Sciences-Faits-Histoires

auteur

  • OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5

    OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5 -

     

    MAJ épisodes 05 - 06 - 07 - 08 - 09

     

    Allen hynek jacques vallee 1

    Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

     

    Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

     

    Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

    En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

    Cette nouvelle saison 5 des Ufologues dans l'Histoire comporte déjà les interviews de Guy Coatanroch, de Rémy Fauchereau, de Sylvain Matisse, Jean-Louis Lagneau, Bruno Botta, Anne, Bruno Bousquet, Eric Zurcher et Luc Chastan.

    Soir ovni dans le monde

    Lire la suite

  • Les empreintes préhistoriques impossibles

    Les empreintes préhistoriques impossibles

     

    Antilope spring utah 1968

    Empreinte de pied, chaussé d'une sandale, au talon incrusté d'un trilobite

     

     

    Pour rappel, cet article n'est qu'une compilations de données et ne prend pas partie, n'a pas un but scientifique en soit, date de 2014 à 100%, alors que le site s'appelait "Sciences-Fictions-Histoires" (jusqu'à mi 2017) et que les images comportent souvent pour ces dates l'adresse de l'ancien nom de domaine qui n'appartient pas à l'auteur. Le but de ce site est en grande partie une collecte de diverses données concernant certains thèmes, de simples idées, hypothèses, scientifiques ou non, pour mémorisation (car beaucoup de données disparaissent sur internet chaque année), la science n'étant pas figée, et il y a de multiples exemples d'anciennes découvertes mal interprétées, voir dédaignées et combattues avant leur acceptation (par exemples la découverte de l'ornithorynque longtemps jugé "impossible" par la majorité des scientifiques de l'époque, ou encore l'impossibilité de l'existence  d'un continent englouti (théorie de la tectonique majoritaire longtemps), alors que la science a maintenant admis plusieurs anomalies et exceptions à cette "règle", avec la découverte de Zealandia à l'est de l'Australie et probablement les découvertes de nouvelles contraintes scientifiques concernant les natures diverses des points chauds tectoniques continentaux ou de dorsales... Et comme tout le monde peut le voir, la science n'a pas toujours raison, se trompe même assez souvent, la sauvegarde de certaines suppositions passées ou nouvelles peuvent amener à de nouvelles réflexions et aider à envisager d'autres possibilités, hypothèses. Il ne s'agit donc que de compilations de données, souvent traduites de divers auteurs, scientifiques ou non. L'auteur de cette compilation de données intervient rarement dans ces diverses données (parfois contradictoires) mais peu éventuellement donner son opinion, qui n'en est qu'une, et n'a pas le but d'influencer d'une quelconque façon les lecteurs. Il s'agit avant tout donc de collectes de données et aussi de liberté d'expression, le lecteur étant à même de juger par lui-même ces données et de s'en servir ou pas. Beaucoup des données concernant cet article sont anciennes et, bien qu'il existe toujours un grand nombre de sources et d'écrits les concernant, on constate aussi un grand nombre de disparition (y compris par vandalisme et destructions volontaires) de ces artefacts et l'impossibilité d'études modernes les concernant en grande partie de nos jours. Pas d'autres possibilités donc que de relativiser et de laisser le dossier ouvert en attendant d'éventuelles découvertes semblables ou pouvant servir de comparaison et réflexions.

    C'est amusant et étrange en soi : plus on s'intéresse aux découvertes et énigmes scientifiques, plus on trouve des réalités et éléments qui dérangent et contredisent la science officielle. C'est un peu comme si nos conceptions scientifiques faisaient qu'on élimine 50% de données, juste parce qu'elles n'entrent pas "dans le moule". Si on compare avec la "bourde" (mais qui arrange bien certains financiers !) de la SNCF qui a commandé des rames trop larges par rapport à ses quais de trains, on dirait que la SNCF a choisi de conserver ses rames entières et de raboter ses quais, alors que la science choisi de raboter ses rames (découvertes) et de conserver ses quais (science) intacts...

    Ce site a déjà à de nombreuses reprises parlé des nombreuses preuves mettant en doute certaines datations ou données historiques, en voici d'autres, avec un nombre assez conséquent d'empreintes provenant du fond des âges et ne correspondant pas aux données recensées (et de par ailleurs trouvées et prouvées ailleurs également, sans contradiction obligatoirement avec les autres données).

    Voici une compilation des données connues actuelles (tout au moins celles que j'ai trouvé, merci d'intervenir éventuellement pour ajouter des données) :

    " Parmi ces traces et ces squelettes incroyables, certaines découvertes ne peuvent être réfutées. Nous ne pouvons les expliquer faute de les comprendre. Doit-on pour autant les ignorer ?

    Ces anomalies sont trop nombreuses pour être traitées en un seul dossier. Je vous propose donc de quitter toutes vos certitudes et de partir dans ce voyage de l’impossible. Les découvertes sont classées par ordre chronologique. Cette liste est loin d’être exhaustive.

     

    1817 : des empreintes de 270 millions d’années

    C’est sur une plaque de calcaire, de la rive ouest du Mississippi à Saint Louis, que George Rappe trouva d’étranges empreintes. Elles mesuraient 266 millimètres de long, 101 millimètres de large, avec un écart de 15,5 centimètres entre les talons et de 34 centimètres entre les pointes.

    Empreinte 1

    Croquis d'empreintes publié par H.R.Schoolcraft en 1822

     

    Elles furent étudiées par l’ethnologue Henry R. Schoolcraft qui fit le rapport suivant en 1822 :

    « Les orteils étaient très écartés et la plante du pied affaissée comme on le voit chez les gens habitués à faire de longues marches sans chaussure. Les empreintes sont d’une grande précision. Elles montrent les détails de la musculature et les renflements du talon et des orteils. Tous les indices conduisent à la conclusion que ces empreintes datent de l’époque où le sol était assez meuble pour les conserver par pression et, qu’elles sont authentiques. »

    D’après la datation, ce calcaire a dû se durcir il y a environ 270 millions d’années.

    (Source: The American Journal of Science and Arts, 1822)

    1880 : des empreintes au Carbonifère

    Dans les monts de Cumberland (Kentucky), une piste de chariots a mis à jour une couche de grès du carbonifère. Cette strate, vieille de 300 millions d’années, révéla une série d’empreintes : des empreintes d’ours, des empreintes d’un animal proche d’un grand cheval et des pieds humains. Les orteils étaient très nettement marqués.

     

    Dino human1

    Ces traces ont été étudiées par le Pr J.F Brown, de Berea Collège.

    Pendant l'été 1882, des détenus de la prison de Carson city (Nevada) en travaillant dans une carrière, mirent à jour une couche de grès dans laquelle, parmi les traces d'animaux fossiles comme les mammouths, se trouvaient six séries d'empreintes d'hominidés géants. Un rapport fut envoyé á l'Académie des Sciences de Californie le 27 août 1882. Certaines de ces empreintes (de 50 centimètres) montraient que ces hominidés portaient même des sandales.

    1884 : empreintes d’au moins 200.000ans au Nicaragua

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Gonur Tepe, la ville oubliée

    Gonur Tepe, la ville oubliée - MAJ

     

    gonurtepe.jpg

     

    Par Yves Herbo : Il existe une culture très peu connue, quasi oubliée et remontant à un âge inderterminé, qui s'est implantée dans trois régions se trouvant de nos jours au Turkménistan, en Ouzbékistan et en Afghanistan. En fait, nous ne connaissons même pas son nom mais les scientifiques la dénomment "BMAC" pour Bactria-margiana archaeological complex, en français Complexe archéologique bactro-margien... Certains archéologues ont fini par lui donner le nom de Civilisation de l'Oxus. Cette civilisation n'a été découverte et "déterrée" par les Russes que dans les années 1950, mais la surprise a pourtant été de taille à l'époque (mais peu répandue à cause de la Guerre Froide) puisque les sites de cette civilisation sont gigantesques et n'avaient jamais été atteints pour cette période à cet endroit (le plus équivalent se situant plus à l'Ouest avec la culture toute aussi mystérieuse et ancienne de Namazga) : le moindre site couvre 10 hectares et la ville de Gonur Tepe en couvre 28 à elle seule !

     

    Gonurtepe avion

    Gonur Tepe pris d'avion

     

    Probablement dirigée par une élite éclairée et puissante, très unie, toutes les cités sont construites sur le même modèle : Le centre-ville était formé par une forteresse formant souvent un quadrilatère presque carré flanqué de tours de garde à chacun de ses angles. Le reste de la cité s'organisait autour de ce centre. Ces cités comportaient des quartiers d'habitation, ainsi que des zones où étaient regroupés les artisans. Autour de ces grands centres gravitait un ensemble de petits villages mesurant pour la plupart moins de 3 hectares, plutôt tournés vers l'activité agricole, et ne comportant aucun ouvrage défensif spécial. La plupart de ces cités sont datées des mêmes moments, il y a un peu plus de 4.000 ans, mais on en a encore découvert une récemment, Adji-kui. Les autres villes en dehors de Gonur Depe se nomment Kelleli et Taip dans la partie Margienne puis un peu plus tard la cité de TogolokSapalli-depe, Dashly-depe dans la partie Bactriane (les deux parties sont séparées et liées à de grands courts d'eau) puis un peu plus tard la cité de Djarkutan.

     

    Gonur tepe

     

    Il y a 4000 ans, la «civilisation perdue» de la Margiane a donc construit une grande ville nommée Gonur Tepe (ou Depe) qui était une la plaque tournante au carrefour de nombreuses cultures. Là, ils ont inventé le zoroastrisme (le premier enregistrement d'un monothéisme/dualisme, qui a également vénéré les quatre éléments primordiaux classiques et l'Alchimie) et ont mené ce vaste réseau de cultures pendant ce qu'on a appelé "le plus heureux moment dans l'histoire du monde".

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

    Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

     

    Karahunj megaliths

    Karahunj, Arménie

     

    Un retour en Arménie car j'en ai parlé au moins déjà dans trois articles, lisibles icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

    ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

    et icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-arche-du-deluge.html

     

    Un autre mystère arménien a été daté de 7500 ans avant le présent au minimum, probablement plus. Il s'agit d'un site mégalithique en cercle assez semblable physiquement que le Stonehenge britannique, sauf qu'il est beaucoup plus ancien, et assez typique de cette civilisation probablement mondiale et inconnue qui a dressé et taillé des pierres, parfois de très grandes dimensions, un peu partout dans le monde entre la fin du pléistocène et la moitié du néolithique ou même les débuts de l'âge du fer selon les régions...

    Lire la suite

  • Le lac sacré, un conte de Loussiné Terteryan

    Le lac sacré, un conte de Loussiné Terteryan

     

    Yzaart2 650 

    Photo : YsaArt (merci)

     

    Auteure de contes et d'un livre publié (La plume magique), Loussiné Terteryan a également publié récemment un article ici sur les légendes arméniennes et une recherche :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/melusine-affinites-avec-les-deesses-meres-de-l-asie-mineure.html

    La revoici avec un conte issu de son imagination mais empruntant son art aux légendes de l'Arménie, dont elle m'a proposé sa publication ici.

     

    Le lac sacré


     

    .Loin très loin, derrière des vallées qui se trouvent derrière des monts couverts de neige éternelle, il existe un lac situé sur le Père Montagne. Ceux, qui l’ont vu, racontaient qu’il était le plus haut placé et le plus beau de tous les lacs de la planète. L'histoire de la naissance du lac est due à l’amour du Père Montagne et d’une étoile perdue dans le ciel nocturne et tombée dans ses bras.

    Le jour, lorsque les dieux retrouvent leur étoile perdue, l'obligent à retourner à sa place dans le ciel. Elle résiste mais enfin cède. La veille de son retour, le cœur d’étoile s’alourdit et elle commence à pleurer. Les larmes d’étoile débordent sur la cime de la Montagne: le lendemain à l’aube, le cœur de Montagne fut creusé et un lac de larmes de sa bien-aimée s’était formé : le lac sacré....

    -Comment as-tu appris cette histoire, grand-mère ? - demanda Annie à sa grand-mère qui était en train de lire cette incroyable histoire.

    -C’est ma grand-mère qui me l’a racontée - répondit la grand-mère.

    -Et elle ? D’où elle l’a apprise, elle-même ? - redemanda Annie.

    -De sa grand-mère - dit la grand-mère. Et ajouta, - cette dernière l’a apprise de sa grand-mère et ainsi de suite. Et nous ne saurons jamais qui l’a racontée pour la première fois. Mais veux-tu savoir ce qui s’est passé ensuite ?

    -Oui ! Bien sûr, vas-y raconte-moi, s’il te plait.

    L’étoile qui s’appelait Astghik n’arrivait pas à oublier la Montagne. Et un jour elle réussit à échapper à la vigilance des dieux et aller rendre visite à son amoureux. C’est ainsi qu’elle a pris l’habitude d’attendre que tous les dieux s’endorment pour pouvoir courir vers la montagne chaque minuit.

    Lorsqu’elle se précipitait vers la Montagne ses cheveux en feu illuminait le ciel nocturne et à chaque fois, lorsqu’elle courait, on pourrait voir l’astre qu'on croyait tomber. Après avoir retrouvé le Père Montagne, le matin avant que les dieux ne se réveillent, elle s’envolait et reprenait sa place au ciel.

    Mais un jour un des dieux maléfiques qui ne dormait pas cette nuit-là, repéra et découvrit le secret des amoureux. Ainsi il observait les rencontres cachées de la Montagne et de l’Etoile. Ce fut le dieu le plus jaloux de tous qui se nommait Vishap.

    Une fois, il se transforma en dragon et alla se cacher dans les alentours du lac sacré. Comme le lac était la fille de la Montagne et d’étoile, elle comprit le plan de Vishap.

    Quand la nuit tomba, comme d’habitude, Astghik se précipita vers la Montagne et sa fille le lac sacré.

     

    Yzaart1

    "lac sacré-le dragon se cache" -  Photo YsaArt (merci)


     

    Donc cette nuit-là, comme on peut deviner, tout n’allait pas se passer comme c’était prévu. L’Etoile descendit sur la cime de la Montagne et se pencha pour donner un bisou à sa fille le lac sacré et c’est ainsi qu’elle lui montra le reflet du dragon caché.

    Astghik poussa un cri et s’évanouit. Le dragon l’attrapa et l’enleva dans les profondeurs des eaux du lac.

    -Où il l’a emmenée ? Raconte, s’il te plait, grand-mère - demanda Annie.

    -Aie patience, dit la grand-mère. Et en arrangeant ses lunettes, continua.


     

    ...La douleur qui débordait la fille lac lui faisait pleurer des jours entiers. C'est ainsi qu’un jour, les eaux du lac sortirent de leurs bords et partirent en bas de la montagne. Les eaux donnèrent naissance à une belle cascade et une rivière.

    À son tour, le Père Montagne souffrait à cause de sa séparation avec son étoile ainsi que de la peine de sa fille-le lac. Il ne pouvait plus supporter cette situation. Il cherchait à trouver comment sauver son amour et retrouver le calme.

    -Et qu’est-ce qu’il a fait ? - demanda Annie impatiente.

    -Tu verras bien. Le Père Montagne devrait trouver une issue. Il était immense, poussant mais il était immobile, ce qui à son tour, le rendait faible dans ces circonstances. Donc il réfléchissait jour et nuit à comment pouvoir sortir de son corps de montagne.

    -Est-ce possible ? - cria Annie.

    -Bien sûr, ma chérie - répondit sa mamie.

    Et elle continua son histoire.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le docu1 et bonus 1

    Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le documentaire partie 1 et bonus 1

     

    A4 rvb 72dpi bonus1

     

    Et bien voilà, la partie 1 du documentaire Les Açores, Débris de l'Atlantide ?, réalisé par Loïc Ochippenti, avec ma participation et celle du Professeur Felix Rodrigues est sortie sur Youtube, donc en free. Une décision en partie due aux promesses faites envers les membres de l'association culturelle Etudes des Civilisations Disparues, mais aussi bien sûr aux conditions sanitaires mondiales actuelles qui fait que les chaînes télévisées spécialisées dans les documentaires ont bloqué leurs budgets et ne diffusent en majorité que des rediffusions, et encore pour un bon moment.

    Vous trouverez ci-dessous la vidéo partagée de Youtube de la partie 1 du documentaire, ainsi qu'un appel aux dons émis par l'Association Etudes des Civilisations Disparues (dont je suis membre), afin de nous aider à réaliser la partie 2 et de retourner enquêter dès que la situation sanitaire le permettra.

    Mais je vous ai aussi réservé une petite surprise en réalisant moi-même (très vite) un Bonus 1 de presque 35 minutes de la partie 1, que vous trouverez également ici en vidéo partagée de Youtube plus bas. Il s'agit surtout d'un spécial "Cart-Ruts" ou Ornières en français, car nous avons pu en visiter plusieurs sur Terceira, en des lieux différents.

     

    Açores-Terceira-YH

    Açores, Terceira - © photo de Yves Herbo

     

    Cette vidéo vous permettra d'admirer certains paysages des Açores et de Terceira, mais aussi de voir un peu les conditions de tournage du documentaire, d'entendre certaines questions et réponses non obligatoirement incluses dans le reportage (limité en temps) et de nouvelles images inédites du reportage. Et vous verrez à nouveau le professeur Félix Rodrigues et un peu plus Loïc Occhipenti. J'ai filmé "caméra au poing" et donc sans pieds télescopiques, ce qui explique parfois les tremblements d'images (un peu stabilisées par logiciel), surtout lors des zooms. C'était volontaire, pour donner un complément aux images de Loïc un peu plus "vivant" et exploratoire. N'hésitez pas à poser des questions lors de l'avant première du bonus du 11 novembre 2020 à 17h00 ou après sur le site Sciences-Faits-Histoires.com ou encore sur Facebook. Les groupes et pages Etudes des Civilisations Disparues ou Sciences-Faits-Histoires sont là pour ça...

    Vous trouverez aussi ci-dessous quelques liens et documents, photos sur des "Voies Romaines" en France, notamment en Meurthe et Moselle, mais aussi sur le Col du Perthus dans les Pyrénées ou de Salerne en Alsace, par exemple, dont certaines parties (dans d'actuelles forêts ou en bord de rivière) ressemblent assez aussi à des cart-ruts ou ornières... un indice de plus sur l'ancienneté de certaines traces aux Açores ? Pour rappel, les ornières de Malte (qui sont dans du calcaire) ont été datées d'il y a environ 5000 ans...

     

    Voir les vidéos, lien vers l'appel aux dons et article ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

    Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

     

    mars-mysteres-06-09-2012.jpg

     

    «C’est l’une des images les plus extraordinaires de toute la mission!» a déclaré Steve Squyres, l’un des principaux scientifiques d’Opportunity, ce robot en exploration sur Mars depuis le début de 2004.

    Steve Squyres faisait référence à cette image étonnante transmise par Opportunity tout récemment.

    Sur la photographie, des centaines de petits « objets sphériques » mesurant jusqu’à trois millimètres de diamètre apparaissent. Ceux-ci sont regroupés sur une butte martienne qu’Opportunity avait atteinte la semaine dernière.

     

    mars-mysteres-06-09-2012.jpg

    Ces bulles, appelées sphérules, sont une véritable « énigme géologique pour les scientifiques travaillant sur le projet », a déclaré la NASA, vendredi.

    Contrairement à ce que le robot avait trouvé lors de son amarsissage début 2004, ces sphères ne correspondent en rien aux amas formés par l’action de l’eau sur les minéraux dans des sédiments.

    Les sphérules découvertes sont très différentes, tant dans leurs concentration, structure, composition et distribution.

    Le robot pour sa part se situe actuellement dans le cratère Endeavour. Malgré ses huit années de « dur travail » sur Mars, il est dans un très bon état, a précisé John Callas du “Jet Propulsion Laboratory’ de la Nasa (agence spatiale américaine), responsable de la mission.

    Opportunity s’était posé sur Mars en janvier 2004 trois semaines après son jumeau Spirit pour une mission d’exploration de trois mois. Spirit a officiellement cessé de fonctionner en 2009.

    Le nouveau robot Curiosity, de plus grande taille et scientifiquement beaucoup plus sophistiqué, est arrivé sur la planète rouge le 6 août 2012. Il s’apprête à entreprendre une mission d’exploration de deux ans pour déterminer si l’environnement sur Mars a été propice à la vie microbienne dans le passé.

     

    Arrivée sur Mars de Curiosity le 06-08-2012

     

    http://news.yahoo.com/strange-mystery-spheres-mars-baffle-scientists-123054357.html via TVA Nouvelles via Le Kebek

    Voir aussi : Planète Mars : Un mystère géologique inexplicable en photo

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Le mystère des tuyaux du lac des amants

    Le mystère des tuyaux du lac des amants

     

    chine-tuyauxetranges2.jpgL'un des "tuyaux", dans l'eau

     

    Le portail d'information Chinois Xinhuanet annonce le 19 Juin 2002 qu'une équipe de neuf scientifiques chinois examinera si les reliques antiques dans la province de Qinghai dans l'Ouest de la Chine, au mont Baigong à environ 40 kilomètres au sud-ouest de la ville de Delingha dans les profondeurs du bassin de Qaidam sont d'origine extraterrestre.

    Selon des sources gouvernementale à la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi, où se trouve Delingha, l'équipe étudiera une structure qui a entre 50 à 60 mètres de haut, et une caverne moyenne et deux autres plus petites qui sont effondrées et sont inaccessibles, sur la rive sud du "lac des amants", ceci pour vérifier une suggestion que les constructions auraient pu être une tour de lancement pour un vaisseau spatial.

     

    baigong-iron-pipe.jpg

     

    Dans et autour de la caverne il y a des tuyaux d'une couleur brunâtre-rouge, certain de ces tuyaux s'enfonçant dans le lac.

    Le site web de Xinhua indique que le chef du département de la publicité du gouvernement de Delingha confirme que des restes ont été analysés par le passé. Les résultats ont prouvé qu'ils se composent de 30 pour cent d'oxyde ferrique avec une grande quantité de bioxyde de silicium et d'oxyde de calcium. Huit pour cents du contenu n'ont pas pu être identifiés.

    Liu Shaolin, l'ingénieur qui a fait l'analyse, dit: " un résultat de longue interaction entre le fer et le grès signifie que les tuyaux doivent être très vieux. "

    Yang Ji, un chercheur de l'observatoire proche, a indiqué que l'hypothèse de l'origine extra-terrestre des reliques est compréhensible, " mais que des méthodes scientifiques doivent être utilisées pour prouver si c'est correct." Les gens de la région appellent le site "les ruines extra-terrestres."

     

    chine-tuyauxetranges1.jpg

     

    A l'avant d'une pyramide il y a trois cavernes avec des ouvertures triangulaires. La caverne du milieu a environ six mètres de haut, avec son plancher se tenant deux mètres au-dessus du sol alentour et ses huit mètres supérieurs au-dessus du sol. A l'intérieur, il y a un demi tuyau incliné, d'environ 40 centimètres de diamètre partant de l'extrémité interne de la caverne. Un autre tuyau du même diamètre s'enfonce dans le sol, avec seulement son extrémité visible au-dessus du sol. Au-dessus de la caverne, il y a une douzaine de tuyaux de divers diamètres qui s'enfoncent dans la montagne.

    http://ufologie.net/htm/2002junf.htm

     

    chinapipes.jpgLe lac salé "des amants"

     

    Sur la rive sud d'un lac salé, on a découvert une pyramide en métal qui aurait 50 à 60 mètres de hauteur. En face de cette structure se trouvent trois grottes dont les entrées sont triangulaires. Les deux plus petites de ces cavités se sont effondrées, mais la plus grande, celle du centre, est toujours accessible. A l'intérieur, un bout de tuyau de 40 cm, fendu en deux, git sur le sol. Un autre tuyau, de couleur rouille, est enfoui dans le sol et seule l'extrémité est visible.

     

    chine-grotte-pipes.jpg

    Caves Credit: Weird Asia News

     

    A l'extérieur de la grotte, des demi tuyaux, des morceaux de métal et des pierres de formes bizarres sont eparpillés sur la rive sud du lac. Certains tuyaux plongent en partie dans l'eau. On ignore ce qu'il peut y avoir dans les profondeurs de l'eau salée.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Baltique : la cité perdue de Vineta

    Baltique : la cité perdue de Vineta

     

    Vineta karte abraham ortelius 02

    J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

     

     
    Oera linda amsterdam peo platon
     
     

    Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

    " La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

    "Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

    Lire la suite

  • Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

    Allemagne : L'engloutissement de la cité de Rungholt

     

    Rungholt fouilles plongee mini

     

    Comme plusieurs cités ou ports historiques ou légendaires, disparus ou engloutis au fil du temps, il y a longtemps eu des interrogations sur la réalité de l'existence de la cité de Rungholt, sur les côtes nord de l'Allemagne, en l'absence de traces matérielles étudiables. Un peu comme Vineta, dont je parle ici, il y avait des traces écrites et donc des "témoignages littéraires", mais aucun preuve réelle. En fait, on peut dire que, comme la ville de Troie - issue principalement à l'origine des poèmes (et fictions pour beaucoup) d'Homère sur la fameuse guerre qui y est décrite - la légende est devenue réalité, avec l'effective découverte d'artefacts et de preuves étudiées...

    Mais, que s'est-il passé ? Que sait-on vraiment sur cette cité disparue, son ancienneté et histoire ? Et enfin, qu'a-t-on trouvé depuis sa citation dans des écrits du moyen-âge ?

    Frise maps

    Voici deux maps de la région en question. Celle de gauche montre la contrée a l'époque de la création de ces deux cartes, en 1651, avec les fonds marins visibles (à gauche) et à droite est une reconstitution des côtes avant leur submersion en 1362

    Lire la suite

  • Turquie : Les cités antiques demi-englouties d'Apollonia et d'Aperlea

    Turquie : Les cités antiques demi-englouties d'Apollonia et d'Aperlea

     

    Kekova apollonia1 mini

    C'est un endroit protégé et interdit de toute plongée sous-marine depuis 1990 et pourtant absolument pas fouillé et laissé aux caprices de la nature. L'île de Kekova, également appelée Caravola,est une île turque qui a donné son nom à toute cette région de Lycie sur 260 km² et où l'on trouve les antiques cités de Simena (Kalekoy), Dochiste (Apollonia), Theimussa (Ucagiz) et Aperlai. L'île en elle-même ne fait que 4,5 km², située au sud de la ville de Simena et n'est plus habitée depuis longtemps. Sur le versant septentrional de l'île se trouvent les ruines partiellement englouties par la mer de l'antique cité d'Apollonia, détruite par un fort séisme au 2ème siècle. Reconstruite en partie par les byzantins, elle fut rapidement complètement abandonnée à cause des incursions arabes.

    Kekova apollonia5

    L’île est interdite à la visite car elle abrite un grand nombre de sites archéologiques qui n’ont pas encore été fouillés, seul l’accès par la mer à la baie de Tersane est autorisée. La plongée bouteille et en apnée sont également interdites sur le site. Les intérêts principaux de la visite sont la beauté du site naturel et la curiosité que représente la cité engloutie d'Apollonia (ne pas confondre avec la ville antique du même nom en Libye), intéressant que si vous le faite en kayak car vous pouvez passer directement au-dessus des ruines et les voir grâce à l'eau transparente. Une partie de la cité fut submergée dans l’antiquité, lorsque suite à un tremblement de terre, le sol c’est abaissé de 4 ou 5 mètres. Les ruines immergées se trouvent actuellement à 1 ou 2 mètres de profondeur. Au-dessus, sur l’île, vous pourrez apercevoir également les vestiges de bâtiments antiques.

    Ile de kekova apollonia

    Le site d’Aperlai se situe dans une crique bien protégée en bord de mer que vous pouvez atteindre à partir d’Ucaguiz par la Lycian Way mais le chemin est plus long (environ 10 km). Au V siècle av. JC, c’était la cité lycienne la plus importante de la côte. Les autres sites lyciens que vous visiterez dans le secteur dépendaient de cette cité. La partie basse de la ville a été submergée suite à des mouvements tectoniques comme l’atteste encore de nos jours un sarcophage à demi-immergé. Outre une vue magnifique sur la crique, vous pourrez y découvrir les vestiges du mur d’enceinte et ses tours de la cité antique réhabilités à l’époque byzantine, un théâtre, de nombreux sarcophages type carène de bateau renversée avec sculptures, des églises byzantines édifiées sur la base de bâtiments antiques, des antiques citernes.

    Simena

    Kekova apollonia4

    Sources : http://theswedishparrot.com/dans-la-vapeur-blanche-des-jours-sans-vent-carnet-de-voyage-en-turquie-3-aout-ucagiz-kekova-dochiste-apollonia-geyikova-adasi-kalekoy-simena/

    http://www.regardsurlaplanete.com/carnet-voyage/turquie-kekova.html

    photos : « Kekova » par Seynaeve — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons - 

     

    Yves Herbo, Sciences, Faits, Histoires, 21-02-2015, up 08-2020

     

  • Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

    Honduras : la Cité du Dieu-Singe découverte ?

     

    Honduras gravuressurroches miniHonduras-pétroglyphes

     

    Après les découvertes étonnantes au Panama et l'article lié, nous restons en Amérique Centrale avec cette nouvelle exploration de la jungle du Honduras et la possible découverte d'une cité mythique, déjà envisagée en 2013, en voilà la confirmation sur place ! : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/la-cite-legendaire-ciudad-blanca-decouverte.html. Situons d'abord le pays (en bleu clair ici) en question sur une carte :

     

    Ameriquecentrale

     

    Au Honduras, il existe une légende tenace parlant de la "Ciudad Blanca", la Cité Blanche, qui a des origines très anciennes, et qui aurait été découverte par des Espagnols qui se sont perdus en explorant la jungle lors des conquêtes. D'autres versions suggèrent que le groupe ethnique Pech (habitant le territoire du Honduras pendant au moins 500 ans), croyait en l'existence d'une "White City", qui aurait été construite par les dieux. On a également parlé d'une "maison blanche", qui était composée de colonnes géantes de pierre blanche sculptées...

    Le 3 Septembre 1526, Hernán Cortés a écrit ses impressions d'Amérique, adressées à l'empereur Charles V. Dans cette lettre, plus tard connue comme la Carta de Relación Nº 5, le vainqueur a fait allusion à l'existence d'une ville inconnue, et dont il a dit :

    “Por otra parte dolíame el ánima dejar aquella tierra en el estado y coyuntura que la dejaba, porque era perderse totalmente; y tengo por muy cierto que en ella vuestra majestad ha de ser muy servido y que ha de ser otra Culúa, porque tengo noticia de muy grandes y ricas provincias, y de grandes señores en ellas, de mucha manera y servicio, en especial de una que llaman Hueitapalan, y en otra lengua Xucutaco, que ha seis años que tengo noticia de ella, y por todo este camino he venido en su rastro, y tuve por nueva muy cierta que está ocho o diez jornadas de aquella villa de Trujillo, que pueden ser cincuenta o sesenta leguas. Y de ésta hay tan grandes nuevas, que es cosa de admiración lo que de ella se dice, que aunque falten los dos tercios, hace mucha ventaja a esta de México en riqueza, e iguálale en grandeza de pueblos y multitud de gente y policía de ella. Estando en esta perplejidad, consideré que ninguna cosa puede ser bien hecha ni guiada si no es por mano del Hacedor y Movedor de todas, e hice decir misas y hacer procesiones y otros sacrificios, suplicando a Dios me encaminase en aquello en que él más se sirviese”.

    " J'ai en effet des renseignements sur de grandes et riches contrées, gouvernées par de puissants seigneurs, avec grand état de cour et notamment le royaume de Hueitapalan, en autre langue, Xucutaco, dont on m'a parlé depuis six ans (...). D'après ce que l'on en dit, et quand on en retrancherait la moitié, ce royaume dépasserait celui de Mexico en richesse et l'égalerait pour la grandeur de ses villes, la multitude de ses habitants et l'ordre qui la gouverne. ". Cortes y précise également qu'il aurait entendu parler de Xucutaco dès les premiers temps de son arrivée dans l'empire Aztèque, en 1519.

    Selon les données recueillies par différentes sources, ce site est appelé en indigène Xucutaco, (en nahuatl) et Hueitapalan, (en maya), et Cortes a renoncé à y aller en raison de la jungle impénétrable.

     

    Ciudad blanca honduras

    l'endroit soupçonné comme étant la jungle abritant la cité perdue (2013)

     

    L'Évêque du Honduras, Cristobal de Pedraza partit en 1544 à la recherche de la fameuse cité. Dans une lettre adressée à Charles Quint, il décrit son voyage à travers la jungle de la Côte des Mosquitos. Il y dit notamment avoir vu - depuis le sommet d'une montagne - une grande ville située dans une vallée. Selon ses guides, les nobles de cette cité mangeraient dans des assiettes d'or...

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • La légende des sept cités de Cibola

    La légende des sept cités de Cibola

     

    Coronado expedition peinture 1898 remington mini

     

    En 1539, le frère Marcos de Niza, un prêtre franciscain, a raconté aux fonctionnaires coloniaux espagnols, à Mexico, qu'il avait vu la ville légendaire de Cibola dans ce qui est aujourd'hui le Nouveau-Mexique. C'était l'un des explorateurs espagnols, à moitié convertisseur religieux et aventurier, qui hantaient le Nouveau Monde pour le trésor amérindien et il avait entendu des contes persistants sur la richesse fantastique des soi-disantes Sept Cités de Cibola.

    " Elle est située sur un tronçon nivelé du sommet d'une colline arrondie ", a dit le moine. " Elle semble être une très belle ville, la meilleure que j'ai vu dans ces régions. " Le prêtre a reconnu, cependant, qu'il avait seulement vu la ville à distance et n'y était pas entré, parce qu'il pensait que les habitants indiens Zuni le tueraient si il approchait.

    Mais quand une grande et coûteuse expédition espagnole, partie en 1540, avec 340 Espagnols, 300 alliés indigènes et un millier d'esclaves indiens et africains, et est retournée dans la région en 1541, ils ont trouvé seulement un modeste village d'indiens qui n'était pas quelque chose ressemblant à ce que le prêtre avait décrit. L'expédition s'est avérée être une mésaventure ruineuse pour ceux qui s'y sont impliqués, y compris le célèbre conquistador Francisco Vazquez de Coronado, qui l'a dirigé.

    " Presque tout le monde, y compris le leader, est retourné à Mexico massivement endetté ", dit l'auteur du Nouveau-Mexique Richard Flint, qui, avec son épouse, Shirley Cushing Flint, a écrit cinq livres sur Coronado. " Un certain nombre de ces personnes ne s'en sont jamais remis financièrement."

     

    Coronado expedition

    L'expédition de Coronado et de Hernando de Alarcón à travers l'Ouest américain (1540-1542) - Wikipedia.org

    Qu'est-ce que le Frère a bien pu voir ?

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Pologne : Découverte d'un bâton gravé du mésolithique

    Pologne : Découverte et analyse ADN d'un bâton gravé du mésolithique taillé dans du bois de renne

     

    Pologne artefact mini

     

    Selon une étude publiée ce mois dans la revue scientifique PLOS ONE par Grzegorz Osipowicz et ses collègues de l'Université polonaise de Nicolaus Copernicus, un bâton percé orné trouvé en Pologne centrale fournirait des preuves d'échanges entre des communautés mésolithiques très éloignées les unes des autres.

    Les artefacts et les matières premières peuvent donner un aperçu de la façon dont les communautés préhistoriques échangeaient des cadeaux, et des découvertes, tels par exemple que la pierre transportée pour sa signification technologique, ou des produits en métal ornant des tombes. Récemment, des chercheurs ont trouvé un bâton percé orné d'un bois d'origine inconnue sur le site de Gołębiewo 47 en Pologne centrale.

     

    Pologne artefact

    Lire la suite

  • Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

    Entretien avec Albert Fagioli, Radiesthésiste et chercheur

     

    Albertminiature

     

    J'ai déjà parlé de lui à plusieurs reprises sur des sujets très précis, il était temps de présenter l'un des meilleurs radiesthésiste français, voir mondial, qui est aussi reconnu par nombre d'historiens par son essai historique sur sa recherche de 10 ans et découverte du trésor du Duc d'Enghien et évidemment par les chasseurs de trésors, y compris au-delà des frontières. Il parle de son expérience, la découverte de son don et ses nombreuses recherches et découvertes, de son mentor, un radiesthésiste local très reconnu, malheureusement disparu depuis, de ses projets en cours et futurs. Voici pour commencer les articles présents sur ce site parlant de certaines de ses recherches, dont nous parlons lors de cet entretien enregistré via Skype le 24 mai 2020 :

    Nous parlons bien sûr en tout premier lieu de son ouvrage publié et des circonstances l'ayant amené à s'intéresser à ce fabuleux trésor et des découvertes qu'il fait avant les confirmations qui surviennent extraordinairement ensuite par la découverte d'un parchemin les prouvant parfaitement...

     

    Testamentducenghien

    www.editions-coprur.fr

    http://albert-fagioli.blogg.org/11-le-testament-du-duc-d-enghien-c26554266

     

    Nous parlons évidemment beaucoup de cette recherche importante commencée en 2014 par Albert Fagioli, puisque les détails et méthodes, découvertes faites font l'objet de son prochain livre, son projet principal en cours, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année, c'est dans les objectifs de son éditeur logiquement :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

    Nous abordons plusieurs de ses nombreuses recherches, pas toutes car trop nombreuses, mais vous pouvez toutes les lire sur son site, dans le Grand Est évidemment, sa région, mais aussi un peu partout en France, comme à Carcassonne, Rennes Le Chateau, de nombreux châteaux, manoirs, églises, cathédrales et monastères et sur des sites connus dans le monde, il a obtenu beaucoup d'accès à ces sites grâce aux propriétaires, mairies, Eglise et a envoyé de nombreux rapports à la DRAC dépendant du Ministère de la culture et aux DRAC régionales  :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-legendes-de-saverne-deviennent-de-l-histoire.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/l-homme-spirituel/un-radiesthesiste-detecte-des-souterrains-et-une-salle-sous-carcassonne.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/retour-sur-gizeh-et-ses-souterrains.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/decouvert-il-y-a-11-ans-le-tunnel-de-teotihuacan-conserve-encore-des-secrets.html

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/mexique-teotihuacan-un-radiesthesiste-francais-avait-deja-trouve-le-tunnel-en-2015.html

     

    Comme l'explique Albert Fagioli, il utilise plusieurs systèmes pour exercer son art : le dowser, système magnétique moderne et les traditionnelles baguettes de sourcier, ainsi que le non moins traditionnel pendule, sur plan d'abord, puis va affiner quand c'est possible sur place. Ses détections sur plans sont la plupart du temps confirmées sur place. Nombreux sont ceux qui ont tenté de vérifier la réalité des choses en ne lui parlant pas par exemple des sous-terrains ou cryptes déjà connus : ils les a toujours surpris en les trouvant sans problème, et en ajoutant toujours d'autres découvertes, cavités ou entrées d'autres souterrains par exemple. En 2016, la société Camexplo, située à Oberhausbergen, entreprise spécialisée dans la détection vidéo de canalisations et autres, disposant des capteurs et explorant avec des mini-robots, l'a testé sur 13 sous-terrains qu'elle connaissait. Albert Fagioli en a trouvé 12 sans problème, le 13ème à une mauvaise distance mais peu importante : il explique cette anomalie par la possible présence sous la route de matières métalliques perturbatrices. Des fouilles rapides ont pu être faites à quelques reprises, uniquement dans des propriétés privées voulant conserver une grande discrétion. Les DRACS et certaines mairies sont intéressées, mais les choses sont longues en matière de fouilles archéologiques comme on le sait. Malheureusement, comme on peut le voir dans certains des articles de Albert Fagioli, certains sites dans le Grand Est tombent en ruines, des chapelles s'effondrent et des traces disparaissent, des escaliers de 700 ans ne sont pas répertoriés et les mairies n'ont pas de moyens... Une intervention de l'INRAP serait nécessaire sur certains sites sur lesquels notre ami radiesthésiste a fait des découvertes, qui ne sont plus que des ruines...

    A ma demande, Albert Fagioli a exercé ses capacités sur les Açores sur plan et m'a indiqué la probabilité de certaines cavités inconnues à certains endroits : j'espère que nous aurons l'occasion d'aller vérifier sur place donc quand ce sera possible...

    Lire la suite et voir les deux vidéos de l'entretien avec Albert Fagioli ci-dessous :

    Lire la suite