antiquité

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

 

Chachapoya sarcophages

Retour sur cette culture précolombienne du Pérou très mal connue, dont j'ai déjà parlé ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

Il en est aussi question ici, vers la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/choquequirao-la-deuxieme-mysterieuse-machu-picchu.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html

 

Des découvertes archéologiques récentes ont jeté un nouvel éclairage sur l'histoire du peuple Chachapoya du PérouJusque dans les années 1990, la plupart de ce que nous savions de cette culture précolombienne - appelée les «guerriers des nuages» par les Incas - était basée sur des histoires de tiers-mains de chroniqueurs espagnols peu fiables. Même aujourd'hui, le puzzle Chachapoya a plus de lacunes que de pièces. Pourtant, l'intérêt et les connaissances pour la civilisation d'autrefois grandissent. En 2017, les ruines de Chachapoya au sommet d'une colline de Kuélap ont été équipées d'un téléphérique et commercialisées par le gouvernement péruvien comme un rival nordique du Machu Picchu. Deux ans plus tard, l'Unesco a inscrit les «sites Chachapoyas de la vallée d'Utcubamba» sur sa liste provisoire des sites du patrimoine mondial envisagés pour proposition d'inscription. 

Antérieure à l'Inca de plus de six siècles, la culture Chachapoya s'est épanouie à partir d'environ 800 après JC dans les hautes terres reculées du nord du Pérou, une zone de montagnes froissées, de profonds canyons et de chutes d'eau élevées où les pentes orientales des Andes se dissolvent dans le bassin humide de l'Amazone. Ici, une société vaguement unifiée de cacicazgos (petits royaumes) a progressivement pris racine, cultivant des champs en terrasse et agissant comme intermédiaires commerciaux entre les Andes et l'Amazonie. La population, qui comptait peut-être 500 000 âmes à son apogée, a produit un chaman puissant et a engendré un esprit de combat difficile. Elle a évolué avec peu de traumatismes extérieurs jusqu'à l'invasion des Incas dans les années 1470

Sans langage écrit, une grande partie de ce que l'on sait sur le Chachapoya provient de vestiges archéologiques trouvés sur des sites funéraires sur des falaises calcaires difficiles d'accès dans les forêts de nuages ​​du Pérou. Caractérisés par des sarcophages avec des visages humanoïdes et des mausolées ressemblant à des chalets qui ont été construits dans la paroi rocheuse et ornés d'images rouge rouille, ces tombes en pierre ou chullpas, qui regardent toujours de manière imposante des collines isolées, suggèrent une culture indépendante vigoureuse qui était nettement différente de ses voisins andinsContrairement aux autres civilisations sud-américaines, les Chachapoya semblaient éviter les hiérarchies. Leurs méthodes d'inhumation, bien que élaborées, semblent avoir été relativement égalitaires et l'architecture qui a survécu manifeste peu de symboles de statut et de pouvoir.

 

Ruines de kuelap2

ruines de Kuélap - Crédit Yolka

 

Compliquant les enquêtes, de nombreux chullpas ont été pillés; d'autres, comme ceux découverts sur une falaise surplombant la Laguna de los Cóndores en 1996, ont été repris et réutilisés par les Incas. La découverte des Cóndores a changé la donne dans la recherche archéologique péruvienne, qui a laissé deviner la sophistication des Chachapoya au moment où les Incas sont arrivés à la fin du XVe siècle. Un musée spécial a été construit en 2000 dans la ville voisine de Leimebamba pour abriter les objets. À l'intérieur des tombes, les archéologues ont trouvé plus de 200 momies de l'époque inca, ainsi que de simples céramiques, des objets en argent, des sculptures sur bois et des textiles uniques aux teintes rouges. Les Chachapoya étaient réputés pour leur tissage; leurs tissus brillants aux motifs animaliers étaient les vêtements préférés des Incas. 

Les rapports coloniaux espagnols décrivant le Chachapoya comme ayant la peau blanche et les cheveux blonds étaient probablement faux, alimentant des histoires fantastiques sur leurs origines sur des explorateurs mythiques d'outre-mer. Les recherches archéologiques ultérieures de la Laguna de los Cóndores et d'autres sites ont dissipé le mythe selon lequel les guerriers des nuages ​​étaient des Vikings déplacés. Ils étaient cependant réputés pour posséder un esprit guerrier robuste.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Egypte: retour à Taposiris Magna, nouvelles fouilles

Egypte: retour à Taposiris Magna, nouvelles fouilles

 

Egypte taposirismagna20210Ministry of Tourism and Antiquities Egypt

 

Voici une mise à jour de mon précédent article sur les recherches en cours de la tombe de Cléopâtre et Marc-Antoine : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/egypte-cleopatre-et-antoine-deux-momies-couvertes-d-or-decouvertes.html

 

Après l'assassinat de César, et la déclaration de guerre du Sénat romain à CléopâtreAntoine, son amant et allié, trahit Rome et rejoint le camp de Cléopâtre. Après la victoire décisive d'Octave, l'héritier de César, à Actium, Cléopâtre et Antoine se retirent à Alexandrie, où Octave assiège la cité jusqu'au suicide d'Antoine et de Cléopâtre.

L'historien romain Dion Cassius rapporte que le corps de Cléopâtre a été embaumé comme celui d'Antoine, et Plutarque note que, sur les ordres d'Octave, la dernière reine d'Egypte a été enterrée aux côtés de son époux romain, vaincu. Or aujourd'hui encore, nul ne sait où peut bien se trouver ce tombeau. On sait peu de choses en somme de l'antique Alexandrie : tremblements de terre, raz-de-marée, montée du niveau des eaux, affaissement de terrain, conflits...  l'ancienne Alexandrie se trouve maintenant à environ six mètres en dessous du niveau de la mer...

Au cours des dernières décennies, les archéologues ont finalement découvert la localisation approximative où le tombeau de Cléopâtre avait pu se trouver et sont à sa recherche. Les fouilles sous-marines commencées en 1992 par l'explorateur français Franck Goddio et l'Institut européen d'archéologie sous-marine ont permis aux chercheurs de cartographier les parties sous-marines de l'ancienne Alexandrie, ses colonnes et ses esplanades, le sol des palais royaux aujourd'hui submergés. Des sphinx en pierre, des pavés géants de calcaire, des colonnes de granit et des chapiteaux ont été rapportés à la surface, attisant la curiosité des historiens et des archéologues pour le monde de Cléopâtre.

« Mon rêve est de mettre au jour une statue de Cléopâtre », explique GoddioJusqu'à présent, les recherches sous-marines n'ont pas permis de mettre au jour le tombeau. 

Plus récemment, un temple du désert à l'extérieur d'Alexandrie est devenu le centre de toutes les attentions. Un monarque de l'intelligence et de la clairvoyance de Cléopâtre n'aurait-il pas choisi d'ensevelir une reine de son rang dans un lieu spirituellement plus important que le centre-ville d'Alexandrie ? Ses restes pourraient reposer aux côtés de ceux de son bien-aimé Marc-Antoine.

 

Taposiris magna temple 01

Taposiris Magna https://fr.wikipedia.org/wiki/Taposiris_Magna

 

En octobre 2005, de nouvelles fouilles y ont été décidées. Les deux mois d'excavation que Kathleen Martinez, avocate, archéologue et diplomate de la République dominicaineavait demandé se sont étendues à  trois mois, puis à cinq ans, puis jusqu'à nos jours...

Kathleen Martinez espérait démontrer que le temple comptait parmi les plus sacrés de son temps, qu'il était dédié au culte d'Osiris et d'Isis, et que des tunnels avaient été creusés sous les murs de l'enceinte. Au cours de la première année d'excavation, elle a été récompensée par la découverte d'un puits et de plusieurs chambres souterraines et tunnels. « L'une de nos plus grandes questions est "pourquoi ont-ils creusé des tunnels de cette ampleur", » dit-elle. « Ce devait être pour une raison très significative. »

Taposiris Magna est depuis devenu l'un des sites archéologiques les plus actifs d'Égypte. Plus d'un millier d'objets y ont été retrouvés, dont 200 considérés comme significatifs : poteries, pièces de monnaie, bijoux en or, têtes cassées de statues (probablement brisées par les premiers chrétiens). Sur le site de l'autel du temple, où des prêtres auraient fait des offrandes aux dieux, 200 artefacts portant le nom de Cléopâtre et son visage ont été découvertes.

De nos jours, une série de nouvelles découvertes remarquables ont été révélées par la mission égypto-dominicaine de l'Université de Saint-Domingue, dirigée par le Dr Kathleen Martinez, lors de fouilles archéologiques au temple Tabosiris Magna dans l'ouest d'Alexandrie, en Égypte, selon les responsables de la mission et l'administration de la zone des antiquités d'Alexandrie, le 29-01-2021https://twitter.com/TourismandAntiq/status/1355212095676174342?s=20

16 sépultures sculptées dans la pierre, dans le style des ouvertures murales, ont été découvertes au cours du processus, et malgré plusieurs momies dans un mauvais état de conservation, les objets découverts témoignent tous des caractéristiques typiques de la momification lors de l'Antiquité gréco-romaine. Le grand temple, dont seuls les murs extérieurs impressionnants subsistent aujourd'hui, était autrefois un centre de culte clé des dieux Osiris et Isis.

Les découvertes archéologiques découvertes sur place ont montré que le temple de Taposiris Magna avait une combinaison unique d'architecture de temple égyptienne et grecque.

Des amulettes en feuille d'or en forme de langue avaient été placées dans la bouche des momies découvertes, dans un rituel censé garantir que le défunt puisse parler dans l'autre monde. Deux momies ont également conservé les restes de rouleaux et des parties de la couche de cartonnage. Une momie, selon les archéologues, a des restes de dorure qui représentent Osiris, l'ancien dieu égyptien des morts.

 

Egypte taposirismagna2021a

Ministry of Tourism and Antiquities Egypt

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans

Edom : des tissus teints avec du violet royal de 3000 ans (rois David et Salomon)

 

Tissusteintes violetroyal1

Pour la première fois, des preuves rares ont été trouvées de tissus teints avec du violet royal datant de l'époque du roi David et du roi Salomon.

En examinant les textiles colorés de la vallée de Timna - un ancien district de production de cuivre dans le sud d'Israël - dans une étude qui a duré plusieurs années, les chercheurs ont été surpris de trouver des restes de tissu tissé, un gland et des fibres de laine teintes en violet royal. La datation directe au radiocarbone confirme que les découvertes datent d'environ 1000 avant notre ère, correspondant aux monarchies bibliques de David et Salomon à JérusalemLe colorant, produit à partir d'espèces de mollusques trouvées en Méditerranée, à plus de 300 km de Timna, est souvent mentionné dans la Bible et apparaît dans divers contextes juifs et chrétiens.

C'est la première fois que des textiles de l'âge du fer teints en violet sont découverts en Israël, voire dans tout le Levant méridional. La recherche a été menée par le Dr Naama Sukenik de l'Autorité des Antiquités d'Israël et le professeur Erez Ben-Yosef, du Département d'archéologie et des cultures anciennes du Proche-Orient Jacob M. Alkow à l'Université de Tel Aviv, en collaboration avec le professeur Zohar Amar, le Dr David Iluz et le Dr Alexander Varvak de l'Université Bar-Ilan et le Dr Orit Shamir de l'Autorité des Antiquités d'Israël. Les découvertes inattendues sont publiées aujourd'hui dans PLOS ONE.

" Le roi Salomon a fait lui-même le palanquin; il l'a fabriqué en bois du Liban. Il a fait ses poteaux en argent, sa base en or. Son siège était tapissé de pourpre, son intérieur incrusté d'amour ". (Cantique des Cantiques 3: 9-10).

 

Tissusteintes violetroyal1

Fragment de textile en laine décoré de fils teints en violet royal, ~ 1000 avant notre ère, vallée de Timna, Israël Crédit: Dafna Gazit, l'Autorité des antiquités d'Israël

 

" C'est une découverte très passionnante et importante ", explique le Dr Naama Sukenik, conservateur des découvertes organiques à l'Autorité des Antiquités d'Israël. " C'est le premier morceau de textile jamais trouvé de l'époque de David et Salomon qui est teint avec le prestigieux colorant pourpre. Dans l'antiquité, la tenue violette était associée à la noblesse, aux prêtres et bien sûr à la royauté. Le violet, le fait qu'il ne se décolore pas et la difficulté à produire le colorant, qui se trouve en infimes quantités dans le corps des mollusques, en ont tous fait le plus précieux des colorants, qui coûtent souvent plus que l'or. Pour la découverte actuelle, nous n'avions rencontré que des déchets de coquilles de mollusques et des tessons de poterie avec des taches de colorant, qui témoignaient de l'industrie pourpre à l'âge du fer. Maintenant, pour la première fois, les ouvriers étaient des métallurgistes hautement qualifiés. Timna était un centre de production de cuivre, l'équivalent de l'âge du fer du pétrole moderne. La fusion du cuivre nécessitait une connaissance métallurgique avancée qui était un secret gardé, et ceux qui détenaient ces connaissances étaient les experts "Hi-Tech" de l'époque. Slaves 'Hill est le plus grand site de fusion de cuivre de la vallée et il est rempli de tas de déchets industriels tels que les scories des fours de fusion. L'un de ces tas a donné trois morceaux de tissu coloré. La couleur a immédiatement attiré notre attention, mais nous avons eu du mal à croire que nous avions trouvé le vrai violet d'une période aussi ancienne. "

Selon les chercheurs, le vrai violet [argaman] a été produit à partir de trois espèces de mollusques indigènes de la mer Méditerranée: le Banded Dye-Murex (Hexaplex trunculus), le Spiny Dye-Murex (Bolinus brandaris) et le Red-Mouthed Rock-Shell (Hémastome de Stramonita).

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Canada : découverte d'une mystérieuse sculpture en pierre

Canada : découverte d'une mystérieuse sculpture en pierre

 

Pilierpierre canadacb

 

Cette sculpture en pierre gravée a peut-être été mentionnée par les anciens de Lekwungen à l'anthropologue germano-américain Franz Boas à la fin des années 1800, qui a recueilli les témoignages des anciens autochtones à cette époque, parlant de personnages de pierre près de Finlayson Point, là où cette chose a été trouvée. " L'emplacement de la découverte correspond à la description de Boas de cette figure comme étant «non loin» des batteries d'armes à feu militaires trouvées à proximité ", a déclaré Grant Keddie.

Appelé "pilier de pierre sculpté" par les archéologues, l'artefact a été trouvé à marée basse sur une plage de Victoria l'été dernier, et est un trésor culturel autochtone, a confirmé le Royal BC Museum.

Le musée travaille avec les Premières Nations Songhees et Esquimalt pour déterminer la maison la plus appropriée pour le pilier sculpté avec les traits d'un visage, a déclaré le chef Songhees Ron Sam dans une interview mercredi. Au fil des ans, de nombreux artefacts ont été mis au jour dans la région, a-t-il déclaré, mais rien n'a égalé le pilier de pierre de 100 kilogrammes.

« J'ai hâte de trouver plus d'informations auprès de nos aînés », a déclaré Sam, notant que les interactions avec les aînés sont maintenant limitées en raison de la pandémie du COVID-19.

Il a déclaré que les anciens Songhees et Esquimalt guideront la prise de décision quant à savoir si et comment le pilier de pierre peut être affiché publiquement.

 

Pilierpierre canadacb2

Le pilier affiché verticalement. YH : La configuration générale fait penser à un totem, composé non pas d'une seule tête, mais de plusieurs personnages, y compris zoomorphes... photo : GRANT KEDDIE / LA PRESSE CANADIENNE

 

Un résident local, Bernhard Spalteholz, a reçu un avertissement sur la pierre sculptée trouvée le long de la plage sous le parc Beacon Hill de Victoria, Colombie Britannique, en juillet dernier et a partagé des photos avec le musée, a déclaré le conservateur de l'archéologie du musée Grant Keddie.

« J'ai tout de suite réalisé, mon Dieu, c'est excitant », a déclaré Keddie à propos de la découverte.

Spalteholz a fait ce qu'il fallait en contactant le musée pour s'assurer qu'il serait correctement entretenu, ont déclaré Keddie et Sam.

Les écologistes ont travaillé pour protéger l'intégrité de la pierre, qui était recouverte d'algues après avoir été submergée par l'eau de mer, a déclaré Keddie.

Il spécule que le pilier se trouvait autrefois près du bord d'une falaise au-dessus de la plage où il a été trouvé, jusqu'à ce que des parties de la falaise soient tombées dans un glissement de terrain.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Espagne : une dague préhistorique en cristal de 5000 ans

Espagne : une dague préhistorique et des outils en cristal de 5000 ans découverts

 

Poignardcristalmancheivoire 5000ans espagne

 

Le superbe poignard a été conçu pour s'adapter à une poignée en ivoire (photo). Les experts disent qu'il appartenait probablement à une personne riche, car les matériaux étaient disponibles dans des endroits éloignés de cette partie de l'Espagne

 

Découverte rare en Espagne, de non seulement un poignard en cristal, mais aussi 10 pointes de flèches, quatre lames et un noyau pour fabriquer des armes, qui étaient toutes en cristal de roche.

Une équipe qui a fouillé la tombe mégalithique de Montelirio Tholos de 2007 à 2010 a découvert un poignard formé de cristal de roche qui, selon les experts, est le `` plus techniquement sophistiqué '' jamais découvert dans la péninsule ibérique et aurait demandé une énorme habileté à sculpter. L'artefact, qui a environ 5000 ans, mesure près de 8,5 pouces de long (21,59 cm).

Le lieu de repos final de l'arme est loin des mines de cristal, ce qui suggère qu'elles appartenaient autrefois à un individu d'élite qui a payé un prix élevé pour obtenir et façonner les matériaux.

Les chercheurs pensent également que le cristal de roche à cette époque peut avoir eu une signification symbolique et que de telles sociétés l'ont utilisé pour la vitalité, les pouvoirs magiques et les liens avec les ancêtres. « Ils représentent probablement un attirail funéraire accessible uniquement à l'élite de cette période », lit-on dans l'étude publiée dans la revue Quaternary International.

«  L'association de la lame de poignard à un manche en ivoire, également une matière première non locale qui a dû être d'une grande valeur, suggère fortement le statut de haut rang des personnes utilisant de tels objets ». L'excavation dans le sud-ouest de l'Espagne était une collaboration de chercheurs de l'Université de Grenade, de l'Université de Séville et du Conseil supérieur de la recherche espagnol.

Le tombeau est situé dans la basse vallée du Guadalquivir qui se trouve dans la zone métropolitaine de Séville - la colonie est appelée «Valencina de la Concepcion Castilleja de Guzman». Valencina est vénérée comme le site le plus important de la péninsule ibérique de l'âge du cuivre et est également le plus grand. (Voir carte en bas).

Les chercheurs ont découvert des cristaux de roche dans huit secteurs différents de la structure massive de 143 pieds de long qui comprend un couloir de 128 pieds de long menant à une chambre principale de plus de 15 pieds de diamètre.

Bien que des cristaux de roche aient été trouvés sur tout le site, les objets les plus sophistiqués - têtes de flèches et lames de poignard - ont été découverts dans le secteur sud.

 

Poignardcristal 5000ans espagne

L'étonnante lame de poignard a été découverte dans la région sud de la chambre intérieure et est rarement trouvée parmi les sépultures du néolithique tardif et de l'âge du cuivre.

" La fabrication de la dague en cristal de roche doit avoir été basée sur une accumulation de connaissances empiriques transmises et de compétences tirées de la production de lames de poignard en silex ainsi que du savoir-faire d'objets bifaciaux foliacés plus petits en cristal de roche ".

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Les Grecs antiques au Canada vers l'an 56 ?

Les Grecs antiques au Canada vers l'an 56 ?

 

Hypothèse de Liritzis, I .; Preka-Papadema, P .; Antonopoulos, P .; Kalachanis, K., et Tzanis, CG, 2018

 

Navigation grecs vikings

 

Un archéologue, Ioannis Liritzis, et une équipe de l'Université de la mer Égée, l'astronome Panagiota Preka-Papadema, le philosophe Konstantinos Kalachanis, le météorologue Chris G. Tzanis et le consultant en technologies de l'information Panagiotis Antonopoulos ont étudié le texte de Plutarque (biographe et essayiste grec entre 46-119 après JC) " De facie quae in orbe lunae (Le visage qui apparaît dans le disque de la lune) " et posent la question : Les informations astronomiques et géographiques du De Facie de Plutarque décrivent-elles un voyage au-delà de l'océan Atlantique Nord ?

« Notre intention est de prouver, avec la science moderne, qu'il était possible de faire ce voyage », a écrit Ioannis Liritzis, archéologue à l'Université de la mer Égée qui a proposé que ces anciens voyages aient eu lieu.

Cette étude, traduite, évidemment controversée, fait partie des données et théories, hypothèses, idées venant contribuer à une compilation de données concernant la navigation ancienne. Une compilation de données parmi d'autres, connectées ou non, visant à leur mémorisation, comparaisons, études et recherches selon les nouvelles découvertes du futur. L'auteur de ces compilations de données n'a aucune préférence les concernant, il peut parfois donner son avis ou mettre à jour les données selon les publications, ajouter ses recherches et vérifications d'autres liens les concernant directement ou pas. Toutes les sources et références sont toujours mentionnées dans ces compilations de données dès leur ajout.

 

Santorini ship fresco 1 1700avjc minos mycenes

Santorin, fresque minoenne - 1700 AV JC

 

Résumé " Dans le livre de Plutarque De facie quae in orbe lunae, les interlocuteurs développent un dialogue autour d'un voyage sur le «grand continent» au-delà de l'Atlantique Nord. En appliquant des données scientifiques modernes, la présente réévaluation des éléments astronomiques et géographiques de ce dialogue a produit une nouvelle interprétation de la date et du lieu de la rencontre et un voyage vers le nord de l'océan Atlantique. Une éclipse solaire décrite est datée de 75 après JC, en utilisant la liste de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) / Espenak / Meeus, ainsi que des informations historiques. Les voyages particuliers et récurrents décrits ont lieu tous les 30 ans (lorsque la planète Saturne atteint la constellation du Taureau) de la mer Méditerranée à la mer ouverte de Cronian, qui est identifiée aux côtes nord de l'océan Atlantique. Il a été suggéré que la dernière mission était revenue à la patrie en avril 56 après JC. Les informations fournies concernent, les distances entre les sites côtiers et les îles, la durée des trajets maritimes en jours, ainsi que le cadre et la taille signalés entre le lieu de destination et son golfe en ce qui concerne Azov (en Crimée) et la mer Caspienne. Les implications des courants marins et la géomorphologie côtière de ces terres sont données. En suivant strictement le courant du Gulf Stream, ainsi que d'autres courants marins connus dans le nord de l'océan Atlantique, et en introduisant la vitesse estimée du navire, l'emplacement géographique de destination des colons grecs est proposé avec le golfe du Saint-Laurent et l'île de Terre-Neuve. D'autres îles sans nom mentionnées dans ce dialogue sont identifiées avec les îles de Norvège, les Açores, l'Islande, le Groenland et les îles de Baffin."

Propulsés par des voiles et des rames, ils ont peut-être régulièrement visité Terre-Neuve, extrait de l'or et établi des colonies qui ont prospéré pendant des siècles, selon l'étude.

Cependant, disons-le tout de suite, il n'y a aucune preuve concrète de ces voyages et de nombreux historiens et archéologues maritimes ont rejeté le travail comme «non fondé». L'idée est entièrement basée sur un nouvel examen d'un dialogue écrit par l'influent auteur romain, la source est donc historique.

Mais, parmi les données déjà connues ou supposées (les archéologues extrapolant souvent dans leurs propos), n'y a-t-il réellement aucune possibilité, aucun "fondement" ? Ces données méritent d'être examinées et peut-être même complétées, comme ici plus bas :

Lire la suite

La maison d'enfance de Jésus découverte ?

La maison d'enfance de Jésus découverte ?

 

Nazareth jesus house

Une photo de la maison du 1er siècle où l'archéologue Ken Dark pense que Jésus-Christ a probablement vécu enfant, montrant l'un de ses murs taillés dans la roche. Photo K.R. Dark

 

Alors qu'il faisait une étude sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin, le professeur Ken Dark, de l'Université de Reading, pendant qu'il étudiait le couvent des Sœurs de Nazareth, lui-même bâti sur une église de l'époque byzantine, pense avoir découvert la réalité de la maison d'enfance de Jésus de Nazareth, sous cette église byzantine.

Il a dit: " Je ne suis pas allé à Nazareth pour trouver la maison de Jésus, je faisais en fait une étude  sur l'histoire de la ville en tant que centre de pèlerinage chrétien byzantin. Personne n'aurait pu être plus surpris que moi ".

Le professeur Ken Dark a passé 14 ans à étudier les vestiges de l'habitation du Ier siècle sous un couvent moderne.

Il a dit que les ruines ont été suggérées pour la première fois comme la maison de Jésus, Marie et Joseph au 19ème siècle, cependant, l'idée a été rejetée par les archéologues dans les années 1930.

Le site est resté largement oublié depuis lors, jusqu'à ce que le professeur Dark lance un projet en 2006 pour réexaminer le site.

Il a expliqué: " Nous savons d'après des preuves écrites que cette église, à l'époque byzantine, aurait été construite sur le site de la maison de Jésus et de l'habitation conservée dans sa crypte.

" C'est presque certainement l'Église de la Nutrition, qui était dédiée à l'éducation du Christ et mentionnée dans le récit d'un pèlerin du 7ème siècle."

 

Nazareth byzantine church jesus house

L'entrée de la grotte d'une église du IVe siècle sur le site des Sœurs de Nazareth en Israël. L'église était énorme, richement décorée, et l'archéologue Ken Dark pense qu'il s'agissait probablement de la cathédrale byzantine de Nazareth, construite au sommet de la maison où Jésus-Christ a pu vivre enfant. Photo K.R. Dark

 

Le professeur Dark a déclaré que son travail a identifié la maison comme datant du 1er siècle et révèle que le bâtiment a été sculpté dans une colline rocheuse.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Découverte de plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

Découverte de la plus ancienne cité préhistorique en Europe à ce jour, en Bulgarie

 

2012, MAJ 04-2015, MAJ 11-2020

 

bulgarie1.jpg

 

Les archéologues bulgares confirment la découverte de la plus ancienne cité préhistorique connue à ce jour, près de la ville moderne de Prodavia, dans le nord-ouest de la Bulgarie. Cette cité entourée de parois fortifiées a probablement été un centre important pour la production de sel, denrée très importante à l'époque. L'époque ? On parle là d'une cité érigée, creusée dans la roche entre 6700 et 6200 ans avant maintenant ! 1500 ans avant les balbutiements de la première Grèce antique...

Sa découverte, à cet endroit, explique peut-être le fabuleux trésor en or découvert pas très loin, il y a 40 ans : le plus ancien trésor en or au monde jamais trouvé jusqu'à présent... Les archéologues ont estimé que la petite ville avait pu contenir environ 350 personnes, et que les habitants faisaient bouillir de l'eau à partir d'une source locale et l'utilisaient pour fabriquer des briques de sel. Ces briques étaient probablement échangées contre d'autres denrées non locales (ou complétaient une organisation plus globale concernant plusieurs cités ou tribus (des chasseurs, des mineurs, des pêcheurs, des cueilleurs, des éleveurs, etc...) et servaient surtout à conserver la viande, d'où l'importance du lieu. Un autre trésor découvert d'ailleurs en 2012https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/un-tresor-archeologique-de-bijoux-en-or-de-2300-ans-decouvert-en-bulgarie.html

Important car, et c'est aussi unique en Europe pour l'instant, cette petite cité est en effet entourée d'une paroi d'énormes et hauts murs défensifs entourant le lieu de production. Les fouilles ont démarré en 2005, avec la découverte des restes de plusieurs maisons à deux étages, d'une série de fosses utilisées pour des rituels, ainsi que les structures d'un pont et de bastions. Une petite nécropole ou cimetière a commencé a être dégagée très récemment et est en train d'être analysée par les archéologues.

Remarquez la disposition particulière des corps enterrés : disposés sur le coté mais leurs têtes soutenues par leur mains jointes, sur une sorte de piédestal, et dirigées vers le ciel ou une direction précise.

Nous ne parlons pas d'une ville comme les ville-état grecs, de la Rome antique ou des villages médiévaux, mais sur ce que les archéologues sont d'accord pour dire qu'elle constituait une ville du cinquième millénaire avant JC, " a déclaré à l'agence de presse AFP Vasil Nikolov, un chercheur de l'Institut national d'archéologie de Bulgarie.L'archéologue Krum Batchvarov de l'institut a dit que la dernière trouvaille était « extrêmement intéressante ». « Les énormes murs autour de la colonie, qui ont été construits très grands et avec de gros blocs de pierre ... sont aussi quelque chose d'inconnu dans les fouilles de sites préhistoriques dans le sud-est de l'Europe jusqu'à  ce jour," a-t-il déclaré à l'AFP.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Navigation préhistorique, les données actuelles

Navigation préhistorique, les données actuelles

 

Navigationprehistorique5

La pirogue monoxyle de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), 7190-6450 cal. Avant JC, lors de sa découverte. Longueur (conservée) : 4 m, (estimée) : 5 à 6 m ; largeur : 0,55 m, en pin sylvestre (Pinus sylvestris) (d’après Mordant et al., 2013, fig. 3 A). Une de ses extrémités est dotée d’un replat à surface carbonisée (réceptacle d’un foyer ?). Bulletin de la Société préhistorique française

 

C'est assez peu connu du public en général, mais il existe un bon nombre de données scientifiques et de découvertes, de nos jours, sur une navigation très ancienne, c'est-à-dire au minimum du néolithique. Quand on parle de navigation préhistorique, on y inclut la navigation fluviale, la navigation près des côtes ou banquises et même la navigation en haute mer. Certains chercheurs (voir certains liens en bas) postulent même que l'Homme de Neanderthal, voir Homo Erectus, avaient des connaissances incluant la navigation, je suis assez prudent sur ces raisonnements, mais des découvertes d'outils de pierre très anciens sur des îles non reliées aux continents à ces époques, poussent en effet à ces raisonnements logiques. On ignore aussi en effet comment l'Homme de Florès, par exemple, s'est retrouvé isolé sur une île indonésienne à une lointaine période, d'autant plus que le débat dure toujours sur son origine "Erectus" (provenant donc possiblement d'Asie) ou "Habilis" (ne pouvant provenir que d'Afrique).

J'ai déjà accumulé plusieurs données sur la navigation préhistorique, via des articles et traductions d'études scientifiques ou de presse, vous les trouverez en bas de cette compilation de données, qui ne devrait pas manquer de s'étoffer avec le temps et les découvertes à venir.

C'est aussi l'occasion de s'interroger encore sur les évidentes découvertes très anciennes (par comparaison et certaines études/fouilles locales, notamment par l'archéologue Nuno M. C. Ribeiro sur les îles des Açores. Certaines de ces découvertes les relient indéniablement à ce qu'on trouve tout le long de la façade Atlantique, des îles britanniques au Maroc, mais aussi de l'autre côté, en Amérique du nord, voir plus bas. (voir les données et vidéos ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html ).

Je rappelle aussi les récentes découvertes, dans les îles britanniques, de probables ports et chantiers maritimes, datés pour l'instant d'une époque intermédiaire locale entre le mésolithique et le néolithique, ceci est bien sûr toujours en discussions et il reste encore de nombreuses études à faire (voir les liens en bas). J'ajouterai comme avis personnel que la navigation a probablement été l'une des plus anciennes inventions du genre Homo, dans la mesure où il suffit d'observer la nature pour voir des objets matériels flotter sur les eaux, avec parfois des poissons inaccessibles autour...

J'ajoute deux publications concernant la navigation préhistorique : une liste de liens d'articles scientifiques concernant le sujet, établie par l'IdREF, c'est à dire Identifiants et Référentiels pour l'enseignement supérieur et la recherche : https://www.idref.fr/031563082

Et voici un extrait du long article qui y est consacré, car vous ne pensez tout de même pas que vous n'allez rien lire ici, par http://www.ancientportsantiques.com/wp-content/uploads/Documents/ETUDESarchivees/Navires/Documents/Philippe2018-BAnavigation.pdf

Philippe M. (2018) – Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique, Bulletin de la Société préhistorique française, 115, 3, p. 567-597.

 

Navigationprehistorique1

Fig. 1 – Physiographie de la marge celto-armoricaine (nord-ouest de l’Europe) durant le Dernier Maximum Glaciaire (d’après Toucanne et al., 2008, fig. 1, modifiée). Carte synthétique réalisée à partir de différentes études citées dans l’article : 1, extension de la calotte anglo-irlandaise ; 2, extension australe du fleuve de glace de la mer d’Irlande ; 3, extension des glaciers alpins ; 4, paléo-fleuve Manche ; 5, banc sableux celtique et paléo-vallées fluviales (en bleu) ; A à E, bassins de drainage sous-marins ; 6, système turbiditique celtique ; 7, système turbiditique armoricain. - Bulletin de la Société préhistorique française

 

Résumé : Que ce soit en mer ou dans les eaux intérieures, l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques ne se laisse pas aisément approcher. On doit en effet composer avec la grande rareté des principaux témoins : les embarcations sur lesquelles se sont effectuées les navigations. Malgré cette limite posée par la documentation, il est possible de préciser certains aspects chronologiques et fonctionnels à partir des sources indirectes qui nous sont accessibles dans l’enregistrement archéologique et en analysant les témoins directs que constituent les rares épaves, équipements et représentations qui nous sont parvenus. Pour ce qui concerne l’Europe atlantique, sur laquelle est centrée cette étude, nous pouvons aussi préciser quelques données concernant le rythme et les contraintes qui s’y appliquaient sans doute en nous appuyant sur la connaissance des milieux dans lesquels évoluaient les embarcations, et auxquels elles étaient fortement soumises en termes d’adaptation de leur système technique. L’analogie diachronique avec l’histoire plus récente de ces moyens de transport peut aussi nous ouvrir quelques pistes quant aux modalités de déplacement plausibles. Si la revue de tous ces faisceaux d’indices ne permet pas de définir la nature exacte de toutes les embarcations alors utilisées, on peut cependant ouvrir et délimiter le champ des possibles. Il inclut une large variété typologique réalisée à partir de perches, de fûts, de planches et de fagots végétaux, parfois revêtus de peaux tendues, composant différents types d’architectures : radeaux, pirogues, bateaux de peaux, bateaux de planches assemblées. À l’exception du dernier type, qui n’apparaît vraisemblablement que vers la fin de la Préhistoire européenne, ces dispositifs ont pu, pour la plupart, naviguer au même moment et parfois sur les mêmes voies d’eaux, mais probablement pas pour les mêmes usages.

L’enregistrement archéologique du vaste domaine des relations de l’homme avec le milieu nautique est assuré par toute une gamme de vestiges mobiliers d’exploitation halieutique (amas coquilliers, nasses, harpons, hameçons) et de vestiges immobiliers (habitats littoraux, systèmes de piégeage d’estran, aménagements portuaires). Ils témoignent d’un investissement précoce des estrans et berges pour l’exploitation de leurs riches ressources naturelles. Cependant, les solutions de navigation qui accompagnaient sans aucun doute cet investissement ont laissé bien peu de traces matérielles. Sur une dizaine de millénaires et plus encore de milliers de kilomètres de côte, de cours d’eau et de lacs, on ne peut identifier que quelques exemples de familles architecturales rassemblant un ensemble de bateaux apparentés par la morphologie, la structure et les organes techniques, ainsi que par une filiation historique (McGrail, 2001 ; Rieth, 2010 et 2016). À l’exception des pirogues monoxyles, chacune de ces familles n’est représentée que par quelques vestiges. De plus, cette connaissance est biaisée, en privilégiant les embarcations récentes et construites en bois, qui se sont mieux conservées que leurs homologues en peaux sur charpente légère s’il en a existé au même moment. Cette rareté est avant tout due à la conservation différentielle. Mais d’autres facteurs agissent en complément : au-delà de la nécessaire conjonction exceptionnelle de conditions favorables pour que des vestiges organiques parviennent jusqu’à nous, les sources ethnologiques et historiques nous enseignent qu’après abandon, les composants de nombreuses embarcations étaient souvent récupérés pour recyclage. Par ailleurs, certaines épaves risquent de ne pas être reconnues en fouille car seules les pirogues monoxyles et les bateaux de planches nous parviennent sous une forme directement identifiable. Les traces à terre sont quant à elles très ténues : les aires d’échouage, qui constituaient vraisemblablement le type de port répandu sur le littoral atlantique durant toute la Préhistoire, ne laissent aucune empreinte matérielle aisément identifiable. En conséquence, il faut en passer essentiellement par des indices indirects pour approcher ce qu’a été l’usage des moyens de transport nautiques par les populations préhistoriques. Cependant, là encore, notre perception est limitée par de nombreux filtres. Ainsi, l’utilisation d’embarcations ne peut se déduire directement du seul fait de l’existence d’une pêche littorale comprenant des espèces pélagiques : sur les sites côtiers mésolithiques de Bretagne et d’Écosse, tous les poissons, crustacés et mollusques recensés dans les amas coquilliers peuvent avoir été prélevés à partir de l’estran (Dupont et al., 2009 ; Bonsall et al., 2013). Il en est de même pour ce qui concerne le domaine des eaux intérieures : la concentration de témoins le long d’un axe nautique relève-t-elle d’un déplacement sur le cours d’eau, ou d’un périple terrestre le long de l’incision fluviatile ? Les indices concernant les navigations maritimes pléistocènes se heurtent, pour leur part, au profond bouleversement eustatique causé par la dernière déglaciation. De rares espaces isostatiques, où l’élévation du niveau de la mer post-glaciaire a été compensée par celle de la masse immergée, offrent des zones de rivage qui remontent au Pléistocène tardif, en Fennoscandinavie et en Amérique du nord (Bjerck et Zangrando, 2016).

Mais le littoral atlantique européen du dernier maximum glaciaire est maintenant sous les eaux, en particulier au nord où le bassin d’écoulement du plus grand fleuve d’Europe : le fleuve Manche, est maintenant couvert par une mer continentale (fig. 1). Ici, des dizaines de milliers de kilomètres de côte et de plaines alluviales sont submergés, depuis le vaste delta du paléo-fleuve qui s’étendait au large entre Bretagne et Cornouaille (Bourillet et al., 2003 ; Toucanne, 2008 ; Toucanne et al., 2008), jusqu’aux grands espaces humides du Doggerland dans le bassin de la mer du Nord (Gaffney et al., 2009). La multiplication récente des recherches sur ces territoires immergés, partout dans le monde, et la preuve apportée par ces travaux de la bonne préservation de certains sites préhistoriques situés à faible profondeur (Bailey, 2013a), constitue un moyen prometteur de contourner cet obstacle, mais n’a pourtant pas encore permis de documenter quelque embarcation que ce soit. Les témoins des premières navigations sont donc à la fois rares et dispersés.

Lire la suite ci-dessous et les liens de données :

Lire la suite

Mer Noire: un site préhistorique submergé plus ancien de 1000 ans

Mer Noire: un site préhistorique submergé plus ancien de 1000 ans

 

Submerged prehistoric settlement black sea bulgaria copper age

Les matériaux archéologiques découverts en 2020 montrent que la colonie préhistorique submergée près de l'embouchure de la rivière Ropotamo dans le sud-est de la Bulgarie a en fait été installée il y a 6000 ans, durant le Chalcolithique. Photo: archéologue Kalin Dimitrov, via Radio Free Europe

 

Découverte par quelques traces dans les années 1970, cette colonie préhistorique submergée par les eaux de la Mer noire, avait été datée de l'âge du bronze, vers 3000 avant notre ère, mais la découverte et fouille d'une plus ancienne couche la repousse à 4000 avant JC, c'est à dire l'âge du cuivre du chalcolithique, donc ce site a maintenant 6000 ans. Cette nouvelle campagne de fouilles menée en septembre 2020 par une équipe archéologique internationale du projet MAP de la mer Noire et notamment l'archéologue Kalin Dimitrov du Centre Sozopol d'archéologie sous-marine, a également révélé que le niveau de la Mer Noire était plus bas de 5 mètres il y a 5000 ans.

Ce site submergé près de l'embouchure de la rivière Ropotamo dans le sud-est de la Bulgariedans le district de Burgas, avait été daté de l'âge du bronze pendant les campagnes 2017 à 2019, mais la campagne de 2020 a révélé une autre Histoire. « Nos découvertes de cette année sont des matériaux de l'âge du cuivre de la colonie qui, à l'époque de son existence, était entièrement située sur la terre - puisqu'ils ont été trouvés dans une couche caractéristique de l'environnement terrestre », a déclaré  l'archéologue Kalin Dimitrov du Centre Sozopol d'archéologie sous-marine à l'édition bulgare de Radio Free Europe.

Les recherches archéologiques jusqu'à présent indiquent que la colonie préhistorique était habitée en permanence. Après son installation pendant le Chalcolithique il y a 6000 ans, elle était toujours habitée à l'âge du bronze. Et au 6ème siècle après JC, pendant l'âge du fer, la période de la Thrace antique et des colonies grecques antiques sur la côte bulgare actuelle de la mer Noire, le site disposait d'un port maritime.

En 2017, dans le cadre du projet MAP de la mer Noire, qui a produit un certain nombre de découvertes sensationnelles à partir des navires coulés dans la zone bulgare de la mer Noire, la recherche sur la colonie préhistorique à l'embouchure du fleuve Ropotamo avait été relancée en raison du fait que le site est très bien conservé et n'a pas été endommagé par les constructions modernes.

« À l' époque, nos recherches entre 2018 et 2020 ont montré que sous la couche du port il y avait des restes de constructions de l' âge du bronze, datant de la transition entre le 4 e et le 3 e millénaire avant notre ère, dès le début de l'âge du bronze sur la côte bulgare [de la mer Noire] », explique Dimitrov, qui a été l'archéologue principal dans l'effort de recherche.

L'expédition sous-marine de septembre 2020 a cependant démontré que la colonie remonte à ca. 4 000 ans avant notre ère, et qu'à l'époque c'était entièrement terrestre, hors d'eau, alors que 1000 ans plus tard, à l'âge du bronze donc, les habitants étaient obligés de vivre dans des nouvelles maisons sur pilotis. L'eau est donc montée très rapidement entre - 4000 et - 3000, et encore bien sûr depuis.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le docu1 et bonus 1

Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le documentaire partie 1 et bonus 1

 

A4 rvb 72dpi bonus1

 

Et bien voilà, la partie 1 du documentaire Les Açores, Débris de l'Atlantide ?, réalisé par Loïc Ochippenti, avec ma participation et celle du Professeur Felix Rodrigues est sortie sur Youtube, donc en free. Une décision en partie due aux promesses faites envers les membres de l'association culturelle Etudes des Civilisations Disparues, mais aussi bien sûr aux conditions sanitaires mondiales actuelles qui fait que les chaînes télévisées spécialisées dans les documentaires ont bloqué leurs budgets et ne diffusent en majorité que des rediffusions, et encore pour un bon moment.

Vous trouverez ci-dessous la vidéo partagée de Youtube de la partie 1 du documentaire, ainsi qu'un appel aux dons émis par l'Association Etudes des Civilisations Disparues (dont je suis membre), afin de nous aider à réaliser la partie 2 et de retourner enquêter dès que la situation sanitaire le permettra.

Mais je vous ai aussi réservé une petite surprise en réalisant moi-même (très vite) un Bonus 1 de presque 35 minutes de la partie 1, que vous trouverez également ici en vidéo partagée de Youtube plus bas. Il s'agit surtout d'un spécial "Cart-Ruts" ou Ornières en français, car nous avons pu en visiter plusieurs sur Terceira, en des lieux différents.

 

Açores-Terceira-YH

Açores, Terceira - © photo de Yves Herbo

 

Cette vidéo vous permettra d'admirer certains paysages des Açores et de Terceira, mais aussi de voir un peu les conditions de tournage du documentaire, d'entendre certaines questions et réponses non obligatoirement incluses dans le reportage (limité en temps) et de nouvelles images inédites du reportage. Et vous verrez à nouveau le professeur Félix Rodrigues et un peu plus Loïc Occhipenti. J'ai filmé "caméra au poing" et donc sans pieds télescopiques, ce qui explique parfois les tremblements d'images (un peu stabilisées par logiciel), surtout lors des zooms. C'était volontaire, pour donner un complément aux images de Loïc un peu plus "vivant" et exploratoire. N'hésitez pas à poser des questions lors de l'avant première du bonus du 11 novembre 2020 à 17h00 ou après sur le site Sciences-Faits-Histoires.com ou encore sur Facebook. Les groupes et pages Etudes des Civilisations Disparues ou Sciences-Faits-Histoires sont là pour ça...

Vous trouverez aussi ci-dessous quelques liens et documents, photos sur des "Voies Romaines" en France, notamment en Meurthe et Moselle, mais aussi sur le Col du Perthus dans les Pyrénées ou de Salerne en Alsace, par exemple, dont certaines parties (dans d'actuelles forêts ou en bord de rivière) ressemblent assez aussi à des cart-ruts ou ornières... un indice de plus sur l'ancienneté de certaines traces aux Açores ? Pour rappel, les ornières de Malte (qui sont dans du calcaire) ont été datées d'il y a environ 5000 ans...

 

Voir les vidéos, lien vers l'appel aux dons et article ci-dessous :

Lire la suite

Cultes et sacrifices humains en Europe

Cultes et sacrifices humains en Europe

 

Roquepertuse piliers

Le portique de Roquepertuse, (vers aix en Provence), Musée Borély, Marseille, IIIe siècle Av. JC

 

Lorsque l'on fait une recherches de données concernant les sacrifices humains sur internet et les médias, on tombe invariablement en tête des données sur les sacrifices humains pratiqués par les anciennes civilisations précolombiennes des Amériques centrales et du sud. Ceci étant tempéré par le fait également prouvé que certaines de ces cultures ont préféré utiliser des figurines pour sacrifier aux dieux et qu'il n'est pas non plus prouvé que cette pratique ait été constante et le fait de tous les rois et élites religieuses sur la longueur temporelle. Mais il y a un fait tout aussi certain, c'est que les choses ont été "pires" à ce niveau parmi les cultures protohistoriques en Europe, du bassin méditerranéen, et en Asie (d'où proviennent d'ailleurs logiquement les pratiques perpétuées par les amérindiens des Amériques, puisqu'ils en venaient).

En effet, de nombreuses découvertes et études nous prouvent indéniablement que le sacrifice humain et par exemple le culte des têtes coupées, était très répandu en Eurasie et le bassin méditerranée, de la fin du néolithique jusqu'à l'Antiquité et même le Haut-Moyen-Age. Les pratiques des Gaulois par exemple, au sujet du culte des têtes coupées sont de plus en plus documentées, mais également au niveau des Ibériques par exemple. L'Europe ayant fait l'objet de plusieurs migrations préhistoriques et historiques, les origines de ce type de culte aux dieux sont assez mal définies, la probabilité étant que ses origines proviennent de l'Est (Caucase, Asie Mineure, Inde), origine de toutes ces migrations.

Une récente étude par exemple, semble prouver que 500 mots gaulois sont semblables au langage dravidien, une vaste culture provenant de la région Inde-Pakistan, qui a migré vers les Balkans et la Mer Noire (y répandant entre autres des symboles de paix comme la swastika, à priori de façon pacifique, influence et symboles que l'on retrouve jusqu'à l'ouest de l'Europe, semblant possiblement indiquer les origines des Gaulois et Celtes (ces derniers ayant intégré auparavant le dravidien). Une étude encore actualisée en ce moment, dans laquelle certaines de mes recherches et compilations de données ont d'ailleurs été intégrées :

Nos ancetres les gaulois les slaves et Dravidiensnos-ancetres-les-gaulois-les-slaves-et-l.pdf (1.14 Mo)

 

Des anciens textes connus nous parlent de ces pratiques de sacrifices humains et cultes liés, les exemples ne manquent pas : la page de ce site recense 26 citations antiques nous parlant de ces pratiques sacrificielleshttp://www.arbre-celtique.com/approfondissements/druidisme/inventaire-txt/sacrifices-hum.php

Les recherches et études ne sont pas toutes récentes (voir plus bas pour des études récentes), puisque cette publication scientifique datée de 1903 en parle déjà :

REMARQUES SUR LA PLUS ANCIENNE RELIGION GAULOISE (Suite) 1

Rites

Sacrifices humains et suicides. — Le plus célèbre (2) des rites gaulois, et en réalité le plus banal de tous, fut celui des sacrifices humains «pour apaiser les dieux» 3. Les textes le mentionnent dès l'année 277 4 chez les Galates (Celtes) de Grèce et d'Asie, et nous le retrouverons peu à peu chez toutes les hordes de la race (nous sommes en 1903 - la notion de race a toujours cour).
De toutes les variétés du sacrifice humain 5, nous ne connaissons, dans les temps anciens, que ce qu'on peut appeler le sacrifice de guerre pour la nation tout entière 6.

1. Voyez Revue des Études anciennes, les trois derniers fascicules de 190a, I. IV, p. 101-114, 217-234 et 71-286.
2. C'est le gros reproche que leur fait Cicerón, Pro Fonteio, X, ai ; mais il ne faut pas oublier que le Pro Fonteio est un plaidoyer contre les Gaulois.
3. Cicerón : Si quando aliquo meta adducti deos placandos esse arbitrantur... Deos immortales arbitrentur hominum scelere et sanguine facillime posse pl acari. — Cf. Lucain, I, 444-5 : Inmitis placatur sanguine diro Teutates; César, VI, 16, 3: Nisi non posse deorum immortaliam numen plac ari arbitrantur (remarquez la ressemblance qui existe entre le texte de César et celui de Cicerón). — Jusqu'à preuve du contraire,
on peut penser que ces victimes humaines étaient destinées seulement aux plus grands dieux, " aux dieux communs " de la nation (cf. Revue, 1903, p., 220); chez les Germains, Tacite ne parle que de sacrifices à Mercure (Germanie, IX), ou à des dieux fédéraux (XXXIX).
4. Justin, XXVI, 2. On remarquera avec quel soin la tradition du Brennos de l'Allia, que j'ai toujours soupçonnée d'avoir été retouchée par un Gaulois, écarte tout sacrifice sanglant des détails de cette geste.
5. Sacrifice « pour la santé » d'un homme (César, VI, iG, 2); sacrifice « judiciaire » de condamnés (VI, 16, 5; Diodore, V, 3a); sacrifice « d'expiation » pour sacrilège (VI, 17, 5; Strabon, IV, 4, 6); etc.
6. Für das Volk, comme dit Grimm (p. 36), traduisant le coeso publiée de Tacite,Germanie, XXXIX.

Ce sacrifice lui-même se présente sous deux formes et à deux moments différents. — Avant la bataille 1, si les présages sont trop menaçants, les Gaulois égorgent jusqu'à leurs femmes et leurs enfants, « pour racheter leur vie et la victoire 2, » ce qui n'exclut pas, sans doute, d'autres victimes humaines d'importance moins grande. C'est ce que firent les Galates avant leur grand combat contre Antigone, en 277. Le sacrifice de ces vies était donc à la fois un rachat d'autres vies que les dieux paraissaient désirer, et un achat de la victoire. — Après la bataille, s'ils sont vainqueurs, ils sacrifient leurs prisonniers, comme récompense de l'appui que les dieux leur ont accordé 3.
Si les Gaulois sont vaincus, il arrive assez fréquemment qu'ils égorgent les blessés et s'égorgent eux-mêmes : « affaissé jusqu'à la mort, » dit Diodore du vaincu de Delphes, « Brennos rassembla ses hommes, et, s'entretenant avec eux, il leur conseilla de le tuer, lui et les blessés; » conseil qui fut suivi en ce sens que Brennos s'égorgea et que son successeur fit mourir les blessés et les éclopés, au nombre, dit-on, de vingt mille 4. Je ne doute pas que ce formidable égorgement et que ce suicide du chef n'aient été parfois une manière de sacrifice.

 

Les celtes sacrificeshumains

Dessin B. Lambat - Site JF Bradu
 

1. Cf. chez les Sicambres (Florus, II, 80, a4) : Viginti centarionibus in crucem actis hoc velut sacramento sumpserunt bellum. C'est pour cela que les supplices ordonnés par Vercingétorix avant la campagne de 5a (César, VII, 4 et 5) doivent être regardés comme des sacrifices.
2. Le caractère religieux de ce massacre est indiqué par Justin (XXVI, a), c'est-à dire, ne l'oublions pas, par le Gaulois Trogue. Pompée : Extis cum magna caedes interitusque omnium praediceretur, non in timorem, sed in furorem versi, sperantesque deorum minas expiari caede suorum posse, conjages et liberos trucidant... Itaque quasi scelere vitam victoriamque redemissent... Cf. César, VI, 16, 3 : Pro vita hominis nisi hominis vita redditur. — Comme sacrifices de victimes semblables, c'est-à-dire choisies, en cas de grand péril, dans la parenté môme, voyez celui de Mésa le Moabite (II Rois, III, 27); celui de Hakon en Norvège (Golther, p. 55a). Celui de Jephté (Juges, XI) est un sacrifice après voeu, ce qui n'est pas la même chose. Tylor (Histoire de la Civilisation, trad, fr., t. II, p. 5 12 et 519) croit que « les plus frappants
de ces exemples » de victimes prises dans la parenté « se rencontrent chez les peuples sémitiques »; mais je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas là une illusion de tradition, et que les Sémites aient été plus enclins que d'autres à ce genre de sacrifices. — Voyez, à propos de ces passages, les théories nouvelles de MM. Hubert et Mauss sur le sacrifice (Année sociologique, t. II, 1897-8, notamment p. i34).
3. Nous verrons plus loin les différentes catégories de ces sacrifices après la guerre.
4. Diodore, XXII, 9; Pausanias, X, a3, G. — De même chez les Bretons, vaincus par Agricola, constabat saevisse quosdam in ron juges ae Uheros, tanquam misererentur (Tacite, Agricola, XXXVIII).

L'échec était une preuve que les victimes d'avant le combat n'avaient point été agréées par les dieux 1, ou que la lutte avait été entachée par une faute religieuse qu'il fallait expier 2. La certitude de la défaite, du désarmement et de l'esclavage était souvent, chez les Gaulois, le signal du suicide collectif, consommé dans une sorte de délire sacré 3.
Le suicide, même en temps de paix, fut un acte si commun chez les Gaulois qu'il est bien difficile de ne pas voir en lui une variété du sacrifice, soit spontané, soit plutôt provoqué par la conviction que les dieux l'exigeaient.

 

1. Les premières victimes n'ayant pas plu à Odin, Éric le Suédois lui promet, en échange de la victoire, sa propre mort ou son suicide au bout de dix ans (Golther, p. 55a). Comparez la devotio de Décius en 340 (Tite-Live, Vili, g): les victimes ne sont qu'à moitié favorables; le premier engagement est un échec, alors Décius « se dévoue ».
2. Les Grecs paraissent bien avoir attribué au suicide de Brennos un motif religieux, « la volonté d'un dieu » outragé, mais, il est vrai, d'un dieu grec. Valère-Maxime, I, i, g : Apollinis tempïum ingressus, dei volúntate in se manus vertit; Pausanias, X, a3, ia : Τή ot'tôoï πλέον. Cf., note 3, le suicide des Sénons, regardé comme une δίκη. — II est possible, cependant, qu'il y ait eu souvent un motif plus humain à ce suicide ou à cet égorgement. Je remarque que Brennos et Cichorios firent mourir les blessés avant de εϊς οικεία έπανελθεΐν (Diodore, XXII, 9), et que les Sénons s'entre-égorgèrent ούκ ε'χοντες £τι πατρίδας ες δς διαφύγωσι (Appien, Celtica, XI) : la mort fut donc peut-être pour eux soit un moyen de revivre, mais libres et en armes, dans le séjour des morts, soit de revenir simplement chez eux par voie de migration dans d'autres corps, comme ces nègres esclaves qui se suicidaient pour renaître dans leur propre pays (Tylor, II, p. 6).
3. J'emprunte ces expressions à Appien, Celtica, XI, parlant du suicide des Sénons en 283 : Τστερον δε Σένονες ουκ έχοντες 'έτι πατρίδας ες ας διαφΰγωσι, συνέπεσον ες χείρας υπό τόλμης τω Δομετίω, κα\ ήττώμενοι σφδς αυτούς ύ π 'οργής διεχρώντο μα-νικώς, et Appien ajoute: Κα\ δίκη μεν ήδε παρανομίας. Le récit est répété dans les mêmes termes Samnitica, VI. — En 225, en Cisalpine, Άνηρόεστος εί'ς τίνα τόπον συμφυγών μετ' ολίγων προσήνεγκε τας χείρας αυτω κα\ τοις αναγκαίο ις (Polybe, II, 3 1). — Les Galates en 189 (Florus, I, 37 — II, 11,6): Alligati miraculo quidam fuere, cum catenas morsibus et ore temp tassent, cum offocandas invicem fauces praebuissent. — Les Gaulois (ou Ligures) des Alpos, en 118 (Orose, V, i4, 5) : Cum se... bello impares fore intellegerent, occisis conjugibus ac liberis, in flammas sese projecerunt ; qui vero... capti fuerant, alii ferro, alii suspendió, alii abnegato cibo, sese consumpserunt. — Des Celtibères en 195 se suicident, parce qu'on leur enlève leurs armes, nullam vitam rati sine armis esse (Tite-Live, XXXIV, 17). — Silius Italiens dit à peu près de même des Cántabros (III, 329-331) : Nec vitam sine Marte pati. Il s'agit, dans ce cas, du suicide des vieillards, contraint ou spontané (cf. Schrader, p. 36). — Voyez ce que dit Nicolas de Damas des Ombriens, apud Stobée, VII, 3g. — Suicide collectif des Numantins en 133: Rhoecogene duce... in ultimara rabiem furoremque conversi (Florus, I, 34 = 11, 58, 15; Appien, Hispánica, XCVI). — Suicide des Vénètes, en 56: Dion Cassius, XXXIX, A3 (détail qui ne se trouve pas chez César). — Suicide de Cantabres au temps d'Auguste (Florus, II, 33, 50; Strabon, III, 4, 17)· — Suicide de Sacrovir et de ses compagnons en 21 ap. J.-C. (Tacite, Annales, III, 46): Illic sua manu, reliqui mutuis ictibus occidere : incensa super villa omnes cremavit.

Suicides individuels de Gaulois :
César, I, 4, 4?; VI, 3i, 5; Hirtius, Vili, 44, a; Plutarque, Virtutes mulierum, XX; Amatorius, XXII; Tacite, Annales, III, 4a*, etc. — Strabon fait justement remarquer (III, 4, 17), a propos du suicide des Cantabres, que cela n'est point le propre d'une race : Κοινά δέ χα\ ταΰτα προς τα Κελτικά εΌνη χα\ τα θράκια κα\ Σκυθικά.

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Grèce : rapport sur la grotte occupée de Theopetra

Grèce : rapport sur la grotte de Theopetra occupée entre 130000 ans et 4000 ans BP

 

Grece grottetheopetra7

Un nouveau rapport, écrit par l'archéologue Dr. Catherine Kyparissi-Apostolika, chef honoraire de l'Éphorat de la paléoanthropologie et de la spéléographie du ministère grec de la Culture et des Sports grec éclaire l'ère néolithique en Grèce.

La grotte Theopetra en Thessalie, en Grèce centrale, s'est formée au début de la période du Crétacé supérieur, 137 000 000 - 65 000 000 ans avant le présent. La grotte, qui a été créée dans le calcaire, y est habitée depuis la période du Paléolithique moyen, et de nouvelles découvertes donnent un nouvel aperçu de la vie de ces premiers peuples.

Selon les archéologues, la grotte est probablement le lieu de l'une des plus anciennes constructions humaines sur Terre, car les découvertes indiquent que l'abri était habité il y a 130 000 ans, tout d'abord par les Néandertaliens. (YH : voir ci-dessous).

Les fouilles de Theopetra ont commencé en 1987 sous la direction de l'archéologue Dr. Catherine Kyparissi-Apostolika.

Les découvertes faites depuis lors incluent des outils en pierre des périodes paléolithique, mésolithique et néolithique, ainsi que des objets en poterie néolithique, en os et en coquille. Les découvertes sont des preuves importantes de la transition du mode de vie du Paléolithique au néolithique en Grèce.

 

Grece grottetheopetra1Crédit: Tolis-3kala / Wikimedia Commons

 

Les dernières découvertes montrent qu'environ 43 personnes vivaient dans la grotte Theopetra pendant l' ère néolithique. Les experts ont même pu confirmer qu'ils mangeaient du blé, de l'orge, des olives, des légumineuses et de la viande dans leur alimentation.

Les dernières données présentées par le Dr Kyparissi-Apostolika montrent que la grotte a servi de refuge aux gens pendant des milliers d'années, et il est très probable qu'il y ait eu des périodes où ils l'ont quittée, en fonction des conditions météorologiques du moment, puisque le climat a changé à plusieurs reprises au cours de ces milliers d'années.

Ces dernières années, la grotte a également servi d'abri pour la population locale en temps de guerre, et aussi à d'autres moments pour des enclos pour animaux.

Selon le Dr Kyparissi-Apostolika, des sépultures humaines sont également trouvées sur le site, il ne fait donc aucun doute qu'il y avait des habitants dans cette grotte. Deux sépultures correspondent à la période post-glaciaire du Paléolithique supérieur, une datant de 14 990 à 14 060 av. tandis que trois autres sépultures correspondent à la période mésolithique, et ont été datées entre 7 000 et 7 500 avant JC.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chine : la mystérieuse civilisation Sanxingdui - 4900 à 2316 BP

Chine : la mystérieuse civilisation Sanxingdui 4800 à 2316 BP

 

Shu china mask

Un masque en bronze repésentant un dieu ? Musée de Sanxingdui

 

Ses datations ne sont pas figées, et les différents sites en parlant se contredisent souvent à leur sujet. Même l'UNESCO, dans sa page qui lui est consacrée, annonce cette culture comme datée du 29ème siècle au 5ème siècle Avant JC (4800 à 2316 Avant le Présent en fait), tout en parlant plus bas de sa fin en 316 Avant JC (donc 4ème siècle AV).

Considéré comme étant l'état Shu d'après son endroit, ce dernier faisait surtout partie des légendes et mythes chinois, jusqu'à la découverte du site principal en 1929, seulement fouillé un peu en 1934, puis surtout à partir de 1986.

Au printemps 1929, Yan Daocheng, un fermier de Nanxing, surveillait les travaux de creusement d’un fossé d’irrigation qu’effectuait son fils, près de la demeure familiale.  En creusant, Yan Qing, le fils, heurta une pièce de jade; surpris, il appela son père qui accourut aussitôt. En fait, ce n’était pas une seule pièce de jade que les deux hommes allaient trouver, mais près de 400 ! Ils se hâtèrent donc de recouvrir leur découverte avec de la terre. À la nuit tombée, toute la famille Yan (5 personnes) se rendit au site pour prendre les jades et les conserver secrètement. Sans le savoir, Yao Daocheng venait d’entrouvrir la porte du royaume de Shu, une civilisation provenant surtout de légendes et d'une poignée de textes historiques...

 

Shu sanxingdui10

Musée de Sanxingdui

 

En 1934, des fouilles de dix jours permirent de découvrir quelque 400 autres jades et poteries.  Puis, dans les décennies 50 et 60, les recherches permirent de cerner davantage les endroits importants du site. Par exemple, en 1963, un professeur d’archéologie, qui faisait de l’excavation à Sanxingdui, déclara à ses étudiants : « Les vestiges abondent tellement ici que ce lieu doit être une ville centrale du royaume de Shu ». Au cours des excavations subséquentes, sa remarque allait s’avérer exacte. En effet, le 1er mars 1986, débutaient les excavations les plus importantes de l’histoire de Sanxingdui, menées en commun par l’université du Sichuan, l’Institut de recherche archéologique du Sichuan et la ville de Guanghan. Au cours de ces fouilles, on déterra neuf vestiges de maisons et 101 fosses funéraires, ce qui permit de trouver plus de 100 000 poteries et quelque 500 bronzes, jades et laques. Le 1er juillet de la même année, ce sera au tour de la fosse no 1 de révéler ses secrets avec ses 400 objets, dont des sceptres et des masques en or, des images en bronze, des tablettes et des épées en jade, de même que des objets en ivoire. Vingt-sept jours plus tard, la fosse no 2 laissera paraître plus de 800 pièces, dont  l’homme debout en bronze, le masque en bronze avec l’œil à la verticale et l’arbre de vie sacré, désormais des pièces célèbres.

 

Shu sanxingdui3

Gigantesque arbre de vie de plus de 4 mètres en bronze - Musée de Sanxingdui

 

Les murs d'une ville furent également trouvés en 1996 et, après des fouilles, les archéologues découvrirent que le site couvrait une superficie de 12 km2, ce qui en fait à ce jour la plus grande ville d'Asie de cette importance jamais découverte (pour l'âge du bronze).

Jusqu’à la découverte des vestiges de Sanxingdui, l’existence du royaume de Shu, dont les débuts remontent à l’ère du néolithique et qui a duré plus de 2 000 ans, faisait plus ou moins partie de la légende. Mais aujourd’hui, à Guanghan, province du Sichuan, se dresse un musée ultramoderne qui illustre le cheminement de ce qui fut bien plus qu’un simple royaume en Chine mais une véritable civilisation.

« Il semble que l’histoire de la Chine ne sera plus la même. Nous avons non seulement la culture du fleuve Jaune mais aussi la culture du Yangtsé…Sanxingdui représente la culture du fleuve Yangtsé.» C’est ainsi que s’est exprimé le président Jiang Zemin, le 21 avril 1999 à Sanxingdui, pour qualifier ces vestiges qui attestent, eux aussi, de l’existence d’une culture chinoise cinq fois millénaire.

Vu l’éloignement dans le temps, on a longtemps cru que le royaume de Shu appartenait à la légende, mais les découvertes effectuées à Sanxingdui  ont concrétisé son existence. Maintenant, les cercles scientifiques divisent la culture de Shu en quatre périodes : la première correspond au néolithique; la deuxième, qui touche à sa formation à proprement parler, s’étend durant les Xia et les Shang, époque pendant laquelle les murs de la Cité de Shu furent érigés; la troisième correspond à son âge d’or, à la fin de la dynastie des Shang, et la quatrième, au déclin de la culture, au début des Zhou.  En outre, on sait maintenant que Sanxingdui était un royaume florissant au pouvoir considérable, et que sa position était  bien établie malgré une certaine dépendance. Le troc et l’agriculture y étaient florissants.

Bien que les objets trouvés livrent peu à peu des bribes d’histoire, de nombreuses interrogations ne sont pas encore totalement éclaircies. Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Chine : des sculptures de 4000 ans trouvés à Shimao

Chine : des sculptures de 4000 ans trouvés à Shimao

 

China shimao site

Un nouveau retour sur Shimao car j'ai déjà parlé de ce site étonnant en 2014/2015, puis fin 2018, l'un des plus anciens de Chine (et qui est encore probablement plus ancien que supposé, ses couches les plus profondes restant encore à être excavées), voir tout en bas de cet article, qui est une forme de Mise à Jour avec de nouvelles données...

" Une ville de 4300 ans, qui a une pyramide massive d’au moins 70 mètres de haut et qui s'étend sur 24 hectares à sa base ("230 feet (70 meters) high and spans 59 acres (24 hectares)"), a été fouillée en Chine, ont rapporté des archéologues dans le numéro d’août de la revue Antiquity.

La pyramide était décorée de symboles oculaires et de visages «anthropomorphes» ou partiellement humains (YH : notez qu'on retrouve exactement la même chose dans les Amériques centrales et du Sud ! - à Tiwanaku par exemple...). Ces figures " ont peut-être doté la pyramide à degrés d'un pouvoir religieux spécial et ont renforcé l'impression visuelle générale sur son large public ", ont écrit les archéologues dans l'article.

Pendant cinq siècles, une ville a prospéré autour de la pyramide. À une époque, la ville englobait une superficie de 400 hectares (988 acres), ce qui en fait l'une des plus grandes au monde, ont écrit les archéologues. Aujourd'hui, les ruines de la ville s'appellent "Shimao", mais son nom dans les temps anciens est inconnu.

Cette découverte a des conséquences historiques considérables car on a longtemps supposé que la civilisation chinoise s'était développée dans les plaines centrales vers le milieu du deuxième millénaire avant notre ère. Les découvertes archéologiques récentes sur le site néolithique et de l'âge de bronze à Shimao remettent toutefois en cause la compréhension traditionnelle des «périphéries» et des «centres», ainsi que l'émergence de la civilisation chinoise. Cette recherche révèle que vers 2000 avant JC, les hautes terres de loess abritaient une société complexe représentant le cœur politique et économique de la Chine. De manière significative, il a été constaté que les symboles de base de l’Age du Bronze associés aux civilisations des Plaines centrales ont en fait été créés beaucoup plus tôt à Shimao.

Les fouilles continuent à Shimao et de nouvelles découvertes ont déjà été publiées depuis septembre 2018, date du précédent article. Une équipe travaillant sur le site archéologique de Shimao, dans la province du Shaanxi, a découvert des gravures sur pierre lors d'une récente excavation des ruines néolithiques de la ville, dont on pense qu'elles remontent à environ 2000 ans av. J.-C., a rapporté lundi la chaîne de télévision CCTV. Il s'agit étonnamment de gravures très anciennes préfigurant les motifs classiques des bronzes des cultures plus récentes des cultures des dynasties Shang et Zhou, les premières connues en Chine. Ce serait donc un art et des représentations de type bestiaires remontant à la préhistoire des hauts plateaux qui auraient servi de modèles au développement plus tardives des motifs des premières civilisations chinoises des plaines. Une civilisation ne provenant pas des plaines ou de la mer mais de la montagne...

 

China shimao site2

" Les motifs de visage de bêtes trouvés à Shimao pourraient avoir eu une influence significative sur les motifs de l'âge du bronze en Chine ", a déclaré Sun Zhouyong, président de l'Institut d'archéologie de la province du Shaanxi.

Lire la suite