auteur

  • La cité biblique de Bethsaïda/Julias probablement découverte

    La vraie cité biblique de Bethsaïda/Julias probablement découverte

     

    MAJ 08-2022

     

    The lost roman city of julias mini

     

    À la fin de la deuxième saison d'excavation sur le site de Bekaa (El Araj) près du pont Arik, dans l'estuaire de la Jordanie vers l'est du lac Kinneret (autre nom de la Mer de Galilée, ou lac de Tiberiade), dans la réserve naturelle de Betiha, les spécialistes des fouilles ont publié un certain nombre d'indices importants qui renforcent l'identification du site comme étant la ville romaine perdue de Julias, la cité de trois apôtres de Jésus-Christ...

    Une couche de la période romaine a été exposée cette saison, révélant des poteries et des salles du premier au troisième siècle après J.C. L'excavation a été menée par l'Institut Kinneret pour l'archéologie en Galilée, sous la direction du Dr Mordechai Aviam, avec le professeur Steve Notley, directeur académique de l'excavation du Christian Nyack College de New York.

     

    Une vue aerienne des fouilles a el araj probablement l ancienne ville de betsaida julias et a la maison de trois des apotres de jesus

    une vue aerienne des fouilles à El-Araj, probablement l'ancienne ville de Betsaida/Julias et la maison de trois des apotres de Jesus (Crédit ZACHARY WONG)

    Lire la suite

  • Bonne Année 2022

    Bonne Année 2022

     

    Bonne annee 2022 albertfagioli

    Bonne année 2022 - en filigrane les oeuvres d'Albert Fagioli (bonne année l'ami) : " L'île aux trésors de William Kidd " et " Le trésor du Duc d'Enghien ".

     

    Je réitère ici pour mes lectrices et lecteurs tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2022, en ajoutant avec ceux présents dans cette petite vidéo d'ODHTv, la santé, réussite et paix de l'esprit.

    " Les membres de l'équipe d'odh tv tiennent à vous remercier de suivre les vidéos car c'est grâce à vous qu'odh tv existe et continue à vous informer sur le phénomène ovni, l'astronomie, les méprises et le domaine de l'étrange depuis 16 ans. Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés pour une courte ou longue durée, ceux qui ont regardé une ou plusieurs fois les vidéos. "

     

     

    Yves Herbo, Relais, Sciences-Faits-Histoires, 05-01-2022

  • OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5

    OVNIs : Ufologues dans l'Histoire - Saison 5 -

     

    MAJ épisodes 10 - 11 - 12 - 13 FIN

     

    Allen hynek jacques vallee 1

    Années 1960-1970 : L'astrophysicien, professeur et ufologue américain Allen Hynek accompagné de l'astronome, informaticien et ufologue français Jacques Vallée

     

    Mémoires de l'Ufologie Française - Ufologues dans l'histoire

     

    Le but premier d'Ovni dans l'histoire Tv est de sauvegarder les Mémoires de l'Ufologie Française par le biais de vidéos ou podcast pour que les générations à venir puissent connaître le travail des anciens, des pionniers de l'ufologie et des enquêteurs.

    En collaboration avec l'association SCEAU et bien d'autres, cette action qui a débuté en décembre 2011, consiste à interviewer l'ensemble de la communauté ufologique en France et dans les pays limitrophes.

    Cette nouvelle saison 5 des Ufologues dans l'Histoire comporte les interviews de Guy Coatanroch, de Rémy Fauchereau, de Sylvain Matisse, Jean-Louis Lagneau, Bruno Botta, Anne, Bruno Bousquet, Eric Zurcher, Luc Chastan, Guy Coatanroch 2, le G.U.I et l'A.E.P.A, Franck Maurin et Bertrand Méheust.

    Soir ovni dans le monde

    Lire la suite

  • Forêt des rêves: un nouveau conte de Loussiné Terteryan

    Forêt des rêves: un nouveau conte de Loussiné Terteryan

     

    Platane vieux de 2000 ans

     

    Auteure de contes et d'un livre publié (La plume magique) aux Editions EdilivreLoussiné Terteryan m'a également envoyé pour publication sur mon blog un article sur les légendes arméniennes et une recherche :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/melusine-affinites-avec-les-deesses-meres-de-l-asie-mineure.html

    et un conte issu de son imagination mais empruntant son art aux légendes de l'Arménie, Le lac sacré :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/le-lac-sacre-un-conte-de-loussine-terteryan.html

    La revoici en cette fin d'année 2021 avec un conte inédit pour enfants, également basé sur les légendes et mythes de l'Arménie, dont elle m'a proposé sa publication ici, Forêt des rêves :

     

     

    Forêt des rêves

     

     

    Première partie – Sossi

     

    C'est une vraie histoire magique qui se déroule dans un pays lointain, dans un royaume ancien, dans un temps perdu.

    Il était une fois une forêt où habitait le platane le plus immense au monde qui s’appelait Sossi. Au fur et à mesure que Sossi grandissait, ses racines se dispersaient dans presque tous les coins du souterrain. Comme les racines de Sossi connaissaient le souterrain entier, il était très intelligent. Pour transmettre tous ses connaissances acquises par le biais de ses racines, il apprit à parler à travers le vent, à l’aide de ses feuilles.

     

    Sossi

     

    Sossi était ami avec l’aigle nommé Haïsse. Ce n’était pas un aigle ordinaire mais un vrai aigle philosophe.

    Il faut savoir que Haïsse et Sossi protégeaient l’harmonie de cette forêt où les rêves, faits aux toutes premières secondes du premier jour de l’an, prenaient corps.  Il y avait peu de mortels qui connaissaient l’existence de cette forêt.

    Non loin d’elle se trouvait un royaume dont le prince et héritier tomba malade après avoir atteint l’âge adulte, sans qu’on sache la raison et la cause de sa maladie. C'était une maladie bizarre qui le rongeait ...

     

    Deuxième partie  Prince ensorcelé

     

    Ce prince s’appelait Harma. Il était de nature mélancolique, malade et le roi se souciait de laisser le relais de son royaume à son fils car il ne croyait pas qu’il puisse en assurer la gouvernance. Cela pourrait jouer en faveur de ses ennemis.

     

    Harma 1

     

    Donc, le roi rassembla ses conseillers et tint une réunion spéciale. Il y avait sept conseillers dans le palais qui s’occupaient des affaires du royaume. Ce jour-là, le premier conseiller n’était pas présent car cela faisait des mois qu’il avait été missionné pour trouver un remède contre la maladie du prince. 

    Ainsi le premier qui parla fut le deuxième conseiller :

    - Il faudra trouver un médecin plus expérimenté que celui qui est à votre service, Votre Majesté.

    - Mais il est le meilleur dans le royaume, rétorqua le roi.

    - Peut-être faut-il inviter un autre spécialiste d’un autre royaume ? proposa le troisième conseiller.

    - Si la médecine n’y arrive pas, il vaut mieux faire appel à la magie. Je connais un mage génial qui pourrait voir le prince, intervint le quatrième conseiller du roi.

    - Non, c’est hors de question qu’un mage ou un autre médecin d’un autre royaume interviennent. C'est trop risqué car le prince est l’héritier du trône. Mes ennemis pourraient ainsi profiter de la situation et organiser une diversion. La personne qui aidera le prince doit être un homme de confiance, expliqua le roi.

    Les autres conseillers n’ont pas pu apporter une autre solution. C'est à ces moments critiques que la solution arrive parfois de là où on s'y attend le moins.

    Le maire du palais annonça le retour tant attendu du premier conseiller du roi qui s’appelait Er. Er était déjà au courant que le roi tenait une réunion et il s’est précipité pour présenter l’information qu’il avait pu obtenir.

    Avant de revenir à la réunion du roi, faisons plus ample connaissance d’Er et de Harma. En réalité Er aimait Harma comme son propre enfant. Harma, à son tour, aimait beaucoup la fille d’Er. C'est pourquoi le roi confia cette tache dure à son premier conseiller qui était prêt à remuer le ciel et la terre pour sauver Harma. C'était un homme de confiance.

    Voici ce qu’il a appris durant son voyage:

    - Je vous salue tous ici présents. Vous m’avez tous beaucoup manqués. Je viens de rentrer de mon voyage durant lequel j’ai traversé presque le monde entier. Mais la solution et le salut étaient beaucoup plus proches de nous tous. J'étais déjà désespéré et étais sur le chemin de rentrer sans aucun espoir d’apporter une réponse à nos problèmes, lorsque dans un village de voisinage, un fer de mon cheval s’est défait. J'ai dû faire une halte et y rester quelques jours.

    La famille du forgeron du village m’a gentiment accueilli et j’y suis resté pendant deux jours. Le forgeron était un homme honnête et très intelligent mais il faut avouer, qu’en même temps, il me semblait un peu mystérieux. Le dernier jour de mon séjour chez lui, il m’a dit : “ Je connais la raison pour laquelle vous êtes dans notre contrée. Je pourrais vous aider mais il vous faudra me croire même si ce que je vais dire, c’est difficile à croire.

    Bien intrigué, je l’ai laissé parler. Voici ce qu’il m’a dit : “ Votre prince Harma est ensorcelé. Le Mauvais œil l’a frappé. Le prince pourrait trouver son salut, s’il arrivait à vaincre tout seul ses propres problèmes. Il est né pour une mission noble.

     - Je ne saurai pas expliquer pourquoi, mais j’ai cru en ses paroles. Ainsi, je l’ai remercié et me suis précipité au palais.

    - Mais d’où un simple forgeron pourrait connaître ce malheur que nous essayons de cacher de tous pendant tout ce temps ? demanda le roi.

    - Je vous le dit, ce forgeron n’était pas un être ordinaire. Moi aussi, j’étais très étonné, répondit Er. 

    - Er, mon ami, tu n’ignores pas que j’ai beaucoup de confiance et de respect pour toi, mais je ne crois pas aux fables sur la guérison par le biais d’une magie. En plus, je ne peux pas faire confiance en ce forgeron qui parle de maladie causée par le Mauvais œil, déclara le roi.

     

    Troisième partie Harma et Haïsse

     

    La nuit du retour d’Er et des récits sur le Mauvais œil, une rumeur s’est étendue dans le palais : tous pensaient que le premier conseiller avait perdu la tête. Le roi, qui était très ami avec Er, lui aussi croyait que son ami avait un souci. Il s’en voulait de l'avoir laissé aller dans les contrées lointaines où il lui est arrivé ce malheur.

    Mais Er n’avait pas perdu la tête. Voici ce qu'il s’est passé dans la chambre de Harma cette nuit-là:

    Ayant à peine fermé les yeux, Harma entendit un étrange bruit, on aurait dit le chuchotement de feuilles d’arbre. Mais le plus bizarre était les paroles que Harma arrivait à distinguer au travers de ce bruit.

    La voix disait : “ Er a raison, tu es élu, tu dois prouver à tous et surtout à ton père que tu es un héros, que tu es un être doté de pouvoirs surnaturels ”.

    En ouvrant les yeux, Harma s’est pincé pour s'assurer qu’il ne dormait pas. Ensuite, il a entendu une voix plus claire et ressemblant au langage humain. Cette voix a dit :

    - Ne perd plus de temps. Monte sur mon dos et je t’emmène vers ton destin.

    Cette voix était celle de Haïsse, l’aigle philosophe.

     

    Haisse

     

    Le lendemain, lorsque Haïsse et Harma sont partis, le roi a appris que son fils avait disparu. Il déclara un deuil et envoya ses troupes à la recherche de son fils.

    Si ses troupes sont partis vers le sud, le nord, l’est et l’ouest du royaume, Haïsse et Harma sont partis vers l’horizon et vers l’inconnu. C'était le chemin qui pourrait amener nos héros au pays des impossibles ou de tous les possibles.

    - Est-il très loin l’horizon, Haïsse ? demanda Harma.

    - Très loin, presque inaccessible, répondit-il.

    Les champs, les montagnes, les villes et les villages se perdaient du regard et seul l’horizon restait toujours intact dans ce paysage.

    Harma et Haïsse ont voyagé toute la journée, en horizon le ciel commençait à devenir rose, ensuite orange et à la fin-rouge. Harma à cause de sa maladie devint très pâle et perdit toutes forces.

     

    Quatrième partie Yervand au Mauvais œil

     

    En réalité ce voyage était suivi par un être maléfique qui s’appelait Yervand. C'est le roi qui était toujours jaloux du père de Harma. Donc, comme il ne pouvait pas avoir d’enfants, car il n’était pas né d’une union ordinaire, le jour où Harma devint adulte, il l’ensorcela. Donc Er et surtout le forgeron n’inventaient rien. Ce Mauvais œil existait vraiment.

     

    Mauvais oeil

     

     Voici ce que racontait les légendes à son égard : “ Les habitants de son royaume faisaient porter aux nouveau-nés, pour les protéger, une amulette bleue avec un œil blanc au centre. Car ils avaient peur du mauvais-œil de leur roi. Il est dit que le roi Yervand, par des pratiques magiques, avait un regard maléfique. Dès que pointait l’aube, les serviteurs royaux avaient coutume de placer devant lui des pierres d’obsidienne, qui, dit-on, éclataient à la suite du pouvoir maléfique de son regard. L’exercice auquel s’adonnait chaque matin le roi semble avoir eu pour but de réduire la force maléfique dans son regard. Le Mauvais-œil est spécialement connu pour pulvériser d’un seul regard les meules des moulins. Le regard, aurait donc un pouvoir destructeur de pierres. Les habitants de ce royaume croiraient toujours à la puissance maléfique de l’œil ”.

    Donc comme Yervand, par la force terrible de son œil maléfique, était en train de suivre le voyage de nos héros, il décida de faire en sorte que Harma ne puisse pas continuer son voyage.

     

    La suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • La mystérieuse couronne de 6000 ans du Désert de Judée

    La mystérieuse couronne de 6000 ans du Désert de Judée

     

    6000 years old crown dead sea

    Photo descriptive: La plus ancienne couronne dans le monde, trouvée dans le Nahal Mishmar Hoard. Source de la photo.

     

    C'est la plus vieille couronne découverte au monde à ce jour et elle conserve toujours ses secrets. Découverte en compagnie de 400 autres objets dans une grotte en plein désert de Judée en 1961, la couronne et plusieurs de ces artefacts ont été sortis des coffres cette année 2014 pour être montrés au public, à l'Institut  pour l'étude de l'Ancien Monde de l'Université de New York dans le cadre d'une exposition sur les " Maîtres du Feu : Art du Cuivre d'Israël ".

    La datation de l'ancienne couronne de l'âge du cuivre est de entre 4000 et 3500 avant JC, et elle est juste l'un des 400 objets qui ont été récupérés dans une grotte dans le désert de Judée, près de la mer Morte, il y a plus d'un demi-siècle et qui fait partie du trésor nommé Nahal Mishar Hoard. La couronne a la forme d'un anneau épais et montre des vautours et des portes en saillie partant du haut. On pense qu'elle a joué un rôle dans les cérémonies funéraires pour les personnes d'importance à l'époque. L'Université de New York écrit: « Un objet d'une énorme puissance et de prestige, noircie, la couronne de cuivre imparfaitement forgée du Nahal Mishmar Hoard accueille le visiteur à l'exposition " Maîtres du Feu ". Les protubérances énigmatiques de vautours sur sa jante avec des façades avec des ouvertures carrées, et sa forme cylindrique, suggèrent des liens vers les pratiques funéraires de l'époque ".

    Tresorjudee 1961a

    Le trésor dans la grotte en 1961

    Le Nahal Mishmar Hoard a été trouvé par l'archéologue Pessah Bar-Adon, caché dans une crevasse naturelle et enveloppé dans une natte de paille, dans une grotte sur le côté nord de Nahal Mishmar, qui est devenu connu comme la «Grotte aux trésors». Les 442 objets précieux en cuivre, bronze, ivoire et pierres comprennent 240 "têtes de massue", 100 sceptres, 5 couronnes, des cornes à poudre, des outils et des armes.

     

    Nahal mishmar hoard items

    Certains des éléments de la Nahal Mishmar Hoard. Cela ressemble fortement aussi à des pipes, narguilés, nécessaires au tabac, soucoupes à encens... utilisés possiblement par des chamans ou nomades. Les mêmes objets actuel imitent les objets ancestraux de ce type. Source de la photo.

    La datation au carbone 14 de la natte de roseau dans lequel les objets ont été enveloppés suggère qu'elle remonte au moins à 3.500 ans avant JC. C'est dans cette période que l'utilisation du cuivre s'est répandue dans tout le Levant, attestant les parallèles entre les évolutions technologiques considérables et les grandes avancées sociales dans la région. Certains de ces objets sont uniques et comme rien n'avait jamais été vu nulle part ailleurs. Les boutons ronds sont généralement dits des "têtes de massue", mais il n'existe aucune preuve que l'un d'eux ait été utilisé en combat (on peut douter de leur appellation actuelle). Les objets restants sont encore plus rares et uniques dans le style, tels que le sceptre de bronze décrit ci-dessous.

     

    Bronze sceptre nahal mishmar hoard

    Sceptre de Bronze du Nahal Mishmar Hoard. Exposée au Musée Hecht à Haïfa. Source de la photo

    Les objets du trésor de Nahal Mishmar semblent avoir été cachés à la hâte, conduisant à des suggestions comme quoi les objets étaient les trésors sacrés appartenant au Temple abandonné chalcolithique de Ein Gedi, éloigné d'environ douze kilomètres, et qu'il peut avoir été caché dans la grotte pendant un temps d'urgence.

     

    Chalcolithic temple above modern kibbutz ein gedi

    Le Temple du Chalcolithique  qui surplombe le moderne kibboutz Ein Gedi. Crédit photo: Wikipedia

     

    En gedi chalcolithic temple

     

    Daniel Maître, professeur d'archéologie au Wheaton College et un membre de l'équipe de conservation, a déclaré: " Ce qui est fascinant à propos de cette période, est que c'est celle d'un éclatement de l'innovation qui a défini les technologies de l'ancien monde pour des milliers d'années." Jennifer Chi, directrice d'Expositions et conservateur en chef, a ajouté: " Pour l'œil moderne, il est étonnant de voir comment ces groupes de personnes, qui maîtrisaient déjà tellement de nouveaux systèmes sociaux et des technologies, avait encore la possibilité de créer des objets artistique d'intérêt durable. " Le but et l'origine du trésor reste un mystère.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des ruines au large des Canaries ?

    Des ruines au large des Canaries ?

     

    Moroccosunkenbuilding

     

    Suite de mes enquêtes sur les cités préhistoriques et antiques englouties, recherches sur l'Atlantide et autre civilisations légendaires...

    Cet article est en complément des autres recherches au niveau de la zone d'Atlantique centrale proche de l'Europe et de l'Afrique de l'Ouest : Açores, Pays Basque et Landes françaises, cotes du Portugal, d'Espagne, Gibraltar, Maroc, Mauritanie, Canaries et Iles du Cap Vert... des liens vers les articles de ces zones sont en bas de cet article.

    Un petit aparté pour parler brièvement des affirmations de la psychologue et linguiste passionnée d'Atlantide, Maxine Asher, au sujet d'une expédition organisée par elle avec les fonds de la célèbre université américaine privée Pepperdine. C'est en 1973 que cette expédition a eu lieu, au large de Cadiz et Gibraltar en Espagne et au large du Maroc

    Composée de 70 enseignants, étudiants et d'autres parties intéressées, les membres de l'expédition étaient préparés pour des plongées libres le long de la côte de l'Espagne et du Maroc, à la recherche de preuves de l'île perdue d'Atlantide. Employée à l'époque par Pepperdine comme expert de l'enseignement audiovisuel, Asher a exprimé sa confiance dès le début que le voyage serait un succès. Le groupe a ensuite affirmé avoir découvert et photographié des artefacts atlantes, mais ils ont été contraints de chercher refuge en Irlande après avoir eu des problèmes avec le gouvernement fasciste espagnol de Franco, qui croyait qu'ils étaient des espions. Asher a affirmé qu'il y avait eu des tentatives de meurtre, et que, à un moment, elle a été forcée de sauter d'une voiture en mouvement, pour échapper à des kidnappeurs. Elle a écrit un scénario qui n'a jamais été produit sur ses expériences espagnoles. Après son arrivée en Irlande, son groupe a exploré des sites intérieurs autour de la baie de Galway, Craughwell, et la péninsule de Dingle, et a mené des plongées dans la région de la baie de Galway, près de la côte des îles d'Aran. Ces enquêtes ont été menées en Irlande dans la conviction que les mégalithes irlandais anciens sont vraiment le travail des Atlantes... Aucun matériel n'a jamais été publié, Asher a affirmé que son travail et ses preuves avaient été censurés (volés ?) par les autorités religieuses chrétiennes ou juives car certaines prouvaient l'impossibilité de certaines données bibliques... Asher a tout de même publié plusieurs livres sur le sujet mais ses tentatives pour sa propre existence et vie (les moyens pour gagner sa vie) ont surtout mené à sa mise au banc des accusés (à tord ou à raison) pour des détournements de lois sur l'éducation, et sa ruine, l'exil. Elle est décédée récemment en 2015 :

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • L'île au Trésor du Capitaine William Kidd par Albert Fagioli

    L'île au Trésor du Capitaine William Kidd par Albert Fagioli

     

    Albertfaggioli lileautresor wkidd500

    J'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de parler des recherches de Albert Fagioli, tant pour ses recherches historiques (Le testament du duc d'Enghien Le secret du fabuleux trésor de Marthille) que pour ses recherches dans de multiples églises, cathédrales et chateaux de cryptes cachées, en utilisant à la fois les archives historiques et ses indéniables dons, puisqu'il est considéré comme l'un des meilleurs radiesthésistes français. Rappelons brièvement que la radiesthésie est toujours considérée comme une pseudo-science par la grande majorité des scientifiques, mais que des progrès ont été effectués par le Docteur es Sciences en physique - mathématiques, Ingénieur E.S.C.I.L., Jacques Ravatin qui a travaillé en axiomatique quantique et en mathématiques, et a démontré via la radionique que les ondes de forme ne sont pas des "ondes" au sens de la physique classique mais un phénomène d'émergence dû aux formes à partir du concept de champ de cohérence. Pour Ravatin, la radiesthésie n'est pas un processus divinatoire mais une méthode d'exploration de l'existence dite « sans repères ». Une possible approche d'une perception du "quantique" ou d'une "nouvelle physique" utilisée par le cerveau humain à son insu ou non, mais qui pourrait démontrer aussi des latences du règne animal encore présents dans l'Homme, ce qui serait après tout assez logique...

    Le nouveau livre d'Albert Fagioli vient de sortir ce mois après 7 années de recherches, et un an et demi de décalage dû à la pandémie mondiale. " L'île aux 20 coffres. Le trésor du capitaine Kidd enfin dévoilé. Enfin son second livre est sorti après presque 7 années de travail acharné. Depuis sa découverte de la vraie île au trésor du capitaine William Kidd en novembre 2014. Travail en radiesthésie et dans les archives du monde entier et dans de nombreux livres… Il dédicace ce livre à son père décédé en 1988 (il aurait été fier de son fils) et à sa mère. Sans oublier sa femme et son fils et toutes les personnes qui l’ont soutenue pendant toutes ces recherches."

     

    Albertfaggioli lileautresor wkidd

    https://editions-du-cordeau.com/index.php?id_product=85&id_product_attribute=0&rewrite=l-ile-au-tresor-du-captain-william-kidd-par-albert-fagioli&controller=product

    Cliquer sur le lien ci-dessus pour commander le livre chez l'Editeur, le livre sera dispo aussi par la suite chez Decitre, Amazon, etc...

     

    La description du livre " Le 23 mai 1701, le capitaine de marine William Kidd, convaincu de piraterie et de meurtre, est pendu sur le quai des exécutions à Londres. Dans les derniers jours de son procès, il avait proposé, sans succès, d’échanger sa vie sauve contre l’incroyable révélation du lieu où il a caché son fabuleux trésor de 100 000 Livres Sterlings. Plus de 10 millions en euros d’aujourd’hui.

    Depuis trois siècle, l’histoire du trésor caché de Kidd enflamme les esprits des curieux et des aventuriers du monde entier. Les écrivains Robert-Louis Stevenson (« L’île au trésor ») et Edgar Allen Poe (« Le scarabée d’Or ») se sont emparés de la légende. Mais ce n’est pas une légende, car de nombreuses expéditions se sont lancées à la recherche du trésor mythique dans les Caraïbes, les îles de l’Atlantique et de mer de Chine.

    Qui n’a rêvé de décrypter de vraies cartes au trésor ? C’est à ce voyage qu’Albert Fagioli vous convie. Il a mené un long travail de recherche personnelle, il a consulté des archives du monde entier, il a analysé les cartes anciennes, il a utilisé les techniques de l’archéologie sensorielle dont il est un des spécialistes français. Albert Fagioli a identifié, le premier, le lieu où est enfoui le fabuleux « trésor aux 20 coffres », dans une petite île au large de la Thaïlande. Des marques du capitaine ont été découvertes récemment sur des rochers de l’île. "

    Le livre comporte plusieurs photos, ainsi qu'une post-face de... moi-même, Yves Herbo, car j'ai effectué également quelques recherches sur William Kidd et raconté en détail son Histoire dans un article qui a eu beaucoup de succès auprès de spécialistes (avec beaucoup de photos et vidéos) :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/preuves-autre-histoire/le-tresor-du-capitaine-kidd-les-indices-se-multiplient.html

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Les empreintes préhistoriques impossibles

    Les empreintes préhistoriques impossibles

     

    Antilope spring utah 1968

    Empreinte de pied, chaussé d'une sandale, au talon incrusté d'un trilobite

     

     

    Pour rappel, cet article n'est qu'une compilations de données et ne prend pas partie, n'a pas un but scientifique en soit, date de 2014 à 100%, alors que le site s'appelait "Sciences-Fictions-Histoires" (jusqu'à mi 2017) et que les images comportent souvent pour ces dates l'adresse de l'ancien nom de domaine qui n'appartient pas à l'auteur. Le but de ce site est en grande partie une collecte de diverses données concernant certains thèmes, de simples idées, hypothèses, scientifiques ou non, pour mémorisation (car beaucoup de données disparaissent sur internet chaque année), la science n'étant pas figée, et il y a de multiples exemples d'anciennes découvertes mal interprétées, voir dédaignées et combattues avant leur acceptation (par exemples la découverte de l'ornithorynque longtemps jugé "impossible" par la majorité des scientifiques de l'époque, ou encore l'impossibilité de l'existence  d'un continent englouti (théorie de la tectonique majoritaire longtemps), alors que la science a maintenant admis plusieurs anomalies et exceptions à cette "règle", avec la découverte de Zealandia à l'est de l'Australie et probablement les découvertes de nouvelles contraintes scientifiques concernant les natures diverses des points chauds tectoniques continentaux ou de dorsales... Et comme tout le monde peut le voir, la science n'a pas toujours raison, se trompe même assez souvent, la sauvegarde de certaines suppositions passées ou nouvelles peuvent amener à de nouvelles réflexions et aider à envisager d'autres possibilités, hypothèses. Il ne s'agit donc que de compilations de données, souvent traduites de divers auteurs, scientifiques ou non. L'auteur de cette compilation de données intervient rarement dans ces diverses données (parfois contradictoires) mais peu éventuellement donner son opinion, qui n'en est qu'une, et n'a pas le but d'influencer d'une quelconque façon les lecteurs. Il s'agit avant tout donc de collectes de données et aussi de liberté d'expression, le lecteur étant à même de juger par lui-même ces données et de s'en servir ou pas. Beaucoup des données concernant cet article sont anciennes et, bien qu'il existe toujours un grand nombre de sources et d'écrits les concernant, on constate aussi un grand nombre de disparition (y compris par vandalisme et destructions volontaires) de ces artefacts et l'impossibilité d'études modernes les concernant en grande partie de nos jours. Pas d'autres possibilités donc que de relativiser et de laisser le dossier ouvert en attendant d'éventuelles découvertes semblables ou pouvant servir de comparaison et réflexions.

    C'est amusant et étrange en soi : plus on s'intéresse aux découvertes et énigmes scientifiques, plus on trouve des réalités et éléments qui dérangent et contredisent la science officielle. C'est un peu comme si nos conceptions scientifiques faisaient qu'on élimine 50% de données, juste parce qu'elles n'entrent pas "dans le moule". Si on compare avec la "bourde" (mais qui arrange bien certains financiers !) de la SNCF qui a commandé des rames trop larges par rapport à ses quais de trains, on dirait que la SNCF a choisi de conserver ses rames entières et de raboter ses quais, alors que la science choisi de raboter ses rames (découvertes) et de conserver ses quais (science) intacts...

    Ce site a déjà à de nombreuses reprises parlé des nombreuses preuves mettant en doute certaines datations ou données historiques, en voici d'autres, avec un nombre assez conséquent d'empreintes provenant du fond des âges et ne correspondant pas aux données recensées (et de par ailleurs trouvées et prouvées ailleurs également, sans contradiction obligatoirement avec les autres données).

    Voici une compilation des données connues actuelles (tout au moins celles que j'ai trouvé, merci d'intervenir éventuellement pour ajouter des données) :

    " Parmi ces traces et ces squelettes incroyables, certaines découvertes ne peuvent être réfutées. Nous ne pouvons les expliquer faute de les comprendre. Doit-on pour autant les ignorer ?

    Ces anomalies sont trop nombreuses pour être traitées en un seul dossier. Je vous propose donc de quitter toutes vos certitudes et de partir dans ce voyage de l’impossible. Les découvertes sont classées par ordre chronologique. Cette liste est loin d’être exhaustive.

     

    1817 : des empreintes de 270 millions d’années

    C’est sur une plaque de calcaire, de la rive ouest du Mississippi à Saint Louis, que George Rappe trouva d’étranges empreintes. Elles mesuraient 266 millimètres de long, 101 millimètres de large, avec un écart de 15,5 centimètres entre les talons et de 34 centimètres entre les pointes.

    Empreinte 1

    Croquis d'empreintes publié par H.R.Schoolcraft en 1822

     

    Elles furent étudiées par l’ethnologue Henry R. Schoolcraft qui fit le rapport suivant en 1822 :

    « Les orteils étaient très écartés et la plante du pied affaissée comme on le voit chez les gens habitués à faire de longues marches sans chaussure. Les empreintes sont d’une grande précision. Elles montrent les détails de la musculature et les renflements du talon et des orteils. Tous les indices conduisent à la conclusion que ces empreintes datent de l’époque où le sol était assez meuble pour les conserver par pression et, qu’elles sont authentiques. »

    D’après la datation, ce calcaire a dû se durcir il y a environ 270 millions d’années.

    (Source: The American Journal of Science and Arts, 1822)

    1880 : des empreintes au Carbonifère

    Dans les monts de Cumberland (Kentucky), une piste de chariots a mis à jour une couche de grès du carbonifère. Cette strate, vieille de 300 millions d’années, révéla une série d’empreintes : des empreintes d’ours, des empreintes d’un animal proche d’un grand cheval et des pieds humains. Les orteils étaient très nettement marqués.

     

    Dino human1

    Ces traces ont été étudiées par le Pr J.F Brown, de Berea Collège.

    Pendant l'été 1882, des détenus de la prison de Carson city (Nevada) en travaillant dans une carrière, mirent à jour une couche de grès dans laquelle, parmi les traces d'animaux fossiles comme les mammouths, se trouvaient six séries d'empreintes d'hominidés géants. Un rapport fut envoyé á l'Académie des Sciences de Californie le 27 août 1882. Certaines de ces empreintes (de 50 centimètres) montraient que ces hominidés portaient même des sandales.

    1884 : empreintes d’au moins 200.000ans au Nicaragua

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Gonur Tepe, la ville oubliée

    Gonur Tepe, la ville oubliée - MAJ

     

    gonurtepe.jpg

     

    Par Yves Herbo : Il existe une culture très peu connue, quasi oubliée et remontant à un âge inderterminé, qui s'est implantée dans trois régions se trouvant de nos jours au Turkménistan, en Ouzbékistan et en Afghanistan. En fait, nous ne connaissons même pas son nom mais les scientifiques la dénomment "BMAC" pour Bactria-margiana archaeological complex, en français Complexe archéologique bactro-margien... Certains archéologues ont fini par lui donner le nom de Civilisation de l'Oxus. Cette civilisation n'a été découverte et "déterrée" par les Russes que dans les années 1950, mais la surprise a pourtant été de taille à l'époque (mais peu répandue à cause de la Guerre Froide) puisque les sites de cette civilisation sont gigantesques et n'avaient jamais été atteints pour cette période à cet endroit (le plus équivalent se situant plus à l'Ouest avec la culture toute aussi mystérieuse et ancienne de Namazga) : le moindre site couvre 10 hectares et la ville de Gonur Tepe en couvre 28 à elle seule !

     

    Gonurtepe avion

    Gonur Tepe pris d'avion

     

    Probablement dirigée par une élite éclairée et puissante, très unie, toutes les cités sont construites sur le même modèle : Le centre-ville était formé par une forteresse formant souvent un quadrilatère presque carré flanqué de tours de garde à chacun de ses angles. Le reste de la cité s'organisait autour de ce centre. Ces cités comportaient des quartiers d'habitation, ainsi que des zones où étaient regroupés les artisans. Autour de ces grands centres gravitait un ensemble de petits villages mesurant pour la plupart moins de 3 hectares, plutôt tournés vers l'activité agricole, et ne comportant aucun ouvrage défensif spécial. La plupart de ces cités sont datées des mêmes moments, il y a un peu plus de 4.000 ans, mais on en a encore découvert une récemment, Adji-kui. Les autres villes en dehors de Gonur Depe se nomment Kelleli et Taip dans la partie Margienne puis un peu plus tard la cité de TogolokSapalli-depe, Dashly-depe dans la partie Bactriane (les deux parties sont séparées et liées à de grands courts d'eau) puis un peu plus tard la cité de Djarkutan.

     

    Gonur tepe

     

    Il y a 4000 ans, la «civilisation perdue» de la Margiane a donc construit une grande ville nommée Gonur Tepe (ou Depe) qui était une la plaque tournante au carrefour de nombreuses cultures. Là, ils ont inventé le zoroastrisme (le premier enregistrement d'un monothéisme/dualisme, qui a également vénéré les quatre éléments primordiaux classiques et l'Alchimie) et ont mené ce vaste réseau de cultures pendant ce qu'on a appelé "le plus heureux moment dans l'histoire du monde".

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

    Arménie : Retour sur les Mystères préhistoriques

     

    Karahunj megaliths

    Karahunj, Arménie

     

    Un retour en Arménie car j'en ai parlé au moins déjà dans trois articles, lisibles icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/les-mysteres-de-l-armenie.html

    ici : https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/armenie-la-pyramide-de-dvin.html

    et icihttps://www.sciences-faits-histoires.com/blog/archeologie/l-arche-du-deluge.html

     

    Un autre mystère arménien a été daté de 7500 ans avant le présent au minimum, probablement plus. Il s'agit d'un site mégalithique en cercle assez semblable physiquement que le Stonehenge britannique, sauf qu'il est beaucoup plus ancien, et assez typique de cette civilisation probablement mondiale et inconnue qui a dressé et taillé des pierres, parfois de très grandes dimensions, un peu partout dans le monde entre la fin du pléistocène et la moitié du néolithique ou même les débuts de l'âge du fer selon les régions...

    Lire la suite

  • Le lac sacré, un conte de Loussiné Terteryan

    Le lac sacré, un conte de Loussiné Terteryan

     

    Yzaart2 650 

    Photo : YsaArt (merci)

     

    Auteure de contes et d'un livre publié (La plume magique), Loussiné Terteryan a également publié récemment un article ici sur les légendes arméniennes et une recherche :

    https://www.sciences-faits-histoires.com/blog/legendes-mythes/melusine-affinites-avec-les-deesses-meres-de-l-asie-mineure.html

    La revoici avec un conte issu de son imagination mais empruntant son art aux légendes de l'Arménie, dont elle m'a proposé sa publication ici.

     

    Le lac sacré


     

    .Loin très loin, derrière des vallées qui se trouvent derrière des monts couverts de neige éternelle, il existe un lac situé sur le Père Montagne. Ceux, qui l’ont vu, racontaient qu’il était le plus haut placé et le plus beau de tous les lacs de la planète. L'histoire de la naissance du lac est due à l’amour du Père Montagne et d’une étoile perdue dans le ciel nocturne et tombée dans ses bras.

    Le jour, lorsque les dieux retrouvent leur étoile perdue, l'obligent à retourner à sa place dans le ciel. Elle résiste mais enfin cède. La veille de son retour, le cœur d’étoile s’alourdit et elle commence à pleurer. Les larmes d’étoile débordent sur la cime de la Montagne: le lendemain à l’aube, le cœur de Montagne fut creusé et un lac de larmes de sa bien-aimée s’était formé : le lac sacré....

    -Comment as-tu appris cette histoire, grand-mère ? - demanda Annie à sa grand-mère qui était en train de lire cette incroyable histoire.

    -C’est ma grand-mère qui me l’a racontée - répondit la grand-mère.

    -Et elle ? D’où elle l’a apprise, elle-même ? - redemanda Annie.

    -De sa grand-mère - dit la grand-mère. Et ajouta, - cette dernière l’a apprise de sa grand-mère et ainsi de suite. Et nous ne saurons jamais qui l’a racontée pour la première fois. Mais veux-tu savoir ce qui s’est passé ensuite ?

    -Oui ! Bien sûr, vas-y raconte-moi, s’il te plait.

    L’étoile qui s’appelait Astghik n’arrivait pas à oublier la Montagne. Et un jour elle réussit à échapper à la vigilance des dieux et aller rendre visite à son amoureux. C’est ainsi qu’elle a pris l’habitude d’attendre que tous les dieux s’endorment pour pouvoir courir vers la montagne chaque minuit.

    Lorsqu’elle se précipitait vers la Montagne ses cheveux en feu illuminait le ciel nocturne et à chaque fois, lorsqu’elle courait, on pourrait voir l’astre qu'on croyait tomber. Après avoir retrouvé le Père Montagne, le matin avant que les dieux ne se réveillent, elle s’envolait et reprenait sa place au ciel.

    Mais un jour un des dieux maléfiques qui ne dormait pas cette nuit-là, repéra et découvrit le secret des amoureux. Ainsi il observait les rencontres cachées de la Montagne et de l’Etoile. Ce fut le dieu le plus jaloux de tous qui se nommait Vishap.

    Une fois, il se transforma en dragon et alla se cacher dans les alentours du lac sacré. Comme le lac était la fille de la Montagne et d’étoile, elle comprit le plan de Vishap.

    Quand la nuit tomba, comme d’habitude, Astghik se précipita vers la Montagne et sa fille le lac sacré.

     

    Yzaart1

    "lac sacré-le dragon se cache" -  Photo YsaArt (merci)


     

    Donc cette nuit-là, comme on peut deviner, tout n’allait pas se passer comme c’était prévu. L’Etoile descendit sur la cime de la Montagne et se pencha pour donner un bisou à sa fille le lac sacré et c’est ainsi qu’elle lui montra le reflet du dragon caché.

    Astghik poussa un cri et s’évanouit. Le dragon l’attrapa et l’enleva dans les profondeurs des eaux du lac.

    -Où il l’a emmenée ? Raconte, s’il te plait, grand-mère - demanda Annie.

    -Aie patience, dit la grand-mère. Et en arrangeant ses lunettes, continua.


     

    ...La douleur qui débordait la fille lac lui faisait pleurer des jours entiers. C'est ainsi qu’un jour, les eaux du lac sortirent de leurs bords et partirent en bas de la montagne. Les eaux donnèrent naissance à une belle cascade et une rivière.

    À son tour, le Père Montagne souffrait à cause de sa séparation avec son étoile ainsi que de la peine de sa fille-le lac. Il ne pouvait plus supporter cette situation. Il cherchait à trouver comment sauver son amour et retrouver le calme.

    -Et qu’est-ce qu’il a fait ? - demanda Annie impatiente.

    -Tu verras bien. Le Père Montagne devrait trouver une issue. Il était immense, poussant mais il était immobile, ce qui à son tour, le rendait faible dans ces circonstances. Donc il réfléchissait jour et nuit à comment pouvoir sortir de son corps de montagne.

    -Est-ce possible ? - cria Annie.

    -Bien sûr, ma chérie - répondit sa mamie.

    Et elle continua son histoire.

     

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le docu1 et bonus 1

    Les Açores, Débris de l'Atlantide ? Le documentaire partie 1 et bonus 1

     

    A4 rvb 72dpi bonus1

     

    Et bien voilà, la partie 1 du documentaire Les Açores, Débris de l'Atlantide ?, réalisé par Loïc Ochippenti, avec ma participation et celle du Professeur Felix Rodrigues est sortie sur Youtube, donc en free. Une décision en partie due aux promesses faites envers les membres de l'association culturelle Etudes des Civilisations Disparues, mais aussi bien sûr aux conditions sanitaires mondiales actuelles qui fait que les chaînes télévisées spécialisées dans les documentaires ont bloqué leurs budgets et ne diffusent en majorité que des rediffusions, et encore pour un bon moment.

    Vous trouverez ci-dessous la vidéo partagée de Youtube de la partie 1 du documentaire, ainsi qu'un appel aux dons émis par l'Association Etudes des Civilisations Disparues (dont je suis membre), afin de nous aider à réaliser la partie 2 et de retourner enquêter dès que la situation sanitaire le permettra.

    Mais je vous ai aussi réservé une petite surprise en réalisant moi-même (très vite) un Bonus 1 de presque 35 minutes de la partie 1, que vous trouverez également ici en vidéo partagée de Youtube plus bas. Il s'agit surtout d'un spécial "Cart-Ruts" ou Ornières en français, car nous avons pu en visiter plusieurs sur Terceira, en des lieux différents.

     

    Açores-Terceira-YH

    Açores, Terceira - © photo de Yves Herbo

     

    Cette vidéo vous permettra d'admirer certains paysages des Açores et de Terceira, mais aussi de voir un peu les conditions de tournage du documentaire, d'entendre certaines questions et réponses non obligatoirement incluses dans le reportage (limité en temps) et de nouvelles images inédites du reportage. Et vous verrez à nouveau le professeur Félix Rodrigues et un peu plus Loïc Occhipenti. J'ai filmé "caméra au poing" et donc sans pieds télescopiques, ce qui explique parfois les tremblements d'images (un peu stabilisées par logiciel), surtout lors des zooms. C'était volontaire, pour donner un complément aux images de Loïc un peu plus "vivant" et exploratoire. N'hésitez pas à poser des questions lors de l'avant première du bonus du 11 novembre 2020 à 17h00 ou après sur le site Sciences-Faits-Histoires.com ou encore sur Facebook. Les groupes et pages Etudes des Civilisations Disparues ou Sciences-Faits-Histoires sont là pour ça...

    Vous trouverez aussi ci-dessous quelques liens et documents, photos sur des "Voies Romaines" en France, notamment en Meurthe et Moselle, mais aussi sur le Col du Perthus dans les Pyrénées ou de Salerne en Alsace, par exemple, dont certaines parties (dans d'actuelles forêts ou en bord de rivière) ressemblent assez aussi à des cart-ruts ou ornières... un indice de plus sur l'ancienneté de certaines traces aux Açores ? Pour rappel, les ornières de Malte (qui sont dans du calcaire) ont été datées d'il y a environ 5000 ans...

     

    Voir les vidéos, lien vers l'appel aux dons et article ci-dessous :

    Lire la suite

  • Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

    Des mystérieuses sphères sur Mars étonnent les scientifiques

     

    mars-mysteres-06-09-2012.jpg

     

    «C’est l’une des images les plus extraordinaires de toute la mission!» a déclaré Steve Squyres, l’un des principaux scientifiques d’Opportunity, ce robot en exploration sur Mars depuis le début de 2004.

    Steve Squyres faisait référence à cette image étonnante transmise par Opportunity tout récemment.

    Sur la photographie, des centaines de petits « objets sphériques » mesurant jusqu’à trois millimètres de diamètre apparaissent. Ceux-ci sont regroupés sur une butte martienne qu’Opportunity avait atteinte la semaine dernière.

     

    mars-mysteres-06-09-2012.jpg

    Ces bulles, appelées sphérules, sont une véritable « énigme géologique pour les scientifiques travaillant sur le projet », a déclaré la NASA, vendredi.

    Contrairement à ce que le robot avait trouvé lors de son amarsissage début 2004, ces sphères ne correspondent en rien aux amas formés par l’action de l’eau sur les minéraux dans des sédiments.

    Les sphérules découvertes sont très différentes, tant dans leurs concentration, structure, composition et distribution.

    Le robot pour sa part se situe actuellement dans le cratère Endeavour. Malgré ses huit années de « dur travail » sur Mars, il est dans un très bon état, a précisé John Callas du “Jet Propulsion Laboratory’ de la Nasa (agence spatiale américaine), responsable de la mission.

    Opportunity s’était posé sur Mars en janvier 2004 trois semaines après son jumeau Spirit pour une mission d’exploration de trois mois. Spirit a officiellement cessé de fonctionner en 2009.

    Le nouveau robot Curiosity, de plus grande taille et scientifiquement beaucoup plus sophistiqué, est arrivé sur la planète rouge le 6 août 2012. Il s’apprête à entreprendre une mission d’exploration de deux ans pour déterminer si l’environnement sur Mars a été propice à la vie microbienne dans le passé.

     

    Arrivée sur Mars de Curiosity le 06-08-2012

     

    http://news.yahoo.com/strange-mystery-spheres-mars-baffle-scientists-123054357.html via TVA Nouvelles via Le Kebek

    Voir aussi : Planète Mars : Un mystère géologique inexplicable en photo

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Le mystère des tuyaux du lac des amants

    Le mystère des tuyaux du lac des amants

     

    chine-tuyauxetranges2.jpgL'un des "tuyaux", dans l'eau

     

    Le portail d'information Chinois Xinhuanet annonce le 19 Juin 2002 qu'une équipe de neuf scientifiques chinois examinera si les reliques antiques dans la province de Qinghai dans l'Ouest de la Chine, au mont Baigong à environ 40 kilomètres au sud-ouest de la ville de Delingha dans les profondeurs du bassin de Qaidam sont d'origine extraterrestre.

    Selon des sources gouvernementale à la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi, où se trouve Delingha, l'équipe étudiera une structure qui a entre 50 à 60 mètres de haut, et une caverne moyenne et deux autres plus petites qui sont effondrées et sont inaccessibles, sur la rive sud du "lac des amants", ceci pour vérifier une suggestion que les constructions auraient pu être une tour de lancement pour un vaisseau spatial.

     

    baigong-iron-pipe.jpg

     

    Dans et autour de la caverne il y a des tuyaux d'une couleur brunâtre-rouge, certain de ces tuyaux s'enfonçant dans le lac.

    Le site web de Xinhua indique que le chef du département de la publicité du gouvernement de Delingha confirme que des restes ont été analysés par le passé. Les résultats ont prouvé qu'ils se composent de 30 pour cent d'oxyde ferrique avec une grande quantité de bioxyde de silicium et d'oxyde de calcium. Huit pour cents du contenu n'ont pas pu être identifiés.

    Liu Shaolin, l'ingénieur qui a fait l'analyse, dit: " un résultat de longue interaction entre le fer et le grès signifie que les tuyaux doivent être très vieux. "

    Yang Ji, un chercheur de l'observatoire proche, a indiqué que l'hypothèse de l'origine extra-terrestre des reliques est compréhensible, " mais que des méthodes scientifiques doivent être utilisées pour prouver si c'est correct." Les gens de la région appellent le site "les ruines extra-terrestres."

     

    chine-tuyauxetranges1.jpg

     

    A l'avant d'une pyramide il y a trois cavernes avec des ouvertures triangulaires. La caverne du milieu a environ six mètres de haut, avec son plancher se tenant deux mètres au-dessus du sol alentour et ses huit mètres supérieurs au-dessus du sol. A l'intérieur, il y a un demi tuyau incliné, d'environ 40 centimètres de diamètre partant de l'extrémité interne de la caverne. Un autre tuyau du même diamètre s'enfonce dans le sol, avec seulement son extrémité visible au-dessus du sol. Au-dessus de la caverne, il y a une douzaine de tuyaux de divers diamètres qui s'enfoncent dans la montagne.

    http://ufologie.net/htm/2002junf.htm

     

    chinapipes.jpgLe lac salé "des amants"

     

    Sur la rive sud d'un lac salé, on a découvert une pyramide en métal qui aurait 50 à 60 mètres de hauteur. En face de cette structure se trouvent trois grottes dont les entrées sont triangulaires. Les deux plus petites de ces cavités se sont effondrées, mais la plus grande, celle du centre, est toujours accessible. A l'intérieur, un bout de tuyau de 40 cm, fendu en deux, git sur le sol. Un autre tuyau, de couleur rouille, est enfoui dans le sol et seule l'extrémité est visible.

     

    chine-grotte-pipes.jpg

    Caves Credit: Weird Asia News

     

    A l'extérieur de la grotte, des demi tuyaux, des morceaux de métal et des pierres de formes bizarres sont eparpillés sur la rive sud du lac. Certains tuyaux plongent en partie dans l'eau. On ignore ce qu'il peut y avoir dans les profondeurs de l'eau salée.

    Lire la suite ci-dessous :

    Lire la suite

  • Baltique : la cité perdue de Vineta

    Baltique : la cité perdue de Vineta

     

    Vineta karte abraham ortelius 02

    J'ai déjà parlé de cette légende intéressante rattachée à la Mer Baltique, lors des articles et Page consacrés aux Anomalies (https://www.sciences-faits-histoires.com/pages/ecrits/les-anomalies-de-la-mer-baltique.html) découvertes par une équipe de plongeurs suédois, qui sont situées effectivement au Nord-Ouest, vers l'antique pays de Misiko, c'est-à-dire vers l'endroit où a été située il y a très longtemps la légendaire cité de Vineta, engloutie selon le mythe dans la Mer Baltique... :

     

     
    Oera linda amsterdam peo platon
     
     

    Baltique et Atlantide l'Oera Linda Boek :

    " La mémoire néerlandaise semble avoir gardé un souvenir très précis du déluge et de l'engloutissement de l'Atlantide. Le plan d'Amsterdam reproduit fidèlement celui de Poséidopolis, capitale atlante.

    "Quand on avait traversé les trois ports extérieurs, on trouvait un mur circulaire commençant à la mer et partout distant de cinquante stades de la plus grande enceinte et de son port. Ce mur venait fermer au même point l'entrée du canal du côté de la mer." (Platon, Le Timée)

    Lire la suite