour récupérer ces données. Un autre groupe d'étudiants a appris une technique mise au point par des aborigènes australiens au cours de plus de 50 000 ans de vie dans une relation de garde de la terre australienne.

Les élèves qui ont utilisé la méthode autochtone de se souvenir avaient une rétention des faits significativement améliorée par rapport au groupe témoin et au groupe «palais de la mémoire».

L'étude dirigée par le Dr David Reser, de l'École de santé rurale de l'Université Monash et le Dr Tyson Yunkaporta, de l'Institut NIKERI de l'Université Deakin, vient d'être publiée dans PLOS One.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Les empreintes préhistoriques impossibles

Les empreintes préhistoriques impossibles

 

Antilope spring utah 1968

Empreinte de pied, chaussé d'une sandale, au talon incrusté d'un trilobite

 

 

Pour rappel, cet article n'est qu'une compilations de données et ne prend pas partie, n'a pas un but scientifique en soit, date de 2014 à 100%, alors que le site s'appelait "Sciences-Fictions-Histoires" (jusqu'à mi 2017) et que les images comportent souvent pour ces dates l'adresse de l'ancien nom de domaine qui n'appartient pas à l'auteur. Le but de ce site est en grande partie une collecte de diverses données concernant certains thèmes, de simples idées, hypothèses, scientifiques ou non, pour mémorisation (car beaucoup de données disparaissent sur internet chaque année), la science n'étant pas figée, et il y a de multiples exemples d'anciennes découvertes mal interprétées, voir dédaignées et combattues avant leur acceptation (par exemples la découverte de l'ornithorynque longtemps jugé "impossible" par la majorité des scientifiques de l'époque, ou encore l'impossibilité de l'existence  d'un continent englouti (théorie de la tectonique majoritaire longtemps), alors que la science a maintenant admis plusieurs anomalies et exceptions à cette "règle", avec la découverte de Zealandia à l'est de l'Australie et probablement les découvertes de nouvelles contraintes scientifiques concernant les natures diverses des points chauds tectoniques continentaux ou de dorsales... Et comme tout le monde peut le voir, la science n'a pas toujours raison, se trompe même assez souvent, la sauvegarde de certaines suppositions passées ou nouvelles peuvent amener à de nouvelles réflexions et aider à envisager d'autres possibilités, hypothèses. Il ne s'agit donc que de compilations de données, souvent traduites de divers auteurs, scientifiques ou non. L'auteur de cette compilation de données intervient rarement dans ces diverses données (parfois contradictoires) mais peu éventuellement donner son opinion, qui n'en est qu'une, et n'a pas le but d'influencer d'une quelconque façon les lecteurs. Il s'agit avant tout donc de collectes de données et aussi de liberté d'expression, le lecteur étant à même de juger par lui-même ces données et de s'en servir ou pas. Beaucoup des données concernant cet article sont anciennes et, bien qu'il existe toujours un grand nombre de sources et d'écrits les concernant, on constate aussi un grand nombre de disparition (y compris par vandalisme et destructions volontaires) de ces artefacts et l'impossibilité d'études modernes les concernant en grande partie de nos jours. Pas d'autres possibilités donc que de relativiser et de laisser le dossier ouvert en attendant d'éventuelles découvertes semblables ou pouvant servir de comparaison et réflexions.

C'est amusant et étrange en soi : plus on s'intéresse aux découvertes et énigmes scientifiques, plus on trouve des réalités et éléments qui dérangent et contredisent la science officielle. C'est un peu comme si nos conceptions scientifiques faisaient qu'on élimine 50% de données, juste parce qu'elles n'entrent pas "dans le moule". Si on compare avec la "bourde" (mais qui arrange bien certains financiers !) de la SNCF qui a commandé des rames trop larges par rapport à ses quais de trains, on dirait que la SNCF a choisi de conserver ses rames entières et de raboter ses quais, alors que la science choisi de raboter ses rames (découvertes) et de conserver ses quais (science) intacts...

Ce site a déjà à de nombreuses reprises parlé des nombreuses preuves mettant en doute certaines datations ou données historiques, en voici d'autres, avec un nombre assez conséquent d'empreintes provenant du fond des âges et ne correspondant pas aux données recensées (et de par ailleurs trouvées et prouvées ailleurs également, sans contradiction obligatoirement avec les autres données).

Voici une compilation des données connues actuelles (tout au moins celles que j'ai trouvé, merci d'intervenir éventuellement pour ajouter des données) :

" Parmi ces traces et ces squelettes incroyables, certaines découvertes ne peuvent être réfutées. Nous ne pouvons les expliquer faute de les comprendre. Doit-on pour autant les ignorer ?

Ces anomalies sont trop nombreuses pour être traitées en un seul dossier. Je vous propose donc de quitter toutes vos certitudes et de partir dans ce voyage de l’impossible. Les découvertes sont classées par ordre chronologique. Cette liste est loin d’être exhaustive.

 

1817 : des empreintes de 270 millions d’années

C’est sur une plaque de calcaire, de la rive ouest du Mississippi à Saint Louis, que George Rappe trouva d’étranges empreintes. Elles mesuraient 266 millimètres de long, 101 millimètres de large, avec un écart de 15,5 centimètres entre les talons et de 34 centimètres entre les pointes.

Empreinte 1

Croquis d'empreintes publié par H.R.Schoolcraft en 1822

 

Elles furent étudiées par l’ethnologue Henry R. Schoolcraft qui fit le rapport suivant en 1822 :

« Les orteils étaient très écartés et la plante du pied affaissée comme on le voit chez les gens habitués à faire de longues marches sans chaussure. Les empreintes sont d’une grande précision. Elles montrent les détails de la musculature et les renflements du talon et des orteils. Tous les indices conduisent à la conclusion que ces empreintes datent de l’époque où le sol était assez meuble pour les conserver par pression et, qu’elles sont authentiques. »

D’après la datation, ce calcaire a dû se durcir il y a environ 270 millions d’années.

(Source: The American Journal of Science and Arts, 1822)

1880 : des empreintes au Carbonifère

Dans les monts de Cumberland (Kentucky), une piste de chariots a mis à jour une couche de grès du carbonifère. Cette strate, vieille de 300 millions d’années, révéla une série d’empreintes : des empreintes d’ours, des empreintes d’un animal proche d’un grand cheval et des pieds humains. Les orteils étaient très nettement marqués.

 

Dino human1

Ces traces ont été étudiées par le Pr J.F Brown, de Berea Collège.

Pendant l'été 1882, des détenus de la prison de Carson city (Nevada) en travaillant dans une carrière, mirent à jour une couche de grès dans laquelle, parmi les traces d'animaux fossiles comme les mammouths, se trouvaient six séries d'empreintes d'hominidés géants. Un rapport fut envoyé á l'Académie des Sciences de Californie le 27 août 1882. Certaines de ces empreintes (de 50 centimètres) montraient que ces hominidés portaient même des sandales.

1884 : empreintes d’au moins 200.000ans au Nicaragua

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Qulong - Tibet - fouilles sur des reliques de 3 000 ans

Qulong - Tibet - fouilles sur des reliques de 3 000 ans

 

Tibet quan

Des archéologues chinois ont dévoilé plusieurs nouvelles découvertes lors d'une récente fouille sur le site de Qulong dans la région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, fournissant des indices clés sur la plus ancienne culture indigène sur le plus haut plateau du monde.

Les archéologues de l'Institut de recherche sur la protection des reliques culturelles de la région autonome du Tibet, de l'Institut de recherche archéologique provincial du Shaanxi et de l'Université du Nord-Ouest ont passé plus de quatre ans à mener une série de fouilles et de recherches archéologiques sur le site préhistorique de Qulong, qui est composé de deux ruines à grande échelle de colonies concentrées, couvrant plus de 100 000 mètres carrés.

Datant du 8ème siècle avant JC, le site de Qulong, situé à 4400 mètres d'altitude, présente de riches vestiges et des reliques culturelles, notamment des résidences troglodytes, des cours, des maisons, des reliques en pierre, des pagodes, des grottes et des temples bouddhistes.

Dans certaines tombes datant de 2800 à 2500 ans, les archéologues ont déterré 98 pièces et 16 types d'ornements de conques perforés en août 2020, marquant le plus grand nombre de conques sud-asiatiques jamais trouvés sur le plateau Qinghai-Tibet et dans les environs.

 

Tibet quan

(Video edited by Hong Yaobin. Cover: View of the Ngari Prefecture, Tibet, China. /CFP)

 

Le site est situé au sud-ouest du mont Kailash, avec Kyunglung Ngulka («Palais d'argent de la vallée de Garuda») situé dans la haute vallée de Sutlej, étant la capitale de l'ancien royaume tibétain de Zhangzhung.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Gonur Tepe, la ville oubliée

Gonur Tepe, la ville oubliée - MAJ

 

gonurtepe.jpg

 

Par Yves Herbo : Il existe une culture très peu connue, quasi oubliée et remontant à un âge inderterminé, qui s'est implantée dans trois régions se trouvant de nos jours au Turkménistan, en Ouzbékistan et en Afghanistan. En fait, nous ne connaissons même pas son nom mais les scientifiques la dénomment "BMAC" pour Bactria-margiana archaeological complex, en français Complexe archéologique bactro-margien... Certains archéologues ont fini par lui donner le nom de Civilisation de l'Oxus. Cette civilisation n'a été découverte et "déterrée" par les Russes que dans les années 1950, mais la surprise a pourtant été de taille à l'époque (mais peu répandue à cause de la Guerre Froide) puisque les sites de cette civilisation sont gigantesques et n'avaient jamais été atteints pour cette période à cet endroit (le plus équivalent se situant plus à l'Ouest avec la culture toute aussi mystérieuse et ancienne de Namazga) : le moindre site couvre 10 hectares et la ville de Gonur Tepe en couvre 28 à elle seule !

 

Gonurtepe avion

Gonur Tepe pris d'avion

 

Probablement dirigée par une élite éclairée et puissante, très unie, toutes les cités sont construites sur le même modèle : Le centre-ville était formé par une forteresse formant souvent un quadrilatère presque carré flanqué de tours de garde à chacun de ses angles. Le reste de la cité s'organisait autour de ce centre. Ces cités comportaient des quartiers d'habitation, ainsi que des zones où étaient regroupés les artisans. Autour de ces grands centres gravitait un ensemble de petits villages mesurant pour la plupart moins de 3 hectares, plutôt tournés vers l'activité agricole, et ne comportant aucun ouvrage défensif spécial. La plupart de ces cités sont datées des mêmes moments, il y a un peu plus de 4.000 ans, mais on en a encore découvert une récemment, Adji-kui. Les autres villes en dehors de Gonur Depe se nomment Kelleli et Taip dans la partie Margienne puis un peu plus tard la cité de TogolokSapalli-depe, Dashly-depe dans la partie Bactriane (les deux parties sont séparées et liées à de grands courts d'eau) puis un peu plus tard la cité de Djarkutan.

 

Gonur tepe

 

Il y a 4000 ans, la «civilisation perdue» de la Margiane a donc construit une grande ville nommée Gonur Tepe (ou Depe) qui était une la plaque tournante au carrefour de nombreuses cultures. Là, ils ont inventé le zoroastrisme (le premier enregistrement d'un monothéisme/dualisme, qui a également vénéré les quatre éléments primordiaux classiques et l'Alchimie) et ont mené ce vaste réseau de cultures pendant ce qu'on a appelé "le plus heureux moment dans l'histoire du monde".

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

 

Karahunj megaliths

Karahunj, Arménie

 

Un retour en Arménie car j'en ai parlé au moins déjà dans trois articles, lisibles icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

et icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-arche-du-deluge.html

 

Un autre mystère arménien a été daté de 7500 ans avant le présent au minimum, probablement plus. Il s'agit d'un site mégalithique en cercle assez semblable physiquement que le Stonehenge britannique, sauf qu'il est beaucoup plus ancien, et assez typique de cette civilisation probablement mondiale et inconnue qui a dressé et taillé des pierres, parfois de très grandes dimensions, un peu partout dans le monde entre la fin du pléistocène et la moitié du néolithique ou même les débuts de l'âge du fer selon les régions...

Lire la suite