auteur

Baltique : la cité perdue de Vineta

Baltique : la cité perdue de Vineta

 

Vineta karte abraham ortelius 02

J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

 

 
Oera linda amsterdam peo platon
 
 

Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

" La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

"Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

Lire la suite

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

 

Rungholt fouilles plongee mini

 

Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

Frise maps

Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

Lire la suite

Turquie : Les cités antiques demi-englouties d'Apollonia et d'Aperlea

Turquie : Les cités antiques demi-englouties d'Apollonia et d'Aperlea

 

Kekova apollonia1 mini

C'est un endroit protégé et interdit de toute plongée sous-marine depuis 1990 et pourtant absolument pas fouillé et laissé aux caprices de la nature. L'île de Kekova, également appelée Caravola,est une île turque qui a donné son nom à toute cette région de Lycie sur 260 km² et où l'on trouve les antiques cités de Simena (Kalekoy), Dochiste (Apollonia), Theimussa (Ucagiz) et Aperlai. L'île en elle-même ne fait que 4,5 km², située au sud de la ville de Simena et n'est plus habitée depuis longtemps. Sur le versant septentrional de l'île se trouvent les ruines partiellement englouties par la mer de l'antique cité d'Apollonia, détruite par un fort séisme au 2ème siècle. Reconstruite en partie par les byzantins, elle fut rapidement complètement abandonnée à cause des incursions arabes.

Kekova apollonia5

L’île est interdite à la visite car elle abrite un grand nombre de sites archéologiques qui n’ont pas encore été fouillés, seul l’accès par la mer à la baie de Tersane est autorisée. La plongée bouteille et en apnée sont également interdites sur le site. Les intérêts principaux de la visite sont la beauté du site naturel et la curiosité que représente la cité engloutie d'Apollonia (ne pas confondre avec la ville antique du même nom en Libye), intéressant que si vous le faite en kayak car vous pouvez passer directement au-dessus des ruines et les voir grâce à l'eau transparente. Une partie de la cité fut submergée dans l’antiquité, lorsque suite à un tremblement de terre, le sol c’est abaissé de 4 ou 5 mètres. Les ruines immergées se trouvent actuellement à 1 ou 2 mètres de profondeur. Au-dessus, sur l’île, vous pourrez apercevoir également les vestiges de bâtiments antiques.

Ile de kekova apollonia

Le site d’Aperlai se situe dans une crique bien protégée en bord de mer que vous pouvez atteindre à partir d’Ucaguiz par la Lycian Way mais le chemin est plus long (environ 10 km). Au V siècle av. JC, c’était la cité lycienne la plus importante de la côte. Les autres sites lyciens que vous visiterez dans le secteur dépendaient de cette cité. La partie basse de la ville a été submergée suite à des mouvements tectoniques comme l’atteste encore de nos jours un sarcophage à demi-immergé. Outre une vue magnifique sur la crique, vous pourrez y découvrir les vestiges du mur d’enceinte et ses tours de la cité antique réhabilités à l’époque byzantine, un théâtre, de nombreux sarcophages type carène de bateau renversée avec sculptures, des églises byzantines édifiées sur la base de bâtiments antiques, des antiques citernes.

Simena

Kekova apollonia4

Sources : http://theswedishparrot.com/dans-la-vapeur-blanche-des-jours-sans-vent-carnet-de-voyage-en-turquie-3-aout-ucagiz-kekova-dochiste-apollonia-geyikova-adasi-kalekoy-simena/

http://www.regardsurlaplanete.com/carnet-voyage/turquie-kekova.html

photos : « Kekova » par Seynaeve — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - 

 

Yves Herbo, Sciences, Faits, Histoires, 21-02-2015, up 08-2020

 

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

 

Honduras gravuressurroches miniHonduras-pétroglyphes

 

Après les découvertes étonnantes au Panama et l'article lié, nous restons en Amérique Centrale avec cette nouvelle exploration de la jungle du Honduras et la possible découverte d'une cité mythique, déjà envisagée en 2013, en voilà la confirmation sur place ! : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-cite-legendaire-ciudad-blanca-decouverte.html. Situons d'abord le pays (en bleu clair ici) en question sur une carte :

 

Ameriquecentrale

 

Au Honduras, il existe une légende tenace parlant de la "Ciudad Blanca", la Cité Blanche, qui a des origines très anciennes, et qui aurait été découverte par des Espagnols qui se sont perdus en explorant la jungle lors des conquêtes. D'autres versions suggèrent que le groupe ethnique Pech (habitant le territoire du Honduras pendant au moins 500 ans), croyait en l'existence d'une "White City", qui aurait été construite par les dieux. On a également parlé d'une "maison blanche", qui était composée de colonnes géantes de pierre blanche sculptées...

Le 3 Septembre 1526, Hernán Cortés a écrit ses impressions d'Amérique, adressées à l'empereur Charles V. Dans cette lettre, plus tard connue comme la Carta de Relación Nº 5, le vainqueur a fait allusion à l'existence d'une ville inconnue, et dont il a dit :

“Por otra parte dolíame el ánima dejar aquella tierra en el estado y coyuntura que la dejaba, porque era perderse totalmente; y tengo por muy cierto que en ella vuestra majestad ha de ser muy servido y que ha de ser otra Culúa, porque tengo noticia de muy grandes y ricas provincias, y de grandes señores en ellas, de mucha manera y servicio, en especial de una que llaman Hueitapalan, y en otra lengua Xucutaco, que ha seis años que tengo noticia de ella, y por todo este camino he venido en su rastro, y tuve por nueva muy cierta que está ocho o diez jornadas de aquella villa de Trujillo, que pueden ser cincuenta o sesenta leguas. Y de ésta hay tan grandes nuevas, que es cosa de admiración lo que de ella se dice, que aunque falten los dos tercios, hace mucha ventaja a esta de México en riqueza, e iguálale en grandeza de pueblos y multitud de gente y policía de ella. Estando en esta perplejidad, consideré que ninguna cosa puede ser bien hecha ni guiada si no es por mano del Hacedor y Movedor de todas, e hice decir misas y hacer procesiones y otros sacrificios, suplicando a Dios me encaminase en aquello en que él más se sirviese”.

" J'ai en effet des renseignements sur de grandes et riches contrées, gouvernées par de puissants seigneurs, avec grand état de cour et notamment le royaume de Hueitapalan, en autre langue, Xucutaco, dont on m'a parlé depuis six ans (...). D'après ce que l'on en dit, et quand on en retrancherait la moitié, ce royaume dépasserait celui de Mexico en richesse et l'égalerait pour la grandeur de ses villes, la multitude de ses habitants et l'ordre qui la gouverne. ". Cortes y précise également qu'il aurait entendu parler de Xucutaco dès les premiers temps de son arrivée dans l'empire Aztèque, en 1519.

Selon les données recueillies par différentes sources, ce site est appelé en indigène Xucutaco, (en nahuatl) et Hueitapalan, (en maya), et Cortes a renoncé à y aller en raison de la jungle impénétrable.

 

Ciudad blanca honduras

l'endroit soupçonné comme étant la jungle abritant la cité perdue (2013)

 

L'Évêque du Honduras, Cristobal de Pedraza partit en 1544 à la recherche de la fameuse cité. Dans une lettre adressée à Charles Quint, il décrit son voyage à travers la jungle de la Côte des Mosquitos. Il y dit notamment avoir vu - depuis le sommet d'une montagne - une grande ville située dans une vallée. Selon ses guides, les nobles de cette cité mangeraient dans des assiettes d'or...

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

La légende des sept cités de Cibola

La légende des sept cités de Cibola

 

Coronado expedition peinture 1898 remington mini

 

En 1539, le frère Marcos de Niza, un prêtre franciscain, a raconté aux fonctionnaires coloniaux espagnols, à Mexico, qu'il avait vu la ville légendaire de Cibola dans ce qui est aujourd'hui le Nouveau-Mexique. C'était l'un des explorateurs espagnols, à moitié convertisseur religieux et aventurier, qui hantaient le Nouveau Monde pour le trésor amérindien et il avait entendu des contes persistants sur la richesse fantastique des soi-disantes Sept Cités de Cibola.

" Elle est située sur un tronçon nivelé du sommet d'une colline arrondie ", a dit le moine. " Elle semble être une très belle ville, la meilleure que j'ai vu dans ces régions. " Le prêtre a reconnu, cependant, qu'il avait seulement vu la ville à distance et n'y était pas entré, parce qu'il pensait que les habitants indiens Zuni le tueraient si il approchait.

Mais quand une grande et coûteuse expédition espagnole, partie en 1540, avec 340 Espagnols, 300 alliés indigènes et un millier d'esclaves indiens et africains, et est retournée dans la région en 1541, ils ont trouvé seulement un modeste village d'indiens qui n'était pas quelque chose ressemblant à ce que le prêtre avait décrit. L'expédition s'est avérée être une mésaventure ruineuse pour ceux qui s'y sont impliqués, y compris le célèbre conquistador Francisco Vazquez de Coronado, qui l'a dirigé.

" Presque tout le monde, y compris le leader, est retourné à Mexico massivement endetté ", dit l'auteur du Nouveau-Mexique Richard Flint, qui, avec son épouse, Shirley Cushing Flint, a écrit cinq livres sur Coronado. " Un certain nombre de ces personnes ne s'en sont jamais remis financièrement."

 

Coronado expedition

L'expédition de Coronado et de Hernando de Alarcón à travers l'Ouest américain (1540-1542) - Wikipedia.org

Qu'est-ce que le Frère a bien pu voir ?

Lire la suite ci-dessous :

Lire la suite

Pologne : Découverte d'un bâton gravé du mésolithique

Pologne : Découverte et analyse ADN d'un bâton gravé du mésolithique taillé dans du bois de renne

 

Pologne artefact mini

 

Selon une étude publiée ce mois dans la revue scientifique PLOS ONE par Grzegorz Osipowicz et ses collègues de l'Université polonaise de Nicolaus Copernicus, un bâton percé orné trouvé en Pologne centrale fournirait des preuves d'échanges entre des communautés mésolithiques très éloignées les unes des autres.

Les artefacts et les matières premières peuvent donner un aperçu de la façon dont les communautés préhistoriques échangeaient des cadeaux, et des découvertes, tels par exemple que la pierre transportée pour sa signification technologique, ou des produits en métal ornant des tombes. Récemment, des chercheurs ont trouvé un bâton percé orné d'un bois d'origine inconnue sur le site de Gołębiewo 47 en Pologne centrale.

 

Pologne artefact

Lire la suite

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

 

Albertminiature

 

J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

 

Testamentducenghien

www.editions-coprur.fr

http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

 

Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

 

Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

Lire la suite

Peche en haute mer il y a 42 000 ans

Pêche en haute mer il y a 42 000 ans ! - update 2020

 

East timor map

HONG KONG (Reuters) - Des hameçons et des arêtes de poisson de mer remontant à 42.000 ans trouvés dans une caverne au Timor oriental suggèrent que les hommes modernes aient été capables de pratiquer la pêche en haute mer quelques 30.000 ans plus tôt que précédemment pensé, ont annoncé vendredi 13 janvier 2012 des chercheurs en Australie et au Japon.

 

cro-magnon-peche.jpg

 

Les artefacts -- presque 39.000 arêtes de poisson et trois hameçons -- ont été trouvés dans une caverne de chaux à Jerimalai au Timor oriental, à 50 mètres (165 pieds) au-dessus de niveau de la mer, a dit Sue O'Connor du service de l'université nationale australienne de l'archéologie et de l'histoire naturelle (Australian National University).

" Il n'y avait jamais eu aucun signe montrant que des technologies de pêches maritimes humaines pouvaient exister en réels termes d'attirails de pêche il y a 40 000 ans ", a dit O'Connor, l'auteur de l'étude importante par téléphone de Canberra, à Reuters.

Lire la suite

Création du Dossier Legendes d'Auvergne France

Création du Dossier Légendes d'Auvergne France

 

Toulxstecroix3

Voici un dossier regroupant des articles présentant des légendes des régions du Bourbonnais et de l'Auvergne... ce n'est pas pour rien, je suis arrivé dans ces contrées qui, comme la plupart des régions de France, recèlent encore de nombreuses légendes et contes nous provenant des lointains âges pour beaucoup, et dont la tradition orale se perd malheureusement de plus en plus. Les origines mégalithiques, puis celtes de notre ethnie bien répandue dans toute la France font que nos légendes, du Nord de la France à la Provence, possèdent toutes un tronc commun au niveau des mythes très anciens liés notamment aux menhirs, dolmens ou autres Pierres Levées que l'on découvre encore (bien que des milliers aient disparues au fil des âges) dans pratiquement toutes des régions françaises... c'est donc tout naturellement que je commence cette série d'articles par des légendes liées à ces Anciennes Pierres Sacrées, à l'aide d'ouvrages déjà anciens eux-mêmes, découverts dans des bibliothèques locales (comme celle de Dompierre-sur-Besbre par exemple pour ce début)...

Ces histoires et références sont issues en partie des archives du Chateau de la Garde, sis à la Celle-sous-Montaigut, où elles ont été découvertes par Octave-Louis Aubert en 1944 et décrites dans son ouvrage "Légendes traditionnelles du Bourbonnais - Tome 1" paru en 1946 et réédité en 1998 par la SEPEC. Ces archives sont pour la plupart médiévales mais contiennent des écrits et copies datant des romains et des gallo-romains, celtes...

D'après cet ouvrage, trois centres mégalithiques existaient encore dans le Bourbonnais à l'époque de sa rédaction. Le premier se situe au sud-est, dans le canton de Mayet-de-Montagne, aux abords du village de la Chabanne. Il s'agit des Pierres-Courtines, mais en fait tout l'environnement et ses appellations font appel aux souvenirs des cultes druidiques, que l'on parle du Bois-Noir ou des Monts de la Madeleine, où l'on trouve encore les pierres à bassins et des dolmens. Sur Saint-Nicolas-des-Biefs, le Ré-des-Dieux et le Ré-de-Mussi ont pour voisin le menhir de la Pierre du Charbonnier. Situé sur le hameau de Gaulourdier, cette Pierre Levée se nomme ainsi à cause de ses sombres reflets. Sur la commune de Lavoine, au village de Malichard, existe le Champ-des-Rocs, qui se nomme ainsi car rien n'y pousse : il est couvert de petits menhirs et de grosses pierres, que la légende affirme avoir été jetées ici par le dieu romain géant Tanaris Lithobole (lithos : pierre, bolos : lancer), à moins que ce ne soit par le géant Gargantua. Il y a plusieurs Pierres sur Saint-Clément, avec la Pierre du Barde, la Pierre Maligne, les Pierres Folles, la Palle ou PallusDes alignements (un peu comme à Carnac en Bretagne, sans être aussi importants, ont longtemps été visibles à côté du village de Cressanges, mais ont totalement disparu vers la moitié du 19ème siècle, malheureusement.

 

Ginich cupules rondes

Pierre Ginish, Bourbonnais

 

Ce dossier, important en place, ne peut évidemment se trouver que dans les pages dossiers, rubriques Ecrits, visibles dans le menu du haut de ce site, et dont voici le lien direct :

https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/dossier-legendes-d-auvergne-france.html

 

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 11-04-2020

 

Fin du calendrier Maya : 2020 et non 2012 ?

Fin du calendrier Maya : 2020 et non 2012 ?

 

Comete atlas

La comète Atlas se rapproche et pourrait être visible à l'oeil nu en avril 2020

 

Fin mars 2020, j'ai reçu un email provenant d'un inconnu ayant le pseudonyme "Michelangelo", me proposant une étude sérieuse concernant le fameux calendrier Maya et des erreurs affirmées comme flagrantes en ce qui concerne les précédentes études menant à la fameuse date du 21 décembre 2012. Curieux de nature et ouvert, sans préjugés néfastes à la recherche réelle, j'ai donc accepté de recevoir le document proposé et de le lire. Bien que ne partageant pas les craintes et tentatives d'avertissements de la part de l'émetteur de ce document, j'ai décidé de le publier ici dans son intégralité, afin que des spécialistes de la question puissent s'y pencher. En effet, je ne suis pas spécialisé dans l'étude des anciens calendriers, mayas ou non, et n'envisage pas de donner mon avis sur cette étude. Je demanderai donc à des spécialistes de se pencher sur ces calculs et conclusions qui amènent à priori à une fin du calendrier Maya le 14 avril 2020. Je rappelle toutefois que beaucoup de bêtises avaient été écrites durant l'année 2012 à ce sujet, parlant de l'apocalypse, de la fin du monde et même certains magazines spécialisés et radios (mais les erreurs dans le domaine "alternatif" sont toutes aussi probables que dans la science officielle, c'est logique) avaient relayé l'escroquerie du faux documentaire "Révélations Mayas pour 2012 et au-delà ", menée par un faux producteur, que j'avais à l'époque fini par pouvoir révéler... Et surtout rappeler que les descendants des mayas actuels ont toujours précisé que la fin de ce calendrier n'a jamais signifié une fin de monde, mais juste la fin d'un cycle avant un autre cycle. Et c'est bien peut-être ce que nous vivons actuellement avec cette pandémie mondiale, pourtant annoncée depuis plusieurs années par des spécialistes, sans compter les auteurs d'anticipations, comme souvent. Et je rappelle aussi au passage que apocalypse ne veut pas dire "fin du monde", mais révélation... L'auteur de cette étude me l'a envoyé donc et son adresse email, que je tairai bien sûr, semble être celle d'un créateur de calendrier moderne, effectivement, ce qui ne prouve rien évidemment...

 

La comète Atlas pourrait devenir visible à l'oeil nu en avril 2020, elle serait venue nous rendre visite la dernière fois il y a 4000 ans, et sa couleur verte indiquerait des gaz toxiques, du cyanogène​.

 

Cette pandémie va-t-elle finir par ouvrir les yeux à une majorité de gens sur la vaste escroquerie constituée par le système financier capitalo-libéral, constituant une véritable révélation pour beaucoup ? L'étonnant est aussi le parallèle actuel avec l'année 2012 : tout comme en 2012 (la comète ison avait été découverte en septembre 2012, nommée "comète du siècle"), une comète (Atlas) est en train d'arriver pour les prochains jours, alors que la précédente comète, la comète Borisov, la première comète interstellaire identifiée, serait en train de se séparer en deux bien après son passage près du soleil ! (le parallèle avec la comète Ison après son passage en 2013 est étonnant), par contre, à l'inverse de 2012, année où la Terre aurait échappé de peu à une éruption solaire importante, notre Soleil (qui a fait une inversion magnétique en 2014) poursuivait son cycle 24 de façon très calme, trop calme même. Mais le cycle 25 viendrait juste de commencer début mars 2020 selon les scientifiques, avec un regain d'activité : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/soleil-nouveau-cycle-activite-soleil-commence-78864/

Voici donc ce document sur la fin du calendrier maya, dans son intégrité, à discuter donc, ci-dessous :

Lire la suite

Enquête archéologique aux Açores 3

Enquête archéologique aux Açores 3

 

Snapshot 66

Beaucoup d'endroits mystérieux et protégés dans des propriétés privées sur Terceira. Photo Yves Herbo

 

Voici la suite à ces précédents articles, avec la sortie de la bande-annonce du reportage en cours de montage : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-2.html

Je rappelle que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement début décembre 2019 aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur biophysicien Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et bâtisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte aussi de nombreux militaires issus de la base américaine locale (en cours de fermeture). On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Voir la bande-annonce du reportage ci-dessous :

Lire la suite

Votre site Sciences-Faits-Histoires passe en HTTPS sécurisé

Votre site Sciences-Faits-Histoires passe en HTTPS sécurisé

 

Sfh bannieresitesfh 600 200

 

Bonjour à tous. Votre site Sciences-Faits-Histoires.com est passé depuis hier 25-02-2020 en SSL sécurisé (HTTPS), afin de protéger encore plus vos données et échanges éventuels. Ce travail est entièrement finalisé pour la page d'accueil, les articles y apparaissant, les menus fixes et informations fixes. Mais il reste encore un énorme travail sur chacun des presque 2500 articles et pages/dossiers existants, cele ne pourra se faire que petit à petit dans le temps...

Il faut en effet modifier une par une les images (qui sont inscrites en "dur" dans les articles de HTTP en HTTPS, ainsi que les liens d'url nombreux renvoyant vers d'autres articles de mon site. Il n'y a plus de problème de sécurité éventuelle (et ce site est abrité sur un serveur protégé depuis longtemps chez le fournisseur du site), mais il pourra y avoir une simple gène de passer d'un article en https à un article plus ancien encore en http, pour ceux qui se connecteront directement en https (le cadenas montrant la sécutisation sur votre navigateur disparaîtra, sans autre gène). Pour ceux qui se connecteront toujours en http comme auparavant, ils passeront automatiquement en https sur la page d'accueil et les articles en https par une redirection automatique, resteront en http s'ils demandent un article non encore mis à jour.

Pour rappel, ce site n'est pas celui d'une entreprise mais un blog loué d'un écrivain, auteur et chercheur indépendant. Vous pouvez facilement accepter ou non des cookies (mis en place automatiquement par l'entreprise qui loue ce site) et protéger vos données selon la nouvelle réglementation européenne. Mais pour la survie de ce site payant et récompenser les articles et traductions mis à disposition gratuitement (et c'est donc un gros travail bénévole), merci de cliquer de temps en temps sur des publicités ou, si vous n'aimez pas les pubs, de faire des dons (paypal dispo dans les menus et page d'accueil), même minimes, ou encore d'acheter mes livres publiés (voir dans la page d'accueil ou encore dans les menus à droite, ou encore en commande possible chez votre libraire).

Bonnes lectures à vous !

Yves Herbo, Sciences-Faits-Histoires, 26-02-2020

 

Une ville d'une civilisation inconnue de 4200 ans minimum déterrée en Espagne !

Une ville d'une civilisation inconnue de 4200 ans minimum déterrée en Espagne !

- 2012 - MAJ 09-2015 - 2020

 

fortification-la-bastida.jpg

Photo UAB

Aucune caractéristique similaire n'a été observée dans d'autres constructions de l'âge du bronze, avec ses murs de trois mètres d'épaisseur, ses tours carrées qui à l'origine devaient mesurer jusqu'à sept mètres de haut et une entrée monumentale avec une poterne voûtée en ogive.

Le mur protégeait une ville de 4 hectares située au sommet d'une colline. Avec des éléments architecturaux évoquant des structures militaires stylisées orientales.

L'alignement et les caractéristiques révèlent une stratégie de défense judicieuse qui représentait une nouvelle façon de se battre.

Cette découverte pose de nouvelles questions sur ce que l'on sait à propos de l'origine des inégalités économiques et politiques en Europe, la formation de l'armée et le rôle que la violence a joué dans la formation des identités.

 

labastidadetotana.jpg

 

Un site comparable à la civilisation minoenne de Crète.

Les fouilles archéologiques réalisées cette année sur le site de La Bastida (Totana, Murcia, Espagne) ont mis en lumière un système de fortification imposant, unique en son temps. Cette découverte, en incluant toutes les autres découvertes faites ces dernières années, permet de réaffirmer que cette ville était la communauté la plus avancée d'Europe en termes politiques et militaires au cours de l'âge du bronze (il y a environ 4.200 années: autour de 2200 avant notre ère -), et est comparable seulement à la civilisation minoenne de Crète.

 

La découverte a été présentée par Pedro Alberto Sánchez Cruz, secrétaire de la Culture de la Région de Murcie et Vicente Lull, professeur de Préhistoire de l'Université Autonome de Barcelone (UAB) et directeur des fouilles.

La fortification consistait en un mur de deux à trois mètres d'épaisseur, construit avec de grosses pierres et du mortier de chaux et soutenu par de larges tours à bases pyramidales situées à de courtes distances, près de quatre mètres, les unes des autres.

La hauteur originelle de la muraille était d'environ 6 ou 7 mètres. Jusqu'à présent, six tours ont été découvertes sur une longueur de 70 mètres, bien que la totalité du périmètre de la fortification fait plus de 300 mètres.

 

L'entrée de l'enceinte était un passage construit avec des murs solides et de grandes portes sur la fin, maintenues fermées avec de grosses poutres en bois. L'un des éléments architecturaux est la poterne voûtée en ogive, ou porte secondaire, située près de l'entrée principale. L'arc est en très bon état et est le premier à être trouvé dans l'Europe préhistorique. D'autres ont été trouvées dans la deuxième ville de Troie (Turquie) et dans le monde urbanisé du Moyen-Orient (Palestine, Israël et Jordanie), influencé par les civilisations de la Mésopotamie et de l'Egypte.

Cela indiquerait que des gens de l'Est ont participé à la construction de la fortification. Ils auraient atteint La Bastida après la crise qui a dévasté la région il y a 4.300 années.

Il a fallu attendre près de 400 à 800 ans plus tard pour que les civilisations comme les Hittites, les Mycéniens, ou les cités-Etats comme Ougarit, incorporent ces méthodes innovantes dans leur architecture militaire.

labastidadetotana2.jpg

 

Une construction conçue pour le combat :

Lire la suite

Espagne de l'Atlantique : Un pétroglyphe montre un bateau méditerranéen

Espagne de l'Atlantique : Un pétroglyphe montre un bateau méditerranéen vieux de 4000 ans minimum

 

Augadoscebros mini

Une découverte importante vient d'être faite dans le nord-ouest de l'Espagne : un pétroglyphe montre assez nettement l'illustration de la rencontre entre les cultures méditerranéennes et celles de l'Atlantique.

Un pétroglyphe unique, découvert près de la côte atlantique du nord de l'Espagne fourni des preuves que les contacts entre les cultures antiques de l'Atlantique et celles de la Méditerranée se sont produites plus tôt et peut-être plus intensément qu'on ne le pensait.

Le rocher où se trouve l'art rupestre, situé dans la région de la Costa dos Castro et nommé " Auga dos cebros ", dépeint un bateau bien structuré, y compris une combinaison de rames et des voiles, qui correspondent à la conception générale et le concept des navires maritimes des cultures méditerranéennes d'il y a environ 4000 ans. Les bateaux équivalents de l'Atlantique, typiques de la même époque, sont connus pour n'être que de simples embarcations à rames manuelles et sans voiles, avec une forme globale différente.

 

Augadoscebros

Capture dans la vidéo ci-dessous

Lors de sa première visite, le pétroglyphe a piqué l'intérêt de chercheur Javier Costas Goberna, qui a commencé la recherche de preuves comparables dans les enregistrements archéologiques dans toute l'Europe, à Cadix, mais aussi en Grande-Bretagne et en Scandinavie.

 

Nordic boat 600x293Exemple de gravures montrant des navires sans voiles croisant en Atlantique ou en Mer du Nord (Scandinavie)

 

Revenant les mains vides, il tourna son attention vers les recherches en régions méditerranéennes. Sa recherche a porté ici ses fruits, en découvrant des preuves de navires conçus de manière très similaire, comme en témoigne une variété de trouvailles archéologiques. En fait, la chercheuse associée María Ruiz-Gálvez Priego a identifié le bateau du "Auga dos cebros" comme étant remarquablement similaire aux navires du type Aegean (Egéen, mer d'Egée) d'environ 2000 avant JC, en particulier comme ils figuraient sur les tablettes anciennes crétoises. Comme le bateau du "Auga dos cebros", ces navires présentaient des arcs et des poupes ouverts vers l'extérieur, des mâts et un gréement qui retenaient les voiles, comme le principal moyen de propulsion, et des lignes qui sont interprétées comme représentant des rames et / ou des rameurs, pour un mode de propulsion supplémentaire ou secondaire.

 

Cretan stamp 600x299Exemples de navires crétois et grecs, tels que dessinés sur des poteries ou décrits par Homère par exemple (L'Odyssée)...

 

Combiné avec le fait que le pétroglyphe du "Auga dos cebros" représente la seule représentation de ce type de navigation et de caractéristique de navire dans cette région européenne de l'Atlantique, à la période du temps de l'âge du bronze, les chercheurs avancent l'idée que le bateau du "Auga dos cebros" a probablement voyagé d'un point de la Méditerranée à l'origine, ce qui suggère un contact ou un commerce entre les cultures de l'Atlantique (Basques, Celtes, Açores, Canaries, ...) et celles de Méditerranées (Grèce, Crète, Egypte, Minoens, ...) il y a autant de temps qu'il y a 4.000 ans au moins !

 

Reconstruction in turkey 555x600

Reconstruction of a Mediterranean shipwreck from 1400BC in Turkey. Reconstitution d'un navire méditerranéen de 1400 Avant JC en Turquie...

 

Costa dos Castros with DigVentures

 

Sources : http://digventures.com/2015/10/this-petroglyph-captures-the-moment-when-atlantic-and-mediterranean-cultures-met/

 

Yves Herbo Traductions, Sciences, Faits, Histoires.com, 06-10-2015

 

Enquête archéologique aux Açores 2

Enquête archéologique aux Açores 2

 

Terceira acores 12 19 yh0(photo ©Yves Herbo)

 

Voici une petite suite à ce précédent article : 

https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/enquete-archeologique-aux-acores-1.html

Vous comprendrez que nous sommes, avec Loic Occhipenti, en train de monter un reportage filmé sur notre déplacement aux Açores, île de Terceira et l'étude de certaines des découvertes récentes et inédites effectuées, à l'aide du professeur Felix Rodriguez, dont la renommée auprès de tous les habitants locaux nous a bien aidé pour la visite de certaines propriétés privées...

Les objectifs de notre visite étaient multiples, devant la richesse des précédentes découvertes, mais nous ne pensions pas avoir autant de surprises supplémentaires et inédites par rapport aux connaissances déjà établies. Le principal de ces objectifs était bien sûr de confirmer et factualiser le fait que les Portugais n'avaient pas été les premiers à habiter ces îles au doux climat sub-tropical. Mais il est très possible, en l'état actuel des recherches et découvertes et en considérant les âges probables de ces dernières, que les îles étaient en effet désertes quand les premiers découvreurs inconnus portugais y débarquèrent.

Quoiqu'il en soit, les évidences d'une présence intelligente et batisseuse très ancienne sont nombreuses. Il est ici utile je pense de rappeler (ou d'informer) que les îles des Açores comme Terceira, ne sont pas des petites îles entièrement construites ou connues : si on suit les relevés démographiques, sur les 56 000 habitants de l'île, 35 000 sont regroupés dans la capitale des Açores et de l'île, Angra et banlieue, et 20 000 le sont vers l'autre ville principale de l'île, Praia da Vitória, mais elle comporte de nombreux militaires issus de la base américaine locale. On peut dire que les habitants restants (hors période touristique) se partagent les 402 km ² de la superficie de l'île... qui est loin d'être défrichée de sa végétation endémique préhistorique (heureusement) et qui recèle de nombreux parcs naturels protégés. En effet, de nombreux espaces de laurisylves, forêts endémiques (des lauriers de + 40 m de hauts entre autres, des mousses géantes, etc...) souvent infranchissables et non explorées, existent encore dans toutes les îles des Açores, nous en avons approchés et leur beauté mêlé au mystère des espaces inviolés par l'homme font rêver et s'éteindre la verve du verbe. Plus un mot, juste ouvrir grand ses yeux et son esprit :

Lire la suite