Sciences-Faits-Histoires

prehistoire

  • Nouvelle étude postulant une navigation préhistorique

    Nouvelle étude postulant une navigation préhistorique

     

    Pnas canada echantillonsFigure S1. Images Google Earth obliques et orientées vers le nord d'ABS (A), ABC (B) et ABN
    (C) sites d'échantillonnage avec trois fois l'exagération verticale. Les symboles blancs sont nos échantillons ;
    les symboles jaunes sont des âges de Réf. (23). Âges 10Be corrigés de l'uplift avec analyses
    incertitude notée en kilo annum. Les italiques indiquent une valeur aberrante exclue du calcul de
    la moyenne et l'incertitude de l'échantillon. - PNAS - Anexe (voir fichier pdf en bas de l'article)

     

    Une étude scientifique parue fin mars 2022 dans les PNAS (Actes de l'Académie Nationale des Sciences - sources en bas de l'article comme toujours) s'est évertuée à dater précisémment une route migratoire possible entre les glaciers nord-américains lors de la dernière glaciation.

    Il existe deux hypothèses principales quant à la façon dont les gens ont d'abord migré vers l'Amérique du Nord. L'idée la plus ancienne suggérait que les gens avaient fait ce voyage lorsque la Béringie - la masse continentale qui reliait autrefois l'Asie à l'Amérique du Nord, maintenant divisée par le détroit de Béring - était relativement libre de glace. La notion la plus récente suggérait que les voyageurs se déplaçaient sur des embarcations le long des côtes pacifiques de l'Asie, de la Béringie et de l'Amérique du Nord.

    Un facteur majeur influençant la manière dont les premiers Américains sont arrivés était les calottes glaciaires géantes qui recouvraient autrefois l'Amérique du Nord. Des recherches antérieures ont suggéré qu'un couloir libre de glace entre les marges de ces calottes glaciaires aurait pu permettre un voyage de la Béringie vers les Grandes Plaines.

    Sur la base d'outils en pierre datant de 13 400 ans, les archéologues avaient longtemps suggéré que les peuples de la culture préhistorique connue sous le nom de Clovis (nom de la ville où ont été découvert ces premiers outils) étaient les premiers à migrer de l'Asie vers les Amériques. Des travaux antérieurs concernant l'âge du corridor libre de glace ont suggéré qu'il aurait pu servir de voie de migration pour les Clovis.

    Cependant, les scientifiques ont récemment découvert de nombreuses preuves d'une présence pré-Clovis en Amérique du Nord. Par exemple, en 2021, 60 empreintes de pas anciennes au Nouveau-Mexique suggéraient que des humains s'y trouvaient il y a environ 23 000 ans, et en 2020, des archéologues ont découvert des artefacts en pierre dans le centre du Mexique qui avaient au moins 26 500 ans.

    Et de toute façon, il y a maintenant des preuves formelles et plusieurs études sur la présence en Amérique du Nord d'hommes (Idaho par exemple) il y a au moins 15 700 ans. Et cette dernière étude prouve que ce fameux corridor permettant un passage à pied entre les glaciers ne s'est ouvert qu'après la présence de ces humains... la seule possibilité pour leur présence étant donc une navigation en suivant les côtes. Voyons comment les scientifiques en sont arrivés à cette conclusion :

    Des estimations récentes suggèrent que le couloir libre de glace ne s'est ouvert qu'il y a environ 14 000 à 15 000 ans, ce qui signifierait que les premiers Américains auraient pu compter sur une route côtière au lieu d'une route terrestre. Pourtant, une grande incertitude subsistait quant à l'âge du couloir libre de glace. 

    Pour aider à résoudre ce mystère, les chercheurs ont cherché à déterminer quand le couloir libre de glace s'est ouvert. Ils ont enquêté sur 64 échantillons géologiques prélevés à six endroits s'étendant sur 1 200 kilomètres le long de la zone où le couloir libre de glace aurait existé.

     

    Pnas 2118558119fig01

    Carte montrant l'étendue des calottes glaciaires de la Cordillère et des Laurentides après l'ouverture initiale de l'IFC et l'emplacement des sites datés. Les marges des calottes glaciaires de la Cordillère (CIS) et de la Laurentide (LIS) à 14,2 cal ka proviennent de la réf. 55 et les emplacements des sites avec les âges sont discutés dans Résultats . Les sites avec des âges 14 C sont représentés par des cercles bleus et gris, les premiers sites étant plus proches du retrait de la marge glaciaire et de l'ouverture de l'IFC initial ou du corridor côtier, et les derniers sites étant plus éloignés de l'IFC initial. Les sites avec des âges de luminescence sont représentés par des losanges orange et gris, les premiers sites étant plus proches du retrait de la marge glaciaire et de l'ouverture de l'IFC, et les derniers sites étant plus éloignés de l'IFC initial. Sites avec 10 Les âges Be sont représentés sous forme de carrés, les âges publiés étant représentés par des carrés bleus contraignant le recul de la marge ouest de la calotte glaciaire de la Cordillère ( 53 , 54 ), les carrés verts contraignant l'ouverture de l'IFC sud ( 34 ), le carré noir contraignant l'âge de la déglaciation ∼ 500 km à l'est de l'IFC ( 41 ), et des carrés bruns (avec texte souligné indiquant le nom du site) représentant nos âges moyens qui contraignent l'ouverture de l'IFC. La carte en médaillon montre nos emplacements d'échantillons dans le contexte de l'emplacement approximatif de la zone de suture (ligne pointillée épaisse) du CIS et du LIS au LGM ∼21 ka. AB = Alberta, BC = Colombie-Britannique.

     

    Les scientifiques ont examiné des rochers que les glaciers transportaient autrefois loin de leurs foyers d'origine, tout comme les rivières pouvaient entraîner des cailloux dans les lits des rivières au fil du temps. Ils ont analysé combien de temps ces roches ont été exposées à la surface de la Terre - et donc combien de temps elles sont restées sur un sol sans glace - en examinant les niveaux d'éléments radioactifs générés lorsque les roches ont été bombardées par des rayons à haute énergie provenant de l'espace.

    Les nouvelles découvertes suggèrent que le couloir libre de glace ne s'est complètement ouvert qu'il y a environ 13 800 ans, et que les calottes glaciaires « peuvent avoir atteint une hauteur de 1 500 à 3 000 pieds (455 à 910 m) dans la zone où elles recouvraient le couloir libre de glace. ", a déclaré Jorie Clark, auteure principale de l'étude, géologue et archéologue à l'Université d'État de l'Oregon. En comparaison, le plus haut bâtiment du monde, le Burj Khalifa à Dubaï, mesure environ 2 722 pieds (829,8 m) de haut.

    " Il s'agit d'une étude très bien exécutée qui aborde une question de longue date ", a déclaré Matthew Bennett, un chercheur qui étudie les traces de fossiles à l'Université de Bournemouth en Angleterre et qui n'a pas participé à ce travail. " Les résultats sont intéressants et aident à améliorer notre compréhension de cette voie de migration potentielle. Les auteurs doivent être félicités pour leur grande science."

    Dans l'ensemble, " nous avons maintenant des preuves solides que le couloir libre de glace n'était pas ouvert et disponible pour le premier peuplement des Amériques ", a déclaré Clark. Pourtant, " il reste encore beaucoup à apprendre pour savoir s'ils sont réellement descendus par la route côtière, et si oui, comment ont-ils voyagé. Nous devons trouver des sites archéologiques dans la région ".

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

    Portugal: la plus ancienne momie au monde certifiée a 8000 ans

     

    Portugal vallee de sao 730

    Le squelette de ce que l'on pense être la plus ancienne momie connue a été retrouvé sur un site funéraire vieux de 8000 ans dans la vallée du Sado au Portugal.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

     

    Des photos auparavant non développées révèlent des signes de momification vieux de 8 000 ans – les plus anciennes preuves trouvées au monde.

    Il y a environ 60 ans, un archéologue a pris des photos de plusieurs squelettes enterrés dans des tombes vieilles de 8 000 ans dans le sud du Portugal. Maintenant, une nouvelle analyse de ces photos auparavant non développées suggère que les plus anciennes momies humaines ne viennent pas d'Égypte ou même du Chili, mais plutôt d'Europe

    Plus d'une douzaine de corps anciens ont été découverts dans la vallée du Sado, au sud du Portugal, lors de fouilles dans les années 1960, et au moins un de ces corps avait été momifié, peut-être pour faciliter le transport avant son enterrement, ont déclaré des chercheurs après avoir analysé les images et visité le cimetière.

    Et il y a des signes que d'autres corps enterrés sur le site pourraient également avoir été momifiés, ce qui suggère que la pratique aurait pu être répandue dans cette région à cette époque.

    Des procédures élaborées de momification ont été utilisées dans l'Égypte ancienne il y a plus de 4 500 ans, et des preuves de momification ont été trouvées ailleurs en Europe, datant d'environ 1 000 av JC. Les momies dans la région côtière du désert d'Atacama au Chili, celles des Chinchorros, datent d'environ 7 000 ans, avec également des procédures élaborées de momification. Celles du Portugal seraient donc plus anciennes de 1 000 ans par rapport aux plus anciennes connues et prouvées à ce jour, mais ne possédant pas de procédures très élaborées, juste des liens resserrés au fur et à mesure d'un séchage naturel.

    Bien que la momification soit relativement simple dans des conditions très sèches comme le désert d'Atacama, il est difficile d'en trouver des preuves en Europe, où des conditions beaucoup plus humides signifient que les tissus mous momifiés restent rarement préservés, a déclaré Rita Peyroteo-Stjerna, bioarchéologue à l'Université d'Uppsala en Suède. YH : mais les momies des Chichorros, des actuels Chili et Pérou, sont tout de même très élaborées car les corps étaient littéralement démembrés puis reconstruits à l'aide de bois, cordes, végétaux et argiles, rien à voir avec les momies naturellement séchées par les civilisations suivantes, qui procèdaient avec des liens et des "fagots" enrobant les corps..., comme au Portugal à priori.

    " Il est très difficile de faire ces observations, mais c'est possible avec des méthodes combinées et un travail expérimental ", a-t-elle déclaré à Live SciencePeyroteo-Stjerna est l'auteur principal d'une étude sur la découverte publiée ce mois-ci dans le European Journal of Archaeology

     

    Portugal 8000ans1

    Les archéologues ont pu reconstituer les lieux de sépulture à partir de descriptions écrites, de cartes dessinées à la main et de photographies récemment découvertes.(Crédit image : Peyroteo-Stjerna et al/European Journal of Archaeology)

     

    La preuve de la momification provient de plusieurs rouleaux de film photographique trouvés parmi les effets personnels d'un archéologue portugais décédé, Manuel Farinha dos Santos, décédé en 2001.

    Farinha dos Santos avait travaillé sur des restes humains découverts dans la vallée du Sado au début des années 1960. Lorsque les chercheurs de la nouvelle étude ont développé les images, ils ont découvert des photographies en noir et blanc de 13 sépultures du Mésolithique, ou Middle Stone Age.

    Bien que certains documents et cartes dessinées à la main du site aient été conservés au Musée national d'archéologie de Lisbonne, ces photographies étaient auparavant inconnues et ont donné aux archéologues une occasion unique d'étudier les sépultures, a déclaré Peyroteo-Stjerna.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Une industrie du traitement de l'ocre de 40 000 ans en Chine

    Une industrie du traitement de l'ocre de 40 000 ans en Chine

     

    Chine artifacts ocre

    Artefacts trouvés gisant sur la plaque de sédiments teintés d'ocre rouge dans l'atelier d'ocre du nord de la Chine. (Andreu Ollé / Wang et al / Nature ) - Source : Université Griffin

     

    Une équipe internationale d'archéologues rapporte dans Nature des preuves indirectes mais convaincantes de la présence d'Homo sapiens à Xiamabei, un site du nord de la Chine près de la rivière Huliu qui remonte à au moins 40 000 ans.

    Des fouilles archéologiques sur le site de Xiamabei dans le bassin de Nihewan au nord de la Chine ont révélé la présence d'inventions, d'outils et de comportements associés à des sites plus récents. La nouvelle étude montre également que l'atelier d'ocre trouvé sur le site est le plus ancien d'Asie de l'Est et que les outils lithiques trouvés là-bas sont liés à l'Afrique, mais d'une manière nouvelle.

     

    Bassin de nihewan site des premieres activites humaines modernes en chine

    Bassin de Nihewan, site des premières activités humaines modernes en Chine Crédit : Lumières dans le noir, Wikimedia Commons

     

    " Xiamabei se distingue de tout autre site archéologique connu en Chine, car il possède un nouvel ensemble de caractéristiques culturelles à une date précoce ", a déclaré le Dr Fa-Gang Wang de l'Institut provincial des reliques culturelles et d'archéologie du Hebei, dont l'équipe a d'abord fouillé le site, indique un communiqué de la Max Planck Society.

    En fait, il semble qu'ils aient développé une culture technologique de la pierre unique qui n'émergera largement que plus de 10 000 ans plus tard.

    Les preuves trouvées à Xiamabei incluent la première découverte de traitement de l'ocre dans la région - par opposition à la simple utilisation de l'ocre, qui a été trouvée même chez les Néandertaliens.

    Alors que les humains archaïques sont connus pour avoir commencé à atteindre l'Eurasie il y a au moins 2 millions d'années (Homo Erectus), le moment où leurs homologues anatomiquement modernes ont commencé leur propagation depuis l'Afrique est plus un mystère. 

    Résumé de la publication scientifique dans Nature : " Homo sapiens (homme moderne) était présent dans le nord de l'Asie il y a environ 40 000 ans, ayant remplacé les populations archaïques à travers l'Eurasie après des épisodes d'expansions démographiques antérieures et de croisements 1 , 2 , 3 , 4 . Les adaptations culturelles des derniers Néandertaliens, des Denisoviens et des populations d'H. sapiens entrant en Asie restent inconnues 1 , 5 , 6 , 7. Nous décrivons ici Xiamabei, un site archéologique bien conservé d'environ 40 000 ans dans le nord de la Chine, qui comprend la plus ancienne caractéristique connue de traitement de l'ocre en Asie de l'Est, un assemblage lithique miniaturisé distinctif avec des outils en forme de lamelles portant des traces d'emmanchement, et un outil en os. L'assemblage culturel de traits à Xiamabei est unique pour l'Asie de l'Est et ne correspond pas à ceux trouvés dans d'autres assemblages de sites archéologiques habités par des populations archaïques ou ceux généralement associés à l'expansion de H. sapiens, tels que le Paléolithique supérieur initial 8 , 9 , dix. Le dossier de l'Asie du Nord soutient un processus d'innovations technologiques et de diversification culturelle émergeant dans une période d'hybridation et de mélange d'hominidés 2 , 3 , 6 , 11 . "

    Fa-Gang Wang de l'Institut provincial des reliques culturelles et d'archéologie du Hebei en Chine, le professeur Michael Petraglia de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine et ses collègues.

    Ce que l'on sait des études précédentes, c'est qu'il y a 40 000 ans, Homo sapiens était présent dans le nord de l'Asie, ayant remplacé les populations archaïques après des épisodes antérieurs de déplacement et de métissage. Cependant, on ne sait pas grand-chose de leur vie, de leurs adaptations culturelles et de leurs interactions avec leurs cousins ​​​​évolutifs plus âgés tels que les Néandertaliens et les Dénisoviens.

    Des preuves abondantes dans le plus ancien atelier d'ocre d'Asie de l'Est

     

    L'une des découvertes les plus étonnantes sur le site vieux de 40 000 ans a été l'atelier d'ocre rouge où le minéral était traité. L'utilisation de l'ocre a été une caractéristique de la lignée Homo antérieure à notre espèce, semble-t-il. Surtout l'ocre rouge. La pierre colorée friable a peut-être été utilisée par Homo erectus au Kenya il y a 285 000 ans. Alors que l'utilisation de l'ocre elle-même a été documentée de manière assez fiable sur un site néandertalien ancien aux Pays-Bas il y a environ de un quart de million à 200 000 ans, l'atelier d'ocre préhistorique de Xiamabei est désormais le plus ancien d'Asie de l'Est.

     

    Chine artefacts ocre2

    A, B : Artefacts sur sol teinté de rouge C : Ocre modifié par broyage D : Fragment d'ocre provenant du broyage E : Dalle teintée Crédit : Fa-Gang Wang, Francesco d'Errico / Wang et al., Traitement innovant de l'ocre et utilisation d'outils en Chine il y a 40 000 ans. Nature. 2022

     

    De l'ocre a été trouvée sur 10 des outils. Un morceau d'ocre riche en fer avait été broyé pour produire une poudre rouge foncé. Un autre petit morceau d'un autre type d'ocre semble avoir été les restes d'un morceau plus grand. Et une dalle de calcaire allongée, clairement tachée d'ocre, a également été découverte sur le site.

    Lire la suite et voir les autres photos ci-dessous :

    Lire la suite

  • Le fossile d'un grand hominidé inconnu de 1,5 Million étudié en Israel

    Le fossile d'un grand hominidé inconnu de 1,5 Million d'années étudié en Israel

     

    Fossilehominide1 5m ans 650

    Une vue de dessus (a), arrière (b), bas (c) et avant (d) de la vertèbre découverte à 'Ubeidiya (Crédit image : Dr Alon Barash)

     

    Une nouvelle étude datée du 02 février 2022 parle de l'analyse d'un fossile de vertèbre d'un hominidé inconnu découvert en Israël. Une vertèbre vieille de 1,5 million d'années d'une espèce humaine éteinte découverte en Israël suggère que les humains anciens ont peut-être migré d'Afrique en plusieurs vagues, selon cette nouvelle étude.

    Bien que les humains modernes, Homo sapiens, soient maintenant les seuls membres survivants de l'arbre généalogique humain, d'autres espèces humaines parcouraient autrefois la Terre. Des travaux antérieurs ont révélé que bien avant que les humains modernes ne quittent l'Afrique il y a environ 270 000 ans, des espèces humaines aujourd'hui disparues avaient déjà migré d'Afrique vers l'Eurasie il y a au moins 1,8 million d'années, au début du Pléistocène ( 2,6 millions à 11 700 ans), l'époque qui comprenait la dernière période glaciaire.

    Les scientifiques avaient débattu de la question de savoir si les anciens humains se sont dispersés d'Afrique lors d'un événement ponctuel ou en plusieurs vagues. Maintenant, les chercheurs ont découvert que ce dernier scénario est plus probable, basé sur une vertèbre récemment analysée d'une espèce humaine inconnue. " Avec environ 1,5 million d'années, la vertèbre est la plus ancienne preuve à ce jour d'anciens humains en Israël ", a déclaré à Live Science l'auteur principal de l'étude Alon Barash, paléoanthropologue et anatomiste humain à l'Université Bar-Ilan en Israël.

    L'os a été découvert sur le site préhistorique d'Ubeidiya dans la vallée du Jourdain, le deuxième site archéologique le plus ancien hors d'Afrique. Le site comprend non seulement d'anciens artefacts en pierre ressemblant à ceux trouvés sur des sites d'Afrique de l'Est, mais également une riche collection d'ossements d'animaux appartenant à des espèces disparues telles que les chats à dents de sabre et les mammouths.

     

    Israel le site de ubeidiya emil alagem autorite des antiquites d israel

    Le site de 'Ubeidiya(Crédit image : Emil Alagem/Autorité des antiquités d'Israël)

     

    En 2018, après avoir réexaminé des os initialement déterrés à Ubeidiya en 1966, les scientifiques ont découvert ce qui semblait être une vertèbre du bas du dos d'un hominidé, le groupe qui comprend les humains, nos ancêtres et nos plus proches parents évolutifs

    " C'est formidable de voir de nouvelles découvertes provenant d'anciennes collections comme celle-ci ", a déclaré John Hawks, paléoanthropologue à l'Université du Wisconsin-Madison qui n'a pas participé à l'étude. " Cela montre qu'il reste toujours quelque chose à trouver même lorsque les archéologues pensent avoir tout fait."

    Après que les chercheurs ont comparé la vertèbre avec celles d'une gamme d'animaux - tels que des ours, des hyènes, des hippopotames, des rhinocéros, des chevaux, des gorilles et des chimpanzés - qui vivaient autrefois dans la région d'Ubeidiya, l'équipe a conclu que l'os provenait d'une espèce éteinte du genre Homo. (Il n'y a pas suffisamment de données sur cet os pour révéler s'il appartenait à une espèce connue d'humain disparu.)

    Sur la base de la taille, de la forme et d'autres caractéristiques de l'os, les chercheurs ont estimé qu'il appartenait à un enfant de 6 à 12 ans. Cependant, ils ont estimé qu'à la mort, l'enfant aurait mesuré environ 5 pieds 1 pouce (155 centimètres) et pesé environ 100 à 110 livres (45 à 50 kilogrammes) - aussi gros qu'un enfant moderne humain de 11 à 15 ans. En d'autres termes, cet enfant aurait eu la tête et les épaules plus grands que ses homologues modernes.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une autre légende qui perdure, le Yéti

    Une autre légende qui perdure, le Yéti - MAJ

     

    c-ria-yeti.jpg

    Patterson (1967)

     

    Son origine n’est pas connue tellement elle est lointaine, mais il est certain que le Yéti a toujours fait partie des légendes et croyances des peuples du Tibet. Yéti dans le nord-est du Népal (traduction : créature magique), Migö ou Migou (Homme Sauvage) dans l’Himalaya ou aussi Gang-Mi (Homme des glaciers), tous les sherpas des montagnes en ont entendu parler, certains l’ont même aperçu. Selon eux, il pourrait tuer un yack d’un seul coup de poing.

    Curieusement (mais peut-être pas tant que ça), les légendes du Yéti, aussi bien en Inde que jusqu’en Chine et Asie du sud-est (les Kmers en parlent), nous ramènent à un personnage ayant possiblement un lien avec les Annunakis de Sumer ! En effet, on trouve sa première citation écrite dans les manuscrits très connus du Ramayana, écrit en sanskrit aux alentours de notre an zéro, mais recopiant en grande partie des textes datant au minimum de 2000 ans AV. JC. Ces écrits ne sont pas seulement des textes religieux car, composés de sept livres, sont surtout composés de témoignages, données astronomiques et scientifiques (renommés en légendes et mythes à l’heure actuelle). Ce sont d’ailleurs les données scientifiques assez précises du ciel de l’époque qui ont permis la datation du règne de Rama, au 20° siècle avant J.C. Hormis le fait que ces données parlent des véhicules servant aux « dieux », ressemblants assez fortement à certains engins inconnus vus tout au long de l’Histoire humaine, ces textes parlent surtout des Hommes de l’époque et de leurs interactions avec les évènements de l’époque (Rama, héritier légitime, est désavoué par son père le « roi-dieu » et s’exile avec son frère et sa fiancée Sita. Cette dernière est enlevée par Ravana, cité comme un « démon » puissant et protégé des autres dieux et démons, mais pas des humains, et est emmenée vers des îles au sud (Sri Lanka peut-être). Après une épopée longue et une pénible recherche, Rama retrouve Sita…).

     450px-hanuman-statue-in-haladiagada-kendrapada.jpg

    Hanuman, Kendrapada

    Lire la suite

  • Mexique: les mystérieuses dalles de San Miguel Ixtapan

    Mexique: les mystérieuses dalles de San Miguel Ixtapan

     

    Ixtapan0

    Crédit ARX Project

     

    Le ARX Project vient d'annoncer la récupération et le transport réussies de la plus grande des dalles de pierre mégalithique de la région de San Miguel Ixtapan, dont les fragments ont été trouvés dans un ranch à quelques kilomètres du site archéologique au début de 2021.

    Toute l'opération a été coordonnée par l'archéologue Victor Osorio, directeur du site archéologique de San Miguel Ixtapan, et l'association ARX, en collaboration avec l'Institut national mexicain d'anthropologie et d'histoire (INAH) et le Sec retaire de la culture de l'État du Mexique.

    Comme le précise les fondateurs de l'ARX Project, Le projet a été lancé en 2020 dans le but de fournir une approche multidisciplinaire à l'étude du passé antique. Ils travaillent en partenariat avec des institutions gouvernementales et non gouvernementales pour faire progresser notre connaissance de l'histoire humaine et des origines de la civilisation. C'est une organisation à but non lucratif basée au Mexique qui est soutenue par le travail et la passion de ses associés, ainsi que par la générosité et les contributions de nos sponsors, publics et privés. Les fondateurs sontMarco M. Vigato, italien vivant au Mexique, a étudié à Harvard et à l'université Bocconi de Milan. Il fait des recherches sur les civilisations anciennes en tant que chercheur indépendant depuis 15 ans. Il est un expert de la Méso-Amérique ancienne, ainsi qu'un contributeur régulier au magazine en ligne Ancient Origins et à divers autres journaux et podcasts imprimés et en ligne. Il est également l'auteur d'ouvrages et de publications sur divers sujets d'histoire et de préhistoire liés aux origines de la civilisation. Ludovic Celle, français vivant à Oaxaca, est diplômé en architecture de l'école d'architecture de Grenoble. Il est illustrateur spécialisé en architecture depuis 12 ans, depuis 2017 avec un focus sur la visualisation précolombienne et l'investigation iconographique. Sa reconstruction 3D détaillée de la ville postclassique zapotèque de Mitla lui a valu des éloges dans le domaine archéologique. Son enquête centrale est le vaste monde des conceptions de frettes étagées à travers le continent américain. Alexandre Tokarz, Polonais vivant à Mexico, a fréquenté le California College of the Arts à San Francisco où il a obtenu un baccalauréat en architecture. Il a passé plusieurs années à travailler au Danemark avec Bjarke Ingels Group, Henning Larsen Architects et 3XN Architects. Par la suite, il a obtenu une maîtrise ès arts en architecture de l'Arkitektskolen Aarhus au Danemark. Avec son propre studio de design, il a construit de nombreux projets au Mexique, notamment en participant aux efforts de reconstruction après le tremblement de terre du 19 septembre 2017. Leur équipe est composée d'experts de différentes disciplines, notamment des archéologues, des géophysiciens, des spéléologues, des architectes, des ingénieurs, des photographes et des artistes numériques.

     

    San miguel ixtapan

    Une composition photographique des près de 14 dalles de pierre mégalithiques connue du site de San Miguel Ixtapan. Source : Marco M. Vigato

     

    Leur site internet se centralise sur ce résumé : " La question de l'origine de la civilisation mésoaméricaine a intrigué des générations d'archéologues, d'historiens de la culture et d'anthropologues. Les Olmèques, qui ont prospéré entre 2 500 et 400 av. JC. 
    Depuis le début des années 1990, cependant, une nouvelle hypothèse a émergé selon laquelle la civilisation mésoaméricaine n'est pas apparue isolément, mais dans le cadre d'un réseau complexe d'interactions commerciales régionales qui ont favorisé les échanges culturels et la diffusion de styles artistiques similaires ainsi que la poterie, la pierre et techniques de travail des métaux dans une vaste zone entre l'ouest du Mexique, l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud.  
    Ces contacts ont certainement profité du vaste réseau fluvial de l'ancien Mexique et du Guatemala, en particulier le long des rivières Balsas et Usumacinta, où se trouvent certains des premiers centres de la civilisation mésoaméricaine en dehors de la côte du golfe du Mexique. 
    En adoptant une vision panaméricaine du développement de la civilisation dans les Amériques, notre mission est de documenter la mosaïque complexe d'influences culturelles qui ont façonné la période formatrice et classique de la civilisation mésoaméricaine. 
    Nos méthodes combinent l'exploration traditionnelle avec l'utilisation des dernières technologies en imagerie aérienne et satellite pour aider à démêler le grand puzzle des origines mésoaméricaines, en cartographiant et en documentant les couloirs commerciaux et les centres originaux de civilisation des Amériques.
    "

    Et les sites étudiés sont : Mitla, Oaxaca, Étude et exploration géophysiques - San Miguel Ixtapan, Une influence andine au centre du Mexique ? - Tamoanchan, Cités perdues des hauts plateaux du centre du Mexique et Mictlan, Exploration souterraine de Teotihuacan (Tunnels et grottes).

     

    Nous nous intéressons ici au Projet San Miguel Ixtapan, dont les énormes dalles gravées de formes géométriques découvertes récemment reflètent une étonnante similitude avec les structures proches du Lac Titicaca en Bolivie, surtout celles de Puma Punku.

     

    Ixtapan8

    Vue de la partie fouillée du site archéologique de San Miguel Ixtapan, dans l'État de Mexico. Crédit Marco M. Vigato

     

    " Au cours du siècle dernier, des dizaines de dalles de pierre mégalithiques sculptées d'origine et de fonction inconnues ont été découvertes dans le sud de l'État de Mexico et au nord de Guerrero, principalement autour du petit site archéologique de San Miguel Ixtapan. 

    Les fouilles menées à San Miguel Ixtapan à partir de 1995 ont révélé de nombreuses structures archéologiques, dont une grande pyramide, un terrain de balle mésoaméricain et un escalier monumental construit d'énormes blocs de basalte. Ils ont également découvert une chambre mystérieuse sur un côté de la pyramide principale qui, pour des raisons inconnues, avait été rituellement enterrée dans l'antiquité sous une couche de plâtre et de stuc de 2 mètres (6 pieds) d'épaisseur. La chambre contenait deux énormes dalles mégalithiques couvertes de motifs géométriques complexes et plusieurs idoles dans une pose particulière de bras croisés. La découverte a montré hors de tout doute que les dalles étaient en effet des artefacts anciens et non coloniaux fabriqués avec des outils en métal.

     

    Ixtapan1

    Crédit ARX Project

     

    Déjà dans un article de 1959, l'anthropologue américain Charles R. Wicke avait décrit de nombreuses dalles mégalithiques similaires de l'Hacienda voisine de Guadalupe, remarquant leur grande similitude avec les styles artistiques et architecturaux sud-américains. "

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'énigmatique Çatalhöyük, vieille de 9500 ans minimum

    L'énigmatique Çatalhöyük, vieille de 9500 ans minimum

     

    catalhoyuk-07-2013b.jpg

     

    Çatalhöyük, actuelle Turquie, est l'une des colonies les plus anciennes du monde, fondée dans ce qui est maintenant la Turquie autour de 7500 avant notre ère (9500 ans avant maintenant). De nouvelles analyses sur les squelettes de l'endroit révèle quelque chose d'étrange à propos de cet ancien village : personne ne se souciait beaucoup des liens familiaux...

    Découvert dans les années 1950, Çatalhöyük était autrefois la ville d'environ 10.000 personnes et a couvert environ 100.000 mètres carrés. Elle représente encore les débuts les plus dramatiques pour les humains sortant de la vie nomade, de l'existence de chasseurs-cueilleurs qui a défini notre espèce et l'évolution de nos ancêtres depuis des millions d' années. Les agriculteurs de Çatalhöyük vivaient dans des maisons en briques crues, qui ont toutes été entassées et serrées ensembles sans aucune rue entre les deux. Au lieu de portes, les résidents préféraient monter sur des échelles, puis entraient dans les maisons à travers le toit..

    catalhoyuk.jpg

    Comme vous pouvez l'imaginer, ces maisons ont été un aspect déterminant de la vie de leurs différents résidents, qui ont décoré les murs avec des illustrations complexes et enterraient leurs morts sous le plancher, avec chaque maison contenant une trentaine de cadavres sous elles. Ce sont ces organismes qui ont attiré l'attention des militaires anthropologues américains Marin Pilloud et Clark Spencer Larsen de l'État de l'Ohio, qui ont tenté d'essayer de déterminer exactement comment les cadavres étaient liés entre eux.Voir ci-dessous :

    Lire la suite

  • Un pendentif de 41500 ans et un collier de perles de 9000 ans

    Un pendentif de 41 500 ans et un collier de perles de 9 000 ans

     

    Jordanie collier 9000ans 03

    Entouré de gorges profondes, le site néolithique de Ba`ja se trouve sur un haut plateau au milieu
    des montagnes de la région de Petra, dans le sud de la Jordanie [Crédit : HGK Gebel]

     

    Fin de mois de novembre 2021 préhistorique avec la découverte d'un pendentif gravé en mammouth daté de 41 500 ans et la reconstitution d'un très ancien collier découvert en Jordanie, daté de 9 000 ans.

     

    Commençons par le plus ancien avec la découverte d'un pendentif vieux de 41 500 ans sculpté dans un morceau de défense de mammouth laineux, qui pourrait être le plus ancien exemple connu de bijoux décorés en Eurasie fabriqués par des humains, selon les archéologues.

    Le pendentif a été trouvé dans la grotte de Stajnia, un abri sous roche naturel dans le sud de la Pologne. Les résultats de la datation au radiocarbone, publiés dans Scientific Reports 1, suggèrent qu'il est plus ancien de milliers d'années que les artefacts décorés de la même manière provenant d'autres sites. D'autres objets trouvés dans la grotte de Stajnia incluent un poinçon de 7 centimètres de long - un outil pointu utilisé pour faire des trous - façonné à partir d'un morceau d'os de cheval.

    « Ceux qui ont fabriqué les artefacts de Stajnia avaient clairement un langage, et la nature des artefacts eux-mêmes nous donne un aperçu fascinant de ce que les fabricants ont pu apprécier et de leur monde », explique Laura Basell, archéologue à l'Université de Leicester, au Royaume-Uni. " Il est raisonnable de suggérer que les chevaux et les mammouths étaient vraiment importants dans leur vie et que ces objets ont une signification à plusieurs niveaux."

     

    Pendentif 41500ans pologne

    Le pendentif, vu ici sous deux angles différents, présente des trous percés et une cinquantaine d'indentations plus petites qui créent une courbe irrégulière. Crédit : Antonino Vazzana/BONES Lab

     

    Le pendentif de forme ovale a deux trous percés et est décoré d'au moins 50 petites marques de perforation qui créent une courbe en boucle. Le véritable but et la signification de ces points restent flous, mais ils pourraient représenter un système de comptage, des observations lunaires ou un moyen de marquer des victimes, suggèrent les chercheursL'extrémité pointue du poinçon en os de cheval est usée, ce qui indique une utilisation intensive.

    La datation au radiocarbone place le morceau de défense de mammouth utilisé pour fabriquer le pendentif entre 41 730 et 41 340 ans.

    Le pendentif lui-même ne pouvait pas être beaucoup plus ancien que sa décoration - les défenses de mammouth n'étaient pas souvent conservées dans la région en raison des conditions écologiques locales. " Une vieille défense de mammouth aurait été impraticable pour façonner l'ornement Stajnia et sculpter le motif ponctué ", explique Sahra Talamo, chimiste à l'Université de Bologne en Italie, qui a dirigé l'étude. Le poinçon avait environ 42 000 ans.

    Talamo et ses collègues ont comparé leurs découvertes avec des objets présentant des motifs en pointillés similaires provenant de sites archéologiques d'Allemagne, de France, de Russie et de l'Arctique sibérienLe pendentif de la grotte de Stajnia est antérieur à d'autres objets décorés de la même manière trouvés ailleurs de 2 000 ans, selon l'équipe.

    « Par rapport à des artefacts tels que des objets lithiques – des outils en pierre taillée – les découvertes de ce type sont vraiment assez inhabituelles », explique Basell. " Les dates correspondent bien aux dates des premiers instruments de musique connus en Europe en provenance d'Allemagne."

    Mais l'affirmation de l'équipe selon laquelle le pendentif est le plus ancien bijou orné d'Eurasie pourrait s'avérer controversée.

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Des tablettes gravées de Stonehenge de 5000 ans analysées

    Des tablettes gravées de Stonehenge de 5000 ans analysées

     

    1e chalk plaques 680

    Faces supérieures des plaques de craie gravées de la région de Stonehenge. Crédit image : Davis et al ., doi : 10.1017/ppr.2021.13.

     

    Une équipe d'experts de Wessex Archaeology a analysé quatre anciennes plaques de craie de la région de Stonehenge, dans le sud de l'Angleterre. Leurs résultats placent les plaques dans la première partie du 3e millénaire avant notre ère, ce qui, avec l'identification de motifs individuels, permet de reconsidérer les artefacts et les dessins dans le corpus de l'art néolithique dans les îles britanniques. Comme nous venons tout juste d'entrer dans le 3ème  millénaire après JC, ces plaques de craie ont donc environ 5 000 ans, tout en sachant maintenant que certaines des pierres de Stonehenge datent en fait " d'une plage de 6980 ± 2120 av. J.-C. à 1900 ± 20 après J.-C., la grande erreur reflétant les distributions de doses équivalentes hétérogènes à âge mixte. Les échantillons dans les remblais primaires des quatre trous de pierre échantillonnés ont des combinaisons pondérées, suggérant une date de construction probable de 3 530 ± 330 avant JC (5,55 ± 0,33 ka) du henge d'origine.https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/stonehenge-une-imitation-d-un-monument-plus-ancien.html

    La craie a fourni un matériau des plus attrayants pour la gravure depuis d'innombrables générations. Il offre des surfaces qui peuvent être lissées, permettant aux conceptions d'être esquissées, retravaillées, modifiées ou effacées en conséquence.

    La matière est irrésistible ; des exemples récents incluent un insigne de régiment sculpté par des membres du régiment de Liverpool Pals pour documenter leur présence dans une tranchée d'entraînement de première ligne de la Première Guerre mondiale à Perham Down dans la plaine de Salisbury, dans le Wiltshire.

    Les exemples les plus spectaculaires de craie gravée préhistorique concernent un petit nombre d'objets portables, principalement les trois Folkton Drums, Folkton, North Yorkshire et deux plaques carrées d'une fosse du Néolithique tardif, la Chalk Plaque Pit près d'Amesbury, Wiltshire.

    Les Folkton Drums et les plaques de craie fournissent collectivement les exemples les plus fréquemment illustrés d'art gravé sur craie de Grande-Bretagne.

    https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/abs/two-incised-chalk-plaques-near-stonehenge-bottom/C5CEE034EB795689CA4AA7458B0385EE

    De plus, deux autres plaques de craie fragmentaires sont maintenant connues de la région de Stonehenge : un exemple brisé de Butterfield Down, Amesbury et un autre fragment de Bulford, à seulement 7 km de Stonehenge.

    « La fosse à plaques de craie, découverte en 1968, a été l'une des découvertes les plus importantes de l'art de la craie du néolithique tardif en Grande-Bretagne, et au cours des cinq dernières décennies, nous avons vu des plaques supplémentaires découvertes dans la région de Stonehenge qui ont aidé l'étude », a déclaré le Dr. Bob Davis, ancien agent principal de projet chez Wessex Archaeology.

     

    1e chalk plaques

    Faces supérieures des plaques de craie gravées de la région de Stonehenge. Crédit image : Davis et al ., doi : 10.1017/ppr.2021.13. - Cliquer pour agrandir.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des traces préhistoriques dans les îles Falkland-Malouines

    Des traces préhistoriques dans les îles Falkland-Malouines

     

    Falklandssciadv abh3803 f2 650

    Crédit photo : Kit Hamley, Université du Maine. Données cartographiques : 2015 Google. Creative Commons Attribution NonCommercial License 4.0 (CC BY-NC)

     

    Découvertes par Amerigo Vespucci au début du 16e siècle, puis visitées par Esteban Gómez (1520), Simón de Alcazaba et Alonso de Camargo (avant 1540), les îles Malouines sont baptisées en 1592 par les Anglais « îles méridionales de Davis », nom que leur donna le navigateur anglais John Davis. Deux ans plus tard, en 1594, le navigateur anglais Richard Hawkins les nomme « Hawkins’s Maiden-Land ». En 1600, le navigateur hollandais Sebald de Weert y accoste à son tour et leur donne le nom d'« îles Sebald ». Lors d'une nouvelle exploration en 1690John Strong, qui dirige l'expédition, les baptise à son tour Falkland Islands, d'après son seigneur, Anthony Cary, 5e vicomte de Falkland (une petite ville du Sud-Est de l'Écosse dans le Fife). Le Français Louis-Antoine de Bougainville les visite à son tour en 1764, et leur donne le nom d'« îles Malouines », d'après les marins et pêcheurs de Saint-Malo, qui furent les premiers colons permanents connus de ces îles. Les Malouins pratiquaient beaucoup au 18e siècle le commerce interlope avec la côte ouest de l'Amérique du Sud. S'inspirant de cette dénomination, les Espagnols nomment quant à eux l'archipel Islas Malvinas.

    Désertes jusqu'à leur découverte par les Européens au 16e siècle, les îles Malouines sont colonisées en 1764 sous la direction du français Louis-Antoine de Bougainville, mais passent quelques années plus tard (1767) sous souveraineté espagnole. Elles font ensuite l'objet de revendications territoriales de l'Espagne et du Royaume-Uni, ce qui conduit à une crise diplomatique, la crise des Malouines de 1770, conclue par un compromis entre les deux États. Après son indépendance de l'Espagne en 1816, l'Argentine se proclame héritière de la souveraineté espagnole sur les îles Malouines, situées au large de ses côtes.

    Le Royaume-Uni contrôle cependant l'archipel à partir de 1833, et y installe progressivement des colons d'origine britannique. Il maintient sa domination sur les îles pendant la Première Guerre mondiale, en remportant la bataille des Falklands contre la marine impériale allemande. L'Argentine conteste la souveraineté britannique sur les îles Malouines, et tente d'en prendre le contrôle par les armes en 1982 : c'est la guerre des Malouines, dont le Royaume-Uni sort vainqueur...

    Mais des expéditions scientifiques récentes par l'Université du Maine (USA) affirment maintenant que les Européens n'ont pas été les premiers à mettre les pieds sur les îles, et que les premiers arrivés provenaient probablement d'Amérique du sud, confortant indirectement les revendications argentines...

    Kit Hamley, chercheure diplômé de la National Science Foundation avec l'UMaine Climate Change Institute, a dirigé la toute première enquête scientifique sur la présence humaine préhistorique dans l'archipel de l'Atlantique Sud. Elle et son équipe ont collecté des ossements d'animaux , des enregistrements de charbon de bois et d'autres preuves à travers les îles au cours de plusieurs expéditions et les ont examinés à la recherche d'indications d'activité humaine à l'aide de la datation au radiocarbone et d'autres techniques de laboratoire.

    Un signe notable de l'activité humaine pré-européenne dérivé d'un enregistrement de charbons de bois vieux de 8 000 ans collecté dans une colonne de tourbe sur New Island, située à la limite sud-ouest du territoire. Selon les chercheurs, le dossier a montré des signes d'une augmentation marquée de l'activité des incendies en 150 de notre ère, puis des pics abrupts et significatifs en 1410 EC et 1770 EC, ce dernier correspondant à la colonisation française initiale.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Israel : des sites archéologiques controlés par l'armée

    Israel : Des sites archéologiques controlés par l'armée

     

    Rujmelhiri1

    Rujm-EL-Hiri, vu du dessus (photo Itamar Greenberg)

     

    Six sites archéologiques sur des terres contrôlées par l'armée israélienne (et un dans une prison)

     

    Certains de ces sites possédés par la marine israélienne, l'armée de l'air et d'autres bases peuvent être visités, s'ils sont organisés à l'avance et probablement uniquement le week-end lorsque les zones de tir ne sont pas actives. YH : en effet, jusque récemment, certaines cibles étaient des murs anciens... Ce sont seulement les sites connus et parfois visitables, il est possible qu'il y en ait d'autres sous des bases secrètes.

    La polyvalence avec la gestion des terres est le nom du jeu dans un petit pays comme Israël. Un résultat est une juxtaposition malheureuse entre les sites archéologiques et les bases militaires, les sites d'entraînement et les zones de tir. En visitant certains de ces sites, si l'on peut, on peut voir non seulement des merveilles du passé, mais aussi des obus utilisés, des bâtons lumineux sur des pagaies pour la pratique de la cible, des barils perforés par des balles et d'autres signes d'opérations militaires. Répertoriés du nord au sud, voici quelques sites archéologiques maintenant détenus par l'armée israélienne, de l'armée de l'air, des bases navales et des zones de tir.

     

    Rujm el Hiri : "La roue des fantômes" - YH : j'ai fait un long article sur ce dernier en 2014 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-cercles-et-le-tumulus-de-rogem-hiri-en-syrie.html

    Dans une zone d'entraînement militaire sur les hauteurs du Golan se trouve un mystérieux site archéologique. Appelé par beaucoup le « Stonehenge d'Israël », cinq cercles concentriques entourent un tas de pierres que certains postulent comme une chambre funéraire, bien qu'aucun reste humain n'ait été trouvé. Son nom arabe est Rujm el Hiri, d'après les géants mentionnés dans la Bible et il se trouve dans une zone de tir de l'armée israélienne. Il se trouve également près de la frontière d'Israël avec la Syrie, à environ 8,5 kilomètres, et est adjacent à d'anciens champs de mines.

    Il s'agit d'une randonnée à partir d'un parking en terre battue pour les visiteurs et est ouvert aux visiteurs le week-end ou les jours fériés, lorsque les militaires ne tirent pas ou ne s'entraînent pas.

    Il y a une petite chambre sous l'énorme tas de roche central : l'entrée de la structure vieille de 5 000 ans était apparemment alignée avec le soleil pour le solstice d'été, ce qui pourrait théoriquement être lié à des pratiques cérémonielles. Le site a inspiré de nombreuses théories dans le domaine de l'archéologie marginale, y compris des géants, des champs d'énergie surnaturels et même – étrangement spécifiquement – ​​un centre de guérison dirigé par une prêtresse nommée Nogia Nogia, selon un médium qui a visité le site.

    Une théorie peut-être moins mystique suggère que le peuple chalcolithique qui l'a construit a utilisé le site pour les enterrements célestes, ce qui implique de laisser les cadavres sur un monticule, une tour ou autrement exposés aux vautours pour que la chair soit mangée. L'archéologue Rami Arav a comparé le monticule de Rujm el Hiri aux « tours du silence » trouvées en Iran et en Inde. Pas un récit définitif pour le site, mais plus probable que Nogia Nogia. YH : un rapport évident avec la couronne surmontée de vautours datée aussi du chalcolithique : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-mysterieuse-couronne-de-6000-ans-du-desert-de-judee.html

     

    Château des Pèlerins - la Forteresse des Templiers

    Dominant une petite péninsule juste au sud de Haïfa se trouve une imposante forteresse templière, construite pendant la cinquième croisadeC'est l'une des plus grandes fortifications encore debout de cette époque, y compris son église, ses écuries, ses fours, ses portes et ses bains publics. Le site possède également un cimetière des Croisés relativement intact, avec plus de 1 000 sépultures et quelques stèles funéraires, vestiges de la force militaire qui a entrepris de reconquérir la Terre Sainte des musulmans, pour finalement échouer.

    Cependant, l'accès est restreint car la forteresse se trouve à l'intérieur d'une base navale israélienne, utilisée pour l'entraînement des commandos amphibies. Les visiteurs peuvent cependant profiter d'agréables couchers de soleil avec vue sur la forteresse et la base militaire de l'autre côté de la péninsule. Depuis que l'armée a réquisitionné la forteresse et la plage, les fouilles archéologiques ont été limitées.

     

    Forteressetemple israel

    La vue sur les ruines des Croisés d'Atlit depuis toute la péninsule. Crédit : Ilia kriv - vous pouvez cliquer pour agrandir

     

    YH : Etonnant que les Templiers aient installé une forteresse à proximité du fameux site englouti d'Atlit (une sorte d'Atlantide préhistorique), sur lequel j'ai fait deux articles :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/israel-le-site-englouti-de-atlit-yam-et-des-briques-cuites.html

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

    Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

     

    Terceira acores 7 decoupes antiques orientees soleil yherbo 730

    Terceira-Açores-7 découpes antiques orientées lever soleil - Crédit Yves Herbo

     

    Une équipe internationale de chercheurs a trouvé des preuves que des personnes vivaient sur des îles de l'archipel des Açores environ 700 ans plus tôt que les preuves précédentes ne l'avaient montré. Dans leur article, publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences, le groupe décrit son étude des carottes de sédiments prélevées dans les lacs de certaines des îles de l'archipel.

    En raison de l'absence d'autres preuves (YH : il y en a pourtant d'étudiées depuis au moins une décennie par des archéologues locaux et il y a même eu une conférence internationale déjà en 2013 !), les historiens pensent que les gens sont arrivés aux Açores pour la première fois en 1427, lorsque le marin portugais Diogo de Silves a débarqué sur l'île de Santa Maria. Peu de temps après, d'autres du Portugal sont arrivés et ont élu domicile dans l'archipel. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé des preuves que des humains vivaient sur certaines des îles des Açores environ 700 ans plus tôt. (YH : c'est un minimum car il y a de toute évidence des traces de mégalithisme, de probables traces de Phéniciens et Romains...)

    Cherchant à en savoir plus sur l'histoire des Açores, les chercheurs ont commencé à collecter des échantillons de sédiments de plusieurs lacs des îles et à les étudier pour voir ce qu'ils pourraient révéler. Les échantillons de sédiments peuvent servir de preuves historiques parce que la matière dans l'air qui tombe à la surface d'un lac puis au fond du lac est recouverte de nouvelles couches de sédiments au fil du temps.

     

    Lac peixinho sur l ile de pico acores

    Les biomarqueurs du lac Peixinho sur l'île de Pico aux Açores suggèrent la présence d'élevage et d'agriculture sur brûlis dès 700 CE : IMAGEBROKER/ALAMY STOCK PHOTO - cliquer pour agrandir

     

    L'analyse des carottes de sédiments a montré une augmentation du 5-bêta-stigmastérol dans une couche de carotte datée entre 700 CE et 850 CE, prélevée dans le lac Peixinho. Le composé se trouve généralement dans les excréments du bétail, tels que les vaches et les moutons, dont aucun ne vivait aux Açores avant l'arrivée de l'homme. Ils ont également constaté une augmentation des particules de charbon de bois (suggérant que de grands incendies avaient brûlé) ainsi qu'une baisse des pollens d'arbres indigènes. Les résultats suggèrent que quelqu'un avait brûlé la forêt pour fournir plus de terres pour le bétail. Les chercheurs ont trouvé des preuves similaires dans des carottes prélevées dans le lac Caldeirão, qui se trouve sur une île différente, bien qu'elles soient apparues environ un siècle plus tard. Et ils ont trouvé des preuves de ray-grass non indigène (plante fourragère de la famille de l'ivraie) dans les sédiments d'un lac sur une troisième île.

     

    Lac caldeirao a l interieur de la caldeira effondree de l ile de corvo

    Lac Caldeirão à l'intérieur de la caldeira effondrée de l'île de Corvo. Crédit : Santiago Giralt.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des ruines au large des Canaries ?

    Des ruines au large des Canaries ?

     

    Moroccosunkenbuilding

     

    Suite de mes enquêtes sur les cités préhistoriques et antiques englouties, recherches sur l'Atlantide et autre civilisations légendaires...

    Cet article est en complément des autres recherches au niveau de la zone d'Atlantique centrale proche de l'Europe et de l'Afrique de l'Ouest : Açores, Pays Basque et Landes françaises, cotes du Portugal, d'Espagne, Gibraltar, Maroc, Mauritanie, Canaries et Iles du Cap Vert... des liens vers les articles de ces zones sont en bas de cet article.

    Un petit aparté pour parler brièvement des affirmations de la psychologue et linguiste passionnée d'Atlantide, Maxine Asher, au sujet d'une expédition organisée par elle avec les fonds de la célèbre université américaine privée Pepperdine. C'est en 1973 que cette expédition a eu lieu, au large de Cadiz et Gibraltar en Espagne et au large du Maroc

    Composée de 70 enseignants, étudiants et d'autres parties intéressées, les membres de l'expédition étaient préparés pour des plongées libres le long de la côte de l'Espagne et du Maroc, à la recherche de preuves de l'île perdue d'Atlantide. Employée à l'époque par Pepperdine comme expert de l'enseignement audiovisuel, Asher a exprimé sa confiance dès le début que le voyage serait un succès. Le groupe a ensuite affirmé avoir découvert et photographié des artefacts atlantes, mais ils ont été contraints de chercher refuge en Irlande après avoir eu des problèmes avec le gouvernement fasciste espagnol de Franco, qui croyait qu'ils étaient des espions. Asher a affirmé qu'il y avait eu des tentatives de meurtre, et que, à un moment, elle a été forcée de sauter d'une voiture en mouvement, pour échapper à des kidnappeurs. Elle a écrit un scénario qui n'a jamais été produit sur ses expériences espagnoles. Après son arrivée en Irlande, son groupe a exploré des sites intérieurs autour de la baie de Galway, Craughwell, et la péninsule de Dingle, et a mené des plongées dans la région de la baie de Galway, près de la côte des îles d'Aran. Ces enquêtes ont été menées en Irlande dans la conviction que les mégalithes irlandais anciens sont vraiment le travail des Atlantes... Aucun matériel n'a jamais été publié, Asher a affirmé que son travail et ses preuves avaient été censurés (volés ?) par les autorités religieuses chrétiennes ou juives car certaines prouvaient l'impossibilité de certaines données bibliques... Asher a tout de même publié plusieurs livres sur le sujet mais ses tentatives pour sa propre existence et vie (les moyens pour gagner sa vie) ont surtout mené à sa mise au banc des accusés (à tord ou à raison) pour des détournements de lois sur l'éducation, et sa ruine, l'exil. Elle est décédée récemment en 2015 :

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

    Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

     

    Geoglyphesiberie1

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans. Image composite : Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie, SiberianTimes

     

    Un géoglyphe a été découvert en Sibérie en septembre 2021, en forme de taureau de galets et de grès de 3 mètres sur 4 et il est le premier géoglyphe animal découvert dans cette partie du monde.

    La découverte a été faite près du village de Khondergey dans le sud-ouest de la République de Touva, près de la frontière de la Russie avec la Mongolie. 

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans, ce qui rend le géoglythe de mille ans plus vieux que le cheval blanc taillé à la craie en Angleterre (YH : dont je parle ici) et deux fois plus vieux que les lignes de Nazca au Pérou (YH : mais probablement pas ceux de Palpa attribués aux Paracas). 

    Seul le dos du taureau avec les pattes arrière et une queue a été conservé, la partie avant a été involontairement détruite dans les années 1940 par la construction de routes.

     

    Geoglyphesiberie2

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Il s'agit de la première découverte de ce type non seulement pour la République de Touva, mais à travers l'Asie centrale.

    " Le motif du taureau est très typique des cultures d'Asie centrale de l'ère du bronze ancien. Plus tard, à l'époque scythe, les taureaux ont été remplacés par des cerfs. "

     

    Geoglyphesiberie3

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

    Indonésie: découverte du plus ancien ossement humain à Wallacea

     

    Indonesie machoirewallacea4 730

     

    Fig 6. Maxillaire droit et processus frontal (Maros-LBB-1a) de la couche 4a à Leang Bulu Bettue. - Crédits photos : Ratno Sardi (publicité) ; David Bulbeck (e). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0257273.g006

     

    La mâchoire découverte dans une grotte indonésienne représente les plus anciens restes humains trouvés à Wallacea

     

    Dans une grotte de l'île indonésienne de Sulawesi, une équipe internationale de chercheurs a mis au jour une mâchoire qui représente le plus ancien reste humain jamais trouvé à Wallacea. Le groupe a publié un article décrivant sa découverte sur le site en accès libre PLoS ONE.

    Au cours des dernières décennies, les archéologues ont trouvé des preuves d'anciens peuples vivant à Wallacea, un groupe d' îles indonésiennes relativement proches de l'Australie. Dans une grotte appelée Leang Bulu Bettue, ils ont trouvé des outils, des bibelots et de l'art rupestre, mais peu de restes humains. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé une mâchoire avec trois molaires attachées. La datation des ornements, des pigments et de l'art portable entourant la découverte suggère que les restes provenaient d'un humain moderne vivant dans la région il y a entre 16 000 et 25 000 ans, pendant la période glaciaire. La découverte pourrait faire la lumière sur les personnes qui vivaient dans la région à cette époque - les scientifiques pensent qu'elles étaient les ancêtres de personnes arrivées par bateau des milliers d'années auparavant, et les ancêtres des premières personnes modernes à arriver en Australie.

     

    Indonesie machoirewallacea

    Fig 1. Carte de Wallacea montrant l'emplacement de Sulawesi. Le site de la grotte du Pléistocène supérieur Leang Bulu Bettue est situé dans la péninsule sud-ouest de l'île, connue sous le nom de Sulawesi du Sud. Wallacea comprend une vaste zone d'îles océaniques situées à l'est d'une limite biogéographique importante, la ligne Wallace. Cet archipel est positionné entre les régions continentales de l'Asie (Sunda) et de l'Australie-Nouvelle-Guinée (Sahul). La ligne malaise-papoue délimite une division majeure est-ouest dans la diversité génétique des populations humaines modernes à Wallacea. Source de la carte, Shuttle Radar Topography Mission 1 Arc-Second Global par NASA/NGS/USGS ; Grille GEBCO_2014, version 20150318 ( http://gebco.net ). Carte de base générée à l'aide d'ArcGIS par M. Kottermair et A. Jalandoni.

     

    Résumé de la publication :

    " Des lacunes importantes subsistent dans notre connaissance de l'histoire ancienne de l'Homo sapiens à Wallacea. Il y a 70 à 60 000 ans (ka), les humains modernes semblent être entrés dans cette zone biogéographique distincte entre l'Asie continentale et l'Australie. Malgré cela, il existe relativement peu de sites du Pléistocène supérieur attribués à notre espèce à Wallacea. Les restes fossiles de H. sapiens sont également rares. Auparavant, une seule île de Wallacea (dans la partie sud-est de l'archipel) avait fourni des preuves squelettiques de l'homme moderne pré-Holocène. Nous rapportons ici les premiers restes squelettiques humains du Pléistocène de la plus grande île wallacée, SulawesiLes éléments récupérés consistent en un palais presque complet et un processus frontal d'un maxillaire droit de l'homme moderne excavé de Leang Bulu Bettue dans la péninsule sud-ouest de l'îleDaté par plusieurs méthodes différentes entre 25 et 16 ka, le maxillaire appartient à un individu d'âge et de sexe inconnu, avec de petites dents (seulement M 1 à M 3 existent) qui présentent une usure occlusale sévère et des pathologies dentaires associées. Le motif d'usure dentaire est inhabituel. Ce spécimen fragmentaire, bien que largement non diagnostiqué en ce qui concerne l'affinité morphologique, fournit le seul aperçu direct que nous ayons actuellement des archives fossiles sur l'identité du peuple du Pléistocène supérieur de Sulawesi. "

     

    Indonesie machoirewallacea1

    Fig 2. Fouilles à Leang Bulu Bettue. (ab) aperçu de la tranchée dans la zone de l'abri sous roche (2017) ; (a) vue du sud au nord; (b) vue du nord-ouest au sud-est. (c) plan du site montrant la disposition des carrés excavés dans l'abri-sous-roche et la grotte (2013-15, 2017-18).

     

    Les restes squelettiques d'humains anatomiquement modernes (AMH) sont rares dans les archives du Pléistocène supérieur de l'Asie du Sud-Est insulaire. Les preuves disponibles sont actuellement limitées à un petit nombre de spécimens fouillés à Bornéo, Java, Palawan et Alor [ 1 , 2 ]. Les restes d'AMH sont particulièrement rares dans l'archipel wallacé, ou Wallacea [ 2 ], une zone biogéographique distincte composée de milliers d'îles océaniques ( Fig 1). Wallacea se situe entre le bord du plateau continental de l'Asie du Sud-Est (Sunda) et le "super-continent" de Sahul, la masse continentale qui a émergé pendant le Pléistocène à des moments où le niveau mondial de la mer baissait suffisamment pour drainer le détroit peu profond séparant l'Australie continentale de Nouvelle Guinée. Aucune des quelque 2000 îles de Wallacea n'a jamais été connectée à la Sonde ou à Sahul, même à la hauteur du dernier maximum glaciaire (LGM ; 22–19 ka) lorsque le niveau mondial de la mer a baissé jusqu'à 130 m.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite