antiquité

Karahan Tepe: plus ancien et aussi grand que Gobekli Tepe ?

Karahan Tepe: plus ancien et aussi grand que Gobekli Tepe ?

 

Karahantepe turquie8

 

Découvert en 1997, par " des chercheurs près du quartier de Kargalı dans le parc national des montagnes Tek Tek ", en Turquiele site de Karahan Tepe ne se trouve qu'à environ 60 kilomètres à l'est du célèbre Gobekli Tepe. Le site est situé près de Yağmurlu, province de Şanlıurfa, et est souvent appelé le site jumeau de Göbekli Tepe. Après de longues enquêtes de surface, il fait partie du projet de culture de Göbeklitepe et d'excavations de Karahantepe, et les réelles fouilles ont été lancées il y a deux ans par l'Université d'Istanbul (en 2018). La région est connue sous le nom de «Keçilitepe» par la population locale.

En 2019Necmi Karul, archéologue à l'Université d'Istanbul, a déclaré à l'agence Anadolu: « L'année dernière, les travaux de fouille ont repris à Karahantepe [Kectepe] - à environ 60 km de l'endroit où se trouve Gobeklitepe - et nous avons rencontré des traces de structures spéciales, d'obélisques, de sculptures d'animaux, et des descriptions ainsi qu'un symbolisme similaire »

 

Karahantepe turquie3

 

En novembre 2020, selon les dernières données des équipes archéologiques sur le site, une nouvelle colonie qui pourrait être plus ancienne que le site préhistorique de Göbeklitepe - qui est couronné premier temple du monde et "point zéro" de l'histoire - sera bientôt mise au jour. Dans le cadre de la recherche, des obélisques en forme de T ont été détectés qui ressemblaient à ceux portant des figures d'animaux sauvages à Göbeklitepe.

Les fouilles ont permis de découvrir à ce jour 250 obélisques présentant des figures d'animaux

S'exprimant lors du 10e Congrès international du tourisme de villégiature jeudi, le ministre de la Culture et du Tourisme, Mehmet Nuri Ersoy, a déclaré qu'un programme de fouilles intensives et rapides se poursuivait à Karahantepe. Ersoy a déclaré que les équipes découvriront une colonie qui appartient à la période néolithique, selon les premières études, dans leurs prochains travaux.

 

Karahantepe turquie1

Fouilles 2019

 

" Göbeklitepe a une histoire de 12 000 ans. Notre nouvelle colonie à Karahantepe sera plus ancienne. Les travaux complets seront poursuivis sur le site sous la supervision du professeur Necmi Karul, chef de l'équipe de fouille, l'année prochaine. Nous aurons probablement une nouvelle découverte qui fera à nouveau une impression écrasante sur le monde après Göbeklitepe », a-t-il déclaré. Notons que si le ministre se permet d'avancer les choses ainsi, c'est probablement parce que des forages ou des études radars du sous-sol ont déjà été faits et prouvent les choses. Karul a ajouté que lors des balayages géomagnétiques effectués dans la zone avant le début des fouilles en septembre 2018, environ 30 amas et environ 250 obélisques (piliers) ont été détectés.

Lire la suite ci-dessous et voir photos et vidéo :

Lire la suite

Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

Arabie Saoudite, retour sur les rectangles de 7000 ans

 

Arabian mustatils1

Les chercheurs pensent que les mustatils dispersés dans toute la région ont été construits il y a environ 7000 ans pour des rituels et des processions, et qu'ils pourraient avoir fait partie d'un culte néolithique du bétail. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity

 

Il s'agit ici d'un retour vers ces mystérieuses structures en pierres maintenant datées de environ 7 000 ans avant nos jours, puisque j'en avais déjà parlé ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/arabie-saoudite-nouvelles-structures-prehistoriques.html

Vous trouverez aussi tout en bas de cet article les fouilles d'un étonnant site daté de 10 000 ans et d'une plateforme datée de 7 500 ans, sans oublier un autre sur les pétroglyphes trouvés et aussi l'ancien climat de la péninsule arabique et ses lacs disparus...

 

Cette nouvelle publication de fin avril 2021 dans la revue Antiquity nous confirme que c'est maintenant plus de 1000 structures du même type, appelées «mustatils» du mot arabe signifiant «rectangle», qui ont été découvertes, et qu'elles sont datées au minimum de 7 000 ans avant le présent.

Selon les chercheurs, des milliers de structures monumentales construites à partir de murs de roche en Arabie saoudite sont plus anciennes que les pyramides égyptiennes et les anciens cercles de pierre de Grande-Bretagne - ce qui en fait peut-être le premier paysage rituel jamais identifié.

« Nous les considérons comme un paysage monumental », a déclaré Melissa Kennedy, archéologue à l'Université d'Australie-Occidentale à Perth et auteur de l'étude. " Nous parlons de plus de 1 000 mustatils. Ces choses se trouvent sur 200 000 kilomètres carrés [77 000 milles carrés], et elles sont toutes de forme très similaire ... alors peut-être que c'est la même croyance ou compréhension rituelle."

 

Arabian mustatils4

Le paysage est parsemé de mustatils anciens, qui sont nommées d'après le mot arabe pour un rectangle. Plus de 1000 ont été documentés et d'autres sont toujours en cours de découverte. AAKSA et Royal Commission for AlUla / Antiquity - cliquer pour agrandir.

 

« Il doit y avoir eu un grand niveau de communication sur une très grande zone, car la façon dont ils ont été construits a été communiquée aux gens », a déclaré l'auteur principal Hugh Thomas, archéologue de la même université.

La recherche est financée par la Commission royale pour AlUla, qui a été créée par le gouvernement d'Arabie saoudite pour préserver le patrimoine de la région d'AlUla dans le nord-ouest du pays, où se trouvent de nombreuses mustatils. 

Certaines des structures anciennes mesurent plus de 1500 pieds (450 mètres) de long, mais sont relativement étroites, et elles sont souvent regroupées. Elles sont généralement construites sur le substratum rocheux, souvent sur des affleurements rocheux au-dessus du désert, mais aussi dans les montagnes et dans des zones relativement basses.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Egypte, Delta: 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC

Egypte, Delta: Découverte de 110 sépultures datées de 6000 à 1500 AV JC

 

 

Ruins of mudbrick buildings on the northern mound of buto desouk 650

Ruines de bâtiments en brique crue sur la colline nord de Bouto-Dessouk. - CC0

 

110 sépultures contenant les restes d'adultes et d'enfants ont été découvertes sur le site archéologique de Koum el-Khulgan dans la région du delta du Nil au nord de l'Égypte, à 150 Km du Caire.

De la poterie, des amulettes, des scarabées, des outils en pierre et des couteaux en silex ont également été récupérés.

Mostafa Waziri du Conseil suprême des antiquités a déclaré que plus de 60 des tombes sont de forme ovale et datent de la période prédynastique, d'environ 6000 à 3150 avant JC. Ces tombes sont attribuées à la culture Buto I et II, la culture qui a bâti la ville probablement la plus ancienne d'Egypte, Bouto au 4ème millénaire AV. JC. Si les égyptologues parlent de 6000 AV. JC, c'est probablement en référence aux premières cultures agricoles identifiées en Egypte du nord, alors que le plus ancien art rupestre égyptien a été daté de -15 000 ans. Je parlerai de la ville de Bouto, en fait composée de deux villes jumelles séparées par un canal du nil plus bas, car seule l'une des deux a été fouillée jusqu'à présent !

Dans ces tombes, les corps étaient placés en position fléchie sur leur côté gauche. Les restes de nouveau-nés ont été placés dans des pots en argile.

Cinq des tombes ovales datent de la période Naqada III, d'environ 3200 à 3000 avant JC, a-t-il ajouté. Il s'agit de la dernière culture préhistorique égyptienne, donnant les premiers pharaons.

 

Egypt 6000ansav2

Cette photo fournie par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le mardi 27 avril 2021 montre un ancien tombeau funéraire récemment mis au jour avec des restes humains et des poteries, dans le site archéologique de Koum el-Khulgan, dans la province de Dakahlia dans le delta du Nil. Les archéologues ont mis au jour 110 tombes funéraires sur le site antique d'une province du delta du Nil, a annoncé mardi le ministère du Tourisme et des Antiquités. (Ministère égyptien du tourisme et des antiquités)

 

Trente-sept des tombes sont de forme rectangulaire et datent de la deuxième période intermédiaire, entre environ 1782-1570 avant JC, lorsque le peuple sémite des Hyksos régnait sur l'Égypte ancienne, a ajouté le ministère.

Les restes de jeunes enfants de cette époque ont été placés dans des sarcophages d'argile.

 

Egypt hyksosav3

Des tombes Hyksos découvertes (Ministère égyptien du tourisme et des antiquités)

 

Les découvertes dans la province de Dakahlia au nord du Caire pourraient mettre en lumière deux périodes de transition importantes dans l'Égypte ancienne, ont déclaré des égyptologues.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

Suisse: Lucerne découverte d'un village de 3000 ans englouti

 

Suisse 3000ans unterwasserarchaeologie zh1

Un plongeur du département d'archéologie sous-marine de Zurich au travail dans le lac des Quatre-Cantons Unterwasserarchäologie UWAD Zürich / Canton de Lucerne

 

Des traces d'un village d'habitation sur pilotis (ou maison sur pilotis) ont été mises au jour lors de la pose d'un pipeline dans la zone portuaire naturelle. Les restes ont été trouvés par des archéologues sous-marins à environ quatre mètres sous la surface de l'eau.

Il s'agit d'un village lacustre de l'âge du bronze trouvé sous la surface du lac des Quatre-Cantons. La découverte montre que la ville de Lucerne était déjà peuplée il y a 3 000 ansC'est 2000 ans plus tôt qu'on ne le pensait auparavant, ont déclaré jeudi des chercheurs.

Les archéologues cherchaient des preuves de peuplement depuis un certain temps, mais avaient été gênés par une épaisse couche de boue au fond du lac. Les travaux sur l'oléoduc ont cependant révélé une trentaine de pieux ou échasses en bois préhistoriques et cinq pièces de poterie.

Le bois et la poterie ont été testés et datés au carbone 14 de la fin de l'âge du bronze, soit environ 1000 ans avant JC.

 

Suisse 3000ans unterwasserarchaeologie zh2

Un plongeur ramène un morceau d'échasses à la surface (22 avril 2021) Keystone / Urs Flueeler

 

" Cela confirme enfin la théorie selon laquelle, dans les temps anciens, le bassin du lac de Lucerne était une zone de peuplement appropriée ", un communiqué du canton de Lucerne.

C'est pour le compte de l'Archéologie cantonale de Lucerne qu'une équipe d'archéologues sous-marins du Bureau du développement urbain de la ville de Zurich a fait la découverte tout en soutenant les travaux de dragage en vue de la construction d'un pipeline.

Le lac des Quatre-Cantons est un lac d'eau douce de 114 km² qui atteint jusqu'à 434 mètres de profondeur. Au 15 e siècle, la rivière Krienbach a transporté de grandes quantités de gravats et de débris vers la rivière Reuss, limitant le débit du lac.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

Cambodge: les artefacts découverts il y a un an expliqués ?

 

Srahsrang bois pierrestaillees et tridentenbronze

 

En avril-mai 2020, des découvertes lors des fouilles du bassin d'eau Kandal Srah Srang, au pied d'Angkor Wat au Cambodge ont défrayé les chroniques. En effet, la fouille de ce petit temple régulièrement englouti par les fortes pluies, mais aussi victime de sècheresses récurentes comme en ce moment, ont révélé des surprises de taille : Tout d'abord, une grande tortue en pierre a été trouvée, avec des artefacts étranges comme les restes d'un trident en métal accompagné de nombreux petits cristaux, puis une plus petite tortue comportant une cavité couverte contenant des pierres précieuses, du fil de bronze, des dizaines de cristaux à nouveau et un tissu enveloppant un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu, une tête d'un fameux Naga et les restes d'une statue féminine sans tête ni bras ni jambes, donc difficile à identifier et dater et aussi un trident en métal intact.

Voici tout d'abord les rapports sur ces découvertes traduites : 

Des archéologues cambodgiens ont mis au jour une grande statue de tortue vieille de plusieurs siècles dans le complexe du temple d'Angkor.

 

Angkorvat tortue3

Une grande tortue de grès découverte la semaine dernière dans le complexe du temple d'Angkor Wat (avec l'aimable autorisation de l'Apsara Authority)

 

La tortue en pierre sculptée de 56 par 93 centimètres (22 par 37 pouces) qui daterait du 10ème siècle après JC a été découverte mercredi lors de fouilles sur ce qui était le site d'un petit temple qui avait été construit sur Srah Srang, l'un des sites d'Angkor qui comporte plusieurs réservoirs.

Les chercheurs ont identifié l'emplacement du temple et les ouvriers ont drainé l'eau pour permettre les fouilles, qui ont commencé le 16 mars 2020, a déclaré Mao Sokny, chef de l'équipe de fouille de l'Apsara Authority, une agence gouvernementale qui supervise le site archéologique d'Angkor.

La moitié inférieure de la tortue est restée enterrée jeudi pendant que des préparatifs étaient en cours pour la retirer sans l'endommager.

Angkor a été fortement influencée par la culture hindoue et, par conséquent, lorsqu'un temple ou une autre structure importante était construite, des objets sacrés étaient souvent enterrés dans le sol en dessous pour assurer la sécurité et la bonne fortune. Dans plusieurs cultures asiatiques, les tortues sont considérées comme des symboles de longévité et de prospérité.

Les fouilles ont également découvert d'autres artefacts rares, dont deux tridents métalliques et une tête sculptée d'un naga, une créature mythique.

Le complexe d'Angkor est la plus grande attraction touristique du Cambodge, ainsi qu'un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et est inclus dans le drapeau cambodgien.

Mao Sokny a déclaré que les découvertes de tels artefacts aident les Cambodgiens à être fiers de leur héritage.

https://phys.org/news/2020-05-stone-turtle-unearthed-angkor-reservoir.html

 

Srah srang angkor camboya

Les archéologues ont découvert une grande tortue en pierre et plusieurs autres artefacts vieux de plusieurs siècles dans le réservoir de Srah Srang à Angkor, au Cambodge. ( Diego Delso via Wikimedia Commons sous CC BY-SA 3.0 )

 

La sculpture est l'un des rares artefacts récupérés dans le réservoir temporairement drainé de Srah Srang depuis le début des travaux à la mi-mars 2020.

Selon l'agence de presse chinoise Xinhua, les chercheurs ont trouvé la tortue de grès lors de la fouille du site d'un petit temple qui se trouvait autrefois sur une île artificielle au milieu du réservoir. Après que l'équipe ait déterminé l'emplacement du temple plus tôt cette année, les ouvriers ont suffisamment abaissé le niveau d'eau du réservoir pour permettre aux fouilles de commencer, a déclaré à l'AP Mao Sokny, un archéologue de l'Autorité d'Aspara, qui supervise le complexe du temple et .

La tortue mesure 23 pouces de large et 37 pouces de long, selon l'AP. Sa coquille est vierge à côté d'un carré gravé en son centre, a déclaré Chea Socheat, directeur du projet de fouille, et Pech Sotheary au Khmer Times.

« La tortue est connue comme l'un des avatars du dieu hindou Vishnu », dit Socheat. « Parfois, les tortues sont placées comme un objet votif dans les fondations d'un temple ou en son centre.»

De nombreux temples et structures d'Angkor, capitale de la civilisation khmère qui a existé entre le IXe et le XVe siècle après J.-C., étaient dédiés à des divinités hindoues dont Shiva et Vishnu, selon l'Encyclopedia BritannicaConstruite au 12ème siècle, Angkor Wat s'étend elle-même sur près de 400 acres près de ce qui est aujourd'hui la ville de Siĕmréab.

Socheat dit au Khmer Times que des évaluations préliminaires suggèrent que la grande tortue a été enterrée sous le temple pour assurer la sécurité et la prospérité du site. Il ajoute que c'était peut-être « une pierre précieuse… placée pour la célébration de toute cérémonie religieuse pendant cette période ».

Les fouilles de la semaine dernière se sont avérées particulièrement fructueuses pour Socheat et ses collègues: peu de temps avant la découverte de la tortue de pierre, l'équipe a déterré deux tridents métalliques, des cristaux et une sculpture d'une créature serpentine mythique connue sous le nom de naga. Vendredi, les archéologues ont trouvé une autre tortue plus petite et deux poissons sculptés, selon un communiqué de presse de l'Apsara Authority.

Comme Socheat le dit à Soth Koemsoeun au Phom Penh Post, les fouilles précédentes du temple de Neak Pean - qui est également situé sur une île artificielle au milieu d'un réservoir d'Angkor - ont donné une tortue plus petite qui ressemblait à celle qui venait d'être découverteCachés dans la sculpture se trouvaient des pierres précieuses, des fils de bronze et un tissu enveloppé dans un type de grain associé aux rituels religieux de Vishnu. (YH : cette découverte précédente n'a donc pas été faite exactement au même endroit).

Les anciens dirigeants d'Angkor se sont appuyés sur le système complexe d'ingénierie de l'eau de la ville pour accumuler et maintenir l'énergie via la riziculture, a écrit Joshua Rapp Learn pour le magazine Smithsonian en février 2020. Selon Richard Stone de National Geographic, la capitale impériale « est devenue une puissance médiévale grâce à un système sophistiqué de canaux et de réservoirs qui a permis à la ville de stocker de l’eau rare pendant les mois secs et de disperser l’eau en excès pendant la saison des pluies ».

 

Sitesrahsrang2

Apsara Authority

 

Aujourd'hui, ceux qui visitent Angkor pendant la saison sèche de la région peuvent apercevoir les vestiges du temple Srah Srang qui dépassent au-dessus de la ligne de flottaison du réservoir. Pendant la saison des pluies, le temple est «complètement avalé» par de fortes pluies, selon Xinhua.

La moitié supérieure de la plus grande tortue en pierre a été fouillée, mais les chercheurs prévoient de laisser sa moitié inférieure enterrée jusqu'à ce qu'ils puissent déterminer un moyen de soulever et de déplacer la relique en toute sécurité, rapporte l'AP.

« Bien que des études antérieures aient été menées sur le temple, il n'y a eu aucune recherche approfondie à ce sujet [montrant] l'endroit où divers objets ont été enterrés », a déclaré Socheat au Khmer Times. « Notre récente découverte peut aider à expliquer l'histoire du temple, y compris les cérémonies religieuses qui y étaient autrefois célébrées.»

https://www.smithsonianmag.com/smart-news/archaeologists-drain-angkor-reservoir-and-discover-stone-turtle-and-other-artifacts-180974849/

 

De son côté, en avril 2020, l'explorateur Praveen Mohan, rendu célèbre par ses vidéos Youtube de ses explorations et son apparition sur Historia "Ancient aliens", a eu l'idée, en ce qui concerne certains artefacts découverts d'un possible moyen de communication élaboré : une sorte de radio, inventée donc bien avant les nôtres, à base de cristaux de quartz, de fils de bronze et d'antennes (les tridents), tout comme les premières inventées dans les temps modernes. De mon côté, j'ai effectué des recherches sur les pratiques rituelles anciennes des Cambodgiens, et j'ai découvert quelques sources qui pourraient en fait éclaircir les choses d'une façon plus logique et en liaison avec ces rituels anciens :

Lire la suite ci-dessous et voir une vidéo prise pendant les découvertes :

Lire la suite

Pérou : découverte d'une fresque de 3200 ans du dieu araignée

Pérou : découverte d'une fresque de 3200 ans du dieu araignée

 

Perou 3200anslalibertad

 

" On pense que la peinture murale découverte l'année dernière représente un dieu araignée zoomorphe brandissant un couteau associé à la pluie et à la fertilité "

Les archéologues du nord du Pérou ont identifié une peinture murale vieille de 3200 ans peinte sur le côté d'un ancien temple en adobe qui représenterait un dieu araignée zoomorphe, brandissant un couteau, associé à la pluie et à la fertilité.

La peinture murale - appliquée en peinture ocre, jaune, grise et blanche sur le mur de la structure en briques de boue de 15 mx 5 m dans la province de Virú de la région de La Libertad au Pérou - a été découverte l'année dernière après qu'une grande partie du site ait été détruite par certains paysans pour étendre leurs plantations d'avocat et de canne à sucre...

Les experts pensent que le sanctuaire a été construit par la culture précolombienne Cupisnique, qui s'est développée le long de la côte nord du Pérou il y a plus de 3000 ans. Sur la culture Cupisnique, dont les spécialistes pensent que c'était une déclinaison de la culture de Chavin au niveau des côtes maritimes, dont j'ai parlé dans plusieurs articles (voir tout en bas de cet article) : https://www.peru-excepcion.com/guide-voyage/cultures-precolombiennes/culture-cupinisque

 

Perou 3200ansa

Le contraste photographique a été forcé pour mieux montrer les couleurs et détails. YH : L'interprétation d'un dieu araignée n'est pas si évidente que ça, la fresque n'étant pas complète, on pourrait tout aussi bien y voir un humain assis de dos, son bras gauche plié le soutenant et tenant une tête coupée dans un panier avec sa main droite. Cliquer pour agrandir.

 

L'archéologue Régulo Franco Jordán a déclaré que l'emplacement stratégique du sanctuaire près de la rivière avait conduit les chercheurs à croire qu'il s'agissait d'un temple dédié aux divinités de l'eau.

« Ce que nous avons ici, c'est un sanctuaire qui aurait été un centre cérémoniel il y a des milliers d'années », a-t-il déclaré au journal La República du Pérou.

 

Perou 3200anslalibertadb

" C'est une construction en plusieurs phases. Celle des peintures murales serait la deuxième (qui a ensuite été intentionnellement couverte par la troisième). Le mur peint se courbe vers la droite et «se glisse» sous le remplissage de la scène la plus récente. Peut-être que les archéologues trouveront des peintures intactes " Cliquer pour agrandir.

 

Lire la suite ci-dessous et voir d'autres photos :

Lire la suite

Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

Pérou : Caral, 5000 ans et astronomie paysagère

 

Caral perou 02

 

Je ne sais pas si l'expression de "astronomie paysagère" existe ou si je l'invente ici, mais elle me semble la plus adéquate pour résumer la situation décrite par les scientifiques en conclusion de leur étude sur le façonnage de la plus ancienne ville des Amériques à ce jour, Caral. Caral, dont j'ai déjà parlé plusieurs fois tant son avancée par rapport aux autres cultures connues à la même époque (environ 3 000 ans Avant J.C) dans les Amériques surprend:

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-civilisation-de-caral.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/perou-caral-supe-bandurria-sechin-kotosh-chavin-2.html

 

Astronomie et paysage dans la ville de Caral, la plus ancienne ville des Amériques

 

 

Caral supe

L'un des principaux bâtiments pyramidaux de la place centrale de Caral, dont le grand axe est orienté parallèlement à la rivière Supe, et vers la grande lunastice sud. Crédit: A. César González-García (Incipit-CSIC).

 

Une équipe de chercheurs, dirigée par l'Instituto de Ciencias del Patrimonio (Incipit-CSIC) et l'Instituto de Astrofísica de Canarias (IAC), en collaboration avec l'équipe de la Zone Arqueologique de Caral (Pérou) dirigée par le Dr Ruth Shady Solís, a établi la relation entre la position des monuments de la Culture Supe (Pérou), leurs orientations et certaines caractéristiques astronomiques et topographiques, ce qui ouvre la voie à l'analyse de la façon dont les habitants de cette vallée ont conçu l'espace et le temps il y a 5000 ans. Les résultats de l'étude viennent d'être publiés dans la revue Latin American Antiquity.

La vallée de la rivière Supe au Pérou contient la première preuve de la construction d'une ville dans les Amériques. Au cours des dernières décennies dans cette vallée et sur la côte voisine, de nombreux sites cérémoniels ont été découverts, avec des bâtiments pyramidaux élaborés et de grands espaces ouverts circulaires datant de 3000 avant JC. La société qui a construit ces bâtiments était basée sur l'agriculture par irrigation, notamment de le coton et la citrouille, et sur la pêche car la côte donne accès à l'une des pêcheries les plus riches du monde.

Vers la fin de 2016, une campagne de travaux de terrain a été menée dans la vallée de Supe, prenant des mesures des positions et orientations des bâtiments les plus importants de cette civilisation très ancienne sur les dix sites les plus importants de la vallée. « Les résultats des recherches sur la position et l'orientation des bâtiments principaux montrent que la présence de la rivière Supe est la principale influence déterminante sur l'orientation des bâtiments car bien qu'ils ne soient pas situés directement au bord de la rivière, ils sont systématiquement parallèles à cela dans un phénomène curieux, convergent avec ce qui se passait en même temps à des milliers de kilomètres dans la Vallée du Nil », explique Juan Antonio Belmonte, un chercheur de l'IAC expert en astronomie culturelle et co-auteur de l'article.

Cependant, l'analyse a révélé que la situation dans la vallée était également déterminée par des relations astronomiques très suggestives et novatrices.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Mélusine: affinités avec les déesses-mères de l’Asie Mineure?

Mélusine : quelles ressemblances avec les déesses-mères de l’Asie Mineure ?

 

Melusine lusignan vienne

Le sentier de Mélusine vous conduit sur les lieux de la rencontre entre Mélusine et Raymondin. Mélusine-Lusignan-Vienne

 

A la suite de sa proposition, voici un texte de l'auteure Lousiné Terteryan, qui constitue sa première contribution à une collaboration entre écrivains partageant des passions proches. Auteure du livre "La Plume magique" aux Editions Edilivre, un conte pour enfants et adultes restés jeunes dans leur tête, je partage les messages de ce conte qui sont, comme elle le dit dans son interview : " Il y a trois messages dans cette histoire : le premier, l’écologie , la Mère Nature, il faut l’aimer, la respecter et la protéger, le deuxième ne pas couper les liens entre son enfance et sa vie d’adulte, donc rester toujours un peu un enfant et enfin le troisième croire à la magie de la vie. "

https://www.edilivre.com/rencontre-avec-lousine-terteryan-auteur-de-la-plume-magique/

 

Laplumemagique

Si vous voulez acheter cet ouvrage : https://www.edilivre.com/la-plume-magique-lousine-terteryan.html/

 

 

Mélusine, un personnage féminin légendaire très ancien, pour les mythologues est la “mater lucina" romaine qui présidait aux naissances, ou une divinité celte, protectrice de la Font-de-Sé (fontaine de la soif). Il pourrait également s’agir de la Lyké des Grecs, de la Mélugina des Ligures ou de la Milouziena des Scythes, dont le peuple serait issu d’Héraclès et d'Echidna, elle-même a une queue de serpent et des ailes de chauve-souris. Pour les Gaulois, elle serait plutôt une sorte de Parque du nom de Mélicine (la tisseuse), d’où le thème de la destinée, très présent dans le mythe de Mélusine. (https://mythologies.blog4ever.com/melusine-ancienne-terra-mater)

Mais ce personnage semble être plus ancien car elle ressemble plutôt à celles de divinités mésopotamiennes telles qu’Ishtar (vénérée chez les Akkadiens, Babyloniens et Assyriens), Inanna (déesse sumérienne), Sémiramis (déesse assyrienne). Toutes ces déesses incarnaient la fécondité, l’amour et la beauté dans les panthéons respectifs.

Selon certains spécialistes Mélusine signifie “merveille" ou “brouillard de la mer”. Pour les Lusignan, on l’appelle “Mère Lusigne” (la mère des Lusignans), fondatrice de leur lignée. Dans le dictionnaire Littré, elle est appelée “Merlusigne”, ce qui pourrait faire penser à une connotation aquatique. (https://mythologies.blog4ever.com/melusine-ancienne-terra-mater)

Enfin, Mélusine possède des traits qui la rendent encore plus ancienne : elle possède des caractères de la déesse-mère remontant à la période du matriarcat.

Pour quelqu’un qui connais le folklore et la mythologie arménienne, Mélusine rappelle la légende de Sémiramis la fameuse reine bâtisseuse assyrienne, transmise dans “L’histoire d’Arménie” de Moïse de Khorène (historien arménien du Ve siècle).

Pour révéler les ressemblances entre Sémiramis et Mélusine, il suffit de connaître la légende d’Ara le Beau et de Sémiramis. Dans les légendes, issues de l’historiographie médiévale arménienne, Sémiramis est une reine assyrienne amoureuse d’Ara le Beau - le roi d’Arménie.

 

Jpg ara le beau et semiramis

couverture du livre (ARA AND SEMIRAMIS - Book 20 in the Baba Indaba Children's Stories – Anon E. Mouse)

 

Quelle est l’histoire de la légende d’Ara le Beau et de Sémiramis ?

 

Ara était un roi arménien et très beau. La rumeur de sa beauté parvint aux oreilles de la reine Sémiramis, femme de Ninos qui se met alors à le désirer en secret. Celle-ci profite de la mort de son mari pour le courtiser (selon une autre version, elle demande de son mari le règne pour une seule journée. Ce jour-là, elle ordonne qu’on exécute le roi).

Alors, Sémiramis envoie des messagers chargés de cadeaux pour faire venir Ara à Ninive auprès d'elle et en faire son époux. Mais Ara était fidèle à sa femme. Sémiramis, folle de rage qu'il repousse ses avances, déclare la guerre à Ara le Beau, tout en enjoignant à ses généraux de l'épargner.

Au cours de la bataille, Ara trouve la mort. Quand elle découvre son cadavre, elle ordonne de le mettre sur la terrasse de son palais. La reine Sémiramis avait une réputation de magicienne, elle ordonne aux dieux nommés aralez (créatures mythiques - chiens-ailés) de lécher ses blessures pour le ramener à la vie. Le cadavre commence à se putréfier, alors elle le fait enterrer en secret et monte une supercherie en déguisant un autre homme qu'elle désigne au peuple en disant : « Les dieux ont léché Ara, l'ont ramené à la vie ».

Il faut souligner que l’historien chrétien du Moyen Âge, Moïse de Khorène présente cette légende en tant qu’histoire vraie. C’est-à-dire, il rédige tout ce qui lui semble invraisemblable. La légende ne nous est pas parvenue dans sa forme initiale où Ara le Beau devrait revenir de l’au-delà, c’est-à-dire, renaître. (YH : selon d'autres mythographes, la reine assyrienne Sémiramis plaça le cadavre d'Ara le Beau sur une haute montagne afin que les Aralez viennent lécher ses blessures de guerres pour le guérir. En attendant sa résurrection, Sémiramis déguisa un homme qui lui ressemblait et l'habilla comme Ara).

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Turquie: le monolithe inachevé de Fas ılla des Hittites

Turquie: le mégalithe inachevé de Fas ılla des Hittites

 

Turquie monolithe2

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/

 

 

Le mégalithe inachevé de Fas ıllar est visible sur une colline près d'un petit village de Bey şehir. Il est appelé par les Turcs Kurt Be şi ği (c'est-à-dire le berceau des loups), bien que cela n'ait rien à voir avec les loups. YH : mais peut-être avec la langue louvite !

 

Turquie monolithe4

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/

Il représente deux divinités du panthéon hittite, debout l'une au-dessus de l'autre. Une figure bien visible sur le sommet est le Dieu de la Tempête, représenté dans un temple montagneux. L'une de ses jambes repose sur la tête d'un lion, et la deuxième sur l'épaule d'une divinité debout en dessous. Le personnage inférieur est le Dieu de la Montagne, qui se dresse entre deux lions. Puisque le monument n'a pas été terminé, certaines portions sont gravées plus en détail, tandis que d'autres sont juste esquissées.

 

Turquie monolithe1

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/

 

Le monument de Fas ıllar a été taillé dans un bloc de roches basaltiques. Il pèse environ 70 tonnes, sa hauteur est de 8 mètres et sa largeur est de 2.75 mètres. Contrairement à de nombreux monuments hittites bien connus qui étaient gravés sur des murs de roches, le monolithe Fas ıllar l'a été fait dans un bloc de basaltes des carrières voisines, ce qui suggère que la statue ne s'est jamais rendue à sa destination finale. Le plus probable que ses créateurs voulaient le transporter vers un autre endroit (probablement à Eflatun Pinar à près de 37 km). Les similitudes avec les personnages visibles à Eflatunpınar et à Alacahöyük, les comparaisons indiquent l'époque de Tudhaliya IV dans la seconde moitié du 13ème siècle avant notre ère (environ 3 300 ans avant le présent).

 

Turquie monolithe9

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/

 

Le monolithe, en fonction de son poids, n'a jamais été déplacé, mais une copie en béton est visible au Anatolian Civilizations Museum à Ankara :

 

Fasillar03

Crédit : http://www.hittitemonuments.com/

 

Approfondissements sur les Hittites, lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook

LES AÇORES, DÉBRIS DE L'ATLANTIDE? Direct-Live sur Facebook le 16-03-2021

 

Acores livefacebook

Affiche du film, Yves Herbo en haut, Loïc Occhipenti en bas

 

Demain 16-03-2021, Loïc Occhipenti sera en direct accompagné de Yves Herbo.

Demain a partir de 19h45. Facebook Live

La première partie du direct concernera, l'association ECD et ses objectifs 2021.

Dans la Deuxième partie, nous parlerons de notre documentaire:

Les Açores, Débris de L'Atlantide ?

Nous apporterons des éléments supplémentaires concernant la première partie du documentaire.

Nous répondrons aux questions posées.

Nous partagerons des éléments qui viendrons appuyer notre théorie.

Loïc Occhipenti

 

https://www.facebook.com/101070322053017/posts/112420254251357

Facebook live

https://www.facebook.com/asso.civilisationsdisparues/?ref=page_internal

https://www.helloasso.com/associations/association-etude-des-civilisations-disparues/formulaires/

 

Acores terceiraa

Açores-Terceira - © Yves Herbo (cliquer pour agrandir)

 

La première partie du documentaire sur youtube (seconde partie en juin 2021) :

 

 

Le Bonus 1 sur la première partie du documentaire (sous-titres en plusieurs langues ajoutés) :

 

 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/les-acores-debris-de-l-atlantide-le-docu1-et-bonus-1.html

 

Venez nombreux demain soir à partir de 19h45, pour poser vos questions et avoir de nouvelles informations sur le sujet !

 

Plusieurs problèmes techniques lors de ce direct, avec deux coupures pendant et l'impossibilité pour un grand nombre de le rejoindre, y compris moi, sauf par téléphone. Les trois parties de l'intervention en direct vont être encodées et réunies en une ou deux parties, qui seront visibles gratuitement sur Youtube. Merci de votre patience.

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 15-03-2021, 18-03-2021

Espagne: découverte d'une dirigeante de la culture Argar

Espagne: découverte d'une dirigeante de la culture Argar

 

Espagne argar site

Le site de La Almoloya, dans la région sud-est de Murcie, en Espagne (environ 4 200 ans)

 

Les archéologues connaissent ce site - connu sous le nom de La Almoloya, dans la région sud-est de Murcie, en Espagne - depuis les années 1800, lorsque des ingénieurs miniers belges y ont découvert les ruines d'une société de l'âge du bronze. Cette société à plusieurs niveaux économiques, connue sous le nom d'El Argar (environ 2300/2200 avant JC à 1550/1450 avant JC), était complexe; le peuple argarique a construit des structures monumentales, cultivé et transformé des céréales telles que l'orge et le blé, gardé des animaux domestiques, échangé avec des cultures lointaines et pratiqué la métallurgie, selon une étude de 2020 publiée dans la revue PLOS One. J'avais eu l'occasion de parler de cette culture encore assez mystérieuse quant à son origine (éventuellement celle des Millares et l'évolution locale de la culture Campaniforme) et disparition, qui est pour l'instant être supposée la conséquence d'une révolution du peuple maltraité par son élite (plusieurs vidéos):

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/une-ville-d-une-civilisation-inconnue-de-4200-ans-minimum-deterree-en-espagne.html

Au cours des millénaires, des pilleurs de tombes ont volé d'innombrables sépultures d'El Argar. Les archéologues ont donc été stupéfaits en août 2014, lorsqu'ils ont déterré un enterrement dans une fosse contenant un grand pot en céramique contenant les restes de deux personnes - un homme décédé entre 35 et 40 ans et une femme décédée entre 25 et 30 ans - qui ont été enterrés dans la salle des gouverneurs d'un palais. La datation au radiocarbone a montré qu'ils sont tous les deux morts au milieu du 17e siècle avant JC, mais que l'homme est mort quelques années avant la femme; l'enterrement a été rouvert plus tard pour son inhumation à sa mort, a déclaré Roberto Risch.

 

Espagne argar diademejarre

La femme et l'homme de l'âge du bronze ont été enterrés dans un grand pot en céramique dans la salle des gouverneurs d'un palais. (Crédit d'image: avec l'aimable autorisation du groupe de recherche Arqueoecologia Social Mediterrània, Universitat Autònoma de Barcelona; Antiquity Publications Ltd). YH : les enterrements dans des grandes jarres est une pratique mondiale très répandue remontant à la préhistoire et perdurant jusqu'aux temps historiques dans certaines régions du monde (voir par exemple les jarres du Laos).

 

Les tests de l'ADN ancien à l'Institut Max Planck en Allemagne ont montré que l'homme et la femme n'étaient pas biologiquement liés mais qu'ils avaient une fille de 12 à 18 mois enterrée dans un bâtiment voisinUne étude à venir sur l'enterrement de la fille examinera pourquoi elle n'a pas été enterrée avec ses parents, a déclaré la co-chercheuse Cristina Rihuete Herrada, professeur d'archéologie à l'Université autonome de Barcelone.

La femme a été enterrée portant le diadème en argent, des colliers de perles, des bagues en argent, des bracelets, des postiches en spirale et des bouchons d'oreille avec des spirales. L'inclusion d'un gobelet à rebord d'argent suggère qu' "apparemment, elle était si noble que ses lèvres ne sont pas autorisées à toucher le pot. Le pot est recouvert d'une feuille d'argent, donc ses lèvres ne touchent que l'argent ", mentionne Risch. Un poinçon à manche en argent pour faire des trous dans les textiles suggère qu'elle avait un pouvoir sur la production de lin, une industrie florissante basée sur les métiers trouvés à La Almoloya, a-t-il déclaré.

 

Espagne argar bouchonsoreilleenor

L'homme a été enterré avec des bouchons d'oreille en or entourés de spirales d'argent. (Crédit d'image: JA Soldevilla, avec l'aimable autorisation du groupe de recherche Arqueoecologia Social Mediterrània, Universitat Autònoma de Barcelona; Antiquity Publications Ltd)

 

L'homme a été enterré avec un collier de perles, des bouchons d'oreille en or avec des spirales en argent, des bracelets en cuivre, des postiches en spirale en argent et un poignard à lame de cuivre. L'enterrement avait également un bol et des offrandes d'animaux.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Les Jarres mégalithiques du Laos plus anciennes que supposé

Les Jarres mégalithiques du Laos plus anciennes que supposé

 

Laos site 2 disc and jars

 

Les Jarres mégalithiques du Laos constituent l'un des mystères scientifiques non résolu jusqu'à présent. Supposées dater d'environ 2000 ans pour les plus anciennes, une nouvelle recherche scientifique sur leur datation vient d'être publiée, repoussant les plus anciennes à environ 3 300 ans avant le présent. J'avais déjà mentionné de nouvelles découvertes de ce type de création ancienne au Laos ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/laos-de-nouvelles-mysterieuses-jarres-des-morts-decouvertes.html

 

Une nouvelle recherche menée à la " Plaine des Jarres '', classée au patrimoine mondial de l'UNESCO au Laos, a établi que les bocaux en pierre étaient probablement placés dans leur position de repos finale dès 1240 à 660 avant notre ère.

Des échantillons de sédiments provenant de bocaux en pierre provenant de deux des plus de 120 sites mégalithiques enregistrés ont été obtenus par une équipe dirigée par le Dr Louise Shewan de l'Université de Melbourne, le professeur agrégé Dougald O'Reilly de l'Université nationale australienne (ANU) et le Dr Thonglith Luangkoth du Département du patrimoine du Laos.

Les échantillons ont été analysés en utilisant une technique appelée Luminescence Optiquement Stimulée (OSL) pour déterminer quand les grains de sédiments ont été exposés pour la dernière fois à la lumière du soleil.

" Grâce à ces nouvelles données et dates au radiocarbone obtenues pour le matériel squelettique et le charbon de bois d'autres contextes funéraires, nous savons maintenant que ces sites ont conservé une signification rituelle durable de la période de leur placement initial dans les bocaux jusqu'aux temps historiques ", a déclaré le Dr Shewan.

 

Laos jarres disque gravures

Le Dr Shewan et ses collaborateurs présentent de nouveaux résultats de radiocarbone à utiliser sur le site et présentent également des données géochronologiques déterminant la source probable de la carrière pour l'un des plus grands sites mégalithiques. Image: Projet de recherche archéologique de la plaine des Jarres. Cliquer pour agrandir

 

Les sites de jarres mégalithiques du nord du Laos comprennent des jarres en pierre sculptée de un à trois mètres de haut, pesant jusqu'à 20 tonnes, parsemées à travers le paysage, apparaissant seules ou en groupes de plusieurs centaines.

Le Dr Shewan et son équipe ont achevé leurs fouilles les plus récentes en mars 2020, revisitant le site 1 (Ban Hai Hin) et revenant en Australie juste avant la fermeture des frontières internationales en cas de pandémie mondiale.

Le site 1 a révélé plus de sépultures placées autour des bocaux et a confirmé des observations antérieures selon lesquelles les rochers exotiques répartis sur le site sont des marqueurs pour les bocaux en céramique enterrés en-dessous.

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

Le sumérien n'est plus la seule première écriture au monde

 

Elam coneavececriture

Cône en terre cuite comportant des inscriptions en élamite linéaire datées d'environ 2500-2300 avant J.-C. Crédit François Desset - Musée du Louvre

 

C'est une découverte qui est passée assez inaperçue, possiblement à cause de la forte tendance des médias à ne parler que de la crise sanitaire, mais un français a bel et bien réussi en fin d'année 2020 à "craquer" l'écriture élamite. Et cette écriture remonte exactement à 3 300 Avant notre ère, donc exactement à la même date que celle de Sumer, sans aucun lien entre les deux.

François Desset a réussi à déchiffrer l’élamite linéaire, un système d’écriture utilisé en Iran il y a 4.400 ans. Dans sa version archaïque proto-élamite (dès 3 300 avant J.-C.), celle-ci rejoint les deux systèmes d’écritures les plus anciens connus au monde, le proto-cunéiforme des Mésopotamiens et les hiéroglyphes égyptiens. De quoi modifier les connaissances que l’on avait jusque-là sur l’origine de l’écriture !

L’annonce a dû réjouir les mânes de l’abbé Barthélémy, de Sylvestre de Sacy ou encore de Champollion. L’archéologue français François Desset, du Laboratoire Archéorient à Lyon, a annoncé le 27 novembre 2020 qu’il avait réussi à déchiffrer des inscriptions vieilles de 4.400 ans ! Toutes étaient rédigées en élamite linéaire, une écriture utilisée par les Elamites qui peuplaient alors l’Iran. Les érudits réunis en ligne pour prendre connaissance de cette découverte depuis le département des biens culturels de l’Universita degli Studi di Padova de Padoue (Italie), ont été enthousiastes. Voici en effet plus d'un siècle que ce système d’écriture, utilisé sur le plateau iranien dans l’ancien royaume d’Elam (actuel Iran) entre la fin du 3ème millénaire et le début du 2ème millénaire avant notre ère, échappait au déchiffrement, comme c’est encore le cas pour le linéaire A crétois ou l’écriture de la vallée de l’Indus (que les spécialistes locaux estiment comme étant plus ancienne encore). Entre marques d’admiration et félicitations des confrères, le Français, fraîchement débarqué de l’Université de Téhéran (Iran) où il enseigne depuis 2014, a expliqué en anglais que : " Cette écriture avait été découverte pour la première fois sur l’antique site de Suse (Iran) en 1901 et que depuis 120 ans nous n’étions pas parvenus à lire ce qui avait été inscrit il y a 4.400 ans faute d’avoir trouvé la clé ". Chose désormais faite cette année (grâce à l’opportunité offerte par la quarantaine dans son appartement à Téhéran et la collaboration de trois autres collègues, Kambiz Tabibzadeh, Matthieu Kervran et Gian-Pietro Basello).

 

Fdesset portrait

François Desset, archéologue au Laboratoire Archéorient (Lyon), professeur à l'Université de Téhéran (Iran), encadré par des colonnettes funéraires retrouvées dans des tombes du 3e millénaire avant J.-C, au Balouchistan iranien. Crédit François Desset

"Des systèmes d'écriture contemporains"

Les plus anciens exemples d'écriture connus à ce jour proviennent de Mésopotamie (Irak actuel) et remontent à l’Age du Bronze, vers 3300 ans avant J.-C. : il s’agit des tablettes proto-cunéiformes. Or le déchiffrement de l’élamite linéaire remet en question cette suprématie ! " Nous découvrons en effet que vers 2300 avant J.-C., un système d'écriture parallèle existait en Iran, et que sa version la plus ancienne - appelée l’écriture proto-élamite, (3300 avant J.C. - 2900 avant J.-C.) – remontait aussi loin dans le temps que les premiers textes cunéiformes mésopotamiens ! précise François Desset. Aussi, je peux aujourd’hui affirmer que l’écriture n’est pas d’abord apparue en Mésopotamie puis plus tard en Iran : ces deux systèmes, le proto-cunéiforme mésopotamien et le proto-élamite iranien, ont en fait été contemporains ! Il n’y a pas eu une écriture mère dont le proto-élamite serait la fille, il y a eu deux écritures sœurs. D’autre part, en Iran, il n’y a pas eu non plus deux systèmes d’écritures indépendantes comme les spécialistes le pensaient jusque-là, avec le proto-élamite d’un côté et l’élamite linéaire de l’autre, mais une même écriture qui a été soumise à évolution historique et a été transcrite avec des variations au cours de deux périodes distinctes."

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

Pérou: des progrès sur l'Histoire des Chachapoya

 

Chachapoya sarcophages

Retour sur cette culture précolombienne du Pérou très mal connue, dont j'ai déjà parlé ici :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvertes-dans-les-andes-et-en-amazonie.html

Il en est aussi question ici, vers la fin : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/choquequirao-la-deuxieme-mysterieuse-machu-picchu.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-perou-des-decouvertes-majeures.html

 

Des découvertes archéologiques récentes ont jeté un nouvel éclairage sur l'histoire du peuple Chachapoya du PérouJusque dans les années 1990, la plupart de ce que nous savions de cette culture précolombienne - appelée les «guerriers des nuages» par les Incas - était basée sur des histoires de tiers-mains de chroniqueurs espagnols peu fiables. Même aujourd'hui, le puzzle Chachapoya a plus de lacunes que de pièces. Pourtant, l'intérêt et les connaissances pour la civilisation d'autrefois grandissent. En 2017, les ruines de Chachapoya au sommet d'une colline de Kuélap ont été équipées d'un téléphérique et commercialisées par le gouvernement péruvien comme un rival nordique du Machu Picchu. Deux ans plus tard, l'Unesco a inscrit les «sites Chachapoyas de la vallée d'Utcubamba» sur sa liste provisoire des sites du patrimoine mondial envisagés pour proposition d'inscription. 

Antérieure à l'Inca de plus de six siècles, la culture Chachapoya s'est épanouie à partir d'environ 800 après JC dans les hautes terres reculées du nord du Pérou, une zone de montagnes froissées, de profonds canyons et de chutes d'eau élevées où les pentes orientales des Andes se dissolvent dans le bassin humide de l'Amazone. Ici, une société vaguement unifiée de cacicazgos (petits royaumes) a progressivement pris racine, cultivant des champs en terrasse et agissant comme intermédiaires commerciaux entre les Andes et l'Amazonie. La population, qui comptait peut-être 500 000 âmes à son apogée, a produit un chaman puissant et a engendré un esprit de combat difficile. Elle a évolué avec peu de traumatismes extérieurs jusqu'à l'invasion des Incas dans les années 1470

Sans langage écrit, une grande partie de ce que l'on sait sur le Chachapoya provient de vestiges archéologiques trouvés sur des sites funéraires sur des falaises calcaires difficiles d'accès dans les forêts de nuages ​​du Pérou. Caractérisés par des sarcophages avec des visages humanoïdes et des mausolées ressemblant à des chalets qui ont été construits dans la paroi rocheuse et ornés d'images rouge rouille, ces tombes en pierre ou chullpas, qui regardent toujours de manière imposante des collines isolées, suggèrent une culture indépendante vigoureuse qui était nettement différente de ses voisins andinsContrairement aux autres civilisations sud-américaines, les Chachapoya semblaient éviter les hiérarchies. Leurs méthodes d'inhumation, bien que élaborées, semblent avoir été relativement égalitaires et l'architecture qui a survécu manifeste peu de symboles de statut et de pouvoir.

 

Ruines de kuelap2

ruines de Kuélap - Crédit Yolka

 

Compliquant les enquêtes, de nombreux chullpas ont été pillés; d'autres, comme ceux découverts sur une falaise surplombant la Laguna de los Cóndores en 1996, ont été repris et réutilisés par les Incas. La découverte des Cóndores a changé la donne dans la recherche archéologique péruvienne, qui a laissé deviner la sophistication des Chachapoya au moment où les Incas sont arrivés à la fin du XVe siècle. Un musée spécial a été construit en 2000 dans la ville voisine de Leimebamba pour abriter les objets. À l'intérieur des tombes, les archéologues ont trouvé plus de 200 momies de l'époque inca, ainsi que de simples céramiques, des objets en argent, des sculptures sur bois et des textiles uniques aux teintes rouges. Les Chachapoya étaient réputés pour leur tissage; leurs tissus brillants aux motifs animaliers étaient les vêtements préférés des Incas. 

Les rapports coloniaux espagnols décrivant le Chachapoya comme ayant la peau blanche et les cheveux blonds étaient probablement faux, alimentant des histoires fantastiques sur leurs origines sur des explorateurs mythiques d'outre-mer. Les recherches archéologiques ultérieures de la Laguna de los Cóndores et d'autres sites ont dissipé le mythe selon lequel les guerriers des nuages ​​étaient des Vikings déplacés. Ils étaient cependant réputés pour posséder un esprit guerrier robuste.

Lire la suite ci-dessous:

Lire la suite

Egypte: retour à Taposiris Magna, nouvelles fouilles

Egypte: retour à Taposiris Magna, nouvelles fouilles

 

Egypte taposirismagna20210Ministry of Tourism and Antiquities Egypt

 

Voici une mise à jour de mon précédent article sur les recherches en cours de la tombe de Cléopâtre et Marc-Antoine : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/egypte-cleopatre-et-antoine-deux-momies-couvertes-d-or-decouvertes.html

 

Après l'assassinat de César, et la déclaration de guerre du Sénat romain à CléopâtreAntoine, son amant et allié, trahit Rome et rejoint le camp de Cléopâtre. Après la victoire décisive d'Octave, l'héritier de César, à Actium, Cléopâtre et Antoine se retirent à Alexandrie, où Octave assiège la cité jusqu'au suicide d'Antoine et de Cléopâtre.

L'historien romain Dion Cassius rapporte que le corps de Cléopâtre a été embaumé comme celui d'Antoine, et Plutarque note que, sur les ordres d'Octave, la dernière reine d'Egypte a été enterrée aux côtés de son époux romain, vaincu. Or aujourd'hui encore, nul ne sait où peut bien se trouver ce tombeau. On sait peu de choses en somme de l'antique Alexandrie : tremblements de terre, raz-de-marée, montée du niveau des eaux, affaissement de terrain, conflits...  l'ancienne Alexandrie se trouve maintenant à environ six mètres en dessous du niveau de la mer...

Au cours des dernières décennies, les archéologues ont finalement découvert la localisation approximative où le tombeau de Cléopâtre avait pu se trouver et sont à sa recherche. Les fouilles sous-marines commencées en 1992 par l'explorateur français Franck Goddio et l'Institut européen d'archéologie sous-marine ont permis aux chercheurs de cartographier les parties sous-marines de l'ancienne Alexandrie, ses colonnes et ses esplanades, le sol des palais royaux aujourd'hui submergés. Des sphinx en pierre, des pavés géants de calcaire, des colonnes de granit et des chapiteaux ont été rapportés à la surface, attisant la curiosité des historiens et des archéologues pour le monde de Cléopâtre.

« Mon rêve est de mettre au jour une statue de Cléopâtre », explique GoddioJusqu'à présent, les recherches sous-marines n'ont pas permis de mettre au jour le tombeau. 

Plus récemment, un temple du désert à l'extérieur d'Alexandrie est devenu le centre de toutes les attentions. Un monarque de l'intelligence et de la clairvoyance de Cléopâtre n'aurait-il pas choisi d'ensevelir une reine de son rang dans un lieu spirituellement plus important que le centre-ville d'Alexandrie ? Ses restes pourraient reposer aux côtés de ceux de son bien-aimé Marc-Antoine.

 

Taposiris magna temple 01

Taposiris Magna https://fr.wikipedia.org/wiki/Taposiris_Magna

 

En octobre 2005, de nouvelles fouilles y ont été décidées. Les deux mois d'excavation que Kathleen Martinez, avocate, archéologue et diplomate de la République dominicaineavait demandé se sont étendues à  trois mois, puis à cinq ans, puis jusqu'à nos jours...

Kathleen Martinez espérait démontrer que le temple comptait parmi les plus sacrés de son temps, qu'il était dédié au culte d'Osiris et d'Isis, et que des tunnels avaient été creusés sous les murs de l'enceinte. Au cours de la première année d'excavation, elle a été récompensée par la découverte d'un puits et de plusieurs chambres souterraines et tunnels. « L'une de nos plus grandes questions est "pourquoi ont-ils creusé des tunnels de cette ampleur", » dit-elle. « Ce devait être pour une raison très significative. »

Taposiris Magna est depuis devenu l'un des sites archéologiques les plus actifs d'Égypte. Plus d'un millier d'objets y ont été retrouvés, dont 200 considérés comme significatifs : poteries, pièces de monnaie, bijoux en or, têtes cassées de statues (probablement brisées par les premiers chrétiens). Sur le site de l'autel du temple, où des prêtres auraient fait des offrandes aux dieux, 200 artefacts portant le nom de Cléopâtre et son visage ont été découvertes.

De nos jours, une série de nouvelles découvertes remarquables ont été révélées par la mission égypto-dominicaine de l'Université de Saint-Domingue, dirigée par le Dr Kathleen Martinez, lors de fouilles archéologiques au temple Tabosiris Magna dans l'ouest d'Alexandrie, en Égypte, selon les responsables de la mission et l'administration de la zone des antiquités d'Alexandrie, le 29-01-2021https://twitter.com/TourismandAntiq/status/1355212095676174342?s=20

16 sépultures sculptées dans la pierre, dans le style des ouvertures murales, ont été découvertes au cours du processus, et malgré plusieurs momies dans un mauvais état de conservation, les objets découverts témoignent tous des caractéristiques typiques de la momification lors de l'Antiquité gréco-romaine. Le grand temple, dont seuls les murs extérieurs impressionnants subsistent aujourd'hui, était autrefois un centre de culte clé des dieux Osiris et Isis.

Les découvertes archéologiques découvertes sur place ont montré que le temple de Taposiris Magna avait une combinaison unique d'architecture de temple égyptienne et grecque.

Des amulettes en feuille d'or en forme de langue avaient été placées dans la bouche des momies découvertes, dans un rituel censé garantir que le défunt puisse parler dans l'autre monde. Deux momies ont également conservé les restes de rouleaux et des parties de la couche de cartonnage. Une momie, selon les archéologues, a des restes de dorure qui représentent Osiris, l'ancien dieu égyptien des morts.

 

Egypte taposirismagna2021a

Ministry of Tourism and Antiquities Egypt

 

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite