Sciences-Faits-Histoires

antiquité

  • Mexique: les mystérieuses dalles de San Miguel Ixtapan

    Mexique: les mystérieuses dalles de San Miguel Ixtapan

     

    Ixtapan0

    Crédit ARX Project

     

    Le ARX Project vient d'annoncer la récupération et le transport réussies de la plus grande des dalles de pierre mégalithique de la région de San Miguel Ixtapan, dont les fragments ont été trouvés dans un ranch à quelques kilomètres du site archéologique au début de 2021.

    Toute l'opération a été coordonnée par l'archéologue Victor Osorio, directeur du site archéologique de San Miguel Ixtapan, et l'association ARX, en collaboration avec l'Institut national mexicain d'anthropologie et d'histoire (INAH) et le Sec retaire de la culture de l'État du Mexique.

    Comme le précise les fondateurs de l'ARX Project, Le projet a été lancé en 2020 dans le but de fournir une approche multidisciplinaire à l'étude du passé antique. Ils travaillent en partenariat avec des institutions gouvernementales et non gouvernementales pour faire progresser notre connaissance de l'histoire humaine et des origines de la civilisation. C'est une organisation à but non lucratif basée au Mexique qui est soutenue par le travail et la passion de ses associés, ainsi que par la générosité et les contributions de nos sponsors, publics et privés. Les fondateurs sontMarco M. Vigato, italien vivant au Mexique, a étudié à Harvard et à l'université Bocconi de Milan. Il fait des recherches sur les civilisations anciennes en tant que chercheur indépendant depuis 15 ans. Il est un expert de la Méso-Amérique ancienne, ainsi qu'un contributeur régulier au magazine en ligne Ancient Origins et à divers autres journaux et podcasts imprimés et en ligne. Il est également l'auteur d'ouvrages et de publications sur divers sujets d'histoire et de préhistoire liés aux origines de la civilisation. Ludovic Celle, français vivant à Oaxaca, est diplômé en architecture de l'école d'architecture de Grenoble. Il est illustrateur spécialisé en architecture depuis 12 ans, depuis 2017 avec un focus sur la visualisation précolombienne et l'investigation iconographique. Sa reconstruction 3D détaillée de la ville postclassique zapotèque de Mitla lui a valu des éloges dans le domaine archéologique. Son enquête centrale est le vaste monde des conceptions de frettes étagées à travers le continent américain. Alexandre Tokarz, Polonais vivant à Mexico, a fréquenté le California College of the Arts à San Francisco où il a obtenu un baccalauréat en architecture. Il a passé plusieurs années à travailler au Danemark avec Bjarke Ingels Group, Henning Larsen Architects et 3XN Architects. Par la suite, il a obtenu une maîtrise ès arts en architecture de l'Arkitektskolen Aarhus au Danemark. Avec son propre studio de design, il a construit de nombreux projets au Mexique, notamment en participant aux efforts de reconstruction après le tremblement de terre du 19 septembre 2017. Leur équipe est composée d'experts de différentes disciplines, notamment des archéologues, des géophysiciens, des spéléologues, des architectes, des ingénieurs, des photographes et des artistes numériques.

     

    San miguel ixtapan

    Une composition photographique des près de 14 dalles de pierre mégalithiques connue du site de San Miguel Ixtapan. Source : Marco M. Vigato

     

    Leur site internet se centralise sur ce résumé : " La question de l'origine de la civilisation mésoaméricaine a intrigué des générations d'archéologues, d'historiens de la culture et d'anthropologues. Les Olmèques, qui ont prospéré entre 2 500 et 400 av. JC. 
    Depuis le début des années 1990, cependant, une nouvelle hypothèse a émergé selon laquelle la civilisation mésoaméricaine n'est pas apparue isolément, mais dans le cadre d'un réseau complexe d'interactions commerciales régionales qui ont favorisé les échanges culturels et la diffusion de styles artistiques similaires ainsi que la poterie, la pierre et techniques de travail des métaux dans une vaste zone entre l'ouest du Mexique, l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud.  
    Ces contacts ont certainement profité du vaste réseau fluvial de l'ancien Mexique et du Guatemala, en particulier le long des rivières Balsas et Usumacinta, où se trouvent certains des premiers centres de la civilisation mésoaméricaine en dehors de la côte du golfe du Mexique. 
    En adoptant une vision panaméricaine du développement de la civilisation dans les Amériques, notre mission est de documenter la mosaïque complexe d'influences culturelles qui ont façonné la période formatrice et classique de la civilisation mésoaméricaine. 
    Nos méthodes combinent l'exploration traditionnelle avec l'utilisation des dernières technologies en imagerie aérienne et satellite pour aider à démêler le grand puzzle des origines mésoaméricaines, en cartographiant et en documentant les couloirs commerciaux et les centres originaux de civilisation des Amériques.
    "

    Et les sites étudiés sont : Mitla, Oaxaca, Étude et exploration géophysiques - San Miguel Ixtapan, Une influence andine au centre du Mexique ? - Tamoanchan, Cités perdues des hauts plateaux du centre du Mexique et Mictlan, Exploration souterraine de Teotihuacan (Tunnels et grottes).

     

    Nous nous intéressons ici au Projet San Miguel Ixtapan, dont les énormes dalles gravées de formes géométriques découvertes récemment reflètent une étonnante similitude avec les structures proches du Lac Titicaca en Bolivie, surtout celles de Puma Punku.

     

    Ixtapan8

    Vue de la partie fouillée du site archéologique de San Miguel Ixtapan, dans l'État de Mexico. Crédit Marco M. Vigato

     

    " Au cours du siècle dernier, des dizaines de dalles de pierre mégalithiques sculptées d'origine et de fonction inconnues ont été découvertes dans le sud de l'État de Mexico et au nord de Guerrero, principalement autour du petit site archéologique de San Miguel Ixtapan. 

    Les fouilles menées à San Miguel Ixtapan à partir de 1995 ont révélé de nombreuses structures archéologiques, dont une grande pyramide, un terrain de balle mésoaméricain et un escalier monumental construit d'énormes blocs de basalte. Ils ont également découvert une chambre mystérieuse sur un côté de la pyramide principale qui, pour des raisons inconnues, avait été rituellement enterrée dans l'antiquité sous une couche de plâtre et de stuc de 2 mètres (6 pieds) d'épaisseur. La chambre contenait deux énormes dalles mégalithiques couvertes de motifs géométriques complexes et plusieurs idoles dans une pose particulière de bras croisés. La découverte a montré hors de tout doute que les dalles étaient en effet des artefacts anciens et non coloniaux fabriqués avec des outils en métal.

     

    Ixtapan1

    Crédit ARX Project

     

    Déjà dans un article de 1959, l'anthropologue américain Charles R. Wicke avait décrit de nombreuses dalles mégalithiques similaires de l'Hacienda voisine de Guadalupe, remarquant leur grande similitude avec les styles artistiques et architecturaux sud-américains. "

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Egypte : l'un des 6 anciens Temples Solaires découvert ?

    Egypte : l'un des 6 anciens Temples Solaires découvert ?

     

    Egypte 3emetemplesolaireancien1

    Les universitaires pensent qu'en combinaison avec une architecture nouvellement découverte, les preuves indiquent que le site est l'un des rares temples du soleil. Crédits National Geographic, Windfull Films, MCPR

     

    Les archéologues égyptiens ont trouvé la preuve qu'ils fouillaient un ancien temple solaire rare, le troisième jamais découvert et le premier à être découvert en 50 ans.

     

    Ces temples ont été construits pour les pharaons alors qu'ils étaient encore en vie pour accorder aux dirigeants le statut de dieu, contrairement aux pyramides qui garantissaient qu'ils étaient également des dieux dans l'au-delà.

    On pense que seulement six ont été construits et jusqu'à présent, seuls deux ont été trouvés, mais maintenant les archéologues creusant sous les restes de l'un des temples solaires connus à Abu Gorab, au nord de la localité archéologique égyptienne Abusir, ont trouvé la preuve d'un troisième. 

    En creusant sous les vestiges du temple du soleil construit par Nyuserre Ini, un pharaon qui a régné pendant 24 à 35 ans à la fin du 25ème siècle avant JC pendant ce qu'on appelle la cinquième dynastie, il a été révélé une base plus ancienne.

    Il était fait de briques de boue, ce qui suggérait qu'un autre bâtiment existait auparavant. 

    Le Dr Massimiliano Nuzzolo, professeur adjoint d'égyptologie à l'Académie des sciences de Varsovie, a commenté : " Nous savions qu'il y avait quelque chose sous le temple de pierre de NyuserreLe fait qu'il y ait une entrée aussi énorme indiquerait un nouveau bâtiment. Alors, pourquoi pas un autre temple solaire, l'un des temples solaires manquants ? "

    Lorsque plus de débris ont été enlevés, les archéologues ont vu une base de deux pieds d'un pilier de calcaire blanc.

    Une collection de jarres de bière remplies de boue a ensuite été découverte dans les fondations, ce qui, selon les chercheurs, est la preuve que le site était un temple, car il s'agissait d'une offrande rituelle dans les lieux les plus sacrés.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des traces préhistoriques dans les îles Falkland-Malouines

    Des traces préhistoriques dans les îles Falkland-Malouines

     

    Falklandssciadv abh3803 f2 650

    Crédit photo : Kit Hamley, Université du Maine. Données cartographiques : 2015 Google. Creative Commons Attribution NonCommercial License 4.0 (CC BY-NC)

     

    Découvertes par Amerigo Vespucci au début du 16e siècle, puis visitées par Esteban Gómez (1520), Simón de Alcazaba et Alonso de Camargo (avant 1540), les îles Malouines sont baptisées en 1592 par les Anglais « îles méridionales de Davis », nom que leur donna le navigateur anglais John Davis. Deux ans plus tard, en 1594, le navigateur anglais Richard Hawkins les nomme « Hawkins’s Maiden-Land ». En 1600, le navigateur hollandais Sebald de Weert y accoste à son tour et leur donne le nom d'« îles Sebald ». Lors d'une nouvelle exploration en 1690John Strong, qui dirige l'expédition, les baptise à son tour Falkland Islands, d'après son seigneur, Anthony Cary, 5e vicomte de Falkland (une petite ville du Sud-Est de l'Écosse dans le Fife). Le Français Louis-Antoine de Bougainville les visite à son tour en 1764, et leur donne le nom d'« îles Malouines », d'après les marins et pêcheurs de Saint-Malo, qui furent les premiers colons permanents connus de ces îles. Les Malouins pratiquaient beaucoup au 18e siècle le commerce interlope avec la côte ouest de l'Amérique du Sud. S'inspirant de cette dénomination, les Espagnols nomment quant à eux l'archipel Islas Malvinas.

    Désertes jusqu'à leur découverte par les Européens au 16e siècle, les îles Malouines sont colonisées en 1764 sous la direction du français Louis-Antoine de Bougainville, mais passent quelques années plus tard (1767) sous souveraineté espagnole. Elles font ensuite l'objet de revendications territoriales de l'Espagne et du Royaume-Uni, ce qui conduit à une crise diplomatique, la crise des Malouines de 1770, conclue par un compromis entre les deux États. Après son indépendance de l'Espagne en 1816, l'Argentine se proclame héritière de la souveraineté espagnole sur les îles Malouines, situées au large de ses côtes.

    Le Royaume-Uni contrôle cependant l'archipel à partir de 1833, et y installe progressivement des colons d'origine britannique. Il maintient sa domination sur les îles pendant la Première Guerre mondiale, en remportant la bataille des Falklands contre la marine impériale allemande. L'Argentine conteste la souveraineté britannique sur les îles Malouines, et tente d'en prendre le contrôle par les armes en 1982 : c'est la guerre des Malouines, dont le Royaume-Uni sort vainqueur...

    Mais des expéditions scientifiques récentes par l'Université du Maine (USA) affirment maintenant que les Européens n'ont pas été les premiers à mettre les pieds sur les îles, et que les premiers arrivés provenaient probablement d'Amérique du sud, confortant indirectement les revendications argentines...

    Kit Hamley, chercheure diplômé de la National Science Foundation avec l'UMaine Climate Change Institute, a dirigé la toute première enquête scientifique sur la présence humaine préhistorique dans l'archipel de l'Atlantique Sud. Elle et son équipe ont collecté des ossements d'animaux , des enregistrements de charbon de bois et d'autres preuves à travers les îles au cours de plusieurs expéditions et les ont examinés à la recherche d'indications d'activité humaine à l'aide de la datation au radiocarbone et d'autres techniques de laboratoire.

    Un signe notable de l'activité humaine pré-européenne dérivé d'un enregistrement de charbons de bois vieux de 8 000 ans collecté dans une colonne de tourbe sur New Island, située à la limite sud-ouest du territoire. Selon les chercheurs, le dossier a montré des signes d'une augmentation marquée de l'activité des incendies en 150 de notre ère, puis des pics abrupts et significatifs en 1410 EC et 1770 EC, ce dernier correspondant à la colonisation française initiale.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Israel : des sites archéologiques controlés par l'armée

    Israel : Des sites archéologiques controlés par l'armée

     

    Rujmelhiri1

    Rujm-EL-Hiri, vu du dessus (photo Itamar Greenberg)

     

    Six sites archéologiques sur des terres contrôlées par l'armée israélienne (et un dans une prison)

     

    Certains de ces sites possédés par la marine israélienne, l'armée de l'air et d'autres bases peuvent être visités, s'ils sont organisés à l'avance et probablement uniquement le week-end lorsque les zones de tir ne sont pas actives. YH : en effet, jusque récemment, certaines cibles étaient des murs anciens... Ce sont seulement les sites connus et parfois visitables, il est possible qu'il y en ait d'autres sous des bases secrètes.

    La polyvalence avec la gestion des terres est le nom du jeu dans un petit pays comme Israël. Un résultat est une juxtaposition malheureuse entre les sites archéologiques et les bases militaires, les sites d'entraînement et les zones de tir. En visitant certains de ces sites, si l'on peut, on peut voir non seulement des merveilles du passé, mais aussi des obus utilisés, des bâtons lumineux sur des pagaies pour la pratique de la cible, des barils perforés par des balles et d'autres signes d'opérations militaires. Répertoriés du nord au sud, voici quelques sites archéologiques maintenant détenus par l'armée israélienne, de l'armée de l'air, des bases navales et des zones de tir.

     

    Rujm el Hiri : "La roue des fantômes" - YH : j'ai fait un long article sur ce dernier en 2014 : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-cercles-et-le-tumulus-de-rogem-hiri-en-syrie.html

    Dans une zone d'entraînement militaire sur les hauteurs du Golan se trouve un mystérieux site archéologique. Appelé par beaucoup le « Stonehenge d'Israël », cinq cercles concentriques entourent un tas de pierres que certains postulent comme une chambre funéraire, bien qu'aucun reste humain n'ait été trouvé. Son nom arabe est Rujm el Hiri, d'après les géants mentionnés dans la Bible et il se trouve dans une zone de tir de l'armée israélienne. Il se trouve également près de la frontière d'Israël avec la Syrie, à environ 8,5 kilomètres, et est adjacent à d'anciens champs de mines.

    Il s'agit d'une randonnée à partir d'un parking en terre battue pour les visiteurs et est ouvert aux visiteurs le week-end ou les jours fériés, lorsque les militaires ne tirent pas ou ne s'entraînent pas.

    Il y a une petite chambre sous l'énorme tas de roche central : l'entrée de la structure vieille de 5 000 ans était apparemment alignée avec le soleil pour le solstice d'été, ce qui pourrait théoriquement être lié à des pratiques cérémonielles. Le site a inspiré de nombreuses théories dans le domaine de l'archéologie marginale, y compris des géants, des champs d'énergie surnaturels et même – étrangement spécifiquement – ​​un centre de guérison dirigé par une prêtresse nommée Nogia Nogia, selon un médium qui a visité le site.

    Une théorie peut-être moins mystique suggère que le peuple chalcolithique qui l'a construit a utilisé le site pour les enterrements célestes, ce qui implique de laisser les cadavres sur un monticule, une tour ou autrement exposés aux vautours pour que la chair soit mangée. L'archéologue Rami Arav a comparé le monticule de Rujm el Hiri aux « tours du silence » trouvées en Iran et en Inde. Pas un récit définitif pour le site, mais plus probable que Nogia Nogia. YH : un rapport évident avec la couronne surmontée de vautours datée aussi du chalcolithique : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-mysterieuse-couronne-de-6000-ans-du-desert-de-judee.html

     

    Château des Pèlerins - la Forteresse des Templiers

    Dominant une petite péninsule juste au sud de Haïfa se trouve une imposante forteresse templière, construite pendant la cinquième croisadeC'est l'une des plus grandes fortifications encore debout de cette époque, y compris son église, ses écuries, ses fours, ses portes et ses bains publics. Le site possède également un cimetière des Croisés relativement intact, avec plus de 1 000 sépultures et quelques stèles funéraires, vestiges de la force militaire qui a entrepris de reconquérir la Terre Sainte des musulmans, pour finalement échouer.

    Cependant, l'accès est restreint car la forteresse se trouve à l'intérieur d'une base navale israélienne, utilisée pour l'entraînement des commandos amphibies. Les visiteurs peuvent cependant profiter d'agréables couchers de soleil avec vue sur la forteresse et la base militaire de l'autre côté de la péninsule. Depuis que l'armée a réquisitionné la forteresse et la plage, les fouilles archéologiques ont été limitées.

     

    Forteressetemple israel

    La vue sur les ruines des Croisés d'Atlit depuis toute la péninsule. Crédit : Ilia kriv - vous pouvez cliquer pour agrandir

     

    YH : Etonnant que les Templiers aient installé une forteresse à proximité du fameux site englouti d'Atlit (une sorte d'Atlantide préhistorique), sur lequel j'ai fait deux articles :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/le-mystere-atlit-yam-10-000-ans-sous-les-mers.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/israel-le-site-englouti-de-atlit-yam-et-des-briques-cuites.html

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • La mystérieuse couronne de 6000 ans du Désert de Judée

    La mystérieuse couronne de 6000 ans du Désert de Judée

     

    6000 years old crown dead sea

    Photo descriptive: La plus ancienne couronne dans le monde, trouvée dans le Nahal Mishmar Hoard. Source de la photo.

     

    C'est la plus vieille couronne découverte au monde à ce jour et elle conserve toujours ses secrets. Découverte en compagnie de 400 autres objets dans une grotte en plein désert de Judée en 1961, la couronne et plusieurs de ces artefacts ont été sortis des coffres cette année 2014 pour être montrés au public, à l'Institut  pour l'étude de l'Ancien Monde de l'Université de New York dans le cadre d'une exposition sur les " Maîtres du Feu : Art du Cuivre d'Israël ".

    La datation de l'ancienne couronne de l'âge du cuivre est de entre 4000 et 3500 avant JC, et elle est juste l'un des 400 objets qui ont été récupérés dans une grotte dans le désert de Judée, près de la mer Morte, il y a plus d'un demi-siècle et qui fait partie du trésor nommé Nahal Mishar Hoard. La couronne a la forme d'un anneau épais et montre des vautours et des portes en saillie partant du haut. On pense qu'elle a joué un rôle dans les cérémonies funéraires pour les personnes d'importance à l'époque. L'Université de New York écrit: « Un objet d'une énorme puissance et de prestige, noircie, la couronne de cuivre imparfaitement forgée du Nahal Mishmar Hoard accueille le visiteur à l'exposition " Maîtres du Feu ". Les protubérances énigmatiques de vautours sur sa jante avec des façades avec des ouvertures carrées, et sa forme cylindrique, suggèrent des liens vers les pratiques funéraires de l'époque ".

    Tresorjudee 1961a

    Le trésor dans la grotte en 1961

    Le Nahal Mishmar Hoard a été trouvé par l'archéologue Pessah Bar-Adon, caché dans une crevasse naturelle et enveloppé dans une natte de paille, dans une grotte sur le côté nord de Nahal Mishmar, qui est devenu connu comme la «Grotte aux trésors». Les 442 objets précieux en cuivre, bronze, ivoire et pierres comprennent 240 "têtes de massue", 100 sceptres, 5 couronnes, des cornes à poudre, des outils et des armes.

     

    Nahal mishmar hoard items

    Certains des éléments de la Nahal Mishmar Hoard. Cela ressemble fortement aussi à des pipes, narguilés, nécessaires au tabac, soucoupes à encens... utilisés possiblement par des chamans ou nomades. Les mêmes objets actuel imitent les objets ancestraux de ce type. Source de la photo.

    La datation au carbone 14 de la natte de roseau dans lequel les objets ont été enveloppés suggère qu'elle remonte au moins à 3.500 ans avant JC. C'est dans cette période que l'utilisation du cuivre s'est répandue dans tout le Levant, attestant les parallèles entre les évolutions technologiques considérables et les grandes avancées sociales dans la région. Certains de ces objets sont uniques et comme rien n'avait jamais été vu nulle part ailleurs. Les boutons ronds sont généralement dits des "têtes de massue", mais il n'existe aucune preuve que l'un d'eux ait été utilisé en combat (on peut douter de leur appellation actuelle). Les objets restants sont encore plus rares et uniques dans le style, tels que le sceptre de bronze décrit ci-dessous.

     

    Bronze sceptre nahal mishmar hoard

    Sceptre de Bronze du Nahal Mishmar Hoard. Exposée au Musée Hecht à Haïfa. Source de la photo

    Les objets du trésor de Nahal Mishmar semblent avoir été cachés à la hâte, conduisant à des suggestions comme quoi les objets étaient les trésors sacrés appartenant au Temple abandonné chalcolithique de Ein Gedi, éloigné d'environ douze kilomètres, et qu'il peut avoir été caché dans la grotte pendant un temps d'urgence.

     

    Chalcolithic temple above modern kibbutz ein gedi

    Le Temple du Chalcolithique  qui surplombe le moderne kibboutz Ein Gedi. Crédit photo: Wikipedia

     

    En gedi chalcolithic temple

     

    Daniel Maître, professeur d'archéologie au Wheaton College et un membre de l'équipe de conservation, a déclaré: " Ce qui est fascinant à propos de cette période, est que c'est celle d'un éclatement de l'innovation qui a défini les technologies de l'ancien monde pour des milliers d'années." Jennifer Chi, directrice d'Expositions et conservateur en chef, a ajouté: " Pour l'œil moderne, il est étonnant de voir comment ces groupes de personnes, qui maîtrisaient déjà tellement de nouveaux systèmes sociaux et des technologies, avait encore la possibilité de créer des objets artistique d'intérêt durable. " Le but et l'origine du trésor reste un mystère.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

    Açores: des habitants au moins 700 ans avant leur découverte

     

    Terceira acores 7 decoupes antiques orientees soleil yherbo 730

    Terceira-Açores-7 découpes antiques orientées lever soleil - Crédit Yves Herbo

     

    Une équipe internationale de chercheurs a trouvé des preuves que des personnes vivaient sur des îles de l'archipel des Açores environ 700 ans plus tôt que les preuves précédentes ne l'avaient montré. Dans leur article, publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences, le groupe décrit son étude des carottes de sédiments prélevées dans les lacs de certaines des îles de l'archipel.

    En raison de l'absence d'autres preuves (YH : il y en a pourtant d'étudiées depuis au moins une décennie par des archéologues locaux et il y a même eu une conférence internationale déjà en 2013 !), les historiens pensent que les gens sont arrivés aux Açores pour la première fois en 1427, lorsque le marin portugais Diogo de Silves a débarqué sur l'île de Santa Maria. Peu de temps après, d'autres du Portugal sont arrivés et ont élu domicile dans l'archipel. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont trouvé des preuves que des humains vivaient sur certaines des îles des Açores environ 700 ans plus tôt. (YH : c'est un minimum car il y a de toute évidence des traces de mégalithisme, de probables traces de Phéniciens et Romains...)

    Cherchant à en savoir plus sur l'histoire des Açores, les chercheurs ont commencé à collecter des échantillons de sédiments de plusieurs lacs des îles et à les étudier pour voir ce qu'ils pourraient révéler. Les échantillons de sédiments peuvent servir de preuves historiques parce que la matière dans l'air qui tombe à la surface d'un lac puis au fond du lac est recouverte de nouvelles couches de sédiments au fil du temps.

     

    Lac peixinho sur l ile de pico acores

    Les biomarqueurs du lac Peixinho sur l'île de Pico aux Açores suggèrent la présence d'élevage et d'agriculture sur brûlis dès 700 CE : IMAGEBROKER/ALAMY STOCK PHOTO - cliquer pour agrandir

     

    L'analyse des carottes de sédiments a montré une augmentation du 5-bêta-stigmastérol dans une couche de carotte datée entre 700 CE et 850 CE, prélevée dans le lac Peixinho. Le composé se trouve généralement dans les excréments du bétail, tels que les vaches et les moutons, dont aucun ne vivait aux Açores avant l'arrivée de l'homme. Ils ont également constaté une augmentation des particules de charbon de bois (suggérant que de grands incendies avaient brûlé) ainsi qu'une baisse des pollens d'arbres indigènes. Les résultats suggèrent que quelqu'un avait brûlé la forêt pour fournir plus de terres pour le bétail. Les chercheurs ont trouvé des preuves similaires dans des carottes prélevées dans le lac Caldeirão, qui se trouve sur une île différente, bien qu'elles soient apparues environ un siècle plus tard. Et ils ont trouvé des preuves de ray-grass non indigène (plante fourragère de la famille de l'ivraie) dans les sédiments d'un lac sur une troisième île.

     

    Lac caldeirao a l interieur de la caldeira effondree de l ile de corvo

    Lac Caldeirão à l'intérieur de la caldeira effondrée de l'île de Corvo. Crédit : Santiago Giralt.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

    Russie: un géoglyphe de taureau découvert en Sibérie

     

    Geoglyphesiberie1

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans. Image composite : Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie, SiberianTimes

     

    Un géoglyphe a été découvert en Sibérie en septembre 2021, en forme de taureau de galets et de grès de 3 mètres sur 4 et il est le premier géoglyphe animal découvert dans cette partie du monde.

    La découverte a été faite près du village de Khondergey dans le sud-ouest de la République de Touva, près de la frontière de la Russie avec la Mongolie. 

    Le taureau de pierre faisait partie d'une sépulture de l'ère du bronze ancien il y a plus de 4 000 ans, ce qui rend le géoglythe de mille ans plus vieux que le cheval blanc taillé à la craie en Angleterre (YH : dont je parle ici) et deux fois plus vieux que les lignes de Nazca au Pérou (YH : mais probablement pas ceux de Palpa attribués aux Paracas). 

    Seul le dos du taureau avec les pattes arrière et une queue a été conservé, la partie avant a été involontairement détruite dans les années 1940 par la construction de routes.

     

    Geoglyphesiberie2

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Il s'agit de la première découverte de ce type non seulement pour la République de Touva, mais à travers l'Asie centrale.

    " Le motif du taureau est très typique des cultures d'Asie centrale de l'ère du bronze ancien. Plus tard, à l'époque scythe, les taureaux ont été remplacés par des cerfs. "

     

    Geoglyphesiberie3

    Institut d'histoire de la culture matérielle, Académie des sciences de Russie

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Hittites: Possible découverte de la cité perdue de Zippalanda

    Hittites : Possible découverte de la cité perdue de Zippalanda

     

    Un ancêtre des mosaïques méditerranéennes découvert

     

    Hittites temple3500ans 730

    Le temple sur le site dans le centre de la Turquie était dédié au dieu de la tempête Teshub. Crédit photo : non précisé

     

    Turquie : La découverte d'un pavé vieux de 3 500 ans, décrit comme "l'ancêtre" des mosaïques méditerranéennes, offre des détails éclairants sur la vie quotidienne des mystérieux Hittites de l'âge du bronze.

    L'assemblage de plus de 3 000 pierres - dans des tons naturels de beige, rouge et noir, et disposés en triangles et en courbes - a été mis au jour dans les vestiges d'un temple hittite du 15e siècle av. J.-C., 700 ans avant les plus anciennes mosaïques connues de la Grèce antique.

    " C'est l'ancêtre de la période classique des mosaïques qui sont évidemment plus sophistiquées. C'est une sorte de première tentative pour le faire ", explique Anacleto D'Agostino, directeur des fouilles d'Usakli Hoyuk, près de Yozgat, dans le centre de la Turquie.

    Sur le site à trois heures d'Ankara, la capitale de la Turquie, localisé pour la première fois en 2018, les archéologues turcs et italiens utilisent minutieusement des pelles et des brosses pour en savoir plus sur les villes des Hittites, l'un des royaumes les plus puissants de l'ancienne Anatolie.

    " Pour la première fois, les gens ont ressenti la nécessité de produire des motifs géométriques et de faire quelque chose de différent d'un simple trottoir ", explique D'Agostino.

    "Peut-être que nous avons affaire à un génie ? Peut-être pas. C'était peut-être un homme qui a dit 'construis-moi un étage' et il a décidé de faire quelque chose de bizarre ? "

     

    Hittites mosaique3500ans

     

    L'assemblage de plus de 3 000 pierres a été mis au jour dans les vestiges d'un temple hittite du XVe siècle av. J.-C., 700 ans avant les plus anciennes mosaïques connues de la Grèce antique. Crédit photo : non précisé - vous pouvez agrandir cette photo.

     

    La découverte a été faite en face de la montagne Kerkenes et le temple où se trouve la mosaïque était dédié à Teshub, le dieu de la tempête vénéré par les Hittites, équivalent de Zeus pour les anciens Grecs.

    " Probablement ici, les prêtres regardaient l'image de la montagne Kerkenes pour certains rituels et ainsi de suite ", ajoute D'Agostino.

    Les archéologues ont également découvert cette semaine des céramiques et les restes d'un palais, soutenant la théorie selon laquelle Usakli Hoyuk pourrait en effet être la cité perdue de Zippalanda.

    Lieu de culte important du dieu de la tempête et fréquemment mentionné dans les tablettes hittites, l'emplacement exact de Zippalanda est resté un mystère.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

    Sodome et Gomorrhe détruites par un astéroïde ?

     

    MAJ 09-2021 en bas

     

    Jordanie tall el hammam 32 728

     

    Un bilan de plusieurs années d’étude au sujet du site de Tall El-Hammam, situé au sud de la vallée du Jourdain, à environ 14 kilomètres au nord-est de la mer Morte, a été exposé récemment lors de la réunion annuelle de l’American Schools of Oriental Research. C'est l’archéologue Steven Collins de la Trinity Southwest University aux États-Unis, qui mène des fouilles des lieux depuis plusieurs années dans le cadre du Tall el-Hammam Excavation Project avec des collègues, qui en est le principal rapporteur. Je parle déjà des recherches de Steven Collins en 2012, voir le lien tout en bas...

    Notons que ce site de Tall el-Hammam semble être considéré comme l'une des plus grandes villes antiques de l'âge du bronze au Proche-Orient et que le chercheur suppose qu’il peut correspondre aux villes de Sodome et Gomorrhe de la Bible, à l'instart d'autres villes citées dans cet ancien texte, découvertes au fil du temps. Pour rappel, ces villes sont décrites dans les textes comme des lieux de perdition, qui finissent par attirer la colère divine et qui sont donc détruites en réaction par le soufre et le feu...

     

    Jordanie0

     

    Les études locales semblent indiquer un tout autre scénario sur la destruction de ces villes, qui aurait été interprétée d'une façon religieuse par les prêtres :

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Une idole paienne de 2,5 mètres découverte en Irlande

    Une idole paienne de 2,5 m découverte en Irlande

     

    Irlande idolepaienne2 730

    L'idole a été fabriquée à partir du tronc d'un chêne et sculptée d'une tête - maintenant pour la plupart pourrie - et d'encoches horizontales qui peuvent représenter des côtes. (Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique)

     

    Il s'agit d'une idole en bois de forme humaine assez semblable aux autres découvertes dans tout le nord-ouest de l'Europe, la plus ancienne à ce jour étant la plus grande et datée de 12 000 ans (l'idole Shigir en Russie dont j'ai déjà parlé sur ce site, voir plus bas). Mais celle-ci est probablement l'une des dernières, et la surprise est qu'elle date de 100 ans avant la christianisation de l'Irlande, c'est à dire qu'elle date de environ 400 Après JC, au haut Moyen-âge européen. Elle a été probablement enfouie dans cette tourbière lorsque les chrétiens ont réussi à convertir les irlandais et à les convaincre d'abandonner leurs idoles pour le Dieu unique. 

    Mais cela démontre une fois de plus la continuité de pratiques et cultures quasiment identiques pendant des milliers d'années sur des espaces de milliers de kilomètres de distance.

    Cette idole païenne vieille de 1 600 ans, fabriquée à partir d'un poteau en bois sculpté dans un chêne, a été déterrée dans une tourbière de l'ouest de l'Irlande et les archéologues disent que l'idole date du stade très avancé de l'Irlande païenne, environ 100 ans seulement avant la conversion des Irlandais au christianisme lors de la mission de Saint-Patrick au Ve siècle. 

    L'idole semble avoir été brisée en deux - une pratique courante avec des objets sacrificiels, signifiant peut-être qu'elle était "morte" et ne pouvait plus être utilisée - et délibérément déposée dans la tourbière, peut-être en remplacement d'un sacrifice humain ou " tourbière corps ", selon les archéologues. YH : l'idole a été créée il y a 1600 ans, mais a probablement été en fait brisée et enterrée au Vième siècle sur ordre des chrétiens, ou par les chrétiens eux-mêmes, c'est l'explication la plus logique...

     

    Irlande idolepaienne7

    Le site était une bande de terre marécageuse à côté d'une rivière d'il y a environ 5 000 ans jusqu'à ce qu'elle soit asséchée à l'époque médiévale ; les dernières fouilles archéologiques ont été faites à la tête de la construction de routes dans la région.(Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Les fouilles montrent que le site de la zone rurale de Gortnacrannagh, dans le comté de Roscommon, a été considéré comme un lieu saint païen pendant des milliers d'années, a déclaré Eve Campbell, archéologue chez Archaeological Management Solutions qui a dirigé les fouilles sur le site.

    " C'était une tourbière sacrée, un endroit qui aurait été spécial ou important pendant plusieurs milliers d'années, de la fin du Néolithique jusqu'au début de la période médiévale ", a-t-elle déclaré. " Les gens sont venus et ont déposé des objets, comme notre idole, dans la zone humide - essentiellement un fen [une bande de terre marécageuse] le long d'une rivière."

    " L'idole mesure environ 2,5 mètres de haut et est effilée à l'extrémité inférieure afin qu'elle puisse se tenir debout dans le sol ", a déclaré Campbell. " L'extrémité supérieure a été sculptée dans la forme d'une tête humaine, mais elle est maintenant en grande partie pourrie. Neuf encoches horizontales sculptées le long du corps de l'idole représentaient peut-être sa cage thoracique."

     

    Irlande idolepaienne1

    L'idole en bois vieille de 1 600 ans a été retrouvée dans une tourbière du comté de Roscommon, à l'ouest de l'Irlande. Il semble avoir été volontairement cassé en deux.(Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Une douzaine de telles idoles ont maintenant été trouvées en Irlande seulement, datant souvent de l'âge du bronze d'Europe du Nord (il y a environ 3 500 à environ 2 500 ans), mais l'objet récemment découvert semble être à la fois le plus grand et le plus récent d'entre eux ; la datation au radiocarbone montre qu'il a été fabriqué à partir du tronc d'un chêne abattu au IVe siècle.

    " L'une des choses vraiment excitantes à propos de l'idole est sa date tardive, car elle se situe à la toute fin de l'âge du fer et elle est sur le point de devenir christianisée de l'Irlande ", a déclaré Campbell. " Donc, dans ce sens, cela nous a donné un aperçu intéressant des types de pratiques dans lesquelles les gens se livraient à la veille de la christianisation." YH : et bien en fait, ils continuaient exactement les mêmes pratiques que leurs ancêtres depuis des milliers d'années... on pourrait pratiquement parler d'une idole préhistorique, sauf qu'elle date du Haut Moyen-Age...

     

    Irlande idolepaienne4

    Bien qu'une douzaine d'idoles païennes en bois aient été trouvées en Irlande, avec une longueur de 8 pieds (2,5 m), c'est la plus grande. (Crédit image : John Channing/Solutions de gestion archéologique) - cliquer pour agrandir

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

    Des fragments anciens de la légende de Merlin découverts

     

    Bristol manuscript fra 3

    Imagerie multispectrale des fragments à la bibliothèque centrale de Bristol avec Team Pigment. Crédit : Professeur Leah Tether

     

    Des fragments manuscrits de Bristol de la célèbre légende de Merlin parmi les plus anciens du genre

     

    Des fragments de manuscrits médiévaux découverts à Bristol qui racontent une partie de l'histoire de Merlin le magicien, l'un des personnages les plus célèbres de la légende arthurienne, ont été identifiés par des universitaires des universités de Bristol et de Durham comme certains des premiers exemples survivants de cette section de Le narrateur.

    L'analyse a également révélé comment les documents écrits à la main se sont retrouvés à Bristol, des différences dans le texte des versions précédentes de l'histoire et en utilisant une technologie d'imagerie multispectrale, les chercheurs ont pu lire des sections endommagées du texte invisibles à l'œil nu. et pourrait même identifier le type d'encre qui a été utilisé.

    Les sept fragments de parchemin ont été repérés par hasard au début de 2019 par Michael Richardson de la bibliothèque des collections spéciales de l'Université de Bristol. Ils ont été collés dans les reliures de quatre volumes de l'époque moderne, publiés entre 1494 et 1502 et conservés dans la collection de livres rares de la bibliothèque centrale de Bristol.

    Les fragments contiennent un passage de la séquence de textes en vieux français connue sous le nom de cycle de la Vulgate ou cycle Lancelot-Grail, qui date du début du XIIIe siècle. Des parties de ce cycle ont peut-être été utilisées par Sir Thomas Malory (1415-1471) comme source pour son Le Morte Darthur (imprimé pour la première fois en 1485 par William Caxton) qui est lui-même le principal texte source de nombreux récits modernes de la légende arthurienne en Anglais.

    Après la découverte, le professeur Leah Tether, président de l'International Arthurian Society (British Branch) du département d'anglais de Bristol, son mari, historien médiéval et spécialiste des manuscrits, le Dr Benjamin Pohl du département d'histoire de l'université et le Dr Laura Chuhan Campbell, spécialiste dans les histoires Old French Merlin de l'Université de Durham, a entrepris d'examiner et d'analyser les fragments en détail pour en savoir plus à leur sujet.

    Leurs recherches et découvertes collaboratives, qui comprennent une transcription complète et une traduction en anglais du texte, ont été rassemblées dans un nouveau livre intitulé The Bristol Merlin: Revealing the Secrets of a Medieval Fragment, récemment publié par ARC Humanities Press avec une page entière images en couleur des fragments capturés par le photographe primé basé à Bristol, Don Hooper.

     

    Bristol manuscript fra 2

    Un gros plan du texte montrant les mains des deux scribes. Oui, c'est du vieux français. Crédit : Don Hooper - cliquer pour agrandir

     

    Le professeur Tether a déclaré: " Nous avons pu dater le manuscrit dont les fragments ont été extraits de 1250-1275 grâce à une analyse paléographique (écriture manuscrite), et nous l'avons localisé dans le nord, peut-être le nord-est de la France grâce à une étude linguistique. Le texte lui-même (la Suite Vulgate du Merlin) a été écrit vers 1220-1225, ce qui place le manuscrit de Bristol à une génération de la paternité originale du récit. Nous avons également pu placer le manuscrit en Angleterre dès 1300-1350 grâce à une annotation dans une marge - encore une fois, nous avons pu dater l'écriture et l'identifier comme une main anglaise."

    " La plupart des manuscrits du texte connus pour avoir été en Angleterre au Moyen Âge ont été composés après 1275, il s'agit donc d'un exemple particulièrement ancien, à la fois des manuscrits de la Suite Vulgate en général connus, mais surtout de ceux connus pour avoir trouvé leur chemin de la France vers l'Angleterre au Moyen Âge."

    " Travailler avec le professeur Andy Beeby du département de chimie de l'Université de Durham a également changé la donne pour notre projet grâce au spectromètre mobile Raman développé par lui et son équipe, Team Pigment, en particulier pour l'étude des manuscrits. Nous avons capturé des images de sections endommagées et, grâce au traitement numérique, avons-nous pu lire certaines parties du texte plus clairement."

    " Ce procédé nous a également permis d'établir, puisque le texte apparaissait sombre sous lumière infrarouge, que les deux scribes avaient en fait utilisé une encre à base de carbone - fabriquée à partir de suie et appelée " noir de fumée " - plutôt que le plus courant " fer à repasser " - l'encre de galle, fabriquée à partir de noix de galle, qui apparaîtraient claires sous un éclairage infrarouge. La raison du choix de l'encre des scribes peut avoir un lien avec les matériaux de fabrication d'encre particuliers disponibles près de leur atelier. "

    En plus de découvrir des détails sur l'âge du manuscrit, l'équipe a également pu reconstituer comment les fragments se sont retrouvés dans les livres et comment les livres eux-mêmes ont trouvé leur chemin jusqu'à Bristol.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Turquie: des maisons de plus de 5000 ans à Arslantepe

    Turquie: des maisons de plus de 5000 ans à Arslantepe

     

    Arslantepe2021a 650

    A general view from the excavations at the archaeological site of Arslantepe, Malatya, eastern Turkey, Aug. 18, 2021. (DHA Photo)

     

    Des maisons vieilles de 5 500 ans et des tombes découvertes à Arslantepe en Turquie

     

    Sur le site archéologique d'Arslantepe, situé à 7 kilomètres (4,34 miles) de la ville de Malatya, dans l'est de la Turquie, 28 tombes censées remonter à 1 000 ans et les restes de quatre maisons estimées à 5 500 ans ont été découverts.

    Un tiers des fouilles de cette année ont été achevées à Arslantepe, qui a récemment été inscrite sur la liste permanente du patrimoine culturel de l'UNESCO.

    Le site archéologique d'Arslantepe a servi d'établissement vers 5 000 av. JC (mais on sait que l'endroit était déjà habité au moins au 6ème millénaire Avant JC). Le site accueille divers constats liés à la naissance d'un système étatique et au passage d'une structure sociale égalitaire à une structure hiérarchique. Lors des fouilles des années passées, la première ligne de drainage des pluies au monde, un palais en briques crues, des sculptures de lions et un roi renversé, et plus de 2 000 sceaux ont été déterrés à Arslantepe (traduire « la colline du lion »).

     

    Arslantepe2021b

    A view from a house found in the archaeological site of Arslantepe, Malatya, eastern Turkey, Aug. 18, 2021. (IHA Photo) - cliquer pour agrandir

     

    Les fouilles à Arslantepe ont commencé cette année le 10 août 2021 avec une équipe de 55 personnes. Dans le cadre des travaux récents sur le site, 28 tombes estimées à 1000 ans et à la période médiévale ont été découvertes. Du côté de cette zone, les restes de quatre maisons, qui dateraient d'il y a 5 500 ans, ont également été retrouvés côte à côte.

    La professeure associée Francesca Balossi Restelli, directrice du comité de fouilles du site archéologique d'Arslantepe, a déclaré que l'inscription d'Arslantepe sur la liste permanente du patrimoine culturel de l'UNESCO était le meilleur résultat qu'ils attendaient de leurs études. " Maintenant, nous voulons comprendre l'histoire de ce site avant la construction du palais ici. Nous voulons comprendre comment l'administration et le système étatique sont nés. C'est pourquoi nous travaillons dans ce domaine."

    L'équipe de fouilles estime que de nombreux autres objets seront trouvés dans la région à mesure que les fouilles se poursuivent vers l'intérieur des maisons.

     

    Arslantepe2021c

    A wall painting in the archaeological site of Arslantepe, Malatya, eastern Turkey, Aug. 18, 2021. (IHA Photo)

     

    Le site est connu depuis la fin du 19ème siècle. En 1895David Hogarth publie un bas-relief d'une chasse au lion provenant « d'Arslan Tepe » et qui avait été découvert en mai 1894 par un habitant du village avoisinant alors qu'il cherchait des pierres de construction. Trois photographies de bas-reliefs découverts à Malatya, reçues par R. P. Ronzevalle, professeur à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, sont transmises à l'Académie des Inscriptions en 1907 et seront publiées en 1909. De 1930 à 1939, il est fouillé par une équipe française dirigée par Louis Joseph Delaporte, qui dégage principalement les niveaux néo-hittites. Après la Seconde Guerre mondiale, les fouilles reprennent sous la direction de Claude Schaeffer, de 1947 à 1951. Dix ans après le départ des Français, des archéologues italiens dirigés par Piero Meriggi et S. Puglisi investissent le site, et finissent par se concentrer sur les niveaux du IVe millénaire av. J.‑C., qui livrent des découvertes inattendues. Le site est toujours en cours de fouilles (les plus anciennes couches n'ont pas encore été atteintes mais certaines remontent au 6ème millénaire Av. JC.).

    Arslantepe est occupé depuis le VIe millénaire av. J.‑C. On ne connaît cependant bien le site qu'à partir du début du IVe millénaire av. J.-C., quand il connaît un grand développement, dans l'orbite de la civilisation d'Uruk. Pour la première période, qui va de 3900 à 3500, un grand bâtiment, appelé Temple C, a été dégagé. Il s'agit d'un édifice construit sur une plate-forme, qui a sans doute une fonction cérémonielle. Arslantepe est déjà un centre politique et/ou religieux important. À la période suivante, qui s'étend de 3500 à 3000, le Temple C est abandonné. Une grande zone publique est édifiée sur ses ruines, concentrant les pouvoirs politique, religieux, militaire et économique. Il s'agit d'un des plus anciens exemples de « palais » attesté au Proche-Orient, abritant une administration hiérarchisée. Arslantepe n'est cependant pas un site urbain, puisqu'on n'y trouve pas de grande zone résidentielle. Parmi le matériel archéologique retrouvé pour cette période, on a retrouvé de nombreux objets métalliques, dont les plus anciens modèles d'épées connus, et de nombreux sceaux. Vers 3000, le site est détruit dans un incendie, et il n'est pas reconstruit. La tombe d'un grand personnage est construite sur les ruines. Elle présente un matériel archéologique du type culture kouro-araxe (venant de Transcaucasie), et de ce fait elle est peut-être la tombe d'un chef étranger qui aurait pris Arslantepe à cette époque. Le site est d'ailleurs occupé par la suite par des porteurs de la culture Kuro-Araxe.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Inde: plusieurs découvertes antiques au Tamil Nadu

    Inde: plusieurs découvertes antiques au Tamil Nadu

     

    Keeladi1 tamilnadu inde

     

    1) Des archéologues découvrent une ancienne dague liée à une civilisation indienne énigmatique

     

    Une lame trouvée dans l'État du Tamil Nadu offre de nouvelles preuves qu'un centre urbain y a prospéré il y a 2 500 ans

     

    Keeladi2 tamilnadu inde

    Le manche en bois bien conservé de ce poignard en fer peut aider les chercheurs à dater les artefacts trouvés à Konthagai. (Département d'archéologie du Tamil Nadu)

     

    Des archéologues travaillant dans le village de Konthagai, dans le sud de l'Inde, ont trouvé un poignard en fer rouillé conservé dans une urne funéraire à côté de restes squelettiques, rapporte le Times of India. La découverte fait partie d'un effort d'excavation majeur dans l'état du Tamil Nadu qui cherche à faire la lumière sur l'ancienne civilisation Keeladi.  Bien que la lame en acier de 16 pouces du poignard (40,6 cm) ait été rouillée et cassée en deux, une partie de son manche en bois est restée intacte. R. Sivanandam, directeur du département d'archéologie du Tamil Nadu, raconte au magazine que ce type d'arme était utilisé par les guerriers pendant la période Sangam, qui s'étendait à peu près du troisième siècle avant notre ère au troisième siècle de notre ère.

    La préservation inhabituelle du bois peut permettre aux chercheurs de dater avec précision les artefacts trouvés sur le site. Sivanandam dit qu'un laboratoire aux États-Unis tentera de dater le manche du poignard.

    Depuis le début de la saison des fouilles en février, les archéologues de Konthagai ont découvert 25 urnes funéraires. Certains étaient remplis d'os, d'armes et d'autres objets. Des scientifiques de l'Université Madurai Kamaraj au Tamil Nadu effectuent des tests ADN sur les restes humains.

    Comme le note le Times, les chercheurs pensent que Konthagai était un lieu de sépulture pour la civilisation Keeladi. Des équipes fouillent également d'anciens sites de Keeladi dans les villages d'Agaram, Manulur et Keeladi, le lieu qui donne son nom à la civilisation.

    Selon le département d'archéologie du Tamil Nadu, la datation au carbone d'artefacts datait de 580 av. JC. Les archéologues ont également trouvé des structures avec des sols en argile ; des Murs de briques; et des trous de poteaux, qui ont pu contenir des poteaux en bois utilisés pour soutenir les toits. Les artefacts récupérés sur le site montrent que les membres de la civilisation jouaient à des jeux de société et inscrivaient des lettres sur des poteries en utilisant l'écriture tamoul-brahmi.

    De nombreuses découvertes faites sur la zone ont été datées d'environ 500 avant JC, quand un excédent agricole à permis aux gens de construire des centres urbains dans ce qui est connu sous le nom « deuxième urbanisation » du sous-continent. (Le nom reflète un contraste avec le plus tôt « première urbanisation » de Harappan, ou vallée de l'Indus, la civilisation qui a commencé vers 2500 avant notre ère). Alors que les chercheurs croyaient auparavant que la deuxième urbanisation est passée la plupart du temps le long du Gange par la plaine dans le nord de l'Inde, ces nouvelles preuves suggèrent qu'un phénomène similaire s'est également produit dans le sud.

    Sivanandam dit à J. Praveen Paul Joseph de DT Next que les découvertes sur les sites de Keeladi montrent des preuves d'anciens sites de production industrielle. Les archéologues ont trouvé des outils de filature et de tissage, des opérations de teinture de tissus, des fours à briques et des ateliers de céramique.

     

    Keeladi1 tamilnadu inde

    La civilisation Keeladi peut être liée à la célèbre civilisation de la vallée de l'Indus, ou Harappan. (Département d'archéologie du Tamil Nadu)

     

    En 2019, MC Rajan du Hindustan Times a rapporté que des découvertes à Keeladi suggèrent que la communauté qui y vivait – également appelée civilisation Vaigai d'après une rivière voisine – pourrait être descendue de la civilisation harappéenne. Au fur et à mesure qu'il déclinait, ses habitants ont peut-être voyagé vers le sud pour commencer une nouvelle vie.

    Les découvertes offrent également des preuves matérielles de la période Sangam, connue principalement pour sa littérature tamoule. Sur la base des preuves archéologiques, certains chercheurs disent maintenant que la période Sangam a commencé plus tôt qu'on ne le pensait, vers 600 avant notre ère.

    T. Udayachandran, secrétaire du département archéologique de l'État, a déclaré que cette civilisation était « une culture urbaine autochtone, bien développée et autonome, avec une industrie et un scénario, indiquant que les gens de cette époque étaient très alphabétisés ».

     

    Sources en bas de l'article

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pérou: Machu Picchu plus ancien, chrono de l'Inca erronée

    Pérou: Machu Picchu plus ancien, chronologie de l'Inca erronée

     

    Machu 1911h

    Machu-Picchu, 1911, Bingham devant un rocher recouvert de pétroglyphes

     

    Historiquement parlant, l'essentiel de nos connaissances sur la civilisation inca nous parvient des écrits souvent contradictoires et orientés des conquistadors espagnols, en l'absence d'une écriture identifiée de la part de cette culture. En fait, il y avait bien un système, le quipu, qui est toujours l'objet d'études et d'attente d'autres découvertes, car il existe toujours un doute sur ses utilisations.

    " En effet, si l'on en croit des hypothèses récentes, le quipu n'aurait pas été seulement un moyen de numération mais également un instrument d'écriture qui aurait permis de consigner les événements de l'empire. Au lieu d'employer des signes graphiques, les Incas se seraient servis d'un système binaire tridimensionnel que l'on peut rapprocher du langage des ordinateurs. Grâce à sept nœuds et 24 couleurs, ils auraient eu à leur disposition 1500 unités différentes d'informations ce qui est du même ordre de grandeur que le nombre de signes de l'écriture cunéiforme sumérienne et beaucoup plus que les quelques 800 hiéroglyphes égyptiennes. Malheureusement, jusqu'à présent aucun des quipu trouvé n'a encore permis de vérifier cette hypothèse. Il est vrai que les conquistadors ont détruit la plupart des témoignages de la civilisation inca, qu'ils jugeaient démoniaques, et cette pénurie de matériel ne facilite pas la tâche des chercheurs. La découverte d'une pierre de Rosette sud-américaine, à savoir un groupe de quipu accompagné de textes rédigés en espagnol, seraient évidemment d'un grand secours.

    Guamàn Poma de Ayala, un chroniqueur indigène du 17 ème siècle, mentionne trois personnages distincts: l'administrateur provincial, le comptable-trésorier et le secrétaire de l'Inca. Sa relation suggère que les quipu de ces différents dignitaires n'étaient pas similaires. Celui du secrétaire de l'Inca aurait été teint et ceux des fonctionnaires subalternes auraient été de couleurs naturelles.  Ces dernières auraient été associées aux fonctions en relation directe avec la vie quotidienne. Au contraire, les couleurs plus vives, provenant des teintures, auraient été le symbole du caractère sacré, quasi divin, de l'Inca. "

    Sources du texte ci-dessus: Le Musée chilien d'Art précolombien de Santiago 

    Les Incas ne furent pas les seuls à utiliser un système de numération basé sur l'emploi des noeuds d'une cordelette. On retrouve cet usage chez plusieurs peuples: Polynésiens d'Hawaii, Indiens d'Amérique du Nord, peuplades d'Afrique et d'Extrême-Orient. Des cordelettes liées ensembles sont encore utilisées dans certains rites polynésiens et malaysiens. Les Indiens d'Amérique croyaient que des figures de cordes avaient été inventées par des hommes-araignées mythiques. De nombreuses peuplades primitives pratiquèrent des rites basés sur des cordes entremêlées; ces rites sont encore en vigueur chez certains aborigènes d'Australie. Dans les îles Ryukyu, les travailleurs d'Okinawa enregistraient, au moyen des nœuds d'une cordelette, les jours de travail et la paye correspondante. De la même manière, dans la ville de Shuri, les usuriers consignaient le montant de leurs prêts. Le classique nœud au mouchoir, qui rafraîchit notre mémoire, n'est au fond que la survivance d'une méthode d'enregistrement des données qui connut dans les siècles passés une diffusion quasi universelle. On la retrouve dans les grains des rosaires, tant chrétiens que musulmans, où est noté le nombre d'invocations ou de prières à réciter. Ceux des moines tibétains, avec 108 grains de couleurs diverses, quoique beaucoup plus complexes, remplissent le même rôle. Chacune des couleurs se rapporte à la divinité à laquelle s'adresse la prière: jaune pour le Bouddha, blanc pour les Bodhisattva, rouge pour le maître qui convertit le Tibet au bouddhisme... Dans quelques régions africaines, les femmes enregistrent encore aujourd'hui la durée de leur grossesse sur une cordelette, avec une série de nœuds, de telle manière que, en dénouant un nœud à chaque pleine lune, elles peuvent prédire avec exactitude le moment de leur accouchement. Toujours en Afrique, l'homme qui part en voyage laisse à son épouse une cordelette avec autant de noeuds que de jours d'absence. De la sorte, la femme, en défaisant un noeud chaque jour, connaît la date à laquelle son mari sera de retour. Le même système, comme le rapporte Hérodote, fut employé par le roi de Perse Darius Ier lorsque, au cours d'une opération militaire, il laissa une corde de 60 noeuds aux soldats de garde à un pont de grande importance stratégique. Ces soldats reçurent l'ordre de défaire un noeud chaque jour et d'abandonner la position lorsque tous les noeuds auraient été défaits, que le roi soit ou non revenu. En Europe le plus curieux système de numération à noeuds fut celui employé, jusqu'au début du 20ème siècle, par des meuniers allemands. Ceux-ci, pour indiquer la quantité et le type de farine contenue dans un sac, réalisaient une série de noeuds à la ficelle qui fermait le sac. Enfin, l'usage des quipu n'est pas sans rappeler celui des "bâtons de messagers" qui furent utilisés en Chine, en Australie aussi bien qu'en Europe, sans parler des énigmatiques rongorongo de l'Île de Pâques.

     

    Caralquipu2

    Le Quipu découvert à Caral-Supe

     

    Le système de numération à noeuds le plus original et le plus élaboré n'en reste pas moins celui des Incas. Son importance historique fut énorme puisqu'il constitua la seule forme d'écriture des fonctionnaires de l'empire. Il servait à la fois au recensement des populations comme à l'inventaire des biens stockés dans les magasins et au relevé des ressources des provinces. Les "gardiens des noeuds", appelés camayocs, de chaque province de l'empire, tenaient à jour les cordelettes du quipu qui était ensuite envoyé au gouvernement central à Cuzco. Les quipu centralisés, qui constituaient les archives nationales de l'empire, étaient conservés avec le plus grand soin. Ce système compliqué supposait des connaissances que bien peu de gens possédaient. Aussi les personnes qui savaient "lire" et "écrire" les informations d'un quipu jouissaient-elles d'un grand prestige. La couleur des cordelettes indiquait la nature de l'objet enregistré et une série de noeuds en précisait la quantité selon un système de numérotation décimale où, suivant sa position, un noeud pouvait prendre différentes valeurs. Le zéro était noté par une position vide. Les unités étaient représentées par un noeud simple ou double. Les chiffres de 2 à 9 étaient représentés par des noeuds complexes dont la valeur dépendait du nombre de tours. A la corde principale était attaché un système arborescent de cordelettes colorées qui permettaient de tenir une comptabilité très élaborée. Les unités inférieures étaient toujours les plus éloignées de la cordelette maître et les unités supérieures toujours les plus proches de cette dernière. Sur la cordelette maître des noeuds totalisaient les comptes des cordelettes subordonnées.  

    Voici quelques autres éléments qui complètent les informations ci-dessus. Des tribus quechua fondèrent, à partir de Cuzco, un vaste empire. L'Inca, descendant du dieu solaire, y exerçait un pouvoir absolu sur ses sujets. Atahualpa, le dernier souverain, avait coutume de dire qu'aucun oiseau ne volait, aucune feuille ne bougeait dans son empire hors de sa volonté. L'immense empire inca était centralisé et son gouvernement supposait l'existence de moyens de recensement pour recueillir les informations économiques, démographiques et militaires nécessaires à son administration ainsi que des moyens d'archivage destinés à garder trace des événements importants. 

    Le quipu (noeud en quechua) répondait à ces exigences. Il constituait à la fois un système comptable et un système d'écriture qui permettait non seulement le comptage de toute chose mais également la narration des chroniques passées. Il était constitué d'une cordelette principale d'une trentaine de centimètres, voire plus longue, à laquelle étaient attachées des ficelles multicolores. De ces dernières partaient d'autres brins noués à des distances variables. Le nombre de noeuds et la combinaison des couleurs étaient interprétés par des initiés. Si l'on sait que la cordelette principale se lisait de droite à gauche, en suivant chaque ficelle qui en partait, le déchiffrage des quipu ne repose aujourd'hui que sur des hypothèses d'autant plus hasardeuses que ces quipu sont souvent incomplets. Tout au plus peut-on imaginer que la position et le nombre des noeuds fournissaient des informations quantitatives alors que les couleurs représentaient la nature des objets. Ce système permettait de tenir des comptes très précis des denrées, des armes, des impôts et même de recenser les sommes imposées aux peuples vaincus. Les événements historiques importants y étaient consignés. Sur la cordelette principale, un fil noir précisait par exemple les années écoulées et dotait le lecteur de renseignements événementiels. Un fil rouge, noué à la cordelette principale, représentait le règne d'un empereur; trois noeuds indiquaient la survenance d'événements importants au cours de la troisième année du règne. C'est par un quipu qu'Atahualpa fut prévenu de l'arrivée des Espagnols en 1532: les nombres d'hommes et d'armes y figuraient. Certains procédés scéniques et le souvenir des textes joués dans les théâtres incas nous sont parvenus par le truchement de ces cordelettes.

    Le déchiffrement des quipu était imparti aux quipumayocs ou camayocs ("gardiens des nœuds"). Ces derniers jouissaient d'un statut privilégié: ils n'étaient pas assujettis à l'impôt. Il en existait plusieurs par village, chacun étant chargé d'une fonction particulière. L'apprentissage du quipu s'imposait aux jeunes nobles. La conquête espagnole, suivie de la mise à mort d'Atahualpa, en 1533, détruisit la civilisation inca et fit disparaître un grand nombre de quipu. Mais ceux-ci seraient encore employés dans quelques régions montagneuses de l'Équateur, du Pérou et de la Bolivie.

    Notons que la civilisation inca est elle-même probablement héritière de l'une des plus anciennes cultures de l'Amérique Latine, la culture de Caral, puisqu'il a été découvert dans la plus ancienne cité des amériques à ce jour (Caral-Supe) non seulement le plus ancien quipu des amériques, mais aussi la plus ancienne représentation du dieu-bâton, que l'on retrouve d'ailleurs aussi chez toutes les cultures suivantes du Pérou (Chavin par exemple), jusqu'aux incas. On peut aussi noter que l'origine du quipu se situe en Asie et que ce dernier était donc déjà inventé bien avant les migrations asiatiques et australiennes vers les amériques, puisqu'on le retrouve à Caral dès 3000 ans avant JC...

     

    Les archéologues ont utilisé une datation au radiocarbone avancée sur le site historique inca de Machu Picchu, révélant que le site a été fondé plus tôt qu'on ne le pensait auparavant.

    Le professeur Richard Burger de l'Université de Yale a déclaré : " Le Machu Picchu est l'un des sites archéologiques les plus célèbres au monde, mais jusqu'à présent, les estimations de son antiquité et de la durée de son occupation étaient basées sur des récits historiques contradictoires écrits par des Espagnols dans la période qui a suivi la conquête espagnole."

    Pour répondre à certaines de ces contradictions, une équipe multi-institutionnelle a mené une spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) pour dater 26 sépultures découvertes dans les trois cimetières du Machu Picchu. La quantité de sépultures a été choisie pour refléter l'étendue de l'histoire professionnelle du site.

     

    Perou machu picchu fig1

    Figure 1 : Situation du site (DOI: https://doi.org/10.15184/aqy.2021.99)

     

    La datation AMS est une forme avancée de datation au radiocarbone qui permet de dater des squelettes avec seulement de petites quantités de matière organique, élargissant ainsi le pool de restes pouvant être examinés.

     

    Lire la suite ci-dessous:

    Lire la suite

  • Des anomalies d'élévation de la mer détectées par des archéologues

    Des anomalies d'élévation de la mer détectées par des archéologues

     

    Teldor israel3 730

    Des plongeurs récupérant une ancre de pierre à Tel Dor. Crédit : Amir Yorman / Recanati Institute of Marine Studies, Université de Haïfa

     

    Des archéologues déconcertés par l'élévation du niveau de la mer sur la côte israélienne à l'époque hellénistique

     

    Cet article présente de nouvelles observations archéologiques et des recherches multidisciplinaires à Dor, en Israël, pour établir un niveau de la mer relatif plus fiable pour la côte du Carmel et le Levant méridional entre l'âge du bronze moyen et la période romaine (environ 3500-1800 ans BP). Notre dossier indique une période de faible niveau relatif de la mer, environ -2,5 m au-dessous de l'actuel, de l'âge du bronze moyen à la période hellénistique (environ 3500-2200 ans BP). Cela a été suivi d'une élévation rapide aux niveaux actuels, commençant dans la période hellénistique et se terminant pendant la période romaine (ca. 2200-1800 ans BP). Ces niveaux romains concordent avec d'autres indications relatives au niveau de la mer d'Israël et d'autres zones tectoniquement stables de la Méditerranée. Plusieurs modèles de reconstruction du niveau de la mer relatifs effectués dans la présente étude fournissent des prédictions différentes en raison de leurs paramètres et ne modélisent pas les changements observés à partir des données de terrain qui indiquent une origine non isostatique pour les changements. Le niveau de la mer relatif de l'âge du fer faible et stable à long terme peut être observé à Dor, où les structures portuaires de l'âge du fer restent à peu près à la même altitude entre ca. 3100-2700 ans BP. Un modèle similaire se produit à Atlit, le port de l'âge du fer au nord utilisé en continu depuis ca. 2900 ans BP jusqu'au début de la période romaine (environ 2200 ans BP). Un examen des sources historiques et archéologiques révèle le déclin et la disparition occasionnelle des sites hellénistiques le long de la côte d'Israël en ca. 2200 ans BP (2e siècle avant notre ère), comme dans le cas de Yavneh Yam, Ashdod Yam, Straton's Tower et tel Taninim. A Akko-Ptolémaïs, les grandes installations portuaires construites à l'époque hellénistique n'ont jamais été remplacées par un important port romain. Les conclusions de cette recherche sont donc pertinentes pour la communauté des chercheurs sur le niveau de la mer et pour les analyses historiques du littoral israélien et sud-levantin.

     

    À Tel Dor il y a 3 800 ans, le niveau relatif de la mer était de 2,5 mètres plus bas qu'aujourd'hui. Soudain, il a commencé à augmenter rapidement à l'époque hellénistique. Personne ne sait pourquoi.

    Pour être clair, Tel Dor est loin d'être la seule anomalie localisée au niveau de la mer Méditerranée. L'équipe pointe vers une découverte similaire et tout aussi inexplicable en France : des observations indirectes du niveau de la mer il y a 4 000 à 3 000 ans indiquent des niveaux locaux qui étaient de 1 à 2 mètres au-dessous des niveaux actuels. Pour faire court, la situation sur une partie des côtes françaises semble similaire au cas israélien. En se déplaçant vers la Corse, sur la côte nord de l'île, des indicateurs indiquent que le niveau relatif de la mer était de plus d'un mètre plus bas il y a environ 3 700 ans qu'aujourd'hui. À l'époque romaine, il avait quelque peu rebondi mais était encore à un demi-mètre en dessous du niveau actuel.

    La mer n'est pas la chose stable que nous avons tendance à penser qu'elle est. On suppose généralement que le niveau mondial de la mer est stable depuis environ 7 000 ans, c'est-à-dire tout au long de l'existence de la civilisation humaine moderne. Nous supposons également que puisque les océans du monde sont interconnectés, lorsque le niveau de la mer s'élève, cela se produit partout.

    Mais la mer est un farceur, et une étude plus approfondie révèle des anomalies locales dans son niveau relatif – dont certaines ne donnent aucune explication. Aujourd'hui, une équipe internationale de scientifiques dirigée par Assaf Yasur-Landau de la Leon H. Charney School of Marine Sciences de l'Université de Haïfa, rapporte dans PLOS One sur les indications d'une telle anomalie sur la côte méditerranéenne d'Israël : un glissement ascendant entre le Mid-Bronze De l'âge à l'âge du fer, puis une forte augmentation à l'époque hellénistique, apparemment d'environ 2,5 mètres (8 pieds) au total, jusqu'au niveau que nous connaissons aujourd'hui. C'est une anomalie.

     

    Teldor israel1

    Le littoral de Tel Dor. Crédit : Yaniv Cohen / Autorité de la nature et des parcs

     

    Au cours du dernier maximum glaciaire, il y a environ 26 000 ans, le niveau moyen mondial de la mer était d'environ 126 mètres plus bas qu'il ne l'est aujourd'hui, car les vastes calottes glaciaires retenaient l'eau. Alors que l'ère glaciaire diminuait et que les glaciers recouvrant l'hémisphère nord fondaient, le niveau mondial de la mer s'est élevé à ce que nous connaissons aujourd'hui.

    Ne nous enlisons pas dans l'élévation du niveau de la mer liée au changement climatique. C'est une autre histoire. Jusqu'à présent, le niveau moyen mondial de la mer a augmenté de 8 ou 9 pouces (20 à 23 centimètres) depuis 1880, selon la National Oceanic and Atmospheric AdministrationLe fait est que, à moins de 8 à 9 pouces, le niveau de la mer est à peu près inchangé à l'échelle mondiale depuis l'aube de la civilisation moderne (5000 Avant JC).

    " Mais localement, il y a 3 800 ans, le niveau de la mer le long de la côte nord d'Israël était d'environ 2,5 mètres plus bas qu'il ne l'est aujourd'hui ", disent Yasur-Landau et l'équipe. "  La découverte est déconcertante : ils ne peuvent pas l'expliquer ", admettent-ils.

    " Le changement du niveau de la mer ne s'est pas produit du jour au lendemain ", ajoute Yasur-Landau. " Nous parlons de choses qui se sont produites assez lentement entre l'âge du bronze et l'âge du fer ", a-t-il déclaré à Haaretz.

    Puis, durant la période hellénistique et le début de la période romaine, le niveau de la mer local s'est élevé rapidement, jusqu'à son niveau actuel (moins les 8 à 9 pouces du changement climatique depuis 1880). Ils ne peuvent pas l'expliquer non plus.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite